Vous êtes sur la page 1sur 53

s~,11

.2~~4~o -a"

'4)

oolf

k'WÇQLLEÇTION-DES

~·-·VQ

ÉCONOMISTES

»l,T

©ES RÉFORMATEURS SOCIAUX DE LA FRANCE

n

DUPONT

'–~r--–––~

DE

NEMOURS

IlJLUi&}~~

;);

d" '¡"'PV~<ilftl,j¿¡'~œ

~RBS

~,l

1

76,8

-;r.tÎ!Í;iWf¡Y"

7t

~!t-

,i

D'UNESCIENCENOUVELLlT~

mlDtWBkiHJnt)'^K«*>*<*ww,iri«t* «r D'nftTOraii bn «wnHiMhAioiwiiçti*»

 

rc

a ~>~

~,s~4

ah

~£ir~"

y

u

v

~r

.F~ 1û

.#x9~vY~.eP.x T"Y

t~f

.a

yr,F,EZ~

~,r

(

J~^

4

r

I ~~n9 d a~~l,~

f ~,F rm~s~ x

E

>E'+

,~d~

Y>t~zYd"r~'yA

~·f~rrz~ ~d

.r-

ay

r t`f

ii"t'

f

r

4r+'+,P~u é kij r: i.x~a* ~E~F ^r

r

LJ

< z

~§a

,xrs.

ar

t~ a(~`~,l~E,t~~4f~la~ 1~u

'~f

~fi

~s

a

a~lJ";rYt~

r: 4~Scr~1 ~tk i;3

'E`~_r ~.tz'

r

z

~â~

.M.~

.fa.·

a £

~t~rk

p

,f"~ky~~r'fi

,,E

x .C

,s~

~a7

,r^ï a

~,er

~É-ét3 3

x

y

r~~ ~.s h~

COLLECTION

ET DES RÉFORMATEURS

DES

ÉCONOMISTES

SOCIAUX

DE LA

FRANCE

La Collection publiera

français les

miques

Elie

plus

des éditions des auteurs ou traducteurs

et non pas un simple

à la

pleine intelligence à être des études d'auteurs

intéressants pour l'histoire des doctrines écono-

tout un bon instrument

de travail. Elle dont le texte

recueil de morceaux

de

con-

chaque

ouvrage,

ou de doctrines

et sociales. s'efforcera d'être avant

établi,

est utile

pas

et peu

constituera un recueil d'œuvres intégralement reproduites,

sera soigneusement

choisis. Chaque volume formera un tout distinct. De sobresnotices

qui mais elles ne viseront peu de commentaire

tiendront tout ce

de biographie. A chaque jour suffît sa peine

d'un texte,

autre chose est l'histoire d'un auteur

de travail

s'est fait sentir

depuis de

contient

sont,

en outre,

d'être beaucoup

plus

autre chose est l'édition

ou d'une doctrine, autre chose aussi la recherche biographique.

Le manque d'un tel instrument

qu'elle

longues années déjà. La Collection des principaux Économistes publiée

vers le milieu du siècle dernier, épuisée depuis longtemps,

fort rare les documents

beaucoup trop restreint

larges dans le choix des livres à réimprimer.

en nombre

est devenue

nous nous proposons

Nous pensons

Pour le

donc rendre service à tous ceux qu'intéresse l'évolution

accessibles

et dans de bonnes conditions

qui leur

les sources

économiques et sociales.

3 volumes physioera-

de la pensée humaine en leur offrant cette nouvelle collection

rendra facilement

françaises de l'histoire des doctrines

moment nous publions simultanément

tiques, savoir

1. Dupont de Nemours, De l'origine et des progrès d'une

science nou-

velle (1768), avec notice et index analytique par A. Dubois, professeur

à

1 fr. 50

l'Université

de Poitiers,

ix-40 pp. in-8, 1909.

2.

