Vous êtes sur la page 1sur 25

GRENOT Gilles Mai/Juin 2008

M1 Physique
Université de Caen Basse-Normandie

Rapport de stage TER

Recherche bibliographique sur le fonctionnement des IRMs à travers les


inhomogénéités du champ magnétique principal.

Travail encadré par Franck Lamberton, responsable SCII à Cycéron

1
Table des matières
1. Abstract................................................................................................................................................................. 3
2. Introduction........................................................................................................................................................... 3
3. Présentation du laboratoire et Remerciements...................................................................................................... 4
4. Principes physiques de l'IRM................................................................................................................................ 4
5. Codage du signal en fréquence et en phase, passage dans le plan de Fourier....................................................... 7
6. Production des champs Bo et de B1.................................................................................................................... 11
7. Séquences d'acquisition....................................................................................................................................... 12
1. La séquence écho de spin................................................................................................................ 13
2. La séquence écho de gradient..........................................................................................................14
8. Inhomogénéités de Bo......................................................................................................................................... 16
9. Inconvénients des inhomgénéités de Bo: Artefact et déformation de l'image....................................................18
1. Artefact de susceptibilité magnétique..............................................................................................19
2. Déformation des images..................................................................................................................19
10. Atouts des inhomogénéités de Bo: Agents de contraste.................................................................................... 20
1. Artefacts Métalliques pour déceler des pathologies........................................................................ 20
2. Agents de contraste exogènes .........................................................................................................21
3. Agents de contraste endogènes........................................................................................................22
11. Conclusion......................................................................................................................................................... 23
12. Bibliographie..................................................................................................................................................... 24

Table des Figures


Retour exponentiel à l'équilibre des composantes transversale et longitudinale de l'aimantation macroscopique. 6
Gradients de codage en fréquence et en phase et remplissage du plan de Fourier en écho de gradient...................8
Mécanisme de l'alisasing en phase..........................................................................................................................9
Mécanisme de l'aliasing en fréquence.....................................................................................................................9
Exemple d'artefacts de repliement sur un cerveau: aliasing dans les deux directions.............................................9
Mécanisme du déplacement chimique en fonction de la Bande Passante.............................................................10
Exemple de déplacement chimique à l'interface huile-eau pour deux bande passantes différentes. BPgauche <
BPdroite................................................................................................................................................................11
Machine IRM en géométrie fermée 3 Tesla fabriquée par Philips,........................................................................11
Appareil IRM fabriqué par Siemens, deux types d'antennes présentes sur la table : Une antenne volumique
(antenne de tête) semblable à une "cage" ouverte en bout de table ; et trois antennes surfaciques posées sur la
table......................................................................................................................................................................12
Allure de l'aimantation macroscopique en fonction du temps en séquence écho de spin......................................13
Chronogramme et visualisation physique des différentes étapes d'une séquence écho de spin ............................14
Voxel soumis à un gradient de champ en écho de gradient...................................................................................15
Imulsion RF 90° en écho de gradient....................................................................................................................15
Inversion de gradients en écho de gradient...........................................................................................................16
Images d'une boule d'eau dans un champ homogène (gauche) et inhomogène (droite).........................................16
Comparaison interface de tissus similaires (gauche) et différents (droite)............................................................17
Comparaison d'un artefact de susceptibilité tissu/air au niveau du sinus entre une séquence écho de gradient
(gauche) et écho de spin (droite)...........................................................................................................................19
Artéfact métallique du à un matériel magnétique dentaire....................................................................................20
Mécanisme des séquences à injection de gadolinium...........................................................................................21
Image de perfusion injection d'un bolus de gadolinium ......................................................................................22
Mécanisme du contraste BOLD............................................................................................................................23
Image de cerveau - IRM fonctionnelle - visualisation des zones activées en rapport au langage..........................23

2
1 . Abstract

This internship has been carried out for two months at Cyceron which is a laboratory specialised in
high-resolution imagery and its biomedical and neuroscience applications. The study reports a brief
outline of the physics processes involved in Magnetic Resonance Imagery at a first year postgraduate
student level. The report is more theorical than practical since the schedule to use the 3T MRI was very
tight, that is to say the MRI was barely available. This study deals with the way an MRI imagery works
and develops the fundamental physical concepts required to understand Nuclear Magnetic Resonance,
encodage of the NMR signal and the artifacts that emerge from slight inhomogeneities of the main
magnetic field. The artifacts are usually considered a drawback while they are necessary for the
functional and perfusion MRI to happen. Since the main magnetic field is never homogeneous, it was
interesting to dwell on a real magnetic field and its consequences rather than considering a fake
theorical homogeneous one, which could not produce any artifacts, nor could it enable fMRi to exist.

2 . Introduction

Le but de ce stage était pour moi d'avoir un premier contact avec la physique médicale, domaine pour
lequel je compte poursuivre mes études. Ce stage m'a permis d'avoir un aperçu d'une partie de ce
champ de la physique. En effet, Il s'agissait du monde de la recherche et le sujet de stage était ciblé sur
un seul type de machine, l'IRM.

Ce travail vise à rendre compte de ma compréhension du fonctionnement d'un IRM. Un travail de


recherche dans ce domaine aurait été plus difficile compte-tenu du fait qu'une connaissance préalable
dans ce domaine était indispensable et que la courte durée de stage ne permettait pas à la fois de
comprendre tout le fonctionnement et la mise en pratique. Ce travail reflète donc une étude
bibliographique menée dans le laboratoire de Cycéron où l'environnement a été propice à une meilleure
compréhension du fonctionnement de l'IRM et du laboratoire. J'ai donc été en contact avec une équipe
dont l'IRM est un des champs de prédilection et j'ai pu assister à des séances d'acquisition pour allier à
la théorie la pratique.
Le plan a été difficile à établir car 20 pages ne suffisent ni à expliquer le fonctionnement de l'IRM
dans sa globalité, ni à aborder un point technique dans le détail. J'ai donc attaqué le sujet sous un angle
assez physique, du point de vue des inhomogénéités du champ magnétique principal de l'IRM. Il était
intéressant de procéder ainsi car l'homogénéité de ce champ est primordiale pour espérer avoir une
image IRM de qualité. L'étude des limites de cette hypothèse m'a permis de couvrir des phénomènes
importants tels que le déplacement chimique ou encore les artefacts de susceptibilité magnétique.
J'aurais également aimé faire état des travaux de recherche qui sont effectués ici mais ceux-ci n'ont
souvent pas rapport avec la physique de l'imagerie médicale dans le sens où l'IRM est seulement
envisagé comme un outil de diagnostic ou de visualisation. Un IRM ne saurait cependant être utilisé
sans une compréhension profonde de ses mécanismes. Le jeu de paramètres avec lesquels on peut jouer
est élevé et ces paramètres le plus souvent interagissent entre eux, il faut donc à la fois connaître et être
expérimenté. L'utilisation de cet appareil est de plus très réglementé et son taux d'activité doit être
rentabilisé. Il est donc difficile de trouver des créneaux libres pour l'utiliser.

