Vous êtes sur la page 1sur 21

L’HOMMAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À L’ANP

L’HOMMAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À L’ANP

Uneinstitutionforteet indivisible

L’UGTA rejette toute « atteinte »à l’intégrité et à l’unité de l’ANP

P.

3

13 Rabie El Thani 1435 - Jeudi 13 Février 2014 - N°15052 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA

REVOLUTION

PAR

LE

PEUPLE

ET

POUR

LE

PEUPLE

CRASH DE L’HERCULE C-130 DE L’ANP À OUM EL BOUAGHI MESSAGES DE CHEFS D’ETAT ET RESPONSABLES
CRASH DE L’HERCULE C-130 DE L’ANP À OUM EL BOUAGHI
MESSAGES DE CHEFS D’ETAT ET RESPONSABLES D’INSTITUTIONS INTERNATIONALES
Tristesse, compassion
et recueillement
Le Président Bouteflika
reçoit les condoléances
du Président et du chef
du gouvernement tunisiens
◗ Les partis politiques et les institutions adressent leurs condoléances
◗ La solidarité des corps de sécurité sur le terrain
◗ Protection civile : Tous les moyens mobilisés
◗ La boîte noire récupérée et l’enquête avance
◗ MDN : 77 victimes dont 73 militaires
PP. 3-4

WILAYA D’ALGER

20.000

logements

sociaux

fins prêts

P. 9

20.000 logements sociaux fins prêts P. 9 RENCONTRE AVEC LE PROFESSEUR CHEMSEDDINE CHITOUR, AUTEUR DE

RENCONTRE AVEC LE PROFESSEUR CHEMSEDDINE CHITOUR, AUTEUR DE PALESTINE, LE CALVAIRE D’UN PEUPLE :

Ph. Billal
Ph. Billal

«Laquestionpalestinienne est unproblèmeinjuste àl’échelledel’humanité»

PP. 30-31

ENERGIE

ELECTRIQUE

20.000 km de lignes pour accompagner le réseau de transport

P. 9

TRIPARTITE

Cinq dossiers

seront

examinés

P. 8

TRIPARTITE Cinq dossiers seront examinés P. 8

OKBA GOUGAM, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE VOLLEY-BALL, AU FORUM SPORT D’EL MOUDJAHID :

« Les chances de nos filles sont intactes »

PP. 16-17

Ph. Louisa M.
Ph. Louisa M.

EDUCATION NATIONALE

Le débrayage maintenu en dépit des assurances de la tutelle

P. 8

2 EL MOUDJAHID
2
EL MOUDJAHID
Météo DIMANCHE 16 FÉVRIER À 10H AU CCI NUAGEUX Conférence-débat sur le concept de chahid
Météo
DIMANCHE 16 FÉVRIER
À 10H AU CCI
NUAGEUX
Conférence-débat sur le
concept de chahid
Au Nord, alternance d’éclaircies et de
passages nuageux.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés (30/40 km/h), notamment sur les ré-
gions du littoral.
La mer sera peu agitée localement agitée
vers littoral Est.
Sur les régions Sud, le temps sera géné-
ralement ensoleillé.
Les vents seront en général faibles à mo-
dérés, avec localement chasses de sable.
À l’occasion de la commémora-
tion de la journée du Chahid, le
Centre culturel islamique organise,
dimanche 16 février à 10h, une
conférence-débat sur le thème «Le
concept de chahid dans le diction-
naire de la Révolution», animée
par M. Rabah Zaghdane, suivie
d’interventions sur le parcours des
chouhada Ahmed Bouchemal et
Ahmed Réda Houhou.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (21° - 12°), Annaba (19°- 12°),
Béchar (23° - 9°), Biskra (22° - 11°),
Constantine (18°- 6°), Djelfa (17°- 6°),
Ghardaïa (22° - 12°), Oran (22° - 10°),
Sétif (15°- 4°), Tamanrasset (23°- 8°),
Tlemcen (22° - 9°).

Activités des partis

CE MATIN À 10H

PT : session extraordinaire

des partis CE MATIN À 10H PT : session extraordinaire Le bureau politique du Parti des

Le bureau politique du Parti des travailleurs se réunira en session extraor- dinaire pour évaluer la pre-

mière étape de l’opération de la collecte des signatures pour la candidate du parti et sur les développements politiques importantes. Le rapport d’ouverture sera présenté par M me Louisa Hanoune, ce matin à 10h au siège du parti. **********************************

DEMAIN À 9H30

parti. ********************************** DEMAIN À 9H30 El-Adala : session ordinaire du conseil consultatif

El-Adala : session ordinaire du conseil consultatif

L’ouverture de la session ordinaire du conseil consul- tatif national du front El- Adala sera présidée par cheikh Abdallah Djaballah, demain à 9h30, au siège du parti. **********************************

DEMAIN À 10H30

FFS : conférence de presse

Le premier secrétaire du FFS, Ahmed Bettatache, animera une conférence de presse demain à 10h30 au siège du parti.

conférence de presse demain à 10h30 au siège du parti. ********************************** SAMEDI 15 FÉVRIER À

**********************************

SAMEDI 15 FÉVRIER À 9H30 À OUM EL-BOUAGHI

ANR : conférence régionale des cadres

À OUM EL-BOUAGHI ANR : conférence régionale des cadres Sous la présidence du SG, Belkacem Sahli,

Sous la présidence du SG, Belkacem Sahli, l’Alliance nationale républicaine orga- nise, samedi 15 février à

partir de 9h30 au centre cul- turel Émir-Khaled, une conférence régionale des cadres. **********************************

SAMEDI 15 FÉVRIER À 10H À SIDI-FREDJ

PEP : session ordinaire du conseil national

La session ordinaire du conseil national du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP) se tiendra samedi 15 février à 10h à la salle de conférences du Centre international de la jeu- nesse à Sidi Fredj.

SAMEDI 15 FÉVRIER À 9H À GHARDAÏA Journée de reboisement L’association Machaâl Echa- hid organise,
SAMEDI 15 FÉVRIER À 9H À GHARDAÏA
Journée de reboisement
L’association Machaâl Echa-
hid organise, en coordination
avec le commissariat des forêts,
une journée de reboisement sous
le slogan : «Un arbre pour
chaque martyr», samedi 15 fé-
vrier à 9h, dans le cadre des fes-
tivités marquant la journée du
Chahid qui se veulent un hom-
mage aux chouhada sans sépul-
ture. À 10h30, une rencontre est
prévue avec les grands invalides
de guerre et condamnés à mort.
LES 16 ET 17 FÉVRIER
Campagne de sensibilisation aux dangers du gaz
Naftal orga-
nise, les 16 et
17 février, une
campagne de
sensibilisation
sur l’utilisation
du gaz. La cara-
vane sera lan-
cée dimanche
16 février à par-
tir de l’APC de Baraki, établissement scolaire de la commune de Tes-
sala El-Merdja et Birtouta. Lundi 17 février à l’établissement scolaire
de Beni Messous et à la Direction de l’action sociale et de la solidarité
de la wilaya.

DEMAIN À 9H À LA FORÊT DE BAÏNEM

Marathon du martyr Imam Ilyace

À 9H À LA FORÊT DE BAÏNEM Marathon du martyr Imam Ilyace L’association Machaâl Echahid organise

L’association Machaâl Echahid organise un mara- thon du martyr coureur olym- pique Imam Ilyace le slogan : «Fidélité et espoir», demain à 9h à la forêt de Baïnem, à l’occa- sion de la journée du Chahid.

sous

AGENDA CULTUREL

AGENDA CULTUREL SAMEDI 15 FÉVRIER À 14H30 À LA LIBRAIRIE GÉNÉRALE D’EL-BIAR Vente-dédicace de Nazim Benhabib

SAMEDI 15 FÉVRIER À 14H30 À LA LIBRAIRIE GÉNÉRALE D’EL-BIAR

SAMEDI 15 FÉVRIER À 14H30 À LA LIBRAIRIE GÉNÉRALE D’EL-BIAR

Vente-dédicace de Nazim Benhabib

Vente-dédicace de Nazim Benhabib
La Librairie générale d’El-Biar abritera, samedi 15 février à 14h, une vente-dédicace de Nazim Benhabib

La Librairie générale d’El-Biar abritera, samedi 15 février à 14h, une vente-dédicace de Nazim Benhabib qui signera son ouvrage, le Nid de la Colombe, paru aux éditions Dalimen. *****************************************

JEUDI 20 FÉVRIER À 18H À LA SALLE EL-MOUGAR

JEUDI 20 FÉVRIER À 18H À LA SALLE EL-MOUGAR

Avant-première du film Sur le quai de la vie

Avant-première du film Sur le quai de la vie
Une avant-première du film intitulé Sur le quai de la vie , réalisé par Badis

Une avant-première du film intitulé Sur le quai de la vie, réalisé par Badis Foudala, avec une pléiade d’acteurs professionnels algériens, dont Fatiha Berber, Abdelhamid Rabia, Abdelkader Boujadja, aura lieu jeudi 20 février à 18h, à la salle El-Mougar. *****************************************

SAMEDI 15 FÉVRIER À 18H

SAMEDI 15 FÉVRIER À 18H
Exposition photographique « Fragments d’Enfance »

Exposition photographique « Fragments d’Enfance »

Dans le cadre de la tenue de la 4 e édition du festival national de

Dans le cadre de la tenue de la 4 e édition du festival national de la photographie d’art, un vernissage de l’exposition «Fragments d’En- fance» sera organisé samedi 15 février à 18h, au Musée public national d’art moderne et contemporaine, 25, rue Larbi-Ben-M’hidi.

et du Wakf, Abdallah

wilaya d’Oran au cours de

et du Wakf, Abdallah wilaya d’Oran au cours de Ferroukhi à Oran et Tlemcen son secteur

Ferroukhi à Oran et Tlemcen

son secteur en vue de s’en-

Ferroukhi à Oran et Tlemcen son secteur en vue de s’en- ******************************** Mebarki reçoit

********************************

Mebarki reçoit l’ambassadeur d’Espagne

Ghlamallah à Oran

Le ministre des Affaires reli-

gieuses

Ghlamallah, effectuera, au- jourd’hui, une visite d’inspection

dans la

laquelle il s’enquerra de l’état d’avancement du projet de réalisa- tion de la grande mosquée Abdelhamid-Ibn-Badis. ********************************

Abdelhamid-Ibn-Badis. ******************************** Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid

Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, Sid Ahmed Ferroukhi, effectuera, les 16 et 17 février, une visite de tra- vail et d’inspection dans les wi- layas d’Oran et Tlemcen, en vue de s’enquérir de l’état d’avancement des projets sectoriels en cours de réalisation, et il inau- gurera un certain nombre de projets achevés. ********************************

Hadj Saïd à Aïn Defla

Le ministre du Tourisme et de

l’Artisanat, Mohamed Amine Hadj Saïd, accompagné d’une déléga- tion des cadres, effectuera samedi

15

d’inspection des structures rele-

vant de

quérir de l’état d’avancement des

projets.

février une visite de travail et

M. Mohamed Mebarki, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, a reçu, mardi, l’ambassadeur du Royaume d’Espagne en Algérie, Alejandro Polanco. Lors de cette rencontre, les deux parties ont exprimé leur satisfaction quant à l’importance des échanges qui se sont dévelop- pés ces dernières années entre les institutions universitaires et de recherche des deux pays.

institutions universitaires et de recherche des deux pays. LE 18 FÉVRIER À SÉTIF « Pour mieux

LE 18 FÉVRIER À SÉTIF

« Pour mieux vivre la ville »

LE 18 FÉVRIER À SÉTIF « Pour mieux vivre la ville » L’Assemblée populaire communale de

L’Assemblée populaire communale de Sétif et BELUX organisent une rencontre-débat et une exposi-

tion sur le thème «Pour mieux vivre la ville», les 18,

19 et 20 février à la salle des fêtes de l’Assemblée po-

pulaire communale de Sétif, à l’occasion de la célébra- tion de la journée de la Ville.

DU 24 AU 28 FÉVRIER À OUARGLA

1 er Salon Urba Expo-2014

24 AU 28 FÉVRIER À OUARGLA 1 e r Salon Urba Expo-2014 Le 1 e r

Le 1 er Salon de l’aménagement et du mobilier ur- bain d’Ouargla (URBA EXPO-2014) se tiendra du 24 au 28 février à la salle omnisports, en partenariat avec la wilaya d’Ouargla, la Société algérienne des foires et exportations (SAFEX), et la société Batima- tec Expo.

Nation

EL MOUDJAHID

3

N ation EL MOUDJAHID 3 CRASH DE L’HERCULES C-130 DE L'ANP A OUM EL-BOUAGHI La solidarité
N ation EL MOUDJAHID 3 CRASH DE L’HERCULES C-130 DE L'ANP A OUM EL-BOUAGHI La solidarité
N ation EL MOUDJAHID 3 CRASH DE L’HERCULES C-130 DE L'ANP A OUM EL-BOUAGHI La solidarité
CRASH DE L’HERCULES C-130 DE L'ANP A OUM EL-BOUAGHI
CRASH DE L’HERCULES C-130 DE L'ANP A OUM EL-BOUAGHI

La solidarité des corps de sécurité sur le terrain

Soixante-dix-sept morts et un blessé se trouvant dans un état grave, tel est le bilan définitif du crash de Lockheed C-130 Hercules des forces aériennes algériennes survenu mardi dernier dans la région de Djebel Fortas, à cheval entre les localités d'Aïn Mlila et d'Aïn Kercha (wilaya d'Oum El Bouaghi).

E n effet, selon le comman- dant Youcef

Aliouèche, de la protection civile de la wilaya de Constantine, l'opéra- tion de recherche et de sauvetage, la- quelle a pris fin très tôt la matinée d'hier, et a permis de se- courir un jeune mi- litaire de 21 ans, Djelloul Nimer, po- lytraumatisé, lequel recevra les premiers soins par les méde- cins-pompiers sur place, avant d'être transféré dans un

premier temps par ambulance à l'hôpital d'Aïn Mlila, puis par hélicoptère à l'hôpital mili- taire régional universitaire de Ali- Mendjeli (Constantine). Concernant les victimes n'ayant pas survécu à l'horrible drame, le commandant Aliouèche précisera que 4 victimes étaient de sexe fé- minin. Notre interlocuteur revien- dra en détail sur le déroulement de l'opération, supervisée par le direc- teur général de la protection civile, le colonel Mustapha Lahbiri, en étroite collaboration avec les ser- vices de l'ANP et les différents corps de sûreté : "Aussitôt l'alerte donnée, mardi à 12h55, nos unités se sont dirigées vers les lieux du drame. Pour cela nous avons mobi- lisé 24 ambulances, un fourgon pompe hydrocarbures (FPHC), un transport modulaire, 3 tentes avec l'ensemble du matériel pour un poste médical avancé, un bus, un

du matériel pour un poste médical avancé, un bus, un véhicule d'éclairage et 2 véhicules de

véhicule d'éclairage et 2 véhicules de liaison. Côté moyens humains, il y avait 157 éléments, dont 6 méde- cins. Le relief accidenté du lieu du crash, en plus du climat très rude nous ont valu de déployer d'énormes efforts pour dégager les corps, dont 61, en plus du survivant, seront acheminés à pied sur 4 km. Les douze autres le seront directe- ment au moyen de deux hélicop- tères des forces aéronavales. Au petit matin, les corps des vic- times étaient regroupés au niveau de la morgue de l'hôpital militaire d'Ali Mendjeli, alors que les élé- ments de la protection civile d'Oum El Bouaghi sont restés sur place." Contactée par nos soins, la chargée de communication de la protection civile d'Oum El Bouaghi nous ap- portera des précisions supplémen- taires sur les moyens mobilisés :

"En plus des 101 agents dépendant

PROTECTION CIVILE

Tous les moyens mobilisés

des brigades cynotechniques. Plus de 50 ambulances équipées, une dizaine de camions d’interventions et plusieurs détachements rapides se sont rendus sur les lieux du drame, un lieu caractérisé par une accessibilité très difficile nécessi- tant une longue marche de 6 kilo- mètres pour arriver à l’endroit exact du crash de l’avion militaire. En étroite collaboration avec les éléments de la gendarmerie na- tionale et de ceux éléments de

de la wilaya, nous avons reçu un ren- fort de 443 agents de Constantine, Mila, Batna, Skikda, Sétif, Guelma, ainsi qu'Alger (77 agents de l'Unité nationale d'instruction et d'in- tervention d'El Hamiz). Pour les moyens matériels, 125 véhicules, entre ambulances et ca- mions, ont été utili- sés." Ali Mendjeli hier, 9h du matin. L'ambiance aux alentours de l'hôpi- tal militaire régional

universitaire Abde- lali Benbaâtouche est des plus pe- santes. Au temps maussade s'ajoute la tristesse et la résignation mar- quant ostensiblement tous les vi- sages. Pour les familles des malheu- reuses victimes du crash, seule la présence de deux membres étaient tolérée. Vers 11h45, le vice-minis- tre de la Défense, chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, ac- compagné des autorités locales adressera ses condoléances aux fa- milles des disparus en les assurant de tout son soutien. De son côté, le colonel Lahbiri, déléguera huit psy- chologues-cliniciens pour assister les familles éprouvées par ce drame. Enfin, nous apprenons que les corps des victimes, en majorité originaires de l'ouest du pays, se- ront acheminés vers l'aéroport de Boufarik. Issam B.

La Direction générale de la pro- tection civile (DGPC) a mobilisé tous les moyens nécessaires, hu- mains et matériels pour la réussite des opérations de recherches et de sauvetages enclenchées à peine l’alerte donnée à 11h40 mn.In- formé du drame qui a coûté la vie à 76 personnes la DGPC a mis en place, sur-le-champ, une cellule de crise pour la gestion du drame et faire face à la situation critique, nous a expliqué le lieutenant Nas- sim Bernaoui, de la Cellule de communication, Direction géné- rale de la protection civile. « Le nombre exact des passa- gers, qui étaient à bord de l'avion, est de 77 », a ajouté le lieutenant de la protection civile, précisant qu'un seul survivant grièvement blessé a été dénombré. La cellule de crise de la protec- tion civile s'occupe de la logistique qui entoure la catastrophe, centra- lise actuellement les informations collectées par ses éléments et a dé- fini la stratégie de communication pour coordonner les opérations de sauvetages. Les opérations de sauvetage de grandes envergures rendues déli- cates à cause des conditions météo- rologiques très défavorables, neige et brouillard, ont mobilisé 489 élé- ments tous grades confondus parmi lesquels 399 sapeurs pompiers dé- pêchés des casernes d’Oum El Bouaghi, Constantine Sétif, Mila, Batna et l’Unité nationale, en sus

l’Armée nationale populaire rele- vant de la 5 e Région militaire, la protection civile a mis en place un dispositif à travers lequel, ses agents ont continué les recherches jusqu’à mercredi à 1h20 mn du matin. Les corps sans vie des 76 pas- sagers ont été acheminés par les moyens de la protection civile à l’hôpital militaire Ali Mendjeli de

Constantine. Mohamed Mendaci

Formidable élan de solidarité des citoyens de la région d’Oum El Bouaghi

L’avion militaire dont le crash, mardi près d’Oum El Bouaghi, a pro- voqué le décès de 77 personnes, a suscité un formidable élan de solida- rité parmi la population des localités situées dans le voisinage du crash, a constaté l’APS mercredi. Plus de 24 heures après l’accident, des ci- toyens, par dizaines, se pressaient encore dans les alentours du lieu du drame, exprimant leur "profonde tristesse" et leur "compassion" pour les familles des victimes. Beaucoup de jeunes gens, notamment, n’hé- sitaient pas à faire la navette entre leurs villages et le site de l’accident, malgré les trois heures de marche en pleine montagne pour le trajet aller-retour, qui proposant son aide, qui désirant en savoir davantage sur ce crash dont certains affirment qu’il a "bouleversé leur vie". La veille, avant que le bilan précis de l’accident ne soit rendu public, ils étaient encore plus nombreux à insister pour apporter leur aide et donner leur sang pour sauver d’éventuels rescapés. Des femmes du monde rural, souvent chaussées de simples escarpins malgré le froid très vif, ainsi que de nombreuses femmes médecins, des infirmières et des paramédicales, venues de plusieurs wilayas voisines, ont également été aperçues sur le site du crash, proposant aide et victuailles aux en- quêteurs dont le travail était rendu très pénible en raison de l’éloigne- ment, du froid et de la nature du sol.

Le Président Bouteflika reçoit les condoléances du Président et du chef du gouvernement tunisiens

du Président et du chef du gouvernement tunisiens Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier un mes- sage de condoléances de la part du Président de la République tunisienne, Mon- cef Marzouki, et de son chef du gouvernement, Mehdi Jomaa, suite au crash de l'avion militaire survenu mardi sur le mont Fortas (Oum El Bouaghi), cau- sant la mort à 77 personnes, indique un communiqué du cabinet du Premier ministre. MM. Marzouki et Jomaa ont exprimé au peuple algérien et aux fa- milles des victimes du tragique accident aérien, en leur nom et au nom du peu- ple tunisien frère, leur soutien et leur compassion, priant Dieu de leur accorder Sa sainte miséricorde et de les accueillir en Son vaste paradis, ajoute le com- muniqué.

AHMED GAÏD SALAH SE RECUEILLE DEVANT LES DÉPOUILLES DES VICTIMES

Adoption d’une série de mesures

Le crash a fait "77 victimes, comprenant 73 militaires et 4 femmes dont l'épouse et la fille de l'adjoint au commandant de la 6 e Région militaire, et un sur- vivant dans un état critique", précise le communiqué qui cite les explications four- nies par le directeur de l'Hôpital militaire régional de Constantine, lors d'un exposé présenté au vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, en visite à l'hôpital. Après s'être enquis des causes et des circonstances de ce tragique acci- dent, le général de corps d'armée Gaïd Salah qui, a présidé une réunion restreinte

à l'hôpital, durant laquelle il a écouté les différents exposés présentés par les res-

ponsables, a donné des instructions pour "accélérer notamment l'identification des corps des victimes", "la prise en charge des familles et le transfert des dé- pouilles vers leurs wilayas d'origine", souligne la même source. L'opération d'identification des corps des victimes par les services spécialisés et leur transfert au fur et à mesure vers leurs régions d'origine à travers le pays "se poursuit acti- vement", précise le communiqué. Le chef d'état-major de l'ANP a également or- donné le "lancement immédiat de l'enquête de la commission technique" pour "élucider les circonstances de l'accident", en tenant compte de tous les détails pouvant contribuer à déterminer les causes exactes du crash de l'avion, dans les mauvaises conditions météorologiques qui prévalaient dans la région. Il a, en outre, donné des instructions pour "prendre les mesures adéquates" afin d'éviter que ce genre d'accidents ne se reproduise.

SELON UN COMMUNIQUÉ DU MDN

77 victimes dont 73 militaires

Le crash d'un avion militaire survenu mardi près d'Oum El Bouaghi (500 km

à l'est d'Alger) a fait 77 victimes comprenant 73 militaires et 04 femmes, a

confirmé hier le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. Le crash a fait "77 victimes, comprenant 73 militaires et 4 femmes dont l'épouse et la fille de l'Adjoint au Commandant de la 6 e Région Militaire, et un survivant dans un état critique", précise le communiqué qui cite les explications fournies par le di- recteur de l'Hôpital militaire régional de Constantine, lors d'un exposé présenté au vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale populaire, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah, en visite à l'hôpital.

La boîte noire récupérée et l’enquête avance

La boîte où pourraient être enregistrées les échanges des pilotes dans le cockpit de l’Hercule C-130 qui s’est écrasé mardi sur le mont Fortas (Oum El Bouaghi), tuant 77 personnes et blessant grièvement une autre, a été retrouvée "en bon état", a-t-on appris hier auprès d'une source proche de l'enquête. Selon cette source, l’aéronef, pris dans les mauvaises conditions climatiques, marquées notamment par des vents violents et une mauvaise visibilité, est tombé "nez en avant" sur le site même où se trouve actuellement l’épave, infirmant cer- taines informations selon lesquelles l’avion aurait percuté une montagne voisine du lieu du crash. Mercredi en fin d’après-midi les éléments de la police scienti- fique de la gendarmerie nationale, accompagnés d’éléments spécialisés de l’Ar- mée nationale populaire (ANP), avaient achevé leur travail technique et récupéré un certain nombre d’équipements de l’avion qui seront "très utiles à l’enquête", a-t-on ajouté. L'hôpital militaire régional universitaire "Benbaatouche" de Constantine, où une cellule psychologique a été installée pour prendre en charge les parents et proches des victimes, a connu, tout au long de la journée de mer- credi, une animation particulière du fait de la présence de nombreuses familles venues de plusieurs régions du pays pour récupérer les corps de leurs proches.

