Vous êtes sur la page 1sur 55

ANATOMIE GENERALE

VARIATIONS INDIVIDUELLES

CROISSANCE ET SENESCENCE

GENERALE VARIATIONS INDIVIDUELLES CROISSANCE ET SENESCENCE Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères

Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères Faculté de Médecine

CROISSANCE ET SENESCENCE Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères Faculté de Médecine 1

1

ANATOMIE DE L ’HOMME ADULTE

L ’anatomie décrit :

un homme, sain, vivant • de sexe male • adulte (30 ans) • stature 170 cm • poids 70 Kg

c ’est à dire dans un état stable, représentant le corps à son développement maximum

170 cm •   poids 70 Kg c ’est à dire dans un état stable, représentant
170 cm •   poids 70 Kg c ’est à dire dans un état stable, représentant

2

TYPES DE CROISSANCE CELLULAIRE

Hyperplasie cellulaire :

croissance multiplicative (période de croissance)

Hypertrophie cellulaire :

croissance auxétique (vie adulte)

  Hypertrophie cellulaire : croissance auxétique (vie adulte) 3 Exemples du glomérule du rein d’après Elias
  Hypertrophie cellulaire : croissance auxétique (vie adulte) 3 Exemples du glomérule du rein d’après Elias
  Hypertrophie cellulaire : croissance auxétique (vie adulte) 3 Exemples du glomérule du rein d’après Elias
  Hypertrophie cellulaire : croissance auxétique (vie adulte) 3 Exemples du glomérule du rein d’après Elias

3

Exemples du glomérule du rein d’après Elias 1964

MODES DE CROISSANCE

MODES DE CROISSANCE 4
MODES DE CROISSANCE 4
MODES DE CROISSANCE 4
MODES DE CROISSANCE 4

4

MODES DE CROISSANCE naissance  5

MODES DE CROISSANCE

MODES DE CROISSANCE naissance  5

naissance

MODES DE CROISSANCE naissance  5

5

Le rythme des variations

I - Modifications progressives : croissance, sénescence • II - Modifications brusques : naissance, puberté, ménopause

progressives : croissance, sénescence •   II - Modifications brusques : naissance, puberté, ménopause 6

6

I : VARIATIONS PROGRESSIVES

1 - morphogénèse : organogenèse, mise en place

2 - croissance : histogénèse, fœtale ou pré-natale et post-natale

3 - maturité : état de stabilité, anatomie de

référence

4 - sénescence : vieillissement, régression

3 - maturité : état de stabilité, anatomie de référence 4 - sénescence : vieillissement ,

7

I - ORGANOGENESE

Définition : période embryonnaire de formation et de mise en place des organes définitifs, dite phase post-somitique

Durée : 2ème mois de la

vie intra-utérine du 30ème au 60ème jour [stades XIII à XXIII]

dite phase post-somitique Durée : 2ème mois de la vie intra-utérine du 30ème au 60ème jour
dite phase post-somitique Durée : 2ème mois de la vie intra-utérine du 30ème au 60ème jour

8

ORGANOGENESE

Stade : période pendant laquelle se produisent les mêmes évènements. Ceci impose pour la croissance de l ’embryon des :

- durée

- date

- rythme

impliquant une coordination (ou synergie) de croissance

Passage par des stades intermédiaires qui régressent.

  Passage par des stades intermédiaires qui régressent. d’après Henri Pineau, 1965 La croissance et ses
  Passage par des stades intermédiaires qui régressent. d’après Henri Pineau, 1965 La croissance et ses

d’après Henri Pineau, 1965 La croissance et ses lois

9

•   Vitesse de croissance
•   Vitesse de croissance
•   Vitesse de croissance EH 30 mm II - CROISSANCE FOETALE d’après Henri Pineau, 1965
•   Vitesse de croissance EH 30 mm II - CROISSANCE FOETALE d’après Henri Pineau, 1965