3
3 . Présentation du laboratoire et Remerciements

Cycéron est une plate forme d’imagerie où sont menés des recherches biomédicales, principalement
dans le domaine des neurosciences. Le GIP (Groupement d’Intérêt Public) Cycéron est placé sous la
tutelle des grands organismes de recherche nationaux comme le CNRS, le CEA et l’INSERM. Cyceron
est une plate forme d’imagerie d’environ 6000m², créée initialement pour être l’un des premiers centres
français à mettre en œuvre la tomographie par émission de positon (TEP).
Cyceron héberge des laboratoires formant un ensemble unique, comprenant un cyclotron et des
laboratoires de chimie et de radiochimie, ainsi qu’une salle blanche permettant la production de radio-
pharmaceutiques, des laboratoires de biologies moléculaires et cellulaires, des animaleries et les
installations physiologiques associées, deux caméras à positrons, deux appareils à imagerie par
résonance magnétique à très haut champ (3 et 7 Teslas), un appareil de cartographie électro-
encéphalographique complète l’équipement du site. Le remplacement des 2 caméras TEP est prévu
pour fin 2008. Ce remplacement se fera par une caméra hybride TED/TDM.
En 2008, l’ensemble des unités de recherches hébergées à CYCERON ont fusionné dans une nouvelle
unité mixte de recherche CI-NAPS (UMR 6232). Les services communs ont été crées pour faire
fonctionner la plate forme d’imagerie. Ils sont constitués d’ingénieurs et techniciens mutualisés de cette
unité. Le groupement d'intérêt public [Cyceron] a pour objet, par la mise en commun de compétences,
de l'expérience et des moyens techniques et financiers de ses membres :

- l'exploitation à des fins de recherche d'une plate-forme technologique principalement centrée sur
l'investigation du système nerveux
- l'hébergement d'unités de recherche dont les thèmes de recherche relèvent du domaine des
neurosciences fondamentales, expérimentales ou cliniques.
– l'exécution de prestations de service pour des programmes de recherche, par la mise à disposition
de sa plate-forme technologique, d'équipes des établissements hospitaliers ou de recherche
médicale, notamment.

Je tiens à remercier tout le personnel de CI-NAPS pour sa bonne humeur, son accueil et sa
bienveillance tout au long de ce stage. Toute ma gratitude va en premier lieu à mon maître de stage qui
a su me faire découvrir le monde de l'imagerie médicale, qui a toujours été disponible à mes
interrogations malgré son emploi du temps chargé, et qui a suivi l'évolution de mon travail avec un
regard critique et constructif. Mes remerciement vont également particulièrement à Nicolas Delcroix
pour ses lumières en statistique, à Vincent Mouton et Laurent Pawlinski pour la réalisation des
fantômes, à David Chéchin pour les acquisitions à l'IRM, à Pierre Louis Bomdino pour sa science de
Linux, et à Dominique Hureaux pour la communication scientifique. Merci à tous.

4 . Principes physiques de l'IRM

L'IRM est une technique d'imagerie basée sur le phénomène physique de Résonance Magnétique
Nucléaire (RMN). Pour cette étude, on se concentre sur l'IRM réalisée à partir des noyaux
d'Hydrogène, c'est à dire de protons. En effet, ces noyaux sont très abondants dans le corps humain (
H2 O principalement) et présentent des propriétés qui rendent le signal RMN détectable (ceci n'est
pas le cas de tous les noyaux). Les protons possèdent un moment cinétique intrinsèque (spin nucléaire,
I=1/2) et un moment magnétique dû à la rotation de leur charge. On peut les considérer comme des

4
dipôles magnétiques qui s'orientent tels des aiguilles aimantées à un champ magnétique appliqué, mais
en précessant autour de ce champ à une vitesse angulaire qui leur est propre, fréquence de Larmor, et
qui fait d'eux des oscillateurs: ωO =γBo . Pour les protons, le rapport gyromagnétique est de:
=2 . 42,58 MHz / Tesla

Il faut d'abord appliquer un premier champ magnétique, intense et homogène (Bo) dans tout le corps
du patient. Chaque spin nucléaire de chaque proton de chaque voxel du patient ressent ce champ et
s'oriente en conséquence selon deux sens possibles:
précession autour de +Bo, ie spin parallèle
précession autour de -Bo, ie spin antiparallèle
Ces deux orientations possibles découlent de la mécanique quantique: le spin vaut I=1/2 et il y a
(2I +1) niveaux d'énergie dégénérés, c'est à dire dans le cas du proton 2  1
2
1=2 niveaux d'énergie

E1 et E2. Sous l'application de Bo et à l'équilibre, ces deux niveaux d'énergie sont inégalement peuplés
par les spins. Ceux-ci suivent la distribution statistique de Boltzmann qui favorise le niveau de plus
basse énergie. On a alors un peu plus de spins nucléaires parallèles qu'antiparallèles, ce qui fait que la
résultante de tous les moments magnétiques µ de tous les protons est non nulle. Cette résultante est
appelée aimantation macroscopique M et elle rend compte de l'excès de spins nucléaires dans le niveau
E1. M est colinéaire à Bo. A l'équilibre, pour un nombre de N molécules considérées, l'expression de
l'aimantation est donnée par la loi de Curie:

MO=
 
Nγ2 ℏ B0 I  I+ 1 
 3k BT 
Pour que la résonance apparaisse, il nous faut appliquer un second champ magnétique B1 tournant
autour de Bo. Pour cela on envoie un onde électromagnétique RF sur le système. La résonance se
produira alors lorsque la vitesse de rotation de B1 autour de Bo sera égale à la fréquence de Larmor, la
fréquence propre de précession des spins autour de Bo. Ceci revient à dire que les photons doivent
transporter une quantum d'énergie h = E=E2−E1 . L'apport d'énergie en quantité quantifiée
donne lieu à des transitions du niveau E1 à E2. La distribution des spins nucléaires sur ces deux
niveaux d'énergie se trouve donc modifiée et entraîne la modification de l'orientation de l'aimantation
macroscopique M.En passant de l'interprétation quantique à l'interprétation classique, pour une
impulsion choisie (90°), on peut faire en sorte de faire disparaître l'unique composante longitudinale de
M en faisant basculer l'aimantation macroscopique dans le plan xOy et avec l'apparition d'une
composante transversale.
Lorsque l'on arrête d'appliquer le champ B1 tournant, le système retourne à l'équilibre, les spins se
redistribuent dans les niveaux d'énergie selon la statistique de Boltzmann. C'est en fait pendant cette
phase de retour à l'équilibre que le physicien va recueillir le signal RMN. En IRM, ce signal doit
préalablement être encodé. Le retour à l'état d'équilibre est en fait caractérisé par deux constantes de
temps, appelées temps de relaxations T1 et T2. Le temps T1 (temps de relaxation spin-réseau)
correspond à la constante de temps de la repousse exponentielle de Mz jusqu'à Mo. Le retour à
l'équilibre s'opère par transfert thermique avec l'environnement moléculaire. T1 dépend du nombre de
chocs moléculaires: le champ local créé par l'environnement des molécules en mouvement induit les
transitions de E2 vers E1. Plus la fréquence des collisions entre molécules ou de rotation l'une autour
de l'autre est proche de la fréquence de Larmor, plus les noyaux pourront changer de direction en
cédant de l'énergie au système, plus le retour à l'équilibre sera rapide, plus T1 sera court. Il s'agit de
l'interprétation de Bloenbergen des temps de relaxation.

5
Mxy Mz
Mo −t
T1
M0 1−e 
−t
T2
M0 e
t
RF Figure 1: Retour exponentiel à l'équilibre des composantes transversale et
90° longitudinale de l'aimantation macroscopique.
Le T2 (temps de relaxation spin-spin) correspond à la constante de temps de la décroissance
exponentielle de la perte de cohérence de phase des spins après l'extinction de B1. On peut interpréter
cela comme des échanges d'énergie, non plus entre spins et système mais entre spin et spin. Ceux-ci
sont rendus possibles par la présence d'un champ local à l'échelle microscopique qui se superpose à Bo
au niveau de chaque noyau. Chaque noyau ne précesse donc pas à la même fréquence que les noyaux
voisins. Les fréquences de résonance s'étalent sur une plage de fréquence.

Par les phénomènes mis en jeu dans le retour à l'équilibre, l'extinction de la composante transversale
de l'aimantation macroscopique est bien plus rapide que la repousse de la composante longitudinale.
Lors du retour à l'équilibre, dans le référentiel du laboratoire, on peut donc représenter la situation par
un spirale 3D en forme de trompette. On note que les T1 dans les solides par exemple sont beaucoup
plus longs que dans les liquides car les molécules dans un solide sont moins sujettes à se déplacer. Pour
le cerveau humain, voici quelques données pour l'ordre de grandeur des T1 et T2 en fonction du champ
Bo.

Tissus T1 à 3T-7T(ms) T2 à 3T- 17T(ms)


Liquide Céphalo-Rachidien 3050 - 323-
Substance grise 1300- 1850 99 - 50
Substance blanche 830 - 1770 82 -
Tableau 1: Temps de relaxations pour des tissus cérébraux à un champ de 3T et 7T

La projection de M dans le plan Oxy décrit une spirale plane. Cette rotation de Mxy dans xOy induit
un champ magnétique ou onde de radio-fréquence . On recueille le signal par une ou plusieurs antennes
de réception (bobines) placée(s) dans le plan perpendiculaire (notion de réseau d'antennes). Ce sont des
variations de flux magnétique à travers le circuit qui provoquent l'apparition dans celui-ci d'une force
φ
électromotrice induite donnée par la loi de Faraday: e=−d . Le sens du courant induit est tel qu'il
dt
s'oppose par ses effets électromagnétiques à la cause qui lui a donné naissance (Loi de Lenz). On
recueille alors une tension dont l'ordre de grandeur est du mV, qui a l'allure d'une sinusoïde amortie, ou
signal de précession libre ( FID pour Free Induction Decay). On a la possibilité de rephaser les
aimantations microscopiques pour générer des échos. Les principaux sont l'écho de spin (cf 6.1) et

6
l'écho de gradient (cf 6.2).

5 . Codage du signal en fréquence et en phase, passage dans le


plan de Fourier

Afin d'avoir une image, il faut encoder le signal RMN des tissus imagés. Le signal doit donc être
représentatif de l'endroit dont il provient. Pour cela, on applique des gradients linéaires de champ
magnétique. Ils permettent de faire varier le champ dans l'espace de façon à ce que, dans une direction
donnée, un nouveau champ se rajoute à Bo linéairement dans l'espace. En faisant cela, on modifie
ponctuellement les fréquences de Larmor des protons et on leur attribue ainsi une information spatiale
sur l'endroit où ils se trouvent dans l'espace.

En modulant les fréquences, on module également les phases. On sélectionne un plan de coupe à l'aide
du gradient de sélection de coupe Gsc, c'est le plan qu'on veut imager (cf plan objet fig 2). Pour le
codage de chaque ligne de ce plan, on incrémente le gradient de phase Gφ. Le codage de chaque case
dans une ligne est réalisé par l'implémentation du gradient de fréquence. Le signal RMN que l'on
récupère est un signal temporel. Ce signal peut également être interprété en terme de k.
k =∫ G  t '  dt ' . Les fréquences spatiales k correspondent en fait à la variation de phase par unité
de longueur. En changeant de variable dans l'expression du signal RMN on reconnaît une transformée
de Fourier.

L'expression du signal peut s'écrire sous forme de transformée de Fourier, le changement de variable
est ici explicité:

S  t  =∬ m  x,y  e−2i πωt dxdy


ω=γ  Gx x+G y y 
−2i πγ Gx xt+G yT
S  t =∬ m  x,y  e
 y  dxdy
k x =γGx t
k y =γGy t

S  t =∬ m  x,y  e

−2i π kx x+k y
y  dxdy
S  t  =F  k x ,k y 
m  x,y  =TF−1  F  k x ,k y  

Au fur et à mesure des acquisitions, on se retrouve donc à remplir directement l'espace de Fourier de
l'image. Les différents points de l'espace de Fourier correspondent aux déphasages provoqués par les
deux gradients en fonction de la position dans le temps. La manière dont on remplit le plan de Fourier
(ligne par ligne, colonne après colonne, en spirale...) dépend alors du temps d'acquisition et du type de
séquence auquel on a recours. Pour obtenir l'image finale, il suffit ensuite de calculer la transformée de
−1
Fourier inverse de l'espace k rempli: m  x , y = TF [F  k x , k y ] . On a alors l'aimantation en
fonction de la position dans un plan. Cette aimantation dans le temps renferme les T1 et T2 qui sont
caractéristiques de la matière.