Nation

4

N ation 4 EL MOUDJAHID CRASH DU HERCULE C-130 DE L'ANP À OUM EL BOUAGHI M.
N ation 4 EL MOUDJAHID CRASH DU HERCULE C-130 DE L'ANP À OUM EL BOUAGHI M.
N ation 4 EL MOUDJAHID CRASH DU HERCULE C-130 DE L'ANP À OUM EL BOUAGHI M.

EL MOUDJAHID

CRASH DU HERCULE C-130 DE L'ANP À OUM EL BOUAGHI
CRASH DU HERCULE C-130 DE L'ANP À OUM EL BOUAGHI

M. Bensalah présente ses condoléances au général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah

L e président du Conseil de la Nation, Abdelkader Bensalah, a adressé mercredi un message de condoléances au vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'Armée nationale poppulaire (ANP), le

général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah. «Suite au crash tragique de l'avion militaire survenu mardi, nous partageons votre affliction et peine. En cette douloureuse circonstance, je vous présente, en mon nom et au nom des membres du Conseil de la Nation ainsi qu'à toutes les familles des victimes, mes condoléances les plus attristées et ma sincère compassion, priant Le Tout-Puissant de vous aider à surmonter cette pénible épreuve», a écrit M. Bensalah dans son message. «Je prie Dieu de donner aux familles et proches des victimes patience, ré- signation et constance pour supporter cette dure épreuve et d'accueillir dans son vaste paradis les victimes parmi les enfants de l'ANP, bouclier de la patrie et source de fierté et d'orgueil et leurs familles», a conclu le président du Conseil de la Nation.

Les partis politiques expriment leurs condoléances

S uite au crash de l'avion militaire à Oum El Bouaghi, les partis politiques et organisations syndicales ont présenté leurs condoléances au peuple algérien, au commandement de l'Armée nationale populaire (ANP) et aux familles

des victimes. Le président du Conseil de la nation, Abdelkader Bensalah, a adressé dans un communiqué, en son nom et au nom des membres du Senat, des condo- léances au vice-ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, le général de corps d'armée, Ahmed Gaïd Salah et aux familles des victimes. Le parti du Front de libération nationale (FLN) a exprimé dans un communiqué ses condo- léances au peuple algérien et au commandement de l'ANP les assurant de sa com- passion suite à cette «tragédie» survenue sur le mont Fartas à Oum El Bouaghi. Le FLN a adressé ses vives condoléances aux familles des victimes et s'est in- cliné à la mémoire des martyrs de cette tragédie qui vient de frapper le peuple al- gérien. En cette douloureuse circonstance, le FLN a rendu hommage à tous les éléments de l'ANP pour leur loyauté infaillible à la patrie et leurs efforts inlassa- bles pour la préservation de nos frontières et la sauvegarde de notre intégrité ter- ritoriale. De son côté, le Rassemblement national démocratique (RND) a adressé ses sincères condoléances au ministre de la Défense nationale et au chef de l'état- major de l'ANP ainsi qu'aux familles des victimes les assurant de sa compassion en cette douloureuse épreuve et priant Dieu Tout-Puissant d'accorder Sa Sainte Miséricorde aux défunts et d'assister leurs familles en cette épreuve. Le groupe parlementaire l'Alliance de l'Algérie verte, le secrétariat du bureau politique du parti des travailleurs, le président du parti El Karama, Mohamed Ben Hamou, le président du Front national algérien, Moussa Touati, le président du parti, Tribune de l'Algérie de demain, M. Hocine Gouasmia et le secrétaire général du Parti du renouveau algérien, Kamel Bensalem ont présenté ses condoléances au peuple algérien, au commandement de l'ANP et à toutes les familles des vic- times priant Dieu Tout-Puissant de les accueillir en Son Vaste Paradis. L'Union générale des travailleurs algériens (UGTA) par la voix de son secré- taire général Abdelmadjid Sidi Said a présenté au vice-ministre de la Défense na- tionale, chef de l'état-major de l'ANP, aux familles des victimes et à toute l'honorable institution militaire ses sincères condoléances tout en les assurant de sa profonde sympathie. Soixante-dix sept personnes ont péri et une autre a été grièvement blessée dans le crash d'un avion militaire de type Hercule C-130, sur- venu mardi sur le mont Fortas à Oum El Bouaghi, a indiqué le ministère de la Dé- fense nationale. L'avion, qui transportait soixante-quatorze passagers en plus des quatre membres de l'équipage, assurait un vol entre Tamanrasset et Constantine. W. B.

MASCARA

Une minute de silence

Ils étaient des centaines d'étudiantes et étudiants des différentes facultés de l'université de Mascara à observer une minute de silence et de recueillement, à la mémoire des disparus du crash de l'avion militaire qui a coûté la vie à 77 personnes. De leur côté, les moudjahidine de la wilaya, présents à la réunion consacrée au thème des explosions nucléaires françaises durant l'époque colo- niale dans le Sud algérien, à la maison de la culture, ont eux aussi, exprimé leur grande tristesse et leur profonde compassion et présentent leurs condo- léances aux familles des disparus de ce tragique accident. A. Ghomchi

MESSAGES DE CHEFS D’ETAT ET D’INSTITUTIONS INTERNATIONALES

Tristesse, compassion et recueillement

L e crash de l’avion militaire (Hercule C130) à Oum El Bouaghi dans lequel 77 passa-

gers sont décédés, a été suivi par des messages de condoléances formulés par des chefs d’Etats et des respon- sables d’institutions étrangères. L’ambassade des Etats-Unis d’Amé- rique à Alger a exprimé dans un communiqué, rendu public mardi, «ses sincères condoléances au peu- ple algérien suite au tragique décès de passagers lors du crash de l’avion militaire(…)». La même source pré- cise que «nos pensées et nos prières vont aux familles qui ont perdu des êtres chers et aux personnes blessées lors de cet accident». De son côté, le vice-Premier ministre, ministre des Affaires étrangères de la Belgique, a assuré au gouvernement et au peuple algérien de «l'entière solidarité» de son pays. M. Didier Reynders a af- firmé avoir appris avec «tristesse» l'accident d'avion en Algérie. A cet effet, «ses condoléances aux familles et amis des victimes» et «assuré le gouvernement et le peuple algériens de l'entière solidarité de la Belgique.» Ce sentiment a été, éga- lement, partagé par le ministre cana- dien des Affaires étrangères John Baird. Sur le site de l’ambassade à Alger, il relève qu’il est «profondé- ment attristé par la nouvelle de l’écrasement d’un avion de transport militaire aujourd’hui (hier Ndlr) dans l’Est de l’Algérie, qui a fait un grand nombre de victimes.» Dans le même contexte, M. Baird, s’expri- mant «au nom de tous les Cana- diens», tient à offrir ses «sincères condoléances aux familles et amis des personnes décédées dans ce tra- gique accident». Et d’ajouter : «Nos

dans ce tra- gique accident». Et d’ajouter : «Nos pensées et nos prières les accompa- gnent

pensées et nos prières les accompa- gnent ainsi que la population de l’Algérie éprouvée par cette terrible tragédie.» Sur le plan régional, suite à ce crash, le secrétaire général de la Ligue arabe a annoncé, hier, au Caire, que son organisation mettra son drapeau en berne en signe de deuil avec les victimes du crash de l'avion militaire algérien, et de soli- darité avec le peuple algérien. Dans un communiqué publié hier, Nabil el Arabi a présenté «ses condoléances les plus attristées au président de la République, M. Abdelaziz Boute- flika, aux familles des victimes du crash de l'avion militaire algérien et au peuple algérien». Pour sa part, Mohammed VI a adressé un message de condoléances et de compassion au président algé-

rien. Dans ce message, le roi maro- cain a affirmé «avoir appris avec une grande affliction et une profonde peine la tragique nouvelle du crash d’un avion militaire dans la région d’Oum El Bouaghi (Est), faisant de nombreuses victimes.» D’autre part, il fait part au président Abdelaziz Bouteflika, et à travers lui, aux fa- milles affligées et au peuple algérien frère, de ses «vives condoléances et sa sincère compassion, implorant le Tout-Puissant d’avoir les victimes en Sa Sainte Miséricorde et d’accorder consolation et réconfort à leurs fa- milles». Il y a lieu de rappeler que soixante-dix sept personnes ont péri et une autre a été grièvement blessée dans ledit crash, survenu mardi sur le mont Fortas à Oum El Bouaghi. Fouad I./APS

LE MINISTÈRE FRANÇAIS DES AE

La France aux côtés du peuple algérien

La France s’est dit hier, être aux côtés du peuple algérien, suite à l’accident d’un avion militaire à l’est du pays qui a coûté la vie à 77 personnes et blessé grièvement une autre. «Nous avons appris avec émotion l'accident aérien qui a coûté la vie mardi en Algérie à 77 personnes, notamment à des familles de militaires», a indiqué un porte-parole du ministère français des Affaires étrangères. Tout en présentant les condoléances des autorités françaises aux «familles des victimes et aux autorités algériennes», il a, lors d’un point de presse, affirmé qu’en «ce moment douloureux, nous nous tenons aux côtés du peuple algérien».

LE MINISTRE BRITANNIQUE HUGH ROBERTSON :

« Je suis très attristé »

Le ministre britannique chargé du Moyen- Orient et de l’Afrique du Nord, Hugh Robertson s’est dit, hier, «attristé» par le crash de l’avion militaire algérien. «Je suis très attristé par la nou- velle qui m’est parvenue sur un crash d’avion en Algérie. Toutes mes pensées vont aux victimes et à leurs familles», a déclaré le ministre britan- nique dans un communiqué. M. Robertson a pré- senté ses condoléances à l’Algérie

PRISE EN CHARGE PSYCHOLOGIQUE DES RESCAPÉS DE CATASTROPHES

Ces blessures invisibles

C omment peut-on vivre après avoir échappé a la mort ? Peut- on se remettre d'un tel drame ?

Faut-il oublier ? Comment ne pas se sentir coupable d'être en vie quand d'autres ont péri ? «Pour se reconstruire, les victimes de ce type d'accident collectif doivent accepter le drame comme un événe- ment de leur vie. Une psychologue cli- nicienne et enseignante universitaire Bedouhene Faiza estime que « Lorsque l’individu vit, est témoin ou est confronté indirectement à un événe- ment particulièrement traumatisant, il éprouve généralement, dans les pre- miers instants, une peur intense, un sentiment d'être sans espoir ou d'hor- reur. Par la suite, un ensemble de symptômes et de comportements spé- cifiques peuvent apparaître tels que cet inexplicable sentiment de culpabilité » pour la psychologue «Certains s'enfon- cent dans un silence extrême, d'autres s'agitent dans une frénésie incontrôla-

d'autres s'agitent dans une frénésie incontrôla- ble et se sentent coupables de s'en être sortis». Pour

ble et se sentent coupables de s'en être sortis». Pour les rescapés, la sympto- matologie post-traumatique se décom- pose en trois périodes», indique l'experte : la réaction immédiate, le temps de latence puis les réactions tar- dives, qui constituent le syndrome post traumatique proprement dit. La pre- mière phase est la réaction immédiate. L'individu est soumis à une situation inhabituelle. Dès la prise de conscience

du drame. Certains sujets s'installent dans un état d'hébétude ou au contraire dans une vive agitation difficilement contrôlable. «Ces individus très agités doivent être soignés directement sur le terrain», précise le professeur Bedou- hene. Cette prise en charge est d'ail- leurs la mission des cellules d'urgence médio-psychologiques. «Dans les heures ou les semaines suivant le psy- cho-traumatisme, une pathologie post-

immédiate peut se développer sous forme de décharges émotives différées, dont les symptômes sont des crise de larmes, un abattement, une grande irri- tabilité…» . Après ces premières réac- tions «sur le vif», on observe un temps de latence. cette période est importante pour le suivi du patient. «C'est là que tout le travail de re- mise en confiance doit être réalisé pour minimiser le plus possible les effets in- désirables du syndrome post-trauma- tique», dira la psychologue. En effet, c'est après cette période de latence que le syndrome post-traumatique apparaît. «Toutes les victimes le subissent, cer- taines toute leur vie» souligne la spe- cialiste. Ce syndrome est la «face cachée» du traumatisme. «On vit avec mais parfois, c'est tout simplement épouvantable. Cette «maladie» se ca- ractérise généralement par des halluci- nations, des souvenirs forcés, des ruminations, des tics ou encore des sur- sauts et des cauchemars durant le som-

meil. Pour un autre psychologue spé- cialiste de la prise en charge des cas d’urgence. «Ce syndrome peut parfois entraîner la modification de la person- nalité. Certains adoptent alors une per- sonnalité traumatique L'individu n'est plus le même, il est victime d'absences profondes et parfois d'un profond sen- timent de culpabilité. «Pourquoi m'en suis-je sorti ? ». Nous espérons qu'ils n'auront pas trop besoin de suivi. Ce n'est pas une maladie chronique qui s'installe. Dans notre expérience, ce qui est vraiment important, c'est la prise en charge précoce qui est le garant d'une meilleure restauration sur le plan psy- chique. Car, même s'il y a un véritable traumatisme psychique, cela évolue vers l'atténuation et la guérison en gé- néral, à partir du moment où ces per- sonnes ont été prises en charge immédiatement et vivent dans un contexte où elles sont entourées. Farida Larbi

Nation

N ation EL MOUDJAHID 5 L’HOMMAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À L’ANP Une institution forte et indivisible
N ation EL MOUDJAHID 5 L’HOMMAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À L’ANP Une institution forte et indivisible
N ation EL MOUDJAHID 5 L’HOMMAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À L’ANP Une institution forte et indivisible

EL MOUDJAHID

5

L’HOMMAGE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA À L’ANP

Une institution forte et indivisible

L épreuve est douloureuse pour le peuple algérien

ui vient de perdre

uel ues-uns de ses enfants les plus méritants et les plus fid les, victimes du devoir.

L a consternation, l’affliction profonde et la compassion que suscitent un tel drame

chez chacun d’entre nous, en ces moments solennels de deuil et de recueillement à la mémoire de ces jeunes membres de l’ANP, tombés

à la fleur de l’âge, dans un crash

aérien, ne nous empêchent pas, hélas, de nous interroger, très légi-

timement, sur la résurgence pro- grammée, la nature et les motivations franchement avouées et assenées, de dépassements qui fusent de certains milieux à l'ap- proche de chaque échéance impor- tante dans la vie politique de la nation. Est-il besoin de faire remarquer que le stratagème n’est pas fortuit ou inhabituel, qu’il se manifeste depuis longtemps et réapparaît brusquement, comme un serpent de mer, non sans déverser à chaque fois, des remugles et des relents vociférants portés à l’encontre de

nos institutions, y compris l’ANP. Sauf que pour cette fois-ci, la barre est placée à un niveau jamais égalé depuis l’accession de notre pays à son indépendance. Il y a, au chapi- tre de ce registre des attaques en règle, une stigmatisation forcenée, de la diabolisation sur commande, les traditionnelles cabales orches- trées sciemment contre une institu- tion militaire républicaine, allant jusqu’ à vouloir attenter à son unité, une armée nationale respec- tueuse des lois de ce pays, garante de sa défense et de son intégrité territoriale. Mais pour les «apô- tres» des campagnes de dénigre- ment tous azimuts, mûrement concoctées pour servir de cheval de Troie, des coups sont également

à inscrire dans le corpus d’un bré-

viaire suranné, dirigés contre la stabilité de notre pays, une stabilité est-il besoin de le rappeler, acquise au prix de sacrifices incommensu-

rables. Comme la boucle n’est ja- mais suffisamment bouclée, l’on se dresse aussi pour altérer et dépré- cier outrageusement l’image res- taurée de notre pays, remettre en cause pernicieusement le poids de son audience sur la scène interna-

tionale. Ce sont, assurément, les actes patents d’un acharnement qui frise le délire, qui s’affiche encore une fois, vertement et ouvertement, les attributs d’une vindicte fiel- leuse qui en disent long sur les in- tentions et les buts recherchés. Ce sont également autant de lignes rouges qui ont été franchies avec cette récurrente démarche. Et c’est là, où le bât blesse quand on prend conscience du «timing» et du mo- ment choisi. Ce qui n’a rien de for- tuit ni d’innocent. Et pour cause. Le Président de la République a tôt fait de réagir, fort justement et avec la fermeté requise. «Nul n'est en droit, quelles que soient ses res- ponsabilités, de s'en prendre à l'Armée nationale populaire ni aux

s'en prendre à l'Armée nationale populaire ni aux autres institutions constitution- nelles du pays», a-t-il

autres institutions constitution- nelles du pays», a-t-il souligné dans un message adressé au vice- ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, le gé-

néral de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, et aux familles des vic- times du crash d'un avion militaire survenu dans la wilaya d'Oum El- Bouaghi. Il n’est pas le seul à le

faire. Le peuple algérien toutes ten- dances confondues, et l’opinion publique, quelles que soient ses penchants, ses affinités politiques, partagent amplement la même réaction, et ne sont vraiment pas dupes, ni assez naïfs pour avaler comme de grosses couleuvres, les visées de ces entreprises vouées d’avance à un échec cuisant. Toutes les couches de notre société ont compris et saisi depuis belle lu- rette, l’inanité de ces vaines gesti- culations. Elles se sont accoutumées à leur corps défen- dant ou de guerre lasse, à les rejeter d’un trait de plume, à n’en faire ab- solument pas cas de ces montées au créneau qui émergent à la veille de chaque échéance cruciale de notre pays. Ce ne sont, en défini- tive, que de véhémentes levées de bouclier, des attitudes tonitruantes dont le moins qu’on puisse dire, est qu’elles sont cousues de fil blanc.

Sans plus. M. Bouraib

Recadrage

émanant de certains milieux à l'approche de chaque échéance mais», a rappelé lePrésident de la République dans un message adressé au vice- ministre de la Défense nationale, chef d'état-major de l'ANP, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah, et aux familles des victimes du crash d'un avion militaire, survenu mardi après-midi, dans la wilaya d'Oum El-Bouaghi. Sauf que présentement, il est constaté un dérapage dangereux , qui risque d’avoir de graves conséquences pour le pays et sa stabilité. «Cette fois-ci, l'acharnement a pris une ampleur telle que notre pays n'a jamais connue depuis l'indépendance allant jusqu'à tenter de porter atteinte à l'unité de l'Armée nationale populaire ainsi qu'à la stabilité du pays et à son image dans le concert des nations», a relevé le Président Bouteflika dans le même message. Une ampleur sur laquelle il n’était plus permis de se taire. D’où l’importance du recadrage fait. L’élection présidentielle du 17 avril prochain, pour aussi importants que peuvent être ses enjeux, n’en reste

toute proportion gardée, également en Algérie. La

coïncidence entre certaines révélations et dont les certains médias en font leurs choux gras et la conjoncture politique n’a rien du simple hasard. Ce n’est là un secret pour personne. «Nous sommes certes habitués à des dépassements

présidentielle, a tendance à réveiller les «démons» qui sont enfouis dans chaque candidat et son clan. Il est en effet, rare, que les postulants à un mandat électif, se contentent de livrer bataille en comptant sur les seuls programmes électoraux. Les arguments que l’on peut faire prévaloir dans le cadre d’un projet de société peuvent sembler, du moins le pense-t-on, insuffisants pour s’assurer la victoire. Dès lors certains candidats ou leurs conseillers croient qu’en recourant à d’autres procédés, qui n’honorent en rien leurs auteurs, peuvent discréditer leurs adversaires et pousser ainsi les électeurs à voter pour eux. De telles pratiques sont courantes sous d’autres cieux et,

Il est admis de part le monde que toute élection, communale, législative ou

pas moins une élection. Une joute électorale qui se tient tous les cinq ans et à l’issue de laquelle les électeurs élisent un nouveau président de la République ou reconduisent le Président sortant. C’est pourquoi, elle ne doit jamais donner lieu à des dépassements d’où qu’ils viennent. Et ce d’autant que les milieux, auxquels le président Bouteflika a fait allusion dans son message ne peuvent vouloir le bien de ce pays. Les candidats au scrutin d’avril 2014 ont ainsi une grande et lourde responsabilité. Celle de ne pas céder aux démons. Une présidentielle est certes une bataille, mais qui doit être livrée par des hommes d’honneur, des chevaliers et non pas par des brigands. Les combats qui opposeront, ceux qui franchiront l’écueil du Conseil constitutionnel, doivent être menés avec une seule arme qui s’appelle programme électoral. Le peuple appelé à se rendre massivement aux urnes le 17 avril sera larbitre.

Nadia Kerraz

UGTA

Rejet de toute «atteinte» à l’intégrité et à l’unité de l’ANP

L’ Union générale des travailleurs algériens (UGTA), a in- diqué hier à Alger, qu’elle rejetait toute «atteinte» à l’in- tégrité et à l’unité de l’Armée nationale populaire

(ANP), ainsi qu’à «ses hommes et à ses responsables». «L’UGTA qui a combattu de toutes ses forces le terrorisme pour la sauvegarde de la République, et qui a payé un lourd tribut ne saurait accepter une atteinte à l’intégrité et à l’unité de l’ANP et rejette toute atteinte à ses hommes et à ses responsables qui n’ont ménagé aucun effort dans leur vigilance constante pour préserver la République, particulièrement durant la lutte déterminée contre

le terrorisme», a précisé l’UGTA dans un communiqué signé par son secrétaire général, Abdelmadjid Sidi Saïd. L’organisation syndicale a condamné aussi «les propos irresponsables et mal- veillants de certaines personnes à l’endroit de l’institution mili- taire et de ses hommes», estimant que «nul n’a le droit d’être indécent envers cette noble institution et envers ses hommes». L’union syndicale a réfuté également et avec «fermeté» l’utili- sation du martyr Abdelhak Benhamouda, à «des fins qui n’ho- norent les valeurs républicaines pour lesquelles il s’est sacrifié». L’UGTA a rendu, à cette occasion, un «hommage» à l’institution

militaire et à ses hommes et femmes pour son «engagement to- tale à la défense des valeurs immuables démocratiques et répu- blicaines et à sa fidélité aux victimes du devoir et aux forces armées et de sécurité qui ont versé le tribut du sang pour la pré- servation de la liberté, de la démocratie et de la République». Elle a ajouté que l’ANP tient un rôle «historique par sa haute perception du sens des responsabilités, notamment par sa vigi- lance constante dans la sécurité nationale et pour dissuader toute tentative visant à porter atteinte à l’unité du pays et à ses intérêts supérieurs».

RÉACTIONS

Maturité politique et bienséance civile

«N ul n’est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de s’en prendre à l’Armée nationale populaire ni

aux autres institutions constitutionnelles» du pays, avertit le Président de la République et ministre de la défense nationale en sa qualité de chef suprême de toutes les forces armées de la république. Et l’Algérie qui a connu de grands et profonds changements depuis la mise en place des derniers mécanismes nécessaires à la réforme de la vie politique, à l’approfondisse- ment du processus démocratique sur les fonde- ments de l’Etat de droit, décide donc d’avancer résolument sur le chemin de la modernité en phase avec son époque et ses héritages histo- riques. L’Algérie qui a su trouver au sein de son peuple, au cours de son histoire lointaine et ré- cente, les précurseurs de la liberté, de les défen- seurs de son unité et les bâtisseurs de sa grandeur, réaffirme par sa détermination der- rière son Président, le garant de la Constitution et de la stabilité des institutions constitution- nelles. En effet, l’Algérie qui n’est plus la même que celle des années du siècle dernier, a beaucoup évolué et le mérite en revient à son peuple, un peuple qui a su décider des grands choix politiques quand ses politiques se sont perdus dans les calculs d’improvisation et les intérêts réducteurs. Le chef de l’Etat exprime

ses condoléances face à cette épreuve doulou- reuse pour le peuple algérien qui vient de perdre quelques uns de ses braves et fidèles enfants re- levant d’autres part, cet égarement d’esprit de responsabilité dont font preuve certains milieux guettant l’approche d’éventuelles échéances pour s’inviter dans le débat et troubler les donnes. «Nous sommes certes habitués à des dépassements émanant de certains milieux à l’approche de chaque échéance mais, cette fois- ci, l’acharnement a pris une ampleur telle que notre pays n’a jamais connue depuis l’indépen- dance allant jusqu’à tenter de porter atteinte à l’unité de l’Armée nationale populaire ainsi qu’à la stabilité du pays et à son image dans le concert des nations», relève encore le Président de la République. Certes le moment qui est à la solidarité nationale, à l’unisson dans le deuil qui a affligé des familles algériennes, à l’expression des condoléances aux familles des victimes, im- pliquant le recueillement à leur mémoire et de la compassion devant l’ampleur du drame qui affecte leurs familles, est certainement à la prise de conscience pour retrouver le sens de la res- ponsabilité sachant que le contexte est marqué par une violence des débats sans précédent et un irrespect inconsidéré pour le citoyen algérien dans son jugement dans la prise des décision dans les grands choix qui intéressent le pays, sa

sécurité, sa stabilité et la souveraineté de son pouvoir de choisir librement ses représentants de ses institutions constitutionnelles. Tout ceci vient se coller à un échiquier politique national qui n’arrive pas encore à trouver les ressorts de son décollage politique en dépit de l’enregistre- ment d’une pléthore de candidatures à l’élection présidentielle du 17 avril 2014, une échéance déterminante pour l’avenir du pays. Au nom de la liberté de la presse et d’ex- pression de ses opinions, voici que de trouble- fêtes, des charmeurs des lettres d’alphabet au nom même de la liberté d’informer sans respect des seuils de celle d’autrui, ondoient à l’ombre de la manipulation des déclarations, des infor- mations et des dérives dépassant la bienséance, se déversant sur des écoulements boueux. C’est à ce demander si parmi ceux qui se prévalent se constituer parmi les élites natio- nales ont vraiment une conscience et un sens de la responsabilité, tant ils sont oublieux de l’im- pératif principe de l’éthique politique, à tel point que des voix s’élèvent pour appeler à la retenue, à se tenir à l’écart des dérapages et des vils dépassements enregistrés ces derniers jours, que des intellectuels s’inquiètent de la médio- crité des débats tant l’insanité, l’outrage et l’im- moralité ont pris le dessus. Houria A.

