Vous êtes sur la page 1sur 20

Ph : Nesrine T.

A L’OCCASION DU 25 e ANNIVERSAIRE DE L’UMA Le Président Bouteflika félicite les dirigeants du

A L’OCCASION DU 25 e ANNIVERSAIRE DE L’UMA

Le Président Bouteflika félicite les dirigeants du Maghreb arabe P.32

18 Rabie El Thani 1435 - Mardi 18 Février 2014 - N°15056 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

CHU DU NORD ET HÔPITAUX DU SUD ET DES HAUTS PLATEAUX

SIGNATURE DE 20 CONVENTIONS DE

JU M EL AG E

P. 3

GOUVERNEMENT

GOUVERNEMENT M. Sellal en visite de travail demain dans la wilaya d’Aïn-Defla P. 3

M. Sellal en visite de travail demain dans la wilaya d’Aïn-Defla

P. 3

SIDI SAÏD La prochaine tripartite « porteuse de bonnes nouvelles » pour les travailleurs P. 4
SIDI SAÏD
La prochaine tripartite
« porteuse de bonnes nouvelles »
pour les travailleurs
P. 4
Ph : Nesrine T.

JOURNÉE TECHNIQUE SUR LES RÉFORMES DU SERVICE PUBLIC DE L’EAU

De la gestion à la bonne gouvernance

P.6

Ph :Louiza
Ph :Louiza

RENCONTRE DGFP - UNPEF

Vers le dénouement de la grève

P. 8

PROCESSUS DE NOUAKCHOTT

Niamey accueille demain la 3 e réunion ministérielle

e réunion ministérielle des pays membres du

processus de Nouakchott se tiendra demain dans la capitale nigérienne, Niamey, pour évoquer notamment les moyens de renforcer la coopération régionale en matière de sécurité.

La 3

P. 32

Niamey, pour évoquer notamment les moyens de renforcer la coopération régionale en matière de sécurité. La
ÉLECTION PRESIDENTIELLE DU 17 AVRIL De nouveaux candidats P. 5
ÉLECTION PRESIDENTIELLE
DU 17 AVRIL
De nouveaux
candidats
P. 5
PRESIDENTIELLE DU 17 AVRIL De nouveaux candidats P. 5 REPORTAGE PRÉSERVATION DES RESSOURCES HYDRIQUES EN

REPORTAGE

PRÉSERVATION DES RESSOURCES HYDRIQUES EN ALGÉRIE

Un schéma directeur d’assainissement

A travers ce reportage, que notre journaliste a réalisé, vous allez comprendre comment cette problématique qui a longtemps affecté la région d’El-Oued et empoisonné la vie des habitants est définitivement résolue, grâce au mégaprojet de lutte contre le phénomène de la re- montée des eaux dans cette wilaya, qui a été réalisé par le secteur des ressources en eau.

De nos envoyés spéciaux à El Oued : Sihem Oubraham & Tahar Rouabah

P. 11

LAJOURNEE DU CHAHID COMMEMOREEAU FORUM DE LAMEMOIRE D’ELMOUDJAHID Les femmes à l’avant-garde du combat
LAJOURNEE DU CHAHID COMMEMOREEAU FORUM
DE LAMEMOIRE D’ELMOUDJAHID
Les femmes
à l’avant-garde
du combat
libérateur
P. 9
Ph : T. Rouabah

2

2 EL MOUDJAHID Mé téo NuAGEux Au Nord, le temps sera relativement froid et nuageux sur

EL MOUDJAHID

Mé téo NuAGEux Au Nord, le temps sera relativement froid et nuageux sur les régions
Mé téo
NuAGEux
Au Nord, le temps sera relativement froid
et nuageux sur les régions de l’Ouest, avec
averses de pluie localement orageuses
s’étendant en cours d’après-midi/soirée aux
régions du Centre et de l’Est.
Les vents seront en général modérés loca-
lement assez forts (30/50 km/h) de secteur
Ouest sur régions du littoral.
La mer sera peu agitée localement agitée
vers le littoral Ouest.
Sur les régions Sud, le temps sera partiel-
lement nuageux, notamment vers la Saoura
et Nord-Sahara, avec localement quelques
pluies.
Les vents seront en général modérés à
assez forts (30/50 km/h), avec fréquents
tourbillons de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (19° - 11°), Annaba (23°- 10°), Bé-
char (18° - 8°), Biskra (22° - 12°), Constan-
tine (21°- 3°), Djelfa (16°- 4°), Ghardaïa
(22° - 11°), Oran (15° - 10°), Sétif (16°- 3°),
Tamanrasset (25°- 11°), Tlemcen (14° - 7°).

AUJOURD’HUI À ALGER

Journée nationale du Chahid

AUJOURD’HUI À ALGER Journée nationale du Chahid Dans le cadre de la célébration de la jour-

Dans le cadre de la célébration de la jour- née nationale du Chahid, le 18 février, une cérémonie de recueillement aura lieu à 9h au cimetière des martyrs des Eucalyptus. La dé- légation se déplacera à 9h45 à l’APC d’Al- ger-Centre pour le coup d’envoi du projet de la «place de la Résistance».

CE MATIN À 12H Point de presse de M. Lamamra et de son homologue finlandais
CE MATIN À 12H
Point de presse de M. Lamamra
et de son homologue finlandais
Dans
le
cadre
de
la
visite en Al-
gérie
de
Erkk Sakari
Tuomioja,
ministre des
A f f a i r e s
Etrangères
de la Répu-
blique
de
Finlande, un point de presse conjoint sera animé avec
le ministre des Affaires étrangères, Ramtane La-
mamra.
*****************************************
CE MATIN A 9H À
DRAÂ BEN KHEDDA
Mise en service de
l’hôpital de cardiologie
pédiatrique
Une cérémonie de mise en ser-
vice de l’hôpital spécialisé en chi-
rurgie cardiaque pédiatrique de
matin à
Draâ Ben Khedda aura lieu, ce
partir de 9h, présidée par Abdelmalek Bou-
diaf, ministre de la Santé, de la Population et de la Ré-
forme hospitalière.
*****************************************
Ghlamallah à Ouargla
Le ministre des Affaires reli-
gieuses
et du Wakf, Bouabdallah
Ghlamallah, effectuera au-
jourd’hui une visite dans la wi-
laya d’Ouargla où il présidera la
célébration de la journée natio-
nale du
Chahid.

CE MATIN À 9H30 À L’HÔTEL MERCURE

« La convention internationale du travail maritime »

« La convention internationale du travail maritime » La Fédération nationale des travailleurs des trans- ports

La Fédération nationale des travailleurs des trans- ports (FNTT), en collaboration avec la Fédération in- ternationale des travailleurs des transports (ITF), organise une conférence internationale sur «La conven- tion internationale du travail maritime (MLC 2006)», ce matin à 9h30, à l’hôtel Mercure.

CE MATIN À 10H Conférence de la Fédération algérienne de boxe La Fédération algérienne de
CE MATIN À 10H
Conférence de la Fédération algérienne de boxe
La Fédération algérienne de boxe sera, ce matin à 10h, l’invitée du
Forum sports d’El Moudjahid, pour l’organisation d’une conférence de
presse sur les championnats du monde de la «World Seves of Boxing»
et le tournoi national de boxe du 24 février.
CET APRÈS-MIDI À 14H
À BAB EL-OUED
Célébration de la journée
nationale du Chahid
M me Zohra Drif-Bitat sera, cet après midi à 14h,
l’invitée du programme Wakafette Tarikhiya au Club
des médias culturels, salle Atlas, Bab El-Oued. Cette
rencontre s’inscrit dans le cadre de la célébration de
la journée du Chahid.

CE MATIN À 9H AU FORUM DE LA SÛRETÉ NATIONALE

Conférence historique

À l’occasion de la journée nationale du Chahid, le forum de la Sûreté nationale organise une confé- rence historique qui sera animée par l’ancien minis- tre, le moudjahid Mahieddine Amimour, ce matin à 9h, à l’École supérieure de police Ali-Tounsi.

l’ancien minis- tre, le moudjahid Mahieddine Amimour, ce matin à 9h, à l’École supérieure de police

CET APRÈS-MIDI À 14H AU CENTRE CULTUREL DU MOUDJAHID

Rencontre d’éducateurs d’enfants de chouhada

L’association Machaâl Echahid, en coordination avec le centre cul- turel du Moudjahid, organise, cet après-midi à 14h, au centre culturel du Moudjahid (Square Port-Saïd), une rencontre des éducateurs et édu- catrices des enfants de chouhada.

DEMAIN AU PALAIS DES EXPOSITIONS PINS-MARITIMES

4 e édition du « SALEM-2014 »

Sous le haut patronage du Président de la République, le ministère du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale organise la 4 e édition du Salon national de l’emploi «SALEM-2014», sur le thème : «La micro- entreprise au cœur du développement local», du 19 au 25 février au pa- lais des Expositions, Pins-Maritimes.

JEUDI À 14H AU PALAIS DE LA CULTURE Conférence de presse sur le masque de
JEUDI À 14H AU PALAIS DE
LA CULTURE
Conférence de presse
sur le masque de Gorgone
Le ministère de la Culture organise une
conférence de presse à la bibliothèque du pa-
lais de la Culture autour des démarches juri-
diques et administratives initiées pour la
récupération du masque de Gorgone. Ce
bien mobilier archéologique a été volé du
site d’Hippone à Annaba, en 1996 et retrouvé
en 2011 en Tunisie. La presse est cordiale-
ment invitée.
CE MATIN À 11H À L’OCO Forum de la presse sportive de l’ONJSA Le président
CE MATIN À 11H À L’OCO
Forum de la presse sportive de l’ONJSA
Le président de la Fédération algérienne de vol-
ley-ball (FAVB), Okba Gougam, l’entraîneur de la
sélection féminine, l’Italien François Salbagni, la ca-
pitaine de l’équipe, ainsi que des membres du comité
d’organisation de la compétition seront les invités du
«Forum de la presse sportive», de l’Organisation na-
tionale des journalistes sportifs algériens (ONJSA),
ce matin à 11h, à l’Office du Complexe olympique
(OCO) Mohamed-Boudiaf, à l’occasion de la tenue
en Algérie du tournoi africain (23 février au 1 er mars).
DEMAIN À L’INSTITUT
PASTEUR
ANVREDET : 2 e Forum de recherche e
t développement
L’Agence nationale de valorisation des résultats
de la recherche et du développement technologique
organise, les 19 et 20 février à l’Institut Pasteur d’Al-
gérie, Dély Ibrahim, son deuxième forum de re-
cherche et développement dédié à la valorisation des
technologies de recyclage.

AGENDA CULTUREL

DEMAIN À 14H À LA BIBLIOTHÈQUE DE LA JEUNESSE DIDOUCHE- MOURAD

Rencontre littéraire

À l’occasion de la journée nationale du Chahid, l’Établissement Arts et Culture de la wilaya d’Al- ger organise, demain à 14h à la bibliothèque de la jeunesse Didouche-Mourad, une rencontre animée par l’écrivaine Zoubida Mameria sur son livre Ka- léidoscope (mémoire de guerre), éditions Dar El- Kalima dans le cadre du «mercredi du verbe».

Dar El- Kalima dans le cadre du «mercredi du verbe». DEMAIN À 10H À LA BIBLIOTHÈQUE

DEMAIN À 10H À LA BIBLIOTHÈQUE DU MUSÉE DU BARDO

DEMAIN À 10H À LA BIBLIOTHÈQUE DU MUSÉE DU BARDO Conférence de presse Dans le cadre

Conférence de presse

Dans le cadre du lancement d’une opération intitulé «Constituons notre grand album d’Alger», le Musée na- tional de préhistoire et d’ethno- graphie du Bardo organise une conférence de presse, demain à 10h, à la bibliothèque du musée.

Mardi 18 Février 2014

N

ation

3

EL MOUDJAHID

En visitE dE travail Et d’inspEction

M. Sellal demain dans la wilaya d’Aïn-Defla

le premier ministre, abdelmalek sellal, effectuera demain une visite de travail dans la wilaya d’aïn-defla, a indiqué hier un communiqué du cabinet du premier ministre. lors de cette visite, qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du pro- gramme du président de la république, abdelaziz Bouteflika, il sera procédé à l’examen de l’état d’exécution et d’avancement des projets socio-économiques, précise-t-on de même source. M. sellal, qui sera accompagné d’une importante délégation ministérielle, pré- sidera une réunion élargie aux élus et aux représentants de la société civile « afin d’être à l’écoute des citoyens et prendre, le cas échéant, les mesures nécessaires pour améliorer le développement de cette wilaya à fortes potentialités agricoles.» APS

de cette wilaya à fortes potentialités agricoles.» APS cHU dU nord Et HôpitaUx dU sUd Et

cHU dU nord Et HôpitaUx dU sUd Et dEs HaUts platEaUx

Signature de 20 conventions de jumelage

« Cette opération entre dans le cadre des instructions données au secteur de la santé à l'effet de consentir davantage d'efforts en vue d'une meilleure prise en charge de la santé du citoyen algérien, dans le Nord comme dans le sud du pays », a indiqué le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

U ne vingtaine de conven- tions de jumelage entre des établissements hospitaliers

du sud, des hauts plateaux et des centres hospitalo-universitaires (cHU) du nord a été signée hier en présence du premier ministre, ab- delmalek sellal, et du ministre de la santé, abdelmalek Boudiaf. les conventions paraphées lors d’une cérémonie organisée à la ré- sidence djenane El Mithak, et à la- quelle ont participé plusieurs membres du gouvernement, par les directeurs de ces structures, concernent 12 établissements de chefs-lieux de wilaya du sud et 8 des Hauts plateaux. pour ce qui est des établisse- ments du sud, il s'agit des hôpitaux d'adrar, laghouat, Biskra, Bechar, tamanrasset, ouargla, El Bayadh, illizi, tindouf, El oued, naâma et Ghardaïa. les établissements des wilayas des Hauts plateaux concer- nés sont ceux de tébessa, tiaret, djelfa, saïda, M'sila, tissemsilt, Khenchela et souk ahras. concernant les wilayas du nord, ce sont les cHU de tlemcen, an- naba, oran, constantine et les trois centres hospitalo-universitaires d'alger. les équipes médicales des cHU du nord, signataires des conventions auront « la charge d'assurer des soins aux malades de ces centres partenaires et de prodi- guer des formations aux corps mé- dicaux et paramédicaux » pendant une semaine et de manière cy- clique, a indiqué le ministre de la santé en marge de la signature des conventions. intervenant à cette occasion, le premier ministre, abdelmalek sel- lal, a mis en avant l'importance des conventions de jumelage établies entre les cHU du nord et les hôpi- taux du sud du pays. « cette initia- tive », a-t-il dit, « contribuera à l'amélioration du service public dans le secteur de la santé ». l’opé- ration de jumelage, précise le pre- mier ministre, entre dans le cadre des instructions qu’il a données au secteur de la santé à l'effet de consentir davantage d'efforts en

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

vue d'une meilleure prise en charge de la santé du citoyen algérien, dans le nord comme dans le sud du pays. » dans le même sillage, le pre- mier ministre a fait savoir que « le gouvernement lancera, dans les an- nées à venir, des chantiers de réali- sation d'hôpitaux universitaires dans le sud », ainsi qu' « une fa- culté de médecine qui sera ouverte,

en coordination avec le ministère de l'Enseignement supérieur, pour la formation de médecins dans les Hauts plateaux et le sud ». « ainsi sera mené à bien l'ambitieux projet de prise en charge de la santé du ci- toyen algérien où qu'il se trouve tel que promis par le président de la république », a soutenu M. sellal, estimant que « les promesses se sont concrétisées sur le terrain ».

« nous nous attellerons, lors de la prochaine étape, à satisfaire les aspirations du citoyen algérien », s'est encore engagés le premier ministre. « le gouvernement ac- corde un intérêt capital au secteur de la santé », a insisté M. sellal qui a précisé par ailleurs que « la situa- tion s'améliore progressivement et de manière constante. c’est le plus important. »

Les entreprises retenues pour la réalisation des CHU du Sud connues aujourd’hui

le ministre de la santé et de la réforme hospita- lière, abdelmalek Boudiaf, a indiqué hier que l'an- nonce de la liste des entreprises et des bureaux d'études qui ont été sélectionnés pour la réalisation des nouveaux centres hospitaliers universitaires dans les wilayas de Béchar, laghouat et ouargla aura lieu aujourd’hui. M. Boudiaf qui intervenait à l'occasion de la signature de vingt conventions de jumelage entre les centres hospitalo-universitaires du nord et les établissements de santé du sud et des Hauts pla- teaux a précisé que la réalisation des cHU du sud

sera lancée prochainement « en conformité avec les normes internationales, par des sociétés leaders mondiales dans ce domaine. » « les ministères de la santé et de l'Enseignement supérieur veillent actuellement à fournir toutes les conditions nécessaires, pour inciter les maîtres as- sistants à joindre les postes ouverts au niveau des hôpitaux de Béchar, laghouat et ouargla, et ce, à partir de la prochaine entrée à universitaire », a-t-il précisé.

Salima Et.

dans le même contexte, M. sel- lal a donné des instructions aux ca- dres et dirigeants du secteur de la santé au niveau des cHU d' « ac- corder une attention particulière à la lutte anticancer en vue d'amélio- rer la prise en charge des patients rappelant que l'Etat a mis tous les moyens en œuvre en vue d'une prise en charge optimale de la santé du citoyen à travers tout le terri- toire national. » de son côté, le mi- nistre de la santé, M. abdelmalek Boudiaf, a estimé que « les opéra- tions de jumelage permettront aux malades dans les zones enclavées du sud et des Hauts plateaux de se faire soigner dans les hôpitaux re- levant de leur région, sans prendre la peine de se déplacer aux établis- sements hospitaliers du nord. » pour le ministre, le jumelage qui se faisait de manière volontaire, « aura désormais, avec la signature de ces conventions un cadre juri- dique, qui incitera les équipes mé- dicales à se déplacer aux niveaux des établissements du sud et les faire profiter de leur expérience à même à atteindre l’objectif du gou- vernement de mettre fin au manque en matière de spécialistes. » le ministre a annoncé qu’en pa- rallèlement à cette opération de ju- melage, un service hospitalo-universitaire sera mis en place au niveau des établissements hospitaliers des chefs-lieux de wi- laya de Bechar, ouargla et la- ghouat, pour entamer la formation, dès la prochaine rentrée universi- taire et ce, avant même la réalisa- tion des cHU dans ces trois wilayas. « l’opération permettra également la mise en place des mé- canismes permanents au profit des ces centres hospitalo-universitaires prévus au sud. » le ministre a fait savoir par ail- leurs, que « des opérations de ju- melage interviendront et concerneront d'autres établisse- ments, qui ont émis le vœu de si- gner des conventions similaires, à l’instar de celui de Jijel avec le cHU de constantine. » Salima Ettouahria

Mardi 18 Février 2014

N

4

ation

EL MOUDJAHID

SANTE

Les instructions de M. Sellal pour une meilleure prise en charge du citoyen

Des instructions ont été données au secteur de la santé à l’effet de consentir davantage d’efforts en vue d’une meilleure prise en charge de la santé du citoyen algérien, dans le nord comme dans le sud du pays, a indiqué, lundi passé à Alger, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal.

I ntervenant lors d’une cérémonie de signature de conventions de jumelage entre les centres hospi-

talo-universitaires (CHU) du nord du pays et les hôpitaux du Sud et des hauts plateaux, M. Sellal a affirmé

« avoir donné des instructions au sec-

teur pour consentir davantage d’ef- forts en vue d’une meilleure prise en

charge de la santé du citoyen algérien tant dans le nord que dans le sud du pays ».

« Le gouvernement lancera, dans

les années à venir, des chantiers de réalisation d’hôpitaux universitaires dans le Sud », a annoncé le Premier ministre ajoutant qu’« une faculté de médecine sera ouverte, en coordina- tion avec le ministère de l’Enseigne- ment supérieur, pour la formation de médecins dans les hauts plateaux et le Sud. »

« Ainsi sera mené à bien l’ambi-

tieux projet de prise en charge de la santé du citoyen algérien où qu’il se trouve tel que promis par le Président de la République », a soutenu M. Sel-

lal, estimant que « les promesses se sont concrétisées sur le terrain ».

« Nous nous attellerons lors de la pro-

chaine étape à satisfaire les aspira- tions du citoyen algérien », s’est encore engagé le Premier ministre.

« Le gouvernement accorde un in-

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

térêt capital au secteur de la santé »,

a insisté M. Sellal qui a mis en avant l’importance des conventions de ju- melage entre les CHU du nord avec les hôpitaux du sud du pays. « Cette initiative, a-t-il dit, contri- buera à l’amélioration du service pu- blic dans le secteur de la santé ».

Pour M. Sellal « la lutte anticancer est une opération majeure ». « La si- tuation s’améliore progressivement et avec constance et c’est le plus impor-

tant », a-t-il considéré.

Dans le même contexte, M. Sellal

a

donné des instructions aux cadres

et

dirigeants du secteur de la santé au

niveau des CHU d’accorder une at- tention particulière à la lutte antican- cer en vue d’améliorer la prise en charge des patients rappelant que l’Etat a mis tous les moyens en œuvre en vue d’une prise en charge optimale de la santé du citoyen à travers tout le territoire national. APS

NOUVEAUX CENTRES HOSPITALO-UNIVERSITAIRES :

La liste des entreprises réalisatrices rendue publique

L e ministère de la Santé, de la Réforme hospitalière et la Po- pulation a rendu publique,

hier (mardi), la liste des entreprises qui auront la charge de réaliser les nouveaux centres hospitalo-univer- sitaires dont ceux de Béchar, La- ghouat et Ouargla, a annoncé, hier, à Alger, le ministre du secteur, Ab- delmalek Boudiaf. « Le ministère de la Santé rendra public demain (mardi) la liste des entreprises et des bureaux d’études sélectionnés pour concrétiser les projets de ces struc- tures sanitaires », a indiqué M. Bou- diaf dans son allocution lors de la cérémonie de signature des conven- tions de jumelage des établisse- ments de santé des wilaya du Sud et des hauts plateaux avec les centres hospitalo-universitaires du Nord. M. Boudiaf a affirmé que cette « démarche intervient conformé- ment aux instructions du Président de la République qui insiste sur la nécessité de lancer ces chantiers début 2014 ». Les structures, dont la réalisation démarrera prochaine-

ment sur la base des meilleurs stan- dards internationaux et par des en- treprises étrangères, selon M. Boudiaf, seront à même de donner une « plus grande ampleur » à l’opé- ration de jumelage lancée par le mi- nistère. « Ce jumelage permettra d’as- seoir des mécanismes d’accompa- gnement des nouveaux centres hospitaliers et universitaires prévus à Béchar, Laghouat et Ouargla. Il est aussi attendu que cet accompa- gnement prenne une plus grande ampleur quand seront réceptionnés les hôpitaux universitaires », a sou- ligné le ministre.M. Boudiaf a expli- qué que l’opération « revêt le cachet d’un programme organisé », contrairement, a-t-il dit, aux « cam- pagnes de jumelage qui étaient or- ganisées sur une base volontariste exclusive et en dehors de tout cadre réglementaire la codifiant et lui as- surant la pérennité ». Outre la di- mension de solidarité et d’équité, le jumelage, relève M. Boudiaf, « est porteur d’éléments constitutifs de

RADIOTHERAPIE

Les rendez-vous seront écourtés à deux semaines à partir de juin

véritables pôles de référence dans toutes les wilayas concernées ». Les équipes médicales et paramédicales travaillant dans les hôpitaux du Sud et des hauts plateaux auront la pos- sibilité d’acquérir du savoir-faire et de l’expérience au contact des équipes venues du Nord, et aux ha- bitants de ces régions de bénéficier des services médicaux de proxi- mité.Les ministères de la Santé et de l’Enseignement supérieur, a ajouté M. Boudiaf, « œuvrent actuellement à réunir toutes les conditions, y compris les mesures incitatives, pour garantir l’affectation de prati- ciens universitaires ayant au moins le grade de maître-assistant au ni- veau de postes ouverts dans les hô- pitaux de Béchar, Laghouat et Ouargla. Il a rappelé que l’objectif du gouvernement vise à « éradiquer définitivement » le déficit enregis- tré en cadres médicaux spécialisés en permettant aux enfants du Sud et des hauts plateaux de bénéficier de la formation médicale. APS

Les rendez-vous en radiothérapie seront écourtés à deux semaines à partir du mois de juin 2014, a annoncé, hier, à Alger, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf. « Le ministère de la Santé s’est engagé à écourter les délais d’attente pour la radiothérapie à un maximum de deux semaines, d’ici le mois de juin prochain », a dé- claré M. Boudiaf, en marge de la signature de conven- tions de jumelage entre des établissements hospitaliers du Sud, des hauts plateaux et des centres hospitalo-uni- versitaires (CHU) du Nord. Il a indiqué que les hôpitaux de plusieurs régions du pays seront dotés, d’ici la fin de l’année, de plusieurs accélérateurs, pour pouvoir accueillir l’ensemble des

malades atteints de cancer. M. Boudiaf a fait savoir, à ce propos, que les hôpitaux de Batna et de Sétif seront dotés de deux accélérateurs chacun et que l’hôpital d’Oran s’équipera également d’un accélérateur, prochai- nement. Un service d’oncologie médicale sera ouvert dans chaque établissement hospitalier de l’ensemble du territoire national dans le but de décharger les hôpitaux de la capitale, a indiqué le ministre. Il a, par ailleurs, re- levé qu’il existait un réel problème de radiothérapie en Algérie et que ce dossier était « sérieusement pris en charge » par son département. Le cancer touche chaque année 45.000 personnes en Algérie dont 1.000 enfants. APS

CENTRE PIERRE ET MARIE-CURIE

Les manipulateurs des accélérateurs de radiothérapie ont repris le travail

L es manipulateurs des accélérateurs de radiothérapie ont repris leur travail à Alger après une journée de grève au Centre Pierre et Marie- Curie (CPMC), a-t-on appris, hier, auprès du chargé de l'organique

du syndicat du CPMC du CHU Mustapha-Pacha, Djamel Rahmoune. "Les grévistes qui ont éteint les machines de radiologie pour la journée de dimanche, en guise de protestation, ont rejoint leurs postes après une réunion avec l'administration du CPMC", a indiqué à l'APS M. Rahmoune. Les travailleurs en radiothérapie se sont réunis dans la matinée de lundi avec l'administration du CPMC qui s'est engagée à étudier leurs doléances.

Les revendications de ce corps de la santé sont liées à la révision de leur statut, à l'octroi d'indemnités et à la titularisation des contractuels. S'agissant des indemnités, les manipulateurs demandent l'attribution d'une prime de 12.000 DA par mois, pour les travailleurs de nuit (de 19h à minuit). Réagissant sur ce sujet, le chef de service sénologie du CPMC, Ahmed Bendib, a qualifié cette situation de "dramatique pour les malades".

