Vous êtes sur la page 1sur 71

- 1 -1

Sommaire

PRÉAMBULE........................................................................................................................1

OPTIMISATION MATÉRIELLE.............................................................................................2
1. LA CARTE MÈRE.................................................................................................................2
2. LE PROCESSEUR................................................................................................................2
2.1 Le choix du processeur............................................................................................2
2.2 Qu’est ce que l’overclocking ?.................................................................................3
2.3 Méthode actuelle d’overclocking..............................................................................4
2.4 Précautions...............................................................................................................5
2.5 Test du processeur...................................................................................................6
3. LE CHIPSET......................................................................................................................7
4. LES MÉMOIRES .................................................................................................................7
4.1 Les types de mémoire..............................................................................................7
4.2 Paramétrage des mémoires vives............................................................................9
5. LA CARTE GRAPHIQUE.......................................................................................................10
5.1 Le bus AGP............................................................................................................10
5.2 Le choix de la carte graphique...............................................................................10
5.3 Overclocker la carte graphique..............................................................................12
6. LES BUS ET PORTS D'ENTRÉES/SORTIES.................................................................................13
6.1 Les différents types de bus du pont sud ...............................................................13
6.2 Les différents types de bus du super contrôleur d’E/S..........................................17
6.3 Les IRQ (Interrupt Request)...................................................................................19
6.4 Le DMA (Direct Memory Access) et les adresses d’E/S........................................20
7. LES DISQUES DURS...........................................................................................................21
7.1 Choix d’un disque dur.............................................................................................21
7.2 Amélioration des performances.............................................................................21
8. LE MODEM.....................................................................................................................24
8.1 Drivers (pilotes) .....................................................................................................24
8.2 Accélérer vos téléchargements grâce à la création d’un cache supplémentaire . 24
8.3 Tampons FIFO et paramètres du port ...................................................................24
8.4 Paramètres de l'accès réseau à distance et du protocole TCP/IP .......................25
8.5 Chaîne d'initialisation .............................................................................................25
8.6 Booster le port COM...............................................................................................26
8.7 Booster l'accès aux serveurs http .........................................................................26
8.8 Configuration maximale MTU (taille de paquets IP)..............................................26
8.9 Base de registres ..................................................................................................27
8.10 Modems ADSL ....................................................................................................27
OPTIMISATION DU BIOS...................................................................................................28
1. GENERALITES..........................................................................................................28
1.1 Les fonctions du BIOS............................................................................................28
1.2 Evolution du BIOS .................................................................................................29
1.3 Flashage du BIOS..................................................................................................30
1.4 Les BIOS des cartes graphiques...........................................................................31
QUELQUES SITES CONSEILLÉS :...............................................................................................31
2. LES BIPS ET MESSAGES D’ERREUR.....................................................................32
2.1 Les bips d'ordinateur .............................................................................................32
2.2 Les messages d'erreurs.........................................................................................35
3. PARAMETRAGES.....................................................................................................38
- 2 -1
3.1 Standard CMOS Features (Fonctions standards du BIOS)...................................40
3.2 Advanced BIOS Features (Fonctions avancées du BIOS)....................................42
3.3 Advanced Chipset Features (Fonctions avancées du Chipset).............................46
3.4 Power Management Features (Fonctions d'économie d'énergie)........................49
3.5 PNP / PCI Configurations ......................................................................................51
3.6 Integrated Peripherials (Périphériques intégrés)...................................................52
3.7 PC Health Status (Etat de santé…de votre PC)....................................................54
3.8 Frequency / Voltage Control...................................................................................56
3.9 Mot de passe Superviseur / Utilisateur..................................................................57
3.10 Load High Performance Defaults / Load BIOS Setup Defaults..........................57
OPTIMISATION LOGICIELLE...........................................................................................58
1. LES UTILITAIRES...............................................................................................................58
1.1 L’organisation du disque dur..................................................................................58
1.2 Le clonage des disques..........................................................................................59
1.3 La compression de fichiers.....................................................................................60
1.4 Les outils de test de votre PC................................................................................61
2. LES OUTILS INTERNET.......................................................................................................63
2.1 L’anti-virus..............................................................................................................63
2.2 Le firewall...............................................................................................................64
2.3 Le cryptage.............................................................................................................65
2.4 Un aspirateur de site..............................................................................................65
2.5 Un éditeur de page web........................................................................................66
3. LES OUTILS MULTIMÉDIA.....................................................................................................66
3.1 Tout pour la musique…..........................................................................................66
3.2 La gravure..............................................................................................................67
3.3 …Et la vidéo...........................................................................................................68

- 3 -1
Préambule

Ce modeste document, support de cours, n'a pour but que de faire le point à l'instant présent sur
l'optimisation des micro ordinateurs de type PC. Il peut aider à faire un choix lors de l'achat de matériel
nouveau, mais aussi d'améliorer le fonctionnement d'un PC déjà ancien, par des petits réglages et
paramétrages divers, ou encore l'implantation de logiciels très utiles pour obtenir une station performante.

Beaucoup d'autres améliorations pourraient être apportées, par exemple, au niveau de la


configuration des systèmes d'exploitation (base des registres, fichiers d'initialisation ...), ce qui sera peut être
fait en cours systèmes. Néanmoins, vous trouverez parfois dans les pages qui suivent quelques bases de
recherche, preuve que chaque spécialité informatique n'est pas juxtaposée mais bien imbriquée avec celles
qui l'entourent.

Pour vous aider à parfaire vos connaissances, ce document fait référence à de nombreux sites
informatiques d'Internet, certains, à l'heure où j'écris cette page ayant pu fermer, et d'autres vu le jour.
Cependant, qu'ils soient ici remerciés pour la quantité et surtout la qualité des informations qu'ils mettent à la
disposition des néophytes comme des confirmés, leur permettant de se découvrir ou de s'affirmer dans une
passion.

- 1 -1
1
Optimisation matérielle

La carte mère, le processeur, la mémoire, le ou les disques durs, la carte graphique ou le modem
sont autant d’éléments physiques, dont le choix, lors de l'achat, est important afin d'obtenir de votre PC des
performances globales de haut niveau. Une fois votre choix effectué, il peut être nécessaire d'optimiser le
matériel acquis pour retirer de celui-ci toute sa puissance.

1. La carte mère
C'est l'élément fondamental d'un ordinateur, car son type détermine dans une large mesure les
performances auxquelles peut prétendre un PC. Or, bien souvent, pour les non initiés, ce choix passe au
second plan, au profit du microprocesseur et de son argument commercial : sa fréquence interne. Outre le
fait de loger le microprocesseur, la mémoire cache, le chipset, le Bios, la mémoire centrale, les circuits
spécialisés dans les entrées / sorties et les gestionnaires de disques durs IDE, elle a également la charge de
diriger tous les échanges de données entre le microprocesseur et ses périphériques.

En optant pour une carte mère donnée, vous choisissez aussi votre camp au niveau du
processeur. Le choix est donc délicat car de nombreux constructeurs (Asus, Acer, Gygabyte, MSI …)
proposent pléthore de cartes parmi lesquelles on a bien du mal à s'y retrouver. Voici quelques questions
permettant de faire un premier tri.

• La carte mère supporte-t-elle le microprocesseur que vous pensez utiliser ? Est-elle


évolutive vers des processeurs et/ou fréquences d'horloge et de bus supérieures ?
• Quel est le nombre de connecteurs PCI et le type d’AGP disponibles ? Plus le
nombre de connecteurs est élevé et plus les possibilités d'évolution de la carte seront
grandes.
• Quels sont les types de mémoire RAM supportés (SDRAM, DDRSDRAM ou
RDRAM suivant type de support SIMM, DIMM, et RIMM) ? Combien de barrettes
peut on mettre et pour quelle quantité maximale autorisée par la carte mère ?
• Quelle est la quantité de mémoire ″ cachable ” par la carte ?
• Combien d'interfaces IDE la carte peut-elle gérer ?
• Désire t-on utiliser des périphériques USB ou USB-2 ou encore Firewire ?
• La carte est-elle dotée de capteurs qui permettent de contrôler la température du ou
des processeurs, de la tour, et la vitesse de rotation des ventilateurs ?

Les réponses à toutes ces questions figurent dans les chapitres suivants en commençant par le
cœur de tout ordinateur : le processeur.

2. Le processeur

2.1 Le choix du processeur


C'est en effet le premier dilemme généralement rencontré lorsque l'on veut acquérir un nouvel
ordinateur.

Le CPU (Central Processing Unit) est l'unité centrale de traitement des données. Il peut y avoir
plusieurs processeurs sur une même carte mère, mais l'un d'eux est toujours le processeur central. Il
effectue des calculs et peut transmettre des données très rapidement. Pour déterminer la puissance d'un
processeur, il est nécessaire de s'intéresser aux caractéristiques suivantes :

• la fréquence d'horloge ou fréquence interne du processeur ;


• la largeur des bus (adresses et données) ;
• la fréquence externe du processeur (FSB) ;
• son architecture ;
• la tension du processeur.
- 2 -1
2
Deux principaux fondeurs sont en concurrence, Intel et AMD, qui ont développé des
microprocesseurs par séries de modèles appelées générations. Les derniers sortis sont, pour Intel le
Pentium 4, et pour AMD, l'Athlon XP. Ils existent en différentes fréquences d'horloge. Les versions bas de
gamme ont respectivement pour nom : le Celeron et le Duron.

Des paquets de données circulent entre le processeur et les autres composants de la carte mère
par l'intermédiaire de bus (8,16,32,64 bits ou plus). Principalement, c'est la largeur des bus de données et
d'adresses qui, en partie, indiquera la puissance du processeur. Mais tous ces bus, interconnectés, n'ont pas
la même largeur et n'autorisent pas la même vitesse de transfert des informations (plusieurs Gigaoctets par
seconde pour le transfert de données en RAM, contre quelques octets par seconde pour l'interface clavier).

Autre fréquence à observer, outre la fréquence interne, est celle avec laquelle le processeur va
dialoguer avec, le pont nord du chipset (voir chapitre 3). C'est ce qu'on appelle la FSB (Front Side Bus).
C'est cette fréquence qui permettra donc, via le chipset dans lequel on dénombre certains contrôleurs, un
transfert rapide de données entre le processeur et la RAM ou encore le bus AGP. Il existe un rapport entre
cette fréquence et celle servant d'horloge au processeur. Dans le paragraphe suivant nous verrons comment
le modifier afin de faire fonctionner plus rapidement le processeur.

Mais la puissance d’un processeur dépend aussi en grande partie de son architecture. C'est en fait
sa composition avec un certain nombre d'unité arithmétiques et logiques (UAL) dédiées ou non, d'unité
d'anticipation, de prédilection de branchement, et de la quantité de mémoire cache embarquée.

Tout cela n'a pu se faire que grâce à l'intégration de millions de transistors (29000 pour le 8086
jusqu'à plus de 55 millions pour le Pentium 4), avec une diminution de la largeur des pistes les reliant
(0,13µm), et l'utilisation de nouveaux procédés de fabrication (cuivre en remplacement de l'aluminium). Bien
entendu, cette miniaturisation avec la technologie actuelle n'est pas loin d'atteindre sa limite physique
entraînant une recherche intense pour trouver de nouveaux matériaux (nano-transistors, semi-conducteurs
basés sur le carbone). L'autre problème auquel se heurtent les concepteurs est la consommation d'énergie.
Deux tensions électriques sont fournis au processeur par la carte mère :

• une tension alimentant les ports d'entrées/sorties du processeur, d'une valeurtypique


de 3,3 volts ;
• une tension qui alimente le noyau du processeur (kernel voltage).

Cette dernière tension a, au fil des années, énormément diminué pour passer de 3,3 volts pour les
processeurs Socket 7, à 1,3 volts pour les Pentium 4 (Northwood) et environ 1,75 volt pour les Athlon XP.
Mais comme le nombre de transistors a considérablement augmenté, la consommation globale est à peu
près restée la même, voire supérieure, ce qui entraîne un nécessaire refroidissement. Un paragraphe y est
spécialement consacré (chapitre 2.4).

2.2 Qu’est ce que l’overclocking ?


Un processeur est prévu pour tourner à une fréquence donnée, celle à laquelle son fonctionnement
est certifié par son constructeur. Le procédé de fabrication industriel des processeurs consiste à en graver
des dizaines sur une même galette de silicium. La qualité de fabrication est testée pour chaque lot, et
suivant les résultats, chacun d’entre eux se voit attribuer une fréquence optimale de fonctionnement.

Pourtant la plupart des processeurs peuvent aller plus rapidement qu’à la fréquence certifiée. C’est
le processus d’augmentation de la fréquence que l’on appelle overclocking. En terme de performance,
l’overclocking peut faire gagner, en moyenne, 30% à votre PC (suivant les processeurs et les cartes mères).
Grâce à lui, le nombre de cycles d’horloge du processeur et le nombre d’instructions traitées par celui-ci à
chaque seconde augmentent. Certains poussent le vice, moyennant d’infinies précautions, jusqu’à multiplier
le nombre de cycles par 1,5 voire plus. Mais l’overclocking n’est pas une science exacte.

L’opération consiste à augmenter la fréquence du bus externe et / ou du coefficient multiplicateur.


Certaines cartes mères , plutôt anciennes proposent un réglage par cavaliers (jumper) ou switches.
Certaines plus modernes offrent un réglage à travers l’éditeur du BIOS, dans une section appelée CPU
setup.

Sachant que certaines cartes refusent d’augmenter le coefficient multiplicateur, tandis que d’autres
restent bloquées sur une seule FSB, la première chose à faire avant de vous lancer dans d’inévitables
expérimentations est d’aller faire un tour sur un site de référence en la matière http://www.hardware.fr qui
- 3 -1
3
vous permettra sans doute d’éviter quelques heures de galère. La documentation de votre carte mère peut
aussi vous être d’un grand secours.

Ensuite, si l’overclocking est possible, commencer par faire un test Benchmark avec Sandra ou
un utilitaire comme Burnintest ou encore WCPUID. Régler ensuite fréquence et / ou coefficient pour obtenir
la fréquence du processeur que vous désirez. Vérifier le résultat à l’aide de votre utilitaire de test en le
laissant tourner quelques heures. En cas de problème revenir en arrière.

2.3 Méthode actuelle d’overclocking


En général les processeurs modernes ne
permettent plus d’augmenter le coefficient sans une
intervention à même le processeur. On a vu, par
exemple la modification, pour les Athlon sur Slot A,
d’une combinaison de résistances. Puis AMD a
décidé d’instaurer une forme de blocage du
coefficient multiplicateur pour tous ses processeurs
de 7ème génération montés sur Socket A. Le
problème pour ce constructeur était que
l’architecture même du Socket A nécessite que le
coefficient multiplicateur soit défini en externe par le
BIOS. Pour contourner cette protection, il suffisait de
reconnecter les ponts L1 au moyen d’un stylo à
encre conductrice, ou plus simplement à l’aide d’un
crayon à mine de graphite.
Les amateurs d'overclocking vous le diront, les processeurs AMD ont toujours cet avantage de
permettre le changement de leur coefficient multiplicateur, alors que les produits Intel n'autorisent plus cette
modification depuis l'apparition des Pentium 233 MMX. Cependant, l'arrivée de l'Athlon XP rend les choses
quelques peu différentes. La technique dite du "crayon à papier" autrefois utilisée sur les processeurs Duron
et Athlon, ne fonctionne plus sur les Athlon XP. AMD a en effet rajouter quelques protections "électriques"
sur son dernier processeur qui provoque l'échec de cette technique qui avait l'avantage d'être simple et
rapide. Cette nouvelle technique d’overclocking, expliquée en détails sur le site Internet
http://www.clubic.com, est la suivante :

Il va donc falloir tout d’abord procéder à l’identification de ces fameux ponts L1.

- 4 -1
4
Une fois trouvés, la première
manipulation va consister à les "nettoyer" et pour
cela, saisir le processeur sur les bords et frotter
Ponts L1
légèrement avec une gomme les ponts concernés.
Vous allez alors vous apercevoir que chaque pont
est composé de deux points de connexion et d'une
petite crevasse qui les séparent. La première
phase pour relier les ponts L1 va consister à
remplir ces petites crevasses. De nombreux
bricoleurs préconisent de la colle forte, cependant il
semblerait que certaines colles attaquent
directement la surface du processeur.

On peut trouver sur le site HighSpeed PC un kit


complet permettant des manipulations moins risquées. Ce
kit se compose de trois fioles: l'une est réservée au
remplissage des crevasses, l'autre permet de relier les
points de connexions de chaque pont, quant à la troisième
fiole elle peut être utilisée, en cas de mauvaise
manipulation, pour nettoyer les ponts L1.
Une petite épingle et une loupe, pour un travail de précision,
complètent ce kit. Les cinq crevasses séparant les dix points
de connexion vont maintenant pouvoir être remplies, en
prenant soins de protéger les alentours des crevasses avec
quelques morceaux de scotchs pour ne laisser apparentes
que les crevasses.

On peut alors appliquer, à l'aide de l'épingle, un


peu du contenu de la fiole "Gap Filler" dans les crevasses afin qu'elles soient totalement remplies. Laisser
ensuite reposer quelques minutes, puis enlever les scotchs.

Il faut ensuite relier les ponts aux points de connexion à l'aide de la pâte conductrice "Conductive
Grease" du kit, en prenant soins de ne pas mettre, par cette manipulation, deux ponts en court-circuit. Ceci
étant fait, il ne nous reste plus qu'à tracer un "trait" fin reliant les deux points.

En cas de fausse manipulation, pas de panique, plongez un coton-tige dans la fiole "Cleaning
Agent" et nettoyez délicatement les ponts, puis réitérez l'opération.

2.4 Précautions
Un bon refroidissement est indispensable pour pratiquer l'overclocking, que ce soit pour un
processeur de carte mère ou graphique. Plusieurs éléments sont à voir.

Le boîtier, qui peut disposer d’aérations supplémentaires en face avant (pour amener de l’air
frais), et même en face arrière (pour mettre un ventilateur d’extraction de chaleur). Il est alors possible de
rajouter un gros ventilateur (8cm par défaut) afin d'amener de l'air. Le ventilateur de l'alimentation va servir à
aspirer l'air venant du boîtier et on aura alors un flux d'air constant dans celui-ci.
Le couple radiateur/ventilateur, les radiateurs passifs étant abandonnés depuis longtemps. On
trouve sur le marché de nombreux blocs avec des radiateurs plus épais et des ventilateurs plus gros ou
offrant une vitesse de rotation (et donc de brassage d'air) supérieure. Mais attention, un ventilateur peut
tourner très vite mais avoir un CFM (taux de brassage) assez bas en raison de l'inclinaison des pâles du
ventilateur. De même tous les radiateurs ne sont pas équivalents. La matière du radiateur joue énormément
sur les performances de celui-ci, et il est préférable d'avoir un radiateur en cuivre. Pour améliorer le transfert
de la chaleur du processeur vers le radiateur, après avoir nettoyé correctement la plaque du radiateur avec
par exemple de l’alcool à 90°, vous pouvez ensuite appliquer une légère couche d’une pâte thermique de
qualité (Artic Silver II ou Artic Silver Alumna) sur le core du processeur et installer le radiateur. Il existe aussi
des plaques Peltier, qui ont une grande efficacité mais présentent plusieurs inconvénients (leur prix et leur
grand dégagement de chaleur, obligeant la mise en place d’un ventilateur du type ALPHA au dessus). il
existe enfin le Watercooling, c'est à dire le refroidissement par eau. Mais là encore c'est assez cher et
différents problèmes se posent tel que la condensation.

- 5 -1
5
Pour en savoir plus sur les solutions matérielles permettant de refroidir votre PC, vous pouvez
vous connecter sur le site : http://www.isjm.com

A titre indicatif sachez aussi qu’il existe une autre manière, logicielle cette fois. Depuis plusieurs
années, et plus précisément depuis l’arrivée du système d’exploitation Windows NT, il est possible de
refroidir automatiquement le microprocesseur lorsqu’il n’est pas actif en lui envoyant des instructions de mise
en veille HLT. Pour les systèmes Windows 95,98 et Millennium qui ne disposent pas de cette facilité, il est
quand même possible de refroidir logiciellement grâce à de petits utilitaires comme Rain ou Waterfall
téléchargeables sur les sites :
http://www.processor.org (rain10.zip) et ftp://ftp.csd.uu.se/pub/users/pi (waterfall123).

2.5 Test du processeur


Il est toujours plus intéressant en terme de performances d'augmenter la fréquence de bus du
système plutôt que d'augmenter directement le coefficient multiplicateur du processeur pour la simple raison
que l'augmentation de la fréquence de bus "overclocke" l'ensemble des bus du système (mémoire, AGP ou
PCI).

Cette augmentation n'est pas sans quelques contraintes. Certains composants de votre PC ne
supporteront pas forcément les hautes fréquences. Il en est de même pour la mémoire ou le chipset. Il va
donc falloir trouver la fréquence de bus maximale supportée par votre système afin que vous puissiez jouir
des meilleures performances qui soient sans perdre en stabilité.

Pour cela, on va augmenter la fréquence de bus par pas de quelques MHz en fixant le coefficient
multiplicateur le plus petit possible. Ensuite, il faudra vérifier à chaque augmentation, avec une application
gourmande (jeu 3D par exemple) si aucun plantage ne survient. Augmentez ainsi jusqu’à obtenir le
maximum supporté par votre machine.

Une fois que vous aurez trouvé la fréquence de bus maximale que votre système supporte, il ne
vous restera plus qu'à ajuster le coefficient multiplicateur de votre processeur en conséquence. Pour cela il
faudra, en utilisant la fréquence de bus maximale supportée par votre système, augmenter par pas de 0.5 le
coefficient multiplicateur de votre processeur et tester pendant un certain temps pour être sûr de la stabilité
de votre système. En cas de plantage, revenir en arrière au précédent réglage.

Un test Benchmark avec l’un des utilitaires déjà nommés, et sur lesquels on reviendra dans la
partie consacrée à l'optimisation logicielle, vous permettra alors d’observer les améliorations de
performances obtenues par l’overclocking. Vous pouvez trouver ci dessous des exemples de résultats
obtenus pour l’overclocking d’un Athlon XP 2400+.

