Vous êtes sur la page 1sur 216

EnvIRonnEmEnT RéglEmEnTaIRE ET CommERCIal

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et deTIC:

RésulTaTs

pERspECTIvEs

ET

dans d E s

la E T a T s

R

é a R a b E s

g

I

o

n

Rapport

ET dans d E s la E T a T s R é a R a

novembre

Secteur

du

développement

des

2013

télécommunications

dans d E s la E T a T s R é a R a b

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Novembre 2013

en matière de télécommunications et de TIC: Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Le présent rapport a été préparé par un groupe d'experts de l'UIT, MM. Taieb Debbagh, Amr Hashem et Bouchaib Bounabat, sous la supervision de la Division de l'Environnement réglementaire et commercial (RME) et en étroite coordination avec le Bureau de la région des Etats arabes de l'UIT et en collaboration avec le réseau des régulateurs arabes (AREGNET). Il a été édité par Telecommunications Management Group, Inc. (TMG).

Pensez à l'environnement avant d'imprimer ce rapport.

© UIT 2013

Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, par quelque procédé que ce soit, sans l'accord écrit préalable de l'UIT.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Avant-propos

J'ai l'honneur de présenter ici le rapport sur la troisième édition des Politiques de télécommunications pour la région des Etats arabes, ou Livre arabe 2012. Depuis la publication en 1996 et 2002 des deux premières éditions, il y a eu des innovations et une croissance sans précédents dans le secteur des TIC, dans le monde entier et dans toute la région des Etats arabes.

Les taux de pénétration des services de téléphonie à la fois filaire et cellulaire ont augmenté dans la plupart des Etats arabes, et comme dans les autres régions du monde, la croissance la plus spectaculaire a été celle de la disponibilité et de l'utilisation des services mobiles, avec un taux de pénétration moyen de la téléphonie mobile dans les Etats arabes passant de seulement 27 pour cent en 2005 à (estimation) 97 pour cent en 2011. Ces progrès sont dus en grande partie aux efforts déployés par les décideurs politiques pour libéraliser le marché des télécommunications et établir des cadres afin de promouvoir une concurrence effective.

Actuellement, les priorités des décideurs semblent passer de la simple mise en place de politiques visant à faciliter la croissance dans la téléphonie et les services de données de base à des services de communication plus avancés. En raison de la croissance des services et des applications Internet, et en particulier de l'accès au large bande, le Livre arabe 2012 comprend plusieurs sujets non abordés dans les éditions précédentes, notamment la gestion du spectre dans l'économie numérique, les stratégies et les plans pour le large bande, l'impact des TIC sur les questions intersectorielles et les politiques de convergence des services, des applications et des contenus.

Je suis heureux de mettre à la disposition des membres un produit qui, en plus de satisfaire leurs exigences, fournit une évaluation globale des réformes menées dans la région et notamment des tendances politiques, réglementaires et technologiques ainsi que des recommandations et des lignes directrices pour assurer un cadre réglementaire favorable au développement des TIC.

Je tiens également à exprimer mes remerciements aux experts, aux administrations, au réseau AREGNET (Arab regulators netwok) et aux régulateurs pour leur précieuse contribution à l'élaboration du présent rapport.

Brahima Sanou Directeur Bureau de développement des télécommunications (BDT)

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Table des matières

 

Page

Avant-propos

i

Table des matières

iii

Introduction

1

1 Vue d'ensemble des développements du marché et des objectifs internationaux relatifs aux TIC depuis 2002

3

1.1 Vue d'ensemble de l'évolution des marchés mondiaux et régionaux des TIC

3

1.2 Efforts de la région des Etats arabes pour atteindre les objectifs internationaux en

matière de TIC

13

1.2.1Intégrer les TIC dans les objectifs du Millénaire pour le développement et ceux du Sommet mondial sur la société de l'information

13

1.2.2Atteindre les objectifs des sommets Connecter l'Afrique et Connecter le monde arabe

17

1.2.3Utiliser les TIC pour atteindre les objectifs de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées

19

1.3

Perspectives

19

2 Considérations sur les politiques pour promouvoir l'accès aux TIC et leur adoption

20

2.1 Identifier et résoudre la fracture numérique dans la région des Etats arabes

20

2.1.1Identifier la fracture numérique dans la région des Etats arabes

20

2.1.2Politiques pour lutter contre la fracture numérique dans la région des Etats arabes

22

2.2 Politiques pour promouvoir l'adoption des TIC: stimuler la demande en TIC

24

2.2.1Promouvoir la sensibilisation à l'utilisation des TIC

24

2.2.2Faciliter l'accessibilité financière des services, applications et dispositifs TIC

25

2.2.3Soutenir l'attrait des TIC

29

2.3 Tendances en matière d'adoption et de mise en oeuvre des plans nationaux en matière de TIC et du large bande

31

2.3.1Stratégies nationales de TIC

31

2.3.2Stratégies nationales en matière de large bande

33

2.4 Recommandations sur les considérations politiques pour promouvoir l'accès et l'adoption des TIC

35

3 Des cadres réglementaires pour créer un environnement favorable

38

3.1 Importance d'un environnement réglementaire favorable

38

3.2 Tendances des réformes juridiques et réglementaires dans le secteur des TIC

40

3.2.1Réforme du mandat de l'autorité de régulation

40

3.2.2Renforcer l'indépendance de l'autorité de régulation

42

3.3 Cadre réglementaire pour promouvoir les investissements et la croissance

43

3.3.1Tendances de la réforme du mandat de l'autorité de régulation

43

3.3.2Transition vers des cadres législatifs et réglementaires axés sur la concurrence

46

3.3.3Les réformes des processus de formulation des règles et des décisions

51

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

 

3.4 Tendances de la promotion de l'accès à l'infrastructure

52

3.4.1Dégroupage de la boucle locale

52

3.4.2Partage de l'infrastructure et accès aux droits de passage publics

55

3.4.3Interconnexion du trafic Internet et de l'itinérance mobile

56

3.4.4Coordination régionale des cadres réglementaires

60

3.5 Recommandations sur la création d'un environnement favorable

61

4 Gestion du spectre dans l'économie numérique

62

 

4.1 Tendances des politiques en matière de spectre pour promouvoir l'investissement et l'innovation

62

4.1.1Hausse des besoins en spectre dans la région des Etats arabes

64

4.1.2Gestion et allocation du spectre

67

4.1.3Considérations politiques et réglementaires pour promouvoir une utilisation efficace du spectre

70

4.2 Harmonisation régionale et internationale

72

4.2.1Vue d'ensemble des tendances observées dans l'harmonisation internationale du spectre

72

4.2.2Efforts visant à l'harmonisation du spectre dans la région des Etats arabes

73

4.3 Recommandations sur la gestion du spectre dans l'économie numérique

74

5 Stratégies pour l'accès universel: promouvoir l'offre en TIC

75

 

5.1 Objectifs nationaux et régionaux pour des politiques d'accès universel

75

5.1.1Réduire la fracture numérique, en particulier dans les zones rurales

76

5.1.2Assurer un accès abordable

78

5.1.3Combler les lacunes dans l'adoption et l'utilisation des TIC

80

5.1.4Optimiser les occasions de développer le capital humain

81

5.1.5Définir des objectifs et des stratégies globaux à court et à long termes

82

5.1.6Inscrire les objectifs relatifs au large bande dans les plans et les politiques en matière de TIC et d''accès universel à l'échelle nationale

82

5.2 Faciliter la transition vers et la fourniture de tous les réseaux-basés IP dans la Région des Etats arabes

85

5.3 Politiques et stratégies nationales et régionales pour améliorer l'accès par des solutions

réglementaires non subventionnées

88

5.3.1Obligations de couverture afférentes aux licences

88

 

5.3.2Partage des infrastructures

89

5.3.3Taxes et autres incitations

91

 

5.4 Mécanismes de soutien du gouvernement pour le service universel

92

5.4.1Elargissement de la portée de l'accès et du service universels

95

5.4.2Mécanismes mis en place pour l'administration des fonds pour le service universel

96

5.5 Recommandations sur les stratégies d'accès universel

97

Considérations politiques et réglementaires pour des services, des applications et des contenus nouveaux et issus de la convergence

6

98

 

6.1

Introduction sur les services et applications issus de la convergence sur le marché

98

 

6.1.1Tendances des services et des applications issus de la convergence

99

6.1.2Services vocaux issus de la convergence

101

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

 

6.1.3Les services vidéo issus de la convergence

103

6.2 Importance du contenu pour le développement de sociétés inclusives du savoir

104

6.2.1Développement des médias sociaux dans la région des Etats arabes

104

6.2.2Du divertissement social à la citoyenneté active

105

6.2.3Développement de politiques traitant de la propriété intellectuelle

108

6.3 Politiques et réglementations en matière de services Internet

111

6.3.1Présentation générale des politiques en matière d'Internet dans la région des Etats arabes

111

6.3.2Vue d'ensemble de la neutralité du réseau dans la région des Etats arabes

112

6.3.3Transition d'IPv4 à IPv6

114

6.3.4L'informatique dématérialisée

117

6.4 Recommandations sur les considérations politiques et réglementaires en matière des

services, des applications et des contenus nouveaux et issus de la convergence

119

7

TIC et questions intersectorielles

122

7.1 Changement climatique et environnement

122

7.1.1Gestion des défis environnementaux

123

7.1.2Initiatives des pays arabes en matière de TIC vertes

124

7.2 Cybercriminalité et cybersécurité

125

7.2.1Tendances en matière de confidentialité et de protection des données

126

7.2.2Tendances en matière de réponse à la cybercriminalité et à l'usage abusif des TIC

127

7.2.3Mesures prises dans la région des Etats arabes pour protéger les infrastructures informatiques essentielles et les activités touchant à la sécurité nationale

128

7.2.4Coopération régionale et internationale

129

7.2.5Coopération entre l'organisme de réglementation en charge des TIC et les forces de l'ordre

131

7.3 Services financiers

132

7.3.1Tendances en matière d'accès aux services financiers par les personnes "non bancarisées" grâce aux TIC

132

7.3.2Impact des opérations bancaires sur mobile dans la région des Etats arabes

132

7.3.3Mesures juridiques et réglementaires visant à améliorer l'accès aux services bancaires et financiers dans la région des Etats arabes

133

7.3.4Coopération entre organismes de réglementation en charge des TIC et autorités bancaires

134

7.4 Logiciels ouverts gratuits

135

7.5 Education

135

7.5.1Tendances en matière de connectivité des établissements scolaires et de programmes d'enseignement en ligne

135

7.5.2Matériel informatique à bas prix (LCCD)

140

7.5.3Coopération entre les organismes de réglementation en charge des TIC et les autorités du secteur de l'éducation

141

7.6 Santé

144

7.6.1Tendances en matière de télémédecine et de services de santé sur mobile

144

7.6.2Coopération entre les organismes de réglementation des TIC et les autorités sanitaires

147

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

 

7.7 Cybergouvernance

148

7.7.1Tendances en matière d'applications et de services de cybergouvernance

148

7.7.2Existence de services et d'applications de cybergouvernance dans la région des Etats arabes

149

7.7.3Rôle du régulateur en charge des TIC dans la mise en oeuvre des initiatives de cybergouvernance

154

7.8 Recommandations relatives aux TIC et aux questions intersectorielles

155

8

Recommandations consolidées

159

Recommandations relatives au chapitre 2: considérations politiques relatives à l'accès aux TIC et à leur adoption

159

Recommandations relatives au chapitre 3: mettre en place un environnement favorable

162

Recommandations relatives au chapitre 4: gestion du spectre dans l'économie numérique

162

Recommandations relatives au chapitre 5: stratégies d'accès universel

163

Recommandations relatives au chapitre 6: politiques favorables à des services, des applications et des contenus nouveaux issus de la convergence

164

Recommandations relatives au chapitre 7: TIC et questions intersectorielles

166

Annexe 1: Indicateurs TIC pour la région des Etats arabes et le monde (2011)

171

Annexe 2: Abonnements et taux de pénétration des TIC dans les Etats arabes

172

Annexe 3: Profil TIC des pays

175

Annexe 4: Glossaire, acronymes et abréviations

192

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Introduction

Lors de la première conférence régionale de développement des télécommunications pour la région des Etats arabes (AR-RDC) de l'Union internationale des télécommunications (UIT), organisée au Caire en 1992, les Etats membres participants ont décidé d'étudier et de proposer des politiques pouvant faciliter le développement des réseaux et des services de télécommunications. Le livre blanc de directives qui en résulte, appelé le Livre arabe, a été approuvé par la seconde AR-RDC en 1996. Le Livre arabe 1996 a été transmis à tous les Etats arabes dans le but d'aider les décideurs régionaux à s'attaquer aux réformes des mesures et de la réglementation sur les télécommunications.

