Vous êtes sur la page 1sur 19

2 Rabie El Thani 1435 - Dimanche 2 Février 2014 - N°15042 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

ALGÉRIE-TUNISIE

Le chef du gouvernement tunisien en Algérie pour une visite de travail de deux jours

● Cette visite, la première pour le nouveau chef du gouvernement tunisien, entre dans le
● Cette visite, la première pour le nouveau chef
du gouvernement tunisien, entre dans le cadre
du renforcement des relations de coopération
entre les deux pays.
● M. Mehdi Jomaa a été reçu par M. Abdelmalek Sellal
P. 3
Ph. : Nacéra I.

CARTE DE PRESSE, NOUVELLE LOI SUR L’AUDIOVISUEL FORMATION…

Ph. Billal
Ph. Billal

Messahel définit les grandes priorités

P. 5

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE DU 17AVRIL AMAR GHOULEN SERA LE COORDINATEUR Unrassemblement de26partis mèneracampagne
ÉLECTION
PRÉSIDENTIELLE
DU 17AVRIL
AMAR GHOULEN SERA
LE COORDINATEUR
Unrassemblement
de26partis
mèneracampagne
pourlePrésident
Bouteflika
P.
6
MESSAHEL : « Tous les moyens
des médias publics mobilisés
pour la couverture
de la présidentielle »
P. 5
PROGRAMME DE LOGEMENT PUBLIC PROMOTIONNEL (LPP) La première tranche fixée à 550.000 DA Les souscripteurs
PROGRAMME DE LOGEMENT PUBLIC PROMOTIONNEL (LPP)
La première
tranche fixée
à 550.000 DA
Les souscripteurs au programme
de logement public promotionnel (LPP)
peuvent se rassurer : le ministère de
l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville
a décidé de revoir à la baisse le montant
de la première tranche du prix du logement
attribué.
P. 7

LA3G++ DE MOBILIS DANS 19 WILAYAS

logement attribué. P. 7 LA3G++ DE MOBILIS DANS 19 WILAYAS Le service généralisé aux 48 wilayas

Le service généralisé aux 48 wilayas en 24 mois

P. 13

DOSSIER JOURNÉE MONDIALE DES ZONES HUMIDES Diversité incontestable
DOSSIER
JOURNÉE MONDIALE DES ZONES HUMIDES
Diversité
incontestable
L’Algériecélèbrechaqueannée,le2février,lajournéemondialedesZones
humides,datemarquantlasignaturedelaConventionRamsaren1971
danslavilleiraniennedumêmenom.Cetteannée,lacommémorationse
déroulesouslathématique«Zoneshumidesetagriculture,cultivonsle
partenariat!»Uneopportunitépourrappelerquel’Algériequiaadhéréà
laConventiondeRamsaren1982aintégréàlapolitiqueduRenouveau
agricoleetrural(PRAR),unprogrammeportantsurlaconservationdes
écosystèmesnaturels.
PP. 16-17

CLÔTUREDELASESSIOND’AUTOMNE2013

DUPARLEMENT

CLÔTUREDELASESSIOND’AUTOMNE2013 DUPARLEMENT Protectiondel’économie,ancrage démocratiqueetadaptationlégislative P. 6

Protectiondel’économie,ancrage

démocratiqueetadaptationlégislative

P.

6

2 EL MOUDJAHID Mé téo AUJOURD’HUI AU CONSEIL DE LA NATION ET A L’APN Clôture
2
EL MOUDJAHID
Mé téo
AUJOURD’HUI AU CONSEIL
DE LA NATION ET A L’APN
Clôture des sessions d’automne
PLUVIEUX
DEMAIN À 10 H
Conférence de l’association El Amel
A l’occasion de la journée mondiale contre le Cancer qui coïncide
avec le 4 février, l’association El Amel d’aide aux personnes atteintes
du cancer du Centre Pierre et Marie-Curie organise demain à 10 heures
une conférence de presse pour aborder la prise en charge des patients
atteints de cancer en Algérie.
**************************************************
Au Nord, le temps sera assez froid et in-
stable avec localement quelques pluies vers
les régions Centre et Est suivi d’une nette
amélioration pendant les journées du lundi
et mardi.
Les températures maximales varieront
de 12°C/16°C sur régions du littoral et de
8°C/10°C vers les régions de l’intérieur
avec des températures minimales en des-
sous de zéro vers les hauts plateaux.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés.
Sur les régions Sud, le temps sera géné-
ralement dégagé.
MARDI 4 FEVRIER A 10 H AU FORUM
DE LA MEMOIRE D’EL MOUDJAHID
La portée médiatique et diplomatique
des massacres de Sakiet Sidi Youcef
Le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid, initié en coordination avec
l’association Machâal Echahid, organise mardi 4 février à 10 heures
une conférence historique intitulée : « La portée médiatique et diplo-
matique des massacres de Sakiet Sidi Youcef. La conférence sera ani-
mée par le moudjahid et ancien ministre de la Communication, Lamine
Bechichi.
Les deux chambres du Parlement clôtureront leurs
sessions d’automne pour l’année 2013 demain,
conformément aux dispositions de l’article 118 de la
Constitution et de l’article 5 de la loi organique dé-
finissant l’organisation et le fonctionnement de l’As-
semblée populaire nationale et du Conseil de la
nation, ainsi que les relations fonctionnelles entre les
deux chambres du Parlement et le gouvernement. La
séance de clôture de la session d’automne au siège
du Conseil de la nation débutera à 10h et celle pré-
vue au siège de l’APN à 11h.
DEMAIN A 10H
A
L’OCO
DU 4 AU 6 FEVRIER A L’HÔTEL EL-AURASSI
Les températures maximales varieront
de 14°C/20°C en général avec des pics de
24°C vers le sud-ouest et le Sahara central.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés (20/40 km/h) avec localement soulè-
vements de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
10 e réunion des ministres
de l’Agriculture du
CIHEAM
ONJSA : Tahmi
invité du forum
sportif
Le forum sportif de
l’Organisation natio-
nale des journalistes
sportifs
algériens
Alger (13° - 4°), Annaba (13°- 5°), Bé-
char (18° - 6°), Biskra (18° - 4°),
Constantine (8°- -5°), Djelfa (10°- -1°),
Ghardaïa (18° - 5°), Oran (15° - 3), Sétif
(6°- -3°), Tamanrasset (18°- 5°), Tlem-
L’Algérie abritera du 4 au 6 fé-
vrier à l’hôtel El-Aurassi la 10 e réu-
nion des ministres de l’Agriculture
membres du Centre international
des hautes études agronomiques
méditerranéennes (CIHEAM) sur
la sécurité alimentaire durable en
Méditerranée.
(ONJSA) reçoit le mi-
nistre de la Jeunesse et
des Sports, Mohamed
Tahmi, comme premier
invité, demain à 10h, à la salle des conférences de
l’Office du complexe olympique (OCO) Mohamed-
Boudiaf.
cen (14°).
DEMAIN A 9H A ZERALDA

à 9h, au camp de jeunes de l’ANALJ, Zéralda,

Rencontre des associations de jeunesse porteuses de projet

LE 8 FEVRIER A 8H30 A L’HÔTEL EL-AURASSI

AGEA : 3 es assises du BTPH

A L’HÔTEL EL-AURASSI AGEA : 3 e s assises du BTPH Placées sous le haut patronage

Placées sous le haut patronage du Prési- dent de la République, l’Association géné- rale des entrepreneurs algériens (AGEA) organise samedi 8 février à 8h30 à l’hôtel El- Aurassi les 3 es Assises nationales du BTPH.

CE MATIN A 9H A REGHAIA

Portes ouvertes sur les zones humides

CE MATIN A 9H A REGHAIA Portes ouvertes sur les zones humides À l’occasion de la

À l’occasion de la cé- lébration de la journée mondiale des Zones hu- mides, le 2 février de chaque année, la direc- tion des forêts, sous le haut patronage du minis- tre de l’Agriculture et du Développement rural, or- ganise une semaine porte ouverte ce matin à 9h au lac de Réghaïa.

DU 24 AU 28 FEVRIER A OUARGLA

1 er Salon Urba Expo

2014

Le 1 er Salon de l’aménage- ment et du mobilier urbain d’Ouargla URBA EXPO 2014 se tiendra du 24 au 28 février à la salle omnisports, en partena- riat avec la wilaya d’Ouargla, la société algérienne des foires et exportations (SAFEX) et la société Batimatec Expo.

avec la wilaya d’Ouargla, la société algérienne des foires et exportations (SAFEX) et la société Batimatec

Le ministre de la Jeunesse et des Sports présidera

demain

l’ouverture de la rencontre nationale des 286 associa- tions de jeunesse porteuses de projet, financées par son département.

DEMAIN À 9H30 À ALGEX

Réunion sur le 3 e forum des hommes d’affaires maghrébins

En prévision de la tenue du 3 e forum des hommes d’af- faires maghrébins les 17 et 18 février à Marrakech, une réunion d’information au profit des opérateurs écono- miques de production de biens et de services aura lieu de- main à 9h30 au siège d’Algex.

MARDI 4 FEVRIER A 9H30

APW d’Alger : journée d’étude

L’assemblée populaire de wilaya d’Alger organise mardi 4 février à 9h30 à la salle de réunion de l’ex - CPVA, une journée d’étude sur le rôle et l’impor- tance des médias et des langues dans la vie des communautés et la modernisation de l’administra- tion.

MARDI 4 FEVRIER A 10H A L’HOTEL EL DJAZAÏR Conférence de presse sur le Grand
MARDI 4 FEVRIER A 10H A
L’HOTEL EL DJAZAÏR
Conférence de presse sur le
Grand tour d’Algérie cycliste
DEMAIN A 9H30 A L’HÔTEL SOFITEL
Conférence sur
la 2 e édition du Fikra
La Fédération algérienne de cyclisme orga-
nise le mardi 4 février à 10h à l’hôtel El Djazaïr
une conférence de presse animée par le Comité
d’organisation du Grand tour d’Algérie de cy-
clisme de 2014 (GRTAC-2014) qui portera sur
l’état d’avancement des préparatifs et des
équipes retenues pour cette manifestation.
Fikra conférence revient
pour sa 2 e édition le 8 et 9 fé-
vrier à l’hôtel El-Aurassi sur
le thème Optimisme. A cette
occasion, le co-fondateur de
la conférence Fikra ainsi que
le partenaire officiel Djezzy
organisent demain à partir de
9h30 à l’hôtel Sofitel un
point de presse de présenta-
tion du programme de cette
édition.
Dimanche 2 Février 2014
MERCREDI 5 FEVRIER A 17H A L’HOTEL SOFITEL « L’entreprise algérienne face à l’économie internationale
MERCREDI 5 FEVRIER A 17H
A L’HOTEL SOFITEL
« L’entreprise
algérienne face
à l’économie
internationale »
Le Forum des chefs
d’entreprise organi-
sera mercredi 5 février
à 17h à l’hôtel Sofitel
une conférence-débat
animée par le profes-
seur Abdelatif Bena-
chenhou sur le thème :
« L’entreprise algé-
rienne face à l’écono-
mie internationale ».

N

EL MOUDJAHID

a t io n

3

ALGéRIE-TUNISIE

Le chef du gouvernement tunisien en Algérie pour une visite de travail de deux jours

Le chef du gouvernement tunisien, Mehdi Jomaa, est arrivé hier en début de soirée à Alger pour une visite de travail et d'amitié de deux jours, en Algérie à l'invitation du Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

C ette visite, la première du genre pour le nouveau chef du gouvernement tunisien à

l'étranger, entre dans le cadre du ren- forcement des relations de coopéra- tion entre les deux pays. Au cours de cette visite, M. Jomaa s'entretiendra avec M. Sellal des questions concernant la coopération bilatérale et les voies et moyens de la renforcer et la développer dans les différents domaines. Cette visite sera, également, l'oc- casion d'aborder des questions régio- nales et internationales d'intérêt commun. Dans la soirée d’hier, un dîner officiel a été offert par M. Sellal au chef du gouvernement tunisien et la délégation qui l'accompagne, selon le programme de la visite. Aujourd’hui, M. Jomaa se rendra au Sanctuaire du Martyr où il dépo- sera une gerbe de fleurs et se recueil- lera à la mémoire des martyrs de la Révolution, avant de visiter le com-

plexe de la Société nationale des vé- hicules industriels (SNVI) de Rouiba. Le chef du gouvernement tu-

nisien aura une seconde série d'entre- tiens avec M. Sellal avant de prendre part à un déjeuner officiel.

A la veille de sa visite en Algérie,

M. Jomaa s'est félicité, dans une dé- claration à l'APS, du "soutien continu" de l'Algérie à la Tunisie sur tous les plans. Il a notamment précisé avoir "choisi" cette destination pour sa pre- mière visite à l'étranger, compte tenu des relations bilatérales "solides" et de "la position privilégiée qu'occupe l'Algérie". "Plus que des relations de voisinage, les liens entre les deux pays sont basées sur une histoire et un destin communs", a-t-il fait obser- ver. M. Jomaa est revenu sur les pré- paratifs du 56 e anniversaire des évènements de Sakiet Sidi-Youcef où le sang des deux peuples algérien et tunisien s'est mêlé, ce qui, a-t-il dit,

Ph. : Nacéra I.
Ph. : Nacéra I.

confère un "sens plus fort" à sa visite enAlgérie. Le chef du gouvernement

tunisien a, également salué, dans le même cadre, la "coordination sécu-

ritaire judicieuse" entre l'Algérie et la Tunisie dans la lutte contre le terro- risme et la contrebande.

Il a mis l'accent, par ailleurs, sur

"l'importance de booster davantage" les relations bilatérales dans le do- maine économique qui constitue "une priorité dans l'étape actuelle", a-t-il

dit. Le responsable tunisien qui s'est félicité de la coopération entre les deux pays dans les domaines du com- merce et du tourisme, a souligné la "grande importance" que revêt le pro- gramme de développement des ré- gions frontalières communes.

A rappeler que le chef de l'Etat tu-

nisien, Mohamed Moncef Marzouki,

a adressé, vendredi dernier, un mes-

sage au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans lequel il

a salué "le rôle joué par l'Algérie dans

le soutien du processus de transition

démocratique en Tunisie".

Une visite qui renforcera les liens d’amitié entre les deux pays

« Je suis heureux que ma première sortie à l’extérieur du pays, seulement quelques jours après ma nomination, soit effectuée dans ce pays voisin qui est l’Algérie. Je suis content de cette visite, content d’être sur le sol de cette noble et chère terre qui a vu le sacrifice des mar- tyrs du colonialisme. Je salue le prési- dent de la République M. Abdelaziz Bouteflika pour son intérêt continu et son affection pour la Tunisie. Je salue également le Premier ministre M.Abdel- malek Sellal pour son invitation », a pré- cisé le Chef du gouvernement tunisien.

M. Mehdi Jomaa a précisé que cette vise va renforcer les relations entre les deux pays. « Nos relations sont historiques, une

histoire qui a toujours lié les deux pays ; nous célébrerons prochainement le 56ème anniversaire du bombardement de Sakièt Sidi Youcef qui a scellé dans

le sang l’amitié entre les deux pays ». M. Mehdi Jomaâ a précisé que cette

visite traitera des questions concernant

la coopération bilatérale et les voies et

moyens de la renforcer et de la dévelop- per dans les différents domaines.

Elle constituera une opportunité d'aborder des questions régionales et in- ternationales et d'intérêt commun souli- gnant que l’Algérie et la Tunisie ont toujours eu de « solides relations ». Le Chef du gouvernement tunisien a ex- primé le souhait de multiplier les occa- sions pour booster cette relation dans

tous les secteurs. « Il existe une grande coopération sécuritaire entre les deux pays, aujourd’hui, nous souhaitons

qu’elle soit toujours renforcée. Kafia Ait Allouache

M. Sellal reçoit le Chef du gouvernement tunisien

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu hier le Chef du gouvernement tunisien, M. Mehdi Jomaâ en visite de travail à Alger dans le cadre des consultations régulières entre l’Algérie et la Tunisie. La rencontre a permis de procéder à une évaluation de l’état de la coopération bilatérale dans les nombreux do- maines dans lesquels les deux pays entretiennent des relations traditionnelles. L’audience qui s’est déroulée en présence des ministres des Affaires étrangères des deux pays a également permis d’aborder des questions régionales d’intérêt commun.

M. Jomaa se félicite du soutien continu de l'Algérie à la Tunisie

Le chef du gouvernement tunisien, Mehdi Jomaa, s'est féli- cité vendredi dernier du "soutien continu" de l'Algérie à la Tu- nisie sur tous les plans. Il a précisé, dans une déclaration à l'APS à la veille d'une vi- site en Algérie, avoir "choisi" cette destination pour sa première visite à l'étranger, compte tenu des relations bilatérales "solides" et de "la position privilégiée qu'occupe l'Algérie". "Plus que des relations de voisinage, les liens entre les deux pays sont basées sur une histoire et un destin communs", a-t-il fait observer.

M. Jomaa est revenu sur les préparatifs du 56 e anniversaire

des évènements de Sakiet Sidi-Youcef où le sang des deux peu- ples algérien et tunisien s'est mêlé, ce qui, a-t-il dit, confère un "sens plus fort" à sa visite en Algérie. La nouvelle équipe gouvernementale tunisienne a été chargée par les antagonistes politiques lors du dialogue national, de pa- rachever le processus démocratique et d'organiser des élections générales en 2014 après que le mouvement islamiste Ennahda eu cédé le pouvoir exécutif pour dépasser la crise politique dans laquelle le pays avait plongé depuis l'assassinat du militant po- litique Mohamed Brahmi en juillet dernier. Le gouvernement de Mehdi Jomaa a obtenu la confiance de la constituante à une majorité de 149 voix pour, 20 contre et 24 abstentions et ce, deux jours après l'adoption de la nouvelle Constitution du pays.

Mehdi Jomaa salue la "coordination sécuritaire judicieuse" entre l'Algérie et la Tunisie

Le chef du gouvernement tunisien, Mehdi Jomaa, a salué

vendredi la "coordination sécuritaire judicieuse" entre l'Algérie et la Tunisie dans la lutte contre le terrorisme et la contrebande. Dans une déclaration à l'APS à la veille de sa visite en Algé- rie, M. Mehdi Jomaa a mis l'accent sur "l’importance de booster davantage" les relations bilatérales dans le domaine économique qui constitue "une priorité dans l'étape actuelle", a-t-il dit. Le responsable tunisien qui s'est félicité de la coopération entre les deux pays dans les domaines du commerce et du tourisme, a souligné la grande importance que revêt le programme de déve- loppement des régions frontalières communes.

M. Jomaa avait reçu vendredi dans la matinée l'ambassadeur

d'Algérie à Tunis, Abdelkader Hadjar, qui lui a transmis les féli- citations du Président de la République, M. Abdelaziz Boute- flika, et celles du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à l'occasion de sa désignation à ce poste et l'obtention par le gou- vernement indépendant de la confiance des membres de l'As- semblée constituante. Le chef de l'Etat tunisien, Mohamed Moncef Marzouki, a adressé, ce vendredi, un message au Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, dans lequel il a salué "le rôle joué par l'Al- gérie dans le soutien du processus de transition démocratique en Tunisie".

Des relations privilégiées promises à une nouvelle dynamique

T raditionnellement qualifiées de "privi- légiées", les relations algéro-tuni- siennes sont promises à une nouvelle

dynamique à l’aune de la nouvelle ère de la Tunisie post-révolution. C'est dans le cadre de cette nouvelle dy- namique que s'inscrit la visite du chef du gouvernement tunisien, Mehdi Jomaa, fraî- chement désigné à la tête de l'exécutif de son pays, en Algérie, hier et aujourd’hui. Le président tunisien, Mohamed Moncef Marzouki, a tenu à saluer "le rôle de l'Algé- rie sœur dans le soutien du processus de tran- sition démocratique en Tunisie", et à exprimer pour cela, sa "gratitude" tout en no- tant que ce soutien s’inscrit dans le cadre des "relations de coopération privilégiées qui lient nos deux pays et nos deux peuples frères et des liens de fraternité et de solidarité

que nous puisons des relations historiques solides". Tout en saluant "les pas importants" fran- chis jusque-là entre l’Algérie et la Tunisie, le président Marzouki évoque une "ère nou- velle" aux "relations historiques" qui unis- sent les deux pays. La visite aujourd’hui à Alger du nouveau chef du gouvernement tu- nisien, Mehdi Jomaa, la première du genre, s’inscrit précisément dans cette optique et à un moment où la Tunisie vit une étape char- nière de sa vie politique avec l’adoption du nouveau texte fondamental du pays. Tout au long des péripéties qu’a connues la Tunisie depuis la Révolution du 14 janvier 2011, l’Algérie n’a eu de cesse d’appuyer les efforts de son voisin de l’Est en perspective d’une transition "démocratique" réussie. Lors de sa visite en décembre 2013 à Paris pour prendre part au sommet de l’Ely- sée sur l’Afrique, le Premier ministre, Ab- delmalek Sellal, avait indiqué que "l’Algérie était ouverte à toute solution en Tunisie", tout en refusant de "s’ingérer dans les af- faires internes à la Tunisie". Une position maintes fois réitérée par les autorités algériennes et qui a été "appréciée" par leurs homologues tunisiennes, alors que les visites effectuées de part et d’autre par les officiels algériens et tunisiens ont permis à Tunis, outre de renforcer la coopération tous azimuts, de prendre "conseil" auprès d’Alger, s’agissant de sa transition politique, post-révolutionnaire. C’est le cas notamment lors de la visite de deux jours effectuée à Alger en février

2012 par le président tunisien, Moncef Mar- zouki, au cours de laquelle il s’était entretenu avec les plus hauts responsables algériens, à leur tête le Président de la République, Ab- delaziz Bouteflika. "Nos relations avec l’Algérie ont de tout temps été fraternelles et j’estime que la Ré- volution constitue également une occasion pour que ces relations s’améliorent", avait déclaré le président tunisien, dans le sillage de ce déplacement. A l’occasion de la com- mémoration du 1 er anniversaire de la Révo- lution tunisienne, le 14 janvier 2012, le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, s’était dé- placé à Tunis pour prendre part aux festivités et mettre à profit cette visite pour le "raffer- missement" des relations "exceptionnelles" entre les deux pays. Les visites échangées de part et d’autre ont permis aux hauts responsables d’exami- ner, outre les questions bilatérales, celles liées au devenir et à la construction de l’Union du Maghreb arabe (UMA), les deux parties ayant exprimé à maintes reprises leur volonté d’œuvrer dans le sens d’une "redy- namisation" de ce projet fédérateur des pays de la région.

Alger consultée pour son expertise sécuritaire

A la lumière des évolutions internes vé- cues par la Tunisie et du contexte régional prévalant dans la région du Sahel, la néces- sité d’une coopération accrue dans le do- maine sécuritaire et de la lutte antiterroriste s’est imposée aux deux pays, comme souli- gné récemment par le Premier ministre, Ab- delmalek Sellal. "La sécurité des deux pays est étroite- ment liée à une stratégie commune de lutte contre le terrorisme et la grande criminalité", avait-il déclaré le 29 décembre dernier, à l’occasion d’une brève escale en Tunisie en provenance de Libye et au cours de laquelle il avait été reçu par l’ex-chef du gouverne- ment tunisien, Ali Larayedh. M. Sellal avait annoncé que les deux par- ties "avaient examiné la question de la sécu- risation des frontières, de la consolidation et de la coordination sécuritaire entre les deux pays", car "la sécurité de la Tunisie est aussi celle de l’Algérie et vice-versa", avait-il sou- ligné. Dans sa lutte contre les poches de ter- rorisme qui menacent la stabilité de son territoire, la Tunisie n’a eu de cesse de

"consulter " l’Algérie en matière de lutte contre ce phénomène transfrontalier, l’exper- tise algérienne en la matière étant avérée et sollicitée à l’échelle internationale.

Une coopération économique appelée à se densifier

Au diapason du volet diplomatique et po- litique, les relations économiques liant les deux pays sont également promises à une densité qui profiterait aux deux économies et pour le bien-être des deux peuples. Le 8 février prochain, devra se tenir à Tunis la 19 e session de la Grande commis- sion mixte algéro-tunisienne, coïncidant avec la célébration du 56 e anniversaire des événements de Sakiet Sidi Youssef. L'accord commercial préférentiel entre l'Algérie et la Tunisie devant entrer en vi- gueur au début de l'année 2014, le projet re- latif au développement des zones frontalières ainsi que les résultats de la commission mixte chargée des affaires consulaires, so- ciales et immobilières, réunie la semaine dernière, sont également à l'ordre du jour en prévision de la prochaine session de la Grande commission mixte algéro-tunisienne. La 18 e session qui s’était tenue en dé- cembre 2010 à Alger avait été, rappelle-t-on, sanctionnée par la signature de douze ac- cords et programmes de coopération dans di- vers domaines ainsi qu’un mémorandum d’entente. En outre, cinq autres programmes exé- cutifs de coopération ont été signés entre les deux pays dans les domaines du tourisme, la formation professionnelle, l’éducation et la culture, ainsi qu’un programme exécutif technique en matière de protection de l’en- vironnement. Les deux pays ont procédé aussi à la signature d’un mémorandum d’en- tente dans le domaine de la recherche agro- nomique. A l’issue de sa visite à Alger en août 2013, l’ex-ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jarandi, avait exprimé sa "satisfaction" du fait que plusieurs décisions prises lors de cette visite ont été "concréti- sées sur le terrain" et avait rappelé qu'il a été décidé, à l'occasion de la visite de Ali La- rayedh en Algérie en avril 2013, de transfor- mer la grande commission mixte algéro-tunisienne en la commission "straté- gique" de coopération entre les deux pays.

Dimanche 2 Février 2014

N

4

a t io n

EL MOUDJAHID

CLÔTURE DES TRAVAUX DU 22 e SOMMET ORDINAIRE DE L'UNION AFRICAINE

Appel à faire de la sécurité alimentaire "une priorité" au même titre que la sécurité et la paix

Les participants au 22 e sommet ordinaire de l'Union africaine (UA) qui a pris fin vendredi à Addis-Abeba ont souligné la nécessité de faire de la sécurité alimentaire en Afrique "une priorité" au même titre que la sécurité et la paix. Les dirigeants africains ont appelé au renforcement de la paix et de la sécurité et à l'exploitation des richesses et des capacités dont dispose le continent africain.

