Vous êtes sur la page 1sur 8

Distinguer le son du phonème [modifier]

Article détaillé : Commutation (linguistique).

Un francophone peut prononcer le mot « rat » avec un /r/ roulé, grasseyé ou normal (dit « parisien ») ; la phonologie n'y verra cependant qu'un seul phonème /r/ car il n'est pas possible, en français, d'opposer trois mots qui débuteraient chacun par une de ces sortes de /r/ et seraient suivi de /a/ : cette distinction n'intéresse que la phonétique. En sorte, [ra] (avec /r/ roulé), [ ʀ a] (avec /r/ grasseyé comme les prononçait Édith Piaf) et [ ʁ a] (avec un /r/ normal), se réduisent tous trois à la suite de phonèmes /ra/ et ces suites de phonèmes désignent tous le même mot. On dira alors que les sons [r], [ ʀ] et [ ʁ] sont des variantes libres du phonème /r/, c'est-à-dire diverses possibilités de réalisation qui ne contrastent pas en français (alors que [r] et [ʀ ] s'opposent dans la prononciation de l'arabe et constituent deux phonèmes distincts).

La phonologie n'ayant pas besoin de viser à une aussi grande précision que la phonétique, elle n'utilise pas autant de symboles que cette dernière et suit souvent des notations qui sont propres à l'étude de chaque langue. Ainsi, dans l'exemple précédent, si [ʀ ], [ ʁ] et [r] (notation phonétique) désignent des sons différents, /r/ (notation phonologique) servira à dénoter n'importe lequel des allophones tant que ceux-ci ne s'opposent pas dans la langue.

De plus, si l'on peut décrire phonétiquement les sons comme ils se présentent, à la suite, il faut, en phonologie, respecter la règle un signe = un phonème. Par exemple, dans le mot anglais choose, ce qu’un francophone analyserait spontanément comme une succession de deux sons [t] + [ʃ ] (« ch »), correspond en fait à un seul son : une affriquée. Ce son, représenté par un seul symbole /t ͡ʃ/, a également statut de phonème parce qu’il permet d’opposer des paires minimales contenant /t/ ou /ʃ / (tat et chat). Dans la phrase anglaise, on peut parfaitement trouver une succession /t/ + /ʃ /. Ici, /t͡ʃ / s’oppose à /t ʃ/ et suffit à modifier le sens de la phrase ; comparer en anglais :

/wai't͡ʃ u:z/ why choose? /wait' ʃ u:z/ white shoes

Notons cependant qu'un tel exemple ne constitue pas une paire minimale, car d'autres phonèmes (intonation, hauteur) les différencient.

Mais la succession de phonèmes non affriqués est parfois nécessaire aussi en français (note:

contrairement à l'anglais, le ton n'est pas noté en phonologie française et réalisé phonétiquement au gré de l'interlocuteur suivant l'intention, il en est de même pour la longueur phonétique des voyelles françaises):

/s ɛ tʃ ãkəʒɛ m/ sept chants que j'aime, au minimum réalisé [s ɛ t ʃãk(ə) ʒɛ m]

pour distinguer de:

/s ɛ t͡ʃ ã(ŋ)kə ʒɛ m/ c'est Chang que j'aime, au minimum réalisé [s ɛ t ͡ʃãk(ə) ʒɛ m]

La première version nécessite de marquer une pause entre les deux phonèmes phonologiques /t/ et /ʃ / pour éviter l'affrication, alors que dans les autres cas les pauses entre mots ne sont souvent non marquées ni phonétiquement ni phonologiquement et l'affrication phonétique est réalisée automatiquement dans le discours usuel rapide. Cette affrication qui

crée un seul phonème en phonétique ne change pas la phonologie des mots. Un tel cas où la distinction phonologique est nécessaire ne se produit que pour les emprunts de mots étrangers commençant par des affriquées après un mot finissant par une voyelle, et l'usage français est d'allonger la voyelle, ou de marquer la pause, ou marquer le ton en prononçant l'affriquée du mot emprunté. On note ici qu'une nasale finale /ŋ/ est souvent omise phonétiquement dans la prononciation rapide française avant une consonne plosive initiale, même si elle est reconnue implicitement phonologiquement par l'auditeur [réf. nécessaire] .

La paire minimale [modifier]

Article détaillé : Paire minimale.