La seconde édition du Livre arabe, publiée en 2002, avait pour objet l'identification des progrès des

réformes dans le secteur des télécommunications, ainsi que la proposition de nouvelles recommandations

aux

responsables politiques sur le développement du marché.

Le

Livre arabe 2002 mettait particulièrement l'accent sur la libéralisation de la région, identifiant les

tendances régionales pour établir des autorités de réglementation indépendantes et séparées, privatiser

les opérateurs des télécommunications et introduire la concurrence en autorisant des prestataires de

services multiples dans les principaux marchés, notamment ceux des lignes fixes, mobiles et les segments internationaux.

Le Livre arabe 2002 comprenait aussi un chapitre bref sur les technologies des protocoles Internet et les services Internet, en prenant bonne note que l'accès à l'Internet et les applications (commerce électronique, télémédecine et télé-éducation) commençaient tout juste à être disponibles dans la région.

Le Livre arabe 2012 a pour objectif la poursuite des travaux précédents en relatant la croissance

spectaculaire dans le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) au cours des

dix dernières années, tant à l'échelle mondiale que dans la région des Etats arabes. Non seulement la

libéralisation est-elle devenue la règle régionale depuis le dernier Livre arabe, mais encore de nombreux pays ont-ils réalisé un marché vivant et compétitif, notamment pour les services de mobiles. De plus, les technologies IP et les services Internet sont disponibles dans toute la région et sont devenus un aspect intégrant du développement économique et social. Plutôt que de ne s'attarder que sur les avantages potentiels des diverses initiatives électroniques, beaucoup de pays arabes ont mis en place l'e-santé, l'e- éducation ainsi que des programmes gouvernementaux en ligne dont le succès a été prouvé. Bien que certaines questions identifiées dans le Livre arabe 2002, concernant la libéralisation et l'indépendance sur le plan réglementaire, demeurent pertinentes aujourd'hui, le Livre arabe 2012 insiste davantage sur le maintien d'un environnement concurrentiel, sur l'encouragement de l'innovation et sur l'extension de l'accès aux TIC pour tous. Et ce qui est peut-être le plus important pour les décideurs de toute la région, c'est que la disponibilité des réseaux et des services large bande remplace désormais le service de communication de base, dans l'optique de l'accès universel.

Comme pour les éditions précédentes, le Livre arabe 2012 sert d'outil de référence et comprend des recommandations pour les Etats arabes, tous étudiant un large spectre de mesures et de réformes réglementaires afin de promouvoir le développement à long terme des TIC dans la région. En conséquence, le Livre arabe 2012 décrit en détail ce qui suit:

Le chapitre 1 retrace l'évolution des marchés régionaux et internationaux au cours de la dernière décennie dans le secteur des TIC tant pour les lignes fixes que pour les services mobiles, ainsi que les tendances pour les appareils, les services et les applications. Le chapitre 1 indique comment les décideurs de la région des Etats arabes ont procédé pour atteindre les objectifs internationaux des TIC, depuis la parution du Livre arabe 2002, notamment les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et les cibles du Sommet mondial sur la société de l'information.

Le chapitre 2 porte sur le statut de la fracture numérique parmi les pays de la région des Etats arabes, en identifiant les divers facteurs qui limitent l'adoption de la téléphonie fixe et des services mobiles, en particulier ceux à large bande. Ce chapitre porte tout particulièrement sur

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

les mesures pouvant contribuer à réduire la fracture numérique en favorisant l'accès aux TIC et leur adoption, notamment par la mise en place de stratégies nationales en matière de TIC et de large bande.

Le chapitre 3 décrit de façon détaillée les différentes mesures que les pays du monde entier ont adoptées afin de créer un environnement réglementaire assurant une large diffusion des TIC, y compris les questions traitées dans le Livre arabe 2002 qui concernent le développement de l'indépendance de l'autorité de régulation et la réforme de son droit pour traiter les convergences. Les nouvelles tendances réglementaires comprennent l'adoption d'un cadre favorisant les investissements en s'orientant vers l'unification des licences et des règles fondées sur la concurrence, ainsi que la promotion de l'accès aux infrastructures et de la coordination des cadres réglementaires au niveau régional.

Le chapitre 4 souligne le rôle important que joue la gestion du spectre dans l'économie numérique, surtout dans les pays développés où les technologies sans fil servent de locomotive à l'accès au large bande et où la demande du spectre est en progression. Les décideurs régionaux prévoient de libérer au cours des prochaines années une quantité de spectre sans précédent pour les nouveaux services mobiles. Ce chapitre fournit des directives pour s'assurer que les ressources du spectre sont gérées d'une manière efficace et insiste sur le besoin d'une harmonisation régionale.

Le chapitre 5 se concentre sur les stratégies en matière d'accès universel adoptées dans toute la région des Etats arabes, en reconnaissant que la fracture numérique reste un problème dans beaucoup de pays et que l'accès aux services large bande est en train de devenir rapidement l'objectif principal. Ce chapitre présente les options avec et sans subventions à disposition des décideurs quand ils appliquent des initiatives existantes et développent des initiatives pour un accès universel futur.

Le chapitre 6 se fonde sur les chapitres précédents en identifiant le rôle que les services issus de la convergence, les applications et les contenus continueront à jouer en tant que moteur de la demande de TIC. Alors que le Livre arabe 2002 a abordé la convergence fixe/mobile, le Livre arabe 2012 comprend aussi les défis réglementaires posés par les services issus de la convergence, tels que les règles pour la transmission de la voix par le protocole Internet (VoIP) et pour la transmission de la voix par le large bande (VoB), ainsi que les défis relatifs aux contenus, dont les outils des médias sociaux et la protection adéquate des droits de la propriété intellectuelle.

Le chapitre 7 reconnait les impacts potentiels que les TIC peuvent avoir dans d'autres secteurs et identifie des solutions réglementaires et commerciales pour faciliter les effets positifs tout en limitant ou en éliminant les effets négatifs. Ce chapitre couvre les TIC en ce qui concerne le changement climatique et l'environnement, la cybercriminalité et la cybersécurité, les services financiers et bancaires, les logiciels en accès libre, l'éducation et la formation professionnelle, la santé et la cybergouvernance.

De plus, les chapitres 2 à 7 contiennent des recommandations visant à aider les décideurs et les intervenants à adapter des structures réglementaires périmées ou inchangées aux technologies nouvelles et innovatrices, ainsi qu'à mettre en valeur les avantages économiques et sociaux des TIC dans toute la région.

Le chapitre 8 s'achève par un guide complet de références sur toutes les recommandations du Livre arabe 2012.

L'annexe 1 présente un tableau des indicateurs de TIC pour la région des Etats arabes et le monde (2011).

L'annexe 2 présente le nombre total d'abonnés et les taux de pénétration des TIC dans les Etats arabes.

L'annexe 3 présente le profil du pays.

L'annexe 4 présente un glossaire de termes, d'acronymes et d'abréviations utilisés tout au long du Livre arabe 2012.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Contrairement aux tendances soulignées dans le Livre arabe 2002 – lorsque les Etats arabes en étaient aux balbutiements de la restructuration de leur secteur des télécommunications afin d'élargir l'accès aux services de base - les tendances actuelles montrent que la téléphonie et les services de base sont maintenant largement disponibles, certains pays frôlant ou dépassant les 100 pour cent de pénétration des services mobiles. Au lieu de cela, les régulateurs, les opérateurs et les consommateurs se tournent vers un meilleur accès aux services large bande offrant des possibilités plus importantes aux Etats arabes de mettre en place de nouveaux objectifs TIC, évaluer les mesures existantes et améliorer les structures réglementaires.

La série des Livres arabes est utilisée par les Etats arabes comme un outil dynamique et devrait continuer d'être révisée et mise à jour en cas de besoin. Les conclusions et recommandations du Livre arabe 2012 a été un facteur clé lors du Sommet Connecter le monde arabe de l'UIT qui s'est tenu du 5 au 7 mars 2012 au Qatar, au cours duquel les dirigeants des secteurs publics et privés de toute la région, ainsi que différentes agences de développement, ont travaillé ensemble pour mettre en place de nouvelles initiatives et de nouveaux partenariats visant "à relier les non-connectés" d'ici 2015. Afin de suivre les avancées rapides des TIC, les dirigeants de la région sont conscients que les cadres réglementaires et les objectifs des politiques doivent aussi évoluer. Grâce aux Livres arabes et aux efforts continus de la région, les décideurs peuvent démontrer leur engagement à mettre en oeuvre des réformes qui exploitent tout le potentiel des nouvelles technologies.

1 Vue d'ensemble des développements du marché et des objectifs internationaux relatifs aux TIC depuis 2002

Le chapitre 1 retrace l'évolution des marchés régionaux et internationaux au cours de la dernière décennie dans le secteur des TIC tant pour les lignes fixes que pour les services mobiles, ainsi que les tendances pour les appareils, les services et les applications. Le chapitre 1 indique aussi comment les décideurs de la région des Etats arabes ont procédé pour atteindre les objectifs internationaux des TIC depuis la parution du Livre arabe 2002, notamment les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et les cibles du Sommet mondial sur la société de l'information.

1.1 Vue d'ensemble de l'évolution des marchés mondiaux et régionaux des TIC

Depuis la parution du Livre arabe 2002, la vitesse et l'ampleur de la croissance des technologies de l'information et de la communication (TIC) ont été phénoménales. Selon l'Union Internationale des Télécommunications (UIT), le taux mondial de pénétration des services mobiles était en 2002 de 25,07 abonnements pour 100 habitants. Ce chiffre a plus que triplé pour 2011, atteignant une estimation de 86,07 abonnements pour 100 habitants 1 . A la fin de l'année 2011, il y avait près de six milliards d'abonnements de téléphones mobiles dans le monde et plus de 90 pour cent de la population mondiale 2 étaient désormais couverts par un réseau mobile cellulaire (2G).

Cette croissance a été déclenchée par des réformes réglementaires et par la libéralisation du secteur des TIC afin de faciliter l'entrée sur le marché et augmenter la concurrence entre les différents prestataires de services. La Mauritanie et Bahreïn ont, par exemple, ouvert leurs marchés de la téléphonie mobile à la concurrence, respectivement en 2000 et 2003, et ont ensuite libéralisé leurs services de téléphonie fixe et à large bande en 2004 3 . Ces réformes ont dynamisé les marchés des TIC, entraînant une demande

1 UIT, "Abonnements au mobile cellulaire", Base de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le

2 UIT, Le monde en 2011: Faits et chiffres sur les TIC, ITU Telecom World, 2011.

3 UIT, Level of Competition: Arab States, Base de données réglementaires relatives aux télécommunications/TIC de l'UIT, www.itu.int/ITU-D/ICTEYE/Reports.aspx#.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

croissante de services, en particulier pour la téléphonie mobile. Comme tous les pays du monde et les pays arabes ont commencé à se focaliser sur la promotion de l'adoption et de l'accès au large bande, les décideurs commencent désormais à élaborer des stratégies pour le large bande. Toutefois ce n'est que le début, étant donné que l'Egypte et l'Arabie saoudite sont les seuls pays de la région à signaler l'adoption d'un plan national au large bande 4 .

