Vous êtes sur la page 1sur 1

Philosoph'île - 6 XXe - Bachelard Le matérialisme rationnel

http://philosophie.ac-reunion.fr/articles.php?lng=fr&pg=647&prt=2

  6 XXe - Bachelard Le matérialisme rationnel     Gaston BACHELARD , Le matérialisme
  6 XXe - Bachelard Le matérialisme rationnel     Gaston BACHELARD , Le matérialisme
 

6 XXe - Bachelard Le matérialisme rationnel

 
 

Gaston BACHELARD, Le matérialisme rationnel p. 35-36.

 

cliquez sur ce lien pour le commentaire du texte en format WORD:

cliquez sur ce lien pour le commentaire du texte en format WORD:

«

C'est par le nombre accru des substances que s'institue de plus en plus rationnellement l'ordre matériel. Ce n'est

pas, comme le voudrait l'esprit philosophique traditionnel, du côté de l'unité de matière que sont les sources de la cohérence des doctrines. C'est du côté de la complexité ordonnée. Ainsi, en suivant le travail discursif de la science, on se rend compte que le pluralisme des transformations matérielles foisonne, que les diverses matières créées sont aussitôt des raisons pour augmenter le pluralisme de base, de sorte que le pluralisme de base s'accroît du propre accroissement du pluralisme de sommet. Il faut donc s’instruire au niveau de cet accroissement. Dès lors le problème de l'unité de la matière qui a tant préoccupé les philosophes ne peut plus être posé comme un problème initial. Il est plus exactement terminal. La science moderne fait apparaître l'extrême vanité des solutions

philosophiques qui ont été proposées. Il semble ainsi que le problème de l'unité de la matière se pose en des termes sans cesse renouvelés aux différents stades de progrès de la science. Chaque génération comprend alors, d'une manière récurrente, que le problème de l'unité de la matière était mal posé par la génération précédente. Un seul exemple : comment un grand chimiste comme Berthollet, un expérimentateur chevronné, pouvait-il se

satisfaire d'une vue comme celle-ci :

« Les puissances qui produisent les phénomènes chimiques sont

toutes dérivées de l'attraction mutuelle des molécules des corps à laquelle on a donné le nom d'affinité, pour la distinguer de l'attraction astronomique. Il est probable que l'une et l'autre ne sont qu'une même propriété 1. » Pour montrer la vanité de telles vues de l'esprit, qui rapprochent l'astronomie et la chimie d'un trait de plume, il suffit, nous semble-t-il, de donner un autre texte où, cette fois, la synthèse gratuite perd toute mesure. Dans. la même année où Berthollet publiait son Essai de statique chimique, de Bonald publiait une seconde édition « revue et corrigée » de

son ouvrage : Du divorce considéré au XIXe siècle relativement à l'état domestique et à l'état public de société. On y

lit (p. 68) : « Ainsi la similitude des êtres humains a produit des rapports entre eux

,

comme la similarité des êtres

matériels, considérés dans leur substance, produit des affinités ou rapports chimiques. » Des rapprochements entre thèmes si lointains enlèvent aux deux thèmes toutes valeurs de culture. Si des intuitions vagues peuvent bien s'adresser aussi à l'astronomie. à la chimie et à la sociologie, c'est qu'elles ne sont pas dans l'axe d'une recherche, dans l'axe du travail scientifique. En fait, toute vue synthétique doit être préparée discursivement par des études précises. Si l'on n'a pas vraiment suivi l'immense évolution des connaissances sur la matière, le problème de l'unité de la matière se formule en des questions prématurées. Ces questions, philosophiques, sorties d'un lointain passé, sont, à l’égard de la pensée contemporaine, des questions d'ignorant. Parfois le philosophe s’étonne que le savant moderne ne réponde pas à de telles questions. Il se prévaut de ce silence de la science sur ces « grands problèmes » de l'unité de l'être pour dénoncer la pauvreté philosophique de la pensée scientifique. Ainsi, c'est aux heures où les problèmes de la synthèse prudente et méthodique se posent explicitement: en réunissant des données plus nombreuses, plus claires, mieux vérifiées, aux heures mêmes où le difficile travail synthétique réussit que le philosophe se perd dans la nostalgie de la simplicité perdue. Mais, dans le règne de l'expérience, les origines sont de faux départs. Et cela est particulièrement sensible à l'égard des connaissances sur la matière. »

G. Bachelard, Le matérialisme rationnel [1953], 3e éd., PUF, Quadrige, 2007, p. 35-36. 1 BERTHOLLET, Essai de statique chimique, 1805 Introduction. […]

 

Date de création : 04/05/2011 • 13:16 Dernière modification : 19/05/2011 • 18:03 Catégorie : 6 XXe

 
Imprimer l'article

Imprimer l'article

04/05/2011 • 13:16 Dernière modification : 19/05/2011 • 18:03 Catégorie : 6 XXe   Imprimer l'article
04/05/2011 • 13:16 Dernière modification : 19/05/2011 • 18:03 Catégorie : 6 XXe   Imprimer l'article