Vous êtes sur la page 1sur 22

Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Les oiseaux et la MTO


Pleins de domaines que je ne connais
pas beaucoup…
… alors n’hésitez pas à me venir en
Alain Herbuel aide
Aéroclub Méximieux Pérouges
alainherbuel@yahoo.fr

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 1

Nous aurions pu parler…


• Les types de vol • Le confort
• Les migrations • Les conditions
• Navigation extrêmes
• La nourriture • Les oiseaux de mers
• La reproduction • Etc.

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 2

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 1


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Les types de vol

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 3

Généralités
• Vitesse horizontale • Pente (%)
• Vitesse sur trajectoire • Angle d’ (α)
d’incidence (α
• Vitesse verticale (Vz
(Vz)) • Charge alaire, poids
• Vitesse de dé
décrochage apparent, poids ré
réel
• Finesse / finesse max. (virage et ascenseur)
– Longueur parcourue /
hauteur perdue en plané
planée
– Si finesse Ê , abgle de
chutte Ì

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 4

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 2


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Le vol battu, généralités


• Pénalisant car demande beaucoup d’énergie
• Les grands oiseaux encore plus pénalisés
– Difficile de faire de grandes ailes lé
légères (ré
(résistance
des maté
matériaux)
– Difficile pour eux de faire du vol battu prolongé
prolongé
• Beaucoup d’espèces ont évoluer pour utiliser le
plus possible le vol plané

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 5

Le vol battu, sa mécanique


• Se décompose en deux parties
– Puissance nénécessaire pour compenser le poids
• Ê quand la vitesse Ì
• Enorme lorsque l’l’oiseau fait du sur-
sur-place
• Peut être compensé
compensé par du vol sur-sur-place face au vent
(portance)
– Puissance nénécessaire pour compenser la traî
traînée
• Proportionnelle à V3
– Donc ce vol n’n’est pas envisagé
envisagé de maniè
manière durable en
haute altitude, oùoù alors avec compensation (vent
dans le bon sens)

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 6

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 3


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Le vol battu, sa mécanique

Puissance
totale
Puissance

traîner Puissance
pe nser la pour se su
stenter
ur com
nce po
Puissa

Vitesse Puissance minimale

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 7

Le vol plané
Généralités
• Ce type de vol peut consommer 23 fois moins
d’énergie que le vol battu pour un grand oiseau
• Comparaison ascendance / descendance
• Polaire de plané
– Vz min. : utilisé
utilisée dans des faibles thermiques
– Vz max. : pour migrer et aller le plus loin possible en
dépensant le moins d’é
d’énergie
nergie
• Charge alaire, facteur de charge, poids
apparent, poids réel (virage et ascenseur)

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 8

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 4


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Le vol plané
Polaire de plané
Vit. Finesse
décrochage Vz min. max. Vitesse

Å
An
gle
d ’i
nc
id en
ce
c roi
ssa
nt
Vz

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 9

Le vol plané
• Comparaisons
– Planeur : finesse 50, Vz 0,3 m/s
– Grand rapace : finesse 15, Vz 0,7 m/s
– Un courant ascendant de 0,7 m/s lui suffit à rester au même
niveau
– L’oiseau s’
s’en sort mieux que le planeur car il ré
réagit au moindre
courant !
• Vitesse du vol plané
plané proportionnel à 1/√
1/√ (ρ)
– En altitude, sa vitesse augmente ainsi que sa Vz
– Si les ascendances sont bonnes, OK pour l’l’oiseau
– Plus un problè
problème des ascendances plus rares en altitude, sauf
en montagnes

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 10

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 5


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Le vol plané, les utilisateurs

• Fort développement chez les Condors,


Vautours, Buses, Albatros
• Autres : Fou, Cormoran, Pélican, Frégate,
Héron, Cigogne, Ibis
• Mixte : Goéland

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 11

Le vol plané
Les ascendances thermiques
• Les ascendances thermiques
– La différence de température est importante,
non les valeurs de ces températures
– On remarque une hausse d’activité au fur et à
mesure que le soleil chauffe
– Les rues de cumuls sont exploitées parfois par
les planeurs en migration
• Il dé
détournent leurs toutes !

