Vous êtes sur la page 1sur 16

Primeira parte

1.

Le rôle et les pouvoirs du président de la République ? Citez cinq

presidents de la V République .

Il est chef de l’Etat. Il nomme le premier ministre (qui doit être approuvé par le parlement). Il a le pouvoir de dissoudre le parlement. Il représente la France dans le Conseil Européen avec le Premier Ministre. Il est élu chaque cinq années.

Charles de Gaulle, George Pompidou, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, Francois Mitterrand

2.

Le rôle du Conseil d'Etat? Composition?

Les rôles

Il doit être consulté par le gouvernement pour un certain nombre d'actes, notamment les projets de lois.

Son second rôle est celui de plus haute des juridictions de l'ordre

administratif. Le Conseil d'État est néanmoins soumis aux décisions du tribunal des conflits qui tranche les conflits de compétence.

Composition :

Le Conseil d'Etat est conposé d’environ 350 dont environ 80 en détachement. Les membres forment un corps de fonctionnaires comportant plusieurs grades :

un vice-président ; (maintenant le vice-président est Jean-Marc Sauvé)

des présidents de section ;

des conseillers d'État en service ordinaire ;

des conseillers d'État en service extraordinaire ;

des maîtres des requêtes ;

des auditeurs de 1re classe ;

des auditeurs de 2e classe.

3. Le rôle du Conseil constitutionnel? Composition?

Les rôles

Il veille à la régularité des élections nationales et référendums. (Le Conseil constitutionnel est le juge de la régularité des élections parlementaires, des élections présidentielles et des référendums nationaux).

Il se prononce sur la conformité à la Constitution des lois et de certains règlements dont il est saisi.

Il intervient également dans certaines circonstances de la vie parlementaire et publique.

CompositionLe Conseil constitutionnel est composé de neuf membres nommés par le président de la République et les présidents des chambres parlementaires, et d'un secrétaire général. Les anciens présidents de la République sont également membres de droit du conseil constitutionnel.

4. Le rôle du Parlement? Composition?

Les rôlesIl exerce une grande partie du pouvoir législatif et peut en partie contrôler l’activité gouvernementale.

Composition :

Il est composé du Sénat, la chambre haute, qui comprend 348 sénateurs, et de lAssemblée nationale, la chambre basse, qui compte 577 députés.

5. Quelle est la hiérarchie des normes en droit français?

La hiérarchie des normes en droit français est une vision hiérarchique des normes juridiques françaises ainsi que l'application des traités signés par la France. Cette hiérarchie, représentée sous la forme d'une pyramide au sommet de laquelle se trouve la Constitution ne prend tout son sens que si son respect est contrôlé par un juge. Hiérarchie des normes en droit français

Bloc de constitutionnalité

Bloc de conventionnalité

Bloc de légalité

Principes généraux du droit

Règlement (Décret · Arrêté)

Actes administratifs (Circulaire · Directive)

Cet ordre est dit « statique » car les normes inférieures doivent respecter les normes supérieures, mais il est également « dynamique » car une norme peut être modifiée en suivant les règles édictées par la norme qui lui est supérieure.

6. Qu'appelle-t-on bloc de constitutionnalité?

le préambule

la déclaration des

le préambule de la constitution de 1946 les "principes fondamentaux reconnus par les lois de la République"

de la constitution de 1958

droits de l'homme et du citoyen de 1789

Il n'y a pas de hiérarchie des normes entre les différents éléments du bloc de constitutionnalité.

7.

Le rôle de la Cour de cassation?

La Cour de cassation est la juridiction la plus élevée de l'ordre judiciaire français.

cassation a pour mission de réviser, à la demande des parties, les décisions émanant des

la Cour de

tribunaux et cours d'appels, au pénal comme au civil.

Il n'y a qu'une seule Cour de cassation pour toute la France : la Cour de cassation est en effet une cour régulatrice ; son office est d'unifier la jurisprudence et de faire en sorte que le droit soit appliqué de la même façon sur l'ensemble du territoire français.

La Cour de cassation est le juge du droit: La Cour ne tranche que des questions de droit ou d’application du droit, elle ne juge pas les faits. Elle n'est donc pas dotée d'une plénitude de juridiction si bien qu'elle ne constitue pas un troisième degré de juridiction chaque degré de juridiction supposant une plénitude de juridiction, c'est-à-dire le pouvoir de juger en droit et en fait). Elle assure ainsi par sa jurisprudence une application correcte et harmonieuse des lois.