En 2002, le large bande n'en était qu'à ses balbutiements et sa pénétration représentait moins de 1 pour cent dans le monde 5 . Depuis, le large bande a connu une croissance significative. Les services mobiles à large bande (3G) atteignent à présent 45 pour cent de la population mondiale et l'accès au large bande fixe (et mobile) est aussi en constante augmentation 6 . Les abonnements au téléphone fixe classique sont généralement en baisse dans beaucoup de pays développés. Dans de nombreux pays développés, tel le Canada, un nombre croissant d'utilisateurs remplaçant les lignes fixes traditionnelles par des téléphones IP ou seulement par des téléphones mobiles 7 . Dans les pays en voie de développement, le nombre d'abonnements aux mobiles dépasse celui des abonnements aux téléphones fixes d'environ 7 pour 1 et sont souvent le seul type de service de transfert vocal disponible 8 .

Les tendances dans la région des Etats arabes ont généralement été conformes à l'évolution mondiale, mais les TIC semblent s'y développer à un rythme plus lent qu'en Europe, en Asie-Pacifique et dans le Continent américain. Cependant, dans le secteur des mobiles, la région des Etats arabes a connu une croissance spectaculaire. Entre 2002 et 2011, le nombre d'abonnements aux téléphones mobiles a plus que quintuplé, passant de 16,6 à environ 90,73 abonnements pour 100 habitants (voir la figure 1.19). En 2002, la région des Etats arabes traînait loin derrière la moyenne mondiale, alors qu'en 2011 elle l'avait dépassée. Malgré les progrès réalisés dans la région des Etats arabes, le taux de pénétration des mobiles varie largement entre les différents pays de la région, avec les pays du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) – Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et Emirats arabes unis – dépassant largement les autres pays arabes. En 2010, par exemple, le nombre moyen d'abonnements au téléphone mobile pour 100 habitants dans les pays n'appartenant pas au CCG était de 75,9, mais il était de 173,3 dans les pays du CCG 10 .

4 UIT, Plan national pour le large bande, Base de données TREG, 2010.

5 UIT, Le nombre des abonnés au large bande dans le monde s'est accru de 72% en 2002, Communiqué de presse (16 septembre 2003), www.itu.int/newsroom/press_releases/2003/25.html.

7 CBC News, 2 Million Canadian Homes Landline-Free in 2011, (2 millions de foyers canadiens sans ligne terrestre), 20 septembre 2011, www.cbc.ca/news/technology/story/2011/09/20/technology-landline-wireless.html.

8 UIT, Key Global Telecom Indicators for the World Telecommunication Service Sector, (Indicateurs clés du secteur des services de télécommunications dans le monde), Division Statistiques et Informations sur les TIC, 2011, www.itu.int/ITU- D/ict/statistics/at_glance/KeyTelecom.html.

9 UIT, "Abonnements au mobile cellulaire", Base de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde, 2002; UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates) (Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration), 16 novembre 2011, www.itu.int/ITU-D/ict/statistics/at_glance/KeyTelecom.html.

10 UIT, Adoption et perspectives des TIC dans les abonnements aux mobiles cellulaires de la région des Etats arabes, Base

de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde Sommet Connecter le monde arabe 2012,

6 UIT,

Le

monde

en

2011:

Faits

et

chiffres

sur les

TIC,

ITU

Telecom

World,

2011,

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 1.1: Nombre d'abonnements au mobile pour 100 personnes, en 2002 et 2011

100 90 80 70 60 Moyenne mondiale 50 90,73 86,7 Région des Etats arabes 40
100
90
80
70
60
Moyenne mondiale
50
90,73
86,7
Région des Etats arabes
40
30
20
25,07
10
16,6
0
Nbre d'abonnements pour 100
personnes

*Estimation.

2002

2011

Source: UIT, "Abonnements au mobile cellulaire", Base de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde, 2002; UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates) (Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration)), 16 novembre 2011.

L'utilisation d'Internet a aussi augmenté considérablement dans le monde entier, surtout dans la région des Etats arabes. En 2002, il n'y avait que 5,25 internautes pour 100 habitants dans cette région, mais ce chiffre est passé à un nombre d'utilisateurs estimé à 29,1 pour cent en 2011 – soit une augmentation de 400 pourcent 11 . Comme pour les services mobiles, le nombre d'internautes varie considérablement dans la région, passant de seulement 2,5 pour cent habitants en Iraq à 81,6 pour cent au Qatar (figure 1.2) 12 . Bahreïn, Oman, le Qatar et les Emirats arabes unis représentaient environ 11 pour cent des internautes dans la région des Etats arabes en 2010.

11 UIT, Internet, Base de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde, 2002 et 2010,

www.itu.int/ITU-D/ICTEYE/Reports.aspx# et UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates) (Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration)), 16 novembre 2011.

12 Données pour la Somalie et le Soudan non disponibles.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 1.2: Nombre d'internautes pour 100 personnes dans la région des Etats arabes en 2010

Qatar UAE Oman Bahreïn Maroc Arabie saoudite Koweït Jordanie Autorité palestinienne Tunisie Liban Egypte
Qatar
UAE
Oman
Bahreïn
Maroc
Arabie saoudite
Koweït
Jordanie
Autorité palestinienne
Tunisie
Liban
Egypte
Rep. arabe syrienne
Libye
Algérie
Yémen
Djibouti
Comores
Mauritanie
Iraq
81,6
78,0
62,0
55,0
49,0
41,0
38,3
38,0
37,4
36,8
31,0
26,7
20,7
14,0
12,5
12,4
6,5
5,1
3,0
2,5
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90

Source: UIT, "Internautes", Base de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde, 2010.

Le nombre de personnes se connectant à Internet via un réseau à large bande a également augmenté de façon spectaculaire dans le monde entier, la moyenne mondiale d'abonnements mobiles au large bande ayant plus que quadruplé au cours des quatre dernières années 13 et celle des abonnements fixes au large bande ayant presque doublé entre 2005 et 2011 14 . En 2005, par exemple, le taux de pénétration du mobile à large bande dans la région des Etats arabes représentait moins de 1 pour cent des habitants, alors qu'il atteignait environ 10,74 pour cent en 2011 15 . L'utilisation du fixe à large bande a également augmenté, mais à un rythme plus lent, compte tenu qu'en 2005 il y avait seulement un abonné au fixe à large bande pour 100 habitants dans la région des Etats arabes et seulement environ 2,2 pour cent en 2011 16 . Au Maroc, par exemple, le nombre d'abonnements effectifs de mobiles 3G au large bande représentait plus de 80 pour cent de tous les abonnements Internet en 2011 17 , avec plus de 75 pour cent

13 UIT, Le large bande mobile, Base de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde,

14 UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates) (Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration)), 16 novembre 2011.

15 UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates),

(Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration)),

16 novembre 2011.

16 UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates),

(Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration)),

16 novembre 2011.

17 Groupe d'experts arabes.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

des utilisateurs de 3G contractant des abonnements d'acquisition de "données uniquement" leur permettant d'utiliser le large bande pour les ordinateurs portables, les tablettes et autres appareils compatibles avec Internet 18 . Cependant, par rapport à d'autres, la région des Etats arabes se place encore loin derrière d'autres régions pour la pénétration du fixe (par câble) de large bande et dans une moindre mesure pour la pénétration du mobile de large bande (voir figure 1.3) 19 .

Figure 1.3: Nombre d'abonnements au large bande mobile et fixe (filaire) pour 100 personnes en 2011

60 54,1 50 40 Large bande filaire 30,5 30 25,8 Large bande mobile 17,0 20
60
54,1
50
40
Large bande filaire
30,5
30
25,8
Large bande mobile
17,0
20
15,5
14,9
13,3
10,7
9,6
8,4
10
6,2
3,8
2,2
0,2
0
Nbre d'abonnées sur 100 personnes

*Estimation.

Source: UIT, "Abonnements large bande fixe" et "Abonnements au large bande mobile", Base de données des Indicateurs des télécommunications/TIC dans le monde, 2011.

Par contraste avec le développement de la téléphonie mobile, d'Internet et des services large bande, l'adoption des services classiques de téléphonie fixe (par câble) a légèrement diminué dans la région des Etats arabes, conformément aux tendances mondiales de la dernière décennie. Alors qu'il y avait 11,32 abonnements téléphoniques fixes (par câble) pour 100 habitants dans la région des Etats arabes en 2002, ce chiffre a diminué à environ 9,7 pour cent en 2011. Bien que la baisse des abonnements en téléphonie fixe soit une tendance mondiale, la région des Etats arabes se situe encore derrière la moyenne mondiale estimée en 2011 à 16,6 abonnements pour 100 habitants (voir figure 1.4).

18 UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, 91, www.itu.int/ITU-D/ict/publications/idi/2011/. Un abonnement "données uniquement" permet généralement l'utilisation de la voix dans des applications de large bande pour les appels vocaux mais n'inclut pas les appels vocaux dans le cadre de l'offre de l'opérateur réseau.

19 UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates) (Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration)), 16 novembre 2011.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 1.4: Nombre d'abonnements à la téléphonie fixe (filaire) pour 100 personnes (2002 et 2010)

25 20 15 23,01 10 16,6 11,32 5 9,7 0 Nbre d'abonnés sur 100 personne
25
20
15
23,01
10
16,6
11,32
5
9,7
0
Nbre d'abonnés sur 100
personne

2002

2010

Moyenne mondiale5 9,7 0 Nbre d'abonnés sur 100 personne 2002 2010 Région des Etats arabes Source: UIT,

Région des Etats arabesd'abonnés sur 100 personne 2002 2010 Moyenne mondiale Source: UIT, Key ICT indicators for developed and

Source: UIT, Key ICT indicators for developed and developing countries and the world (totals and penetration rates) (Indicateurs TIC clés pour les pays développés et en développement et le monde (totaux et taux de pénétration)), 16 novembre 2011.

L'augmentation du nombre d'utilisateurs et d'applications gourmandes en capacités nécessitera une connectivité internationale et une infrastructure dorsale nationale capable de gérer l'augmentation des demandes de trafic. L'UIT a constaté que la capacité de la largeur de bande internationale d'Internet a augmenté de plus de sept fois entre 2006 et 2011 – de 11 000 gigabits par seconde (Gbit/s) en 2006 à près de 80 000 Gbit/s en 2011 20 . Bien que la largeur de bande internationale disponible dans la région des Etats arabes ait augmenté d'une manière significative ces dernières années, avec plus de 40 liaisons internationales en service ou en projet à la fin de 2011 21 , sa capacité était d'environ 11 300 Gbit/s à partir de 2010, soit nettement moins que dans les autres régions 22 .

Cependant, la largeur de bande devrait augmenter d'une manière significative dans la région des Etats arabes dans les prochaines années, alors que de nouveaux réseaux de câbles sous-marins accélèrent leurs opérations, notamment l'Africa Coast to Europe, le Gulf Bridge International, l'Europe India Gateway, le Telecom Egypt North et le TGNGulf Cable System (voir tableau 1.1). Il existe aussi d'autres câbles terrestres qui s'étendent d'Oman, des EAU, de l'Arabie saoudite et de la Syrie vers la Turquie. Comme la demande des consommateurs de la région des Etats arabes porte plutôt sur des applications d'appel vidéo en temps réel, telles que Skype et FaceTime d'Apple, ainsi que des vidéos en continu (streaming), des jeux interactifs et de la musique, la demande de largeur de bande internationale continuera à augmenter, d'autant plus que l'échange des données dépend généralement plus de la connectivité internationale que de l'échange classique des voix 23 .

20 UIT, Le monde en 2011: Faits et chiffres sur les TIC, ITU Telecom World, 2011.

21 UIT, Thème: Document de référence sur l'accès et l'infrastructure, Sommet Connecter le monde arabe 2012, 30 janvier 2012.

