Vous êtes sur la page 1sur 1

6

24heures | Vendredi 28 mars 2014

SABINE PAPILLOUD

Suisse

Conseil d’Etat

28 mars 2014 SABINE PAPILLOUD Suisse Conseil d’Etat Un bus sillonne le canton de Berne pour

Un bus sillonne le canton de Berne pour promouvoir les candidats des partis bourgeois au Conseil d’Etat, dont Manfred Bühler, UDC, qui vise la place du socialiste sortant Philippe Perrenoud afin de faire basculer la majorité gouvernementale. DR

Duel des mal-aimés dans le canton de Berne

Qui du psy PS ou du fils de paysan UDC l’emportera? Ce duel atypique résume l’enjeu des élections bernoises du week-end

Lise Bailat Berne

Le magistrat sortant en lutte con- tre la pauvreté contre le député qui veut moins d’Etat. L’ancien psychiatre PS contre le fils d’agri- culteur UDC. L’affiche du week-

end électoral bernois pourrait se résumer ainsi, à lire les slogans de campagne. Dans les faits, les sept conseillers d’Etat (3 PS, 1 Vert, 1 PLR, 1 PBD et 1 UDC) se représen- tent. Mais pour tenter de faire bas- culer la majorité gouvernemen- tale de gauche, une alliance mise sur le challenger Manfred Bühler (UDC). Cet avocat de 34 ans de Cortébert – ramené constamment

à son étiquette de fils de paysan –

vise la place de celui qui est dési- gné comme le maillon faible du Conseil exécutif bernois, le socia- liste de 59 ans Philippe Perrenoud de Tramelan, ancien chef d’un Service psychiatrique. Ce duel des francophones décidera de l’avenir du canton de Berne. Les Romands du Jura bernois, 51 000 habitants,

Douane Mémé cachait 66 000 francs

Une Italienne de 80 ans a été attrapée par les gardes-frontière

à Chiasso (TI) alors qu’elle

cherchait à faire entrer fraudu- leusement 66 000 francs en Suisse. L’argent était caché dans son sac à main. Dans le train qui circulait en direction de la Suisse, le comportement de la retraitée a éveillé les soupçons des policiers. Bien qu’elle ait affirmé n’avoir rien à déclarer, ils l’ont tout de même contrôlée et ont trouvé les billets de banque dans trois enveloppes cachées dans son sac.

ATS

feront donc pencher la balance dans le grand canton alémanique de 1 million d’habitants! Qui part avec l’avantage? L’élection s’annonce serrée. Plu- tôt timide et taiseux, Manfred Bühler a tenté de se faire mieux connaître, en sillonnant les cam- pagnes avec un bus VW à son effi- gie. Sans oublier la capitale fédé- rale, où il a distribué des bières à l’Université. Pour le seconder, un Genevois, Xavier Schwitzguébel, désormais président de la section UDC à l’Université de Berne. «Je pronostique les chances de Man- fred Bühler d’être élu à 75% con- tre 25% à son adversaire socialiste. Manfred a l’avantage énorme pour le canton de Berne d’être parfaitement bilingue. Au final, il n’est pas vu comme un Welsch qui essaie de prendre un siège.»

L’avantage du sortant

Manfred Bühler part cependant affaibli dans le Jura bernois. L’automne dernier, il est apparu aux côtés de collègues de son

parti dans une campagne de vote qui assimilait le canton voisin du Jura à la «mafia». Faux pas fatal, selon le sénateur Hans Stöckli (PS/ BE). «Manfred Bühler, malgré des capacités que je lui reconnais, n’a pas su montrer la stature d’un conseiller d’Etat dans la période précédant le vote du 24 novem- bre. Philippe Perrenoud a encore

Interdiction du voile

Valais On reparle d’interdiction du foulard islamique. C’est cette fois l’UDC valaisanne qui envisage de lancer une initiative populaire visant à interdire principalement le voile dans

toutes les écoles publiques du canton. ATS

Fécondation in vitro

Conseil national Un pas de plus

a été franchi vers la levée de l’interdiction du diagnostic préimplantatoire. La commis- sion compétente du Conseil national est entrée en matière à l’unanimité sur le projet et a décidé d’autoriser le dépistage de la trisomie 21. Le peuple aura le dernier mot.

