Vous êtes sur la page 1sur 2

I ELECTIONS MUNICIPALES GIGNAC-LA-NERTHE I

I ELECTIONS MUNICIPALES GIGNAC-LA-NERTHE I COMITE DE SOUTIEN DE CHRISTIAN AMIRATY COMPTE-RENDU DE LA REUNION PUBLIQUE

COMITE DE SOUTIEN DE CHRISTIAN AMIRATY COMPTE-RENDU DE LA REUNION PUBLIQUE

Salle comble au New Juke Box pour cette soirée sur le thème de la rumeur.

Il est vrai que le sujet est particulièrement d'actualité :

nos boîtes aux lettres en résonnent encore.

Jean VIARD, sociologue de renom, a livré une conférence magistrale rappelant les grandes rumeurs de ces dernières années en France avant d’évoquer l’utilisation de la rumeur en politique. « La rumeur est nuisible à la démocratie. Voir des personnes ne pas la condamner, et pire, l’encourager m’inquiète profondément. Ce qui se passe ici est intolérable […] mais y répondre reviendrait à la nourrir davantage. »

Bien que M. Amiraty ait fait le choix de conserver de la hauteur dans la campagne, celui-ci n’a pas hésité à revenir sur quelques exemples, avec une certaine dérision.

Tout d’abord les finances. M. Amiraty a remis à la presse (nombreuse) une attestation en date du mois de février 2014 signée de M. le Trésorier Payeur de Marignane chargé du suivi des comptes publics de la ville. Cette attestation indique noir sur blanc que la dette de la commune est bien de 8,9 millions d'euros, soit une diminution de cette dette de 30% sous son mandat.

Il a par ailleurs démontré que, pour la 5 ème année consécutive, le budget communal est excédentaire avec 700 000 euros pour 2013, couronnant un mandat exceptionnel sur le plan financier.

En quelques minutes la rumeur de Gignac, ville «ruinée» à cause de dépenses «inutiles» ou « excessives » a volé en éclat.

Deuxième

habitants supplémentaires.

rumeur

:

l’arrivée

imminente

de

2000

M. Amiraty n’a eu qu’une question à poser: « Pourquoi voulez-vous que je fasse venir 2000 personnes

supplémentaires dans notre ville, maintenant alors que je ne l’ai pas fait pendant 6 ans ? »

Enfin, M. Amiraty est revenu avec humour sur la fameuse rumeur des faux policiers envoyés pour faire enlever seulement UNE affiche sur UNE maison.

Notre candidat s’est par la suite inquiété: « Mon analyse est que certains candidats quittent le terrain de la démocratie pour celui du différend personnel. Un des candidats a déclaré sur Radio Maritima vouloir me chasser de la ville en tant que Maire, mais aussi en tant qu’homme avec ma famille.»

Ce jeudi 27 février, nous avons su faire le pari de votre intelligence, et nous tenions à remercier tout-e-s celles et ceux qui sont venus nous apporter leur soutien.

Vous trouverez plus d’informations sur notre blog de campagne www.amiraty2014.fr

N’avez-vous pas remarqué que certains candidats n’ont fait que critiquer (sans fondement) le Maire et n’ont à ce jour rien défendu ?

Aujourd’hui nous appelons les candidats à s’élever et à suivre l’exemple de M. Amiraty en diffusant des tracts sur des idées.

Certains candidats font de cette campagne électorale la revanche d'une lourde défaite électorale subie en 2008 alors qu'ils auraient dû en analyser les causes et ensuite mener une campagne de proposition.

Si Christian Amiraty a été élu c’est qu’il a porté un PROJET pour cette ville, ce qu’il est le seul à faire dans cette campagne. Les tracts et les articles de presse parlent d’eux-mêmes.

Nous appelons les Gignacaises et les Gignacais à démontrer leur adhésion et à se mobiliser dès le 23 mars pour M. Amiraty, seul candidat porteur d’un projet pour la ville.

Ne pas jeter sur la voie publique.

QUI SONT LES ADVERSAIRES DE CHRISTIAN AMIRATY ?

Carole Ingenito (UMP), qui se démarque dans

cette campagne comme ces dernières années par son absence sur le terrain.

Xavier

Trubert (FN-RBM), qui ne défend les

intérêts que de Marine Le Pen, dans sa campagne de dédiabolisation du Front national. Par des questionnaires nationaux, ce dernier tente de donner des airs de démocratie à son parti, ce qui n’est pas le cas. L'intéressé a indiqué à la Provence qu’il ne fera pas de meeting pendant l’élection mais après les élections s'il les remporte, avec Marine Le Pen. Il n'a donc même pas la décence de se présenter devant les Gignacais pour y proposer ses idées mais par contre fera venir sa leader pour lui remettre ensuite les clefs de la ville. Hallucinant !

