Vous êtes sur la page 1sur 110

ROLAND BARTHES

Le plaisir du texte

AUX

Collection

"Te l

ÉDITIONS

Quel"

DU

SEUIL

LE PLAISIR

DU

TEXTE

DU

MÊME

AUTEUR

Le

AUX

degré

coll.

MÊMES

zéro

Pierres

ÉDITIONS

de

vives,

l'écriture

1953

coll.

Points,

1972

Michelet

coll.

Écrivains

par

de

lui-même

toujours,

1954

Mythologies

coll.

Pierres

vives,

1957

coll.

Points,

1970

coll.

Sur

Pierres

Racine

vives,

1963

Essais

coll.

Tel

critiques

Quel,

1964

Critique

coll.

Tel

Système

et

Quel,

Vérité

la

1966

mode

de

1967

SjZ

coll.

Tel

Quel,

1970

Sade,

coll.

Fourier,

Tel

Quel,

Loyola

1971

AUX

ÉDITIONS

L'Empire

des

coll.

Sentiers

de

1970

la

SKIRA

Signes

création,

ROLAND

BARTHES

LE PLAISIR DU TEXTE

ÉDITIONS

DU

27,

rue

Jacob,

Paris

SEUIL

VI e

 

CE

LIVRE

 

EST

PUBLIÉ

DAN S

LA

COLLECTION

T E L

QUEL

 

DIRIGÉE

PA R

PHILIPPE

SOLLERS

 

©

Éditions

du

Seuil,

1973.

La loi du 11 mars 1957 interdit les copies ou reproductions destinées à une utilisation collective. Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite par quelque procédé que ce soit, sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants cause, est illicite et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal,

La

seule

passion

de ma

vie

a

été

la

peur.

 

Hobbes

de

Bacon, il peut dire ne jamais s'expliquer.

« Je détournerai mon regard, ce sera désormais ma seule négation. »

: ne jamais s'excuser,

:

Le

plaisir

du

texte

:

tel

le simulateur

Il ne nie jamais rien

Fiction d'un individu (quelque M. Teste à l'envers) qui abolirait en lui les barrières, les classes, les exclusions, non par syncré- tisme, mais par simple débarras de ce vieux spectre : la contradiction logique; qui mélan- gerait tous les langages, fussent-ils réputés incompatibles; qui supporterait, muet, toutes les accusations d'illogisme, d'infidélité; qui resterait impassible devant l'ironie socratique (amener l'autre au suprême opprobre :

se contredire) et la terreur légale (combien

9

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

de preuves pénales fondées sur une psychologie de l'unité!). Cet homme serait l'abjection de notre société : les tribunaux, l'école, l'asile, la conversation, en feraient un étranger : qui supporte sans honte la contradiction? Or ce contre-héros existe : c'est le lecteur de texte, dans le moment où il prend son plaisir. Alors le vieux mythe biblique se retourne, la confusion des langues n'est plus une punition, le sujet accède à la jouissance par la cohabita- tion des langages, qui travaillent côte à côte :

le texte de plaisir, c'est Babel heureuse.

(PlaisirlJouissance : terminologiquement, cela vacille encore, j'achoppe, j'embrouille. De toute manière, il y aura toujours une marge d'indécision ; la distinction ne sera pas source de classements sûrs, le paradigme grincera, le sens sera précaire, révocable, réversible, le discours sera incomplet.)

10

Si je lis avec plaisir cette phrase, cette his- toire ou ce mot, c'est qu'ils ont été écrits dans le plaisir (ce plaisir n'est pas en contradic- tion avec les plaintes de l'écrivain). Mais le contraire ? Écrire dans le plaisir m'assure-t-il — moi, écrivain — du plaisir de mon lecteur? Nullement. Ce lecteur, il faut que je le cherche, (que je le « drague »), sans savoir où il est. Un espace de la jouissance est alors créé. Ce n'est pas la « personne » de l'autre qui m'est nécessaire, c'est l'espace : la possibilité d'une dialectique du désir, d'une imprévision de la jouissance : que les jeux ne soient pas faits, qu'il y ait un jeu.

On me présente un texte. Ce texte m'en- nuie. On dirait qu'il babille. Le babil du texte, c'est seulement cette écume de langage qui se forme sous l'effet d'un simple besoin

11

LE PLAISI R

DU

TEXT E

d'écriture. On n'est pas ici dans la perver- sion, mais dans la demande. Écrivant son texte, le scripteur prend un langage de nourris- son : impératif, automatique, inaffectueux, petite débâcle de clics (ces phonèmes lactés que le jésuite merveilleux, van Ginneken, plaçait entre l'écriture et le langage) : ce sont les mouvements d'une succion sans objet, d'une oralité indifférenciée, coupée de celle qui produit les plaisirs de la gastrosophie et du langage. Vous vous adressez à moi pour que je vous Use, mais je ne suis rien d'autre pour vous que cette adresse; je ne suis à vos yeux le substitut de rien, je n'ai aucune figure (à peine celle de la Mère) ; je ne suis pour vous ni un corps, ni même un objet (je m'en moquerais bien : ce n'est pas en moi l'âme qui réclame sa reconnaissance), mais seulement un champ, un vase d'expansion. On peut dire que finale- ment ce texte, vous l'avez écrit hors de toute jouissance; et ce texte-babil est en somme un texte frigide, comme l'est toute demande, avant que ne s'y forme le désir, la névrose.

12

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

La névrose est un pis-aller : non par rapport à la « santé », mais par rapport à l'« impos- sible » dont parle Bataille (« La névrose est l'appréhension timorée d'un fond d'impos- sible », etc.) ; mais ce pis-aller est le seul qui permet d'écrire (et de lire). On en vient alors à ce paradoxe : les textes, comme ceux de Bataille — ou d'autres — qui sont écrits contre la névrose, du sein de la folie, ont en

eux, s'ils veulent être lus, ce peu de névrose

:

nécessaire

ces textes terribles sont tout de même des textes coquets.

à

la

séduction

de

leurs

lecteurs

ne

Tout

écrivain

dira

daigne,

névrosé

je

donc : fou suis.

ne puis,

sain

Le texte que vous écrivez doit me donner la preuve qu'il me désire. Cette preuve existe :

13

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

c'est l'écriture. L'écriture est ceci

des jouissances du langage, son kāmasūtra (de cette science, il n'y a qu'un traité : l'écri- ture elle-même).

: la science

Sade : le plaisir de la lecture vient évidem- ment de certaines ruptures (ou de certaines colli- sions) : des codes antipathiques (le noble et le trivial, par exemple) entrent en contact; des néologismes pompeux et dérisoires sont créés; des messages pornographiques viennent se mouler dans des phrases si pures qu'on les prendrait pour des exemples de grammaire. Comme dit la théorie du texte : la langue est redistribuée. Or cette redistribution se fait toujours par coupure. Deux bords sont tracés :

un bord sage, conforme, plagiaire (il s'agit de copier la langue dans son état canonique, tel qu'il a été fixé par l'école, le bon usage, la littérature, la culture), et un autre bord, mobile, vide (apte à prendre n'importe quels contours), qui n'est jamais que le heu de son

14

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

effet : là où s'entrevoit la mort du langage. Ces deux bords, le compromis qu'ils mettent en scène, sont nécessaires. La culture ni sa destruction ne sont érotiques; c'est la faille de l'une et de l'autre qui le devient. Le plaisir du texte est semblable à cet instant intenable, impossible, purement romanesque, que le liber- tin goûte au terme d'une machination hardie, faisant couper la corde qui le pend, au moment où il jouit.

De là, peut-être, un moyen d'évaluer les œuvres de la modernité : leur valeur viendrait de leur duplicité. Il faut entendre par là qu'elles ont toujours deux bords. Le bord subversif peut paraître privilégié parce qu'il est celui de la violence ; mais ce n'est pas la violence qui impressionne le plaisir ; la destruction ne l'in- téresse pas; ce qu'il veut, c'est le lieu d'une perte, c'est la faille, la coupure, la déflation, le fading qui saisit le sujet au cœur de la jouis- sance. La culture revient donc comme bord :

sous n'importe quelle forme.

15

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Surtout, évidemment (c'est là que le bord sera le plus net) sous la forme d'une matéria- lité pure : la langue, son lexique, sa métrique, sa prosodie. Dans Lois, de Philippe Sollers, tout est attaqué, déconstruit : les édifices idéo- logiques, les solidarités intellectuelles, la sépa- ration des idiomes et même l'armature sacrée de la syntaxe (sujet/prédicat) : le texte n'a plus la phrase pour modèle; c'est souvent un jet puissant de mots, un ruban d'infra-langue. Cependant, tout cela vient buter contre un autre bord : celui du mètre (décasyllabique), de l'assonance, des néologismes vraisemblables, des rythmes prosodiques, des trivialismes (cita- tionnels). La déconstruction de la langue est coupée par le dire politique, bordée par la très ancienne culture du signifiant.

16

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Dans Cobra, de Severo Sarduy (traduit par Sollers et l'auteur), l'alternance est celle de deux plaisirs en état de surenchérissement; l'autre bord, c'est l'autre bonheur : encore, encore, encore plus! encore un autre mot, encore une autre fête. La langue se reconstruit ailleurs par le flux pressé de tous les plaisirs de langage. Où, ailleurs? au paradis des mots. C'est là véritablement un texte paradisiaque, utopique (sans lieu), une hétérologie par pléni- tude : tous les signifiants sont là et chacun fait mouche; l'auteur (le lecteur) semble leur dire : je vous aime tous (mots, tours, phrases, adjectifs, ruptures : pêle-mêle : les signes et les mirages d'objets qu'ils représentent); une sorte de franciscanisme appelle tous les mots à se poser, à se presser, à repartir : texte jaspé, chiné; nous sommes comblés par le langage, tels de jeunes enfants à qui rien ne serait jamais refusé, reproché, ou pire encore : « permis ». C'est la gageure d'une jubilation continue, le moment où par son excès le plaisir verbal suffoque et bascule dans la jouissance.

17

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Flaubert : une manière de couper, de trouer le discours sans le rendre insensé. Certes, la rhétorique connaît les ruptures

de

de subordination (asyndètes); mais pour la première fois avec Flaubert, la rupture n'est plus exceptionnelle, sporadique, brillante, sertie dans la matière vile d'un énoncé courant :

il n'y a plus de langue en deçà de ces figures (ce qui veut dire, en un autre sens : il n'y a plus que la langue); une asyndète généralisée saisit toute l'énonciation, en sorte que ce discours très lisible est en sous main l'un des plus fous qu'on puisse imaginer : toute la petite monnaie logique est dans les interstices.

construction (anacoluthes) et les ruptures

Voilà un état très subtil, presque intenable, du discours : la narrativité est déconstruite et l'histoire reste cependant lisible : jamais les deux bords de la faille n'ont été plus nets et plus ténus, jamais le plaisir mieux offert au lecteur — si du moins il a le goût des rup- tures surveillées, des conformismes truqués et des destructions indirectes. De plus la réussite pouvant être ici reportée à un auteur, il s'y ajoute un plaisir de performance : la prouesse est de tenir la mimesis du langage (le langage s'imitant lui-même), source de

18

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

grands plaisirs, d'une façon si radicalement ambiguë (ambiguë jusqu'à la racine) que le texte ne tombe jamais sous la bonne cons- cience (et la mauvaise foi) de la parodie (du rire castrateur, du « comique qui fait rire »).

L'endroit le plus érotique d'un corps n'est-il pas là où le vêtement bâille? Dans la perver- sion (qui est le régime du plaisir textuel) il n'y a pas de « zones érogènes » (expression au reste assez casse-pieds); c'est l'intermittence, comme l'a bien dit la psychanalyse, qui est érotique : celle de la peau qui scintille entre deux pièces (le pantalon et le tricot), entre deux bords (la chemise entrouverte, le gant et la manche); c'est ce scintillement même qui séduit, ou encore : la mise en scène d'une apparition-disparition.

19

LE PLAISIR

DU

TEXT E

Ce n'est pas là le plaisir du strip-tease corporel ou du suspense narratif. Dans l'un et l'autre cas, pas de déchirure, pas de bords :

un dévoilement progressif : toute l'excitation se réfugie dans Yespoir de voir le sexe (rêve de collégien) ou de connaître la fin de l'his- toire (satisfaction romanesque). Paradoxale- ment (puisqu'il est de consommation massive), c'est un plaisir bien plus intellectuel que l'autre:

plaisir œdipéen (dénuder, savoir, connaître l'origine et la fin), s'il est vrai que tout récit (tout dévoilement de la vérité) est une mise en scène du Père (absent, caché ou hypostasié) — ce qui expliquerait la solidarité des formes narra- tives, des structures familiales et des interdic- tions de nudité, toutes rassemblées, chez nous, dans le mythe de Noé recouvert par ses fils.

