Vous êtes sur la page 1sur 12

FÉVRIER 2009 VOLUME 2 NO.

L’ITINÉRANCE AUTOCHTONE À OTTAWA


UN PHÉNOMÈNE INQUIÉTANT
Sophie Juneau ressources disponibles. »
juneausophie@hotmail.com Malgré les conclusions du
rapport gouvernemental Bâtir
U n i t inérant s ur cinq est un avenir meilleur aux enfants
d’origine autochtone à Ottawa, autochtones vivant en milieu
alors que cette communauté, urbain paru en 2001, qui con-
selon une étude récente de la state qu’au moins la moitié de
firme Social Data Research la population autochtone cana-
LT D 1 , ne r eprésente qu’un dienne se situe présentement
faible 1 % de la population dans les villes, 90 % des res-
urbaine. Aux dires du directeur sources financières allouées à
exécutif du Gignul Non-profit ce groupe s on t r é s er v ées à
Housing Corporation, Mark l’administration des réserves.
Maracle, les résultats de la De cette somme, une très faible
recherche sont clairs: la pauv- proportion est allouée aux ser-
reté et l’ajustement culturel vices sociau x o ff ert s au x
sont au centre de la probléma- Autochtones vivant en commu-
tique. nautés urbaines.
Selon l’étude, il existe de La recon n ai ss a nc e de s
multiples organismes sociaux peuples autochtones en milieu
dans la région visant d’une part urbain est au centre de la ques-
l’ensemble de la population et tion du financement. Les deux
d e l’ autre, la communauté paliers gouvernementaux s’en
autochtone, voire deux clien- remettent au problème juridic-
tèles démunies différentes. De tionnel pour se détacher de leur
nombreuses particularités défi- responsabilité, une véritable

Photo: Sophie Juneau


n i ss e nt la condition auto- « joute de ping-pong », sou-
chtone : cas fréquents de vio- ligne M. Maracle. Nul ne veut
lence sexuelle et intergénéra- se résoudre à se préoccuper de
tionnelle, perte d’attachement la question des Autochtones
culturel, piètres conditions de hors réserves. Ainsi, ces der-
santé, violences conjugales, et niers gliss ent « e nt r e l es
beaucoup plus. Ainsi, les asso- mailles du système ». une plus grande justice dans la
ciations dédiées uniquement D’un point de vue juridique, c l as s if i cat i on de s pe up le s
aux Autochtones tirent leur le professeur de droit constitu- autochtones », indique le pro-
légitimité des besoins particu- tionnel Sébastien Grammond fesseur Grammond. En effet, la
liers de leur clientèle qui pré- soutient que le gouvernement Cour suprême a récemment
f èr e des agences qui sont fédéral tente depuis longtemps décidé, dans les arrêts Powley3
d a v an tage adaptées à leur de restreindre la portée des e t A rdoch A l gon quin F i r s t
condition, réduisant le risque politiques sociales adressées Nation 4 , que la classification
de discrimination. « Les orga- aux Autochtones2. « La classi- historiquement imposée néce-
nismes bénéficient toutefois fication et l a dé fi n i t io n d e ssite une m an œ u vr e
d’un financement largement peuples autochtones au Canada d’ouverture afin de réduire sa
insuffisant, de dire M. Maracle. sont habituellement considé- portée manifestement discrimi-
Il est impossible de satisfaire rées comme le produit de fac- natoire.
convenablement aux besoins de teurs historiques », explique le Le milieu juridique ne peut
l a c ommunauté avec les profess eur, c ib l an t ai n s i l a p as t ou t ef oi s à l u i s e ul d é-
cause principale de la recon- clencher les réformes espérées.
naiss ance e xclus iv e d es Le milieu politique est appelé à
bandes d’« Indiens » inscrits f ai re d av an t ag e pr euv e
Sommaire si tuées s u r l es r és er v es , d’activisme.
c’est-à-dire les Premières 1Social Data Research LTD. 2005. “Évaluation
Nations. Cep en d an t , u n
OC Transpo drivers return to
des services aux sans-abri autochtones à Ottawa et
amalgame d’autres peuples
work.......................................2
recommandation”. En ligne. 46 p. HYPERLINK
"http://www.endhomelessnessottawa.ca/pdf/CCB
et communautés compose la % 2 0 A b o r i g i n a l - O c t 0 5 -
population au t o ch to n e et
MBAC: En flagrant délit.....4
FR.pdf"http://www.endhomelessnessottawa.ca/pdf
Photo: Sophie Juneau

aurait autant intérêt à rece- /CCB%20Aboriginal-Oct05-FR.pdf. Consulté le


15 novembre 2008.
La course aux stages: À vos voir des r es s o u r ces a fi n 2“Equality between Indigenous groups”
marques, prêts, partez!.........8 d’améliorer leur situation. 3R. c. Powley, [2003] 2 R.C.S. 207
Toutefoi s , « l e d r oi t à 4Ardoch Algonquin First Nation c. Canada

Les Jeux ridiques 2009........10 l’égalité pourrait insuffler (A.G.), [2004] 2 R.C.F. 108 (C.A.)
Page 2 Le Flagrant Délit

