Vous êtes sur la page 1sur 108

Royaume du Maroc

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Tableau de bord social


Septembre 2009
SOMMAIRE

Note de présentation Population et ménages…………………………………..…………………..………………………1


Indicateurs relatifs à la population Indicateurs relatifs aux ménages Activité,
emploi et chômage…………….…………………………………………………………...8 Indicateurs relatifs à
l'activité Indicateurs relatifs au chômage Indicateurs relatifs à l'emploi
Education et formation…………………………………………...…………..…….…...………….15 Indicateurs relatifs
à l'enseignement public et privé Taux brut et taux net de scolarisation Taux
d'analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus Indicateurs relatifs à la
formation professionnelle Santé et prévoyance sociale………………………………………………...…………..
…………..22 Indicateurs de couverture de la santé publique Indicateurs de mortalité
et de santé reproductive Indicateurs de prévoyance sociale Niveau de
vie…………………………..………………………………….………………..………..26 Indicateurs relatifs aux revenus et
aux dépenses Coefficients budgétaires et indicateurs de pauvreté Habitat et
conditions d'habitation…………………………..…………………………….…...…..33 Indicateurs sur l'habitat
et les conditions d'habitation

Comparaisons internationales………………………...……..…………………………….…...…..35
Note de présentation

Le développement économique d’un pays a longtemps été mesuré sur la base des
indicateurs économiques seulement, tels le PIB, le PNB ou leur taux de croissance.
Les expériences de développement à travers le monde ont révélé qu’une croissance
économique forte ne signifiait pas systématiquement le développement. La notion de
bien être des populations doit également être considérée. Le développement social,
par la nature même de ses objectifs et de ses interventions, constitue une
politique sociale transversale qui repose sur trois piliers fondamentaux : la
valorisation des ressources humaines, l’amélioration des conditions de vie des
populations et le soutien des organismes en charge de l’action sociale. De là
découle la nécessité de mesurer et de suivre les indicateurs sociaux pour en
apprécier l’évolution et pouvoir établir des comparaisons internationales. Dans ce
cadre, la Direction des Etudes et des Prévisions Financières (DEPF) a mis au point
ce présent tableau de bord qui, sur la base de données chiffrées1, dresse un état
des lieux du niveau de développement humain au Maroc à travers l’analyse d’un
certain nombre d’indicateurs sociaux relatifs à la démographie, l’éducation, la
formation, l’emploi, la santé, le niveau de vie et les équipements de base. Cette
analyse est complétée, dans une seconde partie, par une comparaison du Maroc avec
un échantillon de pays en vue de dégager des enseignements en matière de
développement humain. 1. Population et ménages Selon les rétroprojections du
Centre d'Etudes et de Recherches Démographiques (CERED) élaborées en 2006, le
Maroc compte 31,2 millions d'habitants en 2008 contre 27,7 millions d'habitants en
1998, soit un taux d'accroissement démographique annuel moyen de 1,2%. Entre
temps, les populations urbaine et rurale, quant à elles, sont passées de 14,8
millions à 17,7 millions et de 12,9 millions à 13,4 millions respectivement,
enregistrant ainsi des taux de croissance démographique de 1,8% et 0,4%
respectivement. Cette avance constatée en milieu urbain contribue, à côté d’autres
facteurs, à l'augmentation du taux d’urbanisation qui est passé de 53,0% à 56,9%.
En 2007, la distribution régionale est marquée par la concentration de près du
tiers de la population dans trois régions : le Grand Casablanca avec 3,6 millions
d'habitants (12,1% de la population nationale), Souss-Massa-Draa et Marrakech-
Tensift-Al Haouz avec 3,2 millions chacune (10,5% et 10,3% de la population
nationale respectivement). Le reste de la population est réparti selon des
proportions variant de 0,4% (Oued Eddahab Lagouira) à 8,4% (Tanger-Tétouan).

Produites essentiellement par le Ministère de l'Economie et des Finances, le Haut


Commissariat au Plan, le Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement
Supérieur, de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique, et le
Ministère de la Santé.
I

Direction des Etudes et des Prévisions Financières


En comparaison avec un échantillon de pays émergents2, le taux moyen
d’accroissement démographique au Maroc est de l'ordre de 1,3% entre 1997 et 2007.
Le Maroc est placé, donc au 5ème rang après la Malaisie (2,1%), l'Irlande (1,7%),
la Turquie (1,4%), et l'Indonésie (1,3%). Néanmoins, la population marocaine est
relativement jeune (29,1% de la population est âgée de moins de 15 ans contre
15,6% pour le Portugal et 20,8% pour la l'Irlande en 2007). Les personnes âgées de
65 ans et plus représente une proportion faible de 5,7% contre 17,1% pour le
Portugal et 13,3% pour la Pologne. Cependant, la comparaison de la structure par
groupes d'âges de la population entre 1998 et 2008 fait état d'un léger
élargissement du sommet de la pyramide des âges au détriment de la base. Cet état
de vieillissement s'avère d'une plus grande importance, car selon les projections
du CERED, la proportion des personnes âgées de 60 ans et plus, qui ne représente
actuellement que 7,8% de la population, va augmenter suite aux changements
démographiques pour atteindre 15,9% en 2030. Aussi, le nombre des personnes âgées
serait-il presque similaire à celui des jeunes en 2050. Ces modifications de la
structure de la population méritent d’être considérées dans l’élaboration des
politiques de développement du pays, par l’établissement de mesures spécifiques de
prise en charge des personnes âgées et par la prise en compte dans les politiques
de l’emploi de l’accroissement important de la population active.

Ménages Malgré la baisse relative du taux de fécondité, la taille des ménages n’a
que légèrement diminué au niveau national : 5,0 personnes par ménage en 2008
contre 5,9 en 1994. En milieu rural, cet indicateur est de l'ordre de 5,8
personnes par ménage en 2008 contre 6,6 en 1994. En milieu urbain, il a baissé de
5,3 à 4,5 entre temps. Les projections du CERED estiment la taille moyenne des
ménages marocains en 2010 à 4,9 personnes (4,4 en milieu urbain et 5,7 en milieu
rural). La croissance annuelle moyenne de l’effectif des ménages est plus rapide
en milieu urbain (3,2% l'an entre 1994 et 2008) qu’en milieu rural (1,3% l'an), du
fait d’un accroissement naturel plus important.

Nuptialité et fécondité L’accès croissant à la scolarisation et à la formation


ainsi que les mutations économiques qu’a connues le Maroc ces dernières années,
ont eu pour conséquence l’augmentation du taux de célibat et l’entrée de plus en
plus tardive en première union. Cette hausse de l’âge au premier mariage qui a
commencé dans les années soixante, s’est relativement accélérée au cours des deux
dernières décennies. L’âge au premier mariage est passé de 27,9 ans en 1987 à 31,8
ans en 2007 pour les hommes et de 23,4 ans à 27,2 ans pour les femmes.

Chili, Corée, Indonésie, Irlande, Malaisie, Mexique, Pologne, Portugal, Tunisie et


Turquie en plus de la Jordanie, la Roumanie, le Pakistan et le Pérou pour certains
indicateurs. II Direction des Etudes et des Prévisions Financières
Les changements de comportement de la nuptialité se traduisent par une baisse de
la natalité. En effet, le taux brut de natalité3 est passé de 37,2‰ en 1982 à
24,2‰ en 1994 et à 19,5‰ en 2007 au niveau national. En milieu rural, cet
indicateur a baissé de 18,4 points entre 1982 et 2007 pour atteindre 21,9‰, contre
une baisse de 13,2 points en milieu urbain où il se situe à 18,6‰. Cette
différence peut être imputée à l’importance de l’exode rural des jeunes. Le recul
de l’âge moyen au premier mariage a également fait chuter le taux de fécondité
générale4 des femmes âgées de 15 à 19 ans de 68,2‰ en 1982 à 18,0‰ en 2007. Les
mariages précoces reculent et accusent un taux faible à la faveur de l’éducation
des femmes et de leur implication dans la vie active. Ces évolutions ont abouti à
la baisse de l’indice synthétique de fécondité de 5,5 enfants par femme en 1982 à
2,33 en 2007. Cet indice reste plus élevé en milieu rural (2,77 enfants par femme)
qu’en milieu urbain (2,01 enfants par femme). En comparaison avec certains pays
émergents, cet indice est de l'ordre de 1,3 enfant par femme pour la Corée et la
Pologne, 1,9 enfant par femme pour le Chili et 2,6 enfants par femme pour
l'Indonésie. 2. Activité, chômage et emploi Population active Au terme de l’année
2008, La population active âgée de 15 ans et plus a atteint 11.267.000 personnes,
soit une hausse de 1,1% par rapport à l'année 2007 (+2,2% en milieu urbain contre
-0,2% en milieu rural). Le taux d'activité a légèrement reculé passant de 51,0% en
2007 à 50,6% en 2008. Population active: elle comprend toutes les personnes
constituant la main-d'œuvre disponible pour la production de biens et services. La
population active est composée de la population active occupée et de la population
active en chômage. Le taux d'activité de la population âgée de 15 ans et plus est
défini comme suit: Taux d'activité (en %) = Population active âgée de 15 ans et
plus x 100
Population âgée de 15 ans et plus
Source: HCP

Emploi En matière d’emploi, 310.000 postes d’emplois rémunérés ont été créés et
177.000 emplois non rémunérés ont été perdus entre 2007 et 2008, ce qui s’est
traduit globalement par une création nette d’emplois de 133.000 postes (+153.000
dans les villes et -20.000 dans les compagnes). Le volume global de l’emploi est
passé en conséquence, entre les deux périodes, de 10.056.000 à 10.189.000
personnes. Les principaux secteurs ayant généré les nouveaux emplois sont : les
"services" avec 102.000 emplois, soit un accroissement du volume de l’emploi du
secteur de 2,8% ;

3 4

Nombre de naissances vivantes pour 1000 habitants. Nombre de naissances des femmes
d’un certain âge rapporté au nombre total des femmes du même âge. III Direction
des Etudes et des Prévisions Financières
-

les "bâtiments et travaux publics " avec 65.000 postes, soit une une hausse de
7,7%. L’emploi dans le secteur agricole a, quant à lui, reculé au niveau national
de 67.000 postes, soit une baisse de 1,6%.

En zones urbaines, tous les secteurs d’activité économique ont contribué à la


création de nouveaux emplois : les services avec 80.000 emplois, soit une hausse
du volume de l’emploi du secteur de 2,6% ; les bâtiments et travaux publics avec
39.000 emplois, soit une hausse de 7,4% ; l’industrie avec 30.000 emplois, soit
une hausse de 3,0% ; l’agriculture, forêt et pêche avec 2.000 emplois, soit une
hausse de 0,6%.

En zones rurales, 20.000 postes d’emploi ont été perdus résultant d’une régression
de l’emploi agricole de 68.000 postes et d’un accroissement de l’emploi non
agricole de 48.000 postes. Les plus importantes créations d’emplois ont été
observées dans les " bâtiments et travaux publics" (26.000 postes) et les services
(22.000 postes). Population active occupée : Elle englobe toutes les personnes
participant à la production de biens et de services, ne serait-ce que pour une
heure, pendant une brève période de référence spécifiée, et toutes les personnes
pourvues normalement d'un emploi, mais absentes de leur travail. Il s'agit d'un
concept large qui englobe tous les types d'emplois, y compris le travail
occasionnel, le travail à temps partiel et toutes les formes d'emplois
irréguliers.
Source: HCP

La répartition de la population active occupée urbaine par statut


socioprofessionnel montre une prédominance du salariat qui s'est accrue de 61,2%
en 2000 à 65,3% en 2008. Cet accroissement est enregistré aussi en milieu rural où
la part des salariés est passée de 16,2% en 2000 à 22,4% en 2008. En revanche, le
statut des indépendants a marqué une baisse en milieu urbain, passant de 24,3% à
22,9% entre temps. La répartition de la population active occupée par branche
d’activité économique en milieu urbain montre une baisse de la part de l’industrie
de 2,5 points entre 2000 et 2008 pour se situer à 20,9%. L’administration générale
et les services sociaux fournis à la collectivité emploient une part importante de
la population active occupée urbaine (35,6% en 2008). Concernant les secteurs
d’activité, le secteur privé constitue le principal employeur en milieu urbain
avec 83,3% des effectifs en 2008 contre 76,9% en 2000.

Chômage En matière de chômage, La population active en chômage est passée, au


niveau national, de 1.092.124 en 2007 à 1.077.841 chômeurs en 2008, soit une
baisse de 1,3% de l’effectif des chômeurs. Cette diminution concerne exclusivement
le milieu urbain. En milieu rural, le stock de chômeurs a augmenté de 10.635. Le
taux de chômage annuel est passé de 9,8% en 2007 à 9,6% en 2008 ; de 15,4% à 14,7%
en milieu urbain et de 3,8% à 4,0% en milieu rural. Les baisses les plus
importantes du chômage, en milieu urbain, ont été observées chez les jeunes âgés
de 25 à 34 ans et chez les diplômés.
Direction des Etudes et des Prévisions Financières
IV
Population active en chômage : elle est constituée de toutes les personnes non
pourvues d'un emploi mais qui cherchent un travail et/ou sont disponibles pour un
travail. Ainsi, le concept du chômage est fondé sur un critère à trois conditions:
- Etre sans travail ; - Etre à la recherche d'un travail, c'est-à-dire les
personnes qui ont pris des dispositions appropriées pour chercher un emploi; -
Etre disponible pour travailler. La population active en chômage est donc
constituée des personnes âgées de 15 ans et plus, qui n'ont pas une activité
professionnelle et qui cherchent activement ou passivement un emploi.
Taux de chômage : renseigne sur le déséquilibre entre l'offre et la demande
d'emplois. Il exprime la part de la population dépourvue d'un emploi, mais qui
cherche un travail, parmi la population en âge d'activité. Ce taux est obtenu
comme suit:

Taux de chômage (en %) =


Source: HCP

Population en chômage x 100

Population active âgée de 15 ans et plus

Les initiatives emploi S'agissant de la politique de l'Etat pour la promotion de


l'emploi, le défi majeur pour le Maroc est de réaliser à la fois des gains de
productivité et de promouvoir l'emploi en développant des activités à forte
intensité des compétences scientifiques et techniques. Ainsi, le bilan au titre de
l'année 2008 des initiatives pour l'emploi "Moukawalati", "Idmaj" et "Taahil", met
en exergue la dynamique que connaît l'économie sociale et les initiatives
entrepreneuriales. Une dynamique qui a permis la création de quelques 334.000
emplois dans le cadre de l'économie sociale et 30.000 emplois dans le cadre de
l'INDH. • Le programme national d'appui à la création d'entreprises "Moukawalati".
Lancé en juin 2006, ce programme, visant la création de 30.000 petites entreprises
et la pérennisation des entreprises créées. De 526 entreprises crées en 2007, on
est passé à 1624 en 2008, sachant que 6198 candidats ont achevé leur formation,
3788 projets sont entre les mains des banques et 1274 ont été financés par les
banques ou autofinancés par des jeunes entrepreneurs. Ces initiatives ont permis
de créer 4712 emplois, un chiffre qui est appelé à augmenter suite au renforcement
du réseau de Moukawalati qui compte aujourd'hui quelque 164 guichets répartis à
travers le Maroc. • Le programme "Idmaj" vise à faciliter l'accès des jeunes
diplômés à une expérience professionnelle; l'objectif étant l'insertion de 105.000
chercheurs d'emploi dans l'entreprise durant la période 2006-2008. Il s'agit, en
fait, d'un contrat-programme entre le gouvernement et l'ANAPEC en vertu duquel,
les employeurs sont dispensés de payer les cotisations de la CNSS et de l'IGR
pendant deux ans avec une troisième année supplémentaire en cas d'embauche. A fin
décembre 2008, ce programme a permis l'insertion de près de 120.750 chercheurs
d'emploi dont 47% de femmes et 53% d'hommes. Selon les résultats préliminaires
d'une récente étude réalisée par la CNSS et l'ANAPEC, 75% des bénéficiaires de ce
programme ont été recruté définitivement par les établissements où ils ont passé
leur stage.
Direction des Etudes et des Prévisions Financières
V
• Le programme "Taahil" visait la formation de 50.000 jeunes à l'horizon 2008. Il
propose des formations à la carte offrant par la même occasion un large éventail
de profils aux entreprises qui cherchent des compétences pointues. A fin décembre
2008, ce programme a permis l'identification de 12.000 opportunités de formation
dont 3200 au titre de la formation pour emploi, 5534 au titre de la formation
qualifiante en plus de 1450 bourses destinées à la formation dans le secteur des
services. Il s’agit, en effet, de contribuer à la promotion de l’initiative
entrepreneuriale pour la création de l’emploi, d’identifier en relation avec les
partenaires concernés les besoins en formation pour mettre en adéquation les
profils des demandeurs d’emplois avec les besoins du marché de travail et de
rapprocher lesdits demandeurs avec le milieu d’entreprise en vue de favoriser leur
insertion professionnelle. Dans ce contexte, 16 études prospectives régionales ont
été lancées pour identifier les besoins en recrutement grâce à un concours
financier conséquent du Fonds Hassan II. Ainsi, Trois études ont déjà été
réalisées dans les régions de Marrakech-Tansift-El Haouz, TangerTétouan et Rabat-
Salé-Zemmour-Zaer et La démarche a déjà donné des résultats probants. L'on sait
déjà, en effet, que la région de Marrakech aura besoin de quelque 21.000 emplois
l'année prochaine dans les secteurs du tourisme et du BTP. Dans la région de
Tanger, les besoins exprimés s'élèvent à 30.452 emplois à l'horizon 2010
essentiellement dans les secteurs du tourisme, des industries automobiles et
aéronautiques, de l'offshoring et la logistique et transports. La région de Rabat
créera, d'ici deux ans, près de 24.475 postes de travail dans les secteurs du
tourisme, l'artisanat, le textile-habillement, les BTP, l'offshoring et les NTIC.
Des efforts seront ainsi déployés en matière de formation professionnelle. Le
cadre juridique est en phase de finalisation et les moyens matériels et humains
seront mobilisés. Reste à savoir de quelle formation et dans quelles conditions
nous avons besoin. Là également, la réponse sera apportée par des études, et le
ministère en lance 8, financées par le Fonds Hassan II pour le développement du
système de la formation professionnelle. Cela revient, en premier lieu au
développement de la capacité d'accueil qui passera à 168.000 lauréats en 2012,
soit plus de 750.000 lauréats durant le quinquennat 2008-2012 contre 488.000
durant le quinquennat 2003-2007. En second temps, il s'agit du développement de
l'apprentissage qui permettra la qualification de 110.000 jeunes. En dernier lieu
il sera question d'accompagnement du secteur privé qui contribuera à la formation
de 220.000 lauréats, dont 50% dans les établissements accrédités. 3. Education et
formation Bilan enseignement La charte nationale d’éducation et de formation,
entrée en vigueur en 2000, se fonde sur une mobilisation nationale pour la
rénovation de l’école. La décennie 2000-2009 a été déclarée décennie nationale de
l’éducation et de la formation. Ainsi, le secteur de l’éducation et de la
formation a été érigé en priorité nationale après l’intégrité territoriale. Le
nombre d’enfants scolarisés dans le préscolaire a atteint 721835 enfants en
20082009, soit un taux3 spécifique de scolarisation de 63.8% sur le plan national
et de 55.1% pour les filles. Entre 2000-2001 et 2008-2009, l’effectif des inscrits
dans le préscolaire a connu une régression de 1,8% due à la baisse de l'âge
d'entrée à l'école publique de 7 à 6 ans.
3

Les taux de scolarité utilisés, ici sont calculés sur la base de la population
2004. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

VI
Les familles rurales ont profité de cette disposition en inscrivant leurs enfants
très tôt au primaire public en les privant du passage préalable par l'enseignement
préscolaire traditionnel ou après seulement une courte durée (une année au lieu de
deux ans et plus). S'agissant de l'enseignement au 1er cycle fondamental, la
généralisation de l'enseignement primaire est devenue un objectif accessible pour
le Maroc. le taux spécifique de scolarisation des élèves âgés de 6-11 ans s’est
situé à 91,4% et à 89,9% pour les filles. En milieu rural, il a atteint
globalement 91,5% et 88,3% pour les filles durant la même période contre 91,7%
globalement et 91,4% pour les filles en milieu urbain. L’effectif des élèves
scolarisés dans le primaire public et privé s’élève en 2008-2009 à 3863838 élèves
au niveau national dont 1817245 filles. En milieu rural, l’effectif des élèves
scolarisés a atteint près de 1919353 élèves soit 49,7% des élèves inscrits dans le
primaire. Le nombre des filles s’est situé à 881664 soit 45,9% des élèves inscrits
dans le primaire au milieu rural. Pour ce qui est de l’enseignement collégial, le
taux de scolarisation des enfants âgés de 12-14 ans a atteint globalement 70,2% et
64,8% pour les filles en 2008-2009 contre 60,3% et 52,7% respectivement en 2000-
2001. En milieu rural, ce taux a atteint 52,1% globalement et 42,7% pour les
filles contre 37,5% et 27,9% respectivement en 2000-2001. Le taux spécifique de
scolarisation des enfants âgés de 15-17 ans a enregistré une nette amélioration
passant globalement de 37,2% en 2000-2001 à 49,9% en 2008-2009 et de 32,2% à 45,6%
pour les filles. L’effectif des élèves scolarisés dans l’enseignement secondaire
qualifiant public et privé a atteint 784935 élèves (dont 386310 filles) en 2008-
2009. Toutefois, des disparités de genre et entre milieux subsistent encore en
raison du développement limité de ce cycle en milieu rural. Dans ce milieu,
l’effectif des élèves ne représente que 10,3% soit 80733 dont 32520 sont des
filles. Notons aussi que malgré le progrès que connaît le secteur de l’éducation,
il demeure confronté à plusieurs obstacles qui entravent son plein développement :
• Conditions socio-économiques des ménages ruraux ; • Pénurie d’établissements
scolaires et de structures d’appui malgré les réalisations et notamment en raison
de l’enclavement des régions les plus touchées. À titre d’illustration, les
cantines scolaires ne concernent que 51% des élèves ; • Insuffisance des bourses
octroyées aux élèves du collège dans le milieu rural, en particulier aux filles ;
• Insuffisance des crédits nécessaires à la réhabilitation des infrastructures
scolaires ; • Retard dans la réalisation des projets d’investissement à cause de
la lourdeur des procédures administratives; • Insuffisance de l’encadrement
administratif et pédagogique; • Faible participation du secteur privé dans les
villes et sa quasi-absence en milieu rural. Face à un tel constat, un plan
d’urgence est élaboré pour l’accélération de la mise en oeuvre de la réforme de
l’éducation et de la formation. La stratégie du gouvernement dans le secteur de
l’éducation s’inspire, dans son contenu, des hautes orientations royales qui ont
fait de l’enseignement une des quatre priorités de l’action du gouvernement et
vise à opérationnaliser les objectifs da la charte nationale d’éducation et de
formation au cours des deux prochaines années (2009-2010). Cette stratégie est
centrée sur quatre axes essentiels :
VII

