Vous êtes sur la page 1sur 19

PARCOURS DE LA SEHNSUCHT DANS L'UVRE DE FREUD: AU COMMENCEMENT

Thierry Long ERES | Essaim


2009/1 - n 22 pages 47 64

ISSN 1287-258X

Article disponible en ligne l'adresse:

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------http://www.cairn.info/revue-essaim-2009-1-page-47.htm

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article :

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------Long Thierry, Parcours de la Sehnsucht dans l'uvre de Freud : au commencement, Essaim, 2009/1 n 22, p. 47-64. DOI : 10.3917/ess.022.0047

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Distribution ectronique Cairn.info pour ERES. ERES. Tous droits rerv pour tous pays.

La reproduction ou reprentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autoris que dans les limites des conditions gales d'utilisation du site ou, le cas hnt, des conditions gales de la licence souscrite par votre ablissement. Toute autre reproduction ou reprentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manie que ce soit, est interdite sauf accord prlable et rit de l'iteur, en dehors des cas prus par la lislation en vigueur en France. Il est prisque son stockage dans une base de donns est alement interdit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement


Thierry Long
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Die Menschen haben immer die Sehnsucht, alle Geheimnisse mit einem Schlssel aufsperren zu wollen 1. Freud Je sais bien quexprimer une ide une ou deux fois, sous la forme dun aperu fugitif, nest tout de mme pas la mme chose que de la prendre au srieux, la prendre au mot (wrtlich), la suivre travers tous les dtails contradictoires, et conqurir pour elle la position qui lui revient parmi les vrits reconnues. Cest la diffrence entre un flirt lger et un mariage en bonne et due forme, avec toutes ses obligations et ses difficults. pouser les ides de : voil une expression usuelle, tout au moins en franais 2.

pouser les ides de Freud, cest en accepter tous les mandres, les impasses, les circonlocutions, les attentes et les repentirs, les suspensions et les abandons, les drives et les drivations. On na qu se baisser, nous serine Lacan, dans le champ de Freud, on na qu se baisser pour ramasser ce quil y a trouver 3 , nous invitant reprendre ce vieux geste du glaneur. Encore faut-il se baisser, ainsi nous dit-il dans sa leon du 3 juin 1964, le Nachtrglich, par exemple, a t, dans sa porte, nglig, encore quil ft l et quil ny avait qu le ramasser 4 .

1. 2. 3. 4.

GW. Nachtragsband, p. 133. Homme magntique : Les hommes ont toujours cette Sehnsucht : vouloir ouvrir avec une cl tous les mystres. OCP, t. VI, p. 39. S. Freud, Sur lhistoire du mouvement psychanalytique, dition Cornelius Heim, NRF, 1991, p. 27 (GW, X, 52). Jacques Lacan, Le Sminaire, Livre XI, Les quatre concepts fondamentaux de la psychanalyse, Paris, Le Seuil, 1973, p. 197. Ibid.

48 Essaim n 22

Lquation de la mlancolie
Cette premire occurrence de la Sehnsucht dans la correspondance ncessite une introduction qui anticipe les dveloppements venir, faute de quoi, son exposition risque dapparatre fort indigeste. Au moment de son criture, la seule topique implicite dont Freud use est celle de la personne, quil inscrit, nous le verrons dans le schma sexuel qui guide ses pas, dans un plan orthonorm o labscisse serait la frontire somato-psychique et lordonne la
5. 6. Thierry Long, Die Sehnsucht. Introduction une notion freudienne , Carnets 67, janvier-avril 2008, p. 61-76, cole de psychanalyse Sigmund Freud. Cest un emprunt dlibr aux thses de J. Laplanche, notamment dans Drivation des entits psychanalytiques, 1977, rditions PUF, coll. Quadrige , 2008.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Aprs avoir, il y a quelque temps 5, propos une introduction la notion de Die Sehnsucht dans luvre de Freud, il sagira aujourdhui de poursuivre une enqute quant ses usages par Freud dans lensemble de son uvre. Ici, au commencement, aus den Anfngen, cest--dire dans ce cabinet des curiosits, cette arrire-salle, ce laboratoire que sont les lettres Fliess, o il essaie, une une, lexposition de ses ides principielles. Cest l que nous trouverons les premiers usages de cette notion : avant que le trivial et le vernaculaire ne cdent le pas et ne se cadencent larmature du discours thoricien. Au dpart de cette enqute il y eut la rsistance, aisment constatable tout lecteur, quoppose la traduction la notion de Sehnsucht, en elle-mme dabord, contextuellement ensuite, aux divers moments de son emploi. Certes, la promotion rcente, par les traducteurs en franais freudien , des uvres compltes, sous la houlette de Jean Laplanche, de la notion unifiante de dsirance pour chacune des occurrences de la Sehnsucht, en lieu et place de celle daspiration, de dsir ardent (cupidine ardere) et surtout de nostalgie, peut tre considre comme une avance sur le chemin de la conceptualisation post-freudienne. Reste apprcier la pertinence doctrinale de cette dcision. Reprenons plutt ce geste, auquel Lacan nous invitait, et glanons en ces commencements, dans la correspondance et ncessairement au-del, ces fragments qui nous permettent dpouser les ides de Freud, celles-l mmes dont il ne nous donna quun aperu fugitif et quil nous faut prendre au srieux, quil nous faut prendre au mot. Sen acquitter, ce sera constater deux moments distinguables de son usage. Le premier relve de ltude de la mlancolie dont il produit la formule dune criture simplifie et dont il faut suivre lclosion le doigt point sur son schmatisme sexuel. Le second, puis la source des propres tourments de Freud, montre la premire drivation 6 possible de cette notion dun champ lautre, du sexuel au symptme.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 49

La lettre 39 La premire occurrence de la Sehnsucht, donc, dans les lettres Fliess tait introuvable dans la version expurge de la lettre 39 (initialement 18) du 19 avril 1894 9. Cette lettre est une lettre de plainte et de suspicion, celles dun Schtiger 10 (toxicomane) soumis loppression dun sevrage, ici son tabagisme, celui qui le lui impose.

7. 8. 9.

10.

