Vous êtes sur la page 1sur 19

19 Rabie El Thani 1435 - Mercredi 19 Février 2014 - N°15057 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE NATIONALE DU CHAHID

DANS UNE DÉCLARATION LUE EN SON NOM PAR LE MINISTRE DES MOUDJAHIDINE, LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE :

« Uneoccasionpour exprimer notre gratitude aux millions de chouhada »

P. 3

exprimer notre gratitude aux millions de chouhada » P. 3 l Le DRS, partie intégrante de l’ANP.
l Le DRS, partie intégrante de l’ANP. l Les conflits fictifs fomentés relèvent d’un processus
l Le DRS,
partie intégrante
de l’ANP.
l Les conflits fictifs
fomentés relèvent
d’un processus
de déstabilisation
bien élaboré.
l La prochaine
présidentielle :
une nouvelle
étape pour la
consécration
de l’Etat de droit.
l Préservation
de la stabilité :
Le Président en
appelle au peuple
et aux institutions.

D ans une déclaration, lue en son nom par le ministre des Moud- jahidine, à l’occasion de la jour- née nationale du Chahid, le Président de la République Ab-

delaziz Bouteflika, rappelle la forte symbo- lique de cette commémoration qui consiste à exprimer la reconnaissance et la gratitude de la nation algérienne libre et souveraine aux glorieux chouhada qui se sont succédé sur l’autel des sacrifices et payé au prix du sang la liberté de la patrie, dès les premières heures de l’occupation coloniale. C’est aussi l’occasion, pour le Chef de l’Etat, de rappeler, par fidélité au sacrifice des chouhada et au nom de la Constitution, dans le sensible contexte que l’on sait, celui de la précampagne pour la présidentielle du 17 avril, un certain nombre de constantes que les

protagonistes de la scène politico-médiatique

doivent avoir à l’esprit, et, en premier lieu, la stabilité de l’Etat et de ses institutions, no- tamment l’Armée nationale populaire. Fai- sant allusion aux violentes polémiques, par médias interposés, sur la place et la fonction qu’occupe le Dépar-

tement du renseigne- ment et de la sécurité, le Président de la République af-

firme que ce dernier, « en tant que partie in- tégrante de l’Armée nationale populaire, doit continuer à exécuter ses missions et attribu- tions », selon les dispositions de la Constitu- tion et les lois de la République. A l’évidence, si le débat contradictoire, la prise de position des uns et des autres, la for- mulation de projets sociétaux et de pro-

grammes différents relèvent de la liberté d’expression, et à la veille d’une échéance aussi cruciale, il serait naturel qu’ils soient

plus vifs et plus denses, le bon sens et la rai- son nous indiquent que la surenchère, l’injure

et l’insulte, les règlements de comptes, les conflits fictifs et vir-

tuels entre les institu- tions ou les structures de l’Armée ne peuvent qu’accentuer le ma-

laise et la confusion dans l’esprit du citoyen,

générer l’incertitude ou la peur et favoriser les tenants du chaos qui, eux, sournoisement, travaillent pour la déstabilisation du pays, parce que le rayonnement régional de celui-

ci et la solidité de son système de défense dé-

rangent bien des intérêts. Aussi appelle-t-il à

la nécessité de retrouver l’esprit patriotique

Clairvoyance et pondération

et de se mobiliser pour la défense de l’édifice républicain et les intérêts suprêmes de la na- tion, faire face aux aléas du temps présent et relever les défis futurs avec la conviction, la détermination et le même courage dont ont fait preuve nos chouhada dans les moments les plus cruciaux de notre histoire. Le message du Président de la République est ainsi on ne peut plus clair : face à la véri- table guerre psychologique et médiatique qui vise la sécurité et la stabilité du pays, puiser dans nos ressources propres et notre potentiel de clairvoyance, de discernement et de pon- dération, auquel se greffent la prise de conscience et les instruments modernes des nouvelles générations constituent autant de garanties pour surmonter toutes les épreuves et garantir la réussite. El Moudjahid

LE PREMIER MINISTRE ATTENDU AUJOURD’HUI DANS LA WILAYA D’AÏN DEFLA

LE PREMIER MINISTRE ATTENDU AUJOURD’HUI DANS LA WILAYA D’AÏN DEFLA Impulser ladynamique de développement P. 6

Impulser ladynamique de développement

P. 6

ALGÉRIE - FINLANDE

ALGÉRIE - FINLANDE
ALGÉRIE - FINLANDE Le ministre finlandais des Affaires étrangères reçu par M. Sellal l CONFÉRENCE DE
ALGÉRIE - FINLANDE Le ministre finlandais des Affaires étrangères reçu par M. Sellal l CONFÉRENCE DE
ALGÉRIE - FINLANDE Le ministre finlandais des Affaires étrangères reçu par M. Sellal l CONFÉRENCE DE

Le ministre finlandais des Affaires étrangères reçu par M. Sellal

l CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE DES MAE ALGÉRIEN ET FINLANDAIS

L’élargissement de la coopération bilatérale souhaité

P. 7

2

2 EL MOUDJAHID Mé téo NuAGEux Au Nord, le temps sera relativement froid et nuageux sur

EL MOUDJAHID

Mé téo NuAGEux Au Nord, le temps sera relativement froid et nuageux sur les régions
Mé téo
NuAGEux
Au Nord, le temps sera relativement froid
et nuageux sur les régions de l’Ouest et du
Centre avec averses de pluie s’étendant en
cours d’après-midi/soirée aux régions de
l’Est.
Les vents seront en général modérés loca-
lement assez forts (30/50 km/h) de secteur
nord-ouest sur régions du littoral.
La mer sera agitée.
Sur les régions sud, le temps sera partiel-
lement nuageux notamment vers le Sahara
central avec localement quelques pluies.
Les vents seront en général modérés à
assez forts (30/50 km/h) avec fréquents tour-
billons de sable.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (15° - 10°), Annaba (17°- 11°), Bé-
char (18° - 6°), Biskra (24° - 11°), Constan-
tine (14°- 6°), Djelfa (12°- 4°), Ghardaïa
(19° - 9°), Oran (16° - 9°), Sétif (11°- 4°),
Tamanrasset (23°- 5°), Tlemcen (16° - 7°).

DEMAIN A 14H

« Exporter hors hydrocarbures »

Le club de réflexion de la direction de campagne électoral du candidat Ali Benflis organise une conférence économique sur le thème « Exporter hors hydrocarbures » qui sera animée par des experts et spécialistes, demain à 14h au siège de la direction de campagne.

Activités des partis

 

SAMEDI 22 FEVRIER A 10H30 A L’UGTA

ANR : conférence nationale des présidents des bureaux de wilaya

L’Alliance Nationale Républicaine (ANR) or- ganise une conférence na- tionale des présidents des bureaux de wilaya au siège central de l’UGTA, sous la présidence du SG du parti M. Belkacem Sahli, consacrée à l’ins- tallation de la direction nationale de la cam- pagne électorale.

du SG du parti M. Belkacem Sahli, consacrée à l’ins- tallation de la direction nationale de

CE MATIN A 11H AU L’OCO

La pratique sportive en milieu universitaire

et le ministre de l’En-

matin à 11h au l’OCO

à la relance de la pra-

La pratique sportive en milieu universitaire et le ministre de l’En- matin à 11h au l’OCO

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed

Tahmi,

seignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Mohamed Mebarki, procéde-

ront ce

à

relative

la signature de la convention

tique sportive en milieu uni- versitaire.

DEMAIN A 9H A L’OCO

MJS : journée d’étude

Le ministère de la Jeunesse et des Sports organise une journée d’étude sur les textes d’application de la loi 13/05, demain à 9h à la salle de conférences de l’OCO Mohamed Boudiaf.

CE MATIN A 10H A L’ECOLE SUPERIEURE DE BANQUE Réunion d’information et d’orientation La réunion
CE MATIN A 10H A L’ECOLE SUPERIEURE
DE BANQUE
Réunion d’information et d’orientation
La réunion d’information et d’orientation
regroupant les premiers responsables des
banques et établissements financiers avec la
Banque d’Algerie aura lieu ce matin à 10h au
siège de l’Ecole Supérieure de Banque – Bou-
zaréah.
Dans ce cadre le gouverneur de la Banque
d’Algérie fera une communication sur les
principales évolutions monétaires et finan-
cières du 4 e trimestre 2013.
LES 22 ET 23 FEVRIER A ORAN
Conférence africaine
sur l’économie verte
Le ministère de l’Aménagement du terri-
toire et de l’Environnement organise une
conférence africaine de haut niveau sur l’éco-
nomie verte les 22 et 23 février à Oran.
SAMEDI 22 FEVRIER A 10H A KOLEA AG constitutive de CNDA Le comité national du

SAMEDI 22 FEVRIER A 10H A KOLEA

AG constitutive

de CNDA

Le comité national du dra- peau Algérie tiendra son as- semblée générale constitutive samedi 22 février à partir de 10h à la maison de la culture de Koléa.

AGENDA CULTUREL

CET APRES-MIDI A 14H A LA BIBLIOTHEQUE DE LA JEUNESSE DIDOUCHE-MOURAD

Rencontre littéraire

A l’occasion de la journée nationale du Chahid, l’Établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise, cet après-midi à 14h à la bibliothèque de la jeunesse Di- douche-Mourad, une rencontre animée par l’écrivaine Zoubida Mameria sur son livre Kaléidoscope (mémoire de guerre), édi- tions Dar El-Kalima dans le cadre du « Mercredi du verbe.»

tions Dar El-Kalima dans le cadre du « Mercredi du verbe.» ******************************************************

******************************************************

****************************************************** DEMAIN A 18H A LA SALLE EL-MOUGAR Avant-première du film

DEMAIN A 18H A LA SALLE EL-MOUGAR

Avant-première du film

Sur le quai de la vie

L’avant-première du film Sur le quai de la vie réalisé par Badis Foudala avec une pléiade d’acteurs professionnels algériens aura lieu de- main à 18h à la salle El-Mougar.

******************************************************

****************************************************** SAMEDI 22 FEVRIER A 14H A LA LIBRAIRIE MOULOUD-FERAOUN

SAMEDI 22 FEVRIER A 14H A LA LIBRAIRIE MOULOUD-FERAOUN

Vente-dédicace de Mohamed Walid Grine

La librairie Mouloud-Feraoun organise une vente-dédicace de M. Mohamed Walid Grine au- tour de son ouvrage Les autres éditions Alpha.

******************************************************

DEMAIN A 16H AU PALAIS DES RAÏS

Inauguration d’une exposition historique

Sous le patronage de la ministre de la Culture, l’inauguration de l’exposition « La fédération de France du FLN/1955-1962 ou la 7 e Wi- laya » aura lieu demain à 16h au Palais des Raïs (Bastion 23).

LES 22 ET 23 FEVRIER A L’HOTEL HILTON

Colloque sur les sciences du sport

Le Comité Olympique Algérien organise un colloque international sur les sciences du sport et les nouvelles technologies les 22 et 23 fé- vrier à l’hôtel Hilton.

DEMAIN A 14H AU PALAIS DE LA CULTURE Conférence de presse sur le masque de
DEMAIN A 14H AU PALAIS
DE LA CULTURE
Conférence de presse
sur le masque de Gorgone
Le ministère de la Cul-
ture organise une confé-
rence de presse à la
bibliothèque du palais de
la Culture autour des dé-
marches juridiques et ad-
ministratives initiées pour
la récupération du masque
de Gorgone.

CE MATIN A 9H30 A TLEMCEN

AG des cadres syndicalistes de l’éducation

Sous l’égide de l’union de wilaya UGTA de Tlem- cen, et en présence de la Fédération Nationale de l’Education, une assemblée générale regroupera les ca- dres syndicalistes qui traitera de la situation actuelle prévalant dans le secteur ce matin à 9h30 au lycée Ben- zekri.

DEMAIN A 9H A L’HOTEL EL DJAZAIR

L’utilisation des additifs alimentaires

EL DJAZAIR L’utilisation des additifs alimentaires Le Programme d’appui aux PME II en collaboration avec

Le Programme d’appui aux PME II en collaboration avec l’association des pro- ducteurs Algériens des Boissons (APAB) organise une journée de restitution du « guide d’utilisa- tion des additifs ali- mentaires dans les boissons » demain à 9h à l’hôtel el Dja- zaïr.

SAMEDI 22 FEVRIER A 9H30 A L’HOTEL HILTON

Conférence sur la nutrition

La société algérienne de nutrition et Nestlé Algérie organisent samedi 22 février à partir de 9h30 au cha- piteau de l’hôtel Hilton une conférence de presse en vue de présenter l’initiative de sensibilisation Nestlé « Mangez sain ».

AUJOURD’HUI DANS CINQ COMMUNES D’ALGER

Suspension de l’alimentation en eau

La Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL) procèdera à la suspension de l’alimentation en eau potable aujourd’hui dans les communes de Bordj El Kiffan, Bab Ezzouar, Dar El Beida, Moham- madia et El Harrach. La suspension est due aux tra- vaux de maintenance sur une station principale de

production au niveau de la station de pompage de Bordj El Kiffan ouest afin d’améliorer la qualité de la desserte en eau potable. L’alimentation connaîtra un rétablisse- ment progressif dès la fin des travaux, prévue demain

à partir de 3h du matin.

CE MATIN A 10H A LA BIBLIOTHEQUE DU MUSEE DU BARDO Conférence de presse Dans
CE MATIN A 10H
A LA BIBLIOTHEQUE
DU MUSEE DU BARDO
Conférence de presse
Dans le cadre du lancement d’une opéra-
tion intitulé « Constituons notre grand album
d’Alger », le musée national de Préhistoire
et d’Ethnographie du Bardo organise une
conférence de presse ce matin à 10h, à la bi-
bliothèque du musée.

Mercredi 19 Février 2014

N

EL MOUDJAHID

ation

3

CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE NATIONALE DU CHAHID
CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE NATIONALE DU CHAHID

DANSUNEDÉCLARATIONLUEENSONNOMPARLEMINISTREDESMOUDJAHIDINE, LEPRÉSIDENTDELARÉPUBLIQUE:

«Une occasion pour exprimer notre gratitude aux millions de chouhada»

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a rendu publique, une déclaration à l’occasion de la célébration de la Journée nationale du chahid, lue en son nom par le ministre des Moudjahidine, Mohamed-Cherif Abbas. Voici la traduction APS du texte intégral :

«L a célébration de la Journée nationale du chahid nous offre l’occasion d’exprimer notre reconnaissance renouvelée et notre

gratitude aux millions de chouhada (martyrs) qui se sont succédé sur l’autel des sacrifices et ont payé au prix du sang la liberté de la patrie. Dès les premières heures de l’occupation, les moudjahidine, forts de

leur profonde foi en la nécessité d’arracher leur droit

à une vie digne et à la liberté, n’ont cessé, de géné-

ration en génération, de consentir les sacrifices su- prêmes pour que vive le pays. La résistance populaire s’est ainsi poursuivie pendant plus d’un siècle. De l’émir Abdelkader, à Bennasser Ben Chahra, El Mo- krani, Ouled Sidi Cheikh et Lala Fatma et toutes les révoltes populaires qui ont éclaté dans chaque coin du territoire algérien jusqu’au déclenchement de la Révolution du 1 er novembre (1954) qui a conduit à l’indépendance et chassé l’occupant. La commémo- ration de cet anniversaire intervient cette année dans une étape cruciale à la veille d’une échéance déter-

minante dans le processus d’édification du pays, en l’occurrence l’élection présidentielle pour laquelle les préparatifs battent leur plein. Depuis cette tribune

à travers laquelle nous nous recueillons à la mémoire

des chouhada, nous nous devons de rappeler combien est précieux le legs qu’ils ont déposé entre les mains de la nation, un legs qui gagnerait à être sauvegardé et conforté et non point d’être compromis. Les en- fants de la nation ont certes le droit, voire le devoir d’élaborer des stratégies et plans qu’ils jugent perti- nents et utiles, d’envisager comme bon leur semble

l’avenir du pays et de déga- ger les orientations à même de favoriser le développe- ment et de contribuer, avec de meilleures garanties et des coûts moindres, à concrétiser progrès et prospérité, mais sans pour autant porter at- teinte aux constantes et aux symboles de la nation et à ses institutions. Ils ne doivent pas non plus susciter la dis- corde ni des troubles sociaux qui affectent la stabilité et la quiétude, et nous détourner, une fois encore, du projet majeur de développement ef-

fectif afin d’en finir définiti-

vement

sous-développement. C’est une chance que la différence et la diversité d’opinion exis- tent. La démocratie, en tant

que valeur humaine, est un élément incontournable dans l’œuvre de rénovation et de réforme, mais aussi dans la bataille de changement. Nous souhaitons que nos différences, ainsi que la diversité de nos obédiences nous mènent vers des orientations favorables à notre nation et non point dans l’arène des hostilités et de

l’animosité ou de tout ce qui est de nature à affaiblir nos capacités de défense et la force de notre pays, et

à faire de nous une proie facile pour nos détracteurs,

à l’instar de ce qui se passe dans d’autres pays. En

cette journée hautement symbolique, j’appelle l’en- semble du peuple algérien, à leur tête les jeunes, à s’unir autour des constantes de la nation et à faire preuve de vigilance et de prudence, à travers des ac- tions constructives favorables à la consécration du développement global à la faveur de l’État de droit. Alors que nos concitoyens n’avaient pas encore inhumé les chouhada qui ont péri dans le crash d’un avion militaire près d’Oum El-Bouaghi, des déclara- tions irréfléchies de certaines hautes personnalités publiques, relayées par des commentaires de tous bords, ont donné matière, aux médias nationaux et étrangers, à des commentaires et à des supputations attentatoires à l’unité de l’Armée nationale populaire. Les adversaires, occultes et déclarés, exploitent cette situation préjudiciable pour tenter d’imposer la thèse du conflit interne au sein de l’Armée nationale po- pulaire en présentant le Département du renseigne- ment et de la sécurité (DRS) comme une structure agissant en violation des règles qui régissent ses mis- sions et attributions. Cette perception des réalités dé- nuée d’objectivité impose, à tous les responsables, un effort urgent et efficient pour qu’il soit immédia- tement mis fin à cet état de fait. Nul n’est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de se placer ou de mettre ses activités et déclarations au-dessus des dispositions de la Constitution et des lois de la Ré- publique. Nul n’est en droit d’attenter aux fonde- ments de l’édifice républicain ni aux acquis. Nul n’est en droit de régler ses comptes personnels avec les autres au détriment des intérêts suprêmes de la nation tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. L’heure n’est plus à l’insulte ni à l’invective. Concentrons-nous sur ce qu’il y a de mieux pour notre nation. Le Département du renseignement et de la sécurité doit continuer à exécuter ses missions et attributions que lui confère la loi. Partie intégrante de l’Armée nationale populaire, ce département ac- complit ses missions dans le cadre de la loi et confor- mément aux textes régissant ses activités. Ces quelques rappels ont pour objectif de réaffirmer clai-

Ces quelques rappels ont pour objectif de réaffirmer clai- rement que, contrairement aux allégations et aux

rement que, contrairement aux allégations et aux spé- culations rapportées par voie de presse préjudiciables

à la stabilité de l’État et de l’Armée nationale popu- laire, le Département du renseignement et de la sé- curité reste pleinement mobilisé pour la bonne exécution des missions qui lui incombent, à l’instar des autres composantes de l’Armée nationale popu- laire. Compte tenu des me-

naces tangibles qui pèsent présentement sur l’Algérie, au regard des situations sécuri- taires actuelles à ses frontières, je demande à tous les respon- sables concernés de prendre toutes les mesures requises, afin de rétablir la bonne me- sure de concertation et de saine coopération à tous les niveaux, et de faire en sorte que chaque responsable et chaque structure agissent conformément aux dispositions réglementaires qui régissent leurs activités, dans l’intérêt suprême du pays. De- puis les succès remportés contre le fléau terroriste, l’Ar- mée nationale populaire et les services de sécurité restent et resteront toujours la cible de forces hostiles et des États qui

les encouragent à affaiblir le rempart patriotique qu’ils constituent face aux desseins hostiles visant l’Algérie et son peuple. Cette forme de déstabilisation vise, au- jourd’hui, à créer des distorsions et à paralyser les activités de défense et de sécurité nationales. Elle vise, surtout, l’Armée nationale populaire et, au-delà,

l’État national. Les conflits fictifs fomentés entre les structures de l’Armée nationale populaire relèvent d’un processus de déstabilisation bien élaboré par tous ceux que le poids de l’Algérie et son rôle dans la région dérangent. Ce processus peut, malheureu- sement, être favorisé par le comportement irrespon- sable des uns et le manque de maturité des autres, sous l’influence des différents volets de la guerre mé- diatique menée présentement contre l’Algérie, la pré- sidence de la République, l’Armée nationale populaire et le Département du renseignement de la sécurité. Face à ce danger qui est perceptible, l’en- semble des responsables doivent mobiliser leur conscience patriotique et réduire toutes les formes de tension qui viendraient à sur-

venir entre eux. Il y va de l’avenir de l’État, de sa dé- fense et de sa sécurité. Le contexte politique et social dans lequel nous évoluons à l’approche de l’élection prési- dentielle, marqué par la confusion qui a gagné les scènes politique et média- tique, et suscité l’appréhen- sion des citoyens sous l’effet des manœuvres de désinfor- mation internes et externes, arguant de l’existence suppo- sée, entre les hautes institu- tions du pays, de conflits aux conséquences redoutables sur la sécurité et la stabilité,

m’oblige à exprimer ce qu’il me revient de dire afin de ré- tablir les choses dans leur juste perspective. Le peu- ple algérien a réussi, grâce à son courage et à ses sacrifices, à éviter de justesse l’anéantissement de la nation, but recherché par le fléau terroriste qui a gé- néré d’incommensurables pertes en vies humaines. La nation, grâce à son engagement patriotique, a pu retrouver ses valeurs ancestrales de résistance contre toutes les formes d’oppression et à imposer les valeurs communes de paix et de réconciliation na- tionale, partagées par l’immense majorité des Algé-

riens. Nous sommes tous, en tant que citoyens, res- ponsables de la préservation de ces acquis qui ont,

par la grâce d’Allah le Tout-Puissant, permis à l’Al- gérie de dépasser la phase critique et de s’engager dans la bataille du développement créateur d’emploi, de croissance et de richesse. Nous sommes tous im- pliqués, chacun en fonction

de ses responsabilités, dans le combat pour la consolidation de ces acquis et pour le ren- forcement des capacités de la nation. Il est tout à fait clair que l’Algérie, qui a retrouvé ses capacités et sa place dans le concert des nations, conti- nue de déranger, tout comme elle a dérangé, hier, par son combat libérateur qui a triom- phé, grâce à Dieu, puis grâce au sacrifice suprême consenti par nos valeureux martyrs, à l’abnégation de glorieux moudjahidine de l’Armée de libération nationale et la dé- termination de tout un peuple. Aujourd’hui, certains sem- blent avoir choisi d’emprun- ter des chemins sinueux, en oubliant le devoir patriotique à l’égard de la patrie, qui de- meure l’un des préceptes de la

Révolution de Novembre. Face à ces nouveaux dangers, générés par la division, la rivalité entre des visions antagoniques, la fitna générée par des divergences d’opinions, nous devons, tous ensemble, en tant que

citoyens, retrouver l’esprit patriotique vital, pour em- pêcher toute atteinte à la stabilité de la nation. Les positions affichées par les uns et les autres peuvent s’inscrire dans le cadre de la liberté d’expression, consacrée par la Constitution. Mais quand ces opi- nions, dont certaines sont inspirées par des vecteurs hostiles à l’Algérie, tentent de créer des confusions et de développer des thèses subversives sur l’exis- tence de conflits entre des institutions de la Répu- blique, tous les citoyens doivent prendre conscience du danger de déstabilisation véhiculé par de telles dé- marches qui relèvent de l’opération d’intoxication et de manipulation des faits. Comme tous les citoyens peuvent le constater, à travers la lecture et le suivi des informations, des efforts soutenus et multiformes sont déployés pour créer la confusion et générer la peur,

ressasser la thèse des soi-di- sant conflits entre les institu- tions constitutionnelles, entre la présidence de la Répu- blique et d’autres institutions, au sein du ministère de la Dé- fense nationale et entre des composantes de l’Armée na- tionale populaire. L’objectif visé est d’affaiblir l’Algérie qui, grâce précisément à la co- hésion existant entre ses diffé- rentes institutions, a réussi à consolider l’État en proie au fléau terroriste et à rétablir la paix et la stabilité sans les- quelles aucun développement n’est possible. Je demande, en

vertu de mes pouvoirs de Pré- sident de la République, ministre de la Défense na- tionale et chef suprême des Forces armées, à tous les citoyens de prendre conscience des véritables enjeux qui se cachent derrière les opinions et les commen- taires, faits au nom de la liberté d’expression, mais qui visent, en réalité, des objectifs autrement plus sournois, ciblant la stabilité et l’affaiblissement du système de défense et de sécurité nationales. Les ci- toyens doivent savoir que l’appareil de sécurité na- tionale, au sujet duquel des commentaires de tous

na- tionale, au sujet duquel des commentaires de tous «Je demande, en vertu de mes pouvoirs
na- tionale, au sujet duquel des commentaires de tous «Je demande, en vertu de mes pouvoirs

«Je demande, en vertu de mes pouvoirs de Président de la République, ministre de la Défense nationale et chef suprême des Forces armées, à tous les citoyens de prendre conscience des véritables enjeux qui se cachent derrière les opinions et les commentaires, faits au nom de la liberté d’expression, mais qui visent, en réalité, des objectifs autrement plus sournois, ciblant la stabilité et l’affaiblissement du système de défense et de sécurité nationales.»

du système de défense et de sécurité nationales.» genres et provenances sont émis, est régi par

genres et provenances sont émis, est régi par des textes réglementaires qui définissent clairement ses missions et attributions, tant au niveau de l’État qu’au sein du ministère de la Défense nationale. Dans la pratique en vigueur dans tous les pays, il est procédé, quand le besoin l’exige, à des restructura- tions adaptées. C’est dans cet esprit que j’ai décidé, en 2006, une structuration de l’appareil de sécurité nationale. Les structurations mises en œuvre dans d’autres pays ne donnent lieu à aucun commentaire alarmiste et subjectif. En Algérie, certains, par leur lecture subjective et malintentionnée des faits, veu- lent présenter de telles structurations comme la preuve de l’existence d’une crise au sein de l’État ou du ministère de la Défense nationale. Je demande à tous les citoyens et, particulièrement, aux citoyens qui occupent des fonctions au sein de l’État, au ni-

veau civil ou militaire, de prendre conscience des en- jeux et d’agir, chacun dans sa position, pour la consolidation de la stabilité et de la paix qui sont le bien commun de tous les Algériens. Les citoyens qui ont l’honneur de servir le peuple, grâce aux fonctions qu’ils occupent, se doivent de se hisser au niveau de responsabilité qu’impose la défense de l’intérêt gé- néral. C’est le devoir qui l’impose, en cette période qui doit permettre aux Algériens d’exprimer leur vo- lonté en toute souveraineté. Comme j’ai eu à le sou- ligner, précédemment, nul n’est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de s’en prendre aux insti- tutions constitutionnelles du pays qui ne font qu’ac- complir leur devoir au service de la nation. Alors que nous al-

lons vers un important rendez- vous, à savoir l’élection présidentielle du 17 avril pro- chain qui constitue une nou- velle étape censée permettre à l’Algérie de consolider ses ac- quis dans tous les domaines, qu’il s’agisse de l’État de droit, du renforcement de la pratique démocratique, du res- pect des droits de l’homme ou de la justice sociale et du dé- veloppement économique, à travers l’ensemble du territoire national, les responsabilités qui sont les miennes ne sau- raient m’autoriser à conclure cette déclaration sans m’adres- ser à l’ensemble du peuple al- gérien qui s’apprête à choisir son Président parmi les candi- dats en lice. Je tiens à lui dire toute ma confiance en sa ma- turité, sa clairvoyance et en la

justesse du choix qui sera le sien. J’appelle toutes les parties concernées par la prochaine élection présidentielle, à savoir la Com- mission nationale d’observation des élections, les services concernés de l’Administration publique, les formations politiques, les organisations de masse, les organisations de la société civile, les médias publics et privés, les candidats et les électeurs, à s’élever, chacune selon ce que lui dictent ses obligations et son rôle, au niveau de ce que le sens des responsabi- lités citoyennes dicte en termes de respect délibéré et conscient des devoirs qu’implique une citoyenneté qu’anime l’amour du bien de la patrie et de son peu- ple, pour favoriser le déroulement d’une élection pré- sidentielle durant laquelle prévaudra la civilité. Ce scrutin est important en ce sens qu’il constituera une épreuve qui indiquera le niveau de maturité démo- cratique du peuple algérien tout entier. Il s’agit, en conséquence, d’un défi à relever en assurant le suc- cès de l’opération électorale dans le cadre d’une compétition loyale et sereine, et de la confrontation de projets de société censés répondre aux attentes lé- gitimes des citoyens, de façon à ce que le vainqueur soit celui que le peuple algérien souverain se choisira comme Président. Notre objectif est la préservation de ce pays pour les générations actuelles et futures, et le parachèvement de l’édification de l’État où pré- vaudra la pleine citoyenneté, l’État des institutions dont les responsables s’engagent à respecter, dans la lettre comme dans l’esprit, la Constitution et les lois de la République, et à faire preuve de dévouement et d’abnégation au service du développement et du pro- grès du pays, un État au service exclusif du vaillant peuple algérien, tout entier, un État où il ne sera plus permis que perdure l’arbitraire bureaucratique animé par l’esprit de lucre et d’enrichissement illicites aux dépens du citoyen et de l’État, ni de mettre les mis- sions et les moyens humains et matériels des institu- tions au service de clientèles claniques ou d’en user à des fins égoïstes, partisanes ou sectaires pernicieuses, aux dépens du vaillant peuple algérien qui a tout consenti pour sa patrie et tant donné, qu’il mérite que ses serviteurs fassent, tous, preuve de loyauté à son égard et veillent jalousement à préserver sa fierté et sa dignité. Ce message s’adresse aux uns et aux autres avec toute la franchise que me dictent la sacralité de la Constitution et la fidélité aux sacrifices des chou- hada. Je m’incline avec déférence à la mémoire de ceux qui nous ont précédés, tout en souhaitant à l’Al- gérie davantage de dignité et de fierté.» APS

l’Al- gérie davantage de dignité et de fierté.» APS «Des déclarations irréfléchies de certaines hautes

«Des déclarations irréfléchies de certaines hautes personnalités publiques, relayées par des commentaires de tous bords, ont donné matière, aux médias nationaux et étrangers, à des commentaires et à des supputations attentatoires à l’unité de l’Armée nationale populaire. Les adversaires, occultes et déclarés, exploitent cette situation préjudiciable pour tenter d’imposer la thèse du conflit interne au sein de l’Armée nationale populaire en présentant le Département du renseignement et de la sécurité (DRS) comme une structure agissant en violation des règles qui régissent ses missions et attributions.»

des règles qui régissent ses missions et attributions.» «J’appelle toutes les parties concernées par la

«J’appelle toutes les parties concernées par la prochaine

élection

présidentielle, à savoir la

Commission nationale d’observation des élections, les services concernés de l’Administration publique, les formations politiques, les organisations de masse, les organisations de la société civile, les médias publics et privés, les candidats et les électeurs, à s’élever, chacune selon ce que lui

dictent ses obligations et son rôle, au niveau de ce que le sens des responsabilités citoyennes dicte en termes de respect délibéré et conscient des devoirs qu’implique une citoyenneté

qu’anime l’amour du bien de la patrie et de son peuple.»

une citoyenneté qu’anime l’amour du bien de la patrie et de son peuple.» avec le Mercredi

avec

le

Mercredi 19 Février 2014

N

4

ation

EL MOUDJAHID

CELEBRATION DE LA JOURNEE NATIONALE DU CHAHID
CELEBRATION DE LA JOURNEE NATIONALE DU CHAHID

Le ministre des Moudjahidine participe aux commémorations à Alger

ration dans la salle des sports de la commune de Hammamet, baptisée à cette occasion au nom de l'ex-entraîneur de la sélection algérienne de football et membre de l'équipe du FLN, Abdelhamid Kermali. Il a souligné que la commé- moration cette année de la journée du Chahid intervient dans une étape décisive, et dans une phase importante dans la construction du pays, à savoir l'élection présiden- tielle dont les préparatifs ont déjà débuté. Le ministre

des Moudjahidine a ensuite as- sisté à plusieurs manifestations commémoratives de cette jour- née, notamment l'aménage- ment de l'esplanade de la Résistance au port d'Alger, en hommage aux dockers algé- riens morts en défendant leur patrie. La baptisation de la salle des sports de la commune de Hammamet au nom d'Abdelha- mid Kermali s'est par ailleurs déroulée en présence des mem- bres de sa famille à laquelle le ministre a rendu hommage.

