Vous êtes sur la page 1sur 8

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

Les principes budgétaires

Les Principes Budgétaires

Page 1

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

I-Introduction générale:

A

l’époque moderne, les finances publiques se sont profondément transformées. Il ne s’agit plus seulement, comme auparavant de fixer les ressources nécessaires de fonctionnement de différents services publics et d’en repartir la charge de l’ensemble des contribuables. Il s’agit également d’utiliser les deniers publiques afin de réaliser des objectifs d’équilibre, de croissance ou de justice sociale que le gouvernement s’est fixé dans le cadre de sa politique. Au sens large les finances publiques regroupent tous les moyens financiers dont disposent les administrations publiques. Le budget de l’ tat est l’acte pour lequel est prévu et autorisé toutes les recettes et les dépenses de l’ tat. Au cours des !" si#cles le parlement a imposé au gouvernement le respect certains r#gles dans la présentation du budget de l’état, $ savoir l’unité, l’universalité, l’annualité et la spécialité, dans le but de permettre au parlement de contr%ler dans les moindres détailles l’activité financi#re de l’état et d’exercer un effet de domination sur le gouvernement et l’administration. &es principes permettent le contr%le du parlement'les citoyens( sur l’emploi des fonds publics, constituent un cadre tr#s contraignant pour le gestionnaire public. &es principes rencontrent de nombreuses exceptions rendues nécessaire par les impératifs d’une gestion publique efficace des deniers publiques, nous essayant de définir les différents principes et de dégager les exceptions.

II-Développement :
1-Le principe d’annualité :
a. consistance du principe :
Le principe d’annualité budgétaire consiste $ fixer pour une année la durée d’exercice budgétaire. &e principe présente un triple aspect ) • la loi de finances doit *tre votée avant le début de l’année budgétaire, • Les autorisations données par le parlement ne sont valables qu’un an. • Les dispositions de la loi de finances doivent *tre exécutées entre le ! er janvier et le +! décembre. Justification du principe :

Les Principes Budgétaires

Page 2

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

, -oter le pouvoir publique d’une capacité de réaction $ la conjoncture économique ou politique, et faces aux situations urgences. , .our avoir un contr%le efficace du parlement et une vision claire du budget il est nécessaire que de fa/on périodique le gouvernement demande l’autorisation au parlement de prélever un imp%t, réaliser une dépenses. Critiques : Le principe de l’annualité fait l’objet des plusieurs critiques, et certains ont préconisé son abandon pur et simple. 0 1out d’abord pour des motifs techniques ) le cadre annuel est asse2 mal adopté aux finances modernes. Les grandes décisions de politique gouvernementale s’exécutent sur plusieurs années '3perations de reconstruction, de modernisation, de reconvention de l’économie4(. 0 -es motifs d’ordres économiques ) le rythme de l’activité économique ne co5ncide pas avec l’année civile. 6i l’on veut adapter le budget de l’ tat aux variations économiques, il faudrait allonger la période budgétaire $ !7 mois ou deux ans, voire d’avantage, selon la gravité de la situation, pour l’aligner sur la période nécessaire au redressement économique. &’est la théorie du budget cyclique qui a été développée entre les deux guerres mondiales.

b. upport !uridique :
La constitution La &onstitution du 8+ 9oumada I !:!; '; 3ctobre !""<(, a simplement fait état de = l’année budgétaire > sans autre précision $ travers la formulation de l’article ?@, paragraphe La loi organique des finances la loi organique nA !:0@@ du !: Boharrem !:8! '!" Avril 8@@@( dispose dans son article < ce qui suit ) = L’année budgétaire commence le !er 9anvier et se termine le +! -écembre de la m*me année >.

c. "#ceptions du principe :
 Les autorisations du programme  La loi de finance relative
Les Principes Budgétaires Page 3