Direction des Etudes et des Prévisions Financières


1- La réalisation effective du principe de l'enseignement obligatoire jusqu'à
l'âge de 15 ans. 2- L'encouragement et le développement de la scolarisation après
l'âge de 15 ans, au niveau du secondaire qualifiant et de l'université. 3- La
réalisation de projets susceptibles de trouver des solutions aux problématiques
transversales du système de l'éducation et de la formation, notamment en ce qui
concerne les ressources humaines. A cet égard, l'attention sera portée sur le rôle
du directeur de l'établissement et de l'inspecteur comme encadreurs principaux de
l'action éducative, dans le but d'évaluer les différents intervenants qui seront
récompensés sur la base de leur efficacité. 4- Le bon fonctionnement du système et
sa continuité, à travers des outils de planification et de gestion efficients. Ce
volet ambitionne, entre autres, d'améliorer la gestion des ressources financières,
garantir leur pérennité, lutter contre les dépenses excessives et mettre en place
une comptabilité générale et analytique. Ainsi, un nouveau système renforcé de
pilotage, de coordination, de suivi et d’évaluation, permettra de mesurer à chaque
instant l’état d’avancement, les résultats et les performances de ce programme et
d’introduire chemin faisant les correctifs nécessaires au début de chaque année de
son exécution. Bilan et Stratégie d'alphabétisation S’agissant des programmes de
lutte contre l’analphabétisme, les objectifs consistent en la réduction du taux de
l'analphabétisme d'ici 2010 à 20 %. L'éradication totale de ce fléau est prévue en
2015. Le taux d’analphabétisme au Maroc de la population âgée de 10 ans et plus
est estimé à 38,5% à fin 2006 (46,8% chez les femmes et 31,4% chez les hommes).
Quant au nombre des bénéficiaires des programmes d’alphabétisation, il est en
hausse, passant de 180.000 en 1998-99 à 286.000 en 2002-2003 pour atteindre plus
de 650.000 en 2007-2008. Le cumul des bénéficiaires pendant les 6 dernières années
a atteint quant à lui 3,2 millions de personnes. Un chiffre qui est largement
supérieur au cumul des bénéficiaires pendant près de 20 ans entre 1982 et 2002 qui
était estimé à 2 millions de personnes. Les femmes représentent plus de 80% des
bénéficiaires des programmes d’alphabétisation qui ciblent les personnes âgées de
15 ans et plus avec une priorité donnée aux femmes et à la tranche d’âge 15-45 ans
en milieu rural. Notons que 50% des bénéficiaires sont issus du milieu rural.
Durant l'année 2008, Plus de 280.000 personnes ont bénéficié des programmes
d'alphabétisation menés par 570 associations actives. Le nombre des personnes
ayant bénéficié des programmes menés par les ONG représente 43 % de l'ensemble des
bénéficiaires des programmes d'alphabétisation et les 57 % restants sont à mettre
à l'actif des secteurs gouvernementaux, notamment les ministères de l'Education
nationale, des Habous et des Affaires islamiques et de la Jeunesse et des sports,
outre l'entraide nationale. Au niveau national, le nombre de bénéficiaires des
programmes menés par l'ensemble des partenaires devrait atteindre 650.000
personnes au titre de l'année 2008-2009, le but étant de voir le nombre des
bénéficiaires atteindre 800.000 en 2012. Pour relever ce défi, les responsables
ont insisté sur l'implication de toutes les parties concernées, notamment les
collectivités locales et le secteur privé.

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

VIII
En comparaison avec un échantillon de pays émergents, et malgré les efforts
entrepris par les pouvoirs publics marocains en matière d’alphabétisation, le taux
d’alphabétisation au Maroc reste le plus faible de l’échantillon: 66% en 2007
contre 99,3% pour la Pologne et 96,6% pour le Chili. Quant au taux net de
scolarisation au premier cycle fondamental, il est de l'ordre de 93% en 2006 pour
le Maroc contre 99,9% pour la Malaisie et 98% pour le Portugal. Au secondaire, ce
taux en 2006 est de l'ordre de 73,6% pour la Maroc contre 96% pour la Corée et
93,6% pour la Pologne. Ressources financières L’amélioration des résultats de la
politique de scolarisation a nécessité des efforts d’investissement du Ministère
de l’Education Nationale (MEN). En effet, la part de ce Ministère dans le budget
d’investissement général de l’Etat a augmenté de 7% en 1999-2000 à 9,5% en 2007.
Les dépenses totales de ce département ont également augmenté en pourcentage du
PIB de 5,2% à 5,6% entre 1999 et 2007. S'agissant du fonctionnement, la part du
MEN dans le budget général de fonctionnement de l’Etat est de l'ordre de 29% en
2007. Ce budget représente prés de 92,8% dans le budget général du MEN. Concernant
les dépenses publiques d'enseignement en % du PIB, elles sont de l'ordre de 5,6%
pour le Maroc en 2007 (contre 8,1% pour la Tunisie et 8% pour la Malaisie).
Enseignement supérieur En termes d'effectif global, l'enseignement supérieur
universitaire a atteint 291 763 étudiants en 2007-2008 contre 272 578 l'année
précédente, soit un accroissement annuel de 7%. Le Ministère de l'Enseignement
Supérieur, de la Formation et de la Recherche Scientifique a indiqué que l'année
universitaire 2007-2008 voyait la mise en place d'un certain nombre de nouveautés
destinées à renforcer l'enseignement supérieur. Il s'agit en premier lieu du
renforcement des infrastructures, avec la construction d'une nouvelle université à
Beni Mellal et de quatre nouveaux centres d'enseignement supérieur: deux écoles de
commerce et de management à Fés et Mohammedia, un institut supérieur de
technologie à Berrechid et une école d'ingénieurs à Khouribga. Une autre nouveauté
est l'augmentation du nombre des filières, dont 47 pour cent sont orientées vers
la formation professionnelle, notamment les formations aux métiers du travail
social menées conjointement par le Ministère du Développement Social et le
Secrétariat d'Etat chargé de la Formation Professionnelle. Le nombre de sièges
dans les facultés de médecine a augmenté de 66 pour cent par rapport à l'an
dernier, pour tenter de parvenir à un objectif de formation de 3 300 médecins par
an à l'horizon 2020. Une autre mesure importante mise en place cette année est la
création par le Fonds Central de Garantie d'un programme intitulé "Education Plus"
qui vise à garantir les prêts bancaires destinés aux étudiants inscrits dans des
instituts et des écoles du secteur privé pour financer tout ou partie de leurs
frais d'inscription et de scolarité. Cette nouveauté rentre dans le cadre de
l'accord signé le 8 mai entre le gouvernement et les représentants des
établissements d'enseignement et de formations privés. Toutes les banques du pays
sont impliquées dans ce nouveau fonds. Les prêts, qui ne doivent pas dépasser 100
000 dirhams (12 500 dollars), sont destinés exclusivement au paiement des frais
d'inscription et/ou de scolarité exigés par l'institut ou l'école supérieure
d'enseignement privé.
Direction des Etudes et des Prévisions Financières
IX
Formation professionnelle Au titre de l’année 2007/2008, l’effectif des stagiaires
a atteint plus de 262 760, soit une augmentation d’environ 12 % par rapport à
l’année 2006/2007. Les effectifs des lauréats, quant à eux, ont atteint plus de
114. 690 avec une augmentation d’environ 8% en comparaison avec l’année 2006.
Cette augmentation substantielle du nombre de stagiaires a été jumelée à une
approche qualité au niveau du processus de formation, à une stratégie
d'optimisation des moyens humains et matériels et à la professionnalisation des
outils de gestion et de communication. Par ailleurs, le Département de la
Formation Professionnelle a poursuivi en 2007 ses efforts visant à répondre à la
demande sans cesse croissante en la matière, ainsi, le nombre d’établissements au
titre de l’année 2007/2008 a atteint 1.992 établissements (non compris les centres
de formation par apprentissage). D’autres mesures ont été prises pour faire de la
formation professionnelle un choix sûr. Il s’agit entre autres de la mise en place
d’espaces d’accueil au niveau de chaque établissement de formation, animés par une
équipe dont la mission principale est d’aider le candidat à choisir la formation
répondant au mieux à ses aspirations et à ses besoins spécifiques. Une révision
des modalités d’accès selon chaque niveau est également entreprise à travers la
simplification des procédures d’admission pour assurer un meilleur service aux
candidats potentiels. 4. Santé et prévoyance sociale 4.1. Encadrement sanitaire et
santé de base L’encadrement sanitaire, mesuré par le nombre d’habitants par
médecin, a beaucoup évolué au cours des vingt dernières années, passant de 10972
en 1980 à 1822 en 2007 grâce au renforcement de l’effectif des médecins à un
rythme de 9,1% l’an. Cette progression a été plus importante pour le secteur privé
qui représente 50,9% de l’effectif total des médecins en 2007. Quant au nombre
d’habitants par infirmier du secteur public, il enregistre une baisse, passant de
1225 en 1982 à 1155 en 2007. Des efforts importants ont été déployés pour étendre
l’offre en soins de santé par l’augmentation du nombre d’établissements sanitaires
publics au rythme de 3,2% par an entre 1980 et 2007 ce qui a permis de ramener le
nombre d’habitants par établissement de 17135 en 1980 à 9073 en 2007. Cependant,
le nombre d’habitants par lit (y compris le secteur public) a augmenté de 796 à
1384 entre temps. Les indicateurs d’offres de soin de santé de base ont ainsi
enregistré des avancées notoires : • Dans le cadre de l’amélioration des
conditions sanitaires de la population, et à travers de vastes campagnes publiques
de vaccination, le taux de couverture vaccinale contre les six maladies
principales (Tuberculose, diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et
rougeole) a atteint 89,1% en 2003-2004 chez les enfants de 12 à 23 mois.

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

X
• Le taux de prévalence contraceptive pour les femmes mariées a progressé de 35,9%
en 1987 à 59% en 1997 et à 63,0% en 2003-2004, soit un gain de 27,1 points qui
peut être expliqué par la réduction de l’analphabétisme chez les femmes,
l’occupation de plus en plus importante de la femme dans la vie professionnelle et
le développement médical qui favorise la disponibilité des méthodes modernes de
prévalence contraceptive dont le taux est de 55% contre 28,9% en 1987. Toutefois,
l’écart entre milieu urbain et rural reste important, avec 65,5% pour les femmes
urbaines contre 59,7% pour les femmes rurales. • La sensibilisation au concept de
maternité sans risque a permis l’augmentation de la part des accouchements en
milieu surveillé de 26% en 1987 à 60,8% en 2007. • Les efforts publics en matière
de santé ont ainsi réduit le taux brut de mortalité de 8,2‰ en 1987 à 5,5‰ en
2007, et augmenté l’espérance de vie à la naissance de 59,1 ans en 1980 à 72,6 ans
en 2008. Cet indicateur a enregistré une amélioration plus importante pour les
femmes que pour les hommes, passant de 60,2 ans en 1980 à 73,9 ans en 2008 et de
58,1 ans à 71,4 ans entre temps respectivement. • La mortalité infantile (moins
d'un an), malgré une évolution démographique marquée par une fécondité de plus en
plus faible, et quoiqu’elle épouse une tendance baissière puisqu’elle est passée
de 73,5‰ en 1987 à 40‰ en 2003-2004 et demeure élevée surtout en milieu rural où
son taux a atteint 55‰ contre 33‰ en milieu urbain. Dans le même sens, et dans le
cadre de la mise en œuvre progressive de la couverture médicale de base, les
pouvoirs publics ont entrepris la mise en place effective de l'AMO et le lancement
de l'expérience pilote du RAMED : • l’assurance maladie obligatoire (AMO),
destinée aux personnes actives ou titulaires de pensions des secteurs public et
privé et dont la gestion a été confiée à la CNOPS pour le secteur public et à la
CNSS pour le secteur privé ; L’entrée en vigueur le 18 août 2005 de l’AMO a
constitué une étape majeure sur la voie de la concrétisation du principe de droit
de santé pour tous les citoyens. En effet, cette mesure a permis de doubler le
taux de la couverture médicale qui est passé de 17,2% à 34%. La mise en place de
ce régime a été accompagnée par le démarrage effectif, durant le second semestre
de l’année 2005, des activités de l’Agence Nationale de l’Assurance Maladie
(ANAM), la mise à niveau de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale et de la
Caisse Nationale des Organismes de Prévoyance Sociale, l’amélioration des
prestations de soins dispensées dans les structures de santé publique et la mise
en œuvre de mesures de régulation et de maîtrise des dépenses de santé pour
assurer la pérennité et la viabilité financière du régime de l’AMO. • le régime
d’assistance médicale (RAMED) donnant accès à un panier de soins de base dans les
services publics au profit des personnes économiquement faibles. La finalisation
de l'architecture du régime d’assistance médicale permettrait l’élargissement de
la couverture médicale de base à 80 % de la population à l’horizon 2009. Par
ailleurs, et en vue de concrétiser les objectifs du millénaire relatifs à la santé
maternelle et infantile, un plan d’action national pour la période 2008-2012 a été
élaboré. Au cœur de la stratégie préconisée, se trouve un repositionnement
stratégique du rôle de l’Etat vers une dissociation entre l’activité de prestation
de services (A l’instar du privé et des ONG), et celle de financement et
d’assurance (Comme la CNOPS et la CNSS).
Direction des Etudes et des Prévisions Financières
XI
Ressources financières L’amélioration des indicateurs sanitaires a nécessité
l’augmentation de la part des dépenses d’investissement du Ministère de la Santé
dans le budget général d’investissement de l’Etat de 1,8% en 1990 à 4,7% en 2007.
La part des dépenses de fonctionnement de ce département dans le budget général de
fonctionnement de l’Etat est de 5,9% en 2007. Les dépenses publiques de santé par
habitant ont enregistré une nette amélioration passant de 75 dirhams en 1990 à 249
dirhams en 2007. Comparaison avec un échantillon de pays émergents L’encadrement
médical (appréhendé par le nombre de médecins pour 100 000 habitants reste
insuffisant (51 médecins pour 100 000 habitants) et situe le Maroc à l’avant
dernière position avant l’Indonésie (13 médecins pour 100 000 habitants) sur la
période 20022006. Le Portugal et l’Irlande viennent aux premiers rangs avec 294 et
344 médecins, respectivement, pour 100 000 habitants. Les dépenses totales de
santé en % du PIB, de l’ordre de 1,05% en 2006 pour le Maroc, placent celui-ci en
dernier rang. Ce ratio est de l'ordre de 10,20% pour le Portugal et de 7,50% pour
l'Irlande. L’espérance de vie à la naissance, quant à elle, est de l'ordre de 72,5
ans pour le Maroc en 2007 contre 70,6 pour l’Indonésie, 79,0 pour le Corée et 79,4
ans pour l’Irlande. 4.2. Prévoyance sociale La prévoyance sociale au Maroc est
constituée par la CNOPS (et les mutuelles y afférentes), les principaux régimes de
retraite (CNSS, RCAR, CIMR, CMR) ainsi que par les régimes internes institués au
sein de certains établissements publics. Les résultats des caisses de prévoyance
sociale diffèrent selon la population bénéficiaire : • La Caisse Nationale des
Organismes de Prévoyance Sociale (CNOPS) composée aux 2/3 des agents de l’Etat,
des collectivités locales et des établissements publics ainsi que leurs ayants
droits. L'entrée en vigueur de l'Assurance maladie obligatoire a insufflé une
dynamique qui transparaît dans l'évolution remarquée au niveau de la population
assuré, des cotisations recouvrées et du rythme ainsi que la valeur de liquidation
des prestations en soins ambulatoires et tiers payant. la CNOPS a accueilli, au
titre de l'année 2007, 700 000 nouveaux assurés, ce qui porte la population
couverte de 2.500 000 personnes sous régime facultatif à 3.200 000 personnes au
titre de l'assurance maladie obligatoire. • La Caisse Nationale de Sécurité
Sociale (CNSS) a pour mission principale d’assurer une protection sociale basée
sur un système contributif et solidaire entre les assujettis (salariés du secteur
privé) et d’assurer la gestion de l’Assurance Maladie Obligatoire. Elle enregistre
le nombre de cotisants le plus élevé par rapport aux autres caisses. Il est de
l'ordre de 1 606 400 en 2007 contre 552 134 en 1982 soit une progression annuelle
moyenne de l'ordre de 4,4%. Pour ce qui est du montant des cotisations, il a
atteint 4,9 milliards de dirhams en 2007 contre seulement 1,2 milliards de dirhams
en 1982; • Le Régime Collectif d'Allocation de Retraite (RCAR) est une institution
de prévoyance sociale faisant partie du pôle de la promotion de l'épargne gérée
par la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG). L’effectif des bénéficiaires du (RCAR)
a augmenté de 12,7% par an entre 1982 et 2007 passant de 97 922 à 187 658
personnes; les cotisations salariales et patronales ont atteint 1,4 milliard de
dirhams en 2007 contre 265 millions de dirhams en 1982, soit une progression
annuelle moyenne de l'ordre de 6,7%;
Direction des Etudes et des Prévisions Financières
XII
• La Caisse Interprofessionnelle Marocaine de Retraite (CIMR), gère les
cotisations de près de 400 000 salariés du secteur privé et sert des pensions de
retraite à plus de 96 000 retraités. Le nombre d'affiliés cotisants à la CIMR en
2007 et de l'ordre de 240 971 contre 153 802 en 1982, soit une hausse annuelle
moyenne de l'ordre de 1,8%; • La Caisse Marocaine de Retraite (CMR) qui couvre
tous les salariés de la fonction publique, enregistre un nombre d'actifs cotisants
de l'ordre de 855 837 en 2007 contre 347 257 en 1982, soit un accroissement annuel
moyen de 3,7%. La CMR représente plus de 32% de l’effectif global. Le montant
total des cotisations de cette caisse est de l'ordre de 13,7 milliards de dirhams
soit 7,4 milliards de dirhams en termes de cotisations patronales et 6,3 milliards
de dirhams en termes de cotisations salariales. On note que depuis la mise en
œuvre de la réforme de la CMR entamée en novembre 1996, l'Etat verse l'intégralité
de la part patronale et les montants débloqués durant la dernière décennie ont
atteint 55 milliards de DH, soit 5 fois plus que les sommes versées durant les 40
années qui ont suivi l'indépendance. L'Etat a également décidé la constitution de
réserves techniques. Aujourd'hui, le bilan chiffré de la réforme décennale de la
CMR fait état d'une nette amélioration de la gouvernance, de la modernisation des
structures et du renforcement de l'équilibre financier. D'autres efforts
budgétaires ont été consentis pour consolider les régimes de retraite. L'Etat a
payé ses arriérés accumulés depuis les années cinquante, en versant 11 milliards
de dirhams en 2004. Sur le plan de la prévoyance sociale complémentaire, et dans
l’optique de la diversification de ses produits, le Conseil d’Administration de la
CMR, a approuvé la création du régime de retraite complémentaire « ATTAKMILI ».
Grâce aux efforts déployés par le service « ATTAKMILI », les chiffres enregistrés
montrent une accélération du rythme de l’activité. En effet, l’année 2007 a
enregistré 350 nouvelles affiliations faisant passer l’effectif des affiliés de
333 en 2006 à 683 fin 2007, soit une augmentation de 105%. Le chiffre d’affaires
qui se compose du cumul des cotisations mensuelles, des versements exceptionnels
et des intérêts du compte courant a atteint, fin 2007, 3,44 millions de dirhams
soit une augmentation de 389% par rapport à 2006. Ce chiffre s’explique par une
élévation du montant des cotisations mensuelles. La cotisation mensuelle moyenne
s’est chiffrée à 479 dirhams. 5. Niveau de vie et pauvreté 5.1. Niveau de vie
L’évolution du revenu par habitant, appréhendé par le PIB par tête aux prix
constants, fait état d'une progression annuelle moyenne de l'ordre de 3,6% l’an
entre 2001 et 2008. En terme nominal, le revenu8 moyen par habitant s’est établi
en 2008 à 23889 dirhams contre 15798 en 2001.

