Vous êtes sur la page 1sur 19
Sellal reçoit le ministre sri-lankais de l’Environnement et de l’énergie renouvelable P. 3 17 Rabie El

Sellal reçoit le ministre sri-lankais de l’Environnement et de l’énergie renouvelable

P. 3

17 Rabie El Aouel 1435 - Dimanche 19 Janvier 2014- N°15030 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

ARRIVÉE HIER À ALGER DU PRÉSIDENT MALIEN, IBRAHIM BOUBACAR KEITA, POUR UNE VISITE DE TRAVAIL ET D’AMITIÉ

Nouvelleimpulsion

auxrelationsbilatérales

Le président maLien : « Je viens surtout pour prendre conseil auprès de l’aîné »
Le président maLien :
« Je viens surtout pour prendre
conseil auprès de l’aîné »
P. 3
Ph. A. Yacef

préparatifs de L’éLeCtion présidentieLLe du 17 avriL 2014

DÉBUT DU RETRAIT DES FORMULAIRES DE SOUSCRIPTION DE SIGNATURES

DU RETRAIT DES FORMULAIRES DE SOUSCRIPTION DE SIGNATURES L’ambiance des grands moments ◗ révision «

L’ambiance des grands moments

révision « exceptionnelle » des listes électorales du 23 janvier au 6 février

P. 5

ACTIVITÉS DES PARTIS

Les premiers candidats s’annoncent

P. 5

SUR DÉCISION DU PREMIER MINISTRE

s’annoncent P. 5 SUR DÉCISION DU PREMIER MINISTRE Augmentation de la production du lait subventionné ● La

Augmentation de la production du lait subventionné

La poudre de lait n’a pas fait l’objet de détournement

P. 9

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

CoLLoque internationaL sur Les poLitiques de santé

Pour une meilleure prise en charge du malade

des assises nationales de la santé se tiendront en mars 2014.

P. 7

CLôture à tizi-ouzou du séminaire sur Le serviCe pubLiC de La radio et de La

CLôture à tizi-ouzou du séminaire sur Le serviCe pubLiC de La radio et de La téLévision

Le défi de la modernisation

mise en place prochaine d’un groupe de travail télévision-radio

P. 6

Can-2014 de HandbaLL

Ph. Billal
Ph. Billal

ALGÉRIE 23 - ANGOLA 19

Les Verts montent en puissance

P. 30

2 EL MOUDJAHID Mé téo NUAGEUX Au Nord, le temps sera voilé à nuageux, avec

2

EL MOUDJAHID

Mé téo NUAGEUX Au Nord, le temps sera voilé à nuageux, avec averses de pluie
Mé téo
NUAGEUX
Au Nord, le temps sera voilé à nuageux,
avec averses de pluie localement assez
marquées vers les régions de l’Ouest en
cours de journée.
Les vents seront en général modérés
avec parfois rafales de vent près des côtes
Ouest.
La mer sera agitée.
Sur les régions Sud, le temps sera voilé
à nuageux sur la Saoura, le Sahara central,
le Sahara oriental et les Oasis, avec locale-
ment quelques pluies.
Ailleurs, temps partiellement nuageux.
Les vents seront modérés avec soulève-
ments de sable locaux.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (16° - 11°), Annaba (19°- 11°),
Béchar (18° - 6°), Biskra (18° - 8°),
Constantine (14°- 4°), Djelfa (11°- 3°),
Ghardaïa (19° - 7°), Oran (14° - 8°), Sétif
(9° - 2°), Tamanrasset (23°- 9°), Tlem-
cen (13° - 7°).

LE 24 JANVIER À L’INSTITUT NATIONAL DE FORMATION DE BEN AKNOUN

1 re conférence internationale de la SANMO

BEN AKNOUN 1 r e conférence internationale de la SANMO La Société algérienne de nutrition et

La Société algérienne de nutrition et de mé- decine orthomoléculaire (SANMO) organise, les 24 et 25 janvier à l’Institut national de for- mation de Ben Aknoun, la première confé- rence internationale de nutrition et de médecine orthomoléculaire.

Activités des partis

CE MATIN À 10H30

Front Algérie nouvelle :

conférence de presse

Le Front Algérie nou- velle organise une confé- de presse autour de l’élection présidentielle 2014 ce matin à 10h30 au siège du parti à Télemly.

rence

une confé- de presse autour de l’élection présidentielle 2014 ce matin à 10h30 au siège du

APN

Reprise des travaux en séance plénière

L'Assemblée populaire nationale (APN) re- prend ses travaux, ce matin, en séance plénière consacrée au vote du projet de loi relatif aux titres et documents de voyage et du projet de loi sur les mines. La séance sera également consacrée à la vali- dation du mandat d'un nouveau député, indique un communiqué de l'Assemblée. Les travaux de l'APN se poursuivront demain en séance plénière consacrée au vote du projet de loi relative à l'acti- vité audiovisuelle.

DEMAIN À 9H AU CERIST 3 e conférence algéro-française de l’enseignement supérieur Le ministre de
DEMAIN À 9H AU CERIST
3 e conférence algéro-française
de l’enseignement supérieur
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la
Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, et son ho-
mologue française, M me Geneviève Fioraso, préside-
ront conjointement, demain au siège du CERIST à
partir de 9h, l’ouverture des travaux de la 3 e confé-
rence algéro-française de l’enseignement supérieur et
de la recherche scientifique.
******************************
Ferroukhi
à Jijel
Le ministre de la Pêche
et des Ressources halieu-
tiques, Sid-Ahmed Fer-
roukhi, effectue
aujourd’hui une visite de
travail et d’inspection
dans la wilaya de Jijel.
DEMAIN À L’INSIM Les dispositions de la loi de finances pour 2014 L’Institut international de
DEMAIN À L’INSIM
Les dispositions de
la loi de finances
pour 2014
L’Institut international
de management INSIM or-
ganise demain un sémi-
naire sur les dispositions
de la loi de finances pour
2014 (2, rue de la petite
Provence, Sidi Yahia),
sera animée par maître
Yedoughi.
MERCREDI 22 JANVIER À BÉJAÏA Conférence de presse de Mohamed Lazouni Une conférence de presse
MERCREDI 22 JANVIER À BÉJAÏA
Conférence de presse
de Mohamed Lazouni
Une conférence de presse sur les recom-
mandations du séminaire national sur la
sécurité routière organisé par l’association
Tariq Essalama de Béjaïa le 28 novembre
2013 sera animée par Mohamed Lazouni,
spécialiste de la sécurité routière, suivie
d’un débat de 9 à 11h, à l’hôtel Cristal 2 –
Béjaïa.

AGENDA CULTUREL

 

CE SOIR À 20H À LA SALLE IBN KHALDOUN

Voyage au cœur de la musique sahraouie

SALLE IBN KHALDOUN Voyage au cœur de la musique sahraouie L’Établissement Arts et Culture de la

L’Établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise un voyage de trois jours au cœur de la musique du Sud algérien repré- sentant le patrimoine musical sahraoui jusqu’au 19 janvier à la salle Ibn Khaldoun. Ce soir à partir de 20h : spectacle tergui animé par le groupe Imzad. *************************************************

PRIX ALI MAÂCHI

Concours national du jeune créateur artistique

Le ministère de la Culture organise

Le ministère de la Culture organise

un concours national pour l’édition 2014 du prix Ali Maâchi du Président de la Ré- publique pour les jeunes créateurs dans les disciplines suivantes :

• Les œuvres littéraires :

- Le roman et la poésie

• L’œuvre écrite de théâtre.

• Les œuvres artistiques :

- Œuvres musicales

- Arts lyriques et chorégraphiques

Arts cinématographiques et audiovisuels

-

- Œuvres dramatiques théâtrales

- Arts plastiques et visuels

Toutes les informations sur le dos- sier à fournir et les conditions de participation sont disponibles sur le site du ministère de la Culture :

www.m-culture.gov.dz et sur Facebook Toutes les informations sont également disponibles au niveau des directions de culture et des maisons de culture des wilayas. La date limite de dépôt des candidatures est fixée au 15 avril 2014. *************************************************

DU 23 JANVIER AU 1 er FÉVRIER À LA FILMATHÈQUE MOHAMED-ZINET

2 e Journées du film européen La deuxième édi- tion des Journées du film européen

2 e Journées du film européen

La deuxième édi- tion des Journées du film européen se tiendra du 23 janvier au 1 er février à la Fil- mathèque Moha- med-Zinet d’Alger. Cette édition pro- pose une program- mation variée et de qualité, avec des films de renom.

LES 29 ET 30 JANVIER À L’HÔTEL MERCURE Séminaire sur les marchés BMGI Center or-
LES 29 ET 30 JANVIER À L’HÔTEL
MERCURE
Séminaire sur les marchés
BMGI Center or-
ganise, les 29 et 30
janvier à l’hôtel
Mercure, un sémi-
naire intitulé : «Éla-
boration et mise en
œuvre des procé-
dures d’organisation
et de fonctionnement
des commissions de
contrôle interne des
marchés
et
contrats ».

LE 8 FÉVRIER À 8H30 À L’HÔTEL EL-AURASSI

LE 8 FÉVRIER À 8H30 À L’HÔTEL EL-AURASSI AGEA : 3 e s Assises du BTPH

AGEA :

3 es Assises du BTPH

Placées sous le haut pa- tronage du Président de la République, l’Association générale des entrepreneurs algériens (AGEA) organise samedi 8 février à 8h à l’hô- tel El-Aurassi les 3es As- sises nationales du BTPH.

N

ation

3

EL MOUDJAHID

ARRIvéE HIER DU PRéSIDENT IBRAHIM BOUBACAR KEITA POUR UNE vISITE DE TRAvAIL ET D'AMITIé

Nouvelle impulsion aux relations bilatérales

A l’invitation du Président Bouteflika, le Président malien, Ibrahim Boubacar Keita, est arrivé hier en début d’après-midi à Alger. Il a été accueilli à sa descente d’avion par le président du Conseil de la nation, M. Abdelkader Bensalah.

C ette visite de deux jours s'inscrit, selon le communiqué de la Prési- dence, "dans le cadre de la tradition

de dialogue et de concertation qui unit les deux pays frères". De même qu’elle sera, selon la même source, l'occasion de procé- der à une "évaluation des relations entre l'Algérie et le Mali et permettra de dégager les voies et moyens à même d'assurer leur élargissement et leur renforcement". Par ailleurs, la visite offrira également l’oppor- tunité d’aborder "les questions régionales et internationales d'intérêt commun". Un programme confirmé par la partie ma- lienne, dont le ministre des Affaires étran- gères, M. Zahabi Ould Sidi Mohamed, a déclaré que "ce déplacement sera très utile, en particulier pour aborder un certain nom- bre de sujets communs entre nos deux pays, tels que la sécurisation et la stabili- sation de la zone saharo-sahélienne. Cette question de part ses répercussions suscite un intérêt particulier auprès de différents acteurs régionaux et internationaux. Des acteurs qui comptent sur l’Algérie pour ap- porter son soutien et son appui aux autori- tés maliennes dont le processus de normalisation et de retour à la légalité ins- titutionnelle est en cours depuis l’élection du président Ibrahim Boubacar Keita. En visite à Alger, le 10 janvier dernier, le re- présentant spécial du secrétaire général des Nations unies, chef de la Mission in- ternationale intégrée pour la stabilité au Mali (Minusma), Albert Gerard Bert Koenders, avait souligné le rôle de l'Algé- rie en faveur de la paix et de la réconcilia- tion au Mali. Dans une déclaration à la presse rapportée par l’APS, à l'issue d'un entretien avec le ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, il avait af- firmé : "Nous sommes dans une phase de reconstruction du Mali et je pense que l'Algérie, de par son expérience, peut nous aider beaucoup dans ce domaine", avait- il indiqué, estimant que la solution aux problèmes du Mali "ne peut venir que des pays de la région." M. Bert Koenders avait aussi salué l'Algérie pour son « travail im- portant » et son « soutien crucial » apporté à l'ONU dans le cadre des efforts pour la paix et la réconciliation au Mali. Jeudi der- nier, lors d’une réunion du Conseil de sé- curité sur la situation au Mali, le chef de la Minusma avait appelé la communauté in- ternationale à continuer à soutenir les ef- forts pour aider le pays à sortir définitivement de la crise. Devant les membres du Conseil, il a déclaré que « le Mali est à la croisée des chemins et la communauté internationale devrait conti- nuer de soutenir activement les efforts na- tionaux actuels pour orienter le pays dans la bonne direction et éviter un retour des anciennes habitudes qui ont entraîné la

Ph : A. Yacef
Ph : A. Yacef

crise sans précédent il y a plus d'un an." A Alger, il avait fait part d'"avancées impor- tantes" enregistrées au Mali, exprimant sa conviction que cette dynamique se pour- suivra en 2014 à travers notamment le dia- logue et les pourparlers inclusifs entre les Maliens. Il a, à l’occasion de sa visite à Alger, réitérer le « rôle important » de l'Al- gérie d'accompagner ces efforts. Le sou- tien de l’Algérie est également souhaité par l’Union européenne. Jeudi deux im- portants responsables de l’UE ont tenu à saluer le rôle de l’Algérie dans la stabilité et le développement de la région du Sahel. Lors d’une conférence de presse conjointe animée au siège de la délégation à Alger, le représentant spécial de l’UE au Sahel, Michel Reveyrand de Menthon, et le coordinateur de la lutte antiterroriste de l’UE, Gilles de Kerchove, diront que l’Al- gérie est un partenaire stratégique dans le cadre de la recherche d’une solution défi- nitive à la crise qui secoue le Sahel en gé- néral et le Mali en particulier. Et si le Mali devrait s’atteler dans les

mois à venir à « combattre les causes pro- fondes et complexes des crises successives que le pays a connues, poser des bases du- rables pour la paix et la réconciliation, et redevenir un partenaire stable pour assurer la sécurité régionale" comme souhaité par M. Koenders, il n’en reste pas moins vrai qu’il est attendu de lui d’instaurer sans tar- der des « pourparlers inclusifs avec les communautés du Nord et les signataires de l'Accord », de mettre sur pied « une feuille de route et un cadre de concertation in- cluant les Nations unies et la communauté internationale.» Mais assurément le plus gros des défis qu’il aura à relever est de l’ordre sécuritaire. Lors de la conférence qu’il animera aujourd’hui, le président ma- lien aura l’occasion de revenir sur toutes ces questions. De même qu’il ne manquera pas de décliner les besoins de son pays pour, d’une part, tourner définitivement la page d’une crise qui aura impactée toute la région.

N. Kerraz

LE PRéSIDENT MALIEN, IBRAHIM BOUBACAR KEITA :

« Je viens surtout pour prendre conseil auprès de l’aîné »

Dans une déclaration à la presse, M. Keita a indiqué qu'il venait en Algérie pour prendre des nouvelles du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et prendre conseil auprès de lui sur les questions régionales et internationales. "Je viens pour pren- dre des nouvelles de l'aîné, surtout prendre conseil auprès de lui et, bien sûr, prendre des nouvelles de l'Algérie, pays ami et frère auquel nous lient l'histoire, la géographie et l'anthropologie", a déclaré le président malien. Relevant que son agenda international ne lui a pas permis de visiter l'Algérie depuis son installation, en septembre dernier, en tant que président de la République du Mali, M. Keita s'est dit "très heureux" d'être "enfin" en Algérie, tout en affirmant qu'il se sentait chez lui.

Sellal reçoit le ministre sri-lankais de l’Environnement et de l’Energie renouvelable

de l’Environnement et de l’Energie renouvelable Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu hier M.

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu hier M. Susil Premagayantha, ministre sri- lankais de l’Environnement et de l’Energie renou- velable, envoyé spécial du Président de la République du Sri Lanka, porteur d’un message à Son Excellence M. Abdelaziz Bouteflika, Prési- dent de la République. La rencontre a permis d’évaluer les relations de coopération existant entre les deux pays, ainsi que les voies et moyens de les redynamiser. Par ailleurs, au cours de l’au- dience, des questions d’intérêt bilatéral et inter- national ont été abordées. L’audience s’est déroulée en présence de M me Dalila Boudjemaa, ministre de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement.

Le président malien reçoit M. Bensalah

Le président malien, Ibrahim Boubacar Keita, a reçu hier à Alger le président du Conseil de la na- tion, Abdelkader Bensalah, qui lui a rendu une vi- site de courtoisie. L'audience, qui s'est déroulée à la résidence d'Etat de Zéralda, a eu lieu en présence du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaine, Madjid Bouguerra. M. Keita est arrivé samedi après-midi à Alger dans le cadre d'une visite de travail et d'amitié à l'invitation du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Le Président malien a déclaré à la presse, à son arrivée à l'aéro- port Houari-Boumediène, qu'il venait en Algérie pour prendre des nouvelles du Président Bouteflika, et prendre conseil auprès de lui sur les questions ré- gionales et internationales. "Je viens pour prendre des nouvelles de l'aîné, surtout prendre conseil auprès de lui et, bien sûr, prendre des nouvelles de l'Algérie, pays ami et frère auquel nous lient l'histoire, la géographie et l'anthropologie", a-t-il dit. La visite de deux jours du président malien "s'inscrit dans le cadre de la tradition de dialogue et de concertation qui unit les deux pays", avait indiqué un communiqué de la pré- sidence de la République. Elle sera l'occasion pour "évaluer les relations entre l'Algérie et le Mali, dégager les voies et moyens à même d'assurer leur élargissement et leur renforcement et pour aborder les questions régio- nales et internationales d'intérêt commun", avait ajouté la même source.

d'intérêt commun", avait ajouté la même source. Le redressement du Mali, une chance pour toute la

Le redressement du Mali, une chance pour toute la région

région que la communauté internationale dans son ensemble, qu’il s’agisse de la lutte contre le fléau du terrorisme et les réseaux mafieux qui s’adonnent au trafic d’armes et de drogue et aux kidnappings, au drame des réfugiés qui fuient les zones de violence du nord du Mali, de l’immigration clan- destine. Sur ces questions sensibles l’Algérie a été à l’avant- garde pour initier toutes les actions nécessaires pour que s’organise une coopération avec l’ensemble des pays voisins et avec la participation de la communauté internationale, que ce soit au niveau des Etats qu’ à travers les organisations ré- gionales internationales (Union Africaine, ONU, Union Eu- ropéenne…) pour faire face aux défis qui se posent dans la région du Sahel. Avec les pays du Champ (Mali, Niger, Mau- ritanie, Algérie) de nombreuses rencontres ont eu lieu dans les différentes capitales pour élaborer et mettre en œuvre la stratégie commune, tant pour ce qui est du volet sécuritaire qu’en ce qui concerne le volet développement économique

Les élections qui ont porté à la tête de l’Etat malien le président Ibrahim Boubacar Keita ont suscité un grand espoir tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, le vœu de tous étant de voir le Mali, fort de la légitimité de ses ins- titutions issues d’élections démocratiques, renouer avec la stabilité pour progresser rapidement sur la voie de la prospé- rité et du développement après les épreuves douloureuses qu’il a traversées. Cette évolution positive avait été saluée en son temps par l’Algérie qui a exprimé en maintes occasions sa disponibilité à apporter son aide au Mali, ce pays frère et voisin avec lequel nous unissent des liens solides et séculaires d’amitié et de fraternité. La visite en Algérie du président Ibrahim Boubacar Keita, depuis hier, constitue une opportu- nité pour les responsables des deux pays d’aborder nombre de questions concernant la coopération bilatérale dans les dif- férents domaines mais aussi d’approfondir la concertation sur les dossiers brûlants qui interpellent aussi bien les pays de la

et social, celui-ci étant incontournable dans toute démarche visant à restaurer la paix et la sécurité de manière un tant soit peu durable. En vue de trouver les solutions idoines aux conflits qui surgissent, l’Algérie a toujours préconisé le dia- logue pacifique entre les parties ne ménageant aucun effort pour arriver à un consensus qui mette fin aux litiges empê- chant ceux-ci de dégénérer en conflits fratricides. Des ac- cords avaient été conclus par le passé concernant le problème des Touaregs de l’Azawad avec les bons offices de l’Algérie. Sur toutes ces questions sensibles les discussions qu’aura le Président malien Ibrahim Aboubacar Keita avec le Président Bouteflika ne manqueront pas de faire avancer les choses dans le sens de la consolidation de la paix, de la sécurité et du développement au bénéfice de l’ensemble des peuples de la région.

Gadoum Zoubir

Gadoum Zoubir
Gadoum Zoubir

Dimanche 19 Janvier 2014

N

4

ation

EL MOUDJAHID

ACTIVITÉS DES PARTIS le sG du Fln

N 4 ation EL MOUDJAHID ACTIVITÉS DES PARTIS le sG du Fln parti des travailleurs Le

parti des travailleurs

Le peuple algérien est convaincu que le président Bouteflika prononcera sa candidature

le peuple algérien est convaincu que le président abdelaziz Bouteflika pro-

noncera sa candidature aux élections présidentielles prévues le 17 avril, selon le secrétaire général du front de libéra- tion national, amar saidani, précisant à cet égard que «le président Bouteflika est le seul qui décide d’annoncer sa can- didature aux élections présidentielles ».

a l’occasion de 40 e jour du décès du

docteur abou elkacem saâdallah, le Fln a rendu hommage aux membres de la famille du défunt, au siège du parti, en présence du secrétaire général du

au siège du parti, en présence du secrétaire général du parti, des députés, historiens et amis,

parti, des députés, historiens et amis, qui ont présenté leurs témoignages sur le parcours de l’écrivain abou elkacem saâdallah considéré comme l’un des pionniers de la poésie moderne. l e sG du Front de libération natio- nal, a précisé que cette rencontre intel- lectuelle est un devoir et reconnaissance pour évoquer l’un des plumes mar- quantes qui a consacré la majeure partie de sa vie à écrire et enseigner, le défunt est le premier algérien qui a obtenu un doctorat en histoire aux etats-unis. Hichem Hamza

Coalition de six partis a Guelma

Appel au Chef de l’Etat à se porter candidat

les présidents et représentants de six partis politiques, formant une «coalition consensuelle», ont appelé, au cours d’un regroupement hier à Guelma, le président de la répu- blique, abdelaziz Bouteflika, à se porter candidat pour la prochaine présidentielle. une «vaste» campagne de sensibilisation de l’opinion à l’importance de la candidature du président de la république

pour un 4 e mandat sera menée par cette coalition, ont affirmé les présidents et les représentants de ces six partis qui sont l’union pour le rassemblement national, le parti de la voie authentique (pva), le Front national de l’authenticité et des libertés, le mouvement national des travailleurs algériens, le Front démocratique libre (Fdl) et le parti du renouveau et du développement (prd).

m. BelkaCem sahli, sG de l’anr :

« La prochaine élection présidentielle, une nouvelle opportunité de consolider la démocratie »

l’échéance présidentielle, pour

m. sahli «est beaucoup plus importante

que les précédentes élections législa- tives». de ce fait, souligne-t-il, «ce pro- chain rendez-vous n'est pas seulement l'élection d'un président mais surtout l'élection d'une institution forte, capable de consacrer une unité nationale réelle». rappelant que la prochaine élection pré- sidentielle coïncidera avec le 60 e anni-

versaire du déclenchement de la guerre de libération, m. sahli a déclaré que le déroulement du prochain scrutin dans les délais impartis et la garantie de bonnes conditions pour le vote sera une «victoire» pour l'algérie et une «conti- nuité dans l'édification de l'etat algé- rien». dans le même ordre d’idées, le sG de l’anr a exhorté tous les partis

activant sur la scène politique nationale

à «former des alliances» à même d'assu-

rer «transparence, intégrité et crédibilité du prochain scrutin», estimant que «la

constitution de familles politiques don- nera aux yeux des citoyens une grande crédibilité à cette élections présidentielle et renforcera le caractère démocratique de ce scrutin». intervenant lors d’une conférence de presse, organisée hier, au niveau du siège de son parti, à Clairval,

m. sahli a annoncé que «le bureau poli-

tique du parti a été mandaté pour pren- dre une décision vis-à-vis de l’élection présidentielle du mois d’avril prochain»,

l’élection présidentielle du mois d’avril prochain», ajoutant que le parti exclut toute «can- didature» en son

ajoutant que le parti exclut toute «can- didature» en son sein, «nous n'allons pas nous porter candidats lors de la pro- chaine élection présidentielle» a-t-il af- firmé. il a indiqué, à cet égard, que sa formation politique soutiendra le candi- dat le plus apte à gérer le pays, «l’anr est prête à apporter son soutien au can- didat qui obtiendra le consensus dans les rangs du courant national républicain»,

dit-il, «ce courant est loyal envers l’al- gérie, au contraire d’autres courants pré- férant se montrer plus loyaux envers des forces étrangères», a-t-il lancé. «notre décision par rapport à cette échéance ne doit pas se faire dans la pré- cipitation, mais doit être l’aboutissement d’une réflexion approfondie», a indiqué m. sahli, tout en rappelant que «l’anr continuera d’apporter son soutien et appui au programme du président de la république, m. abdelaziz Bouteflika, jusqu’à la fin de son mandat». par ailleurs, m. sahli a dénoncé vi-

vement la campagne médiatique «hysté- rique» faite autour de l’intervention de l’armée algérienne, suite à l’agression, en janvier 2013, du site gazier de ti- guentourine, saluant, au passage, «les éléments de l’anp qui ont fait preuve de beaucoup de professionnalisme lors de la libération des otages». evoquant les grandes questions d’actualité, m. salhi a en outre, appelé les autorités à mettre en œuvre toutes les dispositions néces- saires pour mettre fin aux derniers évé- nements de Ghardaia, tout en mettant en exergue la nécessité de «mettre fin une fois pout toutes, à ce conflit à travers le dialogue afin de garantir la paix». a cette occasion, il a tenu à saluer l'initia- tive du premier ministre, m. abdelma- lek sellal, qui commence selon lui, «à porter ses fruits». il a aussi appelé les partis politiques à jouer un rôle dans l'apaisement de cette crise, et a prévenu que Ghardaia constitue un exemple de la cohabitation pacifique et ne devrait pas être la porte d'entrée du printemps arabe en algérie. invité à donner son opinion sur l'extradition de l’ancien trader, ab- delmoumène khalifa, m. sahli estime qu'elle «n'a aucune relation avec la pro- chaine élection», tout en concluant que «son extradition vers l’algérie témoigne de la transparence de la justice algé- rienne, et sa crédibilité». Sihem Oubraham

