Vous êtes sur la page 1sur 27

PLaisir, nUtrition Et santé

LE LIVRE BLANC DU

JUS DE FRUITS

Union Nationale Interprofessionnelle des jus de fruits

UNIJUS tient à remercier tout particulièrement pour leur contribution à la rédaction de ce Livre Blanc :

- Docteur Laurence PLUMEY, Médecin nutritionniste et Diététicienne.

- Véronique BRAESCO, PhD, Directeur de VAB Nutrition.

- France BELLISLE, Directeur de recherche, Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle, Centre de Recherche en Nutrition Humaine d’Ile de France.

- Les membres du groupe de travail UNIJUS pour leur précieux concours.

sommairE

Editorial de France Bellisle

 

p.4

A la découverte des différentes catégories de jus de fruits

p.5

Les jus de fruits

 

p.6

Les jus de fruits à base de concentré

p.7

Les nectars de fruits

p.8

Les smoothies

 

p.9

Que peut-on ajouter dans les jus de fruits ?

p.9

La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

p.11

Les jus de fruits dans l’alimentation des Français

p.12

La consommation des jus de fruits, aux différents âges de la vie

p.13

Les caractéristiques nutritionnelles des jus de fruits

p.15

 

1 - La composition nutritionnelle des jus de fruits

p.16

2 - Beaucoup d’eau et une faible densité énergétique

p.17

3 -

Les sucres naturels

p.18

4 - La vitamine C

p.21

5 - La vitamine B9

p.24

6 - Les caroténoïdes

p.26

7 - Le potassium

p.29

8 - Les polyphénols

p.30

9 - Les fibres

p.32

10 - Conclusion : une densité nutritionnelle très favorable

p.33

Focus sur les différents jus de fruits

p.34

Les jus de fruits dans l’alimentation quotidienne : quelles recommandations ?

p.37

Les jus de fruits et la santé :

 

p.40

Jus de fruits et hydratation

p.40

Jus de fruits, poids et IMC

p.41

Jus de fruits et maladies cardio-vasculaires

p.43

Jus de fruits et caries dentaires

p.43

Jus de fruits et cancers

p.45

Jus de fruits et médicaments

p.46

Conclusion

p.47

Annexe : Le marché des jus et des nectars de fruits

p.48

Bibliographie

p.50

Le livre blanc du jus de fruits | L’éditorial de France bellisle

blanc du jus de fruits | L’éditorial de France bellisle L’éDitoriaL DE FrancE bELLisLE Alors que

L’éDitoriaL DE FrancE bELLisLE

Alors que les études historiques nous ap- prennent que l’extraction du jus de raisin a pu servir à la viticulture dès 8000 ans avant notre ère, l’apparition des jus de fruits dans l’Histoire de l’humanité demeure obscure. Il semble qu’une citronnade, peut-être origi- naire du Moyen Orient, ait été consommée dans l’Italie du XVIe siècle, suivie par le jus d’orange au milieu du XVIIe.

Dans la société actuelle, les jus de nombreux fruits sont proposés aux consommateurs. En Europe, ils font l’objet d’une réglementation qui en définit plusieurs types et qui encadre les allégations qui peuvent y être associées.

Les jus de fruits, qui sont des boissons, contribuent à la nutrition et à l’hydratation.

A ce double titre, ils intéressent les sciences biologiques. Comme sources de plaisir et produits de consommation, ils intéressent

aussi les sciences du comportement et les sciences sociales.

Le Livre Blanc qui leur est ici consacré exa- mine plusieurs aspects importants. D’abord il rend compte de la réglementation qui définit ces produits et leur étiquetage.

Il décrit les habitudes de consommation des consommateurs français de tous les âges.

Il aborde enfin des questions de santé, dé-

coulant des apports en macro et micronutri- ments associés à la consommation de jus de fruits.

Dans une société soucieuse de favoriser la santé par la consommation de produits sains, ce tour d’horizon est très porteur d’enseigne- ment. Il est intéressant de savoir que ces jus sont très proches des fruits entiers par leur contenu en vitamines, et que les autorités du PNNS spécifient que l’un des cinq fruits et lé- gumes recommandés quotidiennement peut être consommé sous forme de jus. Ce niveau de consommation coïncide avec les données de consommation moyenne relevées dans la population française. Les recherches portant sur les bénéfices de la consommation ré- gulière de jus de fruits sur la santé, ou sur leur contribution aux apports en sucre et en énergie, sont d’autres éléments importants à prendre en considération.

L’ensemble des informations contenues ici devrait pouvoir permettre au consommateur de faire des choix informés concernant la place des jus de fruits dans son alimentation et au professionnel de disposer de données scientifiques et réglementaires actuelles.

France Bellisle Directeur de Recherche Unité de Recherche en Epidémiologie Nutritionnelle Centre de Recherche en Nutrition Humaine d’Ile de France Université Paris 13 Bobigny, France

a La DécoUvErtE DEs DiFFérEntEs catégoriEs DE jUs DE FrUits

Les jus de fruits font partie de notre quo- tidien. Par leurs teneurs en vitamines (vi- tamine C, vitamine B9, caroténoïdes), en minéraux (magnésium, potassium) et en polyphénols, ils contribuent à la couverture de nos besoins nutritionnels et des bien- faits santé de ces micronutriments. Ils sont, entre autres, des contributeurs essentiels à l’apport de vitamine C. Par ailleurs, ils pos- sèdent une bonne densité nutritionnelle

et contribuent à l’équilibre alimentaire : un verre de jus de fruits (200 ml) peut compter pour une portion de fruit.

L’occasion donc de faire le point à la lumière des textes réglementaires, des données nu- tritionnelles et des études scientifiques sur ce qu’il faut savoir concernant cette grande famille des Jus de Fruits.

savoir concernant cette grande famille des Jus de Fruits. Entre pur jus, jus à base de

Entre pur jus, jus à base de concentré, nec- tars… les confusions sont fréquentes. En réalité, ces dénominations sont strictement encadrées et régies par une directive euro- péenne spécifique datant initialement de 2001 (1) puis revue en 2012 (2) et dont la transposition en droit national est prévue avant fin 2013.

Ces dénominations concernent les jus de fruits, les jus de fruits à base de concentré,

les jus de fruits concentrés, les jus de fruits déshydratés, les jus de fruits obtenus par extraction hydrique (le cas des jus de pru- neaux) et les nectars.

Seront traités ici les jus de fruits, les jus de fruits à base de concentré et les nectars. Tous sont élaborés à partir du jus des fruits mais sont différenciés par leurs modes de fa- brication et leurs teneurs en fruits.

Le livre blanc du jus de fruits | a la découverte des différentes catégories de jus de fruits

Les jus de fruits : du fruit pressé

La pression mécanique : une technique qui respecte au mieux le fruit

Les jus de fruits sont obtenus par pression mécanique de fruits sains et mûrs venant des quatre coins du monde (Brésil, Etats Unis, Europe, Asie), frais ou conservés par le froid. Les jus obtenus sont ensuite débar- rassés, si nécessaire, des pépins, pulpes ou cellules par centrifugation. Puis ils sont pas- teurisés ou flash pasteurisés (90°C pendant 20-30 sec). Dans les deux cas, les bactéries pathogènes sont détruites.

Après le traitement thermique, les jus de fruits sont conditionnés, à chaud en bou- teille en verre ou boîte métallique, ou à froid dans des emballages de type brique en car- ton ou bouteille en plastique. De plus en plus, le choix des emballages vise la réduc- tion de la pollution à la source, l’allégement du poids et le recyclage des emballages.

Matières premières Tri et lavage des fruits Fruits abîmés Alimentation animale Extraction du jus =
Matières premières
Tri et lavage des fruits
Fruits abîmés
Alimentation animale
Extraction du jus
= optionnel
Raffinage et centrifugation
= obligatoire
Pasteurisation
Purée de fruit
Concentration
JUS DIRECT
JUS ABC
Concentré
NECTAR
Eau
Sucres ou édulcorants
PROCESS DE
CONDITIONNEMENT
CONSOMMATEUR

Diagramme de fabrication des jus de fruits et nectars. Source : UNIJUS

Le livre blanc du jus de fruits | a la découverte des différentes catégories de jus de fruits

la découverte des différentes catégories de jus de fruits Le saviez vous ? Un jus de

Le saviez vous ? Un jus de fruits vendu au rayon am- biant peut se conserver de 6 à 18 mois à température ambiante. Un jus de fruits vendu au rayon réfrigéré se conserve quelques semaines en milieu réfrigéré car il a subi un traite- ment thermique plus doux que le jus de fruits ambiant.

ment thermique plus doux que le jus de fruits ambiant. Le saviez vous ? A partir

Le saviez vous ? A partir du 28 octobre 2013, le jus de tomate sera considéré comme un jus de fruits. L’ajout de sel, d’épices et d’herbes aromatiques est ainsi autorisé uniquement dans ce type de produits.

est ainsi autorisé uniquement dans ce type de produits. Mieux comprendre l’étiquetage Ce logo sur l’étiquette

Mieux comprendre l’étiquetage Ce logo sur l’étiquette indique que ce pur jus de fruits est issu de fruits pressés n’ayant subi aucun autre procédé que la pasteurisation et dans lequel rien d’autre n’a été ajouté.

Les jus de fruits à base de concentré : 100% jus

Une étape de concentration intermédiaire

Les jus de fruits à base de concentré sont également obtenus par pression des fruits mais en- suite le procédé de fabrication est différent : une partie de l’eau contenue dans le jus de fruits est évaporée par chauffage. Le jus de fruits est alors concentré, ce qui en facilite le transport, le stockage et améliore son impact environnemental. A son lieu d’embouteillage, le produit est ensuite reconstitué avec la même quantité d’eau que celle extraite lors de la concentration.

Mieux comprendre l’étiquetage La présence de ce logo sur la bouteille indique que ce jus
Mieux comprendre l’étiquetage
La présence de ce logo sur la bouteille indique que ce jus de fruits à base
de concentré n’a connu aucune adjonction d’ingrédients autres que les fruits.

Le livre blanc du jus de fruits | a la découverte des différentes catégories de jus de fruits

Les nectars de fruits : pour les fruits pulpeux ou acides

Un procédé réservé à certains fruits

Le nectar de fruits est obtenu à partir de jus de fruits et/ou de jus à base de concentré et/ou de purée de fruits, auxquels sont ajou- tés de l’eau avec ou sans addition de sucre et/ou d’édulcorants avant l’embouteillage. Généralement les fruits qui sont destinés à faire des nectars sont très pulpeux comme la banane (ou l’abricot, la pêche, la poire) ou acides au goût comme les fruits rouges. Il est alors indispensable de les diluer avec un peu d’eau puis de les sucrer afin d’obtenir une boisson plaisante à consommer. La teneur minimale en fruits des nectars est réglementée et comprise entre 25 et 50%, en fonction de la variété du fruit.

entre 25 et 50%, en fonction de la variété du fruit. Le saviez-vous ? L’usage d’édulcorants
entre 25 et 50%, en fonction de la variété du fruit. Le saviez-vous ? L’usage d’édulcorants

Le saviez-vous ? L’usage d’édulcorants est autorisé pour la fabrication des nectars sans sucres ajoutés ou à valeur énergé- tique réduite. Il est également possible de fa- briquer des nectars sans ajout de sucres ni d’édulcorants. Il n’y a alors que de la purée et/ou du jus, avec de l’eau.

Mieux comprendre l’étiquetage Ce logo indique qu’il s’agit d’un nectar et garantit donc une teneur
Mieux comprendre
l’étiquetage
Ce logo indique qu’il s’agit
d’un nectar et garantit donc une teneur
minimum en fruits, comprise entre 25 et
50% en fonction de la variété du fruit.

