Vous êtes sur la page 1sur 12

La genèse de l’Europe 1

La construction de l’Europe d’hier à aujourd’hui

Des personnalités politiques fortes


Après la Seconde Guerre mondiale, de grands acteurs politiques ont joué un rôle déterminant dans la naissance
de la construction européenne. Ils voulaient assurer la paix et le développement en Europe grâce à l’union
économique.

Une communauté qui s’élargit


Les bases ont été posées en 1951 par six états, puis la construction européenne s’est étendue par étapes à
une grande partie du territoire de l’Europe à travers la création et l’élargissement de la CEE puis de l’UE.
Elle compte actuellement 27 États membres.
Ces 27 États membres peuvent choisir de ne pas s’associer à tous les dispositifs de l’UE.

La CEE en 1957, La CEE dans


dans l’Europe de la guerre froide l’Europe des années 1970

L’élargissement de 1973
Les six États fondateurs
Autres États du bloc de l’Ouest
Autres États du bloc de l’Ouest

États du bloc de l’Est États du bloc de l’Est

États neutres États neutres

La CEE dans LA CEE/UE dans


l’Europe des années 1980 l’Europe des années 1990

Élargissements de1981 et 1986


Élargissements de 1990 et 1995
Autres États du bloc de l’Ouest
États de l’ancien bloc de l’Est
États du bloc de l’Est
États neutres
La genèse de l’Europe 1

L’UE dans
l’Europe des années 2000 Des intégrations
différenciées à l’UE
UE à 27

États candidat s à l’adhésion

États pré-candidats Espace Schengen

États ayant refusé


l’adhésion à l’UE

États de l’ancien bloc de l’Est


Pays de la zone euro

Une grande puissance économique et commerciale


Fondée sur la volonté d’unir les économies des pays membres afin d’éviter une nouvelle guerre en Europe,
elle est devenue la première puissance commerciale du globe.

L’UE au premier rang dans les échanges internationaux


(Échanges intra-communautaires exclus. Source : OMC. 2008)

de marchandises de services commerciaux


La genèse de l’Europe 1

Les “pères fondateurs” de l’Europe

Après les deux Guerres mondiales, il s’agit d’assurer la paix et le développement en Europe notamment par
l’union économique.

Konrad Adenauer (1876-1967).


Homme politique allemand, chrétien-démocrate.
De 1949 à 1963, premier chancelier fédéral de la
République fédérale d’Allemagne. Il s’engage dans
la construction européenne et la réconciliation
avec la France. En effet, il voyait dans l’unité
européenne un moyen de relever son pays et
l’entente avec la France lui apparaissait comme la
clef de la paix en Europe. Le traité d’amitié franco-
allemand de l’Élysée en 1963 concrétisera
l’entente franco-allemande.

Signature du Traité de Rome 25 mars 1957


La genèse de l’Europe 1

Alcide de Gasperi Si nous ne bâtissions que des administrations communes, sans qu’il y ait une
volonté politique supérieure, mue par un organisme central dans lequel les
(1881-1954). volontés nationales se rencontrent, se précisent et se réchauffent dans une
Président du Conseil italien, mi- synthèse supérieure, nous risquerions que cette activité européenne, comparée
aux vitalités nationales particulières, paraisse sans chaleur, sans vie idéale.
nistre des Affaires étrangères de
Elle pourrait même apparaître à certains moments un harnachement superflu
1945 à 1953. Leader de la Dé- et peut-être oppressif tel que le Saint Empire romain apparut à certaines
mocratie chrétienne italienne. périodes de son déclin.
Il veut faire retrouver à l’Italie Dans ce cas, des générations nouvelles, saisies par la poussée plus ardente
une influence internationale et de leur sang que de leur terre, considéreraient la construction européenne
l’oriente dans la construction eu- comme un instrument de gêne et d’oppression. Dans ce cas, le danger de la
ropéenne. Il fait adhérer l’Italie à révolution est évident.
la CECA. Voilà pourquoi, tout en ayant une claire conscience de la nécessité de graduer
la construction, nous jugeons qu’en aucun moment, il ne faudra agir et
construire de façon que la fin à atteindre ne soit claire, déterminée et garantie.
Je sais bien que cet idéal européen n’est pas encore suffisamment enraciné
dans les foules. Il n’y a qu’une partie d’hommes politiques, de penseurs et
d’idéalistes qui est à même de s’arracher aux soucis quotidiens des problèmes
de la reconstruction de leur pays pour diriger leurs efforts à la préparation
d’un avenir commun. Vous êtes de ce nombre, Messieurs les Représentants,
par les mandats que vous avez reçus de vos collègues, élus, comme vous, par
le peuple.