Il a rappelé, à ce propos, que la radiothérapie était un "réel problème" pour

les malades souffrant de cancer, ajoutant que cette grève a fait que la situa- tion a empiré. Le Pr Bendib a souligné que le CPMC accueille des malades venant des quatre coins du pays et que le décalage de rendez-vous en radiothérapie "accentue davantage leur calvaire". De son côté, le chef de service oncologie au CPMC, le Pr Kamel Bouzid,

a indiqué que ce centre accueillait 150 malades par jour et que les manipu- lateurs étaient "dépassés". Il a noté, dans ce sens, que ces techniciens ne pouvaient pas accueillir plus de 150 malades par jour, en raison des dangers des rayons radiologiques. Pour sa part, le ministre de la Santé, de la Popu- lation et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf, a fait savoir que son département allait prendre en charge les revendications des corps com- muns de la santé, en marge de la signature de conventions de jumelage entre

des établissements hospitaliers du Sud, des hauts plateaux et du Nord. Le

cancer est une maladie non transmissible qui affecte 45.000 personnes par an dont 1.000 enfants.

APS

SIDI SAID

La prochaine tripartite "porteuse de bonnes nouvelles" pour les travailleurs

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

L a tripartite, prévue dimanche prochain, sera "porteuse de bonnes nouvelles" pour les

travailleurs et leurs familles, a dé- claré hier à Alger le secrétaire géné- ral de l'Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Ab- delmadjid Sidi Said, en marge de la cérémonie de signature des conven- tions de jumelage des établisse- ments hospitaliers. La réunion entre le gouverne- ment, le syndicat et le patronat "sera porteuse de tout le bien pour l'Algé- rie. Nous apporterons de bonnes nouvelles aux travailleurs et leurs familles", a souligné M. Said Said précisant que les trois partenaires "affichent une volonté" à "atténuer" les pressions exercées sur les tra- vailleurs. Invité à expliciter ses propos re- latifs à "la consultation autour de l'article 87 bis", le secrétaire général de la Centrale syndicale a noté que "les trois partenaires discutent pour faire avancer les choses". "Jusqu'au 23 février, nous conti- nuerons à discuter, à négocier et nous travaillons sérieusement sur la question afin de tomber d'accord et trouver un consensus", a-t-il pré- cisé. Selon lui, il y a "une dynamique de consensus" au sein de la tripartite afin de trouver les moyens pour prendre en charge les préoccupa-

tions aussi bien des travailleurs, de l'employeur et du régulateur qu'est le gouvernement, insistant sur le fait qu'"il n'y a aucune agressivité ou animosité". "Nous discutons serei- nement pour le bien des travailleurs et de l'économie du pays", a-t-il dit, qualifiant la prochaine rencontre de "très importante" du fait que des dé- cisions seront soumises au Président de la République, Abdelaziz Boute- flika, pour trancher en sa qualité de premier magistrat du pays. "La tri- partite fait des propositions et c'est au Président de trancher", assure M. Sidi Said. A la question de savoir comment compte-t-il agir pour concilier la re- vendication salariale et le refus d'une partie du patronat qui consi- dère que toute hausse des salaires serait fatale pour l'économie natio- nale, le secrétaire général de l'UGTA déclare "la conciliation c'est le consensus". La prochaine tripar- tite, 16 e du genre, examinera cinq dossiers dont la relance de l'écono- mie nationale, notamment par l'en- couragement de la production locale, et le pacte économique et so- cial de croissance. Il s'agit de l'éla- boration d'un pacte économique et social de croissance rénové et de la poursuite des consultations sur l'ar- ticle 87 bis de la loi 90-11 relative à la relation du travail. APS

Mardi 18 Février 2014

N

N ation 5 EL MOUDJAHID E L E C T I O N P R É

ation

5

EL MOUDJAHID

E L E C T I O N

P R É S I D E N T I E L L E

D U

1 7

A V R I L

L’avocat ahmed mhamdi candidat

14.000 signatures collectées

Sur le plan économique, le candidat appelle à une meilleure exploitation des ressources agricoles et aquatiques, réduire le taux d’importation enregistré pour certaines matières et à penser, dès maintenant, à «l’après pétrole.»

D ans une conférence de presse animée hier, à alger, ahmed mhamdi, avocat de

son état et candidat aux élections présidentielles, qu’il qualifie d’«étape décisive» pour l’avenir et le devenir de l’algérie, s’est pré- senté aux journalistes. Sa candidature, explique-t-il, a été annoncée «suite aux demandes incessantes des moudjahidine, des victimes de la décennie noire et des fils d’une algérie libre et indépen- dante.» après avoir rappelé son rôle quant à l’enseignement de quelques générations, en droit et en journalisme, m. mhamdi dira que son projet porte, entre autres, à «ré- habiliter la presse algérienne et en faire un vrai 4 e pouvoir». n’étant qu’à 14.000 signatures collectées au niveau de 7 wilayas, précise-t- il, le postulant à la joute électorale du 17 avril demeure, tout de même, optimiste. «J’y arriverai», répond- il aux questions de journalistes qui lui on demandé comment il comp- tait faire pour atteindre le nombre de 60.000 signatures à récolter à travers 25 wilayas. a l’éventuelle candidature du président de l’etat, le candidat mhamdi qui a apprécié cette pers- pective répond : «un vrai moudja- hid ne s’opposera jamais à son frère moudjahid.» a cet effet, il re- lève du rôle joué au sein des hautes instances du pays par m. abdelaziz Bouteflika, depuis sa prise de fonc- tions de ministre des affaires étrangères, alors tout jeune. appa- remment très admiratif du Prési- dent de la République, le candidat mhamdi préconisera la poursuite de tout ce qui a été entrepris durant les deux derniers quinquennats, no- tamment pour ce qui concerne la

Ph:Bilel
Ph:Bilel

possibilité offerte aux jeunes d’avoir accès à des crédits à taux bonifiés pour financer leurs pro- jets, et réduire par là, le chômage.Les réalisations du Prési- dent ainsi que ses efforts incessants pour rétablir la paix en algérie, ont fait de m. Bouteflika un «homme qui restera à jamais dans les an- nales de l’histoire». au-delà de la précieuse réinstauration de la paix à travers la démarche de la récon- ciliation nationale, sa politique étrangère, poursuit le candidat à la présidentielle, a permis à «notre pays de retrouver sa place parmi d’autres pays». a propos de la transparence des élections, m. mhamdi propose «une supervision locale», partant du principe que chaque candidat a son comité de sympathisants et superviseurs qui peuvent accomplir cette tâche à leur niveau.d’autre part, il affirme sa préférence pour le régime «parlementaire» ainsi que l’«alternance au pouvoir.» La

jeunesse, qui représente les deux tiers de la population locale, doit «être la meilleure relève». cette frange peut-elle assumer de rôles importants au sein des différentes institutions du pays ? Réponse affirmative. mieux, le futur homme politique n’y voit point de doute du moment que «l’université algérienne recèle de talents capables de gérer tous genres de situations.» Sur le plan économique, m. mhamdi appelle à une meilleure exploitation des ressources agricoles et aquatiques, réduire le taux d’importation «abusif» enregistré pour certaines matières et penser, dès maintenant, à «l’après pétrole.» dans ce contexte, il affirme disposer d’un «programme prometteur.» abordant le volet sécuritaire, m. mhamdi dira que l’«atteinte à l’armée nationale est une ligne rouge que personne ne doit franchir.» selon lui, c’est grâce à l’anP que l’entité du pays, son caractère républicain, ont été préservés durant la décennie noire. aussi, cette institution militaire représente, à ses yeux, la «souveraineté de la nation.» et de conclure : «il n’y pas d’etat sans armée.» dans cette optique, il convient de souligner qu’il y a quelques jours, le chef de l’etat a lancé un message lourd du sens dans lequel il avait indiqué que «nul n'est en droit, quelles que soient ses res- ponsabilités, de s'en prendre à l'ar- mée nationale populaire ni aux autres institutions constitution- nelles du pays». Fouad Irnatene

institutions constitution- nelles du pays». Fouad Irnatene Paix et stabilité ● L’Algérie a renoué avec la

Paix et stabilité

L’Algérie a renoué avec la paix et la

stabilité par la mise en œuvre d’une

démarche de réconciliation nationale. Il

est en effet possible d’epiloguer longtemps sur ce parcours de 15 ans mais l’on ne doit nullement occulter les efforts consentis et les progrès accomplis pour sortir le pays des épreuves douloureuses qu’il a connues. Certes, la page a été tournée et les blessures relativement cicatrisées mais les souvenirs lancinants persistent pour interpeller la conscience collective et rappeler la résistance aux forces de l’obscurantisme et la portée des valeurs de paix et de stabilité, paramètres essentiels du développement durable de surcroît dans un contexte régional et international singularisé par des tensions et des menaces quotidiennes et permanentes sur notre unité, notre intégrité. Et ce n’est guère fortuit si le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, dans son long périple et ses rencontres particulièrement avec la société civile revient constamment à la charge et insiste sur la préservation de ces valeurs, garantes en définitif de la matérialisation de toute cette projection de développement et de modernisation. Des valeurs inestimables mesurées à leur juste expression par les populations de ces lointaines agglomérations ou encore de l’Algérie profonde en prise avec le changement et la mutation. En cette phase cruciale car à quelques semaines seulement d’une échéance décisive pour l’avenir

du pays et la consolidation de ses institutions républicaines, une évaluation est indispensable pour marquer et mettre en relief le pas franchi et la sérénité retrouvée en dépit des difficultés du quotidien. Des difficultés dont la résolution et le traitement reposent principalement sur la consolidation des acquis à la faveur d’une ère nouvelle, c’est-à-dire cette paix rétablie et cette stabilité restaurée. En clair, un enracinement de la culture de la paix et de la tolérance. Le responsable de l’exécutif gouvernemental a situé tout l’enjeu pour se focaliser ensuite sur les conditions essentielles de prise en charge des attentes et préoccupations du citoyen et la promotion dans tous ses volets du pays par la

valorisation des notions universelles

acteurs politiques de prendre le relais en cette période pré-électorale pour la préservation des institutions du pays et la consolidation de leurs assises. Des institutions qui survivront aux événements et aux hommes pour assurer cette pérennité de l’Algérie de l’Etat de droit et des droits de l’homme. Toute une dynamique est à provoquer par la classe politique dont la majorité fait preuve toujours de responsabilité et d’engagement dans les importants et décisifs rendez-vous. Celui d’avril n’échappe sûrement pas à la règle

A. Bellaha

Aux

n’échappe sûrement pas à la règle A. Bellaha Aux Le Front du changement se prononcera d’ici

Le Front du changement se prononcera d’ici vendredi

R evenant sur la prochaine élection présidentielle, m. abdelmadjid menasra, pré-

sident du Front du changement, a annoncé hier, à alger, qu’il se pro- noncera dans les jours qui vien- nent, d’ici à vendredi, sur sa candidature et sur la participation ou non de son parti au scrutin du 17 avril 2014. appelant à ce que la prochaine élection «se déroule dans des conditions régulières et transpa- rentes», et que c’est son conseil consultatif (madjliss echoura) qui doit rendre sa décision, menasra plaidera pour un candidat de consensus au poste de la magistra- ture suprême. Répondant à une question sur l’éventualité d’un retrait des élec- tions, le responsable du Front du changement a affirmé n’être pas «attiré nécessairement par le boy- cott » de la prochaine élection pré- sidentielle, a-t-il indiqué, ajoutant toutefois que «cela n'est pas exclu». allant plus loin, il dira que «la prochaine élection ne doit pas être une source d'inquiétude pour la sé- curité et la stabilité du pays», a-t-il poursuivi, mettant en garde contre «le discours de l'intimidation qui constitue une atteinte aux libertés et intégrité des personnes». au cours d’une conférence débat organisée au siège du parti, avec la participation de nombreux enseignants de l’université d’al- ger, m. menasra a déclaré que cette rencontre constitue une occasion de faire le point sur la situation po- litique prévaut actuellement sur la scène nationale. Les conférenciers ont axé leurs communications sur le rôle de l’ar- mée nationale populaire (anP) dans l’édification et la défense du pays depuis sa création jusqu’à nos jours. Lors de son intervention, le

d r ahmed adimi, professeur en

de son intervention, le d r ahmed adimi, professeur en sciences politiques, a mis l’accent sr

sciences politiques, a mis l’accent sr les différents axes de développe- ment qu’a connus l’armée qui, souligne-t-il, est «exclusivement d’extraction populaire contraire- ment à d’autres pays africains». après avoir passé en revue les étapes de développement de cette institution militaire, le d r adimi a souligné le rôle joué par l’anP au cours de la guerre de la libération et après l’indépendance. dans ce contexte, il a précisé que ce corps issu de la glorieuse armée de libération nationale a contribué de manière essentielle à la « sauvegarde des principes répu- blicains de la nation et a été incon- testablement à l’origine de la promotion de la démarche de la construction démocratique». Le politologue a, également, rappelé l’engagement «sans faille» de l’armée nationale populaire contre le fléau du terrorisme et cela afin d’assurer la stabilité et la paix dans notre pays. Pour sa part, le d r ahmed choutri, professeur à la faculté de l’information et la communication, a fait savoir que l’armée reste tou- jours garante de l’unité nationale et l’intégrité territoriale. Kamélia H.

Hamrouche appelle à la « cohésion » et à la « sérénité »

L’ ancien chef du gouverne- ment, mouloud ham- rouche, a appelé hier, dans

une déclaration à la «cohésion, la sérénité et la discipline légale et sociale», à la veille de l’élection présidentielle prévue le 17 avril prochain. de même, a-t-il ajouté dans sa déclaration dont l’aPS a reçu une copie, «il est impératif que l’etat préserve tous les droits et garan- tisse l’exercice de toutes les liber- tés», afin d’«assurer la sécurité, renforcer les avancées, corriger les distorsions et éliminer les failles». L’ancien chef du gouvernement (septembre 1989 - juin 1991) a rendu hommage au rôle historique de l’armée nationale populaire (aLn-anP) qui a cristallisé, abrité et défendu la renaissance de l’identité algérienne et le projet na- tional, en trouvant des «compro- mis» et en élaborant des «consensus». «a chaque étape et à chaque crise, a-t-il soutenu, ces hommes ont su préserver l’unité des rangs, la discipline et transcen- der tout clivage culturel, tribal, ré- gional en préservant l’identité et le projet national». m. hamrouche prône, sous forme interrogative, l’édification d’un etat moderne «qui survit aux hommes, aux gou-

d’un etat moderne «qui survit aux hommes, aux gou- vernements et aux crises» et la poursuite

vernements et aux crises» et la poursuite du processus démocra- tique et des réformes. Le pays, a-t- il affirmé, vit des «moments sensibles» et «il ne peut y avoir d’exercice d’un pouvoir d’autorité ou de mission sans habilitation par la loi et sans un contrôle». au-delà de la prochaine présidentielle et «indépendamment du fait que le Président soit candidat ou pas», soutient l’ancien chef du gouverne- ment sous chadli Bendjedid, «il est primordial que les différents inté- rêts de groupes, de régions et de minorités soient préservés et garan- tis» et que l’etat «préserve tous les droits et garantisse l’exercice de toutes les libertés».

mardi 18 Février 2014

N

6

ation

EL MOUDJAHID

JOURNEE TECHNIQUE SUR LES REFORMES DU SERVICE PUBLIC DE L’EAU

De la gestion à la bonne gouvernance

Le ministère des Ressources en eau compte mettre en place un plan de réhabilitation et d’extension des réseaux pour le prochain quinquennat 2015-2019 qui prévoit une extension de 30.000 km du réseau d’eau potable. « Il faut une cadence de 5 000 km par an. »

A ctuellement, nous avons évolué avec 3.000 km/an. Avec cette cadence de 5.000 km/an, on peut espérer qu’à la fin

du prochain quinquennat, on aura pratiquement maillé l’ensemble du réseau d’eau potable », a précisé le ministre des Ressources en eau, M.

Hocine Necib, hier, à l’ouverture des travaux de

la journée technique sur les réformes du service

public de l’eau.

Le ministre a précisé que pour avoir l’eau H24,

il faut avoir un réseau mis à niveau, des infra-

structures de stockage suffisantes, la ressource, l’organisation appropriée, la ressource humaine

et les compétences d’un personnel bien formé.

« Nous évoluons graduellement. Nous sommes

à la veille d’un plan quinquennal 2015-2019

pour l’amélioration du service public de l’eau et l’accès à tous qui va évoluer d’année en année

en fonction des investissements que nous sommes en train d’engager » ajoutant que l’ex-

périence acquise et les transferts de savoir- faire

à travers le partenariat international, vont s’éten- dre vers d’autres villes pour permettre d’espérer

aller vers une généralisation du H24 pour une bonne partie de la population. Par ailleurs, et pour ce qui est du taux de déper- dition, le ministre a déclaré qu’il est d’une moyenne de 20 et 25%, comparativement aux normes tolérables qui se fixent entre 10 et 15%.

« Toutes ces opérations : réhabilitation et exten-

sion du réseau permettront de réduire sensible- ment le taux de fuite. Les nouveaux contrats de performance que nous allons faire signer à l’en- semble des directeurs des unités de l’ADE éga- lement pour les SPA dans un mois et demi comporteront des objectifs chiffrés en terme d’amélioration du service ». Le ministre a affirmé que ces réformes ont été soutenues par une forte volonté politique et un volume d’investissement public avec l’engage- ment d’environ 40 milliards de dinars pour l’in- vestissement lié à la mobilisation (barrages, transferts régionaux, interconnexion), et à partir des années 2000, d’investir dans le domaine du dessalement. « Aujourd’hui nous avons des in- dicateurs très favorables par rapport à la situation vécue par le passé. 75% des Algériens reçoivent

Ph. Louisa M.
Ph. Louisa M.

de l’eau au quotidien, dont 46% en H24 et le reste des programmes sont en cours pour pouvoir générer l’accès à l’eau potable pour tous, y com- pris pour l’assainissement ». Le ministère a procédé à la création de sociétés par action qui appartiennent à l’ADE et l’ONA au niveau des quatre grandes villes du pays, la SEAAL pour Alger, SEOR à Oran, SEAC Constantine, SEATA pour Annaba. « Nous allons dans toute notre programmation faire bénéficier tous les Algériens de ce service public combien important pour le citoyen », souligne M. Necib ajoutant qu’une attention particulière a été accor- dée à la ressource humaine avec la formation de 11.372 cadres au niveau national, entre 2008 et 2013, 526 cadres dans le management public à l’étranger, ainsi que plus de 100.000 cadres dans les centres de formation spécialisés. « Nous vou- lons traduire la forte volonté de l’actuel gouver- nement qui a placé parmi ses priorités, la réforme du service public et la création de notre ministère en est la preuve ». L’eau potable, un droit Le ministre chargé de la réforme du service pu- blic auprès du Premier ministre, M. Mohamed

El Ghazi, a fait savoir qu’en 2010 les Nations

unies reconnaissaient l’accès à l’eau potable et l’assainissement comme un droit de l’homme.

« Les experts internationaux estiment que le dé-

veloppement humain se jouera notamment sur la question de l’eau. La ressource hydrique est in- dispensable à la vie et à la plupart des activités humaines telles que l’agriculture, l’industrie et l’usage domestique… », a-t-il précisé en ajoutant qu’en Algérie cette ressource est « limitée en quantité et parfois en qualité ». Il a également souligné qu’assurer l’assainisse- ment pour tous les citoyens est l’un des objectifs les plus ambitieux des pouvoirs publics. « des moyens financiers colossaux ont été consentis par l’Etat et ont permis la réalisation de nom- breuses et importantes infrastructures destinées à la mobilisation et à la production des res- sources en eau, barrage, unité de dessalement »,

a déclaré M. Mohamed El Ghazi en relevant que

la mise en place de ce potentiel « a donné des ré- sultats tangibles » que ce soit à travers la distri- bution de l’eau potable à la population ou même la mise à la disposition des ressources hydriques aux secteurs agricole et de l’industrie.

Le taux de raccordement entre 1999 et 2012 a évolué de 78 à 95 % et la dotation journalière par habitant est passée de 123 à 175 litres par jour, tandis que la fréquence de distribution at- teint 75% des ménages. Outre cela, et dans un délai tout récent l’urbanisme se caractérisait par la prolifération des citernes sur les terrasses et les balcons, ces situations ont complètement dis- paru grâce à ce programme. En matière agricole, la superficie à évolué de 700.000 ha en 1999 à 1 million d’hectares en 2011 et il est attendu 1.470.000 ha de terre irriguée pour 2014. La concurrence croissante entre les différents utili- sateurs d’eau et l’agriculteur qui doivent nourrir une population en croissance dont les habitudes alimentaires changent avec le développement des autres secteurs économiques qui ont besoin d’eau dans leurs unités, accentuent la demande en ressource hydrique. Les besoins prévisionnels en eau pour la décen- nie 2010-2020 sont évalués à 2,8 milliards de m 3 en 1999, à 3 milliards en 2015 et à 3,190 mil- liards en 2020. Par ailleurs et pour assurer l’équilibre entre l’of- fre et la demande de l’eau, les pouvoirs publics visent à assurer à chacun l’accès au service de l’eau et de l’assainissement. M. El Ghazi préci- sera que pour assurer cela, il faut savoir gérer la disponibilité de la ressource, planifier, financer, construire, exploiter et entretenir les infrastruc- tures hydrauliques, notamment parvenir à revoir la gouvernance de l’eau. Les experts participant a cette journée ont de- mandé la création d'une direction de la commu- nication au sein du secteur pour promouvoir la communication entre l'administration et les consommateurs, comme étant l’une des facettes de l'amélioration du service public. Il convient de noter que quatre ateliers ont été or- ganisés autour de la valorisation des ressources humaines garantes d'une bonne gestion du ser- vice public, de la simplification des procédures et du bon accueil de l'usager et de la valorisation et de la maintenance des installations pour ga- rantir la pérennité de la ressource. Kafia Ait Allouache

REGISTRE NATIONAL D'ETAT CIVIL INFORMATISE

Grande affluence des citoyens

D epuis la mise en service sa- medi dernier du registre natio- nal d'état civil informatisé, les

citoyens affluent en nombre sur les guichets de l'état civil des communes de la capitale pour retirer l'acte de naissance n°12, a constaté lundi l'APS dans certaines communes. Pour répondre à la demande crois-

sante de l'acte de naissance n°12, les communes d'Alger-Centre, Oued Ko- reich, Dely Ibrahim et Chéraga ont mis à disposition des guichets spé- ciaux pour le retrait de ce document selon la nouvelle procédure qui per- met au citoyen de procéder au retrait de son extrait de naissance dans la commune de résidence ou toute autre commune à travers le pays sans avoir

à se déplacer vers la commune de naissance. Dans une ambiance marquée par

l'organisation, les citoyens qui se sont rendus à la commune d'Alger-Centre ont pu se procurer le document en l'es- pace de quelques minutes sur présen- tation du livret de famille ou du numéro de l'acte de naissance pour une identification exacte du deman- deur. Le service de l'état civil de la même commune a connu une grande affluence de citoyens venus pour le re- trait de l'acte de naissance et dont le nombre a atteint 4.000 depuis samedi 15 février 2014, a affirmé le chef du service, Abderrahmane Kadi, avant de rappeler qu'"en général, les citoyens demandent plus d'une copie". Atmosphère semblable dans les communes d'Oued Korich, Dely Ibra- him et Cheraga où les citoyens ont été unanimes à saluer cette procédure "tant attendue", indiquant que "le re- trait de ce document était aupravant un véritable parcours du combattant d'autant plus qu'il est indispensable à

la constitution de tous les dossiers ad-

minitratifs".

Après le retrait de son acte de nais- sance de la commune d'Oued Koreich,

M me Samia s'est dite satisfaite à l'égard

de cette procédure qui lui a permis de

à l'égard de cette procédure qui lui a permis de le faire en quelques minutes et

le faire en quelques minutes et lui a fait éviter un déplacement à Médéa. Pour sa part, le chef du service de l'état civil de la commune, Boukemouche Abdesslem, a ex- primé sa satisfaction à l'égard de la mise en service du registre national d'état civil informatisé dans le sens, a- t-il dit, où cette opération "facilitera la recherche pour l'employé et fera ga- gner du temps au citoyen". D'autre part, un citoyen de la com- mune de Dely Ibrahim s'est retrouvé face à une difficulté à savoir une er- reur qui a glissé dans l'écriture de son nom sur le registre national. Cela né- cessitera, selon une employée de la commune, "le retour du concerné à la commune d'origine pour apporter la correction et réintroduire le nom dans le registre". A Cheraga aussi a régné le même sentiment de satisfaction de- puis le lancement samedi dernier, de l'opération de retrait de l'acte de l'état civil selon la nouvelle procédure. Une satisfaction qui ne sera qu'éphémère pour d'autres qui ont dé-

couvert que le document demandé était classé dans le n°14 ou 16. Des documents non encore insérés dans les registres de l'état civil, selon une

employée. Certaines personnes âgées ont ren- contré également certaines difficultés

dès lors qu'ils n'ont pas été inscrits, à la naissance, dans les registres de l'état civil. Cette mesure vient en concrétisation des engagements pris par le ministre d'Etat, ministre de l'In- térieur et des collectivités locales pour la modernisation de l'administration locale et l'amélioration des prestations en direction du citoyen. La réa- lisation de ce registre est passée par deux étapes. La première a consisté en la création d'une base de données de l'état civil au niveau de 1541 com- munes. La base de données est consti- tuée essentiellement d'informations saisies et de photographies scannées pour tous les actes de l'état civil des regsitres des communes concernées. La seconde étape a concerné, quant à elle, la réalisation du registre natio- nal de l'état civil informatisé au niveau du ministère, à travers la collecte des bases de données de toutes les com- munes qui renferment toutes les infor- mations des registres de l'état civil de naissance au nombre de près de 59 millions d'exemplaires numériques d'actes de naissance. Toutes les communes du territoire national pourront se relier au registre pour obtenir l'information désirée et imprimer l'acte de naissance dans n'importe quelle commune.