Fréquence Bus FSB Chipset Gain Date

2,742 GHz 196 MHz VIA KT 400 37,10% 20.01.2003

2,670GHz 178 MHz NVidia nForce-2 S/ST 33,50% 21.01.2003

2,670GHz 194 MHz NVidia nForce-2 S/ST 33,50% 21.01.2003

2,604 GHz 186 MHz VIA KT 400 30,20% 20.12.2002

2,600 GHz 200 MHz NVidia nForce-2 S/ST 30,00% 20.01.2003

2,568 GHz 171 MHz NVidia nForce-2 S/ST 28,40% 19.01.2003

2,550 GHz 170 MHz VIA KT 333 27,50% 21.12.2002

2,520 GHz 168 MHz VIA KT 333 26,00% 04.01.2003

2,505 GHz 167 MHz NVidia nForce-2 S/ST 25,25% 18.01.2003

Pour plus de renseignements vous pouvez vous connecter sur les sites suivants :
www.hardware.fr www.passmark.com www.h-oda.com www.cpuidle.de www.podien.de

- 6 -1
6
3. Le chipset
Les bus de la carte mère sont gérés par un certain nombre de contrôleurs, petits circuits conçus
pour exécuter une tâche précise. Les technologies de miniaturisation ont permis de les regrouper dans
(généralement) deux puces, appelées pont Nord et pont Sud, interconnectées par un puissant canal de lien
(link channel), formant ainsi le chipset.

Le pont Nord est dorénavant équipé d'un refroidisseur (important et très rapide transfert de
données). Il gère les échanges entre le microprocesseur qui lui est proche et, principalement, la mémoire
vive dynamique, ainsi qu'un port d'entrées/sorties : l'AGP.

Le pont sud gère un certain nombre de fonctions de contrôle (EIDE, PCI, USB et entrées/sorties
standards).

Ces dernières années, les fabricants de chipsets (VIA, SiS, nVidia, ATI, ALI et bien entendu, Intel
et AMD) ont intégré de nombreuses fonctions supplémentaires dans leurs jeux de puces :

• Cartes graphiques dans le pont nord ;


• Cartes son, Modem, réseau et Firewire dans le pont sud.

Ces fonctions n'ont pas une qualité comparable aux cartes spécifiques traditionnellement placées
dans des slots, mais permettent quand même de faire fonctionner affichage et son à moindre frais. Parfois,
les fabricants offrent un modèle "haut de gamme", incluant un contrôleur RAID et/ou un contrôleur SCSI.

4. Les mémoires

4.1 Les types de mémoire


Comme nous venons de le voir, le processeur travaille de plus en plus vite avec, la mémoire vive
dynamique Ram comme principal interlocuteur. Le problème est que cette mémoire ne peut pas suivre la
fréquence interne du processeur (jusqu'à 7,5 fois plus importante dans l'exemple de la page 5), et que ce
dernier ne peut passer le plus clair de son temps à attendre. La solution adoptée depuis la génération des
80486 d'Intel est d'interposer entre la mémoire dynamique et les registres internes du processeur (mémoires
les plus rapides existantes) de petites mémoires intermédiaires tournant à plus haute vitesse (le cache).
Pourtant malgré leur utilisation, le processeur n'exploite en moyenne que 35% de ses cycles d'horloge.

4.1.1 La mémoire cache


Il existe des caches de plusieurs niveaux (jusqu'à 3 dans l'Itanium d'Intel pour des tâches
serveur spécifiques), les deux premiers étant maintenant intégrés dans le processeur. Des paquets
de données vont donc être échangés :

• Entre les registres du processeur et la mémoire cache de niveau 1.


• D'un registre à un autre.
• D'un cache d'un certain niveau à un autre niveau.
• De la mémoire cache à la mémoire dynamique sous la responsabilité d'un contrôleur
de cache se trouvant dans le pont Nord d'un chipset.

La mémoire cache de niveau 1 tourne à la fréquence du processeur et a une taille qui a


évolué de 8 à 64 et même 128 Ko. La particularité de ce cache est d'être parfois (chez AMD)
scindée en deux parties (données et instructions) évitant ainsi la redondance de données. Chez
son concurrent, Intel, la mémoire cache a une taille moins importante, mais la largeur du bus
interne est quatre fois plus large.

La mémoire cache de niveau 2 est plus grande (en général 256 ou 512 Ko). Du fait de sont
éloignement du noyau du processeur, elle n'est pas aussi rapide que celle de niveau 1, mais plus
rapide que la DRAM.

- 7 -1
7
Leur relative faiblesse au niveau de la capacité s'explique par leur coût plus important, du
fait de la nécessité d'utiliser 6 transistors par bit contre un seul pour la DRAM. Néanmoins, grâce
aux progrès des procédés d'intégration (0,13µm), leur capacité ne cesse de croître et plus la
quantité de mémoire cache est élevée, meilleure est la performance des processeurs.

4.1.2 La mémoire dynamique


Sans une mémoire RAM suffisante, nombre d’applications de votre PC peuvent être
ralenties ou même planter votre système. L'avantage d'une quantité suffisante de RAM est que
vous évitez le swapping. En effet, quand Windows n'a plus assez de mémoire de libre, il essaye de
compenser le manque de mémoire en créant sur le disque dur une "extension" de mémoire
appelée fichier swap, qui est beaucoup plus lente. Le manque de mémoire peut donc ralentir
considérablement un PC. Remarque : La quantité de RAM doit aussi correspondre au système
d'exploitation implanté. Aujourd’hui 256 Mo de RAM constitue un minimum (sachant que Windows
XP utilise déjà 128 Mo pour lui seul).

64 Mo 128 Mo 256 Mo 512 Mo


Windows 98    -
Windows 2000 -   
Windows XP -   

Bien entendu votre carte mère ne peut recevoir


n’importe quel type, ni n'importe qu'elle quantité de
mémoire. EDO pour les plus anciennes, SDRAM pour
les PC de la fin du millénaire précédent, DDRSDRAM
ou Rambus pour les dernières nées. Outre le type de
mémoire, il faut aussi compter sur la fréquence
d’échange de données avec le processeur.

C’est ainsi que l’on distingue les barrettes:

• PC66, PC100, PC133, PC143 et PC166


pour la SDRAM, utilisant des bus 66,100,
133, 143 et 166 MHz ;
• PC2100, PC2400, PC2700,PC3000 et
PC3200 pour la DDRSDRAM, utilisant des
bus 133,150,166,183 et 200 MHz ;
• PC600, PC700, PC800 et PC1066 pour la
Rambus utilisant des bus de 300, 356,
400, 533 MHz.

Par ailleurs on a également le choix entre les


produits "sans marque" et ceux proposés par des
fabricants plus connus, qui ne sont pas au même prix ,
mais qui laissent craindre quelques problèmes, au dire de certains revendeurs ayant constaté un
retour plus important de barrettes de mémoire génériques (surtout en DDRSDRAM).

4.1.3 Augmentation de la capacité


Le choix étant fait, il ne vous reste plus qu’à les installer et en règle générale cela ne prend
que quelques minutes. Eteignez votre ordinateur et débranchez les câbles (surtout celui
d’alimentation). Otez le capot et, précaution importante, prenez soin de toucher un objet métallique
relié à la terre pour vous décharger de l’électricité statique.

Les cartes mères disposent de plusieurs connecteurs, dont le nombre varie, chargés de
recevoir les barrettes mémoires. Les informaticiens appellent ces emplacements des " bancs de
mémoires " (Bank ou Row) et leur position peut varier suivant les cartes mères. Bien souvent ces
supports (SIMM, DIMM, ou RIMM) sont cachés derrière des câbles plats en nappe qu’il faut écarter
ou même débrancher en prenant soins de bien repérer leur position.
- 8 -1
8
Les barrettes mémoire DIMM sont fixées à leurs deux extrémités par de petits leviers qui se
referment automatiquement lorsque la barrette est enfoncée. Pour les barrettes SIMM, positionner
celles-ci en biais et les faire basculer délicatement vers les deux petits clips qui se trouvent à
chaque extrémité du support. Une fois positionnées, rebrancher tous les connecteurs, refermer
l’unité centrale et mettre sous tension pour vérifier soit par le BIOS, soit par votre système
d’exploitation que la quantité totale de DRAM est bien reconnue.

4.2 Paramétrage des mémoires vives


Il ne sert à rien d’augmenter la quantité de mémoire vive, si l’on ne prend pas quelques
précautions pour en optimiser l’usage. Souvent Windows renâcle à utiliser la mémoire vive au profit de la
mémoire virtuelle du disque dur.

Il est possible, sous W98/Me de forcer l’utilisation de toute la RAM disponible, par le système
d’exploitation (System.ini), et d’y vérifier l’usage de la mémoire (moniteur système). Pour nettoyer la
mémoire, on peut utiliser un utilitaire spécifique comme WinRAMBooster ou MemTurbo.

Par ailleurs, lorsque Windows ne dispose pas d’assez de mémoire, il utilise de la mémoire virtuelle
qui est un fichier implanté sur le disque dur qui simule de la mémoire vive. Par défaut la taille de ce fichier
d’échange est fixée en fonction des besoins en mémoire du système. C’est une stratégie intéressante,
quoique ralentissant le fonctionnement du PC, avec malheureusement, après un usage prolongé, des
performances encore plus réduites du fait de la fragmentation de ce fichier sur le disque. La solution est, en
fait, de créer un fichier permanent et défragmenté (sauf pour les disques récents Ultra DMA ou une
configuration SCSI, pour lesquels il est inutile de se soucier du paramètrage).

Par ailleurs, comme nous allons le voir dans un prochain chapître, le paramétrage des temps
d’accès par le BIOS peut optimiser le fonctionnement des mémoires. Pour cela, ne pas régler Configure
SDRAM Timing sur l’option SPD pour pouvoir effectuer des modifications sur SDRAM CAS# Latency,
Row Precharge Time, RAS Pulse Width, et RAS to CAS Delay,

De nombreux renseignements complémentaires peuvent être obtenus sur les sites suivants :

• www.totalidea.de
• www.memturbo.com

- 9 -1
9
5. La carte graphique
Elle peut être interne (intégrée au chipset) ou externe (enfichée sur un slot) et permet de
transformer des données venant de programmes en représentation graphique affichable à l'écran.

5.1 Le bus AGP


C'est un port d'entrées/sorties très spécial conçu par Intel pour les cartes graphiques. Pendant
longtemps celles-ci étaient connectées au bus ISA, puis PCI, qui géraient aussi d'autres unités d'E/S
provoquant parfois des embouteillages. En créant un bus spécialisé, son implantation passant du pont Sud
au pont Nord, cette nouvelle architecture permet un accès optimal à la largeur de bande exigée notamment
par les applications 3D. Par ailleurs elle allège la circulation de données par le port PCI.

La technique employée pour l'AGP repose sur une structure de bus basée sur un bus PCI à
horloge doublée. Elle permet d'exploiter la RAM de la carte mère pour le cache texture (c'est à dire l'arrière
plan) utilisé notamment pour les jeux. Ce système appelé DIME (Direct Memory Execute) permet d'ajouter à
la mémoire de la carte graphique, la mémoire RAM de la carte mère.

Processeur

FSB

Bus
RAMDAC Avant

Bus Pont
Carte graphique AGP Nord DRAM
RAM Cache
graphique DIME
Texture
(4-128 Mo)

La première version du bus AGP (1X) offrait une largeur de bande de 254 Mo/s. La version 4X est
aujourd'hui standard, avec un doublage d'horloge permettant un débit de 1,016 Go/s. La 8X a fait récemment
son apparition permettant d'atteindre une largeur de bande de plus de 2 Go/s. On parle également d'AGP
Pro qui est un standard différent, permettant de fabriquer des cartes équipées d'accélérateurs graphiques
très puissants, et où la tension d'alimentation fournie est augmentée, permettant l'obtention d'une puissance
pouvant atteindre 110 watts (contre 25 pour carte graphique ordinaire). Pour compléter votre information sur
ce sujet, vous pouvez consulter le site : http://www.tomshardware.com.

5.2 Le choix de la carte graphique


5.2.1 Le mode d'affichage
Les cartes d'affichage actuelles peuvent travailler en mode texte ou en mode graphique. Le
mode texte est utilisé par exemple, pour taper des commandes après le prompt avec des systèmes
d'exploitation comme MS-DOS ou UNIX. Il permet de les afficher sur un écran contenant 25 lignes
de 80 caractères. En mode graphique, les informations ne sont plus des caractères, mais des
points colorés sur une matrice plus ou moins grande en fonction de la résolution d'affichage
choisie, ce qui sollicite beaucoup plus les ressources de la carte graphique. A titre d'exemple, pour
remplir la totalité d'un écran de 1024 x 768 points, il faut adresser 786432 pixels.

- 10 -1
10
Les résolutions d'affichage couramment employées sous Windows utilisent un rapport 4:3.
Tous les constructeurs d'écrans en proposent, compatibles avec ce rapport d'affichage, les
résolutions les plus couramment employées étant :

• 640 x 480 points ;


• 800 x 600 points ;
• 1024 x 768 points ;
• 1152 x 864 points ;
• 1600 x 1200 points.

5.2.2 La profondeur des couleurs (color depth)


Dans un mode d'affichage graphique, des bits de données représentent la couleur affectée à
chaque pixel. Plus leur nombre est élevé, plus on a de possibilités d'affichage de couleurs
différentes. Le tableau ci-dessous indique le nombre d'octets par pixel nécessaires pour accéder
aux modes d'affichage les plus courants.

Nombre de couleurs Nombre d'octets Mode d'affichage


affichables
16 0,5 VGA Standard
256 1 256 couleurs
65536 2 High Color
16777216 3 True Color 24 bits
16777216 4 True Color 32 bits

5.2.3 Le taux de rafraîchissement


Les informations affichées sur l'écran ont tendance à s'effacer rapidement. Aussi, pour
assurer la stabilité de l'image, la carte graphique affiche plusieurs fois par seconde les mêmes
informations. Cette fréquence ou taux de rafraîchissement se mesure en Hertz. Il faut toujours
opter pour la plus grande valeur commune entre la carte et l'écran, en sachant que le confort visuel
exige au moins 65 Hz, et qu'il ne faut jamais dépasser la fréquence maximale supportée par l'écran
(risque de pannes irréversibles).

- 11 -1
11
5.2.4 Le RAMDAC
Toutes les cartes graphiques sont dotées de mémoire dans laquelle elles stockent des
caractères ou la couleur des pixels à afficher. Ce sont des données numériques qui pourraient être
directement employées avec certains écrans modernes. Mais les industriels continuent à fabriquer
des écrans qui ne sont capables d'interpréter que des signaux analogiques. Il est donc nécessaire
d'opérer une conversion grâce à un circuit spécialisé appelé RAMDAC (Random Access Memory
Digital Analog Converter). Sa célérité est déterminante par rapport au taux de rafraîchissement, à
la résolution et au nombre de couleurs affichables.

Des indications du tableau ci-dessous sont tirées de l'excellent site http://www.pcguide.com


et permettent de déterminer la vitesse (en MHz) du RAMDAC en fonction de la résolution
d'affichage et de la fréquence de rafraîchissement. Les données ont été majorées par un facteur
multiplicatif de 1,32 pour tenir compte du retour de balayage.

43,5 Hz 60 Hz 72 Hz 80 Hz 85 Hz 90 Hz 100 Hz
320x200 3,7 5,1 6,1 6,8 7,2 7,6 8,4
640x480 17,6 24,3 29,2 32,4 34,5 36,5 40,6
800x600 27,6 38,0 45,6 50,7 53,9 57,0 63,4
1024x768 45,2 62,3 74,7 83,0 88,2 93,4 103,8
1280x1024 75,3 103,8 124,6 138,4 147,1 155,7 173,0
1600x1200 110,2 152,1 182,5 202,8 215,4 228,1 253,4

Il est possible de tester la célérité d'une carte graphique grâce des utilitaires comme
VIDSPD40 ou Speed310 téléchargeables gratuitement sur http://optimize.bhcom1.com.

5.2.5 La mémoire vidéo


Toutes les cartes en sont équipées car elle permet de stocker les données à afficher. La
quantité nécessaire (en MHz) pour pouvoir accéder aux modes d'affichage Windows classiques est
résumée dans le tableau qui suit. Le choix se fait aussi dans les "propriétés de l'affichage", onglet
"paramètres".

256 couleurs High Color True Color 24 bits True Color 32 bits
640x480 0,5 1 1 2
800x600 0,5 1 2 2
1024x768 1 2 4 4
1280x1024 2 4 4 6
1600x1200 2 4 6 8

Depuis quelques années sont apparues des cartes spécialisées dans l'affichage 3D,
soulageant grandement la carte vidéo traditionnelle tout en augmentant la finesse et le réalisme de
l'affichage. Elles fonctionnent grâce à un processeur cadencé à plus de 250 MHz, utilisent 128 Mo
de RAM et un RAMDAC ayant une fréquence aux environs de 350 MHz. Certaines offrent une
décompression entièrement matérielle du format MPEG-2 et des modes d'affichage anti-aliasé qui
éliminent les effets de crénelage apparaissant notamment avec les jeux 3D. Les deux principaux
constructeurs, qui déclinent chacun toute une série de cartes de plus en plus performantes, sont
ATI (Radéon) et nVidia (GeForce).

5.3 Overclocker la carte graphique


Si accélérer un processeur n’a plus de secret pour beaucoup, sachez que les cartes graphiques,
bien que de plus en plus performantes, doivent pouvoir l’être tout autant.

Pour la 3Dfx équipée de chipset Voodoo, il suffisait d’entrer dans le fichier autoexec.bat et d’y
insérer la commande : SET SST_GRXCLK=XX (ou XX était un paramètre de fréquence) pour la booster de
façon spectaculaire. Cet exemple, en guise de préambule, indique que l’on ne manipule plus physiquement
des composants électroniques mais que c’est par l’introduction de commandes ou par le téléchargement de
petit logiciels que l’on agit sur le processeur de la carte graphique.

- 12 -1
12
Pour fonctionner, celle-ci a besoins de pilotes qui vont donner accès à tous ses composants et
tous ses registres. On utilise donc des méthodes différentes, plus subtiles et ne s’attaquant pas directement
à une augmentation sauvage de la fréquence de fonctionnement, mais en se contentant de jouer sur des
temps d’accès, de mémoire, de temps de latence. Enfin, l’optimisation est obtenue pour une marge
représentant un gain de 2 à 3% entraînant parfois une surchauffe et quelques plantages.

Pour procéder à l’overclocking, il faut d’abord identifier de manière précise le type de processeur
équipant la carte graphique grâce à la documentation, à un logiciel spécifique dont l’existence peut être
révélée par le web ( http://www.fastgraphics.com ) ou encore en utilisant un logiciel d’overclocking comme
PowerStrip ( http://www.entechtaiwan.com ) qui reconnaît à peu près tous les modèles. Une fois téléchargés,
les logiciels deviennent alors accessibles et l’optimisation peut alors se faire…avec plus ou moins de
bonheur.

6. Les bus et ports d'entrées/sorties


Il existe une très grande diversité de ports, unités et normes d'entrées/sorties qui confèrent aux PC
une très grande souplesse (jusqu'à quand ?… vu la tendance d'intégration de nombreuses fonctions sur la
carte mère) et une possibilité d'évolution pratique. Ces différents ports, se connectent sur le pont Sud du
chipset apparu en 1987 pour permettre le raccordement des unités lentes qui ne pouvaient plus suivre les
fréquences d'horloge en constante augmentation des processeurs .

Auparavant, chaque unité avait son propre contrôleur monté sur la carte mère, mais c'est
maintenant le pont Sud, accompagné d'un petit Super contrôleur d’E/S qui les regroupe.

6.1 Les différents types de bus du pont sud

AGP

PCI

ISA

- 13 -1
13
Au cours des années, plusieurs types de bus, différents dans leurs performances comme dans
leurs connexions (slots ou connecteurs), ont vu le jour. Ils sont (ou ont été) utilisés pour y brancher des
cartes d’extension ou des câbles sur lesquels circulent des données provenant de périphériques internes
comme disques durs, lecteurs de CD-Rom ou de DVD-Rom.

• Le bus ISA, qui date des années 80, etait utilisé il n'y a pas encore si longtemps.
Composé de 62 canaux d'informations, il permettait de relier à la carte mère diverses
cartes 8 bits peu rapides. 36 canaux supplémentaires apparaissent avec la version
16 bits qui fonctionne à la même fréquence que son prédécesseur (8,33 MHz).

Côté composants

A1 A31 C1 C18

B1 B31 D1 D18
Côté cuivre

• Les bus MCI, et EISA à 32 bits qui ont rapidement disparu du fait de leur fréquence
de fonctionnement identique à celle des bus ISA.
• Le bus VESA ou VLB à 32 bits aussi, mais avec la particularité d'être branché
directement sur le bus externe du microprocesseur. Une version à 64 bits
fonctionnant à 50 MHz fut finalement remplacée par le bus actuel : le bus PCI.

Côté composants

A1 A45 A48 A58

B1 B45 B48 B58


Côté cuivre

• Les bus PCI, créé en 1993 par intel, est un peu plus rapide et toujours omniprésent
sur les cartes mères actuelles. Avec au début des données codées sur 32 bits pour
une vitesse maximale de 33 MHz, il est rapidement passé à 32bits avec une
fréquence de 66 MHz permettant un débit de 264 Mo/s, pour atteindre une version
PCIX de 64 bits pour 133 MHz. Un des gros avantages du bus PCI est de permettre
aux périphériques qui en sont capables de prendre le contrôle du bus dans le but
d'accélérer le transfert des données. Contrairement au bus VLB, le PCI tourne en
asynchrone. La norme Plug and Play fait partie des spécifications PCI, c'est à dire
- 14 -1
14
que toutes les cartes PCI sont autoconfigurables. L'objectif est d'obtenir un système
où il suffit de connecter un périphérique pour qu'il soit reconnu. Au démarrage, une
communication est établie entre le contrôleur PCI et chacun des périphériques.
Chacun d'entre eux informe le bus de l'adresses d'interruption (IRQ) sur laquelle elle
peut fonctionner et le bus lui attribue des ressources. Le périphérique est alors
automatiquement configuré. Néanmoins, pour qu'il puisse être utilisé par le système,
il est nécessaire d'installer des pilotes.

Carte PCI Universelle 32/64 bits

Côté composants

32bits 64 bits optionnel

B1 B11 B14 B49 B52 B62 B63 B94

• L’interface EIDE (Enhanced Integrated Drive Electronics), est basée sur la norme
IDE, qui s’appelle en fait ATA (AT Attachement). Elle est principalement utilisée par
les disques durs,les lecteurs de CD-Rom et de DVD-Rom internes. C’est un
ensemble de contrôleurs placés à la fois dans le pont sud du chipset et dans les

Encoche de détrompage
1

40
20
périphériques s’y rattachant par l’intermédiaire d’un câble à quarante conducteurs.
Cette interface permet de connecter jusqu’à quatre unités par contrôleur. Pour cela le
système possède deux canaux (primaire et secondaire) pouvant chacun accueillir
deux périphériques (un maître et un esclave), configurable par cavalier en face
arrière. Pour faire dialoguer ensemble la carte mère et le périphérique on utilise un
protocole. Celui-ci existe en plusieurs versions avec compatibilité descendante. Le
tableau ci-dessous vous montre la vitesse de transfert théorique maximum pour
chaque version de protocole.