EH 30 mm

•   Vitesse de croissance EH 30 mm II - CROISSANCE FOETALE d’après Henri Pineau, 1965

II - CROISSANCE FOETALE

  Vitesse de croissance EH 30 mm II - CROISSANCE FOETALE d’après Henri Pineau, 1965 La

d’après Henri Pineau, 1965 La croissance et ses lois

10

Période

foetale

CROISSANCE POST-NATALE

globale

- de la hauteur (stature)

- du poids

•   globale - de la hauteur (stature) - du poids d’après Henri Pineau, 1965 La
d’après Henri Pineau, 1965 La croissance et ses lois
d’après Henri Pineau, 1965
La croissance et ses lois

11

CROISSANCE POST NATALE

À la naissance, à terme, en moyenne le nouveau- né mesure 50 cm, pèse 3000 g.

courbe de croissance post natale (Sempé)

nouveau né

nouveau né

-

-

nourrisson 1ère enfance

- 2ème enfance -

nourrisson 1ère enfance - 2ème enfance -

8 jours 24 mois

8 jours 24 mois

6-7 ans (age de raison)

12-14 ans (Puberté).

nourrisson 1ère enfance - 2ème enfance - 8 jours 24 mois 6-7 ans (age de raison)

12

CROISSANCE POST-NATALE

Spécifique

- croissance générale

- cerveau et tête

- système lymphoïde

- appareil reproducteur

  Spécifique - croissance générale - cerveau et tête - système lymphoïde - appareil reproducteur Tanner

Tanner 1962

  Spécifique - croissance générale - cerveau et tête - système lymphoïde - appareil reproducteur Tanner

13

1- os : points d ’ossification / l’age osseux Exemple du carpe
1- os : points
d ’ossification / l’age
osseux
Exemple du carpe

En rouge, age d’apparition des points d’ossification pour chaque os du carpe

CROISSANCE POST NATALE

2- jointures :

apparition progressive des surfaces cartilagineuses et des fibrocartilages (ex du labrum)

POST NATALE 2- jointures : apparition progressive des surfaces cartilagineuses et des fibrocartilages ( ex du

14

POST NATALE 2- jointures : apparition progressive des surfaces cartilagineuses et des fibrocartilages ( ex du

CROISSANCE TISSULAIRE (HISTOGENESE)

1- A. Tissu déterminé : nombre de cellules ou d ’unité fonctionnelle fixé avant ou à la naissance:

- Neurones (3 mois)

- Fibres musc. squelettiques (muscle strié) 3mois

- Tubules séminifères (testicule)(6 mois)

- Follicules primordiaux (ovaire) (1x106) (6mois)

- Néphrons (rein) (8 mois)

(ovaire) (1x10 6 ) (6mois) - Néphrons (rein) (8 mois) - Fibres musculaires cardiaques (myocarde) -

- Fibres musculaires cardiaques (myocarde)

- Follicules primordiaux (ovaire) (4x105)

15

CROISSANCE TISSULAIRE (HISTOGENESE)

1- B. Tissu déterminé dans l ’enfance :

- Alvéoles pulmonaires (9 ans)

- Villosités intestinales (10 ans)

1- B. Tissu déterminé dans l ’enfance : - Alvéoles pulmonaires (9 ans) - Villosités intestinales

16

CROISSANCE TISSULAIRE (HISTOGENESE)

2- Tissu indéterminé :

- spermatozoïdes

- follicules thyroïdiens

- cordons hépatiques

- acini des glandes exocrines

- cellules endocrines

- cellules sanguines

follicules thyroïdiens - cordons hépatiques - acini des glandes exocrines - cellules endocrines - cellules sanguines

17

CROISSANCE TISSULAIRE

Système nerveux :

le nombre des neurones est fixe,

mais développement de l’ arborisation dendritique

et

myélinisation progressive des nerfs au cours de la croissance

mais développement de l’ arborisation dendritique et myélinisation progressive des nerfs au cours de la croissance
mais développement de l’ arborisation dendritique et myélinisation progressive des nerfs au cours de la croissance

18

III - SENESCENCE

de 25 à 50 ans (adulte), renouvellement des cellules et maintien des fonctions

Après 50 ans, déficit dans le renouvellement cellulaire et donc tissulaire

et maintien des fonctions •   Après 50 ans, déficit dans le renouvellement cellulaire et donc

19

LA SENESCENCE

Processus génétiquement régulé : des premières divisions de l ’embryon à la mort. Les mêmes mécanismes commandent le développement et la mort cellulaire.