LA MINISTRE DE LA POSTE ET DES TIC A ADRAR

Un ambitieux programme d’amélioration des prestations

ministre de la Poste et des

Technologies de l’information et

la communication, M me Zohra

Derdouri, a annoncé, lundi à Adrar, le lancement cette année d’un important programme d’amélioration du service public dans le secteur au niveau de cette wilaya. "Il est temps de rattraper le re- tard accusé dans le secteur, avec la pro- jection d’opérations de renforcement des bureaux de poste et du réseau de fibre optique, et l’amélioration des pres- tations des technologies de l’informa- tion et de la communication", a affirmé M me Derdouri, après avoir suivi une pré- sentation de la situation du secteur à Adrar. La ministre a annoncé, à ce titre, le raccordement par fibre optique de la wi- laya d’Adrar à celle de Tindouf, en vue de remédier aux perturbations sur le ré- seau de fibre optique entre Adrar et Bé- char, notamment durant les intempéries. Le programme prévoit aussi l’accroisse- ment de la capacité de cette ligne de fibre optique à 40 gigabits, ainsi que la réalisation de 350 km de fibre optique pour le raccordement de 46 aggloméra- tions et sites urbains comptant plus de 1.000 habitants, a-t-elle ajouté. La mi- nistre a fait état de 28 sites existants à travers la wilaya d’Adrar pour accueillir les équipements du système MSAN (nœud d’accès multiservice), et de la projection cette année de la réalisation de 30 autres sites du type. Elle a assuré, en outre, que la technologie de 3G, lan- cée par l’opérateur téléphonique Mobi- lis, sera disponible avant la fin de l’année en cours. Le secteur de la Poste sera, quant à lui, renforcé par la réalisa- tion de trois nouveaux bureaux de poste, qui viendront s’ajouter aux quatre réceptionnés l’an dernier, et d’un autre au niveau de l’université, ainsi que leur équipement en outil informatique, a si- gnalé la ministre, avant de faire part aussi de la mise en place de cinq gui- chets automatiques de billets de banque (GAB) au niveau de certaines com-

L

a

de

billets de banque (GAB) au niveau de certaines com- L a de munes de la wilaya

munes de la wilaya d’Adrar. Le réseau d’Internet à haut débit devra connaître, pour sa part, une amélioration, avec le lancement d’un programme de raccor- dement de 24 communes de la wilaya en fibre optique, soit plus de 1.876 km, en attendant la réception d’un projet de réa- lisation de 150 km pour le raccordement de quatre autres communes. Toujours dans le cadre de l’amélio- ration du service de l’Internet dans cette wilaya, M me Derdouri a souligné que l’intérêt est porté par le secteur sur l’in- troduction de la technologie de 4G au réseau de téléphonie fixe, à travers la programmation de projets en ce sens de- vant être lancés au début du deuxième semestre de cette année. La ministre des PTIC s’est, lors de sa visite à Adrar, en- quise du fonctionnement de l’agence commerciale d’Algérie-Télécom, du bu- reau de poste Sidi Mohamed Belkebir, la recette principale du chef-lieu de wi- laya, du complexe de télécommunica- tions, avant de procéder à la réouverture de l’agence de l’opérateur Mobilis. Elle a clôturé sa visite de travail par l’inspec- tion, au niveau de la commune de Timi- moun, de deux bureaux de poste dans les ksour de Taourist et Zaouiet El-Ma, ainsi que de l’agence commerciale d’Al- gérie Télécom, et le centre d’amplifica- tion hertzien.

Mardi 18 Février 2014

N

ation

7

EL MOUDJAHID

L’AMBASSADEUR DE FRANCE À PROPOS DE L’INDEMNISATION DES VICTIMES DES ESSAIS NUCLÉAIRES

Des mécanismes d’information seront mis en place

Une loi française datant de 2010 définit les mécanismes d’indemnisation des personnes victimes potentielles ou avérées des essais nucléaires français, notamment en Algérie. Cette loi, peut-être méconnue des Algériens, définit également des critères et dresse une liste des maladies radio-induites, a indiqué, hier à Oran, l’ambassadeur de France en Algérie, André Parant.

S euls une quarantaine d’Al- gériens ont, à ce jour, dé- posé, conformément à

cette loi, un dossier d’indemni- sation, a précisé l’ambassadeur au cours d’une conférence de presse qu’il a animée au siège de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Oranie. «Nous sommes en train d’examiner, avec les autorités algériennes, les modalités pratiques pour améliorer l’information et faci- liter l’accès du mécanisme d’in- demnisation aux Algériens», a-t-il par ailleurs précisé. L’am- bassadeur, qui a entamé un large périple à travers le terri- toire national en effectuant des visites à Tlemcen, Constantine, Béjaïa, Annaba, Adrar et, hier, à Oran, inscrit ses déplacements dans le cadre d’un dialogue avec les acteurs locaux impli- qués dans le développement des relations économiques, sociales et culturelles entre les deux pays. Il a été, en quelque sorte, rat- trapé par l’actualité et invité par les journalistes à apporter plus d’éclairages sur les consé- quences apportées par la publi- cation, par des médias français, d’une carte militaire de 1960 qui montre que les retombées radioactives ont été plus graves et plus étendues sur l’espace que ce qu’avait affirmé, à l’époque, l’État français. Cette carte, a-t-il dit, fait partie d’un lot de 150 documents qui ont été déclassifiés (à la suite d' une cinquantaine d’autres) par le ministère français de la Dé- fense. Une démarche qui illus- tre cette volonté de transparence de la part de la France, a ajouté ce diplomate, en prenant soin, au passage, de glisser que cette carte publiée n’apporte pas d’éléments nouveaux au débat. L’ambassadeur qui a effectué hier sa troisième visite à Oran a été reçu par le wali avec qui il a eu des entretiens sur les projets, «en cours ou en préparation, susceptibles d'intéresser les en- treprises françaises ». Le volet économique et industriel a constitué l’essentiel de la dis- cussion, d’autant plus que la France s’enorgueillit d’avoir une présence importante en Oranie. «Oran représente, pour nous, une plate-forme du déve- loppement des relations algéro-

une plate-forme du déve- loppement des relations algéro- françaises», nous a dit en aparté un diplomate.

françaises», nous a dit en aparté un diplomate. Le tramway d’Oran est géré, dans le cadre d’une joint venture, par la « So- ciété d'exploitation des tram- ways (Setram), le groupe français RATP ayant obtenu l'exploitation et la maintenance de tous les projets de tramway algériens, y compris celui d'Oran. Alstom, partenaire dans la réalisation du tramway, en- tend décrocher le prochain contrat d’extension de ce mode de transport comme d’ailleurs du métro pour cette ville dont les études ont bien avancé, indi- qué André Parant. Cela dit, Oran, qui a ouvert un vaste chantier de réhabilitation de ses immeubles, ne semble pas inté- resser les entreprises françaises qui opèrent dans ce secteur, à la différence des espagnoles et des portugaises qui ont décroché de nombreux marchés. L’ambassa- deur a expliqué qu’il va essayer d’intéresser les entreprises de son pays à cette opportunité. En réalité, en plus du tram- way, celui-là opérationnel, l’une des activités phares de l’indus- trie française reste, cependant, la future usine Renault, implan- tée sur le territoire de cette wi- laya. Au vu de son appréciation du rythme de réalisation de cette usine d’assemblage, l’am- bassadeur a affirmé que «l’agenda sera respecté quant à la sortie de la première voiture des chaînes de montage», et qu’il n’y a pas lieu de procéder par comparaison par rapport aux quantités annuelles pro- duites et aux marchés cibles d’une usine d’assemblage dans un pays voisin. Ce pays abrite

une usine délocalisée, en re- vanche, la future usine d’Oued Tlélat représente un premier jalon pour l’érection d’une fi- lière automobile en Algérie qui ne peut pas se contenter d’im- porter indéfiniment ses véhi- cules. L’ambassadeur, dont la pré- sence Oran a coïncidé avec l’inauguration, par le ministre des Transports, Amar Ghoul, du Salon international des trans- ports, de la logistique et de la mobilité, a visité, en compagnie de ce membre du gouverne- ment, cette vitrine dédiée au transport, marquée par la parti- cipation d’une trentaine d’entre- prises françaises. Auparavant, il avait visité Alver, l’une des principales sociétés algériennes de production et de commercia- lisation d'emballage en verre, rachetée, il y a deux ans, par le groupe français St Gobain. Avant de quitter Oran, l’ambas- sadeur a visité l’exposition «Art de la table», au Royal Hôtel, un fleuron de l’hôtellerie oranaise. Cette exposition est organisée par l’Institut français, en parte- nariat avec le Royal Hôtel. Elle met en valeur des tableaux-ta- bles réalisés par des designers qui ont été approchés par les marques françaises de vaissel- lerie, de coutellerie ou de cris- tallerie, afin d’imaginer et de renouveler les objets de cuisine et de décoration. 10 tables re- présentant chacune un moment culinaire de la journée, du brunch au petit-déjeuner, en passant par un déjeuner d’af- faires, dans un cadre qui les fait sortir de l’ordinaire. M. Koursi

VISAS POUR LA FRANCE

Une entreprise privée pour réceptionner les dossiers à Oran

Le consul général de France à Oran a indiqué, en marge des déclarations de l’ambassadeur de France, que dans les prochains jours, il sera procédé à l’externalisation du dépôt de dossier pour l'obtention du visa. Auparavant, le demandeur, après les démarches classiques et l’obtention d’un rendez-vous, adres- sait, au siège même du consulat, son dossier. Désormais, un prestataire privé extérieur, TLS Contact, prendra en charge ces démarches. Selon le consul, cette externalisation permettra un accueil personna- lisé, une assistance, un délai d’instruction et surtout un suivi de l’état d’avancement du dossier via in- ternet et, enfin, une information «en temps réel, par e-mail ou par SMS, de retour du passeport chez TLS Contact». Cette externalisation ne va, malheureusement, pas faire baisser les tarifs de traitement de dossier que le demandeur verse au consulat.

M. K.

LE MINISTRE DES MOUDJAHIDINE L’A AFFIRMÉ

7.000 licences d’exploitation de taxi délivrées prochainement à Alger

L e ministre des Moudjahidine, Mohamed Chérif Abbas, a af- firmé, dimanche à Alger, que

7.000 nouvelles licences d’exploitation de taxi seront délivrées prochainement au niveau de la capitale. M. Chérif Abbas, qui présentait le bilan d’activités de son secteur pour l’année 2013, a indiqué que «7.000 li- cences de taxi pour la capitale seront délivrées dans le cadre de l’aide so- ciale du ministère au profit des moud- jahidine et des ayants droit», précisant que 21.957 licences ont été délivrées l’année dernière. Il a ajouté que l’opération sera su- pervisée par la commission de wilaya de la protection sociale des ayants droit, précisant que le montant d’ex- ploitation de la licence ne dépasse pas les 10.000 DA. Le ministre a rappelé par ailleurs qu’il a été procédé en 2013 à la révi- sion des primes des condamnés à mort, des moudjahidine âgés et des inva- lides, dont 10.329 personnes ont été touchées. Par ailleurs, les moudjahidine et les ayants droit ont bénéficié d’une aug- mentation de 6.000 DA. Le ministre a rappelé en outre que 28.216 billets d’avion ont été octroyés aux moudjahidine et ayants droit du- rant la même année, tout en continuant de bénéficier de la gratuité des autres moyens de transport. Conformément à la loi sur le moudjahid et le chahid, no- tamment le volet relatif aux filles de moudjahidine, orphelines des deux pa-

relatif aux filles de moudjahidine, orphelines des deux pa- rents, les enfants de chouhada, orphe- lins

rents, les enfants de chouhada, orphe- lins des deux parents et les enfants de chouhada et de moudjahidine inva- lides, 50.254 dossiers ont été réglés. Selon le ministre, une directive a été élaborée pour régler les dossiers de re- connaissance, objet de décisions de gel. À cet effet, l’ensemble des dos- siers ont été transmis aux bureaux élar- gis de wilayas où 4.349 dossiers de chouhada ont été réglés et enregistrés. M. Chérif Abbas a enfin rappelé que des aides financières ont été accordés à 18 associations à vocation historique et culturelle ayant initié des projets, notamment la réhabilitation de 166 ci- metières de chouhada, la construction de 56 monuments et la restauration de 96 autres.

JOURNÉE DE L'ENFANT MAGHRÉBIN

Le ministère de la Solidarité organise des portes ouvertes

Des portes ouvertes sur le Service d'observation et d'éducation en milieu ou- vert (SOEMO) ont été organisées, hier à Alger, par le ministère de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition féminine, à l'occasion de la Journée de l'enfant maghrébin, indique un communiqué du ministère. L'objectif de ces portes ouvertes est de "faire connaître" le SOEMO, qui relève de la Direction de l'action sociale et de solidarité de la wilaya d'Alger (DAS), précise le communiqué. Il s'agit d'expliquer "son rôle et ses missions en matière de prise en charge psychologique, éducative et sociale des enfants se trouvant en danger moral", souligne la même source. La manifestation s'est déroulée en présence, notamment, des représentants des secteurs ministériels concernés, du Commandement de la Gendarmerie na- tionale, de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) et du représentant du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) en Algérie, ajoute le com- muniqué.

GAZ

Samsung réalisera des installations de traitement à Timimoun

Le sud-coréen Samsung Enginee- ring vient de décrocher un contrat de 800 millions de dollars pour la réali- sation d'unités de collecte et de traite- ment de gaz dans le champ de Timimoun (800 km au sud-ouest d'Al- ger), a-t-on appris auprès des parte- naires du projet. Samsung Engineering a signé ce contrat, dimanche à Alger, avec le groupement Timimoun, une joint-ven- ture entre Sonatrach et le français Total, ainsi que l'espagnol Cepsa, qui est chargé du développement du champ gazier de Timimoun, a-t-on ajouté de même source. Le groupe sud-coréen a annoncé, hier, via un communiqué, la signature du contrat, en précisant qu'il allait construire, pour le compte du groupe Timimoun et selon la formule clé en main, des unités de traitement et de collecte de gaz naturel. Aux termes du contrat, il a été confié à Samsung Engineering, la construction d'une canalisation de

transport de gaz de 180 km. Ce gazo- duc devrait relier les gisements de Ti- mimoun à Hassi R'mel (Laghouat). Samsung Engineering ajoute que l'achèvement des travaux de ce projet est prévu pour 2017. Le consortium Sonatrach-Total- Cepsa va investir 1,5 milliard de dol- lars pour exploiter les huit gisements gaziers, situés dans le Sud-Ouest algé- rien entre les villes de Timimoun et d’Adrar, selon des précisions déjà fournies par Sid Ali Betata, président de Comité de direction de l'Agence nationale de valorisation des res- sources en hydrocarbures (Alnaft). Le champ de Timimoun devrait produire 5 millions de m 3 de gaz et de condensât par jour sur une période pla- teau de 8 ans. Il est détenu à hauteur de 51% par Sonatrach, 37,75% par Total et 11,25% par Cepsa. Un accord de commercialisation confie au groupe algérien la vente de la totalité du gaz produit.

APS

Mardi 18 Février 2014

N

8

ation

EL MOUDJAHID

RENCONTRE DGFP - UNPEF

Vers le dénouement de la grève

Les enseignants du cycle primaire recrutés avant 2011 bénéficieront du grade de professeur d’école primaire. C’est ce qui a été conclu, hier, suite à une réunion marathon de deux jours, entre les représentants de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef), et ceux de la Fonction publique.

A cours de cette seconde et

importante rencontre qui a eu lieu sous la présidence

de Mohamed El-Ghazi, ministre auprès du Premier ministre, chargé de la Réforme du service public, l’Unpef, qui a entamé sa

grève depuis le 26 janvier dernier,

a eu l’approbation de la DGFP

pour la satisfaction de ses reven-

dications qui portent, en gros, sur

la révision du statut particulier de

l’enseignant dont l’application a généré des injustices et des inco- hérences. En tout état de cause, cette im- portante rencontre annonce un dénouement proche du bras de fer entre les syndicats grévistes et le ministère de tutelle qui a duré un peu plus de trois semaines avec un important retard en volume horaire estimé à 120 heures à rat- traper afin d’achèvement le pro- gramme scolaire dans les délais. Ainsi, le dossier soumis à la Fonction publique, qui a donné son aval pour le passage automa- tique au grade de professeur d’école pour tous les enseignants du cycle primaire recrutés avant l’année 2011, semble avoir une

u

primaire recrutés avant l’année 2011, semble avoir une u évolution favorable, selon le porte-parole de l’Unpef

évolution favorable, selon le porte-parole de l’Unpef qui a qualifié cette rencontre de «posi- tive», en indiquant que son syn- dicat «a reçu des assurances de la part de la DGFP».

Les deux parties concernées ont en outre approuvé le point re- latif à la prise en considération des années d’ancienneté dans la carrière professionnelle des ensei- gnants de ce même cycle.

Une rencontre similaire devait avoir lieu hier avec les deux au- tres syndicats grévistes, à savoir le Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest)

et le Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cna- pest). S’agissant de la grève qui s’est poursuivie hier pour sa 23 e journée, la tension a connu tout de même une baisse sensible et significative. Selon des sources proches des milieux des syndicats et des en- seignants grévistes, il y a lieu de saluer particulièrement les toutes dernières décisions qui ont sou- lagé les esprits et qui permettront, sans nul doute, la reprise des cours. Il y a lieu de rappeler que le dialogue entre le ministère de tu- telle et des partenaires sociaux n’a jamais été interrompu. La dernière rencontre entre les deux parties a eu lieu mardi der- nier en présence des représentants de la Fonction publique afin d’éclaircir les visions sur les re- vendications en suspens. L’évaluation de la situation ré- sultant de la grève et l'éclaircis- sent de certains points relatifs au statut particulier ont été les points phare de cette rencontre. Sarah Sofi

SELON DES SPÉCIALISTES

La grève est un facteur de démotivation

déjà en temps normal, ils éprouvaient toutes «les peines» du monde à assimiler et à comprendre les cours sans stress et angoisse. «Il est impossible, de plus, pour l’élève d’étudier tout seul dans ces conditions», a-t-elle estimé. De son côté, Ahmed Tessa, pédagogue, a indiqué que l’arrêt des cours a induit des «séquelles» psychologique chez les élèves, soulignant que pour une partie d’entre eux, ils sont «démotivés, fragilisés et traumatisés». «Les cours peuvent être récupérés pour une bonne par- tie d’entre eux, mais pour un certain nombre, ils auront besoin d’un soutien psychologique et une aide familiale pour renouer normalement avec les cours», a indiqué M. Tessa, expliquant qu’au bout d’un mois de grève, le vo- lume de connaissances emmagasiné par les élèves «com- mence à baisser». Selon ce spécialiste, pour une bonne partie des élèves, les enseignants et les parents, notamment, doivent à la re- prise des cours, les motiver une nouvelle fois et leur re-

INSERTION SOCIALE

L grève dans le secteur de l’Éducation, qui en est à

sa quatrième semaine, a eu, pour conséquence, de «fragiliser» et de «démotiver» une grande partie des

élèves, rendant «laborieuse», l’assimilation des leçons lors de la reprise des cours, ont indiqué, hier, des spécia- listes. Pour Nafissa Benouzid, psychologue à l’hôpital psy- chiatrique de Chéraga, l’arrêt des cours dans les écoles a créé «un surcroît» de stress chez les élèves, particulière- ment chez les élèves des classes d’examen qui se trouvent «anxieux et insomniaques». «Beaucoup de parents d’élèves ont ramené leurs enfants pour des consultations suite à cette grève. Beaucoup d’en- tre eux souffrent de stress, d’anxiété et d’insomnie, de peur de ne pas rattraper les cours et de pouvoir les assimiler de nouveau», a-t-elle expliqué. Elle a ajouté que ces élèves avaient perdu de «leur flamme» de travailler pour assurer leur année scolaire nor- malement ou de décrocher le baccalauréat, relevant que

a

donner confiance en soi, en communiquant et en organi- sant des débats avec eux pour leur faire comprendre qu’ils peuvent vraiment rattraper et assimiler les cours. «L’élève a besoin d’être mis en confiance en lui offrant une sécurité psycho-affective. Nous ne devons pas rattra- per les cours de manière mécanique. La parole de l’ensei- gnant, des parents et des psychologue est très importante pour recréer le climat stimulant avant la grève», a-t-il sou- tenu. Des syndicats de l’éducation continuent à observer leur mouvement de grève dans les établissements scolaires (ly- cées, collèges et écoles) pour la 4 e semaine consécutive. Le mot d’ordre de grève avait été lancé par le SNA- PEST, le CNAPEST et l’UNPEF. Ces syndicats avaient séparément appelé à une grève pour la révision du statut particulier, notamment dans son volet relatif aux promotions et à l’actualisation des indem- nités dans les régions du Sud et des Hauts Plateaux. APS

La micro-entreprise au cœur du développement local

APS La micro-entreprise au cœur du développement local ploi et de création de micro-entreprises (ANEM, ANSEJ

ploi et de création de micro-entreprises (ANEM, ANSEJ et CNAC)". En plus des départements ministériels concernés, le Salon verra la participation des chambres professionnelles et des différents parte- naires dans la création des micro-entre- prises, tels que les banques, la Caisse

nationale des assurances sociales (CNAS) et la Caisse nationale des travailleurs non salariés (CASNOS). Il s'agit également des services des impôts et des douanes, du Centre nationale du registre du commerce et des organismes sous tutelle du ministère. Un riche programme d'animation en direc-

L 4 e édition du Salon national de

l'emploi (SALEM) s’ouvre demain au palais des Expositions (Safex)

aux Pins-Maritimes sur le thème "La micro-entreprise au cœur du développe- ment local". Cette manifestation qui s'éta-

lera jusqu'au 25 février a pour objectif de vulgariser les différents dispositifs d'em- ploi et de création de micro-entreprises, notamment l'Agence nationale de soutien

à l'emploi de jeunes (ANSEJ) et la Caisse

nationale d'assurances-chômage (CNAC), ainsi que les avantages accordés aux diffé- rentes catégories sociales dans le cadre de ces dispositifs. SALEM-2014 représente en outre une opportunité de rencontre et d'échanges entre les jeunes bénéficiaires de ces dispo- sitifs afin de présenter leurs entreprises et leurs produits et services, et de nouer des relations d'affaires entre eux et avec les dif- férents opérateurs économiques. "Plus de 310 micro-entreprises sont attendues à cet événement au côté des organismes chargés de la mise en œuvre des dispositifs d'em-

a

tion des jeunes entrepreneurs exposants et du large public est prévu en marge de ce Salon, notamment l'organisation d'ateliers sur les techniques de recherche d'emploi et des séances d'accompagnement à l'élabo- ration de CV, ainsi que des conférences sur

l'impact de l'utilisation des nouvelles tech- nologies de l'information et de la commu- nication. "Le Salon est organisé dans le cadre du programme de travail du secteur consacré à l'appui au développement de l'entrepreneuriat, construit sur deux dispo- sitifs, ANSEJ et CNAC, et qui vise l'ac- compagnement, le financement et le soutien du promoteur de micro-entreprises, à travers le développement des actions de promotion et de diffusion de l'esprit entre- preneurial", rappelle le ministère. Il est également relevé que les micro-entreprises créées constitueront la "matrice du future réseau du PMI/PME" et sont appelées à "jouer un rôle important" d'animation et de promotion de l'activité économique et so- ciale dans le cadre de la politique du déve-

loppement local.

APS

Mardi 18 Février 2014

N

ation

9

EL MOUDJAHID

LA JOURNEE DU CHAHID COMMEMOREE AU FORUM DE LA MEMOIRE D’El Moudjahid

Les femmes à l’avant-garde du combat libérateur

Des moments historiques, des moments très émouvants ont été vécus, hier, au forum de la mémoire d’El Moudjahid où un hommage appuyé et mérité a été rendu aux veuves de chouhada. Toutes les wilayas historiques étaient représentées lors de cette rencontre qui s’inscrit dans le cadre des festivités marquant la journée du Chahid, le 18 février de chaque année, des festivités qui se veulent, cette année, un hommage aux « chouhada sans sépulture ».

L es invitées d’honneur, 12 braves femmes bien de chez- nous, qui ont vu des vertes et

des pas mûres durant la glorieuse Ré- volution de Novembre, en faisant preuve à cet égard de beaucoup de courage et de dignité, se sont succédé à la tribune pour revenir sur le passé, un vécu triste et amer, celui de la perte d’un être cher ; un mari, le père de famille, qui a été fidèle à son en- gagement, jusqu’au sacrifice su- prême. Si les témoignages et les récits sur les circonstances de la mort au champ d’honneur de ces chou- hada, variaient d’une personne à une autre, le message véhiculé par ces «fehlate» à la faveur de cette occa- sion était le même : « Notre liberté, on l’a payée de notre sang », ont clamé les hôtes du forum de la mé- moire. « Beaucoup de choses peuvent s’acheter, pas la liberté », ont-elles ajouté. « Continuellement, le sang de nos glorieux chouhada arrosait cette terre si chère à nos cœurs, et ce, jusqu’au recouvrement de l’indépen- dance de notre pays. Nos aïeux ne sa- vaient ni lire ni écrire, pour la plupart d’entre-eux. ils ont supporté la faim et le froid, bravé la pluie et la neige, parfois. Armés de courage et de vo- lonté, ils ont lutté contre les forces ennemies jusqu’au bout, jusqu’à leur mort au champ d’honneur. Pour la pa- trie, pour l’indépendance. Aujourd’hui, et après qu’un demi- siècle soit passé après le recouvre- ment de l’indépendance, l’on se doit de préserver cette terre, de la proté- ger », ont-elles souligné.

Ph. T. Rouabah
Ph. T. Rouabah

Ali Mellah, Meftah, Hallil, kabe- rine, Madhi, etc. sont des noms connus pour certains, mais méconnus pour d’autres. Ces noms-là font partie de la liste de ces caravanes de chou- hada, décédés au champ d’honneur pour que vive l’Algérie. Leurs veuves, qui étaient invitées hier au forum de la mémoire, ont ra- conté un pan de l’histoire qui s’avère être une partie de notre histoire, l’his- toire du pays. « Mon défunt mari refusait tou- jours de travailler chez l’ennemi mais personne à la maison ne se doutait qu’il était moudjahid, jusqu’au jour où il ramené une caisse d’armes qu’on croyait remplie d’épices. Ce

n’est qu’à l’arrivée de son frère, un peu plus âgé, que le contenu de la caisse a pu être dévoilé, à notre grande surprise », témoigne M me Meftah. Et d’ajouter : « Arrêté à Che- bli, Si Meftah a été contraint d’avaler les documents qu’il détenait. il fut, tout de même, détenu, 4 jours durant.

Quelque temps après, à peine deux semaines, Si Meftah est monté au maquis. » A propos des circonstances de la mort du chahid, M me Meftah dira :

« Je l’ai vu 3 jours avant sa mort. il m’avait alors confié qu’il était fati- gué.