Protocole Transfert théorique maximum


PIO3 13,3 Mo/s
PIO4 16,6 Mo/s
Ultra DMA (ATA/33) 33 Mo/s
ATA/66 66 Mo/s
ATA/100 100 Mo/s
ATA/133 133 Mo/s

Bien que peu de disques durs puissent transmettre plus de 60 Mo/s de données, un
débit théorique important peut s’avérer très utile notamment lorsqu’il est nécessaire

- 15 -1
15
par exemple de brancher deux disques durs sur un même canal, ceux-ci pouvant
utiliser une grande largeur de bande pendant un court instant. En fait le système
possède un contrôleur par canal et sur chacun d’eux c’est le périphérique le plus lent
qui réglera la vitesse de transfert des données, d’où une attention toute particulière à
observer sur la manière de brancher les différents périphériques. A noter qu’à partir
de l’ATA 66, le nombre de fils conducteurs a pu être multiplié par deux (présence
d’un fil de masse entre chaque conducteur de données) pour réduire les parasites
électriques. A noter l’existence de cartes mères équipées de contrôleurs
supplémentaires permettant de connecter jusqu’à 8 unités EIDE.

• Avec l’interface Serial ATA, le succésseur du système EIDE, on remplace les câbles
plats par un câble fin à quatre conducteurs plus facile à manier et permettant une
meilleure circulation d’air dans l’unité centrale. La toute première largeur théorique de
bande est de 150 Mo/s, mais déjà on annonce une vitesse de transfert possible de
600 Mo/s avec le Serial ATA3, ce qui promet de nouvelles technologies de disques
durs dans les années à venir. Actuellement limités théoriquement à 128Go (2 28) par
l’EIDE, on voit pourtant apparaître sur le marché des disques de capacité plus
importante, utilisables grâce à la gestion faite par un système d’exploitation comme
Windows XP (fonction 48 bits LBA) qui, dans de nombreux cas pose quand même
des problèmes qui sont résolus avec l’utilisation du Serial ATA.
• Le SCSI (Small Computer System Interface) est une technologie surtout utilisée dans
les PC haut de gamme. Grâce à un contrôleur puissant, parfois intégré à la carte
mère, utilisant un protocole intelligent, le bus SCSI permet de transférer jusqu’à 160
Mo/s. Néanmoins, son intégration ou l’adjonction d’une carte sur port PCI, a un prix.
Celui-ci, ajouté à celui des périphériques, et aux progrés effectués par ses
concurents (EIDE et surtout Serial ATA) font qu’il a perdu beaucoup de son
importance, pour n’être plus réservé qu’à de puissantes station de travail ou des
serveurs.
• La nouvelle interface de type SCSI (ou plutôt extension) s’appelle Firewire (IEEE
1394). C’est un bus sériel breveté par Apple (ce qui explique sa relativement faible
implantation par les constructeurs de chipset) permettant un transfert maximum de 50
Mo/s. La connexion d’un maximum de 63 périphériques à chaud par l’intermédiaire
d’un câble d’une longueur de 4m50 est possible. Sa principale utilisation, vu son haut
débit, est son branchement sur les camescopes numériques pour le transfert des
prises de vue vidéo.
• Créée au départ pour les périphériques lents, la norme d’entrées/sorties USB
(Universal Serial Bus), moins coûteuse, mais aussi moins rapide (1,5 Mo/s pour la
version 1.1 et jusqu’à 40 Mo/s pour l’USB 2.0), présente quand même beaucoup
d’avantages : les 127 périphériques connectables par l’intermédiaires de hubs USB,
pas de configuration d’IRQ (sera expliqué dans un chapitre suivant), connexion à
chaud, enfin le très grand nombre de périphériques (utilisables aussi sur les
Macintosh) conçus depuis 1999 pour utiliser cette norme. Le câble USB à quatre
conducteurs a une longueur maximale de 5 mètres et il permet d’alimenter les
périphériques qui en ont besoin. Dans sa version 2.0 il se présente comme le grand
concurent du Firewire.
• Enfin autre amélioration prévisible dans les mois à venir, avec une norme qui va être
utilisée, dans un premier temps, parallèlement à l’interface PCI, mais qui
probablement ensuite la remplacera ainsi que l’AGP. C’est un bus entièrement
nouveau sur lequel travaille un groupement d’importantes sociétés (Intel, IBM, Apple,
…). PCI Special Interest Group développe le successeur du bus PCI appelé 3GIO
(Third Generation I/O). Ce bus sera très puissant, utilisant un grand nombre de
canaux, chacun d’une largeur de bande de 300 Mo/s. Il fonctionnera sur la base
d’une architecture sérielle, ce qui permettra de développer des ensembles plus petits
donc moins coûteux. Des renseignements complémentaires peuvent être obtenus sur
le site : http://www.pcisig.com.

- 16 -1
16
6.2 Les différents types de bus du super contrôleur d’E/S
Le super contrôleur E/S est présent sur toutes les cartes mères ayant les tâches peu exigeantes
du pont sud et très précisément définies. C’est une puce ayant une architecture LPC (Low Pin Count) de 128
broches, reliée au pont sud par un bus à basse vitesse. Elle est standardisée et fabriquée principalement par
Winbond et ITE. Ses fonctions sont les suivantes :

Contrôleur Description
COM Port série
Fan Gestion de la ventilation
FDC Contrôleur de disquette compatible 82077
Game Joystick
KBD Contrôleur de clavier compatible 8042
LED Gestion des diodes lumineuses du boîtier
LPT Port parallèle
PS/2 Port série
UART Ports sériels, contrôleur compatibles 16550 dont IR

6.2.1 Les ports sériels


Les PC actuels sont équipés d’au moins un port sériel asynchrone. Cela signifie que les
données sont transmises à intervalles irréguliers, la transmission se faisant au rythme du
destinataire. Il n’y a pas d’horloge commune pour gérer la cadence de transmission, mais un
protocole définissant la taille des paquets à émettre et recevoir. Ce travail est effectué par une
puce UART (Universal Asynchronous Receiver/Transmitter) intégrée au super contrôleur
d’entrées/sorties. Elle convertit les données parallèles en série, formant des paquets par exemple
de 8 bits, y ajoute un ou deux bits d’arrêt, et éventuellement un ou deux bits de parité. Le ou les
ports sériels sont communément appelé COM et se présentent sous la forme de connecteurs DB9
ou DB25 mâles. Le protocole d´une telle interface est très simple, la communication série requière
trois fils : un fil pour transporter les signaux à émettre, un autre les signaux à recevoir et enfin un fil
de masse pour référencer les signaux. On pouvait y brancher souris et modem. Le brochage par
exemple d’une DB9, issu de "The Hardware Book", vous est donné ci -dessous.

9 PIN D-SUB MALE sur le PC.

Pin Name Dir Description


1 CD Carrier Detect
2 RXD Receive Data 1 5
3 TXD Transmit Data
4 DTR Data Terminal Ready
5 GND System Ground
6 DSR Data Set Ready
7 RTS Request to Send 6 9
8 CTS Clear to Send
9 RI Ring Indicator

Pour remplacer la prise DB9, dans son utilisation avec la souris, est apparue une autre prise
sérielle appelée PS/2 (Nota : La prise DIN du clavier a aussi été changée en PS/2).

6 PIN MINI-DIN FEMELLE (PS/2 STYLE) sur le PC.


Pin Name Dir Description
1 DATA Key Data
2 n/c - Not connected
3 GND Gnd
4 VCC Power , +5 VDC
5 CLK Clock
6 n/c - Not connected

- 17 -1
17
Ces deux ports ont tendance à disparaître au profit du port USB, auxquels souris et modem
peuvent aujourd’hui se connecter. Par contre, au niveau du gestionnaire de périphériques, le
système d’exploitation continue à créer deux ports COM virtuels, ce qui veut dire, par exemple,
qu’un programme d’appel Internet peut utiliser l’unité USB exactement comme s’il s’agissait d’un
port COM physique dans le cas d’un branchement de modem RNIS connecté par USB.

6.2.2 Le port parallèle


Tout comme le port série, le port parallèle est très répandu et son utilisation est encore très
large de par sa vitesse, son coût et sa large intégration. Il se présente sous la forme d´un
connecteur DB25 femelle appelé aussi LPT, et a été conçu plus spécialement pour pouvoir relier
une imprimante au PC. D´ailleurs, il n´est pas difficile de s´apercevoir que la plupart des
caractéristiques des pattes d´un connecteur de cette interface ont une fonction en relation étroite
avec ce type de périphérique.

25 PIN D-SUB FEMALE at the PC.

Pin Name Dir Description


1 /STROBE Strobe
2 D0 Data Bit 0
3 D1 Data Bit 1
4 D2 Data Bit 2
5 D3 Data Bit 3
6 D4 Data Bit 4
7 D5 Data Bit 5
8 D6 Data Bit 6
9 D7 Data Bit 7
10 /ACK Acknowledge
11 BUSY Busy
12 PE Paper End 13 1
13 SEL Select
14 /AUTOFD Autofeed
15 /ERROR Error
16 /INIT Initialize
17 /SELIN Select In 25 14
18 GND Signal
Ground
19 GND Signal Ground
20 GND Signal Ground
21 GND Signal Ground
22 GND Signal Ground
23 GND Signal Ground
24 GND Signal Ground
25 GND Signal Ground

Ce port parallèle peut fonctionner selon 3 mode ou protocoles qui sont :

• Le mode SPP. Mode de base, le mode SPP (Standard Parallel Port) est le protocole
de base permettant l´envoi de données vers une imprimante. Il peut être appelé dans
ce cas "Printer mode" ou "unidirectionnel mode" ou encore "Centronics" (nom
également attribué au cordon reliant le PC aux imprimantes). Depuis, le SPP est
devenu capable d´envoyer et de recevoir. Il peut donc être bi-directionnel. On le
retrouve alors sous des appellations "Bi-directionnal mode" ou simplement « SPP ».
C´est le protocole le plus simple, mais la vitesse de transmission maximale que l´on
peut espérer obtenir avec un tel port est de l´ordre de 150 ko/s.
• Le mode EPP. En 1991, Xircom, Zenith et Intel ont développé un port plus rapide
appelé Enhanced Parallel Port (EPP). Il permet d´atteindre un débit théorique de 2
Mo/s, soit un débit environ treize fois supérieur au SPP. Si ce débit reste inférieur à
celui des bus ISA ( 8Mo/s ), il permet néanmoins l´échange de données avec des
périphériques tels que les lecteurs de CD-ROM ou les disques durs. Le protocole
EPP est lui explicitement bi-directionnel. Il constitue un "vrai" protocole de

- 18 -1
18
communication bi-directionnel alors que le SPP reste un protocole "bricolé" lorsqu´il
est bi-directionnel.
• Le mode ECP. Le plus récent de ces modes est l´Extended Capacity Port (ECP). Il a
été conçu par Hewlett Packard et Microsoft. Il dérive fortement d´ailleurs du mode
EPP et en possède les mêmes caractéristiques, avec toutefois des fonctionnalités
supplémentaires, comme la gestion des périphériques "Plug and Play", l´identification
de périphériques auprès de la machine dès le début du boot, le support du DMA
(Direct Memory Access). Ainsi, il est possible d´envoyer ou de recevoir des données
sans avoir besoin du processeur. Une autre fonction intéressante : ce protocole
comprime les données, selon une compression RLE (Run Length Encoding -
compression des répétitions d´octets) au niveau matériel. Le taux de compression
peut atteindre 64:1. Ceci est utile avec des périphériques comme des scanners et
des imprimantes où une grande partie des données est constituée de longues
chaînes répétitives. Il utilise aussi un "buffer" de type FIFO pour envoyer et recevoir
des données. Enfin, l´adressage des périphériques se fait par un numéro de canal.
Par exemple, un fax muni d´une liaison parallèle peut être utilisé comme scanner,
modem/fax et imprimante, chaque fonction pouvant être adressée séparément. Ce
système d´adressage ne permet pas d´utiliser des périphériques différents. On est
limité à l´utilisation d´un périphérique multifonction, chaque fonction ayant une
adresse.

6.3 Les IRQ (Interrupt Request)


Pour gérer la circulation des données sur un bus d’E/S, on utilise un système appelé IRQ
(Interrupt Request) ou demande d’interruption. Il en existe de deux types : les interruptions logicielles qui
servent à appeler un très grand nombre de routines du BIOS et les interruptions matérielles qui sont utilisées
par les unités d’E/S. L’IRQ est en fait un signal qui prévient le processeur qu’une unité demande la parole.
Les IRQ sont gérés par des PIC (Programmable Interrupt Controller). La figure ci-dessous vous montre
comment sont réparties les demandes d’interruption sur ce contrôleur, la priorité étant inversement
proportionnelle au numéro de l’IRQ, et il existe 15 branchements possibles, au delà desquelles les
interruptions peuvent être partagées, avec cependant parfois (très rarement), une possibilité de conflit. De
part le BIOS, il est possible de changer l’attribution de certains IRQ.

Bus d'adresses
Bus de données
Bus de contrôle
Micro-

Timer 0 – H. sys. IRQ0 INTR processeur


Contrôleur clavier IRQ1
IRQ2
INTA
COM2 IRQ3 PIC Contrôleur
COM1 IRQ4
IRQ5 maître
Son / LPT2 de bus
Disquettes IRQ6
LPT1 IRQ7

Horloge TR IRQ8
Carte VGA IRQ9
Carte réseau / USB IRQ10
IRQ11 PIC
Contrôleur SCSI
Souris IRQ12 esclave
Coprocesseur IRQ13
IDE Primaire IRQ14
IRQ15
IDE Secondaire
Contrôleur d'interruptions

- 19 -1
19
6.4 Le DMA (Direct Memory Access) et les adresses d’E/S
C’est un système se trouvant sur la carte mère qui permet à une unité de transmettre ses données
vers la Ram sans utiliser les ressources du processeur. Le circuit de contrôle se trouve généralement dans
le pont sud. La carte mère dispose d’un certain nombre de canaux, qui sont numérotés, et utilisés
notamment par le lecteur de disquettes et les unités ISA.

Bus d'adresses
Bus de données
Bus de contrôle

Micro-
processeur
Canal 0
Rafraîchissement
DMAHOLD HOLD
Libre Contrôleur
DMA1
Disquettes
8Bits DMAHLDA de bus HLDA
Libre

TC
Canal 4

Libre
DMA2
Libre
16Bits
Libre
Canal 7
Contrôleur DMA

Sur le bus PCI, il n’y a pas d’accès directs aux canaux DMA, mais on utilise un système équivalent
appelé Bus Mastering. Ce sont des fonctions spéciales permettant aux unités de contrôler le bus. Ces
dernières peuvent également mettre directement leurs données en RAM, sans intervention du processeur.
Pour permettre ces échanges, toutes les unités ont un numéro de port, appelée aussi adresse d’E/S.

Aussi quand vous voulez envoyer par exemple des données à votre carte réseau, son ou modem,
c’est dans une zone précise de la Ram que vous le faites. Votre carte d’extension, recevant un signal du
contrôleur d’interruptions, ira chercher ses informations à cet endroit. Les adresses d’E/S sont situées dans
le premier Mo de la Ram.

- 20 -1
20
7. Les disques durs
De plus en plus sollicités, leur taille ne cesse d’augmenter pour répondre à l’accroissement du
volume d’informations traitées. Avec des fichiers sonores compressés à 128 Kb/s, c’est l’occupation
d’environ 1 Mo la minute, et avec le téléchargement de vidéos, il faut compter plusieurs centaines de Mo
pour un film au format compressé. De plus, les installations de logiciels comprenant un ou plusieurs CD-
Rom, viennent vite encombrer la mémoire disponible.

7.1 Choix d’un disque dur


On trouve actuellement deux standards de disques durs, SCSI et IDE, qui offrent chacun
avantages et inconvénients. S’il est vrai que le SCSI offre des performances supérieures avec une
connectique permettant un taux de transfert théorique de 160 Mo/s en mode Ultra 3 Wide SCSI-III, dans la
pratique celui-ci ne dépasse que rarement les 80 Mo/s. Par ailleurs, leur prix est supérieur surtout lorsque
l’on ajoute l’achat d’une carte adaptatrice, les cartes mères n’intégrant pas forcément cet interface.

Sauf en cas d’utilisation d’autres périphériques basés sur cette norme, ou pour des besoins
professionnels, la norme IDE est donc plus appropriée, notamment pour son rapport qualité/prix . De plus
cette norme IDE a énormément évolué avec une version UltraDMA/133 qui offre des débits d’environ 60
Mo/s.

Une nouvelle norme, dérivée de l’UltraDMA voit le jour, le Serial-ATA, pleine de promesses avec
un débit théorique affiché de 150 Mo/s. Malheureusement, le débit ne pourra pas dépasser 100 Mo/s du fait
de son branchement sur un port PCI. Des cartes mères proposant des connecteurs serial-ATA, similaires
aux connecteurs USB, sont déjà disponibles. Comme pour l’USB, les disques durs serial-ATA, sur port série,
vont se configurer automatiquement (plus de maître/esclave) et pourront être branchés à chaud, c’est à dire
sans éteindre le PC.

Outre le débit, la capacité du disque dur donne aussi l’avantage à la norme IDE, certains d’entre-
eux atteignant déjà 200 Go. Lontemps bloqués par une capacité par plateau de 40 Go, avec un maximum de
4 plateaux, des constructeurs peuvent dorénavant proposer des disques dotés de plateaux AFC
(AntiFerromagnetically-Coupled) qui permettront bientôt d’avoir des disques durs de 400 Go et plus (avec
125 Go par plateau).

Un autre paramètre à prendre en considération est la vitesse de rotation des disques, avec des
pointes à 15000 tr/mn pour les SCSI contre 10000 tr/mn pour les meilleurs IDE, le 7200 tr/mn étant
maintenant généralisé. Attention quand même, car plus un disque tourne vite plus il chauffe, alors pour les
adeptes de l’overclocking…Cependant cette vitesse de rotation a un rôle très important surtout pour
diminuer le temps d’accès aux informations. Ce temps d’accès dépend de deux éléments :

Le temps de recherche moyen, mis par la tête de lecture pour trouver une information ;
Le temps de latence, mis par la tête de lecture pour lire une information une fois que cette
dernière a été trouvée.

L’intégration de mémoire cache dans les disques durs est maintenant utilisée par l’ensemble des
constructeurs. Sa capacité varie de 2 à 8 Mo, cette dernière permettant une augmentation des performances
de l’ordre de 25%.

Enfin dernier critère qui peut être pris en compte : le niveau sonore point sur lequel Seagate a mis
l’accent avec la série des BarracudaIV…au détriment de performances (temps d’accès) un peu moindre.

7.2 Amélioration des performances


7.2.1 Au démarrage
Quelques soient les critères du disque dur que vous possédez, un paramétrage (au niveau
du BIOS) peut vous permettre de gagner de précieuses secondes à chaque démarrage. Une fois le
disque détecté (automatiquement), il paraît en effet judicieux de déclarer celui-ci en User afin
- 21 -1
21
d’éluder cette séquence de reconnaissance lors des futures remises en route. Une attention toute
particulière sera aussi apportée à l’utilisation des contrôleurs IDE sur lesquels on peut connecter
deux périphériques internes. En effet, il faut savoir que sur une même nappe IDE c’est toujours le
périphérique qui a le taux de transfert le plus bas qui réglera à son niveau la vitesse sur le port. Il
est donc conseillé de bien séparer par exemple disque dur et lecteur de CD-Rom ou de DVD.

7.2.2 Avant ou en cours d’utilisation


On ne le répétera jamais assez, l’optimisation d’un disque dur, passe tout d’abord par son
utilisation. Il est en effet important de partitionner et de formater correctement le disque dur. Un
bon entretien hebdomadaire peut également améliorer ses performances. Succinctement, voyons
certains termes correspondant à des manipulations devenues maintenant courantes dans le mon
de informatique.

• Formatage de bas niveau : opération effectuée en usine (ou par vos soins si le
disque est véritablement inutilisable) qui consiste à définir des pistes et des
secteurs de telle sorte qu’ils puissent être reconnus par les systèmes
d’exploitation.
• Partitionnement : fait de découper un disque physique en plusieurs morceaux,
ce qui présente en outre, le double avantage de pouvoir installer plusieurs
systèmes d’exploitation sur des disques (virtuels) principaux, et de préserver par
exemple un disque sur lequel se trouve des données, alors que l’on doit en
reformater un autre pour y réinstaller un système d’exploitation. Le partionnement
peut se faire par la commande Fdisk de Ms-Dos ou encore mieux, à chaud, sans
détruire les données, par Partition Magic, sur lequel on reviendra, ou un autre
utilitaire.
• Formatage de haut niveau : qui est une opération permettant de définir la
structure des fichiers sur le disque. Ce formatage est à faire pour chaque partition.

Contrairement à ce qu’il se passait avec Ms-Dos, l’installation d’un logiciel répartit un grand
nombre de fichiers et de programmes dans de nombreux répertoires. L’effacement de certains
éléments laisse des bouts de fichiers. Heureusement l’installation est supervisée par un outil de
Windows qui conserve la liste et l’emplacement des fichiers installés. Attention toutefois car
certains programmes, ayant leur propre fichier de désintallation n’apparaissent pas dans la liste. Il
peut être parfois utile aussi d’effacer les vieux fichiers de sécurité (*.TMP et *.BAK). En régle
générale, il est fortement conseillé de ne pas toucher aux programmes ou fichiers système ayant
les extensions suivantes : .COM, .EXE, .SYS, .DLL etc… Néanmoins, vous pouvez quand même,
lorsque vous avez changé de matériel, désinstaller ses drivers, qui ne seront alors pas chargés à
chaque boot du système d’exploitation, vous faisant encore gagner un temps précieux.

Enfin, l’optimisation du disque peut continuer. Après avoir effectué au préalable quelques
contrôles permettant de détecter des fichiers mal enregistrés ou figurant sur des secteur
endommagés du disque (avec Scandisk), on peut entamer la défragmentation de celui-ci. C’est
une opération assez longue et qui supporte mal les incidents, mais qui peut apporter des gains de
performances de 20 à 25% sur les temps d’accès moyens au disque.

Autre initiative permettant de faire gagner du temps dans le lancement de programme cette
fois ; la création de raccourcis judicieusement placés sur le bureau du système d’exploitation. Cela
peut paraître banal, mais terriblement efficace.

