Vous êtes sur la page 1sur 79

.

PROJET DE FIN D’ETUDES Pour l’obtention du Diplôme National d’Ingénieur

Dimensionnement et planification d’un réseau Advanced-LTE (A-LTE) pour Tunisie Télécom

Réalisé par : Mohamed Daoud

Encadré par : Mr. Kais Ameur Mme. Jihene Ben Abderrazek Mr. Ibrahim Ben Lazreg

2012/2013

Page 1 Année universitaire : 2012-2013

Sommaire
Liste des Figures ........................................................................................................................... Liste des Tableaux ........................................................................................................................ Liste des abbreviations ................................................................................................................. INTRODUCTION GENERALE ......................................................................................................... Chapitre 1: Introduction au réseau 4G......................................................................................... I Introduction ............................................................................................................................. I.1 L'évolution vers le 4G ............................................................................................................ I.2 Architecture d’un réseau LTE ................................................................................................. I.3 Les entités du réseau d'accès ................................................................................................. I.4 Les entités du réseau cœur .................................................................................................... I.5 Les interfaces ........................................................................................................................ II Innovation technique en LTE-Advanced.................................................................................... II.1 Agrégation de porteuses ....................................................................................................... II.2 Le Concept Coordonné multipoints (CoMP) ........................................................................... II.2.1 CB/CS (Coordinated BeamForming/Coordinated Scheduling) .............................................. II.2.2 Joint Transmission ............................................................................................................. II.2.3 Dynamic Cell Selection : DCS pour le sens descendant......................................................... II.3 Les Nœuds Relais.................................................................................................................. II.4 Les réseaux hétérogènes (HetNet)......................................................................................... III La structure de la trame LTE-A ................................................................................................ III.1 Les types de trame LTE......................................................................................................... III.2 Physical Resource Bloc ......................................................................................................... III.3 Les techniques d’accès ......................................................................................................... III.3.1 OFDMA............................................................................................................................. III.3.2 SC-FDMA .......................................................................................................................... III.4 Les Canaux et les signaux Physiques ..................................................................................... III.4.1 Les canaux radios.............................................................................................................. III.5 Techniques multi-antennes : MIMO (Multiple-Input Multiple Output) .................................. III.5.1 Généralités ....................................................................................................................... III.5.2 Diversité de transmission .................................................................................................. III.5.3 Multiplexage spatial ......................................................................................................... III.6 Modulations et codage adaptatifs ........................................................................................ Conclusion ................................................................................................................................. Chapitre 2: Dimensionnement et Planification du réseau Mobile LTE-Advanced........................... I. Introduction ............................................................................................................................ II. Les étape de planification dans L'E-UTRAN .............................................................................. II.1 Bandes de fréquences........................................................................................................... II.2 Dimensionnement de l'eNodeB............................................................................................. II.2.1 Dimensionnement orienté couverture................................................................................ II.2.1.1 Bilan de liaison................................................................................................................ II.2.1.2 Les Modèles de propagation ........................................................................................... II.2.1.3 Détermination du nombre de sites .................................................................................. II.2.2 Dimensionnement orienté capacité.................................................................................... II.2.2.1 Estimation du nombre d'abonnés et modèle de trafic ...................................................... II.2.2.2 Estimation de la totalité du trafic à véhiculer ................................................................... 2012/2013 4 6 7 10 11 11 11 12 12 13 16 16 16 16 16 17 18 18 19 20 20 21 23 23 23 24 24 27 27 27 28 28 29 30 30 30 31 33 33 33 39 42 44 44 46 Page 2

II.2.2.3 Calcul de la capacité moyenne de la cellule...................................................................... II.2.2.4 Détermination du nombre des sites requis ...................................................................... II.2.3 Nombre final d’eNodeBs requis ......................................................................................... Conclusion ................................................................................................................................. Chapitre 3 : Conception d’un outil de dimensionnement et planification du réseau LTE-A ........... I. Introduction ............................................................................................................................ I.1 Cahier de charge de l’outil ..................................................................................................... I.1.1 Objectifs de l’outil de dimensionnement ............................................................................. I.1.2 Paramètres de l’outil .......................................................................................................... I.1.3 Paramètres d’entrée ........................................................................................................... I.1.4 Paramètres de sortie........................................................................................................... I.2 Analyse et conception de l’outil ............................................................................................. I.2.1 Analyse .............................................................................................................................. I.2.2 Spécification des besoins .................................................................................................... I.2.2.1 Besoins fonctionnels ........................................................................................................ I.2.2.2 Besoins non fonctionnels ................................................................................................. I.2.3 Conception de l’outil........................................................................................................... I.2.3.1 Détermination du nombre d’eNodeB orienté couverture ................................................. I.2.3.2 Détermination du nombre d’eNodeB par capacité ........................................................... I.2.4 les diagramme UML ............................................................................................................ I.2.4.1 Le diagramme de cas d’utilisation..................................................................................... I.2.4.2 Le diagramme de séquence .............................................................................................. I.2.4.2 Le diagramme de classe ................................................................................................... II Environnement Logiciel ........................................................................................................... II.1 Netbeans IDE 6.7.1 ............................................................................................................... II.2 Base de données : MYSQL (5.1) ............................................................................................. II.3 Interfaces développées ......................................................................................................... II.3.1 L’interface d’accueil ........................................................................................................... II.3.2 L’interface d’authentification ............................................................................................. II.3 Bilan de liason ...................................................................................................................... II.3 Les interfaces du modèle de propagation .............................................................................. II.4 L’interface des paramètres pour le calcul de la capacité moyenne de la cellule....................... II.4 L’interface des paramètres pour le calcul du Trafic ................................................................ II.5 L’interface des résultats finaux.............................................................................................. III La phase de planification ....................................................................................................... III.1 Présentation de l'environnement de travail.......................................................................... III.2 Etape de planification Atoll .................................................................................................. III.2.1 Zone de couverture........................................................................................................... III.2.2 Zone géographique à planifier........................................................................................... III.2.3 La position des sites après optimisation ............................................................................ III.2.4 Résultat des simulation après optimisation ...................................................................... Conclusion ................................................................................................................................. Conclusion Générale................................................................................................................... Bibliographie..............................................................................................................................