I ls ont par ailleurs appelé à faire des ques- tions économiques, des priorités, au même titre que les questions de sécurité. Les in-

tervenants ont en outre souligné la nécessité d'activer la force africaine d'intervention ra- pide pour le règlement des crises en attendant que la force africaine en attente soit opération- nelle en 2015. Le chef de l'Etat mauritanien, Mahmoud Ould Abdelaziz, président en exercice de l'UA, a souligné dans son allocution de clôture du sommet la nécessité de lutter contre le ter- rorisme et le crime organisé transfrontalier. Il a également mis l'accent sur l'impor- tance d'accorder la priorité au renforcement de l'intégration à travers des infrastructures per- mettant de dynamiser le commerce entre les pays africains et avec les autres pays et les or- ganisations spécialisées.

avec les autres pays et les or- ganisations spécialisées. L'Afrique unifiée pour la protection de ses

L'Afrique unifiée pour la protection de ses intérêts Les dirigeants ont insisté sur l'importance de faire entendre la voix de l'Afrique dans les concerts des nations et transmettre les aspira- tions de ses peuples à un avenir meilleur. "Il faut intensifier les efforts pour une représen- tation digne de l'Afrique au Conseil de sécu- rité et à l'ONU et dans les fora internationaux", a préconisé le président en exercice de l'UA. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a participé aux travaux du sommet en qualité de représentant du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, et avait fait part de la proposition de baptiser la grande salle des conférences du siège de l’UA à Addis-Abeba au nom de l'une des figures les plus embléma- tiques de la lutte africaine pour la liberté, Nel- son Mandela".

SMAIL CHERGUI, COMMISSAIRE À LA PAIX ET LA SÉCURITÉ DE L'UNION AFRICAINE :

« L'effondrement de la loi et de l'ordre, une menace pour l'existence de la Centrafrique »

Le commissaire à la Paix et la Sécurité de l'Union africaine, Smail Chergui, a déclaré hier à Addis-Abeba que l'"effondrement de la loi et de l'ordre est une me- nace pour l'existence même de la Centrafrique", où le chaos règne depuis le renversement en mars 2013 du président François Bo- zizé." Sans aucun doute, l'effondre- ment de la loi et de l'ordre est une menace pour l'existence même de la Centrafrique (et), il peut avoir de graves conséquences sur la sécurité et la stabilité régionales", a déclaré le diplomate algérien à l'ouverture d'une rencontre à Addis-Abeba entre des dirigeants africains et des représentants de la communauté internationale pour lever des fonds en faveur de la Force africaine en Centrafrique (Misca). Cette réu- nion se tient dans la foulée de la 22 e session ordinaire de l'UA, jeudi et vendredi au siège de l'organisa- tion dans la capitale éthiopienne, qui a appelé à une résolution ur- gente de la crise. "La République

centrafricaine (

est confrontée à

)

"La République centrafricaine ( est confrontée à ) des défis nombreux et impression- nants", a encore

des défis nombreux et impression- nants", a encore dit M. Chergui. "La situation sécuritaire est extrê- mement inquiétante, avec la pour- suite d'attaques contre des civils qui, à leur tour, accroissent les ten- sions religieuses et intercommu- nautaires", a-t-il ajouté. La Misca compte actuellement 5.500 hommes en Centrafrique, qui s'ajoutent aux 1.600 soldats fran-

çais de l'opération Sangaris. L'Union européenne a promis 500 hommes et près de 200 millions d'euros pour la sécurité et l'organi- sation d'élections qui devraient se tenir l'année prochaine. La nouvelle présidente de tran- sition de la Centrafrique, Catherine Samba Panza, a accusé vendredi les ex-rebelles qui ont pris le contrôle de Sibut (180 km au nord de Bangui) de vouloir la "déstabi- liser" et réclamé des troupes sup- plémentaires pour mettre un terme aux violences. La Centrafrique a connu ces derniers jours un regain de violences. La Croix-Rouge a déclaré ven- dredi avoir ramassé "30 tués et 60 blessés" en trois jours dans les rues de Bangui, et les violences se sont étendues hors de la capitale provo- quant une grave crise humanitaire. Le Programme alimentaire mon- dial (PAM) a indiqué à Genève avoir un besoin urgent de 95 mil- lions de dollars (70 millions d'eu- ros) pour fournir une aide alimentaire à la population.

CULTURE AFRICAINE

M. Bouguerra souligne les efforts de l'Algérie pour son rayonnement

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a souligné les efforts de l'Algérie pour la promo- tion et le rayonnement de la culture africaine, en marge du 22 e sommet de l'Union africaine (UA) qui s'est tenu à Addis-Abeba. M. Bouguerra, qui a représenté l'Algérie vendredi à la réunion consacrée à la promotion du Fonds du Patrimoine mondial africain or- ganisée par la Commission de l'UA en collaboration de l'Unesco, a rappelé les efforts de l'Algérie, notamment en ce qui concerne l'en- seignement de langues africaines, l'organisation du premier festival culturel panafricain en 1969, suivi du Panaf d'Alger en 2009. Il a éga- lement exprimé son appréciation quant à cette initiative qui illustre l'aboutissement d'un long proces- sus ayant conduit à la création du Fonds pour le Patrimoine mondial africain conçu comme levier au service de l'Afrique à l'échelle uni- versel. Le ministre délégué a annoncé une contribution financière et tech-

délégué a annoncé une contribution financière et tech- nique au Fonds et à dans le même

nique au Fonds et à dans le même temps fait part de la décision de la tenue en Algérie en décembre pro- chain de la réunion du Conseil d'administration du Fonds. Il a en outre informé les partici- pants que la capitale algérienne s'apprête à accueillir le Grand musée de l'Afrique et le Centre de catégorie II pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique.

COMPÉTENCES NATIONALES À L’ÉTRANGER

Babès : « L’Etat accompagnera toute initiative avérée »

Le président du Conseil national écono- mique et social (CNES), Mohamed-Seghir

Babès, a affirmé hier à Lille que sa mission, auprès de la communauté algérienne installée

à l'étranger, menée "certes" par une structure

consultative, est "portée par le politico-insti- tutionnel" avec la volonté d’inscrire dans la

durée les rapports avec la "diaspora" algé- rienne. "La strate politico-institutionnelle ac- compagne fortement cette mission. C’est de nature, à priori, à bonifier la capacité d’agir des agrégats qui se constituent autour d’un in- térêt" pour le pays, a-t-il rétorqué à des com- pétences nationales établies dans le Nord de la France, qui appréhendaient la création, à travers cette mission exploratoire, d’une "structure" qui embrigaderait toute initiative

à

l’endroit du pays d’origine. "Gare à la bureaucratisation du processus

(

)

et à l’appropriation à la base des pre-

mières initiatives de coopération envers le pays d’origine", a-t-il averti, signalant que l’institutionnalisation "autorisée et souhaitée" signifie "accompagner, aider la coopération et la placer dans un tout institutionnel qui n’est

et la placer dans un tout institutionnel qui n’est pas de type bureaucratique bête et méchant,

pas de type bureaucratique bête et méchant, mais un institutionnel plein de vertus". Pour M. Babès, le rôle de l’Etat est d’ac- compagner toute initiative d’intérêt avéré. "L’Etat qui veut tout faire et régenter n’est pas un Etat", a-t-il précisé, signalant l’importance d’accorder respect et égard à toute "action au- tonome et ses acteurs" visant le même intérêt. Dans une démarche participative, le Président

du CNES, qui était interpellé par la salle sur la volonté des compétences nationales dans le Nord de la France à devenir partie-prenante dans ce processus, s’est engagé à élaborer une recommandation devant permettre, selon un format à convenir, "d’impliquer la diaspora" dans la structure du CNES pour qu’elle puisse "porter la parole de la communauté". Au début de sa mission exploratoire auprès de la communauté nationale à l’étranger, M. Babès avait plaidé, depuis Marseille, pour "plus d’institutionnalisation" des relations entre la "diaspora" algérienne et le pays d’ori- gine. S’exprimant devant un panel de compé- tences nationales établies dans le sud de la France, il avait relevé que les initiatives prises par des membres de la communauté envers le pays d’origine, aussi bénéfiques soient-elles, sont "plus individuelles qu’institutionnelles". Avec cette rencontre des compétences na- tionales dans le Nord de la France, M. Babès achevait son étape lilloise durant laquelle il s’était entretenu vendredi dernier successive- ment avec le président du Conseil Général du Nord, Patrick Kanner, le président de la

Chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Lille, Philippe Vasseur, et le l’ex-président du Conseil général de France Nord et ex-pré- sident du groupe d’amitié France-Algérie à l’Assemblée française, Bernard Derosier. Lors de ces entretiens, il a été notamment question du développement d’un partenariat "gagnant-gagnant" entre la région Nord et la partie algérienne, et de "dépasser" le stade des relations purement commerciales, vers des re- lations d’échanges de savoir-faire dans les do- maines universitaire et technologique. M. Babès se trouve en France dans le cadre d’une mission exploratoire de la communauté nationale à l’étranger, entamée le 17 janvier à Toulouse, et qui émane d’une volonté des pouvoirs publics d’arrimer les compétences nationales à la stratégie de développement na- tional. Après Toulouse, Marseille, Strasbourg, Lyon et Lille, il se rendra dimanche à Paris où il doit clôturer la première étape de sa mis- sion qui devrait concerner, d’ici fin 2014, les régions Europe, les Amériques et les pays arabes.

Dimanche 2 Février 2014

N

EL MOUDJAHID

a t io n

5

CARTe de PResse, nOUVelle lOi sUR l’AUdiOVisUel, fORMATiOn…

Messahel définit les grandes priorités

Au second jour de sa visite à Ouargla, le ministre de la Communication, lors d’une émission radiophonique transmise en direct et la conférence de presse qui a suivi, a relevé les « grandes priorités de son département ».

De nos envoyés spéciaux à Ouargla Fouad IRNATENE et Billal B.

P armi les plus importantes figurent le parachèvement du cadre juri- dique pour la loi sur l’audiovisuel,

la poursuite des efforts dans le cadre des

réformes engagées en avril 2011 par le Chef de l’etat ainsi que la nécessité de hisser le niveau de la formation. le tout est « de mieux servir l’intérêt public qui est le plus productif dans tous les pays du monde ». dans ce contexte, le ministre annonce qu’un programme prometteur sera engagé au niveau des té-

lévisions et radios pour assurer une cou- verture à 100%. Au cours de ses deux interventions, il souligne que le texte re- latif à l’audiovisuel, après adoption par les deux chambres du Parlement, « entre dans sa phase d’exécution ». Ce docu- ment, ajoute-t-il, « est arrivé à point nommé pour poursuivre un processus de démarches entamé depuis des années ». Pour ce qui est du Centre internatio- nal de la presse (CiP), celui-ci sera mis, comme il est de coutume, à la disposition de la presse nationale et des correspon- dants de la presse étrangère, a annoncé M. Messahel précisant que

« celui-ci procédera aussi à la distribution de prospectus contenant toutes les infor- mations utiles et les textes régissant les élections ».

La stabilité, fruit des efforts du Président Bouteflika Justement pour ce qui est de cette im- portante échéance, M. Messahel revien- dra sur la décennie qui l’a précédée,

rendant ainsi hommage au Président de la République, M.Abdelaziz Bouteflika, qui

a permis à l’Algérie de retrouver sa sta-

bilité. « Cette stabilité n’est pas fortuite,

sa sta- bilité. « Cette stabilité n’est pas fortuite, elle est le fruit des efforts du

elle est le fruit des efforts du Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, à la faveur de la politique de la réconci- liation nationale qui a restauré la quiétude et la paix à travers le territoire national », a-t-il indiqué en faisant rappeler à l’assis- tance que « Abdelaziz Bouteflika s’est engagé, à travers son programme, à concrétiser trois grands objectifs : la res- tauration de la paix et la remise en ordre

de la Maison Algérie à travers de larges

réformes ; la concrétisation du dévelop- pement global ; et le retour de l’Algérie sur la scène internationale, ce qu’il a fait vraiment et que tout le monde peut voir aujourd’hui », a-t-il dit. le ministre de la Communication a également rappelé, à ce titre, « les énormes efforts déployés par notre pays pour sensibiliser sur les dangers du terro- risme, avant que le monde ne finisse par découvrir, un certain 11 décembre 2001,

la vision juste de l’Algérie à ce sujet ».

Aussi, selon lui, « la voie de développe- ment empruntée par l’Algérie, tous sec-

teurs confondus, n’aurait pu se concréti- ser sans la stabilité ».Parmi les principaux objectifs que s’est donc désormais assi- gnés le département de la communica- tion, figure la nécessité de « transmettre au citoyen des informations crédibles ».

A ce niveau, M. Messahel affirme qu’il «

encourage toute démarche, qu’elle émane du secteur public ou du privé». A cet effet, il estime qu’il est grand temps pour que « 60% des programmes télévisuels soient issus de programmes nationaux ». Abondant dans ce sens, l’hôte d’Ouargla se dit convaincu que la nouvelle loi audiovisuelle « encourage le professionnalisme». Malgré cela, un défi de taille reste à réaliser : « améliorer le

cadre juridique ». Qu’en est-il de la loi sur

la publicité et le sondage d’opinion ? A

cette question, le ministre répond que le secteur, dans toute son étendue, « a be- soin de nouvelles lois ». interrogé quand

à l’évaluation du rendement au sein des

journaux publics, M. Messahel souligne,

d’abord, que « le monde où nous vivons

MessAhel :

« Tous les moyens des médias publics mobilisés pour la couverture de la présidentielle »

Tous les moyens des médias pu- blics seront mobilisés pour la couver- ture de l’élection présidentielle du 17 avril prochain, a affirmé hier à Ouar- gla le ministre de la Communication, Abdelkader Messahel. « Tous les moyens dont disposent les médias pu- blics seront mobilisés pour la couver-

ture médiatique de la prochaine élec- tion présidentielle, dans toutes ses phases, en plus de permettre à la com- munauté algérienne à l’étranger de suivre cette consultation », a affirmé le ministre. Un effectif de 700 personnes, des corps journalistique et technique, se-

ront mobilisés à l’échelle nationale, par la radio nationale et ses stations régionales, pour assurer la couverture de cette élection, tandis que la télévi- sion couvrira l’ensemble des wilayas du pays avec un déploiement de 500 personnes, journalistes et techniciens, a assuré le ministre.

est en évolution constante.» les organes

concernés, explique-t-il, « ont leurs atouts et faiblesses ». selon lui, il est au- jourd’hui impératif de « revoir la vocation de ces organes dans un cadrage de service public ». Pour y parvenir, il affirme qu’un « tra- vail de mise à niveau est indispensable ».

A propos de la formation, que le ministre

compte améliorer d’une façon substan- tielle pour la rendre plus efficace, il y a lieu de préciser que des cycles importants

ont été entamés au niveau de la radio en direction de ses personnels. Un autre, soit

la formation de plus de 2.000 profession-

nels, sera effectué prochainement au ni- veau de la télévision algérienne dont le dG, Tewfik Khelladi, a indiqué que le ca-

hier de charges est prêt depuis cinq jours. explicite, M. Messahel dira que le secteur

a « besoin, également de la formation des

formateurs ». se basant sur les efforts ef- fectués et les réalisations acquises jusque-

là, le ministre assure que d’« ici la fin 2015, la numérisation atteindra les 95% en Algérie ».

La carte de presse fin prête dans les meilleurs délais Outre le projet relatif à la nouvelle loi sur l’audiovisuel, un autre sujet, et non des moindres, a été passé en revue par Abdelkader Messahel, à savoir la carte de presse du journaliste professionnel qui constitue, selon lui, « une priorité ». Après un processus de consultations élar- gies, pendant lesquelles des experts ont été sollicités, ainsi que la tenue de rencon-

tres régionales et de la conférence natio- nale, le projet « sera soumis prochainement au gouvernement pour adoption », « la version finale de la carte

sera prête dans les meilleurs délais ». dans ses clarifications, il appelle les re- présentants de la famille journalistique à mieux s’organiser « autour d’un syndicat national qui sera notre partenaire ». Cet

effort se veut celui de promouvoir la pra- tique ainsi que la déontologie journalis- tique. A une question d’El Moudjahid, relative au nombre d’années exigées pour l’acquisition dudit document, le premier responsable de la communication dira que « les journalistes doivent avoir leurs assises pour mettre en place les bases de

tout projet les concernant ». d’autre part le ministre s’est étalé sur l’épineux pro- blème de la distribution des journaux, no- tamment dans le sud. des instructions ont été données pour améliorer la prestation. « l’etat réfléchit

à une solution définitive, soit avec ses propres moyens, soit en accordant des crédits aux jeunes, dans le cadre de l’An- sej, pour ouvrir leurs entreprises ». Ré- pondant aux questions des journalistes, le ministre revient sur les efforts consentis

par l’Algérie notamment pour le conti- nent africain. il cite au passage le projet d’afro-vi- sion, qui consiste à conjuguer les efforts pour disposer d’une télévision unifiée, dont le rôle est de donner la vraie image, et pas seulement celle des conflits et des affrontements ethniques. le ministre as- pire à l’aboutissement de ce projet en- tamé dans le cadre de l’initiative du nepad, voilà une quinzaine d’années. sur le plan politique, il souligne que le rôle de son département pendant les élections présidentielles du 17 avril, sera « tech- nique ».Acet effet, il affirme que son but est d’assurer une « couverture totale » pendant cette joute « importante ». dans cette optique, M. Messahel appelle les médias à travailler en transparence et de donner la chance à tous les candidats. dans un autre volet, celui du rôle des mé- dias pour défendre la nation, le ministre, après avoir relevé l’hégémonie de cer- tains médias internationaux, indique qu’en Algérie « c’est l’intérêt public qui prime ».

F. I.

TélédiffUsiOn

Huit stations TNT réalisées au cours du 1 er semestre 2014

dans un exposé d’une dizaine de minutes auquel a assisté le ministre ainsi que d’autres responsables du secteur, le directeur régional de la TdA, laouida hocine, a annoncé que « huit stations TnT de grande puissance, seront mises en service au cours des six premiers mois de l’année 2014. elles seront, pré- cise-t-il, installées à « Ouargla, hassi Messaoud, Touggourt, el Oued, in Ame- nas, in salah, Ghardaïa et Tamanrasset dont le projet est déjà entamé. » F. I.

JOURnées d’infORMATiOn sUR lA fORMATiOn PAR APPRenTissAGe

Un acte de solidarité nationale

L e ministre de la formation et de l’enseignement professionnels M. nouredine Bedoui, a lancé, un

appel aux entreprises algériennes, aux chefs de chantiers, aux promoteurs de prendre en charge et d’assurer un poste de formation pour les jeunes qui doit être un poste équivalent à un poste de travail. « l’intégration des jeunes est notre vision et notre démarche intégrée, que nous voulons dynamiser au niveau du secteur qui place la formation et la qualification au cœur de l’avenir et du développement national », précise le ministre, lors de l’ouverture, hier, des journées d’informa- tion et de sensibilisations sur le mode de formation par apprentissage, au centre culturelAissa Messaoudi à hussein dey. il a insisté sur l’importance de la for- mation basée sur l’apprentissage qui est stratégique dans la mesure où « nous de- vons communiquer, nous décomplexer, nous ouvrir sur notre environnement » pour l’assurer, dira-t-il en ajoutant que la formation par apprentissage est un mode de formation qui a plus d’efficacité parce que le stagiaire passe 80% de son temps au niveau de l’unité industrielle, ou au ni- veau de l’administration pour apprendre la théorie et c’est cela la complémenta- rité. « nous travaillons par rapport à un travail de gouvernement qui met la for-

mation au cœur du développement natio- nal. Aujourd’hui la ressource humaine est considérée nationale, le gouverne- ment considère que l’acte de former, de qualifier est un acte de solidarité natio- nale et intergouvernemental », précise le ministre en mettant l’accent sur la colla- boration du secteur de la formation pro- fessionnelle avec les autres secteurs tels que la pêche, l’habitat, l’environnement,

en l’agriculture qui est « primordiale et importante » pour le développement du- rable de notre pays. il a fait savoir que l’employeur ou chef d’entreprise doit faire travailler les jeunes stagiaires issus des centres de for- mation pour avoir une main-d’œuvre qualifiée. C’est ainsi que le secteur de la formation opte pour un travail collectif en s’inspirant des expériences allemandes qui sont très efficaces. « le Président de la République a insisté sur ce mode et nous exécutons ses orienta- tions et ses instructions ». il a par la même occasion, souligné que son secteur

a mis d’autres mesures en application

telle que l’augmentation de l’âge pour le

Ph. : . T. Rouabah
Ph. : . T. Rouabah

stagiaire à plus de 35 ans. Tout jeune qui

 

la seconde action engagée concerne

a

plus de 35 ans, s’il accepte de profiter

les entreprises qui recrutent directement

de ce mode de formation, le ministre par

à

partir des centres de formation dont

le

biais des directeurs de wilayas ou par

deux entreprises l’iTeM qui a employé

le

biais des chefs d’établissement de for-

25 et la snVi qui a employé 40 jeunes.

a

eu un recrutement de 2.800 employés.

mation peut l’autoriser à y accéder. la bourse qui est attribué pour ce mode d’apprentissage est passée à un niveau supérieur qui est de 3.000 dA. Pour sa part, le directeur de la direc-

il a ajouté, que sur les 2.850 recrute- ments opérés uniquement par l’inGP au niveau de la wilaya d’Alger qui compte environ 102 entreprises industrielles il y

tion du développement industriel et de la

30% de ce recrutement se sont opérés à

promotion de l’investissement de la wi- laya d’Alger, a expliqué que depuis le début du mois de décembre 2013, des ac-

partir de centres de formation. « le produit des centres de formation est présent. Mais il y a un manque

tions ont été engagées, dont la sensibili-

de marketing », affirme le directeur de

sation d’environ 1.000 entreprises

la

direction du développement industriel.

industrielles au niveau de la wilaya d’Al- ger pour recevoir les formateurs de cen- tres de formation professionnelle. A ce jour, 30 entreprises (privées et étatiques) ouvrent leurs portes à tout moment aux formateurs pour se présenter au niveau de ces entreprises et connaître les nou- velles technologies qu’utilisent ces entre- prises, d’avoir également une idée sur les besoins de ces entreprises.

en ajoutant que d’autres actions ont été menées telles que la réalisation des partenariats à travers le comité d’orien- tation qui parle des possibilités offertes par les entreprises, ainsi que l’orientation des jeunes. Ce comité doit également présenter la carte industrielle de la wi- laya d’Alger, exposer les difficultés que rencontrent les entreprises et les diffé- rents opérateurs économiques. « le wali

a accordé lors de l’exécutif du 8 janvier, le carrefour de jeune entrepreneur algé-

rois. Ce carrefour sera de dimension in- ternationale où tous les organismes concernés par la création d’entreprises seront présent. il offre aussi des opportunités d’in- vestissement en matière de sous-trai- tance » précise-t-il en ajoutant que ce

carrefour entamera sa mise en place dès

le mois de mars prochain pour se tenir en

novembre ou décembre 2014. Ce carrefour, estime le directeur, per- mettra de booster l’Algérie en bonne po- sition en fonction de deux critères sur un

ensemble de 11 critères : les dispositifs et le moyens mis en place part l’etat au nombre de 21 dispositifs en moyens d’encouragement aux jeunes. le second est l’engouement des jeunes à travers la prise en charge des jeunes sortant des universités, des instituts et des centres de formation. « À Alger on pense réellement à booster l’investissement de service, no- tamment développer l’industrie créative

culturelle qui n’est pas développée enAl- gérie. Ce sont des investissements qui ne demandent pas de terrain mais de l’ap- pui, l’accompagnement et le finance- ment » affirme-t-il.

Une carte industrielle de la wilaya d’Alger dans une quinzaine de jours, tous les centres de formations professionnels dis- poseront d’une carte industrielle de la wi- laya d’Alger qui compte 3 grandes zones industrielles hors du secteur des hydro- carbures : zone industrielle de Rouiba et Réghaia. Ces trois zones ont à elles seules, en- viron 600 cartes d’entreprises indus-

trielles qui emploient 38.000 ouvriers. il existe également 27 zones d’activités « il y a un potentiel énorme, c’est la première wilaya économique hors du secteur des hydrocarbures », souligne le directeur en ajoutant que, 284 entreprises installées dans le tissu urbain d’Alger. Pour ce qui est de la PMe et de la PMi, il y a 50.534 PMe-PMi qui emploient environ 400.000 employés. il est envisagé avec

l’autorité du wali, de créer des pôles par excellence à l’est de la wilaya d’Alger avec la réalisation des filières méca- niques, au sud de la wilaya il y aura le renforcement du tissu destiné unique- ment à l’agroalimentaire, tandis qu’à l’ouest de la wilaya, tous les efforts se- ront consacrés à créer un pôle compéti- tif concernant les produits pharmaceutiques et parapharmaceu- tiques. il y aura également le projet de ré- habilitation des zones d’expansions touristiques, ZeT, auxquelles la wilaya d’Alger a dégagé des montants « assez considérables » pour leur lancement. Kafia Ait Allouache

N 6 ation EL MOUDJAHID E L E C T I O N P R

N

6

ation

EL MOUDJAHID

E L E C T I O N

P R

E S

I D

E

N T I E L

L E

D U

1 7

A V R I L

AmAr ghoul en serA le coordinAteur

Un rassemblement de 26 partis mènera campagne pour le Président Bouteflika

A la faveur de la prochaine élection présidentielle d’avril prochain, un rassemblement de 26 partis et mouvements politiques nationaux s’est constitué, hier, sous la houlette de M. Amar Ghoul, président du Rassemblement espoir de l’Algérie (TAJ) et ministre des Transports dans l’actuel gouvernement du Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal.