7.2.3 L’utilisation d’autres disques durs


Une technologie apportant performance et fiabilité à un ordinateur dont les données
manipulées sont vitales voit progressivement le jour. Il s’agit de la technologie RAID (Redundant
Arrays of Inexpensive Disks), dont le principe consiste à stocker en permanence tout ou partie
d’informations sur un ou plusieurs autres disques durs. Si un disque vient à être endommagé, les
données altérées sont automatiquement lues sur le ou les autres disques et réécrites sur le disque
en défaut. Outre l’achat d’un disque supplémentaire, l’acquisition d’une carte RAID est parfois
nécessaire si la carte mère n’a pas été prévue pour cela. Les disques utilisant la technologie RAID
peuvent fonctionner selon plusieurs niveaux :

- 22 -1
22
Niveaux Principe de fonctionnement
Appelé stripping, c’est une méthode consistant à stocker les
données en les répartissant sur l’ensemble des disques de la
grappe. Il n’y a pas de redondance de données ce qui n’est pas
0
un gage de sécurité. Toutefois étant donné que chaque disque
possède son propre contrôleur, ce qui constitue une solution
offrant une vitesse de transfert élevée.

Appelé mirroring, ce procédé permet de sécuriser au maximum


1
les informations en les écrivant simultanément sur deux disques.

Ce niveau propose de stocker les données en octets sur chaque


disque et de dédier l’un des disque au stockage d’un bit de parité.
3
Le problème de récupération persiste si deux disques venaient à
être défaillants en même temps.

Pour ce niveau la parité est calculée pour un secteur et est


5
répartie sur l’ensemble des disques.

Sur les site http://www.multimania.com/pcboosters ; http://www.ashampoo.com ; et


http://www.technicienpc.com vous pouvez trouver des informations complémentaires dans ce
domaine.

7.2.4 Déplacer le swap sur un second disque


Pour Win95 / Win98 / Win98SE / WinME / Win2000 / WinXP, le fait de déplacer la mémoire
virtuelle sur un second disque entraîne une nette amélioration des performances de la machine.
En effet, le second disque n’étant pas utilisé par le système, l’accès au fichier de swap se fait
beaucoup plus rapidement. Pour cela, sur le second disque dur, créez une partition principale en
début de disque (l’accès y est plus rapide) dédiée au swap (avec Partition Magique par exemple).
Vous pouvez la nommer "swap". Créez la uniquement de la taille du futur fichier de swap.

• Sous Windows 9x et Me : Clic droit sur Poste de travail, Propriétés,


Performances, Mémoire virtuelle et création d'un fichier "win386.swp".
Sélectionnez la partition puis la taille de swap désiré. Redémarrer l’ordinateur.
• Sous Windows 2000 : Clic droit sur "Poste de travail", "Propriétés", "Avancé",
"Option de performance" puis création d'un fichier "pagefile.sys". Redémarrer
l’ordinateur.
• Sous Windows XP : Allez dans le "Panneau de configuration" puis "Système".
Cliquez sur l’onglet "Avancé" puis sur le bouton "Paramètres" dans la section
"Performances".
Enfin, sélectionnez l’onglet "Avancé" et choisissez "Modifier" dans la section
"Mémoire virtuelle". Cocher la case Aucun fichier d’échange sur la partition
actuelle. Validez votre choix en cliquant sur le bouton "Définir". Sélectionnez la
partition nouvellement créée et cochez la case Taille gérée par le système ou
Taille personnalisée (si vous savez comment régler la taille du swap). Validez
votre choix en cliquant sur le bouton Définir. Redémarrer l’ordinateur.

- 23 -1
23
8. Le modem
Les indications ci-dessous ont été recueillies sur un site aujourd’hui malheureusement disparu
(http://ssi.douai.rmat1.terre.def), à qui je rend hommage pour la qualité des informations fournies en relatant
intégralement les propos.

8.1 Drivers (pilotes)


Vérifiez tout d'abord que vous possédez les derniers pilotes en date pour votre modem. Rendez-
vous sur le site du constructeur avec les références de votre matériel pour vous renseigner à ce sujet, ou
bien allez sur http://www.drivershq.com/.

8.2 Accélérer vos téléchargements grâce à la création d’un cache


supplémentaire
Ouvrez le fichier SYSTEM.INI (dans votre répertoire Windows) pour cela cliquez avec le bouton
droit de la souris en maintenant la touche majuscule enfoncée. Ensuite choisissez "ouvrir avec", puis
notepad. Dans ce fichier, repérez la ligne [386Enh]. Sous cette ligne, créez une nouvelle entrée nommée :
ComXBuffer=1024 (X correspondant au port sur lequel est connecté votre modem). Cette entrée créera un
cache qui vous permettra de gagner de précieuses secondes lors de vos prochains téléchargements sur
Internet.

8.3 Tampons FIFO et paramètres du port


Voici quelques paramètres supplémentaires qui vous permettront d'optimiser les performances de
votre modem.
Changez d'abord les paramètres FIFO.
Pour cela faites un clic droit sur Poste de travail
puis Propriétés. Puis cliquez sur l'onglet
Gestionnaire de périphériques. Trouvez la ligne
Modem, double-cliquez dessus, puis double-
cliquez sur votre modem. Cliquez sur l'onglet
Connexion, puis sur le bouton Paramètres du port.
Faites glisser les curseurs des tampons FIFO
complètement vers la droite. Si votre modem ne
fonctionne pas correctement après cette
manipulation, vous devrez restaurer les anciens
paramètres.

Fermez la fenêtre et cliquez sur Avancés.


Assurez-vous que votre modem utilise le contrôle
de flux matériel, la compression de données, et le
contrôle d'erreurs pour des performances
optimales. Il est également important que le
contrôle de flux soit positionné sur Matériel car le
mode logiciel sollicite beaucoup plus le CPU.

- 24 -1
24
Revenez au Gestionnaire de
périphérique. Double-cliquez sur la section Ports,
puis double-cliquez sur le port de communication
utilisé par votre modem. Cela fait apparaître une
fenêtre Propriétés semblable à la précédente,
appelée "Propriétés Port de Communication (COM
X)".
Cliquez sur l'onglet Paramètres du port.
Changez Bits par seconde pour 115200 ou plus.
Changez le contrôle de flux pour Matériel. Puis
cliquez sur le bouton Avancés pour voir apparaître
le même menu FIFO que décrit plus haut. Faites
glisser de nouveau les curseurs complètement vers
la droite.

8.4 Paramètres de l'accès réseau à distance et du protocole TCP/IP

Ouvrez le Panneau de configuration et


double-cliquez sur l'icône Réseau. Sous l'onglet
Configuration, selectionnez la Carte d'accès à
distance puis cliquez sur Propriétés. Allez sur
l'onglet Liens et désélectionnez toutes les cases
sauf celle du TCP/IP. Cliquez sur l'onglet Avancées
et réglez Activer le protocole Point To Point IP sur
Non (à moins que vous n'acceptiez normalement
les appels entrants par le biais de votre modem,
auquel cas laissez-le activé).
Réglez la Taille de paquets IP sur
"Grande" (je recommanderais Automatique, mais à
cause d'un bug certains réglages MTU supérieurs à
576 peuvent poser des problèmes). Mettez
Enregistrer un fichier journal sur "Non".

Si vous vous servez d'Internet


principalement pour télécharger des images et
visualiser des pages web, activez la compression
d'en-tête IPX, sinon désactivez-la.

Ensuite, sélectionnez le protocole TCP/IP (si vous avez installé plusieurs exemplaires du protocole,
choisissez celui qu'utilise votre carte d'accès à distance/modem) et cliquez sur Propriétés. Sélectionnez
l'onglet Configuration WINS et choisissez l'option Désactiver la résolution WINS. Cliquez sur l'onglet
Configuration DNS et choisissez Désactiver DNS. Allez sur l'onglet Liens. Désélectionnez toutes les cases.

Remarque : Parfois, certains fournisseurs d'accès peuvent vous donner des instructions
spécifiques pour vos paramètres réseau. Si votre fournisseur est l'un de ceux-là, vous feriez peut-être mieux
de garder ses paramètres...

8.5 Chaîne d'initialisation


Pour définitivement customiser votre modem, vous devez avoir une chaîne d'initialisation adaptée
à vos besoins. Pour plus d'informations à ce sujet, consultez la notice de votre modem ou le site du
constructeur. Il s'y trouve sûrement toutes les infos nécessaires. Voici une une chaîne d'initialisation
probante : S7=55 S11=55 S0=0

Pour l'utiliser, cliquez sur Démarrer\Paramètres\Panneau de configuration. Double-cliquez sur Modems.

- 25 -1
25
Cliquez sur Propriétés. Cliquez sur l'onglet connexion. Cliquez sur Avancés. Dans la case située sous
Paramètres supplémentaires, entrez votre nouvelle chaîne d'initialisation.

8.6 Booster le port COM


Vous êtes équipé d'un modem analogique 56K interne ou externe, sachez qu'il vous est possible
de booster la vitesse du port sur lequel il est connecté. D'origine quand vous cliquez sur Panneau de
configuration puis Modem\Propriétés vous constatez que la vitesse maximale du port COM est limitée à
115200 Bps. Voici comment obtenir 3 vitesses de port supplémentaires (respectivement 230400, 460800,
921600 Bps).
Ouvrez l'Editeur de la Base de registres (Démarrer \Executer \regedit) puis parcourez
l'arborescence :
HKEY_LOCAL_MACHINE\System\CurrentControlSet\Services\Class\Modem\000
(NB : votre modem peut aussi se trouver sous la clé 001, 002… cela dépend de votre configuration)
A droite de l'écran, repérez la valeur binaire Properties. Cliquez dessus et trouvez les valeurs C2
01 (elles se trouvent à la ligne qui débute par 0018) et remplacez-les respectivement par celles-ci : 10 0E.
Ne modifiez que celles-ci et quittez l'Editeur du registre, puis redémarrez Windows.
A présent, rendez-vous dans Panneau de Configuration\Modem\Propriétés puis Vitesse maximale.
Votre port de communication bénéficie des 3 nouvelles vitesses. Sélectionnez la nouvelle vitesse désirée
puis validez.

Faites plusieurs essais de connexion, car suivant le CPU dont votre modem est équipé, vous ne
pourrez peut être pas booster le port à 921600 Bps (pour en bénéficier, le CPU doit être cadencée
à 25 Mhz minimum, reportez-vous à la notice du constructeur pour cette information).

8.7 Booster l'accès aux serveurs http


(Concerne uniquement Internet Explorer version 3 et supérieures)
Ouvrez l'Editeur du registre (Démarrer\Executer\regedit) puis parcourez l'arborescence
HKEY_CURRENT_USER\Software\Microsoft\Windows\Current version \Internet Settings. A droite de
l'écran, créez ou modifiez les valeurs DWORD suivantes :

• MaxConnectionsPerServer : double cliquez sur cette valeur et inscrivez 4


décimal (2 étant la valeur d'origine).
• MaxConnectionsPer1_0Server : double cliquez sur cette valeur et inscrivez 8 en
décimal (4 étant la valeur d'origine). Ces valeurs correspondent aux nombres de
demandes simultanées d'accès à un serveur de type 1 ou 1.1. Quittez l'Editeur du
registre, puis redémarrez Windows.

8.8 Configuration maximale MTU (taille de paquets IP)


Il existe un moyen facile de déterminer votre taille de paquets IP optimale. Ouvrez une fenêtre
Ligne de commande MS-DOS puis entrez la commande "ping -f -l [valeur d'essai MTU] www.[votre
fournisseur d'accès].com". Commencez par 548 puis augmentez ou réduisez en fonction du message (s'il
vous dit que les paquets sont fragmentés, vous devez réduire : vous cherchez le paramètre le plus haut qui
ne cause pas de fragmentation de paquet). Pour déduire votre taille de paquet en fonction des informations
du ping, ajoutez 28 à la valeur la plus haute qui s'est avérée fonctionner (taille de paquet + 28).
Vous pouvez voir apparaître cette valeur dans Windows et l'assigner automatiquement par une
modification de la Base de registres. Ouvrez l'Editeur du registre (Démarrer \Exécuter \regedit) et parcourez :
HKEY_LOCAL_MACHINE\System\CurrentControlSet\Services\Class\Net\000\Ndi\params\IPMTU\
enum
Ajoutez une Valeur chaîne en lui donnant le nom "Personnalisée" et comme valeur, votre MTU optimum.
Ouvrez le Panneau de configuration et double-cliquez sur l'icône Réseau. Sous l'onglet Configuration,
selectionnez la Carte d'accès à distance puis cliquez sur Propriétés. Cliquez sur l'onglet Avancées puis
Taille de paquets IP ; votre valeur "Personnalisée" apparaît à présent dans le menu déroulant.

- 26 -1
26
8.9 Base de registres
Il existe quelques paramètres de la Base de registres qui sont impossible à atteindre sans
véritablement se plonger dedans. Déja sous HKEY_LOCAL_MACHINE, se trouve une série de clés
nommées \System\CurrentControlSet\Services\Class\Net\000X (où X est un chiffre entre 1 et 9). Parmi ces
clés, existe une valeur SLOWNET. Changez-la de 01 (par défaut) à 00.
Une autre clé,\System\CurrentControlSet\Services\VxD\COMBUFF, contient une valeur Start, qui est
désactivée. Changez-la de 00 à 01.

Enfin une troisième clé, \System\CurrentControlSet\Services\VxD\VCACHE, a également une


valeur appelée Start, qui doit être changée de 00 à 01.

8.10 Modems ADSL


Sous Windows 2000 : Ouvrez l’éditeur de registre et cherchez la clé :
HKEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CURRENTControlSet\Services\VxD\MSTCP.Ajoutez et éditez l'entrée
DefaultRcvWindow et tapez STRING VALUE puis affectez la valeur 64240. Quittez et rebootez.

Sous Windows 98 :
KEY_LOCAL_MACHINE\System\CurrentControlSet\Services\VxD\MSTCPDefaultRcvWindow =65535

Sous Windows NT :
KEY_LOCAL_MACHINE\SYSTEM\CurrentControlSet\Services\Tcpip\ParametersTcpWindowSize=
0000FFFF (Valeur DWORD)

- 27 -1
27
OPTIMISATION DU BIOS

A la mise sous tension, votre écran affiche des informations et éventuellement un logo, sans que
lecteur de disquettes ou disque dur ne fonctionnent. C’est une couche logicielle de bas niveau, le
programme BIOS (Basic Input Output System), stocké dans une mémoire morte sur la carte mère, qui
contient toutes les informations affichées. Le BIOS est propre à chaque carte mère.

Au départ, le BIOS se charge de tester le fonctionnement de l’ensemble des périphériques de


l’ordinateur. C’est ainsi que vous pouvez voir généralement s’afficher, dans un premier écran, durant une
étape préliminaire appelée dans le jargon technique le POST (Power On Self Test) : le type et la version de
BIOS embarqué, le nom du constructeur de la carte mère, la quantité de mémoire, le type de périphériques
installés et éventuellement les erreurs détectées. Ensuite, il y a mise en place des interruptions système
pour accéder aux divers éléments matériels installés. Enfin, il y aura lancement du système d’exploitation à
partir du support approprié.

Le BIOS Plug-and-Play a été implanté dans certains PC à partir de 1994, mais le réel
développement de ce type de BIOS a commencé en 1996. L’objectif de ce BIOS est de favoriser la détection
automatique des périphériques et d’éliminer d’éventuels problèmes d’incompatibilité, les plus fréquents étant
les conflits d’adresses, d’interruptions et de canaux DMA. Il est chargé d’adapter automatiquement la
configuration des périphériques pour qu’ils soient parfaitement reconnus par le système.

1. GENERALITES

1.1 Les fonctions du BIOS


Parmi les fonctions du BIOS six sont fondamentales :

• la gestion des mémoires de masse ( disques durs, disquettes… ) ;


• la gestion des mémoires ( mémoire vive statique et dynamique ) ;
• la gestion de l’affichage ;
• la gestion de l’économie d’énergie
• la gestion des bus d’entrées/sorties ( PCI, AGP,… ) ;
• la gestion des ports d’entrées/sorties ( ports d’extension, série, parallèle, USB ).

1.1.1 La gestion des mémoires de masse


Le BIOS détermine :

• le disque sur lequel l’ordinateur ira chercher le système d’exploitation ;


• le paramétrage du ou des disques durs ;
• le type de lecteur de disquettes ;
• l’usage des contrôleurs de disques et leurs modes de fonctionnement.

1.1.2 La gestion des mémoires


La mémoire d’un ordinateur est en particulier composée de mémoire cache (statique) et de
mémoire vive (dynamique).

La mémoire cache statique est de niveau 1,2 et même 3 ; les deux premières étant bien
souvent intégrées au processeur. Elles peuvent être utilisées ou non : c’est le BIOS via votre
paramétrage qui le déterminera. La mémoire vive dynamique est celle présentée en barrettes
enfichables dans des supports. En résumé donc :

• le BIOS sait automatiquement déterminer la quantité de ces mémoires ;


• la vitesse d’accès à la mémoire dynamique ;
• l’activation ou non de la mémoire cache ;
• son mode de fonctionnement.

- 28 -1
28
1.1.3 La gestion de l’affichage

En ce qui concerne l’affichage le BIOS ne gère plus grand chose, le principal du travail étant
fourni par la carte graphique dotée d’un BIOS et d’un processeur.

Le BIOS de la carte mère conserve néanmoins certaines tâches dont :

• la détermination du type de carte graphique installée dans le PC ;


• les adresses d’entrées/sorties et les numéros d’interruptions utilisées.

1.1.4 La gestion de l’économie d’énergie

Même s’il existe dans les moniteurs ou sous des systèmes d’exploitation, comme Windows,
des fonctions d’économie d’énergie, le BIOS est capable de gérer lui-même celles-ci en
paramétrant l’activité ou l’inactivité de chaque composant présent dans le PC. Le principe est de le
désactiver quand il n’est pas utilisé, avec réactivation, le plus rapidement possible, lorsque le
composant doit de nouveau être utilisé.

Cette fonction du BIOS permettant jusqu’à 90% d’économie d’énergie s’applique :

• aux disques durs ;


• aux modems ;
• aux ports d’entrées/sorties ;
• au lecteur de disquettes ;
• au clavier ;
• à l’écran.

1.1.5 La gestion des bus et ports d’entrées/sorties

Les bus et ports d’entrées/sorties sont nombreux. Chacun d’eux peut se voir appliquer des
paramètres variables permettant de gérer des périphériques :

• le disque dur ;
• le(s) lecteur(s) de disquettes ;
• le joystick ;
• la carte audio ;
• la carte graphique ; les ports série (où se branchent souris, modem) ;
• le port parallèle (imprimante, caméra parallèle) ;
• le port USB (où l’on peut chaîner des dizaines de périphériques) ;
• le clavier AT ou PS/2 ;
• la souris PS/2.

1.2 Evolution du BIOS


Les cartes mères fabriquées depuis environ 1996, possèdent, pour la plupart, des mémoires
baptisées « mémoires flash » qui leur permettent d’être réécrites avec un minimum de
manipulations (disquette de paramétrage et cavalier sur carte mère).

Pourquoi mettre à jour son BIOS ? Tout simplement parce que les sociétés qui réalisent les
programmes contenus dans le BIOS trouvent parfois des bugs ou plus simplement pour prendre en
compte de nouveaux matériels.

Pour savoir si le BIOS de votre machine est stocké sur une mémoire ROM flash, lisez les
informations qui apparaissent sur la partie supérieure du chip contenant le BIOS, reportez vous à
la documentation de votre carte mère, éventuellement, au site Web de son constructeur, ou encore
faîtes appel à un utilitaire capable d’examiner votre BIOS.

- 29 -1
29
Une fois la référence trouvée, vous pouvez la comparer à celles fournies sur le site
http://www.wimbios.com/HTML1/faq.html. C’est aussi à partir de ce site (en page bios.html) que
vous pourrez éventuellement en quelques clics procéder à la mise à jour de votre BIOS.

1.3 Flashage du BIOS

1.3.1 Recommandations

Pour effectuer cette opération, il est impératif de connaître le nom du constructeur de votre
carte mère, car si vous flashez avec un BIOS inadapté, vous ne pourrez même plus démarrer votre
machine.
Si vous ne connaissez pas le nom du constructeur de votre carte mère, téléchargez
l’utilitaire CTBIOS sur le site http://www.wimbios.com/files/util/ctbios.zip et vous obtiendrez
immédiatement le nom du constructeur de la carte mère, le nom du BIOS et sa version. En
consultant son site, vous pourrez alors savoir s’il existe des mises à jour possibles.
Il n’est pas toujours nécessaire de mettre son BIOS à jour avec la dernière version
proposée. N’envisagez celle-ci que dans les cas suivants :

• des erreurs critiques ou importantes apparaissent ;


• un processeur ou un type de périphérique que vous comptez utiliser n’est pas
supporté par votre version de BIOS, mais peut l’être par une autre version.

1.3.2 Préparation du PC et installation du nouveau BIOS

Une fois les informations recueillies, et avant toute manipulation, lisez le contenu de la
disquette pour prendre connaissance des explications relatives à la mise à jour. Le fichier
téléchargé par Internet est souvent dans un format exécutable comprenant :

• un programme de mise à jour (souvent appelé flasher) ;


• les données correspondant à la nouvelle version du BIOS.

Programmez votre BIOS pour qu’il boote sur le lecteur A. Avant de mettre le PC sous
tension, placez-le dans un mode propre à votre carte mère (en plaçant par exemple un cavalier
dans une certaine position : Clear NVRAM / Clear CMOS).

Introduisez la disquette dans le lecteur et démarrez votre PC. Suivez les indications à l’écran
(s’il n’y en a pas c’est peut être qu’elles figurent dans la documentation jointe à la mise à jour).

Enfin, retirez la disquette du lecteur et redémarrez votre PC. Si vous disposez d’une carte
mère avec positionnement de cavalier , éteignez le PC, placez le cavalier dans sa position
originelle, et remettez le sous tension.

1.3.3 Remarques
Outre les BIOS « propriétaires » il existe trois grands fournisseurs de BIOS qui sont : AMI
(American Megatrends Inc), Awards et Phoenix (ces deux derniers ayant fusionné dans l’entreprise
Phoenix Technologies Ltd).

Plusieurs constructeurs de cartes mères, proposent un logiciel de mise à jour du BIOS


fonctionnant directement sous Windows, avec mise à jour automatique par requête de nouvelle
version sur un site Internet.

Le Dual BIOS est un procédé permettant de toujours récupérer un BIOS, même si vous vous
êtes trompé de version au moment d’un update (procédé que l’on trouve notamment sur certaines
cartes GigaByte).Le principe est de proposer au moment de la mise sous tension du PC de
démarrer sur le BIOS normal ou d’agir pour charger le second BIOS sauvegardé sur une autre
puce de mémoire flash. De ce fait, en cas de problème, vous pouvez retrouver une copie de votre
BIOS original. Le BIOS stocké sur la seconde puce peut lui-même être mis à jour.