TAJ

L'unité de l'ANP garante de la sécurité et de la stabilité du pays

Le parti Tajamou Amal Jazair (TAJ) a estimé hier que l’unité de l'Armée nationale populaire (ANP) et de toutes les institutions de l'Etat était «le garant de la sécurité et de la stabilité du pays», ap- pelant à faire prévaloir l'intérêt du pays et à oeuvrer dans le sens de la consolidation de ces acquis «loin de toute provocation ou alarmisme». Le parti TAJ a réitéré, dans un communiqué, son appel à faire preuve de responsabilité et à contribuer à créer un climat serein à même de fa- voriser la réussite du scrutin présidentiel du 17 avril pour en faire «un jalon supplémentaire sur la voie de la consécration de la démocratie». Le parti a également appelé les candidats à «ob- server une haute moralité lors de la compétition qui doit être une confrontation de programmes et de propositions loin de tout sujet de discorde et à lais- ser le dernier mot au peuple algérien souverain dans sa décision et son choix», précise la même source. TAJ a également salué le message «fort» du pré- sident Abdelaziz Bouteflika à l'égard de la situation actuelle et de certains propos et déclarations «sus- ceptibles de créer un climat tendu à la veille de l'élection présidentielle», ajoute le communiqué.

Nation

6

N ation 6 EL MOUDJAHID RECHERCHES, ARRESTATIONS, DIFFUSION DE MANDATS D’ARRET L’Afripol une nécessité pour
N ation 6 EL MOUDJAHID RECHERCHES, ARRESTATIONS, DIFFUSION DE MANDATS D’ARRET L’Afripol une nécessité pour
N ation 6 EL MOUDJAHID RECHERCHES, ARRESTATIONS, DIFFUSION DE MANDATS D’ARRET L’Afripol une nécessité pour

EL MOUDJAHID

RECHERCHES, ARRESTATIONS, DIFFUSION DE MANDATS D’ARRET

L’Afripol une nécessité pour l’Afrique

« En 2013, sept personnes recherchées par les instances judiciaires algériennes ont été extradées vers notre pays suite au lancement de 68 mandats d’arrêt internationaux. »

«L’ Afrique enregistre

une multiplication

d’actes terroristes,

crimes transfrontaliers, cybercrimi- nalité et trafics de tous genres. Face à cette situation, les diffé- rentes polices africaines ne peuvent pas être pleinement efficaces sans une franche collaboration voire un partenariat soutenu dans un cadre concerté de coopération en matière d’analyse, d’échange d’informa- tions et de renseignements », a in-

diqué, hier, le directeur de la police judiciaire de la DGSN, Abdelkader Kara Bouhadba, qui est également délégué pour l’Afrique au comité exécutif d’Interpol. C’est dans cette optique que les directeurs et inspecteurs généraux de police, réunis lundi et mardi derniers à Alger, ont fait part de leur adhésion à la création d’un mécanisme afri- cain de coordination et de coopéra- tion des institutions policières (Afripol). M. Bouhadba, qui inter- venait sur les ondes de la Chaîne

III de la Radio nationale, a estimé

que la création de cette instance africaine (Afripol) s’avère plus qu’une nécessité, notamment en matière de lutte contre le terro- risme qui constitue la première priorité de l’instance. « Afripol de- vient une nécessité pour toutes les agences d’application de la loi en Afrique », a-t-il dit, précisant que ce nouvel organisme aura les mêmes prérogatives que toutes les autres instances policières mon-

Ph : Nacéra
Ph : Nacéra

diales en matière de recherche, d’arrestation, de diffusion de man- dats d’arrêt et d’extradition. « Ce seront des missions qui seront dé- volues à l’Afripol. Ça ne sert à rien de créer une telle instance si on n’arrive pas à arrêter les criminels et ainsi réduire leur mobilité », a-t- il estimé. D’abord, précise l’invité de la rédaction, cet organe qui est Afripol se penchera sur la norma- lisation des pratiques, le dévelop- pement des capacités à travers la

formation de la ressource humaine de la police africaine, l’échange des bonnes pratiques et l’établisse- ment de standards de procédures de police. « C’est avec une telle harmonisation qu’on peut avancer ensemble en Afrique », a-t-il sou- ligné. Le délégué pour l’Afrique au comité exécutif d’Interpol a, dans le même contexte, mis en exergue la coopération « fruc- tueuse » de la police algérienne avec les autres instances internatio-

nales telles qu’Interpol, « une des organisations policières les plus performantes dans le monde ». Le fonctionnaire de police a évoqué dans ce sens que durant l’année écoulée, « sept personnes recherchées auparavant par les ins- tances judiciaires algériennes ont été extradées vers notre pays suite au lancement de 68 mandats d’arrêt internationaux », révélant au pas- sage la diffusion de « sept autres mandats d’arrêt internationaux rien

que pour les deux premiers mois de l’année en cours. Les individus re- cherchés par la justice algérienne sont impliqués dans diverses af- faires ». Le directeur de la police judiciaire à la DGSN a, en outre, précisé qu’ « Interpol a lancé en 2013 pas moins de 1.933 mandats d’arrêt internationaux, « ce qui dé- note l’importance du travail effec- tué au niveau de cette instance ».

Drogue : des saisies record et inquiétantes Le directeur de la police judi- ciaire de la DGSN a tout bonne- ment qualifié, comme bon nombre

de spécialistes d’ailleurs, le trafic de drogue de « plus grande me- nace » pour notre pays. « Ce qui nous inquiète, demeure le trafic de drogue. Ces deux dernières années,

il y a eu des saisies qui constituent

des records pas seulement en Algé- rie, mais aussi à travers le monde. 200 tonnes saisies par les différents services de sécurité, c’est effa- rant », a-t-il estimé. Evoquant la

criminalité en Algérie, le directeur de la police judicaire de la DGSN

a précisé que celle-ci est pratique-

ment restée stable. S’appuyant sur les chiffres établis par les différents

services de police, Abdelkader Kara Bouhadba a indiqué que la criminalité a nettement régressé entre 2012-2013 particulièrement pour les affaires liées à l’atteinte

des personnes. Salima Ettouahria

Afrique l’
Afrique
l’

DECLARATION FINALE D’ALGER

ge de la maturité

uvrer pour la pai

et la stabilité

L’exclusive fatalité, l’unique tare qui puissent affliger un groupe humain et l’empêcher de réaliser pleinement sa nature, c’est d’être seul, a un jour écrit un anthropologue de renom. Trop souvent perçu comme le continent des

guerres et des conflit, comme une terre dure, inhospitalière envers les siens, l’Afrique

ne cesse pourtant de croire en des lendemains meilleurs faits d’espoir, régis par la paix et entamant définitivement sa marche vers la prospérité. Aux pays séparés par les conflits et le sous développement, emmurés derrière leurs problèmes, fractionnés

et divisés par l'insécurité, une nouvelle vision plane désormais sur ce continent . Elle

a pour principe, la communauté de destin. Afripol, dont l’idée a été lancée à Oran à

l’occasion de la 22 e Conférence régionale africaine d’Interpol, qui s’est déroulée dans

cette ville, s’est concrétisée à Alger. Il s’agit d’une nouvelle construction qui s’intègre dans un vaste plan stratégique pour combattre le crime organisé transnational sous toutes ses formes. Un plan de mise en place de protocoles d’échange d’information

et de systèmes électroniques pour permettre aux polices du continent de détecter les

nouvelles formes de criminalité, voire anticiper leur développement, identifier les ré-

seaux criminels et les neutraliser. Ce plan d’assistance aux chefs de police de la région qui s’appuie sur les quatre bureaux régionaux d’Interpol en Afrique : Abidjan, Ha- rare, Nairobi et Yaoundé, vient donc de s’enrichir avec Afripol, dont le siège sera basé

à Alger. La sécurité est l’alpha et l’oméga pour garantir sur des bases pérennes les

concepts de paix et de stabilité. Que ces dernières vacillent et les efforts fragiles ins- crits au frontispice du développement économique et social s’annihilent. Les formes de la criminalité ont connu une mutation fulgurante favorisées par la mondialisation,

le recours aux innovations technologiques et la fusion de groupes locaux créant ainsi

un vaste réseau continental, voire international où la division du travail entre trafic d’armes, de stupéfiants ou de devises connaît une nouvelle configuration quasi unique. Une autre construction, la capacité africaine de réaction immédiate aux crises est en cours. Le 22 e sommet de l'Union africaine (UA) auquel ont participé de nom- breux chefs d'Etat et de gouvernement à Addis-Abeba en Ethiopie, notamment M. Abdelmalek Sellal qui a représenté le Président de la République a enregistré une avancée notable sur ce projet que défend bien évidemment l’Algérie avec d’autres pays entre autres l’Afrique du Sud, Angola, Tanzanie, Tchad, Éthiopie, Ouganda, Soudan, Guinée et Niger. C’est l’âge de la maturité pour ce continent resté, pour des raisons aussi nombreuses que connues, confiné jusqu’à ces dernières années dans l’antichambre de ceux qui font les décisions de par le monde. Un âge de la maturité qui permet toutes les actions et les revendications pour peu qu’elles soient portées par le consensus et vision sur une destinée commune. Ce XXI e siècle a bousculé les places acquises. Le Nord (Europe notamment) n’est plus le berceau de la croissance ininterrompue et l’Afrique n’occupe plus un strapontin dans l’économie mondiale. Sa croissance a atteint une moyenne de plus de 5% par an au cours de ces dernières années au moment même où l’Occident essaie de puiser dans ses cauchemars qui ont été à l’origine de la Seconde Guerre mondiale les explications à sa crise actuelle. Comment accepter une place de spectateur pour régler ses propres conflits ? La réu-

nion sur la paix et la sécurité en Afrique, qui s’est tenue à Alger en décembre dernier,

a encore une fois mis sur la table la nécessité de réformer le Conseil de sécurité en

accordant deux sièges permanents à deux pays africains ne serait ce que parce que plus de la moitié des réunions de ce conseil sont consacrés aux conflits africains.

Les chefs de police des pays africains se sont félicités de l'engagement des Etats membres de l'Union africaine (UA) et leur détermination à œuvrer ensemble pour garan-

d'Afripol et des textes juri- diques régissant son organisa- tion, son fonctionnement et son financement. Ils ont exprimé, en outre, leur conviction qu'une ré-

culièrement ceux liés aux technologies de l'information et de la communication, aux transferts de capitaux ainsi que des différents trafics illi- cites de ressources naturelles

Synthèse M. B.

tir

la paix, la sécurité et la sta-

ponse efficace contre les dif-

et la contrebande. Les partici-

bilité dans le continent

férentes formes de criminalité

pants à la conférence d'Alger

africain, à travers notamment

au niveau du continent afri-

ont insisté, dans le même

la

création du mécanisme de

cain "nécessite l'harmonisa-

cadre, sur la nécessité "d'ini-

coopération des polices afri-

tion des approches policières,

tier, d'harmoniser et de renfor-

caines, Afripol. Dans la « Déclaration d'Alger », sanctionnant les deux jours de travaux de la conférence africaine des di- recteurs et inspecteurs géné- raux de police, les participants ont souligné la

l'échange et la vulgarisation des meilleures pratiques en matière de formation, de tech- niques d'investigation et l'ex- pertise ainsi que le renforcement des capacités policières africaines". Ils ont reconnu, d'autre part, qu'un tel

cer" les instruments juridiques africains relatifs à la lutte contre la criminalité transnationale et le terro- risme, de promouvoir les ou- tils nécessaires de leur application. Ils ont salué, par la même occasion, les efforts

« ferme volonté » des institu- tions policières africaines d'inscrire leurs actions dans

objectif appelle à une "coor- dination et une coopération accrue" avec les autres orga-

soutenus de l'UA en matière de promotion des droits de l'homme, de la bonne gouver-

un

cadre « concerté et pé-

nisations concernées.

nance, de l'Etat de droit, de la

renne » tenant compte des spécificités de l'Afrique, dans

Les participants ont exprimé leur "vive préoccupation" de

paix et la sécurité et le déve- loppement économique et so-

le

respect des valeurs et des

l'alliance des organisations

cial en Afrique, et salué aussi

principes de l'éthique poli- cière. Ils ont, également, mis l'accent sur la nécessité de promouvoir la coordination policière africaine « au niveau stratégique, opérationnel et

criminelles, la complexité de leurs actions et modes opéra- toires qui ont progressivement élargi leur champ d'activité à l'échelle continentale et inter- nationale, en mettant à leur

les services fournis par l'OIPC-Interpol et ses efforts au profit des polices afri- caines, notamment l'adoption de sa stratégie 2014-2016 et le plan d'action 2014-2015

tactique à travers l'évaluation des menaces, l'analyse des renseignements criminels, la planification et la mise en œuvre des actions ». Les chefs de police africains ont convenu de faciliter la mise

profit les conditions socio- économiques difficiles de cer- taines populations, la vulnérabilité des frontières, la mondialisation et l'accessibi- lité aisée aux technologies. Ils ont également exprimé

pour la région d'Afrique. Ils se sont félicités, dans leur dé- claration finale, de l'attache- ment des polices africaines participantes à la conférence au panafricanisme et leur dé- termination à contribuer à la

en

place d'un comité ad hoc

leur préoccupation quant à

renaissance du continent et

co-présidé par l'Algérie et l'Ouganda et regroupant les représentants des organisa- tions africaines régionales de coopération policière afin d'élaborer les projets du stand

l'ampleur grandissante de ces formes de criminalités dans plusieurs sous régions d'Afrique, l'émergence et la propagation effrénée de phé- nomènes criminels plus parti-

l'émergence d'une société afri- caine débarrassée des me- naces du crime organisé sous toutes ses formes et du terro- risme.

M. Koursi

des me- naces du crime organisé sous toutes ses formes et du terro- r i s

Jeudi 13 Février 2014

Nation

N ation EL MOUDJAHID 7 LOGEMENTS PROMOTIONNELS PUBLICS Les premi res livraisons prévues en Les logements
N ation EL MOUDJAHID 7 LOGEMENTS PROMOTIONNELS PUBLICS Les premi res livraisons prévues en Les logements
N ation EL MOUDJAHID 7 LOGEMENTS PROMOTIONNELS PUBLICS Les premi res livraisons prévues en Les logements

EL MOUDJAHID

7

LOGEMENTS PROMOTIONNELS PUBLICS

Les premi res livraisons prévues en

Les logements promotionnels publics (L

de la réalisation intervenue fin

01 , soit entre

013, a indi ué, hier à Alger, le directeur général de l Entreprise nationale

) seront livrés d s

et 30 mois apr s le début

de promotion immobili re (E

), Amar

uelati.

"L es délais globaux de réalisa- tion des logements LPP sont situés entre 24 et 30 mois, et

les logements seront livrés en 2016 après que les projets ont démarré à la fin de 2013", a indiqué à l'APS, M. Guelati, qui ajoute que ces délais cou- vrent aussi bien les études que la réali- sation des voieries et réseaux divers, ainsi que les équipements. Le même responsable a souligné que les travaux ont déjà démarré dans 23 wilayas pour réaliser 16.000 logements, dont la moi- tié dans la capitale et 500 autres à Constantine. Dans d’autres villes comme Annaba, Tlemcen et Batna, les travaux ont aussi démarré, alors que Ouargla et El-Oued bénéficient de la typologie de logement individuel dans le cadre du LPP. M. Guelati a souligné que le LPP est un pro- gramme gouvernemental qui a bénéficié d’un fi- nancement de 1.000 milliards DA suite à la signature d’une convention avec le Crédit popu- laire d’Algérie (CPA) en mai 2013 pour la construction de 151.850 logements répartis sur 48 wilayas. Des assiettes foncières sont également dispo- nibles pour 60.000 logements, alors que les pros- pections se poursuivent pour la réalisation de la

les pros- pections se poursuivent pour la réalisation de la totalité du programme, a-t-il fait savoir,

totalité du programme, a-t-il fait savoir, ajoutant que des abattements sont consentis sur le prix du foncier afin de rendre le prix du logement acces- sible aux catégories sociales ciblées par le pro- gramme. Le gouvernement a également signé des marchés de "gré à gré" avec les entreprises afin d’entamer les travaux. "À ce jour, 60.000 formulaires de souscrip- tion ont été retirés et 46.000 dossiers ont été dé- posés pour être étudiés par la commission de validation, et les invitations ont été adressées aux

TIZI OUZOU

souscripteurs depuis le 15 janvier der- nier", pour retirer l’ordre de versement, a précisé M. Guelati. 8.000 dossiers ont été rejetés, dont 5.000 dans la capitale. Le DG de l’ENPI a rappelé que le début du paiement du premier verse- ment, fixé à 500.000 DA, débutera le 15 février, et que les ordres de verse- ment sont délivrés aux souscripteurs dont les dossiers sont déclarés éligi- bles. Quant à la forme juridique qui relie le souscripteur et l’ENPI, le directeur de la réglementation au ministère de l’Habitat, Amirouche Mahdi, a précisé que le contrat de réservation et l’ordre de versement sont des documents qui attestent de cette relation, et ce pour rassurer les citoyens qui s’interrogent sur le fondement juridique de ce contrat. Le directeur de la réglementation souligne qu’un décret exécutif a été signé en décembre dernier par le Premier ministre, Abdelmalek Sel- lal, pour définir le modèle-type des contrats de réservation et de vente sur plans des biens immo- biliers et renforcer ainsi l’assise juridique du LPP. Le décret exécutif est publié au ournal of- ficiel numéro 66 du 25 décembre dernier 2013.

milliard de dinars de recettes touristiques en

3

Les activités touristiques dans la wilaya de Tizi Ouzou se sont sol- dées, durant l’exercice écoulé, par la réalisation de plus de 1,5 milliard de dinars de recettes, soit un mon- tant sensiblement identique à celui engrangé durant l’année 2012, a in- diqué le directeur local du tourisme et de l’artisanat. Le bilan de l’exercice considéré, présenté par M. Rachid Ghedouchi, fait ressortir des recettes se répartis- sant à concurrence de 588,529 mil- lions de DA pour les prestations hôtelières et 394 millions de DA pour les activités des agences de voyages, alors que le reste est pro- curé par la restauration. Concernant la fréquentation des hôtels, il est fait cas de l’enregistre- ment d’un total de 142.340 nuitées, dont 11.854 par des étrangers, au ni- veau des 32 hôtels classés et opéra- tionnels, ce qui représente, en termes de fréquentation, un taux de progression de l’ordre de 3,4%, comparativement à 2012, où il a été comptabilisé 137.048 nuitées. "Le gain de l’hôtellerie aurait pu être plus substantiel, sans la ferme- ture de 15 établissements pour des causes liées à la cessation d’activité et au nom respect de la législation régissant le secteur", a estimé le DTA, qui a fait état de 13 établisse- ments en cours de réalisation, dont huit hôtels, trois auberges, un bun- galow et un motel. À leur concrétisation, ces pro- jets offriront un total de 776 lits, qui s’ajouteront au potentiel existant de 2.402 lits, capacité jugée, par ce res- ponsable, "insuffisante et à forte concentration urbaine, au détriment

et à forte concentration urbaine, au détriment du tourisme de montagne qui ne bé- néficie pas

du tourisme de montagne qui ne bé- néficie pas encore d’un intérêt pro- portionnel à son importance par les investisseurs, qui préfèrent investir dans le tourisme balnéaire et l’ur- bain". Par ailleurs, pour renforcer la capacité d’accueil du secteur, son responsable table sur la promotion de la formule du tourisme chez l’ha- bitant, "mais à condition que les lo-

cataires jouent le jeu, en déclarant leurs hôtes, pour des raisons stric- tement d’ordre sécuritaire", a souli- gné M. Ghedouchi, qui a fait cas, à cet égard, d’un recensement, par l’Office local du tourisme de Tigzirt (OLT), de "pas de moins de 400 lo- gements loués, en 2013, à des esti- vants au niveau de la cité balnéaire de la localité, mais sans déclaration de ces séjours".

"La déclaration des hôtes auprès de l’Assemblée populaire commu- nale n’expose nullement les loca- taires au paiement d’une quelconque taxe", a souligné le di- recteur du secteur, pour rassurer ces derniers qui ont invoqué ce prétexte pour "justifier" cette non déclara- tion. "Des efforts restent également à fournir par les agences de voyages pour se hisser au statut de tour-opé- rateur, et améliorer leurs entrées, en diversifiant leurs activités, limitées jusque-là à la vente de billets de voyage, à travers, notamment, la promotion des circuits et produits touristiques de la région, et des échanges avec les agences de voyages du Sud", a recommandé le directeur du secteur. Actuellement, la wilaya dispose de 15 agences de voyages en acti- vité, alors que 13 dossiers de créa- tion d’agences ont été soumis à la commission nationale compétente au niveau du ministère de tutelle.

BISKRA

7 touristes étrangers ont visité la

ilaya

La wilaya de Biskra a accueilli, durant l’année 2013, pas moins de 7.612 touristes étrangers, a indiqué hier le directeur de wilaya du tourisme et de l’artisa- nat, Abdelhakim Yahia. Selon ce responsable, ces vi- siteurs étrangers sont venus de pays européens et asiatiques dans la région des Ziban qui a également reçu des délégations diplomatiques accréditées à Alger, de Jordanie, d’Indonésie et d’Irak qui ont visité différents sites touristiques, en marge de leurs mis- sions de travail. Les sites naturels, les vieilles cités de la région des Ziban, le complexe culturel de Sidi-

Okba, les oasis de Tolga et de Lichana, ainsi que les circuits d’El-Kantara étaient les destinations les plus appréciées par ces touristes, a précisé M. Yahia. Lors de ces visites, les produits de l’artisanat local ont enregistré un succès remarquable par leur origina- lité, notamment les produits dérivés du palmier, ty- piques de la région. Les plats traditionnels de la région, en particulier la "chekhchoukha" et la "dou- bara", ont également été découverts avec une visible délectation par les visiteurs étrangers, selon le même responsable.