Journée sur les transitions demoCratiques

FFS : élargir la dynamique de démocratisation

le FFs a organisé, hier, à alger, en son siège national, une journée sur les

transitions démocratiques. ont participé

à cette rencontre, les membres de l’ins-

tance présidentielle du parti, les mem- bres de son conseil national, ainsi que les militants et les sympathisants.

il faut d’abord signaler que dans le

cadre de sa réunion en session ordinaire le 2 janvier 2014, le Conseil national avait approuvé la tenue d’une telle jour- née consacrée à l’examen et l’étude des expériences diverses sur les transitions démocratiques observées dans diffé- rentes parties du monde. de surcroît, le choix du thème intervient au moment où le parti poursuit sa revendication pour une transition démocratique pacifique, comme l’a affirmé m. ahmed Beta- tache, son premier secrétaire qui a sou- ligné que le Conseil national, avait approuvé la décision de l’instance pré- sidentielle du parti, de rendre publique la position définitive du FFs concernant sa participation aux élections présiden- tielles. l’annonce se fera au moment op- portun. m. Betatache n’a pas manqué de faire remarquer que le jeu politique n’est pas suffisamment «ouvert» et qu’il serait erroné de croire, selon ses propos, qu’il le sera dans les trois prochains mois. par conséquent, on peut déduire, à la lu-

mière de cette déclaration, que le FFs demeure pour l’instant, dans l’expecta-

que le FFs demeure pour l’instant, dans l’expecta- tive. la parenthèse étant close, et pour en

tive. la parenthèse étant close, et pour en revenir au sujet inscrit à l’ordre du jour de cette journée, on peut énumérer quelques motifs qui sont à la base de l’organisation d’un tel thème. on avan- cera alors, que la transition vers la dé- mocratie est surtout un moment décisif pour rétablir les institutions, recompo- ser un contrat national et politique, sans calquer des expériences ou des modèles importés, mais qu’il y a lieu de s’en tenir à des valeurs universelles comme la création d'un système juridique garantis- sant les droits de l'homme, l'organisation d'élections compétitives et transparentes sur une base régulière, l'assurance de la plus grande liberté d'information possi- ble, la garantie de la liberté d'associa- tion, de réunion. pour le premier secrétaire du parti, l’utilité de la tenue d’une telle journée, s’impose du fait de l’étape cruciale que traverse notre pays. il a indiqué que le Front des forces so-

cialistes s’est toujours soucié d’élargir la dynamique de démocratisation du sys- tème politique algérien et que depuis sa création, il n’a cessé de prendre des ini- tiatives dans ce sens. m. ahmed Beta- tache ne s’est pas exonéré de dire que l’initiative d’œuvrer et d’aboutir à une transition démocratique se trouve aussi consignée dans le cadre de la dernière initiative de ce parti, en l’occurrence, la tenue de son 5 e congres en mai 2013. Ce qui démontre que sa formation politique fait preuve de constance et de continuité pour atteindre cet objectif. l’enjeu prin- cipal pour le FFs est de participer à la reconstruction d’un consensus national qui pourrait s’organiser autour de la dé- mocratie politique, de la citoyenneté, du respect des pluralismes politique, lin- guistique, syndical et des libertés fonda- mentales. l a pensée politique, le projet et la stratégie du parti visent à atteindre ces objectifs et de trouver une alterna- tive pacifique. tous ces thèmes ont été suivis de débats. m. mohand amokrane Cherifi, membre de l’instance présiden- tielle du FFs a brossé un tableau assez succinct à propos de divers cas de tran- sitions politiques qui se sont effectués dans certains pays étrangers notamment, la tunisie, le Chili, la Birmanie, l’afrique du sud. Mohamed Bouraib

Le candidat sera connu vendredi

le parti des travailleurs, après de longues semaines de suspense, a pris la décision de prendre part aux élec- tions présidentielles d’avril prochain. dans une conférence de presse ani- mée, hier, à la mutuelle générale des travailleurs à Zeralda, louisa ha- noune, secrétaire générale, justifie son choix par la nécessité de «dresser un rempart et un barrage à toute ten- tative d’ingérence dans les affaires de la nation et la préserver de toute manœuvre de déstabilisation». au- jourd’hui que les choses se clarifient davantage, reste au pt de faire part du nom du candidat qu’il compte présenter. d’aucuns estiment que louisa hanoune a bel et bien le profil idéal pour poursuivre sa mission. preuve en est, elle a été plébiscitée par le 7 e congrès pour rester à la tête d’un parti qu’elle dirige depuis vingt trois ans. toutefois, la concernée affirme que «la décision finale n’est pas en- core prise». son parti qui «œuvre à créer une dynamique politique et aller de l’avant, organisera vendredi pro- chain une rencontre nationale pour divulguer le nom du candidat». prô- nant la continuité, le pt, dira m me hanoune, «n’a jamais failli à ses res- ponsabilités quelles que soient les circonstances». a propos de sa conviction de convaincre un électo- rat plus que jamais exigeant, la pre- mière dame du parti a fait preuve d’un optimisme de bon aloi : «nous nous adressons à la raison et à l’in- telligence des algériens. on a une confiance en eux». de l’optimisme au pt, mais aussi de la satisfaction enregistrée suite à «la convocation du corps électoral par le président de la république». se disant convaincue que l’échéance d’avril «sera différente des précédentes», louisa hanoune

«sera différente des précédentes», louisa hanoune appelle à conserver «l’intégrité et la cohésion

appelle à conserver «l’intégrité et la cohésion nationales». elle se félicite, également, des positions fermes prises au plus haut sommet de l’état, lesquelles ont fait de l’algérie «un pôle de résistance et lui ont permis d’éviter l’anarchie du printemps arabe». les présidentielles seront, aussi, une «étape décisive» pendant la- quelle l’algérie «va affronter son destin». en termes de propositions, l’oratrice relève, d’abord, l’impé- rieuse nécessité de «plafonner d’une façon effective» les dépenses de la campagne électorale. Cette mesure «évitera à ce que l’argent sale ne puisse atteindre la politique». aussi, poursuit m me hanoune, les efforts doivent être redoublés aux fins de «garantir davantage de trans- parence» lors de la prochaine joute populaire. la réussite de ce rendez-vous est tributaire de plusieurs paramètres. la sG du pt met en garde notamment contre la «compagne de dénigre- ment» que mènent certains médias marocains suite aux événements de Ghardaïa. devant de telles manœu- vres «nourries par l’occident», le gouvernement «doit dégager une ap- proche républicaine». Fouad Irnatene

Front du ChanGement

Le Président Bouteflika a beaucoup donné à l’Algérie

abdelmadjid menasra qui s’ex- primait à l’occasion du forum orga- nisé par son parti et portant sur la lutte contre la corruption et les pré- sidentielles que le président est dans son droit de briguer un nouveau mandat dans la mesure où la Consti- tution le permet. «abdelaziz Boute- flika a beaucoup donné à l’algérie, a-t-il soutenu, plaidant à ce que le thème de la lutte contre la corruption soit un «sujet de concurrence» des candidats à la présidentielle. «des sondages d’opinion réalisés par le passé ont démontré que la priorité des électeurs algériens est la lutte contre la corruption et autres malver- sations. Ce qui fait que l’enjeu doit être grand lors de ce scrutin», a ex- pliqué le président du FC qui a pro- fité de cet espace pour tirer à boulets rouges sur les tenants de la corrup- tion en algérie. «C’est un phéno- mène qui a fait beaucoup de mal à notre pays et il continue malheureu-

fait beaucoup de mal à notre pays et il continue malheureu- sement. C’est un frein au

sement. C’est un frein au développe- ment et une source de malheur au peuple algérien, d’où la nécessité de dire stop à ce fléau ravageur», a-t-il relevé dans son réquisitoire. invité lors de ce forum, le prési- dent de l’association nationale de lutte contre la corruption appelle à l’occasion des prochaines présiden- tielles l’ensemble des candidats à si- gner une charte d’engagement. SAM

uFds

« La position du parti sera connue dans les prochaines semaines »

la position de l'union des forces démocratiques et sociales (uFds), vis-à-vis de la prochaine élection présidentielle, sera connue dans les prochaines semaines, a dé- claré samedi à mostaganem, le se- crétaire général de ce parti, m. noureddine Bahbouh. animant une rencontre dans le cadre de l'ins- tallation du bureau de wilaya de mostaganem de cette formation politique, m. Bahbouh a souligné que «la position de l'uFds vis-à- vis des prochaines échéances élec- torales sera fondée sur l'intérêt de l'algérie et la défense de ses ac- quis». une rencontre avec les membres du conseil national et bu- reaux de wilayas du parti en déci- dera», a t-il ajouté. «le véritable

du parti en déci- dera», a t-il ajouté. «le véritable changement vient des algériens et nous

changement vient des algériens et nous n'avons besoin d'aucune inter- vention ou idée de l'étranger», dira -t-il en insistant sur la nécessité de «placer l'algérie au dessus de toute considération», a t-il ajouté.

dimanche 19 Janvier 2014

N

ation

5

EL MOUDJAHID

PRÉPARATIFS DE L’ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 17 AVRIL 2014

DÉBUT DU RETRAIT DES FORMULAIRES DE SOUSCRIPTION DE SIGNATURES

L’ambiance des grands moments

L’Algérie se prépare aux échéances électorales de la présidentielle de 2014, et l’opération de retrait des formulaires de souscription de signatures individuelles pour les candidats à la candidature a débuté hier au siège du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales. L’annonce des candidatures est, sans conteste, un moment fort dans ce processus électoral, et l’ambiance des grands rendez-vous promet d’être différente des précédentes élections, comme l’a déclaré hier Louisa Hanoune.

E n effet, le Président de la Ré- publique, Abdelaziz Boute- flika, a convoqué, vendredi

17 janvier 2014, le corps électoral, pour jeudi 17 avril 2014, en vue de l’élection à la présidence de la Ré- publique, conformément à l’article 132 de la loi de 2012 relative au ré- gime électoral. Le code électoral sti- pule que les élections présidentielles ont lieu dans les 30 jours qui précè- dent l’expiration du mandat du Pré- sident de la République. Dans son article 133, il énonce que sans pré- judice des dispositions de l’article 88 de la Constitution, le corps électoral est convoqué par décret présidentiel, quatre-vingt-dix (90) jours avant la date du scrutin. Aussi, la convocation du corps électoral donne lieu systématique- ment à l’installation d’une commis- sion nationale administrative de préparation de cette échéance élec- torale, une instance technique prési- dée, selon la loi, par le Premier ministre. Et pour ce faire, le régime élec- toral prévoit, en termes de méca- nismes de supervision et de contrôle des élections, une commission natio- nale de supervision des élections, ainsi qu’une commission nationale de surveillance des élections, ces commissions étant démembrées au niveau des communes et des wilayas du territoire national. C’est, donc, une étape importante du processus électoral qui est en- clenchée dans le cadre des prépara- tifs de l’élection présidentielle, dont le déroulement s’effectue normale- ment, selon les propos du ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh. En effet, le ministre a indiqué que toutes les mesures stipulées par la loi et relevant de la compétence du ministère de la Justice sont appli- quées et dans les délais impartis, y compris la constitution d’une com- mission nationale de supervision de l’élection composée de 300 magis- trats. Et en attendant la promulgation, dans les prochains jours, du décret présidentiel désignant les membres de cette commission conformément à la loi, la convocation du corps électoral constitue de fait l’enclen- chement officiellement du processus d’élection présidentielle. C’est le début d’un autre processus pour les

C’est le début d’un autre processus pour les postulants à la magistrature suprême qui seront tenus,

postulants à la magistrature suprême qui seront tenus, conformément à l’article 139 de la loi de janvier 2012, de présenter des signatures d’électeurs. À partir de la convoca- tion du corps électoral, les postulants à la candidature ont un délai de 45 jours pour déposer leurs dossiers au niveau du Conseil constitutionnel qui statuera ensuite sur leur validité ou pas, dans les dix (10) jours.

Mécanismes de supervision et de surveillance des élections

Sur un autre plan, la convocation du corps électoral donne lieu à la ré- vision des listes électorales qui est prise en charge par une commission administrative au niveau de chaque commune, dont l’opération de révi- sion exceptionnelle des listes électo- rales aura lieu du jeudi 23 janvier au jeudi 6 février, selon un communi- qué du ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales, à la mise en place d’une Commission nationale pour la préparation de ces élections dans le but d’assurer la réussite de l’opération. Cette commission natio- nale technique est présidée par le Premier ministre. Les mécanismes de supervision et de contrôle sont institués, à l’ins- tar de la Commission nationale de supervision des élections qui est composée exclusivement de magis- trats désignés par le Président de la République. Elle est mise en place à

l’occasion de chaque scrutin. La Commission nationale de su- pervision des élections peut échan- ger des informations se rapportant à l’organisation et au déroulement des élections avec la Commission natio- nale de surveillance des élections prévue à l'article 171 ci-dessous dont elle ne doit interférer dans le do- maine de sa compétence. Son rôle consiste à superviser l’application des dispositions de la présente loi organique du dépôt des candidatures jusqu’à la fin de l’opé- ration électorale. Elle est ainsi chargée de d’appré- cier tout dépassement touchant à la crédibilité et à la transparence de l’opération électorale, d’apprécier toute violation des dispositions de la présente loi organique, d’apprécier les questions qui lui sont transmises par la Commission nationale de sur- veillance des élections. L’organisa- tion et le fonctionnement de cette commission sont fixés par voie ré- glementaire. La Commission nationale de sur- veillance des élections est mise en place à l’occasion de chaque scrutin, et est chargée de veiller à la mise en œuvre du dispositif légal et régle- mentaire en vigueur régissant les élections. En effet, les dispositions du nou- veau code électoral promulgué en 2012 dans le cadre des réformes po- litiques décidées par le Chef de l’État en 2011 apportent les éléments

définissant l’organisation, les attri- butions et le fonctionnement des modalités relatives aux commissions électorales. Le code électoral prévoit, dans ses dispositions, une commission na- tionale et des sous-commissions électorales communales et de wi- laya, dont les arrêtés portant dési- gnation des membres des commissions électorales seront im- médiatement affichés au siège de la wilaya et des communes concernées. Pour l’élection du Président de la République, la commission électo- rale de wilaya est chargée de centra- liser les résultats des communes dépendant de la wilaya, de procéder au recensement général des votes et de constater les résultats à l’élection du Président de la République. Les travaux de la commission doivent être achevés au plus tard dans les soixante-douze heures qui suivent la clôture du scrutin. Elle dé- pose aussitôt les procès-verbaux cor- respondants, sous plis scellés, au niveau du secrétariat du greffe du Conseil constitutionnel. Sa composition est établie sur la base d’un secrétariat permanent composé des compétences natio- nales désignées par voie réglemen- taire, des représentants des partis politiques participant aux élections, des représentants des candidats indé- pendants tirés au sort par les autres candidats. La Commission nationale de sur-

veillance des élections est mise en place à l’occasion de chaque élec- tion. Elle élit son président. Ses attributions consistent au res- pect de la Constitution et de la légis- lation en vigueur, au suivi et de contrôle des opérations électorales et de la neutralité des agents en charge de ces opérations. En d’autres termes, la Commis- sion nationale de surveillance des élections dispose de comités de wi- laya et de comités communaux de surveillance des élections au niveau des wilayas et de l’ensemble des communes, chargés d’exercer les at- tributions de l’instance nationale à travers leurs circonscriptions respec-

tives. L’organisation des comités visés à l’alinéa 1 er à fixer par le règlement intérieur de la Commission nationale de surveillance des élections. Le comité de wilaya de surveil- lance des élections est composé d’un représentant de chaque parti poli- tique agréé participant aux élections et ayant présenté une liste de candi- dats dans sa wilaya et d’un représen- tant dûment mandaté de chaque liste de candidats indépendants. Le prési- dent de ce comité est élu par ses membres. Le comité communal de surveil- lance des élections est composé d’un représentant de chaque parti poli- tique agréé participant aux élections et ayant présenté une liste de candi- dats dans la commune concernée et d’un représentant dûment mandaté de chaque liste de candidats indé- pendants. Le président de ce comité est élu par ses membres. La Commission nationale de sur- veillance des élections a son siège à Alger. Elle est dotée d’un budget de fonctionnement dont les modalités de gestion sont fixées par voie régle- mentaire. Enfin, la Commission nationale de surveillance des élections bénéfi- cie de l’appui logistique des autori-

tés

publiques pour

l’accomplissement de ses missions. Les représentants des partis poli- tiques et des candidats ne perçoivent pas d’indemnités. C’est le rôle de la Commission nationale technique et administrative de préparation des élections placée sous la présidence du Premier ministre. Houria A.

Le compte à rebours a commencéplacée sous la présidence du Premier ministre. Houria A. Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika,

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a procédé vendredi à la signa- ture du décret présidentiel portant convo- cation du corps électoral pour jeudi 17 avril 2014 en vue de l'élection à la présidence de la Ré- publique. Ce décret devait être globalement bien ac- cueilli par la classe politique, d’autant plus qu’il met, désormais, fin à toutes les spéculations et doutes en- tretenus autour de cette élection. Pour le moment, les premières réactions à chaud par rapport à cette annonce sont plutôt positives, mais pas plus de commentaires, en attendant la po- sition officielle des partis sur le sujet. Tout le monde a su faire, jusqu'ici, preuve d'esprit de responsabilité. Au demeurant, l’initiative est tout à fait conforme au calendrier, les partis auront suffisamment de temps pour s’y préparer, reste à espérer d’ores et déjà avoir une grande participation des électeurs et garantir au processus électoral, les meilleures condi- tions de déroulement électoralement correctes, tant du point de vue sécurisation du fichier que celle des opérations de vote, le jour J.ministre. Houria A. Le compte à rebours a commencé Il faut rappeler que la prochaine élection

Il faut rappeler que la prochaine élection inter- vient après trois mandats de présidence de M. Ab- delaziz Bouteflika, le président en exercice qui a pris ses fonctions depuis 1999. Pendant son troisième mandat, le Président de la République a poursuivi la mise en œuvre de son programme et a dû faire face aux crises régionales ayant secoué le monde arabe et certaines régions d’Afrique. Selon de nombreux observateurs, la politique in- ternationale de l’Algérie a fait plus consensus, du- rant cette période. En effet, le Président Bouteflika est à l’origine des plus grandes réalisations de l’Al- gérie durant les dernières décennies, et de la décision la plus courageuse, celle de rétablir la paix à travers la politique de la réconciliation nationale, contraire- ment à certains candidats potentiels qui sont déjà considérés comme étant en lice et espérèrent réaliser un score significatif, faute de remporter le scrutin. Cela dit, les électeurs attendent surtout de voir la compétition se dérouler sur la base de programmes qui seront défendus arguments contre arguments. Farid B.

qui seront défendus arguments contre arguments. Farid B. LE MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR L’A ANNONCÉ Révision «

LE MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR L’A ANNONCÉ

Révision « exceptionnelle » des listes électorales du 23 janvier au 6 février

L a révision "exceptionnelle" des listes électorales, dans la perspective de l'élection pré-

sidentielle, aura lieu du jeudi 23 jan- vier au jeudi 6 février, a indiqué hier un communiqué du ministère de l'In- térieur et des Collectivités locales. Le ministère a précisé que "les ci- toyennes et citoyens non inscrits sur les listes électorales, notamment celles et ceux âgés de 18 ans révolus le jour du scrutin, sont invités à s'ins- crire sur la liste électorale de leur commune de résidence". "Les élec- trices et électeurs ayant changé de ré- sidence sont tenus de demander leur radiation de la liste électorale de leur ancienne commune et leur inscription sur la liste électorale de la nouvelle commune de résidence". Il est pré- cisé, en outre, que la demande d'ins- cription doit être appuyée par la

présentation de certaines pièces. Il s'agit de la carte d'identité ou du pas- seport, un document justificatif de ré- sidence, tel que le titre de propriété, le contrat de location, le reçu de loyer, l'attestation d'hébergement, la quittance d'électricité et gaz ou la quittance des services des eaux. Le ministère souligne que les bu- reaux chargés des élections au niveau des communes sont ouverts tous les jours de la semaine de 9h à 16h, à l'exception du vendredi. À noter que cette révision exceptionnelle inter- vient en vertu des dispositions de la loi organique n° 12-01 du 12 janvier 2012 relative au régime électoral, et la signature du décret présidentiel portant convocation du corps électo- ral pour le 17 avril 2014 en vue de l'élection du Président de la Répu- blique.

Dimanche 19 Janvier 2014

N

6

ation

EL MOUDJAHID

CLÔTURE DU SÉMINAIRE SUR « LE SERVICE PUBLIC DE LA RADIO ET DE LA TÉLÉVISION :

Le défi de la modernisation

Lors de cette rencontre importante entre les professionnels des médias, dont les travaux ont pris fin hier, il a été convenu de la nécessité, voire de l’urgence, d’amélioration permanente de la qualité du service public à la télévision et à la radio algériennes, un défi qui se doit d’être relevé eu égard, notamment, à l’ouverture prochaine du champ audiovisuel à l’investissement privé.

A vec pour nécessité d’investir dans la différence et la qualité, les travaux du séminaire inter-

national sur « le service public de la radio et la télévision : valeurs, mis- sions et expériences » qu’ont organisé la radio et la télévision nationale au centre de loisirs scientifique de la ville de Tizi-Ouzou et dont le coup d’envoi a été donné vendredi dernier par le mi- nistre de la Communication, M. Ab- delkader Messahel, ont constitué une opportunité aux responsables des mé- dias audiovisuels publics nationaux de réaffirmer la détermination du gouver- nement à renforcer sa politique de sou- tien et de développement du service public dans les médias publics, comme l’a si bien soutenu le ministre de la Communication lors de son allo- cution d’ouverture de ce séminaire au- quel ont pris part plusieurs experts et représentants des médias publics étrangers et nationaux. Lors de cette rencontre importante entre les professionnels des médias, dont les travaux ont pris fin hier, il a été convenu de la nécessité, voire de l’urgence, d’amélioration permanente de la qualité du service public à la té- lévision et la radio algériennes, un défi qui se doit d’être relever eu égard, no- tamment, à l’ouverture prochaine du champ audiovisuel à l’investissement privé. Comme le ministre de la Com-

à l’investissement privé. Comme le ministre de la Com- munication, les responsables des mé- dias publics

munication, les responsables des mé- dias publics initiateurs de ce séminaire ont mis à profit cette rencontre pour mettre en exergue les acquis réalisés par les médias publics depuis l’indé- pendance nationale à ce jour, mais non sans faire part de leur volonté de pour- suivre des efforts en apportant conti- nuellement des améliorations au service public proposé au citoyen dont les attentes et aspirations sont en évo- lution constante d’où le recours à la di-

versification des programmes à travers les chaînes TV et radios aussi bien na- tionales que locales et aux équipe- ments technologiques de pointes introduites pour permettre à tous les citoyens de regarder ou d’écouter les divers programmes diffusés par ces médias. Lors de leurs interventions, les mêmes responsables ont mis l’ac- cent sur l’importance de renforcement et de l’élargissement de l’interactivité

et la proximité entre les médias pu- blics pour mieux connaître et répercu- ter fidèlement les préoccupations des citoyens, en sus de l’impérative néces- sité d’amélioration et de diversifica- tion des programmes pour que la notion du service public soit effective. Ils ont par ailleurs réaffirmé que la satisfaction du citoyen est et restera toujours une priorité des médias pu- blics. Les intervenants des médias pu- blics étrangers invités à ce séminaire ont évoqué d’une manière succincte l’expérience respective des médias pu- blics qu’ils représentent, tout en met- tant en exergue la nécessité du partage par tous les médias des valeurs fonda- mentales du service public, à savoir l’universalité, l’indépendance, l’excel- lence, la diversité, l’obligation de ren- dre compte, l’impartialité, et l’innovation. Ils ont également insisté sur le devoir de l’équité, le respect, l’exactitude, la pertinence et l’interac- tion dont se doivent d’être armés les médias publics pour fidéliser et aug- menter son audimat. Les différents in- tervenants ont par ailleurs mis l’accent sur la nécessité d’investir dans la dif- férence et la qualité pour promouvoir le service public dans les médias. Bel. Adrar

TEWFIK KHELLADI (DG DE L’EPTV) :

« L’amélioration du service public est une option stratégique de la télévision nationale »

Lors de son allocution de clôture des travaux du séminaire international sur « le service public de la radio et la télévision : valeurs, missions et expé- riences», le directeur général de l’Entreprise publique de télévision (EPTV),

M Tewfik Khelladi, a soutenu que la prise en charge du service public dans

les médias publics est « une question de longue haleine qui ne peut se faire

en un laps de temps réduit », précisant que le service public « n’est pas un

modèle figé, mais il diffère d’un pays à un autre ». M Khelladi a indiqué dans

ce sens que chaque pays adopte son propre service public et selon son histoire,

ses réalités et moyens. Tout en soulignant que le renforcement et l’améliora- tion du service est une option stratégique de la télévision nationale, M. Tewfik Khelladi a annoncé qu’un groupe de travail sera mis en place entre la télévi- sion et la radio pour l’élaboration d’un document sur les valeurs et les prin- cipes du service public, conformément aux recommandations de ce séminaire international organisé par l’entreprise qu’il dirige et la radio nationale. B. A.