Nouvelles
PROCÈS METTANT EN JEU L’EX-NUMÉRO 10 DU CANADIEN
GUY LAFLEUR RÉCLAME L’ARRÊT DES PROCÉDURES
Sophie Juneau mandat était nécessaire pour assurer la présence de l’accusé à sa comparution,
juneausophie@hotmail.com pour veiller à la sécurité des citoyens ou pour maintenir la confiance du public
envers l’administration de la justice.
Le joueur légendaire du Canadien de Montréal Guy Lafleur saura le 11 février Or, de l’avis d’un des avocats de Lafleur, Me Louis Belleau, la personnalité
si sa demande d’arrêt des procédures sera accueillie. Le juge Claude Parent, publique qu’il incarne défait l’argument selon lequel sa détention a été effec-
siégeant à la Cour du Québec, se prononcera sur l’accusation de mesures tuée dans le but d’assurer sa présence. Rien ne laissait croire que l’homme
excessives exercées avec le consentement de la Couronne. avait l’intention de s’enfuir. Au contraire, cet homme respecté ne possède
L’an dernier, le joueur de hockey avait comparu devant la cour après avoir aucun dossier judiciaire, rayant d’un trait la crainte à l’égard de la protection
livré des témoignages contradictoires au procès de son fils Mark Lafleur, accu- du public. Une comparution par voie de sommation aurait-elle été mieux
sé d’agression sexuelle. La policière Françoise Fortin, avec l’accord de Me appropriée selon les circonstances?
Lise Archambault, procureure de la Couronne, avait obtenu et exécuté un man- Reste le motif relatif à la confiance du public. Cette approche semble primer
dat d’arrestation fin janvier 2008 à l’endroit de M. Lafleur. Les avocats de ce dans les propos que Me Lori Weitzman, la procureure de la Couronne, a lancé
dernier avaient aussitôt lancé une poursuite civile pour abus de procédures, aux médias. Selon elle, le choix de procédure reflète la sévérité de l’infraction
exhortant le Service de police de la Ville de Montréal et le bureau du Procureur « pure et grave » commise au procès du fils de l’accusé. Concernant l’usage dit
général du Québec à dédommager leur client pour une somme de 3,5 millions ‘excessif’ du mandat d’arrestation, elle réplique que les policiers ont procédé
de dollars. avec respect et soin de la personne de l’accusé. Invité à commenter l’affaire, le
Me Gene Assad, professeur de droit à l’Université d’Ottawa qui a déjà président de l'Association des procureurs aux poursuites criminelles, Me
chaussé les souliers du procureur de la Couronne, explique la démarche préala- Christian Leblanc, a refusé de se prononcer.
ble au mandat d’arrestation comme suit : « Le juge de paix, sur demande des Appuyant les dires d’un des avocats de Lafleur, Me Jean-Pierre Rancourt,
forces policières, peut, selon le paragraphe 507(2) du Code criminel, décerner sur l’usage odieux des procédures, Assad doute de la légitimité de ce « pétage
un tel mandat afin d’obliger l’accusé à comparaître. Une telle décision doit, publicitaire ». Selon lui, advenant que la Cour réprimande la Couronne, elle
cependant, se justifier par le paragraphe 515(10) du même code. » optera davantage pour une réparation en dommages exemplaires plutôt que

ATU LOCAL 279 VS. THE CITY OTTAWA


Ainsi, selon Me Assad, la Couronne aura le fardeau de démontrer que le pour l’arrêt total des procédures.

OF
THE CITIZENS SUFFER
Sean McKinnon working hours. Junior drivers were usually on the People suffered, finding it difficult to get to work,
seanamckinnon@gmail.com roads late at night and again in the early morning, a make it to class on time and generally get around. The
schedule that was dangerous to both drivers and pas- elderly found themselves hitchhiking to long-awaited
From December until just recently, the OC Transpo sengers. As an incentive, the city offered a one-time doctors’ appointments.
strike virtually crippled the city. At the time of writing payment of $2,500.00 to all union members to com- In one unbelievable case, a woman walked 12
the strike had reached Day 46. With increased traffic, pensate for the desired scheduling changes. hours a day to save her job. With the recent winter
people were constantly struggling to reach their desti- The union on the other hand, was firm in its belief weather conditions, people were left in extremely dan-
nations without public transportation. Amazingly, for that the city's proposal would allow split shifts to span gerous positions – all because of the failure to agree
nearly two months, the city and the Transit Union 13.5 hours instead of 12, making for more dead time over scheduling issues. Residents bicycled through
(ATU Local 279) were not able to come to any sort of during the day and less time at home. ATU Local 279 dreadful snowstorms and the total number of acci-
an agreement and were unwilling to take their case to was against the city dictating the drivers' days off. dents rose by 50 per cent this year in the city of
binding arbitration. Both sides convinced that they Furthermore, it felt that the assignment of several dif- Ottawa alone, not including highways. And traffic was
were right, they were unwilling to budge in the issues. ferent routes in the same workday is a recipe for simply unbearable, with a normal 10-minute commute
The seemingly never-ending strike may now be over, confusion. Finally, the extra payment wouldn't com- taking as long as 45 minutes.
but one thing is clear: the citizens of Ottawa paid the pensate for relinquishing control of scheduling. Although an agreement has been reached, the city
ultimate price. Given the state of our already dismal economy, the and ATU Local 279 failed to realize that their inability
There were four contentious points at issue inclu- strike brought about an additional dose of grief, with to put their differences aside created havoc for the
ding wages, benefits, driver scheduling and contrac- an estimated daily cost of $8 million in lost sales and people of Ottawa. Throughout the strike it seemed like
ting out, but the main issue continued to be schedu- revenue for retail stores. In fact, the city itself was the both parties forgot one simple fact: Ottawa’s citizens
ling. According to the city, the system in place at the only party not feeling the economic strain of the pay their salaries. It was about time that both the city
time of the strike resulted in senior drivers obtaining strike. While storeowners and business suffered, the and the union started thinking about the real stakehol-
easier routes, less work and full pay plus overtime, city saved money and seemed like it was in no rush to ders in a completely ridiculous situation.
while the junior drivers were stuck putting in terrible resolve the issue.
2 - LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009
Le Flagrant Délit Page 3