OOREDOO LANCE LA 8 e ÉDITION DE MEDIA STAR :

JOURNALISTES, À VOS PLUMES

million de dinars pour chacune

des

catégories

Les travaux soumis doivent être publiés ou diffusés entre le 6 avril 2013 et le 10 avril 2014. Ooredoo a lancé, le 10 février passé, la 8 e édition de son concours «Media Star», le 1 er concours journalistique algérien dédié aux TIC. Pour cette édition, des nouveautés ont été introduites dans le règlement du concours. En effet, les lauréats de l’édition 2014 recevront des récompenses financières conséquentes. Ooredoo a décidé de donner 1 million de dinars pour chacune des 6 caté- gories du concours. Le 1 er prix aura 500.000 DA, le 2 e prix aura 300.000 DA et le 3 e prix 200.000 DA. Destiné aux journalistes pro- fessionnels des différents supports média- tiques, à savoir la presse écrite, électronique, radiophonique, télévisuelle et agences de

presse, le concours Media Star récompense les meilleurs travaux dans les genres journa- listiques suivants : reportages, enquêtes, ar- ticles de fond (analyses, commentaires, éditoriaux et chroniques), les illustrations de presse (dessins, caricatures et photos), ainsi que les émissions radiophoniques et télévi- suelles traitant des questions relatives aux technologies de l’information et de la com- munication (TIC), de la problématique liée à leurs usages sociaux, ainsi qu’à leur déve- loppement en Algérie. Les travaux soumis doivent être publiés ou diffusés entre le 6 avril 2013 et le 10 avril 2014. Il y a lieu de préciser que les gagnants des précédentes éditions du concours peuvent y postuler. Wassila Benhamed

TIARET

aisie de

3

tonnes

de kif traité

Les services de la Gendarmerie nationale de la commune Djillali-Benamar, située à l’ouest de la wilaya de Tiaret, ont opéré, dans la nuit de mardi à mercredi, la saisie de 13,5 tonnes de kif traité, a indiqué le chargé d’information du groupement de wilaya de ce corps sécuritaire. Cette quantité de drogue a été découverte à bord d’un camion, lors d’un contrôle routinier effectué par les gendarmes aux environs d'une heure au niveau de la route reliant les communes Djillali-Benamar et Rahouia. Le conducteur du camion arrêté (65 ans) a conduit les enquêteurs vers un autre individu im- pliqué dans cette affaire, selon la même source. Pour rappel, cinq (5) tonnes de kif traité ont été saisies à bord d’un camion, lundi dernier, par la Gendarmerie nationale à Rechaïga, commune si- tuée à l’est de la wilaya de Tiaret. Le conducteur du camion âgé de 44 ans a été appréhendé.

TAMANRASSET

Plusieurs pro ets routiers d envergure

Plusieurs projets routiers d'envergure sont en cours de réalisation dans la wilaya de Tamanrasset, pour un coût de 37 milliards DA, a-t-on appris hier auprès de la direction locale des travaux publics (DTP). Ces projets, à des taux de réalisation diffé- rents, visent, notamment, le désenclavement des lo- calités reculées et la modernisation du réseau routier, pour fluidifier la circulation routière à tra- vers la wilaya, a précisé le directeur du secteur, Az- zedine Bordji. Parmi ces projets, figure la réalisation de 200 km de route entre les localités de Silet (Tamanras- set) et Timiaouine (Adrar), dans le cadre du méga- projet de la route transsaharienne, a-t-il signalé. Le secteur a également engagé des travaux de revête- ment sur 160 km de la route reliant la daïra de Silet et la localité de Tin-Zaouatine, et la réalisation de 70 km de route entre Tamanrasset et la localité de Tahift, a-t-il ajouté. Selon la DTP, des opérations de mise à niveau et de revêtement sont aussi en cours sur plusieurs routes communales et chemins de wilaya. D’autres projets seront lancés, dans le courant de l’année 2014, et concernent, notamment, la réalisation de la route reliant sur 365 km les lo- calités de Tin-Zaouatine et In-Guezzam, et une autre de 200 km entre Tin-Zaouatine et Timiaouine (Adrar), selon la même source. Deux évitements sont, en outre, programmés au sud et au nord du chef-lieu de wilaya, afin d’y améliorer la fluidité de la circulation routière et éviter la circulation des poids lourds dans la capital de l’Ahaggar, a-t-on si- gnalé.

APS

PATRONAT-BTPH

L’A

EA plaide pour

la débureaucratisation

de l’acte d’investir

plaide pour la débureaucratisation de l’acte d’investir Le président de l’Association gé- nérale des entre-

Le président de l’Association gé- nérale des entre- preneurs algériens (AGEA) Mouloud Kheloufi, a plaidé, hier à Alger, pour "la débureaucrati- sation de l’acte d’investir", no- tamment pour les entreprises du sec- teur du bâtiment, travaux publics et hydraulique (BTPH). Lors d'une conférence de presse autour des recommandations des 3 es Assises nationales du BTPH tenues récemment, M. Kheloufi a appelé à un meilleur "accompagnement de l’investisseur par l’ANDI (Agence nationale de développe- ment de l’investissement) durant toutes les phases de réalisation de son projet", notant tou- tefois une "amélioration de l’environnement dans lequel évoluent les entreprises du secteur depuis 2007 ". Selon le conférencier, les recom- mandations qui ont couronné ces assises et qui seront transmises au Président de la République et au Premier ministre ont trait, notamment, au foncier industriel, au financement des projets, au partenariat, ainsi qu’à la formation de la main d'œuvre du secteur. L’AGEA propose, dans ce cadre, de "raccour- cir les délais d’octroi des actes de propriété et ceux de règlement des litiges éventuels auprès des tribunaux", et "d’imposer des normes draco- niennes à l’importation des produits qui sont fa- briqués localement". M. Kheloufi a plaidé aussi pour la "réduction de la part patronale versée à la CNAS de 49% actuellement à 15%", de façon, selon lui, à mo- tiver les entreprises à s’acquitter régulièrement de leurs cotisations et à les encourager à recruter davantage. L’association de plus "revoir le ba- rème de l’IRG (l'impôt sur le revenu global) sur salaire inchangé depuis 2008". Évoquant, par ailleurs, le partenariat dans le secteur du bâtiment, le premier responsable de l’AGEA a affirmé que celle-ci est favorable à un partenariat national dans le cadre de la réalisation des grands projets, ajoutant que les entreprises étrangères devraient "s'associer, dans le cadre de sociétés mixtes, avec les entreprises algériennes après trois ans d’exercice" en Algérie. Pour ce qui est de la prochaine réunion de la tripartite (gouvernement-patronat-UGTA), pré- vue le 23 février, M. Kheloufi a assuré que l'AGEA y défendra "la suppression totale" de l’article 87 bis du code de travail, qui sera l'un des points à l'ordre du jour de la réunion. Créée en 2003, l’AGEA revendique quelques 1.200 entreprises adhérentes à travers le territoire national.

Nation

8

N ation 8 EL MOUDJAHID TRIPARTITE inq dossiers seront e aminés A), prévue le 3 février
N ation 8 EL MOUDJAHID TRIPARTITE inq dossiers seront e aminés A), prévue le 3 février
N ation 8 EL MOUDJAHID TRIPARTITE inq dossiers seront e aminés A), prévue le 3 février

EL MOUDJAHID

TRIPARTITE

inq dossiers seront e aminés

A), prévue le

3 février prochain, examinera cin

La prochaine tripartite (gouvernement, patronat,

dossiers dont la relance de l'économie

nationale, notamment par l'encouragement de la production locale et le pacte économi ue et social de croissance, a indi ué, hier, à Alger,

le secrétaire général de l'

nion générale des travailleurs algériens (

A), Abdelmadjid Sidi Said.

C ette tripartite historique,

impor-

tantes car nous allons traiter, à cette occasion, cinq dossiers dont trois sont des dossiers moteurs", a dit M. Sidi Said lors de l'installation de la Fédération nationale des travail- leurs des industries électriques et gazières (FNTIEG). Il s'agit, a-t-il précisé, de l'élaboration d'un pacte économique et social de croissance rénové, de la définition des moyens de promouvoir la production na- tionale et de la poursuite des consultations sur l'article 87 bis de la loi 90-11 relative à la relation du travail. Pour le SG de l'UGTA, le

sera

«

la

16 e

du

les

genre,

plus

parmi

concept de la "préférence pour la

production nationale" est devenu aujourd'hui une réalité sur le terrain après que son organisation l'eut ex- primé à maintes reprises face aux autres partenaires sociaux. "La production nationale est une bataille syndicale et nationale qui engage tout le monde. Il faut s'orienter vers le marché national pour freiner l'importation qui conti- nue de grever la monnaie natio- nale", a insisté Sidi Said. Selon lui, les partenariats entres les entre- prises nationales (publiques et pri- vées) devraient ainsi créer quelque 2,5 millions de postes d'emploi d'ici cinq ans et participer à une

postes d'emploi d'ici cinq ans et participer à une amélioration du pouvoir d'achat de 25% au

amélioration du pouvoir d'achat de 25% au moins. D'autre part, le se- crétaire général de la Fédération nationale des travailleurs des in- dustries électriques et gazières, Achour Telli, a indiqué qu'un pro- gramme de travail, s'étalant sur cinq ans, serait mis en place pour améliorer la condition des travail- leurs de cette branche. Une commission, composée de 33 syndicats représentant les diffé- rentes branches (production, trans- port et distribution de l'électricité) au niveau national, va mettre en place un programme destiné à dé- finir les priorités et les problèmes sociaux des travailleurs.

La protection de la production nationale indissociable du volet social

Le renforcement de la stratégie de dévelop- pement de l’économie nationale, tel est le contexte général qui régira les débats de la pro- chaine tripartite consacrée aux questions so- ciales. Il s’agira d’insister sur la nécessité de don- ner à l’outil de production les moyens de la re- lance, et de situer la protection de la production locale parmi les objectifs prioritaires de la po- litique économique du pays. Un préalable à l’action sociale. Une action qui doit se référer aux instruments et autres exigences conformes aux règles de l’Organisation mondiale du com- merce (OMC) et des institutions internationales reconnues.

C’est dans ce contexte que s’inscrit la dé- marche préconisée dans le rapport du groupe de travail chargé de la protection et de la pro- motion de la production nationale, issu de la tripartite tenue en octobre dernier, et qui sera soumis à la prochaine rencontre de la tripartite du 23 février. Les propositions chapeautés par le dépar- tement du commerce gravitent autour de cinq volets, relève le document. Il s’agit du dispo- sitif normatif, du contrôle de la conformité des produits à l’importation, de la mise en confor- mité des activités d’importation pour la revente en l’état, de l’encadrement des accords préfé- rentiels et des défenses commerciales.

En ce qui concerne le secteur industriel, au centre d’une ambitieuse politique de restructu- ration, la démarche consistera à optimiser l’ex- ploitation des potentialités existantes, et de mobiliser les compétences et moyens néces- saires dans le but de consolider ses capacités de croissance notamment dans les segments d’activités à valeur ajoutée comme les textiles à travers des partenariats publics/privés ou dans le cadre d’investissements étrangers sur la base de la règle 49/51 à même de consolider les capacités concurrentielles des entreprises, et, par conséquent, de se repositionner sur le marché national. Dans cette optique, la pro- chaine rencontre tripartite devra constituer un

EDUCATION NATIONALE

nouveau départ pour le processus de dynami- sation du développement économique national par le développement et l’accompagnement de l’entreprise nationale comme source première de création de richesse et d’emplois, mais aussi comme principal moteur de croissance. Des objectifs qui s’inscrivent en droite ligne des attentes des organisations patronales et du partenaire social qui n’ont de cesse de reven- diquer le soutien des pouvoirs publics pour l’entreprise nationale et pour la protection de

la production nationale soumise à une concur-

rence de plus en plus rude. D. Akila

Le débrayage maintenu en dépit des assurances de la tutelle

La grève des enseignants, qui boucle, au- jourd’hui, sa troisième semaine, a été mainte- nue, hier, en dépit des assurances de la tutelle qui a appelé, mardi dernier, et pour la énième fois, les syndicats grévistes à reprendre le dia- logue autour des questions à l’origine du blo- cage, en procédant à la lecture et à la signature du procès-verbal comprenant les différentes re- vendications soumises à la tutelle. Cette rencontre, qui a eu lieu au siège du ministère de l'Education nationale, s'est dérou- lée en présence du chef de cabinet du ministre et secrétaire général par intérim du ministère, Abdelhamid Hadouas, a été consacrée à l'éva- luation de la situation résultant de la grève et l'éclaircissent de certains points, au nombre de 11, relatifs au statut particulier. Saluant cette initiative de la part du premier responsable du secteur, qui a permis aux repré- sentants de la fonction publique, seule partie habilitée à introduire des amendements aux statuts particuliers des travailleurs d'exprimer ses positions, les trois syndicats grévistes (Unpef, Snapest et Cnapest), ont évité de se

prononcer sur la reprise des cours. « La déci- sion de geler ou de poursuivre le mouvement de grève sera tranchée après consultation de la base », précisent-ils. Ainsi, le chargé de l'information de l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (l'Unpef), Messaoud Amraoui, a in- diqué que son syndicat "salue la réunion qui a permis d'apporter des précisions concernant nos revendications en présence des représen- tants de la fonction publique", soulignant en revanche que certaines d'entre elles restaient en suspens, notamment en l'absence d'un ca- lendrier. Pour sa part, le chargé de l'informa- tion le Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest), Boudiba Messaoud, a noté que la réunion a « permis d'écouter les ré- ponses des représentants de la fonction pu- blique autour de la revendication relative au statut particulier ». Et d’ajouter « une partie des revendications soulevées concernant l'amendement de certains articles du statut particulier a été évoquée, mais il reste des

points « noirs » qui nécessitent des explica- tions, notamment en ce qui concerne les postes appelés à disparaître. Ce syndicat es- time que « l’invitation des syndicats non gré- vistes à la rencontre n’était pas nécessaire ». « Le ministère a invité tous les syndicats, même ceux qui n'ont pas appelé à une grève, et les parents d’élèves. C’était une diversion … », affirme M. Nouar Larbi à la presse. Pour son syndicat, la grève sera maintenue jusqu’à nou- vel ordre. « Tout le monde a parlé au cours de cette réunion sans arriver à quelque chose de concret. Donc, la grève se poursuit et pour l’ar- rêter il est important d’organiser des négocia- tions bilatérales », insiste le représentant du Cnapest qui revendique entre autres la prise en charge du dossier de la médecine du travail, la rectification des « erreurs commises dans l’ap- plication du nouveau statut des travailleurs de l’éducation » et le « calcul de la prime du Sud sur le nouveau salaire de base ». De son côté le chargé de l’organique du Snapest, M. Belkhal Moussa, a indiqué à l’is- sue de cette rencontre, que le débat a porté sur

certaines revendications qui restent en suspens dont la promotion automatique et les primes de zone. Pour ce qui de la reprise des cours il

a précisé que la décision sera prise à l'issue de

la réunion prochaine du conseil national du syndicat. En tout état de cause cette fameuse décision de la reprise des cours ou du maintien de la grève sera connue ce week-end. Les trois syndicats publieront des communiqués ulté- rieurement après consultation au niveau de la base. Entre temps, les élèves, seuls perdants dans l’affaire, continuent à prendre leur mal en patience. Selon la plupart d’entre eux, le spec- tre d'une année scolaire avec au bout l'échec semble se dessiner à l'horizon, au vu de la per- sistance du bras de fer opposant les syndicats grévistes et le ministère de l’éducation natio- nale. Ironie du sort, le passage en classe su- périeure ou la réussite des examens de fin

d'année scolaire sont cautionnés non pas par le travail et l’amélioration de la qualité d’ensei- gnement, mais par la satisfaction des revendi- cations du corps enseignant ! Sarah Sofi

BLIDA

La direction de l’éducation envoie des mises en demeure les grévistes campent sur leur position

La grève des enseignants s’est poursuivie, hier, à Blida, en dépit des mises en demeure qu’ils ont reçues de la part de la direction de l’éduca- tion et la rencontre de dialogue ayant réuni, mardi dernier, les syndicats autonomes du secteur et des respon- sables du ministère de tutelle, a-t-on constaté. « Les enseignants grévistes, au nombre de 900, ont reçu des mises en demeure, mardi passé. S’ils ne re- prennent pas le travail, nous leur en- verrons, d’autres mises en demeure en l’espace de 48 heures », a indiqué à l’APS M me Malika Derdek, direc- trice de l’éducation de la wilaya. Il s’agit, a-t-elle expliqué, de « me- sures réglementaires appliquées sur

instruction du ministère », souhaitant que les grévistes « rejoidront leur tra- vail dans les meilleurs délais pour mettre fin à cette situation d’instabi- lité dans nos écoles. » De leur côté, plusieurs ensei- gnants ont observé, hier matin, un sit-in devant le siège de la direction local du secteur. « Nous avons orga- nisé cette manifestation d’environ une heure et demie pour expliquer aux citoyens que notre grève n’est nullement motivée par des considéra- tions politiques, mais plutôt par des revendications socioprofessionnelles légitimes », a affirmé à l’APS le chargé de communication du bureau de wilaya du conseil national auto- nome des professeurs de l’enseigne-

ment secondaire et technique (Cna- pest), M. Yacine El Bey. « Les mises en demeure ne vont pas nous pousser à surseoir à notre débrayage. Seul un dialogue fruc- tueux et une prise en charge concrète de nos revendications peuvent nous amener à reprendre le travail », a in- sisté M. El Bey. Le syndicaliste a, par ailleurs, qualifié la réaction du ministère de l’Education nationale de « vaine et non fondée sur une bonne intention », déplorant, à cet effet, le « non-res- pect des engagements tenus par le ministre concernant la satisfaction d’une partie des revendications sou- levées avant fin décembre 2013 ».

éunionconsultative

huisclos

Alger de la coordination des syndicats

des professionnels de la santé

Les trois syndicats du secteur de la santé ont examiné, lors d'une réu- nion consultative à huis clos prévue, hier après-midi, à Alger, plusieurs points dont l'évaluation de la concrétisation de leurs revendications et leur participation à la prochaine tripartite. Lors de cette réunion, la coordination évaluera la concrétisation de ses revendications par le ministère de tutelle, a déclaré à l'APS le Dr Khaled Keddad, porte-parole de la coordination des syndicats des pro- fessionnels de la santé. Depuis son installation à la tête du département, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdemalek Boudiaf, s'est réunit avec les représentants des syndicats du secteur et s'est engagé à concrétiser leurs revendications, toutefois "ces revendications n'ont pas été satisfaites" à ce jour. M. Keddad a deploré l'exclusion des syndicats autonomes relevant des différents secteurs de la réunion de la prochaine tripartite, appelant le Premier ministre, Ab- delmalek Sellal, à y associer ces syndicats. La réunion évoquera "la solidarité" de la coordination avec les syn- dicats du secteur de l'Education nationale pour la défense des droits so- cioprofessionnels de cette catégorie, ajoute la même source.

Nation

EL MOUDJAHID

9

N ation EL MOUDJAHID 9 WILAYA D’ALGER logements sociau oukh, a indi ué hier ue pas
N ation EL MOUDJAHID 9 WILAYA D’ALGER logements sociau oukh, a indi ué hier ue pas
N ation EL MOUDJAHID 9 WILAYA D’ALGER logements sociau oukh, a indi ué hier ue pas

WILAYA D’ALGER

logements sociau

oukh, a indi ué hier

ue pas moins de

fin prêts

Le wali d Alger, M. Abdelkader

0.000 logements sociaux sont fins pr ts,

mais

u il faut d abord réactualiser les listes des bénéficiaires avant de les distribuer.

L e wali qui s’exprimait, au siège de l’ex-CPVA, lors de l’ouverture des travaux

d’une session ordinaire de l’assem-

blée populaire de wilaya, a souligné que la phase actuelle concerne, « l’actualisation des listes des futurs bénéficiaires ». M. Zoukh qui n’a avancé aucune date précise concernant la distribu- tion de ces 20.000 logements déjà achevés dans leur totalité a, cepen- dant, relevé que la priorité sera ac- cordée aux personnes qui sont le plus dans le besoin. « Ensuite, petit

à petit, l’ensemble des citoyens vi-

vant dans des conditions précaires bénéficieront progressivement de cette opération. » Poursuivant ses propos, le chef de l’exécutif de la wilaya a mis en exergue que l’Etat a déployé d’im- portants moyens dans l’objectif de satisfaire la demande des citoyens en matière de logements. Il affir- mera dans ce contexte que « pas moins de 236.000 logements, toutes formules confondues, sont en cours de réalisation, au niveau de la capi- tale ». Lors de l’entame de cette ses-

sion, M. Abdelkader Zoukh axera

une bonne partie de sa présentation

à la problématique de l’hygiène et

de la protection de l’environnement.

Il rappellera, dans ce contexte, qu’un programme y afférant a été tracé et mis en œuvre, du 9 novem-

Ph. Billal
Ph. Billal

bre au 9 décembre derniers. « Ont été mobilisés au cours de cette cam- pagne de nettoiement de la capitale, pas moins de 1.200 agents et plus de 1.000 engins. » Le wali qui brossera un tableau exhaustif de la situation soulignera que « grâce à cette cam- pagne de nettoiement, il a été permis d’éradiquer plus de 400 points noirs ». Aussi, cette opération de grande envergure a également per- mis de récupérer des terrains (pas

moins de 120 ha), qui seront, soit, transformés en espaces verts, soit, destinés à accueillir des projets. Le wali apprendra aux présents venus nombreux que « certains de

ces projets sont déjà entamés. D’au- tres sont en étude », a-t-il fait savoir. M. Abdelkader Zoukh soutient que « le problème de l’hygiène était en fait d’ordre organisationnel ». Il y avait, également, un manque de moyens humains et matériels. Il convient de rappeler que lors de cette opération, pas moins de 2.500 agents de nettoyage ont été autori- sés, pour ce faire. En tout et pour tout, ce sont « plus de 7.300 agents qui ont été mobilisés lors de cette campagne de nettoiement », a souligné le wali.

12.000 emplois créés les trois derniers mois pour les projets de la capitale

M. Zoukh a également indiqué

qu’après l’organisation d’un show- room sur les équipements d’hy- giène, il a été procédé au choix des entrepreneurs, pour l’acquisition du matériel mais aussi aux fins d’assu- rer une formation aux agents. Citant tout ce qui a été réalisé dans le cadre de ce souci permanent d’hygiène de la capitale, le wali rap- pellera, qu’un chargé de suivi de cette opération a été placé au niveau de chaque commune de la capitale, de chaque circonscription adminis- trative et au niveau de la wilaya (un chargé d’études et de synthèse). En somme, « nous suivons ce dossier. Il faut que la capitale soit propre. Il s’agit-là, d’un impératif »,

a martelé le wali. Et d’ajouter : « les moyens existent. L’insalubrité est inacceptable ». Le responsable apprendra à l’as- sistance que durant ces 3 derniers mois, ce ne sont pas moins de 12.000 postes d’emploi qui ont été créées, dans le cadre des différents projets inscrits pour la capitale, no- tamment l’hygiène et la protection de l’environnement.

M. Zoukh, et après avoir mis en

relief les projets d’envergure, en matière d’embellissement de la ca- pitale, évoquera le volet s’inscrivant

dans le cadre de la lutte contre la bu- reaucratie. « Désormais, le citoyen peut se

faire délivrer son acte de naissance à travers les 1.541 communes du pays. Notre souhait est qu’à l’avenir, il n’aura même pas à se déplacer et pourra avoir son document via inter- net », a affirmé M. Zoukh. Le premier responsable de l’exé- cutif de la wilaya fera savoir, par ail- leurs, qu’il a été procédé à la localisation de 106 projets. La rencontre d’hier comptait 4 points inscrits à l’ordre du jour. Il s’agit de présentations relatives au dossier des transports, aux affaires sociales, à une présentation tech- nique sur la préparation d’une conférence de wilaya du secteur de wilaya, au mois de mai prochain, et de l’actualisation du statut de l’agence foncière de la wilaya d’Al- ger, en lui attribuant la gestion de deux sites aménagés (oued El Har- rach et la baie d’Alger). La session ordinaire de l’APW tenue, hier, au siège de l’ex-CPVA, rehaussée par la présence du wali d’Alger, M. Abdelkader Zouk, a vu la participation du SG de la wilaya, des walis délégués, des présidents

d’APC, des membres de l’instance exécutive de la wilaya ainsi que de nombreux membres de l’APW. Soraya Guemmouri

ENERGIE ELECTRIQUE

km de lignes pour accompagner le réseau de transport

Efforts soutenus en faveur du réseau de transport de l’électricité.

vue de répondre à une demande crois-

sante et incessante en énergie électrique,

pour accompagner le développement

du parc de production nationale, les pouvoirs pu- blics en concertation avec les sociétés du Groupe Sonelgaz, ont décidé de mettre en place un pro- gramme de développement du réseau de transport de l’électricité pour la période 2013-2017, par la mise en service de près de 20.000 km de lignes. Plusieurs centrales électriques sont déjà construites, tandis que d’autres sont en voie de l’être pour la période allant de 2010 à 2015, pour assurer l’application de ce programme, à l’instar de celle de Tilghemt (mise en service en 2010), Edderaouch (mise en service 2012), Terga (mise en service en 2012), F’kirina avec 200 MW (mise en service 2013), Ain Djasser (mise en service en 2013), Ras Djinet (mise en service 2014), Mes- serghine (mise en service en 2015), et Jijel (mise en service en 2015). La longueur globale du ré- seau de transport d’électricité à réaliser sur la pé- riode 2010-2020 est de l’ordre de 22.776 km, dont 10.501 km déjà décidés (1.313 km pour la dorsale Nord-Sud 400 KV). Avec ce renfort, la longueur du réseau de transport sera de 44.285 km en 2020. Le montant des investissements dans le trans- port de l’électricité s’élève à plus de 812 mil- liards de dinars dont 73% de ce montant seront à la charge de la société de Gestion du Réseau de Transport de l’électricité (GRTE). Par contre, en 2012, il y a eu la mise en service de la dorsale 400 KV Nord-Sud constitué de trois postes (Hassi Messaoud - Hassi R’Mel et Oued

E

n

et

trois postes (Hassi Messaoud - Hassi R’Mel et Oued E n et El Abtal) qui va

El Abtal) qui va relier le réseau Sud à celui du Nord à travers la liaison Hassi Messaoud - Hassi R’Mel – Bir Ghebalou – Oued El Abtal – Hassi Ameur. La participation de l’Etat au financement de ce projet structurant s’élèvera à 32 milliards de dinars. Le réseau de transport 400 KV est aujourd’hui constitué de la dorsale Est - Ouest, appelée com- munément « L’autoroute électrique » d’une lon- gueur de 1.758 km et constituée de six postes 400/220 KV, renforcé par la mise en service de deux lignes d’interconnexion en 400 KV reliant le poste 400/220 KV de Hassi Ameur en Algérie au poste 400/220 KV de Bourdim (Maroc).