47 50 51 51 52 52 52 52 52 52 53 53 53 53 54 54 55 55 56 57 57 57 58 59 59 60 60 60 61 61 63 66 67 68 69 69 69 70 72 74 75 76 77 78

2012/2013

Page 3

................................................ Figure 20: Schéma synoptique simple de l’application .......................... Figure 6: Exemple de DCS-CoMP ....... Figure 5: Exemple de JT-CoMP .......................................................................................................................... Figure 10: Signaux de référence. Figure 26: L’interface d’authentification................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... Figure 14: MISO.................................................................................... Figure 27: Echec d’authentification................................................................................................ Figure 17: Processus de dimensionnement radio... Figure 25: L’interface d’accueil ...................... Figure 37: Map Sfax Ville............................................................................................. Figure 13: Modèle d’un système MIMO à quatre antennes émettrices/réceptrices................................................ Figure 31: Modèle Walfisch-Ikegami .................................................................................................Liste des Figures Figure 1: Les standards 3GPP...... Figure 43: Activation des sites.................................................................................................................................................. Figure 35: Type de projet dans l’Atoll ..................................................................................................................................... Figure 22: Diagramme de séquence d'authentification....................................... Figure 21: Diagramme de cas d’utilisation ................................................................................ Figure 39: Paramètres d’émetteur et recepteur ........................................................................ Figure 34: Les résultats finaux de dimensionnement........................................................................................................................................................................................................ Figure 18: Configuration du site ..................................................................................................................................................................... Figure 4: Architecture EPS .................. Figure 40: Les paramètres LTE du site............................................................................ Figure 38: Les paramètres généraux d’un site Zone urbaine ....................................................................................................................................................................................... Figure 15: SIMO....................................................... Figure 2: Evolution vers LTE Rel-10....................................................................................... Figure 8: Trame LTE de type 2............................................................................................................................................................................................................ Figure 3: Architecture de l’E-UTRAN ...................................................................................................................................................................................................................................................... Figure 42: Les sites actuels ............................................................................................ Figure 32: Les paramètres pour le calcul de la capacité moyenne de la cellule........................................ Figure 33: Les paramètres pour trafic total.................................. Figure 7:Trame LTE de type 1.......................................................................... Figure 9: Ressource bloc et ressource élément ........................................................................................................................................................... Figure 23: Diagramme de séquence........................................... Figure 19: Distribution des RE dans la trame ......................................................................................... Figure 28: Bilan de liaison UL et DL ................. Figure 41: Zone sélectionnée pour la planification............................................................... Figure 24: Diagramme de classe ................................................................... Figure 11: Différence entre OFDMA et SC-FDMA pour l’allocation des porteuses ...................................................................................................... Figure 16: Technique de modulation en LTE....................................................... 2012/2013 11 12 12 14 17 18 20 21 21 22 24 24 27 28 28 29 30 43 47 55 57 58 58 59 60 61 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 70 71 71 72 72 73 73 Page 4 ............................................ Figure 36: Choix du système de coordonnées ................................................................. Figure 29: Modele Okumura Hata ....................................... Figure 30: Modèle Cost 231-Hata ...... Figure 12: Les canaux radio en liaison montante et descendante ........................................................................................................................

........................................................................... 74 74 75 75 76 2012/2013 Page 5 .................................... Figure 47: L'état des abonnés.......................................................................................................................................Figure 44: Histogramme de la prédiction de couverture avant optimisation ......... Figure 48: Résultat de la simulation ...................................... Figure 46: Histogramme basé sur la prédiction de la couverture après optimisation ........... Figure 45: Position des sites après optimisation .................................

