Vous êtes sur la page 1sur 3

Le mécano de la

scène mondiale
CR • N°1 • 27 octobre 2009

Autour de l’ouvrage de Avec


Philippe Ryfman Alain Boinet, Fondateur et Directeur Général de l’ONG Solidarités
Marina Catena, Directrice du PAM (Programme Alimentaire
Une Histoire de Mondial) en France
Frédéric Joli, Porte-parole du CICR (Comité International de la Croix
l’humanitaire Rouge) en France
Éditions La Découverte Philippe Ryfman, Professeur associé à l’Université Paris I
Jacques Serba, Président d’honneur d’ACF (Action Contre la Faim)
2009

I La socio-histoire de l’humanitaire
1 Quelles sont les étapes préliminaires, les temps forts les plus significatifs de cette histoire
de l’humanitaire ? Et pourquoi ?
Tandis que Marina Catena évoque la figure injustement méconnue de la pionnière Florence
Nightingale (1820-1910), Frédéric Joli revient sur le rôle capital joué par le Genevois, Henri Dunant
(1828-1910). Il retrace ainsi à grands traits le parcours du fondateur du CICR : une vie tout entière
dédiée à l’humanitaire, qui sera finalement couronnée par le premier prix Nobel de la paix en 1901
partagé avec le pacifiste Frédéric Passy. Philippe Ryfman, quant à lui, rappelle la contribution
déterminante d’un autre Genevois Gustave Moynier (1826-1910) qui a beaucoup oeuvré à la mise en
place des dispositifs juridiques de protection des victimes de conflits. Pour leur part, Alain Boinet et
Jacques Serba soulignent l’impact des deux guerres mondiales et le tournant des années soixante-
dix, qui marquera les débuts du sansfrontiérisme.

2 Comment analyser le succès « foudroyant » (Philippe Ryfman) du CICR dès ses débuts puis
la perte progressive de son « monopole » (Philippe Ryfman), mouvement qui s’est amorcé dès la
fin du XIXème siècle et s’est ensuite accéléré : à quoi, à quels autres acteurs (ONG, OI, etc.)
l’imputer précisément ?
Tous les participants s’accordent pour attribuer ce succès en premier lieu au talent de « grand
communicant » d’Henri Dunant, qui a su recourir à la presse et mobiliser l’opinion publique,
notamment avec la publication d’Un souvenir de Solferino, un ouvrage qui sera tiré à plusieurs
millions d’exemplaires. En outre, dès le début, le CICR a témoigné d’un professionnalisme indéniable
et donc d’une grande efficacité. Enfin, les participants ont également insisté sur a) le mandat du
CICR, b) sa marque hautement symbolique et intemporelle – La Croix Rouge – et c) le principe de
neutralité sur lequel cette organisation est fondée et dont elle se réclame toujours : autant
d’éléments constitutifs qui en font, aujourd’hui encore, un acteur spécifique, distinct des ONG
humanitaires.
Selon les intervenants, « la perte de monopole du CICR » (Philippe Ryfman) serait due ensuite
à la montée en puissance des ONG humanitaires et à leur nouveau répertoire d’action (advocacy,
veille normative, « loi du tapage médiatique », approche globale liée au développement, etc.) ; ce que
chacun a illustré à partir d’exemples tirés de son expérience de terrain (Afghanistan, Bosnie, Irak,
Kosovo, Pakistan).

www.chaos-international.org
II La donne actuelle
1 Au cours des dernières décennies, le champ de l’humanitaire n’a cessé – et ne cesse
aujourd’hui encore - de se professionnaliser. Pourquoi ?
Un besoin de financement et un souci d’efficacité ont induit un processus de
professionnalisation qui a progressivement éloigné les ONG du simple bénévolat. En effet, dès lors
qu’elles ont pu obtenir des bailleurs publics (États, UE avec ECHO et d’autres organisations
interétatiques, comme la Banque mondiale, etc.) l’allocation de fonds considérables, des évaluations
et contrôles ont été mis en place. Les ONG ont alors dû être en mesure de les satisfaire. Dans le
même temps, elles sont entrées en compétition les unes avec les autres. Une telle logique de
structure a donc contribué au mouvement de professionnalisation croissante que l’on peut encore
observer. Ainsi, les contributeurs ont-ils montré comment une division du travail de plus en plus fine
s’était fait jour au sein des ONG, avec l’apparition et l’institutionnalisation de nouveaux métiers au
sein même du champ de l’humanitaire (communication, marketing, ressources humaines,
logistique, etc.). Là encore, de nombreux exemples issus du terrain ont été rapportés et analysés,
notamment par Marina Catena, Alain Boinet et Jacques Serba.