Discours d’Alcide de Gasperi, Strasbourg, 10 décembre 1951

Robert Schuman (1886-1963).


Président du Conseil français, en novembre
1947, puis ministre des Affaires étrangères de
juillet 1948 à janvier 1953.
Membre du Mouvement républicain populaire
(MRP), d’influence démocrate-chrétienne. Sou-
haitant la réconciliation franco-allemande, il
endosse politiquement le plan de Jean Mon-
net sur la CECA et prononce la déclaration
historique du 9 mai 1950 qui lance le pro-
cessus de construction européenne.
Il signe le traité de Paris en 1951, acte de nais-
sance de la CECA. Entre 1958 et 1960, il pré-
side l’Assemblée des communautés
européennes, qui deviendra le Parlement eu-
ropéen, dont il reste membre jusqu’à sa mort.

Projet de plan sur la CECA, 1950


La genèse de l’Europe 1

Paul-Henri Spaak (1899-1972)


En présidant le comité d’experts (“comité Spaak”)
chargé de faire des propositions pour la poursuite
de l’intégration européenne après l’échec de la
CED en 1954, il joue un rôle fondamental dans
l’élaboration du Traité de Rome de 1957 créant
la CEE. En effet, le rapport du comité servit de
base à la rédaction du traité.
Pendant la guerre, membre du gouvernement
belge en exil à Londres, il propose un projet
d’union douanière avec le Luxembourg et les Pays-
Bas qui se concrétise en 1944 avec la création du
Signature du Traité de Rome 25 mars 1957
Benelux. Ministre des Affaires étrangères de 1946
à 1949, puis de 1954 à 1957, il est également président du Conseil de l’OECE, de l’assemblée du Conseil de
l’Europe, et de l’Assemblée parlementaire de la CECA. Après l’échec de la CED, il concentre ses efforts sur la
préparation de la CEE. Paul-Henri Spaak était partisan d’une Europe supranationale, s’opposant en cela à la
conception gaulliste.

Jean Monnet (1888–1979).


Considéré comme l’inspirateur de la construction européenne. Commissaire général au Plan en France de
1947 à 1952, la construction de l’Europe devait se faire à partir de réalisations concrètes. Il conçoit le projet
de la CECA et devient, de 1952 à 1955, le premier président de la Haute Autorité. C’est l’un des inspirateurs
du Traité de Rome de 1957 qui crée la CEE.
En 1955, il fonde un Comité d’action pour les États-Unis d’Europe qu’il dirige jusqu’à sa dissolution en 1975.
En 1988, ses cendres sont transférées au Panthéon.

Traité instituant la Communauté européenne du charbon et de l’acier, Paris, 18 avril 1951


© Archives Jean Monnet
La genèse de l’Europe 1

Quelques grandes étapes de la construction européenne


쑺 1951 : naissance de la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA) entre les six pays fondateurs
쑺 1957 : Traités de Rome instituant un marché commun
쑺 1973 : les communautés passent à neuf membres et développent leurs politiques communes
쑺 1979 : premières élections européennes au suffrage universel direct
쑺 1981 : premier élargissement méditerranéen
쑺 1993 : ouverture du grand marché intérieur
쑺 1993 : le traité de Maastricht institue l’Union européenne
쑺 1995 : l’Union compte quinze membres
쑺 2002 : mise en circulation de l’euro
쑺 2004 : dix nouveaux pays membres entrent dans l’Union
쑺 2007 : l’UE a 27 membres