C. Dostal-Diaz, J. Le Brun, T. Long et S. Rabinovitch, cf. Labandon, lautre nom de la mlancolie freudienne , Essaim n 20, p. 21-38. S. Freud, Psychopathologie de la vie quotidienne, chapitre X, p. 424 : Beim Kind, das noch keine Scheidung zwischen Bewssten und Unbewssten besitzt, GW XI, p. 424. S. Freud, Lettres Wilhelm Flie 1887-1904 dition complte. Traduit de lallemand par F. Kahn et F. Robert, Paris, PUF, octobre 2006, p. 93-94. Les citations des Lettres Flie venir le seront partir de cette dition, cette nuance prs que seront conserves les occurrences de la Sehnsucht dans la langue dorigine dans chacune dentre elles. Die Sucht renforce cette modalit du dsirer, dans ltat quelle indique : rage, colre, manie, passion, voire dmangeaison, et dont laddiction, la toxicomanie die Schtigkeit , nous donne une version ralise par la formule de la qute et de la recherche visant combler le seul manque de lobjet en tant quil vient toujours manquer dans ce dsirer du Schtiger le toxicomane. Et non comme manque tre, dans ce comblement de la perte prsentifie, substantifie par la substance addictive elle-mme, qui fait de laddict un chercheur qui ne cherche plus au-del de lobjet qui lui manque, requalifiant le dsir en besoin. Cf. Die Sehnsucht, Introduction une notion freudienne , op. cit.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

frontire du moi, dcoupant quatre espaces ouverts : sur le monde extrieur, le monde intrieur, lespace somatique et lespace psychique. La cintique du graphe est domine par le modle de laction-raction, driv de celui de larc rflexe. Cette conceptualisation sommaire entrera par la suite violemment en collision avec la monte en puissance de la thorie du fantasme et la promotion de linconscient, ncessitant la cration de nouveaux paradigmes aprs labandon, dont on sait la complexit, de la neurotica. Pour lheure il faut sen tenir strictement ce modle pour suivre les mandres de llaboration qui va suivre. Et il faudra pour autant en conserver le souvenir pour en retrouver la trace dans les crits ultrieurs comme un brin persistant dans le tressage de larmature thoricienne. telle enseigne, on a pu constater la persistance du modle ractionnel dans lapproche personnaliste de la mlancolie propose vingt ans plus tard 7. De mme on peut en apercevoir la permanence dans ltude du modle infantile, au principe que lenfant ne possde encore aucune des dmarcations entre le conscient et linconscient 8 . Ce constat ractualisera alors automatiquement lancien modle mis nu par le dcapage des suivants. On peut soutenir, encore faudrait-il le montrer avec prcision, que, dans llaboration de son difice thorique, Freud procde par empilement des modles et des paradigmes dont les usages se ractivent ncessairement et parfois secrtement en fonction des objets et des topiques quils impliquent.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

50 Essaim n 22

11.

12.

En introduisant le terme de lypmanie , passion triste, tienne Esquirol fit tentative infructueuse de substitution larrogante et hgmonique mlancolie. Cf. J.-B. Baillire, Des maladies mentales considres sous les rapports mdical, hyginique et mdico-lgal, 1838. On trouve aussi de la jouissance, et une profusion de jouissance, souffrir soi-mme, sinfliger de la souffrance ; chaque fois que lhomme se laisse persuader de faire abngation de soi, au sens religieux du mot, ou de se mutiler comme les Phniciens et les asctes, ou simplement de mortifier ses sens et sa chair, de shumilier ou de se convulser dans la pnitence comme les Puritains, de dissquer sa conscience toute vive et de consentir comme Pascal au sacrifizio dellintelletto, cest sa cruaut qui laiguillonne et le pousse en avant, le dangereux frisson dune cruaut tourne contre lui-mme. Considrez enfin que mme le disciple de la connaissance, en se forant connatre, contre le penchant de son esprit et souvent de son cur, en sobligeant nier l o il voudrait affirmer, aimer, adorer, agit en artiste et glorifie la cruaut. Sonder ainsi toutes choses jusque dans leurs profondeurs, les fouiller jusquau trfonds, cest dj une faon de se faire violence, de faire souffrir exprs la volont foncire de lesprit qui slance sans cesse vers lapparence et le superficiel. Dans toute volont de connatre, il y a au moins une goutte de cruaut. F. Nietzsche, Par-del le bien et le mal, n 229, d. 10/18, 1962, p. 168, trad. fr. G. Bianquis, Aubier, 1951.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Plainte : Pour le medicus qui toute la journe schine comprendre les nvroses, il est trs pnible de ne pas savoir si lhumeur dpressive dont il souffre est de nature logique ou hypocondriaque. Suspicion : Cette fois, cest ce que tu dis, toi, qui me parat suspect, car mon affaire cardiaque est la seule o je tai entendu tenir des propos contradictoires. La dernire fois, tu as expliqu que cela restait nasal et tu as dit que lexamen percutoire du cur nicotin ne donnait rien, aujourdhui tu manifestes une grande inquitude mon gard, tu minterdis de fumer. Je ne peux comprendre cela quen supposant que tu as voulu me cacher ce quil en est vraiment, et je te demande de ne pas le faire. Plainte et suspicion lgard de celui qui dispose sur lui dun savoir absolu et qui le lui refuse : Si tu peux dire quelque chose de certain, faisle-moi simplement savoir pour conclure par un trs stocien : Je supporterai trs dignement lincertitude et le raccourcissement de ma vie. On sait la place que devait occuper entre les deux hommes la supposition dun tel savoir, travers llaboration fliessenne de la thorie des priodes. Ainsi, dans la lettre 44, concernant la certitude quil entretient de mourir jeune, cet appel pathtique aux accents faustiens : Je serai ternellement ton dbiteur si tu me dis clairement le fin mot de tout cela ; je crois en effet au fond de moi-mme que tu sais prcisment ce quil en est. Le Schtiger lypmaniaque Freud retrouvant ici la nomenclature esquirolienne 11 pour caractriser sa propre humeur dpressive souhaite-t-il convertir livraie nicotinique pour consentir au bon grain de la connaissance, ou veut-il maintenir le compromis entre ces deux passions. La rfrence nietzschenne au sacrifizio dellintelletto la Pascal de la lettre 43 (22 juin 1894) quoi sapparenterait le renoncement de lhabitude de fumer creuse labme au-del de lanecdotique. Il nest que de renvoyer au texte de Nietzsche lui-mme 12.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 51