- 30 -1
30
1.4 Les BIOS des cartes graphiques
Les cartes mères ne sont pas les seules à posséder des BIOS. De plus en plus, les éléments
ayant une certaine forme d’intelligence, l’intègrent (cartes graphiques et SCSI, entre autre).

Pour s’adapter au normes apparaissant notamment avec le marché des jeux, les fabricants de
cartes graphiques, permettant l’affichage 3D, ont du intégrer des Flash ROM sur celles-ci, dans lesquelles
ont été installés des BIOS. Quand, par exemple dans des jeux, apparaissent des problèmes de texture, c’est
parfois le BIOS de la carte graphique qui est en cause, ce qui rend inutile le téléchargement du dernier pilote
sensé tout corriger.

Il se peut aussi que se soit le BIOS de la carte mère qui n’est pas compatible avec votre carte
graphique. Les fonctions de transfert de mémoire (DRAM Burst Write), de transfert de données sur le bus
(PCI Burst Write) ou de Shadowing peuvent très bien perturber son fonctionnement. Pour palier à ces
dérangement il n’est pas inutile de recharger les paramètres par défaut de votre BIOS. Si les problèmes
persistent, il peut alors être indispensable de mettre à jour le BIOS de la carte graphique. Pour cela, il faut
éviter de recharger un BIOS de carte graphique à partir du PC sur lequel des conflits sont apparus.

La mise à jour du BIOS d’une carte graphique possédant de la mémoire de type Flash ROM
s’effectue de la même manière que celle d’un BIOS de carte mère. Là encore, il est indispensable de
disposer d’une disquette en parfait état avant de télécharger les fichiers nécessaires au flashage. Pour éviter
les conflits, certains constructeurs proposent souvent d’utiliser une disquette système (formatage complet,
option copier les fichiers système) avec les fichiers fournis. En général, la mise à niveau des BIOS des
cartes graphiques ne requièrent pas de positionnement spécifique de cavalier ou de switch.

Quelques sites conseillés :


• www.driverzone.com/bios.html
• www.touslespilotes.com
• www.wimsbios.com/
• www.miro.pair.com/tweakbios
• www.optimize.free.fr/bios

- 31 -1
31
2. LES BIPS ET MESSAGES D’ERREUR

Pendant le POST, ou étape préliminaire de démarrage, un test des divers éléments matériels
constituant le PC est pratiqué. C'est à cet instant que des erreurs peuvent être détectées. Parmi celles-ci,
certaines, non fatales, n'interrompent pas le démarrage de l'ordinateur. D'autres, plus vitales, l'interrompent
immédiatement et produisent, en général, une séquence sonore à des fins d'identification.
Malheureusement, cette séquence sonore n'est pas constante : elle dépend de la société qui a
conçu le BIOS. Les trois tableaux qui suivent permettent de mettre en correspondance les bips et leurs
causes plausibles pour les BIOS AMI, Phœnix et Award. Si votre carte mère utilise le BIOS d'une autre
société, connectez vous sur son site Web pour avoir plus d'informations, ou faites appel à un moteur de
recherche en utilisant le terme +BIOS+beep+constructeur (ou constructeur est le nom de l'entreprise qui a
fabriqué votre BIOS).

2.1 Les bips d'ordinateur

Pour les AMI BIOS


Nombre de bips Causes possibles
Erreur dans les temps d'attente de la mémoire vive ou vous avez un problème de
1 rafraîchissement de la mémoire. Vérifier le positionnement des barrettes mémoire
ou essayez de mettre des barrettes de mémoire plus rapides.
Erreur de parité sur les 64 premiers Ko de mémoire. Vérifiez vos barrettes de
mémoire, tentez avec d'autres ou changez les. Autre possibilité, désactivez le
2
contrôle de parité dans le BIOS si vos mémoires sont sans parité. Enfin vérifiez
avec une autre carte mère.
Erreur de mémoire dans les premiers 64 premiers Ko. Tentez les solutions
3
proposées pour 2 bips.
Erreur de mémoire dans les premiers 64 premiers Ko ou erreur de timer. Tentez
4
les solutions proposées pour 2 bips.

Erreur de microprocesseur. Regardez si votre processeur est bien installé.


5
Essayez aussi avec un autre CPU.

Erreur clavier. Vérifiez le bon branchement du clavier, n'appuyez pas sur une
6
touche, tentez de le changer ou changez de carte mère.

7 Erreur de microprocesseur. La même chose que pour 5 bips.

Pas de contrôleur vidéo ou RAM défectueuse. Vérifiez si la carte vidéo est bien
8
insérée, sinon testez avec une autre carte vidéo.

Problème de non conformité de la ROM du BIOS (une mise à jour mal effectuée).
9
Changez carte mère ou tentez de flasher le BIOS.
La mémoire CMOS est endommagée. Essayez de rentrer dans le paramétrage du
BIOS, sauvez les paramètres puis redémarrez. Si ça continue tentez de changer
10
la pile de la carte mère. Enfin, si ça ne marche toujours pas, changez de carte
mère.
Erreur de cache externe. Si le cache est sous forme de barrette changez le sinon
11 changez la carte mère. Toutefois si vous avez changé des paramètres du BIOS
vérifiez ceux concernant la vitesse de la RAM et du cache.

- 32 -1
32
Pour les BIOS Phoenix
Séquence de bips
(un peu comme Causes possibles
avec du morse)
Erreur de CMOS. Essayez de rentrer dans le paramétrage du BIOS, sauvez les
1-1-3 paramètres puis redémarrez. Si ça continue tentez de changer la pile de la carte
mère. Sinon, changez de carte mère.
Erreur de la ROM du BIOS. Changez de carte mère ou tentez de flasher le BIOS
1-1-4
si c'est possible.
1-2-1 Problème sur le circuit PIT (Programmable Interval Timer)
1-2-2 Problème lors de l'initialisation des canaux DMA
1-2-3 Erreur sur la page de registre DMA
1-2-4 Erreur lors du test de la mémoire SRAM
Problème de rafraîchissement de la mémoire RAM. Essayez avec des barrettes
1-3-1
de mémoire plus rapides ou vérifiez votre carte mère.
Erreur fatale de mémoire dans les premiers 64 premiers Ko. Vérifiez vos
barrettes de mémoire, tentez avec d'autres ou faites vous les changer.
1-3-3
Désactivez le contrôle de parité dans le BIOS si vos mémoires sont sans parité.
Enfin vérifiez avec une autre carte mère.
Erreur de logique de mémoire dans les premiers 64 premiers Ko. Vérifiez vos
barrettes de mémoire, tentez avec d'autres ou faites vous les changer.
1-3-4
Désactivez le contrôle de parité dans le BIOS si vos mémoires sont sans parité.
Enfin vérifiez avec autre carte mère.
Erreur de ligne d'adresses dans les premiers 64 premiers Ko. Vérifiez vos
barrettes de mémoire, tentez avec d'autres ou faites vous les changer.
1-4-1
Désactivez le contrôle de parité dans le BIOS si vos mémoires sont sans parité.
Enfin vérifiez avec autre carte mère.
Erreur de parité sur les 64 premiers KO de mémoire. Mêmes vérifications que
1-4-2
pour la séquence précédente
3-1-1 Erreur de DMA (registre esclave). Essayez avec autre carte mère.
3-1-2 Erreur de DMA (registre maître). Essayez avec autre carte mère.
Problème avec le registre maître d'interruption de masque. Essayez avec une
3-1-3
autre carte mère.

Problème avec le registre esclave d'interruption de masque. Essayez avec une


3-1-4
autre carte mère.
Erreur sur le contrôleur de clavier. Vérifiez le bon branchement du clavier, tentez
3-2-4
de le changer ou changez de carte mère.

3-3-4 Mauvaise initialisation de l'écran

3-4-1 Problème avec la fonction Retrace de l'écran

3-4-2 Erreur avec la ROM vidéo

4-2-1 Interruption du timer

4-2-2 Erreur du test de mise hors tension


Séquence de bips
(un peu comme Causes possibles
avec du morse)

- 33 -1
33
4-2-3 Problème sur le connecteur mémoire A20

4-2-4 Interruption inattendue en mode protégé

4-3-1 Il a été détecté une adresse de mémoire RAM supérieure à FFFFh

4-3-4 Erreur de date système

4-4-1 Problème de ports série

4-4-2 Problème de ports parallèles

4-4-3 Erreur avec le coprocesseur mathématique

Pour les Award

Nombre de bips Cause possible

1long+2courts Carte vidéo

1 Rafraîchissement de la mémoire DRAM

2 Erreur de mémoire dans les premiers 64 premiers Ko.

3 Problème avec mémoire conventionnelle

4 Problème timer

5 Erreur de microprocesseur.

6 Erreur provenant du contrôleur clavier

7 Mode virtuel

8 Problème lors du test d'affichage

9 Erreur lors de la somme de contrôle de la ROM BIOS

- 34 -1
34
2.2 Les messages d'erreurs
Suivant le BIOS que vous possédez, différents messages d'erreur peuvent être affichés à l'écran.
En voici quelques uns, la liste n'étant pas exhaustive.

Pour les BIOS AMI

Messages Origines possibles Solutions envisagées

8042 Gate-A20 error! Clavier ou contrôleur défectueux Remplacer celui-ci


Vérifier son branchement ou
Adress Line Short Erreur dans l'adressage de la mémoire vive
conflit de type de barrettes
Peut apparaître suivant
La mémoire cache déclarée est défectueuse ou
Cache Memory Bad overclocking.
temporisations paramétrées mauvaises
Désactiver
Problème de temporisation
géré par paramètre Boot
C: Drive error ou
Le lecteur C ou D ne répond pas Delay ou disque déclaré dans
D: Drive error
BIOS non véritablement
installé
C: Drive Failure ou Positionnement du câble IDE ou disque dur Vérifier branchement ou
D: Drive Failure présentant un défaut tester avec autre disque
Carte mère peut-être
CH-2 Timer Error non fatal Problème d'horloge système
défectueuse
CMOS Battery State Low Pile faible La changer
CMOS Checksum Failure ou
Non reconnaissance de la quantité de mémoire Aller dans Setup et quitter
CMOS Memory Size
vive installée dans PC (après ajout par exemple) aussitôt en sauvegardant
Mismatch
CMOS System Options Not
Pile faible ou tentative de récupération mot de Paramétrer de nouveau celui-
Set ou CMOS Time and
passe du BIOS ci
Data Not Set
Changer de disquette,
Tentative de démarrage sur lecteur avec
Disk Boot Failure l'enlever ou démarrer sur
disquette non système
disque dur
BIOS configuré en mode monochrome (Display
Display Switch Not Proper Changer le paramètre
VGA) avec carte graphique et écran couleur

Erreur sur contrôleur DMA dû à installation Vérifier branchement et si le


DMA Error d'une carte d'extension à problème ou mal problème persiste changer
enfoncée carte mère

Câblage lecteur ou
FDD Controller Failure Contrôleur de disquette en cause
déclarations erronées (actif)

Même problème que pour lecteur de disquettes Même vérifications que


HDD Controller Failure
mais concernant disque dur précédemment
Carte d'extension
Erreur dans canaux 1 ou 2 du contrôleur
INTR #1 (ou #2) Error défectueuse, mal installée ou
d'interruption
carte mère
Changer de disquette ou
Invalid Book Disk La disquette n'est pas bootable démarrer sur autre
périphérique

Messages Origines possibles Solutions envisagées

- 35 -1
35
I/O Card Parity Error Erreur de parité avec carte ISA Voir enfichage ou changer

Vérifier si la prise est bien


K/B Interface Error Le clavier est peut être mal raccordé
enfoncée

Non concordance entre le clavier et le PC l'un


Keyboard Error Changer l'un d'entre-eux
des deux est obsolète
Keyboard is Locked Clavier verrouillé par une clef Déverrouiller
Memory Parity Error at PC utilisant la parité des mémoires et zone
Remplacer mémoire
XXXX défectueuse
Voir déclaration de port IDE
Aucun système d'exploitation n'est disponible
No ROM Basic ou amorçage du PC sur
sur votre PC
disque
Erreur provenant de la mémoire vive d'une carte Rechercher carte, désactiver
Off Board Parity Error
d'extension ou remplacer

Voir connexion ou remplacer


On Board Parity Error Erreur de parité sur mémoire vive
mémoire

Pour les BIOS Award

Messages Origines possibles Solutions envisagées

Votre affichage Color/Monochrome dans le


Display switch is set
BIOS n'a pas la valeur correspondant à la carte Choisissez l'autre possibilité
incorrectly
graphique ou au moniteur installé

Problème de lecteur de disquette ou contrôleur Vérifier nappe et alimentation


Floppy disk(s) fail
de celui-ci désactivé ou activer contrôleur

Hard disk(s) diagnosis fail Une erreur a été détectée pour un disque dur Vérifier ses connexions
Hard disk initializing / Please Demande de temps pour la lecteur d'un disque
Attendre
wait a moment dur

Un disque dur non installé a été déclaré comme Vérifier sa présence et son
Hard disk install failure actif, ou ses paramètres n'ont pas été définis état dans le BIOS (None ou
dans le BIOS Auto)

Vérifier branchement. Cette


Erreur apparaissant lorsque le clavier n'est pas erreur ne peut être détectée
Keyboard error or no
détecté au démarrage ou qu'une touche est si la fonction Halt On du
keyboard present
restée appuyée pendant le check up du BIOS menu principal du setup est
en mode All but Keyboard

Keyboard is locked out - Message pouvant apparaître lorsqu'un objet est


Le retirer
Unlock the key posé sur le clavier
Message indiquant que le BIOS teste la
Memory test Attendre
mémoire

- 36 -1
36
Messages Origines possibles Solutions envisagées

Message souvent suivi d'explications relatives


Memory test fail Analyser
au défaut trouvé lors du test de la mémoire

Override enabled - Defaults Si le BIOS détecte des erreurs importantes, il Laisser faire pour minimiser
loaded charge celui par défaut le nombre d'incompatibilités
Si vous ne voulez pas attendre que le BIOS ait
Press ESC to skip memory Utiliser la touche Echap ou
fini de comptabiliser la quantité de mémoire vive
test ESC du clavier
installée
Une erreur a été détectée sur le disque en mode
Primary master hard disk fail Vérifier la connexion
maître sur le port IDE primaire

Une erreur a été détectée sur le disque en mode


Primary slave hard disk fail Vérifier la connexion
esclave sur le port IDE primaire

Secondary master hard disk Une erreur a été détectée sur le disque mode
Vérifier la connexion
fail maître sur le port IDE secondaire

Secondary slave hard disk Une erreur a été détectée sur le disque mode
Vérifier la connexion
fail esclave sur le port IDE secondaire

Autres messages pouvant apparaître

Messages Origines possibles Solutions envisagées

Un câble ou un connecteur est peut-être Vérifiez le branchement du


Keyboard dock line failure
desserré ou le clavier est peut-être défectueux clavier
Un câble ou un connecteur est peut-être Vérifiez le branchement du
Keyboard controller failure
desserré ou le clavier est peut-être défectueux clavier
Un câble ou un connecteur est peut-être Vérifiez le branchement du
Keyboard stuck key failure
desserré ou le clavier est peut-être défectueux clavier

Vérifiez que vous avez


correctement épelé la
La commande entrée n'existe pas ou n'a pas le
Bad Command or file name commande, mis des espaces
nom d'accès que vous avez spécifié
aux endroits convenables et
utilisé le nom d'accès correct

Vérifiez la mise en place des


câbles (sens de connexion,
Un câble est peut-être desserré ou la disquette
Diskette read failure enfichage... ). Essayez avec
est défectueuse
une autre disquette pour
confirmer le diagnostic

Si vous utilisez MS-DOS,


exécutez l'utilitaire
L'unité de disquette ou de disque dur ne peut SCANDISK pour examiner la
Data error
pas lire les données structure des fichiers de
l'unité de disquette ou du
disque dur

Un câble est peut-être desserré ou l'information Vérifiez la mise en place des


Diskette drive 0(1) seek
de configuration du système ne correspond câbles (sens de connexion,
failure
peut-être pas à la configuration de l'équipement enfichage)
- 37 -1
37
Pas de disquette dans l'unité. L'utilisation
Mettez une disquette dans
Drive not ready nécessite une disquette dans l'unité pour
l'unité ou fermez-le le loquet
pouvoir continuer
Remplacez la disquette par
La disquette insérée dans le lecteur n'est pas
Non system disk or disk une disquette système ou
bootable ou le disque dur ne possède pas de
error réinstallez votre système
système d'exploitation
d'exploitation
Message suivi d'une
information spécifique telle
Le système d'exploitation est incapable que PRINTER OUT 0F
Général failure
d'exécuter la commande PAPER (plus de papier dans
l'imprimante ). Répondez par
l'action appropriée
Sauvegardez ce que vous
Hard-disk drive read failure Le disque dur est défectueux pouvez et changez le disque
dur
Invalid configuration Les informations de configuration du système ne Accédez au setup du
information, Please run correspondent pas à la la configuration de système et corrigez la
Setup program l'équipement configuration
Eteignez l'ordinateur,
Le logiciel que vous tentiez d'utiliser est en
attendez 30 secondes et
Memory Allocation error conflit avec le système d'exploitation, un autre
rallumez-le. Utiliser le
programme d'application ou un utilitaire
programme de nouveau
Vérifiez les branchements de
Decreasing available Une ou plusieurs barrettes SIMM peuvent être
votre RAM et si le problème
memory défectueuses ou incorrectement mises en place
persiste, changez-la
Memory address line failure
Une ou plusieurs barrettes SIMM sont peut-être Vérifiez l'insertion des
at address, read value
défectueuses ou incorrectement enfichées barrettes mémoire
expecting value
Memory data line failure at
Une ou plusieurs barrettes SIMM sont peut-être Vérifiez l'insertion des
address, read value
défectueuses ou mal enfichées barrettes mémoire
expecting value
Memory odd/even logic
Une ou plusieurs barrettes SIMM sont peut-être Vérifiez l'insertion des
failure at address, read
défectueuses ou mal enfichées barrettes mémoire
value expecting
Memory parity failure at
Une ou plusieurs barrettes SIMM sont peut-être Vérifiez l'insertion des
address, read value
défectueuses ou mal enfichées barrettes mémoire
expecting value
Un des secteurs de la disquette ou du disque
Sector not found Exécutez Scandisk
dur est défectueux
Memory size in CMOS Quantité de mémoire enregistrée dans les Allez dans le Bios et vérifiez
invalid informations du Bios est incorrecte la mémoire
Vérifiez que votre disque dur
est bien déclaré dans le Bios,
L'ordinateur ne peut pas trouver l'unité de
"No boot device available" si le message persiste,
disquette ou de disque système
réinstallez votre système
d'exploitation
No boot sector on hard-disk L'ordinateur ne peut pas trouver de système Même chose que pour "No
drive d'exploitation sur le disque dur boot device available"
3. PARAMETRAGES
Afin de tirer le maximum de performances de la configuration de votre machine, il est possible
d’agir sur les paramètres du BIOS stockés dans une mémoire CMOS (Complementary Metal Oxyde
Semiconductor). Cette dernière est continuellement alimentée, par une pile au lithium, même lorsque
l’ordinateur est hors tension.

- 38 -1
38
A cet effet, il est nécessaire de lancer un programme particulier se trouvant dans le BIOS : le
setup. Il existe plusieurs techniques pour accéder à ces paramètres. La plus courante consiste à activer une
combinaison de touches juste après la mise sous tension, mais certains PC exigent un programme
particulier.

Parmi les touches ou combinaisons de touches ont trouve :

• Suppr (ou Del) ;


• F1 ;
• F2 ;
• Ctrl+Alt+Echap ( ou Ctrl+Alt+Esc) ;
• Ctrl+Alt+S ;
• Maj+F9 ;
• F10.

Vous obtenez alors un écran principal qui peut ressembler à celui ci-dessous.

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a

 Standard CMOS Features  Frequency / Voltage Control

 Advanced BIOS Features Set Supervisor Password

 Advanced chipset Features Set User Password

Load High Performance Defaults


 Power Management Features
Load BIOS Setup Defaults
 PNP / PCI Configurations
Save & Exit Setup
 Integrated Peripherals
Exit Without Saving
 PC Health Status

F1 : Help ↑↓ : Select Item +/- : Change Values F7 : Setup Defaults


Esc : Exit ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F10 : Save & Exit

Set Time, Date, Hard Disk Type …

Chaque ligne de ce menu principal affiche le nom des différents sous-menus accessibles. La
description de leur contenu apparaît en bas d’écran. Des touches de contrôle permettent de naviguer dans
cet écran, de sélectionner ou d’en sortir.

Il suffit donc d’utiliser les touches fléchées du clavier pour mettre en surbrillance un des sous-
menus, et d’appuyer sur la touche « Entrée » pour accéder à un écran secondaire. Parmi toutes les options
possibles figurent en général :
• Standard CMOS Features (ou Standard CMOS Setup), une option permettant le
paramétrage des éléments standards du BIOS, tel que, la date et l’heure, la
définition des disques et des erreurs bloquantes au démarrage ;
• Advanced BIOS Features (ou BIOS Features Setup) qui permet de paramétrer les
éléments avancés du BIOS, comme la détection des virus, l’activation de la mémoire
cache, de la séquence de boot ou encore d’un mot de passe ;

- 39 -1
39
• Advanced Chipset Features (ou Chipset Features Setup) servant au paramétrage
des éléments relatifs au registre du chipset avec, entre autre, le choix des temps
d’accès à la mémoire centrale ou le fonctionnement de l’AGP ;
• Power Management Features (ou Power Management Setup), ensemble de réglages
pour les économies d’énergie ;
• PNP/PCI Configurations (ou PCI & Onboard I/O Setup), dans lequel il est possible,
en ayant de bonne connaissances, de configurer manuellement les IRQ du bus PCI ;
• Integrated Peripherals, qui est un menu qui ne risque pas de détruire des données ou
des composants, mais qui peut quand même empêcher le PC de fonctionner
correctement. C’est un menu utilisé pour changer les choix relatifs aux périphériques
intégrés ;
• PC Health Status, menu optionnel permettant de visualiser l’état des éléments
présents dans la machine (principalement la température du CPU et les différentes
tensions délivrées à la carte mère) ;
• Frequency/Voltage Control, menu utilisé pour définir les différents paramètres tels
que fréquence et tension ;
• Set Supervisor Password, pour entrer un mot de passe superviseur ;
• Set User Password, pour entrer un mot de passe utilisateur ;
• Load High Performance Defaults, pour charger les valeurs qui donnent les meilleures
performances tout en affectant peut-être la stabilité du système ;
• Load BIOS Setup Defaults, pour charger les valeurs d’usine pour le BIOS ;
• Save & Exit Setup ; permettant de sauvegarder toutes les modifications faites dans la
mémoire CMOS avant de sortir du setup ;
• Exit Without Saving, pour une sortie sans sauvegarde.