Il s’agit du revenu national brut disponible par habitant Direction des Etudes et
des Prévisions Financières

XIII
Le revenu mensuel moyen des ménages marocains s'élève à quelque 5.300 Dh, un
chiffre qui cache des disparités entre la ville et la campagne, où il avoisine les
6.100 et 3.900 Dh respectivement, selon les résultats de l'enquête sur les revenus
et les niveaux de vie des ménages 2006/2007 réalisée par le Haut commissariat au
plan (HCP). Il ressort de cette enquête, réalisée sur un échantillon de 7.200
ménages, que près de 20% des ménages ont un revenu mensuel de moins de 1.930 Dh,
40% moins de 2.892 Dh, 60% moins de 4.227 Dh et 80% moins de 6.650 Dh. 50% des
ménages urbains ont un revenu supérieur à 4.030 Dh par mois, 50% des ménages
ruraux ont un revenu de plus de 2.633 Dh par mois. Le revenu mensuel moyen des
ménages varie en fonction du niveau scolaire du chef du ménage, de son âge, de son
sexe et de sa catégorie socioprofessionnelle, selon les résultats de cette
enquête. Ainsi, le salaire moyen des chefs de ménage n'ayant pas été scolarisés
s'élève à 4.356 Dh, contre 4.990 Dh pour ceux ayant été au cycle fondamental,
6.975 Dh pour les chefs de familles ayant un niveau secondaire et 13.033 Dh pour
ceux ayant fait des études supérieures. Les ménages où le chef de famille est âgé
de 15 à 24 ans ont le plus faible revenu, soit 3.244 Dh contre 4.595 Dh pour ceux
âgés de 25 à 44 ans, 5.826 Dh pour la tranche 45-59 ans et 5.620 Dh pour les 60
ans et plus. Le revenu des ménages provient en grande partie du travail salarié et
des activités indépendantes non agricoles (environ 63%). En milieu urbain, ce sont
les salaires et les revenus des entreprises individuelles non agricoles qui
constituent les principales sources de revenus des ménages (28%), alors que dans
le milieu rural, les activités agricoles génèrent le plus de revenus pour les
ménages (41%). Pour ce qui est de la concentration de la masse des revenus des
ménages, il ressort de l'enquête que 20% des ménages ayant les revenus les plus
élevés s'accaparent 52,6% de la masse totale des revenus, tandis que 20% de ceux
ayant les revenus les plus faibles se partagent 5,4% de la masse totale des
revenus. En tant qu’indicateur de mesure de niveau de vie, la dépense de
consommation annuelle moyenne par personne (DAMP), exprimée en dirhams courants,
est passée de 8280 dh en 2001 à 11 233 dh en 2007, soit un taux d’accroissement
moyen de 5,2%. Cette amélioration a profité aussi bien au milieu urbain qu’au
milieu rural. Ainsi la DAMP est passée de 10642 DH en 2001 à 13895 DH en 2007, en
progression de 4,5% par an en milieu urbain. En milieu rural : elle est passée de
5288 à 7777 DH au cours de la même période, en progression de 6,5%. De ce fait,
l’écart entre les dépenses dans les deux milieux de résidence s’est relativement
réduit passant de 2 fois en 2001 à 1,8 fois en 2007. En matière de disparités
sociales, l’examen de l'évolution de la concentration de la masse des dépenses,
entre 1998 et 2007, montre que la répartition des dépenses est devenue légèrement
plus inégalitaire. L’écart inter décile, est passé de 11,8 fois en 1998 à 12,7
fois en 2007. La structure des dépenses de consommation des ménages évolue
conformément aux tendances amorcées depuis les années soixante. Avec l’élévation
du niveau de vie, la part des dépenses de première nécessité (alimentation et
habillement) régresse (40,6% en 2007 contre 48,6% en 1985) au profit des dépenses
relatives à la santé, l’enseignement, la culture, le transport, les loisirs et aux
diverses autres dépenses (32,2% en 2007 contre 18,8% en 1985).

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

XIV
Cette amélioration globale du niveau de vie a réduit la pauvreté et la
vulnérabilité de manière significative entre 2001 et 2007 : • la pauvreté est
passée de 15,3% à 9% au niveau national (de 7,6% à 4,8% en milieu urbain et de
25,1% à 14,5% en milieu rural. • la vulnérabilité, quant à elle, est passée de
22,8% à 17,5% au niveau national (de 16,6% à 12,7% en milieu urbain et de 30,5% à
23,6% en milieu rural); En terme d’effectif, si le nombre de personnes vivant au
dessous du seuil de la pauvreté s’élève en 2007 à 2,8 millions personnes, il y a
lieu de noter que, depuis 2001, 1,7 million de Marocains sont sortis de la
pauvreté et 1,2 million ont échappé à la vulnérabilité. Notons enfin, qu’une
nouvelle approche de lutte contre la pauvreté s’impose. Les données de l'enquête
sur les revenus et les niveaux de vie des ménages ont permis d'appréhender la
dynamique de la pauvreté et définir les facteurs à l'origine des changements
observés entre 1985 et 2007. C'est ainsi que, de 1994 à 2004, la pauvreté a été
réduite à l'échelle nationale de 16,5% à 14,2%, mais elle n'a pas
significativement diminué que dans 40% des communes (elle a stagné dans 17% des
communes et augmenté dans 43% des autres). Dans une telle perspective, la démarche
analytique de cette étude consiste à étudier l'efficacité des stratégies de
développement sur les différentes formes de la pauvreté. Les résultats suggèrent
que la réduction durable et appuyée de la pauvreté monétaire des ménages, dans ses
différentes formes, requiert le maintien des taux de croissance soutenus et le
renforcement des mécanismes de l'équité sociale via notamment la réduction de
l'effet adverse de l'inégalité sur la répartition des revenus. En réduisant les
charges familiales, en accroissant le capital scolaire des ménages, en créant de
l'emploi, en améliorant l'insertion des personnes qualifiées, de nouvelles
opportunités s'ouvrent aux ménages et appuient leurs chances de sortie de la
pauvreté. 6. Equipements de base 6.1. Habitat Le secteur de l'habitat est au cœur
de l'action des pouvoirs publics qui accordent une grande priorité à l’accès des
Marocains démunis à un logement décent. Cet objectif a été inscrit en tête des
priorités des Organismes Publics de l’Habitat (OPH) constitués du Holding
d’Aménagement Al Omrane (HAO) et des sept ERAC. Au cours de la période 2003–2007,
tous les chantiers de réforme prévus par le programme d’action du Gouvernement
dans le domaine de l’habitat et de l’urbanisme ont été ouverts. La majorité de ces
chantiers a été concrétisée, ce qui a permis de réaliser les objectifs assignés au
secteur, notamment, le doublement du rythme de production des unités d’habitat
social. Ainsi, et dans le cadre de la mobilisation du foncier public, la première
tranche des terrains publics mobilisés a porté sur 3.400 ha (terrains domaniaux et
terrains gérés par la SODEA et la SOGETA) qui ont été mis à la disposition des
Organismes Publics de l’Habitat. La mobilisation effective de cette première
tranche de terrains a permis de renforcer le programme d’action des OPH et
d’accroître de manière significative les mises en chantier et les achèvements
effectués durant la période 2003- 2007. Parmi les chantiers, ouverts durant cette
période, figure aussi, le lancement des travaux de deux villes nouvelles baptisées
TAMANSOURT, près de Marrakech et TAMASNA, aux environs de Rabat.
Direction des Etudes et des Prévisions Financières
XV
Cette première tranche a servi également de support foncier pour l’ouverture de
nouvelles zones à l’urbanisation dans la périphérie de certaines villes et le
développement du partenariat avec le secteur privé pour la promotion de l’habitat
social. Une deuxième tranche du foncier public a permis également de préparer le
lancement de trois nouveaux chantiers de villes nouvelles : ("Tagadirt" près
d’Agadir, "Melloussa" à proximité de Tanger et " Lakhyayta" dans la zone
d’extension du centre de Had Soualem), de poursuivre l’ouverture de nouvelles
zones à l’urbanisation dans la périphérie de certaines villes et de développer
davantage la politique de partenariat avec le secteur privé. Par ailleurs, il
convient de mettre en relief la poursuite de la réalisation des programmes de
résorption de l'habitat insalubre, notamment le programme «Villes sans
bidonvilles». La réalisation de ce programme, lancé en juillet 2004, s’étale sur
la période 2004-2010 et concerne 83 villes et 280.000 ménages résidant dans près
de 1.000 bidonvilles. A fin juillet 2008, ce programme a bénéficié à 249.050
ménages sur un total de 293.000 ménages (soit près de 85% de l'ensemble de ces
ménages) et la démolition de 92.354 baraques. Ainsi, dix villes ont été déclarées
« villes sans bidonvilles ». S'agissant de l'habitat social, et dans le sillage
des résultats probants réalisés par la stratégie 2003-2007 lancée notamment en
matière de concrétisation de l'objectif de production de 100.000 logements
sociaux/an et la réduction du déficit en logement à 1 million d'unités en 2007,
contre 1,24 million en 2002, les pouvoirs publics poursuivent l'exécution
opportune de leur plan d'actions dans ce secteur en adoptant de nouvelles
orientations stratégiques. Ainsi, les efforts déployés en matière de rapprochement
entre l'offre et la demande devront être consolidés davantage à travers le
relèvement du rythme de production de l'habitat social à 150.000 unités par an,
pour répondre aux besoins de croissance des ménages en milieu urbain et
d'accélérer le rythme de résorption du déficit cumulé en logements. Cette nouvelle
dynamique est accompagnée d'une approche régionalisée de la politique
d'accroissement de l'offre et de la résorption du déficit. Elle se distingue par
le développement d'un partenariat fructueux entre les opérateurs privés et l'Etat
afin de promouvoir un secteur privé professionnel et plus déterminé à gagner le
pari de produire en qualité et en quantité. Conscients que l'atteinte de ces
objectifs, les pouvoirs publics envisagent la consolidation de leur action
simultanée sur les déterminants de la croissance de l'offre et de la demande de
logement. Du côté de l'offre et en plus des efforts entrepris (avantages fiscaux
au profit des opérateurs, recentrage du rôle des Opérateurs Publics de l'Habitat
vers l'aménagement, mise en place du guichet unique, préparation du projet de code
de l'urbanisme, augmentation des ressources financières du FSH, mise à la
disposition des opérateurs de réserves foncières publiques à des conditions
avantageuses …), un nouveau programme de logements sociaux a été mis en œuvre à
partir de 2008. Ce programme qui bénéficie d'une exonération totale des impôts et
taxes consiste à produire des logements sociaux, en milieu urbain et rural, à
140.000 DH ciblant la population disposant d'un revenu moyen qui n'excèdent pas
une fois et demie le SMIG. De même, la politique de l'offre fera de la
satisfaction des besoins de la classe moyenne l'une de ses priorités sur la
période 2008-2012 à travers la mise en œuvre d'un programme de construction de
50.000 villas économiques/an.

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

XVI
Dans ce cadre, les Opérateurs Publics d'Habitat se sont engagés dans un premier
programme pilote portant sur la réalisation de 9.299 villas économiques réparties
à travers le Royaume, dont une partie est située à Tamansourt et à Tamesna. Le
grand succès qu'a connu ce nouveau produit a conduit à la conception de 17.315
villas économiques. De même, une attention particulière est accordée au milieu
rural qui était jusque-là exclu de l'ensemble des programmes mis en œuvre. Dans le
cadre de la nouvelle stratégie du Gouvernement, une attention particulière est
accordée la réalisation de zones d'aménagement progressif (ZAP). La spécificité de
cette stratégie d'intervention réside dans la recherche de mode opératoire pouvant
s'adapter aux conditions et contraintes locales et aux possibilités financières
des ménages cibles. Sa mise en œuvre requiert une plus grande coordination entre
les différentes potentialités impliquées dans le développement rural. 6.2.
Conditions d'habitation et infrastructure de base Statut et densité d'occupation
des logements En dépit des progrès réalisés, un déficit social et des disparités
spatiales, en matière de logement et d’accès aux équipements de base, persistent
toujours. Concernant le statut d’occupation, plus de sept ménages sur dix (73,8%)
sont propriétaires de leur logement au titre de l’année 2007. Par milieu de
résidence, l’examen du statut d’occupation n’est pertinent qu’en milieu rural,
puisque 89,4% des ménages ruraux sont propriétaires de leurs logements. Dans les
villes, 65,9% des ménages sont propriétaires de leurs logements, 22,3% sont
locataires et 11,8% sont logés gratuitement en 2008. Notons aussi qu'une tendance
importante à la baisse a été enregistrée au niveau de la location (-18,5 points)
au profit de l’accès à la propriété (23,2 points) et ce, entre 1982 et 2007.
S'agissant du taux d’occupation, on note le recul du nombre moyen de personnes par
pièce en milieu urbain. Ce taux est passé de 2,3 personnes par pièce en 1982 à 1,8
en 1994, puis à 1,7 en 2004 pour atteindre 1,5 personne en moyenne par pièce en
2008. Selon le type d'habitat, on souligne l'abandon des maisons traditionnelles
au profit des types d’habitat moderne: La maison marocaine moderne domine le
paysage urbain avec plus des 2/3 des ménages (67,2% en 2008) Electrification
Concernant les infrastructures de base, l’accès à l’électricité a marqué un saut
énorme. La part des ménages marocains ayant accès à l’électricité, par abonnement
au réseau, est passée de 86,1% en 1998 à 96,3% en 2007 en milieu urbain. Dans les
campagnes, ce taux est passé de 15,6% à 72,6% durant la même période. Dans le
domaine de l’électrification rurale, Avec l’achèvement du PERG (Programme
d’Electrification Rural Global) lancé par l’Office National de l'Electricité en
1996, l’Office a tenu le pari ambitieux de généraliser l’accès à l’électricité
d’ici la fin de l’année 2008.

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

XVII
En effet, le Programme d’Electrification Rural Global a permis en 2007
l’électrification de 3 643 villages par réseaux interconnectés et 623 villages par
kits photovoltaïques, permettant à 168 519 foyers de bénéficier de l’électricité
dont 7 230 foyers par kits photovoltaïques. A fin 2007, ce sont 31 639 villages
ruraux qui ont été réalisés au titre du PERG, ce qui correspond à
l’électrification de 1 766 960 foyers. Ce Programme d’envergure qui a nécessité
une enveloppe budgétaire de près de 20 milliards de dirhams, a permis de faire
passer le Taux d’Electrification Rurale (TER) de 18% en 1996 à 93% à fin 2007. A
fin 2008, le taux d'électrification rurale au Maroc a atteint 95,4 % contre 93 %
une année auparavant, portant le nombre des bénéficiaires des programmes
d'électrification rurale, sur la période 1996- 2008, à quelque 10 millions
d'habitants dans 34.419 villages. Eau potable La proportion des ménages citadins
occupant des logements raccordés au réseau d’eau potable est passée de 82,7% en
2001 à 88,4% en 2007. En milieu rural, cette proportion est passée de 9,2% en 2001
à 25,0% en 2007. Pour pallier à ce manque, les ménages ruraux ont recours
principalement aux sources naturelles pour s’approvisionner en eau. Ainsi, en
2007, 51,7% (contre 70,4% en 2001) des ménages ont recours aux puits collectifs ou
aux sources (Ain). En matière de généralisation de l'accès à l'eau potable en
milieu rural, grâce au PAGER, ce taux a été porté à 86% à fin 2007. Ainsi,
l'intervention de l'ONEP a permis d'alimenter un total de 3656 douars et 180
petits centres ruraux au bénéfice de 2,8 millions d'habitants (dont 690.000 par
branchements individuels). La population rurale desservie par bornes fontaines
(B.F) compte plus d'un million d'habitants au moyen d'un parc de 3034 B.F. Un
programme d’investissement de prés de 5,5 milliards de DH a été mis en place pour
la période 2007-2010 en vue d’atteindre plus 92% comme taux d’accès en milieu
rural à l’horizon 2010 Routes Concernant le programme national de routes rurales
(PNRR), le Gouvernement du Maroc a lancé en 1995 le premier Programme National de
Désenclavement Rural (PNDR-I) à travers lequel 11 000 km de routes et de pistes
ont été améliorés pendant la période 19952005. Le deuxième Programme National des
Routes Rurales (PNDR-II) lancé en 2005 vise, en premier lieu, à réduire les
disparités entre provinces en matière de dessertes rurales et en second lieu, à
améliorer l'accessibilité globale de la population rurale pour passer de 54% en
2005 à 67% en 2010 et à 80% à la fin du programme en 2015. Le but du projet entre
aussi dans le cadre de la stratégie de coopération Maroc - Banque mondiale (2005-
2009) qui identifie explicitement le développement des infrastructures rurales
comme une des priorités à appuyer dans le cadre des opérations de la Banque
mondiale visant la réduction de la pauvreté.

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

XVIII
7. Initiative Nationale pour le Développement Humain Depuis son lancement en 2005
par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, l’Initiative Nationale pour le Développement
Humain a connu une évolution importante à travers la programmation de 16.101
projets qui ciblent 3,9 millions de personnes entre 2005 et 2008. Se déclinant en
deux programmes nationaux: programme vulnérabilité et programme transversal,
portant sur l’ensemble des préfectures et provinces du Royaume et deux programmes
ciblés territorialement concernant les 403 communes rurales et les 264 quartiers
urbains cibles, l’Initiative fondée sur des valeurs de participation, de
solidarité et de partenariat, a permis l'adhésion et l’engagement à ses différents
programmes de toutes les forces vives de la nation : élus, tissu associatif et
populations. La composante rurale du programme vise à alléger la pauvreté dans les
403 communes les plus pauvres identifiés sur la base de la carte de la pauvreté
avec des niveaux supérieurs à 22 %. Elle finance des activités qui appuient
l’accès aux services de base et l’infrastructure économique et sociale ainsi que
des activités génératrices de revenu dans ces zones. Quant à la composante
urbaine, elle vise à alléger l’exclusion sociale dans les zones urbaines,
principalement les bidonvilles. Elle cible les 264 quartiers urbains au niveau de
30 villes du Royaume caractérisés par un déficit en infrastructures sociales de
base, un taux d’abandon scolaire élevé, un taux de chômage important, une présence
de l'habitat insalubre, un taux élevé d’exclusion des femmes et des jeunes, une
absence d’opportunités de formation et d’insertion, un faible revenu des
populations. S'agissant du programme vulnérabilité, il cherche à accroître la
qualité et l’efficacité des programmes d’aide sociale. Il appuie des activités qui
encouragent une approche intégrée de la prestation de services, en s’appuyant sur
les principes d’inclusion et de prévention. Ces activités incluent la rénovation
et l’établissement des centres d’aide sociale qui se trouvent à proximité des
pauvres et des vulnérables ainsi que l’assistance technique aux agences
gouvernementales et aux ONG sur la façon d’améliorer la qualité de la prestation
de leurs services. Le programme transversal porte sur des activités qui sont
centrales à la réussite de l’INDH : renforcement des capacités, partage du savoir,
systèmes d’information de gestion et de suivi et évaluation (dont l’évaluation
d’impact), gestion des partenariats et communication. En outre, ce programme
financera des projets de développement (activités génératrices de revenu,
infrastructures de base et sociales) dans toutes les provinces du Maroc de sorte
que toutes les provinces puissent participer au programme. Réalisations jusqu'à
juin 2009:

Sur le plan quantitatif : on note la réalisation de 16.101 projets avec un


financement de l'ordre de 9,23 milliards de dirhams, bénéficiant à 3,9 millions de
personnes. Ainsi, a-t-on signalé la diminution du taux de pauvreté de 14 % à 9 %,
la diminution du taux de financement octroyé par l'INDH contre une augmentation de
celui des partenaires, la mobilisation de plus de 11.000 hommes et femmes dans le
cadre de différentes commissions de développement humain, des groupes d'animation
des quartiers et des communes...

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

XIX

Sur le plan Qualitatif : pérennité des actions et projets, optimisme, implication


des acteurs locaux, soutien aux infrastructures de base, appui à l'animation
sociale, culturelle et sportive, activités génératrices de revenus, formation,
renforcement des capacités, activation du tissu associatif, adoption de la
population de ses projets et mise en place des mécanismes de bonne gouvernance...

S'agissant des perspectives de 2009 et 2010, on note une amélioration de la


qualité de vie dans le but de la promotion de l'élément humain et de la pérennité
des acquis. A la mesure de l'efficacité sociale de ses projets et de l'impact
profond de ses programmes complémentaires sur les populations cibles et les
espaces territoriaux prioritaires, l'INDH aura sans doute des implications
politiques profondes et des retombées en matière de mise à niveau sociale, de
gouvernance démocratique et d'ancrage de la citoyenneté responsable. Dans ce
sillage, les travaux d'évaluation ex-post et de suivi de l'évolution des
indicateurs qui seront entrepris par l'Observatoire de l'INDH auront un rôle
important en matière d'élévation de l'efficacité sociale et de renforcement de
l'impact des projets qui seront réalisés dans le cadre de l'INDH.

