Vous êtes sur la page 1sur 2

LE MALIN PETIT CANARD

LE BULLETIN ÉLECTRONIQUE DE LA COMMUNAUTÉ FRANCO-FINLANDAISE

INTERVIEW
OLIVIER PHILIPPE
EMISSION S.O.D.A (TV5)

Pourriez-vous nous expliquer com- mémorations des attentas


ment est né l'émission SODA? du WTC, mais j'avais déjà
Soda est née de l'idée de faire une émis- bien ralenti le rythme du
sion culturelle divertissante qui mettrait en fait que je présentais les
avant le côté moderne et "glamour" de journaux du matin. C'est
Paris. L'idée était venue de mees années un style de vie passion-
de grands reportages à l'étranger où je nant mais parfois difficile
me rendais compte de l'incroyable impact sur le plan personnel. Mon
de Paris à travers le monde et à la fois nouveau rythme est plus
d'une image un peu fausse qui résumerait dur, car je travaille énor-
la ville à la tour Eiffel, la place du Tertre à mément, mais je suis
Montmartre et les danseuses du Moulin moins éloigné de chez
Rouge. Le pari était de faire un magazine moi.
plus "branché" qui fasse rêver depuis
l'étranger tout en captant aussi l'intérêt Quels souvenirs en gar-
des français, voir des parisiens eux- dez-vous?
mêmes. Des rencontres, la
connaissance de nouvel-
On avait l'habitude de vous voir pré- les cultures, l'ouverture
senter le journal télévisé avant, le sur d'autres façons de
changement de genre n'a pas été trop penser, d'autres climats,
difficile? d'autres contraintes. Cela
Pour être honnête, je suis plus à l'aise en peut paraître évident,
me baladant dans les rues de Paris à mais tous les journalistes
rencontrer des artistes que dans un studio amenés à évoquer la mar-
avec un prompteur. Non pas que je ne che du monde devraient
maîtrise pas l'exercice du journal (je l'ai avoir voyagé avant. Je me souviendrai
fais presque dix ans en alternance ou sur toujours de mon premier voyage en Israël Cette formule est plutôt une boutade pour
des périodes plus continues), mais être et dans les territoires Palestiniens. Le jouer sur les mots. Pour faire référence
sur le terrain, inventer une émission, en conflit au Proche Orient est l'un des aux boissons ou aux produits alimentaires
assurer la production, superviser ses re- grands sujets de politique internationale qui se ventent d'avoir encore deux-trois
portages, gérer une équipe d'enquêteurs, que l'on est amené à commenter tout de produits naturels à l'intérieur, et aussi
de reporter, inventer sa réalisation, veillez suite lorsqu'on traite d'information. De voir pour évoquer le fait qu'on ne se prend pas
à sa finition est un exercice beaucoup sur place la réalité des situations, des trop au sérieux. La culture en France a
plus complexe et demandant beaucoup gens, de la géographie évoquée etc.. a toujours été une fierté un peu hautaine.
plus d'imagination, donc plus motivant totalement changé ma façon d'appréhen- Le mot peut faire peur et il recouvre aussi
pour une personnalité comme la mienne. der les dépêches qui arrivaient de cette une forme de sérieux qui peut rebuter.
partie du monde, par la suite, lorsque je C'était donc une manière d'annoncer que
Regrettez-vous les années que vous présentait le journal... Tout le monde n'a dans ce magazine on pouvait évoquer
avez passées comme grand reporter? pas la chance de faire du reportage à des choses légères ou plus sérieuses,
Je regrette un peu les voyages et les l'étranger et c'est pourtant indispensa- mais sans se prendre la tête, avec le sou-
aventures toujours très variées que repré- ble... rire, en se divertissant.
sentent les reportages à l'étranger. J'ai
été très chanceux de pouvoir connaître Quand on peut lire au sujet de SODA L'idée de traiter l'actualité culturelle en
une grande partie du monde et de m'enri- "magazine pétillant avec de véritables passant par des portraits vous semble-
chir aussi jeune. J'avais 23 ans lors de morceaux de culture dedans", fait-on t-elle être une bonne approche?
mon premier voyage (en Algérie). Mes référence au fait que la culture est de J'aurais du mal à affirmer que c'est la
derniers voyages remontent à il y a quatre moins en moins présente dans le petit meilleure approche, parce que ce n'est
ans à New-York pour les premières com- écran en France? pas à moi d'en juger. C'est une proposi-
tion. Elle répond à une envie assez large-

INTERVIEW RÉALISÉE PAR VINCENT LEFRANÇOIS - 2006


à trouver. La contrainte majeure est de
toujours repréciser qui sont les artistes, ce
qu'ils représentent. Par exemple faire un
sujet sur le spectacle d'Arthur, animateur
star de TF1 demande de remettre Arthur
dans son contexte alors qu'en France il
n'a plus besoin d'être présenté. Le fait
que l'émission fasse beaucoup d'au-
dience, mais essentiellement à l'étranger,
donc n'ait pas de retour direct et massif
sur le marché français nous handicape
parfois pour tourner certains sujets ou
invités prestigieux. Les chaînes nationales
ont alors la préférence. Il faut jouer sur le
qualitatif et "l'image" que représente
l'émission. Mais il y a des exceptions:
Monica Bellucci fera Soda plutôt qu'une
chaîne nationale parce qu'en Italie ou en
Floride, lorsqu'elle regarde la TV c'est
TV5 et donc elle connait très bien le pro-
gramme alors qu'elle ne connait pas ceux
de TF1 ou M6...