Le livre blanc du jus de fruits | a la découverte des différentes catégories de jus de fruits

Les smoothies : de la purée de fruits…

Depuis quelques années, une nouvelle catégorie commerciale de jus de fruits est apparue sur le marché : les « smoothies ». Le terme « smoothie » n’est pas réglementé, il s’agit d’une simple description des caractéristiques du produit. Lorsqu’ils contiennent uniquement des jus et purées de fruits, ces produits sont réglementairement considérés comme des jus de fruits.

réglementairement considérés comme des jus de fruits. A retenir : Les boissons aux fruits ne sont

A retenir :

Les boissons aux fruits ne sont pas des jus de fruits. Les boissons contenant du jus de fruits mais qui ne répondent pas aux définitions des jus de fruits et nectars ne peuvent pas être déclarées sous la dénomination « jus de fruits » ou « nectars ». Seule la dénomination générique « boisson », complétée par des mentions descriptives, est autorisée. Exemple : « boisson aux jus de fruits », ou bien « boisson aux fruits ».

Que peut-on ajouter dans les jus de fruits ?

Les seuls ingrédients autorisés pour les jus de fruits et les jus de fruits à base de concentré sont les vitamines, les minéraux, les pulpes et le jus de citron à des fins d’acidification. En revanche, il n’y a ni sucres ajoutés, ni colorants, ni conservateurs.

 

Ingrédients autorisés

Ingrédients non autorisés

Jus de fruits

- Vitamines et minéraux,

   

Jus de fruits à base de concentré

- Pulpes,

Aucun sucre

- Jus de citron à des fins d’acidification

ajouté

Aucun colorant

ni conservateur

Nectars

- Sucre / miel / édulcorants facultatifs,

 

- Vitamines et minéraux

Le livre blanc du jus de fruits | a la découverte des différentes catégories de jus de fruits

la découverte des différentes catégories de jus de fruits A retenir : Il n’y a pas

A retenir :

Il n’y a pas de sucres ajoutés dans les jus de fruits et les jus de fruits à base de concentré. La directive 2012/12 (2) interdit cette pratique dans toute l’Europe, ce qui était déjà le cas en France depuis de nombreuses années. Ils ne contiennent que les sucres natu- rels des fruits (glucose, fructose, saccharose). Seuls les nectars peuvent contenir du sucre, mais en quantité contrôlée (au maximum 20% du poids total du produit fini).

La contribUtion DEs jUs DE FrUits à L’éqUiLibrE aLimEntairE

Des contrôles de qualité systématiques et rigoureux

Dans une démarche de qualité et de trans- parence vis à vis du consommateur, l’Insti- tut Professionnel pour la Qualité des Jus de Fruits (QUALIJUS), créé en 1994, regroupe tous les professionnels de la filière. QUALIJUS porte une attention particulière à la maîtrise de la qualité des matières pre- mières, au contrôle du processus de fabrica- tion et au respect des règles d’hygiène pour garantir la sécurité de la composition des produits et attester de la conformité des pro- duits et des étiquetages à la réglementation européenne. L’action de QUALIJUS se traduit par des pré- lèvements réguliers de produits dans le com- merce et dans les usines. Les échantillons prélevés et contrôlés sur de très nombreux paramètres permettent de vérifier la qualité des produits et de certifier leur authenticité.

la qualité des produits et de certifier leur authenticité. L’essentiel en quelques mots Dans les conditions

L’essentiel en quelques mots Dans les conditions actuelles de consommation en France, les jus de fruits sont les premiers contributeurs à l’apport en vitamine C chez les enfants et les adolescents, et les deuxièmes contributeurs chez les adultes. Ils sont les troisièmes contributeurs à l’apport en vitamine B9 chez les enfants et les adolescents. Par ailleurs, ils repré- sentent moins de 3% des apports énergétiques quotidiens et sont donc des contri- buteurs minimes à l’apport énergétique en France. C’est pourquoi ils occupent une place légitime au sein de l’équilibre alimentaire.

Près de 80% des Français estiment que « les jus de fruits participent au bon équilibre alimentaire » 1 . Les jus de fruits, au même titre que les fruits ou que tout autre aliment, ont en ef- fet toute leur place dans cet équilibre. Par conséquent, il est intéressant d’identifier la contribution des jus de fruits aux apports nutritionnels des Français.

des jus de fruits aux apports nutritionnels des Français. QUALIJUS est membre du système de contrôle

QUALIJUS est membre du système de contrôle européen des jus de fruits EQCS (European Quality Control System). Les in- dustriels engagés dans cette démarche peuvent apposer le logo de l’EQCS sur leurs emballages.

1 : Enquête exclusive UNIJUS-CSA 2008 menée les 29 et 30 avril 2008

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Les jus de fruits dans l’alimentation des Français

L’enquête CCAF du CREDOC menée en 2010 (4) sur les comportements et consomma- tions alimentaires des Français a permis de comparer les apports nutritionnels des jus de fruits par rapport à d’autres catégories d’aliments.

Cette enquête révèle que les enfants et les adolescents boivent en moyenne 110 ml/jour et les adultes 55 ml/jour de jus de fruits.

A raison d’en moyenne ½ verre pour les en- fants et ¼ de verre pour les adultes, les jus de fruits contribuent tout de même de ma- nière significative aux apports en fruits et légumes de la population française, et ceci de manière d’autant plus marquée que la consommation de ceux-ci est faible.

De plus, l’étude des habitudes alimentaires des consommateurs de jus de fruits en France, enfants comme adultes (4), révèle qu’ils ne consomment pas moins de fruits

que les non consommateurs : ils consom- ment même plus de fruits et légumes frais, ce qui semble infirmer une opinion parfois rencontrée, selon laquelle la consomma- tion de jus de fruits prendrait la place de la consommation des fruits et des légumes. En somme, les jus de fruits sont partie pre- nante d’une alimentation saine.

de fruits sont partie pre- nante d’une alimentation saine. L’essentiel en quelques mots … Les jus

L’essentiel en quelques mots … Les jus de fruits ont sans conteste des qualités nutritionnelles qui les rendent utiles au quotidien. Dans la mesure où les recommandations du PNNS (5 Fruits et Légumes/jour soit 400 g au total) sont respectées chez seulement 10% des enfants et 30% des adultes (5), toutes les oc- casions de consommation des fruits et légumes sont utiles, que les fruits soient frais, en jus ou en compote.

utiles, que les fruits soient frais, en jus ou en compote. Le livre blanc du jus

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

La consommation des jus de fruits, aux différents âges de la vie

En France, la consommation moyenne de jus de fruits per capita se situe entre 26 et 27 litres par an. Après une augmentation de- puis les années 1980, cette consommation de jus de fruits s’est stabilisée depuis 2009. Cette évolution est liée au développement de l’offre, à l’apparition de nouveaux embal- lages plus pratiques et au développement de nouveaux circuits de distribution et à la publicité.

Selon l’enquête CCAF de 2010 (4), les en- fants boivent plus souvent du jus de fruits que les adultes : en effet, si la consomma- tion hebdomadaire de jus de fruits concerne 75% des enfants de 3 à 14 ans, elle diminue ensuite progressivement pour concerner environ 41% des adultes de 55 ans et plus.

Les femmes en consomment plus que les hommes, alors que l’on n’observe pas de dif- férences entre garçons et filles. La consom- mation de jus de fruits est donc bien ancrée dans les habitudes de consommation des Français.

En ce qui concerne les quantités consom- mées, les adultes boivent deux fois moins de jus de fruits que les enfants et les ado- lescents : en moyenne 55 ml versus 110 ml par jour. Ce niveau de consommation est d’ailleurs relativement stable depuis 2007.

Evolution de la quantité de jus-nectars consommée (ml/j) entre 2003, 2007 et 2010 (6-7) 119
Evolution de la quantité de jus-nectars consommée (ml/j) entre 2003, 2007 et 2010 (6-7)
119
111
111
109
111 106
54
55
45
2%
17%
2%
5%
0%
-9%
2003 2007 2010
2003 2007 2010
2003 2007 2010
Enfants
Adolescents
Adultes
( 3 - 14 ans)
( 15 - 20 ans)
(21 ans et plus)

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Les jus de fruits sont principalement dégus- tés le matin, quelle que soit la classe d’âge. Les enfants en consomment également au goûter dans le cadre de ce petit repas structuré. A tous les âges, ils sont très peu consommés en dehors des repas. Quant aux consommations au déjeuner et au dîner, elles sont faibles (au maximum 12% du vo- lume de consommation de la journée à cha- cun de ces deux repas).

consommation de la journée à cha- cun de ces deux repas). A retenir Le jus de

A retenir Le jus de fruits est consommé en grande majorité au cours d’un repas, de préférence au petit déjeuner (et au goûter pour les enfants).

Répartition des quantités des jus et nectars consommés sur la journée (% ml/jour). (6)

Enfants 1% 1% 44% 11% 33% 7% 3 % Adolescents 2% 1% 61% 9% 15%
Enfants
1%
1%
44%
11%
33%
7%
3
%
Adolescents
2%
1%
61%
9%
15%
8%
4
%
Adultes
2%
3%
56%
12%
10%
10%
7%
Petit déjeuner
Déjeuner
Encas de l’après-midi
Encas du soir
Encas du matin
Goûter
Diner
Apéritif

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Les caractéristiques nutritionnelles des jus de fruits

L’essentiel en quelques mots Les jus de fruits contiennent en moyenne 90% d’eau, la totalité des minéraux (sur- tout du potassium) et une très grande partie des vitamines des fruits dont ils sont issus (essentiellement la vitamine C, la vitamine B9 et les caroténoïdes). Ils doivent cette bonne préservation des qualités nutritionnelles des fruits à la douceur des traitements Ils doivent cette bonne préservation des qualités nutritionnelles des fruits à la douceur des traitements thermiques qui leur sont appliqués. Ainsi boire un verre de jus d’orange (200 ml) permet de couvrir la quasi totalité du besoin quotidien en vitamine C. Pour toutes ces raisons, un verre de jus de fruits peut compter pour une portion de fruit. La consommation d’un verre de jus de fruits trouve donc tout son intérêt dans le cadre des recommandations du PNNS incitant à consommer 5 portions de fruits et légumes par jour sous toutes leurs formes.

Le saviez-vous ?

Les jus de fruits peuvent représenter une des 5 portions de fruits et légumes recom- mandés par jour par le PNNS (8). Cette équivalence n’augmente pas quelle que soit la quantité consommée de jus de fruits, les autres portions de fruits devant être consommées sous des formes différentes.du PNNS incitant à consommer 5 portions de fruits et légumes par jour sous toutes leurs

consommée de jus de fruits, les autres portions de fruits devant être consommées sous des formes

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

1 . LA COMPOSITION NUTRITIONNELLE DES JUS DE FRUITS

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

2. BEAUCOUP D’EAU ET UNE FAIBLE DENSITE ENERGETIQUE

Les jus de fruits étant des fruits pressés, l’essentiel des caractéristiques nutritionnelles des

Tous les jus de fruits, quels qu’ils soient, contiennent en moyenne 85 à 90% d’eau (9). Quant

fruits est bien conservé dans les jus qui en sont issus. Certains nutriments sont présents en quantités similaires ou légèrement inférieures comme les vitamines, les minéraux, les oli-

aux calories, elles sont essentiellement apportées par les sucres naturels des fruits (et le sucre ajouté, dans les nectars). Il n’y a quasiment pas de protéines et de lipides dans les jus

goéléments et les sucres naturels – d’autres sont présents en moindres quantités, comme

de

fruits.

les fibres des fruits en raison de leur élimination au cours des procédés de centrifugation et filtration.

La

valeur énergétique des jus de fruits varie de 20 kcal/100 ml (jus de tomate) à 70 kcal/100

ml

(jus de raisin) avec une moyenne de 45 kcal/100 ml pour les autres jus de fruits. Les jus de

Les caractéristiques nutritionnelles des jus de fruits les plus couramment consommés sont les suivantes (pour un verre de 200 ml) :

Pour 200 ml

Orange

Pomme

Multifruits

Pampl.