3.1 Standard CMOS Features (Fonctions standards du BIOS)


On trouve dans ce premier menu neuf paramétrages possible.

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a


Standard CMOS Features [ Setup Help ]

System Time : 13:55:33 Time is 24 hours format


System Date : Aug 01 2002 Thu

Primary IDE Master Hour : 00 - 23


Minute : 00 - 59
Primary IDE Slave Seconde : 00 – 59

Secondary IDE Master


( 1:30 AM = 01:30:00
Secondary IDE Slave 1:30 PM = 13:30:00 )

Floppy Drive A : 1.44 MB 3½


Floppy Drive B : Not Installed
Boot Sector Virus Protection
F1 : Help ↑↓: Select Item +/- : Change Value F7 : Setup Defaults Esc
: Previous Menu ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-Performance

- 40 -1
40
3.1.1 System Time
Permet d’entrer la date, le format de celle-ci qui est : <jour> <mois> <date> <année>.

• jour : jour de la semaine, du dimanche au samedi ;


• mois : choix du mois, de Jan. à Dec ;
• date : choix dans la date va du 1 au 31 ;
• Année : l’année peut-être indiquée par l’utilisateur.

3.1.2 Primary/Secondary IDE Master/Slave

Appuyez sur PgUp/<+> ou PgDn/<-> pour choisir le type du disque dur. Les spécifications
du disque dur apparaîtront sur la droite en fonction de votre sélection.

Un certain nombre de types de disques sont prédéfinis dans le BIOS. Si votre disque dur ne
fait pas partie de cette liste, sélectionner un type Auto ou User.

Paramètres Signification
Type Choix des paramètres du HDD
Cylinders Nombre de cylindres
Heads Nombre de têtes
Write Precompensation Valeur de précompensation en écriture
Sectors Nombre de secteurs
Maximum Capacity Lecture de la capacité maximale du disque dur
LBA Mode Mode de fonctionnement (Normal, Large, LBA)
Block Mode Mode de gestion des blocs

En définissant la valeur Auto le BIOS interrogera votre disque dur et définira


automatiquement ses paramètres à chaque mise en route. En choisissant la valeur User vous
devez définir vous même ses caractéristiques, pour le nombre de têtes (Heads), de secteurs
(Sectors) et de cylindres (Cylinders). Par contre une fois votre disque reconnu, il est très
intéressant de sauvegarder votre setup dans cette configuration, ce qui aura pour effet,
d’augmenter la rapidité de la séquence de boot du BIOS, le dispensant de l’interrogation
automatique du disque dur à chaque démarrage.

Le paramètre Precompensation n'est plus utilisé sur les disques modernes car définis dans
leur propre jeu de paramètres. Quelque soit la valeur à laquelle vous l'initialiserez (-1 ou 65535), le
disque dur ignorera cette valeur.

Maximum Capacity correspond à une lecture de la capacité de votre disque dur et n’est
donc pas modifiable. Elle répond en fait à une formule de calcul qui est la suivante :
Maximum Capacity = (Heads * Cylinders * Sectors * 512) : 1 000 000

La valeur 512 correspond au nombre d’octets utilisés par un secteur, alors que la valeur 1
000 000 sert à calculer la taille en mégaoctets décimaux.

LBA Mode : Aujourd'hui, tous les disques durs ont une capacité supérieure à 1 Go. Pour
pouvoir accéder à des partitions supérieures à 528 Mo, il faut valider le mode LBA (Logical Block
Addressing) en utilisant une détection automatique des disques. Attention toutefois si vous
transposiez votre disque dans un autre PC ne gérant pas ce mode, vous risquez de détruire toutes
les données qu’il contient.

Block Mode spécifie le mode de translation ou d’adressage du disque. Il doit aussi être
paramétré en Auto pour accroître les performances du disque dur.

Fast Programmed I/O Modes Choisir Auto pour augmenter les performances du disque
dur en optimisant le hard disk timing.

32 Bit Transfer Mode Active le 32 bits pour augmenter le taux de transfert du disque dur
IDE

- 41 -1
41
3.1.3 Floppy Drive A:/B:

Permet d’indiquer le type de lecteur de disquette qui est installé. Les options disponibles
sont : Not Installed, 1.2 MB 5¼, 720 KB 3½, 1.44 MB 3½ et 2.88 MB 3½.

3.1.4 Boot Sector Virus Protection

Cet élément permet la mise en place du dispositif d’alerte (Virus Protection) au niveau du
secteur de boot du disque dur IDE. Choisir Enable, permet l’envoi d’un message et d’un bip sonore
s’il y a une tentative d’écriture sur la table de partition du secteur de boot. Cet élément ne protège
que le secteur de boot, et non la totalité du disque.

Attention toutefois de désactiver cette option lors de l’installation d’un système d’exploitation
comme Windows 95 ou 98, car l’installation échouera juste après avoir accepté les termes de la
licence Microsoft.

Si votre BIOS ne permet pas la désactivation du programme antivirus vous pouvez installer
Windows en lui interdisant de modifier le secteur de boot ou utiliser un programme tel que Virwarn,
les deux méthodes étant disponibles sur le site :

http://web.inter.nl.net/hcc/J.Steunebrick/virwarm.htm

3.1.5 Remarques
Dans certains setup, peuvent apparaître, dans ce sous-menu, d’autres rubriques comme :

• Installed Memory, permettant de connaître le type et la quantité de mémoire


(basse ou conventionnelle, étendue, supplémentaire pour programmes résidants
ou shadow RAM et la somme des trois valeurs précédentes représentant la
mémoire totale).
• Halt On, où sera définie la stratégie à adopter après la détection d’une erreur
interdisant ou non le boot suivant l’option choisie (No errors, All errors, All but
keyboard, All but disk).

3.2 Advanced BIOS Features (Fonctions avancées du BIOS)


Les paramètres accessibles dans ce menu varient, ici aussi, d’un BIOS à l’autre. Parfois, on y
retrouve regroupées certains options présentes dans les fonctions avancées du chipset. L’examen du nouvel
écran proposé permet d’observer une quinzaine de paramétrages possibles.

3.2.1 Quick Boot

Permet au système de booter dans les 5 secondes, sans effectuer le contrôle de certains
éléments dont notamment le fastidieux test de la mémoire vive. Les options disponibles sont :
Enabled et Disabled. Choisir Enabled.

3.2.2 Full Screen Logo Show

Cette fonction vous permet d’activer l’apparition du logo de la société à l’écran de boot. Les
choix sont :

• Disabled pour montrer le message de POST au boot ;


• Enabled pour montrer une image à l’écran de boot.

- 42 -1
42
AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a
Advanced CMOS Features [ Setup Help ]

Quick Boot Enabled


Full Screen Logo Show Disabled
 Boot Sequency
S-M-A-R-T- for Hard Disks Disabled
BootUp Num-Lock On
Floopy Drive Swap Disabled
Floopy Drive Seek Disabled
Primary Display VGA / EGA
Password Check Setup
Boot To OS / 2 No
Internal Cache Enabled
System BIOS Cacheable Enabled
C000, 32k Shadow Cached
APIC Function Enabled
MPS Table Version 1.4

F1 : Help ↑↓ : Select Item +/- : Change Values F7 : Setup Defaults


Esc : Previous Menu ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-Performance

3.2.3 Boot Sequency


Validée par la touché “Entrée”, on voit apparaître l’écran suivant.

Boot Sequency

1st Boot Device Floppy ;


2nd Boot Device IDE-0 ;
3rd Boot Device CDROM ;
Try Other Boot Device Yes

1st/2nd/3rd Boot Device va déterminer l’ordre dans lequel le BIOS va tenter de démarrer
le PC. Les choix sont :

• IDE-0 Boot à partir du 1er disque dur ;


• IDE-1 Boot à partir du 2e disque dur ;
• IDE-2 Boot à partir du 3e disque dur ;
• IDE-3 Boot à partir du 4e disque dur ;
• Floppy Boot depuis le lecteur de disquette ;
• ARMD-FDD depuis une disquette LS-120 ou ZIP ;
• ARMD-HDD depuis une disquette MO ou ZIP ;
• CD/DVD à partir du CD/DVD ROM ;
• Legacy SCSI Boot depuis le SCSI ;
• Legacy NETWO Boot depuis le réseau
• BBS-0 Boot depuis le premier matériel compatible BBS (BIOS Boot
specification) ;
• BBS-1 Boot depuis le second matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;
• BBS-2 Boot depuis le troisième matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;
• BBS-3 Boot depuis le quatrième matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;

- 43 -1
43
• BBS-4 Boot depuis le cinquième matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;
• BBS-5 Boot depuis le sixième matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;
• BBS-6 Boot depuis le septième matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;
• BBS-7 Boot depuis le huitième matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;
• BBS-8 Boot depuis le neuvième matériel compatible BBS (BIOS boot
Specification) ;
• BBS-9 Boot depuis le dixième matériel compatible BBS (BIOS Boot
Specification) ;
• USB FDD boot à partir de l’interface floppy USB ;
• USB CD-ROM boot à partir de l’interface CD-ROM en USB ;
• USB HDD boot à partir de l’interface du disque dur USB ;

Try Other Boot Devices En choisissant Yes, vous autoriserez le système à “booter” sur
d’autres périphériques si le système n’arrive pas à “booter” sur le 1er, 2ème et 3ème choix.

3.2.4 S.M.A.R.T. for Hard Disks


Permet l’activation de S.M.A.R.T. (Self-Monitoring Analysis & Reporting Technology).
S.M.A.R.T est utile pour surveiller l’état de votre ou vos disques durs en vous avertissant des
défaillances. Cela vous permet de déplacer vos données sur un autre disque dur par exemple,
avant que le disque à problème ne devienne inutilisable. Les choix sont Enabled et Disabled.

3.2.5 BootUp Num-Lock


Cet élément permet de sélectionner l’état du Num Lock (verrouillage numérique) quand le
système est en fonction. Mettre sur On active le pavé numérique. Mettre sur Off permet l’utilisation
des flèches sur le pavé numérique.

3.2.6 Floppy Drive Swap

Ce paramètre est utilisé pour intervertir les lecteurs de disquette A: et B:. Le paramètres
standard est Disabled. A n’utiliser que lorsqu’un PC possède deux lecteurs, le but étant de les
intervertir sans toucher au câblage. Attention, cette fonction n’est pas tolérée avec Windows NT.

3.2.7 Floppy Drive Seek

En choisissant Enabled indique au BIOS qu’il faut chercher le lecteur A avant de démarrer
le système. En position Enabled, le BIOS va activer le lecteur de disquette durant la procédure de
boot. L’activité du lecteur est indiquée par une lumière sur le lecteur. Premièrement A: puis B si ce
dernier existe. Par contre, ce paramètre n’a aucune influence sur le comportement de la séquence
de boot. Vous pouvez donc le désactiver, cela vous fera gagner du temps au démarrage.

3.2.8 Primary Display


Ceci configure le sous-ensemble primaire d’affichage dans l’ordinateur. Les options
disponibles sont Mono (monochrome), CGA40x25, CGA80x25, VGA/EGA et Absent.

3.2.9 Password Check


Avec cette option vous pouvez spécifier le type de mot de passe pour la protection de l’AMI
BIOS. Les choix sont les suivants :

• Setup pour lequel le mot de passe n’est demandé que lors de l’entrée dans le
setup ;
• Always c’est à dire demandé à chaque démarrage et lors de l’accès au setup.

- 44 -1
44
3.2.10 Boot To OS/2
Ceci vous permet d’exploiter le système d’exploitation Os/2® avec une DRAM supérieure à
64MB. Quand vous choisissez la valeur No, vous ne pouvez exploiter le système comme indiqué à
la ligne précédente.

3.2.11 Internal Cache


La mémoire cache est une mémoire additionnelle plus rapide que la mémoire DRAM
(system memory). Quand le CPU a besoin de données, le système transfert celles-ci de la DRAM
vers la mémoire cache lui permettant ainsi un accès plus rapide à l’information. Ce paramètre
contrôle le cache interne (aussi appelé L1 ou cache de niveau 1). En choisissant Enabled cela
augmente les performances du système.

3.2.12 System BIOS Cacheable


En choisissant Enabled cela permet de mettre une copie de la mémoire morte dans la zone
de mémoire vive F0000h-FFFFFh, ceci ayant pour effet d’accroître les performances du système.
Cependant si un programme essaye d’écrire sur cette portion de mémoire, une erreur pourrait
survenir, il sera alors nécessaire de désactiver cette option.

3.2.13 C000, 32k Shadow

Le principe est le même que pour l’option précédente, c’est à dire l’attribution de zones de
mémoire vive à des programmes stockés en mémoire morte. Le problème avec les zones mémoire
du BIOS (jusqu’à la zone DC000h-DFFFFh), c’est qu’elles concernent aussi les cartes d’extension
du PC, d’où possibilité de conflits qui peuvent empêcher le PC de démarrer ou le planter en cours
d’utilisation. L’option Cached est à privilégier parmi les choix les suivants :

• Disabled, signifiant que le contenu de la ROM n’est pas copié dans la RAM ;
• Enabled, où au contraire, on copie le contenu de la ROM en RAM pour accroître
les performances du système ;
• Cached, avec cette fois, sans copie, la possibilité de lecture et d’écriture
directement depuis la mémoire cache.

3.2.14 APIC Function


Cet élément est utilisé pour activer ou désactiver l’APIC (Advanced Programmable Interrupt
Controller). Suivant compatibilité, le système est autorisé à fonctionner en mode APIC. Dans ce
cas choisir : Enabled

3.2.15 MPS Table Version


Cet élément permet de choisir la version de MPS (Multi-Processor Specification) que doit
utiliser le système d’exploitation. Vous devez choisir une version qui est supportée par votre
système d’exploitation. Pour la trouver, il vous suffit de consulter la documentation fournie avec
votre système d’exploitation. Les choix sont 1.4 et 1.1.

- 45 -1
45
3.3 Advanced Chipset Features (Fonctions avancées du Chipset)
Dans ce troisième sous-menu, il est possible de paramétrer les temps d’accès à la mémoire
centrale et de définir également des paramètres pour le port AGP ; le changement de ces paramètres
nécessitant de bonnes connaissances en la matière.

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a


Advanced Chipset Features [ Setup Help ]

 DRAM Timing Control

AGP Timing Control

PCI Delay Transaction Disabled

F1 : Help ↑↓ : Select Item +/- : Change Values F7 : Setup Defaults


Esc : Previous Menu ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-Performance

3.3.1 DRAM Timing Control


La mise en surbrillance et la validation par ”entrée” permet d’avoir accès à un autre menu
déroulant ayant l’apparence ci-dessous.

DRAM Timing Control

Current Host Clock 128 MHz


Configure SDRAM Timing by SPD
SDRAM Frequency Auto
SDRAM CAS# Latency 2.5
Row Precharge Time Auto
RAS Pulse Width Auto
RAS to CAS Delay Auto
Bank Interleave Disabled
DDR DQS Input Delay Auto
SDRAM Burst Length 4 QW
SDRAM 1T Command Disabled
Fast Command Normal
Fast R-2-R Turnaround Disabled

Dans ce nouvel écran les paramétrages possibles sont :

• Current Host Clock, qui permet de montrer la fréquence actuelle du bus FSB du
CPU ;
• Configure SDRAM Timing by, Indique si la DRAM timing est contrôlée par le
SPD (Serial Presence Detect), ce qui en fait consiste à demander à la mémoire
les paramètres qu'elle possède pour pouvoir l'utiliser. En choisissant SPD,
SDRAM Frequency, SDRAM CAS# Latency, Row Precharge Time, RAS Pulse
Width, RAS to CAS Delay et SDRAM Bank Interleave seront automatiquement
déterminés par le BIOS. L’option User permet à l’utilisateur de configurer les
éléments manuellement.
• SDRAM Frequency, Permet de configurer la fréquence d’horloge de la SDRAM
installée. Il est en effet possible de faire tourner un processeur avec une FSB de
100 MHz et d'avoir une FSB de 133 MHz pour la SDRAM. Les choix sont :
200MHz, 266MHz, 333MHz, 400MHz, Auto.

- 46 -1
46
• SDRAM CAS# Latency est un paramètre qui agit sur le temps d’accès à la
mémoire vive de type SDRAM ou DDR-SDRAM. CAS (Column Address Strobe)
correspond au mode d’accès en colonne. En fait cette fonction contrôle le délai
(en cycle d’horloge) entre le moment où la mémoire reçoit une requête et le
moment où elle la lit. Les choix sont : 1.5, 2, 2.5, 3.0 (cycles), sachant que 2
(cycles) accroît les performances tandis que 3 (cycles) offre des performances
plus stables.
• Row Precharge Time, est un élément contrôlant le nombre de cycles pour le
mode d’accès en ligne (Row Address Strobe). Si le temps accordé à la RAS est
trop court pour accumuler sa charge, alors elle ne pourra retenir les informations.
Cette fonction ne fonctionne que si c’est de la DRAM synchrone qui est installée
dans le système. Les choix sont : 2T et 3T.
• RAS Pulse Width, permet de choisir le nombre de cycles d’horloge alloué pour
la RAS, en fonction des spécifications de la DRAM. Moins il y a de cycles
d’horloge, plus la DRAM est performante. Les choix sont : 6T, 5T.
• RAS to CAS Delay, Quand la DRAM est rafraîchit, les lignes et les colonnes
sont adressées séparément. Ceci permet ainsi de déterminer le temps de
transition entre la RAS (row address strobe) et la CAS (column address strobe).
Moins il y a de cycles d’horloge, plus la DRAM est performante. Les choix sont :
3T et 2T.
• Bank Interleave, qui permet de choisir entre 2-bank et 4-bank pour la SDRAM
installée. Désactivez cette fonction si la SDRAM est inférieure à 16MB. Les
explications relatives à ce paramètre sont encore assez floues et dépendent des
fabricants. Les choix sont : Disabled, 2-Way et 4-Way. Pas d'influence
particulière sur les performances du PC.
• DDR DQS Input Delay, un paramètre permet de choisir le délai pour le DQS afin
d’accroître le “setup time et hold time” des données, ce qui augmente la stabilité.
Les options sont : Auto, 18, 08, 0E, 0F.
• SDRAM Burst Length, qui est un élément permettant de spécifier la taille de
Burst-Length pour la DRAM. La fonction Bursting est une technique qui permet à
ma DRAM de prévoir la prochaine zone mémoire à utiliser lorsque la première
zone est en cours d’utilisation. Pour utiliser cette fonction, vous devez définir le
burst length, qui est l’actuel longueur de zone plus l’adresse de départ permettant
de générer la prochaine zone de mémoire. Plus la taille est grande, plus la DRAM
est performante. Les choix sont : 4 QW et 8 QW.
• SDRAM 1T Command, contrôle la cadence de commande de la SDRAM.
Choisir Enabled pour autoriser le contrôleur de signal SDRAM pour fonctionner à
un taux de 1T (T=cycle d’horloge). Choisir Disabled fait fonctionner le contrôleur
de signal à un taux de 2T. 1T est plus rapide que 2T. Les options: Disabled,
Enabled.
• FastCommand, Cet élément contrôle le timing interne du CPU. Choisir Ultra
autorise le CPU à manipuler de façon rapide les données/instructions. En
choisissant Fast cela permet au CPU de manipuler de façon rapide des données,
alors que Normal permet une manipulation des données plus lente.
• Fast R-2-R Turnaround, permet d'interrompre une opération de lecture pour en
commencer une autre sur n'importe quelle bank. Le passage d'une lecture à une
autre nécessite au minimum un cycle d'horloge. En choisissant Enabled cela
réduit l’intervalle “turnaround” permettant d’accroître les performances. Les
options sont : Disabled, Enabled.

En revenant au menu précédent par un appui sur la touche "Echap", on a alors la possibilité
d'accéder à un autre sous-menu appelé : AGP Timing Control.

- 47 -1
47
3.3.2 AGP Timing Control
Ce nouvel écran permet d'avoir accès à six paramètres

AGP Timing Control

AGP Mode 4x
AGP Fast Write Enabled
AGP Aperture Size 128 MB
AGP Master 1 W/S Write Disabled
AGP Master 1 W/S Read Disabled
AGP Read Synchronization Disabled

• AGP Mode, permet de définir le mode de fonctionnement de l'AGP. Les options:


1x, 2x, 4x, Auto. Choisir 4x uniquement si votre carte graphique le supporte.
• AGP Fast Write, active ou désactive le dispositif AGP Fast Write. La technologie
Fast Write permet au CPU d’écrire directement sur la carte graphique sans passer
par la mémoire système. Choisir Enabled uniquement dans le cas ou la carte
supporte cette fonction.
• AGP Aperture Size, réglage permettant de déterminer la taille d’ouverture de
l’AGP. L’ouverture correspond à une partie de la plage d’adresse mémoire PCI
dédiée pour l’adresse de mémoire graphique. Cela permet de créer une sorte
d'une zone tampon pour les textures de la carte graphique. Les choix sont : 4MB,
8MB, 16MB, 32MB, 64MB, 128MB, et 256 MB. Par défaut, la valeur correspond à
la taille de la mémoire installée ou à 16 MB, suivant le BIOS. Dans tous les cas le
principe de fonctionnement n'est pas convaincant : pas de gain en performance si
mauvaise carte graphique et inutilité car mémoire intégrée pour excellente carte
graphique. Laisser le paramètre par défaut du BIOS.
• AGP Master 1 W/S Write, élément qui permet à l’utilisateur d’entrer un statut
d’attente dans les cycles d’écriture dans l’AGP. Les choix sont Enabled et
Disabled.
• AGP Master 1 W/S Read, élément qui permet à l’utilisateur d’entrer un statut
d’attente dans les cycles de lecture dans l’AGP. Les choix sont : Enabled et
Disabled.
• AGP Read Synchronization, Vous pouvez activer ou désactiver la fonction de
synchronisation de l’AGP. Les choix sont : Enabled et Disabled.

3.3.3 PCI Delay Transaction

Le chipset comporte un buffer 32 bits de post-écriture, afin de supporter les différences de


vitesse de bus. C'est une fonction qui ne sert que sur les cartes mères possédant des connecteurs
ISA, quand les cartes ne sont pas au moins compatibles PCI 2.1. Activée, cette option permet une
compatibilité avec la spécification PCI 2.1. Les choix sont Enabled et Disabled.