.................................................................................................................................................................... Tableau 11: Marge de Shadowing ............................................................ Tableau 10: Perte selon le type de signal................................................. 16 22 32 32 34 35 36 37 38 38 38 43 45 48 48 63 64 65 66 68 69 2012/2013 Page 6 ............................................................................................................... Tableau 20: Modèle de traffic en fonction peneration rate ................ Tableau 8: IM en fonction de la charge de la cellule .................. Tableau 2: Le nombre de PRB valables en fonction de la largeur de la bande ..... Tableau 15: Nombre de PRB alloués au canal PUCCH ........................... Tableau 14: Densité de RS en fonction de la configuration MIMO................ Tableau 16: Bilan de liaison en fonction Channel Doppler ...................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... Tableau 6: Les paramètres semi-empiriques pour la liaison descendante........................Liste des Tableaux Tableau 1: Les différentes interfaces en LTE ............................................................. Tableau 19: Résultat des simulations ........................... Tableau 5: Largeurs de bande et les blocs de ressources spécifiées LTE........... Tableau 18: Résultat Cost-231 Hata .............. Tableau 9: Pertes de la pénétration ................................................................................................................................................. Tableau 17: Résultat Okumura Hata .................................................................................................................................................................. Tableau 3: Les bandes de fréquence FDD................................................. Tableau 21: Résultat de LTE-Planet ......................................................................... Tableau 12: Empreinte du site en fonction du nombre de secteurs .......................................................................... Tableau 7: Les paramètres semi-empiriques pour la liaison montante. ............................... Tableau 13: Exemple du modèle de trafic ................... Tableau 4: Les bandes de fréquences TDD ............................................................

Liste des abbreviations 3GPP : Third Generation Partnership Project AMC : Adaptative Modulation Codage ARQ : Automatic Repeat Request CCCH : Common Control Channel CDMA : Code Division Multiple Access CP : Cyclic Prefix CQI : Channel Quality Indicator DFT : Discrete Fourier Transform DL : Downlink DL-SCH : Downlink Shared Channel DTCH : Dedicated Traffic Channel DVB-H : Digital Video Broadcasting Handheld DwPTS : Dowlink Pilot Time Slot EDGE : Enhanced Data Rates for GSM Evolution EIR : Equipment Identity Register eNodeB : E-UTRAN NodeB EPA : Extended Pedestrian Model A EPC : Evolved Packet Core EPS : Evolved Packet System ETU : Extended Typical Urban E-UTRAN : Evolved Universal Terrestrial Radio Access Network EVA : Extended Vehicular Model A FDD : Frequency Division Duplex FDMA : Frequency-Division Multiple Access GP : Guard Period GPRS : General Packet Radio Service GSM : Global System for Mobile HARQ : Hybrid Automatic Repeat Request HLR : Home Location Register HSDPA : High-Speed Downlink Packet Access 2012/2013 Page 7 .

HSPA : High-Speed Packet Access HSS : Home Subscriber Server HSUPA : High-Speed Uplink Packet Access IEEE : Institute of Electrical and Electronics Engineers IP : Internet Protocol LTE : Long-Term Evolution MAPL : Maximum Allowable Path Loss MCCH : Multicast Control Channel MCH : Multicast Channel MCS : Modulation and Coding Scheme MIMO : Multiple-Input Multiple-Output MISO : Multiple Input Single Output MME : Mobility Management Entity OFDM : Orthogonal Frequency-DivisionMultiplexing OFDMA : Orthogonal Frequency-Division Multiple Access PAPR : Peak-to-Average Power Ratio PBCH : Physical Broadcast Channel PCCH : Paging Control Channel PCFICH : Physical Control Format Indicator Channel PCH : Paging Channel PCRF : Policy Charging and Rules Function PDCCH : Physical Downlink Control Channel PDCP : Packet Data Convergence Protocol PDSCH : Physical Downlink Shared Channel PDU : Packet Data Unit P-GW : PDN-Gateway PHICH : Physical Hybrid-ARQ Indicator Channel PMCH : Physical Multicast Channel POH : Protocol OverHead PRACH : Physical Random Access Channel PRB : Physical Resource Block PS : Packet Switched 2012/2013 Page 8 .

Frequency Division Multiple Access SGSN : Serving GPRS Support Node S-GW : Serving Gateway SIMO : Single Input Multiple Output SINR : Signal-to-Interference-and-Noise Ratio SNR : Signal-to-Noise Ratio SOH : System OverHead SSS : Secondary Synchronization Signal SU-MIMO : Single-User MIMO TDD : Time-Division Duplex TTI : Transmission Time Interval UE : User Equipment UL : Uplink UL-SCH : Uplink – Shared Channel UMTS : Universal Mobile Telecommunications System UTRAN : Universal Terrestrial Radio Access Network WCDMA : Wideband Code Division Multiple Access X2 : The interface between eNodeBs.PSS : Primary Synchronization Signal PUCCH : Physical Uplink Control Channel PUSCH : Physical Uplink Shared Channel QAM : Quadrature Amplitude Modulation QoS : Quality-of-Service QPSK : Quadrature Phase-Shift Keying RACH : Random Access Channel RAN : Radio Access Network RB : Resource Block RE : Resource Element RF : Radio Frequency RS : Reference Symbol S1 : The interface between eNodeB and the EvolvedPacket Core. 2012/2013 Page 9 . SAE : System Architecture Evolution SC-FDMA : Single Carrier.