L’Europe au quotidien
Aujourd’hui, l’Union européenne joue un rôle dans de nombreux domaines de la vie quotidienne, par exemple :
l’éducation, les transports, l’environnement, la santé, la consommation, la libre circulation, la culture,
l’emploi et les affaires sociales…

Pour en savoir plus


La genèse de l’Europe 1

L’Europe et ses institutions

L’identité de l’Union européenne


Les étapes de la construction européenne
쑺 1957 : les États fondateurs, “l’Europe des 6” : France • Belgique • Pays-Bas • Luxemburg • RFA • Italie
쑺 1973 : l’Europe des 9 : Royaume-Uni • Irlande • Danemark
쑺 1981 : l’Europe des 10 : Grèce
쑺 1986 : l’Europe des 12 : Espagne • Portugal
쑺 1995 : l’Europe des 15 : Autriche • Suède • Finlande
쑺 2004 : l’Europe des 25 : Pologne • République tchèque • Slovaquie • Lituanie • Estonie • Lettonie • Hongrie •
Slovénie • Malte • Chypre
쑺 2007 : l’Europe des 27 : Bulgarie • Roumanie

Les pays de la zone euro


France • Irlande • Belgique • Pays-Bas • Luxembourg • République fédérale d’Allemagne • Autriche • Italie •
Grèce • Espagne • Portugal • Slovénie.

L’espace Schengen
Au sein de l’Union européenne, 23 États garantissent entre eux la liberté de circulation : c’est l’espace Schengen.
Les 10 États entrés dans l’UE en 2004 ont intégré l’espace Schengen, mais les contrôles à leurs frontières
n’ont été supprimés qu’en 2007.
쑺 Les États membres de l’espace Schengen : France • Belgique, Pays-Bas • Luxembourg • Allemagne • Italie •
Pologne • Autriche • République tchèque • Slovaquie • Hongrie • Slovénie • Espagne • Portugal • Malte
• Chypre • Grèce • Lituanie • Estonie • Lettonie • Suède • Finlande.
쑺 Les États ne faisant pas partie de l’espace Schengen : Irlande • Royaume-Uni.
La genèse de l’Europe 1

1 - Le Conseil européen
Chefs d’État ou de gouvernement
Réunion tous les six mois
Fixe les grandes orientations
de la politique européenne
4 - Le Conseil des ministres
Les ministres d’une même spécialité
(économie, affaires étrangères, agriculture,…)
Adopte les règlements et directives,
souvent en codécision avec le Parlement 3 - Le Parlement européen
Strasbourg
732 députés élus au suffrage universel
par les citoyens des États membres
La cour de justice
- Participe avec le Conseil de l’Union à
Luxembourg l’élaboration des règlements et directives
Fait respecter le droit -Vote le budget
communautaire

2 - La Commission La Banque centrale


Bruxelles Européenne
Commissaires nommés par les États de l’UE, Francfort
Responsables devant le Parlement Dirige la politique
- a l’initiative des règlements et directives monétaire
-veille à leur application dans les États de l’UE
-met en œuvre la politique et
exécute le budget de l’UE

1. Conseil européen - 2. Commission - 3. Parlement européen - 4. Conseil des ministres


La genèse de l’Europe 1

La génèse de l’Union européenne


Le sommet européen de Paris (1974)
Un groupe de travail reçoit la mission de réfléchir à la possibilité d’attribuer des droits spéciaux aux ressortissants
de la Communauté Economique Européenne (CEE). Il s’agit de concrétiser la volonté des Pères fondateurs de
l’Europe de bâtir “une union sans cesse plus étroite entre les peuples d’Europe” .

Le Conseil européen de Fontainebleau (1984)


Les chefs d’État et de gouvernement des États membres de la CEE affirment “qu’il est indispensable que la
Communauté réponde à l’attente des peuples européens en adoptant les mesures propres à renforcer et à
promouvoir son identité et son image auprès de ses citoyens et dans le monde”.

Les accords de Schengen (1985)


Ils sont un élément décisif car ils préfigurent l’abolition totale des frontières intérieures de l’UE en
supprimant graduellement les contrôles aux frontières communes aux États signataires des accords.

