Vous êtes sur la page 1sur 3

Section3 : les contrôles financiers

Objet de la cour des comptes crée par Napoléon et modifiés en 1982.


Les chambres régionales des comptes juridictions financiaires qui comme la cours des C  prend des décisions
juridictionnelles et adm°.
Composition :
- magistrats des comptes
- vérificateurs
- présidé d’un magistrat ayant la qualité de conseil maitre à la cour des C
Organisation :
- Base suprarégionale
- Subdivisé en chambres doté d’un commissaire du G qui l’équivalent d’un procureur.
La saisine
- saisies par le préfet
- par tte pers ayant intérêt
- par un élu ms doit transiter par le préfet
- tout comptable gérant les comptes des collectivités.

Leurs domaines de contrôle sur les collectivités :


- déclencher par leur propre initiative
- à l’initiative de la cour des comptes dans le cadre d’enquête nationale.

But
- Control de la régularité des comptes sur la procédure de l’adoption du budget + sur le délai+ la sincérité des
comptes de la collectivité
- Control de gestion  sur l’utilisation des crédits, sur la régularité des budgets inscrits dans les documents.

Ms elle ne peut pas se prononcer sur l’affectation d’un budget sauf si elle est irrégulière.
Les chambres régionales organisent des contrôles thématiques (domaine par domaine)  rapport rendu par la chambre fait
état des constats réalisés dans chacune des collectivités.
 Comparer la gestion de chacune des collectivités sur la méthode de gestion + dans les volumes de crédits affectés.

Procédure d’intervention de la double décision :


Quand la chambre régionale est saisie, elle lance une enquête de control :
- Si la chambre considère qu’elle est saisie à tort elle rend une décision classant l’affaire
- Si saisie à juste titre adresse une lettre d’observation à la collectivité concernée. Soit la collectivité explique sa
1ère décision. soit elle la modifie.
- La chambre prend une 2ème décision exécutoire :
 Soit elle considère que les explications de la collectivité est suffisante et sa décision constate la régularité.
 Soit la chambre n’est pas satisfaite et prend une décision permettant au préfet de se substituer à la collectivité pour
corriger les irrégularités.
Le président de la cour des comptes veut modifier l’organisation des chambres :
- regroupement
- exclusivement subordonnées à la cour des comptes.
Les chambres peuvent contrôler ts les organismes privées percevant des subventions d’un montant supérieur à 100 000
euros.

Partie 3 : les autorités indépendantes adm.


Définition : une aut° qui se situe dans la sphère de l’adm de l’E, Ms qui échappe à ts pouvoir hiérarchique.
Apparu en conseil d’etat en 6 décembre 1968.
Rigaud constate la création de new organismes qui sans pvr être qualifier d’autorité décentralisée, ne sont pas pour autant
soumis au pvr hiérarchique du ministre.
Organisme à compétence propre, institué par le pvr législatif ou réglementaire.
Objet :
Permettre la participation des citoyens ou des intérêts organisés
Donner aux administrés la garantie de l’indépendance des personnes qui concourent à la décision
Elles ont un pvr de décision.

Par la suite des lois ont crée des news organismes qualifiés d’aut adm indépendantes :
Loi du 6 janvier 1978 : la CNIL
Loi du 285 février 2002 : commission nationale de débat public
Ordonnance du 6 juin 2005 : la CADA
Loi du 30 décembre 2004 : haute aut de lutte contre les discriminations et pour l’égalité.
Loi du 10 avril 2006 : l’agence sur l’évaluation de la recherche et de l’enseignement.

La doctrine considère que certaines institutions pour les quelle la loi n’a pas qualifiés de AAI :
- Médiateur de la république
- Conseil supérieur de l’audiovisuel
- Le défenseur des enfants.

La jurisprudence reconnaissent cette qualité à :


- autorité de régulation des télécommunications
- commission des opérations de bourses.
Réalité : l’ensemble des organismes reconnus comme AAI organisme participant à la défense des libertés publiques.
 Le CC reconnait en 1984 que la désignation d’une AAI constitue une garantie fondamentale pour l’exo d’une liberté
publique.

2004 : 55 AAI.

Les critères de qualification :


- procédure de désignation de ce qui compose la haute autorité qui compose la AAI.
- Dans ttes les AAI les conseillers sont désignés pour une durée fixe et on ne peut pas les faire démissionner. Mandat
non reconductible garantir leur indépendance.
- Organisme doit disposer d’une véritable autorité les décisions prises sont exécutoires par elle-même.
- Elles peuvent avoir un pvr de contrainte
- Doivent appartenir à la sphère adm de l’E soumis au droit adm.
- Elles peuvent disposaient d’un pvr réglementé qui n’est pas subordonné par le 1er ministre. Ms limité ds son
champs et contenu édicter des normes qui mettent en œuvre la loi.
- Elles ne bénéficient d’aucune reconnaissance de personnalité morale bénéficie d’une donation budgétaire.

Exceptions crées par la loi du 1 aout 2003 :


Reconnait la perso moral de l’autorité (créer par cette loi) des marchés financiers et la commission du control des assurances
des mutuelles et des institutions de prévoyances la loi attribue des recettes propres.

Le control qui pèse sur cette AAI.


Elles ne font l’objet d’aucun control hiérarchique. Les décisions des représentants sont à caractère adm peuvent être
contesté dvt le juge adm ou conseil d’E.
Un faible contentieux concernant leur décision

Saisine des AAI


Les AAI peuvent être saisies par les parlementaires, par tt individu, par une catégorie d’opérateurs Ms cela dépend des AAI.
EX : depuis 1973 Le médiateur de la république a évolué il dispose d’une vraie équipe et il a des correspondants dans ts
les départements. Avt il ne pouvait être saisie que par des ^parlementaires. MS maintenant tte personne lésée peut saisir le
délégué du médiateur va essayer de trouver une solution et fait remonter au M l’ensemble des affaires dont il est saisie. Le
M établit un rapport annuel et forme des demandes pr modifié la loi.

La Alde vielle au respect des libertés publiques et garantir qu’aucune forme de discrimination peut s’opperrer ds le
domaine A/privé.
Organisation :
- Instance collégiale
- Président nommé par le président de la république.
- autres membres nommés de manière différente.
Elle est soumit à aucun control sauf décision du control juridictionnel du conseil d’E.

Ses décisions :
- collégiale
- instruire les dossiers dt ils sont saisies
- mettre en œuvre ttes les initiatives que prendrait l’Alde (info/communication etc.…)

Ses secteurs d’intervention :


- pas de domaines précis d’intervention.
- 1er champs : discrimination de la race
- La religion ou appartenance philosophique
- Discrimination physique (handicap)
- Discrimination fondée sur l’attitude ou certains signes.
La méconnaissance d’une décision de l’Alde est une infraction pénale
Pr élargir le champ de ses intervention, l’Alde demande au parlement de corriger la loi qui la concerne pr élire leur
correspondant départementaux.

 La création des AAI, la création de structure new de l’E délocalisée crée pr le corps électoral le sentiment de ne plus
coordonner l’ensemble des activités de l’E sur le T.