Vous êtes sur la page 1sur 76
Revue française de psychanalyse (Paris) Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque Sigmund Freud
Revue française de psychanalyse (Paris) Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque Sigmund Freud

Revue française de psychanalyse (Paris)

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque Sigmund Freud

Société psychanalytique de Paris. Revue française de psychanalyse (Paris). 1927. 1/ Les contenus accessibles sur
Société psychanalytique de Paris. Revue française de psychanalyse (Paris). 1927. 1/ Les contenus accessibles sur

Société psychanalytique de Paris. Revue française de psychanalyse (Paris). 1927.

1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 :

*La réutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service.

2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

*des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits.

*des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque

municipale de

(ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter reutilisation@bnf.fr.

MICHEL

FAIN

PRÉLUDE

A

LA

VIE

FANTASMATIQUE

PRÉSENTATION

la chance d'avoir

qui

J'ai

une définition

me fût

un cousin fort

savant.

Un jour je

lui

accessible de la

notion

d'entropie.

demandais

Après un

instant

d'un

et me rappelant

une omission de taille : la définition de l'ordre. Ce fait me laissa interloqué

comme chaque fois qu'il m'apparaît que je fonctionne mentalement comme si les chosesallaient de soi. Quoi qu'il en soit le dit savant cousin me déclara qu'un système est d'autant plus le siège de l'ordre s'il atteint un haut degré

d'improbabilité. Il faut bien dire que cette précision me convenait parti- culièrement étant donné le point où se trouvaient alors les recherches que

de réflexion

me répondit le rencontrai

il

: « L'entropie

est le degré de désordre

système. » Je

à nouveau une couple d'années plus tard

la définition

en question, il me dit alors qu'elle comportait

j'avais

entreprises sur le fonctionnement

mental.

Le travail

quej'ai

eu l'honneur

de vous présenter s'est attaché à étudier

quelques conditions d'apparition

un décor qui ne se construit

des acteurs

pas tout seul. La

appelés à

se mouvoir

dans

conclusion peut

reprendre

la

citée plus

seconde définition

efficace qu'il atteint un haut

pie

du dit

système transparaît

haut

degré d'improbabilité. dans une probabilité

: l'ordre

est d'autant

symbolique

plus ce sens, l'entro-

Dans

qui revêt le masque de

la répétition. de choses d'allure

Il

se passe ainsi dans la vie d'un

être humain

des quantités

banalement

quotidienne

et qui font

que sa façon de les

percevoir, de les penser, de les agir, de se laisser penser, de se laisser agir,

atteignent un plus ou moins grand degré d'improbabilité. Donc, ce travail

a porté sur une quantité des points de discussion.

limitée

de facteurs

dont je

vais essayer de tirer

1° Une certaine sensibilité aux choses fragilise. Ceci arrive quand cette

sensibilité est due au maintien

retrouvé

ou

à

la

réapparition

d'une

réalité

ayant

du

la

toute sa brutalité

certain

primaire. mode d'activité

et M.

factuel

permet

Un

selon C. David

le surinvestissement

psychomotrice,

de M'Uzan, l'éventualité

la vie opératoire selon P. Marty,

précédente

en

émoussant

une protection

contre

292

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

2-3-1971

dite sensibilité grâce à un usage particulier d'une propriété de l'instinct de mort.

Une certaine sensibilité aux choses permet

de bien vivre.

Les choses

en question s'ordonnancent alors suivant un haut degré d'improbabilité.

fait,

Et pourtant

ce haut

simple

à première

degré d'improbabilité et courte

vue, qui

est atteint

par a un potentiel

le biais d'un

extraordinaire

de résonance sur les facultés représentatives : le petit

d'autant mieux élevé qu'en temps voulu il ne gênera pas le désir paternel

que je ne vois aucun inconvénient à appeler le désir de l'autre.

de

l'homme

est

Ce fait

exige une mère réceptive et attentionnée

d'où

saura se dégager,

dans

accueillante au désir de l'homme. De ce dégagement naît une censure à

Censure et sommeil

représentations aboutiront

qui l'écartera du désir paternel ce dernier étant cependant alors indi-

rectement à la base du travail du rêve, travail mental dont il est pratique-

le même temps voulu,

en contrepartie

une amante

sachant

se parer

devenir

pour

un besoin de représentations.

du sommeil de l'enfant

laquelle

répond

au maintien

ment

impossible de prévoir

le résultat

à l'avance.