Le Traité de Maastricht (1992)


Il institue une citoyenneté de l’Union européenne.

Qui est citoyen européen ?


Toute personne ayant la nationalité d’un État membre de l’Union européenne est citoyen européen.
Le Traité instituant la Communauté européenne donne à tous les citoyens des États de l’Union européenne le
droit d’accéder à la citoyenneté européenne. Celle-ci ne se substitue pas à la citoyenneté nationale. Elle s’y
superpose.
La personne accède donc à la citoyenneté européenne par l’État dont elle a la nationalité. Ainsi, parce que
l’on est français, allemand, polonais, estonien, … on est citoyen européen. Chaque État est maître, par son
Code de la nationalité, de décider qui est citoyen européen et qui ne l’est pas. L’Union européenne n’a aucune
compétence dans ce domaine ; preuve en est la délivrance du passeport européen par chaque État de
l’UE pour ses ressortissants qui veulent se rendre à l’étranger.

Quels sont les droits et les devoirs du citoyen européen ?


Les droits des citoyens européens sont garantis par les traités

Les droits du citoyen européen garantis par les traités


(Traité instituant la Communauté européenne et sa version consolidée, Traité sur le fonctionnement de l’Union
européenne, futur Traité de Lisbonne).
쑺 Le citoyen européen a le droit de circuler et de séjourner, de travailler et d’étudier sur le territoire des
autres pays membres de l’UE, qu’il soit actif ou “inactif” (étudiant, retraité) ;
쑺 Le citoyen a des droits civiques et politiques : il a le droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales
et aux élections du Parlement européen dans l’État membre où il réside ; il a le droit de pétition devant le
Parlement européen ;
쑺 Le citoyen européen dispose ainsi de droits fondamentaux (civils, politiques, économiques
et sociaux) que l’Union européenne s’engage à respecter.
La genèse de l’Europe 1

Des droits assortis de limites et de conditions


쑺 Le citoyen de l’UE peut être élu conseiller municipal ; il ne peut être élu maire ou adjoint, ces mandats
donnant droit à élire des élus nationaux (les sénateurs) ;
쑺 Le citoyen européen peut être fonctionnaire dans son État de résidence, mais uniquement dans des
emplois qui ne mettent pas en jeu sa souveraineté (les emplois dans les domaines des finances, de la Justice,
de la Défense, ne lui sont pas ouverts) ;
쑺 Le citoyen européen doit justifier de ressources suffisantes pour s’installer dans un autre État.

Qui défend les droits du citoyen européen dans l’Union européenne ?


Une défense juridictionnelle
쑺 Le Tribunal de première instance (TPI)
Il traite des recours des particuliers contre les actes des institutions de l’UE dont ils sont les destinataires ou
qui les concernent : recours en annulation contre des actes juridiques européens les concernant ; recours
en carence contre l’inaction des institutions de l’UE dans un domaine ; recours en réparation en cas de
dommage subi par un particulier de la part des institutions ou des agents de l’UE.
쑺 La Cour de justice des Communautés européennes (CJCE)
Cette Cour siège à Luxembourg.
Elle peut être saisie par les particuliers qui se pourvoient en cassation contre des décisions du TPI.
Elle peut aussi être saisie lorsqu’un litige devant un tribunal national met en jeu des règles de droit européen.
Le juge français peut, face à une difficulté d’interprétation, demander l’avis de la Cour. Le citoyen, représenté
par un avocat, peut alors être entendu par la Cour pour faire préciser les règles européennes qui le concernent.

Une défense non-juridictionnelle


쑺 Le médiateur européen
Élu par le Parlement européen, il reçoit et enquête sur les plaintes des citoyens contre des actes de mauvaise
administration des institutions européennes, à l’exception de la CJCE et du TPI.
Il peut aussi recevoir les plaintes de personnes, d’associations, d’entreprises résidant dans un État membre
de l’UE.
En cas d’illégalité constatée, il saisit l’institution européenne mise en cause et lui adresse une recommandation,
que cette institution est libre de suivre.
La genèse de l’Europe 1

L’Europe dans les textes officiels

Pourquoi une Charte des droits fondamentaux ?


