La Guyane

  J’ai 12 ans je  suis né en  Guyane et je suis arrivé en  France à 9 ans. Ça a été un  choc…   
En Guyane la température peut  monter à 45° voire plus. Au  mois de décembre, on ne fête  pas Noël, mais on fête le carna‐ val. Le carnaval dure de 2h à 5h  et on fait la fête, on danse, on  boit, on mange, on chante, on  est déguisé…  A l’école primaire, on change de  classe toutes les 2h comme au  collège. On a déjà plusieurs pro‐ fesseurs et on change souvent  de salles de classe.  Il y a aussi Kourou, où on lance  les fusées françaises. Une fois,  j’en ai vu une décoller. C’était  impressionnant, ça a fait trem‐ bler la Terre et la mer !    En Guyane 95% du territoire est  recouvert de forêts et dans la  forêt, il y a des bêtes sauvages  comme des anacondas qui font  6 mètres de long. Ils sont très  dangereux !     Mais malgré ces bêtes sauvages,  j’espère un jour que j’y retour‐ nerai !   Jayson  Calo‐Varela 
La Rédac on : Vincent Dubois , Davy  Lallement , Axelle Pierre, Julie Le‐ vrault ,  Gregory Gavois,  Loubna  Mezada,   Damien    Maillet , Nicolas  Marchand, Kenny Gidouin,  Marine  Bruneau,Cédric Préau,  Bas en Des‐ cortes ,  Gwendoline Chapelet , Léa  Schaller, Maxime Bigot, Erine Bobier,  Jayson Calo Varela, Molly Desme,  Lolita Duplessis, Jocelyn Enain, Ma‐ thieu Gambier, Quen n Grenat,  Alexis Halencak, Maloé Larue,  Jus‐ ne Loizon,  Samuel Moinard,  Jules  Rabeau, Guillaume Tommasi, Léa  Trnquet.  Directeur de publica on : Pierre  Massonneau.   Maque e : Lenhard Séverine.  Cré‐ dits photo ©Splash, 2014 Collège René Descartes., 98, Bd Blos‐ sac, 86100 Châtellerault . Mars 2014   Imprimé par Mégatop 86530 Naintré  

Nelson Mandela, un homme libre
Nelson Mandela, est mort le 5 décembre 2013. On n’en avait jamais  entendu parler. Mais à sa mort, nous avons compris qu’il devait être  un personnage très important vu l’ampleur de la cérémonie et la tris‐ tesse des gens. Nous avons compris qu’il s’était ba u pour que les  noirs aient les mêmes droits que les blancs.  


 

ous avons interrogé des per‐ sonnes travaillant au collège  pour savoir ce que représen‐ tait Nelson Mandela pour  eux. Nos ques ons étaient :  

il a été élu président de l’Afrique du Sud.  Il représentait  plusieurs symboles : la  persévérance et surtout la tolérance. »    Mr Got (professeur d’Histoire‐ géographie) : « Je re ens sa libéra on puis sa non vio‐ lence. »    D’après ce que  pensent les  adultes du col‐ lège, Nelson  Mandela était  une bonne  personne,  parce qu’il  était tolérant,  contre la vio‐ lence et se  ba ait pour  l’égalité entre  les hommes.  Jocelyn et  Molly. 

1 : Quel souvenir gardez‐vous de Mande‐ la ?  2 : Et quel symbole représentait Mande‐ la ?  Mme Marécot (la principale) :  « C’est la personne qui a permis que les  blancs et les  noirs  puissent vivre  ensemble  se‐

lon  les  mêmes  règles.  Ex : les noirs ont  pu prendre le bus  avec les blancs. »    Mr Farruggia (le CPE) : « Je ne l’ai pas trop connu :  mais ce type était bien. Il a  œuvré toute sa vie pour la  liberté  et la lu e contre la  discrimina on. »    Mr Hebert (le principal ad‐ joint) :  « Je re ens le jour de sa libé‐ ra on. Et j’ai apprécié quand 

Comment se désintoxiquer des jeux vidéo?
Je suis drogué aux jeux vidéo et je passe mon temps devant mon écran. Alors pour devenir moins « geek »,  j’ai voulu  savoir ce que faisaient les gens de leur temps libre. J’ai interrogé des professeurs et des élèves qui n’y jouent  pas. 