Pourtant le récit le plus classique (un roman de Zola, de Balzac, de Dickens, de Tolstoï) porte en lui une sorte de tmèse affaiblie :

nous ne lisons pas tout avec la même intensité de lecture; un rythme s'établit, désinvolte,

20

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

peu respectueux à l'égard de Y intégrité du texte; l'avidité même de la connaissance nous entraîne à survoler ou à enjamber certains passages (pressentis « ennuyeux ») pour retrou- ver au plus vite les lieux brûlants de l'anecdote (qui sont toujours ses articulations : ce qui fait avancer le dévoilement de l'énigme ou du destin) : nous sautons impunément (personne ne nous voit) les descriptions, les explications, les considérations, les conversations; nous sommes alors semblables à un spectateur de cabaret qui monterait sur la scène et hâterait le strip-tease de la danseuse, en lui ôtant prestement ses vêtements, mais dans l'ordre, c'est-à-dire : en respectant d'une part et en précipitant de l'autre les épisodes du rite (tel un prêtre qui avalerait sa messe). La tmèse, source ou figure du plaisir, met ici en regard deux bords prosaïques; elle oppose ce qui est utile à la connaissance du secret et ce qui lui est inutile; c'est une faille issue d'un simple principe de fonctionnalité; elle ne se produit pas à même la structure des langages, mais seulement au moment de leur consom- mation; l'auteur ne peut la prévoir : il ne peut vouloir écrire ce qu'on ne lira pas. Et pourtant, c'est le rythme même de ce qu'on

21

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

lit et de ce qu'on ne lit pas qui fait le plaisir des grands récits : a-t-on jamais lu Proust, Balzac, Guerre et Paix, mot à mot ? (Bonheur de Proust : d'une lecture à l'autre, on ne saute jamais les mêmes passages.)

Ce que je goûte dans un récit, ce n'est donc

pas directement son contenu ni même sa struc- ture, mais plutôt les éraflures que j'impose

à la belle enveloppe : je cours, je saute,

je

lève la tête, je replonge. Rien à voir avec

la

profonde déchirure que le texte de jouissance imprime au langage lui-même, et non à la simple temporalité de sa lecture. D'où deux régimes de lecture : l'une va droit aux articulations de l'anecdote, elle consi- dère l'étendue du texte, ignore les jeux de langage (si je lis du Jules Verne, je vais vite :

je perds du discours, et cependant ma lecture n'est fascinée par aucune perte verbale — au sens que ce mot peut avoir en spéléologie) ; l'autre lecture ne passe rien; elle pèse, colle au texte, elle lit, si l'on peut dire, avec appli-

22

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

cation et emportement, saisit en chaque point du texte l'asyndète qui coupe les langages — et non l'anecdote : ce n'est pas l'extension (logique) qui la captive, l'effeuillement des vérités, mais le feuilleté de la signifiance; comme au jeu de la main chaude, l'excitation vient, non d'une hâte processive, mais d'une sorte de charivari vertical (la verticalité du langage et de sa destruction); c'est au moment où chaque main (différente) saute par-dessus l'autre (et non l'une après l'autre), que le trou se produit et emporte le sujet du jeu — le sujet du texte. Or paradoxalement (tant l'opi- nion croit qu'il suffit d'aller vite pour ne pas s'ennuyer), cette seconde lecture, appliquée (au sens propre), est celle qui convient au texte moderne, au texte-limite. Lisez lentement, lisez tout, d'un roman de Zola, le livre vous tombera des mains ; lisez vite, par bribes, un texte moderne, ce texte devient opaque, forclos à votre plaisir : vous voulez qu'il arrive quelque chose, et il n'arrive rien ; car ce qui arrive au lan- gage n'arrive pas au discours : ce qui « arrive », ce qui « s'en va », la faille des deux bords, l'interstice de la jouissance, se produit dans le volume des langages, dans l'énonciation, non dans la suite des énoncés : ne pas dévorer,

23

LE PLAISIR

DU

TEXTE

ne pas avaler, mais brouter, tondre avec minu- tie, retrouver, pour lire ces auteurs d'aujour- d'hui, le loisir des anciennes lectures : être

des lecteurs

aristocratiques.

Si j'accepte de juger un texte selon le plaisir, je ne puis me laisser aller à dire : celui-ci est bon, celui-là est mauvais. Pas de palmarès, pas de critique, car celle-ci implique toujours une visée tactique, un usage social et bien souvent une couverture imaginaire. Je ne puis doser, imaginer que le texte soit perfectible,

prêt à entrer dans un jeu de prédicats normatifs :

c'est trop ceci, ce n'est pas assez cela; le texte (il en est de même pour la voix qui chante) ne peut m'arracher que ce jugement, nullement adjectif : c'est ça! Et plus encore : c'est cela pour moi! Ce « pour-moi » n'est ni subjec-

tif, ni existentiel, mais nietzschéen (« fond, c'est toujours la même question :

au

Qu'est-ce que c'est pour moi?

24

»).

LE PLAISIR

DU

TEXTE

Le brio du texte (sans quoi, en somme, il n'y a pas de texte), ce serait sa volonté de jouissance : là même où il excède la demande,

dépasse le babil et par quoi il essaye de débor-

forcer la main mise des adjectifs —

qui sont ces portes du langage par où l'idéolo- gique et l'imaginaire pénètrent à grands flots.

der, de

Texte de plaisir : celui qui contente, emplit, donne de l'euphorie; celui qui vient de la culture, ne rompt pas avec elle, est hé à une pratique confortable de la lecture. Texte de

en état de perte,

celui qui déconforte (peut-être jusqu'à un certain ennui), fait vaciller les assises histo- riques, culturelles, psychologiques, du lec- teur, la consistance de ses goûts, de ses valeurs

jouissance

: celui

qui

met

25

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

et de ses souvenirs, met en crise son rapport au langage. Or c'est un sujet anachronique, celui qui tient les deux textes dans son champ et dans sa main les rênes du plaisir et de la jouissance, car il participe en même temps et contradictoi- rement à l'hédonisme profond de toute cul- ture (qui entre en lui paisiblement sous le couvert d'un art de vivre dont font partie les livres anciens) et à la destruction de cette culture : il jouit de la consistance de son moi (c'est son plaisir) et recherche sa perte (c'est sa jouissance). C'est un sujet deux fois clivé, deux fois pervers.

Société des Amis du Texte : ses membres n'auraient rien en commun (car il n'y a pas forcément accord sur les textes du plaisir), sinon leurs ennemis : casse-pieds de toutes sortes, qui décrètent la forclusion du texte et de son plaisir, soit par conformisme cultu- rel, soit par rationalisme intransigeant (sus- pectant une « mystique » de la littérature),

26

LE PLAISIR

DU

TEXTE

soit par moralisme politique, soit par critique du signifiant, soit par pragmatisme imbécile, soit par niaiserie loustic, soit par destruction du discours, perte du désir verbal. Une telle société n'aurait pas de lieu, ne pourrait se mouvoir qu'en pleine atopie; ce serait pour- tant une sorte de phalanstère, car les contra- dictions y seraient reconnues (et donc res- treints les risques d'imposture idéologique), la différence y serait observée et le conflit frappé d'insignifiance (étant improducteur de plaisir).

« Que la différence se glisse subrepticement à la place du conflit. » La différence n'est pas ce qui masque ou édulcore le conflit :

elle se conquiert sur le conflit, elle est au-delà et à côté de lui. Le conflit ne serait rien d'au- tre que l'état moral de la différence; chaque fois (et cela devient fréquent) qu'il n'est pas tactique (visant à transformer une situation réelle), on peut pointer en lui le manque-à-jouir, l'échec d'une perversion qui s'aplatit sous

27

LE PLAISIR

DU

TEXTE

son propre code et ne sait plus s'inventer :

le conflit est toujours codé, l'agression n'est que le plus éculé des langages. En refusant la violence, c'est le code même que je refuse, (dans le texte sadien, hors de tout code puis- qu'il invente continûment le sien propre et le sien seul, il n'y a pas de conflits : rien que des triomphes). J'aime le texte parce qu'il est pour moi cet espace rare de langage, duquel toute « scène » (au sens ménager, conjugal du terme), toute logomachie est absente. Le texte n'est jamais un « dialogue » : aucun ris- que de feinte, d'agression, de chantage, aucune rivalité d'idiolectes; il institue au sein de la relation humaine — courante — une sorte d'îlot, manifeste la nature asociale du plai- sir (seul le loisir est social), fait entrevoir la vérité scandaleuse de la jouissance : qu'elle pourrait bien être, tout imaginaire de parole étant aboli, neutre.

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

texte,

n'y a pas derrière le texte quelqu'un d'actif

(l'écrivain) et devant lui quelqu'un de passif

Sur

la

scène

du

pas

de

rampe

:

il

objet.

Le texte périme les attitudes grammaticales :

il est l'œil indifférencié dont parle un auteur excessif (Angélus Silesius) : « L'œil par où je vois Dieu est le même œil par où il me voit. »

(le lecteur); il n'y a pas un sujet et un

Il paraît que les érudits arabes, en parlant du texte, emploient cette expression admirable :

le corps certain. Quel corps? Nous en avons plusieurs; le corps des anatomistes et des phy- siologistes, celui que voit ou que parle la science : c'est le texte des grammairiens, des critiques, des commentateurs, des philologues (c'est le phéno-texte). Mais nous avons aussi un corps de jouissance fait uniquement de relations érotiques, sans aucun rapport avec le premier : c'est un autre découpage, une autre nomination ; ainsi du texte : il n'est que la liste ouverte des feux du langage (ces feux vivants, ces lumières intermittentes, ces traits

29

LE PLAISIR

DU

TEXTE

baladeurs disposés dans le texte comme des semences et qui remplacent avantageusement pour nous les « semina aeternitatis », les « zopyra », les notions communes, les assomp- tions fondamentales de l'ancienne philosophie). Le texte a une forme humaine, c'est une figure, un anagramme du corps? Oui, mais de notre corps érotique. Le plaisir du texte serait irréductible à son fonctionnement gram- mairien (phéno-textuel), comme le plaisir du corps est irréductible au besoin physiologique.

mon corps va suivre ses propres idées — car

mon corps n'a pas les mêmes idées que moi.

Le

plaisir

du

texte,

c'est

ce

moment

Comment prendre plaisir à un plaisir rap- porté (ennui des récits de rêves, de parties) ?

30

LE PLAISIR

DU

TEXT E

Comment lire la critique ? Un seul moyen :

puisque je suis ici un lecteur au second degré, il me faut déplacer ma position : ce plaisir critique, au lieu d'accepter d'en être le confi- dent — moyen sûr pour le manquer —, je puis m'en faire le voyeur : j'observe clan- destinement le plaisir de l'autre, j'entre dans la perversion; le commentaire devient alors à mes yeux un texte, une fiction, une enveloppe fissurée. Perversité de l'écrivain (son plaisir d'écrire est sans fonction), double et triple perversité du critique et de son lecteur, à Tinfini.

Un texte sur le plaisir ne peut être autre

que court (comme on dit : c'est tout ?

c'est un peu court), parce que le plaisir ne se laissant dire qu'à travers l'indirect d'une reven- dication (j'ai droit au plaisir), on ne peut sortir d'une dialectique brève, à deux temps: le temps de la doxa, de l'opinion, et celui de la paradoxa, de la contestation. Un troisième terme manque, autre que le plaisir et sa censure. Ce terme

chose

31

LE PLAISIR

DU

TEXTE

est remis à plus tard, et tant qu'on s'accrochera au nom même du « plaisir », tout texte sur le plaisir ne sera jamais que dilatoire; ce sera une introduction à ce qui ne s'écrira jamais. Semblable à ces productions de l'art contem- porain, qui épuisent leur nécessité aussitôt qu'on les a vues (car les voir, c'est immédiate- ment comprendre à quelle fin destructive elles sont exposées : il n'y a plus en elles aucune durée contemplative ou délectative), une telle introduction ne pourrait que se répéter — sans jamais rien introduire.

Le plaisir du texte n'est pas forcément de type triomphant, héroïque, musclé. Pas besoin de se cambrer. Mon plaisir peut très bien prendre la forme d'une dérive. La dérive advient chaque fois que je ne respecte pas le tout, et qu'à force de paraître emporté ici et là au gré des illusions, séductions et inti- midations de langage, tel un bouchon sur la vague, je reste immobile, pivotant sur la

32

LE PLAISIR

DU

TEXTE

jouissance

intraitable

qui

au chaque fois que le

texte

me

lie

(au monde). Il y a dérive,

langage social, le sociolecte, me manque (comme

quoi

un autre nom de la dérive, ce serait : l'Intrai-

table — ou peut-être encore

on dit : le cœur me manque).

