Vous êtes sur la page 1sur 14

LE CHÔMAGE

HISTORIQUE

 INITIALEMENT, l’O.N.E.M (Office National de l’Emploi) est compétent pour trois domaines :

1. La gestion ; le paiement des allocations de chômage via les syndicats et la CAPAC


(Caisse Auxiliaire de Paiement des Allocations de Chômage) ;
2. Le placement ; la gestion des offres et des demandes d’emplois;
3. La formation professionnelle.

 APRÈS la création des 3 régions et des 3 communautés, il y a eu une réorganisation dans


les compétences :

 Gestion : compétence de l’O.N.E.M.


 Placement régionalisé :
- V.D.A.B. -> Flandre,
- FOREM -> Wallonie
- ORBEM/ACTIRIS -> Bruxelles
 Formation professionnelle communautarisée :
- V.D.A.B. -> Communauté flamande et partie flamande de Bruxelles,
- FOREM -> Communauté française et partie francophone de Bruxelles

 !!! REMARQUE ;
La Communauté française ayant des problèmes financiers (car ne relève pas d’impôts) a
négocier avec la région Wallonne et Bruxelles.

 Les régions ont ainsi repris les compétences relatives aux matières de l’emploi :
 Formation :
- Wallonie -> FOREM,
- Flandre -> V.D.A.B.
- Bruxelles-capitale -> BXL FORMATION
 Chômage : ONEM, syndicats et CAPAC.

 Depuis 2004 ;
 l’ONEM a pour mission le contrôle des chômeurs et le suivi des chômeurs (plan
d’accompagnement, projet professionnel) = contrat d’activation d’emploi.

!!! Il faut aussi rappeler l’existence de certaines mesures pour favoriser l’emploi mais
l’emploi est de plus en plus rare et précaire aujourd’hui : incitation aux employeurs à
engager du personnel en échange de diminution de charges patronales (Activa, A.C.P.,
P.T.P.).

1
LE POINTAGE

A partir du 15 décembre 2005, il disparaît mais l’ONEM va désormais contrôler la


disponibilité des chômeurs par coup de sonde.

Problèmes : cela ne va pas aller vers une plus grande liberté et le pointage permettait,
surtout aux femmes, d’avoir une certaine vie sociale de par la rencontre dans un lieu commun.

VOCABULAIRE

 Par "CHÔMEUR COMPLET" il faut entendre le travailleur dont le contrat de travail a pris fin ou
le travailleur à temps partiel pour les heures pendant lesquelles il ne travaille pas
habituellement; doit chercher un emploi

 Par "CHÔMEUR TEMPORAIRE"= chômage technique; il faut entendre le travailleur qui reste lié
à un contrat de travail dont les prestations de travail sont temporairement réduites ou
suspendues pour raisons suivantes;
Force majeure,
Vacances annuelles collectives,
Accident technique,
Intempéries,
Causes économiques,
Grève ou lock-out,
 ne doit pas chercher d’emploi

1
CONDITIONS D’OCTROI

 être privé de rémunération,


 chômage involontaire,
 subi un chômage suite à un temps plein,
 être apte à travailler,
 être disponible sur le marché de l’emploi,
 résider en Belgique,

LES DIFFÉRENTES ALLOCATIONS

 Le chômeur qui est admis à l'assurance chômage sur la base de prestations de travail
bénéficie des ALLOCATIONS DE CHÔMAGE.

 Le chômeur qui est admis à l'assurance chômage sur la base des études bénéficie des
ALLOCATIONS D'ATTENTE.

 Si, en tant que chômeur, vous reprenez un emploi à temps partiel, vous pouvez
percevoir une allocation à charge de l’ONEM en plus de votre rémunération; ALLOCATION DE
GARANTIE DE REVENU (AGR), vise à vous garantir un revenu global (rémunération + allocation)

 L'ONEM paie une partie du salaire net de chaque travailleur engagé dans le cadre d’un
programme de transition professionnelle ; L'ALLOCATION DE RÉINSERTION.

OUVERTURE DU DROIT

Le chômeur peut être admis au bénéfice des allocations de chômage de trois manières:
 soit sur la base de prestations de travail effectuées comme travailleur salarié;
 soit sur la base des études;
 soit parce qu'il a déjà bénéficié des allocations par le passé.