Les graves dérives de la campagne électorale Gignacaise

Christophe De Pietro (ancienne majorité),

qui tente de se donner l’image d’un homme nouveau alors qu’il faisait partie de l’ancienne équipe municipale, désavouée en 2008. Il faisait partie de l’équipe qui a plongé la ville dans une inertie et une situation financière déplorable. Il revient cette année avec des méthodes peu recommandables.

Enfin, c’est cette ex-majorité qui a accordé 13 raccordements électriques provisoires en zones agricoles peu de temps avant les élections de 2008.

Louis Padilla (dissident), qui se présente après

avoir échoué une tentative de prise de pouvoir sous le précédent mandat.

Ce candidat vient de se faire assigner en justice en référé par 2 associations de défense des Droits de l’Homme suite à un tract comparant l’aire destinée à l’accueil des gens du voyage et un camp de concentration. (voir ci-dessous LP)

"De faux policiers", "2 000 habitants supplémentaires", "les caisses de la ville vides"…

A Gignac-la-Nerthe, la campagne tourne au règlement de comptes et "les rumeurs les plus incroyables " ne cessent de croître à l’encontre

de Christian Amiraty. Et pour lui "c’est trop, car il

y a des choses graves". Le maire PS sortant se

dit "surpris par la teneur de cette campagne. Je

m’attendais forcément à recevoir des pics, c’est

le jeu de la démocratie, sauf que là nous ne

sommes que sur des rumeurs et des on-dit.". Ce

qui a motivé cette réunion, c’est aussi le tract d’un candidat. Louis Padilla, ancien colistier de Christian Amiraty, démissionnaire de l’été 2012 et prétendant au siège de premier magistrat.

Avec sa liste "Agir pour Gignac", il a édité un document sur le cadre de vie et l’urbanisme, un deuxième volet dans lequel il parle de la création de l’aire d’accueil pour les gens du voyage, et pour illustrer ses propos, un dessin représente l’arrivée des familles dans qui ressemble à un camp de concentration (costumes rayés, cheminées proéminentes sur les toitures, grille d’entrée qui rappelle étrangement celle des camps) et accompagné de la légende "Ouf ! fini les expulsions. Nouveaux logements provisoires

pour les Roms."

Pour Christian Amiraty, c’est "clairement une incitation à la haine". Et il n’est pas le seul

puisque Jean-Paul Kopp, présent des rencontres Tsiganes, a adressé une lettre à Louis Padilla, en copie au Sous-Préfet, suite à la diffusion de son

bulletin de campagne "qui nous a profondément

choqué" écrit-il. Il y demande la suppression sans délai du paragraphe concernant les gens du

voyage, "car vous mettez en cause une décision municipale relative au Plan local d’urbanisme prévoyant une aire d’accueil pour les gens du

voyage". En effet, la décision de la mairie de Gignac n’a pour objet que de se mettre en conformité avec la loi du 5 juillet 2000.

"L’inscription d’une réservation au PLU n’est donc que la première étape de l’application d’une loi de la République qui doit être suivie de la réalisation concrète de cette aire d’accueil." Et de poursuivre son propos en faisant référence à l’illustration : "Outre l’amalgame que vous entretenez intentionnellement entre les "gens du voyage" qui sont, nous vous le rappelons, des citoyens français itinérants et les populations "Roms", qui sont des immigrés européens, le choix morbide de ce dessin est insulte à la mémoire de millions de victimes internées et

exterminées dans les camps de la mort. Et de considérer cette publication comme une "provocation mensongère".

Pour le maire, la campagne connaît de graves dérives, et d’autres communes comme Châteauneuf-les-Martigues "vivent aussi les

mêmes évènements. Le maire a été contraint d’éditer un tract pour démentir certaines

déclarations. " Christian Amiraty a fait un autre

choix "Soit je me mets à répondre point par point, ce qui m’oblige à citer les candidats chaque fois, ce que je ne souhaite pas forcément, soit on pense à quelque chose de plus constructif. Le comité de soutien a donc décidé d’organiser cette réunion publique sur le thème de la rumeur. L’objectif est de démontrer aux citoyens que toute explication point par point ne ferait qu’amplifier la rumeur existante, et reviendrait à s’abaisser aux détracteurs qui en sont à l’origine. Elle s’inscrit dans une dynamique constructive et pédagogique adoptée depuis le début de la campagne. Pour garantir une rencontre de qualité, Jean Viard animera la conférence. Il sera présenté clairement, il vient en tant que sociologue, d’homme engagé qui m’apporte son soutien." N.K.

COMITE DE SOUTIEN DE CHRISTIAN AMIRATY 06 03 36 49 27

contact@amiraty2014.fr

Retranscription de la Provence du jeudi 27 février 2014