Vous êtes sur la page 1sur 14
Dominique Wolton Directeur de la revue « Hermès » Directeur de VInstitut des sciences de
Dominique Wolton
Directeur de la revue « Hermès »
Directeur de VInstitut des sciences de la communication du CNRS
CONCLUSION
De l'information aux sciences de la communication
Les origines des sciences de la communication, on le
voit dans
ce numéro, sont multiples. E t
encore celui comporte-t-il des lacunes, une profondeur historique limitée et pas assez de compara-
tisme. C'est en fait le comparatisme qui permettrait, au mieux, de percevoir la diversité, et la richesse
de ces
sciences, les
plus récentes, venant à la suite, au XX E siècle, des sciences de l'ingénieur, puis de
celles du vivant et de l'environnement.
Les sciences de la communication sont en réalité le symbole du début de ce siècle : comment
vivre ensemble, ou plutôt cohabiter dans un monde ouvert, fini où l'autre est omniprésent, et pour-
tant si différent et incontournable ? La question de la communication, c'est-à-dire de « l'autre »,
avec l'obligation et la difficulté de la cohabitation est bien au cœur des défis nouveaux. Avec ce
risque de renversement inouï dans l'histoire : l'information et la communication qui furent depuis
trois siècles des valeurs d'émancipation ne risquent-elles pas, au contraire, dans un monde ouvert de
devenir un facteur de guerre, faute de pouvoir supporter cette présence de l'autre, si différent de soi ?
Malgré la dévalorisation théorique dont elle fut trop longtemps l'objet, la communication est
une des grandes questions de ce siècle. L'impensé d'un monde que l'on a voulu sans cesse plus
ouvert, sans voir qu'il amplifiait la question qui est déjà au cœur de toute l'histoire humaine, à
savoir celle de la cohabitation, toujours difficile, entre des hommes et des cultures différentes.
Comment vivre, de manière pacifique, avec ce voisin qui ne me ressemble pas, de plus en plus
mon égal, que je ne peux plus éliminer, et avec lequel il va falloir cohabiter ? Comment revalo-
riser l'identité, condition indispensable de la communication, sans favoriser pour autant tous les
irrédentismes identitaires ?
HERMÈS
48,
2007
189
Dominique Wolton C'est en cela, au-delà de la technique et de l'économie, que la question
Dominique Wolton
C'est en cela, au-delà de la technique et de l'économie, que la question de la communication est
avant tout une question politique. C'est d'ailleurs finalement ce qui émerge de ce début de travail
d'anthropologie de la connaissance, qui appelle d'autres travaux, en France, dans les pays franco-
phones et tous les autres.
Cet éclairage sur l'émergence de la problématique de la communication montre l'extrême diver-
sité de ce qui sera toujours des sciences interdisciplinaires. C'est d'ailleurs probablement le caractère
composite, hétérogène, souvent peu noble et valorisé de ces questions, qui explique en bonne partie
la faible légitimité dont elle fut la victime, jusqu'à une date récente.
Comme dans toute l'histoire des sciences, cela a commencé par de l'interdisciplinarité c'est-à-
dire fondamentalement de « l'indiscipline ». Seuls des esprits originaux, en marge ou rebelles,
s'occupaient de questions comme l'information et la communication qui n'intéressaient personne
et ne semblaient guère porteuses d'avenir. En outre, qu'il s'agisse de littérature, théâtre, cinéma,
enseignement, psychologie sociale, médias
ceux qui s'y intéressaient étaient eux-mêmes telle-
ment hétérogènes qu'ils n'avaient pas toujours le même langage pour échanger entre eux. Certains
étaient ingénieurs, d'autres fonctionnaires, journalistes, universitaires, militaires, militants. C'est
donc « l'incommunication » des pères fondateurs, liée à l'hétérogénéité des sources et des origines
de cette question qui explique, en partie, la faible légitimité qui entoure l'émergence de la
problématique.
Ceci dit, on retrouve toujours quelques points communs chez ces fondateurs. D'abord des esprits
critiques et indépendants qui souhaitent changer la société et les hommes. Un grand intérêt pour les
techniques, sans pour autant tomber dans l'idéologie technique qui dominera à partir des années
1980. Une volonté de lier progrès technique et projet social. Des militants et des politiques. Avec en
filigrane une réflexion plutôt favorable sur l'émergence de la société de masse dans les années i960.
Un hommage spécifique devra un jour être rendu à Georges Friedmann, philosophe et sociologue fran-
çais, qui après avoir créé la sociologie industrielle dans les années 1946-1960 avec Alain Touraine,
Michel Crozier et tant d'autres, crée également le Centre de recherche sur la communication de masse
en i960, avec Edgar Morin, Roland Barthes et Olivier Burgelin. C'est eux qui introduisent au CNRS,
la recherche sur les médias de masse, avec cette volonté de faire le lien entre ce qui était perçu comme
une double chance d'émancipation : la société et la communication de masse.