Direction des Etudes et des Prévisions Financières

XX
Tableau de bord Social : Population et ménages
Indicateurs sur la structure de la population (1)
1985 21779 44,9 30,6 2,3 4,0 0,9 1986 22261 45,7 31,3 2,2 4,0 0,8 1987 22742 46,4
32,0 2,2 3,9 0,7 1988 23220 47,2 32,7 2,1 3,8 0,7 1989 23696 47,9 33,3 2,0 3,6 0,6
1990 24167 48,6 34,0 2,0 3,5 0,6 1991 24634 49,4 34,7 1,9 3,4 0,5 1992 25095 50,0
35,3 1,9 3,3 0,5 1993 25549 50,7 35,9 1,8 3,1 0,5 1994 25996 51,3 36,6 1,7 3,0 0,5
1995 26435 51,9 37,2 1,7 2,9 0,4 1996 26864 52,5 37,8 1,6 2,7 0,4 1997 27282 53,0
38,4 1,6 2,6 0,5

Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Population (en milliers) Taux d'urbanisation (%) Densité de la population


(habitant/km²) (2) Taux d'accroissement de la population Total Urbain Rural
Structure par grand groupe d'âges (en %) National Moins de 15 ans 15-24 ans 25-59
ans 60 ans et plus Urbain Moins de 15 ans 15-24 ans 25-59 ans 60 ans et plus Rural
Moins de 15 ans 15-24 ans 25-59 ans 60 ans et plus Taux de féminité de la
population (En %) National Moins de 15 ans 15-24 ans 25-59 ans 60 ans et plus
Urbain Moins de 15 ans 15-24 ans 25-59 ans 60 ans et plus Rural Moins de 15 ans
15-24 ans 25-59 ans 60 ans et plus

1998 27689 53,5 39,0 1,5 2,4 0,5

1999 28084 53,9 39,5 1,4 2,2 0,5

2000 28466 54,2 40,0 1,4 2,0 0,6

2001 28833 54,5 40,6 1,3 1,9 0,6

2002 29185 54,8 41,1 1,2 1,7 0,7

2003 29520 55,0 41,5 1,1 1,5 0,8

2004 29892 55,1 42,1 1,3 1,5 1,0

2005 30172 55,5 42,4 0,9 1,8 -0,1

2006 30506 56,0 42,9 1,1 1,9 0,1

2007 30841 56,4 43,4 1,1 1,9 0,1

2008 31177 56,9 43,9 1,1 1,9 0,1

41,6 20,5 31,8 6,0

41,4 20,4 32,0 6,2

41,2 20,3 32,3 6,3

40,9 20,2 32,1 6,8

40,4 20,4 32,4 6,8

39,8 20,5 32,8 6,9

39,2 20,7 33,2 6,9

38,5 20,9 33,6 7,0


37,8 21,1 34,1 7,0

37,1 20,6 35,2 7,1

36,2 20,9 35,8 7,1

35,4 21,0 36,4 7,1

34,6 21,1 37,1 7,1

33,8 21,2 37,8 7,1

33,1 21,3 38,5 7,2

32,3 21,3 39,1 7,3

31,6 21,3 39,8 7,4

30,9 21,2 40,4 7,5

30,2 21,1 41,0 7,6

31,2 20,5 40,2 8,1

30,4 20,6 41,0 8,0

29,8 20,5 41,8 8,0

29,1 20,4 42,5 8,0

28,6 20,3 43,1 8,0

37,5 22,3 35,5 5,3

37,1 22,0 36,3 5,2

36,6 21,7 36,9 5,4

36,8 21,2 37,0 5,5

36,5 20,9 37,5 5,4

36,3 20,5 37,9 5,6

35,2 20,6 38,7 5,6

33,8 21,4 38,9 5,8

32,8 21,3 39,8 5,8

33,4 21,2 39,5 6,5

41,8 20,6 30,9 7,7

31,8 21,0 41,1 6,7

30,9 20,9 41,9 6,9


30,2 20,8 42,7 7,0

29,5 20,6 43,3 7,3

28,9 20,4 44,3 7,1

28,4 20,2 45,0 7,3

27,9 20,0 45,6 7,4

27,4 19,7 46,2 7,6

29,2 20,0 44,0 7,7

28,3 19,9 44,9 7,6

27,8 19,7 45,7 7,7

27,2 19,4 46,1 8,0

26,8 19,2 47,1 7,8

45,5 19,1 28,8 6,6

45,5 19,1 28,5 7,0

45,6 19,1 28,3 7,0

45,1 19,3 28,1 7,9

44,3 19,9 28,0 8,1

43,4 20,5 27,8 8,1

43,2 20,8 27,7 8,3

43,1 20,4 27,5 8,2

42,6 20,8 27,4 8,3

41,5 20,1 27,6 7,7

31,3 21,2 27,1 6,5

40,2 21,0 27,0 7,6

39,5 21,4 26,9 7,4

38,8 21,7 26,8 7,3

38,0 22,0 26,6 7,0

37,2 22,3 26,5 7,4

36,4 22,6 26,3 7,5

35,5 22,7 26,2 7,6


34,7 22,8 26,0 7,7

34,8 21,3 25,9 8,6

34,0 21,4 25,7 8,4

33,3 21,5 25,7 8,4

32,7 21,7 25,7 8,5

32,0 21,8 25,7 8,2

49,9 0,0 20,6 32,7 5,8 49,7 36,2 23,0 35,5 5,2 50,1 44,7 18,6 30,3 6,3

49,9 0,0 20,4 32,8 6,0 50,3 36,0 22,7 36,2 5,1 49,5 45,0 18,4 29,9 6,7

49,9 0,0 20,2 33,1 6,1 50,4 35,5 22,4 36,6 5,5 49,5 45,1 18,2 30,0 6,7

51,1 0,0 20,8 33,2 6,6 50,5 35,9 21,9 36,7 5,5 51,6 42,6 19,8 30,2 7,5

51,1 0,0 20,8 33,6 6,7 51,0 35,8 21,6 37,2 5,5 51,1 41,8 20,1 30,4 7,8

51,0 0,0 20,8 34,1 6,8 50,6 35,6 21,2 37,5 5,6 51,4 40,8 20,5 30,9 7,8

51,0 0,0 20,9 34,5 6,9 50,3 34,9 21,2 38,3 5,7 51,6 40,4 20,6 30,9 8,1

51,0 0,0 20,9 35,0 7,0 49,9 34,0 21,3 38,7 6,0 52,0 40,0 20,5 31,5 8,0

50,9 0,0 20,9 35,5 7,2 49,7 33,4 21,1 39,6 6,0 52,2 39,4 20,7 31,6 8,3

50,3 0,0 20,8 35,9 7,0 50,3 32,4 21,2 39,9 6,5 50,2 40,5 20,3 31,6 7,5

50,3 0,0 20,9 36,5 7,1 50,1 39,9 20,7 31,9 7,5 50,5 30,8 21,2 41,4 6,6

50,2 0,0 21,1 37,1 7,1 50,5 30,5 21,1 41,5 6,8 50,0 39,3 21,0 32,2 7,5

50,2 0,0 21,1 37,9 7,2 50,6 29,7 21,0 42,4 6,9 49,8 38,6 21,3 32,7 7,4

50,2 0,0 21,2 38,6 7,2 50,7 28,9 20,9 43,4 6,9 49,7 37,9 21,5 32,9 7,6

50,2 0,0 21,2 39,3 7,3 50,8 28,2 20,7 43,9 7,2 49,6 37,2 21,7 33,7 7,4

50,2 0,0 21,1 39,9 7,4 50,9 27,5 20,5 44,6 7,4 49,5 36,5 21,8 34,2 7,5

50,3 0,0 21,1 40,5 7,6 50,9 26,9 20,3 45,2 7,6 49,4 35,7 21,9 34,7 7,7

50,2 0,0 20,9 41,1 7,8 51,0 26,3 20,1 45,7 7,8 49,3 35,0 22,0 35,2 7,8

50,2 0,0 20,8 41,7 8,0 51,1 25,8 19,9 46,3 8,1 49,2 34,2 22,0 35,9 8,0

50,4 0,0 20,7 40,7 8,3 50,9 27,4 20,0 44,5 8,1 50,4 33,8 21,5 36,0 8,7

50,4 0,0 20,6 41,5 8,3 50,6 26,8 19,8 45,3 8,1 50,2 33,2 21,5 36,7 8,6

50,5 0,0 20,4 42,3 8,3 50,7 26,2 19,5 46,1 8,1 50,2 32,4 21,5 37,5 8,6

50,6 0,0 20,2 43,2 8,3 50,7 25,7 19,2 47,0 8,1 50,3 31,7 21,5 38,6 8,2
50,6 0,0 20,0 44,0 8,4 50,8 25,2 18,9 47,6 8,3 50,4 31,0 21,4 39,1 8,5

Source: Rétroprojection CERED 2006 + calcul DEPF (1) Population rétropolée par le
CERED en 2006 après publication des résultats définitifs du RGPH 2004. 2 (2)
Effectif de la population rapporté à la superficie totale du territoire national
(710 850 km)

-1-
Tableau de bord Social : Population et ménages
Indicateurs sur la jeunesse, vieillesse et dépendance
1985 Rapport de jeunesse (En %) (1) Urbain Rural Rapport de vieillesse (En %) (2)
Urbain Rural Rapport de dépendance (En %) (3) Urbain Rural 79,5 63,7 95,1 11,5 9,2
13,9 91,0 72,9 108,9 1986 79,0 62,7 95,9 11,8 8,9 14,7 90,7 71,6 110,5 1987 78,3
61,5 96,3 11,9 9,2 14,7 90,2 70,7 111,0 1988 78,3 62,4 95,9 12,9 9,4 16,8 91,2
71,8 112,7 1989 76,5 61,8 93,1 12,9 9,3 17,0 89,4 71,1 110,2 1990 74,7 61,5 89,7
12,9 9,6 16,7 87,6 71,1 106,4 1991 72,7 59,1 88,9 12,9 9,4 17,0 85,6 68,5 105,9
1992 70,6 56,3 88,4 12,8 9,7 16,7 83,4 65,9 105,1 1993 68,5 54,1 86,9 12,8 9,5
16,9 81,2 63,6 103,7 1994 66,3 54,2 81,7 12,7 10,7 15,2 79,0 64,9 96,9 1995 64,0
79,3 50,3 12,6 14,9 10,5 76,6 94,1 60,9 1996 61,7 50,1 76,9 12,4 10,8 14,5 74,1
60,9 91,5 1997 59,5 48,3 74,4 12,2 11,0 13,9 71,7 59,3 88,3

Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

1998 57,3 46,5 71,9 12,1 11,1 13,5 69,4 57,6 85,4

1999 55,3 45,1 69,2 12,0 11,4 12,8 67,4 56,6 82,0

2000 53,5 43,5 67,2 12,0 11,0 13,4 65,5 54,5 80,7

2001 51,8 42,4 64,9 12,1 11,1 13,4 63,9 53,5 78,3

2002 50,2 41,3 62,5 12,2 11,3 13,4 62,4 52,6 75,9

2003 48,6 40,3 60,2 12,3 11,5 13,4 60,9 51,8 73,5

2004 51,5 44,2 61,5 13,4 12,0 15,2 64,9 56,2 76,7

2005 49,4 42,5 59,1 13,0 11,8 14,6 62,3 54,2 73,7

2006 47,8 41,3 57,2 12,8 11,7 14,4 60,7 53,0 71,6

2007 46,4 40,3 55,4 12,7 12,2 14,4 59,0 52,5 69,8

2008 45,0 39,2 53,6 12,6 11,8 13,8 57,7 51,0 67,3

Source : Indicateurs calculés par la DEPF sur la base des projections CERED (1)
Effectif des personnes de moins de 15 ans rapporté à celui des personnes en âge
d’activité (2) Effectif des personnes de 60 ans et plus rapporté à celui des
personnes en âge d’activité. Cette indicateur mesure le degré de dépendance
économique des personnes âgées aux personnes en âge d’activité. (3) Effectif des
individus d'âge inactif (défini par les classes 0-15 ans et 60 ans et plus)
rapporté à l'effectif des individus d'âge actif ( 15 à 59 ans). C'est également la
somme des rapports de jeunesse et de vieillesse

Tendances des rapports de jeunesse, de vieillesse et de dépendance de la


population
120 100%

Structure de la population par groupe d'âges au niveau national


60 ans et plus

100

80% 25-59 ans Rapport de dépendance 60%

80 (En %)
60

Rapport de jeunesse 15-24 ans 40%

40 20% 20 Rapport de vieillesse 0 1964 1969 1974 1979 1984 1989 1994 1999 2004
2009 2014 2019 2024 2029 2034 2039 2044 2049 2054 2059 2064 0% 1985 1986 1987 1988
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
2005 2006 2007 2008

Moins de 15 ans

-2-
Tableau de bord Social : Population et ménages Pyramide des âges (En milliers
d'habitants)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

75+

Féminin

70-74

Masculin

65-69

2008

1998

60-64

55-59

50-54

45-49

40-44

35-39

30-34

25-29

20-24

15-19

10-14

5-9

0-4

0-4

2000

1500

1000

500

0
500

1000

1500

2000

-3-
Tableau de bord Social : Population et ménages

Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à la répartition spatiale de la population (1)


1982 Taux d'urbanisation (En %) Oued Ed Dahab - lagouira Laâyoune - Boujdour -
Sakia El Hamra Guelmim - Es Smara Souss - Massa - Draa Gharb - Chrada - Beni Hssen
Chaouia - Ouardigha Marrakech - Tensift - Al Haouz Oriental Grand Casablanca Rabat
- Salé - Zemmour - Zaer Doukala - Abda Tadla-Azilal Meknès - Tafilalt Fès -
Boulemane Taza - Al Hoceima - Taounate Tanger - Tétouan Structure de la population
par région (En %) Oued Ed Dahab - lagouira Laâyoune - Boujdour - Sakia El Hamra
Guelmim - Es Smara Souss - Massa - Draa Gharb - Chrada - Beni Hssen Chaouia -
Ouardigha Marrakech - Tensift - Al Haouz Oriental Grand Casablanca Rabat - Salé -
Zemmour - Zaer Doukala - Abda Tadla-Azilal Meknès - Tafilalt Fès - Boulemane Taza
- Al Hoceima - Taounate Tanger - Tétouan 0,1 0,6 1,5 9,7 6,0 6,4 11,0 7,2 11,9 7,0
7,2 5,2 7,4 4,6 7,2 7,1 0,1 0,7 1,5 10,1 6,2 5,8 10,4 6,8 12,0 7,6 6,9 5,1 7,3 5,1
6,6 7,8 0,2 0,7 1,5 10,3 6,3 5,7 10,3 6,5 11,9 7,9 6,7 5,0 7,2 5,3 6,3 8,1 0,2 0,7
1,5 10,4 6,3 5,7 10,3 6,5 11,9 8,0 6,7 5,0 7,2 5,3 6,3 8,2 0,2 0,7 1,5 10,4 6,3
5,6 10,2 6,5 12,0 8,1 6,7 5,0 7,2 5,4 6,2 8,2 0,2 0,7 1,5 10,4 6,3 5,6 10,2 6,4
12,0 8,1 6,7 5,0 7,1 5,4 6,2 8,3 0,3 0,9 1,5 10,4 6,2 5,5 10,4 6,4 12,1 7,9 6,6
4,9 7,2 5,3 6,0 8,3 0,4 0,9 1,6 10,4 6,2 5,5 10,4 6,4 12,2 7,9 6,6 4,8 7,1 5,3 6,0
8,3 0,4 0,9 1,6 10,5 6,2 5,5 10,4 6,4 12,1 8,0 6,6 4,8 7,1 5,3 6,0 8,3 0,4 0,9 1,6
10,5 6,2 5,5 10,3 6,3 12,1 8,1 6,5 4,8 7,1 5,3 5,9 8,4 82,9 82,4 35,5 19,5 33,6
32,2 26,9 42,7 92,9 70,7 28,4 27,3 41,4 59,8 12,9 48,5 95,6 93,8 56,5 34,1 38,4
39,0 34,8 55,2 94,4 78,8 34,4 33,9 50,7 69,3 21,6 55,9 77,1 96,6 59,7 39,5 41,1
41,2 38,9 60,0 96,8 82,8 37,1 36,6 54,1 73,0 23,8 59,7 76,0 96,7 60,8 40,5 41,8
41,8 39,7 60,9 97,0 83,6 37,7 37,1 54,7 73,8 24,2 60,6 75,0 103,3 61,0 41,5 42,3
42,3 40,3 61,8 97,4 84,2 38,3 37,7 55,3 74,7 24,6 61,3 74,1 96,8 61,6 42,6 42,9
42,9 41,1 62,8 97,7 84,5 38,9 38,2 55,9 75,6 25,1 62,0 62,2 92,3 62,0 40,8 42,0
43,7 39,2 61,7 91,6 81,1 36,0 36,5 56,2 72,1 24,2 58,4 62,6 92,8 62,6 41,5 42,4
44,0 39,8 62,2 91,3 81,7 36,2 36,8 56,7 72,9 24,3 59,0 63,3 93,8 63,2 42,2 43,0
44,5 40,3 62,8 91,8 82,0 36,6 37,1 57,4 72,6 24,3 59,4 62,2 93,7 63,7 42,8 43,4
44,9 40,8 63,4 91,9 82,5 36,9 37,4 57,9 72,8 24,5 59,8 1994 2000 2001 2002 2003
2004 2005 2006 2007

Structure de la population par région (2007)

Laâyoune - Boujdour Sakia El Hamra Tadla-Azilal Guelmim - Es Smara

Oued Ed Dahab lagouira

Grand Casablanca Fès - Boulemane

haouia - Ouardigha Souss - Massa - Draa

Taza - Al Hoceima Taounate

Gharb - Chrada - Beni Hssen

Marrakech - Tensift Al Haouz

Oriental Tanger - Tétouan

Doukala - Abda Meknès - Tafilalt Rabat - Salé Zemmour - Zaer

Source: Haut Commissariat au Plan, Centre d'Etudes et de Recherches Démographiques


(CERED) + calcul DEPF
-4-
Tableau de bord Social : Population et ménages

Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

Indicateurs relatifs aux ménages


1982 Effectif des ménages (en milliers) National Urbain Rural Taille moyenne des
ménages (nombre de personnes/ménage) National Urbain Rural
Source: Haut Commissariat au Plan

1994 4446 2531 1915 5,9 5,3 6,6

1999 5077 3144 1933 5,5 4,8 6,7

2000 5214 3281 1933 5,5 4,7 6,7

2001 5354 3425 1929 5,4 4,6 6,8

2002 5497 3567 1930 5,3 4,5 6,8

2003 5634 3707 1927 5,2 4,4 6,9

2004 5725 3470 2255 5,2 4,7 6,0

2005 5854 3585 2269 5,2 4,7 5,9

2006 5982 3700 2282 5,1 4,6 5,9

2007 6111 3815 2296 5,0 4,6 5,9

2008 6239 3930 2309 5,0 4,5 5,8

3419 1594 1825 5,9 5,5 6,3

Taille moyenne des ménages par milieu de résidence


7

7000

Effectif des ménages par milieu de résidence

6000

5
(En nombre de personnes/ménage)

5000

( En milliers)

4000

3000
2

2000

1000

0 1982 1994
National

0 2004
Rural

2007

2008

1982

1994
National

2004
Urbain

2007
Rural

2008

-5-
Tableau de bord Social : Population et ménages
Indicateurs sur la Fécondité
1994 ISF par milieu de résidence (1) National Urbain Rural TFG par âge (en %o) (2)
15-19 ans 20-24 ans 25-29 ans 30-34 ans 35-39 ans 40-44 ans 45-49 ans Femmes d'âge
fécond (En milliers) (3) Taux brut de natalité (‰) Urbain Rural Source: Haut
Commissariat au Plan 28,6 114,9 136,8 152,1 120,2 71,8 32,0 7096 24,2 20,9 35,0
125,0 138,0 146,0 117,0 82,0 18,0 7282 23,9 20,8 7486 23,6 20,7 7688 23,2 20,7
10,3 70,9 128,4 139,2 130,1 76,7 38,6 7889 22,8 20,3 25,8 8091 22,4 20,1 25,2 8295
21,9 19,8 24,6 8497 21,5 19,5 24,0 8691 21,0 19,2 23,3 32,0 104,0 123,0 125,0 77,0
28,0 5,0 8875 20,4 18,8 22,6 19,1 99,0 126,6 123,2 81,7 33,7 10,3 8769 20,2 17,9
23,1 19,0 97,0 124,0 121,0 80,0 33,0 10,0 9027 20,0 17,8 22,8 18,0 95,0 122,0
119,0 79,0 32,0 10,0 9210 19,8 17,8 22,3 3,28 2,56 4,25 3,10 2,30 4,50 3,60 2,17
4,50 3,10 2,30 4,10 3,00 2,30 4,00 2,97 2,30 4,00 2,97 2,30 4,00 2,50 2,10 3,00
2,50 2,10 3,00 2,50 2,10 3,00 2,50 2,10 3,10 2,42 2,04 2,37 2,03 1995 1996 1997
1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006

Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

2007

2008

2,33 2,01 2,77

2,30 2,00 2,70

18,0 93,0 119,0 116,0 77,0 32,0 10,0 9383 19,5 17,7 21,9 9547 19,2 17,6 21,4

(1): L'indice synthétique de fécondité (ISF) est le nombre moyen d'enfants qui
seraient nés vivants d'une femme pendant sa vie si elle vivait ses années de
procréation en se conformant aux taux de fécondité par âge d'une année donnée

(2): TFG est le taux de fécondité générale TFG par âge x =Effectif des naissances
données par les femmes d'âge x Effectif des femmes d'âge x

27,8 27,4 26,9 26,9 (3) la population féminine âgée entre 15 et 54 ans

Evolution de l'ISF par milieu de résidence


30

Evolution du taux brut de natalité par milieu de résidence

National

Urbain

Rural

28

26 Rural
3

24 (en ‰) National
22
2

20

Urbain

18

16
0

1994 1994 2004 2007 2008

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

-6-
Tableau de bord Social : Population et ménages
Indicateurs sur la nuptialité
1960 Age moyen au premier mariage Urbain Hommes Femmes Rural Hommes Femmes
Ensemble Hommes Femmes Etat matrimonial par sexe Hommes Célibataires Mariés Veufs
Divorcés Femmes Célibataires Mariés Veufs Divorcés
Source: Haut Commissariat au Plan, RGPH, 1960, 1971, 1982, 1994 et 2004

Direction des Etudes et des Prévisions Financières /DI/SBDCI

1971

1982

1994

2004

2007

24,4 17,5 23,8 17,2 24,0 17,5

26,0 20,9 24,2 18,5 25,0 19,3

28,5 23,8 25,6 20,8 27,2 22,3

31,2 26,9 28,3 24,2 30,0 25,8

32,2 27,1 29,5 25,5 31,2 26,3

32,9 27,9 30,2 26,3 31,8 27,2

Evolution de l'âge moyen au premier mariage par sexe (niveau national)


35

30

(ans)

