Vous êtes sur la page 1sur 40
GUIDE PRATIQUE ILO TECHNOLOGY Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) En application des Avis Techniques, du CPT

GUIDE

GUIDE PRATIQUE ILO TECHNOLOGY Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) En application des Avis Techniques, du CPT PRP

PRATIQUE

GUIDE PRATIQUE ILO TECHNOLOGY Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) En application des Avis Techniques, du CPT PRP

ILO TECHNOLOGY

Plafond Rayonnant Plâtre (PRP)

En application des Avis Techniques, du CPT PRP 12/03 et du DTU 25.41

Attention !

Ce recueil de détails d’exécution présente un large éventail de situations possibles de mise en œuvre.

Cependant ce guide ne remplace pas les textes réglementaires et normatifs.

Il en constitue un complément indispensable.

En aucun cas, ce document ne se substitue aux Avis Techniques, au CPT PRP 12/03 et au DTU 25.41 qui doivent être consultés.

cas, ce document ne se substitue aux Avis Techniques, au CPT PRP 12/03 et au DTU
cas, ce document ne se substitue aux Avis Techniques, au CPT PRP 12/03 et au DTU
Domaine d’application Description de l’installation • Schéma d’un PRP • Composants d’un PRP SOMMAIRE -
Domaine d’application Description de l’installation • Schéma d’un PRP • Composants d’un PRP SOMMAIRE -
Domaine d’application Description de l’installation • Schéma d’un PRP • Composants d’un PRP SOMMAIRE -

Domaine d’application

Description de l’installation

Schéma d’un PRP

Composants d’un PRP

SOMMAIRE

• Schéma d’un PRP • Composants d’un PRP SOMMAIRE - Ossature porteuse métallique - Panneaux chauffants
• Schéma d’un PRP • Composants d’un PRP SOMMAIRE - Ossature porteuse métallique - Panneaux chauffants
• Schéma d’un PRP • Composants d’un PRP SOMMAIRE - Ossature porteuse métallique - Panneaux chauffants

- Ossature porteuse métallique

- Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants)

- Ligne d’alimentation spécialisée

- Plaques de parement en plâtre développées pour cet usage

- Thermostat

Ensemble des travaux à effectuer

Ensemble des travaux à effectuer par l’installateur du plafond

Ensemble des travaux à effectuer par l’installateur électricien

Conception de l’installation de chauffage par PRP

Choix des matériaux et matériels

Conception thermique de l’installation de chauffage

- Textes de référence

- Dimensionnement de l’installation et critères de l’installation

- Plan de calepinage

- Isolation thermique complémentaire Bâtiments neufs Bâtiments existants

- Traitement de la liaison du mur extérieur – plénum du PRP

Régulation et programmation

- Bâtiments neufs

- Bâtiments existants

Conception acoustique de l’installation de chauffage

- Textes de référence

- Isolation acoustique entre locaux

Conception électrique de l’installation de chauffage

- Textes de référence

Conditions préalables à la mise en œuvre

Ossature porteuse métallique et accessoires pour la suspension des plafonds

- Implantation et traçage

- Raccord avec les points singuliers

- Ossature intermédiaire

- Constitution et sollicitations mécaniques

- Dispositifs de suspension

- Planéité et horizontalité de l’ossature

- Positionnement de l’ossature

- Joints de comportement

SOMMAIRE • Ligne d’alimentation spécialisée • Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants) -
SOMMAIRE • Ligne d’alimentation spécialisée • Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants) -
SOMMAIRE • Ligne d’alimentation spécialisée • Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants) -

SOMMAIRE

SOMMAIRE • Ligne d’alimentation spécialisée • Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants) -
SOMMAIRE • Ligne d’alimentation spécialisée • Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants) -
SOMMAIRE • Ligne d’alimentation spécialisée • Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants) -

Ligne d’alimentation spécialisée

Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants)

- Positionnement des panneaux chauffants

- Vérification du bon fonctionnement des panneaux chauffants avant la pose des plaques de parement en plâtre

Plaques de parement en plâtre développées pour cet usage

- Spécificités techniques

- Positionnement des plaques de parement en plâtre

- Fixation des plaques de parement en plâtre

- Joints de comportement

- Planéité et horizontalité

- Vérification du bon fonctionnement des panneaux chauffants après la pose des plaques de parement en plâtre

- Mise en chauffe de pré séchage

Traitement des joints

- Procédé bande et enduit ou enduit seul

- Raccord cloison-plafond

- Séchage de l’enduit

- Aspect de surface

Eléments intégrés dans les zones neutres du plafond

- Luminaires encastrés

- Luminaires suspendus

- Autres éléments

Marquage de l’installation et précautions particulières

Mise en service

- Réception de l’installation

- Première mise en service

Bibliographie

Index

DOMAINE D’APPLICATION Le Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) est un système de chauffage électrique pour les
DOMAINE D’APPLICATION Le Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) est un système de chauffage électrique pour les
DOMAINE D’APPLICATION Le Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) est un système de chauffage électrique pour les

DOMAINE D’APPLICATION

DOMAINE D’APPLICATION Le Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) est un système de chauffage électrique pour les locaux
DOMAINE D’APPLICATION Le Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) est un système de chauffage électrique pour les locaux
DOMAINE D’APPLICATION Le Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) est un système de chauffage électrique pour les locaux

Le Plafond Rayonnant Plâtre (PRP) est un système de chauffage électrique pour les locaux résidentiels et tertiaires, neufs et existants.

Le PRP est particulièrement bien adapté pour :

Les locaux d’habitation neufs ou à rénover (maisons individuelles ou logements collectifs) ;

Les bâtiments tertiaires lorsqu’un plafond réalisé à partir d’un parement en plaques de plâtre est souhaité par le maître d’ouvrage.

plaques de plâtre est souhaité par le maître d’ouvrage. Attention ! Comme pour tous les systèmes

Attention !

Comme pour tous les systèmes de chauffage électrique, dans les bâtiments en rénovation, il est souvent nécessaire d’améliorer l’isolation thermique du bâti. Dans tous les cas, une étude thermique permettra d’optimiser les épaisseurs d’isolants en fonction du degré de performance énergétique désiré.