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

 $eport des crédits

%- Le principe de l’unité :
Consistance du principe :
Le principe de l’unité du budget répond $ l’exigence de l’appareil législatif de voir l’ensemble des recettes et des dépenses de l’ tat groupées dans un document unique de fa/on $ lui permettre d’avoir une vision précise et globale de la situation des finances publiques, aussi il permet de vérifier si le budget est réellement en équilibre, éviter lCexistence de comptes hors0budget et de mettre en évidence le volume total des dépenses de lCDtat.

upport !uridique :
Le support juridique du principe de l’unité consiste dans l’article premier de la loi organique des finances qui dispose ce qui suit ) = La loi de finances prévoit, évalue, énonce et autorise, pour chaque année budgétaire, l’ensemble des charges et ressources de l’ tat,4. >. Les articles !! et !8 de cette m*me loi organique se sont attachés $ présenter l’énumération respective de ces ressources et charges.

a. "#ceptions et Dérogations du principe :
 La débudgétisation:  Les budgets autonomes  Les comptes spéciau# du trésor

&. Le principe d’universalité :
a.

consistance du principe :
&e principe est asse2 proche de celle de l’unité. Eon seulement les dépenses et les recettes doivent figurer dans un seul document, mais ce document doit contenir toutes les dépenses et toutes les recettes. &elles0ci étant inscrites au budget de l’ tat de fa/on séparée, chacune d’entre elles y figurant pour son montant intégral.

Justification du principe : Baintenir une solidarité financi#re au niveau des différentes personnes publiques et d’éviter que certains services, disposant de ressources propres,
Les Principes Budgétaires Page 4

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

les utilisent directement. &e principe de décompose de deux r#gles ) • La r'gle de la non-contraction du produit brut : Les recettes et les dépenses doivent figurer avec le produit brut sans compensation c’est0$0 dire que le budget de l’ tat ne doit pas afficher un solde net. • La r'gle de la non-affectation des ressources : La totalité des ressources budgétaires doivent former une masse commune qui sert $ la couverture de l’ensemble des dépenses
b.

upport !uridique :
Le support juridique du principe de l’universalité est constitué par l’article " de la loi organique des finances qui stipule dans son premier paragraphe ce qui suit ) = Il est fait recette du montant intégral des produits, sans contraction entre les recettes et les dépenses, l’ensemble des recettes assurant l’exécution de l’ensemble des dépenses >.

c. "#ceptions du principe :
Les exceptions $ ce principe consistent principalement dans )  Les ervices de l’"tat (érés de )ani're *utonome + "()*,  Les Comptes péciau# du -résor  Les contributions pour le financement de dépenses d’intér.t public

/- Le principe de spécialité :
a. Consistance du principe :
vise quant $ lui $ permettre une gestion rationnelle et un contr%le efficace des dépenses ) les crédits sont classés dans une nomenclature soigneusement définie et ne peuvent *tre employés que dans la subdivision oF ils sont inscrits. 6i le principe reste le m*me, la L3LG a cependant apporté de profondes modifications. n effet, les crédits qui étaient suivis par chapitres, c’est0$0dire par nature de dépense, sont désormais spécialisés par programmes, donc par destination. 6achant qu’un programme regroupe un ensemble cohérant d’actions relevant d’un m*me minist#re, que des objectifs précis sont associés $ ce programme et que les résultats obtenus sont évalués, on voit que le .arlement a l’ambition de faire passer l’Dtat d’une logique de moyens $ une logique de
Les Principes Budgétaires Page 5

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

performance. A cet effet, les différents départements ministériels sont tenus de soumettre leurs projets de budgets sectoriels respectifs au .arlement pour approbation. &es projets de budgets, qui sont établis avec suffisamment de détails pour permettre au .arlement de prendre connaissance de la nature exacte des dépenses envisagées constituent, une fois approuvés et consacrés par la loi de finances, une référence de base pour les ordonnateurs ainsi que pour les différents organes de contr%le pour s’assurer de la régularité des dépenses engagées qu’il s’agisse du budget général ou des autres composantes de la loi de finances.