 

ertains s’amusent en regardant la télé, d’autres font du  avoir déjà joué ou possédé des jeux vidéo, mais cela coûte très  sport, de la photographie et même de la poli que. Ils  trou‐ cher, et coupe un peu du monde…  vent  les jeux vidéo nuls, même inu les, et ça prend du temps  Je ne suis pas prêt d’être désintoxiqué des jeux vidéos…Je viens  pour rien… et il y a tellement d’autres choses à faire !  d’avoir la PS4, et elle est trop bien !  Sur  tout ceux que j ai ques onnés, tout le monde m’a répondu  Kenny Gidouin 

P$$$$$$$$$$$$$$$$$$4
On  a  cassé la  relire  pour acheter la ps4. On a été  interviewé un vendeur de jeux vidéos de Châtellerault  pour  avoir des informa ons sur la nouvelle console de jeux : la playsta on4 ou PS4 :       

a console  peut avoir  plusieurs  cou‐

leurs : noire, blanche ou grise …  Le développement de ce e con‐ sole a pris 5 ans puisque  Sony y  travaille depuis  2008.   Du coup, la con‐ sole  est très  chère… Presque  500 euros,  sans  les jeux…  Car en plus, il faut  payer des  jeux qui  coutent  aussi  très 

cher !  Par exemple GTA 5 coûte   80 euro. D’après le vendeur, les  jeux  les plus  populaires sur la ps4  son  « FIFA 14 » et  « Call of duty  ghost » .  La  PS 4 a 600 giga de  mémoire.   Bref, c’est, d’après le vendeur, la  meilleure console du marché.  Alors je vais économiser mon ar‐ gent  de poche pour pouvoir,  un jour, me l’acheter,  et économiser encore  pour acheter les jeux qui  vont avec…    n.  Guillaume et Quen‐

C’est qui St Nicolas ?
J’ai voulu vous parler de la Saint‐Nicolas, parce que ma grand‐mère qui  habite en Loraine m’offre des cadeaux   avant mes copains. Car en Lor‐ raine et dans  l’est de la France, on fête la St Nicolas. 
t  Nicolas se fête le 6 décembre. C’  est le patron des écoliers (il a une  grande barbe  blanche, un chapeau et  une canne : on dirait le cou‐ sin du père Noël). La lé‐ gende dit qu’il apporte  des cadeaux pour les  enfants sages et qu’il  envoie  le  père  foue ard   pour les en‐ fants  turbu‐

La Médiathèque
Les revues, les ordinateurs, les  dvd : Où peut‐on trouver cela à  part dans un supermarché ? A la  médiathèque ! J’ai donc posé  quelques ques ons, à Moustafa  Bouhassoun qui y travaille.  

lents. En général, St  Nicolas apporte des  cadeaux mais aussi des  bonbons, des choco‐ lats et des  pains de St  Nicolas.   J’ai de la  chance car je  fais deux fois la  fête car je fête  aussi Noël  après…  Alexis Halençak    Dessin Jus ne 

A quoi sert noël ?
Noel permet de retrouver sa famille et de passer de bons moments. C’est  très souvent aussi le moment d’acheter des cadeaux (parfois très chers).  Noël ce n’est pas que les cadeaux c’est aussi un moment de retrouvailles.  
n n’est pas  obligé  d’acheter des  cadeaux pour  passer un bon  noël. On peut  offrir des  « cadeaux gra‐ tuits » comme  apprendre la gui‐ tare pendant 1heure  toutes les semaines,  apprendre la langue  des signes…Quand on  a peu d’argent, pas  besoin d’acheter un  cadeau pour faire plai‐

sir... Les tout‐ pe ts,  font des dessins, des  colliers de  nouilles, et de la  pâte à modeler.  Et les parents  sont souvent très  heureux !  Pour le prochain  Noël, réfléchissez  bien au cadeau que  vous voulez faire, par‐ fois, pas besoin de casser  sa  relire pour faire plai‐ sir.  Vincent Dubois.