En fait,

une

autre

résonance intervient

alors

:

entre

les fantasmes

originaires et le désir de l'autre. Les bases de l'ordre symbolique sont en

place. Ce n'est pas par hasard que les circonstances qui aboutissent à ce

haut

F.

Pasche,

Freud.

 

sont celles qui comprennent,

qui

ainsi qu'en a parlé

dans l'oeuvre

de

il est néces-

degré d'improbabilité

la

totalité

des propositions

ce haut

s'inscrivent

Pour

que se maintienne

degré d'improbabilité,

saire que l'énergie du système soit en partie empruntée à un autre système qui pourtant aurait tendance à réduire le premier à sa plus simple expression.

Cela revient

à utiliser

à la façon

d'un

aiguillon

une partie

de cette énergie

venant

Il

Il

C'est

d'une réalité

brute non symbolisée.

là encore d'un point

la discussion.

s'agit

existe, en matière psychanalytique,

celui qui se perçoit

appelant

un phénomène dynamique central.

le système sommeil-rêve.

Au

le mieux à travers

désir du Moi de faire régresser ses investissements au niveau du narcissisme

primaire

s'oppose toujours

un désir de maintenir

les investissements d'objet

qui ont été frustrés. Serge Viderman a remarquablement décrit ce mouve- ment au cours de la cure psychanalytique. Il s'agit là d'un fait. Chaque

fois que s'opère de façon manifeste une aspiration apparente vers le narcis-

sisme, qu'il soit primaire

refus érotique de suivre cette voie.

ou secondaire,

se juxtapose

dans

L'investissement

du nouveau-né par

sa mère s'accompagne

l'ombre

d'un

un

repli

narcissique qui va jusqu'à materniser le milieu. De nombreux auteurs ont

PRELUDE

A

LA

VIE

FANTASMATIQUE

293

surtout

mis l'accent

sur le développement

mental

du

nourrisson

dans ce

milieu, la qualité globale de ce milieu étant jugée suivant les qualificatifs de bon et de mauvais, c'est-à-dire avec un faible degré d'improbabilité.

règle dont j'ai

En fait,

l'investissement

maternel

n'échappe pas à la

parlé plus haut et une partie de sa libido reste franchement érotique.

de cette femme accro-

Une femme subsiste quelque part.

La représentation

chée à ses objets érotiques est rejetée en dehors du milieu

maternelle

existence est une des raisons

de

la

méfiance

maternant

et son

envers le monde

en général. Ainsi,

représentation d'une satisfaction hallucinatoire du désir de l'autre, préfi-

en dehors du

milieu

maternant

se trouve

figurée

la

guration à une scène primitive

ultérieure.

Cependant,

par

rapport

à

l'identification primaire formée par la mère et l'enfant, cette représentation n'est pas différenciée de la réalité brute primaire et le systèmepare-excitation dont le rôle est assuré essentiellement par la mère se charge d'isoler le bébé

de cet ensemble. C'est le chaos précédant

de telle façon que se justifie

Autrement

la genèse dont le bébé est protégé

« il

la réflexion

pour

ne se rend

compte de rien à

».

existe un effort

que ce chaos qui

humains

la

comprend n'exerce aucun s'exerce d'une

dit,

il

fois

la

réalité

brute

et de multiples

sentiments

effet, ne soit pas efficient sur ce bébé, alors que la protection

façon

infiniment

plus

nelle

interne

au

dit

nuancée sur les effets dérivant

bébé. L'énergie

qui

réussirait

de la source pulsion-

à passer

à

travers

le

système pare-excitation

n'a aucune tendance,

faire.

Quant

à

la

source instinctuelle

propre

ni à s'épuiser,

à l'enfant,

ni

à se satis-

elle se situe

à

l'intérieur du système maternant et au sein de l'identification primaire,

le Ça de l'enfant

une part

« hors

devient le Moi

érotique

de la

mère

en partie

seulement car

mère est

de

la

libido

de la femme

se refuse à être

à faire

de cité,

elle

du couple,

n'a

qui

les murs

» bien qu'elle

des entrées à

crée dans le c'est volon-

commence rapidement

reprend

droit

la femme

l'improviste.

milieu

tairement

brefs moments de pleine

toujours mais la constitution d'une zone défendue fait qu'à certains moments

la

Lorsque

n'ai

maternant

que je

une zone défendue,

pas dit

la chambre

« des parents

». Ce lieu

que de brefs, trop

extérieurs

existent

et libère

de ce

existence.