SUR BASE DU TRAVAIL

Le travail salarié doit avoir certaines caractéristiques :

1. Etre à temps plein (minimum 35 heures par semaine) sauf exception,

1
2. Justifié un certain nombre de journées de travail au cours d’une certaines
périodes de référence précédant la demande ;

Age Nombre de jours minimum de travail salarie a prouver et

période de référence
Moins de 36 - soit 312 jours au cours des 18 mois précédant votre
ans demande = 1ère catégorie
- soit 468 jours au cours des 27 mois précédant votre
demande; = 2ème catégorie
- soit 624 jours de travail au cours des 36 mois précédant
votre demande. = 3ème catégorie
De 36 à 49 - soit 468 jours au cours des 27 mois précédant votre
ans demande = 1ère catégorie
- soit 624 jours au cours des 36 mois précédant votre
demande; = 2ème catégorie
- si peut prouver la moitié soit234 jours dans les 27 mois, il
faut 1.560 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 27 mois; =
3ème catégorie
- si peut prouver 2/3 soit 312 jours dans les 27 mois + pour
chaque jour qui manque pour arriver à 468 jours, 8 jours dans
les 10 ans qui précèdent ces 27 mois.
A partir de - soit 624 jours au cours des 36 mois qui précèdent votre
50 ans demande = 1ère catégorie
- soit 312 jours dans les 36 mois qui précèdent votre demande
et 1.560 jours dans les 10 ans qui précèdent ces 36 mois; =
2ème catégorie
- soit 416 jours dans les 36 mois + pour chaque jour qui
manque pour arriver à 624 jours, 8 jours dans les 10 ans qui
précèdent ces 36 mois. = 3ème catégorie

1
Une fois le droit ouvert, la qualité de bénéficiaire se maintien pendant 3 ans.

L’article 60, paragraphe 7 (C.P.A.S.) est calqué sur ce droit pour avoir à nouveau droit au
chômage (en fonction de l’âge).

Exemple : Albert sollicite le droit aux allocations de chômage le 1er mars 2005. Comme il a 27
ans, il devra prouver au moins 312 jours de travail sur une période de 18 mois (du début
septembre 2003 à la fin février 2005). Or Albert n’a travaillé que 9 mois (du 1er juin 2004 au
28 février 2005), d’où il n’aura en théorie pas droit au chômage… mais avait-il travaillé
auparavant ? Oui : du 1er octobre 2002 au 30 septembre 2003. On va alors compter sur 27
mois (de décembre 2002 à février 2005) et il pourra alors toucher les allocations de
chômage.

?? Le jour de travail ??

o « un jour pour lequel on a versé au moins le salaire minimum moyen garanti avec un
perception sociale. »

o Sont assimilés au jour de travail : le jour de maladie, le jour férié, les vacances
annuelles, le congé de paternité, le congé de maternité, le petit chômage, les jours de
préavis et les congés-éducation (mais pas le crédit-temps).

o Un mois de travail complet comporte 26 jours (du 1er au 31 décembre, on comptera


26 jours de travail par semaine de 6 jours ; le mois de février comportera aussi 26
jours).

3. On va étirer la période de référence dans certaines circonstances :


1
- l’emprisonnement ou détention,
- force majeure,
- femme rentrante ; inactivité pour éduquer un enfant (3 ans par enfant et 6
ans par enfant handicapé),
- devenir indépendant (jusqu’à 9 ans),
- pause carrière
- certaines études ou formation

Exemple ; Marco est indépendant depuis 1998. Avant 1998, il était travailleur salarié.
Il cesse son activité d’indépendant et demande le 1er décembre 2005 des allocations de
chômage.
Comme il a été indépendant durant 7 ans, on va étirer la période pendant 7 ans.

SUR BASE DES ÉTUDES

• Conditions :

1. être âgé de 18 à 30 ans (pour les CEFA, c’est une règle particulière) ;
2. effectuer un stage d’attente ;
3. avoir effectué certaines études ;
4. ne plus poursuivre d’études régulières.

• « Avoir terminé des études »

Cela ne signifie pas qu’on les a réussies : Il faut avoir suivi les cours jusqu’au 30 juin, avoir
accompli tous les stages et travaux pratiques et s'être présenté aux examens.