ELECTRICITE

Ces réalisations garantiront sur le moyen et le long terme, la sécurité d’alimentation en énergie électrique du pays et permet d’augmenter les ca- pacités d’échanges internationaux.

Un plan de développement pour 2010-2020 La puissance installée a beaucoup évolué au fil du temps passant de 568 MW en 1962 à plus de 11.325 MW à fin avril 2010. L’essentiel de cette puissance (8.439 MW) est généré par les centrales de la Société de Production de l’électri- cité (SPE), filiale du Groupe Sonelgaz. Huit nouvelles centrales électriques, totalisant une puissance de près de 5.000 MW, viendront d’ici 2015, consolider le réseau interconnecté nord. Une capacité additionnelle d’environ 4.500 MW sera réalisée sur la période 2016-2020. D’ici 2020, la puissance installée du parc de production dans le sud passera de 465 MW à 768 MW à l’horizon 2020. Une capacité additionnelle de l’ordre de 365 MW en énergie solaire sera installée par la so- ciété algérienne de production d’électricité, SPE à horizon 2020 à raison de 10 MW en 2013 et 50 MW par an à partir de 2014. Un déclassement d’un parc vétuste, totalisant une puissance d’environ 2 000 MW, est envisagé sur la période 2010-2020. Ce plan de développe- ment nécessitera une enveloppe totale d’environ 1.800 milliards de dinars dont plus de 85% repré- sentent les investissements à la charge de la SPE. Kafia Ait Allouache

Programme d urgence pour

L'été prochain ne connaîtra pas de problèmes de coupures d'électricité après la mise en place d'un plan d'urgence pour l'alimentation de plu- sieurs régions du pays, a assuré hier, à Alger le PDG du groupe Sonelgaz, Noureddine Bou- terfa. « Un programme d'urgence pour 2014 a été mis en place pour résoudre le problème des cou- pures d'électricité durant la prochaine saison es- tivale », a indiqué M. Bouterfa en marge de l'installation du bureau de la Fédération natio- nale des travailleurs des industries électriques et gazières (FNTIEG) de l'UGTA. Pour faire face à la forte demande en électricité enregistrée chaque période de grande chaleur, Sonelgaz table sur une capacité supplémentaire de 3.786 Mégawatt (MW) dont 3.446 MW provenant du

réseau interconnecté du nord, 397 MW du ré- seau In Salah-Adrar-Timimoun et 651 MW as- surés par les réseaux isolés du Sud, selon Sonelgaz. Ces capacités additionnelles devraient réduire sensiblement la pression sur les moyens de production et assurer aux populations une ali- mentation régulière et surtout éviter les pertur- bations enregistrées au cours de l'été 2012. Par ailleurs, le premier responsable de Sonelgaz a rappelé qu'un programme était en cours pour la création d'une "véritable" industrie électrique en Algérie d'ici à cinq ans notamment à travers la fabrication d'équipements des centrales élec- triques. "Aujourd'hui, toutes les conditions sont réu- nies pour l'apparition d'une telle industrie condi- tionnée par la présence d'une sous-traitance

locale", a expliqué M. Bouterfa. Ce programme répond à "la nécessité de créer des capacités na- tionales de fabrication des équipements et de réalisation nécessaires à la production, au trans- port et à la distribution de l'électricité", avait précisé récemment le directeur des finances de Sonelgaz, Abdelkader Chouali. Il prévoit, entre autres, la domiciliation des fabrications en Al- gérie en abandonnant progressivement la for- mule "clé en main" pour la construction des centrales, de créer des entreprises locales de construction et de fabrication de blocs de puis- sance. Ceci permettra aussi l'émergence d'un tissu national d'entreprises industrielles et de sous-traitance dans le domaine de construction et d'équipement, a-t-il ajouté. APS

INCIDENTS DE GHARDAÏA

personnes

présumées

impliqués dans des meurtres sous

mandat dép

t

Neuf personnes présumées impliquées dans deux meurtres, lors des échauffourées qu'a connues Ghardaïa dernièrement ont été placées hier sous mandat de dépôt par le juge d'instruction près le tribunal de Ghardaïa, a-t-on appris auprès des ins- tances judiciaires. "Quatre de ces individus ont été accu- sés d'homicide volontaire et cinq autres ont été inculpés pour coups et blessures ayant entraîné la mort", a-t-on précisé de même source. Quatre autres personnes arrêtées en flagrant délit d’attroupement armé sur la voie publique et en possession de cocktails Molotov, ont été également écrouées mer- credi par le juge d'instruction, a ajouté la source. Plusieurs interpellations et arresta- tions sont effectuées par les forces de po- lice, suite aux investigations visant à déterminer les responsables et auteurs des crimes et autres délits commis durant les échauffourées qu'a connues Ghardaïa de- puis décembre dernier. Ces échauffourées ont fait quatre morts et des dizaines de blessés, et ont donné lieu au pillage, saccage et incendie de locaux commerciaux et d'habitation, par des groupes d'individus utilisant des cocktails Molotov et autres produits inflammable, indique un bilan provisoire de la wilaya. Le déplacement du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, accompagné des responsables de la sûreté et de la gen- darmerie nationales, et le déploiement d'un impressionnant dispositif de forces de l'or- dre et antiémeute dans différents quartiers de Ghardaïa, ont permis le rétablissement de l'ordre et du calme dans la région. L'en- semble des commerces, des établissements scolaires et le transport urbain ont repris leurs activités, à la faveur du calme qui règne dans la région, sous la vigilance des forces de l'ordre, a-t-on constaté hier. La DGSN a dépêché un groupe d'une trentaine de psychologues qui sillonnent les quartiers affectés par les échauffourées, pour venir en aide et soutenir psychologiquement les enfants et familles victimes de ces inci- dents.

Economie

EL MOUDJAHID

11

E conomie EL MOUDJAHID 11 MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION Léger recul de la facture des importations en
E conomie EL MOUDJAHID 11 MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION Léger recul de la facture des importations en
E conomie EL MOUDJAHID 11 MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION Léger recul de la facture des importations en

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

Léger recul de la facture des importations en 2013

La facture des importations des matériaux de construction de l'Algérie a connu un

léger recul de pr s de

en

013 pour atteindre

milliards de dollars (mds usd),

en dépit d'une forte hausse des

, uantités importées, a-t-on appris aupr s des

Douanes algériennes.

L es importations algériennes des matériaux de construction sont passées de 3,04 mds usd en 2012

à 2,98 mds usd en 2013, en baisse de

1,97%, malgré une hausse de 20,10%

des quantités importées, relève le Centre national de l'informatique et des statis- tiques (Cnis). Les quantités importées des principaux matériaux de construc- tion (ciments, bois et aciers) sont pas- sées de 7,215 millions de tonnes en 2012

à 8,66 millions de tonnes l'année écou-

lée, enregistrant ainsi une augmentation de 20,10%, précise le centre. Cette augmentation des quantités a été tirée essentiellement par des hausses

des importations des ciments (55%) et de bois (5%), alors que celles de fer et de l'acier ont reculé de 11,4%, détaillent les chiffres des Douanes obtenus par l'APS. En effet, la valeur des importa- tions de ciment a atteint 394,93 millions usd en 2013 contre 254,07 millions usd en 2012, en hausse de 55,47%. Les quantités du ciment importées ont éga- lement connu une augmentation de 55,85%, passant de 2,81 millions de tonnes à 4,38 millions de tonnes durant la même période de référence. Selon une récente déclaration du mi- nistre du Développement industriel et de la promotion de l'investissement, Amara Benyounès, l'Algérie devrait ces- ser d'importer du ciment d'ici 3 à 4 ans, et ce, grâce au renforcement de ses ca- pacités de production nationale. Annon- çant le lancement d'une dizaine de projets de réalisation de cimenteries pour 2014 et qui devront entrer en pro- duction début 2017, le ministre a dit "nous savons tous qu'il y a, en Algérie,

une crise du ciment (

terme à cette crise". Le déficit de l'Algé-

on va mettre un

),

crise". Le déficit de l'Algé- on va mettre un ), rie en ciment dépasse actuellement les

rie en ciment dépasse actuellement les 5 millions de tonnes/an, alors que la pro- duction nationale actuelle est de plus de 18 millions de tonnes/an. Le développe- ment de la filière ciment figure parmi les priorités du gouvernement pour attein- dre une production de 20 millions de tonnes/an à l'horizon 2016 et 29 millions de tonnes en 2018. En 2013, les impor- tations de bois ont également connu une augmentation de 5,04%, puisque la va- leur des importations est passée de 689,22 millions usd à 723,99 millions

usd, selon le Cnis. Pour la quantité im- portée, elle est passée de 1,321 million de tonnes à 1,379 million de tonnes, éga- lement en hausse de 4,39%. Par ailleurs, les importations de fer et d'acier destinés à la construction se sont chiffrées à 1,86 milliard usd en 2013 contre 2,10 milliard usd l'année d'avant, en baisse de 11,42%, et les quantités ont connu la même ten- dance baissière passant de 3,083 mil- lions de tonnes à 2,905 millions de tonnes.

PROTECTION DU CONSOMMATEUR

Le ministère du Commerce appelle à s’abstenir de toute consommation du lait en poudre « Lolait »

Le ministère du Commerce a appelé les consommateurs à s’abstenir de tout achat et consommation du lait en poudre en- tier portant la marque (Lolait) en raison du risque que repré- sente ce produit sur la santé du consommateur. Les résultats d’analyses bactériologiques effectuées par la Direction générale du contrôle économique et de la répression des fraudes sur des échantillons prélevés sur le lait en poudre entier portant la marque (Lolait) conditionné en étuis de 500 grammes « ont révélé la présence d’un taux très élevé de co- liformes dans le lot n° 6076 conditionné au mois de janvier 2014 par un lait en poudre fabriqué en date du 7 mars 2013 et dont la date de péremption arrive à terme le 6 mars 2015 », a

indiqué un communiqué du ministère. « Compte tenu du risque que présente ces bactéries sur la santé du consomma-

teur, le ministère du Commerce demande aux consommateurs de s’abstenir de tout achat et consommation du produit incri-

miné (

dies engagées », a précisé le communiqué. La même source a assuré que les services de la répression des fraudes procè- dent, actuellement à titre préventif, au retrait du lot concerné du marché national. Le lait de marque (Lolait) est conditionné par l’entreprise CONDY EL-HAMISE qui opère dans la wilaya de Boumer- dès, a-t-on précisé.

dans l’attente des résultats des enquêtes approfon-

)

DEMANDE MONDIALE DE BRUT POUR 2014

L'Opep revoit sa prévision à la hausse

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a révisé à la hausse mercredi ses prévisions de demande mondiale de brut pour 2014, grâce à une reprise plus marquée de l'activité écono- mique des pays de l'OCDE. L'Opep qui pompe environ 35% du brut mondial, table désormais sur une demande mon- diale de brut de 90,98 millions de barils par jour (mbj), soit 0,08 mbj de plus que la précédente estimation du mois dernier. Pour 2013, l'organisation a légèrement revu à la hausse sa prévision de demande de brut, à 89,89 mbj. "La reprise écono- mique des Etats-Unis continue sur une dynamique meilleure que prévu", a expli- qué dans son rapport mensuel l'Opep, qui

souligne également la poursuite de la "lente reprise" des pays de la zone euro, avec "un rythme de croissance mitigé". Les pays de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement écono- miques) enregistreront une contraction de leur demande de brut de 0,13 mbj en 2014, un mieux par rapport au mois der- nier, où l'Opep prévoyait encore une baisse de 0,19 mbj. La hausse de 1,09 mbj entre 2013 et 2014 de la demande mondiale de brut sera une nouvelle fois portée par les pays émergents, dont la Chine qui devrait voir sa demande croître de 0,34 mbj en 2014 à 10,40 mbj. Cette progression est en ligne avec celle prévue entre 2012 et 2013 (+0,33 mbj). Pour la

région Amérique, la "demande améri- caine de brut a poursuivi sa forte ten- dance à la hausse au quatrième trimestre 2013", a noté l'Opep, alors que les chif- fres provisoires disponibles pour décem- bre 2013 et janvier 2014 indiquent une poursuite de cette tendance positive pour les prochains mois. En Europe, la consommation de pétrole des quatre grands pays (Allemagne, Grande-Bre- tagne, France et Italie) a enregistré une légère hausse en décembre, a encore noté l'Opep. L'organisation a également remarqué une amélioration de l'indice de l'activité manufacturière (PMI) au cours des der- niers mois au sein de la zone euro.

THÈME D’UNE RENCONTRE À LONDRES

Les opportunités d’investissement en Algérie

"L’Algérie, opportunités illimitées" est le thème d'une rencontre qui s’est tenue lundi à la Bourse de Lon- dres, haut lieu de la finance mondiale, dans le but d’ex- plorer les opportunités d’investissement en Algérie et de promouvoir la coopération algéro-britannique. La journée, organisée par la compagnie de consulting UCI international (UCII), avec le soutien du gouvernement britannique et l’ambassade d’Algérie à Londres, a re- groupé des entreprises et hommes d’affaires britan- niques de divers secteurs d’activité intéressés par le marché algérien ainsi que des responsables et hommes d’affaires algériens venus apporter un éclairage pratique sur le climat des affaires en Algérie. A cette occasion, les opérateurs économiques britanniques ont pu s’im- prégner des potentialités du marché algérien et ont noué des contacts d’affaires avec leur vis-à-vis algériens. Le représentant de UCII, Kevin Mulhany, a souligné l’im- portance du nombre des projets d’investissement en Al- gérie, qui a quadruplé depuis 2012, atteignant les 9.000 projets en 2013, d’après les chiffres de la Banque mon- diale. "L’Algérie n’est pas un pays émergent, mais un pays émergé", a-t-il dit, invitant les investisseurs britan- niques à en tirer bénéfice. Pour sa part, l’ambassadeur d’Algérie à Londres, Amar Abba, a fait remarquer que les échanges commerciaux entre les deux pays sont pas- sés de deux à huit milliards de dollars entre 2010 et 2013, permettant au Royaume-Uni de se hisser de la 13 e place en 2010 à la 5 e actuellement parmi les partenaires commerciaux de l’Algérie. M. Abba a évoqué la dynamique que connaissent les relations algéro-britanniques ces dernières années, avec des rencontres ministérielles nombreuses, un dialogue stratégique sur les questions de sécurité, engagé après la visite du Premier Ministre, David Cameron, en Algé- rie en janvier 2013 et une reprise de la diplomatie par- lementaire en 2012, avec la création d’un groupe d’amitié au Parlement britannique. Il a également sou- ligné l’effort des deux parties pour approfondir la coo- pération en matière d’éducation qui s’est traduite par l’ouverture d’écoles de langue anglaise, en relevant la qualité de la coopération dans le domaine de la santé pu- blique, notamment dans la lutte contre le cancer. L’am- bassadeur d’Algérie a enfin souligné les efforts des pouvoirs publics en Algérie et de la représentation di- plomatique à Londres pour lever toute entrave suscep- tible de ralentir l’élan pris par la coopération et pour faciliter davantage l’investissement en Algérie, citant à ce sujet l’amélioration et l’accélération de la procédure d’octroi des visas d’entrée aux hommes d’affaires. Le représentant du Premier Ministre, Lord Risby a, pour sa part, réaffirmé "la détermination du gouvernement au plus haut niveau" à faire avancer davantage les relations de partenariat avec l’Algérie, "pays remarquablement stable et qui devrait le rester". De même qu’il a encou- ragé les hommes d’affaires britanniques à contribuer au succès de ce partenariat, citant quelques domaines hors hydrocarbures, où des entreprises britanniques sont déjà engagées. Il a rappelé à ce propos la conclusion d’un ac- cord de coopération dans le domaine spatial, la concré- tisation de projets dans le secteur pharmaceutique et dans la production de lait dans le Sud. Lors de cette ren- contre d’affaires, plusieurs communications ont été pré- sentées dont celle de M. Ahmed Mecheraoui, conseiller du ministre de l’Energie et des Mines, sur les opportu- nités offertes par le secteur de l’énergie et M me Safia Kouiret, directrice d’études à l’Agence nationale de dé- veloppement de l’investissement (ANDI), sur la légis- lation algérienne en matière d’investissement et la nature des projets de partenariat recherchée par l’Algé- rie, à savoir ceux qui permettent un transfert de techno- logie et de connaissance.

AFRIQUE DU SUD

La Banque centrale augmente son taux d'intérêt

La Banque centrale sud-africaine a procédé ré- cemment à l'augmentation de son taux d'intérêt à 5,5 % pour juguler le risque d'inflation, exacerbé par la chute continue de la monnaie locale (Rand). "La récente dépréciation du Rand, si elle continue, va significativement augmenter le risque d'inflation" et "la responsabilité première de la banque est de gar- der l'inflation sous contrôle", a indiqué la Banque centrale sud-africaine dans un communiqué rendu pu- blic mardi. La décision n'avait pas été unanime au sein du co- mité de politique monétaire mais malgré tout, le prix de l'argent restait abordable et la politique monétaire "accommodante", a tenu à préciser la même source, relevant que depuis 2008, la Banque centrale avait ré- gulièrement baissé son taux directeur, sans jamais le relever une seule fois.

Régions

UNE ENVELOPPE DE 20 MILLIARDS DE DINARS ALLOUEE AU PROJET

EL MOUDJAHID

13

DE 20 MILLIARDS DE DINARS ALLOUEE AU PROJET EL MOUDJAHID 13 BOUMERDES TIZI-OUZOU La rocade nord
DE 20 MILLIARDS DE DINARS ALLOUEE AU PROJET EL MOUDJAHID 13 BOUMERDES TIZI-OUZOU La rocade nord
DE 20 MILLIARDS DE DINARS ALLOUEE AU PROJET EL MOUDJAHID 13 BOUMERDES TIZI-OUZOU La rocade nord

BOUMERDES

TIZI-OUZOU

La rocade nord sera ouverte la circulation courant

La rocade nord de contournement de la ville de Tizi- Ouzou sera ouverte à la circulation "courant 2014", a in- diqué mardi passé le directeur de wilaya des travaux publics. "La rocade Nord, d’un coût de réalisation de 9 milliards de dinars, sera reliée, à l’issue de l’achèvement des travaux en cours, à la rocade Sud, pour constituer ainsi une boucle d’évitement de la ville, longue de 22 km", a précisé à l’APS, Nait Kaci Madjid, ajoutant que "l’ouverture de ce circuit à la circulation aura pour effet de désengorger grandement le trafic automobile au sein de la ville". L'année 2014 verra également l’ouverture, selon le directeur du secteur, d’un pont enjambant l’oued Sebaou sur la RN 12, à la sortie ouest de Draa Ben Khedda, et reliant cette autoroute à la localité de Sidi Naamane. La réalisation de cet ouvrage d’art intervient en remplacement d’un pont qui s’est effondré suite à la fragilisation de ses assises par l’extraction anarchique du sable, rappelle-t-on. Le responsable des travaux publics prévoit, en outre, l’ouverture à la circulation, durant l’an- née en cours, du tronçon autoroutier de la RN 12, reliant, sur une distance de 8 km, la commune de Mekla à celle de Fréha.

Lancement des travau

d’un barrage

au courant de l’année

n barrage, considéré comme le plus important dans la wilaya de Boumerd s, en termes de capacité

01

de mobilisation, est programmé à la réalisation au courant de cette année

dans la région d'Oued Djema ,

au sud de la commune des ssers, a-t-on appris mardi passé aupr s de la direction des ressources en eau.