Baudeau, Première introduction h la

xiv-vm-192 pp. in-8, 1909

3. Le Mercier de La

philosophie économique(1771),

6 fr. 25

avec notice et index analytique par A. Dubois, professeur à l'Université

de Poitiers,

Rivière, L'ordre naturel et essentiel des sociétés

politiques

l'Université

(1767), avec notice par Edg&rd

de Lille, xxxvn-vm-405

Depitre, professeur

pp. in-8, 1909.

à

agrégé 12 fr. 50

Dix autres

volumes

sont

en

préparation.

publier

50 volumes environ.

5 ou 6 volumes par an. La collection

Nous nous

entière

proposons

se composera

de

de

Les

prix marqués. Poitiers et Paris, octobre

souscripteurs à la collection entière bénéficieront d'une réduction sur les

1909.

de 20

PAUL Geuthnei),

Libraire-Éditeur.

A. DUBOIS,

Professeur d'économie politique et d'histoire des doctrines économiques A la Faculté de droit de l'Université de Poitiers.

v/^ëMÉëè<rioN des économistes

ET DES RÉFORMATEURS SOCIAUX DE LA FRANCE

DUPONT DE NEMOURS

ORIGINED'UNE SCIENCENOUVELLE

~19

() 1 NI

~~3

3~

MAÇON,

PllOTAT

FHKHIÎS,

IMI'ltlAItiUHS.

COLLECTION

DES

ÉCONOMISTES.

ET DES RÉFORMATEURS SOCIAUX DE LA FRANCE

ql"Kt

B^QNT DE NEMOURS

DE% ÉMm ET DESPROGRÈS D'UNESCIENCENOUVELLE

PROFESSEUR

PUBLIÉ

AVEC

D'ÉCONOMIE

A

FACULTÉ

LA

1768

NOTICE

ET

TABLE

ANALYTIQUE

A. DUBOIS

POLITIQUE

DE

DROIT

ET D HISTOUU!

DES

DOCTniNES

DE l'uMVEHSITÉ

DE l'OITMÎMS

LIBRAIRIE

PARIS PAUL GEUÎHNER

68, RUE MAZARINE, 68

1910

PAR

ÉCONOMIQUES

NOTICE

'l'¡?/¡'~7~

La présente édition de l'opuscule De l'origine

en 1768 (nous en reproduisons

La seconde

fut publiée

physiocratiques

On

peut dire

comme lieu d'édition

pour le distinguer de celui

Leyde(?)

que la doctrine

1767. A cette date, le docteur

et des

progrès d'une science nouvelle,

de Nemours

mière parut

facsimile).

tion d'œuvres

est la quatrième

dont l'auteur est Dupont

depuis l'origine. La pre-

le titre en

dans une compila-

intitulée Physiocratie,

publié par

parue en 1768 et portant

Yverdon

(Suisse)2: nous proposerions d'appeler ce recueil la Phy-

siocratie d'Yverdon

Dupont de Nemours à

La troisième fut réimprimée

tion des principaux économistes i.

était

Constituée en

sys-

sur

ceux qui l'approchaient il avait formé autour de lui un groupe de disciples remplis d'une profonde admiration

et Paris en 1767 et 1768. par Daire dans la Collec-

physiocratique

Quesnay

avait arrêté définitivement tème par l'extraordinaire

les grandes lignes de son ascendant qu'il exerçait

jusqu'à

pour son génie et qui devaient montrer

inébranlable fidélité à son enseignement. Il avait cons-

la fin une `

1. Pourla vie et l'vumérationdes œuvresde

Schelle,Duponl 1888. de \emours et

2. Phys.ocralie, ou constitutionnaturelledu

geux au

genrehumain, 6 vol. in-12, Yverdon, 1768.