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 12

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 6


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Le vol plané
Les ascendances thermiques
• Les thermiques de terre
– Réchauffement du sol par le soleil
• Les thermiques de mer
– Forte inertie calorifique (-
(- de 1°
1° / 24h)
– Air polaire expulsé
expulsé vers les basse latitude, il est plus
froid que la mer, d’d’où cré
création de thermiques
– Utilisateurs : les Goé
Goélands
• Autres sources thermiques
– Par tempé
température froide, les villes…
villes…

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 13

Le vol plané
Le vol de pente
• Ascendance créée par le vent qui monte sur une
pente
• Ne dépend donc pas des effets diurnes du soleil
• Peut être utilisé tout le temps (jour et nuit), et
aussi dans les latitudes plus hautes et au bord
de mer
• Schéma : flux d’air orographique, nuage
lenticulaire

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 14

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 7


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Le vol plané
Ascendances en turbulences
• Sous le vent
– Derrière un bateau, un immeuble (Goélands)
– Derrière les lisières de bois (corvidés et
rapaces)
• Sur un sol rugueux au passage du vent
(ralentissement par frottement)

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 15

Le vol plané dynamique

• Cisaillement : forte variations de la vitesse


et de la direction du vent dans des
couches d’atmosphère voisines
• Très marqué sur des mers bien formées
avec un fort vent
• Aux latitudes moyennes sud (40° au 50°),
peu de Montagnes pour ralentir les vents
générés par les dépressions mobiles
V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè
Bibliothèque de Crans 16

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 8


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Le vol plané dynamique


• Vagues formées de plusieurs mètres
– Le systè
système de vague ne change pas rapidement
– Vitesse du vent plus faible dans les creux
– Ils « sortent » de la vague, prennent l’l’ascendance
– Vers 20 mè
mètres de haut, ils tournent dos au vent
– Vitesse élevé
levée
• Ils reviennent dans le creux d’une vague

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 17

Le vol plané dynamique

• Utilisateurs : Albatros, Puffins, Fous de


Bassan
• Vol très spectaculaire
• Albatros
– Dans des conditions anticycloniques, ils se
posent sur l’eau, parfois pour plusieurs jours
– Meilleur progression avec 20 / 40 km/h de
vent

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 18

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 9


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

La nourriture

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 19

La température
Neige
• Lorsque la neige tombe de manièmanière uniforme sans être chassé
chassée, elle recouvre tout
• Si vent, les parties à l’abris d’
d’u obstacle sont sans neige. Moins grave
• Une fois que la neige a tout recouvert, les tempé
températures dessus / dessous sont
considé
considérablement diffé
différentes
– Neige mauvais conducteur de chaleur
– Les tempé
températures en dessous sont + haute qu’
qu’en terrain dé
découvert
• La neige le jour n’
n’absorbe que 15% du rayonnement solaire contre 80% pour un sol
normal
• Par contre, elle rayonne
• Par soleil, la tempé
température de l’l’air est + basse au dessus de la neige que ailleurs
• La nuit, sans nuage, abaissement fort de la tempé
température, mais pas sous la neige
• Donc un sol avec neige gè gèle moins facilement qu’qu’un sol sans neige
• Si le sol n’
n’est pas gelé
gelé avant les premiè
première chutes de neige, il ne gè
gèlera pas
• Pour la faire fondre, air doux, pluie. Moins le soleil
• Les plantes aussi font fondre la neige autour d’ d’elles

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 20

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 10


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

La température
Neige
• Les oiseaux les plus sensibles sont ceux qui se
nourrissent au sol et qui ont peu de ré
réserve de graisse
• Quand la couche de neige dé dépasse qq cm, les petits
mammifè
mammifères circulent sous l’l’herbe ou creusent des
tunnels
• Les rapaces ne peuvent plus les attraper
• Les bois protè
protègent

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 21

Alimentation en vol

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 22

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 11


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Généralités
• Ceux qui s’alimentent en vol sont en général
insectivores (sauf pour qq petits rapaces)
• Donc leur nourriture dépend de ce qui
positionne les insectes dans les couches d’air
• Comme l’activité des insectes dépend de la
chaleur, ces oiseaux sont en général migrateurs
– Engoulevent, Martinet, Hirondelle

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 23

Leur nourriture
• Les insectes sont en gégénéral lé
légers
• Ils se laissent entraî
entraîner en altitude lorsqu’
lorsqu’il y a des
mouvement ascendants
• Une étude a montré
montrée
– En été, la concentration des insectes diminue quand on monte
en altitude
– Cependant, si l’l’air devient instable, une forte concentration va se
former en haut (bien que 80% reste prè près du sol)
– Une concentration de 2 bestioles par m3 est considé
considérée comme
forte
• Où va-
va-t-on trouver ces oiseaux ?
• Dans les zones propices, un Martine peut avaler 1
insecte toutes les 5’
5’, ceci pendant une journé
journée de 10h