Et comme s’il avait un pressenti- ment, il m’a ensuite envoyé une lettre où il m’a demandé de prendre soin des petits », confie non sans émotion cette brave dame. Autre témoignage émouvant, celui de M me Veuve kaberine Hlima, veuve du chahid Ahmed Othmani. En rela- tant ses souffrances, khalti Hlima, issue d’une famille de 42 chouhada, dont 7 femmes, revit des moments douloureux, de tristes souvenirs. En fait, du temps de la Révolution, cette moudjahida militait, côte à côte, auprès de son époux. « Lorsque mon mari a eu vent que les forces colo- niales étaient près de l’endroit où l’on se trouvait, il m’a demandé de dire ceci à la soldatesque coloniale : « Les moudjahidine sont plus nombreux que vous et sont armés jusqu’aux dents, beaucoup plus que vous. » « Mais lorsque l’ennemi est venu, mon mari était avec moi. On l’a tué devant moi. Quant à moi, j’ai été longtemps détenue », souligne-t-elle avec un trait d’amertume dans la voix mais un regard fier où l’on ne décelait aucune concession sur les principes qui lui sont propres. Et si elle parle aujourd’hui de son destin, où rien ne lui a été épargné, c’est avec une modestie néanmoins qu’elle dira qu’elle n’a fait que son « devoir » et que les femmes comme elles, elles ont été des milliers à bra- ver les interdits, pour n’avoir plus à subir le joug d’un colonialisme aussi sadique que barbare. Mais ceci est une autre histoire ! Soraya Guemmouri

LA MUTiNERiE DE HASSi SAkA, LE 5 OCTOBRE 1957

Une opération héroïque

C et événement, glorieux passé de notre histoire, nous rappelle le sacrifice, l’abnégation de nos vaillants martyrs.

Afin de nous en souvenir, il me paraît judi- cieux de vous relater le récit d’une mutinerie qui s’est déroulée le 15 octobre 1957. Les montures de réserve de la compagnie méha- riste du Touat paissaient paisiblement dans la région de Hassi Saka, à 80 km au nord est de Timimoun. Cinquante musulmans sont char- gés de leur surveillance, encadrés par huit fran- çais qui furent retrouvés plus tard assassinés et tous les méhariste se sont volatilisés. Le Fi- garo du 21 octobre 1957 en parle dans son édi- tion en s’étalant sur les faits qu’il qualifie de mutinerie. Cet événement allait marquer le début de nombreux combats menés par nos 63 méhariste de 1957 à 1962. Le gouvernement français n’en resta pas là et décide de mener une grande offensive en novembre 1957 sous le commandement du général Bigeard et de

toute une division de plus de 1.500 soldats, 1.000 parachutistes, 100 commandos, 100 mé- hariste motorisés, 11 avions de chasse et 6 hé- licoptères. Une véritable petite armée pour damer le pion à ces prétendants, mais c’était sans compter sur l’abnégation, l’intrépidité, la foi, le courage de nos vaillants combattants qui ont brillé durant les combats. Les autorités françaises, avant de déclen- cher cette vaste opération, ont quand même mis plus de deux jours avant de se rendre compte de la disparition des méhariste et de l’assassinat de huit des leurs. Mais le groupe de 63 méhariste forts de cette avance et de ce gain de temps considérable a fini par rejoindre un autre groupe de l’ALN à Hassi Djedid. En Adrar l’un d’eux en survivant raconte : « Cette opération fut le fruit d’une longue préparation de plusieurs mois. Nous faisions partie de la compagnie MT composée de 120 soldats, et le mois de février fut retenu pour déserter les

rangs de l’armée française et rejoindre ceux de l’ALN. Au mois de mai la visite de Si Omar, connu sous le nom de Ferhat Belaïd, allait son- ner le déclic de l’opération prévue le mois d’octobre. Les plus vieux, sachant dès le départ qu’ils pouvaient constituer un handicap pour leurs partenaires ont décidé de se sacrifier. Les au- tres, animés d’une grande foi et d’une convic- tion inébranlable, déterminés à mener la vie dure à l’envahisseur, sont restés. Le 15 octobre c’est le jour J, juste après le baisser des couleurs, au crépuscule on se charge d’exécuter les soldats français. Sitôt l’acte accompli, nos méhariste se dirigent vers Hassi Chergui à 90 km. S’ensuivit une longue marche de trois jours et deux nuits en empor- tant avec eux 250 dromadaires, 120 fusils, 3 mitrailleuses des munitions, des vivres et de l’eau. Au troisième jour le troupeau de droma- daires est repéré par des avions de chasse qui

survolaient la région. Les deux avions sont abattus. Le quatrième jour, un autre avion, qui parvint à décimer une partie du troupeau, fut abattu à son tour. Sur les 250 dromadaires, seuls 18 ont survécu. La troupe finit par atteindre Hassi Tassel- gha à 60 km au nord de Timimoun. Une stèle fut érigée par les autorités françaises au lieu- dit Hassi Saka qui fut remplacée à l’indépen- dance par une autre portant les noms des martyrs de la région. Cette attaque de Hassi Saka eut l’effet d’une bombe, puisqu’en 1956 le pétrole est découvert à Hassi Messaoud et la France craint pour ses gisements menacés. Les compagnies pétrolières craignant pour leur propre sécurité demandent l’appui de l’armée qui se veut et se montre rassurante, ridiculisée par une poignée de méhariste qui méritent au- jourd’hui notre reconnaissance et notre admi- ration.

El-Hachimi Safi

L’hommage aux martyrs, un devoir

I nitiée en 1989 par une poignée de fils de chouhada, la journée du Chahid est célébrée chaque 18 fé-

vrier à travers tout le pays, en signe d’hommage et de reconnaissance de la nation pour ceux et celles qui sont tom- bés au champ d’honneur pour que vive l’Algérie libre et indépendante. Un de- voir, une obligation que tout un chacun essaie d’accomplir depuis 1962, date de l’accession de l’Algérie à la liberté et à l’indépendance, en se recueillant humblement à leur mémoire, en rappe- lant leurs propos, leur bonne compa- gnie, leurs hauts faits d’armes. Selon les représentants de la famille révolu- tionnaire, la commémoration de cette

journée vise à faire la jonction entre passé et présent, et partant, rappeler aux nouvelles générations la résistance héroïque du peuple algérien face aux forces coloniales et les lourds sacri- fices consentis par leurs aînés, les moudjahidine et les chouhada, afin d’en tirer exemple, de s’en inspirer dans les batailles qu’ils auront à mener à l’avenir pour assurer le développe- ment et la prospérité de l’Algérie. Fierté de la nation, ces valeureux mili- tants de la cause nationale, ont en effet écrit en lettres d’or l’histoire contem- poraine de l’Algérie, par leur précieuse contribution à la glorieuse lutte de Li- bération nationale, en consentant pour

ce faire le sacrifice suprême pour la li- berté et l’indépendance. Pour rester fi- dèles aux engagements de ces hommes et femmes morts pour la patrie, alors qu’ils étaient très jeunes à l’époque, des stèles, des plaques commémora- tives et des sanctuaires sont érigés par les autorités, au lendemain de l’indé- pendance, à travers tout le territoire na- tional. Pour perpétuer davantage leur souvenir, génération après génération, toutes les infrastructures socio-écono- miques et culturelles du pays portent le nom de glorieux chouhada. Dans les manuels et les établissements scolaires, la vie et le parcours révolutionnaire de

plusieurs d’entre eux sont enseignés, appris par cœur, étudiés. Afin que nul ne les oublie. Leur nombre ? En l’ab- sence de chiffres, de données fiables, le nombre de martyrs de la guerre de Libération nationale a été estimé, par simple calcul mathématique, à un mil- lion et demi, même si jusqu’à présent, un grand nombre d’Algériens et d’Al- gériennes manquent encore à l’appel, car portés disparus durant la Révolu- tion de Novembre. C’est le cas notam- ment des victimes des essais nucléaires français au Sahara, des manifestants du 17 octobre 1961 à Paris, des milliers de femmes et d’enfants tombés sous les bombardements aveugles des forces

coloniales dans les mechtas et douars de l’Algérie profonde, des disparus dans les geôles coloniales et qui sont restés sans sépulture, comme Si M’ha- med Bouguerra, Abderrahmane Mira, cheikh Larbi Tébessi, Hamou Boutle- lis, et bien d’autres, pour ne citer que les plus connus. Ces innombrables mi- litants de la cause nationale, ces hommes et femmes qui ont rejoint, très jeunes, les rangs de la Révolution de Novembre, avant de tomber au champ d’honneur, l’Algérie ne les oubliera pas. L’Algérie indépendante leur doit respect et reconnaissance. Éternelle- ment.

Mourad A.

Mardi 18 Février 2014

N

EL MOUDJAHID REPORTAGE
EL MOUDJAHID
REPORTAGE

ation

11

el oued : préservation des ressourCes en eau

Un schéma directeur pour l’assainissement

A travers ce reportage, que notre journaliste a réalisé vous allez comprendre comment cette problématique qui a longtemps affecté la région d’El-Oued et empoisonné la vie des habitants est définitivement résolue grâce au mégaprojet de lutte contre le phénomène de la remontée des eaux dans cette wilaya, qui a été réalisé par le secteur des ressources en eau.

De nos envoyés spéciaux à El Oued, Sihem Oubraham & Tahar Rouabah

L a région du souf située au sud-est de l’al- gérie, occupe une superficie de 44586,80 km 2 avec une population de plus de

646.000 habitants. la surexploitation des nappes

captives pour l'irrigation et l'eau potable ainsi que l'absence d'un système efficace d'évacuation des eaux excédentaires avaient provoqué une remon- tée très rapide de la nappe phréatique. la zone touchée par la remontée des eaux s’étend sur une superficie de 3.000 km². sa popu- lation est évaluée à 380.000 habitants, elle est ré- partie sur 18 communes dont Bayadha, robbah, Kouinine, guemmar, taghzout, hassani abdel- krim, debila, sidi aoun, Magrane, hassi Khelifa, reguiba Mihouensa, oued alenda, ogla, nakhla, ourmes et trifaoui soit une superficie d’environ

350.000 hectares. au cours de la dernière décen-

nie, la vallée de oued souf a donc connu une re- montée de la nappe qui a engendré de graves préjudices à l’environnement en général et à l’écosystème en particulier. selon les explications fournies par M. Moha- med Chaïbi, conseiller du directeur général de l’ona «les causes de la remontée de la nappe phréatique sont multiples et dues au pompage in- tensif des nappes profondes à des fins agricoles ainsi que pour l’approvisionnement en eau pota- ble des populations. ensuite, la quasi-totalité des eaux, après utilisation, est rejetée dans le milieu naturel et elle alimente cette nappe phréatique. par ailleurs, l’absence d’exutoire due à la planéité du relief a rendu délicat l’écoulement gravitaire et entrainé l’élévation du niveau des eaux de la nappe ainsi que l’absence quasi-totale d’infra- structures d’assainissement dans la wilaya d’el oueda a-t-il dit, expliquant par là, que ce phéno- mène «a engendré la pollution des nappes entraî- nant l’apparition des maladies à transmission hydrique», de même que «l’augmentation de la salinité estimée à 10 fois la salinité de la mer ré- sultant de l’évapotranspiration, comme c’est le cas de ouargla notamment qui a vu l’affectation du patrimoine phoenicicole (dépérissement des palmeraies) ainsi que l’affaissement de terrain et un effondrement du bâti». en effet, selon M. Chaibi, «la remontée de la nappe phréatique, qui provoque la dissolution des sels et d’autres minéraux, ainsi que l’érosion des sols, est à l’origine d’affaissement des terrains à travers la région de oued souf et de ouargla », ce qui a engendré un surcoût dans la réalisation des infrastructures induites par la fragilité des sols qui nécessitent des techniques de confortement et l’utilisation de matériaux spéciaux (Ciments hts) et un impact négatif sur l’environnement et le cadre de vie.

La population du Souf était condamnée à vivre avec la remontée des eaux l’élévation du niveau des eaux au niveau de la vallée du souf était une réalité inquiétante et son influence sur l’écosystème se faisait ressentir de plus en plus. les facteurs responsables de la re- montée des eaux et leurs conséquences pour l'en- vironnement et la santé humaine sont de mieux en mieux cernés mais de plus en plus incontrôla- bles. assises sur une sorte de «banquise» de sable, les oasis du souf se révèlent particulièrement vul- nérables aux variations du niveau de la nappe phréatique. la baisse, comme la saturation de cette nappe, à priori imputables à la croissance dé- mographique et à l’activité humaine, ont été fa- tales surtout pour les ghoûts traditionnels (palmeraies), base de l’économie locale et fierté esthétique de la région. la population du souf était condamnée à s’adapter et à vivre avec la remontée des eaux au péril de son environnement et de sa santé. au fil

eaux au péril de son environnement et de sa santé. au fil des années, la poussée

des années, la poussée démographique et les acti- vités économiques ont rongé et altéré la fragile couche de sable par l’épuisement de la nappe phréatique sous-jacente d’une part, la dégradation et l’inondation du sol par l’eau des forages arté- siens d’autre part. la sauvegarde de l’écosystème est un enjeu majeur pour lequel chaque citoyen a sa part de responsabilité et l'équilibre écologique du souf est fortement tributaire de sa stabilité démogra- phique. après l’engloutissement des ghoûts, ce sera bientôt le tour des palmeraies de surface, des jardins, des villages et des infrastructures de tous ordres. les habitants les plus particulièrement ex- posés commencent déjà par découvrir l’inonda- tion de leurs maisons et de leurs garages. Qui dit montée des eaux dit forcément dégâts et le pom- page pour l’évacuation des eaux indésirables est venu remplacer les travaux de désensablage d’au- trefois.

Les solutions recommandées pour juguler ce phénomène en tout état de cause, et dans la perspective de remédier à ce phénomène, l’etat a entrepris des mesures concrètes par des projets titanesques sus- ceptibles de réhabiliter l’équilibre écologique du souf, explique M. Chaibi. «un important projet du secteur de l’hydraulique a été réceptionné, gra- duellement, dès la fin de l’été 2009 et totalement achevé et réceptionné en 2013. Quatre stations de pompage pour l’évacuation des eaux indésirables (eaux stagnantes et eaux usées) ont été installées grâce à un dispositif considérable de canalisations vers la dépression du Chott el-haloufa près de la wilaya de ouargla. une partie des eaux collectées sera utilisée localement pour l’irrigation de plan- tations. entre autres, la rénovation des réseaux d’assai- nissement des eaux usées et des canalisations d’eau potable. grâce à ce projet, el oued a apuré son pro- blème d’évacuation des eaux usées grâce aux deux mégaprojets de réalisation de systèmes d’as- sainissement et de drainage initiés par le pro- gramme du président de la république M. abdelaziz Bouteflika et opéré par l’office natio- nal de l’assainissement (ona). pour la réalisation de ce joyau réalisé sur une distance de 750 km linéaires, considéré comme l’unique modèle au monde et fait un cas d’école en matière d’assainissement, une enveloppe de plus de 31 milliards de dinars a été allouée par l’etat, qui a pour objectif, une utilisation ration- nelle des eaux usées, une fois épurées, dans la perspective d’éviter de polluer les eaux souter- raines. pour se faire, le conseiller du directeur gé- néral de l’ona a expliqué que «le ministère des ressources en eau a lancé une étude détaillée, afin de définir les solutions techniques appropriées qui a été finalisée et approuvée hori- zon 2030 et s’articule sur les axes indispensa-

hori- zon 2030 et s’articule sur les axes indispensa- bles». le projet concerne les agglomérations de

bles». le projet concerne les agglomérations de 18 communes situées dans la vallée de souf, sur 370.000 ha. il y a lieu de noter qu’un réseau d’assainisse- ment a été mis en place qui couvrira les besoins d’une population de 700.000 habitants, 30 com- munes de la wilaya d’el-oued en zones urbaines et rurales et ce à l’horizon 2030, selon M. Chaibi. dans cette optique il nous explique que «la solu- tion adoptée est la réalisation d’un drainage ver- tical sur l’ensemble de l’aire de l’étude, seul el oued nécessite la mise en place d’un système de drainage et la réalisation d’une batterie de 51 fo- rages équipés de pompes pour un débit d’exploi- tation global de 348 l/s et un réseau de drainage de 34 km indépendant du réseau d’assainissement de la ville en dn 90 à 315». une technique origi- nale. intervenant lors d’un exposé présenté à un groupe de 11 titres de la presse nationale qui a ef- fectué une mission de 3 jours dans la wilaya d’el oued, M. Chaibi a expliqué que «la première phase de ce projet d’envergure consiste en l’as- sainissement actuellement dans 18 communes, dont 12 communes raccordées à un réseau d’as- sainissement long de 750 km, jalonnés de 57 sta- tions de relevage, les six autres communes bénéficiant d’un total de 542 puits individuels de traitement des eaux usées», ajoutant «dans sa deuxième phase, le projet a comporté la réalisa- tion de quatre stations de traitement des eaux usées des communes déjà raccordées au réseau d’assainissement collectif, implantées à Kouinine, hassani abdelkrim, sidi aoun et reguiba». «la troisième phase de l’opération a pris forme à travers l’évacuation horizontale et l’absorption de 22.000 m 3 /j des surplus d’eau en surface, né- cessitant, sur un réseau de 34 km, le fonçage de 51 puits profonds avec une capacité d’absorption de 348 l/s», a-t-il poursuivi, ajoutant que la qua- trième phase de ce mégaprojet assure le transfert des eaux d’assainissement sur 47 km vers l’exu- toire de Chott el-haloufa.

31 milliards de dinars pour deux mégaprojets de son côté, le directeur de l’assainissement de la wilaya d’el oued, M. Fatah djabali, nous ex- plique nous explique lors de la visite du projet que «la première tâche était d'installer un réseau d'as- sainissement de ces quatre communes d’el oued, robbah, Bayadha et Kouinine, et de construire une station d'épuration (step) de 250.000 équiva- lents/habitants». le réseau d'assainissement des quatre com- munes, selon M. djabali «s'étend sur une distance linéaire de 310 km avec 21 stations de pompage et de relevage», précisant que «la deuxième tranche, consiste en la mise en place d’un réseau d'assainissement des 8 communes dont guemmar, taghzout, debila, hassani abdelkrim, Magrane, hassi Khalifa, sidi aoun et reguiba, et de la réa- lisation de station d’épuration (step) ». aussi, «le réseau s’étend sur une distance linéaire de 440 ki- lomètres avec 36 stations de pompage et de rele-

vage. la deuxième tranche concerne aussi 6 autres com- munes qui sont ourmes, tri- faoui, nakhla, ogla, oued el alenda et Mih ouensa», a-t-il ajouté. dans ces communes, l'assainissement est autonome. parmi les dispositifs utilisés pour l'assainissement auto- nome dans le souf, on peut distinguer les fosses non étanches «traditionnelles», avec des parois en maçonne- rie, l'eau s'infiltrant par le fond après un séjour plus ou moins

long dans la fosse. les fosses non étanches «modernes», avec des parois préfa- briquées en béton, l’eau s’infiltrant par le fond comme avec les fosses «traditionnelles». de ce fait, «l’objectif principal de ces opéra- tions permettra une protection de la nappe phréa- tique contre la pollution et une protection des populations contre les maladies à transmission hy- drique et l’amélioration de leur cadre de vie», a déclaré M. djabali.

Une ressource humaine à la mesure du défi titanesque le précieux liquide récupéré et purifié est ré- généré pour être remis une seconde fois en «cir-

culation». Cette «résurrection», les habitants de cette région la doivent à l’ona qui vient d’ac- complir un exploit en domptant la nature rude et sauvage de cette région saharienne. l’herbe est à nouveau verte et les palmiers culminent. l’équipe de l’ona, a relevé ce défi titanesque,

et surtout réussi grâce aux compétences de ses ca-

dres et ingénieurs et à leur cohésion. ils sont fiers surtout d’être des pionniers dans ce domaine. C’est un véritable dispositif qui est mis en place.

a une « colonne vertébrale» viennent se greffer

des drains et des collecteurs servant à connecter

tout le réseau d’assainissement long de 300 km. les stations sont construites dans une architecture moderne et dotées d’équipements électroniques

de haute technologie.

l’eau collectée est, ensuite, dirigée vers une station d’épuration où s’effectue un «lagunage aéré» qui consiste à un recours à des moyens na- turels tels que la décantation dans des bassins de sable aidée parfois par l’absorption naturelle qu’opèrent les roseaux implantés. grâce au projet de lutte contre la remontée des eaux de oued souf, qui est un projet cohérent qui met en œuvre une multitude d’actions, il est désormais permis de traiter les causes directes de la remontée et d’apporter des solutions radicales à ce phénomène qui avait des conséquences écologiques et écono- miques désastreuses en milieu urbain et en zone agricoles. depuis la mise en service du projet,

opérée à partir de 2009, les résultats palpables ont été enregistrés, selon les responsables. on peut les constater notamment dans le rabattement dras- tique du niveau de la nappe phréatique à la faveur

de la réalisation du drainage vertical et la régéné-

ration de la palmeraie qui dépérissait suite à sub-

mersion par les remontées des eaux salines et polluées de la nappe et dans les ghouts. en outre, force est de remarquer la disparition systématique

des débordements d’eaux usées et des rejets d’as- sainissement qui se déversaient à ciel ouverts dans les centres urbains, créant des zones de stagnation d’eaux usées, qui constituent des foyers de prédi- lection pour la propagation des insectes et mouches, vecteur de pathologie graves (palu- disme, Mth). depuis, aucune maladie à trans- mission hydrique n’a été enregistrée, l’on nous signale même, le repeuplement de la zone humide

de Chott halloufa par la population avifaune (Fla-

mands roses). Que du bonheur ! S. O.

ghoul au salon international des transports a oran

Le recours au rail pour désengorger les routes

l e ministre des transports, amar ghoul, a souligné hier, à oran la nécessité d’encou- rager le recours au transport ferroviaire, un

moyen plus qu’inévitable face à l’augmentation vertigineuse du nombre de véhicules en circula- tion à travers le territoire national. animant un point de presse, en marge de l’ouverture du salon international des transports, le ministre a souligné que l’option pour le rail s’explique par les statis- tiques, indiquant qu’à l’horizon 2025 environ 20 millions de véhicules circuleront sur les routes du pays, sachant que chaque année, 600.000 nou- velles voitures s’ajoutent au parc national. a l’ho- rizon 2025, a-t-il estimé, la circulation routière deviendra invivable avec ses inévitables embou- teillages et la paralysie des axes routiers incapa- bles de prendre en charge tout ce flux. le ministre a fait part de l’option adoptée par les pouvoirs pu-

blics visant à encourager le recours au rail pour le transport des voyageurs et des marchandises. un programme à court terme porte sur la réalisation de 12.500 km de voies ferrées dans toutes les ré- gions du pays pour atténuer la tension sur les routes, a-t-il fait savoir à ce propos. le programme comporte également la réalisation de lignes mo- dernes électrifiées et le dédoublement de lignes actuelles pour réduire la tension sur les routes, désengorger la circulation causée par les véhicules particuliers et les camions de transport de mar- chandises. la vitesse des trains de voyageurs at- teindra les 220 km/heure et celle des trains de transport des marchandises sera de 120 km/h. des études ont été lancées en vue de créer des lignes, pour la période post-2025, sur lesquelles circule- ront des trains à grande vitesse, soit 350 km/h, a souligné le ministre, expliquant que l'option pour

le rail s’explique par l’indisponibilité des assiettes de terrain pour réaliser des routes supplémentaires. par ailleurs, les différents ports du pays dont celui d’oran, seront reliés aux ports secs par les lignes ferroviaires afin de faciliter le transport avec la possibilité d’étendre ces liaisons à certaines wi- layas en vue de réduire des accidents de la circu- lation causés par les camions sur les longues distances, a soutenu M. ghoul. dans ce cadre, le ministre a indiqué que le port d’oran sera relié di- rectement au port sec de Bethioua par voie ferro- viaire en vue d’améliorer son rendement et faciliter le transport des produits et marchandises. les pouvoirs publics privilégieront d’autres modes de transport urbain comme le métro et le tramway, a ajouté M. ghoul qui a fait état de la réalisation de tramways dans 20 wilayas du pays. dans ce contexte, il a rappelé la signature d’une

convention avec le secteur du textile national en vue de la confection de tenues vestimentaires uni- fiées à tous les personnels du secteur des trans- ports, selon les critères en vigueur mondialement. Concernant le transport maritime urbain et des ba- teaux-mouches, M. ghoul a souligné que son mi- nistère encourage ce genre d’initiatives. s’agissant des écoles de conduire, M. ghoul a assuré qu’au- cune école ne sera fermée actuellement mais il est demandé à leurs gérants d’adhérer efficacement au programme de modernisation. par contre, les nouvelles auto-écoles seront soumises à des normes et conditions strictes pour mieux maîtriser le secteur. le ministre a présidé, en compagnie du wali d’oran, à l’ouverture du salon internatio- nal des transports, logistique et mobilité auquel participent 100 exposants nationaux et étrangers venus de France, d’espagne et d’autriche.

Economie

12

EL MOUDJAHID

l’AuTOrOuTe DeS HAuTS PlATeAux SerA lANCée le 1 er Avril

Une réalisation 100 % algérienne

n Plus de 90 % des projets du quinquennat 2009/2014 lancés Nos entreprises nationales qui ont désormais acquis une expérience et un savoir-faire indéniables prendront donc tout naturellement en charge l’autoroute des Hauts Plateaux….

«L e quinquennat 2009/2014 a été lancé dans sa globalité et actuellement nous sommes en train de lancer les

derniers projets inscrits dans le programme telle que la pénétrante de Tizi-Ouzou-Bejaia vers l’autoroute est-Ouest». C’est ce qu’a indiqué hier, le ministre des Travaux publics, Farouk Chiali. intervenant sur les ondes de la radio nationale, il, a précisé que «plus de 90 % des projets du quinquennat 2009/2014, ont été déjà lancés». A une question de savoir si les tronçons restants seront livrés durant l’année 2014, il a souligné «qu’on a beaucoup parlé de ces derniers qui sont dans un mauvais état et qui totalisent un certain nombre de kilomètres, mais il est nécessaire de faire la comparaison entre ceux qui ont été confiés aux consortiums japonais et chinois d’un côté et ceux qui ont été réalisés auparavant et qui doivent être mis à niveau». Parce qu’à l’origine, l’autoroute est-Ouest, a-t-il dit «a été réalisé en deux étapes, et que le Président de la république a donné des instructions pour réaliser toutes les autoroutes en deux fois et en trois voies, ainsi que la nécessité de la mise à niveau de ces tronçons». Ces derniers seront réhabilités a-t-il fait savoir «avant la saison estivale ». Concernant l’enveloppe financière consacrée pour leur mise à niveau, il est estimé globalement a-t-il dit « à 20 milliards de di- nars ». S’agissant du la dégradation de certains tron-

çons au niveau de l’autoroute est Ouest, il a indiqué que «sur les 1.200 km, 927 km ont été confiés aux Japonais et aux Chinois, et que les dégradations que nous signalons n’ont rien à voir avec les tronçons lancés en 2006». il précisera que «la majorité des tronçons qui sont dans un état de détérioration sont ceux réalisés en dehors des Japonais et des Chi- nois». Concernant les raisons de l’effondrement du tunnel de Djebel el Ouahch, il a indiqué que «nous avons fait des sondages à partir de la montagne ce qui nous a permis de découvrir qu’il y a pas mal d’endroits vides dans le sol». Afin de stabiliser ces

mal d’endroits vides dans le sol». Afin de stabiliser ces tunnels a-t-il souligné «injecté du béton

tunnels a-t-il souligné «injecté du béton dans les vides», avant d’annoncer que «les deux tunnels sont complètement stabilisés et actuellement l’entreprise japonaise a repris les travaux du tunnel du côté Nord, en attendant le traitement des éboulements qui ont lieu du côté Sud. le ministre a fait savoir dans ce sens « qu’actuellement nous avons plus de 1.300 d’ouvrages d’art», et de rappeler que «nous en avons réalisé depuis une dizaine d’années pour 5 000 mil- liards de dinars». Ceci a permis a-t-il indiqué « de créer plusieurs postes d’emplois, 118.000 km de route, plus de 1.000 km d’autoroute, plus de 700 km de voies express ainsi que l’entretien de 178 000 km de routes ». il dira dans ce contexte que «ce budget conséquent a donné des résultats très importants».