Nouvelles
LOI SUR LA PROCRÉATION
ASSISTÉE : UN DÉBAT
CONSTITUTIONNEL LOIN
D’ÊTRE TERMINÉ
Catherine Blanchard révisé en mai 2009.
catherine.a.blanchard@gmail.com Plusieurs se surprennent de
cet empressement. Dans
La Loi sur la procréation l’hypothèse où le débat consti-
assistée, adoptée par le tutionnel n’avait pas eu lieu
Parlement fédéral le 29 mars autour de la Loi fédérale,
2004, a beaucoup fait jaser Québec aurait-il développé
lorsque la Cour d’appel du aussi rapidement son projet de
Québec a déclaré inconstitu- loi? Certains juristes et politi-
tionnels 22 de ses articles dans ciens voient dans le projet de
sa décision du 19 juin dernier loi une prise de position cons-
Québec (Procureur général) c. titutionnelle du Québec, selon
Canada (Procureur général). qui la santé est l’affaire des
La Loi interdit et sanctionne provinces.
certaines pratiques, comme le « Ce qui est clair, déclare
clonage. Bien que le premier Michelle Giroux, professeure
objectif de la Loi entre dans la agrégée à la Section de droit
compétence criminelle du civil, c’est qu’il y a urgence
Parlement, le second vise à d’agir. Le fédéral a décidé de
encadrer et réglementer les faire quelque chose, mais ça
pratiques directement liées à la n’a pas fait l’affaire. Par cont-
procréation assistée. re, personne n’agit. » Comme
Le gouvernement québécois elle l’a mentionné dans une
a perçu cette initiative fédérale lettre d’opinion envoyée au
comme un empiétement dégui- Devoir, c’est « la dignité et
sé sur son champ de compé- l'intégrité des enfants conçus
tence en matière de santé. par procréation assistée, ainsi
C’est pourquoi la Cour d’appel que des femmes ayant recours
a fait le bonheur de la province à ces pratiques » qui souffrent
en concluant que « l'objectif de ce vide juridique.
du Parlement n'[était] pas de
combattre une activité illicite, Tâche clé pour la Cour
mais de remettre entre les suprême
mains du gouvernement fédé- En matière de santé, deux
ral le pouvoir de réglementer visions s’affrontent dans ce
la procréation assistée. » débat. Alors que Québec
L‘audition devant la Cour défend la santé d’un point de
suprême est donc prévue pour vue fondamentalement provin-
le 24 avril prochain. Les pro- cial, Ottawa agit en adoptant
cureurs généraux de la une vision ouverte sur le plan
Colombie-Britannique, de constitutionnel.
l’Alberta, de la Saskatchewan Lorsqu’on regarde la
jurisprudence, le fédéral s’est
et du Nouveau‑Brunswick
interviendront afin de défendre souvent servi de sa compéten-
l’intérêt des législatures. ce en matière de paix, d’ordre
et de bon gouvernement pour
Riposte de Québec? justifier ses actions dans le
Pendant ce temps, Québec a domaine de la santé. « Il serait
mis en chantier sa Loi sur les utile que la Cour suprême se
LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009- 3

activités cliniques et de prononce sur ce principe pour


recherche en matière de pro- trancher la vision doctrinale à
création assistée. En plus propos de la santé », commen-
d’encadrer la procréation te Giroux. « Mais ce qui est
assistée, cette Loi souhaite certain, c’est qu’on a besoin
aussi la financer en vue de d’un signal clair de la Cour sur
remplir la promesse électorale les compétences en matière de
qu’ont présentée les Libéraux santé parce que l’ambiguïté
lors de la campagne de 2008. sert bien mal l’intérêt des
Le ministre de la Santé prévoit Canadiens. »
faire le dépôt du projet de loi
Page 4 Le Flagrant Délit

EXPOSITIONS FLAGRANT DÉLIT ET BERNINI


CHRONIQUE D’UN CONTRASTE ARTISTIQUE
Gabriel Bibeau-Picard tant ainsi le rôle purement exception près, les œuvres ou dessins sur papier l’expression d’un instant de
gbibe089@uottawa.ca admiratif dans lequel il est présentées m’ont laissé insa- s’inscrivant dans le courant la vie de ceux-ci; ainsi
souvent confiné. Bien que tisfait, voire indifférent. baroque du XVIIe siècle. La Bernini peint le cardinal
Avec l’immanquable inscrip- cette approche soit plutôt À l’inverse, l’exposition qualité des œuvres pré- Lelio Biscia comme s’il avait
tion Flagrant délit à l’angle novatrice, mon bilan de sentées s’explique par un croqué son modèle au
des rues Sussex et Murray, le l’exposition est très souci extrême du détail moment précis où celui-ci
Musée des beaux-arts du tiède : peut-être l’énoncé qui imprègne les bustes remarque la présence du mai-
Canada (MBAC) annonce de la ligne directrice de d’un réalisme saisissant. tre. Au-delà des œuvres, c’est
qu’il cherche à provoquer l’exposition a-t-il suscité Au-delà du détail des la grandeur de la Rome
l’amateur d’art habitué aux chez moi de trop hautes vêtements pontificaux et baroque et de ses acteurs tels
relations passives entre le attentes, mais je dois des riches vêtements de que les voyait Bernini que le
spectateur et l’œuvre. Créant constater que j’ai été ses modèles (notez parti- visiteur découvre dans les 5
un contraste intéressant, la déçu par l’exposition. Si culièrement le col de den- salles du MBAC.
salle avoisinante présente certaines pièces sont inté- telle du buste de Thomas Le contraste entre ces
certains des plus impression- ressantes, la majorité Baker), c’est surtout deux expositions est frap-
nants bustes du sculpteur d’entre elles semblent l’aptitude du sculpteur à pant. Néanmoins, malgré la
baroque Florentino Bernini. plutôt relever du Musée capter l’individualité et visée participative de
En plus de partager la des sciences et de la tech- l’émotion des individus l’exposition Flagrant délit,
dénomination de ce distin- nologie en raison de leur qui fait sa grandeur. c’est en pénétrant l’univers
gué journal, la présente essence quasi-strictement Bernini saisit dans le intemporel des œuvres du
exposition d’art visuel interactive. J’ai apprécié marbre tout le sérieux du Bernini que le public sera
contemporain du MBAC est la pièce d’ouverture, une regard du pape Innocent davantage interpellé.
animée d’un concept intéres- robe métallique qui Gian Lorenzo Bernini X, dans son front sou-
sant : la participation du s’irradie à mesure que le cieux, toute la magni- Flagrant délit. La performan-
spectateur. Par ses mouve- spectateur s’approche d’elle, des portraits sculptés de fique suffisance de Louis ce du spectateur: 17 octobre
ments et ses actions, le visi- tandis que quelques vers Gian Lorenzo Bernini est XIV, et l’incroyable charme 2008 – 15 février 2009
teur contribue à transformer passionnés s’illuminent sur renversante. Celle-ci présen- de Constanza Bonarelli. Ses Bernini et la naissance du
des objets inertes en moyens le mur adjacent (Je veux que te en tout 27 sculptures de peintures ne sont pas unique- portrait sculpté de style

« LA »
d’expression artistique, quit- tu éprouves ce que je ressens marbre, de bronze et de por- ment des représentations de baroque: 28 novembre 2008 –
– Jana Sterbak). À cette phyre, ainsi que 23 peintures sujets statiques, mais plutôt 8 mars 2009

