Vous êtes sur la page 1sur 81

Avant-propos :

Les lagunes côtières sont définies comme des écosystèmes peu profonds qui sont reliés à

la mer par une ou plusieurs admissions restreintes ; elles occupent 13% du littoral mondial

depuis la plus haute antiquité ; ces milieux lagunaires sont hautement productifs. Une

littérature scientifique abondante souligne cette caractéristique (GOUDAN, 1986).

De point de vue socio-économique les pêcheries lagunaires procurent des emplois et des

revenus aux populations côtières et fournissent une part de leurs nourritures (pêches ;

aquacultures), tandis que les captures excédentaires sont destinées pour l’approvisionnement

des centres périphériques urbains voisins.

En outre, les lagunes des pays développés offrent plus de possibilité à une industrie

aquacole, un développement rapide aux pêches de loisirs et aux activités de plaisances.

Le Maroc est parmi les pays qui ne manques pas d’atouts dans ce domaine, en effet il

dispose de plusieurs sites lagunaires sur ses deux façades maritimes; Sur la façade Atlantiques

se présentes plusieurs lagunes citant les suivantes:

- la lagune de Moulay BouSsalham (34°48’et 34°53’Nord ; 6°19’ et 6°16’Ouest) (LAMRINI et al.,

2007)

- la lagune de Sidi Moussa (33°01’N; 08°44’W) (MAANAN, 2003)

- la lagune de khnifiss (12°13,55’N; 28°02,46’w) (LAKHDAR et al., 2004)

Pour la façade méditerranéenne, la lagune de Nador, appelée aussi, la lagune de Marchica

ou Sebkhat Bou Areg, reste le site le plus important, elle est le siège d’une pêche artisanale

vue la richesse de ces milieux en termes d’êtres marines, mentionnant à titre d’exemple le

rouget de vase (Mulus barbatus), le mulet(Mugile cephalus), l’anguille (Anguilla anguilla), la

dorade (Sparus aurata) et les crevettes (Penaeus kerathurus) …ces poissons ont une grande

valeur nutritive et commerciale.

Cette lagune a attiré, depuis des décennies, l’attention de nombreux organismes

scientifiques et d’investissements (INRH, Universités, etc.). Vu sa richesse en variété de

flore et de faune, cette diversité formulant des milieux écologiques jouant un rôle

déterminant dans l’équilibre environnemental. Néanmoins, les écosystèmes lagunaires

restent très vulnérables à cause d’une multitude des polluants qui affectent l’équilibre

écologique du milieu. Des effets néfastes de la pollution ont été observés sur un peuplement

d’animaux et des végétaux, notamment, l’écosystème benthique (pollution agricole, etc.). De ce fait, La lagune de Nador pourrait, également, êtres menacé par une pollution

diversifiée : urbaine agricole ou même industrielle ; cette menace justifie la nécessité de

sauvegarder ce milieu, spécialement, par l’installation des stations d’épurations n’est

qu’une étape de la lutte contre cette pollution.

1
1

INTRODUCTION

2
2

La lagune de Nador est parmi les zones les plus productives de la Méditerranée. Elle présente un intérêt particulier dans la région, aussi bien sur le plan écologique, que sur le plan économique et d’exploitation. Cette lagune présente des opportunités importantes pour le développement économique et touristique de la région, grâce à sa structure géomorphologique caractérisée par son accès facile, sa proximité aux sites balnéaires et sa proximité au milieu urbain (Idrissi et al., 2002). Un cordon littoral d’une centaine de mètres de large, sépare la lagune de la mer et dont les échanges avec la méditerranée sont assurés par une passe permettant, par le jeu des marées, les renouvellements des eaux de la lagune. Ce cordon a connu au cours de sa période historique plusieurs cycles d’ouvertures et de fermetures.

I-Présentation de la lagune de Marchica

Pour décrire la lagune de Marchica, on va consacrer la première partie à la présentation de son cadre géographique, et d’une deuxième partie pour le contexte climatique, hydrologique.

1. Cadre géographique :

La lagune de Sebkhat BouAreg (Marchica), est un système paralique, située sur le littoral Nord-Est marocain à l’Est de la ville de Nador, est l’un des plans d’eau les plus importants du bassin méditerranéen. Elle se présente comme une vaste étendue d’eau de 115km², elle est séparée de la mer par un cordon dunaire de 25 km de long, allongée parallèlement à la côte dans le sens Nord-Ouest/Sud-Est, et mesure 7,5Km dans le petit axe pour la largeur, sa profondeur ne dépasse pas dans les meilleurs cas 8,0 mètres. De même elle communique avec la mer via une passe, connait localement par "BOKANA", permettant par le jeu des marées, Les renouvellements des eaux intra-lagunaire. Elle est entourée par plusieurs reliefs (CAP Nador 2008).

La lagune de Marchica est classé site d’intérêt biologique et écologique(SIBE).Elle est inscrite, depuis 2005, sur la liste RAMSAR, établie par la convention sur les zones humides (Ramsar, Iran, 1971) (Figure 3).

3
3
20Km 500 Km
20Km
500 Km

Figure 01: Carte de situation de la lagune de Nador (FUED, 2009)

La lagune de Marchica est une étendue d’eau encerclée à la fois avec la mer (secteur Nord-Est), et avec d’autres structures naturelles :

Dans le secteur Nord-Ouest Le massif volcanique du Gourougou (photo 01), qui reflet une puissante masse montagneuse, déborde les villes de Nador et de Mellila. Il culmine sur une altitude de 889 m, selon l’axe Nord-Sud il présente un diamètre d’environ 15 km. Le Gourougou correspond au plus important volcan de la région, il est constitué des pierres calco-alcalin potassiques, liées à un volcanisme rhyolitique du messénien, et des laves basiques du plio-quaternaire (BLOUNDI, 2005). La presqu’île d’Atalayoune (photo 02) Située au Nord-Est de la ville, elle domine la lagune par une colline culminant à 107 mètres d’altitude. Sa position privilégiée lui assure un vaste champ de vision couvrant l’ensemble de la région. Ce site récemment boisé constitue un élément majeur favorable à un futur développement de grande importance touristique (OUCHEN, 1998). Et on trouve aussi Le massif de Beni-Bou-Iffrour, qui surplombe sur une altitude de 699 mètres à Jbel Ouksan, ce massif représente la continuité du massif de Gourougou, de même il est fertile en minerai de fer. Dans le secteur Sud-Ouest est dominée par La plaine de Bou-Areg, C’est le prolongement de la plaine de GAREB, elle est constituée des décharges de piedmont de Kebdana, et offre aux agriculteurs une terre fertile et donnante (Irzi, 2002). au Sud-Est de la lagune on trouve le massif de Kebdana, il est constitué durant les périodes géologiques allant

4
4

du jurassique au Moi-Pliocène, sa composition est stratifiée par le marne et marno-calcaire à

la base puis de grès et grès calcaires, de calcaires et calcaires dolomitiques au sommet, ce

massif est caché actuellement avec des calcaires et des marnes. Il représente une chaine de

50Km de long, culmine sur une altitude de 932mètres au Jbel Tamezzoûkht (Irzi, 2002).

La figure suivante présente la montagne de Gourougou, située au Nord-Ouest de la ville de Nador selon les cordonnée suivante: F=35°13,5’N G=002°59,1W

Photo 01: Montagne de GOUROUGOU vue de la mer (14/12/2011)
Photo 01: Montagne de GOUROUGOU vue de la mer (14/12/2011)

Figure 02 : Vue panoramique du mont de Gourougou

La figure suivante représente la presque île d’Atalayoun, située au Nord-Est de la ville de

Nador selon les cordonnée suivante: F=35°17,5’N G=002°54,1W

Photo 02 : presque île Atalayoun (le 20/01/2012)
Photo 02 : presque île Atalayoun (le 20/01/2012)

Figure 03 : Vue panoramique du mont d’Atalayoun

5
5

2- Contexte climatique, hydrologique:

Les facteurs météorologiques ont une influence sur les conditions hydrologiques.et ont une relation étroite avec l’anticyclone des Açores, qui constituent la principale origine des masses d’air humide dans le Rif. Liées à l’arrivée des masses d’air froid du Nord, qui sont moins fréquentes mais plus humides. La région se trouve également sous l’influence des pressions sahariennes, qui sont à l’origine des vents chauds et secs (Chergui et Sirocco). Les variations de la température de l’air déterminent les changements de celui de l’eau. Les pluies ont une action sur les conditions physico-chimiques du milieu marin et plus particulièrement sur la salinité, elles interviennent aussi dans la pollution des régions côtières par l’action des ruissellements et de lessivage des terres arable. Les vents ont également une influence sur les facteurs hydrologiques par les perturbations qu’ils apportent au rythme des courants à l’intérieur comme à l’extérieur de la lagune. (ISPM, 2009)

2.1. La température Les températures moyennes annuelles sont plus chaudes que dans la zone tempérée, La température en été est très variable. Sur les façades océaniques, les étés sont très chauds (température moyenne supérieure à 22 °C tout autour du bassin) ; dans l'intérieur des terres, les températures maximales dépassent très souvent les 30 °C en été, L'hiver est doux et les températures moyennes du mois le plus froid sont généralement supérieures à 9 °C, la variabilité thermique est importante en hiver et aux intersaisons, quand les dépressions des latitudes moyennes avancent vers l'équateur, et faible en été, car l'anticyclone d'Açores stationne et garantit un temps sec et stable. Dans les zones les plus exposées aux influences maritimes, le réchauffement est lent au printemps, et l'automne est très doux (KADA, 2011). Pour les variations thermiques durant l’année 2009 et 2010 dans la région de Nador on a comme température moyenne annuelle 10°C pour valeur Min, et 37°C comme valeur Max (DPA, 2011).

6
6
Figure 04 : Carte de distribution des températures de surface (KADA, 2009) 2.2. Les précipitations

Figure 04 : Carte de distribution des températures de surface (KADA, 2009)

2.2. Les précipitations Le contraste saisonnier est marqué par de fortes précipitations notées au cours des mois de février et avril ; et avec des valeurs minimales enregistrées au cours des mois de juillet et août. Le climat du bassin de Bou Areg se caractérise d'une certaine aridité, puisque la moyenne des précipitations du bassin varient entre 252mm et 420mm par contre la grande partie du bassin reçoit entre 300mm et 400mm. En récapitulation la région de Nador reçoit comme apport annuel moyenne en pluie l'équivalent de 270mm (DPA, 2011). La combinaison des valeurs de température et de précipitation donne un étage bioclimatique semi aride Q=26,4

donne un étage bioclimatique semi aride Q=26,4 Figure 05 : Carte pluviométrique du nord est du

Figure 05 : Carte pluviométrique du nord est du Maroc (Monographie Économique de Nador,

2009)

7
7

2.3.

La vague et la houle :

La lagune de MARCHICA, abrité par le presque île du trois fourches, n’est que faiblement influencée par la houle du large. Par contre, au moment des fortes tempêtes, levées généralement par des vents de secteur Ouest ou du Sud, l’influence de la houle devient importante. Son action se manifeste surtout par la dérive littorale intra-lagunaire, provoquant une sédimentation dans les régions Sud-est de la lagune.qui est directement exposée à ce phénomène et aux courants qui en résultent. Par Ailleurs, les houles sont principalement générées par les vents locaux. La houle en Méditerranée à une amplitude moyenne de 5,5 m et une période variable allant de 5s à 9,5s, et seules les houles de secteur Nord-Est à Est/Nord-Est sont à prendre en considération, les houles de secteurs Ouest à Nord-Ouest sont les plus fréquentes (Irzi, 2002).

2.4. La salinité :

La salinité varie d’une manière générale entre 30‰ et 40‰, et peux dépasser dans quelques endroits les 40‰ pour atteindre les 44‰ durant les périodes estivale, et une dessalure en périodes pluvieuses (Kada, 2011). Mais la salinité de la lagune reste voisine de la salinité de la mer méditerranéenne (36- 38g/L), en conclusion les particularités haline sont directement liées aux conditions métrologique, les apports continentaux, et aussi à la communication avec la mer via la passe.

et aussi à la communication avec la mer via la passe. Figure 06 : Carte de

Figure 06 : Carte de distribution de la salinité de l’eau de surface au niveau de la lagune de Nador (KADA, 2009)

8
8

2.5.

Les marées :

Les marées de la zone méditerranéenne sont de faible amplitude en comparaison avec celle de l’atlantique, mais souvent, ces marées sont masqué par les conditions météorologiques, en effet une pression atmosphérique très forte ou des coups de vents contraires à la marée peuvent les rendre invisible, on observe ainsi des régions d’amplification du marnage, et dans d’autre régions de très faible amplitude correspond au point amphidromique, ce marnage qui oscille entre 0,6m pour les vives eaux de 0,1 en période de mortes eaux (ANNUAIRE DE MAREE, 2012). En outre ces marées génèrent des courant très important dans la nouvelle passe, qui peut atteindre une vitesse de 3 à 4 nœuds

(1noueds=1,852Km/h).

2.6. Bilan hydriques :

La lagune de MARCHICA dispose de plusieurs sources hydriques d’importance variable selon le temps et l’espace on peut citer : les eaux de ruissellement, les pluies, les eaux de STEP, les eaux de la nappe phréatique, et les eaux en provenance de la mer. Néanmoins il ne faut pas négliger la perte par évaporation, qu'est liée directement à l'ensoleillement à la température de l'air et au vent, surtout pour une surface très large comme celle de la lagune de Marchica.

-Les eaux de ruissellements : du Nord-Ouest au Sud-Est de la lagune, on distingue trois cours d’eau de régimes permanents: oued Bou-Areg son embouchure est située au sud de la ville de Nador, Oued Selwane, est le cours d’eau qui a le débit le plus important dans la région de Nador, il achemine du matériel à la fois naturel et anthropique. La charge naturelle est composée par le matériel issu de l’érosion des formations calcaires et marno- calcaires de Selwane et les limons de la plaine de Bou-Areg, et Oued Afelioun il est situé à l’extrémité sud-est de la lagune (BLOUNDI, 2005).

9
9
Figure 07 : Vue panoramique du réseau hydrographique de la Marchica (FUED, 2010) -Eaux de

Figure 07 : Vue panoramique du réseau hydrographique de la Marchica (FUED, 2010)

-Eaux de la nappe phréatique: L’existence d’une nappe phréatique à faible profondeur (30cm) est liée à un mauvais drainage des eaux, la pluviométrie ne peut pas être évoquée pour expliquer leur maintien tout au long de l’année sous un climat semi-aride (ROUAHNA,

2007).