L a journée nationale du Chahid a été commémo- rée hier à Alger avec la

participation du ministre des Moudjahidine, Mohamed Che- rif Abbas, qui a assisté à di- verses manifestations commémoratives. Le ministre a, à cette occasion, lu une dé- claration du Président de la République, Abdelaziz Boute- flika, dans laquelle il rappelle que cet événement intervient à un moment décisif de la vie de la Nation. Le ministre des Moudjahidine a lu cette décla-

la Nation. Le ministre des Moudjahidine a lu cette décla- Bouteflika : « Le DRS, partie

Bouteflika : « Le DRS, partie intégrante de l'ANP »

Le Président de la République, Abdela- ziz Bouteflika, a affirmé hier que "le Dé- partement du renseignement et de la sécurité, en tant que partie intégrante de l'Armée nationale populaire, doit continuer à exécuter ses missions et attributions". "Nul n'est en droit d'attenter aux fonde- ments de l'édifice républicain ni aux acquis. Nul n'est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de se placer au-dessus des dispositions de la Constitution et des lois de la République", a souligné le Président Bouteflika dans une déclaration à l'occa- sion de la commémoration de la journée nationale du Chahid. Dans ce contexte, le Chef de l'Etat a af- firmé que "nul n'est en droit de régler ses comptes personnels avec les autres au dé- triment des intérêts suprêmes de la nation tant à l'intérieur qu'à l'extérieur", précisant

que "l'heure n'est plus à l'insulte et aux in- vectives", appelant à la nécessité de "se concentrer sur ce qu'il y a de mieux pour notre nation". "Ces quelques rappels ont pour objectif de réaffirmer clairement que, contrairement aux allégations et aux spéculations rappor- tées par voie de presse au préjudice de la stabilité de l'Etat et de l'Armée nationale populaire, le Département du renseigne- ment et de la sécurité reste pleinement mo- bilisé pour la bonne exécution des missions qui lui incombent, à l'instar des autres com- posantes de l'Armée nationale populaire", a poursuivi le Président de la République. Ce message s'adresse aux uns et aux autres avec toute "la franchise que me dictent la Constitution et la fidélité aux sacrifices des chouhada", a ajouté le Président Boute- flika.

M. Bouteflika appelle à la nécessité de retrouver l'esprit patriotique pour empêcher toute atteinte à la stabilité de la nation

Le Président de la République, Abdela- ziz Bouteflika, a appelé hier à la nécessité de retrouver l'esprit patriotique pour empê- cher toute atteinte à la stabilité de la nation, tout en mettant en garde les citoyens contre les positions qui appellent à "créer des confusions et développer des thèses subver- sives sur l'existence de conflits entre des institutions de la République". "Face à ces nouveaux dangers, générés par la division, la rivalité entre des visions antagoniques, la fitna générée par des diver- gences d'opinions, nous devons, tous en- semble, en tant que citoyens, retrouver l'esprit patriotique vital, pour empêcher toute atteinte à la stabilité de la nation", a indiqué le Président Bouteflika dans une dé- claration à l'occasion de la journée nationale du Chahid. Le Chef de l'Etat a affirmé que "les po- sitions affichées par les uns et les autres peuvent s'inscrire dans le cadre de la liberté d'expression, consacrée par la Constitution. Mais, quand ces opinions, dont certaines sont inspirées par des vecteurs hostiles à l'Algérie, tentent de créer des confusions et

développer des thèses subversives sur l'existence de conflits entre des institutions de la République, tous les citoyens doivent prendre conscience du danger de déstabili- sation véhiculée par de telles démarches qui relèvent de l'opération d'intoxication et d'instrumentalisation des faits. "Comme tous les citoyens peuvent le constater, à travers la lecture et le suivi des informations, des efforts insistants et mul- tiformes sont déployés pour créer la confu- sion et générer la peur, pour ressasser la thèse des soi-disant conflits entre les insti- tutions constitutionnelles, entre la prési- dence de la République et d'autres institutions, au sein du ministère de la Dé- fense nationale et entre des composantes de l'Armée nationale populaire", a-t-il dit. Le Président de la République a souli- gné que l'objectif visé est d'affaiblir l'Algé- rie qui, grâce précisément à la cohésion existant entre ses différentes institutions, a réussi à consolider l'Etat agressé par le fléau terroriste et à rétablir la paix et la stabilité sans lesquelles aucun développement n'est possible".

ANP : « Les conflits fictifs fomentés relèvent d'un processus de déstabilisation bien élaboré »

L e Président de la République, Abdelaziz Bou- teflika, a affirmé, hier à Alger, que "les conflits fictifs fomentés entre les structures

de l'Armée nationale populaire relèvent d'un pro- cessus de déstabilisation bien élaboré". "Les conflits fictifs fomentés entre les structures de l'Ar- mée nationale populaire relèvent d'un processus de déstabilisation bien élaboré par tous ceux que le poids de l'Algérie et son rôle dans la région déran- gent", a souligné le Président Bouteflika dans une déclaration à l'occasion de la commémoration de la journée nationale du Chahid. Pour le Chef de l'Etat, "ce processus peut, mal- heureusement, être favorisé par le comportement irresponsable des uns et le manque de maturité des autres, sous l'influence des différents volets de la guerre médiatique menée présentement contre l'Al- gérie, la présidence de la République, l'Armée na-

tionale populaire et le Département du renseigne- ment de la sécurité". "Face à ce danger qui est per- ceptible, l'ensemble des responsables doivent mobiliser leur conscience patriotique et réduire toutes les formes de tension qui viendraient à sur- venir entre eux. Il y va de l'avenir de l'Etat, de sa défense et de sa sécurité", a poursuivi le Chef de l'Etat. "Je de- mande, en vertu de mes pouvoirs de Président de la République, ministre de la Défense nationale et chef suprême des Forces armées, à tous les ci- toyens de prendre conscience des véritables enjeux qui se cachent derrière les opinions et les commen- taires, faits au nom de la liberté d'expression, mais visant, en réalité, des objectifs autrement plus sour- nois, qui ciblent la stabilité et l'affaiblissement du système de défense et de sécurité nationales", a conclu le Président de la République.

Le Président Bouteflika : « La prochaine

présidentielle, une nouvelle étape pour la consécration de l'Etat de droit »

Le Président de la République, Abdelaziz Bou- teflika, a indiqué hier que la présidentielle du 17 avril prochain était une "nouvelle étape" pour la consécration de l'Etat de droit et le renforcement de la pratique démocratique en Algérie. "Nous allons vers un important rendez-vous, à savoir l'élection présidentielle qui constitue une nouvelle étape cen- sée permettre à l'Algérie de consolider ses acquis dans tous les domaines, qu'il s'agisse de l'Etat de droit, du renforcement de la pratique démocratique, du respect des droits de l'homme ou de la justice sociale et du développement économique à travers l'ensemble du territoire national", a affirmé le Pré- sident de la République dans une déclaration à l'oc- casion de la commémoration de la journée nationale du Chahid. Il a qualifié ce scrutin d'"im- portant en ce sens qu'il constituera une épreuve qui indiquera le niveau de maturité démocratique du peuple algérien tout entier", l'appelant à "choisir son président parmi les candidats en lice", expri- mant "sa confiance en sa maturité, sa clairvoyance et en la justesse du choix qui sera le sien". "Il s'agit, en conséquence, d'un défi à relever en assurant le succès de l'opération électorale dans le cadre d'une compétition loyale et sereine, et de la confrontation de projets de société censés répondre aux attentes légitimes des citoyens, de façon à ce

que le vainqueur soit celui que le peuple algérien souverain se choisira comme président", a pour- suivi le Chef de l'Etat. Il a souligné que "le contexte politique et social dans lequel nous évoluons à l'approche de l'élection présidentielle, marqué par la confusion qui a gagné les scènes politique et médiatique et suscité l'appré- hension des citoyens sous l'effet des manœuvres de désinformation internes et externes, arguant de l'existence supposée, entre les hautes institutions du pays, de conflits aux conséquences redoutables sur la sécurité et la stabilité ( "J'appelle toutes les parties concernées par la prochaine élection présidentielle, à savoir la Com- mission nationale d'Observation des élections, les services concernés de l'administration publique, les formations politiques, les organisations de la so- ciété civile, les médias publics et privés, les candi- dats et les électeurs, à s'élever, chacune selon ce que lui dictent ses obligations et son rôle, au niveau de ce que le sens des responsabilités citoyennes dicte en termes de respect délibéré et conscient des de- voirs qu'implique une citoyenneté qu'anime l'amour du bien de la patrie et de son peuple, pour favoriser le déroulement d'une élection présidentielle durant laquelle prévaudra la civilité", a ajouté le Président Bouteflika.

la civilité", a ajouté le Président Bouteflika. LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EVOQUE LE DANGER QUI

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE EVOQUE LE DANGER QUI MENACE L’ALGERIE

Processus de déstabilisation

Le Président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a

saisi l’opportunité de la journée nationale du Chahid

pour adresser un message dans lequel il remet les pen-

dules à l’heure dans un contexte national parasité par des at- taques tous azimuts contre les institutions de l’Etat. C’est la seconde fois que le Président de la République intervient en es- paces de quelques jours pour tirer la sonnette d’alarme et met- tre les acteurs politiques devant leurs responsabilités. La première fois, c’était à la suite du dramatique crash de l’avion militaire qui a endeuillé le pays. Dans son communiqué le Président Bouteflika avait souligné que les dépassements ob- servés constituent un risque pour l’Algérie : "Nul n'est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de s'en prendre à l'Armée nationale populaire ni aux autres institutions constitution- nelles", indique le Président dans ce message, adressé aux res- ponsables de la Défense et aux familles des 77 victimes de l'accident d'avion. Et de poursuivre : "Nous sommes certes ha- bitués à des dépassements émanant de certains milieux à l'ap- proche de chaque échéance mais, cette fois-ci, l'acharnement a pris une ampleur telle que notre pays n'a jamais connue depuis l'indépendance allant jusqu'à tenter de porter atteinte à l'unité

de l'Armée nationale populaire ainsi qu'à la stabilité du pays." La seconde fois, hier, à l’occasion de la journée nationale du Chahid où il a une nouvelle fois réitéré que « nul n'est en droit d'attenter aux fondements de l'édifice républicain ni aux acquis. Nul n'est en droit, quelles que soient ses responsabilités, de se placer au-dessus des dispositions de la Constitution et des lois de la République" avant de préciser que « le Département du ren- seignement et de la sécurité, en tant que partie intégrante de l'Armée nationale populaire, doit continuer à exécuter ses mis- sions et attributions ». Le Président de la République est allé droit au but pour mettre fin à une « crise fictive » entre les insti- tutions du pays tout en rappelant la mission du DRS, partie inté- grante de l’Armée nationale populaire. Le Président Bouteflika a ensuite souligné que l’Algérie fait face à un processus de désta- bilisation : "Les conflits fictifs fomentés entre les structures de l'Armée nationale populaire relèvent d'un processus de déstabi- lisation bien élaboré par tous ceux que le poids de l'Algérie et son rôle dans la région dérangent." L’Algérie est secouée actuel- lement par une crise fictive, générée et amplifiée par les déclara- tions des différents acteurs de la scène politique et autres observateurs qui au final ont vraisemblablement porté atteinte

aux institutions du pays. Même si les informations distillées par le patron du FLN sont qualifiées de farfelues. C’était suffisant pour que s’ajoute à ce faux débat, à quelques encablures d’une importante échéance électorale, les présidentielles du 17 avril prochain, un foisonnement de voix entre celles qui veulent met- tre fin à cette dangereuse dérive qui risque de porter atteinte à la stabilité du pays, stabilité acquise au prix d’un lourd tribut payé par le peuple algérien et les forces de sécurité et malheu- reusement celles qui ont saisi l’aubaine pour jeter de l’huile sur le feu n’hésitant pas pour ce faire à se permettre tous les coups bas, des attaques de bas niveau. Le Président de la République, en cette journée nationale du Chahid, rappelle que l’Algérie est la cible d’un mouvement de déstabilisation et que ce n’est pas une vue de l’esprit. On n’en veut pour preuve la situation qui prévaut actuellement dans les pays de la région. La stabilité de l’Algérie dérange, comme le note le Président Bouteflika souli- gnant que l’heure est plutôt à la mobilisation alors : « nul n'est en droit de régler ses comptes personnels avec les autres au dé- triment des intérêts suprêmes de la nation.» Abdelkrim Tazaroute

avec les autres au dé- triment des intérêts suprêmes de la nation.» Abdelkrim Tazaroute Mercredi 19

Mercredi 19 Février 2014

N

ation

5

EL MOUDJAHID

CELEBRATION DE LA JOURNEE NATIONALE DU CHAHID
CELEBRATION DE LA JOURNEE NATIONALE DU CHAHID

Cérémonies de recueillement à travers le pays

La journée nationale du chahid a été commémorée, hier, à travers plusieurs villes du pays, par l’organisation d’une série de recueillement à la mémoire des Chouhada et à des inaugurations de projets socio-administratifs et l’organisation de plusieurs activités culturelles et spor- tives et ce pour la consécration du souvenir et rendre hommage aux compatriotes qui se sont sacrifiés pour que vive l’Algérie libre indépen- dante libérée du joug de la colonisation.

D ans la wilaya de Tipasa, cette halte historique a été commémorée par une cérémonie de réinhumation de

restes de chouhada dans la localité de Boukika. EN outre, la célébration de la journée a été marquée par la nomination de plusieurs infrastructures sportives et commerciales relevant des communes si- tuées à l’est de la wilaya, à l’instar d’El Affroune, Mouzaia et Chiffa aux noms de martyrs. Dans la commune de Bouarfa, il a été procédé à la pose de la première pierre pour la réalisation de 660 loge- ments publics locatifs et 50 unités simi- laires dans la commune de Ain Romana. une campagne de plantation d’arbres, baptisée «un arbre de chaque élève pour chaque chahid» s’est déroulée également dans la localité montagneuse de Sidi El Madani, dans la commune de Chiffa. La Première région militaire de l’Armée na- tionale populaire a célébré, de son côté, cette date historique par l’organisation d’un cross country auquel ont pris part 1300 compétiteurs. A Djelfa, les autorités locales ont baptisé au nom du chahid Silaa Mabrouk le lycée du village Ouled Abid Allah, avant de procéder à l’inaugu- ration du nouveau siège de la commune de Djelfa, dont l’ancien siège sera recon- verti en un musée dédié à l’histoire.

34 Chahids du cimetière de Ain Assel transférés vers un carré des martyrs Les wilayas de l’Est du pays ont cé- lébré la journée nationale du Chahid, de nombreuses activités ont été program- mées dans les établissements culturels et de la jeunesse, les autorités locales, les moudjahidine et des citoyens se sont re- cueillis à la mémoire des martyrs de la Révolution. A Annaba, des conférences sur l’histoire et des expositions ont été organisées, à travers les centres culturels des chefs-lieux de communes. Dans les centres culturels d’Annaba, El Bouni et Sidi Ammar, des expositions sur l’histoire ont été organisées, pour retracer à travers des documents et photographies d’époque, les étapes de la guerre d’indé- pendance. Des veuves de chahids ont été honorées à cette occasion, des tournois de football, de cyclisme et de cross-country ont été disputés par de nombreuses

et de cross-country ont été disputés par de nombreuses équipes et jeunes athlètes, des chorales ont

équipes et jeunes athlètes, des chorales ont exécutés des tours de chants, dans les salles des maisons de jeunes. Dans la wi- laya de Khenchela, les autorités locales se sont rendues au chef-lieu de commune de Baksi, dans le sud de la wilaya, pour cé- lébrer cette journée aux côtés des moud- jahidine, des veuves et fils de chahids qui se sont recueillis devant le carré des mar- tyrs. une campagne de reboisement a été lancée à cette occasion, baptisée «l’arbre du chahid» par les autorités de la wilaya qui ont visité ensuite, les travaux d’amé- nagement de la route reliant le village de Soumaa au chef-lieu de commune sur une distance quatre kilomètres, avant d’inau- gurer une salle de soins au village de Ain Safa, la première pierre d’un lycée de 800 places a été posée au chef-lieu de com- mune, au terme de cette visite. A Oum-el- Bouaghi, les autorités locales et les moudjahidine se sont recueillis au cime- tière des chouhadas, les intervenants ont eu une pensée pour le récent accident d’avion survenu au djebel Fertas où de nombreuses victimes ont été pleurées par les citoyens de la région. La journée du chahid a été marquée, dans la wilaya d’El-Tarf, par le transfert des restes de 34 Chahids du cimetière de Ain Assel vers le carré des martyrs aménagé à proximité de la maquette représentant le barrage électrifié de la frontière est (lignes Challe et Morrice). Le wali d’El Tarf M. Moha- med Lebka a visité une exposition de portraits de chouhadas et de livres et do- cuments consacrés à la guerre d’indépen-

dance. Les festivités se sont poursuivies par des visites au musée de moudjahidine, au profit des élèves des établissements scolaires, organisée par la sûreté de wi- laya d’El-Tarf, en plus d’une projection de films documentaires sur la guerre de libération nationale. Dans la wilaya de jijel, les festivités ont organisées à l’uni- versité de jijel, avec des expositions de photos montrant des photographies de Chouhadas de la glorieuse lutte armée de libération nationale. Dans la wilaya de Bordj-Bou-Arreridj, la commune de Medjana a abrité les festivités marquant la journée du Chahid, en présence des au- torités locales civiles et militaires, des moudjahidine et fils de Chahids. Le wali, M. Azzedine Mechri a inspecté à cette oc- casion, le projet du siège de la sûreté ur- baine de Medjana, d’un coût de plus de 90 millions de dinars, avant de se rendre sur le chantier du stade communal et vi- siter l’annexe du centre de formation pro- fessionnel dans cette commune.

Des stèles érigées à la mémoire de ces héros de la révolution En outre, les autorités de la wilaya d’Ouargla ont posé la première pierre de plusieurs édifices administratifs et so- ciaux dans la daïra de Mégarine, à l’instar du projet de réalisation de 100 logements sociaux. La commémoration de journée nationale du chahid a eu lieu, dans la wi- laya de Ghardaia, où une exposition-pho- tos à Métlili retraçant des épopées de la guerre de libération, et à la mise en ser-

vice d’antennes administratives commu- nales à Métlili El-Djadida et la cité Chaâ- bet Sid El-Cheikh, dans le cadre du rapprochement de l’administration du ci- toyen. En outre, les autorités de la région, ont saisi l’occasion pour exposer un do- cumentaire sur la Révolution dans la ré- gion, réalisé par l’organisation des moudjahidine de Ghardaïa et d’une opé- rette sur l’Algérie de 1830 à 1962 exécu- tée par les élèves de l’école Chahid Mahdjoub Tayeb de Métlili. Par ailleurs, dans la wilaya d’Adrar, les familles des Chouhada Bouricha Abderrahmane et Daroui Mohamed, martyrs du crash de l’avion militaire à Oum El-Bouaghi ont été honorés, en plus d’honorer le Cheikh de la Zaouia de Ksar Leghmara, Hadj Lekbir Belekbir. Il a été procédé, aussi, à la mise en service de l’annexe adminis- trative de Ksar El-Mansour relevant de la commune de Bouda, ainsi que l’inaugu- ration d’une salle de sport au niveau du lycée de cette collectivité locale, baptisée du nom des deux Chahid du devoir cité plus haut. De leurs côtés, les autorités de la wilaya de Naâma ont procédé à la mise en service d’un bureau de poste au quar- tier Lahmar, un centre de paiement de la CNAS, une bibliothèque semi-urbaine dans la commune de Ain-Sefra et le lan- cement du chantier d’une inspection rele- vant du secteur du commerce au quartier Cheikh Bouamama, dans la même com- mune. une stèle commémorative à la mé- moire des martyrs de la Révolution a été également inaugurée au lieu-dit Djebel Bouchenchène dans la commune de Asla. Dans le cadre de la même commémora- tion, les autorités locales de la wilaya d’IIlizi, ont procédé à l’inauguration d’un établissement hospitalier équipé de toutes les commodités au niveau de la localité d’Ohanet (120 km chef-lieu de commune In-Amenas), et à la mise en service de l’unité secondaire de la Protection civile, le pont d’Oued Ohanet, un forage et une annexe communale. Enfin, dans l’ex- trême sud du pays, la willaya de Taman- rasset, a procédé au lancement des travaux de réalisation d’un cimetière des martyrs de la bataille El-Feguiguira et Deghamcha dans la région d’In-Salah. Synthèse Sihem Oubraham

CONFERENCE HISTORIquE Au FORuM DE LA SuRETE NATIONALE

« Si nous venions à mourir… »

« Si nous venions à mourir, défendez nos mémoires », la cé- lèbre citation du chahid Di- douche Mourad nous appelle à ne jamais oublier ceux qui avaient sacrifié leur vie pour que l’Algérie vive libre et indépen- dante. « La journée du Chahid nous renvoie à ces hommes qui sont la symbolique d’une Révo- lution singulière, afin de s’inspi- rer de leur sacrifice et des valeurs qu’ils auront laissées comme héritage pour les généra- tions que nous sommes au- jourd’hui.» A cette occasion la Sûreté nationale a rendu hom- mage à ces chouhada au cours d’une conférence historique ani- mée par le docteur et moudja- hid Mahieddine Amimour qui évoquera ces chouhada morts pour l’Algérie tout au long de l’histoire de notre pays avant même la colonisation, à l’exem- ple de Rais Hamidou, précurseur de la marine de guerre algé- rienne, mort pour son pays au 18 e siècle et dont le corps a été jeté a la mer. Le conférencier évoquera tous ces chouhada sans sépulture tombés au champ d’honneur, à l’exemple de Larbi

Ph. Wafa
Ph. Wafa

Tébessi, Larbi Ben M’hidi,

M. Amimour invite

les Algériens à se rendre au ci- metière El Alia et jeter un regard sur les tombes de tous ces chou- hada enterrés l’un à côté de l’au- tre : Boumediène, Boudiaf, Bentobbal, Abane Ramdane et bien d’autres. Par ces exemples, le conférencier veut montrer que cette commémoration de la mé- moire en elle-même est un retour au passé et devrait prendre d'au- tres significations pour renouve- ler le serment fait aux chouhada dont les sacrifices ont marqué

Amirouche

chaque Algérien de par le sang qui a irrigué cette terre. Pour le conférencier, tout Algérien mort sous les balles du colonisateur qu’il soit au maquis, guillotiné, mort dans la rue ou victime de l’acharnement de l’armée fran- çaise est considéré comme un chahid car il est mort pour un idéal, celui de vivre libre dans son pays. Les témoignage poi- gnants de moudjahidine et moudjahidate présents au forum sur les exactions coloniales ont profondément ému l’assistance. Farida Larbi

ABDELMADjID CHIKHI DG DES ARCHIvES NATIONALES

Chouhadasanssépulture:

pas de statistiques disponibles

L'Algérie ne dispose d'au- cune statistique sur le nombre de chouhada sans sépulture, a affirmé hier à Alger le directeur général des Archives natio- nales, Abdelmadjid Chikhi. Dans une déclaration à l'APS en marge d'une cérémo- nie de recueillement à la mé- moire des chouhada organisée par le ministère des Affaires étrangères à l'occasion de la cé- lébration de la journée du Cha-

hid, M. Chikhi a indiqué que "l'absence de statistiques concernant les chouhada fait que nous ne connaissons pas qui ils sont ni même où ils ont été enterrés". "A part quelques noms, nous ne connaissons pas beaucoup de chouhada sans sépulture et il est très difficiles de parler de sta- tistiques", a-t-il ajouté. Pour M. Chikhi, la journée nationale du Chahid offre l'occasion "de reconsidérer l'écriture de l'his- toire à la lumière des tentatives de sa dénaturation". "L'écriture de l'histoire n'a pas encore touché tous les évè- nements que notre pays a connus", a souligné M. Chikhi esti- mant nécessaire "pour les écrivains et historiens de s'inspirer de cette journée pour apporter leurs contributions afin de léguer aux générations montantes des œuvres à la hauteur des sacri- fices des chouhada."

œuvres à la hauteur des sacri- fices des chouhada." Recueillement à travers les wilayas de l'ouest

Recueillement à travers les wilayas de l'ouest

Des cérémonies de recueillement à la mémoire des martyrs de la Révolution, des inaugurations de nouvelles réalisations et des lancements de nouveaux projets, ont marqué hier la célébration de la journée nationale du Cha- hid dans les wilayas de l'ouest du pays. Dans la wilaya d'Oran, les cérémonies officielles ont eu lieu à Arzew, où il a été procédé, entre autres à la baptisation de la nouvelle polyclinique sise à la cité Emir Abdelkader, au lancement du réseau de fibres optiques au niveau du service de l'état civil, dans l'annexe administrative au quartier Ahmed Za- bana, par les autorités locales qui ont aussi donné le coup d'envoi des travaux de réalisation d'une nouvelle annexe administrative au quartier Gourine, à El Mouhgen. Des veuves et enfants de chouhada ont été honorés lors d'une cérémonie en plus de la mise sur pied d'une exposition de photos et de documents historiques au niveau de la salle

omnisports d'Arzew. A Ain Temouchent, cette journée a été marquée par l'inauguration du nouveau siège de

l'OPGI, la pose de la première pierre du projet de réalisa- tion de 676 logements sociaux et la baptisation aux noms de chouhada de six groupements urbains de la ville chef- lieu de wilaya. De leurs côté les représentants de l'ONEC

et de l'ONEM ont organisé diverses manifestations pour

célébrer cet événement, rendant hommage, notamment, à

une femme de chahid âgée de 104 ans. A Sidi Bel-Abbès,

la daïra de Sidi Lahcène a abrité la cérémonie commémo-

rative, marquée notamment par la baptisation d'une école, au nom du défunt moudjahid "Zahi Ali "et une maison de jeunes au nom du défunt moudjahid "Rouibah Mohamed".