25

24,0 72,3 1,9 1,8 6,7 72,7 16,3 4,3

33,3 63,4 1,7 1,6 24,1 61,1 11,2 3,6

36,4 61,5 1,1 1,0 25,6 58,8 11,7 3,9

45,4 52,8 1,0 0,8 31,9 54,8 10,0 3,3

45,7 52,7 0,7 0,9 34,0 52,8 10,1 3,1

46,5 52,1 0,9 0,6 35,0 53,3 9,1 2,6

20

15

1960
1971

1982
Hommes

1994
Femmes

2004

2007

-7-
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage
Indicateurs relatifs à l'activité de la population
2000 Population active âgée de 15 ans et plus Taux de féminité (En %) Rural (En
milliers d'actifs) Taux de féminité (En %) National (En milliers d'actifs) Taux de
féminité (En %) Taux d'activité par groupes d'âge (%) Urbain 15 à 24 ans 25 à 34
ans 35 à 44 ans 45 à 59 ans 60 ans et plus Rural 15 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44
ans 45 à 59 ans 60 ans et plus National 15 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à
59 ans 60 ans et plus Taux d'activité par milieu et sexe (en %) Urbain Masculin
Feminin Rural Masculin Féminin National Masculin Féminin Source : Haut
Commissariat au Plan 47,0 74,0 21,3 61,4 85,4 37,5 53,1 78,9 28,1 46,0 73,5 20,1
58,9 84,2 33,5 51,4 78,1 25,6 45,4 72,7 19,8 58,5 84,0 32,7 50,9 77,5 25,1 45,9
72,6 20,9 61,0 84,3 37,3 52,4 77,7 27,7 45,5 71,5 20,5 61,3 84,2 38,8 52,2 77,0
28,3 44,9 70,8 20,1 60,7 83,6 38,6 51,5 76,2 27,9 44,7 71,4 19,3 60,5 83,4 38,4
51,3 76,4 27,2 44,9 71,5 19,6 59,7 82,6 37,7 51,0 76,1 27,1 45,8 63,6 63,4 58,0
28,6 42,8 62,0 62,5 57,3 27,2 42,0 62,2 61,4 56,5 26,8 43,8 64,0 62,2 58,3 26,9
42,7 64,1 63,1 59,1 27,3 41,1 63,7 63,1 58,4 27,0 40,1 62,5 63,4 58,2 26,6 39,6
62,8 62,8 58,1 26,3 57,6 67,2 70,4 68,9 42,4 53,2 65,0 69,3 67,6 40,9 52,7 65,2
68,4 66,5 41,1 55,8 68,0 70,2 70,0 41,2 54,5 67,9 71,3 71,2 42,3 52,4 67,6 71,8
71,0 43,1 51,9 66,7 71,6 70,3 43,6 50,1 66,6 70,7 71,4 42,2 34,9 61,3 59,3 50,6
16,6 33,1 60,0 58,7 50,4 15,8 32,0 60,2 57,7 50,1 15,4 32,1 61,3 57,8 50,8 15,2
32,4 61,5 58,1 51,0 14,4 31,5 60,9 58,0 50,1 14,0 30,0 59,7 58,5 50,7 12,4 30,6
60,2 58,1 50,2 13,2 23,3 5006 30,6 10213 26,9 22,5 4887 28,4 10126 25,3 22,5 4946
27,8 10261 25,0 23,5 5323 30,2 10707 26,8 23,0 5370 32,1 10745 27,6 22,9 5376 32,3
10825 27,6 22,1 5412 32,4 10990 27,1 22,4 5402 32,2 11148 27,1 Urbain (En milliers
d'actifs) 5206 2001 5239 2002 5315 2003 5384 2004 5375 2005 5449 2006 5578 2007
5746

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Evolution du taux d'activité par milieu de résidence 70 2008 Rural ( en % ) 5874
22,2 5393 32,1 11267 27,1 40 2000 30,0 60,1 57,9 50,6 13,0 80% 49,3 65,8 70,1 70,9
41,2 38,9 62,4 62,4 58,0 25,5 44,7 71,6 19,3 59,0 82,0 37,0 50,6 75,9 26,6 ( en
% ) 80 75 70 65 60 55 50 45 40 35 30 25 20 15 2000 2001 2002 20% 15 à 24 ans 0%
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 60% 40% 25 à 34 ans 45 à 59 ans 35 à
44 ans 100% 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 60 National 50 Urbain

Taux d'activité urbain par groupes d'âge


60 ans et plus

60 ans et plus

Taux d'activité urbain par sexe


Masculin

Ensemble

Féminin

2003

2004

2005

2006

2007

2008
-8-
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage
Indicateurs relatifs au chômage
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

2008

Taux de chômage urbain par sexe


30

Urbain
Population active en chômage (en milliers) Taux de féminité (% ) Population en
chômage selon les groupes d'âges 15 à 24 ans 25 à 34 ans 35 à 44 ans 45 à 59 ans
60 ans et plus Taux de chômage (En %) * par sexe Masculin Féminin * par groupe
d'âges 15 à 24 ans 25 à 44 ans 45 à 59 ans 60 ans et plus * par diplôme Sans
diplôme Ayant un diplôme Niveau moyen Niveau supérieur Source : Haut Commissariat
au Plan 40% 13,1 29,7 30,3 28,4 11,8 26,8 27,1 26,3 10,4 25,6 25,3 26,2 11,3 26,5
26,1 27,0 10,5 25,6 24,7 27,1 10,0 25,7 24,9 26,8 9,2 20,8 21,9 19,2 9,0 20,8 21,2
20,3 8,3 20,0 20,6 19,0 60% 25 à 44 ans 80% 36,6 16,6 4,9 1,3 34,3 15,2 3,9 0,9
32,7 14,2 3,5 0,6 34,5 14,6 4,3 1,4 33,2 13,5 4,3 1,0 32,9 13,6 4,0 1,3 31,7 11,7
3,8 1,0 31,6 12,1 3,4 1,0 31,8 14,7 3,4 1,6 100% 60 ans et plus 45 à 59 ans 19,9
26,0 18,0 23,8 16,6 23,2 17,4 25,8 16,6 24,3 16,5 24,9 14,0 20,9 13,9 20,8 13,0
20,3 10 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 36,9 46,7 12,3 3,8 0,2 21,4
36,5 47,6 12,1 3,6 0,2 19,5 35,9 48,2 12,2 3,6 0,1 18,3 33,4 48,3 13,6 4,4 0,3
19,3 36,0 45,0 14,4 4,5 0,2 18,4 34,4 45,4 15,7 4,3 0,2 18,3 37,0 43,0 14,4 5,4
0,1 15,5 36,8 44,4 13,7 4,9 0,2 15,4 37,6 (en %) 43,8 13,0 5,3 0,3 14,7 15
Masculin Ensemble 1117 29,0 1023 28,4 973 29,7 1041 31,3 991 30,5 1005 31,0 864
29,8 886 30,3 861 30,8 25 Féminin

20

Structure de la population urbaine active en chômage par groupes d'âge

20%

15 à 24 ans

0% 2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

-9-
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage
Indicateurs relatifs au chômage (suite)
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Taux de chômage par milieu de résidence
25 2008 (en %) 20 15 National 10 5 0 2000 Rural Urbain

Rural
Population active en chômage (en milliers) Taux de féminité ( en % ) Taux de
chômage *par sexe Masculin Féminin * par groupe d'âge 15 à 24 ans 25 à 44 ans 45 à
59 ans 60 ans et plus * par diplôme Sans diplôme Ayant un diplôme 3,5 17,0 3,0
15,8 2,5 13,6 2,2 11,8 2,0 10,7 2,5 10,6 2,5 11,2 2,6 11,4 2,6 12,2 8,0 3,9 1,6
0,4 7,3 3,5 1,5 0,3 6,4 2,9 1,5 0,3 5,5 2,7 1,3 0,3 5,0 2,7 1,1 0,3 5,9 2,6 1,1
0,3 6,4 2,6 1,6 0,3 7,0 2,7 1,3 0,4 8,7 3,0 1,2 0,2 6,6 1,7 5,7 1,6 4,8 1,7 4,2
1,6 3,9 1,4 4,6 1,5 4,6 1,8 4,8 1,7 5,1 1,8 251 10,5 5,1 218 10,3 4,5 190 11,9 3,9
182 14,0 3,4 168 14,8 3,2 192 13,3 3,6 199 15,6 3,7 206 14,3 3,8 217 14,7 4,0

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Taux de chômage rural par groupe d'âge


8

15 à 24 ans

(en %)

25 à 44 ans 45 à 59 ans 45 et plus

National
Population en chômage (milliers) Taux de féminité ( en % ) Taux de chômage *par
sexe Masculin Féminin * par groupe d'âge 15 à 24 ans 25 à 44 ans 45 à 59 ans 60
ans et plus *par diplôme Sans diplôme Ayant un diplôme Source : Haut Commissariat
au Plan 7,0 27,5 6,3 25,0 5,5 23,7 5,4 24,0 5,0 22,6 5,2 22,7 4,8 19,0 4,9 19,0
4,7 18,5 19,6 11,5 3,3 0,7 18,5 10,6 2,8 0,5 17,1 9,8 2,6 0,4 17,0 9,9 3,0 0,7
16,7 8,8 2,9 0,5 17,0 8,9 2,7 0,6 16,6 7,8 2,8 0,5 17,2 8,1 2,4 0,6 18,3 9,9 2,4
0,7 13,5 12,7 12,5 12,1 11,3 12,0 11,1 12,2 10,7 11,1 11,0 11,3 9,7 9,7 9,8 9,8
9,5 9,8 1368 25,6 13,3 1241 25,2 12,1 1163 26,8 11,2 1224 28,7 11,4 1160 28,3 10,8
1197 28,1 11,1 1062 27,1 9,7 1092 27,3 9,8 1078 27,5 9,6
2

0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

Evolution du taux de chômage des diplômés


35 30 25 (en %) 20 15 10 5 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 Rural
National Urbain

- 10 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Evolution de l'emploi urbain et du taux de féminité de la population urbaine
active occupée

Indicateurs relatifs à l'emploi


2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

6000 5000 ( En milliers ) 4000 3000 2000 1000 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006
2007 2008

40 35 30 25 20 15 10 ( En %) 2008 2008

Urbain
Actifs occupés de 15 ans et plus (en milliers) Taux de féminité (%) Taux d'emploi
selon le sexe (en %) * Par sexe Masculin Féminin Les deux sexes * Par branche
d'activité économique Agriculture, forêt et pêche Industrie (y.c énérgie, mines et
eau) BTP Commerce de gros et de détail Transports, entrepôts et communications
Services+Administration générale Activités mal désignées * Par statut socio-
professionnel Salariés Indépendants Employeurs Aides familiales, apprentis et
autres(1) * Par secteur d'emploi Administration publique et collectivités locales
Entreprises publiques ou semi-publiques Secteur privé Source : Haut Commissariat
au Plan (1) Travailleurs à domicile, autres statuts et les non déclarés 17,1 2,8
76,9 17,3 2,7 77,0 16,6 2,3 78,7 16,0 2,3 79,0 15,3 2,1 80,1 14,4 1,9 81,1 16,5
2,1 79,1 15,5 1,8 82,7 14,8 1,9 83,3 61,2 24,3 3,5 11,0 60,9 24,5 3,8 10,9 60,4
24,8 4,0 10,8 60,3 25,1 4,1 10,5 60,6 25,2 4,0 10,3 60,4 25,3 4,3 10,1 66,3 20,8
4,4 8,6 67,9 20,2 3,9 8,0 65,4 23,0 4,3 7,3 5,1 23,3 8,8 21,2 5,3 36,0 0,2 4,9
22,7 8,7 21,4 5,5 36,6 0,1 4,9 22,9 9,6 21,1 5,6 35,9 0,1 5,1 22,7 9,4 21,1 5,8
35,8 0,1 5,4 22,6 9,3 21,8 5,8 35,1 0,1 5,2 22,4 9,3 22,2 6,4 34,4 0,1 5,3 21,3
10,2 20,4 6,4 36,2 0,2 5,6 20,9 10,7 20,0 6,4 36,1 0,2 5,5 20,9 11,2 19,9 6,8 35,6
0,2 59,3 15,6 36,9 60,2 15,1 37,0 60,6 15,0 37,1 60,0 15,5 37,1 59,6 15,5 37,1
59,1 15,1 36,6 61,5 15,2 37,8 61,6 15,6 38,0 62,3 15,4 38,2 4090 21,7 4216 21,0
4342 20,8 4343 21,6 4384 21,3 4444 21,1 4714 20,7 4860 21,0 5013 20,7

Emploi urbain

Taux de féminité

Structure de la population urbaine active occupée par branches d'activité

100% 80% 60%

Transports, entrepôts et communication Commerce de gros et de détail Bâtiment et


travaux publics Services+Administration générale

40% 20% 0% 2000 Industries Agriculture, forêt et pêche 2001 2002 2003 2004 2005
2006 2007

Structure des actifs occupés par statuts socio-professionnel : milieu urbain


100% 80% 60% 40% Indépendants 20% Aides familiales,apprentis et autres(1) 0% 2000
2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 Salariés Employeurs

- 11 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage
Indicateurs relatifs à l'emploi (suite 1)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Evolution de la population active occupée rurale
6000 (Actifs occupés en milliers) Actifs occupés 15 ans et plus Taux de féminité
10 (Taux de féminité en %) 0 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2007
2008 2007 2008

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

Rural
Actifs occupés 15 ans et plus (en milliers) Taux de féminité (%) Taux d'emploi
selon le sexe (en %) * Par sexe Masculin Féminin Les deux sexes * Par branche
d'activité économique Agriculture, forêt et pêche Industrie (y.c énérgie, mines et
eau) BTP Commerce de gros et de détail Transports, entrepôts et communications
Services+Administration générale Activités mal désignées * Par statut socio-
professionnel Salariés Indépendants Employeurs Aides familiales, apprentis et
autres (1) Source : Haut Commissariat au Plan + calcul DEPF (1) Travailleurs à
domicile, autres statuts et les non déclarés 16,2 26,6 0,8 56,4 17,4 26,9 0,6 55,1
17,0 27,3 0,8 54,8 15,9 25,4 1,0 57,7 16,4 27,0 0,9 55,8 16,9 26,9 0,9 55,2 21,3
26,4 0,8 51,5 22,6 28,2 0,8 48,5 22,4 31,6 0,8 45,2 82,1 4,5 3,6 4,5 1,4 3,9 0,06
81,4 4,1 4,3 4,5 1,5 4,3 0,01 81,2 4,3 4,2 4,6 1,6 4,0 0,02 81,7 4,6 4,0 4,6 1,3
3,8 0,04 80,5 3,9 5,0 4,8 1,5 4,2 0,07 80,3 4,1 4,4 4,8 1,5 4,4 0,03 78,6 4,2 5,6
5,0 1,7 4,9 0,04 76,3 5,1 6,1 5,4 1,7 5,3 0,07 75,8 5,1 6,4 5,3 79,9 36,8 58,3
79,5 32,9 56,3 80,0 32,2 56,2 80,7 36,7 59,0 80,9 38,3 59,3 79,7 38,0 58,5 79,6
37,7 58,3 78,6 37,1 57,4 77,9 36,3 56,6 4755 31,6 4669 29,2 4756 28,4 5141 30,8
5202 32,7 5184 33,0 5214 33,0 5196 32,9 5176 32,8

5000

4000

Structure de la population rurale active occupée par branches d'activité


Transports, entrepôts et communication Commerce de gros et de détail BTP Bâtiment
et travaux publics Services+Administration générale Industries

100% 80% 60%

2,0 5,3 0,12 20% 0% 2000 40% Agriculture, forêt et pêche

2001
2002

2003

2004

2005

2006

Structure de la population active occupée rurale par statuts socioprofessionnel


Employeurs 100% Salariés 80% 60% 40% 20% 0% 2000 Indépendants Aides familiales,
apprentis et autres (1)

2001

2002

2003

2004

2005

2006

- 12 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage
Indicateurs relatifs à l'emploi (suite 2)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Population active occupée : niveau national
10000 (Actifs occupés en milliers) 8000 6000 4000 2000 0 2000 2001 2002 2003 2004
2005 2006 2007 2008 Actifs occupés moins de 15 ans taux de féminité 15 25 30 (Taux
de féminité en %) 2008 2008

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

National
Actifs occupés de 15 ans et plus (En milliers) Taux de féminité (%) Taux d'emploi
selon le sexe (en %) * Par sexe Masculin Féminin Les deux sexes * Par branche
d'activité économique Agriculture, forêt et pêche Industrie (y.c énérgie, mines et
eau) BTP Commerce de gros et de détail Transports, entrepôts et communications
Services+Administration générale Activités mal désignées * Par statut socio-
professionnel Salariés Indépendants Employeurs Aides familiales, apprentis et
autres (1) Source : Haut Commissariat au Plan (1) Travailleurs à domicile, autres
statuts et les non déclarés 36,2 25,6 2,0 36,2 37,4 25,8 2,1 34,7 37,2 26,2 2,3
34,3 35,7 25,3 2,3 36,7 36,0 26,2 2,2 35,5 36,5 26,2 2,4 34,9 42,2 23,8 2,5 31,6
44,0 24,4 2,3 29,4 43,2 27,4 2,5 26,9 47,9 12,9 5,9 11,9 3,1 18,2 0,1 46,2 12,6
6,4 12,3 3,3 19,2 0,1 45,7 12,9 6,7 12,3 3,4 18,9 0,0 47,6 12,6 6,4 11,9 3,3 18,1
0,1 47,1 12,6 6,5 12,3 3,4 18,0 0,1 46,5 12,3 6,9 12,6 3,7 17,9 0,1 44,6 12,1 7,7
12,1 3,9 19,4 0,1 43,1 12,6 8,2 12,2 3,9 19,8 0,1 41,7 12,7 8,7 12,3 4,3 20,0 0,2
68,2 24,5 46,0 68,5 22,5 45,1 68,9 22,1 45,1 69,1 24,4 46,4 68,7 25,2 46,6 67,8
24,7 45,9 69,1 24,6 46,3 68,7 24,4 46,0 68,7 24,0 45,8 8845 27,1 8885 25,3 9098
24,8 9484 26,6 9586 27,5 9628 27,5 9928 27,1 10056 27,2 10189 27,1

20

Structure de la population active occupée par branches d'activité

100% 80% 60% 40% 20% 0% 2000 2001 2002

Bâtiment et travaux publics Commerce de gros et de détail Transports, entrepôts et


communication Services+Administration générale Industries
BTP

Agriculture, forêt et pêche

2003
2004

2005

2006

2007

Structure des actifs occupés selon le statut socio-professionnel niveau national


100% 80% 60% 40% 20% 0% 2000 Employeurs Indépendants Aides familiales, apprentis
et autres (1) Salariés

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

- 13 -
Tableau de bord social : Activité, emploi et chômage
Taux d'activité et taux de chômage en milieu urbain selon les régions économiques
2000 Taux d'activité (15 ans et plus) Les trois régions du sud (1) Souss - Massa -
Draa Gharb - Chrada - Beni Hssen Chaouia - Ouardigha Marrakech - Tensift - Al
Haouz Oriental Grand Casablanca Rabat - Salé - Zemmour - Zaer Doukala - Abda Tadla
- Azilal Meknès - Tafilalt Fès - Boulemane Taza - Al Hoceima - Taounate Tanger -
Tétouan Ensemble Taux de chômage (15 ans et plus) Les trois régions du sud (1)
Souss - Massa - Draa Gharb - Chrada - Beni Hssen Chaouia - Ouardigha Marrakech -
Tensift - Al Haouz Oriental Grand Casablanca Rabat - Salé - Zemmour - Zaer Doukala
- Abda Tadla - Azilal Meknès - Tafilalt Fès - Boulemane Taza - Al Hoceima -
Taounate Tanger - Tétouan Ensemble Source : Haut Commissariat au Plan (1) Il
s'agit des régions : Oued Ed Dahab - lagouira, Laâyoune - Boujdour - Sakia El
Hamra et Guelmim - Es Smara 27,7 16,7 21,9 23,9 19,1 27,5 23,1 22,4 25,6 18,9 21,0
16,3 23,5 15,3 21,5 21,6 14,4 23,3 23,0 17,5 25,7 21,7 19,5 22,9 15,8 17,6 13,8
19,9 15,7 19,5 25,3 13,6 22,8 22,4 15,7 23,1 21,3 17,5 20,2 12,7 15,1 12,7 17,5
14,0 18,3 23,9 16,3 24,6 22,3 16,8 21,5 21,8 20,9 21,3 13,8 21,0 12,3 14,7 14,2
19,3 21,4 15,1 23,0 23,2 14,4 20,6 21,7 18,4 20,1 14,0 20,0 10,7 21,1 13,0 18,4
23,5 16,8 22,4 24,1 13,0 23,3 20,7 19,5 19,3 14,4 18,8 10,7 19,5 13,0 18,4 21,1
13,9 20,2 15,2 12,4 21,3 15,7 16,2 16,1 11,4 17,8 9,1 16,0 12,6 15,5 20,0 13,1
21,5 13,9 12,3 22,1 14,6 15,5 14,2 14,4 19,7 10,9 19,3 12,7 15,4 43,7 46,6 49,0
48,7 45,4 43,2 50,7 49,2 48,9 44,8 41,5 47,9 41,4 43,0 47,0 43,6 44,5 48,5 46,2
44,3 44,1 49,6 48,2 46,7 41,7 41,7 47,7 37,8 43,3 46,0 46,4 41,8 48,3 45,9 43,6
43,7 49,2 46,7 47,6 40,1 40,8 47,1 39,3 43,3 45,4 43,3 43,9 49,6 46,1 45,6 41,2
48,9 48,3 48,4 41,1 44,0 47,8 42,3 41,7 45,9 40,9 46,9 46,9 47,3 45,7 40,6 49,5
47,4 46,5 41,7 42,8 47,6 43,2 40,8 45,8 41,9 45,0 45,2 45,8 46,8 40,4 48,8 44,6
47,3 40,2 40,0 47,0 41,9 42,0 44,9 44,2 45,4 44,9 44,7 45,1 42,1 48,7 45,1 46,6
41,8 39,8 42,5 38,4 43,8 44,7 43,8 44,6 48,0 45,0 45,8 42,5 48,1 45,0 45,6 41,9
40,5 43,9 39,7 43,7 44,9 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