COUR DU JARDINAGE
ON DIRAIT QUE LES ENCLAVES ONT TOUJOURS ÉTÉ POPULAIRES
POUR SE CLOISONNER!
George Balabanian lituanien. Même dans ces langues
gbala021@uottawa.ca assez lointaines, l’idée d’entourer ou
de clôturer semble toujours présente.
Bien sûr, ce n’est pas uniquement au lieu où De cette même racine est dérivée
résident un souverain et son entourage qu’on aussi le latin cohors (co-hortis),
peut se délecter d’un espace ouvert ou d’un ter- enclos ou basse-cour, qui a donné
rain sur lequel on cultive des végétaux utiles et par sa forme simplifiée cortis, cort
d’ornement. Mais alors, quel est le lien entre la en ancien français. Ce terme s’est
cour d’aujourd'hui, le tribunal, et les jardins ? spécialisé rapidement – de « ferme,
Le lien se trouve étonnamment au niveau lexi- domaine rural », à « domaine sei-
cal. Dans les dialectes latins qui étaient parlés au gneurial et royal », à « entourage du
Nord de la France, le terme francique *gard roi, assemblée de vassaux » ; d’où la
(apparenté avec l’anglo-saxon geard d’où yard cooccurrence tenir cort. De cela,
4 - LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009

et garden en anglais) a évincé le mot latin hortus nous vient à la fin du compte « cour
dès le début de l’ère mérovingienne. En ancien de justice ».
français, on observe la forme diminutive de jart, Dans le vocabulaire militaire
jardin, qui comportait déjà la plupart des signifi- romain, cohors signifiait « division
cations modernes à la fin du Moyen-Âge. du camp », ensuite « troupes canton-
Le latin hortus et le germanique *garda sont nées dans cette division » et dans ce
frères et dépendent de la même base indo-euro- sens, on a reçu cohorte. De plus, via Pourtant, le mot cour n’a rien à voir avec
péenne *ghorto (enclos), de *gher, qui a aussi l’italien, le français a reçu le mot cortège de cor- l’adjectif court ou avec l’autre nom à saveur plu-
donné naissance à gorod (ville) en russe, khortos teggio (suite, escorte), courtiser de corteggiare tôt estudiantine cours. Exhorter non plus! Alors,
(grange ou foin) en grec ancien, harati (prendre (vivre à la cour, d’où l’expression faire la cour à prenez garde aux fausses étymologies !
ou surpasser) en sanscrit et gardas (boîte) en une femme) et courtisan de cortigiano.
Le Flagrant Délit Page 5

FINDING THE ARTS AND CULTURE IN CANADA’S


ECONOMIC ACTION PLAN

Mélissa Bourgeois gram to support infrastructure international awards which will allocation. will receive $200 million in fun-
mbour087@uottawa.ca costs for community and cultu- recognize excellence in dance, Local newspapers and ding over the next two years.
ral heritage institutions. The music, art and dramatic arts. magazines are promised their Erin Berube, of Anaid
On January 27, Stephen Montreal Jazz Festival, for The National Arts Training share as well. The 2009 budget Productions, a small television
Harper’s Conservative govern- example, will benefit from this. Contribution Program will also devotes $30 million over the production company, said she
ment released Canada’s The rather vague Canada get funding. They will receive next two years to support was relieved to learn that the
Economic Action Plan. The Prizes for the Arts and an additional $20 million over various Canadian communi- Canadian Television Fund would
long-awaited budget was large- Creativity, which encourage the next two years and ties’ access to local small still receive adequate funding
ly discussed. We are, after all new young media. under the new budget. There
facing possibly one of the artists from The Canada were fears that the Conservative
worst global financial crises in various art forms New Media government would drastically cut
a century. Not to mention that to compete for Fund also funding for the arts, crippling
the fate of the Harper minority the title of most benefits from small production companies such
government depended heavily promising new the numbers. as Anaid.
on the budget’s acceptance by artist and for Administered The specific allocations and
the opposition. cash awards, by the conditions to receive this funding
With the economic challen- will also receive Canadian have not yet been specified by
ges ahead, it is easy to forget an unspecified Heritage fund, the government. Understandably,
about the arts and some amount of fun- the budget during uncertain times of reces-
research is required to figure ding. The new confirms fun- sion, arts and culture simply are
LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009 - 5

out where arts and culture fit young artist is to Montreal’s Place des Arts ding of $28.6 not a priority in terms of thought
into the mix. Emphasizing the be publicly cho- million over the and discussion. However,
role and importance of artistic sen by a distinguished panel of $13 million per year thereafter. next two years and $14.3 million Canadian creativity in the arts
institutions in the lives of established artists in each disci- This Program supports the annually. Surprisingly, this is the and culture sector form a distinc-
Canadians, the Conservative pline. The same project is man- highest caliber artistic institu- only indication confirmed by the tive part of our common identi-
Budget 2009 promised an dated to develop media-based tions in Canada in training 2009 Budget, as it recognizes the ties. Keeping the government
overall $335 million to curriculum guides for schools artists for professional careers. contribution of new media to accountable to this funding will
Canadian Culture. in Canada to enhance know- The École nationale du cirque, Canadian culture. prove to be a difficult, yet impor-
Within the $335 million, ledge about the arts. Along the National Ballet School and The largest amount of funding tant role for those whose careers
$60 million is being allocated with this, $25 million will be the Royal Conservatory of however, was given to the and interests lie within in arts
to the Charity Heritage pro- provided for the creation of Music will benefit from this Canadian Television Fund, which and culture.
Vie Campus
Page 6 Le Flagrant Délit