A Relizane, 338 foyers ont été raccordés au réseau du gaz

de ville dans la localité de Kenanda dans la daïra de Men- dès en présence des autorités locales qui ont également

visité le chantier de rénovation de chemin de wilaya n°18,

à Oued Esslem au sud de la wilaya. A Mostaganem, où

la daïra de Ain Nouissy a accueilli les festivités marquant

cette journée nationale, les autorités locales ont procédé à l'inauguration d'une place des martyrs, et à la baptisation d'un jardin public au nom du chahid Hmamda Echaref. Les autorités locales ont posé la première pierre pour la réalisation d'un parc d'attractions et d'un nouveau siège de la commune, et lancé le projet d'AEP des localités de Katani, Flitti et Hamdoud. D'autre part, plusieurs activités commémoratives ont marqué cette journée nationale dans la wilaya de Tlemcen. Lectures de poèmes du chantre de la Révolution, Moufdi Zakaria, des expositions de photos et une rencontre avec des moudjahidine ont été proposées pour rendre hommage

à ceux qui se sont sacrifiés pour l'indépendance du pays.

qui se sont sacrifiés pour l'indépendance du pays. Le sens patriotique, un rempart n Dans les

Le sens patriotique, un rempart

n Dans les moments les plus cruciaux de la vie de la nation,

face aux adversités les plus délicates, les manœuvres dilatoires et les ambitions les plus perverses, face aux tentatives de porter atteinte à la stabilité du pays, et autres entreprises néfastes pouvant semer le doute, installer les germes de la discorde, entrainer le pays dans des voies et des impasses nuisibles, la mobilisation du sens patriotique est la meilleure parade, un acte de résistance d’une éminente efficacité. Le sens patriotique a fait ses preuves durant la lutte glorieuse de notre peuple contre le colonialisme français, dans les différentes phases de notre processus d’édification nationale, contre les folles et sanglantes entreprises d’un terrorisme aveuglé par ses ambitions meurtrières. En soulignant la nécessité de retrouver ce sens patriotique si dense et si particulier à nos compatriotes qui en ont fait usage en maintes occasions et à chaque fois que l’appel au devoir en impose l’obligation d’y recourir, le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, souligne que cette noble valeur peut constituer un rempart inexpugnable contre toute atteinte à la stabilité de la Nation, une vertu citoyenne fortement apte à nous prémunir contre les positions qui tentent de créer des confusions, développer des thèses subversives sur l’existence de conflits entre des institutions de la République. Ce sont encore des « dangers générés par la division, la rivalité entre des visions antagoniques, la fitna générée par des divergences d’opinions », qui nous imposent et dans une riposte unanime, de nous armer de cet esprit pour empêcher toute atteinte à la stabilité de la Nation. Le président Abdelaziz Bouteflika, en lançant son appel à l’occasion de la journée nationale du Chahid, n’est pas le fruit du hasard. Il puise sa force dans notre histoire, nos traditions séculaires. « Les positions affichées par les uns et les autres peuvent s’inscrire dans le cadre de la liberté d’expression, consacrée par la Constitution. Mais, quand ces opinions, dont certaines sont inspirées par des vecteurs hostiles à l’Algérie, tentent de créer des confusions et développer des thèses subversives sur l’existence de conflits entre des institutions de la République, tous les citoyens doivent prendre conscience du danger de déstabilisation véhiculée par de telles démarches qui relèvent de l’opération d’intoxication et d’instrumentalisation des faits ». Notre actualité nationale qui « défraie la chronique » avec une certaine profusion d’efforts insistants et multiformes déployés pour créer la confusion et générer la peur, pour mobiliser un vain discours sur une prétendue thèse des soi-disant conflits entre les institutions constitutionnelles, entre la présidence de la République et d’autres institutions, au sein du ministère de la Défense nationale et entre des composantes de l’Armée nationale populaire», est un exemple édifiant et répétitif de manœuvres qui ont constamment été orchestrées voire patiemment mûries pour les besoins de la cause. Les citoyens sont même coutumiers de ces agissements qui émergent en particulier, dans des circonstances assez significatifs dans la vie politique de notre pays, à l’image de cet important rendez-vous électoral en avril prochain. Il n’y a aucun doute qui plane sur les intentions et les visées de toute cette « brutale » résurgence de faits qui ne trompent personne. Et le président de la République a souligné que l’objectif consiste à « affaiblir l’Algérie qui, grâce précisément à la cohésion existante entre ses différentes institutions, a réussi à consolider l’Etat agressé par le fléau terroriste et à rétablir la paix et la stabilité sans lesquelles aucun développement n’est possible ». L’argument est imparable. M. Bouraib

Mercredi 19 Février 2014

N

6

ation

EL MOUDJAHID

LE PREMIER MINISTRE ATTENDU AUJOURD’HUI DANS LA WILAYA D’AÏN DEFLA

Impulser la dynamique de développement

D’AÏN DEFLA Impulser la dynamique de développement L e Premier ministre, Abdelmalek Sel- lal, est attendu,

L e Premier ministre, Abdelmalek Sel- lal, est attendu, aujourd’hui, dans la wilaya d’Aïn Defla pour une visite de

travail s’inscrivant dans le cadre de la mise

en œuvre du programme du Président de la République, Abdelaziz Bouteflika.

M. Sellal, qui sera accompagné, dans sa

visite, d’une importante délégation ministé- rielle, procédera à l’examen de l’état d’exé- cution et d’avancement de nombreux projets socio-économiques, inscrits à l’indicatif de

la wilaya dans les secteurs des transports, de l’agriculture, de l’habitat, de l’industrie, du commerce et de la santé, notamment. À ce titre, il aura notamment à inspecter le chantier du projet de dédoublement du tronçon El Affroun - Khemis-Miliana, de la voie ferrée Alger-Oran, où un tunnel de 7 km de long est en cours de réalisation.

M. Sellal devra également prendre le

pouls du secteur de l’agriculture, qui consti-

tue la vocation principale de la wilaya, à tra- vers la visite d’une ferme spécialisée dans l’élevage bovin laitier. Il devra également lancer les travaux de réalisation d’un marché de gros à Bourached et visiter une unité de fabrication de batte- ries, avant de s’enquérir de la situation du nouveau pôle urbain de Chellal et de l’état d’avancement du projet de réalisation d’un hôpital de 240 lits à Aïn Defla. Le Premier ministre présidera enfin une réunion de travail avec les autorités locales, élargie aux élus et aux représentants de la so- ciété civile, devant lui permettre d’écouter les citoyens et de s’informer sur leurs préoc- cupations, et de prendre les mesures néces- saires pour impulser davantage la dynamique de développement de la wilaya. APS

UNE WILAYA MÉTAMORPHOSÉE À L’OMBRE DE LA RÉCONCILIATION NATIONALE

Les fruits du programme de développement du Président de la République

mités, établissements scolaires in- cendiés, un village, alors comme Zeddine est carrément détruit au bulldozer en une nuit… Aïn Defla symbolise, on ne peut mieux, cette renaissance de l’Algérie toute entière, avec le véritable socle sur lequel s’est bâti le développe- ment tous azimuts qu’est la sage po- litique de réconciliation nationale prônée par le Président de la Répu- blique. La paix retrouvée, les cœurs apaisés, que de chantiers ont été ou- verts permettant à des dizaines de milliers de familles de vivre enfin dans un cadre décent, dans des loge- ments neufs, individuels dans le cadre de l’habitat rural au niveau de leurs douars désenclavés, collectifs au niveau des agglomérations ur- baines, des logements reliés au ré- seau AEP, électrique et gazier, avec l’injection d’équipements publics administratifs, éducatifs, culturels, sportifs et de loisirs. La wilaya d’Aïn Defla a bénéficié, au titre du pro- gramme 2010-2014 de plus de 22.

000 unités tout type confondu, dont un nouveau pôle urbain au niveau du

chef-lieu avec 2.000 logements de type AADL, un quota qui ne dépas- sait pas les 5.000 logements lors du plan quinquennal 2005-2009. Boura- ched, pour ne citer que cette com- mune, n’a pu connaître ce que le mot développement signifie en termes d’impact direct sur ses populations qu’avec les premiers projets réalisés dans le cadre du programme de dé- veloppement du Président de la Ré- publique. Un désenclavement direct avec une bretelle sur l’autoroute Est- Ouest, des infrastructures éducatives pour les paliers du primaire, du moyen et du secondaire, une chance que les parents des actuels écoliers n’ont pas eue, que les sœurs aînées, les mères et les tantes, n’ont pas éga- lement eue, Bourached ne comptait que trois écoles primaires. Un acquis incontestable dont jouissent au- jourd’hui toutes les communes de la wilaya, et en aval, une université à Khemis-Miliana qui est née, il faut le rappeler, comme un institut au ni- veau de l’ex-École des mines de Mi- liana et que des mains criminelles avaient alors détruit à l’explosif. Un

secteur inscrit à l’agenda de cette vi- site du Premier ministre, celui des transports. Un projet titanesque qui concerne le dédoublement de la voie ferrée et qui pour son tronçon entre les villes d’El-Affroun et de Khemis- Miliana a nécessité le creusement de tunnel sur un linéaire total de 18.000 mètres. Le tunnel de «Gantas», entre les communes d’El-Hoceïnia et d’Aïn-Soltane dans les entrailles du mont éponyme, consiste, lui, en deux tubes d’un linéaire de 7.342 et de 7. 331 mètres. Un plus évident pour le transport ferroviaire entre la Capitale et Oran dans la mesure où le gain de temps allié au confort seront au ren- dez-vous. Vocation première de la wilaya d’Aïn Defla, l’agriculture sera évidemment au programme de cette visite. Un secteur pour lequel l’État a considérablement investi tant la sécurité alimentaire demeure un objectif stratégique. Avec deux nou- veaux barrages, celui d’Ouled Mel- louk dans la commue de Rouina, et celui de Sidi M’Hamed Bentaiba, à Arib, la superficie en irrigué s’est dé- veloppée. Les chiffres parlant d’eux-

C’est une wilaya en paix, sereine et au travail, résolument tournée vers un avenir des plus prometteurs qui s’apprête à accueillir le Premier mi- nistre, Abdelmalek Sellal, dans le cadre d’une visite d’inspection et de travail qui s’inscrit dans le suivi de l’application des différents pro- grammes de développement du Pré- sident de la République. Née lors du découpage administratif et territorial de 1984, Aïn Defla a eu à subir de plein fouet, les effets conjugués d’abord de la crise économique et fi- nancière qui ne lui a pas permis de décoller et d’assoir une base infra-

structurelle, puis de la terrible décen- nie du drame national. Des agglomérations entières rurales et de montagnes vidées de leurs habitants, des populations ayant abandonné tous leurs biens pour assurer leur sur- vie, érigeant des habitations de for- tune ceinturant les chefs-lieux communaux dans les villes de la plaine. Un drame qui aura endeuillé nombre de familles et mis carrément

à bas le peu d’infrastructures de base

dont disposait la wilaya, ponts dyna-

mêmes : de 500.000 tonnes en termes de volume de production en- registré en 1999, Aïn Defla atteint aujourd’hui 1,7 million de tonnes, avec évidemment les maraîchages dont la pomme de terre qui en repré- sente 50%. Le chiffre d’affaires glo- bal du secteur dépasse les 100 milliards de dinars avec un taux de croissance de l’ordre de 26%. Les capacités de froid se sont également multipliées se situant autour de 400. 000 m 3 . Un secteur qui a ouvert de nombreux sillons et qui, avec le futur marché de gros en cours de réalisa- tion dans la commune de Bourached et la mise en service d’une nouvelle zone industrielle à Tiberkanine entiè- rement dédiée à la transformation agro-industrielle, va indubitablement connaître un essor plus grand. Des atouts et des potentialités immenses que les différents projets inscrits dans le cadre du programme de dé- veloppement du Président de la Ré- publique ont valorisés et qui augurent d’une émergence sur tous les plans pour cette wilaya. A. M. A.

Des potentialités agricoles prometteuses

Une région exclusivement agricole au regard de ses productions céréalières, mais surtout maraîchères, la wilaya d’Aïn Defla, qui s’ap- prête à recevoir, aujourd’hui, le Premier minis- tre, Abdelmalek Sellal, s’emploie à consolider cette vocation, tout en exploitant pleinement les potentialités dont elle dispose dans divers autres domaines. Cette wilaya, dont la simple évocation fait immanquablement venir à l’es- prit les vastes et riches terres agricoles qui s’étendent sur une superficie de 182.000 hec- tares, dont 22 pour cent sont irrigués, se place dans le peloton de tête des wilayas produc- trices des cultures maraîchères, de la pomme de terre, notamment. Grâce aux 24.000 hectares qui lui ont été consacrés, la pomme de terre arrive, en effet, en tête des productions maraîchères avec 7,3 millions de quintaux, représentant près de 50 pour cent des 16 millions de quintaux de pro- duction agricole enregistrée durant la saison dernière dans la wilaya. Ce résultat a propulsé la wilaya au 2 e rang sur le plan national (après El-Oued) en matière de production de ce tu- bercule, au 3 e rang du point de vue du taux de croissance et au 5 e en termes de plus-value mo- nétaire (100 milliards de DA). D’indéniables atouts à même d’attirer les investisseurs. Les résultats enregistrés dans l’agriculture ne si- gnifient pas cependant que les efforts de la wi- laya ne sont focalisés que sur ce secteur, Aïn Defla étant aussi une collectivité résolument tournée vers son avenir, s’employant à amélio- rer les conditions de vie de ses habitants.

Une région en pleine mutation La dynamique de développement engagée dans cette wilaya de près de 835.000 habitants

à la faveur des enveloppes financières consen-

ties par l’État (plus de 164 milliards DA repré- sentant les PSD et PCD de 2000 à 2014) a

DA repré- sentant les PSD et PCD de 2000 à 2014) a véritablement métamorphosé cette région.

véritablement métamorphosé cette région. La densification du réseau routier de la wilaya, sa proximité des grands centres économiques (elle est située à 145 km de la capitale), le pas- sage sur son territoire de la ligne ferroviaire Alger-Oran, dont les travaux de dédoublement ont été lancés, constituent autant d’atouts en mesure d’attirer des investisseurs désireux d’étendre leurs activités. La volonté des pouvoirs publics d’attirer les investisseurs s’est traduite par une opération de réhabilitation de 3 zones d’activités à la- quelle une enveloppe financière de plus de 500 millions de DA a été consacrée, selon la direction de l’industrie, de la PME/PMI et de l’investissement, qui signale que l’opération devrait être achevée au courant du 2 e semestre de l’année en cours. Ces zones d’activités sont implantées dans les communes d’El-Attaf, Khemis Miliana et Boumedfaâ. Deux autres projets du même genre sont en phase d’étude dans la commune de Hoceïnia (ouest de la wilaya). Par ailleurs,

et au regard des résultats probants obtenus dans le secteur de l’agriculture, une zone d’ac- tivité totalement dédiée à l’agroalimentaire sera bientôt opérationnelle à Tiberkanine (30 km à l’est du chef-lieu de wilaya), selon les responsables locaux du secteur de l’agricul- ture.

Pour une vie décente du citoyen L’accompagnement des pouvoirs publics du développement de la wilaya est perceptible également dans le secteur de l’habitat où le nombre de logements socio-locatifs devrait avoisiner les 39.000 en 2014, selon ses respon- sables. Recensant quelque 6.500 logements socio-locatifs en 1999, la wilaya en compte au- jourd’hui plus de 20.000 réalisés à la faveur de la multitude de programmes étatiques, ce qui, par ricochet, a eu pour effet de faire passer le taux d’occupation du logement (TOL) de 7,73 à 5,23. Par ailleurs, et compte tenu du cachet rural de la wilaya (sur 36 communes, 24 sont

rurales), le logement rural a fait l’objet d’un engouement particulier de la part des citoyens qui s’empressent de déposer leurs dossiers afin de bénéficier de l’aide accordée par l’État en matière de construction. Selon les services de la wilaya, plus de 20.000 aides à la construction de l’habitat rural ont été attri- buées, à cet égard, dans le cadre du plan quin- quennal 2010-2014. Avec ses 5 barrages (Sidi M’hamed Bentaïba, Ouled Mellouk, Derder, Harreza et Ghrib), to- talisant une capacité de stockage de 568 mil- lions de m 3 et ses 9 retenues collinaires, la wilaya d’Aïn Defla dispose d’un important po- tentiel hydraulique. Un volume de plus de 110 millions de m 3 est alloué annuellement à partir de ces barrages pour l’irrigation des terres agri- coles de la wilaya. En matière du taux de rac- cordement d’AEP, des efforts ont incontestablement été déployés dans la mesure où de 44 pour cent environ, en 1999, celui-ci est passé à 90 pour cent en 2013. Les efforts de dotation journalière des habitants en eau po- table se sont illustrés par le volume d’AEP transféré à partir du barrage de Sidi M’hamed Bentaïba (d’une capacité de 75 millions de m 3 ) au profit de 6 communes qui va passer de 21. 000 m 3 , actuellement, à 40.000 m 3 au courant de cette année. Une population de 271.000 habitants des com- munes d’Aïn Defla, Khemis Miliana, Mekha- tria, Arib, Amra et Sidi Lakhdar bénéficie du transfert d’AEP à partir de ce barrage, selon les responsables du secteur des ressources en eau. Un autre projet de transfert d’AEP à partir du barrage de Ouled Mellouk, sera mis en ser- vice au courant du mois de juillet prochain au profit d’une population de quelque 250.000 habitants des communes de Bourached, Rouina, Zeddine, El-Mayenne, El-Attaf et El- Abadia, selon les mêmes responsables.

Mercredi 19 Février 2014

N EL MOUDJAHID ation 7
N
EL MOUDJAHID
ation
7

CONFÉRENCE DE PRESSE CONJOINTE DES MAE ALGÉRIEN ET FINLANDAIS

Elargissement de la coopération bilatérale

La visite de trois jours en Algérie, du ministre finlandais des Affaires étrangères, Erkki Tuomioja, la première dans l’histoire des relations bilatérales, est une occasion pour lui d’évaluer l’état de la coopération et d’examiner avec les responsables algériens les opportunités de développer le partenariat et les opportunités d’investissement dans divers domaines.

L ors d’une conférence de presse conjointe animée hier au siège du ministère avec

son homologue Ramtane Lamamra, il affirmera avoir suivi le dévelop- pement de l’Algérie depuis son in- dépendance, ajoutant avoir constaté les grands progrès réalisés dans tous les domaines. «Nous pouvons coo- pérer dans beaucoup de domaines» a-t-il indiqué ajoutant que «la Fin- lande a quelques avantages dans certains secteurs, il citera notam- ment l’eau, l’environnement et les Htec (High technology), qu’elle voudrait partager avec l’Algérie». Sur la question des visas, il dira que «le travail est à la finalisation des discussions pour les détenteurs de passeports diplomatiques», souli- gnant que «tous les efforts doivent être faits pour la libre circulation des personnes» .Intervenant de son côté le ministre des Affaires étran- gères, s’est dit satisfait de l’impor- tant niveau d'échanges économiques entre les deux pays .Et tout comme son homologue fin- landais, il estimera qu’il est possible d'élargir le champ de coopération bilatérale davantage de projets d'in- vestissement dans différents do- maines. Il fera part aux journalistes présents des sujets évoqués lors des entretiens, citant entre autres le par- cours du Grand Maghreb à l'occa- sion du 25 e anniversaire de la

création de l'Union du Maghreb arabe (UMA), la question du Sahara occidental, la crise syrienne et la si- tuation en Afrique et au Sahel. Le rôle de l'UE dans la résolution de la crise dans la République de Centra- frique, ainsi que les «liens solides» qui existent entre l'Union africaine (UE), l'Organisation des Nations unies (ONU) et l'UE, notamment, dans la préservation de la paix et la sécurité en Afrique. Les deux minis- tres se sont prêtés après les déclara- tions préliminaires au jeu des questions-réponses. Sahara Occidental : « La Fin- lande a la même position que l’Algérie » Prié de donner la position de son pays sur le dossier du Sahara occi- dental le MAE finlandais répondra que «Notre position vis-à-vis de la question du Sahara occidental est la même que celle de l'Algérie. Nous soutenons le droit du peuple sah- raoui à l'autodétermination et nous sommes prêts à adhérer à toutes les solutions qui sont acceptées libre- ment par le peuple sahraoui». il dira que la Finlande «est pour une solu- tion politique et qu’il faudrait plus de «créativité diplomatique ». A une question sur l’adhésion de l’Al- gérie à l’OMC, il dira que le sujet n’a pas été évoqué mais que son pays soutient «la volonté et les ef- forts de l’Algérie pour adhérer à

cette organisation» Sur la situation du Sahel et dans la région, il dira «nous avons la même appréciation sur ce qui se passe dans le Sahel et d’autres pays d’Afrique», ajoutant que son pays «partage les mêmes opinions avec l'Algérie sur la ges- tion des crises et leurs solutions». UPM : un cadre informel qui prend forme Quant à l’Union pour la Médi- terranée (UPM), il dira que «nous croyons qu’il y a de grandes possi- bilités pour la coopération au sein de cette union». Sur la même ques- tion, le MAE algérien dira que

l’UPM est un cadre informel dont la consistance prend forme au plan économique. Au plan politique il in- diquera que «plusieurs interactions et consultations sont envisagées». Précisant qu’«il est préférable qu’il ait un excès de consultation que pas de consultations du tout». Il enchaî- nera en ajoutant et dans la réalité il y a un grand nombre d’actions sont entreprises au sein de l’UMP pour atteindre les objectifs qui lui sont assignés sans pour autant qu’elles soient systématiquement médiati-

sées» Nadia Kerraz

RAPPELANT QUE LA FRONTIÈRE OUEST EST FERMÉE

RAPPELANT QUE LA FRONTIÈRE OUEST EST FERMÉE

RAPPELANT QUE LA FRONTIÈRE OUEST EST FERMÉE

« Tout mouvement constaté ne peut être qu’illégal », estime Lamamra

constaté ne peut être qu’illégal », estime Lamamra Interrogé sur un mouvement signalé au niveau des
constaté ne peut être qu’illégal », estime Lamamra Interrogé sur un mouvement signalé au niveau des

Interrogé sur un mouvement signalé au niveau des frontières algéro ma- rocaines, le MAE algérien répondra que « les frontières terrestres sont fer- mées » et que de ce fait «il ne pourrait y avoir de mouvement officiel d’individus ou de marchandises». Il poursuivra en déclarant que les mou- vements constatés ne peuvent être qu’illégaux, à savoir trafic de drogue, Africains qui voudraient s’introduire dans un sens ou dans l’autre de la fron- tière. M. Lamamra tiendra à rappeler que l’Etat algérien veille à l’applicatio des lois algériennes et si un incident devait se produire, cela ne nécessite pas des commentaires politiques. Quant aux refugiés syriens qui auraient quitté le pays, il dira qu’ «un grand nombre de réfugiés syriens sont présents en Algerie en toute dignité». Il ajoutera que «l’Algérie est non responsable si des ressortissants étrangers quittent de manière illégale le pays». N. K.

ALGÉRIE-MAROC

Prétendus tirs en direction d'un poste fron- talier marocain : démenti du MAE

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Amar Belani, a démenti hier les allégations contenues dans une dépêche de l'agence de presse marocaine MAP, selon laquelle l'ambassadeur marocain à Alger aurait «pris contact avec les autorités algériennes compétentes» sur de prétendus tirs de l'Armée nationale populaire (ANP) en direction d'un poste frontalier marocain. «Nous marquons notre grande surprise au sujet de cette dépêche de la MAP car je dois souligner qu'aucune démarche n'a été ef- fectuée par l'ambassadeur du Maroc auprès des autorités algériennes compétentes», a souligné M. Belani, dans une déclaration à l'APS. «Par ailleurs, dans le cas ou de pré- sumés incidents devaient être signalés, il existe pour cela les canaux habituels que l'ambassadeur connaît bien», a-t-il rappelé, s'interrogeant sur «les mobiles qui sont derrière la médiatisation de démarches qui n'ont pas eu lieu». APS

SÉCURITÉ ET DÉVELOPPEMENT AU SAHEL

Lamamra souhaite une coordination stratégique

Interrogé sur la situation au sahel, le MAE algérien dira que «c’est un problème complexe pour lequel de nombreuses stratégies ont été retenues». Il citera la stratégie intégrée de l’Onu, celle de sécurité et de développement de l’UA et celle aussi de l’UE. Selon lui ce problème nécessite «une coordination stratégique pour éviter le chevau- chement des initiatives et les déperditions d’énergie». Pour M. Lammara «il faut trou- ver les moyens de mettre en œuvre cet intérêt pour le Sahel et trouver les meilleures voies pour changer les données économiques et sécuritaires». Pour ce qui du G5 qui regroupe la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Fasso, le MAE dira que «ces pays se sont organisés pour optimiser les moyens ». Au sujet du processus de Nouakchott dont la 3 e réunion ministérielle se tiendra aujourd’hui à Niamey, il indi- quera qu’il (le processus) devrait permettre «d’avancer dans la prise de mesures concrètes et la mise en place d'arrangements sécuritaires pour opérationnaliser l'archi- tecture africaine de sécurité dans la région Sahelo-sahelienne». N. K.

SITUATION AU MALI

« L’Algérie a des atouts dont ne dispose aucun autre acteur de la région »

A une question sur la crise Malienne et la médiation algérienne, M. Lamamra tiendra d’abord de rappeler que depuis son indépendance l’Algérie a été amenée à jouer «le rôle de facilitateur» et que «ce n’est pas là une coïncidence ou une option». Ce rôle a été imposé par la responsabilité qui découle du statut de «voisi- nage immédiat». Il dira que «l’Algérie ne peut être que sensible ou motivé par la recherche de solution paci- fique à cette situation conflictuelle et source d’instabi- lité». Il ajoutera que l’Algérie a été sollicitée par l’ensemble des groupes politico-militaires et Bamako à l’effet de faciliter le lancement d’un dialogue inter- malien à Bamako. il indique que «l’Algérie a travaillé en toute transparence avec toutes les parties concer- nées, minusma, UA et le Burkina Fasso qui a fait beau- coup pour arriver à un accord intermédiaire. Le MAE dira que «l’Algérie poursuit cet effort eu égard à la confiance placée en elle par les acteurs de ce conflit et les atouts dont elle dispose et qui ne sont disponibles chez aucun autre acteur de la région». Toutefois préci- sera Lamamra «l’Algérie n’est pas exclusive» et elle «ne verrait pas d’objection à toute autre dynamique». Sur sa lancée il poursuivra en affirmant «Nous sentons aucun complexe et nous ressentons aucune difficulté à poursuivre les efforts, encouragés par les Maliens et en collaboration avec d’autres amis de la région qui per- mettent d’avoir une plus value». N. K.

PROCESSUS DE NOUAKCHOTT

ALGÉRIE - FINLANDE

Le ministre finlandais des Affaires étrangères reçu par M. Sellal…

finlandais des Affaires étrangères reçu par M. Sellal… Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier à Alger le ministre des Affaires étrangères de la République de Finlande, Erkki Tuomioja, en visite de travail en Algérie, indique un communiqué du Ca- binet du Premier ministre. «L’audience a été l’occa- sion d’aborder les relations entre les deux pays, ainsi que les perspectives de leur développement dans tous les domaines d’intérêt commun au regard des poten- tialités existantes en Algérie et en Finlande», précise- t-on dans le communiqué. La rencontre, qui s’est déroulée en présence du ministre des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, «a permis aux deux parties d’échanger leurs points de vue sur des questions internationales et notam- ment au plan régional», ajoute-t-on de même source.

… et par M. Lamamra

Le ministre des Affaires étrangères, Ramtane La- mamra a reçu mardi à Alger son homologue finlan- dais, Erkki Tuomioja, qui effectue une visite de trois jours en Algérie. Les discussions se sont élargies par la suite aux membres des deux délégations. Cette visite, la première d'un chef de la diplomatie finlandaise en Al- gérie, «intervient dans un contexte favorable à l'im- pulsion des relations entre les deux pays à la faveur d'une dynamique économique appréciable», avait re- levé le ministère des Affaires étrangères lundi, dans un communiqué. «Elle vient concrétiser également, la volonté, maintes fois exprimée par les deux pays, d'intensifier le dialogue politique en vue de promouvoir les convergences entre l'Algérie et la Finlande en matière de promotion de la coopération internationale pour la paix et le développement», a-t-on souligné de même source. «Des avancées significatives ont été enregistrées ces dernières années sur les plans éco- nomique et commercial et des actions de partenariat sont engagées entre les deux parties, notamment dans les domaines de l'industrie mécanique, de l'agricul- ture, des technologies de l'information et de la com- munication, de la formation et de l'éducation», a-t-on ajouté. L'Algérie et la République de Finlande qui «partagent des approches similaires de certaines questions internationales et régionales ont mis en place des mécanismes bilatéraux pour mieux enca- drer les consultations et le dialogue dans les do- maines politique et économique», a-t-on encore indiqué, ajoutant que les deux pays sont également «intéressés par le renforcement du partenariat entre l'Algérie et l'Union européenne». Au cours de son sé- jour, M. Erkki Tuomioja aura également des entre- tiens avec le ministre de l'Agriculture et du Développement rural et la ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communica- tion.