Nous pouvons accueillir 15 à 50  personnes. Les travaux ont com‐ mencé en juin 2011  et ont été  terminés en octobre 2013. Vous  pouvez y trouver des revues, des  table es tac les, des ordinateurs.  Et oui, Médiathèque = Média.  Cela a couté environ 300.000.000  euros…  Vous savez tout sur la Média‐ thèque c’est donc un lieu de loisir  pour les pe ts et pour les plus  grands. Il y a tout pour se diver r  donc allez y faire un pe t tour.            Loubna Mezada 

Recette pour ne pas recevoir son bulletin
Pour éviter les soucis avec les bulle ns de notes, j’aurais plein d idées à vous proposer, mais pour ça il  faut savoir bien men r, ou suivre ma rece e… 
pronote  pour les effacer tous et le tour est  joué !!!  3 : Quand le prof sort de la classe : Prendre  d’un seul coup tous les bulle ns et les me re  dans notre sac et les brûler une fois rentrée à  la maison…   4 : A endre chez nous de les recevoir avant  nos parents et après, les cacher.   5 : Essayer de trouver tous les codes pronote  des profs comme ça pas de soucis, mais ça  parait trop dur…   6: Ou alors plus simple : A endre que le  bulle n arrive par le courrier... Prendre la  canne à pêche de notre père et a raper le  fameux bulle n avant nos parents…    Vous avez toutes les rece es pour ne pas recevoir ce mau‐ dit bulle n de notes. Mais tout cela paraît difficile…Il vaut  mieux  travailler et avoir de bonne notes, non ?                             Marine Bruneau 

 1 : Dire : « Ce e année on aura pas de bulle n scolaire » à  nos parents mais pas sur qu’ils nous croient. Dans ce cas…  2 : Faire équipe : une diversion en occupant le prof, et pen‐ dant ce temps, un autre élève prend les bulle ns et va sur 

Mais où sont mes affaires ?
Dans notre classe, presque tous les élèves ont déjà perdu ou égaré  quelque chose au collège…Jus ne croyait avoir perdu ses clefs, mais les a  retrouvées dans le fond de son sac. Quen n s’est retrouvé sans son sac en  arrivant en technologie ! Quelqu’un, qui avait le même sac, le lui avait  pris, avant de se rendre compte de son erreur. Erine a égaré plusieurs fois  sa sacoche, mais Erine, elle est tête en l’air ! Alors, si vous aussi, vous per‐ dez quelque chose au collège, que faire ? 
ous sommes allés à la vie  scolaire : les objets perdus  y sont rapportés, et si vous  avez perdu quelque chose,  vous avez des chances de le retrouver  là‐bas.   Le top 3 des affaires perdues est :  1 : les vestes et autres manteaux  2 : les clefs de casier  3 : les téléphones portables  On rapporte environ 2 affaires égarées  par jour à la vie scolaire. Ces objets  viennent de la cour de récréa on.  Quand les affaires rapportées ne sont  pas réclamées, au bout d’un moment,  elles vont à la lingerie. 

 

Alors, si vous ne voulez plus perdre  vos affaires, on peut vous proposer  quelques techniques : 

• • •

Regarder toutes les 5 minutes  si on les a toujours   Me re ses affaires dans des  poches à fermeture   Compter ses affaires quand on  part d’un endroit, et recompter  ses affaires en arrivant…   Avoir de la mémoire, ou pren‐ dre des notes… 

Mais si on perd autant de choses à  l’école ou au collège, c’est qu’incons‐ ciemment, on a envie d’y revenir…  La classe de 6e7 

Prof de lithographie
Avec la classe de 5°7, on a été à l’école d’arts plas ques de Châtelle‐ rault. On a rencontré un monsieur très sympa qui nous a fait travailler  sur la lithographie. 
l s’appelle  Laurent Chaouat et il a 49  ans. Monsieur Chaouat  a 2 mé ers :  professeur à l’école d’arts plas ques et  ar ste peintre. Il fait ce mé er  (professeur) depuis 20 ans. Pour exercer  ce mé er il faut passer le BTS d’arts plas‐ ques. L’école d’arts plas ques existe de‐ puis 25 ans et Monsieur Chaouat se sert  d’une machine qui a 20 ans : la presse. Elle  sert à faire de la lithographie, de la gra‐ vure.   Quand il est ar ste, il fait de la peinture et  il expose ses tableaux  une fois par an, en  région parisienne. Ses ar stes préférés  sont : Rembrandt, Georges Baselitz et les  gravures de Picasso.  L’école d’arts plas ques c’était super ! On  a bien travaillé et avec nos produc ons, on  va faire une exposi on au collège.  Axelle Pierre 

L’ULIS
L’année dernière  j’étais  en ULIS.  Je vais vous pré‐ senter l’ULIS : c’est une  classe où on peut  s’amé‐ liorer pour passer en SEG‐ PA ou pour aller à l’IME. 