Raisin

Ananas

Tomate

Energie (kcal)

87,4

84,8

101,4

76

136,2

96

41,6

Glucides (g)

18,78

19,9

23,2

17

32,4

23,2

7,72

Protéines (g)

1,416

< 0,2

0,88

1,24

0,36

0,6

1,46

Lipides (g)

0,19

< 0,2

< 0,2

< 0,2

<

0,2

< 0,2

< 0,1

Eau (g)

176,4

176,8

174

177,8

165,2

172,6

187

Vitamine C (mg)

76,6

22*

47

52

traces

19

33,2

96%

28%

59%

65%

24%

42%

Bêta-carotène (µg)

182

14

292

220

 

5

0

494

4%

0,3%

6%

5%

 

0%

10%

Vitamine B9 (µg)

66,4

16,4

42

29

<

10

4*

33,4

33%

8%

21%

15%

<

5%

2%

17%

Potassium (mg)

342

194

326

258

<

10

266

526

17%

10%

16%

13%

< 0,5%

13%

26%

Magnésium (mg)

19,64

8

15,6

20,8

14,42

27,6

23,2

7%

3%

5%

7%

 

5%

9%

8%

Composition nutritionnelle des principaux jus de fruits, selon le parfum (9) et *: (17) Pour les vitamines et minéraux, les % exprimés dans le tableau sont les % des VNR (Valeurs Nutritionnelles de Réfé- rence définies par le Règlement 1169/2011 UE) (3).

Si les jus de fruits présentent tous de très faibles teneurs en lipides et en protéines, on re- marque des différences de composition entre chaque jus, avec des teneurs en glucides qui varient de 4 g dans le jus de tomate à 16 g/100 ml dans le jus de raisin. Quant aux teneurs en vitamine C, elles vont de simples traces dans le jus de raisin à près de 40 mg/100 ml dans le jus d’orange. Ce dernier est également le plus riche en vitamine B9, suivi du jus de tomate. Le jus de tomate se distingue par ses quantités importantes de bêta-carotène et de potassium.

fruits ont une faible densité énergétique liée à leur forte teneur en eau.

Moins de 3% des apports énergétiques quotidiens

Les jus de fruits sont des contributeurs minimes à l’apport énergétique en France : ils se clas-

sent respectivement aux 17 e , 19 e et 28 e rangs des contributeurs énergétiques chez les enfants,

les adolescents et les adultes (6).

8,2%

7,8% 7,5%

2,8%
2,8%
2,8%
2,8%
2,8%
2,8%

2,8%

2,8%
1 er
1 er
2 e
2 e
3 e
3 e
17 e
17 e
10,1% 8,7% 6,7% 2,2% 1 er 2 e 3 e 19 e
10,1%
8,7%
6,7%
2,2%
1 er
2 e
3 e
19 e
15,4% 7,9% 5,9% 1,1% 1 er 2 e 3 e 28 e
15,4%
7,9%
5,9%
1,1%
1 er
2 e
3 e
28 e
Enfants Adolescents Adultes ( 3 - 14 ans) (15 - 20 ans) ( 21 ans
Enfants
Adolescents
Adultes
( 3 - 14 ans)
(15 - 20 ans)
( 21 ans et plus)
Pains - biscottes
Plats composés
Pâtisseries
Jus de fruits - nectars

Principaux groupes d’aliments contributeurs aux apports énergétiques (%). (6)

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

3 . LES SUCRES NATURELS

Hormis les nectars qui peuvent contenir des sucres ajoutés, tous les jus de fruits ne contiennent que les sucres naturels des fruits, c’est-à-dire un mélange naturel de glucose, de fructose et de saccharose (cette molécule étant constituée d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose liées entre elles), dans des proportions dif- férentes selon les parfums.

Le plus souvent, les jus de fruits sont consti- tués à parts équivalentes de glucose et de fructose, sauf le jus de pomme qui est plus riche en fructose (environ 60%). Le saccharose représente pour certains fruits plus de la moitié de leurs sucres présents (jus de carotte et d’ananas) et pour d’autres, une proportion négligeable (jus de tomate et de raisin).

Parfum

Glucose

Fructose

Saccharose

Sucres totaux

g/100 ml

%

g/100 ml

%

g/100 ml

%

Pomme

1,5-3,5

20%

4,5-8,5

60%

5-3,0

20%

6,5-15

Orange

2,0-3,5

30%

2-3,5

30%

1-5

40%

5-12

Pamplemousse

2-5

37%

2-5

37%

5-4

26%

4,5-14

Ananas

1,5-4

25%

1,5-4

25%

2,5-8

50%

5,5-16

Raisin

6-11

50%

6-11

50%

Traces

 

12-22

Fraise

1,5-3,5

40%

1,8-4

45%

1

15%

4,3-8,5

Carotte

0,3-1,8

20%

0,3-1,5

15%

2-5

65%

0,6-3,3

Tomate

1-1,6

45%

1,2-1,8

50%

0,1

5%

2,3-3,5

Teneur moyenne en différents sucres [g/100 ml et (%)] dans les jus directs, selon le parfum. (10)

ml et (%)] dans les jus directs, selon le parfum. (10) A retenir En moyenne, la

A retenir En moyenne, la teneur en sucres naturels des jus de fruits est de 10 g/100 ml, allant de moins de 9 g/100 ml pour le jus de pamplemousse à 16 g/100 ml pour le jus de raisin.

Environ 5 à 10% des apports en sucres simples de la journée

L’enquête CCAF 2010 du CREDOC (4) montre que la consommation moyenne de sucres simples apportés par les jus de fruits est proche de 10 g/jour pour les enfants et les adolescents, soit environ 10% des apports totaux de sucres simples de la journée (105 à 120 g/j).

Le livre blanc du jus de fruits |

La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Rappelons que dans l’alimentation équilibrée d’un adulte, l’apport de glucides simples (ou sucres simples) devrait être réparti entre les sucres des produits laitiers (le lactose du lait et des produits laitiers), les sucres des fruits (à croquer, en jus, en compote …) et le sucre ajouté. Ces sucres simples font donc partie d’une alimentation équilibrée.

Chez les enfants, les jus de fruits se classent au 3ème rang des contributeurs aux apports en glucides simples, derrière les produits sucrés et les boissons chaudes. Chez les adoles- cents, les jus de fruits sont également les 3 èmes contributeurs aux apports en sucres simples, derrière les produits sucrés et les sodas. Chez les adultes, ils se placent au 8 ème rang, loin derrière les produits sucrés et les fruits (6).

12,2% 11,2% 10% 1 er 2 e 3 e
12,2%
11,2% 10%
1
er
2 e
3 e

18,9%

14,4% 8,7%
14,4% 8,7%
14,4% 8,7%

14,4%

14,4% 8,7%
14,4% 8,7%
14,4% 8,7%

8,7%

14,4% 8,7%
1 er
1 er
2 e
2
e
3 e
3 e
18,8% 12,7% 8,5% 5,3% 1 er 2 e 3 e 8 e
18,8%
12,7%
8,5%
5,3%
1 er
2 e
3 e
8 e
Enfants Adolescents Adultes ( 3 - 14 ans) ( 15 - 20 ans) ( 21
Enfants
Adolescents
Adultes
( 3 - 14 ans)
( 15 - 20 ans)
( 21 ans et plus)
Produits sucrés
Boissons chaudes
Jus de fruits - nectars
Sodas
Fruits
Pâtisseries

Principaux groupes d’aliments contributeurs aux apports en glucides simples (%). (6)

contributeurs aux apports en glucides simples (%). (6) A retenir Chaque jour, les enfants, les adolescents

A retenir Chaque jour, les enfants, les adolescents et les adultes consomment environ 100 g de sucres simples. Les jus de fruits représentent seulement 5 à 10% de cette consommation totale, le reste étant fourni par le lactose des produits laitiers, les sucres naturels des fruits frais et les sucres ajoutés des autres produits.

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Jus de fruits, sucres et santé

Les jus de fruits sont parfois critiqués quant à leurs teneurs en sucres. Certains en vien- nent même jusqu’à les accuser d’être une des causes de la prise de poids. Voici ce qu’en disent les données scientifiques et le bon sens nutritionnel.

Apports en sucres des jus de fruits :

80% des consommateurs de jus de fruits consomment entre 30 et 300 ml de jus de fruits par jour (4), avec une moyenne de 110 ml chez les enfants et les adolescents (11) et 55 ml/jour chez les adultes (11). Cela représente une contribution aux apports en sucres simples totaux de 5% chez les adultes et de 10% chez les enfants, ce qui peut être considéré comme modéré.

Ces apports en sucres ne se répercutent qu’assez faiblement sur les apports énergé- tiques : en effet les jus de fruits apportent moins de 3% de l’énergie consommée par les enfants et les adolescents et à peine plus de 1% de l’énergie consommée par les adultes. Les jus de fruits doivent donc être consom- més, comme ils le sont aujourd’hui, c’est à dire en quantité raisonnable.

Cas particulier du fructose :

Les jus de fruits, comme les fruits, contri- buent aux apports quotidiens de fructose. Les quantités de fructose dans les jus dé- pendent de la nature des fruits utilisés. Ainsi dans un verre de jus d’orange (200 ml) il y a environ 5 g de fructose, et dans un verre de jus de pomme ou de raisin il y en a

et dans un verre de jus de pomme ou de raisin il y en a environ

environ 10 g. En se basant sur la consomma- tion moyenne de jus de fruits en France (100 ml/j pour les enfants et les adolescents et 50 ml/j chez les adultes), il apparaît que les jus de fruits n’apportent respectivement, chez les enfants et les adultes, que 2 à 4 g voire 1 à 2 g de fructose, par jour.

Le fructose a longtemps été un sucre très utilisé par les diabétiques car il a un faible Index Glycémique et un fort pouvoir sucrant. Ainsi, pour un même goût sucré, il entraîne une moindre élévation de la glycémie que le saccharose.

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Cependant, on a montré qu’une consomma- tion excessive de fructose (au-delà de 50 g/j) augmentait le taux de triglycérides dans le sang après un repas et que les taux de trigly- cérides dans le sang étaient élevés chez des individus consommant régulièrement des quantités de fructose très élevées (>100 g/j)

(12).

Aux Etats-Unis, on assiste depuis les années 1960 à une augmentation de la consom- mation totale de fructose, soit sous forme de sucre (c’est-à-dire du saccharose) qui contient 50% de fructose, soit sous forme de sirop de glucose-fructose (50 à 55% de fruc- tose). Cette évolution de la consommation de fructose – particulièrement sensible –est

4 . LA VITAMINE C

La vitamine C est bien préservée

Les jus de fruits contiennent des quanti- tés importantes de vitamine C, notamment les jus de certains fruits rouges, les jus d’agrumes, les jus de fruits exotiques et les jus multi fruits. Ceux-ci en contiennent au moins 20 mg/100 ml, avec des teneurs maxi- males de près de 40 mg/100 ml pour le jus d’orange.

maxi- males de près de 40 mg/100 ml pour le jus d’orange. A retenir Contrairement aux

A retenir Contrairement aux idées reçues, les jus de fruits ont préservé une grande partie de la vitamine C des fruits dont ils sont issus. Boire un verre de jus d’orange (200 ml) revient à couvrir la quasi totalité de son besoin quotidien en vitamine C.

bien documentée aux USA : elle s’établissait en moyenne en 2004 à près de 50 g/j (13). Ces données de consommation de fructose propres aux USA ne sont pas extrapolables aux autres pays.

propres aux USA ne sont pas extrapolables aux autres pays. A retenir Les jus de fruits

A retenir Les jus de fruits ne sont que de faibles pourvoyeurs de fructose avec un apport moyen de 2 à 4 g de fructose par jour dans le cadre de la consommation moyenne des jus de fruits constatée en France. Ils ne peuvent donc pas être considérés comme apportant des quantités de fructose excessives.

comme apportant des quantités de fructose excessives. A savoir Les jus de fruits qui contiennent entre

A savoir Les jus de fruits qui contiennent entre 6 et 12 mg/100 ml de vita- mine C (comme les jus d’ananas ou les jus de pomme) peuvent utiliser l’allégation « source de vitamine C » (cela correspond à 7,5% de la Valeur Nutritionnelle de Référence - VNR - qui est de 80 mg/jour pour la vitamine C). Les jus de fruits qui en contien- nent au moins 12 mg/100 ml peuvent utiliser l’allégation « riche en vitamine C » (cela correspond à 15% de la VNR). C’est le cas par exemple du jus d’orange et du jus de pample- mousse.