UNE FACULTÉ EN BONNE SANTÉ


Philippe Cordisco appelle à la tolérance plutôt doyenne Desrosiers, la de professeurs. » mécanismes de contrôle du
pcord080@uottawa.ca qu’au lancer de la première Faculté a recruté intensément Les étudiants amers sont corps professoral sont posi-
pierre. « On a tous droit à une pour faire bondir le nombre donc invités à considérer tifs. Évidemment, les ensei-
Les étudiants soucieux de deuxième chance, on de professeurs de près de l’ensemble des trois années gnants ne peuvent pas plaire
l’enseignement dispensé peu- s’améliore avec le temps. » La 40%. Le vice-doyen aux étu- de licence pour statuer de la à tous les étudiants. Sans
vent se rassurer, le corps pro- professeure Paradelle abonde des Belleau ne s’en qualité du corps professoral. vouloir nommer personne, la
fessoral de la Faculté de droit dans le même sens. À ses cache pas, « pour les étu- Par le biais de l’évaluation de professeure Paradelle se sou-
civil est en bonne santé. yeux, avoir achevé la prépara- diants, c’est mieux des fin de session, la masse estu- vient avoir entendu des
L’enthousiasme est unanime. tion d’un cours prend cinq professeurs. » Cependant, diantine fait preuve d’un très collègues être consternés
À l’Université d’Ottawa, « on ans. À ses débuts, elle se dans certains domaines, grand pouvoir. En effet, par des évaluations qui font
est gâtés », soutient sans hési- souvient qu’une heure l’Université engage des char- tous les intervenants rencon- « tellement mal ». Comme le
ter la professeure Thériault. d’enseignement lui demandait gés de cours spécialisés. Pour trés accordent beaucoup souligne la professeure
« Je me plaindrais le ventre huit heures de préparation. soutenir l’affirmation de son d’importance aux critiques Thériault, pour choisir la pro-
plein », convient le professeur Tout comme le bon vin, le collègue, le doyen adjoint constructives de leur cours. fession d’enseignant, il
Panaccio. « Je suis très satis- pédagogue se bonifie avec Thibault compare la Faculté Comme le fait remarquer le importe avant tout d’aimer le
fait », s’exclame le professeur l’âge. La professeure au reste de l’Université en professeur Panaccio, la quali- contact avec les étudiants
Robitaille. Paradelle souhaite que les étu- quelques statistiques. Alors té du corps étudiant est « très et la liberté intellectuelle.
Tout va donc pour le mieux diants soient indulgents qu’en droit civil, la propor- bonne », ce qui incite à pren- « Les professeurs représen-
au pavillon Fauteux. envers les nouveaux ensei- tion de professeurs avoisine dre au sérieux les commen- tent les idées. L’aspect éco-
Lorsqu’on entend un étudiant gnants et qu’on leur donne la les 60%, la moyenne de taires formulés. Avec grande nomique du métier préoccupe
dire d’un professeur qu’il possibilité de se répéter. « On l’Université se situe dans les humilité, le doyen adjoint surtout les étudiants en licen-
est incompétent ou encore que prend les meilleurs, il s’agit 40%. Considérant que le Thibault a permis au ce », résume-t-elle.
ce dernier ne fait que dire ce de la réputation de la Faculté salaire d’un chargé de cours Flagrant délit de consulter Maintenant que les doutes
qui est déjà écrit dans le livre, » soutient-elle. peut coûter la moitié de celui certaines de ces évaluations. sur les ressources humaines
il faut modérer les ardeurs. Il d’un professeur, la logique Outre quelques critiques au sont atténués, il reste à voir
importe de rechercher Une situation encourageante budgétaire compte pour sujet de la réverbération de sa comment se comportera la
l’expérience de l’enseignant. Pour faire le travail péda- beaucoup. Le doyen par inté- voix, on peut y lire des com- Faculté au niveau matériel.
Est-ce un chargé de cours qui gogique et améliorer le conte- rim Grammond admet que, mentaires élogieux de type Combien de temps faudra-t-il
donne la matière pour la pre- nu des cours, il faut de la per- dans le futur proche, « il faut « chapeau! » ou encore pour remplacer les ampoules
mière fois? Dans ce type de manence. À partir de 2004, s’attendre à une croissance « merci pour la session! ». brûlées dans l’ensemble du

LE NOTARIAT, POURQUOI PAS?


cas, le doyen adjoint Thibault sous l’impulsion de l’ex- plus modérée de l’embauche On peut en conclure que les pavillon ?

Elizabeth Lamarre, notaire concret. C’est à ce moment que je devais me diriger d’être impartial, comme un juge. Qu’il a un devoir
Coordonnatrice à la maîtrise en droit notarial vers l’une des deux professions logiques après mes de conseil, de par son titre de conseiller juridique
Section de droit civil – Université d’Ottawa études de premier cycle en droit. Le Barreau me mais qu’avant tout, le notaire est un juriste à part
tentait plus ou moins. Tout d’abord, il y a presque entière qui donne son opinion juridique, qui règle
Lorsqu’on m’a demandé d’écrire un article sur le pro- 20 000 avocats au Québec. Je trouvais que pour des conflits (non pas devant les tribunaux mais dans
gramme de notariat, je me suis dit qu’il pouvait être faire une différence, c’était plus difficile. Et c’est à son bureau) et qui est présent lors de plusieurs évé-
intéressant que je vous explique pourquoi je suis ce moment je rencontrai un ami et maintenant collè- nements de la vie de ses clients (mariage, achat
devenue notaire. Car si vous avez été présent à la gue qui me parla du notariat. Il me rassura en me d’une propriété, la planification du décès, la vie
Section de droit civil dans les derniers mois, vous disant qu’il y avait beaucoup de place en notariat d’une entreprise, et le règlement des successions).
avez sûrement vu ou assisté à une conférence, un 4 à pour des gens qui voulaient, comme moi, faire une C’est une relation de confiance que le client a avec
7 ou quelconque événement concernant le notariat. Je différence. Je lui dis d’emblée que les ventes immo- son notaire. Et les dossiers du notaire ne sont jamais
ne reprendrai donc pas le contenu de ces événements. bilières et les testaments ne semblaient pas ma voie les mêmes et ne comportent jamais un seul domaine
Revenons aux faits. Pourquoi me suis-je dirigée de spécialisation. Il me dit que c’était une des ave- du droit. Que ce soit pour régler une succession
vers le notariat? Aucun membre de ma famille, soit nues de la pratique, mais qu’il existait bien d’autres impliquant des biens étrangers, pour mettre en place
immédiate ou éloignée, n’est ou n’a été notaire. Je sphères de pratique comme, notamment, le droit une fiducie familiale ou pour célébrer un mariage
n’ai pas non plus débuté mes études de droit en pen- commercial et corporatif, le droit fiscal, le droit des civil, le notaire est là.
sant devenir notaire. Mais pourquoi ai-je fait ce successions et le droit de la personne. Mais Donc, si vous aimez rédiger des contrats ou des
choix? J’avais pourtant pris tous les cours de droit qu’avant tout le notariat est une question de percep- actes, que vous souhaitez être le juriste que le client
public en troisième année et j’ai même fait une maîtri- tion. contacte sa vie durant et que vous souhaitez être
se en droit constitutionnel, plus précisément en par- Il m’expliqua que le notaire n’a pas la même per- avant tout un conseiller juridique et un officier
tage des compétences dans le domaine des valeurs ception que l’avocat lorsqu’il agit dans un dossier. Il public en même temps, pensez au notariat.
mobilières. Avec cette maîtrise en poche et un emploi tente toujours de s’assurer que le résultat d’une Le programme de la maîtrise en droit notarial
à temps partiel à la Commission des valeurs mobiliè- transaction ou d’un dilemme entre deux clients est débute en mai prochain. Soyez des nôtres.
6 - LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009

res du Québec, je devais faire quelque chose de plus avantageux pour les deux. Que le notaire se doit Informez-vous sur le site de la Faculté.

