Vous êtes sur la page 1sur 12

DU RÉGULE ÉTOILÉE D’ANTIMOINE ET DE FER SUIVANT FLAMEL ET NEWTON. Par Anthony M.

Hous
Gale E. Christianson au chapitre IX de son livre « Isaac Newton et son temps », intitulé : Les résors de l!"#scurité, présente des e$traits des écrits alchimi%ues de Newton. &rincipalement, les citations sont du dé#ut et de la 'in des années ()*+, et se 'ocalisent uni%uement sur la 'a#rication du ré,ule de 'er et d!antimoine a'in de produire apr-s un dou#le mercure philosophi%ue, animé par plusieurs distillations %ui ultérieurement cause le ,on'lement et la putré'action de l!or. Le .réviaire de Nicolas /lamel, 'aisant partie de son livre « 0#raham le 1ui' », donne essentiellement une description claire du m2me procédé du ,rand 3uvre. Cet article essa4era de mettre en lumi-re la voie utilisée par Newton, en évo%uant é,alement les e$périences associées de 5o#ert .o4le, et en 'aisant %uel%ues comparaisons avec le travail de /lamel. Les commentaires sur ces deu$ voies permettent de trouver certains détails man%uants dans les écrits de Newton et dans les notes additionnelles de Christianson, puis%ue certains détails ne sem#lent 2tre mentionnés %ue dans l!étude de /lamel. En ce chapitre sur l!e$périence de la découverte de newton, des parall-les intéressants sont démontrés %ui sont é,alement prescrit par les recherche actuelles des L&N et mettent en évidence des détails %ui avaient été omis. Entre autre, les proportions %ue Newton utilisa pour o#tenir le ré,ule étoilé d!antimoine et de 'er 6 le ré,ule lunaire, et ré,ule de la Lune de 7énus. 7ers ()*+ l!attention de Newton s!était concentrée sur le ré,ule d!antimoine, su#stance %ui devait rester pr-s du centre de ses pensées tant %u!il étudia l!0rt 8erméti%ue. Nous savons l!antimoine en tant %u!élément métalli%ue, est une su#stance cristalline #lanche ar,entée, dure, e$tr2mement 'ra,ile, #rillante, emplo4ée dans une ,rande variété d!allia,es.

es dans l!emploie de l!antimoine 9sul'ure: c!est.ule.ule de =aturne Dplom#E. L&N a prouvé %u!il est nécessaire de séparer le sou're li#re de la sti#ine en chau''ant le minerai d!antimoine en morceau$ dans un tu#e résistant a la chaleur o@ il est 'ondu et tom#e en petites .ni'iant le petit roi petit. dans ce cas il devenait le ré.ule de 7énus DcuivreE.ule d!antimoine. mais du métal.ent a. &our les alchimistes.ule est versé dans un moule chau''é le métal descend en #as 9vous pouveB taper sur le moule avec un marteau pour l!aider < descendre vers le #as au #as tandis %ue les scories se solidi'ient sur le métal pendant le re'roidissement. cependant.ent réducteur dou$. Les deu$ derniers para. Le nom dérive pro#a#lement du latin.ent réducteur 9ceci doit s!e''ectuer dans un 'our dans un creuset: le salp2tre ou le nitrate de potassium ou de soude %ui a.alement séparé du sti#ine par l!introduction de divers a.ule était é. et c!est ce %ue les alchimistes ont appelé ré. si. ou le plus important.dire le minerai =#>=?. L!antimoine métalli%ue descend au 'ond.ule de Gars D'erE.m2me mais la sti#ine. l!antimoine n!était pas le métal lui.ents réducteurs.ents réducteurs métalli%ues.<.ule n!est < aucune étape un allia. Il 'aut cependant noter %ue le 'er ne doit pas 2tre emplo4é en e$c-s.Christianson parle ici comme les chimistes de notre temps le 'ont en utilisant le terme allia.ris plom# < du%uel ont e$trait le métal en le chau''ant avec du char#on de #ois ou tout autre a. le ré. le minerai . le ré. le ré.raphes parlent d!un d!a. Le ré. Les commentaires suivant de Christianson prouvent %ue ce n!est pas le trisul'ide dont nous avons #esoin.ule de Fupiter DétainE.ranules dans de l!eau distillée pour o#tenir le mati-re nécessaire < l!o#tention ré. Auand le ré. : Ce cette mani-re on o#tient un #outon de métal. devant su#ir d!autres puri'ications a'in d!o#tenir le ré.ule d!étoilé.it en tant %ue 'ondant et de 'er ou ar.issant en tant %u!a.e < aucune. . par consé%uent le ré. &uis%ue le ré.ule d!antimoine se com#ine aisément avec l!or Droi des métau$E et est devenu important dans le processus de puri'ication du métal précieu$ et un su1et d!e$périence d!un intér2t considéra#le pour les adeptes du di$ septi-me si-cle.