DESCRIPTION DE L’INSTALLATION g g g g Schéma d’un PRP Le PRP est un système
DESCRIPTION DE L’INSTALLATION g g g g Schéma d’un PRP Le PRP est un système
DESCRIPTION DE L’INSTALLATION g g g g Schéma d’un PRP Le PRP est un système

DESCRIPTION DE L’INSTALLATION

DESCRIPTION DE L’INSTALLATION g g g g Schéma d’un PRP Le PRP est un système de
DESCRIPTION DE L’INSTALLATION g g g g Schéma d’un PRP Le PRP est un système de
DESCRIPTION DE L’INSTALLATION g g g g Schéma d’un PRP Le PRP est un système de

gggg Schéma d’un PRP

Le PRP est un système de chauffage électrique utilisant la technique bien connue du plafond en plaques de parement plâtre fixées sur une ossature métallique porteuse.

Observation

Le PRP se différencie de ce plafond traditionnel par l’utilisation de plaques de parement en plâtre développées pour cet usage au-dessus desquelles sont positionnés des panneaux chauffants alimentés par une ligne spécialisée et des panneaux neutres.

Panneau chauffant Ligne d’alimentation spécialisée Ossature porteuse métallique Panneau neutre (non chauffant)

Panneau chauffant

Ligne d’alimentation spécialisée

Ossature porteuse métallique

Panneau neutre (non chauffant)

Plaque de parement en plâtre développée pour cet usage

Thermostat

métallique Panneau neutre (non chauffant) Plaque de parement en plâtre développée pour cet usage Thermostat
métallique Panneau neutre (non chauffant) Plaque de parement en plâtre développée pour cet usage Thermostat
métallique Panneau neutre (non chauffant) Plaque de parement en plâtre développée pour cet usage Thermostat

Structure type d’un Plafond Rayonnant Plâtre

gggg Composants d’un PRP

Ossature porteuse métallique

L’ossature traditionnelle est constituée de :

Profilés en tôle d’acier d’épaisseur 6/10 mm galvanisés, conformes aux spécifications définies dans le DTU 25.41 ;

Fourrures fixées au support en respectant un entraxe de 0,60 m et une portée de 1,20 m ;

Cornières de rives ;

Suspentes adaptées au support (suspente bois, suspente hourdis béton, suspente dalle béton, …).

bois, suspente hourdis béton, suspente dalle béton, …). Suspente bois Suspente hourdis béton Suspente dalle béton

Suspente bois

hourdis béton, suspente dalle béton, …). Suspente bois Suspente hourdis béton Suspente dalle béton Attention !

Suspente hourdis béton

dalle béton, …). Suspente bois Suspente hourdis béton Suspente dalle béton Attention ! Dans tous les

Suspente dalle béton

Attention !

Dans tous les cas, les profilés et les dispositifs de suspension sont ceux prévus par l’Avis Technique propre au procédé visé.

sont ceux prévus par l’Avis Technique propre au procédé visé. Structure type d’une ossature porteuse métallique

Structure type d’une ossature porteuse métallique

Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants)

Deux types de panneaux existent :

Les panneaux chauffants pour répondre aux besoins de chauffage de la pièce ;

Les panneaux neutres pour assurer la continuité de l’isolation thermique du PRP.

Ces 2 éléments présentent une résistance thermique au moins égale à 1 m².K/W.

Panneaux chauffants : panneaux rigides ou semi-rigides feuillurés constitués d’un isolant thermique en laine minérale (réflecteur de flux), d’un élément chauffant en feuille mince collé sur l’isolant et d’une connectique spécifique.

collé sur l’isolant et d’une connectique spécifique. Structure type d’un panneau chauffant Panneaux neutres (ou

Structure type d’un panneau chauffant

Panneaux neutres (ou non chauffants) : panneaux rigides ou semi-rigides feuillurés constitués d’un isolant thermique en laine minérale (réflecteur de flux) ne possédant pas d’élément chauffant et présentant la même résistance thermique que les panneaux chauffants.

la même résistance thermique que les panneaux chauffants. Structure type d’un panneau neutre Attention ! Une

Structure type d’un panneau neutre

Attention !

Une isolation thermique complémentaire est nécessaire lorsque le plafond n’est pas installé entre 2 locaux chauffés.

Ligne d’alimentation spécialisée

Les panneaux chauffants sont raccordés par des prises spécifiques à une ligne d’alimentation spécialisée préfabriquée en usine qui doit répondre aux spécifications de l’annexe NA de la publication UTE C 73-999. Celle-ci est reliée au réseau général d’alimentation électrique via une boîte de connexion fixe et accessible. Elle est installée dans le plénum du Plafond Rayonnant Plâtre.

est installée dans le plénum du Plafond Rayonnant Plâtre. Exemple de ligne d’alimentation spécialisée

Exemple de ligne d’alimentation spécialisée préfabriquée

Observation

Différentes longueurs de lignes d’alimentation spécialisées sont commercialisées pour permettre de raccorder jusqu’à 24 panneaux chauffants pour la plus longue de ces lignes.

Ligne d’alimentation Les panneaux chauffants sont raccordés par des prises spécifiques à une ligne d’alimentation
Ligne d’alimentation
Les panneaux chauffants sont raccordés par des prises spécifiques à une ligne d’alimentation
spécialisée préfabriquée en usine. Celle-ci est reliée au réseau d’alimentation via une boîte de
connexion accessible. Elle est installée dans le plénum du Plafond Rayonnant Plâtre. (voir
chapitre ligne d’alimentation spécialisée page XX)

Plaques de parement en plâtre développées pour cet usage

Le parement est réalisé à partir de plaques de plâtre développées spécifiquement pour cet usage qui bénéficient d’Avis Techniques favorables.

Ces plaques de dimensions standardisées : 2400 mm x 1200 mm voire 3 000 mm x 1200 mm ont une épaisseur de 12,5 mm.

Attention !

Dans tous les cas, les procédés et matériaux utilisés pour le jointoiement des plaques sont définies dans les Avis Technique.

ENSEMBLE DES TRAVAUX A EFFECTUER

ENSEMBLE DES TRAVAUX A EFFECTUER

ENSEMBLE DES TRAVAUX A EFFECTUER
ENSEMBLE DES TRAVAUX A EFFECTUER
ENSEMBLE DES TRAVAUX A EFFECTUER
ENSEMBLE DES TRAVAUX A EFFECTUER
ENSEMBLE DES TRAVAUX A EFFECTUER

Deux corps de métier qualifiés interviennent dans la mise en œuvre d’un PRP :

l’installateur du plafond et l’installateur électricien.

Observation

Selon les prescriptions de l’Avis Technique du procédé à installer et selon les termes de la passation de marché, la répartition des tâches de mise en œuvre entre l’installateur du plafond et l’installateur électricien peut varier.