Certes,

les murs

mère redevenant femme rompt

l'identification

primaire,

les potentialités

de

instinctuelles

la

du

de l'enfant.

C'est

Ça censure de l'amante

ce qui

m'a

ces

fait

amené à parler

potentialités

d'emblée

Ainsi,

s'exerçant gêner le désir paternel.

sur

susceptibles de venir

dans de

bonnes conditions, le Ça de l'enfant se trouve précocement confronté au désir paternel. Si l'inconscience de l'enfant persiste néanmoins quant à la

perception

de ce désir, l'efficience

de ce dernier

même enfant.

Inconscience,

efficience

d'une

force

s'exerce à plein

non perçue,

sur ce

des

voilà

294

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

2-3-1971

choses qui

journées,

à leur

ait

originaires.

tour

sont familières les productions des conditions

aux psychanalystes. mentales de l'enfant, d'élaboration.

future,

pu

Dans

censurées d'emblée,

la perspective

de ces

exigent

le

Ça

que cette rencontre

en résonance avec les fantasmes

le fait

Déjà,

lieu est gros d'une

Si

tout

élaboration

à l'heure j'ai

dire

que la

mère investissait

de son enfant comme son propre Moi, le désinvestissement, en découvrant des potentialités du Ça d'emblée censurées afin de donner le champ libre

au désir paternel, pousse à la mise en forme de représentations qui consti- tueront dans leur résonance avec les fantasmes originaires le noyau de

l'inconscient.

J'ai

étudié également ce qui pouvait

venir

s'opposer à un tel

déroule-

ment ; combien la défaillance de la mère dans son rôle de pare-excitation

risquait de faire durer le chaos primitif et indifférencié plaçant l'individu devant une tâche intégrative impossible parce que devant faire face à une

source inépuisable. La persistance de trop grandes brèches dans le pare-excita-

tion

défenses. Il existe alors chez le sujet une tendance à inventer des montagnes

là où ne se trouvent que des crevasses. C'est ainsi que j'ai été amené à

abuser, en réduisant des solutions multiples à un seul grand

celui de la fétichisation

de mise en forme de l'excitation

clivage. Je sens combien cette trop grande

à discuter. L'autre solution défensive dérive de l'utilisation des pro-

rouvrir

béance à

moindre

primitif

tend

à

leur

la

des

défaillance

mécanisme,

des moyens

mécanisme de déni utilisant

qui jaillit

de la fente extension

qui

est

primaire,

caractérise

un

discutable

et

priétés

de réduction

que comporte

l'instinct

de mort.

Le

sommeil

obtenu

par bercement des petits insomniaques précoces représente au plus haut point l'effet calmant obtenu par une excitation spécifique. L'effet cesse

avec le bercement. Nous

trice qui caractérise

mécanisme. Je discussion.

avons directement

opératoire ce point

rattaché

l'activité

psychomo-

à

par

ce

la

la

vie

que

des malades psychosomatiques

être amélioré

de vue devrait

pense

J'ai

été amené ainsi à décrire de façon

abrupte

des faits

qui, en dehors

de cas exceptionnels,

à un plus ou moins grand

à l'état

n'apparaissent

jamais

pur

degré au sein de toute structure.

et qui se trouvent

Il

existe un dernier point

Ma

participation

de discussion que j'aurais

tendance à récuser

à ce Colloque s'est faite suivant un axe de

à l'avance.

travaux dont la caractéristique est un déséquilibre sur le plan métapsycho- logique. La dimension économique y est envahissante et, comme l'a rappelé

F. Pasche, le sens bute sur l'économique. L'étude porte sur quelques modes

de butée tendant

à altérer

le haut

degré d'improbabilité

selon laquelle

une

signification

latente

arrive

à s'exprimer.