8. Le rôle et la place de la Cour d'assises parmi les juridictions pénales?

Il existe trois genres de juridictions pénales : le tribunal de police, le tribunal correctionnel et la cour d'assises. Elles traitent et répriment les infractions, la première étant compétente pour les contraventions, la seconde se chargeant des délits, quand la dernière juge les auteurs de crimes. la cour d'assises est une juridiction départementale, compétente pour juger les personnes accusées d’avoir commis un crime. Les crimes sont le répertoire d'infractions les

compétente pour juger les infractions connexes à un crime qui serait l'infraction principale. Sa

). Elle est aussi

compétence est définie à l'article 231 du code de procédure pénale. Les crimes sont les infractions passibles d'une peine de réclusion ou de détention criminelle allant de 10 ans à perpétuité.

9. Qu'est-ce que est "dualité des ordres de juridiction"?

La dualité des ordres de juridiction en France consiste en l’existence de deux juridictions séparées : l’ordre administratif et l’ordre judiciaire, ayant à leur tête respectivement le Conseil d’État et la Cour de Cassation.

10.Quelles conditions doivent être reunies pour autoriser la ratification

d'un traité et de quelle façon peut-on y procéder?

DefinitionL’expression " traité " s’entend d’un accord international conclu par écrit entre Etats et régi par le droit international. La ratification est un acte écrit : elle s’applique à l’ensemble du texte du traité. Au point de vue interne, les conditions de la ratification sont établies par la constitution de l’Etat concerné. On peut dire que celles-ci se rattachent dans l’ensemble à trois types de systèmesLa ratification peut être :

l’oeuvre exclusive de l’exécutif;

l’oeuvre exclusive du législatif ;

l’objet d’un partage de compétence.

La ratification obéit à une certaine procédurePrésentation de la ratificationElle apparaît comme un acte diplomatique par lequel l’organe suprême de l’Etat, en général le chef de l’Etat, confirme la signature apposée sur le traité. L’acte de ratification se présente suivant des formes traditionnelles (" lettres de ratifications ").

Procédure d’échange des lettres de ratification : Cet échange donne lieu à l’établissement d’un acte spécifique, et c’est à partir de ce moment que le traiter va lier les signataires de façon définitive. Dans le cas où il y a plusieurs signataires au traité, il est possible que les ratifications soient remises à un Etat ou à une organisation internationale faisant fonction de dépositaire.

Segunda parte

1. Le Conseil de l'Union européenne.

Le Conseil de l'Union européenne, ou Conseil de l'UE, est l'instance où se réunissent les ministres des gouvernements de chaque pays membre de l'UE pour adopter des actes législatifs et coordonn er les politiques. Il est présidé à tour de rôle par les 27 États membres de l’Union, pour une durée de six mois chac un. Au cours de ce semestre, la présidence dirige les réunions à tous les niveaux, propose des orien tations et élabore des compromis nécessaires à la prise de décision du Conseil. Le Conseil adopte, le plus souvent avec le Parlement européen, des actes qui ont une incidence dir ecte sur la vie des citoyens et un impact international considérable.

2. Le Conseil européen.

Le Conseil définit les orientations générales et les priorités politiques générales de l'Union eu ropéenne. Il est composé des chefs d'État ou de gouvernement des États membres, ainsi que de son pré sident et du président de la Commission. Le haut représentant de l'Union pour les affaires étrangèr es et la politique de sécurité participe à ses travaux.Le président du Conseil européen dispose d'un mandat de deux ans et demi, renouvelable une fois.

Son rôle est double: il définit les orientations générales et les priorités politiques de l'UE et s' occupe de questions complexes ou délicates qui ne peuvent être résolues à un niveau inférieur de c oopération intergouvernementale. Bien que jouant un rôle essentiel dans la définition des priorités politiques de l'UE, il n'a pas l e pouvoir de faire adopter des textes législatifs.

3. Le Conseil de l'Europe.

Le Conseil de l’Europe, regroupe aujourd’hui, avec ses 47 pays membres, la quasi-totalité du continent européen. C’est une organisation internationale dotée d’une personnalité juridique recon nue en droit international public et qui rassemble 800 millions de ressortissants de 47 États membr es.