Dans tous les cas, les travaux doivent être exécutés en coordination entre les différents corps d’état par des installateurs ou des entreprises qualifiés.

gggg Ensemble des travaux à effectuer par l’installateur du plafond

Ces travaux comprennent essentiellement :

Dans tous les cas, la fourniture et la pose :

- des ossatures métalliques et des dispositifs de fixation à la structure porteuse,

et des dispositifs de fixation à la structure porteuse, - des plaques de parement en plâtre

- des plaques de parement en plâtre spécifiques à cet usage et le traitement des joints entre plaques,

à cet usage et le traitement des joints entre plaques, - de l’isolation thermique complémentaire éventuelle.
à cet usage et le traitement des joints entre plaques, - de l’isolation thermique complémentaire éventuelle.

- de l’isolation thermique complémentaire éventuelle.

- de l’isolation thermique complémentaire éventuelle. • Eventuellement, la fourniture et la pose : - de

Eventuellement, la fourniture et la pose :

- de la ligne d’alimentation spécialisée préfabriquée en usine,

d’alimentation spécialisée préfabriquée en usine, - des panneaux chauffants, des panneaux neutres et de leurs

- des panneaux chauffants, des panneaux neutres et de leurs accessoires,

chauffants, des panneaux neutres et de leurs accessoires, - la connexion des panneaux chauffants à la

- la connexion des panneaux chauffants à la ligne d’alimentation spécialisée.

neutres et de leurs accessoires, - la connexion des panneaux chauffants à la ligne d’alimentation spécialisée.

gggg Ensemble des travaux à effectuer par l’installateur électricien

Ces travaux comprennent essentiellement :

Dans tous les cas :

- la vérification du bon fonctionnement des panneaux chauffants avant et après la pose des plaques de parement en plâtre,

avant et après la pose des plaques de parement en plâtre, - le raccordement de la

- le raccordement de la ligne spécialisée au réseau électrique,

de la ligne spécialisée au réseau électrique, - les contrôles et vérifications, conformément aux

- les contrôles et vérifications, conformément aux prescriptions du chapitre 61 de la norme NF C 15-100, pour tous les points où elle s’applique,

- la réalisation des circuits d’alimentation électrique, de régulation et l’installation des protections électriques,

et l’installation des protections électriques, - la première mise en service. • Eventuellement, la

- la première mise en service.

Eventuellement, la fourniture et la pose :

- de la ligne d’alimentation spécialisée préfabriquée en usine,

d’alimentation spécialisée préfabriquée en usine, - des panneaux chauffants, des panneaux neutres et de leurs

- des panneaux chauffants, des panneaux neutres et de leurs accessoires,

chauffants, des panneaux neutres et de leurs accessoires, - la connexion des panneaux chauffants à la

- la connexion des panneaux chauffants à la ligne d’alimentation spécialisée.

neutres et de leurs accessoires, - la connexion des panneaux chauffants à la ligne d’alimentation spécialisée.

Attention !

La vérification du bon fonctionnement des panneaux chauffants doit être effectuée avant la pose des plaques de plâtre.

Observation

La pose des ossatures métalliques et des dispositifs de fixation à la structure porteuse, la mise en œuvre des plaques de plâtre spécifiques, le traitement des joints doivent être assurés par l’installateur du plafond qualifié.

Observation

Le raccordement de la ligne d’alimentation spécialisée au réseau électrique, la réalisation des circuits d’alimentation électrique de la régulation et l’installation des protections électriques doivent être effectués par l’installateur électricien qualifié.

CONCEPTION DE L’INSTALLATION

CONCEPTION DE L’INSTALLATION

CONCEPTION DE L’INSTALLATION
     
     
     
DE CHAUFFAGE PAR PRP  

DE CHAUFFAGE PAR PRP

 
DE CHAUFFAGE PAR PRP  

gggg Choix des matériaux et matériels

Les "Plafonds Rayonnants Plâtre" sont constitués de panneaux chauffants électriques alimentés par une ligne spécialisée préfabriquée en usine, de panneaux non chauffants, de plaques de parement en plâtre développées spécifiquement pour cet usage vissées sur une ossature métallique fixée mécaniquement au support et d'une isolation thermique complémentaire éventuelle disposée sur les panneaux chauffants et non chauffants.

Observation

Ces procédés de chauffage font l’objet d’Avis Techniques auxquels il convient, dans tous les cas, de se reporter.

gggg Conception thermique de l’installation de chauffage

Textes de références

Le procédé de chauffage électrique par "Plafond Rayonnant Plâtre" (PRP) ne s'oppose pas au respect :

- Du Décret 2000-1153 du 29 novembre 2000 relatif aux caractéristiques thermiques des constructions modifiant le code de la construction et de l'habitation et pris pour l'application de la loi 96-1236 du 30 décembre 1996 sur l'utilisation rationnelle de l'énergie,

- De l'arrêté du 29 novembre 2000 relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments.

Observation En application de l’arrêté du 29 novembre 2000 modifié relatif aux caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments, il convient de tenir compte pour le calcul du coefficient C, des pertes au dos des émetteurs intégrés au bâti en contact avec l’extérieur ou un local non chauffé. Le mode de calcul de ces pertes est donné dans les "Règles de calcul Th C" en vigueur.

Cet arrêté précise également que chaque paroi d'un local chauffé, donnant sur l'extérieur, un vide sanitaire, un parking collectif, un comble ou le sol doit présenter une isolation thermique minimale exprimée en coefficient de transmission thermique U exprimé en W/m²K, de la paroi (dont le mode de calcul est défini dans les règles de calcul Th bât Th-U), dont la valeur maximale est donnée au Titre III du même arrêté.

14

Dimensionnement de l’installation et critères de l’installation

Le calcul des déperditions de base doit être effectué pièce par pièce. Le mode de calcul de ces déperditions est donné dans les Règles Th D.

Par ailleurs, afin d’avoir une remontée rapide de la température de confort, une surpuissance minimale de 20% par rapport aux déperditions est nécessaire.

Ces 2 conditions impliquent que la puissance à installer P est à minima de 1,2 fois les déperditions de base D de la pièce à chauffer :

P 1,2 x D

P et D sont exprimées en W

D : Déperditions thermiques du local calculées pour la température extérieure de base

Afin d’avoir une bonne répartition de la chaleur dans le local, dans le cas d'un chauffage réalisé uniquement par plafond, il est nécessaire que la surface couverte par les panneaux chauffants représente au moins 40% de la superficie totale de la pièce à équiper.