Physiocmtes,

Paris, Guillaumin,

3. Volume

Dupont do Nemours, v.

p. 335 et 8.

l'Ecole Phytioeratique, Paris, • Guillaumi'ii :'

gouvernement le plusiivaiitn-

18i6,l'° partie,

VI

NOTICI!

titbtî une Ecole soumise au Maître comme aucune autre

ne le' 5^1 peut-être jamais, comme ne le sont d'ordinaire

que les sectes religieuses.

un organe

elle

l'abbé Baudeau

Cette école avait désormais

périodique, un instrument de propagande bien

avait

1763

apporté

sa Phi-

les Ephêmérides du citoyen, que lui

Mirabeau avait publié en

vaste commentaire du Tableau écono-

mique de Quesnay, contenant, copieusement dévelop-

pée, une longue suite de corollaires

Formule du même Tableau sous le titre L'Ordre

rel et essentiel

Rivière venait de composer une magistrale synthèse de

parut en 1767). Le sys-

signale que l'Académie des de Caen et la Société royale

losophie rurale,

déduits à l'aide de la

Mercier

natu-

de la

des sociétés politiques,

la doctrine de l'Ecole (l'ouvrage

être

tème se vulgarisait Dupant Sciences et Belles-Lettres

d'Agriculture d'Orléans l'avaient adopté et bien d'autres

qu'il commen-

faits pourraient

çait à être connu du public;

déjà

rine avait mandé

Russie afin d'instaurer

glaces

Dupont2.

cités qui montrent

sa renommée avait même

franchi les frontières du royaume; la grande Cathe-

du

Mercier de la Rivière

à la Cour de

l'Ordre naturel

que

« au milieu le

des

Nord », ainsi

s'exprime

même

Si l'année

1767 est la date de la constitution

elle est,

par là même, celle

car la Physiocratie

de la

de la nais-

est

Physiocratie

sance de la science économique

incontestablement la première forme sous

la science économique s'est présentée

laquelle

C'est

au monde.

la gloire de Quesnay d'avoir opéré la coordination,

un corps de science, des doctrines économiques aupara-

sans lien entre elles.

vant éparses, à l'état fragmentaire,

en

1. V. mfni,p. 10.

2. V. infrn,

p. 35.

NOTICK

VU

Coordination

quelques mots et les quelques chiffres de la Formule du

fameux Tableau

science nouvelle grâce à

sortir de l'empirisme de

puisque

dépendent la prospérité et la

puissante

qui

tenait

toute

dans

les

économique

La science économique

laquelle la politique allait enfin

Science d'une importance immense

les règles

des États

dont

leur

ses principes découlent

puissance

naïvement avoir découvert du

premier

doctrine sur le roc indestructible

d'une science exacte et que ta

Formule

calculer arithmétiquement,

conséquences bonnes ou mauvaises des institutions telles

que les taxes fiscales, les:

Et de cette

les droits de douane soi-disant

science ils croyaient

de

les

de Y évidence: déjà ils

Ses adeptes croyaient

coup

la vérité tout entière et avoir fondé

se croyaient en possession

du Tableau économique leur permettait

d'exprimer

en chiffres

prohibitions, les monopoles et

protecteurs. dériver non seulement la

pouvoir

politique convenable à leur

encore « les loix nécessaires

pour l'homme et propre

et de tous les pays4 ». Voilà ce

de Quesnay avait donné au monde

eurent une sorte d'éblouisserhent

époque et a leur nation, mais

'd'un gouvernement

fait

à l'homme de tous les climats

que, selon eux, le génie

On comprend qu'ils

et on ne doit pas le

Tout

n'est peut-

mais ne

leur reprocher

être

fût-il qu'un amoncellement eu la claire

ment de la science économique

avec trop de sévérité.

pas caduc dans le système

physiocratique;

d'erreurs, le seul fait d'avoir

profonde de l'avène-

vision, la conscience

suffirait à justifier leur

quelquefois

enthousiasme

et

à excuser

emphatique.

leur lyrisme

La science nouvelle, on éprouva immédiatement

besoin

de la rendre accessible

à tous.