SERVICE PUBLIC Prochaine mise en place d’un groupe de travail télévision-radio

Le directeur général de l’Entreprise publique de télévision (EPTV), Tew- fik Khelladi, a annoncé hier à Tizi Ouzou qu’un groupe de travail sera mis en place entre la télévision et la radio pour l’élaboration d’un document sur les valeurs et les principes du service public. La prise en charge du service public dans ces médias est une "question de longue haleine, qui ne pourrait se faire en un court laps de temps", a-t-il expliqué, lors de son allocution de clôture du séminaire international sur le "service public à la radio et à la télévision :

valeurs, missions et expériences", ouvert vendredi. S’exprimant sur la notion du service public, M. Khelladi a estimé que chaque pays développe son propre service public en fonction de son histoire, de ses capacités et des réalités de sa société. Il a souligné, à cet égard, qu’à l’EPTV le service public est une "option stratégique".

le service public est une "option stratégique". AUDIOVISUEL PUBLIC Confiance et performance l Le séminaire

AUDIOVISUEL

PUBLIC

Confiance et performance

l Le séminaire international sur le service public à la radio et à la

télévision que vient d’organiser le ministère de la Communication à Tizi-Ouzou constitue un élément im- portant du débat sur la mutation d’un secteur sensible et névralgique. Parce qu’exerçant une fonction et une mission médiatrices d’intérêt pu- blic entre les institutions de la Répu- blique et la société, la presse publique en général et la radio et la télévision en particulier connaissent de profondes mutations au niveau national et dans le monde grâce au développement tech- nologique certes mais aussi grâce à l’élévation du niveau intellectuel, so- cial et économique de la société sans parler de la prise de conscience poli- tique de plus en plus grande. A l’évi- dence, notre pays qui s’est engagé dans des réformes profondes depuis un peu plus de deux décennies, vient, avec l’adoption en 2012 de la loi organique sur l’information, de consacrer la fin du monopole étatique et l’ouverture de l’audiovisuel au privé. La loi sur l’au- diovisuel, qui sera adoptée incessam- ment et qui a fait l’objet d’une polémique, va dans le sens du renfor- cement de la liberté d’expression, et le ministre de la Communication a tenu à le réaffirmer à Tizi-Ouzou de la ma- nière la plus claire et la plus déterminée afin d’évacuer les doutes, éviter les dis- cussions inutiles et aller de l’avant. Toujours dans ce sens, le ministre de la Communication mais aussi la majorité des intervenants, qui ont évoqué l’ex- périence dans ce domaine de grandes nations démocratiques, ont eu le même constat, à savoir qu’au-delà des expé- riences des uns et des autres, qui peu- vent varier en fonction de l’histoire et de la culture des uns et des autres, l’amélioration constante du service pu- blic est une œuvre de longue haleine, qu’il n’existe pas de modèle achevé en la matière et que cela constitue un défi permanent à relever pour que l’audio- visuel public gagne la confiance de l’auditeur et du téléspectateur, dans le respect des valeurs fondatrices de la li- berté, de la diversité et de l’équité aussi loin que possible de l’influence néfaste des intérêts égoïstes de l’argent et de l’idéologie. Chérif Jalil

de l’argent et de l’idéologie. Chérif Jalil ALGÉRIE-FRANCE M m e Fioraso pour le renforcement du

ALGÉRIE-FRANCE

M me Fioraso pour le renforcement du partenariat "d'égal à égal" avec les universités algériennes

La ministre française de l’Ensei- gnement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, se rendra les 20 et 21 janvier à Alger pour co-présider avec son homologue algérien, la 3 e conférence algéro-française de l’ensei- gnement supérieur qu’elle dit entrevoir sous le signe du renforcement du par- tenariat "d’égal à égal" avec les univer- sités algériennes. Tout en inscrivant sa prochaine vi- site dans la continuité de la première réunion du Comité intergouvernemen- tal de haut niveau, tenue à Alger le 16 décembre dernier, M me Fioraso a af- firmé, dans un entretien accordé à l'APS, qu’elle appréhende ce déplace- ment avec la volonté de renforcer le partenariat "d’égal à égal" entre les deux pays, dans des secteurs straté- giques comme la formation et la re- cherche. Elle a également qualifié la pre- mière réunion du Comité intergouver- nemental de haut niveau de moment "important" de la relation bilatérale, et de la poursuite sur la "dynamique" en- clenchée depuis la visite d'Etat en Al- gérie du président français François Hollande, Elle a indiqué, en outre, que l’orga- nisation de la 3 e Conférence algéro- française de l’enseignement supérieur "sera l’occasion de renforcer la dyna- mique de notre coopération dans ces domaines qui fondent notre avenir". Tout en affirmant que les objectifs des deux pays dans le secteur de l’en-

seignement supérieur et de la recherche sont "convergents", M me Fioraso a sou- ligné que le budget de coopération que consacre la France en Algérie est "l’un des tout premiers du monde à l’échelle du réseau diplomatique français". "Notre pays est de loin le premier par- tenaire de l’Algérie en termes de pu- blications et de partenariats scientifiques. Les autorités algériennes, de leur côté, ont lancé une réforme de modernisation de l’enseignement supé- rieur qui facilitera encore les échanges et les mobilités entre la France et l’Al- gérie", a-t-elle expliqué. A la question de savoir la "valeur ajoutée" de la France lors de la pro- chaine conférence qui traitera essen- tiellement de l’entrepreneuriat et du problème de l’employabilité, M me Fio- raso a indiqué que ce thème est une préoccupation essentielle pour l’Algé- rie, comme pour la France, signalant que ce dernier correspond "pleine- ment" aux priorités de la coopération bilatérale en matière d’enseignement supérieur. "Il (le thème) était déjà au cœur de la deuxième conférence algéro-fran- çaise de l’enseignement supérieur et de la recherche, qui a eu lieu en 2011 à Marseille. Les deux fonds de solidarité prioritaire, dont l’un a été clôturé en 2013 et l’autre entre actuellement dans sa vitesse de croisière, y sont consa- crés", a-t-elle rappelé, à cet effet. Tout en prenant acte de la volonté de l’Algérie d’adapter l’enseignement

supérieur et la recherche aux besoins économiques, la ministre française a fait valoir que la mise en place des pre- miers Instituts d’enseignement supé- rieur technologique (IEST) va permettre de répondre aux besoins de formation des cadres intermédiaires. "Ces IEST, au nombre de quatre, sont le fruit d’une collaboration étroite avec l’Assemblée française des directeurs d’IUT, et accueilleront des étudiants algériens, la rentrée prochaine", a-t-elle annoncé, signalant la présence à la conférence d’Alger de plusieurs prési- dents d’universités, d’écoles supé- rieures et de dizaines d’universitaires français — près d’une centaine — ainsi que des représentants d’entreprises.

Ceux-ci auront, selon elle, de nom- breux éléments à faire valoir pour ren- forcer les liens entre le monde universitaire, de la recherche et le mar- ché de l’emploi, ce qui est considéré comme une priorité dans les deux pays. A la faveur de la conférence algéro- française de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique qui plan- chera aussi sur la façon d’organiser les collaborations entre les universités et organismes de recherche algériens et français, cinq conventions seront si- gnées entre les deux pays. Celles-ci concerneront notamment les domaines de la formation, de la recherche et sa valorisation. M me Fioraso a fait, à cet effet, part de la mise en place d’un ré-

seau mixte d’écoles supérieures fran- çaises et algériennes, en particulier au- tour des filières techniques, informatique, travaux publics et sciences du vivant. Cette convention, a-t-elle dit, a pour objectif de développer les passerelles entre l’enseignement supérieur, la re- cherche publique et les entreprises, pour adapter les formations aux be- soins des entreprises, améliorer l’inser- tion professionnelle des jeunes et développer de nouvelles filières d’ave- nir, créatrices d’emplois par l’innova- tion dans des secteurs aussi divers que l’énergie, la santé, l’alimentation et au- tres.

3 e conférence algéro-française de l'enseignement supérieur à Alger

Les travaux de la 3 e conférence algéro-française de l'en- seignement supérieur et de la recherche scientifique se tien- dra lundi et mardi à Alger sur le thème "De la coopération bilatérale à l'internalisation de l'enseignement supérieur et de la recherche". Présidée par le ministre de l'Enseigne- ment supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, et la ministre française de l'Enseignement supé- rieur, Geneviève Floraso, la rencontre verra la participa- tion d'un grand nombre d'experts qui vont débattre en ateliers de plusieurs sujets, notamment "l'évolution de l'en- seignement supérieur et la recherche scientifique au niveau des deux pays". Parmi les thèmes débattus figure égale- ment "la recherche, l'enseignement supérieur et le dévelop- pement industriel : approche globale de la coopération

algéro-française". Lors de cette conférence, d'éminents pro- fesseurs animeront des tables rondes autour d'un certain nombre de thèmes d'actualité tels que "le LMD : outil d'in- ternalisation et de modernisation de l'enseignement supé- rieur", "l'ouverture de l'enseignement et de la recherche au monde de l'entreprise à travers l'amélioration de l'employa- bilité des jeunes diplômés". Au cours de son séjour en Al- gérie, la ministre française visitera l'Ecole supérieure d'informatique à Oued Smar, le Centre de développement des énergies renouvelables (CDER) à Bouzaréah ainsi que le Centre de développement des techniques avancées (CDTA) de Baba-Hassan. Plusieurs accords et conventions sanctionneront la visite de la ministre française en Algérie.

Dimanche 19 Janvier 2014

N

EL MOUDJAHID

ation

7

CoLLoque internationaL sur Les PoLitiques De santé

Pour une meilleure prise en charge du malade

Des assises nationales de la santé prévues en mars 2014.

L es différentes expériences internationales en matière de santé ainsi que leurs modes de gestion, ont été à l’ordre du jour des tra-

vaux du colloque international sur les politiques

de santé qui se sont ouverts hier matin sous la pré-

sidence de M. abdelmalek boudiaf ministre de la santé, de la Population et de la réforme hospita-

lière, en présence de plusieurs membres du gou- vernement du secrétaire général de l’ugta, des

représentants du sénat et de l’aPn et de la pro- tection civile, du président de la Commission na- tionale consultative de promotion et de protection des droits de l’homme (CnCPPDH). Placée sous le haut patronage du Président de

la république, cette rencontre de deux jours or-

ganisée en partenariat avec l’école nationale su- périeure de sciences Politiques regroupe des experts nationaux et étrangers afin de mettre en lumière la politique nationale de santé et ses dé- clinaisons régionales, particulièrement pour les hauts plateaux et le grand sud. selon le premier responsable du secteur « le vrai problème qui se pose actuellement est prin- cipalement lié au degré auquel on répond aux be- soins de la santé qui sont en constante augmentation ce qui rend difficile de se fixer des priorités tout en assurant que chaque offre dans le domaine de la santé est automatiquement suivie d’une augmentation dans la demande », souligne-

t-il tout en précisant que cette situation est due au développement considérable dans le domaine de

la technologie médicale et de ses techniques.

tout en appelant à la nécessité de profiter des expériences, des pratiques et des applications des différents pays dans le monde de la santé en ma- tière de financement, de la mise au point des conditions de la prise en charge des usagers de la santé et de la réhabilitation et l’amélioration des

services de la santé publique, le ministre a attiré l’attention des participants sur le programme du Président de la république qui réserve une place

de choix au secteur de la santé et qui insiste sur la

réforme du système de santé et l’amélioration des prestations de service et les soins pour les usa-

gers. « il est important de rappeler que le soutien financier et matériel, qui a été alloué au secteur

de la santé en vue de le promouvoir vise à répon-

dre à des besoins spécifiques dont la santé des ci- toyens à besoin », souligne t-il. M. boudiaf qui a insisté sur les difficultés ren-

contrées au niveau du secteur a précisé que celles-

ci nous oblige « à œuvrer avec détermination afin

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

de mettre au point des stratégies globales pour le développement et la modernisation du système de santé au cours des cinq prochaines années », une période qui sera selon le ministre consacrée afin d’atteindre les divers objectifs du plan mis au point à cet effet. Le ministre a expliqué dans ce même ordre d’idées que le développement écono- mique, les transformations sociales et les besoins fondamentaux, qu’exige actuellement le niveau de progrès connu par notre pays ces dernières an- nées, appelle nécessairement à « reconsidérer le système de santé et la législation, et revoir son or- ganisation, comme il est devenu aussi plus que né- cessaire de reconsidérer les méthodes et les moyens de gestion des services de santé pu- blique », dit-il.

Un nouveau rôle échu aux partenaires sociaux

en matière de réforme du service public, le ministre a indiqué que la priorité doit être basée principalement sur « la nécessité d’assurer une meilleure prise en charge du malade et de mieux répondre à ses besoins et de lui assurer une bonne qualité des services ».

tout en saluant le dévouement et les efforts consentis par les fonctionnaires du secteur, le mi- nistre a longuement insisté sur dialogue social, qui impose « un nouveau rôle aux partenaires sociaux qui se reflète dans le développement du système de santé et la contribution au développement du programme spécial de la mise à niveau des fonc- tionnaires de la santé ». il n’a pas omis de relever dans ce même contexte, l’importance du programme accordé à la formation continue en lui accordant la place qui lui est du en lui bénéficiant tout le soutien matériel et financier dont il aura besoin afin de le promou- voir et l’accompagner selon les conditions re- quises. Coté prévention, le ministre a insisté sur les efforts qui doivent être multipliés malgré les re- tombées positives obtenus dans ce domaine et en particulier dans le programme de vaccination et ce pour faire face à différentes menaces résultant de l’évolution environnementale, le déplacement des personnes et des marchandises sans respecter les conditions sanitaires imposées par l’oMs. Pour ce qui est des maladies non transmissi- bles le ministre a mis l’accent sur la nécessité de

soutenir l’éducation pour la santé et le dévelop- pement de la santé scolaire et les soins de santé pour les personnes sujettes à ces pathologies. en matière d’oncologie et la prise en charge de la maladie du cancer, le ministre a évoqué les instructions du Président de la république, visant la nécessité de définir un programme de lutte contre le cancer qui ont vu le jour sur le terrain à travers les projets de construction et d’équipement des hôpitaux spécialisés dont le nombre est de plus de 19 établissements. « La promotion de ces hôpitaux exige également la promotion des acti- vités de recherche afin qu’elles aient un statut, en offrant les conditions nécessaires pour ce fait », souligne-t-il. Pour ce qui de l’hospitalisation et de soutien du système national de santé, le ministre a insisté sur le projet d’acquisition de 15.000 lits qui se concrétisera dans les prochaines années, en plus des 10 centres hospitaliers qui auront une part im- portante dans le cadre de répondre aux besoins en la matière. Le ministre qui a longuement insisté sur la bonne gestion du secteur a annoncé la gé- néralisation d’ici 2015 de l’outil informatique, afin de le rendre conforme aux nouvelles évolu- tions des tiC. Plusieurs communications ayant trait au sys- tème national de santé depuis l’indépendance, la politique de formation et de recherche en santé, la politique nationale de prévention, le financement du système de santé, la politique du médicament ont été présentées, suivi de débats sur ces ques- tions relatives, notamment à la définition de la politique nationale de santé et ses déclinaisons ré- gionales ainsi qu'aux grandes orientations de la politique de santé à l'horizon 2020. Les débats ont concernés également, la prévention et l'impact des facteurs environnementaux sur les systèmes de santé, l'organisation de la formation et de la re- cherche en santé, les grands projets du secteur de la santé et la lutte contre le cancer. sur ce dernier point il a été souligné que l'état des lieux de la prise en charge des personnes atteintes de cancer, établi lors des inspections dans les 48 wilayas au cours du dernier trimestre de l'année 2013, a mis en évidence des dysfonctionnements. Les partici- pants ont insisté sur la nécessité de revoir l'orga- nisation du système de la prise en charge des patients en proposant de nouvelles visions suscep- tibles d'instaurer de nouvelles règles en la matière. Sarah Sofi

Le DireCteur De La ForMation au Ministère De La santé :

« La formation continue, une priorité pour le personnel de la santé » « tout
« La formation continue, une priorité pour le personnel de la santé »
« tout le personnel du secteur est concerné
par la formation continue, l’objectif visé est la
meilleure prise en charge du patient et une
bonne gestion du secteur. Pas moins de 24.104
candidats à un diplôme d’état dans les filières
énoncées seront pris en charge par nos institu-
tions et écoles de 2014 à 1018 ». C’est ce qu’a
déclaré hier à alger, le directeur de la forma-
tion au niveau du ministère de la santé, de la
Population et de la réforme hospitalière le
professeur, Moussa arrada.
Dans son exposition intitulée « politique de
formation et de recherche en santé », le Pr. ar-
rada a estimé que « la mission de formation des
professionnels de la santé dont le pays a besoin
a un double objectif : assurer une prise en
charge totale, permanente et qualitative de la
santé des citoyens malades et protéger les ci-
toyens sains de la maladie.»
Le Pr. arrada a indiqué que « parmi ses
candidats il y a 769 sages-femmes, 9.777 pa-
ramédicaux diplômés d’etat et 13.558 aides
soignantes. » selon lui, il n’y aura pas de for-
mation d’auxiliaires médicaux en anesthésie-
réanimation, aMar pour les deux années à
venir, celle-ci ne pouvant débuter qu’à la sortie
de la promotion des paramédicaux diplômés
d’etat dans deux années qui ont une durée
d’étude de trois années, cette formation étant
devenue, depuis la création des instituts natio-
naux une spécialité. il a en outre, expliqué que
« durant les dix dernière années, les écoles et
instituts ont formé 52.003 agents paramédi-
caux. » Wassila Benhamed
Ph : Nesrine

iLs ont Dit

MoHaMeD bekkat berkani, PrésiDent Du ConseiL De L'orDre Des MéDeCins aLgériens :

« C’est la première réunion avec autant de compétences nationales »

« aujourd’hui c’est une journée d’informa- tion et de formation, c’est la première fois que le ministre de la santé réunit un panel aussi large et de ce niveau. C’est une bonne initia- tive. C’est la première fois depuis que je suis aux affaires des ordres des médecins, que je vois une institution nationale comme le ministère de la

santé réunir autant de compétences médicales. on a toujours demandé des as-

sises nationales de la santé, car ce sont des journées qui sont ancrées en matière à travers l’expérience de nom- breux experts de nous exposer quel fonctionnement de système de santé qui doit être à la hauteur de l’algérie. qui doit présager une réunion générale de ses assises de

la santé ou tous les représentants des algériens qui sont

préoccupés par le système de la santé peuvent discuter

et envisager l’avenir de la santé sur une feuille de route

qui nous engagera tous. a ce moment là chacun prendra ses responsabilités. »

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

MoHaMeD YousFi, PrésiDent Du sYnDi- Cat nationaL Des PratiCiens sPéCia- Listes De La santé PubLique :

« Je salue cette initiative à laquelle nous avons été invités à participer »

« Je salue cette initiative car il faut savoir que jusqu’à au- jourd’hui on n’a jamais eu un séminaire qui a abordé la poli- tique de santé nationale. en tant que partenaires sociaux, ça fait longtemps qu’on dit qu’on n’a pas de visibilité et il n’y a pas de véritable politique de la santé, la responsabilité est au niveau du gouvernement. La loi fondamentale du secteur sani- taire date de 1985, alors que tous les autres secteurs ont re- fait leurs lois ; c’est une preuve qu’il ya pas une priorité de re- fonte du système de santé pour le gouvernement. Je salue cette initiative pour laquelle on a été invités à participer. on a fait part au ministre de la santé, de la résistance qui s’exerce au niveau du ministère concernant la participation et le rôle des partenaires sociaux. Durant ces deux journées, on essayera de discuter quelle est la meilleure politique de santé à adopter pour l’algérie, en attendant les assises nationales de la santé. egalement, on es- sayera de mettre en place une feuille de route du système de la santé qui permettra de faire une politique qui sera mise en œuvre même si les responsables changent, c'est-à-dire qu’on arrête de gérer en fonction de la personne. » Propos recueillis par W. B.

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

Farouk ksentini :

« La mauvaise gestion est le maillon faible du système de santé et entrave la qualité des services »

du système de santé et entrave la qualité des services » Le président de la Commission

Le président de la Commission nationale consultative de promotion et de la protection des droits de l’homme (CnCPPDH), M e Fa- rouk ksentini, a expliqué en marge du col- loque international sur « Les politiques de santé en algérie » que « l’algérie a fourni des efforts considérables pour développer le sec- teur de la santé, mais la mauvaise gestion de- meure le maillon faible qui entrave une bonne qualité des services offerts aux usagers de la santé. » Considérant que l’algérie est un pays co- lonisé par la bureaucratie, M e Farouk ksentini a plaidé pour « la nécessité de libérer les ini- tiatives pour faire barrage à ce fléau et pour le bon fonctionnement du secteur de la santé. »

estimant que la volonté politique existe pour promouvoir le secteur de la santé,

M e ksentini a affirmé qu’ « il était pour que les choses s’améliorent et soient as-

sainies afin que le citoyen bénéficie de son droit à la santé, qu’il qualifie de droit fondamental. » et d’ajouter : « Les constats ont été faits. Maintenant, il faut passer

à l’action car la santé est une nécessité absolue. nous sommes dans la bonne di- rection et il n’y a aucune raison pour que les choses ne s’améliorent pas. » il a insisté sur les compétences « avérées » dont regorge le personnel médical en algérie et qu’il convient de fructifier. interpellé sur sa perception de la médecine gratuite, le même responsable a

estimé que « celle-ci a ses avantages et qu’il faut allier le passé et le présent pour que les choses évoluent de manière positive », a-t-il conclu, en faisant référence

à la nécessité de la médecine privée.

Dimanche 19 Janvier 2014

N

8

ation

EL MOUDJAHID

GhArdAIA

Retour au calme après une nuit agitée

Différents quartiers de la ville de Ghardaïa ont retrouvé hier le calme après une nuit agitée marquée par de nouvelles échauffourées entre jeunes citoyens de la ville, ayant éclaté vendredi passé, a-t-on constaté.

L a ville a connu une nuit agitée marquée par des heurts entre jeunes des quartiers de Sidi-

Abbaz et du Ksar de Melika, qui se sont étendus ensuite aux quartiers de hadj-Messaoud, Bouhraoua et the- niet el-Makhzen, avant que les forces de l’ordre, déployés pour faire cesser les affrontements, ne soient pris pour cible par les jeunes. une quinzaine de locaux à carac- tère commercial et d’habitation ont été incendiés et saccagés, lors de ces nouvelles échauffourées, récurrentes et sporadiques, entre jeunes ibadites et malékites, qui n’ont heureusement pas fait de victimes, a-t-on constaté sur les lieux. L’intervention des sapeurs-pom- piers a permis de circonscrire les flammes et d’empêcher qu’elles ne s’étendent à d’autres magasins et ha- bitations de ces quartiers populaires de Ghardaïa. Ces violences ont été émaillées par des jets de cocktails Molotov et divers projectiles, confectionnés sur les terrasses de maisons par les jeunes en conflits, qui s’accusent, les uns les autres, d’être responsables de ces affrontements, sans raison ap-

d’être responsables de ces affrontements, sans raison ap- parente ou revendication particu- lière. du mobilier

parente ou revendication particu- lière. du mobilier urbain, des maga- sins et des véhicules ont fait l’objet d’actes de vandalisme commis par des groupes de jeunes non-identifiés, selon de nombreux témoins interro- gés par l’APS. devant cette situation, un impor- tant dispositif policier a été déployé dans les quartiers "chauds" de Ghar-

daïa, pour faire cesser les heurts et y ramener le calme et la quiétude, en recourant à l’usage de bombes lacry- mogènes pour disperser les jeunes. vingt-six blessés par des jets de projectiles et galets, en majorité parmi les forces de l’ordre, ont été enregistrés à l’hôpital de Ghardaïa, selon une source hospitalière. des commerçants, pour la plupart

ibadites, ont baissé leurs rideaux pour "protester contre l’insécurité" dans les quartiers de Ghardaïa, a-t- on constaté. des rixes récurrentes et spora- diques isolées sont signalées dans les différents quartiers, entre jeunes des deux communautés, favorisés par des rumeurs et appels haineux diffu- sés par les réseaux sociaux.