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Les bénéfices de la vitamine C

La vitamine C piège les radicaux libres et contribue ainsi à protéger la cellule contre les agents oxydants. Elle intervient aussi dans la synthèse du collagène, protéine essentielle des tissus de soutien, et permet la synthèse des catécholamines comme l’adrénaline et la dopamine, hormones impliquées dans le tonus et la réactivité au stress. La vitamine C contribue égale- ment au maintien de l’immunité durant et après un exercice physique et favorise l’absorption intestinale du fer non héminique lors d’un repas (14).

intestinale du fer non héminique lors d’un repas (14). Le saviez-vous ? Les jus de fruits
Le saviez-vous ? Les jus de fruits qui sont de bonnes sources ou qui sont
Le saviez-vous ?
Les jus de fruits qui sont de
bonnes sources ou qui sont
riches en vitamine C, comme les
jus d’agrumes, les jus multifruits
et les jus de fruits exotiques,
peuvent communiquer sur les ef-
fets santé de la vitamine C qu’ils
contiennent (15, 16).

Les fruits et les légumes sont les meilleures sources de vitamine C, d’où l’importance d’en consommer suffisamment. Un verre de jus d’orange (200 ml) couvre la quasi-tota- lité de la Valeur Nutritionnelle de Référence (VNR) en vitamine C (80 mg par jour).

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Les jus de fruits sont les premiers contributeurs aux apports en vitamine C chez les enfants et les adolescents

De part leur richesse en vitamine C et dans les conditions de consommation en France en 2010, les jus de fruits se classent au 1 er rang des contributeurs aux apports en vita- mine C chez les enfants et les adolescents, devant les fruits et les pommes de terre. Chez les adultes, les jus de fruits se classent au 2 ème rang des contributeurs aux apports en vitamine C, derrière les fruits et devant les légumes (6).

La consommation de jus de fruits apparaît particulièrement importante pour la couver- ture des besoins nutritionnels en vitamine C. Chez les enfants, seuls 20% des non- consommateurs de jus de fruits atteignent les apports censés couvrir le besoin nutri- tionnel moyen (BNM, qui correspond au be- soin estimé de la moitié de la population), alors que c’est le cas de 68% des enfants consommateurs de jus de fruits.

Chez les adolescents et les adultes respec- tivement, seulement 12 et 24% des non consommateurs atteignent ces apports, contre 64 et 65% des consommateurs des jus de fruits.

39%

16,7% 9,8%
16,7% 9,8%

16,7%

16,7% 9,8%
16,7% 9,8%

9,8%

16,7% 9,8%

36,6%

14% 12,4%
14% 12,4%

14%

14% 12,4%
14% 12,4%

12,4%

14% 12,4%

24,8%

19,9%

15,1%

39% 16,7% 9,8% 36,6% 14% 12,4% 24,8% 19,9% 15,1% 1 er 2 e 3 e 1
1 er 2 e 3 e 1 er 2 e 3 e 1 er 2
1 er
2 e
3 e
1 er
2 e
3 e
1 er
2 e
3 e
Enfants
Adolescents
Adultes
( 3- 14 ans)
( 15 - 20 ans)
( 21 ans et plus)
Fruits
Jus de fruits
Pomme de terre

Légumese Enfants Adolescents Adultes ( 3- 14 ans) ( 15 - 20 ans) ( 21 ans

Principaux groupes d’aliments contributeurs à l’apport en vitamine C (%) (6)

contributeurs à l’apport en vitamine C (%) (6) A retenir Les jus de fruits apportent près

A retenir Les jus de fruits apportent près de 20% de la vitamine C absorbée par les adultes et près de 40% de la vitamine C absorbée par les enfants et les adolescents. Les jus de fruits sont donc des contributeurs nécessaires aux apports en vitamine C.

Le livre blanc du jus de fruits |

La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

5 . LA VITAMINE B9, POUR CERTAINS JUS DE FRUITS

Surtout dans le jus d’orange

La vitamine B9, dite aussi acide folique ou folates, est présente dans les légumes et les fruits. On la retrouve dans les jus de fruits et en particulier dans le jus d’orange. Il y a très peu de pertes en folates liées au procédé thermique (moins de 10%) (9,17). Le jus d’orange peut bénéficier de l’allégation « riche en vita- mine B9 » car il en contient environ 30 µg/100 ml (ce qui correspond à 15% de la VNR).

environ 30 µg/100 ml (ce qui correspond à 15% de la VNR). Ainsi boire un verre

Ainsi boire un verre de jus d’orange (200 ml) permet de couvrir un tiers de la VNR en vitamine B9 (200 µg/jour).

Une vitamine impliquée dans les divisions cellulaires

La vitamine B9 contribue à la synthèse des bases puriques impliquées dans la synthèse de l’ADN et donc dans la division cellulaire (18). Couvrir le besoin en vitamine B9 est donc particulièrement important chez la femme en âge de procréer afin de favoriser le bon déroulement des divisions cellulaires des cellules embryonnaires durant la gros- sesse. On sait que la carence en vitamine B9 en début de grossesse peut provoquer des malformations touchant le cerveau et la moelle épinière de l’enfant. Par ailleurs, la vitamine B9 contribue au fonctionnement normal du système immunitaire et contribue à réduire la fatigue (16).

Le saviez-vous ? Les jus de fruits qui sont de bonnes sources ou qui sont
Le saviez-vous ?
Les jus de fruits qui sont de
bonnes sources ou qui sont
riches en vitamine B9, comme
le jus d’orange, certains jus
multi fruits, le jus d’ananas
et le jus de pamplemousse,
peuvent communiquer sur les
effets santé de la vitamine B9
qu’ils contiennent (15,16).

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Des apports souvent insuffisants

En France, on estime que 25% des femmes ont un risque de déficience en folates et que 25 à 66% des femmes enceintes reçoivent moins de 250 µg de folates par jour (au lieu des 400 µg conseillés) (18). Les folates étant surtout présents dans le règne végétal, il est d’autant plus nécessaire d’insister sur une consommation suffisante de légumes et de fruits, sous toutes leurs formes.

La contribution des jus de fruits aux apports en folates

Chez les enfants et adolescents, les jus de fruits sont les 3 èmes contributeurs aux apports en vitamine B9 (avec 9% des apports), se plaçant derrière les légumes et les céréales. Chez les adultes, les jus de fruits se placent au 7ème rang des contributeurs aux apports en vitamine B9 (6).

Chez les adultes, les jus de fruits se placent au 7ème rang des contributeurs aux apports

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

6 . LES CAROTENOÏDES

Le bêta-carotène, le lycopène et les autres caroténoïdes

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Caroténoïdes et santé

Le bêta-carotène et le lycopène protègent les cellules contre les dommages oxydatifs et pour- raient être impliqués dans la régulation de certains mécanismes de cancérogénèse.

La

vaste famille des caroténoïdes comprend plus de 700 pigments végétaux responsables de

la

couleur jaune, orangée ou rouge des jus de fruits. Les plus connus sont le bêta-carotène

Certaines études suggèrent un lien entre la consommation de jus de tomate et un risque

particulièrement présent dans le jus de carotte, le nectar d’abricot, les jus de fruits exotiques et certains jus multifruits ainsi que le lycopène présent dans le jus de tomate (voir graphique

diminué de cancer de la prostate, dans lequel le lycopène jouerait probablement un rôle (19).

ci dessous).

Teneur en carotène (µg/100 ml) de jus directs, selon le parfum. (9) Carotte Abricot 600
Teneur en carotène (µg/100 ml) de jus directs, selon le parfum. (9)
Carotte
Abricot
600
Mandarine
334
Fruits exotiques
200
Fruits passion
200
Multifruits
146
bêta carotène
Mangue
87
Lycopène
Ananas
47
Orange
29
Pamplemousse
14
Pomme
3, 5
Tomate
792

900

29 Pamplemousse 14 Pomme 3, 5 Tomate 792 900 A savoir Certains fruits (à croquer ou

A savoir Certains fruits (à croquer ou en jus) ainsi que certains légumes sont les principaux pourvoyeurs de caroténoïdes. Toutefois, les jus de fruits ne peuvent pas mentionner qu’ils en sont de bonnes sources ou qu’ils en sont riches, car il n’existe pas à l’heure actuelle de valeurs officielles d’apport recommandé, aussi bien pour le bêta-carotène que pour le lycopène.

Contribution des jus de fruits aux apports en bêta-carotène

Les jus de fruits sont les 5 èmes contributeurs aux apports en bêta-carotène, (avec 6% des ap- ports) derrière les légumes, les plats composés et les soupes.

derrière les légumes, les plats composés et les soupes. Le saviez-vous ? Il faut 6 mg

Le saviez-vous ? Il faut 6 mg de bêta-carotène pour fabriquer 1 mg de rétinol, forme active de la vita- mine A. La VNR (Valeur Nutritionnelle de Référence) en vitamine A étant de 800 µg par jour, cela correspond à un équivalent de 4,8 mg de bêta-carotène. C’est pourquoi boire un verre de certains jus multifruits (200 ml) apportant 300 µg de bêta-caro- tène, peut permettre de couvrir 6% des apports de carotène nécessaires à la syn- thèse quotidienne de vitamine A.

peut permettre de couvrir 6% des apports de carotène nécessaires à la syn- thèse quotidienne de

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

En conclusion, la douceur des procédés de fabrication des jus de fruits garantit la conser- vation d’une grande partie des qualités nutritionnelles des fruits et en particulier de leurs vitamines (C et B9), comme le montre le schéma ci-dessous sur l’exemple du jus d’orange.

Comparaison nutritionnelle entre jus d’orange (pour 100 ml) et orange (pour 100 g)

(9,17)

85,7

88,2

Eau (g)

42 43,7
42 43,7
45 38,3 Vitamine C (mg)
45
38,3
Vitamine C (mg)
29 33,2 Vitamine B9 (µg)
29 33,2
Vitamine B9 (µg)

Orange (fruit)42 43,7 45 38,3 Vitamine C (mg) 29 33,2 Vitamine B9 (µg) Jus d’orange 8, 3

Jus d’orange 8, 3 9, 4 1, 6 0,48 Glucides (g) Fibres
Jus d’orange
8, 3
9, 4
1, 6 0,48
Glucides (g)
Fibres
Jus d’orange 8, 3 9, 4 1, 6 0,48 Glucides (g) Fibres L’essentiel en quelques mots

L’essentiel en quelques mots Les principaux micronutriments retrouvés dans les jus de fruits et nectars étant la vitamine C, la vitamine B9 et les caroténoïdes, on peut raisonnablement considérer que la consommation régulière des jus de fruits permette de profiter de leurs effets bénéfiques.

de fruits permette de profiter de leurs effets bénéfiques. 28 Le livre blanc du jus de

28

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

7 . LE POTASSIUM

Les jus de fruits contiennent différents minéraux et oligoéléments en quantités très variables :

surtout du potassium (moyenne de 300 mg/verre de 200 ml, pour une VNR de 2000 mg/j) et un peu de magnésium (moyenne de 10 mg/100 ml pour une VNR de 300 mg/j) permettant de placer les jus de fruits aux 6 ème et 7 ème rang des contributeurs aux apports en magnésium.

