Vous êtes sur la page 1sur 28

:

ssier Inspection académique de l'Essonne


Do ’oral
L

N° 28
avril 2000
Publication gratuite

BULLETIN DE LIAISON DES ÉCOLES DE L'ESSONNE

Edito Interview
Outre notre supplément BLAISE et des Jean Hébrard, inspecteur général de l’Education nationale, est l’un des auteurs
articles sur des sujets divers en fin de d’un important rapport sur l’oral1. Après avoir été chercheur en histoire de
numéro, avec en particulier une nouvelle l’éducation à l’INRP, conseiller technique dans divers cabinets ministériels, il
enquête sur les manuels de lecture dans a aujourd’hui une vision précise de l’état de l’enseignement de l’oral, de ses
les CP de notre département, ce numéro difficultés, de ses enjeux et des améliorations possibles.
est largement consacré à l’oral. Sans
traiter tous les aspects de l’oral à l’école, BLÉ91 - Le rapport de l’Inspection générale, La
ce dossier vous propose une analyse et place de l’oral dans les enseignements à l’école
des recommandations concernant les primaire, ne se fonde pas seulement sur une
pratiques des enseignants par un enquête.
inspecteur général, des informations plus
Jean Hébrard -En effet, une première partie
théoriques, des ressources bibliogra-
concerne les attentes de l’institution à travers les
phiques et, bien sûr, des situations
programmes et les instructions officiels, mais
pratiques pour aider les enseignants à
également à travers les rapports d’inspection. Elle
diversifier leurs pratiques de l’oral.
dessine le cadre de la seconde partie, qui se fonde sur
une enquête de terrain, grâce à des visites de classe dans les trois
Sommaire cycles qui à chaque fois ont donné lieu à deux types de séances :
une séance où l’oral devait être un objectif explicite
1 Interview : Jean HÉBRARD
3 Maîtriser l’oral, comment faire ? d’enseignement et une séance où l’oral était le vecteur des
4 Un ouvrage controversé apprentissages. Par ailleurs, des questionnaires adressés à des
5 Faut-il abandonner l’écrit pour se consacrer à l’oral ? enseignants ont complété les observations.
6 Une recherche en Essonne
7 La lecture à haute voix Vous n’épargnez pas les inspecteurs, à travers l’analyse de
8 Le débat argumenté leurs rapports…
10 Théâtre et oral
11 La parole de l’élève à l’école Les inspecteurs se montrent attentifs aux conditions de
12 Des rituels aux activités-repères communication dans la classe et à la participation des élèves.
14 La récitation, en passant par les jeux vocaux Toutefois, ils semblent plus intéressés par la communication elle-
Le ssupplément
upplément ddee l’AIS : BLAISE n° 5 même que par l’activité langagière qu’elle met en jeu. Ils se
15 Le paravent qui fait parler satisfont donc d’une classe où l’on parle et où l’enseignant s’efface.
16 Pour une redéfinition de l’exposé En contrepartie, ils négligent souvent ce que l’on y dit et la qualité
18 Education musicale et langue orale
des interactions qu’y produit le maître. Ils paraissent, à cet égard,
19 Comment faire parler 30 élèves en maternelle ?
20 Vous avez dit quoi de neuf ?
beaucoup plus proches des instructions officielles de 1972 que de
21 Bibliographie sur l’oral celles de 1985 ou 1996 et donnent peu d’indications, dans leurs
22 Les manuels de CP (le retour) rapports, sur ce que doit être un bon dialogue pédagogique.
24 Les temps des verbes : méfions-nous.
26 Quels contrats ? 1-La place de l’oral dans les enseignements à l’école primaire, Inspection
27 Monographies des communes de l’Essonne générale de l’Education nationale, rapporteurs : Martine Safra, Jean
28 On note à la maternelle ! Hébrard, Serge Thévenet, Ministère de l’Education nationale, de la
Recherche et de la Technologie, septembre 1999. (suite page 2)

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


2 Dossier : L’oral

(suite de la page 1)
l’enseignement de l’oral à l’école mater-
Quelles sont vos principales conclu- nelle est celle de l’activité langagière du Vous distinguez «oral pour apprendre»
sions concernant l’école maternelle ? maître. Comment, à chaque étape de et «oral à apprendre».
La constatation la plus étonnante est que, l’apprentissage, interagit-il avec les enfants Cette distinction ne va pas de soi à l’école
peut-être, l’oral n’est plus, comme il l’a pour leur permettre d’acquérir le langage primaire. Elle est pourtant essentielle.
longtemps été, au centre des activités de et la langue dont ils ont besoin pour devenir L’oral «pour apprendre» doit y occuper une
l’école maternelle. On y voit de plus en plus des écoliers ? Comment, tout au long de la place centrale. Il est la modalité même de
souvent des enfants remplissant comme journée, module-t-il ses interventions pour l’apprentissage à cet âge. Il ne faut pas pour
ils le peuvent des fiches polycopiées dont interagir le plus fréquemment possible avec autant oublier l’oral «à apprendre». C’est
l’intérêt est loin d’être évident. chaque enfant et, plus particulièrement, actuellement à l’école maternelle qu’il est
Peut-être est-ce simplement que les avec ceux qui en ont le plus besoin ? le mieux travaillé même si de grands
enseignants ne disposent plus d’une progrès peuvent être faits. A l’école
formation suffisante sur l’acquisition du Quant à l’école élémentaire, quelles élémentaire, on peut entrer dans les
langage. Ils ne mesurent plus à quel point sont vos principales recommanda- techniques et les arts de l’oral comme la
chacune de leurs paroles peut jouer un rôle tions, au regard de vos observations ? lecture à haute voix, la diction poétique,
décisif pour l’enfant s’ils parviennent à en Pour l’école élémentaire, deux axes se l’expression théâtrale ou, sur un autre
faire une interaction efficace. dégagent. Le premier concerne la com- registre, la conduite de discussion ou
Les instructions officielles distinguent munication. Elle ne peut être mise plus l’exposé.
pourtant bien les grands axes du travail à longtemps au service de n’importe quel Toutefois, l’enrichissement de la langue
effectuer : activités de communication bavardage. Elle doit être recentrée en orale reste encore un objectif prioritaire, en
d’une part (dans le domaine «Vivre direction de l’éducation civique et particulier au cycle III, pour les enfants qui
ensemble»), activités langagières de citoyenne des enfants. Dans chaque école, ne bénéficient pas, chez eux, de
l’autre (domaine «Apprendre à parler et le règlement intérieur doit faire l’objet sollicitations verbales soutenues. La
à construire son langage»). d’une élaboration collective, des réunions littérature de jeunesse peut jouer, dans cette
Elles suggèrent aussi une progression qui de régulation du «vivre ensemble» doivent perspective, un rôle décisif à condition
va de l’accompagnement du tout petit être organisées chaque semaine, les enfants qu’elle fasse l’objet de débats et de
encore en train d’acquérir son langage doivent y apprendre que la discussion est discussions comme on le fait avec l’album
d’action, à l’étayage de l’enfant qui, vers le seul moyen de résoudre les conflits et de à l’école maternelle.
trois ans, réapprend à utiliser son langage, trouver les bonnes solutions aux problèmes
cette fois pour évoquer des situations que pose la vie collective. Partout les élèves
passées, à venir ou imaginaires. Elles doivent apprendre les règles de la Bibliographie sélective
engagent enfin à donner aux plus grands représentation (délégué de classe) et de Jean Hébrard
les moyens d’une première réflexion sur la l’importance de la vie associative (USEP, Ø Discours sur la lecture (1880-1980),
langue qu’ils utilisent (en particulier dans OCCE, etc.). Anne-Marie Chartier et Jean Hébrard,
sa dimension phonétique, mais aussi dans Le deuxième axe, très déficitaire d’après BPI, coll. «Etudes et recherches», 1989.
sa dimension textuelle). nos observations, concerne le dialogue Ø La culture de l’écrit et les réseaux de
Les rituels du matin (il faut bien avouer pédagogique, c’est-à-dire le processus par formation : le rôle des réseaux acadé-
qu’ils sont le plus souvent sans réel intérêt) lequel, lors de l’échange avec l’adulte, miques maîtrise de la langue dans
et le regroupement autour du tapis «pour l’enfant acquiert des représentations l’impulsion des actions lecture-écriture,
parler» ne peuvent suffire à réaliser ce neuves ou modifie ses représentations actes de l’Université d’été de Lacanau,
programme ambitieux. Il y a pourtant des spontanées tout en enrichissant la langue septembre 1991, sous la dir. de Max
situations très riches à l’école maternelle. qu’il parle. Trop souvent l’enseignant se Butlen et Jean Hébrard, CRDP de
Je pense, en particulier, au travail fait sur contente de faire trouver la réponse qu’il Créteil,1992.
les albums, à «l’heure du conte», à toutes attend en interrogeant successivement Ø Lire, écrire, Anne-Marie Chartier,
les situations de «dictée à l’adulte», etc. les élèves de sa classe. Le souci de mener Christiane Clesse, Jean Hébrard, Hatier,
Force est de constater qu’elles donnent à bien la leçon fait oublier que toute erreur tome 1 : «Entrer dans le monde de l’écrit :
rarement lieu aux interactions adultes/ doit faire l’objet, avec l’enfant qui l’a au cycle 2», 1ère éd. 1991, 3ème éd. 1998 ;
enfants qu’elles pourraient permettre. produite, d’un dialogue qui en permet tome 2 : «Raconter, dicter, écrire», 1998.
En fait, la vraie question posée par l’analyse et la résolution.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 3

Ÿ saynète improvisée ou non ;


Maîtriser l’oral, Ÿ jeu du portrait ;
Ÿ création poétique...
comment faire ? Comment faire pour évaluer ?
Faire parler, laisser parler, apprendre à mieux parler, c’est difficile. Si l’on attribue à ces moments un rôle
Pourquoi ? Comment s’y prendre ? Pourquoi les activités orales pédagogique, l’enseignant se posera la
sont-elles si difficiles à mettre en œuvre dans une classe ? question de l’évaluation et se dotera
d’outils pour émettre un avis objectif.
Ÿ à l’intérêt personnel («ma maman m’a Des grilles d’évaluation élaborées avec les
P arler devant le groupe, c’est du même
ordre que l’expression corporelle et la
danse. C’est s’exposer aux regards : le
acheté une petite voiture») ;
Ÿ aux temps de discussions trop longs
enfants leur permettent de savoir ce qu’on
attend d’eux et d’être attentifs à leur propre
langage révèle le milieu culturel, les idées (l’attention des enfants se relâche) ; langage.
personnelles et certains enfants préfèrent Ÿ aux enfants qui monopolisent la parole date : sujet :
éviter ces situations à risques en se taisant. (les autres se désintéressent de la nom des élèves prises de parole
D’autant que le niveau de langue véhiculé discussion) ;
Marie +++
par l’école est souvent différent de celui Ÿ aux interventions de l’enseignant qui
Paul +
de la vie courante. monopolise la parole à la place des élèves ;
Ÿ aux questions fermées qui n’appellent Julie
Pour quels enjeux ? aucune réponse construite («avez-vous Pierre +++++
Certains élèves n’ont pas toujours un aimé ce livre ?») ;
espace de parole à la maison ; un corpus Ÿ aux questions qui mettent les élèves en date : sujet : nom :
minimum leur permet d’exprimer leurs difficulté («pourquoi as-tu aimé ce
J’ai pris la parole
besoins. Dans le film Ça commence livre ?») ;
J’ai respecté le sujet
aujourd’hui, une enseignante dit : «Ils Ÿ aux sujets enchaînés sans lien (la
solidarité, le racisme, la cour de l’école puis J’ai répondu à un camarade
ne parlent pas, c’est juste de la survie».
Pour ceux-là, mais aussi pour les autres, la rencontre sportive) ; J’ai posé une question
l’enseignant se doit de mettre en place Ÿ au moment décontextualisé du reste des J’ai répondu à une question
des situations orales pour : apprentissages (sanssynthèseoutraceécrite) ; J’ai appris quelque chose
Ÿ oser prendre la parole ; Ÿ aux interruptions fréquentes du maître
Ÿ écouter et prendre en compte celle dans un souci de correction (mais qui En conclusion
d’autrui ; découragent l’enfant ).
Ÿ prendre la parole à bon escient ; Pour apprendre à maîtriser l’oral à l’école,
Quelles situations
Ÿ exprimer leurs sentiments, leurs il faut que l’élève comprenne les enjeux des
motivantes proposer ? séances proposées et que celles-ci se
impressions ;
Ÿ défendre leur opinion ; Réunir les enfants et leur donner la parole déroulent en fonction de compétences
Ÿ acquérir un registre de langue courant ; n’est pas une condition suffisante pour précises dans une progression. Il s’agit
Ÿ acquérir une nouvelle langue pour les atteindre les objectifs que l’on s’est fixés. donc bien de séances d’apprentissage qui
enfants migrants ; Sans objet de conversation, la séance devient demandent au même titre que les autres à
Ÿ enrichir leur vocabulaire et leur syntaxe. vite un bavardage improductif, et les être préparées par l’enseignant. On pourra
enseignants se découragent. Pourtant les aussi :
Quelles difficultés situations de communication sont Ÿ prévoir un ordre du jour qui évite la
pour les enseignants ? nombreuses et variées : dispersion ;
Souvent, des moments quotidiens de Ÿ présentation d’articles de presse ; Ÿ donner un moment de réflexion pour
conversation figurent à l’emploi du temps Ÿ présentation de livres de la BCD ; rassembler ses idées sur le sujet proposé ;
des enseignants sous le nom d’entretien Ÿ réunion de conseil de classe ou de cycle ; Ÿ nommer un secrétaire qui note les idées
ou de quoi de neuf ? En maternelle, c’est Ÿ exposé ; principales ;
le moment de la présentation du projet ou Ÿ travail en groupe avec un rapporteur ; Ÿ laisser une trace de synthèse qui reflète
des ateliers. Dans les classes, on constate Ÿ tutorat ; l’évolution du discours.
que dans la réalité, le maître se heurte Ÿ rencontre avec un professionnel ;
parfois à des difficultés de mise en œuvre Ÿ discussion sur un extrait de livre ou un Joëlle HAIZE, conseillère pédagogique
dues : fait de société ; à Palaiseau

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


4 Dossier : L’oral

disposition, à travers les feed-backs


Un ouvrage controversé qu’on renvoit en écho à ses propositions,
à travers même la forme des questions
Philippe Boisseau est l’auteur de deux tomes sur le langage à la qu’on lui pose pour le conforter dans ses
maternelle qui ont un succès certain : Fabienne Saboya nous émissions, des modèles bien à portée de
explique pourquoi. Marie-Alix Defrance fait partie d’une équipe l’endroit où il en est dans la recons-
de recherche qui ne partage pas certains des partis pris de truction de notre langue (…) ce qui
P. Boisseau, notamment sur la traduction de la langue écrite des conduit à juger excellents des feed-backs
albums en langue orale et l’utilisation artificielle de tournures comme :
syntaxiques induites par l’adulte. En regard, page ci-contre, Elle fermait bien sa porte POUR QU’il ne
elle apporte le point de vue de son équipe sur l’oral. rentre pas, le renard.
Ah oui, tu as reconnu la maison OÙ il se

S i, intrigué par l’intérêt que leur porte


un PE2 de passage dans votre école,
Enfin, un chapitre donne une information
minimale sur la phonologie du français,
cache, le bonhomme.
peut faire grincer des dents le «sur-moi
il vous venait la curiosité d’aller consulter ainsi qu’un ensemble de pistes à suivre pédagogique» de beaucoup d’entre nous,
ces ouvrages1 au CDDP ou au centre de pour apporter des éléments de solution aux plus tranquilles avec (...)
ressources de l’IUFM, il est probable que problèmes articulatoires auxquels se Elle fermait bien sa porte POUR QUE le
vous auriez du mal à les obtenir : ils sont heurtent des enfants de maternelle. renard ne rentre pas».
constamment empruntés ou réservés. Et
l’engouement des PE pour ces ouvrages ne Pourquoi cet engouement ?
cesse pas avec la fin de la préparation aux D’abord, peut-être, en raison du style
épreuves du concours. adopté par l’auteur : aucune cuistrerie, un
vocabulaire simple, clair, précis, ajusté,
Des outils pour l’enseignant
bref un texte d’accès facile qui, de plus,
Le plus remarquable est sûrement celui qui donne une quasi-incarnation aux exemples
concerne l’outil d’évaluation d’une qui sont proposés : je vous assure que ces
production langagière orale. L’auteur enfants vous les entendez presque, et vous Philippe Boisseau consacrera de nom-
donne une grille d’analyse, un système de avez hâte de retrouver ceux qui vous sont breuses pages à démontrer comment un
codage et de comptage des différentes (ou seront) confiés, maintenant que vous académisme pressé, qui, parce qu’il brûle
occurrences, avec des exemples de vous sentez mieux armé pour les aider tous des étapes essentielles du processus
productions orales d’enfants de maternelle à avancer dans leur difficile travail d’élaboration de sa langue par l’enfant,
transcrites. d’appropriation de la langue. empêche en fait celui-ci d’accéder à la
Les programmations liées aux grilles maîtrise de cette langue.
d’évaluation, les propositions de situations Contre un académisme pressé
Ne pas renvoyer à l’enfant simplement
étoilées en fonction de leur capacité à C’est à partir d’une longue et patiente des formes académiques, mais interagir
«sidérer» les enfants (pour les inciter à écoute de productions langagières orales avec lui à l’aide «des modèles bien à
s’exprimer) seront aussi d’excellents d’enfants de toutes les sections de la portée de l’endroit où il en est dans la
carnets de route pour que les équipes ne maternelle, analysées par un faisceau reconstruction de notre langue», exige
travaillent point à vue, mais en cohérence, éclairant de connaissances linguistiques, du pédagogue des compétences com-
en continuité et à l’écoute de chacun. que Philippe Boisseau met à jour un plexes : les nombreux outils fournis par
Toutes les propositions faites autour de inventaire ordonné des principales l’auteur constituent une aide à leur
l’album, avec des exemples analysés de formes syntaxiques auxquelles l’enfant acquisition.
réécriture de certains classiques dans le recourt pour s’exprimer oralement. Fabienne SABOYA, maître formateur à l’école
respect du palier syntaxique auquel se situe L’évolution des différentes formes est Descartes de Saint-Michel-sur-Orge
l’enfant, des travaux menés sur «l’album- clairement donnée et les passages obligés
écho» (élaboré avec les élèves de sont nettement balisés. 1-Introduction à la pédagogie du langage :
maternelle, pour rendre compte d’expé- Ces étapes, avertit ce pédagogue, devront maternelle, tomes 1 et 2, Philippe Boisseau,
CRDP de Rouen, 1996 et 1997, 325 p. et 228 p.
riences vécues), permettent d’assurer être impérativement respectées pour Philippe Boisseau a été instituteur,
l’indispensable articulation langage oral- chaque enfant. Le travail de l’enseignant formateur au centre de formation des
lecture-écriture. de la maternelle est «de mettre à sa maîtres spécialisés, puis IEN.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 5

lettre. Mais les parents ne sont pas là, et ne


Faut-il abandonner l’écrit savent rien de ce projet. L’absence de
l’interlocuteur et le décalage dans le temps
pour se consacrer à l’oral ? posent une difficulté nouvelle, mais il
s’agit toujours de dire quelque chose à
Marie-Alix Defrance a longtemps enseigné au centre IUFM quelqu’un : c’est bien du langage. Et le
d’Etiolles. Chercheur associé à l’INRP, elle affirme l’importance jeudi, quand les enfants voient arriver les
de l’écrit pour le développement de l’oral. Sans polémiquer, elle pommes de terre, ils commencent à réaliser
donne un autre point de vue que celui de Philippe Boisseau, loué le pouvoir que donne l’écrit. Bientôt ils
page ci-contre. voudront s’en saisir.
L’entrée dans l’écrit impose également un