2008

Taux d'activité de la population urbaine âgée de 15 ans et plus selon les régions
(Année 2008)
50 45 40 35 30 25 20 15 10 5 0 Rabat - Salé - Zemmour Zaer Marrakech - Tensift -
Al Haouz Fès - Boulemane Chaouia - Ouardigha Doukala - Abda Souss - Massa - Draa
Grand Casablanca Tanger - Tétouan Oriental Moyenne nationale=44,8%

42,9 45,6 47,3 45,2 46,7 43,0 47,2 43,7 45,4 42,6 39,9 46,2 39,9 43,4 44,8 (En %)

Tadla - Azilal

Les trois régions du sud (1)

20,0 12,3 (En %) 22,7 13,9 9,6 22,3 12,7 16,2 17,8 13,4 16,3 9,5 17,4 12,8 14,7

25 20 15 10 5 0

Taux de chômage de la population urbaine âgée de 15 ans et plus selon les régions
(Année 2008)
Moyenne nationale = 14,7%

Rabat - Salé - Zemmour - Zaer

Taza - Al Hoceima - Taounate

Marrakech - Tensift - Al Haouz


Tadla - Azilal

Taza - Al Hoceima Taounate Fès - Boulemane

Les trois régions du sud (1)

Chaouia - Ouardigha

Doukala - Abda

Meknès - Tafilalt

Gharb - Chrada - Beni Hssen

Souss - Massa - Draa

Oriental

Grand Casablanca

- 14 -

Tanger - Tétouan

Meknès - Tafilalt
Tableau de bord social: Education et Formation

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Dépenses du MEN(1) (millions de Dh) Fonctionnement(%) Investissement(%) Dépenses


du MEN/PIB Dépenses du MEN/Dépenses totales de l'Etat Dépenses de fonctionnement
du MEN/Budget fonctionnement de l'Etat Dépenses d'investissement du MEN/Budget
d'investissement de L'Etat

1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2001 2002 2003 2004 2005 2006
2007 2008 11161 12030 12941 14424 14771 15542 16009 17936 19988 20429 24882 23430
28448 27209 26818 35303 37096 37430 90,2 91,7 92,0 90,6 90,5 90,5 94,5 92,4 93,3
92,2 91,9 91,1 93,1 93,3 93,2 93,4 92,9 92,2 9,8 8,3 8,0 9,4 9,5 9,5 5,5 7,6 6,7
7,8 8,1 8,9 6,9 6,7 6,8 6,6 7,1 7,8 4,7 4,5 4,7 5,2 4,7 4,9 4,5 5,0 5,2 5,2 5,8
5,3 6,0 5,4 5,1 6,1 6,0 5,4 26,3 26,0 26,4 24,9 24,0 24,9 24,1 25,0 24,1 25,2 27,1
26,5 29,6 27,2 22,2 26,4 34,7 32,5 33,1 31,7 31,6 30,5 28,7 30,0 29,3 29,2 29,6
31,0 30,7 31,1 34,2 32,5 26,5 31,4 32,2 30,0 8,9 8,5 8,9 8,8 9,1 9,3 6,1 9,3 8,3
7,0 7,6 11,1 11,4 9,0 9,7 10,7 10,0 10,2

Source: Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur, de la


Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique, Ministère de l'Economie et
des Finances (1): y compris enseignement supérieur

Structure des dépenses du Ministère de l'Education Nationale


100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20%
5 (en %) 20 15 10

Evolution des indicateurs financiers du Ministère de l'Education Nationale


Dépenses de fonctionnement par rapport au Budget de fonctionnement de l'Etat

35

Investissement
30 25
Dépenses totales du MEN par rapport aux dépenses totales de l'Etat

Fonctionnement

Dépenses d'investissement par rapport au Budget d'investissement de l'Etat

10% 0%
19 90 19 91 19 92 19 93 19 94 19 95 19 96 19 97 19 98 19 99 20 01 20 02 20 03 20
04 20 05 20 06 20 07 20 08
0

Dépenses totales par rapport au PIB

- 15 -

19 90 19 91 19 92 19 93 19 94 19 95 19 96 19 97 19 98 19 99 20 01 20 02 20 03 20
04 20 05 20 06 20 07 20 08
Tableau de bord social: Education et Formation
Indicateurs relatifs à l'enseignement public et privé
1990-91 Effectif des élèves scolarisés(1) (en milliers) Taux de féminité (%) Privé
(% ) Urbain du secteur public (%) Structure de la population scolarisée dans le
secteur public selon le cycle (%) 1er cycle fondamental 2ème cycle fondamental
Secondaire Structure de la population scolarisée dans le secteur privé selon le
cycle(%) 1er cycle fondamental 2ème cycle fondamental Secondaire Enseignement
préscolaire (en milliers) Traditionnel (%) Moderne (%) Population scolarisée en
premier cycle fondamental public (en milliers) Taux de féminité (%) National Rural
Part du Rural (%) Première année du premier cycle fondamental (milliers) Taux de
féminisation (%) Nouvelles inscriptions au niveau de la première année (en
milliers) Taux de redoublement (%) (2) Population scolarisée en deuxième cycle
fondamental public (en milliers) Taux de féminité (%) National Rural Part du Rural
(%) Population scolarisée en secondaire public(milliers) Taux de féminité (%)
National Rural (%) Part du Rural (%) Structure par section Littéraire Scientifique
Technique Enseignement supérieur (en milliers) Taux de féminité (%) 3599 40,2 3,1
70,8 68,7 22,3 9,0 79,1 6,9 14,0 812 95,8 4,2 2395 39,6 29,4 40,1 521 41,1 446
14,3 776 41,5 22,8 7,0 315 39,8 27,3 0,6 45,4 49,6 5,1 225 36,0 1991-92 1992-93
1993-94 1994-95 3747 40,3 3,7 70,0 68,9 21,9 9,2 67,4 12,1 20,5 788 82,7 17,3 2485
39,9 30,5 41,1 541 41,5 462 14,6 790 41,3 23,8 7,6 334 41,0 25,2 0,9 47,4 47,9 4,7
239 36,6 3936 40,7 3,5 71,7 69,2 21,6 9,2 72,3 8,1 19,6 779 76,9 23,1 2628 40,3
30,7 38,8 601 41,7 518 13,8 821 41,3 20,3 6,5 348 41,9 18,7 1,0 49,6 46,1 4,3 255
37,5 4139 41,1 3,5 69,7 69,3 21,6 9,1 73,0 7,8 19,2 783 78,1 21,9 2769 40,9 32,5
40,8 633 42,8 540 14,7 863 41,4 22,7 8,6 363 42,4 22,9 2,2 51,0 44,8 4,2 258 38,7
4306 41,6 3,4 68,3 69,6 21,7 8,7 76,5 4,2 19,3 797 75,2 24,8 2896 41,3 33,9 42,3
631 43,5 536 15,1 902 41,4 23,3 9,4 364 42,9 23,2 2,6 50,0 45,2 4,8 266 39,7 1995-
96 4437 41,9 3,5 67,6 69,7 21,7 8,6 76,3 4,4 19,4 817 71,4 28,6 2983 41,8 34,9
43,1 630 44,2 533 15,4 930 41,3 22,9 10,0 368 43,3 23,3 2,8 49,2 45,6 5,2 270 39,9

Direction des Etudes et de la Prévision Financière/DI/SBDCI

1996-97 1997-98 1998-99 4527 42,3 3,6 66,6 69,6 21,7 8,8 76,9 4,7 18,5 846 72,1
27,9 3034 42,2 35,8 44,0 629 44,3 532 15,3 946 41,6 24,5 11,5 382 43,9 25,8 3,8
49,3 45,4 5,3 273 41,7 4619 42,9 3,8 65,0 70,2 20,8 9,0 77,4 5,5 17,1 870 68,5
31,5 3119 42,8 37,2 45,2 680 45,3 579 14,8 926 42,2 26,8 13,7 399 44,2 28,7 5,1
49,7 44,9 5,4 267 42,1 4852 43,8 3,8 63,2 71,1 20,1 8,9 79,0 5,1 15,9 819 66,8
33,2 3317 43,8 39,7 47,1 810 46,9 695 14,2 937 42,7 27,9 14,2 414 45,2 30,2 5,0
50,6 44,0 5,4 249 42,3

1999-00 5133 44,5 4,2 61,9 71,1 19,9 9,0 79,2 6,3 14,5 817 66,8 33,2 3498 44,7
41,6 48,7 828 47,4 685 17,3 979 43,0 28,9 15,0 440 45,3 31,3 5,1 51,1 43,7 5,2 250
45,7

2000-01 5367 45,1 4,1 61,1 71,2 20,0 8,8 80,0 7,0 13,0 764 91,2 8,8 3664 45,5 43,1
49,5 830 47,7 683 17,7 1028 43,0 29,6 16,1 452 46,0 32,3 5,4 50,3 44,6 5,1 262
45,8

2001-02 5640 45,6 4,4 59,9 71,0 20,0 9,0 80,0 7,6 12,4 748 90,8 9,1 3832 46,1 44,1
50,7 822 47,8 673 18,1 1077 43,3 30,7 17,5 484 46,5 33,1 5,7 49,3 45,7 5,0 267
47,3

2002-03 5780 45,9 4,6 59,3 70,5 19,9 9,6 81,1 8,2 10,7 710 89,9 10,1 3885 46,4
44,7 51,6 741 47,4 592 20,1 1098 43,8 31,8 19,0 531 47,1 34,7 6,4 49,4 45,7 5,0
281 45,1

2003-04 5835 46,1 4,8 59,5 69,3 20,4 10,3 79,7 9,7 10,6 685 88,4 11,6 3847 46,4
44,7 51,7 697 47,4 573 17,8 1134 44,4 32,9 19,8 574 47,2 35,2 6,7 49,3 45,8 4,8
278 45,9
2004-05 5888 46,1 5,6 59,4 67,6 21,6 10,8 79,7 10,1 10,2 691 87,6 12,2 3758 46,3
44,5 51,9 690 47,4 571 17,2 1198 44,7 34,4 21,2 600 47,5 36,0 7,9 49,6 45,5 4,9
290 45,9

2005-06 5918 46,1 6,2 59,6 65,9 23,0 11,1 78,1 11,6 10,3 705 86,8 12,9 3657 46,2
44,5 52,3 674 47,5 554 17,8 1275 45,0 35,2 21,9 619 47,9 36,8 8,7 49,6 45,6 4,9
301 46,2

2006-07 6017 46,3 7,0 59,3 64,5 24,1 11,4 78,3 11,5 10,2 703 81,1 18,9 3609 46,4
44,8 52,9 720 47,8 606 15,9 1349 44,8 35,4 22,9 638 48,5 37,7 9,5 46,6 48,3 5,0
273 46,5

2007-08 6030 46,5 7,4 58,7 63,3 24,7 12,0 77,4 13,2 9,3 669 78,1 21,9 3532 46,6
45,3 53,7 671 47,7 548 18,4 1379 44,8 35,7 24,5 672 49,0 39,1 10,4 43,5 51,3 5,2
292 46,7

Source: Ministère de l'Education Nationale, de l'Enseignement Supérieur, de la


Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique.

(1): Effectif des élèves scolarisés : non compris les préscolarisés et l'éducation
non formelle (2): Doublants / effectif des scolarisés à la première année du
premier cycle fondamental

- 16 -
Tableau de bord social: Education et Formation
6 000

Direction des Etudes et de la Prévision Financière/DI/SBDCI


500 100% 2ème cycle fondamental

Evolution des effectifs scolarisés par secteur

Structure de la population scolarisée dans le secteur public selon le cycle


Secondaire

5 500

420

5 000 (en milliers)

80%

4 500

Public (échelle gauche)

Privé
260

(en milliers)

340

60%

4 000 180

40%

1er cycle fondamental

3 500

20%

3 000 1990-91 1991-92 1992-93 1993-94 1994-95 1995-96 1996-97 1997-98 1998-1999
1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-2007
2007-2008

100

0% 1990-91 1991-92 1992-93 1993-94 1994-95 1995-96 1996-97 1997-98 1998-99 1999-00
2000-01 2001-02 2002-03 2003-04 2004-05 2005-06 2006-07 2006-07 2007-08 2007-08

Structure de la population scolarisée dans le secteur privé selon le cycle


100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 1990-91 1991-92 1992-93 1993-94 1994-
95 1995-96 1996-97 1997-98 1998-99 1999-00 2000-01 2001-02 2002-03 2003-04 2004-05
2005-06 2006-07 2007-08 1er cycle fondamental 2ème cycle fondamental Secondaire

Structure de la population scolarisée dans l'enseignement préscolaire (*)


100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0%
1990-91 1991-92 1992-93 1993-94 1994-95 1995-96 1996-97 1997-98 1998-99 1999-00
2000-01 2001-02 2002-03 2003-04 2004-05 2005-06 Traditionnel Moderne

(*)

La dimunition d l'effectif des éléves dans le préscolaire moderne en 2000-2001


peut être expliquée par le fait qu' à partir de cette année le chiffre n'inclue
pas la mission française et par le fait aussi que l'enseignement préscolaire
permettait d'intégrer des éléves d'âges divers (+6 ou 7 ans).

- 17 -
Tableau de bord social: Education et Formation
Taux net de scolarisation
1990-91 Taux net de scolarisation (1) Préscolaire Féminin 1er cycle fondamental
Féminin Urbain Rural 2ème cycle fondamental 41,3 25,7 54,4 37,2 73,7 39,0 42,2
40,2 23,7 55,8 46,0 72,5 42,0 42,5 39,8 23,9 58,6 48,7 79,2 41,5 43,4 40,9 24,7
61,6 51,8 80,3 46,1 45,8 41,3 25,6 64,5 55,1 81,5 50,3 49,9 42,6 27,4 66,5 57,5
82,4 53,1 50,8 44,5 29,7 67,5 58,9 81,7 55,3 52,5 1991-92 1992-93 1993-94 1994-95
1995-96

Direction des Etudes et de la Prévision Financière/DI/SBDCI

1996-97 1997-98 1998-99

1999-00

2000-01

2001-02

2002-03

2003-04

2004-05

2005-06

2006-07

2007-08

45,4 32,2 68,6 61,8 84,3 55,4 53,7

48,3 34,3 73,7 68,0 86,6 62,5 55,1

55,2 40,2 79,1 80,6 89,9 69,5 58,1

53,4 40,7 84,6 86,6 93,2 76,7 60,3 52,7

55,5 41,1 89,9 89,1 96,6 83,8 63,1 56,2

51,7 39,6 91,9 89,4 97,3 87,0 66,3 59,8

50,1 39,4 92,0 90,1 96,6 87,8 68,8 62,7

51,3 40,8 92,9 90,5 96,7 89,0 70,6 64,3

53,2 43,8 93,0 91,6 94,4 91,6 73,6 66,8

59,7 51,0 93,5 91,6 95,3 92,6 74,5 67,8

58,9 51,2 94,6 92,5 95,6 93,5 77,1 70,6

Féminin 33,6 34,0 34,9 37,1 40,4 41,2 43,3 45,0 46,7 49,9 Source : Haut
Commissariat au Plan (1): Rapport entre l'effectif des élèves inscrits à un cycle
d'enseignement, qui appartiennent au groupe d'âge correspondant à ce niveau, et le
nombre d'enfants de ce même groupe d'âge,
100

Evolution du taux net de scolarisation par cycle


100

Evolution du taux net de scolarisation : premier cycle fondamental par milieu de


résidence

90 90 80

Urbain

1er cycle fondamental


(en %) 70 (en %)

80

Ensemble
70

60

2ème cycle fondamental


50

60

Rural

50 40 40 30 1990-91 1991-92 1992-93 1993-94 1994-95 1995-96 1996-97 1997-98 1998-


99 1999-00 2000-01 2001-02 2002-03 2003-04 2004-05 2005-06 2006-07 2007-08 30
1990-91 1991-92 1992-93 1993-94 1994-95 1995-96 1996-97 1997-98 1998-99 1999-00
2000-01 2001-02 2002-03 2003-04 2004-05 2005-06 2006-07 2007-08

- 18 -
Tableau de bord social: Education et Formation
Taux d'analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus
1960 Par milieu de résidence National dont féminin Urbain dont féminin Rural dont
féminin Par région Grand Casablanca Rabat-Salé-Zaer Tanger-Tétouan Région de
l'Oriental Taza-Al Houceima- Taounate Marrakech-Tensift-Al Houaz 87,0 96,0 73,0
88,0 92,0 99,0 1971 75,0 87,0 54,0 68,0 87,0 98,0 1982 65,0 78,0 44,0 57,6 81,7
94,6 1994 54,9 67,5 36,9 48,6 75,4 89,1 55,2 41,2 53,6 52,8 66,9 67,1 2004 43,0
54,7 29,4 39,5 60,5 74,5 40,2 32,2 41,5 42,9 54,8 52,0 2006(1) 38,5 46,8 27,2 33,9
54,4 64,4 23,0 26,2 36,1 42,2 52,3 44,3

Direction des Etudes et de la Prévision Financière/DI/SBDCI

Source: Secrétariat d'Etat auprès du ministre de l'Education nationale, de


l'Enseignement supérieur, de la Formation des cadres et de la Recherche
scientifique, chargé de l'enseignement scolaire (1): Enquête nationale sur
l’analphabétisme, la non scolarisation et l’abandon scolaire au Maroc (2006)

Evolution du taux d'analphabétisme (10 ans et plus) par milieu de résidence


95 90 85 80 75 70 65 60 55 50 45 40 35 30 25 1960 1971 1982 1994 2004 2006(1)

100 90 80

Evolution du taux d'analphabétisme (10 ans et plus) au niveau national par sexe

Rural

Féminin
70 (en %) 60 50 40 30 20 1960

(en %)

Ensemble

Ensemble Masculin

Urbain

1971

1982

1994

2004

2006

- 19 -
Tableau de bord social: Education et Formation

Direction des Etudes et de la Prévision Financière/DI/SBDCI

Indicateurs relatifs à l'infrastructure d'accueil dans l'enseignement public


1990-19911991-19921992-19931993-19941994-1995 1995-1996 1996-19971997-19981998-
19991999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-
2007 Taux d'encadrement (1) 1er cycle fondamental Urbain Rural 2ème cycle
fondamental Secondaire Effectif moyen des élèves par classe 1er cycle fondamental
2ème cycle fondamental Secondaire 22 27 33 21 16 13 28 27 31 22 27 33 22 16 13 28
28 32 22 28 33 22 17 13 29 29 31 23 28 33 23 18 13 29 30 32 23 28 34 23 19 13 29
31 30 23 28 33 24 19 12 29 32 30 23 28 33 23 19 13 28 32 30 23 28 33 23 19 13 28
30 30 23 28 33 25 18 13 29 30 30 24 29 33 25 19 14 29 31 31 24 29 33 25 19 14 29
32 31 25 29 33 25 20 15 29 33 33 25 29 33 25 20 16 29 33 34 25 28 33 25 21 17 29
34 36 25 28 32 25 21 17 29 35 36 25 28 33 25 24 18 28 36 36 26 28 32 25 25 18 28
37 36 2007-2008 26 28 31 25 25 19 28 36 40

Source: Ministère de l'Education nationale, de l'Enseignement Supérieur, de la


Formation des cadres et de la Recherche Scientifique.
(1) = nombre moyen d'élèves par enseignant

Evolution du taux d'encadrement par cycle


30

Effectif moyen des élèves par classe


41 39

1er cycle fondamental

25

37 35 33 31

Secondaire

(en %)

2ème cycle fondamental


20

2ème cycle fondamental

1er cycle fondamental


15

Secondaire

29 27 25 1990-1991 1991-1992 1992-1993 1993-1994 1994-1995 1995-1996 1996-1997


1997-1998 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005
2005-2006 2006-2007

1990-1991

1991-1992

1992-1993

1993-1994
1994-1995

1995-1996

1996-1997

1997-1998

1998-1999

1999-2000

2000-2001

2001-2002

2002-2003

2003-2004

2004-2005

2005-2006

2006-2007

2007-2008

- 20 -

2007-2008

10
Tableau de bord social: Education et Formation
Indicateurs relatifs à la formation professionnelle

Direction des Etudes et de la Prévision Financière/DI/SBDCI

1990-19911991-19921992-19931993-19941994-1995 1995-1996 1996-19971997-19981998-


19991999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006 2006-
2007 Effectif en formation professionnelle Taux de féminité (%) Structure par
niveau Spécialisation (%) Qualification (%) Technicien(1) (%)
Source: Ministère de l'Education Nationale et Ministère de l'Equipement (1) y
compris le niveau des techniciens spécialisés à partir de 1993

2007-2008 150867 34,1

68802 38,0

68969 35,9

70002 34,2

74809 33,5

77105 34,4

75678 35,0

73602 34,3

74467 34,7

75064 32,5

72918 32,9

75478 30,8

77304 31,1

79310 32,4

98177 31,5

106029 34,4

120331 36,8

135670 32,7

29,9 35,8 34,2

26,7 37,1 36,3

23,3 39,4 37,4

21,7 42,2 36,1

21,7 43,0 35,3


18,7 46,0 35,3

17,1 46,6 36,3

17,2 46,8 36,0

16,3 47,6 36,0

11,9 50,9 37,3

12,7 50,2 37,0

15,9 47,4 36,7

15,1 45,8 39,1

18,5 39,1 42,4

16,1 35,2 48,7

14,9 35,2 49,9

12,2 32,9 54,9

11,6 31,1 57,3

Evolution de l'effectif des stagiaires en formation professionnelle (secteur


public)
160 100

Structure de l'effectif en formation par niveau

140 80 120 (en milliers)