C e nouveau regroupement intitulé « ras- semblement de la fidélité et de la stabi- lité » dans une Algérie qui se veut forte et

sereine, a décidé, hier, et dans le cadre de la si- gnature d’une déclaration commune paraphée par les chefs de partis et de mouvements, de soutenir le président Abdelaziz Bouteflika à l’élection pré- sidentielle d’avril prochain. ce soutien ferme à cette candidature se justifie par les signataires des membres de ce rassemble- ment par le fait que le président Bouteflika a plei- nement honoré ses engagements envers le peuple algérien depuis son investiture en 1999, à la ma- gistrature suprême de l’etat, en mettant fin à la Fitna, en concrétisant de grandes réalisations, pour avoir rétabli la stabilité dans le pays, d’être l’artisan du retour de l’Algérie sur la scène inter- nationale. ce rassemblement justifie son soutien au pré- sident Abdelaziz Bouteflika à cause des dangers qui guettent l’Algérie à l’extérieur de ses fron- tières, les tentatives qui veulent porter atteinte à l’unité et à la cohésion du peuple algérien. les 26 partis, qui se sont regroupés solennellement, hier, dans l’enceinte de l’hôtel riadh de sidi Fredj, ont été unanimes pour affirmer que le

riadh de sidi Fredj, ont été unanimes pour affirmer que le chef de l’etat est le

chef de l’etat est le plus apte à poursuivre la marche vers le développement, à mettre l’Algérie à l’abri des dangers qui la guettent, à préserver la stabilité, la sécurité et l’unité du peuple. ce fai- sant, ils ont également décidé de charger Amar ghoul d’en être le coordinateur de ce rassemble-

ment. ce dernier est monté à la tribune pour dé- cliner un assez long discours politique dans lequel il s’est amplement étalé sur les vertus de la fidé- lité, de la stabilité. il s’est déclaré engagé de plain-pied et dès maintenant pour mener campagne en faveur du président Bouteflika, considérant que l’étape des candidatures est « close » et qu’il va s’atteler dans le cadre de ce rassemblement à procéder au re- cueil des signatures individuelles pour le compte du président Bouteflika, à mener un vaste travail de proximité avec les citoyens. pour Amar ghoul l’acte de naissance de ce rassemblement est de nature historique dans la mesure où il a permis que se coalisent toutes les bonnes volontés, en dépit de leurs convictions politiques, que se ren- contrent les courants politiques quels que soient leurs divergences.

La fidélité, maître mot pour le président de tAJ, le choix des mots consignés dans la devise de ce rassemblement n’est pas fortuit. ces mots ont leur signification. et le terme de fidélité (Al Wafa) symbolise et in- carne l’extrême reconnaissance envers l’archi- tecte de la réconciliation nationale, mais, aussi,

d’une manière générale, la promotion et la conso- lidation de cette noble valeur au sein des mem- bres de la société algérienne. pour Amar ghoul, la notion de fidélité, son ancrage, constitue le meilleur antidote contre les méfaits de la perfidie, la trahison, l’ingratitude, et contre ce refus de re- connaître les mérites des uns et des autres. il a stigmatisé la culture qui « noircit » et altère les apports positifs pour le pays et au bénéfice des ci- toyens, une fidélité qui exclut les visions parti- sanes.

Bouteflika, l’homme du rassemblement Amar ghoul a évoqué la nécessaire stabilité, fruit de lourds sacrifices, de la politique de récon- ciliation nationale du président Bouteflika, qui fut portée à bout de bras par le peuple. cette réconci- liation a éliminé les germes de la discorde. il a es- timé aussi que ce nouvel espace n’est dirigé contre aucun parti ni aucune personnalité politique. Après la validation officielle par le conseil d’etat des candidats qui ambitionnent de briguer la pré- sidence de la république, chaque candidat est pour nous, un « chevalier » au service de la na- tion, a-t-il clamé. Mohamed Bouraib

rAssemBlement nAtionAl repuBlicAin

Le parti ne participera pas

le président du parti du rassemble- ment patriotique républicain (rpr), Abdelkader merbah, a annoncé, hier à tizi-ouzou, que sa formation politique ne participera pas à l’élection présiden- tielle prochaine. "une vraie élection présidentielle requiert la mise en place de conditions nécessaires garantissant une réelle ex- pression et respect de la volonté popu- laire, mais pour cela un temps nécessaire doit être accordé à l’organi- sation de cette élection et aux partis de s’y préparer", a-t-il soutenu lors d’une rencontre avec des militant de son parti à la maison de la culture. "nous devons aller vers une deuxième république pour dépasser l’état actuel de dislocation des institu-

tions, et concrétiser l’idéal de la construction d’un etat démocratique et social, dans le cadre des principes isla- miques, tel qu’énoncé par la proclama- tion du 1 er novembre 1954", a souligné m. merbah qui plaide pour une période de transition. dans ce contexte, m. merbah a in- diqué que "l’Armée nationale populaire

(Anp), en tant que digne héritière de l’Aln, se doit d’accompagner cette dé- marche pour la mise en place d’un cli- mat favorable à une vraie élection présidentielle, en aidant le pays à se donner une constitution consacrant les libertés démocratiques, l’alternance au pouvoir et la séparation des pouvoirs".

Rebai Belalmi annonce sa candidature

m. rebai Belalmi, né en 1965, un technicien en forage et exerçant actuellement une activité libérale, a annoncé officiellement son in- tention de se porter candidat à l’élection présidentielle du 14 avril 2014, lors d’un point de presse animé samedi à laghouat.

regroupés dAns une coAlition consensuelle A souK AhrAs

Six partis appellent le Président Bouteflika à se porter candidat

six partis politiques regroupés dans une « coalition consensuelle » ont ap- pelé, hier, de souk Ahras le président de la république, Abdelaziz Bouteflika, à présenter sa candidature pour l’élec- tion présidentielle du 17 avril prochain. réunis à la salle de conférences mi- loud-tahri, les présidents et représen- tants des partis de l’union pour le rassemblement national, de la Voie au- thentique, du Front national de l’au- thenticité et des libertés, du mouvement national des travailleurs algériens, du Front démocratique libre et du parti du renouveau et du développement, ont considéré que le « moudjahid Boute- flika est l’homme capable de préserver la sécurité et la stabilité du pays ». Ap-

plaudis par les militants et les jeunes présents au meeting, les intervenants ont indiqué que la décision de soutenir la candidature du président de la répu- blique pour ce « scrutin décisif » est également motivée par « les résultats positifs de la politique sage adoptée par le président, laquelle a permis le recou- vrement de la stabilité et de la sécurité à travers les dispositions de la réconci- liation nationale ». ces formations po- litiques ont appelé la jeunesse algérienne à faire preuve « d’esprit de responsabilité » et de « sens civique » et à se montrer « vigilante face aux ap- pels des prêcheurs de la fitna et autres conspirateurs contre la stabilité, la quié- tude et la sécurité de l’Algérie. »

clôture de lA session d’Automne 2013 du pArlement

Protection de l’économie, ancrage démocratique et adaptation législative

ouverte du 3 septembre 2013 au 2 février 2014, la session qui s’achève a été marquée par un important et riche programme législatif, diplomatique et parlementaire dans les différents do- maines. la session d’automne 2013 du parlement dans ses deux chambres, le conseil de la nation et l’Assemblée po- pulaire nationale prend fin aujourd’hui à la faveur de la cérémonie de clôture qui sera organisée d’abord au conseil de la nation avant de se poursuivre à l’Assem- blée, en présence des présidents des deux institutions, du premier ministre et les membres du gouvernement. la clôture de la session intervient conformément aux dispositions de l’ar- ticle 118 de la constitution et de l’article 5 de la loi organique définissant l’orga- nisation et le fonctionnement de l’As- semblée populaire nationale et du conseil de la nation, ainsi que les rela- tions fonctionnelles entre les deux chambres du parlement et le gouverne- ment. la cérémonie de clôture des tra- vaux de la session qui débuteront au conseil de la nation lors d’une séance plénière présidée par Abdelkader Bensa- lah, en présence du président de l’As- semblée populaire nation, mohamed larbi ould Khelifa, du premier ministre, Abdelmalek sellal, ainsi que les mem- bres du gouvernement, constitueront une opportunité pour le président de la chambre basse de revenir sur les textes de lois votées, les activités de la législa- ture de 2013-2014 ayant permis l’adap- tation de la législation algérienne avec l’évolution de la société en respect avec les normes et standards internationaux. le même bilan sera effectué par le pré- sident de l’Apn, lors d’une cérémonie

de clôture à l’hémicycle Zirout Youcef. la session d’automne, qui arrive à terme à l’issue de cinq mois d’activités législa- tives, d’organisation de journées d’études parlementaires traitant de diffé- rents thèmes d’actualité, d’actions de contrôle parlementaire avec des sorties de visites et d’inspection sur le terrain dans les différentes wilayas du pays, in- tervient dans le contexte de l’élection présidentielle du 17 avril 2014, laissant la priorité aux acteurs et partenaires de l’échiquier politique de mettre en place la stratégie de lancement de leur cam- pagne électorale. l’intensité du pro- gramme de la session autant au niveau des activités législatives, parlementaires que des actions de contrôle parlemen- taire à travers les visites de travail sur le terrain que par des actions diplomatiques et les relations entre parlementaires au niveau régionale et international auront donné toute l’importance à cette session qui se termine dans ses délais règlemen- taires. le président du conseil de la na- tion dont les membres viennent de se prononcer sur les trois dernières lois qui lui ont été soumises, s’agissant du vote, la semaine passée, des dernières lois sur les mines, les titres et documents de voyage et la loi sur l’activité audiovi- suelle, s’arrêtera certainement lors de la séance plénière sur la qualité des textes de lois soumises à la session qui s’achève sur les différents plans de son activité et de l’importance du rendez- vous des prochains mois pour les Algé- riens qui seront appelés le 17 avril 2014 aux urnes pour l’élection du futur prési- dent de la république. la session d’au- tomne, qui intervient avec l’exécution de la dernière tranche du programme quin-

l’exécution de la dernière tranche du programme quin- quennal 2010-2014, retient l’attention dans le sens où

quennal 2010-2014, retient l’attention dans le sens où de nombreux secteurs d’activité se sont présentés devant les membres des commissions de l’Assem- blée pour des bilans et des évaluations de leur politique sectorielle.

Consolider la législation et consacrer la qualité du service public globalement, les membres parle- mentaires des deux chambres dans la di- versité des courants politiques qui composent les travées du parlement se sont exprimés lors des plénières sur les projets de lois, exprimant les positions respectives de la soixantaine de forma- tions politiques qui activent légalement sur la scène nationale. ce qui transparait dans le vote de la dernière série de textes de lois entrant dans le cadre des réformes politiques décidées en 2011 par le pre- mier magistrat du pays et approuvés au- tant au niveau de l’Assemblée populaire nationale qu’au sein du conseil de la na- tion lors des séances plénières de cette

avant dernière session avant les prési- dentielles. ces lois qui viennent adapter la législation et apporter de nouveaux dispositifs d’ordre économique, social, culturel ou juridique ont pour objectifs de mettre la législation nationale en conformité avec les engagements inter- nationaux auxquels notre pays a souscrit dans le domaine de la lutte contre le phé- nomène de la criminalité qui affecte les enfants et la protection des droits des personnes en adaptant les dispositifs ac- tuels de prévention de cette criminalité, en évocation avec l’amendement du code pénal, la lutte contre la contrebande qui vient consolider l’arsenal juridique pour le rendre plus efficient dans la pro- tection de l’économie nationale. il s’agit entre autres projets de lois présen- tés par les départements ministériels, de la loi portant profession d’avocat, de la loi modifiant et complétant l’ordonnance n° 66-156 du 8 juin 1966 portant code pénal, de la loi modifiant et complétant l’ordonnance n° 05-06 du 23 août 2005

relative à la lutte contre la contrebande, de la loi de finances pour l’année 2014, de la loi portant règlement budgétaire de l’exercice 2011, de la loi portant loi mi- nière, de la loi relative à l’activité audio- visuelle. la loi relative à l’activité audiovi- suelle qui est prise en application des dispositions de la loi organique du 12 janvier 2012 relative à l’information vise à consacrer, dans la pratique, conformé- ment aux dispositions constitutionnelles, l’ouverture du champ audiovisuel natio- nal à l’initiative privée. ses nouvelles dispositions fixent en effet les modalités, organisent les procédures de la création des services audiovisuels et définissent les missions d'une autorité de régulation de l’audiovisuel prévue pour encadrer l’activité du paysage audiovisuel natio- nal. d’autres textes de loi retiennent en outre l’attention ont été programmés et endossés parmi lesquels figurent la poli- tique financière et monétaire de la banque d’Algérie et tout récemment, la loi portant sur les titres et documents de voyage sur l’établissement du passeport biométrique électronique qui vient ren- forcer la législation du ministère de l’in- térieur et des collectivités locales votée positivement à l’unanimité par les deux chambres. l’adoption unanime de ce dernier texte requière toute son impor- tance dans la mesure où les nouvelles dispositions qu’il renferme viennent mettre en place une législation sur la ges- tion et le fonctionnement de l’adminis- tration en adéquation avec les attentes et aspirations des citoyens dans le but d’al- léger les lourdeurs bureaucratiques et de faciliter leur quotidien. Houria A.

N

ation

7

EL MOUDJAHID

PrOGrAMME DE LOGEMEnt PUbLiC PrOMOtiOnnEL (LPP)

La première tranche fixée à 550.000 DA

Les souscripteurs au programme de logement public promotionnel (LPP) peuvent se rassurer : le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville a décidé de revoir à la baisse le montant de la première tranche pour le paiement du logement attribué.

L e département d’Abdelmadjid tebboune a décidé de ramener le montant de la première tranche

à 550.000 DA au lieu de 1.000.000 DA comme cela a été prévu, a-t-on appris de source proche du ministère. Concer- nant la deuxième tranche, la même source a indiqué qu’il a été décidé de l’annuler et de procéder au paiement par facilités. En effet, c’est le Crédit populaire d’Algérie (CPA) qui va prendre en charge le paiement de cette tranche qui va être remboursée par prélèvement sur les salaires des bénéficiaires, tel que proposé par l’Entreprise nationale de promotion immobilière (EnPi), char- gée par le ministère de l’Habitat de ré- étudier les conditions de paiement des souscripteurs retenus. L’EnPi a pro- posé, faut-il le préciser, la réduction du montant de "logements LPP : les sous- cripteurs feront leurs premiers verse- ments dès le 15 février", la première tranche fixée à 1 million DA (100 mil- lions de centimes), selon les revenus des souscripteurs. Ce montant en guise de première tranche avait été jugé trop élevé par les demandeurs de loge- ments, qui n’ont cessé, à travers "tri-

de loge- ments, qui n’ont cessé, à travers "tri- bune libre. Le collectif des souscrip- teurs

bune libre. Le collectif des souscrip- teurs LPP : lettre ouverte au Premier ministre Abdelmalek Sellal", de lancer des appels au ministère de l’Habitat afin de revoir les modalités de paie- ment. La même source a précisé que les études menées par l’EnPi sur de nombreux dossiers de souscripteurs ont démontré que le montant de 1 million de dinars ne correspond pas aux moyens financiers d'un bon nombre de

bénéficiaires, d’autant plus qu’une telle somme pour un premier versement re- présente un apport conséquent que beaucoup de ménages ne peuvent se permettre. Chose qui pourra entraîner pour beaucoup de bénéficiaires, des re- tards dans le paiement de la première tranche de leur logement. De ce fait, l’EnPi a fait trois propositions au mi- nistère de l’Habitat concernant les mo- dalités de paiement de cette première

tranche. La première est de fractionner le montant de la première tranche en

trois versements. Le premier sera fixé

à 60 millions de centimes, le deuxième

à 30 millions et le dernier à 10 millions de centimes, avec un espacement de quatre mois entre chaque versement. La seconde proposition faite par l’EnPi avance la division du montant de 100 millions de centimes en deux versements, qui seront payés le premier au courant de l’année en cours, et le deuxième se fera au début de l’année prochaine. La troisième proposition de l’EnPi à propos du paiement de la pre- mière tranche est le paiement en pre- mier lieu d’un montant de 50 millions de centime, versé en deux tranches de

25 million de centime chacune, pour

ensuite payer le montant restant après

12 mois. il convient de rappeler par ail-

leurs que suite aux réclamations des souscripteurs au programme de loge- ment promotionnel public, le ministre de l’Habitat avait instruit l’Entreprise nationale de promotion immobilière (EnPi) de faciliter aux bénéficiaires, le versement de la première tranche des logements promotionnels publics (LPP). tebboune a précisé que les fa-

cilités peuvent se traduire par «un ver- sement par plusieurs tranches» ou par la réduction du montant de la première

tranche, suivant le revenu de chaque

souscripteur. «nous savons qu’un souscripteur qui touche 108.000 DA n’a pas les mêmes capacités financières de celui qui touche plus de 200.000 DA. Donc nous allons trouver un moyen pour adapter le payement de la pre- mière tranche à chaque catégorie. Par exemple, celui qui touche 108.000 DA versera 400.000 DA», avait-il-indiqué sur les ondes de la radio nationale. En effet, les personnes qui souscrivent à ce type de formule doivent payer tranche après tranche pour accéder à ces appar-

tements dont le prix varie entre 7 à 7,5 millions DA. il s’agit de faciliter l’ac-

cès à la propriété à la classe moyenne, or ces logements sont destinés aux ci- toyens dont le revenu mensuel se situe entre 108.000 et 216.000 DA. L’EnPi devrait commencer, à partir du 15 fé- vrier, à recevoir les souscripteurs au programme LPP, afin de leur remettre l’ordre de versement de la première

tranche. Salima Ettouahria

5 e éDitiOn DE LA « DOULEUr ACADéMiE »

La lombagie, une affection coûteuse

La prise en charge de la lombalgie et le traitement de la douleur nociceptive et neuropathique ont été, ce week-end, à l’ordre du jour des travaux de la 5 e édition de la douleur académie «Pain Academy», qui ont eu lieu à l’hôtel Sheraton en présence d’un nombre important de spécialistes nationaux et internationaux. Organisée par Pfizer Afrique et Moyen- Orient, cette cinquième édition dédiée à lombalgie se situe dans le cadre d’échange d’expériences et le partage des dernières avancées scienti- fiques en matière d’évaluation et de prise en charge de la douleur. Dans leurs différentes interventions, les ex- perts nationaux et internationaux ont procédé à l’animation d’une série de plénières et ateliers en présentant un large éventail de sujets sur la prise en charge de lombalgie, ainsi que la pré- sentation de cas cliniques sur le diag- nostic et le traitement de la douleur nociceptive et neuropathique. Les in- tervenants s’accordent sur le fait que cette pathologie, douloureuse et coû- teuse, touche les personnes actives et

que les études de prévalence sont dif- férentes, par contre les études de pré- valence sont très rares. Selon une étude américaine, 1,39 pour 1000 de per- sonnes souffrent de lombalgie. «Les lombalgies comptaient parmi les mala- dies les plus coûteuses dans le monde. C’est l’une des maladies les plus répan- dues dans le monde et la plus coûteuse pour les caisses de sécurité sociale, qu'il s'agisse du remboursement des congés de maladie ou des soins», sou- ligne le P r Chafia Dahou Makhloufi, chef de service orthopédique de l'hôpi- tal Lamine- Debaghine d’Alger. Elle a souligné que les dépenses liées à cette maladie aux USA repré- sentent 90 milliards de dollars par an, alors qu’en Angleterre, ces mêmes dé- penses qui représentaient 11 milliards de livres sont passées à 20 milliards de livres en 2012. La spécialiste a affirmé par ailleurs que les données disponibles sur la fré- quence des lombalgies en Algérie sont principalement issues d'enquêtes en milieu professionnel, ou auprès de po-

pulations ayant recours au système de soins. Qualifiant la lombalgie de «ma- ladie du siècle», la spécialiste a précisé que cette pathologie touche les hommes âgés entre 25 et 45 ans et les femmes de 65 ans avec un pic de fré- quence à partir de 80 ans, qui sont par- ticulièrement exposés aux fractures et à l'ostéoporose. Selon notre spécialiste, les per- sonnes sujettes aux lombalgies sont principalement celles qui font des tra- vaux pénibles, soulèvent des poids ou celles qui restent longtemps assises de- vant l’ordinateur. Elle a exhorté les personnes souffrant de cette maladie à reprendre le travail en évitant de rester cher soi, soulignant que le mode de vie moderne a fortement contribué à l'ap- parition des lombalgies dont le traite- ment exige une prise en charge médicale pluridisciplinaire. Les spécia- listes ont précisé qu’en France, plus de la moitié de la population française âgée entre 30 et 64 ans souffre de lom- balgies au moins un jour par an. La pré- valence de la lombalgie de plus de 30

jours est de 17%. Pour la lombalgie li- mitante, la prévalence estimée dans la population est environ 7%. Pour le trai- tement, les spécialistes précisent que pour la lombalgie commune aiguë, le traitement ne peut être que médical, avec la prescription des antalgiques, des anti-inflammatoires non stéroï- diens et des myorelaxants. D’autres traitements sont recom- mandés par le médecin traitant, tels que les séances de kinésithérapie et des ma- nipulations vertébrales réalisés par le médecin. Les spécialistes ont insisté sur d’autres gestes à adopter afin d’éli- miner les facteurs de risque et prévenir le mal du dos, et ce en pratiquant régu- lièrement du sport. Selon les interve- nants, le repos et l’inactivité ne sont pas recommandés, car ils risquent à long terme de faire persister la douleur. Une reprise précoce des activités de la vie quotidienne est recommandée pour une restauration de la fonction muscu- laire. Car la reprise progressive des ac- tivités physiques favorise la guérison. Sarah Sofi

Les douleurs lombaires fréquentes chez les adolescents

dant le début de l’étude. Au cours de la dernière année, une douleur récurrente ou continue a affecté 35% des personnes ayant déclaré souffrir d’une lombalgie in- capacitante. Une «lombalgie chronique» a été diag- nostiquée pour quelques 8% du groupe. Ces jeunes ont toléré une lombalgie qui a nuit à leurs activités quoti- diennes même les plus simples, comme s’asseoir sim- plement à leur pupitre. Une autre analyse, à laquelle ont participé 1.446 enfants âgés de 11 à 14 ans en An- gleterre, a permis de déceler une prévalence encore plus grande de lombalgie. Les étudiants ont rempli des questionnaires documentant leur lombalgie et l’inva- lidité associée. Les parents ont également rempli un questionnaire pour confirmer le compte rendu de leur enfant. Les chercheurs ont découvert que 29% des filles et 19% des garçons souffraient d’une lombalgie qui s’est intensifiée avec l’âge. Dans ce groupe, 24% ont enduré cette douleur pendant un mois seulement. 94% des jeunes souffrant de lombalgie, de tous les

Les douleurs lombaires ne sont pas réservées aux adultes seulement. Elles peuvent aussi toucher les en- fants, dans une proportion équivalente. Des chercheurs américains ont étudié la lombalgie au sein d’un groupe de 1.242 adolescents âgés de 11 à 17 ans. 30% se sont plaints d’une lombalgie, et un tiers des sujets n’ont pu vaquer à leurs activités quotidiennes à cause de la dou- leur. À 15 ans, la prévalence de la lombalgie atteint 36% des adolescents. Ces résultats montrent que la lombalgie constitue un grave problème de santé chez les adolescents. De leur côté, des chercheurs finlandais ont établi que la lombalgie constitue la troisième forme de douleur la plus courante chez les enfants d’âge scolaire. Plus de 1.500 jeunes de 14 ans ont par- ticipé à leur étude. Au cours des 12 mois précédents, 30% avaient souffert d’une lombalgie assez grave pour interférer avec leur travail scolaire et d’autres activités. Quelque 39% des étudiants ayant souffert d’une lom- balgie avaient eu un épisode au cours du mois précé-

groupes d’âge, ont expérimenté une certaine invalidité. Les chercheurs ont conclu que «la lombalgie chez les adolescents est courante, bien qu’on sollicite rarement une attention médicale à ce sujet. Ce genre de symp- tômes durant l’enfance, surtout s’ils sont fréquents, peuvent grandement prédisposer à l’apparition d’une lombalgie chronique à l’âge l’adulte». En Finlande, 1.171 jeunes ont participé à une étude. Les chercheurs ont découvert que la prévalence de lombalgies récur- rentes et chroniques augmentait avec l’âge : seulement 1% de jeunes de 7 ans et 6% de jeunes de 10 ans ont signalé des cas de lombalgie. Cependant, 18% d’ado- lescents – de 14 à 16 ans – ont parlé d’une douleur qui interférait avec leurs activités scolaires ou paras- colaires. Les auteurs de l’étude ont conclu que la «lombalgie est une plainte relativement courante à l’adolescence. De plus, cette douleur est déjà récur- rente ou chronique chez des adolescents de 14 ans». S. SOFI

Environ 74 % des enfants présentent des caries dentaires et ne sont pas soi- gnés dans la plupart des cas, selon une enquête nationale sur la santé buccoden- taire des enfants, réalisée par l’institut nationale de santé publique (inSP), dont les résultats ont été présentés hier à Alger. "Un pourcentage de 74% des en- fants âgés entre 6 à 15 ans présentent une ou plusieurs caries dentaires, et ne sont pas pris en charge dans la majeure partie des cas", a indiqué le P r Ghania Chaker, spécialiste en orthopédie dento- faciale, au CHU Mustapha. L’enquête réalisée sur un échantillonnage de 12.470 enfants âgés de 6 à 15 ans dé- montre que le brossage des dents n’était pas fréquent chez cette catégorie de la

SAnté bUCCODEntAirE

74% des enfants présentent des caries

population, et que la qualité du brossage n’était pas toujours efficace. Le P r Cha- ker a imputé la hausse importante des problèmes dentaires chez les enfants au manque d’hygiène dentaire et à la consommation importante de sucres et glucides. La spécialiste a ajouté, à ce sujet, qu’uniquement 19,2% des enfants pré- sentaient une hygiène dentaire relative- ment bonne et que les filles avaient une meilleure hygiène dentaire que les gar- çons. Elle a toutefois estimé que l’hy- giène buccodentaire s’améliorait légèrement avec l’élévation du niveau socio-économique. De son côté, le D r Abdelhamid Amiche, chirurgien dentiste à l’inSP, a noté que les habitudes d’hy-

giène buccodentaire n’étaient pas ac- quises par tous les enfants, soulignant qu’uniquement 30,6% des enfants se brossaient régulièrement les dents. Au sujet de l’inflammation des gencives, le D r Farida bouchouchi, chirurgien dentiste au ministère de la Santé, a sou- ligné que le nombre de gingivites était élevé et augmentait avec l’âge. Elle a imputé ce problème dentaire à la mau- vaise hygiène dentaire, aux malpositions dentaires et à une alimentation trop riche en protéines. S’agissant des anomalies en orthodontie, le P r Chaker a indiqué qu’elles diminuaient avec l’âge, passant de 65% à l’âge de 12 ans à 63% à l’âge de 15 ans. Elle a noté, à ce sujet, qu’il était possible d’éviter certaines affec-

tions dentaires par des thérapeutiques préventives, notamment par le port d’ap- pareil dentaires. Les spécialistes présents lors de cette présentation d’enquête ont recommandé de mettre en place des pro- grammes de prévention incluant la for- mation continue des éducateurs et des aides soignants. Les dentistes ont aussi suggéré de renforcer les Unité de dépistage scolaires (UDS) en effectif humain et matériel, pour une meilleure prestation de soin pour les enfants. il a aussi été conseillé d’organiser des journées de sensibilisation au profit des parents et des enfants, car l’éduca- tion reste le meilleur moyen de lutte ef- ficace contre les problèmes dentaires.