ses caractéristiques. Dans le troisième chapitre l'outil de dimensionnement que nous aurons élaboré et qui est basé sur le processus de dimensionnement y sera décrit. La planification fait alors intervenir de nouveaux défis tels que: augmentation de nouveau services. précisément dans un laboratoire nommé Bell Labs. Le deuxième chapitre sera consacré au dimensionnement du réseau LTE-A dans lequel nous expliquons en détails le processus de dimensionnement. cette complexité devient plus importante quand ces réseaux regroupent plusieurs technologies d'accès en un réseau hétérogène. représentent la prochaine évolution des communications sans fil et sont basés sur l'infrastructure existante. nous avons organisé notre plan de projet en 4 chapitres. la compatibilité avec les réseaux actuels. 2012/2013 Page 10 . lorsqu’il a utilisé une communication à ondes électromagnétiques dans une application télégraphe. basés sur ce concept. C'est dans ce contexte que se situe notre projet qui vise à faire le dimensionnement et la planification d'un réseau LTE-Advanced pour Tunisie Télécom à partir de son réseau 3 G existant. Et s’était l’origine d’une succession des réseaux radio mobiles. jusqu’à 1947. ses technologies d'accès et ses protocoles. Ces réseaux ont permis l'intégration de nouveaux services et un débit adéquat permettant aux operateurs de rependre à des besoins spécifiques. Le succès des technologies 3G qui permettent aux utilisateurs d'avoir accès à un vrai Internet mobile alors les réseaux de télécommunication ont connu une grande expansion. son architecture. De ce fait.INTRODUCTION GENERALE En 1896. la gestion intercellulaire des utilisateurs. la qualité de service. Le premier chapitre donnera un aperçu général du réseau LTE. Cette marge d'évolution a porté les opérateurs à adopter leurs méthodes de dimensionnement et planification aux nouvelles technologies qui augmente la complexité au niveau du réseau. Guglielmo Marconi a réussi la première liaison à ondes hertziennes. comme dans le cas des réseaux mobiles de prochaine génération. dans les États-Unis. Ensuite un test de validation pour notre outil de dimensionnement réalisé à l'aide de l'outil de planification Atoll. Cette invention a encouragé la recherche dans le domaine des communications sans fil. il y a eu naissance du concept cellulaire.

Ces cellules peuvent être de tailles variables. En se basant sur cette répartition cellulaire. la 2G qui marqua le passage à l'ère numérique. ce sont la 1G avec un mode de transmission analogique.dont l'objectif est d'offrir toute une gamme de services (l'accès rapide à l'Internet. etc. où le premier standard basé sur LTE-Advanced LTE Rel-10 (Figure 2).Chapitre 1: Introduction au réseau 4G I Introduction Dans ce premier chapitre.) Figure 1: Les standards 3GPP[13] Le travail en 3GPP sur les exigences de l’IMT-Advanced a commencé depuis 2008. ces dernières années. I. SC-FDMA. le commerce électronique. les canaux radio. l'apprentissage à distance. la télémédecines. les technologies OFDMA. la 3G qui permet d'intégrer des services de voix et de données. nous présentons les différentes composantes de la technologie LTE-Advanced et ses caractéristiques. les recherches portent surtout sur l'analyse des réseaux de quatrième génération(4G). généralement considérées de la forme hexagonale. 2012/2013 Page 11 . desservant chacune une cellule sur une couverture sans fil donnée. Ces cellules sont toues juxtaposées l'une à l'autre afin d'assurer une meilleure couverture de la zone géographique considéré. Plusieurs générations de réseaux mobiles se sont défilées à travers le temps. la vidéo conférence.1 L'évolution vers le 4G Un réseau mobile est un réseau de communication composé de cellules. les réseaux mobiles opèrent en mode infrastructure. la station de base. MIMO et les types de modulation-codage. ou tous les échanges transitent par un point d'accès. jusqu’à mars 2011.

Figure 2: Evolution vers LTE Rel-10 [11] I. et son installation est optionnelle. elle est limitée seulement à ces stations de base. L’unique évolution a été l’apparition du nœud relais qui s’intercale entre l’UE et l’eNodeB.3 Les entités du réseau d'accès L’eNodeB est responsable de la transmission et de la réception radio avec l’UE. Figure 3 : Architecture de l’E -UTRAN [12] I. par rapport à l’architecture en LTE SAE. l’architecture de l’E-UTRAN ne présente pas de RNC.2 Architecture d’un réseau LTE L’architecture du réseau d’accès n’a pas subit des modifications énormes en LTE-A. les fonctions de contrôle et de 2012/2013 Page 12 . Par conséquent. Par rapport à la 3ème génération.