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 24

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 12


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Les mouvements ascendants


• Convection
– Aprè
Après le maxi de tempé
température (14/15 UTC), la concentration maxi
revient vers le sol
• Dans une traî
traîne aprè
après passage du front froid
• Les brises en bord de mer
– De mer, maxi en milieu d’
d’aprè
après midi
– De terre, maxi le matin
– Qui forment des cumuls côtiers
– On trouve les insectes sous ces cumuls
• Les lignes de grains
– On a trouver au radar des Martinets sur les lignes de grains
– Evitent les parties violentes des grains où
où il n’
n’y a pas de moustiques
– Ne veut pas dire qu’
qu’ils ne volent pas dans ces lignes de grains

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 25

Les mouvements ascendants


• En été, par inversion de tempé
température, on trouve de
grandes concentrations d’
d’insectes au niveau de cett
inversion
– C’est là
là qu’
qu’ils se gavent !
• Si une advection chaude amè
amène des insectes des terres
vers la mer, on peut voir des hirondelles voler au raz de
l’eau
• Le soir, quand les nuages d’
d’insectes redescendent, les
Martinets volent bas
– Si au dessus des routes, ;-
;-(
• Profitent de ces situations
– Mouettes rieuses, Etourneaux sansonnets, Sternes

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 26

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 13


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

La migration
Déclenchement
Déroulement

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 27

Généralités
• Voyage ré
régulier et saisonnier entre deux ré
régions permettant à une
espè
espèce de mieux vivre que si elle restait sur place (nourriture,
reproduction, confort, etc.)
• Abondance de nourriture varie
– Régions polaire et tempé
tempérées, variation des saisons chaudes / froides
– Régions tropicales, sè
sèches / humides
• Certains pré
prédateurs suivent leurs proies qui migrent
• Déclenchement, étapes, chemins et duré
durées sont en partie dé
définis par
la MTO
• Les oiseaux en groupe savent mieux migrer que les solitaires
– Même les solitaires se mettent en groupe
– Les groupes sont plus grands quand la MTO est moins bonne
• Si la MTO n’
n’a pas été favorable, de plus grandes masses d’
d’oiseaux
partent au premier bon signe

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 28

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 14


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Navigation
• Beaucoup de controverses
– Lorsqu’
Lorsqu’on les observe, on ne sait pas d’
d’où ils viennent, où où ils
vont
– Tous les membres d’d’une même espè
espèce n’n’utilisent pas les mêmes
straté
stratégies
– Certains se dé
déplacent sans straté
stratégies particuliè
particulière !
– Observé
Observés au radar, on ne sait pas de qu’
qu’elle espè
espèce il s’
s’agit
• Outils
– Infrasons, lumiè
lumière, magné
magnétisme, voû voûte cé
céleste, soleil
– S’isl ne voient pas soleil / étoiles (MTO)
• Il est gêné
gêné
• Il peut utiliser les autres outils

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 29

Déclenchement en automne
• Situation favorable
– Tout ou partie du ciel dé
dégagé
gagé sur le site de dé
départ
– Vent favorable
– Conditions durables
• Donc
– Conditions A, face Est car vent du nord
– A l’l’arriè
arrière d’
d’un front froid (air polaire)
• S’il fait beau, départ retardé, voir pas de départ
du tout

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 30

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 15


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Déclenchement en automne
Par condition anticyclonique
• Anticyclone de blocage
– Zone de haute pression persistente
– A qui bloque le flux east / west
– Période de meilleur apprarission : automne, à
l’est du long. 20°W
– Durée de vie moyenne : 16 jours
– Ils se décalent ensuite doucement vers l’Ouest

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 31

Déclenchement en automne
Par condition de ciel de traîne
• A l’arrière d’un front froid, à l’arrière
d’une dépression
• Sur les terres, la convection diminue en fin
de journée
– Donc moins de nuages
– Favorable pour les migrateurs de nuit
• Dans les masses d’air polaire, visibilité
excellente
• Dans des conditions A, souvent peu de
V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè
Bibliothèque de Crans 32

entt ett fo
f mation
ti ded b o illa
ill d de
d

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 16


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Déclenchement en automne
Le vent arrière est important
• Les masses d’air NE / NW qui suivent un
front froid à l’arrière d’une D sont
primordiales pour les départs
– Les migrations du sud Canada au Caraïbes
– Sud Suède, passereaux migrateurs