Des agents très spéciaux
Au collège  René  Descartes, beaucoup  de personnes  travaillent : les profs, les  élèves, les gens du bâ ment administra f mais aussi les agents de service qui  sont moins connus. Nous les avons interrogés sur leur mé er. 
. Berthonneau et M. Picard ont  50 ans et 51 ans. Ils assurent la  maintenance  des bâ ments, ils véri‐ fient les portes, les vitres et les graffi‐ s, etc... Mr Berthonneau travaille au  collège depuis 17 ans et  Mr  Picard y  travaille depuis 15 ans.  Ils ont exercé  d’autres  mé ers  comme peintre en  bâ ment et divers autres mé ers. Ils  ont beaucoup de travail par se‐ maine… Leur supérieure au collège  est Mme Serpebois, la ges onnaire.  Ils travaillent 40 heures par se‐ maine : « On  a des permanences de  22 jours selon les années ». Mais ils  aiment leur mé er.   Cet ar cle nous a permis de les ren‐ contrer et de découvrir leur mé er et 

comprendre qu’ils étaient indispen‐ sables au collège.  Samuel, Maxime 

L’ULIS est une classe d’élèves  en difficulté. Les élèves ont  l’âge d’aller au collège mais  ils ne peuvent  pas ap‐ prendre au même rythme  que les  autres collégiens. Ils  peuvent être au collège car  ils peuvent s’intégrer en ré‐ créa on, au self et pendant  certains cours. Parfois cer‐ tains élèves qui ent l’ULIS  pour aller en SEGPA comme  moi. A l’ULIS, on a un seul  professeur, et on est peu  nombreux dans la classe.  Alors quand je suis passé en  SEGPA, ça a changé !  L’ULIS m’a permis de pro‐ gresser, j’espère être maçon  plus tard.  Jimmy Grateau   

Poney de compagnie collège
Comme nous aimons les animaux, nous avons interviewé Emeline Gilet qui habite à la Roche‐Posay. Elle a 14  ans et elle a un drôle d’animal  de compagnie : il a 4 pa es, une crinière et des sabots… C’est un poney !!!  
ous avons demandé à Emeline ce que mangent les  poneys, elle nous a dit : « de l’herbe, du foin, de la  paille. Parfois du pain dur mais c’est pour des occa‐ sions spéciales, c’est une récompense, par exemple quand il  est obéissant ».  Dans la journée, il ne fait pas que manger : « il   se promène aussi ».   L’entre en d’un poney coute cher : il faut payer le vermifuge,  le vaccin (65 euros,) tous les deux mois la ferrure (60 euros)  l’entre en dépend de la disponibilité en terrain. Si on possède  déjà un terrain c’est moins cher que si on doit louer un terrain.  L’achat du poney est cher : de 0 a 100 ou voir 500 euros, tout  dépend de la qualité.  Le mieux c’est d’avoir un male castré. Les femelles sont plus  caractérielles mais  si on veut  avoir des bébés il faut une fe‐ melle.  Emeline voulait un poney  pour lui tenir compagnie  et pour se  balader. Elle a une femelle. Elle est têtue mais elle est très  comba ve et courageuse   Un poney peut vivre jusqu'à 25/30 ans.  La différence  entre un poney et un cheval, c’est leur taille : un  poney fait 1m50 aux garrot maximum  et le cheval fait 1 m 80  voire plus suivant la race  .   Erine et Maloé  

Mon père, ce héros !
Mon père, il est chef d’entreprise et répare des  camions.  Comment peut‐il  allier ces 2 mé ers ? 
idier  Marchand a 50 ans et il est  le chef d’une entreprise qui  ré‐ pare des camions. Il a beaucoup de  tâches adminis‐ tra ves  en plus  du 