7
Chronogramme, écho de gradient
90° 90°

RF

Gsc


A
Tapp GB Tapp
G 
Gw
TR
t
Bz

B0

Plan de
l'objet

Signal RMN échantillonné


Codage phase

0
ω1,φ3 ω2,φ3
B Tec 2Tec nTec
G  ω1,φ2 ω2,φ2
t
k y = 2−1 / y
ω1,φ1 ω2,φ1 ω3,φ1 ω4,φ1 ω5,φ1 ω5,φ1 ω6,φ1 ω7,φ1
A
G 
k x =2 −1  Tec / x
Codage fréquence
Bz

y B0
x
0
k y1= GA Tapp kx1,ky1 kx2,ky1 kx3,ky1 kx1,ky2 kx3,ky2

k y2= GB 'T app Remplissage par ligne

Figure 2: Gradients de codage en fréquence et


en phase et remplissage du plan de Fourier en
0
écho de 8gradient
kx
Plan de
ky Fourier
Lors de ce codage, en ne prenant pas garde on peut créer un aliasing (repliement) sur l'image finale.
Cela se produit lorsque l'objet est plus grand que le champ de vue. Des bouts d'image hors champ
apparaissent alors de l'autre côté de l'image finale (repliement des structures hors-champ du côté
controlatéral de l'image). Ceci survient dans les deux sens de codage de l'image.

Le mécanisme de repliement en phase: pour coder les spins dans le sens de la phase, on applique le
gradient de phase qui va de 0° à 360°. Chaque voxel est donc marqué par une phase. Si un objet est
situé en dehors du champs de vue que l'on s'est fixé, il est quand même soumis au gradient de phase et
donc déphasé de façon supérieure aux spins dans le FOV
Ceci va entraîner un codage erroné et une projection de cette objet sur l’image.

1° 10°30° 270°360°390°

10°
30° = 390 - 360
Hors champ

270°

Gp
Figure 3: Mécanisme de l'alisasing en phase

Le mécanisme de repliement en fréquence est similaire. Tout objet hors du FOV et avec une fréquence
supérieure à la fréquence d'échantillonnage est replié dans l'image. 1° 10° 256°
Hors champ

Si fréquence d'échantillonnage> BP= 2f m ax

Figure 4: Mécanisme de l'aliasing en fréquence

Gf

9 Figure 5: Exemple d'artefacts de repliement sur


un cerveau: aliasing dans les deux directions
Dans la pratique cependant, on évite le repliement dans la direction du codage de fréquence, on
applique un filtre anti-repliement (filtre passe-bas, empêche les hautes fréquences de passer).

Le codage en fréquence permet de réaliser des images mais il arrive que l'image soit biaisée par un
mauvais codage. Dans ce cas on observe à l'image des lignes blanches et noires perpendiculaires au
sens du codage en phase. L'explication de ce phénomène appelé déplacement chimique se trouve au
coeur des voxels, au niveau microscopique. Pour rendre compte du processus de formation de ces
lignes blanches et noires, l'exemple donné est souvent l'interface eau-graisse.
En réalité, le défaut observé à l'image est dû à des variations de fréquences de résonance des protons
entre deux tissus. En appliquant le gradient de codage de fréquence, les protons subissent une variation
linéaire de leur wo en fonction de leur position. Les protons de la graisse qui ont une précession lente
verront leur localisation dans le plan de Fourier décalée par rapport à ce qu'elle devrait normalement
être. En effet, si la différence en fréquence entre graisse et eau est supérieure à la différence de
fréquence entre un ou plusieurs pixels, on observe à l'image
une ligne claire là où les signaux se superposent
une ligne sombre là où les signaux se « retranchent ».

Pour bien comprendre le phénomène du déplacement chimique, il est éclairant de s'intéresser à la


relation qu'il existe entre le déplacement chimique, le rapport signal/bruit et la bande passante.

Dans l'exemple suivant, on schématise une boule d'eau entourée de graisse dans un champ magnétique
de 1.5Tesla dont on acquiert 2images différentes subissant le déplacement chimique avec deux bandes
passantes différentes.

eau
graisse Absence de e+g
signal
BP:16kHz
3.25ppm 256pixels

208Hz
à1.5T g e e
objet 3pixels g
62.5Hz
e
g BP:8kHz
256pixels
Codage
fréquence
g e e

10
6pixels g
31,25Hz

Figure 6: Mécanisme du déplacement chimique en fonction de la Bande Passante


Pour diminuer le déplacement chimique, il suffit d'augmenter la bande passante qui définit la taille en
fréquence des pixels. Cependant, le rapport signal sur bruit S/B est proportionnel à  BP ce qui fait
qu'en augmentant la bande passante on obtient un signal plus bruité. Il faut donc faire un compromis
entre le rapport signal sur bruit et artefact.

Figure 7: Exemple de déplacement chimique à l'interface huile-eau pour deux


bande passantes différentes. BPgauche < BPdroite

6 . Production des champs Bo et de B1

Pour produire un champ magnétique, il existe deux manières. On peut recourir à un aimant permanent
qui possède par sa structure des propriétés intrinsèques magnétiques ou qu'on a aimanté préalablement,
ou alors on induit un champ magnétique en faisant circuler un courant électrique dans une bobine
(électro-aimant).

Pour obtenir le champ Bo on distingue trois types d'aimants capables de produire un champ
relativement intense et homogène:

Les aimants résistifs. Ce sont des électro-aimants constitués d'un enroulement de fil de cuivre. Ils
consomment beaucoup de courant et nécessitent un système de refroidissement. Les champs
obtenus sont de l'ordre de 0.3 Tesla et l'homogénéité est moyenne. Ces aimants ne sont plus utilisés.

Les aimants permanents. Ce sont des blocs aimantés. L'avantage est qu'ils ne consomment pas de
courant et ne nécessitent pas de système de refroidissement. Les champs accessibles sont < 0.6 T

Les aimants supra-conducteurs. Ce sont des


électroaimants dont les bobinages sont faits d'alliages
métalliques qui présentent la propriété d'avoir une
résistance électrique nulle pour des températures de
T< 4K. La bobine supra-conductrice se trouve
refoirdie par un cryostat contenant de l'Hélium liquide

11
Figure 8: Machine IRM en géométrie fermée 3 Tesla
fabriquée par Philips,
à T= 4K pour maintenir la bobine dans l'état supra-conducteur. On obtient alors des champs élevés sans
presque consommer d'électricité. L'intensité du champ peut aller jusque 16Tesla pour les IRMs les plus
récents. L'inconvénient et la consommation d'Hélium.