Des mécanismes opératoires contre les crises

mocratiques dans la région du Sahel, y compris la protection des droits humains, de l’appareil judi- ciaire et des organisations de la société civile. A travers ce volet, la mission travaille aussi sur des questions humanitaires notamment dans le nord du Mali. Le deuxième volet, qui est consacré à la sécurité dans le Sahel, a pour objectif de coordon- ner les efforts de l’UA en matière de sécurité, no- tamment les conflits, de terrorisme et de crime organisé. Le dernier volet, lui, est axé sur la pro- blématique du développement dans la région, s’intéressant aux questions d’environnement, comme la dégradation de l’environnement, et celles du sous-développement de manière géné- rale. Le renforcement de la coopération sécuritaire au Sahel au menu. La 3 e réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott a pour objectifs le renforcement de la coopération sécu- ritaire et l’opérationnalisation de l’architecture africaine de paix et de sécurité dans la région du Sahel. Le processus de Nouakchott, lancé dans la capitale Mauritanienne par l’UA le 17 mars der- nier, inclut, outre l’Algérie, la Côte d’Ivoire, la Guinée, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria, le Sénégal et le Tchad. La rencontre permettra aux ministres de faire le point sur les acquis et approfondir le processus de Nouakchott, qui a pour but de renforcer l’échange d’informa-

tion, la sécurité aux frontières ainsi que le renfor- cement des capacités des services de sécurité et de renseignement dans la région sahélo-saha- rienne. Le processus comporte également des in- teractions avec les organisations régionales et sous-régionales, ainsi qu’avec les Nations unies et des partenaires internationaux. L’Algérie attachée au processus structurant la sécurité et la paix au Sahel, dont la position concernant le Sahel demeure constante, a toujours réaffirmé, lors des foras internationaux, son atta- chement au processus structurant la sécurité et la paix dans la région du Sahel. Le ministre des Af- faires étrangères, Ramtane Lamamra, a ainsi réi- téré, lors des travaux de l’Assemblée générale de l’ONU, tenus en septembre dernier, la contribu- tion effective qu’apporte l’Algérie à la conjugai- son des efforts pour la sécurité collective dans l’espace sahélo-saharien ainsi que dans le reste de l’Afrique. De son côté, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a renouvelé, lors de la deuxième réu- nion ministérielle sur le Sahel abritée par la Com- mission de l’Union européenne (UE) à Bruxelles sous la présidence malienne qui a eu lieu le 6 fé- vrier dernier, l’engagement de l’Algérie à pour- suivre ses actions multiformes de coopération et de solidarité en faveur de la stabilité, de la sécu-

La stratégie de l’Union africaine (UA) en ma- tière de sécurité, de gouvernance et de dévelop- pement pour la région sahélo-saharienne sera présentée, aujourd’hui, à Niamey (Niger), lors des travaux de la 3 e réunion ministérielle des pays membres du processus de Nouakchott, dont l’Al- gérie. Cette stratégie sera présentée par la Mission de l’Union africaine pour le Mali et le Sahel dont l’objectif consiste à articuler l’action africaine dans les domaines de la sécurité, la gouvernance, la décentralisation et le développement accru des pays du Sahel. C’est autour de ces problématiques qu’une stratégie de l’UA pour le Sahel ainsi qu’un plan d’action ont été développés, a-t-on indiqué auprès de la mission africaine, qui précise que la poursuite du Processus de Nouakchott, pour la promotion de la coopération entre les pays du Sahel en matière de sécurité transfrontalière, de- vrait aboutir à des mécanismes opérationnels per- mettant de faire face aux crises. Le mandat de cette mission a trois principaux volets : un poli- tique, un autre consacré à la sécurité et un troi- sième axé sur la problématique du développement dans la région. Le volet politique a pour vocation d’accompagner la consolidation des acquis de paix et de sécurité, de promouvoir l’Etat de droit et contribuer au renforcement des institutions dé-

risation et du développement de ses voisins sahé- liens. M. Bouguerra a exhorté les partenariats extra- régionaux à œuvrer, dans un esprit constructif et coordonné, au renforcement des capacités des pays concernés de manière à leur permettre de prendre en charge leurs priorités nationales de dé- veloppement et de relever les défis à leur sécurité collective. L’Algérie a, par ailleurs, noté lundi dernier avec «satisfaction» la création à Nouak- chott du nouveau cadre de coordination et de suivi de la coopération sous-régionale sahélo-saha- rienne «G5 du Sahel» regroupant la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Tchad et le Burkina Faso. La création de ce nouveau sous-ensemble dans l’es- pace sahélien a fait l’objet de consultations entre le ministre des Affaires étrangères, Ramtane La- mamra, et son homologue mauritanien, Ahmed Ould Teguedi, a souligné le porte-parole du mi- nistère des Affaires étrangères, Amar Belani. Il a rappelé que le processus de Nouakchott, mené sous la conduite de l’UA, inclut les 5 pays mem- bres de ce nouveau regroupement ainsi que 6 au- tres Etats membres de l’Union africaine, et qu’il constitue le «vecteur principal» de l’opérationna- lisation de l’architecture africaine de paix et de sécurité dans la région sahélo-saharienne. Envoyé spécial de l’APS

N

8

ation

EL MOUDJAHID

LE MINIStRE dE LA SANtE INAUgURE L'EHS dE CARdIoLogIE Et CHIRURgIE CARdIAqUE ‘‘P’tIt oMAR’’A dRAA BEN KHEddA

Un établissement de pointe à vocation nationale

Après une assez longue attente, l'établissement hospitalier spécialisé en cardiologie pédiatrique et chirurgie cardiaque de Draa Ben Khedda a été mis en service, hier, par le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Abdelmalek Boudiaf, en présence du wali et du P/APW de Tizi- Ouzou, des autorités militaires et judiciaires, ainsi que des élus locaux et nationaux.

M. Abdelmalek Boudiaf, visible- ment très satisfait de constater que ses instructions de mise en

service de ce nouvel EHS ont été respectées

à la lettre, a visité les différents services de

cet hôpital de dimension nationale où de- vaient s'effectuer hier trois opérations chirur-

gicales sur des malades souffrant de cardiopathie congénitale, alors que trois au- tres patients avaient subi la veille des opéra- tions similaires, dirigées par le professeur Mohamed Salah Bourezag. En effet, après avoir dévoilé la stèle du chahid omar Yacef, dit ‘‘P’tit omar’’, originaire d'Azeffoun, tombé au champ d'honneur lors de la bataille d'Alger, le nom que portera désormais cette nouvelle infrastructure de santé, le ministre de la Santé s'est dirigé vers le bloc opératoire où une projection vidéo sur le déroulement des opérations chirurgicales effectuées la veille de cette visite lui a été présenté avec des explications sur le mode opératoire uti- lisé par le professeur Bourezag qui dispose de sa propre technique unique au monde,

selon ses affirmations. Selon les informa- tions recueillies sur les lieux, les six patients ayant subi ces opérations chirurgicales sont originaires de différentes régions du pays, notamment de tamanrasset, oran, ghardaia

et Alger, et sont âgés entre six mois et 37 ans.

disposant d'une capacité d'accueil de 80 lits et d'un personnel médical de l'ordre de 30 médecins et 150 paramédicaux, tous formés avant la mise en service de cette structure de

Photos : Louisa
Photos : Louisa

santé, ce qui est une première nationale, selon le même professeur, ce nouvel EHS est doté d'un équipement ultra moderne. Il prendra en charge aussi bien des en- fants que des adultes souffrant de maladies cardiaques de toutes les wilayas du pays, toujours selon les explications fournies par le professeur Bourezag, estimant qu'une telle

structure dotée de matériels de dernière gé- nération, ne peut pas s'occuper uniquement des enfants souffrant de maladies cardiaques, étant donné que le nombre de ces derniers n'est pas important. Lors de sa visite de cette nouvelle infra- structure de santé moderne et chef d'œuvre architectural, le ministre n'a eu de cesse

d'exhorter les responsables locaux de son secteur à assurer une meilleure prise en charge des patients hospitalisés dans cet EHS et à prendre soin des équipements qui

sont les plus modernes sur le marché mon- dial. Il les a aussi invités à assurer le traite- ment informatisé des dossiers aussi bien des malades que des fonctionnaires et personnels de l'hôpital, pour que tout soit clair à l'ave- nir. M. Abdelmalek Boudiaf a, par ailleurs, affirmé que ce nouveau complexe de santé, deuxième du genre en Afrique après celui de l'Afrique du Sud, pourrait prendre une di- mension internationale et être une référence de même dimension eu égard au matériel ultra sophistiqué et à la qualité du personnel, aussi bien médical que paramédical, haute- ment formé. Cette inauguration qui intervient en pleine festivité commémorative de la journée du Chahid a été accueillie avec soulagement et fierté par la population de la wilaya de tizi-ouzou qui a estimé que c’est là la meil- leure manière de rendre hommage aux mar- tyrs qui se sont sacrifiés pour qu'aujourd'hui

le peuple algérien vive dans la dignité en dis-

posant de tous ses droits, dont le droit aux soins de qualité pour tous. Il convient de signaler qu'avant de se ren- dre à draa Ben Khedda, le ministre s'est re- cueilli au carré des martyrs de M’douha, à tizi-ouzou. Bel. Adrar

ABdELMALEK BoUdIAf :

« Il faut changer les habitudes dans le secteur »

projet de nouveau siège du minis- tère de la Santé qui devrait être un ‘‘bâtiment intelligent’’ à l'intérieur duquel tout sera numérisé. ‘‘on ne peut plus continuer à fonctionner avec l'ancien système’’, a-t-il af- firmé. M. Abdelmalek Boudiaf a également fait état d'une réunion qui devrait intervenir au courant de la semaine prochaine entre son dé- partement ministériel, les proprié- taires de cliniques privés et les porteurs de projets de création d'hôpitaux privés, pour débattre de toutes les questions relatives au secteur. Cette rencontre vise l'ap- profondissement du dialogue entre le ministère et le secteur privé in- tervenant dans la santé, a-t-il sou- ligné, en ajoutant que le gouvernement par le biais de son département ‘‘encourage le secteur privé en vue d’en faire un parte- naire essentiel du service public de la santé.’’ Concernant le centre

du service public de la santé.’’ Concernant le centre anti-cancer dont les travaux qui étaient à

anti-cancer dont les travaux qui étaient à l'arrêt depuis plusieurs mois ont repris en janvier dernier, le ministre a ordonné à l'entreprise réalisatrice de le livrer d'ici la fin

de l'année afin d’atténuer un tant soit peu les souffrances des cancé- reux au niveau national. En évo- quant ce chantier de centre anti-cancer, le ministre n'a pas

D es assises nationales sur la santé en mars ou avril pro- chain. Lors d'un point de

presse animé à la fin de la cérémo- nie de mise en service de l'EHS en cardiologie et chirurgie cardiaque de draa Ben Khedda, le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, M. Abdel- malek Boudiaf, a annoncé que son département organisera en mars ou au plus tard en avril, des assises na- tionales sur la santé d’où sortiront des recommandations pour la mo- dernisation du secteur. tous les professionnels de la santé, des uni- versitaires et spécialistes seront conviés à ces assises, précisant que la gestion du secteur doit suivre les évolutions qui sont en train de se produire au niveau mondial. dans le cadre des efforts visant la modernisation du secteur, le re- présentant du gouvernement a an- noncé également le lancement d'un

manqué de lancer un ferme dé- menti quant à l'information faisant état du refoulement par le CPMC du CHU Mustapha Bacha d'Alger, de 160 cancéreux, tout en recon- naissant une insuffisance en ma- tière de radiothérapie. Il a toutefois indiqué que des efforts sont en train d'être consentis pour remédier à ce problème qui ne se pose plus concernant la chimiothérapie. S’agissant de l’incendie qui a ra- vagé l'hôpital d'In Amenas, le mi- nistre a indiqué que le sinistre provoqué par un court-circuit sur- venu dans le bloc administratif, a causé deux blessés légers, tout en annonçant l'envoi d'une commis- sion d'enquête pour l'évaluation des dégâts matériels. Enfin, le mi- nistre a fait part de la détermination de son département à changer les habitudes du secteur pour entrer de plain-pied dans la modernisation. Bel. Adrar

JUMELAgE dES HôPItAUx dU NoRd Et dU SUd

Le déplacement des équipes médicales, obligatoire et rémunéré

faire le déplacement vers le Nord, essentiel- lement sur Alger avec tout ce que cela im- plique comme coûts et de désagréments, surtout pour le malade lui-même, mais aussi pour sa famille. Pire, même dans le cadre du service civil, certains médecins refusent de travailler dans ces zones », a-t-il expliqué, précisant qu’avec la signature de ces conven- tions, les déplacements des équipes médi- cales, revêtent désormais un caractère obligatoire puisque ils rentrent dans le cadre naturel des missions de médecins dans l’exercice de leur fonction. Les déplace- ments vers les établissements hospitaliers du Sud et des Hauts Plateaux se défont égale- ment du caractère volontariste et impliquent nécessairement des rémunérations. « Les ni- veaux de rémunération restent à déterminer dans le cadre d’un décret à venir en même temps d’ailleurs que la durée et la périodicité des déplacements », a précisé l’invité de la rédaction qui estime que le problème ne risque pas de se poser affirmant que « les centres hospitaliers dans le Sud disposent d’importants équipements qui sont mal ex- ploités. » S’exprimant par ailleurs sur la

prise en charge des malades au niveau des

centres hospitaliers au niveau d’Alger, le di- recteur de l’hôpital Parnet a souligné que la

« préoccupation de tous les jours au niveau

de son établissement, est celle d'assurer une meilleure prise en charge pour tous les ma- lades et surtout d'assurer un cadre humain dans les infrastructures de santé.»

Réalisation d’un établissement moderne à proximité de Parnet Néanmoins ce dernier admettra que des

dysfonctionnements sont constatés bien que cela est dû généralement au grand flux des malades vers ces établissements de santé.

« Alger est saturée en nombre de malades.

Ce dysfonctionnement n'est généré ni par

une négligence quelconque ni par un laisser- aller du personnel médical », a-t-il indiqué.

« Nos capacités sont parfois limitées et ne

nous permettent pas de prendre tous ces ma- lades en charge. Cette question serait, sans nul doute prise en compte suite aux conven- tions de jumelage signées entre les hôpitaux du Nord et ceux du Sud et des Hauts Pla- teaux. Il va y avoir une nette amélioration »,

La signature d’une vingtaine de conven- tions de jumelage entre des établissements hospitaliers du Sud, des Hauts Plateaux et des centres hospitalo-universitaires du Nord, implique désormais, et de manière institu- tionnalisée, l’obligation de déplacements des équipes médicales polyvalentes du Nord vers des centres hospitaliers du Sud avec trois objectifs. C’est ce qu’a expliqué, ce matin, Zoubir

Rekik, directeur général du Centre hospitalo- universitaire Nafissa Hamoud (ex-Parnet) d’Alger. M. Rekik qui s’exprimait sur les ondes de la Chaîne III de la radio nationale,

a indiqué que « cette opération de jumelage

permettra de prodiguer des soins, notamment pour les citoyens de zones enclavées, assurer la formation pour le personnel médical et pa- ramédical local et aussi permettre une utili- sation optimale des équipements disponibles sur place. » Expliquant les raisons de cette nouvelle démarche le responsable précisera que « plu- sieurs régions du grand Sud demeurent en manque cruel en médecins spécialistes et les patients se retrouvent dans l’obligation de

a estimé le directeur du CHU Nefissa-Ha-

moud. Zoubir Rekik a, enfin, plaidé pour la mise aux normes de nos hôpitaux dont la grande majorité est héritée de l'ère coloniale. Concernant l’hôpital Nafissa Hamoudi, l’in- vité de la rédaction a fait état de l’existence d’un projet pour la réalisation, au niveau du terrain limitrophe, d’un hôpital moderne en R+12 étages avec un héliport, qui répond aux standards internationaux. « Nous avons obtenu l’accord de principe de la part du mi- nistre de la Santé lors de sa visite à l’hôpital, en attendant la visite du Premier ministre pour nous accorder les fonds qu’il faut, pour démarrer les travaux », a-t-il expliqué. Il a également annoncé la création de nouveaux box de consultation et le renforce- ment des urgences dans son établissement, relevant que les services de gynécologie et de procréation de son hôpital avaient été mo- dernisés. Il a rappelé à cette occasion que cinq nouveaux établissements hospitalo-uni- versitaires aux standards internationaux se- ront réceptionnés à l’horizon 2019, dans différentes wilayas du pays. Salima Ettouahria

Mercredi 19 février 2014

N

ation

9

EL MOUDJAHID

RENTREE PRoFESSIoNNELLE DU 2 MARS

14.000 places prévues

En prévision de la rentrée professionnelle qui aura lieu le 2 mars prochain, les inscriptions pour la seconde session se poursuivent, au niveau des différents centres et instituts de formation professionnelle.

L es jeunes gens intéressés par un stage, par une for- mation professionnelle,

auront, en fait, jusqu’à di- manche prochain pour présenter leurs candidatures. Viendront ensuite, du 24 au 26 du mois, les journées de sélection et d’orientation qui seront consa-

crées aux tests d’entrée, notam- ment, et à l’étude des dossiers.

A l’issue de cette phase, l’heure

sera à la proclamation des résul- tats, le 1 er mars 2014, avant l’avènement de la rentrée qui aura lieu, le lendemain. Au niveau de la capitale, les inscriptions vont bon train, a-t- on constaté, de visu. Contacté, hier, pour avoir de plus amples informations à ce sujet, le direc- teur de la formation profession- nelle de la wilaya d’Alger, Ahmed Zegnoun, a souligné que les capacités prévision- nelles de cette session sont, en fait, de l’ordre de 14.000 offres, tous types confondus. Notons, dans ce cadre, que les différents types et modes de formation dispensées se déclinent comme suit : formation résidentielle, formation par apprentissage, formation passerelle, milieu rural, cours du soir, formation à distance, formation des catégo- ries particulières, formation qualifiante initiale et femme au foyer. Interrogé sur le nombre de candidats déjà inscrits, notre in- terlocuteur répondra que l’af- fluence est appréciable et que jusque-là, celle-ci a dépassé les 50% des capacités prévision- nelles. « La rentrée du 2 mars 2014 est dédiée spécialement aux gens n’ont pas pu s’inscrire lors de la session précédente. Cela dit, au niveau d’Alger, la forma- tion est assurée selon le besoin exprimé par le secteur écono- mique », a relevé M. Zegnoun. Faut-il le rappeler, la direction de la formation professionnelle de la wilaya a conclu, depuis 2013, pas moins de dix conven- tions de partenariat avec des opérateurs économiques de plu- sieurs branches d’activités. A signaler, également, plu- sieurs rencontres entre la direc-

signaler, également, plu- sieurs rencontres entre la direc- tion de la formation profes- sionnelle de la

tion de la formation profes- sionnelle de la wilaya d’Alger et des entreprises du secteur in- dustriel ont été récemment ini- tiées. Ces rencontres tendent à développer la formation duale. Ainsi donc, les apprentis-sta- giaires seront formés 2 jours par semaine au niveau des CFPA. Le reste de la semaine, ils se- ront pris en charge au niveau de l’entreprise, avec l’encadrement nécessaire, a assuré notre inter- locuteur.

Ce mois a vu, également, l’organisation, du 1 er au 8 fé- vrier de journées de sensibilisa- tion au centre culturel d’Hussein-Dey ; des journées visant à mettre en exergue l’im- portance de la formation par ap- prentissage qui offres aux jeunes de réelles opportunités d’insertion professionnelle. Fort d’une capacité totale de 40.000 places pédagogiques, le secteur de la formation profes- sionnelle à Alger accueille ac-

tuellement 37.500 stagiaires, dans 11 instituts et 48 centres. Vous qui souhaitez acquérir un métier, mais qui pour une raison ou une autre, n’avez pas pu vous inscrire, lors de la der- nière rentrée professionnelle. Il est encore temps. Vous pouvez vous rattraper, en vous rappro- chant du centre ou de l’institut de formation professionnelle le plus proche de votre lieu de ré-

sidence. Soraya Guemmouri

Quelques chiffres sur la session d’octobre 2013

La première session d’octobre dernier a réuni 270.000 nouveaux stagiaires qui ont re- joint les établissements de la formation, au titre de la rentrée de la formation professionnelle

2013-2014.

Le ministère a offert, pour la rentrée de la première session, un total de 391.000 nouvelles places pédagogiques, tous modes de formation confondus, soit un taux d’accroissement de l’or- dre de 8,61% par rapport à la même rentrée de formation de l’année 2012-2013. Ces nouvelles places pédagogiques offertes concernent la formation résidentielle avec 121.000 places, la formation par apprentissage avec 94.000 et 18.000 nouvelles places pédago- giques pour les établissements privés de forma- tion professionnelle, rappelle-t-on. Le secteur a offert également pour la même rentrée, 40.000 nouvelles places pédagogiques pour la femme au foyer, 9.000 nouvelles places de formation pour la population en milieu rural

et 18.350 nouvelles places pour le milieu car- céral. A retenir, par ailleurs, les structures du sec- teur de la formation professionnelle ont été ren- forcées par l’ouverture de 21 nouveaux établissements de formation totalisant une ca- pacité de 12.450 postes de formation, qui vien- nent s’ajouter à plus de 1.100 établissements répartis sur le territoire national. Le parc équipement a été également renforcé par la livraison et l’installation de près de 300 sections d’équipements technico-pédagogiques. Le secteur de la formation et de l’enseigne- ment professionnels compte actuellement 212.433 stagiaires et apprentis reconduits. En plus des infrastructures, on notera, pour septembre dernier, le recrutement de 1.190 nou- veaux formateurs, ce qui porte le ratio à 1 for- mateur pour 20 stagiaires. Soraya G.

LE MINISTRE DES AFFAIRES RELIGIEUSES ET DU WAqF A oUARGLA

Promouvoir la mission de la mosquée au service de l’islam et de la nation

Le

mi-

nistre des

Affaires re-

ligieuses et

du Waqf,

Bouabdellah

Ghlamallah,

a mis l’ac-

cent, hier, à

ouargla, sur la nécessité de promou- voir la mis- sion de la

mosquée, au service de l’islam et de la nation. "La promo- tion de la mission de la mosquée, confiée aux imams, est nécessaire pour qu’elle soit digne de servir la religion islamique, la nation et le mes- sage des Chouhada", a souligné M. Ghlamallah lors dune rencontre tenue au centre culturel is- lamique d’ouargla, dans le cadre de sa visite de travail dans la wilaya. Le ministre a affirmé, devant les imams et cheikhs de zaouias, que "la mission suprême

de la mosquée consiste à amener la société à s’orienter vers le sérieux, la sincérité et l’édi- fication de tout ce qui sert la nation et le ci- toyen". M. Ghlamallah a, lors de sa visite, inauguré le centre culturel islamique doté de salles de conférences et de structures pédago- giques et administratives, sur une superficie de 1.996 m 2 . Le ministre s’est également enquis

du projet "waqf" de réalisation, pour une enve-

loppe de 200 millions de dinars, d’une clinique pluridisciplinaire dans la zone des équipements publics au chef-lieu de wilaya qui disposera de toutes les installations médicales nécessaires,

dont des salles de consultations, de soins et des laboratoires. M. Ghlamallah a, en outre, pro- cédé à la remise d’ordres de service portant lancement d’études de réalisation de la mos- quée pôle au chef-lieu de la wilaya d’ouargla,

et de la réalisation, dans la commune d’Ain El-

Beida, de 30 logements et de 24 locaux com- merciaux de type "Waqf". Dans la commune

locaux com- merciaux de type "Waqf". Dans la commune de Hassi-Benabdallah, daïra de Sidi Khouiled, le

de

Hassi-Benabdallah, daïra de Sidi Khouiled,

le

ministre a procédé au lancement du projet de

mosquée d’une capacité d’accueil de 850 fi- dèles, dotée dune bibliothèque et d’une école

coranique, avant de mettre en terre un olivier

au niveau du projet, "Waqf" également, de la

bande verte dans cette commune. Le ministre s’est recueilli, dans le cadre de la commémo- ration de la journée nationale du Chahid, à la

mémoire des glorieux Chouhada et a honoré une veuve de chahid et un moudjahid. APS

EDUCATIoN NATIoNALE

Reprise des cours hier dans le primaire et le moyen

séparément, fin janvier dernier, à une cessa- tion de travail à titre de revendication du sta- tut professionnel du secteur de l’éducation et de promotion systématique des enseignants au grade d’enseignant principal et de forma- teur. Les revendications formulées en com- mun par l’Unpef, le Snapest et le Cnapest, portent également sur l’actualisation des in- demnités dans les régions du Sud et des hauts plateaux. L’Unpef a indiqué dans son communiqué 16-2014, que cette décision a été arrêtée suite à « l’accord favorable » donné par la direction de la fonction publique pour ce qui concerne le droit à la promotion des ensei- gnants des cycles primaire et moyen, princi- pale revendication de l’union. En tout été de cause la reprise est effec- tive au niveau des écoles et CEM une reprise qui demande un effort supplémentaire et beaucoup de courage de la part des élèves afin de pouvoir rattraper le temps perdu. Une nouvelle étape s’ouvre, notamment pour les élèves qui sont en classe d’examen. Les postulants pour les examens de fin d’an-

née (6 e , BEM et BAC) sont devant un impor- tant challenge celui de préparer au mieux ces épreuves en rattrapant le temps perdu et en assimilant le programme. Pour les spécialistes la question est com- pliquée, car la grève a eu pour conséquence de « fragiliser » et de « démotiver » une grande partie des élèves, rendant « labo- rieuse » l'assimilation des leçons lors de la reprise des cours. Pour Nafissa Benouzid, psychologue à l'hôpital psychiatrique de Chéraga, l'arrêt des cours a créé « un surcroît » de stress chez les élèves, particulièrement chez les élèves des classes d'examen qui se trouvent « anxieux et insomniaques ». Elle a relevé que ces élèves ont perdu l’envie de travailler pour assurer leur année scolaire normalement ou de décrocher le baccalauréat, relevant que déjà en temps normal, ils éprouvaient toutes « les peines » du monde à assimiler et à comprendre les cours sans stress et angoisse. Il faut noter par ailleurs qu’au moment où collégiens et écoliers suivaient tranquille-

S elon l’Unpef la décision de reprise des cours intervient suite à « l’accord favo- rable » donné par DGFP.

Après une interruption scolaire de près de

quatre semaine suite au débrayage observé

par des enseignants des deux cycles primaire

et moyen affiliés à l’Union nationale du per-

sonnel de l’éducation et de la formation (UNPEF), les classes ont repris leurs activi- tés, hier, à travers l’ensemble du territoire national. L’Unpef à travers son Conseil na- tional a décidé, lundi, tard dans la soirée à l’unanimité, du gel de la grève enclenchée depuis le 26 janvier dernier, après sa rencon- tre avec la Direction générale de la fonction publique. Le Conseil national autonome des profes- seurs de l'enseignement secondaire et tech- nique (Cnapest) et le Syndicat national des professeurs de l’Enseignement secondaire et technique (Snapest) devront faire de même au courant de la journée d’hier suite à une rencontre similaire qui a eu lieu lundi et mardi au siège de la DGFP. Les trois syndicats du secteur ont appelé

ment leur première leçon en classe après toute cette période de grève, les lycéens sont renvoyés brutalement des lycées. Ainsi, au lycée des frères Hamia à Kouba, à peine ac- cueillis à 8h du matin, les élèves ont été virés une heure après. Une élève de troisième année secondaire qui insistait pour entrer à 9h sous prétexte qu’elle a devoir, a été malmenée à l’accueil. « Tu ne rentres pas, lui a lancé le gardien.» Un gardien qui demeure apparemment in- sensible à l’instruction ministérielle relevant de l’amélioration et de la réforme du service public au niveau du secteur. En dehors des revendications sociopro- fessionnelles, les syndicats ne devraient-ils pas s’impliquer un peu plus sur les questions de la violence scolaire et de l’amélioration du service publique et bien d’autres, afin de permettre à l’école d’assurer au mieux sa fonction d’éducation, de socialisation et de qualification ? Des questions qu’il est temps de méditer, peut-être… Sarah Sofi

Mercredi 19 Février 2014

N

10

ation

EL MOUDJAHID

ConVEnTion inTErnATionALE SUr LE TrAVAiL MAriTiME

Un projet de remise en route du pavillon national

Le secrétaire général de l’UGTA a dénoncé les dérapages existant au niveau des syndicats internationaux, soulignant qu’ils essayent, au nom de la démocratie, d’imposer une démarche syndicale à certains pays.

C’ est une action que nous

réfutons et que nous n’acceptons pas », a af-

firmé M. Sidi Saïd, lors de son inter- vention à la conférence sur la convention internationale sur le tra- vail maritime, hier, en soulignant que l’adhésion à une organisation interna- tionale « doit apporter une contribu- tion positive et non pas une contribution négative ». « nous n’ac- cepterons pas et nous ne demande- rons à personne de venir nous expliquer une action syndicale. Ce qui nous intéresse c’est que nous sommes comptables, en tant qu’orga- nisation syndicale, devant nos adhé- rents. Quand on crée des syndicats internationaux c’est pour créer des tissus de solidarité, non pas un tissu d’ingérence. nous avons bien connu ce que c’est l’ingérence et le colonia- lisme et nous avons lutté contre cela. Ce n’est pas en 2014 que nous allons rééditer une forme de colonialisme syndical. il ne m’incombe pas de dire que tel pays a une expérience démo- cratique mauvaise. C’est seul le pays et seul le peuple où les travailleurs de tel ou tel pays qui ont le droit de por- ter un commentaire sur le processus démocratique de leur pays. nous ne pouvons qu’apporter une solidarité pour faire avancer positivement les choses, mais en aucun cas nous de- vons leur dire voilà ce que vous devez faire », déclare M. Sidi Saïd en ajou- tant que l’UGTA est en confrontation avec le CiC sur cette question.