Les rôles du potassium

Le potassium est indispensable au fonc- tionnement de la cellule. Il intervient dans l’excitabilité neuromusculaire (au niveau du cœur, en particulier), dans l’équilibre du pH sanguin ainsi que dans la régulation de la pression sanguine.

Le saviez-vous ? Les jus de fruits qui consti- tuent des sources de potas- sium,
Le saviez-vous ?
Les jus de fruits qui consti-
tuent des sources de potas-
sium, comme le jus de tomate,
le jus d’orange ainsi que cer-
tains jus multi fruits, peuvent
communiquer sur les effets
santé du potassium qu’ils
contiennent (15, 16).

La contribution des jus de fruits aux apports de potassium

Les fruits et légumes sont les principales sources de potassium et c’est pourquoi les jus de fruits représentent une contribution intéressante aux apports en potassium. Le jus de tomate en est le plus riche, suivi du jus d’orange. Le jus de tomate, le jus d’orange ainsi que certains jus multifruits peuvent revendiquer leur teneur en potassium avec l’allégation « source de potassium » (cela correspond à au moins 7,5% de la VNR du potassium, soit 150 mg/100 ml).

« source de potassium » (cela correspond à au moins 7,5% de la VNR du potassium,

29

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

8 . LES POLYPHENOLS

Les polyphénols représentent une grande famille au sein de laquelle on trouve les flavo- noïdes, présents dans les jus de fruits. Parmi les flavonoïdes, les tanins sont présents dans les jus de pomme et de raisin et leur donnent une saveur spécifique, légèrement astringente en bouche. Les flavonoïdes regroupent également les flavanones (présents dans les jus d’agrumes) et les anthocyanidines (présentes dans les jus de fruits rouges, raisins noirs, jus d’oranges sanguines).

A savoir Il n’existe pas d’apports recommandés officiels pour les polyphénols. Retenons simplement que les jus de Il n’existe pas d’apports recommandés officiels pour les polyphénols. Retenons simplement que les jus de fruits contiennent des phytonutriments essentiels, via les caroténoïdes et les polyphénols.

Jus de fruits et bienfaits des polyphénols qu’ils contiennent

L’essentiel en quelques mots Les polyphénols constituent un vaste champ de recherches et d’investigations très actives au sein de Les polyphénols constituent un vaste champ de recherches et d’investigations très actives au sein de la communauté scientifique. Même si les travaux actuels ne per- mettent pas de conclure directement à un rôle protecteur des jus de fruits, ceux-ci contribuent significativement aux apports en polyphénols.

contribuent significativement aux apports en polyphénols. 30 Le livre blanc du jus de fruits | La

30

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Plusieurs études prospectives ont examiné la relation entre l’apport alimentaire de fla- vonoïdes et les pathologies dégénératives majeures, le risque cardio-vasculaire ou la survenue de cancers. Les résultats sont parfois divergents. A noter que ces études évaluent l’apport en polyphénols à partir d’enquêtes alimentaires souvent peu fiables en raison des différences entre les tables de composition et des déclarations peu précises des consommateurs. D’autre part, beaucoup de ces travaux ne font pas de dis- tinction entre les différentes classes de fla- vonoïdes et il est probable que ces classes, voire les flavonoïdes individuels, n’aient pas les mêmes effets.

flavonoïdes individuels, n’aient pas les mêmes effets. Les études d’intervention qui ont été me- nées

Les études d’intervention qui ont été me- nées jusqu’à aujourd’hui n’évaluent pas la survenue de la pathologie cardio-vasculaire ou cancéreuse mais l’évolution de mar- queurs biologiques ou fonctionnels associés au risque pathologique.

Par exemple, plusieurs travaux (20, 21) ont montré l’effet favorable de l’hespéridine, flavonoïde présent dans le jus d’orange, sur l’amélioration de la fonction endothéliale (marqueur du risque cardio-vasculaire) et la réduction des marqueurs de l’inflammation chez des patients ayant un syndrome méta- bolique (21).

Une autre étude a montré que la consomma- tion de jus de raisins rouge et de certains de leurs flavonoïdes peut entraîner une inhibi- tion de l’agrégation plaquettaire chez des volontaires sains (22).

Quant aux anthocyanidines des jus de fruits rouges, ils possèdent des activités anti-in- flammatoires importantes : la supplémen- tation en anthocyanidines pourrait jouer un rôle dans la prévention ou le traitement de l’inflammation chronique générée par l’obé- sité (23).

Toutefois, les études d’intervention très fo- calisées sur les effets d’une molécule puri- fiée ne permettent pas de conclure, pour autant, à un effet bénéfique des jus de fruits contenant cette molécule.

31

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire Le saviez-vous ? Les études prospectives sont des

Le saviez-vous ?

Les études prospectives sont des études qui cherchent à établir une corrélation entre des comportements de consom- mation et la survenue de pathologies au cours des années suivantes (ce qui sup- pose le suivi d’une population précise pendant toutes ces années). Dans ce type d’études, on n’intervient pas sur la population étudiée et on ne peut établir que des associations statistiques, par- fois cependant très solides et significa- tives, mais qui n’apportent pas la preuve d‘une relation causale.

9

. LES FIBRES

Les études d’intervention sont des études dans lesquelles on compare l’ef- fet observé sur la santé entre un groupe qui consomme l’aliment et un groupe qui ne le consomme pas, toutes choses étant égales par ailleurs. Pour être ju- gées convaincantes par les agences d’évaluation, telles que l’AESA (Autorité Européenne de Sécurité des Aliments), elles doivent être conformes à des cri- tères de qualité stricts. Les essais ran- domisés, contrôlés et en double aveugle sont considérés comme la méthodolo- gie de référence et peuvent apporter la preuve d’une relation de cause à effet.

De façon générale, le procédé de fabrication des jus de fruits entraîne la perte d’une grande partie des fibres des fruits, par élimination au cours de l’étape de filtration. Néanmoins, certains jus de fruits sont de bonnes sources de fibres, dès lors qu’ils contien- nent des purées de fruits en quantités significatives. C’est le cas des smoothies qui peuvent contenir jusqu’à 2 g de fibres/100 ml de jus, ce qui correspond à environ 4 g de fibres/100 kcal de jus. Ces jus de fruits peuvent alors communiquer sur cette présence significative de fibres grâce à l’allégation « source de fibres ».

Certains nectars de texture épaisse comme le nectar d’abricot, contiennent plus de fibres que la moyenne des jus de fruits, avec une teneur proche de 0,6 g/100 ml.

des jus de fruits, avec une teneur proche de 0,6 g/100 ml. 32 Le livre blanc

32

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

10. CONCLUSION : UNE DENSITE NUTRITIONNELLE TRES FAVORABLE

Les jus de fruits présentent une densité nutritionnelle très favorable. En effet, la quantité de nutriments absorbés pour 100 kcal de jus de fruits (à peu près un verre de 200 ml) est signi- ficative. Par exemple, pour un apport énergétique de 100 kcal, soit environ 5% des besoins énergétiques, un jus d’orange apporte 109% de la valeur nutritionnelle de référence (VNR) en vitamine C, 38% de la VNR en vitamine B9 et 20% de la VNR en potassium.

En conclusion Compte tenu de cet intérêt nutritionnel, les jus de fruits constituent une modalité
En conclusion
Compte tenu de cet intérêt nutritionnel, les jus de fruits constituent une modalité simple,
pratique et économique de consommation de fruits, dont le Programme National Nutri-
tion Santé (PNNS) recommande, en association avec les légumes, la consommation de
cinq portions chaque jour. Boire un verre de jus de fruits (200 ml) peut compter pour une
des cinq portions de fruits et légumes recommandés par jour.
cinq portions de fruits et légumes recommandés par jour. A retenir Chez les enfants et les

A retenir

Chez les enfants et les adolescents, les jus de fruits occupent la pre- mière place pour la contribution aux apports en vitamine C, la troisième place pour la vitamine B9 (derrière les légumes et les céréales) et la

17 ème place pour les apports calo-

riques. Chez les adultes, les jus de

fruits occupent la seconde place comme contributeurs aux apports en vitamine C. Ainsi l’apport de vitamines fourni par les jus de fruits est essentiel, pour un apport calorique correspon- dant minime.

l’apport de vitamines fourni par les jus de fruits est essentiel, pour un apport calorique correspon-

33

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Focus sur les différents jus de fruits

34

alimentaire Focus sur les différents jus de fruits 34 L’essentiel en quelques mots Chaque jus de

L’essentiel en quelques mots Chaque jus de fruits a des qualités nutritionnelles qui lui sont propres :

les jus d’agrumes et de fruits exotiques sont très riches en vitamine C et en vitamine B9 – les jus de pommes troubles, d’ananas et de raisin contiennent des tanins et des polyphénols – le jus de tomate est une bonne source de lycopène. Il y a donc le choix, l’idéal étant la variété !

Le jus d’orange

Le jus d’orange est un jus ayant une acidité caractéristique et qui comme tous les jus d’agrumes, possède une teneur en sucres limitée (environ 9%). Il est l’un des jus de fruits les plus riches en vitamine C, avec près de 40 mg/100 ml. Un verre de jus d’orange (200 ml) couvre ainsi la quasi-totalité de la valeur nutritionnelle de référence (VNR) en cette vitamine. Le jus d’orange est aussi riche en vitamine B9 avec 30 à 35 µg/100 ml :

un verre permet d’atteindre 33% de la VNR en cette vitamine. C’est également un jus de fruits qui contient beaucoup de polyphé- nols et en particulier de l’hespéridine dont les effets anti inflammatoires et bénéfiques

sur la fonction endothéliale ont été mis en évidence (20, 21). Quant aux minéraux, le jus d’orange fait partie des jus de fruits qui contiennent le plus de potassium (171 mg/100 ml).

fruits qui contiennent le plus de potassium (171 mg/100 ml). Le jus de pomme Le jus
fruits qui contiennent le plus de potassium (171 mg/100 ml). Le jus de pomme Le jus

Le jus de pomme

Le jus de pomme est un jus plus doux qui contient de la vitamine C (11 mg/100 ml) et de la vitamine B9 (8 µg/100 ml). De plus, le jus de pomme est un des rares jus de fruits consommé aussi bien « trouble » (présence de dépôts organiques) que « clarifié », c’est à dire limpide. Le jus de pomme trouble trouve sa valeur ajoutée dans sa teneur en polyphénols, dont des tanins, des acides phénoliques et des flavanols (68 mg/100 ml).

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

Le jus multifruits

Le jus multifruits permet d’associer les bien- faits des différents jus de fruits qui le com- posent. Il est le plus souvent constitué de jus d’agrumes, de pomme ou de raisin qui sont associés à des jus et des purées de fruits exotiques, de fruits rouges ou d’autres agrumes. En fonction des mélanges, le jus multifruits contient en général des quantités significatives de vitamine C, de vitamine B9 et de potassium. Il contient également du bêta-carotène lorsqu’il est constitué de jus d’agrumes, d’abricot, ou est associé à du jus de carotte. C’est donc un jus très intéressant pour toutes ses vitamines, mais aussi pour ses fibres lorsqu’il contient des quantités si- gnificatives de purée de fruits (smoothies).

quantités si- gnificatives de purée de fruits (smoothies). Le jus de pamplemousse Le jus de pamplemousse
quantités si- gnificatives de purée de fruits (smoothies). Le jus de pamplemousse Le jus de pamplemousse

Le jus de pamplemousse

Le jus de pamplemousse est un jus de fruits dont l’acidité s’accompagne d’une certaine astringence. Son profil nutritionnel est très proche de celui du jus d’orange. Comme lui, il contient beaucoup de vitamine C (26 mg/100 ml), de la vitamine B9 (14,5 µg/100 ml), peu de sucres naturels (8,4%). Il contient aussi du potassium et du magnésium. Il ap- porte également beaucoup de polyphénols mais ceux-ci sont différents de ceux du jus d’orange : il s’agit surtout de la naringénine (52 mg/100 ml).