Une alimentation continue dans le temps rend possible leur existence. La texture du sol (horizon à texture fine, compact et peu drainant) et la topographie jouent un rôle important pour favoriser la présence d’une nappe. La pluie, l’irrigation, la végétation et l’écoulement latéral sont les principaux apports qui alimentent les nappes phréatiques, c’est pour cette raison que la nappe phréatique joue un rôle très important dans le bilan hydrique de la lagune. Son substratum imperméable est formé par le Quaternaire continental très épais. La carte des courbes iso-piézométriques montre que l’écoulement des eaux converge vers la lagune. La superficie de la nappe est de 160 Km², son épaisseur varie de 60 m au pied des Kebdana à 5 m en bordure de la lagune. Les valeurs de la transmissivité et de perméabilité sont plus importantes au niveau de la bordure de la lagune que dans son arrière pays. Les fluctuations de l’aquifère se trouvent contrôlées en majeure partie par le facteur climatique. L’écoulement de la nappe BouAreg se fait vers la lagune, des résurgences phréatiques, apparaissent sur la bordure continentale de cette lagune près de KARIAT ARKMANE ou le toit de cette nappe se trouve à (1m) (entre 4 et 16 g/L) mais leur qualité est mauvaise en raison d’une forte salinité des eaux (MedWestCoast, 2008).

10
10
Nappe phréatique et profondeur sous le sol
Nappe phréatique et profondeur sous le sol

Figure 08 : Niveau piézométrique de la nappe de Bou Arg (CARLIER 1978)

-Eaux de la mer : Comme on est mentionné auparavant les marées dominantes dans la région de la méditerranée est de type micro-tidale et les échanges des eaux marines avec la lagune se font via la passe (l’ancienne passe de 1995), qui assure un débit important. En outre, les apports des eaux sous marines peuvent s’effectuer à travers le lido en mouvement de sous- écoulement (BLOUNDI, 2005).

le lido en mouvement de sous - écoulement (BLOUNDI, 2005). Figure 09: Circulation des eaux intra

Figure 09: Circulation des eaux intra lagunaire (GUELORGETO, 1985)

11
11

3. Activités socioéconomiques :

La population urbaine du grand Nador est estimée à 301704 habitants, selon le

recensement de 2004. Cette population s’est développée de manière irrégulière et la ville s’est

étalée rapidement pour envahir anarchiquement les plaines avoisinantes et les bords de la

lagune. La répartition de cette population est donnée dans le tableau suivant :

Tableau 1 : Répartition de la population du grand Nador (NADOR EN CHIFFRE, 2010)

Zone

Nador

BeniAnsar

Zeghanghen

Zaio

Arouit

Nombre d’habitant

153 188

47 233

32 311

31 451

37 521

Agriculture :

L'agriculture est la principale activité pratiquée au niveau de la province de Nador, les

zones arables est caractérisée par un relief accidenté dominé par les montagnes qui

représentent les 45% de la superficie, elles sont en général de sols pauvres et peu profonds

menacés par l'érosion. Les plaines représentent 17% de la superficie totale. Elles sont

localisées essentiellement dans la zone côtière. Les plateaux et les collines représentent les

38% de la superficie totale. Par ailleurs la principale culture pratiquée est la céréaliculture en

premier rang et l'arboriculture en dernier rang, "DPA NADOR, 2010"

Industrie :

Le secteur industriel est caractérisé par une nette prédominance des industries chimique

et para-chimique avec 56 unité; suivie par les industries agroalimentaires avec 55 unités, les

industries mécaniques, métallurgiques; électriques et électroniques avec 46 unités et les

industries du textile et du cuir avec 10 unités, la société Nationale de sidérurgie (SONASID)

située à 18 km de la ville de Nador, a été crée en 1974 pour mission de pourvoir à la demande

nationale de produits sidérurgiques (rond à béton, fil de fer). L'activité du minerai dans la

province de Nador est basée principalement sur l'exploitation de la bentonite. Quand au

gisement de fer, actuellement en arrêt d'exploitation.

Figure

: Répartition des unités industrielles par branches (NADOR EN CHIFFRE 2010)

Branches d’industries

Nombre

Emplois permanents générés

d’unité

chimique et para chimique

56

3531

mécanique et métallurgiques électrique et électronique

46

Alimentaire

55

Textile et cuir

10

Matériaux de construction

54

12
12
Figure 10: Répartition des unités industrielles par secteur (NADOR EN CHIFFRE, 2010) Pêche : Entre

Figure 10: Répartition des unités industrielles par secteur (NADOR EN CHIFFRE, 2010)

Pêche :

Entre autre la pêche dans la lagune de Marchica reste l'activité la plus étonnante, avec environ 350 barques de tonnage moyen de l’ordre de 1,6TJB, basées au niveau de 17 sites de déchargement de capture et offre des emplois directs pour plus de 960 marins. La majorité des pêcheurs utilisent des moteurs hors bord, d’une puissance variant entre 4 et 15 chevaux, et d’un âge moyen de 5 ans. Pour ceux qui possèdent des barques de grande taille, ils utilisent des moteurs in bords plus puissant, de 18 chevaux en moyenne, mais plus vieux avec un âge moyen de 15 ans, et a l'exception de ces deux types il existe des pêcheurs qui utilisent encore des rames pour mouvoir leurs barques le long de la lagune. Ces pécheurs déploient trois principaux engins de pêches, la Palanza, le trémail; et la senne tournante. Mais, l'activité de pêche reste peu connue, car la plupart des études réalisées sur ce milieu ont concerné principalement les aspects sédimentologiques, écologiques, microbiologiques, etc. Mais l'aspect relatif à l'activité de la pêche artisanale et les aspects socio-économiques, ont été très peu appréhendés (EL LYAZOULI, 2010).

13
13

II - Concept et caractéristiques générales des lagunes :

1. Concept des lagunes et utilité:

La lagune est un ensemble de plan d'eau littoraux, généralement de faible profondeur, séparée de la mer par un cordon littoral appelé Lido. D'un point de vue hydrologique, la communication avec le milieu marin est réalisée par un grau. Le caractère temporaire ou permanent de ces échanges avec la mer confère aux eaux lagunaires un caractère saumâtre. Comprises entre terre et mer, les lagunes entretiennent tout naturellement des relations étroites avec les zones humides qui l'entourent (marais, etc.) et reçoivent de nombreux apports du bassin versant. Scientifiquement, les lagunes sont définies comme des milieux paraliques.

1.1.Utilité des lagunes pour les habitants frontières :

Les lagunes méditerranéennes sont occupées par l’homme dès la Préhistoire, comme en témoigne les vestiges archéologiques. Mais ce n’est que vers le XII ème et XV ème siècle que des activités en relation avec les lagunes se sont développées, comme la baignade, la voile ou la navigation, la découverte nature, la production de sel, la pêche est principalement la conchyliculture. Certaines activités traditionnelles restent ancrées dans le patrimoine culturel comme la récolte des coquillages ou la pêche de poissons. Cette pratique est menacée par la dégradation de la qualité des eaux et la raréfaction des ressources. L’exploitation du sel est une activité très ancienne qui persiste au niveau de certaines lagunes, La conchyliculture n’est présente que dans quelques lagunes méditerranéennes, l’élevage d’huître et de moules. Il ne faut pas oublier l’aspect récréatif des lagunes, de multiples activités se sont développées sur les lagunes et sur leurs périphéries. Le thermalisme, les activités de découverte, celles nautiques attirent de nombreux touristes. Les lagunes représentent un atout exceptionnel pour les activités économiques locales.

1.2.Utilité de la lagune de point de vue écologique :

La lagune joue un rôle écologique très important sur plusieurs points :

Elle régule le flux hydraulique grâce à sa capacité de stockage (comme les autres zones humides), joue le rôle de filtre en épurant leau de ruissellement, comme elle protège de lérosion côtière grâce à sa végétation. la lagune est un habitat ou une mosaïque dhabitats caractérisé par de forte production biologiques (Algues, Crustacés, Mollusques et Poissons), des milieux associés variés (marais, prés salés, roselières, vasières, Mégaphorbiaie, ripisylve ou mangrove, souvent caractérisée

14
14

par des variations temporelles importantes, c’est une zone d’accueil très importante pour l’avifaune (limicoles, anatidés .etc.). Abrite certaines espèces qui ne vivent que dans ces milieux. A souvent des fonctions écotoniales particulières dans le « réseau écologique » littoral (tantôt structure-gué, ou zone-tampon, tantôt incluant des fonctions de corridor biologique. selon sa taille et le contexte le biogéographique, et son degré d’anthropisation.

2. La diversité des milieux lagunaires :

Les espaces lagunaires ont une apparence et une géochimie assez variables, résultante de l’alliance de nombreux éléments (latitude, climat, géologie, apports fluviaux et marins,

courants associés. etc.)(IRZI, 2002). De plus, ils manifestent comme des sites évolutifs sous la solidarité de multiples facteurs naturels et anthropiques. Deux grands types de classification des lagunes ont été proposés (Irzi, 2002). 2.1.La classification morphologique :

On définit schématiquement quatre grands types des lagunes côtières(Fig.1)

2.1.1. Lagune estuarienne : d’où l’action des marées est suffisante.

2.1.2. Lagune ouverte : Elle a un régime déterminé par l’action composé des

courants modérés et d’apports fluviaux.

2.1.3. Lagune partiellement fermée : Se sont des lagunes caractérisées par la

présence d’une seule passe, d’où les courants côtiers édifient d’importants cordons littéraux, et qui sont à l’origine de la genèse des deltas interne.

2.1.4. Lagune fermée : Les forts courants littoraux de dérive, le vent la marée et la

force fluviatile, sont les facteurs majeurs qui mènent à fermer totalement une lagune

partiellement fermée.

15
15
Figure 11 : Classification schématique des types de lagunes côtières (IRZI 2002) 2.2.La classification de

Figure 11 : Classification schématique des types de lagunes côtières (IRZI 2002)

2.2.La classification de Kjerfve et Magill :

Kjerfve et Magill (1989) ont classé les lagunes en trois types géomorphologiques, où ils sont précisées les conséquences des échanges d’eau avec la mer. La quantité des eaux de mer échangée avec la lagune reflète la variabilité hydrologique (IRZI, 2002) (Fig.2). Cette classification a pris en compte l’étude des lagunes côtières tropicales et tempérées qui présentent des différences et des similitudes entre elles, en termes de dynamique, comportement saisonnier et réponse au processus côtier.

2.2.1. Lagune obstruée (Choked): C’est une structure à prédominance dulçaquicole

dans des zones à forte précipitations et écoulement, elle se trouve habituellement le long

des côtes dominées par les vagues et une dérive littorale. Dans les régions arides à semi-arides, les lagunes obstruées sont hyperhalines (temporairement ou en permanence)

2.2.2. Lagune restreinte (Restricted lagoon): Ce type de lagune est caractérisé par

une ou deux passes, il est orienté parallèlement à la côte, il est fortement influencé par le vent; il a un régime de marée bien défini, il est caractérisé par une chasse d’eau courte contrairement à la lagune obstruée.

2.2.3. Lagune à ouvertures multiples (Leaky) : Ce type est caractérisé par une ou

plusieurs passes communiquant avec la mer, l’île barrière est ainsi formée par plusieurs îles sableuses ou par des récifs de coraux. Le courant de la marée est fort et la salinité est euhaline. (Exemple: lagune de la côte des Pays bas et du Danemark)(IRZI, 2002)

16
16
Figure 12 : Classification schématique des types de lagunes côtières ( KJERFVE, 1994 ) Chaque

Figure 12 : Classification schématique des types de lagunes côtières (KJERFVE, 1994)

Chaque lagune a ses spécificités, d’ailleurs les deux classifications se convergent ou se divergent pour une particularité ou plus, en autre de son coté la lagune de Marchica ou Sebkhat Bou-Areg, selon Kjerfve et Magill, est une lagune restreinte (or restricted lagoon), fera l’objet de la suite de notre étude.

17
17

III-Aspect biologique et apparence métamorphique :

Le développement de la partie «Aspect biologique et apparence métamorphique » nécessite qu’on aborde un peu l’historique du cordon dunaire en premier lieu, et de jeter un coup d’œil sur la variété biologique du milieu lagunaire, suite à la construction de la nouvelle passe (2010-2012) et certaines activités annexes.

1. Historique de la passe de la lagune de Marchica

Au XX ème siècle la passe a connu plusieurs ouvertures sur la mer, mais on met en évidence

trois étapes

principales.

la mer, mais on met en évidence trois étapes principales. Figure 13 : Morphologie de la

Figure 13 : Morphologie de la lagune et position des anciennes passes le long du cordon dunaire (KAYCHOUH, 2009)

-Etape 1 (de l’année 1907 à 1910) : L’écosystème lagunaire est isolé et la tendance à l'évaporation est dominante ; sursalur (83g/l en 1908) et une baisse de niveau de 0,7 mètres/an (TESSON, l977).

-Etape 2 (année 1910) : Premiers travaux de dragage ;

18
18

-Etape 3 (année 1977) : Fermeture à nouveau de la passe. Depuis 1977 une nouvelle période des travaux du dragage et d’aménagement a eu lieu.