«

Des revendications, aux propositions Le secrétaire général de l’UGTA, M. Abdelmadjid Sidi Saïd, a souligné que le plus important dans ce genre de rencontre est de trouver comment faire du gestionnaire, du salarié et du syndicaliste un « triangle de réus- site », en se basant sur des recherches consensuelles quotidiennement à sur- monter des ensembles de pro- blèmes. « il y a maintenant la recherche à travers un processus de

Ph. Nacéra I.
Ph. Nacéra I.

dialogue la solution aux différentes problèmes. Parce que notre organisa- tion a le fondement nécessaire qui s’appelle la revendication salariale, la revendication des conditions de vie, la revendication de l’amélioration du pouvoir d’achat des travailleurs, mais elle est arrivée à une autre dimension qui est de passer à la phase de la pro- position. A partir du moment où la notion de proposition entre dans la relation syndicale, l’entreprise entre dans sa dimension de confrontation d’idée et de proposition pour trouver comment améliorer la vie de l’entreprise dans tous ses compartiments économiques, sociologiques. « C’est une nouvelle démarche de l’organisation qui est matérialisée par la présence des PdG et des dG d’entreprises. Chose rare ailleurs. nous avons même parmi nous des gens qui représentent le sec- teur privé. C’est une vraie richesse dans la recherche d’un consensus basé sur le respect mutuel », précise M. Sidi Saïd en soulignant que l’or- ganisation des travailleurs des trans- ports a préparé et formulé un dossier de remise en route du pavillon natio- nal maritime sur la base des proposi- tions de l’UGTA. « nous avons maintenant un accord qui se met en route avec les pouvoirs publics pour remettre le pavillon national en

route », déclare-t-il, en notant qu’il y a eu un passage à vide de ce pavillon qui a presque fait perdre leurs places aux travailleurs et à l’activité mari- time nationale. « Aujourd’hui nous avons l’opportunité d’agir en termes de propositions, et presque 60% des propositions de l’organisation ont été prises en charge par les pouvoirs pu- blics pour la remise en route du sec- teur maritime », a-t-il dit, affirmant à l’assistance que « c’est une victoire syndicale, mais également, une vic- toire de l’entreprise et de ceux qui croient au transport maritime, notam- ment à la remise en route d’une acti- vité qui va générer des emplois », affirme le secrétaire général de

UGTA en soulignant entre autres, que

le maritime est une source importante

d’emploi.

« Nous n’avons pas de leçon à recevoir sur les libertés syndicales et encore moins sur la démocratie » il a fait savoir par la même occa- sion qu’un travail se fait pour que cette convention qui concerne plu- sieurs ministères, à savoir, la santé, l’habitat, le transport… soit ratifiée par l’Algérie. Sur ce fait un ensemble de conventions a été avancé aux pou- voirs publics pour qu’elles soient ra-

tifiées, en précisant que l’Algérie est

le seul pays au monde qui a ratifié les

8 conventions fondamentales de

l’oiT. « nous n’avons pas de leçon à recevoir sur les libertés syndicales et encore moins sur la démocratie. il y

a des pays développés qui n’ont pas

ratifié les huit conventions fondamen- tales. nous respectons tous les modes de travail qui touchent notre pays. En 2007, il y a eu la ratification de 3 conventions importantes qui concer- nent le monde du travail. nous arri- vons à inscrire avec force mais également avec conviction que la ra- tification des conventions internatio- nales par notre pays nous met en position, en tant qu’organisation syn- dicale, d’éléments moteurs à l’inté- rieur de oiT », déclare-t-il en

Cinq dossiers au menu de la prochaine tripartite

Le secrétaire général de l’UGTA a précisé hier en marge de la conférence sur la convention internationale sur le travail maritime, que la tripartite prochaine qui se déroulera dimanche traitera cinq pro- positions, en l’occurrence le renouvellement du contrat social avec une nouvelle théorie, l’économie et la production nationale, la dépé- nalisation des gestionnaires, l’habitat, la loi 87 bis qui va être débattue sans donner des précisions sur son changement où son élimination. Concernant la grève du secteur de l'éducation, le secrétaire général de la centrale syndicale a appelé les syndicats à faire appel à la sagesse et à s'asseoir à la table du dialogue avec le ministère de tutelle et à faire prévaloir la pondération dans le but de trouver des solutions sans, pour autant, hypothéquer l'avenir des élèves. K. A. A.

ajoutant qu’une forte présence fémi-

nine algérienne se trouve au sein de cette organisation internationale des

travailleurs, avec une délégation syn- dicale au biT et au CiT de 60% de femmes et 40% d’hommes, depuis

2002.

« nous sommes à 250.000 femmes affiliées à l’UGTA. nous avons une coordination internationale de femmes travailleuses », a égale- ment indiqué le secrétaire général en appelant à une solidarité syndicale concrète à l’intérieur de ce mouve- ment syndicaliste international, en ci- tant l’exemple des syndicats africains qui manquent de solidarité, et d’en-

traide. « Au lieu de chercher les ba- garre syndicales il est plus important de regarder comment aider les pays qui sont en souffrance sur le plan syn- dical pour faire démarrer des actions

syndicales solidaires et non pas à es- sayer de les amoindrir ou de les affai- blir. C’est une démarche syndicale que nous défendons au niveau afri- cain, maghrébin et international. il n’y a pas de recette syndicale appli- cable à tout le monde. Chaque pays et chaque région à sa particularité dans l’action syndicale », a souligné M. Sidi Saïd. Pour revenir aux tenants de la conférence sur la convention interna- tionale sur le travail maritime qui de- vrait se terminer aujourd’hui, il a été question, pour les participants de dé- battre d’un aspect très important de cette activité qui est l’esprit régle- mentaire de la convention de travail maritime LMC 2006, qui constitue selon les experts un principal pilier réglementaire international qui vient d’entré en vigueur depuis le mois d’août 2013. « Lors des travaux de cette rencontre nous aurons l’occa- sion d’échanger nos expériences avec les pays participantes », précise le secrétaire général de la fédération nationale des travailleurs des trans- ports, M. Abdelkrim Ait Mohamed. Kafia Ait Allouache

trans- ports, M. Abdelkrim Ait Mohamed. Kafia Ait Allouache ELECTION PRÉSIDENTIELLE DU 17 AVRIL TArik MihoUbi

ELECTION PRÉSIDENTIELLE DU 17 AVRIL

TArik MihoUbi CAndidAT

Un nouveau projet social

E n présentant les grandes lignes de son projet, il relève que « rien n’est impossible. il suffit que les Algériens se consultent et se concertent ».

C’est pour répondre, comme il l’a précisé lui-même, à « un devoir national sacré », que Tarik Mihoubi a annoncé, hier à l’hôtel El djazair, sa candidature officielle à l’échéance élec- torale du 17 avril prochain. « disposé » à nouer des alliances, le candidat affirme que des « associations locales favorables à ma candidature travaillent d’arrache-pied au niveau de 39 wi- layas pour la collecte des signatures.» A moins de deux se- maines de la clôture de l’opération, il demeure optimiste pour réunir les 60.000 paraphes exigés par la loi électorale. Après avoir rendu un hommage appuyé aux victimes du crash de l’avion survenu à oum El bouaghi, il a exposé les grands axes de son projet destiné aux « générations futures.» inspiré par le modèle américain, M. Mihoubi préconise l’« indépendance du pouvoir juridique, condition sine qua non pour asseoir un Etat de droit » et la « limitation des mandats présidentiels ». né le 1 er juin 1961 à ouargla, Tarik Mihoubi a occupé plu- sieurs postes de responsabilité à Montréal, dont celle de dG du parti « Vision Montréal ». Fondateur de plusieurs entreprises spécialisées dans les médias et la sécurité au Canada, il est éga- lement président du centre de recherches et d’informations stra- tégiques. Parmi les premières actions qu’il compte entreprendre s’il est élu, ce candidat préconise, la «décentralisation via la créa- tion d’une capitale économique qui sera implantée dans le sud du pays.» Cette décentralisation est, à ses yeux, le « meilleur moyen de garantir de la compétitivité. » Aussi, M. Mihoubi pense créer un « poste de vice-président et de vice-ministre de la défense» et d’œuvrer à l’« officialisation de la langue ama- zigh.»

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

Abordant le volet économique, qui s’est taillé la part du lion dans ledit programme, il parie sur l’éradication de l’exclusion sociale avec le programme « misère zéro.» A une question d’El Moudjahid inhérente à la difficulté de réaliser un tel défi, le conférencier dira que l’« Algérie dispose de moyens à même de nourrir le continent africain entier », et confirme que ces propos « sont loin d’être chimère.» Son plan d’action vise à « protéger les plus vulnérables et voir à ce que chaque citoyen ait accès à des programmes sociaux de grande qualité.» ne s’ar-

rêtant pas là, le postulant à la présidence, ayant 25 ans d’expé- rience dans le monde des affaires, entend créer « un ministère de défense des droits de l’enfant et de l’adolescent.» A propos de la lutte contre le chômage, M. Mihoubi compte « stimuler la création des activités créatrices d’emplois dans les petites entreprises de sous-traitance nationale et internatio- nale.» La création de trois millions d’emplois, d’un million de logements en faveur, notamment, des femmes veuves ou mo- noparentales, des familles SdF ou vivant dans des logements précaires, le soutien du rapprochement entre l’enseignement supérieur et les entreprises, la révision des modalités d’élection de syndicats, figurent également parmi les priorités dudit can- didat. Le SnMG, actuellement à 18.000 dinars, « sera porté à 28.000 dA», la bourse des étudiants à 20.000 dA le trimestre, les salaires connaîtront une «hausse générale», des allocations de 5.000 dA à tout chômeur recensé… bref des augmentations pour tout le monde, promet-il. d’autre part, M. Mihoubi se dit prêt à mettre fin aux lenteurs administratives via la mise en place d’un « fichier central relié à tous les ministères.» Pour le secteur de la santé, auquel il ac- corde un intérêt particulier, le conférencier, en sus de la décen- tralisation du système de gestion, la lutte contre la privatisation des services de soins de santé publics et l’établissement d’une charte des droits du patient, voit en l’installation de cliniques de proximité une solution pérenne. « Les hôpitaux auront uni- quement à prendre en charge les soins palliatifs et les urgences médicales.» M. Mihoubi aspire, dans une autre optique, à constituer un gouvernement composé de « 50% de ministres femmes.» La politique étrangère, poursuit-il, « sera au cœur de notre projet politique.» Fouad Irnatene

Mercredi 19 Février 2014

N

EL MOUDJAHID

ation

11

LA SOCIOLOGIE FACE AUX MUTATIONS SOCIALES

Que se passe-t-il dans le monde arabe ?

Des sociologues proposent des explications. Depuis hier et durant trois jours, des sociologues d’une quinzaine de pays arabes débattent de ce que les médias ont un peu trop rapidement nommé «printemps arabe».

L e colloque international, que le Centre en anthro- pologie sociale et cultu-

relle (CRASC) abrite, est une réflexion sur les sociétés arabes marquées, le moins que l’on puisse dire, par une accéléra- tion de l’histoire. Ce colloque, «Les sociologues arabes face

aux questions des mutations ac- tuelles», se situe dans le prolon- gement de deux manifestations scientifiques dans la même thé- matique : la première concerne le colloque intitulé «Algérie :

cinquante ans après : Repenser le changement», et la deuxième «L’avenir des sciences sociales dans le monde arabe». Com- ment les sociologues en parti- culier et les chercheurs en général appréhendent-ils ces bouleversements ? «Au mo- ment où la fascination de la ré- volution s’est atténuée et l’enchantement semble être apaisé, il importe qu’il y ait un temps pour la critique, et le questionnement sur ce qui a été réalisé et ce qui ne l’a pas été encore. De nombreuses ques- tions s’imposent aux cher- cheurs : comment penser ces nouvelles sociétés ? Les forces sociales, exprimant ces mo- ments historiques, n’ont-elles pas encore mûri ? Leurs portées sociales, leurs langues, expres- sions linguistiques, symbo- liques et idéologiques, ne sont-elles pas encore formées ?» Voilà résumé, selon les orga- nisateurs, le motif global de cet intérêt. Cette manifestation est organisée en partenariat avec l’université Abdelhamid-Ibn- Badis de Mostaganem, l’Asso- ciation arabe de sociologie, avec le parrainage de la Com- mission nationale algérienne pour l’UNESCO, l’ALECSO et l’ISESCO, et accueille des in- tervenants des pays arabes tels que la Syrie, l’Irak, le Yémen, le Soudan, le Qatar, la Maurita-

Un postulat se

nie, la Tunisie

dégage : «Ces sociétés arabes ont l’ambition de concrétiser une justice sociale, de produire

de concrétiser une justice sociale, de produire un système de valeurs, grâce aux forces sociales

un système de valeurs, grâce aux forces sociales émergentes composées des jeunes, de nou- velles élites éveillées et respon- sables, qui n’ont pas, antérieurement, réussi cette mission, à cause de la margina- lisation et de l’exclusion. Les signes de ces nouvelles sociétés consistent à donner une signifi- cation à des termes tels que li-

berté, justice sociale, égalité

Nonobstant les

possibilités du changement, des risques de défaite et de régres- sion», préviennent les coordi- nateurs de ce colloque. 9 panels, une table ronde et un atelier doctoral seront consti- tués durant ces journées, pour approcher cette problématique. La table ronde débattra de ce

des chances

que les médias ont appelé «le printemps arabe», tandis que l’atelier doctoral de formation permettra aux jeunes cher- cheurs en sciences sociales, d’étudier les résultats de leurs travaux de terrain en relation avec la thématique du change- ment et des mouvements so-

ciaux. M. Koursi

Le « conseil » d’Ali El-Kenz
Le « conseil » d’Ali El-Kenz

Le « conseil » d’Ali El-Kenz

Le « conseil » d’Ali El-Kenz
dont certaines ont montré leur li- mite et nocivité pour des soins et des thérapies
dont certaines ont montré leur li- mite et nocivité pour des soins et des thérapies
dont certaines ont montré leur li- mite et nocivité pour des soins et des thérapies

dont certaines ont montré leur li- mite et nocivité pour des soins et des thérapies alternatives. Il faut, en somme, rompre avec cette vi- sion évolutionniste propre à l’oc- cidentalisme qui impose des étapes formatées pour le déve- loppement des sociétés. Une dé- marche salutaire partagée par quelques participants au colloque qui ont affirmé d’emblée que parler de «printemps arabe», pour conceptualiser les mouve- ments sociaux en cours dans le monde arabe, est prématuré. Cette appellation produite «ail- leurs» et porteuse d’une notion perfide de l’effet de domino qui va toucher, tel un tsunami, l’en- semble du monde arabe est plus un discours poli- tique et une stratégie de domination, qu’un essai de compréhension de ces phénomènes. M. K.

Dans un discours inaugural, le professeur Ali El- Kenz a rappelé l’existence pernicieuse d’un «troi- sième œil» tapi en chacun de nous et qui nous commande quoi et où regarder, et avec quelles sensibilité ou préjugés. «Il faut se libérer de la domination des concepts et des grilles d’analyse forgés en Occi- dent et que tout chercheur, pour différentes raisons, a tendance à reproduire pour expliquer une réa- lité sociale produite dans une aire autre qu’occidentale. Ce transfert crée plus de dommages qu’il n’ex- plique les mouvements sociaux. L’un des enjeux est de sortir de cet enfermement et de revenir aux fondamentaux. L’exemple de la pharmacopée est saisissant», a-t-il dit. Après le triomphe de l’industrie et de la chimie occiden- tales, de nombreuses sociétés asiatiques et afri- caines se sont éloignées des thérapies chimiques

la chimie occiden- tales, de nombreuses sociétés asiatiques et afri- caines se sont éloignées des thérapies

VISITE DE L'AMBASSADEUR DE FRANCE À SIDI BEL-ABBÈS

Favoriser les échanges et développer un partenariat

Son Excel- lence l'ambas- sadeur de France, André Parant, est ar-

rivé hier à Sidi

B e l - A b b è s

dans le cadre de sa tournée d'inspection et de travail à tra- vers l'ouest du pays. Quelques haltes, notam- ment au niveau du théâtre ré- gional et de la

place publique du 1 er -Novembre et un entretien avec le wali, lors d'une réception offerte en son honneur, cette visite se voulait une forme d'expression et d'engagement à approfondir les relations entre les deux pays, de favoriser les échanges et de promouvoir un partenariat dans tous les sec- teurs d'activité. Une volonté manifeste est donc relevée au vu des déclarations des représentants du consulat qui devait passer en revue les op-

portunités de coopération offertes et à saisir surtout tout en se focalisant sur les créneaux de

la recherche et de la culture. Davantage prag-

matique, la rencontre avec le responsable de l'exécutif de la wilaya a porté sur les possibili-

tés de coopération dans les domaines de l'elec- tronique, de la recherche scientifique et du bâtiment après un exposé sur les atouts que ren- ferme cette région et son plan de charge pour son développement et sa modernisation. Autant

de thèmes furent présentés pour justement si- tuer le large éventail de cet éventuel partenariat

à matérialiser en partant du principe gagnant-

gagnant, pour reprendre les formules du repré- sentant de l'État qui devait s'étaler sur les ressources et possibilités existantes au niveau de cette région en mutation.

Des arguments qui ont convaincu l'hôte du jour pour qu'il réitère sa disponibilité à encou- rager tout investissement. Notons auparavant que l’ambassadeur devait s'entretenir avec un certain nombre de représentants du mouvement associatif, particulièrement la présidente de l'association Paroles et écriture, pour aborder

le volet échanges et s'étaler sur les perspectives

de leur promotion. En clair, une visite d'évalua- tion et rencontre pour mieux percevoir les at- tentes de cette Algérie profonde qui renoue avec ses marques et ses traditions, et se préoc- cupe désormais de l'épanouissement de ses po- pulations après avoir retrouvé la paix et la stabilité et bénéficié de projets d'amélioration de leur cadre de vie au titre d'un élan national d'équipement du pays. A. Bellaha

élan national d'équipement du pays. A. Bellaha L’opérateur national de la téléphonie mo- bile ATM

L’opérateur national de la téléphonie mo- bile ATM Mobilis annonce la reconduction de sa promotion de moins de 75% sur son offre internet 3G «Darynet», à travers les 9 wilayas complémentaires, à savoir Sétif, Tlemcen, Blida, Djelfa, Tizi Ouzou, El- Oued, Tiaret, Tébessa et Ain Defla. En effet, après avoir été autorisé par le Conseil de l’Autorité de régulation de la Poste et des télécommunications (ARPT) à se déployer dans le cadre de la licence 3G susvisée, dans les wilayas supplémentaires, au titre de la première année, l’opérateur na- tional de la téléphonie mobile ATM Mobilis a procédé à la commercialisation du service 3G dans les 9 wilayas, à savoir Sétif, Tlem- cen, Blida, Tizi Ouzou, Djelfa, El-Oued, Tia- ret, Tébessa et Aïn Defla. Ainsi, ATM Mobilis reconduit ses offres de 75% et 50% pour tout achat d’une «Da- rynet». L’opérateur explique que «les clients bé- néficieront d’une importante réduction sur l’offre, de 75% durant la première quinzaine et de 50% pendant la deuxième quinzaine, en plus de la clé MobiConnect offerte». Il y a lieu de noter que la «Darynet» est

MOBILIS 3G

Les promotions reconduites

une solution dédiée aux familles pour profiter pleinement du haut débit mobile, avec trois formules et à des tarifs très concurrentiels. Cette offre contient un forfait bronze de 500 MO par mois, va- lide 30 jours, cela en plus de 100 SMS gratuits vers Mobilis. Le tout pour seulement 750 DA par mois. Et avec un paiement

anticipé de six mois, la clé Mobilis est offerte. L'offre Darynet Silver contient, elle, 1 GO de forfait in- ternet par mois, avec également

100 SMS gratuits vers Mobilis.

Son coût est de 1.000 DA. L'offre Darynet Gold est une offre illimi- tée. Elle offre 4 Go par mois et

100 SMS gratuits. A l'épuisement

de ces 4Go au prix de 3.000 di- nars, l'internet ne sera pas coupé, mais le débit est baissé. L’utilisa-

teur pourra les recharger grâce à des passes journaliers. Ainsi, ATM Mobilis propose une offre postpayée "forfait 3G++" qui permet à l’abonné de composer son pro- pre forfait selon ses besoins en combinant un

son pro- pre forfait selon ses besoins en combinant un forfait voix à partir de 900

forfait voix à partir de 900 DA/2h et un for- fait internet mobile à partir de 250 Mo/500 DA, en plus d’un forfait optionnel de la vi- siophonie, de SMS gratuits et de numéro fa-

voris. La visiophonie est accessible à partir de 300 DA/30 minutes. Mobilis maintient toutefois son offre «Moubtassim» en l’adap- tant à la 3G. Ainsi, les clients prépayés bé- néficieront d’un haut débit mobile sur leur smartphone au prix de la 2G, en plus de l’ac- cès permanant à la visiophonie et aux diffé- rents plans optionnels Voix et SMS via le menu *600#. Par ailleurs, l’opérateur pro- pose aux clients-entreprises un forfait à par- tir de 300 DA/mois TTC comprenant appels gratuits entre employés et un hors forfait 2.93 DA min vers Mobilis et 5.04 DA min vers les autres opérateurs avec visiophonie à 10 DA min. L’internet Entreprise est, elle, à partir de 1.900 DA/mois/ 2 Go jusqu’à 10 Go avec possibilité de partage avec un router wifi. Il y a lieu de noter, enfin, qu’ATM Mo- bilis, le premier et le seul opérateur à couvrir 19 wilayas dès les premiers jours du lance- ment de la 3G en Algérie, poursuit son pro- gramme qui vise la généralisation de l’utilisation du service 3G à travers toutes les couches de la société, de l’entreprise au

grand public. Sihem Oubraham

Mercredi 19 Février 2014

Economie

EL MOUDJAHID

13

COLLOQUE SUR LES RELATIONS MAGHREB - AFRIQUE DE L’OUEST

Renforcer l’intégration économique

Il est impératif que d’un côté comme de l’autre, les Africains songent à lever tous les obstacles politiques, artifi- ciels ou réels, pour ne focaliser que sur les relations économiques mutuellement avantageuses.

L a confédération des cadres des finances a organisé, hier, à l’hôtel les Capucines

(Alger), un colloque en collabora- tion avec Maghreb+ « sur les rela- tions Maghreb Afrique de l’Ouest », en présence d’ambassa- deurs et d’experts, ainsi que de jour- nalistes. S’exprimant en marge de cette rencontre, M e Karim Mah- moudi, président de la CCFC/Ma- ghreb+ a souligné que « l’Afrique de l’Ouest devrait être le prolongement naturel du Maghreb au regard des liens qui rapprochent les peuples de la région ». Le Maghreb gagnerait, selon lui « à s’ouvrir sur l’Afrique pour créer une région de 500.000 ha- bitants, parce que, a-t-il précisé, dans le cadre de la mondialisation si nous n’arrivons pas à nous consti- tuer en un seul groupe, nous sommes voués à la disparition ». Karim Mahmoudi indique « nous militons pour faire convaincre les hommes d’affaires et les entreprises de converger vers ce marché. Et

l’avenir c’est l’Afrique parce qu’on ne peut pas vendre nos produits dans les marchés européens ». A une question relative à la situation ac- tuelle des relations entre le Maghreb et les autre pays africains, notam- ment les pays de l’Ouest il a répondu « qu’elles sont timides, notamment entre les pays du Maghreb ». Et de poursuivre « nous, en tant que so- ciété civile, on veut justement

Ph. H a m m a di
Ph. H a m m a di

contourner ce blocage politique, pour construire un grand marché économique ». Notre interlocuteur regrette le fait que les relations entre le Maroc et l’Algérie soient timides et ce malgré, a-t-il souligné, qu’il y ait des liens historiques qui rappro- chent les deux nations ». En plus de cela a-t-il dit « la puissance colo- niale ne veut pas que ces pays soient unis ». De son côté, l’ambassadeur de la République fédérale du Nige- ria. M. Haruna Ginsau, Mni, a mis l’accent sur les relations écono- miques entre les deux régions en in- diquant que ces dernières remontent à plusieurs siècles. D’après les his- toriens a-t-il dit « le commerce transsaharien a existé depuis les

temps préhistoriques et atteint son apogée à partir du 8 e siècle ». Aussi, « l’Afrique devrait être la destina- tion naturelle et privilégiée pour les entrepreneurs du Maghreb et vice versa ». Selon lui l’avenir écono- mique du Maghreb se tourne vers le Sud. Les deux sous régions a-t-il ensuite fait savoir « sont géographi- quement contiguës et partagent une affinité culturelle, sociale, religieuse et linguistique ». L’Afrique de l’Ouest compte ac- tuellement une population de 340 millions d’habitants et constitue l’un des marchés les plus importants en Afrique. Pour appuyer ses dires, l’ambassadeur donnera à titre d’exemple la CEDEAO, indiquant

que « celle-ci a parcouru un long chemin dans la mise en œuvre de ses objectifs définis de promouvoir l’intégration économique dans tous les domaines de l’activité écono- mique en particulier l’industrie, les transport. Selon lui, « même s’il existe des dispositions dans les sta- tuts de l’UMA et de la CEDEAO pour la coopération avec les institu- tions régionales similaires, une telle coopération entre ces deux dernières pourrait sembler inexistante ». Mettant l’accent sur les relations bilatérales entre l’Algérie et le Nige- ria il a estimé que « les deux pays on établi une commission bilatérale BNC, le 14 janvier 2002, dans le but d’approfondir leur relation bilatérale dans tous les domaines possible de développement ». D’autre part, l’ambassadeur du Sénégal à Alger M. Papa Omar Ndiaye, a évoqué la coopération entre l’Algérie et son pays, en indiquant que « les échanges commerciaux entre les deux nations est très faible. Bien que plusieurs conventions de partena- riats ont été signées, mais qui sont restées lettre morte ». Tout en sou- haitant que la coopération entre l’Al- gérie et le Nigeria va s’améliorer de plus en plus. S’agissant des relations Maghreb - Afrique de l’Ouest, elles sont également a-t-il dit « très fai- bles du fait qu’il existe toujours des entraves politiques ». Makhlouf Ait Ziane

IMPORTATIONS DE MEDICAMENTS

Légère hausse en 2013

Les importations de l'Algérie en produits phar-

maceutiques ont atteint 2,28 milliards de dollars (usd) en 2013, contre 2,24 milliards usd l'année d'avant, enregistrant ainsi une légère hausse de 1,96% et ce, malgré un recul de plus de 6,7% des quantités, selon les Douanes algériennes. En effet, les quantités des produits pharmaceutiques importées sont passées de

35.805 tonnes en 2012 à 33.389 tonnes l'année écou-

lée, soit une baisse de 6,74%, précise le Centre na- tional de l'informatique et des statistiques (Cnis) des Douanes. Cette variation (+1,96%) des importations des produits pharmaceutiques en 2013 qui intervient après une hausse de 13,6% en 2012 et par rapport à 2011, s'explique par des augmentations en valeur des achats à l'étranger des médicaments à usage humain de 2,38% et des médicaments destinés à la médicine vétérinaire de 15,57%. La valeur des médicaments à usage humain, qui ont représenté près de 96% des importations globales de médicaments de l'Algérie en 2013, a atteint 2,19 milliards usd contre 2,14 mil- liards usd durant la même période de référence, en hausse de 2,38%. Selon le Cnis, la facture des médi- caments à usage humain reste toujours la plus impor- tante des importations de l'Algérie en produits

pharmaceutiques. Les quantités importées des mé- dicaments à usage humain ont, quant à elles, reculé de près de 6,2% pour atteindre 31.539 tonnes contre 33.623 tonnes en 2012, précisent les chiffres du Cnis obtenus par l'APS. Pour les médicaments à usage

vétérinaire, les achats de l'Algérie de l'étranger se sont établis en 2013 à 29,75 millions usd (603 tonnes) contre 25,74 millions usd (561 tonnes) l'an- née d'avant, en hausse de 15,57% en valeur, ajoute encore le Cnis. Le montant des importations des produits para- pharmaceutiques a reculé de plus de 14,5% l'année dernière pour totaliser 63,56 millions usd contre

74.36 millions usd en 2012. En volume, les impor-

tations de ces produits ont atteint 1.246 tonnes contre

1.620 tonnes, reculant ainsi de plus de 23%, selon les

Douanes. La production locale représente actuelle- ment 36% du marché national du médicament mais devrait atteindre 65% en 2015, avait déclaré le PDG de Profarmal, Malik Aït Saïd en novembre dernier lors du 12e forum d'"Emergy" consacrée à l'analyse du système sanitaire. M. Aït Saïd, qui est également membre de l'Union nationale des opérateurs de phar- macie (UNOP) avait estimé que le potentiel pharma-

ceutique national actuel permet de couvrir 65% du marché national, sans compter les nouveaux inves- tissements réalisés dans le secteur. Les autorités pu- bliques se sont engagées durant les dernières années à atteindre un taux de production locale de 70% du- rant les quelques prochaines années afin de réduire la facture des importations, d'une part, et garantir une couverture sanitaire globale à moindre coûts, d'autre part. L'Algérie a interdit l'importation de 120 médi- caments produits localement. Cette liste peut être élargie à d'autres produits, afin d'encourager la pro- duction locale et d'inciter les laboratoires à investir davantage dans ce créneau porteur. Le marché na- tional du médicament est estimé à plus de 2,5 mil- liards de dollars, dont 1,85 milliard de dollars d'importation et le reste est assuré par la production locale, dont 84% reviennent au secteur privé et 16% au public. Le taux d'accroissement du marché algé- rien du médicament s'élève annuellement à 10%, selon le rapport sectoriel de l'industrie pharmaceu- tiques élaboré par le ministère du Développement in- dustriel et de la promotion de l'investissement, ce qui montre qu'il s'agit d'un marché en plein extension.