Le Conseil de l’Europe a pour objectif de favoriser en Europe un espace démocratique et juri dique commun, organisé autour de la Convention européenne des droits de l’homme et d’autres te xtes de référence sur la protection de l’individu.

4. Commission européenne

Sa fonction principale est de proposer et de mettre en œuvre les politiques communautaires. Installée à Bruxelles avec le Conseil de l'Union européenne et le Parlement européen, instituée par le Traité de Rome de 1957, elle est composée d'un commissaire par État membre, soit 27 commissaires. Son président actuel est le portugais José Manuel Durão Barroso.

5. Parlement européen

Le Parlement européen est l'organe parlementaire de l'Union européenne élu au suffrage universel direct. Il partage avec le Conseil de l'Union européenne le pouvoir législatif communautaire. Le Parlement est composé de 736 députés européens. le Parlement est élu tous les cinq ans.

6. Quelles sont les normes édictées par l'UE?

a) les sources primaires: les traités originaires, les traités et actes modificatifs;

b) les sources dérivées: le règlement, la directive, la décision, les recommandations et avis;

c) le traité constitutionnel

7. Quelles sont les procédures de décision au sein de l'UE?

Dans les domaines où l'Union a des compétences propres 1) La Commission européenne émet un règlement ou une directive.

2) Le Conseil de l'Union européenne et le Parlement européen adoptent ou rejettent le texte juridique. 3) Si le texte est adopté, les gouvernements des États membres transposent cette législation dans leurs États. Ces transpositions sont ensuite vérifiées par la Cour de justice de l'Union européenne.

Dans les domaines où l'Union a des compétences 1) Le Conseil de l'Union européenne prépare les réunions du Conseil européen. 2) À l'issue de ses sommets, le Conseil européen rédige des conclusions qu'il adresse à la Commission européenne. 3) La Commission européenne émet un règlement ou une directive répondant aux demandes du Conseil européen. 4) Le Conseil de l'Union européenne et le Parlement européen adoptent ou rejettent le texte juridique, qui traduira en actions les orientations fixées par le Conseil européen. 5) Si le texte est adopté, les gouvernements des États membres transposent cette législation dans leurs États. Ces transpositions sont ensuite vérifiées par la Cour de justice de l'Union européenne.

8.Quels sont les apports du traite de Lisbonne au fonctionnement des instit

utions européennes?

Le traité de Lisbonne:

Le traité de Lisbonne répond à la nécessité de réformer la structure et le mode de

fonctionnement de l’Union européenne (UE). Les élargissements successifs de l'UE ont porté

à 27 le nombre d’États membres. Il était donc nécessaire d’adapter le fonctionnement des

institutions et les modalités de la prise de décision européenne.

LES APPORTS DU TRAITÉ DE LISBONNE

a. réforme les institutions et améliore le processus décisionnel de l’UE;

b. renforce la dimension démocratique de l’UE;

c. réforme les politiques internes de l’UE;

d. renforce la politique extérieure de l’UE.

Terceira parte

1.1 Société de personnes

Définition:

Une société de personnes est une société constituée intuitu personae, c'est-à-dire e n considération de la personne même des associés.

Les avantages:

Les avantages d'une société de personnes sont en principe que les dépenses affect ées à sa constitution sont inférieures à celles d'une société de capitaux. Il n'y a notamme nt pas de capital minimal exigé. Facile à former Frais de démarrage peu élevés Sources additionnelles de capitaux à investir Avantages fiscaux éventuels Règlements limités Gestion élargie

Les inconvénients:

Le principal inconvénient des sociétés de personnes par rapport aux sociétés de cap itaux est la responsabilité personnelle et illimitée des associés. De plus, la cession des p arts est plus difficile dans ce type de société que dans la société de capitaux, puisque l'a ccord de l'ensemble des associés est nécessaire. Responsabilité illimitée Autorité divisée Difficulté de mobiliser des capitaux additionnels Associés convenables difficiles à trouver Conflits éventuels entre associés Obligations juridiques imposées entre associés sans accord préalable Manque de continuité

1.2 Société de capitaux

Définition:

Une société de capitaux est une société, généralement commerciale, qui est constitu ée en considération des capitaux apportés par les associés.