ATS

pour lui l’avantage du sortant et d’être soutenu par les autonomis- tes du Jura bernois.» Et cet avantage compte vu la particularité des élections dans le canton de Berne: un siège au Conseil d’Etat est en effet réservé au Jura bernois. Les suffrages ac- cordés aux candidats issus de cette région sont ainsi comptabili- sés séparément dans l’ancien can-

«Philippe Perrenoud a eu unepresseplutôt négative surles affaires hospitalières etpsychiatriques»

Marcello Odermatt, journaliste au Bund

ton et dans l’arrondissement fran- cophone. Le candidat qui obtient la moyenne géométrique la plus élevée, à partir des deux résultats, l’emporte. Mais Philippe Perrenoud, de- puis huit ans au gouvernement, a aussi ses faiblesses. Peu charisma- tique, il s’est écharpé régulière- ment sur des dossiers-clés avec le Grand Conseil bernois. Il se plaint d’être le punching-ball de la classe

Zurich Prof blessé par un pointeur laser

Un élève d’une école profession- nelle d’Uster (ZH) a blessé aux yeux son professeur lundi en le visant avec un pointeur laser. L’enseignant a dû être hospita- lisé. On ne connaît pas la gravité de ses blessures. Une plainte pour lésions corporelles a été déposée contre l’élève âgé de 15 ans, a indiqué hier un porte-parole de la police cantonale zurichoise. Générale- ment, les victimes sont des conducteurs de locomotive ou des pilotes d’avion et d’hélicop- tère en phase d’atterrissage ou de décollage. ATS

politique. Il est pourtant difficile de trouver un camarade qui juge- rait les critiques injustifiées. «Phi- lippe Perrenoud a eu une presse plutôt négative ces derniers temps sur les affaires hospitalières et psychiatriques. Mais cela l’aidera peut-être au final, parce que cela l’aura rendu très connu. Manfred Bühler a fait une campagne très active. Mais la question est aussi de savoir si les Bourgeois sont prêts à se soutenir entre eux», ré- sume Marcello Odermatt, qui cou- vre la campagne pour le Bund. A défaut de faire le choix de la personnalité, l’électeur bernois décidera davantage de la capacité d’un gouvernement à gauche et d’un parlement à droite de faire avancer un canton au potentiel économique faible malgré sa si- tuation centrale. Tout serait plus simple avec un exécutif à droite plaide Xavier Schwitzguébel. «Cela signifierait une meilleure gestion des finances et contribue- rait à faire baisser la dette, puis la fiscalité dans un deuxième temps». Hans Stöckli en doute. «La législature qui s’achève aurait- elle connu moins de blocages avec un Conseil exécutif à droite? Rien n’est moins sûr.» De droite ou de gauche, le défi du futur gouverne- ment sera de rassembler les gran- des régions du canton en guerre permanente pour défendre leurs propres intérêts.

Le porc plaît

pour défendre leurs propres intérêts. Le porc plaît Les Suissesontmangédavan- tage (+4%)de viandedebœuf

Les Suissesontmangédavan- tage (+4%)de viandedebœuf l’annéepasséequ’en 2012.Avec 23 kg consommésparper- sonne, leporc reste cependant la viande laplusprisée en Suisse, a indiqué hierProviande. La consommation totalede viande est restée stable en 2013, avec 52 kgparpersonne. Les mets àbasede viandeontplus souvent étédégustés au restaurantqu’en 2012. ATS

Un avocat veut disculper les vignerons valaisans

Excédé par l’affaire Giroud, Sébastien Fanti réclame les documents prouvant que la plupart des producteurs respectent la loi

Des crus valaisans coupés au-delà de la limite légale, parfois même avec du vin étranger. Et un ac- cusé, l’encaveur Dominique Gi- roud, qui se défend en affirmant que de telles pratiques sont mon- naie courante dans le milieu… Nombreux sont ceux, en Valais, qui ne digèrent toujours pas ce énième épisode de la tonitruante «affaire Giroud». Après l’Interpro- fession de la vigne et du vin du Valais, c’est au tour d’un avocat sédunois de monter au créneau. Sébastien Fanti, connu pour ses combats dans le domaine des nou- velles technologies, espère dé- montrer que les vignerons valai- sans, dans leur très grande majo- rité, travaillent correctement. Pour ce faire, l’homme de loi a interpellé le Contrôle suisse du commerce des vins (CSCV), l’ins- tance fédérale qui a épinglé Domi- nique Giroud pour le coupage de quelque 350 000 litres de vin en- tre 2006 et 2009. Dans une lettre datée du 10 mars dernier, il prie ses responsables de lui faire par- venir «tous les documents relatifs aux contrôles opérés concernant des commerces de vins dans le canton du Valais, à compter du 1er juillet 2006». Une date qui ne doit rien au hasard: c’est celle de l’entrée en vigueur de la loi suisse sur la transparence. Sébastien Fanti se veut un chantre de cette loi, dont le but est de «contribuer à l’information du public en garantissant l’accès aux documents officiels». Proche du PLR, il assure agir de son propre chef, sans aucun mandat, même