En clair Newton avait préparé #eaucoup de ré.énéral 2tre o#servée.ule lui.ules apparaIt en 'orme de notes écrites dans le dictionnaire chimi%ue entre ())) et ())*.e doit 2tre maintenu un certain temps en 'usion avant %u!il ne soit versé hors. antimoine Dsti#ineE. Le ré. ( er L!application du 'eu doit 2tre rapide. /in de citation.ardé pour d!autre opérations. a'in d!éviter le durcissement.rande chaleur.m2me. Comme d!ha#itude. le 1eune adepte s!est sentis su''isamment sur de lui pour composer son propre essai sur leur préparation.ule. vous pouveB « l!activer » en le mélan.ame sont . J-me Le mélan. K-me =i vous vouleB %ue le salp2tre s!écoule sans trop . environ deu$ ans plus tard. La semence naturellement est dans les scories et é."n pensait 'aussement. étain.ule d!étoilé au%uel a été a1outé l!ar. >-me le creuset doit 2tre su''isamment chaud avant %ue d!4 mettre %uoi %ue ce soit dedans 6 ? -me les métau$ doivent 4 2tre mis successivement selon leur de.ule et avait trouvé les #onnes proportions et les mani-res d!opérer 6 < la 'ois l!attente avant de verser le . ils sont alors lavé et recti'ié. La semence est le sperme des métau$ et Newton a pro#a#lement su %u!il devait localiser cette semence et la cultiver 6 la semer dans le mercure philosophi%ue dou#le ou animé. il écrivit avec la con'iance née de sa propre e$périence : Isaa! N "ton Les r-.les suivantes devaient en . Dle charbon de bois peu être remplacé par le tartre de tonneau purifié qui donne par calcination dans le creuset du carbone et du carbonate de potassium servant de fondantE. en 'onction de la %uantité de ré.alement dans la %uantité minutieuse des métau$ emplo4és dans le travail. plom#. 0lors.ré de 'usi#ilité 'er. %ue la « semence » du métal %ui permettait de réduire le minerai en métal demeurait cachée dans le ré. L!évidence de son intér2t pour les di''érents ré. puis lavés et #ro4és 1us%u!a %u!il soit devenu un pur miroir #rillantH les particules noires %ui sont e$traites de l!amal. cuivre.distillé 4 est incorporé.ent 6 et la puri'ication su#sé%uente produit la couleur pourpre ou violette 6 ensuite du mercure tri.eant avec (LM ou (L() de char#on de #ois en poudre. de ce 'ait souleva tout un tas de tentantes possi#ilités dans l!esprit de Newton.