CriMinALité

Les jeunes touchés par la déperdition scolaire sont plus exposés

Les auteurs de crimes tels que les homicides, les vols et le trafic de drogue, enregistrés du- rant les années 2011, 2012 et 2013, font partie de la catégorie des jeunes touchés par la déper- dition scolaire, a révélé une étude réalisée par le groupement territorial de la Gendarmerie na- tionale d'Alger. Les per- sonnes impliquées dans des affaires liées aux crimes suscités sont estimées à 1.139 personnes nées entre 1990 et 1995, soit 40,1% des criminels, a précisé l'études dont l'APS a obtenu une copie. L'activité du groupement territorial pendant 3 ans fait état de 281 cas de violence, soit un taux de 34,82%, 305 cas de vols, (37,79%), 196 cas de drogue (24, 28 %) et 25 affaires d'homi- cides (3,09 %). Le nombre total des cas traités est de 807 af- faires, indique l'étude. S'agissant du niveau intellectuel, la catégo- rie la plus impliquée dans ces crimes est celle ayant un niveau moyen avec 59,6%, a précisé la même source. L'étude révèle également que les chômeurs au nombre de 662 personnes sont eux aussi impliqués dans des crimes avec(58,12 %), contre 2,6 % pour la catégorie des étu- diants. S'agissant des causes de la prolifération de la criminalité en milieu juvénile, l'étude démontre qu'elle est due aux conditions sociales qui ont marqué le pays durant la décen- nie noire, à l'exode rural et à l'impact négatif des chaînes sa- tellitaires et de l'internet sur les jeunes. La déperdition scolaire à un âge précoce reste, selon l'étude, la cause principale de la prolifération de la criminalité parmi les jeunes qui se retrou- vent à moment donné sans for- mation ou occupation, ce qui les encourage à user de la violence pour survivre.

Dimanche 2 Février 2014

N

8

ation

EL MOUDJAHID

LA 3G++ DE MobILIS DANS 19 wILAyAS

Le service généralisé aux 48 wilayas en 24 mois

3 milliard de dinars pour la modernisation du réseau de l’opérateur historique dans la wilaya de Djelfa

«L’ ARPT a autorisé ATM Mobilis à commercialiser le service 3G sur les neuf wilayas restantes», a dé-

claré, mercredi dernier depuis Djelfa, M me Zohra Derdouri, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la commu- nication. En effet, la filiale du groupe Algérie Télé- com a dévoilé la certification de la conformité de son réseau 3G par l'Autorité de régulation de la poste et des télécommunications (ARPT). Cet aval du régulateur est la preuve que le ré- seau 3G de Mobilis respectera les obligations contenues dans le cahier des charges. A cet effet, «Mobilis se félicite d’être le premier et le seul opérateur à se déployer dans déjà 19 wi- layas dès les premiers jours du lancement de la 3G en Algérie», selon la cellule de communi- cation de l’opérateur historique de la téléphonie mobile. Près de deux mois après avoir reçu l’autori- sation de commercialisation du service 3G par l’ARPT, ATM Mobilis a procédé, à la commer- cialisation de la 3G sur les 10 premières wi- layas. Ce qui est «le fruit des résultats concluants des tests d'évaluation de la couver- ture et de la qualité de service du réseau 3G de Mobilis, déployé dans dix wilayas obligatoires au titre de la première année», selon l’opérateur de la téléphonie mobile. Son premier responsable M. Saâd Damma avait promis : «nous serons prêts à déployer le réseau dans toute l’Algérie en moins de 3 ans». «La couverture du territoire national en 3G++ se fera conformément aux engagements de l’opérateur national vis-à-vis de l’ARPT», avait-il souligné. Cet effort consenti par l'opérateur national démontre l'intérêt qu'il porte à l'impératif d'of- frir les services de la 3G aux Algériens à travers tout le territoire national en moins de temps

à travers tout le territoire national en moins de temps possible. «Avec 19 wilayas dès le

possible. «Avec 19 wilayas dès le lancement, Mobilis confirme sa place de n° 1 et de meilleur réseau 3G++ en Algérie». En outre, ATM Mo- bilis s’est engagé à couvrir les 48 wilayas en 3G++ en 24 mois. Par ailleurs, depuis son lan- cement en novembre 2003, Mobilis n’a cessé

de moderniser son réseau pour offrir à ses clients un service aux normes des standards in- ternationaux. Les réseaux GSM, GPRS/EDGE (évolution du GSM pour les données) et 3G de Mobilis sont conformes aux normes internatio- nales de l’European Telecommunication Stan-

dards Institute (ETSI) et du 3rd Generation Partnership Project (3GPP). Ces réseaux utili- sent les bandes de fréquences harmonisées pour le GSM et l’UMTS (Universal Mobile Tele- communication System) : 900 MHz, 1.800 MHz, 2.100 MHz. Cela a permis la mise en place du roaming international. Il y a lieu de souligner qu’un réseau 3G ne vient pas rempla- cer le réseau 2G (GSM/GPRS/EDGE). Il utilise une technologie différente qui nécessite l’im- plantation de nouvelles antennes. Ce nouveau réseau vient donc s’ajouter au réseau de 2G de l’opérateur public, qui reste

actif. Il s’agit d’investissements considérables, à la hauteur du saut technologique que la 3G offre en termes de nouveaux usages. Il y a lieu de rappeler que l’opérateur public de téléphonie mobile Mobilis a augmenté ses investissements à 354 millions de dollars, soit environ 27,6 milliards de dinars, à fin novembre 2013. Un niveau qui s’affiche en hausse par rapport aux 326 millions de dollars investis en

2012.

Rien que pour la wilaya de Djelfa, ATM Mobilis a investi plus de 3 milliards de dinars pour la modernisation de son réseau. Enfin, l’on rappelle que celui-ci est le premier employeur en Algérie avec 4.500 employés, 100.000 points de vente et 140 agences commerciales. Sihem Oubraham

« La télévision par Internet va apporter beaucoup au paysage audiovisuel »

«Le programme IPTV ne peut pas être mis en place pour la simple raison que tout ce qui concerne la télévision ne dépend pas du ministère de la poste et des NTIC» a déclaré, M me Zohra Derdouri, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de communication. Dans une déclaration à la presse, en marge de sa visite d'inspection et de tra- vail dans ka wilaya de Djelfa, M me Derdouri a suggéré d'aborder la ques-

tion de la diffusion de la télévision à travers l'Internet avec le ministère de la Communication. «C’est une question sur laquelle nous devons tra- vailler avec le ministère de la communication», a-t-elle dit, estimant que «si cette option venait à être prise, celle-ci va apporter beaucoup, notamment pour le paysage, car cela permettrait la disparition de ces multiples paraboles» a-t-elle conclu. S. O.

AUTo-éCoLES

Le nouveau dispositif en question

Le siège national de l’union gé- nérale des commerçants et artisans algériens a abrité, hier matin, une session du Conseil national de l’union nationale des auto-écoles. A la faveur de cette session, les 17 membres du bureau national de l’union ont été installés, officielle- ment, dans leurs fonctions respec- tives. Pour les participants, issus de 33 wilayas du pays, cette rencontre qui intervient à l’issue du congrès extraordinaire du 14 décembre der- nier, était une opportunité aux fins d’exposer leurs principales préoccu- pations. Le débat était axé, en parti- culier, autour du décret exécutif 12/110 promulgué le 14 mars 2012, fixant les conditions d'organisation et de contrôle des établissements d'enseignement de la conduite auto- mobile. Il faut dire que certains articles de ce texte ne semblent pas être du goût de l’union nationale des auto- écoles. «Les 7.600 auto-écoles ne sont pas tout à fait d’accord avec ce décret», a déclaré, tout de go, le pré- sident de l’Union nationale des auto-écoles, M. Aoudia Ahmed Zine

Eddine. En fait, les propriétaires des auto-écoles contestent les 4 points de cette loi. Ils souhaiteraient que soient annulés les articles concer- nant l’obligation qui leur est impo- sée de renouveler l’agrément tous les dix ans et de l’obligation de dé- poser une caution auprès de la banque. Les auto-écoles ont égale- ment exprimé leur rejet de la condi- tion d’obtention d’une licence d’enseignement supérieur pour la gestion d’une auto-école. Idem pour ce qui concerne la condition de fixer la superficie du siège de l’auto-école à 40 m 2 , au lieu de 20 m 2 . Mieux, il estime que «les locaux de 40 m 2 ne sont pas nombreux». S’attardant sur l'article faisant obligation pour les auto-écoles de recruter des gérants possédant un di- plôme supérieur dans le domaine ju- ridique, commercial, comptable ou technique, M. Aoudia a souligné que «le rôle des auto-écoles est de former». Et de s’interroger, ensuite :

«Qu’aura à gérer ce diplômé, si ce n’est quelques dossiers de candi- dats ? Cela nécessite-t-il un diplôme universitaire ? Si c’est fait dans un

souci d’absorption du chômage, mieux vaut plutôt recruter des exa- minateurs». Poursuivant ses propos, il mettra en exergue que le nombre des examinateurs reste insuffisant pour répondre aux besoins des 7.600 auto-écoles que compte le pays. Il signalera dans ce contexte que grand nombre d’examinateurs en exercice actuellement ont d’ores et déjà déposé des dossiers de départ à la retraite.

Redressement fiscal : le premier pas pour la résolution de la question est déjà franchi Il convient de rappeler, dans ce contexte, que le décret exécutif /110 du 14 mars 2012 fixant les condi- tions d'organisation et de contrôle des établissements d'enseignement de la conduite automobile, subor- donne l’ouverture d’une auto-école à de nouvelle conditions, notam- ment l’obligation pour quiconque postule à un agrément de posséder un diplôme supérieur dans le do- maine juridique, commercial, comp- table ou technique qui permet d’assurer l’activité de gérant. Le

postulant est également tenu au titre de l’article 9 du décret exécutif de posséder un certificat d’aptitude professionnelle et pédagogique de l’enseignement de la conduite auto- mobile (CAPP). Lorsque le postu- lant ne remplit pas les conditions de capacité professionnelle, il doit bé- néficier de la collaboration perma- nente et effective d’une personne physique répondant à ces condi- tions. Par ailleurs, M. Aoudia appren- dra à l’assistance, venue nombreuse, une bonne nouvelle. «Le problème de redressement fiscal connaîtra prochainement son dénouement. Des responsables rencontrés au ni- veau du ministère des Finances nous ont reçus le 29 janvier dernier et le premier pas pour la résolution de cette question est déjà franchi. Les responsables rencontrés nous ont as- suré que les portes du ministère sont ouvertes. De même qu’ils ont affi- ché leur pleine et entière disponibi- lité à prendre en charge les problèmes posés» a conclu notre in- terlocuteur.

Soraya Guemmouri

EQUIPEMENT DE L’AUToRoUTE EST-oUEST

Le contrôle confié à une société espagnole et à un groupement ibéro-bahreïni

Le contrôle et le suivi des travaux de réalisation des installations et des équipements d’exploitation des lots ouest et Est de l’Autoroute Est-ouest ont été attribué à une société espagnole et un groupe- ment ibéro-bahreïni, a annoncé hier l’agence de gestion des autoroutes (AGA). Conformément au code des marchés publics de 2010 et à l’issue de l’évaluation des offres sou- mises en mai 2013, le contrôle et le suivi des tra- vaux de réalisation des installations et des équipements d’exploitation du lot ouest est attri- bué provisoirement à la société espagnole «Sener

ingenieria y systemas», alors que le groupement ibéro-bahreïni «Idom Ingenieria y Consultoria SA Dar El Handassah» a obtenu le marché du lot Est. L’appel d’offre national et international pour le lot Centre a été jugé infructueux. Le montant de ces marchés est fixé à 1,23 milliard de dinars avec un délai de réalisation de 26 mois pour le lot ouest et à 1,68 milliard de dinars pour un délai de réalisa- tion de 30 mois pour le lot Est. Les travaux de réalisation des équipements de l’autoroute (1.216 km) seront entamés dès la signa- ture des ordres de services avec les attributaires des

marchés et après l’autorisation de la commission nationale des marchés, avait indiqué en novembre le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali. Trois consortiums composés d’entreprises al- gériennes et étrangères sont désignés pour mener l’opération. Il s’agit d’un groupement algéro-ibéro- suédois (Cosider-Indra-Ericsson) chargé de la par- tie Centre, d’un groupement algéro-italien (Rotahem, Daravera) pour le lot Est et d’un grou- pement algéro-luso-espagnol (Etrhb-Texiera-Sais) pour le lot ouest.

APN

Satisfaction des revendications professionnelles des travailleurs

La commission chargée de l'examen des revendications pro- fessionnelles des travailleurs de l'Assemblée populaire nationale (APN) a décidé lors d'une réu- nion jeudi dernier, de satisfaire aux revendications légitimes en application des instructions du président de l'Assemblée, Moha- med Larbi ould Khelifa. Dans ce cadre, l'APN a pré- cisé, dans un communique rendu public hier, que la commission «a décidé l'institution d'une nou- velle indemnité, la révision du régime indemnitaire et la régula- risation de la situation adminis- trative de certains travailleurs par la titularisation des contractuels sur la base de la catégorie et de l'ancienneté». Concernant la grille de sa- laires, ajoute le communiqué, la commission «a décidé l'examen de ce dossier à la lumière des conclusions de la prochaine tri- partite». Le président de l'APN avait mis en place une commis- sion composée de deux députés et deux représentants de l'admi- nistration et des travailleurs pour l'examen des revendications pro- fessionnelles, ajoute le commu- niqué. Un groupe de travailleurs de l'APN avait organisé mercredi dernier un mouvement de protes- tation «sans préavis» . L'APN avait exprimé, dans un communiqué, sa volonté de satisfaire aux revendications lé- gitimes des travailleurs dans le cadre de la loi et du réglement en vigueur réaffirmant que les voies du dialogue «restent ouvertes».

Economie

9

EL MOUDJAHID

Journée réGionale technique à annaba Sur la Filière tomate induStrielle

aSSurance aGricole deS PayS à FaibleS revenuS

Moins de 0,1 % du PNB

l’assurance agricole des pays à faibles revenus représente moins de 0,1 % du Produit national brut (Pnb) alors qu’elle atteint près de 2 % du Pnb dans les pays riches, a indiqué m. Simon Gray, directeur du départe- ment maghreb dans la région de l’afrique du nord, du Proche et moyen- orient (mena) de la banque mondiale. l’utilisation des mécanismes assurantiels pour transférer les risques agricoles est aujourd’hui «trop faible en dehors des pays à hauts revenus», a déclaré m. Gray lors d’un congrès international sur l’assurance et la réassurance des risques agricoles qui s’est tenu jeudi et vendredi à marrakech avec la participation d’experts et acteurs dans le domaine, faisant savoir que l’assurance agricole représente près de 2 % du Pnb dans les pays riches, alors qu’elle ne représente que moins de 0,1 % du Pnb des pays à faibles revenus. il a souligné que la gestion des risques dans le domaine agricole est une question qui revêt une grande importance, d’autant plus, a-t-il rappelé, que la majorité de la population active dans les pays en développement, notam- ment en afrique, travaille dans le secteur agricole. a cet effet, il a plaidé pour la réduction de l’impact des risques qui pèsent sur les agriculteurs, à travers une gestion proactive, estimant «préférable» de transférer ces risques lorsqu’ils sont très sévères. «c’est là que l’assurance et la réassurance agri- coles jouent un rôle clé», a-t-il affirmé en rappelant que le programme de développement de l’assurance agricole de la banque mondiale visait à ac- compagner les etats dans la mise en place de partenariats publics-privés dans ce domaine. a l’issue de ce congrès de deux jours, les participants ont souligné que l’assurance peut constituer un élément important dans la gestion holistique des risques agricoles, estimant que ce mécanisme figure parmi les outils à même de contribuer à mieux protéger les agriculteurs contre les multiples risques auxquels ils doivent faire face, liés notamment aux aléas climatiques et à d’autres contraintes relatives aux fluctuations des prix, à l’accès au cré- dit ou à la commercialisation. ils ont également souligné la nécessité d’adopter une approche globale en matière de gestion des risques agricoles, insistant sur l’importance de promouvoir le partenariat public-privé qui peut avoir de multiples formes selon les pays et les contraintes. ce partenariat peut concerner aussi bien le domaine de la politique économique que celui des aspects techniques, ont-ils expliqué, relevant l’importance de la trans- parence et la discipline que peuvent amener le marché de l’assurance et le système assuranciel au domaine de la gestion des risques agricoles. les congressistes ont rappelé, par ailleurs, que les bouleversements cli- matiques sont une réalité permanente qui a un impact sur l’agriculture, sec- teur considéré comme le fer de lance des économies de nombreux pays en développement, affirmant que les compagnies d’assurance ont un rôle im- portant à jouer pour la promotion du secteur agricole. «impact du change- ment climatique sur la gestion des risques agricoles avec ses conséquences économiques et sociales», «Partenariat Public-Privé dans l’assurance agri- cole», «innovations en management des données agricoles et météorolo- giques» et «Gestion des risques agricoles», figuraient parmi les thèmes débattus lors de ce congrès. la rencontre a été organisée par le centre afri- cain des risques catastrophiques, l’organisation des assurances africaines, la banque mondiale et la Société centrale de réassurance (maroc).

La problématique de l’amélioration de la production

Plus de 150 producteurs et transformateurs de tomate industrielle, issus de quatre wilayas de l’Est du pays, se sont regroupés, mercredi dernier, à Annaba, lors d’une journée technique d’information, de sensibilisation et de formation, entrant dans le cadre de l’amélioration des rendements dont cette activité agricole.

I ntervenant lors des travaux de cette rencontre qui marque le début du démarrage de la prépa-

ration de la campagne de la tomate industrielle de l’année 2014, le prési- dent du conseil national interprofes-

filière

tomate(cniFt), m. messaoud che- bah, a estimé qu’il est aberrant de continuer à importer ce produit stra- tégique, alors que le pays dispose de toutes les capacités pour couvrir les besoins en tomate de l’ordre d’envi- ron 90.000 tonnes/an. les quatre wi- layas participantes à cette journée technique, en l’occurrence, annaba, el tarf, Guelma et Skikda, produisent annuellement en moyenne 40.000 tonnes de tomate sur une superficie agricole, oscillant entre 10.000 et 11.000 hectares. l’orateur a appelé les acteurs de la filière tomate à re- doubler d’efforts, pour améliorer les productions en respectant l’itinéraire de la culture en question et l’utilisa- tion des fertilisants nécessaires. a ce

sionnel

tion des fertilisants nécessaires. a ce sionnel sujet, les participants et à leur tête, m. bennabas

sujet, les participants et à leur tête, m. bennabas brahim, directeur ré- gional de Profert, ont estimé qu’il est possible de réaliser entre 60.000 et 70.000 tonnes de tomate dans les quatre wilayas citées, d’autant plus que les prix de la tomate destinés aux conserveries sont attractifs, atteignant

revues à la hausse de 284 millions de tonnes, dépassant le pic relevé en 2011/12. les échanges de blé devraient augmenter de 4 %, en 2014, soit un ni- veau de 147 millions de tonnes. Pour 2014/2015, la production mondiale de blé devrait connaître un repli provisoire de 1 %, par rapport à 2013, soit 697 millions de tonnes, en dépit de l’exten- sion, de 2 %, des superficies mondiales destinées à cette culture ce qui suppose le retour aux rendements moyens. les prévisions de la production mondiale de blé pour 2013/14 sont relevées de 9 millions de tonnes, soit un record de 707 millions à réaliser pour la période indiquée. la consommation, par ail- leurs, «est en repli de 1 million de tonnes, soit 691 millions de tonnes. toutefois, ces quantités incluraient une hausse de 3 % par rapport à 2013». le rapport du cic ressort un relèvement de 7 millions de tonnes des stocks de report mondiaux, soit, 188 millions de tonnes, alors que les échanges de- vraient atteindre un record de 147 mil- lions de tonnes. D. Akila

entre 14 et 15 da le kg. les travaux de cette journée technique, se sont poursuivis par la présentation de deux nouveaux fertilisants, destinés exclusivement à la tomate indus- trielle. un expert français, de la ferti- lisation des fruits et légumes, présent à cette rencontre, a estimé que ces deux produits peuvent contribuer au doublement de la production de la to- mate à l’hectare. d’autres rencontres similaires de sensibilisation et de for- mation des producteurs et de trans- formateurs de tomate autour du respect de l’itinéraire technique de cette culture sont prévus à l’échelle national avec comme principal objec- tif, l’amélioration de la production de la tomate. B. Guetmi

de

la

Production mondiale de blé 2013/14

707 millions de tonnes en prévision

le rapport publié le 30 janvier écoulé indique que l’indice des cé- réales et des oléagineux a reculé de 5 % depuis la fin de novembre 2013. en effet, si la «fermeté de la demande» du marché a contribué à maintenir les va- leurs, les prix du blé ont dû être com- primés, grâce aux disponibilités mondiales. les données fournies par l’analyse du marché international confirment que les prévisions de pro- duction, toutes céréales confondues (blé et céréales secondaires) pour 2013/14, ont été révisées à la hausse, soit 18 millions de tonnes supplémen- taires pour atteindre 1.964 millions, sa- chant que les estimations de moisson de céréales au canada ont été majorées de 7 millions de tonnes au regard des rendements exceptionnels réalisés par ce pays potentiellement céréalier. Selon la même source, les stocks mondiaux de céréales devraient augmenter de 54 millions de tonnes, soit 16 %, pour se fixer à 387 millions de tonnes, ce qui équivaut à 20 % de la demande mon- diale, alors que les projections pour les échanges mondiaux de céréales ont été

oPPortunitéS d'inveStiSSement

Une mission commerciale britannique en visite en Algérie

une mission commerciale britannique composée d'hommes d'affaires du secteur de l'énergie effectue, de- puis hier, une visite en algérie pour examiner les oppor- tunités d'investissement qu'offre le secteur énergétique algérien, indique l'ambassade de Grande-bretagne à alger. cette délégation, qui compte «sept entreprises britan- niques spécialisées dans divers secteurs énergétiques, se rendra à alger et à hassi-messaoud du 1 er au 6 février afin d'étudier les opportunités d'investissement dans le marché algérien des hydrocarbures», précise un communiqué de la représentation diplomatique du royaume-uni. «le secteur de l'énergie est un élément important de la relation commerciale croissante entre le royaume-uni et l'algérie. cette mission commerciale britannique est

une importante initiative pour améliorer davantage cette coopération et permettre aux entreprises britanniques et algériennes d'avoir un échange fructueux concernant les opportunités dans le secteur de l'énergie», a souligné l'am- bassadeur britannique, martyn roper, cité dans le com- muniqué. la visite de la délégation d'hommes d'affaires britan- niques en algérie sera aussi une occasion idoine «pour discuter des possibilités offertes pour une meilleure coo- pération dans le secteur de l'énergie avec les représentants algériens de l'industrie des hydrocarbures», indique en- core le communiqué qui relève que les entreprises britan- niques veulent apporter leur expertise à l'algérie en vue de promouvoir les relations bilatérales dans le secteur de l'énergie.

Economie

10

EL MOUDJAHID

RENCONTRE-BILAN DES CADRES DE L’INSPECTION GÉNÉRALE DU TRAVAIL

Veiller à l’application de la réglementation

Une rencontre bilan annuelle des cadres de l’inspection générale du Travail a été organisée, hier, au siège du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale.

C ette rencontre s’est déroulée en pré- sence du premier responsable du sec- teur, Mohamed Benmeradi, les cadres

centraux du ministère et les inspecteurs ré- gionaux, ainsi que les responsables des or- ganismes spécialisés. S’exprimant lors de son intervention à l’ouverture des travaux de cette rencontre, le ministre a souligné que «l’institut a bénéficié de différentes mesures dans le cadre de la concrétisation des diffé- rents programmes quinquennaux et ceux destinés aux régions du sud et des Hauts Plateaux entre autres le renforcement en res- sources humaines et l’amélioration de leur statut par le recrutement de 92 inspecteurs principaux du travail de niveau universitaire en 2013». Ces derniers, a-t-il ajouté, «permettent de totaliser 190 inspecteurs principaux du tra- vail recrutés durant la période 2010/2013, sur un total de 300 inscrits dans le cadre du programme 2010/2014. Un nombre de 50 nouveaux postes sont prévus pour l’années

2014».