Avantages:

La responsabilité est limitée au capital social de la société. Responsabilité limitée Avantages fiscaux éventuels (si admissible à un taux d'imposition de petite entrepr is Gestion spécialisée Propriété transférable Existence continue Personne morale distincte Capitaux plus faciles à mobiliser

Inconvénients:

Les dépenses de constitution par rapport à une société de personnes sont très élevé

outre, en cas de GmbH, il y a une faible

es: capital social minimum, statuts notariés,

En

possibilité de contrôle par les organes externes. Contrôle plus rigide Constitution plus onéreuse Restrictions de la charte Tenue de dossiers complets nécessaire Double imposition des dividendes Les actionnaires peuvent être tenus responsables dans certaines circonstances Les garanties personnelles réduisent l'avantage de la responsabilité limitée

1.3 Quelle est la différence entre les sociétés de personnes et les

sociétés de capitaux ?

Les sociétés commerciales se classent en 3 catégories :

- Sociétés de personnes (Société en nom collectif, Société en commandite simple),

- Sociétés de capitaux (Société Anonyme, Société Anonyme simplifiée, Société en comm andite par actions),

- Sociétés mixtes (SARL).

Cette classification est basée :

Sur le rôle que joue la considération de la personne des associés. Dans une soci été de personnes, le crédit personnel de chaque associé est le motif déterminant de la constitution de ces sociétés ; tandis que seule l'importance des capitaux a pportés présente un intérêt dans les sociétés de capitaux.

Sur les garanties offertes aux créanciers sociaux. Dans les sociétés de person

nes, les associés sont personnellement et solidairement tenus sur leurs biens de

s

engagements de la société. Dans les sociétés de capitaux, les actionnaires n

e

sont responsables qu'à concurrence du montant de leur apport. Cette forme de

société n'a pour élément de crédit que le capital social. Il s'agit de sociétés indé pendantes de la considération des personnes.

2.1 Société anonyme

Définition:

Une société anonyme (SA) est une société de capitaux, ainsi dénommée car sa dén omination sociale ne révèle pas le nom des actionnaires dont elle peut même ignorer l’id entité lorsque les titres de la société sont au porteur.

Caractéristiques :

Les associés, ou actionnaires, ne sont responsables que dans la limite de leurs ap ports,

Elle est composée d'au moins 7 actionnaires (L.225-1 C. com.), Le capital social doit être intégralement souscrit, Le capital minimum est de 37 000 euros pour la SA ordinaire comme pour la SA fa isant une offre de titres financiers (L.224-2 C. Com.), l'ordonnance du 22 janvier 200 9 a en effet supprimé le seuil des 225 000 euros. La variabilité du capital est impossible sans modifier les statuts, Un ou plusieurs commissaires aux comptes sont désignés pour en contrôler la ge stion comptable, Les actionnaires peuvent en principe céder librement leurs titres (ou actions), Les SASP et SAS : SASP est une société anonyme sportive professionnelle (certa ins club de football en font partie) et SAS signifie société par actions simplifiée.

Avantages :

Responsabilité: les actionnaires ne répondent que de leur part du capital-actions. Attention: en cas d’action délictueuse ou négligente, la direction (conseil d’administr

ation et direction) peut être rendu responsable avec la fortune personnelle. Publicité: la répartition des biens n’est pas officielle (pas d’inscription des actionna ires au registre du commerce). Vente facilitée de l’entreprise possible. Prestations sociales: les actionnaires collaborant sont considérés comme employé

s et sont obligatoirement assurés.

La raison sociale peut être choisie librement. Impôts: la progressivité peut être interrompue par la scission des bénéfices.

Prise d’influence du fondateur possible: actions à droit de vote privilégié, restrictio

n de transfert d’actions, répartition des actions dans le propre environnement.

Inconvénients :

Capital: capital minimum plus élevé. Le capital minimum de la société anonyme (S A) est de 37000 Euros dont 18500 Euros doivent être versés à la constitution. Fondation: formalités d’envergure, frais élevés. Double imposition du rendement et du capital de la SA, ainsi que sur le revenu (di vidende) et la fortune des actionnaires. Instructions strictes concernant la comptabilité: réserves juridiques, mesures en c as de surendettement, etc. Frais de gestion élevés: protocoles, rapports de gestion, comptabilité, assemblée générale, formulaires fiscaux, organe de révision, etc.