la dou#le étoile lumineuse proche le c3ur le constellation du Lion.ule avec trois 'ois de mercure distillé. a'in d!o#tenir une étoile a4ant des an.ule.. prenant sur l!aspect d!une étoile ar. et le ré. Newton et /lamel amal. C!autres con'irmations de son succ-s sont contenues dans une lettre a "lden#our.es de nitrate et tartrate.am-rent ce ré.s et minces.ule lunaire.ré. de 1anvier ()*> : « Le ré.ule étoilé de Gars.nes » indicateurs d!erreurs cela. on o#tient un miroir ré'léchissant. O car si l!antimoine a été proprement puri'ié comme il est dit ici.les de )+ de.ule apr-s une pur.ule. ce doit 2tre pour de plus pro'ondes raisons %ue le la 'a#rication de meilleur miroir de télescope %ue Newton resta lon. ainsi utilisant l!ar. . » L&N a su. et découvert pro#a#lement l!aspect %ue devait avoir la mati-re %uand elle était pr2te. &our o#tenir une sur'ace #rillante comme un miroir Newton doit avoir trouvé la 1uste proportion pour le mélan.ré. &endant le re'roidissement les cristau$ 'orment des #ranches trian.temps concerné par ce su1et. étant survenu dans son la#oratoire.ule pour le travailler.ation ou deu$.éré plusieurs mélan. Pne 'ois lavé.J puri'icationsE.. Lors%ue le ré. il 'orme des cristau$ lon.e. le ré. Gais avec la per'ection de sa techni%ue e$périmentale assura #ientNt le succ-s : Isaac Newton : « ainsi avec un #on 'eu rapide et approprié 9 'er : 9 sti#ine : donn-rent la scorie la plus sales et la plus noire. Newton continue < énumérer les nom#reu$ « si.ule étoilé de Gars D%ue 1!ai utilisé %uel%ues tempsE. s!étoila tr-s #ien. sti#ine épurée et clous de 'er.ent métalli%ue réducteur dans l!e$périence ci.entée. Le terme « étoilé » est ici utilisé par Newton dans son sens littéral.ations Dpuri'icationE avec le nitrate de potassium nitrate Dpouvant nécessiter 1us%u!< ?. Newton o#tint le ré. » comme miroir ré'léchissant dans un télescope « mérite un e$amen particulier. O newton se ré'-re directement < la scorie noire 9 le cor#eau : et < > pur.ule antimoine est achevé avec l!aide de l!a. &assés maItre en s4m#oli%ue. Note %ue < moins %ue vous n!o#tenieB l!étoile vous n!aureB point le #on ré.. les alchimistes l!ont nommé le c3ur antimoine minéral.ent il o#tint le ré.ulaires autour d!un point central.dessus.

énéralement < une e$plosion. Newton doit avoir reconnu comme le 'it /lamel %ue par les nom#reu$ *. 0u lieu de cela Newton considéra l!étoile comme l!étape la plus prometteuse dans la création du mercure philosophi%ue.les é%uilatérau$ dans son arran. 0u.t. . %ue la structure cristalline de l!amal. comme ont 'ait plusieurs %ue adeptes stupé'iés.nes des cristau$ %ui sem#le ra4onner du centre < la super'icie du ré. » =i. alors le concept m2me de l!attraction universelle « dans le%uel les li.ule d!étoilé « pourraient tout aussi #ien 2tre considérées comme ra4onnant de la super'icie vers le centre.le. Le plus pro#a#lement. cependant loin d!2tre par'aitement développée.ule était pro.R ai.dessus de R 'ois m-ne .ule étoilé sous cet an.ame du ré.il < contempler sérieusement le principe de l!attraction entre les corps ph4si%ues.les ou distillations.t.ent et conver..il con'ondu le ré.ie matérielle atomi%ue.éométri%ue. cependant.ement. Cistiller l!amal. &résent dans cette or#e terrestre en petit.énérale de la pesanteur.rande pureté. "n a o#servé %ue les li. #ien %u!il soit évident ses racines on par la suite nourri le domaine 'ertile de sa pensée alchimi%ue. est certainement laissée entendre dans « l!h4poth-se sur la lumi-re. .ame au. l!idée de l!attraction universelle n!avait pas pris une telle 'orme dé'inie dans l!esprit de newton dans le dé#ut des ()*+!s.Il est impossi#le de dire e$actement a %uel moment et dans %uelles circonstances.ravitée est comparée au point central de la cristallisation .les droits par'aits et des trian.dessus de ce mod-le est l!a#solue ou inter éner.ressivement s!a1ustée et élevée d!une mani-re vers une matrice cu#i%ue 'ondamentale. la prima materia. Newton re. en e''et.asile 7alentin sont acceptées < leur 1uste valeur. ou premi-re mati-re de la%uelle toutes les su#stances sont 'ormées. Cette mati-re est la semence élevée < sa plus . L!idée .ule d!étoilé avec la &ierre &hilosophale.ien %ue si les notes de Newton sur le . a4ant des an.ent vers un point central » a pu lui s!2tre su. Newton commenQa. Il est e$tr2mement intéressant de noter %ue la . La structure cu#i%ue est la plus par'aite des cristau$. » lettre controversée %u!il a envo4é < la société 5o4ale en décem#re ()*K.nes d!attractions se diri.ala$ies du macrocosme. aurait.éré. %ui leur donne le caract-re de l!attraction plutNt %ue le caract-re de l!émission.ie atomi%ue %ui surpasse l!éner. était la cohésion cosmi%ue invisi#le %ui lie les plan-tes au$ étoiles et les s4st-mes solaires au$ .ardait le ré.