Il dit, dans ce sens, que «le renforcement des ressources humaines à travers ces pro- grammes de recrutement à permis d’attein- dre un nombre de 607 inspecteurs du travail opérationnels affectés au contrôle, et un ni- veau de couvertures d’un inspecteur du tra- vail pour 12.000 travailleurs». Selon le ministre, le renforcement des moyens de l’inspection du Travail, la modernisation de ses outils de travail, ainsi que le suivi et l’évaluation périodique des actions de contrôle à différents niveaux ont permis la mise en œuvre de certaines mesures qui ont porté principalement sur la révision de la fré- quence minimale des visites de contrôle des entreprises selon les enjeux qu’elle présen- tent, notamment en termes d’importance économique et sociale afin de s’enquérir de

Ph. : Wafa
Ph. : Wafa

l’état d’application des lois et règlements de travail en vigueur. Le ministre précise, dans ce sens, que chaque inspecteur du travail doit obligatoirement effectuer au minimum 27 vi- sites par mois. Concernant les visites de contrôle, le mi- nistre a fait savoir que «les données statis- tiques consolidées font ressortir un saut quantitatif considérable dans ce domaine avec la réalisation de 191.135 visites en 2012 par rapport à 2006, année au courant de la- quelle il a été réalisé 82.010 visites annuel- lement, soit une augmentation de 133% et l’atteinte d’une moyenne de 124.000 visites

annuellement». Cette moyenne, a précisé le ministre, «était de l’ordre de 76.000 visites pour la pé- riode 1999-2005 et de près de 60.000 visites avant 1999». Cette tendance en évolution a été mainte- nue, a-t-il dit, «pour cette année 2013 puisque le nombre de visites effectuées a at- teint 233.572 visites, soit 1.2 visite par éta- blissement inscrits au fichier des établissements contrôlés par l’inspection du Travail, dont 80% ont concerné le secteur privé». S’agissant du bilan des visites réalisé en 2013, Benmeradi a relevé que «comparé à celui réalisé en 2012, il a connu une évolu- tion significative de l’ordre de 22.20%». Et de poursuivre : «Les actes dressés à l’occa- sion de ces actions de contrôle ont également enregistré des tendances positives. Ainsi, une

moyenne de plus de 100.000 actes est enre- gistrée annuellement depuis 2006, alors que cette moyenne se situait à hauteur de 51.000 actes pour la période 1999/2005 et de près de 37.000 actes avant 1999». Concernant le non- respect des procé- dures de recrutement, le ministre a souligné qu’avec l’établissement de 6.182 procès-ver- baux d’infraction suite au constat de recru- tement de 28.127 salariés sans respect des procédures légales. En outre, un intérêt par- ticulier a été accordé au suivi de la mise en œuvre et du respect de l’instruction n o 1 du 11 mars 2013 du Premier ministre relative à la gestion de l’emploi dans les wilayas du Sud et élargie aux wilayas des Hauts Pla- teaux. À ce titre, a-t-il dit, «il a été recensé le re- crutement de 1.469 travailleurs sans respect des procédures légales dans ces wilayas ayant donné lieu à l’établissement de 535 procès-verbaux d’infraction». La non-déclaration des travailleurs à la sécurité sociale est estimée à 21.115 travail- leur non affiliés et 4.912 travailleurs n’ont pas bénéficié de l’application du SNMG, ce qui a donné à l’établissement de 2.799 pro- cès-verbaux d’infraction, soit une diminu- tion significative par rapport à l’année 2012 où il a été constaté que 14.744 travailleurs n’avaient pas bénéficié du SNMG. S’agis- sant du contrôle des conditions d’emplois de la main-d’œuvre étrangère, le ministre a re- levé que pour cet aspect, l’établissement de 4.690 procès-verbaux d’infraction suite au constat de 4.117 travailleurs étrangers en in- fraction, notamment pour non-détention de titres de travail ou détention de titres péri- més. Enfin, en matière de contrôle des condi- tions de travail, il est à souligner que l’éta- blissement en 2013 de 7.881 procès-verbaux d’infraction ayant concerné 50.898 travailleurs, soit une augmentation de près 78% par rapport à 2012, année durant laquelle 4.433 procès-verbaux d’infraction ont été établis.

Makhlouf Ait Ziane

INFRACTIONS À LA LÉGISLATION DU TRAVAIL

Un projet de révision de la loi pour durcir les sanctions

Un projet portant sur la révision de la loi relative aux sanctions contre les infractions à la législation du travail est en phase de réflexion, a annoncé, hier à Alger, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed Benmeradi. «Ce projet qui vise le durcissement des sanctions contre les infractions à la législation du travail, no- tamment celles liées aux placements des demandeurs d’emploi et aux conditions de tra- vail, à pour but la révision à la hausse du montant des amendes appliquées dans le cadre de ces sanctions», a indiqué le ministre dans un point de presse en marge des travaux d’une rencontre-bilan sur les activités de l’inspection du Travail. Il a estimé que «les sanctions appliquées actuellement sont «disproportionnées», donc «il faut les adapter», a-t-il dit, en augmentant le montant des amendes relatives à ces sanctions, pour qu’elles soient «plus dissuasives», selon M. Benmeradi. La législation du travail porte sur plusieurs volets, notamment celles relatives aux placements des tra- vailleurs en milieu professionnel, à leur déclaration à la sécurité sociale et au respect du SNMG, rappelle-t-on.

M. Benmeradi l’a affirmé :

« Les postes vacants seront pourvus avant le 10 mars »

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed Benmeradi, a annoncé que «les postes vacants seront pourvus avant le 10 mars prochain, précisant que la priorité sera accordée dans ce cadre aux jeunes bénéficiaires du dispositif d'aide à l'insertion professionnelle (DAIP), le nombre des postes vacants oscille entre 100.000 et 140.000». Dans le même contexte, le ministre a souligné que «le Premier ministre avait donné une instruction définissant un agenda précis pour tous les ministères, ainsi que les procédures de prise en charge de cette question». Il a en outre indiqué qu'«une commission interminis- térielle a été mise en place à cet effet».

Dimanche 2 Février 2014

Régions

11

EL MOUDJAHID

SÉTIF

SÉTIF
SÉTIF
SÉTIF

JournÉe d’Étude sur Le dÉveLoPPement dAns Les zones montAgneuses

Promouvoir le développement durable

«Le développement local dans les zones montagneuses de la wilaya de Sétif», tel est le thème de la journée d’étude qui a regroupé, mardi dernier, autour du président de l’APW, Fateh Kerouani, et du wali, Mohamed Bouderbali, les présidents d’APC et chefs de daïra de ces zones montagneuses du nord et du sud de cette wilaya , les membres de l’APW et députés de la wilaya, ainsi que des professeurs et experts de l’université Ferhat-Abbas Sétif 1.

O rganisée à l’initiative de l’As-

sous le patronage du wali,

cette rencontre traitant d’un thème à la fois sensible et stratégique compte tenu du nombre important de com- munes que compte cette wilaya ; éta- blies à plus de 50% dans l’ensemble des 60 circonscriptions du genre, a permis aux élus et experts en la ma- tière de «défricher» ensemble le ter- rain et souligner, dans une action à la fois complémentaire et concertée, la nécessité de rétablir les conditions nécessaires en termes de pro- grammes de développement et, par- tant, fixer les populations dans toutes ces régions. Le président de l’APW interve- nant dans ce contexte ne manquera pas de souligner toutes les spécifici- tés de ces zones montagneuses qui doivent constituer le noyau central autour duquel devront s’articuler la réflexion et la dynamique du déve- loppement local dans les communes montagneuses. Comme il s’agira, au titre de la réflexion et la concertation que nous engageons au cœur de cet espace, de dépasser aujourd’hui la mission tra- ditionnelle du président d’APC sans cesse revendiquant et le hisser au titre de cette dynamique au rang de véritable manager dans le choix et la

semblée populaire de wilaya

manager dans le choix et la semblée populaire de wilaya conduite des investissements publics qui sont

conduite des investissements publics qui sont consacrés à sa commune par l’état.Partant de là, le président de l’APW ajoute que le développement local devra être le fait de l’intelli- gence de ces acteurs locaux, d’où la nécessité de s’interroger sur com- ment réfléchir et agir dans notre mi- lieu, non sans revenir sur toutes ses spécificités des zones montagneuses, les potentialités qu’elles recèlent et, partant, développer pour le président d’APC, une mission de création de richesse, d’entrepreneuriat, d’acteur

vivant, soit un manager qui serait ac- compagné par l’action publique. Le wali qui se félicitera d’une telle initiative et réitérera à cette oc- casion sa disponibilité à œuvrer en complémentarité avec cette institu- tion élue mettra l’accent sur la stra- tégie du développement global de la wilaya et la synergie qui doit mar- quer cette action autant sur le plan de la réflexion que de la méthodologie mise en œuvre. Il souligne, à son tour, et au titre de la mise à niveau qui doit prévaloir,

ce nécessaire équilibre qui devra pré- valoir en termes de développement au niveaux des différents espaces de vie ruraux et urbains et la rentabilité absolue qui doit se traduire au quoti- dien par l’impact qui se doit sur le cadre de vie du citoyen là où il élit domicile, notamment dans ces zones montagneuses ou doivent être ancrés les effets du progrès. Aujourd’hui, dit- il, les zones montagneuses comptent sur la ville, alors que c’est l’inverse qui doit se produire.

Les communes montagneuses sont plutôt appelées à contribuer au développement de la ville et s’auto-

suffire, dit le wali qui appellera ainsi

à inverser la tendance qui prévaut. Le wali qui mettra en évidence les pro- grammes d’envergure initiés par l’État, notamment depuis 1999 et l’impact produit autant sur la ville que sur la campagne, ne manquera cependant pas de se pencher sur ce taux d’urbanisation qui grimpe, sou- lignant à cet effet la nécessité de met- tre en œuvre une stratégie d’équilibre

à tous les niveaux, «faute de quoi le

montagne se videra !» souligne-t-il. C’est à ce titre qu’il reviendra sur les actions engagées sur le budget de wilaya en faveur de 900 jeunes qui font dans le domaine de l’apiculture pour un investissement de 18 mil- liards de centimes élisant domicile dans 36 communes montagneuses et un autre programme de plantation d’oliviers sur 3.500 hectares pour un investissement également local de 13 milliards de centimes. Autant d’ac- tions qu’il appellera à consolider et à généraliser dans ces zones monta- gneuses à l’effet de fixer les popula- tions et d’encourager le retour de celles qui ont été soumises à l’exode durant la décennie noire. F. Zoghbi

Aïn DeFlA

AgenCe de dÉveLoPPement soCIAL

Sensibilisation sur les dispositifs d’aide à l’emploi

La wilaya d’Aïn defla représente une des plus grandes poches de pauvreté du pays, 9 de ses communes principa- lement montagneuses sont classées parmi les 47 communes les plus pauvres du pays, dépourvues de richesses et offrant peu de perspectives d’emploi pour leur populations. L’Agence de développement social placée sous tutelle du ministère de la solidarité nationale active justement en leur direction à travers ses 7 dispositifs et dispose, en ce sens, de fonds pour leur financement, mais, paradoxalement, a relevé le conseiller du directeur général de l’Ads au cours d’une rencontre de sensibilisation et d’information tenue mercredi dernier dans la commune de rouina, une défail- lance certaine est constatée, liée au manque de communi- cation et d’information. Pour ce faire et dans l’objectif tracé de toucher les citoyens nécessiteux au cours de cette année, cette rencontre de sensibilisation qui a réuni les P/APC, les associations et les animateurs des cellules de proximité afin d’éliminer ces lacunes en ciblant d’un côté les besoins, mais également comment les exprimer à travers l’élabora- tion d’une fiche technique. de la commission communale présidée par le P/APC et qui comprend deux élus, le repré- sentant communal de l’Ads et les présidents de quartier ou d’association, à la commission nationale qui est présidée par m me la ministre de la solidarité nationale, ces projets de développement avec une approche de proximité impli- quant directement les bénéficiaires, quoique revêtant un caractère beaucoup plus social qu’économique, n’en véhi- culent pas moins un impact certain autant pour l’améliora- tion du cadre de vie que des conditions de vie des populations bénéficiaires. Aïn defla est gérée par la direc- tion régionale basée à médéa, celle-ci, relève sa responsa- ble, m me Krim nacera, couvre trois autres wilayas, à savoir médéa, djelfa et Bouira, avec un total de 181 communes. trois cellules de proximité sont opérationnelles au niveau des communes de mekhatria, Aïn Benian et tarik-Ibn- ziad, et deux autres seront bientôt ouvertes à oued-Chorfa et el-maine, et l’Ads espère en ouvrir d’autres. «Le pro- gramme affiche un grand retard au niveau de la wilaya d’Aïn defla», reconnaît la directrice régionale. 30% des fonds sont alloués aux jeunes promoteurs de l’Angem ou l’Ansej, ainsi dans le cadre du dispositif tup-Himo (tra- vaux d’utilité publique à haute intensité de main d’œuvre) le jeune tâcheron ou la micro entreprise, bénéficie d’un plan de charge et d’une bonification avec en parallèle l’em- ploi de chômeurs qui perçoivent le smIg avec une cou- verture sociale étalée sur l’année pour des travaux dans des chantiers à moyenne durée. Le même dispositif est appli- qué pour la formule Blanche Algérie avec des contrats de trois mois renouvelables. Au total, l’Ads gère 7 dispositifs dont le dispositif d’activité d’insertion sociale ou encore le dev-Com, le développement communautaire.

A. M. A.

OrAn

trAItement des CALCuLs urInAIres

De nouvelles techniques

les lithiases de l’uretère. une cinquantaine de personnes ont été traitées par cette tech- nique. La néphrolithotomie percutanée est une technique spéciale qui évite de grandes incisions. À travers un petit orifice pariétal au niveau du dos, on introduit le néphro- scope qui permet de voir et de fragmenter et de retirer les calculs, a-t-on expliqué. sept patients ont été traités par cette technique depuis l’acquisition d’un nouvel équipe- ment. Pour le P r Yousfi, médecin chef, l’avantage de ces techniques mini-invasives réside en “la réduction du séjour et du coût d’hospitalisation avec moins de douleurs pariétales conduisant à une réintégration ra- pide dans la vie socioprofessionnelle”. de son côté, le directeur général de l’eHu, m. mansouri a annoncé que son établissement œuvrait “pour la création d’une unité de lithiase” qui, en plus des

de nouvelles techniques mini-invasives pour le traitement des calculs urinaires (li- thiase urinaire) sont actuellement appli- quées au niveau de l’Établissement hospitalo-universitaire (eHu) “1 er -novem- bre 1954” démontrant leur efficacité, a-t-on appris jeudi auprès de cette structure sani- taire. À ce titre, l’équipe du service d’uro- logie de l’eHu et l’université d’oran ont entamé les premières interventions mini-in- vasives endo-urologiques dans le traitement des calculs. Il s’agit plus précisément de deux techniques qui ont été développés de- puis le deuxième semestre 2013 par le ser- vice d’urologie de l’eHu, à savoir l’uretéroscopie et la néphrolithotomie, a-t- on indiqué. L’urétéroscopie, à travers un abord na- turel, consiste à introduire un endoscope muni d’un laser, qui permet de fragmenter

techniques thérapeutiques nouvelles, compte associer d’autres professionnels, dont notamment les biologistes (analyse spectrophotométriques des calculs et explo- rations pour la recherche des causes), les diététiciens, les néphrologues et les radio- logues, “qui seront d’un grand apport pour la prévention des récidives”. La lithiase urinaire touche des personnes entre 20 et 60 ans. son incidence est en aug- mentation. une personne sur 10 est concer- née par cette pathologie. Les caractéristiques épidémiologiques de cette pathologie évoluent ces dernières années suites aux modifications des habi- tudes alimentaires, des conditions sani- taires, des facteurs d’environnement et de la prévalence des affectations qui prédispo- sent au risque de la lithiase, tels que le dia- bète et l’obésité, a-t-on encore indiqué.

ÉCHOS DE CONSTANTINE

ÉCHOS DE CONSTANTINE
ÉCHOS DE CONSTANTINE
ÉCHOS DE CONSTANTINE

n 8.500 décisions de pré-affectation de logements sociaux distribuées

depuis le début de la semaine, ce sont près de 8.500 décisions de pré-af- fectation de logements sociaux qui ont été distribués par les services de la daïra de Constantine. Auparavant, un travail minutieux a été entrepris sur plus d’une année pour l’étude des demandes cas par cas, et ce en coordination avec les représentants des comités de quartier. Les bénéficiaires des décisions de pré-affectations devront prendre pos- session de leurs logements à chaque nouvelle réception des programmes d’habitat en cours d’achèvement et es- timés à 10.000 unités. Concernant les contestataires des choix opérés par la commission de daïra, ils sont accueillis depuis di- manche au niveau du siège du bureau d’architecture et d’urbanisme (sAu) où ils devront déposer un recours lequel sera étudié dans les plus brefs délais.

n Campagne de ravalement au centre-ville

dans le cadre des préparatifs de la ma- nifestation “Constantine capitale de la culture arabe 2015”, une campagne de ra- valement de façades au niveau des prin- cipales artères du centre-ville sera lancée dans les prochains jours. en effet, le bu- reau spécialisé auquel a été confié l’étude doit finaliser le plan des travaux dans un délai de trois semaines, et ce en concer- tation avec les représentants des habitants et des commerçants se trouvant au niveau des artères ciblées. L’opération concer- nera l’avenue Abane-ramdane, le boule- vard Belouizdad et la rue Bouderbala, ainsi que les habitations se trouvant sur l’itinéraires du tramway (rue Kaddour- Boumeddous, cité Filali, cité des fonc- tionnaires…). La réhabilitation de l’éclairage public au niveau de ces lieux est également au programme. en paral- lèle, une action de sensibilisation sera di- rigée par les autorités auprès des habitants et des commerçants des avenues et cités concernées, et ce afin de mener à bien l’exécution des travaux. À noter que l’opération est pilotée par la direction de l’urbanisme locale et coûtera 3 milliards de dinars.

n La cité du 20-Août-1955 élue quartier le plus propre

une cérémonie a été organisée jeudi, au niveau du Foyer de la Police sis au quartier du Coudiat, par la sûreté de wi- laya en présence des autorités civiles et militaires, ainsi que des représentants d’associations des trois quartiers ayant été lauréats du Prix vert, initié par la direc- tion générale de la sûreté nationale (dgsn) en coordination avec le minis- tère de l’environnement, et récompensant le quartier le plus propre à l’échelle des douze communes de Constantine. Le pre- mier prix a été décroché par la cité du 20- Août 1955, laquelle a bénéficié ces der- nières années d’un vaste programme de réhabilitation consistant, notamment, en l’aménagement d’espaces verts, récom- pense considérée par beaucoup comme justifiée. Les deuxième et troisième prix ont respectivement échu au quartier des 500 logements, situé à la cité zouaghi- slimane, sur les hauteurs d’Aïn el-Bey, et à la cité du 5-Juillet 1962, située dans la commune didouche-mourad. À titre de rappel, 53 quartiers ont pris part à ce concours organisé simultanément dans toutes les wilayas du pays. I. B.

dimanche 2 Février 2014

Monde

13

EL MOUDJAHID

GENÈVE 2 SUR LA SYRIE

Lakhdar Brahimi : « Le gouvernement syrien privilégie la solution militaire »

Les autorités syriennes privilégient la solution militaire pour régler le conflit dans ce pays qui a déjà fait plus de 130.000 morts, estime l'envoyé spécial de l'Onu et de la Ligue arabe, Lakhdar Brahimi.

"L e régime insiste tou- jours sur la solution militaire", a déclaré

samedi M. Brahimi dans son dis- cours à la Conférence de Munich sur la sécurité. Selon le diplomate algérien, lors du premier round des négociations de Genève-2, les représentants du gouvernement syrien ont à plusieurs reprises af- firmé qu'ils étaient "prêts à accep- ter le communiqué du 30 juin 2012 et à l'appliquer". "Mais à chaque fois, ils répè- tent qu'il faut accorder la priorité à la lutte contre le terrorisme", a indiqué M. Brahimi. Selon lui, les membres de la délégation gou- vernementale soulignent que "le problème de la Syrie réside dans l'ingérence étrangère et les livrai- sons d'armes étrangères". Le gouvernement de Damas est persuadé que s'il parvient à y mettre un terme, la Syrie réglera seule ses problèmes intérieurs. Le premier round des négocia- tions entre les délégations du gouvernement syrien et de l'op- position a pris fin vendredi. Selon M. Brahimi, "les débuts ont été difficiles et les progrès sont mo- destes". Les négociations de Ge- nève-2 doivent reprendre le 10 février.

de Ge- nève-2 doivent reprendre le 10 février. ARMES CHIMIQUES Washington appelle Al-Assad à respecter
ARMES CHIMIQUES Washington appelle Al-Assad à respecter ses obligations Le secrétaire d'Etat américain John Kerry
ARMES CHIMIQUES
Washington appelle Al-Assad à respecter ses obligations
Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a appelé
vendredi le président syrien Bachar al-Assad à res-
pecter ses obligations internationales en matière de
destruction de son arsenal chimique, en le mettant en
garde contre les conséquences du non-respect des en-
gagements. "Je rappellerai à Bachar al-Assad que l'ac-
cord auquel nous sommes parvenus à New York avec
le Conseil de sécurité (de l'Onu) indique clairement
que s'il y a des problèmes de non-respect des
engagements, ils seront signalés au Conseil de sécu-
rité conformément au chapitre 7", a déclaré M. Kerry,
en visite à Berlin (Allemagne). "Nous savons main-
tenant que le régime d'Assad n'agit pas aussi vite qu'il
l'a promis pour évacuer les armes chimiques hors de
Syrie", a-t-il ajouté. M. Kerry a souligné que le gou-
vernement syrien devait respecter "ses obligations
globales, légales et internationales".

PALESTINE

L'Onu dénonce la démolition de 36 constructions palestiniennes par Israël

Le coordinateur humanitaire de l'Onu en Territoire palestinien oc- cupé, James Rawley, a dénoncé vendredi la démolition par les auto- rités d'occupation israéliennes de 36 constructions palestiniennes dans la vallée du Jourdain et a lancé un appel pour l'arrêt immédiat de ces destructions dans les territoires pa- lestiniens. Par ailleurs, quelque 300 Pales- tiniens accompagnés d'activistes is- raéliens et étrangers se sont installés dans une dizaine de maisons pales- tiniennes abandonnées près d'Ariha, également dans la vallée du Jour- dain, pour protester contre la colo- nisation israélienne. M. Rawley s'est déclaré dans un communiqué "préoccupé après la démolition jeudi par les autorités israéliennes de 36 constructions appartenant à des Palestiniens dans la localité d'Ein al Hilwe, ce qui a provoqué le déplacement de 66 personnes, dont 36 enfants". "Je suis profondément inquiet des déplacements et des dé- possessions de Palestiniens particu- lièrement dans la vallée du Jourdain, où le nombre de construc- tions démolies a plus que doublé de- puis un an", a ajouté M. Rawley. Selon lui, ces démolitions sont "contraires au droit international" et "doivent cesser immédiatement". Le coordinateur a précisé que des

immédiatement". Le coordinateur a précisé que des "partenaires humanitaires fournis- sent l'assistance

"partenaires humanitaires fournis- sent l'assistance d'urgence néces- saire aux familles qui sont actuellement sans-abri". Le nombre de Palestiniens déplacés a augmenté

de 25% l'an dernier avec 1.100 per- sonnes concernées en Cisjordanie et

à Al Qods-Est, à la suite de démoli-

tion de constructions érigées sans permis israélien "qu'il est virtuelle- ment impossible d'obtenir", a ajouté le communiqué. En janvier, plus de 100 constructions palestiniennes ont été démolies dans ces secteurs, pro- voquant le déplacement de 180 Pa- lestiniens, dont près de 100 enfants,

a précisé le coordinateur de l'Onu.

CRISE EN CENTRAFRIQUE

Pourparlers entre ex-Séléka et force africaine

Les membres de l'ex-Sé- léka et la force de l'Union africaine (Misca) étaient hier en négociation à Sibut, à 180 km au nord de Bangui, après la prise de contrôle de la ville par les ex-rebelles, ont indi- qué des habitants cités par des médias. Selon ces sources, les ex-Séléka ont quitté l'une de leurs positions au profit de troupes de la Misca, entrées sans affrontement dans la ville, et sont désormais instal- lés dans la mairie. Des pour- parlers étaient en cours samedi matin entre Misca et combattants, selon cette source. Ces contacts entre ex- rebelles et soldats africains ont été confirmés par un no- table de Sibut. "Nous voulons la paix, nous sommes Centra- fricains. Le passé est le passé. Nous sommes prêts à déposer

les armes, mais ça dépend des conditions", a déclaré de son côté à l'AFP le colonel Abdel- kader Djelani, qui fait partie des combattants de l'ex-Sé- léka positionnés à Sibut. Par ailleurs, la nouvelle prési- dente Catherine Samba Panza, a accusé vendredi les

ex-rebelles de Séléka qui ont

UKRAINE

pris le contrôle de Sibut (180 km au nord de Bangui) de vouloir "déstabiliser" son mandat, 10 jours après son élection à la tête du pays. "Des informations concor- dantes relayées par les médias internationaux font état de l'irruption de groupes armés appartenant à l'ex-Séléka à Sibut avec des velléités de sé- cession", malgré les appels à la paix et à la réconciliation du nouveau gouvernement, a dénoncé Mme Samba Panza dans une déclaration vendredi à la radio nationale. Enfin, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et la Croix-Rouge centrafricaine ont appelé hier à l'arrêt des violences en Centrafrique, où 30 personnes on été tuées et 60 autres blessées en trois jours à Bangui. Georgios Georgantas, chef de déléga- tion du CICR en République centrafricaine (RCA), a noté un niveau de violences "sans précédent sur l'ensemble du pays". "J'appelle les autorités et les forces militaires inter- nationales à prendre leur res- ponsabilité pour faire cesser les violences", a-t-il déclaré.

IRAK

Plus de 1.000 personnes tuées en janvier

Plus de 1.000 personnes ont été tuées dans les violences en Irak durant le mois de janvier, le plus meurtrier depuis avril 2008, selon des chiffres officiels rendus publics vendredi. D'après des données des ministères de la Santé, de la Défense et de l'Intérieur, au total, 1.013 per- sonnes sont mortes dans les violences qui secouent le pays, dont 795 civils, 122 soldats et 96 policiers. C'est le bilan le plus meurtrier depuis avril 2008, un mois durant lequel 1.073 personnes avaient été tuées à travers le pays. Outre les personnes tuées, au moins 2.024 personne ont été blessées —dont 1.633 civils, 238 soldats et 153 policiers—, et les forces de sécurité ont tué 189 insurgés et en ont arrêté 458.