S panneaux chauffants 0,4 x S pièce

Observation

La hauteur minimale sous plafond recommandée pour l’installation d’un « Plafond Rayonnant Plâtre » est de 2,4 m.

Attention !

Dans le cas de plafonds sous rampants des combles habitables, l’inclinaison du plafond devra faire avec le plan horizontal un angle au plus égal à 45°. La partie inférieure des panneaux chauffants ne devra jamais être installée à une hauteur inférieure à 1,8 m du sol.

Observation

Dans le cas particulier où la puissance installée en plafond n’est pas suffisante pour couvrir 1,2 fois les déperditions de la pièce, un complément de chauffage par émetteur rayonnant mural doit être installé pour assurer la température de confort de la pièce. Dans ce cas, l’installation doit donner la priorité de fonctionnement au PRP qui sera piloté par un dispositif de régulation qui sera relié à une sonde de température extérieure.

Plan de calepinage

Attention ! Les panneaux chauffants doivent être répartis uniformément sur l’ensemble du plafond et implantés de telle sorte qu’aucun élément chauffant ne soit installé à moins de 10 cm du nu intérieur des cloisons et des murs extérieurs finis et des poutres.

Observation À cette fin, un plan de calepinage indiquant l’emplacement des panneaux chauffants, des panneaux neutres et de la ligne d’alimentation spécialisée sera réalisé. Ce tracé à l’échelle est destiné à l’installateur et doit être remis en fin de chantier au maître d’ouvrage.

Isolation thermique complémentaire
Isolation thermique complémentaire

Exemple d’un plan de calepinage réalisé à partir du logiciel informatique LOGICAL PRP ® distribué par PROMODUL

Isolation thermique complémentaire

Les panneaux chauffants et les panneaux non chauffants, sont par construction équipés d’une isolation thermique disposée à l’arrière de l’élément chauffant en feuille mince dont la résistance thermique est au moins égale à 1,0 m²K/W. Ils peuvent ainsi être installés sans isolation complémentaire, sous un plancher intermédiaire situé entre deux niveaux chauffés.

Pour ces mêmes panneaux chauffants ou non chauffants, lorsqu'ils sont installés sous un plancher extérieur, sous un comble et en rampant des combles aménagés, il convient de disposer au-dessus d’eux un isolant dont la résistance thermique est telle que la valeur du coefficient de transmission thermique "U" de la paroi soit au plus égal aux valeurs données au tableau 1 ci après.

 

PAROIS

 

COEFFICIENT U maximal

Plancher

sous

comble

et

rampants

de

combles

0,30 m²K/W

aménagés

Autres planchers hauts à l'exclusion des toitures prévues pour la circulation des véhicules

0,47 m²K/W

Tableau 1

Attention ! Ne peuvent être utilisés pour la réalisation de l’isolation thermique complémentaire éventuelle, disposée au-dessus des panneaux chauffants et des panneaux non chauffants que des isolants :

- en laine minérale (laine de roche ou laine de verre),

- fabriqués en usine et commercialisés sous forme de feutre à dérouler, matelas,

- définis conformément aux normes NF B 20-001 et NF B 20-109,

- répondant aux exigences de la certification ACERMI,

- bénéficiant d'un classement en réaction au feu : M0 ou M1.

Observation

Les plafonds réalisés sous terrasse ou sous toiture doivent faire l'objet d'une étude

thermique préalable (ventilation, barrière de vapeur,

condensation ou de migration de vapeur d'eau susceptible de nuire à la toiture et à la

bonne tenue du plafond chauffant et de son isolation. Les règles applicables figurent dans les DTU ou certains documents généraux et notamment le "REEF, volume II, Diffusion de vapeur au travers des parois - Condensations". Une solution consiste à dérouler un pare-vapeur directement sur les panneaux chauffants et les panneaux non chauffants, à la condition et seulement si la résistance thermique de l'isolation complémentaire, disposée au contact au dessus de ce pare-vapeur, est au moins égale à 3,5 m²K/W.

afin d'éviter tous risques de

),

Attention !

D’une manière générale, pour pouvoir être installés dans un plénum de "Plafond Rayonnant Plâtre", les pare-vapeurs doivent présenter, du point de vue de leur classement en réaction au feu, le classement M0 ou M1.

gggg Régulation et programmation

Les prescriptions définies dans la réglementation thermique seront appliquées. En particulier en ce qui concerne la régulation en fonction de la température extérieure pour des locaux dont la surface est supérieure à 400 m².

Les régulations d’ambiance seront placées sur des parois neutres à l’abri de toutes influences locales ou externes (rayonnement solaire, ponts thermiques, mur non isolé, …).

Les panneaux chauffants peuvent être alimentés directement à l’aide du contact intégré au thermostat, seulement si l’intensité dans le circuit d’alimentation est inférieure à l’intensité nominale pouvant être supportée par ce contact. Dans le cas contraire il convient d’utiliser un relais de puissance.

Bâtiments neufs

Chaque pièce doit être équipée d’un thermostat « 6 ordres » dans l’habitat neuf.

Ce thermostat doit être conforme en dérive et amplitude aux exigences de la norme NF Electricité Performance Catégorie B.

Le thermostat doit pouvoir assurer par télécommande (fils pilotes ou courants porteurs en ligne, …) les modes de fonctionnement suivants :

Habitat neuf

Confort

Medio

Moderato

Eco

Hors Gel

Arrêt (Veille)

Chaque logement doit être équipé de dispositifs permettant d’assurer les fonctions suivantes :

- Une commande des modes « Confort » et « Eco » obtenue soit par une commande centralisée en ambiance, soit par une programmation temporelle ;

- Une programmation tarifaire et un délestage pour tous les logements dont la puissance de chauffage est supérieure à 3 kW.

Bâtiments existants

Chaque pièce doit être équipée d’un thermostat « 4 ordres » dans l’habitat existant.

Ce thermostat doit être conforme en dérive et amplitude aux exigences de la norme NF Electricité Performance Catégorie B.