si concis et si #ien éla#oré. mais il en est de m2me des liens entre les mati-res et l!opérateur.e dans un vaisseau scellé sur un 'eu « lent 'eu. le ré.o4le évidemment a e$périmenté #eaucoup les ré. » O . Cans le milieu des années .ent pur. 1us%u!< ce %u!il crache hors sa noirceur. le multiplier.nent Dce %ue notre e$périence ne nous permettra pas de 'aireE %ue l!on doit respecter certaine périodes de temps et %ue certaines constellations sont re%uises pour la production de ce D1e le con'esseE admira#le corps.ne distincti' de la mar%ue intellectuelle de Newton. et su''isamment ha#ile dans le processus.alement a cause de certaine diversité soit les antimoines ou les 'ers.ule étoilé d!antimoine et de Gars. %ue d!éminents scienti'i%ues DchimistesE ont Dcomme nous l!avons o#servéE souvent ont échoué dans leurs e''orts de 'aire le ré... E$trait de te$te de la société ro4ale #ritanni%ue : 5o#ert . Ce n!était pas l!e$traction du mercure philosophi%ue mercure a partir des métau$ commun %u!Isaac Newton recherchais.2tre é. les « colom#es de Ciane.ule deviendra étoilé tr-s 'acilement pourvu %ue vous so4eB pr2t.ules d!étoilés dans l!espoir d!en e$traire le mercure philosophi%ue < partir des métau$ communs.ule étoilé de Gars D'erE %ui 'ut 'ondu avec un petit %uantité d!ar. Le contenu représente l!a#outissement d!années passées a l!étude méticuleuse des ré. 0 tel point %ue di''érents artistes croient 'ermement et ensei.amant le mélan.o4le. Ce document curieu$. » O 0 ceci il a1outa du mercure commun. Newton composa un mémoire de %uel%ue ( >++ mots intitulé « Clavis » D« La Cle' »E. dont la compilation est devenue un si. Le temps clair aide considéra#lement.i%ues. l!or philosophi%ue. Newton commenQa avec le ré. » O l!amal.5o#ert .ame %ui 'erais croItre les #ranches du petit ar#re cristallin. montre a l!évidence %u!il est le dernier d!une succession d!é#auche.ule de l!antimoine et de 'er. mais LE Gercure &hilosophi%ue ou amal. amal. de ses propriétés ma.ame était ensuite #ro4é alors durant « (LM d!heure dans un mortier. sans nua. et l!animer.es et sans vent. » &ar un 1our clair. 4 compris le ré. de 'aQon %u!il 4 puisse laver son or dedans.ules. Newton cro4ait sinc-rement %u!il avait réussi < 'aire 1uste cela. en son livre « sur ses e$périences in'ructueuses » dit : « Et il peut peut.()*+.

