Vous êtes sur la page 1sur 2

CAPAVOCAT PROCEDURE CIVILE DST n° 3 du lundi 16 août 2010

SUJET N° 1 : Dissertation
« Le principe de loyauté »

SUJET N° 2 : Commentaire de l’arrêt rendu le 18 mai 2010 par la chambre sociale de la Cour de cassation
Sur le moyen unique : Vu les articles 114, 117 et 931 du code de procédure civile ; Attendu, selon l'arrêt attaqué, que la société ABC entretien Réunion a interjeté appel d'un jugement en précisant agir en qualité de société anonyme représentée "par son directeur en exercice" ; que l'intimé a soulevé la nullité de la déclaration d'appel ; Attendu que pour déclarer l'appel irrecevable, l'arrêt retient que seul le directeur général étant habilité en vertu de l'article L. 225-56 du code de commerce à représenter "une société anonyme de type classique" envers les tiers, que l'appelante n'ayant jamais soutenu qu'il s'agissait d'une erreur ou d'une omission matérielle, et que l'irrégularité n'ayant pas été couverte avant l'expiration du délai de recours, l'appel n'avait pas été interjeté par une personne ayant pouvoir de représenter la société ABC entretien Réunion, et que ce défaut de pouvoir constituait une irrégularité de fond entraînant la nullité de l'acte d'appel ; Qu'en statuant ainsi, alors que l'indication erronée de l'organe représentant légalement une personne morale dans un acte de procédure, lorsque cette mention est prévue à peine de nullité, ne constitue qu'un vice de forme, la cour d'appel a violé les textes susvisés ; PAR CES MOTIFS : CASSE ET ANNULE, dans toutes ses dispositions, l'arrêt rendu le 9 décembre 2008, entre les parties, par la cour d'appel de Saint-Denis de la Réunion ; remet, en conséquence, la cause et les parties dans l'état où elles se trouvaient avant ledit arrêt et, pour être fait droit, les renvoie devant la cour d'appel de SaintDenis de la Réunion, autrement composée ; […]

Inquiet pour la suite des événements. Maître Lauilleur se dit alors qu’un tel rapport. Hikse. un parisien le tenant pour responsable. Hikse habite Bordeaux. l’affaire est renvoyée à la mise en état. Il en informe les parties plusieurs mois à l’avance. communiqué à la dernière minute. l’avocat de la partie adverse communique et produit un rapport d’expertise. Il n’a jamais été convoqué. Qu’en pensez-vous ? 3) Maître Lauilleur accepte de continuer à défendre M. l’assigne devant le TGI de Paris en réparation du préjudice subi. Le Bâtonnier du barreau de Bordeaux désigne alors Maître Second pour assurer la défense de M. Qu’en pensez-vous ? . il estime donc inutile de réagir à cette provocation. A sa grande surprise. il découvre avec stupeur que Maître Second est mentionné comme étant l’un des avocats de M. Maître Lauilleur soulève immédiatement l’incompétence du TGI de Paris. ce dernier demande expressément à Maître Lauilleur de continuer à assurer sa défense car il l’a trouvé jusqu’alors très bon et il a une entière confiance en lui. Tout comme son avoué. Il a eu un accident de la circulation juste à côté de chez lui et l’autre automobiliste. Hikse. L’instruction se déroule normalement et le conseiller de la mise en état décide de fixer son ordonnance de clôture à la date du 28 mai 2010. Le 15 mai 2010. Lorsque ce dernier lit les conclusions que son avocat s’apprête à faire notifier à la partie adverse. La victime n’est pas satisfaite du jugement et décide de faire appel. Hikse à 5 500 euros de dommages-intérêts. Qu’en pensez-vous ? 4) Le tribunal de grande instance décide finalement de condamner M. Toutefois. M. le rapport n’est pas écarté. Hikse. Hikse fait une demande d’aide juridictionnelle qu’il obtient assez facilement. Qu’en pensez-vous ? 2) L’affaire est finalement renvoyée devant le TGI de Bordeaux. Hikse. qui évalue son préjudice à 13 000 euros. qu’il évalue à 13 000 euros. il se demande s’il pourra contester cette décision du conseiller de la mise en état devant la Cour de cassation.SUJET N° 3 : CAS PRATIQUE 1) M. M. sera forcément rejeté par le conseiller de la mise en état. Hikse découvre ce rapport. Le Bâtonnier du barreau de Paris demande alors à Maître Lauilleur d’assurer la défense de M. Il ne veut pas entendre parler de Maître Second. à aucune réunion. il ne veut pas que Maître Second apparaisse dans les actes de la procédure comme l’un de ses avocats et demande à Maître Lauilleur de supprimer cette mention. fait par le médecin traitant de la victime. Il pensait pourtant s’être fait bien comprendre : il ne veut pas d’un autre avocat que Maître Lauilleur. Devant la cour d'appel. Pour le moins.