Le thermostat doit pouvoir assurer par télécommande (fils pilotes ou courants porteurs en ligne, …) les modes de fonctionnement suivants :

Habitat existant

Confort

Eco

Hors Gel

Arrêt (Veille)

Chaque logement doit être équipé de dispositifs permettant d’assurer les fonctions suivantes :

- Une commande des modes « Confort » et « Eco » obtenue soit par une commande centralisée en ambiance, soit par une programmation temporelle ;

- Une programmation tarifaire et un délestage pour tous les logements dont la surface est supérieure à 35 m².

gggg Conception acoustique de l’installation de chauffage

Textes de références

Le procédé de chauffage électrique par "Plafond Rayonnant Plâtre" ne fait pas obstacle au respect des textes législatifs et réglementaires, décrets et arrêtés suivants :

- CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION (Partie Législative et Réglementaire) - Chapitre 1 Règles générales - Section 2 Dispositions générales applicables aux bâtiments d'habitation - Articles L111-4 à L111- 6-2, R111-1 à R111-17 ;

- CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION (Partie Législative et Réglementaire) - Chapitre 1 Règles générales - Section 5 Caractéristiques acoustiques - Articles L111-11 à L111-11-2, R111-23-1 à R111-23-31 ;

- Arrêté du 6 octobre 1978 modifié relatif à l'isolement acoustique des bâtiments d'habitation contre les bruits de l'espace extérieur ;

- Arrêté du 30 août 1990 pris pour l'application de l'article R235-11 du Code du Travail et relatif à la correction acoustique des locaux de travail ;

- Arrêté du 9 janvier 1995 relatif à la limitation du bruit dans les établissements d'enseignement ;

- Décret 95-21 du 9 janvier 1995 relatif au classement des infrastructures de transports terrestres et modifiant le code de l'urbanisme et le code de la construction et de l'habitation ;

- Arrêté du 30 mai 1996 relatif aux modalités de classement des infrastructures de transports terrestres et à l'isolement acoustique des bâtiments d'habitation dans les secteurs affectés par le bruit ;

- Arrêté du 30 juin 1999 relatif aux caractéristiques acoustiques des bâtiments d'habitation ;

- Arrêté du 30 juin 1999 relatif aux modalités d'application de la réglementation acoustique ;

- Circulaire conjointe UHC/QC/14 2000-5, DGS/VS3 2000-73 du 28 janvier 2000 relative à l'application de la réglementation acoustique dans les bâtiments d'habitation neufs.

Isolation acoustique entre locaux

gggg Conception électrique de l’installation de chauffage

Textes de références

Les panneaux chauffants électriques utilisés pour la réalisation des plafonds rayonnants plâtre permettent de réaliser des installations conformes à la norme NF C 15-100, sous réserve du respect des prescriptions décrites dans la publication UTE C 73-999 et de celles décrites au chapitre 4 ci-après.

Observation Conformément à cette publication, les panneaux chauffants électriques n'ont pas besoin d'être classés. Cependant, si une classe est indiquée par le fabricant, les prescriptions correspondantes s'appliquent.

gggg Conditions préalables à la mise en œuvre

Attention ! La mise en œuvre du « Plafond Rayonnant Plâtre » ne peut être réalisée que lorsque le bâtiment est hors d’eau et hors d’air.

Les travaux ne doivent être entrepris que dans des constructions dont l’état d’avancement met les ouvrages en plaques de plâtre à l’abri des intempéries et notamment du risque d’humidification par apport accidentel d’eau.

La pose des cloisons sera réalisée avant celle du plafond ; il ne doit pas y avoir de plafond filant (sauf dans le cas d’un plafond d’un seul logement).

gggg Ossature porteuse métallique et accessoires pour la suspension des plafonds

Implantation et traçage

Avant exécution des ouvrages horizontaux, il est procédé à l’implantation de ces ouvrages en matérialisant leur niveau sur les ouvrages verticaux auxquels ils se raccordent, ou vérifié que le tracé, le cas échéant déjà effectué, est correctement implanté.

Observation

Il est rappelé que dans le cas du « Plafond Rayonnant Plâtre », l’ordre logique des travaux est l’exécution des ouvrages verticaux (doublages, cloisons de distribution, …) et ensuite des plafonds.

Raccord avec les points singuliers

Avant montage du plafond, il est procédé à la mise en place des dispositifs particuliers indiqués dans la suite du texte pour l’exécution des raccords avec les parois verticales déjà existantes.

Rives : murs et doublages Deux cas sont à envisager :

La paroi sur laquelle le plafond est raccordé est finie (solution recommandée)

La distance à la paroi de la première ligne d’ossature ne doit pas excéder 10 cm (porte à faux des plaques).

paroi de la première ligne d’ossature ne doit pas excéder 10 cm (porte à faux des

Solution recommandée

• La paroi verticale est revêtue après la pose du plafond d’un complexe d’isolation thermique
• La paroi verticale est revêtue après la pose du plafond d’un complexe d’isolation thermique

La paroi verticale est revêtue après la pose du plafond d’un complexe d’isolation thermique (solution envisageable)

après la pose du plafond d’un complexe d’isolation thermique (solution envisageable) Solution envisageable 23

Solution envisageable

Dans ce cas : - La distance entre la première ligne d’ossature et la paroi
Dans ce cas : - La distance entre la première ligne d’ossature et la paroi
Dans ce cas : - La distance entre la première ligne d’ossature et la paroi

Dans ce cas :

- La distance entre la première ligne d’ossature et la paroi sur laquelle viennent buter les plaques doit être au plus égale au tiers de l’entraxe de l’ossature en partie courante ;

- On veillera à assurer la continuité de l’isolation thermique périphérique dans le plénum par la mise en place d’un isolant.

Dans les 2 cas :

- Des suspentes doivent être prévues en bout d’ossature à moins qu’un profilé périphérique ne soit mis en place au raccord avec les parois verticales perpendiculaires à l’ossature, auquel cas les suspentes extrêmes peuvent être éloignées de la paroi d’au plus un tiers de la distance entre les suspentes en partie courante ;

- On veillera à ce que les extrémités des fourrures ne soient pas en contact avec les murs extérieurs pour des raisons autant mécaniques que thermiques.

Observation

Ce profilé périphérique, en général un rail, sert alors de réglage de niveau pour le plafond ; sa fixation, première opération à réaliser lors de la mise en place de l’ossature, est effectuée selon la nature de la paroi par pistoscellement, vis et cheville, collage, …

Cloison de distribution Suivant le cas, le raccord cloison-plafond est exécuté comme indiqué ci-après :

Cloison

en

plaques

de

parement

en

plâtre :

la

jonction

est

assurée

l’intermédiaire d’un rail fixé au plafond :

par

- Par vissage dans l’ossature,

- Par chevillage ou collage directement sur la plaque.