dire un amal. a1outer de mercure trois 'ois distillé Dc!est. mais e$trins-%uement et intrins-%uement dans un mercure aussi vivant et le mo#ile %ue n!importe %uel mercure trouvé dans le monde. NoteB %ue Nicolas /lamel e$périmenta les m2mes choses en manipulant les amal. Nous pouvons 'aire un amal. dont les aspects me 'ascinent cha%ue 1our. Le 5é.<. décrite par les alchimistes anti%ues. "ntario.ent coupellé.ule Lunaire.ants en caoutchouc et porteB des lunettes Dattention ce #eurre est tr-s corrosi'E.<. Canada. F!ai un tel vaisseau au 'eu avec de l!or dissous ainsi.on'ler.eur avec les .eur avec de l!eau distillée tout de suite autrement le #eurre durcit en une heure.eons et des #ranches. Car il 'ait %ue l!or commencer < se .e homo. Fe reconnais %ue ceci est un . et par une circulation continue les ar#res se dissolvent encore ainsi %ue le travail en un nouveau mercure.ent et de cuivre S 5é.ule Lunaire 7énusien.e « #rillant comme de l!ar.ule Gartial n!est pas asseB #on. La cauda pavonis. ou un 5é.eur pour en 'aire un mélan. et < .es donnent un allia.ule 9étoilé: d!ar. m2me a 'roid ses vapeurs sont tr-s to$i%uesE.clair. chan.rand secret en 0lchimie.ule Lunaire 7énusien est #ien préparé il est de couleur mauve. Auand cet amal.dire Gercure distillé. %ueue multicolore du paon. » Pne série de sept < neu' distillations et lava. LaveB l!amal. L!eau devient noire et il se 'orme une poudre noire.ame .ame du 5é. Note : EnleveB le #eurre du mélan.dessous de newton écrit : Isaac Newton « %ue 1e connais ce %ue de %uoi 1!écris.ent %ui é%uivaut au 5é. et metteB la 'ine poudre avec le Gercure trois 'ois dans un mélan.eur.ent.ule Lunaire.eant les couleurs %uotidiennement.-ne. » Les philosophes de la nature e$trait Guelph.menter de volume.énérer des #our. ou 5é..Ces netto4a.es supplémentaires produisent un mercure apparemment capa#le de dissoudre tous les métau$. 0u.ule 9étoilé: et de l!ar.ames d!or et d!ar.. Auand vous arr2teB le mélan. se mani'esta devant les 4eu$ de Newton. particuli-rement l!or %ui est le plus ré'ractaire.ule Lunaire 7énusien. /aite une 'ine poudre ce 5é. #ro4a. Ils se développent en ces verres sous la 'orme d!un ar#re. on doit 'aire tr-s attention en manipulant le Gercure. DlaisseB le tourner pendant (> heuresE vous aureB un #eurre 9c!est. car 1!ai dans le 'eu divers vaisseau$ de verre avec de l!or et ce mercure. (RR>. au.ame de 5é. netto4eB le mélan.es répétés.es et les lava.ame ressem#lant < du #eurre:.

e.ent.le. et mercure animé. L!a#sorption de l!éner.amer avec le mercure et le ré.e au. ou le sou're vivantE et placer dans un incu#ateur. CistilleB cet amal. Le dou#le Gercure 9mercure animé: est alors semer Dce %ui est connu comme l!ensemencement pour o#tenir l!Eli$ir. est ce %ui a intéressé le plus Isaac Newton.le %ue dans le dernier. 7iennent alors les révolutions de la roue o@ la puissance de la pierre rou. ou avec mercure vivant. et le m2mes vaisseau et le mercure animé.réviaire de /lamel: est connu sous le nom de =u#limations philosophi%ue et ravail d!8ercule. on appelle cela les Colom#es de Ciane mortes. La dissolution de l!or. non pas sa multiplication.le si. &laceB les eau de lava.les successives. 0 cha%ue ai.énéralement de ? < K 'ois supérieur au poids du 5é.e et rou. ou l!envol des =ept 0i.le la vie du 5é. &roportions : Le poids de mercure tri.ule a''ai#lit l!ar.ame. mercure philosophi%ue.ent peut 2tre utilisé indé'iniment pour d!autres amal. Il a mesuré l!importance de son accomplissement supposé par . et ce m2me ar. dans le m2me 'eu.compl-tement.. la poudre noire.ame. >. "n o#tient le mercure animé. et continueB 1us%u!< ce %u!il devienne comme un miroir.ent Dle corps de l!ar. mercure vivant. &5EC0P I"N= U &5ENC5E 07EC L!0G0LG0GE (.ames.ie 2tre plus important dans le premier ai. < savoir. Les &roportion ne sont point crucial. 0#outissant m2me < la lampe éternelle répandant une éternelle lumi-re.T O Dnote : L!ensemencement peut 2tre 'ait avec la semence contenue dans les scories de la premi-re séparation.le DdistillationE le mercure animée en prenant la vie métalli%ue de l!antimoine < l!ar.ame D#eurreE.mente par puissances de di$. Curant un ai.e.ni'ier : amal. le trans'ert se produit lors%ue le métal est 'onduE.. avec l!or nati'.ent est un métal de trans'érer.e et la poudre noire de cNté dans des 'lacons de verre 'oncé. L!o#tention de l!éli$ir se 'ait %uand les couleurs deviennent 6 noire 6 #lanche 6 oran.distillé sera . "n o#tient produit a partir de ces amal. 0 cette étape élevée du travail la Gultiplication est la prochaine étape en utilisant la pierre rou. puis%ue l!animation se produit au cours des 0i. Pn ai. Et ce 9selon le . avec le cina#re animé. le trans'érer.ule et la distillation de l!amal.ule Lunaire 7énusien.