Tableau 2 : situation des anciennes passes

Date

Observation

1

1545

Pas de données

2

1989-1907

Pas données

3

1910

Fermeture totale du Lido, salinité (83g/l) et baisse du niveau de la lagune par 0,7 mètre

4

1941-1979

Dérive littoral provoquant la fermeture totale en 1979 (naufrage d’une drague 1941)

5

1981

Ouverture suite à une tempête du mois de mars

2. Construction de la passe de boucana (l’ancienne passe) en 1995

La naissance de l’ancienne passe n’était pas une question de chance, ou du hasard, mais c’est à cause de conjugaison de plusieurs facteurs hydrologiques, et météorologique, qui ont provoqué une dérive littorale et engendrer l’ensablement progressif de la passe daté de 1959, jusqu’au la fermeture totale en 1980.

daté de 1959, jusqu’au la fermeture totale en 1980. Figure 14 : Situation des passes entre

Figure 14 : Situation des passes entre 1941 et 1986 (IRZI, 2002)

19
19

Le secteur, où l'ancienne passe a était ouverte, était l’élément le plus étroit et le moins résistant de l’île barrière. Sa largeur ne dépassait pas 100 m, et sa hauteur était de 12 m. Après son ouverture par la tempête de Mars 1981, elle avait une largeur de 50 m, et une profondeur de 2 à 3 m. Elle s’est comblée graduellement par les sédiments et en 1986, elle n’atteignait que 20 m de large et un peu plus d’un mètre de profondeur. Cette passe se colmate progressivement par la formation des deltas interne et externe (IRZI, 2002). En 1993, cette dernière passe a été presque entièrement colmatée (INANI, 1995), en même date des travaux de construction des deux digues de stabilisation ont été entamés, une dans le secteur Est avec une longueur de 657 mètres, et l’autres Ouest avec une longueur de 350 mètres. Cet aménagement s’est poursuivi par des dragages, le sédiment dragué, est déposé dans le secteur Ouest (la rive gauche) de la passe nommé bokhana. Ces travaux se sont achevés vers la fin de l’année 1997. En 1997, suite à une vague de tempête d’Est (tempête de mois de novembre 1997) à l’entrée de la bokhana, la profondeur est passée de 3 mètres à 7metres, le sédiment est refoulé à l’intérieur de la lagune. Dont une grande quantité est retenue par le haut fond se trouvant en face du chenal, La figure suivante présente l’ancienne passe située à l’Est-Nord Est(ENE) de la ville de Nador, par F=35°11,9’N G=002°50,6’W

Photo 03 : l’ancienne passe (fermée)
Photo 03 : l’ancienne passe (fermée)

Figure 15 : Photo aérienne de l'ancienne passe

20
20
Figure 15 : Croquis de l’ancienne passe (FAO, 1987) La passe de 1995 a permis

Figure 15 : Croquis de l’ancienne passe (FAO, 1987)

La passe de 1995 a permis un renouvellement des eaux lagunaire dans une période de 80 jours (HILMI et al., 2001), volume journalier des échanges admis : 200 000 m3/j (< 400 000 m3/j), et selon les biologistes de cette époque le volume d’échange reste suffisant de point de vue a ne pas mariniser la lagune, et ne porte aucune atteinte a la vie biologique lagunaire ((MEDRAP) FAO, 1987)

atteinte a la vie biologique lagunaire ((MEDRAP) FAO, 1987) Figure 17 : Situation des passes entre

Figure 17 : Situation des passes entre 1986 et 1998 (IRZI, 2002)

21
21

Le phénomène de l’ensablement de la passe de boucana, a procrée plusieurs ennuis,

parmi lesquelles on proclame : l’eutrophisation des eux lagunaires, l'ensablement de la passe

rend difficile la navigation même pour les faibles tirants d'eau, il réduit le débit des eaux

entrants dans la lagune. Le stresse anthropique est manifesté par la pollution.

3. Conséquence de l’ensablement de l’ancienne passe de boucana (1995) et problèmes annexe :

3.1. La Pollution de la lagune de Marchica après l’ouverture de l’ancienne passe en

1995:

Le littoral de la province de Nador est un milieu très fragile, sa fragilité est liée à des

contraintes climatiques fortes et des reliefs importants, mais surtout à une occupation humaine

de plus en plus dense, générant un développement industriel et agricole conséquent. Ce

développement a provoqué des points noirs sur tout le littoral de la Marchica.

la pollution est définit comme « l'introduction directe ou indirecte, par l'homme, de

substances ou d'énergie dans le milieu marin, y compris les estuaires, lorsqu'elle a ou peut

avoir des effets nuisibles tels que dommages aux ressources biologiques et a la faune et la

flore marines, risques pour la sante de l'homme, entrave aux activités maritimes, y compris la

pêche et les autres utilisations légitimes de la mer, altération de la qualité de l'eau de mer du

point de vue de son utilisation et dégradation des valeurs d'agrément» (Article 1-4 de la

Convention des Nations Unies sur le droit de la mer).

Par conséquence, on peut distinguer deux grandes sources de pollutions dans la zone

étudiée :

-La pollution urbaine, elle est axée au niveau des trois centres d'habitation BeniAnsar,

Nador et Kariat Arkman. Il est probable qu'en début de l'existence d'une station d'épurations,

la ville de Nador soit la source principale de pollution domestique, notamment du point de

vue des risques de rejets bactériens non traités par la station, qui causent contamination des

filtreurs (mollusques d'élevage, par exemple).

-La pollution agricole, Se limitent à la rive continentale du grand bassin. L'apport

comme les produits chimiques utilisés dans l’agriculture (fertilisants, les insecticides, les

pesticides, les fongicides et les herbicides) en provenance des terres cultivées et lessivées par

les pluies arrive directement dans la lagune par le réseau hydrographique dense. Ceux-ci

participent à l'enrichissement non négligeable des eaux lagunaires et pourraient à terme

entraîner l'eutrophisation du milieu. Le lessivage de sol et la remise en suspension permanente

22
22

des sédiments par affouillement littoral induisent l'enrichissement des rives en éléments fins et maintient une turbidité importante des eaux dans une large bande entre NADOR et KARIAT. Ces polluants sont véhiculés vers la lagune de MARCHICA sous plusieurs formes et par plusieurs moyens vecteurs :

-Les rejets liquides: Selon Khattabi et al (2007), seulement un quart des ménages de la zone évacue leurs eaux usées par le réseau public, soit 26,2 %. Le mode d’évacuation par les fosses septiques concerne 30,9 % des ménages. Le reste utilise d’autres modes d’évacuation telle que le système individuel de puits perdus ou le rejet direct des eaux usées dans le milieu naturel.

La ville de Nador ne dispose que d’un réseau d'assainissement de type unitaire et peu étendu qui intéresse pratiquement le centre de la ville. Donc la capacité du réseau d'assainissement demeure insuffisante pour acheminer toutes les eaux, surtout lors des averses intenses que connaît la région de temps à autre. Les autres centres rejettent leurs eaux usées dans les oueds (Arekman, Selwane, Bouaroug, Beni-Enzar).

La figure ci-dessous présente les rejets liquide au niveau de l’extrémité de la lagune coté BaniAnsar (photo a) et du petit port de la lagune à la ville de Nador (photo b) La photo (04) par F=35°15,30’N G=002° 55,47’W La photo (05) par F=35°11,10’N G=002° 55,02’W

(Photo 04) (Photo 05)
(Photo 04)
(Photo 05)

Figure 18 : Rejets direct localisés au niveau de Beni Ansar (a) et du petit port de la lagune (b) (INRH, 2009)

23
23

-Déchets solides : L’urbanisation galopante et l’émergence de nombreuses

banlieues mal structurées rendent difficile la gestion des ordures ménagères et les déchets

émanant des activités humaines et ce, malgré l’existence des décharges publiques. Sur les

bordures de la lagune, des matériaux de constructions (ferraille, sable

bouteilles en plastiques couvrent plusieurs zones, notamment les embouchures des oueds et

les points de regroupement des barques de pêche. Le drainage de ces déchets dans la lagune et

leur dépôt sur les fonds perturbe le fonctionnement de cet écosystème et accentue les effets de

pollution

(Photos 06, 07, 08, et 09).

des sachets et

),

Les sites dans Les photos 06 et 07, sont situées au Sud- Est de la lagune de Marchica, selon les coordonnés suivant :

Photo 06: F= 35°06, 70’N G=002°44,65’W Photo 07: F= 35°06, 40’N G=002°44,45’W

Les sites dans Les photos 08 et 09, sont situés au West de la lagune de Marchica près de TIRKAA.

Photo 06 : Déchets solides côté Kariat Arkman (2010)
Photo 06 : Déchets solides côté Kariat Arkman (2010)
24
24
Photo 07 : Visite de la faculté ‘FPN’ à la lagune le 2010 Photo 08:
Photo 07 : Visite de la faculté ‘FPN’ à la lagune le 2010
Photo 08: 30/09/2008(FUED)
Photo 09: côté TERKAA 2011

Figure 19 : Déchets solides jetés sur les bords de la lagune de Marchica (2008, 2009 et 2011) (photo: 06, 07,08 et 09)

25
25

3.2

Eutrophisation :

L’ensemble des facteurs évoqué en amont plus les facteurs météorologiques, mènent la lagune à une situation de stresse biologique qui déclenche un processus métabolique nommée « Eutrophisation » L’eutrophisation est définie comme étant « l’ensemble de processus biogéochimique lié à un enrichissement des eaux en éléments nutritifs. Cet enrichissement se traduit par l’accroissement des biomasses végétales et animales conduisant à l’appauvrissement critique des eaux en oxygène (La dystrophie). La cause principale, est la prolifération, sous certaines conditions, d’un nombre limité d’espèces végétales (comme : Ulva lactuca, Cyanobactérie,

Chaetomorpha linum, etc.) dans des eaux trop chargées en nutriments (Azote, Phosphore, oligoélément, etc.) ou dans des cours d’eau très dégradés physiquement. (Photos 10, 11 ; 12 ;

13).

Dans cette partie d’étude, on va aborder juste les éléments visibles à l’œil nu et on se basera sur le traitement de quelques photos dans la région d’enclavement des eaux lagunaires, caractérisé de faible profondeur.

des eaux lagunaires, caractérisé de faible profondeur. Figure 20: Localisation des zones touchées par

Figure 20: Localisation des zones touchées par l’eutrophisation dans la lagune Nador (ZINE,

2005)

26
26

Les sites dans les photos 10 et 11, sont situées au Sud- Est de la lagune de Marchica au niveau de Kariat Arkman, selon les coordonnés suivant :

Photo 10: F= 35°06,65’N G=002°44,50’W Photo 11: F= 35°06,21’N G=002°46,26’W Photo 12: F= 35°15,30’N G=002°54,70’W Photo 13: F= 35°14,85’N G=002°46,16’W

Photo 10 : Visite de la faculté SVI le 19/05/2010 coté Kariat Arkman
Photo 10 : Visite de la faculté SVI le 19/05/2010 coté
Kariat Arkman
Photo12 : coté BeniAnsar (sortie du 11/06/2011)
Photo12 : coté BeniAnsar (sortie du 11/06/2011)
Photo 11 : Visite de la faculté Kariat Arkman (avant l’ouverture de la nouvelle passe)
Photo 11 : Visite de la faculté Kariat Arkman (avant
l’ouverture de la nouvelle passe)
Photo 13 : coté BeniAnsar (sortie du 11/06/2011)
Photo 13 : coté BeniAnsar (sortie du 11/06/2011)

Figure 21 : Phénomène d’eutrophisation de la lagune de Nador les deux coins de la lagune BeniAnsar et

Kariat Arkman

Le niveau d’eutrophisation a atteint son niveau maximal ces dernières années, et les

taux élevés de pollutions, considéré comme la cause principale de la fermeture de la société

d’aquaculture MAROST en 2004.

27
27

4.

Solutions entreprise pour la mise à niveau de la lagune de Marchica

Vu la situation biologique dégradée de la lagune et vu les changements écologiques récents subi, faisant la nécessité de la préservation de l’environnement, comme Objectif du

Millénaire pour le Développement(OMD). Le gouvernement à lancer un groupe de mégaprojets pour faire face aux enjeux de dépollution de Marchica.

- La passe de Boukana

- Assainissement liquide

- La gestion des déchets solides

- Assainissement liquide - La gestion des déchets solides Figure 22 : Sit uation de la

Figure 22 : Situation de la station d’épuration des eaux usées de Nador

4.1. La nouvelle passe (2010) Le projet d'aménagement de la lagune de Marchica (coût de projet : 350MDH), envisage la réalisation d'installation d'accueil et de plaisance dans la lagune. Par ailleurs il convient également d'augmenter le renouvellement des eaux de la lagune. Cela a conduit tout d'abord à rechercher un site favorable à cette nouvelle passe puis d'en définir les caractéristiques. L'existence de platiers rocheux tout le long du littoral de la partie Sud-Est de la lagune à ne pas retenir cette zone car le creusement de la passe nécessite des dragages importants et coûteux. Cela a conduit à rechercher une passe située à proximité de l'ancienne, ou d'élargir et

28
28

approfondir cette dernière. Après étude et examen des dizaines d’échantillons le choix est tombé sur la passe qui présente les principales caractéristiques suivantes :

-Réalisation de deux digues de calibrage du chenal avec un linéaire de 1450 m pour la digue Est et 1350 m pour la digue Ouest ; -Creusement de la passe sur une longueur de 1450 m et un largueur de 300 m avec un fond à -6.00m (NGM) comme tirant d'eau, (1.8 Mm3 de sable à draguer). -Enlèvement de plus de 1 900 000 m3 de sable, de vase et de matériaux hétérogènes. -Fermeture de la passe actuelle en vue de sa transformation en un port de plaisance. -Faciliter la navigation ; -Améliorer la qualité d’eau de la lagune ; -Créer des ports de plaisance. La nouvelle passe, de 300 m de largeur et de -6 mètres de profondeur(NGM), se située à 1.500 mètres à l'Ouest de l’ancienne passe.

à 1.500 mètres à l'Ouest de l’ancienne passe. Figure 23 : S ituation géographique de l’ancienne

Figure 23 : Situation géographique de l’ancienne et de la nouvelle passe

29
29
(Photo 14)
(Photo 14)

Figure 24: Dimensions de la nouvelle passe (Marchica Med, 2012)

Cette ouverture entre la lagune de Marchica et la méditerranée « via la nouvelle passe » a pour but de permettre un renouvellement des eaux de la lagune et ce pour améliorer la qualité des eaux stagnantes et pollués dans cette lagune fermée naturellement.

Augmentation maximum du niveau d’eau par rapport à l’état de l’ancienne passe est de 8cm et la diminution maximum du niveau d’eau par rapport à l’état de l’ancienne passe est de 11 cm (SOGREAH, 2008). Le détail des niveaux calculés est donné sur le diagramme ci- dessus.

4.2 Assainissement liquide

Pour améliorer le système d’assainissement existant, garantir de meilleures conditions sanitaires pour la population et protéger la lagune de Marchica, l’ONEP a réalisé un grand projet d’assainissement liquide dans la région du Grand Nador (figure 25).