Quels sont vos projets pour les années


à venir?
Une 5eme saison de Soda se profile. Mon
souhait serait de faire un magazine ciné-
ma pour TV5 afin de mettre en valeur la
ment partagée de mieux connaître l'autre, Malgré la téléréalité et ses avatars, elle production francophone très riche, et de
sa personnalité, ses envies, son parcours. reste une télé d'assez bonne qualité, poursuivre encore mes recherches sur
En ce qui concerne les artistes et les comparée à la plupart des chaînes occi- une réalisation qui se démarque de la télé
créateurs, ce sont toujours des personna- dentales ou asiatiques. Au niveau cultu- classique. A ce sujet je vous conseille de
ges passionnés, habités, en marge, au rel, aucun pays au monde n'affiche autant regarder la spéciale cinéma qui sera réali-
parcours souvent atypique donc intéres- de magazines sur ce thème (notamment sée au moment du festival de Cannes le
sant. Les télespectateurs de TV5 allant du en littérature). Le ton et le traitement de 20 mai. Sinon imaginer des concepts
parisien qui aime sortir au béninois qui ne l'information reste très libre par rapport à d'émission m'intéresse. Un talk-show à
connait Paris qu'à travers la télévision, il bien des pays où les médias sont sous produire et animer serait également un
est nécessaire de présenter un minimum contrôle. En revanche il y a moins de re- challenge intéressant. Mais pour le mo-
les personnes dont on parle. De ce fait tenu et de vérification de l'information qu'il ment ces projets ne sont pas réalisables à
l'actualité culturelle à laquelle ils partici- y a quelques années. Et la télévision fran- TV5.
pent n'est parfois qu'un prétexte à mieux çaise se montre moins inventive et plus
les connaître. On ne s'y attarde pas forcé- convenue. On remarque d'ailleurs que de Avez-vous déjà envisagé de vous ex-
ment. nombreuses émissions sont des concepts patrier?
achetés aux télés étrangères. Il n'y a plus Oui, pour avoir vécu à quelques reprises
Les gens que vous interviewés en de- beaucoup d'originalité. Mais ces observa- quelques mois à New-York, j'ai trouvé
hors des studios sont-ils, à votre avis, tions datent de quelques années mainte- l'expérience très enrichissante. Etre cor-
plus naturels et plus authentiques? nant. respondant par exemple est un poste qui
Oui, la plupart du temps (même si on peut me plairait. Bon, mais cela dépend aussi
tomber sur des coriaces, mais c'est rare). Faire cette émission pour Tv5 vous des pays. Le problème quand on a eu la
Ils sont dans leur élément. On leur de- donne plus de libertés ou plus de chance de naître en France et de vivre à
mande d'aller sur des lieux qu'ils aiment contraintes (télespectateurs de diffé- Paris, c'est que l'on a du mal à se déta-
ou qui correspondent à une partie de leur rentes cultures)? cher de cette ville...
travail, de leur personnalité, de leur his- Je serai tenté de répondre par l'affirmative
toire. C'est forcément un support plus fort dans les deux cas. La liberté est assez Quelle région ou quel pays pourriez-
qu'enfermé dans un studio. On les voit large dans la mesure où il n'y a pas de la vous choisir et pour quelle durée?
vivre, réagir. Je me souviens par exemple part de la chaîne d'impératif d'audience Les Etats Unis, l'Espagne, l'Italie, Le Ma-
d'une interview de Gérard Jugnot dans qui pourrait exiger de ne programmer que roc... Pour leur intérêt culturels et leur art
une cave (il est passionné de vin), je ne le des personnalités extrêmement connues de vivre... Mais peut-être pas plus d'un an
tenais plus. Il avait oublié les caméras, par exemple. Nous pouvons donc conti- ou deux.
s'emballait pour tout ce qu'il voyait, faisait nuer à mélanger des "people" avec des
des comparaisons très intéressantes en- artistes moins exposés et du coup faire Quel message souhaiteriez-vous faire
tre son approche du métier de cinéaste et découvrir de nouveaux talents venus de passer à la Communauté francophone
celui de vigneron etc... C'est plus intéres- tous les horizons. La distance entre le de Finlande?
sant sur ce point de vue. Mon approche lieux de l'émission et les zones de récep- De me préparer un petit parcours gastro-
d'interview "décontractée" sans fiches, tion ne nous obligent pas non-plus à col- nomico-culturel pour le jour où je visiterai
sans notes, comme une conversation, et ler au plus près à l'actualité. Parler d'une ce beau pays. Mes nombreux voyages
le fait de placer les caméras le plus loin pièce de théâtre alors qu'elle a débuté professionnels comme personnels ne
possible de l'invité, visent à faire oublier depuis quelques semaines n'a pas beau- m'ont jamais conduit vers les pays nordi-
que c'est un exercice de télévision... coup d'importance, vu de Los Angeles ou ques et je suis sûr qu'il y a plein de do-
de Tokyo. Si nos télespectateurs étaient maines pétillants à découvrir là-bas aus-
Vous avez eu la possibilité de faire de uniquement français, il faudrait program- si...
nombreux voyages et de voir les télévi- mer ce type de sujet plus tôt, hors l'équili-
sions d'autres pays. Quel regard por- bre entre les divers domaines de création,
tez-vous sur la télévision française? la notoriété des invités, est assez délicate

INTERVIEW RÉALISÉE PAR VINCENT LEFRANÇOIS - 2006