Vous êtes sur la page 1sur 3
Chirurgie de la main 26 (2007) 218 – 220 http://france.elsevier.com/direct/CHIMAI/ Article original La main du
Chirurgie de la main 26 (2007) 218 – 220 http://france.elsevier.com/direct/CHIMAI/ Article original La main du

Chirurgie de la main 26 (2007) 218 220

Chirurgie de la main 26 (2007) 218 – 220 http://france.elsevier.com/direct/CHIMAI/ Article original La main du coiffeur

http://france.elsevier.com/direct/CHIMAI/

Article original

La main du coiffeur : forme clinique du sinus pilonidal. À propos de trois cas

The hairdresser hand: clinical aspect of pilonidal sinus. 3 cases reports

A. André, P. Mansat * , A. Gaston

Service d orthopédie traumatologie et urgences main, centre hospitalier universitaire de Purpan, place du Docteur-Baylac, 31059 Toulouse, France

Reçu le 21 février 2007 ; accepté le 17 juillet 2007

Résumé

Les auteurs rapportent trois cas de sinus pilonidal interdigital chez des coiffeurs. Une description de la pathologie, sa physiopathologie et la prise en charge sont discutées. Une revue de la littérature permet de faire la synthèse sur cette forme clinique.

© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Abstract

The authors report 3 cases of interdigital pilonidal sinus in hairdressers. Description of pathology, pathogenesis and treatment are discussed. A literature review then follows which gives a perspective on this clinical presentation.

© 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

Mots clés : Sinus pilonidal ; Coiffeur ; Interdigital ; Main

Keywords: Pilonidal sinus; Hairdresser; Interdigital; Hand

1. Introduction

La main du coiffeur est une maladie professionnelle décrite pour la première fois en 1880 par Hogdes [1]. Il s agit d une atteinte cutanée dermoépidermique avec formation de granu- lome à corps étrangers [2]. Léthymologie du mot pilonidal rend compte de l affection : pilus qui signifie poils et nidus , pour nid : littéralement, nid à poils. Elle est aussi appelée tri- chogranulome. La localisation habituelle et la plus fréquente de cette affection est l espace interdigital [3] . La physiopathologie correspond à la pénétration de poils coupés courts, à travers lépiderme des zones exposées. Les lésions chroniques de lépiderme, secondaire à un contact répété avec des produits agressifs, tels les colorants, facilitent

* Auteur correspondant. Adresse e-mail : mansat.p@chu-toulouse.fr (P. Mansat).

la formation d amas de follicules pileux en zone glabre. Elle soppose à une affection bien connue des chirurgiens plasti- ciens et digestifs : le kyste pilonidal sacrococcygien congénital, qui affecte les zones très riches en poils [4] . En effet, des étu- des histologiques réalisées à partir de pièces anatomiques cada- vériques attestent du caractère acquis de ces lésions. Aucun follicule pileux n a été retrouvé à l examen histologique des commissures interdigitales des prélèvements témoins [3]. Le sinus pilonidal interdigital est donc une maladie acquise, professionnelle. Cest une affection rare, que l on rencontre essentiellement chez le coiffeur. La physiopathologie explique que plusieurs autres corps de métiers peuvent être directement concernés : les personnes en contact avec les animaux : les ber- gers en contact avec la laine des moutons, les trayeurs de vache, ainsi que les toiletteurs de chiens [3,5] . Actuellement, il existe une nette prédominance masculine de cette affection. Historiquement, les femmes étaient plus fréquemment touchées que les hommes [2]. Cette tendance s inverse actuellement,

1297-3203/$ - see front matter © 2007 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés.

© 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 03/04/2014 par UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS - SCD - (6574)

A. André et al. / Chirurgie de la main 26 (2007) 218 220

219

essentiellement du fait de la masculinisation de la profession. Les zones concernées par cette maladie sont, par ordre de fréquence : les espaces interdigitaux et plus fréquemment le troisième, les pulpes digitales, et un cas rapporté dans la litté- rature de sinus thénarien [4,6] .

2. Patients et méthode

Nous rapportons ici l expérience de notre service de chirur- gie de la main, à propos de trois cas concernant deux hommes coiffeurs, âgés de 37 et 38 ans (un cas bilatéral). Latteinte intéressait la main droite dominante dans deux cas et la main gauche dans un cas. Elle se situait systématiquement au niveau du troisième espace interdigital. La présentation clinique de ces patients associait un cortège de signes sémiologiques, permettant daffirmer le diagnostic. Les signes fonctionnels comportaient une douleur associée à un gène fonctionnelle au niveau du troisième espace interdigital. Des épisodes de surinfections, avec évacuation spontanée de pus ou à la pression du kyste émaillaient lévolution. La perception dun kyste au niveau de la commissure concernée était systéma- tique. Le signe pathognomonique était la visualisation du pertuis cutané fistuleux avec extrusion intermittente de poils (Fig. 1). Le contexte professionnel, associé au cortège démonstratif des signes cliniques, permettait daffirmer le diagnostic. La prise en charge a été uniquement chirurgicale. Le dessin de lincision correspond à un quartier d orange centré sur le pli commissural. Lexérèse chirurgicale du granulome et de l ambiance inflammatoire locale est ensuite réalisée ( Fig. 2 ). La plaie est laissée ouverte, et la cicatrisation est dirigée avec des pansements gras interdigitaux. Elle a été obtenue en trois semaines en moyenne (extrêmes 15 et 30 jours) ( Fig. 3 ). Les prélèvements bactériologiques systématiques peropératoires ont été positifs, dans un seul cas, avec une flore bactérienne monomorphe à Fusobacterium nucleatum .

flore bactérienne monomorphe à Fusobacterium nucleatum . Fig. 1. Sinus pilonidal du troisième espace interdigital

Fig. 1. Sinus pilonidal du troisième espace interdigital avec extrusion de cheveux.

du troisième espace interdigital avec extrusion de cheveux. Fig. 2. Excision du sinus par une incision

Fig. 2. Excision du sinus par une incision en quartier d orange laissée en cicatrisation dirigée ; le sinus est bien individualisé et contient des cheveux.