- Par chevillage ou collage directement sur la plaque. • Cloison en carreaux de plâtre :

Cloison en carreaux de plâtre : la jonction est exécutée par bourrage à la colle ou au mélange de plâtre et colle entre le dernier rang de carreaux et le plafond.

exécutée par bourrage à la colle ou au mélange de plâtre et colle entre le dernier

Cloison en maçonnerie traditionnelle enduite au plâtre : la jonction est exécutée par bourrage au plâtre. Dans ce dernier cas, il convient d’assurer une ventilation du local pendant la durée du séchage de l’enduit au plâtre.

Ossature intermédiaire

En règle générale, la fixation des plaques nécessite la mise en place, sous la structure support (charpente, plancher, …) d’une ossature intermédiaire répondant aux prescriptions définies ci-après à moins que la structure support n’y satisfasse elle-même.

Cette ossature intermédiaire est indispensable dans le cas de charpente en fermes assemblées par connecteurs et goussets disposés à faible entraxe ; elle est disposée perpendiculairement aux fermes.

Observation

Dans le cas des structures bois, on veillera en particulier à ce que les précautions aient été prises pour éviter tout voilage de ces supports pouvant nuire à l’aspect du plafond. Outre le degré de siccité des bois, les lignes d’entretoise judicieusement disposées sont en général suffisantes pour pallier ce risque.

Constitution et sollicitations mécaniques

L’ossature intermédiaire y compris ses dispositifs de liaison à la structure support doit, dans la plupart des cas, être capable d’absorber sans déformation excessive les sollicitations suivantes :

- le poids propre de l’ossature, des panneaux chauffants et des panneaux neutres, des lignes d’alimentations spécialisées et des plaques,

- une surcharge de 10 kg/m² qui tient compte du poids de l’isolation éventuellement rapportée et des effets moyens dus au vent,

- une charge ponctuelle de 10 kg par point de fixation correspondant à la fixation éventuelle d’objets dans l’ossature, à espacement d’au moins 1,20 m.

Dispositifs de suspension

Les dispositifs de suspension (suspentes) doivent avoir reçu un traitement de protection contre la corrosion, par exemple galvanisation à chaud.

Ces dispositifs doivent être répartis en nombre suffisant de façon à :

- Respecter les distances maximales entre points de fixation ;

- Supporter les charges à prendre en compte (poids propre du plafond, matériau d’isolation, objets suspendus, effets de pression et dépression dus au vent, …).

effets de pression et dépression dus au vent, …). Planéité et horizontalité de l’ossature La planéité

Planéité et horizontalité de l’ossature

La planéité et l’horizontalité du plafond en plaques résultent des caractéristiques de l’ossature intermédiaire qui doit donc être mise en place et réglée en sorte de respecter les prescriptions ci-après :

Planéité : La surface matérialisée par la sous-face de l’ossature ne doit pas présenter d’irrégularité de niveau supérieure à 5 mm, sous une règle de 2,00 m déplacée perpendiculairement aux éléments de cette ossature.

Horizontalité : L’écart de niveau avec le plan de référence doit être inférieur à 3 mm/m sans dépasser 2 cm.

Positionnement de l’ossature

L’ossature est constituée d’éléments parallèles placés à distance régulière de façon telle que l’entraxe maximum respecte généralement 60 cm.

Observation

Dans le cas de plaques perforées de 12,5 mm d’épaisseur, l’entraxe ci-dessus est réduit à 40 cm.

Un soin particulier doit être apporté à sa mise en place afin que les panneaux chauffants s’encastrent parfaitement dans les fourrures.

chauffants s’encastrent parfaitement dans les fourrures. Observation Dans le cas de pose « perpendiculaire » de
chauffants s’encastrent parfaitement dans les fourrures. Observation Dans le cas de pose « perpendiculaire » de

Observation

Dans le cas de pose « perpendiculaire » de plaques ne comportant que 2 bords amincis, l’absence d’aminci en bout de plaque doit être compensée par la surélévation de quelques millimètres lors du montage du profilé d’ossature support de joint, afin de réserver un espace pour l’enduit de joint. Ceci requiert, de la part de l’entreprise de pose, la mise en œuvre de moyens de repérage compatibles avec la précision requise, c’est à dire, en pratique, l’emploi d’un niveau à laser.

Joints de comportement

L’ouvrage (ossature et plaques) doit être interrompu par un joint permettant des mouvements différentiels :

- Au droit des joints de dilatation de la structure ;

- Au droit de la jonction entre des supports de nature ou comportement différents.

En outre, dans le cas de réalisation de plafond de grande dimension (tous les 100 m² ou pour toute longueur supérieure à 12 m) ou de changement d’orientation de fourrures (pièces en L par exemple), l’ouvrage doit être interrompu par un joint de comportement (joint de dilatation ou de fractionnement).

Les joints sont matérialisés par une double ligne d’ossatures de part et d’autre.

L’espacement des suspentes, le cas échéant disposées, est à cet endroit le même qu’au droit d’un départ sur paroi verticale.

suspentes, le cas échéant disposées, est à cet endroit le même qu’au droit d’un départ sur

gggg Ligne d’alimentation spécialisée

La ligne d'alimentation spécialisée des panneaux chauffants qui permet d’alimenter les panneaux chauffants depuis la boîte de raccordement accessible au réseau d’alimentation de l'installation de chauffage doit répondre aux spécifications de l’annexe NA de la publication UTE C 73-999. Elle est installée dans le plénum du Plafond Rayonnant Plâtre. Le raccordement de la ligne d’alimentation spécialisée au réseau d’alimentation électrique doit être réalisé au travers d’une boîte de connexion fixe et accessible. Le réseau d'alimentation de l'installation de chauffage y compris les dispositifs de commande et de régulation, entre les boites de connexions des lignes d’alimentation spécialisées et le réseau général d’alimentation, doit être réalisé conformément aux dispositions de la norme NF C 15-100. Les panneaux chauffants électriques doivent être répartis sur des circuits terminaux distincts, de telle sorte que la somme des puissances assignées des panneaux chauffants raccordés sur un même circuit ne soit pas supérieure à celle correspondant au courant admissible dans les conducteurs du circuit d'alimentation.

gggg Panneaux chauffants et panneaux neutres (non chauffants)

Positionnement des panneaux chauffants

Attention !

Dans tous les cas :

- Les panneaux chauffants ne doivent jamais être positionnées au-dessus d’obstacles susceptibles de bloquer l’émission de chaleur du plafond (cloisons, poutres) ;

- La mise en œuvre des panneaux chauffants et des panneaux non chauffants ne doit pas provoquer l’existence d’une lame d’air entre ces panneaux et les plaques spécifiques de parement en plâtre ;

- Les panneaux chauffants ne doivent jamais être implantés de telle sorte qu’aucun élément chauffant ne soit jamais installé à moins de 10 cm des cloisons, du nu intérieur des murs extérieurs finis et des poutres.