 Transfert des messages de paging. est chargée des signalisations de contrôle alors que la deuxième S1-U (S1. l’eNodeB dispose d’une interface S1 avec le réseau cœur. L'eNodeB présente plusieurs fonctions telles que:  Radio Resource Management (RRM) comme le contrôle de support radio et le contrôle d'admission. le but de cet interface est de minimiser la perte des paquets lors de la déplacement des usagers en mode ACTIF (Handover). X2. La première S1-C (S1-Contrôle). Une autre interface.  Contrôle de la mobilité dans l'état actif. est dédiée à l’acheminement du trafic entre les utilisateurs connectés à cette station et le réseau cœur.  Allocation dynamique des ressources radio en UL et DL et l'ordonnancement des paquets data.  Transfert de l'information BCCH. I.  Compression d'entête IP et le chiffrement du flux de données de l'utilisateur.Usager). a été définie entre les eNodeB adjacents. comme décrit La figure précédente le réseau d’accès LTE-Advanced et les interfaces entre ces stations de base. entre l’eNodeB et le MME.transmission qui étaient auparavant localisées au niveau de cette dernière composante ont été réparties entre l’eNodeB et les entités du réseau coeur MME/Serving GW.  Sélection de la MME pendant un appel.  Modulation/Démodulation et Codage/Décodage du canal radio. entre l’eNodeB et le Serving GW. Cette dernière est composée de deux sous interfaces.4 Les entités du réseau cœur Le réseau cœur EPC est composé comme le montre la figure suivant: 2012/2013 Page 13 .  Sécurité de la signalisation radio.

 La combinaison SAE/MME agit en point de terminaison pour le chiffrement de protection des NAS de signalisation. Dans ce cadre. La MME est le point où l’interception légale de signalisation peut être effectuée. elle s’occupe également de la gestion de la clé de sécurité.  Elle fournit des identités temporaires pour les UEs.  L'interaction avec HSS pour authentifier un utilisateur en attachement et implémentation des restrictions d'itinérance.Figure 4: Architecture EPS [1] A.  La procédure de Paging.  L'activation/désactivation du Bearer. elle possède les fonctionnalités suivantes[1]:  Le suivi des UE en mode Inactif(idle).  le Handover Intra-LTE impliquant la location du nœud du réseau d'accès.  Le choix du SGW pour un UE. C'est le nœud principal de contrôle de réseau d'accès. 2012/2013 Page 14 . Mobility Management Entity Il s'agit d'une entité de gestion de mobilité.

Donc comme tout routeur. Policy and Charging Rules Function (PCRF) Cette entité contrôle essentiellement le PDN GW. Il est connecté à ces stations à travers l’interface S1-U qui est responsable du transfert des paquets servant aux utilisateurs de service. c’est ce routeur qui s’interface avec le SGSN pour assurer la continuité du service[1]. 2012/2013 Page 15 . cette entité est la responsable de la commutation des stations de base. HSS (Home Subscriber Server) Le HSS est la nouvelle base de données utilisée au niveau des réseaux LTE. E. Même lorsqu’il s’agit d’un passage d’un réseau LTE vers un autre qui utilise la commutation de paquet. Elle lui fournit les principes de taxation. Ce routeur assure aussi la comptabilité des données entrantes et sortantes avec les autres opérateurs.  La combinaison MME/SAE fournit un niveau considérable de fonctionnalités de contrôle global. Elle est responsable aussi de la gestion des « dedicated bearer » à travers ce routeur[1]. son rôle principal est le routage des paquets dans les deux sens montant et descendant. Serving Gateway Ce routeur peut être considéré comme étant le pont qui relie les e-NodeB au réseau cœur. C. Ce dernier peut disposer d’une connectivité avec plus d’un PGW pour l’accès à des PDNs multiples[1]. B. Ce serveur contient toutes les informations concernant les abonnés même ceux qui utilisent les technologies des 2ème et 3ème générations. Dans le cas du Handover inter-e-NodeB. Dès qu’un utilisateur se connecte à la station de base. c’est le routeur PDN qui lui alloue une adresse IP. L’interface S3 se terminant dans la MME fournit ainsi la fonction de plan de contrôle de mobilité entre les réseaux d’accès LTE et 2G/3G. Il supporte les protocoles MAP et DIAMETER[1]. Il joue le même rôle que HLR. D. PDN Gateway Cette entité est le routeur qui relie le réseau entier EPS aux autres réseaux de paquet externes et plus précisément à l’internet.