Fin décembre, de violentes émeutes avaient déjà secoué la ville de Ghardaïa avant de connaître une période de calme. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait reçu, au début du mois courant, une délégation de citoyens représentant les communautés iba- dite et malékite de Ghardaïa, afin de mettre fin aux tensions qu'a connues dernièrement la wilaya. A l'issue de cette rencontre, plu- sieurs décisions ont été prises afin de permettre le retour à la normale, notamment la création au niveau des communes touchées d'un conseil de sages, un "espace d'arbitrage et de conciliation" sur la base de la "co- existence harmonieuse et pacifique" ancestrale qui prévalait dans cette wilaya. Le Premier ministre qui a tenu à célébrer le mawlid (naissance du prophète), lundi dernier, avec les deux communautés à Ghardaïa, a in- diqué, samedi dernier à Blida, qu’il n’y a "aucun problème" entre les rites ibadite et malékite, précisant qu’ils "sont proches et il n’y a aucun problème entre eux à Ghar- daïa".

ÉduCAtIoN NAtIoNALe

Rencontre prochaine entre le ministre et les partenaires sociaux

L e ministre de l’Éducation nationale, Abdelatif Baba Ahmed, a annoncé, hier,

en marge du colloque internatio- nal sur les politiques de santé qu'il rencontrera « incessam- ment » les représentants des syndicats ayant brandi la menace d’une nouvelle grève dans le secteur. « une rencontre devra incessamment avoir lieu au siège du ministère avec les syndicats qui menacent de recourir à nou- veau à la grève pour faire abou- tir leurs revendications », a indiqué le ministre. La rencontre devra avoir lieu avant le 26 janvier, prochain.

une date choisie par l’union na- tionale du personnel de l’éducation et de la formation (uNPeF) et par le Syndicat national autonome des travailleurs de l'enseignement se- condaire et technique (SNAPeSt) pour débrayer. Le Conseil national des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (CNAPeSt) s’est également, rappelle-t-on, joint au mouve- ment de protestation, sans pour autant arrêter une date pour leur action. Le ministre a précisé, à ce sujet, que les revendications des syndicats ont toutes été « prises en charge » par son département et que celles qui restent en suspens, ne relèvent pas uniquement de son département et

sont surtout « du ressort » d’autres secteurs. Il a précisé à cet effet que

« le secteur a répondu aux doléances des syndicats du secteur, suite à la

réunion tenue le 29 décembre dernier qui s'est déroulée dans la sérénité et ce, même si les revendications légitimes des syndicats ont été réitérées avec force ». Loin de se délivrer un « auto-satisfecit », le ministre estime avoir répondu aux doléances (des syndicats), dont certaines remontent aux années 1990 ». Parmi les doléances soumises lors de cette rencontre, il a cité le dos- sier de la médecine du travail où il a été convenu, de procéder à l'affec- tation, au niveau de chaque wilaya, d'une infrastructure appropriée pour réaliser un centre de médecine du travail dédié aux personnels du secteur de l'éducation nationale. Sur un autre plan le ministre a indiqué que les walis concernés se sont engagés à dégager des quotas appréciables en logements de fonction non cessibles pour les enseignants du Sud et des hauts plateaux. Il a, à cette occasion, rappelé que les « portes » de son département

« demeurent ouvertes » au dialogue avec les représentants des ensei-

gnants et autres personnels du secteur. Il y a lieu de rappeler que les revendications soulevées par les diffé- rents partenaires sociaux ont trait essentiellement à l'intégration de cer- taines catégories d'enseignants du cycle primaire et moyen dans les postes correspondant à leurs profils, en application des lois et règlements et ce, sans condition aucune ! et à ce qu’ils qualifient d’ « irrégularités » du statut particulier et à la « non-tenue » de promesses du ministère, ont-ils argumenté en annonçant leur intention de débrayer. Pour ce point de révision du statut particulier, le ministre a précisé qu’il a été signifié aux partenaires sociaux qu'il n'est pas dans les usages institutionnels de changer un statut qui n'a pas été soumis à une évaluation d'impact après application et ce, malgré les dérogations accordées par les services de la fonction publique. toutefois, le ministre a invité les syndicats à faire leurs propositions dans l'attente d'une conjoncture favorable. S. S.

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

ouverture ProChAINe de LA PêChe Au CorAIL

Les marins pêcheurs plaident pour un prolongement de la suspension

N ous sommes contre l’ouver-

ture de la pêche au corail », a déclaré, hier, M. Bellout

hocine, président du Comité national des marins pêcheurs (CNMP). S’exprimant lors d’une conférence de presse animée au siège national de l’uGCAA (union générale des com- merçants et artisans algériens), le président du CNMP a estimé que « la suspension de la pêche de cet animal marin devrait être différée de 5 à 10 ans, le temps que le corail atteigne la taille marchande ». Poursuivant ses propos, il préci- sera que le corail pousse annuelle- ment de 2 millimètres par an. « Par voie de conséquence, le corail aura gagné, depuis la date de suspension de la pêche à nos jours, 28 millimè- tres à peine. or, expliquera plus loin le conférencier, « la taille marchande

«

exigée est, en fait, de 10 à 15 cm ». et d’ajouter : « Si la pêche au corail sera tout de même reprise cette année, nous souhaiterions qu’il n’y ait pas de partenariat étranger, dans ce domaine ». Pour rappel, la pêche au corail a été suspendue en 2001 par le ministère de la Pêche et des ressources halieu- tiques pour effectuer une évaluation des ressources corallifères. Cela dit, cette pêche devrait être reprise. en effet, l’annonce afférente à cette reprise, a été faite le 6 novem-

bre dernier par

le ministre de la

a été faite le 6 novem- bre dernier par le ministre de la Pêche et des

Pêche et des ressources halieutiques. M. Sid Ahmed Ferroukhi, a alors sou- ligné depuis oran, que « le gouverne- ment a décidé la réouverture de la pêche au corail et ce, dans un cadre organisé pour éviter l’exploitation ir- rationnelle de cette richesse marine ». Lors d’une conférence de presse qu’il a animée au centre des conven- tions Mohamed-Benahmed, à l’occa- sion de l’ouverture du 5 e Salon international de la pêche et de l’aqua- culture (SIPA 2013), M. Ferroukhi a indiqué que certaines régions du pays, ayant une tradition dans la pêche au corail et disposant de capacités pour exploiter ces richesses, verront une relance de cette activité. Il faut dire que notre pays est riche de cette ressource. et selon le prési-

dent du comité national des marins pêcheurs, « l’Algérie est le pays le plus riche en corail du bassin médi- terranéen ». Cependant, le corail est très convoité par les contrebandiers. « Pas moins de 15 tonnes de corail ont été saisies en Algérie, depuis l’an 2000 à ce jour, estime M. Bellout hocine. et de souligner que pas plus tard qu’en novembre dernier, une quantité de 10 kg de corail brut destinée à la contrebande a été saisie, par les élé- ments de la sûreté de daïra d'el eulma dans la wilaya de Sétif. Le président du Comité national des marins pêcheurs est, ensuite, re- venu sur la situation au niveau des ports de pêche. Selon lui, « l’hygiène fait défaut et les casiers, de poissons et de sardines, constituent de vrais nids à microbes ». « Ces casiers en bois devraient être remplacés par d’autres en plastique », soutient-il. Il a affirmé, d’autre part, qu’un « désastre est occasionné par la pollu- tion chimique et par la pêche à la dy- namite et aux filets interdits ». Le conférencier a appelé pour « davan- tage de contrôle et de rigueur au ni- veau des ports de pêche ». Pour rappel, l’Algérie compte 1.284 km de côtes, 55.000 marins pê- cheurs, 31 ports de pêche et 4.255 unités de pêche. Soraya Guemmouri

CoNFÉreNCe de PreSSe du SNAPAP

Des revendications à faire valoir

L e syndicat national autonome des personnels de l’administration publique (SNAPAP) a pris la ré- solution d’organiser la réunion de son conseil na-

tional en session ordinaire dans les 15 jours à venir pour déterminer la nature et la date de la tenue d’un mouvement de protestation qui va être engagé par ce syndicat. « Ces protestations toucheront les travailleurs du sec- teur de la formation et de l’enseignement professionnels », précise son président Messaoud Boureghda Amar, en ajou- tant qu’elles porteront sur les « revendications des travail- leurs de la formation et de l’enseignement professionnels ». Nous revendiquons la prise en charge de nos doléances. Si nous n’obtenons pas de réponse, nous n’exclurons pas le recours à un mouvement de protestation voire déclencher une grève », dit le président du SNAPAP. Les revendications s’articulent autour de la promulga- tion de l’ensemble des statuts particuliers ainsi que les ré- gimes indemnitaires dans les plus brefs délais, l’harmonisation à des taux du régime indemnitaire concer- nant les corps communs, l’intégration de l’ensemble des contractuels et vacataires qui travaillent à mis temps, à tra- vailler à plein temps (8 heures au lieu de 5) en appliquant le décision du gouvernement, l’installation du médecin du

travail, ainsi que le recensement des maladies profession- nelles, l’intégration des travailleurs à la retraite dans des postes permanents, bénéficier des postes financiers pour la promotion interne. Le SNAPAP appelle également à laisser le choix aux travailleurs entre le départ à la retraite à l’âge de 60 ans ou après 32 ans de service, et préconise de ne pas amender la loi actuelle. Ce syndicat réclame de consacrer des quotas de logements au personnel de l’administration publique, ainsi qu’aux enseignants de la formation professionnelle ou de leur créer des coopératives à cette fin. Il à fait savoir que le secteur de la formation et de l’en- seignement professionnels est aussi important que les au- tres secteurs et qu’il mérite d’être « revu et pris en charge » par la tutelle, parce qu’il touche une frange importante de la société, les rescapés des écoles. « Pour offrir à ces jeunes les meilleures conditions de formation, les enseignants doi- vent à leur tour, bénéficier des meilleures conditions de travail » souligne-t-il en lançant un appel à la tutelle d’ou- vrir les portes de la communication avec les parties actants

du secteur. Kafia Ait Allouache

dimanche 19 Janvier 2014

Ph : Wafa

Economie

EL MOUDJAHID

9

SuR déCISION du PReMIeR MINIStRe M. AbdeLMALeK SeLLAL

Augmentation de la production du lait subventionné

La poudre de lait n’a pas fait l’objet de détournement

L’ enquête diligentée par le mi- nistère du Commerce consé- quemment à la tension sur le

sachet de lait pasteurisé et l’augmenta-

tion des prix des produits dérivés, a concerné 133 unités de production, sur les 136 bénéficiant de l’accompagne-

ment de l’Office national interprofes- sionnel du lait (ONIL). Les indicateurs présentés, hier, lors d’une conférence de presse animée conjointement par le directeur général

de la régulation et de l’organisation, M.

Aït Abderrahmane Abdelaziz, et le di- recteur général du contrôle écono- mique et la répression des fraudes au ministère du Commerce confirment que la poudre de lait importée par l’ONIL destinée à la production du lait

en sachet pasteurisé n’a pas fait l’objet de détournement. ecartant toute aug- mentation du prix du lait en sachet, il a tenu à préciser, que les raisons de la tension sur ce produit relevée ces der- niers jours sont multiples, et renvoient essentiellement à l’augmentation des prix de la matière première sur le mar- ché international. en décembre 2013,

le prix de la tonne de poudre de lait a

atteint 5.400 dollars alors qu’il était de 3.655 dollars à la même période de 2012, a affirmé M. Aït Abderrahmane.

en novembre, il était de 5.125 dollars la tonne pour 3.577 dollars pour la même période de 2012. Aussi, les aug- mentations sont passées de 32% en septembre 2013, à 18% en octobre, et

à 43% en novembre, pour grimper à

50% en décembre de la même année. Par conséquent, les quatre derniers mois ont connu des hausses sensibles, d’où les dysfonctionnements relevés sur le marché interne, dira-t-il. L’inter- venant a tenu à souligner, à ce propos que la poudre de lait importée par les opérateurs privés est orientée vers la fa- brication de produits laitiers dérivés non soutenus par l’etat et dont les prix

dérivés non soutenus par l’etat et dont les prix sont par conséquents libres. Concer- nant les

sont par conséquents libres. Concer- nant les produits laitiers, le conféren- cier indiquera que le lait uHt a connu une augmentation de 10 dA alors que le lait de vache pasteurisé a enregistré une hausse de 15%, soit 1 dA/litre et le beurre de 3 dA. Le fromage a augmenté de 6 à 13

dA pour la boîte de 16 portions, de 15 dA pour celle de 24 portions et de 19 dA pour la 32 portions. La bouteille de yaourt d’un litre a augmenté de 5 dA, et celle d’un demi-litre de 2 dA, le yaourt fruité de 0,30 dA en moyenne, le petit lait de 4 dA, à 5,25 dA, le lait caillé de 6 dA, et le camembert de près de 20 dA, a-t-il affirmé. et de préciser

que 24 unités sur les 133 ont opéré des augmentations sachant que les anciens stocks non épuisés ne sont pas concer- nés par cette mesure. Le lait en poudre en étui n’a pas fait l’exception puisqu’il augmentera de 24,75 dA en moyenne, et le lait en poudre importé en vrac par le privé de 370 à 510 dA/kg. dans sa lancée, il a rap- pelé, que le soutien de l’etat à la pou- dre de lait destinée à la production du sachet de lait pasteurisé a atteint 24,5

milliards de dinars en 2011 pour passer

à 26 Mds en 2012 et 30 Mds en 2013.

La quantité de lait pasteurisé produite,

a affirmé M. Aït Abderrahmane, est de

1,5 milliard de litres, dont 850 millions produits par les unités publiques. L’in- tervenant soulignera, à ce titre, que les quantités de lait cru collectées ne cou- vrent pas les besoins nationaux, et que les fluctuations des prix sur le marché international génèrent une « répercus- sion évidente sur les prix » au niveau local. Aussi, a rassuré M. boukah- noune, « les prix de la matière première importée n’influera aucunement sur le celui du sachet de lait pasteurisé » étant donné que celui-ci « ne changera en aucun cas » et qu’il continuera d’être soutenu par l’etat. A propos de la crise sur le lait, M. boukahnoune a affirmé que l’enquête a ressorti « qu’une caté- gorie de citoyens qui consommaient le lait en étui (Loya, Nespray, Célia…) dont les prix ont sensiblement aug- menté (de 280 dA à 260 dA) se sont orientés vers le sachet de lait pasteu- risé, notamment dans la région algé- roise. « Il y a réorientation de cette catégorie vers le LSP alors que la pro-

duction de ce dernier n’a pas suivi, d’où la perturbation sur le mar- ché » a-t-il précisé. Selon M. boukah- noune, « la pénurie n’existe pas » et les « stocks au niveau de l’ONIL sont suf- fisant pour couvrir la période allant jusqu’au Ramadan ». Aussi, des contrats d’approvision- nements sont engagés par l’Office et les négociations relatives aux prix d’achat sont en cours, a-t-il affirmé. M. boukahnoune rappellera, les instruc- tions données par le Premier ministre quant au renforcement des capacités de production des laiteries, la réhabilita- tion de la filière lait, l’amélioration du dispositif de collecte et l’augmentation des quantités de poudre de lait desti- nées aux producteurs. L’ONIL a également été instruit

pour la reconstitution des stocks. Les

instructions ont également concerné les

services de contrôle pour vérifier tout

détournement de la poudre de lait vers des objectifs autres que la production

du lait en sachet pasteurisé. M. bou- kahnoune qui a déploré le comporte- ment des citoyens qui « stockent » le lait par craintes de pénurie, a affirmé que la crise du lait ne peut être résolue que par la consolidation de la produc- tion de lait cru de vache. Sur un autre registre, M. boukahnoune a affirmé que le prix du sucre est plafonné à 90 dA et qu’il est écoulé sur le marché entre 70,5 dA et 80,5 dA, son prix de revient étant fixé à 60 dinars sachant

que le prix de la tonne sur le marché in- ternational a atteint 400 dollars la tonne. Il estime, à ce propos « qu’il n’y a pas de pratiques frauduleuses sur le prix du sucre, contrairement à ce qui a été rapporté par certains médias.

« Notre réseau de distribution est dés-

tructuré d’où les dysfonctionnements sur le marché », il faudra agir à ce ni- veau pour assainir le circuit et stabiliser le marché, conclura M. boukahnoune. D. Akila

Soutien aux capacités nationales de production

Le Premier ministre Abdelmalek sellal a décidé de soutenir les capaci- tés nationales de production du lait et d'augmenter la production du lait en sachet subventionné pour couvrir la demande supplémentaire de ce pro- duit de large consommation, ont af- firmé, hier à Alger, des responsables au ministère du Commerce. Le Pre- mier ministre "a ordonné l'augmenta- tion de la production du lait pasteurisé en sachet à travers l'ac- croissement des quotas de matière première livrés aux producteurs pour répondre à la demande supplémen- taire", a indiqué le directeur général de régulation et d'organisation des ac- tivités au ministère du Commerce,

Abdelaziz Aït Abderahmane. M. Sellal a ordonné également

"l'encouragement et la dynamisation de la filière lait, ainsi que l'améliora- tion de la collecte du lait frais et le soutien des capacités nationales de production à travers la mise à niveau de la filière lait et la mise en place d'un stock suffisant par l'Office inter- professionnel du lait et dérivés (ONIL)", a ajouté le même responsa- ble. Par ailleurs, le Premier ministre

a donné des instructions aux services

du contrôle au ministère du Com- merce, "pour faire échec à toute ten- tative de détournement de la poudre de lait subventionné pour produire d'autres produits".

ReNCONtRe NAtIONALe deS dIReCteuRS de L’eMPLOI

Benmeradi passe en revue ce qui va changer

Le ministère du travail, de l’emploi et de la Sécurité sociale a organisé hier à Alger une rencontre annuelle des cadres des services lo- caux de l’emploi. Cette rencontre s’est déroulée en présence du mi- nistre, M. Mohamed benmeradi, et l’ensemble des directeurs de l’em- ploi des wilayas et les différentes structures de l’emploi : ANSeJ, CNAC et ANeM. Cette rencontre

a pour objectif de présenter le

bilan de l’activité sectorielle en matière de promotion de l’em- ploi, pour permettre un plus large échange des points de vue sur les

voies et moyens susceptibles de juguler ces contraintes et de conférer plus d’efficacité à l’action du secteur au niveau ter-

ritorial, l’amélioration des performances des dispositifs publics de l’emploi pour une meil- leure insertion des jeunes ainsi que l’amélio- ration des services fournis aux usagers par les services de l’emploi. S’agissant des résultats

attendus, il est à noter que cette rencontre per- mettra également d’établir un état des lieux concernant les programmes publics d’emploi, de promouvoir la participation des services locaux de l’emploi dans la mise en œuvre de

la politique nationale de l’emploi et de for-

muler des propositions concrètes en vue d’améliorer l’efficacité et les performances des dispositifs d’emploi en vigueur. « en dépit des progrès accomplis dans le cadre de la promotion de l’emploi et de la lutte contre le chômage, il y a lieu de relever que les défis demeurent encore nombreux, notamment pour assurer des emplois de qua- lité jouissant d’une couverture sociale adé-

quate. » C’est ce qu’a indiqué hier le ministre du travail, de l’emploi et de la Sécurité so- ciale, M. Mohamed benmeradi. S’exprimant

à l’ouverture des travaux de la rencontre na-

tionale des directeurs de l’emploi de wilaya,

il a souligné que « l’expérience acquise et

l’analyse des insuffisances relevées, notam- ment dans le cadre de la promotion de l’em- ploi salarié, imposent le remplacement de

l’actuel dispositif d’aide à l’insertion profes- sionnelle. » Ce nouveau dispositif orienté es- sentiellement, a-t-il précisé, sur « le secteur économique public et privé, repose sur l’uni- fication des contrats de travail intitulé

« Contrat de premier emploi jeune » (CPeJ),

intitulé « Contrat de premier emploi jeune » (CPeJ), conforme à la législation du travail rémunéré

conforme à la législation du travail rémunéré sur la base du salaire avec une couverture so- ciale étendue, une contribution directe de l’etat au salaire de poste, différence selon le niveau de qualification et d’instruction et un crédit d’impôt déductible de l’impôt sur bé- néfice des sociétés IbS à hauteur du différen- tiel entre la contribution, directe et le salaire de poste versé par l’employeur, ainsi que la prise en charge sur le budget de l’etat de la contribution patronale de sécurité sociale fixée à 18% du salaire national minimum ga- ranti. dans ce sens le ministre a relevé que « dans les postes vacants estimés à 140.000 poste dans les institutions et administration publiques seront attribués en priorité aux jeunes insérés au niveau de ces administra- tions dans le cadre du dAIP. »

Transparence et équité dans la conduite des programmes Parallèlement à ces mesures, a-t-il en- suite ajouté « un assouplissement substantiel des procédures dans le cadre de l’intermédia- tion sur le marché de l’emploi a été entamé afin d’améliorer les délais de satisfaction des offres d’emploi des employeurs et d’accélé- rer le rythme des placements des demandeurs d’emplois, tout en restant dans le cadre légal régissant la gestion et la régulation du marché de l’emploi. » S’agissant des mesures préco- nisées, benmeradi a souligné la généralisation de la formule de recherche active de l’emploi sur tout le territoire national à l’exception des wilayas du Sud, pour lesquelles un dis- positif spécifique est mis en œuvre et le rac- courcissement du délai de réponse par

l’ANeM qui passera d’un délai de 21 jours à 72 heures ainsi que l’allonge- ment du délai de renouvellement et de pointage physique pour la réinscrip- tion de 3 mois à 6 mois. Selon lui, les résultats enregistrés pendant ces trois dernières années confirment une amé- lioration certaine de la performance tant du point de vue de la promotion de l’emploi salarié que l’appui à la création d’activités. Ces dernières ont été obtenues, a-t-il précisé, « grâce à la mobilisation des moyens humains et financiers considérables et ont été soutenus par l’amélioration de l’envi- ronnement économique qui est le ré- sultat des développement des investissements publics et privés ayant conduits à la création d’emplois. » Le premier responsable du secteur n’a pas manqué de souligner qu’il important de veiller tout par- ticulièrement à l’amélioration et à l’adapta- tion des qualifications de la main-d’œuvre locale à travers une étroite collaboration et un échange d’informations avec les établisse- ment de formation professionnelle situés dans les wilayas, en vue d’orienter leurs pro- grammes de formation vers les métiers de- mandés par le marché du travail et les entreprises en qualité et en quantité. Mettant à profit cette occasion le ministre a appuyé sur la contribution des entreprises étrangères réalisant des projets au niveau de chaque wilaya de former la main-d’œuvre lo- cale, notamment dans les métiers où il est constaté un recours fréquent à une main- d’œuvre. S’adressant aux directeurs des wi- layas, le ministre a indiqué que ces dernières en leur qualité de représentant du ministère du travail doivent veiller à une grande coor- dination dans la mise en œuvre des pro- grammes sectoriels en vue d’assurer la synergie des efforts et des actions des orga- nismes relevant du secteur au niveau local et des autres secteurs impliqués directement ou indirectement dans la problématique de l’em- ploi. « vous êtes appelés à promouvoir la transparence et l’équité dans la conduite des programme en matière de gestion des offre d’emplois et de placement des demandeurs d’emploi, à travers l’utilisation de tous les ca- naux de communication existant au niveau de la wilaya », a-t-il indiqué. Makhlouf Ait Ziane

INveStISSeMeNtS

335nouveauxprojetsvalidés

en 2013 à Constantine

Pas moins de 335 nouveaux projets d’investissement ont été validés en 2013 à Constantine par le guichet unique décen- tralisé (Gud) de l’Agence nationale du développement de l’investissement (ANdI), a-t-on appris hier auprès de la direc- trice de cet organisme. Ces opérations qui représentent diffé- rents créneaux contribueront à la création de plus de 3.800 postes d’emploi, a précisé à l’APS M me Karima Hamlatte, sou- lignant que la plupart des opérateurs ont finalisé les procédures auprès des banques et des institutions concernées afin de concrétiser leurs projets. Le Gud dont la mission essentielle consiste à assurer un accompagnement de l’investisseur et à faciliter le franchissement des différentes étapes auprès des ad- ministrations est un outil «prépondérant» et un «appui» au dé- veloppement et à la promotion des investissements locaux dans les différents secteurs économiques, a-t-elle déclaré. Les ser- vices de l’ANdI, dont la mission est d’accueillir, de conseiller et d’accompagner les investisseurs au niveau de ses structures centrales et régionales, ainsi qu’à formaliser, sur une base d’équité et dans des délais courts, les avantages prévus par les dispositifs d’encouragement, a connu, en 2013, un engouement «sans précédent» des investisseurs dans les douze communes de la wilaya de Constantine, a affirmé M me Hamlatte, expli- quant cette affluence par «l’importance des avantages fiscaux et parafiscaux octroyés aux investisseurs, faisant que 335 dos- siers ont reçu l’aval des autorités concernées, en 2013, contre 226 en 2012.» Les mesures de facilitation et de simplification des formalités d’investissement, décidées en Conseil des mi- nistres en février 2011, en plus de l’installation en 2013 des bu- reaux de représentations des administrations et des organismes sollicités pour la facilitation des procédures d’investissement, dont le CALPIReF (Comité d’assistance à la localisation et à la promotion de l’investissement et de la régulation du foncier), la Caisse nationale d’assurance sociale (CNAS), la Caisse na- tionale de sécurité sociale des non-salariés (CASNOS), et l’Agence nationale de l’emploi (ANeM), sont également à la base de cet engouement, a ajouté la même responsable. Les créneaux les plus ciblés par l’investissement dans la wilaya de Constantine sont le transport, qui représente 51,57 % du taux global, le bâtiment et les travaux publics (24,79 %), l’industrie (11,11%) et les services (9,69%), selon la directrice locale de l’ANdI. «La wilaya de Constantine occupe la 4 e place, s’agis- sant des investissements réalisés à l’échelle nationale avec l’ac- compagnement de l’ANdI », a par ailleurs révélé la responsable de cet organisme, rappelant que depuis la création de l’agence, 6.000 projets ont été initiés avec, à la clé, la créa- tion de plus de 72.000 emplois. L’intensification des rencontres destinées à débattre des difficultés rencontrées par les investis- seurs locaux figure parmi les priorités du plan d’action 2014 du guichet unique décentralisé de l’ANdI de la wilaya de Constantine, a encore indiqué M me Hamlatte.

dimanche 19 Janvier 2014

Economie

10

EL MOUDJAHID

COMMERCE InTERnATIOnAL

Les « INCOTERMS 2010 » en question

La Chambre algérienne de commerce et d’industrie (CACI) et le «Comité national Algérie» de la Chambre de commerce internationale, organisent avec le soutien de la Chambre de commerce internationale (ICC), aujourd’hui, à l’hôtel Hilton, un séminaire sur «les Incoterms 2010».