CAISSE NATIONALE D'ASSURANCES CHÔMAGE

186.000 emplois créés

Plus de 186. 000 emplois ont été générés par plus de 95.500 micro-entreprises créées depuis 2004 par les jeunes chômeurs pro- moteurs dans le cadre de la Caisse nationale d'assurances chômage (CNAC), a-t-on appris auprès de cette caisse. "Au total 95.542 micro-entreprises ont été créées, de- puis l'année 2004 à ce jour, par les chômeurs promoteurs dans le cadre de la CNAC, qui ont généré 186.243 emplois à l'échelle natio-

nale", a indiqué à l'APS, le directeur général de la CNAC, Ahmed Chaouki Taleb. Parmi le nombre global de micro-entreprises qui ont vu le jour, 19.144 ont été créées dans les services, 6.195 autres dans le secteur de l'industrie, alors que

5.967 micro-entreprises ont été

créées dans l'agriculture et 5.018

dans le bâtiment et des travaux pu- blic(BTP). Pour l'année 2013, la CNAC a enregistré la création de

21.412 micro-entreprises qui ont

généré 41.786 emplois. La CNAC signale par ailleurs, que 201.194 dossiers de projets de création d'ac-

tivités de chômeurs promoteurs ont été validés durant la même période (2004-2013) par les comités de sé- lection et de validation (CSV) dans le cadre de ce dispositif mis en place au profit de cette catégorie de chômeurs âgés entre 30 et 50 ans. Parmi ces dossiers qui ont reçu l'aval des CSV ou une attestation d'éligibilité ouvrant droit aux chô- meurs promoteurs concernés de dé- poser leurs dossiers au niveau des banques, 109.861 dossiers ont reçu une notification d'accord bancaire, alors que 8.262 dossiers ont été re- jetés par les banques. Il est à rap- peler que le chômeur promoteur adhère, à l'issue de l'acceptation de son dossier, au Fonds de caution mutuelle et de garantie (FCMG) de la CNAC, dont le rôle est de "ga- rantir le remboursement du prêt bancaire". La CNAC accompagne le chômeur dans les différentes phases de la procédure de traite- ment de son dossier et du lancement du projet jusqu'a la réalisation de la micro-entreprise afin d"'assurer sa pérennité", a affirmé M. Taleb.

LIVRAISON DE VEHICULES-ATELIERS AUX JEUNES PROMOTEURS

Un retard considérable

« La livraison de véhicules-ateliers destinés aux jeunes promoteurs de pro- jets d’activité dans le cadre du dispositif CNAC, enregistre des retards considé- rables allant de 6 à 8 mois», a déploré M. Taleb, appelant les concessionnaires concernés à activer cette opération de li- vraison. M. Taleb a expliqué que le jeune promoteur concerné par l’achat d’un véhicule-atelier pour la réalisation de son projet d’activité, verse au conces- sionnaire le montant global de ce véhi- cule, sous forme de commande, ajoutant que la livraison devrait se faire au plus tard 60 jours à compter de la date de la commande. Le véhicule-atelier est un véhicule aménagé en atelier de travail dûment équipé pour une activité profes- sionnelle dans des spécialités liées aux métiers manuels tels que la plomberie, la ferronnerie, la maintenance et l’élec- tricité automobile, exercée par les diplô- més de la formation professionnelle. Il a fait savoir que le nombre de véhicules- ateliers actifs s’est limité à 92 en 2012 et 201 autres en 2013. Pour sa part, le directeur de l’Agence nationale de sou- tien à l’emploi de jeunes (ANSEJ), Mourad Zemali, a confirmé les retards enregistrés dans les délais de livraison

de ces véhicules. Il a relevé toutefois, que ces délais ont connu des progrès suite aux réunions que l’ANSEJ avait organisé avec l’association des conces- sionnaires concernés pour étudier cette préoccupation. M. Zemali a noté que le cumul de livraison de véhicules ateliers depuis 2011 date du lancement de l’opération jusqu’a 2013 est de 2.147 véhicules, dont 650 véhicule livrais en 2012 et 1.418 autres en 2013. L’opéra- tion de véhicules ateliers intervient en application des décisions du conseil des ministres du 22 février 2011 relatives à la promotion de l’emploi notamment au profit des jeunes promoteurs diplômés de la formation et de l’enseignement professionnels ayant choisi d’investir dans les métiers.Parmi les décisions du conseil des ministres, figure l’octroi d’un prêt sans intérêt aux jeunes diplô- més du secteur de la formation dans les spécialités liées aux métiers manuels tels que la plomberie, la ferronnerie, la mécanique, l’électricité automobile et de bâtiment. Ce prêt est accordé pour l’acquisition d’un véhicule aménagé en atelier de travail dûment équipé dans le cadre de l’activité professionnelle exer- cée par le diplômé.

PROTECTION DE LA PRODUCTION NATIONALE

Les moyens de la concurrence

Protéger le produit national dans cette phase précise de l’économie nationale est plus qu’une nécessité, c’est une obli- gation dictée par le devoir de préserver la pérennité de l’entreprise, mais aussi de l’emploi en tant qu’élément de stabilité sociale. Cette orientation appelée à être consacrée dans la politique économique nationale comme étant une "priorité ab- solue", tel que l’a souligné le ministre du Commerce, s’impose du fait qu’il n’y ait pas « d’autre alternative au renforcement de l’outil de production national » a af- firmé, dans ce sens, M. Mustapha Ben- bada. Ce volet central de la démarche qui sera traité au sein de la 16 e tripartite exige, au demeurant, une mise en syner- gie des efforts, et des actions à entrepren- dre pour promouvoir le produit national aux plans, qualitatif et quantitatif, sur le marché national d’abord, pour répondre à la demande interne, et à l’international ensuite, car toute la stratégie repose, en définitive, sur les capacités à imposer le label algérien sur les marchés extérieurs. Cela suppose également que tout l’inté- rêt soit donné aux moyens de la concur- rence, une composante-clé dans l’offensive commerciale. Le groupe de travail chargé de cet aspect a recensé 29 actions et 106 mesures pour la mise en œuvre des propositions relatives aux cinq volets examinés, à savoir la relance du crédit à la consommation, la protec- tion de la production nationale, la pro- motion de l’entreprise, la régulation du commerce extérieur, la promotion des exportations hors hydrocarbures et l’in- formation économique, a fait savoir le ministre du Commerce qui a présidé le groupe de travail. Les conclusions qui ne sortiront pas du cadre des engagements internationaux de l’Algérie devront im- pérativement converger vers des objec- tifs censés concourir à alléger la facture de nos importations, et promouvoir un produit de qualité au plan normatif qui soit concurrentiel et exportable. Concer- nant la limitation ou le contrôle des im- portations, lorsqu’il s’agit de menace sur le produit national, huit propositions ont été formulées par le sous-groupe de tra- vail et portent, notamment à l’améliora- tion du système normatif et règlementaire en vue de protéger le mar- ché intérieur, ainsi que l’organisation, le contrôle des opérations d’importation de marchandises destinées à la vente en l’état et l’arrêt des importations dans les filières menacées. La finalité consiste à mettre un terme à l’importation massive et anarchique de certains produits fabri- qués localement, à la mise en place d’une stratégie nationale de promotion des ex- portations hors hydrocarbures, et à opé- rer une réforme du dispositif national régissant les exportations, une revendi- cation qui revient avec insistance dans le constat général. Aussi, la relance du cré- dit à la consommation qui devrait inter- venir dans la loi de finances complémentaire 2014 ou la loi de fi- nances 2015, selon le ministre du Com- merce, est l’autre action qui contribuera certainement à la dynamisation de la pro- duction. L’initiative exige, toutefois, une réflexion sur le mode d’organisation du réseau de distribution pour que ce der- nier puisse assumer pleinement son rôle dans la stratégie globale en matière de régulation de l’activité commerciale, et de promotion du produit local. Le constat est que les capacités de contenance des marchés de gros actuels n’excèdent pas les 40% de la production nationale en produits frais en sus de l’insuffisance des structures et espaces commerciaux de proximité. Un premier plan d’action mis en œuvre par le ministère du Commerce consistera en la réalisation, dès cette année, par l’entreprise MAGRO, de huit marchés de gros pour un montant de 15 milliards de dinars sur le budget de l’Etat. D’autres actions sont retenues pour faciliter l’exercice de l’activité commerciale mais il n’en demeure pas moins que l’essentiel de la démarche devra être axé sur la réorganisation du ré- seau de la distribution. D. Akila

Mercredi 19 Février 2014

Sports

15

EL MOUDJAHID

NABIL SADI, PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DE BOXE, INVITÉ DU FORUM SPORT EL MOUDJAHID

« C’est la FAB qui gèrera la WS Boxing »

Le président de la FAB qui était l’invité du Forum Sport El Moudjahid n’a pas manqué d’afficher sa joie d’être l’hôte du doyen des journaux algériens. C’est une opportunité qui lui donne la possibilité d’éclaircir la situation de la boxe algérienne au niveau des équipes nationales, mais aussi la World Series Boxing et l’APB qui vient de connaître une nette avancée.

A ce sujet, le président de la FAB, Nabil Sadi expliquera le fait que la FAB gère directement cette World Series Boxing

qui jusqu’ici, était faite par des privés et de dire : «Il est certain qu’à court terme notre ob- jectif demeure la coupe d’Afrique qui aura lieu durant le mois de juin. Toutefois, cette compé- tition risque de ne pas se dérouler. Concernant cette compétition de la World Series Boxing, elle était certes gérée dès le départ par deux personnes qui n’étaient pas liée à la FAB. Néanmoins du temps de l’ex-président de la FAB, M. Bensalem, le contrat signé avec l’AIBA sur cette compétition l’a été par la FAB et non pas au nom d’une entité indivi- duelle. A partir de janvier 2014, c’est la FAB qui a pris officiellement le relais. Cette affaire remonte, il faut bien le souligner à 2012 lorsque la FAB de Bensalem a signé le contrat avec l’AIBA pour relancer les faucons du dé- sert. Comme on ne peut ouvrir une franchise à titre privé, le MJS nous a demandé des expli- cations sur cette compétition. La FAB a ren- contré des difficultés pour gérer cette compétition sur le plan financier. On allait dé- clarer forfait pour participer à la franchise en Argentine contre l’équipe de ce pays, et Ben- salem à cause de ces difficultés financières

étaient dans l’obligation de s’arrêter, car cela demande beaucoup d’argent. L’AIBA a me- nacé de nous sanctionner. On a réussi à trouver un terrain d’entente avec le MJS, que nous re- mercions au passage. Et c’est ainsi qu’on a pu prendre place à la World Series Boxing contre l’équipe d’Argentine. Nous avons été battus par 4à1 et aujourd’hui, c’est la manche re- tour». Concernant la somme des 300.000 euros, le président de la FAB l’a expliqué par le fait que la passation de consignes ne s’est pas faite et personne ne savait comment gérer cette franchise. Elle exige des moyens énormes. «On a répondu aux conditions posées par le MJS pour la gestion de cette compétition. On a fait le bilan. Pour les 300.000 euros, c’est la somme des billets et autres. On a reçu le pré- sident de l’AIBA. Il y eut même des discus- sions au niveau du MJS. La FAB est donc obligée de gérer la franchise. Maintenant, on demande à l’AIBA des justifications sur les dé- penses. Car c’est un crédit et non un don qui s’échelonnera jusqu’en 2019. » Cette World Séries Boxing où nos boxeurs, qui sont cinq (Flici, Chadi, Benchabla, Bouli- dinet, Abadi) vont affronter ce vendredi à la Coupole leurs homologues d’Argentine. Nos boxeurs avec lesquels on a discuté sont très motivés et décidés à prendre leur revanche

meure confiant pour voir Benguerni accepté par l’AIBA, surtout que M. Bensalem, le pré- sident
meure confiant pour voir Benguerni accepté
par l’AIBA, surtout que M. Bensalem, le pré-
sident de la Confédération africaine de boxe et
vice-président de l’AIAB ne cesse de porter
son soutien et son appui à la FAB.
Cette compétition comme l’a fait remar-
quer le président de la FAB, Nabil Sadi, est très
importante du fait qu’elle donne une chance
supplémentaire à nos boxeurs de se qualifier
pour les Jeux Olympiques.
La boxe peut-elle avancer
sans moyens ?
C’est un peu la question qui revenait dans
les débats de cette conférence de presse. La
FAB a-t-elle les moyens de sa politique. Il est
clair que non ! Actuellement comme l’a pré-
cisé le président de la FAB, la subvention al-
louée annuellement par les pouvoirs publics
est de 10 milliards de centimes en arrondissant
les chiffres. «Elle reste insuffisante, eu égard
au fait que notre discipline est classée dans la
catégorie A. Elle mérite donc plus. Pour bien
fonctionner, on aura besoin au moins
de 24 milliards de centime. Le MJS
contre cette équipe
d’Argentine qu’on
présente comme un
véritable épouvantail.
Ce qui est bien, c’est
que cette compétition
de la franchise coïn-
cide avec le tournoi
du 24 février. A cette
effet, le président de
la Fédération algé-
rienne de boxe ajou-
tera : «Ce tournoi du
24 février a été aban-
donné pour diverses
raisons. Il était à
l’époque internatio-
nal. Comme on ne
s’est engagé à nous aider pour faire un
effort et porter la subvention dès cette
année à 102 milliards de centimes. On
reste, malgré tout optimiste, pour voir
le
MJS nous apporter l’aide souhaité
par tous. Pour nos boxeurs, le MJS va
nous rajouter une somme de 55 mil-
lions de dinars.
Car dès le mois de juin prochain, il
y
aura l’ouverture du Ranking qui
classe les boxeurs. Les huit boxeurs
classés premiers participeront pour le
titre mondial.»Les efforts du MJS sont
à louer puisqu’il a offert 20.000 DA
pour chaque match gagné par un
boxeur. C’est une bonne chose dans
l’optique d’intéresser nos boxeurs,
mais…
Il faut dire que l’absence de centre
Photos:Hammadi

voulait pas qu’il reste ainsi à l’arrêt, on a préféré cette fois-ci et avec l’aide de Sonatrach notre principal sponsor, à

le relancer. D’ailleurs, on a signé une conven- tion avec l’entreprise algérienne Sonatrach pour qu’elle nous sponsorise. Je tiens à remer- cier énormément les responsables de cette en- treprise qui est toujours derrière le sport. On a tenu à marquer de notre présence la commé- moration des festivités du 24 février qui concerne les nationalisations des hydrocar- bures. A cette occasion les chanteurs Chaoui et Toufik vont animer ces compétitions» Comme nous l’avait expliqué le président

de la FAB cette franchise se fait en deux groupes. Le premier jouera la manche aller alors que le second jouera celle du retour. Pour cette compétition contre les Argentins, il y aura Taba, Benbaâziz, Kilani… Pour les super- lourds, Benguerni n’est pas encore sûr. «On doit pour cela attendre l’autorisation de l’AIBA, puisque ce boxeur ne figure pas parmi la liste des 23 établie initialement. Il faut dire que pas mal de boxeurs méritent de participer à la franchise, mais comme ils n’ont pas signé de contrat, on ne peut pas les prendre». Le président de la FAB, Nabil Sadi de-

régional de boxe n’est pas une bonne chose pour la boxe algérienne. Néanmoins, le président de la FAB a soulevé ce point au mi- nistre de la Jeunesse et des Sports, M. Moham- med Tahmi. «Ce problème pourrait être réglé dès les mois à venir, puisqu’on pourra avoir le centre de Souidania, mais aussi celui de Bis- kra». Concernant, la nomination des entraîneurs nationaux, et vu que le DTN Meziane a été maintenu, elle se fera incessamment, surtout que les propositions ont été envoyées au MJS. C’est seulement une question de temps. Hamid Gharbi

MONDIAL2014

La délégation de la FAF inspecte le camp de base des Verts à Sorocaba

La délégation de la Fédéra- tion algérienne de football (FAF), en visite au Brésil de- puis jeudi dernier, inspecte mardi le complexe sportif de RC Sport à Sorocaba (100 km de Sao Paulo), qui sera le camp de base de l'équipe nationale lors la coupe du monde 2014 (12 juin-13 juillet), a appris l'APS auprès de l'instance fédé- rale. Conduite par le vice-pré- sident de la FAF, Djahid Zefzef, la délégation compte constater de visu les travaux, entamés depuis quelques mois au niveau de ce complexe, qui a fait l'objet de réserves à l'oc- casion de la première visite ef- fectuée en décembre dernier, à l'issue du tirage au sort de la phase finale, précise la même source. Composée de sept per- sonnes, représentant les diffé- rentes commissions de la FAF, la délégation a fait auparavant une halte dans les trois villes (Belo Horizonte, Curitiba et Porto Alegre), devant abriter les matches de l'Algérie lors du premier tour du mondial. Les membres de la délégation, as-

premier tour du mondial. Les membres de la délégation, as- sisteront à partir de mercredi à

sisteront à partir de mercredi à Florianopolis aux différents ateliers (workshop) initiés par la Fédération internationale de football (FIFA), prévus sur deux jours, conçus pour expli- quer aux 32 nations qualifiées pour le mondial l'organisation de la compétition sur le plan ré- glementaire. Jeudi, la même ville abritera la séance du conseil d'administration du co- mité d'organisation local (COL) du mondial. L'équipe algérienne, qui s'est qualifiée pour la quatrième fois de son

histoire au mondial, s'envolera pour le Brésil le 6 juin pro- chain, soit au lendemain du match amical face à la Rouma- nie, prévu à Genève (Suisse). L'Algérie, versée dans le groupe H, évoluera avec la Bel- gique, la Russie, et la Corée du Sud. Les Algériens entameront la compétition le 17 juin face à la Belgique à Belo Horizonte, avant de défier la Corée du Sud, le 22 juin à Porto Alegre, puis la Russie, le 26 juin à Cu- ritiba.

LUTTE CONTRE LA VIOLENCE DANS LES STADES

Le rôle essentiel des stadiers

Le rôle des stadiers dans la sécurisation des spectateurs a été longue- ment abordé au cours du premier séminaire de wi- laya sur la lutte contre la violence organisé à Constantine. La mise en place de stadiers «formés, enca- drés et équipés» consti- tue un élément essentiel pour lutter «efficace- ment» contre le phéno- mène de la violence dans les stades, ont souligné les participants à ce sé-

minaire local ouvert, lundi après-midi, à l’initiative de la sûreté de

wilaya. S’exprimant à l’ouverture de cette rencontre à laquelle ont pris part des respon- sables de la Direction de la jeunesse et des sports, des communes et de la wilaya ainsi que les présidents des clubs locaux de foot- ball et un public nombreux, le chef de sûreté de wilaya, M. Mostapha Benaini a mis l’ac- cent sur l’importance de former des stadiers qui seront chargés d’accueillir, d’assister et de sécuriser les supporters.’ Rappelant les importants moyens humains et logistiques mobilisés par la police pour as- surer la sécurité des supporters au sein des stades, M. Benaini a également fait part de

au sein des stades, M. Benaini a également fait part de l’importance d’établir un partenariat social

l’importance d’établir un partenariat social entre les agents de police et la partie civile (organisateurs et supporters) qui sera au ser- vice des jeunes notamment. Plaidant pour faire des matches un vérita- ble spectacle, le chef de sûreté de wilaya a également abordé certains volets en rapport, notamment avec l’état de stades qui doivent répondre, a-t-il souligné, aux normes re- quises. Plusieurs jeunes venus assistés à ce sémi- naire local ont salué l’idée d’établir un parte- nariat social entre la police et la partie civile pour permettre une lutte efficace contre le phénomène de la violence dans les stades.

Sports

16

EL MOUDJAHID

LIGUE1

CRBAF, CABBA et JSMB pourront-ils s'en sortir ?

Après quatre journées de la phase retour, ces trois équipes (CRBAF, CABBA et JSMB) sont toujours à la traîne. Ils n'arrivent pas à quitter la position de relégable.

Toutefois, avec l'avènement de la nouvelle année 2014, on peut dire que les observateurs ont constaté que l'équipe du CRBAF est en train de se battre avec ses moyens pour s'en sortir. Alors qu'elle était la lan- terne rouge avec deux points de re- tard sur le duo CABBA-JSMB, le CRBAF a réussi une superbe prouesse en grimpant assez nette- ment au classement général. En effet, et bien que le CRBF est tou- jours la première équipe relégable, elle ne dépasse pas moins le CABBA, l'équipe la plus proche, de trois points. Une avance assez appréciable, même si elle n'est pas

définitive ou décisive. Ce qui est bon à prendre et constitue une cer- taine embellie demeure le fait que la formation chaouie qui n'est qu'à un point du CRB. Comme les Be- louizdadis n'arrivent pas à passer la barre fatidique des 20pts, surtout après sa défaite, at home (stade du 20-Août) face au MCA, ils accrois- sent un peu plus les chances de cette équipe du CRBAF d'Abbès de s'éloigner de la zone des turbu- lences. Toutefois, durant la 20 e journée qui aura lieu ce week-end, les gars de Aïn Fekroun seront ap- pelés à effectuer un périlleux dé- placement, à Béchar (stade du

ESS

Hammar veut faire avancer le match du RCA

C’est une tentative incertaine qu’a entrepris cette semaine Hassan Hammar. Le président de l’ESS s’est lancé dans une véritable campagne de soutien pour faire avancer le match RCA-ESS, comptant pour la 22 e journée de la Ligue 1. Le boss ententiste s’est entretenu longuement avec ses homologues du RCA, Djamel Amani et du MCA, Boudjamâa Boumella ce lundi pour les convaincre d’avancer le match face au RCA au mardi prochain, pour éviter à l’ESS de jouer deux matchs en l’espace de vingt-quatre heures, dans la mesure où le match aller du dernier tour préliminaire de la Ligue des Champions d’Afrique face à ASSAFA est prévu pour le 28 février, 1 er et 2 mars, l’ESS devant com- muniquer à la CAF et à son adversaire la date du match sous quarante-huit heures. Sur le principe, Amani et Boumella sont d’accord, mais cela ne garanti pas pour autant un réajustement du calendrier à l’Entente de Sétif, dans la me- sure ou la demande de Hassan Hammar risque fortement de buter sur le niet de la LFP qui se fait depuis quelques jours du respect du calendrier un point d’honneur. En effet, la Ligue a déjà obligé le CSC à jouer deux matchs en quarante-huit heures. Il n’y a donc rien qui l’oblige à ne pas en faire de même avec l’ESS. D’autant qu’un éventuel report serait carrément interprété comme une manière de faire dans le clientélisme, l’affaire du CSC ayant déjà assez fait de bruit comme ça. L’on imagine que la Ligue va te faire pour éviter d’ac- crocher d’autres casseroles à son sillage, ce qui laisse croire que le match RCA-ESS se jouera à sa date initiale. Sauf deal entre toutes les parties. Une issue pour le moment improbable. Amar B.

les parties. Une issue pour le moment improbable. Amar B. 20-Août) pour y affronter la redou-

20-Août) pour y affronter la redou- table JS Saoura d'Alain Michel. Elle reste capable, cependant, de revenir avec au moins le point du nul et ce, grâce à sa grande comba- tivité affichée à chacune de ses sor- ties ces derniers temps. Le fait que le CRB se déplace au stade du 1 er- Novembre de Tizi-Ouzou ne peut que faire les affaires des équipes mal-classées. Comme le CABBA recevra la JSMB dans un match à six points, on peut dire que la pro- chaine journée sera décisive pour les deux équipes. Gare au vaincu ! Hamid Gharbi

LFP

Les membres démissionnaires du conseil d'administration seront remplacés

Le président de la Ligue de football professionnel (LFP), Mahfoud Ker- badj, a indiqué lundi que la prochaine assemblée générale ordinaire de sa structure, prévue le 25 février, sera mise à profit pour compléter les deux postes vacants du conseil d'adminis- tration de cette instance chargée de la gestion des championnats des deux Ligues 1 et 2. "Les deux sièges du conseil d'administration de la LFP laissés vacants depuis le départ des représentants du MO Constantine et du Paradou AC seront complétés lors de la prochaine assemblée générale ordinaire", a déclaré Kerbadj à l'APS. Des responsables et dirigeants de clubs des deux Ligues ont contesté le fait que le conseil d'administration de la LFP fonctionne avec un nombre réduit après le départ de quelques membres, selon eux. "Il n'y a que les représentants du MOC et du PAC qui ne font plus partie du Conseil après

du MOC et du PAC qui ne font plus partie du Conseil après la relégation de

la relégation de leurs clubs respectifs en division amateur. Je n'ai reçu au- cune autre démission des autres membres", a répliqué le patron de la LFP. Kerbadj a fait savoir, en outre, qu'outre ce point, la prochaine AG sera consacrée à l'adoption des bilans

moral et financier, poursuivant "qu'aucun autre dossier ne sera dé- battu". Il a réitéré son désir de rendre le tablier dès la fin de l'exercice en cours, précisant que sa décision est ''irrévocable''. "J'ai eu vent des inten- tions de certains responsables de clubs voulant me retirer leur confiance, ou du moins ce que lais- sent entendre certains articles de presse. Je rassure tout le monde que ma décision de quitter les rênes de la LFP en fin de saison est irrévocable", a-t-il encore dit. Kerbadj a regretté au passage le fait qu'il fait souvent l'ob- jet de critiques, estimant que leurs au- teurs "se trompent de cible". "Moi, je ne fais qu'appliquer les statuts de la LFP que les membres de l'AG de la fédération algérienne ont eux-mêmes adoptés. S'il y a un problème, les contestataires n'ont qu'à demander à revoir lesdits statuts", s'est-il défendu.

EQUIPE NATIONALE

Halilhodzic reprendra (presque) les mêmes pour la Slovénie

Le sélectionneur national est désormais fixé sur l’iden- tité du groupe qui sera appelé à affronter la Slovénie, le 5 mars prochain au stade Mus- tapha-Tchaker de Blida. Vahid Halilhodzic ne devrait pas chambouler son effectif en perspective. Seul Nabil Bentaleb fera office de nouveau dans le groupe. Le milieu de terrain de Tottenham (Premier League, Angleterre) sera ef- fectivement convoqué pour le match, après avoir donné son accord de principe à Moha- med Raoraoua lors d’un tête- à-tête vendredi à Paris et signé sa lettre d’engagement. Pour tout dire, Vahid Halilhodzic n’attendait que d’être fixé sur le cas Bentaleb pour boucler sa liste. A preuve, toutes les convo- cations ont été déjà envoyées aux joueurs. Même Essaïd Belkalem, qui revient à peine de blessure, a reçu la sienne. Le défenseur central de Wat- ford (Championship, Angle- terre), absent au barrage retour face au Burkina Faso (1-0), le 19 novembre dernier, car sus- pendu, fera donc son retour chez les Verts avec, peut être, zéro match dans les jambes depuis plus de deux mois. Ce qui n’empêche pas le sélec- tionneur national de lui renou- veler sa confiance, car étant un cadre de l’EN, désormais. De même pour Liassine Cada-

un cadre de l’EN, désormais. De même pour Liassine Cada- muro et Madjid Bougherra, qui relèvent

muro et Madjid Bougherra, qui relèvent eux aussi de bles- sure, à la différence que le dé- fenseur de Lakhouya (QLS, Qatar) a enchaîné cinq matchs depuis. On devrait aussi s’attendre à voir l’arrivée de Zeineddine Ferhat qui a particulièrement tapé dans l’œil du sélection- neur national qui l’a vu jouer lors du dernier USMA-JSK (3-2). A l’opposée, Ali Rial (JSK) ne fera pas partie du groupe, cette fois-ci. Au moins onze joueurs seront, en principe, présents dès le pre- mier jour de stage, fixé au 2 mars prochain à Sidi-Moussa. Il s’agit de Bougherra, Taïder, Cadamuro, Lahcen, Brahimi, Djebbour, Mbolhi, Mandi,

Medjani, Soudani et Kadir. Par contre, Bentaleb, Ghou- lem, Yebda, Mesbah, Slimani, Feghouli et Mostefa ne seront disponibles qu’à partir du 3 mars du fait qu’ils jouent tous avec leurs clubs une journée de championnat le 2. Ce qui n’empêche pas Vahid Halil- hodzic de disposer d’au moins du trois quart de son effectif, ce qui lui permettra de débuter le stage en attendant l’arrivée des retardataires, du moment que tous sont attendus le deuxième jour du stage, à l’exception d’Abdelmoumen Djabou dont l’arrivée sera dé- cidée par la date de la journée du championnat tunisien qui n’est pas encore fixée. A. Benrabah

COMMISSION DE DISCIPLINE

Pas de huis clos pour le derby MC Alger-USM Alger

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) a décidé d'infliger une amende financière pour "utilisation de fumigènes" au MC Alger, qui évitera ainsi le huis clos lors du derby face à l'USM Alger, prévu samedi au stade de Mustapha-Tchaker, comptant pour la 20 e journée du championnat professionnel de football de Ligue 1, a appris l'APS lundi auprès de cette commission. Le "Doyen" encourait le risque d'accueillir l'USMA sans la présence du public, suite aux jets de produits pyrotechniques, lors du match face au CR Belouizdad (0-1), disputé vendredi au stade du 20-Août-1955, dans le cadre de la 19 e journée. Programmé initia- lement par la LFP au stade d'Omar-Hamadi, ce derby algérois a été délocalisé au stade de Mus- tapha-Tchaker de Blida, après que la direction mouloudéenne ait réussi a avoir l'accord des responsables de cette enceinte. Le stade Mustapha-Tchaker, réservé depuis quelque temps uni- quement aux rencontres de l'équipe nationale, va ainsi abriter de nouveau une rencontre de cham- pionnat, à l'occasion de ce derby, un mois après le match de la super coupe, remportée par l'USM Alger aux dépens de l'ES Sétif (2-0). A l'issue de la 19 e journée de la Ligue 1, l'USMA partage le fauteuil de leader en compagnie de l'ES Sétif avec 39 points chacun, alors que le MCA pointe à la troisième place avec 33 points.