; le sinus est bien individualisé et contient des cheveux. Fig. 3. Aspect de la cicatrisation

Fig. 3. Aspect de la cicatrisation à six mois.

3. Résultats

Les résultats ont été évalués avec un recul de 38 mois au maximum (extrêmes : 1,5 et 60 mois). Lexcision simple et la cicatrisation dirigée ont donné des résultats satisfaisants avec comblement et épidermisation de la zone excisée en trois semaines. Aucune bride commissurale cicatricielle ne s est for- mée. Les pansements gras ont contribué à maintenir la com- missure en position d abduction. Les patients ont pu reprendre leur activité professionnelle au bout d un mois. Létude histo- logique a objectivé une réaction inflammatoire locale chro- nique à corps étrangers : granulome à cellules géantes. Nous déplorons un seul cas de récidive au plus long recul (60 mois) : ce coiffeur n utilisait pas de prévention secondaire, et les mêmes causes ont entraîné les mêmes effets. Un nouveau geste d excision chirurgicale est prévu chez ce patient.

4. Discussion

La forme clinique du sinus pilonidal au niveau de la main est une maladie professionnelle reconnue chez le coiffeur [4] . La présentation clinique typique des patients associée au

© 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 03/04/2014 par UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS - SCD - (6574)

220

A. André et al. / Chirurgie de la main 26 (2007) 218 220

contexte professionnel permet de faire le diagnostic [3] . Le gra- nulome survient au niveau des zones glabres exposées, dans des zones où la protection épidermique est fragilisée. Les zones concernées sont essentiellement les espaces interdigitaux et les pulpes digitales. Si le troisième espace est le plus souvent atteint, le sinus peut se développer au niveau des autres espaces interdigitaux [3,5,7] . Lévolution, en l absence de traitement, peut être marquée par plusieurs complications, linfection du kyste, à limage de l histoire naturelle des kystes sacrococcy- giens, étant la principale [2] . De nombreux germes ont pu être isolés Klebsielle [5], Gram positif [3,5] Dans les localisa- tions pulpaires, un cas d ostéolyse aseptique [6] et un cas d ostéite de la troisième phalange [8] ont été rapportés dans la littérature. Lexcision du granulome avec passage en zone saine, associée à une cicatrisation dirigée et contrôlée, constitue le meilleur traitement permettant une reprise rapide de l activité professionnelle [3]. Certains préconisent la réalisation d un lambeau local de rotation pour combler la perte de substance cutanée [9]. Cependant, en l absence de prévention secondaire, le risque de récidive persiste [3] . La diffusion d une informa- tion claire et adaptée, lapplication de mesure de prévention, dont le port systématique des gants lors des soins et lablation des cheveux à la fin de la journée de travail, représentent les moyens de prévention les plus efficaces [3]. Des cas de récidi-

ves précoces ont été rapportés dans la littérature. Ils concernent à chaque fois des patients opérés avec excision et suture immé- diate des berges de la plaie [3,7] . Cette attitude est de plus critiquable, car elle entraîne une cicatrisation en position fer- mée de lespace interdigital avec un risque de rétraction.

Références

[1] Hodges RM. Pilo-nidal sinus. Boston Med Surg J 1880;103:485 6. [2] Joseph HL, Gifford H. Barber s interdigital pilonidal sinus: the incidence, pathology and pathogenesis. Arch Dermatol Syph 1954;70:61624. [3] Adams CI, Petrie PW, Hooper G. Interdigital pilonidal sinus in the hand. J Hand Surg [Br] 2001;26:535. [4] Patel MR, Bassini L, Nashad R, Anselmo MT. Barber s interdigital pilo- nidal sinus of the hand: a foreign body hair granuloma. J Hand Surg [Am] 1990;15:652 5. [5] Papa CA, Ramsey ML, Tyler WB. Interdigital pilonidal sinus in a dog groomer. J Am Acad Dermatol 2002;47:S2812. [6] Grant I, Mahaffey PJ. Pilonidal sinus of the finger pulp. J Hand Surg [Br] 2001;26:490 1. [7] Ballas K, Psarras K, Rafailidis S, Konstantinidis H, Sakadamis A. Interdi- gital pilonidal sinus in a hairdresser. J Hand Surg [Br] 2006;31:2901. [8] Mohanna PN, Al-Sam SZ, Flemming AF. Subungual pilonidal sinus of the hand in a dog groomer. Br J Plast Surg 2001;54(2):176 8. [9] Uysal AC, Alagoz MS, Unlu RE, Sensoz O. Hair dresser s syndrome: a case report of an interdigital pilonidal sinus and review of the literature. Dermatol Surg 2003;29:288 90.

© 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés. - Document téléchargé le 03/04/2014 par UNIVERSITE NICE SOPHIA ANTIPOLIS - SCD - (6574)