D’ici 2019 : plus de 4 milliards de dinars consacrés au secteur des travaux publics il a relevé que « nous avons proposé pour les 5 années à venir (2014-2019) 4200 milliards de dinars qui vont être repartis comme suit : 4.000 milliards de dinars pour les routes, 250 milliards DA pour les ports, et 32 milliards de dinars pour les aéroports». S’agissant de l’autoroute des Hauts Plateaux, il a in-

diqué que nous sommes en train de constituer des groupes auxquels vont être confiés les tronçons de cette nouvelle autoroute. Nous avons environ 300 km qui ont été partagés en une dizaine de lots. les travaux des premiers tronçons seront lancés d’ici le 1 er avril prochain. Concernant les entreprises qui seront impliquées dans la réalisation de cette auto- route, il précisera que «selon les instructions du gou- vernement la priorité sera réservée aux entreprises nationales ». Tout en rassurant «qu’on a les capa- cités et les entreprises qui prendront en charge la réa- lisation de cette autoroute ». une trentaine d’entreprises nationales de catégorie 8 et 9 jugées capables de se constituer en groupement ont été re- censées », a-t-il ajouté. Ce qui fait qu’il n’y aurait probablement aucune entreprise étrangère n’interviendra» a-t-il fait savoir. le ministre n’a pas manqué de mettre l’accent sur les délais de réalisation, en indiquant «on va confier chaque tronçon d’une trentaine de kilomètres à chaque groupement et sa réalisation demande 30 mois». Ce qui fait a-t-il précisé que «si tous les groupes commencent leur travaux en même temps, l’autoroute des Hauts Plateaux sera achevée dans les 30 mois». il a rassuré dans ce contexte que sa réalisation sera moderne, avec l’intégration d’aires de repos et les infrastructures nécessaires. en ce qui concerne l’enveloppe financière qui sera consacrée

à ce projet du siècle, il a indiqué que «celle-ci est

estimée 700 milliards de dinars». D’autre part, à la question de savoir si le projet de l’autoroute qui de- vrait relier le Nord et le Sud du pays est en phase d’étude, l’invité de la rédaction a souligné que ce projet n’est pas à l’étude vu que les travaux ont été déjà entamés. Pour appuyer ses dires il a cité à titre d’exemple la rN1 et (la transsasaharienne) qui est en cours de réalisation ainsi que le dédoublement de la laghouat vers ghardaïa, etc Makhlouf Ait Ziane

THèMe Du 3 e FOruM DeS eNTrePreNeurS MAgHréBiNS à MArrAkeCH

L’intégration économique

l e 3 e Forum des entrepreneurs maghrébins placé sous le thème «l’intégration écono- mique : un pacte de prospérité partagé» a

débuté hier, à Marrakech (sud du Maroc) avec la participation des cinq organisations patronales des pays de l’union du Maghreb arabe (uMA) et de plusieurs acteurs économiques et institutionnels de la région. l’Algérie est présente à cette ren- contre de deux jours par une délégation de 27 per- sonnes, conduite par M. Boualem M’rakech, président de la Confédération algérienne du pa- tronat (CAP) représentant plusieurs secteurs dont l’industrie lourde, l’industrie manufacturière, BTP Hydraulique, l’agroalimentaire, tourisme et services, textiles et cuirs et peaux. les travaux de ce forum porteront sur diverses questions ayant trait à la relance de l’intégration économique ma- ghrébine qui seront discutées en sessions plé- nières et en ateliers thématiques. les sessions plénières seront axées sur «Combien coûte le non Maghreb ?», «Comment réussir l’intégration ré- gionale ? Benchmark et échange d’expériences», «investir dans un pays maghrébin autre que le sien: témoignages croisées d’entrepreneurs, et «Aperçu sur l’initiative maghrébine du commerce et de l’investissement. Dans les sessions théma-

tiques, les participants aborderont les sujets sui- vants : «Comment parachever la convergence douanière et réglementaire ?», «intégration lo- gistique : le nécessaire maillage pour la réussite du commerce», «quel marché du travail et quel dialogue social maghrébins», «Construire le Ma- ghreb de l’énergie» et «les services comme sup- port à l’intégration maghrébine». M. Boualem M’rakech, président de la CAP, présidera la séance sur «Combien coûte le non Maghreb ?» et fera une intervention à ce sujet tandis que Amar Takdjout de l’union générale des travailleurs al- gériens (ugTA) interviendra dans l’atelier ayant pour thème «quel marché du travail et quel dia- logue social maghrébins» et lakhdar Chouireb de la Sonalgaz et secrétaire général du Comité ma- ghrébin de l’électricité (Comelec) exposera dans la session thématique «Construire le Maghreb de l’énergie». Dans une déclaration à l’APS, M. M’rakech a indiqué que l’objectif de ce forum est d’approfondir les relations économiques au sein du Maghreb, soulignant que «la vision de la délégation algérienne est d’échanger tout ce qui est possible pour consolider l’avenir de notre ré- gion et par la même s’inscrire dans le progrès». «Nous espérons que les étapes seront fran-

chies de manière progressive afin de créer des fondements pérennes et durables», a-t-il indiqué en affirmant que «les autorités algériennes sou- tiennent toutes les initiatives allant dans ce sens et n’ont jamais été réfractaires à la construction du Maghreb dans son action économique en pleine harmonie». le 3 e Forum connaîtra, à l’ou- verture des travaux, la présence de plusieurs per- sonnalités dont Abdelilah Benkirane, chef du gouvernement marocain, M me Christine lagarde, directrice général du Fonds monétaire internatio- nal (FMi), Habib Benyahia, secrétaire général de l’uMA et Simon gray, directeur du département Maghreb au groupe de la Banque mondiale. le Forum est organisé par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CgeM), au nom de l’union maghrébine des employeurs (uMe). Créée le 17 février 2007 à Marrakech sous l’im- pulsion de l’uMA, l’uMe se compose outre la CAP, de la CgeM, du Conseil du patronat libyen (CPl), de l’union tunisienne de l’industrie, du commerce et de l’artisanat (uTiCA) et de la Confédération nationale du patronat mauritanien (CNPM). le premier Forum des entrepreneurs maghrébins s’est tenu en mai 2009 à Alger et le second en mai 2010 à Tunis.

Algérie-Mexique

Un nouvel élan à la coopération bilatérale

Annoncée en décembre de l’année dernière, une délégation économique composée d’hommes d’affaires rele-

vant des secteurs du bâtiment, de la pharmacie et de l’agro-industrie sé- journe depuis le 16 février dans notre pays. Prévue jusqu’au 19 du même mois, cette visite d’affaires qui devait aboutir sur des rencontres B to B, du- rant la journée d’hier, au siège du FCe constituera l’opportunité pour les deux parties pour donner un nou- vel élan à la coopération bilatérale. l’ambassadeur du Mexique en Algé- rie, M. Juan José gonzalez Mijares avait affiché dernièrement la volonté de son pays quant à renforcer davan- tage ses relations économiques avec l’Algérie, à travers notamment, la promotion des échanges commer- ciaux établis à 230 millions de dollars en 2012, et le montage de partenariats durables dans différents secteurs. et c’est justement dans l’objectif de per- mettre aux hommes d’affaires mexi- cains de mieux apprécier le potentiel du marché algérien en matière d’op- portunités de partenariat d’investisse- ment. Dores et déjà, les Mexicains s’intéressent au domaine des télécom- munications de par les bénéfices qu’il pourrait générer, ainsi que celui de la construction auquel les entreprises mexicaines accordent un intérêt par- ticulier, selon les propos de l’ambas- sadeur de ce pays dont les principaux produits importés par l’Algérie sont les légumes secs et le blé, alors que le gaz naturel constitue le produit essen- tiel exporté vers le Mexique par notre pays. lors d’une journée d’informa- tion sur les opportunités économiques et commerciales entre l’Algérie et le Mexique, organisée par le Chambre algérienne de commerce et d’indus- trie (CACi) en décembre 2013, M. José guillermo garcia-garza, repré- sentant du ministère mexicain de l’economie et également directeur de l’agence de promotion économique du Mexique (Promexico) pour l’Afrique du nord avait souligné la disponibilité de son pays à renforcer les relations économiques entre les deux parties, dans le domaine de la sous-traitance automobile, entre au- tres. Ce dernier avait affirmé que les secteurs du bâtiment, des travaux pu- blics et de l’agroalimentaire intéres- saient particulièrement les entreprises mexicaines. il y a lieu de souligner qu’une commission mixte sera consti- tuée au cours du deuxième semestre de 2014 en référence aux déclarations de l’ambassadeur du Mexique en Al- gérie, Juan José gonzalez Mijares. Selon les données du Cnis, les échanges commerciaux entre l’Algé- rie et le Mexique se sont établis à 227,37 millions de dollars en 2012 contre 307,61 millions de dollars en

2011.

D. Akila

P ublicité

Société Nationale de Génie Civil et Bâtiment gCB spa, Filiale du groupe SONATrACH au capital

Société Nationale de Génie Civil et Bâtiment gCB spa, Filiale du groupe SONATrACH au capital de 7 630 000 000 DA

Filiale du groupe SONATrACH au capital de 7 630 000 000 DA AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE DE

AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHÉ

GCB Spa, filiale Sonatrach, Direction Sud In-Aménas, NIS 098135020004840006, annonce que le marché relatif au gré à gré après consultation portant sur la sous-traitance de travaux de réalisation des bassins d’évaporation et des bassins de décantation est déclaré fructueux par la commission d’ouverture des plis en date du 04/02/2014. Le marché a été attribué à titre provisoire au soumissionnaire EURL GANDER d’un montant de 266 099 067.00 DA en TTC. Les soumissionnaires ont la possibilité d’introduire des recours dans la limite de cinq (05) jours à compter de la date de cette publication.

El Moudjahid/Pub

ANEP 9739 du 18/02/2014

MISE EN CONFORMITÉ DES STATUTS

Conformément à la loi n° 12-06 du 18 Safar 1433 correspondant au 12 janvier 2012, relative aux associations, notamment l’article 18 alinéa 2, il a été procédé à la mise en conformité des statuts de l’association « Comité Algérien de l’Énergie » dénommée CAE, enregistrée sous le numéro 42 du 04 juillet 1995

El Moudjahid/Pub

ANEP 200615 du 18/02/2014

Mardi 18 Février 2014

Economie

13

EL MOUDJAHID

PROFESSION D’EXPERT-COMPTABLE

Nette amélioration à la faveur du nouveau cadre juridique

Le président de l’Ordre national des experts-comptables, Akli Toudert, a affirmé que l’exercice de « la profession d’expert-comptable s’est nettement améliorée en Algérie notamment depuis 2010, année de promulgation de la nouvelle loi régissant la profession et d’adoption du système comptable et financier.»

«L a profession comptable a connu d’importantes ré- formes ces dernières an-

nées, notamment à travers la promulgation de la loi sur les pro- fessions d’expert-comptable, de commissaire aux comptes et de comptable agréé qui a défini claire- ment les missions et responsabilités assignées aux différents corps de cette catégorie (ordre national des experts-comptables, chambre natio- nale des commissaires aux comptes et organisation nationale des comp- tables agréés) », a indiqué M. Tou- dert dans une déclaration à l’APS. Cette activité a récemment connu une nouvelle dynamique qui s’est traduite par une forte affluence sur la formation en comptabilité, précise M. Toudert ajoutant que la réouverture des examens en octobre dernier après 12 années de blocage a facilité l’action des commissions d’agrément et de formation. Outre les 250 comptables acti- vant au niveau national, plus de 35 nouveaux postes ont été ouverts, a- t-il ajouté soulignant que les ex- perts-comptables, les commissaires aux comptes et les comptables agréés « bénéficieront d’une forma- tion pratique spécialisée les habili- tant à prétendre à des diplômes supérieurs dans le cadre des efforts consentis par les autorités publiques pour assurer l’avenir de la profes- sion sur la scène régionale et inter- nationale face à la concurrence ». La loi de 2010 a permis de préparer

à la concurrence ». La loi de 2010 a permis de préparer saires aux comptes situé

saires aux comptes situé à Tipasa sera fonctionnel durant le second se- mestre de l’année en cours, selon l’intervenant qui a précisé qu’un « concours d’accès national se dérou- lera chaque année pour accéder à l’une des deux formations dispen- sées par l’institut, à savoir une for- mation de trois ans pour les experts-comptables et d’une année pour les commissaires aux comptes. Les diplômés seront par la suite orientés pour travailler auprès d’ex- perts-comptables pour une durée d’une à deux années avant d’obtenir leur agrément du ministère des Fi- nances.»

un dossier portant contrôle de la qualité par l’Ordre en plus de l’éla- boration d’un guide de la profession de comptable. Dans ce contexte, M. Toudert a appelé les pouvoirs publics à concrétiser davantage la mise en œuvre de la loi sur les professions d’expert-comptable, de commissaire aux comptes et de comptable agréé, qui définit en son article 19 les pré- rogatives de ces trois professions, seules habilitées à dispenser de consultations socio-économiques et financières aux entreprises pu- bliques et aux investisseurs. L’institut national spécialisé des experts-comptables et des commis-

HABITAT

Rencontre sur les villes nouvelles

Le ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville organisera demain et jeudi prochains à Alger une rencontre sur les villes nou- velles, a indiqué hier un communi- qué du ministère. Cette rencontre, qui coïncide avec la journée natio- nale de la Ville, célébrée le 20 fé- vrier de chaque année, se tiendra sous l’égide des Nations unies au- tour du thème « villes nouvelles, en- jeux et défis », selon la même source. L’événement réunira un panel d’experts et de professionnels nationaux et internationaux de la ville pour partager et échanger les expériences et les bonnes pratiques en matière de conception, de réali-

les bonnes pratiques en matière de conception, de réali- sation et de management des villes nouvelles,

sation et de management des villes nouvelles, précise-t-on de même source. Il est également souligné, que ces échanges permettront d’ali- menter la réflexion en vue d’inscrire ces villes nouvelles dans une dyna- mique de développement durable, tant sur le plan économique que sur le plan environnemental et sociétal. Lors de cette rencontre, plusieurs ateliers seront organisés autour des « villes nouvelles, enjeux et défis face à la maîtrise de l’expansion ur- baine », « les nouvelles technologies au service des villes nouvelles dura- bles », « le management et le mar- keting des villes nouvelles », conclut le communiqué.

CHANGE

L’euro en hausse face au dollar lors des échanges asiatiques

L’euro poursuivait sa progression face au billet vert hier, profitant des signes d’un retour de la croissance en zone euro alors que le dollar conti- nuait à souffrir des indicateurs amé- ricains décevants publiés la semaine dernière. La monnaie européenne va- lait 1,3718 dollar, contre 1,3695 dol- lar vendredi soir. Elle reculait en revanche légèrement face à la devise nippone à 139,36 yens contre 139,42 yens vendredi soir, comme le dollar qui s’échangeait à 101,59 yens contre 101,81 yens vendredi. La monnaie européenne continuait à profiter des chiffres publiés en fin de semaine qui ont montré que la croissance s’était accélérée au quatrième trimestre dans la zone euro ressortissant légèrement au-dessus des attentes des analystes

légèrement au-dessus des attentes des analystes avec une progression de 0,3% du pro- duit intérieur brut

avec une progression de 0,3% du pro- duit intérieur brut (PIB). Selon les analystes, cette statistique positive brouille toutefois les perspectives des

cambistes quant à un éventuel nouvel assouplissement monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). De son côté, le dollar restait sous pression face à l’accumulation de données mitigées sur l’économie, im- putées en partie à l’hiver rigoureux que traversent les Etats-Unis. Le bil- let vert pâti également du fait que ce lundi est un jour férié aux Etats-Unis et que les cambistes ont été peu actifs en fin de semaine avant ce week-end de trois jours. La livre britannique montait face à l’euro à 81,69 pence pour un euro, comme face au dollar à 1,6792 dollar pour une livre. La de- vise helvétique montait légèrement face à l’euro à 1,2216 franc suisse pour un euro, ainsi que face au dollar, à 0,8905 franc suisse pour un dollar.

MASCARA

Exportation d’une première cargaison d’oignons rouges vers le Koweït

Une première cargaison de 200 quintaux d’oignons rouges, produits dans la wilaya de Mascara, ont été exportés début février vers le Koweït, a-t-on appris hier auprès du directeur de la chambre de commerce et d’in- dustrie Beni-Chougrane. La wilaya enregistre un essor qualitatif en ma- tière de production agricole et d’in- dustries agroalimentaires, couronné par le lancement de plusieurs entre- prises dans l’exportation, a indiqué M. Bouziane Benkhelifa, à l’ouver- ture d’un colloque régional sur le dé- veloppement des industries agroalimentaires à Mascara, initié en collaboration avec la faculté des Sciences et vie de l’université de Mascara. « Après l’exportation d’un premier chargement de 200 quintaux d’oignons rouges vers le Koweit, d’autres opérations du genre suivront en vertu d’une convention signée avec d’autres entreprises de ce pays du Golfe », a-t-il ajouté. Huit opéra- tions d’exportation ont été enregis- trées en 2013 vers plusieurs pays d’Europe, d’Asie et d’Afrique. Il s’agit de la pomme de terre, de pâtes alimentaires et du couscous, avec le concours de l’Etat et des autorités de wilaya. Pour sa part, M. Lakhdar Be- labid, doyen de la faculté des

Pour sa part, M. Lakhdar Be- labid, doyen de la faculté des sciences de la nature

sciences de la nature et vie, a indiqué que ce colloque auquel ont pris part des enseignants universitaires, des étudiants, des industriels et des pro- ducteurs, contribue à rapprocher l’université des chercheurs dans le domaine économique. L’université de Mascara dispose de cinq laboratoires ayant trait à l’industrie agroalimen- taire qui peuvent contribuer à déve- lopper de ce créneau dans la wilaya, a-t-on souligné. Des communications autour des thèmes « produits naturels sans additifs chimiques », « transfor- mation des produits agricoles » et « valorisation des plantes médici- nales », ont été animées à cette occa- sion.

AGROALIMENTAIRE

Lancement prochain d’un programme de coopération avec l’UE

Un nouveau programme de coopé- ration dans l’agroalimentaire, inscrit dans le cadre de l’accord d’associa- tion avec l’Union européenne (UE), sera lancé fin février en Algérie, a in- diqué hier Ali Ferrah, responsable à l’Institut national de la recherche agronomique d’Algérie (INRAA). Regroupant l’Algérie, le Maroc, la Tunisie, la France et l’Espagne, ce « nouveau projet baptisé ‘‘CINEA’’ qui porte sur le développement de l’innovation dans le domaine de l’agroalimentaire sera lancé vers la fin de ce mois », a-t-il déclaré à l’APS en marge de rencontres scientifiques et économiques organisées par l’IN- RAA. L’objectif principal de ce pro- gramme commun, financé à hauteur de 900.000 euros, est d’identifier les forces et faiblesses, les opportunités de l’innovation et de l’exploitation de la recherche dans le domaine agroali- mentaire dans les pays concernés. Il s’agit aussi de construire les compé- tences exigées et fournir l’assistance nécessaire pour améliorer cette inno- vation. Selon le même responsable, ce projet de coopération qui s’étalera sur 30 mois, sera un relais du projet Fa- wira, lancé en 2012. Ce dernier vise à renforcer les capacités de coopération internationale dans le domaine de la

Ph : Billal
Ph : Billal

recherche dédiée à l’agriculture, l’agronomie et les eaux en Algérie. Dans le cadre de CINEA, l’Algérie sera représentée par l’INRAA et l’Agence nationale de valorisation des résultats de la recherche et du déve- loppement technologique (ANVRE- DET). Les rencontres de l’INRAA lancées dimanche sont destinées aux PME du secteur de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de l’eau en Algé- rie avec pour but de concrétiser des partenariats internationaux sous forme de projets. Une fois identifiés et maturés, ces projets « vont être sou- mis à l’Union européenne avec les projets concurrents pour capter des sources de financement », avait ex- pliqué M. Ferrah.

PÉTROLE

Légère hausse sur les marchés européens

Les prix du pétrole montaient un peu hier en cours d’échanges euro- péens, aidés par des chiffres encoura- geants sur l’économie chinoise et par la poursuite de la vague de froid aux Etats-Unis. A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour livrai- son en avril valait 109,09 dollars en milieu de matinée, en hausse de 1 cent par rapport à la clôture de ven- dredi. A New York, le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en mars gagnait 44 cents à 100,74 dol- lars. Les investisseurs jugeaient encou- rageante pour la demande en brut la hausse des volumes du crédit en Chine qui ont atteint, selon la Banque centrale chinoise (PBOC), quelque 1.300 milliards de yuans (216 mds de

dollars) en janvier, soit 246,9 mil- liards de yuans de plus qu’il y a un an (+23,5%). Ces chiffres ont « dissipé pour le moment les craintes d’un ra- lentissement bien plus marqué qu’at- tendu (de la croissance) de l’économie chinoise », commentait un analyste chez Peregrine & Black. Par ailleurs, « les cours du WTI res- tent soutenus par une demande éner- gétique supérieure à la normale » aux Etats-Unis du fait de la vague de froid qui continue de frapper le pays, ob- servait de son côté une analyste chez Inenco. Le marché devrait tout de même rester sans grande direction ni vo- lume lundi en l’absence des investis- seurs américains en raison d’un jour férié aux Etats-Unis.

Mardi 18 Février 2014

Monde

15

EL MOUDJAHID

PRATIQUES BARBARES MAROCAINES CONTRE LES SAHRAOUIS

Abdelaziz appelle Ban Ki-moon à prendre des mesures urgentes

Le président sahraoui, Mohamed Abdelaziz, a adressé dimanche une lettre au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, dans laquelle il l'appelle à prendre des mesures urgentes contre l'occupant marocain pour «mettre fin» à ses pratiques «barbares» contre les manifestants sahraouis, rapporte l'agence de presse sahraouie (SPS).

L président Abdelaziz a

à "prendre les mesures

nécessaires contre l'occupant marocain pour mettre un terme aux pratiques barbares contre des civils dont le seul tort est d'avoir manifesté pa- cifiquement pour des droits légitimes consacrés par la charte et les résolutions des Nations unies". L'appel du président sahraoui intervient suite à "l'intervention bru- tale", samedi, contre plus de 80 manifestants sahraouis dans les villes occupées d'El- Ayoune et de Boujdour. "Le nombre élevé" des victimes de cette intervention reflète "la cruauté et la violence aveugle des forces d'occupa- tion marocaines contre les ci- vils sahraouis dont des enfants, des femmes et des personnes âgées, voire même des militants des droits de l'Homme". Il a ajouté dans le même contexte que "ces pra- tiques ne sont que le prolon-

appelé le SG de l'ONU

e

tiques ne sont que le prolon- appelé le SG de l'ONU e gement des crimes atroces

gement des crimes atroces perpétrés depuis l'occupation militaire du Sahara occidental le 31 octobre 1975, en té- moigne les fosses communes de civils sahraouis décou- vertes récemment". Pour le président sahraoui, "cette hos-

tilité croissante" affirme "l'ur- gence de répondre aux reven- dications justes et légitimes de ces manifestants paci- fiques, notamment "la protec- tion et le contrôle des droits de l'Homme" dans un terri- toire relevant de la responsa-

bilité directe des Nations unies dans l'attente du para- chèvement du processus de décolonisation du Sahara oc- cidental, dernière colonie en Afrique. Il a rappelé que les efforts de Christopher Ross, l'envoyé personnel du secré- taire général des Nations unies, sont "compromis par l'occupant marocain qui ne "cesse de violer le droit hu- manitaire international". Le président sahraoui a appelé par ailleurs le SG de l'ONU à intervenir pour la cessation du pillage des richesses du Sa- hara occidental, la destruction du mur de séparation et la li- bération des détenus sah- raouis de Gdeim Izik et tous les détenus politiques sah- raouis. La répression des ma- nifestants sahraouis dans les villes de Smara et d'El- Ayoune par les forces maro- caines ont fait plus de 80 victimes dont la majorité sont des enfants, des femmes et des personnes âgées.

CENTRAFRIQUE

Huit chefs anti-Balaka arrêtés

Huit chefs de la milice anti-Balaka, accusée de crimes atroces contre la mi- norité musulmane en Centrafrique, ont été arrêtés lors d'une opération de la force de l'Union africaine (Misca) et la force française (Sangaris), a-t-on indiqué lundi de source officielle. L'opération a été menée samedi dans le quartier Boy-Rabe dans le 4 e arrondis- sement de la capitale Bangui, fief des anti-Balaka. "Huit chefs des anti-Balakas ont été arrêtés, dont leur porte-parole le lieutenant Yvon Konaté. Nous avons une liste des personnes à arrêter, car, un man- dat d'arrêt a été lancé contre les auteurs des violences en Centrafrique", a confié le procureur de la République, Ghislain

Grésé nguet, cité par les médias. Environ 250 soldats ont participé à l'opération menée sur un large périmètre du quartier Boy Rabe, fief banguissois des milices anti-balaka, au cours de laquelle ils ont fouillé les maisons, à la recherche d'armes et de plusieurs personnalités. Le porte-parole des milices anti- Balakas, ainsi que plusieurs autres chefs de cette milice anti-Balaka à dominante chré- tienne, ont été arrêtés après des appels à déposer les armes de la présidente Cathe- rine Samba-Panza. La Centrafrique a sombré dans le chaos depuis le coup d'Etat en mars 2013 de Michel Djotodia, chef de l'ex-coali- tion rebelle Séléka qui a pris le pouvoir,

avant d'être contraint à la démission, le 10 janvier. Face aux rebelles de la Séléka, des milices locales d'autodéfense, issues des régions rurales à dominante chrétienne, se sont peu à peu formées : les anti-Ba- laka, littéralement "anti-machette", qui ont à leur tour semé la terreur dans Ban- gui et en province. Après le départ du président Djotodia, et le désarmement et le cantonnement des éléments de la Séléka menés par les soldats de Sangaris, les anti-Balaka s'en sont pris systématiquement à la minorité musulmane, multipliant lynchages et pil- lages, conduisant ONG et ONU à dénon- cer un nettoyage ethnique.