De lanesthsie Cest dans ce contexte quon doit lire ltonnante vignette culinarioclinique, dont ldition princeps des lettres nous privait. Il ny propose rien de moins que la mise en quation de la mlancolie, anticipant de quelques mois (probablement janvier 1895) le manuscrit G qui lui est consacr.
Moi non plus je nai pas aim la femme du Dr Er. Je suis peut-tre injuste envers elle quand je la qualifie d oie la rubrique viande et la rubrique lgume de tubercule dtestable 13 . Que lanalyse lui ait t dsagrable, je veux bien le croire, elle na fait que confirmer ainsi lide de dfense , cest la troisime fois quelle se dfile. Par ailleurs, je veux lui dlivrer un certificat de bonnes murs : elle est anaesthesica + Sehnsucht inassouvie : mlancolie 14, pas question dangoisse, donc pas de cot non plus si je suis correctement inform. Bien sr, je nai rien trahi de ce que je savais sur le conseiller aulique. Elle simagine que personne na rien devin et elle me hait comme tant la source possible de trahison.

Cette exposition minimaliste de la thorie libidinale de la mlancolie loccasion de cette brve vignette, Freud lamplifie quelque peu, ds juin de la mme anne, dans le manuscrit E, intitul Comment apparat langoisse 15 . Mais ce sont les dveloppements du manuscrit G qui donnent sa pleine mesure lquation de la mlancolie o scrit le dsquilibre entre la sensation somato-psychique et la tension psychique relatives au sexuel. La mlancolie supposerait, ce moment de llaboration freudienne, une rduction voire une annulation de la sensation et corrlativement un excs de la tension sexuelle psychique. Le mode dcriture, ici celui dune simple quation, est ambigu en ce quil pourrait laisser accroire en premire lecture une description causale de la mlancolie, l o Freud se contenterait dune proposition descriptive phnomnale de ltat mlancolique. Pos cela, ce serait cependant gommer lambigut du propos qui sappuie sur le schma sexuel. Voyons comment elle sexpose dans le fameux manuscrit :

13.

14. 15.

Zwiderwurzen. Expression autrichienne forme partir de Wurzen (en allemand : Wurzel) et de zuwider (das ist mir zuwider : cela me rpugne) pour dsigner une personne antipathique (note des traducteurs). Sie ist : Anaesthesica + ungestillte Sehnsucht : Melancholie. Lettres Wilhelm Flie, p. 105 : juin 1894. Ici vient sintercaler une connaissance acquise en mme temps sur le mcanisme de la mlancolie. Trs souvent les mlancoliques ont t des anesthsiques, ils nprouvent pas le besoin (ni dailleurs la sensation) du cot, mais ils ont une grande Sehnsucht damour (groe Sehnsucht nach Liebe) sous sa forme psychique, on serait tent de dire : tension amoureuse psychique ; l o celle-ci saccumule, reste insatisfaite (unbefriedigt), apparat la mlancolie. Ce serait donc le pendant de la nvrose dangoisse. L o de la tension sexuelle physique saccumule nvrose dangoisse. L o de la tension sexuelle psychique saccumule mlancolie.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

52 Essaim n 22

Lesthsie sexuelle somato-psychique (sensation de volupt : Wolllustempfindung) est, en tant que perception, strictement corrle au degr dexcitation du groupe sexuel psychique. De sorte que lanesthsie sexuelle peut ressortir tout autant aux signes, la potentialit, mais aussi la causation de la mlancolie comme ce paragraphe du manuscrit lindique :
Dans quelle mesure, maintenant, lanesthsie favorise-t-elle la mlancolie ? Dans le cas de la frigidit, lanesthsie nest pas la cause mais le signe dune disposition la mlancolie. Dans les autres cas, lanesthsie est la cause de la mlancolie, parce que le groupe sexuel psychique, renforc bien sr par larrive de la sensation de volupt, est affaibli par labsence de celle-ci. (Rfrences aux thories gnrales sur la liaison de lexcitation dans la mmoire.) On peut tre anesthsique sans tre mlancolique. La mlancolie se rapporte labsence dexcitation sexuelle somatique. Lanesthsie se rapporte labsence de volupt. Lanesthsie est un signe de la mlancolie. Lanesthsie est une prparation la mlancolie car le groupe sexuel psychique est affaibli par labsence de sensation de volupt tout comme par labsence dexcitation sexuelle somatique 17.

Ainsi lanesthsie sexuelle somato-psychique, dfinie comme absence ou perte de la sensation de volupt, et assumant, dans ce texte, cette triple fonction de signe, de potentialit (disposition ou prparation) et de cause la mlancolie, est incapable dinduire, elle seule, la mlancolie comme tat. Sa manifestation suppose une autre composante associe, en tant que ltat mlancolique est, cette poque de llaboration freudienne, un dsquilibre
16. 17. Manuscrit G, op. cit., p. 129-130. Ibid., p. 134.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Voici peu prs les faits qui se prsentent, nous dit Freud : a) Il existe des relations frappantes entre la mlancolie et lanesthsie. Cela est prouv : par cette constatation : chez beaucoup de mlancoliques il y a eu, longtemps auparavant, de lanesthsie ; par cette exprience : tout ce qui provoque de lanesthsie favorise lapparition de la mlancolie ; par un type de femmes ayant de grands besoins psychiques (sehr bedrftigen Frauen), chez qui la Sehnsucht vire facilement la mlancolie (bei denen Sehnsucht leicht in Melancholie umschlgt) et qui sont anesthsiques. b) La mlancolie nat de lintensification de la neurasthnie du fait de la masturbation. c) La mlancolie survient en se combinant de manire typique avec une angoisse grave. d) Dans la mlancolie, le type extrme semble tre la forme hrditaire priodique ou cyclique 16.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 53

Transcription de G. Fichtner du schma sexuel de Freud, reprise de la page 571 de ldition allemande (S. Freud Briefe an Wilhelm Flie 1887-1904, Michael Schrter Edition S. Fischer 1999).

18.