Publicité

MiNistèrE dEs trANsPorts

Agence National d’Etude et de suivi de la réalisation des investissements Ferroviaires

15, bis rue Colonel Amirouche rouiba - Alger tél. : 021.85.50.96 - 021.85.52.28/Fax : 021.85.43.59 site Web : www.anesrif.dz

- 021.85.52.28/Fax : 021.85.43.59 site Web : www.anesrif.dz Avis d’ANNulAtioN dE l’AttributioN ProvisoirE dE MArChé

Avis d’ANNulAtioN dE l’AttributioN ProvisoirE dE MArChé

L’Agence Nationale d’Etudes et de Suivi de la Réalisation des Investissements Fer- roviaires (ANESRIF) informe les soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres na- tional ANESRIF/GOP - DRHM N° 06/2013 relatif à l’«Aquisition de matériels informatiques et matériels de bureau», que l’attribution provisoire du lot n°02 au profit de la Sarl SOLINF, publiée sur les quotidiens nationaux El Moudjahid et E’Chaâb, est annulée. Un appel d’offres pour ce lot sera lancé sur la base d’un nouveau cahier des charges.

El Moudjahid/Pub

ANEP 107040 du 19/02/2014

Mercredi 19 Février 2014

Sports

EL MOUDJAHID

17

QUARTS DE FINALE DE LA COUPE D’ALGÉRIE JSMC 2 - CSC 1

Chéraga crée la surprise

Le stade Omar-Hamadi a abrité hier un match assez inédit, comptant pour les quarts de finale de la coupe d’Algérie, opposant le CS Constantine, l’un des représentants de la Ligue 1 encore en lice dans cette compétition, à la JSM Chéraga qui évolue en Division nationale amateurs.

D evant un public nombreux constitué aux trois quarts de la bouillonnante galerie des Sana-

firs, venus en force soutenir leur équipe

favorite, avec aussi des inconditionnels de Chéraga qui ne voulaient surtout pas rater un tel moment fort, les deux for- mations ont affiché, d’entrée de jeu, leurs intentions d’en découdre avec une

seule idée en tête, arracher la qualifica- tion au carré d’as de l’épreuve Dame Coupe, qui avait vu la JSK, le CRBAF et le MCA composter leur ticket pour les demi-finales. Il est vrai que les Constantinois partaient avec les fa- veurs des pronostics, même si en coupe, il n’y a pas de grands ou de pe- tits clubs. La preuve, le CSC n’a pas eu la partie facile face à un onze de Ché- raga qui a joué sans complexe, jouant

à fond ses chances de qualification. La

partie a été équilibrée dans l’ensemble, avec néanmoins une légère domination des gars de l’Antique Cirta, qui avaient davantage le monopole du ballon, sans pour autant se montrer efficaces. C’est d’ailleurs, l’attaquant de la JSMC, Ben Ouaddah, qui s’est procuré l’occasion la plus nette de scorer sans l’avoir pour autant exploitée. Les gars à Angelescu ont tenu tête aux Sanafir, surtout que ces derniers peinaient physiquement, au vu de calendrier démentiel auquel ils sont soumis. D’ailleurs, le Petit pou- cet parvient à ouvrir la marque sur un pénalty justement accordé par l’arbitre Ghorbal et transformé brillamment par Abdou Taieb (66’), provoquant une joie indescriptible des supporters de Chéraga. Le CSC réplique de suite dès la remise en jeu du ballon, par l’inter-

médiaire d’Allag d’un maître tir des 30

Ph. : Billel
Ph. : Billel

mètres, qui ne laisse aucune chance au portier Slimani (68’). Les Sanafir exul- tent, mais leur bonheur sera de courte

durée, puisque deux minutes seulement plus tard, Kolli, d’une tête imparable, dans la surface de réparation, redonne

l’avantage à Cheraga (70’), devant des inconditionnels du CSC consternés, qui n’en revenaient pas. Les camarades de Bezzaz poussent et mettent la pression dans le camp adverse avec l’espoir d’égaliser, en vain, la JSMC tient bon ! La JSMC a réussi un véritable ex- ploit qui restera gravé dans l’histoire du club, avec une qualification histo- rique aux demi-finales de la Coupe d’Algérie. Une qualification méri- tait, parce qu’Aït-Tahar et les siens ont vraiment fait un match d’hommes. Les joueurs du CSC, autant que leurs nom- breux fans n’ont croyaient pas leurs yeux et quittèrent le stade meurtris, par une élimination que personne n’atten- dait… certains étaient même en pleurs ! Il est vrai que quand on court plusieurs lièvres à la fois… Mohamed-Amine Azzouz

OKBA GOUGAM, PRéSIDenT De LA FéDéRATIOn ALGéRIenne De vOLLey-BALL, AU FORUM De L’OnPSA :

« Nous sommes prêts »

Invité du forum de l’Organisation nationale de la presse sportive algérienne, Okba Gougam, président de la Fédération algérienne de volley- ball, est revenu sur l’organisation du tournoi qualificatif au Mondial-2014 (dames), prévu à Alger du 23 février au 1er mars prochain, avec la participation de l’Algérie, de l’égypte, du Cameroun, du nigeria, du Botswana, du Ghana et du RD Congo. La phase finale aura lieu en Italie au mois d’octobre prochain. «Tout est prêt pour l’organisation de ce tournoi qualificatif au Mondial féminin de volley-ball. nous avions quelques soucis par rapport à l’hé- bergement des différentes délégations, engendrés par la confirmation des sélections participantes. Le règlement de la Confédération africaine nous impose de veiller à la proximité entre les sites

d’hébergement et les salles d’entraînement et de compétition retenus. Le trajet entre ces différentes infrastructures ne doit pas dépasser la demi-heure. nous sommes ainsi limités dans notre choix par rapport aux hôtels qui nous exigent des réserva- tions fermes. Comme nous n’avions pas de confir- mation de la part des selections africaines, on ne pouvait pas s’engager. La question a été réglée. nous sommes en mesure de dire que les selections engagées dans ce tournoi seront présentes à Alger. L’égypte, qui nous avait sollicité pour un stage précompétitif, se trouve dans la capitale depuis mardi», a souligné le président de la fédération, Okba Gougam, hier à la salle des conférences du complexe Mohamed-Boudiaf (Alger), lors du forum de l’Organisation nationale de la presse sportive algérienne, avant de souligner : «L’accès

à la salle Harcha sera, désormais, payant. On ap-

pliquera, par contre, des prix symboliques.» Le président de la FAv était accompagné par le sélectionneur national François Salvani, qui a affiché sa satisfaction quant au stage précompéti- tif effectué en Italie en prévision de ce tournoi. «nous sommes rentrés lundi d’Italie où nous avons effectué un stage précompétitif. Dans l’en- semble, je suis satisfait du travail réalisé pendant ce stage. nous avons pu disputer cinq rencontres de bon niveau. Je découvrais l’équipe en compé- tition. Je peux vous dire que ça n’a pas été facile

pour nous durant les trois premières confronta- tions. J’avais besoin de connaître mon équipe et les capacités de chacune des joueuses la compo- sant. Par la suite, les choses sont rentrées dans l’ordre et l’équipe a considérablement progressé, grâce à la mobilisation et au sérieux de toutes les joueuses», a souligné le technicien italien, enchaî- nant : «Je suis très confiant. nous allons aborder la compétition avec un effectif en forme et au complet. C’est important, dans la mesure où nous allons devoir disputer 6 rencontres en 7 jours. Pour ce qui est de nos adversaires, je préfère me concentrer sur mon équipe et sa préparation à cette compétition. nous avons dans notre effectif d’excellentes volleyeuses. Si l’on parvient à main- tenir notre niveau de jeu pendant tout le tournoi, on se qualifiera haut la main.» Pour sa part, la capitaine de cette sélection, Fa-

tima-Zohra Oukazi, s’est montrée confiante quant à la qualification de l’en. «nous avons eu une bonne préparation en Italie. Le stage est très bé- néfique pour nous joueuses qui n’avons pas évo- lué ensemble depuis un an et demi pratiquement. Ce stage précompétitif nous sera très bénéfique, surtout qu’on aura à disputer 6 rencontres en un temps réduit. Par ailleurs, l’apport du nouveau sé- lectionneur est très précieux. nous avons déjà beaucoup appris avec lui. notamment sur le plan de l’organisation sur le terrain. nous comptons aussi sur le public de Harcha pour nous soutenir dans cette compétition. Les joueuses sont conscientes de la tâche qui les attend. nous sommes très motivées et confiantes.» Avant de conclure, Okba Gougam est revenu sur l’élimina- tion de l’en messieurs au tournois qualificatif au Mondial qui s’est déroulé au Cameroun. «C’est

une grande déception. nous somme passés à un cheveu de la qualification. Cette élimination est d’autant plus amère dans la mesure où nous avions notre destin entre nos mains. On a eu deux chances pour revenir avec la qualification, qui nous a échappée d’un seul set. On n’a pas su les exploiter. Cette sélection a raté la chance de dis- puter un Mondial, qui nous échappe depuis l’édi- tion de 1998. Avec le DTn, nous avons pris la décision de tout revoir. Il faut du renouveau dans cette sélection masculine», a-t-il indiqué. Le tournoi qualificatif au Mondial, prévu en octobre 2014 en Italie, se déroulera du 23 février au 1 er mars à la salle Harcha, avec la participation de l’Algérie, de l’égypte, du Cameroun, du nige- ria, du Botswana, du Ghana et du RD Congo. Rédha Maouche

Le six national rate de peu la qualification au Mondial polonais

les verts ont scellé eux-mêmes leur élimination. À égalité avec le pays hôte, le Cameroun, et le Rwanda, les protégés de Mourad Sennoun avaient besoin de réaliser le match parfait face au nigeria, leur dernier adversaire dans cette compétition, les coéquipiers de Toufik Mahdjoubi (meilleur marqueur du match avec 23 points) avaient remporté les deux premiers sets (25-17 et 25-14), avant de céder le 3 e (21-25). Le six national s'est ensuite ressaisi pour empocher le set suivant (25-15). Au final, l'Algérie remportera le match 3 sets à 1, mais les joueurs de l'équipe nationale n'avaient plus leur destin en mains. Les Camerounais, quant à eux, n'ont pas raté l'occasion face au Gabon, 3 sets à 0 (25-11,25-14, 25-17), une victoire qui permet au Ca- meroun de s'emparer du seul ticket qualificatif à la coupe du monde de volley-ball en Pologne (30 août - 21 septembre). L'Algérie terminera la compétition avec 3 victoires (Rwanda 3-0, Gabon 3-0 et nigeria 3-1) et une défaite (Cameroun 0-3), à égalité avec le Cameroun et le Rwanda. Les Camerounais ont tout simplement obtenu leur sésame pour le Mondial, grâce à un meilleur set-average.

Que faut-il retenir de la participation algérienne ?

L'entraîneur national Mourad Sennoun a dû composer avec les blessures et s'est présenté à yaoundé avec un effectif rajeuni et inexpérimenté, La défaite face au Cameroun 3 sets à 0, lors du second match, a fait beaucoup de mal. Les verts peuvent avoir des regrets puisqu'ils étaient tout proches d'une 3 e qualification à un Mondial après ceux de 1994 et 1998. Le président de la Fédération algérienne de volley-ball, Okba Gougam, avait déjà annoncé que la désignation des futurs entraîneurs nationaux pour l'ensemble des catégories se fera en mars prochain, Les seniors messieurs auront certainement un nouvel entraîneur. Tarek Temtem

OUARGLA

1.037 participants au cross de l’ANP"L’amitiépar lesport"

1.037 sportifs ont pris part au cross de l’AnP "L’amitié par le sport", organisé hier au niveau du complexe sportif régional de la 4 e Région militaire (RM) à Ouargla. Organisée sur un parcours de 5 ki- lomètres, cette course, ouverte à toutes les catégo- ries, a regroupé des participants représentant les directions, services, cellules de l’état-major de la 4 e RM, en plus d’unités implantées à Ouargla. Le coup d’envoi de cette manifestation sportive a été donné, au nom du commandant de la 4 e RM, par le responsable du commandement régional de la défense aérienne du territoire de cette RM, le colonel Cheribet Derouiche Mustapha, qui a appelé à la saine émulation entre les participants et à la pratique du sport pour améliorer les aptitudes psychologiques et physiques du militaire. Les trois premières places de ce cross sont revenues respectivement au caporal contractuel Ryad Boughelous, au sergent chef Rabie Thenani et au caporal contractuel Abdelkader Be- nyehlou.

Publicité

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE

MInISTèRe De LA DéFenSe nATIOnALe 5 e RéGIOn MILITAIRe

De LA DéFenSe nATIOnALe 5 e RéGIOn MILITAIRe • d’une copie légalisée du certificat de qualification
De LA DéFenSe nATIOnALe 5 e RéGIOn MILITAIRe • d’une copie légalisée du certificat de qualification
De LA DéFenSe nATIOnALe 5 e RéGIOn MILITAIRe • d’une copie légalisée du certificat de qualification
De LA DéFenSe nATIOnALe 5 e RéGIOn MILITAIRe • d’une copie légalisée du certificat de qualification

• d’une copie légalisée du certificat de qualification et de classification professionnelles de catégorie II et plus; - d’une copie du bon de versement de la somme citée ci-dessus Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT

N° 38/2014/U.1/G/5 e RM

Le Ministère de la Défense nationale lance un avis d’appel d’offres national ouvert en vue de : FOURNITURE ET POSE CHAUDIERES + LOCAUX AVEC INSTALLATION AU PROFIT DES UNITES DU 5 e CRGN Les entreprises et sociétés intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :

5 e REGION MILITAIRE sis Plateau du Mansourah - Constantine -

DIRECTION REGIONALE DES FINANCES DE LA 5 e REGION MILITAIRE BUREAU D’ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES BP 73 - PLATEAU DU MANSOURAH / CONSTANTINE

L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :

Soumission à ne pas ouvrir Avis d’appel d’offres national ouvert Nº 38/2014/U.1/G/5 e RM

Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus, avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours à compter de la première date de publication. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée égale à celle de la préparation des offres qui est fixée à 180 jours.

pour retirer le cahier des charges, contre le paiement de la somme de cinq mille dinars (5.000,00 DA), pour les sociétés de droit algérien, au compte nº008-25001-5250000288/93 ouvert auprès de la Trésorerie Publique - Wilaya de Constantine.

Les personnes déléguées pour le retrait des cahiers des charges doivent se munir :

• d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité;

• d’une lettre d’accréditation délivrée par le candidat à la soumission; • d’une copie légalisée du registre de commerce de la société;

El Moudjahid/ Pub

ANEP 107122 du 19/02/2014

SS éé ll ee cc tt ii oo nn

D étente - T V

é é l l e e c c t t i i o o n n

21

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla
Page animée par Mourad Bouchemla
Nº 3646 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I
Nº 3646 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I

Nº 3646

Nº 3646 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
Nº 3646 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II

Mots CROISÉS

Nº 3646 Mots CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I- Ville de Polynésie-En salle. II-Amélioration d’une loi. III- Unité de luminance-Prendre une décision rapide. IV-Père de néréïdes-Someil profond .V-Grand lémurien-Période. VI- Contracté-L’est pour une pièce théàtrale. VII-Mariages-Direction. VIII- Se raire remarquer. IX- Du grec pied-Cours de France. X- Seule

en mer -Poissons.

VERTICALEMENT

1- Indicateur pour routier-Greque. 2- Confidente- Anonyme. 3-Malaxé-Parfum de la mer. 4-Préposition-Gai. 5-Couvertures chaudes. 6-Socle-Pays d’Europe de l’est. 7- Amaigri-Armée de service. 8-L’autre moi-Aller en justice. 9- Activa-Forme d’être. 10- Pas d’ici.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
P
A
P
E
E
T
E
A
E
2
A
M
E
N
D
E
M
E
N
T
3
N
I
T
R
E
A
G
I
R
4
N
E
R
E
E
C
O
M
A
5
E
I
N
D
R
I
A
N
6
A
J
U
E
E
U
O
G
7
U
N
I
O
N
S
S
S
E
8
T
O
U
S
S
T
E
R
O
P
E
E
I
9
D
S
E
R
E
I
L
E
T
E
T
R
A
S
10

SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 P A R T
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
P
A
R
T
I S
A
N
R
2
H
I
H
A
N C
A S
3
I
D
E
C
R A
I
E
4
L
E
T
A
L E
A
P
I
5
A
E
L
U
A R
D
P
6
T
O
U
T
S A
E
R O
7
E
B
R
E
S N
I M
8
L
I
R
O
U I
L
L E
I
P
9
E
L
E M
E
L E
E
C
A
R
T
E
T
E S
10
Mots FLÉCHÉS Nº 3646 SUIT UN MOUVEMENT ————————————— DIVINITÉ APPELD’UNÂNE
Mots FLÉCHÉS
Nº 3646
SUIT UN MOUVEMENT
—————————————
DIVINITÉ
APPELD’UNÂNE
———————————
PLAÇA
———————————
ROUE DE MARIN
POSSESSIF
———————————
POISSON
———————————
BÂTON DE MAÎTRE
EN RADE
————————————
PIÈCE DE CHARRUE
————————————
PLANTESVOLUBILES
PLUIETORRENTIELLE
————————————
MORTELLE
————————————
POMME
ASSISTANCE
—————————————
BEAUPARLEUR
—————————————
POÈTEFRANÇAIS
——————————
PETITE VILLE DE FRANCE
RELATIFAUXTIMBRESPOSTE
REDONNEVIE
———————————
LESTOTALITÈS
———————————
PRÉFIXELÉGER
COMPPRIS
————————————
CHANGER
————————————
ENDURE
EN SCÈNE
———————————
PRIVATIF
———————————
TERME DE TENNIS
COURSD’ESPAGNE
————————————
ALTTÉRATION DU FER
————————————
UNITÉ DE CHINE
CEINTURE DE KIMONO
—————————————
PAR ICI PAR LA
—————————————
EN PART
RIVIÈRE DE ROUMANIE
——————————————
FAUTE DE CONDUITE
——————————————
SAISON
Nº 3646 Mot CACHÉ Grille 3. Claquette 33. Grisonner 15. Injurier U E M S
Nº 3646
Mot CACHÉ
Grille
3.
Claquette
33. Grisonner
15.
Injurier
U
E
M
S
I
N
A
T
A
S
R
I
O
S
S
I
L
O
P
N
6.
Ombilical
34. Collecter
20.
Barcelone
C
R
E
S
S
I
A
L
E
D
E
L
B
A
T
I
C
X
E
O
11. Fertiliser
35. Menstruel
I
22.
Onguicule
L
T
N
A
F
F
U
O
B
I
V
E
S
O
L
O
C
S
M
12 . Sopraniste
36. Franciser
A
R
E
N
N
O
L
L
A
B
R
I
M
R
E
F
F
A
R
B
23.Reprocher
13.
Manœuvrer
37. Bifurquer
Q
F
S
M
R
E
I
N
J
U
R
I
E
R
R
H
S
O
D
I
24.
Tortueuse
U
E
O
A
E
B
A
R
C
N
E
S
O
O
E
I
L
14.
Restaurant
38. Origines
E
L
O
25.
Cadastral
E
R
P
N
S
O
N
G
U
I
C
U
L
E
O
R
L
N
G
I
16.
Horripiler
39. Réserver
T
T
R
O
T
R
E
P
R
O
C
H
E
R
U
R
I
O
E
C
17.
Solidifier
40. Employeur
27.
Paramètre
T
I
A
E
A
T
O
R
T
U
E
U
S
E
F
I
D
M
S
A
18.
Œnométrie
41. Retourner
29.
Pont-levis
E
L
N
U
U
C
A
D
A
S
T
R
A
L
F
P
I
E
T
L
19.
Digestible
42. Avènement
30.
Tentèrent
F
I
I
V
R
P
A
R
A
M
E
T
R
E
L
I
F
T
I
P
Soufflet
43. Domicilie
E
S
S
R
A
P
O
N
T
L
E
V
I
S
E
L
I
R
B
E
1.
Satanisme
Feulement
7. Bouffant
U
E
T
E
N
T
E
N
T
E
R
E
N
T
T
E
E
I
L
R
2.
Polissoir
Pérennité
L
R
E
28.
8. Scoliose
R
T
S
D
E
S
I
S
T
E
R
A
R
R
E
E
E
4.
Délaisser
E
S
A
Q
U
E
B
U
T
E
G
R
I
S
O
N
N
E
R
N
31.
Désister
9. Ballonner
M
C
O
L
L
E
C
T
E
R
M
E
N
S
T
R
U
E
L
N
32.
Saquebute
10. Raffermir
5.
Excitable
E
F
R
A
N
C
I
S
E
R
B
I
F
U
R
Q
I
E
R
I
GLOBALITÉ
N
O
R
I
G
I
N
E
S
L
I
R
E
S
E
R
V
E
R
T
T
E
M
P
L
O
Y
E
U
R
R
E
T
O
U
R
N
E
R
E
SOLUTIONPRÉCÉDENTE: TRANSPARENTE
T
A
V
E
N
E
M
E
N
T
D
O
M
I
C
I
L
I
E
E

21. T A V E N E M E N T D O M I C I

26. A V E N E M E N T D O M I C I L

V E N E M E N T D O M I C I L I
V E N E M E N T D O M I C I L I
V E N E M E N T D O M I C I L I
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n
D O M I C I L I E E 21. 26. T é l é
D O M I C I L I E E 21. 26. T é l é

MERCREDI

08h00 : Bonjour d'algérie (direct) 09h30 : Waqai'e (09) rediff 10h00 : El ilm bayna yedaik (35) 10h30 : Matar el moughamarate (23) 11h00 : Expression livre ''rediff'' 12h00 : Journal en français+météo 12h25 : Yaoumiyate moudarisse (14) 13h50 : Min barari el cherq (12) 14h35 : Assrar el madhi (13) 15h15 : Heidi ''3 éme ptie'' 16h00 : REX GENERATION (25) 16h25 : Takder tarbah 17h00 : Actu-elle 18h00 : Journal en amazigh 18h30 : Waqai'e (10) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Djemei family (12) 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Sur le fil 21h45 : Festival timgad 22h35 : Achek aouiche oua el harez théâtrale

DJEMAI FAMILY

Réalisé par : Daafer Gacem Avec : Salah Aougrout, Samira Sahraoui, Mohamed Bouchaïb, Bouchra Okbi, Othmane Ben Daoud, Kamel Bouakkaz.

19h30
19h30

La série raconte le quotidien d’une famille algérienne avec des histoires fraîches et simples, traitant avec originalité les problèmes et défis de la société algérienne contemporaine dans un concept comique.

PIÈCE THÉÂTRALE L’AÂCHIK, AOUICHA OUA EL HARRAZ

Une pièce de Fouzia Aït El Hadj Interprétée par : Hamid Gouri, Ahmed Merzougui, Abdelkrim Berber, Nesrine Serghini et Abdelaziz Charef.

La pièce est inspirée du poème lyrique du cheikh

marocain El Mekki

Ben

El Korchi (fin

XIX

e - début XX e )

reconnu comme l'un des plus prolifiques

dans le genre malhoun où il s'est précisément distingué par la qsida de L’aâchik, Aouicha ou El Harraz.

22h35
22h35

Mercredi 19 Février 2014

Vie pratique

30

EL MOUDJAHID

NAISSANCE Les familles Guedouar et Torki sont heureuses de faire part de la naissance d’une
NAISSANCE
Les familles Guedouar et Torki
sont heureuses de faire part de la
naissance d’une jolie petite fille
prénommée NOUHAD
prompt rétablissement à la maman,
longue vie au bébé et félicitations à
l’heureux papa.
El Moudjahid/Pub du 19/02/2014
FÉLICITATIONS C’est avec une très grande joie que nous avons appris la naissance de notre
FÉLICITATIONS
C’est avec une très grande joie
que nous avons appris la
naissance de notre petite
princesse
BRANCI Malak
Toutes nos félicitations pour ce
cadeau de la vie.
Nous souhaitons dès à présent
une très belle vie à cet ange
ainsi qu’à ses parents.
Omra makboula pour Azzedine
le papa et un rapide
rétablissement à Amel la
nouvelle maman.
Ta tante Soumia

CONDOLÉANCES

Les familles DJAKNOUN, ARFI et BOUREHLA, parents et alliés, ont la douleur de faire part du décès de leur cher et regretté MADENE Zerrouk survenu le mardi 11 février 2014 à l'âge de 80 ans, à Alger. Ils présentent à sa famille et à ses proches leurs condoléances les plus attristés et les assurent de leur profonde sympathie. Que ceux qui l'ont connu aient une pieuse pensée pour lui. Puisse Allah le Tout-Puissant lui accorder Sa Miséricorde et l'accueillir dans Son Vaste Paradis.

El Moudjahid/Pub du 19/02/2014

CONDOLÉANCES

Le ministre des Affaires étrangères, le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, le secrétaire général et l’ensemble du personnel du ministère des Affaries étrangères, très affectés par le décès de la mère de leur collègue Monsieur BENOUCIEF Abdelmadjid, lui présentent ainsi qu’aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent, en cette pénible circonstance, de leur profonde compassion. Ils prient Dieu le Tout-Puissant d’accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde.

El Moudjahid/Pub

ANEP 107604 du 19/02/2014

CONDOLÉANCES

Le Directeur Général, le Directeur Général adjoint ainsi que l’ensemble du

personnel de l’imprimerie officielle, très

le décès de la mère de

Monsieur Baba Ali Mohamed, employé à l’imprimerie Officielle, présentent leurs sincères condoléances à ce dernier et l’assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde

touchés par

sympathie. Qu’Allah Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons

El Moudjahid/Pub - du 19/02/2014

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du mercredi 19 Rabie Thani 1435 correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mercredi 19 Rabie Thani 1435
correspondant au 19 février 2014 :
- Dohr
13h02
- Asr
16h06
- Maghreb
18h35
- Icha……
……
19h54
Jeudi 20 RabieThani 1435
correspondant au 20 février 2014 :
- Fedjr 06h04
- Chourouk
07h31

Offre d’emploi

Société cherche ingénieur en génie climatique. Envoyer CV au :

021 72.34.31

El Moudjahid/Pub du 19/02/2014

Echange- vente

Particulier échange ou vend F3 neuf, 74 m 2 , situé à Dely-Ibrahim, les Grands-Vents. Contacter le : 0774 62.43.24

El Moudjahid/Pub du 19/02/2014

CONDOLÉANCES

Profondément affectés par le crash aérien qui a endeuillé le peuple algérien, Monsieur ACHOUR Mokrane, Directeur Général de la Société BATIGEC Promotion Immobilière, ainsi que l'ensemble du personnel présentent à l'institution militaire, au commandement des forces aériennes, ainsi qu'aux membres des familles des disparus leurs plus sincères condoléances et les assurent, en cette dramatique circonstance, de leur profonde compassion. Rendons un vibrant hommage à la mémoire de ces valeureux enfants de la patrie, morts dans l'accomplissement de leur noble mission. Ils rejoignent dans l'histoire et dans nos cœurs leurs illustres aînés de Novembre 54 et tous ceux qui ont dédié leur vie à l'Algérie. Ils vivront à jamais dans la mémoire collective. Puisse Dieu prêter courage et patience à leurs familles et aux membres de l'Armée Nationale Populaire, en particulier, à leurs proches compagnons et responsables. Reposez en paix dignes fils et filles de l'Algérie. Que Dieu le Tout-Puissant les couvre de Sa Mansuétude, de Sa Sainte Miséricorde, et qu'il les accueille en Son Paradis Céleste. «A Dieu nous appartenons, à Dieu nous retournons.»

El Moudjahid/Pub

ANEP 200633 du 19/02/2014

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal oulmane — Achour Cheurfi
DIRECtIoN GENERAlE
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
DIRECtIoN DE lA REDACtIoN
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com
E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUREAUX REGIoNAUX
CoNStANtINE
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRDJ BoU-ARRERIDJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
SIDI BEl-ABBES
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BEJAIA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tIZI oUZoU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tlEMCEN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MASCARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
CENtRE AIN-DEFlA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlICItE
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlGER : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNEMENtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
CoMPtES BANCAIRES
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
IMPRESSIoN
Edition du Centre :
Société d’Impression d’Alger (SIA)
Edition de l’Est :
Société d’Impression de l’Est, Constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’Impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’Impression de ouargla (SIA)
Unité d’Impression de Béchar (SIA)
DIFFUSIoN
Centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
Est : SARl “SoDIPRESSE” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SDPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tDS”
tél-fax : 029 75.02.02
France : IPS (International Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

CONDOLEANCES

Le Directeur Général et le personnel de l'Agence de l'Informatique des Finances Publiques (AIFP), très peinés par le décès de M me BELKADI Zakia née MENIA, grand-mère de leur collègue M. BELKADI Houssem Eddine, lui présentent ainsi qu’à sa famille leurs condoléances les plus attristées. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.»