HEURTS DANS LE NORD DU YÉMEN

60 morts

Au moins 60 personnes ont été tuées vendredi dans des affrontements entre des rebelles et des membres armés de la tribu des Hashid, dans le nord du Yémen, ont indiqué des sources tribales. Selon ces sources, 40 hommes sont morts dans le camp des Houthis et 20 parmi la tribu des Hashid dans ces vio- lences qui ont fait plus d'une centaine de morts au total dans la province d'Om- rane depuis le 5 janvier.

BIRMANIE

Signature prochaine d'un accord de cessez-le-feu

Le président birman Thein Sein a dé- claré hier que la signature de l'accord de cessez-le-feu entre le gouvernement et les groupes armés issus de minorités eth- niques devraient être signés lors de la prochaine réunion entre les deux parties. M. Thein Sein qui a tenu ces propos lors de son allocution radiophonique men- suelle, a indiqué que la prochaine phase de négociations se tiendrait à Hpa-an dans l'Etat de Kayin, pour discuter de la date de la signature de l'accord et d'au- tres points concernant l'accord de ces- sez-le-feu avant de mettre en place un cadre pour la réconciliation nationale.

LÉGISLATIVES EN THAÏLANDE

Le pays sous tension

La situation reste tendue en Thaï- lande où les électeurs sont appelés aux urnes aujourd’hui pour des élections lé- gislatives anticipées convoquées par la Première ministre Yingluck Shinawatra, qui fait face depuis trois mois à un mou- vement de rue réclamant son départ. Les manifestants anti-gouvernement tentent d'empêcher le scrutin en bloquant hier dans certains lieux l'acheminement du matériel électoral, selon des médias. Les contestataires ont promis de per- turber ces élections qu'ils jugent jouées d'avance au profit du parti au pouvoir Le Puea Thai. Ainsi, à Lak Si, l'un des 50 districts de Bangkok, un groupe de pro- testataires assiégeait un bâtiment où se trouvaient les urnes devant être réparties dans divers bureaux de vote.

Ouverture d'une procédure pénale pour tentative de prise de pouvoir

Le Service ukrainien de sécurité (SBU) a engagé une procédure pénale pour tentative de prise de pouvoir, a annoncé hier Maxim Lenko, chef de la Direction générale d'enquête. Le SBU a ouvert la procédure après avoir étu- dié les documents stockés sur les serveurs sai- sis lors d'une perquisition dans les locaux du

mouvement d'opposition Batkivchtchina à Kiev. "Les documents saisis attestent que les organisateurs des actions de protestation ont envisagé une évolution musclée des événe- ments, à savoir une évolution impliquant un recours à la force contre les manifestants. Cette mesure devait avoir un vif retentissement dans

la société ukrainienne au point de torpiller la réputation du pouvoir en place et du prési- dent", a souligné M. Lenko à la chaîne de té- lévision 112 Ukraïna. Le chef-adjoint de la Direction générale d'enquête, Alexandre Gna- tiev, a déclaré vendredi que la police disposait de preuves attestant que les actions de protes-

tation lancées en novembre dernier à Kiev étaient préparées d'avance. De son côté, l'op- posant ukrainien Arseni Iatseniouk a accusé vendredi l'armée de son pays de tenter d'inti- mider les contestataires, à l'issue d'une rencon- tre avec le président allemand Joachim Gauck à Munich.

D

16

ossier

EL MOUDJAHID

JOURNÉE MONDIALE DES ZONES HUMIDES

Diversité incontestable

L’Algérie célèbre chaque année, le 2 février, la journée mondiale des Zones humides, date marquant la signature de la Convention Ramsar en 1971 dans la ville iranienne du même nom. Cette année, la commémoration se déroule sous la thématique «Zones humides et agriculture, cultivons le partenariat !» Une opportunité pour rappeler que l’Algérie qui a adhéré à la Convention de Ramsar en 1982 a intégré à la politique du Renouveau agricole et rural (PRAR), un programme portant sur la conservation des écosystèmes naturels.

L e pays abrite actuellement 50 zones hu- mides classées sur la liste de cette convention qui couvre une superficie de

3 millions d’hectares environ. D’autres sites sont en cours de classement, ce qui permettra de s’approcher des quatre millions d’ha d’es- paces protégés. On recense presque 1.700 zones humides pour moitié naturelles et l’autre artificielles. L’Algérie qui a adhéré à la Convention de Ramsar en 1982 a intégré à la politique du Re- nouveau agricole et rural (PRAR), un pro- gramme portant sur la conservation des écosystèmes naturels. Les zones humides concernent les étendues de marais, d’eau natu- relle ou artificielle tels les lacs, chotts, gueltas et sebkhas, les marécages et les tourbières. Par sa position géographique, sa géomorphologie et la diversité de son climat, l’Algérie recèle d’importantes zones humides. Le Nord-Est renferme de nombreux lacs d’eau douce, des marais et des plaines d’inondation. Les plus connus de ces zones humides sont les lacs

Les plus connus de ces zones humides sont les lacs "Tonga", "Oubeira", le "Lac des

"Tonga", "Oubeira", le "Lac des oiseaux" dans la wilaya d’El- Tarf, le "chott Ech Chergui" (Saïda, Naâma, El-Bayadh), "Guerbes" (Skikda), "Chott El Hodna" (Msila et Batna)… Les zones humides sont également répertoriées dans les wilayas de Ghardaïa, de Biskra et de Guelma, où actuellement des flamands rose y vivent et nidifient à longueur d’année. Le Nord-Est renferme essentiellement des lacs d’eau douce, à l’image du complexe lacustre d’El-Kala. Les hautes plaines steppiques se ca- ractérisent par les chotts, tel le Chott El- Bhour Naâma, les dayas, plans d’eau non salées et où la nappe phréatique n’est pas très profonde. En Kabylie, la cascade de Kefrida est célèbre. Dans les zones sahariennes, ce sont les oasis, zones humides artificielles dont l’irrigation s’effectue grâce aux foggaras qui permettent la vie. Dans les massifs montagneux de l’Ahag- gar et du Tassili on y trouve des gueltas, sources d’eau permanentes qui alimentent ces zones.

M. Koursi

Une protection contre l’inconséquence humaine

L e lac Daya, zone humide proté- gée à Oued Tlélat dans la wi- laya d’Oran, a offert

récemment un curieux et inquiétant spectacle aux amoureux de la nature : de nombreux poissons, morts, flot- tants à la surface de l’eau, ce qui a laissé dire à certains que l’eau est pol- luée par les rejets de l’activité indus- trielle. Une explication d’autant plus plausible qu’il y a quelque temps, une usine de production de boissons d’une marque mondialement connue, dont une de ses usines (sous une exis- tence juridique différente) est implan- tée dans cette localité, a écopé d’une amende de 60 millions de centimes et plus de 1,1 milliard de centimes de dommages pour avoir déversé ses eaux polluées dans des terres agri- coles limitrophes. Cette fois-ci, l’usine n’est pas coupable. Après ana- lyse, c’est la remontée des eaux très chargées de matières organiques au niveau du lac en provenance du bar- rage de Sidi Bel-Abbès vers ce lac qui serait à l’ origine de cette mort de poissons. En fait, cette inquiétude n’est pas sans fondement. À quelques mètres des rives du lac, depuis des années, a pris forme une décharge sauvage quotidiennement visitée par des ca- mions et des remorques, y compris ceux disposant d’un agrément de la daïra d’Oued Tlélat qui se délestent de leurs détritus, ordures ménagères et de toutes sortes de produits plus ou moins toxiques. Il est de notoriété pu- blique qu’à travers le territoire de la wilaya et même au niveau national, des sites jouxtant de nombreuses zones humides sont par méconnais- sance sur leur rôle écologique ou tout simplement par incivisme transfor-

més en une décharge à ciel ouvert. On peut citer, à titre d’exemple, la dé- charge d’El-Kerma, située au sud de la commune d’Es-Sénia dans la wi- laya d’Oran qui sera, heureusement, transformée en parc d’attraction. Cette décharge publique qui s’étend sur une surface de 85 ha est située en bordure de la Sebkha, une zone pro- tégée par la Convention Ramsar. On ne le dira jamais assez : l’une des conséquences majeures de cette dé- gradation environnementale est la baisse du nombre d’oiseaux migra- teurs provenant d’Europe, ou d’Afrique. Trouvant habituellement refuge dans ces lacs, les oiseaux mi- grateurs ont finalement préféré d’au- tres régions moins polluées. Selon les spécialistes, les huit zones de la wi- laya d’Oran reçoivent 65.600 oiseaux alors qu’auparavant elles en accueil- laient de 150.000 à 200.000 toutes es- pèces confondues.

Refuge aux phoques moines

À l’Ouest, on dénombre huit es- paces qui fortment un complexe de zones humides englobant principale- ment la grande Sebkha et la Macta classées en 2001, les Salines d’Ar- zew et lac Telamine classés en 2004, Oum Ghellaz, Sidi Chahmi, Bagrat et Morsli. Ce complexe accueille plu- sieurs espèces d’oiseaux migrateurs pendant toute la période d’hivernage ou uniquement aux passages en mi- gration. On y trouve, à certaines pé- riodes, le Flamant rose, le Tadorne de Belon, la Sarcelle marbrée. L’Algérie accueille un nombre appréciable des flamants. Ils sont concentrés dans le constantinois, en Oranie et sur les Chotts des Hauts Plateaux.

en Oranie et sur les Chotts des Hauts Plateaux. À l’Ouest, les Salines d’Arzew, la Sebkha

À l’Ouest, les Salines d’Arzew, la

Sebkha d’Oran et le Lac Télamine

constituent les principaux sites d’hi- vernage de cette espèce. 15 familles d’oiseaux d’eau migrateurs ont été recensés en janvier représentant 45 espèces dont 17 d’oiseaux d’eau pro- tégées en Algérie en plus de l’exis- tence de certaines espèces figurant dans la liste rouge de l’Union inter- nationale de préservation de la nature pour parer contre leur extinction .

Témouchent, l’île de Rachgoun

est un site de repos et de nidification des espèces migratrices entre l’Eura- sie et l’Afrique ; plusieurs espèces d’oiseau la peuplent dont les plus im- portant sont : le Puffin Cendré, le Cormoran huppé, le Goéland, l’Ai- grette, le Balbusard Pêcheur, l’Aigle Royal et le Pigeon Ramier. Classée sur la liste de Ramsar, cette une île volcanique méditerranéenne située à quatre kilomètres au large de la côte est unique en Algérie à offrir un re-

À

fuge aux phoques moines de Médi- terranée appelés Monachus Plus loin, à Tlemcen, Dayet El- Ferd est considérée, par les spécia- listes, comme un site d’importance internationale. En dehors des espèces de rongeurs fréquentant, les milieux agricoles (rat des champs, musa- raigne, gerboise), un seul mammi- fère, le renard famélique Canis ruppeli), vient chasser sur les bords du lac. Ce site subit, hélas, l’érosion

hydrique et éolienne et les effets dé- vastateursdu pâturage, de l’exploita- tion non réglementée d’eau, le prélèvement des œufs et le bracon- nage.

Halte à l’incivisme

À Sétif, Sebkhet El-Hamiet est un chott constitué d’une sebkha (lac salé naturel), inondable en hiver, asséchée en été et encerclée par une prairie. Le site proche d’une agglomération subit les effets de l’urbanisation et de

l’activité industrielle prouvant par là même cette logique des populations et des entités agro-industrielles de transformer ces zones humides en exutoires à leurs rejets et déchets. La Sebkha Bazer dans cette même wilaya était également menacée par les eaux usées provenant surtout de la ville d’El-Eulma et de sa zone indus- trielle. La mise en marche, de la sta- tion d’épuration située en aval de l’oued Djihadi, à la sortie sud-est de la ville d’El-Eulma a été, on l’ima- gine, très bien accueillie par les habi- tants des environs. Le chott el Hodna, également pro- tégé par la convention ramsar, à che- val sur deux wilayas, Msila et Batna, est un lac salé. Il est après le chott Melrhir le plus grand lac d'Algérie et donc l'un des plus grands en Afrique du Nord. La faune et la flore riche de ce chott abritent des espèces mena- cées telles que la gazelle de cuvier. Le chott Melrhir à proximité de Bis- kra, El Oued et Touggourt est un lac salé. Il est le plus grand lac d'Algérie à être protégé par la Convention de Ramsar. Il ne s’agit là que de quelques exemples qui illustrent la richesse de l’Algérie dans ce domaine. Les zones humides jouent un rôle irremplaçable dans les processus vi- taux, entretenant des cycles hydrolo- giques et accueillant poissons et oiseaux migrateurs. Sur le plan éco- nomique, ces zones sont une source de nombreuses activités génératrices d’emplois tels que l’élevage, l’aqua- culture, la production d’osier et l’ex- traction de sel ou de tourbe. Pourtant, de nombreuses menaces pèsent sur elles.

M. K.

El Kala, Lac Tonga : à couper le souffle

Ce lac d'eau douce qui communique avec la mer Méditerranée par le canal artificiel Messida (2.700 hectares) fait partie du Parc national d'El-Kala. La surface du lac quasi recou- verte d'une végétation émergente abrite une cen- taine d’espèces végétales recensées dont une bonne moitié classées rares. Le visiteur est, à chaque fois, émerveillé par l’eau lim- pide recouverte partielle- ment par le nénuphar

blancet, une importante couverture végétale enforme de mosaïque. Les loutres et les Cerfs de Barbarie y ont élu domicile. Cette espèce de cerfs n'est présente qu'en Algérie et en Tunisie. Le

n'est présente qu'en Algérie et en Tunisie. Le lac Tonga abrite aussi quelques dizaines de milliers

lac Tonga abrite aussi quelques dizaines de milliers d'oiseaux d'eau (canards, oies, rallidés, ardéidés, limi- coles et autres). Le lac est un site de nidification d'un nombre important d'espèces aviaires. Parmi elles, des Hé- rons et des Aigrettes. Le Bu- sard des roseaux, la Poule d'eau, le Râle d'eau, l'Eris- mature à tête blanche (es- pèce en voie de disparition), le Fuligule (espèce classée comme vulnérable), l'Ibis On y rencontre également la

Sarcelle marbrée (estivante) et la sarcelle d'été (de passage), le Flamant rose, la spa- tule blanche, ainsi que beaucoup d'autres espèces. M. K.

Saïda, Chott Chergui :

un des plus grands lacs d’Afrique

40.000 km 2 de mélange entre désert et végétation. Le chott Ech Chergui est une vaste dé- pression s’étendant au sud des monts de Saïda sur environ 170 km de long et 20 km de large. Le Chott Ech Chergui et ses eaux salées, saumâtres et ther- males chaudes abrite des es- pèces représentatives de la région méditerranéenne. C’est un refuge très important pour les oiseaux migrateurs et ni- cheurs à cause de sa situation en zone semi-désertique et steppique. C’est actuellement l’unique site du sud de l’Algérie connu comme site d’hivernage et de nidification du Fuligule, une es- pèce de canard.

M. K.

site du sud de l’Algérie connu comme site d’hivernage et de nidification du Fuligule, une es-

D

ossier

17

EL MOUDJAHID

JOURNÉE MONDIALE DES ZONES HUMIDES

Le jardin d’Essai marque l’événement

A l’occasion de la journée mondiale des Zones humides, célébrée le 2 février de chaque année, l’école d’éducation à l’environnement du jardin d’Essai d’El Hamma a initié, hier, nombre d’activités au profit du jeune public, des enfants en particulier.

O rganisée en collaboration avec le ministère de l’Education natio- nale, cette initiative vise à incul-

quer l’amour de la nature, dès le jeune

âge. Ont prit part à cette manifestation des centaines d’élèves, venus de diffé- rents établissements scolaires d’Alger. Selon M me Kawthar Madoui, responsable

de l’école, cette manifestation qui a ciblé

des jeunes élèves a pour but de les sensi- biliser aux problèmes et aspects liés à l’environnement. Et d’ajouter que c’est une opportunité pour faire connaître les zones humides et leur développement, à travers l’organisation de différents ate- liers. Précisant que la journée mondiale des Zones humides 2014, a été placée sous le slogan « Les zones humides et agriculture, cultivons le partenariat »,

M me Madoui a mis l’accent sur l’impor-

tance de ce genre de manifestations qui

visent à sensibiliser davantage le grand public sur les fonctions, les valeurs et les avantages des zones humides.

A cette occasion, un film documentaire

portant sur le thème a été projeté pour in- former l’assistance présenté sur les bien- faits des zones humides dans l’équilibre de l’écosystème. Outre, trois ateliers re- latifs au jardinage, l’ornithologie, l’aqua- culture et le dessin nature ont été au programme de cette journée dédié à l’en- fant. Pour sa part, M. Ibrahim Boucha- reb, directeur du jardin, a indiqué que cette journée mondiale commémore la signature de convention sur les zones hu-

commémore la signature de convention sur les zones hu- mides du 2 février 1971 dans la

mides du 2 février 1971 dans la ville ira- nienne de Ramsar, à laquelle l'Algérie a adhéré en 1982, et dont la direction des forêts assure le point focal. Il faut savoir que l'Algérie œuvre, depuis son adhésion à la convention de Ramsar en 1982, pour la protection des zones humides, en adoptant la politique du renouveau rural, qui prône le développement rural sur la base d'une meilleure appréciation de l'es- pace d'intervention et de l'utilisation ra- tionnelle des ressources naturelles, et c'est dans cette perspective qu'il a été re-

tenu, au titre de l'échéance quinquennale 2010-2014. En fait, les zones humides sont des milieux naturels représentant un

intérêt vital sur les plans écologique (cli-

hydrologique (ressources en

eau), socio-économique ainsi que dans le domaine de la biodiversité (faune et flore). De par sa position géographique, sa configuration physique et la diversité de son climat, l’Algérie recèle d’impor- tantes zones humides, dont près de 50 sont classés Ramsar. Kamélia H.

mat, sol

),

Une étude intersectorielle pour définir et identifier les richesses des zones humides en Algérie

C haque année le 2 février, nous célébrons la journée mondiale des Zones humides pour commé-

morer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar. Chaque année depuis 1997, des orga- nismes gouvernementaux, des organisa- tions non gouvernementales et des

groupes de citoyens à tous les niveaux de

la société profitent de l'occasion pour

lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier. Ce traité intergouvernemental sert de cadre

à l'action nationale et à la coopération in- ternationale pour la conservation et l'uti- lisation rationnelle des zones humides et

de leurs ressources.

Mais c’est quoi exactement les zones humides ? Ce sont tous ces étendues de marais, de fagnes, de tourbières ou d'eaux naturelles ou artificielles, perma- nentes ou temporaires, ou l'eau est stag- nante ou courante, douce, saumâtre ou salée y compris des étendues d'eaux ma- rines dont la profondeur à marée basse n'excède pas 6 mètres. Les zones hu- mides regroupent une grande variété d'habitats naturels : chotts, sebkhas, lacs

et marais (eau douce, saumâtre ou salée), oueds, gueltas, oasis et barrage. Le der- nier recensement effectué en 2006, a dé- nombré 1.451 zones humides en Algérie, dont 762 sont naturelles. Aujourd'hui, avec les nouvelles connaissances, le nombre de zones humides dépasse le millier si l'on inclut oueds, grottes, oasis, daya, et zones côtières. En Algérie, il reste encore à sensibiliser tous les utili- sateurs de l'eau et des zones humides et aussi à réfléchir sur la gestion des éco- systèmes aquatiques, car leur devenir à long terme dépend de leur gestion. Les zones humides en Algérie occu- pent des superficies plus ou moins im- portantes. Concentré surtout à l'Est, ce complexe humide est surtout composé de lacs, de marais, de chotts, de sebkhas et de gueltas. Ces zones sont fortement pro- ductrices par la présence de tous les maillons de la chaîne alimentaire et hé- bergent entre autres une avifaune aqua- tique remarquable qui utilise ces sites comme stations de repos, de reproduc- tion et d'hivernage. Le parc national d'El Kala englobe la zone humide la plus importante en Algé- rie, unique en son genre et classée ré- serve de la biosphère en novembre 1990 par le programme M.A.B de l'UNESCO.

En effet, cette région représente la zone d'accueil la plus importante pour l'avi- faune aquatique où près de 55% des oi- seaux d'eau y hivernent. En application de la loi relative à la protection de l'en- vironnement dans le cadre du développe- ment durable et la loi relative à la protection et à la valorisation du littoral, l'Algérie doit allier de plus en plus la conservation des zones humides au dé- veloppement durable. Elle doit en effet dans le but de les sauvegarder et de les gérer de manière rationnelle et durable, se préoccuper de connaître leurs aspects socio-écono- miques, leurs valeurs et fonctions. Afin de préserver ces sites privilégiés d'hiver- nage, de transit et de reproduction de l'avifaune migratrice, le ministère de l'Aménagement du territoire, de l'Envi- ronnement et du Tourisme a lancé une "étude du cadastre des zones humides :

diagnostic, pressions, actions". Le but principal de cette étude qui se veut mul- tisectorielle est d'identifier et de connaî- tre les richesses et le comportement des zones humides afin de permettre aux au- torités, de faire une mise en œuvre concrète des dispositions législatives et réglementaires prévues. Farida Larbi

RÉHABILITATION DE L’ENVIRONNEMENT

Actions de proximité pour sensibiliser le citoyen

Cest désormais un fait. L’environnement et l’amé- lioration du cadre de vie prennent forme dans notre vie de tous les jours. En effet, si, il y a quelque temps, s’intéresser à ces deux aspects relevaient presque de l’impossible pour le commun des Algériens qui étaient, à quelques exceptions près, carrément en contraste avec la question environnementale, ce n’est plus le cas aujourd’hui où la réhabilitation de Dame Nature et la qualité du cadre de vie dépassent les seuls spécialistes ou décideurs. De plus en plus de citoyens et d’organismes adop- tent à bras le corps ce dossier très important puisqu’en rapport direct avec leur quotidien. L’hygiène en parti- culier est devenue une affaire de tous. Même les ga- mins s’y impliquent, de nos jours pour matérialiser, dans les quartiers la salubrité mais également donner une touche esthétique à leurs cités qui ont toujours payé jusque-là, les frais de la démission des habitants lorsqu’il est question de propreté ou de qualité de cadre de vie, de manière générale. La dernière cam- pagne, initiée par le ministère de l’Environnement et la sûreté nationale, à travers les wilayas du pays est

venue, à vrai dire consacrer la culture « verte », chez l’Algérien qui a, faut-il le rappeler, été indifférent pour ne pas dire carrément boudé cet aspect. L’institution d’un prix environnement par la tutelle et la sûreté nationale, à travers une opération de proxi- mité d’envergure pour réconcilier les Algériens avec l’environnement ne fait que confirmer cette tendance

à renforcer et dans certains cas, créer, les réflexes liés

à la qualité de l’environnement, de l’esthétique, en

d’«autres termes, du bien-être, au niveau de nos cités qui se sont transformées malheureusement, en cités dortoirs où il ne fait sûrement pas bon vivre. La consé- cration de la wilaya de Boumerdès comme la ville la plus propre devrait inciter les autres régions du pays à suivre son exemple et ressusciter l’aspect environne- ment là où nous vivons et surtout à longueur d’année. Voir tous ces jeunes et moins jeunes, munis de balais, sacs à ordures, plants et arbrisseaux fait plaisir et au- gure d’un revirement radical et une appropriation de la culture environnementale. C’est dire que les Algé- riens redécouvrent l’environnement et renouent avec le vert. Qui a dit que l’Algérien n’est pas écolo ? Samia D.

INTEMPÉRIES À L’EST

La neige provoque la fermeture de routes

Les intempéries qui ont marqué ces derniers jours ont causé des désagréments aux automobilistes en rai- son des chutes de neige. Ces dernières ont eu comme conséquences directes la fermeture de certains axes rou- tiers, notamment à Batna, Khenchela et Tébessa. En effet, et selon la cellule de communication de la DGPC, les unités d’intervention de la protection civile étaient contraintes d’effectuer des opérations de sauvetage de personnes coincées par la neige et de procéder à l’ou- verture de plusieurs routes. Dans les Aurès, à Batna plus précisément, six per- sonnes se trouvant à bord de leurs véhicules ont été sau- vées dans les communes d’Ouled Taga et de Taouzinet. Sur la RN 31, les agents de la PC ont eu à intervenir énergiquement pour dégager 10 véhicules coincés par la neige. Jusqu’à hier, des axes routiers étaient toujours difficiles à la circulation dans la wilaya de Batna. Il s’agit des chemins de wilayas CW 45 au lieu-dit The- niet Isserine, commune d’Ichmoul, CW 54 au lieu-dit Theniet Baali, commune Teniet El Abed, CW 172 au lieu-dit Ain Tine et enfin la RN 31 au lieu-dit Tazoukt, commune d’Arris. Par ailleurs, le mauvais temps n’a pas été sans dégâts matériel suite à une collision entre un bus de transport de voyageurs et un véhicule léger, survenue sur la RN 88, dans la commune de Tazoult. Fort heureusement, l’accident n’a pas causé de victimes.

S. A. M.

Publicité

El Moudjahid/Pub du 02/02/2014
El Moudjahid/Pub du 02/02/2014

Dimanche 2 Février 2014

SS éé ll ee cc tt ii oo nn

D étente - T V

21

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla
Page animée par Mourad Bouchemla
Nº 3631 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I
Nº 3631 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I

Nº 3631

Nº 3631 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
Nº 3631 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II

Mots CROISÉS

Nº 3631 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I- Capitale africaine - Souverain déchu. II- Fête officielle - Fruit. III- Pluie torrentielle - Grand bruit de casse. IV- Coagulation. V- Bernées - Genre musical. VI- Dans le canal - Chef maffieux - En suite. VII- Torturer. VIII- Rampe de lancement de bateau - Ote l’eau en mer. IX- Adresse rurale. X- Givrée - Rongeurs.