Nous avons montr rcemment que largumentaire freudien de la causalit mlancolique stait profondment transform par lintroduction de la notion de travail , travail de deuil et travail de la mlancolie, en substitution la dialectique action-raction (Einwirkung-Reaktion) luvre dans les textes prcoces. Le destin de lanesthsie sen trouva ds lors scell. Celui de la Sehnsucht est crire, cest ce quoi nous nous engageons. Cf. C. Dostal-Diaz, J. Le Brun, T. Long et S. Rabinovitch, Labandon, lautre nom de la mlancolie freudienne , Essaim, n 20, p. 21-38.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

nergtique (gradient dexcitation) interprtable dans la perspective dune dialectique action-raction 18 et relevant dune topique personnaliste prenant appui sur le schmatisme sexuel. Lanesthsie sexuelle en rduisant le degr dexcitation du groupe sexuel psychique (Psychische Gruppe) prpare les conditions du dsquilibre propice lmergence dun tat mlancolique. Selon ce schmatisme, lconduction de la tension sexuelle (Sexualspannung) qui sopre par lintermdiaire du groupe sexuel dpend du degr dexcitation de ce dernier. La rduction de la tension sexuelle psychique nest possible que si les voies de son conduction restent permables, ce qui suppose un degr dexcitation suffisant du groupe sexuel psychique qui la prend en charge puis la dcharge via la raction spcifique. Ainsi lanesthsie en rduisant lexcitation du groupe sexuel inhibe la dcharge de la tension sexuelle psychique. Cest cette accumulation de la tension qui prcipite linstallation de ltat mlancolique. Pour Freud, ce schmatisme vaut tout aussi bien pour lapparition de langoisse, en de de la frontire somato-psychique, concernant la tension sexuelle physique, comme le souligne le manuscrit E cit ci-dessus.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

54 Essaim n 22

Cette criture simplifie soutient et encourage Freud dans sa tentative de dmembrement et de rduction de la mlancolie. En ceci notamment que le rglage de la production de lexcitation sexuelle somatique et la dviation de la tension sexuelle du groupe sexuel psychique permettent, eux seuls, de distinguer les trois formes de mlancolie : mlancolie grave, mlancolie neurasthnique et mlancolie dangoisse. Les deux premires ressortissent une chute transitoire ou priodique de la production dexcitation soit par la dfaillance du systme de production, soit par un usage immodr. La troisime est le fait dune dviation de la tension sexuelle la frontire somato-psychique gnratrice dangoisse. De la Sehnsucht De ce schme neurobiologique Freud scarte cependant lgrement en nommant Sehnsucht laffect corrlatif la variation de la tension sexuelle (Sexualspannung). Cet cart, dont les incidences quant au destin de son usage dans luvre sont considrables et cest lun des buts de notre travail que de le dmontrer , est la consquence de deux manuvres distinguables. La premire consiste identifier deux registres, celui des besoins sexuels supposs et celui des dsirs dans une criture flottante qui semble effacer leur diffrence (voir dans la citation du manuscrit E en note 14 et dans celle du manuscrit G note 16 loscillation Bedrfnis-Sehnsucht). La seconde seffectue par ltayage prit sur le deuil pour rendre compte des modalits de la perte dans la mlancolie.
Laffect correspondant la mlancolie est celui du deuil, cest--dire la Sehnsucht pour quelque chose qui est perdu. Dans la mlancolie, il pourrait sagir dune perte, une perte dans la vie pulsionnelle (und zwar in Triebleben et plus prcisment dans la vie pulsionnelle) 19.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Freud inscrit donc ici la Sehnsucht au registre de laffect directement li la nature de la perte, dont il serait lexpression dchiffrable. Si laffect est le mme dans le deuil et dans la mlancolie, ou plutt sil lui correspond, leur diffrenciation respective portera moins sur sa nature que sur sa gense. Dans le deuil, le dsir est tendu vers lobjet perdu (Sehnsucht nach etwas Verlorenem), nous dit Freud. Si lon transcrit cette formulation dans lcriture de son schmatisme sexuel, on peut dire que le dfaut dconduction de la tension sexuelle, responsable de la stase tensionnelle, source de laffect, est la consquence de limpossible ralisation de la raction spcifique par dfaut de lobjet sexuel, dont la perte caractrise le deuil. La stase
19. Manuscrit G, op. cit., p. 130.

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 55

20.

Ibid., p. 130-133.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

de la tension sexuelle est induite par labsence de variation de lexcitation du groupe sexuel. De sorte que cest limpossible dcharge du groupe sexuel psychique, indispensable lconduction de la tension, qui induit la stase en amont dans le circuit pulsionnel. Laffect corrlatif, au niveau du moi, de cette stase de la tension sexuelle est donc directement li la perte de lobjet sexuel. En consquence, sa restauration par substitution devrait faire disparatre et la stase et laffect, en labsence de tout dommage sur lensemble du circuit de la vie pulsionnelle. Dans la mlancolie, la perte nest pas objectale, elle est, nous dit Freud, plus prcisment une perte dans la vie pulsionnelle (Triebleben). Cest le circuit de la pulsion lui-mme qui se montre dfaillant, dans sa capacit de dlestage priodique. La Sehnsucht en tant quaffect est dans la mlancolie, comme dans le deuil, la traduction pour et dans le moi de la stase de la tension sexuelle (Sexualspannung). Mais ici, cette stase est conscutive la rduction de linvestissement du groupe sexuel psychique, ou pour le dire avec les mots de Freud lui-mme, le groupe sexuel psychique (psychische Sexualgruppe) perd de sa grandeur dexcitation (Erregungsgre einbt) 20 . Laction que qualifie einben renvoie un dommage rparable, distinguable de celle du perdre (verloren) sollicite pour le deuil dans le sens de la disparition. Elle maintient donc lide dune variation de la grandeur dexcitation du groupe sexuel psychique, lorigine de lendommagement rversible du circuit de la vie pulsionnelle. Les conditions de ces variations exposes dans la suite le manuscrit G confirmeront la ncessaire distinction produire entre perte au sens de la perte de lobjet dans le deuil par sa disparition et perte au sens de la variation sur un gradient dexcitation du groupe sexuel psychique dans la mlancolie. Dans le deuil, la stase de la tension sexuelle affecte le moi des consquences dune perte objectale, induisant une rupture de larc action-raction sans altration du circuit de propagation de lnergie sexuelle psychique. Dans la mlancolie, cette mme stase est la consquence dune dfaillance transitoire ou priodique du circuit de la pulsion, dfaillance localise la perte de grandeur de lexcitation du groupe sexuel psychique. Ce dommage est induit en premier lieu par la rduction ou larrt de la production dexcitation sexuelle somatique (somatische Sexualerregung) : cest celle qui caractrise la mlancolie grave et native (genuine) qui fait retour priodiquement, et la mlancolie cyclique o alternent les priodes dintensification et darrt de la production. Cest celle aussi que provoque la masturbation excessive qui conduit un dlestage exagr de lorgane terminal et ainsi un faible niveau de stimulation de celui-ci, entamant la production de