"U ne enveloppe de près de 20 milliards de dinars a été al- louée par
"U ne enveloppe de près de 20
milliards de dinars a été al-
louée par l'Agence natio-
nale des barrages et transferts (ANBT)
à ce projet, inscrit au titre du quinquen-
nat 2010-2014", a précisé la même
source. D’une capacité de stockage esti-
mée à 176 millions de m 3 , cet ouvrage
hydrique sera destiné au renforcement
des dotations journalières en eau potable
de la wilaya de Boumerdès, ainsi que
d’une partie de celles d’Alger et de
Bouira, dont il pourra couvrir les besoins
en la matière jusqu'à l’horizon 2030, a-
t-on ajouté de même source. Selon la di-
rection de ressources en eau, ce barrage
fait partie des nombreux projets desti-
nés, ces dernières années à la wilaya,
pour renforcer et améliorer son approvi-
sionnement en eau. La 3 e et dernière
MOSTAGANEM
elogement de
familles
tranche du projet d'alimentation en eau
du restant des communes de Boumerdès,
née en 2008, a été destinée à 13 com-
munes de Boumerdès abritant quelque
330.000 âmes, alors que la seconde
à partir du transfert d'eau du barrage de
Taksebt (Tizi-Ouzou), fait partie de ces
projets d'envergure. Cette dernière
tranche profitera à un bassin de popula-
tion de plus de 170.000 âmes, résidant
dans sept communes de Boumerdès. La
première tranche de ce projet, réception-
tranche, livrée en 2009, a profité à plus
de 200.000 citoyens de quatre autres
communes et de nombreux villages. Ac-
tuellement, des opérations sont en cours
en vue du raccordement d’un bassin de
population de près de 140.000 âmes, à
la station de dessalement de l’eau de mer
de Cap Djinet, entrée en service en
2012, tandis qu’une enveloppe de 2,4
milliards de dinars a été retenue sur le
budget de l’exercice 2013 de la wilaya,
pour l’amélioration de l’AEP au niveau
de 152 villages englobant pas moins de
82.000 âmes, selon les informations re-
cueillies auprès de la direction de l’hy-
draulique.
BORDJ BOU-ARRERIDJ
millions de dinars pour soutenir l’artisanat traditionnel
Les services de la daïra de Mostaganem ont lancé,
mardi dernier, une opération de relogement de 665 fa-
milles à Kharrouba, à l’est du chef-lieu, et à Mazagran,
a-t-on appris du chef de daïra. Cette opération a touché,
mardi, 37 familles résidant dans des maisons précaires à
Didouche Mourad, qui ont bénéficié de nouveaux loge-
ments au quartier Essalem de Kharrouba. L’opération se
poursuivra jusqu’au 27 février en cours, ont précisé les
services de la daïra. Les résidents des quartiers vétustes
d’El Arsa, El Matmar et le vieux Tijdit seront concernés
par cette opération, selon le chef de la daïra de Mostaga-
nem, Abdelkrim Maghrébi. Les habitations évacuées se-
ront démolies à la fin de cette opération de relogement
pour éradiquer ces sites qui altèrent l’aspect urbanistique
de la ville, a-t-on indiqué.
Un montant de 10 millions
de dinars vient d’être dégagé
par le Fonds national de pro-
motion de l’artisanat et de
l’artisanat d’art (FNPAAT) au
profit d’artisans activant dans
la wilaya de Bordj Bou-Arré-
ridj, a-t-on appris mardi passé
auprès de la Chambre de l’ar-
tisanat et des métiers (CAM).
Ces aides ont été réparties à
une vingtaine d’artisans spé-
cialisés, notamment dans le
travail du bois, bijouterie tra-
ditionnelle, broderie, tissage
d’inspection la semaine der-
nière dans cette wilaya, sur la
nécessité de préserver l'artisa-
ADRAR
et
sparterie, a précisé la même
source, soulignant que cet
appui vise à "maintenir ces
artisans en activité" et à "faci-
liter la commercialisation de
leurs produits". Le ministre
nat traditionnel et d’assister
les artisans afin qu’ils puis-
sent faire connaître leurs pro-
duits à l’échelle nationale et
internationale. Selon nombre
d’artisans, "l’absence de dé-
istribution de
de terrain pour
l’auto construction
du
Tourisme et de l’Artisanat,
bouchés" pour leurs produits
demeure la principale menace
vie de leurs activités ances-
trales.
C’est particulièrement le
cas du tapis traditionnel qui,
selon des tisserands appro-
chés par l’APS, est devenu
"une espèce en voie d’extinc-
tion" sous le poids de la
concurrence des tapis d’im-
portation, cédés à bon marché
et dont la qualité est douteuse.
lots
Mohamed-Amine Hadj Saïd,
a
insisté, lors de sa visite
pouvant mettre en péril la sur-
milliards de dinars
pour la rénovation de l’habitat précaire
Un montant de 2,1 milliards de di-
nars a été alloué à la wilaya de M’sila,
au cours des trois derniers exercices
(2011-2014), pour la réhabilitation des
logements précaires en milieu urbain, a-
t-on appris, hier, auprès des services de
la wilaya. Cette somme, inscrite au pro-
fit de la wilaya en 2011, représente
3.000 aides à la rénovation et à l’entre-
tien de l’habitat précaire situé dans les
communes de Bousaâda, de Sidi-Aïssa
et de M’sila, a ajouté la même source.
Les services chargés de la distribution
de ces aides après examen et étude des
dossiers, en l’occurrence la direction du
logement et des équipements publics
(DLEP) ont reçu, depuis 2011, 482 dos-
siers de demandeurs de ces aides déci-
dées au profit des habitants des wilayas
de l’intérieur et du Sud, dans le sillage
des efforts de résorption de d’habitat
précaire. Cette action connaît cependant,
selon les services de la wilaya, "un re-
tard" dans sa mise en œuvre au regard,
d’une part, de la préférence des habitants
des anciens quartiers de la wilaya pour
l’habitat social et, d’autre part, en raison
de la lourdeur dans l’examen des dos-
siers dans les daïras concernées. Les
zones rurales de la wilaya comptent plus
de 12.000 habitations précaires dissémi-
nées à travers une vingtaine de com-
munes.
Une opération de distribution des décisions d’attribu-
tion de 1.124 lots de terrains destinés à l’auto-construc-
tion vient d’être lancée dans la commune d’Adrar, a-t-on
appris, hier, auprès des services de la wilaya.
L’opération s’inscrit dans le cadre du programme d’at-
tribution de lots à bâtir dans les wilayas du Sud, et dont
Adrar a bénéficié d’une quote-part de 3.000 lots, selon la
même source. Cette tranche de 1.124 parcelles distri-
buées à leurs bénéficiaires représente les demandes satis-
faites sur un total de 1.239 dossiers avalisés par les
services concernés. Un plan global de construction a été
adopté afin de donner une harmonie au site destiné à
l’opération et situé dans la partie sud de la ville d’Adrar,
a-t-on précisé. Un cahier des charges a été préparé par la
direction de l’urbanisme et de la construction pour réali-
ser des opérations d’aménagement urbain et l’ensemble
des installations publiques vitales. Les bénéficiaires ont
exprimé leur satisfaction de pouvoir disposer enfin de
leurs parcelles de terrain, après une longue attente,
comme l’a affirmé le jeune Abderrahmane Lalou, 27 ans,
de la commune du chef-lieu de wilaya d’Adrar.
BREVES DES WILAYAS
BL
A
BE
A
EL
A
LEF
Un faussaire de documents officiels a été arrêté dernièrement
par la brigade économique et financière de la sûreté de wilaya
de Blida, a-t-on appris mardi passé auprès de ce corps qui a si-
gnalé la saisie, en sa possession, d’une somme de trois millions
de dinars que l’une de ses victimes lui a remis, 11 cachets offi-
ciels portant différentes inscriptions, en plus d’une imprimante
multifonctions et d’un compteur de billets de banque. Une
fouille de ce qui lui tenait de "bureau d’affaires" a également
permis, selon la même source, la découverte d’une quantité
considérable de documents administratifs officiels photocopiés
dont des cartes nationales d’identité, des actes de naissance, des
passeports, une attestation d’études d’application, un permis de
conduire, des cartes grises et une photocopie d’un chèque postal.
Déféré devant le parquet de Blida, le suspect a été placé en dé-
tention préventive. Par ailleurs, les éléments de la première sû-
reté urbaine de Boufarik (Blida) ont procédé à l’arrestation d’un
groupe de cinq malfaiteurs ayant commis un vol par effraction
dans un domicile du centre-ville, lors duquel ils se sont accapa-
rés d’un lot de bijoux d’une valeur de près de 300.000 DA. Les
bijoux ont été récupérés, selon la source qui signale que le pro-
cureur de la République près le tribunal de Boufarik a ordonné
la mise en détention préventive de deux des mis en cause, tandis
que les trois autres ont été cités à comparaître.
Une journée d'étude régionale sur le nouveau cadre
budgétaire des communes sera organisée jeudi prochain
à Béchar par le ministère de l'Intérieur et des Collecti-
vités locales, a-t-on appris mardi passé auprès de la wi-
laya.
Cette rencontre, à laquelle prendront part les prési-
dents et élus des 35 communes des wilayas de Béchar,
Naâma et Tindouf, en plus des secrétaires généraux des
communes et des daïras, les trésoriers communaux et
intercommunaux, les contrôleurs financiers de ces col-
lectivités, ainsi que les représentants des différents ser-
vices financiers et administratifs locaux, vise à
expliquer aux participants ce nouveau cadre budgétaire
institué par le décret exécutif n°12 du 21 août 2012.
Par ailleurs, 17,680 kg de kif traité, dissimulés sous
des roches, ont été récemment récupérés par des garde-
frontières à Rouknia, dans la commune frontalière de
Beni-Ounif, a-t-on appris mardi passé auprès du grou-
pement territorial de la gendarmerie nationale à Béchar.
Une enquête pour l'identification des trafiquants, de
la provenance et de la destination finales de cette
drogue, a été ouverte par les services de gendarmerie
nationale de Beni-Ounif, a-t-on indiqué.
Un nouveau lycée
d'une capacité de 800
places sera opérationnel
lors de la prochaine rentrée
scolaire dans la commune
de Zeboudja dans la wi-
laya de Chlef, a-t-on indi-
qué à la direction de
l'éducation. Cet établisse-
ment, composé, entre au-
tres, de 14 salles de cours,
4 laboratoires et un audito-
rium de 160 places, et dont
le coût de réalisation se
chiffre à 289 millions de
dinars a atteint un taux
d'avancement de plus
70%, selon les estimations
du responsable de l'entre-
prise en charge de sa réali-
sation.
Une personne âgée de 55
ans a été blessée mardi passé
dans un incendie survenu dans
un parc d'élevage de volailles
situé dans la mechta El Azla,
dans la commune de Guelaât-
Bousbaâ (Guelma), a indiqué
la protection civile, ajoutant
que l'intervention rapide de
ses éléments a ''empêché l'ex-
plosion de 37 bonbonnes de
gaz entreposées dans ce parc".
Le feu a causé la perte de
2.700 poussins et détruit 30
bottes de foin, 10 q d'aliments
de volailles et deux bon-
bonnes de gaz, a-t-on dénom-
bré, précisant que
l'intervention qui a duré plus
de deux heures a également
permis de sauver 550 pous-
sins, 20 bottes de foin et 10 q
d'aliments.

Monde

14

EL MOUDJAHID

M onde 14 EL MOUDJAHID GENÈVE II SUR LA SYRIE Les négociations en l état actuel
M onde 14 EL MOUDJAHID GENÈVE II SUR LA SYRIE Les négociations en l état actuel
M onde 14 EL MOUDJAHID GENÈVE II SUR LA SYRIE Les négociations en l état actuel

GENÈVE II SUR LA SYRIE

Les négociations en l état actuel

sont vouées

l échec

Le ministre syrien de la

éconciliation nationale, Ali Haidar, a jugé mardi soir

ue les négociations

entre pouvoir et opposition étaient

vouées à l'échec en l'état actuel des choses .

"E n l'état actuel des choses, il n'y a au- cune percée", a dé-

claré M. Haidar à l'AFP. Pour le ministre syrien, "les bases sur les- quelles a été bâtie la conférence mèneront à l'échec". "La base sur

laquelle a été organisée la confé- rence de Genève ne saurait abou- tir au lancement d'un véritable processus politique", a-t-il souli- gné. Il a accusé "les Etats par- rains et les Nations unies de ne pas avoir assuré les facteurs ob- jectifs de sa réussite". Au volet humanitaire, l'Onu a indiqué que plus de 1.150 per- sonnes avaient été évacuées de la ville syrienne de Homs au cours

des quatre derniers jours, grâce à une trêve humanitaire, alors que les pourparlers de paix syriens se poursuivaient à Genève mais avec peu de progrès, selon Lakh- dar Brahimi qui prévoit de se ren- dre prochainement à New York pour rencontrer Ban Ki-moon. Les équipes humanitaires ont également pu livrer de l'aide ali- mentaire pour 2.500 personnes qui restent dans la vieille ville de Homs, a précisé le porte-parole du secrétaire général des Nations Unies lors d'un point de presse à New York. Dans un entretien avec la Radio des Nations Unies depuis Homs, le représentant du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), Youssouf Abdeldjalil,

a expliqué que les enfants sortis

de la vieille ville de Homs étaient

que les enfants sortis de la vieille ville de Homs étaient ''terrifiés, frêles et amaigris''.

''terrifiés, frêles et amaigris''. L’UNICEF a souligné que les évacués ont décrit les mêmes choses concernant les conditions qu’ils ont laissées : le froid, la faim, l’eau sale et les bombarde- ments constants. Pour sa part, le Haut-Commis- sariat aux droits de l'homme (HCDH) a jugé mardi ''honteux'' que des travailleurs humanitaires

des Nations Unies et du Croissant Rouge syrien livrant de l'aide alimentaire et médicale dimanche aient été visés par des tirs lors des opérations d'évacuation dans la ville de Homs. ''Il s'agit d'un crime de guerre de tirer délibérément sur ceux qui mènent des opérations humani- taires'', a affirmé le porte-parole du HDCH, Rupert Colville.

L'Onu fait état d'un "nouveau massacre" de civils dans le nord Les Nations unies ont fait état d'un "nouveau massacre" de ci- vils commis dans le village de Maan, dans la région de Hama (nord de la Syrie). Le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon a été "scandalisé d'apprendre qu'un nouveau massacre" aurait eu lieu en Syrie, a affirmé son porte-pa- role Martin Nesirky. M. Ban "condamne dans les termes les plus forts toute violence contre les civils et réclame que les au- teurs de ce massacre, et de tous les autres crimes en Syrie, soient traduits en justice", a souligné le porte-parole. Selon M. Nesirky, "des dizaines de civils auraient été brutalement tués le 9 février" dans ce village. Ces actes, a-t-il ajouté, "doivent nous rappeler à tous qu'il est urgent de mettre fin au conflit et d'amorcer une tran- sition politique vers une nouvelle Syrie, où toutes les communautés seraient protégées et verraient leurs droits et leurs libertés garantis".

Prochaine rencontre tripartite ussie A O Une rencontre tripartite Russie-USA-ONU aura lieu demain afin de

Prochaine rencontre tripartite

ussie

A O

Une rencontre tripartite Russie-USA-ONU aura lieu demain afin de faire avancer les négocia- tions en cours sur la question syrienne, a indiqué mardi la presse locale citant un communiqué de l'Office des Nations unies à Genève. Le représen- tant conjoint de l'ONU et de la Ligue arabe Lakh-

dar Brahimi, le vice-ministre russe des Affaires

étrangères Gennady Gatilov et la sous-secrétaire d'Etat américaine Wendy Sherman prendront part à cette rencontre, selon le communiqué. Cette confirmation intervient après le 2 ème cycle des né- gociations entre la délégation de l'opposition et celle du gouvernement syrien qui a débuté lundi à Genève, dans le cadre de la Conférence Genève II.

LES DROITS DE L’HOMME AU MAROC

hadi a

yadi militante et lauréate du Pri

des

ations

nies

3

es proc

s politiques inéquitables

du Pri des ations nies 3 es proc s politiques inéquitables étudiants activistes". "C’est une répression

étudiants activistes". "C’est une répression qui a commencé à faire tache d’huile au Maroc, notamment après le Mouvement de février 2011, touchant même les activistes sahraouis, depuis les évènements d’El Ayoun en arrivant au groupe dit de Gdeim Izik", a- t-elle affirmé. L’ex-présidente de l’Associa- tion marocaine des droits humains a fustigé les pouvoirs publics qui, selon elle, "se refu- sent, à ce jour, de reconnaître que des per- sonnes innocentes se sont fait emprisonner pour leurs opinions politiques". "Récemment, le Conseil national des droits de l’homme soutenait qu’il n’y avait pas de prisonnier po- litique au Maroc, et que les personnes dont parlent l’AMDH et les ONG sont des crimi- nels et des malfaiteurs", s’est-elle offusquée, signalant qu’au jour d’aujourd’hui le CNDH "n’a pas encore rendu public son rapport sur des dépassements constatés lors des événe- ments de février 2011". Pour la militante ma- rocaine des droits humains, ce qui caractérise

L a militante des droits de l’homme Khadija Ryadi a relevé mardi soir à Paris un "retour remarquable" aux pro-

cès politiques "inéquitables" au Maroc où la

justice demeure, selon elle, "instrumentali- sée". "Après les acquis arrachés dans les an- nées 1990, nous constatons de plus en plus un retour aux procès politiques au Maroc où

le régime instrumentalise la justice, tantôt en

prétextant une lutte contre le terrorisme et tantôt en maquillant des procès politiques en procès de droit commun", a-t-elle indiqué lors d’une rencontre-débat, organisée par la section d’Ile-de France de l’Association ma- rocaine des droits humains (AMDH). Pour la Coordinatrice du Collectif Marocain des Ins- tances des Droits Humains (CMIDH, com- posé de 22 organisations de défense des droits humains), les attentats de Casablanca en 2003 avaient servi de "prétexte pour reve- nir à des pratiques répressives" au Maroc au nom de la lutte anti-terroriste. "Il y a eu des violations des droits de l’homme, des milliers d’arrestations arbitraires, des centaines de procès politiques ", a-t-elle rappelé, souli- gnant que "même si le chef de l’Etat (roi) lui- même avait reconnu qu’il y a eu, lors de cette campagne, des dépassements, aucun procès n’a été revu et aucun détenu n’a eu droit à un nouveau jugement ".

actuellement la détention politique dans son pays c’est le "changement de méthode". "Dans les années 1970 et 1980, les chefs d’in- culpation étaient généralement : apparte- nance à une organisation clandestine, atteinte à la sûreté de l’Etat ou la question du Sahara, soit des accusations à connotation politique. Aujourd’hui, même si c’est la même mé- thode, l’Etat se cache derrière des accusations relevant du droit commun ", a-t-elle relevé. Cela se manifeste, selon la militante, par "l’arrestation de jeunes en les prenant pour des criminels, des trafiquants de drogue, d’auteurs d’actes de vandalisme ou de terro- risme, ou en les accusant d’avoir agressé des fonctionnaires de l’Etat en exercice de leurs fonctions". "Ce genre d’accusations est une façon de camoufler l’aspect politique, ce qui rend, a priori, la tâche difficile aux défenseurs des droits humains qui doivent corroborer en per- manence leurs informations et convaincre les ONG internationales", a-t-elle regretté. Lors du débat, des intervenants ont mis l’accent sur la "responsabilité" de la France officielle et le "silence assourdissant" de ses médias dès qu’il s’agit du chapitre des droits de l’homme au Maroc. "Les intérêts écono- miques de la France ont été toujours priorisés par rapport aux droits de l’homme au Maroc. Lorsque le mouvement du 20 février s’est dé- clenché, l’ambassadeur de France au Maroc avait invité des jeunes du Mouvement pour les prévenir de la gravité de leurs activités" a-t-elle rappelé. Des propos partagés par un ancien réfugié politique marocain à Paris pour qui le régime de son pays "perdure de- puis 380 ans". "C’est ce que des présidents français comme Chirac, Giscard et Hollande appellent la stabilité", a-t-il lâché.

« Les méthodes ont changé » Aux yeux de la lauréate du Prix des Na- tions Unies 2013 pour la cause des droits hu- mains, ce ne sont pas seulement les islamistes qui ont été la "cible de cette répression", mais cela s’est "généralisé par la suite, en attei- gnant d’autres catégories sociales et profes- sionnelles, dont les journalistes, les défenseurs des droits humains et autres

journalistes, les défenseurs des droits humains et autres A L’Europe autrement « Contre l'immigration de masse

A

L’Europe

autrement

« Contre l'immigration de masse »… à l’initiative de

l'Union démocratique du centre (UDC) (un parti d’extrême droite), la Suisse vient de voter une loi qui limite fortement le nombre d’admissions des étrangers sur son territoire… de tous les étrangers y compris des populations frontalières, notamment françaises. Ce parti n’en est pas à son premier coup. En 2009, il a réussi à faire passer la loi sur l'interdiction des minarets, dénoncés comme le « symbole apparent d'une revendication politico-religieuse du pouvoir ». Partout en Europe, un discours « national » se développe. Une sorte de double guillotine face aux flux migratoires : d’abord celle à l’échelle du continent européen et ensuite à l’intérieur même de cet espace, puisque chaque Etat « ajoute une couche » nationale à ce dispositif de « tri sélectif » de sa population étrangère. Il fait du voisin, qu’il soit roumain, hongrois, espagnol, italien un concurrent déloyal pour le marché du travail local. Le discours devient encore plus violent quand cet étranger vient d’un autre continent, asiatique, africain. Se greffent alors au rejet de l’Autre des accusations et des jugements qui relèvent d’un autre âge. Ligue du Nord, en Italie, Parti Populaire en Belgique, PVV aux Pays-Bas, FPÖ en Autriche, Union Démocratique du Centre en Suisse, Parti du Peuple Danois au Danemark, Front National en France. Leur discours rodé puise dans le même fond, à tel point que la leader du Front national français Marine Le Pen a l’intention de réunir tous les partis politiques d’extrême-droite européens pour les prochaines élections au Parlement européen. , l’un des plus grands quotidiens allemands n’hésite plus à dessiner une « citadelle Europe assiégée par des hordes… de réfugiés, de sans-papiers et d’immigrés de masse ».

« Avec des frontières ouvertes, on ne devrait pas s’étonner si l’Eu- rope est prise
« Avec des frontières ouvertes, on
ne devrait pas s’étonner si l’Eu-
rope est prise d’assaut » écrit-il
en totale contradiction avec le
Haut-Commissariat des Nations
unies pour les réfugiés dont le
siège est à Genève qui prouve,
chiffres à l’appui, que ce n’est pas
l’Europe, mais bien les pays en
voie de développement qui ac-
cueillent le plus de réfugiés : un
tiers en Asie, le quart en Afrique,
15% au Moyen-Orient et 17% en
Europe. En fait, ces réfugiés, qui
fuient la guerre et recherchent la
sécurité, franchissent le plus sou-
vent la frontière la plus proche de
chez eux et restent dans leur ré-
gion d’origine. Les Britanniques
sont également pris par cette «
mode » que la France
« décomplexée » a popularisée.
Les sujets de Sa Majesté sont
nombreux à se reconnaître dans
le discours xénophobe du Parti
national britannique (BNP). “La
pénombre du soir est tombée,
mais les barbares ne sont point
venus. De la frontière des émis-
saires sont revenus : 'Les bar-
bares n'existent plus!' ont-ils dit.
Que ferons-nous maintenant sans
eux ? Ils nous étaient tellement
utiles pour résoudre nos pro-
blèmes
Constantin Cavafy (du
poète grec).
M. Koursi

Monde

15

M onde 15 EL MOUDJAHID SITUATION AU SOUDAN DU SUD onsultations au lusieurs hauts responsables de
M onde 15 EL MOUDJAHID SITUATION AU SOUDAN DU SUD onsultations au lusieurs hauts responsables de
M onde 15 EL MOUDJAHID SITUATION AU SOUDAN DU SUD onsultations au lusieurs hauts responsables de

EL MOUDJAHID

SITUATION AU SOUDAN DU SUD

onsultations au

lusieurs hauts responsables de l'O

onseil de sécurité

ont fait, mardi, le point sur la situation

au Soudan du Sud devant le Conseil de sécurité des

ations unies lors

de consultations tenues à huis clos, et ce, pr s de deux mois apr s le début

de la crise

ui a déplacé des centaines de milliers de personnes.

L a Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires, Valerie

Amos, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Hervé Ladsous, et la Représentante spéciale du Secrétaire géné- ral au Soudan du Sud, Hilde Johnson, ont fait chacun un exposé. Par ailleurs, le Se- crétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, a estimé qu'il fallait continuer de pousser les parties sud-soudanaises en conflit à régler leurs dif- férends à la table de négo- ciations. "Il est très important que les pourpar- lers impliquent la société ci- vile et ne soient pas limités aux seuls dirigeants", a sou- ligné M. Ban lors d'une ren-

dirigeants", a sou- ligné M. Ban lors d'une ren- contre avec des journalistes à New York.

contre avec des journalistes à New York. "Les Nations unies continuent de protéger environ 75.000 personnes

dans les bases de la MI- NUSS (Mission des Nations unies au Soudan du Sud) alors que les conditions sont

extrêmement difficiles, mais des milliers de personnes sont aujourd'hui en vie grâce à notre décision d'ouvrir les portes de ces bases de l'ONU'', a-t-il ajouté. Selon le Bureau des Nations unies pour la coordination des af- faires humanitaires (OCHA), près de 724.000 personnes ont été déplacées au Soudan du Sud depuis le début de la crise auxquelles s'ajoutent près de 145.000 personnes ayant fui vers les pays voisins. Selon OCHA, la plupart des familles de dé- placés et de réfugiés ont perdu leurs moyens de sub- sistance en raison des pil- lages, de la destruction de leurs biens et de la nécessité de fuir les combats.

ETATS-UNIS - AFGHANISTAN

Le président

ar a

ne signera pas l accord

de sécurité avec

ashington

Le directeur américain du rensei- gnement (DNI) James Clapper a es- timé que le président afghan, Hamid Karzaï, ne signera pas l'accord bilaté- ral de sécurité (BSA) avec Washing- ton concernant le maintien d'une présence militaire étrangère en Afgha- nistan après 2014. Depuis la conclu- sion de l'accord en novembre, le président afghan ne cesse d'affirmer qu'il veut laisser le soin à son succes- seur de parapher l'accord mais Wash- ington n'a cessé d'appeler à une signature "sans délai", gardant offi- ciellement l'espoir que Hamid Karzaï change d'avis. "Mon point de vue ( ) est que le président Karzaï ne va pas

le signer", a déclaré James Clapper devant les sénateurs de la Commis- sion des forces armées. L'élection du prochain président afghan aura un "effet salutaire" pour obtenir la signa- ture, a-t-il ajouté. Le premier tour de la présidentielle en Afghanistan aura lieu le 5 avril, mais la date d'entrée en fonction du prochain président, qui dépendra vraisemblablement d'un se- cond tour de scrutin, n'est pas connue à ce stade. Les Etats-Unis comptent maintenir un contingent qui pourrait s'élever à 10.000 hommes en Afgha- nistan après 2014 afin de former les forces afghanes et mener des opéra- tions anti-terroristes.

forces afghanes et mener des opéra- tions anti-terroristes. IRAK O Pr s de personnes ont fui

IRAK

O Pr

s de

personnes ont fui les combats d Al Anbar

Près de 300.000 personnes ont fui les combats entre les forces de sécurité et les insurgés dans la province d'Al- Anbar, le plus important déplacement en Irak depuis les violences confession- nelles il y a sept ans, a annoncé l'ONU. Dans cette province sunnite, fronta- lière de la Syrie, l'armée et la police mè- nent depuis fin décembre des opérations pour tenter de reprendre plusieurs sec- teurs aux insurgés dont des combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), un puissant groupe jihadiste et aux combattants de tribus anti-gouver- nementales. "Durant les six dernières semaines, jusqu'à 300.000 Irakiens, soit 50.000 fa- milles , ont été déplacés en raison de l'état d'insécurité autour de Ramadi et Fallouja", a indiqué un communiqué du Haut commissariat des réfugiés des Na- tions unies (HCR), publié mardi. Fin dé- cembre, des quartiers entiers de Ramadi, chef-lieu de la province d'al-Anbar, ainsi que la totalité de la ville voisine de Fal- louja, ont été conquis par les rebelles. "La plupart des déplacés ont fui vers des provinces proches d'al-Anbar tandis que quelque 60.000 personnes sont al- lées dans des régions lointaines", ajoute le communiqué du HCR.