ATTENTAT CONTRE UN BUS TOURISTIQUE EN EGYPTE

Ban Ki-moon condamne

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a ferme- ment condamné dimanche l'at- tentat terroriste mortelle contre un bus touristique dans le sud du Sinaï, en Egypte, appelant à tra- duire les auteurs en justice. Un bus dans la ville de Taba, dans le sud du Sinaï, a été l'objet d'une attaque terroriste dimanche. Quatre personnes, dont trois touristes de République de Corée et un chauffeur égyptien, ont été tuées dans cette attaque et 15 au- tres blessés. Dans un communi- qué publié par le porte-parole de M. Ban, le chef de l'ONU "trans- met ses condoléances aux fa- milles des victimes et aux gouvernements d'Egypte et de République de Corée". Ce drame survient en pleine vague d'attentats qui ne visaient jusqu'alors que les forces de l'or- dre en Egypte depuis que l'ar- mée a destitué et arrêté le président élu Mohamed Morsi début juillet.

NUCLÉAIRE IRANIEN

«Les négociations avec le groupe des 5+1 ne mèneront nulle part»

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, ne s'oppose pas aux négocia- tions entre l'Iran et les grandes puissances dites du groupe 5+1 à propos du dossier nucléaire controversé de Téhéran, qui doi- vent reprendre mardi à Vienne, même si elles "ne mèneront nulle part", a-t-il dé- claré hier . "Certains responsables de l'ancien et de l'actuel gouvernement pensent que s'ils né- gocient dans l'affaire nucléaire le problème pourra être réglé, mais comme je l'ai éga- lement dit dans mon discours au début de l'année (mars 2013) je ne suis pas opti- miste à propos des négociations et elles ne mèneront nulle part mais je n'ai pas d'op- position", a déclaré M. Khamenei sur son site internet. Les négociations "commencées par le ministère des Affaires étrangères vont se poursuivre et l'Iran ne viole pas son enga- gement, mais je le dis dès maintenant, elles ne mèneront nulle part", a-t-il ajouté. Le numéro un iranien a fait cette déclaration alors que le chef de la diplomatie ira- nienne, Mohammad Javad Zarif, et les au- tres membres de la délégation iranienne sont arrivés à Vienne pour reprendre mardi les négociations avec le groupe 5+1 (Etats- Unis, Russie, Chine, France, Royaume- Uni et Allemagne) pour un accord définitif

France, Royaume- Uni et Allemagne) pour un accord définitif sur le dossier nucléaire. Un accord intéri-

sur le dossier nucléaire. Un accord intéri- maire de six mois, négocié entre les deux parties à la fin de l'année 2013, est entré en application le 20 janvier dernier pré- voyant le gel d'une partie des activités nu- cléaires iraniennes et la levée partielle des sanctions économiques par les Etats-Unis et les pays européens.

AFGHANISTAN

Quatre morts et trois blessés dans une fusillade

été tuées et trois autres

blessées lors d'un échange de tirs entre deux groupes armés dans la province de Wardak, dans l'est de l'Af-

ghanistan, ont indiqué hier les autorités locales. "Des partisans armés de la rébellion taliban et des mili- tants fidèles au groupe Hizb-e-Islami se sont affron- tés la nuit dernière dans la zone de Dadil du quartier de Nurkh dans la province de Wardak", a affirmé l'administration provinciale dans un communiqué. "Quatre insurgés talibans ont été tués et trois autres blessés", a-t-on précisé de même source. Dimanche, le ministère afghan de l'Intérieur a rapporté que 28

talibans avaient été abattus

menées ces derniers jours à travers le pays.

au cours d'opérations

Quatre

personnes

ont

DÉTOURNEMENT D'UN AVION D'ETHIOPIAN AIRLINES

Le pirate était le copilote

Le responsable du détournement d'un vol d'Ethio-

pian Airlines entre Addis et Rome, arrêté hier à Ge-

le porte-parole

l'aéroport, Bertrand Stampfli. Profitant de l'absence du pilote de la cabine, le copilote, àgé de 31 ans, a affirmé "se sentir menacé" dans son pays et a de- mandé l'asile politique à la Suisse, selon le porte-pa- role. Le pirate de l'air a détourné un Boeing 767-300 d'Ethiopian Airlines effectuant un vol Addis Abeba- Rome avant d'être arrêté lundi à Genève où l'avion

nève, était le

copilote,

a annoncé

a atterri, selon la police suisse, qui a précisé que la

situation était "maîtrisée". La police n'a pas fait état de victimes pendant le détournement. Selon Ethio- pian Airlines, tous les passagers et membres d'équi- page sont en sécurité à l'aéroport.

SYRIE

La Russie rejette les accusations américaines

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a rejeté hier les accusations de son homo- logue américain John Kerry selon lequel la Russie

avait empêché jusqu'à présent une issue négociée en

Syrie en soutenant le régime.

avons promis

rienne), nous l'avons fait", a déclaré Sergueï Lavrov. "Premièrement, nous travaillons chaque jour avec les autorités syriennes, et deuxièmement les chiffres montrent clairement que ce n'est pas le régime qui crée le plus de problèmes mais les terroristes et les groupes terroristes qui se sont multipliés dans toute la Syrie et qui n'obéissent à aucune structure poli- tique", a ajouté le ministre. Le secrétaire d'État amé- ricain, John Kerry, a accusé lundi la Russie d'avoir de facto favorisé "la surenchère" du président syrien, Bachar al-Assad, après l'échec des négociations de Genève destinées à mettre fin à trois ans d'un conflit meurtrier.

nous

que la crise sy-

"Tout ce

(pour un règlement de

FORMATION D'UN NOUVEAU GOUVERNEMENT AU LIBAN

Le Hezbollah appelle à lutter contre le terrorisme

Le chef du Hezbollah libanais, Hassan Nasrallah,

a salué la formation d'un nouveau gouvernement au

Liban, appelant ce dernier à lutter contre le terro-

risme dans

"Le terrorisme takfiri (extré-

misme) est une menace à la région toute entière. Il

est présent dans tous les pays de la région, et toutes les religions font l'objet de sa menace", a indiqué M. Nasrallah dans un discours diffusé dimanche soir sur

la chaîne télévisée "Al Manar". Plusieurs régions li-

banaises ont été ciblées par une série d'attaques ter-

roristes, notamment depuis que

annoncé en mai 2013 son soutien à l'armée régulière syrienne pour aider à mettre fin à la grave crise qui secoue la Syrie, faisant plus de 140.000 morts en près de trois ans, selon une ONG syrienne. Le Front al-Nosra et les Brigades Abdallah Azzam, tous deux

a

le pays.

le Hezbollah

affiliés au réseau terroriste Al-Qaïda, ont revendiqué plusieurs attentats à la voiture piégée qui ont frappé

la banlieue

de Beyrouth et la ville d'Hermel

(dans l'est du Liban). Le Liban s'est doté samedi d'un gouvernement de compromis après un blocage de

près d'un

an entre camps rivaux, exacerbé par le

conflit en Syrie voisine qui divise profondément le pays. Le gouvernement de 24 ministres présidé par Tammam Salam réunit pour la première fois depuis trois ans le camp du Hezbollah et le camp rival mené par l'ex-Premier ministre Saâd Hariri.

sud

Mardi 18 Février 2014

Société

16

EL MOUDJAHID

TRAVAIL FÉMININ

Quand renoncer à sa carrière devient nécessité

Elles ont renoncé à leur carrière, voire leur statut de femmes actives et même de cadres, pour se consacrer à leurs enfants et à leur foyer.

L a famille passe, pour elles, avant tout. C’est une ligne rouge à ne jamais franchir.

Tout paraît insignifiant quand il est question de famille. Aussi, aban- donner leur poste de travail n’est rien devant le défi qu’elles ont re- levé, à savoir se consacrer à ceux qu’elles chérissent. En effet, elles sont nombreuses, aujourd’hui, à opter pour cette résolution quand bien même elle serait douloureuse. Solder précocement un parcours professionnel très riche n’est pas toujours évident, mais les circons- tances ont tranché au profit de ce choix même s’il est dur de jeter le manche après la cognée. Avoir des enfants en bas âge est carrément incompatible, du moins pour ces dernières, avec la vie active. Ces femmes travailleuses qui ont cu- mulé de longues années dans des entreprises et établissements chan- gent de statut et épousent celui de femmes au foyer. Une nouvelle casquette avec laquelle elles s’ac- commoderont, bon gré, mal gré, en s’initiant à des activités lucratives qui leur permettront de ne pas trop

activités lucratives qui leur permettront de ne pas trop ressentir la «perte» de leur salaire ou

ressentir la «perte» de leur salaire ou tout simplement meubler leur temps. À chacune son occupation. Si certaines optent pour de la gym- nastique, des cours de cuisine, no- tamment des gâteaux, d’autres s’occupent autrement, joignant l’utile à l’agréable. La garde d’en- fants, la pâtisserie, les cours de soutien et bien d’autres créneaux attirent, ces femmes, venues fraî- chement renforcer le rang des per-

sonnes inactives. Elles se sont faites une réputation dans leurs quartiers et les quartiers avoisi- nants. Ces travaux domestiques, à vrai dire, ont été la planche de salut de beaucoup de femmes qui refusaient de tomber dans l’inertie. Aujourd’hui, ces mêmes femmes ont réussi à créer des occupations, chez elles, adaptées à leur statut de mère et qui tiennent compte aussi et surtout des penchants de cha-

cune. Aujourd’hui, grâce à ces pe- tites tâches, elles renouent avec la vie active, mais cette fois-ci sans y laisser des plumes, bien au contraire, elles sont gagnantes sur le plan psychologique et matériel. Qui a dit qu’être femmes au foyer veut dire être cloisonnée entre qua- tre murs ? Samia D.

INCENDIE À L’HÔPITAL D’IN-AMENAS :

Des dégâts matériels

Un incendie s’est déclaré hier après-midi à l’établissement public hospitalier d’In-Amenas, sans faire de victime, mais causant des dégâts ma- tériels, a-t-on appris auprès des services de la wi- laya d’Illizi. Le feu a d’abord pris dans une des chambres du célibatorium réservé à l’hébergement du personnel de l’hôpital, avant de se propager à l’ensemble du pavillon conçu en préfabriqué, ainsi qu’à une partie

du bloc réservé aux médecins. Les flammes se sont également étendues à la pharmacie et au magasin de stock de médicaments de l’hôpital, a-t-il ajouté. Les éléments de la pro- tection civile, appuyés par des citoyens résidant à proximité de l’hôpital, sont aussitôt intervenus pour circonscrire l’incendie, selon la même source qui ajoute qu'un court circuit électrique serait pro- bablement à l’origine du sinistre.

TLEMCEN

Des malfaiteurs se font passer pour des terroristes

Les éléments de la brigade de la Gendarmerie na- tionale d’El-Gor (Tlemcen) ont mis en échec une bande de dangereux malfaiteurs qui agissaient sous la casquette de faux terroristes et harcelaient les ci- toyens. Selon la cellule de communication de la GN, il a fallu plusieurs mois pour pouvoir mettre fin aux ac- tivités de ce réseau, composé de 4 individus, âgés de 30 et 56 ans, et menés par un mécanicien. Ces der- niers ont ciblé un vieil homme de 70 ans et l’ont me- nacé par téléphone de leur verser la bagatelle de 2 milliards de centimes comme droits de zakat. Les faux terroristes ne sont pas revenus à la charge rapi- dement, mais ils ont attendu quatre mois pour recon- tacter le concerné et le sommer de payer la rançon sous peine d’être assassiné. Mais on ignore si, entre- temps, les mis en cause se sont attaqués à d’autres victimes ; seule l’enquête le déterminera.Dans ce se-

P ublicité

cond appel, les bandits ont donné des instructions fermes au vieil homme. Il s’agit de récupérer un bout de papier qu’ils ont mis au niveau de la route natio- nale reliant Sidi Bel-Abbès et Tlemcen. Rapidement, et après avoir eu vent des visées des malfaiteurs, les gendarmes ont mis en place un plan pour intervenir. Sur place, ils ont récupéré une lettre de menace, mais aussi une cartouche d’armes à feu. L’enquête menée par les gendarmes a permis de met- tre la main d’abord sur le chef de la bande, originaire de Ras El-Ma (Sidi Bel-Abbès) avant d’interpeller ses complices qui résidaient à Sid Bel-Abbès et Tlemcen. Déférés devant la justice, les mis en cause, les quatre personnes, ont été placés sous mandat de dépôt, pour association de malfaiteurs et détention de munitions de guerre. S. A. M.

TRAFIC DE MONNAIE

Arrestationd’un ressortissant malien

Les gendarmes de la section de re- cherche d’Alger ont interpellé, la se- maine passée à Alger-Centre, un ressortissant malien de 34 ans impli- qué dans un trafic de monnaie. Les faits remontent à la semaine dernière lorsqu’un homme s’est présenté à la brigade de la GN pour signaler une es- croquerie dont il a été victime. Le mis en cause qui se trouve en Algérie en

situation régulière lui a remis en effet une boîte métallique contenant une somme en euros, et ce pour l'achat d'une parcelle de terre sise à Biskra, évaluée à 2,5 milliards de centimes. La boîte en question qui contenait une liasse de papiers ayant la forme de billets de banque, un tube renfermant un produit servant à la contrefaçon des billets de banque et deux billets de banque en coupure de 2.000 DA, fal- sifiés, a été remise par le mis en cause

à la victime qui a été arnaquée de la somme de 1.5 million de DA. Déférés

devant la justice, le mis en cause a été placé en détention provisoire pour faux et usage de faux de billets de banque, détention de matériel servant

à la contrefaçon de billets et escroque- rie.

S. A. M.

BLIDA

GENDARMERIE

NATIONALE

Une bande de trafiquants de carburants neutralisée

Une bande de trafiquants de carburants acti- vant entre les wilayas de Blida et de Tlemcen a été neutralisée recemment et ses éléments ar- rêtés par les services de la Gendarmerie natio- nale, a-t-on appris hier auprès de ce corps de sécurité. Les six trafiquants procédaient à l’achat de grandes quantités de gasoil (mazout), qu’ils dis- simulaient dans des bidons de peinture, d’es- sence simili et d’huile de lin et de divers détergents, afin de tromper la vigilance des ser- vices de sécurité, a indiqué le chef d’état-major du groupement territorial de la Gendarmerie nationale de Blida, le lieutenant-colonel Azil Nabil, lors d’une conférence de presse. Ces trafiquants transféraient ces quantités de carburants vers la localité de Bab El-Assa, dans la wilaya de Tlemcen, a t-il ajouté. 15.000 litres de mazout, trois fourgons de transport de marchandises et deux véhicules lé- gers avec une immatriculation identique et une somme de 310.000 DA, représentant les reve- nus de vente de ce produit, ont été saisis à l’is- sue de cette opération, a précisé la même source. Les mis en cause dans cette affaire cachaient le carburant au niveau de deux garages situés dans les communes de Soumaâ et Chiffa (Blida), ainsi que dans un 3 e garage situé au ni- veau de la localité de Bab El-Assa (Tlemcen), où un réservoir sous forme de puits était égale- ment découvert, a encore indiqué le lieutenant- colonel Azil.

Des trafiquants de drogue et des voleurs de bétail arrêtés

Deux bandes de malfaiteurs spécialisées dans le trafic de stupéfiants et le vol de bétail ont été démantelées depuis le début du mois de février par les services de la Gendarmerie na- tionale à Blida, a-t-on appris hier auprès de ce corps de sécurité. Les éléments de la Gendar- merie nationale ont neutralisé, le 8 février, une bande de trafiquants de stupéfiants composée de sept (7) personnes et saisi une quantité de plus de 13 kg de kif traité, suite à un appel sur le numéro vert 1055, a indiqué le chef d’état- major du groupement territorial de la Gendar- merie nationale de Blida, le lieutenant-colonel Azil Nabil, lors d’une conférence de presse. Les cinq éléments de cette bande ont été mis en détention préventive et les deux autres ont été placés sous contrôle judiciaire, a t-il précisé. Trois voleurs de bétail ont également été ar- rêtés, le 3 février, par les mêmes services, au

niveau de la localité d’Amroussa, dans la com- mune de Bouinan, à bord d’une camionnette, et avec en leur possession dix bêtes volées, a encore indiqué le lieutenant-colonel Azil Nabil. Les bêtes ont été restituées à leur propriétaire qui avait déposé une plainte auparavant, a-t-il

ajouté, précisant que les malfaiteurs, originaires des wilayas de Médéa et de Blida, ont été pré- sentés devant le tribunal de Boufarik. APS

Avis d’appel d’offres national ouvert ENPC

Filiale TRECY PLAST N°01/02/DG/2014

L’entreprise ENPC filiale TRECY PLAST Rouiba, lance un avis d’appel d’offres national ouvert relatif à la prestation de service pour le transport du personnel. Le cahier des charges peut être retiré contre paiement de la somme de 1.000 DA auprès de :

ENPC filiale TRECY PLAST BP 154, zone industrielle Rouiba

1 - Exigences techniques :

- Le soumissionnaire doit être titulaire d’une autorisation de transport ou d’une approbation de la partie concernée. - Les minibus destinés au transport du personnel doivent comporter 20 places.

- Les minibus destinés au transport du personnel doivent avoir une bonne maintenance.

El Moudjahid/Pub

2 - Destinations :

1. Rouiba - Dar El Beida - Bab Ezzouar - la Glacière - les Ateliers - Belouizdad

- l er Mai - Tafourah - Bab El Oued - Bouzaréah

2. Rouiba - Baraki - Ben Aouadi - Larbaa - Meftah

3. Rouiba - Meftah - Bab Ezzouar - Bachdjerrah - Eucalyptus (équipe des

agents de sécurité de 07h00 à 19h00)

4. Rouiba - Oued Smar - Belle vue - El Harrach - Eucalyptus - Chérarba

5. Rouiba - Reghaia - Ain Kahla - Heuraoua - Ain Taya - Tamentfoust - Kahouat

Chergui - Harraga. Le dernier délai de retrait du dossier de l’appel d’offres est fixé à 15 jours, à partir de la date de parution du présent avis, ce dernier tient lieu d’ invitation à l’opération d’ouverture des plis qui aura lieu à l’adresse citée ci-dessus, 30 jours après la date de parution.

ANEP 200594 du 18/02/2014

Mardi 18 Février 2014

Culture

17

EL MOUDJAHID

CONCERT DE MUSIQUE SYMPHONIQUE AU TNA

Voyage au firmament de la musique classique

Grandiose a été la soirée de dimanche au Théâtre national algérien (TNA) Mahieddine-Bachtarzi avec un concert de musique classique sous la baguette du maestro français Thomas Dubienko. Ce virtuose a dirigé avec brio l’Orchestre symphonique national (OSN) et ravi les mélomanes venus nombreux découvrir un florilège musical d’un trio des plus grands compositeurs de tous les temps, à savoir Mozart, Beethoven et Haydn.

S ous le patronage de Khalida Toumi, ministre de la Culture, et en collaboration avec la Direction

de la culture de la wilaya d’Oran, le

Théâtre national algérien et l’Institut

français d’Alger, l’Orchestre sympho- nique national a donné deux concerts di- rigés par le chef d’orchestre français Thomas Dubienko ; le premier samedi au Théâtre régional d’Oran, et le deuxième dimanche soir au Théâtre na- tional algérien (TNA). Une minute de silence a été observée de prime abord à la mémoire des victimes

du crash de l’avion militaire à Oum El

Bouaghi, et qui a reporté le concert d’Alger, prévu alors pour jeudi passé, à cause du deuil national. L’orchestre a fait son entrée en interpré- tant le célèbre opéra Don Juan de Wolf- gang Amadeus Mozart, suivi par un concerto pour violon et orchestre en ré majeur de l’Opéra 61 de Ludwig Van Beethoven avec trois mouvements : Al- legro manon troppo, larghetto et rondo (allégro), magnifié par le violoniste Alain Arias, pour enfin terminer en jouant la 104 e symphonie Londres de Joseph Haydn en ré majeur en quatre mouvements : adagio allégro, andante, menuetto allégro et enfin allégro spiri- toso. Moment fort du spectacle et incontesta- blement l’apogée de l’évasion dans un silence sidéral et une lumière tamisée de

l’ex-Opéra d’Alger, les performances du soliste violoniste français Alain Arias

qui

a interprété trois mouvements solo

de

Beethoven, avec d’autres solos des

plus grands compositeurs du XIX et

XX es siècles. Les acclamations assour-

dissantes de la foule retentissant des quatre coins de la salle et des trois bal-

Ph: Nacéra
Ph: Nacéra

cons étaient la meilleure réponse pour décrire la communion qu’a réussi à éta- blir ce jeune violoniste avec les mélo- manes. Le maestro français s’est dit surpris par l’osmose qui s’est produite avec l’or- chestre et le public. « C’est une surprise absolue, artistiquement, j’ai peu de mots pour qualifier l’orchestre, il est vraiment d’une qualité extraordinaire de récepti- vité, de chagrin et d’humanité. Si ça été une aventure artistique, ça été aussi une aventure humaine que je garderai au plus profond de mon cœur », a confié le chef d’orchestre à la fin du spectacle sous un tonnerre d’applaudissements. L’événement a été une bonne expé- rience pour l’Orchestre symphonique national pour côtoyer des virtuoses de grande renommé afin de se perfection- ner et explorer les mélodies univer-

selles, mais surtout pour faire valoir notre riche patrimoine musical comme c’était le cas à la fin de la soirée de di- manche lorsque l’orchestre a interprété, en apothéose, un morceau qui fait partie de l’identité culturelle de la capitale de l’Ouest algérien, à savoir Arssam Wah- ran de Houari Benchenet, dans une sub- tilité absolue, orné par un jeune percussionniste (derbouka) qui a donné la touche pittoresque de la saveur musicale oranaise à ce morceau joué en- tièrement par une dizaine de violons, d’altos, de cellos et de contrebasses. Des bouquets de fleurs ont été remis à la fin du spectacle par Abdelkader Bouazzara, directeur de l’OSN, aux mu- siciens en guise de remerciements pour cette fabuleuse soirée. Kader Bentounes

THOMAS DUBIENKO, CHEF D’ORCHESTRE :

« Un grand plaisir de se produire devant un public chaleureux et un orchestre réceptif »

Comment avez-vous trouvé le public algérois ?

C’est un public extrêmement chaleu- reux, très ouvert, vraiment réceptif, ça

été un bonheur de se produire sur Alger,

c’est des gens chaleureux, enthousiastes et accueillants, un séjour inoubliable.

Comment évaluez-vous les performances de l’Orchestre symphonique national ? Les musiciens avaient donné un

avant -gout à ça, ils étaient extrêmement réceptifs, ouverts, très attentifs, nous avons travaillé dans de très bonnes conditions. Humainement, c’était agréa-

ble et puis l’atmosphère à Oran était

d’une certaine qualité et à Alger d’une autre qualité, très subtile. C’est un or- chestre cosmopolite composé de cer- tains musiciens venus de Syrie, de Palestine et de Slovaquie. Ça prouve que c’est un orchestre professionnel et ouvert, et c’est ce qui compte pour faire de la bonne musique.

Comment le choix s’est porté sur le programme de cette soirée ? J’ai choisi un programme très exi- gent qui rentre dans les traditions de l’orchestre dans la mesure où l’orches-

tre a beaucoup jouer de répertoire ro-

mantique moderne, à partir de ce moment là, ce répertoire qui est moins joué ou encore joué d’une certaine façon, a demander un énorme travail à l’orchestre qui s’est adapté, on a senti le niveau qui montait après chaque répéti- tion et ça été agréable de travailler avec eux.

Ph: Nacéra
Ph: Nacéra

Vous avez adapté un morceau algérien à la fin du concert, comment cela s’est fait ? Lorsqu’on a eu le deuil national, les deux orchestres ont été inversés, c’était prévu de jouer ce morceau (Arssam Wahran de Houari Benchenat, ndlr) pour le public oranais ; en fait je n’ai pas adapté ce morceau, c’est le violoniste qu’il l’a arrangé, je pense qu’il faut ab- solument militer pour des choses pa- reilles. Dans les œuvres de Joseph Haydn par exemple, il y a des thèmes populaires, donc il faut arrêter de mettre la musique classique d’un côté et la mu- sique populaire d’un autre côté, et puis entre les deux, il y a une frontière

étanche. Ça n’existe pas cette logique. Si c’est bien fait, il faut s’emparer de toutes les mélodies de toutes les cultures et les faire cohabiter, c’est juste une question de talent, c’est tout.

Ça vous incite à faire d’autres partages musicaux en Algérie ? Je serai ravi de revenir en Algérie. Vraiment ce séjour a été un souvenir in- croyable, je suis émerveillé par ce pays. Dommage je n’ai pas eu le temps de le visiter comme j’aurais voulu le faire, ni Alger et Oran, mais au vu de l’accueil, je rêve d’y revenir un jour. Propos recueillis par K. B.

PARUTION DE KITAB EL KHATAÏA, PREMIER ROMAN DU JOURNALISTE SAÏD KHATIBI

Tabous transgressés

Saïd Khatibi, journaliste en exercice, signe Kitab el Khataïa (Le livre des péchés), son premier roman en langue arabe qui met en lumière les bouleversements sociaux en Algérie à travers le parcours affectif tumultueux d'une jeune femme issue d'un mi- lieu modeste. Ce livre de 130 pages, édité par l'Anep, ra- conte l'histoire de Kahina, une trentenaire rêveuse et tourmentée qui va transgres- ser des tabous de la société algérienne, comme les rela- tions sexuelles hors mariage, et connaître une série d'échecs amoureux. Divisé en trois parties, ce roman révèle le parcours chaotique de cette standar- diste à travers les récits croi- sés de deux narrateurs, Smaïl, un camarade d'enfance de Kahina, et l'héroïne elle- même. Présenté sous forme de confession, le récit de Ka- hina brosse également le por- trait des hommes qu'elle va connaître depuis le lycée et met en lumière les question- nements existentiels et identi- taires communs à ces jeunes gens qui ont quitté leurs pro- vinces pour vivre à Alger. Marquée par l'attitude de son père, un ancien émigré ins- tallé à Alger après avoir échoué à faire fortune en France et qui ne voulait pas avoir de filles, Kahina multi- pliera les rencontres comme

avoir de filles, Kahina multi- pliera les rencontres comme les déceptions sentimentales. Fiancée à Samir, qui

les déceptions sentimentales. Fiancée à Samir, qui cherche à tout prix à la changer pour la faire correspondre à son idéal féminin, Kahina se re- trouvera enceinte de Toufik, un journaliste cynique et égoïste qui finira par l'aban- donner à son sort. Malgré la gravité que représente ce "péché" aux yeux de la so- ciété algérienne, Kahina re- fusera d'avorter, surmontera les pulsions suicidaires qui la taraudent et assumera sa gros- sesse, défiant ainsi l'ordre éta- bli. Avec ce premier opus, le journaliste Saïd Khatibi s'ins- crit dans la mouvance de jeunes écrivains algériens ara- bophones qui privilégient les sujets de société aux ques- tionnements idéologiques et historiques de leurs aînés.