A ujourd’hui la question de l’oral


revient au premier plan des recom-
mandations ministérielles. Nombreux
immédiates. La première rupture survient
quand il arrive à l’école où l’on ne
comprend pas toujours ce qu’il dit, et où il
temps de réflexion pour repérer ce que sait
ou ne sait pas le destinataire, pour ne rien
oublier, pour le dire dans le bon ordre. Cette
sont les enseignants qui se sentent démunis doit renoncer à ce langage maternel pour réflexion est aussi pour nous une activité
pour faire progresser les enfants : ils se se plier à une langue nouvelle partagée au langagière que l’enseignant doit déve-
heurtent à des disparités accrues entre les sein de l’école. lopper, car elle est essentielle dans tous les
enfants. Ils veulent aider prioritairement Si la maîtresse sait le mettre en confiance, apprentissages.
les enfants les plus en difficulté, car ils l’enfant va parler de ce qui lui importe le Voici un bref moment de classe qui rendra
savent que, faute d’avoir résolu leur plus : son «chez lui». Déjà, il va devoir plus concret notre propos. Il se situe dans
difficulté langagière dès le début de la quitter la situation présente pour évoquer une des classes de la recherche, en milieu
scolarité, tous leurs apprentissages en d’autres personnes, d’autres lieux, dans un ZEP. Le lapin de cette classe de moyenne
seront entravés. autre temps, le tout inconnu de son section circule en liberté, parce que les
Le fait de travailler sur l’écrit n’empêche interlocutrice. La maîtresse s’ajuste enfants ont choisi de le laisser marcher pour
pas ces enfants de progresser à l’oral, bien finement à lui, le devine, le stimule par son rééduquer sa patte après une fracture.
au contraire. Pour avoir participé pendant écoute, ses questions, et si elle sait doser Soudain, un enfant se souvient que le
4 ans à la recherche PROG 1 sur les son aide, mais le laisser aussi affronter la factotum risque d’entrer pour faire des
apprentissages progressifs de l’écrit, de difficulté, l’enfant se met à chercher ce travaux, et de blesser le lapin. La maîtresse
la petite section au CE1, nous avons acquis qu’il doit préciser pour qu’elle puisse le dit seulement : «Comment pourrait-on
la conviction suivante : il faut aider l’enfant comprendre ; c’est très complexe, cela faire ?» Les enfants proposent de mettre
à développer non seulement l’oral, mais le s’appelle : l’adaptation au destinataire. un mot sur la porte et le dictent à la
langage dans toutes ses dimensions et sous Si par ailleurs dans la vie de classe, la maîtresse : «Attention, Panpan se
toutes ses formes. L’écrit en fait partie, et maîtresse offre aux enfants la possibilité de promène dans la classe.» Quand le mot
il est susceptible de stimuler le langage oral choix et d’initiatives, si elle valorise les est écrit, elle leur laisse le soin de dire où il
et la réflexion, comme nous le verrons. progrès et célèbre les exploits (surtout ceux faut le placer. Elle confie le papier à un
des enfants timides), ils se mettent à faire enfant qui veut le coller bien en vue (pour
De la mère à la maîtresse des projets, à en parler, ils ont envie de les lui !) sur la porte, à l’intérieur de la classe.
Quand le bébé se lance à produire du défendre, ils deviennent les sujets de leur Un autre enfant dit : «Ah non, ça va pas, i
langage, sa mère s’adapte le plus possible parole en devenant les sujets de leurs pourra pas le voir, Jean-Jacques !»
à lui pour l’encourager ; elle le comprend apprentissages. Alors, immanquablement, L’enfant reprend le mot et le colle à
presque par avance et attend avidement leur langage se complexifiera, ils se l’extérieur, mais un troisième enfant
ses premiers mots, ce qui est très stimulant serviront de ce qu’ils auront entendu pour proteste : «C’est à l’envers, les écritures»,
pour lui. Le langage du bébé se construit le recréer et en faire leur parole. et peu à peu la discussion permet de le
dans ce milieu restreint et les situations placer au mieux. Un enfant dit même :
Très vite, l’écrit
«Faut le mettre plus haut, pass’que les
Dans cet élargissement progressif de la yeux de Jean-Jacques, i sont là.» (geste).
1-Le résultat de cette recherche sera publié sphère du langage, l’écrit intervient très La maîtresse souligne que c’est une bonne
dans un ouvrage pour les maîtres, intitulé
rapidement : si on veut réaliser jeudi une idée de le placer pour celui qui va le lire.
Apprentissage progressif de l’écrit en mater-
nelle, éd. INRP-Hachette, coll. «Pédagogies belle purée pour toute la classe, il faut que Un quart d’heure plus tard, Jean-Jacques
pour demain». Il doit paraître au troisième les parents apportent des pommes de terre. entre avec précaution dans la classe et
trimestre 2000. On va le leur demander en écrivant une (suite page 6)

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


6 Dossier : L’oral

(suite de la page 5)
demande : «C’est qui Panpan ?» Les Une recherche en Essonne
enfants sont très étonnés, c’est la première
Comment, dans le contexte particulier de la ZEP des Tarterêts à
fois qu’ils touchent du doigt la différence
Corbeil, aider les enfants de cycle 2 à surmonter les difficultés
entre ce qu’ils savent, eux, et ce que sait le
qu’ils rencontrent dans l’apprentissage de la lecture ?
destinataire de leur message. La maîtresse
Tel est l’objet de la recherche-action que conduisent des
la relève et l’explique. Développer le
professeurs1 de notre centre IUFM en collaboration avec les
langage, c’est beaucoup plus que «faire
équipes pédagogiques des écoles de la Montaigne des Glaises et
parler les enfants» : c’est apprendre à
Pablo Picasso.
penser par le langage.
La lecture quotidienne d’albums est une
occasion d’enrichir l’expérience du
langage écrit, vraiment caractéristique de
C ette recherche repose sur une double
hypothèse : les difficultés langa-
gières éprouvées à l’oral par les enfants
de la consonne finale, mots écorchés qui
rendent le discours peu compréhensible ;
Ÿ la syntaxe : mauvais choix de pré-
l’écrit. Les albums choisis sont toujours lus constituent un obstacle essentiel à position, déficit de connecteurs spatio-
plusieurs fois, parfois en petits groupes, et l’apprentissage technique de la lecture et temporels, erreurs sur les marques
la compréhension s’approfondit : on à la formation culturelle de ces lecteurs ; grammaticales du singulier et du
discute sur l’histoire, ce qu’on aime, ou l’identification de ces difficultés et pluriel (les petits i veut voir), recours
n’aime pas, sur son univers de fiction, sur l’analyse de leurs évolutions tout au long insuffisant à la phrase complexe qui permet
les personnages, leurs actions, et très vite du cycle 2 doivent permettre de mettre en le passage à l’abstraction ;
les enfants deviennent exigeants sur leur place des remédiations pédagogiques Ÿ la progression de l’information : ancrage
propre compréhension et demandent des efficaces. défectueux du référent, ambiguïté dans la
explications, que la maîtresse renvoie au désignation, utilisation rare ou laborieuse
Méthodologie adoptée
groupe pour une élucidation collective. des anaphores, absence d’éléments
Parfois, c’est le langage écrit lui-même qui Une cohorte d’enfants, scolarisés en grande porteurs d’informations clés, manque
nous paraît problématique pour leur âge. section de maternelle à l’école Montaigne d’explicitation, notamment du lien de
En ce cas, nous le disons aux enfants le plus des Glaises, sera suivie jusqu’en CE1 à cause à effet ;
clairement possible. Une maîtresse de l’école élémentaire Pablo Picasso. Au Ÿ la lecture de l’image, l’interprétation des
grande section annonce ainsi sa cours d’entretiens individuels, l’équipe de illustrations ;
présentation du Géant de Zéralda de recherche analysera deux fois par an leurs Ÿ l’existence ou à l’absence de sociabilités
Tomi Ungerer : «Je vous ai apporté cette productions langagières, en se référant à autour des livres et de la culture de l’écrit.
histoire, parce que je crois qu’elle va leur aptitude à parler de l’écrit, du code et Moins un élève a une connaissance des
de la culture de l’écrit. livres et des lieux de production et de
vous plaire. Mais quand je l’ai lue chez
La grille d’observation s’organise autour diffusion des livres, plus la qualité de son
moi hier soir, j’ai trouvé qu’elle était
de 5 axes : la prononciation, la syntaxe, le expression orale s’en ressent, plus son
difficile à comprendre à cause des mots
vocabulaire, la cohérence du discours, la entrée dans le code semble difficile.
qui sont écrits dedans. Alors aujourd’hui
familiarisation de l’enfant avec la culture Pour approfondir l’analyse et élaborer des
je ne vais pas vous la lire, je vais vous la
de l’écrit. Dans chaque domaine, le degré propositions pédagogiques, un séminaire
raconter avec mes mots, en vous
de maîtrise des compétences est réguliè- de formation continue réunit cette année
montrant les illustrations. Et plus tard,
rement mesuré à partir d’un support l’équipe de recherche et d’autres
je vous la lirai et ce sera encore plus
d’expression orale, constitué par un enseignants volontaires, mobilisés par la
beau.» Elle fait alors un récit oral qu’elle
ensemble de quatre albums disponibles en même problématique. Des membres de
a bien préparé chez elle pour le rendre très
BCD. Lors de chaque entretien, chaque l’Observatoire national de la lecture seront
accessible. Car la lecture se fait toujours associés à certaines de ses réunions de
enfant sera invité à choisir un album, à le
sans rien changer au texte, et la maîtresse travail.
raconter et à commenter sa lecture avec
montre bien comment elle fait pour lire. BLÉ 91 ne manquera pas de vous informer
l’enquêteur.
Nous avons constaté que ce genre de travail des résultats de cette recherche.
développe le langage oral et prépare Premières observations
vraiment l’apprentissage de la lecture. Liliane LE PESANT et Max BUTLEN,
A la fin de la première observation en professeurs de français au centre IUFM
grande section de maternelle, les difficultés d’Etiolles
Marie-Alix DEFRANCE, chercheur associé à
l’INRP, coordinatrice nationale renvoient à : 1-Max Butlen, Rouska Haglund, Liliane Le
avec M ireille Brigaudiot et Gilbert Ducancel Ÿ une faible conscience phonologique : Pesant (PIUFM), Daniel Becchio, Marie-
de l’équipe INRP - PROG confusionentredeuxphonèmes, suppression France Winghart (DEA).

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 7

entrées suivantes : difficulté rencontrée,


La lecture à haute voix causes, compétences visées, activités de
remédiation.
Cette activité est-elle vraiment à l’ordre du jour ? Plus que Le tutorat de lecture
jamais ! Comment la rendre motivante et source d’apprentissage ?
C’est une activité souvent proposée aux
«grands » en direction des «petits». Dans
D ans l’un de ses romans, Jane Austen
fait déclarer à une héroïne qu’il serait
impossible de trouver le bonheur avec un
complément indissociable de la lecture
silencieuse : ils incitent à «lire en situation
de communication (...) de façon
une situation d’oral, donner la parole à
quelqu’un qui ne dit rien ne suffit pas à le
faire parler. De même, un enfant ne devra
homme ne sachant pas lire à haute voix : expressive» ; ils affirment que «la lecture
pas affronter directement l’épreuve de la
«cela m’aurait brisé le cœur de l’en- faite à haute voix par le maître est
lecture d’un texte à lire aux petits à haute
tendre lire avec si peu de sentiments». indispensable». Cette condition, lire en
voix ; la valorisation qu’il percevra dans le
Dans les sociétés grecque et latine de «situation de communication», est
fait d’être mis en avant ne suffira pas.
l’Antiquité, les lectures publiques devaient essentielle : elle exclut la lecture répétitive
Il conviendra d’identifier avec les élèves
être maîtrisées par celui qui s’essayait à orale, vide de sens.
les étapes nécessaires et les compétences
l’art oratoire. Ainsi les pratiques de lecture Par ailleurs, le texte d’orientation concer-
en jeu : le choix du livre, l’évaluation de sa
à haute voix jalonnent-elles l’histoire. L’on nant le collège des années 20001 institue
propre lecture, la préparation du texte, la
pourrait dérouler une galerie de portraits de l’organisation d’ateliers de lecture pour
lecture d’une façon expressive... Le travail
lecteurs à haute voix tout au long des tous les collégiens et la lecture à haute voix
sur la respiration, la maîtrise de la peur, le
siècles : moine déchiffrant un manuscrit, est souvent citée comme une activité
placement de voix effectué dans d’autres
précieux lisant un sonnet, philosophe possible.
activités vocales et corporelles sera utile.
répandant les Lumières, homme psal- Enfin, le projet de documents d’application
Au cours d’activités décrochées, les
modiant la Torah ou le Coran, hussard de des programmes de l’école élémentaire
techniques utilisées au théâtre seront
la République lisant les textes classiques, indique : «La lecture à haute voix par le
utilisées pour le travail sur la respiration,
acteur célèbre présentant un choix de maître continue d’occuper une place
la posture, l’articulation, l’interprétation3.
textes… privilégiée. La lecture à haute voix par
La lecture à haute voix est une activité qui
La lecture à haute voix admet une grande l’élève doit être, quant à elle, un moyen
concourt à l’acquisition de compétences
variété de circonstances, de lecteurs, de faire valoir le sens du texte : elle doit
dans le domaine de la lecture et de l’oral ;
d’auditeurs, de types d’écrits, d’enjeux : être préparée»2.
elle participe également à la construction
on lit à haute voix pour faire partager le Si ses particularités sont encore à définir,
de la personnalité de l’enfant. Elle a
plaisir d’un texte, faire connaître à d’autres la place de la lecture à haute voix est
pleinement un statut d’apprentissage à
une information écrite qu’ils n’ont pas, réaffirmée.
l’école.
justifier une déclaration. Situation d’ex-
pression et de communication, la lecture à Qu’est-ce que lire à haute voix ? Laurence FROUIN, responsable du centre
départemental en ressources lecture
haute voix est une activité de la vie sociale, Lire à haute voix ne s’improvise pas.
professionnelle, familiale. L’engagement corporel que cela demande
est à prendre réellement en compte, mais 1-BO n°23 du 10 juin 1999.
La lecture à haute voix et l’école ce n’est pas tout. La réussite dépendra de 2-BO spécial du 26 août 1999.
3-Voir articles pages 10 et 14.
Des années 70 aux années 80, les instruc- compétences à acquérir progressivement :
tions officielles pour l’école élémentaire et comprendre le texte, savoir se placer physi-
les didacticiens de la lecture mettent en quement, respirer, articuler, maîtriser le Bibliographie
avant la lecture silencieuse. On combat les registre de sa voix, son timbre, pouvoir - La lecture à haute voix du CP au CM2,
interminables séances de lecture ânonnée associer le regard, l’audition, la phonation… AnnickBillaud-Lecoinet,Anne-MarieDucros,
où chacun s’ennuie ferme. Une lecture Il ne s’agira pas d’entraîner artificiellement Isabelle Dupinay-Lemaire, Michelle Ros-
silencieuse porteuse de sens est alors les élèves avec une batterie d’exercices, Dupont, éd. Bordas, 1999.
opposée à une lecture oralisée qui n’impli- mais de construire avec eux leur propre - Lire à haute voix au cycle 3, Bruno Pled,
que pas que l’enfant comprenne ce qu’il dit, progression en fonction des besoins Pierre Roudy, Claude Hameau, éd. Nathan,
ni qu’il apprenne à lire. recensés. Dans cette perspective, l’ouvrage 1997.
- La lecture à haute voix, Georges Jean,
Puis les textes officiels de 1985, 1991, La lecture à haute voix du CP au CM2
éd. de l’Atelier, 1999.
1995 placent la lecture à haute voix en présente un tableau indicatif avec les

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


8 Dossier : L’oral

- le sujet du débat est trop complexe ;


Le débat argumenté - le sujet a trop ou pas assez d’implication
dans la vie des enfants : du fade au
passionnel... ;
«Si tu es différent de moi, loin de me léser, tu m’enrichis.»
Antoine de Saint-Exupéry - le sujet n’est pas assez polémique et ne
se prête pas à la controverse.
Définition : le débat est une situation  Pour construire l’argumentation, Les propositions pour essayer de résoudre
d’échange par laquelle au moins deux différents aspects de la «stratégie» sont les problèmes, rencontrés du cycle 1 au
personnes présentent leurs points de vue, travaillés. Ces points seront définis plus cycle 3, concernent différents aspects du
les défendent contre les points de vue loin, avec des propositions pour essayer débat.
adverses, par des procédés rhétoriques et de résoudre les problèmes. Les enjeux du débat sont explicités
à l’aide d’arguments.  Un débat avec un public évaluateur clairement avec les enfants qui voient une
est organisé. utilité au débat. Ils ne mettent pas les élèves
Les enjeux de l’activité
L’évaluation n’interrompt pas la séance, dans une situation d’exercice à subir : le
Ils sont essentiels, puisqu’il s’agit de : mais est menée simultanément par des débat doit avoir un sens et une finalité
- former un citoyen capable d’écouter enfants observateurs, en retrait du débat, à significative pour les enfants.
autrui, de respecter et de s’enrichir de ses l’aide de grilles précises, simples et Les règles sont déterminées dans le
propos, de développer son esprit critique ; facilement utilisables par tous. On peut respect de chacun : deux ou trois suffiront.
- conduire l’enfant à se construire des avoir recours à des enregistrements, pour
Elles seront justifiées collectivement :
outils : une stratégie de débat et les moyens évaluer objectivement la prise de parole de
chacun, quantitativement et qualitative-
- on demande la parole au régulateur de
de la mettre en place. séance pour parler ;
ment. Les critères de réussite sont à
Exemples de situations motivantes1. déterminer avec les élèves, en fonction des - le régulateur de séance donne, mais ne
Pour débattre, avant tout, il faut être stratégies efficaces observées. coupe pas la parole ;
motivé. En voici quelques exemples : - il répartit équitablement la parole.
- La classe doit choisir entre deux activités : L’enfant prend la parole. Il écoute L’organisation du groupe-classe doit
vélo ou escalade. Quels sont les arguments autrui. Sa voix est audible. L’enfant être adaptée :
en faveur de l’une ou de l’autre activité ? donne son opinion. Il donne des
- la taille des groupes de débat : 3 enfants
(tous cycles). arguments. Il réfute les arguments
- Le loup a détruit les maisons des trois d’autrui. Il a des propos clairs et précis. au cycle 1, jusqu’à 6 au cycle 3 ;
petits cochons. Quels arguments Il a des propos logiques… - le régulateur : il sera différent à chaque
permettent de défendre le loup, de le débat ;
condamner ? (tous cycles). ‘ Une fiche-outil est construite et - les observateurs : 1 observateur pour 1
incluse dans un fichier regroupant participant, voire 2 observateurs pour 1
Une démarche différentes situations d’oral rencontrées : même participant au cycle 3 ;
exposé, enquête, théâtre... - les secrétaires : au cycle 1 et au cycle 2
Voici une séquence en 7 étapes.
’ Cette fiche-outil sera réutilisée dans l’enseignant, 2 enfants au cycle 3 ;
Œ Le sujet du débat est formulé En résumé et à titre d’exemple
précisément et d’éventuels besoins de d’autres contextes de débat.
uniquement :
documentation créés par ce débat sont Chaque étape peut se dérouler en plusieurs
- au cycle 1, avec une classe de 28, on peut
dégagés. séances.
organiser un atelier «langage» de 7 enfants :
 Si nécessaire, la classe mène une 1 enfant donne la parole, 3 débattent,
recherche documentaire sur le sujet ; on Difficultés et solutions
3 observent. Les autres enfants seront
peut aussi procéder à un brainstorming. On constate que : répartis en autonomie dans les ateliers
Ž Un débat «diagnostic» avec obser- - le débat dérape, le niveau sonore monte, «graphisme», «jeux mathématiques»,
vation et analyse des stratégies de débat le groupe devient ingérable ; «arts plastiques», avec éventuellement un
est mis en place : les enfants passent - l’autre n’est pas pris en compte ; soutien de l’aide-éducateur ;
alternativement en débat et en observation. - les enfants ne retirent rien du débat ; - au cycle 3, avec une classe de 28, on peut
- l’argumentaire n’est pas développé ; organiser la classe de la façon suivante :
1-Extraites de Maîtriser l’oral, cycle 3, - certains enfants ne s’expriment pas, 6 débatteurs, 6 à 12 observateurs,
éd. Magnard, 1998. d’autres trop ; 2 secrétaires, 1 régulateur. Le reste des

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 9

enfants sera en autonomie avec un contrat - l’utilisation de la vidéo avec beaucoup de


de travail. précautions... Il est risqué de se voir et de
La conduite de la séance : le rôle du s’entendre, surtout en situation difficile.
régulateur est de donner la parole. Le choix d’un thème de débat nécessite
Le rôle du maître est de reformuler la la prise en compte de quatre dimensions :
question régulièrement et d’aider les - une dimension psychologique inclut les
enfants à reformuler, à synthétiser les motivations et les intérêts individuels des
propos, afin de faire le point sur l’évolution Dans certains cas, il est essentiel de savoir enfants ;
du débat et ainsi le recadrer. «garder la main», de ne pas être à cours - une dimension sociale concerne l’intérêt
Le rôle des secrétaires est de rédiger un d’arguments, d’anticiper sur les propos et du groupe-classe pour le thème à l’intérieur
compte rendu des idées principales du la logique de son adversaire. Il faut alors et à l’extérieur de l’école ;
débat, afin de constituer une mémoire de ne jamais perdre le fil des paroles de l’autre - une dimension cognitive renvoie au
groupe et de poursuivre ultérieurement le afin de répondre rapidement : éventuelle- thème lui-même et à des connaissances
débat si nécessaire en s’y référant. ment, en prenant des notes, pour se des enfants ;
Le rôle des observateurs est d’évaluer les souvenir des dires de l’adversaire, pour ne - une dimension didactique demande que
comportements et les stratégies efficaces rien oublier et pour mieux renvoyer la balle. le thème ne soit pas trop quotidien et qu’il
à l’aide de deux ou trois critères définis Il est souhaitable d’apprendre à parler permette d’accéder à des connaissances
collectivement, par exemple : le nombre de lentement pour réfléchir en même temps… nouvelles, car le débat est non seulement
prises de parole, la clarté des propos, les Le public appréciera mieux une personne un moyen d’expression, mais aussi une
idées cohérentes, celles qui sont originales, capable de respecter les propos de son possibilité d’appropriation des savoirs3.
etc. adversaire.
Elisabeth BINTZ, conseillère pédagogique
Il est essentiel que les enfants s’essaient Pour ne pas passer pour quelqu’un sans à Viry-Chatillon
aux différents rôles. Au cycle 1, seuls les discernement, il semble utile de ne pas
secrétaires n’apparaissent pas, mais une employer une argumentation fondée sur la
2-Cf. BLÉ91 n° hors série, avril 1998, sur la re-
synthèse orale sera effectuée et le maître défense de son seul point de vue, mais
cherche documentaire.
prendra des notes sous la dictée des d’introduire des contre-arguments. Ainsi, 3-Pour des compléments, voir «Le débat régulé»,
enfants. le débat ne conduit-il pas dans une Pour un enseignement de l’oral : initiation aux
impasse, car il y a plusieurs voies de genres formels à l’école, Joaquim Dolz,
Le temps de la séance : de quelques Bernard Schneuwly, ESF, 1999.
minutes au cycle 1 à 10-15 minutes au dialogue.
cycle 3 ; ce temps peut s’allonger avec Il est possible d’évoluer au cours du débat,
l’expérience du groupe, l’intérêt du groupe voire de changer d’avis. Il est absurde de Quelle différence
pour le sujet... se cramponner à une idée qui se révèle entre argumenter et justifier ?
moins bonne que celle de l’adversaire. Le
La préparation du débat : pour Justifier : s’efforcer de faire reconnaître
public saura en tenir compte et la suite des
certains sujets, une recherche documen- un point de vue comme juste, légitime,
propos de celui qui aura montré son
taire2 sera utile pour étayer les arguments, fondé, grâce à des preuves.
honnêteté n’en sera que plus crédible.
pour développer le contenu de l’argu-
mentaire. Si l’on est à cours d’arguments, on peut Argumenter : présenter des preuves à
Il peut être également intéressant d’expli- rebondir sur ceux des autres, ou essayer de l’appui d’une thèse, réfutant un autre
citer avec les enfants des techniques, des trouver la faille dans leur logique... point de vue.
stratégies de débat, à partir de situations La construction d’un outil de référence, Différence principale entre justifier et
concrètes filmées, par exemple, et en d’une fiche-guide du débat, pour structurer argumenter : on justifie un point de vue,
adaptant la formulation au cycle : les un argumentaire, s’appuiera sur : on argumente contre un point de vue
propos sont convaincants s’ils sont - une synthèse avec les enfants des qu’on cherche à réfuter, car au moins
précis, clairs, structurés, organisés avec stratégies efficaces observées au cours des deux thèses sont en présence.
une logique implacable ; le discours débats (cf. étape 4 des séances) ; Par exemple : on justifie sa réponse à
s’étaye sur des connaissances solides du - la liste des documents qui permettent une question du maître. On argumente
sujet débattu ; les idées nouvelles sont de se préparer à un débat, les mots-clés en faveur du centre aéré contre les
plus séduisantes que les vieux clichés, nécessaires à l’argumentation, à la mercredis à la maison.
mais les idées traditionnelles rassurent. réfutation ;

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


10 Dossier : L’oral

Théâtre et oral Bibliographie


De Gérard Moncomble et Michel Piquemal,
chez Albin Michel éducation :
Ø Théâtre pour de rire : 18 pièces à monter en
Le théâtre est à l’intersection des langages : langage oral, langage ateliers, de la grande section au CE1, 1998
écrit, langage du corps, langage des images. Ø 17 pièces humoristiques pour l’école : à
monter en ateliers, du CE2 au CM2, 1998
Sous la direction de Christian Lambin,

N ous mettrons ici l’accent sur les


activités théâtrales, au cœur des
acquisitions langagières. Il s’agit de faire
respiration, le placement de la voix, les
résonateurs, l’articulation et l’expression.
Tout message oral est influencé dans son
chez Retz :
Ø Petites comédies pour les enfants : de 7 à
11 ans, 1993
Ø Premiers rôles pour petits comédiens, 1996
découvrir aux enfants, dans le plaisir du jeu, efficacité par l’élocution et le rythme vocal.
Ø Pièces drôles pour les enfants, 7-11 ans,
d’autres manières de manipuler le langage Combien de brillants esprits ont endormi les 1996
et aussi d’accéder à sa maîtrise. Avec le salles par leur discours monocorde ! Ø Pièces policières, 7-11 ans, 1997
théâtre, le langage se met «en pratique», De Dominique Négrier avec ou sans Alain
avec des situations de communication qui La création de récits oraux Héril, chez Retz :
ont du sens pour l’enfant. Les enfants sont amenés à utiliser le langage Ø 60 exercices d’entraînement au théâtre, à

Le jeu spontané est inné chez l’enfant. Ce partir de 8 ans, 1992


oral dans la mise en jeu d’histoires, de
Ø 100 jeux de théâtre à l’école maternelle,
sont les premiers pas vers le jeu théâtral. situations induites par l’enseignant à partir 1995
Nous avons tous vu les enfants jouer à «être» de thèmes, de canevas, d’objets, d’albums Ø Petits spectacles à jouer en maternelle,
dans le coin dînette, dans la cour, autour de sans texte, de scènes du quotidien, etc. 1997
la malle à costumes. L’enseignant est alors A chaque fois, l’enfant est acteur face à des Ø Pièces pour frissonner, 7-13 ans, 1998
Ø Entraînement à l’improvisation : 60
le témoin d’une mise en jeu de la parole. Il spectateurs (les autres enfants). Il prend
exercices commentés, à partir de 8 ans, 1999
peut décider de l’exploiter par un travail alors conscience de la nécessité d’un
De François Fontaine, chez Retz :
autour du langage oral, grâce à l’apparition discours compréhensible et intéressant pour
Ø Des sketches à lire et à jouer, 5-8 ans, 1994
d’objets insolites ou de mises en scène l’autre. Ø Pièces historiques, 9-14 ans, 1997
d’événements-surprises, d’interventions
La mise en espace de récits Dirigé ou présenté par Denise Chauvel,
théâtralisées par les adultes : quelqu’un a chez Retz :
laissé des empreintes de pas dans l’école, la Ces récits peuvent être écrits par les Ø Des spectacles pour les enfants : du mime
marionnette de la classe a disparu. enfants, des auteurs ou être le résultat de à la pièce de théâtre, 5-10 ans, 1991
Tout ceci n’est que l’amorce d’une pratique Ø Pièces et saynètes pour les enfants, 1998
montages de textes. La transposition à la
théâtrale à l’école. Dans ces situations, les scène de textes narratifs écrits nécessite Toujours chez Retz :
réactions des enfants font émerger des Ø La grammaire en scènes, 8-11 ans, Anne-
le passage du code écrit au code oral. Les
Catherine Vivet-Rémy, François Fontaine,
espaces de parole et d’échange. textes deviennent de la matière à jouer. Christian Lamblin, 1995
L’enseignant a alors la matière pour Les enfants s’imprègnent de façon active Ø Théâtre et langage à l’école : 100 exercices
proposer la mise en jeu de leur imaginaire. de différents registres de langue, de styles préparatoires, 3 pièces complètes pour 25
Mais pour amener l’enfant à construire son d’écriture. Les mots prennent corps par le élèves, 3 trames de pièces pour 25 élèves, 8-
11 ans, Yak Rivais, 1995
langage, il est indispensable que l’ensei- jeu théâtral. Ø Les malheurs de l’orthographe au théâtre,
gnant le guide vers la théâtralisation pour Au travers des activités théâtrales, les 7-10 ans, Danièle Fix et al., 1998
qu’il prenne conscience de ses capacités de enfants acquièrent des compétences Ø Contes, fables et bestiaire, 9-13 ans, Anne-
communication et les développe. Une langagières (concernant l’élocution, Catherine Vivet-Rémy, Suzanne Rominger,
pratique régulière du jeu théâtral s’installe Brigitte Saussard, 1998
l’expressivité, la cohérence) et de commu-
alors. On peut dégager plusieurs types nication (écouter l’autre, le respecter, savoir Chez d’autres éditeurs :
Ø Monter des spectacles avec des enfants :
d’activités qui mettent en jeu la parole au et oser prendre la parole, se taire). pour tous les acteurs en herbe, Ann Rocard,
sein du jeu théâtral. En effet, le silence est premier. Il est le temps Le Temps apprivoisé, 1991
de concentration, de préparation à la parole. Ø L’enfant et le théâtre : techniques d’expres-
Le travail de la voix sion au service de l’école, Noëlle et Bernard
Il est la frontière entre l’enfant et le
Pour parler et dire, il faut connaître et Renoult, Pascal Gautier, Colin, 1992
personnage.
Ø Le jeu dramatique en milieu scolaire, Jean-
maîtriser un outil de communication : sa Irène MERCUZOT, ZIL à Massy et Pierre Ryngaert, Weismalel, 1996, 3ème éd.
voix. Pour cela, les jeux théâtraux proposent Marie-Noëlle NOURY, maître formateur Ø Collection «théâtre» chez Magnard, depuis
un éventail très large d’exercices sur la à l’école maternelle Moreau à Massy 1999 : à 15F, de 16 à 40 pages

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 11

organise la vie de la classe, que l’on définit


La parole de l’élève les responsabilités, qu’on les attribue et les
évalue.
à l’école L’organisation de la classe en groupes
restreints autour de projets est également
un dispositif donnant du sens à la com-
Deux responsables nationaux de mouvements pédagogiques1
munication. C’est par l’échange qu’on
présentent, dans un article écrit en coopération, le point de vue de
s’organise dans le travail, qu’on donne son
leur mouvement et répondent à la question «A quoi cela peut-il bien
avis, qu’on justifie, qu’on choisit, qu’on
servir de parler en classe ?»
prend des décisions.
est, à se découvrir au milieu des autres, à La nature de la communication est égale-
L es programmes de l’école primaire
font de la maîtrise de la langue
l’objectif majeur des différents cycles. La
prendre connaissance de son identité, à
développer une image de lui positive qui
ment fortement corrélée aux valeurs de
référence de la classe qui induisent le tissu
volonté de faire parler les élèves dans des seule lui permettra d’entrer en relation avec relationnel autour duquel se construisent
situations variées y est clairement affirmée. les autres et de «manier la langue les apprentissages. Il est évident qu’on ne
Le dernier rapport de l’Inspection nationale (...) pour être capable de communique pas de la même façon dans
générale2 insiste sur le sens réel de la percevoir l’Autre, ce qui est la condition une classe où il est interdit de travailler à
communication dans le domaine de l’oral : d’une vie en commun»4. deux et dans une classe où l’entraide est
«S’interroger sur l’oral, c’est aussitôt Quels sont les activités ou les dispositifs encouragée et fait l’objet d’un appren-
s’interroger sur les raisons que l’on a qui vont permettre réellement ce travail de tissage méthodologique spécifique.
de s’exprimer ou de débattre. L’une des prise en considération et de développement Les dispositifs de médiation
raisons des insuffisances du système des identités personnelles ?
éducatif dans le domaine de l’oral, c’est Faire de la classe une communauté de vie
sans doute le profond scepticisme des Le statut de l’élève et de recherche ayant pour objectif le
élèves quant à la nécessité même de et les valeurs de référence concours de chaque individu à la réussite
communiquer.» Déterminé par l’ensemble des droits, des de chacun demande l’institution de
libertés, des responsabilités qui sont structures d’expression et de régulation
L’identité de l’élève sans lesquelles discuter, s’écouter,
confiés par l’enseignant à l’élève, le statut
Oser s’exprimer est l’un des premiers de l’élève conditionne le pouvoir que ce exprimer ses désaccords, relèvent du défi.
objectifs. La parole est un acte d’expression dernier a (ou n’a pas) d’agir seul ou avec Il existe en pédagogie coopérative ou
de soi, une prise de risque, un véhicule qui les autres à l’intérieur de la classe : institutionnelle une très grande palette
sert à pénétrer le monde, un vecteur comment et pourquoi, par exemple, d’outils de médiation qui permettent de
d’émotion, d’affirmation et de découverte échanger avec les autres élèves dans des sortir de la relation duelle maître/élève
de soi et des autres. classes dont l’organisation est «presque
C’est dans la famille, cette crypte de la toujours frontale» ou dans lesquelles «le
parole dont parle le psychanalyste Jacques silence apparaît comme le moment où 1-CRAP, cercle de recherche et d’action
Lévine3, que les parents vont initier son pourrait surgir de l’inattendu», pédagogiques, qui publie les Cahiers
apprentissage et que s’y vivent les premiers s’interroge sur ce point précis le rapport de pédagogiques et l’OCCE, office central de la
succès ou les premières défaites. De l’Inspection générale ? coopération à l’école qui publie Animation &
Education.
nombreux enfants arrivent à l’école Responsabiliser les élèves, c’est leur 2-La place de l’oral dans les enseignements : de
chargés de ces défaites qui les empêchent donner du pouvoir, les rendre partenaires, l’école primaire au lycée, septembre 1999 ;
de construire paisiblement leur rapport à co-opérateurs de la vie de la classe et de ses voir l’interview de Jean Hébrard en p.1 et 2.
3-Jacques Lévine, dans la revue de l’AGSAS,
eux-mêmes, aux autres et au monde. Les projets. Je est un autre, n° 9, 1999.
enseignants perçoivent rapidement ces Divers dispositifs pédagogiques permet- 4-Alain Touraine, Pourrons-nous vivre
malaises à travers les formes de prise de tent de rendre cette responsabilisation ensemble ?, éd. Fayard, 1997.
5-Voir les écrits d’André de Peretti, dans
parole de l’élève, violentes, mutiques, effective. L’attribution, au sein de la classe Animation & Education ou dans BLÉ 91 n°17,
désordonnées, pauvres. ou de l’école, de rôles sociaux en est un des «L’éducation à la citoyenneté», janvier 1997.
Ancrée dans des activités d’expression, la premiers. Leur variété est telle que leur 6-Francis Imbert et le Groupe de recherche en
pédagogie institutionnelle, Médiations,
parole doit, comme le souligne Alain nombre dépasse largement celui des institutions et loi dans la classe, ESF, 1994 ;
Touraine, aider l’enfant à affirmer ce qu’il élèves5. C’est alors par la parole qu’on Vivre ensemble un enjeu pour l’école, ESF, 1998.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


12 Dossier : L’oral

dans laquelle la plupart des communi-


cations scolaires se trouvent enfermées. Des rituels
Francis Imbert justifie l’institution de tels
dispositifs : pour éviter en classe les
relations «affectives» et les pièges qui
aux activités-repères
leur sont attachés, il «importe que
l’enseignant ait recours à des Quelle institutrice de maternelle la mieux intentionnée n’a pas
institutions, à des dispositifs de ressenti une lassitude à mettre à jour le calendrier le matin, à
médiations qui fassent tiers entre les regarder le temps gris mais pas vraiment nuageux, à faire
enfants et lui, entre les enfants entre dénombrer les présents ? Ces rituels servent-ils vraiment à quelque
eux... qui permettent à chacun de se chose ? Pourquoi donc compter les enfants le matin ? Faut-il
confronter à la loi de l’obligation à vraiment se contraindre à observer le ciel chaque jour ? Et la
l’échange, à l’interdit de la violence date ? Ne pourrait-on pas attendre le CP pour s’en préoccuper ?
et du parasitage»6. Ne suit-on pas aveuglément une tradition matinale de l’école
maternelle ? Les propositions suivantes nous permettent de
Pour conclure repenser des habitudes.
Aborder, comme le fait le rapport de
l’Inspection générale, la question de la
communication sous l’angle de la
I l convient en premier lieu de faire une
mise au point terminologique. Ce n’est
pas par caprice ou souci de faire du neuf
l’école maternelle, en conseil de cycle, pour
que l’accent soit mis sur le sens réel de ces
activités : nous les nommons activités-
nécessité, et non pas sous celui habituel avec de l’ancien que le groupe dépar- repères afin de les situer dans une
de la maîtrise formelle, signifie claire- temental «école maternelle»1 a décidé de dynamique d’apprentissage et non de
ment selon nous que l’apprentissage de repréciser la terminologie ! conditionnement.
l’oral dépasse largement la sphère Si l’objectif légitime de ce que l’on appelait Cela ne signifie pas que rien ne sera plus
cognitive et qu’il ne saurait se satisfaire «les rituels» est de donner de bonnes «ritualisé» à l’école maternelle : les règles
ni d’un empilement de situations d’oral habitudes aux enfants et de les sécuriser, de vie, clairement explicitées, contribueront
vides de sens, ni d’un empilement que penser de ces activités qui se répètent à mettre les enfants dans des conditions
d’activités de «remédiation maître- à l’identique tout au long de l’année, voire propices à l’écoute, aux apprentissages,
élève», fussent-elles ludiques... du cycle ? aux activités quotidiennes de la classe ; par
Kristel GODEFROY,
«Faire la date», «faire la météo» : ces exemple, pour le moment du conte : «Cric,
CRAP et Cahiers pédagogiques consignes empreintes d’incorrection crac, l’histoire est dans mon sac !» ou
et Jean-François VINCENT, syntaxique s’accompagnent d’activités avant de se lancer dans une activité
secrétaire général de l’OCCE mécaniques, qu’il est temps de remettre en difficile : «Une minute, je réfléchis !»...
et secrétaire départemental de l’OCCE91
question ! Il y a là une réflexion à mener à Les activités-repères sont fonctionnelles et
ont du sens dans la vie de la classe : elles
sont donc logiquement réparties dans la
journée. Elles permettent aux élèves de
développer la maîtrise des langages (par
Congrès national pédagogique 45ème congrès international des échanges oraux individuels, en petits
de l’OCCE ICEM Pédagogie Freinet groupes, en collectif, par la prise d’indices
réalisé en collaboration avec l’INRP Rennes, 21-25 août écrits) et d’apprendre à vivre ensemble, se
9 et 10 mai à Tours repérer dans le temps et l’espace, être
«L’école populaire :
«La coopération scolaire : autonome et comprendre le sens des
un enjeu pour les années 2000»
la citoyenneté en actes» activités qui leur sont proposées.
Renseignements : Contacts :
ØFédération nationale de l’OCCE Ø congres2000@freinet.interpc.fr 1-Le groupe est constitué de conseillers
pédagogiques, maîtres formateurs, direc-
Louis Alberti
Ø Catherine Chabrun trices d’école maternelle, DEA et de toutes
101 bis rue du Ranelagh personnes jugées «expertes» dans un
122 avenue Juvisy Cottages
75016 Paris domaine et qui peuvent s’associer aux
91260 Juvisy-sur-Orge
Tél : 01 44 14 93 30 travaux du groupe de manière régulière ou
Tél : 01 69 24 36 59 occasionnelle ; il est placé sous la respon-
occe.fede@wanadoo.fr
ChabrunC@aol.com sabilité d’une IEN, Marie-Pierre Luce.
(suite page 13 )

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 13

(suite de la page 12)

Le tableau ci-dessous n’est pas exhaustif : il donne un exemple de programmation de la section de tout-petits à la section de grands.
Domaines d’activités Activités-repères Mise en œuvre Mise en œuvre Mise en œuvre Mise en œuvre
pour apprendre à : TPS PS MS GS
Ÿ Mise à jour de la date, En réponse à des besoins, à la vie de la classe et de l’école :
motivée par :
Ÿ L’enseignant Ÿ L’enseignant Ÿ L’enseignant Ÿ L’élève reconnaît
- le repérage des évé-
organise une présente et utilise présente et utilise progressivement et
nements particuliers
imprégnation quotidiennement des quotidiennement écrit lui-même la suite
de la vie de la classe
sans apprentissage supports authentiques les supports ; puis les des jours et des mois.
(anniversaires,
systématique. (calendrier, emploi du élèves mettent à jour Ÿ On prévoit ensemble
sorties…) ;
Ÿ L’enseignant temps...) eux-mêmes les repères. les activités à venir.
- l’emploi du temps (de
présente les activités Ÿ L’enseignant Ÿ On prévoit ensemble
la journée, en fonction
à venir. présente les activités les activités à venir.
du jour de gymnase, de
à venir.
piscine…) ;
Ÿ vivre ensemble ;
- les projets de la classe
Ÿ s’initier au monde de
et les contrats
l’écrit ;
d’activités
Ÿ parler, construire son
correspondants (ce
langage ;
qu’on a fait / ce qui
Ÿ se repérer dans le
reste à faire).
temps et dans la suite
des nombres ; Ÿ Mise à jour des Ÿ A l’oral, l’enseignant Ÿ A l’oral, l’enseignant Ÿ L’élève reconnaît son Ÿ L’élève reconnaît son
Ÿ dénombrer ; tableaux : propose différentes propose différentes prénom selon les trois prénom et son nom de
Ÿ se repérer dans - de présence (pour situations pour situations pour systèmes graphiques famille selon les trois
l’espace. remplir le registre reconnaître tous les reconnaître tous les (en s’aidant d’un systèmes graphiques
d’appel) ; enfants de la classe enfants de la classe et référentiel) et les (en s’aidant d’un
- de restauration et les adultes. les adultes. prénoms des autres référentiel) et les
scolaire (pour Ÿ L’enfant retrouve Ÿ L’enfant retrouve son enfants de la classe. prénoms des autres
transmettre l’effectif progressivement son étiquette-prénom Ÿ L’enfant retrouve les enfants de la classe.
à la responsable étiquette-prénom parmi parmi d’autres, en prénoms des absents Ÿ L’élève retrouve les
de cantine) ; d’autres, en s’aidant du s’aidant du référentiel pour les dicter à prénoms des absents
- des responsabilités ; référentiel des prénoms des prénoms des l’enseignant qui remplit pour les dicter
- de la collation. des enfants de la classe enfants de la classe le registre d’appel. à l’enseignant qui
(prénoms + photos). (prénoms + photos). Ÿ Les enfants comptent remplit le registre
Ÿ L’enseignant compte Ÿ L’enseignant compte les étiquettes des d’appel.
les étiquettes des les étiquettes des présents et celles Ÿ Les enfants comptent
présents pour remplir le présents et les enfants de ceux qui mangent les étiquettes des
registre d’appel, celles reconnaissent et à la cantine. présents et celles
des enfants qui mangent dénombrent les Ils remplissent les de ceux qui mangent
à la cantine pour étiquettes des absents feuilles de cantine, à la cantine.
transmettre l’effectif. pour remplir le registre du centre de loisirs et Ils remplissent les
d’appel, celles des passent commande feuilles de cantine,
enfants qui mangent à aux responsables du centre de loisirs et
la cantine pour de la collation. passent commande
transmettre l’effectif. aux responsables
de la collation.
Les activités en italique soulignent la progression.

NB : L’observation du temps qu’il fait ne sera proposée qu’en fonction des situations d’apprentissage prévues : projet scientifique, déplacements au
gymnase, à la bibliothèque, sorties pédagogiques…

De plus en plus d’enseignants indiquent passent activement d’un temps à l’autre. les enfants se mettent à s’agiter lors de rituels
aux élèves le déroulement de la demi- L’évolution des activités-repères de la démotivants.
journée ou de la journée. Quand les enfants section de tout-petits à la grande section Pour toutes ces bonnes raisons…, ces
se repèrent mieux dans le temps, c’est eux- permet à l’enfant de progresser et de activités pourraient être l’objet d’un échange
mêmes qui formulent l’anticipation. C’est prendre conscience de ses progrès, à travers en conseil de cycle 1, afin de parvenir à une
en aidant ainsi les élèves à «se projeter» des pratiques quotidiennes, et en situation cohérence et une progression. Cette
dans le temps que d’une part on les aide à authentique et non artificielle. La gestion réflexion a sa place dans le projet d’école.
se repérer et que d’autre part, au lieu de du groupe-classe par l’enseignant en sera
vivre la succession des activités passi- également facilitée (ce qui est loin d’être Le groupe départemental
vement, ils en connaissent l’articulation et négligeable !). En effet, il n’est pas rare que «école maternelle»

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


14 Dossier : L’oral

Ces exercices seront au service d’un


La récitation en passant projet de diction chorale.

par les jeux vocaux Conseils pour le choix


des textes et bibliographie
Qu’en est-il aujourd’hui de la récitation ? Exercice «ringard» Choisissons des textes qui se prêtent à
sans intérêt ou activité formatrice indispensable à la maîtrise de l’interprétation. Les textes seront attractifs,
la langue et à l’expression de soi ? suffisamment proches des enfants, mais
d’une réelle valeur poétique : des poèmes de

Q ue dit le dictionnaire Hachette


multimédia de la récitation ? «Texte
littéraire, poème qu’un écolier doit
types de textes et au sens qu’il veut produire.
Il doit enfin pouvoir se concentrer et réagir
aux incitations du maître ou d’un élève pour
Tardieu, Queneau, Carême, Prévert,
Desnos, mais aussi Rimbaud, Verlaine,
Eluard ; des poèmes par thèmes : Paroles
apprendre par cœur». Plus loin, le même enchaîner sa proposition vocale à celles de de révolte, Paroles de femmes, Paroles
dictionnaire précise : «action de réciter». ses pairs, dans le cadre d’une œuvre vocale de sagesse, aux éditions Albin Michel ; des
C’est dans cette acception que nous commune. comptines : Comptines pour ne pas
emploierons le terme réciter, en complétant zozoter, Comptines pour ne pas
ainsi la définition : «dire à haute voix, Pistes pratiques bredouiller, Comptines pour nasiller
devant un public, de manière expressive, Pour dépasser la caricature, la corvée comme un canard de Pierre Coran,
un texte mémorisé dans lequel chacun ânonnante de la récitation, on diversifiera Direlire aux éditions Casterman ; la série
produit du sens.» les exercices. Les petits bonheurs de Corinne Albaut aux
éditions Actes Sud Junior.
L’intérêt pédagogique A faire varier L’évaluation
Il s’agit bien sûr de graver, dans les L’intensité de la voix :
mémoires, une partie du patrimoine de la - varier l’intensité, de la voix chuchotée au cri ; Une grille d’analyse peut être élaborée avec
littérature, mais aussi de développer le - accentuer certains mots pour traduire des les enfants. Il s’agit d’une liste de critères
plaisir de dire en faisant varier, en isolant, sentiments forts (peur...). à prendre en compte et travailler dans
La hauteur : les différents exercices.
en combinant, en explorant tous les - varier l’émission, du grave à l’aigu et vice versa ; A titre d’exemple :
paramètres du son et de la voix, pour - faire émerger une voix aiguë parmi des voix - Tout le texte est-il dit sur le même ton ?
permettre à des sensibilités diverses de graves ou vice versa. - Si changements de ton il y a, sont-ils
s’exprimer. On y découvrira surtout le Le timbre : expressifs, donnent-ils du sens au texte ?
plaisir de dire ensemble et de participer à - modifier le timbre de sa voix ; - Les pauses, les silences sont-ils respectés ?
la mise en espace sonore d’un texte. - rassembler les mêmes types de voix (rauque, - Le texte est-il restitué fidèlement ? Etc.
douce...) ;
Les compétences Cette évaluation pourra être faite soit par
- jouer avec les accents régionaux ou étrangers.
dans le domaine de la langue les auditeurs, soit par le récitant lui-même
La durée et les changements de rythme :
- dire plus ou moins rapidement (selon le
après nouvelle écoute au magnétophone.
Dans les Programmes de 1995, la récitation En conclusion, ces activités d’interprétation
tempo) ;
apparaît sans dire son nom. C’est une - découper les syllabes et faire varier leur de textes vont permettre à l’enfant de
compétence à mettre en œuvre dans le longueur ; s’approprier un patrimoine culturel, de
domaine de la langue, notamment orale1. - ménager des pauses plus ou moins longues développer des capacités de mémorisation,
Au cycle 1 : dire et mémoriser des textes entre les mots, les phrases, les vers ; d’élargir sa palette d’expressions. Ce sera
courts (comptines, poèmes...). - reprendre un mot, une fin de vers, un refrain également un moyen de fédérer le groupe-
Au cycle 2 : dire de mémoire un poème. en écho (successif) ou en canon (simultané). classe par le plaisir de dire et de s’écouter.
Au cycle 3 : dire de mémoire un texte en La densité : Bien sûr, ce travail sur l’interprétation doit
prose ou en vers. - combiner les dictions à une voix ; être complété par un travail sur l’écriture
Pour travailler cette compétence et pour - à deux voix ; poétique.
tendre vers la naissance et le partage - par groupes ;
Mado CAUVAS, conseillère pédagogique à
- en classe entière. Massy et Christophe de MONTMOLLIN,
d’émotions, il faut que l’élève soit capable
L’expression : conseiller pédagogique départemental en
de dire un texte de façon audible devant un - traduire ses sentiments par le corps ; éducation musicale
auditoire, en ayant travaillé l’articulation, la - accompagner la récitation d’une gestuelle,
prononciation et la puissance de la voix. Il de déplacements et de bruitages (onoma- 1-On la trouve aussi implicitement dans le
doit aussi faire preuve de créativité en topées, rires...). chapitre «mémoire» des «compétences
adaptant son expression aux différents méthodologiques».

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 15

Le paravent qui fait parler Exemples


Discours injonctif
Ø Dicter à son camarade un dessin ou
Voici, clé en mains, la présentation d’une situation orale très un graphisme : chaque enfant a un
motivante, avec une auto-évaluation immédiate des élèves. support sous les yeux ; les précisions
Cette activité de dictée originale en paires d’enfants interactives, sont données à tour de rôle.
observée avec des élèves de grande section, peut être adaptée à des Ø Indiquer un itinéraire sur un
plus jeunes et à des plus âgés. labyrinthe afin que l’autre enfant
remette dans l’ordre chronologique les
différentes étapes du parcours (le
Organisation Objectifs pour l’enseignant labyrinthe est le même, les parcours sont
Dispositif : au sein de la classe, 3 fois 2 Ÿ Créer de véritables situations de travail différents).
enfants en atelier «paravent», en présence sur la langue orale, au sein de paires, pour Ø Localiser des dessins, signes
de l’enseignant ; des ateliers en activité graphiques, figures géométriques..., sur
conduire les élèves à s’exprimer et à se faire
un quadrillage, pour que l’autre enfant
autonome sont mis en place parallèlement. comprendre.
les place correctement.
Matériel utilisé : 3 paravents ou caches Ÿ Mettre l’enfant en situation de produire Discours narratif
(une plaque opaque de contre-plaqué ou et recevoir différents types de discours, de Ø Raconter une histoire choisie parmi
un carton placé verticalement entre les travailler différentes compétences. plusieurs séries d’images séquentielles
deux enfants), ce qui permet d’entendre, pour que l’autre enfant trouve la série
mais pas de voir ; 6 supports de jeu correspondante.
(fabriqués par l’enseignant). Ø Raconter une histoire dans l’ordre en
Durée : séances d’environ 20 minutes, une lisant une série d’images séquentielles
fois par semaine. afin que l’autre enfant remette dans
l’ordre les différents faits évoqués par
Déroulement de l’activité ces images.
Ÿ Mise en situation et motivation : les jeux Discours descriptif
sur la langue sont liés au projet de la classe. Ø Décrire une image dans une série
Ÿ Explication des consignes et des règles d’images assez semblables pour que
Compétences travaillées l’autre enfant la retrouve dans une série
du jeu.
identique.
Ÿ Relances et reformulations si néces- Elles relèvent à la fois de la communication
Ø Un enfant dispose d’un menu
saire, par l’enseignant, en cours de jeu. orale, du traitement de l’information et des (5 images représentant les 5 éléments
Ÿ Observation et recueil des productions apprentissages transversaux : du repas) ; décrire chaque image à
orales : prise de notes ou enregistrement. - compétences lexicales, par l’utilisation l’autre enfant qui doit recomposer le
d’indicateurs spatiaux et temporels ; menu en choisissant parmi un grand
Evaluation - compétences syntaxiques, par le recours nombre d’images très proches,
Avec les enfants, en fin de séance : à des connecteurs ; légèrement nuancées.
- vérification par l’autre enfant qui compare - compétences discursives, grâce à la
la production obtenue au support initial ; variété des situations visant à développer En cycle 1, tout particulièrement, et en
- identification et justification des oublis tel ou tel type de discours, à amener l’élève début de cycle 2, il s’agit d’enrichir puis
et des erreurs : l’enseignant aide à la à produire un discours adapté à la situation, de structurer les expériences langagières
comparaison entre le référent et sa repro- à organiser un récit de façon cohérente et non d’organiser des apprentissages
duction effectuée sous la dictée de (déroulement chronologique, progression, systématiques.
consignes orales. continuité dans l’utilisation des De nombreuses variantes sont envi-
Par l’enseignant, entre les séances : pronoms...), à formuler des questions sageables pour diversifier et complexifier
- inventaire du vocabulaire utilisé et des précises ; les situations. On peut faire confiance à
caractéristiques syntaxiques ; - compétences transversales : comprendre la créativité des enseignants et à l’imagi-
- repérage des indicateurs de progrès ; et respecter la consigne, le jeu, le message, nation débordante des enfants pour
- pointage des compétences en cours de les règles de la situation ; s’intégrer dans s’approprier et enrichir ces quelques
construction, pour adapter des situations un dialogue avec un pair, écouter son idées.
aux besoins des élèves. partenaire. Michelle NEDELEC, IEN à Lisses

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


16 Dossier : L’oral

à la conserver, à s’exprimer oralement de


Pour une redéfinition façon compréhensible et efficace, est bien
évidemment au centre de la pratique de
de l’exposé l’exposé. Cela suppose d’abord de prendre
conscience des caractéristiques d’une
présentation orale. L’exposé obéit à des
Max Butlen nous montre la complexité de cette situation d’oral et rituels langagiers qu’il faut amener à
indique les apprentissages à mettre en œuvre, fondés sur l’expli- identifier, puis à respecter. Les enfants
citation des critères de qualité d’un exposé. doivent apprendre à se repérer dans les
niveaux et registres de langage pour choisir
ceux qui seront opportuns ; il leur faut
L ’exposé s’inscrit dans une longue
tradition scolaire et rhétorique. C’est
une production linguistique qui conduit un
raison notamment du décorum (plus
simple qui l’entoure) et du statut du
locuteur par rapport à son auditoire. De ce
s’entraîner à la reformulation des termes
ou notions complexes, puisqu’il s’agit
d’expliquer avec un vocabulaire précis et
énonciateur à communiquer oralement et point de vue, l’exposé pourrait être
adapté, afin d’être en mesure pour chaque
synthétiquement les informations et considéré comme une propédeutique de la
segment de l’exposé de recourir si
connaissances qu’il a rassemblées sur un conférence et du discours.
nécessaire à une paraphrase explicative.
sujet donné, à l’attention d’un public qui a L’orateur est apprécié autant en fonction de
été expressément réuni pour entendre l’intérêt, de l’exactitude et de la nouveauté
Des connaissances
l’exposant, pour s’informer, pour apprécier des informations transmises, qu’en
une performance. fonction de la manière de les transmettre L’audition d’exposés d’experts (celui d’un
L’exposé suppose donc un sujet de (qualités d’exposition, organisation de son magicien expliquant un tour de magie par
discours et d’enseignement, un orateur, discours, articulation entre les différentes exemple) peut être une bonne référence3.
un public, un texte, une interprétation, parties de l’exposé ; prise en compte des Il convient en tout cas, à partir de diverses
une appréciation. C’est un genre textuel attentes, interrogations et représentations productions orales, de procéder à des tris
public1 relativement formel et spécifique de l’auditoire ; effets de surprise, capacités de textes, d’apprendre à repérer les outils
régi par un certain nombre de règles de de séduction). linguistiques clefs dans la construction
fonctionnement et de critères d’appré- d’un exposé. Une attention particulière
ciation. Les types de textes qui Des compétences multiples sera accordée aux organisateurs textuels
prédominent dans cette production sont Pour transmettre les informations qui assurent l’articulation des différentes
les textes descriptifs et explicatifs ; on peut rassemblées ou les savoirs acquis, la parties du discours et la cohésion
toutefois y rencontrer d’autres types de pratique de l’exposé fait appel à de très thématique4, aux différentes tournures
textes, argumentatifs et conversationnels nombreuses compétences qui sont au cœur qui ponctuent toute prise de parole
par exemple 2. Le genre est proche du de bien d’autres activités pédagogiques. publique qui se prolonge (alors, voyons
discours, de la communication, de la Les élèves ne pourront d’ailleurs les maintenant), aux interjections, aux
conférence ; il s’en distingue cependant, en acquérir que progressivement au long de mécanismes et mots de liaison qui balisent
leur scolarité, de la maternelle à la classe le texte, permettent de distinguer ou
terminale. Ainsi l’exposé a-t-il quelque d’opposer idées essentielles et notions
chose d’une épreuve initiatique qui secondaires, de présenter un ordre logique.
1-Pour reprendre l’expression de Joaquim Dolz
et Bernard Schneuwly, Pour un enseignement mobilise un grand nombre de compé- Le travail sur les connecteurs est donc à
de l’oral, ESF, 1998. tences langagières en même temps nouveau fondamental : connecteurs
2-Pour reprendre la terminologie de Jean- qu’elle permet de les développer. Il relève énumératifs et spatio-temporels pour les
Michel Adam, Types et prototypes, Nathan d’un apprentissage continu qui suppose exposés de type descriptif, énumératif, et
université, 1993.
l’identification des difficultés, l’étude logiques pour l’exposé de type explicatif5.
3-La BCD les donnera à voir et entendre sous
forme de cassettes audio et vidéo. de différents modèles, un entraînement Une attention particulière devra être
4-Par exemple : pour commencer, dans un régulier. accordée aux procédures de désignation
premier temps, pour résumer ce point, dans un Quels sont donc dès lors les champs de (les anaphores et substituts) pour ancrer le
second moment, pour conclure. référent et garantir la compréhension.
compétences à travailler pour parvenir à la
5-Consulter à cet égard les ouvrages de Blochet,
et al. Maîtriser l’oral, cycle 1, 2 et 3, Magnard, maîtrise progressive des techniques de Enfin, il faudra choisir une position
1998 et 1999. l’exposé ? L’aptitude à prendre la parole, d’énonciation et apprendre à s’y tenir.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 17

Le plan des tâches conscience des difficultés, des pièges et des peut qu’inviter à une véritable modestie
joies de l’exercice et du métier. Il découvre dans les attentes, appeler à sérier les
L’exposé appelle une planification des que la communication, tout autant que objectifs et les tâches, commencer par des
tâches. Les unes relèvent de la recherche l’enseignement, ne peuvent fonctionner mini-exposés, des prises de parole courtes,
préalable d’informations, les autres de la mais continues et circonstanciées. On
que si un pacte s’établit entre l’exposant,
structuration interne de l’exposé et de son progressera pas à pas en accompagnant
qui a fait l’effort de se hisser au statut
exécution. L’enfant, comme le maître, doit méthodiquement les enfants dans cet
d’expert, et son public, qui doit être disposé
les distinguer. La recherche d’informations apprentissage. Il ne saurait être question de
à apprendre. L’élève va donc être attentif
renvoie à une quantité impressionnante de leur demander de gérer sans préparation et
à son public et interpréter ses attitudes ;
compétences méthodologiques : repérer les
il se trouve dans la nécessité de travailler du premier coup toutes les tâches
sources d’informations, localiser les
une série de compétences communica- qu’implique l’exposé, encore moins de
supports et documents pertinents, adapter
tionnelles : maîtriser le trac, placer et réinventer seuls toute la méthodologie. La
des stratégies de lecture sélective puis
déplacer son corps, apprendre à poser sa maîtrise du genre ne peut être que lente et
analytique, collecter les informations
voix, à réguler son débit, à capter longue : les trois cycles d’ailleurs n’y
utiles, les trier, les hiérarchiser, éliminer
l’attention de son public ; il lui faut, pour suffiront pas. Pour construire des
tout ce qui peut provoquer du bruit
ne pas le perdre ou l’ennuyer, se dégager progressions raisonnables, on pourra
documentaire, dégager l’essentiel, le
des notes, maintenir le contact par le s’appuyer sur celles qui sont désormais
reformuler, prendre des notes, être capable
regard, les gestes, vérifier la compré- disponibles sur le marché pédagogique7.
de préparer un écrit qui servira de tremplin
hension par un questionnement régulier et Une des conditions de la réussite repose
et d’appui à la prise de parole. Toutes
recherches et activités qui donneront discret. Il s’agit d’intéresser, de faire sur l’explicitation tout au long de l’activité
l’occasion d’approfondissements et comprendre, de convaincre, de plaire. des critères de qualité de l’exposé. Il est
d’entraînements en situation décrochée. désormais entendu que les élèves les
utilisent d’autant plus volontiers comme
Le plan de l’exposé guide et aide dans leur production, s’ils
les ont établis eux-mêmes en amont.
Les compétences méthodologiques qui En bout de course, pour parachever
renvoient à la structuration interne de l’appropriation du genre, on pourra
l’exposé ne sont pas moindres : il convient s’amuser à le détourner en réalisant un
d’ordonner et de présenter les infor-
exposé sur un texte, la vie, l’œuvre d’un
mations. La construction du plan est
écrivain inexistant, sur un animal
essentielle et se réalise en fonction des
imaginaire ; on inventera la biographie
rituels et règles de fonctionnement de
La pédagogie d’un faux empereur, roi, pharaon,
l’exposé : on distingue classiquement une
président, en la donnant pour vraie ; on
phase d’ouverture et d’accueil, au cours de Les tâches à gérer sont innombrables et fera dérailler un court moment un exposé
laquelle l’exposant se présente et se peuvent décourager. Dans ces conditions, qui par ailleurs respecte parfaitement le
légitime, une phase de présentation du il n’est pas étonnant que la pratique protocole du genre. Vaste programme
thème et du sujet qui gagne à inclure une de l’exposé engendre de nombreux qui devrait permettre aux enfants
problématisation ou pour le moins un problèmes. Elle est réputée relever de d’apprendre à exposer sans s’exposer
questionnement, une phase de présentation l’oral, mais elle appelle de nombreux
du plan, le développement structuré qui trop inconsciemment !
travaux de lecture et une production écrite
peut inclure la présentation de divers qui doit être un support à l’expression et Max BUTLEN, professeur de français
documents, la synthèse, la clôture avec ses au centre IUFM d’Etiolles
non un carcan. Elle incite l’élève à restituer
rituels de remerciements et de séparation. un savoir nouveau ; mais aux difficultés
6-Pierre Bourdieu, Ce que parler veut dire,
liées au contenu s’ajoute celle de sa Fayard, 1982.
La communication retransmission, alors que la méthodologie 7-Celles précédemment citées de chez Magnard
Fondamentalement, l’exposé permet à de l’exposé est rarement explicitée, peuvent servir de premier point d’appui. On
chaque enfant qui s’y risque d’éprouver, critériée, objet d’apprentissages. consultera également, pour avoir une
représentation des attentes de l’institution et
selon la lettre bourdieusienne, ce que Pour éviter les exposés-fleuves indigestes, des professeurs au collège, La maîtrise de la
parler veut dire6. Se glissant quelques pour épargner les déceptions aux jeunes langue au collège (Ministère de l’Education
instants dans la peau du maître, il prend exposants et l’ennui à leur auditoire, on ne nationale, Savoir Livre-CNDP, 1997).

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


18 Dossier : L’oral

mieux que la ligne droite pour le


Education musicale représenter, car l’enchaînement des
étapes est si rapide que tout est fondu
et langue orale dans l’espace de l’éclair.»1

Françoise Gaussin montre concrètement comment l’éducation


musicale participe à la construction de la conscience phonique.
Elle s’appuie sur les travaux de Britt-Mari Barth : «Percevoir est
un processus cognitif fondamental nécessaire à tout développement
à venir».

A u moment où la maîtrise de la langue


est plus que jamais enjeu de réussite,
le professeur d’éducation musicale que je
Le trajet 2 met en relation les souvenirs
des stimuli sonores avec la faculté de
rappeler ces souvenirs «pour les
Les activités chantées
au cycle 1 et au cycle 2
suis voudrait donner quelques repères pour rapprocher selon un même attribut». A partir d’un chant ou d’une comptine,
que les maîtres s’engagent avec plus de En parcourant le trajet 2, l’élève apprend quatre situations sont nécessaires pour
rigueur dans les activités vocales, sans en à écouter, ce qui nécessite une attention apprendre à percevoir auditivement la
briser l’émotion et le plaisir. Elles portent soutenue. En entendant plusieurs fois la langue orale. Ces situations sont toutes
en elles «le développement à venir» des même musique, l’élève parcourt le réalisables par des maîtres polyvalents au
apprentissages linguistiques. trajet 2. Mais c’est surtout grâce aux cycle 1 comme au cycle 2.
Trop souvent, tout se passe comme si dire activités vocales chantées, comptines ou
des comptines ou chanter des chansons chants, que l’élève, entraîné par jeu à Situation 1 : Apprentissage oral et
permettait automatiquement d’écouter, et parcourir sans cesse le trajet 2, apprend à collectif d’une comptine ou d’une
comme si le fait de dire beaucoup suffisait écouter. chanson qui sera progressivement
pour que naisse un jour la conscience mémorisée et interprétée.
phonique nécessaire à la lecture et Trajet 2 Situation 2 : Renforcement de cet
l’écriture. Il n’en est pas ainsi pour tous les Espace intérieur Å rappel des souvenirs et images apprentissage au moyen de jeux
mentales pour comparaison musicaux autour de la comptine ou de la
élèves, et en particulier pour les élèves non
ECOUTER chanson. Cette situation peut revêtir des
francophones.
aspects extrêmement variés : certains
La perception auditive Ecouter, c’est se placer dans la situation
jeux simples sont réalisables par tous les
du guetteur, de la sentinelle, dans la
Percevoir est un processus que je dirais maîtres, tel celui de frapper toutes les
situation du chat qui attend la souris,
dynamique, en ce sens qu’il repose sur syllabes orales de la comptine ou de la
comme le disait Maurice Martenot. chanson.
deux trajets dont l’un va vers notre espace Ecouter suppose donc une attention
intérieur et le construit, tandis que l’autre Situation 3 : Evaluation par «le faire».
extrême que nul ne peut maintenir Réalisation de l’enregistrement de cette
y puise son énergie. longtemps. L’oreille est aux aguets. Dans comptine ou de ce chant chanté par les
Le trajet 1 met en relation le stimulus cette posture, elle attend le retour de élèves (sans l’aide du maître). La qualité
sonore avec l’image, le souvenir mental. quelque chose qu’elle a antérieurement de l’écoute est extrême.
C’est ce que Britt-Mari Barth appelle la placé dans son souvenir et qu’elle désire Situation 4 : Evaluation par «le dire».
perception primaire. En parcourant ce retrouver le plus vite possible : ce qui va Ecoute et commentaire de l’enregis-
trajet, l’élève apprend à entendre arriver sera comparé en un éclair à ce qui trement par les élèves. Le maître guide les
(comprendre, ressentir), mais cela ne suffit est connu et sera classé par rapport à lui : commentaires vers l’analyse auditive,
pas pour percevoir. C’est ainsi qu’il peut «Dès qu’un individu perçoit quelque sans exclure les remarques d’ordre
entendre des musiques fort nombreuses chose par ses cinq sens, il déclenche sensible.
sans que cela ne construise en aucune immédiatement toute une chaîne
façon son écoute. d’opérations mentales destinée à Dans les écoles, la situation 1 est la plus
Trajet 1 déterminer ce qu’il voit. En route il y a couramment mise en œuvre. La situation
Stimulus Æ Espace intérieur des erreurs, des vérifications, des 2 est assez rare. Les situations 3 et 4 sont
(souvenirs, images mentales) retours en arrière : le cycle se répète pratiquement absentes : l’élève n’a pas les
ENTENDRE indéfiniment. L’éclair conviendrait moyens de s’écouter.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 19

Quelques conseils tout âge, dès qu’un élève le désire ; Comment faire parler
pour les maîtres - l’enregistrement (la situation 3) ne doit 30 élèves en maternelle ?
être pratiqué qu’à partir de la moyenne Mettons de côté, d’une part les conver-
Ø Le maître ne doit pas attendre de section ;
«chanter juste» pour réaliser ces activités : sations duelles, lors des temps éducatifs
- la conquête de la justesse s’effectue sur (accueil, passage aux toilettes, habillage,
c’est en chantant qu’il apprendra à chanter, les cycles 1 et 2 ; etc.), qui ne posent pas de problème aux
et surtout à interpréter. - le repérage graphique des paroles sera enseignants, d’autre part le dialogue en
Ø Le maître qui voudra parfaire sa justesse proposé à partir de la grande section. grand groupe qui permet, sans que tous les
apprendra la comptine ou la chanson chez élèves parlent, de relancer les activités de
lui avec le support d’un CD qu’il écoutera Ø Repères pour le passage à la langue
la classe et qui reste bref. Comment s’y
plusieurs fois avant de chanter seul. écrite :
prendre pour faire parler plus systéma-
Ø Pour apprendre à ses élèves à écouter Deux savoir-faire sont souvent retenus à
tiquement tous les enfants ?
les sons de la langue orale, le maître juste titre par l’enseignant comme
Les enseignants de maternelle maîtrisent le
choisira des chansons simples. Le choix «indicateurs» permettant au maître de travail en ateliers. Ils savent prévoir des
d’un répertoire non approprié est l’erreur savoir si l’élève est apte à franchir le seuil ateliers qui fonctionnent en autonomie,
la plus fréquente et la plus préjudiciable de la langue orale vers la langue écrite : éventuellement régulés par une ATSEM ou
pour l’élève comme pour le maître. On se - savoir frapper le rythme musical du mot un aide-éducateur. Il est donc possible
reportera utilement à Musique au quo- ou du groupe de mots que l’on a prononcé de prévoir les organisations suivantes :
tidien au cycle 22 pour juger du niveau ou chanté (sans support visuel) ; - un atelier d’oral est animé par
des comptines et chansons à proposer. - savoir proposer des mots dans lesquels l’enseignant dans un coin de la classe si
on entend un phonème donné (quelle l’espace est suffisant pour avoir des
Comment aider que soit sa position dans le mot). conditions où les autres ateliers ne créent
chaque enfant ? Or, ces indicateurs me paraissent convenir pas de gêne sonore, ou dans un espace
à deux conditions : attenant s’il existe, ou encore dans le
Le travail collectif a ses limites. En petit
- si l’élève manifeste ces savoir-faire de couloir si les locaux sont exigus ;
groupe, le maître peut évaluer et faire
façon strictement individuelle et sans - des ateliers d’oral où les élèves sont en
évoluer par des jeux appropriés les autonomie fonctionnent grâce à une
difficultés individuelles. Le dispositif des aucun modèle («Peux-tu frapper le
rythme de Am Stram Gram ?» ou bien, situation motivante : jeux de devinette (un
ateliers (en maternelle et au CP) permet enfant doit deviner ce que l’autre a dans son
«Peux-tu proposer un mot dans lequel
d’accompagner 4 ou 5 enfants de façon sac au trésor), situation du paravent (décrite
on entend le son... ?») ;
plus personnalisée. Mais les maîtres p.15), saynète qu’on connaît et qu’on
- si l’élève réalise ces deux jeux sonores
manquent de formation en ce domaine. rejoue, etc. ;
avec plaisir et facilité.
De même, en l’état actuel de la formation - pendant la sieste, l’enseignant de petite
Dans la mesure où ces deux conditions sont
des maîtres, et sauf exception notoire, la section prend en charge un petit groupe
remplies, alors seulement il sera possible
chorale de l’école apprend à vivre d’élèves ;
de penser que la conscience phonique de - le samedi matin, les élèves présents, peu
ensemble plus qu’à chanter et s’écouter.
cet élève est en construction. nombreux, participent à un atelier d’oral ;
Or, beaucoup trop de maîtres comptent
Si l’élève ne joue pas, s’il n’est pas à l’aise, - les classes fonctionnent de temps en temps
seulement sur la chorale pour les activités
il ne sert à rien de répéter ces situations à deux : un enseignant prend en charge un
chantées, en maternelle comme au CP, au
«indicateurs». Il faut travailler ailleurs : il très grand groupe pour une activité
lieu de faire confiance à leur voix, même
est nécessaire de reprendre les quatre collective (conte, projection, chorale, EPS
imparfaite.
situations mentionnées plus haut. avec un aide-éducateur…), tandis que
Quelles étapes dans le l’autre organise un atelier d’oral ;
Françoise GAUSSIN, professeur de musique - un tutorat est organisé avec le cycle 3 dont
parcours d’apprentissage ? au centre IUFM d’Etiolles
l’objectif est non pas l’écoute d’une lecture
Ø Repères pour construire une pro- par les grands, mais la conversation, avec
gression selon les cycles : une situation précise ; etc.
- dès la petite section, l’interprétation du Les groupes peuvent être homogènes
chant ou de la comptine est aussi 1-Britt-Mari Barth, L’apprentissage de l’abs-
traction, Retz, 1987.
(volubiles et silencieux séparés) ou
importante que sa justesse ; 2- La mallette Musique au quotidien au cycle 2 hétérogènes, selon les objectifs.
- l’interprétation individuelle de la (CRDP de Bourgogne-PEP21, 1997) est
comptine ou du chant est possible à disponible dans toutes les inspections. Claire BONIFACE, IEN à Palaiseau

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


20 Dossier : L’oral

l’investissement réel des élèves auditeurs


Vous avez dit quoi d’neuf ? et celui de l’intérêt en terme d’apport
d’information.
Le quoi d’neuf connaît un regain de jeunesse. Caricaturé parfois, Afin de valoriser le travail du présentateur
vidé de son sens quand il ressemble au texte libre où le blanc de la et d’éviter la passivité des auditeurs, je leur
page est aussi stimulant que l’injonction «je vous ordonne d’être demande de prendre des notes. Dans le
spontané», détourné de ses principes quand les enfants nantis cadre des études dirigées, les élèves
racontent leur week-end de loisirs à ceux qui ont passé le leur dans apprennent à relever l’essentiel d’un
les escaliers de l’immeuble (j’ai fait du cheval, après ma mémé m’a message, à utiliser des symboles et des
emmené faire du kayak et puis j’ai été au théâtre), il nécessite une abréviations. Regroupées sur un cahier,
organisation et des objectifs rigoureux. Témoignage d’une ces notes doivent être assez claires et
praticienne. précises pour pouvoir être utilisées dans
le cadre d’une évaluation mensuelle
concernant plusieurs articles d’actualité.
ous l’appellation quoi d’neuf, on Dans un premier temps, j’ai demandé aux
S trouve de nombreux dispositifs
poursuivant des objectifs différents et
enfants lecteurs habituels du journal de
présenter un article les ayant intéressés.
Cette évaluation permet de faire le point sur
l’écoute et la mémorisation effectives.
Cette interprétation libre du quoi d’neuf
fonctionnant selon une périodicité tout Certaines contraintes ont été alors données de la pédagogie institutionnelle répond à
aussi variable. pour susciter chez les autres l’envie de mon souci initial et a évolué dans le temps
Dans certaines classes, on traite quo- découvrir l’article par eux-mêmes : en fonction des réactions et des
tidiennement de sujets «libres ou résumer le sujet en donnant l’information commentaires des enfants.
spontanés» que les enfants choisissent en essentielle, ne pas lire l’article et en faire
fonction de leurs préoccupations une présentation brève afin de ne pas La richesse du quoi d’neuf
personnelles1. Dans d’autres, on aborde déflorer le sujet.
des points d’actualité au jour le jour, au Le quoi d’neuf favorise les comportements
sujet desquels les enfants échangent, Apprendre à présenter valorisés dans la classe : entraide et
confrontent leurs informations et leurs coopération pour la préparation des fiches-
Pour aider les présentateurs à exposer de guides, pour la recherche d’illustrations et
sources. Enfin, certains s’apparentent à un façon synthétique leur sujet, nous avons,
exposé que présente un enfant sur un sujet de documents complémentaires ; respect
au cours de séances d’études dirigées, du travail réalisé et écoute de la personne
d’actualité. élaboré une fiche-guide. Ecrite en gros
En ce qui me concerne, institutrice dans une qui parle. Il permet de développer des
caractères, celle-ci peut être posée sur la compétences dans le domaine de la langue
classe de CM2, j’ai décidé il y a quatre ans table, tel un prompteur à la télévision.
de lier cette activité à la lecture d’un orale et écrite.
Libre de ses gestes, l’enfant peut montrer Les enfants choisissent fréquemment des
hebdomadaire d’information auquel la l’article, le gros titre et commenter les
classe était abonnée. En effet, bien que sujets proches de leurs préoccupa-
éventuelles illustrations, sans perdre le fil tions (racket, violence, agression...) qui
l’abonnement à cette revue ait été décidé de ses idées.
en conseil de coopérative, j’ai constaté que permettent la mise en place de débats
Pris au jeu, de nombreux enfants ont voulu «décontextualisés» (ce que ne peuvent pas
si certains élèves étaient des lecteurs présenter à leur tour des articles. Certains,
assidus, d’autres l’ignoraient : comment être les débats du conseil de coopérative,
en préparant leur fiche-guide sur des centrés eux sur des problèmes de vie de
les impliquer dans la lecture et la transparents, peuvent, grâce au rétro-
présentation d’articles ? classe). Cette distanciation, en dépas-
projecteur, compléter leurs informations sionnant les débats (dans le sens où ils
par d’autres illustrations, graphiques ou sont moins chargés d’affect), facilite
schémas. l’expression, la confrontation des opinions,
1-C’est le dispositif originel de la pédagogie
institutionnelle. Véritable outil de médiation et Afin de ne pas déborder les trente minutes l’argumentation... ce qui ne représente pas
d’expression de soi, il ne poursuit pas d’objec- hebdomadaires prévues dans l’emploi du le moindre des intérêts de ce travail.
tifs pédagogiques spécifiques, donnant à ses temps, il a fallu rapidement prévoir un
détracteurs l’impression «d’une perte de calendrier où les volontaires s’inscrivent.
temps» (cf. Médiations, institutions et lois dans
la classe, Francis Imbert et le Groupe de
Cette façon de procéder a semblé porter ses Evelyne VINCENT, maître formateur
recherche en pédagogie institutionnelle, ESF fruits, mais il restait la question de à l’école Les Erables
éditeur, 1994). l’évaluation sous deux aspects : celui de à Villemoisson-sur-Orge

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


Dossier : L’oral 21

L’évaluation est envisagée de façon


Bibliographie sur l’oral gérable. Un répertoire des situations
facilite l’utilisation de ce document pour
Nous avons choisi en priorité des ouvrages la préparation de classe.
pratiques qui permettent de diversifier les situations
de classe, tout en se référant à des apports Les apports de la recherche
théoriques. Des références complémentaires Ø Repères, «Pratiques langagières et ensei-
s’adressent aux lecteurs avides... gnement du français à l’école», n°15, 1997.
Ø Repères, «L’oral pour apprendre»,
Notre choix dans l’enseignement d’aujourd’hui. Un n°17, 1998.
apport théorique, accessible, se réfère aux Ø Pratiques, «Interactions et appren-
ØParler ensemble à la maternelle : la «grands noms» de l’oral et s’articule autour tissage», n°103-104, novembre 1999.
maîtrise de l’oral, l’initiation à l’écrit, de trois pôles : les compétences langa-
Agnès Florin, Ellipses, 1995. gières, la démarche, le projet. Quelques D’autres ouvrages pratiques
Quatre angles de vue orientent cet pistes d’activités sont balayées ; elles
ouvrage : un panorama des textes officiels seront développées selon des fiches, dans Ø Enseigner l’oral à l’école élémen-
de 1970 à 1995, une présentation des les trois ouvrages suivants organisés par taire, Georges Gauzente, CDDP de la
courants de la recherche depuis le début du cycle. Marne, 1993.
siècle, une analyse des pratiques scolaires Au cycle 1, les fiches s’articulent autour de Ø Situations de communications
du langage en école maternelle, des deux axes : de vraies situations de langage écrites et ou orales à l’usage des maîtres
propositions d’activités de langage à motivantes et des jeux oraux, décrits de l’école élémentaire, CRDP de
l’école maternelle. clairement et utilisables rapidement par Franche-Comté, 1994.
ØAp-prendre la parole, Eveline l’enseignant. Les fiches sont détaillées : Ø Approches de la langue orale à
Charmeux, SEDRAP,1996. objectif principal, durée, dispositif l’école maternelle, dir. Marie-Françoise
Cet ouvrage propose à la fois une réflexion pédagogique, matériel, déroulement des Ferrand, CRDP de Lyon, 1994.
sur l’oral et ses enjeux, des données opérations, critères de réussite, liaisons Ø Argos, la revue des BCD et des CDI,
théoriques faciles d’accès, une démarche oral-écrit, variantes. «Espaces de lecture, espaces de paroles »,
pédagogique, des contenus d’ensei- Aux cycles 2 et 3, les fiches permettent n°12, avril 1994 ; un numéro sur l’oral
gnement organisés de la maternelle d’aborder avec sa classe les différents types sortira en 2000.
jusqu’au collège, ainsi que des situations d’oral dans des situations ayant du sens Ø Ateliers de langage pour l’école
pour les élèves. L’apprentissage est fondé
et des activités pour chacun des cycles de maternelle, Jean-François Simonpoli,
la scolarité. sur la construction d’outils de références
Hachette éducation, 1995.
élaborés avec les enfants, pour chaque type
ØPour un enseignement de l’oral : Ø Pour que chacun parle : à l’école
d’oral. Les sujets proposés sont adaptables
initiation aux genres formels à l’école, maternelle et au CP, Philippe Clermont,
aux différents projets de classe.
Joaquim Dolz, Bernard Schneuwly, ESF Annie Cunin, Marie-Louise Scheidhauer,
L’organisation de la séance est précise :
éditeur, 1998. CRDP d’Alsace, 1997.
durée, matériel nécessaire, déroulement
Ce livre apporte une définition des des opérations, dispositif pédagogique Ø Langue orale en maternelle : il était
différentes formes d’oral, une démarche (collectif ou en groupe). Les critères de une fois la musique des mots, dir. Odile
d’enseignement de l’oral, des exemples réussite sont définis clairement. Obiso, CRDP du Nord-Pas de Calais, 1999.
de séquences d’oral avec un filage très Des jeux oraux renforcent la mise en place
précis des séances et une illustration par Le conte, le théâtre
de certaines compétences.
des rapports d’expérimentation menée et la lecture à haute voix
ØEnseigner l’oral à l’école primaire,
avec des groupes d’enfants.
Groupe Oral Créteil, coordonné par Ø Le conte au service de l’apprentis-
ØIntroduction à la pédagogie du Catherine Le Cunff et Patrick Jourdain, sage, cycle 2 et 3, avec un CD, Anne Popet,
langage : maternelle (tomes 1 et 2), IUFM de Créteil-Hachette éducation, 1999. Evelyne Roques, Retz, 2000.
Philippe Boisseau, CRDP de Rouen, De très nombreuses situations péda-
1996 et 1997: voir article p. 4. gogiques d’oral sont proposées du début du Ø Voir pages 7 et 10 pour le théâtre et la
ØMaîtriser l’oral, Patrick Blochet, cycle 1 à la fin du cycle 3 et également aux lecture à haute voix.
Chantal Mairal, Magnard, 1998. classes de perfectionnement. Elles sont
Elisabeth BINTZ, conseillère pédagogique à
Un voyage dans les instructions officielles accompagnées d’une analyse rigoureuse et Viry-Chatillon et Laurence FROUIN,
de 1887 à nos jours permet de situer l’oral étayées par une réflexion théorique digeste. responsable du centre de ressources en lecture

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


22

Les manuels de CP (le retour)


Souvenez-vous de notre enquête choc sur les manuels de lecture au CP, agrémentée de commentaires
dénués de langue de bois pédagogique. C’était notre n°21 de février 1998. En deux ans, le paysage de
nos classes de CP a bien changé. Annick Vinot, qui a dépouillé notre nouvelle enquête concernant
tous les CP de l’Essonne, nous donne au passage des infos sur les nouveautés de l’édition.

Nombre de CP Pourcentage Nombre de CP Pourcentage Deux ans plus tard,


en 1997-1998 de classes en en 1999-2000 de classes en quoi de neuf ?
1997-1998 1999-2000
Ÿ Les quatre manuels qui l’emportaient au
Daniel et Valérie 1964 1 0,1% 0 0% palmarès, dans l’ordre Ratus, Lecture en
Caroline et Bruno 1969 3 0,4% 4 0,5% fête, Gafi et Le nouveau fil des mots,
Chats, chats, chats 1970 1 0,1% 1 0,1% connaissent une chute vertigineuse : ils
A l’aube de l’école 1973 5 0,6% 1 0,1% régnaient à eux quatre sur 69,6% des
Luti 1976 1 0,1% 0 0% classes utilisant un manuel ; ils ont bien
Bigoudi 1985 5 0,6% 1 0,1% baissé : 41,2%.
Guide de lecture : objectif lire 1986 6 0,7% 1 0,1% Ÿ Tout lasse et tout passe, Ratus
Boule et Bill 1987 3 0,4% 1 0,1% n’échappe pas à cette règle. Sa suprématie
Ratus 1987 185 22,6% 79 9,8% d’il y a deux ans s’effondre, même si
La sorcière et moi 1988 2 0,2% 1 0,1% presque une classe sur dix l’utilise encore.
En avant les CP ! 1988 3 0,4% 1 0,1% Ÿ Mis à part les adeptes du célèbre rat, les
Lire au CP : le nouveau fil des mots 1990 69 8,4% 36 4,5% fervents de manuels antérieurs à 1990
Paginaire 1992 31 3,8% 16 2% restent marginaux. Luti, Daniel et Valérie
Gafi 1992 84 10,3% 57 7%
ont, quant à eux, pris une retraite bien
Croquepages 1992 4 0,5% 3 0,4%
méritée. Caroline et Bruno et A l’aube
Dame Coca 1993 2 0,2% 5 0,6%
de l’école, antérieurs aux programmes de
Cahier Plume 1993 7 0,9% 1 0,1%
1985 (!), survivent étrangement.
Lecture en fête 1993 129 15,8% 99 12,2%
Ÿ Lecture en fête garde un bon score,
Tibili ou Ecrit livre 1993 11 1,3% 11 1,4%
le meilleur, talonné de près par Abra-
Mika 1995 32 3,9% 41 5,1%
cadalire.
Lecture envol 1995 9 1,1% 9 1,1%
Ÿ Bonne nouvelle : de nombreux ensei-
Animalire 1995 3 0,4% 4 0,5%
gnants ont déclaré compléter leur manuel
Lecture à croquer 1996 12 1,5% 13 1,6%
avec des albums et des écrits variés.
Abracadalire 1996 29 3,5% 96 11,9%
Ÿ Les enseignants ayant choisi de
Cadou 1996 34 4,2% 40 4,9%
travailler sans manuel sont en légère
Quatre saisons pour apprendre à lire 1 1997 50 6,2%
augmentation.
Coucou Lilou 1998 6 0,7%
Ÿ D’autres ont choisi d’utiliser dans leur
Frisapla la sorcière 1998 10 1,2%
classe plusieurs manuels à la fois ou
Pas à page 1998 37 4,6%
successivement, suivant les besoins des
Grindelire 1999 19 2,3%
élèves.
Plusieurs manuels utilisés 13 1,6% Ÿ Il y a deux ans, une classe sur dix
Méthode Borel Maisonny 2 0,2% utilisait un manuel édité après 1995, la
proportion est aujourd’hui d’une classe
CP AVEC MANUEL 671 82,1% 658 81,3% sur trois. On ne peut que s’en réjouir. Les
CP SANS MANUEL 146 17,9% 151 18,7% publications qui ont suivi les programmes
TOTAL DES CLASSES DE CP 817 100% 809 100% de 1995 sont dans l’ensemble de qualité.
Nous faisons l’hypothèse que le n°21 de
1-Cette méthode a plusieurs titres : Ecrit livre, Tibili ou Quatre saisons pour lire. Les deux premiers
furent publiés en 1993, mais le manuel Quatre saisons pour lire qui complète la valise pédagogique BLÉ91 y a été pour quelque chose dans
n’est paru qu’en 1997. Les différents titres sont utilisés dans 7,5% des classes de CP. certaines classes…

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


23

Des dérives sans s’en apercevoir Bienvenue graphèmes d’un même son, un «dico» pour
et des détournements de génie aux nouveaux manuels le capital de mots, un questionnaire ouvert,
un texte de réinvestissement ou un résumé,
Un manuel est un outil et nous savons Ø Lire, écrire et compagnie, Les édi- une présentation de différentes formes
qu’un bon outil ne fait pas un bon ouvrier, tions de la Cigale, Grenoble, 1997 verbales... Le manuel se termine par un
mais qu’un bon ouvrier mal équipé reste Partagerez-vous notre coup de cœur pour mini dictionnaire illustré. Les cahiers
compétent. un inconnu en Essonne, émanant d’un petit d’exercices de lecture et les cahiers
Certains enseignants, pour de bonnes éditeur ? Le manuel, une banque de d’exercices d’écriture proposent des
raisons telles que gagner du temps, ou données de textes variés, propose une exercices variés, un peu mâchés pour la
pour de mauvaises raisons (lire c’est classification des écrits par thèmes proches production d’écrits. Le guide pédagogique
déchiffrer), ne conservent dans des manuels de la vie des élèves, croisée avec une aide quotidiennement le maître. Les dix
de qualité que l’aspect grapho-phonétique. typologie de textes, y compris argumen- enseignants qui l’utilisent dans le dépar-
Toutes les excellentes propositions du tatifs. Les trois cahiers d’exercices offrent tement s’en disent satisfaits. Animalire,
guide du maître, concernant par exemple des activités diversifiées, notamment de chez le même éditeur, nous avait semblé
la diversité des écrits lus et PRODUITS, réelles situations de production d’écrits. Le en son temps plus original.
sont oubliées. Quel dommage et surtout guide pédagogique présente, outre des Ø Pas à page, Nathan, 1998
quelle erreur ! Nous savons depuis déjà informations concrètes fort utiles pour Le manuel contient quinze modules
bien longtemps que l’apprentissage de la gérer au mieux un CP, tous les aspects structurés à l’identique, avec des thèmes
lecture ne peut se réduire à la combinatoire. pédagogiques de l’apprentissage de la variés permettant une exploitation pluri-
Que leur conseiller ? Relire les program- lecture-écriture en relation avec les disciplinaire. On apprécie la présence de
mes de 1995, utiliser avec précision les différentes disciplines et l’édition pour la textes longs, à l’opposé de l’étude des
guides pédagogiques associés aux jeunesse. phrases minimalistes de la tradition. Les
manuels, lire le n°21 de BLÉ91 ou encore Ø Coucou Lilou, Hachette, 1998 cahiers d’exercices proposent des activités
faire connaissance avec Bernard Devanne Le manuel, de format agréable, présente dix variées, un peu limitées en production
ou Catherine Tauveron1. thèmes d’étude permettant une ouverture d’écrits. Le guide pédagogique comprend
En revanche, des enseignants travaillant culturelle particulièrement riche et des une réflexion théorique et une aide, jour par
de gré ou de force avec Ratus, Gafi et écrits variés. Un «dico des sons» est jour. Enfin, un disque compact propose
compagnie réussissent à rendre ces détachable. Les cahiers d’exercices, en l’enregistrement d’histoires, de comptines
affreuses bêtes fréquentables et même couleur, donnent envie d’écrire ; la et de chansons contenues dans le manuel.
intéressantes. Ce cas n’est pas rare dans production d’écrits reste à développer. Le Ø Grindelire, Bordas, 1999
les classes de PE sortant d’IUFM qui guide pédagogique détaille l’enjeu et le Le manuel s’organise autour de cinq
n’ont pas pu choisir leur manuel. L’astuce déroulement des séances, des pistes de histoires pour la jeunesse écrites pour la
consiste, par exemple, à s’introduire travail interdisciplinaires et une biblio- méthode par de vrais écrivains, reprises à part
souvent en BCD, à présenter au moins graphie pertinente pour l’enseignant. En en albums. La page de gauche est réservée
chaque semaine un texte inconnu aux Essonne, un enseignant sur deux ayant au texte et à son illustration ; celle de droite à
élèves, à leur faire produire de l’écrit choisi ce manuel ne semble pas en être la mémorisation d’un capital de mots, au
avant qu’ils ne sachent lire (comme en satisfait (mais ils ne sont que six !). Ah oui, fonctionnement et à la compréhension de la
maternelle), à travailler la compréhension Lilou est une chenille qui se cache un peu langue, ainsi qu’au réinvestissement des
de l’implicite (surtout pas dans le manuel Ø Frisapla la sorcière, SEDRAP, acquisitions. L’étude du code est concentrée
où tout est clair comme lola mange de la Toulouse, 1998 à la fin de chaque chapitre, suivie d’une
salade), etc. Des textes variés ont pour fil conducteur les présentation de différents types d’écrits.
Certains enseignants travaillant sans manuel, aventures de plusieurs personnages, un peu Les cahiers d’exercices sont composés
notamment avec des albums, souhaitent décevants : la sorcière Frisapla tient de la d’activités variées. Le livre du maître est
participer à un groupe d’échanges à ce sujet. grand-mère soixante-huitarde et ses deux détaillé, avec des compléments sur l’édition
Si vous êtes intéressé (e), contactez le centre compagnons le chat Teigne et la chauve- pour la jeunesse.
départemental de ressources en lecture, souris Gus semblent être des cousins de Ø Trois nouveautés à analyser pro-
école du Parc aux Biches, 91000 Evry. Ratus ; deux enfants apparaissent au chainement : J’apprends à lire avec
chapitre 7 ; tout ce monde-là existe aussi Mini-Loup chez Hachette, Je lis avec
1-Par exemple : Apprendre à lire : bâtir une en marionnettes. Sur une double page, on Dagobert chez Istra, Ribambelle chez
culture au CP, une année de lectures, avec
Jacqueline Boussion et Michèle Schöttke, découvre les textes et leurs illustrations, Hatier. Annick VINOT, conseillère
Catherine Tauveron, Hachette, 1998. l’étude du code qui associe différents pédagogique à Orsay

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


24

Les temps des verbes : La projection dans l’avenir est plus ou


moins grande. D’où les nuances de futur
«proche» ou «lointain» pour le futur simple
méfions-nous. comme pour le futur périphrastique :
Demain, il sera trop tard. Je vais
manger une pomme.
Ce feuilleton1 sur la conjugaison se poursuit avec l’emploi des Comme pour le présent, on trouve un
«tiroirs» de la conjugaison. Comme dans les deux articles emploi de futur «historique» : Il était bien
précédents, Carole Tisset décape les habitudes dans le domaine de caché sous les fourrés. Il les vit arriver
l’enseignement de la conjugaison… L’imparfait, temps de la de loin. Tout à coup, il les entend près
durée ? Faux ! Passé simple, temps de l’action brève ? Que nenni ! de lui. Il les entendra tout la nuit durant,
frissonnant de froid et de peur.
L’énonciation est transportée dans le passé
I l est d’usage de commencer l’appren-
tissage des temps au CE1 par les
«époques» situées sur une flèche du temps :
moment de la parole, mais le fait de voir les
côtes dépasse ce moment comme l’indique
quelquefois. Le présent est dilaté.
pour actualiser l’événement.
Par rapport au futur simple, le futur
antérieur permet de considérer que l’action
hier aujourd’hui demain Le présent gnomique implique des géné- est accomplie. Il marque également
passé présent futur
ralités, des permanences qui ne réfèrent l’antériorité par rapport à l’action
donc pas seulement au moment de principale : Quand tu lèveras la tête de
A chaque adverbe de temps, on fait l’énonciation. Il est employé dans les
correspondre une époque qui, comme par ton travail, je serai déjà parti.
proverbes, dans les énoncés scientifiques. L’imparfait ne s’emploie pas seulement
hasard est le nom d’un «tiroir»2 : passé pour L’événement peut être décalé par rapport
passé composé, présent pour présent, pour les faits qui durent : Cinq ans plus
au moment de l’énonciation. C’est ce qui tard, il mourait ; mourir est présenté
futur pour futur. fait dire à certains grammairiens3 que le
Mais comment expliquer à un enfant que comme bref.
présent n’est pas un temps, puisqu’il peut Avec l’imparfait, l’événement est vu «de
Demain, Zoé se marie a bien le sens d’un épouser toutes les valeurs :
futur même si on emploie le présent de l’intérieur», dans son déroulement, sans
- valeur de postériorité par rapport à limitation explicite. La valeur chrono-
l’indicatif ? Pourquoi lui refuser l’énoncé : l’énonciation : Dans trois jours, il pleut ; logique de l’imparfait consiste à marquer
Aujourd’hui j’ai fini mon travail, sous - valeur d’antériorité par rapport à l’énon- l’antériorité par rapport au moment de la
prétexte qu’il emploie le passé composé ? ciation : Hier, Pierre arrive et me dit… ; parole : En ce moment, vous lisez un arti-
- valeur «historique» ou présent narratif : cle rasant sur les temps, hier et avant
Le premier système
Il était bien caché sous les fourrés. Il les hier, c’était un Agatha Christie.
L’emploi des tiroirs de la conjugaison se vit arriver de loin.Tout à coup, il les Le passé composé possède deux valeurs.
fait selon deux systèmes. Le premier est entend près de lui… La première est celle de présent accompli :
organisé autour de la parole (monologue, Celui qui parle se déplace au moment des J’ai nagé trois longueurs de bassin sans
autobiographie au présent) : tous les propos événements ou les événements sont m’arrêter (maintenant, au moment où je
sont repérés par rapport au moment de la déplacés pour coïncider avec le moment vous parle, je viens de le faire…). C’est
parole, ce qui constitue ce que les linguistes de l’énonciation, afin qu’ils appar- pourquoi il est compatible avec main-
appellent l’énonciation discursive. Le tiennent au présent de l’énonciation et tenant, aujourd’hui.Il ne faudrait pas
présent situe celui qui prend la parole au que le lecteur ait l’impression d’assister sanctionner un enfant qui l’emploierait.
moment de cette parole. L’énonciation se en direct à l’histoire.
définit par trois termes : je, ici, maintenant. Le présent est un temps difficile à la fois
Certains temps verbaux peuvent situer les parce qu’il ne possède pas de désinence 1-Voir les deux épisodes précédents dans
BLÉ91, n°23, octobre 1998 et n°25, mars
événements comme simultanés, antérieurs propre, contrairement aux autres tiroirs4, 1999.
ou postérieurs à ce moment subjectif. mais aussi parce qu’il peut s’employer avec 2-Le mot tiroir vient des linguistes Damourette
Au présent, l’action du verbe se fait en toutes les valeurs. et Pichon. Il évite l’emploi du mot temps pour
même temps que le locuteur parle : Je Le futur situe un événement postérieur nommer le temps de conjugaison qu’on ne
vous remercie. Dans la phrase On voit par rapport au moment de l’énonciation. différencie plus avec la valeur temporelle, celle-
quelquefois la Corse des côtes de Le français connaît deux futurs gramma- ci étant confondue avec le temps qui passe.
3-Guy Serbat.
France comme aujourd’hui, l’adverbe ticaux et plusieurs futurs périphrastiques : 4-Voir le précédent article «Surtout renoncer
aujourd’hui et le présent de l’indicatif aller + infinitif, être sur le point de + aux tables de conjugaison», BLÉ91, n°25,
indiquent que l’énoncé coïncide avec le infinitif, devoir + infinitif. mars 1999.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


25

Un deuxième système indique bien un passé et non un présent En production d’écrits, on ne mélangera
accompli. Il est choisi de préférence au pas ! Les récits seront d’abord à l’imparfait
Le deuxième système est caractéristique passé composé parce qu’il est commu- et au passé simple. L’emploi du passé
de la langue écrite ; il présente des nément employé à l’oral, parce que ses composé s’admet avec les plus grands, au
événements comme coupés du moment de formes de conjugaison ne prêtent pas à risque de passer du récit au discours.
la parole. On l’appelle énonciation sourire contrairement au passé simple Régulièrement, en lecture, on vérifiera la
historique. Deux temps sont fonda- (pensez à vous pûtes). compréhension de la chronologie des
mentaux : le passé simple et l’imparfait. événements dans un passage du texte lu en
On peut y trouver le passé antérieur, le Que faire en classe ? classe. Là aussi, on ira du simple au
plus-que-parfait, ainsi que le condition- On pourra commencer par travailler la complexe, avec un entraînement collectif
nel. Le présent, autre que les présents chronologie en dehors de toute forme oral avant de passer à la forme écrite
intemporel et narratif, et le futur, sont exclus. verbale afin de bien installer les concepts individuelle.
Le passé simple n’exprime pas la rapidité de simultanéité, postériorité, antériorité. Voici deux exemples d’exercices.
ou la brièveté. Il n’est pas ponctuel : Il plut On peut utiliser l’emploi du temps, les
quarante jours et quarante nuits. Le prescriptions, les différentes activités Numérote les événements dans l’ordre
passé simple offre une vision «externe» de où ils se sont réellement passés.
sportives d’une même séance afin de faire
l’action, comme un tout limité, borné. Le Exercice simple :
placer les «événements» les uns par rapport 1- Le petit poisson bleu demande une écaille.
passé simple est l’épine dorsale du récit aux autres. Puis on prendra différents
dans la mesure où les verbes qui font 2- Les vagues ont rapporté l’histoire à
repères. Octopus.
avancer l’intrigue sont nécessairement Exemple : Avant l’EPS, on a fait une 3- Octopus disparaît.
employés à ce temps. L’imparfait sert à dictée. Après l’EPS, on fera du calcul. 4- Octopus donne un conseil.
planter un décor, à expliquer les circons- Avant le calcul, on a fait une dictée, puis 5- Arc-en-ciel reste seul6.
tances peu importantes. C’est le temps de de l’EPS. Après la dictée, on fera de Exercice difficile :
la description, de l’arrière-plan. Le passé 1- Lucas s’est mis en tête de me trouver un
l’EPS, puis du calcul. compagnon à moi son chat.
simple permet la mise en relief des Pour travailler les temps, il est nécessaire 2- Vous parlez d’une idée !
événements qui constituent l’intrigue : qu’au préalable l’élève distingue le verbe 3- Je ne demande rien à personne, moi !
Maître Corbeau sur un arbre perché des autres mots. Des activités systéma- 4- Ce matin, Lucas vient me voir.
Tenait en son bec un fromage. tiques de substitution, en observant les 5- «Il te faudrait un camarade, Ronron…
Maître Renard, par l’odeur alléché changements de sens et les changements Une tortue ferait l’affaire.
Lui tint à peu près ce langage. orthographiques, comme les tris de mots, 6- C’est bien trop lent pour moi, Lucas !
L’imparfait déborde tout repère. Le passé 7- Ce qui te conviendrait, c’est un chien !
aideront bien mieux qu’une définition Un beau chien !
simple sert de repère. imposée par le manuel ou l’adulte5. Pour 8- J’ai sommeil ? Lucas.
Le conditionnel est un futur dans un qu’intuitivement s’installe le double 9- Nous en reparlerons, demain.»
énoncé coupé du moment de la parole. Il système, on fera repérer systéma- Ce texte est difficile parce qu’il mêle une
marque la postériorité par rapport à un tiquement, quel que soit le type de texte, ce partie narration au présent alors que les
événement repéré dans le passé : Mme X qui est dialogue (qui ressemble à faits racontés ont déjà eu lieu, donc sont
rencontra M Y. Ils se plurent, se l’énonciation discursive) et narration (qui antérieurs. Il fait semblant de s’adresser à
marièrent… Dix ans plus tard, comme quelqu’un. Le texte écrit mime un conte
ressemble à l’énonciation historique). Des oral. La partie «dialogue» est centrée sur le
beaucoup, ils divorceraient. textes combinent les deux énonciations. Il présent, mais n’est pas sur le même plan
Le passé composé fait concurrence au faut donc veiller à aller du «pur» au que le récit. Il est inclus.
passé simple avec une seconde valeur, autre «mixte» : On visera d’abord la compréhension de
que celle indiquée ci-contre. La concurrence - dialogue théâtral ; l’ordre chronologique. Puis, on observera
des deux passés n’est pas récente. Au - bulles de BD ; les temps, pour montrer leur valeur
XVII° siècle, les grammairiens instituèrent - dialogue téléphonique ; chronologique.
la règle des 24 heures qui commandait - dialogue de personnages dans un récit Carole TISSET, maître de conférences
qu’un fait s’étant déroulé au-delà de la nuit avec un minimum d’incises qu’une lecture au centre IUFM d’Etiolles
écoulée devait se narrer au passé simple. dramatique effacera ;
Pour savoir à quel passé composé on a - autobiographie ; 5-Voir «Surtout ne pas donner de définition du
affaire, il faut vérifier par la substitution - texte explicatif et texte prescriptif ; verbe», BLÉ91, n°23, octobre 1998.
6-D’après Arc-en-ciel, le plus beau poisson des
avec le passé simple : Il était une fois une - narration sans dialogue à l’imparfait et océans, M. Pfister, éd. Nord-Sud, 1992. Cet
gentille sorcière. Un jour, elle a disparu au passé simple, narration au passé exercice nécessite bien entendu d’avoir lu
(= elle disparut). Le passé composé entrecoupée de dialogues… l’album.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


26

Quels contrats ? Le contrat local de sécurité


Comme son nom l’indique, ce contrat est
Contrat de réussite, contrat éducatif local, contrat local de sécurité, très orienté vers les problèmes de sécurité.
contrat de ville... Comment s’y retrouver ? Ceci explique la présence du préfet bien
Guy Guézille, inspecteur d’académie adjoint, nous aide à nous sûr, mais aussi du procureur de la
repérer. république (copilote avec le préfet), de la
police, de la gendarmerie. L’éducation
F ace à une situation et une évolution
de plus en plus préoccupantes où
incivilité et violence se développent au
- l’accès aux technologies nouvelles ;
- une grande qualité relationnelle avec les
parents ;
nationale y est totalement associée et le
recteur, tout comme le président du conseil
général et du conseil régional, peut être
point de se banaliser, l’état a engagé une - une ouverture vers le monde extérieur amené à signer ce type de contrat.
réflexion visant à améliorer collectivement (scientifique, économique, culturel et Aux aspects éducation et sécurité qui sont
les actions de prévention, de dissuasion sportif, collectivités). deux grands objectifs de ce contrat, il faut
voire de répression, susceptibles de L’Essonne possède actuellement 13 réseaux ajouter l’aménagement du territoire qui
répondre à ce phénomène. d’éducation prioritaire qui regroupent prend une importance toute particulière et
Cette réflexion a été menée dans les 178 écoles, 18 collèges, auxquels sont explique une présence très forte de la
domaines de l’éducation, l’insertion, la associés 3 lycées. Leur fonctionnement est direction départementale de l’équipement.
socialisation, la santé et la sécurité. confié à un responsable et à un coor- Est importante aussi la cohésion sociale,
Partant du principe que de nombreux donnateur qui sont entourés d’un conseil de symbolisée par la présence de la DDASS
acteurs sociaux et éducatifs mènent déjà réseau. Le contrat est conclu entre le recteur et de la DDT.
des actions au sein des communes, ou son représentant (l’inspecteur Au sein d’une ville ou d’une agglo-
l’objectif et la philosophie générale d’académie) et les responsables du REP. mération, ce contrat se traduit par un
choisis par l’état consistent à recenser, Il est signé pour une période de 3 ans et fera partenariat entre les services municipaux
mutualiser et provoquer une prise de l’objet d’une évaluation au niveau du concernés, la police ou la gendarmerie,
conscience collective d’initiatives réseau et au niveau départemental. l’école, les associations, les sociétés de
menées ou à mener. transports et les bailleurs sociaux. Les
Cette forte volonté politique se concrétise Le contrat éducatif local
conseils communaux de prévention contre
par une mise en place de contrats ayant Ce contrat traite de l’aspect préventif et la délinquance (CCPD) sont une réponse
chacun une orientation et des objectifs éducatif au sein d’une politique de ville ou collective recommandée.
bien spécifiques. Il n’en reste pas moins d’agglomération. Il se caractérise surtout
que tous ont un rôle et une fonction par les actions menées dans le domaine Le contrat de ville
complémentaires qui doivent se traduire péri-scolaire et extra-scolaire. Ceci La caractéristique de ce contrat est son
par une cohérence d’actions au niveau explique que les principaux partenaires aspect fédérateur et général.
local. sont au plan local : les services municipaux Il rassemble tous les partenaires évoqués
Voici en quelques lignes, ce qui caractérise concernés, l’école et les associations lors de la description des deux contrats
chacun de ces contrats. A noter que l’ordre (culturelles, sportives et autres). précédents, CEL et CLS. Il relève
de présentation va du contrat le plus Les grands objectifs sont la recherche complètement d’une politique de ville, de
«éducation nationale» vers celui qui se d’équilibre pour les jeunes d’âge scolaire groupement de villes ou d’agglomération.
situe dans le contexte le plus général. entre la réussite scolaire d’une part, la Les grands thèmes, tels que l’éducation, la
construction et l’épanouissement de la sécurité, les transports et l’aménagement
Le contrat de réussite personnalité d’autre part. du territoire, sont la base de son existence.
Ce contrat est rattaché à la mise en place 7 contrats sont actuellement labellisés par Il faut surtout souligner la notion de projet
des réseaux d’éducation prioritaire (REP). un groupe départemental de pilotage dont urbain à moyen et long terme qui apparaît
L’objectif principal est la mise en œuvre le préfet et l’inspecteur d’académie sont les dans les contrats de ville. L’habitat et
d’actions et de moyens permettant aux copilotes désignés par le texte de référence. l’urbanisme y sont soigneusement étudiés
jeunes en difficulté d’accéder à un meilleur En Essonne, le préfet a délégué sa fonction et peuvent avoir à terme une très grosse
niveau scolaire. La réussite scolaire est de copilote au directeur départemental de influence sur la sécurité et la qualité de vie
directement rattachée à ce contrat. Cet jeunesse et sports. Ce groupe de pilotage collective au sein d’une ville.
objectif majeur pourra être atteint grâce à : comprend, d’autre part, le conseil général, 26 contrats de ville sont actuellement en
- des actions culturelles et sportives ; la CAF, la DDASS, le FAS. cours d’élaboration pour une durée de 7 ans.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


27

Conclusion Les sigles Monographies


des communes de l’Essonne
Voici ainsi présentés les différents contrats CAF : caisse d’allocations familiales
actuellement en cours d’élaboration ou de CCPD : conseil communal de prévention
Chaque école a reçu une information,
mise en œuvre. contre la délinquance
relative au projet de rédaction de mono-
Il faut en retirer la forte volonté de l’état CEL : contrat éducatif local
graphies des communes essonniennes.
de structurer, d’harmoniser et de mutua- CLS : contrat local de sécurité A l’occasion de l’année 1900, une
liser les ressources et les compétences DDASS : direction départementale de monographie avait été rédigée pour
existantes au sein d’une ville ou d’une l’action sanitaire et sociale
chaque commune de France, en général
agglomération. DDJS : direction départementale de la par les instituteurs. L’ensemble de ces
Ceci ne doit pas nous faire oublier, au-delà jeunesse et des sports
travaux, qui restent d’un grand intérêt,
de cette mise en cohérence, le rôle capital DDE : direction départementale de avait été remis aux Archives dépar-
que joue chaque acteur de terrain dans la l’équipement
tementales, où l’on peut encore les
recherche de solutions face à cette situation DDTE : direction départementale du travail consulter.
de plus en plus préoccupante. et de l’emploi
Cette opération pourrait être renouvelée
Volonté et solidarité doivent bien sûr DRAC : direction régionale de l’action
100 ans plus tard, sur la base du
se conjuguer au présent, mais surtout et culturelle
volontariat et du bénévolat, éven-
encore plus au futur. FAS : fonds d’action sociale
tuellement avec les moyens techniques
REP : réseau d’éducation prioritaire d’aujourd’hui.
Guy GUEZILLE, inspecteur
d’académie adjoint, Des initiatives, notamment dans les
coordonnateur académique REP établissements scolaires, ont déjà été
prises ici et là. Il a semblé souhaitable
de les «fédérer», afin de leur apporter
ISSN N°1269-4010
l’aide méthodologique dont elles
Directeur de la publication
Les textes de référence Bernard MACCARIO, Inspecteur d'académie pourraient avoir besoin et d’en assurer
Directeur de la rédaction l’exploitation au niveau départemental,
Ø Contrat de réussite Nicole GAUDELET, IENA
avant publication d’une synthèse.
Circulaire n° 99-007 du 20 janvier 1999 Rédactrice en chef
Claire BONIFACE, IEN Il convient de préciser que la
«Elaboration, pilotage et accompagnement Comité de rédaction
des contrats de réussite des réseaux participation des enseignants n’est pas
Elisabeth BINTZ, conseillère pédagogique
d’éducation prioritaire», BO n° 4 du 28 Rolande DELORD-LASSUS, DEA exclusive d’autres bonnes volontés:
Laurence FROUIN, centre ressources lecture élus, «érudits locaux», clubs de
janvier 1999. Jean-François GEY, directeur d’IMPRO
Murielle HODEAU, maître formateur à l’IUFM retraités...
Ø Contrat éducatif local Marie LAVAUD, DEA Une proposition de «trame» a été
Circulaire n° 98-144 du 9 juillet 1998 Michèle PELLOUX, coordonnatrice ZEP
Geneviève RANC, IEN élaborée, une équipe de professeurs
«Aménagement des temps et des activités
de l’enfant : mise en place du contrat
Carole TISSET, PIUMF d’histoire-géographie et d’historiens
Pierre THEVENIN, conseiller pédagogique
éducatif local et des rythmes périscolaires», Jean-François VINCENT, OCCE locaux se met en place pour suivre
BO n° 29 du 16 juillet 1998. Annick VINOT, conseillère pédagogique l’opération et apporter toute l’aide dont
Illustrations vous pourriez avoir besoin.
Patrice GOURDET, conseiller pédagogique
Ø Contrat local de sécurité Mise en page Pour plus de précisions, pour faire
Circulaire du 28 octobre 1997 relative à la Danielle RODA, IAI
mise en œuvre des contrats locaux de Correction connaître votre intention de participer à
sécurité, JO du 30 octobre 1997. Sylviane CHAULEY cette opération, ou encore pour obtenir les
Imprimerie
E. P. 3000
coordonnées des autres personnes de
Ø Contrat de ville 91830 Le Coudray-Montceau votre commune prêtes à y participer,
Circulaire du 31 décembre 1998 relative Mise sous pli contactez :
aux contrats de ville 2000-2006, JO du IMPRO Roger Lecherbonnier de Palaiseau
15 janvier 1999. Pour toute correspondance : Jean-Luc FRANCE
Circulaire n° 99-194 du 3 décembre 1999 BLÉ 91 au centre IUFM d’Etiolles
12, rue du Docteur Morère
«Préparation et suivi des volets "éducation"
91120 Palaiseau
91450 Soisy-sur-Seine
des contrats de ville», BO n° 44 du 9 tel : 01 69 89 61 51
Tel : 01 69 31 27 30 - Fax : 01 69 31 44 54
décembre 1999. E-mail : ble.91@wanadoo.fr

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne


28

commentaire des travaux réalisés. Les


On note à la maternelle ! élèves sont associés à cette démarche de
différenciation.

A l’école maternelle, les pratiques d’évaluation évoluent. Souvenez- Les principes


vous de l’époque où les enseignant(e)s de maternelle ne supportaient
L’erreur est une source d’informations pour
pas l’idée d’évaluer, associée à la crainte de porter un jugement
l’enseignant et pour l’enfant : elle doit être
définitif alors que l’enfant est en acquisition instable. Les craintes
considérée positivement. Il est donc tout à
allaient jusqu’au fantasme du «fichage». Si ce temps est révolu
fait normal de faire figurer dans les cahiers
dans la plupart des classes, d’autres excès ont pris le relais.
des enfants les travaux contenant des erreurs
et manifestant peu à peu les progrès.
L’enfant acteur de ses apprentissages
L es enseignants hésitaient à com-
menter les travaux des élèves. Il était
parfois difficile pour les parents d’analyser
appréciation et peut ainsi perdre de vue le
plaisir de l’apprentissage au profit du plaisir
de la note. N’oublions pas non plus, avec
n’est pas une formule vide. La circulaire
récente sur les langages à l’école maternelle
la développe :
seuls, sans aucun commentaire de l’ensei- réalisme, les usages familiaux de cette
gnant, les travaux de leur enfant. notation : «tu n’as eu aucun tête souriante «Au fil des sections, il convient de favoriser
On a vu apparaître à l’école maternelle, et cette semaine, tu n’auras pas de…». prise de distance et prise de conscience par
parfois au CP, un système de petites têtes, des questions et des commentaires
souriantes ou pas. Propositions accompagnant les productions, puis par une
Lorsqu’on recourt à une auto-évaluation de analyse explicite avec les enfants. (…)
Avantage et inconvénients L’association des enfants à leur évaluation
l’élève pour certaines situations très nettes
s’intègre dans cette stratégie. D’abord
On voit tout de suite si c’est bien ou pas. et faciles à évaluer (j’ai mis trois balles dans
considérée comme l’identification des
L’enfant le voit, les parents le voient. C’est le panier), il peut être utile de recourir à des
progrès accomplis avant d’être conçue
très clair. On comprend tout de suite. On symboles : dans ce cas, évitons les symboles comme la confrontation d’une réalisation à
n’a pas besoin d’expliquer davantage. fondés sur la subjectivité, pour utiliser (par des attentes grâce à l’identification des
C’est justement le problème. exemple) un rond proportionnellement critères de réussite, elle contribue à les faire
Ce système ressemble beaucoup à une rempli (F, E) ou des feux verts, orange, entrer dans l’univers des apprentissages
notation ; d’ailleurs, certaines enseignantes rouges. scolaires, sous la forme que développera
n’hésitent pas à parler de notes. Rappelons Lorsqu’une évaluation, un bilan, sont faits l’école élémentaire. Les enfants deviennent
à ce sujet l’affirmation de la ministre1 : la à la fin d’une séance, ou au début de la séance conscients de ce qui est à acquérir, de leur
notation n’a pas sa place à l’école suivante, individuellement, en petit groupe, degré de réussite, et peuvent détacher
maternelle. ou en grand groupe, on réfléchit avec les savoirs et savoir-faire des contextes de leur
Cette appréciation est globalisante : au lieu enfants à ce que la maîtresse va écrire : ce mise en œuvre. Des moments de bilan
de procéder à une analyse fine des réussites message concernera aussi bien l’enfant que permettent de faire le point sur ce qui a été
ou des erreurs et des progrès à faire, la famille. Il pourra dans certains cas être fait et ce qui a été appris ; la valorisation des
l’enseignant globalise cette évaluation en l’objet d’une dictée à l’adulte ou donner lieu comportements, des réalisations, des
progrès et des propositions laisse des traces
une tête, parfois «moyenne», qui donne peu à des questions de l’enfant : «qu’est-ce que
dans les cahiers ou dossiers qui font le lien
d’informations sur le travail fait, si ce n’est tu as écrit là ?». Bien entendu, l’encoura-
avec les familles.»2
qu’on n’a pas à être particulièrement gement de l’enfant est fondamental.
content, ni trop triste. Quant aux têtes tristes, Cette analyse des réussites et des progrès à Tout ceci n’est rien d’autre qu’une
quelle image l’enfant reçoit-il de son travail : faire précède des entraînements différenciés : explicitation de ce qu’on appelle, dans le
il lui faut être triste ? La maîtresse est triste ? c’est parce qu’on aura montré qu’on a besoin jargon pédagogique que BLÉ91 fuit, mais
Les parents seront tristes ? d’apprendre à mieux découper qu’on parfois consent à employer parce qu’il faut
Cette appréciation est affective, voire participera lors de la prochaine séance à un bien appeler un chat un chat…, l’évaluation
moralisante (tu as bien travaillé, tu vois atelier d’entraînement au découpage ; c’est formative.
je suis contente, tu m’as fait plaisir). parce qu’on fait les 3 à l’envers qu’on
L’attention de l’enfant se focalise sur cette s’entraînera à mettre à l’endroit les Claire BONIFACE, IEN à Palaiseau
étiquettes-nombres qu’on présentera à
1-Lors des Etats généraux de la lecture et des l’envers. Ces activités d’entraînement 2-Instruction du 8 octobre 1999, BO n°8 du 21
langages en mai 1999, à Nantes. peuvent même être annoncées en octobre 1999.

BLÉ91 N°28 - avril 2000 - IA Essonne