Vous êtes sur la page 1sur 24

www.korea.

net

Bienvenue en
Corée
Les jours fériés
1er janv. Nouvel An
1er janv. Seollal: le Nouvel An lunaire
(Calendrier Lunaire) La fête de Seollal se déroule sur trois jours et
comprend donc la veille et le lendemain du jour
du Nouvel An.
1er mars Jour du Mouvement
d’Indépendance
8 avril Anniversaire de Bouddha
(Calendrier Lunaire)
5 mai Jour des Enfants
6 juin Jour de Commémoration
15 août Jour de la Libération
15 août Chuseok: célébration des récoltes
(Calendrier Lunaire) La fête de Chuseok se déroule sur trois jours et
comprend donc la veille et le lendemain de
Chuseok.
3 oct. Jour de la Fondation de la Corée
25 déc. Noël

Bienvenue en
Cor e
Les Faits et les Chiffres

Appellation officielle Régime


République de Corée Système présidentiel
(Corée du Sud) Président: Lee Myung-Bak
Emplacement (depuis 2008)
Péninsule coréenne Situation économique (2008)
(Asie du Nord-Est) PIB national: 928,7 milliards US $
Superficie PIB par habitant: 19 231 US $
l’ensemble de la péninsule: Taux de croissance économique: 2,2 %
223 170 km2
Monnaie
Corée du Sud: 100 032 km2
won (1 dollar = 1 257,5 wons)
Capitale Taux de change à fin 2008
Séoul
Langue officielle
Population Coréen (alphabet: Hangeul)
48,61 millions (2008)

La fleur nationale est appelée Mugunghwa


ou encore Rose de Sharon.

Le drapeau national Le drapeau national coréen est appelé


Taegeukgi. Il symbolise les principes du yin et du yang de la philosophie
orientale. Le cercle au centre est divisé en deux parties égales. La partie
supérieure en rouge représente l’énergie cosmique du yang. Inversement,
la partie inférieure en bleu représente l’énergie cosmique du yin. Les deux
forces incarnent la dualité du mouvement continuel, d’équilibre et
d’harmonie qui caractérisent l’infinité. Le cercle est entouré de quatre
trigrammes situés dans chaque angle. Chaque trigramme symbolise l’un
des quatre éléments universels : le ciel, la terre, le feu et l’eau.
l’île de Jeju (Jeju-do)

Mont Seorak (Seoraksan)

Mont Gaya (Gayasan)

Mont Jiri (Jirisan)


Le pays et le climat

La péninsule coréenne se situe à l’extrémité du continent asiatique et


s’étend sur 1 100 km. La Chine la longe jusqu’à la Mer Jaune à l’ouest,
tandis que le Japon se trouve de l’autre côté de la Mer de l’Est. Les
montagnes couvrent 70 % de la surface intérieure et les côtes du pays
sont composées de 3 200 îles. Actuellement, séparée par le 38e
parallèle, la péninsule coréenne est divisée au sud par la République
de Corée et au nord par la République populaire démocratique de
Corée.

La Corée fait partie de la zone tempérée et connaît quatre saisons


bien distinctes. Le printemps est plutôt court, mais très agréable avec
un climat frais et des jours ensoleillés. L’été est chaud et humide
avec une mousson au mois de juillet. L’automne est la plus belle
saison avec l’or et le rouge des feuillages créant un paysage coloré.
L’hiver est froid et sec avec des chutes de neige occasionnelles. L’île
de Jeju au sud-ouest de la péninsule connaît un doux climat sub-
tropical.

Le Festival des papillons de Hampyeong présente la grandeur des dizaines de milliers de


représentants de l’espèce.
Le manuscrit de Hunminjeongeum et
le grand roi Séjong
La langue et l'habit

Anneneonhaséyo?
(Comment allez-vous?)

Le hangeul Le hangeul, l’alphabet coréen, est constitué de 10


voyelles et de 14 consonnes. Le roi Sejong-le-Grand et un conseil de
lettrés ont inventé cet alphabet en 1443 à cause de la difficulté de
l’apprentissage des caractères chinois auxquels les Coréens
recouraient pour l’écriture à l’époque. Aujourd’hui, le hangeul est
utilisé par 70 millions de Coréens du Sud et du Nord, ainsi que par 7
millions de Coréens résidant à l’étranger. Les linguistes s’accordent
pour dire qu’il s’agit d’une invention ingénieuse. En juillet 2000, le
gouvernement coréen a adopté un nouveau système de romanisation de
la langue coréenne dont s’inspire cette brochure.

