Vous êtes sur la page 1sur 33

Les aventures de Tony Shapiro : episode 1

L
LES AVENTURES DE TONY SHAPIRO-EPISODE 1

Ils étaient cinq surdoués : il y avait Jean, le boss des maths et de la compta, Fred,
l'architecte fou, Ahmed, l'inventeur. Robert, juste bon en tout, y compris en relations
humaines. Et puis, Antoine, que ses potes appelaient Tony. Lui, il se considérait pas du
tout comme un surdoué mais visiblement ses professeurs si. Juste une facililté
déconcertante à aborder toute sorte de problèmes et surtout à les résoudre....on dirait une
vision d'ensemble, quoi.

Robert et Tony se ressemblaient beaucoup sur un point : les filles. ou plutôt, les femmes.
Ils avaient 19 ans, mais sortaient avec des femmes beaucoup plus agées. 30, 40, 50 ans
même. En fait, chacun avait un physique très agréable. Robert, blond, très baraqué, un
peu stylé rugbyman...il jouait pas au rugby mais était cependant très sportif. Beaucoup de
muscu, de natation, d'athlétisme aussi...des yeux verts, une beauté brute. Les nanas
l'appelaient "R.L.M", (faut comprendre "Robby the Love Machine"). Et oui, il est parfois
comme ca des réputations qui vous précèdent et vous suivent aussi. Mais Rob, loin de
faire dans la midinette écervelée, s'orientait plutôt vers des amours plus solides, plus
intellectuels, plus aboutis. Tony, très brun, un léger type asiatique, sa mère étant du nord-
ouest de la Thailande. Grand et fin. Des yeux noirs et profonds. Et un style
surtout...Toujours en costard-cravate. Un peu vintage dans son aspect latino-classieux-
fifties, un peu décalé sans doute, mais il portait ca tellement bien!!!! Et donc, les mêmes
groupies qui avaient surnommé Robert, "RLM", appelaient Tony "T.S.C" (Tony Super
Classe).
Non pas qu'ils étaient à la recherche du défi absolu, de la prouesse. Non. Simplement,
leur charisme naturel et leur intelligence hors du commun, les amenaient à rencontrer
beaucoup de monde, dans cette bonne vieille ville de Cannes. Soirées mondaines, E.C.
(Electronic Clubs) , mais aussi rencontres dans le cadre de leur scolarité. Certaines profs
de Fac avaient flashé sur eux, d'autres étaient carrément tombées amoureuses...d'autres ne
s'en remettraient jamais et oubliaient leur désespoir dans des Martini-Gin bien trop
consécutifs......et d'autres encore, entretenaient avec eux des relations suivies, même si
leur histoire d'amour était finie.
Et par conséquent, ces deux post-ado-surdoués-beaux-gosses avaient reçu, sans le
vouloir, de nombreux cadeaux venant de nombreuses admiratrices passées, présentes et
potentielles, d'ex ou d'actuelles maîtresses. Cadeaux matériels bien sûr : vêtements (c'est
Graziella, une magistrate italienne, qui avait donné à Tony le goût pour les costards,
c'était il y a trois ans), montres, objets de décoration, argent...beaucoup d'argent...les
sentiments se doublaient d'amour maternel (et oui, ils étaient si jeunes!!) : il fallait qu'ils
ne manquent de rien.
On pourrait croire à ce stade que Rob et Tony étaient deux ados pourris qui jouaient de
leur charme..des gigolos..
Mais en fait, pas vraiment, pour ne pas dire pas du tout.
D'une part, ils ne cherchaient pas à se caser, d'autre part, ils étaient très autonomes,
matériellement et psychiquement et enfin, leurs histoires d'amour étaient vraiment
sincères.

Donc, on verse de l'argent sur des comptes bancaires déjà largement garnis par des
parents fortunés qui eux mêmes envoient régulièrement de quoi vivre..on dépose le fric
naturellement, sans s'en rendre compte...on reçoit, toujours..régulièrement. On ne dépense
quasiment plus rien...la vie se fait de plus en plus douce....et au bout de trois ans, on se
retrouve avec.....: ben avec un joli magot.
Tony habitait l'appartement de ses parents. Ils vivaient actuellement aux Etats-Unis, dans
le Delaware. Son père, Benoît, français, scientifique. Sa mère, Som, thailandaise, artiste-
peintre.
Plus aucun frais, apart de ses parents...Pour Tony le joli magot se transformait en petite
fortune.

****************************************

21h45-CANNES-en 2039- chez les Roselli.

Les Roselli, une grande famille, très connue à Cannes. Jacques Roselli, 45 ans, deputé de
la république française depuis 2030. une cinquantaine d'invités. soirée très classe.
Robert est là, en compagnie de Palska, une ukrainienne rencontrée il y a 1 mois. Elle est
femme d'affaires. exportation de caviar. Ils vivent ensemble, chez elle, depuis une
semaine.
Faut dire que Robert, connaît à peu près tous les gens influents de Cannes : cadeaux
immatériels de ces ex-petites amies, enfin, celles qui côtoyaient les "huiles" de Cannes.
Ces huiles se sont révélés des conseillers précieux pour Robert et certains sont devenus
ses amis. En tous cas, tous lui ont transmis leur savoir, sans le savoir, sur fond de
champagne et de petits fours...vachement mieux que dans une salle de cours quand
même. On pourrait appeler ca, "Travaux Pratiques en Situation Réelle". Politique,
finance, droit..tous ces domaines étaient devenus familiers pour lui. Quand on s'abreuve à
la source des Maîtres, il n'est pas rare de devenir un Maître soi-même.
En fait, ce soir-là, chacun des cinq potes était en pleine action...à sa manière.

Jean bossait sur une méthode de gains au casino. Basée sur les probabilités, domaine dans
lequel il excellait, cette méthode permettait d'assurer une réussite de l'ordre de 70 pour
cent à la roulette. il comptait bien s'en servir très prochainemment. Son ordi tournait
depuis 3 heures sur un logiciel qu'il avait lui-même mis au point. Les résultats de la
simulation étaient concluants, cà allait surement marcher.

Ahmed, lui, travaillait sur un projet d'ouverture automatique de portes sur fond mural à
base de reconnaissance vocale élaborée. Mais la difficulté était qu'après fermeture de la
porte, celle-ci devait être quasiment invisible à l'oeil nu : il fallait donc travailler sur les
matériaux et trouver une substance capable de cacher les contours de la porte. Un
véritable défi. Petite pause pour Ahmed. Il regarda les deux caisses de champagne qu'il
allait offrir dans deux heures à Tony. Il se dirigea vers son fridg et se servit une belle
coupe de Bollinger. Ahmed adorait le champagne.

une planche à dessins..deux yeux rivés dessus...les nerfs optiques de ces yeux reliés au
cerveau de Fred. des plans compliqués, représentant en fait un sous-sol aménagé en
Palace. Depuis tout petit, Fred rêvait de construire une sorte de paradis sous-
terre...craignant que ces yeux finissent par lui sortir des orbites, il stoppa...mais c'était
cool, il avait presque finalisé son projet : il appelait ca son "underground dream".

Tony pour une fois, était seul chez lui. En fait, il savait que ses copains allaient se
rappliquer dans deux heures, donc il l'avait joué "célibataire". Assis dans un grand
fauteuil de cuir du salon, le ScreenView allumé, son cerveau était occupé à résoudre des
énigmes. Il jouait à "The Mysterious Alchemist-episode 5", un jeu vidéo d'aventure
largement inspiré des vieux Myst du début des années 2000, mais en beaucoup plus ardu.
Les jeux vidéo avaient atteint une qualité graphique digne des plus grandes productions
cinématographiques, et ce depuis environ 5 ans. Et d'ailleurs, l'industrie du jeu était aussi
lucrative que celle du film. Les grands studios de développement du début des années
2000 avaient fusionné pour devenir d'immenses monopoles ludiques. UBIDREAMS,
éditeur de "The Mysterious Alchemist" était l'un de ces grands groupes. Et c'est
UBIDREAMS, en association avec la très vieille mais très célèbre marque SONY qui
avaient récemment commercialisé les ScreenViews, dernière génération d'images
multimédia : grâce à une petite cellule d'environ 1 cm2, que l'on stickait sur n'importe
quelle cloison, on pouvait obtenir une image de la dimension de son choix, qui diffusait
tous types d'information visuelles (jeux, actualités, cinéma, etc..).
Pour en revenir à Tony, il était donc totalement absorbé. Chaque énigme de ce jeu était
dingue de difficulté, mais Tony, avec son flegme intellectuel habituel, prenait chaque
problème calmement et arrivait à trouver des liens, et, au bout du compte, la solution.
Son anniversaire, c'était dans deux heures : il était né à 23h45 à Cannes en 2019 et il allait
avoir vingt ans.
***********************************************************************
***********************************************************************
***************************************************************

-"alors, cet alchimiste, tu l'as trouvé ?". C'était Ahmed, il était minuit et il venait d'arriver
chez Antoine.
-"presque. une dernière clé à trouver et j'ouvre la chambre secrète dans laquelle il s'est
planqué. alors Ahmed, ca roule mon gars ? t'es le premier, les autres sont pas encore là.
Woaww, mais qu'est-ce que je vois là, deux caisses de Bollinger ? mais t'es dingue...
-"mon très cher Tony, je ne suis pas dingue. Le Bollinger c'est très sérieux au contraire. ca
développe les connexions neuronales et synaptiques et..."
-"Allez, Ahmy, me fait pas ta leçon, on est entre nous quoi. Bon, en tout cas, c'est très
sympa..on va passer une bonne nuit. Allez, je vais t'aider à ouvrir ces caisses et puis, y a
pas mal de trucs à préparer dans la cuisine, viens...".