- 48 -1
48
3.4 Power Management Features (Fonctions d'économie d'énergie)
Bien pratique lorsque vous laissez votre PC allumé 24h/24, les fonctions d'économie d'énergie sont
très utiles. En revanche elles doivent être maniées avec précautions, car certains logiciels réagissent mal
aux différents paramétrages. Il est aussi souvent nécessaire également de désactiver les fonctions
d'économie d'énergie lorsque l'on installe ou modifie un système d'exploitation. Les différents paramètres
sont les suivants :

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a


Power Management Features [ Setup Help ]

IPCA Function Yes


ACPI Stanby State S1 / POS
Call VGA Bios at S3 Resuming Enabled
USB Wakeup From S3 Enabled
Power Management / APM Enabled
Power / Sleep LED Single LED
Suspend Time Out (Minute) Disabled
Display Activity Ignore
CPU Critical Temperature Disabled
Power Button Function On / Off
After AC Power Loss Power Off
Set Wakeup Events

F1 : Help ↑↓: Select Item +/- : Change Values F7 : Setup Defaults


Esc : Previous Menu ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-Performance

3.4.1 IPCA Function


Cette option permet d’activer ou non l’ACPI Advanced Configuration and Power
Management (configuration avancée de la gestion de l’alimentation). Si votre OS est compatible
ACPI, comme Windows 98, 2000, ME, XP choisissez Yes. C’est un système utilisé pour mettre en
veille l’ordinateur en conservant les données intactes en mémoire vive. Au lieu d’éteindre votre
ordinateur, celui-ci va se mettre en veille, comme s’il s’éteignait, mais conserve en réalité une toute
petite partie de consommation électrique pour garder en mémoire vive toutes nos applications
ouvertes, ainsi que leurs données, là ou vous les laissez.

3.4.2 ACPI Standby State


Cet élément spécifie le mode pour la fonction ACPI. Si votre OS supporte l’ACPI, vous
pouvez choisir le mode Standby en S1(POS) ou S3(STR). Le mode S1 est un état de veille léger.
Le mode de veille S3 est un mode STR (Suspend to RAM) où les informations et la configuration
du système ainsi que les applications en cours d’utilisation sont sauvegardées tandis que les
éléments (matériels) sont off. Les informations stockées en mémoire sont utilisées lorsque l’état de
veille est interrompu. Auto Le BIOS détermine automatiquement le meilleur mode.

3.4.3 Call VGA BIOS at S3 Resuming


Choisir Enabled permettra une initialisation de la carte VGA lorsque le système sortira d’un
état de veille (S3). Le système de “resume time” est raccourci lorsque la fonction est désactivée,
mais votre système va avoir besoin d’un driver AGP pour initialiser la carte VGA. Si le driver AGP
de la carte ne supporte pas la fonction d’initialisation, l’affichage ne sera pas normal ou ne
fonctionnera pas une fois sorti de la position de veille S3.

3.4.4 USB Device Wakeup From S3

Cet élément donne la possibilité de démarrer (Wake up) le système à partir de l’état de mise
en veille S3. Les choix sont : Enabled et Disabled.

- 49 -1
49
3.4.5 Power Management/APM
Choisir Enabled permet d’activer le dispositif de gestion d’énergie APM (Advanced Power
Management) . De par ce choix, il est possible d’intervenir sur le BIOS à partir de la gestion de
l’alimentation (Panneau de configuration) de votre système.

3.4.6 Power/Sleep LED


Cet élément indique au système comment utiliser le power LED pour indiquer l’état de veille.
Les options disponibles sont : Single LED (la LED est éteinte pour indiquer l’état de veille) et Dual
LED (la LED change de couleur pour indiquer l’état de veille).

3.4.7 Suspend Time Out (Minute)


Après une période d’inactivité du système, tous les éléments à l’exception du CPU se
coupent. Les options sont : Disabled, 1, 2, 4, 8, 10, 20, 30, 40, 50, 60.

3.4.8 Display Activity


Ces éléments permettent de spécifier si le BIOS va gérer l’activité d’un périphérique ou
composant déterminé. En position to Monitor, toutes les activités détectées sur le périphérique ou
composant déterminé va faire sortir le système du veille. Les choix sont : Monitor, Ignore.

3.4.9 CPU Critical Temperature


Si la température du CPU dépasse une limité déterminée à l’avance dans le Bios, le
mécanisme d’alerte sera alors activé. Cela vous permet d’éviter les problèmes liés à la surchauffe
(détérioration du CPU).

3.4.10 Power Button Function


Cet élément permet de spécifier la fonction du bouton allumer/éteindre. Les choix sont :
On/Off fonction normale du bouton (allumer/éteindre). Suspend En appuyant une fois sur le
bouton, le PC se met en mode veille, mais si vous pressez plus de 4 secondes, le PC s’éteint.

3.4.11 After AC Power Loss


Cette option permet de spécifier comment le système doit se comporter après une coupure
de courant. Les options disponibles sont : Power Off qui laisse l’ordinateur en l’état. Power On qui
fait redémarrer l’ordinateur Last State qui restore les paramètres tels qu’ils étaient avant
l’interruption.

3.4.12 Set WakeUp Events

Set WakeUp Events

WakeUp On PME Disabled


Resume On KBC Disabled
WakeUp Key Any Key
WakeUp Password N/A
Resume On PS/2 Mouse Disabled
Resume By Alarm Disabled
Alarm Date Every Day
Alarm Hour 00
Alarm Minute 00
Alarm Second 00

- 50 -1
50
Les différentes options sont les suivantes :

• Wake Up On PME, Resume On KBC (avec “Wake-Up Key” et “Wake-Up


Password”), Resume On PS/2 Mouse, permettent de spécifier si le système doit
sortir de veille à partir de la réception d’un signal en provenance d’un périphérique
ou d’un matériel qui se serait signalé au système. Les choix sont : Enabled,
Disabled. Attention pour la fonction “Wake-Up Key”, l’option “Specific Key” fait
référence au mot de passe que vous avez indiqué dans “Wake-Up Password”.
Une fois le mot de passe entré, cela désactive “Resume on PS/2 Mouse”.
• Resume By Alarm, est utiliser pour activer/désactiver le boot du système à une
heure, minute, seconde déterminée à partir du mode S3. Les choix sont :
Enabled, Disabled.
• Alarm Date/Hour/Minute/Second, le système va automatiquement booter à une
heure, minute, seconde définie, à l’aide de ces paramètres si Resume By Alarm
est en position Enabled. Les choix disponibles sont : Date d’alarme 01 ~ 31, Tous
les jours ; Heure d’alarme 00 ~ 23 ; Minute de l’alarme 00 ~ 59 ; Seconde de
l’alarme 00 ~ 59.

3.5 PNP / PCI Configurations

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a


PNP / PCI Configurations [ Setup Help ]

Plug and Play Aware OS No


Clear NVRAM No
PCI Latency Timer 32
PCI IDE Bus Master Enabled
Primary Graphics Adapter PCI
PCI Slot 1 IRQ Auto
PCI Slot 2 / 5 IRQ Auto
PCI Slot 3 IRQ Auto
PCI Slot 4 / 6 IRQ Auto

F1 : Help ↑↓: Select Item +/- : Change Values F7 : Setup Defaults


Esc : Previous Menu ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-Performance

Cet écran permet de définir le mode d'attribution des interruptions (IRQ) du bus PCI. On y trouve
les paramétrages suivants :

3.5.1 Plug and Play Aware O/S


En position YES, le BIOS va initialiser automatiquement les cartes PnP utilisées lors du boot
(VGA, IDE, SCSI). Le reste des cartes sera initialisé par le système d’exploitation PnP (Windows®
98, 2000 ou ME). En position NO, le BIOS va initialiser toutes les cartes PnP. Choisissez YES si
l’OS est Plug & Play.

3.5.2 Clear NVRAM


L’ESCD (Extended System Configuration Data) NVRAM (Non-volatile Random Access
Memory) se trouve où le BIOS place les information de ressource pour chaque dispositif PNP et
non PNP dans un format de chaîne binaire. Quand cet élément est sur YES, le système va
remettre les bonnes valeurs une fois le système redémarré, mais après il se remet
automatiquement sur NO.

- 51 -1
51
3.5.3 PCI Latency Timer
C'est élément permet de contrôler la durée pendant laquelle un matériel sur le PCI peut
communiquer avec le bus avant de passer la main à un autre matériel sur un autre PCI. En
position higher values, tous les matériels sur les PCI peuvent transférer des données pendant une
durée importante. Pour de meilleures performances pour les PCI, vous devez choisir higher values.
Les choix vont de 32 à 248.

3.5.4 PCI IDE BusMaster


Ce paramètre permet d'activer le mode bus master (bus mastering) sur le port IDE PCI.
Vous pouvez optimiser les accès aux données de votre disque dur en validant cette option par
Enabled pour spécifier que le contrôleur IDE sur le bus local PCI est en “bus mastering”. Attention
cependant à ne pas oublier que contrairement au bus SCSI, le bus IDE ne peut pas lire et écrire
en même temps si deux périphériques lui sont reliés. Aussi ne raccordez que le disque dur
principal sur le câble. De plus ce mode nécessite un pilote de disque dur spécial pour W95 ou W98
livré par constructeur de la carte mère.

3.5.5 Primary Graphics Adaptor


Cet élément permet de spécifier le slot utilisé par votre carte VGA. (PCI, AGP).

3.5.6 PCI Slot1 IRQ, PCI Slot2/5 IRQ, PCI Slot3 IRQ, PCI Slot4/6 IRQ
Cet élément permet de spécifier une ligne d’IRQ pour chaque slot PCI. Les choix sont : 3, 4,
5, 7, 9, 10, 11, Auto. En choisissant Auto cela permet au BIOS de déterminer automatiquement la
ligne d’IRQ pour chacun des slots PCI. En cas de conflit il est possible de revenir à un réglage
manuel de l'attribution des IRQ.

3.6 Integrated Peripherials (Périphériques intégrés)


C'est un menu qui ne risque pas de détruire des données ou des composants, mais qui, en cas de
mauvais paramétrage, peut empêcher votre PC de fonctionner. On y trouve les fonctions suivantes :

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a


Integrated Peripherals [ Setup Help ]

 OnBoard PCI Controller


Floppy Disk Controller Auto
Serial-Port 1 Auto
Serial-Port 2 Auto
Port 2 Mode Normal
IR Pin Select IRRX/IRTX
Parallele Port Auto
Port Mode ECP
EPP Version M/A
Port IRQ Auto
Port DMA Auto
OnChip IDE Controller Both
OnChip USB Controller 6 USDB Ports
USB Legacy Support Disabled
Port 64/60 Emulation Disabled

F1 : Help ↑↓ : Select Item +/- : Change Values F7 : Setup Defaults


Esc : Previous Menu ←→ : Select Men Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-Performance

- 52 -1
52
3.6.1 OnBoard PCI Controller
Utilisé pour activer / désactiver le contrôleur PCI intégré. La mise en surbrillance de ce
paramètre et sa validation permettent d'avoir accès à une autre fenêtre proposant les options
suivantes :

• LAN Controller ;
• Serial ATA Controller ;
• 1394 Controller ;
• Audio Controller.

Il est nécessaire de mettre ces options en mode Enabled afin d’activer les contrôleurs pour
ces 4 matériels PCI.

OnBoard PCI Controller

LAN Controller Enabled


Serial ATA Controller Enabled
1394 Controller Enabled
Audio Controller Enabled

3.6.2 Flood Dick Controller


Paramètre utilisé pour activer / désactiver le contrôleur floppy intégré.

Options Description
Le BIOS va déterminer automatiquement s’il active ou pas
Auto
le contrôleur de disquette
Enabled Active le contrôleur de disquette
Disabled Désactive le contrôleur de disquette

3.6.3 Serial Port 1/2

Elément permettant de spécifier l'adresse pour les entrées / sorties du port série1 (COM A)
et du port série 2 (COM B). En choisissant Auto cela permet à l’AMIBIOS de détecter
automatiquement le bon port pour les E/S. Les choix possibles sont : Auto, 3F8/COM1,
2F8/COM2, 3E8/COM3, 2E8/COM4 et Disabled. On peut également agir sur deux autres
paramètres affectant le port série 2, qui sont :

• Serial Port2 Mode, qui permet d’indiquer le mode de fonctionnement pour le


port série 2. Les choix sont : Normal, 1.6uS, 3/16 Baud et ASKIR (les 3 derniers
modes opératoires sont déstinés à la fonction IR).
• IR Pin Select, qui active ou désactive le port IR situé sur la carte mère. Mettre
en position IRRX/IRTX lorsque vous utilisez un module IR interne et que celui-ci
est connecté sur les broches “IR header”. Mettre en position SINB/SOUTB.
lorsque vous connectez un adaptateur IR sur le COM B.

3.6.4 Parallel Port


Utilisé pour indiquer l’adresse du port I/O sur le port parallèle. Choisir Auto permet à
l’AMIBIOS de déterminer automatiquement la bonne adresse du port I/O. Les choix sont : Auto,
378, 278, Disabled. Possibilité pour assurer la compatibilité des vieux périphériques de fixer
l'adresse en 378. D'autres options sont programmables pour paramétrer ce port :

• Port Mode, qui permet de choisir le mode de fonctionnement du port parallèle :


ECP, Normal, Bi-Dir ou EPP. Si le périphérique connecté est très vieux,
- 53 -1
53
choisissez le mode Normal, sinon préférez le mode ECP qui garantit une parfaite
reconnaissance et un très bon fonctionnement des imprimantes modernes.
• EPP Version, permet de sélectionner la version EPP utilisée par le port
parallèle, si le port est en mode EPP. Les choix sont : 1.7 et 1.9. Le mode EPP
peut être utilisé si vous rencontrez un problème d'impression et que vous êtes sûr
d'utiliser le bon pilote (notamment avec les HP LaserJet 5L et 6L).
• Port IRQ, qui indique que le BIOS détermine automatiquement l’IRQ du port
parallèle quand l'option Auto est validée.
• Port DMA, qui doit être configuré uniquement quand il est en mode ECP. En
Auto, le BIOS détermine automatiquement le canal DMA pour le port parallèle,
qui, par défaut est positionné à la valeur 3.

3.6.5 OnChip IDE Controller


Ceci vous permet d’activer et de désactiver les contrôleurs IDE intégrés à la carte mère. Les
choix sont : Disabled, Primary, Secondary et Both.

3.6.6 OnChip USB Controller

C'est une fonction permettant d’activer ou de désactiver les ports USB intégrés à la carte
mère. Les choix sont : Disabled, 2 USB Ports, 4 USB Ports, 6 USB Ports.

3.6.7 USB Legacy Support


Choisir All Device si vous voulez utiliser un matériel USB avec votre OS qui ne supporte
pas ou ne possède pas de drivers installés, tel que DOS et Unix. En position No Mice seulement si
vous voulez utiliser un matériel USB autre qu’une souris.

3.6.8 Port 64/60 Emulation


Cet élément vous permet d’activer ou de désactiver la fonction émulation du port USB 64/60.
Quand la fonction est activée, le clavier USB est en mesure d’utiliser des combinaisons spéciales.

3.7 PC Health Status (Etat de santé…de votre PC)

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a


PC Health Status [ Setup Help ]

Chassis Intrusion Disabled


CPU Fan Detection Enabled
CPU Temperature 47°C/116°F
System Temperature 41°C/105°F
CPU Fan Speed 3708 RPM
System Fan Speed 0 RPM
Vcore 1.664 V
+ 5. 0V 4.893 V
+12. 0V 12.958 V
- 12. 0V -12.810 V
- 5.0V - 5.327 V
Battery 3.328 V
+5V SB 4.896 V

F1 : Help ↑↓ : Select Item +/- : Change Values F7 : Setup defaults


Esc : Previous Menu ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-performance
Dans cette section du BIOS, désormais standard sur toutes les cartes de dernière génération, il est
possible de vérifier le comportement du PC, et notamment en ce qui concerne la température du processeur,
de l’intérieur du boîtier, le fonctionnement du ou des ventilateurs, etc…

- 54 -1
54
3.7.1 Chassis Intrusion
Active ou désactive le dispositif d’intrusion du boîtier. Lors d’une intrusion il y a un message
d’erreur qui apparaît. Pour effacer ce message il faut choisir Reset. De façon automatique, cet
élément va se remettre en Enabled (actif). Les choix sont : Enabled, Reset et Disabled.

3.7.2 CPU Fan Detection


Sur Enabled le système va automatiquement contrôler le CPU durant la séquence de boot.
S’il détecte que le ventilateur ne tourne pas il émettra un message d’erreur qui apparaîtra à l’écran
et interrompra la séquence de boot. Cette fonction ne protège votre CPU que si le connecteur
(CFAN1) est câblé. Dans le cas contraire mettre sur Disabled.

3.7.3 CPU/System Temperature, CPU/System Fan Speed, Vcore, +5.0V,


+12.0V, -12.0V, -5.0V, Battery, +5V SB
Ces éléments affichent l’état de certains composants. On peut trouver :

• CPU Temperature, paramètre qui indique en temps réel la température du


boîtier du processeur. Un processeur bien ventilé dépasse rarement 55°C. Ceci
n’est néanmoins qu’une indication, car cela dépend du processeur installé. La
température peut varier de 40°C à 70°C. Le capteur est un petit composant
généralement soudé à même la carte mère au centre du support socket du
processeur, mais on peut aussi le trouver au bout d’une petite languette de circuit
imprimé souple.
• System Temperature, représente la température à l’intérieur du boîtier du PC.
Cette température est rarement au dessus de 45°C.
• CPU Fan Speed, indicateur de vitesse place sur le processeur. En cas de
présence de 2 ventilateurs (CPU sur slot A ou slot 1) il peut y avoir 2 indicateurs.
Les vitesses sont indiquées en RPM, c’est à dire en tours par minute. Au delà de
6000 RPM, il faut surveiller le ventilateur qui tourne vraisemblablement trop vite.
Si la vitesse indiquée est entre 0 et 1000 RPM, le ventilateur doit être défectueux.
Attention le contrôle n’est possible que si le ventilateur est relié à la carte mère par
un connecteur à 3 broches.
• System Fan Speed, est un paramètre qui ne concerne que la pose d’un
ventilateur supplémentaire à l’intérieur du boîtier du PC, placé soit à l’arrière, en
dessous de l’alimentation, ou en face avant, protégé par une grille.
• Vcore, vous donne la valeur de la tension d’alimentation véritablement appliquée
au cœur du processeur. Elle est généralement comprise entre 1,2V et 2,15V pour
les dernières générations de processeurs. Eventuellement, comparer celle fournie
par le fabricant et celle mesurée. Si vous constatez que cette dernière est
supérieure à la première, vous pouvez éventuellement l’ajuster de manière soft
(dans certains BIOS) ou hard (par le positionnement de petits DIP Switchs se
trouvant sur votre carte mère).
• + 5. 0V, +12. 0V, - 12. 0V, -5.0V, Battery, +5V SB, sont des informations
dispensées permettant de savoir à quels niveaux réel se trouvent les tensions
normalisées fournies par l’alimentation.

- 55 -1
55
3.8 Frequency / Voltage Control
Ce menu est utilisé pour fixer vos paramètres concernant fréquence et tension.

AMI BIOS NEW SETUP UTILITY - VERSION 3.31a


Frequency / Voltage Control [ Setup Help ]

Spread Spectrum Disabled


CPU FSB Clock 133 MHz
CPU Ratio Auto
CPU Vcore (V) Auto
DDR Voltage Auto
Termination Vol (V) Auto
AGP Voltage (V) Auto

F1 : Help ↑↓: Select Item +/- : Change Values F7 : Setup Defaults


Esc : Previous Menu ←→ : Select Menu Enter : Select Sub-Menu F6 : Hi-Performance

3.8.1 Spread Spectrum


Les cartes mères créent des EMI (Electromagnetic Interference). La fonction de Spread
Spectrum réduit ces EMI. Si vous n’avez pas de problème d’EMI, laisser l’option sur Disabled, ceci
vous permet une stabilité du système et des performances optimales. Dans le cas contraire,
choisissez Enabled pour réduire les EMI. Cette fonction est à désactiver si vous voulez faire de
l’overclocking.

3.8.2 CPU FSB Clock


Ce paramètre vous permet de sélectionner le FSB du CPU (en MHz) et d’overclocker le
processeur en ajustant la fréquence du FSB à un niveau supérieur. Choisissez un nombre entre
100~280 selon vos besoins.

3.8.3 CPU Ratio/Vcore (V)


Cet élément est utilisé pour ajuster le multiplicateur de fréquence du CPU (ratio) et le voltage
du CPU (Vcore). Cet élément rend l’overclocking possible… Attention, changer le ratio du
CPU/Vcore pourrait rendre le système instable.

3.8.4 DDR Voltage (V)


Permet d’ajuster le voltage de la DDR (Vcore DDR). La modification de ces paramètres peut
entraîner une instabilité du système. Un changement à long terme de cet élément n’est pas
recommandé.

3.8.5 Termination Vol (V)


Des paramètres sont utilisés pour ajuster le “termination voltage”. Peu de renseignement
encore sur cette fonction. Les choix sont : Auto, 1.27, 1.29.

3.8.6 AGP Voltage (V)


Il est possible d'ajuster la tension de l'AGP, ceci permettant d'accroître les performances de
votre carte VGA lorsque vous l'overclockez, mais la stabilité du système pourrait en être affectée.
Les options possibles sont : Auto, 1.6, 1.7, 1.8.

- 56 -1
56
3.9 Mot de passe Superviseur / Utilisateur
Quand vous choisissez cette fonction, un message comme celui ci-dessous apparaît.

Enter New Supervisor Password

Entrer alors un mot de passe ne dépassant pas 6 caractères, puis appuyez sur "Entrée". Une
confirmation vous est alors demandée. Répéter alors l'opération. Laisser blanc pour désactiver le mot de
passe. Après l'apparition d'un message confirmant la désactivation, le système redémarre et vous pouvez
éventuellement entrer un nouveau mot de passe. Quand un mot de passe est en place, vous devrez toujours
le taper pour entrer dans le setup, ceci afin d'éviter que des personnes non autorisées n'effectuent des
changements sur votre machine.

Vous pouvez aussi mettre un mot de passe au niveau de la séquence de boot pour restreindre
l'accès à votre machine aux seules personnes autorisées. L'élément qui permet de déterminer quand un mot
de passe est nécessaire est l'option Password Check du menu Advanced BIOS Features. En position
Always, le mot de passe est nécessaire au moment du boot et pour entrer dans le setup. En position Setup,
le mot de passe n'est nécessaire que pour l'entrée dans le setup.