PROJET DE DOCUMENTAIRE CONSACRÉ À AHMED WAHBI

L’étape du casting

Un long métrage sur la vie de l’icône de la chanson oranaise, le défunt Ahmed Wahbi (1921-1993), est en cours de préparation. L’équipe chargée de ce tra- vail cinématographique se trouve depuis samedi à Oran pour choisir le comé- dien devant camper le rôle principal, a-t-on appris au- près du producteur de cette fiction, Salem Aït El Hadj. Le long métrage d’une durée de 90 minutes retra- cera la vie d'Ahmed Wahbi depuis sa naissance jusqu’à sa disparition. Trois person- nages, un enfant, un jeune et un vieux, incarneront les différentes étapes de la vie du chanteur. Toutefois, le film s’attar- dera sur la jeunesse du fon- dateur, avec Blaoui El Houari, du genre «asri», précise encore Salem Aït El Hadj. Une première partie du casting s’est déroulée à Alger les 25 et 26 janvier dernier suivie de la deuxième partie à Oran. L’équipe mettra, enfin, le cap sur Sidi Bel-Abbès. L’objectif est la distribution des trente rôles du film, dont huit seront incarnés par des femmes. L’histoire de cette œuvre, fiction, qui se penche de près sur le côté humain du chanteur oranais et ses rapports avec son en- tourage est l’œuvre de Mo- hamed Mourad Mouley El Meliani, alors que le scéna-

de Mo- hamed Mourad Mouley El Meliani, alors que le scéna- rio a été écrit par

rio a été écrit par le jeune scénariste Tarek Boughrara, indique le producteur. Pour la réalisation, aucun choix n’a été fait jusqu’à présent, précise Aït El Hadj, ajou- tant que les négociations sont en cours avec un ci- néaste égyptien et un autre algéro-français. Le tournage devra se faire à Alger, Oran, Tunis et Marseille, des villes où a vécu et séjourné le chan- teur. Ahmed Wahbi, de son vrai nom Ahmed Driche Tidjani, est doté d’une voix de velours majestueuse- ment grave, est considéré comme l’un des maîtres de la chanson oranaise. Ses œuvres comme Li fet met, Bakhta, Yamina, Hkem ya Rabi, Wahrane Wahrane restent immortelles et re- prises ensuite par d’autres chanteurs.

SS éé ll ee cc tt ii oo nn

D étente - T V

21

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla
Page animée par Mourad Bouchemla
Nº 3645 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I
Nº 3645 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I

Nº 3645

Nº 3645 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
Nº 3645 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II

Mots CROISÉS

Nº 3645 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I- Analyser. II-Usée par les vents-Rebelle en tête. III- Réceptacle-Grand bruit de casse. IV-Signe grahique-Chef de secte . V-Vagabondai-Dans l’eau . VI- Cri de surprise-Atomiseur. VII-Groupe maffieux-Forme d’être. VIII- Grande école-Fruit

exotique. IX- Femme de Zola-Nivelé. X- Dépoussiérer.

VERTICALEMENT

1- Hormone femelle.2- Résiodu de goudron-Grand vase à boire. 3- Soutient une statue-Très petit 4- Dans le bled-Cours de motos-Contracté. 5-Se rapporte à quelque chose. 6-Nu en terre-

Cirques. 7-Opération bancaire. 8- Récépissé-Assemblée. 9- Jupe tahitienne-Bière au pup. 10- Imaginer.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
O
B
S
E
R
V
E
R
V
2
E
R
O
D
E
E
E
P
I
3
S
A
C
F
R
A
C
A
S
4
T
I
L
D
E
G
U
R
U
5
R
E
R
R
A
I
E
A
6
O
A
E
R
O
S
O
H
L
7
G
A
N
G
E
T
E
I
8
E
N
A
A
N
N
A
S
A
N
A
A
E
L
E
9
N
G
A
E
P
O
U
S
S
E
T
E
R
10

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 O R A I
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
O
R
A
I
N
E
S
S
E
2
A
B
N
O
T
I
O
N
3
S
C
I
A
G
E
D
I
T
4
C
E
E
E
U
M
E
N
E
5
A
N
O
R
D
I
R
T
6
N
O
N
N
E
L
E
S
E
7
D
A
G
R
D
T
E
I
L
8
L
U
S
O
I
R
E
S
U
U
L
A
B
O
U
R
9
M
I
S
E
R
E
U
S
E
S
10
Mots FLÉCHÉS Nº 3645 DROITÀHÉRITIER —————————— DEUXANS CONJONCTION EN RABE
Mots FLÉCHÉS
Nº 3645
DROITÀHÉRITIER
——————————
DEUXANS
CONJONCTION
EN RABE
————————————
TYPÉ
————————
————————————
IDEÉ
MINÉRAL
COPULATIVE
———————————
ÉNONCÉ
———————————
GUÊPESOLITAIRE
DÉCOUPE DE TRONCS
————————————
EX. EUROPE
————————————
DOTÉ DE SABOTS
METTRE AU NORD
———————————
RELIGIEUSE
TRAÎTEMENT
————————————
EFFRAYÉ
————————————
MESURE DE BOIS
ORIGINE DU PROBLÉME
—————————————
FRUSTRE
—————————————
VÊTEMENT
ARGENT
BU
————————————
————————
EN ROND
————————————
PASELLE
POISSON
MALADIE DE LA VIGNE
—————————————
PERSONNEL
—————————————
COURTSCOURS
TROMPEURS
—————————————
DEUX EN TUTU
—————————————
TRÈSDÉMUNIES
TELDESMULES
———————————
TRAVAIL AU CHAMP
Nº 3645
Mot CACHÉ
Grille
3.
Inférieur
33. 15.Pactiser
Découpage
T
D
E
N
A
T
U
R
E
R
A
N
I
M
A
T
E
U
R
R
6.
Cocardier
34. Bateau-feu
22. Assommant
I
A
F
F
A
I
S
S
E
R
E
P
U
I
S
E
T
T
E
C
11. Rhinocéros
35. Entredeux
N
B
E
A
U
F
I
L
S
A
N
J
O
I
N
20. Vastement
T
U
R
E
O
12 . Bombardier
36. Ecervelée
F
S
O
M
N
I
F
E
R
E
C
O
N
T
U
M
A
C
E
C
23 Enamourer
13.
Rôtissoire
37. Imbriquer
E
S
R
R
N
S
P
A
C
T
I
S
E
R
P
R
E
E
E
A
24. Terrestre
R
O
E
R
O
A
S
S
O
M
M
A
N
T
E
E
R
I
L
R
14.
Minoration
38. Soufrage
T
25.
Bagagiste
I
R
I
I
I
V
A
S
T
E
M
E
N
T
T
E
H
B
D
16.
Tressauter
39. Devancer
E
E
D
O
T
E
N
A
M
O
U
R
E
R
P
U
F
P
I
I
17.
Sudorifère
40. Coupe-vent
27.
Influence
U
C
R
S
A
T
E
R
R
E
S
T
R
E
E
A
I
A
S
E
18.
Epigraphie
41. Battement
29.
Tendresse
R
O
A
S
R
B
A
G
A
G
I
S
T
E
C
S
R
R
S
R
19.
Admissible
42. Monoplace
30.
E
Emerillon
R
N
B
I
O
I
N
F
L
U
E
N
C
E
S
O
G
I
C
21.
Précepte
43. Afrikaans
O
I
M
T
N
T
E
N
D
R
E
S
S
E
R
E
D
I
M
O
1. Dénaturer
26.
Roussâtre
7. Beaufils
U
H
O
O
I
E
M
E
R
I
L
L
O
N
P
R
U
P
D
U
2. Animateur
28.
Couvre-lit
8. Jointure
S
R
B
R
M
A
G
R
A
N
D
D
U
C
R
T
S
E
A
V
9. 4. Affaisser
S
M
A
R
A
S
Q
U
I
N
D
E
C
O
U
P
A
G
E
R
31.
Grand-duc
Somnifère
A
B
A
T
E
A
U
F
E
U
E
N
T
R
E
D
E
U
X
E
32.
Marasquin
10. Contumace
5. Epuisette
T
E
C
E
R
V
E
L
E
E
I
M
B
R
I
Q
U
E
R
L
CLAIRE
R
S
O
U
F
R
A
G
E
E
N
D
E
V
A
N
C
E
R
I
E
C
O
U
P
E
V
E
N
T
B
A
T
T
E
M
E
N
T
T
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: THROMBOPENIE
T
M
O
N
O
P
L
A
C
E
A
F
R
I
K
A
A
N
S
E
T M O N O P L A C E A F R I K A
T M O N O P L A C E A F R I K A
T M O N O P L A C E A F R I K A
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n
A C E A F R I K A A N S E T é l
A C E A F R I K A A N S E T é l

MARDI

08h00 : Bonjour d'Algérie (direct) 09h30 : Wahiba (08) rediff 10h05 : El ilm bayna yedaik (34) 10h30 : Matar el moughamarate (22) 11h00 : Questions d'actu ''rediff' 12h00 : Journal en français+météo 12h25 : Yaoumiyate moudarisse (13) 13h50 : Min barari el cherq (11) 14h35 : Assrar el madhi (12) 15h30 : JSK/MCO ''direct'' 1/4 de finale de la coupe d'algérie 18h00 : Journal en Amazigh 18h25 : Waqai'e (09) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Algérie mémoire et miroir 20h00 : Journal en Arabe 20h45 : Paroles de femmes ''le divorce'' 22h15 : LANTERNA MAGICA 23h00 : Expression livre

15h30
15h30

FOOTBALL : Coupe d’Algérie 2014(Quarts de finale)

JS Kabylie vs MC Oran (direct)

Une belle affiche est offerte au public amateur de la balle ronde aujourd’hui avec la rencontre qui opposera l’équipe de la JS Kabylie au MC Oran au stade du 1 er -Novembre à Tizi-Ouzou, et ce pour le compte des quarts de finale de la coupe d’Algérie 2014.

compte des quarts de finale de la coupe d’Algérie 2014. EXPRESSION LIVRE Réalisée par Nylda OUZIALA

EXPRESSION LIVRE

Réalisée par Nylda OUZIALA Émission proposée par Youssef SAIAH

Une émission consacrée exclusivement à la littérature, aux auteurs algériens. L’objectif de celle-ci est de faire connaître à un large public tant Algérien qu’émigré que la littérature Algérienne non seulement se porte bien, mais que l’édition, la diffusion sont en net progrès ces dernières années.

23h00
23h00

Mardi 18 Février 2014

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du mardi 18 Rabie Thani 1435 correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 18 Rabie Thani 1435
correspondant au 18 février
2014 :
- Dohr
13h02
- Asr
16h06
- Maghreb
18h34
- Icha……
……
19h53
Mercredi 19 RabieThani 1435
correspondant au 19 février 2014 :
- Fedjr 06h05
- Chourouk
07h32

Offre d’emploi

Société cherche ingénieur en génie climatique. Envoyer CV au : 021

72.34.31

El Moudjahid/Pub du 18/02/2014

Echange/vente

Particulier échange ou vend F3 neuf, 74 m 2 , situé à Dely Ibrahim, les Grands- Vents. Contacter le : 0774 62.43.24

El Moudjahid/Pub du 18/02/2014

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal oulmane — Achour Cheurfi
DIRECtIoN GENERAlE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECtIoN DE lA REDACtIoN
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIoNAUX
CoNStANtINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRDJ BoU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEl-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tIZI oUZoU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tlEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENtRE AIN-DEFlA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlICItE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNEMENtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
CoMPtES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSIoN
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSIoN
Centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
Est : SARl “SoDIPRESSE” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SDPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tDS”
tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

CONDOLÉANCES

Le Directeur Général et l'ensemble du personnel de l'Etablissement National de la Navigation Aérienne, ayant appris avec consternation et affliction le crash de l'avion militaire, présentent aux familles et proches des victimes leurs condoléances les plus attristées et les assurent de leur compassion en cette pénible épreuve, tout en priant Dieu le Tout-Puissant de les recevoir en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub

ANEP 107086 du 18/02/2014

VEILLÉE du 3 e JOUR

La famille Bouzada, les parents et alliés ont l'immense douleur de faire part du décès du colonel

Bouzada Mohamed dit Hamou

survenu à l'âge de 84 ans. L'enterrement a eu lieu dimanche 16/02/2014. La veillée du 3 e jour aura lieu aujourd’hui, mardi 18/02/2014, au domicile familial, sis route de Dar El-Alia, Bouzaréah. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub 18/02/2014

CONDOLÉANCES

CONDOLÉANCES

CONDOLÉANCES Le Directeur Général de l’entreprise Portuaire de Djen- Djen, les cadres dirigeants, le Comité de
CONDOLÉANCES Le Directeur Général de l’entreprise Portuaire de Djen- Djen, les cadres dirigeants, le Comité de

Le Directeur Général de l’entreprise Portuaire de Djen- Djen, les cadres dirigeants, le Comité de Participation, la section syndicale et l’ensemble des travailleurs de l’Entreprise Portuaire de Djen-Djen, ayant appris le décès du père de Monsieur KORICHE Noureddine, Directeur des Opérations Portuaires/Renault Algérie, présentent à toute la famille, parent et alliés, leurs sincères condoléances et les assurent en cette douloureuse circonstance de leur profonde sympathie. Qu’Allah accorde au défunt Sa Clémence et Sa Miséricorde et l’accueille dans Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub

ANEP 9730 du 18/02/2014

Centre d’Etudes et de Réalisations en Urbanisme (URBA. SETIF) Zone Industrielle BP 55 Sétif 19000

Centre d’Etudes et de Réalisations en Urbanisme (URBA. SETIF)

Zone Industrielle BP 55 Sétif 19000 NIF : 0983 190 100 423 49 N.R.C N°98B082253

Avis d’infructuosité

L’URBA. SETIF informe l’ensem- ble des soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres national n°11/2013, paru dans les journaux El Moudjahid et Ennahar des 13 et 18 novembre 2013 relatif aux «TRAVAUX D’AMENAGEMENT DU SIEGE DE L’URBASE A SETIF» qu’à l’issue de l’évaluation des offres, la soumission est déclarée infruc- tueuse par la commission d’évalua- tion des offres.

El Moudjahid/Pub

ANEP 9735 du 18/02/2014

CONDOLÉANCES

Le Président-Directeur Général du Groupe COSIDER, les cadres dirigeants et l'ensemble du personnel du groupe, très affectés par le décès de la mère de Monsieur Azzedine RAHAL, Directeur Contrôle de Gestion de la Filiale COSIDER Canalisations, lui présentent leurs sincères condoléances et l'assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant accueille la défunte en Son Vaste Paradis et lui accorde Sa Miséricorde. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons. »

El Moudjahid/Pub

ANEP 107059 du 18/02/2014

MlNISTERE DES RESSOURCES EN EAU

AGENCE NATIONALE DES BARRAGES ET TRANSFERTS COMITE DE PARTICIPATION

AVIS D'INFRUCTUOSITÉ DE L’AVIS D’APPEL D’OFFRES

Conformément au décret présidentiel n° 10/236 du 07/10/2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, les œuvres sociales du Comité de participation de l'Agence Nationale des Barrages et Transferts informe les soumissionnaires de l’infructuosité du deuxième avis d'appel d'offres national n° 03/2013 du 28/11/2013 relatif à la sélection d'Agences Touristiques Nationales agréées pour l'organisation de la omra, au profit des travailleurs de l'Agence Nationale des Barrages et Transferts, en raison de la non-conformité des offres aux exigences du cahier des charges.

El Moudjahid/Pub

ANEP 106966 du 18/02/2014

Mardi 18 Février 2014

Sports

30

EL MOUDJAHID

ATHLÉTISME
ATHLÉTISME

LA CHAMPIONNE D’ALGÉRIE DE CROSS COUNTRY AMINA BETTICHE

« Notre tactique a été payante »

La championne d’Algérie de cross-country, qui s’est déroulé samedi dernier à Tazoult (Batna), Amina Bettiche, revient dans cet entretien sur sa victoire, sa préparation et notamment sur la tactique payante qu’elle a adoptée avec son coach Mohamed Salem pour damer le pion à Souad Aït Salem, la super favorite pour le sacre final.

Comment s’est faite votre préparation cette saison ? J’ai entamé ma préparation avec l’équipe nationale au premier stage à Batna avant d’enchaîner avec une autre mise au vert chez moi à Ras El Oued, et depuis, sans le crier fort, j’ai continué ma préparation avec l’ob- jectif de remporter le championnat national de cross car j’occupais toujours la 2ème ou la 3ème place.

Est-ce que le cross-country est votre objectif cette saison ? Non pas du tout. C’est un objectif inter- médiaire, car notre but principal reste cette année le championnat d’Afrique du 3000 m steeple prévu cet été à Marrakech au Maroc.

Pour gagner le cross national, comment avez-vous travaillé ? On a tracé un programme devant me per- mettre d’arriver au top au national, et c’est pour cela que je n’avais couru que trois cross dont le premier a été celui de Marseille en France où je suis entrée à la 4ème place alors que Kenza Dahmani avait occupé la seconde position. Après, j’ai suivi ma préparation ponctuée par une participation au cross du Mans où, sans rythme, je suis entrée en 8ème position loin derrière Souad Aït Salem qui s’était in- tercalée en 3ème place. Par la suite, j’ai continué mon travail spécifique tout en inté- grant le régional cross dans mon pro- gramme. La semaine d’avant le national, j’ai

beaucoup récupéré pour être prête le jour du national.

Sur la ligne de départ, vous

paraissiez nerveuse et anxieuse ?

Pas du tout. Croyez-moi,

j’étais plus

calme, à l’aise et sans le moindre stress.

Comment avez-vous géré votre course ? Je reconnais que le début de la course sur le 8 km a été très difficile pour moi ; j’ai peiné à suivre le rythme très rapide imposé par Aït Salem, et contrairement à ses habitudes, elle a voulu prendre une avance de plus de 500 m pour terminer à l’aise car elle sait que je suis plus forte au finish. Cette allure m’a fatiguée et même épuisée et dès le second tour Souad a réussi à prendre près de 100 m sur moi et 60 m sur Drici. Je me sentais lourde et très fatiguée et au bout de 2 km j’ai même songé à abandonner tant je n’arrivais pas à suivre.

Quel a été l’apport de votre entraîneur ? Mon coach Mohamed Salem qui croyait en ma victoire s’est approché de moi pour me crier « courage tu n’as pas encore perdu la course, tiens bon et reprend tes forces ». Ces mots ainsi que les encouragements du public m’ont comme donné du tonus et j’ai commencé à reprendre petit à petit confiance ainsi que mes capacités au fil des mètres. Devant, je voyais Drici se rapprocher de moi et perdre de son allure, quelques mètres plus loin je la devance et j’ai réalisé que même

plus loin je la devance et j’ai réalisé que même Souad avait perdu de sa cadence

Souad avait perdu de sa cadence et n’avait plus les foulées du départ. Vite je reviens à son niveau à 1500 m de l’arrivée. On est res- tées côte à côte près de 500 m avant que je décide une dernière accélération salutaire

qui m’a permis d’arracher mon 1er titre de championne d’Algérie de cross-country.

En quoi consistait votre tactique ? Au départ, je pensais que Ait Salem, qui n’est pas forte sur le finish, allait se préserver durant les 2 premiers km pour attaquer dans la seconde partie de la course pour prendre de l’avance et éviter mon retour vers la fin de l’épreuve où je suis plus forte. Mais, à ma surprise, elle a attaqué dès le départ mais elle n’a pas pu tenir longtemps et a flanché dans les derniers 2000 m.

Après ce titre, quel est votre programme ? « Après un repos actif de quatre jours chez moi, je reprends ma préparation avec un stage au sein de la sélection nationale à Tiaret avant de participer éventuellement au championnat national hivernal. Mais je ne suis pas certaine d’y participer, car mon pro- gramme final sera arrêté en fonction de cer- taines données que je garde pour moi. Mais je peux dire que si je bénéficierais de l’aide nécessaire, je compte participer aux mee- tings de Rabat au Maroc, de Doha au Qatar et d’Alger.

Quel est votre objectif dans ces meetings ? Avec l’aide de Dieu, je compte améliorer ma performance personnelle sur le 3.000 m steeple et pourquoi pas battre le record d’Al- gérie.

Entretien réalisé par Moumouh Ghyles

SUITE AUX ACCUSATIONS PORTÉES À SON ÉGARD PAR TROIS MEMBRES DE L’AG DE LA FÉDÉRATION DE GOLF

Le SG de la FAG M.Yekhlef réplique

Dans notre édition précé- dente, trois membres de l’assem- blée générale de la Fédération Algérienne de Golf, en l’occur- rence M. Djoudi Nourredine, M. Bouzid Abderrahmane et M. Rezig Yahia sont revenus sur la préparation et le déroulement de l’AG Elective de la FAG, accu- sant le secrétaire général M. Youssef Yekhlef de magouille. Ils contestent par la même la légiti- mité de cette AGE. Ce dernier réplique en apportant, dans cet entretien, des précisions sur les faits qui lui sont reprochés.

Sur ces mêmes colonnes trois membres de l’AG de la FAG, à savoir M. Djoudi, M. Bouzid et M. Rezig contestent la légitimité de l’Assemblée générale élective de votre fédération et vous accu- sent de magouille. Peut-on avoir votre version sur les faits que l’on vous reproche ? Nous sommes dans un pays de démocratie. Ils ont le droit de contester ce qu’ils veulent, à condition d’apporter les preuves concrètes de ce qu’ils avancent. Pour ma part, je dirais que c’est un tissu de mensonges monté de toutes pièces par de mauvais per- dants. Lorsqu’on parle de légitimité on doit se référer à la réglementa- tion en vigueur. Il se trouve, juste- ment que les statuts de la FAG ont été mis en conformité par l’ancien bureau dont faisaient justement partie M. Djoudi et M. Bouzid et amendés par l’assemblée générale de la fédération. Par la même, il a été procédé au changement du mode de scrutin avec l’approba- tion de l’AG. Le nouveau mode de vote consiste à élire une liste au

lieu d’une candidature indivi- duelle pour la présidence et les membres du bureau. Il se trouve que le jour des élections nous avons été confrontés a une situa- tion qui n’a pas été prévue par la réglementation. On s’est retrouvé avec une seule liste de candida- tures qui ne faisait pas l’unanimité avec dix voix pour et dix voix contre. Nous avons alors soumis le problème aux membres de l’as- semblée générale, en présence des observateurs du MJS, qui n’ont pas voulu se prononcer par rapport à cette question. En ma qualité de secrétaire, j’ai donc saisi le minis- tère pour leur faire part du di- lemme. La commission des recours au niveau du MJS a ainsi décidé de se prononcer en faveur de la seule liste en course pour ce scrutin. Je ne vois pas où est l’il- légitimité dans cette histoire. Il s’agit de vide juridique dans les textes qu’eux-mêmes ont rédigés. La tutelle a tranché.

On vous reproche, aussi, de ne pas avoir respecté la réglementa- tion en vigueur. Qu’en est-il au juste ? C’est tout à fait le contraire. La réglementation a été, justement, respectée à la lettre. Ce que ces messieurs revendiquent n’a aucun sens. On reproche à la commission de candidature d’avoir exclu M. Nabil Lahoubi tête d’une liste au scrutin. Il faut savoir que ce mon- sieur portait deux casquettes. Il était DEN (membre de l’AG ès- qualité) et représentant mandaté par son club, l’US El-Biar, à l’AG. Sa candidature a été rejetée, selon la réglementation en vigueur, pour cumul de mandats. On dit que j’étais président de la commission

mandats. On dit que j’étais président de la commission de candidature et président de la commission

de candidature et président de la commission des recours. C’est tout à fait faux. Je figurais en effet dans les deux commissions en question, mais en qualité de secré- taire seulement. M. Bengalouz Fa- rouk présidait la commission des recours, tandis que M. Sallah Zar- zour devait présider la commis- sion électorale. Cependant, on s’est rendu compte que le mandat de ce der- nier avait expiré le jour de l’as- semblée générale ordinaire et n’était plus considéré comme membre de l’AG. N’ayant plus le droit d’assister à l’assemblée gé- nérale élective, il a été remplacé par le second candidat à la tête de cette commission, en l’occurrence madame S. Fatiha. Je tiens d’ail- leurs à apporter une précision, la commission des recours n’a enre- gistré qu’une contestation. Il s’agissait du cas de M. Lahoub

qui, d’ailleurs n’a pas apporté de justificatif prouvant son désiste- ment de l’un de ses deux mandats.

Ces mêmes contestataires

vous incombent l’exclusion, in- juste selon eux, de certains mem- bres de cette AGE. Pouvez-vous nous éclairer sur la question ? L’ancien bureau fédéral, dont faisait partie M. Djoudi (prési- dent) et M. Bouzid, a exclu des membres pour diverses raisons, à l’époque. Ils les ont remplacés par d’autres membres de l’AG. Cependant, cette opération ne s’est pas faite dans le respect des textes. Selon la réglementation, on doit puiser dans la liste des sup- pléants pour remplacer un mem- bre du bureau. Ceci n’a pas pu se faire dans la mesure où la liste des suppléants n’existait pas. D’autre part, les responsables de l’époque n’ont pas jugé utile de soumettre à l’assemblée générale cette opération de remplacement de quatre membres. Le ministère de la Jeunesse et des Sports nous

a d’ailleurs reproché cela. Voilà

les raisons de l’exclusion des per- sonnes dont ils parlent. A en croire ces personnes, j’avais le super- pouvoir de diriger

à ma guise l’AGE et d’influencer

le scrutin. Il n’en est rien. L’as- semblée générale élective s’est dé- roulée dans le respect des textes et sous l’œil vigilant des experts du MJS, présents ce jour-là. De même que la préparation de cette AGE. J’ai relevé dix men- songes graves dans les propos des trois personnes en question. Je peux apporter les preuves concrètes quant à ces fausses accusations. Entretien réalisé par Rédha Maouche

VOLLEY-BALL

QUALIFICATION (TOURNOI DAMES D'ALGER)

Conférence de presse du comité d'organisation

Le tournoi africain "dames" de volley-ball prévu à Alger du 23 février au 1er mars à la salle Har- cha-Hacène, et qualificatif à la Coupe du Monde, sera au menu d'une conférence de presse mardi (11h00) à la salle des conférences de l'Office du Complexe Olym- pique (OCO). La conférence de presse, orga- nisée par l'Organisation nationale des journalistes sportifs algériens (ONJSA) dans le cadre du "Forum de la presse sportive", portera, entre autres, sur l'état d'avancement des préparatifs pour le tournoi africain, et sur les ob- jectifs de l'équipe nationale algé- rienne. Outre le président de la Fédé- ration algérienne de volley-ball (FAVB), Okba Gougam, seront

présents à la conférence le nouvel entraîneur de la sélection fémi- nine algérienne l'Italien François Salvagni, la capitaine d'équipe et des membres du comité d'organi-

sation. Le tournoi d'Alger qu'abri- tera la salle Harcha-Hacène (Alger), regroupera sept nations : l'Algérie, l'Egypte, le Cameroun, le Botswana, la RD Congo, le Ni- geria et le Ghana. Ces sélections se disputeront en une seule poule, le seul ticket mis en jeu pour le prochain Mon- dial d'Italie. L'opération accréditation des organes de presse pour la couver- ture de ce tournoi qualificatif, a débuté dimanche à la salle Harcha (Alger).