L'appartement de Tony ? yes, un vrai endroit de rêve et puis en plus, rien à voir avec ces
maisons des années 2030, toutes labelisées "DOMOS-2039", hyper aseptisées et
robotisées. Non, rien de froid. 400 mètres carrés de bois précieux, de murs en verres
fumés, de canapés en cuir véritable, de grandes bibliothèques bien fournies en manuscrits
précieux, d'objets en bois importés d'Asie, de fontaines en pierre distillant leur petite
musique d'eau. Maman, l'artiste de la famille, avait bien fait les choses. Elle avait en
particulier installé ses toiles entre les murs et les cloisons en verre fumé. Et grâce à un
ingénieux système d'éclairage, on pouvait admirer ses oeuvres de plusieurs façons, selon
son humeur. Tony choisissait en général le mode "scan", qui faisait apparaitre chaque
toile pendant quelques minutes et de manière aléatoire. Mais on pouvait aussi choisir le
mode "full", où toutes les toiles apparaissaient en même temps et de manière permanente
(c'était le mode que préférait sa mère, va savoir pourquoi). Une fois passé ce moment
d'art, de culture et de luxe du rez-de-chaussée, on montait par un ascenseur au premier
étage.
Tout le premier étage de l'appartement était dédié à la détente de l'âme, comme disait sa
mère. En langage clair..c'était les chambres et les salles d'eau. Des chambres qui
s'inspiraient largement des atmosphères des plus beaux hotels de Chiangmai, ville natale
de Som. Dormir là, c'était plus que cool, c'était totalement dépaysant. En plus, grâce à
l'ordinateur central de l'appartement, on pouvait rajouter un fonds sonore très discret qui
diffusait une musique orientale douce, tranquille, et qui invitait au repos.
Tony était né dans cet endroit. Ce magnifique appartement avait modelé sa personnalité.
Son âme était aussi douce, paisible, pénétrée de culture, que ces pièces accueillantes. Sa
tournure d'esprit aussi subtile et vive que ces fontaines d'eau pure.
Sans nul doute, son don naturel s'était développé dans et grâce à ce lieu un peu hors du
temps.
Pour ces amis aussi, venir chez Tony, c'était un moment privilégié. En plus, à côté du
Martinez, tu parles...trop bien comme plan. Pendant la période du festival, quand ils se
retrouvaient sur la terrasse de l'apart, ils apercevaient de temps en temps quelques stars
américaines sur les balcons du célèbre hôtel. Judy Hattaway par exemple, l'héroïne du
dernier Tarentino. Un Tarentino très vieillissant soit, mais toujours debout malgré ses 83
ans et toujours aussi prolifique.

Bon pour le moment, ils étaient dans la cuisine. avec Ahmed.

-Eh, c'est quoi, tous ces trucs, ca se mange ?


-Non, ca se mange pas, c'est des trucs comestibles mais ce soir, j'ai décidé d'en faire juste
de la déco.
-Ah ouais, c'est vrai ?
-t'es surdoué Ahmed, ou c'est juste pour la déco ?
-Ah, Ah, très drôle....
-non, mais si tu poses des questions à la con, toi aussi...
-non mais en vrai ca se mange ?
-et l'autre qui s'enfonce...bien sûr, que ca se mange, grosse truffe...c'est des plats Thai que
ma tante Palida m'a envoyé pour mon anniv'...directement importé de Thailande. Bon, y a
pas que ca non plus. y a plus frenchy aussi. regarde : salade de riz, charcuterie, et puis
foie gras, confits de canard, fromage. et enfin, ce magnifique gâteau au chocolat.. ca te
branche plus ca ?
-Mon cher Tony, c'est tout à fait à mon goût...
-très bien mon cher Ahmed, alors tout baigne.
-clair et net.

-ah, ca sonne à la porte..je crois que les autres arrivent.

-Hey "Is everybody in ? the ceremony is about to begin.."


-Robert !!!, toujours amoureux des Doors à ce que je vois...
-Toujours amoureux de Morrison, Tony, c'est différent.

-Mais, qui je vois là, petit Jean est venu aussi. T'as laissé tes probabilités à la maison,
mon petit Jean ?
-ah, je vois que Tony le chambreur, n'a pas laissé son humour au garage,lui, en tout cas..
alors ca va le roi du jeu vidéo ?
-très bien..je progresse...enfin, virtuellement, je veux dire.
-toujours sur l'alchimiste ?
-et oui, mais je vais bientôt le terminer..
-je n'en doute pas...de toute façon rien ne te résiste, c'est bien connu !!! au fait, comment
va Marcia ?
-ben, elle est repartie au Brésil pour défendre un client. Je pense qu'elle sera de retour la
semaine prochaine.
-ca a l'air sérieux entre vous..
-on dirait oui...mais n'en parlons pas trop, je crois qu'elle va me manquer encore
davantage...une coupe de champagne Jeannot ?
-Merci..oh mais c'est du bon. !!!
-c'est Ahmed qui régale ce soir...
-et tous en coeur : MERCI AHMED !!!!!!!!

-t'as l'air crevé Fred (Robert)


-ouais, un peu..tiens sers moi une coupe aussi, tu veux ? rien de tel pour te remettre les
idées en place.
-Mon cher Fred (Ahmed), tu ne crois pas si bien dire !
-et allez, on est reparti pour un cours interminable sur les vertus énergisantes du
champagne !!
-les vertus du Bollinger, Tony, juste du Bollinger !
-d'accord, Ahmed, scuze...Bon..vous avez vos clopes ? vous avez vos bouteilles ? alors
tous au salon pour l'apéro !!!!!!

Quelques bouteilles de Bollinger plus tard...

Planète Terre. Cannes. Aout 2039. 2 heures du matin. Une nuit paisible. Un ciel étoilé
zébré de temps à autres par quelques éclairs de chaleur. Une nuit chaude. Une nuit
prometteuse.
Une bande de joyeux copains d'université fêtant un anniversaire. Sur la terrasse d'un
appartement somptueux. Cinq surdoués en pleine conversation.

-Alors, cette soirée chez les Roselli ? (Tony)


-Ben, pour tout dire, un peu ennuyeux. Pas assez de musique rock. toujours cette espèce
de mélopée electronique d'ambiance. genre musique d'ascenseur quoi. Et puis, toujours
les mêmes têtes. Tu sais, une fois que t'en as faite une.. tu les toutes faites. Et puis, je
connais à peu près tout le monde ici. Ca devient un peu lassant. Heureusement, il y avait
Palska. On a pu s'éclipser un moment dans le jacuzzi du proprio. Un petit break bien
sympathique ma foi.
-Et Roselli, tu le connaissais déjà ? (Fred)
-Ouais...vu une fois ou deux en club..pas très chaleureux le bonhomme. Et puis, je sais
pas...à un moment de la soirée, on a discuté un peu et j'ai senti comme un malaise chez
lui. On parlait vaguement de ses affaires. Et j'ai du dire quelque chose qui lui a pas plus
car son attitude a subitement changé. Il est devenu très nerveux, presque agacé.
-t'as dit quoi ? (Jean)
-Je sais plus..je me rappelle pas bien..et c'est pas la bouteille de champ que je viens de
finir qui va m'aider à me rappeler.
-Pourtant, le champ...
-Non, non, Ahmed, c'est bon, on a compris (Tony)
-Tout ce que je sais, c'est qu'il avait un ton un peu menaçant dans la voix. Je suis sûr que
ce mec, sous ses allures de député bien franchouillard et bien propre sur lui cache quelque
chose. J'ai du dire quelque chose de spécial qui l'a alerté. J'espère m'en rappeler.
-t'inquiètes, faut pas forcer ces choses là..ca va te revenir (Fred).
-ouais, c'est sûr....(Robert).
La nuit se faisait de plus en plus chaude. la plupart des plats étaient largement entamés,
grâce à l'excellent appétit de "petit jean", et d'Ahmed. Maintenant, chacun, "pouce sur le
bouchon" allait faire péter sa troisième bouteille de champ.
Lorsque un coup de tonnerre éclata...
Dans un même geste de suprise et de peur, les cinq pouces se crispèrent sur les cinq
bouteilles et firent jaillir le liquide mousseux....Tous les cinq se regardèrent avec stupeur,
car tous étaient sûrs d'avoir eu la même impression en même temps...et là, c'était comme
une fontaine qui coulait, et d'où bizarrement, avait jailli une idée...une idée commune.
Ils en étaient sûrs..quelque chose s'était passé en cet instant..dans leur esprit...quelque
chose d'important...Mais personne n'osait le dire...

silence.

-heuu...les mecs.... je crois que je vais aller prendre une douche pour me remettre les
idées en place . je me sens un peu bourré quand même là...
-excellente idée, Jeannot..on ferait bien d'en faire autant aussi. y a quatre salles de bain
ici, j'attendrai que Robert ait fini pour prendre la mienne. On se retrouve dans une demi-
heure, ok ? vous trouverez des serviettes dans les placards. à tout à l'heure.

***********************************************************************
***********************************************************************
***************************************************************

-Alors ? (ahmed)
-Alors quoi...(robert)
-alors, je sais pas...il s'est passé quelque chose, non ?
-Ahmed a raison...et il a le courage d'en parler...je suis sûr qu'on a ressenti la même chose
(fred)
-des conneries (Jean)
-je crois pas que ce soit des conneries(tony). De toute façon, là, on a les idées plus
claires..et pourtant le sentiment persiste..
-c'est vrai (robert). écoute Tony, passe nous un bon vieux FUNK des années 80, ca va
détendre un peu l'atmosphère.
-ok, robby. Je vais vous passer un titre totalement "roots". Vous connaissez le groupe
Pleasure ? y a un titre qui s'appelle "glide", c'est d'enfer et c'est fait avec de vrais
instruments de musique, des instruments de l'époque quoi, batterie, guitare, et tout ca. je
le télécharge.

Fonds sonore : Pleasure-"glide".

fin du premier épisode.

copyright. 13.09.2007.

[ Ajouter un commentaire ] [ 7 commentaires ]


# Posté le jeudi 13 septembre 2007 22:31
Modifié le dimanche 16 septembre 2007 12:57

LA SUITE DES AVENTURE DE TONY SHAPIRO-


EPISODE 2
EPISODE 2- LES AVENTURES DE TONY SHAPIRO

Le choc de tout à l'heure était passé mais un sentiment un peu bizarre persistait dans
l'esprit de Tony, accentué par le trop-plein de champagne. Il décida d'employer la manière
forte, c'est à dire qu'avant de se mettre sous la douche, il se badigeonna tout le corps d'une
sorte de gel vert à base d'algues et but une mixture, de couleur verte également. Il
s'étendit de tout son long sur le sol de la salle de bains pendant plusieurs minutes. Ce n'est
qu'ensuite qu'il se mit sous la douche pour se rincer à gros jets. Après ca, il avait une
pêche d'enfer !
Ces copains en avaient profité pour se rassembler sur la terrasse, serviettes autour de la
taille, les cheveux encore mouillés. Ils tenaient conciliabule. Non pas sur ce qui s'était
passé quelques minutes plus tôt, lors du coup de tonnerre, mais cela portait sur le cadeau
d'anniversaire de Tony.