Cette Charte a été proclamée au Conseil européen de Nice (2000). Ses 54 articles définissent les droits
fondamentaux des personnes au sein de l’UE.
Ces droits sont répartis en 6 valeurs individuelles et universelles, qui constituent le socle de la construction
européenne :
Dignité • Liberté • Égalité • Solidarité • Citoyenneté • Justice.
Ces droits et les valeurs qui s’y rattachent ne concernent que les citoyens des États de l’Union européenne.

Ses objectifs
쑺 Etre une référence pour chaque citoyen européen. La Charte rassemble des droits existants, mais qui
étaient éparpillés entre plusieurs textes, notamment la Convention européenne des droits de l’homme
(1950). Elle enrichit la liste des droits de l’homme reconnus en Europe en y ajoutant des domaines tels que
la bioéthique ou la protection de données à caractère personnel.
쑺 Renforcer la protection des droits fondamentaux
Ce texte les énumère, contrairement à l’article 6 du Traité sur l’Union européenne qui évoque globalement
les droits fondamentaux.
Mais le statut juridique de la Charte des droits fondamentaux n’a pas encore été officialisé. Ce texte n’a
donc, à ce jour, aucune valeur contraignante.
Pour en savoir plus

La citoyenneté européenne dans les programmes scolaires


Les programmes de l’école
BOEN Hors Série n° 3 du 19 juin 2008

Instruction civique et morale - Cycle des approfondissements


“[…] En relation avec l’étude de l’histoire et de la géographie, l’instruction civique permet aux élèves d’identifier
et de comprendre l’importance des valeurs, des textes fondateurs, des symboles de la République française et de
l’Union européenne […]
Au cours du cycle des approfondissements, les élèves étudient plus spécifiquement les sujets suivants : […]
5 - L’Union européenne […] : le drapeau, l’hymne européen, la diversité des cultures et le sens du projet politique
de la construction européenne. […]”
2e palier pour la maîtrise du socle commun ; compétences attendues à la fin du CM2
Compétence 6
“L’élève est capable de :
[…]
- reconnaître les symboles de l’Union européenne […]”
La genèse de l’Europe 1

Les programmes du Cycle central des collèges


BOEN Hors Série n° 1 du 13 février 1997

Programmes de la classe de 4e Programmes de la classe de 3e

Histoire Histoire
I - Les XVIIe et XVIIIe siècles A. 1914-1945 : guerres, démocratie, totalitarisme
1. Présentation de l’Europe moderne 1 - La Première Guerre mondiale
II - La période révolutionnaire (1789-1815) 2 - La Seconde Guerre mondiale
2. Les transformations de l’Europe B. Élaboration et organisation du monde
III - L’Europe et son expansion au XIXe siècle d’aujourd’hui
(1815-1914) 2 - De la guerre froide au monde d’aujourd’hui
1. L’âge industriel (l’exemple de l’Allemagne et de Berlin)
2. Les mouvements libéraux et nationaux
Géographie
Géographie C - Les puissances économiques majeures
L’Europe et la France 3 - L’Union européenne
I - Le continent européen
1. Diversité de l’Europe Éducation civique
2. Quelques États (Allemagne, Royaume-Uni, A. Le citoyen, la République, la démocratie
Espagne ou Italie) 1. La citoyenneté
“[…] Dans l’Union européenne, le traité de
Éducation civique Maastricht donne une première approche de la
III - Les droits de l’homme et l’Europe définition des droits des citoyens européens.”
Les fondements de la citoyenneté européenne B. L’organisation des pouvoirs de la République
1 - Des valeurs communes 3 - Les institutions françaises et l’Union
2 - Des identités nationales européenne
3 - Une citoyenneté européenne “Les principales institutions européennes sont
présentées […] les étapes de la construction
européenne sont mises en évidence.”
4. Les élections
“[…] Quelques exemples de mode de scrutin ([…]
élections européennes).”