30
30
Figure 25 : R ejets d’assainissement liquides sur les côtes de lagune avant le projet

Figure 25 : Rejets d’assainissement liquides sur les côtes de lagune avant le projet de STEP (ONEP 2007)

Les municipalités concernées par le projet d’assainissement liquide à savoir Nador, BeniAnsar, Zeghanghane, Ihdadène, Jaadar, Selouane, Taouima et Kariat Arkman. La ville de Nador et les centres de BeniAnsar et de Selouane disposent de trois stations d’épuration de capacités respectives de 100.000, 16 .000 et 7 .000 équivalents- habitants. Mais elles présentaient des dysfonctionnements. Les autres centres rejettent les eaux usées à l’état brut dans leurs bassins versants qui rejoignent par la suite la Marchica. Au démarrage de ce projet, la population du Grand Nador était de l’ordre de 240.000 habitants et atteindra plus de 320 .000 habitants à l’horizon 2025 (ONEP, 2011). Le projet prévoit l’extension et la réhabilitation des réseaux des eaux usées existants, l’interception et de transfert, la construction et l’équipement des stations de pompage avec leurs conduites de refoulement. La réalisation de station d’épuration de type « boues activées » a remplacé celle existante pour le grand NADOR et une station d’épuration de type «lagunage naturel» pour le centre de Kariat Arkmane. La STEP du grand Nador intercepte les eaux usées en provenance des centres d’agglomérations précités. Et à l’exception des stations d’épurations ordinaires la nouvelle station d’épuration du grand Nador renferme les trois piliers fondamentaux dans la purification, le traitement primaire, secondaire et tertiaire. Qu’on peut les résumer en actions suivantes :

31
31

Traitement primaire :

- Prétraitement : dégrillage, dessablage, déshuilage.

- Ensemble de dispositifs de traitement de déchets de prétraitements (dégrillats, graisses, sables) Traitement secondaire :

- Traitement biologique par boues activées en aération prolongée Traitement tertiaire :

- Désinfection par UV après filtration.

- Epaississement et une déshydratation mécaniques. Et Stockage des boues dans des bennes

- Désodorisation. En outre, la STEP est dotée d’un bâtiment d’exploitation comprenant bureaux, salle de réunion et laboratoire d’analyse des eaux brutes et épurées. La STEP a été mise en service début Mai 2010. La nouvelle STEP se situe à proximité de la route nationale N16 (reliant Nador et Kariat Arkmane) selon la coordonnée suivante : X =728 048 Y=506 349

(Photo 15)
(Photo 15)

Figure 26 : Nouvelle station d’épuration des eaux usées du Grand Nador (Marchica Med, 2011)

32
32

4.3

La décharge d’Ouladstout :

Les déchets solide affectent toujours la beauté des paysages naturelles, et sauvage, et porte au même temps une atteinte biologique à la qualité du milieu naturel, par sécrétion des

lixiviats. La décharge d’Ouladstout se situe selon la coordonnée suivante : X=734292,22 m Y=493806,64 m

selon la coordonnée suivante : X=734292,22 m Y=493806,64 m Figure 27 : Plan de la décharge

Figure 27 : Plan de la décharge de Nador (FUED, 2008)

Le décharge de ouladstout sera constituée de 4 casier, pour une durée de d’exploitation de 15 ans, recevra les déchets solides des communes de grand, Nador, la quantité journalière est estimé a 240 tonnes par jour ; qui sera augmenté chaque année en fonction de l’évolution démographique, les communes concernés sont ; Nador, BeniAnsar, Zegangane, Ihdadène, Jaadar, Selouane, Taouima et Kariat Arkman. La mise en service, prévue à fin 2012, résoudra les problèmes de traitement des déchets dont souffrent l’environnement et la population de Nador.

Critères de choix de la nouvelle décharge (Ouladstout) :

- Sa localisation (25km de Nador et 35km de BeniAnsar) : site rarement fréquenté en dehors de la population locale.

- sa capacité qui permet l’enfouissement des déchets sur plus de 30 ans.

- La profondeur de la nappe d’eau souterraine qui atteint plus de 100 m

33
33

- L’éloignement par rapport aux lieux d’habitation

- Disponibilité de matériaux de couverture à faibles distances.

Éradication du dépotoir sauvage existant et disparition des nuisances correspondantes.

L’ancienne Y = 509475

STEP se situe par : F= 35°09,60’N

G=002°54,61’W

X = 726725

(Photo 16)
(Photo 16)

Figure 28 : Utilisation de l’ancien STEP pour le stockage des déchets en plastique

34
34

But du travail

35
35

Le but de ce travail, est de contribuer à l’étude de l’impacte de l’ouverture de la nouvelle passe de 2011 sur:

-La faune de la Marchica (poisson, oiseau). -la flore de la Marchica (verdure biologique). -aspect physico-chimique de la qualité de l’eau de Marchica (clarté d’eau, dégression d’eutrophisation).

36
36

Matériels et méthodes

37
37

La nouvelle passe (2010) se situe au Nord-Est de la ville de Nador, sur une distance approximative de 7 Km, une distance de 10 Km sur le cordon dunaire de la lagune de Marchica (en provenance de BeniAnsar) et une distance de 1,5 Km par rapport à l’ancienne passe.par F=35° 12,74’N G=002° 51,6’W

Google
Google

Figure 28 : Lagune de Nador incluant la nouvelle passe

Figure 28 : Lagune de Nador incluant la nouvelle passe Figure 29 : Situation de la

Figure 29 : Situation de la nouvelle passe par rapport à l’ancienne passe (SOMAGEC, 2010)

38
38

Carte d’aménagement spécial du site de la lagune de Marchica :

spécial du site de la lagune de Marchica : Figure 30 : Plan d’aménagement spécial du

Figure 30 : Plan d’aménagement spécial du site de la lagune de Marchica (Marchica Med,

2011)

Carte géologique :

lagune de Marchica (Marchica Med, 2011) Carte géologique : Figure 31 : Carte géologique de l’arrière
lagune de Marchica (Marchica Med, 2011) Carte géologique : Figure 31 : Carte géologique de l’arrière

Figure 31 : Carte géologique de l’arrière pays de la lagune de Nador (BLOUNDI, 2005)

39
39

Carte marine

Carte marine utilisé en intégration avec le système de positionnement par satellite

(logiciel MaxSea), montrant itinéraire suivi durant la visite de la lagune de Marchica et la

nouvelle passe.

1) lieu géographique de la nouvelle passe :
1)
lieu géographique de la nouvelle passe :

Figure 32 : Carte marine électronique intégré au système informatique avec un G.P.S (DRAGUE AMAL, 2011)

2)

Système de positionnement par satellite (GPS)

Marque : Accent G400

Design : Ultra-Slim (13mm)

Processeur : SiRF Atlas-IV, dual-core, 500MHz

Mémoire flash interne : 2Go

Taille d’écran : 3,5” TFT LCD tactile sensible à toucher, format 4:3

Résolution d’écran : 320x240 pixels

Récepteur GPS : Ultra sensible

Lecteur Photo de 31: cartes : T-Flash Villes disponibles : 29 villes marocaines : Casablanca, Rabat, Tanger, Fés, Marrakech,

Tétouan, Nador, Oujda, Meknés, Salé, El Jadida, Ouarzazate, Beniellal, Essaouira, Agadir,

Laayoune, Mohammedia, Temara, Berrchid, Ifran, Larache, Guelmim, Ksar Kbir, Knitra,

Settat, Safi, C

40
40

Langues : Multi-langues (avec voix Arab & Berbère)

Batterie : 820mAH, jusqu’à 2 heures d’autonomie (Nokia BL-5C)

Interface :

Mini-USB

Dimension :

96(L) x 75(W) x 13(H) mm

: Mini-USB Dimension : 96(L) x 75(W) x 13(H) mm (Photo 17) Photo 33 : (Photo

(Photo 17) Photo 33 :

(Photo 18)

(Photo 18)

Figure 33: G.P.S utilisée pour le positionnement et le repérage

41
41

3.

Appareille photo.

Figure 34 : appareille photo utilisée dans les sorties de terrain

34 : appareille photo utilisée dans les sorties de terrain

http://www.01net.com/fiche-produit/fiche-technique-9579/reflex-

numeriques-canon-eos-1100d/

Type : Reflex numérique Nombre de pixels (millions): 12,2 Définition (max) : 4 272 × 2 848 Type de capteur : CMOS Taille de capteur : 22,2 × 14,8 mm Coefficient de conversion : 1,6 Objectif : Objectifs EF et EF-S Flash : intégré (NG = 9,2) ou externe Dimensions (l × h × p) : 130 × 100 × 78 mm Poids : 495 g Alimentation : LP-E10 Format Mémoire : Carte SD/SDHC/SDXC

1. moyen de transport et de navigation.

1.1. Remorquer RACHID II Longueur hors tous : 12 mètre Largeur : 3 mètres Tirant d’eau : 1,8 mètre Jauge brute : 14 tjb Puissance motrice : 175 CV

42
42
Photo 20: remorquer RACHID II (SOMAGEC)
Photo 20: remorquer RACHID II (SOMAGEC)

Figure 35 : Remorquer ARACHID II durant une opération de clapage au niveau de la nouvelle passe (septembre 2011)

1.2. Vedette de servitude (ANOUAL):

Longueur hors tous : 18,4 mètre

Largeur

: 04 mètres

Tirant d’eau

: 1,5 mètre

Jauge brute

: 42 Tjb

Cette vedette doté d’un RADAR de marque, FURUNO GaAS FET front 8-TONE DAYLAIGHT DISPLAY, et d’une échosondeur de type, FURUNO COLOR VIDEO SOUNDER FCV-611

43
43
(Photo 21)
(Photo 21)

Figure 36:Vedette ANOUAL positionner au milieu de la nouvelle passe (17/03/2012 ; 11:50)

La figure ci-dessus montre quelque moyens utilisé à bord de vedette de sauvetage ANOUAL, tel que un RADAR de marque, FURUNO GaAS FET front 8-TONE DAYLAIGHT DISPLAY, et d’une échosondeur de type, FURUNO COLOR VIDEO SOUNDER FCV-611

(Photo 22)
(Photo 22)

Figure 37: parmi les moyens de navigation utilisée à bord de la vedette de sauvetage (RADAR à droite, ECHOSONDEUR à gauche)

44
44

1.3.

Navire de plaisance DOLPHIN:

(Photo 23)
(Photo 23)

Figure 38 : navire de plaisance DOLPHIN au cours d’un visite de la Marchica (14/12/2011)

Autre moyens utilisé comme une voiture de location par l’association FUED, une

voiture personnel de FUED et une voiture de service de la SOMAGEC, etc.

2. moyens logistiques utilisés dans l’aménagement de la nouvelle passe

La drague VESALIUS

Données techniques de la drague VESALIUS

Nom

VESALIUS

Type

drague

Longueur hors tous

93.9m

Largeur

17.0m

Profondeur a dragué

25.5m

Section de du tuyau de dragage 800.0mm

Une pompe a submersion de

Pompes de bord de Puissance de coupe Groupes électrogènes

1100 KW

2x2650 KW

1325 KW

9260 KW

45
45
(Photo 24)
(Photo 24)

Figure 39 : Drague VESALIUS au cours du dragage des fonds de la nouvelle passe (décembre

2010)

Barge flottante ANNET:

Nom

ANNET

Type

(PONTON)

Longueur hors tous

48,00m

Largeur

16,4m

Jauge brute

652Tjb

Jauge nette

196Tjb

Puissance

1676 Kw

(Photo 25)
(Photo 25)

Figure 40 : Barge flottante ANNET au cours de l’implantation des piquets du nouveau port de plaisance au niveau de la presque ile d'Atalayoune (travaux effectués entre février, mars et avril

2011)

46
46

La drague AMAL:

Données techniques de la drague AMAL :

Nom

AMAL

Type

drague

Longueur hors tous

62 m

Largeur

12.0m

Profondeur a dragué

variable

Jauge brute

1635 Tjb

Jauge nette

382 Tjb

Section de du tuyau de dragage 800.0mm en métal

(Photo 26)
(Photo 26)

Figure 41 : Drague AMAL au cours du dragage des fonds périphériques de presque ile d'Atalayoune (travaux effectués entre février, mars et avril 2011)

C'est un navire qui arbore le drapeau national, il est doté des systèmes très sophistiqués

qui lui permettent d'exercer des taches de creusement, et de dragage dans des endroits,

accidenté et inhospitaliers, par les navires non designer, cette drague peut faire en moyenne

un volume de 500 mètres cubes par voyage. Chose qu'il a qualifié de faire le dragage de la

passe et d'aménager la zone d'ancrage de nouveau port de plaisance, à l'intérieur de la lagune,

au pied de la monte d'Atalayoune.

47
47

Résultats et Discussion

48
48

Les efforts déployé pour la dépollution de la lagune de Marchica ont donnés un

résultat utile, et visible à L'œil nu, ces résultats sont témoignées par la régression de niveau

d’eutrophisation, la clarté des eaux lagunaire, baisse des odeurs de fermentation dans les

points noirs de la lagune, et de nouvelles fréquentations de quelque oiseaux migrateurs la

zone de BeniAnsar (photo 27 et 28).

1. Impacte de l’ouverture d la nouvelle passe sur la flore Le Roseau (Phragmites communis)

Photo 27 : Côté BeniAnsar (F=35°15,31’N G= 002° 55,47’W) 10/02/2012 Photo 28: Côté BeniAnsar 07/02/2012
Photo 27 : Côté BeniAnsar (F=35°15,31’N
G= 002° 55,47’W) 10/02/2012
Photo 28: Côté BeniAnsar 07/02/2012 (F=35°15, 41’N
G=002° 55,44’W) 07/02/2012

Figure 42 : Situation de chlorose du Roseau (Phragmites communis) côte BeniAnsar Nord-Ouest de la lagune, avec quelque végétation et oiseaux 2012, et apports fluviatiles

49
49

Dans l’état ordinaire, le phosphore, en très faible concentration, peut être un facteur

limitant de la croissance du roseau (Haslam, 1973) qui se développe rapidement et donne

naissance à une roselière, le roseau c’est une plante qui tolère beaucoup le phosphore et les

nitrate, est une indice d’eutrophisation de milieu lagunaires, les Photos 27et 28 montrent

clairement, le changement de couleur des feuilles du roseau de vert foncé au jaune claire, ce

qui signifie d’une manière très lucide, une régression des éléments nutritifs (N :Azote

diminution de chlorophylle et par la suite la chlorose; P : Phosphore les feuilles âgées sont

d’abord vert foncé, puis rouge-violet, et a un stade ultérieur les feuilles âgées meurent).