-Elle est dans le garage, alors ? (ahmed)


-oui, je suis passé la prendre tout à l'heure.(Robert). Je tiens à vous remercier à tous de
votre participation financière. vous êtes vraiment super. je crois qu'il va être ravi....
-Tu sais, pour Tony, je donnerai ma dernière chemise !!! (ahmed) et puis, mon oncle
d'Arabie Saoudite m'a envoyé énormément de fric cette année. fallait bien que ca serve..
-Pareil pour moi, mes parents ont été particulièrement généreux ce mois-ci (Jean). Du
coup, j'avais un peu de réserve....
-J'ai peut-être pas autant de cash que vous, mais mon petit compte "livret-jeune" était à
plein aussi...alors j'ai pensé le ballaster quelque peu..(Fred)
-Ne minimise pas ta participation, Fred, ton apport nous a beaucoup aidé a acquérir
l'objet...sans toi, rien de possible....
-Merci les gars...et au fait, comment t'as fait pour trouver une caisse pareille ? (fred)
-Par une de mes connaissances, un juge du tribunal d'instance .....le mec a 60 berges...il
m'a dit qu'il avait racheté cette bagnole en 1996...il a refaite à neuf . Toutes les pièces du
moteur sont numérotées et certifiées conforme par la firme "Vintage-British-Motors".
C'est un engin super rare.. Et vous connaissez Tony...toujours très fan de choses
anciennes.
-Je crois qu'il va tomber par terre (ahmed).
-alors tu devrais prendre une civière quand on l'emmènera dans le garage...
-t'es sûr ?
-Ahmed.........humour..........
-désolé (Ahmed).

-Bon, les mecs, on va s'habiller, et dès que Tony arrive, on l'emmène au garage (Robert).
On n'a qu'à prétexter une envie de prendre l'air après ces 3 heures passées dans son apart.
Allez, à tout de suite....et faites vous beaux...enfin, si cela est possible....et puis, pensez à
la deuxième partie du cadeau....pensez à préparer vos sacs...
-j'ai pas pris beaucoup de fringues (Jean),
-l'essentiel c'est que t'es un truc un peu classe pour le resto demain...(Robert)
-ouais, t'inquiètes j'ai ce qu'il faut...
***********************************************************************
*****************************************

Une heure plus tard . appartement de tony- fonds sonore diffusé par l'ordinateur central :
Frank Zappa- album Zoot Allures- titre : Zoot allures.

-C'est quoi cette musique ? (Fred)


- Mais non, Fred, c'est pas de la musique....c'est Frank Zappa....un dieu des années 1970-
80, si tu préfères...alors, respect....(Tony)
-ah toi et tes musiques bizarres!! tu peux pas écouter de l'E.B (Electro-Beat) comme tout
le monde ?
-ah, ca, non, Fred, je peux pas...et c'est ce qui fait de nous ce qu'on est...on n'est pas
comme tout le monde!!!. Et puis merde, j'écoute ce que je veux. L' E.B., à la poubelle,
Frank Zappa, dans ma gamelle....
-Bon, très bien, c'est ta nuit d'anniversaire après tout. je m'incline.
-Merci Fred..mais j't'assure..écoute ce truc vraiment à fond et tu verras que c'est
magique!!!!!!

Il est des moments où l'on croit que tout est fini, ou plutôt que les choses calmement
s'éteignent... comme une nuit bien arrosée qui se termine car les esprits sont trop
embrûmés pour pouvoir générer quelque chose de positif ou de vivant ou de nouveau....
Mais pas avec les 5.....enfin, je veux dire pas avec les cinq surdoués....à chaque fois qu'ils
se voyaient, les évènements rebondissaient, même les plus banals...
Là, par exemple cette nuit, à 4 heures du matin....les choses ne faisaient que
commencer...Déjà, ils allaient offrir son cadeau d'anniversaire à Tony....tous les quatre
étaient complètement électrisés à l'idée de la réaction d'Antoine à la vue de son cadeau , à
l'exception de Robert peut-être, qui gardait en toutes circonstances un sang-froid
incroyable, même si intérieurement, le volcan bouillonnait. Mais il n'en laissait rien
paraître : c'était Robert. Robert le Magnifique, The Love Machine, La Star, L.M.K.T.C.
(Le Mec Ka Tout Compris), le mec qui assure quoi.

-Tony ?
-Oui ?
-Tu viens, on va faire un tour , t'en as pas marre de rester là, alors qu'il fait si bon dehors ?
(Jean)
-Oui, excellente idée....on pourrait prendre une BREU (Boite Réfrigérée Normes
Européenne) remplie des bouteilles de Bollinger restantes et le reste de bouffe aussi, et se
faire un petit encas sur la plage ?. Et puis un petit bain de minuit là dessus ?. Trop top!!
-Ah ouais, t'as raison (Robert). Je vais appeler Palska pour qu'elle nous rejoigne...J'espère
qu'elle s'est pas endormie...bon tant pis, même si je me fais engueuler, je vais tenter
l'appel.
-On appelle ca, un appel à haut risque.....(Ahmed)
-ou une preuve d'amour (Fred)....
-ou une marque de courage ? (Jean)
-ou un suicide (Tony)......non, je rigole, Rob, y a pas de risque avec Palska, tu le sais
bien....allez, appelle la, va...
-Merci les mecs, vous me filez un des ces moral...en cas de coup dur, je vous
contacterai.....c'est sur...
-Bon par solidarité avec Robert, et puis aussi parce qu'elle est super, je vais appeler Carla
Moore..(Tony)
-Carla Moore...????, tu veux parler de l'arrière petite-fille de Roger Moore, l'ex James
Bond ? (Ahmed)
-oui, c'est bien d'elle dont je parle..elle est très gentille. On s'est rencontré en mai dernier,
pour la sortie de son film "Vampires-Bloodlines". Et elle semblait très désireuse de me
revoir. Et je crois qu'elle reste sur Cannes jusqu'en Novembre.
-tu vas pas me dire que tu vas tromper Marcia cette nuit, non ? (Fred)
-Non, pas de risque. Avec Marcia, c'est très sérieux...Mais, ca ne m'empêche quand même
pas de voir d'autres filles , non ? enfin je veux dire, en toute amitié, bien sûr. Tu sais, je
sais faire la différence entre une petite amie et une copine..
-ok, ok, be calm Tony, everything's ok.. (robert).
-ok for me Robby...
-Bon, contactez vos copines rapidos, et puis on se casse dehors, ok ? (Jean), Et avant la
plage, on a quelque chose à te montrer dans le garage, Tony..

L'immeuble, où se trouvrait l'appartement des parents de Tony était situé près du front de
mer. Donc, comme on l'a dit, pas très loin de "l'hôtel des Stars". L'arrière de l'immeuble
donnait sur une petite rue, jadis très commercante. Une épicerie désaffectée se trouvait
d'ailleurs juste en face du garage.

5 heures du matin. sous-sol du garage.

-Tony, continues à fermer les yeux, on y est presque..(Jean)


-J'espère que vous avez pas fait de folies les gars...pourtant j'en ai bien peur...
-Voilà, c'est bon, on y est...tu peux les ouvrir (Ahmed).
-Ah ouais d'accord....c'est pas possible..je vois pas ce que je vois....c'est pas possible !!!!!
(Tony)
-Et si, c'est possible !!!!! (Robert)
-Je dirais même plus..c'est tout à fait réel (Jean).
-Ah merde......c'est trop cool, c'est vraiment cool....une Spitfire....
-Mon très cher Tony, une Triumph Spitfire, c'est aussi classe que du Bollinger....enfin
presque....(Ahmed)
-Les gars, vous m'avez gâté....une Spitfire Mark 3 année 1969.....bleu roi..sièges en cuir
marron.....woawwww....j'ose à peine y croire.
-Remplis-toi les mirettes, Tony, tu nages en pleine réalité, même si ca te paraît pas
possible (Robert). Elle est vraiment d'époque, le moteur est un 4 cylindres d'origine. Le
tableau de bord en bois n'a pas du tout été retouché..Faut dire, que l'ancien proprio de
cette bagnole la bichonnait plus que sa propre femme. Tu trouveras dans la boîte à gants
un certificat d'authenticité avec toutes les pièces numérotées et cachetées par la marque.
-les "quatre", vous êtes plus que des potes....vous me connaissez mieux que personne...en
plus, vous savez me faire chialer...Mais, dites-moi, vos banquiers doivent faire sacrément
la gueule en ce moment, je crois que vous avez perdu des amis, là.
-Allez, Tony, on t'aime.... profite de cette caisse... et chaque fois que tu seras à son volant,
je suis sûr que tu penseras à nous..(Fred)
-clair et net (Tony).

-Bon, tu l'essaieras plus tard, je crois qu'on a un bain de minuit, enfin je veux dire de 5
heures du matin à prendre.....allez venez les gars....(Robert)....Palska est arrivée...et je
crois savoir que Carla va pas tarder...so come on, guys," let's swim to the moon" !!!!

-"let's swim to the moon, ah ha...


let's climb trough the tide...
penetrate the evenin' that the
city sleeps to hide". (Tony chantait )

-Hey, je vois que que tu connais bien les Doors aussi, Tony....
-Bien sûr Rob, c'est un des mes groupe préférés....

Est-ce que la vie est un rêve bleu ? ..........en tout cas, pour ces cinq garçons, ce nuit -là,
elle l'était...............

***********************************************************************
***************************

- Vous avez des maillots ? (Jean)


-Pas besoin de maillot, mon garçon, il est des moment où il faut savoir rencontrer la
nature en toute simplicité.En d'autres termes, il faut savoir se mettre à nu, si je puis
m'exprimer ainsi (Robert). Allez, c'est parti....(Robert, courant vers la mer).......Venez les
mecs, elle a l'air super bonne !!!! Palska, mon coeur, viens me rejoindre aussi !!!
- Da Rrrobby....Mes mignons, je n'ai pas apporrrté de maillot non plus...mais j'espeurrre
que ma nudité ne vous choque pas...
-Ah noooonnn, elle nous choque....paass du tout, Polka...enfin, je veux dire...Palska,
(Ahmed)
- trrrès bien, alorrrs tout il est parrrfait. (Palska, courant et criant ) : J'arrrive
chérrri......amourrrrrrr !!!!!
-Carla ? (Tony)
-Yes, Tony ?
-Have you ever been in the sea at five A.M. like this time ?
-oohhh, no.. never...so exciting !!!!
- so come on ! let's go !