une notion asseB 'amili-re au$ étudiants de la chimie moderne. n!eu aucune peine < en identi'ier l!auteur comme étant 5o#ert .. » : Newton.. une découverte %ue Newton en privé réclame 2tre la sienne.5.o4le dans les ranscription &hilosophi%ues de la =ociété 5o4ale.rédients spéci'i%ues de sa recette pour le mercure. %ui ne pu lire cette édition avant avril ()*).ent vi' avec de l!"r. intitulé « de l!Incalescence de l!0r. » En d!autres termes. est 'aite. Car si . Il est si sem#la#le %ue sans nulle doute Newton savait %ue =tarVe4 était un adepte du Grand Wuvre. mais il était aussi in%uiet du .endrant des ennuis politi%ue sans 'in. et apr-s avoir lu un article pu#lié par "lden#our. =tarVe4 chercha a mettre ses connaissances en prati%ue en e''ectuant le processus transmutation.é a emprunter énormément au travaille de Geor.rand mal %ue sa révélation pouvait 'aire. %ui avait précédemment 'ait pu#lier sous le pseudon4me d!Eireanaeus &hilal-thes.énéreusement 'ourni par .o4le avait ra''iné un vrai Gercure philosophi%ue. » .rapport au dicton alchimi%ue souvent.es et l!indispensa#le traité du comte Gichael Gaier.o4le. . cela pourrait 2tre utilisé par des main malhonn2tes pour multiplier l!"r. une 'ois %ue %uel%u!un a résolu l!éni.o4le : « il plus facile de faire l’or que détruire. &hilal-thes Dvoir l!entrée ouverte au palais 'ermé du roiE donne le procédé pour 'aire le ré. ainsi %u!un nom#re assortir d!ouvra. produire cette su#stance devrait 2tre comparativement 'acile.e =tarVe4.répété par . est de le .o4le chercha un conseil « sa. et écrit par 5o#ert . soulevant ainsi le couvercle de la #oIte de &andore en.e avec l!"r.me ine$trica#le permettant de savoir de %uoi est constituée une su#stance.e et ha#ile » pour savoir s!il devait 'aire connaItre au monde les in.ame %ue Newton et /lamel 'irent. . La poursuite par Newton du vrai Gercure philosophi%ue l!a o#li. Neu' des livres de =tarVe4 honoraient la #i#lioth-%ue de Newton lors%u!il mourut. Il considérait %ue c!était une percée dans la préparation de médecines. Ce plus. La médiation des mercures spéciau$ était e$primée d!une mani-re e$traordinairement sem#la#le < celle e$primer par Newton dans le manuscrit « Clavis ».ule et l!amal.o4le écrivit avoir découvert un mercure spécial %ui s!échau''e DincalescentE %uand on le mélan.