Types d’études

1. certificat d’enseignement secondaire inférieur (CESI) technique ou professionnel (4e


année),
2. une 6e année de l’enseignement général, technique ou professionnel,
3. Diplôme du jury central,

Stage d’attente

La durée du stage dépend de l'âge atteint au moment de la demande d'allocations, c'est-à-


dire après l'accomplissement du stage d'attente:

- le stage est de 155 jours si vous êtes âgé de moins de 18 ans au moment de la
demande d'allocations;
- le stage est de 233 jours si vous êtes âgé de 18 à moins de 26 ans au moment
de la demande d'allocations;

1
- le stage est de 310 jours si vous êtes âgé de 26 à moins de 30 ans au moment
de la demande d'allocations

Exemple

Aline a 25 ans et est née en février. Fin des études en juin (le stage débute toujours en août
et pas en juillet). Stage commence fin mai et se termine fin juillet car 26 ans.

 SUR BASE D’UN DROIT ANTÉRIEUR ;

On doit avoir reçu au moins une allocation de chômage dans les 3 ans qui précédent, dès lors
le droit est automatiquement ouvert.

CALCUL DES ALLOCATIONS DE CHÔMAGE

FACTEURS ENTRANT EN LIGNE DE COMPTE

1. Le salaire perdu ;

L’ONEM prend en considération la rémunération perçue pendant le dernier emploi d’au moins
4 semaines consécutives chez le même employeur.

2. La situation familiale ;

INDIVIDU

1
Avec Si le chômeur Sans partenaire
partenaire X est un parent
(il peut y séparé/divorcé
avoir accueillant son
d’autres I enfant au
mais ce seul moins une fois
partenaire par semaine Avec un ou + Avec quelqu’un, ni
est suffisant enfant/parent sans partenaire, ni allié, ni
revenu prof et de parent + avec
remplacement ou avec quelqu’un redevable
un enfant et un parent d’une pension
sans revenu alimentaire
Sans Rev. Rev.p
revenu prof rof +
professionn - de de
el et sans 612€ 612€/ Si l’enfant
revenu de /mois mois gagne plus
remplacem de
ent 371,52€/mo
is

CHEF DE MENAGE ISOLE COHABITANT

3. Revenu ;

 Est considéré revenu professionnel ;


- si le partenaire gagne plus de 612€ /mois dès lors : cohabitant
- si l’enfant gagne plus de 371,52€/mois
!!! Job étudiant n’est pas pris en compte + les 12 premier mois de travail de l’enfant ne
sont pas pris en compte également.

 Est considéré revenu de remplacement ;


- L’indemnité de capacité de travail ;
- Le RIS
- Les allocations de chômage ; dès lors : cohabitant
- Les allocations de pause carrière ;
- Les allocations d’accidents de tr de plus de 511,88 €
- Les allocations de maladie prof de plus de 511,88€

1
- Pension ; celle du parent ne sera pas pris en compte si inférieure à 1173,90€ / Si vit
avec un parent et un enfant et que la pension ne dépasse pas 1904€ ou si le pensionné
est handicapé ; pas pris en compte.

 N’est pas considéré comme revenu de remplacement ;


Allocations familiale,
Pension alimentaire,
Allocations de formation,

LES DIFFÉRENTES PÉRIODES DU CHÔMAGE

 Le chômage s’écoule sur 3 périodes :

1. la première qui dure invariablement une année ;


2. la seconde d’une durée variable qui dépend de la situation familiale et de la durée du
précédent travail ;
3. la troisième période débute à la fin de la 2e période dont la durée est variable et voit
les allocations diminuer.

 Calcul de la durée de la deuxième période

1. base : 3 mois ;
2. si isolé ou chef de famille : 3 mois de plus (cohabitant = 0 mois en plus) ;
3. supplément : 3 mois de plus par année de travail effectué avant la date d’introduction
de la demande d’allocations de chômage (valable pour les chefs de ménage, les
cohabitant et les isolés).

Exemple ; X, cohabitant, a travaillé 5 ans :


- première période : un an (période fixe) ;
- deuxième période : 3 mois (fixe) + 0 mois (cohabitant) + 5 X 3 mois (3 mois par année
de travail).
= Total : 1 an (1ère période) + 18 mois (2e période).