b. upport !uridique :
Il n’existe pas de support juridique direct consacrant explicitement ce principe. Eéanmoins, l’obligation de respecter la spécialité des crédits peut *tre déduit d’un certain nombre d’éléments dont notamment la loi organique des finances. &elle0ci a tenu $ préciser les modalités de répartition des dépenses budgétaires abstraction faite du niveau de regroupement des crédits qui sert de base au vote parlementaire. L’article 8" de la loi organique dispose dans son deuxi#me paragraphe que = les dépenses du budget général sont présentées, $ l’intérieur des titres, par chapitres, subdivisés en articles, paragraphes et lignes, selon leur destination, leur objet ou leur nature >.

c. Dérogations du principe :
 Dérogations politiques  Dérogations budgétaire

0- Le principe d’équilibre :
LCéquilibre est lCun des cinq principes budgétaires classiques, Il fait lCobjet de controverses doctrinales car il influe sur le degré dCintervention de lC tat dans la société, dans les finances et dans lCéconomie. 3pposer ) - la conception libérale de l1équilibre +12'me s., : la r#gle dCor des finances publiques. &Cest un équilibre arithmétique qui prohibe tout déficit mais aussi tout excédent.
Les Principes Budgétaires Page 6

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

Le budget doit *tre voté en équilibre de recettes et de dépenses. - la conception 3e4nésienne de l1équilibre budgétaire : il faut rechercher un équilibre économique global, qui peut impliquer un déficit temporaire du budget de lC tat. La dépense publique peut, et doit *tre, un instrument de relance dCune économie en difficulté 'grHce $ lCeffet multiplicateur des dépenses dCinvestissement(. La 5ratique de l’équilibre ) 6i l’on examine la pratique, on constate que l’équilibre budgétaire n’est pas la r#gle au niveau de l’ tat mais, au contraire, l’exception. B*me $ l’époque des finances publiques classiques ou l’équilibre du budget de l’ tat était considéré comme une r#gle sacro0sainte, il arrivait asse2 souvent que l’exécution se solde par un découvert. Le probl#me n’est plus de savoir si le budget doit *tre équilibre ou non équilibre mais de fixer le montant du déficit. La réponse dépend $ la fois de la situation économique 'inflation, ch%mage( et de la situation budgétaire des autres pays.

6-Le principe de sincérité
La L3LG consacre un nouveau principe budgétaire. n effet, selon l’article +8, Iles lois de finance présentent de fa/on sinc#re l’ensemble des ressources et des charges de l’DtatI. &e principe de sincérité budgétaire, inspiré du droit comptable privé, implique l’exhaustivité, la cohérence et l’exactitude des informations financi#res fournies par l’Dtat. 1outefois, son application est limitée par la nature prévisionnelle de la loi de finance 'le dernier alinéa de l’article +8 prévoit que ) Ileur sincérité s’apprécie compte tenu des informations disponibles et des prévisions qui peuvent raisonnablement en découlerI(.

III-C78CL9 I78 ("8"$*L" :
nfin, en énon/ant que = les lois de finances présentent de fa/on sinc#re l’ensemble des ressources et des charges de l’Dtat >, principe inspiré du droit comptable privé, la L3LG signifie que le budget de l’Dtat doit *tre le plus exhaustif, cohérent et exact possible, compte tenu des informations disponibles et des prévisions qui peuvent raisonnablement en découler. &ette exigence de sincérité vise $ exclure les artifices de présentation et $ permettre une évaluation effective des résultats malgré les difficultés inhérentes $ toute prévision.
Les Principes Budgétaires Page 7

Finances publiques, les principes budgétaires

Semestre 5 - 2012/2013

L’objectif des principes budgétaires est donc de permettre au .arlement de jouer le r%le auquel l’appelle la -éclaration des droits de l’homme et du citoyen, au travers du vote et du contr%le effectif de l’exécution des lois de finances par le Jouvernement, tout en octroyant $ ce dernier une indispensable souplesse d’action. Il n’est pas toujours atteint K l$ réside l’un des défis de la L3LG.

Les Principes Budgétaires

Page 8