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

56 Essaim n 22

La hantise de Rome
La premire drivation que nous avons connatre et que la correspondance nous permet dtablir, quant lusage freudien de la notion de Sehnsucht, est sa promotion symptomale. Freud lextrait de sa propre exprience. Il la nomme et la dsigne par lobjet qui leurre la tension de dsir, le dsirement. Du mme mouvement se trouvent ainsi qualifies et la nature du symptme ici nvrotique, nous dit-il et la complexit de lobjet requis sa cristallisation. Il convient dtudier le mouvement qui anime ces deux ncessits, tant la formation symptomatique que llection de cet objet complexe mis en position leurre. Il faut ensuite apprhender les conditions de son surmontement et enfin valider si possible son inscription au registre de cette sphre notionnelle. Ce dcoupage ne vaut que pour la prsentation et la clart de lexposition, il laisse de ct la dynamique luvre qui relverait davantage dune analyse nodale permettant de
21. 22. Le dmembrement de la mlancolie se trouve p. 133 du manuscrit G. Cf. supra note 18.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

lexcitation sexuelle somatique et conduisant lappauvrissement durable du groupe sexuel somatique et ainsi laffaiblissement du groupe sexuel psychique ; cest la mlancolie neurasthnique . Toute diffrente sera la causalit de la mlancolie dangoisse forme mixte de la nvrose dangoisse et de la mlancolie, o la tension sexuelle est dvie du groupe sexuel psychique, alors que la production de lexcitation sexuelle nest pas diminue, laissant prsupposer que lexcitation sexuelle somatique est utilise dune autre manire la frontire [somato-psychique] 21. Dans ce dernier cas, laffect dangoisse se substitue celui de Sehnsucht en labsence de stase tensionnelle. Cette dernire modalit de la mlancolie vient confirmer, si besoin tait encore, au terme de ce dmembrement de la mlancolie, la corrlation sans hiatus entre laffect die Sehnsucht et la stase tensionnelle, commune au deuil et aux trois premires formes de mlancolie. Cest cette communaut de la Sehnsucht deux tats distinguables, lun relevant du normal le deuil , lautre du pathologique la mlancolie , qui va rendre possible la drivation de la notion et lextension de son usage. A contrario, lanesthsie, qui sinscrit ds les dbuts de son usage dans la sphre du pathologique, savrera impossible driver hors de la dialectique action-raction et ne rsistera pas labandon de la neurotica et lextension la mtapsychologie de la thorie (anesthsie versus travail, nous lavons dj signal) 22.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 57

concevoir le rapport singulier entre le choix du symptme et le choix de lobjet. Avancer, comme ici, mais comme toujours, un choix traductionnel, dont la pertinence ne peut tre que sujette caution, est dj en soi une interprtation de lvnement quest la possible drivation, le caractre drivable de la notion de Sehnsucht. Driver mais dtacher de sa premire occurrence, cet usage nouveau et singulier ne peut simplement tre confondu avec elle, dautant que lappui initial sur une criture schmatique lui fait dornavant dfaut. Il ne bnficie pas encore ou insuffisamment de ltayage mtapsychologique alors en pleine gestation. Le moment du symptme Lhypothse de la drivation se soutient de quelques tapes prliminaires indispensables. Nous avons vu comment Freud installe la notion de Sehnsucht dans lquation de la mlancolie, en solidarit avec celle danesthsie. Dcalant son usage, le transposant dans le champ des psycho-nvroses de transfert, ici nommment lhystrique, Freud le dpayse de son schmatisme sexuel initial. Cet exil signifie un changement de paradigme. la dialectique de laction et de la raction et aux repres orthogonaux qui dcoupent le schma sexuel par les frontires du moi (Ichgrenze) et du somato-psychique (somato-psychische Grenze), Freud substitue le temps diachronique de la psychogense et lespace de la fantaisie. La Sehnsucht dsignera ainsi ce temps de linfantile o se forgent les fantasmes. Elle est moment, priode die Zeit der Sehnsucht au cours duquel se dveloppent les lments du caractre infantile du sujet, une fois que lenfant se trouve soustrait aux expriences vcues sexuelles. Cest pendant cette mme priode que se sont fabriques les fantaisies 23 , nous indique Freud. Pour autant, en ce premier mouvement, si la Sehnsucht caractrise en premier lieu lhystrie, lanesthsie actuelle (mme si elle nest que potentielle) en constitue le principal symptme 24 . Ainsi dans lanticipation de sa drivation au champ symptomal de lhystrie, Freud maintient la Sehnsucht dans la solidarit du diptyque quelle ralise avec lanesthsie. La drivation proprement dite ne soprera que dans lanne qui va suivre. Dabord, dans la lettre 149 25 o il lui confre le statut de symptme
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

23. 24. 25.

Lettre du 27 octobre 1897. Ibid. Lettre du 3 dcembre 1897. Freud ajoute le commentaire suivant : Elle se rattache mon enthousiasme de lycen pour le hros smite Hannibal, et cette anne, tout comme lui en effet, je ne suis pas all du lac de Trasimne Rome.

58 Essaim n 22

et le nomme de son objet : Ma Sehnsucht pour Rome (Romsehnsucht) est dailleurs profondment nvrotique. leve au rang de symptme, nomme de son objet, la Sehnsucht freudienne devient observable par celui-l mme qui en ptit cette Sehnsucht me tourmente de plus en plus (da diese Sehnsucht immer qulender wird) 26, puis le dborde en saiguisant :
Au milieu de la dpression matrielle et morale de ce temps, je suis hant par le dsir daller passer, cette anne, la semaine pascale Rome. Sans aucun droit dailleurs, car je ne suis parvenu rien, mais les circonstances mempcheront vraisemblablement de faire ce voyage 27.