Cas de suspension de ces périodes


- formation professionnelle reconnue par le V.D.A., Bruxelles-Formation ou par certaines
A.S.B.L.
- reprise du travail pour une durée allant de 3 mois à moins d’un an

 Cas où on repart au début de la première période

- reprise du travail pour une durée supérieure à 1 an temps plein (pour un mi-temps, la
période passe à 24 mois) ;

1
- pour les T.C.T., A.C.S. et F.B.I., il faut 24 mois de travail à temps plein (ou 48 mois pour
un mi-temps).

 Cas où la remise à zéro ou la suspension ne joue pas


- la maladie ;
- la grossesse ;
- les études de plein exercice, à horaire décalé et de promotion sociale ;
- les sanctions de l’ONEM.

Les pourcentages des divers statuts

Chef de ménage isolés cohabitant


1ère période - 60% 60% 60%
= 1ère année de
chômage sur le plafond sur le plafond sur le plafond
salarial salarial salarial
2ème période 60% 55% 40%
= 3 premiers mois de la
2ème année (parfois sur le plafond sur le plafond sur le plafond
prolongée) salarial de base salarial de base salarial de base

3ème période 60% 55% allocation


= après la deuxième forfaitaire
période sur le plafond sur le plafond
salarial de base salarial de base

SANCTIONS/ CHOMAGE REPRESSIF

 Abandon de l’emploi,
 Etre licencié par faute,
 Etre indisponible sur le marché de l’emploi,
 Ne pas s être présenté au service de l’emploi et/ou de la formation,
 Avoir refusé un emploi convenable,
 Ne pas s être présenté chez un employeur,
 Avoir arrêté ou échoué par sa faute un projet d’insertion,
 Avoir refusé de participer à un parcours d’insertion,
 Ne pas avoir fait de déclaration obligatoire ou avoir fait une déclaration tardive,
inexacte ou incomplète,
1
 L’importance de la sanction varie en fonction de notre dossier chômage ; le passé
chômage.
 Le chômage répressif est en contradiction avec le principe du droit pénal ; on peut être
dénoncé, le recours n’est pas suspensif, il faut prouver son innocence.

ALLOCATIONS DE CHÔMAGE : EXERCICES

Exercice 1

Une personne s’adresse à vous en ces termes : « je viens de perdre mon travail, est-ce que je
peux avoir droit au chômage ? »
Quelles sont les précisions que vous devez demander à cette personne pour lui répondre ?

1. l’âge ;
2. temps plein ou temps partiel ;
3. période de travail (quand et combien de temps) ;
4. chômage antérieur ou pas

Exercice 2
1
Madame D vous explique sa situation :
« J’ai 27 ans et je suis mère d’un jeune enfant.
Je viens de perdre mon travail.
On m’a dit que pour avoir droit au chômage, je devais avoir travaillé pendant un an.
Malheureusement, j’ai cessé toute activité professionnelle pendant deux ans, juste après mon
accouchement et je ne retravaille que depuis 10 mois. »
Tentez de résoudre la situation sociale de Madame D. Pour ce faire, quelles sont les questions
que vous devez lui poser ? Quelle(s) règle(s) en matière d’admissibilité appliquez-vous ?

On applique la situation de la femme rentrante après accouchement. D’où on étend la période


de référence et, si elle a travaillé assez avant son accouchement pour combler les 2 mois
manquants dans la période d’allongement.

Question 3

Je vais terminer l’enseignement secondaire fin juin et je ne désire pas poursuivre mes
études.
Quels sont mes droits et mes obligations en matière de chômage ?
Si j’arrête mes études plus tôt, quelles en seraient les conséquences ?

Il faut
- s’inscrire à l’ORBEM, au FOREM ou au VDAB ;
- prester un stage d’attente de 9 mois (début = 1er août) ;
- on perçoit les allocations familiales durant le stage d’attente ;
- informer le bureau de chômage de tout changement (travail, études, adresse,…) ;
- être disponible pour le marché du travail ;
- obligation de se présenter aux convocations de l’ORBEM, du FOREM et du VDAB.

Attention : s’il abandonne ses études avant la fin du mois de juin, il n’aura pas droit au
chômage (sanction). Pas d’obligation de réussite mais il faut présenter les examens de juin.