Et ce fut un vrai moment de bonheur. Durant une heure, ce ne fut que jeux dans l'eau,
plaisanteries, éclats de rires. De vrais gosses. Palska, notamment, avait l'art de mettre tout
le monde très à l'aise, avec toute sa joie de vivre, son exubérance et un humour tout
spécialement importé de Russie. Son accent ne faisait que donner du piquant à une
personnalité déjà tellement attachante. Les quatre copains de Robert devinrent
rapidement très "fans" de Palska. Bon, en plus, elle était canon...ce qui ne gâchait rien.

Après cette belle baignade au clair de lune, ils se retrouvèrent tous autour d'un petit feu,
sur la plage. leur corps avait séché. Ils s'étaient rhabillés. Et ils étaient en train de
déguster les restes de victuailles de la soirée d'anniversaire de Tony. Ahmed, toujours
soucieux de la température de dégustation du champagne était en train de tâter les
bouteilles pour savoir si elles étaient propres à une consommation immédiate.
Heureusement, la qualité des Boites Réfrigérées Portables n'étaient plus à prouver : on
pouvait aisément régler la température des produits à l'intérieur grâce à un thermostat
électronique. Ahmed fit donc le service.
Toute l'énergie de toute à l'heure était maintenant retombée. Ils se sentaient tous calmes,
reposés, parfaitement détendus. Leur voix aussi s'étaient mis au diapason de leur corps, et
ils parlaient à voix basse, sans s'en rendre compte. Le soleil ne s'était pas encore levé
mais déjà la couleur du ciel avait changé, annonciatrice du petit jour.
Enfin, Carla Moore posa la question aux garçons.
-So, what happened few hours ago in the apartment ?. Tony just told me a few words but
i'd like to know more about that.....ok....it's better for all of you if i say that in French. So,
qu'est-ce qui s'est passé tout à l'heure chez Tony ?
-et bien, on pense qu'on a eu la même idée au même moment (Robert)
-Alors, pourquoi vous pas vérifier la idée ? (carla)
-oui, mais comment faire ? (jean)
-il y a un truc tout simple à faire (Tony) : chacun n'a qu'à noter sur son Pda, l'idée qu'il a
eu...Ensuite, Palska et Carla les récupèrent et lisent à haute voix ce qu'il y aura marqué ?
comme ca, on sera sûr de pas avoir été influencé par le discours des uns ou des autres.
Qu'en pensez-vous ?
-c'est simple mais efficace, mon cher Tony, j'approuve (ahmed)
-ok, alors on y va, on commence a écrire..(Robert)

quelques minutes plus tard.

-Allez, maintenant vous me donnez tous vos Pda, mes chérrris....on va vous fairrreu la
lecturrre :

Et le résultat fut tout à fait surprenant :

-pda de Jean : "il faut construire ensemble quelque chose.....quelque chose qui sera notre
lien à tous les cinq"
-pda d'ahmed : " il nous faut un projet commun....genre lieu secret qu'on créérait avec nos
mains et notre imagination"
-pda de Robert : "il serait bon d'avoir un endroit où se retrouver. un endroit bien à nous où
l'on aurait mis toute notre intelligence en oeuvre".
-pda de Tony :"on commence à s'ennuyer un peu..pourquoi ne pas mettre en commun tous
nos dons pour créer quelque chose d'unique et qui nous appartiendrait"
-pda de Fred : "et si on construisait tous ensemble mon "underground dream ?...."

-Unbelievable !!!! c'est so exciting, vous avez eu le même idée...(Carla)


-on en était sûrs mais on n'osait pas se le dire (Fred)....maintenant en tout cas, c'est clair.
Alors.... qu'est-ce qu'on fait avec ca, maintenant ?
-Et bien, voilà ce qu'on pourrait faire....(Tony)............

Et Tony commenca à exposer son plan. Ok, first, ils avaient une idée en commun, l'idée
c'était de construire une sorte de repaire, de lieu secret qui serait connu d'eux seuls. Bon,
c'était à la fois un peu puéril puisque ca faisait sans doute appel au vieux thème de la
cabane qu'on construit dans les arbres, cachée à la vue de tous, surtout des parents. Mais
ca pouvait aussi se révéler très utile en ces temps confus, où le dayly-life-reporting était
utilisé par toutes les polices, même si on n'avait commis au délit et où le concept de vie
privée, tel qu'on pouvait le concevoir à la fin du 20eme siècle, n'était déjà plus qu'un
vieux souvenir. Alors un lieu caché, oui... c'était un espace de liberté. Et puis, c'était fun,
tout simplement, ca mettait un peu de fantaisie dans leur vie peut-être un trop bien réglée.

Voilà comment Tony, voyait les choses : il fallait d'abord trouver l'endroit. Ensuite réunir
les fonds nécessaires à la construction. Pour le reste, pas de soucis, Fred allait utiliser les
plans de son U.D. (Underground Dream) et Ahmed apporterait le support technique à la
construction grâce à toutes ses trouvailles ingénieuses et son sens pratique hors du
commun.

-Pour le endroit, j'ai peut-être une idée (Carla). Au Martinez, jai entendu un vieux
réceptionniste parler de un endroit secret sous l'hôtel qui aurait servi de cache pendant la
seconde world war, au siècle vingtième. Et il a aussi parlé d'une bouche d'égoût, qui était
l'entrée de cette cache. Elle serait pas loin de l'hôtel.
-Voilà qui serait excellent !! (Robert).... En plus comme j'ai de très bonnes relations avec
le maire, j'ai accès à toutes les archives et à tous les plans de la ville. Je crois que je
n'aurai aucune difficulté à repérer cette entrée d'égoût et ainsi on pourrait remonter à la
cache sous le Martinez..
-Parfait !!! voilà pour le premier topic...Bon, ca va demander beaucoup de travail de
recherches, mais voilà en tout cas un point qui semble s'éclaircir (Tony).
-Et pour les fonds ? (Fred)
-Ben, j'ai une petite idée (Jean).....casino....
- CASINO ?????? (tous en choeur)
-Ouais, j'ai mis au point une méthode de gains. Si on passe une soirée entière à la
roulette, on est sûrs de ressortir avec un max de blé !..alors tu parles, si on répète le truc
plusieurs soirs à la suite, on va vite devenir très riches
-Ca paraît intéressant...mais il faut rester prudent Jean,...Si tu commences à gagner de
grosses sommes trop régulièrement, ca va alerter la direction et on risque d'avoir des
problèmes... (Tony)
-Tony a raison, mec (Robert)...il faudrait déjà qu'on se relaie...qu'on y aille un par un :
jamais en groupe. Et deuxio que nos visites au casino soit assez espacée dans le
temps...une fois par mois, pas plus....et Tertio, quand vous irez jouer je m'arrangerai pour
inviter le directeur du Casino à bouffer ou à prendre un verre quelque part (c'est aussi une
connaissance), histoire de détourner son attention. C'est pas bon d'avoir un directeur sur
place, l'oeil rivé sur les caméras de surveillance. Et quand ce sera mon tour, j'inviterai
carrément le directeur à se joindre à moi comme ca, il aura une vision subjective de ce
qui se passe....
-Roberrrt, tu es un vrrrai petit génie mon chou !!!!!! (palska)
-C'est pas un peu malhonnête ce qu'on va faire ? (Ahmed)
-dis-toi que c'est de la Recherche Appliquée (Tony)
-c'est vrai que vu comme ca.....he he he.....(Ahmed).
-Et puis, en plus de l'apport-Casino, j'ai suffisamment économisé durant toutes ces années
pour injecter un maximum de cash perso dans ce projet...(Tony)
-Pareil pour moi (Robert)
-Les enfants !!!! vous pouvez compter sur Palska aussi....Frrructueux investissements en
Ukrrraine m'ont rapporrrté beaucoup de pétro-dollarrrrs!!!!! ca me ferait plaisirrrr de vous
aider.....
-Palska..t'es vraiment une reine !! (Robert)
-well, if you don't mind, j'aimerais aussi aider vous beaucoup (Carla) ....my nouveau film,
Vampires, est au top en ce moment et j'ai trop d'argent à dépenser, hi hi hi hi......really....et
je trouve ca "so funny", votre idée, guys....
-J'appelle mon oncle d'Arabie Saoudite, je suis sûr qu'il va m'envoyer quelque chose...
-Fred, ne t'inquiète pas, ton investissement , même s'il n'est pas financier va être mis
largement à contribution. Tu es la clef de voûte du projet U.D. . Tu en es le concepteur.
(Tony)
-Alors, on démarre quand ? (Fred)
-Dès lundi, c'est à dire, dès notre retour de New-York (Robert)
-New-York ? (Tony)
-ah oui, on t'a pas encore dit (Fred)..... Ben là il est 7 heures du matin. Dans une demi-
heure, on prend un Atmosphérique pour Paris, et de là, un Stratosphérique pour New-
York. On y sera avant midi. Tous les quatre, on tenait à t'inviter à déjeuner chez FROG
( l'un des plus grands resto français de N.Y.). Qu'est-ce que t'en dis ?. Bon, les filles
pourront pas nous accompagner, elles ont pas mal de rendez-vous aujourd'hui, mais on les
reverra bientôt. Dis aurevoir à Carla et à Palska, Tony, et dépêche-toi de préparer ton
sac !!!

Ce fut vraiment une nuit mémorable. Cinq amis qui se révélèrent être quasiment des
frères. Deux nouvelles amies, qui s'intégraient parfaitement au groupe. Une bagnole de
rêve qui attendait dans le garage. Et un projet fou.............Ce qui ne Tony ne savait pas
encore c'est que c'est ses parents seraient là aussi, chez FROG, dans quelques heures...

***********************************************************************
***********************************************************************
***********************************************************************
***********************************************************************
********************************************

[ Ajouter un commentaire ] [ Aucun commentaire ]


# Posté le samedi 15 septembre 2007 15:02
Modifié le dimanche 16 septembre 2007 10:19

suite des aventures de Tony SHAPIRO -3eme episode

LES AVENTURES DE SHAPIRO- EPISODE 3.