La Philosophie

le

1. V. infrn, p, as.

vm

notice

rurale de Mirabeau, où les pages éloquentes et de grande

part une œuvre l'Ordre naturel

essentiel de Mercier de la Rivière est une œuvre claire,

touffue, parfoif obscure et bizarre

envergure ne manquent

pas, est d'autre

et

logique, d'une belle architecture, mais abstraite, froide,

dépourvue de traits d'esprit,

un peu lourde,

écrite par

endroits en une langue un peu spéciale, parce que l'au-

teur s'efforce

une terminologie scientifique

d'une grande partie de la société frivole d'alors,

targuait, en outre,

point par

pouvait

de détester les systèmes! Ce n'était

de trouver une méthode et de constituer

défauts capitaux aux yeux

Physiocratie

qui se

de tels livres que la

pénétrer profondément

comprit et l'on s'efforça de condenser

dans des œuvres plus courtes,

bative, à l'usage

des gens du monde.

dans la masse du public.

On le

»

les « principes

d^ forme moins rébar-

Le plus clair,

le

-plus précis, le plus substantiel

de ces manuels de vulga-

pré-

s'est proposé un

risation est sans doute celui que nous réimprimons

sentement.

Dupont,

en le composant,

venait de paraître2. Aujourd'hui

I double objet: exposer brièvement la genèse

| et résumer le grand ouvrage de Mercier de la Rivière

de l'École 1

qui

encore le professeur

d'Économie

par la lecture d'une source

trouver

originale, livre On s'en est trop

Physiocrates

xvme siècle, et au premier rang par Voltaire qui cepen-

petit

politique

qui voudrait

faire connaître

que

'•

ce

légères

la

Physiocratie à des débutants,

ne

saurait

mieux

fié aux railleries

dont les

furent accablés par certains

écrivains du

dant montre par ailleurs beaucoup de sympathie

égard. Quelle

à leur

du joli conte

que soit la valeur littéraire

î.

V. tn/V-a,p. 8-10.

2. V. infra.

p. 11 et

s.

NOTICE

ix

de l'Homme aux quarante

si amusant

qu'il soit, il ne constitue pourtant

fonde et définitive de l'École; même

nous entendons comme écrivains

soienlifiques Physiocrates méritent mieux que le jugement peu indul- gent que souvent encore l'on porte sur eux.

dais, si spirituel,

pas une critique comme écrivains

pro-

les

A. Dubois,

Professeur d'Économie Politiques et d'Histoire

des Doctrines économiques à la Faculté do

droit de l'Université de Poitiers.

DE

L'ORIGINE

ET DES PROGRÈS

D'UNE

SCIENCE

NOUVELLE.

LE TITRE QUI SUIT EST LE FACSIMILE DE CELUI

DE L'ÉDITION ORIGINALE

Les chiffres

qui se trouvent

présent volume indiquent originale.

entre [ ] dans

la pagination

le corps du de l'édition

DE

L'ORIGINE

ETDESPROGRÈS

D

UNE

SCIENCE

NOUVELLE.

Croire tout, découvert eft une erreur profonde C'cft prendre l'horifon pour les bornes du monde.

La

Mure.

A LONDRES,

Etfitnuvt A PARIS,

Chez DES ai nt,

M. DCC.

Libraire, rue du Foin.

LXVHl

DE L'ORIGINE ET DES PROGRÈS D'UNE

SCIENCE

NOUVELLE

Si, d'une extrémité du monde à l'autre,

on promene un œil phi-

si l'on

losophique sur l'histoire

considère comment elles se sont formées, étendues,

on remarquera avec surprise que c'est au milieu des obstacles les

plus

les

des Sciences les plus sublimes

etperfectionnées

grands, des préventions les plus décidées, des contradictions

plus ameres, des oppositions

les plus redoutables. On verra

Confucius poursuivi et menacé de la mort à la Chine, Pythagore,

obligé de couvrir sa [2] doctrine

cacher

d'un voile mystérieux,

et de

la vérité aux Peuples pour conserver la liberté de la déve-

Adeptes, Démocrite cru fou et traité comme tel

à

lopper

par les Abdèritains, Socrate buvant la ciguë, Galilée dans les fers

Descartes contraint de chercher une retraite dans

de l'Inquisition,

le Nord,

des Lange

être plus

quelques

Wolff banni et sacrifié pendant dix-huit et des Strahler, etc.

tout est connu.