Contraste réel avec l'émergence des NTIC dans les années 1980-1990 qui se fera, au contraire,
contre le thème de la société de masse, condamnée pour son égalitarisme, au profit de tout ce qui
sera individuel. Et qui verra dans Internet le symbole de « l'intelligence » d'un individu libre,
contre le troupeau passif et manipulé du grand public de la télévision. Dans les années i960 , il y a
190
HERMÈS
48,
2007
Conclusion : de Vinformation aux sciences de la communication tout de suite le souhait d'utiliser
Conclusion : de Vinformation aux sciences de la communication
tout de suite le souhait d'utiliser les techniques pour un projet politique social ou culturel. La
culture est d'ailleurs omniprésente chez ses jeunes fondateurs. Ils ne craignent pas la perte de la
culture d'élite - contrairement aux années 199 0 pendant lesquelles cette crainte sera exagérée. La
plus grande partie d'entre eux, quelle que soit leur discipline d'origine, se pose la question de savoir
comment aider à faire émerger une culture de masse de qualité. D'ailleurs à l'époque, on parle
souvent de « communication sociale » voire de « communication populaire » ce qui atteste la
volonté de lier la communication à un projet de société. Et ceci quelles que soient les opinions poli-
tiques de droite ou de gauche de ces auteurs. La société d'alors n'a pas encore été gagnée par l'indi-
vidualisme d'aujourd'hui, et les inégalités culturelles sont combattues au nom de la société de
masse, qui depuis la guerre était considérée comme un progrès. En tout cas une chance à saisir, et où
l'on pourrait remarquer l'engagement des intellectuels. On voit comment le contexte a changé
Rares sont ceux aujourd'hui qui pensent d'abord par rapport à une responsabilité sociétale et collec-
tive. Les lourdeurs de la société de masse, les possibilités de l'individualisme, le progrès technique
et l'enrichissement partiel, ont « démonétisé » la question d'un projet pour la société de masse qui
était animée de valeurs égalitaires et d'émancipation dans les années i960.
Et aujourd'hui, justement ? C'est presque le contraire. La technique domine avec ses réalisations
inouïes, la vitesse des changements, les coûts en diminution, un usage de plus en plus vaste et plus
populaire. La banalisation et la marchandisation réussie semblent être la réponse à toutes les questions
politiques d'hier. Les usages populaires comme moyen d'éliminer ou de dépasser une problématique
politique. C'est d'ailleurs le lien technique-économie qui domine. Le progrès va tellement vite, et les
marchés sont tellement au rendez-vous, que l'adaptation des usages aux techniques devient synonyme
de projet politique ! Pourquoi se poser des questions si les individus s'enthousiasment librement pour
toutes les techniques de communication et leurs interconnexions ? Le marché comme substitut de la
politique, ou plutôt comme déplacement de la question politique. Et comme tous les milieux sociaux
et toutes les classes d'âges se convertissent progressivement aux NTIC, tout semble aller dans le bon
sens. D'où la prédominance de l'idéologie technique et l'absence de projet politique en dehors d'une
petite frange d'auteurs critiques.
Si les budgets de communication sont les budgets les plus en expansion chez les ménages depuis
vingt ans, n'est-ce pas la preuve de l'adéquation entre technique, économie et société ? L'adaptation
comme seul projet politique. Quant à la culture, c'est là encore celle des usages qui domine. La culture
des NTI C a tout envahi, symbole de la modernité et de l'ouverture. Très peu de culture critique,
d'autant qu'il y a toujours le souvenir que, parmi les premiers fondateurs d'Internet, il y avait beau-
coup de libertaires qui souhaitaient, par les réseaux, subvertir le marché capitaliste et la démocratie
formelle. Un peu d'ailleurs comme ce qu'il s'est passé au début de la radio et de la télévision dont on
supposait qu'elles allaient changer la société. Flotte encore autour des TIC un parfum de subversion,
de critique et d'émancipation qui semble, en tout cas, dévaluer encore plus les médias de masse et valo-
riser les services interactifs individualisés. Par le sacre de la demande et de l'individu, n'y a-t-il pas la
HERMÈS
48,
2007
191
Dominique Wolton preuve d'une émancipation par les TIC ? Et la manière dont les altermondialistes
Dominique Wolton
preuve d'une émancipation par les TIC ? Et la manière dont les altermondialistes se sont saisi de ces
techniques depuis une dizaine d'années, confirme le sentiment d'une adéquation entre les nouvelles
techniques de l'information et l'émancipation politique, sociale et culturelle.
Rarement, dans l'histoire des techniques, aura-t-on constaté un lien aussi direct entre usage, tech-
nique, économie, politique, projet et critique. Rarement des techniques n'auront été autant investies
positivement, avec aussi peu d'esprit critique. La preuve ? Toute critique est considérée comme de la
« technophobie ». Et comme beaucoup d'individus, notamment jeunes, éprouvent une légitime fierté
à se servir de cet outil pour s'émanciper et à exprimer leurs opinions dans les blogs et forums, on en
arrive à un quasi-consensus. Des plus sceptiques à l'égard de la société de consommation, aux vendeurs
les plus acharnés, tout le monde voit dans l'emprise croissante des techniques de communication et
du multi-branchement une des manifestations les plus visibles de l'émancipation de l'homme.