Longévité : durée de vie maximale de l’espéce humaine (donnée

génétique)

Espérance de vie life expectancy »): longévité à une époque

donnée pour un homme donné (donnée mésologique)

Espérance de vie à la naissance en 2003 est de 75,6 ans pour un

homme et de 82,9 ans pour une femme [INSEE décembre 2003]

de vie à la naissance en 2003 est de 75,6 ans pour un homme et de

20

LA SENESCENCE

Ou vieillissement

Deux modifications fondamentales :

- diminution de la masse des tissus métaboliquement actifs

- changements qualitatifs et morphologiques des parenchymes restants

de la masse des tissus métaboliquement actifs - changements qualitatifs et morphologiques des parenchymes restants 21

21

SENESCENCE Appareil locomoteur

Os : la minéralisation diminue (ostéoporose) ce qui entraîne tassement osseux et fragilisation osseuse (fracture)

Jointure : vieillissement du cartilage, des ligaments (perte de souplesse)

diminution de hauteur des disques intervertébraux par déshydratation

Muscle : dégénérescence graisseuse

diminution de hauteur des disques intervertébraux par déshydratation •   Muscle : dégénérescence graisseuse 22

22

SENESCENCE Système nerveux

système nerveux :

- perte de neurones

(multiplication du champ dendritique)

- perte de calibre des nerfs (perte d’axones)

nerveux : - perte de neurones (multiplication du champ dendritique) - perte de calibre des nerfs
nerveux : - perte de neurones (multiplication du champ dendritique) - perte de calibre des nerfs

23

II : VARIATIONS BRUSQUES

Naissance : cordon ombilical • Puberté : hormonale • Ménopause : hormonale

BRUSQUES •   Naissance : cordon ombilical •   Puberté : hormonale •   Ménopause :

24

MODIFICATIONS ANATOMIQUES A LA NAISSANCE

Passage à la vie aérienne :

1- La respiration : déplissement des alvéoles pulmonaires (le 1er cri)

2- Fermeture des shunts entre circulation sanguine droite (pulmonaire) et gauche (grande) :

-

communication inter-atriale (fermeture du foramen ovale)

canal artériel (ligament artériel) entre le tronc de l ’artère pulmonaire et l ’arc de l ’aorte.

-

ovale) canal artériel ( ligament artériel ) entre le tronc de l ’artère pulmonaire et l

25

MODIFICATIONS ANATOMIQUES A LA NAISSANCE

3- Fermeture des vaisseaux ombilicaux

- les deux artères ombilicales s ’oblitèrent dans

leur trajet pariétal, elles subsistent comme artères vésicales supérieures

- la veine ombilicale s ’oblitère et devient le ligament rond (ligament teres) du foie.

- le conduit veineux, anastomose entre la veine

ombilicale , la veine porte gauche et la veine cave inférieure se ferme entre la 2ème semaine et le 2ème mois.

veine ombilicale , la veine porte gauche et la veine cave inférieure se ferme entre la

26

•   Age : 12F / 15H
•  
Age :
12F / 15H

Génitale : glandes (début de la spermatogènèse et de l’ovogènèse), glandes secondaires et organes sexuelles dans les deux sexes • Développement général • Soudure des cartilages de conjugaison des os longs : arrêt de la croissance

Soudure des cartilages de conjugaison des os longs : arrêt de la croissance MODIFICATIONS ANATOMIQUES A