3. Le contrat: définition et conditions de validité?

Définition :

Le contrat est « une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s'obligent, envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose.» Article 1101 du Code civil.

Conditions de validité :

D’après l’Article 1108 du Code civil français, les quatre conditions de validité des conventions (dont le contrat est une catégorie particulière) sont :

le consentement « libre et éclairé » des parties ;

la capacité des parties à contracter ;

un objet certain et déterminé ;

une cause licite.

4. La liberté d'entreprendre en France: définition et principes généraux?

Définition :

La liberté d’entreprendre est la liberté de pouvoir créer librement une activité économique et d’exercer une profession.

Principes généraux :

Il s'agit de la liberté d'user comme on l'entend de sa propriété et donc de la liberté d'affecter son patrimoine à une entreprise. Mais il y a certaines restrictions conséquentes de l'intervention de l'Etat par d'autres lois :

La règlementation : à portée générale et impersonnelle, d'ordre technique visant à

protéger l'ordre public (hygiène, sécurité

).

Les régimes de déclaration (sans autorisation).

Les autorisations préalables : autorisation administrative pour exercer certaines professions

Les monopoles publics : activités interdites aux entreprises privées sauf si elles sont délégataires du monopole. Motifs fiscaux (tabacs, allumettes…), politiques (monnaie…) ou administratifs (EDF, PTT).

Les interdictions : peu fréquentes, les seules interdictions générales et absolues sont des prohibitions liées au droit pénal (proxénétisme, trafic de stupéfiants…)

5. Obligation de moyen et obligation de résultat: définition et conséquence

de cette distinction pour le créancier insatisfait?

Définition

L’obligation de moyen est une obligation en vertu de laquelle le débiteur doit déployer ses meilleurs efforts pour atteindre l'objectif visé.

L’obligation de résultat est une obligation pour le débiteur d'atteindre un résultat précis.

Conséquence :

La responsabilité du débiteur d'une obligation de moyens ne peut être engagée du seul fait qu'il n'a pas atteint un résultat. Dans cette éventualité, c'est au créancier insatisfait de démontrer que le débiteur n'a pas été assez diligent dans sa tentative d'exécution de l'obligation.

L'existence d'une obligation de résultat permet au créancier insatisfait de mettre en jeu la responsabilité de son débiteur par la simple constatation que le résultat promis n'a pas été atteint, sans avoir à prouver une faute. Mais le débiteur ne peut s'exonérer de sa responsabilité qu'en prouvant la survenance d'un cas de force majeure.

6. Définissez le terme "marché public" et citez les principes géné

raux de la commande publique ainsi que leurs consé

quences pour les acheters.

Un marché public est un contrat conclu à titre onéreux entre des pouvoirs adjudicate urs (collectivités publiques : État, CT, EPCI, EPL, etc.) et des personnes publiques ou privées et qui répond aux besoins de ces pouvoirs adjudicateurs en matière de fournitu res, services et travaux.

la liberté d'accès à la commande publique

l'égalité de traitement des candidats

la transparence des procédures

7. Définissez et caractérisez les modes juridictionnels de rè

glement des difficultés des entreprises

la prévention des difficultés et les mesures de sauvegarde des entreprises

le redressement des entreprises en situation compromise

la liquidation des entreprises dont la défaillance est irrémédiable

Quarta parte

1. Qu'est-ce qu'un salarié?

Un salarié, est une personne qui, en contrepartie d'une rémunération, exécute son travail sous l'autorité d'une autre personne ayant le pouvoir de lui donner des ordres et des directives, d'en contrôler l'exécution et de sanctionner les manquements.

2. Qu'est-ce qu'un gréviste?

Un gréviste est un salarié qui cesse le travail pour manifester son mécontentement à son employeur.