Cinq années ont passées depuis cette mémorable nuit.
Nous sommes toujours à Cannes, il est 11 heures du matin, le temps est superbe, grand
soleil, ciel bleu. Une belle journée de juin qui s'annonce. Beaucoup de cyclistes ce matin,
des joggers aussi et bien sûr des piétons flânant sur le front de mer.

Tony est en train de prendre un expresso au "palm square". Costard ivoire, chemise
marron, en soie. Pas de cravate aujourd'hui. Il lit ses messages sur son Pda : Ah! un
message important. Un de ses meilleurs clients (et un des plus excentriques aussi !)
souhaite acquérir une Ferrari 250 GT Lusso pour son prochain mariage. En 2044, trouver
une voiture de ce type, c'est devenu quasiment impossible. Pour les amateurs de voitures
anciennes, ca relèverait de la quête du Graal. Bon, Antoine est quand même bien au
courant d'une Lusso qui a appartenu à Steve Mac Queen, un acteur américain des années
1960 . Marron métallisée, intérieur cuir beige : une vraie merveille. Il ne l'a vu qu'en
photos sur le net, il y a très longtemps. On a perdu la trace de cette voiture en 2020. Est-
ce qu'il accepte l'affaire ? Tony hésite...Bon, il se laisse deux jours pour la réponse. Et
puis il a pas trop envie de se prendre la tête ce matin. Juste profiter du moment. Il
commande un deuxième expresso. Une très jolie Cannoise vient de s'assoir à côté de lui
et commence à le draguer discrètement. Tony sourit. Il ne donnnera pas suite à cette
drague, mais il adore être là, aujourd'hui, dans ce café. Avec ce magnifique soleil de fin
de matinée.

Son Pda sonne.....c'est Ahmed.


-Ahmed ? Comment va ? ca fait super longtemps qu'on s'est pas contacté..ca fait quoi,
presque qu'un an, non ? .ca me fait vraiment plaisir de t'entendre !
-Hello, Tony...ben tu sais, ici, c'est beaucoup de business..San Francisco, c'est une ville
qui bouge tellement...il y a toujours de nouveaux clients qui veulent posséder des trucs
extraordinaires !! j'arrête pas...mon cerveau est en perpétuelle ébullition ! parfois j'ai
envie de faire un break !
-je te comprends Ahmed..Fais comme moi, relaxe-toi dès que tu le peux..jouis de la vie !
-Facile à dire, Tony, facile à dire..
-Mais, dis-moi, Ahmed, je te sens un peu stréssé, là. Et je suis pas sûr que ce soit dû qu'à
ton boulot!! y a un problème ??
-Ben en fait, ouais, y a un gros problème. Mais laisse-moi t'expliquer.....

Et Ahmed de se lancer dans une explication exhaustive des évènements qu'il avait vécu
ces dernièrs jours. Tout d'abord, il avait rencontré Palska à San Francisco lors d'un salon
sur "la cuisine internationale" trois jours auparavant. Belles retrouvailles, bon restaurant
chinois. Sauf que Palska était très inquiète : elle n'avait plus de nouvelles de Robert
depuis une semaine, dernière fois qu'il s'étaient vus. En réalité, Palska et Robert ne
vivaient plus ensemble depuis deux ans. Mais ils avaient su conservé une profonde amitié
l'un pour l'autre. Avant leur séparation, ils vivaient à Moscou dans la propriété de Palska
et Rob se déplacait fréquemment en Europe de l'Ouest pour son job : il travaillait pour le
gouvernement français comme "diplomate". Ses fréquentes absences plombèrent pas mal
leur vie de couple et ils décidèrent finalement de se séparer.
Ils se voyaient depuis, assez régulièrement, en copains, et s'appelaient souvent. Mais
depuis une semaine, plus aucune nouvelle. Tous les messages que Palska avaient laissé
sur le Pda de Rob étaient réstés sans réponse.
Ahmed l'avait réconforté de son mieux, lui disant qu'une semaine, c'est une durée assez
courte. Et puis que Rob avait peut-être rencontré quelqu'un. Là-dessus, ils s'étaient dit au
revoir et Palska avait repris son avion pour la Russie, tranquilisée d'un côté par les
paroles d'Ahmed, mais avec une pointe de souffrance à l'idée que Robert ait entamé une
nouvelle histoire d'amour.
L'histoire aurait pu en rester là, si Ahmed n'avait pas reçu, pas plus tard qu'hier, un
curieux message.

-Un message ?, quel type de message ? (Tony)


-Ben, c'était hier soir, je regardais un film sur mon ScreenView, lorsque l'écran s'est
brouillé et il y a une super nana qui est apparue à l'image et qui m'a dit d'une voix très
sexy :"attention, Ahmed, tu vas bientôt être sur écoute".
-Et t'as fumé quoi hier soir ?, file-moi l'adresse de ton dealer, ca a l'air terrible !!!!
-Arrête Tony, c'est pas drôle.....
-Bon ok..Mais la nana, comment elle était ? tu pourrais la reconnaître ?
-Non, en fait, c'était un modèle virtuel, comme dans les jeux vidéo. Et donc elle m'a
transmis ce message..et puis l'image a disparu et le film s'est remis en route !
-Vraiment curieux !! t'as un enregistrement de ca ?
-oui, j'en ai conservé un : heureusement, j'avais mis le film en mode "record". Bizarrre,
hein ?...et du coup, je me suis dit qu'il y avait peut-être un lien avec la disparition de
Robert...
-Parce que maintenant, tu crois qu'il a vraiment disparu !
-Depuis, hier soir, oui, je le pense.

deux minutes de silence complet..un centaine de milliards de neurones en pleine action..

-Bon, Ahmed. Je crois que tu as raison...y a un problème là....Ecoute moi attentivement,


je ne le répèterai pas une seconde fois : Primo, dès notre conversation terminée, tu détruis
ton Pda. Deuxio, tu quittes ton appart immédiatement et tu prends une chambre d'hôtel.
Tertio, on se retrouve dans deux jours à l'U.D.. Tu n'as qu'à confier ton business à
quelqu'un de confiance pendant ton absence. Au fait, n'oublie pas l'enregistrement. Fais
gaffe à toi. Fin de l'appel.

************************************************************

Tony se met au volant de sa Spitfire et il démarre. Rien de tel qu'une petite virée dans
l'arrière-pays cannois pour vous remettre les idées en place. Pour lui, c'est le meilleur
moyen de réfléchir. Et puis il a besoin d'être seul et de ne pas se faire remarquer. C'est
vrai que depuis la grande crise pétrolière des années 2020 et le pic de pollution de 2030,
peu de voitures, dites "classiques", circulent dans les rues de Cannes et le simple fait de
voir un cabriolet Triumph est un vrai spectacle pour les petits et les grands. Pour les
propriétaires de véhicules anciens comme celui-ci, une licence spécifique est demandée,
qui prouve que le conducteur utilise le carburant "clean-oil" : ca a la couleur de l'essence,
ca a les propriétés explosives de l'essence, mais c'est pas de l'essence. Carburant de
synthèse. Entièrement écologique, aucun déchet nocif pour l'environnement.

Antoine branche son Pda sur le media-player-system de sa voiture et le met en mode


"music-display". Titre choisi : "good times" du groupe "chic"-années 80. L'heure est
grave.Il fait un rapide bilan de la situation. Robert a disparu, c'est sûr. Ce que lui a dit
Ahmed a suffi pour le convaincre. L'autre fait inquiétant : une tierce personne espionne
Ahmed, sait où il habite et sait comment pirater l'ordinateur central de sa maison à San
Francisco.
Ce qui le rend perplexe, c'est la manière dont ce message a été envoyé et sa teneur. Ce
n'était pas un message hostile, au contraire, plutôt un avertissement amical. Et la nana
sexy sur le screenview dénotait d'un esprit espiègle de la part de son auteur. Ce qui n'était
pas pour éclaircir l'affaire.
En tout cas, ce message disait clairement à Ahmed qu'il était en danger. Et Ahmed venait
de rencontrer Palska tout récemment. On ne pouvait que faire le lien entre la disparition
de Robby et ce curieux avertissement.
Si ce messager inconnu avait fait le lien entre Robert et Ahmed, il pouvait le faire aussi
bien avec les trois autres, c'est à dire avec lui-même, Tony, mais aussi Fred et Jean. Il
fallait donc les avertir de la situation assez rapidement.

Tony fait rugir le quatre cylindres de sa Spit une dernière fois avec un double débrayage
savamment dosé, il actionne les freins d'un coup de pédale brusque...les pneus
crissent....la bagnole stoppe net devant chez lui. La ballade est terminée.

y a un gros boulot, là.......

-Hey, mi corazon, como estàs ?


-heuuu...Marcia, j'ai un truc à te dire là..ca va pas être évident à entendre..
-Tony, qu'est-ce qui ce passe Carino ?
-Tu me fais confiance ?
-Bien sûr mon Tony adoré, et depouis toujours jé té fais confiance à toi... tou le sais non ?
-Ben écoute, si tu me fais confiance, alors.. il va falloir faire exactement ce que je vais te
dire à partir de tout de suite..
-Bien, amor..Mais avant, tu vas me goûter ce pollo a la plancha que je t'aies préparé...avec
des poivrons, comme tou aimes...
-Les poivrons attendront ma chérie..
-Tou es sour ?
-Tout à fait sûr...écoute, tu vas préparer tes valises, prendre tout ce dont tu as besoin, et on
se tire....
-Y el pollo ?...
-Bon, d'accord, on va bouffer le poulet avant...Mais après le repas, tu fais ce que j'ai dit,
ok ?...tiens, tu n'as qu'à me servir un verre de Bandol, ca va me décontracter..
-Tou sais, Tony, que j'ai aussi un bon remède pour te décontracter...quelqué chose de plou
efficace que el pollo....hi hi hi hi !!!
-Yes i know, enfin, je veux dire, oui je sais...mais là tout de suite, ca va donner rien de
bon. Vaut mieux remettre ca a plus tard mon amour....
-Comme tou veux....tiens, voilà ton verre,
-Merci Marcy.
-J'adore quand tou m'appelles Marcy....
-Je sais my love...

Le repas fut savoureux. Le poulet excellent, ainsi que les poivrons. Ainsi que les baisers
de Marcia...l'après-midi se passa dans cette atmosphère sensuelle...De toute façon, Tony
avait décidé qu'il était préférable d'y aller à la nuit tombée....plus prudent.

Donc, 8 heures du soir.

-ok, tes affaires sont prêtes ?


-oui, Tony, tout il est parfaitement prêt, amore mio..
-bon, on y va alors..je t'emmène dans un endroit tout à fait extraordinaire.
-On prend la voiture ?
-Pas la peine, c'est à deux pas d'ici...c'est même carrément en face...let's go my love...
-oh, j'adore quand tou m'appelles my love..
-oui, je sais ca, Marcia....

Et, à la nuit tombée, bagages à la main, ils s'en furent vers l'UNDERGROUND
DREAM", que lui et ses amis avaient construit cinq ans plus tôt.

FIN DU 3eme EPISODE.

copyright.13.09.2007
[ Ajouter un commentaire ] [ 1 commentaire ]
# Posté le samedi 15 septembre 2007 20:11
Modifié le samedi 15 septembre 2007 20:46

LES AVENTURES DE TONY SHAPIRO- EPISODE 4

LES AVENTURES DE TONY SHAPIRO- EPISODE 4.

Beaucoup de monde pour cette soirée de remise des clefs de la ville. Et du beau
monde..en fait, tout le gratin de Barcelone est là, qui de son costard le plus high-tech, qui
de sa robe la plus flashy. Un gentil petit brouhaha de soirée mondaine en background,
avec cà et là quelques éclats de rire aigües et forcés, et toujours le glouglou pétillant des
bouteilles de champagnes qui se vident. Mais on est pas n'importe où là. Non. On est dans
la maison Batlo. Ou plutôt "la casa Batlo", une des plus célèbres demeures construites par
le grand architecte espagnol du vingtième siècle, Antonio Gaudi, et située sur le passeig
de Gracia. Le maire de la ville a tenu à ce que la cérémonie se passe ici, pour rendre
hommage au jeune et talentueux Frederic Demongeot.
-Senores y Senoras, un poco de silencio por favor (le maire)..
Le silence se fait progressivement.
-(le maire à nouveau) : Eccepcionalmente, hablaré en Frances...
Petits rires entendus dans la salle..
-Mesdames, méssieurs... Il est des génies catalans qui ont marqué lé vingtième siècle :
Salvador Dali en fut un. Antonio Gaudi en fut un autre, qui a bâti cette magnifique
maison où nous nous trouvons cé soir. Mais le génie n'a pas de frontière et il sait traverser
les siècles. Et oun génie, j'en ai un à côté de moi en cé moment . C'est pourquoi, en raison
des services qu'il a rendou à notre ville en tant que décorateur et architecte dé gran talent,
et pour avoir entièrement rénové oun des plus beaux quartiers de Barcelone, jé l'honneur
de remettre ce soir les clefs de notre chère ville à Monsieur Frederic Demongeot, citoyen
français, mais surtout artiste du monde entier !!
Applaudissements nourris...
Fred est là, debout à côté du maire et ces applaudissements lui sont destinés..les flash des
appareils photo crépitent..il est très ému..
Deux minutes de vrai bonheur. Et à suivre un bon quart d'heure de serrements de main, de
baisers chaleureux, d'encouragements sincères.
Une fois ce moment passé, le gentil brouhaha mondain revient s'installer petit à petit. La
foule se disperse dans les différentes pièces de la maison, verre à la main. Fred est en
train de remercier le maire, lorsque son Pda vibre dans la poche de sa veste.

-Allo ?
-Salut Fred, c'est Tony..je te dérange pas ?
-attends deux secondes... (au maire) : excusez-moi, je dois vous laisser quelques
minutes...un appel important.
-no te preocupes, Frederic, vale...(le maire)
-(Fred, reprenant son Pda et s'éloignant du maire). Tony ? comment vas tu ?....mais dis-
moi, j'ai un algorithme qui est en train de défiler sur mon Pda, tu serais pas en train de
m'appeler sur la ligne secrète, depuis l'U.D. ?
-heuu...en fait, oui, on est là-bas, avec Marcia..et on attend Ahmed qui doit arriver
demain, si tout va bien..
-Si tout va bien ?..Mais qu'est-ce qui se passe ? je t'en prie, Tony, dis moi la vérité..

Petit topo de Tony à Fred sur les évènements des derniers jours. Pas le temps de s'étendre
trop longtemps sur la situation et de lui faire part de ses convictions profondes.

-Bon, j'ai compris..je rapplique (Fred)


-Ok, Fred, on t'attend...au fait, j'ai changé le code de l'entrée pour plus de sécurité. Tu le
trouveras là où tu sais. bye..et prends soin de toi..
-ciao Tony..

Fred revient vers le maire, il a décidé de faire honneur à sa soirée et de rester jusqu'au
bout. Mais dès demain, au petit jour, il prendra un avion pour Cannes. Même s'ils ne se
sont pas vus depuis longtemps, les "quatre" sont toujours restés dans son coeur et les
souvenirs qu'il a d'eux sont indélébiles. Aucune hésitation pour lui. Demain, il va tout
mettre en oeuvre pour qu'on retrouve Robert.

******************************************************
05380.

ZERO...BIP....FIVE...BIP...THREE...BIP...EIGHT...BIP...ZERO...BIP...

ACCESS GRANTED...

Ahmed vient de composer les cinq chiffres du code d'ouverture de la porte. Il a traversé
pour cela les quelques cinquantes mètres qui séparent la trappe, de l'entrée proprement
dite du complexe Underground Dream.
Il leur en fallu du temps, cinq ans plus tôt, pour agrandir la trappe et le tunnel-
canalisation, afin d'en permettre l'accès à tout le matériel qu'ils durent transporter et
entreposer dans les sous-sols. Robert avait fait un boulot extra : grâce une analyse
minutieuse des plans de canalisation du secteur-"Martinez", à des recoupements, à des
lectures historiques et bien sûr à des conversations avec le maire de la ville, il avait fini
par déduire que l'entrée exacte de cette vieille cachette se trouvait dans le sous-sol d'un
magasin désaffecté. Et il avait raison. Ce magasin n'était autre que la vieille épicerie
fermée qui se trouvait en face de l'immeuble de Tony.
Tout ne fut après que transformation, agrandissement, facilitation d'accès. Tout cela dans
une discrétion absolue bien sûr. Ca se passait toujours la nuit, avec du matériel très
silencieux, souvent inventé par Ahmed qui donna alors toute la mesure de son génie.
L'apport logistique de Palska ( Elle avait fait venir par containers directement de Russie
toute une armada de robots-constructeurs) fut pour le projet une aide inappréciable. Ces
robots devaient bien sûr être acheminés jusqu'au lieu de construction dans le plus grand
silence et le plus grand secret. Palska se révéla géniale dans l'art de l'intrusion et de la
dissimulation. Techniques dignes d'un débarquement militaire. Bon, elle était pas Russe
pour rien.
Et puis, ils prirent leur temps. Mieux valait privilégier la discrétion et l'efficacité plutôt
que la rapidité et les risques de fuite.

Au bout de six mois de travaux acharnés, de nuits blanches, de week-ends sacrifiés, de


vacances laborieuses..ils réussirent...ils et elles bien sûr, puisque le groupe était
maintenant formé de sept personnes à temps plein. Sauf pour Carla, qui avait des
tournages cinématographiques à effectuer régulièrement.

Le 14 mars 2040, l'UNDERGROUND DREAM était opérationnel.

Dans l'euphorie des premiers moments, ils y séjournèrent presque à temps plein. Ne
prenant que de rares bouffées d'air pur à l'air libre. C'était leur jouet, leur bébé, leur
fantaisie devenue réalité.
Ce fut une succession de fiestas pendant plusieurs semaines et même plusieurs mois : le
moment de la récompense qui suit les moments de dur labeur. Lachage complet. Ahmed
aurait dit phénomène de décompensation.
Et puis, au bout de 3 mois, ils se dirent quand même qu'ils avaient une vie sociale et
professionnelle à mener à l'extérieur. Il fallait qu'ils se bougent !!
Chacun reprit sa vie...et Dieu sait que leur chemin divergèrent pas mal !! mais pendant la
première année après la construction, ils se réunirent régulierement dans leur repaire et y
apportèrent beaucoup de modifications, surtout technologiques...Car toute l'architecture
et la déco intérieure étaient bien en place.
Ils se dirent aussi que l'U.D. serait pour eux une sorte de Q.G. dormant, c'est à dire qu'ils
pourraient l'activer à n'importe quel moment, même après une longue période d'absence.
Car ils savaient bien que leur vie professionnelle allait être trépidante....les uns ayant des
projets dans les affaires, qu'elles soient commerciales ou politiques....les autres rêvant
sinon de gloire, du moins d'une certaine notoriété.
Palska pensait que pour l'espionnage commercial ou industriel, ca serait pas mal non
plus!!!! car ce complexe souterrain était doté des dernières merveilles de la technologie
du milieu du vingt et unième siècle et en liaison directe avec l'extérieur. Bon... ce n'était
qu'un joke ! Palska adorait provoquer. Carla Moore, déjà super connue en tant qu'actrice,
voyait ce lieu comme un hâvre de paix et un échappatoire à des paparazzis trop
gourmands!

En tout cas, que ce soit pour le fun ou pour des affaires plus sérieuses, ils pensaient que
l'Underground Dream leur serait de toute façon très utile tout au long de leur vie. Et ils ne
se trompaient pas.

**************************************

Donc Ahmed entre dans le "rêve de Fred"...il est minuit...Marcia et Tony, sont en train de
boire un "Marokko" (un "Marokko, c'est 3 doses de café glacé pour une dose de whisky,
servi de préférence dans un verre long et étroit), assis sur les sièges hauts du bar, dans la
salle-lounge du premier sous-sol (ou niveau 1)...ils l'attendent tranquillement....l'air est
doux et frais.

Mais à quoi ca ressemble exactement l'underground dream ?

Pendant qu'Ahmed, Marcia et Tony se retrouvent chaleureusement, on va faire un peu le


tour du propriétaire....

D'abord, l'U.D., c'est une ambiance.


Fred, très largement influencé par l'architecture espagnole, a voulu un truc genre
"Alhambra de Grenade". La piscine-jardin, au 3eme et dernier sous-sol, reproduit assez
fidèlement les jardins et les fontaines de ce palais construit par les Arabes au treizième
siècle. Les jets d'eau, installés tout autour de la piscine forment un alignement d'arches
cristallines. Au centre de celle-ci, une immense vasque fleurie. Tout autour du bassin, une
végétation luxuriante : des plantes odorantes, des arbres en fleur, des palmiers nains. Une
débauche de couleurs : rouge, violet, jaune, vert, rose...disséminés un peu partout dans
cette nature, de petits bancs en pierre pour s'assoir et discuter lorsqu'on est sorti du bain.
Le raffinement.
Pour rajouter à cette atmosphère dépaysante, tout le plafond voûté de cette immense pièce
rectangulaire a été traité avec de l'éclairage samplé, c'est à dire qui imite à la perfection le
ciel avec toutes ses nuances, son intensité de lumière, ses nuages, son soleil. Cela peut
aller du petit matin au coucher du soleil, et d'ailleurs le "light-sampler" est directement
relié à l'horloge de l'ordinateur central. De même que le "air-sampler" qui reproduit
fidèlement l'air naturel et toutes les odeurs subtiles et suaves de la nature.

On monte ensuite au deuxième sous-sol par l'ascenseur principal. Là, une sorte de cloître
carré. A l'interieur du cloître, un magnifique patio. Une fontaine de pierre au centre...de
petites tables et chaises installées ca et là..un peu ambiance café oriental, avec des
"azulejos" tapissant le sol et les murs...Et, dans le couloir du cloître, des portes en bois
massif donnant dans les chambres...six en tout, avec salles de bains privatives, cela va de
soi. Des chambres directement inspirées dans leur déco, du célèbre parador de
l'Alhambra. Et Bien sûr, même utilisation de l'air-sampler et du light-sampler pour ce très
joli cloître hispano-arabe.

Le premier sous-sol qui donne directement sur l'entrée principale est nettement plus
moderne dans son style. Fred a vraiment voulu ce contraste violent entre le très ancien et
l'ultra moderne. D'abord la cuisine, "full-options", faisant face à l'entrée. A droite.....une
grande salle, ambiance et aménagement lounge-bar : lumière tamisée..tout le sol en
marbre noir nervuré de blanc...meubles ultra-design, rétractables dans le sol (et oui,
quand on fait une grande fête, c'est très pratique d'agrandir la salle grâce aux meubles
rétractables). D'un côté de la salle, très joli bar tout en verre....De l'autre, et prenant toute
la hauteur du mur, un aquarium géant.

En suivant le couloir qui sépare la cuisine de la salle principale on accède à une pièce qui
pourrait faire penser à une petite salle de projection, exceptée qu'elle est munie en son
centre, d'une immense console rappelant les tables de mixage les plus perfectionnées du
moment.
C'est le coeur de l'Underground....son centre nerveux....C'est de là que tout le complexe
U.D. est géré...c'est là qu'est situé l'ordinateur central...Et c'est de là qu'on peut visionner,
grâce au Screenview surboosté (dimensionnement de l'image maximal, trente pour cent
de plus que ce que l'on peut trouver dans le commerce), tous les fichiers, images en temps
réel piratées sur les caméras de ville, images satellites, etc, etc.......enfin, tout est
disponible, grâce à un système de "hackage" permanent, discret et intelligent , mis au
point, après des nuits d'insomnie, par Jean et Ahmed. C'est une fabuleuse connexion au
monde extérieur. C'est de là, d'ailleurs que Tony a appelé Fred sur son Pda, en brouillant
la source de l'appel.
Et c'est maintenant là, que se sont réunis Tony, Ahmed et Marcia, non pas pour pirater le
Pentagone, mais simplement pour regarder un bon film avant d'aller se coucher......car les
fauteuils y sont très confortables et le Screenview, d'excellente qualité !!!

-Moi, je me materai bien un vieux Tarentino, si vous gêne pas..(Ahmed)


-ah mais, avec plaisir...tu sais bien que je suis fan (Tony)
-Si, va bién pour moi aussi, les garçons....j'adoré John Travolta quand il est avec son short
et son tee-shirt!! (Marcia)

L'image se forme sur le mur.....premières scènes du film "Pulp Fiction" : une nana et son
mec, hyper amoureux, genre gentil petit couple, assis face à face dans un resto américain
sont en train de régler les derniers détails de leur imminent braquage...ils s'embrassent
tendrement avant de dégainer leur flingue devant les clients du resto médusés. Tony
savoure et avale une gorgée de "Marokko"...ses doigts s'entremêlent instinctivement à
ceux de Marcia. Il est aussi super content d'avoir Ahmed à ses côtés, qu'il n'avait pas vu
depuis longtemps.

Ils vont pouvoir faire du bon boulot ensemble pour retrouver leur pote.....

FIN DU 4EME EPISODE.

Copyright. 13.09.2007

[ Ajouter un commentaire ] [ Aucun commentaire ]


# Posté le mardi 18 septembre 2007 20:03
Modifié le mercredi 19 septembre 2007 06:48
LES AVENTURES DE TONY SHAPIRO- EPISODE 5

LES AVENTURES DE TONY SHAPIRO- EPISODE 5.

Une tranche de pain de mie beurrée débordant de confiture d'orange aux zestes d'agrumes
. Des oeufs brouillés, du bacon, un grand bol de café. Un verre de jus d'orange. Des
miettes partout. Le tout posé sur une petite table métallique de bar. En fonds sonore, un
"scrontch-scrontch" pas du tout discret. Parfois un "sluurp", et de temps en temps un
"mhummm".
C'est Ahmed qui est en train de prendre son petit-dej...il est aux alentours de dix heures
du matin. Ahmed est dans le patio du deuxième sous-sol et se sent comme chez lui : cet
endroit lui plaît plus que tout au monde : Même si c'est un lieu un peu factice,
puisqu'entièrement reconstitué, il y trouve un "il-ne-sait-quoi" d'apaisant, de rassurant,
presque de nostalgique. Il ne saurait prendre son breakfast ailleurs qu'ici lorsqu'il séjourne
dans le complexe souterrain. Mais il faut pas l'embêter, Ahmed, quand il mange dans le
cloître...surtout pas l'interrompre, au risque de se prendre un retour genre "tu vois pas que
je mange ?" ou pire "faites pas chier" ou pire encore...le silence complet, lourd de
menaces.

Tony sait tout ca puisqu'il connaît Ahmed par coeur...ils en ont connu ensemble des
réveils difficiles, des retours de boîtes... des matins calmes aussi, assis tous ensembles à
une terrasse de café..il a toutes les versions, de la plus "hard" à la plus "soft". Cependant,
maintenant, il s'agit pas de lambiner. Il faut agir vite. Aussi, Tony, malgré l'effet
"boomerang" qu'il suppose, intervient à travers le micro de la salle de contrôle.

-ALLO...ALLO...Ahmed est demandé d'urgence dans le "CORE".....je répète, Ahmed est


demandé dans le "CORE".....

-Quoi ? Déjà ?...non mais c'est quoi ici...un camp d'entraînement militaire ?...(Ahmed).

Ils s'étaient tous les trois couchés à 3 heures du matin, Tarentino oblige, et c'est pourquoi
Ahmed avait un peu de mal à émerger. Tony et Marcia, eux, étaient debout depuis huit
heures.

Ok... Ahmed, pour une fois, ravale sa haine d'avoir été interrompu dans son breakfast,
lâche sa cuillère et sa tartine et avale d'un trait le restant de café. C'est vrai que les
circonstances sont quand même exceptionnelles : il s'agit de venir en aide à leur copain
Robert.
20 minutes plus tard et une douche express prise par Ahmed.

Ils sont dans la salle de projection de l'U.D.

-Ahmed, passe moi l'enregistrement que tu as, on va voir ce qu'on peut en tirer (Tony)
-très bien mon cher Tony, je le mets dans le lecteur...

Film qui défile...brouillage de l'image...apparition d'une super nana virtuelle...son


message à Ahmed....brouillage à nouveau et film qui reprend.

Tony, perplexe...très concentré.


Marcia revient avec trois expresso.

-C'est étrange, je suis sûr d'avoir vu cette fille quelque part..(Tony)


-Tony, enfin, ce n'est pas possible. (Ahmed)..tu vois bien qu'elle n'est pas réelle..c'est
peut-être le "live-capture" qui t'induit en erreur. Tu sais ils ont fait tellement de progrès
ces dernières années sur les personnages virtuels qu'on pourrait s'y méprendre..
-Non, je t'assure...tu sais, j'ai l'habitude de jouer aux jeux vidéo et je sais qu'on peut
confondre un "virtuel" avec un "réel". Mais là, c'est pas pareil...ce visage..ces
expressions...attends..laisse-moi réfléchir quelques minutes...

Marcia a posé les cafés sur la console..Elle prend un gros dossier qu'elle avait laissé la
veille.
-hey, Tony, tou sé..Jé t'avais parlé de ce trafiquant espagnol, José Ramirez, qui a des
problèmes avec le gouvernement français..jé dois lé récontacté aujourd'hui pour son
procès..tou permets qué j'utilise le "CORE" pour ca ?
-(Tony, toujours dans ses pensées)....heuuu.. qu'est-ce que tu dis ?
-Ah madre mia, laissé tombé Tony..on en réparlé plou tard...
-Désolé (Tony).....ah mais ca y est...je sais où j'ai vu cette fille !!!! c'est une nana qui m'a
dragué au "Palm Square" il y a deux jours !!!!
-Comment ca dragué !!! (Marcia)....Alors comé ca, Monsieur Tony, cé fait dragué à la
terrasse de oun café...Ma, cé quoi ca....

Ahmed a immédiatement compris la situation. Une tornade "force 5", baptisée Marcia, est
en train de se former dans la salle de projection. Une seule solution : la fuite...
Il s'accroupit discrètement et se dirige vers la sortie. Il va en profiter pour finir sa tartine
de confiture au niveau -2, et se reprendre une douche, beaucoup plus longue cette fois.

Midi trente. L'heure du déjeuner. Une voix synthétisée annonce l'arrivée d'un visiteur à la
porte du complexe. C'est Fred.

La porte s'ouvre. Fred entre directement dans la cuisine en face avec ses bagages.
-Salut la compagnie !!! ca boume !!
-Ah mais ca...Fred!! (Ahmed)..Comment vas-tu, vieux frère!! (à l'oreille de Fred) : ne fais
pas attention aux deux autres, ils sont, je pense, dans une phase divergente en ce moment.
Mais tu les connais, je suis sûr que ca va passer.