RAPPORT

C'est

vers

une

tentative

de travaux,

de discussions,

de coordonner

une

que va se développer

série

d'observations,

Le

ce travail.

carac-

tère égocentrique

limites

qui la pratique celui

partiel,

développer

différentes

encore,

pense notamment

la clinique psychosomatique, travaux qui représentent les grands cou-

travaux

va revêtir

n'est

que le résultat

de mes propres

travaux

toute

abord

va

qu'elle

et de ma difficulté

à assimiler

en totalité

les nombreux

ont été faits

sur ce sujet

ce sujet qui recouvre

C'est

cette

pratiquement

à partir

d'un

et la théorie

de

la

en majorité,

que

permet

n'ai

aucune

que

de la psychanalyse.

que

psychosomatique,

ou

plus

l'étude

prétention

d'autres

participation des perspectives

et

je

sur

se

exactement

de

la

à

à partir

clinique

psychosomatique.

spécialité

point

d'appui

je

une

quelconque ont pris

qui

rants de la pensée psychanalytique contemporaine, doivent être étudiés

avec soin. C'est à tort que l'on cite une école psychosomatique

Société psychanalytique

amicaux

qui,

premier temps l'attention

hésitations

par le patient psychosomatique. Le saut mystérieux du psyché dans le

posés

Il

de

la

de Paris.

plus

Il

s'agit

d'un

qu'une

dont

les liens de vue

groupe

sont

beaucoup

départ,

importants

communauté

certain

après

en fait,

n'est

de

que superficielle.

sur

est cependant

s'est

économique

que dans un

quelques

de ce groupe

l'aspect

centrée,

des

problèmes

soma que l'on observe

dant pour ce faire des moyens

dans les conversions

ce qui

pas apparemment

hystériques

utilise

cepen- la conden- une valeur sa nature.

qui ne nous sont pas étrangers,

confère

à la

dite

conversion

la libido

dans

sation

et le déplacement,

qui

discursive

ne modifie

On

Il

duquel le corps perd toute sagesse. Nous observons parfois

mation d'un trouble

qui semble

alimentant

pourrait

de plaisir en principe de Nirvana. C'est pourquoi l'utilisation d'ana-

logies concernant le fonctionnement

ainsi

physiologiques

dire

la

conversion

lors

névrotique

une

n'altère

the wisdom of

the body. au cours la transfor-

l'énergie

peut

que est pas de même

entraîner

le trouble, se traduire

pas

n'en

d'un

trouble

psychosomatique

somatique,

en trouble

de

la

transformation

de

qualité

affective

perte dans une

ce qui,

terminologie

psychanalytique,

du

principe

et les régulations

On

a

sous la rubrique

grosse

de la transformation

d'erreurs.

de la vie mentale

de

sources

m'apparaît

296

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

2-3-1971

évoqué l'homéostasie, ne tient

nologie

l'appareil

l'existence

conscient,

soit,

mènes

telle

orientation.

la métabolisation

fait

le

etc.

Cette

qu'au

termi-

par

si

Moi,

du

parfaitement,

à son niveau dans de bonnes

l'étude

que

inconscient

conditions,

pas compte

supporte

que

psychique

de tendances

le

corps

p o u r q u o i

pourquoi

est,

contradictoires

tolérant.

niveau

en

qui n'apparaissent

lui,

beaucoup

moins

Quoi

qu'il

c'est

l'attention

s'est

centrée

sur

avec

tous

les

inconvénients

des

phéno-

une

économiques

comporte

F.

recherche

le

Pasche,

en

d'erreur

signalant

du

risque

une

fi

que

comporte

sans frein

sur

tout

de

telle

recherche

fait

sens, indique le sens bute.

l'économique

pourrait

qu'une

q u ' u n e

Le

point

écarte

de l'économie nous semble

un

chez le patient psychosomatique.

point de vue dominé trois

de vue

laquelle

aussi vrai,

l'intérêt

par

symétrique

de

ce fait,

à

le sens et, ce

tel

alors

centrage

qui

se passe

ce

aggraver

C'est

les

réactions

pourquoi

l'économie

la première,

qui

la

sont

celle

Nous

qui

une

en distin-

justifiées. de Held,

fait

des

par

la

accorde

grande

guerons

grande importance à des manifestations archaïques « préverbales, voire

préreprésentatives

à

accordant une grande importance

projection

enfin

particulier de l'ordre

principales,

une

part

de

et

», position génétiques,

positions

en conséquence

celle

des

opinions

et

de

seconde,

auteurs

kleiniens,

et

Klein,

aux phénomènes décrites

sur

d'introjection

Melanie

notion

aux

J.-P.