Traits distinctifs, traits pertinents et unités discrètes [modifier]

En phonétique on appelle trait distinctif un son qui permet à l'auditeur de distinguer deux phonèmes de prononciation proche; en phonologie, on appelle trait pertinent un trait distinctif qui, dans l'organisation d'une langue particulière, sert effectivement à distinguer deux phonèmes; enfin une unité discrète est la séquence sonore minimale qu'un auditeur- locuteur peut identifier comme phonème dans une séquence sonore.

Les corrélations [modifier]

Lorsque le même distinctif permet d'opposer une série de phonèmes, on parle de de corrélation phonologique . Et le trait distinctif en question s'appelle la marque de corrélation. Ex : Le trait de sonorité est une marque de corrélation, car il permet d'opposer des phonèmes sourds à des phonèmes sonores de la façon suivante :

/-sonorité/= /p/ , /t/, /k/, /f/ ,/s/ ,/ ʃ/ /+sonorité/= /b/ , /d/, /g/, /v/ ,/z/ ,/ ʒ /

La distribution [modifier]

Le problème des phonèmes composés [modifier]

Notation de système phonologique [modifier]

Par convention, une transcription phonologique se place entre barres obliques : /ra/ est la transcription phonologique du mot français rat. Chaque symbole utilisé doit ne renvoyer qu'à un seul phonème et chaque phonème ne doit être codé que par un seul symbole. Les symboles utilisés sont souvent ceux de l'API mais on trouve de nombreuses méthodes de transcription, selon les langues, les auteurs, les époques. Entre autres, pour le français, la notation Alfonic initiée par André Martinet. Ces notations sont largement inspirées des archigraphèmes tels que révélés par Nina Catach.

LANGAGE ET COMMUNICATION

Linguistique

Étude scientifique du langage humain. (appréhendée à travers la diversité des langues naturelles).

Le linguiste adopte une vision descriptive par rapport aux phénomènes de la langue.

Débarrassons-nous de quelques idées reçues

Les linguistes ne sont pas forcément polyglottes. Ils ont des connaissances sur le système des langues sans avoir à les maîtriser toutes parfaitement. Les linguistes n'ont pas une connaissance encyclopédique de tout le lexique d'une langue. Ils consultent les dictionnaires. Les linguistes n'ont pas forcément des connaissances étymologiques. L'étude de l'origine du lexique n'est qu'une des branches de la linguistique dite diachronique. Les linguistes ne sont pas des grammairiens prescriptifs. Ils ont une démarche de description qui se veut objective par rapport à la langue à laquelle ils n'infligent pas de valeurs affectives, esthétiques ou morales.

I Le langage, la langue et la parole

Langage

Langue

Parole

Aptitude innée à communiquer propre à l'être humain.

Produit acquis : instrument de communication ; code constitué en un système de règles communes à une même communauté.

Utilisation individuelle du code linguistique par un sujet parlant.

Les langues ne sont pas tout à fait un produit de la nature dans le sens qu'un enfant ne peut pas acquérir une langue sans être plongé préalablement dans un bain linguistique spécifique ; mais les langues ne sont pas non plus un produit de la culture car on ne peut pas changer le système d'une langue par décret. Les langues naturelles sont appelées ainsi car elles n'ont pas été inventées par les humains, contrairement aux langues artificielles que sont les langues fabriquées par les utopistes comme l'esperanto ou le langage informatique.

Norme

Usage

Elle se caractérise par des règles prescriptives pour un Variation par rapport à la norme

système donné comme celles que l'on trouve dans les grammaires.

adoptée par une communauté linguistique donnée.

En «bon français», on dit se rendre compte et non pas réaliser.

C'est où que vous l'avez lu ?

Code

Ensemble de conventions permettant de produire des messages. Le code est une forme de communication qui n'est pas forcément linguistique.

ex. Le morse est un code mais ce n'est pas une langue

Langage /langue La langue/une langue langue/parole

langue/code

abstrait/concret

général /particulier

tout /partie

essentiel/nécessaire

Code oral

Code écrit

unités sonores

systèmes alphabétiques, syllabiques ou idéographiques Support de la mémoire avant d'être support de la communication. Environ 350 langues écrites seulement.

2 796 langues parlées

Voir le site du CIRAL à l'Université Laval : La naissance de l'écriture

Toutes les langues possèdent une grammaire, c'est à dire un sytème de règles, même celles qui n'ont pas de code écrit. Tout locuteur d'une langue a une connaissance intuitive de ses règles.