Ce pour

:

la

Bêtise.

Cependant, si l'on y parvenait, dire la dérive serait aujourd'hui un discours suicidaire.

Plaisir du texte, texte de plaisir : ces expres- sions sont ambiguës parce qu'il n'y a pas de mot français pour couvrir à la fois le plaisir (le contentement) et la jouissance (l'évanouis- sement). Le « plaisir » est donc ici (et sans pouvoir prévenir) tantôt extensif à la jouis- sance, tantôt il lui est opposé. Mais cette ambiguïté, je dois m'en accommoder; car

33

LE PLAISIR

DU

TEXTE

d'une part j'ai besoin d'un « plaisir » général, chaque fois qu'il me faut référer à un excès du texte, à ce qui, en lui, excède toute fonction (sociale) et tout fonctionnement (structural); et d'autre part, j'ai besoin d'un « plaisir » particulier, simple partie du Tout-plaisir, cha- que fois qu'il me faut distinguer l'euphorie, le comblement, le confort (sentiment de réplé- tion où la culture pénètre librement), de la secousse, de l'ébranlement, de la perte, pro- pres à la jouissance. Je suis contraint à cette ambiguïté parce que je ne puis épurer le mot « plaisir » des sens dont occasionnellement je ne veux pas : je ne puis empêcher qu'en français « plaisir » ne renvoie à la fois à une généralité (« principe de plaisir ») et à une miniaturisation (« Les sots sont ici-bas pour nos menus plaisirs »). Je suis donc obligé de laisser aller l'énoncé de mon texte dans la contradiction.

Le plaisir n'est-il qu'une petite jouissance? La jouissance n'est-elle qu'un plaisir extrême?

34

LE PLAISIR

DU

TEXTE

Le plaisir n'est-il qu'une jouissance affaiblie, acceptée — et déviée à travers un échelon- nement de conciliations? La jouissance n'est- elle qu'un plaisir brutal, immédiat (sans médiation) ? De la réponse (oui ou non) dépend la manière dont nous raconterons l'histoire de notre modernité. Car si je dis qu'entre le plaisir et la jouissance il n'y a qu'une différence de degré, je dis aussi que l'histoire est pacifiée :

le texte de jouissance n'est que le développe- ment logique, organique, historique, du texte de plaisir, l'avant-garde n'est jamais que la forme progressive, émancipée, de la culture passée : aujourd'hui sort d'hier, Robbe- Grillet est déjà dans Flaubert, Sollers dans Rabelais, tout Nicolas de Staël dans deux cm 2 de Cézanne. Mais si je crois au contraire que le plaisir et la jouissance sont des forces parallèles, qu'elles ne peuvent se rencontrer et qu'entre elles il y a plus qu'un com- bat : une incommunication, alors il me faut bien penser que l'histoire, notre histoire, n'est pas paisible, ni même peut-être intel- ligente, que le texte de jouissance y sur- git toujours à la façon d'un scandale (d'un boitement), qu'il est toujours la trace d'une coupure, d'une affirmation (et non d'un

35

LE PLAISIR

DU

TEXT E

épanouissement), et que le sujet de cette histoire (ce sujet historique que je suis parmi d'autres), loin de pouvoir s'apaiser en menant de front le goût des œuvres passées et le soutien des œuvres modernes dans un beau mouvement dialectique de synthèse, n'est jamais qu'une « contradiction vivante »:

un sujet clivé, qui jouit à la fois, à travers le texte, de la consistance de son moi et de sa chute.

Voici d'ailleurs, venu de la psychanalyse, un moyen indirect de fonder l'opposition du texte de plaisir et du texte de jouissance :

le plaisir est dicible, la jouissance ne l'est pas. La jouissance est in-dicible, inter-dite. Je renvoie à Lacan (« Ce à quoi il faut se tenir, c'est que la jouissance est interdite à qui parle, comme tel, ou encore qu'elle ne puisse

être dite qu'entre les lignes

celui qui dit, par son dit, s'interdit la

») et à Leclaire

jouissance, ou corrélativement, celui qui jouit fait toute lettre — et tout dit possible — s'éva-

36

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

nouir dans l'absolu de l'annulation qu'il célèbre. ») L'écrivain de plaisir (et son lecteur) accepte la lettre; renonçant à la jouissance, il a le droit et le pouvoir de la dire : la lettre est son plaisir; il en est obsédé, comme le sont tous ceux qui aiment le langage (non la parole), tous les logophiles, écrivains, épistoliers, lin- guistes; des textes de plaisir, il est donc pos- sible de parler (nul débat avec l'annulation de la jouissance) : la critique porte toujours sur des textes de plaisir, jamais sur des textes de jouissance : Flaubert, Proust, Stendhal sont commentés inépuisablement; la critique dit alors du texte tuteur la jouissance vaine, la jouissance passée ou future : vous allez lire, j'ai lu : la critique est toujours historique ou prospective : le présent constatif, la pré- sentation de la jouissance lui est interdite; sa matière de prédilection est donc la culture, qui est tout en nous sauf notre présent.

Avec l'écrivain de jouissance (et son lecteur) commence le texte intenable, le texte impossible. Ce texte est hors-plaisir, hors-critique, sauf à être atteint par un autre texte de jouissance :

vous ne pouvez parler « sur » un tel texte, vous pouvez seulement parler « en » lui,

37

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

à sa manière, entrer dans un plagiat éperdu, affirmer hystériquement le vide de jouissance (et non plus répéter obsessionnellement la lettre du plaisir).

Toute une petite mythologie tend à nous faire croire que le plaisir (et singulièrement le plaisir du texte) est une idée de droite. A droite, on expédie d'un même mouvement vers la gauche tout ce qui est abstrait, ennuyeux, politique et l'on garde le plaisir pour soi :

soyez les bienvenus parmi nous, vous qui venez enfin au plaisir de la littérature! Et à gauche, par morale, (oubliant les cigares de Marx et de Brecht), on suspecte, on dédaigne tout « résidu d'hédonisme ». A droite, le plaisir est revendiqué contre l'intellectualité, la cléricature : c'est le vieux mythe réaction- naire du cœur contre la tête, de la sensation contre le raisonnement, de la « vie » (chaude) contre « l'abstraction » (froide) : l'artiste ne doit-il pas, selon le précepte sinistre de Debus-

38

LE PLAISIR

DU

TEXT E

sy, « chercher humblement à faire plaisir » ? A gauche, on oppose la connaissance, la méthode, l'engagement, le combat, à la « simple délec- tation » (et pourtant : si la connaissance elle-même était délicieuse ?). Des deux côtés, cette idée bizarre que le plaisir est chose simple, ce pour quoi on le revendique ou le méprise. Le plaisir, cependant, n'est pas un élément du texte, ce n'est pas un résidu naïf; il ne dépend pas d'une logique de l'entende- ment et de la sensation; c'est une dérive, quelque chose qui est à la fois révolutionnaire et asocial et ne peut être pris en charge par aucune collectivité, aucune mentalité, aucun idiolecte. Quelque chose de neutre? On voit bien que le plaisir du texte est scandaleux :

non parce qu'il est immoral, mais parce qu'il est atopique.

Pourquoi, dans un texte, tout ce faste verbal ? Le luxe du langage fait-il partie des richesses excédentaires, de la dépense inutile, de la

39

LE PLAISI R

DU

TEXT E

perte inconditionnelle? Une grande œuvre de plaisir (celle de Proust, par exemple) participe-t-elle de la même économie que les pyramides d'Égypte? L'écrivain est-il aujour- d'hui le substitut résiduel du Mendiant, du Moine, du Bonze : improductif et cependant alimenté? Analogue à la Sangha bouddhique, la communauté littéraire, quel que soit l'alibi qu'elle se donne, est-elle entretenue par la société mercantile, non pour ce que l'écrivain produit (il ne produit rien) mais pour ce qu'il brûle? Excédentaire, mais nullement inutile? La modernité fait un effort incessant pour déborder l'échange : elle veut résister au marché des œuvres (en s'excluant de la communication de masse), au signe (par l'exemption du sens, par la folie), à la bonne sexualité (par la perversion, qui soustrait la jouissance à la finalité de la reproduction). Et pourtant, rien à faire : l'échange récupère tout, en acclimatant ce qui semble le nier :

il saisit le texte, le met dans le circuit des dé- penses inutiles mais légales: le voilà de nouveau placé dans une économie collective (fût-elle seulement psychologique) : c'est l'inutilité même du texte qui est utile, à titre de potlatch. Autrement dit, la société vit sur le mode du

40

 

LE PLAISI R

DU

TEXT E

 

clivage

:

ici,

un

texte

sublime,

désintéressé,

un

objet

mercantile,

dont

l a

valeur

est

la gratuité

de cet

objet.

Mais

ce

clivage,

la

société

n'en

a

aucune

idée

:

elle

ignore

sa

propre

perversion

litige ont leur part

:

« : la pulsion

Les

deu x

parties

a droit

à

en

sa

satisfaction, la réalité reçoit le respect qui lui

gratuit

est dû. Mais,

ajoute Freud, il n^y

a

de

que

la mort,

 

comme

chacun

sait.

»

Pour

le

texte,

il n'y

aurait

de

gratuit

que

sa

propre

destruction

:

ne

pas,

ne

plus

écrire,

sauf

à

être toujours récupéré.

Etre avec qui on aime et penser à autre

chose : c'est ainsi que j'ai les meilleures pensées, que j'invente le mieux ce qui est nécessaire

à mon travail. De même pour le texte : il

produit en moi le meilleur plaisir s'il parvient

à se faire écouter indirectement ; si, le lisant, je suis entraîné à souvent lever la tête, à entendre autre chose. Je ne suis pas nécessai- rement captivé par le texte de plaisir; ce peut

41

LE PLAISIR

DU

TEXTE

être un acte léger, complexe, ténu, presque étourdi : mouvement brusque de la tête, tel celui d'un oiseau qui n'entend rien de ce que nous écoutons, qui écoute ce que nous n'en- tendons pas.

L'émotion : pourquoi serait-elle antipathi- que à la jouissance (je la voyais à tort tout entière du côté de la sentimentalité, de l'illu- sion morale)? C'est un trouble, une lisière d'évanouissement : quelque chose de pervers, sous des dehors bien-pensants; c'est même, peut-être, la plus retorse des pertes, car elle contredit la règle générale, qui veut donner à la jouissance une figure fixe : forte, violente, crue : quelque chose de nécessairement musclé, tendu, phallique. Contre la règle générale :

ne jamais s'en laisser accroire par l'image de la jouissance; accepter de la reconnaître partout où survient un trouble de la régula- tion amoureuse (jouissance précoce, retardée, émue, etc) : l'amour-passion comme jouis-

42

LE PLAISIR

DU

TEXT E

sance ? La jouissance comme sagesse (lors- qu'elle, parvient à se comprendre elle-même hors de ses propres préjugés)?

Rien à faire : l'ennui n'est pas simple. De l'ennui (devant une œuvre, un texte), on ne se tire pas avec un geste d'agacement ou de débarras. De même que le plaisir du texte suppose toute une production indirecte, de même l'ennui ne peut se prévaloir d'aucune spontanéité : il n'y a pas d'ennui sincère :

si personnellement, le texte-babil m'ennuie, c'est parce qu'en réalité je n'aime pas la demande. Mais si je l'aimais (si j'avais quelque appétit maternel)? L'ennui n'est pas loin de la jouissance : il est la jouissance vue des rives du plaisir.

*

*

*

LE PLAISIR

DU

TEXTE

Plus une histoire est racontée d'une façon bienséante, bien disante, sans malice, sur un ton confit, plus il est facile de la retourner, de la noircir, de la lire à l'envers (Mme de Ségur lue par Sade). Ce renversement, étant une pure production, développe superbement le plaisir du texte.

Je lis dans Bouvard et Pécuchet cette phrase, qui me fait plaisir : « Des nappes, des draps, des serviettes pendaient verticalement, atta- chés par des fiches de bois à des cordes tendues. » Je goûte ici un excès de précision, une sorte d'exactitude maniaque du langage, une folie de description (que l'on retrouve dans les textes de Robbe-Grillet). On assiste à ce paradoxe : la langue littéraire ébranlée, dépassée, ignorée, dans la mesure même où elle s'ajuste à la langue « pure », à la langue essentielle, à la langue grammairienne (cette langue n'est, bien entendu, qu'une idée). L'exactitude en question ne résulte pas d'un

44

LE PLAISIR

DU

TEXTE

renchérissement de soins, elle n'est pas une plus-value rhétorique, comme si les choses étaient de mieux en mieux décrites — mais d'un changement de code : le modèle (loin- tain) de la description n'est plus le discours oratoire (on ne « peint » rien du tout), mais une sorte d'artefact lexicographique.