Introduction:

Il existe au sein de l’entreprise plusieurs Institutions Représentatives du Personnel. Elles ont pour but de faciliter le dialogue au sein de l’entreprise entre l’employeur et les salariés. -Le collège des délégué du personnel -Le Comité d'entreprise (CE) -Le Comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) -Les délégués syndicaux (DS)

Délégués du personnel:

Elus pour 4 ans par les salariés de l'entreprise, les délégués du personnel ont pour mission de présenter à l'employeur les réclamations individuelles et collectives du personnel. Leur élection doit être organisée lorsque l’entreprise occupe au moins 11 salariés. le délégué du personnel doit veiller à ce que les droits reconnus aux salariés par la loi, la convention collective ou l'accord d'entreprise soient respectés et correctement appliqués. Il présente à l'employeur les réclamations relatives à l'application des règles légales et conventionnelles

3. Qu'est-ce qu'un délégué syndical?

Dans une entreprise ou un établissement de plus de 50 salariés, le Délégué syndical est un salarié désigné par un syndicat représentatif, qui a pour fonction de assurer la représentation du syndicat dans l'entreprise (tant auprès de l'employeur que des salariés) et de négocier des accords collectifs (seul le DS a la possibilité de négocier des accords collectifs). Le délégué syndical se place au niveau de la revendication afin d'obtenir l'amélioration du statut des salariés, notamment par la négociation, la modification de ces règles.

Dans les structures de plus petite taille, un délégué du personnel peut être désigné délégué syndical. Il bénéficie d'une protection administrative contre le licenciement.

4. Qu'est-ce qu'un comité d'entreprise?

La mise en place du comité d'entreprise (CE) est obligatoire lorsque l'effectif de l'entreprise est au moins égal à 50 salariés. Le comité d'entreprise est composé du chef d'entreprise ou de son représentant, d'une délégation élue par les salariés de l'entreprise et, éventuellement, de représentants syndicaux. Sa mission est d'assurer la prise en compte de l'expression des salariés dans la vie de l'entreprise. Il est obligatoirement informé et consulté sur toutes les questions intéressant l'organisation, la gestion et la marche générale de l'entreprise. Parallèlement, il assure la gestion des activités sociales et culturelles pour lesquelles un budget spécifique lui est attribué.

5. Les conventions collectives (présentation succincte).

Une convention collective est un accord relatif aux conditions de travail et aux garanties sociales, signé entre les représentants des salariés et les organisations patronales. Elle complète et améliore les dispositions du Code du Travail. Ainsi, elle peut mettre en place des avantages qui ne sont pas initialement prévus par le Code du Travail, comme les salaires minimau x. Elle peut aussi organiser des règles particulières dans les domaines où le Code du Travail n’en a pas fixé de spécifiques au secteur d’activité ou à l’entreprise. (L’employeur doit faire connaître l’existence d’une convention collective. Un exemplaire du texte doit être remis au comité d’entreprise, aux délégués syndicaux du personnel, et l'employeur doit e n tenir un à la disposition des salariés.

6.

Types de contrat? (vous pouvez retenir seulement des mots en rouge)

 

· Le contrat à durée indéterminée (CDI) qui est conclu sans limitation de durée.

· Le contrat à durée déterminée (CDD) qui est conclu pour une durée précise.

· Le contrat de travail temporaire (CTT ou intérim) : l’entreprise d’intérim met le travailleu

r intérimaire à disposition de l’employeur pour une durée déterminée appelée « mission » L’a gence de travail temporaire fournit un contrat de mission qui comprend également votre foncti on, rémunération, etc.

7.

Donnez les conditions de recours au contrat de travail à durée déterminé

e?

le remplacement d'un salarié

l'accroissement temporaire d'activité

l'emploi saisonnier

l'emploi pour lequel il est d'usage de ne pas recourir au CDI en raison de la nature de l'acti vité et du caractère temporaire de cet emploi

le détachement à l'étranger quel que soit le motif du recours

8. Que sont les notions d'ordre public social et d'ordre public dérogatoire?

Ordre public social

La notion juridique générale d'ordre public se fonde sur l'application de règles de droit impératives. Celle de notion d'ordre public social vise à poser des principes de régulation en matière de législation sociale. Elle pose donc une ou des idées visant à garantir de manière forte les droits sociaux fondamentaux des citoyens.

Ordre public dérogatoire

Depuis 1982, les partenaires sociaux peuvent décider de dispositions moins favorables que celles de la loi si celle-ci l'autorise.

Depuis 2004, les partenaires sociaux dans l'entreprise peuvent fixer des normes moins favorables que celles de l'accord de branche sauf si celui-ci l'exclut expressément. Il n'y a plus de véritable hiérarchie entre les sources conventionnelles.