Vérification du bon fonctionnement des panneaux chauffants avant la pose des plaques de parement en plâtre

Avant la pose des plaques de parement en plâtre, un contrôle du bon fonctionnement des panneaux chauffants et de leur raccordement au réseau d’alimentation doit être effectué par l’installateur électricien conformément aux prescriptions du chapitre 61 de la norme NF C 15-100.

En présence d’alimentation électrique :

2 types de contrôle peuvent être effectués :

En mesurant les intensités sur les différents circuits :

Méthode pour calculer les intensités :

P

= U

x

I

I = P / U

I

:

Intensité exprimée en A

P

:

Puissance raccordée sur le circuit exprimée en W

U

:

Tension exprimée en V avec U = 230 V

Exemple de contrôle à l’aide d’un ampèremètre (intensité) En vérifiant le bon fonctionnement des panneaux

Exemple de contrôle à l’aide d’un ampèremètre (intensité)

En

vérifiant

le

bon

fonctionnement

des

panneaux

chauffants

à

l’aide

d’un

thermomètre infrarouge :

chauffants à l’aide d’un thermomètre infrarouge : Exemple de contrôle à l’aide d’un thermomètre

Exemple de contrôle à l’aide d’un thermomètre infrarouge

En absence d’alimentation électrique :

En mesurant les résistances électriques à froid sur les différents circuits compte tenu de la tolérance existante pour les mesures des résistances à froid des panneaux

chauffants (- 5 % /

+ 10 %) :

Méthode pour calculer les résistances électriques à froid :

P

= U

x

I

et

U = R

x

I

R = U² / P

R

:

Résistance électrique à froid exprimée en Ohms

U

:

Tension exprimée en V avec U = 230 V

P

:

Puissance raccordée sur le circuit exprimée en W

Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre (résistance) Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre

Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre (résistance)

de contrôle à l’aide d’un ohmmètre (résistance) Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre

Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre (résistance)

gggg Plaques de parement en plâtre développées pour cet usage

Spécificités techniques

Les plaques de parement en plâtre, développées spécifiquement pour cet usage doivent être celles visées dans les Avis Techniques propres à chaque procédé de "Plafond Rayonnant Plâtre".

Positionnement des plaques de parement en plâtre

Les plaques doivent être posées jointives et perpendiculairement à l’ossature.

Observation

Dans tous les cas, la pose des plaques de plâtre s’effectue conformément à l’Avis Technique du procédé utilisé (joints croisés ou non).

Fixation des plaques de parement en plâtre

La fixation des plaques sur l’ossature métallique doit être exécutée à l’aide de vis protégées contre la corrosion, comportant une tête de profil adaptée à cet usage (tête « trompette ») et de longueur telle que la vis traverse l’ossature d’environ 10 mm.

Les points de fixation doivent être situés à au moins 10 mm de tous les bords de la plaque et espacés d’au plus 30 cm.

Joints de comportement

L’ouvrage (ossature et plaques) doit être interrompu par un joint permettant des mouvements différentiels :

- Au droit des joints de dilatation de la structure ;

- Au droit de la jonction entre des supports de nature ou comportement différents.

En outre, dans le cas de réalisation de plafond de grande dimension (tous les 100 m² ou pour toute longueur supérieure à 12 m) ou de changement d’orientation de fourrures (pièces en L par exemple), l’ouvrage doit être interrompu par un joint de comportement (joint de dilatation ou de fractionnement).

Les joints sont matérialisés par une double ligne d’ossatures de part et d’autre.

L’espacement des suspentes, le cas échéant disposées, est à cet endroit le même qu’au droit d’un départ sur paroi verticale.

Planéité et horizontalité

Observation Une règle de 0,20 m appliquée à la sous-face de l’ouvrage ne doit pas faire apparaître entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait ni écart supérieur à 1 mm, ni manque ni changement de plan brutal entre plaques.

Une règle de 2 m appliquée à la sous-face de l’ouvrage et promenée en tous sens ne doit pas faire apparaître entre le point le plus saillant et le point le plus en retrait un écart supérieur à 5 mm.

L’écart de niveau avec le plan de référence doit être inférieur à 3 mm/m sans dépasser 2 cm.

Vérification du bon fonctionnement des panneaux chauffants après la pose des plaques de parement en plâtre

Avant la pose des plaques de parement en plâtre, un contrôle du bon fonctionnement des panneaux chauffants et de leur raccordement au réseau d’alimentation doit être effectué par l’installateur électricien conformément aux prescriptions du chapitre 61 de la norme NF C 15-100. En présence d’alimentation électrique :

2 types de contrôle peuvent être effectués :

En mesurant les intensités sur les différents circuits :

Méthode pour calculer les intensités :

P

= U

x

I

I = P / U

I

:

Intensité exprimée en A

P

:

Puissance raccordée sur le circuit exprimée en W

U

:

Tension exprimée en V avec U = 230 V

en W U : Tension exprimée en V avec U = 230 V Exemple de contrôle

Exemple de contrôle à l’aide d’un ampèremètre (intensité)

En

vérifiant

le

bon

fonctionnement

des

panneaux

chauffants

à

l’aide

d’un

thermomètre infrarouge :

chauffants à l’aide d’un thermomètre infrarouge : Exemple de contrôle à l’aide d’un thermomètre

Exemple de contrôle à l’aide d’un thermomètre infrarouge

En absence d’alimentation électrique :

En mesurant les résistances électriques à froid sur les différents circuits compte tenu de la tolérance existante pour les mesures des résistances à froid des panneaux

chauffants (- 5 % /

+ 10 %) :

Méthode pour calculer les résistances électriques à froid :

P

= U

x

I

et

U = R

x

I

R = U² / P

R

:

Résistance électrique à froid exprimée en Ohms

U

:

Tension exprimée en V avec U = 230 V

P

:

Puissance raccordée sur le circuit exprimée en W

P : Puissance raccordée sur le circuit exprimée en W Exemple de contrôle à l’aide d’un

Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre (résistance)

de contrôle à l’aide d’un ohmmètre (résistance) Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre

Exemple de contrôle à l’aide d’un ohmmètre (résistance)

Mise en chauffe de pré séchage

Avant jointoiement, il convient d'effectuer une mise en chauffe de pré séchage pendant 48 h. Cette opération a pour but d’assurer la mise en équilibre des matériaux et l’élimination de l’humidité résiduelle éventuelle.

gggg Traitement des joints

Observation

D’une manière générale, le traitement des joints ne sera réalisé qu’après refroidissement des plaques à température ambiante.