22 UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, 99.

23 Ceci est dû au fait que la plupart des services large bande et les sites Web sont hébergés hors de la région concernée tandis que les appels vocaux ont tendance à être plus locaux. UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, 101.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Tableau 1.1: Nouveaux systèmes de câbles sous-marins dans les Etats Arabes (réalisation pour 2011-2012)

Système de câble

Date de réalisation

Itinéraire

Capacité

Africa Coast to Europe (ACE)

Mi-2012

Sera le premier câble sous- marin international installé en Mauritanie et inclura des connexions vers 20 autres pays (au total 18 en Afrique et 3 en Europe)

Conçu pour fournir 5,12 Tbit/s

Gulf Bridge International (GBI)

Décembre 2011

Dessert tous les pays du Conseil de Coopération du Golfe (Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et les Emirats arabes unis) ainsi que l'Iraq et l'Iran dans une configuration en boucle, par routage à l'est jusqu'à l'Inde et à l'ouest via l'Egypte pour aboutir en Italie.

Au minimum, 100 Gbit/s avec une capacité allant jusqu'à 10 Tbit/s sur certains segments.

Tata Global Network-Gulf (TGN-Gulf)

Novembre 2011

Fournit une passerelle vers le réseau TGN Gulf. Les partenaires de Tata Communications dans le projet TGN-Gulf, à savoir Bahreïn Internet Exchange à Bahreïn, Nawras Telecom du Qatar, Mobily de l'Arabie saoudite et Etisalat des Emirats arabes unis, sont les seuls points d'aboutissement du câble

La capacité totale du TGN Gulf est de 1,28 Tbit/s.

Telecom Egypt North (TE North)

Août 2011

Relie l'Egypte à la France et fournit un accès à Chypre et à d'autres parties de la Méditerranée.

Conçu pour une capacité de plus de 15 Tbit/s.

*Europe India Gateway (EIG)

Février 2011, à l'exception du segment terrestre en Egypte, qui sera terminé en 2012.

Sites actifs d'atterrissage dans six Etats arabes (Djibouti, Libye, Oman, Arabie saoudite et les Emirats arabes unis), directement connectés à l'Inde. Une fois que le segment terrestre du système de câble en Egypte sera terminé, l'EIG sera le premier système à haute capacité en fibres reliant directement le Royaume-Uni et l'Inde.

Conçu pour une capacité de 3,84 térabits par seconde (Tbit/s) pour le système complet

Sources: EIG, "Le consortium Europe India Gateway débute l'acceptation du câble à grande capacité qui offrira une diversité plus que nécessaire aux régions en croissance", Communiqué de presse, 23 février 2011,

EN/all/ace_en/the_project.htm; Sommet Connecter le monde arabe 2012, Tme: Document de référence sur l'accès et l'infrastructure, 30 janvier 2012.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Les prix d'accès au réseau pour les particuliers sont en baisse dans le monde entier et dans la région des Etats arabes. Par exemple, entre 2008 et 2010, le prix mondial du fixe (par câble) à large bande a chuté de plus de 50 pourcent, les prix baissant dans la région des Etats arabes d'environ 35 pour cent (voir figure 1.5 pour les prix des sous-paniers des TIC en région des Etats arabes et dans les autres régions 24 ). Les prix des téléphones cellulaires mobiles ont baissé de 15 pour cent dans la région des Etats arabes au cours de la même période et en 2010 et représentaient 7,4 pour cent du revenu mensuel moyen dans la région, par rapport à la moyenne mondiale de 8,6 pour cent 25 . Malgré cette tendance vers des prix sensiblement inférieurs dans la région, l'aspect financier demeure souvent un problème. Les abonnements au fixe (par câble) à large bande, par exemple, restent relativement onéreux par rapport à ceux des autres régions, coûtant approximativement 27 pour cent de la moyenne du RNB par habitant 26 . Dans les Emirats arabes unis, par exemple, l'UIT a signalé qu'en juillet 2011, un abonnement internet fixe à large bande d'une capacité supérieure à 2 mégabits par seconde (Mbit/s) s'élevait à plus de 100 dollars US par mois 27 . Même aux Emirats arabes unis dont le RNB s'élève à 39 625 dollars US, des abonnements onéreux au large bande peuvent sévèrement obérer l'adoption de l'accès à haute vitesse, même quand il est disponible 28 . Comparativement, dans les pays de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), le prix moyen des abonnements à la téléphonie fixe (filaire) à large bande, avec une vitesse similaire ou supérieure, était inférieur de moitié à celui en cours aux Emirats arabes unis. Le coût d'une connexion fixe au large bande allant de 2,5 Mbit/s à 15 Mbit/s s'élevait à seulement 43 dollars US par mois alors qu'un abonnement pour un volume compris entre 15 Mbit/s et 30 Mbit/s coûtait en moyenne 56 dollars US par mois à partir de septembre 2010 29 .

24 UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, 76.

25 UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, 71.

26 UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, 76.

27 UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, 97.

28 Banque mondiale, PIB par habitant (étalon dollar US), indicateurs bancaires, 2010, data.worldbank.org/indicator/NY.GDP.PCAP.CD.

29 OCDE, Prix moyen de l'abonnement mensuel pour les connexions entre 2,5 et 15 Mbps et 30 Mbps/15 (sept. 2010), Portail de l'OCDE sur le large bande, 4G et 4H, www.oecd.org/sti/ict/broadband.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 1.5: Sous-paniers des prix TIC par région (2008 et 2010)

Europe CEI Continent Asie-Pacifique Etats arabes Afrique américain % du RNB par personne Fixe Mobile
Europe
CEI
Continent
Asie-Pacifique
Etats arabes
Afrique
américain
% du RNB par personne
Fixe
Mobile
Large bande
Fixe
Mobile
Large bande
Fixe
Mobile
Large bande
Fixe
Mobile
Large bande
Fixe
Mobile
Large bande
Fixe
Mobile
Large bande

Source: UIT, "Mesurer la société de l'information", Rapports mondiaux, 2011, p. 77.

Le téléphone mobile est devenu le moyen principal de communication, à la fois dans le monde et dans la région des Etats arabes. Pour la seule année 2010, environ 1,4 milliard de téléphones mobiles ont été expédiés par bateau dans le monde, dont près de 303 millions étaient des téléphones intelligents (smartphones) 30 . Cela représente une augmentation de 18,5 pour cent des téléphones mobiles et une augmentation de 74 pour cent des téléphones intelligents au cours de l'année précédente 31 . Les appareils tels que l'iPhone d'Apple et Android ont représenté plus de la moitié de tous les appareils mobiles vendus en Amérique du Nord et en Europe en 2011 32 . Cependant, dans la région des Etats arabes, les téléphones spécifiques (téléphones à fonctions spéciales) qui ne permettent que le transfert de la voix et les services de base continuent de dominer le marché. En 2011, les téléphones intelligents ne représentaient que 18 pour cent des 200 millions de téléphones mobiles vendus au Moyen-Orient et en Afrique (voir figure 1.6) 33 .

30 International Data Corp., Le marché de la téléphonie mobile dans le monde a augmenté de 17,9% au quatrième trimestre de 2010, Communiqué de presse, 28 janvier 2011,

31 Ibid.

32 Ibid.

33 Vision Mobile, Mobile Platforms: The Clash of Ecosystems (Plates-formes mobiles: le choc des écosystèmes), rapport d'étude de marché, novembre 2011.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 1.6: Part des téléphones intelligents et des téléphones à fonctions spéciales dans le total des ventes de mobiles en 2011

100% 90% 37% 80% 49% 70% 60% 81% 82% 83% 50% 40% 63% 30% 51%
100%
90%
37%
80%
49%
70%
60%
81%
82%
83%
50%
40%
63%
30%
51%
20%
10%
19%
18%
17%
0%
Pourcentage total des ventes de mobiles

Amérique du

Nord

Europe

Téléphone intelligenttotal des ventes de mobiles Amérique du Nord Europe Téléphone à fonctions spéciales Asie-Pacifique

Téléphone à fonctions spécialesde mobiles Amérique du Nord Europe Téléphone intelligent Asie-Pacifique Moyen-Orient et Afrique Amérique latine

Asie-Pacifique

Moyen-Orient et

Afrique

Amérique latine

Source: Vision Mobile, Mobile Platforms: The Clash of Ecosystems (Plates-formes mobiles: le choc des écosystèmes, rapport d'étude de marché, novembre 2011

Cependant, le taux de pénétration des téléphones intelligents devrait augmenter dans toute la région en raison de la baisse des prix des appareils mobiles et d'une plus forte demande de la part des consommateurs 34 . Par exemple, dans les Emirats arabes unis, d'ici la fin 2016, on prévoit que 70 pour cent des appareils mobiles seront des téléphones intelligents, comparativement aux 47 pour cent de la fin de l'année 2011 35 . En Arabie saoudite, la pénétration des téléphones intelligents devrait passer de 25 pour cent en 2011 à 49 pour cent d'ici à 2016 36 .

34 ITP, From Enterprise to the Masses: Smartphones Win Hearts of Arab Mobile Users (De l'entreprise aux masses: les smartphones séduisent les utilisateurs de portables des pays arabes), 28 novembre 2011, www.itp.net/mobile/587164- from-enterprise-to-the-masses-smartphones-win-hearts-of-arab-mobile-users.

35 Informa Telecoms & Media, Middle East's Mobile-Subscription Count Will Cross 250-Million Mark in 2012, (Le nombre d'abonnements à la téléphonie mobile au Moyen-Orient dépassera les 250 millions en 2012), Communiqué de presse, 28 novembre 2011, blogs.informatandm.com/3533/press-release-middle-east%E2%80%99s-mobile-subscription-count-will-

36 Vision Mobile, Mobile Platforms: The Clash of Ecosystems (Plates-formes mobiles: le choc des écosystèmes), rapport d'étude de marché, novembre 2011.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

1.2 Efforts de la région des Etats arabes pour atteindre les objectifs internationaux en matière de TIC

Comme le démontrent les tendances de la dernière décennie, les TIC sont devenues partie intégrante de la société dans la région des Etats arabes ainsi que dans le monde, et les mesures d'aide pour en faciliter l'accès sont généralement considérées essentielles pour la croissance économique. Après avoir constaté ces tendances, les organisations internationales ont cherché à mettre en place des objectifs et des mesures facilitant le développement des TIC. Comme indiqué plus bas, les efforts visant à atteindre les objectifs internationaux en matière de TIC sont une étape importante dans la mise en place de tous les avantages offerts par le large bande et les autres technologies et services. La coopération régionale en matière de contenu numérique en arabe peut être développée et avoir un impact significatif sur le développement régional des TIC. En outre, il est important de mettre en place un système de paiement accessible afin de faciliter le commerce électronique.

Les chapitres suivants traitent plus avant des réformes réglementaires et établissent des recommandations de politiques afin d'aider à la création d'un environnement favorable et d'atteindre les objectifs nationaux, régionaux et internationaux de développement.

La Commission UIT-UNESCO pour le Développement numérique a remarqué que les TIC pouvaient avoir un "impact positif sur l'innovation, la productivité, le commerce, l'emploi, les investissements étrangers, la croissance économique et par conséquent, la compétitivité d'un pays" 37 . Les TIC, en particulier à large bande, peuvent donc être utilisées dans beaucoup de secteurs au profit des populations les plus pauvres et les plus vulnérables du monde ainsi que dans la société dans son ensemble. Par conséquent, les TIC sont considérées comme un composant essentiel pour réaliser les différents objectifs de développement visant à améliorer la qualité de vie de tous et à promouvoir la diversité culturelle et les droits de l'Homme. Certains pays de la région des Etats arabes ont fait de grands progrès dans l'utilisation des TIC afin d'atteindre les objectifs grâce à un certain nombre d'initiatives, dont les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), le Sommet mondial sur la société de l'information (SMSI), le Sommet Connecter l'Afrique, le Sommet Connecter le monde arabe et la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées.