D’ éminents experts nationaux et internationaux dont Maî- tre Christoph Martin

RADTKE, Co-président du comité in- ternational de rédaction des Incoterms 2010 de ICC et Président de la Com- mission ICC France «Droit et pratiques du commerce», M me Emily O’Connor, secrétaire exécutif de la commission de ICC «Droit et pratiques du commerce» ainsi que Maître Farid Ben Belkacem, avocat d’affaires, président de la com- mission ICC Algérie «Commerce et in- vestissement», membre du Comité d’Arbitrage de la CAC, M me Mouzai

Wassila, présidente de la commission ICC Algérie «Banque, Assurances et Service financier», et M. Abdenour Azzedine, expert international anime- ront les conférences programmées à l’occasion de ce séminaire. Définies comme étant des codifications com-

ce séminaire. Définies comme étant des codifications com- merciales, les Incoterms 2010 «Interna- tional Commercial

merciales, les Incoterms 2010 «Interna- tional Commercial Terms» ou encore les conditions internationales de vente, ont été élaborées par la Chambre de

commerce internationale (CCI) en 1936 et font l’objet de révisions régulières. Ils sont censés fournir nombre de règles internationales pour une interprétation

commune et unifiée des termes com- merciaux utilisés dans le commerce ex- térieur. Les Incoterms permettent, ainsi, d’uniformiser et d’harmoniser les termes commerciaux les plus usités dans les contrats relevant du commerce international. En fait, ils définissent par «un terme unique, interprétable d’une manière identique à travers le monde, le transfert des risques et des frais entre l’acheteur et le vendeur». La dernière version, concernant ces règles régissant le mouvement com- mercial international, avec cette parti- cularité de pouvoir être utilisés également pour le commerce national, est entrée en vigueur le 1 er janvier 2011. Les 11 Incoterms de 2010 sont répartis en deux catégories soit, les incoterms multimodaux et incoterms maritimes aux nouvelles pratiques commerciales en vigueur.

Les Incoterms sont censés définir le mode de transport ainsi que la livraison entre deux parties qui sont l’acheteur et le vendeur. Dans cette optique, ils sont mis en place pour servir de base au contrat de vente, situer les obligations et les frais de chacune des parties contractantes, et éviter les éventuels malentendus découlant des transac- tions. Aussi, prennent-ils en compte le transfert de responsabilité des marchan- dises du vendeur à l’acheteur. Il est pré- cisé que les onze incoterms maritimes de 2010, adaptés au contexte du com- merce international, étant au nombre de treize en 2000, ne pourront plus, à l’état actuel, être utilisés pour les marchan- dises containerisées de même qu’ils exigent plus de précision au niveau de la rédaction des contrats de vente. D. Akila

DISPOSITIF DE L’AnSEJ En 2013

637 microprojets financés à Ghardaia et Laghouat

Pas moins de 323 micropro- jets de jeunes ont été financés à ghardaia durant l’année 2013 par le biais du dispositif de l’Agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (AnSEJ), pour plus de 1,3 milliard de dinars, a-t-on ap- pris hier, auprès du directeur de l’antenne locale de l’agence. Ces micro-entreprises ayant généré 847 emplois sont réparties sur l’ensemble des localités de la wi- laya, a fait savoir M. nacer Sem- mache, précisant que 57 % de ces projets sont concentrés dans la vallée du M’zab, suivi de guer- rara (13 %). La majeure partie de ces entités activent dans le secteur des services, l’agriculture et l’in- dustrie. Selon le bilan de l’an- tenne locale de l’AnSEJ, parmi ces micro-entreprises, 32 ont été créées par des femmes et ont gé- néré plus d’une centaine d’em- plois, dans le secteur de l’artisanat et services. Dix neuf jeunes diplômés des centres de la formation professionnelle ont, par ailleurs, bénéficié de crédits sup- plémentaires sans intérêt, à hau- teur de 500.000 DA pour l’acquisition de véhicules-ateliers et pour la location de locaux, a ajouté le même responsable. Dans le cadre de l’application des déci- sions portant octroi d’un quota de projets d’opérateurs publics aux micro-entreprises de jeunes, ces dernières ont bénéficié de 31 mar- chés sur la cinquantaine 50 lancés à travers la wilaya de ghardaia. Pour orienter les futurs porteurs de projets vers des créneaux por- teurs et utiles pour la région, tels les technologies de l’information

et de la communication, les éner- gies renouvelables et l’environne- ment (tri sélectif et récupération des déchets), l’antenne locale de l’AnSEJ a élaboré une cartogra- phie renfermant des données sur ces créneaux et les potentialités de la wilaya. Elle compte aussi favoriser ces secteurs d’activité, en donnant la priorité aux univer- sitaires et aux diplômés de la for- mation professionnelle en matière d’octroi de projets, a-t-on expli- qué. Dans ce contexte, une convention a été signée entre l’AnSEJ et l’Université de ghar- daia pour la création d’une «mai- son de l’entrepreneuriat», afin de développer l’esprit d’entreprise chez les étudiants, a précisé M. Semmache. Concernant le volet de la communication et de la formation, il a fait état de l’or- ganisation de caravanes de sensi- bilisation sur le dispositif et la projection de documentaires sur les micro-entreprises créées à ghardaia, sachant que 144 jeunes porteurs de projets ont été formés, durant l’année écoulée. Depuis la mise en place du dispositif de l’AnSEJ, 3.889 microprojets ont été financés dans la wilaya de ghardaia et ont généré 9.764 em- plois. 314 microprojets ont été fi- nancés en 2013 dans le cadre du dispositif de l’agence nationale de soutien à l’emploi des jeunes (AnSEJ) dans la wilaya de La- ghouat, selon l’antenne locale de cet organisme. Ces projets finan- cés, dont 24 au profit de la gent féminine, pour un montant global de 1,4 milliard de dinars, ont per- mis d’offrir 559 emplois, a indi-

qué le directeur par intérim de l’antenne de l’AnSEJ, Abderra- him Silaa. Ils sont répartis entre les secteurs des services (132), l’agriculture (83), l’industrie (74), le bâtiment (12) et les métiers (13), alors que le nombre total des dossiers déposés au niveau de l’agence a dépassé les 800 dos- siers. En outre, 479 projets ont été avalisés l’an dernier, dont 231 dans le secteur des services, les autres étant répartis entre les sec- teurs de l’industrie, l’agriculture et le bâtiment. Les services de l’AnSEJ cherchent aujourd’hui à orienter l’investissement vers des projets de «qualité», en donnant la chance aux diplômés universi- taires et promus de la formation professionnelle de monter des mi- croprojets, dans le cadre des ser- vices, notamment, selon la même source. La réalisation d’une maison de l’entrepreneuriat est également projetée, en collaboration avec l’université Amar-Thelidji à La- ghouat, afin d’inculquer aux jeunes l’esprit d’entreprise et fa- ciliter l’intégration des jeunes qualifiés dans cet espace, parallè- lement à l’intensification de cam- pagnes d’information et l’organisation, en leur direction, de sessions de formation et l’ani- mation d’universités d’été. L’an- tenne AnSEJ de Laghouat a mis en place un programme pour tou- cher l’ensemble des catégories, avec un plan de projets visant à identifier les attentes de chaque commune, pour les désenclaver et répondre à leurs besoins écono- miques, a-t-on ajouté.

PORT D’ALgER

Hausse du trafic de marchandises en décembre 2013

L’Entreprise portuaire d’Alger (EPAL) a en- registré en décembre 2013 une hausse du trafic maritime de marchandises qui s’est traduite par une importante activité de débarquement et d’embarquements des conteneurs et des pro- duits non conteneurisés, indique un bilan de l’entreprise. Le volume global des marchan- dises traitées par l’EPAL tant à l’embarquement qu’au débarquement, a atteint 949.550 tonnes durant le mois de décembre 2013, contre 791.542 tonnes à la même période de l’année 2012, soit un accroissement de 19,96%, sou- ligne cette source. Par ailleurs, l’EPAL a enre- gistré en décembre 2013, l’accostage de 199 navires, contre 182 navires pour le même mois de l’année précédente, soit une évolution de 9%. Le tonnage de la jauge brute global des na- vires opérants en entrée est passé de 1.702.874 tonneaux en octobre 2012 à 1.957.425 ton- neaux au même mois 2013, faisant apparaître une augmentation de 14,95%, ajoute cette source. Le nombre de conteneurs pleins traités durant ce mois, a atteint 18.308 EVP, soit une

augmentation de 37,58 % comparé à la même période de l’année précédente, relève l’entre- prise précisant que la part des conteneurs de l’EPAL est de 49,18% par rapport au total des conteneurs traités au port d’Alger (74.852 EVP) durant le mois de décembre 2013. Concernant le trafic ro-ro, une hausse de 9,28% a été enregistré durant le mois de décembre 2013 par rapport au même mois 2012, soit 1.437 unités contre 1.315 en 2012. Le trafic passager a marqué une légère baisse de 8,34% en décembre 2013 avec 8.580 passagers ayant transité par le port d’Alger contre 9.361 passa- gers en décembre 2012. La durée d’attente moyenne globale des na- vires en rade ainsi que la durée moyenne de sé- jour des navires à quai traités par l’EPAL ont augmenté selon les types de navires durant le mois de décembre comparé à la même période de 2012, en raison de l’augmentation du mou- vement de la navigation et du volume des mar- chandises, explique l’Entreprise portuaire d’Alger.

COngRèS MOnDIAL DE LA TéLéPhOnIE MOBILE En ESPAgnE

Un événement planétaire

Le Congrès mondial de la téléphonie mobile (Mobile World Congress, MWC), événement important de l’industrie de la téléphonie mobile qui se tiendra du 24 au 27 février à Barcelone, espère générer 356 millions d’euros (482 millions de dollars), a indiqué John hoffman, prési- dent-directeur général de gSMA et organisateur du Congrès. Cet impact économique corres- pondrait à une augmentation de 11% par rapport à l’impact économique de 2013, qui était de 310 millions d’euros, a indiqué M. hoffman. L’événement espère rassembler plus de 75.000 personnes, 4% de plus qu’en 2013, où 72.000 personnes y avaient participé. Des entreprises importantes telles que huawei, Samsung, hTC, Vodafone ou Telefonica seront présentes au MWC, où d’autres figures importantes du secteur, comme le créateur de WhatsApp Jan Koum et celui de Facebook Mark Zuckerberg, feront des présentations. L’événement réunira 1.800 exposants, 100 de plus que l’an dernier, selon l’organisateur. Jusqu’ici il y a eu 10.000 pré-ins- criptions, 15% de plus que l’année dernière à la même époque. Le MWC de cette année se tien- dra à Barcelone pour la 9 e année consécutive. Il s’étendra sur 94.000 m 2 au centre de conférence de la Fira gran Via et aura une annexe à la salle de conférence de la Fira de Montjuic, où le MWC s’est tenu il y a deux ans.

Dimanche 19 Janvier 2014

Régions

11

EL MOUDJAHID

setif
setif

eNviroNNemeNt

Les cités Boussouf et Maachacha décrochent le prix vert

Impliquer le citoyen dans la gestion de sa cité, faire en sorte qu’il soit sans cesse animé d’un esprit éco-citoyen, ce sont les deux objectifs majeurs de la louable initiative qui a été mise en œuvre par la DGSN et le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement, et qui vient d’arriver à son terme au niveau de la wilaya de Sétif, après un imposant programme qui a touché de nombreux quartiers et cités, notamment dans les deux grandes villes de Sétif et El Eulma.

c ette vaste action, qui a débuté depuis le mois de novembre 2013, impulsée par le service de wilaya de la sécurité publique

de la sûreté de wilaya de Sétif, en partenariat avec la direction de wilaya de l’environnement et plusieurs autres membres relevant des APC, de l’APW, des représentants du mouvement as- sociatif œuvrant dans le domaine de la préser- vation de l’environnement ainsi que les services de la police de l’urbanisme, s’est en effet tra- duite par la remise du prix vert aux comités des deux cités mohamed-Boussouf d’el eulma et maachacha-Cherif de Sétif qui se sont distin- guées chacune à son niveau conformément aux critères arrêtés par la commission. dans ce contexte, les nombreux quartiers et cités qui ont fait l’objet de visites de la commis- sion de wilaya et au niveau desquels une vaste action de sensibilisation et de prévention a été faite, encourageant les uns à persévérer et exhortant les autres à aller dans le sens du de- voir de citoyenneté, devaient entre autres com- porter un comité de quartier et obéir à plusieurs autres paramètres dont l’existence et l’entretien d’espaces verts et d’éclairage public, une ges- tion uniforme des ordures ménagères et d’autres initiatives allant dans le sens du bien être du ci- toyen. Au cours de la cérémonie de remise des tro- phées qui s’est déroulée jeudi au niveau de la brigade mobile de la police judiciaire de Sétif

de la brigade mobile de la police judiciaire de Sétif en présence du président de l’APW,

en présence du président de l’APW, du chef de service de wilaya de la sécurité publique , la re- présentante de la direction de wilaya de l’envi- ronnement ainsi que les représentants locaux de la presse nationale et autres invités, le chef de sûreté de wilaya, m. Laaziz Yamouni, intervien-

dra pour souligner l’importance d’une telle ini- tiative et l’impact qu’elle est appelée à produire sur le cadre de vie du citoyen. il ne manquera pas de souligner les efforts qui sont consentis dans ce domaine au niveau de cette wilaya pi- lote encourageant tous ceux qui veillent à la réa-

lisation d’une telle œuvre, notamment les col- lectivités locales. Le chef de sûreté de wilaya qui fera état des initiatives prises par certaines associations de quartiers ne manquera égale- ment pas de souligner l’effort consentis par les services de la sûreté dans une action constante de proximité qui rapproche chaque jour un peu plus la police du citoyen. Le chef de service de wilaya de la sécurité publique interviendra à son tour pour dire les grands objectifs d’une telle initiative de la dGSN et du ministère de l’Aménagement du territoire et de l’environnement et ses retom- bées positives au niveau local. il mettra à profit cette rencontre pour faire état de toutes les ac- tions qui ont été menées sur le terrain marquées, notamment entre le 10 novembre dernier et le 15 décembre par 55 rencontres avec les diffé- rents partenaires, 905 autres actions identiques au niveau des quartiers et cités, 4 émissions radio, 71 cours au niveau des établissements scolaires et 81 sorties sur le terrain. Le débat, qui s’instaurera ensuite entre la presse, le chef de service de wilaya de la sécu- rité publique et le représentante de la direction de l’environnement autour d’une telle action, laissera place à la remise, par le président de l’APW et le chef de sûreté de wilaya, des tro- phées aux deux comités vainqueurs de cette édi- tion.

f. Zoghbi

AnnAbA
AnnAbA

dans le cadre du rapproche- ment de l’administration du ci- toyen, une annexe de l’Agence nationale de soutien à l’emploi de jeunes (Ansej) sera ouverte pro- chainement dans la commune d’el Bouni pour l’accompagnement des postulants à la création de leurs propres activités profession- nelles. el Bouni a été choisie du fait que cette commune, érigée au rang de daïra lors du dernier dé- coupage administratif, représente la deuxième grande agglomération de la wilaya après Annaba. L’ou- verture de cette antenne, la cin- quième du genre à l’échelle de la wilaya, va permettre aux jeunes porteurs de projets de cette localité d’éviter le déplacement à el Had- jar, Annaba, Aïn Berda et Berra- hal. Une maison d’entrepreneuriat a été, par ailleurs, crée par l’Ansej et l’université Badji-mokhtar le 10 octobre de l’année écoulée, plus précisément au pôle universi- taire d’el Bouni. Son but primor- dial est d’accompagner et de sensibiliser les étudiants sur place

ANSeJ

Plus de 1.000 projets d’investissement financés en 2013

Plus de 1.000 projets d’investissement financés en 2013 à la création de leur propre entre- prise

à la création de leur propre entre- prise une fois leur cursus univer- sitaire terminé, a indiqué le directeur de wilaya de l’Ansej. Cette structure ciblera les sept fa- cultés que compte l’université d’Annaba, au moins deux jours

par semaine afin d’organiser des journées d’étude et d’information ainsi que l’organisation de l’uni- versité d’été au cours du mois de juin de chaque année. L’améliora- tion du service public, qui consiste à éliminer plusieurs documents

exigés par l’administration, est au menu des perspectives de l’Ansej, entre autres, le jeune promoteur doit fournir un seul document de chaque exemplaire. L’allègement du dossier cible également les cré- dits bancaires et les jeunes pro- moteurs ne cotisent qu’après avoir été financé par les banques. d’au- tres mesures touchent également les délais d’accomplissement de l’opération du projet qui ont été ré- duis à un mois au lieu de deux ans. 1.182 projets ont été réalisés jusqu’à présent, soit 98% de l’ob- jectif tracé, de l’ordre de 1.200 pour 2013. depuis la création de l’Ansej en 1998, pas moins de 6.152 projets ont été réalisés à An- naba, ce qui correspond à 1.781 postes d’emploi pour un montant total d’investissement évalué à plus de 4 milliards de dinars. Par ailleurs, au cours du dernier tri- mestre de 2013, les pouvoirs pu- blics ont pris la décision de bonifier le taux d’intérêt bancaire

à 100%. b. Guetmi

chlef

90.000 hectares emblavés

1 0 0 % . b. Guetmi chlef 90.000 hectares emblavés Près de 90.000 hectares de

Près de 90.000 hectares de superficies céréa- lières ont été emblavés dans la wilaya de Chlef, au titre de la campagne labour-semailles 2013- 2014, indique un bilan définitif arrêté récem- ment par la direction des services agricoles. Selon le bilan, plus de 55.000 ha sont consacrés à la culture du blé dur, soit 60% de la superficie globale. La culture de l’orge occupe une super- ficie de 18.000 ha suivie de celle du blé tendre avec 12.000 hectares et de l’avoine avec plus de 3000 ha. Une production de plus d’un mil- lion de quintaux est attendue et pourrait aller au-delà si les conditions climatiques sont favo- rables, révèle-t-on à la dSA. Lors de la saison écoulée, la production cé- réalière a été de 1.700.000 quintaux, rappelle- t-on de même source.

boumerdes
boumerdes

La culture de la pomme de terre a enre- gistré de bonnes performances, en 2013, à Boumerdès où la récolte, estimée à près de 124.700 tonnes, a induit une stabilité des prix, selon les services agricoles de la wi- laya. “La récolte de la pomme de terre (pré- coce, saisonnière et d’arrière saison) a enre- gistré une hausse de 30%, en 2013, comparativement à la saison précédente où la production n’a pas dépassé les 96.000 tonnes”, a indiqué à l’APS le responsable du secteur, mohamed Kherroubi. A l’origine de cette performance, m. Kherroubi a cité les conditions climatiques favorables, aussi bien durant les périodes de semences que celles des récoltes, contrairement aux mauvaises conditions ayant sévi, en 2012, où la neige et le froid ont détruit près de 40% de la ré- colte, a t-il souligné. “Le système de régula-

Pomme de terre

Production abondante et prix stables

régula- Pomme de terre Production abondante et prix stables tion des produits de large consommation (Syrpalac),

tion des produits de large consommation (Syrpalac), est l’autre facteur ayant concouru à cette prouesse”, selon ce responsable qui estime que le Syrpalac a, aussi, encouragé

les agriculteurs locaux à accroître la surface de culture de la pomme de terre qui est pas- sée de 400 ha en 2012, à près de 3000 ha l’année d’après. Ces facteurs réunis ont fait

que ce produit de large consommation s’est écoulé, exception faite de certaines périodes d’intempéries, dans une fourchette oscillant entre 35 et 40 dA le kilogramme, tout au long de l’année 2013, sur les étals de détail de Boumerdès. Selon les spécialistes de la dSA et autres représentants d’associations professionnelles de la filière, cette stabilité est due à l’abondance de la production qui a réduit la spéculation sur ce produit grâce au Syrpalac, notamment. Par ailleurs, les mêmes services ont fait cas d’une « baisse sensible » dans la production de semences de pomme de terre, estimée à 7.000 tonnes en 2013, contre plus de 10.000 tonnes en 2012. La réduction du nombre des produc- teurs de semences, dont certains ont quitté la région pour d’autres wilayas est la cause principale de ce recul de production des se- mences, a estimé m. Kherroubi.

dimanche 19 Janvier 2014

Monde

15

EL MOUDJAHID

LES DÉFIS DE L’ONU POUR 2014

Ban appelle les États membres à dépasser les intérêts nationaux

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé les États membres à dépasser les intérêts nationaux, à l'occasion d'une réunion informelle de l'Assemblée générale des Nations unies sur les défis de l'organisation pour l'année 2014.

«J e lance un appel pour que des mesures soient adoptées afin de faire face aux menaces sous-ja-

centes, promouvoir le développement et pro- téger la planète. J'exhorte les dirigeants à dépasser les intérêts nationaux pour notre avenir collectif", a dit M. Ban dans un dis- cours lors de cette réunion. "Nous sommes capables de cet esprit de citoyenneté mon- diale. J'en ai eu la preuve au cours de l'année écoulée", a-t-il ajouté. Il a estimé que deux crises nécessitaient une attention particulière de la communauté internationale : le Soudan du Sud et la République centrafricaine. S'agissant de la République centrafricaine, le secrétaire général a jugé que la commu- nauté internationale devait "redoubler d'ef- forts pour aider le peuple centrafricain à rétablir la paix et la stabilité au plus vite". Il a fait appel à la générosité des États mem-

Il a fait appel à la générosité des États mem- bres, "lors de la conférence des

bres, "lors de la conférence des donateurs or- ganisée par l'Union européenne lundi à Bruxelles". Dans son discours, M. Ban a également évoqué les situations en Syrie, en République démocratique du Congo, au Mali, en Égypte, en Tunisie, ainsi que le pro- cessus de paix entre Israéliens et Palesti- niens. Il noté avec satisfaction que cette année, la dernière mission de l'ONU au Sierra Leone "achèvera son travail et se retirera, montrant le chemin parcouru et l'importance des efforts pour maintenir, consolider et construire la paix". L'année 2014 sera aussi l'occasion de commémorer le 20 e anniver- saire du génocide rwandais et le 100 e anni- versaire du début de la Première Guerre mondiale, qui a conduit à la création de la Société des Nations, suivie des Nations unies.

RÉFÉRENDUM CONSTITUTIONNEL EN ÉGYPTE

98,1% des votants disent oui

Le «oui» l’a emporté par 98,1% au réfé- rendum constitutionnel en Égypte, avec 38,6% de participation, a annoncé hier la haute commission électorale. Le président de la commission, Nabil Salib, a précisé, lors d’une conférence de presse, que plus de 20.5 millions ont participé au vote sur le projet de constitution, soit un taux de 38,6% du nombre total des électeurs inscrits, a rapporté l’agence officielle Mena. Le gouvernement mis en place par les militaires avait averti qu’il consi- dérerait un taux de participation supérieur à celui du référendum constitutionnel de 2012 (32,9%) comme étant une «victoire» qui jus- tifierait dans les urnes, la destitution et l’ar- restation du président Morsi élu démocratiquement en Égypte. APS

SOUDAN DU SUD

Les civils fuient Bor avant un assaut de l'armée

Les civils ont de nouveau fui la ville sud-soudanaise de Bor, que l'armée gouvernementale dit vouloir reprendre aux rebelles, ont annoncé les Nations unies. "À Bor, la mission (de l'ONU, ndlr) a indiqué qu'il n'y avait plus de ci- vils et que la SPLA (armée gou- vernementale, ndlr) avançait vers la ville", a déclaré Farhan Haq, porte-parole adjoint de l'ONU. Selon lui, nombre de civils cher- chent refuge dans des camps des Nations unies, d'autres tentent de quitter le pays, où un conflit fait rage depuis un mois entre les troupes du président Salva Kiir et celles de l'ancien vice-président Riek Machar. Jusqu'à 10.000 per- sonnes auraient été tuées jusqu'ici dans les combats entre l'armée et

la rébellion. Et selon les Nations unies, environ 400.000 civils ont fui leur domicile. Bor, capitale de l'État du Jonglei, est située à 200 km au nord de la capitale Juba. Elle a changé trois fois de mains depuis le début du conflit et les soldats gouvernementaux enten- dent la reprendre aux rebelles. Fa- rhan Haq a également indiqué que 22.000 personnes avaient trouvé refuge sur la base de l'ONU à Malakal.