3

EGYPTE

Trois policiers tués

Trois policiers, dont un officier, ont été tués dans la nuit de mardi à mercredi par des hommes armés dans le nord-est de l'Egypte, portant à cinq le nombre de ces fonctionnaires as- sassinés en moins de 24 heures dans le pays, selon des responsables de sécurité. En plein mi- lieu de la nuit à Ismaï- liya, sur le canal de

Suez, des inconnus ont ouvert le feu sur trois policiers circulant en voiture sur l'autoroute menant au Caire, avant de s'emparer de leurs armes, ont indiqué des responsables des ser- vices de sécurité, cités par la presse. Sur le plan politique, le chef de l'ar- mée égyptienne et mi- nistre de la Défense, le général Abdel Fattah

AFRIQUE DU SUD

sma liya

Al-Sissi se présentera à la présidence, a annoncé aux médias Amr Moussa, le président de la Constituante, à l'issue d'une réunion avec Al- Sissi. "Le général a pris sa décision finale et fera officiellement son an- nonce publique à la fin de ce mois-ci," indique le journal Al-Ahram en reprenant les propos de Moussa.

ncidents entre A

et opposition

La police sud-africaine est interve- nue hier à Johannesburg après des in- cidents entre des sympathisants du Congrès national africain (ANC, au pouvoir), et de l'opposition qui orga- nisait une marche pour dénoncer le chômage. Des sympathisants ANC ont jeté des cocktails Molotov et des briques sur les manifestants d'Alliance Démo- cratique (DA, opposition), avant que la police ne réagisse en tirant des gre- nades assourdissantes, selon des mé- dias. Les policiers ont aussi formé une chaîne humaine pour s'interposer entre les deux camps. "Nous sommes ici pour nous faire entendre et on est accueillis avec de la violence, ce n'est pas normal, surtout dans un pays démocratique", protestait

une militante d'Alliance Démocra- tique, Melissa Cohen. La manifestation rassemblait sym- boliquement 6.000 militants pour se moquer des six millions d'emplois promis par l'ANC. La justice avait été saisie pour em- pêcher la marche de l'opposition de s'approcher du siège de l'ANC au pied des hautes tours du centre de Johan- nesburg. Plusieurs sympathisants ANC ont vu néanmoins dans la manifestation une provocation et ont décidé de venir "pour défendre la dignité de leur mou- vement", a expliqué l'un d'eux, Jacob Msweli. "La DA a tendance à dénigrer nos dirigeants, nous n'avons jamais marché sur leurs locaux", a-t-il ajouté.

Brèves… Brèves… Brèves…

LIBYE

Attaque

le si

la roquette contre

ge d une télévision

privée

Tripoli

Le siège de la chaîne de télévision privée Al-Aseema TV a été la cible mardi soir d'une attaque armée, avant que trois ex- plosions ne secouent le siège de la télévision situé dans le quartier de Gurji près du centre de Tripoli, rapporte la presse locale. Selon une source d'Al-Aseema, trois roquettes RPG ont été tirées sur la bâtiment d'où s'élevait une colonne de fumée. Un gardien aurait été légèrement blessé, selon la même source. Après l'attaque, la chaîne diffusait toujours des programmes enregistrés. Al-Aseema, connue pour être anti-islamiste et proche des libéraux, avait été déjà la cible d'une attaque en mars 2013. Un groupe armé avait pris d'assaut le siège de cette télévision, avait saccagé les locaux et avait enlevé le proprié- taire et des présentateurs de la chaîne, avant de les libérer suc- cessivement plusieurs heures plus tard.

CORÉES

ébut de la réunion niveau entre

un haut

éoul

et Pyongyang

Des discussions ont démarré hier matin entre responsables des Corées du Nord et du Sud, les premières à se tenir à un très haut niveau depuis des années, laissant espérer un début de coopération avant les retrouvailles de familles séparées par la guerre il y a 60 ans. Les thèmes abordés lors de cette ren- contre, dans le village frontalier de Panmunjom, n'ont pas été précisés mais ils comprennent des "sujets importants", dont la reprise du programme des réunions des familles séparées par la guerre de Corée (1950-1953), avait indiqué la veille le mi- nistère sud-coréen de l'Unification.

ATTAQUE D'UN COMITÉ ANTI-TALIBAN AU PAKISTAN

morts

Neuf membres d'un comité local anti- taliban ont été tués hier par des hommes armés dans le nord-ouest du Pakistan, alors que le gouvernement tente de négocier la paix avec les rebelles islamistes, ont indiqué les autorités locales. L'assaut a été mené par une vingtaine d'hommes armés contre une mai- son de Mashukhel, localité située à la sortie de Peshawar, grande ville du nord-ouest du pays, aux portes de l'Afghanis- tan. "Au moins neuf hommes ont été tués par des insurgés qui ont lancé une attaque à l'arme automatique et à la grenade contre leur résidence", a indiqué un haut responsable de la po- lice locale, Fazal-e-Wahid.

LÉGISLATIVES CONTROVERSÉES EN THAÏLANDE

La

our constitutionnelle re ette la requête de l opposition

La Cour constitutionnelle thaïlandaise a annoncé hier son refus d'examiner la requête de l'opposition d'invalider les lé- gislatives controversées du 2 février perturbées par les mani- festants qui réclament la chute du gouvernement. La Cour a indiqué dans un communiqué qu'il n'y avait "pas des bases suf- fisantes" pour accepter cette demande déposée par l'avocat du Parti démocrate, principale formation de l'opposition, qui a boycotté ce scrutin.

BULGARIE

Le Parlement re ette une motion de censure contre le gouvernement

Le Parlement bulgare a rejeté hier une motion de censure, déposée par l'opposition conservatrice contre le gouvernement minoritaire du technocrate Plamen Orecharski, soutenu par les socialistes et les libéraux. La motion a été rejetée par 116 dé- putés socialistes et libéraux présents, sur 217 ayant voté au total.

CENTRAFRIQUE

Les Etats

nis plaident

pour davantage de forces de sécurité

Les Etats-Unis ont plaidé mardi pour d'avantage de forces de sécurité en République de Centrafrique (RCA). "Nous sommes convenus que l'on doit augmenter le nombre de sol- dats en RCA pour régler la situation extrêmement complexe qui y a cours", a plaidé la secrétaire d'Etat adjointe pour l'Afrique, Linda Thomas-Greenfield, saluant aussi "les efforts des gouvernements africains qui ont engagé leurs troupes" au sein de la force panafricaine sur place.

Jeudi 13 Février 2014

16 EL MOUDJAHID

Sports

Okba Gougam (président de la Fédération algérienne de volley-ball) Forum Sport El Moudjahid

Les chances de nos filles sont intactes

Le président de la Fédération algérienne de volley-ball, Okba

ougam, était hier l invité du Forum d El Moudjahid

ui lui a donné l occasion de parler de l organisation par l Algérie, à la salle Harcha, du tournoi au championnat du monde, prévu en talie.

ualificatif

L’ Algérie sera parmi les sept nations chez les dames à animer cet ultime tournoi pour la qualification au

Mondial prévu en Italie. Les équipes parti- cipantes sont l’Algérie, le Ghana, le Bots- wana, l’Egypte, le Nigéria, le Cameroun et la République Démocratique du Congo. Pour le moment, il n’y a que le Ghana qui n’a pas encore répondu dans les temps. Cette équipe pourrait rappliquer à tout mo- ment comme l’avait affirmé le président de la Fédération algérienne de volley-ball. «Ce que craignent les organisateurs, c’est de faire des réservations fermes et après, on risque de le payer chèrement» a-t-il affirmé. Sur le plan de l’organisation, le président de la FAVB n’ira pas par quatre chemins, et de dire que «Globalement, le dispositif est bien mis en place et tout se déroule comme prévu. Sur ce plan, il n’y a aucun problème. Ce que l’on redoute, c’est le fait que des équipes ne viennent pas à temps. C’est le cas du Ghana qui n’a pas encore confirmé son arrivée. Toutefois, on reste optimiste pour voir ce problème réglé à temps pour éviter de payer inutilement des réservations fermes. L’Egypte par contre arrivera le 14 de ce mois, elle nous a sollicités pour faire un stage de quatre jours à Alger. Par consé- quent, elle arrivera avant le délai fixé initia- lement. On a accepté leur demande. Sur le plan de l’hébergement, du transport et même de l’accréditation tout se déroule comme prévu. On fera tout pour que ce ren- dez-vous de Harcha soit une véritable réus- site comme le fut la CAN de handball remporté par nos handballeurs. On aimerait les imiter. » Les journalistes présents à la salle du Forum d’El Moudjahid n’ont pas manqué de poser la question relative au changement d’endroit de ce tournoi qualificatif au mon- dial italien. Car, au départ, ce tournoi était prévu qu’il devait se dérouler à Chlef avant qu’il ne soit transféré à Alger, à la salle Har- cha. Un chamboulement qui ne semble nul- lement prendre de court la Fédération algérienne de volleyball du président Okba Gougam. A ce sujet, le premier responsable de la discipline volleyball en Algérie ajoutera :

«Ce changement ne peut pas nous déstabi- liser ou provoquer un chamboulement. Car, la salle Harcha se situe dans la capitale. Par conséquent, même les équipes participantes aimeraient jouer à Alger que de faire des centaines de kilomètres supplémentaires. On a choisi de jouer à Harcha du fait qu’il

s’agit d’une salle mythique. De plus, tout le monde a vu la grande réussite de
s’agit d’une salle mythique. De
plus, tout le monde a vu la grande
réussite de la CAN 2014 de hand-
ball. Il y a eu un grand engouement
sur le plan du public. Le MJS nous
a suggéré de prendre cette salle
comme lieu de domiciliation pour
connaître la même atmosphère que
lors des matches de handball, on a
accepté. Il y a aussi la presse qui a
voulu que ce tournoi ait lieu sur
cette salle. On aimerait réussir
comme le handball. Il y a aussi
l’éloignement. »
Il y a lieu de dire que sur le plan
Photos : Louiza

organisationnel tout se passe comme sur des roulettes. Pour les entraînements des équipes, les organisateurs ont choisi les salles Harcha, El Biar et aussi la salle de l’ISTS (pour parer au plus pressé). Pour les sites d’hébergements, les organisateurs ont porté leur dévolu sur le complexe de Ghermoul, l’Hôtel Albert 1er, Hôtel Safir (officiels) et l’Hôtel du 5-Juillet pour les staffs de l’organisation. Les joueuses de l’équipe nationale sont

en préparation en Italie sous la houlette de l’entraîneur italien François Salvani. L’équipe nationale rentrera au pays le 15 du mois. Elle a pu jouer plusieurs matches ami- caux sur place comme des équipes de moin-

dre calibre et d’autres de série B.

«On est vraiment satisfait par le coach italien. Il possède un CV impressionnant,

mais il est bon sur le plan des relations. «On était au départ assez hésitant, même si son

CV est des plus étoffé. Il nous a surpris aussi

bien par sa façon de travailler que sur le plan

relationnel. Il est en train de faire du bon tra- vail. On espère qu’il fera quelque chose de

probant avec notre équipe nationale des

dames. » La question de l’entraîneur-adjoint a fait couler beaucoup d’encre dans les milieux du volley-ball national. Tout le monde voulait

être aux côtés de l’Italien. Finalement, Okba

Gougam vient de trancher. Il n’y aura pas d’entraîneur-adjoint algérien ; «j’ai entendu beaucoup de gens parler de ce poste. Il y a même une certaine effervescence sur la question. On ne choisira pas de technicien

algérien, même si moi-même j’en suis un. Je n’ai rien contre eux. D’ailleurs, les équipes nationales des U21 seront entraînés par des techniciens algériens. Je vous in- forme que cette catégorie est plus impor- tante que celle qui l’a devance. On a fini par choisir un entraîneur-adjoint qui soit lui- même italien. C’est le coach italien qui exerce parmi nous qui l’a choisi. Et on res-

pecte son choix».

L’EN dames jouera tous ses matches à partir de 18h15 comme ce fut le cas avec le handball. Il y aura un tournoi pratiquement non-stop qui débutera le 23 février et se ter- minera le 1 er mars. Il y aura une journée de repos le 25 février. «Notre équipe nationale a de fortes chances de se qualifier pour le Mondial. Si on n’avait pas des ambitions, on ne l’aurait pas engagé. Elle a effectué une très bonne préparation, notamment en Italie. Toutefois, même si elle ne se qualifiera pas, ce ne sera pas une catastrophe. On travail- lera pour l’avenir. Notre objectif aujourd’hui de bien est de préparer les équipes cadettes filles et garçons. On les prépare pour la CAN de 2016 et même de 2018. On doit faire un travail sur une olympiade. L’avenir se situe à ce niveau. Notre objectif est de former les équipes nationales. Il ne faut pas qu’on travaille avec une équipe composée de 12 joueuses ou joueurs, mais d’avoir au minimum un effectif de 25 afin de parer à toutes les éventualités. On mettra un entraî- neur qui pourra nous donner les futures équipes nationales». L’équipe nationale garçons n’est pas en reste, elle jouit d’une place prépondérante au sein de la Fédération algérienne de Vol- ley-ball. «Elle participe à partir du 14 du mois à Yaoundé au tournoi qualificatif au mondial prévu en Pologne. On donne une grande importance à cette catégorie. On de- meure optimiste pour voir nos garçons réus- sir une très bonne performance. L’entraîneur Mourad Sennoun fait du bon travail. Il ne faut pas perdre de vue que l’entraîneur n’est pas tout dans une équipe. Pour qu’il réussisse, il faut que toutes les conditions soient réunies… par conséquent, en cas d’échec, ce n’est pas l’unique respon- sable. L’échec est celui de tous à tous les ni- veaux» a-t-il dit L’avenir de la discipline ne peut être que meilleur du fait «qu’il y’a une très bonne ambiance au sein de notre Fédération» a af- firmé Okba Gougam le président de la FAVB. Comme cette compétition se déroule au Cameroun, l’Algérie aura à se défaire du Botswana, du Gabon, le Cameroun et Nigé- ria. Les compétitions aura lieu les 14, 15, 16, 17 et 18 février. C’est un non-stop. Les difficultés de notre sélection nationale se- ront devant le Cameroun. Néanmoins, on ira pas à Yaoundé en victime expiatoire. Toute- fois, l’avenir du volley-ball ne peut être que radieux lorsqu’on voit la grande motivation qui anime la famille de cette discipline. Hamid Gharbi

ENTRETIEN AVEC BENSEGHIER LYAMINE (DEN DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE VOLLEY-BALL)

os sélections visent la qualification pour le

L’Algérie organise le tournoi qualificatif au championnat du monde de Volley-ball. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette compétition ? Ce tournoi regroupera, outre l’Algérie, six autres sélections Africaines à savoir le Bots- wana, l’Egypte, le Nigéria, le Ghana, le RD Congo et le Cameroun. Il se déroulera du 23 février au 1 er mars prochain, à la salle Harcha Hacene d’Alger.

Le cycle de préparation pour ce tournoi qualificatif a été entamé début janvier par un stage ayant regroupé l’ensemble des 25 élé- ments qui ont fait partie de la sélection natio- nale durant les deux dernières années. L’objectif était de présenter au nouvel entraî- neur Italien, François Salvani l’ensemble de nos joueuses susceptibles d’être sélectionnées et lui offrir la possibilité de choisir les meil- leurs éléments en prévision de cette échéance. Ainsi nous avons fait appel à toutes les joueuses du cru et même celles évoluant en France a l’image de Oukazi Fatima-Zohra, Bensalem Fatima-Zohra et Oulmou Lidya. Son choix s’est porté sur 15 athlètes. Celle-ci ont pris part à un stage à Sétif du 20 au 26 Jan-

ont pris part à un stage à Sétif du 20 au 26 Jan- vier dernier. Pour

vier dernier. Pour la troisième phase de prépa- ration l’équipe à effectué un mini regroupe- ment à Alger avant de s’envoler pour l’Italie où aura lieu le stage précompétitif avec au programme cinq rencontres face a des forma- tions italiennes de différents paliers. Le stage se poursuivra, jusqu’au 15 fevrier, dans de bonnes conditions. L’équipe entamera un der-

nier stage à Alger du 17 au 22 Février pour ef- fectuer les derniers réglages avant la compé- tition.

Franchement nous sommes très confiants. Notre objectif est bien évidement d’arracher

la qualification au championnat du monde qui

se déroulera au mois de septembre prochain en Italie. Les filles sont conscientes de la tâche

qui les attend. Les adversaires sont tout à fait

a leur portée. Je pense que la qualification se

jouera lors de la dernière journée entre l’Al- gérie et l’Egypte.

P

En effet, l’équipe a plus de difficulté à s’affirmer dans les tournois regroupant l’élite mondiale. Il y a quelques années, notre objec- tif était de parvenir à remporter un set dans les compétitions de niveau mondial. Nous y sommes parvenu grâce au travail fourni et a la

persévérance. A présent cherchons à remporter un match dans ces tournois. Cela pourrait se produire lors du championnat du monde d’Ita-

lie si nous sommes qualifiés et si nous avons

à tirage au sort favorable. Avec le staff tech- nique nous allons, en cas de qualification,

tracé un programme nous permettant d’être dans une courbe ascendante en Italie. Pour ce

qui est des raisons qui font qu’on a encore du mal à pouvoir rivaliser avec les meilleures na- tions du monde, il faut principalement revenir

à la base pour les situer.

Pas tout à fait. C’est surtout un problème d’infrastructure. A Alger, Bejaia ou encore Chlef, qui sont des pôles importants pour le volley-ball Algérien, les équipes ont du mal a mettre en place une véritable politique de for- mation faute de disponibilité de salles. Heu- reusement, cette question est en phase d’être réglée grâce au programme lancé par le MJS.

Par ailleurs nous avons aussi des difficultés à trouver des sparring-partners de haut niveau. La aussi le problème a été réglé par la fédéra- tion qui a réalisé des accords de partenariat avec les Italiens pour la préparation de nos dif- férentes sélections nationales. A l’avenir, les choses pourront, ainsi évoluer.

ondial

L’équipe a effectué un regroupement de

préparation à Alger avant de se rendre en Italie pour un stage précompétitif, ponctué par trois rencontres contre des formations locales. Le staff technique est satisfait de cette prépara- tion, malgré la blessure de certains élements. La délégation a relié hier, Yaoundé a partir de Rome. Au Cameroun nous visons la première

place et la qualification pour le Mondial prévu en septembre prochain en Pologne.

La seule équipe qui pourrait nous compli- quer la tâche est bien sûr le Cameroun. Le Ni- géria, Botswana et Gabon sont à notre portée. Le fait d’éviter l’Egypte, qui est parvenue à se qualifier lors du précédent tournoi, et la Tuni- sie qui organise en même temps le tournoi de sa zone, constitue un souci de moins. Le sé- lectionneur national à récupérer le joueur Mahdjoubi qui avait des obligations avec son club. Il a rejoint la délégation au Cameroun. C’est un atout supplémentaire pour l’équipe qui est motivée.

Entretien réalisé par Rédha Maouche

Jeudi 13 Février 2014

EL MOUDJAHID17

EL MOUDJAHID 17 ELIMINATOIRES DE LA CAN 2014 (DAMES) ALGÉRIE-MAROC VENDREDI À 17 H À BOLOGHINE
EL MOUDJAHID 17 ELIMINATOIRES DE LA CAN 2014 (DAMES) ALGÉRIE-MAROC VENDREDI À 17 H À BOLOGHINE

ELIMINATOIRES DE LA CAN 2014 (DAMES)

ALGÉRIE-MAROC VENDREDI À 17 H À BOLOGHINE

Assurer la qualification

Alger

La sélection nationale féminine de football sera confrontée, vendredi prochain à 17 h au stade de Bo- loghine, à son homologue marocaine. Ce derby ma- ghrébin compte pour le premier tour des éliminatoires de la CAN 2014, prévue en Namibie. La seconde manche se déroulera au Maroc, en mars prochain. Les protégées de Azzedine Chih, qui veu- lent absolument être présentes à ce grand rendez- vous continental, sont tout a fait déterminées a passer ce cap. «Nous sommes prêtes pour cette confronta- tion. La préparation, entamée depuis trois mois avec plusieurs regroupements, s’est bien déroulée. La vi- site du ministre de la Jeunesse et des Sports et du président de la FAF, qui nous ont beaucoup encou- ragé, a été une motivation supplémentaire pour les joueuses. Nous allons faire tout notre possible pour passer ce tour et le prochain pour être présente en Namibie. Nous sommes conscientes qu’il ne faut pas rater cette première manche. On doit réaliser un bon résultat à Alger afin d’aborder le retour dans les meilleures conditions possible», a déclaré la capi- taine de l’équipe Sekouane Fatima à la presse. Afin de mieux préparer cette échéance, la sélection natio- nale a entamé, il y a trois mois, une série de stages au centre national de Sidi Moussa, ponctuées par deux matchs amicaux face au Sénégal au mois de janvier dernier. Pour sa part Azzedine Chih estime que son équipe, qui se prépare dans de bonnes condi- tions, est prête pour ce derby. «Nous avons débuté notre préparation depuis trois mois où nous avons re- groupé pas moins de quarante joueuses pour des stages de sélection. Depuis ce temps et avec l’orga- nisation de deux matches amicaux, l’équipe se des- sine et son niveau progresse de jour en jour ce qui n’est que bénéfique pour nous avant d’affronter le Maroc vendredi prochain. L’équipe actuelle se com- pose de jeunes joueuses, toutes venues du champion- nat local, ce qui est un des atouts pour notre formation. Concernant notre match de qualification pour la CAN Dames, Namibie 2014, nous nous pré- parons dans les meilleures conditions pour la concré- tisation de l’objectif de qualification ».A t-il indiqué dans une déclaration reprise par le site de la FAF. De son côté, la sélection Marocaine est arrivée a Alger, lundi dernier, en début d’après-midi. Cette formation a effectué plusieurs regroupements depuis le mois de novembre dernier, dans le dernier qui a eu lieu a la fin du mois de janvier au centre de préparation de Maamoura (Maroc). En cas de qualification la sélec- tion nationale rencontrera le vainqueur de la confron- tation entre l’Egypte et la Tunisie. La phase finale est prévue en Namibie du 11 au 24 octobre 2014. Rédha M.

LIGUE1 (19 e JOURNÉE)

A

B derby des e

trêmes

 

Cette 1 e journée de Ligue1 sera tr s importante aussi bien pour le haut

ue le bas du

classement général. En effet, les

uatre rencontres au programme de demain vendredi

concernent, aussi bien des é uipes mal-classées

ue des prétendants à la cime.

I l est certain que tous les re- gards aujourd'hui seront bra- qués, notamment pour les fans

des Belouizdadis et Mouloudéens, sur le stade du 20-Août 55 où aura lieu le derby du centre entre le CRB et le MCAlger. Les deux équipes sont diamétralement op- posées l'une de l'autre. Alors que le MCA joue pratiquement dans la cour des grands, le CRB traîne en- core parmi les retardataires, puisque l'équipe drivée par Iaîch se trouve à la 13 e place avec 18 pts. C'est à dire que les Belouizd- dadis ne sont pas loin de la «zone des relégables». Sur le plan du spectacle, on peut dire qu'il risque d'en pâtir, puisqu'on n'a réservé que 500 places aux fans des Vert et Rouge. C'est peu, mais que faut-

réservé que 500 places aux fans des Vert et Rouge. C'est peu, mais que faut- deux

deux équipes qui se trouvent dans

il faire? On aimerait seulement que le fair play soit au rendez- vous !