On veut un champ B1 homogène, c'est à dire que lors de la transmission, pour une impulsion radio-
fréquence donnée, le basculement de l'aimantation macroscopique doit s'effectuer de la même manière
dans tous les voxels. En terme de réception, le signal RMN reçu ne doit pas dépendre de la position du
voxel. Finalement, le rapport S/B doit être le meilleur possible.
L 'antenne émettrice-réceptrice en forme de selle de cheval remplit relativement bien ces conditions,
cependant, les antennes de surface s'en sortent souvent mieux, surtout pour des fréquences élevées.
Elles permettent de récupérer les signaux à proximité des voxels explorés, ce qui augmente le rapport
S/B. Au détriment d'une sensibilité spatiale très hétérogène, les antennes locales peuvent donc sonder
moins profond que les antennes en forme de selle de cheval par exemple, cependant, à leur proximité,
le signal recueilli sera bien meilleur.

La tendance aujourd'hui est à la disposition d'antennes en réseau phasé. Outre le gain en S/B évoqué
ci-dessus, il faut connaître le profil de sensibilité de chacune d'elles. Le but est de réduire le temps
d'acquisition notamment dans la technique développée par Phillips: SENSE. En fait, on augmente la
différence d'amplitude dans le plan de Fourier entre deux applications du gradient de phase. On code
donc une ligne sur deux dans le plan de Fourier. On s'arrange pour que l'objet soit plus grand que le
champ de vue afin de faire apparaître volontairement un artefact de repliement à l'image, par exemple
en sous-èchantillonnant d'un facteur 2. Pour un point de l'image, le signal vient à la fois de l'image
réelle et de l'image de replis qui s'est superposée au-dessus. Avec une seule antenne, on ne pourrait
distinguer d'où vient le signal émanant de ce point de l'image. Mais si on dispose de deux antennes en
réseau dont on connaît le profil de sensibilité, alors on se retrouve à résoudre un système de deux
équations à deux inconnues, et à pouvoir reconstruire l'image vraie, mais acquise en deux fois moins de
temps. On déplie l'image en quelque sorte tout en allant deux fois plus vite et avec un gain en rapport
sur bruit qui diminue en racine carrée du nombre de lignes.

Figure 9: Appareil IRM fabriqué


par Siemens, deux types d'antennes
présentes sur la table : Une antenne
volumique (antenne de tête)
semblable à une "cage" ouverte en
bout de table ; et trois antennes
surfaciques posées sur la table

7 . Séquences d'acquisition

Les séquences d'acquisition écho de spin et écho de gradient font partie des plus classiques. Elles sont
intéressantes dans le sens où elles sont sensibles ou non aux inhomgénéités  B0 du champ Bo.
Lorsque les inhomogénéités du champ laissent leur trace dans le signal avec lequel on reconstruit
l'image, le physicien s'adapte et tire profit de cet inconvénient pour en faire une imagerie plus
opérationnelle.

12
1. La séquence écho de spin

La séquence écho de spin s'affranchit des inhomogénéités constantes propres au champ Bo. On évite
alors de laisser celles-ci influer le signal récupéré en fin d'acquisition et servant à construire l'image.
L'image sera donc insensible aux effets de  B0 . La séquence spin écho commence par une
impulsion RF à 90y °qui bascule autour de y la composante Mz dans le plan transversal. Ensuite les
spins de protons se déphasent naturellement sous l'effet des champs moléculaires sensiblement
différents et des variations  B0 auxquels ils sont soumis en fonction de leur localisation dans le
voxel. On applique alors une impulsion RF à 180 y °qui permet de rephaser les phases en réorientant les
moments magnétiques des protons symétriquement par rapport à l'axe y dans le plan transversal. Le
moment magnétique ( µ 4 ) qui a la plus grande vitesse de précession et qui est déphasé « en tête »
par apport aux autres moments magnétiques se retrouve après l'impulsion RF le dernier. Précessant
toujours le plus vite et dans le même sens, il rattrapera alors les autres moment et le rephasage aura
lieu. Les premiers deviennent les derniers et vice-versa jusqu'à ce que les spins des protons se
rephasent, moment où l'on récupère le signal.

D'un point de vue macroscopique, on observe également la courbe en T2 représentée par l'enveloppe
qui joint les sommets des échos. Les échos sont en fait dus aux « éléctrochocs » (RF de 180°) qu'on
applique régulièrement pour réanimer les signal qui chute en T2* et sans qui on ne peut pas dessiner
l'allure du signal qui dorénavant chute en T2.
−t
L'écho de spin est un signal dont l'amplitude est réduite par un facteur e
T2 par rapport à l'amplitude
du signal de précession libre au temps t=0.

Mxy

Mo
−t
T2
e

−t
T 2*
e
TE 2TE 3TE 4TE
t
Echo 1 Echo 2 Echo 3 Echo 4
180° 180° 180° 180°

Figure 10: Allure de l'aimantation macroscopique en fonction du temps en séquence écho de spin

13
On présente ci-dessous, le chronogramme et une visualisation physique d'une séquence de spin d'écho
en imaginant que l'aimantation macrosopique n'est due qu'à quatre spins en excès dans le niveau E1
d'énergie. L'amplitude du signal écho de spin établie à partir des équations de Bloch donne:
− TR − TE
T1 T2
S  t ≈N  H[1−e ]e

RF 90° RF 180°

DEPHASAGE REPHASAGE

t=0 z t=TE/2 t=TE


t
z
B0
B0
M'tm<Mtm
y
µ1 y
µ2
µ4 µ3 MT

x x
RF 90° RF 180°
MLo z
B0
B0 µ4 µ3
MT
µ2
Mtm µ1
y y

x
x
Figure 11: Chronogramme et visualisation physique des différentes étapes d'une séquence écho de spin

2. La séquence écho de gradient

Pour cette séquence, il s'agit de faire une mesure en T2* et non en T2. L'écho est simulé d'une autre
manière que l'écho de spin et le signal final porte en lui les inhomogénéités du champ Bo:  B0 .