Poursuite des combats entre armée et rebelles à Malakal Les combats se poursuivaient samedi dans la ville sud-souda- naise de Malakal où l'armée dis- pute le contrôle de cette capitale régionale à la rébellion de l'ex-

vice président Riek Machar, rap- portent des médias. "En ce qui concerne Malakal, les communi- cations sont toujours difficiles", a indiqué le porte-parole de l'ar- mée, Philip Aguer, cité par l'AFP. Faisant état de combats persis- tants avec la rébellion pour le contrôle de la capitale de l'Etat du Haut-Nil (nord-est), il s'est cepen- dant dit confiant dans la capacité de l'armée à "débarrasser" la zone des rebelles rapidement. L'armée sud-soudanaise avait reconnu vendredi avoir perdu le contact avec ses forces à Malakal, un des principaux foyers des combats avec les rebelles depuis que le conflit a débuté mi-décem- bre dans le jeune Etat du Soudan du Sud.

ATTAQUE D’UN RESTAURANT À KABOUL

21 morts

à samedi, faisait état de 14 morts. Quatre membres de la mission des Nations unies en Afghanistan (Unama) ont été tués dans l'attaque, ainsi qu'un représentant du Fonds Moné- taire International (FMI) basé à Kaboul. Deux Canadiens et deux Britanniques font également partie des tués. L'attaque a visé "La Taverne du Liban", un res- taurant du centre de Kaboul prisé par les diplomates, consul- tants, travailleurs humanitaires et autres représentants de la communauté expatriée qui vit dans la capitale afghane. Ven-

Au moins 21 personnes, dont 13 étrangers, ont été tuées vendredi soir à Kaboul dans l'at- taque par un commando taliban d'un restaurant fréquenté par la communauté expatriée, selon un bilan revu à la hausse com- muniqué samedi matin par la police afghane. "Le dernier bilan indique que 21 personnes ont été tuées, 13 étrangers et huit Afghans", a déclaré le chef de la police de Kaboul, Moham- mad Zahir, précisant que l'at- taque avait fait également cinq blessés. Le précédent bilan fourni par les autorités af- ghanes, dans la nuit de vendredi

dredi soir, peu après 19H00 (14H30 GMT), un kamikaze s'est fait exploser devant le res- taurant. Profitant de la confu- sion provoquée par la puissante détonation, qui a résonné dans tout le centre-ville de Kaboul, deux autres assaillants armés ont réussi à s'introduire dans l'établissement et ont ouvert le feu sur les clients, avant d'être eux-mêmes abattus par les forces spéciales afghanes. Sa- medi matin, une forte présence policière était toujours visible autour de l'établissement, dont l'entrée a été déchiquetée par l'explosion.

CENTRAFRIQUE

Violences dans plusieurs localités

Plusieurs localités au nord et à l'ouest de Bangui sont le théâtre de violences, notamment à Sibut, à 160 km au nord de la capitale centrafricaine, ont rapporté hier des témoins, cités par des médias. "Je lance un cri d'alarme. Ca tire encore et nous sommes terrorisés", a déclaré un habitant de Sibut. "Les (ex-rebelles) Séléka règnent en seigneurs de guerre dans la ville, et il n'y a aucune force étrangère pour nous protéger", a-t-il ajouté. La gare routière et le marché ont été ravagés, et les violences qui ont démarré vendredi matin, ont fait au moins trois morts, "mais il y en a cer- tainement plus dans les quartiers", selon le témoin. Selon une source religieuse à Bangui, la pa- roisse de Sibut a été également attaquée par les Séléka. "On a tenté de joindre la Misca (force africaine) et Sangaris (force française) pour un secours rapide, mais pour le moment il n'y a per- sonne", a ajouté le religieux. La Misca a, de son côté, indiqué qu'une de ses équipes faisait route vers Sibut.

CRISES HUMANITAIRES NÉGLIGÉES PAR LES BAILLEURS DE FONDS

L'ONU alloue 86 millions de dollars

La Coordonnatrice des secours d'urgence de l'ONU, M me Valerie Amos, a alloué 86 millions de dollars pour financer des opérations d'assistance humanitaire dans des dix pays négligés par les bailleurs de fonds interna- tionaux, a annoncé vendredi le Bureau des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA). L'argent qui vient du Fonds central d'intervention d'ur- gence (CERF) permettra d'assurer la poursuite du finan- cement des opérations humanitaires, notamment au Mali, au Tchad, et en Haïti, où les besoins sont impor- tants et le soutien financier faible. ‘‘Ces fonds permet- tront d'aider des millions de gens qui sont coincés dans des crises oubliées ou éclipsées par d'autres situations d'urgence’’, a déclaré M me Amos. L'ONU prévoit d'al- louer 11,5 millions de dollars pour aider la population au Mali qui souffrent encore des effets des violences qui ont entraîné le déplacement de nombre d'entre eux en 2012. Aussi, près de 5,5 millions de dollars permettront aux agences onusiennes en Birmanie de poursuivre leurs opérations dans les Etats de Kachin et de Rakhine. Le reste de l'allocation ira aux efforts d'assistance au Tchad (10 millions de dollars), en Colombie (4,5 millions de dollars), à Djibouti (4 millions de dollars), en Répu- blique populaire démocratique de Corée (6,5 millions de dollars), en Haïti (6 millions de dollars), au Soudan (20 millions de dollars), en Ouganda (4 millions de dol- lars) et au Yémen (14 millions de dollars).

CONFLIT EN SYRIE

L'ONU appelle à «une solution politique»

L'ONU a appelé vendredi la com- munauté internationale à "trouver une solution politique" à la crise en Syrie afin de mettre un terme au "massa- cre" dans ce pays, où plus de 130.000 personnes sont mortes depuis mars 2011. "Il n'existe pas de solution hu- manitaire à ce problème. La solution est politique", a dé- claré le Haut commissaire de l'Onu pour les réfugiés, Antonio Guterres, lors d'une réunion en Turquie réunis- sant des pays voisins de la Syrie, qui abritent des millions de réfugiés sy- riens. "C'est pourquoi il est très impor- tant d'envoyer un message clair à la communauté internationale, qui se rassemble à Genève la semaine pro- chaine, qu'il faut absolument mettre un terme à ce massacre et trouver une solution politique", a-t-il insisté. Ce rassemblement intervient quelques jours avant la conférence de paix sur la Syrie, dite Genève II, qui doit réu- nir la semaine prochaine en Suisse des représentants de l'opposition et du gouvernement syriens pour tenter de trouver une solution à la crise sy- rienne.

ESPIONNAGE

Obama réforme les programmes de surveillance controversés de la NSA

Le président Barack Obama a an- noncé vendredi des réformes dans les programmes de surveillance de l'Agence nationale de sécurité (NSA) qui avaient suscité une controverse aux États-Unis et de par le monde de- puis leur révélation par l’ex agent américain Edward Snowden. Les documents confidentiels di- vulgués, en juin dernier, par cet an- cien consultant ont révélé une surveillance à grande échelle par la NSA à travers un accès aux commu- nications électroniques mondiales dont celles de dirigeants de plusieurs pays, par le biais d'accords passés avec les géants du net. Lors de son discours dans lequel il a admis que ‘‘toutes les solutions possibles posent des problèmes diffi- ciles’’, M. Obama s’est engagé no- tamment à une refonte de la collecte des métadonnées de téléphone qui rassemblent des millions d’enregis- trements des appels téléphoniques. A ce propos, il a fait savoir que l’accès à cette base de données des enregis- trements téléphoniques par la NSA sera conditionné par une autorisation préalable d’une instance judiciaire.

RWANDA

Washington insiste sur le respect de la démocratie

Washington a mis en garde le Rwanda sur le respect de l'opposition politique et du système démocra- tique, après avoir condamné la veille le meurtre "troublant" d'un ex-chef des renseignements rwandais et op- posant au président Paul Kagame. Washington multiplie et amplifie de- puis un an et demi ses critiques contre Kigali, après vingt ans de relations des plus étroites. "Les démocraties dynamiques permettent l'existence d'une opposi- tion pacifique. Les tentatives pour ré- duire au silence les dissidents vont à l'encontre de l'évolution démocra- tique du Rwanda", a dénoncé un di- plomate du département d'État.

Dimanche 19 Janvier 2014

Société

16

EL MOUDJAHID

CRIMINALITÉ URBAINE

Tentative de meurtre et kidnapping de deux jeunes filles

Un père de famille, répondant aux initiales M. A., âgé de 41 ans, a failli perdre la vie, avant-hier, suite à un complot ourdi tramé par deux frères demeurant dans le même village la victime qui n’a rien vu venir. Les trois acteurs de cette affaire criminelle, habitent la région d’Ouled-Sellam, wilaya de Batna.

L es faits de cette histoire re- montent à la fin de semaine dernière lorsque la victime a

déclaré à la dite brigade de gendar- merie d’Ouled-Sellam que le même jour à 11 heures, elle a été accostée non loin de son domicile par les mis en cause, où le premier cité a ouvert le feu sans l'atteindre, et ce suite à un litige sur une parcelle de terre, a précisé la cellule de communication du Commandement de la Gendar- merie nationale La plainte de la victime été pris en charge par les auxiliaires de la justice de la dite brigade qui se sont déplacés sur les lieux, où ils ont in- terpellé les mis en cause et saisi dans le domicile du plus âgé des deux frères, un fusil de chasse et onze cartouches, détenus illégale- ment, sans permis de port d’arme. Arrêtés et conduits au poste pour interrogatoire, les deux mis en cause ont avoué leur forfait qui a failli se transformer en un drame ir- réparable. De cet fait, les gendarmes de la brigade d’Ouled-Sellam (Batna) ont présenté devant le procureur de la République près le tribunal de Me- rouana, deux frères pour tentative de meurtre, détention illégale

deux frères pour tentative de meurtre, détention illégale d'arme à feu, dont a été victime un

d'arme à feu, dont a été victime un citoyen âgé de 41 ans. L'un d'eux a été placé sous mandat de dépôt et l’autre cité à comparaître à une au- dience ultérieure. Par ailleurs, les

gendarmes des brigades d’Aïn- Turk, de patrouille de nuit, ont se- couru deux jeunes filles qui venaient d'être agressées au niveau du carrefour formé par la RN.02A

CYBERSECURITÉ

et le CW44, à l'entrée de la ville de Mers El-Kebir, par le chauffeur d'un véhicule de marque Renault Cam- pus, qui a tenté de les enlever avant de prendre la fuite devant leurs cris au passage des éléments du dispo- sitif. La poursuite du véhicule enga- gée par les gendarmes de ladite patrouille a abouti à l'interpellation du mis en cause à hauteur de la sta- tion services de Mers El Kebir. Le mis en cause a été remis aux gendarmes de la brigade de Bousfer pour enquête. Présenté au parquet de compétence, le chauffer de véhi- cule a été placé sous mandat de dépôt. Selon notre source, dans la même ville, pour des raisons non encore élucidées, un jeune âgé de 23 ans et habitant la commune de Boutlélis (Oran), a volontairement mis le feu à son domicile parental, occasionnant la destruction de l’ameublement et les effets de cou- chage s’y trouvant. Alertés, les gen- darmes de la brigade locale se sont déplacés sur les lieux où ils ont in- terpellé le mis en cause qui a me- nacé ses parents au moyen d'un sabre. Le feu a été circonscrit par les éléments de la Protection civile. M. MENDACI

L'attaque informatique chez Target liée au cybercrime international

L’ attaque informatique chez le distri- buteur américain Target, dont 110 millions de clients pourraient avoir

vu leurs données piratées, est probablement liée à un large réseau de cybercriminels et pourrait avoir affecté d'autres marchands, selon plusieurs sociétés de sécurité informatique. Les pirates ont utilisé "un nouveau logiciel malveillant" qui "a potentiellement infecté un grand nombre de sys- tèmes informatiques dans le secteur du com- merce de détail", a indiqué la société américaine iSIGHT Partners, dans un communiqué jeudi. Une source gouvernementale a confirmé ven- dredi que cette société et les autorités améri- caines "coopèrent pour caractériser un virus nouvellement identifié et associé à des enquêtes sur des violations de données dans des points de vente". Un autre rapport d'un spécialiste de la sé- curité informatique, la société israélienne Secu-

lert, évoque une attaque "en deux temps, ce qui est une caractéristique bien connue des menaces avancées". Le logiciel a d'abord infecté les caisses de Target pour extraire les numéros de cartes de crédit et des données personnelles sen- sibles, "puis, après être resté non détecté pendant six jours, le virus a commencé à transmettre les données volées vers un serveur FTP extérieur, en utilisant un autre ordinateur infecté à l'inté- rieur du réseau de Target", explique Seculert. Elle précise que les pirates ont utilisé un ré- seau privé virtuel (VPS) situé en Russie pour té- lécharger les données volées, et que ces téléchargements ont duré "pendant deux se- maines". La société israélienne dit en revanche n'avoir pas trouvé de preuve d'un lien avec d'au- tres distributeurs comme Neiman Marcus, qui a aussi affirmé avoir subi une attaque à peu près sur la même période. Jim Walter, de McAfee

Labs, écrit sur un blog que sa société a trouvé "des preuves crédibles que le virus utilisé dans les magasins Target est relié à des kits de virus vendus sur des forums clandestins". Il relève des ressemblances dans son fonctionnement avec un bug baptisé "BlackPOS", qui avait été détecté pour la première fois l'an dernier et dont le nou- veau virus est probablement dérivé. "Le premier nom du virus était +Kaptoxa+", qui signifie pomme de terre en argot russe, indique aussi la société IntelCrawler dans un communiqué. Il a, selon elle, été vendu plus de 40 fois à des cyber- criminels d'Europe de l'Est et d'autres régions, ainsi qu'à des opérateurs de sites vendant des données volées sur des cartes de crédit. Les ser- vices secrets américains, qui dirigent l'enquête, ont refusé d'en commenter les derniers dévelop- pements.

APS

MAOULID

ENNABAOUI

L’APC de Bologhine célèbre l’événement avec les écoliers

célébration du

Maoulid Ennabaoui peut être limitée

aux seuls jeux de pétards et des produits pyrotech-

niques.

Bien au contraire, cette fête

à la dimension spirituelle

insoupçonnée doit être mise à profit pour inculquer dans l’esprit de nos enfants les

vraies vertus de l’islam telles la tolérance, la solida- rité et l’entraide. C’est en tout cas le message qu’a souhaité faire passer l’APC de Bologhine (Alger) qui a célébré à sa façon cet événement en or- ganisant avant-hier, avec la collaboration des responsa- bles de l’USM Alger, une cérémonie symbolique qui

a eu lieu à la salle de ci-

néma Sahel de Deux Mou- lins et à laquelle étaient conviés les écoliers de Bo- loghine, ainsi que les repré-

sentants de la société civile. Dans une ambiance bon en- fant, cette rencontre mar- quée sous le sceau de la convivialité et la fraternité s’est voulue avant tout une occasion pour rassembler la petite famille de Bologhine,

le tout sous les chants des

«annachid» remarquable- ment orchestrés du reste par une troupe composée de jeunes enfants. «Nous avons voulu incul- quer à nos enfants les vraies valeurs du Maoulid Enna- baoui à travers plusieurs ac- tions et initiatives éducatives et de loisirs vi- sant essentiellement à faire comprendre que cette fête véhicule des vertus extraor- dinaires», a expliqué le maire de St-Eugène, Na- cerddine Zaatar, qui parle d’une nouvelle culture qu’il faut perpétrer pour la nou- velle génération. S. A. M .

L a

ne

Culture

17

EL MOUDJAHID

AVANT-PREMièRE DU FiLM DOCUMENTAiRE ABDELKADER DE SALEM BRAHiMi

Le parcours glorieux du fondateur de l’Etat algérien

Le film documentaire Abdelkader du cinéaste algérien Salem Brahimi, qui retrace le long parcours glorieux et riche en événements de l’Emir Abdelkader a été projeté, récemment en avant-première à la salle Ibn Zeydoun d’Alger.

L e film documentaire se voit comme une biographie de l’une des figures embléma-

tiques de l’Algérie, l’émir Abdelka- der. il retrace le parcours intense et le destin peu commun sinon riche en événements en commençant par sa naissance à El Guettana dans la ré- gion de Mascara, son passage à l’école coranique, laquelle a eu une influence sur l’identité de l’homme, le voyage mystique qu’il a effectué en pèlerinage à La Mecque, jusqu’à sa Moubayaâ en 1832, et qui marque le début de son engagement militaire contre le colonisateur français. Un combat d’une durée de 15 ans ja- lonné par tant d’événements aussi douloureux que glorieux comme les massacres perpétrés par le sinistre Saint-Arnaud, la politique de la terre brûlée, le traité de la Tafna avec le général Bugeaud en 1837, la destruc- tion des trois capitales, notamment la création stratégique d’une capitale itinérante, à savoir la Smala dont l’armée française ne saurait trouver s’il n’y avait pas de trahison au sein

de l’armée de l’Emir. Le film s’étale méticuleusement sur l’exil français de l’Emir à Toulon, Amboise et Pau, entre 1847 et 1852. « La période ou

l’Emir a séjourné en France est très importante. C’est la fin de l’ère homme d’Etat pour le début du par- cours spirituel de l’homme », a es- timé le cinéaste. Par la suite, le film revient sur son bref passage à Bursa (Turquie) avant de mettre le cap vers le terminus de son épopée ; la Syrie dans laquelle l’Emir a rendu son der- nier soupir en 1883. Le documentaire est mar- qué également par l’intervention de nombreux anthropologues, historiens et chercheurs en histoire. Produit par l’Agence algérienne pour le rayonne- ment culturel (AARC), avec le sou- tient de « Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011 », et notam- ment le soutien du ministère de la Culture, le cinéaste a affirmé qu’il n’a eu aucune pression quant au contenu de son documentaire. « Per- sonne n’a essayé d’influer sur le pro- jet de mon documentaire. Nous avions eu la totale liberté d’aborder le sujet », a affirmé Salem Brahimi qui est aussi co-scénariste avec la française Audrey Brasseur. L’histoire de l’Emir a fait couler beaucoup d’encre partout dans le monde et durant plus d’un siècle, car Abdelkader est un sym-

rité aux venelles de la théologie soufie qu’ont fait de lui un homme que la mémoire évoquera pour toujours. Quoi que les 96 minutes du film documentaire re-

tracent les étapes marquantes de la vie de l’émir Ab-

, quelques événe- ments phares de son itinéraire ont été minimisés ou cités brièvement à l’instar de la déci- sion primordiale qu’il avait prise en choisissant d’arrê- ter le combat de choisir l’exil. Le réalisateur du film, Salem Brahimi a expliqué à l’issue de la projection lors d’un débat avec la presse que « C’est très facile de juger, mais c’est beaucoup plus dif- ficile d’essayer de comprendre l’iti-

néraire d’une personne. Le temps de guerre était fini pour l’Emir Abdel-

Le temps de guerre était fini pour l’Emir Abdel- d e l k a d e

d

e

l

k

a

d

e

r

bole de liberté avant qu’il ne soit un chef militaire, il était un homme po- litique, poète, philosophe, et théolo- gien soufi. Le documentaire démontre la dimension planétaire d’Abdelkader à travers la ville bap- tisée à son nom aux Etats-Unis, ainsi que son parcours spirituel, la médi- tation et la recherche de l’ultime vé-

kader en 1847, on peut interpréter son choix différemment », pour ce qui du bref passage des trente der- nières années de la vie d’Abdelkader qu’il avait passées en Syrie, Salem Brahimi explique que c’est la même raison qui avait ajournée la sortie du film prévu pour fin 2011 : « La situa- tion sécuritaire en Syrie nous a telle- ment retardé, il était prévu de se rendre à Damas, mais il a fallu enga- ger une boîte de production syrienne pour avoir les quelques séquences re- latives au passage d’Abdelkader en Syrie », a-t-il affirmé. Le documen- taire relate le rôle prépondérant qu’a joué l’Emir dans le processus de paix entre les chrétiens et les musulmans druzes. De son coté, le goual (narrateur), Amazigh Kateb, relate chronologi- quement l’histoire de Abdelkader en arabe dialectale : « Le cinéaste m’a remis un scénario en arabe classique, je ne me sentais pas à l’aise dedans dans l’interprétation du texte, c’est donc pourquoi j’ai proposé le même texte en arabe dialectal, avec le soin d’être compris dans tous le monde arabe », a justifié le leader du groupe Gnawa diffusion. Kader Bentounes

5 e FORUM iNTERNATiONAL SUR LA ViE ET L’œUVRE DE KATEB YACiNE

L’écrivain interpellait la conscience française

L es participants au 5 e forum international sur la vie et l’œuvre de Kateb Yacine ont souligné vendredi à Guelma que Si Kateb écrivait en

français, “C’était en réalité pour dire aux Français qu’il n’était pas de leur pays”. Ouvert mercredi au théâtre régional Mahmoud-Triki, ce rendez-vous académique porte sur “Kateb Yacine, la langue, l’art et la Révolution”. Un thème amplement dé- taillé par des universitaires lors des quatre commu- nications de vendredi. Les chercheuses universitaires Saalla Kittar et Raphaëlle Herout, de l’université de Caen-Basse Normandie (France) ont présenté une analyse sémantique, linguistique et textuelle de certaines œuvres de Kateb Yacine pour souligner que l’écrivain “écrivait réellement en langue française pour dire aux Français qu’il n’était pas français”. Avec sa manière d’allier la poésie et le style dramatique, les chercheuses ont revisité les œuvres de Kateb Yacine pour donner un aperçu sur les visions de l’écrivain sur la problématique de la langue française, ses engagements dans la lutte contre l’occupant et la défense de ses convictions, celles de construire une nation algérienne dont les racines et les origines sont indépendantes du colo- nisateur. Les deux universitaires ont évoqué ce qu’avait écrit Kateb Yacine au sujet des massacres du 8-Mai-1945, à Sétif, Guelma et Kherrata, ainsi que des manifestations du 17 octobre 1961 pour soutenir que l’écrivain interpellait la conscience française : “Peuple français, vous êtes désormais té- moin de ce qui s’est passé dans la Seine à Paris”. M mes Kittar et Herout ont considéré que la lutte de

Kateb Yacine pour la liberté était “amplement illus- trée dans ses œuvres et ses pensées”. M. Pawlicki Jedrjez, de l’université Adam Mickiewicz de Poz- nan’, (Pologne) a présenté une approche entre Nedjma de Kateb Yacine et La légende d’Ulenspie- gel de l’écrivain belge Charles de Coster pour affir- mer que les deux œuvres littéraires sont considérées comme “des fondements des littératures algérienne et belge”. Cet universitaire a fait part de “simili- tudes” entre les deux écrivains, en l’occurrence leur utilisation de la langue française, leur lutte pour la liberté de leur pays ainsi que leur proximité des dif- férentes couches de la société, travailleurs, artistes et peintres notamment. Les questions de l’espace et du contexte historique et idéologique et celles de la liberté et de la relation entre l’histoire et le mythe dans les littératures algérienne et belge ont été éga- lement abordées par M. Jedrjez. L’approche présen- tée a été considérée par les présents comme “une nouvelle voie pour une nouvelle lecture littéraire des œuvres de Kateb Yacine”. Le cinquième forum international sur la vie et l’œuvre de Kateb Yacine sera clôturé samedi avec des recommandations et l’annonce du lauréat du prix littéraire international Kateb Yacine, récompensant les meilleures œuvres littéraires et d’analyse éditées entre janvier 2012 et novembre 2013, selon les organisateurs. Les invités à ce forum ont été conviés à une visite dans la ré- gion d’Aïn Ghrour, dans la commune de Hammam N’baïls, terroir de la tribu Beni Keblout d’où est issue la famille de Kateb Yacine.