le flagrant délit Journal étudiant de la Faculté de droit Section de droit civil


Rédactrice en chef Maquettiste Section Vie Campus Correcteurs
JODI LAZARE MERISSA LICHTSZTRAL ALEX MERCIER GEORGE BALABANIAN Pour nous contacter:
HAYDEN BERNSTEIN
Rédacteur en chef adjoint Graphiste Arts et Culture MELANIE CHARBONNEAU
ALEX MERCIER RAPHAËL PAPICCIO MÉLISSA BOURGEOIS OLIVIA YAHAUT flagrant@uottawa.ca
Rédacteur en chef adjoint Section Nouvelles Section Sports
GABRIEL QUERRY NICOLAS DUBOIS RACHEL ABOURBIH
LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009 - 7
Page 7
Le Flagrant Délit
Vie Campus
Page 8 Le Flagrant Délit

LA COURSE AUX STAGES LE PROGRAMME


PETIT GUIDE DE SURVIE CO-OP RÉVÉLÉ
Gabrielle Côté res varient entre 300$ et 800$
Jean-René Tremblay « raté » un entretien. C’est du moins l’opinion de gcote099@uottawa.ca pour les stages en sol cana-
jtrem094@uottawa.ca Me Lew : « l’entrevue est fort révélatrice et cons- dien. Il est possible de faire
titue sans doute le meilleur barème d'évaluation de Depuis deux ans, les étu- son stage à l’étranger, mais
Tout le monde le sait, la licence en droit civil n’est part et d'autre ». diants de droit civil de ces opportunités peuvent ne
pas une mince affaire. Travaux, lectures, étude, Julien Beaulieu, étudiant à la Section de droit l’Université peuvent avoir pas être rémunérées. Alors, le
rédactions… Les autres Facultés de l’Université civil, a justement réussi à décroché un stage dans une réelle expérience profes- stage peut devenir dispen-
n’ont rien à nous envier! Ainsi, l’un des éléments une grande firme. Il affirme que le moment le plus sionnelle avant la fin de leur dieux avec les billets d’avion.
qui fait partie intégrante de la carrière universitaire énervant fut justement la première entrevue : « On licence. En effet, le program- Malgré les coûts impliqués, il
des étudiants de la Faculté est la course aux ne sait jamais à quoi s'attendre, comment seront me coopératif leur offre est possible de vivre une
stages. Celle-ci s’adresse surtout aux étudiants de posées les questions et surtout quelles l’opportunité de passer deux expérience très satisfaisante,
2e et de 3e année voulant tenter leur chance dans seront-elles ». Malgré le facteur stress, les avocats sessions à travailler avec des comme ce fut le cas pour les
une grande firme d’avocats ou de notaires. Étant sont compréhensifs. « Il ne faut pas oublier que les juristes. Ainsi, en plus étudiants qui ont assisté un
donné que celle de cette année vient tout juste de avocats qui mènent l'entretien ont passé par le d’apprendre à appliquer des juge de la Cour civile de New
prendre fin, il serait bien de décortiquer du début à même processus il y a quelques années, poursuit connaissances théoriques York.
la fin cet événement annuel. Julien, il savent que c'est stressant et cherchent à dans des situations concrètes,
découvrir la réelle personnalité des individus ». les étudiants de ce program- Commentaires
Déroulement me peuvent se faire une idée Les opinions sur le pro-
Le tout commence avec un simple curriculum Intéressés? de la pratique en cabinet. gramme varient. Certains ont
vitae accompagné d’une lettre de demande. Cette Maintenant, pour les étudiants qui seraient intéres- été très satisfaits, d’autres
dernière est une sorte de présentation écrite du sés par la chose, mais qui craignent ne pas avoir Processus moins. Il faut « mener ses
candidat. Le relevé de notes est aussi un élément les compétences requises pour y participer, Au cours de l’automne de propres recherches parallèle-
important du dossier. Ces documents forment la n’hésitez pas! Selon Me Lew, la qualité essentielle leur deuxième année, les étu- ment au processus officiel,
première impression qu’ont les cabinets sur d’un bon stagiaire serait la passion pour le droit. diants intéressés par le pro- pour éviter de devoir se trou-
l’étudiant. Il est donc très important de les soigner Celle-ci insuffle une volonté de progresser et de se gramme peuvent postuler ver un stage (et n'importe
et d’y apporter beaucoup d’attention. Certains ate- démarquer chez le stagiaire. s’ils répondent aux critères lequel) à la course dans les
liers sont organisés par la Faculté pour bien s’y Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur suivants. En plus d’avoir derniers jours de l'été », affir-
me Stéphanie Desrosiers, étu-
suivi tous leurs cours de 1re
préparer. la course, vous pouvez consulter le site du déve-
loppement professionnel de la Faculté. En plus, la diante du programme coop.
et 2e année, d’être au moins
Par la suite, certains seront convoqués pour une
entrevue. Selon Me Danny Lew, recruteur chez plupart des sites Internet des grandes firmes ont De cette façon, le stagiaire ne
Heenan Blaikie Montréal, « l'entrevue permet tant des sections détaillées destinées aux étudiants de résident permanent et d’être se retrouve pas à travailler
au cabinet qu'au candidat d'évaluer leur compati- droit. Dernièrement, vous pouvez participer à la un étudiant inscrit à temps dans un domaine qui ne
bilité et leurs intérêts respectifs ». Lors de cette semaine carrière annuelle de la Faculté qui se plein, ils doivent avoir main- l’intéresse pas.
entrevue, certaines connaissances juridiques déroule généralement en janvier. tenu une moyenne pondérée De plus, « dans le cadre de
seront évaluées, mais on cherche surtout à identi- Finalement, à tous les étudiants qui ont participé à cumulative d’au moins 6.0 ce programme, il peut être
fier les intérêts du stagiaire potentiel (passions, la course de cette année, la meilleure des chances. (B). Puis, en se basant surtout beaucoup plus facile d'établir
caractère, forces et faiblesses). Considérant cela, il À tous les autres, votre tour approche, pensez-y sur les résultats scolaires, le un contact avec certains
ne faut surtout pas penser qu’on a « réussi » ou bien! Bureau d’enseignement employeurs », croit la jeune
coopératif sélectionnera femme. Par conséquent, parti-
environ vingt étudiants. ciper au programme peut faci-
Cette année, vingt-deux étu- liter la recherche d’un emploi.
diants de notre Faculté parmi Par contre, comme le souligne
la soixantaine qui a appliqué Alex Mercier, un étudiant du
ont pu participer à cette programme, se trouver un
expérience. emploi d’été dans une firme
donne la plupart des avan-
Les stages tages du programme coop
Le programme contient sans pour autant ralentir sa
deux stages. Le premier aura progression.
lieu à l’automne de la 3 e Malgré ce fait, le program-
année, tandis que le deuxiè- me demeure un choix intéres-
me sera complété durant sant pour ceux qui souhaitent
l’été suivant la 3e année. Il découvrir différents milieux
est à noter que, pour ces étu- juridiques et / ou confirmer
diants, la licence se termine- des intérêts. D’ailleurs,
8 - LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009