Rome , unique objet ? La complexit de lobjet Rome autour duquel se noue le symptme (Romsehnsucht) a produit de nombreux noncs, pour lessentiel infods la thse de lauto-analyse, celle quun Didier Anzieu, notamment, a pu soutenir et dployer, en son temps. Faut-il pour autant assentir cette opinion selon laquelle lune de ses variantes, aller Rome , serait pour Freud accomplir la totalit de ses dsirs 29 ? Plus srement, ne vaudrait-il pas mieux saffranchir de cette doctrine pour mieux dtailler une une les facettes du cristal symptomatique ?
26. Lettre du 23 octobre 1898. Je ne suis cependant pas assez concentr pour faire quelque chose dautre ct, sauf peut-tre tudier la topographie de Rome, car cette Sehnsucht me tourmente de plus en plus. Nous utilisons ici la traduction dAnne Berman de la lettre 262, initialement 141, du 30 janvier 1901. On peut la comparer celle de la dernire traduction : Au milieu de la dpression morale et matrielle de cette priode, je suis tourment par la tentation de passer cette anne la semaine de Pques Rome. Sans droit aucun, rien nest fait, et il est probable que ce sera impossible pour des raisons extrieures. Cf. supra note 27. D. Anzieu, Lauto-analyse de Freud et la dcouverte de la psychanalyse, Paris, PUF, 3e dition, 1988, p. 137.

27.

28. 29.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Cette hantise est une proposition dAnne Berman, premire traductrice des lettres Fliess, dans la version expurge de ldition franaise. Elle traduisait ainsi le qult mich die Versuchung du texte : littralement, la tentation daller passer la semaine pascale Rome me tourmente, me torture. La hantise qualifie ici lexaspration du symptme en une ide fixe, obsdante, tourmentante, torturante. Il faut sans doute se saisir de cet -peu-prs traductionnelle o se trouvaille le cheminement dynamique du symptme. Hantise qui pourrait tout aussi bien dire le tout du symptme. La hantise romaine ainsi constate salimente du dsir perdu, inpuisable dappropriation de lobjet dont tmoignent ces longues heures passes tudier la topographie de la ville antique lorsque rien dautre nest possible 28.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 59

Dans cette perspective alors, il est ncessaire dlargir les rfrences textuelles au livre des rves et inclure lanalyse dtaille que Freud y fit des quatre rves de la hantise de Rome Sehnsuchttrume von Rom qui amplifie celle de la correspondance, mais aussi leurs chos jusque dans sa Psychopathologie. Lobjet Rome peut se dcliner selon plusieurs perspectives distinguables. Deux seront ici privilgies et dtailles pour le miroitement quelles rendent manifeste et que suppose sa complexit : loubli du nom du pre et la passion Fliess . Aller--Rome ou loubli du nom du pre En quoi la hantise romaine de Freud sapparenterait-elle une raction de deuil ? Voici la rponse concise que nous propose Conrad Stein, dans larticle quil consacra la Rome imaginaire de Freud 30 :
La nostalgie de Rome a fait son apparition peu de temps aprs la mort de Jacob Freud, et elle a dur jusquau voyage de Rome, soit une priode de quatre ans 31, exactement celle que Freud dsigne comme ayant t celle de son auto-analyse, autoanalyse dont le livre contient lessentiel. De ce livre Freud dira quil a t la raction la mort de son pre ; nous pouvons en conclure que la nostalgie de Rome a dur ce qua dur son auto-analyse, que son auto-analyse a dur ce qua dur le deuil de son pre et que le voyage a marqu laccomplissement du deuil.
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Cette analyse biographique de luvre comme raction de deuil, de fait, Freud en faisait lui-mme la proposition 32, ce qui vaudrait autorisation rduire lavnement de luvre cette unique dimension, dans leffacement de cet effet daprs-coup quil stipulait pourtant explicitement ; ainsi, pour Marthe Robert :
Le projet mme de louvrage concidait avec une crise ; Freud se contraignit finalement lcrire pour tenter de surmonter ltat intrieur fort pnible o la mort de son pre lavait plong 33.

30.

31.

32.

33.

C. Stein, Rome imaginaire. Fragment dun commentaire de Linterprtation des rves de Sigmund Freud , dans La transgression , vol. 1 de la revue de psychanalyse Linconscient, janvier 1967, p. 15, rdition 2002. Le choix de cette dure moyenne, que les faits ne corroborent pas entre la mort de Jacob et la publication le 4 novembre 1899 du livre des rves il scoule trois ans, la ritournelle du voyage Rome, elle, en occupe cinq dans la correspondance , permet lauteur dapparier lcriture de luvre et la ralisation du voyage Rome, sous le mme chef, celui de la transgression. Prface la deuxime dition de la Traumdeutung, dans OCP, t. IV, p. 18. Ce livre a une autre signification subjective que je nai pu comprendre quaprs lavoir termin. Il sest rvl tre pour moi un fragment de mon auto-analyse, ma raction la mort de mon pre, donc lvnement le plus significatif, la perte la plus radicale intervenant dans la vie dun homme. M. Robert, La rvolution psychanalytique, La vie et luvre de Freud , t. I., Paris, Payot, 1964, p. 158-159.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

60 Essaim n 22

34.