MODIFICATIONS ANATOMIQUES A LA PUBERTE

Soudure des cartilages de conjugaison des os longs : arrêt de la croissance MODIFICATIONS ANATOMIQUES A

27

Modification de la taille en fonction de l’age de la puberté

Modification de la taille en fonction de l’age de la puberté 28
Modification de la taille en fonction de l’age de la puberté 28

28

MODIFICATIONS ANATOMIQUES A LA MENOPAUSE

arrêt brutal vers l’age de 50 ans des sécrétions hormonales (œstrogène et progestérone) par l ’ovaire

diminution de la masse musculaire

augmentation de la masse graisseuse

diminution de la calcification osseuse

(ostéoporose)

atrophie cutanéo-muqueuse

asthénie

ralentissement psycho-moteur

   atrophie cutanéo-muqueuse    asthénie    ralentissement psycho-moteur 29

29

« ANDROPAUSE »

Il n’y a pas d’arrêt brutal des sécrétions hormonales chez l’homme mais diminution individuelle progressive : la spermatogènèse continue toute la vie

Vieillissement plus ou moins tardif selon les individus en fonction de facteurs génétiques et mésologiques

•   Vieillissement plus ou moins tardif selon les individus en fonction de facteurs génétiques et

30

31
31
31
31
31
31
31
31
31
31
31
31
31
31
31
31

31

ANATOMIE GENERALE

VARIATIONS INTER-INDIVIDUELLES (Variabilité de la forme humaine) et VARIATIONS INTER-ESPECES (Anatomie comparée)

humaine ) et VARIATIONS INTER-ESPECES ( Anatomie comparée ) Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères

Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères Faculté de Médecine

32

Dans le règne des vertébrés,

L’espèce humaine subit une double évolution :

Individuelle : au cours de l’ontogénèse, chaque homme acquiert sa spécificité , sa personnalité biologique Animale : au cours de la phylogénèse, la lignée humaine s’est singularisée par rapport aux autres lignées animales à partir d’un même plan organisationnelle

humaine s’est singularisée par rapport aux autres lignées animales à partir d’un même plan organisationnelle 33

33

ANTHROPOLOGIE

Le point commun à tous les hommes est la définition de l’homme :

« l’ homme est un animal qui se tient debout, qui a deux mains , qui est doué de raison et qui parle » Aristote

« Tous Parents, Tous Différents »

LE GENE = universalité du vivant

LA FORME = spécificité du vivant

•   « Tous Parents, Tous Différents » LE GENE = universalité du vivant LA FORME

34

ONTOGENESE

Développement d’un individu (être) depuis la fécondation de l’œuf jusqu’à l’age adulte

Variations inter-individuelles liées au développement embryonnaire, en particulier à la période d’organogénèse

Variations inter-individuelles liées au développement embryonnaire, en particulier à la période d’organogénèse 35

35

VARIABILITE DE LA FORME HUMAINE

But de l’anthropologie physique ( Paul Broca, Henri V. Vallois) est l’étude de la variabilité de la forme c.a.d. du phénotype humain • L’anatomie modale : l ’anatomie décrite dans les traités

d ’anatomie représente la forme qui est retrouvée avec la plus grande fréquence Mais pour une même fonction, la morphologie des organes peuvent se présenter de façon différente (polymorphisme génétique).

une même fonction, la morphologie des organes peuvent se présenter de façon différente (polymorphisme génétique). 36

36

VARIATIONS ANATOMIQUES

VARIATIONS ANATOMIQUES 37
VARIATIONS ANATOMIQUES 37
VARIATIONS ANATOMIQUES 37
VARIATIONS ANATOMIQUES 37
VARIATIONS ANATOMIQUES 37
VARIATIONS ANATOMIQUES 37

37

Origine des Variations

Les variations sont soit Héréditaires (génétiques), soit Acquises (épigénétiques)