Un exemple ? La quasi-absence de critiques contre l'idéologie sécuritaire qui envahit progressi-
vement nos sociétés et qui trouve dans les systèmes d'information toutes les traçabilités nécessaires à
la surveillance des individus. Et même si cela menace une bonne partie des libertés politiques, privées
ou publiques, qui ne furent reconnues qu'après tant de siècles de luttes
Dans aucun autre domaine d'activité la technique n'a été investie d'une telle capacité à changer
l'homme et la société. Bien sûr les problèmes et les contradictions sont devant nous, mais pour le
moment, c'est l'euphorie. Avec le sentiment que là au moins il y a « un progrès ». Pourquoi pas ? C'est
évidemment la redécouverte de l'incommunication qui progressivement obligera à un retour critique.
Pour l'instant c'est donc l'euphorie. Un symbole ? Le mot « communication » a perdu son sens
normal. On ne parle que d'information ou de « systèmes d'information ». Nous sommes fascinés par
la capacité à produire et distribuer un nombre sans cesse croissant d'informations, et persuadés que la
communication est au bout des tuyaux et des systèmes.
Hier information et communication étaient synonymes. Aujourd'hui avec le progrès technique,
l'élévation du niveau de vie et d'éducation, l'information l'emporte sur la communication. Pourtant
entre les deux, émerge le récepteur de plus en plus critique et dont on a sous-estimé depuis un demi-
siècle, la complexité. En réalité, cette complexité de la communication évacuée au fur et à mesure du
changement technique ressurgit par le biais de la résistance trop oubliée de ce récepteur. Celui-ci
négocie, refuse, se débranche
en tous cas, n'est plus en ligne. Entre la révolution de l'information
et la résurgence de la complexité de la communication surgit donc la figure inattendue du récepteur.
Le récepteur, comme retour d'une complexité dont on aurait rêvé, qu'elle soit réduite ou diminuée par
le progrès technique. Le retour de l'homme, là où la technique devait en simplifier la complexité.
Un demi-siècle : quatre tournants théoriques
Depuis les années i960 , l'histoire de la communication a été marquée par une emprise croissante
de la technique, de l'économie et de la problématique des usages. Au point que les questions des
192
HERMÈS
48,
2007
Conclusion : de l'information aux sciences de la communication années 1950-1960 - les techniques, et
Conclusion : de l'information aux sciences de la communication
années 1950-1960 - les techniques, et la communication, au service de quel projet politique, social
ou culturel - sont devenues progressivement des questions centrées sur l'adaptation. Non pas
comment adapter les techniques à un projet, mais quel projet social, culturel, élaborer à partir de ces
techniques. La modernisation comme horizon. Au point que, depuis une génération, il est préférable
de ne pas mettre en cause le bien-fondé de ces techniques, surtout depuis qu'elles sont individualisées.
Celui qui interroge, ou critique, doit se justifier de n'être pas conservateur ou technophobe.
L'usage est devenu le projet. L'adaptabilité la valeur. D'ailleurs, en France, jusque vers 2005 le discours
dominant était « comment rattraper le retard ? ». Toute l'histoire technique, liée hier à une problé-
matique du service public, est devenue celle d'un horizon commercial, avec la condamnation d'un
peuple « frileux » à l'égard des nouvelles technologies. Le Français était supposé incapable de
s'adapter à l'ordinateur et à Internet, même si le succès du minitel montrait le contraire. Aujourd'hui,
où la France est dans le peloton de tête des équipements et des usages, on a oublié cette obsession à
vouloir rattraper un prétendu « retard », brandi comme la preuve de l'anti-modernité française. En
réalité, comme toutes les vieilles cultures, il y avait un temps de latence. Aujourd'hui, plus que jamais
la question n'est plus l'équipement et l'usage, mais celle du projet. Tout cela pour quel projet de
société ?
En dehors des chercheurs liés aux NTIC et aux sciences sociales, les autres disciplines ont
continué des débats liés à la linguistique et aux sciences cognitives. L'entrée à partir des années 197 0
des sciences de l'information et de la communication dans l'université, avec la création de la
71 e section, a accentué une sorte de séparation entre ceux qui s'intéressaient à la problématique des
médias et des nouvelles technologies, et ceux qui poursuivaient des problématiques plus tradition-
nelles. Les deux mondes ne se sont guère rapprochés jusqu'au début des années 2000.
Dans une approche plus classique, du langage, de la sémiologie, de la littérature, de la philosophie,
puis des sciences cognitives, on peut distinguer, en simplifiant, quatre étapes qui finalement seront un
atout théorique pour les sciences de la communication de demain. Car là est sans doute l'apport de ces
sciences naissantes : rapprocher et féconder des regards différents sur l'information et la communication.
Au fond, l'émergence des sciences de la communication, auxquelles Kermès contribue, ainsi que
l'Université et toutes les politiques du CNRS depuis trente ans, jusqu'à la création de l'Institut des
sciences de la communication du CNRS, illustre ce mouvement de rapprochement et de coopération
entre des approches différentes, finalement complémentaires, de la question de l'information et de la
communication.
On constate ainsi la légitimité croissante d'une problématique autour du mot « communication »,
entendu comme le lien entre relation, incommunication et cohabitation, même si, pendant un demi-
siècle, ce mot fut largement sous-évalué, pour ne pas dire dévalorisé. Le mot « information » avait une
certaine valeur, de la presse aux NTIC, alors que le mot « communication » était symbole de toutes
les dérives marchandes et manipulatrices.
C'est la découverte qu'il ne suffit pas qu'il y ait beaucoup d'informations pour créer davantage de
communication qui a facilité la prise de conscience de la complexité théorique de la communication.