Le texte est un objet fétiche et ce fétiche me désire. Le texte me choisit, par toute une disposition d'écrans invisibles, de chicanes sélectives : le vocabulaire, les références, la lisibilité, etc; et, perdu au milieu du texte (non pas derrière lui à la façon d'un dieu de machinerie), il y a toujours l'autre, l'auteur. Comme institution, l'auteur est mort : sa personne civile, passionnelle, biographique, a disparu; dépossédée, elle n'exerce plus sur son œuvre la formidable paternité dont l'histoire littéraire, l'enseignement, l'opinion avaient à charge d'établir et de renouveler le récit : mais dans le texte, d'une certaine façon,

45

LE PLAISIR

DU

TEXTE

je désire l'auteur : j'ai besoin de sa figure (qui n'est ni sa représentation, ni sa projection), comme il a besoin de la mienne (sauf à « babil- ler »).

Les systèmes idéologiques sont des fictions (des fantômes de théâtre, aurait dit Bacon), des romans — mais des romans classiques, bien pourvus d'intrigues, de crises, de personnages bons et mauvais (le romanesque est tout autre chose : un simple découpage instructuré, une dissémination de formes : le maya.) Chaque fiction est soutenue par un parler social, un sociolecte, auquel elle s'iden- tifie : la fiction, c'est ce degré de consistance où atteint un langage lorsqu'il a exceptionnel- lement pris et trouve une classe sacerdotale (prêtres, intellectuels, artistes) pour le parler communément et le diffuser.

Chaque peuple a au-dessus de lui un

tel ciel de concepts mathématiquement répar- tis, et, sous l'exigence de la vérité, il entend

((

4 6

LE PLAISIR

DU

TEXT E

désormais que tout dieu conceptuel ne soit cherché nulle part ailleurs que dans sa sphère » (Nietzsche) : nous sommes tous pris dans la vérité des langages, c'est-à-dire dans leur régionalité, entraînés dans la formidable riva-

lité qui règle leur voisinage. Car chaque parler (chaque fiction) combat pour l'hégémonie;

pour lui, il s'étend partout

dans le courant et le quotidien de la vie sociale, il devient doxa, nature : c'est le parler préten- dûment apolitique des hommes politiques, des agents de l'État, c'est celui de la presse, de la radio, de la télévision, c'est celui de la conver- sation; mais même hors du pouvoir, contre lui, la rivalité renaît, les parlers se fraction- nent, luttent entre eux. Une impitoyable topique règle la vie du langage; le langage vient toujours de quelque lieu, il est topos guerrier.

s'il a le pouvoir

Il se représentait

le monde

du langage

et

(la

perpétuel

les sys-

logosphère) comme un immense

conflit de paranoïas.

Seuls survivent

47

LE PLAISIR

DU

TEXT E

tèmes (les fictions, les parlers) assez inventifs pour produire une dernière figure, celle qui marque l'adversaire sous un vocable mi- scientifique, mi-éthique, sorte de tourniquet qui permet à la fois de constater, d'expliquer, de condamner, de vomir, de récupérer l'ennemi, en un mot : de le faire payer. Ainsi, entre autres, de certaines vulgates : du parler marxiste, pour qui toute opposition est de classe; du psychanalytique, pour qui toute dénégation est aveu; du chrétien, pour qui tout refus est quête, etc. Il s'étonnait de ce que le langage du pouvoir capitaliste ne compor- tât pas, à première vue, une telle figure de système (sinon de la plus basse espèce, les opposants n'y étant jamais dits que « intoxi- qués », « téléguidés », etc.); il comprenait alors que la pression du langage capitaliste (d'autant plus forte) n'est pas d'ordre para- noïaque, systématique, argumentatif, articulé :

c'est un empoissement implacable, une doxa, une manière d'inconscient : bref l'idéolo- gie dans son essence.

48

LE PLAISIR

DU

TEXT E

Pour que ces systèmes parlés cessent d'affo- ler ou d'incommoder, il n'y a pas d'autre moyen que d'habiter l'un d'eux. Sinon : et moi, et moi, qu'est-ce que je fais dans tout ça?

Le texte, lui, est atopique, sinon dans sa consommation, du moins dans sa production.

Ce n'est pas un parler, une fiction, le système est en lui débordé, défait (ce débordement, cette défection, c'est la signifiance). De cette atopie il prend et communique à son lecteur un état bizarre : à la fois exclu et paisible. Dans la guerre des langages, il peut y avoir des moments tranquilles, et ces moments sont des textes (« La guerre, dit un personnage de

Brecht, n'exclut pas la paix

Entre deux escarmouches,

moments paisibles

La guerre a ses

on vide aussi bien son pot de bière

Entre deux assauts de paroles, entre deux prestances de systèmes, le plaisir du texte est toujours possible, non comme un délassement, mais comme le passage incongru —- dissocié — d'un autre langage, comme l'exercice d'une physiologie différente.

»).

49

LE PLAISI R

DU

TEXT E

Beaucoup trop d'héroïsme encore dans nos langages; dans les meilleurs —j e pense à celui de Bataille —, éréthisme de certaines expres- sions et finalement une sorte d'héroïsme insidieux. Le plaisir du texte (la jouissance du texte) est au contraire comme un effacement brusque de la valeur guerrière, une desquama- tion passagère des ergots de l'écrivain, un arrêt du « cœur » (du courage).

Comment un texte, qui est du langage, peut-il être hors des langages? Comment extérioriser (mettre à l'extérieur) les parlers du monde, sans se réfugier dans un dernier parler à partir duquel les autres seraient simplement rapportés, récités? Dès que je nomme, je suis nommé : pris dans la rivalité des noms. Comment le texte peut-il « se tirer »

50

LE PLAISIR

DU

TEXT E

de la guerre des fictions, des sociolectes? — Par un travail progressif d'exténuation. D'a- bord le texte liquide tout méta-langage, et c'est en cela qu'il est texte : aucune voix (Science, Cause, Institution) n'est en arrière de ce qu'il dit. Ensuite, le texte détruit jusqu'au bout, jusqu'à la contradiction, sa pro- pre catégorie discursive, sa référence socio- linguistique (son « genre ») : il est « le comique qui ne fait pas rire », l'ironie qui n'assujettit pas, la jubilation sans âme, sans mystique (Sarduy), la citation sans guillemets. Enfin, le texte peut, s'il en a envie, s'attaquer aux structures canoniques de la langue elle-même (Sollers) : le lexique (néologismes exubérants, mots-tiroirs, translitérations), la syntaxe (plus de cellule logique, plus de phrase). Il s'agit, par transmutation (et non plus seulement par transformation), de faire apparaître un nouvel état philosophai de la matière langa- gière; cet état inouï, ce métal incandescent, hors origine et hors communication, c'est alors du langage, et non un langage, fût-il décroché, mimé, ironisé.

51

LE PLAISIR

DU

TEXT E

Le plaisir du texte ne fait pas acception d'idéologie. Cependant : cette impertinence ne vient pas par libéralisme, mais par perver-

sion : le texte, sa lecture, sont clivés.

est débordé, cassé, c'est l'unité morale que la société exige de tout produit humain. Nous lisons un texte (de plaisir) comme une mouche vole dans le volume d'une chambre : par des coudes brusques, faussement définitifs, affai- rés et inutiles : l'idéologie passe sur le texte et sa lecture comme l'empourprement sur un visage (en amour, certains goûtent érotique- ment cette rougeur); tout écrivain de plaisir a de ces empourprements imbéciles (Balzac, Zola, Flaubert, Proust : seul peut-être Mal- larmé, maître de sa peau) : dans le texte de plaisir, les forces contraires ne sont plus en état de refoulement, mais de devenir : rien n'est vraiment antagoniste, tout est pluriel. Je traverse légèrement la nuit réactionnaire. Par exemple, dans Fécondité de Zola, l'idéologie est flagrante, particulièrement pois- seuse : naturisme, familialisme, colonialisme; il n'empêche que je continue à lire le livre. Cette distorsion est banale? On peut trouver

Ce qui

52

LE PLAISIR

DU

TEXT E

plutôt stupéfiante l'habileté ménagere avec

laquelle le sujet se partage, divisant sa lecture, résistant à la contagion du jugement, à la métonymie du contentement : serait-ce que

le plaisir rend objectif ?

Certains veulent un texte (un art, une pein-

ture) sans ombre, coupé de l' « idéologie domi- nante » ; mais c'est vouloir un texte sans fécon- dité, sans productivité, un texte stérile (voyez

le mythe de la Femme sans Ombre). Le texte

a besoin de son ombre : cette ombre, c'est

un peu d'idéologie, un peu de représentation. un peu de sujet : fantômes, poches, traînées,

nuages nécessaires : la subversion doit pro- duire son propre clair-obscur. (On dit couramment : « idéologie domi-

nante ». Cette expression est incongrue. Car l'idéologie, c'est quoi ? C'est précisément l'idée en tant qu'elle domine : l'idéologie ne peut être que dominante. Autant il est juste

de parler d' « idéologie de la classe

domi-

nante » parce qu'il existe bien une

classe

53

LE PLAISIR

DU

TEXTE

dominée, autant il est inconséquent de parler d ' « idéologie dominante », parce qu'il n'y a pas d'idéologie dominée : du côté des « domi- nés » il n'y a rien, aucune idéologie, sinon précisément — et c'est le dernier degré de l'aliénation — l'idéologie qu'ils sont obligés (pour symboliser, donc pour vivre) d'emprun-

ter à la classe qui les domine. La lutte sociale

ne peut se réduire à la lutte de deux

idéolo-

gies rivales : c'est la subversion de toute idéo- logie qui est en cause.)

'!*

*

*

Bien repérer les imaginaires du langage, à savoir : le mot comme unité singulière, monade magique; la parole comme instru- ment ou expression de la pensée; l'écriture comme translitération de la parole; la phrase comme mesure logique, close; la carence même ou le refus de langage comme force primaire, spontanée, pragmatique. Tous ces artefacts sont pris en charge par l'imaginaire de la science (la science comme imaginaire) : la

54

LE PLAISIR

DU

TEXTE

linguistique énonce bien la vérité sur le langage, mais seulement en ceci : « qu'aucune illusion consciente n'est commise » : or c'est la défini- tion même de l'imaginaire : l'inconscience de l'inconscient. C'est déjà un premier travail que de réta- blir dans la science du langage ce qui ne lui est attribué que fortuitement, dédaigneu- sement, ou plus souvent encore, refusé :

la sémiologie (la stylistique, la rhétorique, disait Nietzsche), la pratique, l'action éthique, l' « enthousiasme » (Nietzsche encore). C'en est un second que de remettre dans la science ce qui va contre elle : ici, le texte. Le texte, c'est le langage sans son imaginaire,

du langage

pour que soit manifestée son importance générale (et non sa particularité techno- cratique). Tout ce qui est à peine toléré ou carrément refusé par la linguistique (comme science canonique, positive), la signifiance, la jouissance, c'est précisément là ce qui retire le texte des imaginaires du langage.

c'est ce qui manque à la science

55

L E

PLAISIR

DU

TEXTE

Sur le plaisir du texte, nulle « thèse » n'est possible; à peine une inspection (une introspec- tion), qui tourne court. Eppure si gaude! Et pourtant, envers et contre tout, je jouis du texte. Des exemples au moins? On pourrait penser à une immense moisson collective : on recueil- lerait tous les textes auxquels il est arrivé de faire plaisir à quelqu'un (de quelque lieu que ces textes viennent), et l'on manifesterait ce corps textuel (corpus : c'est bien dit), un peu comme la psychanalyse a exposé le corps érotique de l'homme. Un tel travail cependant, on peut le craindre, n'aboutirait qu'à expliquer les textes retenus; il y aurait une bifurcation inévitable du projet : ne pouvant se dire, le plaisir entrerait dans la voie générale des moti- vations, don t aucune ne saurait être définitive (si j'allègue ici quelques plaisirs de texte, c'est toujours en passant, d'une façon très précaire, nullement régulière). En un mot, un tel travail ne pourrait s'écrire. Je ne puis que tourner autour d'u n tel sujet — et dès lors mieux vaut le faire brièvement et solitairement que col- lectivement et interminablement; mieux vaut renoncer à passer de la valeur, fondement de l'affirmation, aux valeurs, qui sont des effets de culture.