2. Impacte de l’ouverture de la nouvelle passe sur la faune (cas de Canard colvert et de Flamant Rose) :

Le Canard colvert (Anas platyrhynchos):

Le Canard colvert (Anas platyrhynchos), canard mallard au Canada ou canard

français en canadien; est une espèce d'oiseau de l'ordre des ansériformes, de la famille des

anatidés et de la sous-famille des anatinés. C'est certainement le plus connu et

reconnaissable de tous les canards, du fait de l'existence de races de canards domestiques

issues de cette espèce. Cette espèce est menacée par la Perte et dégradation d’habitat,

pollution chimique.

Le retour de cette espèce à été observé au niveau de la lagune, surtout au niveau de

BeniAnsar, après l’ouverture de la nouvelle passe. Donc c’est une espèce très sensible à la

pollution et son réapparition reflet clairement l’état de propreté de la lagune de Nador.

Les photos ci-dessous ont étés prise au niveau de l’extrémité Nord-Ouest de la

lagune (région de BeniAnsar)

50 photo 29 : un paire de canard région de BeniAnsar (15/11/2011; 12:50)
50
photo 29 : un paire de canard région de BeniAnsar (15/11/2011; 12:50)
photo 30: Un paire de canard région de BeniAnsar (15/11/2011; 12:51)
photo 30: Un paire de canard région de BeniAnsar (15/11/2011; 12:51)

Figure 43 : Une paire du canard dans les côtes de la lagune 2011

Le Flamant rose : (Phoenicopterus roseus)

Les photos en dessous ont étés prise au niveau de la côte Nord-Ouest de la région de BeniAnsar.

Photo 31: Flamant rose (Phoenicopterus roseus) Côté BeniAnsar ( le 11/12/2011 ; 12:50)
Photo 31: Flamant rose (Phoenicopterus roseus) Côté BeniAnsar ( le 11/12/2011 ; 12:50)
51
51
Photo 32: Flamant rose plus Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis) ; Côté BeniAnsar (11/12/2011 ; 12:53)
Photo 32: Flamant rose plus Cormoran huppé (Phalacrocorax aristotelis)
; Côté BeniAnsar (11/12/2011 ; 12:53)

Figure 44 : les flamants roses (Phalacrocorax aristotelis) sur les côtes de la lagune 2011

Le Flamant Rose, est une espèce migratrice qui utilise la lagune comme un espace de repos, durant la période hivernale, on le trouve où il y a une faible profondeur d’eau (inférieur d’un mètre), il introduit son bec dans la vase pour fouiller le plancton, vers, mollusques, poisson, larves d’insectes, crustacés, dont l’artémia(Artemia salina), riche en carotène, qui intensifie ou prolonge la couleur rose du plumage).le flamant rose: (Phoenicopterus roseus) est une espèce très sensible à la pollution, avant l’ouverture de la nouvelle passe, il est impossible d’observer le Flamant Rose dans la région de BeniAnsar ; néanmoins aujourd’hui on remarque des colonies éparpillées dans la zone de BeniAnsar. (Photos 31 et 32)

3. Impact de l’ouverture de la nouvelle passe de 2010 sur la pêche

La discussion avec les marins pécheurs, reflet clairement l’avantage de l’ouverture de la nouvelle passe, dont la taille des poissons pêchés est devenue remarquablement grande, c'est- à-dire disparition ou plutôt régression du phénomène de nanisme, de plus l’apparition de quelques espèces aquatique, fait part de la nouvelle vie de la lagune. Parmi les espèces trouvées au niveau de la lagune de Nador on trouve :

-Les requins, squales ou sélachimorphes forment un super-ordre de poissons cartilagineux, possédant cinq à sept fentes branchiales sur les côtés de la tête et les nageoires

52
52

pectorales qui ne sont pas fusionnés à la tête. Ils sont présents dans tous les océans du globe et également dans la méditerranée (dans certains grands fleuves). La photo en dessous a été prise par un marin pêcheur au niveau de la lagune de Nador

photo 33: Un squale (23/11/2011)
photo 33: Un squale (23/11/2011)

Figure 45 : un squale pêché dans la lagune de Marchica

-Le maigre (Argyrosomus regius), ou grogneur, ou courbine, est un poisson marin de l'Atlantique et de la Méditerranée, de la famille des sciænidés. Sa taille moyenne est de 50 centimètres à 1 mètre, mais il peut atteindre 2 mètres pour 100 kilogrammes.

Photo 34: une courbine pêché dans la lagune (11/02/2012)
Photo 34: une courbine pêché dans la lagune (11/02/2012)

Figure 46 : une courbine (Argyrosomus regius) pêché dans la lagune de Marchica.

53
53

Le système lagunaire symbolise depuis des cycles un milieu concentré en matière

nutritive, et constitue un refuge aux poissons pour la reproduction, et un abri contres les

prédateurs des juvéniles, mais l’effort de pêche déployé dans la lagune, incontestablement

représente une menace pour la vie aquatique, de plus le non respect du maillage des filets de

pêche expose les juvéniles aux risque de dégradation de l’espèce.

4. Impact de l’ouverture de la nouvelle passe sur la qualité de l’eau

Diminution de l’eutrophisation et clarté des eaux :

La région de Kariat Arkman et BeniAnsar étaient un symbole d’eutrophisation, et la

concentration en MES a rendu les eaux très sombre, cependant l’ouverture de la nouvelle

passe a changée beaucoup la circulation des courants d’eau, qui apporte des eaux maritimes

très claire et propre. Même chose on l’observe au niveau de la ville de Nador (surtout la

corniche) (photo 35, 36, 37, 38).

Photo 35 : Marchica Med (Kariat Arekmane) Photo 36: Marchica Med (Kariat Arekman)
Photo 35 : Marchica Med (Kariat Arekmane)
Photo 36: Marchica Med (Kariat Arekman)

Figure 47 : Effet de l’ouverture de la nouvelle sur la qualité des eaux dans la région de Kariat Arekman

54
54
Photo 37 : Coté sidi Ali avant les travaux de dépollution. (F=35° 10,9’N G=002° 55,40'W)
Photo 37 : Coté sidi Ali avant les travaux de dépollution. (F=35° 10,9’N G=002° 55,40'W)
Photo 38 : après les travaux de dépollution.(F=35° 10,9’N G=002° 55,40'W)

Figure 48 : Effet de l’ouverture de la nouvelle sur la qualité et la clarté des eaux à proximité de la corniche

Assainissement liquide de la ville de Nador:

Le programme d’aménagement de Marchica se voit doter de la plus grande station

d’épuration des eaux usées du sud de la Méditerranée. L’Office National de l’Eau Potable

(ONEP) a été chargé du projet d’assainissement liquide du Grand Nador, cofinancé par

l’ONEP (70%) et les collectivités locales (30%), afin de préserver l’écosystème de la lagune,

et respecter les normes environnementales.

55
55

5.

effet physique de l’ouverture de la nouvelle passe

5.1 Genèse des dunes du sable à l’intérieur de la lagune

La nouvelle passe a engendré des courants internes provoquant la genèse des dunes de sables à sa périphérie interne illustré clairement par les photos en dessous.

Photo 39: Photo de l’ensablement (26/02/2012; 15:58) Photo 40: Photo de l’ensablement (26/02/2012)
Photo 39: Photo de l’ensablement (26/02/2012; 15:58)
Photo 40: Photo de l’ensablement (26/02/2012)

Figure 49: Genèse des dunes du sable à l’intérieur de la lagune

56
56

5.2. Évolution du niveau d’eau

5.2. Évolution du niveau d’eau Figure 50 : Mortes-eaux (a) et les vives- eaux (b) à

Figure 50 : Mortes-eaux (a) et les vives-eaux (b) à l’extérieur de la lagune

Augmentation maximum du niveau d’eau par rapport à l’état de l’ancienne passe est de 8cm et la diminution maximum du niveau d’eau par rapport à l’état de l’ancienne passe est de 11 cm. ce qui donne une marge additionnelle de 18 cm, ce qui permet un bon échange d’eau entre la lagune et la mer, chose influençant positivement la qualité de l’eau de Marchica.

)
)

Figure 51 : Variation du niveau de l’eau dans la lagune après l’ouverture de la nouvelle passe (étude de simulation) (SOGREAH, 2008)

57
57

Après presque, une année de travail de terrain dans la lagune de Marchica, on constate que la lagune a dépassée la situation alarmante, grâce au projet d’aménagement de sebkhat BouAreg, la nouvelle passe, la STEP du grand Nador, la gestion des déchets solides, aux quelles elle a souffert depuis des années, la régression du niveau d’eutrophisation dans les parties d’enclavement des eaux (BeniAnsar ; et Kariat Arkman), sont bien visible après l’ouverture de la nouvelle passe. D’autre aspect d’hospitalité, pour les oiseaux migrateurs montrent bien que on a un réel changement au niveau de la biodiversité, le Flamant Rose(Phoenicopterus roseus), symbole de propreté du milieu, à coloniser des zones plus étendus à l’Est comme à l’Ouest, et la préséance des canards nouvellement installé dans la corniche , sont des preuves de la bon qualité de l’eau de Marchica, comme au niveau de la corniche, la limpidité de l’eau donne preuve. Les aménagements effectués au niveau de Sebkhat BouAreg ont donnés des résultats positifs, cependant un grand effort reste à déployer pour la collecte des déchets au niveau des quartiers périphériques; de même la pluparts des déchets solides ou liquide peuvent atteindre la lagune, car les rivières, oueds, et la construction anarchique clandestin menacent encore cette biodiversité fragile, car la plus part ne sont pas connecté au réseau STEP, ni collectes des déchets solides. Pour pallier à ces défauts, un programme de sensibilisation de la population au niveau des localités rurales du grand Nador est impératif, il portera sur l’importance de la qualité de la lagune et sur la biodiversité, sur la richesse en faune et en flore, et en fin pour la préservation halieutique nécessaire pour l’économie, le social, et le tourisme.

58
58

GLOSSAIRE

Anticyclone : Masse d'air de haute pression atmosphérique, tournant dans le sens des aiguilles d'une montre dans l'hémisphère Nord et dans le sens contraire dans l'hémisphère Sud. Un anticyclone est caractérisé par un air descendant qui empêche la formation de nuages. L'anticyclone est donc associé au temps sec et clair. Bassin versant : est une aire délimitée par des lignes de crête dans laquelle toutes les eaux tombées alimentent un même exutoire Bentonite : argile à pouvoir absorbant et décolorant. Biodiversité: Ensemble des êtres vivants qui composent la totalité des écosystèmes. Boue activé : Les boues activées sont utilisées comme épuration biologique dans le traitement des eaux usées. La boue activée, composée essentiellement de micro-organismes floculants, est mélangée avec de l'oxygène dissous et de l'eau usée. C'est ainsi que les micro-organismes de la boue activée entrent constamment en contact avec les polluants organiques des eaux résiduaires, ainsi qu'avec l'oxygène, et sont maintenus en suspension. Capacité d’une station : Représente la charge polluante théorique maximale pour laquelle la station a été conçue. Elle est généralement exprimée en équivalents-habitants. Conchyliculture: Activité d’élevage de coquillages. Chlorose : Le jaunissement, induit par la disparition de la chlorophylle, commence au bord des feuilles et s'étend vers les nervures, qui restent vertes. DBO5 : c'est-à-dire la quantité d'oxygène consommée après 5 jours d'incubation, est conventionnellement utilisée. Il convient de noter que la DBO5 n'est normalement représentative que de la pollution organique carbonée biodégradable. Demande Biochimique en exogène (DBO) : Critère de pollution organique basé sur la quantité d'oxygène consommée à 20°C et à l'obscurité pendant un temps de référence pour assurer l'oxydation des matières organiques présentes dans l'eau par voie biologique. Dystrophie : elle fait suite à l’eutrophisation, le milieu est alors excessivement enrichi en matières nutritives et les teneurs en oxygène dissous dans l’eau sont très basses. Equivalent habitant(EH) : Unité de mesure permettant d'évaluer la capacité d'une station d'épuration. Cette unité de mesure se base sur la quantité de pollution émise par personne et par jour.1 EH = 60 g de DBO5/jour soit 21,6 kg de DBO5/an. Lido : Le Lido est le nom donné à la formation géologique sableuse très allongée qui ferme les lagunes.

59
59

lixiviat (ou percolat) : est le liquide résiduel qui provient de la percolation de l’eau à travers un matériau. Ce mot vient de l'adjectif latin lixivius, qui signifie : « jus de lessive, eau qui sert à laver ». Mégaphorbiaie : est le nom donné en zone tempérée au stade floristique de transition entre la zone humide et la forêt. Palanza: c’est un engin de pêche passif est destiné a piégé les poissons dans une cage, et parfois complétée par une verveux. Point amphidromique: est un point d'un système physique soumis à une force de marée où le marnage est voisin de zéro. Ripisylve : (étymologiquement du latin ripa, « rive » et sylva, « forêt ») est l'ensemble des formations boisées, buissonnantes et herbacées présentes sur les rives d'un cours d'eau. Senne tournante: sont des filets rectangulaires utilisés en surface pour encercler des bancs de poissons. Généralement de faible maillage pour la pêche des clupéidés. SIBE : Sites d'Intérêt Biologique et Ecologique. Tjb : Tonneau de juge brute unité internationale de volume pour le jaugeage des navires équivalente à 2.83m 3 . Trémail: filet a trois réseaux pour la pêche ou la chasse

60
60

Mots-clefs ABIPA C3F: projet Agriculture, Biodiversité et Participation au Cap des Trois Fourches

CAP-Nador : Coastal Action Plan for Nador(Plan d’Action pour la Côte de Nador).

DBO : Demande Biochimique en Oxygène DPA : Direction Provinciale d’Agriculture de Nador EH : Equivalent Habitant Eutrophisation : La modification et la dégradation d'un milieu aquatique, lié en général à un apport excessif de substances nutritives FAO: Food and Agriculture Organization of the United Nations, « Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture » FUED : Forum d’Urbanisme, d'Environnement et de Développement GIZC: Gestion Intégrée des Zones Côtières INRH: Institut National de Recherche Halieutique LOA: Length Overalllongueur hors-tout MAROST : Sté Marocaine d'Ostréiculture et de Pisciculture - Marost s.a MES : Matières En Suspension NGM : Nivellement Général du Maroc OMD : Objectif du Millénaire pour le Développement ONEP : Office National de l’Eau Potable SIBE : Sites d'Intérêt Biologique et Ecologique. SOMAGEC: Sociétés Maghrébiennes de nie Civil STEP : station d’épuration des eaux usées. Tjb : Tonneau de juge brute UV : Ultraviolet

WWF: World Wildlife FundFonds mondial pour la nature

61
61

Bibliographies

Bloundi M. K. (2005) Etude géochimique de la lagune de Nador (Maroc oriental): Impacts

des facteurs anthropiques. Rapport de thèse de Doctorat, Université Mohamed V, Rabat.