35

Le livre blanc du jus de fruits | La contribution des jus de fruits à l’équilibre alimentaire

36

Le jus de raisin

Le jus de raisin, comme le jus de pomme, peut provenir de notre terroir national. Il a une teneur intéressante en potassium (105 mg/100 ml) et étonnamment en calcium (69 mg/100 ml). Il contient également des poly- phénols dont les flavanoïdes et les tanins.

des poly- phénols dont les flavanoïdes et les tanins. Le jus de tomate Le jus de

Le jus de tomate

Le jus de tomate est très pauvre en sucres naturels (2 à 3%) et donc en calories (avec 20 kcal/100 ml). Il est riche en vitamine C (16 mg/100 ml), et source de vitamine B9 (16 µg/100 ml) et de potassium (plus de 250 mg/100 ml). Le jus de tomate est unique en son genre car il contient des quantités im- portantes de lycopène : près de 800 µg/100 ml. Le lycopène, qui fait partie de la famille des caroténoïdes, a été très étudié en parti- culier pour ses propriétés relatives à la dimi- nution du stress oxydatif (24). En somme, le jus de tomate est un bon moyen d’augmen- ter ses apports de lycopène au potentiel pro- metteur.

ter ses apports de lycopène au potentiel pro- metteur. Le jus d’ananas Le jus d’ananas est

Le jus d’ananas

Le jus d’ananas est source de vitamine C (10 mg/100 ml), contient des quantités non né- gligeables de potassium (13,3 mg/100 ml) et des teneurs en polyphénols intéressantes (36 mg/100 ml).

des teneurs en polyphénols intéressantes (36 mg/100 ml). LEs jUs DE FrUits D ans L’a L

LEs jUs DE FrUits D ans L’a L im E ntation qUotiDiEnnE :

qUELLEs rEcommanDations ?

Les jus de fruits possèdent de nombreuses qualités nutritionnelles qui en rendent la consom- mation intéressante.

La consommation de jus de fruits est bien ancrée dans les habitudes des Français (chez les enfants, ils sont surtout consommés lors des repas que sont le petit déjeuner et le goûter). A ce titre, les jus de fruits peuvent satisfaire les besoins de toutes les catégories de population :

Chez le très jeune enfant, le jus de fruits peut être introduit en très petites quantités dès le début de la diversification alimentaire. Il a essentiellement pour vocation de faire découvrir à l’enfant de nouveaux goûts et ne doit pas remplacer ni les laits infantiles ni l’eau.

37

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits dans l’alimentation quotidienne : quelles recommandations ?

38

Chez l’enfant, à partir de l’âge de 3-4 ans, le jus de fruits a tout à fait sa place au petit déjeuner, en complément du laitage et du produit céréalier, dans le cadre d’un petit dé- jeuner équilibré. Celui-ci comprend en effet idéalement un fruit, qu’il soit frais, en jus ou en compote. Le jus de fruits est également consommé au goûter, qui constitue en soi un petit repas. L’enquête CCAF 2010 du CREDOC (4) montre qu’au niveau de consommation constaté (environ 100 ml par jour), les jus de fruits sont les premiers contributeurs aux apports en vitamine C chez les enfants. Ils contribuent donc utilement à la couverture du besoin quotidien de certaines vitamines (vitamine C, B9) et des caroténoïdes.

Chez l’adolescent, entre 13 et 18 ans, le jus de fruits est également surtout consommé le matin au petit déjeuner. Les adolescents en consomment environ 110 ml par jour (4). Ayant souvent une alimentation déstructu- rée pauvre en légumes et en fruits (5), il est donc intéressant de pouvoir compter sur les jus de fruits pour faire profiter aux adoles- cents de l’essentiel des qualités nutrition- nelles des fruits, puisqu’un verre de jus de fruits (200 ml) peut compter pour une por- tion de fruits.

Chez l’adulte, le jus de fruits est moins consommé que chez les enfants et les ado- lescents (55 ml par jour, en moyenne). Il est surtout consommé au petit déjeuner en rai- son de sa praticité et sa rapidité de consom- mation.

A savoir Le jus de fruits (au même titre que les fruits) fait partie des boissons recommandées Le jus de fruits (au même titre que les fruits) fait partie des boissons recommandées par le GEMRCN (Groupe d’Etudes des Marchés de Restauration Collective et Nutrition) dans le cadre de la restauration sco- laire pour des menus équilibrés.

Une idée de goûter équilibré ? un verre de jus de fruits, un petit bol de céréales et du lait.

Un conseil pratique ? Le matin, les adolescents sont sou- vent pressés et ne prennent pas tou- jours un Le matin, les adolescents sont sou- vent pressés et ne prennent pas tou- jours un petit déjeuner complet et équilibré. Ils aiment emmener des produits nomades avec eux. Dans ce cas, une petite bouteille de jus de fruits et un pochon de biscuits secs leur permettront malgré tout de prendre un petit déjeuner.

Un conseil pratique ? Pour un petit déjeuner rapide et équilibré, prendre un verre de jus de fruits pour Pour un petit déjeuner rapide et équilibré, prendre un verre de jus de fruits pour les vitamines, un thé ou un café, un produit laitier pour le cal- cium et du pain beurré et confituré pour les céréales et les fibres.

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits dans l’alimentation quotidienne : quelles recommandations ?

l’alimentation quotidienne : quelles recommandations ? Chez le sportif, le jus de fruits est inté- ressant

Chez le sportif, le jus de fruits est inté- ressant à boire avant et après l’effort.

En effet, il apporte les sucres naturels des fruits qui contribuent avec les autres sources de sucres aux besoins énergétiques liés aux contractions musculaires. C’est également une boisson et à ce titre il contribue avec l’eau au niveau d’hydratation indispensable à tout sportif. Enfin, il apporte au sportif des vitamines et du potassium.

Chez la personne âgée, le jus de fruits se

révèle très utile pour compléter les autres boissons et contribuer à augmenter le niveau d’hydratation, trop souvent insuffisant. En prévention de la déshydratation fréquente du sujet âgé, il est recommandé de varier les boissons afin d’augmenter les apports hy- driques. De plus la personne âgée présente des risques de déficience en vitamines et mi- néraux, et en particulier en vitamine C. Les jus de fruits contribuent ainsi chez la per- sonne âgée à une bonne hydratation ainsi qu’à augmenter ses apports en vitamine C.

Un conseil pratique ? Avant et après l’effort, boire un verre de jus de fruits en complément des apports Avant et après l’effort, boire un verre de jus de fruits en complément des apports d’eau, qui constitue une boisson importante pendant l’effort (un litre par heure).

Un conseil pratique ? Le jus de fruits étant pratique et fa- cile à consommer, veiller à ce qu’il Le jus de fruits étant pratique et fa- cile à consommer, veiller à ce qu’il y en ait toujours à la maison et qu’il soit facilement accessible. Se sou- venir que les personnes âgées ont rarement soif et qu’il est recomman- dé de les faire boire régulièrement.

est recomman- dé de les faire boire régulièrement. L’essentiel en quelques mots Boire un verre de

L’essentiel en quelques mots Boire un verre de jus de fruits chaque jour est donc intéressant, à tous les âges de la vie et pour des raisons différentes : plaisir de découvrir de nouvelles saveurs, plaisir d’étancher sa soif par un jus de fruits bien frais, plaisir de boire un fruit quand on n’aime pas trop en manger, plaisir de varier ses boissons, plaisir de boire tout sim- plement tout en bénéficiant des qualités nutritionnelles du fruit.

39

40

LEs jUs DE FrUits Et La santé

40 LEs jUs DE FrUits Et La santé L’essentiel en quelques mots Grâce à leurs teneurs

L’essentiel en quelques mots Grâce à leurs teneurs en vitamines, en minéraux (surtout le potassium), en polyphé- nols et en caroténoïdes, les jus de fruits participent au maintien du fonctionnement normal de l’organisme et donc au maintien d’une bonne santé en général.

JUS DE FRUITS ET HYDRATATION

Le jus de fruits est une boisson qui contient environ 90% d’eau. A ce titre, il contribue avec les autres boissons à la couverture du besoin quotidien en eau qui est d’environ 1,5 litre d’eau par jour (25). D’après les données de l’ENNS de 2006 (5), 19% des adultes ont des apports en eau, via les boissons, insuf- fisants (inférieurs à un litre par jour), et en particulier un tiers des hommes de 55 à 74 ans. Chez les enfants et les adolescents (3 à 17 ans), les deux tiers boivent moins d’un litre d’eau par jour. Les enfants, les adoles- cents et les séniors sont donc particulière- ment concernés par une hydratation insuffi- sante.

Le rapport de 2010 de l’AESA (Autorité Eu- ropéenne de Sécurité des Aliments) sur les apports recommandés en eau précise que toutes les boissons participent aux apports hydriques quotidiens, que ce soit l’eau de boisson, les jus de fruits, les autres BRSA (Boissons Rafraîchissantes Sans Alcool), les boissons chaudes (26).

En France, le volume total de l’ensemble des boissons consommées (sauf les boissons alcoolisées) est d’environ 1 litre par jour. Les jus de fruits représentent jusqu’à 12% du volume total de boissons ingéré par les enfants. C’est la 3 ème boisson consommée après l’eau et le lait (7).

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits et la santé

Tranches d’âge

 

Boissons

Jus de fruits

Sodas

Boissons

Volume

Eau

laitières

chaudes

total

Enfants (6-11 ans)

549

247

128

114

6,7

1 045

Adolescents (12-19 ans)

578

215

104

169

28,6

1 095

Adultes (20-54 ans)

564,2

144

54

93

267

1 122

Seniors (> 55 ans)

548

164

33

16,4

250

1 011

Consommation de boissons (ml/j) par tranche d’âge en France (7).

JUS DE FRUITS, POIDS ET IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE)

JUS DE FRUITS, POIDS ET IMC (INDICE DE MASSE CORPORELLE) L’essentiel en quelques mots Les jus

L’essentiel en quelques mots Les jus de fruits tels qu’ils sont consommés en France ne sont pas associés à une surcharge pondérale. Ils peuvent donc être bus dans le cadre d’une consommation raisonnable telle que les Français la pratiquent déjà.

Consommation de jus de fruits et mécanismes de satiété

Les jus de fruits sont parfois suspectés de favoriser la prise de poids, au motif qu’ils contiennent des sucres et que, en qualité de boissons, ils mobilisent moins bien les mé- canismes de satiété.

En effet, il existe une hypothèse selon la- quelle l’énergie apportée par les boissons n’aurait pas le même pouvoir satiétant que celle apportée par les aliments solides. Ain- si, le fait de boire une boisson sucrée ajou-

terait à ce repas les calories fournies par la boisson, sans diminuer d’autant celles pro- venant des aliments (27). L’énergie apportée par les boissons n’aurait donc pas le même pouvoir satiétogène que celle apportée sous forme solide (28). Le mécanisme en cause serait lié à une vitesse d’ingestion rapide des calories liquides (29) ne laissant pas le temps aux récepteurs sensoriels ou intesti- naux d’informer le cerveau de l’ingestion de ces calories.

pas le temps aux récepteurs sensoriels ou intesti- naux d’informer le cerveau de l’ingestion de ces

41

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits et la santé

Toutefois, certains résultats ne sont pas co- hérents avec cette hypothèse. Une étude (30) a montré que lorsque l’on faisait une « précharge » de calories sous la forme d’ali- ments solides ou de boissons (lait, jus de fruits, sodas), on obtenait le même délai de prise spontanée d’un repas par la suite. En somme, boire un verre de jus de fruits pro- voquerait la même durée de satiété que de manger un aliment (à calories égales).