HERMÈS
48,
2007
193
Dominique Wolton Notamment avec les difficultés de dialogue homme-machine et l'émergence de la complexité du
Dominique Wolton
Notamment avec les difficultés de dialogue homme-machine et l'émergence de la complexité du
récepteur. S'il n'y a pas de communication sans information, chacun sait bien aujourd'hui qu'entre les
deux, le mot, le plus compliqué reste celui de la communication : dès que l'on prononce le mot
communication, la question est celle de la relation, avec la machine mais surtout avec l'autre être
humain, au bout ou en dehors des machines. Au bout des réseaux et des systèmes, il n'y a pas d'autres
systèmes, mais des hommes, des sociétés et des cultures.
Au fond le mot « communication », qui hier était identifié à ce qu'il y a de plus simple, voir de
plus vil, et de critiquable, par rapport au mot information, est en train de devenir le symbole de ce
qu'il y a de plus compliqué. Avec la communication, la question est celle de l'altérité, donc des condi-
tions d'une cohabitation possible entre des personnes, des sociétés, des cultures
différentes. Commu-
niquer, c'est affronter Vautre. Question finalement éminemment plus complexe au fur et à mesure que
les individus sont équipés de toutes les techniques leur permettant de se rapprocher et d'échanger des
sons, des images, des données. Le village global devenu à peu près une réalité technique montre que
le plus compliqué est devant nous. Non pas dans l'ordre technique et économique, mais dans celui du
cognitif, du culturel et du social. Le village global n'est pas synonyme de la fin de la tour de Babel.
Il en est le révélateur à une échelle jamais réalisée dans l'histoire de l'humanité.
Le paradoxe dans cette maturation intellectuelle est qu'une bonne partie des ingénieurs, notam-
ment au CNRS au travers du département SPI, puis STIC et ST2I ont été des alliés en faveur de cette
ouverture. Ce n'est pas toujours, loin de là, chez les ingénieurs que le technicisme, que l'idéologie
technique a été la plus dominante. Ceci est à rappeler pour montrer comment, dans un espace-temps
où tout a été très vite, il est nécessaire de se garder des stéréotypes.
Simultanément à cette revalorisation théorique et conceptuelle du mot « communication »,
contemporaine de l'élargissement des problématiques de l'information, et alors que débutent des
recherches interdisciplinaires, on peut observer quatre mouvements d'idées, quatre tournants, qui à
leur manière jouent tous un rôle certain dans l'émergence actuelle des sciences de la communication.
Le tournant
linguistique
(1960-1970)
Lié au structuralisme, ce tournant est essentiel pour les sciences sociales, mais aussi bien au-delà. Le
structuralisme a révolutionné la position du rapport entre le sujet et le monde, redessinant autrement,
après l'existentialisme, la question des libertés de l'homme. Ici, la linguistique, puis la sémiologie et la
psychanalyse ont joué un rôle essentiel, même si quelques années plus tard le raidissement des positions
intellectuelles et théoriques appauvrira finalement ce qui était aussi une révolution de l'homme.
La rupture
des techniques
(1970-1980)
Les techniques, surtout avec le surgissement de l'ordinateur, constituent le symbole de la moder-
nité. Le sentiment qu'une autre époque s'ouvre, où en s'affranchissement du temps et de l'enjeu,
194
HERMÈS
48,
2007
Conclusion : de l'information aux sciences de la communication l'homme va pouvoir façonner une autre
Conclusion : de l'information aux sciences de la communication
l'homme va pouvoir façonner une autre modernité, dont les techniques sont un peu le symbole. À la
redéfinition des rapports hommes/femmes, « l'ébranlement » des valeurs sociales et culturelles tradi-
tionnelles, s'ajoutent les promesses des techniques qui doivent permettre l'émergence de rapports
humains plus simples et plus directs. Technique et modernité vont de pair. La recherche d'autres
rapports humains et sociaux.
La révolution
de l'information
(1980-2000)
C'est le règne des réseaux. Internet comme symbole du village global. Le systémisme après le
structuralisme. Le lien entre la liberté et le système. La problématique critique, venue des Etats-Unis
où Internet est perçu comme la condition d'une révolution cognitive autant que sociale et politique,
séduit. Une utopie qui rappelle un peu les débuts de la radio et de la télévision, avec cette fois-ci non
pour la foule, le peuple, la masse, la société, comme héros, mais l'individu libre.
Du technicisme au systémisme et à l'idéologie technique, le chemin n'est pas long. Les progrès
techniques sont si rapides, les services si attractifs et de plus en plus bon marché que chacun semble
se convertir à la société de l'information et à ses « autoroutes ». Dites-moi le nombre d'ordinateurs
existant par pays, et je vous dirai le niveau du développement de ces derniers. La fin de l'affrontement
Est-Ouest accentue ce sentiment de vivre l'émergence d'un monde ouvert où tout est possible.