3.10 Load High Performance Defaults / Load BIOS Setup Defaults


Ces deux options du menu principal permettent à l'utilisateur de restaurer les valeurs par défaut du
BIOS, définies par le manufacturier, en choisissant High Performance defaults ou BIOS Setup defaults. Les
valeurs High Performance defaults permettent d'avoir un système performant, mais peut être pas stable.
BIOS Setup defaults assure la stabilité avec des performances tout à fait correctes. La validation de ces
options fait apparaître les fenêtres suivantes :

[ Load High Performance Defaults ]


WARNING! This default might have potential reliability risk.
Press [ Enter ] to Continue
Or [ ESC ] to Abort

[ Load BIOS Setup Defaults ]

Press [ Enter ] to Continue


Or [ ESC ] to Abort

- 57 -1
57
Optimisation logicielle

Comme nous venons de le voir au cours du chapitre précédent, l’optimisation des performances
d’un PC est assez limitée une fois l’achat de votre matériel effectué. Il est donc important de faire le bon
choix. Une fois l’acquisition réalisée, vous avez pu, par quelques exemples, vous rendre compte que
l’optimisation de votre matériel dans son fonctionnement, pouvait aussi dépendre de paramètres définis par
votre système d’exploitation, dans les fichiers système ou dans la base des registres. Il serait bien trop long
d’étudier tous les systèmes actuellement sur le marché, aussi, dans ce dernier chapitre, il m’a paru plus
sensé d’essayer de vous orienter vers les applications "indispensables" qui compléteront vos logiciels de
base (traitement de texte, tableur…). Néanmoins , pour être complet, sachet qu’il existe des logiciels
spécialisés pour accéder aux fonctions et paramètres cachés des systèmes d’exploitation Windows. Ils ont
pour noms : Tweak-XP (http://www.totalidea.com), et TweakUI disponible (gratuitement !) sur le site de
Microsoft (http://www.microsoft.com)

Si l'examen de quelques utilitaires peut paraître évidente, puisqu’ils ont comme objectif d’optimiser
la machine, d’aider éventuellement à son dépannage, une étude récente (l’informatique domestique et la
créativité numérique de l’institut Home Computer) a fait ressortir un intérêt tout particulier des possesseurs
de PC pour la création multimédia et l’Internet. Ceux sont donc deux domaines très en vogue pour lesquels il
est nécessaire de disposer de bons outils.

1. Les utilitaires

1.1 L’organisation du disque dur


Comme déjà annoncé dans le chapitre précédent, il existe un très puissant utilitaire de gestion des
disques durs, Partition Magic de PowerQuest qui permet, par exemple d’effectuer le partitionnement d’un
disque dur sans perdre son contenu, comme c’est normalement le cas avec la commande Fdisk du DOS.
Pour réaliser cette opération, il faut bien entendu que votre disque dispose d’assez d’espace libre pour
accueillir la nouvelle partition sur laquelle vous pouvez même mettre un autre système d’exploitation grâce à
un petit utilitaire qui accompagne Partition Magic et qui s’appelle Boot Magic.

- 58 -1
58
Outre la création, Partition Magic permet aussi de fusionner deux partition contiguës, en une seule
sans perte de données, à condition que les deux partitions aient été formatées selon le même système de
fichiers. La conversion du système de fichier d’une partition vers une autre est possible sous certaines
conditions

On peut également avec cet utilitaire redistribuer de l’espace libre, permettant d’en rajouter à des
partitions un peu à l’étroit.

De plus, la copie de partition permet de transférer le contenu d’une partition vers une autre, quelles
soient ou non de taille identique.

Enfin, il est possible changer la taille des clusters pour libérer de la place sur le disque dur.

Renseignements complémentaires sur http://powerquest.com/fr

1.2 Le clonage des disques


Après de nombreuses heures d’implantations de logiciels et de téléchargements de drivers, il serait
bien utile de pouvoir sauvegarder son travail, car en cas de plantage, ce peut être des heures à tout
recharger. Seulement, il est bien difficile avec les anciens systèmes Windows ou sous Dos de pouvoir faire
une copie intégrale et propre de son disque système. Heureusement, avec les derniers Windows, cette
lacune est partiellement comblée avec la mise en place de points de restauration. Il existe cependant des
outils spécifiques pour créer des images complètes, récupérables en cas de plantage.

Norton Ghost et PQ Drive Image (les plus connus car les plus performants) peuvent vous
permettre de réaliser deux manipulations fondamentales : la copie de l’image d’un disque vers un autre
disque, ou la copie d’un disque vers un fichier représentant l’image du disque.

La première option permet, par exemple, de transférer tout le contenu d’un disque vers un autre
(plus gros) en gardant son intégralité et son organisation.

La seconde possibilité (la copie d’un disque vers un fichier) offre plusieurs avantages. Il y a tout
d’abord la compression des données permettant d’obtenir une image 40% plus petite en occupation disque.
Ensuite l’image ainsi créée, exempte de virus au départ, risque peu d’être attaquée par un virus à moins que
celui-ci ne sache se greffer sur des fichiers de type .gho ou .pqi.

- 59 -1
59
Les atouts de ces utilitaires sont indéniables. Ils peuvent faire gagner un temps précieux en
réduisant celui d’une réinstallation à moins d’un quart d’heure. Ils reconnaissent toutes sortes de supports
amovibles, tels que CD-R et CD-RW, les disquettes amovibles Jazz et les disquettes de grande capacité Zip.
Le clonage peut aussi se faire d’un PC à un autre, via un réseau local, un câble parallèle ou USB. Ces
utilitaires donnent aussi la possibilité des restaurer uniquement un ou plusieurs fichiers endommagés grâce
à un Explorer.

Renseignements complémentaires sur http://powerquest.com/fr et http://www.symantec.fr

1.3 La compression de fichiers


Malgré la taille grandissante des disques durs, la compression de fichiers est désormais un
passage obligé pour tout utilisateur de PC. Il existe de nombreux logiciels de compression/décompression, le
plus connu d’entre eux étant certainement Winzip qui convient aussi bien aux débutants qu’aux utilisateurs
chevronnés, car parfaitement intégré à l’interface Windows (icône dans barre des tâches et accès direct par
un clic droit de souris). Cet utilitaire offre en outre, la possibilité de découper de gros fichiers en fichiers de
plus petites tailles, de les protéger par un mot de passe, et de générer des fichiers auto-extractibles. De plus,
il prend en charge la majorité des algorithmes de compression plus ou moins connus (ARJ, ARC et LZH)
moyennant l’ajout d’un compresseur externe.

Le principal concurrent de Winzip, un peu plus puissant que ce dernier, s’appelle Power Archiver
de ConeXware. Il gère les formats de compression précédemment cités mais également les format RAR et
ACE. Une version française est disponible gratuitement sur le site http://www.powerarchiver.com.

Enfin autre concurrent sérieux WinRAR capable de décompresser les formats suivants : CAB,
ARJ, LZH, TAR, GZ, ACE, UUE, BZ2, JAR, ISO archives. Pour tous renseignements :
http://www.rarlab.com

- 60 -1
60
1.4 Les outils de test de votre PC
Il en existe une multitude sur Internet permettant de tester processeur, mémoire cache, mémoire
vive dynamique et carte mère (CPU-Z), et de fournir les performances des disques durs (HD Tach). Ces
derniers effectuant des test spécifiques.

D’autres, plus généralistes vous permettent de faire un véritable " check up" matériel comme
logiciel de votre machine. L’un des plus connu est sans nul doute SiSoftware Sandra dont la copie d’écran
ci-dessous vous donne un aperçu de ses réelles possibilités.

- 61 -1
61
Il existe un autre logiciel, peut être encore plus performant TestLab permettant de tester :
processeur, mémoires, disque dur, affichage, lecteur de CD-Rom et même connexion Internet…

…Mais également, l’ensemble de votre carte mère, votre système d’exploitation et même vos
applications installées.

Enfin, il vous propose des outils permettant de tester la stabilité de votre PC, de vérifier des CD
réinscriptibles ou non, ainsi qu’une option de sauvegarde et de restauration du système.

- 62 -1
62
2. Les outils Internet
Depuis que la toile a envahie les entreprises, les administrations et les foyers, un très grand
nombre de logiciel ont vu le jours. Au titre des indispensables on note la présence d’un antivirus, un firewall,
d’un aspirateur de sites et si vous souhaitez créer le votre, un éditeur de page web. Cette liste n’est bien sûr
pas limitative.

2.1 L’anti-virus
Parmi les plus connus on peut citer :

• F-Secure Antivirus (http://www.europe.f-secure.com) ;


• Kaspersky Labs Antivirus Personal (http://www.avp-fr.com) ;
• Mc Afee Virusscan (http://www.mcafee-at-home.com) ;
• Panda Titanium (http://www.pandasoftware.com) ;
• Sophos Antivirus (http://www.sophos.fr) ;
• Norman Virus Control (http://www.norman.com) ;
• Norton Antivirus (http://www.symantec.com/region/fr) ;
• Trend PC-cillin (http://www.antivirus.com/pc-cillin) ;

L’un des mieux noté techniquement est F-Secure, qui est essentiellement destiné aux entreprises
et aux administrations (dont le ministère de la défense, pour l'instant…). Il possède un système de mise à
jour et de surveillance centralisé à partir de serveurs. Ses fonctionnalités sont relativement minimalistes.
Pourtant derrière cette façade, F-Secure utilise trois moteurs de recherche différents (Orion, F-Prot et AVP)
qui sont reconnus sur le marché comme étant les meilleurs. Il est capable de détecter des virus dans des
archives d’archives grâce à des capacités de recherche récursives. Cependant, trois moteurs de recherche
implique trois analyses, ce qui nuit à ses performances…de rapidité.

- 63 -1
63
La palme néanmoins revient à Kaspersky Labs Antivirus Personal qui est effectivement l’un des
antivirus les plus complets et les plus efficaces du marché. Non seulement il dispose de tout ce que doit
contenir un antivirus, c’est à dire : un module de vérification des e-mails, un module qui analyse l’activité
interne de la machine, un scanner de disque agissant en toile de fond, mais en plus il est doté d’un module
d’interception des virus de scripts permettant de détecter des virus …inconnus (ce fut le seul à pouvoir
neutraliser le tristement célèbre virus I Love You avant qu’il ne soit officiellement analysé et intégré aux
bases virales). Par ailleurs, il possède un kit de secours intégré permettant de créer des disquettes
bootables utilisables pour décontaminer un ordinateur infecté qui refuse de démarrer.

2.2 Le firewall
Il existe plusieurs moyens de s’attaquer à un ordinateur , vu les nombreux ports et canaux de
communication dont un ordinateur est pourvu. Les attaques peuvent être de nature très différentes :
sondage de votre présence sur le réseau, configuration de votre machine, destruction de votre disque dur et
même blocage de votre ordinateur.

Un véritable firewall serait une machine dédiée à cette tâche. Mais pour le particulier c’est en fait
un logiciel capable de surveiller les données qui entrent et sortent de votre ordinateur. Windows XP en a un
d’intégré mais qui fonctionne en " tout ou rien ". Encore peu connus, il existe pourtant des logiciels
spécialisés pouvant filtrer vos entrées / sorties. Parmi les plus connu citons Norton Internet Security qui peut
éventuellement être associé à son antivirus, et Zone Alarm dont l’interface vous est présenté ci-dessous.

L’objectif est double. Premièrement de bloquer les accès non autorisés provenant d’Internet,
deuxièmement, autoriser certains programmes de votre machine à accéder au Net. Mais l’avantage est que
ces autorisations et ces blocages sont paramétrables un à un. Par ailleurs, ce logiciel comporte un
interrupteur général, qui peut permettre, en cas d’urgence, de couper immédiatement la connexion Internet.
Les attaques possibles sont consignées dans un journal. La version pro permet également de bloquer les
publicités et autres cookies qui ralentissent le chargement des pages Web et peut être mise à jour en ligne.

- 64 -1
64
2.3 Le cryptage
La loi française définit des conditions d'autorisation d'utilisation et de fourniture de moyens de
cryptographie. Le cryptage (ou chiffrement) est une technique mathématique permettant de transformer un
message compréhensible (en clair) en un message inintelligible pour un tiers (message chiffré). Cette
technique permet de conserver en toute sécurité des données ou fichiers devant rester confidentiels.
Security BOX® Freeware est un logiciel de sécurité informatique qui met en œuvre des moyens de
cryptographie Triple -D.E.S (Data Encryption Standard) 128 bits. Il est donc conforme à la réglementation
française et européenne en matière de cryptographie.

Il protège vos fichiers par chiffrement, et déchiffrement par la saisie d’un mot de passe, et son
utilisation est très simple, rapide, tout en optimisant les fichiers grâce à une compression automatique. Il est
multi-utilisateurs.

2.4 Un aspirateur de site


A l’heure où les forfaits auprès de FAI semblent marquer le pas au profit des accès illimités
possible grâce à l’ADSL, il peut être encore utile de disposer d’un aspirateur de site. L’idée générale,
lorsqu’ils sont apparus était de ne rester connecté que le temps de télécharger totalement le site, avant de
pouvoir, hors connexion, surfer dessus à l’envi, sans le stress dû aux consommations téléphoniques.

On trouve plusieurs produits de très haut niveau tel Teleport Pro de Tennyson Maxwell
Informations System, qui est une pure merveille. Grâce à la simplicité de son interface, il propose la
récupération de tout ou partie de sites, lisant aussi bien les HTLM4 que les feuilles de style de type CCS 2.0
et le DHTML. Il sait passer outre les mots de passe de protection et est capable de charger jusqu’à dix
projets simultanément. Il est programmable (pour le travail en différé de nuit) et se déconnectera après
aspiration. Le plus réside dans la personnalisation de l’aspiration de fichiers bien précis. Enfin, une gestion
des mises à jour est prévue (http://www.tenmax.com).

Autre produit, à l’interface convivial, Memoweb 4 Flash (http://www.goto.fr) , qui est très simple
d’utilisation, mais qui parfois peut se montrer d’une lenteur exaspérante. Ce logiciel analyse les différents
fichiers et liens présents sur un site, puis il récupère et stocke celui-ci en respectant son arborescence. Le
résultat apparaît dans une fenêtre et il suffit de cliquer "page de départ" pour entamer une consultation hors
connexion. Ce logiciel dispose, tout comme son homologue, d’une série de filtres propres à ne sélectionner
qu’une certaine catégorie de fichiers (fichiers images, musicaux,…).Les téléchargements sont également
programmables. Dans la version 4, les fichiers aspirés peuvent directement être compressés.

Autres produits disponibles parmi tant d’autres : Webcopier (http://www.maximumsoft.com) et Web


Loader (http://www.geocities.com/ugoltsev).

- 65 -1
65
2.5 Un éditeur de page web
Les système d’exploitation modernes offrent des outils pour créer ses propres pages et sites web.
Mais il existe depuis quelques années des logiciels spécifiques qui ont pour noms : Font Page ou
Dreamweaver. Ce dernier logiciel, utilisé pour la création du site de l’école, permet de développer des
pages Web aisément et d’éditer, tout aussi facilement, le code source d’une page HTML La force de ce
programme réside dans la création d’animations complexes en langage Java script et DHTLM, plus
particulièrement. Par ailleurs, Dreamweaver est aussi pourvu d’un module FTP, d’un correcteur de code
HTML, d’une gestion de l’arborescence de site, de possibilités de création de macro-commandes. Il est
capable de nettoyer le code HTML généré par Microsoft Word 97 et 2000, ce que ne font pas tous les
produits de ce type. Son principal défaut est l’absence d’un module graphique intégré destiné à retravailler
les images vous obligeant à passer par Power Point pour transformer une image créée dans un document
Word afin de lui apporter, par exemple, une extension .gif, ou d’utiliser un logiciel spécifique de dessin dès la
création comme Paintshop par exemple.

3. Les outils multimédia


Depuis l’avènement du multimédia, c’est là aussi un marché florissant proposant tous les jours des
nouveautés. Cependant, pour que son et vidéo puissent éventuellement être stockés sur des supports
amovibles, libérant ainsi de la place sur le disque dur, il est nécessaire de les compresser puis de les graver.
On pourra trouver ci-dessous des renseignements sur quelques produits phares du moment.

3.1 Tout pour la musique…


Si les utilitaires et programmes MP3 sont légion, peu proposent un ensemble de fonctionnalités
aussi étendu que MusicMatch Jukebox Plus. Accessible depuis une interface bien pensée, elles vont de la
simple lecture de fichiers musicaux à la création de CD de compilation.

Le lecteur est doté d’une interface dont l’ergonomie se rapproche de celle d’une chaîne hi-fi
classique, donc utilisable presque sans apprentissage.

- 66 -1
66
Outre le format MP3, il est capable de lire des fichiers classiques .wav et Windows Media Audio.
L’intégralité des fichiers musicaux du PC hôte peuvent être indexés dans une bibliothèque musicale du
lecteur grâce aux tags MP3. En cas d’absence, il est équipé d’une fonction "super tagging" permettant de les
déduire à partir du nom de fichier et même de les retrouver sur Internet.

Suivant la version, le logiciel peut même intégrer une fonction "Auto-DJ" très utile pour sonoriser
une soirée. La partie encodage permet les même format de codage que le lecteur et permet d’agir sur
différents facteurs comme le débit, la compression ou le format des tags. Si le PC est connecté à Internet,
les noms des morceaux de musique sont rapatriés depuis le site spécialisé CDDB. Le logiciel possède aussi
un module de gravure permettant de créer ses propres CD audio et même d’en imprimer les jaquettes. Enfin
c’est un logiciel ouvert permettant d’évoluer (changement d’apparence par skins). Adresse :
http://www.musicmatch.com.

Autres logiciels du domaine : CD EX (http://www.cdex.n3.net) et WinAmp


(http://www.winampfr.com).

3.2 La gravure
Les logiciels de gravure, fournis avec le matériel, utilisent leur propre interface. Ils offrent en
général deux fonctions principales :

• La compilation (ou archivage, ou sauvegarde), c’est à dire la compilation de fichiers


sur CD. Pour ce faire, le logiciel présente une double fenêtre comparable à
l’explorateur de Windows, l’une représentant la source (généralement le disque durs),
et l’autre la cible (le CD vierge). Ici l’utilisateur peut choisir les fichiers ou les dossiers
à graver.
• La copie de CD à CD, qui peut s’effectuer directement, si le débit est suffisant , ou
encore en créant une image du CD source sur le disque dur, avant d’effectuer la
gravure sur un CD vierge.

Par ailleurs, les programmes disposent de fonctionnalités complémentaires, parmi lesquelles les
plus courantes sont :

• Le pilotage des opérations par un assistant.


• Le test des supports vierges et des taux de transfert des données.
• Un compteur de Mo pour ne pas dépasser la capacité disponible sur le CD à graver.

Mais la grande tendance actuelle, comme pour l’ensemble de la production logicielle, est à
l’intégration de fonctions dédiées à des applications bien spécifiques comme la musique. Depuis longtemps,
les logiciels de gravure permettent de graver des CD audio, en copie ou en compilation. Avec la
généralisation du format MP3, les programmes offrent également la conversion des fichiers MP3 en fichiers
audio, ce qu’on appelle autrement extraction. La procédure inverse est appelée ripping. Certains utilitaires
peuvent également être fournis pour améliorer la qualité des fichiers audio d’origine (disques vinyles ou
cassettes) avant de les enregistrer au format MP3. Par ailleurs, les logiciels de gravure s’intéressent de plus
en plus à la production vidéo, avec des outils de conversion intégrés au format MPEG-1 (mais pas encore de
DivX, puisque le codec n’est pas officiellement autorisé).

La loi vous autorise à réaliser des copies de vos CD pour votre usage personnel ou à des fins de
sauvegarde (articlesL122-5 et L122-6 du Code de la propriété). Mais les éditeurs n’hésitent pas à utiliser des
systèmes de protection de plus en plus sophistiqués pour éviter le piratage. Certain logiciels de gravure,
comme Nero Burning Rom ou Clone CD se sont spécialisés dans le contournement des protections
courantes :

• L’Overburning, qui est une protection qui n’en est plus une depuis la mise en vente
de CD-R de 80 minutes. Nero dans sa version 5.5, est également capable de gérer le
dépassement sur des CD de 650 Mo.
• Le Dummy Files, qui utilise des caractéristiques de fichiers aberrants (comme une
taille supérieure à la capacité d’un CD), qui sont ajoutées à la table des matières du
CD. En créant un fichier image sur le disque dur, on peut éviter ce genre de blocage.

- 67 -1
67
• Plus sophistiqué, l’ajout d’erreur dans la table des contenus du CD peut provoquer
une interruption de la gravure. La TOC peut être ignorée par une option de Nero.
• Certains éditeurs créent des erreurs physiques volontairement pour éviter tout
copiage.Ici encore, Nero propose des options comme Continuer la copie et Graver
sans corriger dans le paramètrage de la détection des erreurs.
• Enfin certains CD intègrent des programmes qui vérifient l’authenticité du CD. Il faut
alors obtenir une image parfaite du CD d’origine en faisant une gravure binaire
comme celle de Clone CD.

Par quelques exemples, nous venons de voir que Nero (http://www.ahead.de) semble être la
référence absolue des pro de la gravure. Mais d’autres logiciels sont tout à fait acceptables : Easy CD
Creator (de Roxio) ou encore CloneCD (d’Elaborate Bytes) pour ne citer que les produits testés.

3.3 …Et la vidéo


Il y a quelques années encore les fichiers vidéo générés par l’informatique étaient très volumineux.
Il fallait se contenter d’un format de compression MPEG-1, assez limité pour sa qualité, ou des format de
codec pour Windows, développés par Intel (Indeo), Radius (Cinepak) ou d’autres sociétés. Puis est arrivée
une nouvelle technologie, le MPEG-2, beaucoup plus performante de par sa qualité et ses possibilités
d’interactivité. Son seul problème est que les fichiers générés sont de plusieurs Go, et ne peuvent être
véhiculés que par les DVD. C’est alors qu’est arrivé le DivX, qui n’est en fait qu’une implémentation du
dernier standard ISO, le MPEG-4, mis au point par le Motion Picture Expert Group. Cet algorithme de
compression/décompression vidéo développé par le français Jérôme Rota, est capable de réduire de 7 à 8
fois la taille des fichiers vidéo, permettant ainsi de ne prendre que 700 Mo pour une vidéo de 90 minutes,
comportant 24 images par seconde, avec une résolution de 512 X 384.

Ce format a depuis évolué sous la houlette des techniciens de la société DivXNetworks, mettant
même (un peu comme pour Unix), le code source à la disposition de qui le voulait, pour le faire évoluer,
avant de signer des accords avec d’autres sociétés afin…de transformer le DivX, popularisé sur le thème de
la gratuité, en source de revenus pour son promoteur.

L’installation du codec DivX au sein de Windows est très simple (téléchargement et lancement d’un
exécutable),et des versions du codec sont également disponibles pour Linux et MacOS.

Pour la lecture des fichiers, le Média Player de Microsoft peut être utilisé : il suffit d’avoir une
version de DirectX assez récente. D’autres lecteurs tel que Playa de DivXNetworks peuvent également être
utilisés.

Si pour l’heure actuelle, le format DivX est surtout employé pour coder des films DVD (copie de
sauvegarde), les applications à terme peuvent être multiples : archivage de vidéo conférences, reportages
divers…

- 68 -1
68