En conclusion, le caractère liquide ou solide pourrait ne pas être le principal détermi- nant du pouvoir satiétogène d’un aliment ou d’une boisson.

Rentrent certainement en compte également la taille des particules en suspension, la ré- partition des phases liquides/solides (31), le degré de viscosité et la teneur en fibres …. Donc, encore beaucoup d’incertitudes et de questions à explorer.

Quoiqu’il en soit, le PNNS recommande de ne pas multiplier les prises alimentaires en dehors des repas afin de préserver le rôle structurant du modèle alimentaire français. Cette recommandation prévaut pour tous les aliments et boissons.

recommandation prévaut pour tous les aliments et boissons. Evaluation de l’existence d’un lien entre IMC (Indice

Evaluation de l’existence d’un lien entre IMC (Indice de Masse Corporelle) et consommation de jus de fruits

La majorité des études internationales portant spécifiquement sur les jus de fruits suggère que la consommation de jus de fruits n’est pas associée à une surcharge pondérale, voire qu’elle pourrait même être associée à un statut pondéral plus favorable.

Cependant ces études sont peu nombreuses et présentent des biais méthodologiques (32, 33, 34, 35, 36). De plus, lorsqu’un lien est constaté (positif ou négatif), il est difficile de savoir s’il est attribuable aux jus de fruits eux-mêmes ou bien à d’autres caractéristiques du compor- tement alimentaire des consommateurs.

42

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits et la santé

JUS DE FRUITS ET MALADIES CARDIO-VASCULAIRES

L’essentiel en quelques mots Dans le domaine des maladies cardio-vasculaires, les résultats sont plutôt positifs et encourageants (effets bénéfiques de la consommation de jus de les résultats sont plutôt positifs et encourageants (effets bénéfiques de la consommation de jus de fruits) et s’expli- quent par la richesse globale des jus de fruits en polyphénols et autres antioxydants (vitamine C, vitamine A et caroténoïdes).

On ne dispose pas d’études d’observation relatives au risque cardio-vasculaire et spéci- fiquement centrées sur les jus de fruits, si ce n’est une étude prospective récente (37) qui a mis en évidence une diminution significa- tive du risque d’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) (-19%) chez des femmes qui avaient une forte consommation de flavanones (plus de 62 mg/j issus en grande partie d’un mé- lange de jus d’orange et de jus de pample- mousse, à raison d’environ un verre de 200 ml/j) versus celles qui en consommaient peu (moins de 14 mg/j).

JUS DE FRUITS ET CARIES DENTAIRES

Par ailleurs, deux études d’intervention ont mis en évidence, chez des individus à risque cardio-vasculaire modéré, une amélioration significative de la fonction endothéliale (fonction de la paroi intérieure des vaisseaux sanguins) après consommation de 500 ml par jour de jus d’agrumes pendant 1 à 4 se- maines (20, 38). Ces études suggèrent un ef- fet favorable des jus d’agrumes sur le risque cardio-vasculaire, ce qui est cohérent avec les effets physiologiques des polyphénols sur le risque cardio-vasculaire (37).

L’essentiel en quelques mots Dans le contexte habituel de consommation des jus de fruits (lors des repas, et avec Dans le contexte habituel de consommation des jus de fruits (lors des repas, et avec un temps de contact avec les dents très court), les jus de fruits ont un faible pouvoir cariogène. Retenons également que le principal facteur de risque d’apparition de ca- ries est l’absence d’hygiène bucco-dentaire.

La carie dentaire est la pathologie la plus répandue dans le Monde : selon les chiffres de l’OMS, 60 à 90% des enfants scolarisés dans le Monde et près de 100% des adultes en souffrent, soit un total de cinq milliards de personnes. La France se situe parmi les 10 premiers pays européens les plus touchés,

concernant les enfants. Toutefois l’incidence des caries dentaires chez les enfants et les adolescents de la plupart des pays euro- péens est en baisse, en raison de l’incitation à une meilleure hygiène bucco-dentaire et à l’usage de pâtes dentifrices pratiquement toutes enrichies en fluor.

43

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits et la santé

Les jus de fruits contiennent des sucres fer- mentescibles et ont un pH acide (facteurs ca- riogènes). Cependant, lors de la consomma- tion d’un jus de fruits, le temps de contact avec les dents ne dure que quelques se- condes, ce qui n’a rien à voir avec les pro- tocoles expérimentaux exposant l’émail de la dent à du jus de fruits pendant plus de 15 minutes (39).

En réalité il est bien établi que le pouvoir cariogène des glucides fermentescibles des aliments et boissons est majoré par les deux facteurs suivants, qui importent plus que la quantité consommée (40) :

- l’augmentation de la fréquence des prises

et en particulier lors du grignotage ;

- l’allongement du temps de contact entre la

dent et les glucides (temps prolongé et adhé- rence des résidus aux parois dentaires) (41).

Les jus de fruits sont peu concernés par ces facteurs car non seulement le temps de sé- jour dans la bouche est très bref et ne laisse pas de résidus, mais de plus les données du CREDOC 2010 (4) montrent que la consom- mation de jus de fruits hors repas constitue une minorité : seulement 5% de la consom- mation des jus de fruits chez les enfants et 12% chez les adultes.

En conclusion, on estime que les paramètres alimentaires ne seraient pas responsables de plus de 6% de la variance de l’augmen- tation des caries : les nombreuses études épidémiologiques menées au cours des vingt dernières années dans les pays indus- trialisés ont révélé une relation faible entre la consommation quantitative de sucres et l’incidence de caries dentaires (42).

de sucres et l’incidence de caries dentaires (42). Recommandations de consommation Chez les jeunes enfants, les

Recommandations de consommation

Chez les jeunes enfants, les jus de fruits ne doivent pas dépasser la consommation quo- tidienne de 120 à 180 ml (entre l’âge de 1 à 6 ans) et ne doivent pas être proposés en biberon ou dans un autre contenant fermé (43), afin d’éviter un allongement du temps de contact entre les dents et les glucides.

Il est également recommandé d’associer la consommation de jus de fruits à d’autres ali- ments non inducteurs d’acidité, pour un ef- fet tampon sur l’acidité buccale (44), comme

44

les produits laitiers par exemple, au petit déjeuner et au goûter. C’est exactement le contexte de consommation des jus de fruits en France (4).

Dans tous les cas, et sachant que les com- portements sont encore plus importants que les critères physico-chimiques des aliments (42), l’UFSBD (Union Française pour la Santé Bucco Dentaire) recommande surtout d’évi- ter le grignotage et de bien se laver les dents après les repas.

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits et la santé

JUS DE FRUITS ET CANCER

| Les jus de fruits et la santé JUS DE FRUITS ET CANCER L’essentiel en quelques

L’essentiel en quelques mots Les jus de fruits contiennent des micronutriments dont les effets antioxydants ont été démontrés et dont on évalue de mieux en mieux l’impact en prévention primaire et secondaire des cancers.

Il est admis que la consommation régulière et suffisante de fruits et légumes est associée à une diminution du risque d’apparition des cancers.

Les fruits sont cités comme faisant partie des facteurs de prévention vis à vis de nombreux cancers, dont les cancers de la sphère ORL, digestive et du poumon (45). Ces effets pourraient s’expliquer en raison de leur teneur en polyphénols.

De nombreuses études ont porté sur différents jus de fruits ou sur certains types de poly- phénols :

Le jus de pomme

Une revue systématique de toutes les pu- blications sur le sujet (46) suggère que la consommation de jus de pomme (conte- nant des polyphénols, surtout quand il est trouble) participerait à la diminution du risque de cancer du sein, de la peau et du colon. Les principaux polyphénols impliqués sont entre autres, les flavanones (quercé- tine), les catéchines, les tanins et les antho- cyanes.

tine), les catéchines, les tanins et les antho- cyanes. Les jus d’agrumes Leurs caroténoïdes et l’hespéridine

Les jus d’agrumes

Leurs caroténoïdes et l’hespéridine qu’ils contiennent ont montré un rôle bénéfique en prévention de nombreux cancers chez l’ani- mal (47). En revanche, le rôle protecteur des jus d’agrumes n’est pas encore clairement identifié chez l’homme.

Le jus de tomate

Il y aurait une association entre sa consom- mation et la diminution du risque d’appari- tion du cancer de la prostate, en raison de la présence de lycopène et d’autres composés (24, 45). Ces molécules diminueraient le ni- veau des bio marqueurs du stress oxydatif et le risque de cancérogénèse.

45

Le livre blanc du jus de fruits | Les jus de fruits et la santé

JUS DE FRUITS ET MEDICAMENTS

Les jus de fruits et la santé JUS DE FRUITS ET MEDICAMENTS L’essentiel en quelques mots

L’essentiel en quelques mots

Il existe fréquemment des interactions entre aliments et médicaments. D’où les pré- cautions de bon sens :

Toujours bien lire le mode d’emploi d’un médicament et respecter les consignes de prise avec ou en dehors des repas. Concernant les interactions entre le jus de pamplemousse et certains médicaments, l’ANSES (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire, de l’Alimentation, de l’Environne- ment et du Travail) conseille d’éviter de prendre un jus de pamplemousse dans les 2 heures qui précèdent la prise du médicament concerné et d’éviter l’excès de consom- mation de ce type de jus durant le traitement (un maximum de 250 ml/jour).

46

de jus durant le traitement (un maximum de 250 ml/jour). 46 Les interactions entre les aliments

Les interactions entre les aliments et cer- tains médicaments sont connues depuis longtemps. Ces interactions portent soit sur les mécanismes d’absorption intestinale des médicaments soit sur leur métabolisme en potentialisant l’action du médicament ou au contraire en la diminuant. C’est la raison pour laquelle il faut toujours bien regarder les informations concernant le mode d’em- ploi du médicament : à prendre à jeun ou lors d’un repas.

Concernant les jus de fruits, l’interaction du jus de pamplemousse avec plusieurs types de médicaments est la plus connue. Les médicaments les plus à risque d’inter- férences appartiennent à la famille des hy- pocholestérolémiants (certaines statines – en cas d’excès de LDL cholestérol), des hypotenseurs (les inhibiteurs calciques – en cas d’hypertension), des antibiotiques (les macrolides – en cas d’infection bacté- rienne), des immunosuppresseurs (dans certaines maladies impliquant les défenses immunitaires).

concLUsion

C’est un fait, les Français aiment boire des jus de fruits. Consommés à l’occasion du petit déjeuner mais aussi lors du goûter des enfants, les jus de fruits se dégustent le plus souvent lors d’un repas structuré. Leur consommation, bien ancrée dans les habitudes des Français, contribue à une ali- mentation équilibrée, recommandée par les professionnels de santé.

Les jus de fruits sont naturellement pour- vus des nutriments des fruits dont ils sont issus : vitamines (vitamine C, vitamine B9), minéraux (potassium), polyphénols et caro- ténoïdes, assurant ainsi une bonne densité nutritionnelle. Les jus de fruits sont, en par- ticulier, des contributeurs essentiels à l’ap- port en vitamine C des Français puisqu’ils apportent 20% de la vitamine C ingérée par les adultes et 40% de celle ingérée par les enfants.

Pour toutes ces raisons, les recomman- dations du Programme National Nutrition Santé (PNNS), prévoient qu’un verre de jus

de fruits peut contribuer à une des cinq por- tions quotidiennes de fruit. La consomma- tion actuelle de jus de fruits en France (110 ml/jour chez les enfants et adolescents et 55 ml/jour chez les adultes) est donc tout à fait compatible avec ces recommandations.

De plus, le corpus de la recherche scienti- fique récente consacrée aux jus de fruits apporte de nombreux éléments qui suggè- rent un effet protecteur des nutriments pré- sents dans les jus de fruits, favorisant ainsi le maintien du fonctionnement normal de l’organisme et donc d’une bonne santé en général.