Prenons un voxel soumis à un gradient de champ dans une direction, divisé en deux:
une partie du voxel est soumise à Bo +  B0
l'autre partie du voxel est soumise à Bo  B0

A chaque moitié de voxel correspond une aimantation mo/2.

14
z
m 0 /2 m 0 /2
 B0
1 2
− B0
y
Figure 12: Voxel soumis à un gradient de champ en
écho de gradient

x
Celles-ci sont plongées dans le plan xOy par une impulsion RF de 90°. Dans le réferentiel tournant
alors qu'une des composantes transversale tourne à une vitesse  =  B , l'autre composante
a 0
précesse plus lentement à la vitesse b=− B0  . On a w G =  G y . y et
w G− = − Gy . y

Z
Z

 B0  B0
− B0 wb − B0 w G¿
w G−¿ 2wb
Y
w G¿
2wa Y

wa w G−¿
X X
Figure 13: Imulsion RF 90° en écho de gradient

15
Un déphasage se créé, il faut donc corriger ce déphasage pour obtenir un signal maximal lorsque les
deux composantes se superposeront. Pour ce faire, on a recours à une inversion des gradients. Les
vitesses de précession sont alors interverties entre les deux composantes et elles finissent par se
rattraper (refocalisation).
Le signal décroît alors en T2*, il est sensible aux inhomogénéités du champ principal.

8 . Inhomogénéités de Bo

En IRM, les deux hypothèses primordiales qui doivent être respectées avant de commencer toute
acquisition d'image sont:
- l'homogénéité du champ magnétique Bo
- l'homogénéité du champ magnétique B1.

Une inhomogénéité de Bo entraînera des erreurs de codage car les fréquences de précession et les
déphasages des spins seront changés. On doit garder un contrôle sur ces inhomogénéités sous peine
d'observer à l'image des artefacts non voulus.
Dans la réalité, le champ Bo ne peut cependant pas être parfaitement homogène, il faut donc faire état
de ces inhomogénéités en tentant de comprendre leurs causes pour prévoir leurs effets, essayer d'y
remédier, ou encore les utiliser à son avantage. Selon l'échelle à laquelle on considère les
inhomogénéités du champ Bo.

Figure 14: Images d'une boule d'eau dans un champ homogène (gauche)
et inhomogène (droite)

A quoi les variations de champ sont-elles dues?

Les variations du champ magnétique principal sont dues aux champ créés par la matière aimantée qui
dépend de sa susceptibilité magnétique. Ainsi les différents tissus, ayant des susceptibilités
magnétiques différentes, ne produiront pas des champs et donc des inhomgénéités du champ Bo de la
même intensité.
A l’interface entre 2 tissus ayant des susceptibilités magnétiques différentes, il existe une distorsion du
champ magnétique Bo. Ces inhomogénéités de champ constantes sont responsables de déphasages et de
décalages de fréquences localisés.

16
Mm Mm = 0

Figure 15: Comparaison interface de tissus similaires (gauche) et différents (droite).

On rappelle que M représente l'aimantation magnétique qui est équivalente à la résultante des moments
magnétiques élémentaires des spins.
Placée dans un champ magnétiques Bo une substance acquiert un moment magnétique qui dépendra
de sa nature (diamagnétique ou paramagnétique) et il en résultera une aimantation induite.
Le moment magnétique résultant M est proportionnel au volume de la substance placée dans le champ
et l intensité d'aimantation J est définie la valeur du moment magnétique/volume


J = d M
dv J // M et de même sens.

A l'intérieur de la matière soumise à un champ Bo extérieur, existe une champ B qui sera la somme
du champ Bo et du champ propre B' créé par la matière.
 =B
B  B'
0

Le champ B' est proportionnel à J, intensité d'aimantation:

 ' = µ 0 J
B et  = B0  µ0 J
B
 = µ0 H
B   J  = µ 0 1  J  H
  µ0 J = µ 0  H 
H
J  = µH 
avec µ = µ 0 1   B
H

J
Le rapport χ= est la susceptibilité magnétique de la matière et μ=μ 0  1 +χ  est la
H
perméabilité de la matière.
μ
μ r = =1 +χ
μ0 est la perméabilité relative de la matière

χ est le facteur par lequel il faut multiplier le champ Bo en l'absence de matière pour obtenir le champ
B en présence de celle-ci.

Ainsi, on peut distinguer parmi les tissus deux types, voire même deux types de matériaux qui ne
réagissent pas de la même manière au champ principal Bo et qui le perturbent plus ou moins:

17
- La matière diamagnétique

Le champ extérieur appliqué sur de la matière diamganétique a pour effet d'orienter les dipôles dans
le sens du champ mais dans le sens opposé si bien que le champ Bo se voit diminué d'un deltaBo

- La matière paramagnétique

Le champ extérieur appliqué sur de la matière paramagnétique a pour effet d'orienter les dipôles
parallèles et dans le même sens que le champ Bo si bien qu'un  B0 s'ajoute au champ principal. On
note que le comportement paramagnétique n'est pas incompatible avec un comportement
diamagnétique auquel cas, le paramagnétisme l'emporte et écrante l'effet diamagnétisme qui est moins
intense.

Inhomgénéités de Bo et T2*

Pour conserver l'hypothèse de décroissance exponentielle du signal, la relation entre T2*, T2 et


 B0 est:

1 1 γ 1 1
=  ΔB0=  '
T∗2 ¿ T 2 2 T2 T 2
¿

Dans cette formule, on se rend compte que T2* prend compte à la fois T2 et T2' qui respectivement
sont reliés au champ créé par l'environnement moléculaire et par les inhomogénéités du champ Bo. On
admet ici que T2 ne dépend pas  B0 ce qui facilite la compréhension des phénomènes expliqués
dans la suite. Cependant, T2, tout comme T1 dépendent également de  B0 dans la mesure où ils
sont intimement reliés aux fréquences de précession des atomes,proportionnelles à Bo.

On note que lorsque  B0 augmente, le signal en T2* chute, l'intérêt de ce phénomène est
expliqué ultérieurement:

Les temps de relaxation peuvent être modifiés par l'injection d'agents de contrastes (exogènes) ou par
la présence naturelle à l'intérieur du corps d'agents de contraste (endogènes). On peut en particulier
obtenir des résultats probants en utilisant ces agents de contrastes sur des séquences de type écho de
gradient, pondérées en T2*.