Question 4

Pablo a 31 ans et vient d’être licencié. Il vous explique sa situation :


« Je travaille depuis que j’ai 20 ans.
Mais depuis deux ans, j’ai eu pas mal de passages à vide et je n’ai pas travaillé très
régulièrement.
C’est la première fois que je demande des allocations de chômage et on m’a dit que ce n’était
pas possible parce que je ne sais prouver que 280 jours de travail durant ces deux ans. »
Quelle règle pourrait permettre à Pablo d’ouvrir quand même le droit aux allocations de
chômage ? Règle 2 donc catégorie 2.
Quelles sont les questions que vous devez lui poser pour explorer cette piste ?

1
Question 5

Myriam vous fait part de son problème :


« Je suis employée au service médias d’une agence de publicité depuis 1997.
On me propose un job plus intéressant mais je devais devenir indépendante.
J’hésite parce que j’ai peur de perdre tous mes droits à la sécurité sociale si cela ne marchait
plus après quelques temps. »
Que lui proposez-vous ?

Si la période d’activité est inférieure à 9 ans comme indépendant, les droits au chômage
seront conservés si ceux-ci existaient déjà auparavant.

Question 6

Dans les circonstances suivantes, quel est le statut familial du chômeur ?


- un chômeur cohabite avec son frère qui n’a pas de revenu et avec son père qui
travaille : cohabitant car son père travaille ;
- un chômeur cohabite avec son amie qui n’a pas de revenu et avec sa mère qui travaille :
chef de ménage car son amie peut être considérée comme une partenaire sans revenu
(un frère serait différent) ;
- une chômeuse cohabite avec son ami qui est invalide et ses deux enfants de 8 et 10 ans
issus d’un précédent mariage : cohabitant car son ami est invalide d’où il est en
incapacité de travail (montant différent du revenu) ;
- Nicolas est au chômage et cohabite avec Lilas. Celle-ci reçoit une pension alimentaire
de son ex-mari Marco qui est lui aussi au chômage : cohabitant et Marco est le chef de
ménage car il paie une pension alimentaire (pension alimentaire pour enfant = pas de
revenu ; pension alimentaire pour le partenaire = revenu) ;
- Ludo est au chômage et vit avec Natacha qui est handicapée et bénéficie d’une
allocation d’intégration qui compense son manque d’autonomie : chef de ménage ;
- Jeanne, Nesa et Chiara sont de vieilles copines de classe et ont décidé de partager un
appartement. Jeanne travaille, Nesa termine ses études et est en stage d’attente,
Chiara est au chômage : Jeanne travaille, Chiara est chef de ménage si Nesa se déclare
sa partenaire durant le stage d’attente (puis cohabitant) mais Chiara sera cohabitant si
Nesa ne se déclare pas sa partenaire (les déclarations se font au bureau du chômage) ;
- Houria vit avec sa mère qui perçoit une pension de veuve de 1.100 € brut par mois et
son fils de 5 ans : chef de ménage car pension inférieure à 1904€.

Question 7

Je suis au chômage depuis 4 ans et bénéficie d’une allocation de +/- 400 € par mois on m’a dit
que je ne pourrais retrouver des allocations plus importantes si je travaillais de nouveau. Or,
je viens de travailler 6 mois et cela n’a rien changé.
Pouvez-vous m’expliquer pourquoi ?

1
Il faut 12 mois pour lui augmenter et le compteur s’arrête momentanément et reprendra
après.

Question 8

Rachid a 23 ans.
Il vit seul et perçoit des allocations d’attente d’un montant de +/- 625 €.
On lui propose un contrat à durée indéterminée.
Il vous demande si ce contrat pourrait lui ouvrir des droits à des allocations plus importantes.
Que lui répondez-vous ?

Pour avoir droit aux allocations de chômage, il faudra travailler 312 jours dans les 18 mois
précédant sa demande.

Question 9

Elisabeth a perdu son travail depuis 14 mois.


Elle a accouché il y a 4 mois et perçoit de nouveau des allocations de chômage.
Or celles-ci ont fortement diminué.
Elisabeth vous demande pourquoi.

Congé de maternité : 15 semaines.

Le congé de maternité ne suspend pas les diverses périodes du chômage.


Donc les périodes sont les suivantes :
- 1ere période : 10 mois de « chômage » + 2 mois de congé de maternité ;
- 2e période : 7 semaines de maternité et le reste…
- Donc elle est dans la 2ème période