Que le meilleur l'emporte ! La JSK, qui restait sur une vic- toire inespérée devant le CRBAF (sur un penalty, dans le temps ad- ditionnel, vigoureusement contesté par les Chaouis auprès de l'arbite), se déplacera pour y af-

d'Asselah, leur gardien, laissera certainement un grand vide. A Constantine, le CSC, en perte de vitesse depuis qu'elle joue sur deux tableaux (championnat national et coupe de la CAF). Cette situation a fait que l'équipe n'arrive plus à retrouver son équi- libre. Elle a par conséquent perdu aussi bien en championnat qu'en coupe de la CAF. Des choix des

Michel, la tâche des Constantinois ne sera pas de tout repos. Ils ris- quent même de se faire surprendre comme ce fut le cas devant les Harrachis au stade Chahid Ham- laoui lors de la précédente jour- née. Les gars de Béchar, le moins que l'on puisse dire, ne viendront pas à Constantine en victime ex- piatoire.

une position de relégable avec 14 pts chacune. Il est certain que les

gars de Aïn Fekroun, qui luttent

désepérément pour s'en sortir, par-

tiront avec les faveurs des pronos-

tics, en effet, les poulains de

Mustapha Biskri, qui ont raté le

coche devant les usmistes au stade du 20 Août de Bordj Bou Arréridj,

sont décidés à ne pas abdiquer,

surtout que le championnat natio-

fronter le MCO, à Zabana, avant de le recevoir ce mardi, au stade du 1 er -Novembre de Tizi-Ouzou,

pour le compte des quarts de fi- nale de la coupe d'Algérie. Ce sera un match test pour les deux équipes. Une sorte de revue d'ef- fectif. Très mal-classés, les Ora- nais du MCO sont en mauvaise posture. Cette situation a été ac- centuée par leur défaite, au stade de Bologhine, devant le MCA sur le score de 2à0. Les Hamraoua ne peuvent se permettre un autre faux-pas. Les Canaris sont appelés

à prouver qu'ils sont solides hors

de leurs bases, même si l'absence

dirigeants qu'ils paient cash. Face au JSSaoura en net regain de forme depuis la prise en main de l'équipe par le Français Alain

A Aïn M'lila, stade Demene- Debih, on assistera avec une atten- tion particulière au derby de l'Est entre le CRBAF et le CABBA,

nal est encore long. Ils joueront crânement leurs chances. Hamid Gharbi

P O A E Date Rencontre Catégorie Horaire Lieu Vendredi 14 Février 2014 CSC -
P
O
A
E
Date
Rencontre
Catégorie
Horaire
Lieu
Vendredi 14 Février 2014
CSC - JSS
Séniors
15h00
Stade Hamlaoui - Constantine
CRBAF - CABB
Séniors
15h00
Stade Demene Debih - Ain M’lila
MCO – JSK
Séniors
15h00
Stade Zabana - Oran
Séniors
16h00
Stade
20
Août
55
Alger
Samedi 15 Février 2014
CRB – MCA
MCEE –MOB
Séniors
15h00
-
Stade Messaoud Zougar - El Eulma
JSMB – ESS
Séniors
15h00
Stade de l’unité Maghrébine - Bejaia
RCA – ASO
Séniors
15h00
Stade Brakni - Blida
USMA - USMH
Séniors
17h45
Stade Bologhine - Alger

LIGUE 2 (19 e JOURNÉE)

COUPE D'ALGÉRIE DE FOOTBALL (JEUNES CATÉGORIES) : Programme des huitièmes de finale de la coupe
COUPE D'ALGÉRIE DE FOOTBALL
(JEUNES CATÉGORIES) :
Programme des huitièmes de finale de la coupe
d'Algérie de football, réservée aux jeunes catégo-
ries, qui auront lieu vendredi et samedi :
U-20 :
VENDREDI :
SKAF Khemis Meliana - ASM Oran
Paradou AC - MBH Hassasna
US Tébessa - CRB Tibesbest
CS Constantine - AS Khroub
USM Khenchla - WA Tlemcen
MSP Batna - CR Béni Thour
SAMEDI :
USM Blida - JSM Béjaïa
IS Tighennif - Hamra Annaba
U-17 :
VENDREDI :
HB Chelghoum Laïd - ASO Chlef
SA Mohammadia - ES Boukhors
CR
Béni Thour - USM Oran
MC
Oran - JSM Béjaïa
USM El-Harrach - ASW Jijel
USM Blida - WR M’sila
Hamra Annaba - AB Merouana
ASC Ouargla - WM Tébessa
U-16 :
VENDREDI :
JS Saoura - USM Blida
NRB Tougourt - USM El-Harrach
JSM Béjaïa - MSP Batna
CA
Batna - USM Bel-Abbès
MC
El-Eulma - MC Saïda
IRB
Aïn Beïda - US Tébessa
ASO Chlef - USM Annaba
ES Sétif - MC Oran.

USMB-USMMH ET CAB-USC

eu

derbys palpitants au programme

 

Le championnat de Ligue 2

professionnelle amorce demain une autre étape importante, qu’il s’agisse des équipes qui jouent l’accession ou celle qui luttent pour le maintien. La bataille est belle et bien engagée en cette im- portante phase de la compétition, où chaque point vaudra son pesant l’or. Pour ce qui est du haut du ta- bleau, le leader l’USMBA qui ac- cueille l’ABS, part avec les faveurs des pronostics, même s’il ne faut jamais vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Bous- saâda étant une équipe très accro- cheuse. Le dauphin, l’ASMO recevra pour la seconde fois à domicile. Une bonne opportunité pour récol- ter trois précieux points. Son ad- versaire du jour l’OM, qui éprouve en ce moment des diffi- cultés avec des résultats en dents de scie, promet de sortir le grand jeu pour ne pas rentrer bredouille

à la maison et ainsi reprendre du

poil de la bête, même si sa mission

s’annonce périlleuse. Défait la se- maine dernière face à l’USC, l’USMB qui ne veut entendre par- ler que de la victoire, reçoit sur son terrain l’USMMH qui marche

bien en ce moment, dans un derby qui s’annonce palpitant et très

ce moment, dans un derby qui s’annonce palpitant et très serré, qui drainera, à non pas

serré, qui drainera, à non pas dou- ter, la grande foule. Autre confron- tation qui ne manquera pas de

piment, celle qui mettra aux prises le NAHD qui piétine depuis trois journées et qui veut reprendre sa revanche, à l’ASK qui tient à re- coller au peloton de tête pour jouer la carte de l’accession. Un match à suivre avec intérêt. Le WAT autre concurrent sérieux à la montée, effectuera un péril-

leux déplacement à Merouana où l’ABM n’a pas trop l’habitude de céder des points. Le Widad doit se montrer fort pour espérer empo- cher un bon résultat. L’USC véri- table outsider de cette Ligue 2, n’aura certainement pas la partie facile à Batna où l’attendra de pied ferme, une équipe du CAB, qui n’a plus droit à l’erreur au risque de le payer cher au dé- compte final. Occupant une peu

reluisante avant dernière place, les Batnéens auront néanmoins fort à

faire face aux Chaouis. Un derby

des Aurès très attendu par les in- conditionnels des deux forma- tions.

Le MCS qui jouera chez lui, part largement favori face à la lan-

terne

rouge l’ESM, qui a déjà les

pieds

en Division nationale ama-

teurs. Enfin, l’USMAn-MSPB est

 

un match qui se jouera à couteaux

tirés — sportivement parlant —,

du fait que les deux teams occu-

pent

le bas du tableau et se battent

pour

sauver leur peau de la reléga-

tion.

 

Mohamed-Amine Azzouz

P O A E VENDREDI À 15H USM Annaba - MSP Batna ASM Oran -
P
O
A
E
VENDREDI À 15H
USM Annaba - MSP Batna
ASM Oran - O Médéa
CA Batna - US Chaouia
USM Blida - USMM Hadjout
USM Bel Abbès - A Bou Saada
MC
Saida - ES Mostaganem
AB
Merouana - WA Tlemcen
SAMEDI 15H
NA
Hussein Dey - AS Khroub

Sports

18

EL MOUDJAHID

S ports 18 EL MOUDJAHID EQUIPE NATIONALE L’ kraine O L E uipe nationale devrait pour
S ports 18 EL MOUDJAHID EQUIPE NATIONALE L’ kraine O L E uipe nationale devrait pour
S ports 18 EL MOUDJAHID EQUIPE NATIONALE L’ kraine O L E uipe nationale devrait pour

EQUIPE NATIONALE

L’

kraine O

L E uipe nationale devrait

pour le 3

mai

tre fixée asse

vite sur l identité de son

adversaire pour la date du 31 mai. l s agira selon toute vraisemblance

de l

kraine

ui a donné son accord de principe à la FAF apr s plusieurs sollicitations.

E n effet, le président de la FAF a eu une longue discus- sion téléphonique avec son

homologue ukrainien pour tenter de s’entendre sur les modalités de l’or- ganisation du match. Il aura fallu six correspondances à la FAF — quand même ! — pour que la fédé- ration ukrainienne daigne répondre enfin, sans pour autant que la ré- ponse du président de la fédération ukrainienne ne donne une réponse définitive, bien qu’il soit favorable sur le principe. Il faut dire que la FAF a insisté auprès de l’Ukraine sur demande de Vahid Halilhodzic qui a fait savoir qu’il voulait à tout prix un match amical contre cette dernière et de préférence en Algérie si possible. Les deux fédérations devraient donc devoir discuter de l’éventualité que le match se joue au stade Mustapha Tchaker, le dernier de l’EN en Al- gérie avant de s’envoler affronter la Roumanie à Genève le 4 juin. Seulement, cette feuille de route pourrait être appelée à être modifiée si l’Ukraine refuse de faire le dépla- cement jusqu’à Alger, même si pour le moment, le président de la fédé- ration ukrainienne n’y a pas trouvé d’inconvénient. Ainsi, ce sont trois

n’y a pas trouvé d’inconvénient. Ainsi, ce sont trois adversaires de l’Europe de l’Est qui vont

adversaires de l’Europe de l’Est qui vont affronter l’Algérie en matchs de préparation pour le Mondial. Ça change complètement de ce qui a été dit au départ, puisqu’il n’y aura pas d’équipe asiatique au menu des Verts, ni latine d’ailleurs ; une hy- pothèse franchement émise par la FAF au départ. Des négociations ont abouti à un accord avec le Portugal pour un match à Genève, mais il a dû être annulé sur décision d’Halilhodzic

qui ne voulait pas « de grosses équipes » au programme. Par ail- leurs, la Chine a décliné poliment l’offre, alors que la Japon y a ré- pondu favorablement, mais à condi- tion que le match se joue aux USA. La Slovénie, adversaire de l’Algérie au premier match du Mondial 2010 viendra affronter les Verts le 5 mars prochain à Tchaker au cours d’un match amical, le premier de l’Algé- rie depuis trois mois. A. Benrabah

CSA-MCA / L’AGEX REPORTÉE

Le comité directeur demande au

membres

de l’A

le retrait de confiance

Brahmia

L’AGEX du CSA-Mouloudia d’Alger, qui devait se tenir mardi après-midi au siège du club, sis à la Villa de Cheraga, a finalement dû être reportée. 43 membres étaient présents à cette assemblée générale, alors que 7 autres l’étaient par pro- curation interposée. Pour ce qui est des raisons du report de l’AGEX, nous évoquerons tout d’abord, le fait que le quorum n’a pas été at- teint. En plus de cela, l’huissier de jus- tice qui était présent, n’a pas tardé à quitter les lieux, suite à un inci- dent survenu à l’entrée du siège du Mouloudia, non sans avoir informé les dirigeants mouloudéens, qui ont fait le nécessaire pour l’en dissua- der, en vain ! Que s’est-il passé au juste ? Eh bien, lorsque les deux agents de sécurité qui étaient posi- tionnaient à l’entrée de la villa, ont aperçu un jeune homme en train de les filmer avec son portable, ils lui ont demandé de ne pas le faire et de supprimer ce qu’il a filmé, d’autant plus qu’ils ne connaissait pas le jeune en question. Il lui ont fait savoir que n’étant pas journaliste, il n’avait pas à venir filmer, comme cela sans autorisa- tion. Le ton est monté entre les deux parties, puisque le jeune homme a refusé d’effacer les photos. Suite à quoi, les deux agents en question l’ont quelque peu molesté pour le maîtriser et l’empêcher de venir perturber leur travail Au fait, il s’agissait du fils de Amar Brahmia. Les membres du CSA ont interprété cela comme de la pure provocation de la part de ce dernier. Ainsi, quelque peu effrayée par cette scène, l’huissier (une femme) affirme qu’elle a eu un peu peur pour sa sécurité et à fait savoir qu’elle allait quitter les lieux. Ce que nous pouvons dire pour avoir été sur place, c’est que nous avons

dire pour avoir été sur place, c’est que nous avons été étonnés par l’attitude de l’huis-

été étonnés par l’attitude de l’huis- sier de vouloir s’en aller, alors qu’il n’y avait absolument aucun danger sur sa personne et que tout était calme mis à part, l’incident survenu

et rapidement dissipé.

A noter la présence de deux re- présentants de la DJS. Les membres du bureau du CSA (Tahar Belkhiri, Nasser Bouiche, Djamel Rachedi, Mohammed Smail, Messaoud Torki, Boualem Kab, Ali Mebrek, Kamal Kasbadj) et les membres de l’assemblée générale présents, ont ainsi convenu du report de l’AGEX pour ce samedi, sous toute réserve, en transformant l’AGEX en réunion

d’information, où il a été fait part de la situation au sujet du conflit qui les oppose au président Amar Brah- mia. Les présents, étaient unanimes pour un retrait de confiance à Amar Brahmia lors de la prochaine AGEX. Ils ont fait savoir que l’AG ordi- naire, que ce dernier prépare pour le 22 février prochain, ne peut avoir lieu, du fait qu’il a écarté, le com- missaire aux comptes M. Kabla, qui

a fait l’objet d’un vote des membres de l’AG, en ramenant son propre commissaire aux comptes. Ce qui est contraire à la loi, af- firment-ils. Pour eux, Brahmia ne pourra tenir l’AG ordinaire du CSA, du fait qu’en tant que prési-

dent du CSA, il n’a fait participer ni le trésorier du club, ni le commis- saire aux compte du CSA, pour pré- senter le bilan financier !! Ils ont tenu à dire ceci : « On a

demandé à Brahmia la mise en conformité de la loi qui régit la CSA à la SSA, comme décidé par le comité directeur, il n’a fait que nous berner. On ne peut plus lui faire confiance, parce qu’il ne travaille pas pour l’intérêt du MCA. Brah- mia n’a plus aucun crédit à nos yeux, il exerce sur le CSA une véri- table OPA. On s’est entendu sur des règles qui devaient se traduire par la signa- ture par le CSA et la SSA d’une convention déterminant les condi- tions d’utilisation du sigle, de la marque et des couleurs du Moulou- dia Club d’Alger par la SSA Le Doyen, ces derniers étant la pro- priété exclusive du CSA MC Alger dont notre club est le propriétaire. Rien n’a été fait…». Ainsi, la crise secoue à nouveau le MCA, dont un conflit d’intérêt l’oppose à la Sonatrach, puisque les

liens réglementaires entre le pro- priétaire du club de football profes- sionnel (la Sonatrach) et le CSA-MCA ne semblent pas établis, comme le stipule la réglementation en vigueur. Affaire à suivre. Mohamed-Amine Azzouz

STADE BOLOGHINE

La tribune nord sera totalement rouverte samedi

La tribune nord du stade

Omar Hamadi (Bologhine), dont une partie a été fermée lors du précédent match de football entre l'USM Alger et la JS Kabylie, sera rouverte dans sa totalité à l'occasion du derby de la capitale lors de la 19 e journée du cham- pionnat de Ligue 1 algérienne de football, a appris l'APS auprès du directeur de l'enceinte. "Les travaux de réfection né- cessaires ont été effectués, et tout est prêt pour que la tribune nord soit rouverte dans sa totalité dès

le prochain match entre l'USMA

et l'USM Harrach", a déclaré Baghdad Mzidi. Peu avant le match de cham- pionnat ayant opposé l'USMA à la JSK, une visite d'inspection des services du Contrôle tech- nique de la construction (CTC) a

conduit à la fermeture d'une par- tie de la tribune, dite le virage, du stade de Bologhine. Cette tribune est générale- ment réservée aux supporters des équipes visiteuses, et sa ferme- ture partielle a engendré la ré- duction du nombre des billets qui étaient destinés aux fans de la JSK. "Pour le prochain match, les supporters de l'USMH vont bé- néficier du même quota de billets qu'on a l'habitude de délivrer aux adversaires de l'USMA. Les ré-

serves émises par le CTC ont été levées", a-t-il encore précisé. Le stade Omar Hamadi est la propriété de la commune de Bo- loghine, mais il est géré par l'USMA en vertu du contrat de location signé par les deux par- ties depuis 1994.

SAUT À SKIS - DAMES

L Allemande

ogt sacrée

Takanashi

e

L'Allemande Carina Vogt est devenue la première championne olympique de saut à skis de l'histoire, mardi aux JO de Sotchi, alors que la Japonaise Sara Takanashi, grande favo-

rite, a pris la 4 e place.Vogt

a devancé l'Autrichienne

Daniela Iraschko-Stolz et

la Française Coline Mat-

tel.

Daniela Iraschko-Stolz et la Française Coline Mat- tel. PORTUGAL limani signe sa premi titularisation re

PORTUGAL

limani signe sa premi titularisation

re

L'attaquant international algérien, Islam Slimani, a signé sa première titularisation avec le Sporting Lis- bonne lors de la défaite face à Benfica (2-0) mardi soir en match retard comptant pour la 18 e jour- née du championnat de première division portugaise de football. Slimani n'est toutefois pas allé au terme de la rencontre, après avoir été remplacé à la 80 e minute du temps de la partie. L'avant-centre des Verts avait rejoint Sporting lors de l'intersaison en prove- nance du CR Belouizdad (L 1, Al- gérie). Il s'est contenté jusque-là, de brèves apparitions en cham- pionnat avec à la clé quatre réali- sations. Meilleur buteur de la sélection nationale lors des élimi- natoires de la coupe du monde 2014 au Brésil, le joueur de 26

de la coupe du monde 2014 au Brésil, le joueur de 26 ans n'a pas voulu

ans n'a pas voulu changer d'air lors du mercato d'hiver, malgré son statut de remplaçant. Il sera l'un des joueurs sur lesquels mi- sera l'entraîneur national, Vahid Halilhodzic, lors du Mondial (du 12 juin au 13 juillet).

COUPE D'ITALIE (1/2 FINALES)

dinese éliminé

L'Udinese a été éliminé en demi- finale de la coupe d'Italie de foot- ball après sa défaite sur le terrain de la Fiorentina (2-0, 1-2 à l'aller) mardi soir. Lors de cette rencon- tre, l'international algérien, Has- san Yebda, fraîchement transféré à Udine en provenance de Gra- nada CF (Liga espagnole) a fait son entrée en jeu à la 90 e minute. Yebda avait effectué son baptême de feu le week-end passé lors du match de championnat remporté par sa nouvelle équipe face à Chievo Véroen (3-0) en cham- pionnat de Série A. Il a joué l'in- tégralité du temps de la rencontre, tout en étant crédité d'un belle prestation, selon les spécialistes ainsi que le directeur sportif de l'Udinese, Cristiano Giaretta, aussi. Le responsable de l'Udinese

ebda remplaçant

aussi. Le responsable de l'Udinese ebda remplaçant n'a pas tari d'éloges sur le joueur de 29

n'a pas tari d'éloges sur le joueur de 29 ans, estimant que grâce à son expérience, "il a intégré faci- lement le groupe". "Yebda a porté sur ses épaules le milieu de terrain du club dès son arrivée. Nous avons vu contre le Chievo à quel point il est précieux", a-t-il dé- claré.

SSéélleeccttiioonn

Détente -TV 21 EL MOUDJAHID Page animée par CROISÉS FLÉCHÉS Nº 3641 1 2 3
Détente -TV
21
EL MOUDJAHID
Page animée par
CROISÉS
FLÉCHÉS
Nº 3641
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
ENLEVER
I
————————
POISSON
II
III
WILAYAD’ALGER
—————————————
AU BAS DU COURS
—————————————
CIRQUES
IV
REFUSENFANTIN
EXAMEN
V
———————————
D’OBSERVATION
DAMEMAGIQUE
———————————
————————————
VI
MISDEBOUT
PLUIETORRENTIELLE
VII
VIII
SUIT LA NEGATION
————————————
NAISSANT
————————————
ANGOISSES
POISSONS
————————————
GUIDE AU TIBET
———————————
AU MILIEU
MERANGLAISE
IX
————————————
RENDITPLUSGRAND
————————————
X
TOUTÀROME
ATTENDUESÛREMENT
Définitions
—————————————
POSSESSIF
—————————————
HORIZONTALEMENT
INCROYANT
————————————
ARMEÀFEU
————————————
HISTOIRE DE FAMILLE
ÀBOIREÀLONDRES
I- Région du Congo-Plat suisse. II-Moquerie-Couleur. III-
Rien du tout-Javelot rudimentaire. IV-Réfuteés-Ex-grand Etat.
V-Analyse-En soupe. VI-Deux en poupe-Stimulant. VII-Un écot-
STUPÉFAITES
—————————————
TARD EN JOURNÉE
————————————
CLAIRE
RÉCIPIENT
————————
DIRECTION
Téléphone. VIII- Incapacité. IX- Tombe en hiver-Frustre. X- Être
à l’étroit-Rectum.
INJURE
—————————————
EN RAYON
—————————————
VERTICALEMENT
ARTICLEDÉFINI
1-Rapt. 2-Partirai-Préparée pour la friture. 3-Raclée-Fleuve
europeén. 4-Indéfini-Écimage. 5-Venus de-Grand ouvert. 6-Roue
de marin-Provocation. 7-Guerre en Amérique latine. 8-Étoile à
l’écran-Insulaire. 9-Fourrure de bête-Ville du Japon. 10-
Inattendues.
HABILLES
——————————————
GIVRÉE
——————————————
ENDORMISSEMENT
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Nº 3641
1
Mot CACHÉ
K
I
V
U
R
O
S
T
I
2
I
R
O
N
I
E
T
O
N
Grille
3.
Loqueteau
33 . Désœuvré
15.
Tatoueur
3
D
A
L
S
A
G
A
I
E
R
S
E
T
O
N
C
O
L
B
R
E
H
C
U
O
T
E
R
A
6.
Porte-jupe
34. Blockhaus
20.
Assesseur
4
N
I
E
E
S
U
R
S
S
L
E
L
L
E
T
A
G
A
B
E
I
R
E
S
I
A
I
N
P
11.
Théoricien
35. Rétorquer
5
A
E
T
U
D
E
O
P
22.
Sélecteur
O
R
E
R
R
E
T
E
D
D
I
N
O
I
P
R
O
C
S
O
12 . Décrochage
36. Sillonner
6
P
E
E
R
I
N
Q
E
M
S
I
T
O
G
R
A
E
I
R
A
R
T
N
O
C
R
P
S
E
23.
Polynésie
7
13.
Chatterton
37. Renouveau
U
D
C
E
F
O
T
A
T
E
U
R
C
E
E
L
C
T
P
A
R
T
I
L
R
T
O
U
24.
Bâbordais
E
H
E
S
E
15.
Élasticité
38. Solitude
H
L
A
S
S
S
E
U
R
P
N
N
Y
A
E
8
I
N
H
A
B
I
I
T
E
L
N
E
G
E
E
E
25.
Outillées
T
E
C
A
A
S
E
L
E
T
E
U
E
T
M
S
C
R
H
S
J
9
I
L
15.
Enharmonie
39. Nénuphar
R
Y
R
A
O
G
E
N
E
E
A
N
U
S
E
O
T
S
P
O
L
N
E
S
I
E
R
E
U
10
17.
Entrouvrir
40. Justement
27.
Somnolent
A
R
O
T
T
B
A
B
O
R
D
A
I
S
E
R
O
R
U
P
18.
Lysergique
41. Pueraient
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
29.
Composter
U
I
C
E
I
O
U
T
I
L
L
E
E
S
N
M
U
G
F
E
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
19.
Camouflage
42. Cotonneux
30.
Fébrifuge
A
C
H
R
C
S
O
M
N
O
L
E
N
T
O
O
V
I
L
I
1
K
I
D
N
A
P
I
N
G
21.
Père Noël
43. Mangeable
C
I
A
T
I
C
O
M
P
O
S
T
E
R
E
N
R
Q
A
N
1.
Bloc-notes
2
A
D
R
A
R
A
V
A
26.
Accordoir
7. Déterrer
C
E
G
O
T
F
E
B
R
I
F
U
G
E
L
I
I
U
G
U
3
F
E
E
E
S
S
A
I
2.
Retoucher
28.
Inutilisé
8. Scorpion
O
N
E
N
E
A
A
T
T
E
N
T
I
F
R
E
R
E
E
T
4
I
S
S
A
N
T
S
E
A
4.
Bagattelle
R
C
O
N
F
I
A
N
C
E
D
E