Le tournant
communicationnel
(à partir
de Van
2000)
Malheureusement il ne suffit pas d'informer pour communiquer. Au bout des réseaux et des
systèmes d'information se révèle la complexité des hommes et des cultures. La découverte de l'incom-
munication à grande échelle, avec ses malentendus et ses échecs surprend, là où il ne devait y avoir que
fluidité et circulation. C'est la découverte de la complexité du récepteur. Et le retour de la probléma-
tique de l'altérité, mais dans une perspective différente de celle évoquée par le structuralisme. Fina-
lement l'autre et l'incommunication obligent à sortir d'une politique finalement technique, pour
retrouver l'épaisseur des dimensions culturelles et politiques. D'où le début de la critique des théories
de la société de l'information (cf. sommets de Genève et de Tunis)
C'est la confrontation entre l'information, réduite à la performance technique, et la complexité de
la communication humaine et sociale ; entre la vitesse de l'information et la lenteur de la communi-
cation. D'une certaine manière, c'est le retour de la problématique humaniste et politique, un peu
rapidement évacuée par le double mouvement du structuralisme et du systémisme. L'un et l'autre
s'étaient appuyés sur les progrès techniques dans les systèmes d'information pour y voir la fin d'un
humanisme considéré, un peu rapidement, comme naïf et dépassé. Ce n'est plus la modernité tech-
nique qui invalide un schéma humaniste dépassé, c'est la complexité même de la manière dont les
HERMÈS
48,
2007
195
Dominique Wolton hommes et les sociétés abordent, et finalement utilisent les systèmes techniques, qui oblige
Dominique Wolton
hommes et les sociétés abordent, et finalement utilisent les systèmes techniques, qui oblige à réin-
troduire une perspective humaniste et sociale.
Deux mots symbolisent cette mutation de la problématique des années i96 0 aux années 2010 .
Hier c'est celui du village global. L'utopie qu'un grand nombre de radios, de télévisions, puis d'ordi-
nateurs, accessibles à un nombre de plus en plus grand d'individus permettent l'ouverture du monde,
une meilleure compréhension des hommes entre eux, et finalement plus de justice, de paix et
d'égalité. Aujourd'hui c'est le mot diversité culturelle, symbolisé par l'entrée en application, le 19 mars
2007, de la Convention pour le respect de la diversité culturelle signée à l'Unesco par 146 Etats en
octobre 2005. Le problème n'est plus le village global technique, mais l'obligation d'organiser la
diversité culturelle comme condition de la paix. Considérable changement. Au moment où les tech-
niques de communication n'ont jamais été aussi présentes et plébiscitées, on réalise que le plus impor-
tant n'est pas du côté des réseaux, mais des hommes, des cultures et des politiques. Au moment où le
technicisme semble triompher, on assiste au contraire à la revalorisation de la problématique sociale.
On est passé de la performance des systèmes techniques d'information à la complexité de la commu-
nication, avec la cohabitation entre les peuples et les cultures.
Les enjeux scientifiques du « tournant communicationnel »
Ces enjeux sont considérables, et nous n'en avons pas suffisamment conscience tant notre modèle
culturel et scientifique identifie information et communication, valorise encore le premier au détri-
ment de la seconde, et réduit la problématique à celle des techniques.
En réalité cet enjeu scientifique est tombé dans « le trou creusé » en un demi-siècle par une baisse
de réflexion théorique sur l'homme accompagné d'une parcellisation des savoirs et d'autre part un
progrès technique considérable qui donne l'illusion d'une réduction de la problématique de commu-
nication humaine à celle de la performance technique. Et comme la performance technique est quasi-
ment parallèle au mouvement d'émancipation individuel, on a progressivement identifié les deux. On
a même vu, à travers les performances techniques de la radio, de la télévision, d'Internet et du télé-
phone portable les symboles et les acteurs de cette libération individuelle. Ils en ont été les contem-
porains, oubliant, ce qui progressivement se rappelle à nous, par les échecs récents, qu'il n'y a pas de
rapport direct entre la performance des techniques et l'amélioration de la communication humaine.
Les cinq caractéristiques
du tournant
communicationnel
1. L'homme est définitivement plus compliqué que la technique. Il n'y a ni rapport direct, ni
continuité entre les performances des systèmes et les progrès de la communication humaine et sociale.
Même si les techniques amplifient et améliorent les fonctions humaines de la communication. On rêve
196
HERMÈS
48,
2007
Conclusion : de Vinformation aux sciences de la communication de continuité. On découvre la discontinuité
Conclusion : de Vinformation aux sciences de la communication
de continuité. On découvre la discontinuité entre l'homme et les outils qu'il a inventés pour commu-
niquer avec autrui.
2. La problématique de la communication est plus complexe que celle de l'information. L'infor-
mation c'est le message, la communication, la relation, donc la prise en compte du point de vue de
l'autre. Une information se transmet, une communication se construit.
3. Entre les deux surgit l'importance du récepteur qui n'est jamais « en ligne » avec l'émetteur, le
message et la technique. La représentation du récepteur ne correspond pratiquement jamais à sa
réalité.
4. L'autonomie croissante de ce récepteur, rappelle que le plus difficile dans la communication
n'est ni le message, ni la technique, mais Vautre. L'enjeu de la communication reste l'appréhension -
et la gestion — de l'altérité.
5. Cette omniprésence de l'altérité révèle l'importance
de Vincommunication qui
devient,
en
quelque sorte, l'horizon de la communication. Incommunication qui oblige à négocier et admettre
que la plupart du temps le sens de la communication est moins le partage de valeurs ou d'intérêts
communs, que la construction d'une cohabitation.