7

e FESTiVAL REGARDS SUR LE CINÉMA ALGÉRIEN DéBUT FéVRiER à MONTPELLiER

Promotion de la cinématographie algérienne

L e 7 e Festival Regards sur le cinéma algérien, une manifestation organisée annuellement dans la ville de Mont-

pellier (Sud de la France), débutera le 6 fé- vrier prochain pour durer toute l’année 2014 à travers divers points de la région de l’Hérault, a-t-on appris vendredi auprès des organisateurs. A l’affiche de cette manifes- tation cinématographique, Les jours d’avant de Karim Moussaoui, un film ra- contant l’histoire de Djaber et Yamina, deux voisins dont les préjugés ont rendu difficile la rencontre. Mais l’amour qu’avait l’un pour l’autre finira par triompher, modifiant à jamais leurs destins. Autre film pro- grammé le 10 février dans la même salle, La traversée, un documentaire d’Elisabeth Leuvrey, traitant des mouvements migra- toires entre la France et l’Algérie, constatés chaque été entre les ports de Marseille et d’Alger, avec ces hommes chargés de sacs mais aussi d’histoires. Ces deux projections lanceront la manifestation en février qui se poursuivra tout le long de l’année à Béziers, Font Romeu, Lunel, Clermont l’Hérault, Le Vigan, Ganges, Palavas, Sète, Fronti- gnan, Quillan, et autres villes de la région. “La liste n’est pas limitative et change chaque année selon les programmateurs et associations locales. Nous souhaitons éta-

blir des coopérations avec toutes les asso-

ciations qui s’intéressent à la culture algé- rienne”, a indiqué à l’APS le président de l’association Regards sur le cinéma algérien (RCA), Jacques Choukroun. Ce dernier es- père faire de 2014, qui coïncide avec le 60 e anniversaire du déclenchement de la guerre de Libération nationale, une année d’ouver- ture de la manifestation sur d’autres aspects de cette culture. Pour s’inscrire “convena- blement” dans la durée et garder une sou- plesse de calendrier, les organisateurs du festival comptent présenter les films algé- riens dès que leur sortie le permet. “Nous ne voulons pas être un festival de plus sur

Nous n’avons pas de critères

le sujet (

de sélection mais la volonté de montrer la production algérienne qui reste modeste en nombre de films longs métrages, ce qui in- terdit toute idée de sélection”, a expliqué M. Chakroun. Selon lui, une des caractéris- tiques de la manifestation est bien la vo- lonté de voir le cinéma algérien présenté dans les salles de cinéma connues de la ré- gion. “Notre ambition est de convaincre programmateurs de salles, animateurs de ciné-clubs, de médiathèques ou maisons pour tous, de mettre à l’affiche les films les plus récents du cinéma algérien”, a-t-il pré- cisé.

)

SS éé ll ee cc tt ii oo nn

D étente - T V

21

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla
Page animée par Mourad Bouchemla
Nº 3619 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I
Nº 3619 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I

Nº 3619

Nº 3619 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
Nº 3619 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II

Mots CROISÉS

Nº 3619 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I-Qui positive. II-Fendillé-Tout ouvert.III-Genre musical-Cloison nasale.IV-Individualisme.V-A le cœur qui bat-Temps faible en musique. VI-Un projet-Et le resteVII-Un acqéreur. VIII-Indifférent-Outil de sculpteur. IX-Fibre naturelle-Souple. X-Croiser.

VERTICALEMENT

1-Monstre des contes-Un courrier. 2-Taxe de passage-Battement d’oeil.3-Victorieux.4-Dans nice-Mille.pattes.5-Quartier des officiers- Singe.6-Découle-préfixe.7-Bien habiller-Presse. 8-Pot de labo-D’une série.9-Savant-Plaisir de vache. 10-Tronçonner.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
O
P
T
I
M
I
S
T
E
2
G
E
R
C
E
A
E
R
E
3
R
A
I
S
E
P
T
U
M
4
E
G
O
I
S
M
E
D
5
E
M
U
A
R
S
I
S
6
C
P
L
A
N
E
T
C
7
A
C
H
E
T
E
U
R
I
8
B
L
A
S
E
I
F
E
R
L
I
L
E
G
E
R
E
9
N
E
N
T
R
E
M
E
L
E
R
10

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 O L I V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
O
L
I
V
E
E
D
A
M
2
A
V
E
A
U
E
N
A
3
S
A
R
I
N
O
T
A
I
4
I
D
E
N
T
I
T
E
N
5
E
S
E
R
M
E
N
T
S
6
N
E
S
A
E
D
A
7
P
E
N
I
N
S
U
L
E
I
8
O
A
N
T
E
L
I
R
A
N
G
E
R
E
E
R
9
L
I
B
E
R
T
A
I
R
E
10
Mots FLÉCHÉS Nº 3619 FRUITÀHUILE ————————————— FROMAGE
Mots FLÉCHÉS
Nº 3619
FRUITÀHUILE
—————————————
FROMAGE
—————————————
EN PEAU
PETITÀL’ÉTABLE
UNIFORME
————————————
——————————
GRANDEÉCOLE
EN ADDITION
————————————
SOUSTRAIT
ROBE INDIENNE
————————————
REMARQUAI
————————————
PRENDRE
TOUT SONTEMPS
RECUEIL DE MOTS
————————————
CARACTÉRISTIQUE
———————————
COLL
PROMESSES
——————————
SURVEILLAI
CHANCE
EN DAIM
————————————
————————————
ÉCLOS
EN SALLE
————————————
————————————
SE BAIGNE
EXISTERA
MEMBRES
—————————————————
FAVORISER DE NOUVELLE POUSSES
—————————————————
IRLANDE
SAHARIEN
———————————————
TERREÉMERGÉE
———————————————
SPÉCIALISTEMÉDICAL
CRISERIE
—————————————————
EN SOI
—————————————————
NOTE EN BAS DE PAGE
MESURE DE CHINE
————————————
PRÉFIXEHISTORIQUE
————————————
EN ÉVEIL
RAIRE
————————————
MET EN ORDRE
————————————
ARTISAN DE LA LIBERTÉ
Nº 3619
Mot CACHÉ
Grille
3. Académies
33.
Submerger
15 . Echouage
H
T
R
O
I
S
I
E
M
E
P
E
R
P
E
T
U
E
L
O
6. Résilient
34.
Gibecière
20
. Enseigner
A
B
A
V
O
C
H
U
R
E
R
A
C
H
I
D
I
E
N
R
11. Capricorne
35.
Beau-frère
22
. Trésorier
C
R
U
D
I
M
E
N
T
L
L
C
E
R
C
E
L
A
S
E
12 . Dépenaillé
36
. Librement
A
I
N
D
U
S
T
R
I
E
A
F
F
I
V
H
A
G
E
S
23
. Shakehand
13.
Insécurité
37.
Radariste
D
E
E
E
R
Y
E
C
H
O
U
A
G
E
W
R
R
T
T
I
24
. Uredinale
E
N
L
T
E
E
N
S
E
I
G
N
E
R
T
I
E
N
N
L
14.
Grisailler
38
. Chimique
25
. Solfatare
M
R
L
I
L
T
R
E
S
O
R
I
E
R
E
T
N
E
E
I
16.
Assujettir
39.Réclamer
I
O
I
R
L
S
H
A
K
E
H
A
N
D
L
T
I
M
M
E
17.
Récriminer
40. Adduction
27 . Emballage
E
C
A
U
I
U
R
E
D
I
N
A
L
E
E
E
M
E
E
N
18
. Chaudement
41. Prosélyste
29 . Bricoleur
S
I
N
C
A
S
O
L
F
A
T
A
R
E
V
J
I
D
V
T
19.
Enervement
42 . Gronderie
30 . Goujonner
S
R
E
E
S
E
M
B
A
L
L
A
G
E
R
U
R
U
R
E
21.
Cervelet
43. Tuyauteur
P
P
P
S
I
B
R
I
C
O
L
E
U
R
E
S
C
A
E
T
1. Troisième
26.
Springbok
7. Rudiment
R
A
E
N
R
G
O
U
J
O
N
N
E
R
C
S
E
H
N
H
8. 2 . Perpétuel
28.
Ethiopien
Cervelas
I
C
D
I
G
O
A
P
P
R
O
C
H
E
O
A
R
C
E
I
4. Bavochure
N
D
I
S
S
O
N
A
N
T
S
U
B
M
E
R
G
E
R
O
31.
Approche
9. Industrie
G
G
I
B
E
C
I
E
R
E
B
E
A
U
F
R
E
R
E
P
32 . Dissonant
10. Affichage
5. Rachidien
B
L
I
B
R
E
M
E
N
T
R
A
D
A
R
I
S
T
E
I
RELATIF
À HOLLYWOOD
O
C
H
I
M
I
Q
U
E
D
I
R
E
C
L
A
M
E
R
E
K
A
D
D
U
C
T
I
O
N
P
R
O
S
E
L
Y
T
E
N
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: HIPPIATRIQUE
E
G
R
O
N
D
E
R
I
E
T
U
Y
A
U
T
E
U
R
N
E G R O N D E R I E T U Y A U T
E G R O N D E R I E T U Y A U T
E G R O N D E R I E T U Y A U T
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n
R I E T U Y A U T E U R N T é l
R I E T U Y A U T E U R N T é l

Dimanche

09h00 : Bonjour d'Algérie week-end (direct) 10h30 : El badra (17) rediff 11h00 : Santé mag ''rediff'' 12h00 : Journal en français + météo 12h25 : Avis religieux (direct) 12h25 : Avis religieux (direct) 13h25 : Football ''MOB/USMA'' différé 15h00 : Twahacht bladi (direct) 16h30 : Bakugan (43) 17h00 : Il était mille fois 17h30 : Taqder Tarbah 18h00 : journal en Amazigh 18h30 : El badra (18) 19h00 : Journal en français + météo 19h00 : Journal en français + météo 19h30 : Alhane wa chabab 20h00 : Journal en Arabe 20h45 : Canal foot 22h15 : Culture club 23h20 : Sketch algérien

«AVIS RELIGIEUX»

Réalisée par Moussaoui Saliha Présentée par Beredouane M’hamed

12h25
12h25

Une émission interactive à caractère religieux, d’orientation et de vulgarisation, Un rendez-vous hebdomadaire qui tente de répondre aux questions des téléspecta- teurs en rapport à la religion musulmane. Son objectif est de faire comprendre l’Islam à travers le Saint Coran et la Sunna pour mieux s’inspirer.

CANAL FOOT

Émission sportive Présentée par : Radouane Bendali et Mohamed BOUTRIK Réalisée par Amel Benbatouche.

20h45
20h45

C’est une émission sportive qui propose, des résultats, analyses, et re- portages, sur l’équipe nationale et les équipes de division 1 et de division 2 Son objectif est d’informer les membres de la communauté algérienne établie à l’étranger sur tous les résultats ayant trait au football.

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du dimanche 17 Rabie Al-Awwal 1435 correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du dimanche 17 Rabie Al-Awwal 1435
correspondant au 19 janvier 2014 :
- Dohr
12h59
- Asr
15h40
- Maghreb
18h02
- Icha……
……
19h25
Lundi 18 Rabi El-Awwal 1435
correspondant au 20 janvier 2014 :
- Fedjr 06h27
- Chourouk
07h58

AVIS DE VENTE

Vends 02 remorques 20 tonnes, marque KOMET, année 2010, état neuf. Contacter le : 0560 19.96.09

El Moudjahid /Pub du 19/01/2014

LOCATION

EURL EL WATIK Transport loue camion frigorifique 20 tonnes. Contacter le : 0661 53.80.21

El Moudjahid /Pub du 19/01/2014

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION gENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REgIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALgER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

CONDOLÉANCES

Le Directeur Général ainsi que l’ensemble du personnel du Fonds National d’Investissement, très affectés par le décès de la mère de notre collègue Madame ALLEL Hassina, présentent à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant puisse accueillir la défunte en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub du 19/01/2014

CONDOLÉANCES

Le Directeur Général ainsi que l’ensemble du personnel du Fonds National d’Investissement, très affectés par le décès de la mère de notre collègue Madame BESTANI Naïma, présentent à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant puisse accueillir la défunte en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub du 19/01/2014

CONDOLÉANCES

Le Directeur Général, le Conseil de Direction et l’ensemble des travailleurs du Fonds National d’Investissement, très affectés par le décès de la mère de Monsieur BOUTABA Miloud, Secrétaire Général du Ministère des Finances, lui présentent ainsi qu’à sa famille et à ses proches leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant puisse accueillir la défunte en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub du 19/01/2014

CONDOLÉANCES

CONDOLÉANCES
Suite au décès de la mère de Monsieur BOUTABA Miloud, Secrétaire Général du Ministère des Finances,

Suite au décès de la mère de Monsieur BOUTABA Miloud, Secrétaire Général du Ministère des Finances, le Directeur Régional du Trésor à Alger et l’ensemble du personnel du Trésor, très affectés par ce décès, lui présentent leurs sincères condoléances en cette douloureuse circonstance et le prient de croire en leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 102395 du 19/01/2014

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT Nº 01/DIR/CHATT/2014

L’unité des dérivés de marbre CHATT FILFILA - ENAMARBRE Skikda lance un avis d’appel d’offres national ouvert à la concurrence pour la prestation de service :

- LOCATION PELLE CHARGEUSE SUR PNEU

Les soumissionnaires intéressés peuvent retirer le cahier des charges au niveau de l’administration de l’unité sise rue principale Platane FilFila - Skikda. Les soumissions doivent parvenir sous double enveloppe cachetée dans un délai de vingt (20) jours à compter de la première parution du présent avis dans la presse.

El Moudjahid/Pub du 19/01/2014

République Algérienne Démocratique et Populaire

Wilaya de Skikda Daïra de Collo Commune de Cheraia

AVIS D’INFRUCTUOSITÉ NIF Nº : 0963 2131 20734 20

Conformément aux dispositions de la réglementation des marchés en vigueur, la commune de Chéraia, daïra de Collo, wilaya de Skikda, informe l’ensemble des soumissionnaires ayant participé à l’avis d’appel d’offres Nº75/2013 concernant les projets suivants :

- Réalisation centre de la gendarmerie nationale (construction en dur) à la plage de Tamanart. - Aménagement et réhabilitation routes communales (aménagement de piste reliant groupement 50 logements ruraux et route Aïn Aghbel sur 1500 ML) ; sont déclarés infructueux suivant PV de par la commission compétente.

El Moudjahid/Pub du 19/01/2014

REMERCIEMENTS

REMERCIEMENTS

Les familles AMARI et Sahnoun d’Alger, remercient toutes les personnes qui se sont associées à leur peine en ce 40 e jour du décès de leur regretté

Mohamed

AMARI

ce 40 e jour du décès de leur regretté Mohamed AMARI Qu’ils trouvent ici l’expression de
ce 40 e jour du décès de leur regretté Mohamed AMARI Qu’ils trouvent ici l’expression de
ce 40 e jour du décès de leur regretté Mohamed AMARI Qu’ils trouvent ici l’expression de
Qu’ils trouvent ici l’expression de leur reconnaissance émue. « A Dieu, nous appartenons et à Lui

Qu’ils trouvent ici l’expression de leur reconnaissance émue. « A Dieu, nous appartenons et à Lui nous retournons. »

 

Demandes d’emploi

 

Dame, cinquantaine, cherche emploi comme garde-malade et entretien de

maison. Tél. : 0555 83.97.84

 

——o0o——

JH, 29 ans, licencié en sciences économiques, 5 ans d’expérience, cherche emploi dans le domaine aux environs dAlger.

 

Tél. : 0554 14.02.17

——o0o——

Jeune homme, âgé de 21 ans, résidant à Alger, diplômé en plomberie, cherche

emploi à Alger. Tél. : 0550 05.06.50

 

——o0o——

Jeune homme, âgé de 29 ans, résidant à Alger, cherche emploi comme agent polyvalent : électricité bâtiment, plomberie, montage climatiseur, 2 ans d’expérience. Tél. : 0550 05.06.50

 

——o0o——

Homme, 45 ans d’expérience, spécialité mécanique poids lourds, cherche emploi. Tél. : 0554 68.57.58

 

——o0o——

J.H. 34 ans cherche emploi dans un café ou restaurant comme plongeur au niveau dAlger.

 

Tél. : 0794 89.98.60

——o0o——

JH 29 ans, TS en froid industriel et climatisation SN accompli, cherche emploi dans le domaine ou autres. Tél.: 0550.70.51.26

El Moudjahid /Pub du 19/01/2014

 

Dimanche 19 Janvier 2014

Sports

30

EL MOUDJAHID

HANDBALL - CAN-2014

ALGéRIE 23 - ANGOLA 19

Les Verts montent en puissance

Cette troisième rencontre du sept national, considérée comme le sommet du groupe B, a tenu ses promesses sur le plan technique, tactique ou celui de l’engagement physique. Il y avait beaucoup d’in- tensité et les débats ont été franche- ment animés de part et d’autre, au vu des forces en présence. L’An- gola a des traditions dans le hand- ball africain, puisque faisant partie du top dix des meilleures équipes du continent. Aussi les deux sélec- tions ayant remporté leurs deux premiers matches, il s’agissait pour les verts de gagner pour imposer leur suprématie dans le groupe B. Très en verve et mis en confiance après leurs deux succès consécutifs, respectivement face au Nigeria puis la RD Congo, le sept national a abordé ce rendez-vous avec une grande détermination. Les protégés de Réda Zeguili ont fourni un match plein. La première période s’est logiquement terminée à leur

Ph. : Billel
Ph. : Billel

avantage de Boultif and Co sur le score de (12-8). voulant coûte que coûte maintenir leur avance sur les Angolais, Kaâbache et les siens ont poursuivi la rencontre sur le même rythme. Ce qui leur a permis de consolider leur ascendant sur leur adversaire du jour. Soutenue comme à chacune de ses sorties par

un fantastique public tout acquis à leur cause, l’EN est parvenue a ar- raché sa troisième victoire d’affilée (23-19). Bravo aux Fennecs de la petite balle et rendez-vous lundi face au Congo, aujourd’hui est une journée repos. Mohamed Amine Azzouz

Les Congolais saluent le bon accueil des Algériens

Lors de la conférence de presse qui a suivi la rencontre Algérie-RD Congo, l’entraîneur de la sélection congolaise Francis Tuzolana et le capi- taine l’équipe ont tenu à saluer le chaleureux accueil réservé aux délégations des sélections participantes à la CAN-2014 d’Alger. « Tout est Okay, nous sommes hébergés dans les meilleures conditions, la restauration est impec- cable. Toutes les conditions sont réunies pour passer un bon séjour en Algé- rie. On tient à remercier nos frères algériens pour tout », nous ont-ils confié. M. A. A.

Résultats

Groupe A :

Libye - Sénégal Gabon - Tunisie Cameroun - Egypte

23-35

23-33

22-33

Groupe B :

Congo - Maroc

23-36

Nigeria - Angola 19-27 RD Congo - Algérie 23-26

Dames
Dames

APRèS LA vICTOIRE CONTRE LES CAMEROuNAISES 26/21

Titou Souad (Algérie) :

« Face à la RDC, ça sera plus difficile »

« On devait absolument rem- porter ce match et soigner par la même notre goal-average pour évi- ter toute mauvaise surprise, après notre première sortie ratée face au Sénégal. Il nous fallait reprendre confiance ». Nous a déclaré Titou Souad à la fin de la rencontre face au Cameroun, disputée vendredi dernier a la salle Harcha-Hassan, avant de poursuivre : « C’est la vic- toire de la défense. L’équipe a été très solide der- rière pour contenir les assauts de notre adversaire du jour. Personnel- lement, je tiens à saluer la perfor- mance de nos deux gardiennes de but, notamment Sehabi Samia qui a été imparable en seconde période d’autant plus que l’arbitrage ne nous a pas épargné. Nous avons eu cinq expulsions pour deux minutes contre trois seulement pour le Ca- meroun. Pourtant, les joueuses adverses étaient plus agressives dans leurs interventions. » Par ailleurs, la

agressives dans leurs interventions. » Par ailleurs, la handballeuse algérienne a soulevé les difficultés

handballeuse algérienne a soulevé les difficultés rencontrées dans le jeu offensif, évoquant l’absence pour suspension de Dob Nassima. En début de la seconde période, les Camerounaises ont réduit la marque à 15-14. « De retour des vestiaires, notre équipe a connu un

lèger flottement dans les cinq pre- mière minutes. Nos adversaires ont réussi à bloquer nos demies offen- sives. Nous nous sommes alors dis- tinguées par des pertes de balles successives et des ratages impar- donnables face à la gardienne. Même si l’absence de Dob Nas- sima n’a pas arrangé nos affaires, nous avons réussi à trouver la faille dans le système défensif camerou- nais pour reprendre le dessus et prendre définitivement le large », a souligné Titou qui pense déjà au prochain match, en rêvant de finale : « On voulait remporter cette partie avec un large score pour avoir un avantage en cas de goal-average. On vise la première place du groupe pour un adversaire plus abordable en demi finale. Face à la RD Congo on doit être plus volon- taires et réaliser un bon match. Ca sera encore plus difficile que lors des deux premières rencontre, mais on a les moyens d’y arriver.» Rédha M.

ENTRETIEN ExPRESS

AzizDerouaz: «L’ENfaitpartiedesfavoris»

Que pensez-vous des chances du sept national dans cette CAN-2014 ? vous savez, l’Algérie à des tradi- tions dans le handball. C’est l’un des té- nors de la petite balle du continent. Certes, la discipline a connu un certain fléchissement pour les raisons que tout le monde connaît, mais inchallah les choses iront en s’améliorant. Pour ré- pondre à votre question, je dirai que l’EN fait partie des favoris, surtout que la CAN se déroule en Algérie. Malgré la présence d’équipes plus fortes en ce moment comme la Tuni- sie et l’Egypte ? Je réponds par oui. L’EN sera sou- tenu par un formidable public, elle dis- pose de joueurs de qualités, de plus, elle évolue dans un groupe qui, a mon avis, est à sa portée. Je pense qu’on ter- minera en tête de notre groupe. Il y a un autre élément important… Lequel ? Si on se qualifie, on évitera en demi-finale l’Egypte et la Tunisie. C’est le système actuel de la CAN qui le veut. On jouera soit le 3 e de la poule A, soit le second de notre groupe ac- tuel. Cela signifie que l’EN a de fortes chances d’aller en finale, à mon sens. Là, tout sera possible ? vous avez tout compris ! Avec l’ap- port du public et le mental de nos joueurs, je pense qu’ils seront capables du meilleur en finale pour remporter le trophée, même si logiquement la Tuni- sie est le favori en puissance de cette

CAN-2014.

Vous avez pris place parmi le pu-

de cette CAN-2014. Vous avez pris place parmi le pu- blic et non au niveau de

blic et non au niveau de la tribune d’honneur, peut-on savoir pourquoi

?

Je ne peux me mettre au même en- droit que certains membres actuels de la Fédération algérienne de handball qui ont vendu leur honneur et ont fait

dans la traîtrise. Aussi, je ne supporterai pas d’être aux côtés du président du COA qui n’a pas été loyal envers ma personne dans l’affaire que tout le monde connaît à présent. Pour ce qui me concerne l’affaire déposée en jus- tice contre le président de la CAHB suit son cours dans le bon sens. Pour termi- ner, je tiens à informer, que l’amicale des anciens handballeurs organise à l’ES/ISTS des journées d’études ; les lundi, mardi, mercredi et jeudi de la se- maine en cours, sur le développement de l’entraînement dans le handball. Trois invités français de marque y pren- dront part. voilà tout ! Entretien réalisé par

M. A. Azzouz

ABDELMALEK SLAHDJI (GARDIEN DE BuT) :

« On croit en notre étoile »

Vous êtes en train de réaliser de grands matchs, votre sentiment ? Je crois avoir acquis beaucoup d’ex- périence à présent. Je me donne à fond à l’entraînement et je crois en mes ca- pacités. Tout cela me permet d’être en confiance et de jouer sur ma véritable valeur.

A chacune des sorties de la sélec- tion, le public est émerveillé par vos prestations de premier ordre… Cela ne peut que me réjouir et m’encourager à donner encore plus lors des rencontres à venir. Nous consti- tuons un groupe au sens propre du terme. Sur le terrain nous sommes tous solidaires et déterminés à honorer l’Al- gérie lors de cette CAN. La jouer chez nous nous stimule davantage puisque nous avons la chance de compter sur notre merveilleux public qui est à fond derrière nous.

Pensez-vous votre équipe capable d’aller chercher le trophée ? Comme vous le constatez par vous- mêmes, les matchs sont difficiles. Pour preuve ceux que nous venons de livrer face à la RD Congo et l’Angola. Il y a

venons de livrer face à la RD Congo et l’Angola. Il y a aussi des équipes

aussi des équipes solides dans la com- pétition telles la Tunisie et l’Egypte.

Certes, il faut-être réaliste. Cela dit, on croit en notre étoile. On fera le maxi- mum pour au moins accéder en finale, puis tout sera possible. Il faut y croire et continuer à se donner à fond. Nous devons aussi combler nos lacunes et éviter de faire trop d’erreurs. Entretien réalisé par

M. A. Azzouz

Sports

EL MOUDJAHID

31

LIGUE 1 (16 e JOURNéE)

Les Chélifiens remportent le derby de l’Ouest

Le match avancé de la 16 e journée de la Ligue qui s’est joué au stade Boumezrag de Chlef entre l’ASO et le MCO est revenu aux locaux.