est de mettre à jour les eNodeBs. C’est une liaison entre le MME et la base de données globale HSS. LTE Rel-8/9 supporte une largeur de bande qui s’étend jusqu’à 20 MHz. (X2 Control plan interface) c’est une interface de signalisation (S1 User plan interface) elle est responsable du transport des paquets de données des utilisateurs entre le eNodeB et le SGW. Tableau 1: Les différentes interfaces en LTE S1-C S6 S13 Gx Gy Gz S9 S5/S8 II Innovation technique en LTE-Advanced II. C’est l’interface permettant à l’entité de commutation par paquet dans LTE appelée PDN-GW d’obtenir des règles de taxation auprès de l’entité PCRF et ainsi taxer l’usager sur la base des flux de services et non pas sur le volume . elle assure donc la fiabilité de transmission de donnée.2. 2012/2013 Page 16 .5 Les interfaces Interfaces X2-U X2-C S1-U Description (X2 User plan interface) elle est responsable du transport des paquets de donnée entre les eNodeBs elle utilise le protocole de Tunneling GTP.1 Agrégation de porteuses Dans le cadre de satisfaire l’objectif imposé par IMT-Advanced. En principe. C’est l’interface de taxation online entre le PDN-GW et l’Online Charging System C’est l’interface de taxation offline entre le PDN-GW et l’Offline Charging System. elle utilise pour cela le protocole de transport (GTP over UDP/IP). la seule solution proposé est d’introduire une extension sur la largeur de bande jusqu’à 100 MHz.I. C’est l’interface entre l’entité MME et l’entité EIR dans le réseau LTE. et besoin d'une bande spectrale plus large que celle employé en LTE s’avère indispensable . C’est l'interface entre le S-GW et P-GW.1 CB/CS (Coordinated BeamForming/Coordinated Scheduling) L’idée de ce mécanisme.2 Le Concept Coordinated multipoints (CoMP) II. mais la différence est que S8 est utilisée lors de l'itinérance entre les différents opérateurs alors que S5 est le réseau interne. C’est une liaison entre le PCRF du réseau visité et le PCRF du réseau nominal dans le cas où la taxation est prise en charge par le réseau visité. Donc. de manière où elles négocient entre elles les vecteurs de formation de voies (ou BeamForming : BF) employés. et atteindre la cible de 4G fixée à 1 Gbps comme débit maximal en Downlink. S5 et S8 sont les mêmes. Pour le moment. dans le concept d’agrégation de porteuses CA (Carrier Aggregation)[2]. même avec l’amélioration réalisée au niveau de l’efficacité spectrale du système ne permet pas d’atteindre le débit requis. (S1-C conrole pan inteface) utiliser pour la signalisation entres eNodeB et MME. II.

partage les données. appelés des couches. de façon à réduire l’interférence entre les lobes provenant des autres stations de base. 2012/2013 Page 17 . Par contre.2 Joint Transmission Pour le cas de Coordinated Beamforming/Coordinated Scheduling (CB/CS). Auparavant. cette technique a été employée pour séparer spatialement les utilisateurs de la même cellule. le canal PDSCH est composé de plusieurs stations qui émettent simultanément [6]. pour créer en fin une technique d’accès multiple appelée SDMA (Space Division Multiple Access)[6]. Figure 5: Exemple de JT-CoMP[6] La station master. dans le schéma de JT-CoMP. pour ne pas introduire un délai supplémentaire et elle nécessite une synchronisation temporelle des stations de bases coopérants. Cette opération doit se dérouler en temps réel.Les vecteurs de BF sont des pré-codeurs (un codeur employé pour pré-coder les symboles informations avant les transmettre). avec toutes les stations de la zone de coopération. lorsqu’elle contient un minimum d’information utile [6]. un gain important au niveau de débit sur les bordures de la cellule: L’interférence devient constructive. les informations sur l’état du canal d’un terminal mobile donné sont partagées entre toutes les cellules appartenant à l’ensemble de coopération et l’information n’existe que dans la station de service. Le délai de transport via l’interface X2 doit être négligeable. en générant des flux de données séparés dans l’espace. Ainsi. on a ainsi recours à la technologie de fibre optique (RoF).2. les données sont disponibles au niveau de toutes les stations et elle est transmise de façon jointe. destinées à transmettre vers l’UE. utilisé pour modifier la phase et orienter le lobe dans une direction privilégiée dans l’espace. II. L’avantage majeur d’une telle configuration consiste à la diversité spatiale que puisse introduire un réseau de systèmes MIMO (Networked MIMO) espacés géographiquement. étant l’ancre ou la station de service.

II. Cependant. En le comparant d’un système non coopératif.2. est les débits de données pouvant être atteints. Par conséquence. selon les informations reçues à travers le Backhaul [6].3 Les Nœuds Relais L’un parmi les principales causes favorisant la migration vers 4G et LTE-A. Le canal PDSCH est composé de toutes les stations constituant la zone de coopération. mais une seule station peut émettre sur une sous-trame6 (sub-frame SF). OFDM. MIMO. il est nécessaire de trouver des solutions pour examiner le problème à faible coût. La station master est celle qui décide le PDSCH actif. Les technologies avancées employées en LTE. toutes les réseaux cellulaires souffrent d’un problème commun qui consiste au faible débit pour les utilisateurs situés sur les bordures de la cellule. ceci est dû au faible rapport signal à bruit-plus-interférence. etc. sont capables à améliorer les débits dans de nombreuses conditions. telles que. Turbo Code.3 Dynamic Cell Selection : DCS pour le sens descendant Figure 6: Exemple de DCS-CoMP [6] La sélection dynamique de cellule (Dynamic Cell Selection : DCS) ressemble à JTCoMP. II. on parle des nœuds relais (Relay Node RN). mais elles ne sont pas en mesure d’améliorer les performances sur les bordures des cellules. selon les états du canal de toutes les stations dans la zone CoMP. où la transmission de données n’est qu’à travers la station de service. La station active change dynamiquement. 2012/2013 Page 18 . même si cette dernière présente un canal dégradé.