s’il a «des amis vignerons». Sur- tout, il dit ne rien avoir contre Giroud lui-même: «Il m’est arrivé d’assister à des combats de reines avec lui.» Seules lui importent la transparence et la vérité. «Les dé- gâts d’images provoqués par cette affaire sont largement sous-esti- més. Les gens perdent confiance dans la qualité de nos produits. On risque de mettre dix ans à s’en relever! Il faut donc tout faire pour rassurer le consommateur.»

Il faut donc tout faire pour rassurer le consommateur.» Sébastien Fanti, avocat à Sion, affirme agir

Sébastien Fanti, avocat à Sion, affirme agir de son propre chef dans le dossier Giroud.

Les experts du CSCV accéde- ront-ils à sa requête? L’avocat ne le sait pas encore, une réunion du Conseil de fondation étant prévue d’ici à la fin du mois. «Je n’obtien- drai sans doute pas les noms des éventuels fraudeurs, admet-il. Mais ce n’est pas ce que je cher- che.» Accessoirement, il souhaite éclaircir une curieuse déclaration faite à la mi-mars par Esther Wae- ber-Kalbermatten. Répondant à une question du Grand Conseil, la ministre socialiste avait indiqué que les documents officiels pro- duits par la RTS pour révéler le coupage illicite de vins étaient dif- férents des rapports transmis à l’époque au laboratoire cantonal. Depuis lors, la justice valai- sanne a ordonné à la RTS de reti- rer de son site internet les docu- ments en question. Mesure que Me Fanti juge à la fois singulière et dangereuse pour le droit à l’infor- mation. Selon lui, à la lumière de plusieurs cas récents, il est à crain- dre que l’interdiction de publier

se banalise. Patrick Monay

Evacuation d’urgence d’un avion de Swiss

Au départ de Londres, une panne de réacteur

a obligé les pilotes

à avorter leur décollage

Plus de peur que de mal pour les passagers d’un vol de Swiss de- vant relier les bords de la Tamise à Genève hier après-midi. Alors que leur avion commençait à s’élancer sur la piste de London City, il s’est brutalement immobilisé. «De la fumée est entrée dans la cabine, cela a provoqué de la panique chez certains passagers», raconte une Lausannoise présente à bord. Swiss confirme l’incident. Un problème à un des quatre réac- teurs de l’Avro RJ100, ou Jumbo-

Le chiffre

91

Lepourcentagede condamna- tions suite àdesprocédures pénales engagéespar les autorités judiciaires cantonales suite à unedénonciationpour pornographie, selon le Service nationalde coordinationde la lutte contre la criminalité sur Internet (SCOCI). Laplupartdes condamnationsont été prononcéespourpossessionde pornographiedure.Dans 85% des casdepossessionde pornographie illégale, une peinepécuniaire a été infligée, à laquelle s’ajoute une amende dans 77%des cas. ATS

lino, a forcé les pilotes à faire in- terrompre leur décollage. Les 74 passagers et 4 membres d’équi-

page ont emprunté les toboggans

d’urgence pour rejoindre le tar- mac. Quatre d’entre eux ont été soignés sur place pour de petites blessures liées à cette évacuation. Ce n’est pas ce qui fâche notre témoin, voyageuse fréquente. «Un incident technique cela peut arriver, en revanche sa gestion par London-City a été lamentable. Ils nous ont bloqués près de trois heures dans l’aéroport sans savoir que faire en empêchant les repré- sentant de Swiss de s’occuper de nous.» Résultat, certains voya- geurs ont passé une nuit supplé- mentaire à Londres. M.-S.P.

Nucléaire Recours de Genève rejeté

Le Conseil d’Etat français, la plus haute juridiction adminis- trative de l’Hexagone, a rejeté un recours du Canton et de la Ville de Genève contre la construction d’un centre de stockage de déchets nucléaires sur le site de Bugey (F). D’autres recours sont encore pendants. Ce recours a été jugé irrecevable du fait de la situation géographi- que des collectivités helvétiques par rapport au Bugey, a indiqué hier François Pinet, avocat de la Ville et du Canton, confirmant une information de l’agence france presse. ATS

VC5

Contrôle qualité

VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité
VC5 Contrôle qualité