Vous êtes sur la page 1sur 1

lt

3ri

z
o

z
z

;
&
le
g.trifiir

;!i:]
mort du juge Borrel, en 1995. derx ans de la prochaine lection prsidentielle, IOG continue par aitleurs de maintenir qu'il ne s'y prsentera pas. Mme si la Constituon l'y autorise. Et mme si, Djibouti, o le chefde l'tat s'apprte prendre possession du nouveau palais de la Rpublique, construit par les Chinois, bien rares sont ceux qui y croient waiment'
JEUNE AFRIQUE:

siteur press, pass sans transion de lhroport

d'Ambou]i, otr les drones Predator voisinent avec les Mirage 2000, Ia tour de Babel dominicale des soldats en permission de repos, Djibouti est une ville-gamison multinationale, un peu comme le Berlin-Ouest de la guerre ftoide. Mais Djibouti, mme si 70 % de sonpetit million d'habitants vent dans la capitale, est aussi un tat indpendant depuis 1977, avec tout ce que les pays africains connaissent comme problmaques de gouvemance et de dveloppement. Arriv au pouvoir en 1999, le prsident, Ismail Omar Guelleh, 66 ans, consacre l'essentiel de son temps inscrire sur Ia carte de la mondialisation cette ancienne colonie franaise l'existence toujours prcaire, mais dont la situaon
gostratgique, au confluent de la mer Rouge et du golfe dAden, estunique et suscite bien des convoitises. Confront une opposition pugnace sur fond de ftactionnements tribaux et claniques encore vivaces, ce petit-fils d'un notable issa, dont le pre travailla pour la Compagnie du chemin de fer franco-thiopien, a Iini par prendre son parti d'tre avant tout connu en France pour son rle prsum - et qu'il a toujours vivement dmenti - dans l'affaire non lucide de Ia
]EUNE AFR QUE

*urr*;ti:, o sigeait

jusqu'en 1977 le gouvemeur


franais de

Djibouti,
le 12 mars.

ll y a un an, pour la premire fois, l'opposition djiboutienne participait des lectiont ltislatives en l'occurrence. Mais elle en a contest les rsultats et a annonc son refus de siger l'Assemble. Depuag des nSociations e sont tenues avec votre touvernement, lesquelle viennent de se conclure sur un GheG. Pourquoi ? tsMAt oMAR GUELLEH: Les politiciens qui ont form cette alliance de circonstance qu'est I'USN [Union pour le salut national] n'ont rien en commun, ni programme ni stratgie cohrente. Nous avons donc assist une srie d'avances, suies de reculades intempestives, comme si leur penchant naturel tait d'accepter nos concessions mais que des conseillers occultes intervenaient aussitt pour
No

2776.

DU 23 AU 29 N,IARS 20T4