Le domaine de l'ordre public social s'est considérablement développé non seulement dans les années 50, mais après 1968. Toutefois, si le domaine de l'ordre public absolu est resté stable, l'ordre public dérogatoire voit son champ s'élargir, et la notion de "plus favorable" pour le salarié ne plus s'y appliquer.

9. le licenciement:

Une restitution par un employeur et à son initiative, de la licence de disposer d'lui-même, dont il privait ses employés. Le licenciement pour motif personnel :

Il est motivé pour des raisons inhérents à la personne du salarié, qui englobe notamment:

- les licenciements consécutifs à l'inaptitude physique du salarié;

- les licenciements pour insuffisance professionnelle;

- les licenciements pour motif disciplinaire.

Le licenciement pour motif économique:

Il est effectué par un employeur pour un ou plusieurs motifs non inhérents à la personne du salarié, résultant d'une suppression ou d'une transformation d'emploi un d'une modification substantielle du contrat de travail,consécutive à des difficultés économiques ou à des mutations technologiques.

La procédure de licenciement:

- l'entretien préalable

- la lettre de licenciement

- le certificat de travail

- le reçu pour solde de tout compte

- l'attestation destinée à l'Assedic.

10. La rupture conventionnelle

La rupture conventionnelle est une procédure qui permet à l’employeur et au salarié de convenir en commun des conditions de la rupture du contrat de travail qui les lie. Elle ne concerne que les CDI

( contrats à durée indéterminée ). la convention

Elle obéit une procédure spécifique : entretien(s), homologation de

Différence avec licenciement et démission :

Elle résulte des volontés à la fois du salarié et de l'employeur

11. Conseil de prud'homme

Une juridiction de premier degré des litiges nés à l'occasion de l'exécution ou de la rupture du contrat de travail entre employeurs et salariés de droit privé Rôle :

Concilier les conflits et envoyer les parties devant le bureau de jugement en cas de non conciliation.

Il est : électoral (élu chaque 5 ans) et paritaire (nombre de conseillers salariés et de conseillers employeurs égal) Il est composé de 5 sections, chaque section 4 conseillers salariés et 4 employeurs

Quinta parte

1. Qu'est-ce qu'un brevet et quelles sont les conditions de fond de la breve

tabilité d'une invention?

Un brevet est un titre de propriété industrielle qui confère à son titulaire non pas un droit d'exploitation, mais un droit d'interdiction de l'exploitation par un tiers de l'invention brevetée, à partir d'une certaine date et pour une durée limitée (20 ans en général).

La description, les revendications, les dessins et l'abrégé doivent être produits en trois exemplaires en respectant certaines conditions de forme en ce qui concerne leur présentation. Ces conditions de forme sont précisées par le «Règlement grand-ducal du 17 novembre 1997

concernant la procédure et les formalités administratives en matière de brevets d’invention», Articles 6 à 10 (voir annexe).

2. Quels sont les droits moraux détenus par les auteurs d'œuvres littéraire o

u artistique (développer succinctement)?

Le droit d’auteur est l’ensemble des prérogatives exclusives dont dispose un auteur (ou un groupe de co-auteurs) sur ses œuvres de l’esprit originales.

C'est une construction juridique, historique et sociale née en Europe et qui a beaucoup évolué depuis l'invention de l'imprimerie, périodiquement remise en question, en France notamment, avec par exemple l'abolition des privilèges et la liberté d'imprimer puis la « protection des œuvres de l’esprit » qui déjà s'opposaient dans les lois révolutionnaires françaises1, en passant par la loi de 1957, et jusqu'à la récente émergence de la société de l'information2 et des NTIC ou le brevetage du vivant.

Il se divise en deux branches :

le droit moral, qui reconnaît à l'auteur la paternité de l’œuvre et qui vise aussi le respect de lintégrité de l’œuvre ;

les droits patrimoniaux, qui confèrent un monopole d’exploitation économique sur l'œuvre, pour une durée variable (selon les pays ou cas) au terme de laquelle l'œuvre entre dans le « domaine public ».

En tant que branche du droit, le droit d’auteur est l'un des éléments essentiels de la propriété intellectuelle et de la propriété littéraire et artistique, qui comprend également les « droits voisins ».