4 Les réseaux hétérogènes (HetNet) Les réseaux hétérogènes. En effet. plusieurs types de couverture sont mis en œuvre dans la même zone de déploiement. notés RN (Relay Node). permettent d’étendre la couverture de la macro ou de renforcer le débit dans les zones où se concentrent de nombreux utilisateurs. à condition que le RN soit installé dans un endroit approprié et équipé d’une antenne à gain élevé. Les relais. HetNet est constitué donc d’une station macro qui coopère avec plusieurs petites cellules de tailles réduites d’une façon transparente dans le but d’augmenter la capacité et la couverture. Ces nœuds utilisent une antenne omnidirectionnelle pour couvrir quelques dizaines de mètres. plusieurs formats de cellule. Elle utilise une antenne trisectorielle qui permet de transmettre à quelques centaines de mètres. Le besoin découle du fait que la plupart des zones de déploiement ont un certain degré d’hétérogénéité en termes d’exigences de couverture de débits. Wifi. etc. II. donc elle sert moins d’abonnées ce qui obéit à la contrainte de capacité. etc. UE : User Equipement) peut se connecter soit au RN soit au eNB. 2012/2013 Page 19 . un terminal mobile (noté. une macro cellule permet de réaliser le plus grand rayon de couverture. un nœud relais est une solution pratique pour améliorer au problème des trous de couverture. de délai.Macro Evolved Node-B couvre une grande surface. etc. ne mentionne pas une technologie spécifique. L’idée est donc de déployer plusieurs formats de cellule dans la même zone. Selon la qualité du lien radio.)  De la couverture : en utilisant une macro cellule capable d’étendre la couverture dans la zone entière. Un utilisateur peut se connecter à un réseau de type HetNet selon la technologie qui répond le plus à son besoin : ad hoc. une pico cellule ou femto cellule est caractérisée par une surface de couverture plus petite. Le RN relaie le trafic utilisateur vers le eNB par un lien radio. mais ils correspondent à la technique de déploiement multicouches. ces derniers sont moins coûteuses. maisons. pour se garantir à la fois :  De la capacité : en mettant en place une couche hot spot composés de plusieurs cellules à tailles réduites (pico/femto) et des nœuds relais. plusieurs techniques d’accès. est appelés HetNet (Heterogeneous Network). faciles à installer et elles permettent en plus d’assurer la couverture à l’intérieur des bâtiments des utilisateurs (bureaux. Autrement dit.

Ces dernières sont composées de trois champs :  DwPTS (Downlink Pilot Time Slot). Les demi-trames LTE sont divisées en 5 sous-trames.1 Les types de trame LTE le système LTE-Advanced puisse maintenir la synchronisation entre l’eNodeB et l’UE. car il ya des exigences différentes sur la séparation des données transmises. Les structures de trames pour la LTEAdvanced diffèrent entre les modes duplex TDD et FDD. Figure 7:Trame LTE de type 1 [3] B. La trame LTE de type 2 Tout comme la trame FDD.5ms. chacune de 5ms.III La structure de la trame LTE-A III. Il existe 2 types de trames LTE-A [3] :  Type1 : utilisé par les systèmes opérant en mode LTE FDD. 7 pour le cas d’un préfixe cyclique de taille normale et 6 pour le cas d’un préfixe cyclique étendu. La trame LTE de type 1 La trame LTE de type 1 a une longueur de 10 ms. Chaque sous-trame est divisée en sous-trames spéciales. Chaque sous-trame est divisée en 2 slots de 0. utilisée pour la synchronisation en DL. la trame TDD est de longueur T=10 ms divisée en deux demi-trames.  Type2 : utilisé par les systèmes opérant en mode LTE TDD. 2012/2013 Page 20 . Un slot correspond à un ensemble de symboles de modulation. il a défini deux structures de trames l’E-UTRAN. Celle-ci est divisée en 10 soustrames de longueur de 1ms. A.

 GP (Guard Period). assure la transmission de UE sans avoir des interférences entre UL et DL.  UpPTS (Uplink Pilot Time Slot).2 Physical Resource Bloc En LTE. l’espace temps/fréquence est divisé en PRB (Physical Resource Bloc). Chaque PRB est composé de 12 sous porteuses consécutives d’une largeur de 15 KHz chacune pour un slot (0.5 ms). Figure 9: Ressource bloc et ressource élément [3] 2012/2013 Page 21 . utilisé par eNodeB pour déterminer le niveau de puissance reçu de l’UE. Un PRB est le plus petit élément d’allocation des ressources affectées par le planificateur de la station de base. La figure suivante montre la structure de trame LTE Type 2 : Figure 8: Trame LTE de type 2 [3] III.