Le hanbok Le hanbok a été l’habit traditionnel


coréen pendant des milliers d’années. Avant l’arrivée des
vêtements de style occidental, il y a une centaine
d’années, le hanbok était la tenue vestimentaire
portée quotidiennement. Les hommes portaient le
jeogori (veste) avec le baji (pantalon) tandis que les
femmes portaient le jeogori (veste) avec le chima
(jupe croisée). Aujourd’hui, le hanbok est porté pour
des occasions particulières telles que les mariages,
les 60e et 70e anniversaires, pour les jours de fêtes
tels que Seollal ou Chuseok.
Une cérémonie spéciale marque l’anniversaire de
l’instauration du premier gouvernement de la
République de Corée, le 15 août 1948.
La Constitution et
le gouvernement

La première Constitution de la République de Corée a été promulguée


le 17 juillet 1948. Le pays a traversé une période d’agitations politiques
dans la poursuite de son développement démocratique, tandis que la
Constitution a joué un rôle vital pour rendre la société coréenne plus
libre.

La Constitution garantit les droits fondamentaux et les libertés du


peuple, l’égalité devant la loi, la liberté individuelle, la liberté de
résidence, le droit de vote et de prendre part aux affaires publiques, le
droit à la vie privée, la liberté de religion, d’expression, de la presse et
d’association, ainsi que le droit de vivre dans un environnement sain
et la poursuite du bonheur.

Le régime constitutionnel actuel est de type présidentiel. Le pouvoir


législatif est représenté par une assemblée législative unicamérale :
l’Assemblée nationale. Le pouvoir judiciaire est constitué des cours
d’instances, de la Haute Cour et de la Cour suprême. Le pouvoir
exécutif, quant à lui, est mené par un Président qui est à la tête de
l’Etat et qui est le commandant en chef des armées. Le Président est
assisté par le Premier Ministre et par le Conseil d’Etat.

Cheongwadae, le palais présidentiel L’Assemblée nationale


Le ruisseau Cheonggye (Cheonggyecheon)
Séoul

Séoul est la capitale de la Corée depuis 600 ans, plus exactement


depuis l’époque de la dynastie Joseon (1392-1910).
Séoul est aujourd'hui une mégapole de plus de 10 millions d’habitants.
C’est une ville fascinante où coexistent le passé et le présent. Les
palais centenaires, les anciennes portes, les tombes royales et les
temples se mélangent aux buildings et les centres d’affaires high
tech. A 10 minutes de marche de l’Hôtel de Ville, se trouvent les
palais des anciennes dynasties tels que Gyeongbok, Deoksu,
Changdeok, Changgyeong et Gyeonghui. La Tour de Séoul sur le mont
Namsan est l’un des repères de la ville. La rivière Cheonggyecheon
restaurée en 2005 traverse désormais le coeur de Séoul. La rue
d’Insa-dong présente des galeries et des boutiques de produits
artisanaux. La ville est entourée de montagnes, offrant à la
population un paysage magnifique et naturel.

Les rituels ancestraux royaux au sanctuaire de


Jongmyo avec leur ensemble musical
Volume des échanges 857
commerciaux 728
(Unité: milliard de
dollars américains)

333

113
11

Source: Ministère des connaissances et de l’économie

Principales exportations semiconducteurs, automobiles, produits


électroniques, aciers, machineries,
navires
Principales importations pétrole, produits pétroliers, fers

Vue aérienne de dry dock


L’économie

L’impressionnante croissance économique


qui a marqué la Corée durant les quatre
dernières décennies est aussi connue sous le
nom de Miracle de l’Asie de l’Est.
La formidable croissance économique de la Corée a commencé avec
l’adoption du premier Plan quinquennal de développement
économique en 1962. De 1962 à 2007 et en dollars, le PIB coréen et le
revenu national par habitant sont respectivement passés de 2,3 à 1
050 milliards et de 87 à environ 21 695. En revanche, du fait de la
hausse du dollar par rapport au won, le premier a baissé jusqu’à
928,7 milliards et le deuxième à 19 231.
En 2007, le volume des échanges commerciaux du pays a atteint les
728,3 milliards, le plaçant au 11ème rang mondial et celui de l’an
2008 s’est élevé à 857,3 milliards de dollars.