Sports

EL MOUDJAHID

31

COUpe d’alGerie (1/4 de Finale)

JSK-MCO en tête d’affiche

Ce tour des quarts de finale de la Coupe d’Algérie sera très disputé avec la présence de cinq locataires de la Ligue. Des équipes comme la JSK, le MCO, le MCA, le CRBAF, le CSC sont décidées à poursuivre leur aventure jusqu’au bout.

D’ où les difficultés qui les attendent dès aujourd’hui. Une équipe de la ligue au moins quittera ces quarts

de finale à cause du fait que deux pension- naires de la ligue1 seront appelés à croiser le fer au stade du 1 er novembre de tizi Ouzou. en effet, la jsK aura face à elle une équipe du MC Oran vraiment pas au mieux de sa forme comme l’atteste son dernier ré- sultat contre son adversaire du jour, à Oran, dans le cadre de la 19 e journée de ligue1. les deux équipes ont fait match nul sur le score de 0à0. Cette fois-ci, les Canaris ne vont pas lais- ser passer cette occasion d’accéder aux demi- finales de la coupe d’algérie. ils profiteront de la venue des Oranais pour tenter d’assurer la qualification et faire plaisir à leurs suppor- ters qui sont de plus en plus exigeants. Ce se- rait aussi une façon de faire « tomber » la pression qui sévit actuellement au sein du club, surtout avec les rumeurs sur la démis- sion d’azzedine aït djoudi avant que cette information ne soit démentie par la suite. toutefois, un match de championnat ne res- semble aucunement à celui de coupe. les motivations diffèrent énormément. par conséquent, la plupart des regards seront rivés sur le stade de tizi-Ouzou. a bologhine, le choc jsM Chéraga et le Cs Constantine promet énormément. il op- pose une équipe du championnat national amateur contre une équipe de ligue1. a priori, la différence entre les deux équipes est de taille, mais sur le terrain tout peut changer. les gars de Chéraga qui mènent le bal dans leur division ne seront nullement une quan- tité négligeable. Cette rencontre qui aura lieu à partir de 17h30 sera retransmise par la té- lévision algérienne. On s’attend à des débats très serrés en dépit de la différence de palier. a Hadjout, l’UsMM Hadjout, une équipe de ligue2 sera opposé au MC alger, un spé- cialiste de « dame coupe ». Cette empoi- gnade a fait couler beaucoup d’encre quant à sa domiciliation. Finalement, elle aura bel et bien à Hadjout. les Mouloudéens devront

elle aura bel et bien à Hadjout. les Mouloudéens devront faire avec. il est certain que

faire avec. il est certain que les fans du MCa vont se déplacer en masse, surtout après la très belle victoire de leur team favorite de- vant le Crb dans son fief du 20-août. les Hadjoutis qui restaient sur une large défaite à blida vont tout faire pour tenter de se ressaisir. les Mouloudéens partiront avec les faveurs des pronostics, mais… l’absence de bouguèche risque d’être pesante dans pa- reille confrontation.

a aïn M’lila, le derby de l’est entre le CrbaF et le MOC (Championnat national amateur) promet énormément. Certes, les poulains d’abbès seront bien lotis, mais at- tention à ces Mocistes qui ne craignent rien. ils auront certainement leur mot à dire. ad- lani et les siens sont capables de forcer le des-

tin. Que le fair-play prédomine. Hamid Gharbi

 

PROGRAMME

 

Club accueillant

Club

visiteur

Stade

Date du match

Horaire

4

USMM Hadjout MC Alger

 

14h30

2

CRB Ain Fekroun

MO Constantine

Hadjout aujourd’hui Ain M’Lila – demane debih

1

JSM Cheraga

CS Constantine

Bologhine – Omar Hamadi

17h30

3

JS Kabylie

MC Oran

Tizi Ouzou – 1 er novembre 1954

ENTRETIENS EXPRESS—ENTRETIENS EXPRESS—ENTRETIENS EXPRESS

YACINE HAMADOU, MILIEU DE TERRAIN USMMH :

« Tout est possible en coupe »

Vous allez livrer un match important de ¼ de finale face au MCA, votre ancien club, comment l’avez-vous préparé ?

le plus normalement du monde afin qu’on ne se mette pas une trop forte pression qui pourrait être néfaste et se retourner contre nous. il s’agit d’une rencontre très difficile, mais avec l’esprit de la coupe, il n’y a pas de grandes ou de petites équipes. jouer face au MCa, mon ancien club, où j’ai vécu de bons moments, avec de bons souvenirs, est une bonne chose pour moi et pour l’UsMMH.

L’aspect psychologique est néanmoins important dans ce genre de rendez-vous, non ?

Certes, il y a un travail psychologique de l’entraîneur pour motiver le groupe et insuf- fler aux joueurs un mental qui nous permettra d’aborder ce match, avec la conviction que

tout est possible en football, de surcroît en coupe, et qu’en est bien en mesure de créer, pourquoi pas, la surprise surtout que c’est le MCa qui est favori.

Le fait d’évoluer à domicile et devant votre public ne constitue-t-il pas un avan- tage pour l’USMMH ?

C’est une bonne chose pour nous, mais ce n’est guère une garantie. le match se jouera

à 11 contre 11, et la différence se fera sur le

terrain. On a des atouts à faire valoir et on les jouera à fond. Offrir la qualification, en demi-finales, aux Hadjoutis, serait grandiose et historique, c’est pourquoi, il nous tient à cœur de créer un tel exploit face à un grand club du football algérien, le Mouloudia. On

y croit !

Propos recueillis par Mohamed-Amine Azzouz

r o i t ! Propos recueillis par Mohamed-Amine Azzouz KariM GHazi, MilieU de terrain dU

KariM GHazi, MilieU de terrain dU MCa :

« Aborder ce match avec le sérieux et la concentration nécessaires »

Dans quel état d’esprit allez-vous aborder le match des ¼ de finales face à Hadjout ? le groupe est bien préparé mentale- ment pour aborder cette rencontre dans les meilleures conditions, psychologiques physique et technico-tactique. Cela, d’au- tant plus que le mental des joueurs est au beau fixe après la victoire face au Crb. On est prêt pour ce match et la motivation est bien-là.

Appréhendez-vous le fait de jouer à l’extérieur sur le terrain de Hadjout ? il est vrai qu’on aurait souhaité évo- luer dans un plus grand stade, afin que nos

supporters puissent se déplacer en masse. Cela dit, on n’a pas le choix, on doit sortir le grand jeu et être capable de passer ce cap.

Vos supporters n’imaginent même pas une élimination du Mouloudia… Ce qui est certain, c’est qu’on ne sous- estimera pas l’UsMMH. en coupe, les surprises sont courantes, c’est pourquoi, on est tenu d’aborder ce match avec le sé- rieux et la concentration nécessaires, jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre. Propos recueillis par Mohamed-Amine Azzouz

de l’arbitre. Propos recueillis par Mohamed-Amine Azzouz D ans la lucarne Les arbitres affectionnent-ils les
D ans la lucarne
D ans la lucarne
D ans la lucarne
D ans la lucarne

D

D ans la lucarne

ans la lucarne

D ans la lucarne

Les arbitres affectionnent-ils les simulations ?

nos arbitres sont quelque peu décriés, ces derniers temps, surtout après le déroulement du match de ligue1 (19 e

journée), à bologhine, entre l’UsMa et l’UsMH et même lors du match Crb-MCa. le speaker de la télévision algérienne était sidéré face au jeu haché des équipes sur le terrain. Chaque fois qu’un joueur « tombe » sur le tartan, l’arbitre siffle automatiquement un coup franc. les fautes ainsi sifflées sont innombrables, incalculables donnant au spectacle un piteux état. les présents manifestement en ont eu pour leur argent, tellement, ils n’ont rien vu qui puisse les rassasiés. On peut même dire qu’ils ont été blousés par les

22 acteurs et leur chef d’orchestre (l’arbitre) qui ne les ont pas respectés eux qui ont bravé le danger en assistant à une parodie qui ne trompe personne. l’arbitre surnommé rivaldo, du fait de sa ressemblance frappante avec le joueur brésilien (la comparaison s’arrête là), a faussé le match en ayant une incidence directe sur le résultat final. le vainqueur devient le battu et vice versa. les Harrachis qu’on ne cesse d’affabuler du sobriquet d’équipe qui pratique un beau jeu n’a pas vu ses efforts récompensés comme il se doit. elle a prouvé face à l’UsMa dans son antre de bologhine (Omar Hammadi) toutes les finesses de son talent. elle a fait plus que jeu égal avec les rouge et noir. alors qu’elle était ballotée dans le premier quart d’heure en encaissant très tôt un but, elle a réussi à surmonter les « rushs » adverses avant de parvenir à égaliser par l’excellent sylla. il sera invalidé pour un hors jeu imaginaire. puis, chaque fois, qu’un joueur pointe le bout de son nez, il est automatiquement signalé en position illicite. le comble, rivaldo qui a choisi, apparemment, son camp accordera un penalty que lui seul a vu, puisque la simulation du joueur usmiste est plus que flagrante. C’est lui qui provoque la faute et non l’inverse. Ces situations où l’arbitre lèse ouvertement une équipe, sont devenues, malheureusement, monnaie courante dans notre championnat national d’élite. lors de Crb-MCa, l’arbitre saïdi aime excessivement le sifflet au point où dès qu’il voit un joueur à terre siffle presque automatiquement. nos arbitres sont- ils devenus des automates ? On n’aimerait pas le penser, mais, c’est tout comme. nous savons tous que nos joueurs, qui ne sont pas très forts techniquement, sont en train de tricher en

« plongeant » au moindre contact avec le joueur

adverse. et les arbitres rentrent dans leur jeu en tout leur accordant. d’une certaine façon on encourage la médiocrité. nos joueurs, heureusement pas tous, ont choisi, à vrai dire, le camp des partisans du moindre effort. ils ne

donnent pas tout ce qu’ils ont dans les tripes sur le

« rectangle vert ». les responsables de l’arbitrage,

nos arbitres, les joueurs et le reste de la famille footbalistique ont une grande responsabilité pour permettre vraiment à notre football de ne pas

« marcher sur sa tête ». a cette allure, on risque de

tout fausser, et, là, le public risque de déserter les stades face à certains comportements de nos hommes au sifflet. Hamid Gharbi

comportements de nos hommes au sifflet. Hamid Gharbi Kerbadj (president de la lFp) : « Le

Kerbadj

(president de la lFp) :

« Le derby MCA-USMA programmé officiellement au stade Tchaker à Blida »

le derby algérois entre le MC alger et l'UsM alger, prévu ce samedi, pour le compte de la 20 e journée du championnat professionnel de football de ligue 1, se jouera au stade Mustapha-tchaker à blida, "après l'accord de la direction de l'OpOW de blida", a appris l'aps, hier, auprès du pré- sident de la ligue de football professionnel (lFp), Mahfoud Kerbadj. "le match va se dérouler officiellement au stade Mustapha- tchaker à blida. la direction du MCa a réussi, dimanche, à avoir l'accord des responsables de cette en- ceinte, chose qui nous a poussés naturelle- ment à délocaliser cette rencontre, dont le coup d'envoi pourrait être donné exception- nellement à 16h30", a affirmé à l'aps le pre- mier responsable de l'instance dirigeante de la compétition.

MONNAIE L'euro à 1.370 $
MONNAIE
L'euro à 1.370 $
D E R N I E R E S

D E

R N

I

E

R E

S

D E R N I E R E S
PÉTROLE Le Brent à 109.21 dollars
PÉTROLE
Le Brent
à 109.21
dollars

25 e ANNIVERSAIRE DE L’UMA

Le Président Bouteflika félicite les dirigeants du Maghreb arabe

« Au moment où nous commémorons cet anniversaire, nous nous remémorons les grands espoirs de recouvrer la liberté et l’indépendance que nourrissaient nos peu- ples animés de volonté et déterminés qu’ils étaient à mener la guerre de libération, à

chasser l’intrus et créer l’Union du Ma- ghreb arabe », écrit le Président Bouteflika.

Et d’ajouter « ce qui unit nos peuples de par la religion, la civilisation, l’histoire, la culture et le devenir, facilitera incontesta-

L e Président de la République, Abde- laziz Bouteflika, a adressé des mes- sages de vœux aux dirigeants des

pays du Maghreb arabe à l’occasion du 25 e

anniversaire de la création de l’Union du Maghreb arabe (UMA) dans lesquels il leur

a exprimé au nom de l’Algérie, peuple et

gouvernement, ses meilleurs vœux, priant

le Tout-Puissant de leur « accorder santé et

bien-être et davantage de prospérité et de progrès aux peuples de la région ».

blement la réalisation de nos aspirations à la consolidation des liens de fraternité et au renforcement des relations sur les principes d’entraide, de bon voisinage et de respect mutuel. » Le Chef de l’Etat a réitéré également « la disposition de l’Algérie à poursuivre le processus de coopération commune au service de l’intérêt et de la prospérité des peuples du Maghreb arabe.»

le processus de coopération commune au service de l’intérêt et de la prospérité des peuples du

DIPLOMATIE

M. Messahel s'entretient avec les ambassadeurs de Chine et de l'UE

avec les ambassadeurs de Chine et de l'UE PROCESSUS DE NOUAKCHOTT Niamey accueille demain la 3

PROCESSUS DE NOUAKCHOTT

Niamey accueille demain la 3 e réunion ministérielle des pays membres

de l'UA pour la région du Sahel. Cette stratégie articule l'action de l'organisation panafricaine dans les domaines de la sécurité, de la gou- vernance et du développement dans la région. Après le transfert d'auto- rité de la MISMA à la MINUSMA, le Conseil de paix et de sécurité de l'UA a jugé nécessaire de maintenir une présence de l'Union africaine afin d’accompagner le Mali et les pays de la région dans leurs efforts

de stabilisation et de développe- ment. Le mandat de MISAHEL s'articule en trois volet : politique, en vue d'accompagner la consolidation des ac- quis de paix et de sécurité, de promouvoir l'Etat de droit et contribuer au renforce- ment des institutions démocratiques dans la région du Sahel. Le deuxième volet concerne la sécurité dans le Sahel avec pour objectif de coordonner les efforts de

l'UA eu égard aux défis de sécurité, no- tamment les conflits, au terrorisme, les crimes organisés, comme les trafics en tout genre. Le dernier volet est, quant à lui, axé sur la problématique du dévelop- pement dans la région, s'intéressant aux questions d'environnement, comme la dé- gradation de l'environnement, et celles du sous-développement de manière générale.

"G5 du Sahel" : nouveau cadre de coordination sous-régionale La 3 e réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott in- tervient trois jours après le mini-sommet qui a regroupé dimanche dans la capitale mauritanienne les présidents mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz, tchadien, Idriss Deby Itno, malien, Ibrahim Bouba- car Keïta, nigérien, Mahamadou Issoufou et burkinabè, Blaise Compaoré. Ce som- met a débouché sur la création du "G5 du Sahel", pour coordonner les politiques de développement et de sécurité. Ce nouveau groupe se veut être "un cadre institution- nel de coordination et de suivi de la coo- pération régionale", et sa présidence a été confiée au chef de l'Etat mauritanien, par ailleurs nouveau président en exercice de l'Union africaine. Le G5 du Sahel ne

Niame y
Niame y

"remplace nullement le CILSS (Comité

inter-Etats de lutte contre la sécheresse au Sahel, 13 pays) ou d'autres organisations sous-régionales existantes, mais (il) per- met une coordination entre les cinq pays qui partagent les mêmes défis", a précisé le président mauritanien. L'Algérie a salué hier la création de ce nouveau cadre de coordination et de suivi de la coopéra- tion sous-régionale sahélo-saharienne et

a félicité les chefs d'Etat des 5 pays pour

"cette initiative qui vient donner corps à

la nécessité d'une entraide soutenue entre

des pays faisant face aux mêmes défis". "Nous saluons la décision de ces pays, qui constituent les principaux points d’appui de la stratégie intégrée des Nations unies

L a 3e réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouak- chott se tiendra demain dans la ca-

pitale nigérienne, Niamey, pour évoquer notamment les moyens de renforcer la coopération régionale en matière de sécu- rité. La situation sécuritaire et politique dans la région sahélo-saharienne sera au menu de cette réunion à laquelle partici- peront onze pays (Algérie, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée, Libye, Mali, Mau-

ritanie, Niger, Nigeria, Sénégal et Tchad). Les ministres des pays de la région abor- deront à cette occasion l'état de mise en œuvre des conclusions des réunions mi- nistérielles de Nouakchott du 17 mars 2013 et de N'Djamena du 11 septembre 2013. Les participants échangeront éga- lement leurs points de vue sur les pro- chaines étapes dans le renforcement de la coopération sécuritaire et l'opérationnali- sation de l'Architecture africaine de paix et de sécurité. Initié par la Commission de l'UA en mars 2013, le processus de Nouakchott a pour objectif de renforcer l'échange d'information, la sécurité aux frontières ainsi que le renforcement des capacités des services de sécurité et de renseignement dans la région sahélo-sa- harienne.

Renforcement de la coopération sécuritaire régionale Ce processus vise au renforcement de la coopération régionale en matière de sé- curité à travers, notamment, l'opération- nalisation de l'architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo- saharienne. Il comporte également des in- teractions avec les organisations régionales et sous-régionales, ainsi qu'avec les Nations unies et des parte- naires internationaux, selon le communi- qué. La réunion de Niamey sera précédée les 17 et 18 février, par la quatrième réu- nion des chefs des services de sécurité et de renseignement des pays de la région qui feront le point sur les acquis et appro- fondiront le processus. Lors de la rencon- tre ministérielle de Niamey, la Mission de l'Union africaine (UA) pour le Mali et le Sahel (MISAHEL) présentera la stratégie

pour le Sahel et qui partagent les mêmes spécificités de mutualiser leurs moyens compte-tenu de la si- militude de leurs conditions socio- économiques, géographiques et climatiques en vue d’une meilleure mobilisation des financements ex- térieurs nécessaires au lancement de projets structurants pour éradi- quer la pauvreté et promouvoir le développement ainsi que la sécu- rité humaine", a indiqué le porte- parole du ministère des Affaires étrangères M. Amar Belani. M. Belani a signalé que la création de ce nou- veau sous-ensemble dans l’espace sahé- lien "a fait l’objet de consultations" entre le ministre des Affaires étrangères, Ram- tane Lamamra, et son homologue mauri- tanien, Ahmed Ould Teguedi. Il a rappelé que le processus de Nouakchott, qui est mené sous la conduite de l’Union afri- caine, inclut les 5 pays membres de ce

nouveau regroupement ainsi que 6 autres

Etats membres de l’Union africaine, et

qu’il constitue le "vecteur principal" de l’opérationnalisation de l'architecture afri- caine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne.

Lamamra prend part aux travaux

région sahélo-saharienne. Lamamra prend part aux travaux L e ministre des Af- faires étrangères, Ramtane Lamamra,

L e ministre des Af- faires étrangères, Ramtane Lamamra,

prendra part demain à Nia- mey (Niger) à la 3 e réunion

ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott, a indiqué hier le ministère dans un com- muniqué. « Ce processus

de concertation et de coor- dination, sous la conduite de l’Union africaine (UA), a été lancé dans la capi- tale mauritanienne le 17 mars 2013 », rappelle le communiqué qui précise qu’il inclut les pays de la région sahélo-saha- rienne, à savoir l’Algérie, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le

Nigeria, le Sénégal et le Tchad. Le processus vise au « renforcement de la coopé- ration régionale en matière de sécurité à travers, notam- ment, l’opérationnalisation de l’architecture africaine de paix et de sécurité dans la ré- gion sahélo-saharienne », ajoute-t-on de même source.

Il comporte également des interactions avec les organisations régio- nales et sous-régionales, ainsi qu’avec les Nations unies et des partenaires inter- nationaux, poursuit le communiqué qui indique que la réunion ministérielle sera précédée par une réunion des chefs des services de sécurité et renseignement des pays participants.

COOPÉRATION

L’Algérie note avec «satisfaction» la création du nouveau cadre de coordination

L’ Algérie a noté avec « satisfac- tion » la création à Nouakchott du nouveau cadre de coordina-

tion et de suivi de la coopération sous- régionale sahélo-saharienne, a indiqué hier le porte-parole du ministère des Af- faires étrangères, Amar Belani. « L’Al- gérie note avec satisfaction la création du nouveau cadre de coordination et de suivi de la coopération sous-régionale qui vient de voir le jour à Nouakchott et qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso », a affirmé le porte-parole du MAE dans

une déclaration à l’APS. Les présidents de la Mauritanie, du Mali, du Niger, du Burkina Faso et du Tchad, réunis en mini-sommet dimanche à Nouakchott, ont créé le « G5 du Sahel », pour coor- donner leurs politiques de développe- ment et de sécurité, rappelle-t-on. M. Belani a ajouté que l’Algérie félicite les chefs d’Etat des 5 pays pour « cette ini- tiative qui vient donner corps à la néces- sité d’une entraide soutenue entre des pays faisant face aux mêmes défis ». « Nous saluons la décision de ces pays, qui constituent les principaux points

d’appui de la stratégie intégrée des Na- tions unies pour le Sahel et qui partagent les mêmes spécificités de mutualiser leurs moyens compte-tenu de la simili- tude de leurs conditions socio-écono- miques, géographiques et climatiques en vue d’une meilleure mobilisation des fi- nancements extérieurs nécessaires au lancement de projets structurants pour éradiquer la pauvreté et promouvoir le développement ainsi que la sécurité hu- maine », a-t-il expliqué. « Il convient de signaler que la création de ce nouveau sous-ensemble dans l’espace sahélien a

fait l’objet de consultations entre le mi- nistre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, et son homologue maurita- nien, Ahmed Ould Teguedi », a-t-il sou- ligné, rappelant que le processus de Nouakchott, qui est mené sous la conduite de l’Union africaine, inclut les 5 pays membres de ce nouveau regrou- pement ainsi que 6 autres Etats membres de l’Union africaine, et qu’il constitue le « vecteur principal » de l’opérationnali- sation de l’architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-sa- harienne.

AFFAIRES RELIGIEUSES

Réunion sur la mise en œuvre du protocole de coopération signé par l'Algérie et l'Arabie saoudite

L a mise en œuvre du protocole de coopération signé par l'Algérie et le Royaume d'Arabie saou- dite dans le domaine des affaires religieuses a été

au centre d'une séance de travail tenue lundi à Alger par une délégation du ministère des Affaires religieuses et du Wakf et une délégation saoudienne. La rencontre a été axée particulièrement sur l'échange d'expériences et le mode de gestion des affaires religieuses de manière

générale, tant en matière de formation, d'encadrement et de gestion des mosquées et leurs annexes (enseignement du Coran), que dans le domaine des wakfs, de la zakat, du hadj et de la omra. Cette rencontre a permis à la dé-

légation saoudienne de s'informer de manière exhaustive de l'enseignement du Coran en Algérie, l'organisation des concours des meilleurs récitants du Livre saint, du rôle et des missions assignés aux établissements sous tu- telle du ministère des Affaires religieuses et du Wakf. Cette réunion constitue le prolongement de la série de réunions qui se tiennent régulièrement tous les ans entre le ministère des Affaires religieuses et du Wakf et son homologue saoudien dans le cadre de la convention si- gnée en 2003 par les deux pays. La délégation saou- dienne en visite en Algérie est conduite par le conseiller du palais royal saoudien et imam de la Grande mosquée

de La Mecque, le Dr Salah Ibn Abdallah Ben H'mayed. La délégation hôte a révélé qu'une conférence est prévue prochainement à Ryadh (Arabie saoudite) pour discuter du thème relatif aux wakfs. La réunion d'Alger s'est dé- roulée en présence du ministre des Affaires religieuses et du Wakf, Bouabdallah Ghlamallah, et de l'ambassa- deur du Royaume d'Arabie saoudite à Alger. L'imam de la Grande mosquée de La Mecque a donné dimanche à Alger (Dar El Imam) une conférence à travers laquelle il avait appelé imams et prédicateurs à œuvrer à "bannir" la discorde et au "rassemblement de la oumma" isla- mique.

Le ministre de la Communica- tion, Abdelkader Messahel, s'est entretenu hier au siège de son dé- partement respectivement avec l'ambassadeur de la République de Chine, Liu Yuhe, et l'ambassa- deur et chef de la délégation de l'Union européenne (UE) à Alger, Marek Skolil, indique un com- muniqué du ministère. M. Messa- hel a souligné avec Liu Yuhe "la volonté de renforcer la coopéra- tion dans le domaine de la com- munication notamment avec la radio, la télévision et l'agence de presse APS", souligne le commu- niqué. Avec Marek Skolil, "il a été notamment question des pro- grammes convenus entre l'Algé- rie et l'Union européenne dans le domaine de la formation dans les métiers de la communication en direction des secteurs publics et privé", ajoute la même source.

9 e REUNION MINISTERIELLE DE L’UNION POUR LA MEDITERRANEE SUR L’INDUSTRIE

M. Benyounès à Bruxelles

LA MEDITERRANEE SUR L’INDUSTRIE M. Benyounès à Bruxelles Le ministre du Développe- ment industriel et de

Le ministre du Développe- ment industriel et de la Promo- tion de l’investissement, Amara Benyounès, participera demain et jeudi à Bruxelles à la 9 e réunion ministérielle de l’Union pour la Méditerranée (UPM) sur la coo- pération industrielle, a indiqué hier un communiqué du minis- tère. Au cours de cette réunion, qui aura pour thème « Le déve- loppement industriel inclusif dans la région euro-méditerra- néenne », les ministres « exami- neront les progrès réalisés et planifieront les prochaines étapes de mise en œuvre du programme de travail sur la coopération in- dustrielle euro-méditerranéenne », précise le communiqué du mi- nistère. A l’ordre du jour de cette ren- contre sera également inscrite la présentation des résultats finaux de la 2 e évaluation de la mise en œuvre de la charte euro-méditer- ranéenne pour l’entreprise pour l’année 2013 ainsi que l’amélio- ration du climat des affaires et les différents moyens mis en place par les pays méditerranéens vi- sant le développement des PME, poursuit-on de même source. Les ministres devront adopter en outre la déclaration commune « exprimant l’intention de pour- suivre la mise en œuvre de la charte euro-méditerranéenne et présenter le programme de travail 2014-2015 relatif à la coopéra- tion industrielle euro-méditerra- néenne », ajoute le communiqué. APS