56

LE PLAISIR

DU

TEXT E

Comme créature de langage, l'écrivain est toujours pris dans la guerre des fictions (des parlers), mais il n'y est jamais qu'un jouet, puisque le langage qui le constitue (l'écriture) est toujours hors-lieu (atopique); par le simple effet de la polysémie (stade rudimentaire de l'écriture), l'engagement guerrier d'une parole

littéraire est douteux dès son origine. L'écrivain est toujours sur la tache aveugle des systèmes, en dérive; c'est un joker, un mana, un degré

zéro, le mort du bridge : nécessaire au

sens

(au combat), mais privé lui-même de sens lixe; sa place, sa valeur (d'échange) varie selon les mouvements de l'histoire, les coups tac-

tiques de la lutte : on lui demande tout et ou rien. Lui-même est hors de l'échange, plongé dans le non-profit, le mushotoku zen, sans désir de prendre rien, sinon la jouissance perverse des mots (mais la jouissance n'est jamais une prise : rien ne la sépare du satori, de la perte). Paradoxe : cette gratuité de l'écriture (qui approche, par la jouissance,

57

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

se

contracte, se muscle, nie la dérive, refoule la

jouissance : il y en a très peu qui combattent

à la fois la répression idéologique et la répres- sion libidinale (celle, bien entendu, que l'in- tellectuel fait peser sur lui-même : sur son propre langage).

celle de la mort), l'écrivain

la

tait

:

il

Lisant un texte rapporté par Stendhal (mais qui n'est pas de lui) 1 , j'y retrouve Proust par un détail minuscule. L'évêque de Lescars

vicaire par

une série d'apostrophes précieuses (ma petite nièce, ma petite amie, ma jolie brune, ah petite

friande!) qui ressuscitent en moi les adresses des deux courrières du Grand Hôtel de Balbec, Marie Geneste et Céleste Albaret, au narrateur (Oh!petit diable aux cheveux de geai, ôprofonde malice! Ah jeunesse! Ah jolie peau!).

désigne la nièce de son grand

1. « Episodes de la vie d'Athanase Auger, publiés par sa nièce », dans les Mémoires d'un touriste, I, pp. 238- 245 (Stendhal, œuvres complètes, Calmann-Lévy, 1891).

5 8

LE PLAISI R

DU

TEXT E

Ailleurs, mais de la même façon, dans Flaubert, ce sont les pommiers normands en fleurs que je lis à partir de Proust. Je savoure le règne des formules, le renversement des origines, la désinvolture qui fait venir le texte antérieur du texte ultérieur. Je comprends que l'œuvre de Proust est, du moins pour moi, l'œuvre de référence, la mathésis générale, le mandala de toute la cosmogonie littéraire — comme l'étaient les Lettres de Mme de Sévigné pour la grand-mère du narrateur, les romans de chevalerie pour don Quichotte, etc.; cela ne veut pas du tout dire que je sois un « spécia- liste » de Proust : Proust, c'est ce qui me vient, ce n'est pas ce que j'appelle; ce n'est pas une « autorité »; simplement un souvenir circulaire. Et c'est bien cela l'inter-texte : l'impossibilité de vivre hors du texte infini — que ce texte soit Proust, ou le journal quotidien, ou l'écran télévisuel : le livre fait le sens, le sens fait la vie.

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Si vous enfoncez un clou clans le bois, le bois résiste différemment selon l'endroit où vous l'attaquez : on dit que le bois n'est pas isotrope. Le texte non plus n'est pas isotrope :

les bords, la faille, sont imprévisibles. De même que la physique (actuelle) doit s'ajuster au caractère non-isotrope de certains milieux, de certains univers, de même il faudra bien que l'analyse structurale (la sémiologie) reconnaisse les moindres résistances du texte, le dessin irrégulier de ses veines.

Nul objet n'est dans un rapport constant avec le plaisir (Lacan, à propos de Sade). Cependant, pour l'écrivain, cet objet existe; ce n'est pas le langage, c'est la langue, la langue maternelle. L'écrivain est quelqu'un qui joue avec le corps de sa mère (je renvoie à Pleynet, sur Lautréamont et sur Malisse) : pour le glori- fier, l'embellir, ou pour le dépecer, le porter à la limite de ce qui, du corps, peut être reconnu :

60

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

j'irai jusqu'à jouir d'une défiguration de la langue, et l'opinion poussera les hauts cris, car elle ne veut pas qu'on « défigure la nature ».

On dirait que pour Bachelard les écrivains n'ont jamais écrit : par une coupure bizarre, ils sont seulement lus. 11 a pu ainsi fonder une pure critique de lecture, et il l'a fondée en plaisir : nous sommes engagés dans une pra- tique homogène (glissante, euphorique, volup- tueuse, unitaire, jubilatoire), et cette pratique nous comble : lire-rêver. Avec Bachelard, c'est toute la poésie (comme simple droit de discontinuer la littérature, le combat) qui passe au crédit du Plaisir. Mais dès lors que l'œuvre est perçue sous les espèces d'une écri- ture, le plaisir grince, la jouissance pointe et Bachelard s'éloigne.

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Je m'intéresse au langage parce qu'il me blesse ou me séduit. C'est là, peut-être, une érotique de classe? Mais quelle classe? La bourgeoise? Elle n'a aucun goût pour le langage, qui n'est même plus à ses yeux, luxe, élément d'un art de vivre (mort de la « grande » littérature), mais seulement instrument ou décor (phraséo- logie). La populaire? Ici, disparition de toute activité magique ou poétique : plus de carna- val, on ne joue plus avec les mots : fin des métaphores, règne des stéréotypes imposés par la culture petite-bourgeoise. (La classe pro- ductrice n'a pas nécessairement le langage de son rôle, de sa force, de sa vertu. Donc :

dissociation des solidarités, des empathies — très fortes ici, nulles là. Critique de l'illusion totalisante : n'importe quel appareil unifie d'abord le langage ; mais il ne faut pas respecter le tout.) Reste un îlot : le texte. Délices de caste, mandarinat? le plaisir peut-être, la jouissance, non.

62

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Aucune signifiance (aucune jouissance) ne peut se produire, j'en suis persuadé, dans une culture de masse (à distinguer, comme l'eau du feu, de la culture des masses), car le modèle de cette culture est petit-bourgeois. C'est le propre de notre contradiction (historique), que la signifiance (la jouissance) est tout entière réfugiée dans une alternative excessive : ou bien dans une pratique mandarinale (issue d'une exténuation de la culture bourgeoise), ou bien dans une idée utopique (celle d'une culture à venir, surgie d'une révolution radi- cale, inouïe, imprévisible, dont celui qui écrit aujourd'hui ne sait qu'une chose : c'est que, tel Moïse, il n'y entrera pas).

Caractère asocial de la jouissance. Elle est la perte abrupte de la socialité, et pourtant il ne s'ensuit aucune retombée vers le sujet (la subjectivité), la personne, la solitude :

tout se perd, intégralement. Fond extrême de la clandestinité, noir de cinéma.

63

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Toutes les analyses socio-idéologiques con- cluent au caractère déceptif de la littérature (ce qui leur enlève un peu de leur pertinence) :

l'œuvre serait finalement toujours écrite par un groupe socialement déçu ou impuissant, hors du combat par situation historique, écono- mique, politique; la littérature serait l'expres- sion de cette déception. Ces analyses oublient (et c'est normal, puisque ce sont des herméneu- tiques fondées sur la recherche exclusive du signifié) le formidable envers de l'écriture :

la jouissance : jouissance qui peut exploser, à travers des siècles, hors de certains textes écrits cependant à la gloire de la plus morne, de la plus sinistre philosophie.

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Le langage que je parle en moi-même n'est pas de mon temps; il est en bute, par nature, au soupçon idéologique; c'est donc avec lui qu'il faut que je lutte. J'écris parce que je ne veux pas des mots que je trouve : par soustrac- tion. Et en même temps, cet avant-dernier langage est celui de mon plaisir : je lis à lon- gueur de soirées du Zola, du Proust, du Verne, Monte-Cristo, les Mémoires d'un Touriste, et même parfois du Julien Green. Ceci est mon plaisir, mais non ma jouissance : celle-ci n'a de chance de venir qu'avec le nouveau absolu, car seul le nouveau ébranle (infirme) la conscience (facile? nullement : neuf fois sur dix, le nouveau n'est que le stéréotype de la nouveauté).

Le Nouveau n'est pas une mode, c'est une valeur, fondement de toute critique : notre évaluation du monde ne dépend plus, du moins directement, comme chez Nietzsche, de l'opposi- tion du noble et du vil, mais de celle de l'Ancien et du Nouveau (l'érotique du Nouveau a commencé dès le xvm e siècle : longue trans-

65

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

formation en marche). Pour échapper à l'alié- nation de la société présente, il n'y a plus que ce moyen : la fuite en avant : tout langage ancien est immédiatement compromis, et tout langage devient ancien dès qu'il est répété. Or le langage encratique (celui qui se produit et se répand sous la protection du pouvoir) est statutairement un langage de répétition; toutes les institutions officielles de langage sont des machines ressassantes : l'école, le sport, la publicité, l'œuvre de masse, la chanson, l'information, redisent toujours la même struc- ture, le même sens, souvent les mêmes mots :

le stéréotype est un fait politique, la figure majeure de l'idéologie. En face, le Nouveau, c'est la jouissance (Freud : « Chez l'adulte, la nouveauté constitue toujours la condition de la jouissance »). D'où la configuration actuelle des forces : d'un côté un aplatissement de masse (lié à la répétition du langage) — apla- tissement hors-jouissance, mais non forcément hors-plaisir —, et de l'autre un emportement (marginal, excentrique) vers le Nouveau — emportement éperdu qui pourra aller jusqu'à la destruction du discours : tentative pour faire resurgir historiquement la jouissance refoulée sous le stéréotype.

66

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

L'opposition (le couteau de la valeur) n'est pas forcément entre des contraires consacrés, nommés (le matérialisme et l'idéalisme, le réformisme et la révolution, etc.); mais elle est toujours et partout entre /'exception et la règle. La règle, c'est l'abus, l'exception, c'est la jouissance. Par exemple, à de certains mo- ments, il est possible de soutenir l'exception des Mystiques. Tout, plutôt que la règle (la généralité, le stéréotype, l'idiolecte : le langage consistant).

Cependant, on peut prétendre tout le contraire (néanmoins, ce n'est pas moi qui le prétendrais) : la répétition engendrerait elle-même la jouissance. Les exemples ethno- graphiques abondent : rythmes obsessionnels, musiques incantatoires, litanies, rites, nembutsu bouddhique, etc : répéter à l'excès, c'est entrer dans la perte, dans le zéro du signifié. Seulement voilà : pour que la répétition soit érotique, il faut qu'elle soit formelle, littérale, et dans notre culture, cette répétition affichée

67

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

(excessive) redevient excentrique, repoussée vers certaines régions marginales de la musique. La forme bâtarde de la culture de masse est la répétition honteuse : on répète les contenus, les schèmes idéologiques, le gommage des contradictions, mais on varie les formes super- ficielles : toujours des livres, des émissions, des films nouveaux, des faits divers, mais toujours le même sens. En somme, le mot peut être érotique à deux conditions opposées, toutes deux excessives :

s'il est répété à outrance, ou au contraire s'il

est inattendu, succulent par sa nouveauté (dans certains textes, des mots brillent, ce sont des apparitions distractives, incongrues — il importe peu qu'elles soient pédantes; ainsi, personnellement, je prends du plaisir

comme si les

montres de poche marquaient les heures par une certaine faculté horodéictique, sans avoir besoin de roues, ou comme si les moulins brisaient les grains par une qualité fractive, sans avoir besoin de rien qui ressemblât aux meules »). Dans les deux cas, c'est la même

physique de jouissance, le sillon, l'inscription,

creusé, pilonné ou ce

à cette phrase de Leibnitz : «

la syncope : ce qui est qui éclate, détonne.

68

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Le stéréotype, c'est le mot répété, hors de toute magie, de tout enthousiasme, comme s'il était naturel, comme si par miracle ce mot qui revient était à chaque fois adéquat pour des raisons différentes, comme si imiter pouvait ne plus être senti comme une imitation :

mot sans-gêne, qui prétend à la consistance et ignore sa propre insistance. Nietzsche a fait cette remarque, que la « vérité » n'était que la solidification d'anciennes métaphores. Eh bien, à ce compte, le stéréotype est la voie actuelle de la « vérité », le trait palpable qui fait transiter l'ornement inventé vers la forme canoniale, contraignante, du signifié. (Il serait bon d'imaginer une nouvelle science linguisti- que; elle étudierait non plus l'origine des mots, ou étymologie, ni même leur diffusion, ou lexicologie, mais les progrès de leur solidifica- tion, leur épaississement le long du discours historique; cette science serait sans doute subversive, manifestant bien plus que l'origine historique de la vérité : sa nature rhétorique, langagière.)

stéréotype (lié à

la jouissance du mot nouveau ou du discours

69

La méfiance à l'égard

du

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

intenable) est un principe d'instabilité abso- lue, qui ne respecte rien (aucun contenu, aucun choix). La nausée arrive dès que la liaison de deux mots importants va de soi. Et dès qu'une chose va de soi, je la déserte : c'est la jouissance. Agacement futile? Dans la nouvelle d'Egdar Poe, M. Valdemar, le mou- rant magnétisé, survit, cataleptique, par la répétition des questions qui lui sont adressées (« M. Valdemar, dormez-vous? »); mais cette survie est intenable : la fausse mort, la mort atroce, c'est ce qui n'est pas un terme, c'est l'interminable (« Pour l'amour de Dieu ! — Vite! — Vite! — faites-moi dormir, — ou bien vite! éveillez-moi vite! — Je vous dis que je suis mort! » ). Le stéréotype, c'est cette impossibilité nauséeuse de mourir.