El Moudjahid/Pub

ANEP 200626 du 19/02/2014

SGP-CABELEQ Entreprise des Industries Electrotechniques EPE/ELECTRO-INDUSTRIES/SPA Société par actions au capital de

SGP-CABELEQ Entreprise des Industries Electrotechniques

SGP-CABELEQ Entreprise des Industries Electrotechniques EPE/ELECTRO-INDUSTRIES/SPA Société par actions au capital de
SGP-CABELEQ Entreprise des Industries Electrotechniques EPE/ELECTRO-INDUSTRIES/SPA Société par actions au capital de

EPE/ELECTRO-INDUSTRIES/SPA

Société par actions au capital de 4.753.000.000 DA ROUTE NATIONALE N°12 AZAZGA BP 17-15300 W. TIZI- OUZOU TEL: (026) 34 16 86 -Fax : (026) 34 14 24/ 026 34 13 30 E.MAIL: contact.com electro-industries.com NIF : 099915004280099

AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE

EPE / ELECTRO - INDUSTRIES / SPA - AZAZGA - informe conformément au cahier des charges, tous les soumissionnaires ayant participé à l'avis d'appel d'offres national et international n° 02/UTR/UMP/2013 du 01/9/2013 paru dans les journaux nationaux Liberté, El Moudjahid en date du 01/09/2013, que l'avis d'attribution provisoire de marché est disponible sur le site de l'entreprise à l'adresse suivante : www.electro-industries.com «rubrique publicité».

El Moudjahid/Pub

ANEP 200623 du 19/02/2014

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DES FINANCES INSPECTION GENERALE DES FINANCES

AVIS D'INFRUCTUOSITÉ

L'Inspection générale des Finances informe l'ensemble des soumissionnaires ayant répondu à l'appel d'offres national restreint n°02/MF/IGF/DAM/13, publié dans les quotidiens nationaux EL MASSA du 12 décembre 2013 et EL MOUDJAHID des 13 et 14 décembre 2013, relatif à l'acquisition de huit (08) véhicules de service, que celui-ci a été déclaré infructueux.

El Moudjahid/Pub

ANEP 107245 du 19/02/2014

Mercredi 19 Février 2014

Culture

31

EL MOUDJAHID

la moudjahida louisa oudraNe témoigNe

Le combat héroïque des femmes algériennes

L’établissement arts et culture de la wilaya d’Alger a organisé lundi dernier à la bibliothèque de la jeunesse Didouche-Mourad une rencontre avec la moudjahida Louisa Oudrane à l’occasion de la journée du Chahid pour discuter avec le public du parcours héroïque de cette militante qui sort pour la première fois de sa réserve.

D’ un naturel discret derrière une parole pudique, cette dame à la soixantaine dé-

passée aura rassemblé tout son cou- rage pour participer à cette manifestation spéciale et rendre pu- blic son témoignage. Native d’alger, issue d’une famille de combattants qui s’étaient distingués autrefois par une résistance farouche à l’occupant français, ses arrière-grands parents étaient ce que l’on appelait des ban- dits d’honneur dans la région de tizi- ouzou. C’est de cet héritage guerrier de ses ancêtres qu’elle se réclame avec tous les membres de sa famille qui, femmes et enfants, se sont levés contre l’ennemi qui avait spolié leurs terres et les avait réduits à la misère. de cette réputation de grands mi- litants de la cause nationale, elle a conservé une flamme lumineuse au fond des yeux qui l’a toujours pous- sée à s’impliquer corps et âme avec ses frères et sœurs de combat sachant que dans la capitale où elle activait alors qu’elle avait à peine dix sept ans, la mort guettait à chaque coin de rue. mais lorsque son père et son frère qui étaient des responsables de

Ph: Nacera
Ph: Nacera

l’organisation sont condamnés à l’échafaud en 1952 et que sa mère et elle-même sont privées de tout, elle prend la décision d’entrer clandesti- nement au combat en ville. elle collectait ainsi des habits et de la nourriture pour les moudjahi- dine cachés dans les montagnes de Kabylie, sacrifiant toute son énergie et sa jeunesse pour la cause sacrée. lorsqu’elle prendra la parole au cours de cette intervention qui se

voulait un rappel nécessaire pour les générations actuelles du sacrifice de leurs ainés, elle dira en préambule que cette lutte reste comme un sou- venir indélébile dans la mémoire de tous les combattants algériens et qu’elle voulait surtout mettre en avant le combat des femmes qui avaient tout donné à la résistance al- gérienne puisqu’elle représentaient la moitié de la société. la femme algérienne dira-t-elle

CoNféreNCe historique de la foNdatioN Casbah

Inculquer l’amour de la patrie aux enfants

l’etablissement arts et Culture ainsi que la direction de l’education de la région d’alger Centre ont tenu, hier à marquer la journée du Chahid, en présence d’une foule d’élèves, re- présentant 17 établissements sco- laires qui ont eu droit à une conférence , animée par l’écrivain et chercheur en histoire et Président de la fondation Casbah, m. belkacem babaci qui reviendra sur cet évène- ment ainsi que la guerre de libéra- tion nationale et les sacrifices des artisans du 1er Novembre 1954 pour le recouvrement de la souveraineté nationale. l’intervention précédée par l’hymne nationale et des vers de poésie en rapport avec le thème, sera donc consacrée à la signification du concept du chahid qui a donné sa vie, abandonnant sa famille pour son pays. il affirmera ainsi que les jeunes ne devront pas oublier les moudjahidine et martyrs qui se sont sacrifiés sur l’autel de la liberté, avant de poursuivre qu’il est indis- pensable aujourd’hui, d’intégrer dans les programmes scolaires, l’amour et le respect de tous ceux qui se sont battus pour que vive l’algérie. il ajoutera par ailleurs qu’à travers la commémoration de cette journée, c’est un message à l’endroit des jeunes pour ces algériens pétris

à l’endroit des jeunes pour ces algériens pétris de nationalisme et de dévouement pour leur patrie.

de nationalisme et de dévouement pour leur patrie. m. babaci ne manquera pas de souligner, par la même occasion que l’algérie a tou- jours donné le meilleur d’elle- même depuis l’époque ottomane, à travers raïs hamidou ben ali, hissé au rang d’emir de la mer qui a tenu seul face à une flotte américaine consti- tuée de huit navires, avant de tombé au champ d’honneur. il citera aussi jughurtha et massinissa, puis bou- baghla, chikh el haddad et bien d’au- tres qui ont tenu tête la force coloniale la plus armée et la plus forte

de l’époque, rappelant que le 19 juin 1830 quand les français ont colonisé l’algérie, depuis le Port de sidi fredj, ce sont des centaines d’algériens qui ont payé de leur vie. « la résistance a duré prés de 120 ans et le nombre de martyrs dépasse selon mes re- cherches, 1,5 million de martyrs. il est de l’ordre de 6, voire 10 millions depuis la colonisation de l’algé- rie », dira-t-il. m. babaci relèvera également qu’il ya des martyrs, morts dans les maquis et qui n’ont toujours pas de tombes.

Samia D.

avait une volonté inébranlable et était présente à chaque étape du combat, disponible partout, y compris dans l’organisation du flN. Née en 1938, louisa oudrane dont la mère est une mokrani, est originaire de tizi- ouzou et a grandi dans une famille de révolutionnaires bien avant le déclen- chement de la révolution qui selon ses termes l’habitait dans le corps et l’esprit car ,affirme-t-elle, il fallait coûte que coûte avancer et ne jamais reculer devant l’ennemi. Cette femme qui n’a jamais oublié son combat ac-

tivait dans la Wilaya iii parce que dit- elle toute sa famille était présente dans ces maquis. au départ, c’est à partir d’alger alors qu’elle appartenait à la wilaya

iv dans la zone autonome d’alger et

avec d’autres militantes elle collectait

les médicaments et l’argent. lorsque

le moudjahid Khelifa boukhalfa a été

désigné dans cette zone par la Wilaya

iii qu’elle devait accompagner vers

la capitale c’est en décembre 1957 que ce dernier est arrêté puis tué, elle emprisonnée et torturée avec son jeune frère, une expérience doulou- reuse ; elle se rappelle surtout l’hu- miliation qu’elle a subie lorsqu’on l’a

déshabillée devant son frère. elle dira , en réprimant ses larmes, que cette humiliation était une épreuve très dure pour elle bien plus que les tor- tures physiques. en 1959, elle est libérée tout en restant sous surveillance mais elle continue la lutte, et raconte à ce sujet cette anecdote où avec un autre com- battant elle découvre dans la cave d’un immeuble tout l’arsenal de guerre que cachaient l’oas, des armes qu’elle avait pu prendre en ca- chette dans la nuit sans redouter à aucun moment d’être prise. elle enverra une partie dans les maquis et gardera la grenade qu’elle avait trouvée pour la faire exploser dans un bar. Pendant qu’elle té- moigne de l’histoire de la lutte de li- bération, elle tient à évoquer tous ces enfants qui aidaient les militants et qui faisaient preuve d’une maturité exceptionnelle car malgré leur jeune âge ils étaient parfaitement conscients de l’importance et de la nécessité de la lutte armée dont le seul mot d’ordre était la liberté, la justice et la dignité des algériens. Lynda Graba

reNCoNtre sur la Poésie révolutioNNaire à tlemCeN

La glorification du chahid

le coup d’envoi de la première édition de la rencontre sur la poésie révolutionnaire a été donnée lundi après-midi au palais de la culture abdelkrim-dali de tlemcen, en présence de nombreux poètes et hommes de lettres. organisée par le club littéraire el anouar à l’oc- casion de la journée nationale du Chahid, cette manifestation cultu- relle a été marquée par la présenta- tion de trois communications sur la poésie et la révolution. dans ces communications, ab- delkader lashab, benmaamar boukhadra et meliani mohamed, enseignants à l’université de tlem- cen, ont montré le grand impact de la révolution algérienne sur les poètes et la poésie de manière gé- nérale et comment les mots se sont transformés en arme pour porter haut et fort la cause algérienne. ils ont cité, à titre d’exemple, moufdi Zakaria, mohamed lakh- dar essaihi, mohamed laïd al Khalifa, qui ont glorifié les chahids tombés au champ d’honneur, les actes de bravoure des combattants et la grandeur du peuple algérien et de sa révolution. les conférenciers ont également mis l’accent sur le

rôle de la poésie révolutionnaire dans l’écriture de l’histoire des faits et évènements ayant marqué la guerre de libération nationale en offrant aux historiens une matière fiable. la première journée de cette rencontre a été également marquée par la récitation de poèmes révo- lutionnaires en arabe classique et dialectal par des poètes de tlem- cen, dont baghdad sayah, bel- houari ali, Nadia ayati, glorifiant les martyrs algériens morts pour que vive l’algérie libre et indépen- dante. le programme de la deuxième et dernière journée de cette rencontre, première du genre pour ce club créé récemment, com- porte des lectures poétiques ainsi que la présentation d’un témoi- gnage vivant sur la guerre de libé- ration nationale du moudjahid benmoussa abdelkader. la célébration de la journée na- tionale du Chahid sera marquée cette année par l’organisation de plusieurs expositions de photogra- phies de chahids au niveau du pa- lais de la Culture, de la maison de la Culture et du musée d’art et d’histoire de la ville de tlemcen.

semaiNe Culturelle de la Wilaya de beChar à tissemsilt

La kheima de la Saoura attire le public

la tente traditionnelle de la saoura, dres- sée au hall de la maison de la Culture de tissemsilt à l’occasion de la semaine cultu- relle de la wilaya de béchar, attire un grand public venu découvrir les traditions et les coutumes de cette région du sud-ouest du pays. dans cette kheima, qui symbolise la vie modeste et paisible des habitants de la saoura dont les nomades, du thé béchari est servi aux visiteurs en signe d'hospitalité et de générosité qui caractérisent les gens du sud. l’artisan talhaoui mohamed, qui s'oc- cupe de cette tente, a souligné que ce legs culturel suscite moins d'intérêt ces dernières années dans toute la wilaya, à l’exception de Kenadsa où des nomades continuent à exer- cer l’activité de pacage pour les camélidés et les caprins. le hall de la maison de la Cul- ture de tissemsilt abrite, à l’occasion de

de la Cul- ture de tissemsilt abrite, à l’occasion de cette manifestation culturelle lancée di- manche

cette manifestation culturelle lancée di- manche après-midi, des expositions de bi- joux, d'habit et de plats du terroir.

en outre, des artistes peintres doués dont benmebarek hocine, allali sofiane, abi abdelouahab et megherbi amel, exposent

leurs toiles reproduisant, dans leur majorité, le quotidien des habitants de la saoura et ses oasis aux paysages naturels fabuleux. les expositions font également découvrir au public de tissemsilt des artistes de be- char comme l’artiste du melhoun mohamed belkebir, le poète mohamed bouarani, ainsi que des sites touristiques que recèle la ré- gion dont les ksour de beni abbès, la station de taghit et les gravures rupestres de abadla. la cérémonie d’ouverture de cette mani- festation de cinq jours a été marquée notam- ment par un spectacle de danses folkloriques animées par la troupe hidous relevant de l’association tawassoul de bechar. le pro- gramme de cette semaine culturelle prévoit d’autres activités dont des soirées artistiques animées par des troupes d'inchad et de diwan.

mercredi 19 février 2014

D E R N I E R E S MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.375 $
D E R N I E R E S

D E

R N

I

E

R E

S

D E R N I E R E S
MONNAIE PÉTROLE L'euro à 1.375 $ Le Brent à 110.06 dollars
MONNAIE
PÉTROLE
L'euro à 1.375 $
Le Brent
à 110.06
dollars

3 e FORUM DES ENTREPRENEURS MAGHREBINS AMARRAKECH

Un contrepoids aux groupements internationaux

Le 3 e forum des entrepreneurs maghrébins a affirmé la nécessité de renforcer la coopération, la coordination et la consultation avec le secrétariat général de l’Union du Maghreb arabe (UMA) et d’impliquer l’Union maghrébine des entrepreneurs (UME) dans les réunions des comités et conseils ministériels maghrébins.

D ans une déclaration finale, à l’issue de leurs travaux tenus lundi et mardi à Marrakech (sud du Maroc), les

participants ont, notamment mis en exergue la nécessité de renforcer les di- mensions juridiques et organisationnelles de l’UME de manière à être en cohérence avec les conclusions et recommandations du forum ainsi que le nouvel objectif stra- tégique actuel du secteur privé. Les parti- cipants ont formulé un ensemble de recommandations notamment l’accéléra- tion de la mise en œuvre de l’espace éco- nomique intégré afin de relever les défis actuels et constituer un contrepoids devant les groupements économiques régionaux et internationaux, relier les marchés des pays de l’UMA et leur créer le climat juridique favorable. Ils ont également préconisé de poursuivre et intensifier les rencontres ma- ghrébines portant sur la facilitation et l’har- monisation des politiques et procédures commerciales et douanières, d’accélérer l’harmonisation des règles d’origine. La déclaration appelle à renforcer l’infrastruc- ture des pays de l’UMA et hâter la mise en œuvre des programmes maghrébins affé- rents et à coordonner la coopération ma- ghrébine. Ils ont, par ailleurs, préconisé d’accélérer les procédures finales d’insti- tution de la Banque maghrébine pour l’in- vestissement et le commerce extérieur (BMICE), afin qu’elle participe au finan- cement des projets d’intégration en matière de commerce, d’investissement, d’appui au

en matière de commerce, d’investissement, d’appui au réunion de l’UME avec la délégation euro- péenne pour

réunion de l’UME avec la délégation euro- péenne pour étudier les moyens de coopé- ration, de partenariat et de support entre les deux institutions en s’engageant à œuvrer au cours de cette année pour renforcer le partenariat avec d’autre communautés ré- gionales. Placé sous le thème «l’intégration économique: un pacte de prospérité par- tagé», le forum s’est déroulé avec la parti- cipation des cinq organisations patronales des pays de l’UMA et de plusieurs acteurs économiques et institutionnels de la région. L’Algérie était présente avec une déléga- tion de quelque 60 personnes représentant la Confédération algérienne du patronat (CAP) et le Forum des chefs d’entreprise (FCE). Les travaux ont porté sur diverses questions ayant trait à la relance de l’inté- gration économique maghrébine qui ont été discutées en sessions plénières et en ate- liers thématiques. La rencontre a été orga- nisée par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), au nom de l’Union maghrébine des employeurs (UME). Créée le 17 février 2007 à Marra- kech sous l’impulsion de l’UMA, l’UME se compose outre de la CAP, de la CGEM, du Conseil du patronat libyen (CPL), de l’Union tunisienne de l’industrie, du com- merce et de l’artisanat (UTICA) et de la Confédération nationale du patronat mau- ritanien (CNPM). Le premier Forum des entrepreneurs maghrébins s’est tenu en mai 2009, à Alger et le second en mai 2010, à Tunis.

même dispositif de défense des frontières dans le sud-ouest du pays, a procédé à la création, au cours de l’année 2013, de qua-

tre nouvelles compagnies de sécurité et d’in- tervention (CIS), deux à Bechar et les deux autres dans les communes frontalières de Béni-Ounif et Bordj Badji Mokhtar. Elles viennent s’ajouter aux autres unités de ce corps de sécurité présentes déjà sur place, a fait savoir le commandant du 3 e Comman- dement régional de la Gendarmerie natio-

nale à Bechar.

APS

développement et de création d’emploi. En outre, la déclaration a appelé à ac- tualiser la convention relative à la préven- tion de la double imposition, à actualiser la convention de coopération administrative en matière de prévention des contraven- tions douanières, à prendre des mesures pour faciliter l’échange des produits agri- coles, agro-alimentaires et produits de la mer. Les participants ont, d’autre part, ap- pelé à mettre en œuvre des projets com- muns en matière d’énergies renouvelables et à développer l’industrie maghrébine afin de créer l’emploi, stimuler la croissance et diffuser la culture de l’innovation, du dé- veloppement technique et de la diversifica- tion de l’économie. Enfin la déclaration indique qu’il a été convenu de tenir une

GENDARMERIE NATIONALE

Les vastes frontières dans le sud-ouest du pays «bien sécurisées»

Les vastes frontières dans le sud-ouest du pays, qui s’étendent sur 2.825 km, sont «bien sécurisées», a indiqué hier, le com- mandant du 3 e Commandement régional de la Gendarmerie nationale à Bechar, le géné- ral Abdessalem Z’Ghida. «Les frontières que partage notre pays avec le Mali, la Mau- ritanie et le Maroc sont sécurisées grâce à un dispositif mis en place par les Gardes frontières et l’Armée nationale populaire (ANP)», a précisé le général Z’Ghida lors de la présentation du bilan d’activités du 3 e

Commandement régional. A travers ce dis- positif, «la sécurité de l’Etat n’est pas me- nacée et quiconque portera atteinte à nos frontières, trouvera la riposte voulue», a-t-il affirmé. Le mécanisme dynamique et sta- tique mis en place, au titre du même dispo- sitif, à travers ces frontières par les forces relevant de la Gendarmerie nationale et de l’ANP, «permettra la préservation de notre pays de toutes les menaces et dangers d’où qu’ils viennent», a souligné le général Z’Ghida. Cette institution, et au titre du

COMITÉ DE LA TRANSSAHARIENNE

Un statut juridique officiel

Le Comité de liaison de la route Transsaharienne (CLRT), a signé hier à Alger, avec le ministère des Affaires étrangères un accord permettant de définir le statut juridique de ce comité sur le territoire algérien, afin qu'il puisse assurer ses missions «dans les meilleures conditions». «Cet accord de siège donnera au CLRT, basé à Alger, un an- crage et une reconnaissance officiels pour exercer ses activités dans les meilleures conditions et libérer ses comptes bloquées" par les banques en Algérie, a indiqué à l'APS Mohamed Ayadi, secrétaire général du CLRT en marge de la cérémonie de signa- ture. Lors de la création du comité en 1964, il fallait lui donner une existence officielle, à travers la ratification de son statut par les Parlements des six pays membres. Mais durant toute cette période nous n'avons pas réussi à obtenir cette ratification par l'ensemble

des Etats», a expliqué M. Ayadi. Selon lui, cette question n'était pas un problème majeur pour le CLRT, car il recevait normalement les cotisations des pays membres pour assurer ses missions liées essentiellement à la réa- lisation et le suivi de la route Transsaharienne (Alger-Lagos), a- t-il ajouté. Mais, depuis une année, les comptes du CLRT en Algérie ont été bloqués par les banques qui exigent au Comité de se doter d'un statut juridique officiel pour débloquer ses comptes, a indiqué le même responsable. L'accord de siège est un type de traité qu'une organisation in- ternationale conclut avec un Etat qu'il accueille sur son territoire afin de définir son statut juridique. Le CLRT a pour objectif l'étude et la réalisation de la Trans- saharienne entre les territoires des six Etats membres (Algérie, Tunisie, Mali, Niger, Tchad et Nigeria).

EL DJEÏCH

L’ANP, fierté du peuple algérien

«Tout en s’acquittant de ses missions constitutionnelles avec professionnalisme, fierté et dignité, l’ANP apporte sa précieuse contribution à l’édification et au dévelop- pement du pays», rappelle le mensuel El Djeïch dans son édito du numéro de février 2014, qui vient de paraître. Digne héritière de la glorieuse ALN qui a libéré le pays du joug colonial, ajoute la même publication, «L’ANP a toujours été et demeure une armée républicaine, profondément attachée à l’unité de ses rangs, à sa cohésion et à son homogénéité». La revue est ensuite revenue sur les convoitises et menaces auxquelles fait face le pays, depuis plus d’un demi siè- cle, en mettant en relief le sens de la respon- sabilité et le professionnalisme dont fait preuve cette importante institution pour ac- complir ses missions de défense de la pa- trie, de protection de ses frontières, de préservation de son intégrité et de sa sou- veraineté, et d’assurer la paix et la sécurité du citoyen. Dans ce contexte, El Djeïch a évoqué l’attaque terroriste contre le com- plexe gazier de Tiguentourine, voilà une année, et la riposte énergique et décisive de

l’ANP, qui a permis à l’Al- gérie d’éviter une catas- trophe nationale, tout en mettant en exergue sa force et sa solidité sur le terrain des opérations. L’édito d’El Djeïch liera ensuite cette opérabilité et cette compétence avérées de l’ANP à la qualité de l’instruction militaire, à la formation spécialisée, à l’intensification des ma- nœuvres et exercices mili- taires, à la coopération bilatérale et multilatérale, sans manquer de souligner l’importance accordée par l’institution militaire aux

ressources humaines et à la nécessité de leur prise en charge. Armée po- pulaire par excellence, l’ANP s’est, depuis l’indépendance, impliquée concrètement dans le développement socio économique du pays en participant à divers programmes nationaux, comme ceux du reboisement

à divers programmes nationaux, comme ceux du reboisement (plantation du barrage vert) et de la réalisation

(plantation du barrage vert) et de la réalisation d’infrastructures routières (Transsaharienne), sans oublier sa précieuse contribution au secours et au sauvetage des milliers de personnes en détresse, suite aux catastrophes na- turelles qui surviennent de temps à autre en Algé- rie. Dans ce cadre, écrit la même publication, l’ANP œuvre à la constitution d’une base industrielle so- lide afin d’offrir aux forces armées le soutien logistique dont elles au- raient besoin et de contri-

buer au développement du tissu industriel national, et par consé- quent, participer autant que faire se peut à la résorption du chômage dans le pays, à travers la création de nombreux postes d’emploi.

Mourad A.

9 e CONFÉRENCE DE L’OCI A TEHERAN

M. Ould Khelifa appelle à la conjugaison des efforts du monde musulman pour releverlesdéfismajeurs

Le président de l'Assemblée populaire nationale (APN), Mohamed Larbi Ould Khelifa, a affirmé, hier à Téhéran, que la 9 e session de la conférence de l'Union des pays membres de l'Organisation de la coopération islamique (OCI) revêtait une importance particulière face aux défis majeurs auxquels fait face le monde musulman du fait des conflits et de l'instabilité, appelant à la mobilisation des énergies et à la conjugaison des efforts pour les relever. M. Ould Khelifa a, dans une allocution, plaidé en faveur de "décisions efficaces et effectives" susceptibles d'élargir et de consolider la solidarité entre les peuples musulmans, de répondre aux exigences nouvelles et d'"unifier les positions sur les questions en rapport avec le devenir des peuples". "Quelle que soit l'ampleur des défis et des difficultés qui se posent au monde musulman, une coordination des efforts s'impose pour que la ville d'Al Qods Echarif reste parmi les priorités et une question figurant au centre des réunions régionales", a-t-il précisé. Il a réitéré le soutien constant de l'Algérie au peuple palestinien pour le recouvrement de ses terres et de ses droits inaliénables et à l'établissement d'un Etat aux frontières de 1967 "jouissant d'une pleine souveraineté avec Al Qods Echarif pour capitale". Il a, dans le même contexte, appelé à contrecarrer les tentatives israéliennes de judaïsation et de déni des chartes internationales et décisions onusiennes y afférentes. D'autre part, M. Ould Khelifa a souligné la position de l'Algérie prônant "le dialogue sérieux entre les composantes du peuple syrien afin de préserver l'unité de la Syrie, garantir sa sécurité et la prémunir de toute ingérence étrangère", rappelant que l'Algérie "n'a ménagé aucun effort pour accueillir les frères syriens sur son sol au nom de l'histoire et des relations communes". Il a réaffirmé la position ferme de l'Algérie, fondée sur le bon voisinage, la politique de non ingérence dans les affaires internes des pays et le respect de leur souveraineté, outre l'appel au dialogue pour parvenir à des solutions politiques consensuelles aux conflits nationaux, régionaux et internationaux. M. Ould Khelifa a estimé que le terrorisme transfrontalier compte parmi les phénomènes dangereux dont souffre la nation musulmane. Il rappelé "les atteintes à l'islam par les groupes extrémistes, les campagnes islamophobes menées contre l'islam et les Musulmans et l'exploitation de la déviation de certains individus et groupes". Il a également appelé "à corriger ces idées erronées, à défendre les symboles religieux et toutes les religions monothéistes qui s'accordent dans l'appel à la fraternité, à la solidarité et à la paix". Le terrorisme sous toutes ses formes, le crime transfrontalier et le trafic de drogues, sont de graves menaces pour la paix et la sécurité internationales, a-t-il souligné, appelant à lutter contre le terrorisme et à tarir ses sources de financement, à travers notamment le non-paiement de rançons aux terroristes que l'Algérie œuvre à consacrer au niveau international. L'Union des pays membres de l'OCI est forte de par la composante représentative de ses membres, ainsi que par ses compétences qui doivent être exploitées au service des intérêts suprêmes des peuples et des objectifs nobles. Il a saisi l'occasion pour évoquer la position de l'Algérie "favorable à tout ce qui est de nature à renforcer l'entente, la sécurité et la paix dans les pays musulmans", ajoutant qu'elle "est proche d'une échéance nationale importante qui aura lieu dans un climat empreint de démocratie, grâce aux réformes engagées par le Président de la République et les lois élaborées dans ce sens, à la lumière des multiples réalisations et du rétablissement de la sécurité et de la stabilité en l'absence desquelles le développement accuserait un retard et la société aurait beaucoup à perdre en termes de relations, de cohésion et de coexistence pacifique", a-t-il conclu.

ALGÉRIE - MALI

M. Bouguerra reçoit le chargé des relations extérieures du MNLA

Le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, Madjid Bouguerra, a reçu hier à Alger le chargé des relations exté- rieures du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), Ibrahim Ag Mohamed Assaleh, a- t-on appris auprès du ministère des Affaires étrangères. Cette rencon- tre entre dans «le cadre de la pour- suite des efforts engagés pour la recherche d'une solution durable à

CENTRAFRIQUE

Le MSP dénonce les violences à l'encontre des musulmans

Le Mouvement de la société pour la paix (MSP) a dénoncé hier, les violences exercées contre les Musulmans en République centrafri- caine. Les Musulmans en République centrafricaine subissent des atro- cités au su et au vu du monde entier, d'où l'urgence de poursuivre les responsables devant les tribunaux internationaux pour crimes de guerre, souligne le MSP dans un communiqué. Le mouvement a qua- lifié ce qui se passe dans ce pays de «génocide», de «nettoyage eth- nique» et de «crime contre l'humanité». Le MSP a en outre fustigé «la partialité des forces françaises, la faible intervention des forces afri- caines, l'échec de l'Union africaine et le manquement de la commu- nauté internationale à ses obligations humanitaires, ce qui a encouragé les milices criminelles à continuer leurs crimes», conclut le commu- niqué.

la crise dans le nord du Mali», pré- cise la même source.La rencontre a permis d'examiner les voies et les moyens «à même de consolider la dynamique enclenchée par les consultations exploratoires lancées en janvier 2014 à Alger entre les mouvements du nord du Mali de- vant conduire à un dialogue inter- malien inclusif», a souligné la source.

TIZI-OUZOU

Unefillettede6anstuéeparsononcle

Le quartier Louggar, communément appelé «Les Cor- beaux», de la ville de Tizi-Ouzou, a été secoué hier matin, par un horrible crime commis contre une fillette âgée de seulement six ans, a-t-on appris de sources sécuritaires. L'auteur de ce acte barbare n'est que l'oncle de la victime, âgé de 34 ans, qui lui a assené un coup de couteau au niveau du thorax la blessant mor- tellement. Le crime a eu lieu devant le portail de la maison fa- miliale de la victime, a-t-on indiqué de mêmes sources. La victime, grièvement blessée, a été évacuée par les services de la Protection civile vers le CHU Nedir-Mohamed de la ville des Genêts où elle a malheureusement rendu l'âme. L'auteur de cet abject geste contre sa nièce, mineure et innocente, a été inter- pellé par les forces de police de la 5 e sûreté urbaine. Une enquête

a été ouverte.

B. A.