précoces

celle

d'un

mode

Vallabrega

qui

s'appuyant

de conversion

symbolique. dans le champ

traduirait

des altérations

nous

conflictuelles

de la psychosomatique,

retrouvons

les

Ainsi,

principales théories que l'on retrouve dans le champ de la psychanalyse en général et avec elles une certaine incommunicabilité qui trouve sa

pleine illustration

champ psychosomatique,

même

la conception

En fait,

dans la définition cette difficulté

dont

j'ai

sur

souligné

du fantasme. s'accentue

après

dus

dans ce

Cependant,

du fait

de la nature

avec

du symptôme

de

Gendrot

aux

la parenté

Freud

les troubles

névroses

actuelles.

dans des

la différence

essentielle

des opinions

émises se situe

façons différentes

de concevoir

l'action

de l'instinct

de mort.

Il m'appa-

raît

responsable par S. Freud

une certaine

continuité

entre

le « mésusage libidinal

et l'action « facteur

En

par exemple de troubles

dans

les névroses

actuelles

notée

quanti-

intro-

se fait.

dans la seconde partie

pour

le moins,

de son oeuvre d'un

tatif » entraînant,

duisant la notion d'instinct

des mésusages.

également

une

de mort

certaine

clarification

»

Pour

les uns

il

exacte qui,

de

s'agit

toute

d'une

façon,

hypothèse

n'a

pas

à

voire

d'une notion

travail

spéculative,

être

envisagée

dans

un

PRELUDE

A

LA

VIE

FANTASMATIQUE

297

d'autres

peut

:

il

intervient

silencieusement

clinique,

et la discussion

se détache alors la position originale

de Melanie

plus,

n'est

rences fondamentales

psychosomatiques.

mais

il

Tout

intervient de suite de l'oeuvre

pour

sur les modes d'intervention.

des auteurs

l'instinct

et

de mort

porter

pour

s'inspirant

n'est

Klein

eux,

pas silencieux,

il

se représente

précocement

que

entre

pour

des

Dans

bruyamment.

il

il

ce sens, pas de diffé- ou

donc

pas étonnant

ces auteurs troubles

n'existe

psychopathologiques

Dans

notre

vise

à contribuer

ou

le bruit

à la compréhension

perspective de la vie fantasmatique,

apparaît donc de première importance. Il est implicite qu'au cours des

régressions pathologiques qui affectent simultanément

libidinales objectales et l'organisation narcissique

sions

par exemple,

anal,

qui le silence

de l'instinct

les

du Moi,

de mort

positions

les expres-

Ainsi,

instinctuel

conscientes

d'une

et inconscientes réactivant

conflit

anal,

fantasmatiques

se modifient.

un mode

sont

au cours

régression

du

les représentations

condensées

issues

oedipien

profondément

topique

altérées,

des

avec le système

qui

comme

auparavant

si la chaîne

le

traces

et

mnésiques

la

jalonnaient

chemin

entre

jusqu'au

point

lui-même

activité

s'était

rétractée

l'analité de fixation.

altéré,

génitalité

système

brusquement

Le

« perception-conscience

à accorder

» se trouve

la régression

ayant tendance

une plus

grande

aux mécanismes

de projection

et d'introjection.

Nous

en

général

dans

ce travail

silencieux

qui

a affecté

pour

libi-

Dans

voyons et sa libido

qui

le Moi

des raisons

l'oeuvre

de l'instinct

de mort

s'est trouvé,

de relier

libéré.

de mort

La fixation au sadisme

anale a permis et de limiter

complexes,

l'instinct

dinalement

les dégâts.

la perspective

nous intéresse,

si la modification

à

un

point

à

un

l'instinct

qui

qualitative de fixation,

refoulement, de mort.

et quan-

l'efface-

mais

titative

ment des traces mnésiques qui, autrefois, atteignaient topiquement une

position

une

produit un tel mécanisme, l'appréciation de la réalité se trouve modifiée

pour une raison relativement simple : au niveau de l'organisation

pienne il y a correspondance entre le niveau de développement atteint par les traces mnésiques et l'organisation mentale qui s'est développée

à partir du principe de réalité. Les gens qui ont atteint une organisation oedipienne ont les pieds sur terre. S'ils effectuent une régression patho-

logique de réalité,

et réussissent alors à confondre la réalité et le fantasme de façon inter-

est le résultat

plus

de la régression

n'est

nullement

au silence

avancée,

à

se

action

de réduction

par

Quand

oedi-

accentuée,

ils

ne sont

Ils

par trop

plus

que suspendus

au principe

les pieds

dans le vide.

sont même en fait

séparés en deux

REV.