Phrases triviales,

ans aux intrigues

la

paresse,l'igno-

Tout est dit.

prétendrons-nous

que

habiles que nos pères?.

rance, la

par acclamation à quiconque

bonheur de chercher, de utiles.

vanité de tous les siecles et de tous

a eu' l'audace,

les pays, ont opposées

le génie, le talent,

découvrir et de manifester des vérités

On a beaucoup

répété que l'homme est un animal crédule.

On

s'est trompé

est opiniâtre. Vous ne trouverez

ment, et sans raisons suffisantes, apprit dans sa tendre enfance. Alors,

pas crédulité,

il

fallait dire que Venfant est crédule, et que l'homme

aucun homme qui croie légère- autre

chose que [3] ce qu'on lui comme je. le: dis, ce n'est

c'est routine et opiniâtreté.

Examinez l'homme fait,

voir que loin d'être crédule, il

vous ne pourrez vous empêcher de

6 DE l'origine

ET DES PROGRÈS

[5]

tomberait plutôt dans l'extrêmité

idées nouvelles.

vérité, il combat également

ler. Il y a quelques

mais la

opposée. à nier tout ce qu'il

tout ce dont à faire

il n'a jamais

en faveur

Son ame est fermée

aux

Il est

porté

ignore. Erreur,

entendu par-

très-

des hommes

indique combien

exceptions nature même de ces exceptions

supérieurs

elles sont rares.

Il ne faut donc

pas être

surpris,

il faut encore

moins

se fâcher

quand on rencontre

illustres et studieuses, et ne se formant

savent,

savent point, croyent

à l'espece

Science nouvelle en Europe.

des personnes,

qui, entraînées

je dis même par l'évidence confuses

des personnes

de ce qu'elles

de ce qu'elles

ne

possibles

exister une

que des idées

toucher au terme des connaissances

et ne conçoivent

pas qu'il

puisse

humaine,

gens

« manque-t-il? Qu'ignorons-nous?

« terre

«

« sphère

« force des vents et des eaux

« qui, diversement

« sans cesse et avec une force prodigieuse

[4] Si quelqu'un

mbuvemens

de ces habiles

vous disait

mesurons

nous

et la

leurs

Nous pesons l'atmo- la

« que

Nous

les cieux

Nous observons leurs révolutions

Nous prédisons

les éclipses

Nous calculons

nous employons

Nous connaissons,

mais qui environnant

et les retient

nous évaluons,

Nous avons découvert

le fluide actif,

les corps,

tend

toutes les

ces

à la place que

logé dans l'intérieur

aussi tous

de tous

à en disperser

« parties

les corps, comprime

« mêmes parties

par son effort immense

« marqua la Nature

leur

« notre

imiter

gré l'action

semblent

«

débiles

Nous

savons dans

de ce

plus

d'un cas diriger mobile universel,

Toutes les propriétés

à

puissante

premier

« les feux et les coups

« des Ltres

du tonnerre

des instruments

à notre

naît

l'un

dans

les

airs

préparés

usage la pesanteur,

pour notre

intelli-

le mou-

gence

vement, la maniere

Nous ap[5]pliquons

dont

sur la vaste plaine

lumières.

s'y prendre

«

« plus énormes s'élevent

«

« vers un certain

« route

de l'autre;

par

les fardeaux

faibles

les

et

naturelle

nous tracer

une1e

applaudir

homme

à de si

6om-

nos mains

au fer une tendance

Un minéral communique

point

du globe, et cela suffit pour

des mers

». Il faudrait

à ce même

Société

grandes ment il faut

sante, riche, puissante, dont elle est composée

qu'il vous répondit

Et si vous demandiez

pour qu'une

politique soit floris- les individus

pour

l'objet

que est possible ? et d'une Science

pour que les familles,

soient

« que ce n'est

le plus heureux qu'ii

pas là

« exacte,

^'variables,

et

que

cela dépend

difficiles à démêler

d'une

infinité

et à évaluer

»

de circonstances il ne faudrait

pas

[8]

d'une SCIENCENOUVELLE

77

trouver cette réponse ridicule car elle paraît naturelle et raison-

nable à ceux qui la font de bonne foi, et c'est

vous proposez des questions avec lesquelles on n'est

de juger d'avance combien doit être petit le nombre des hommes

auxquels

leurs Maîtres.