Procédé bande et enduit ou enduit seul

Observation

Dans tous les cas, le traitement des joints entre plaques s’effectue conformément à l’Avis Technique du procédé utilisé (bande et enduit ou enduit seul).

Raccord cloison-plafond

D’une manière générale, le support doit être sec et débarrassé de toute pulvérulence ou produit insuffisamment adhérent.

Dans tous les cas, la finition en cueillie est exécutée suivant la technique bande et enduit en pliant au préalable la bande.

Séchage de l’enduit

Les délais et conditions d’exécution (séchage) entre les différentes opérations sont fonctions des produits utilisés et des conditions ambiantes (se reporter à cet effet aux indications des producteurs figurant sur les emballages).

En particulier, les produits gâchés à l’eau ne sont utilisables que pour des températures ambiantes au moins égale à 5 °C.

En outre, dans des conditions ambiantes défavorables au séchage de ces produits (hygrométrie très élevée, absence de ventilation des locaux, …), il peut être avantageux de différer le traitement des joints ou d’espacer les différentes opérations de ce traitement.

Observation

D’une manière générale, un temps de séchage des joints entre plaques de 7 jours doit être respecté avant toute mise en route du PRP.

Aspect de surface

L’état de surface de la face apparente de l’ouvrage doit être tel qu’il permette l’application des revêtements de finition sans autres travaux préparatoires que ceux normalement admis pour le type de finition considéré.

En particulier, après traitement des joints, le parement ne doit présenter ni pulvérulence superficielle ni trou.

gggg Eléments intégrés dans les zones neutres du plafond

Luminaires encastrés

Les appareils d’éclairage doivent être conçus pour pouvoir être intégrés dans les zones neutres du plafond.

Dans le cas ou l’isolation thermique est disposée au-dessus de ces luminaires, il ne doit être utilisé pour pouvoir être incorporés dans le "Plafond Rayonnant Plâtre" que les appareils d’éclairage sur lesquels est apposé le marquage ci-après.

F
F

Luminaires suspendus

Les luminaires doivent être placés au droit des zones neutres du "Plafond Rayonnant Plâtre" et éloignés de la sous face de ce plafond d'au moins 25 mm.

Autres éléments

Les emplacements des cloisons doivent être prévus lors de la conception du système de chauffage. Dans les locaux où les parois peuvent être amovibles, une zone de 25 cm de largeur doit être dépourvue de panneaux chauffants au droit de tous les emplacements possibles de montage de cloisons. Il convient également de se reporter aux dispositions prévues dans l’Avis Technique propre au procédé.

gggg Marquage de l’installation et précautions particulières

Pour réduire les risques de détérioration ou d'incident après la mise en œuvre, une plaque métallique ou en matière plastique imprimée portant l'inscription indélébile suivante :

"Attention ! Plafond Rayonnant Plâtre - Ne pas percer - Ne pas placer de luminaire au contact du plafond - Laisser un espace libre d'au moins 0,10 m entre tout élément mobilier et le plafond - Ne pas démonter sans précautions spéciales".

doit être fixée à demeure à proximité immédiate du ou des dispositif(s) de commande ou près du tableau de commande, de telle façon qu'elle ne puisse normalement être soustraite à la vue des utilisateurs par suite d'aménagements mobiliers ou décoratifs.

gggg Mise en service

Réception de l’installation

A la mise en service de l’installation, les contrôles et vérifications seront exécutés conformément aux prescriptions du chapitre 61 de la norme NF C 15-100, pour tous les points où ce chapitre s’applique.

Première mise en service

Un temps de séchage des joints entre plaques de sept jours doit être respecté avant toute mise en service du "Plafond Rayonnant Plâtre".

Lors de cette première mise en service, un programme de mise en température progressive doit être réalisé par l’installateur électricien en liaison avec le maître d’ouvrage, pour éviter à l’ouvrage des chocs thermiques importants. Ce programme est défini dans l'Avis Techniques propre au procédé installé.

Un certificat de mise en service de l’installation de chauffage, confirmant le respect des procédures de première mise en chauffe, doit être établi par l’installateur électricien pour chaque opération.

BIBLIOGRAPHIE Avis Technique 9 + 14/02-747 Plafond Chauffant Electrique KNAUF SIGMA CSTB, Groupe Spécialisé n°9
BIBLIOGRAPHIE Avis Technique 9 + 14/02-747 Plafond Chauffant Electrique KNAUF SIGMA CSTB, Groupe Spécialisé n°9
BIBLIOGRAPHIE Avis Technique 9 + 14/02-747 Plafond Chauffant Electrique KNAUF SIGMA CSTB, Groupe Spécialisé n°9

BIBLIOGRAPHIE

BIBLIOGRAPHIE Avis Technique 9 + 14/02-747 Plafond Chauffant Electrique KNAUF SIGMA CSTB, Groupe Spécialisé n°9 –
BIBLIOGRAPHIE Avis Technique 9 + 14/02-747 Plafond Chauffant Electrique KNAUF SIGMA CSTB, Groupe Spécialisé n°9 –
BIBLIOGRAPHIE Avis Technique 9 + 14/02-747 Plafond Chauffant Electrique KNAUF SIGMA CSTB, Groupe Spécialisé n°9 –

Avis Technique 9 + 14/02-747 Plafond Chauffant Electrique KNAUF SIGMA CSTB, Groupe Spécialisé n°9 – Groupe Spécialisé n°14, 22 juillet 2003

Avis Technique 14/00-607 MODULHOME, PANELHOME HORA CSTB, Groupe Spécialisé n°14, 12 avril 2001

Avis Technique 14/00-598 SERTIKIT, SERTIKIT-PRP FRICO CSTB, Groupe Spécialisé n°14, 12 avril 2001

Cahier des Prescriptions Techniques communes CPT PRP 12/03, 2003

DTU 25-41 – Norme Française NF P 72-203-1 Ouvrages en plaques de parement en plâtre – plaques à faces cartonnées

Guide de conception et de réalisation du Plafond Rayonnant Plâtre 1 ère édition – mai 2002 PROMODUL – EDF Direction Commerciale Particuliers Entreprises

UTE C 73-999 – Amendement n°A2 de mars 2001