S. Freud, Linterprtation du rve , traduction tablie par J. Altounian, Pierre Cotet, Ren Lain, Alain Rauzy, Franois Robert, Paris, PUF, 2003, OCP, vol. IV, p. 232. (GW, t. II-III, p. 201). Tout ct est tapie dans ma mmoire une autre histoire, celle dun juif ignorant le franais, qui on recommande expressment de demander Paris le chemin de la rue Richelieu. Paris, lui aussi, fut durant de longues annes un but de ma Sehnsucht (ein Ziel meiner Sehnsucht un but [de] ma hantise), et la flicit avec laquelle je foulai pour la premire fois le pav de Paris fut pour moi le garant de ce que je parviendrais aussi laccomplissement dautres souhaits. Demander son chemin est de plus une allusion directe Rome car, on le sait, tous les chemins mnent Rome.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Cette proposition tendrait lier ensemble la thmatique romaine des quatre rves en Sehnsucht via lauto-analyse des Sehnsuchttrame von Rom de la Traumdeutung et le symptme de la hantise de Rome (Romsehnsucht) pour les amalgamer en une seule et mme raction de deuil et consquemment faire de la ralisation du voyage Rome son accomplissement. Cest, tout le moins, ce que nous croyons lire travers ces propositions. Or Freud, en interrogeant les rves romains du point de vue de linfantile, en tant que source du rve, se dcale de cette perspective et rduit de fait la fonction du deuil paternel sa seule dimension dactualisation. la lettre, le renversement de lobjet Rom nous propose une autre version signifiante : Rom Mor(t). De la langue allemande la langue franaise. Dautant que lon constate son inscription dans une chane associative mtonymique, par laquelle le nom de Rome convoque dautres sites, dautres parcours qui font trajectoire, trajectoire dune vie dans la rcollection des tapes biographiques. Ainsi sont nomms Freiberg en Moravie, lieu de naissance, Breslau, point de dpart de lexode viennois, Leipzig, Prague, mais aussi Karlsbad, dans la correspondance, et puis Lbeck, Gleichenberg, Ravenne, Karlsbad et Prague encore, Paris enfin dans la srie des rves de Rome. Ainsi Rome nest jamais Rome en tant quelle-mme, ou plus prcisment Rome est dj l avant quelle ne puisse advenir en tant quelle-mme, mais tout converge vers elle sans quon puisse jamais latteindre sauf produire cet acte dy tre : non de sy rendre, mais dy tre, dy sjourner et de rpter ce sjour pour la faire consister. De sorte que Rome noue lensemble de la chane mtonymique qui passe par Paris. Ou pour le dire autrement, sur le trajet du symptme, Rom en tant que but Ziel de la hantise, fut prcde dun autre but, Paris, et scrivit dans une autre langue 34. De mme que Paris orienta, donna un but la hantise de Freud, de mme Rome quelques annes plus tard. Peut-on dire alors que Rome chiffre la mort, au sens o cest la mort qui fait hantise ? sinterroge Freud pour celui qui veut entreprendre le voyage, quel quil soit, quel quil ft. Puisque de cheminer, quels que soient les chemins, tous y mnent : si ma constitution le supporte , sinquite le pauvre juif, sil trouve son chemin en terre trangre, rpond le juif ignorant. Rome, Ville ternelle, devient lieu de lternit, cet au-del de la frontire dont le franchissement est sans

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 61

retour. Mais dsirer Rome, tre en chemin vers, puis voir Rome, tre enfin dans Rome mais sans Rome, cest localiser sans la franchir la limite partir de laquelle un point de vue rtrospectif sur lensemble pourrait tre pos. Le cheminement imaginaire vers cette Rome espre et inaccessible est peupl des figures clbres comme autant de jalons des idaux guerriers de lenfance. Ce sont celles dHannibal, de Massna et par son intermdiaire celle de Napolon. Force est de constater combien derreurs 35 et dapproximations parsment ces deux pages, ce dont Freud rendra compte de diverses faons : notes et corrections lors des ditions ultrieures, lucidations analytiques. Mais reprer lerreur de mmoire comme une dformation reposant sur des choses refoules lui permet dy cerner le complexe paternel luvre dans ce refoulement :
Lerreur qui ma fait dire Hasdrubal au lieu de Hamilcar, cest--dire qui ma fait mettre le nom du frre la place du nom du pre der Name des Vaters , se rattache un ensemble dides o il sagit de lenthousiasme pour Hannibal que javais prouv tant encore lycen et du mcontentement que minspirait lattitude de mon pre lgard des ennemis de notre peuple 36 .
Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Cette reconfiguration de la filiation, et la tentative de leffacement du nom du pre qui en est le symptme, on la retrouve plus secrtement dans la filiation de lautre hros de sa jeunesse : Andr Massna auquel il suppose, bien tort, une ascendance juive. Massna-Manass, du nom de lun des deux fils du patriarche Joseph 37, loniromancien, linterprte des songes, fils prfr et successeur de Jacob, le pre dIsral 38. Le choix de Manass comme nomination du fils an, conu dans lallgeance son nouveau matre, lev quil vient dtre la dignit de vizir du Pharaon, est tout sauf anodin. Joseph par et cause de ses talents dinterprte des songes
35. Dans sa lettre Fliess du 27 aot 1899, Freud en dnombre par avance 2 467 que jy laisserai , crit-il, un brin bravache et querelleur, celui quil a nomm cette fonction de correcteur. Dans le post-scriptum de cette lettre, quil cite intgralement au chapitre XII de sa Psychopathologie, ce nombre lanc, sans intention aucune, nous dit-il, chiffre la dception et lespoir daccder la plus grande des reconnaissances. Dans lactualit, cest devenir Marchal quils se nomment, linstar du hros de sa jeunesse, Andr Massna, fils de commerant, orphelin trs jeune, marchal dEmpire 46 ans, prcisment lge auquel Freud sera nomm Professor extraordinarius, son retour de Rome, par lempereur Franois-Joseph Ier, le 5 mars 1902. Ibid., p. 234. propos de Manass : Dans lAncien Testament, Isral est prsent comme une communaut structure tribale, depuis le moment de son apparition en tant que peuple, au dbut de lExode, jusqu ltablissement de la monarchie en terre de Canaan. Les tribus, qui sont au nombre de douze, correspondent aux douze fils du patriarche Jacob (Gense, XXIX-XXX), que celui-ci eut de quatre femmes. La lui donna Ruben, Simon, Lvi, Juda, Issachar et Zabulon ; Rachel lui donna Joseph (qui est remplac dans certains textes, lorsque Lvi nest pas nomm, par ses deux fils phram et Manass) et Benjamin ; Bilhah, une servante, lui donna Dan et Nephtali ; enfin, Zilpah, une autre servante, lui donna Gad et Asher. M. Guillet, Les douze tribus dIsral , Encyclopaedia Universalis, 2002. Histoire de Joseph au quatrime chapitre de la Gense.

36. 37.

38.