9 . Inconvénients des inhomgénéités de Bo: Artefact et


déformation de l'image

En IRM, on superpose au champ magnétique principal uniforme (Bo) un ou plusieurs gradients de


champs magnétiques linéaires dont le but est d'obtenir une distribution spatiale. Toute perturbation
d'uniformité se traduit donc par une modification de la distribution des signaux et donc d'un artefact ou
d'une déformation de l'image. Un artefact est défini par des perturbations de l'image d'origines diverses

18
se traduisant par l'apparition d'hyperintensités ou d'hypointensités, de fantômes (ducplication d'images)
qui peuvent parfois mener à une erreur de diagnostic.

1. Artefact de susceptibilité magnétique

Les régions où se juxtaposent deux structures ayant des susceptibilités très différentes sont à la source
de ces artefacts (air/tissu, déoxyhémoglobine/tissu, os/tissu..). Un gradient de champ magnétique
intrinsèque apparaît alors à l'interface de deux structures et induit un déphasage des spins de l'interface.
Ces artefacts sont plus prononcés en écho de gradient car, contrairement à l'écho de spin, cette
séquence est sensible aux inhomogénéités du champ magnétique Bo. Pour minimiser l'effet de ces
artefacts, on optera alors souvent pour une séquence écho de spin avec un TE court et on augmentera la
résolution spatiale au maximum (ie la taille des pixels) pour diminuer le nombre de spins qui se
déphasent par voxel.
Les artefacts métalliques sont un cas particulier de ce type d'artefact. Ils sont simplement plus
prononcés en raison de différence de susceptibilités magnétiques aux interfaces métal/tissu bien plus
importantes. Pour éviter au mieux les artéfacts métalliques qui sont un poison pour les images, on évite
tout matériel ferromagnétique dans l'IRM et en général tout métal magnétique (bijoux, montres
fermetures éclair...). Rien que des pivots ou prothèses dentaires par exemple sont susceptibles de rendre
inexploitable une image, si ceux-ci sont placés dans la zone d'intérêt.

2. Déformation des images

Sinus
sphénoidal

Figure 16: Comparaison d'un artefact de susceptibilité tissu/air au niveau du sinus


entre une séquence écho de gradient (gauche) et écho de spin (droite)

Dans la direction du gradient de codage en fréquence, les inhomogénéités du champ principal


induisent des distorsions de l'image. Les inhomogénéités tolérées pour des électro-aimants supra-
conducteurs (1.5T et plus) sont en-dessous de 1ppm dans une sphère de 15cm de rayon centrée au
centre de l' aimant ou de 15ppm à l'intérieur d'une sphère de 25cm de rayon. Les distorsions entraînées

19
par de telles inhomogénéités peuvent être contrecarrées par l'augmentation de la valeur des gradients,
au détriment cependant du rapport signal sur bruit.

Pour corriger l'impact sur l'image de l'inhomogénéité du champ magnétique principal, plusieurs
solutions s'offrent au manipulateur:
une correction passive avec des éléments ferromagnétiques,
une correction active à l'aide de bobines de correction de champ (schimming)
utilisation de post-traitement de l'image qui doit tenir compte de ces inhomogénéités.

10 . Atouts des inhomogénéités de Bo: Agents de contraste

Il a été vu que des inhomogénéités de champ à trop grande échelle peuvent être un calvaire pour le
physicien ou le médecin. Les images sont biaisées par des artefacts et sont déformées. Cependant,
lorsque le champ magnétique n'est que faiblement perturbé par des inhomogénéités locales, qu'elles
soient naturelles ou provoquées volontairement, celles-ci deviennent alors providentielles pour réaliser
des images et même étendre le champ d'application anatomique de l'IRM à l'IRM fonctionnelle.

1. Artefacts Métalliques pour déceler des pathologies

Les artefacts métalliques sont en général considérés comme un inconvénient, ils empêchent en effet
parfois l'exploration d'une zone d'intérêt comme pour le cas d'une prothèse dentaire.
Dans le cas de certaines pathologies (foyers hémorragiques anciens, métastases de mélanomes riches en
mélanine, liaisons calcifiées), les artefacts métalliques peuvent s'avérer être utiles cependant. Ces
pathologies impliquent des zones riches en substance ferrugineuse et il est intéressant pour pouvoir
établir un diagnostic et localiser des mélanomes par exemple, de prendre en compte l'emplacement et
l'intensité de l'artefact métallique qu'ils suscitent. On aura même intérêt dans ce cas à opter,
paradoxalement, pour une séquence en écho de gradient pondérée en T2*.

Figure 18: Repérage des liaisons


Figure 17: Artéfact métallique du à hémorragiques
un matériel magnétique dentaire

20
2. Agents de contraste exogènes

Les agents de contraste exogènes sont des substances souvent paramagnétiques ou


superparamagnétiques qu'on injecte dans l'organisme du patient en vue d'obtenir des contrastes
meilleurs sur les zones d'étude. Leur susceptibilité magnétique créé un gradient de champ magnétique
local par rapport aux tissus qui entourent le produit de contraste qui se propage dans les capillaires. En
résultat, ces substances augmentent les fréquences de Larmor des tissus environnant, ce qui diminue les
temps de relaxation T2, T2* dans ce cas. Ce type d'agents de contraste est appelé agents à contraste
négatif puisqu'ils ont pour effet de diminuer le signal sur quelques millimètres autour du vaisseau
sanguin: hyposignal. Cet effet est tout à fait comparable aux artefacts de susceptibilité qui fonctionnent
de la même manière lorsque deux tissus en vis-vis ont des susceptibilités magnétiques très différentes.
Le gadolinium est un de ces agents de contraste dont l'effet en T2 est d'autant plus fort qu'il est en
concentration relativement élevé. On dit que le gadolinium a une bonne relaxivité, ce qui signifie qu'il a
une bonne efficacité en fonction de sa concentration.

tissu vaisseau tissu tissu vaisseau tissu

gadolinium

B B
nt
di e
Gra

signal signal

Figure 18: Mécanisme des séquences à injection de gadolinium

21
Figure 19:Image de perfusion injection
d'un bolus de gadolinium

On se rend donc compte que les inhomogénéités du champ magnétique peuvent s'avérer être un atout
pour le physicien qui va même injecter des produits de contraste perturbant le champ pour faire
ressortir à l'image des zones qui sinon ne se distingueraient pas
En pratique, on a souvent intérêt à avoir une séquence en écho de gradient puisque cette s équence est
plus sensible en T2*.