égards d'instruire solidement les

le genre humain, nous a dit, comme du Gouvernement doivent

Songez que Montesquieu lui-même, si digne à tous

apartient de savoir ce qui ne leur fut pas enseigné par

à vous [6] quand familiarisé,

pas

il

un autre, que selon la forme

de sa constitution et que sans nous apprendre quelle

est la base primitive, quel est l'objet commun de toute constitution

du Gouvernement, vous avez vu cet homme sublime employer

presque uniquement la finesse extrême, la sagacité

son esprit,

des cas donnés.

cependant sociétés civiles. Ce n'est pas sans raison

naturelle des devoirs réciproques, qu'ils se sont soumis à une auto-

rité sou[7]veraine. Ils avaient, ils ont un but essentiellement mar- qué par leur nature, pour se conduire ainsi. Or leur constitution physique, celle des autres êtres dont ils sont environnés, ne per-

mettent pas que les moyens pour parvenir

ne se sont

principes

changer

de

supérieure

pour chercher, pour inventer des raisons particulieres à

pas réunis par hazard en qu'ils ont étendu la chaîne

à ce but soient arbi-

ne p'eut rien y avoir d'arbitraire dans des actes

à une fin déterminée.

phy-i1

On ne peut arriver à aucun

Les hommes

traires

car il

siques tendans

point que par la route qui y conduit. Il y a donc une route nécessaire pour

possible de l'objet de l'association

mation des jorps politiques. Il et général qui renferme les loix

toutes les sociétés

approcher le plus qu'il est

entre les hommes, et de la for-

y a donc un ordre naturel, essentiel

constitutives et fondamentales de les sociétés ne

peuvent s'écar-

duquel

se

trouvent plus bu'moins

un ordre qu'on ne pour-

un ordre

ter sans être moins sociétés, sans que l'état politique ait moins de

consistance, sans

que désunis et dans une situation violente [8]

Voilà ce que ne savait pas Montesquieu;

ses membres

rait abandonner entièrement sans opérer la dissolution de la société

et bientôt la destruction absolue de l'espece humaine.

ceque les petits Auteurs,

soi-disans politiques, qui ont cru marcher sur les traces de ce grand

d'entrevoir que;lui; ce qu'ignore

très profondément une multitude d'hommee de mérite fort instruits d'ailleurs dans toutes les connaissances dont nous venons de faire l'énumération au commencement de cet écrit.

génie, étaient encore bien plus loin

8 DE L'ORIGINE

ET DES PROGRÈS

[11]

comme toutes les choses de ce monde, tend à se

perpétuer d'elle-même.

tantes de toutes pour les hommes réunis en société, était entretenue

inutiles à

développer ici. Nous ne savons pas combien elle aurait duré mais

on peut juger' par la résistance qu'elle oppose aujourd'hui

lumiere naissante, [9] que

Il y a environ treize ans reux 1 exercé aux méditations

L'ignorance,

La nôtre sur ces vérités, les plus

impor-

à la

et nourrie par un grand nombre de causes extérieures

son tempérament était robuste.

profondes, déjà connu par

qu'un homme du génie le plus vigou-

d'excel-

lens ouvrages

consiste à observer et à respecter la nature, devina qu'elle ne borne

pas ses loix physiques

dans nos Colléges et dans nos Académies et que lorsqu'elle donne

aux fourmis, aux abeilles, aux castors la faculté de se soumettre d'un commun accord et par leur propre intérêt à un gouvernement bon,

de

s'élever à la

de cette vue, et par [10] l'aspect des

en pouvait tirer, il

à la

recherche des loix physiques, relatives à la société; et parvint enfin

à s'assurer de la base inébranlable de ces loix, à en saisir l'ensemble,

à en développer l'enchaînement, à en extraire et à en démontrer les résultats. Le tout formait une doctrine très-nouvelle, très-éloi-

gnée des préjugés adoptés par l'ignorance

dessus de la portée des hommes vulgaires, chez lesquels l'habitude

et par ses succès dans un art où la grande habileté

à celles qu'on a jusques à-présent étudiées

pouvoir

stable et uniforme, elle ne refuse pas à l'homme le

jouissance du même avantage. Animé par l'importance

appliqua

toute la

grandes conséquences qu'on

pénétration

de son

esprit

générale, et fort au-

contractée dans leur enfance d'occuper uniquement leur mémoire, étouffe le pouvoir de faire usage de leur jugement.

Le moment n'était cependant pas absolument défavorable publier cette doctrine. L'illustre M. DE Gouhnay, Intendant

pour

du

Commerce, guidé comme QUESNAY,par la seule justesse de son

génie, arrivait en même-tems

partie des mêmes résultats pratiques. Il commenflllçait à les pré- senter aux yeux des suprêmes Administrateurs; et à former par ses conversations et par ses conseils de jeunes et dignes Magistrats

qui sont aujourd'hui l'honneur et l'espoir de la Nation; tandis que

le Docteur Quesnay donnait à l'Encyclopédie

par une route différente à une grande

les mots Fermiers

1. François Quesnay, Écuyer,

de

Chirurgie,

ancien Secrétaire perpétuel de l'Académie

Royale

des

Sciences,

de la Société Médecin ordi-

Royale

Royale de Londres,

naire et Consultant du Roi.

Membrede l'Académie

de l'Académie de Lyon*etc., etc. Premier

';

[14]

d'une

science

NOUVELLE

9

et Grains

qui sont

les premiers

ouvrages

publics dans lesquels

il

ait commencé l'exposition vertes. Bientôt après, cette formule étonnante

réproduction

sûreté, de promptitude

tions relatives

les maximes générales du Gouvernement

y joignit,

Versailles

de la Science

celui-ci

inventa

qu'il devait

le Tableau

il ses décou-

économique,

et la

de

qui peint la naissance,

la distribution

des richesses,

et de

et qui sert

précision,

aux richesses.

à calculer

avec tant

l'effet

Cette formule,

de toutes

les opéra-

et

son explication,

économique

que l'Auteur

au Château

de

furent imprimées en 1758 (

avec des notes savantes,

[12] Trois hommes également

dignes d'être les amis de l'inventeur

de la Science et du Tableau économiques,

M. le Mar-

quis DE MIRABEAUet M. LE MERCIER DE LA Rivière, se lierent alors

intimement

progrès de

génie avec

M. DE Gournay

Rivière

ravit

M.

DE Gournay,

pour

avec lui. Il y avait tout

la nouvelle Science,

à esperer

la rapidité

des

de ce

du concours

de trois hommes

son premier instituteur. Mais une mort

aux vœux

et au

bonheur

de son

de la Martinique,

prématurée M. DE LA

Pays. et son zèle, son

fut nommé Intendant

activité

ment dirigées ne lui permirent

s'occuper

cipes qui guidaient

tueux Ami DES Hommes resta seul à seconder

Science

pas dans

pour servir sa Patrie

d'après

les

par des opérations principes lumineux

tout le cours

utiles, perpétuelle- dont il était pénétré,

de

de ces prin- Le ver-,

de la

qui

de son administration

et journalier.

l'esprit créateur

qui lui

du soin de développer

la plus utile au genre 'par la rétractation

son

dans

aux autres l'évidence

et commença

des erreurs

son [13] travail immense

Traité

humain,

publique

de la Population.

cette nouvelle

étaient

carriere

échappées

suffit pour servir d'échelle de comparaison

Acte généreux,

entre la force de la tête,

l'honnêteté

et la faiblesse, autres Écrivains du même-tems, dont les erreurs étaient

le vil orgueil, les manœuvres

du cœur,

la noblesse

de l'ame

de ce véritable artificieuses

de

citoyen

quelques

bien plus

considérables

l'évidence,

jamais,

des vérités contradictoires

en vain aujourd'hui

et bien

voudraient

n'ont

plus dangereuses,

persuader

obligation

à leurs

de marier

mais qui poursuivis

par

au public

à personne

qu'ils ne se trompèrent de la connaissance

et qu'ils

anciennes opinions, qu'ils essayent

avec elles.

Il ne

suffisait

pas à l'Ami

des Hommes

[14] de convenir

qu'il

1. On trouve ces Ouvrages avec un Traité dn Droit

quelques Dialogues économiques

Pro-

du même Auteur, dans un Recueil

naturel, quelques

blèmes et

intitulé PHYSIOCRATIE, à Paris, chez Merlin, rue de la Harpe.

10 DE L'ORIGINE ET DES PROGRES

[16]

avait pris des conséquences

en publiant

plume féconde une Introduction

Etals Provinciaux,

en Finance à la Société

les Corvées, une explication

l'impôt, la Philosophie

més par ses leçons et par celle du Maître

nés par l'évidence

leurs traces.

mie des Sciences et Belles-[15]Lettres

d'Agriculture

déclarèrent

rât son erreur,

pour des principes,

des vérités.

nouvelle

il fallait qu'il repa-

Il le fit. On vit sortir

à son Mémoire

sur

de sa

les

qu'un travailleur

une refutation

de la critique un Discours

avait faite

de Berne

de ce mémoire,

sur l'Agriculture,

éloquent adressé un excellent

ouvrage

la Théorie

sur

de

for-

entraî-

sur

l'Acadé-

Royale

et s'en

du Tableau économique,

rurale,

etc., etc. 1. Quelques Auteurs,

qu'il avait adopté,

à marcher

de leur doctrine, commencerent

étudièrent

Des Corps entiers

d'Orléans,

les défenseurs.

et des Corps respectables,

de Caën,

la nouvelle

la Société

Science

Voilà

où en était cette

revint

Science,

si lontems

méconnue,

hâter, précipiter études qui l'avaient

quand

ses pro-

occupé

M.

grès. Il eut avant

de quelques Mémoires

Livre intitulé

qui vient d'être publié Ce Livre excellent

serrée', l'ordre même les têtes fortes,

pour gible aux têtes

plus ignorées sont intimement

Il pré[18]sente

DE LA Rivière

bientôt

son voyage.

de la

Martinique,

des

repris

le cours

Il enrichit

en passant sous le nom de M. G., et composa

à ses Lecteurs.

l'art de se rendre

le Journal

du Commerce

enfin le

L'ordre naturel

et essentiel des Sociétés politiques,

rue du Foin S. Jacques.

à la fois éloquente

et

Toujours évident

intelli.

les

à Paris chez Dessaint,

garde

dans sa Logique,

qu'il expose il a supérieurement

en saisissant

liées

faibles,

le côté

aux vérités

par où les vérités

si naïve,

les plus connues.

que chacun

il ne songea

leur union

avec une évidence

s'imagine

avoir pensé le premier

des choses auxquelles

C'est cette

jamais. qui vous fait irrésistiblement Amis de l'Auteur

appellent

naïveté

sublime

entrer

qui démonte

l'évidence

les sophismes,

et

que les

Il

dans la tête,

les simplicités

de M. de la Riviere.

n'y a aucune

m'estimerais une idée nette

ment

découverte

clairement

ont depuis longtems

de ces simplicités

bien heureux,

et rapide

par le Docteur

qui ne soit un éclair

de génie.

Je

si je pouvais présenter

ici digne-

des principales

vérités dont la chaîne,

Quesnay, est si supérieurement

et si

qu'elles

de résister

développée dans ce Livre sublime. La conviction

portée dans mon ame,. m'empêche

1.

Il a depuis fait lui-même l'Extrait de ce grand et profond ouvrage, sous

Philosophie rurale. On en trouve des exemplaires çhfe

le titre d'Éléments de la

Desaint, Libraire, rue du Foin S.

Jaques.

[19]

D'UNE SCIENCE

NOUVELLE

11

au desir d'essayer cette entreprise, peut-être au-dessus de mes

forces; mais avant de céder à ce desir

impérieux, je crois devoir tirerai de l'ancien

préve