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 33

Déclenchement en automne
Utilisation des vents faibles
• Peu d’oiseaux font des migrations à contrevent
• Mais parmi ceux qui le font régulièrement, les
insectivores
– Martinets noirs
– Hirondelles
• Peut être pour se nourrir
– Leur permet d’ d’avoir une vitesse propre identique pour
une vitesse sol plus faible
– Evitent les risques de dé
décrochage

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 34

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 17


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Déclenchement en automne
Ciel couvert et orientation
• Les oiseaux migrateurs nocturnes ont besoin de
repères astronomiques
• Ceux diurnes semblent moins touchés par le
problème en cas de couverture nuageuse
– Utilisent les repè
repères terrestres
• Mais
– Migration d’
d’oiseaux chanteurs à lieu tous les ans à
cap Cod sous les nuages et sur le brouillard

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 35

Déclenchement au printemps
Particularités
• Ils remontent vers des latitudes plus au nord
• Faces ouest des A ou de leurs dorsales
– Se trouve souvent à l’avant des fronts chauds
• Vents du sud chaud (+ que pour les migrations
d’automne)
– Moins de dé
déperdition de chaleur
• Pas de vent fort en altitude, donc les migrations
s’effectuent à des altitudes plus basses

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 36

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 18


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Déclenchement au printemps
Vent arrière
• Dans les Hé
Hébrides du nord, les dé
déplacements importants
de passereaux se font par vent faible ou arriè
arrière
• Dans l’l’est des USA, on a corré
corrélé
– De forts passages
– Avec des vents de sud / sud-
sud-est (venant de la mer)
– Tempé
Température élevé
levée ou en hausse
– Des pressions basses ou en baisse
– Une humidité
humidité faible ou en hausse
• Donc
– Sur l’l’ouest d’
d’une zone de haute pression qui se dé
décale vers
l’ouest
– Et à l’avant d’d’un front chaud

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 37

Les migrations en altitude


• Les échanges gazeux poumons / sang se font mieux en
altitude que ceux chez les animaux terrestres
• En altitude, densité
densité de l’l’air moins forte
– Vitesse sans vent > 35% à 5000m par / à celle au niveau de la
mer
• La tempé
température ne semble pas les gêner
– Vanneaux à -10°
10°C
– Etourneaux sansonnets à -12°
12°C
– Cygnes chanteurs à -48°
48°C
• Les muscles de vol dé
dégagent une forte chaleur, c’
c’est
peut-
peut-être grâce à cela qu’
qu’ils y arrivent

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 38

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 19


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Les migrations en altitude


• Par contre, ils ne peuvent pas migrer dans les
fortes chaleurs
• La seule méthode efficace de refroidissement est
la perte de vapeur d’eau en respirant
• Mais risque de déshydratation
• Donc, pas de vol à basse altitude au dessus du
Sahara
• Une forte humidité relative est gênante
– Par tempé
température < 0 car givrage
– Par tempé
température > 0 car ne peuvent pas transpirer

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 39

Les migrations en altitude

• Rôle des vents (jet stream ou courants


jets)

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 40

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 20


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

La migration
Préparation
• Avant la migration, le métabolisme des
oiseaux les incite à se suralimenter
– Le Phragmite des joncs passe de 11g à 22
dans les semaines avant le départ
– Seuls les petites espèces peuvent faire cela
pour faire face à la puissance nécessaire

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 41

Les migrateurs planeurs


• Les migrateurs à larges ailes utilisent les courants
ascendants pour migrer
– Moins de perte d’é
d’énergie
nergie
• Pour cela, utilisent des routes bien dé
définies, étroites,
offrant des ascendances orographiques ré réguliè
gulières
(reliefs)
• Donc, ils évitent les survols de grandes mers lors des
grandes migrations
– Sud Danemark / Allemagne
– Europe de l’l’est / dé
détroit du Bosphore / Turquie / Sinaï
Sinaï / Afrique
du nord
– Italie du sud / Sicile
– Sud Espagne / dé détroit de Gibraltar / Afrique du nord

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 42

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 21


Les oiseaux et la météo V1 - 09/2002

Les migrateurs planeurs


• La cigogne blanche migre de jour car utilise beaucoup
les thermiques
• La cigogne a des ailes plus étroites, donc moins
dépendante des thermiques
– Traverse des étendues d’ d’eau plus vaste
– Monte plus haut
– Utilise plus le vol battu
• Les grues
– Vol battu direct, formation en V
– Au dessus des terres et des mers
– Cependant, quand elles ont des ascendances, elles s’
s’en servent
– Pas folles !

V1 - 09/2002 Alain HERBUEL - Bibliothè


Bibliothèque de Crans 43

Alain HERBUEL - Bibliothèque de Crans 22