3. Agents de contraste endogènes

Selon ce que le physicien veut observer chez le patient, il peut ne pas avoir recours à des agents de
contraste exogènes mais plutôt endogènes, ie qui existent naturellement dans le corps. C'est le cas en
IRM fonctionnelle pour observer les zones d'activités du cerveau. On peut alors avoir recours à la
méthode BOLD (Blood Oxygenation Level Dependent). L'activité cérébrale augmente dans l'aire
d'activité et entraîne à la fois une augmentation du débit sanguin et une augmentation moindre de la
consommation d'oxygène. Il en résulte un excès d'oxyhémoglobine (HbO2) dans les vaisseaux de l'aire
cérébrale concernée et parallèlement une diminution de la concentration en déoxyhémoglobine (HB).
La déoxyhémoglobine étant plus paramagnétique que l'oxyhémoglobine, l'excès d'oxyhémoglobine a
pour effet de diminuer la susceptibilité magnétique localement dans la région concernée et ainsi
d'allonger les T2*. Le signal est donc plus fort lorsque l'aire cérébrale en question est sollicitée, ce qui
permet la pratique de l'IRM fonctionnelle.

22
[Hb] Activité
cérébrale [Hb]  χ 
[HbO2]
Consommation [HbO2]  T2*   } signal  
O2 moindre

Figure 20: Mécanisme du contraste BOLD

Figure 21: Image de cerveau - IRM fonctionnelle - visualisation


des zones activées en rapport au langage

L'IRM fonctionnelle a pour but de visualiser sur une image d'IRM les zones du cerveau qui sont
activées lors de la réalisation de tâches faisant appel à des fonctions sensorielles, cognitives, motrices.
On ne mesure pas l'activité neuronale mais on met en évidence la réponse hémodynamique qui découle
des variations de flux sanguin dans le cerveau. Les résultats sont présentés par des cartes statistiques
d'activité qu'on superpose à des images anatomiques, réalisées au préalable. Dans le domaine clinique,
l'IRM a trouvé sa place notamment pour localiser les aires sensitives, motrices et du langage afin
d'opérer une résection de tumeurs chez un patient par exemple. On l'utilise aussi dans le cadre de
l'epilepsie et du test de Walda. Pour ce qui est de la recherche, l'IRM fonctionnelle trouve ses
applications notamment en psychiatrie et dans l'étude des fonctions cognitives, telles que la mémoire.

11 . Conclusion

Ce travail m'a donc permis de comprendre le fonctionnement physique d'une IRM, mettant en oeuvre
plusieurs champs de la physique, magnétisme (diamagnétisme, paramagnétisme, moments,
susceptibilités magnétique, champ magnétiques induits, champ inhomogènes), mécanique classique
(mouvement de précession, changement de référentiel) et quantique (spins, transitions, dégénérescence,
niveaux d'énergie), physique statistique (distribution de Boltzmann), transformée de Fourier. Tous les
phénomènes mis en jeu s'enchaînent pour contribuer au bon fonctionnement de l'IRM et à l'obtention

23
d'images souvent cliniques qui permettent par la suite au médecin d'avoir un diagnostic plus aiguisé
pour son patient.
En s'attardant sur les inhomgénéités des champs magnétiques, on a pu constaté que ceux-ci étaient la
cause d'artefacts ou de défaut à l'image, mais qu'ils peuvent être diminués par des techniques d'imagerie
appropriées. Par ailleurs, ceux-ci peuvent être mis à profit pour localiser certaines lésions ou
phénomènes physiologiques normaux et ont permis l'avènement de l'IRM fonctionnelle qui permet de
faire le lien entre l'activité de notre cerveau et nos actions ou pensées.
Finalement, ce stage aura été une satisfaction pour moi, il m'a permis, dans le cadre de mes projets de
poursuite d'étude, de me faire une meilleure idée de la physique médicale et de m'ouvrir à ce champ de
la physique jusqu'alors plutôt inconnu. Cette physique m'intéresse dans le sens où il est facile d'en saisir
son application directe, qu'elle intervient directement au service de la médecine.
Le regret que je peux avoir est seulement de ne pas avoir pu bénéficier d'un stage plus long pour avoir
eu le temps de mettre un profit les connaissances acquises en la matière et pouvoir faire des
acquisitions par moi-même. Cela dit, assister à des acquisitions m'a permis d'observer comment les
choses se déroulent concrètement.

12 . Bibliographie

Comprendre l'IRM, Manuel d'auto-apprentissage, B. Kastler, C. Vetter, Masson, 2006

Résonance Magnétique Nucléaire, A.M. Bernard, J.D. De Certaines, J.J. Le Jeune, Masson, 1987¬

L'imagerie par Résonance Magnétique, A. Alaux, Sauramps médical, 1991,

La RMN, Concepts, Méthodes et Applications, D. Canet, J.C Boubel, E. Canet Soulas, Dunod, 2002

Micro-Imagerie RMN de milieux quasi-solides: exemple d'application à l'imagerie ostéoarticulaire,


thèse présentée par M. Grenier, 1999.

Quantification of suceptibility artifacts produced on high-field magnetic resonance images by various


biomaterials used for neurosurgical implants, Hideki Maatsuura, M.D., Takashi Inoue, M.D., Hiromu
Konno, M.D, Makoto Sasaki, M.D., Kuniaki Ogasawara, M.D., and Akira Ogawa, M.D., J.
Neurosurgery 97: 1472- 1475, 2002

T1, T2 Rlaxation and Magnetization Transfer in Tissue at 3T, Greg J. Stanisz, Ewa E. Odrobina, Joseph
Pun, Michael Escaravage, Simon J. Graham, Michael J. Bronskill, and R. Mark Henkelman, Magnetic
Resonance in Medicine 54:507- 512, (2005)

Development of a Tissue-Equivalent MRI Phantom Using Carrageenan Gel, Koichi Yoshimura,


Hirokazu Kato, Masahiro Kuroda, Atsushi Yoshida, Katsumi Hanamoto, Akio Tanaka, Masatoshi
Tsunoda, Susumu Kanazawa, Koichi Shibuya, Shoji Kawasaki, and Yoshio Hiraki.Magnetic Resonance
in Medicine 50:1011-1017, (2003)

24
A two-compartiment gel phantom for optimization and quality assurance in clinical BOLD fMRI, Johan
Osrud, Anders Nilsson, Peter Mannfolk, Anthony Waites, Freedy Stahlberg, Magnetic Resonance
Imaging 26 279-286, (2008)

Mise en place de fantôme de optimisation de séquences en Imagerie par Résonance Magnétique,


Mémoire du master Imagerie de la Santé soutenu par Mélanie Villedieu, 2006

FBIRN Stability phantom Quality Assurance procedures, G. H. Glover, Stanford University and FBIRN
, 2005

25