La Corée a rejoint l’OCDE en 1996. L’économie coréenne doit son


essor au soutien des gouvernements successifs qui ont su soutenir
les exportations, insister sur les industries de haute technologie et
sur l’abondance d’une main-d’œuvre qualifiée.
La Corée est aussi connue pour son rôle de leader dans le domaine
des nouvelles technologies de l’information. Et l’Internet à haut débit
couvre désormais tous le pays. La Corée poursuit ses efforts dans le
développement de l’environnement des affaires pour apparaître
comme le nouveau centre des affaires en Asie du Nord-Est.
Le temple Bulguk (Bulguksa)

La grotte Seokguram Jongmyo


Le patrimoine mondial
de la Corée
L’histoire de la Corée débute à partir du début de la période Gojoseon
(2333 av. J.-C.). A travers son histoire de 5 000 ans, la Corée a noué des
relations avec les cultures continentales prédominantes, tout en se
dotant d’une identité propre.

L’ UNESCO a inscrit sur la Liste du Patrimoine mondial huit sites coréens:


le temple Bulguk, la grotte de Seokguram, le sanctuaire royal Jongmyo,
les planches du Tripitaka Koreana, le Janggyeongpanjeon, le palais
Changdeokgung, la forteresse de Hwaseong, la zone historique de
Gyeongju, les sites de dolmens de Gochang, Hwasun et Ganghwa et l’île
volcanique de Jeju avec ses tunnels de lave.

Le temple Bulguk à Gyeongju a été construit en 774 pendant la période


Silla. Son architecture est devenue une référence pour la construction
des temples. Seokguram est une grotte creusée par les hommes dans du
granite blanc et qui abrite un Bouddha assis et 38 autres images de
Bouddha sur les murs. Seokguram combine parfaitement les
connaissances architecturales, ma-thématiques, géométriques,
physiques, religieuses et artistiques de l’époque Silla en un seul
ensemble organique.

Jongmyo est un sanctuaire royal où repose les esprits des rois et reines
de la dynastie Joseon. La cérémonie rituelle a lieu le premier dimanche
du mois de mai. Les rites et les musiques joués pendant la cérémonie ont
été respectivement désignés comme les Biens culturels immatériels no
56 et no 1.

Le pavillon Janggyeongpan (Janggyeonpanjeon), Tripitaka Coreana


au temple Haeinsa
Le grand palais Changdeok (Changdeokgung)

La forteresse de Hwaseong

Le site historique de Gyeongju

L’île volcanique de Jeju avec ses tunnels de lave


Tripitaka Koreana sont les plus anciennes planches au monde sur
lesquelles sont gravées les écritures bouddhiques. 81 258 planches de
bois ont été gravées pendant la dynastie Goryeo (918-1392). Le
Janggyeongpanjeon au temple de Haein abrite ces plaquettes qui n’ont
jamais été détériorées ni par le feu ou par les guerres depuis sa
première construction en 1488.

Changdeokgung, qui fait partie des cinq plus importants palais de


Corée, a été construit sans considération des arrangements symétriques
classiques, mais a plutôt été aménagé en accord avec son
environnement. Il s’agit d’un exemple d’aménagement ancien composé
d’étangs de lotus, d’arbres de plus de 300 ans, et d’un pavillon arrangé en
harmonie avec l’environnement.

La forteresse de Hwaseong à Suwon a été construite par le roi Jeongjo


(règne : 1776-1800) dans un élan de piété filiale pour rétablir l’honneur
de son père assassiné. La forteresse a été conçue par Jeong Yak-yong,
connu sous le nom de Dasan, l’un des érudits du Shilhak confucianiste
(Ecole d’apprentissage).

Le site historique de Gyeongju et les


sites de dolmens de Gochang,
Hwasun et Ganghwa ont été inscrits
sur la liste en 2000. Gyeongju était la Dolmen
capitale du royaume de Silla pendant un
millier d’années et le site est appelé « le
musée à ciel ouvert » grâce à la richesse
des vestiges historiques.

L’île volcanique de Jeju , avec ses tunnels de lave, est un trésor


géographique se déployant sur une superficie de 18 846 ha. D’une beauté
esthétique exceptionnelle, cette magnifique étendue insulaire donne un
aperçu sur l’évolution naturelle.