1.2.1 Intégrer les TIC dans les objectifs du Millénaire pour le développement et ceux du Sommet mondial sur la société de l'information

En 2000, l'Assemblée générale des Nations Unies a adopté la Déclaration du Millénaire, qui énonce les valeurs fondamentales afin de guider les pays à travers le 21ème siècle, notamment la liberté, l'égalité, la solidarité, la tolérance, le respect de la nature, et la responsabilité partagée 38 . Les OMD et les initiatives favorisées par le SMSI 39 ont été fondées sur des valeurs énoncées dans la Déclaration. Les OMD se concentrent sur un grand nombre de problèmes, et identifient huit objectifs à atteindre d'ici 2015 (voir figure 1.7) 40 . Ainsi, l'Objectif 8 du Millénaire pour le développement est de "Mettre en place un partenariat mondial pour le développement". Un accès amélioré aux services mobiles et à l'Internet, comme défini ci-dessus, aide les pays de la région des Etats arabes à atteindre cet objectif. Néanmoins, le

37 Commission "Le large bande au service du développement numérique", L'avenir est au large bande, rapport, 31 juin 2011, www.broadbandcommission.org/Reports/Report_2.pdf.

38 ONU, Déclaration du Millénaire des Nations Unies, Résolution adoptée par l'Assemblée générale, 18 septembre 2000,

39 Sommet mondial sur la société de l'information, www.itu.int/wsis.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Troisième rapport arabe sur les objectifs du Millénaire pour le développement 2010 de l'ONU ("Rapport arabe sur les OMD") estime que pour atteindre cet objectif, les pays arabes devront prendre des mesures plus efficaces pour réduire les coûts d'accès aux TIC, améliorer les infrastructures et intégrer l'utilisation des TIC dans les programmes scolaires et dans les institutions publiques 41 .

Figure 1.7: Objectifs du Millénaire pour le développement

ERADIQUER L'EXTRÊME PAUVRETE ET LA FAIM ASSURER L'EDUCATION PRIMAIRE POUR TOUS PROMOUVOIR L'EGALITE DES
ERADIQUER L'EXTRÊME
PAUVRETE ET LA FAIM
ASSURER L'EDUCATION
PRIMAIRE POUR TOUS
PROMOUVOIR L'EGALITE
DES SEXES ET L'AUTO-
NOMISATION DES FEMMES
REDUIRE LA MORTALITE
INFANTILE
ASSURER UN
AMELIORER LA SANTE
MATERNELLE
COMBATTRE LE VIH/SIDA,
LA MALARIA ET LES
AUTRES MALADIES
DEVELOPPEMENT
DURABLE
METTRE EN PLACE UN
PARTENARIAT MONDIAL
POUR LE
DEVELOPPEMENT

Source: ONU, "Objectifs du Millénaire pour le développement"

Les TIC peuvent contribuer à la réalisation des OMD de différentes manières, en permettant l'enseignement à distance pour promouvoir l'éducation universelle et par l'utilisation de la télémédecine afin de fournir des soins médicaux aux personnes vivant dans les zones rurales et éloignées. Dans la région des Etats arabes, par exemple, le Bahreïn a utilisé les TIC pour atteindre les objectifs liés à la santé, notamment les OMD quatre à six. En particulier, le Ministère de la santé a cherché à utiliser les TIC dans le domaine de la prévention et des soins médicaux de base, en mettant en place des dossiers de santé électroniques et des bases de données interconnectées reliant tous les hôpitaux, les centres de santé et les cliniques 42 . Une application importante de ces systèmes est la documentation concernant la vaccination des enfants qui assure aux médecins un meilleur suivi.

Contrairement à l'orientation générale des OMD, les activités du SMSI sont dédiées spécifiquement au rôle que les OMD peuvent jouer dans la réalisation "d'une société de l'information à dimension humaine, solidaire et axée sur le développement" 43 . La mise en oeuvre du SMSI est guidée par 11 lignes d'action et 10 grandes orientations, comme indiqué dans le tableau 1.2 44 . En 2010, l'UIT a publié une étude à moyen terme évaluant dans quelle mesure les pays ont atteint ces objectifs afin d'identifier les réalisations, ainsi que les domaines où des progrès sont encore nécessaires 45 .

41 ONU, Troisième rapport arabe sur les objectifs du Millénaire pour le développement, 2010,

pdf

42 Groupe d'experts arabes, objectifs du Millénaire pour le développement (Jordanie), novembre 2011.

43 SMSI, Déclaration de principes, Construire la société de l'information: Un défi mondial pour le nouveau millénaire, WSIS-03/GENEVA/DOC/4-E, 12 décembre 2003, www.itu.int/wsis/docs/geneva/official/dop.html.

44 SMSI, Plan d'action de Genève, www.itu.int/wsis/outcome/booklet.pdf.

45 UIT,

Suivi

des

progrès

réalisés

dans

la

mise

en

oeuvre

de

cibles

du

SMSI

Examen

à

mi-parcours,

Rapport

2010

sur

le

développement

des

Télécommunications/TIC

dans

le

monde,

2010,

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Tableau 1.2: Lignes d'actions et grandes orientations du SMSI

Lignes d'action du SMSI

Grandes orientations du SMSI

1. Rôle des instances publiques chargées de la gouvernance et de toutes les parties prenantes dans la promotion des TIC pour le développement;

2. Infrastructure de l'information et de la communication;

3. Accès à l'information et au savoir;

1. Connecter les villages aux TIC et créer des points d'accès communautaires

2. Connecter les établissements d'enseignement secondaire ou supérieur et les écoles primaires aux TIC

3. Connecter les centres scientifiques et les centres de recherche aux TIC;

4. Renforcement des capacités;

4. Connecter les bibliothèques publiques, les centres culturels, les musées, les bureaux de poste et les services d'archives aux TIC;

5. Etablir la confiance et la sécurité dans l'utilisation des TIC;

6. Créer un environnement favorable;

 

7. Applications des TIC (e-gouvernement, commerce électronique, téléenseignement, télésanté, etc.);

8. Diversité et identité culturelles, diversité linguistique et contenus locaux;

9. Médias;

5. Connecter les centres de santé et les hôpitaux aux TIC;

6. Connecter toutes les administrations publiques, locales et centrales, et les doter d'un site web et d'une adresse électronique;

7. Adapter tous les programmes des écoles primaires ou secondaires afin de relever les défis de la société de l'information, compte tenu des conditions propres à chaque pays;

10. Dimensions éthiques de la Société d'information; et

11. Coopération internationale et régionale.

8. Donner à toute la population mondiale accès aux services de télévision et de radiodiffusion;

9. Encourager l'élaboration de contenus et réunir les conditions techniques propres à faciliter la présence et l'utilisation de toutes les langues du monde sur l'Internet;

10. Faire en sorte que plus de la moitié des habitants de la planète ait à sa portée un accès aux TIC.

Dans toute la région des Etats arabes, les pays s'efforcent d'appliquer les lignes d'action du SMSI. Le tableau 1.3 expose des extraits des programmes institués dans la région.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Tableau 1.3: Exemples d'activités inventoriées SMSI dans la région des Etats arabes

Pays

Type

Description de l'activité

Lignes d'action identifiée du SMSI

d'initiative

Algérie

E-Initiatives

Plusieurs e-initiatives ont été mises en place en 2010, dont la télésanté, l'e-éducation et l'e- administration. La télésanté fournit des visioconférences assurées depuis les hôpitaux par des spécialistes aux établissements de santé ruraux sans spécialistes afin de les assister dans leur diagnostic. L'e-éducation fournit aux enseignants un ordinateur portable, avec un accès large bande à l'internet ainsi qu'une formation gratuite aux TIC. L'e-administration a créé un portail web pour les citoyens, leur fournissant en ligne différents services publics en bouquet.

7.

Applications des TIC:

avantages pour tous les aspects de l'existence

Egypte

Centre de

Les Egyptiennes des zones rurales qui ont plus de 45 ans peuvent se rendre dans les unités de santé mobiles pour des mammographies. Chaque unité mobile est dotée d'un équipement médical de pointe, relié à l'hôpital principal et transmettant les scintillographies numérisées aux médecins spécialistes.

2.

Infrastructure de l'information et de la communication

santé mobile

pour les

7.

Applications des TIC:

femmes

avantages pour tous les aspects de l'existence

Liban

Réseau

Le gouvernement s'est engagé dans des dizaines d'activités afin d'atteindre les multiples objectifs du SMSI, notamment la construction d'un réseau métropolitain (MAN) en 2004 assurant une connectivité au large bande fixe (par câble) avec le secteur public, avec un accès au consommateur à un tarif abordable. Plus récemment, le gouvernement a organisé des formations aux TIC de pointe pour les employés du secteur public afin de promouvoir l'informatique au sein des entités gouvernementales.

1.

Rôle des instances publiques chargées de la gouvernance et de toutes les parties prenantes dans la promotion des TIC pour le développement;

métropolitain

(MAN) et

formation aux

TIC

2.

Infrastructure de l'information et de communication;

3.

Accès à l'information et au savoir;

4.

Renforcement des capacités;

Déploiement du projet Fibre optique

Le Ministère des télécommunications met actuellement en oeuvre le projet Fibre optique. Il est prévu de déployer 13 anneaux principaux et un certain nombre d'anneaux secondaires qui permettront de connecter tous les bureaux centraux aux nouveaux anneaux en fibre optique:

– Déploiement de noeuds FTTP pour connecter les gros utilisateurs comme les universités, les banques, les opérateurs mobiles etc. sur la base d'une liste de critères établie par le Ministère des télécommunications. Selon les estimations, le nombre de noeuds est de 130.

6.

Créer un environnement favorable;

7.

Applications des TIC:

 

avantages pour tous les aspects de l'existence;

 

– Déploiement d'environ 1 000 sites FTTP pour fournir des lignes d'abonné numérique et des services téléphoniques de base dans les zones mal desservies.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Pays

Type

Description de l'activité

Lignes d'action identifiée du SMSI

d'initiative

Arabie

Caravanes de

Fournissent 10 heures de sessions de formation par le biais de classes mobiles aux personnes des zones rurales, aux personnes à faible revenu et aux étudiants qui n'ont pas eu la possibilité d'acquérir des compétences informatiques et Internet.

3.

Accès à l'information et au savoir;

saoudite

formation en

ligne

4.

Renforcement des capacités;

Soudan

Programmes

En 2011, le gouvernement a organisé une session de renforcement des capacités sur le protocole IPv6, ce qui a permis à la Société nationale des télécommunications du Soudan d'établir un «Centre de formation agréé à l'IPv6", qui contribue à développer l'expertise locale sur la migration vers IPv6. Dans la seule année 2011, le seul Centre de formation a organisé 12 séances et diplômé 182 participants.

1.

Rôle des instances publiques chargées de la gouvernance et de toutes les parties prenantes dans la promotion des TIC pour le développement;

de formation

au protocole

IPv6

4.

Renforcement des capacités;

Tunisie

Centre africain

Un centre régional de formation trilingue (arabe, français et anglais), construit en 2005, offre une formation de haut niveau pour une expertise africaine en TIC; le développement d'application et de services avec TIC avancées, notamment l'e-gouvernement et le commerce électronique; ainsi que l'utilisation des TIC par les femmes africaines.

1.

Rôle des instances publiques chargées de la gouvernance et de toutes les parties prenantes dans la promotion des TIC pour le développement;

d'excellence en

TIC

4.

Renforcement des capacités;

6.

Créer un environnement favorable;

 

7.

Applications des TIC:

avantages pour tous les aspects de l'existence;

Sources: UIT, Activités d'inventaire du SMSI www.itu.int/ITU-D/ICTEYE/WSIS/Wsis.aspx.

1.2.2 Atteindre les objectifs des sommets Connecter l'Afrique et Connecter le monde arabe

L'une des initiatives phares de l'UIT est "Connecter le monde», qui "vise à mobiliser des ressources humaines, financières et techniques pour la mise en oeuvre des objectifs de connectivité du SMSI et les initiatives régionales adoptées par les Etats membres" 46 . L'UIT et ses partenaires organisent des sommets régionaux pour aider à atteindre ces objectifs. Les Etats arabes participent à deux des cinq sommets régionaux - Connecter l'Afrique et Connecter le monde arabe.