FR.

PSYCHANAL.

20

298

REVUE

FRANÇAISE

DE

PSYCHANALYSE

2-3-1971

mittente.

l'a

C'est

ce clivage

que S. Freud

a décrit,

provoqué

a agi silencieusement.

Le clivage

l'instinct

du

Moi

de mort

qui

selon

Melanie

Klein

montre

tout

au contraire

un instinct

de mort

bruyant,

d'autant

plus bruyant

l'instinct ce n'est

de vie nullement

fut

silencieux.

Si je souligne

ou

J. P.

l'autre

Valla-

perspective

la conver-

que

trop en exclure

cette

mais pour Déjà,

brega

métapsychologique classique à la base du trouble psychosomatique,

ne diverge peut-être pas tellement de nos opinions : par rapport

l'ordre symbolique structuralement

différence

qui

l'une

de

une

pour

soulever

les problèmes

ainsi

posés.

de cette discussion

maintient

le

nous voyons

que l'opinion

selon

système

conversionnel

issu du conflit

oedipien,

à

sion « altérée » du psychosomatique ne parcourt plus un champ de

traces mnésiques inaltérées.

notion de conversion

corps érotique, le corps narcissique et le corps physiologique

la

le

la

Il

est même certain efficacement

plus

que ce maintien

le rapport

de

conserve

entre

que

notion plus simplifiée de mise à l'écart des traces mnésiques entraînant

alors une Ce

décharge

directe

dans le soma. l'influence

de l'instinct

premier la représentation,

point

de

pointant

mort

sur

influence

négative

dans une

perspective

classique,

influence positive dans une vue kleinienne,

aspects économiques de la question, bien qu'ayant souligné un point d'incommunicabilité manifeste entre les points de vue : en étant selon

est loin

de réunir

tous

les

Freud, l'instinct

de l'instinct,

l'instinct

de mort

tend

à fixer

l'instinct

dans l'expression la plus directe et la plus répétitive

possible, la moins

représentable par conséquent, ne laissant pas de traces mnésiques et n'attendant que les conditions de se reproduire, un mouvement rapide de vie retournant le plus vite possible au niveau zéro. Nous voyons

toute la différence

de la Traumdeutung, qui dans son chemin « régrédient » s'illumine de tous les avatars de son histoire. Dans l'oeuvre de S. Freud l'instinct

de mort est le contrepoint des fantasmes originaires, ces derniers étant

le

« représentant

gros de l'organisation

avec la pulsion

telle qu'elle

est décrite

au chapitre

VII

de l'individu.

Si le fantasme

donné

à l'instinct

symbolique

de la pulsion

est

direct

» (S. Isaacs), étant

M.

Klein

nous

l'impor-

de mort

tance attachée par les analystes

dans cette

suivant

représentation

situations

directe,

nous

quant

trouvons

apparemment du fantasme

qui

face à deux

de départ

à l'étude

se

tournent

viennent

résolument

d'autres

moins

le dos. données

opposées.

du

Comme

nous

le disions

haut

plus

qui

pourront

telle

peut-être

fut

nous ramener

par M.

positions La notion

de clivage

Moi

décrite

qu'elle

inter-

à des

Klein

PRELUDE

A

LA

VIE

FANTASMATIQUE

299

n'est pas sans analogie, ainsi qu'il

description de la réalisation hallucinatoire

Nous

est retenu

différence

le

rejetée

le

fut

souvent du désir

ce qui

avec

la

La

remarqué,

faite

S. Freud.

de plaisir

par est source

Klein

un

Freud

mémoire

rappelons

tout

pour se trouve

que

et que

ainsi

toute

source

pour

Moi

de déplaisir.

réside

temps.

parle

réalité.

Il

plan.

Il

essentielle

avec la conception

Moi

plaçant

surinvestissement

de Melanie réussit

possible,

le

dans

Dans

alors

s'agit

n'y

d'un

non

fait

S. Freud

destin,

d'un

ce mécanisme

sans équivoque

que pour

Les pulsions

la

et leur

de