Dans le champ intellectuel, le choix politi- que est un arrêt de langage — donc une jouis- sance. Cependant, le langage reprend, sous sa forme la plus consistante (le stéréotype poli- tique). Ce langage-là, il faut alors l'avaler, sans nausée.

70

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Autre jouissance (autres bords) : elle consiste à dépolitiser ce qui est apparemment politique, et à politiser ce qui apparemment ne l'est pas. — Mais non, voyons, on politise ce qui doit l'être et c'est tout.

Nihilisme : « les fins supérieures se dépré- cient. » C'est un moment instable, menacé, car d'autres valeurs supérieures tendent aussitôt et avant que les premières soient détruites, à prendre le dessus; la dialectique ne fait que lier des positivités successives; d'où l'étouf- fement, au sein même de l'anarchisme. Com- ment donc installer la carence de toute valeur supérieure? L'ironie? Elle part toujours d'un lieu sûr. La violence? C'est une valeur supé- rieure, et des mieux codées. La jouissance? Oui, si elle n'est pas dite, doctrinale. Le nihilisme le plus conséquent est peut-être sous masque : d'une certaine façon intérieur aux institutions, aux discours conformes, aux finalités apparentes.

71

A. me confie qu'il ne supporterait pas que sa mère fût dévergondée — mais qu'il le supporterait de son père; il ajoute : c'est bizarre, ça, non? — Il suffirait d'un nom pour faire cesser son étonnement : l'Œdipe ! A. est à mes yeux tout près du texte, car celui-ci ne donne pas les noms — ou il lève ceux qui existent; il ne dit pas (ou dans quelle intention douteuse?) : le marxisme, le brechtisme, le capitalisme, l'idéalisme, le Zen, etc.; le Nom ne vient pas aux lèvres, il est fragmenté en pratiques, en mots qui ne sont pas des Noms. En se portant aux limites du dire, dans une mathésis du langage qui ne veut pas être confondue avec la science, le texte défait la nomination et c'est cette défection qui l'ap- proche de la jouissance.

72

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Dans un texte ancien que je viens de lire (un épisode de la vie ecclésiastique rapporté par Stendhal), passe de la nourriture nommée :

du lait, des tartines, du fromage à la crème de Chantilly, des confitures de Bar, des oranges de Malte, des fraises au sucre. Est-ce encore un plaisir de pure représentation (ressenti alors seulement par le lecteur gourmand)? Mais je n'aime guère le lait ni tant de mets sucrés et me projette peu dans le détail de ces dînettes. Autre chose se passe, attaché sans doute à un autre sens du mot « représentation ». Lorsque, dans un débat, quelqu'un représente quelque chose à son interlocuteur, il ne fait qu'allé- guer le dernier état de la réalité, l'intraitable qui est en elle. De même, peut-être, le romancier en citant, en nommant, en notifiant la nourri- ture (en la traitant comme notable), impose- t-il au lecteur le dernier état de la matière, ce qui, en elle, ne peut être dépassé, reculé (ce n'est certes pas le cas des noms qu'on a cités précédemment : marxisme, idéalisme, etc.). C'est cela! Ce cri ne doit pas être entendu comme une illumination de l'intelligence, mais comme la limite même de la nomination, de l'imagination. Il y aurait en somme deux réalismes : le premier déchiffre le « réel »

73

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

(ce qui se démontre mais ne se voit pas); le second dit la « réalité » (ce qui se voit mais ne se démontre pas) ; le roman, qui peut mêler ces deux réalismes, ajoute à l'intelligible du « réel )) la queue fantasmatique de la « réali- té » : étonnement qu'on mangeât en 1791 « une salade d'oranges au rhum », comme dans nos restaurants d'aujourd'hui : amorce d'in- telligible historique et entêtement de la chose (l'orange, le rhum) à être là.

Un Français sur deux, paraît-il, ne lit pas; la moitié de la France est privée — se prive du plaisir du texte. Or on ne déplore jamais cette disgrâce nationale que d'un point de vue humaniste, comme si, en boudant le livre, les Français renonçaient seulement à un bien moral, à une valeur noble. Il vaudrait mieux faire la sombre, la stupide, la tragique histoire de tous les plaisirs auxquels les sociétés objec- tent ou renoncent : il y a un obscurantisme du plaisir.

74

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Même si nous replaçons le plaisir du texte dans le champ de sa théorie et non dans celui de sa sociologie (ce qui entraîne ici à un dis- cours particulier, apparemment privé de toute portée nationale ou sociale), c'est bien une aliénation politique qui est en cause : la for- clusion du plaisir (et plus encore de la jouis- sance) dans une société travaillée par deux morales : l'une, majoritaire, de la platitude, l'autre, groupusculaire, de la rigueur (poli- tique et / ou scientifique). On dirait que l'idée de plaisir ne flatte plus personne. Notre société paraît à la fois rassise et violente; de toute manière : frigide.

La mort du Père enlèvera à la littérature beaucoup de ses plaisirs. S'il n'y a plus de Père, à quoi bon raconter des histoires? Tout récit ne se ramène-t-il pas à l'Œdipe? Raconter, n'est-ce pas toujours chercher son origine, dire ses démêlés avec la Loi, entrer dans la dialectique de l'attendrissement et de

75

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

la haine ? Aujourd'hui on balance d'un

même

coup l'Œdipe

et

le

récit

:

on

n'aime

plus,

on ne craint

plus,

on

ne

raconte

plus.

Comme fiction,

l'Œdipe

servait

au

moins

à

quelque chose

:

à

faire de

bons

romans,

à

bien raconter

(ceci

est

écrit

après

avoir

vu

City Girl de Murnau).

Beaucoup de lectures sont perverses, impli- quant un clivage. De même que l'enfant sait que sa mère n'a pas de pénis et tout en même temps croit qu'elle en a un (économie dont Freud a montré la rentabilité), de même le lecteur peut dire sans cesse : je sais bien que ce ne sont que des mots, mais tout de même (je m'émeus comme si ces mots énonçaient une réalité). De toutes les lectures, c'est la lecture tragique qui est la plus perverse : je prends plaisir à m'entendre raconter une histoire dont je connais la fin : je sais et je ne sais pas, je fais vis-à-vis de moi-même comme si je ne savais pas :je sais bien qu'Œdipe sera démasqué, que Danton sera guillotiné, mais tout de même

76

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Par rapport à l'histoire dramatique, qui est celle dont on ignore l'issue, il y a effacement du plaisir et progression de la jouissance (aujourd'hui, dans la culture de masse, grande consommation de « dramatiques », peu de jouissance).

Proximité (identité?) de la jouissance et de la peur. Ce qui répugne à un tel rapprochement, ce n'est évidemment pas l'idée que la peur est un sentiment désagréable — idée banale—,

mais qu'elle est un sentiment médiocrement indigne; elle est le laissé-pour-compte de toutes les philosophies (seul, Hobbes, je crois :

de ma vie a été la peur »);

la folie n'en veut pas (sauf peut-être la folie démodée : le Horla), et ceci interdit à la peur d'être moderne : c'est un déni de transgression, une folie que vous laissez en pleine conscience. Par une dernière fatalité, le sujet qui a peur reste toujours un sujet; tout au plus relève-t-il de la névrose (on parle alors d'angoisse, mot

« la seule passion

77

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

noble, mot scientifique : mais la peur n'est pas l'angoisse). Ce sont ces raisons mêmes qui rapprochent la peur de la jouissance : elle est la clandes- tinité absolue, non parce qu'elle est « inavoua- ble » (encore qu'aujourd'hui personne ne soit prêt à l'avouer), mais parce que, scindant le sujet en le laissant intact, elle n'a à sa disposi- tion que des signifiants conformes : le langage délirant est refusé à celui qui l'écoute monter en lui. « J'écris pour ne pas être fou », disait Bataille — ce qui voulait dire qu'il écrivait la folie; mais qui pourrait dire : « J'écris pour ne pas avoir peur »? Qui pourrait écrire la peur (ce qui ne voudrait pas dire la raconter)? La peur ne chasse, ni ne contraint, ni n'ac- complit l'écriture : par la plus immobile des contradictions, toutes deux coexistent — séparées.

(Sans parler du cas où écrire fait peur)

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Un soir, à moitié endormi sur une banquette de bar, j'essayais par jeu de dénombrer tous les langages qui entraient dans mon écoute :

musiques, conversations, bruits de chaises, de verres, toute une stéréophonie dont une place de Tanger (décrite par Severo Sarduy) est le lieu exemplaire. En moi aussi cela parlait (c'est bien connu), et cette parole dite « inté- rieure » ressemblait beaucoup au bruit de la place, à cet échelonnement de petites voix qui me venaient de l'extérieur : j'étais moi- même un lieu public, un souk; en moi pas- saient les mots, les menus syntagmes, les bouts de formules, et aucune phrase ne se formait, comme si c'eût été la loi de ce langage-là. Cette parole à la fois très culturelle et très sau- vage était surtout lexicale, sporadique; elle constituait en moi, à travers son flux apparent, un discontinu définitif : cette non-phrase n'était pas du tout quelque chose qui n'aurait pas eu la puissance d'accéder à la phrase, qui aurait été avant la phrase; c'était : ce qui est éternellement, superbement, hors de la phrase. Alors, virtuellement, toute la linguis- tique tombait, elle qui ne croit qu'à la phrase et a toujours attribué une dignité exorbitante à la syntaxe prédicative (comme forme d'une

79

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

logique, d'une rationalité); je me rappelais ce scandale scientifique : il n'existe aucune grammaire locutive (grammaire de ce qui parle, et non de ce qui s'écrit; et pour commen- cer : grammaire du français parlé). Nous sommes livrés à la phrase (et de là : à la phraséologie).

La Phrase est hiérarchique : elle implique des sujétions, des subordinations, des rec- tions internes. De là son achèvement : comment une hiérarchie pourrait-elle rester ouverte? La Phrase est achevée; elle est même préci- sément : ce langage-là qui est achevé. La pratique, en cela, diffère bien de la théorie. La théorie (Chomsky) dit que la phrase est en droit infinie (infiniment catalysable), mais la pratique oblige à toujours finir la phrase. « Toute activité idéologique se présente sous la forme d'énoncés compositionneilement achevés. » Prenons aussi cette proposition de Julia Kristeva dans son envers : tout énoncé achevé court le risque d'être idéolo-

80

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

gique. C'est en effet le pouvoir d'achèvement qui définit la maîtrise phrastique et marque, comme d'un savoir-faire suprême, chèrement acquis, conquis, les agents de la Phrase. Le professeur est quelqu'un qui finit ses phrases. Le politicien interviewé se donne visiblement beaucoup de mal pour imaginer un bout à sa phrase : et s'il restait court? Toute sa politique en serait atteinte! Et l'écrivain? Valéry disait : « On ne pense pas des mots, on ne pense que des phrases. » Il le disait parce qu'il était écrivain. Est dit écrivain, non pas celui qui exprime sa pensée, sa pas- sion ou son imagination par des phrases, mais celui qui pense des phrases : un Pense- Phrase (c'est-à-dire : pas tout à fait un pen- seur, et pas tout à fait un phraseur).

Le plaisir de la phrase est très culturel. L'artefact créé par les rhéteurs, les grammai- riens, les linguistes, les maîtres, les écrivains, les parents, cet artefact est mimé d'une façon plus ou moins ludique; on joue d'un objet

81

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

exceptionnel, dont la linguistique a bien sou- ligné le paradoxe : immuablement structuré et cependant infiniment renouvelable : quelque chose comme le jeu d'échecs. A moins que pour certains pervers, la phrase ne soit un cor psi

Plaisir du texte. Classiques. Culture (plus il y aura de culture, plus le plaisir sera grand, divers). Intelligence. Ironie. Délicatesse. Euphorie. Maîtrise. Sécurité : art de vivre. Le plaisir du texte peut se définir par une pratique (sans aucun risque de répression) :

lieu et temps de lecture : maison, province, repas proche, lampe, famille là où il faut, c'est-à-dire au loin et non loin (Proust dans le cabinet aux senteurs d'iris), etc. Extraordi- naire renforcement du moi (par le fantasme); inconscient ouaté. Ce plaisir peut être dit :

de là vient la critique.