Boire un verre de jus de fruits chaque jour permet donc de répondre aux besoins de tous les âges de la vie, et cela pour des rai- sons différentes : plaisir de découvrir de nouvelles saveurs, plaisir de boire un fruit quand on n’aime pas trop en manger, plaisir de varier ses boissons, plaisir de bénéficier des qualités nutritionnelles du fruit.

47

annEXEs

Le marché des jus et des nectars de fruits en France

L’industrie du Jus de Fruits est composée d’une quarantaine d’opérateurs significatifs répartis sur tout le territoire, y compris les DOM-TOM (Guadeloupe, Martinique, Réu- nion) et la Corse.

DOM-TOM (Guadeloupe, Martinique, Réu- nion) et la Corse. Le saviez-vous ? Les fabricants français ont produit

Le saviez-vous ?

Les fabricants français ont produit en 2010, 20 millions de litres de jus de raisin, 50 millions de litres de jus de pomme et 6 millions de litres de jus de tomate à partir de fruits récol- tés en France.

C’est une filière qui emploie 4300 personnes (ce qui induit 30 000 emplois indirects) (48) et dont les acteurs économiques sont de tailles diverses (PME-Petites et Moyennes Entreprises-, ETI-Entreprises de Taille Inter- médiaire-, entreprises patrimoniales).

La filière des jus de fruits contribue à l’équilibre du maillage des territoires ruraux et à leur développement économique, à la fois par la présence d’usines, mais aussi par le maintien de producteurs arboricoles en amont.

aussi par le maintien de producteurs arboricoles en amont. 48 En France, les jus de fruits

48

En France, les jus de fruits les plus consommés sont le jus d’orange (48% des ventes), le

jus de pomme (9,97%) et les jus multifruits (8,65%) comme le montre le schéma ci dessous.

Parts de marché des jus de fruits selon le parfum (% volume). Source : Nielsen
Parts de marché des jus de fruits
selon le parfum (% volume).
Source : Nielsen Company
29/01/2012. (49)

Orange

48,07%

Autres jus

17,97%

Pomme

9,97%

Vitaminés

8,65%

Ananas

3,20%

Pamplemousse

2,88%

Exotique

2,75%

Raisin

2,58%

Fruits rouges

1,66%

Abricot

0,63%

Poire

0,24%

Pêche

0,17%

Tomate

0,52%

Jus de légumes

0,69%

Les 100% purs jus représentent près de la moitié du marché des jus de fruits,

suivis de près par les jus à base de concentré et les nectars.

Les jus de fruits au rayon ambiant représentent 91% des ventes,

loin devant les jus au rayon réfrigéré (les 9% restants). Ceux-ci sont toutefois en nette progression.

49

bibLiograPHiE

1. Conseil européen. Directive 2001/112/CE du 20 décembre 2001, relative aux jus de fruits et à certains pro- duits similaires destinés à l’alimentation humaine. Journal Officiel des Communautés Européennes, 2001.

2. Parlement européen, Conseil Européen. Directive européenne 2012/12/UE du 19 avril 2012. Journal Officiel de l’Union européenne 2012.

3. Parlement européen, Conseil européen. Règlement 1169/2011/UE du Parlement européen et du Conseil du

25 octobre 2011 concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires.2011.

4. CREDOC. Comportements et consommation alimentaire en France 2010. Enquête CCAF 2010. 2010.

5. Etude Nationale Nutrition Santé (ENNS). Situation nutritionnelle en France en 2006 selon les indicateurs d’objectif et les repères du PNNS. http://invs.sante.fr/publications/2007/nutrition enns/RAPP INST ENNS Web pdf.2006.

6. CREDOC. Comportements et consommation alimentaire en France 2010. Enquête CCAF 2010. 2010.

7. CREDOC. Comportements et consommation alimentaire en France 2004. Enquête CCAF 2004. 2004.

8. PNNS Programme National Nutrition Santé. 2006-2010 http://www.mangerbouger.fr/bien-manger/que-

veut-dire-bien-manger-127/les-9-reperes/fruits-et-legumes-au-moins-5-par-jour.html).

9. ANSES. Composition nutritionnelle des aliments. Tables CIQUAL 2012. http://www.anses.fr/Table CIQUAL/.

10. AIJN (European Fruit Juice Association). COP (Code of Practice).

11. CREDOC. Comportements et consommation alimentaire en France 2007. Enquête CCAF 2007. 2007.

12. Livesey G and coll. Fructose consumption and consequences for glycation, plasma triacylglycerol, and body weight : meta-analyses and meta-regression models of intervention studies. Am J Clin Nutr 2008 ; 88 :

1419-37

13. Tappy L and coll. Metabolic effects of fructose and the worldwide increase in obesity. Physiol Rev 2010 ;

90 : 23-46

14. Apports Nutritionnels Conseillés pour la population française. Le fer, p.150 à 155. AFSSA. CNERNA.CNRS. Ed Tec et Doc Lavoisier 2001.

15. Parlement européen, Conseil européen. Règlement 1924/2006/CE du Parlement européen et du Conseil du

20 décembre 2006, concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimen-

taires. Journal Officiel de l’Union Européenne 2006.

16. Commission européenne. EU Register on nutrition and health claims. http://ec.europa.eu/nuhclaims/re- sources/docs/euregister.pdf 2012.

17. Souci, Fachmann, Kraut : Food Composition and Nutrition Tables 1981/82.

18. Apports Nutritionnels Conseillés pour la population française. La vitamine B9, p.205 à 211. AFSSA. CNERNA. CNRS. Ed Tec et Doc Lavoisier 2001.

19. Giovannucci E. Tomato products, lycopene and prostate cancer : a review of the epidemiological literature. J Nutr, 2005 ; 135 : 20305-1S

20. Morand C and coll. Hesperidin contributes to the vascular protective effects of orange juice : a randomized crossover study in healthy volunteers. Am J Clin Nutr 2011 ; 93 :73-80.

21. Rizza S and coll. Citrus polyphenol hesperidin stimulates production of nitric oxide in endothelial celles while improving endothelial function and reducing inflammatory markers in patients with metabolic syn- drome. J Clin Endocrinol Metab 2011 ; 96 : E 782-92

22. Reedman JE and coll. Select flavonoïds and whole juice from purple grapes inhibit platelet function and enhance nitric oxide release. Circulation 2001 ; 103 : 2792-8

23. Karlsen A and coll. Anthocyanins inhibit nuclear factors-kappa beta activation in monocytes and reduce plasma concentrations of pro-inflammatory mediators in healthy adults. J Nutr 2007 ; 137 : 1951-4

50

24. Basu A and coll. Tomatoes versus lycopene in oxidative stress and carcinogenesis : conclusions from clini- cal trials. Eur J Clin Nutr 2007 ; 61 : 295-303.

25. Jequier E, Constant F. Pourquoi faut-il boire de l’eau ? Pour maintenir la balance hydrique. Cah Nutr Diet, 2009, 44. 190-7.

26. EFSA. Scientific Opinion on establishing food-based dietary guidelines. EFSA Journal 2010 ; 8 (3) : 1460.

27. De Castro JM and coll. The effects of the spontaneous ingestion of particular foods or beverages on the meal pattern and overall nutrients intake of humans. Physiol Behav, 1993 ; 53 : 1133-44.

28. Mattes RD. Beverages and positive energy balance : the menace is the medium. Int J Obes 2006 ; 30 :

S60-S65.

29. De Wijk and coll. The effets of food viscosity on bite size, bite effort and food intake. Physiol Behav 2008 ; 95 : 527-32.

30. Almiron-Roig E and coll. Hunger, thirst, and energy intakes following consumption of caloric beverages. Physiol Behav 2003 ; 79 : 767-73.

31. Almiron-Roig E and coll. Liquid calories and the failure of satiety : how good is the evidence ? Obes Rev

2003 ; 4 : 201-12.

32. Schulze MB and coll. Sugar-sweetened beverages, weight gain and incidence of type 2 diabetes in young and middle-aged women. JAMA 2004 ; 292 : 927-34.

33. Faith MS and coll. Fruit juice intake predicts increased adiposity gain in children from low-income families :

weight status by environment interaction. Pediatrics 2006 ; 118 : 2066-75.

34. 0’Connor TM and coll. Beverage intake among preschool children and its effect on weight status. Pediatrics

2006 ; 118 : e1010-8.

35. Berkey CS and coll. Sugar-added beverages and adolescent weight change. Obes Res 2004 ; 12 : 778-88.

36. Pereira MA and coll. Consumption of 100% fruit juice and risk of obesity and metabolic syndrome : findings from the national health and nutrition examination survey 1999-2004. J Am Coll Nutr 2010 ; 29 : 625-9.

37. Cassidy A and coll. Dietary flavonoids and risk of stroke in women. Stroke ; 43 : 946-51.

38. Buscemi S and coll. Effects of red orange juice intake on endothelial function and inflammatory markers in

adult subjects with increased cardiovascular risk. Am J Clin Nutr 2012 ; 95 : 1089-95.

39. Ren YF and coll. Effects ot tooth whitening and orange juice on surface properties of dental enamel. J Dent

2009 ; 37 : 44-31.

40. Gustafsson BE and coll. The Vipeholm dental caries study ; the effect of different levels of carbohydrate intake on caries activity in 436 individuals observed for five years. Acta Odontol Scand 1954 ; 11 : 232-64.

41. Gardiner JA and coll. The effect of different concentrations of sugars in two foods (yoghurts and baked beans) on plaque pH. Int Dent J 1997 ; 47 : 115-20.

42. Van loveren C and coll. Rôle de l’alimentation dans la prévention des caries. Cahiers de Nutrition et de Diététique 2006 ; 41 : 341-346.

43. American Academy of Pedodontics, American Academy of Pediatrics. Policy on early childhood caries (ECC) :

classifications, consequences, and preventive strategies.2011 ; V36 n°6 12/13 : 50-52.

44. Frank R. Sucre, glucides et carie dentaire. Chapitre 5-IV. Sucre et Nutrition 1992 : 156-174.

45. World Cancer Research Fund, American Institute for Cancer Research. Part 2 : Evidence and judgements – Chapter 4 : Foods and drinks. 66-196. Report : Food Nutrition, Physical Activity and the Prevention of Cancer :

a Global perspective. 2007. ISBN : 978-0-9722522-2-5.

46. Gerhauser C and coll. Cancer chemopreventive potential of apples, apple juice, and apple components. Planta Med 2008 ; 74 : 1608 – 24.

47. Tanaka T and coll. Cancer chemoprevention by citrus pulp and juices containing high amounts of beta-cryp- toxanthin and hesperidin. J Biomed Biotechnol 20012 : 516981.

48. Rapport d’activité du CNVS 2012.

49. Nielsen Scan Track. Nielsen Global Consumer Confidence Survey 2012.

51

Union Nationale Interprofessionnelle des jus de fruits 23 boulevard des Capucines 75002 Paris Tél. :

Union Nationale Interprofessionnelle des jus de fruits

23 boulevard des Capucines 75002 Paris Tél. : 01 47 42 82 82 unijus@unijus.org www.unijus.org

Les jus de fruits font partie du quotidien des Français puisque les enfants et les adolescents en boivent en moyenne 100

ml par jour et les adultes environ 50 ml

par jour, le plus souvent à l’occasion des repas que sont le petit déjeuner et le goûter (pour les enfants).

Pour mieux les faire connaître à tous, l’Union Nationale Interprofessionnelle des Jus de Fruits (UNIJUS) a choisi de

réaliser ce Livre Blanc rassemblant des données essentielles et référencées dans les domaines très complémentaires

de

la fabrication des jus de fruits,

de

leurs caractéristiques nutritionnelles,

de

leurs liens avec la santé et de la

place qu’ils peuvent légitimement occuper au sein de l’équilibre alimentaire à tous les âges de la vie.