Mise en place des organes, mais variabilités dans

- divisions des conduits rénaux, hépatiques,

bronchiques

- répartition artérielle, veineuse

- distribution des branches (plexus) et territoires nerveux

bronchiques - répartition artérielle, veineuse - distribution des branches (plexus) et territoires nerveux 38

38

Normalité et Variations

- Le normal et le pathologique

- Caractères quantitatifs : étude biométrique des variations : les courbes de croissance

- Caractères qualitatifs ou discrets : étude statistique de fréquence

variations : les courbes de croissance -   Caractères qualitatifs ou discrets : étude statistique de

39

Variations

Anatomiques

par appareil

Le moins variable : l’appareil locomoteur (os, jointures) et les organes vitaux (SNC, cœur, gros vaisseaux). Toutes variations incompatibles avec la vie.

Le plus variable : les vaisseaux secondaires et les territoires vasculaires, les branches des nerfs, la graisse sous-cutanée Plus la forme d’un organe est variable, moins celle-ci a d’importance fonctionnelle Plus un conduit ou un vaisseau est variable, moins il a d’importance fonctionnelle

fonctionnelle    Plus un conduit ou un vaisseau est variable, moins il a d’importance fonctionnelle

40

Variations de l ’appareil vasculaire

Exemple de l’arc aortique

- tronc artériel brachio-céphalique et carotide commune

gauche naissent séparément de l’arc de l’aorte : disposition classique dans 70 % des cas

- dans 13 % des cas, la carotide commune gauche naît du

tronc artériel brachio-céphalique droit à son origine sur l’arc

- dans 9 % des cas, la carotide commune gauche naît par

trifurcation du tronc brachio-céphalique droit à sa terminaison

9 % des cas, la carotide commune gauche naît par trifurcation du tronc brachio-céphalique droit à

41

Variations viscérales

Exemple : Variations de l ’appareil

urinaire : les différents embranchements des calices majeurs du rein :

-

-

-

-

disposition classique : les trois calices du rein (26%) Disposition à deux calices (38%) Disposition à deux calices avec bifurcation (33%) Disposition sans calice majeur/ pelvis rénal (3%)

d’après Fine et Keen

à deux calices avec bifurcation (33%) Disposition sans calice majeur/ pelvis rénal (3%) d’après Fine et
à deux calices avec bifurcation (33%) Disposition sans calice majeur/ pelvis rénal (3%) d’après Fine et

42

ANATOMIE COMPAREE

Dans la classification zoologique, l’homme est un vertébré (embranchement) mammifère (classe) primate (ordre) hominidés (famille) homo (espèce) sapiens (genre)

un vertébré (embranchement) mammifère (classe) primate (ordre) hominidés (famille) homo (espèce) sapiens (genre) 43

43

PHYLOGENESE

Développement des espèces (phylum ou lignée animale) au cours de l’évolution :

c’est le mode de formation des espèces

Variations inter-espéces liées aux caractères anatomiques propres à chaque espéce animale

des espèces •   Variations inter-espéces liées aux caractères anatomiques propres à chaque espéce animale 44

44

Théories de l’évolution

Le transformisme :

Jean-Baptiste Lamarck

(1744-1829)

«

la fonction crée l’organe »

La sélection naturelle :

Charles Darwin

(1809-1882)

« l’organe le plus adapté se maintient »

naturelle : Charles Darwin (1809-1882) « l’organe le plus adapté se maintient » Le Monde 28
naturelle : Charles Darwin (1809-1882) « l’organe le plus adapté se maintient » Le Monde 28

Le Monde 28 décembre 2002

45

Le squelette

Tous les vertébrés (aériens ou terrestres) sont bâtis sur la même architecture squelettique, le même plan viscéral.