Le plaisir en pièces;

la

82

pièces.

Textes

langue

de jouissance.

en

pièces;

la

culture

en

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Ils sont pervers en ceci qu'ils sont hors de toute finalité imaginable — même celle du plaisir (la jouissance n'oblige pas au plai- sir; elle peut même apparemment ennuyer). Aucun alibi ne tient, rien ne se reconstitue, rien ne se récupère. Le texte de jouissance est absolument intransitif. Cependant, la per- version ne suffit pas à définir la jouissance; c'est l'extrême de la perversion qui la définit :

extrême toujours déplacé, extrême vide, mobile, imprévisible. Cet extrême garantit la jouis- sance : une perversion moyenne s'encombre très vite d'un jeu de finalités subalternes :

prestige, affiche, rivalité, discours, parade, etc.

Tout le monde peut témoigner que le plaisir du texte n'est pas sûr : rien ne dit que ce même texte nous plaira une seconde fois; c'est un plaisir friable, délité par l'humeur, l'habitude, la circonstance, c'est un plaisir précaire (obtenu par une prière silencieuse adressée à l'Envie de se sentir bien, et que cette Envie peut révo- quer); d'où l'impossibilité de parler de ce

83

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

texte du point de vue de la science positive (sa juridiction est celle de la science critique :

le plaisir comme principe critique). La jouissance du texte n'est pas précaire, elle est pire : précoce ; elle ne vient pas en son temps, elle ne dépend d'aucun mûrissement. Tout s'emporte en une fois. Cet emportement est évident dans la peinture, celle qui se fait aujourd'hui : dès qu'il est compris, le prin- cipe de la perte devient inefficace, il faut passer à autre chose. Tout se joue, tout se jouit dans la première vue.

Le

texte

est

(devrait

être)

cette

personne

désinvolte

qui

montre

son

derrière

au

Père

Politique.

 

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Pourquoi, dans des œuvres historiques, romanesques, biographiques, y a-t-il (pour certains dont je suis) un plaisir à voir repré- senter la « vie quotidienne » d'une époque, d'un personnage? Pourquoi cette curiosité des menus détails : horaires, habitudes, repas, logements, vêtements, etc? Est-ce le goût fan- tasmatique de la « réalité » (la matérialité même du « cela a été »)? Et n'est-ce pas le fantasme lui-même qui appelle le « détail », la scène minuscule, privée, dans laquelle je puis facilement prendre place? Y aurait-il en somme de « petits hystériques » (ces lecteurs- là), qui tireraient jouissance d'un singulier théâtre : non celui de la grandeur, mais celui de la médiocrité (ne peut-il y avoir des rêves, des fantasmes de médiocrité?). Ainsi, impossible d'imaginer notation plus ténue, plus insignifiante que celle du « temps qu'il fait » (qu'il faisait); et pourtant, l'autre jour, lisant, essayant de lire Amiel, irritation de ce que l'éditeur, vertueux (encore un qui forclôt le plaisir), ait cru bien faire en suppri- mant de ce Journal les détails quotidiens, le temps qu'il faisait sur les bords du lac de Genève, pour ne garder que d'insipides consi-

85

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

dérations morales : c'est pourtant ce temps qui n'aurait pas vieilli, non la philosophie d'Amiel.

L'art semble compromis, historiquement, socialement. D'où l'effort de l'artiste lui-même pour le détruire. Je vois à cet effort trois formes. L'artiste peut passer à un autre signifiant : s'il est écrivain, se faire cinéaste, peintre, ou, au contraire, s'il est peintre, cinéaste, développer d'inter- minables discours critiques sur le cinéma, la peinture, réduire volontairement l'art à sa critique. Il peut aussi donner congé à l'écriture, se soumettre à l'écrivance, se faire savant, théoricien intellectuel, ne jamais plus parler que d'un lieu moral, nettoyé de toute sensualité de langage. Il peut enfin purement et simplement se saborder, cesser d'écrire, changer de métier, de désir.

Le

malheur

est

que

cette

destruction

est

toujours

inadéquate;

ou

bien

elle

se

fait

86

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

extérieure à l'art, mais devient dès lors im- pertinente, ou bien elle consent à rester dans la pratique de l'art, mais s'offre très vite à la récupération (l'avant-garde, c'est ce langage rétif qui va être récupéré). L'inconfort de cette alternative vient de ce que la destruction du discours n'est pas un terme dialectique, mais un terme sémantique : elle se range doci- lement sous le grand mythe sémiologique du « versus » (blanc versus noir); dès lors la des- truction de l'art est condamnée aux seules for- mes paradoxales (celles qui vont, littéralement, contre la doxa) : les deux côtés du paradigme sont collés l'un à l'autre d'une façon finalement complice : il y a accord structural entre les formes contestantes et les formes contestées.

(J'entends à l'inverse par subversion sub- tile celle qui ne s'intéresse pas directement à la destruction, esquive le paradigme et cherche un autre terme : un troisième terme, qui ne soit pas, cependant, un terme de synthèse, mais un terme excentrique, inouï. Un exemple ? Bataille, peut-être, qui déjoue le terme idéa- liste par un matérialisme inattendu, où pren-

nent place le vice, la dévotion, le jeu, l'érotisme impossible, etc.; ainsi, Bataille n'oppose pas

à la pudeur la liberté sexuelle, mais

le rire.)

87

Le texte de plaisir n'est pas forcément celui qui relate des plaisirs, le texte de jouis- sance n'est jamais celui qui raconte une jouis- sance. Le plaisir de la représentation n'est pas lié à son objet : la pornographie n'est pas sûre. En termes zoologiques, on dira que le lieu du plaisir textuel n'est pas le rapport du mime et du modèle (rapport d'imitation), mais seulement celui de la dupe et du mime (rapport de désir, de production).

Il faudrait d'ailleurs distinguer entre la

figuration

et

la

représentation.

La figuration serait le mode d'apparition du corps érotique (à quelque degré et sous quelque mode que ce soit) dans le profil du texte. Par exemple : l'auteur peut apparaître

88

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

dans son texte (Genet, Proust), mais non point sous les espèces de la biographie directe (ce qui excéderait le corps, donnerait un sens à la vie, forgerait un destin). Ou encore :

on peut concevoir du désir pour un personnage de roman (par pulsions fugitives). Ou enfin :

le texte lui-même, structure diagrammatique, et non pas imitative, peut se dévoiler sous forme de corps, clivé en objets fétiches, en lieux érotiques. Tous ces mouvements attes- tent une figure du texte, nécessaire à la jouis- sance de lecture. De même, et plus encore que le texte, le film sera à coup sûr toujours figu- ratif (ce pour quoi il vaut tout de même la peine d'en faire) — même s'il ne représente rien.

La représentation, elle, serait une figuration embarrassée, encombrée d'autres sens que celui du désir : un espace d'alibis (réalité, morale, vraisemblance, lisibilité, vérité, etc.). Voici un texte de pure représentation : Barbey d'Aurevilly écrit de la vierge de Memling :

« Elle est très droite, très perpendiculairement posée. Les êtres purs sont droits. A la taille et au mouvement, on reconnaît les femmes chastes; les voluptueuses traînent, languissent et se penchent, toujours sur le point de tomber. »

89

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Notez en passant que le procédé représentatif a pu engendrer aussi bien un art (le roman classique) qu'une « science » (la graphologie, par exemple, qui, de la mollesse d'une lettre, conclut à la veulerie du scripteur), et que par conséquent il est juste, sans sophistication aucune, de la dire immédiatement idéologique (par l'étendue historique de sa signification). Certes, il arrive très souvent que la représen- tation prenne pour objet d'imitation le désir lui-même; mais alors, ce désir ne sort jamais du cadre, du tableau; il circule entre les per- sonnages; s'il a un destinataire, ce destina- taire reste intérieur à la fiction (on pourra dire en conséquence que toute sémiotique qui tient le désir enfermé dans la configuration des actants, si nouvelle qu'elle soit, est une sémiotique de la représentation. La représen- tation, c'est cela : quand rien ne sort, quand rien ne saute hors du cadre : du tableau, du livre, de l'écran).

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

A peine a-t-on dit un mot, quelque part, du

plaisir du texte, que deux gendarmes sont prêts

à vous tomber dessus : le gendarme poli-

tique et le gendarme psychanalytique : futilité et/ou culpabilité, le plaisir est ou oisif ou vain, c'est une idée de classe ou une illusion.

Vieille, très vieille tradition : l'hédonisme

a été refoulé par presque toutes les philoso-

phies; on ne trouve la revendication hédo- niste que chez des marginaux, Sade, Fourier; pour Nietzsche lui-même, l'hédonisme est un pessimisme. Le plaisir est sans cesse déçu,

réduit, dégonflé, au profit de valeurs fortes,

nobles

: la Vérité, la Mort, le Progrès, la

Lutte,

la Joie, etc. Son rival victorieux,

c'est le Désir : on nous parle sans cesse du Désir, jamais du Plaisir; le Désir aurait une dignité épistémique, le Plaisir non. On dirait que la société (la nôtre) refuse (et finit par ignorer) tellement la jouissance, qu'elle ne peut produire que des épistémologies de la Loi (et de sa contestation), jamais de son absence, ou mieux encore : de sa nullité. Curieux, cette permanence philosophique du Désir (en tant qu'il n'est jamais satisfait) : ce mot ne dénoterait-il pas une « idée de classe »?

91

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

(Présomption de preuve assez grossière, et cependant notable : le « populaire » ne connaît pas le Désir — rien que des plaisirs. )

Les livres dits « érotiques » (il faut ajouter :

de facture courante, pour excepter Sade et quelques autres) représentent moins la scène érotique que son attente, sa préparation, sa montée; c'est en cela qu'ils sont « excitants »; et lorsque la scène arrive, il y a naturellement déception, déflation. Autrement dit, ce sont des livres du Désir, non du Plaisir. Ou, plus malicieusement, ils mettent en scène le Plaisir tel que le voit la psychanalyse. Un même sens dit ici et là que tout cela est bien décevant.

(Le monument psychanalytique doit être traversé — non contourné, comme les voies admirables d'une très grande ville, voies à

92

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

travers lesquelles on peut jouer, rêver, etc. :

c'est une fiction.)

Il y aurait, paraît-il, une mystique du Texte. — Tout l'effort consiste, au contraire, à maté- rialiser le plaisir du texte, à faire du texte un objet de plaisir comme les autres. C'est-à- dire : soit à rapprocher le texte des « plaisirs » de la vie (un mets, un jardin, une rencontre, une voix, un moment, etc.) et à lui faire rejoindre le catalogue personnel de nos sensua- lités, soit à ouvrir par le texte la brèche de la jouissance, de la grande perte subjective, identifiant alors ce texte aux moments les plus purs de la perversion, à ses lieux clandes- tins. L'important, c'est d'égaliser le champ du plaisir, d'abolir la fausse opposition de la vie pratique et de la vie contemplative. Le plaisir du texte est une revendication justement dirigée contre la séparation du texte; car ce que le texte dit, à travers la particularité de son nom, c'est l'ubiquité du plaisir, l'atopie de la jouissance.

Idée d'un livre (d'un texte) où serait tressée, tissée, de la façon la plus personnelle, la relation de toutes les jouissances : celles de la « vie »

93

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

et celles du texte, où une même anamnèse saisirait la lecture et l'aventure.

Imaginer une esthétique (si le mot n'est pas trop déprécié) fondée jusqu'au bout (complè- tement, radicalement, dans tous les sens) sur le plaisir du consommateur, quel qu'il soit, à quelque classe, à quelque groupe qu'il appar- tienne, sans acception de cultures et de lan- gages : les conséquences seraient énormes, peut-être même déchirantes (Brecht a amorcé une telle esthétique du plaisir; de toutes ses propositions, c'est celle qu'on oublie le plus souvent).

Le rêve permet, soutient, détient, met en pleine lumière une extrême finesse de senti- ments moraux, parfois même métaphysiques, le sens le plus subtil des rapports humains, des différences raffinées, un savoir de la plus haute civilisation, bref une logique consciente,

94

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

articulée avec une délicatesse inouïe, que seul un travail de veille intense devrait pouvoir obtenir. Bref le rêve fait parler tout ce qui en moi n'est pas étrange, étranger : c'est une anecdote incivile faite avec des sentiments très civilisés (le rêve serait civilisateur). Le texte de jouissance met souvent en scène ce différentiel (Poe); mais il peut aussi donner la figure contraire (quoique tout aussi scindée) :

une anecdote très lisible avec des sentiments impossibles (Mme Edwarda, de Bataille).