Le Sommet Connecter l'Afrique de 2007, auquel participaient des représentants gouvernementaux de l'Algérie, de Djibouti, de l'Egypte, de la Mauritanie, du Soudan et de la Tunisie, a identifié cinq objectifs pour promouvoir l'investissement et le développement des TIC (voir figure 1.8) 47 .

46 UIT, Connect the World, www.itu.int/ITU-D/connect/index.html.

47 UIT, Objectifs du Sommet Connecter l'Afrique de 2007: www.itu.int/ITU-D/connect/africa/2007/goals.html.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 1.8: Objectifs du Sommet Connecter l'Afrique 2007

OBJECTIF 1 •Interconnecter toutes les capitales et les grandes villes africaines à une infrastructure à
OBJECTIF 1
•Interconnecter toutes les capitales et les grandes villes africaines à une infrastructure à
large bande pour 2012.
OBJECTIF 2
•Connecter les villages africains (dont les centres communautaires) à des services à large
bande d'ici 2015.
OBJECTIF 3
•Adopter des mesures réglementaires visant à promouvoir un accès abordable et généralisé
à une gamme complète de services à large bande (par exemple, avec des licences neutres
technologiquement).
OBJECTIF 4
•Encourager d'ici 2015 le développement de l'économie de la connaissance par le biais de
Centres de formation aux TIC inter-reliés dans chaque pays.
OBJECTIF 5
•Dans chaque pays, adopter d'ici 2012 une cyberstratégie nationale sur le gouvernement,
l'éducation, la santé, le commerce et la cybersécurité, dans le but de mettre en place, d'ici
à 2015, des e-services largement abordables.

Source: UIT, "Objectifs du Sommet Connecter l'Afrique de 2007"

Comme l'indique le rapport de l'UIT Connecter l'Afrique 2010, la réalisation de l'Objectif 1 est imminente, mais des efforts considérables restent nécessaires pour atteindre les quatre autres objectifs 48 . A ce jour, l'UIT rapporte que les entités publiques et privées ont consacré près de 56 milliards de dollars US d'engagements financiers, y compris des ressources en nature, à la réalisation des objectifs de Connecter l'Afrique. Par exemple, l'Organisation mondiale de la santé et l'UIT a engagé entre 100 millions de dollars US et 500 millions de dollars US dans le programme Africa Health Infoway, conçu pour soutenir la collecte des dossiers de santé électroniques et contribuer à la surveillance électronique et à l'évaluation de la santé 49 .

Le Sommet Connecter le monde arabe 2012, comporte, pour tous les Etats arabes, des propositions pour des dizaines de projets dans la région, y compris les centres communautaires de formation aux TIC; les systèmes de services bancaires et de paiement mobile; l'assistance sur la gestion du spectre dans la région; la formation aux TIC; l'aide à la migration vers la télévision numérique; la migration vers IPv6; l'accès; les contenus numériques; l'innovation; et les équipes nationales de réponse aux incidents

48 UIT, Connect Africa: Broadband Set to Boom in Africa (Connecter l'Afrique: explosion imminente du large bande en Afrique), suivi du sommet Connecter l'Afrique, janvier 2010, www.itu.int/ITU-

49 Voir: UIT, Engagements pour Connecter l'Afrique, sommet Connecter l'Afrique de 2007, www.itu.int/ITU- D/connect/africa/index.html; OMS, Africa Health Infoway (AHI), www.dfid.gov.uk/r4d/Project/60416/Default.aspx.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

informatiques l'équipe d'intervention nationale aux incidents de sécurité informatique (CIRT) pour aborder les questions de cybersécurité 50 .

1.2.3 Utiliser les TIC pour atteindre les objectifs de la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées

Afin que tout le monde puisse bénéficier des TIC, il est essentiel de s'assurer que les TIC sont mises à la disposition des personnes handicapées. En 2006, la Convention relative aux droits des personnes handicapées a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations Unies. Elle a aujourd'hui 153 signataires. L'objectif de la Convention est de « promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance de tous les droits de l'Homme et des libertés fondamentales pour toutes les personnes handicapées et de promouvoir le respect de leur dignité intrinsèque" 51 . L'une des obligations générales de la Convention exige de ses signataires de développer et de promouvoir la disponibilité et l'utilisation des nouvelles technologies à un tarif abordable, notamment les TIC, ainsi que de fournir des informations accessibles permettant aux personnes handicapées de vivre de façon indépendante et de participer pleinement à la société 52 .

Dans toute la région des Etats arabes, les secteurs public et privé travaillent ensemble pour atteindre les objectifs de la Convention au moyen d'une grande variété de programmes, notamment ceux qui visent à aider les personnes handicapées dans leurs activités quotidiennes ainsi que les enfants handicapés à l'école. Au Qatar, par exemple, le Qatar Assistive Technology Center (MADA) propose un grand nombre de technologies d'assistance, telles qu'un logiciel de synthèse vocale pour les personnes non voyantes et les lecteurs de braille, et aide à coordonner les efforts des institutions existantes qui soutiennent les personnes handicapées au Qatar et dans la région 53 . De même, les Emirats arabes unis ont mis au point le projet Echo of Silence, dans le cadre duquel une formation est dispensée et des technologies d'assistance sont fournies aux personnes malentendantes ou présentant des troubles de la parole afin de les aider à mieux s'intégrer dans leurs communautés 54 . Un projet TIC à Oman forme des professeurs qui apprennent aux enfants handicapés comment utiliser un ordinateur et introduit des logiciels qui encouragent les utilisateurs handicapés à apprendre 55 .

1.3

Perspectives

Les programmes nationaux et régionaux pour atteindre les objectifs identifiés des initiatives internationales en matière de TIC sont prometteurs et contribuent à répondre aux besoins des populations les plus pauvres et les plus vulnérables de la région des Etats arabes. De plus, des progrès considérables ont été accomplis au cours des dix dernières années dans la région des Etats arabes pour accroître l'accès à et l'adoption des TIC, comme en témoigne le développement exceptionnel de la

50 UIT, Projets AR-RDC soumis, Sommet Connecter le monde arabe 2012, www.itu.int/ITU-D/connect/arabstates/projects.asp.

51 ONU,

des

Convention

relative

aux

droits

personnes

handicapées,

Art.

1,

13 décembre 2006,

52 ONU, Convention relative aux droits des personnes handicapées, Art. 4.

53 UIT,

innovant

MADA:

Ouverture

au

Qatar

d'un

centre

pour

les

technologies

d'assistance,

20 février 2011,

55 UIT,

Training

on

Using

Assistive

Tools

for

ICT

with

Handicapped

Children,

(Formation

à

l'utilisation

des

outils

d'assistance

pour

les

TIC

à

destination

des

enfants

handicapés),

27

mars

2011,

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

téléphonie mobile, de l'accès à Internet et des services large bande. La libéralisation des marchés a favorisé le développement des TIC, mais des mesures supplémentaires et des réformes réglementaires devraient être envisagées afin d'assurer un accès abordable pour tous au cours de la prochaine décennie. Les chapitres suivants décrivent différentes réformes réglementaires qui pourraient être adoptées pour promouvoir la diffusion des TIC, ainsi que des recommandations sur les mesures permettant de mieux atteindre les objectifs de développement.

2 Considérations sur les politiques pour promouvoir l'accès aux TIC et leur adoption

Le chapitre 2 porte sur l'état de la fracture numérique parmi les pays de la région des Etats arabes, en identifiant les divers facteurs qui limitent l'adoption des services de téléphonie fixe et mobile, en particulier le large bande. Ce chapitre traite aussi des mesures pouvant contribuer à réduire la fracture numérique en favorisant l'accès aux TIC et leur adoption notamment par la mise en place de stratégies nationales en matière de TIC et de large bande.

2.1

Identifier et résoudre la fracture numérique dans la région des Etats arabes

2.1.1

Identifier la fracture numérique dans la région des Etats arabes

En dépit de la croissance accélérée dans les marchés des TIC des Etats arabes au cours de la dernière décennie, cette région reste à la traîne des autres (à l'exception de l'Afrique) à bien des égards, comme l'indique le chapitre 1. Dans la région, les pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) ont, en général, des taux de pénétration plus élevés en raison de leurs économies plus riches et de l'attrait qu'ils représentent pour les visiteurs et les professionnels étrangers. Mais ce ne sont pas les seuls facteurs qui stimulent la croissance des TIC. Plusieurs pays ont fait des progrès dans le développement de leurs marchés des TIC en adoptant des politiques qui favorisent la libéralisation du marché des télécommunications et augmentent la concurrence et l'accès au marché, réduisent les coûts des services des TIC tout en développant l'accessibilité, la sensibilisation et l'adoption de ces services.

Les différences dans l'accès aux TIC et leur adoption dans les pays de la région des Etats arabes peuvent être identifiées selon l'indice UIT de développement des TIC (IDI), créé en mars 2009 à la suite des demandes des membres de l'UIT pour que l'on élabore un indice unique fournissant un outil utile à l'analyse comparative et à l'évaluation de l'évolution des TIC au niveau national, et pour surveiller la fracture numérique existant entre les pays 56 . L'IDI est mis à jour chaque année, sa dernière actualisation datant de 2011. Comme pour les autres indices des TIC, l'IDI est un indice composite constitué de 11 indicateurs différents, regroupés en trois sous-indices (figure 2.1). Les sous-indices mesurent:

1) l'infrastructure des TIC et leur accès (sous-indice accès), 2) l'utilisation des TIC et l'intensité de leur utilisation (sous-indice utilisation), et 3) la capacité à utiliser efficacement les TIC (sous-indice compétences). Le principal avantage de l'IDI est d'être principalement basé sur des données concrètes plutôt que sur des perceptions, ce qui lui assure une plus grande objectivité comparée à certains des autres indices de TIC.

56 UIT, Mesurer la société de l'information, rapport de 2011.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 2.1: Composition de l'indice de développement des TIC, IDI

Pondération Pondération (Indicateurs) (sous-indice) Accès aux TIC Abonnements à la téléphonie fixe pour 100
Pondération
Pondération
(Indicateurs)
(sous-indice)
Accès aux TIC
Abonnements à la téléphonie fixe pour 100 habitants
Abonnements à la téléphonie cellulaire mobile pour 100 habitants
Largeur de bande Internet internationale par utilisateur Internet
Pourcentage de foyers équipés d'un ordinateur
Pourcentage de foyers avec connexion Internet domestique
0,20
0,20
0,40
0,20
0,20
0,20
Utilisation des TIC
Nombre de personnes utilisant l'Internet
Abonnements à l'Internet fixe/mobile à large bande pour 100 habitants
Abonnements actifs au large bande mobile pour 100 habitants
0,33
0,40
0,33
0,33
Maîtrise des TIC
Taux d'alphabétisation des adultes
Taux de scolarisation dans le secondaire
Taux de scolarisation dans le primaire
0,33
0,20
0,33
0,33

Source: UIT, "Mesurer la société de l'information", rapport de 2011

Les Etats arabes sont caractérisés par une grande disparité en termes de niveau de revenus (Figure 1.2). Les Pays du CCG (Bahreïn, Koweït, Qatar, Arabie saoudite et Emirats arabes unis) figurent parmi les puissances économiques les plus riches au monde, alors qu'un certain nombre d'autres Etats arabes (par exemple, les Comores, Djibouti, le Soudan, la Somalie et le Yémen) sont parmi les plus pauvres au monde. La différence de niveau entre les revenus nationaux des Etats arabes se reflète clairement dans les valeurs et les classements de l'IDI. Les pays à revenus élevés du CCG font partie des 50 premières valeurs de l'IDI mondial, ayant atteint des niveaux relativement élevés en matière de TIC et se situant en tête des valeurs de l'IDI régional.