De plus, l’UNESCO a reconnu Jongmyo Jerye, la musique Jerye, le chant


épique Pansori et le festival Gangneung Danoje comme des chefs-d’œuvre
intangibles de l’héritage culturel de l’humanité. En outre, la liste de
l’Héritage des Textes mondiaux comprend le Hunminjeongeum (livre et
manuel élémentaire pour l’enseignement du hangeul) et
Joseonwangjosillok (les journaux de la cour de la dynastie Joseon). Y sont
également inscrits, le Seungjeongwonilgi (Records quotidiens du
Secrétariat Royal de la Dynastie de Joseon), le Jikjisimcheyojeol, le plus
ancien livre imprimé avec des caractères en métal datant de 1377, les
tablettes de bois du Tripitaka Koreana, avec des écritures bouddhiques, et
Uigwe, un document relatant des principaux événements de la dynastie
Joseon.
Le feuilleton télévisé Daejanggeum (Le joyau du palais)

Le chef d’orchestre et pianiste Chung Myung-whun Spectacle à percussion NANTA


La “vague coréenne”

Hallyu - la vague coréenne - désigne


l’intérêt croissant montré par un public
mondial, notamment d’Asie, d’Europe, du
Moyen-Orient et des Amériques, envers la

jun aik
culture populaire et traditionnelle de Corée.

m- e P
e
Na rt d
L’a
Certaines vedettes coréennes, dont Bae Yong-Joon, le
ravissant acteur du feuilleton télévisé Sonate d’hiver ,
jouissent aujourd’hui d’une popularité sans égal au Japon, en Chine,
ainsi que dans d’autres pays. Daejanggeum (Le joyau du palais),
feuilleton captivant et à succès plus récent sur la cour royale du 16ème
siècle, a engendré un regain d’intérêt quant à l’habillement traditionnel,
la médecine à base d’herbes et de plantes et la cuisine royale de la
Corée ancienne.

L’industrie cinématographique du pays, en plein boom, ainsi que la


musique pop nationale, ont été les forces motrices de ce déferlement
de cette vague coréenne.

Un nombre croissant d’artistes coréens jouissent d’une renommée


universelle due à leurs talents et à leur créativité.

Paik Nam-june a été le premier dans le monde à ouvrir la voie à l’art


vidéo, tandis que dans le domaine de la musique le compositeur Yun
Isang, la violoniste Chung Kyung-wha, le chef d’orchestre et pianiste
Chung Myung-whun, la violoniste prodige Jang Young-ju et la cantatrice
Jo Su-mi ont conquis les coeurs d’un très large public international.

Le groupe B-boy L’ensemble Samulnori dirigé par Kim Duk-soo


Le choux chinois

Le kimchi Baechu, pour sa variante de Pyeongyang Le kimchi Baechu


La nourriture

La plupart des plats coréens sont


nutritifs et fermentés. Par
conséquent, ils permettent à celui
qui les consomme d’être en forme et
de se protéger du cancer. Le kimchi est
le condiment coréen le plus connu. Il
Bulgogui
s’agit de choux salés et fermentés qui
accompagnent tous les plats coréens. Il est riche en vitamines et
minéraux. Les plats les plus connus des étrangers sont le galbi et le
bulgogi. Le galbi consiste en des côtes de bœuf grillées. Le bulgogi,
appelé barbecue coréen, est un plat mariné dans une sauce de soja
avec de l’huile de sésame, de l’ail et autres condiments.

Les autres plats populaires sont le bibimbap (mélange de riz, de


légumes, d’œufs et de pâte de poivrons rouges), doenjangjjigae (une
soupe de pâte de haricots), naengmyeon
(nouilles de blé noir dans un bouillon
de bœuf froid) et le samgyetang
(ragoût de poulet garni de riz et de
ginseng).

Bibimbap

Menu de dîner traditionnel coréen Galbi


Park Tae-hwan Choi Kyung-ju
Les sports
a
Yu-N
Kim

Les Coréens anciens ont pratiqué une variété de


sports et de jeux traditionnels comme le taekwondo
ou la ssirreum (lutte coréenne).

Le taekwondo, art martial d’origine coréenne, est devenu


une épreuve olympique officielle depuis les Jeux de Sydney
de 2000.

La plupart des Coréens sont de véritables passionnés de sport. La


Corée est connue pour avoir accueilli avec succès les Jeux
olympiques à Séoul en 1988 et l’organisation conjointe de la Coupe du
Monde de Football 2002. La Corée a d’ailleurs été le premier pays
d’Asie à accéder à la demi-finale de cette compétition.

Aujourd’hui, les Coréens rivalisent avec les meilleurs athlètes


mondiaux lors des Jeux olympiques, ainsi que pour d’autres
événements sportifs internationaux concernant le baseball, le golf, le
tir à l’arc et à la carabine, le tennis de table, les épreuves de vitesse et
du saut pour respectivement le patinage et le ski, la natation et
également le patinage artistique.

Taekwondo Park Ji-sung


Bienvenue en Corée

Le mur de l’Espoir au ruisseau Cheonggyecheon