Quel rapport peut-il y avoir entre le plaisir du texte et les institutions du texte? Très mince. La théorie du texte, elle, postule la jouissance, mais elle a peu d'avenir institutionnel : ce qu'elle fonde, son accomplissement exact, son assomption, c'est une pratique (celle de l'écrivain), nullement une science, une méthode, une recherche, une pédagogie; de par ses principes mêmes, cette théorie ne peut pro- duire que des théoriciens ou des praticiens

95

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

(des scripteurs), nullement des spécialistes (critiques, chercheurs, professeurs, étudiants). Ce n'est pas seulement le caractère fatalement méta-linguistique de toute recherche institution-

nelle qui fait obstacle à l'écriture du plaisir tex- tuel c'est aussi que nous sommes actuellement incapables de concevoir une véritable science du devenir (qui seule pourrait recueillir notre plaisir, sans l'affubler d'une tutelle morale) :

nous ne sommes pas assez subtils pour

apercevoir Yécoulement probablement absolu du devenir; le permanent n'existe que grâce à nos organes grossiers qui résument et ramènent les choses à des plans communs, alors que rien n'existe sous cette forme. L'arbre est à chaque instant une chose neuve; nous affirmons la forme parce que nous ne saisissons pas la subtilité d'un mouvement absolu. » (Nietzsche).

«

Le Texte serait lui aussi cet arbre dont nous devons la nomination (provisoire) à la grossiè- reté de nos organes. Nous serions scientifiques par manque de subtilité.

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Qu'est-ce

que la

signifiance? C'est sensuellement.

en ce qu'il est produit

le sens

Ce qu'on cherche, de divers côtés, c'est à établir une théorie du sujet matérialiste. Cette recherche peut passer par trois états : elle peut d'abord, empruntant une ancienne voie psycho- logique, critiquer impitoyablement les illusions dont s'entoure le sujet imaginaire (les moralis- tes classiques ont excellé dans cette critique); elle peut ensuite — ou en même temps — aller plus loin, admettre la scission vertigineuse du sujet, décrit comme une pure alternance, celle du zéro et de son effacement (ceci inté- resse le texte, puisque, sans pouvoir s'y dire, la jouissance y fait passer le frisson de son annulation); elle peut enfin généraliser le sujet (« âme multiple », « âme mortelle ») — ce qui ne veut pas dire le massifier, le collec- tiviser; et ici encore, on retrouve le texte, le plaisir, la jouissance : « On n'a pas le droit de demander qui donc est-ce qui interprète?

97

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

C'est l'interprétation

volonté de puissance, qui existe (non

un

devenir), en

elle-même, forme de

un

processus,

»

la

comme

un

(Nietzsche).

«

être

», mais

tant

comme

que

passion

Alors peut-être revient le sujet, non comme illusion, mais comme fiction. Un certain plaisir est tiré d'une façon de s'imaginer comme individu, d'inventer une dernière fiction, des plus rares : le fictif de l'identité. Cette fiction n'est plus l'illusion d'une unité; elle est au contraire le théâtre de société où nous faisons comparaître notre pluriel : notre plaisir est individuel — mais non personnel.

Chaque fois que j'essaye d'« analyser » un texte qui m'a donné du plaisir, ce n'est pas ma « subjectivité » que je retrouve, c'est mon « individu », la donnée qui fait mon corps séparé des autres corps et lui approprie

98

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

sa souffrance ou son plaisir: c'est mon corps de jouissance que je retrouve. Et ce corps de jouissance est aussi mon sujet historique ; car c'est au terme d'une combinatoire très fine d'éléments biographiques, historiques, sociologiques, névrotiques (éducation, classe sociale, configuration infantile, etc.) que je règle le jeu contradictoire du plaisir (culturel) et de la jouissance (inculturelle), et que je m'écris comme un sujet actuellement mal placé, venu trop tard ou trop tôt (ce trop ne désignant ni un regret ni une faute ni une malchance, mais seulement invitant à une place nulle) : sujet anachronique, en dérive.

On pourrait imaginer une typologie des plaisirs de lecture — ou des lecteurs de plaisir; elle ne serait pas sociologique, car le plaisir n'est un attribut ni du produit ni de la pro- duction; elle ne pourrait être que psychana- lytique, engageant le rapport de la névrose lectrice à la forme hallucinée du texte. Le fétichiste s'accorderait au texte découpé, au

99

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

morcellement des citations, des formules, des frappes, au plaisir du mot. L'obsessionnel aurait la volupté de la lettre, des langages seconds, décrochés, des méta-langages (cette classe réunirait tous les logophiles, linguistes, sémioticiens, philologues : tous ceux pour qui le langage revient). Le paranoïaque consom- merait ou produirait des textes retors, des histoires développées comme des raisonne- ments, des constructions posées comme des jeux, des contraintes secrètes. Quant à l'hys- térique (si contraire à l'obsessionnel), il serait celui qui prend le texte pour de l'argent comp- tant, qui entre dans la comédie sans fond, sans vérité, du langage, qui n'est plus le sujet d'aucun regard critique et se jette à travers le texte (ce qui est tout autre chose que de s'y projeter).

Texte veut dire Tissu; mais alors que jusqu'ici on a toujours pris ce tissu pour un produit, un voile tout fait, derrière lequel se tient,

100

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

plus ou moins caché, le sens (la vérité), nous accentuons maintenant, dans le tissu, l'idée générative que le texte se fait, se travaille à travers un entrelacs perpétuel; perdu dans ce tissu — cette texture — le sujet s'y défait, telle une araignée qui se dissoudrait elle-même dans les sécrétions constructives de sa toile. Si nous aimions les néologismes, nous pourrions définir la théorie du texte comme une hypho- logie (hyphos, c'est le tissu et la toile d'araignée).

Bien que la théorie du texte ait nommément désigné la signifiance (au sens que Julia Kristeva a donné à ce mot) comme lieu de la jouissance, bien qu'elle ait affirmé la valeur à la fois éroti- que et critique de la pratique textuelle, ces propositions sont souvent oubliées, refoulées, étouffées. Et pourtant : le matérialisme radi- cal auquel tend cette théorie, est-il concevable sans la pensée du plaisir, de la jouissance? Les rares matérialistes du passé, chacun à sa manière, Épicure, Diderot, Sade, Fourier, n'ont-ils pas tous été des eudémonistes décla- rés?

101

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Cependant la place du plaisir dans une théorie du texte n'est pas sûre. Simplement, un jour vient où l'on ressent quelque urgence à dévisser un peu la théorie, à déplacer le discours, l'idiolecte qui se répète, prend de la consis- tance, et à lui donner la secousse d'une ques- tion. Le plaisir est cette question. Comme nom trivial, indigne (qui, sans rire, se dirait aujour- d'hui hédoniste?), il peut gêner le retour du texte à la morale, à la vérité : à la morale de la vérité : c'est un indirect, un « dérapant», si l'on peut dire, sans lequel la théorie du texte redeviendrait un système centré, une philosophie du sens.

Ne jamais assez dire la force de

suspension

du

plaisir

:

c'est

une

véritable

époché,

un

arrêt

qui

fige

au

loin

toutes

les

valeurs

admises

(admises

par

soi-même).

Le

plaisir

est

un

neutre

(la

forme

la

plus

perverse

du

démoniaque).

1 0 2

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

Ou du moins, ce que le plaisir suspend, c'est la valeur signifiée : la (bonne) Cause. « Dar- mès, un frotteur qu'on juge en ce moment

pour avoir tiré sur le roi, rédige ses idées poli-

; ce qui revient le plus souvent sous

la plume de Darmès, c'est l'aristocratie, qu'il

écrit haristaukrassie. Le mot, écrit de cette

façon, est assez terrible

apprécie vivement l'extravagance du signi- fiant; il sait aussi que ce petit orgasme ortho- graphique vient des « idées » de Darmès :

ses idées, c'est-à-dire ses valeurs, sa foi poli- tique, l'évaluation qui le fait d'un même mou- vement : écrire, nommer, désorthographier et vomir. Pourtant : comme il devait être ennuyeux, le factum politique de Darmès!

Le plaisir du texte, c'est ça : la valeur passée au rang somptueux de signifiant.

» Hugo (Pierres)

tiques

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

S'il était possible d'imaginer une esthé- tique du plaisir textuel, il faudrait y inclure :

l'écriture à haute voix. Cette écriture vocale (qui n'est pas du tout la parole), on ne la pratique pas, mais c'est sans doute elle que recommandait Artaud et que demande Sollers. Parlons-en comme si elle existait. Dans l'antiquité, la rhétorique comprenait une partie oubliée, censurée par les commenta- teurs classiques : Vactio, ensemble de recettes propres à permettre l'extériorisation corpo- relle du discours : il s'agissait d'un théâtre de l'expression, l'orateur-comédien « expri- mant » son indignation, sa compassion, etc. L'écriture à haute voix, elle, n'est pas expres- sive; elle laisse l'expression au phéno-texte, au code régulier de la communication; pour sa part elle appartient au géno-texte, à la signifiance; elle est portée, non par les in- flexions dramatiques, les intonations malignes, les accents complaisants, mais par le grain de la voix, qui est un mixte érotique de timbre et de langage, et peut donc être lui aussi, à l'égal de la diction, la matière d'un art :

l'art de conduire son corps (d'où son impor- tance dans les théâtres extrême-orientaux). Eu égard aux sons de la langue, récriture

1 0 4

LE

PLAISIR

DU

TEXTE

à haute voix n'est pas phonologique, mais phonétique; son objectif n'est pas la clarté des messages, le théâtre des émotions ; ce qu'elle cherche (dans une perspective de jouissance), ce sont les incidents pulsionnels, c'est le langage tapissé de peau, un texte où l'on puisse entendre le grain du gosier, la patine des consonnes, la volupté des voyelles, toute une stéréophonie de la chair profonde : l'articulation du corps, de la langue, non celle du sens, du langage. Un certain art de la mélodie peut donner une idée de cette écriture vocale; mais comme la mélodie est morte, c'est peut- être aujourd'hui au cinéma qu'on la trouverait le plus facilement. Il suffit en effet que le cinéma prenne de très près le son de la parole (c'est en somme la définition généralisée du « grain » de l'écriture) et fasse entendre dans leur matéria- lité, dans leur sensualité, le souffle, la rocaille, la pulpe des lèvres, toute une présence du museau humain (que la voix, que l'écriture soient fraîches, souples, lubrifiées, finement granu- leuses et vibrantes comme le museau d'un ani- mal), pour qu'il réussisse à déporter le signifié très loin et à jeter, pour ainsi dire, le corps ano- nyme de l'acteur dans mon oreille : ça granule, ça grésille, ça caresse, ça rape, ça coupe : ça jouit.

105

Affirmation, 9.

Babel,

Babil,

Bords,

24.

Brio,

Clivage,

9.

11.

14.

25.

Communauté,

26.

Corps,

29.

Commentaire,

30.

Dérive,

32.

Dire,

Droite,

39.

Écoute,

Émotion, 42.

Échange,

33.

38.

41.

Ennui, 43.

Envers,

44.

Exactitude,

44.

Fétiche, 45.

Guerre,

46.

Imaginaires,

54.

Inter-texte,

58.

Isotrope,

60.

Langue,

60.

Lecture,

61.

Mandarinat,

62.

Moderne,

65.

Nihilisme,

71.

Nomination,

Obscurantisme,

72.

74.

Œdipe,

75.

Peur,

77.

Phrase,

79.

Plaisir,

82.

Politique,

84.

Quotidien,

85.

Récupération,

86.

Représentation,

88.

Résistances,

91.

Rêve,

94.

Science, 95.

Signifiance,

97.

Sujet,

97.

Théorie,

100.

Valeur,

102.

Voix,

104.

IMPRIMERIE

HÉRISSEY

A

ÉVREUX

D.L.

1 er TRTM. 1973. N° 3121-3

(EURE)

(15051).

Le plaisir

du texte

Que savons- w in texte? La théorie, ces derniers temps, a commencé de répondre. Reste une question : que jouissons-nous du texte ? Cette question, il faut la poser, ne serait-ce que pour une raison tactique : il faut affirmer le plaisir du texte contre les indifférences de la science et le puritanisme de l'analyse idéo- logique ; il faut affirmer la jouissance du texte contre l'aplatissement de la littérature à son simple agrément. Comment poser cette question ? Il se trou- ve que le propre de la jouissance, c'est de ne pouvoir être dite. Il a donc fallu s'en remettre à une succession inordor.iée de fragments :

facettes, touches, bulles, phylactères d'un dessin invisible : simple mise en scène de la question, rejeton hors-science de l'analyse

textuelle.

r>.

K.

AUX

ÉDITIONS

Imprimé en France 2-73.3

DU

SEUIL