2 Les médias sont désormais totalement parties prenantes de la question humanitaire,


comment appréhender cette donnée structurelle ?
Les contributeurs ont reconnu le rôle essentiel de la médiatisation pour parvenir à mettre à
l’agenda un dossier humanitaire. À cet égard, Alain Boinet a rappelé la formule provocatrice, mais
pertinente de Bernard Kouchner : « un conflit non médiatisé n’existe pas ». Ils ont cependant
distingué plusieurs types d’interactions ONG/médias. Leurs analyses et témoignages se sont centrés
sur trois points distincts : a) l’entente entre les médias et les ONG pour faire silence sur des
négociations en cours, secrètes et très délicates, de manière à les préserver et leur donner le plus de
chance possible d’aboutir (Alain Boinet) ou bien encore une coopération destinée à échanger des
informations ; b) l’absence parfois de vérification des sources par les journalistes. Ce faisant, les
médias peuvent alors nuire à la crédibilité des ONG, en diffusant et colportant des rumeurs
malveillantes, comme l’a montré Jacques Serba ; c) tous les participants ont signalé combien les
médias ne mènent pas toujours le travail d’enquête qu’ils pourraient pourtant entreprendre, comme
dans le cas du Darfour, par exemple.

En guise de conclusion : que signifie l’expression gouvernance de l’humanitaire ? À cet égard,


comment situer le rôle du droit ?
Alain Boinet et Jacques Serba ont tenu à bien distinguer et détailler d’une part la gouvernance
interne – avec ses propres modalités d’évaluation et d’expertise –, mise en place par chaque ONG, et
d’autre part, la gouvernance mondiale avec le rôle dévolu aux Nations unies. Philippe Ryfman et
Frédéric Joli ont par ailleurs abordé les bouleversements que connaît actuellement le droit
international humanitaire, lui-même partie intégrante d’un droit international public en pleine
explosion normative.

Les questions posées par l’assistance ont ensuite permis de revenir sur certains thèmes
abordés, en détaillant des cas précis (Birmanie, Somalie, ou bien analyse d’itinéraire personnel
d’engagement humanitaire).

www.chaos-international.org
Références
Ouvrages
> Agier M., Gérer les indésirables – Des camps de réfugiés au gouvernement humanitaire, Paris,
Flammarion, 2008.
> Barnett M., Weiss G. T. (Éds), Humanitarianism in Question : Politics, Power, Ethics, New-York,
Cornell University Press, 2008.
> Benthall J., Bellion-Jourdan J., The Charitable Crescent. Politics of Aid in the muslim world,
London, IB Tauris, 2003.
> Bouchet-Saulnier F., Dictionnaire pratique du droit humanitaire, 3ème éd., Paris, La Découverte,
2006.
> Catena M., Una Donna per soldato: diario di una tenente italiana in Libano, BUR Biblioteca Univ
Rizzoli, 2008.
> Deloche A., Comme un éléphant blanc, agir à cœur ouvert, Paris, Michel Lafont, 2006.
> Dunant H., Un Souvenir de Solférino, [1889], New York, Adamant Media Corporation, 2001.
> Holzgrefe J.-L., Keohane R.-O. (Éds), Humanitarian Intervention, Ethical, Legal and Political
Dilemmas, Cambridge, Cambridge University Press, 2003.
> Kouchner B., L'Ile de lumière, Paris, Ramsay, 1980.
> Mercier M., Comité International de la Croix-Rouge : l’action humanitaire dans le nouveau
contexte mondial, Genève, Le Savoir suisse, 2004.
> Thibault Ch., L’Archipel des camps. L’exemple cambodgien, Paris, PUF, 2008.
Internet
> CICR : www.cicr.org/fre/nouv/
> ECHO (Commission européenne) : http://ec.europa.eu/echo/index_fr.htm
> Coordination SUD (coordination centrale des ONG françaises de solidarité internationale) :
www.coordinationsud.org
> IRIN (Agence d’informations sur l’humanitaire des Nations Unies) : www.irinnews.org/fr/
> La Revue Humanitaire :
www.medecinsdumonde.org/index.php/fr/publications/la_revue_humanitaire
> L’interview en français de Marina Catena sur Euronews en septembre 2009 : « Une femme soldat et
humanitaire » : http://fr.euronews.net/2009/09/05/marina-catena-le-militaire-et-l-humanitaire/
> Le blog de Frédéric Joli, L'Humanitaire dans tous ses États, propose un regard sur l'action et le droit
international humanitaires : http://cicr.blog.lemonde.fr
> Philippe Ryfman : www.philippe-ryfman.fr

www.chaos-international.org