Figure 2.2: Relation entre IDI et RNB par pays – Etats arabes

2.2: Relation entre IDI et RNB par pays – Etats arabes Source: UIT, "Mesurer la société

Source: UIT, "Mesurer la société de l'information", rapport de 2011

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Le dernier calcul de l'IDI, basé sur les données de la fin 2010, montre que l'adoption des TIC ne cesse de s'accélérer dans le monde entier, tous les pays, y compris ceux de la région des Etats arabes, améliorant leurs scores IDI. Dans la région des Etats arabes, ce sont les Emirats arabes unis (EAU) qui sont les mieux classés, se situant au 32 e rang mondial. D'autres économies à revenus élevés du Conseil de coopération du Golfe (CCG) se classent parmi les 50 premières de l'IDI mondial, notamment Bahreïn, le Qatar et l'Arabie saoudite. Les économies à faibles revenus de la région, y compris les Comores, Djibouti, la Mauritanie et le Yémen, figurent en bas de l'échelle, que ce soit pour le classement régional que pour le classement mondial de l'IDI.

Les conclusions de l'IDI mettent en évidence un lien entre les niveaux de développement des TIC, d'une part, et les niveaux de revenus, d'autre part.

Un examen plus approfondi des sous-indices montre que l'augmentation des valeurs de l'IDI dans les Etats arabes a été stimulée par l'amélioration des infrastructures des TIC dans la région entre 2002 et 2011. L'amélioration des valeurs du sous-indice accès a été principalement attribuée à des investissements massifs de capitaux dans le déploiement des réseaux mobiles à travers les Etats arabes au cours de la période 2002-2011.

2.1.2 Politiques pour lutter contre la fracture numérique dans la région des Etats arabes

Visiblement, de nombreux pays ont fait des progrès impressionnants dans l'amélioration de leur secteur des TIC en mettant en oeuvre des politiques efficaces. Certaines de ces politiques ont eu pour but de libéraliser le secteur, d'augmenter la concurrence et l'accès au marché, et/ou de réduire les coûts des services de TIC.

L'adoption de mesures de libéralisation des marchés, par exemple, semble avoir un impact sur le développement des TIC. Les pays à revenus intermédiaires de la région, présentant un indice de développement humain plus élevé, principalement attribué à l'urbanisation et à une population jeune à haut niveau d'éducation (comme en Jordanie, au Liban et en Tunisie) montrent divers degrés de pénétration des services mobiles et Internet. En particulier, les premiers pays à adopter la libéralisation du marché, présentant des niveaux de revenus similaires (par exemple, la Jordanie), montrent des degrés plus élevés de pénétration par rapport à d'autres pays ayant adopté la libéralisation plus tard, comme le Liban. La Jordanie a adopté la libéralisation du marché dès 1995 a entièrement privatisé son opérateur historique et a accordé plusieurs licences aux fournisseurs de services Internet et opérateurs mobiles, encourageant la concurrence entre prestataires de services. Le Liban, en revanche, fait ses premiers pas vers la création d'un marché concurrentiel pour les services de télécommunications. Il a récemment mis en place une autorité de réglementation (2007). Le secteur de la téléphonie mobile est actuellement géré par deux opérateurs sous contrat de gestion émanant du gouvernement.

Les politiques visant à réduire les coûts des services et à augmenter la largeur de bande internationale jouent un rôle clé dans l'amélioration du secteur des TIC. Entre 2002 et 2010, les plus grandes améliorations de valeurs IDI ont été constatées en Arabie saoudite, au Maroc, à Oman et au Qatar. Ces quatre pays sont aussi parmi les pays les plus dynamiques pour les valeurs de l'IDI mondial. Certaines mesures de ces politiques ont favorisé ces résultats. L'Arabie saoudite, par exemple, a fait des progrès importants en largeur de bande internet internationale et également en termes d'abonnements à la téléphonie mobile à large bande, qui sont passés de deux millions à près de 16 millions de dollars pour la seule période 2008 à 2010. Les augmentations importantes de la pénétration du large bande et de l'utilisation des TIC à domicile au Maroc sont en grande partie dues à une réduction de 40 pour cent des prix de la téléphonie fixe (filaire) à large bande entre 2008 et 2010. En 2010, le Qatar était le leader dans

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

la région des Etats arabes pour le nombre des ménages disposant d'un ordinateur et d'Internet, permettant au pays de gagner quatre places dans le classement mondial 57 .

D'autre part, l'absence de politiques en matière de TIC pour favoriser la concurrence et l'accès au marché peut aussi entraver le développement du secteur. Un certain nombre de pays ayant des niveaux de revenus plus élevés, comme le Koweït, ont des niveaux d'IDI plus bas que prévu, reflétant la nécessité de mettre davantage l'accent sur le développement des marchés des TIC. Le Koweït a été ici gêné par ses propres politiques en matière de TIC. En 1999, le Koweït a été le premier pays à autoriser la concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile en attribuant une licence à MTC. Toutefois, le Ministère des communications du Koweït (MoC) est le régulateur, l'unique fournisseur des services de téléphonie fixe, et l'opérateur exploitant la passerelle internationale. L'impact de l'intervention du gouvernement dans la prestation de services est que « les opérateurs mobiles au Koweït subissent des inconvénients inhérents à cette situation dans la mesure où ils ne peuvent pas récolter les bénéfices d'exploitation en tant qu'acteur intégré de télécommunications, et diversifier leurs risques commerciaux. En outre, ils ne peuvent offrir aucune promotion ni réduction sur les appels internationaux 58 ". La situation devrait changer bientôt car le MoC a annoncé qu'il est sur le point de finaliser une nouvelle loi sur les télécommunications permettant d'établir une société par actions partiellement privatisée afin offrir des tarifs compétitifs sur les appels internationaux. Enfin, le plan quinquennal du Koweït prévoit la privatisation du MoC sous quatre ans 59 .

Il est également essentiel que les gouvernements adoptent des politiques qui favoriseront le déploiement de nouveaux services et technologies. Le large bande pour téléphonie mobile s'est avéré être un puissant moteur de la diffusion du large bande dans les pays arabes, mais l'obstacle majeur à d'autres accès au large bande mobile et à leur adoption est le manque de disponibilité du spectre et la souplesse des opérateurs pour utiliser des fréquences attribuées avec un minimum de contraintes technologiques ou d'utilisation. Dans la majorité des pays arabes, le spectre est alloué pour des technologies spécifiques et parfois même des services spécifiques. Par conséquent, les opérateurs ne sont pas autorisés à utiliser le spectre pour des applications plus avancées qui permettraient d'améliorer les conditions du marché et de tirer parti de technologies nouvelles et innovantes. L'approbation réglementaire pour le déploiement de nouvelles technologies sur le même spectre (soit le spectre réaffecté) est essentielle pour le déploiement de services large bande non filaires. Ainsi, par exemple, la Commission des technologies des communications et de l'information (CTCI) d'Arabie saoudite a adopté une approche technologiquement neutre dans sa politique vis à vis du spectre pour les fournisseurs de service universel afin de permettre la fourniture d'accès haute vitesse dans les zones rurales. En 2010, la CTCI a autorisé les fournisseurs de service universel à déployer des services 3G dans la bande des 900 MHz qui avait déjà été allouée aux seules opérations 2G. Considérant qu'il a été démontré que la bande des 900 MHz était une solution envisageable pour développer l'Internet large bande mobile pour les populations rurales, la décision de la CTCI a permis une réserve économique de services large bande de 512 kbps stipulés dans la politique de service universel 60 .

Les traits communs qui existent dans toute la région des Etats arabes sont la faible densité de population, le faible niveau d'urbanisation et de difficiles conditions géographiques. Ces éléments font de l'inclusion numérique une tâche difficile, surtout quand il s'agit du déploiement d'une infrastructure en accès fixe (par exemple, en fibre optique, en cuivre ou câble). La densité de la population des Etats arabes est

57 UIT, Mesurer la société de l'information, rapport de 2011.

2010.

59 Capital Standards, Kuwait Telecom Industry (Update) (Le secteur des télécommunications koweïtien (mise à jour)), février 2011. www.capstandards.com/KuwaitTelecomIndustry(Update)_Feb2011.pdf.

58 Capital

Standards,

Kuwait

Telecom

Industry

(Le

secteur

des

télécommunications

koweïtien),

mars

60 CITC, entretien avec le gestionnaire du fonds de service universel, 2012.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

beaucoup plus faible que dans les pays développés. A Oman, en Arabie saoudite, en Somalie, au Soudan, par exemple, il y a, en moyenne, moins de 20 habitants au kilomètre carré, ces pays présentant en grande partie des paysages désertiques inhabités. En outre, un pourcentage significatif de la population de la région des Etats arabes réside toujours dans les zones rurales (par exemple, 55 pour cent au Soudan et en Egypte, 44 pour cent au Maroc et 17 pour cent en Arabie saoudite) 61 .

2.2 Politiques pour promouvoir l'adoption des TIC: stimuler la demande en TIC

Bien qu'il existe un consensus général sur les TIC comme catalyseur nécessaire pour résoudre de nombreux problèmes économiques et sociaux, d'autres facteurs jouent également un rôle dans la création d'un environnement favorable aux TIC. Ces facteurs sont la résolution des contraintes de la demande concernant l'adoption des TIC, ainsi que la sensibilisation, l'accessibilité financière et l'attractivité des services TIC. Bien que le secteur privé joue un rôle important dans la promotion de l'adoption des TIC, les gouvernements peuvent prendre des politiques encourageant leur adoption en stimulant la demande en TIC.

2.2.1 Promouvoir la sensibilisation à l'utilisation des TIC

Les décideurs peuvent promouvoir la sensibilisation à l'utilisation des TIC de différentes manières, par le contenu numérique public, par des initiatives de renforcement des capacités s'orientant sur des formations relatives à la confidentialité et à la sécurité numériques et par des programmes visant à développer la maîtrise du numérique dans les écoles et les centres. Le renforcement des capacités est un élément commun aux cyberstratégies nationales, ainsi que le sixième pilier de la stratégie arabe pour les TIC, adoptée par le Sommet Arabe en 2008 62 . Le renforcement des capacités constitue donc le point de départ pour la réalisation de nombreux objectifs en matière de TIC.

La maîtrise du numérique (aussi appelée e-alphabétisation) est un autre défi que les pays doivent relever pour combler le fossé numérique et qu'ils peuvent régler par des politiques efficaces en matière de TIC. L'e-alphabétisation, l'incapacité à utiliser un ordinateur et des applications numériques, ont un effet direct sur l'acquisition des ordinateurs par les utilisateurs finaux et donc sur l'adoption du large bande. Une étude visant à comprendre les tendances de l'utilisation d'Internet par les résidents d'Arabie saoudite a révélé que 54 pour cent des personnes interrogées avaient déclaré ne pas avoir accès à l'Internet parce qu'elles « ne savaient pas utiliser un ordinateur" - ce qui est la raison la plus fréquemment citée pour la non-adoption 63 .

Le grand nombre d'initiatives visant à offrir la technologie dans les écoles a eu pour effet de créer des occasions d'augmenter la connaissance numérique de base chez les adultes ainsi que chez les enfants. Ces initiatives se retrouvent partout dans les Etats arabes, sous des formes diverses - soit sous forme d'établissements fixes pour fournir l'accès aux TIC dans des centres communautaires des quartiers à faibles revenus (télécentres, cybercafés, clubs informatiques ou stations du savoir), soit sous forme d'unités mobiles (bus TIC, caravanes de téléenseignement) desservant les communautés rurales en Egypte et en Arabie. Dans la plupart des cas, les centres offrent des sessions de formation de courte durée (10- 20 heures de formation) afin que les gens se familiarisent avec l'Internet et soient formés à l'utilisation des applications en ligne de base.

61 CESAO, The Demographic Profile of Arab States, Ageing of Rural Populations (Profil démographique des Etats arabes - Vieillissement des populations rurales), 2008.

63 Saudi CITC, Internet Usage in the Kingdom of Saudi Arabia (Usage d'Internet dans le Royaume d'Arabie saoudite), 2010.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

La sécurité numérique et le téléenseignement représentent deux autres domaines importants relatifs à la promotion de la sensibilisation à l'utilisation des TIC. Elles sont traitées en détail respectivement dans les sections 7.2. et 7.4.