62 Essaim n 22

doit renoncer son propre nom et pouser la fille dun prtre dHliopolis. Joseph donna lan (de ses deux fils) le nom de Manass, car, dit-il, Dieu ma fait oublier toute ma peine et toute la famille de mon pre 39. Manass signifiant : il ma fait oublier. Nous en savons peut-tre dsormais un peu plus sur ce qui insiste dans ces rves de Rome et de ce qui les noue la hantise comme symptme : loubli, leffacement du nom du pre. Pques--Rome ou la passion Fliess La hantise de Rome (Romsehnsucht) chez Freud est lun des fils rouges des quatre dernires annes de sa correspondance avec Fliess. On ne saurait la rsumer au seul dsir de sy rendre, en dpit de ce quil nous en dit une fois ralis le voyage Rome si longtemps diffr. Cest peu dire quil sy soit prpar, au point que lon pourrait crire, sans trop dexagration, que Freud a invent la psychanalyse pour pouvoir un jour se rendre Rome. Cela a t, pour moi aussi, grandiose et laccomplissement dun souhait longtemps caress, tu le sais. Un peu rapetiss, comme le sont ces accomplissements quand on les a attendus trop longtemps, mais quand mme un sommet de la vie. Voil comment Freud rend compte Wilhelm Fliess de cette premire fois, de cette premire visite si longtemps attendue et si longtemps remise dans lune des dernires lettres quil lui adressa 40. Si la ralisation du voyage Rome est, comme il lcrit, un climax, un point culminant, un sommet de son existence, qui donnerait lapparence dun surmontement de ce qui le hantait, une chose est certaine cependant. Avant que de surmonter cette impossibilit, Freud na cess den proposer la possibilit Fliess, jusqu produire ce syntagme particulier Pques-Rome , qui fait ritournelle ou moulin prires sous sa plume 41. Dans les deux lettres qui encadrent ce point culminant de son existence, nous pouvons lire les signes dun autre vnement dont le tarissement et lextinction de la correspondance sont la consquence. Cest la rupture de lamiti entre les deux hommes et le constat dfinitif de leur sparation, cest la fin de leur cheminement ensemble. Ici, leur route se spare. Ici, cest Rome quil faut crire, Rome vers laquelle Freud rva,
39. 40. 41. Gense, 41, 51. Lettre 271 du 19 septembre 1901, p. 566. La correspondance en compte 287 et sachve en juillet 1904. Cest le cas de la lettre 191 du 6 fvrier 1899, p. 437, ou encore celle du 27 aot de la mme anne (Lettre 211, p. 468). Peut-tre aussi celle du 16 avril 1900, bien quelle ne fasse plus proposition et adresse lautre, mais vire la formule pieuse, version mtonymique du lan prochain Jrusalem de Pessah. (Lettre 243, p. 518). Nous ne citons ici que quelques-unes des nombreuses occurrences recenses dans la correspondance o Rome ou ce syntagme viennent sous la plume de Freud.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Parcours de la Sehnsucht dans luvre de Freud : au commencement 63

tout au long des quatre dernires annes de cette intense correspondance, dentraner son ami Wilhelm. Les termes de cette rupture ont leur importance, les voici dans les deux lettres cites.
Nous ne pouvons absolument pas nous dissimuler que nous nous sommes tous deux un peu loigns lun de lautre Et toi aussi tu as atteint l les limites de ta perspicacit, tu prends parti contre moi et tu me dis, ce qui dvalue tous mes efforts : Le liseur de penses ne fait que lire chez les autres ses propres penses 42.

Dans la lettre du 19 septembre 43, on retrouve la mme amertume :


Cela ma pein de perdre mon unique public , comme dit notre Nestroy 44. Pour qui donc vais-je pouvoir crire ? Si partir du moment o une de mes interprtations te met mal laise, tu es prt soutenir que le liseur de penses ne devine rien chez lautre, mais ne fait que projeter ses propres penses, tu nes vraiment plus du tout mon public, tu considres forcment tout comme les autres que ma mthode de travail dans son ensemble est sans valeur.

Certes, les formes y sont, mais la rupture est consomme : Tu nes vraiment plus du tout mon public , cela ma pein de perdre mon unique public , Pour qui donc vais-je pouvoir crire ? Wilhelm ne sera pas du voyage Rome, puisque dcidment, comme les autres, il refuse la technique psychanalytique comme mthode thrapeutique. Et plus encore, puisque le chemin qui y mne, celui quils auraient pu parcourir ensemble, celui quil faut emprunter pour entrer dans Rome, la via reggia 45 que Freud pourra identifier dix ans 46 plus tard linterprtation du rve, faisant ainsi de Rome lallgorie de linconscient. Faudrait-il en conclure que le voyage ne seffectue que du renoncement ce long cheminement commun ? Que cest dans la ralisation de la perte de son seul public que se prcipite celle du voyage ? Que cest du dlitement de lobjet Rome, objet complexe, par le fracas de lun de ses composants essentiels qucrit le syntagme Pques--Rome , que vient se dissoudre provisoirement la puissance du symptme, librant le mouvement si longtemps contenu et suspendu jusque-l.
42. 43. 44. Lettre 270, p. 564. Lettre 271, p. 566. Freud dans une des dernires lettres Fliess, en date du 11 mars 1902, reprend lanecdote suivante : Ma clientle avait fondu et ayant perdu mon dernier public en ta personne javais retir de limprimerie ma dernire publication. On dit que Nestroy, regardant un jour de reprsentation bnfice, par le trou du rideau et ne voyant que deux spectateurs lorchestre, scria : Je connais lun de ces publics, il a un billet de faveur. Jignore si lautre public en a un aussi ! La voie royale menant Rome. Ajout de 1909 la Traumdeutung : Linterprtation du rve est la via reggia menant la connaissance de linconscient dans la vie dme.

45. 46.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

64 Essaim n 22

Dans ce premier temps du parcours de la Sehnsucht dans luvre, nous pouvons concevoir cette notion au carrefour de plusieurs grands moments de la thorisation freudienne, ceux qui traitent du sexuel, du dsir, de la perte et de sa reprsentation. Il faudrait le prolonger pour rencontrer les autres drivations possibles : elles seront mtapsychologiques, dans leur dimension conomique, et ce sera lintense investissement de lobjet absent ou perdu die Sehnsuchtsbesetzung qui sera requis ; elles seront aussi anthropologiques, dans sa version idale, et cest la Vatersehnsucht qui se trouvera alors convoque.

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES

Document téléchargé depuis www.cairn.info - - - 83.202.197.60 - 04/03/2014 19h54. © ERES