Technicien

Total public
60

100 (en %)

80

Qualification
40

60

Filles
40

20

Spécialisation
0 1990-1991 1991-1992 1992-1993 1993-1994 1994-1995 1995-1996 1996-1997 1997-1998
1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004 2004-2005 2005-2006
2006-2007 2007-2008 1990-1991 1991-1992 1992-1993 1993-1994 1994-1995 1995-1996
1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000 2000-2001 2001-2002 2002-2003 2003-2004
2004-2005 2005-2006 2006-2007 2007-2008

20

- 21 -
Tableau de bord Social : Santé

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs sur les ressources financières de la santé publique


1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988 1989 1990 1991 1992 Dépenses du
Ministère de la Santé (MS) (En millions de Dh) Investissement(%) Fonctionnement(%)
Dépenses du MS/PIB (%) Dépenses du MS/Budget général de l'Etat (En %) DF du MS/
Budget général de fonctionnement de l'Etat (%) DI du MS/ Budget général
d'investissement de l'Etat (%) Dépenses du MS/ Habitant (DH) 748 13,7 86,3 0,90
3,54 5,2 1,2 38,62 851 13,9 86,1 0,97 3,38 4,9 1,2 42,86 981 18,2 81,8 0,95 3,36
4,8 1,4 48,25 1001 7,2 92,8 0,90 3,90 5,2 0,9 48,09 1051 10,5 89,5 0,84 3,98 4,9
1,5 49,36 1163 11,1 88,9 0,81 3,58 5,0 1,1 53,42 1260 9,1 90,9 0,73 3,57 5,3 0,9
56,62 1386 9,2 90,8 0,79 3,91 5,4 1,1 60,93 1476 11,5 88,5 0,72 4,06 5,1 1,6 63,58
1640 11,5 88,5 0,77 3,97 5,0 1,5 69,21 1820 12,2 87,8 0,77 4,30 5,3 1,8 75,32 2220
14,3 85,7 0,82 4,82 5,5 2,7 90,11 1993 1994 1995 1996-97 1997-98 1998-99 1999-00
2001 2916 3169 17,1 17,3 82,9 82,7 0,92 0,89 4,40 4,90 5,2 5,1 3,9 2,2 110,31
117,97 3622 19,9 80,1 1,02 4,90 5,1 3,9 132,76 3768 21,2 78,8 1,0 4,80 5,0 4,0
136,08 4973 4954 18,6 19,0 81,4 81,0 1,28 1,16 6,00 4,91 7,2 5,4 2,6 2,8 177,07
174,03 2002 5183 16,6 83,4 1,16 5,93 5,6 3,8 179,76 2003 5189 18,6 81,4 1,09 5,48
5,8 4,4 177,80 2004 5495 18,5 81,5 1,09 5,60 6,2 5,6 186,14 2005 6218 18,7 81,3
1,18 5,50 5,0 5,3 208,02 2006 6081 19,2 80,8 1,05 4,79 5,3 5,3 201,54 2007 2008

2368 2606 2879 13,7 15,2 17,8 86,3 84,8 82,2 0,87 0,93 0,92 4,85 4,51 4,70 5,5 5,2
5,2 2,8 2,6 3,3 94,38 101,99 110,74

7602 8140 16,3 16,1 83,7 83,9 1,24 1,18 5,70 5,66 5,9 5,9 4,7 4,6 249,20 263,93

Source : Ministère de la Santé, HCP, Ministère de l'Economie et des Finances +


calcul DEPF

Indicateurs sur les ressources financières du Ministère de la santé


8 100%

Structure du budget général du Ministère de la Santé

7 80%

Investissement

Dépenses de fonctionnement du MS par rapport au budget général de fonctionnement


de l'Etat

( en % )

5
Dépenses totales du MS par rapport au budget général de l'Etat

60%

4 Fonctionnement

Dépenses d'investissement du MS par rapport au budget général d'investissement de


l'Etat
40%

2
Dépenses totales du MS par rapport au PIB

20%

0 1996-97 1997-98 1998-99 1999-00 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

0% 1996-97 1997-98 1998-99 1999-00 1980 1981 1982 1983 1984 1985 1986 1987 1988
1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008

- 22 -
Tableau de bord Social : Santé
Indicateurs de couverture médicale et d'occupation

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Effectif des médecins (Public et privé) (En nombre) Taux de croissance (en %)
Structure par secteur : Privé Public Densité médicale (Public et privé)
(Habitants/médecin) Nombre d'habitants par lit (Public et privé) Nombre
d'habitants par infirmier (Public) Nombre d'habitants par établissement de soins
de santé de base (Public) Encadrement paramédical (Public) (Infirmiers/médecin)
Source: Ministère de la Santé, HCP + calcul DEPF

1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
5711 6120 7103 8252 8838 8945 9397 9923 10771 11907 12439 12955 13955 14762 15242
15695 7,2 16,1 16,2 7,1 1,2 5,1 5,6 8,5 10,5 4,5 4,1 7,7 5,8 3,3 3,0 49,3 50,7
4232 906 1054 14567 7,9 49,5 50,5 4025 929 1048 14903 7,6 46,8 53,2 3533 963 1061
14911 6,3 47,0 53,0 3096 972 1069 14820 5,5 50,0 50,0 2941 984 1062 14670 5,5 53,5
46,5 2955 1108 1059 14235 6,0 57,4 42,6 2859 1147 1052 14466 6,4 57,7 42,3 2749
1179 1062 13998 6,1 57,6 42,4 2571 1170 1080 13985 5,6 54,0 46,0 2359 1238 1070
13136 4,8 53,3 46,7 2288 1233 1088 12557 4,5 52,5 47,5 2226 1252 1093 12285 4,3
49,2 50,8 2091 1263 1098 12135 3,7 47,7 52,3 2000 1274 1123 12010 3,4 47,1 52,9
1961 1243 1115 11904 3,3 48,7 51,3 1922 1333 1173 11855 3,2

2006 16826 7,2 49,1 50,9 1813 1342 1150 11769 3,1

2007 16826

49,1 50,9 1833 1372 1162 11899 3,1

Evolution des indicateurs de couverture de la santé publique


14 Nombre d'infirmiers par médecin 12 10 8 6 4
Nombre d'habitants par ESSB (Echelle de droite)

70

16000 14000 12000 10000 8000 6000


Nombre d'infirmiers par médecin (Echelle de gauche)

60 50

Evolution du taux de croissance de l'effectif des médecins (Public et privé)

(En nombre d'habitants)

30 20 10 0

4000 2000

(En %)

40

1990

1991

1992
1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2 0 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004
2005 2006 2007

Ensemble

Privé

Public

1500 1400 Nombre d'habitants par lit 1300 1200 1100

Evolution du nombre d'habitants par lit et par médecin (public et privé)


Nombre d'habitants par lit

4500 (Nombre d'habitants par médecin) 4000 3500 3000 2500 2000
100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 1990 1991 1992 1993 1994

Structure de l'effectif des médecins

Public

1000 900 800 700


1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
2006 2007

Nombre d'habitants par médecin

1500 1000 500 0

Privé
1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007 2007

- 23 -
Tableau de bord Social : Santé
Indicateurs de mortalité et de santé reproductive
1980 1982 1987 1988 1989 1990 1991 1992 1993 1994 1995 1996 1997 Longévité et
mortalité Espérance de vie à la naissance (en nombre d'années) (1) Hommes Femmes
Taux brut de mortalité(en mille) Urbain Rural Quotient de mortalité infantile
(pour mille naissances) (2) Urbain Rural Quotient de mortalité juvénile (pour
mille naissances) (3) Urbain Rural Quotient de mortalité infanto juvénile (pour
mille naissances) (4 Urbain Rural Santé reproductive Taux de prévalence
contraceptive (5) Urbain Rural 59,1 58,1 60,2 65,0 63,7 66,4 8,2 8,0 5,4 5,3 10,6
10,4 73,5 66,1 91,0 38,7 16,4 51,0 118,0 81,4 137,3 7,7 5,2 10,1 7,5 5,0 9,8 7,3
5,0 9,5 57,4 51,9 69,3 20,0 7,2 30,7 70,1 58,7 97,8 7,0 4,9 9,2 57,3 20,0 76,1 6,8
4,8 9,0 54,7 17,3 68,9 67,9 66,3 69,5 6,7 4,9 8,6 52,2 15,0 62,4 6,6 5,0 8,3 6,5
5,1 8,1 68,9 67,1 70,7 6,3 5,0 7,9 36,6 23,8 46,1 9,8 6,1 15,0 45,8 29,9 61,1 1998
6,2 5,0 7,6 27,4 15,7 37,1 6,4 5,6 10,3 33,2 20,9 47,6 1999 69,5 67,5 71,5 6,1 4,9
7,5 -

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

2000 69,7 67,8 71,8 5,9 4,9 7,2 -

2001 70,0 68,0 72,1 5,8 4,8 7,0 -

2002 70,3 68,2 72,4 5,6 4,7 6,8 -

2003(7) 70,5 68,5 72,7 5,5 4,7 6,7 40,0 33,0 55,0 7,0 5,0 15,0 47,0 38,0 69,0

2004 71,7 70,6 73,0 5,5 4,7 6,6 -

2005 72,0 70,8 73,2 5,5 4,7 6,7 -

2006 72,2 71,0 73,5 5,5 4,7 6,6 -

2007 72,5 71,2 73,7 5,5 4,8 6,6 -

2008 72,6 71,4 73,9

91,0 73,0 99,0 52,0 24,0 66,0 138 -

35,9 51,9 24,6

35,9 51,9 24,6

41,5 54,4 31,5

-
-

50,3 64,2 39,2

58,4 65,8 51,7

58,8 65,8 50,7

63,0 65,5 59,7

Source : Ministère de la Santé, HCP (1) C’est l’âge moyen que peut vivre un
individu à sa naissance, dans les conditions de mortalité de la période étudiée.
(2) C’est la probabilité de décéder entre la naissance et le premier anniversaire.
(3) C’est la probabilité de décéder entre le premier et le cinquième anniversaire.
(4) C’est la probabilité de décéder entre la naissance et le cinquième
anniversaire.

(5) C'est le nombre de femmes mariés âgées de 15 à 49 ans pratiquant une méthode
contraceptive par rapport au nombre de femmes mariées (6) le taux de couverture
vaccinale est le pourcentage des enfants qui ont reçu les six vaccins :
Tuberculose, diphtérie, tétanos, coqueluche, poliomyélite et rougeole (7) EPSF
2003-2004

Evolution de l'espérance de vie à la naissance par sexe


140 75

Quotients de mortalité infantile, juvénile et infanto juvénile


Femmes
120

Ensemble
70 100

Quotient de mortalité infanto juvénile Quotient de mortalité infantile

Hommes
( En ans )

80 ( En ‰) 60
65

Quotient de mortalité juvénile


40 60 20

55 1980 1987 1994 1997 2003(7) 2004 2005 2006 2007 2008

0 1980 1987 1991 1994 1997 2003(7)

- 24 -
Tableau de bord Social : Prévoyance Sociale Indicateurs de prévoyance sociale
1985 CNSS Effectif des assurés (milliers) Effectif des retraités (milliers)
Montant des cotisations(milliards de dh) CMR Effectif des affiliés(milliers)
Effectif des retraités(milliers) Montant des cotisations(millions de Dh) RCAR
Effectif des affiliés(milliers) Effectif des retraités(milliers) Montant des
cotisations(milliards de dh) CIMR Effectif des affiliés(milliers) Effectif des
retraités(milliers) Montant des cotisations(milliards de dh) Charges des pensions
de retraite(milliers de dh) Répartition des cotisants par principale caisse de
retraite CMR RCAR CNSS CIMR
Source : Données de la CNSS, CMR, CIMR, RCAR (Haut Commissariat au Plan)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

1986 587 58 1,7 478 92 1,2 117 16 0,3 176 27 0,3 265 35,2 8,6 43,2 13,0

1987 607 64 1,8 407 102 1,3 122 17 0,3 180 30 0,3 311 30,9 9,3 46,1 13,7

1988 644 70 2,0 508 110 1,5 124 18 0,3 183 33 0,4 355 34,8 8,5 44,1 12,5

1989 684 74 2,3 666 118 0,8 133 19 0,3 188 36 0,4 408 39,9 7,9 41,0 11,2

1990 730 82 2,6 685 122 1,3 141 20 0,3 196 39 0,5 471 39,1 8,1 41,7 11,2

1991 777 87 3,0 731 132 1,6 154 21 0,4 205 42 0,5 536 39,2 8,2 41,6 11,0

1992 844 94 3,4 742 142 1,6 166 22 0,5 208 45 0,6 617 37,9 8,5 43,1 10,6

1993 862 100 1,0 777 156 1,5 185 23 0,5 212 48 0,7 713 38,2 9,1 42,3 10,4

1994 903 107 4,2 777 166 1,6 207 23 0,5 213 44 0,7 802 37,0 9,9 43,0 10,2

1995 920 120 1,9 790 178 2,0 215 24 0,7 217 56 0,7 917 36,9 10,1 42,9 10,1

1996 966 126 2,0 842 193 3,5 224 25 0,7 215 59 0,8 1029 37,5 10,0 43,0 9,6

1997 1047 135 2,1 825 212 4,6 204 26 0,7 213 63 0,8 1148 36,0 8,9 45,7 9,3

1998 1107 139 2,2 833 227 5,9 202 27 0,7 215 67 0,9 1221 35,3 8,6 47,0 9,1

1999 1148 149 2,4 853 235 6,1 200 28 0,8 218 71 0,9 1311 35,2 8,3 47,5 9,0

2000 1177 163 2,4 858 238 219 29 0,8 222 76 1,0 1421 34,6 8,8 47,5 9,0

2001 1217 167 2,6 843 257 6,9 224 30 0,8 222 80 1,1 1523 33,6 8,9 48,6 8,9

2002 1253 179 3,1 848 277 7,2 239 42 0,9 224 84 1,2 1660 33,1 9,3 48,9 8,7

2003 1343 186 3,4 841 292 8,5 217 45 1,0 229 90 2,4 1766 32,0 8,3 51,1 8,7

2004 1420 193 4,3 886 315 9,7 202 54 1,1 228 96 2,5 1904 32,4 7,4 51,9 8,3

2005 1510 194 4,2 854 361 11,9 200 55 1,2 232 100 2,8 2212 30,5 7,2 54,0 8,3

2006 1549 201 5,2 856 393 13,6 201 57 1,3 236 108 3,1 2143 30,1 7,1 54,5 8,3

2007 1606 209 6,2 856 403 13,7 188 61 1,3 241 115 3,3 2300 29,6 6,5 55,6 8,3

574 56 1,5 410 86 1,1 113 14 0,3 169 25 0,3 226 32,4 8,9 45,3 13,4
Effectif des affiliés par principale caisse de prévoyance sociale (pour l'année
2007)
100%

Répartition des cotisants par principales caisses de retraites

2000

CIMR

CNSS
80%

(En milliers de personnes)

1500

CMR
60%

CNSS

1000

CIMR
40% RCAR

500

RCAR
20% CMR

0 2007
0% 1990

1991

1992

1993

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001
2002

2003

2004

2005

2006

2007

- 25 -
Tableau de bord social: Niveau de vie
Indicateurs sur le niveau de vie de la population
1989 Indice du coût de la vie global ( base 100=1989) Variation (%) Indice du coût
de la vie : alimentation ( base 100=1989) Variation (%) Indice du coût de la vie :
Hors alimentation ( base 100=1989) Variation (%) PIB constant par tête (Dh
constant/tête/an) RNBD/habitant (Dh courant/personne/an) Dépense annuelle moyenne
par personne (Dh/personne/an) Urbain Rural Dépense de consommation par ménage
(Dh/ménage/an) Urbain Rural
Source : Haut Commissariat au Plan + calcul DEPF
(3)
(2)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

1990 107,0 7,0 108,0 8,0 106,2 6,2 12898 10227 6078 -

1991 115,6 8,0 118,2 9,4 113,5 6,9 13561 11277 6780 9224 4623 38600 48192 28584

1992 122,2 5,7 125,3 6,0 119,6 5,4 12815 11307 6823 -

1993 128,5 5,2 133,2 6,3 124,6 4,2 12367 11240 6741 -

1994 135,1 5,2 142,5 7,0 129,1 3,6 13444 12353 7553 44297 -

1995 143,4 6,1 153,9 8,0 134,8 4,4 12363 12213 7627 44250 -

1996 147,7 3,0 155,0 0,7 141,7 5,1 13592 13704 8474 48509 -

1997 149,2 1,0 153,3 -1,1 145,9 2,9 13090 13388 8021 45379 -

1998 153,3 2,8 158,1 3,1 149,4 2,5 13882 14345 7823 10152 5085 44789 56781 32372

1999 154,4 0,7 156,7 -0,8 152,5 2,0 13759 14277 8397 46448 -

2000 157,3 1,9 159,1 1,5 155,8 2,2 13791 14387 8491 46359 -

2001 158,3 0,6 157,5 -1,0 158,9 2,0 14644 15798 8280 10642 5288 49333 58900 33994

2002 162,7 2,8 164,2 4,3 161,5 1,6 14947 16154 8840 46933 -

2003 164,6 1,2 166,4 1,3 163,2 1,1 15710 17157 9267 48556 -

2004 167,1 1,5 169,0 1,6 165,5 1,5 16260 18051 9655 50411 -

2005 168,7 1,0 169,5 0,3 167,8 1,4 16589 18850 10048 51789 -

2006 174,3 3,3 176,1 3,9 172,6 2,9 17681 20478 10883 55499 -

2007 177,8 2,0 181,8 3,2 174,3 1,0 17963 21748 11233 13895 7777 57925 66723 43334

2008 184,7 3,9 194,2 6,8 176,8 1,4 18760 23889 13266 66291 -

100,0 100,0 100,0 12635 9118 5591 -

(1) Ne concernent que les fonctionnaires mandatés par la P.P.R. Toutefois ils ne
concernent pas les départements de la défense nationale (F.A.R), la gendarmerie
royale, la garde royale, les forces auxiliaires, la direction générale de la
sûreté nationale et la direction de la surveillance du territoire. (2)
Consommation des ménages résidents/ population totale (3) = consommation finale
des ménages/ effectif des ménages

Evolution en indice des revenus et du coût de la vie (Base 100=1989) 300 250
( en % )

Evolution des dépenses annuelles moyennes par personne 14000 13000 12000 11000
10000 9000 8000 7000 6000 5000 4000 3000 2000 1000 0
Urbain Ensemble Rural

200 150 100

ICV

PIB par tête

50
19891990199119921993199419951996199719981999200020012002200320042005200620072008

(Dh/personne/an)

RNBD par tête

1991

1998

2001

2007

- 26 -
Tableau de bord social: Niveau de vie
Coefficients budgétaires et inégalité en matière de dépense
1971 Coefficients budgétaires (En %) (1) Alimentation et boissons Habillement
Habitation et énergie Hygiène et soins médicaux Transport et communication,
loisirs, enseignemen et culture, autres dépenses de biens et services Part des
dépenses des ménages (En %) National 10% des ménages les plus défavorisés 10% des
ménages les plus aisés Ecart entre les deux déciles Urbain 10% des ménages les
plus défavorisés 10% des ménages les plus aisés Ecart entre les deux déciles Rural
10% des ménages les plus défavorisés 10% des ménages les plus aisés Ecart entre
les deux déciles
Source: Haut Commissariat au Plan (1) Coefficients budgétaires calculés sur la
base du total général des dépenses selon les grands groupes de biens et services.