2.2.2 Faciliter l'accessibilité financière des services, applications et dispositifs TIC

Le coût et l'accessibilité financière des services TIC vont influencer et, dans certains cas, déterminer si oui ou non les gens pourront souscrire à certains services et utiliser les TIC.

L'accès à un prix abordable joue un rôle important dans la vitesse d'adoption des TIC, en particulier au début lorsque la valeur de cette connaissance n'est pas reconnue par la population. Les résidents des Etats arabes considèrent le coût comme l'un des obstacles majeurs à l'accès aux TIC. Les dirigeants arabes ont donc inclus l'accès aux TIC à un prix abordable en tant que cinquième pilier de la Stratégie arabe relative aux TIC de 2008-2012, qui ordonne "d'assurer l'équilibre entre les tarifs des services et le niveau de revenus, les rendre abordables financièrement pour la majorité des citoyens des Etats arabes, en particulier dans les pays moins développés" 64 .

Les résultats du dernier panier de prix TIC (IPB) confirment que, dans le monde, ainsi que dans la région des Etats arabes, les tarifs des services TIC sont généralement en baisse et deviennent plus abordables. En particulier, les prix des services de téléphonie fixe à large bande ont chuté de plus de 50 pour cent dans le monde entre 2008 et 2010, et de 35 pour cent dans la région des Etats arabes. Dans le même temps, une comparaison régionale de l'IPB suggère que les prix dans les pays arabes restent relativement élevés et, qu'à la fin de 2010, seule l'Afrique présentait des prix relativement plus élevés (figure 2.3).

64 Résolution 441, Sommet Arabe 2008.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Figure 2.3: Sous-paniers de prix TIC par région et par niveau de développement (2008 et 2010)

Sous-panier téléphonie fixe, en % du RNB par habitant 291 Sous-panier téléphonie cellulaire mobile, en
Sous-panier téléphonie fixe, en % du RNB par habitant
291
Sous-panier téléphonie cellulaire mobile, en % du RNB par
650
habitant
Sous-panier large bande fixe, en % du RNB par habitant
81
53
51
33
25
25
27
22
15
2
9
19
17
2 7
7
6
5
5
6
5
2
1
4
3
3
4
4
5
4
1
1 1
1

Source: UIT (2011a)

Le coût est la principale raison du défaut d'adoption des TIC, même dans les Etats arabes riches comme le Qatar (tableau 2.1). Comme les consommateurs sont extrêmement sensibles aux prix, ils font très attention avant de décider d'un achat selon leur revenu disponible et les coûts du service. L'accessibilité financière est considérée comme l'un des principaux défis à relever pour entraîner l'adoption en masse du large bande dans les Etats arabes. Les efforts visant à améliorer l'accessibilité financière sont soutenus par la croissance des revenus et la réduction des prix du large bande, et sont générés par la concurrence et une tarification encore plus innovante alors que se développent les marchés du large bande.

Tableau 2.1: Obstacles limitant l'adoption de l'Internet/des PC par les résidents du Qatar en 2009

Obstacles à l'adoption des TIC Coût élevé de la connexion Internet Internet non disponible au

Obstacles à l'adoption des TIC

Coût élevé de la connexion Internet

Internet non disponible au travail

Manque de compétences

Risque de virus trop élevé lors de l'utilisation de l'Internet

Coût de la maintenance

Technologie trop compliquée

Manque de confiance

Pas sécurisé pour effectuer des transactions professionnelles/achats en ligne

Coût élevé de la connexion Internet

Pourcentage de

réponses

42,0

33,2

32,8

26,3

21,3

20,2

18,8

16,8

14,2

Source: UIT, "Information Society Statistical Profile 2009, Arab States." (Profil statistique de la société de l'information dans les Etats arabes)

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

En Egypte, l'Autorité nationale de régulation des télécommunications (NTRA) a mené plusieurs études visant à évaluer l'accessibilité des TIC sur le marché égyptien, segmentés en quintiles en fonction du revenu (figure 2.4). Les revenus de chaque quintile ont été comparés au coût des services DSL de base et des ordinateurs offerts dans le cadre du programme pour les ordinateurs disponibles (PC) du Ministère égyptien des communications et des technologies de l'information. La conclusion était que 36 pour cent de la population ne peuvent se permettre de payer un PC ou une connexion Internet.

Figure 2.4: Accessibilité financière des PC et du large bande en Egypte (2011)

financière des PC et du large bande en Egypte (2011) Source: NTRA Egypt, "eMisr: Broadband Plan

Source: NTRA Egypt, "eMisr: Broadband Plan" (eMisr: plan en matière de large bande), 2011

Extrapoler ces résultats au niveau macroéconomique permet de démontrer l'existence d'un lien entre les différences des niveaux des taux de pénétration d'Internet et les niveaux de revenus dans les Etats arabes (figure 2.5). A partir de 2008, la pénétration des internautes dans les Etats arabes à hauts revenus était près de 35 fois supérieure à celle des pays à faibles revenus de la région, et représentait plus du double du taux de pénétration dans les pays à revenus intermédiaires – tranche inférieure et intermédiaires – tranche supérieure.

Figure 2.5: Internautes en Arabie saoudite en fonction des groupes de revenus (2000-2008)

Faibles revenus Revenus intermédiaires – tranche inférieure Revenus intermédiaires – tranche supérieure Revenus
Faibles revenus
Revenus intermédiaires – tranche inférieure
Revenus intermédiaires – tranche supérieure
Revenus élevés
Pour 100 habitants

Source: UIT, "Information Society Statistical Profile 2009, Arab States." (Profil statistique de la société de l'information dans les Etats arabes), Pays à revenus élevés (Bahreïn, Koweït, Oman, Qatar, Arabie saoudite et UAE); revenus intermédiaires – tranche supérieure (Algérie, Liban et Libye); revenus intermédiaires inférieurs (Djibouti, Egypte, Iraq, Jordanie, Maroc, Soudan, Syrie et Tunisie); et faibles revenus (Comores, Mauritanie, Somalie et Yémen).

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

Les politiques peuvent être adoptées pour se concentrer sur des économies d'échelle réduisant les prix afin de permettre d'autres adoptions. Par exemple, une réglementation du service universel et du dégroupage peut être nécessaire pendant les premiers stades de l'adoption du large bande afin d'assurer l'équilibre entre l'accessibilité financière du service pour les utilisateurs finaux et la viabilité du projet pour l'opérateur. En Egypte, par exemple, le Ministère de la communication et des technologies de l'information (MCIT) a lancé sa première initiative large bande en 2004 afin de réduire de 50 pour cent les tarifs du large bande en diminuant le loyer mensuel du dégroupage de la boucle locale et en versant des subventions par l'intermédiaire du fonds de service universel à des lignes louées en gros. Le fonds de service universel a versé des subventions à Telecom Egypt, ce qui a permis à l'opérateur d'offrir des tarifs réduits aux utilisateurs finaux des zones rurales et aidé à surmonter la hausse des prix des prestations de services dans ces zones 65 . La deuxième réduction, en 2006, de 35 pour cent, et la troisième baisse, en 2007, de 50 pour cent, ont abouti à ce que 2 pour cent de la population reçoive un accès Internet d'au moins 256 kbit/s pour un montant mensuel de l'EGP 45 66 . Ces mesures ont permis au marché de se développer, résultant en une variété d'options à large bande, avec des vitesses allant de 256 kbit/s à 48 Mbit/s.

Alors que l'accessibilité des services TIC se répercute sur leur utilisation, l'accessibilité des dispositifs TIC a des incidences sur l'accessibilité et donc est un facteur important pour la création et le maintien d'une société de l'information. Le principal objectif des gouvernements arabes a été de rendre l'ordinateur plus abordable, son coût étant considéré comme le principal obstacle à l'expansion de l'utilisation de l'Internet. Ainsi, plusieurs gouvernements arabes ont lancé des initiatives pour fournir des ordinateurs à bas prix, comme en Egypte et en Jordanie. En Egypte, l'initiative du MCIT "Un PC dans chaque foyer", lancée en 2002, fournit aux citoyens des PC à un prix raisonnable moyennant des versements mensuels. Le gouvernement jordanien a cherché à augmenter au maximum le nombre de propriétaires d'ordinateurs. Par conséquent, le Ministère des TIC, Jordan Telecom, Intel et l'Association technologique jordanienne se sont associés pour lancer un nouveau programme d'acquisition d'ordinateurs individuels permettant aux Jordaniens d'acheter des ordinateurs et de les payer en rajoutant un faible montant à leurs factures téléphoniques mensuelles. Les Emirats arabes unis se sont imposés comme la plaque tournante régionale dans le domaine des ordinateurs; et, par conséquent, leurs prix sont les plus bas par rapport aux autres pays de la région 67 .

La concurrence sur le marché mobile entre les différentes marques a aussi entraîné une baisse du prix des appareils mobiles de base. Toutefois, les prix des modèles plus sophistiqués peuvent encore être considérés comme relativement élevés et diffèrent selon les Etats arabes. Dans les Emirats arabes unis, les prix des appareils mobiles ont tendance à être plus faibles que dans les autres Etats arabes car ils ne sont pas taxés. Cependant, le prix des services mobiles 3G au Liban est environ 24 pour cent plus élevé que la moyenne dans le monde arabe 68 . En termes d'amélioration de l'accessibilité économique, dans le décret sur le prix des lignes ADSL qu'il vient d'adopter, le Liban a porté le débit minimal à 1 Mbit/s pour un abonnement mensuel de 16 USD. Par rapport aux prix pratiqués par les pays de la région pour les services DSL, le Liban se situe en dessous de la moyenne.

65 CESAO, Egypt National Profile (Profil national de l'Egypte), 2009.

66 Organisme national égyptien de réglementation des télécommunications, eMisr: Broadband Plan (eMisr: plan en matière de large bande), 2011.

Evolution des réformes réglementaires en matière de télécommunications et de TIC:

Résultats et perspectives dans la région des Etats arabes

2.2.3 Soutenir l'attrait des TIC

Les décideurs peuvent soutenir l'attrait des TIC de plusieurs façons, notamment par la promotion du développement du contenu local, l'introduction de la cybergouvernance et d'autres cyberinitiatives, la facilitation du commerce électronique et d'autres activités commerciales en ligne ainsi que par des initiatives touchant à l'informatique. En ce qui concerne le contenu local, les Etats arabes font face à des défis semblables à ceux de nombreux pays non-anglophones alors que les sites Web en anglais représentent plus de 60 pour cent du contenu Internet. Il y a actuellement 344 millions d'arabophones dans le monde entier (plus de 5 pour cent de la population mondiale) 69 . Cependant, moins de 3 pour cent du contenu en ligne est rédigé en arabe 70 . Les premiers internautes dans les Etats arabes étaient généralement multilingues pour des raisons historiques ou économiques, notamment les expatriés, les professionnels et les étudiants universitaires qui parlent l'anglais et/ou le français en plus de l'arabe. Le tableau 2.2 présente la situation de l'utilisation des langues des Etats arabes sur Facebook avant 2011 71 .

Tableau 2.2: Langues employées par les utilisateurs des Etats arabes sur Facebook en 2011

Pays

Arabe (%)

Anglais (%)

Français (%)

Yémen

75,00

21,61

0,24

Palestine

66,90

31,97

0,45

Arabie saoudite

59,62

38,04

0,35

Iraq

53,09

41,75

0,57

Egypte

49,88

48,98

0,39

Jordanie

44,32

54,77

0,20

Oman

36,38

62

0,39

Libye

32,51

47,84

4,72

Bahreïn

30,80

67,54

0,29

Koweït

27,81

69,72

0,92

Mauritanie

23,32

4,03

71,11

Maroc

16,65

4,19

76,55

Qatar

16,07

79,42

1,09

Algérie

14,05

3,25

82,11

Emirats arabes unis

9,91

85,36

1,24

Liban

5,11

90,63