VERTICALEMENT

1- Qui met les nerfs en boule - Deux en garage. 2- Excrément - Poisson. 3- Treillage en bois - Vaisseau Royal. 4- En trame - Petite ouverture. 5- Grand mal - Étui de doigt. 6- Diriger. 7- Moyen de transport - Ornement. 8- Manger un bonbon - Battit. 9- Fruit exotique - Office des postes. 10- Redonnées.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
A
C
C
R
A
T
S
A
R
2
G
A
L
A
P
R
U
N
E
3
A
C
A
F
R
A
C
A
S
4
C
A
I
L
L
E
M
E
N
T
5
A
E
U
E
S
R
A
I
6
N
C
A
I
D
S
L
T
7
T
A
R
A
U
D
E
R
U
8
B
E
R
E
O
P
E
C
G
R
N
D
R
A
O
U
T
E
9
G
E
L
E
E
R
A
T
S
10

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 A B R I
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
A
B
R
I
C
O
T
I
E R
2
P
I
E
C
E
A
B
B
3
E
L
U
P
O
G
N
E
4
R
E
N
I
A
S
N
T
5
O
I
N
G
E
N
I
E
R
6
R
O
T
E
R
A
S
I
7
H
U
N
E
A
I
R
E
P
8
O
G
A
I
N
A
G E
T
I
E
R
C
E
E
A U
9
E
N
T
E
E
A
L
L E
10
Mots FLÉCHÉS Nº 3631 ARBREÀFRUITS ——————————— UN MORCEAU
Mots FLÉCHÉS
Nº 3631
ARBREÀFRUITS
———————————
UN MORCEAU
————————————
RELIGIEUX
PRÉFIXE
——————————
SORTE
DE BRIOCHE
GRAFFITI
————————————
NE VOULUS PAS RECONNAÎTRE
————————————————
NABOT
FILSARABE
——————————————
DANS LA NUIT
——————————————
PAYS
DU SOUCI
———————————
SE FORCER
————————————
RICHE
BOISSONAVANTREPAS
BOISNOIR
—————————————
———————————
ÉRUCTERAS
SIGNE
—————————————
OPÉRATOIRE
QUIREÇOIT
RÉSULTAT DE TREILLE
————————————
SUPPORT DE MÂT
————————————
POINTGAGNANT
TRAVAIL DE POSTIER
—————————————
REFUGE DE RAPACE
—————————————
BERNÉE
HONNÊTE
————————————
EN OPÉRATION
————————————
COPULATIVE
PROTECTION
————————————
ENSEMBLE DE CARTES
—————————————
COULE DE SOURCE
PLANTATIOND’OSIERS
————————————
GREFFÉE
————————————
ESTPARTI
Nº 3631 Mot CACHÉ Grille 3. Décourage 33. Héritier Treizième 15. N E I N
Nº 3631
Mot CACHÉ
Grille
3.
Décourage
33. Héritier
Treizième
15.
N
E
I
N
O
M
I
X
A
T
L
A
T
N
E
M
O
R
F
E
6.
Érablière
Champagne
34. Chaotique
20.
D
E
R
P
M
O
R
R
O
C
E
N
A
M
O
L
G
N
A
E
11. Rétrograde
Ronflette
I
35. Cohérence
22.
E
E
N
N
O
L
L
A
B
B
U
R
E
N
S
I
U
C
R
12 . Protecteur
36. Oriflamme
C
A
M
A
R
Y
L
L
I
S
E
T
I
L
U
L
L
E
C
A
23.
Trimbaler
13.
Séquentiel
37. Vendanger
O
R
P
S
D
L
H
E
R
I
T
I
E
R
I
T
I
P
P
B
38. Plâtrerie
24.
14.
Tubéracé
U
E
R
Dénoyauter
E
E
C
H
A
O
T
I
Q
U
E
B
O
N
L
R
L
39. Funambule
25.
R
T
O
Q
N
C
O
H
E
R
E
N
C
E
I
R
D
A
O
I
16.
Torchonner
Roitelet
A
R
T
U
O
T
R
I
M
B
A
L
E
R
Z
C
I
S
J
E
17.
Indivision
40. Lubricité
Déchausse
27.
G
O
E
E
Y
P
L
A
T
R
E
R
I
E
U
H
V
T
E
R
18.
Plasticage
Epigramme
41. Intégrant
29.
E
G
C
N
A
F
U
N
A
M
B
U
L
E
T
O
I
I
C
E
19.
Projecteur
Vestiaire
42. Recoucher
30.
B
R
T
T
U
L
U
B
R
I
C
I
T
E
A
N
S
C
T
R
21.
Bizutage
43. Possessif
A
A
E
I
T
I
N
T
E
G
R
A
N
T
G
N
I
A
E
E
1.
Taxinomie
Bacillose
7. Ballonne
C
D
U
E
E
R
E
C
O
U
C
H
E
R
E
E
O
G
U
C
2.
Fromental
Rechanger
8. Cuisiner
I
E
R
L
R
S
E
C
O
L
A
T
R
E
A
R
N
E
R
H
4.
Corrompre
L
M
U
N
I
C
I
P
A
L
T
R
E
I
Z
I
E
M
E
A
31.
Ecolâtre
9. Amaryllis
L
C
H
A
M
P
A
G
N
E
R
O
N
F
L
E
T
T
E
N
32.
Municipal
10. Cellulite
5.
Anglomane
O
O
R
I
F
L
A
M
M
E
V
E
N
D
A
N
G
E
R
G
PROJETER UN LIQUIDE EN
FINES GOUTTELETTES
S
T
U
B
E
R
A
C
E
T
I
R
O
I
T
E
L
E
T
E
E
D
E
C
H
A
U
S
S
E
E
P
I
G
R
A
M
M
E
R
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: RECHARGEABLE
O
V
E
S
T
I
A
I
R
E
P
O
S
S
E
S
S
I
F
N

26.O V E S T I A I R E P O S S E S

28.V E S T I A I R E P O S S E S S

E S T I A I R E P O S S E S S I
E S T I A I R E P O S S E S S I
E S T I A I R E P O S S E S S I
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n
P O S S E S S I F N 26. 28. T é l é
P O S S E S S I F N 26. 28. T é l é

Dimanche

09h00 : Bonjour d'Algérie week-end 10h30 : Mawid maa el qadar (12) 11h00 : Santé mag ''rediff'' 12h00 : Journal en français+météo 12h25 : Avis religieux (direct) 13h25 : Football''USMA/JSK'' sport 15h00 : Twahacht bladi (direct) 16h30 : REX GENERATION (16) 17h00 : Il était mille fois 17h30 : Takder tarbah 18h00 : Journal en amazigh 18h30 : Mawid maa el qadar (13) 19h00 : Journal en français+ météo 19h30 : Chroniques d'en haut 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Canal foot 22h15 : Culture club 23h00 : Alhane wa chabab (casting final)

« AVIS RELIGIEUX »

Réalisée par Moussaoui Saliha Présentée par Beredouane M’hamed

12h25
12h25

Une émission interactive à caractère religieux, d’orientation et de vulgarisation. Un rendez-vous hebdomadaire qui tente de répondre aux questions des téléspecta- teurs en rapport avec la religion musulmane. Son objectif est de faire comprendre l’Islam à travers le Saint-Coran et la Sunna pour mieux s’inspirer.

CANAL FOOT

Émission sportive Présentée par : Radouane Bendali et Mohamed BOUTRIK Réalisée par Amel Benbatouche.

20h45
20h45

C’est une émission sportive qui propose des résultats, analyses, et reportages, sur l’équipe nationale et les équipes de division 1 et de division 2. Son objectif est d’informer les membres de la communauté algérienne établie à l’étranger sur tous les résultats ayant trait au football.

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du Dimanche 02 Rabie Thani 1435 correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du Dimanche 02 Rabie Thani 1435
correspondant au 02 Février 2014 :
- Dohr
13h02
- Asr
15h53
- Maghreb
18h17
- Icha……
……
19h38
Lundi 3 RabieThani 1435
correspondant au 03 février 2014 :
- Fedjr 06h20
- Chourouk
07h49
GROUPE ENAD Société d'Hygiène Ménagère & Corporelle de l'Algérois EPE - SHYMECA - Spa 146,

GROUPE ENAD Société d'Hygiène Ménagère & Corporelle de l'Algérois EPE - SHYMECA - Spa

146, rue Hassiba Ben-Bouali - Belouizdad - Alger Tél.: 021. 66 36 04 / 021. 66 55 65 Fax : 021. 66 24 10 Enadshymeca-com@hotmail.fr

Avis d'annulation de l'attribution provisoire de marché Appel d'offres national et international

N°08/Shy/DC/EQUIP/2013

portant sur acquisition d'équipements de production L'entreprise EPE-SHYMECA Spa informe l'ensemble des soumissionnaires que l'avis d'attribution provisoire de marché, paru sur les quotidiens El Moudjahid et Echaâb en date du 07 novembre 2013, a été annulé par la commission centrale des marchés de l'entreprise, réunie le 20 janvier 2014, et ce, suite à des modifications dans le plan de développement de l'entreprise, selon les nouvelles données du marché. Dans le même cadre, un nouvel appel d'offres sera lancé prochainement.

El Moudjahid/Pub

ANEP 200400 du 02/02/2014

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal Oulmane — Achour Cheurfi
DIRECTION GENERALE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECTION DE LA REDACTION
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIONAUX
CONSTANTINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
ORAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BORDJ BOU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEL-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
TIZI OUZOU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
TLEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENTRE AIN-DEFLA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBLICITE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABONNEMENTS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
COMPTES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSION
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’Ouest, Oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de Ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSION
Centre : EL MOUDJAHID
Tél. : 021 73.94.82
Est : SARL “SODIPRESSE” :
Tél-fax : 031 92.73.58
Ouest : SARL “SDPO”
Tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARL “TDS”
Tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
Tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

CONDOLEANCES

Le Président-Directeur Général, ainsi que l'ensemble du personnel de la Société Kahrakib, profondément touchés par le décès du beau-père de Monsieur LABDELAOUI Rédha, Directeur des Travaux Lignes et Câbles, lui présentent ainsi qu'à sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie, et prient Dieu le Tout-Puissant d'accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde et de l'accueillir en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 104516 du 02/02/2014

PENSÉE Il y a un an, le 2 février 2013, était rappelé à Dieu, à

PENSÉE

PENSÉE
PENSÉE Il y a un an, le 2 février 2013, était rappelé à Dieu, à l’âge
PENSÉE Il y a un an, le 2 février 2013, était rappelé à Dieu, à l’âge
PENSÉE Il y a un an, le 2 février 2013, était rappelé à Dieu, à l’âge
PENSÉE Il y a un an, le 2 février 2013, était rappelé à Dieu, à l’âge
PENSÉE Il y a un an, le 2 février 2013, était rappelé à Dieu, à l’âge
Il y a un an, le 2 février 2013,

Il y a un an, le 2 février 2013,

était

rappelé à

Dieu, à l’âge de 74 ans, notre cher et regretté

Dieu, à l’âge de 74 ans, notre cher et regretté

Boulefaâ

Boulefaâ

Mohamed

Mohamed
Son beau-frère Toufik prie tous ceux qui l’ont connu, apprécié et aimé d’avoir une pieuse
Son beau-frère Toufik prie tous ceux qui l’ont connu, apprécié et aimé d’avoir une pieuse

Son beau-frère Toufik prie tous ceux qui l’ont connu, apprécié et aimé d’avoir une pieuse pensée à sa mémoire. Qu’Allah le Tout-Puissant lui accorde Sa Sainte Miséricorde et l’accueille dans Son Vaste Paradis. « Inna lillah oua inna ilayhi radjioûne. »

El Moudjahid /Pub du 02/02/2014

El Moudjahid/Pub du 02/02/2014

El Moudjahid /Pub du 02/02/2014

CONDOLEANCES

Le Président, le membre du Directoire, les cadres et l'ensemble du personnel de la Société de Gestion des Participations Chimie Pharmacie «GEPHAC-Spa», très affectés par le décès de la sœur de leur collègue Monsieur KHARZI Mourad, lui présentent ainsi qu'à toute sa famille leurs condoléances les plus attristées et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accueille la défunte en Son Vaste Paradis et lui accorde Sa Sainte Miséricorde. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 200425 du 02/02/2014

CONDOLEANCES

Le Président-Directeur Général, les Directeurs Généraux Adjoints, les Directeurs Centraux, les représentants des travailleurs et l'ensemble du personnel de la C.A.A.R, très affectés par le décès de la sœur de notre collègue M elle MEBARKI Souad, Directrice de l'Administration des Moyens, présentent à toute sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant lui accorde Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. « A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 104512 du 02/02/2014

 

Demandes d’emploi

 

J.H. 27 ans, ingénieur d’application bâtiment avec expérience, cherche emploi. Tél. : 0662 10.86.88 - 0554-81-97-31

 

——o0o——

J.F. 23 ans, cherche emploi comme secrétaire, agent de saisie, diplômée en informatique Tél. : 0558-31-73-26

 

——o0o——

Jeune âgé de 23 ans, habite à Alger, licencié en sciences de gestion, spécialité finances ; 6 mois d’expérience à Hydro-Aménagement de Rouiba, cherche emploi dans le domaine (étatique ou privé). Tél. : 0550-17-31-71

 

——0o0——

JH 29 ans, TS en froid industriel et climatisation SN accompli, cherche emploi dans le domaine ou autres.

 

Tél.: 0550-70-51-26 Tél. : 0554-68-57-58

——0o0——

Jeune fille cherche emploi dans le domaine

archéologie (musée) ou bien dans un autre domaine. Tél.: 0797-83-12-85

 

——0o0——

J.H. 34 ans cherche emploi dans un café ou restaurant comme plongeur au niveau d’Alger. Tél. : 0794-89-98-60

El Moudjahid/Pub du 02/02/2014

 
Groupe Industriel des Productions Laitières GIPLAIT Laiterie-Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA Société par actions au

Groupe Industriel des Productions Laitières GIPLAIT

Laiterie-Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA Société par actions au capital de : 550.740.000 DA Siège Social : cité Benadjel 35400 Boudouaou - Boumerdès

Siège Social : cité Benadjel 35400 Boudouaou - Boumerdès Avisd’infructuosité La Laiterie-Fromagerie de Boudouaou

Avisd’infructuosité

La Laiterie-Fromagerie de Boudouaou «LFB» informe les soumissionnaires ayant participé au 2 ème appel d'offres national et international n° 22/2013, relatif à la fourniture de deux (02) lots séparés :

Lot n°01 : 3.000.000 de boîtes métalliques de 100 g destinées au conditionnement du fromage fondu stérilisé ; Lot n° 02 : 2.000.000 de boîtes métalliques de 200g destinées au conditionnement du fromage fondu stérilisé ; Paru dans les quotidiens nationaux :

Echaâb, El Moudjahid le 26/ 11/2013 et le BOMOP le 24/11/2013 est déclaré infructueux

El Moudjahid/Pub

ANEP 200392 du 02/02/2014

Groupe Industriel des Productions Laitières GIPLAIT Laiterie-Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA Société par actions au

Groupe Industriel des Productions Laitières GIPLAIT

Laiterie-Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA Société par actions au capital de : 550.740.000 DA Siège Social : cité Benadjel 35400 Boudouaou - Boumerdès

Siège Social : cité Benadjel 35400 Boudouaou - Boumerdès Avisd’attributionprovisoire La Laiterie-Fromagerie de

Avisd’attributionprovisoire

La Laiterie-Fromagerie de Boudouaou « LFB » informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'avis d'appel d'offres national et international n° 10/2013 relatif à la fourniture d'une baratte de crème fraîche avec malaxeur de beurre, paru sur les quotidiens nationaux : El Moudjahid, Echaâb et le BOMOP du 04/08/2013 ; qu'à l'issue de l'analyse des offres techniques et financières, conformément aux critères prévus dans le cahier des charges, le marché est attribué provisoirement à l'entreprise ci-dessous :

Entreprise

Note globale attribuée

/100

Montant de l'offre en TTC

Observation

FRAU IMPIANTI

95,50

2.955.561,84 DA

Moins-disant

Conformément aux dispositions des articles 114 et 125 du décret présidentiel n° 10-236 du 07/10/2010 modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, tout soumissionnaire contestant le choix opéré peut introduire un recours dans les dix (10) jours qui suivent la date de la publication de l'avis d'attribution provisoire aux quotidiens nationaux sus-cités. Les soumissionnaires qui souhaitent prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation de leurs offres techniques et financières peuvent se rapprocher du bureau des marchés de la LFB, au plus tard dans un délai de trois (03) jours à compter de la première publication du présent avis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 200391 du 02/02/2014

Groupe Industriel des Productions Laitières GIPLAIT Laiterie-Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA Société par actions au

Groupe Industriel des Productions Laitières GIPLAIT

Laiterie-Fromagerie de Boudouaou - LFB/SPA Société par actions au capital de : 550.740.000 DA Siège Social : cité Benadjel 35400 Boudouaou - Boumerdès

Siège Social : cité Benadjel 35400 Boudouaou - Boumerdès Avisd’attributionprovisoire La Laiterie-Fromagerie de

Avisd’attributionprovisoire

La Laiterie-Fromagerie de Boudouaou «LFB» informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'avis d'appel d'offres national et international n° 25/2013 relatif à la fourniture de 700 tonnes de fromage cheddar, paru sur les quotidiens nationaux : El Moudjahid, Echaâb du 25/11/2013 et le BOMOP du 24/11/2013. Qu'à l'issue de l'analyse des offres techniques et financières, conformément aux critères prévus dans le cahier des charges, le marché est attribué provisoirement à l'entreprise ci-dessous :

Entreprise

Note globale attribuée

/100

Montant de l'offre en TTC

Observation

Conformément aux dispositions des articles 114 et 125 du décret présidentiel n° 10-236 du 07/10/2010 modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, tout soumissionnaire contestant le choix opéré peut introduire un recours dans les dix (10) jours qui suivent la date de la publication de l'avis d'attribution provisoire aux quotidiens nationaux sus-cités. Les soumissionnaires qui souhaitent prendre connaissance des résultats détaillés de l'évaluation de leurs offres techniques et financières peuvent se rapprocher du bureau des marchés de la LFB, au plus tard dans un délai de trois (03) jours à compter de la première publication du présent avis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 200390 du 02/02/2014

FONTERRA

100

196.141.275 DA

Moins-disant

Dimanche 2 Février 2014

Sports

30

EL MOUDJAHID

EQUIPE NATIONALE

Belfodil pour six mois à Livourne

Ishak Belfodil s’est enfin casé. L’attaquant algérien de l’Inter de Milan (Série A, Italie) a attendu le dernier moment pour officialiser son départ de Milan.

L e jeune joueur de 21 ans, très appré- cié en Italie, avait,

il faut le dire, l’embarras du choix, puisqu’ils étaient pas moins de cinq clubs à l’arrivée à s’arra- cher ses services. Si Queens Park Rangers était déjà hors course, les clubs n’ayant jamais réussi à s’entendre sur le montant de la transac- tion, d’autres clubs ita- liens étaient sur les rangs. Finalement, c’est Li- vourne, un petit bras de la série A, qui concluait déjà pendant la semaine l’arrivée de Djamel Mes- bah sous forme de prêt, qui a remporté la «ba- taille» Belfodil. Le club italien, qui joue sur sa survie en série A, a consenti de débourser la coquette somme de 400.000 euros, 200.000 pour l’inter, autant pour Parme, pour s’offrir les services de Belfodil jusqu’à la fin de la sai-

les services de Belfodil jusqu’à la fin de la sai- son, sans option d’achat. En outre,

son, sans option d’achat. En outre, Livourne s’est engagé à assurer le sa- laire de l’Algérien durant les six mois à venir, un effort que le FC Bologne par exemple a refusé de consentir. Ishak Belfodil a donné dès le départ son OK pour rejoindre Li- vourne, le joueur ayant reçu des garanties de jouer, la principale raison qui l’a poussé à quitter l’Inter qu’il a rejoint cet

été en provenance de Parme AC. Il est le sixième inter- national algérien à choi- sir de partir à la recherche de temps de jeu. Djebbour, Ghoulam, Mesbah, Med- jani et Yebda ont tous ali- menté la gazette du mercato hibernal. Le message de Vahid Halil- hodzic a été, a priori, reçu cinq sur cinq ! A. Benrabah

MATCH AMICAL ALGÉRIE-SLOVÉNIE

Coup d'envoi à 18h00

Le match amical international entre l'équipe nationale de football et son ho- mologue slovène, prévu le 5 mars pro- chain au stade Mustapha-Tchaker de Blida, débutera à 18h00, a annoncé ven- dredi la fédération slovène (NZS) sur son site officiel. Cette rencontre entre dans le cadre de la préparation des Verts pour la coupe du Monde 2014 au Brésil (12 juin-13 juillet). La Slovénie, non qualifiée pour la coupe du Monde, va préparer les éliminatoires de l'Euro 2016, dont la phase finale aura lieu en France. L'équipe algérienne devra disputer deux autres matches amicaux, contre des adversaires à déterminer, le 31 mai, à Blida, et le 5 juin à l'étranger. Après l'Algérie, la Slovénie enchaînera avec deux autres tests, le 4 juin face à l'Uru- guay à Montevideo, et le 7 juin devant l'Argentine, à Buenos Aires. Lors du mon- dial, l'Algérie évoluera dans le groupe H, avec la Belgique, la Russie, et la Corée du Sud.

NAPLES

Premier entraînement de Faouzi Ghoulam

Le défenseur international algérien Faouzi Ghoulam, qui vient de s'engager en faveur de Naples jusqu'en 2018, en pro- venance de Saint -Etienne, a effectué ce vendredi sa première séance d'entraîne- ment sous les couleurs de son nouveau club, a indiqué le site officiel du SSC Na- ples. «Les deux nouvelles recrues de Na- ples ont travaillé au Centre Technique de Castel Volturno», a précisé la même source. Les deux joueurs ont effectué la séance d'entraînement sous la direction du préparateur physique Paco de Miguel. L'ex-latéral gauche stéphanois a rejoint Naples pour une transaction estimée à près de 6 millions. Ghoulam pourrait effectuer ses grands débuts dans le championnat d'Italie de série A aujourd’hui dimanche, à l'occasion du déplacement de Naples à Bergame pour affronter Atalanta pour le compte de la 20 e journée. Naples occupe actuellement la 3 e place en championnat avec 44 points, à 12 longueurs du leader Juventus.

UDINESE

Yebda effectuera son baptême de feu contre Fiorentina

Le milieu de terrain algérien Hassan Yebda, fraîchement prêté par le FC Gre- nade (Liga espagnole) à l'Udinese (Serie A), devrait effectuer ses grands débuts avec son nouveau club le 4 février pro- chain, à l'occasion de la réception de Fio- rentina, en demi-finale aller de la Coupe d'Italie, selon l'entraîneur Guidolin. «Yebda se remet d'une légère blessure. Il va rester à Udinese pour travailler afin d'être prêt pour la demi-finale de la Coupe d'Italie contre Fiorentina», a dé- claré Francesco Guidolin, vendredi lors d'une conférence de presse. En attendant le match de Coupe, Udinese affronte Bo- logne samedi soir au stade Renato Dal- lara à Bologne pour le compte de la 20 e journée du championnat d'Italie de série A. Pour cette rencontre du championnat, le coach Guidolin a retenu 23 joueurs dont huit milieux de terrain, mais pas Yebda. Interrogé sur la nouvelle recrue algérienne, le coach italien n'a pas tarit d'éloges sur le milieu de terrain des Verts. "Je me souviens quand il jouait à Naples il y a de cela trois ans. Il avait

quand il jouait à Naples il y a de cela trois ans. Il avait réussi une

réussi une bonne saison. Je l'ai perdu de vue, je sais qu'il se remet d'une légère blessure", a t-il dit. Yebda (30 ans) avait rejoint le FC Grenade en 2011, mais sans pouvoir s'imposer régulièrement avec le club andalou, en raison de ses blessures à répétition. Le numéro 20 algérien es- père se relancer en Italie en vue du mon- dial-2014 au Brésil.

TRANSFERT

Tremoulinas (Dynamo Kiev) à titre de prêt à Saint-Etienne pour remplacer Ghoulam

Le défenseur français Benoît Trémoulinas a été prêté jusqu'à la fin de la sai- son par le Dy- namo Kiev (1 re div. ukrainienne) à l'AS Saint- Etienne (1 re div. française), a an- noncé le club stéphanois. Agé de 28 ans, Trémoulinas, formé à Bordeaux, où il a été champion de France en 2009 et vainqueur de la Coupe de France en 2013, revient en France six mois après son transfert au Dynamo. Il compte 2 sélections en équipe de France. Il remplace au poste d'arrière gauche Faouzi Ghoulam, qui a signé à Naples pour un transfert de 6 millions d'euros environ. Par ailleurs, le milieu international français Josuha Guilavogui, transféré par Saint-Etienne à l'Atletico Madrid fin août pour 11 millions d'euros, va retrouver son ancien club sous forme de prêt. Il passait ce vendredi après-midi sa visite médicale à Saint-Etienne avant que le prêt, jusqu'à la fin de la saison, ne soit finalisé dans la foulée.