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

1985

1991

1998

2001

2007

Evolution de l'écart entre les deux déciles

54,0 10,4 18,9 4,6 12,1

48,6 7,3 25,3 4,6 14,2

45,5 6,1 21,7 6,7 20,0

43,1 5,5 25,3 6,5 19,2

41,3 4,8 25,9 7,6 20,4

40,6 3,3 23,9 7,2 25,0

35 30 25 20 (En %) 15 10 5 National Urbain Rural

1,2 36,5 30,4

1,9 30,5 12,2

2,1 29,2 13,9

2,6 28,8 11,1

2,6 32,1 12,3

2,6 33,1 12,7

1,4 34,8 24,9

1,8 30,2 13,2

1,9 28,1 14,8


2,7 27,7 10,3

2,8 31,0 11,1

3,7 33,7

1,4 31,2 22,3

2,2 27,1 7,9

2,6 26,5 10,2

3,1 25,8 8,3

3,4 25,9 7,6

3,2 25,9

0 1971 1985 1991 1998 2001

Structure de la consommation des ménages à travers les coefficients budgétaires


100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 1971
Habillement Transport, communication et autres (*) Hygiène et soins médicaux (Part
des ménages les plus aisés en %)

Evolution de la part des 10% des ménages les mois aisés et celle des 10% les plus
aisés dans la consommation totale 38 36 34 32 30 28 1971 10% des ménages les plus
aisés
2,8 2,6 2,4 2,2 2,0 1,8 1,6 1,4 1,2 1,0 (Part des ménages les moins aisés en %)

10% des ménages les moins aisés

(En %)

Habitation et énergie

Alimentation et boissons

1985

1991

1998

2001

2007

(*) Concernent notamment le loisir, l'enseignement et la culture

1985

1991

1998

2001
2007

- 27 -
Tableau de bord social: Pauvreté

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Evolution du seuil de pauvreté par milieu de résidence Population pauvre et seuil


de pauvreté (1)
1985 Seuil de pauvreté (En Dh/an) Urbain Rural Population pauvre (milliers)
Ensemble Urbain Rural 4574 1250 3324 3360 912 2448 4524 1439 3085 4460 1235 3225
2774 829 1945 1966 1760 2725 2439 3922 3037 3235 2989 3834 3569 1991 1998 2001
2007 3000 (En Dh/personne/an) 2500 2000 1500 1000 500 0 1985 1991 1998 2001 2007
4000 3500 Rural Urbain

Source: Haut Commissariat au Plan, Enquêtes sur les niveaux de vie des ménages (1)
Il s'agit du seuil de pauvreté relative

Taux de pauvreté par milieu de résidence (%)

Evolution du taux de pauvreté par milieu dr résidence


1991 13,1 7,6 18,0 1998 16,3 9,5 24,2 2001 15,3 7,6 25,1 2007 9,0 25 4,8 14,5 (En
%) 20 30 Urbain Rural National

1985 National Urbain Rural 21,0 13,3 26,8

Source: Haut Commissariat au Plan, Enquêtes sur les niveaux de vie des ménages

15

10

0 1985 1991 1998 2001 2007

- 28 -
Tableau de bord social: habitat et conditions d'habitation

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs sur l'habitat et les conditions d'habitation


1982 Structure des ménages urbains selon le type de logement (En %) Villa
Appartement Maison marocaine Structure des ménages selon le statut d'occupation
(En %) National Propriétaires Locataires Logés gratuitement et autres Urbain
Propriétaires Locataires Logés gratuitement et autres Rural Propriétaires
Locataires Logés gratuitement et autres
Source: Haut Commissariat au Plan, ONE, ONEP (1) HCP

1991 -

1994 3,6 10,5 72,2

1995 4,8 11,4 72,6

1996 4,8 11,9 72,7

1997 2,8 12,4 74,4

1998 2,8 9,0 77,0

1999 -

2000 -

2001 3,0 12,4 75,2

2002 -

2003 -

2004 3,3 12,4 70,6

2005 -

2006 -

2007 -

2008 3,1 15,4 72,2

4,8 17,6 63,7

65,5 23,3 11,2 40,9 47,1 12,0 87,0 2,6 10,4

48,4 38,9 12,7 85,7 4,5 9,8

64,4 22,9 12,7 48,5 35,0 16,5 85,7 2,5 11,8

-
69,5 16,3 14,2 60,9 29,9 11,8 86,9 0,5 12,6

71,5 20,4 8,1 62,4 25,1 8,5 89,6 1,2 7,1

68,2 20,1 11,5 56,8 31,4 11,9 85,8 2,7 11,0

74 15,5 10,5 64,6 24,4 11,0 88,7 1,6 9,7

73,8 15,9 10,3 64,1 24,8 11,1 89,4 1,5 9,1 65,9 22,3 11,8

Structure des ménages urbains selon le statut d'occupation des logements


100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% 1982 Propriétaires
(En %)

Structure des ménages urbains selon le type de logement


100 90 Villa Appartement Maison marocaine

Logés gratuitement et autres

Locataires

80 70 60 50 40 30 20 10 0 1982 1994 2004 2008

1994

2004

2007

2008

- 33 -
Tableau de bord social: habitat et conditions d'habitation

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Indicateurs sur l'habitat et les conditions d'habitation (Suite)


1982
Taux d'approvisionnement de la population en eau courante (%) (1) Urbain Rural
National Taux d'accès de la population à l'électricité (PERG) (%) Urbain Rural
National Taux d'électrification rurale Part de la population rurale bénéficiant de
l'eau potable (PAGER) (%)

1991 76,0 6,3 41,9 -

1994 74,2 4,0 80,7 9,7 50,2 14,0

1995 78,1 4,0 46,1 84,4 13,6 53,7 27,0

1996 77,7 3,8 45,3 84,4 13,9 53,5 22,0 30,0

1997 0,0 0,0 51,0 89,3 18,5 59,5 27,0 32,0

1998 80,3 5,5 47,1 86,1 15,6 55,9 32,0 37,0

1999 39,0 38,0

2000 81,7 7,8 53,0 91,3 25,8 65,9 45,0 43,0

2001 93,0 16,9 62,7 91,4 25,8 65,2 50,0 47,8

2002 55,0 50,0

2003 62,0 62,0

2004 89,9 43,2 71,6 72,0 60,0

2005 81,0 70,0

2006 87,5 22,9 62,4 95,7 64,8 83,7 88,0 80,0

2007 88,4 25,0 64,0 96,3 72,6 87,2 93,0 86,0

2008 95,5 44,5 76,2 96,4 80,5 90,4 95,4

62,9 2,2 74,4 74,4 -

Source: Haut Commissariat au Plan (ENNVM,RGPH), ONE, ONEP (1) Proportion des
ménages ayant accès à l'eau potable du réseau ou à des bornes fontaines

Part de la population bénéficiant de l'eau potable en milieu rural


70 65 60 55 50 ( en %)

40 35 30 25 20 15 10

1996

1997

1998
1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

(en%)

45

100 95 90 85 80 75 70 65 60 55 50 45 40 35 30 25 20 15 10 1996 1997 1998

Taux d'électrification en milieu rural

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

- 34 -
Tableau de bord social: Comparaison internationale
Evolution du taux moyen d'accroissement démographique
1997-2007 Pologne Corée Portugal Tunisie Chili Mexique Maroc Indonésie Turquie
Malaisie Irlande -0,1 0,5 1,0 1,1 1,1 1,2 1,3 1,4 2,1 1,7 (en %) 0,5

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Taux d'accroissement démographique annuel moyen (sur la période 1997-2007)

2,6 2,4 2,2 2,0 1,8 1,6 1,4 1,2 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 0,0 -0,2 Pologne

Corée

Portugal Tunisie

Chili

Mexique Maroc Indonésie Turquie Malaisie Irlande

Source: World development indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc,
calcul DEPF

Evolution de la densité de la population (En 2007)

Evolution de la densité de la population (Personnes/km2)


(En nombre de personnes/Km²) 2000 Chili Maroc Mexique Irlande Tunisie Malaisie
Turquie Portugal Indonésie Pologne Corée 20,6 40,0 50,4 55,2 61,6 70,8 87,6 111,8
113,9 126,3 476,1 2001 20,8 40,6 50,9 56,1 62,3 72,4 89,0 112,5 115,4 125,7 479,7
2002 21,1 41,1 51,4 57,1 63,0 73,8 90,5 113,3 116,9 124,8 482,3 2003 21,3 41,5
52,0 58,0 63,3 75,3 91,9 114,1 118,5 124,7 484,7 2004 21,5 42,1 52,5 59,1 63,9
76,7 92,4 114,8 120,1 125,5 486,6 2005 21,8 42,4 53,0 60,4 64,6 78,1 93,6 115,3
121,7 124,6 487,6 2006 21,9 42,9 53,6 61,8 65,2 79,5 94,8 115,7 123,1 124,5 489,2
2007 22,2 43,4 54,2 63,4 65,8 80,8 96,0 115,9 124,5 124,4 490,8

500

400

300

200

100

0 Chili Maroc Mexique Irlande Tunisie Malaisie Turquie Portugal Indonésie Pologne
Corée

Source: World developement indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc,
calcul DEPF

Part de la population de 0-14 ans dans la population totale (En 2007) Part de la
population de 0-14 ans dans la population totale
2000 Portugal Pologne Corée Irlande Chili Tunisie Indonésie Turquie Maroc Mexique
Malaisie 16,2 19,3 20,8 21,7 27,8 30,3 30,3 30,5 32,3 33,1 33,5 2001 16,1 18,6
20,4 21,3 27,2 29,4 29,9 30,0 31,6 32,7 33,0 2002 15,9 18,0 20,0 21,1 26,7 28,5
29,5 29,6 30,9 32,2 32,6 2003 15,8 17,4 19,6 20,9 26,1 27,6 29,1 29,1 30,2 31,7
32,2 2004 15,7 16,8 19,1 20,8 25,5 26,8 28,7 28,7 31,2 31,3 31,8 2005 15,7 16,3
18,6 20,7 24,9 26,0 28,4 28,3 30,4 30,8 31,4 2006 15,6 15,9 18,1 20,7 24,3 25,4
28,0 27,9 29,8 30,2 31,0 2007 15,6 15,5 20,8 23,7 24,7 27,7 27,4 29,1 29,7 30,5 0
Portugal Pologne Corée Irlande Chili Tunisie Indonésie Turquie Maroc Mexique
Malaisie (en %) - 35 17,6 20 15 10 5 35 30 25

Source: World developement indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc,
calcul DEPF
Tableau de bord social: Comparaison internationale
Part de la population de 65 ans et plus dans la population totale
2000 Malaisie Maroc Turquie Indonésie Mexique Tunisie Chili Corée Irlande Pologne
Portugal 3,9 5,0 5,2 4,9 5,2 5,8 7,3 7,4 11,2 12,2 16,1 2001 3,9 5,1 5,3 5,0 5,3
5,9 7,4 7,7 11,2 12,5 16,3 2002 4,0 5,1 5,4 5,1 5,4 6,0 7,6 8,2 11,1 12,7 16,5
2003 4,1 5,2 5,4 5,3 5,6 6,1 7,7 8,6 11,1 12,9 16,6 2004 4,3 5,6 5,5 5,4 5,7 6,2
7,9 9,0 11,1 13,1 16,8 2005 4,4 5,5 5,6 5,5 5,8 6,3 8,1 9,4 11,1 13,3 16,9 2006
4,4 5,6 5,7 5,6 6,0 6,3 8,3 9,8 11,1 13,3 17,0 2007 4,5 5,7 5,7 5,8 6,1 6,3 8,5
10,2 11,1 13,3 17,1 (en %)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Part de la population de 65 ans et plus dans la population totale (En 2007)


18 16 14 12 10 8 6 4 2 0 Malaisie Maroc Turquie Indonésie Mexique Tunisie Chili
Corée Irlande Pologne Portugal

Source: World developement indicators 2009 ( Banque Mondiale),

Taux d'urbanisation
2000 Indonésie Maroc Portugal Irlande Pologne Tunisie Malaisie Turquie Mexique
Corée Chili 42,0 54,2 54,4 59,1 61,7 63,4 62,0 64,7 74,7 79,6 85,9 2001 43,2 54,5
55,0 59,4 61,7 63,8 63,1 65,2 75,0 79,8 86,2 2002 44,4 54,8 55,7 59,7 61,6 64,2
64,2 65,7 75,3 80,1 86,6 2003 45,7 55,0 56,3 59,9 61,6 64,5 65,4 66,3 75,7 80,3
86,9 2004 46,9 55,1 57,0 60,2 61,5 64,9 66,5 66,8 76,0 80,6 87,3 2005 48,1 55,5
57,6 60,5 61,5 65,3 67,6 67,3 76,3 80,8 87,6 2006 49,2 56,0 58,2 60,8 61,4 65,7
68,5 67,8 76,6 81,0 87,9 2007 50,3 56,4 61,1 61,4 66,1 69,4 68,2 76,9 81,2 88,2
(en %) 58,8

90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

Taux d'urbanisation (En 2007)

né sie

rtu ga

ni si

rq u

iq u

ré e

sie

de

oc

ne

Irl an

M ar

lo g
M al ai

In do

Source: World developement indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc,
calcul DEPF

Part de la population active (15 ans et plus) dans la population totale


2000 Turquie Maroc Tunisie Chili Mexique Malaisie Pologne Indonésie Irlande Corée
Portugal 35,1 35,9 33,6 39,4 40,3 41,8 45,3 47,0 46,2 48,3 51,2 2001 35,2 35,1
34,0 39,7 40,1 42,1 45,5 47,2 46,5 48,6 51,7 2002 35,2 35,2 34,5 39,7 40,5 42,4
45,1 47,3 47,0 49,2 52,2 2003 34,5 36,3 34,8 40,2 40,4 42,6 45,2 47,6 47,1 49,0
52,3 2004 35,0 35,9 35,2 41,6 41,6 42,8 45,4 48,0 47,5 49,7 52,1 2005 34,9 35,9
35,5 41,5 41,8 42,9 45,8 48,4 48,7 50,0 52,5 2006 34,8 36,0 36,0 42,4 42,8 43,2
45,5 48,0 49,5 50,2 52,7 2007 32,7 36,1 36,3 42,0 42,1 43,6 45,5 49,0 49,8 50,2
52,8 30 Turquie 34 (en %) 54 50 46 42 38

Part de la population active dans la population totale (En 2007)

Maroc

Tunisie

Chili

Mexique Malaisie Pologne Indonésie Irlande

M ex

Tu

Po

Po

Tu

Co

Corée

Source: World developement indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour la Maroc,
calcul DEPF

- 36 -

Ch
Portugal

ili

ie

e
Tableau de bord social: Comparaison internationale

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

2,8

Indice synthétique de fécondité (En 2007)

2,6

Indice synthétique de fécondité


2,4 2000 Corée Pologne Portugal Irlande Chili Tunisie Mexique Turquie Indonésie
Maroc Malaisie 1,5 1,3 1,5 1,9 2,1 2,1 2,7 2,6 2,4 3,0 3,0 2,5 2,1 2,6 2,5 2001
1,3 1,3 1,4 1,9 2002 1,2 1,2 1,4 2,0 2,0 2,0 2,5 2,5 2,4 2,5 2,9 2,5 2,5 2,1 2,4
2,2 2,0 2,3 2,2 2003 1,2 1,2 1,4 2,0 2004 1,2 1,2 1,4 2,0 2005 1,1 1,2 1,4 1,9 2,0
2,0 2,2 2,2 2,3 2,4 2,7 2006 1,1 1,3 1,4 1,9 2,0 2,0 2,2 2,2 2,2 2,4 2,7 2007 1,3
1,3 1,3 1,9 1,9 2,0 2,1 2,2 2,2 2,3 2,6 1,4 (En nombre d'enfants par femme) 2,2

2,0

1,8

1,6

Source: World developement indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc
1,2

1,0 Corée Pologne Portugal Irlande Chili Tunisie Mexique Turquie Indonésie Maroc
Malaisie

- 37 -
Tableau de bord social: Comparaison internationale
Evolution de l'espérance de vie à la naissance
2000 Indonésie Turquie Maroc Tunisie Malaisie Mexique Pologne Portugal Chili Corée
Irlande 67,5 70,4 69,7 72,6 72,6 74,0 73,7 76,5 76,9 75,9 76,4 2001 ,, 70,5 70,0
72,8 ,, 74,2 74,2 76,8 ,, 76,3 77,1 2002 68,5 70,7 70,3 73,0 73,1 74,3 74,5 77,1
77,7 76,8 77,7 2003 ,, 70,9 70,5 73,1 ,, 74,4 74,6 77,3 ,, 77,3 78,2 2004 ,, 71,1
71,7 73,3 ,, 74,4 74,5 ,, ,, 77,8 ,, 2005 69,8 71,3 72,0 73,5 73,8 74,4 75,0 78,1
78,2 78,4 79,4 2006 ,, 71,5 72,2 73,9 74,0 74,5 75,1 78,4 78,3 79,0 79,4 2007 70,6
71,7 72,5 74,3 74,3 74,9 75,1 78,3 78,4 79,0 79,4 60 (En nombre moyen d'années de
vie)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Espérance de vie à la naissance (En 2007)
80

75

70

65

Source: World development indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc

Indonésie Turquie

Maroc

Tunisie

Malaisie Mexique Pologne Portugal

Chili

Corée

Irlande

Quotient de mortalité infanto juvénile (1)


( Pour 1000 naissances vivantes)
50

Quotient de mortalité infanto juvénile (En 2007)


2006 4,20 4,70 4,92 7,10 9,26 11,60 22,60 26,00 33,60 37,20 35,12 2007 3,80 4,20
4,84 6,80 9,02 11,20 21,20 23,00 31,20
Tunisie Indonésie Malaisie Pologne Turquie Mexique Corée Maroc (pour 1000
naissances vivantes) 40

2005 Portugal Irland Corée Pologne Chili Malaisie Tunisie Turquie Indonésie Maroc
Mexique (1) Enfants de moins de 5 ans 4,60 5,20 5,00 7,40 9,50 12,00 24,00 29,00
36,00 40,00 35,66

30

20

10

34,40 34,72
0 Chili

Source: World development indicators 2009 ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc

Densité médicale (pour 100 000 habitants)


2002-2006* Indonésie Maroc Inde Chili Tunisie Turquie Corée Pologne Irlande
Portugal * dernière valeur estimée entre 2002 et 2006 13 51 60 109 134 156 157 197
294 344

350 300 250 200 150 100 50 0

Nombre de médecins pour 100 000 habitants (En 2006)

Chili

Colombie

Indonésie

Tunisie

Turquie

Source: World development indicators 2009 ( Banque Mondiale),

- 38 -

Pologne

Irlande

Maroc

Inde

Corée
Tableau de bord social: Comparaison internationale
Nombre d'infirmiers (pour 100 000 habitants)
2002-2006* Indonésie Chili Maroc Turquie Corée Tunisie Portugal Pologne Irlande *
dernière valeur estimée entre 2002 et 2006 82 63 78 293 193 287 459 518 1945 300
200 100 0

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI

Nombre d'infirmiers pour 100 000 habitants (En 2006)


500 400

Chili

Colombie

Portugal

Turquie

Tunisie

Indonésie

Source: Global Health Atlas 2007 (OMS), Ministère de la santé et HCP pour le Maroc

Evolution des dépenses totales de santé en % du PIB


2002 Maroc Indonésie Malaisie Turquie Tunisie Chili Pologne Corée Mexique Irlande
Portugal 1,16 1,90 3,50 5,90 5,60 6,20 6,30 5,10 6,20 7,10 9,00 2003 1,09 2,20
4,70 6,00 5,60 5,90 6,20 5,40 6,30 7,30 9,70 2004 1,09 2,10 4,50 5,90 5,50 5,60
6,20 5,40 6,50 7,50 10,00 2005 1,18 2,20 4,10 5,70 5,50 5,50 6,20 5,90 6,40 8,20
10,20 2006 1,05 2,50 4,30 4,80 5,10 5,30 6,20 6,40 6,60 7,50 10,20 (en %)

Dépenses de la santé publique par rapport au PIB ( 2006)


12 10 8 6 4 2 0 Mexique Chili Malaisie Indonésie Portugal Pologne Turquie Tunisie
Pologne Irlande Maroc Corée

Source: National health accounts (OMS), Ministère de la santé et HCP pour le Maroc

Taux d'alphabétisation des adultes de plus de 15 ans (2007)


100 90

Taux d'alphabétisation des adultes de 15 ans et plus


2 007 (en %) Maroc Tunisie Turquie Malaisie Indonésie Mexique Portugal Chili
Pologne 66,00 77,70 88,66 91,90 91,98 92,80 94,90 96,54 99,30

80 70 60 50 40 30 Mexique Malaisie Indonésie Portugal Tunisie Turquie Maroc Chili

Source: World development indicators 2007 ( Banque Mondiale), HCP pour le Maroc

- 39 -

Pologne

Irlande

Maroc
Tableau de bord social: Comparaison internationale
Taux net de scolarisation par cycle
2006 Primaire Corée Mexique Pologne Irlande Indonésie Maroc Tunisie Turquie
Malaisie Portugal 98,2 97,8 96,1 94,9 95,5 93,0 96,1 91,4 99,9 98,0 Secondaire
96,0 70,3 93,6 87,4 60,4 73,6 64,5 68,7 68,7 81,8 100 90 80 70 60 50 40 30 20 10 0

Direction des Etudes et des Prévisions Financières/DI/SBDCI


Taux net de scolarisation par cycle (2006)
Secondaire Primaire

(en %)

Corée

Mexique

Pologne

Irlande

Indonésie

Maroc

Tunisie

Turquie

Malaisie

Portugal

Source: World development indicators 2009 ( Banque Mondiale) , Ministère de


l'Education Nationale pour le Maroc

Dépenses publiques d'enseignement en % du PIB


2002 Chili Indonésie Malaisie Portugal Mexique Maroc Tunisie Irlande 4,23 2,6 8,12
5,54 5,30 5,25 6,37 7,26 2003 4,05 3,2 7,95 5,57 5,79 5,96 7,49 7,72 2004 3,67 2,7
5,92 5,33 5,41 5,44 7,45 7,50 2005 3,39 2,9 7,52 5,40 5,54 5,13 7,19 7,63 2006
3,19 3,6 4,57 5,26 5,46 6,11 7,18 7,72 (en %) 8 7 6 5 4 3 2 1 0 Chili

Dépenses publiques d'enseignement en % du PIB (2006)

...

Indonésie

Malaisie

Portugal

Mexique

Maroc

Tunisie

Irlande
Source: UNESCO Institute for Statistics database et Ministère de l'Education
Nationale pour le Maroc

Rang mondial selon l'IDH (2005)

Rang mondial selon l'indicateur de développement humain (IDh)


1998 Irlande Corée Portugal Pologne Chili Mexique Malaisie Turquie Tunisie
Indonésie Maroc 18 31 28 44 38 55 61 85 101 109 124 1999 18 27 28 38 39 51 56 82
89 102 112 2000 18 27 28 37 38 54 59 85 97 110 123 2001 12 30 23 35 43 55 58 96 91
112 126 2002 10 28 26 37 43 53 59 88 92 111 125 2003 8 28 27 36 37 53 61 94 89 110
124 2004 4 26 28 37 38 53 61 92 87 108 123 2005 5 26 29 37 40 52 63 84 91 107 126

140 120 100 80 60 40 20 0 Irlande Corée Portugal Pologne Chili Mexique Malaisie
Turquie Tunisie Indonésie Maroc

Source: Rapport mondial sur le Developpement Humain 2007/2008 ( PNUD)

- 40 -
Direction des Etudes et des Prévisions Financières Ministère de l’Economie et des
Finances ______________________ http://www.finances.gov.ma/depf/depf.htm
Boulevard Mohamed V. Quartier Administratif, Rabat-Maroc Téléphone : (00212) (0)
537.67.75.01/…/08 Télécopie : (00212) (0) 537.67.75.33 E-mail :
depf@depf.finances.gov.ma