I ls ont remporté une précieuse victoire sur le score de 2 à 0 sur des buts de Tedjar (78’) et Daham (90+1). Un succès mérité

qui permet à l’équipe chélifienne de se hisser provisoirement à la deuxième place. Ceci prouve que cette équipe de l’ASO ne veut rien lâcher, même si Meziane Ighil avait af- firmé que son «équipe jouera match par match. Car rien ne sera facile pour le moment pour tout le monde». Par conséquent, il fau- dra rester mobiliser jusqu’au bout du fait que cette phase retour ne sera pas une simple si- nécure pour la plupart des équipes à com- mencer pour les prétendants fort nombreux

en ce moment. Sur le plan de l’arbitrage,

Mial qui a officié cette empoignade derby

entre deux équipes qui ne se connaissent que trop bien. Cette défaite des Hamraoua a eu

un effet négatif sur le moral du groupe qui

voulait continuer sur sa lancée après sa vic- toire de la dernière journée face au CRB à Oran. Cet échec face à l’ASO pourrait tem- pérer quelque peu leurs ardeurs. Toutefois, il faut dire que les Rouge et Blanc d’Oran avaient manqué de présence en seconde mi- temps. C’est à ce moment là que les Chéli- fiens, grâce à un bon coaching d’Ighil, ont décidé de frapper. Une façon qui a été profi-

ont décidé de frapper. Une façon qui a été profi- table aux locaux et désastreuse pour

table aux locaux et désastreuse pour les visi- teurs. Il est clair qu’il est encore possible pour rattraper le temps perdu, surtout lorsque l’équipe évolue at home. Avec 19 pts dans son escarcelle, le MCO est loin d’avoir as- suré ce qui doit l’être. Certes, elle est mieux

positionnée, mais elle n’est pas tellement loin des équipes positionnées aux dernières loges. Hamid Gharbi

RésultAt

Aso-mCo 2-0

USMH

Des changements à la tête de la direction harrachie ?

Il est certain que l’USMH,

une équipe qui avait défrayé la chronique, souffre manifeste- ment de problèmes d’argent et

ce depuis plusieurs années. Le

manque d’argent a toujours été

le frein qui avait contribué à ren- dre la «machine moins huilée».

Il y’a quelques semaines, tout le

monde avait parlé avec satiété

sur les changements qui allaient

se produire au niveau de la pré-

sidence du club. On avait même avancé la démission de Moha- med Laïb de la SSPA/USMH. Néanmoins, sur le terrain les choses se déroulent autrement, puisque le premier responsable

du club est toujours là. Certes, il

avait confirmé son départ de la présidence du club le considé- rant même comme irrévocable,

mais les supporters, les joueurs

ne voient encore rien venir. Tou-

jours est-il, l’éventualité de l’ou- verture du capital est toujours d’actualité. Elle avait même été confirmée par l’intéressé. Pour

Elle avait même été confirmée par l’intéressé. Pour le moment, Laïb est toujours en poste et

le moment, Laïb est toujours en poste et l’équipe harrachie est toujours domiciliée au stade d’El Mohammadia. Toujours est-il, l’arrivée de nouveaux sponsors n’est nullement une chimère. Cela pourrait se concrétiser si le CA du club ainsi que son président accep- tent d’ouvrir le capital. Car ce prêt va permettre de renflouer

EquipE nAtionAlE

les caisses du club qui a un be- soin pressant d’argent frais pour faire fonctionner le club durant cette phase retour. C’est une question de temps pour voir les Harrachis repartir du bon pied et éviter, si ce projet des nouveaux actionnaires se concrétise, les soucis d’argent d’une façon quasi-définitive. Hamid G.

PRESSENTI POUR RENFORCER LES RANGS DE L’EN

La FAF « négocie » avec Bentaleb

Vahid Halilhodzic a accepté

de laisser la porte de l’EN en-

trouverte à deux nouveaux

joueurs. Il a prévu de rendre vi- site à certains joueurs suscepti- bles d’être convoqués pour le prochain Algérie – Slovénie du 5 mars prochain. L’une des ci- bles privilégiée d’Halilhodzic, le milieu offensif de Tottenham (Premier League, Angleterre), Bentaleb. Comme nous l’avions révélé ici même dans notre édi- tion d’hier, ce jeune joueur né

en France s’apprête à recevoir

Vahid Halilhodzic à Londres. Une rencontre que le sélection- neur veut comme une prise de

contact. Il ira s’enquérir du pro-

fil

du joueur. Pour sa part, celui-

ci

demandera à connaître les

projets du sélectionneur le concernant. Mais le plus impor-

tant se joue entre la FAF et la fa- mille de Bentaleb. En effet, un premier contact a été établi il y

a quelques jours entre un mem-

bre influent de la FAF et le frère

du joueur, lequel a accepté de

de la FAF et le frère du joueur, lequel a accepté de jouer les intermédiaires avec

jouer les intermédiaires avec sa famille. Depuis deux jours, des pourparlers ont débuté avec le

père du joueur, mandaté par son

fils pour parler à sa place.

Comme on l’avait fait avec Taï- der et Belfodil, il y a quelques mois et Ryad Boudebouz, il y a quelques années, Mohamed Raouraoua a choisi de parler di- rectement avec le «tuteur» du

joueur pour le convaincre d’op-

ter pour l’Algérie, sachant

qu’avec les joueurs nés en France, la décision est d’abord d’ordre «familial» plutôt que sportive. Selon une source proche du dossier, les négocia- tions «avancent doucement, mais sereinement. C’est en très bonne voie. A la base déjà, Ben- taleb n’est pas contre l’idée de jouer pour l’Algérie. Il veut juste éclaircir certains points avec le sélectionneur avant de rendre sa réponse», assure notre source. Comme nous l’avions révélé ici, Bentaleb (5 titularisa- tions cette saison) voudrait avoir des garanties de jouer le Mon- dial. Reste à savoir si Vahid Ha- lilhodzic lui dira ce qu’il veut entendre. Au mieux, il lui ouvre les portes de la sélection, comme il avait fait avec Ghou- lam, Taïder et Belfodil, tout en se laissant le pouvoir de déci- sion, comme pour lui rappeler qu’il est le seul maître à bord. Oui, c’est aussi une question

dégo ! A. Benrabah

CHAMPIONNAT PROFESSIONNEL DE LIGUE UNE

MCA 2-JSMB 1 A l’arrachée

C’est une victoire à l’arra-

chée que le Mouloudia d’Alger

a réalisé, hier à Bologhine,

face une formation de la JSM Bejaia impressionnante. Les poulains du coach Bouali se sont imposés par le score étri- qué de 2 buts à 1, après avoir été mené au score. Evoluant avec un schéma tactique de base plus ou moins prudent (4-2-3-1), les visiteurs étaient visiblement mieux or- ganisés sur le terrain, avec un bloc assez haut et très com- pact. Opérant principalement par des contres rapides sur le flanc droit du MCA, afin de profiter des montées de Ha- choud, ces derniers se sont montrés très dangereux dès les premières minutes de la partie. Cette stratégie a fini par

payer. A la 21 e minute de jeu, Niati, idéalement servi par Tatem en profondeur parvient à tromper la vigilance de Dje- mili et donne l’avantage à son équipe. Le Doyen tente de réa- gir mais ne parvient pas à trou- ver la faille. La disposition tactique adoptée (4-3-3 avec deux milieux récupérateurs) et l’animation offensive n’étaient les bonnes. En inversant la pyramide au milieu du terrain (un récu- pérateur et deux meneurs) en seconde période et en incorpo-

rant Ouali à la place de Yachir,

le MCA est parvenu à renver-

ser la vapeur en se créant plu- sieurs occasions de but. Ainsi, sur un corner bien botté par Kacem, Djalit remet les deux formations a égalité, d’un tir à bout portant. L’attaquant du Mouloudia, qui a reçu son sou- lier du meilleur buteur de la saison écoulée, récidive dans les arrêts de jeu de cette partie en transformant le penalty ac- cordé par M. Saidi. A la fin du match, l’auteur du but de la JSMB a reçu un carton rouge pour avoir bous- culé l’arbitre, alors que le por- tier du MCA a été atteint à la tête par un projectile lancé des gradins. Une blessure, heureu- sement, sans gravité. Rédha m.

D

ans la lucarne

La FAHB tient son pari

l Le handball algérien a vécu comme on le sait des moments très difficiles caractérisés par

l’absence d’un championnat national viable. Puis, avec la prise en main du ministère de la Jeunesse et des Sports par le professeur Mohamed Tahmi, qui ne connaît que trop bien cette discipline du handball pour avoir été un ancien président de la Fédération algérienne de handball (FAHB), les choses ont évolué superbement dans le sens attendu par tous, puisque le «jeu à sept» national a retrouvé subitement sa sérénité. Le nouveau président de la FAHB, Saïd Bouamra, malgré le manque de temps entre son intronisation à la tête de la Fédération et l’organisation de cette CAN 2014 de handball a réussi une véritable prouesse technique et organisationnelle. En effet, il n’était nullement évident de réunir treize nations africaines en un temps record pour ainsi dire. De plus, on avait mobilisé tous les moyens matériels pour que ce rendez-vous de la fine fleur africaine ait la réussite espéré par tous. Et les propos élogieux du président de la CAHB, Mansourou Arémou ne sont que le témoignage vivant de tout ce qui a été fait par la FAHB et le MJS. D’ailleurs, le président de la FAHB lors de son discours inaugural n’avait manqué de louer la grande aide du MJS, notamment du ministre lui-même qui s’est investi sans compter. Aujourd’hui, et avec les trois salles réservées à cette manifestation sportive africaine, on peut dire que tout se déroule comme sur des roulettes. La cérémonie d’ouverture a été une grande réussite et avait donné une certaine allure à ce rendez-vous d’Alger. La salle Harcha s’est parée de ses meilleurs atours afin d’offrir les meilleures garanties à une discipline africaine en nette progrès. On avait vu la prestation des Congolais (République démocratique du Congo) devant nos représentants. Ils nous ont donné des «sueurs froides» par leur force, leur talent et surtout leur gabarit. Ce qui prouve que le handball africain est sur la bonne voie. Et avec plus de moyens, il peut rivaliser avec les meilleurs. Toujours est-il, les organisateurs algériens ont été à la hauteur de toutes les espérances en étant au rendez-vous de ce grand rendez-vous de la fine

fleur du continent. Chapeau bas ! Hamid Gharbii

MEILLEUR CLUB AFRICAIN 2013

L’ES Sétif 12 e , Al Ahly en tête

L’ESSétif, seule équipe algérienne classée, occupe la 12 e place au classement des quinze meilleurs clubs africains de football de l’année- 2013 du magazine Jeune Afrique, publié ce ven- dredi et dominé par Al Ahly, vainqueur de la Ligue des champions. L’ES Sétif n’a pas vrai- ment brillé en coupe de la Confédération (dernière du Groupe B), mais son titre de champion obtenu en mai dernier compense assez largement sa discré- tion sur le plan continen- tal.’ Le club égyptien d’Al Ahly, meilleure équipe africaine 2013 a remporté face à Orlando Pirates (1- 1, 2-0) sa seconde Ligue des champions d’affilée, et surtout la huitième de son histoire, ce qui fait de lui le recordman des vic- toires (8) dans la plus prestigieuse des coupes

africaines. Le CS Sfaxien arrive en seconde position grâce à une année parfaite.

Il a d’abord remporté le championnat, brisant au passage la domination de l’Espérance de Tunis, qui restait sur série de quatre titres consécutifs, puis la Coupe de la confédération aux dépens du TP Ma- zembe (2-0, 1-2).’ Le Raja Casablanca complète le podium grâce à son titre champion du Maroc (le onzième de son histoire) et sa place de finaliste à la Coupe du monde des clubs face au Bayern Mu- nich (0-2), après avoir éli- miné, notamment les Mexicains de Monterrey (2-1) et surtout les Brési- liens de l’Atletico Mineiro en demi-finale (3-1). Les résultats obtenus en Ligue des Champions, Coupe de la confédération en 2013 et Coupe du monde des clubs «ce qui facilite l’écrémage» ensuite ceux récoltés sur la scène locale sont les critères pris en compte dans l’établisse- ment de ce classement de Jeune Afrique».

ClAssEmEnt 2013

1. Al-Ahly Le Caire (Egypte)

2. CS Sfax (Tunisie)

3. Raja Casablanca (Maroc)

4. TP Mazembe (RD Congo

-. Orlando Pirates (Afrique du Sud)

6. Cotonsport Garoua (Cameroun)

7. Stade Malien (Mali)

8. CA Bizerte (Tunisie)

9. Espérance de Tunis (Tunisie)

-. Séwé Sport San Pedro (Côte d’Ivoire)

11. AC Léopards (Congo)

12. ES Sétif (Algérie)

13. Zamalek (Egypte)

14. FUS Rabat (Maroc)

15. Saint-George (Ethiopie).

D E R N I E R E S MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.354 $
D E R N I E R E S

D E

R N

I

E

R E

S

D E R N I E R E S
MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.354 $ Le Brent à 106.32 dollars
MONNAIE
PÉTROLE
L'euro à 1.354 $
Le Brent
à 106.32
dollars

alGérie-JaPon-turKméniStan

Technologiessolaires: l'expérience algériennesollicitéepar leTurkménistan

L'expérience algérienne en matière de développement des technologies solaires est sollicitée par la République du Turkménistan, a déclaré hier à Oran le coordinateur du programme «Sahara solar Breeder» (SSB), mené dans le cadre de la coopération scientifique algéro-japonaise.

«L' expérience algérienne acquise à la faveur du SSB suscite l'intérêt du

turkménistan qui s'apprête à lancer un programme similaire en partenariat avec des experts japonais», a précisé à l'aPS, m. amine-Boudghène Stam- bouli. «a cet effet, une délégation composée de six chercheurs turk- mènes a confirmé sa participation à la 4ème édition du Forum asie-afrique sur l'énergie durable qui se tiendra en mai 2014 à l'université des Sciences et de la technologie mohamed-Bou- diaf d'oran», a-t-il indiqué. Ce Forum coïncidera avec le 6 e workshop international sur le pro- gramme SSB qui a pour objectif l'étude de faisabilité, à l'échéance 2015, d'une opération d'envergure de production électrique à partir du Sa-

hara. lancé en 2010 dans le cadre de la coopération algéro-japonaise, Sa- hara Solar Breeder (élevage de sta- tions solaires au Sahara) met en partenariat trois établissements algé- riens, à savoir l'uSto-mB, l'univer- sité tahar-moulay de Saïda (utmS) et l'unité de recherche en énergies re- nouvelables en milieu saharien d'adrar (urer/mS). la partie japonaise est composée, quant à elle, d'un consortium de huit universités et instituts de recherche qui contribuent à la concrétisation de cette opération tout en accueillant des sessions de formation au profit des jeunes doctorants algériens. Plusieurs pays ont manifesté leur intérêt pour le prochain forum asie- afrique sur l'énergie durable qui met- tra en avant les enjeux de la

coopération internationale pour le dé- veloppement des systèmes énergé- tiques, à l'instar de l'initiative algéro-japonaise. une centaine de chercheurs algé- riens seront présents dans ce cadre aux côtés de leurs homologues étrangers, entre autres du Japon, turkménistan, russie, mongolie, arabie Saoudite, emirats arabes unis, Koweït, oman, Qatar, egypte, libye, tunisie, mauri- tanie et maroc, outre d'autres experts invités du royaume-uni et de l'alle- magne. des compagnies algériennes et étrangères spécialisées dans les seg- ments énergétiques, dont les sociétés nationales Sonatrach et Sonelgaz, sont également attendues à cette manifes- tation scientifique, a fait savoir m. Stambouli.

StratéGie nationale de déveloPPement

Atelier de travail entre M. Babès et les compétences algériennes de Toulouse et de Bordeaux

un workshop (atelier de travail) a réuni hier au Consulat d’algérie à toulouse le président du Conseil na- tional économique et social (CneS), mohamed-Seghir Babès, et la déléga- tion qui l’accompagne avec des ressor- tissants nationaux représentant un échantillon des compétences natio- nales établies à toulouse et bordeaux. Cette rencontre qui s’est déroulées en présence d’abdelkrim Baha et moha- med alam, consuls d’algérie respec- tifs de ces deux circonscriptions consulaires, a été dédiée à un échange de vues concret sur les pistes les plus fiables pour engager des ponts de coo- pération entre les élites nationales, chacune dans sa sphère d’activité,

élites nationales, chacune dans sa sphère d’activité, avec leur pays d’origine. les échan- tillons des

avec leur pays d’origine. les échan- tillons des compétences choisis repré-

ConStantine

sentaient, notamment le secteur uni- versitaire et celui de la recherche, celui du management et de l’entreprenariat et enfin la sphère, qui jusque-là, était la moins explorée par les autorités na- tionales, selon m. Babès, à savoir, les compétences représentées dans la sphère de la gestion, et l’administra- tion, en qualité d’élus au niveau des entités territoriales des municipalités, Conseil généraux ou Conseil régio- naux en France. la mission de proxi- mité que le président du CneS a entamée vendredi à toulouse, émane d'une volonté des pouvoirs publics d'arrimer les compétences na- tionales à la stratégie de développe- ment national.

La maisonnette ayant servi de siège à la Wilaya II historique, près de Zighoud-Youcef, reconstruite

la petite maison ayant servi, du- rant la révolution, de lieu de rencon- tre des responsables de la Wilaya ii historique, reconstruite, a été inaugu- rée, samedi, en marge de la commé-

toresque, distant de 9 km de la com- mune de Zighoud-Youcef, le wali, ac- compagné de nombreux moudjahidine, enfants de chouhada et représentants de la société civile, a

les manifestations commémorant cette date anniversaire, les autorités de la wilaya ont inspecté le projet de réhabilitation de la voie menant à une autres stèle commémorative, celle im-

moration du 59 e anniversaire de la mort du chahid didouche-mourad. Cette humble masure à la toiture en tuile rouge et aux murs en pierre taillée, a été érigée à l’identique sur un terrain de 400 m 2 gracieusement offert par un particulier, en amont de

également inauguré une stèle érigée à la mémoire du chahid didouche mou- rad. Se dressant sur une esplanade de 1.000 m 2 , cette stèle commémorative fait partie d’un projet global de près de 28 millions de dinars constitué, no- tamment, d’une allée piétonnière de

mortalisant la bataille de l’oued Bou- kerkar . les autorités de la wilaya ont également inspecté, dans le prolonge- ment de la localité de Zighoud-You- cef, les projets de réalisation de 10 aires de jeux, avant de poser la pre- mière pierre symbolique du siège de

l’oued Boukerkar, théâtre de l’accro-

500

m de long et d’un parking de

la subdivision de daïra des services

chage au cours duquel le héros di-

800

m 2 . Sur le chemin du retour vers

agricoles et d’inaugurer une cantine

douche-mourad est tombé au champ d’honneur. Sur ce site retiré mais pit-

le chef-lieu de la commune de Zi- ghoud-Youcef, où se sont déroulées

scolaire de 200 rations à l’école ri- kouh tahar.

eleCtion PréSidentielle à madaGaSCar

L’Algérie félicite le nouveau président Hery Rajaonarimampianina

l'algérie a adressé hier ses félicitations au nouveau président malgache, Hery rajaonarimampianina, saluant la mobilisation du peuple malgache et l'engagement des acteurs politiques et institutionnels ayant permis le retour à l'ordre constitutionnel à travers la tenue des élections présidentielles et légis- latives. «a la suite de l’annonce officielle des résultats définitifs de l’élection présidentielle malgache, l'algérie adresse ses félicitations au président élu, Hery rajaonarimampianina», a indiqué le porte-parole du ministère des af- faires étrangères, amar Belani, dans une déclaration à l'aPS. l'algérie «salue la mobilisation du peuple malgache ainsi que l'engagement des différents ac- teurs politiques et institutionnels qui ont permis le retour a l'ordre constitu- tionnel a travers la tenue des élections présidentielle et législatives», a précisé la même source. «nous nous félicitons de cette évolution positive qui augure du retour rapide de ce pays ami dans le giron de la communauté internationale et, plus particulièrement, au sein de la famille de l'union africaine», a-t-il ajouté. «nous exhortons les parties prenantes malgaches à conjuguer leurs efforts en vue de sceller définitivement la réconciliation nationale et de trouver des solutions durables aux défis politiques, économiques et sociaux auxquels le pays a été confronté tout au long de ces quatre dernières années», a-t-il in- diqué.

20 e ConFérenCe de l'uPa

Une délégation parlementaire algérienne à Koweït

une délégation parlementaire algé- rienne conduite par le président de l'as- semblée populaire nationale (aPn), mohamed larbi ould Khelifa, prend part aux travaux de la 13 e session du co- mité exécutif et de la 20 e conférence de l'union parlementaire arabe (uPa) pré- vus ce samedi à Koweït, indique samedi un communiqué de l'aPn. m. ould Khelifa devra prononcer lors de cette conférence qui prendra fin lundi prochain un discours dans lequel il soulignera «l'appui de l'algérie au peu- ple palestinien et son rôle dans la défense de son droit légitime à l'établissement de son etat indépendant avec el Qods pour capitale», précise le communiqué. l'ordre du jour de la conférence comprend l'élection du président de l'uPa et du président de la conférence, ainsi que la présentation d'un rapport sur l'activité de l'uPa et du comité exécuf par le secrétaire général de l'union et ce avant la présentation des décisions du comité pour adoption. il sera également procédé lors de ces travaux à l'examen du point relatif à el Qods, capitale de l'etat de Palestine. les travaux de cette conférence se- ront précédés par la tenue de 13 e session du comité exécutif qui examinera plu-

de 13 e session du comité exécutif qui examinera plu- sieurs thèmes dont le suivi des

sieurs thèmes dont le suivi des décisions

de la 19 e conférence, l'activité internatio- nale de l'uPa et son plan d'action pour

2014.

l'examen du rapport financier de l'exercice 2013 et du budget de l'uPa pour l'année 2014 figure également à l'ordre du jour de cette conférence, ajoute le communiqué.

Forum mondial Sur l’éduCation M. Baba Ahmed à Londres

le ministre de l'education natio- nale, abdelatif Baba ahmed pren- dra part du 20 au 22 janvier au forum mondial sur l'éducation 2014, prévu à londres (Grande Bretagne). la visite du ministre de l'educa- tion qui intervient à l'invitation de son homologue britannique michael Gove constituera une occasion pour examiner les stratégies éducatives et les défis de planification pour les prochaines décennies, a indiqué, sa- medi, un communiqué du ministère. le forum permettra également aux participants de prendre connais- sance des expériences pionnières

dans le domaine de l'education, à la faveur de l'organisation de tables rondes et de communications, ani- mées par des spécialistes dans ce domaine. en marge de la rencontre, le ministre de l'education nationale effectuera une visite à l'exposition des technologies de l'éducation et à la chambre des lords britannique. le ministre aura, par ailleurs, des entretiens avec le représentant spécial du Premier ministre britan- nique pour le partenariat écono- mique avec l'algérie richard risby et le responsable exécutif du conseil britannique martin davidson.

15 e Semaine du Coran à dar el imam

L’importante influence du Saint Coran sur la personnalité algérienne

grande manifestation culturelle et re- ligieuse se tient du 18 au 20 janvier 2014, à l’occasion de la célébration du mawlid ennabaoui, et se décline sous la forme d’un colloque scientifique, portant sur le même thème, accompa- gné d’un concours national de récita- tion et psalmodie du saint Coran. Faisant le lien avec la récente cé- lébration de la fête du mawlid enna- baoui echarif chez nous et dans le monde musulman, le ministre des af- faires religieuses et du Wakf a rap- pelé le solide attachement du peuple algérien au saint Coran et au Prophète mohamed (QSSSl), en soulignant à

cet égard l’importante contribution des savants algériens à la mémorisa- tion et l’enseignement du Coran, en algérie et ailleurs. l’attachement par- ticulier des algériens au Prophète (QSSSl), tant à travers sa «Sira » que sa «Sunna», participe de la même veine, a-t-il ajouté, en citant comme référence les innombrables poèmes en langues arabe et amazigh, faisant l’éloge de mohamed (QSSSl) et de ses hautes qualités. mieux, cet atta- chement particulier pour le Prophète (QSSSl) et pour le livre sacré s’est traduit dans les composantes de la per- sonnalité algérienne, à travers l’his-

toire, a poursuivi le d r Ghlamallah, pour introduire le thème du colloque scientifique sur l’influence du Coran dans la constitution de la personnalité algérienne, organisé à cette occasion. dans ce cadre, le ministre devait rap- peler la grande contribution de l’etat algérien en matière de mémorisation d’enseignement, et d’interprétation du saint Coran, à travers le pays, en met- tant en relief le rôle joué par les écoles coraniques et les zaouias dans l’ap- prentissage et la récitation du Coran, ainsi que dans l’acquisition des sciences religieuses, par la main des illustres savants et chouyoukh du

pays. il a ensuite évoqué les innom- brables valeurs véhiculées par le Coran en mettant l’accent sur la vraie signification de la citoyenneté dans l’islam, ainsi que celles tout aussi im- portantes de la justice et de la tolé- rance, et ce, en se référant au Coran, à la Sunna du Prophète (QSSSl) et à nombre d’exemples précis, comme celui de l’emir abdelkader, sauvant des dizaines de milliers de chrétiens en Syrie, et celui, de la réconciliation nationale, qui a permis à l’algérie de jouir aujourd’hui des bienfaits de la paix et de la stabilité. Mourad A

«influence du saint Coran dans la formation de la personnalité algé- rienne », tel est le thème de la 15 e se- maine nationale du Coran qui s’est ouverte hier, à dar el imam de mo- hammadia (alger), sous la présidence du d r Bouabdallah Ghlamallah, minis- tre des affaires religieuses et du Wakf, en présence de plusieurs mem- bres du gouvernement, de personnali- tés nationales et religieuses et des représentants du corps diplomatique accrédité en algérie. Placée sous le haut patronage du Président de la ré- publique abdelaziz Bouteflika, cette