Sollicité par la Belgique, Januzaj devrait opter pour l'Angleterre

Le jeune mi- lieu de terrain de Manchester Uni- ted (Premier League anglaise) de football, Adnan Januzaj, sollicité par la Belgique en vue de la coupe du Monde 2014 au Brésil (12 juin- 13 juillet), devrait opter pour la sélection anglaise, rapporte vendredi le tabloïd anglais, The Sun. La Fé- dération anglaise de football a fait le forcing pour convaincre Adnan Januzaj de choisir la sélection d'Angleterre. Et à en croire la même source, ses ef- forts ont été récompensés. Le talentueux ailier du club mancunien défendra le maillot des "Three Lions". Il reste tout de même un problème à résou- dre. Selon la législation au Royaume-Uni, Januzaj ne pourra porter le maillot anglais qu'en 2018. La "Football Association" essaye de trouver une issue de secours pour arranger cette affaire. Né à Bruxelles, Adnan Januzaj (19 ans) possède multiples nationalités et pourrait devenir belge, mais est aussi joueur potentiel pour le Kosovo, la Bosnie, la Serbie, la Croatie, la Turquie, et l'Angleterre. Le sélection- neur de la Belgique, Marc Wilmots, s'est déjà déplacé en Angleterre pour essayer de convaincre le joueur d'opter pour les "Diables rouges". Le coach belge semble suivre en personne Januzaj, pétri de qualités, dans le but de le convaincre de défendre les couleurs belges lors de la prochaine coupe du Monde. Lors de la coupe du Monde -2014, la Belgique évoluera dans le groupe H aux côtés de l'Algérie, de la Russie et de la Corée du Sud.

de l'Algérie, de la Russie et de la Corée du Sud. AS RADIEUSE La caravane de
de l'Algérie, de la Russie et de la Corée du Sud. AS RADIEUSE La caravane de

AS RADIEUSE

La caravane de solidarité à Ghardaïa

La caravane de la Radieuse, menée par son président, Chafi Kada, accompagné de deux de ses membres d’honneur, l’ancien ar- bitre international Mohamed Hansal et l’an- cien gardien de but international Nacer Benchiha ainsi que certains jeunes adhé- rents, a marqué le mouvement de solidarité en se rendant, jeudi dernier, dans la capitale du M’Zab. La Radieuse s’était rendue auprès des familles des victimes des regrettables in- cidents survenus ces dernières semaines. Un hommage posthume a ainsi été rendu à Ke- baïli Belhadj et Salah Khaled, dans une cé- rémonie pleine d’émotion, qui s’est déroulée au siège de la daïra, en présence d’une foule de citoyens et au cours de laquelle les proches des victimes et les présents n’ont pu retenir leurs larmes. La Radieuse a offert aux deux familles des Omra pour les lieux saints de l’Islam et des aides financières. Un geste, qui tente d’atténuer la peine des parents des victimes et qui a été d’autant apprécié par les présents, que la Radieuse est la seule asso- ciation du mouvement sportif national à

est la seule asso- ciation du mouvement sportif national à avoir pris cette initiative et marquer

avoir pris cette initiative et marquer sa pré- sence, dans l’intérêt du pays et de sa jeu- nesse. Chafi Kada et les siens ont rencontré aussi les dirigeants, les joueurs et les suppor- ters des deux clubs de football de la localité de Grara d’où ont commencé les évène-

ments. La Radieuse a pu les réconcilier en les réunissant dans une atmosphère de calme et de paix. Cette cérémonie s’est achevée par une photo souvenir représentant les joueurs, les dirigeants et les supporters des deux formations. La même opération s’est

déroulée à Berriane, localité qui a connu des incidents analogues. La dernière étape de la visite de la Radieuse a été la sensibilisation des élèves du lycée Moufdi-Zakaria, où cette association, que sa notoriété avait précédé, a été reçue chaleureusement. Une rencontre fraternelle avec les lycéens a permis à ces derniers de comprendre que le plus impor- tant pour eux est de se consacrer exclusive- ment à leurs études et de s’éloigner des problèmes qui perturbent leur vie et celle de la société. Signalons que la Radieuse a offert des équipements sportifs partout où elle est passée et qu’elle a organisé cette opération de solidarité en collaboration avec la Sûreté et la Gendarmerie nationales. Avant son retour, la Radieuse a promis aux habitants de Ghardaïa, et en particulier à ses jeunes, d’être présente à chaque évène- ment qui s’y déroulera. Voilà un autre geste positif de cette asso- ciation, qui n’a pas hésité à faire 2000 km pour sceller l’amitié et la fraternité entre les jeunes Algériens.

Dimanche 2 Février 2014

Sp o rt s

EL MOUDJAHID

31

E n effet, dès la 5 e minute de jeu Rial parvient à trom- per la vigilance du portier

des Rouge et Noir » d’un coup franc des 60 m. Le défenseur central des Ca- naris a vu que Mansouri, qui rem-

place

Zemmamouche (suspendu) était très avancé par rapport à sa ligne. Dans la foulée, Zaabia d’un joli heading manque de peu le cadre. Les camarades de Khoualed reviennent dans le match et se montrent plus dangereux. Ainsi, a la 29 e minute Meftah remet les deux équipe a égalité, en transfor- mant un penalty jugé généreux accordé par l’arbitre de la rencon- tre, M. Amalou. La faute de Benlamri sur Kou- dri était à l’extérieur de la surface de réparation. Les Usmistes continuent de presser et Zyaya voit son tir repoussé par le poteau

cage

dans

la

Le match avancé, entre le MCee et le CABBA, au stade Messaoud Zeghar, a tenu toutes ses promesses puisque le public, qui a fait le déplacement, a quitté le stade assez satisfait. Les fans locaux n'ont pas manqué de fêter la vic- toire des leurs et ce, malgré le froid qui a sévi ce jour. Les remplaçants ont été même obligés de se couvrir par de « chaudes couvertures » pour éviter de se geler. Dans ce derby des hauts plateaux tout s'est décidé durant le premier quart d'heure. en effet, les eulmis n'ont pas at- tendu longtemps avant d'ouvrir la marque sur une tête de Zeghidi dès la 5e minute. Certes, les poulains du fran- çais Jules Accorci, qui venait tout juste de prendre en main les des- tinées du club, ont bien entamé le match avant de retomber dans leurs travers. Les meilleures opportunités sont à mettre à l'actif des locaux qui ont dominé comme il se doit leurs vis à vis du jour. Les pou- lains de Mustapha Biskri ont eu un mal fou pour rentrer dans le

L’USMBA, grâce à sa belle vic- toire face à l’USC (2-0), occupe seul la tête du classement de la Ligue 2, soit une excellente opéra- tion pour les gars de Bira qui confirme leur bonne santé cette sai- son. pour leur part, les Asémistes sont allés chercher un précieux match nul face aux Cabistes (0-0), qui n’arrivent pas à sortir la tête de l’eau. Un résultat qui permet aux oranais de consolider leur seconde place en championnat. Autre bonne affaire que celle réalisée par l’USMB, qui en battant l’oM dans le derby de la Mitidja, affiche ses prétentions d’accession en poin- tant, elle aussi à la 2 e place, au grand bonheur de ses incondition- nels. Le WAt et le NAhD trébu- chent. Le premier face à l’ASK (1-0) en déplacement, le second en se faisant contre toute attente ac- croché par le MSpB (0-0). Le MCS, qui est venu à bout de l’USMMh (2-1), se repositionne au milieu du tableau en attendant mieux, alors que hadjout frôle la zone rouge. L’ABM et l’ABS qui

D ans la lucarne
D ans la lucarne
D ans la lucarne
D

D

D ans la lucarne
D ans la lucarne

ans la lucarne

D ans la lucarne

Le professionnalisme face aux attentes des clubs

Les clubs professionnels ne cessent de gesticuler et de crier sur tous les toits que

leur situation est très difficile. Ils sollicitent ni plus ni moins l’intervention des pouvoirs publics afin de leur permettre de « vivoter » comme il se doit. Il est certain que les moyens financiers demeurent leur souci permanent d’où le fait qu’on demande à ce que leur club soient pris en main par des entreprises publiques à l’instar de Sonatrach avec le MCA. Mobilis, l’opérateur de téléphonie mobile pourrait lui aussi jouer le rôle attendu de lui par tous. Il est en train de sponsoriser certains clubs de Ligue1, mais nos clubs sont, le moins que l’on puisse dire, trop gourmands. Ils veulent être pris en charge par des entreprises nationales comme ce fut le cas durant 1997 avec l’application de la réforme sportive après la mise sur pied du code de l’EPS de 1976. Ce vœu pourrait-il aboutir ? Il y a lieu d’émettre des doutes eu égard aux difficultés actuelles de ces entreprises. Elles ne peuvent pas s’encombrer par de nouvelles dépenses, surtout que nos clubs sont devenus très « budgétivores ». Leur masse salariale et si importante que la FAFa projeté récemment de plafonner les salaires des joueurs afin d’amortir un peu plus leurs dépenses. C’est une décision ferme et sans équivoque qui sera applicable dès la saison 2014/2015. Certes, elle a suscité quelques mécontentements auprès des joueurs, mais a-t-on l’embarras du choix ? Nos clubs veulent aussi que l’Etat les accompagne dans la construction de

centres de formation avec un apport de 100%, ainsi que d’autres actions liées à cette opération visant la consolidation du professionnalisme chez nous. Les clubs pour rendre leurs revendications viables ont voulu organiser une réunion express pour créer leur association qui aura pour but de défendre leurs intérêts. Finalement, elle a été reportée, eu égard au fait qu’une autre réunion plus importante va avoir lieu le 9 février courant avec le ministre de la Jeunesse et des Sports, Mohamed Tahmi. Le premier responsable du secteur aura certainement à les rassurer quant aux engagements de l’Etat à leur égard. On ne le dira jamais assez, des carences existent concernant la façon dont ce nouveau système de compétition est appliqué chez nous, mais il faut dire qu’il y a aussi de bonnes choses qui ont été accomplies jusqu’ici. Il appartient aux clubs de faire des efforts au niveau de leur gestion pour ne pas « dilapider » l’argent du contribuable. Ce que nous constatons aujourd’hui reste le fait que beaucoup de clubs veulent vivre au dessus de leurs moyens et cela n’est plus possible, car autre que les

dépenses quotidiennes, il leur est fait

actuellement obligation de payer

leurs impôts, ce qui a rendu leur

situation encore plus difficile, et

c’est ce qui rendra très incontournable le conclave du 9

février avec M. Mohamed Tahmi. Ils sont contraints de faire des propositions qui soient les plus raisonnables possibles. Qu’on le veuille ou non, le professionnalisme est un choix irréversible. hamid gharbi

35 m fait retentir le poteau gauche de Mansouri, visiblement mal à l’aise dans les balles arrê- tées. De retour des vestiaires, les locaux affichent clairement leurs intentions. Benmoussa s’illustre en trouvant le poteau droit d’As- selah sur coup franc. 59 e minute, Zyaya profite d’une mauvaise re- lance de Rial pour donner l’avan- tage à son team en fusillant à bout portant le portier de la JSK. 73 e minute, Zyaya, encore lui, ag- grave la marque en reprenant un centre de Ferhat. Les poulains d’Ait Djoudi ne baissent pas les bras. Rial, dans les arrêts de jeu réduit la marque en transformant un penalty. A la fin du match, les Canaris on contesté l’arbitrage de M. Amalou qui les a privés d’un penalty flagrant de Mansouri sur Si Salem. Rédha M.

Dès le retour des vestiaires, les poulains d'Accorci bénéficieront d'un penalty évident suite à une faute de main en pleine surface de Yaya. hemitti le tirera en l'air (48'). il l'a mal tiré. La seconde mi-temps, nous conviera à un

match équilibré, même si De- rardja trouvera la transversale sur un tir des 25 m. Les Bordjis ne reviendront pas au score. Une défaite, la 4e consé- cutive, qui risque de provoquer la "descente aux enfers" des Jaune et Noir, eux qui n'ont que 13pts après 17 journées. C’est très peu

! La situation des Bordjis devient

intenable. Le MCee, par contre, après ce succès, aussi étriqué soit- il, a sensiblement amélioré son classement avec ses 25pts. il est désormais dans la cour des grands en attendant des jours meilleurs. Les eulmis avecAccorci pourront encore surprendre. il faudra compter avec eux à l'avenir. Hamid Gharbi

Résultat MCee - CABBA 1 - 0

ChAMpioNNAt pRoFeSSioNNeL De LigUe i

USMA 3- JSK 2

L’arbitre à l’index

L’USM Alger conserve sa position de leader après sa victoire, hier, au stade de Bologhine, sur la JSK (3-2). Dans cette partie équilibrée dans l’ensemble se sont les visiteurs qui se sont mis évidence en premier.

Ph. T. Rouabahti
Ph. T. Rouabahti

gauche d’Asselah. Les joueurs des deux équipes se rendent alors

coup pour coup. Juste avant la pause, Yesli d’un coup franc des

pour coup. Juste avant la pause, Yesli d’un coup franc des match eux qui étaient sérieuse-

match eux qui étaient sérieuse- ment gênés par la grande dé- bauche d'énergie des camarades de Derardja. Ce dernier a été accrédité d'une prestation de premier plan puisqu'il était sur tous les bons coups eulmis. il a le « déborde- ment « » facile. Ce qui lui a per- mis de poser énormément de difficultés aux défenseurs bordjis. Certes, les occasions des visiteurs

sont très "maigres" pour ne pas dire insignifiantes, mais ils ont raté la possibilité de revenir au score lorsque l'arbitre Bachiri leur a accordé un penalty suite à une faute sur Yaya. Chargé de son exécution, Ali guechi verra son tir dévié par ousserir (24'). De- puis ce ratage, les Bordjis sorti- ront la tête de l'eau en tentant de revenir à la hauteur des eulmis, mais sans succès.

de revenir à la hauteur des eulmis, mais sans succès. se sont neutralisés (1-1), n’amélio- rent

se sont neutralisés (1-1), n’amélio- rent pas leur classement et doivent encore cravacher dur pour se tirer d’affaire, d’ici la fin de saison, puisqu’ils occupent conjointement la 10 e place. Rien ne va plus à l’USMAn, qui a été tenue en échec contre toute attente par la lanterne rouge l’eSM, de surcroit at-home

(0-0), sombrant à la 13 e position du classement, soit à une seule marche de la zone rouge. en somme, cette journée a été profitable au trio de tête qui veut marquer son territoire, alors que les mal-classés continuent de manger leur pain noir… Mohamed-Amine Azzouz

MAtCh AvANCé De LA 17 e JoURNée

Les Eulmis remportent le derby des hauts plateaux

LigUe 2 (17 e JoURNée)

L’USMBA, l’ASMO et l’USMB s’accrochent aux premières loges

 

Résultats

 

USMB - oM ABM- ABS ASK- WAt MCS- USMMh NAhD- MSpB USMAn- eSM CAB - ASMo USMBA- USC

2-0

1-1

1-0

2-1

0-0

0-0

0-0

2-0

 

Classement :

 

Pts

J

1 . USMBA

32

17

2 . ASMo30

17

. USMB

30

17

4

. WAt

26

17

. USC

26

17

—. NAhD

26

17

7

. oM

24

17

—. ASK

24

17

—. MCS

24

17

10 ABM

21

17

—. ABS

21

17

12. USMMh

20

17

13. USMAn

19

17

14. CAB

17

17

15. MSpB1

6

17

16. eSM

8

17

13. USMAn 19 17 14. CAB 17 17 15. MSpB1 6 17 16. eSM 8 17

Dimanche 2 Février 2014

MON N A IE L'euro à 1.348 $
MON N A IE
L'euro à 1.348 $
D E R N I E R E S

D E

R N

I

E

R E

S

D E R N I E R E S
PÉTROLE Le Brent à 106.42 dollars
PÉTROLE
Le Brent
à 106.42
dollars

ÉVÈNEMENTS DE GHARDAÏA

M. Ksentini appelle au dialogue « fraternel » et à la « réconciliation » des égaux

Le président de la Commission nationale consultative de protection et de promotion des droits de l’homme (CNCPPDH), Farouk Ksentini, a appelé, hier, au dialogue «fraternel» et à la «réconciliation» des égaux à Ghardaïa, suite aux incidents survenus récemment dans cette wilaya.

« L a CNCPPDH ap- pelle solennelle- ment au dialogue

fraternel et à la réconciliation

des égaux. Tous ceux qui dans un moment de fébrilité ont pu oublier que l’Algérie est le pays de tous ces enfants et qu’il le restera jusqu’à la fin des temps, en dépit de toutes les vicissi- tudes et autres conspirations vi- sant à la désunion nationale»,

a affirmé M. Ksentini dans un

communiqué transmis à l’APS. «Quel que soit le rite aux- quel ils appartiennent, quelle que que soit leur lointaine ori- gine ethnique, tous les habi- tants de la région du M’zab et de Ghardaïa sont des musul- mans, à la fois nos compatriotes et nos coreligionnaires», a encore souligné le président de la CNCPPDH. De ce fait, le peuple algérien dans son unanimité, a-t-il ajouté, «n’admet- tra aucune violence ni aucune discrimi- nation à l’encontre de ces populations dont il est du droit le plus strict de vivre en paix et en toute sécurité quant à leurs personnes et à leurs biens». «Ceci alors surtout que du rang des- quelles est issu, faut-il le rappeler, Mufdi Zakaria, ce héro national et ce poète épique dont les écrits ont la vo- cation de l’éternité», a soutenu M. Ksentini. Il a rappelé enfin que l’Algérie «est le pays de tous ses enfants et qu’il le restera jusqu’à la fin des temps, en dépit de toutes les vicissitudes et autres conspirations visant à la désunion na- tionale». Le président de la CNCPPDH avait

désunion na- tionale». Le président de la CNCPPDH avait déclaré, jeudi àAlger, lors d’une confé- rence

déclaré, jeudi àAlger, lors d’une confé- rence de presse consacrée à la présen- tation de conclusions d’une étude sur «les flux migratoires vers, à partir et à travers l’Algérie», que les incidents survenus récemment à Ghardaïa n’avaient aucun lien avec les droits de l’homme. Il avait alors affirmé que les ten- sions que Ghardaïa a connues «ne sont pas d’origine religieuse ni idéologique, et n’ont aucun lien avec les droits de l’homme». «Il s’agit de simples heurts entre voisins», avait soutenu M. Ksen- tini, soulignant toutefois la nécessité d’endiguer un tel phénomène. «Certes, il faut punir les auteurs de dépassements, si dépassements il y a, dans le cadre de la justice», avait en- core considéré le président de la CNCPPDH qui avait émis le vœu que cette wilaya retrouve la stabilité. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, avait présidé, à Ghardaïa, la cé-

lébration officielle du Maoulid Ennabaoui dans le cadre des démarches entreprises afin d’apporter les solutions appropriées auxquelles aspirent les ci- toyens pour restaurer la quiétude et la sérénité à Ghardaïa après les échauf- fourées entre jeunes enre- gistrées la fin de l’année dernière dans plusieurs de ses quartiers de la ville. Sur instruction du Chef de l’État, Abdelaziz Boute- flika, le Premier ministre s’est impliqué personnel- lement dans la recherche d’une solution définitive à

ces incidents récurrents entre groupes de jeunes dans la wilaya. Le Premier ministre avait reçu, au

début du mois de janvier, une déléga- tion de citoyens représentant les com- munautés ibadite et malékite de Ghardaïa, afin de mettre fin aux ten-

sions qu’a connues cette wilaya, les dernières semaines de l’année dernière.

À l’issue de cette rencontre, plusieurs

décisions ont été prises afin de permet- tre le retour à la normale à Ghardaïa, notamment la création au niveau des communes touchées d’un conseil de sages, un «espace d’arbitrage et de conciliation» sur la base de la «coexis- tence harmonieuse et pacifique» ances- trale qui prévalait dans cette wilaya. M. Sellal avait également indiqué, lors de sa dernière visite à Blida, qu’«il n’y a aucun problème entre les rites ibadite et malékite», précisant que les deux écoles étaient «proches».

GRÈVE DANS L'ÉDUCATION

Le ministère de tutelle réaffirme son engagement à tenir ses promesses

PARLEMENT ARABE

Appel à la promotion des droits de la femme dans la prise de décision

Le président du Parlement arabe Ahmed Al-Jarouane a souligné l'importance d'une participation active de la femme arabe dans le domaine politique pour promouvoir ses droits à la candidature aux cercles de prise de décisions et aux postes de responsabilité. Intervenant à l'ouverture, hier, du 2 e atelier sur les droits politiques de la femme arabe, organisé par le Parlement arabe, M.Al-Jarouane a indiqué que "le Par- lement arabe œuvre à l'élaboration d'un texte sur les droits de la femme arabe devant servir de cadre juridique et de ré- férence en matière de promulgation de lois. Ce texte qui doit être adopté, a-t-il ajouté, à l'unanimité par l'ensemble des Parlements arabes, doit respecter les spécificités culturelles et civilisationnelles de la femme arabe". "Nous nous attelons dans le Parlement arabe à souligner le rôle de la femme, no- tamment sa participation active dans le processus démocra- tique dans plusieurs pays arabes", a-t-il soutenu ajoutant que "la promulgation de ce texte est confiée à la femme elle- même à travers un atelier auquel participe la directrice du département des affaires de la famille et de la femme à la Ligue arabe, Inas Makawi ainsi que des représentants d'or- ganisations arabes chargées des affaires de la femme des droits de l'homme. Cet atelier de deux jours qui porte sur l'examen des thèmes élaborés par des experts et spécialistes du monde arabes, s'inscrit dans le cadre des préparatifs à la conférence sur la condition de la femme.

INTEMPÉRIES

La Protection civile intervient pour dégager les routes enneigées à l'est

intervient pour dégager les routes enneigées à l'est Les unités de la Protection civile ont intervenu

Les unités de la Protection civile ont intervenu durant les deux derniers jours pour dégager des routes obstruées par la neige, notamment dans des wilayas de l'est du pays, a indi- qué, hier, la direction générale de ce corps constitué dans un communiqué. Il s'agit, notamment, des wilayas de Batna, Khenchla et Tébessa, a précisé la même source, ajoutant que des per- sonnes, bloquées par la neige, ont été secourues par les ser- vices de la Protection civile. Concernant la wilaya de Batna, 5 personnes à bord de leur véhicule ont été sauvées par des éléments de la Protection civile au lieu-dit «Afane», com- mune d'Ouled Taga, et une autre personne à bord de son vé- hicule a été sauvée au lieu-dit Boulaghmane, commune de Taouzient, a-t-on indiqué dans ce communiqué.

Le ministère de l'Éducation natio-

nale a réaffirmé, hier, son engagement

à tenir les promesses faites aux diffé-

rents partenaires sociaux et contenues dans les procès-verbaux signés avec ces derniers, plus précisément celles consignées dans le dernier procès-ver- bal rendu public suite au préavis de grève lancé par l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la for- mation (UNPEF), et d'autres syndicats. "Le ministère de l'Éducation natio- nale demeure fidèle à ses engagements et appelle l'Union qui s'entête à pour- suivre la grève illégale à s'armer de pa- tience, car toutes ses revendications ont été prises en charge, notamment en ce qui concerne l'intégration des ensei- gnants du primaire et du moyen ayant suivi une formation dans le cadre de la convention conclue entre les ministères de l'Éducation et de l'enseignement su- périeur ou ceux justifiant d'une licence au grade d'enseignant principal et en- seignant formateur", indique un com- muniqué du ministère. Dans ce contexte, le ministère a rappelé ses promesses de valoriser l'an- cienneté des enseignants du technique après leur désignation en qualité d'en- seignants du secondaire, précisant que cette question "sera mise en application au niveau des directions de l'éducation dès l'ouverture des affectations budgé- taires au titre de l'exercice 2014, soit

vers la fin mars ou le début avril". Après avoir rappelé ses engage-

ments concernant l'examen des autres revendications en coordination avec les services concernés, le ministère a qua- lifié d'"incompréhensible", la position de l'organisation syndicale qui "ne croit pas en un procès-verbal qu'elle a signé, et demande, en revanche, un document écrit auprès des services du Premier ministre". L'UNPEF avait entamé, le 26 jan- vier, une grève ouverte et renouvelable pour revendiquer "la généralisation du principe d'intégration des enseignants du secondaire aux grades d'enseignant principal et enseignant formateur aux enseignants des autres cycles (primaire et moyen), en consécration du principe d'équité" entre les enseignants des trois cycles. Concernant les autres revendica- tions exigeant l'intervention d'autres secteurs, l'UNPEF a exigé des engage- ments écrits. De son côté, le Syndicat national autonome des professeurs de l'ensei- gnement secondaire et technique (SNAPEST) a décidé de reconduire le mouvement de grève de trois jours les 3, 4 et 5 février (lundi, mardi et mer- credi), sachant qu'il avait appelé à un mouvement de protestation les 26 et 27 janvier. Estimant que le ministère de l'Éducation s'est muré "dans le silence"

face à ses revendications, le SNAPEST

a invité la tutelle à "corriger les ba-

vures contenues dans les statuts". De son côté, le ministre de l'Éduca- tion nationale, Abdelatif Baba Ahmed, avait affirmé, de Tissemsilt, il y a deux jours, que les portes du dialogue avec l'UNPEF restaient ouvertes pour "sa- tisfaire toutes ses revendications". "Le ministère de l'Éducation a tenu des réunions avec les partenaires so- ciaux, dont l'UNPEF, au cours des- quelles toutes les revendications ont été examinées", avait-il souligné, pré- cisant que "certaines revendications ont été satisfaites et d'autres restent à étudier avec la Direction générale de la Fonction publique, et qui concernent principalement les enseignants du cycle primaire". Le ministre a également indiqué que la Fonction publique avait donné son approbation concernant les ensei- gnants du primaire, "mais le partenaire social (UNPEF) demande un engage- ment par écrit", a-t-il poursuivi, souli- gnant que certaines revendications ne dépendaient pas du ministère de tutelle. Le ministère de l'Éducation natio- nale a estimé "faible", le taux de suivi auquel a appelé l'UNPEF depuis le 26 janvier, alors que cette dernière le qua- lifie de "différencié" d'une wilaya à une autre.

ZONE HUMIDE D’OUM GHELLAZ (ORAN)

Des poissons meurent par manque d’oxygène

Le manque d’oxygène serait à l’origine de la mort, der- nièrement, de nombre de poissons dans la zone humide Oum Ghellaz dans la commune d’Oued Tlélat (sud d’Oran), selon les premières analyses divulguées hier par la chef de service biodiversité et littoral à la direction de l’environnement de la wilaya. Lors d’une journée de sensibilisation sur les zones hu- mides de la wilaya, M me Samira Mazouz a indiqué que la mort des poissons pesant jusqu’à six kilogrammes est due à une baisse d’oxygène au niveau de ce plan d’eau dont le débit a augmenté provoquant un mélange avec du sable et, par conséquent, une asphyxie à ces êtres vivants. Les analyses effectuées avec l’assistance d’un profes- seur en biologie animale, sur ces poissons trouvés morts il y a un mois, ont découvert des traces de sable sur les écailles, ce qui serait à l’origine d’asphyxie, a-t-on expli- qué, en attendant les résultats définitifs pour avoir une idée précise sur les raisons de la mort de ces poissons d’espèce «Gardon» qui vivent dans les eaux douces. En réaction à ce phénomène, des mesures ont été prises par le comité de wilaya des entreprises classées à l’égard de certains indus- triels.