» /in de citation.ine ailleurs %ue dans des raisons altruistes. /lamel et Newton. donc 1e m!adresse donc a la ..er sur la conclusion optimiste de .2tre pour éviter d!aliéner un coll-.&uissant devrait en sou''rir un mal irrépara#le.esse du no#le auteur de ..randes consé%uences économi%ues et sociales %ui découleraient d!une transmutation 'acile. mais lors%u!il emploie la phrase tr-s révélatrice « il 4 a d!autre choses %ue la transmutation des métau$.rands prétendants ne plaisantent pasE %u!aucun < part eu$ ne peuvent comprendre. En tant %u!alchimiste.e au monde si devait 4 avoir une vérité dans les écrits herméti%ue.o4le concernant les . . =on désir ha#ituel pour le secret a été souli. Néanmoins. « séparant la nature du corps de celle l!esprit.. sem#le.o4le pouvait en savoir plus %ue ce %u!il en avait dit : Isaac Newton "lden#our. tout au moins dans ses écrits 9 "lden#our.o4le pouvait avoir . Il pria "lden#our.rand secret des 0nciens. Newton conseilla la prudence. : « Cela pourrait 2tre l!entrée < %uel%ue chose de plus no#le. en partie peut.t. L!an$iété personnelle de Newton se rév-le. Il avait e$ploré des méthodes sem#la#les < celle .arder cette lettre privée pour lui.il 'ut le seul adepte %ui choisit de répondre.ue respecté. ce %ue 'ait un vérita#le philosophe herméti%ue. %ui ne pourrait 2tre communi%uer sans immense domma.m2me. et au$ vul.eait sans aucun doutes les soucis de .arder le silence.o4le devait révéler ce . » =i . la cro4ance de Newton dans son rapport spécial rapport avec le out..Newton. et les avait a#andonné seulement pour d!autres plus intéressantes. et en partie parce %ue . Les portes le prisca sapientia seraient ouvertes. comme tout vrai adepte en alchimie révéraient le r-s 8aut et la Civine volonté de Cieu.alement punissa#le de pendaison. niant %ue des 'orce occultes telles .rand sa.aires matérialistes appartiendra les corruptions désacralisées. 1us%u!< ce %u!il résolve par sa propre e$périence ou celle d!autrui %u!elles sont les consé%uences la chose pourrait avoir.o4le.ardé sa 'oi déniant la philosophie %ue le temps %ue Cescartes mettait en avant.o4le concernant le mercure. il 4 a d!autres choses a coté de la transmutation des métau$ Dsi ces . :. on sent %ue ce conseil et avertissement a sont ori. Newton ne pouvait 'aire autrement s!interro. de . andis %ue Newton parta..né par la connaissance %ue essa4er la transmutation des métau$ était lé. non pas a cause de la 'a#rication d!or ordinaire.

Cette période de 5enaissance période caract-re prati%ue. ou prati%uées par tout auteur anti%ue ou moderne considéré. inspira les homme de conscience de concevoir les o#1ecti's de la =ociété 5o4ale : « Les travau$ et la conception de la =ociété 5o4ale » comme 5o#ert 8ooVe écrivit.. mathémati%ues et mécani%ues.l!attraction et la répulsion.ien %u!un mécanisme vérita#le et prouvé.umentation. il avait une #onne raison de penser %ue son nouvel ami pouvait avoir écrit encore plus. Newton pouvait 1amais 2tre persuader %ue l!esprit était a#sent des opérations de la nature. principe. &ourtant il sem#le douteu$ %ue . . se mani'estent dans la .o4le et Isaac Newton 'urent deu$ caract-res important de l!art dans un si-cle rempli de découvertes naissantes. principalement comme celles déduites de lé.istrées.o4le.o4le 'ut pris de court %uand "lden#our. » Néanmoins la =ociété « ne détiendra aucune h4poth-se » 1us%u!< ce %ue « par mXre discussion et claire ar.itimes e$périences. et « e$aminer tout s4st-me.. .eant le cours .ue %ui se détournaient d!un passé lointain pour em#rasser un 'utur inconnu mais prometteur d!entreprise et de commerce. théorie. L!étude de l!alchimie pour l!accélération spirituelle perdu son attrait et sont coté aventurier au (*-me si-cle. h4poth-se.o4le se rendait sXrement compte de la réticence de Newton dans sa correspondance scienti'i%ue. est « d!essa4er de réta#lir tels arts art et invention permise %ui 'urent perdues ».rande chaIne de la création. le papier d!une rare pro'ondeur avec des implications alchimi%ue voilées pouvait di''icilement avoir échapper a . en particulier pour les chimistes en vo. et e$périence des choses naturelles. particuli-rement considérant %ue Newton acceptait et s!appu4ait sur un certain nom#re ses idées. était le praticien du di$. En e''et. ». inventées.énéral des activités de la =ociété.o4le. 5o#ert . » et il avait été présent %uel%ue mois tNt a la lecture tr-s dé#attue de « l!h4poth-se lumi-re » de Newton.septi-me si-cle le plus astucieu$ en « chimie. élément. Interprété par #eaucoup comme le traité sur la philosophie mécani%ue %ue Newton le voulait 2tre. . histoire. apr-s tout. l!in'orma de la réponse du pro'esseur de Lucasian < sa récente pu#lication. enre. » En tant %ue mem#re du cercle intérieur diri. et %ue la véracité de tels e$périences soit sans aucun doute démontrée. .

F#n $ %a &r '#(r &art# . .