ra après la session d’automne Sochetra Nget affirme que «


si cette opportunité s’était
de leur 4 e année d’études. offerte à elle lorsqu’elle était
Quant aux stages en eux- étudiante de droit, elle l’aurait
mêmes, Sochetra Nget, la saisie ». Elle tient aussi à pré-
coordinatrice du programme ciser que ça lui fait plaisir de
coop de droit, en affiche plu- rencontrer les étudiants de la
sieurs et « fera tout pour que Faculté et de répondre à leurs
tous puisse trouver un stage questions à propos de CV, let-
Par: Raphael Papiccio qui leur plaît ». tres de présentation, entrevues
Les salaires hebdomadai- et autres.
LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009 - 9
Page 9
Le Flagrant Délit
Sports
Page 10 Le Flagrant Délit

ULTIMATE LAW SCHOOL


Rachel Abourbih
rabou036@uottawa.ca PB: Yes and no. Ultimate is still a
fringe sport and many teachers have
Philippe Boisvert is a third-year Civil Law student who also holds an undergra- never heard of it. I’ve had to miss up
duate degree from McGill University in economics and political science. He has to one whole week of class for a
been playing Ultimate Frisbee for the Gee-Gees for his entire law school career. I tournament in Vancouver and it can
sat down with Philippe to discuss his experience studying law while simulta- be complicated to justify that many
neously playing a varsity sport for the Gee-Gees. absences and catch up! I typically
take more classes in the winter to
FD: How did you start playing Ultimate Frisbee? clear up time in the fall.
PB: I used to play intramurals at McGill, but only started playing competitive
when I first started my law degree at Ottawa. I was looking for some sort of an FD: Do you have any tips or advice
extracurricular activity. I went to tryouts, had a good showing, made the team for students who are reluctant to do
and it went from there. extra-curricular activities because of
the workload in Civil Law?
FD: Many of us have heard about Ultimate Frisbee but don’t understand exactly P.B: Extracurricular activities are
what it is. Can you give us a quick summary of the rules? essential if you want to remain sane.
PB: Ultimate is a game that is played seven on seven and the goal is to pass the I find that playing Ultimate allows
disc to a player in the opposite end zone, resulting in a goal. You can’t run with me to clear my mind from all the
the disc and any form of incomplete throw (either an interception by the opposite stress related to studying. When I
team, or pass that falls on the ground) results in a turnover. If this happens, the play, I don’t think about anything
other team gets possession and can attempt to score. else, and it is very refreshing espe-
It’s a very physically-demanding sport with lots of long runs, frequent changes cially when you’re engaged in an
of direction, high jumps and fierce battles to try to grab the disc. It can be intense program such as law school.
understood as a mixture of football and basketball. It’s also important to stay organised.
It can be hard to juggle practices,
FD: How have you managed to play a competitive sport while studying and suc- workouts, classes and exams, but
ceeding in your studies? knowing your schedule well helps,
PB: It can be tricky for time management purposes, especially in the fall, but it’s and it’s important to make use of
definitely possible to combine the two. It’s a little harder this year, because I’m spare time. Philippe Boisvert (left) in full flight
doing the Laskin Moot Court Competition, but it’s still manageable. I missed a
few practices, but the team understands. Philippe’s team finished ninth overall at the Canadian Eastern Championship in
Montreal. The Flagrant Délit would like to wish Philippe and his team the best of

LES « JEUX » 2009


FD: Do the professors understand your particular situation? luck for the upcoming season. Go Gee-Gees!

RIDIQUES
UN SUCCÈS SUR TOUTE LA LIGNE
Philippe B. Coderre concours de plaidoirie, volet franco- les principaux acteurs de ce succès, permis de la représenter positive-
pbour083@uottawa.ca phone. mentionne Jenny Burdon, la vice-pré- ment. De plus, de nouveaux liens très
« Ce fut un moment mémorable, sidente aux affaires sportives. Je suis serrés se sont formés entre les délé-
C’est sous une température de moins souligne Marie-Pier Dufresne- très fière de notre équipe qui a su gués, ce qui a pour effet de dynami-
cinquante-trois degrés Celsius que la Dallaire, l’une des deux plaideuses. démontrer un grand enthousiasme au ser l’ambiance qui règne au pavillon
délégation de 23 étudiants de C’était angoissant de plaider devant courant de la fin de semaine. Nos 23 Fauteux. »
l’Université d’Ottawa aux « Jeux un vrai juge, mais tout s’est bien délégués ont dû s’impliquer énormé- Francis Roy, étudiant de troisième
ridiques » 2009 a su tirer son épingle déroulé. Ce fut, pour moi, le grand ment et ils ont relevé le défi avec année, abonde dans le même sens. Il
du jeu. Ils ont marqué, à leur façon, couronne- brio. » en était à sa troisième participation et
la ville de Saskatoon. ment de ma P l u s il croit que c’est une fête incontour-
Chaque année, les Jeux ridiques fin de tôt cette nable pour quiconque veut créer des
regroupent les diverses facultés de semaine. » année, les liens d’amitié avec ses collègues.
droit du Canada et constituent, en ce C’est tou- J e u x « C’est une expérience inoublia-
Photo: Marie-Pier Dufresne-Dallaire