Les visages de Tony et Marcia se décrispent..La joie des retrouvailles dissipe le malaise
d'une trahison supposée (par Marcia)...

Les verres tintent, les cocktail-glasses se remplissent, les cigarettes s'allument, les
bavardages s'installent, plus gais que tout à l'heure....la vie reprend, quoi...

-Tu as réussi à trouver le nouveau code alors ? (Tony)


-Oui, je suis passé à la réception du Martinez, j'ai demandé à contacter Carla, et on m'a
dit qu'elle m'avait laissé un message pour mon arrivée...Le réceptionniste m'a laissé une
enveloppe. Je l'ai décachetée et j'ai trouvé le code de la porte à l'intérieur. Joli boulot,
Tony, c'était finement joué!!
-Ah ben, tu sais, on est surdoué ou on l'est pas, non ?
-eh eh eh (Ahmed)
-Ok, tout lé monde, si vous lé voulez, jé vais vous faire...(Marcia)
-Un pollo a la plancha ? (Ahmed)
-Non, gros nigaud....des chipirones!!! ca vous dit ? (Marcia)
-Rien ne saurait nous faire plus plaisir!! (Tony. Petit clin d'oeil à Marcia). Petit clin d'oeil
renvoyé.

Ces deux-là, ils s'aimaient vraiment, c'était évident. Malgré des conditions
météorologiques parfois imprévisibles (ouragans, cyclones, tornades). Ca c'était Marcia.
Heureusement, le grand calme de Tony venait toujours tempérer ses débordements.
Finalement, ils étaient très complémentaires.

Cette fois, c'est du sérieux. Marcia a préféré s'isoler dans leur chambre pour bosser sa
plaidoirie. Et peut-être aussi pour éviter de revoir cette "grélouche" (ce sont ses termes)
sur la vidéo.
Les trois garçons, après moultes cafés, cognac et cigares, se sont réunis dans le "CORE".
Ils revisionnent le message reçu par Ahmed dans sa maison de San Francisco.
-Alors, tu es certain d'avoir rencontrer cette fille ? c'est tout bonnement surprenant...
(Ahmed)
-Tout à fait certain... c'était avant-hier matin...elle m'a dragué, c'est vrai...mais je ne lui ai
pas rendu cette politesse.
-Peu importe (Fred)...l'essentiel, c'est de savoir que cette fille existe vraiment...on a fait
un grand pas..maintenant on peut mettre un visage sur la personne qui a alerté Ahmed et
qui t'as espionné.
-Il faut la retrouver !! (Tony)
-Comment ? (Ahmed)
-Ahmed, il faudrait créer un link informatique entre les images des caméras de ville ,
extérieures et intérieures, et l'image virtuelle de cette fille. Ca va forcément nous donner
sa position actuelle...Si elle se trouve toujours à Cannes en ce moment, bien sûr..ah ouais,
au fait...est-ce que tu pourrais me faire une recherche parallèle avec les mots clés "ferrari
250 gt lusso", "steve mac queen" et "dernière image" ? tu peux faire ca ?
-Mon très cher Tony, c'est comme si c'était fait !!! (Ahmed)

-Des nouvelles de Jean ? (Fred)


-Oui, je l'ai contacté ce matin (Tony). En fait, il travaille à New-York en ce moment, il est
consultant-expert sur différents projets. C'était super difficile pour lui de se libérer..Du
coup, je lui ai demandé qu'il se mette en relation avec Palska et qu'il nous tienne au
courant s'il avait des infos de son côté. Et puis surtout, je lui ai dit de se tenir sur ses
gardes et de nous avertir dès qu'un évènement un peu curieux surviendrait. Il m'a promis
de le faire.

-Regardez mes chers amis, l'ordinateur est en plein travail ! (Ahmed)

Actuellement, sur le ScreenView, on peut voir une image principale en fonds d'écran,
celle de la fille virtuelle mystérieuse...et en inscrutation, plusieurs dizaines de vidéos en
cours de lecture : les caméras de la ville de Cannes en cours de hackage.
Soudain, les contours d'une des vidéo clignotent en vert et un petit bip se fait
entendre....les autres vidéos s'arrêtent..le film selectionné s'agrandit sur tout l'écran et on
distingue alors une jeune femme, sortant de chez Louis Vuitton, sur le Boulevard de la
Croisette. Très jolie fille : grande et svelte, cheveux longs très bruns, des jambes fuselées
mises en valeur par un short blanc très court. Petite veste blanche cintrée et boutonnée
noir, se terminant par un col Mao. talons aiguilles aisément portés. Démarche souple et
facile mais pas trop aguicheuse. Le bon équilibre. Ca balance, mais sans plus.

-Ok, Ahmed...mets-moi une image " AGRANDI-VISAGE" en inscrutation s'il te plaît, et


continue à faire défiler la vidéo...il faut pas la perdre.

On est toujours sur quelque chose de beau. Yeux bleus en amande, nez étroit et
légèrement retroussé...ce qui lui donne un côté un peu enfantin...lèvres charnues....teint
hâlé...peut-être une origine méditérrannéenne. Sa bouche ressemble à celle d'une actrice
italienne, maintenant très âgée, mais qui a eu son heure de gloire dans les années
2000..Tony essaie de se rappeler...Bianca Bellusi, Bianca Bertoldi..non, c'est pas ca..ah
oui, ca y est : Monica Bellucci !!
En tout cas, c'est bien elle. Aucun doute. C'est bien cette jolie Cannoise qui s'est assise à
côté de Tony au Palm Square, deux jours plus tôt. L'ordinateur confirme aussi :
ressemblance à 100% avec le modèle virtuel.

Antoine dans un geste rapide branche son Pda sur l'U.D.C. (Underground Dream Core).
Dix secondes. Il se lève et se dirige vers la sortie.

-Eh, Tony, mais où vas-tu ? (Fred)


-Je vais la chercher !!
-Mais qui ? (Ahmed)
-Ben...la fille...je vais la chercher et la ramener ici. Mon Pda est maintenant connecté au
"Core"..ce sera un jeu d'enfant !!
-Et qu'est-ce qu'on dit à Marcia ? (Ahmed)
-Que je reviens.....(Tony)

Boulevard de la Croisette. 19 juin 2044. il est 15 heures.

-Mademoiselle ? (Tony)

Vladinnha Drake se retourne....

VLADINNHA DRAKE :

-24 ans.
-Orpheline à l'âge de 7 ans. Parents, espions pour le compte de la France, tués par des
terroristes sur leur yacht, en septembre 2027.
-Prise en charge par l'armée française.
-Militaire dans la section "Super-Commando" de l'âge de 18 ans à l'âge de 20 ans.
-Obtient un doctorat en "terrorisme et criminologie" à l'âge de 21 ans.
-Maîtrise des arts martiaux, en particulier du Kung-Fu.
-Rompue à toutes les formes de combat conventionnel.
-Se fait particulièrement remarquée par sa hiérarchie pour sa très grande précision au tir à
distance.
-Travaille depuis deux ans pour les services secrets français sur des dossiers très
sensibles.
-Reconnue meilleur agent de son service.
-Actuellement, en mission...
-Autorisée à tuer....

-Mademoiselle ?
-Hey, mais qui êtes-vous ? que voulez-vous ?
-Juste bavarder si vous avez deux minutes à me consacrer...(Tony)
-Et pourquoi le ferai-je ? je vous connais ?
-oui et non...En fait, nous nous sommes vus au Palm Square il y a deux jours, et j'espérais
que....
-Ah oui, je vois....vous êtes un des ces dragueurs qui pullulent dans cette ville.
-Vous souffrez d'amnésie mademoiselle ? je pense qu'au niveau de la drague, vous êtes
plutôt experte....sans vouloir vous offenser...Vous m'avez fait du rentre-dedans il y a deux
jours...vous avez déjà oublié ?
-Ah, ben vous, vous manquez pas d'air !!! mais vous êtes si spirituel en même temps...très
bien, je vous accorde cinq minutes de mon temps...
-Mademoiselle est royale !!! allons boire un verre, voulez-vous ? au Palm Square...ca
vous rafraîchira peut-être la mémoire !!
-ok pour le Palm !!! Monsieur ???
-appelez-moi Tony..
-ok, Tony, allons-y...
-Et vous êtes ? (Tony)
-appelez-moi Vlad, ca ira...
-ok, Vlad, pleased to meet you
-So am i, Tony, so am i...

A la terrasse du bar, quelques minutes plus tard...

-Allez, bas les masques, Vlad..Je ne sais pas encore qui vous êtes exactement et ce que
vous cherchez...mais je sais que vous m'espionnez depuis au moins deux jours...vous
devez en savoir plus sur moi que je n'en sais sur vous.(Tony)
-Et alors ? (Vladinnha)
-Alors il faut que nous parlions..mais pas ici..il faut que je vous emmène dans un endroit
secret et que je vous présente à quelques amis.
-Vous êtes en train de me proposer une soirée coquine ?
-Vlad........
-Très bien, Tony, je comprends... (après quelques secondes de réflexion)...ok, je vous fais
confiance...je vous suis.
-Super !!

Après quelques minutes de marche...au coin de la rue qui mène à l'épicerie désaffectée.

-Vlad, maintenant, je dois vous bander les yeux et vous allez mettre ces bouchons dans
les oreilles.
-Vous êtes sûr ?
-Tout à fait sûr..mais faites-moi confiance...aucun risque...
-Très bien... (et Vladinnha de s'éxécuter)
-ok, maintenant donnez-moi la main..nous y allons.

Ils sont à présent entrés dans le complexe secret. Vladinnha détache le bandeau qui lui
cachait la vue et enlève les bouchons de ses oreilles. Elle est totalement stupéfaite de se
retrouver dans cet endroit. Elle en prend plein les yeux. En même temps, son
professionnalisme l'amène instinctivement à faire un rapide diagnostic de la situation et à
prendre des clichés des lieux...des clichés sans appareil-photo, juste avec ses yeux, son
cerveau et sa mémoire.
Fred, Ahmed et Marcia sont en train de discuter dans le lounge-bar.

Tony arrive, Vladinnha à ses côtés.

-Hello, voilà, je l'ai trouvé....je vous présente...(Tony, interrompu par Vlad)

-Vladinnha.....Vladinnha Drake.

FIN DU 5eme EPISODE.

Copyright. 20.09.2007