L’anatomie comparée met en évidence la relation entre la forme et la fonction. Exemple des courbures vertébrales liées à la station érigée

Les différences font apparaître les limites de l ’extrapolation à l ’homme de l ’expérimentation animale

Les différences font apparaître les limites de l ’extrapolation à l ’homme de l ’expérimentation animale
Les différences font apparaître les limites de l ’extrapolation à l ’homme de l ’expérimentation animale

46

Les membres

- Les vertébrés terrestres sont bâtis sur le même type squelettique : ceci concerne les mêmes os, les articulations, les muscles

- Les variations de forme du squelette sont liées à une adaptation au mode de locomotion :

sont liées à une adaptation au mode de locomotion : •   Oiseau : MS est

Oiseau : MS est une aile • Quadrupède : MS est un MA locomoteur • Bipède : MS est préhenseur

47

Les viscères

- le cerveau et le système nerveux

- l ’appareil respiratoire

- l ’appareil circulatoire

- l ’appareil digestif

- l ’appareil urinaire

- l ’appareil génital

Quelle que soit la forme, c’est une même fonction qui est assurée

- l ’appareil urinaire - l ’appareil génital Quelle que soit la forme, c’est une même

48

Évolution du système nerveux central

Évolution du système nerveux central Chez l’embryon, l’extrémité craniale du tube neural se renfle en différents
Évolution du système nerveux central Chez l’embryon, l’extrémité craniale du tube neural se renfle en différents

Chez l’embryon, l’extrémité craniale du tube neural se renfle en différents segments : après la moëlle, • le myélencéphale (bulbe), • le métencéphale (pont), • le mésencéphale (pédoncules cérébraux), • le diencéphale, • le télencéphale

49

Télencéphale d’un reptile Télencéphale d’un sélacien Télencéphale d’un mammifère et Rhinencéphale… 50

Télencéphale d’un reptile Télencéphale d’un sélacien Télencéphale d’un mammifère

Télencéphale d’un reptile Télencéphale d’un sélacien Télencéphale d’un mammifère et Rhinencéphale… 50

et Rhinencéphale…

Télencéphale d’un reptile Télencéphale d’un sélacien Télencéphale d’un mammifère et Rhinencéphale… 50
Télencéphale d’un reptile Télencéphale d’un sélacien Télencéphale d’un mammifère et Rhinencéphale… 50
50
50

Unicité biologique et biodiversité

L’ontogènèse récapitule la phylogènèse (HAECKEL) :

l’embryon humain depuis l’œuf unicellulaire jusqu’au fœtus va passer par tous les stades de l’évolution des espèces qui l’ont précédé

ainsi les arcs branchiaux des poissons se retrouvent chez l’homme dans le réseau vasculaire de la tête et du cou

ainsi les arcs branchiaux des poissons se retrouvent chez l’homme dans le réseau vasculaire de la
ainsi les arcs branchiaux des poissons se retrouvent chez l’homme dans le réseau vasculaire de la

51

Les arcs artériels branchiaux 1

Les arcs artériels branchiaux 1 Origine de l’arc de l’aorte et de ses branches 52
Les arcs artériels branchiaux 1 Origine de l’arc de l’aorte et de ses branches 52
Les arcs artériels branchiaux 1 Origine de l’arc de l’aorte et de ses branches 52

Origine de l’arc de l’aorte et de ses branches

52

Les arcs mésenchymateux branchiaux 2

les arcs branchiaux des poissons se retrouvent aussi chez l’homme sous forme osseuse et nerveuse :

1er arc : mandibule et Vème paire cranienne • 2ème arc : os hyoïde et VII ème paire cranienne • 3ème arc : larynx et IXème paire cranienne • 4ème arc : trachée et Xème paire cranienne

cranienne •   3ème arc : larynx et IXème paire cranienne •   4ème arc :
cranienne •   3ème arc : larynx et IXème paire cranienne •   4ème arc :

53

Diversité de la longévité

Diversité de la longévité 54 d’après le journal Le Monde 29 septembre 2000

54

d’après le journal Le Monde 29 septembre 2000

Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères Faculté de Médecine

Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères Faculté de Médecine 55
Département d’Anatomie UFR biomédicale des Saints Pères Faculté de Médecine 55

55