Vous êtes sur la page 1sur 2

INTRODUCTION

Le plus urgent ne me paraît pas tant de défendre une culture dont l'existence
n'a jamais sauvé un homme du souci de mieux vivre et d'avoir faim,
que d'extraire de ce qu'on appelle la culture des idées dont la force vivante est
identique à celle de la faim.
Antonin Artaud

Longtemps la littérature fantastique, fondée sur la puissance fasci-


nante et effrayante de l'imagination, a été méconnue, mésestimée. Vic-
time de préjugés rationalistes, elle était perçue comme une résurgence
dérangeante et infantile d'éléments archaïques. Associés à de simples
« contes de bonne femme » ou considérés comme des récits « de mau-
vais goût », les textes fantastiques ont ainsi longtemps été écartés des
programmes académiques. C'était là exclure un large pan de la littéra-
ture anglo-saxonne, et de nombreux textes aujourd'hui reconnus com-
me novateurs sur les plans technique et thématique. Car la littérature
fantastique n'est ni futile, ni facile : elle met en œuvre une écriture
souvent expérimentale, qui s'attache à représenter les rapports de
l'être humain à la réalité et au réel. Ce qui suppose à la fois la maîtrise
de la représentation « réaliste » du monde et le désir impérieux d'écrire
un texte de fiction qui bouleverse les rapports au monde du lecteur. De
part et d'autre, du côté du lecteur comme de celui de l'écrivain, circule
ce même désir : bouleverser les clichés et les stéréotypes, les techni-
ques et les codes appris, pour faire de la culture quelque chose de vital,
d'urgent, d'irrépressible : retrouver l'ange derrière la bête et la bête
derrière l'ange. Comme le dit Artaud, extraire « des idées dont la force
vivante est identique à celle de la faim. »
Sur le plan critique, l'étude des textes fantastiques est d'autant plus
difficile que la séduction de ces œuvres est redoutable, au point d'aveu-
gler le lecteur. De la même façon que l'écriture fantastique a souvent
reposé sur des innovations techniques majeures, l'étude du fantastique
a conduit les critiques à l'élaboration d'outils nouveaux, adaptés à
l'analyse de ces textes aporétiques. Ces outils, par la suite, ont pu être
appliqués à l'étude d'autres genres littéraires : créatif par essence, le
fantastique est donc porteur et moteur d'innovations. L'expérience des
limites et la confrontation avec l'inconnu imposent au lecteur comme
au créateur de se dépasser.
Introduction à l'étude des textes fantastiques

L'objectif de cet ouvrage est double : destiné d'abord aux étudiants


anglicistes et littéraires du premier cycle, il vise à mieux faire connaî-
tre la littérature fantastique anglo-américaine, en retraçant l'évolution
historique de ce genre qui fut et demeure sans doute l'un des plus fé-
conds tant outre-Manche qu'outre-Atlantique. En s'interrogeant sur la
notion de fantasticité, il a aussi pour objectif de mieux appréhender les
problèmes liés à la représentation du réel.
Dans la première partie, le fantastique anglo-américain est abordé
dans une perspective historique ; puis il est défini de manière plus
théorique, non seulement comme un mode particulier de représenta-
tion du réel, mais aussi comme un puissant générateur de formes artis-
tiques. Mode d'écriture, et surtout système de représentation profondé-
ment novateur et expérimental, le fantastique joue à la fois de l'excès
(l'excès de réel, qui déborde notre capacité à l'exprimer) et du manque
(les mots pour dire ce réel nous manquent).
Dans la deuxième partie, des auteurs britanniques, irlandais et
américains, très divers de par leur période et leur style, sont évoqués,
afin de présenter toute la richesse de l'écriture fantastique. Des fiches
de lecture accompagnent les quinze extraits d'œuvres choisis pour leur
exemplarité, leur représentativité, notamment : Matthew Gregory
Lewis, Edgar Allan Poe, Nathaniel Hawthorne, Joseph Sheridan Le
Fanu, William Butler Yeats, Conan Doyle, Robert Louis Stevenson,
Oscar Wilde, Henry James, Ambrose Bierce, Howard Phillips Love-
craft, Edith Wharton, Ray Bradbury, Aldous Huxley et J. R. R. Tol-
kien. En raison des réticences de l'agent de Stephen King, la fiche de
lecture qui devait accompagner l'extrait choisi de son roman Misery
(1987) ne peut malheureusement être publiée dans ces pages. Un in-
dex, une liste chronologique sélective des principaux auteurs fantasti-
ques anglo-américains et une bibliographie complètent l'ouvrage.