Vous êtes sur la page 1sur 25

Règles d’ingénierie FTTH pour le réseau d’accès

SOMMAIRE :

1 2 3 4 5 6

INTRODUCTION ......................................................................................................................................... 2 AVERTISSEMENTS .................................................................................................................................... 2 PRINCIPE DU PON...................................................................................................................................... 2 PRINCIPES DE DÉPLOIEMENT .............................................................................................................. 3 DÉFINITIONS............................................................................................................................................... 4 DESCRIPTION DE L’INGÉNIERIE.......................................................................................................... 5 6.1 CONTRAINTES TECHNIQUES ...................................................................................................................... 5 6.2 CONCEPTION DU RÉSEAU DU PE AU NRO ................................................................................................ 5 6.2.1 Introduction ..................................................................................................................................... 5 6.2.2 Pré requis ........................................................................................................................................ 6 6.2.3 Pointage........................................................................................................................................... 6 6.2.4 Casage, calcul des zones d’influence de PE.................................................................................... 7 6.2.5 Dimensionnement de la Distribution de Niveau 1 :....................................................................... 10 6.2.6 Dimensionnement du transport...................................................................................................... 17 6.2.7 Cas des zones directes « proches » dites zone « 0 » :.................................................................... 19 6.2.8 Implantation des coupleurs C1 ...................................................................................................... 19
6.2.8.1 6.2.8.2 Lors du déploiement du réseau ..................................................................................................................19 Évolution - Réaffectation des branches de C1- Ajout de nouveaux C1 .....................................................21

6.3 ÉVOLUTIVITÉ DU RÉSEAU ....................................................................................................................... 22 6.4 GÉNIE CIVIL............................................................................................................................................ 22 6.5 INGÉNIERIE AU NRO .............................................................................................................................. 23 6.5.1 Description générale du système ................................................................................................... 23 6.5.2 Implantation des baies au NRO..................................................................................................... 24 6.5.3 Ingénierie avec armoire optique passive ....................................................................................... 24

Réf. : XXXX

Page 1

Le PON est une architecture point à multipoints basée sur les éléments suivants : . . la colonne montante. 2 Avertissements • Ce dossier d’ingénierie est consacré à la partie transport et distribution de niveau 1 « T + D1 » qui va du NRA jusqu’au Point d’Eclatement (PE). : FT. mais aussi de supprimer tout ce qui est relatif à la distribution de niveau 2 et colonne montante ( repris dans la modalité FT. C’est dans ce contexte qu’en décembre 2006. le branchement client et le « Réseau domestique » ne font pas partie du périmètre de ce document.2007 M 0084 ed 2 Page 2 . Toutefois. Le présent document a pour objectif de reprendre la première édition de la modalité FT.une infrastructure fibres optiques partagée nécessitant la mise en place de coupleurs dans le réseau.2007 M 0084 (modifications de quelques principes d’ingénierie au niveau des PDZ et aussi lors de l’initialisation du réseau). qui d’une part reçoit (émet) les flux en provenance (à destination) des différentes plates-formes de services au travers de ses interfaces réseau et d’autre part les diffuse (reçoit) aux (de la part des) clients par l’intermédiaire de cartes appelées cartes PON. les futurs déploiements seront a priori limités aux centres villes denses. l’ARCEP a accéléré ses réflexions sur les conditions d’un développement concurrentiel des réseaux FO et certaines évolutions réglementaires se dessinent. il est possible de superposer 2 niveaux. une note a été rédigée. qui vont intervenir.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès Dossier d’ingénierie FTTH –Réseau d’accès 1 Introduction Suite aux annonces d’opérateurs tiers. Le nombre de niveaux de couplage dépend du budget optique. • 3 Principe du PON L’architecture FTTH qui a été retenue par France Télécom est une architecture PON (Passive Optical Network). Cette note établit les grands principes d’ingénierie pour les pré-déploiements : . mais typiquement.en précisant la manière dont l’ingénierie préconisée permet de gérer l’évolutivité du réseau. Il n’y a qu’une seule fibre par client (les signaux sont bidirectionnels) Réf. l’habitat individuel sera pris en compte dans le pointage afin de permettre son traitement ultérieur. La D2. . Les principes développés par la suite ne s’appliquent qu’à des zones d’immeubles. Il s’agit alors d’une architecture de type FTTH (Fiber To The Home).2007 M 0180) et de supprimer les paragraphes sur les PRI provisoires.un équipement de centre faisant office de Terminaison Optique de Ligne (OLT). Des réflexions sont en cours pour le traitement des zones pavillonnaires ainsi que des petits immeubles et feront l’objet de compléments ultérieurs. au travers de l’infrastructure passive.en anticipant les impacts des évolutions réglementaires probables. .des équipements d’extrémité appelés : o ONT (Terminaisons de Réseau Optique) dans le cas où l’équipement est dédié à un client et où la fibre arrive jusque chez le client. dans les zones mixtes (immeubles + pavillons).

Mais. Réf.le G-PON (Gigabit PON). minimiser leur nombre lors du déploiement initial permettra à la fois de lisser l’investissement et de bénéficier au mieux de la baisse du coût des OLT dans les années à venir.984. Cette variante d’architecture n’a pas été retenue par France Telecom.le B-PON (Broadband PON) défini dans la recommandation ITU G. présenté comme le successeur du B-PON et défini dans la recommandation ITU G. présenté comme le successeur du B-PON et défini dans la recommandation ITU G. qui s’appuie sur la GEM (G-PON Encapsulation Method) pour transporter différents protocoles. Le B-PON peut monter jusqu’à des débits de 1Gb/s dans le sens descendant et 622Mb/s dans le sens remontant mais son utilisation est usuellement vue pour des débits de 622Mb/s descendant et 155Mb/s remontant. 622Mb/s ou 1Gb/s remontants. La stratégie de déploiement doit donc répondre à cette préoccupation d’occuper au mieux et au plus vite les coupleurs pour avoir un nombre de clients par port PON permettant une mutualisation maximale des équipements de centre. le G-PON est vu pour fonctionner avec les combinaisons de débits 2Gb/s descendants.983 qui s’appuie sur l’ATM.3ah qui s’appuie sur Ethernet. 4 Principes de déploiement Les études technico-économiques sur les différents scénarios de déploiement d’une architecture point à multipoints ont montré l’impact de l’occupation des ports PON sur les coûts. 1 Gb/s ou 2Gb/s dans le sens remontant (sachant que le débit descendant est toujours ! débit remontant). Le E-PON présente un débit symétrique de 1Gb/s. typiquement. . qui s’appuie sur la GEM (G-PON Encapsulation Method) pour transporter différents protocoles.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès ONU (unité de réseau optique) dans le cas de réseaux FTTB. Le G-PON (Gigabit PON).984. Le G-PON permet d’atteindre des débits de 2. Une seule fibre suffit pour desservir un client.le E-PON (Ethernet PON) défini dans la recommandation IEEE 802. France Télécom a opté pour la technologie de type G-PON.5Gb/s dans le sens descendant (longueur d’onde 1490 nm) et de 1. : FT.2007 M 0084 ed 2 Page 3 . . Le G-PON permet d’atteindre des débits de 1 Gb/s ou 2Gb/s dans le sens descendant et de 155Mb/s. 622Mb/s.25Gb/s dans le sens remontant (longueur d’onde 1310 nm). En effet les équipements de centre sont aujourd’hui encore coûteux . Le schéma ci-dessous permet de visualiser le principe et les différents éléments constitutifs d’un réseau PON : o FTTH FTTB NRA Coupleur optique Coupleur optique Fibre optique ONT OLT cuivre ONU Figure 1 : Schéma de principe d’une architecture PON A noter que derrière l’appellation PON se cache toute une série de variantes basées sur des protocoles différents : .

de toute autre solution innovante validée par France Telecom dans le cadre des réflexions en cours sur les câblages d’immeubles Réf. avec ou sans couplage. PE (Point d’Éclatement) : placé dans une chambre à proximité des immeubles. 5 Définitions PTO (Prise Terminale Optique) : prise optique du client. le PE permet d’éclater un câble pour desservir plusieurs immeubles. dits PRI d’îlot qui seront installés à l’extérieur (sur trottoir. Ce point n’intègre jamais de fonction de couplage. c’est le premier point de flexibilité rencontré en remontant vers le NRA.2007 M 0084 ed 2 Page 4 . Pb. fiables et robustes.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès D’autre part. Son rôle est de permettre d’optimiser et d’apporter de la flexibilité au réseau PON. câble). Transport : On entend par transport la liaison NRA-PDZ (PDZ inclus). il est le point de départ du câblage vertical d’immeuble qui va permettre de desservir les Pb auxquels seront branchés les clients. il est nécessaire de penser à son évolutivité dès sa conception afin que celle-ci ne s’avère pas trop pénalisante et coûteuse par la suite. Il est situé à un point de convergence de l’arborescence de génie civil en amont des PDZ. en façade …) ou dans un local technique tiers.une évolution du réseau vers un taux de raccordement clients de 100% à terme. 1 - Physiquement. . elles doivent permettre : . Il peut intégrer une e fonction de couplage (de 2 niveau). Côté réseau. C’est à partir de ce point que les clients sont raccordés au réseau par un câble individuel (le câble de branchement). Il n’y a aucune fonction de couplage dans cette boite. le PRI est avant tout un point de brassage à l’interface entre la Boucle Locale et le câblage d’immeuble permettant de garantir l’interopérabilité de l’immeuble avec les autres opérateurs. qui garantissent un équilibre entre une montée en charge des clients sur ce réseau et un investissement raisonnable les premières années. d’une boîte permettant le piquage d’un module éventuellement. Le cas des clients situés dans les zones « 0 » (zone directe) sera traité dans un chapitre spécifique. avec le minimum de réaménagements réseau possible (et les moins coûteux). Distribution de niveau 2 : On entend par distribution de niveau 2 les liaisons PE-PRI (PE et PRI non inclus). Il ne faut pas cependant. En particulier. que la prise en compte de cette évolutivité soit rédhibitoire pour la rentabilité du réseau en phase de déploiement. Distribution de niveau 1 : On entend par distribution de niveau 1 les liaisons PDZ-PE (PE inclus). : FT. PEP (Point d’Epissurage et de piquage). le Pb pourra se présenter sous la forme : d’un coffret « classique » avec un câble multi-FO en entrée et des câbles mono-FO en sortie. un réseau point à multipoints étant par nature figé et peu flexible. Colonne montante : on entend par colonne montante l’ensemble du câblage intérieur de l’immeuble (PRI. Ces PRI d’îlot sont actuellement en cours d’étude et vont être expérimentés. Côté clients.une bonne rentabilité du réseau dès le début du déploiement. on utilisera des PRI. qui permet la liaison PRI-Pb (cette colonne montante est également désignée sous le nom de câblage vertical). La suite du document s’attachera donc à préciser des règles d'ingénieries simples. Pour les pavillons et les immeubles de petite taille. PDZ (Point de Distribution de Zone) : c’est le point de flexibilité le plus en amont du réseau PON. Elle est reliée au Pb par un câble de branchement mono-fibre. le PRI permet de recevoir le(s) câble(s) d’adduction de différents opérateurs tiers afin de les raccorder au câblage de la colonne montante. Le PRI permet ainsi de brasser les FO issues du réseau vers n’importe quel client de l’immeuble. - - Le schéma ci-après montre un réseau PON avec ses principaux points de flexibilité. C’est le siège du premier niveau de couplage. 1 Pb (Point de branchement) : placé au plus près du client final. PRI (Point de Répartition d’Immeuble) : placé en pied d’immeuble. Il est situé à un point de convergence de l’arborescence de génie civil en amont d’un groupe de PE qui lui sont rattachés.

0.1 • Contraintes techniques Bilan optique entre OLT et ONT Le budget optique entre l’équipement centre (OLT) et l’équipement client (ONT) doit être compris entre 13 et 28 dB aux deux longueurs d’ondes 1310nm et 1490 nm. Les valeurs maximales d’affaiblissement à prendre en compte pour le calcul prévisionnel du budget optique sont les suivantes : .36 dB/km à 1. .0. en suivant la logique de conception du réseau FTTH. • 6.55 µm) La perte d’insertion maximale à 1.L’option retenue est d’introduire 2 niveaux de couplage de 1 vers 8.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès Figure 2 : Schéma de la Boucle Locale PON 6 Description de l’ingénierie 6. les différentes phases de la conception du réseau FTTH Transport + Distribution1.0. une contrainte par la réalisation d’une petite boucle (de l’ordre de 7 à 9 mm de diamètre) maintenue par un point de collage.1 dB pour la marge dite de « vieillissement des lasers » .3µm apportée par les coupleurs est la suivante : .9 dB pour les coupleurs 1 vers 8 • Taux de couplage .22 à 1. Réf.1 dB pour une épissure soudée (s’il y a au moins dix soudures en cascade) .0.2 6.5 dB par connexion (1 raccord + 2 fiches optiques) .0. l Cette contrainte n’est pas nécessaire pour les fibres allumées et raccordées à une branche de C2.25 dB pour un pigtail connectorisé SC/APC . Réflectance Les fibres issues d’un C1 et non raccordées à un tronc de C2 devront comporter à leur extrémité.Le taux de couplage doit être limité à 1/64.2007 M 0084 ed 2 Page 5 . : FT.10.2 dB par épissure mécanique .2.1 Conception du réseau du PE au NRO (NRA) Introduction Le présent chapitre décrit.3 µm pour la fibre optique (0.

des données d’urbanisme permettant d’obtenir le nombre de logements résidentiels et de locaux professionnels par adresse. Équivalents Logements = Nbre de logements résidentiels + Nbre de locaux professionnels A titre d’exemple. le raccordement de 100% des clients de la zone considérée.2007 M 0084 ed 2 Page 6 . Règles de pointage et calcul du nombre d’équivalents logements à raccorder : Sont à prendre en compte les logements Résidentiels (1 FO par logement). .2. les professionnels. Parfois les câblages cuivre sont distincts.une connaissance précise de l’architecture GC existante et de sa disponibilité : saturation des conduites et des chambres car il faut s’assurer de la possibilité d’y implanter les protections d’épissure utilisées en tant que PE et PDZ.2 Pré requis La réalisation d’un projet pertinent reposera sur les éléments suivants . Ces données sont indispensables pour la réalisation du pointage. : FT. en ce qui concerne le mode d’adduction. Avertissement : on apportera un soin particulier à cette étape.8 .Ingénierie FTTH – Réseau d’accès Le Transport et la Distribution1 seront dimensionnés pour permettre.2. . sans nouvelle pose de câble. le schéma Figure 3 indique le pointage réalisé pour une zone urbaine de province. 6.toutes données complémentaires (optimum.3 Pointage Cette étape consiste à identifier sur un fond de plan le nombre d’« équivalents logements » dans chaque immeuble et à en déduire le potentiel de clients PON pour chaque adresse. 8 8 6 1 1 44 12 2 2 30 6 4 8 4 6 1 1 1 16 Figure 3 : Pointage des équivalents logements Réf. On ne fera pas de distinction entre les résidentiels. on ne refera pas deux câblages FO distincts. qui conditionne la qualité des étapes suivantes. typologie de la zone…) utiles afin d’optimiser la mise à disposition des ressources (nombre de coupleurs et raccordement des branches). 6. Les règles d’implantation des coupleurs sont précisées au chapitre 6. les locaux professionnels (1 FO par local professionnel).2.

dans la majorité des cas le PE sera réalisé en utilisant une protection d’épissure optique (PEO) taille 2 144 FO FTTH (fournisseur 3M). la PEO FTTH taille 1 pourra être utilisée. . Cette protection d’épissures optiques comporte : .2. sur un PE donné. cette PEO comporte 4 entrées/sorties .2007 M 0180 ed2.une entrée double acceptant 2 câbles de diamètre maximum 18mm. on limitera donc à 4 le nombre de câbles raccordés à ce PE (soit 4 immeubles ou 3 immeubles plus un PRI d’îlot. qui seront alors traités derrière un PE si ces copropriétés ont moins de 200 équivalents logements. calcul des zones d’influence de PE Important : il faut toujours commencer par l’extrémité de la zone et remonter vers le NRA Tous les immeubles allant jusqu’à 200 équivalents logements doivent être pris en compte dans le casage. Cette condition sera à vérifier pour le taux de pénétration de 25%.les immeubles de petite taille (moins de 6 équivalents logements) où l’implantation d’un PRI d’immeuble n’est pas justifiée. par exemple). pour la gestion des soudures. on se limitera à 3 coupleurs par PE et. On adaptera alors en conséquence les règles présentées ci-dessus.12 ou 16 entrées/sorties de diamètre 6 à 12mm. les PRI de ces immeubles ont la fonctionnalité d’un PDZ (C1 dans le PRI) et seront donc raccordés directement sur un PEP. le raccordement de ces immeubles est évoqué dans la modalité FT. Important : il faudrait s’assurer que ces immeubles correspondent à une seule copropriété et de ce fait on aura bien un PRI avec des C1 donc un PDZ.2007 M 0084 ed 2 Page 7 . le PE est le point d’interface entre distribution de niveau 1 et distribution de niveau 2. o o Règle 2 : on se limitera à 6 coupleurs maximum. l’étape suivante consiste à identifier 2 catégories d’immeubles : . • cette PEO accepte 6 cassettes . . : FT. Au-delà de 200 équivalents logements. (distribution 2). raccorder au maximum 48 clients couplés au PE. donc sur un PE donné. On pourra donc. • Identification des immeubles : Le pointage étant réalisé.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès 6. .elle comprend également 12 cassettes compatibles avec l’implantation de coupleurs 1:8 (un par cassette). Il est situé dans une chambre à proximité des immeubles à desservir. Réf.4 Casage. celles-ci permettront de raccorder les immeubles situés dans la zone adressable de ce PE. Physiquement. en cohérence avec les caractéristiques de cette protection d’épissures optiques à savoir : • en plus de l’entrée double.les immeubles plus importants (à partir de 6 équivalents logements) où des PRI devront être implantés. cette entrée double sera utilisée afin de raccorder le câble de distribution1. Leur besoin en fibre n’est pas à intégrer dans le calcul de la D1. Cela impacte uniquement le câble de transport. les cassettes supplémentaires pouvant être affectées au lovage et stockage des fibres non raccordées ou bien dans le cas de coupure du câble en amont ou en aval du PE. Cela impacte le dimensionnement des D1. Sinon on devra placer autant de PRI que de copropriétés. Règle 1 : afin de prendre en compte les évolutions éventuelles de l’habitat on dimensionnera les zones d’influence de PE en limitant à 10 le nombre de PRI raccordables à un PE. Nota : Dans certains cas (zones d’influence de PE de petite taille). • Zone d’influence d’un PE : Pour rappel. Le nombre d’équivalents logements n’est donc pas à prendre en compte pour le casage pour ce type d’immeubles. on pourra raccorder au maximum 24 clients couplés au PE.

Réf. ces immeubles sont circonscrits dans les contours pointillés bleus.principes de raccordement de ces immeubles au PRI.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès • Identification des immeubles de faible capacité < 6 équivalents logements . Figure 4). Ceci se traduira par la « réservation » d’une ou plusieurs entrées/sorties du PE. Il restera donc 7 sorties de la PEO FTTH (PE) disponibles pour le raccordement des immeubles de 6 équivalents logements et plus (application de la Règle 1 ci-dessus). A ce stade de l’étude on prévoira donc 3 sorties pour 3 PRI d’îlot. Ces équivalents logements seront raccordés au réseau FTTH via un PRI multi-immeubles. On se contentera donc de prévoir son futur raccordement au PE. Dans l’exemple traité (Cf. Dans l’exemple présent on retiendra la solution la plus pénalisante. Ces PRI d’îlot pourront à terme contenir des coupleurs.2007 M 0084 ed 2 Page 8 . : FT. leur taille sera limitée à 24 équivalents logements. 8 8 6 1 1 44 12 2 2 30 6 4 8 4 6 1 1 1 16 Figure 4 : Identification des immeubles < 6 équivalents logements NOTA : Le matériel correspondant à ces PRI d’îlots n’est pas disponible actuellement. dit PRI d’îlot.

Dans notre exemple. Pour achever le dimensionnement de la zone d’influence. le nombre d’immeubles raccordables au PE est 7.2007 M 0084 ed 2 Page 9 . 8 8 6 1 1 12 44 2 2 30 6 4 8 4 6 1 1 1 Figure 6 : Raccordement des immeubles avec PE Réf.principes de raccordement de ces immeubles au PE.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès Réservation de sorties du PE pour les futurs PRI d’îlot 4 4 8 8 6 6 8 1 1 1 1 2 2 30 Figure 5 : Réservation de sorties pour les futurs PRI d'îlot • Identification des immeubles de capacité ! 6 équivalents logements . : FT. Ces raccordements futurs sont représentés dans le schéma de la Figure 6. il conviendra de rattacher les immeubles équipés de PRI à concurrence du nombre d’entrées /sorties qui restent disponibles.

Pour la vérification de la règle 2 on retiendra uniquement les immeubles de 6 à 24 équivalents logements.dans notre exemple on a 1 immeuble 30 équivalents logements qui aura dès le départ les coupleurs dans son PRI.des besoins liés aux coupleurs C2 implantés au PE .quelque soit le taux de pénétration le C2 est mis dès le départ dans les immeubles d’au moins 25 équivalents logements (cf modalité FT. : FT. Il reste donc 6 immeubles et 3 PRI d’ilot couplés au PE.des besoins liés aux coupleurs C2 implantés en PRI d’immeuble .5 Dimensionnement de la Distribution de Niveau 1 : La distribution de niveau 1 prendra en compte les besoins pour 100% des équivalents logements. Le nombre de fibres PDZ-PE nécessaires résultera du calcul du nombre de coupleurs C2 nécessaires pour raccorder 100% des équivalents logements.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès Vérification de la Règle 2 : . c'est-à-dire : . La zone d’influence du PE est donc définie comme indiqué par les pointillés rouges 8 8 6 1 1 44 12 2 2 30 6 4 8 4 6 1 1 1 16 Figure 7 : Zone d'influence du PE 6.2.2007M0180 ed2).des besoins liés aux coupleurs C2 implantés en PRI d’îlot. Le nombre de clients couplés au PE sera donc : [PRI immeubles (6+8+6+8+8+6)+PRI îlot (2+8+7)] x 25% =15 La règle 2 est bien vérifiée. et les PRI d’ilot .2007 M 0084 ed 2 Page 10 . ainsi l’évolutivité du réseau sera assurée sans pose d’un nouveau câble. il n’intervient pas pour la règle 2. Réf.

Figure 8) sur le câble de distribution de niveau 1. tous les clients des immeubles comprenant 8 équivalents logements et plus seront exclusivement raccordés à des C2 implantés en PRI d’immeuble. Pour un immeuble à M équivalents logements le nombre de coupleurs C2 nécessaires à 100% sera donc l’arrondi à l’entier supérieur de M/8. Pour cette zone de PE le besoin total lié aux coupleurs C2 implantés en PRI d’immeuble sera la somme des besoins liés à chaque immeuble. Dans notre exemple : Pour l’immeuble 30 équivalents logement : Arrondi sup. : FT.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès • Besoins en fibres résultant des coupleurs C2 implantés en PRI d’immeuble On considérera que pour un taux de pénétration de 100%. Le besoin global résultant des 7 coupleurs C2 implantés en PRI d’immeuble sera donc 7 FO (fibres utiles) (Cf. (30 /8) = 4 Pour les 3 immeubles de 8 équivalents logements on aura 1 C2 par immeuble soit 3 au total. o 8 8 6 1 1 44 12 2 2 30 6 4 8 4 6 1C2 1C2 1C2 1 1 1 4C2 16 Figure 8 : Besoins en FO résultant des C2 en PRI d'immeuble Réf.2007 M 0084 ed 2 Page 11 .

Si N est le nombre d’équivalents logements couplés au PE à la cible. : FT. Pour les autres cas les coupleurs C2 seront considérés au PRI d’ilot. Au total on a 3 C2 pour les PRI d’ilot. Dans notre exemple on a 2 PRI d’îlots à 2 et 7 équivalents logements. 8 8 6 1 1 44 12 2 2 30 6 4 8 4 6 1 1 1 16 Figure 9 : Besoins en FO résultant des C2 en PE • Besoins en fibres résultant des coupleurs C2 implantés pour les PRI d’îlot On raisonnera pour chaque PRI d’ilot comme pour des immeubles couplés au PE ou au PRI d’immeuble.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès • Besoins en fibres résultant des coupleurs C2 implantés en PE on considérera que seuls les clients des immeubles de 6 et 7 équivalents logements seront. Ainsi les PRI d’ilot ayant 7 équivalents logements au maximum resteront couplés au PE pour un taux de pénétration de 100%.2007 M 0084 ed 2 Page 12 . 8 8 6 1 1 44 12 2 2 30 6 4 8 4 6 1 8 1 1 2 16 7 Figure 10 : Besoins en FO résultant des C2 implantés pour les PRI d'îlot Réf. qui restent couplés au PE . le nombre de coupleurs C2 nécessaires à la cible sera donc l’arrondi à l’entier supérieur de N/8. pour un taux de pénétration de 100%. raccordés à des C2 situés en PE. Dans notre exemple (figure 9) on a 18 équivalents logements (6+6+6) couplés au PE soit 3 C2. soit 2 C2 et un PRI d’îlot à 8 équivalents logements (4+4) couplé au PRI d’îlot soit 1 C2.

Réf. Ainsi ce travail de tracé des zones d’influence de PE devra être réalisé sur l’ensemble de la zone à étudier en partant de l’extrémité de la zone et en remontant vers le NRO. Dans l’exemple étudié. Besoins en fibres de distribution de niveau 1 PRI d’immeuble 7 FO PE 3 FO PRI d’îlot 3 FO Tableau 1 Besoin total 13 FO Afin de faciliter les opérations de construction du réseau et de limiter les risques lors des interventions de maintenance. au PE et en PRI d’ilot. sera égal à la somme des besoins pour les C2 en PRI d’immeuble. le besoin en FO (fibres utiles) pour la distribution de niveau 1 pour le PE en question. sur le câble de distribution de niveau 1.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès En résumé. Le tableau ci-dessous indique les limites des zones d’Influence de PDZ en fonction de la capacité du contenant choisi pour le PDZ : Type de contenant PEO T2 PEO T3 Nb max FO gérées 144 288 Nb max de C1 12 24 Nb max de C2 dans la ZI 96 192 Nb max théorique de logements adressables 768 1536 capacité max de logements adressables préconisée 600 environ 1200 environ Tableau 2 – Correspondance taille PEO – Nbre d’équivalents logements adressables Il conviendra de choisir la taille de PEO la plus adaptée à la zone de PDZ ciblée. • Zone d’influence d’un PDZ : Pour rappel.2007 M 0084 ed 2 Page 13 . on calculera les besoins en modules à prendre en compte pour les câbles de la distribution de niveau 1. Pour chacune des zones d’influence de PE de la zone étudiée. le PDZ est le point d’interface entre le transport et la distribution de niveau 1. Il se trouve à un point de convergence de l’arborescence de génie civil en amont d’un groupe de PE. qui lui sont rattachés. on affectera à chaque PE des modules entiers de 12 FO. le nombre de modules nécessaires est de 2 entre le PDZ et ce PE : on affectera donc. La zone d’influence d’un PDZ est déterminée par la capacité du contenant. (exemple cf. Cette disposition permettra également de générer des fibres de réserve. 24 FO à ce PE. La zone d’influence (ZI) du PDZ regroupe un nombre entier de zones d’influence de PE. Tableau 1). : FT.

.2007 M 0084 ed 2 5 6 41 41 14 10 2 í2 8/ 4m 2í 28/ 26 m U7 T 2 18 ES T IN S 1 2 í2 5í 4 8 /1 5 + 5m U5 T 2 í2 8/ 31 m 8 í4 5+ CE L RU E 15 18 4í 2 8/ 4 J BE AU TR EIL 3 6m QU AI DE S 8 17 20 7 6 8 í4 5+ 4 í4 5+ 4í 2 8/ 3 0m 2í2 8/ 25m 9 2í 28 1 45 /1m 15í 0 22 64 14 2 11 2 í28 /5m 77 m 8 í4 5+ 10 í45 / 1 4 í2 9m 2 í3 3 /4 2m 2í 1 28 13 12 24 24 /16 m 3 26 DU RU E 8 2% % DE LA 2 3 C4 2% % 5 +2 31 % C2 8 %C 5% % 10 / m C4 5/ 2 8 /1 2 0 m 2/A 9 m 9T CE RI S AIE 24 2% % C28 2 6m / T 2 í2 8/1 4m 23 25 2 í45 +2 í28 64 13 9 J 7m DE S 1 2 í28 6 3m 2 í4 5+ 2í2 8 2 2m 6 2 í28 5 2m Zone d’influence du PDZ Page 14 3 4 í4 Eg 5 /1 ou 4m t 2 í4 5 /6 m SR Z CP CU 2 í2 8 /3 9m í4 20 2í 28 /3 3m 8í 45 2 +4 í2 15 14 8P 21 8/ 6 1m 641 44 8/ 1 3 5/ 5 8 í4 5+ 11 m RUE 26 2% % C4 5 38m / 5 8 í4 5+ 4í28 11 / 17 16 4 í2 2 í28 /5 1m 2í2 8/ 32 m 7 m + 2í2 8/ 10m 2% 2% % % C4 C4 5 32 / 5/ 3 736m m J AR 30 S3 T J AR IA 2 10 5 4 8 í4 5+ 9 7 2 í28 /1 3m 2% %C 28/ 7 7 4 í2 1 4 SA 6 41 INT 47 UL 8/ 1 1 1í L 'A VE 2 PA 6% % 11 m 4 5 +8 DE 9 (6 í2 32 64 14 7 1 6m 3 í4 5 2 0m 1 5í4 5 9 2 2 %%% % C4 C2 5 1 / 8/ 12 3m MU m 7% SC 2% % % C4 2 C2 5 % 3 % / 23 8/ 3 03 m C2 8/ m 3 6 2A SA IN T 4 13 RU E 5m 18 6b C4 5 9) 19 L IO NS 34 / 2 í45 T RU E 6 28 2 í4 5 /3 9m 1 7í 3 8 8/ 7 9m 5b 64 13 7 2% % DE S 11 2 í28 /6 4m BE 25 C2 8 45 40 / m 11 10 RU E 20 57 / 13 U6 T 8 12 m 2 í28 /2 9m LI S 7 2 í2 8 /4 0m 53 6 41 48 2 í2 8 /2 m 64 14 5 J 13 12 1 m 27 2 9m 22 15 a tt . )6 6 í4 5 /2 8m RU E SA INT AN TOIN E 28 2í 60 +4í2 +4í4 5 8/ 1 52 m 26 26 24 (a 37 4 ) m 35 33 1 %% C45+ 2% % C2 8/ 28 m 2% % C4 5+ 2% % C28 /3 4m 29 m 4 5 /5 RU 3m 3í2 8/1 20 m 2 í28 /9 2m 3í 45 /44 m 2 SJ 18 RUE C4 5+ 2 37 % % DE 2í 28/ 59 m 2í2 8/ 64m Rv . 2í 2í4 5/ 10 m 64 15 2 S4T 37 13 6 /7 m a tt .le nombre de coupleurs C1 nécessaires pour un taux de pénétration de 100% est de 23.6 í45 /2 5 í45 /2 m 11 2í 28 3 2% % 0 C2 8/ 7 6 1 0í 45 2í 28 /53 m 2 í4 5 /5 1m 2 í2 8 /2 3m 6 41 2m 1T V5 T 15 6 41 49 10 2í2 8/3 9m C2 8 29 / 8 9 m 2 í2 8 /3 3m 8 2í 28/ 18 m 5 V 60 / 8í 16 49 5 í4 5 /2 2m +4 í2 17 22 RU E 3 í4 5 /1 2m 4 í4 5+ 45 m 5 í4 5 /1 0m 4í 2 32 8 AR IA 10 DU 2í 28 /29 m 13 29 M 2 í2 8 /1 9m /4 3 m 19 14 VE 11 2 í2 8/7 1m 14 í4 5 +2 í28 /7 m 4í2 RU8 / 7 E 3m CH AR L ES PE TIT L 'A 2 í2 8/ 12 10 8 í4 5+ 2í2 8/ 23m 12 í45 /27 m 33 31 2% % C4 5+ 2% %C28 /1 2m MU SC 7 34 35 2 í2 85 6m RU E 13 7m 21 16 2 í28 /63 m 2 í45 +2 í2 8 12 2% %C45 +2 % %C28 /9m 2% % J T 1 18 2 í2 8/5 9m V6 4% % 1 5 C4 5 12 2 í28 /7 5m 2 í4 5+ 2í 2 8/ 4 C3 31 3/ 79 m 1m 22 9 14 15 23 2í2 8/ 11 m 4í 45 /13 m m 2% % C2 8/ 15 m 2% % 2 í2 8 /1 0m 1 0í 1 2í4 5+ 2í2 8 17 m 4í2 10 í45 /1 6m 64 13 8 J 20 C4 5 2í 28 /58 m RU E 14 2% %C28 /2 1m + 2% 33 % C 64 4 5 /1 5 5 í4 5 /1 7m m 6414 S4 T 4 6 41 5 S5 0 T 2 25 36 64 15 J0 21 21 18 22 16 19 15 / 2 í2 8 1 36 12 %% C45 +6 %% C28/ 6m 33 /5 2 í45 +2 í2 8/7 m ) 9m 3% % C4 35 5/ 45 13 7m LI S m 2 í28 /23 m 38 2 í2 8 /7 7m 6í4 5 /5 0m RUE CH ARLEM AGNE 10 2í 45 18 5 2 í28 /2 6m 2í 28/ 26 m .1 í28 /1 3m e ntre Brt. et a s c . 21 5í 2% %C28 /4 1m C3 3 40 L3 T 2% % /28 m 5 2 %% C28 /39 m 23 U5T 62 08 3 21 2% % C2 8 15 20 % 4 6 24 24 2í 28 /33 m 59 2% % C2 8/ 47 m 40 38 S6 T J 2% % C4 5+ Rv : 1 %% C2 1% % C2 8 /15 8/6 m /2 6m m 45 %C 2% 8+ 41 m % C28 / % C2 2 % 1% 36 34 4 20 61 42 /1 3m/S5 +1%% C2 8 IMP GU EMENEE R1 T( 2í 45 /36 m 2 í28 /3 6m 8 8 12 2% % C4 8m 5/ 2 RU E SA INT AN TO INE 44 %C 2 8/8 m T 6 13 2 í4 5/4 1m (a s c . Ici dans notre exemple la zone de PDZ répond aux 3 conditions suivantes : . . Réf.6 soit donc inférieur ou égal à 24.2 í45 55 9 2 í6 +8 0 + 16 í2 8/ 4 5 í4 5 m 53 51 22 33 6 52 / m 2 í4 5 /1 6m 2 í3 3 /1 6m 1 0í 45 2 6m (p en) 42 12 1 40 5 í4 5 /24 20 21 49 47 16 4 í4 5 /1 6m 45 43 23 14 PA UL C4 5 10 í3 3/ 42 19 15 RUE 9m RU ES AINT V7 T 4 m RU E CH í4 5/ 8 5 1 )4 39 PA UL Gale rie en tre 10 8 í45 3 í4 5 2 í33 /23 m U5 T 1 J le ly c é e e t s on an ne x e 6 11 32 R1 T 6 41 51 E 6 RU 8 2í 28 /40 m 8 6 33 21 2 í4 5/4 3m 9b RU C2 8 21 28 30 8m / 2 E 13 / 2 4 2í 45 /60 m 14 DE 19 m 3 í45 /4 m 31 2í2 8/ 67 m INT PIER RE 3 16 OTE LS 8 2 23 1 U VE SA 55 2 %% C2 8/ 59 m 53 2% % C2 8/6 8m L 'H 2 í28 /7 0m 2 í2 8/5 0m 51 C2 8 3m / 32 10 % %C 45/4 m/6 1%% C2 8/ 97 5 1m/6 20 20 94 1 11 11 28 /2 6 41 6P /3 9mat t .nombre entier de PE.) +2 í28 /4 1m (at t. % %C45 +3 7 2 í2 8/2 8m 85 2 í2 8/3 1m 44 1 2 í6 0+ 8í4 83 5+8í 28 RU E SA INT /7 2m 3% % C45 2í 45 2í2 8 12 m 9m J /4 m 70 11 87 72 2% %C28/ 15m 2% %C2 8/ 9m 2% % C28 1 7m / 3% /AT T %C4 5/ 2 2í4 5 +2 í2 8 36 m 14 16 16 89 7m/ AT 78 76 25 í80 +6 í4 5/2 61 m 8 2 80 6 T 3 EV OT 6 68 3% % C45 2% 4 0m / % C4 5/ 13 m 2 Bo rne s 4 16 + 2í 2 í2 8 /3 4m 2í 33 /43 m 2 í2 8 /8 0m 7 í4 5 5 4 + 2í 2 / m 8 2 í28 /4 4m 2í 28 /65 m í8 42 A NT 66 SEI F 5m / EL 11 7 0+ 12 /2 í4 5 OI NE 6 64 4 8 í4 5/ 1 6 2m 8 %% C4 /S6 5/ 16 T 2m /U7T 10 %% Rv :2 %% C2 8/4 m 2%% C45 / 1 9m 3m 8 S2 / 4 í4 5 /1 7m 4í 45 2 í4 / 4 5+ 3 m 2í 2 +4 í2 8/ 4 8m 4í 33 / 40 8 m 2 í2 8 /4 8m 2 í2 8 /1 m 64 15 3 Arm 8 í3 3 /8 m S3 T 6 5/ 1 3m RU E SA % 1% 1%%C 2 /6 92 m / 1%%C28 4 2m/6 % C28/ 1% oire El ec tri qu e 1 í3 3 /4 3m 64 1 2 í2 8/ 45 S4 41 1 í3 3 /3 2m T m 7 4 5 E DU RU FI GU 2 IR E 3 1 2 í2 8/4 2m 48 / m 1 20 2 2% % C2 1 8í 45 +1 0 í2 8 /5 6m 2 í2 8/6 3m 6 2% %C 28 7 5 1 3 1 V7 T 6 41 46 En 2í 33 Rv /6m 2í 28 /38 m 4 í4 5+ 4í 45 /32 m m /55 4í 2 8 /8 8m 2í 28 1í 28 /28 m 2 í2 8 /2 4m U5 T 2 í28 1 .Ingénierie FTTH – Réseau d’accès Exemple sur une zone urbaine : o Casage o Délimitation de la zone d’influence d’un PDZ limite de zone d'influence de PE PE DU R1T 1 0 2í 33 (641 /5 8 m 54 ) 2í 2 8 /76 RUE 2 í2 8 69 m 1 01 99 2 í28 /90 42 m 2í2 8/ 59 m m m 5 /86 R1 T 8í6 0+ 8í 45 4m 97 95 S1 S1 2í6 0+ 14 í45 /4 1m SRZ 1 5í4 5/ 39 m 86 U6T RU E 2í 45 +2 í2 8 2 í28 52 m m 2 í28 5 2m 1 D E m 84 1 4í4 5/ 6m 2 í2 8/3 m 82 10 í4 5+ 2í2 8 /10 m 2 í28 2 í2 8 3í4 5/ 44 m 7 7m 2í 45 /10 3m 63 06 8 93 91 PR 2í2 8/ 42 m 2í 33 / 27 2 í3 m 3/ 31 m DU RUE 2í4 5 +2 í2 8/2 6m 8 7 2 í2 8 1 6m U6T a tt .le nombre total d’équivalents logements (1266) est proche des 1200 préconisé.) /8 5% %C45/ 22 m/A TT 10 í45 +6 í28 /3 m 0m AR LEM AG NE 38 5 1 5í4 5 15 m 2 í2 8 5m 5+8í 28 46 6 14 2í2 8/2 5m 6í 45 +3í 28 24m J 2 %% 41 2 í28 6m 69 67 2 í6 0 +8 í4 54 52 50 3 21 m 8 48 Brt 2% %C45 + 1% 5 2% %C2 8/ 2 0m J 2% % C4 5+ 2 %% C2 8/1 m/ 8 2 í28 21 m 71 U5 T 58 DE BIR AG 3 0 m/ / 6 í28 /1 7m 60 56 UE 3 31m INT AN TO IN U5 T E 64 12 6 6 20 95 1 5% 16 BE AU TR EIL 2 í28 /5 3m 19 4í 45 + 1 m( 17 2í 28 /65 m 11 16 8/ 1 17 8 í4 5+ 1 3m / 14 DE 15 m 8/ 1 7 í4 5 /3 0m 2% % AU TR EIL m/A TT PAU L PA UL U5 INT DI N S SA S3 T M RU E ED ES 8m RU 2í2 8/ 26 m 2 í2 8/2 0m 4 7% 19 2 % % % C4 C2 5 14 / 8/ 6m m PE TIT 28 47 m 7 8/ 1 S5T 1 42 64 22 R1 4 í3 T(6 6 41 3 /2 4 1 4 3 6 m 43 ) U7 T 5 LI S 8 í45 /5 m 14 13 6m 4í 4 3 61 m RU E DU PE T IT 5 /2 4 2í 28 1 MU SC 16 4í 2 8/ 9 2m L IO a tt . RU E AIN 9 12 4 í4 5+ 2 í2 8 RU 10 137 / E CH m AR LEM AG 7 NE EG 4 INH AR D 18 RU E NE 2í 28/ 89 m 35 3 2í2 8/6 7m 57 2 %% C28/ 52 m T 2 J 97 /6 20 13 m 1%%C28 / 4 62 09 4 30 6 20 97 4m % C4 5/ 2% 2 2% % C2 8 2í 28 +2 í4 5/1 4m 26 2% % 2 í45 /3 6m 5 2 í2 8 /1 0 0m 3 2í2 8/ 50 m 49 9 RU E FA UC O NN IER 94 m 8/ í4 5 /2 29 19 24 7 í4 5+ 2í2 8/ 29 m 27 5% % 2% % C3 3 25 SA 4í IN 4 5+ T PA 2 í2 UL 8/ 15 7 m 22 24 SA IN T PA UL 2% % 28 2% % 29 / 4 C3 3 41 / 2% %C28 /2 5m 31 C3 3 m 2 72 8/ 37 m b (6 4 13 C4 5 C3 3 2í 28 /96 m 82m 24 m 55 / 6 59 / 7 m 2í 28 15 4 25 17 2% % C3 3 22 2% % C3 3 20 2 í28 /5 4m 21 A 23 23 ARD INS E 25 5 22 / m 2 í4 5/5 7m 27 / 2 í45 /7 9m 27 m 8 NE UV ESA IN 4 í45T PI + 1 ERR í2 8 E 1 43 / m 7 30 2 í28 /66 m 25 25 12 10 RUE 2% % 2í 28 71 m 7 m 1 28 2 í2 8/5 4m 17 47 6 41 25 AP 2 í2 8 /2 2m 2í2 8/ 79 m 8 26 8 m 35 / í2 5 +4 4 í4 43 41 39 2í 45 +2í 28 1 5í4 5 17m + 2í 28 tt . : FT.8N í4 S5 RU E 4 1 3í4 5 +2 í2 8/2 3m 5+4 2 12 í2 8 /9 1 í2 8/6 7m 16 2m Ve rs 1 í2 8/2 8m 11 8 1 4 í4 5+ 2 í2 8 /1 0m 9 3í2 U5 T 12 8/ 9 2m J Figure 11 : Exemple – zone d’influence d’un PDZ La zone d’influence d’un PDZ est obtenue par adjonction d’un nombre entier de PE (la délimitation des zones de PE de toute la zone à traiter restant un préalable à l’étude).2í 28 31 m 2í2 8 3 8m 77 75 62 C45 +2% % C2 m 5 8/ 4 m 2% %C45/ 2% %C45 11m/63 0 60 7m / / 6 306 1 8í4 5/2 6m 2 í28 10 í4 73 10 2 í2 8/2 3m 2 2í2 8/ 28 m 2 í28 19m 81 79 9 2m/S6 T % C4 5/ 3% / 45m/a t .

Sur la figure 12 on a représenté le réseau de distribution 1 nécessaire au raccordement de tous les PE de la zone (ici 3 câbles de D1). : FT. o PDZ Dimensionnement des câbles de distribution de niveau 1 Câble de distribution 1 1672FO/51U 16 24 24 11 11 72 F O /11 U 72 FO /35 U 14 4F O/ 93 U PDZ 72 FO /49 U 8 8 14 4F O/6 8U 72 FO /41 U 25 25 72 FO /33 U 8 8 21 21 144FO/6 8U 14 4F O/ 47 U 22 22 31 33 14 4F O/ 25 U figure 12 : Exemple de dimensionnement et de parcours des câbles de distribution de niveau 1 L’exemple figure 12 indique le nombre de fibres utiles nécessaires au raccordement de chaque PE. Pour chaque câble est indiqué : La capacité du câble FO utilisé 144 FO / 68 FU Le nombre de fibres utiles pour les PE en aval Réf. ce qui permettra de déduire la capacité des câbles de distribution de niveau 1.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès La zone comprend 10 PE. Le nombre inscrit dans chaque zone de PE indique le nombre de fibres utiles nécessaires en distribution de niveau 1 pour alimenter chaque PE.2007 M 0084 ed 2 14 4F O/ 25 U 23 25 Page 15 .

l’utilisation de chambres sous trottoir afin de faciliter les ré-interventions (raccordement d’un nouvel immeuble. 4) Le ratio « nombre de PE / PDZ » est très variable en fonction du type d’habitat. quand le choix est possible. 2) On privilégiera. Réf. comme dans notre exemple.2007 M 0084 ed 2 Page 16 .préconisations : 1) On privilégiera. : FT. Au vu des sites en prédéploiement un ratio de l’ordre de 6 à 10 PE pour une zone de PDZ de 1200 équivalents logements est correct. 3) Le PE sera toujours placé à l’extérieur des immeubles (sauf cas d’un PE destiné à l’usage unique d’un immeuble) dans une chambre dont les dimensions et l’encombrement sont compatibles avec la protection d’épissure utilisée et les loves de câbles induits.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès La figure 13 donne un synoptique plus facilement lisible de la distribution 1 à déployer. 72 FO 72 FO 8 O F 2 7 8 PE 1 144 FO 31 PE 3 144FO PE 1 144 FO FO 144 25 PE 3 72 FO 21 PE 2 72 FO 22 PE 2 PE 23 3 PDZ 72 F O 16 PE 2 PE 24 2 PE 11 1 Légende PDZ PDZ Nbre de fibres utiles pour la zone de PE Nbre de modules 12 FO affectés pour la zone de PE x PE PE y Figure 13 : Exemple – synoptique de plusieurs câbles de D1 • Conception des réseaux de distribution de niveau 1 . pose d’un nouveau C2). de limiter les risques de dérangement lors des interventions en PE. On affecte à chaque PE un nombre entier de modules de 12 FO. la pose de câbles de FO de grosse capacité et on utilisera la technique du piquage en affectant un nombre entier de modules 12 FO à chaque PE. ceci permettra : de générer des fibres de réserve utilisables en cas de dérangement.

(91+47+51)/8= 24 FO Si on avait procédé avec la méthode globale on aurait eu : nb FO transport ≈ Arrondi sup nb logements (64 × 0. Le nombre de fibres nécessaires sera obtenu par addition du nombre de fibres utiles nécessaires pour chaque zone de PE. elle aussi. Réf. méthode à réserver pour les zones annexes à celles retenues pour un déploiement immédiat. Elle permet de prévoir les modules supplémentaires à mettre en attente pour le traitement ultérieur de ces zones annexes.2007M0180 ed2.2 ème câble 72 FO : 51 FU Nbre FO transport = Arrondi sup. au préalable sur la zone à traiter.9) Pour les PDZ en immeuble (immeuble de plus de 200 équivalents logements) les besoins en transport sont décrits dans la modalité FT. . dimensionnée à 100%.2007 M 0084 ed 2 Page 17 . On préconise la solution « pas à pas » qui permet : .Un dimensionnement plus fin des transports.6 Dimensionnement du transport Cette partie de réseau bénéficiant des 2 niveaux de couplage. • Dimensionnement des besoins en transport pour chaque PDZ Deux méthodes sont proposées pour la conception des transports FTTH : la méthode « pas à pas » qui repose sur une approche plus fine qui nécessite. Nbre FO transport = Arrondi sup. Ainsi.9) Exemple : Dans l’exemple précédent où le nombre d’équivalents logements de la zone était 1266. la méthode « globale » qui repose sur une approche prenant en compte les potentiels par ZSR cuivre. le dimensionnement exhaustif des zones d’influence de PE. la partie transport sera. . : FT. On peut donc en déduire le nombre de FO en transport.Une meilleure mutualisation des PDZ. chaque câble de distribution 1 est représenté avec les besoins en fibres utiles.2.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès 6.câble 144 FO : 91 fibres utiles (FU) er .1 câble 72 FO : 47 FU . [(" Nbre FO utiles (FU) nécessaires en distri 1) /8] Exemple : comme on l’a vu sur la figure 13. un nombre réduit de FO permet d’alimenter le PDZ. divisé par 8 pour tenir compte du niveau de couplage C1 en PDZ. le nombre de fibres nécessaires en transport serait : 22 ≈ 1266 (64 × 0.

: FT. PDZ Module(s) dérivé(s) vers le PDZ : multiple de 12 fibres = câble de transport Câble Transport Exemple : 144 FO PEP Câble Transport 144 FO PEP 144 FO Vers PDZ Figure 14 : Transport – principe de raccordement. • simplifie la conception par l’affectation exclusive de l’ensemble des cassettes et sorties de la PEO à la desserte de la zone d’influence du PDZ. des FO de réserve seront de fait présentes. Tous les modules seront tirés jusqu’au PDZ. le câble étant dimensionné à 100% de la zone.5). Le câble PEP – PDZ sera dimensionné en fonction du nombre de modules calculé au début de ce paragraphe. on se limitera à des câbles de 144 FO (exceptionnellement 288 FO). • permet de rechercher pour le PDZ un emplacement facile d’accès (on privilégiera les chambres sous trottoir). Figure 14).Ingénierie FTTH – Réseau d’accès • Conception de l’axe de transport . Pour une zone d’environ 1200 équivalents logements le câble est un 24 FO et la boite une PEO T3 (cf tableau 2 du § 6. les méthodes de dimensionnement étant larges et l’affectation des FO à un PDZ se faisant par module 12 FO entier. toute intervention dans un PDZ (pose d’un nouveau C1 par exemple) ne pourra affecter les autres PDZ alimentés par ce même câble de transport.2. Dans la mesure du possible. Cette pratique : • limite les risques de dérangement. 3) Aucune ressource FO supplémentaire ne devra être réservée en transport à des fins de maintenance. Réf. il sera opportun de placer les contenants en dehors du parcours du transport (cf.préconisations : 1) La conception et le dimensionnement des câbles de transport se feront en prenant en compte l’ensemble des PDZ (du programme en cours et à venir) accessibles par un même axe de GC. En effet. 2) Dans le cas où le transport dessert plusieurs PDZ.2007 M 0084 ed 2 Page 18 . Tout surdimensionnement est donc à proscrire.

les coupleurs C1 seront installés dans l’armoire passive implantée au NRA (cf dossier sur site FTTH). Il n’y a pas de préconisation a priori. Les zones directes représentant un nombre important d’équivalents logements. . On n’allumera qu’une ou deux fibre(s) dans les PE de potentiel moindre (beaucoup de PRI d’ilot …) Ce choix est un choix statistique.2. En règle générale.8 6. c'est-à-dire s’approcher le plus possible des 64 clients raccordés par port.que le GC à emprunter est saturé.2. Exemple : Pour l’exemple traité précédemment. en l’absence de toute donnée relative aux immeubles de la zone à raccorder à court terme. le troisième C1 ne sera peut être pas utile.7 Cas particulier des zones directes « proches » dites zone « 0 » : Lieu d’implantation du niveau de couplage C1 Solution 1 : C1 dans l’armoire passive au NRO Dans cette architecture. 6. La connaissance des immeubles avec accord syndic à raccorder peut bien sûr amener à modifier cette répartition. Les 24 branches de ces coupleurs C1 seront raccordées (par fusion) aux câbles de distribution 1.2. Solution 2 : C1 en PDZ positionné en infra au NRO ou en chambre L’ingénierie applicable sera alors totalement identique à celle mise en œuvre pour les clients derrière PDZ.2007 M 0084 ed 2 Page 19 . Par exemple si on a de nombreux PRI d’ilot.1 Règle de mise en place et d’allumage des coupleurs C1 Lors du déploiement du réseau Du fait des coûts encore élevés des ports PON. Réf.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès 6. chacune étant traitée séparément. La zone directe sera donc en pratique divisée en plusieurs zones. on implantera 3 C1 au PDZ. le schéma Figure 15 (ci après) donne une proposition de pose et raccordement des coupleurs C1 pour l’allumage de fibres vers 10 PE. la couverture PON de ces zones peut requérir l’implantation de plusieurs PDZ. On pourra adapter le nombre de C1 en fonction des PRI prévisibles sur la zone.si la chambre possible pour le siège de PDZ est facile d’accès et n’est pas saturée. ce sont les éléments « terrain » qui amèneront à choisir l’emplacement des PDZ. . on n’implantera pas de C1 supplémentaire mais on réduira le nombre de fibres allumées sur les PE de moindre potentiel. la conception du réseau recherchera donc à optimiser l’utilisation de ces cartes. On pourra aussi privilégier les PE ayant beaucoup d’immeubles d’au moins 25 équivalents logements.que les PE et l’emplacement possible pour le PDZ sont éloignés du NRO. : FT. Si le PDZ comprend plus de 8 PE. ce qui permettra d’allumer en moyenne 3 fibres par PE. La solution C1 en PDZ (placé en chambre) en réduisant le nombre de fibres nécessaires en sortie de NRO pour assurer la liaison NRO-PDZ sera d’autant plus conseillée : . pour un PDZ correctement dimensionné (aux environs de 1200 équivalents logements et 8 à 10 PE).8. l’objectif minimum étant un taux de remplissage de 50% des équipements PON.

Réf. : FT. lors de la mise en place des distributions 2.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès PDZ 1x8 8 PE 8 1x8 PE 31 PE 25 1x8 PE 21 16 coupleurs C1 PE 24 PE 22 PE 23 PE 11 PE PE Figure 15 : Exemple – Pose et raccordement de coupleurs C1 en PDZ Nota : les coupleurs C2 ne sont pas mis en place lors de la pose de la distribution 1. mais au fil de l’eau.2007 M 0084 ed 2 Page 20 .

15 à 24 Implantation d’un nouveau C1 et affectation de toutes ses branches. il conviendra d’allumer de nouvelles fibres dans les PE (affectation de nouvelles branches de coupleurs C1 aux PE). : FT. de prévenir les saturations futures. il conviendra de prendre en compte l’ensemble de la zone d’influence du PDZ et de faire un bilan. afin de pouvoir prévenir au mieux d’éventuelles saturations : . on préférera l’implantation d’un nouveau C1 dans le PDZ. Quelle que soit la solution adoptée.contenir les CAPEX en maintenant un taux d’occupation des branches de C1 correct (65%). On considère le nombre de branches de C1 raccordées à des coupleurs C2. dans un PDZ donné. le nombre de branches de C1 raccordées à des troncs de C2 dépassera les 65%. 3 moins de 15 Optimisation de l’existant : ouverture du PDZ et réaffectation des branches des C1 existants.dans le cas de réaffectation de branches.réduire les OPEX en limitant le nombre de ré-interventions dans les PDZ et donc les risques de dérangement. 10 à 16 Implantation d’un nouveau C1 et affectation de toutes ses branches. quand.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès 6. Coupure et soudure de certaines branches de C1 non occupées par des clients. Tableau 3 En règle générale. eux-mêmes raccordés à des clients.8.dans le cas d’implantation d’un nouveau C1. Coupure et soudure de certaines branches de C1 non occupées par des clients. 3 et 4 C1 : Nbre de C1 au Nbre de branches raccordées à Solution préconisée en cas de saturation PDZ des troncs de C2 2 moins de 10 Optimisation de l’existant : ouverture du PDZ et réaffectation des branches des C1 existants. là encore. Coupure et soudure de certaines branches de C1 non occupées par des clients. PE par PE. . Cette opération se fera par réaffectation de branches de C1 existants et/ou ajout de nouveaux coupleurs C1. on affectera toutes les branches afin. on rééquilibrera les ressources entre les différents PE afin de prévenir au mieux d’éventuelles saturations à venir. 20 à 32 Implantation d’un nouveau C1 et affectation de toutes ses branches. Le tableau ci-dessous traite à titre d’exemple les cas des PDZ à 2.2 Évolution .2007 M 0084 ed 2 Page 21 .ajout de nouveaux C1 Au fil des raccordements de nouveaux clients et de nouveaux immeubles. en complément de la désaturation initiale génératrice de l’intervention. Réf.2. Les règles présentées dans le tableau ci-dessous permettent de : . à la réaffectation des branches des C1 existants. 4 moins de 20 Optimisation de l’existant : ouverture du PDZ et réaffectation des branches des C1 existants. .réaffectation des branches de C1.

: FT. le fait de prendre une PEO T3 pour environ 1200 équivalents logements permet d’atteindre le taux de pénétration de 100% Le transport a été dimensionné pour 100% de la taille des zones d’influence de PDZ.3 Évolutivité du réseau Bien que cette modalité ne porte que sur le transport et la distribution de niveau 1. puis muter des clients initialement couplés au PE. aucune extension de réseau ne sera nécessaire. dans le respect des règles d’ingénierie. doit laisser disponible. Au niveau de PDZ. o en dernier recours. Lorsque le passage en alvéole occupé n’est pas possible sur un tronçon de transport ou de distribution. Les règles d’ingénierie relatives au choix des alvéoles à utiliser doivent s’appliquer également pour le propre déploiement FTTH de France Télécom : Cela se traduit principalement par l’utilisation en priorité des alvéoles occupés sur les tronçons de transport et de distribution et par la pose systématique d’un filin d’aiguillage en adduction. Les zones d’influence de PE ayant été dimensionnées pour couvrir les besoins jusqu’au taux de pénétration 25% (en particulier. on parlera ici de l’évolutivité du NRO jusqu’au PRI Le PRI est dimensionné en fonction de la taille de l’immeuble et permet de desservir tous les clients à 100%. La distribution 1 ayant été dimensionnée au taux de pénétration 100%. il peut se faire que des saturations interviennent au niveau de ce contenant si la demande est très forte. l’utilisation d’un alvéole libre ne pourra se faire qu’après tubage de celui-ci. Le taux de pénétration n’a donc aucun impact sur le dimensionnement de ce point fonctionnel. En fonction du contexte et des perspectives d’évolution de la demande dans la zone du PE. France Télécom a mis à disposition des opérateurs une offre de partage de ses installations de génie civil le 27 décembre 2007. y compris France télécom. - - - 6. Quel que soit le taux de pénétration réel. la même ressource que celle qu’il utilise pour ses propres besoins sur chaque tronçon de ses parcours de câble. il conviendra alors de : er o dans un 1 temps.4 Génie civil La logique d’optimiser les coûts. permettent de ne jamais revenir poser un nouveau câble sur la partie distribution de niveau 2. de créer du GC. sauf dans le cas où le nombre d’alvéoles libres est supérieur à 4. Les règles de dimensionnement des liaisons PE-PRI permettent donc de s’affranchir de toute sensibilité au taux de pénétration. issues des résiliations. 48 clients maximum couplés au PE).2007 M 0084 ed 2 Page 22 . récupérer les ressources en C2 au niveau du PE. l’évolutivité sur cette partie se fera naturellement et il n’y aura pas d’extension à réaliser sur ce segment de réseau. une règle de non saturation est systématiquement appliquée sur chaque tronçon : tout opérateur. implanter des C2 au niveau de PRI d’immeubles ou d’îlots.2007 M 0180 ed 2) au-delà du taux de pénétration initial de 25%.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès 6. Enfin. autant que faire se peut. Les règles d’implantation des coupleurs C2 (cf modalité FT. Réf. conduit FT à éviter.

5.Ingénierie FTTH – Réseau d’accès 6. Réf. : FT.l’ONT (Optical Network Termination) installé chez le client .1 Ingénierie au NRO Description générale du système ONT Gestionnaire Coupleur 1:8 ONT PE OLT 1 GE 10 GE Coupleur 1:8 PDZ Coupleur 1:8 PE Pb ONT PRI ONT Figure 16 : Système PON Conformément au synoptique ci dessus. les équipements actifs installés sont les suivants : .2007 M 0084 ed 2 Page 23 .le gestionnaire d’administration du réseau Pour l’instant l’OLT sera toujours implanté au NRO de rattachement de la zone concernée.5 6.l’OLT (Optical Line Termination) installé au NRO .

Réf.5.2 Implantation des baies au NRO Bandeau 2U TRU OLT 637. Dans cette armoire aboutissent : . . Le raccordement entre la baie OLT et cette armoire optique passive se fait alors avec des pigtails qui seront protégés par des goulottes (goulottes TYCO) prévues à cet effet et installées sur (ou sous) les platelages. plutôt dans les travées d'équipements.5.5 mm OLT 637.2007 M 0084 ed 2 Page 24 . l’armoire optique passive doit être mise en place à proximité de la baie PON (moins de 10 m). Cette ingénierie a pour principal avantage de diminuer le nombre de connecteurs optiques et ainsi d’améliorer le bilan optique global du réseau PON. : FT. Dans cette ingénierie. L’armoire optique passive doit être installée en centre. l’ingénierie retenue est une ingénierie avec armoire optique passive.5 mm Baie pour équipements actifs Baie passive 6. .le ou les câble(s) optique(s) de renvoi vers le répartiteur optique du NRA.3 Ingénierie avec armoire optique passive Pour le câblage et le raccordement de l’OLT en centre.tous les câbles optiques du réseau PON.les éventuels coupleurs (pour les zones directes par exemple).Ingénierie FTTH – Réseau d’accès 6.