237 p.

Bloundi M. K., Faure P., Duplay J. (2008) Organic contamination identification in sediments

from a Mediterranean coastal ecosystem: The case of the C.R. Acad. Sci. 340, 12, 840-849.

Nador lagoon (Eastern Morocco),

Acad. Sci. 340, 12, 840-849. Nador lagoon (Eastern Morocco), Bjorn K. (1994) Coastal Lagoon Processes. Elsevier,

Bjorn K. (1994) Coastal Lagoon Processes. Elsevier, Amsterdam.

Carlier P. (1971) Plaines du Gareb et du Bou Areg. In : Ressources en eau du Maroc : 1.

domaines du Rif et du Maroc oriental. Notes & Mém. Serv. Géol. Maroc, 231, 167-180.

ELYAZOULI L. (2010) L’activité de la pêche artisanal dans la lagune de Nador « secousse

d’aujourd’hui, vision pour demain ». Projet de fin d’études, licence, Faculté

pluridisciplinaire, Nador. 40 : 16-18.

FAO. (1987) Projet Régional Méditerranéen De Développement De L'aquaculture

(Mediterranean Regional Aquaculture Project (MEDRAP)). Rapport De Mission Hydraulique

Et Travaux Maritimes. 46 : 36-38.

Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement. (2011) Elaboration

D’un Système D’information Géographique Pour La Lagune De Marchica. Rapport

provisoire, Rabat. 203 p.

GOUDAN A. (1986) Pollution physico-chimique dans la lagune de Nador. Mémoire de fin

d’études, institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, Rabat, 60 pp

Guelorgeto O., Frisoni G.F., Monti O., Perthuisot J. P. (1985) Développement de

l’aquaculture marine et de la pêche lagunaire à Nador (Maroc). Rapport de mission F.A.O. (25

Mars 6 avril 1984) Manuscrit de 81 pages.

HASLAM M. (1973) Some aspects of the life history and autoecology of Phragmites

australis. Pol. Arch. Hydrobiol,. 20, 79-100

62
62

Hilmi K., Koutitonsky V.G., Orbi A. (2003). Circulation et dispersion tridimensionnelles des eaux méditerranéennes dans la lagune de Nador (Septembre - Novembre 2001). Rapp. TD INRH N° 112, 41pp.

Inani I. (1995) Dynamique sédimentaire et pollution dans la lagune de Nador. Rapport de

thèse de doctorat, Université Mohamed V, Rabat, 184 p.

Irzi Z. (2002) Les environnements du littoral méditerranéen du Maroc compris entre l’oued

Kiss et le Cap des Trois Fourches Dynamique sédimentaire et évolution et Ecologie des

foraminifères benthiques de la lagune de Nador. Rapport de thèse de doctorat, Université

Mohammed Premier, Oujda. 291 p.

Kada O. (2011) Etude biologique et écologique des anchois de la méditerranée marocaine et

caractérisation des populations lagunaires (lagune de Nador). Rapport de thèse de doctorat,

Université Abdelmalek Essadi, Tétouan, 170 p.

Khattabi A., Ezzahiri M., Rifai N., El anzi R., Naji H., Soumaa A. ET Fernandez P. Analyse de la situation actuelle de la zone côtière de Nador : Milieu biophysique. Projet CAP Nador. Nador. Juin 2007.

Khattabi A., Lissar A., Benamar S. (2007) Analyse de la situation actuelle de la zone côtière de Nador : les aspects socioéconomiques le cadre législatif et institutionnel. Projet SMAPIII Plan d’action pour la côte de Nador. Juin 2007, 69p + annexes.

Lakhdar Idrissi J., Orbi A., Zidane F., Hilmi K., Sarf F., Massik Z., Makaoui A. (2004)

Organisation et fonctionnement d’un écosysteme côtier du maroc : la lagune de khnifiss-

organization and fonctioning of a Moroccan ecosystem : Khnifiss lagoon. Science de l’Eau,

(17/4), p. 447-462.

Lamrini A., Arid H., Meziani J. (2007).Contribution à l’étude du potentiel aquacole de la

lagune de moulay bousselham (maroc) à l’aide de la télédétection et d’un système

d’information géographique. Revue Télédétection, 1-2-3-4, p. 111-127.

Louaya A., Hamoumi N. (2011) Impact des aménagements sur la morphodynamique du complexe lagunaire de Nador, Maroc. Rapport de recherche, Rabat.4p.

Maanan M. (2003) Etude sédimentologique du remplissage de la lagune de Sidi Moussa (côte atlantique marocaine) caractérisations granulométrique, minéralogique et géochimique. Thèse de doctorat, Université Chouaib Doukkali, El Jadida, 230 p.

63
63

Malouli Idrissi M., Zahri Y., Houssa R., Abdelaoui B., El Ouamari N. (2002) Pêche

Artisanle dans la Lagune de Nador : Exploitation et Aspects Socio-Economiques. Projet

FAO- COPEMED. 81 :1-2.

Med West Coast Maroc. Les Plans d’Action ; CAP Nador, Une démarche de Gestion

Intégrée de la Zone Côtière (GIZC) pour le développement durable du littoral de la Province

de Nador. 32 p.

Ouchen S. (1998) Contribution à une mise en valeur du littoral urbain de Nador. Mémoire de

fin d’études, Ecole Nationale d’Architecture, Rabat, 173 p.

Rouahna H. (2007) Relation entre les nappes et la salinité dans les sols gypseux de la région

de Ain Ben noui. Biskra. Mémoire de magister, Université El Hadj Lakhdar, Batna, 242 pp.

Royaume Du Maroc Ministère De L'équipement Et Du Transport Direction Des Ports

Et Du Domaine Public Maritime. (2012) Annuaire Des Marées Ports Du Maroc. Rapport de

Ministère de l’ De L'équipement Et Du Transport Direction Des Ports Et Du Domaine Public

Maritime.108 :5-6 p.

Royaume Du Maroc Ministère De L'intérieur Province de Nador. (2010) la province de

Nador en chiffre. Rapport de Ministère de l’Intérieur.262 :5-6 p.

Secrétariat d’Etat auprès du Ministère de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de

l’Environnement ; Chargé de l’Eau et de l’Environnement ; Département de

l’Environnement ; Direction de la Surveillance et de la ; Prévention des

Risques/INRH (2009) Etude De L’eutrophisation De La Lagune De Nador. Rapport de

recherche.71 : 8-9.

SOGREAH. (2008) Modélisation Hydrodynamique Et De Renouvellement Des Eaux De La

Lagune. Rapport R01.79.

Tesson M. (1977) Régime hydrologique et hydrodynamique de la sebkha Bou Areg (lagune

de Nador-Maroc). Travaux et document n°1, Institut Scientifique de pêches maritimes

ZINE N.E. (2005) Diagnostic de la lagune de Nador /MATEE/ Programme Med Pol. Rapport, Faculté des Sciences, Meknès, 70 pp.

64
64

Annexe :

Inventaire des oiseaux dans la région:

Photo de l’oiseau Espèce/Nome scientifique Localisation Commentaire Nom Arabe Puffin cendré (Calonectris
Photo de l’oiseau
Espèce/Nome scientifique
Localisation
Commentaire
Nom Arabe
Puffin cendré
(Calonectris
diomedea)
LN, EM et
CTF
Oiseaux marin qui nichent en colonie dans
plusieurs îles rocheuses méditerranéenne dont
les Chafarinas. Vol au raz des vagues.
Grèbe huppé
(Podiceps cristatus)
LN, EM
Vit dans les grands étangs calme. En saison de
reproduction il se livre à une danse nuptiale très
structurée.
ريبك ساطغ
Grèbe à cou noir
(Podiceps nigricollis)
EM, LN
Plus rare que les autres grèbes. Il hiverne en très
petit nombre dans l’embouchure.
قنعلا دوسأ ساطغ
Fou de bassan
(Morus bassanus)
EM, EM
Oiseau strictement marin qui niche sur les
grandes falaises au large des côtes européennes.
Visible lors des deux passages migratoires.
يبرولأا هلبلأا
Grand cormoran
(Phalacrocorax carbo)
EM, LN et
CTF
Niche sur les falaises maritimes. Il pêche les
poissons en nageant sous l’eau
ريبك قاغ
Cormoran huppé
(Phalacrocorax
aristotelis)
EM, LN et
CTF
Ne ce voit qu’en vol le long de la côte. Niche
sur des falaises côtières. Il est très rare.
جوتم قاغ
Héron cendré
EM, LN
(Ardea cinerea)
Oiseau solitaire commun. Présent tout au long
de l’année dans le SIBE. Reste la plupart du
temps immobile. Niche en Europe.
يدامر نيزح كلام
Aigrette garzette
EM, LN
(Egretta garzetta)
Oiseau commun. Niche en colonie mixte sur des
arbres avec le héron garde-bœufs. Vit aux bords
des rivières et des étangs.
قينأ يضويب
Oie cendrée
EM, LN
(Anser anser)
Grand oiseau voleur qui peut peser jusqu’à 13
kg.
ءادمر ةزو
Tadorne de belon
(Tadorna tadorna)
EM, LN
Fréquente aussi bien les étangs et les lagunes
que les côtes marines. Niche dans des terriers.
نامرهش
65
Canard siffleur EM, LN (Anas penelope) Fréquente presque tout les types des zones humides qu’on
Canard siffleur
EM, LN
(Anas penelope)
Fréquente presque tout les types des zones
humides qu’on peut trouver au nord du Maroc
Niche en Europe du Nord.
رافص طب
Canard chipeau
EM, LN
(Anas strepera)
Présent régulièrement mais toujours en faibles
nombre. Il affectionne surtout les étendues
profondes dont la végétation est abondante.
يرامس طب
Canard pilet
EM, LN
(Anas acuta)
ةلبنس وبأ طب
Très beau canard. Le mâle est rapidement
reconnaissable à la queue en forme de paille.
Fréquentes les côtes marine et les entendus
d’eau.
Canard souchet
EM, LN
(Anas clypeata)
Fréquente les étangs, les marais et les bras morts
des oueds et même les côtes marines en hiver.
Son bec est large et spatulé.
يفرغم طب
Fuligule milouin
EM, LN
(Aythya ferina)
Le milouin est un canard plongeur commun. Il
affectionne les zones humides profondes.
بهشا سافع
Fuligule morillon
(Aythya fuligula)
EM, LN
سنلقم سافع
Ce fuligule est reconnaissable à la crête qui
descend de sa nuque. Au Maroc, il fréquente
surtout les lacs de barrages et les grands étangs
profonds.
Flamant rose
EM, EM
(Phoenicopterus
roseus)
Le plus grand échassier du Maroc. Présent
presque toute l’année dans le SIBE surtout au
niveau du bras mort.
يدرو ماحن
Busard des roseaux
(Circus aeruginosus)
EM, LN et
CTF
C’est le rapace qui cantonne les zones humides
le plus commun au Maroc. Niche là où il y a
une végétation haute (roselière).
تاعقنتسملا فاس
Busard cendré
(Circus pygargus)
EM, LN et
CTF
Niche dans la brousse et les cultures. Très
sensible au dérangement. Ce busard est de plus
en plus dans le SIBE de la Moulouya.
دمرأ فاس
Busard Saint-martin
(Circus cyaneus)
قرزأ فاس
EM, LN et
CTF
Fréquente les zones humides et montagneuses.
Busard pâle
(Circus macrourus)
EM, LN
Le SIBE de la Moulouya est l’un des rares sites
au Maroc où on peut voir cette espèce dont la
présence est sporadique.
ضيبأ فاس
66
Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) EM, LN Oiseaux piscivore qui pêchent les poissons avec une grande
Balbuzard pêcheur
(Pandion haliaetus)
EM, LN
Oiseaux piscivore qui pêchent les poissons avec
une grande habilité. Vit au bord de la mer, des
barrages et des grand lacs.
يكرع فونرس
Faucon crécerelle
(Falco tinnunculus)
EM, LN et
CTF
Le faucon le plus répandu et le plus commun. Il
est cosmopolite.
قسوع
Faucon pèlerin
(Falco peregrinus)
EM, LN et
CTF
L’un des oiseaux les plus rapides au monde. En
piquet il peut atteindre 280 km/h. Niche dans les
falaises.
نيهاش رقص
Caille des blés
(Coturnix coturnix)
EM, LN
Oiseau très discret. Vit dans les paysages ouvert
avec des bushs ou là où il y a des cultures
céréalières.
ةنامس
Râle aquatique
EM, LN
(Rallus aquaticus)
Très farouche. Le râle ne se montre pas
facilement. Il cherche les insectes volants.
روفرف
Poule d’eau
(Gallinula chloropus)
EM, LN
Oiseau commun mais farouche. Nage et marche
souvent entre la végétation dense autour des
étendues d’eau douce.
ءام ةجاجد
Huîtrier pie
(Haematopus
EM, LN et
CTF
ostralegus)
Comme son nom l’indique il mange surtout les
bivalves. Il vit sur le littoral et pénètre les
lagunes et les oueds.
رحبلا ةجعن
Échasse blanche
EM, LN
(Himantopus
himantopus)
Oiseau très caractéristique. Habite les zones
marécageuses peu profonde où il poursuit les
petites créatures aquatiques.
لاوط
Avocette élégante
(Recurvirostra
avosetta)
EM, LN
Reconnaissable à son long bec recourbé et son
plumage noir et blanc. Vit dans les lacs peu
profonds.
تاكن
Glaréole à collier
(Glareola pratincola)
EM, LN
Limicole aux longues ailes. Hiverne en Afrique
tropicale et niche dans le SIBE entre avril et
juin. Chasse les insectes au vol.
قارح
Petit Gravelot
(Glareola pratincola)
EM, LN
Niche au bord du lit de l’Oued de la Moulouya
et au niveau du bras mort. Ponds ses œufs entres
les galets.
ريغص قازقز
67
Grand Gravelot (Charadrius hiaticula) EM, LN Niche en Europe. Vit dans les lagunes et les
Grand Gravelot
(Charadrius hiaticula)
EM, LN
Niche en Europe. Vit dans les lagunes et les
grands étangs et le long des côtes rocheuses.
ريبك قازقز
Gravelot à collier
interrompu
EM, LN
Niche le long des côtes sablonneuses. Court très
vite sur la plage.
(Charadrius
alexandrinus)
يردنكسا قازقز
Pluvier doré
(Pluvialis apricaria)
EM, LN
Repose le plus souvent sur les bancs de sable.
يبهذ قازقز
Pluvier argenté
(Pluvialis squatarola)
EM, LN
Le plus commun des pluviers au Maroc. Vit
aussi bien dans les zones marécageuses qu’au bord
de la mer.
دمرأ قازقز
Vanneau huppé
(Vanellus vanellus)
EM, LN
Autrefois plus abondant au nord du Maroc, il est
de plus en plus rare. Niche seulement à Merja
Zerga (Province de Kénitra).
حابن
Bécasseau maubèche
(Calidris canutus)
ةيئانتسك ةقاقس
EM, LN
Niche en Scandinavie. Migre le long des côtes
marines.
Bécasseau sanderling
(Calidris alba)
ءاضيب ةقاقس
EM, LN
Niche en Europe du nord. Arrive au début de
l’automne au Maroc. Vit sur les plages et
pénètre les lagunes côtières
Bécasseau minute
(Calidris minuta)
EM, LN
Petit limicole très commun. On le trouve dans
tous les types de zone humides marécageuse ou
au bord de la mer.
ةريغص ةقاقس
Bécasseau de
Temminck
(Calidris temminckii)
كامت ةقاقس
EM, LN
Niche en Sibérie dans la toundra. Fréquente les
mêmes habitats que le bécasseau minute
Bécasseau cocorli
(Calidris ferruginea)
EM, LN
Reconnaissable à son bec légèrement courbé.
Migre en grand nombre en Afrique équatoriale.
ةيئدص ةقاقس
Bécasseau variable
(Calidris alpina)
EM, LN
Des millions de bécasseau variables quittent
l’Europe du nord en direction de l’Afrique
équatoriale.
ةيلامش ةقاقس
68
Chevalier combattant (Philomachus pugnax) ةلاوجح EM, LN Vit surtout dans les zones humides continentales. On
Chevalier combattant
(Philomachus pugnax)
ةلاوجح
EM, LN
Vit surtout dans les zones humides
continentales. On le voit régulièrement à l’EM
mais en faible effectif.
Bécassine des marais
(Gallinago gallinago)
بقنش
EM, LN
On l’observe régulièrement dans les marais du
bras mort, de Chrarba et dans certains endroits
du lit de l’oued. Fouille avec son long bec la
vase
Barge à queue noire
(Limosa limosa) ةقيق وبا
EM, LN
L’un des limicoles les plus communs et les plus
réguliers. On le voit aussi bien au niveau des
prairies humides qu’au bord des étangs
Barge rousse
(Limosa lapponica)
EM, LN
Moins commune cette barge ne pénètre pas dans
l’arrière pays. On l’observe souvent au niveau
de l’estuaire, le bras mort et la plage
بهشأ ةقيق وبا
Courlis cendré
(Numenius arquata)
EM, LN
يدامر ناورك
Ne peu être confondu. Le courlis cendré
possède un long bec en forme de faucille qu’il
utilise dans les vasières et la tourbe pour
capturer ses proies.
Courlis corlieu
(Numenius phaeopus)
EM, LN et
CTF
On le voit dans presque tous les habitats à
courte herbe. Vasières, plages, estuaire, mare
temporaire, salicorne.
بجاحلا يثلاث ناورك
Chevalier arlequin
(Tringa erythropus)
دوسأ يوطيط
EM, LN
Vit dans les étendues d’eau douce. Son plumage
nuptial vire en noir. Niche en Europe et passe
l’hiver en Afrique
Chevalier gambette
(Tringa totanus)
EM, LN
C’est un limicole assez commun dans presque
toutes les zones humides marocaines même en
montagne. Niche en Europe.
قاسلا رمحا يوطيط
Chevalier stagnatile
(Tringa stagnatilis)
EM, LN
Limicole qu’on voit régulièrement mais toujours
en très faible effectif.
يريبس يوطيط
Chevalier aboyeur
(Tringa nebularia)
EM, LN
En hiver il affectionne le lit de l’oued, le bras
mort et les mares temporaire remise en eau.
Niche en Europe du Nord.
حابن يوطيط
Chevalier cul-blanc
(Tringa ochropus)
EM, LN
Niche en Europe et hiverne en Afrique
équatoriale.
ليذلا ضيبأ يوطيط
69
Chevalier sylvain (Tringa glareola) EM, LN Hiverne le long de l’oued Moulouya. Se nourrit sur
Chevalier sylvain
(Tringa glareola)
EM, LN
Hiverne le long de l’oued Moulouya. Se nourrit
sur les berges.
باغلا يوطيط
Tournepierre à
collier
(Arenaria interpres)
رجحلا بلاق
EM, LN
Niche en Scandinavie et dans la toundra. Vit au
niveau de l’estuaire, mais surtout le long des
plages rocheuses de préférence.
Mouette
mélanocéphale
(Ichthyaetus
melanocephalus)
سأرلا دوسأ سرون
EM, LN
Cette mouette est endémique du bassin
méditerranéen. Se confond facilement avec
d’autre mouette en plumage nuptiale. Vit au
bord de la mer.
Mouette pygmée
EM, LN
(Hydrocoloeus
minutus)
مزق سرون
Petite mouette qui vient hiverner au Maroc en
très faible nombre. Niche en Europe. On
l’observe surtout au niveau de l’estuaire et le
bras mort.
Mouette rieuse
EM, LN
(Chroicocephalus
ridibundus)
C’est la mouette a plus commune. A niché
récemment au Maroc. Fréquente l’estuaire, les
côtes et le bras mort.
كاحض سرون
Goéland railleur
EM, LN
(Chroicocephalus
Ce goéland possède une forme intermédiaire
entre les mouettes et les goélands.
genei)
راقنملا عيفر سرون
Goéland d’Audouin
(Ichthyaetus audouinii)
نيودا سرون
EM, LN
Un des oiseaux remarquables du SIBE de la
Moulouya. Hiverne en grand nombre dans le
site. Niche sur les îles Chafarinas.
Goéland cendré
(Larus canus) دمرأ سرون
EM, LN
Niche sur les falaises abruptes des côtes
européennes. Hiverne en petit nombre au
Maroc. S’observe sur la plage et du côté de
l’estuaire.
Goéland brun
EM, LN
(Larus fuscus)
Un très grand nombre de ce Laridé hiverne au
Maroc. Abondant dans l’EM.
رمسأ سرون
Goéland leucophée
(Larus michahellis)
EM, LN et
CTF
C’est sans doute le Laridés le plus commun de
l’EM. Niche sur les côtes rocheuses.
سرون
Sterne hansel
(Gelochelidon nilotica)
لينلا ةنشرخ
EM, LN
Pendant la période de passage migratoire on
peut la rencontrer tout au long de l’Oued
Moulouya. Hiverne dans le barrage de Mochr’a
Hommadi.
70
Sterne caspienne (Hydroprogne caspia) EM, LN L’une des plus grandes sternes connues. Fréquente l’estuaire et
Sterne caspienne
(Hydroprogne caspia)
EM, LN
L’une des plus grandes sternes connues.
Fréquente l’estuaire et la côte en Campanie
d’autres Laridés.
ةينيوزق ةنشرخ
Sterne royale
(Thalasseus maximus)
EM, LN
Niche en Amérique du Nord et sur les côtes
mauritaniennes. La population de l’EM est
d’origine inconnue. Fréquente les plages.
ةيكلم ةنشرخ
Sterne voyageuse
(Thalasseus
bengalensis)
ةيلاغنب ةنشرخ
EM, LN et
CTF
Parcourt de très longues distances pendant sa
migration
Sterne caugek
(Sterna sandvicensis)
EM, LN
Se distingue facilement des autres sternes. Se
rencontre aussi bien sur les plages, que près de
l’estuaire et le bras mort.
مدقلا ءادوس ةنشرخ
Sterne pierre-garin
(Sterna hirundo)
EM, LN
Nichait autrefois à Saïdia. Elle ne s’y reproduit
plus de nos jours à cause de la forte présence
humaine.
ةيفاطخ ةنشرخ
Sterne naine
(Sternula albifrons)
EM, LN et
CTF
Le seul Laridé qui niche dans l’EM. Son effectif
est en nette diminution. Affectionne les dunes
sablonneuses avec végétation.
ةريغص ةنشرخ
Guifette moustac
(Chlidonias hybrida)
EM, LN
Abondant lors des passages migratoires. Niche
dans toute l’Europe.
نيتنجولا ءاضيب ةنشرخ
Guifette noire
EM, LN
(Chlidonias niger)
S’observe en mois de septembre surtout lors de
sa migration automnale vers les quartiers
d’hivernage en Afrique équatoriale.
ءادوس ةنشرخ
Martinet noir
EM, LN
(Apus apus)
Oiseaux très commun qui nichent dans les
habitations humaines et dans les falaises. Il
happe les insectes volant.
ةيدايتعا ةمامس
Martinet pâle
EM, LN
(Apus pallidus)
Ressemble beaucoup au martinet noir. On le
voit surtout à Saïdia niche aussi dans les falaises
ou dans les habitations humaines.
ةيدامر ةمامس
Martin pêcheur
EM, LN
(Alcedo azurea)
يبروأ كامس
Niche dans les berges sablonneuses couvertes
de végétation le long de l’Oued Moulouya.
C’est pêcheur artiste qui capture les poissons en
plongeant en piquet.
71
Cochevis huppé (Galerida cristata) CTF, LN C’est l’alouette la plus commune parmi ses cousines. Affectionne
Cochevis huppé
(Galerida cristata)
CTF, LN
C’est l’alouette la plus commune parmi ses
cousines. Affectionne tous les milieux ouverts
du SIBE même les dunes du sable.
ةجوتم ةربنق
Pipit farlouse
(Anthus pratensis)
EM,
LN et
CTF
Fréquente les prairies humides. Manges les
insectes surtout.
طيغلا ةرمت وبأ
Pipit spioncelle
(Anthus spinoletta)
EM, LN
Rare mais régulier. Ce pipit à beaucoup
d’affinité avec les milieux humides et
montagneux.
ءاملا ةرمت وبأ
Bergeronnette grise
(Motacilla alba)
EM, LN
Très commune elle fréquente tous les milieux
humides (rivières, mares, prairie).
ةعرذ ءاضيب
Bergeronnette
printanière
(Motacilla flava)
ءارفص ةعرذ
EM, LN.
Niche au pied d’un buisson de salicorne par
exemple. Chasse les insectes.
Traquet oreillard
(Oenanthe hispanica)
EM, LN et
CTF.
Vit dans les milieux ouverts, arides et
rocailleux.
رمحأ قلبأ
Rousserolle
effarvatte
(Acrocephalus
scirpaceus) بصقلا ةجزاه
EM, LN
Le plus commun des passereaux paludicoles.
Niche dans les roselières.
Rousserolle turdoïde
(Acrocephalus
arundinaceus)
ةريبك ةجزاه
EM, LN
L’un des plus grands passereaux paludicoles.
Niche dans les grandes roselières.
Fauvette
Mélanocéphale
(Sylvia
melanocephala)
اينيدرس ةجزاه
EM, LN et
CTF, LN, EM
La plus commune de toute la fauvette
(Sylvidés). Niche dans les buissons denses et les
verges.
Gobe-mouche gris
(Muscicapa striata)
طقنم بابذ فطخ
EM, LN et
CTF
Chasse les insectes en vol à partir d’un perchoir fixe
et y retourne directement. Niche sur les arbres
(Oléastre, tamarix, pinède)
Chardonneret
EM, LN
(Carduelis tristis)
نوسح
Très jolie oiseau et excellent chanteur. Très
commun et recherché comme oiseaux de cage.
Niche sur des arbres. Nicheur sédentaire EM
Hivernant LN

LN =Lagune Marchica de Nador EM =Embouchure de la Moulouya CTF =Cap des Trois Fourches

72
72
Université Mohammed Premier Faculté Pluridisciplinaire Nador Rapport de stage Réalisé et Présenté par : BENCHEIKH

Université Mohammed Premier Faculté Pluridisciplinaire Nador

Mohammed Premier Faculté Pluridisciplinaire Nador Rapport de stage Réalisé et Présenté par : BENCHEIKH

Rapport de stage

Réalisé et Présenté par :

BENCHEIKH Younass

Pour l’obtention du :

Diplôme de Licence Professionnelle en:

Sciences de la mer et biotechnologie marine.

Impact de l’ouverture de la nouvelle passe sur la biodiversité de la lagune Marchica.

Encadré par : Professeur SAID Mourad

Soutenu, le 22/09/ 2012, devant la commission d’examen

Devant le jury composé de:

M.ZARROU Said

: Président d’honneur et Directeur de l'Agence pour l'Aménagement du site de la lagune de Marchica

M.

SAID Mourad

: Professeur de biochimie et de microbiologie à FPN

M.

KAYCHOUH Allal

: Ingénieur à la municipalité de BeniAnsar et encadrant de stage

M.

BENSAADA Elhabib

: Capitaine de navigation au long cours, et pilot Maritime

M.ELHARCHE Mohamed : Ingénieur en Agroalimentaire, professeur de droit et Manager

Année Universitaire 2011-2012

73
73

Dédicace

Louange à dieu seul Que le salut et la paix soient sur l’envoyé de Dieu, et que ce présent rapport représente, à mes chers parents, mes profonds respects, ma considération et mon amour éternel pour les sacrifices consentis pour mon instruction et mon bien être. A mes frères et sœurs Vous m’avez toujours soutenu durant toutes mes études, je vous souhaite beaucoup de bonheur et de réussite. A toute ma famille. A mes chers amis de la promotion SMBM et tout les amis de travail, A tous mes amis et amies.

Younass Bencheikh

74
74

Remerciements

Tout d’abord, je tiens à remercier l’équipe de l’Association Forum d’Urbanisme, Environnement et Développement (FUED) pour leur aide, encouragement durant la durée de ce stage. Je tiens à remercier tout particulièrement et à témoigner toute ma reconnaissance à M. Allal Kaychouh et M. Soumaa Abdelkarim, pour l’accompagnement sur le terrain et les informations qu’ils m’ont fourni concernant les oiseaux migratoire de la lagune de Marchica. Ma reconnaissance est grande pour notre professeur et directeur de filière « Sciences de la mer et biotechnologie marine » M. Mourad SAID, pour son encadrement, aide, conseils et encouragement… Je remercie également Mlle Najat AMARJOUF du service bibliothèque de la Faculté Pluridisciplinaire de Nador pour avoir accepter de corriger ce modeste travail. Et je tiens à remercier également l’Agence de Marchica pour son accueil et aide particulier.

Mes remerciements vont également :

Aux professeurs membres du jury qui ont consacré leur temps à la lecture de cet essai

Au corps professoral de la Faculté Pluridisciplinaire de Nador

Enfin, je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué de prés ou de loin dans la réalisation de ce travail.

75
75

Résumé :

SOMMAIRE

avant-propos : ……………………………………………………………………………………………………………………………

01

Introduction : ……………………………………………………………………………………………………………………………….

02

I-Présentation de la lagune de Marchica : ……………………………………………………………………………………

03

1- Cadre géographique : ………………………………………………………………………………………………………………

03

2- Contexte climatique, hydrologique, hydrogéologique et hydrodynamique : ……………………………

06

 

2.1. La température : ……………………………………………………………………………………………………………

06

2.2. Les précipitations : ………………………………………………………………………………………………………….

07

2.3. La vague et la houle : ………………………………………………………………………………………………………

08

2.4. La salinité : ………………………………………………………………………………………………………………………

08

2.5. Les marées : ……………………………………………………………………………………………………………………

09

2.6. Bilan hydriques : ……………………………………………………………………………………………………………

09

3- Activités socioéconomiques : …………………………………………………………………………………………………

12

II-Concepts et caractéristiques des lagunes : ……………………………………………………………………………….

14

1-Concept des lagunes et utilités : ……………………………………………………………………………………………….

03

 

1.1. Utilité des lagunes pour les habitants frontières : ……………………………………………………………

14

1.2. Utilité des lagunes de point de vue écologique : ……………………………………………………………

14

2

la diversité des milieux lagunaires : ………………………………………………………………………………………

15

2.1. La classification morphologique : …………………………………………………………………………………….

15

2.2. la classification de Kjerfve et Magill : ………………………………………………………………………………

16

III-Aspect biologique et apparence métamorphique : ………………………………………………………………….

18

1. Historique de la passe de la lagune de Marchica : ……………………………………………………………………

18

2. Construction de la passe de boucana (l’ancienne passe) en 1995 : …………………………………………

19

3. Conséquence de l’ensablement de l’ancienne passe (boucana) et problèmes annexe : ……………

22

 

3.1. Pollution de la lagune de Marchica après l’ouverture de l’ancienne passe en 1995 : ………

22

3.2. Eutrophisation : ………………………………………………………………………………………………………………

26

4

-Solutions entreprise pour La mise à niveau de la lagune de Marchica : ……………………………………

28

4.1. La nouvelle passe : ………………………………………………………………………………………………………….

28

4.2. Assainissement liquide : ………………………………………………………………………………………………….

30

4.3. La décharge d’Ouladstout : ……………………………………………………………………………………………

33

But du travail: ………………………………………………………………………………………………………………………………

35

Méthode du travail : …………………………………………………………………………………………………………………….

37

1. moyen de transport et de navigation : ……………………………………………………………………………………

42

2. moyens logistiques utilisés dans l’aménagement de la nouvelle passe : …………………………………

45

Résultats et Discussion : ………………………………………………………………………………………………………………

48

 

1. Impacte de l’ouverture d la nouvelle passe sur la flore : ………………………………………………………

49

2. Impacte de l’ouverture de la nouvelle passe sur la faune : …………………………………………………

50

3. Impact de l’ouverture de la nouvelle passe de 2010 sur la pêche : ……………………………………

52

4. Impact de l’ouverture de la nouvelle passe sur la qualité de l’eau : ……………………………………

54

5. effet physique de l’ouverture de la nouvelle passe : ……………………………………………………………

56

Glossaire : ……………………………………………………………………………………………………………………………………

59

Mots-clefs : ………………………………………………………………………………………………………………………………….

61

Bibliographies :……………………………………………………………………………………………………………………………

62

Annexe :……………………………………………………………………………………………………………………………………….

65

76
76
Lieu du Stage Ce stage a eu lieu au sein de l’Association Forum d’Urbanisme, d'Environnement

Lieu du Stage

Ce stage a eu lieu au sein de l’Association Forum d’Urbanisme, d'Environnement et de Développement (FUED), c’est une association crée en 2003 et a pour mission la participation au développement durable, l’amélioration du cadre bâti et la protection de l’environnement.et en ce qui concerne l’environnement qu’est considéré comme un objectif incontournable, l’association FUED a cernée les cibles suivantes :

Offrir un cadre pour débattre de problèmes concrets de l’urbanisme et de l’environnement.

Offrir un cadre pour débattre des projets de développement. Chaque association désirant monter un projet, trouvera un cadre qui permettra de réunir d’éventuels partenaires.

Monter des projets de développement.

Assister la population dans l’amélioration de leur cadre de vie, en les sensibilisant et en les faisant participer aux activités afférentes à la protection de l’environnement.

Réaliser des études relatives à l’urbanisme, à l’environnement et au développement.

En parallèle avec les objectifs tracés l’association FUED a élaborée plusieurs activités portantes sur les thèmes de l’association; et je tiens à les citer à titre indicatif:

-.La célébration du « jour de la côte » dans le cadre du programme de SMAP III

- Projet « CAP-Nador » est un projet étalé sur trois ans (2006 -2009), dans le cadre du programme de SMAP III.qui vise principalement GIZC

- Projet "gestion intégrée de la pêche artisanale dans la lagune de Nador" financé par le fond mondiale de la nature WWF (2009 2010).

- Projet Agriculture, Biodiversité et Participation au Cap des Trois Fourches (ABIPA

C3F), est un projet étalé sur trois ans (2008 2011). Il est financé par le Ministère

hollandais de l’Agriculture.

Et Dans le cadre de son ouverture sur son environnement locale, régional et national, l’équipe de FUED a pu participer activement à plusieurs séminaires et journées d’études et apporté ainsi, sa vison et sa contribution sur les thèmes débattu.

Coordonné de l’association :

E-mail : elouarti01@hotmail.com HADI OUARTI : Chef de service de planification-Délégation MEN-Nador Président du Forum d'urbanisme, d’environnement et de développement- FUED Tél: +212 651211730

77
77

Résumé :

La lagune de Marchica est une lagune fragile en plein mutation qui se caractérise, à la fois, par une biodiversité intense et par des évolutions rapides sur le plan maritime particulièrement, la création de la nouvelle passe, pour assurer un échange adéquat des eaux lagunaire, et aussi pour une voie navigable. La question fondamentale est l’impact de la nouvelle passe de la lagune de Marchica sur la biodiversité ainsi que le développement maritime durable de la région. Pour se faire, on va s’appuyer sur une approche thématique pour montrer à quelle niveau la nouvelle passe, a participée dans l’émergence d’une vie métamorphique de la précédente, qui se manifeste principalement dans, la clarté des eaux lagunaire, régression d’eutrophisation, l’apparition des endroits hospitaliers pour des êtres vivants, et la genèse d’un climat épousant à la fois deux acteurs contradictoires, le premier représenté par la ville de caractère répulsif , et le second à un rôle attractif représenté par la lagune, touchant au même temps les techniques d'ingénierie maritimes et les nouvelles méthodes utilisés dans l'aménagement de la nouvelle passe. Il faut également rappeler que l'effort déployé pour la dépollution de la lagune reste incontestable, surtout avec la réalisation de projet des stations d'épurations.

: صخلم

ىلع عيرس روطتب و فيثك يئيب عونتب زيمتت ،اهلوحت ىصقا يف ةشه ةريحبراكيشرام ريحبربتعت هايم ديدجتل لضفأ ةريتو قيقحت ىلا فدهي يذلا،ديدجلا يرحبلا رمملا ءاشنا اصوصخ يرحبلا ىوتسملا ةيرحبلا ةحلاملل حلاص رممو، ةريحبلا ةيمنتلا نع لاظف يئيبلا عونتلا ىلع ديدجلا يرحبلا رمملا ريثأت وه ةدحب هسفن حرطي يذلا لآوسلا .ةمادتسملا ةيرحبلا يف يرحبلا رمملا ةمهاسم اهللاخ نم حضون ،ةيعوضوم ةبراقم ىلع دمتعن فوس ،كلذ زاربلإو نكاما روهظو،بصاختلا ىوتسم عجارت ، هايملا ةواقن للاخ نم ىلجتي يذلا، ديدج يئيب خانم ءوشن طيحملا(نيتفلتخم نيتعيبط نم نانئاك نيب جوازي خانم قلخ ىلا ىدا يذلا ئشلا،ةرجاهملا رويطلل ءاويا ةيرحبلا ةسدنهلا تاينقت ىلع ةزجوم ةحمل يقلنس تقولا سفن يف و )ةيئطاشلا ةريحبلا/يرضحلا ةلوذبملا تادوهجملا نع لفغن نا نود .ديدجلا يرحبلا رمملا دييشت يف ةمدختسملا ةثيدحلا بيلاسلأاو .ةمداعلا هايملا ةجلاعم ةطحم ءاشنا ةصاخو ، ةريحبلا ةفاظن ىلع ةظفاحملل

Abstract:

Marchica is an attractive lagoon, lies between Gourgou mountain and the Mediterran Sea. It is known for its biodiversity and rapid marine evolution, particularly after the creation of the new passage which contributes to making water clean. The establishment of the new waterway and the sustainable development in the region play important roles in the development of the lagoon; making the water of the lake clean as well as to facilitating the marine navigation We should not deny the effort made to clean the lake, especially after the end of the treatment station project of the sewage.

78
78

Liste des figures :

Figure 01

Carte de situation de la lagune de Nador

04

Figure 02

Vue panoramique du mont de Gourougou

05

Figure 03

Vue panoramique du mont d’Atalayoun

05

Figure 04

Carte de distribution des températures de surface

07

Figure 05

Carte pluviométrique du nord est du Maroc

07

Figure 06

Carte de distribution de la salinité de l’eau de surface au niveau de la lagune de Nador

08

Figure 07

Vue panoramique du réseau hydrographique de la Marchica

10

Figure 08

Niveau piézométrique de la nappe de Bou Arg

11

Figure 09

Circulation des eaux intra lagunaire

11

Figure 10

Répartition des unités industrielles par secteur

13

Figure 11

Classification schématique des types de lagunes côtières

16

Figure 12

Classification schématique des types de lagunes côtières

17

Figure 13

Morphologie de la lagune et position des anciennes passes le long du cordon dunaire

18

Figure 14

Situation des passes entre 1941 et 1986

19

Figure 15

Photo aérienne de l'ancienne passe

20

Figure 16

Croquis de l’ancienne passe

21

Figure 17

Situation des passes entre 1986 et 1998

21

Figure 18

Rejets direct localisés au niveau de Beni Ansar (a) et du petit port de la lagune (b)

23

Figure 19

Déchets solides jetés sur les bords de la lagune de Marchica (2008, 2009 et 2011)

25

Figure 20

Localisation des zones touchées par l’eutrophisation dans la lagune Nador

26

Figure 21

Phénomène d’eutrophisation de la lagune de Nador

27

Figure 22

Situation de la station d’épuration des eaux usées de Nador

28

Figure 23

Situation géographique de l’ancienne et de la nouvelle passe

29

Figure 24

Dimensions de la nouvelle passe

30

Figure 25

Rejets d’assainissement liquides sur les côtes de lagune avant le projet de STEP

31

Figure 26

Nouvelle station d’épuration des eaux usées du Grand Nador

32

Figure 27

Plan de la décharge de Nador

33

Figure 28

Lagune de Nador incluant la nouvelle passe

38

Figure 29

Situation de la nouvelle passe par rapport à l’ancienne passe

38

Figure 30

Plan d’aménagement spécial du site de la lagune de Marchica

39

Figure 31

Carte géologique de l’arrière-pays de la lagune de Nador

39

Figure 32

Carte marine électronique intégré au système informatique avec un G.P.S

40

Figure 33

G.P.S utilisée pour le positionnement et le repérage

41

Figure 34

appareille photo utilisée dans les sorties de terrain

42

Figure 35

Remorquer ARACHID II durant une opération de clapage au niveau de la nouvelle passe (septembre 2011)

43

Figure 36

Vedette ANOUAL positionner au milieu de la nouvelle passe (17/03/2012 ; 11:50

44

Figure 37

parmi les moyens de navigation utilisée à bord de la vedette de sauvetage

44

Figure 38

navire de plaisance DOLPHIN au cours d’un visite de la Marchica (14/12/2011)

45

Figure 39

Drague VESALIUS au cours du dragage des fonds de la nouvelle passe (décembre 2010)

46

Figure 40

Barge flottante ANNET au cours de l’implantation des piquets du nouveau port de plaisance au niveau de la presque ile d'Atalayoune (travaux effectués entre février, mars et avril 2011)

46

Figure 41

Drague AMAL au cours du dragage des fonds périphériques de presque ile d'Atalayoune (travaux effectués entre février, mars et avril 2011)

47

Figure 42

Situation de chlorose du Roseau (Phragmites communis) côte BeniAnsar Nord-Ouest de la lagune, avec quelque végétation et oiseaux 2012, et apports fluviatiles

49

Figure 43

Paire du canard dans les côtes de la lagune 2011

51

Figure 44

Flamants roses sur les cotes de la lagune 2011

52

Figure 45

Squale pêché dans la lagune de Marchica

53

79
79

Figure 46

Courbine (Argyrosomus regius) pêché dans la lagune de Marchica

53

Figure 47

Effet de l’ouverture de la nouvelle sur la qualité des eaux dans la région de Kariat Arekman

54

Figure 48

Effet de l’ouverture de la nouvelle sur la qualité et la clarté des eaux à proximité de la corniche

55

Figure 49

Genèse des dunes du sable à l’intérieur de la lagune

56

Figure 50

Mortes-eaux (a) et les vives-eaux (b) à l’extérieur de la lagune

57

Figure 51

Variation du niveau de l’eau dans la lagune après l’ouverture de la nouvelle passe (étude de simulation) (SOGREAH, 2008)

57

Liste des tableaux :

Tableau 01

Répartition de la population du grand Nador

12

Tableau 02

Répartition des unités industrielles par branches

12

80
80

NB:

Pour des remarques, ou des suggestions, prière de me contacter sur mon E-mail :

younass.bencheikh@gmail.com

81
81