Mme Griffiths
Ce e année, une nouvelle prof  de musique est arrivée au   collège. Présenta on :  
lle s’appelle  Elsie Griffiths  et elle a 35 ans. Depuis  l’âge de 20 ans, elle par ‐ cipe à des concerts à Poi ers mais  aussi à Nice.  Elle fait du violon‐ celle et du chant. Elle a déjà colla‐ boré avec un groupe « Original  Mt » pour faire du rap.  Avant de venir au collège Des‐ cartes, elle a travaillé dans  d’autres établissements à Poi ers,  à Thouars…etc  En plus de la musique, elle a une  autre passion : les bijoux.  Je suis content d’avoir rencontré  Mme Griffiths, ça m’a permis de  mieux la connaître.  Damien Maillet  

travail mécanique : il doit organiser le  travail , « manager »   neuf  personnes  et même intervenir sur les pannes . Il   intervient sur  deux à trois ca‐ mion par jour pour diffé‐ rentes pannes. Les plus fré‐ quentes sont des  pannes de pollu on.   Parfois, il faut dépan‐ ner des camions sur  la route. Il faut faire  un diagnos c par  téléphone, et si c’est   grave, il faut remorquer  le camion au garage.   Même si cela paraît diffi‐ cile, j’aimerai bien faire  ce mé er plus tard.                     Nicolas   Marchand  

Calligraphe
Sylvain Neveu, 53 ans, fait des ateliers d’écriture cunéiforme sur  des  table es d’argile. A ce e  occasion, nous  l’avons interviewé  
ylvain est calligraphe  depuis 10 ans. Avant, il  était conseiller en forma on.   Il nous a raconté que les pre‐ mières écritures étaient les  pictogrammes  sumériens  puis ce fut l’écriture cunéi‐ forme. C’était en Mésopota‐ mie il y a 5 000 ans sur des  table es d’argile.    Pour écrire, il a u lisé un  stylet avec  un bout rond et 

La ludothèque
Avec mon centre de  loisirs, je vais parfois  dans un endroit plein  de jeux. C’est la ludo‐ thèque de Châtelle‐ rault  dirigée par My‐ lène Derouet. La ludo‐ thèque se trouve à la  forêt et j’ai été inter‐ roger une dame qui y  travaille.   haque jour, entre  8h et 19h au  moins 80 personnes   fréquentent la ludo‐ thèque créée en 2002.  On peut emprunter 10  jeux environ  par per‐ sonne parmi les 1028  de la ludothèque. Les  jeux sont changés  tous les 2 à 3 ans.  Quand ils sont abîmés,  certaines personnes  veulent les récupérer  mais parfois, ils sont  jetés.  On peut emprunter un  jeu pour un mois envi‐ ron et cela coûte 1  euro par jeu.   L’été, pendant les  vacances, la ludo‐ thèque prête des jeux  aux centres de loisirs  de Châtellerault : les  Minimes, les Renar‐ dières et aussi la fo‐ rêt.      La ludothèque est un  endroit rempli de  jeux, où on s’amuse.  D’ailleurs, ils prennent  des stagiaires, j’es‐ père pouvoir y faire  des stages…  Léa Schaller 

un bout pointu. Nous  avons fait un chevron :  c’est un signe d’écri‐ ture cunéiforme qui a  la forme d’un pointe de  flèche.   C’était drôle d’ap‐ prendre à écrire  comme il y a 5000 ans.    Léa et Lolita 

La Martinique
Comme nous avons des correspondants en Mar nique, nous avons voulu vous faire            découvrir ce e île. 
a Mar nique est située dans l’océan des ca‐ raïbes. La capitale de la Mar nique, c’est Fort  de France. Avant  l’érup on du piton de la four‐ naise, on  appelait la capitale de la Mar nique : le  pe t Paris.  A la Mar nique on parle : le français et le créole.  D’ailleurs pour dire « bonjour » en créole on dit  « Bonjou ». Pour dire comment ça va, en créole 

« Sa ou fé ? ».    Les gens sont chaleureux... Ils s’habillent avec des  jupes, en madras mais à l’école, les élèves portent  un uniforme. Ils font de la pêche, du surf, de la  plongée.  Et il y a le soleil (environ 30°) tous les  jours de l’année et un peu de pluie de temps en  temps…                            Jus ne Loizon  Ma hieu Gambier  

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful