Vous êtes sur la page 1sur 224

*

[ÉERrr[Drrs

ffiffi s0ttlltlEficlrlr

Wffi

hH

ïïr

lrolrlèmc ÉOtilon complètemcnt rcvuc

LIBRA. :.'.i.".

'lt'r:*''

\

:'-,:.,*

Lr,r-.4

,'

ç:

,

i.,,1

'

+*5

,' DEWTT

.- r

è- ,a

LB NÉERLAI\DAIS COMMERCIAL

AnTHUR SIEBEN

Professeur de Langues.

Ie

NËERIANDAIS COMMERCIAL

Troisième édition complètement revue.

BRUXELLES

LIBRAIRIE ALBERT DEWIT 53, Run Qovlln, 53

1913

PROPRTÉTÉ

Fnrûfaes

En publianr LE NÉBRTANDAIS COMMERCIAL,

nous pensons combler une lacune dans la bibliothèque

classique de nos étudiants en sciences commerciales. En eftet, tandis qu'ils avaient sous la main des ouvrages analogues en langues anglaise, allemande et espagnole, ils se trouvaient, au point de vue du Néerlandais, totale-

ment dépourvus.

Notre but est à Ia fois de leur éviter l'ennuyeuse

lenteur de la méthode rigoureusement grammaticale, et

de les initier d'une manière simple et graduée à la cor-

respondance néerlandaise.

La premièro partie contient 4z leçons dont chacune

offre de courts préceptes de grammaire avec exemples, un vocabulaire, une yersion et un thème. Les vocabulaires ne renferment que des tormes com-

merciaux; de même, thèmes et versions roulent unique- ment sur ie commerce.

Arrivé à la onzième leçon, on trouvera, à la fin de

chacune, soit une lettre, soit une circulaire avec traduc-

tion interlinéaire ; à partir de la seizième leçon, cette

traduction sera juxtaposée en bloc au texte français.

En outre, nous intercalerons sur papier de couleur, des quittauces, factures, traites, chèques, un contrat,

\II

une charte-partie : l'élève pourra en modifier l'ordre

à son gré, leur succession dans I'ouvrage étant tout

arbitraire.

Suit une seconde partie contenant : ro La phraséo- logie initiale et terminale d'ttne lettre I eo Des lettres

commerciales, actes de sociétés, avis, dépêches ; 3o Les

noms des villes et des villages de Belgique, les produc-

tions naturelles et industrielles du pays, les atticles

4o Les monnaies de

Belgique, les changes fixes, les poids et mesures et le

tarif des lettres et colis postaux pour l'intérieur et

l'étranger.

Enfin un lexique néerlandais-français et français-néer- landais termine le volume.

Irtrous ne nous dissimulons pas que notre travail soit

d'importation et d'exportation ;

entaché de plus d'une imperfection : bienvenues seraient donc les remarques qui nous seront faites.

DEUXIÈME ÉOT'TTOX

La douxième édition de notre ouvrage << Le irTéerlan-

dais Commercial >> ne diffère point de Ia première, sauf par quelques corrections de texte et une augmentation

de I'appendice. Nous remercions vivement les membres du personnol

enseignant et nos nombreux souscripteurs du bienveillant

appui qu'ils nous ont donné, et nous leur présentons

respectueusement ce deuxième tirage.

VII

TRoISIÈmB Éotrtox

Quelques améliorations ont encore été introduites dans

cette troisième édition, améliorations qui, nous l'espé- lons, seront bien accueillies. Si, dans les déclinaisons,

nous avons toujours placé I'accusatif immédiatement

après le nominatif, c'est pour mieux faire saisir à l'élève, que l'accusatif sert à former le gënitif avec aan et le

datif a\rec ûan.

Quelques lettres commerciales cornplètent la deuxième

partie.

Le vocabulaire, à Ia fin du volume, a eté soigneuse-

ment revisé et complété.

Nous remercions cordialement nos confrères de l'ac- cueil bienveillant qu'ils ont fait à notre ouvrage et nous remercions la presse pédagogique des éloges qu'elle a bien voulu lui décerner.

A. S.

LE I{EERLAI{DAIS COMMERCIAL

PITEil{IiInn PARTIE

e,

n,

ù',

ALPHABET

PRONONCIATION.

b,

o,

c,

p,

d,

Ç,

Lettres.

e,

r,

,f,

s,

{t

t,

/r,

tlt

Diphtongues.

ei,

tti,

t(,?t. ,

ott.) a.lt,, ie, aai, eeu,, ieu,,

eu,

i,

a,

j,

h,

70, A;) !,

l,

uftt

z.

oêt

ooi,

aQ, €€t Oot

oei.

Prononciation des Voyelles et des Diphtongues.

a, peut être bref. Ex . :

lak

, paquet ; aan, de. -

a, peut

être long. Ex. : ua-der, père. âÉt,, est toujours long. Ex. : jaar,année 1 tnaat, mesure.

au, équivautàpeuprès à aalong suivi de æ.Ex: blauu, bleu. aai, se prononce aa-i. Ex. : zaai, sème.

ê, peut être muet. Ex.: aar-de, terre; ou bref comme dans cet(français). Ex. i rnet, avec; ot'-ge-lel, attention;

(ee, e), oulong purcommedans année (f

parle 1 me-ten, mesurer; ou long mixte se prononçant i-e muet. Ex.'. been,jambe l bee-nen, jambes.

).

Ext spreeh,

ei, ressemble à ay dans pays (fr.).

Ex. : r.ein, pur ;

filuaei, carreau ; ei-ge-naar, propriétaire. eu, se prononce comme eu dansjeu (fr.). E*. : reuk,, odorat.

eeu, se prononce ee-w. Ex. : eeu.za, siècle. o, peut être bref. Ex. : o.r, bæuf.

o, oo, peut être long pur. Ex. : to-ren, tour; zo-ne?î,

fiLs1 zoorz, fils; ou long mixte se prononçant oe-o mtet.

Ex. : boont,, arbre; pturiel boo-men, arbres.

6

oê, a le son de ox(. dans doutc (fr.). Ex. : zoe-ken,

chercher

ou, se prononce à peu près comme o long français suivi

de ou. Ex. : /zou.t, bois; zout, sel.

ooi, se prononce oo-i. Ex. : ltooi, foin. i, est toujours bref. Ex. : bid, prie; hit-te, chaleur.

ie, se prononce i long.P*. , zien, voir.

ieu, se prononce ie-zu. Ex. : ttieu,za, nouveau.

u, peut être bref. Ex. ; hu,t, chaumière; ou long. Ex. :

htt-ren, louer ; u-ren) heures.

uu, est toujours long. Ex. : zutr, hettre.

ui, ressetnble à uei

dans accueil (ft.). Ex. : bu'it,

butin ; hu,is, maison.

Consonnes.

h, est toujours aspiré. Ex. : lteer, sieur ; op-hef-fen,

soulever.

g, a un son guttural. Ex. : ga(l,n, aller ; goe-den dag,

bonjour.

j,

sonne à peu près comme i dans aïeul. Ex. : ja-ren,

années.

trr, devant r se prononce comme y. Ex. : uraak,

vengeance.

Consonnes composées.

Ch, a le son plus guttural que g.Ex. : ueclt-ten, se

battre 1 slecht, mauvais.

sch, se prononce s : r" à la fin d'un mot. Ex. : zuensch,

milieu d'un mot quand il commence une

souhait 1 zo au

sytJabe muette. Ex. : wen-scltezr, souhaiter, se prononce

?nen-sen. Mais stoorn-schif étant composé de deux mots

se prononce : .stoom-sgip, bateau à vapeur.

DES SYLLABES.

(Jne consonne entre dettx voyelies appartient à la

syllabe suivante. Ex. : nte-ter", mètre i koo-pen, acheter.

/-

De dettx consonnes entre deux voyelles, la deuxième

appartient à la syllabe suivante. Ex. : kof-fie, café, zil-aer, argent.

Quand il y a trois ou quatro consonnes intermédiaires, toutes celles qui se prononcent faciiement au commence- ment d'un mot appartiennent à la syllabe suivante. Ex. :

amb-ten, emplois 1 ntort-ster, écltantillon.

Accent Tonique.

On ne prononce jamais aYec la même force toutes les

syilabes d'un mot. L'élévation de la voix sur une syllabe

particulière s'appel\e accent tonique.

Dans les mots sïn71les, qu'ils soient primitifs oudérivés,

I'accent tonique tombe sur la rocine. Ex. : Kôôp, achat;

kôôper, acheteur ; kôôpen, acheter.

Dans les mots cornfosës, l'accent tonique tombe slrr

kôôpdag, jour de

la racine rlu, ntot c{.ëterminant. Ex.:

vente ; vàderland, patrie.

Exercice de Lecture. Het pak, van, vallen, de vader, halen, het jaar, de

baan, gauw, ik maai, de aarde, het garenr met, opgelet,

ik spreek, meten, \Negen., de beer, plavei, de eigenaar,

de straat, de reuk, de eeuu', de os, rot, rond, de zonclag,

December, de boot, do rvol, zoelien, ik moet, het hout,

het zout, de ouderdom, het hooi, ik bid tr, zien, bieden,

nieurv, het nieu'ws, de hut, het ttur, twee uren, een lruis

huren,

de schuld. De zaak is goed. De zaken zijn goed-

handel bestaat in het koopen en verkoopen Yan

De

waren. De handel is somtijds zeer r,vinstgevend. Ik versta

het Fransch zeer goed maar het Vlaamsch versta ik niet.

ORTHOGRAPHE.

a et u so doublent, quand ils ont le son long et qu'en

même temps, ils se trouvent dans une syllabe fermée.

Ex. : zaah,, affaire t haas, fromage i tnîntrt mur; htt'ur,

I

loyer; mais on écrit : za-h.en, nubreil, /ttr

ren.

e et o sui'ent ia même règle, excepté

quand ils ont le

son long-nrixte. Dans ce cas, ils se doublent toujours et

se prononcent iee-oeo. Ex. : ue-ten, savoir

;

ue-gen,peser;

zaeeh, senraine ; deel, rlee-len, parties i zoltt, ,ô-rrrri, filsi

boortt., boo-men, arbres.

ei -

On écrit avec ei : ro Tous les verbes parison-

nants, sauf

Prijlten,

quelques exceptions comme : spfi'zen, nourrir;

parade ; fi'lett, courir en toute hâte. Ex. :

;

leiden, conduire 1 reizen, voyager. adjectifs se terminant par lzeidr-teit

vérité ; lroeclanighiirt, qualité;

toutes sorteJ. 3o Les mots

dans cette langue ai, ë, ëë.

;

ltapiteiit, capitaine;

faire

arbeiden, travailler

zo Les substantifs et

et lei. Ex. : zaaarheicl,

uelerlei, différent ; allerlet,

dérivant du-français et qui ont

Ex. :

ifontein, fontaine; trein, train

mei, mai;

t'aleis, palais ; plauei, pavé, etc.

Remarque.

ij

On écrit

Fait exception rlozil'rz, douzaine.

-

avec ij : r o Tous les verbes ctisparison-

acqtritter

;

nants

- l'on entend ce son. Ex. : h,ufi'ten,

sclni1'aen,

écrire. zo Les mots et les noms proprcs déri-

du français et s'écrivant dans ces langues

vant dtr latin et

avec i ou y. Ex. :

lijn, (1. linea), etc. 3o Les terminai-

sons ij et lijh. Ex. : oorspronltetijh,, originairo; uoestenil',

désert.

CONSONNES.

v et z ne peuvent jamais terminer un mot, ni se

trouver immédiatement dovant une consonne finale.

I

s employés comme lettres

"t

finales et passant par

suivante, se changànt

l'aliongement du mot à la s1'llabe

.

en v et z,

coîtsolznes l, rn, n, r. Ex. :

prijzen, prix; hals, halzen, cous.

{ils sottt \rëcëdës d'un son long ort. cltune cles

brief, brieuen,lettres ; prijs,

Exercice d'orthographe.

Zaken, muren, zaak,tak, prijzen,

wissel, brief, brieven,

briefdrager. -

Glj brengt het monster. De vossen zijn

sJim, Hij is arm of rijh. De

ligt in de kamer. van koffie

is kostbaar. De ptavei

",r"tr.

en

suikerij maakt men eenen

ga naa' Brussel en

drank. \Mij hebben geene boeken. Ik

Parijs. IIzer, staal, koper, goud en zilver zij' nretalen.

L.

VERBE ZIJN -

ÊtNN

Zi1'tt, être; geraeest, été; gezrteest zù'n,

a'oil. été; zttllen

zijn, devoir être; zijnde, étant. INDICATItr.

PnÉsBNr.

fk ben, 1'e suis.

gij zijt, hr es.

hij (zij, het, men) is,

il (elle, on) est

wij zijn, not(.s sontntes.

gij zijt, aou,s êtes.

zlj zijn, ils (elles) sont.

Panperu.

Ik ben geweest, 1''ai ëtë.

gij zijt geweest,

tu, as ëtë.

(En zoo voorts) etc.

hrpRnparr.

Ik

n'as , 7'' ëtais, 1'e fus.

gij rvaart , ttt, ëtais, ht fus.

hij u'as, il ëtatt, il

fut.

n'ij rvaren, 7to?l,s ëtiorts,

îtotrs fùmes.

gij u'aart , z,s ëtiei, z,sftites.

zij u'aren, ils ëtaient,

ils furent.

Pr.us-gur-PeRrlrr.

iïrk

il *'j

was gew eest, 1'' az, ais ëte

ou 1''eus ëtë.

lvaart gerveest, enz.

tu aaais ëtë. etc.

IMPERATIF"

zij ou wees, sols.

zijn ou wezen rni.i, (

Iaat ons zijn ou *"r"ir',

I

so))o|ts

zijt ou weest, soyez.

construction. -

Le participe

de la proposition et reste invariable.

L'adjectif attribut est invariable

passé se prace à ra fin

IO

VocnnuLArRE.

Tevreden, content

licht, lëger

klein, letit

fijn, fn

groot, grand

breed, large

goed, bon

hier, ici

slecht, mauuais

daar,

zwaar, /.ottrd

dik, gros

diep, frofond

te, trop

wit, blanc

schoon, beatt

zwart, noir

bekwaam, capable

zeet, très

werkzaam, laborieux.

Version 1.

Gij waart werkzaam. Ik ben tevreden. Hij rn'as goed.

Het is wit. Wij zijn daar gerveest. Hij is groot. Het was

te slecht. Gij

zijt klein gern'eest. Het is diep en' breed.

Zij waren zeer tevreden. Gij waart hier. Het was te

groot. Wees goed. Laat ons werkzaam zijn. Wij waren

bekwaam geweest. Het is fijt en licht. Gij ztjt hier

geweest. Weest werkzaam.

Het is te zwaar.

Hier en

daar. Ik ben zeer tevreden geweest. Het was zeer schoon.

Hij is werkzaam en bekwaam. Het is te fijn. Zij rvaren goed. Zij was rryerkzaam. Het is te zwart. Het is te diep

en te breed.

Thème t.

Tu es noir. Irtrous avons été contents. I'ai été là. Je

suis ici. C'est trop noir. Il est trop

Vous avez été petits. C'est

léger. Elle est bonne.

trop fin. Il est trop petit.

C'est léger.

Il est très content. Nous avons été contents.

I.{ous étions contents. C'est trop mauvais. Ils étaient

rnauvais. Ils ont été ici. Elle est trop fine. C'est blanc

ou noir. Elles étaient trop noires. C'était trop beau. Vous

etiez là. C'est trop

fin

et trop léger. Nous sommes

capables. Vous avez été laborieux. Ils sont laborieux. Ils étaient capables et très laborieux. Sois bon. Soyons très

laborieux. Il est gros.

content. Etre lourcl.

Nous avons été petits. Avoir été Ils étaient ici. Nous avons été là.

II

z,

VERBE HEBBEN A\rOIR

Hebben, aaoir,' gehad, eu i gehad hebben, auoir eît' ; zullen hebben , deuoir aaoir,' hebbende, altant'

INDICATIF"

PnÉsBNr.

Ik heb, i'ni.

gij lrebt, tu. as. zij (hij, men, het) heeft, il (elle, o?î) ct.

wij hebberr, ltoîts (raons.

gij hebt, aous (tztez.

zij hebben, ils (elles) ottt.

Penrarr.

Ik hob gehad, j'ut eu.

gij hebt gehad, (enz.)

Iupanrart.

Ik had, 1''auais,

j'ett's.

gij hadt, tu auais, tu. eus.

hij had, il auait, il eut.

rn'ij hadden, nous Aaions,

nous eûmes -

gij hadt, as auiez, as eûtes

zij hadden, ils aaaient,

ils eu.rent.

ll

ll

Plus-gun-Panrart.

Ikhad gehad,j'aaais,i'eus

ll gij hadt gehad, (enz.) luo

IMPÉRATIF.

Heb, aie.

hebben wij, (

laat ons hebben, 1 (t'volts

-

^-.^

hebt, a)lez.

'

Règle. -

L'article partitif

Il

du, cle la, de l', des ne se

traduiipas en flamand.

en est de même du de pârtitif

suivi d'un adjectif qualificatif, ou précédé de : aeel, beau-

coup

;

ueinig, peu; nrcer, plus ; minder, moins 1 zooaeel,

autânt; etc. Ex. : weren, des marchandises; zooueelgeld, autant d'argent.

t2

VocanuLArRE.

Inkt, m. de l'encre

een potlood, n. ?rn c?.(r.yo?t

geld, n. de Pargent

suiker, m. du, sucre

koffie, m. du. cafë

eenê pan, f . une y'lunte

een paard , rt. rtîL cheual

katoen, n. dtr. cotort

tijd, m. du tentps

êtr, et

of, ou

ook, aussi

i1âpier, n. du papier

een pennestolirm. tut porte-

goud, n. de l'or

lplztnte

zilver, n. de Itargent warenrf. d es tmrc/tanrlises

volk, n. du ntonde

een regel , m. ?tne règle

thuis, à Ia ntaisort

duur, c/ter goedkoop, à bon marcltë

er is, er zijn, il y a

er was, er $rarell ,ily auait

Version 2.

Tijd is geld. Gij hebt veel geld. Hij

heeft zooveel geld.

Koffie en suiker zijn waren. Het is

veel te duur. Ik heb

ook een peerd gehad. Zij hebben koffie gehad. Er is veel

yolk. Wij hebben inkt, een potlood en eenen pennestok.

Zij hebben veel gèld gehad.

licht. Zij waren thuis gerveost. Het was goed-

Goud en zilver zijn zwaar.

Katoen is

koop. Er zijn waren. Goucl en zilver zijn duur. Ik heb

papier. Gij

hebt meer tijd. Ik ben ook op

tijd. Wij

hadden een paard. Zij waren thuis geweest. Er is weinig katoen. Minder suiker en meer koffie. Hij heeft veel tijd

gehad.

Thème 2.

Vous ayez plus de café. I'ai eté à Paris. Il y. a

beaucoup de monde. Ir[ous avons un cheval. Le sucre et

le café sont des marchandises. Le café est cher. Vous

avez de I'argent. Nous avons eu Ie coton. Elle a de

I'encre et une plume. Soyons laborieux et contents. Il y

a beaucoup de monde à la maison. Irtrous ayons peu de

marchandises. Il avait peu d'or, Elle avait beaucoup d'argent. Irlous avons été très contents. Ils avaient eu de

I'encre, uneplume, dupapier, unporte-plume et un crayon. L'encre était très mauvaise, mais la plume était bonne.

r3

3.

Verbe ZIJN, ETRE et HEBBEN, AVOIR.

Suite.

F'urun srMPLE.

Ik zal zijn, je serai.

gij zult zijn, tu seras.

hijzal zijn, il sera.

wij zullen zijn, ?LS serons. gij zult zijn, uolts serez.

zij zullen zijn, ils serottt.

Ik zal hebben, j'aurai.

gij

zult hebben, ht uuras.

hij zal hebben, il azr.ra. wij ztrllen hebben , nous atffo|îs.

gij zult hebben t 7,s eul'l.

zlj zullen hebben

tls atn'ont.

F'urun ar.ltÉnrnuR.

Ik zal gel'eest zijn,

ll

Ik zal gehad hebben,

gij zurt *",o"",1':;'::'""!:

ll

ttt, uuras ëté, etc. ll

gij zurtge n^un!"ii'":,t":^:;'

tuauras ett, etc.

CoNor,troNNEr. pnÉsnxt.

Ik zou zijn,1'e serais.

gij zoudt zijn, ht serais.

hij zou zijn, il serait.

wij zouden zijn, ns seriotts gij zoudt zijn, aou,s seriez.

zij zauden zijn, ils seraient

Ik zou hebben, 1''mtrais.

gij zoudt hebben, hr. au.rAis,

hij zou hebben, il aurait.

wij zouden hebben,

ttozt.s aurions.

gij zoudt hebben, u s suriez. zij zouden hebben,

ils q,u.raient.

r4

CownmroNNEL PASSÉ:

Ik zou ge'n'eest zijn,

j'aurais ëtë.

gij zoudt geweest zijn, enz.

hr auruis ëtë, etc.

Ik zou gehad hebbeu,

j)aurais eu.

gij zoudt gehad hebben,

enz.

ht au,rais eu.

SUBJOI\TCTIF

PnÉsnwr.

Dat ikzij (weze), guej e sois.

dat gij zijt (wezet),

gu,e hr soes.

dat hij zij (weze), gtl il s oit. dat wij zijn (wezen),

gue tlous soyons.

dat gij zijt (wezet),

gue aous soyez.

dat zij zijn (wezen), gu.'ils soient.

Dat ik hebbe, gue 1''aie.

dat gij hebbet, gu.e tu aies.

dat hij hebbe, gu'il ait.

dat rvij hebben, que nozts

{rloî|s ,

dat gij hebbet, gue as d,yez. dat zijhebben, q u' ils aient.

Iupanp.arr.

Dat ik lrare, gue je fusse.

dat gij waret, que tufttssss.

dat hij w'are, gu'il fîr.t.

dat u'ij waren,

gue nzus fussiorts. dat gij waret,

gu,e

aous 1ftrssiez,

dat zij waren,

gu'ils iftrssent.

Dat ik hadde, gu,e j'eu.sse.

dat gij haddet, que ht eusses.

dat hij hadde, gùil eîtt. dat wij hadden, que ?torts

eussl,ons,

dat gij haddet, nrtt i,riirrr, dat zij hadden, gu,'ils

eu,ssent.

Panpan.

Dat ik geweest zij.

ll

dat gij geweest zijt, enz. ll

gue 1''aie ëtë,

gue ttt. aies

été, etc.

ll ll

Dat ik gehad hebbe, dat gij gehad hebbet, enz.

g"t i'aie ea,

gtæ ttc aies ett', etc.

r5

Prus-guB-Pnnpnrt.

Dat ik geweest ware,

ll

dat gij geweest waret,enz. li

que j'eu.sse été,

gu,e tu eusses été, etc.

ll

li

Dat ik gehad hadde, dat gij gehad haddet, enz.

qtte j'eu.sse eu,

gue tu' eztsses eu, etc.

COnstruction.

Le futur et le conditionnel sont des

temps composés,

ot

formés de l'auxiliaire zu,llen et de I'inrt-

-

passè. L'infinitif du futur et du condi-

nitif lrësent

tionnel se sépare de l'auxiliaire poul' se mettre à la f'n

de la proposition, comme le participe passé. Ex. Wij zullen altijd voorzichtig zijn.

Interrogation.

Dans Ia phrase interrogative, le

verbe se place devant le sujet.

-

Si Ia proposition commence par un mot interrogatif

comme : que, quoi, pourqttoi,wat, waqrvoor; celui-ci se place au com-

mencement.

Remarque. -

Ex. Ifebben zuij

inkt? Avons-nous de l'encre ?

Zijt gij

teureden .P Es-tu content ? -

Qtt'avez-vous fait ?

Wat ltebt gij gedaan ?

Remargue. -

L'expression

Ex. : Est-ce que nous aurions

geweest ziin?

est'ce que nese rend pas en flamand.

été laborieux? zouden wii werkzaam

VocasuLAIRE.

Het Vlaamsch, n.

le flamand

het Waalsch, n. le wallon

.le frartçais

l'anglais

lret Engelsch, n.

het F'.ransch, n

gelukkig, lteureu*.

ongelukkig, rn'a IIt ext'r eufi in staat, en ëtat

mogelijk,

onmo gel

possible

ijk, irnp o s s i b le

nuttig, tr.tile

koopen, acheter

verkoopen, uendre

betalen, payer

hoeveel , conbietz

waar', ozi

wat, que

wie, gui

reeds, dëjù

indien, sa

wanneer, quand

neen) non

ja, oui

ja wel, si

r6

Version g.

zal

altijd

Il<

werkzaam

zijn. zouclt

gij

tevred.en zijn?

nutiig.

rneiù

bek'r,aarnî

onmoge-

gij altijd goede t'ar"ri ? Het vlùmsch is

gii reeds te Parijs geweest? lleen. Er is zeer

Zijn

wij

I{ebt

liit

katoen. De waren zijn in goede' staat.

"Y.gllyuten

lijk.

gij

zijn te d*ur. Hoeveel is heti Dut"i.

wat hebt gij te

bekwaam zijn ?

huis ? zijt gij altijd tevred.e' ? zoudt

wij

zoud.en werkzaam

Ih heb te rn'einig

gerveest

Zou

ili

zijn.

cle

tijj.

parijs"geweest

Hoeveel tijd hebt gij ?

waren gehad

hebben ? Zouden zij te

zijn?

gev'eest. Dat hij getukk'ig zij ! Indien

rndien hij daar \Àrare

het mogelijk N'are. Fransch

en Engelsctr zijn;utilg. Is hij

zij

ongelulikig

i

nat is orrmo-

reeds te huis ? waarom is

gelijk. Wat is er ? Waar zijn zij ?

Thème B.

Qui êtes-vous ? serons-nous? eu'est-ce ?

eu,y-a_t,il?

Est-ce

que vous êtes contents ? Est-ce qu'ils seiaient heu-

a du

sucre et du café. Avez-vous beauconp de

l'argent ? eu,as-tu ? ,"r"r_oo.r*

temps ? I,ai du papier et des

sera-t-ir ?

reux ? Il

temps ? Avait-il de

demain ? Avez-vous du

plumes. combien d'argent avez-vous ? oil

Qu'aurions-nous eu?^I'ai Qu'il soit heureux. Quand

en état de

? Est-ce

peu d'argent et peu de temps.

aurez-vous I'argè't? Etes-vôus

possible ! Auriez-vors eu les mar-

chandises ? Nous aurions été capables. soyez henreux et

contents.

4

L'ARTICLE OÉFTTIT.

Il

y a trois genres en flamancl

le féminin (urouuelijh), et le

: le mascuri' (nmrtne-

neutre (onzijctig).

pour ie masculin

(/rct).

lijk),

rt L"

L'article défini a une forme spéciale

féminin

(dt) ; et une pour le neutre

Ex. : m. de wijn, le

uin,. m. de wissel, /a trai,tç;

soort, la sorte; n. het werk,

m. de briet la lettre,.f. de

Ie trauail ; n het geld, Pargent.

r7

Déclinaison de I'article déftni.

MASCUI.IN.

N. de

le

A. den

Ie

\t' ,-

des,vanden r\u, cle P

"

D. d"n aan den

';"';

Qtt,

a, l'

SII{GULIER.

r'ÉurxrN.

de

de

der, van de

de la, de l'

der, aan de

à Ia,àl'

I a?t.

NEUTRB.

la

Het

le,

la

Ia

het

le, la

des, van het

clu, de la, de l'

den, aan het

auràla,àlt

VocasuLArRE.

I)e zendins, f. l'enuoi de koopman, m. Ie ntnrcltand de eer, f. l'/tonnettr

de baal, f. la balle

het ijzer, n. le

de soort, f. la sorte

fer

de kiant, m. le client

metalen, n. des metaux

De hoedanigheid, f.

la gualité

het huis, n. Ia nt.aisort

eerst, frtmier

ontyangerr, reçu

verkocht, uenclu

gekocht, acheté

geschreven, ëu,it

gezonden, nuoyë

Version 4.

De wissel van den koopman. wij hebben de eer. zij

zouden.dg e9r, gehad hebben. zrjhebben het geld ontvanl

koop-

hoedanigheden van de waren. Hij h;d

gen. wij hadden vele soortenv-ijn. Hethuis vànden

man is groot. De

den wissel en den brief

\À'ij hùâ.n de waren.

ontvangen. zoudtgij het

ijzei ver-

kocht hebben? De prijs der waren.

Hebt gij den koopman geschreven ?

Het was ijzer van

9_"_Tt-. hoedanigheid. Hoeveer geld hebt gij ontvangen ?

\Mij

hebben de baal koffie verkocht. Ik treu- tret

geld- aan

den koopman gezonden. Goud en zilver zijn metàlen.

I8

Thème 4.

J'ai été à Paris. Où la lettre a-t-elle été envoyée ? Avez- vous été à la maison ? l{ous avons reçu la marchandise.

Etes-vous contents de l'envoi ? J'ai beattcoup de papier et

La traite du marchand. La maisondu mar-

peu de plumes.

chand est

petite. Il avait reçu la traiteavec (met)la lettre.

Combien d'argent

avez-vous ? Auriez-vous vendu le café

et le sucre ?

cant a envoyé des marchandises au client. La marchan-

dise du client. J'ai reçu Ie fer. Aurais-tu vendu la balle ?

Irdon. Les balles du marchand. Vous auriez été heureux. Aviez-vous vendu Ia bal1e de café.

c'était du café de première qualité. Le fabri-

o. 7

L'ARTICLE INDÉFINI.

L'article indéfin<