Ces cinq caractéristiques, non seulement déplacent la problématique classique de la communi-
cation mais obligent aussi à un travail théorique dinterdisciplinarité. Au sein des sciences humaines et
sociales, mais aussi entre celles-ci et les disciplines techniques, ainsi qu'au travers des multiples
processus d'interaction existant dans nos sociétés.
ha séquence théorique de tout processus de communication peut se résumer ainsi. On souhaite commu-
niquer pour séduire, partager ou connaître. On découvre l'incommunication, c'est-à-dire l'altérité du
récepteur qui modifie le processus de transmission auquel on réduit souvent la communication. On
négocie avec le récepteur. On construit une forme de cohabitation.
On passe ainsi d'une théorie de communication liée à un modèle de transmission à un modèle de
cohabitation. D'un horizon de compréhension et d'adhésion à une réalité d'incommunication ou de
négociation, quelle que soit l'échelle de la communication, le nombre de partenaires et de techniques.
On passe d'une perspective communicationnelle à une réalité de l'incommunication. Le dépla-
cement théorique est aussi un déplacement de points de vue sur le monde. C'est surtout notre vision des
rapports humains et sociaux qui change. Tout devient négociation, dans un processus de relance,
d'interprétation, de déplacement qui fait du processus communicationnel, tout sauf quelque chose de
simple et de « naturel ». La communication comme le double ou le symbole des ambivalences de
l'homme dans ses rapports avec autrui.
On est loin de la valorisation de l'information, « emblématisée » par les systèmes techniques
jusqu'aux fantasmes de la société d'information en réseaux. On découvre la place irréductible de
l'incommunication. Le décalage croissant, entre la vitesse de production et de circulation de l'infor-
mation et la lenteur de la communication humaine et sociale. Tout cela oblige à revisiter les para-
digmes communicationnels.
HERMÈS
48,
2007
197
Dominique Wolton Le tournant communicationnel, devient l'occasion, notamment, de refonder les sciences humaines et
Dominique Wolton
Le tournant communicationnel, devient l'occasion, notamment, de refonder les sciences
humaines et sociales dans un monde ouvert où les individus sont beaucoup plus libres, critiques,
mobiles qu'il y a un siècle. Ce qui oblige aussi à relativiser la place et le rôle des techniques qui pour-
tant n'ont jamais été aussi nombreuses, omniprésentes et objet de tant de succès.
Autrement dit, non seulement le triomphe des techniques oblige à tout repenser, pour éviter la
déconvenue face à tant d'incommunication visible entre les hommes, les sociétés, les cultures
,
mais aussi à regarder à nouveau frais ce progrès technique qui dans le domaine de la communication
a été identifié pendant trois siècles, à juste titre, à un facteur individuel de progrès, d'ouverture et
d'émancipation.
La communication émancipatrice d'hier peut devenir le cauchemar d'une incommunication entre
les hommes et les sociétés ; et la performance croissante des outils devenir un accélérateur de cette
incommunication qu'elle devait réduire. La communication n'est plus seulement un objet de
recherche interdisciplinaire au sein des sciences humaines et sociales en mobilisant les philosophes, les
linguistes, historiens, politologues, psychologues
elle oblige à prendre en compte toutes les autres
données techniques, sociales, culturelles qui entrent en ligne dans n'importe quel processus communi-
cationnel. En déplaçant le point de vue sur le monde, elles déplacent non seulement les frontières des
disciplines et des problématiques, mais aussi les modèles épistémologiques historiques. Avec la
communication, tout ce qui devait se simplifier se complique.
à la naissance des sciences de la communication
L'émancipation de la communication par rapport à l'information, de même que sa légitimation
comme concept scientifique fondamental, a donc été un processus lent. S'il y avait eu une catastrophe
technique, culturelle ou sociale, sans doute y aurait-il eu une prise de conscience et une demande de
connaissances. Mais comme depuis trente ans, la technique domine, impose son rythme et ses mira-
cles, le sentiment général est qu'« il n'y a rien à penser », ou plutôt que « penser c'est s'adapter ».
// faut quatre conditions — en train de se réaliser dans le monde — pour expliquer le passage actuel
du stade d'un objet de recherche interdisciplinaire à l'émergence d'une nouvelle discipline. D'abord,
le fait que les problématiques théoriques sont trop complexes pour être résolues par une simple coopé-
ration des disciplines. C'est ce qui s'est passé pour les sciences de l'ingénieur, du vivant et de l'envi-
ronnement, en un demi-siècle. Il faut aussi trois autres conditions. Bien sûr, une capacité de
production de connaissance autonome. Par ailleurs, une transmission de ces connaissances dans le
système universitaire. Enfin, une demande de la société.
Les sciences de la communication sont donc à la fois, un objet de recherche interdisciplinaire,
une théorie de la connaissance et un ensemble de savoirs nécessaires à une société dominée par les
interactions.
198
HERMÈS
48,
2007
Conclusion : de Vinformation aux sciences de la communication Avec trois pieds : — Le
Conclusion : de Vinformation aux sciences de la communication
Avec trois pieds :
— Le pied épistémologique. Comparer la manière dont
les différentes disciplines ont progressivement
introduit des concepts et des théories de l'information et de la communication. Le travail épistémo-
logique comparatif est indispensable en sciences de la nature, de la matière, de la vie, et dans les
sciences sociales. Comparaison à faire par grands ensembles de connaissances et par pays. La diversité
culturelle joue ici un rôle central.
— Un pied lié à la place croissante de l'information et de la communication dans les industries de la connais-
sance, à l'heure de la mondialisation.
— Un pied lié aux rapports entre sciences et société. Toutes les sciences et les connaissances sont prises dans
des rapports de force, entre le politique, le scientifique et l'économique. Cela oblige les scientifiques
à sortir de leur « neutralité » et à réfléchir aux nouveaux liens qui s'établissent entre les métiers de la
connaissance et la société. Avec la connaissance au cœur de l'économie, les scientifiques mais aussi
d'autres professions liées à la culture et la connaissance sont entrés dans une logique de communica-
tion politique. Cela concerne autant les sciences de l'homme et de la société, que les sciences formelles,
de l'univers, de l'environnement.
Deux idéologies réductionnistes menacent ce très récent domaine de connaissance. C'est d'abord le scien-
tisme, toujours séduisant face à un objet complexe. C'est un réductionnisme accompagné du refus d'une
discontinuité entre des logiques de natures différentes. C'est notamment le problème du passage des
neurosciences, aux sciences cognitives, au langage et à la communication. L'autre idéologie est le tech-
nicisme. Réduire la complexité de la communication aux performances croissantes des systèmes tech-
niques. Avec comme complément l'idéologie du marché. Si les techniques ont beaucoup de succès
c'est qu'elles correspondent à des besoins humains. Dans les deux cas, il s'agit d'un réductionnisme.
La vraie difficulté théorique avec la communication est l'obligation d'admettre la cohabitation de
logiques différentes pour comprendre des processus qui, apparemment, ont pour fonction de relier. On
ne parle que d'intégration et de continuité là où il faut admettre la discontinuité. Nous sommes écar-
telés entre une aspiration humaine de communication intégrative, et une réalité de la discontinuité.
Les communautés scientifiques ont une responsabilité particulière dans cette mutation culturelle. D'abord
parce que parler de « société de la connaissance » met les scientifiques, tous les scientifiques, au cœur
des mécanismes de pouvoir. Si la connaissance joue un rôle central dans l'économie, alors ses produc-
teurs jouent un rôle central. Et comme il n'y a pas de connaissance, sans information et communication,
on comprend le lien entre science, communication et société. Toutes les sciences, de la matière, de la
nature, de la vie, de l'homme
sont confrontées à cette révolution intellectuelle. Ensuite parce que ces
communautés analysent directement les défis scientifiques et techniques de ce monde ouvert, où tout
circule, sans créer plus d'égalité, de démocratie, ou de tolérance à l'égard de l'autre. Enfin, elles doivent
entreprendre un travail épistémologique, et comparatif, pour comprendre la place de l'information et
de la communication dans l'évolution des disciplines et des théories de la connaissance. Analyser ainsi
les nouveaux liens qui s'établissent, dans les sociétés ouvertes, entre sciences, technique et société.
HERMÈS
48,
2007
199
Dominique Wolton Sans oublier ce nouveau front des connaissances : la comparaison entre les cultures
Dominique Wolton
Sans oublier ce nouveau front des connaissances : la comparaison entre les cultures et les modes
de pensée. On ne pense, ni n'agit la communication de la même manière d'un bout à l'autre des
sociétés. Les processus communicationnels sontparmi lesplus universels et simultanémentparmi les plus différents.
Tout ceci oblige les communautés scientifiques à repenser leur rapport à la société. Ni le refuge dans
la tour d'ivoire, ni l'immersion complète dans la société, mais l'apprentissage d'un aller-retour pour
maintenir l'objectif d'une autonomie des communautés, sans lesquelles il n'y a pas d'autonomie de la
connaissance. Les sciences et les techniques sont dans la société, sans se réduire pour autant à une
logique sociale ou culturelle. Comme l'art, la religion
Tout ceci oblige à réfléchir de nouveau au
statut de l'expertise, comme à celui des industries de la connaissance.
La reproduction, à la fin de ce texte, des cinq axes de recherche de l'Institut des sciences de la
communication du CNRS (ISCC) illustre l'étendue et la diversité du champ de connaissances de la
communication. Du langage à la communication. De la communication politique à l'espace politique.
De la diversité culturelle à la mondialisation. De l'information à l'information scientifique et tech-
nique. Des rapports entre science, technique et société.
Conclusion
Les sciences de la communication, par nature interdisciplinaires, vont peut-être permettre à la
communication de sortir du couple technique-économie qui depuis trente ans l'enferme. Rappeler
que dans la communication, qu'il s'agisse de dialogue entre les hommes, ou de la communication
médiatisée par les techniques, le plus important est lié au modèle culturel et aux données sociales,
même si ces deux caractéristiques changent moins vite que la technique et l'économie.
Si dans la communication contemporaine, il y a toujours trois dimensions - technique, écono-
mique, culturelle - et même si les deux premières dimensions sont les plus visibles, c'est toujours la
troisième qui est la plus structurante.
L'émergence de cette nouvelle discipline est aussi importante que ce à quoi l'on a assisté pour les
sciences de l'ingénieur, les sciences du vivant et les sciences de l'environnement en cinquante ans.
Dans les quatre cas, on remarque une prise en compte de plus en plus grande des paramètres humains
et sociétaux, par rapport à ce qui fut longtemps un imperium des savoirs et des techniques. Imperium,
on l'a vu d'autant plus séduisant dans le cas de la communication que les individus rêvent de réussir
avec les techniques ce qu'ils n'arrivent pas à réussir directement entre eux.
Un des progrès, liés à l'explosion de toutes les formes de communication qu'elles soient fonc-
tionnelles ou normatives, est de réaliser progressivement la complexité et la fragilité de ce processus.
Chacun dénigre la communication et la réduit à la « com » tout en cherchant derrière la « com » une
certaine authenticité. Les paillettes de la « com », les limites de la communication fonctionnelle
n'empêchent pas de voir combien ces caricatures ne sont jamais que la pointe visible de l'iceberg.
200
HERMÈS
48,
2007
Conclusion : de l'information aux sciences de la communication Caricaturer la « com » pour
Conclusion : de l'information aux sciences de la communication
Caricaturer la « com » pour ne pas voir qu'au-delà de ses caricatures, chacun recherche néanmoins une
communication authentique.
Dans les trois sens du mot - convaincre, échanger ou partager - c'est le dernier le plus important.
Il n'y a pas de société ouverte, et a fortiori de démocratie sans recherche de cette dimension qui est le
fondement de la communication normative. Et plus les sociétés s'ouvrent, s'enrichissent, se démo-
cratisent, plus la recherche de l'autre devient une donnée centrale, même si l'épreuve de l'incommu-
nication est souvent au bout des tuyaux, des systèmes techniques et des voyages. Cette
incommunication n'invalide pas l'idéal de la communication au contraire, elle la relance et oblige à
en comprendre sa complexité. Tant mieux. Il en est de même pour la démocratie. Les travers et les
limites de celles-ci n'invalident pas le concept.
En réalité, progrès technique ou pas, nous sommes toujours face à deux philosophies de la
communication qui s'opposent, plus que jamais. Celle qui insiste sur les outils et les performances, et
qui finalement fait bon ménage avec l'économie, et l'idée de société de la communication ou de la
connaissance. Celle qui insiste sur les projets normatifs auxquels doivent être rapportées les perfor-
mances fonctionnelles des techniques et qui finalement privilégie les choix politiques par rapport aux
réalités économiques.
Deux philosophies de la communication, qui depuis longtemps s'opposent, cohabitent et struc-
turent les débats. À condition que ces deux philosophies restent face à face, laissant les individus et
les collectivités libres de faire le choix qui leur convient.
Les cinq axes de recherche de l'Institut des sciences de la communication
du CNRS
(ISCC)
(créé en janvier 2001)
1. - Langage et communication
• Neurosciences, sciences cognitives, psychologie, langage et représentation. Arts, cultures, religions, et
imaginaires.
• Discours, images, textes et sons. Argumentation, débats, rumeurs, manipulations, interactions et commu-
nication. Marketing. Nouvelles formes d'expression.
• Usage des techniques, modélisation, dialogue homme/machine. Traduction et archives. Éducation. Indus-
tries de la connaissance et des loisirs. Cultures du livre, des images et des nouvelles technologies.
HERMÈS
48,
2007
201
Dominique Wolto n 2. — Communication politique, espace public et société • Espace public, médias,
Dominique
Wolto n
2.
— Communication politique, espace public et société
Espace public, médias, presse, opinion publique, sondages et politique. Information et communication :
entre valeurs, pratiques, industries et démocratie.
Médias de masse et nouvelles technologies. Contenus. Individus, récepteur et publics.
mobilités et lien social dans le temps et l'espace.
Communautés,
Les hommes, et les systèmes d'information.
Production et échange dans les organisations. Métiers de la
communication et communication institutionnelle. Communication de crise.
3.
— Mondialisation et diversité culturelle
Mondialisation des industries culturelles et de la communication. Entre village global et tour de Babel.
De la société de l'information à la société de la connaissance. Savoirs, industries, réseaux et dialogue des
cultures.
Identité, culture, communication. Diversité culturelle et inégalités. Enjeux politiques, économiques
et conflits dans la mondialisation. Ethiques et internationalisation du
droit.
4.
— Information scientifique et technique
Production, documentation, traitement, désinformation, saturation de l'information. Moteurs de
recherche, fouille de données. Diffusion, vulgarisation. Appropriation de la culture scientifique et
technique dans les sociétés ouvertes.
Systèmes d'information : bases et banques de données. Gestion des contenus, médiation et aide à la déci-
sion. Entre connaissance, éducation, industrie et partage des savoirs.
Savoirs, controverses et théories de la connaissance. Cultures et inégalités. Crise des systèmes d'information
et de communication. Risques, normes et traçabilité. Sécurité et défense.
5.
-
Sciences, techniques et sociétés
• Concepts, théories et outils de l'information
connaissance.
et de la communication. Sciences et anthropologie de la
• Expertises. Rationalités et imaginaires. Controverses et connaissances. Régulation et innovation. Sciences
et politique.
• Évaluation scientifique et technique. Statut, rôle et responsabilité des communautés scientifiques dans
l'espace public, les organisations et la mondialisation.
202
HERMÈS
48,
2007