Étude diachronique

Étude synchronique

Analyse des phénomènes du point de vue de leur évolution historique.

Introduite par Ferdinand de Saussure, il s'agit de l'observation d'un état de langue considéré dans son fonctionnement interne à un moment donné.

Le mot nuit trouve ses origines dans le substantif latin : noctem.

Les expression craindre et avoir peur coexistent en français standard.

II Le signe et la signification

La linguistique est un sous-ensemble de la sémiologie, la science qui étudie les signes.

Le signe 1 :

il s'agit d'un élément cognitif qui comprend les indices, les signaux, les icônes, les symbôles et aussi les signes linguistiques.

Il y a des signes naturels et des signes artificiels. Ils peuvent se diviser comme suit :

des signes artificiels. Ils peuvent se diviser comme suit : Indice «Fait immédiatement perceptible qui nous

Indice

«Fait immédiatement perceptible qui nous fait connaître quelque chose à propos d'un autre fait qui ne l'est pas» ( Prieto, Sémiologie, dans Le Langage, La Pléïade, p. 95)

Il y a un lien logique et implicatif entre l'indice et ce à quoi il renvoie. L'indice est, en fait, la manifestation des effets implicatifs d'un phénomène empirique.

La fumée est l'indice de l'existence d'un feu.

des effets implicatifs d'un phénomène empirique. La fumée est l'indice de l'existence d'un feu.

Signal

«Fait qui a été produit artificiellement pour servir d'indice». (Prieto, Sémiologie, dans Le Langage, La Pléïade, p. 96).

ex. Certains signaux du code de la route.

Symbole

Icône

Il est utilisé volontairement par convention.

Le signal a un effet implicatif univoque à message conventionnel. Le signal est subit. Il vise à déclencher une réaction.

Le signal a toutes les propriétés du signe linguistique, mais il évolue hors syntaxe. Il ne se combine pas linéairement avec d'autres éléments. Dans l'exemple du panneau routier, il peut y avoir une combinaison mais celle-ci n'est pas linéaire. C'est une combinatoire simultanée et non enchaînée. Signal qui, de par sa forme ou sa nature évoque spontanément dans une culture donnée quelque chose d'abstrait ou d'absent.

C'est une représentation fondée sur une convention qu'il faut connaître pour la comprendre. Signe artificiel qui a pour propriété d'imiter perceptuellement ce à quoi il réfère.

En cela, l'onomatopée est une icône sonore.

En revanche, une photo n'est pas une icône. Ce n'est pas une représentation à vue sémiologique.

une photo n'est pas une icône. Ce n'est pas une représentation à vue sémiologique. ex. La

ex. La colombe de la paix

une photo n'est pas une icône. Ce n'est pas une représentation à vue sémiologique. ex. La

Le signe linguistique (signe 2)

Signe

2

Signe 2 Union d'un concept (le signifíé) et d'une image acoustique (le signifiant). Signifié concept,

Union d'un concept (le signifíé) et d'une image acoustique (le signifiant).

Signifié

concept, contenu sémantique.

Signifié concept, contenu sémantique.

Signifiant

image mentale du son, expression phonique.

Signifiant image mentale du son, expression phonique.

Le lien entre le signifiant et le signifié est arbitraire et nécessaire, contrairement aux icônes et aux pictogrammes qui sont motivés, c'est-à-dire reliés empiriquement à ce à quoi ils renvoient. Les onomatopées sont des signes partiellement motivés.

Le signifiant est un phénomène sonore linéarisé dans le temps, alors que le signifié est un phénomène cognitif, autrement dit un ensemble stable de caractéristiques.

Selon le triangle sémiotique, imaginé en 1923 par Charles Ogden et Ivor Richards, Il existe aussi un phénomène physique appelé référent, c'est l'objet lui-même dans le monde.

Les signes ne se correspondent pas de manière univoque selon les langues. Il n'y a

Les signes ne se correspondent pas de manière univoque selon les langues. Il n'y a pas de correspondance terme à terme.

Signification

passage du signifiant à son signifié ou vice-versa.

Le chien est un animal domestique de la famille des canidés

III Langage et communication

Les innovations technologiques survenues au début du siècle (téléphone, magnétophone, télévision) ont permis l'appréhension de l'activité langagière au grand complet.

SCHÉMA DE LA COMMUNICATION : Roman Jakobson (1963)