sens, le plus gros rassemblement du t e f o i s ridiques ble. Je la recommande à tout le


genre au pays. l’esprit de avaient monde, affirme-t-il. Cette compéti-
L’activité met en vedette trois camaraderie été criti- tion nous permet de développer un
enjeux : les activités sportives, le dont a fait qués par sentiment d’appartenance envers
10 - LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009

concours de plaidoirie et la « Spirit preuve la quelques notre propre université. Les


cup ». Cette dernière est le trophée le délégation étudiants connexions qui se forment entre les
plus prestigieux puisqu’il reconnaît qui a le plus de notre étudiants de la délégation, ainsi
les qualités sociales, éthiques et dis- r e t e n u Faculté. qu’avec ceux des autres universités,
trayantes de l’équipe gagnante. l’attention. Délégation de la Section de droit civil Ils n’étaient seraient impossibles sans un événe-
Soutenus par des partisans Malgré la victoire de l’Université pas convaincus de la pertinence de ment de cette envergure. »
bruyants et déchaînés, les sportifs McGill dans la course pour la Spirit financer des jeux où la boisson coule Les Jeux ridiques 2010 pourraient
Ottaviens ont terminé en deuxième cup, l’Université d’Ottawa, selon les à flot. Mme Burdon ne partage pas avoir lieu dans l’est du pays. Si tel
position dans trois disciplines, soit le rumeurs, aurait raté la première mar- cet avis. est le cas, l’Université d’Ottawa
hockey sur glace, le hockey cosom et che du podium par seulement une « Ces Jeux sont nécessaires afin devrait voir son nombre de représen-
le volley-ball. La Faculté peut égale- voix. d’entretenir la visibilité de notre tants augmenter de façon considéra-
ment se réjouir de sa belle victoire au « Les participants ont vraiment été Faculté, assure-t-elle. Ils nous ont ble.
Sports
Le Flagrant Délit Page 11

MISE À JOUR : GO HABS GO!


Gabriel Archambault que notre policier de 253 livres revien- entre en effet à l’été 2009.
gach069@uottawa.ca ne! Le directeur général du
Lightning a néanmoins
Bilan Les nouveaux démenti la rumeur d’un
À la trêve du match des étoiles, nos Dans les dernières semaines, de multi- échange immédiat, mais a
Canadiens de Montréal totalisent 58 ples nouveaux ont été rappelés de confirmé la tenue de discus-
points et gravitent autour du quatrième Hamilton pour combler les espaces lais- sions d’échange avec plu-
rang dans l’Est. Accumulant 26 victoires sés par les absences dans l’alignement. sieurs équipes, dont le
et 11 défaites, dont six en bris d’égalité, Notamment Matt D’Agostini, qui a neuf Canadien de Montréal.
le club est en meilleure position qu’il ne points, et Max Pacioretty, qui en a quat-
l’était à la saison précédente. Traduction re. Quant à Chipchura et Stewart, ils P.K. Subban, l’avenir du
de ces succès, Komisarek, Kovalev, sont déjà retournés à Hamilton. Canadien
Markov et Carey Price vont être de Lors de sa conférence de
l’alignement au match des étoiles. Le cas de R. Obyrne mi-saison, le directeur géné-
Vous vous rappelez certainement le soir ral du Canadien, Bob
Blessés où Obyrne s’est proposé d’accorder Gainey, a mentionné qu’il
La position du Canadien au classement l’égalité aux Islanders en marquant dans recherche encore l’aide
général étonne plusieurs, vu la longue son but désert. Ce géant défenseur, qui a d’un défenseur offensif
liste de blessés qui compte des atouts de pourtant énormément de potentiel, n’a pour propulser l’avantage
premier plan : Laraque (dos), Price (che- jamais pu gagner assez de confiance numérique. Peut-être veut-il Vincent Lecavelier du Lightning de Tampa Bay
ville), Koivu (pied), Tanguay (épaule pour jouer dans la LNH. En raison de s’en chercher un, mais il n’a qu’à regar- jour, Lang est le meilleur pointeur du
gauche), Higgins (main). Heureusement, ses multiples erreurs fatales, il a été der dans sa cour, à Hamilton. La perfor- Canadien et il continue son travail en
la majorité de ceux-ci prévoient un rétrogradé chez les Bulldogs de mance de P.K. Subban aux champion- réveillant la performance des frères
retour d’ici le milieu du mois de février. Hamilton où il espère rester loin des nats mondiaux du hockey junior a été Kostitsyn, qui jouent maintenant à ses
filets déserts. excellente : elle a joué un rôle capital côtés au sein du deuxième trio.
On s’ennuie de Laraque dans chaque victoire. Peut-être est-il
Il faut évidemment saluer le travail de Vincent Lecavalier à Montréal? trop jeune maintenant, mais attendez un Les Sénateurs en bataille pour le der-
Lapierre, Kostopoulos et Bégin qui crée Les rumeurs d’un échange imminent an ou deux, il s’en vient. nier rang
des ennuis chez l’adversaire à chaque concernant Vincent Lecavalier du Les Sénateurs d’Ottawa n’ont pas réussi
partie grâce à leur belle intensité. Mais, Lightning de Tamba Bay ont fait fureur Lang réveille les frères Kostitsyn à avoir un aussi bon début de saison
on s’ennuie beaucoup de notre gros à la mi-janvier. Le Lightning, qui a des Le rôle de Robert Lang à Montréal au qu’il le désirait. La performance des
Laraque quand on est forcé à regarder problèmes financiers, semblait vouloir début de la saison était d’être le centre joueurs et des gardiens a été déplorable.
Kostopoulos se faire éclater par des se départir de Lecavalier avant que son d’un troisième trio, pas plus. Pas très Le vétéran gardien Martin Gerber a
bagarreurs hors de sa classe. Il est temps entente avec l’équipe, d’une valeur d’un jeune (38 ans), pas très connu, on ne même été rétrogradé à la ligue
peu moins de 90 millions dollars US, savait pas du tout à quoi s’attendre. À ce américaine.

LE FLAGRANT DÉLIT, FÉVRIER 2009 - 11


Le Flagrant Délit