4 3 5 10 15 20 10ms 15KHz 6 15 25 50 75 100 Tableau 2: Le nombre de PRB valables en fonction de la largeur de la bande Signal de référence est l'équivalent "UMTS pilote" et elle est utilisée par UE pour prédire l'état de la couverture probable sur l'offre de chacun de la cellule eNodeB reçu.4 MHz jusqu’à 20 MHz comme le montre le tableau ci-dessous : Transmission BW [MHz] Dure SubFrame Sub-carrier Spacing Number of ressource bloc 1. La figure ci-dessous montre les emplacements du signal de référence au sein de chaque souscadre lorsque antennes d'émission sont utilisées par la cellule. Les spécifications LTE définissent les paramètres de bande passante à partir de 1.Le nombre total de sous porteuses disponibles dépend de la largeur de bande de transmission globale du système. Figure 10: Signaux de référence [5] 2012/2013 Page 22 .

en le découpant en sous canaux de largeur inférieure à la bande de cohérence. et leur nombre total qui dépend de la bande spectrale. Ainsi.3.1 OFDMA OFDMA est une extension de la technique de modulation OFDM pour permettre à plusieurs utilisateurs de transmettre simultanément sur un seul symbole OFDM. Cette technique d’accès est largement demandée dans les réseaux sans fils à large bande car elle résout le problème de sélectivité en fréquence du canal.3 Les techniques d’accès Pour tout système radio mobile. III. Ce dernier avantage rend possible l’utilisation de l’amplificateur de puissance du système dans sa zone proche du point de compression. la technique OFDMA est utilisée dans le sens descendant et la technique SC-FDMA est appliquée dans le sens montant III. Ces sous-porteuses sont générées grâce à l’IFFT (Inverse Fast Fourier Transform). il faut définir une technique d’accès qui permet une gestion des ressources radio disponibles.III. maximisant ainsi son rendement sans risquer l’apparition des distorsions [4]. l’information est transmise via plusieurs sous-porteuses orthogonales. et le symbole OFDM est celui constitué de la totalité des symboles informations transmis via les sous porteuses.2 SC-FDMA C’est une technique d’accès similaire à l’OFDMA où les symboles de données du domaine temporel sont transformés au domaine de fréquence par DFT (Discret Fourier Transform). L’espacement entre sous-porteuses en LTE est fixé à 15 KHz. La figure 13 montre la différence entre les deux méthodes d’accès OFDMA et SC-FDMA : 2012/2013 Page 23 . Pour les réseaux LTE-Advanced. Cette transformation permet de répartir le SNR sur la totalité de la bande.3.L’affaiblissement du PAPR est dû à la transmission en série avec la mono-porteuse au niveau de cette technique.

Figure 11: Différence entre OFDMA et SC. Les types des canaux logiques comprennent des canaux de contrôle (pour les 2012/2013 Page 24 . Ils représentent les services de transfert de données offerts par le MAC et sont définis par le type d'information qu'ils véhiculent. Figure 12: Les canaux radio en liaison montante et descendante [3] Les canaux logiques existent au dessus de la couche MAC. transports et physiques.1 Les canaux radios Il existe trois types de canaux radios : les canaux logiques.FDMA pour l’allocation des porteuses [4] III.4 Les Canaux et les signaux Physiques III.4.

Les canaux logiques  Broadcast Control Channel (BCCH). utilisé pour transmettre les informations demandées pour une réception multicast.données destinées au contrôle) et des canaux de trafic (pour les données du plan utilisateur) [8]. B.  Dedicated Control Channel (DCCH). Il est utilisé par des nombreux canaux logiques. Certains canaux logiques sont utilisés pour la liaison descendante. mappe au BCCH (Broadcast Control Channel). d’autres sont réservés pour la liaison montante. Ce canal est utilisé pour les configurations individuelles des terminaux mobiles comme les messages de Handover. c’est le canal principal pour le transfert des données en liaison descendante. utilisé pour la transmission des services MBMS (Multimedia Broadcast/Multicast Service) en liaison descendante. pour transmettre le PCCH.  Multicast Traffic Channel (MTCH).  Dedicated Traffic Channel (DTCH). utilisé pour transmettre les systèmes d’information du réseau à tous les terminaux mobiles d’une même cellule.  Paging Channel (PCH). Commençons par les canaux de transport de la liaison descendante. utilisé pour la transmission des données de l’utilisateur vers/de un terminal mobile. dédié pour la transmission des informations de contrôle du terminal mobile ou vers celui-ci. Les canaux de transport Les Canaux de transport sont situés dans les blocs de transport en bas de la couche MAC.  Paging Control Channel (PCCH). A.  Common Control Channel (CCCH).  Downlink Shared Channel (DL-SCH). 2012/2013 Page 25 . utilisé pour la pagination de terminaux mobiles dont l’emplacement au niveau cellulaire n’est pas connu de la part du réseau. utilisé pour la transmission des informations de contrôle à l’aide d’un accès aléatoire.  Multicast Control Channel (MCCH). nous trouvons :  Broadcast Channel (BCH).

Les canaux physiques Ce sont en fait les canaux physiques qui transportent les données des utilisateurs ainsi que les messages de contrôles qui lui sont parvenus des canaux logiques. Multicast Channel (MCH).  Physical Random Access Channel (PRACH). transporte les informations systèmes nécessaires pour les UEs afin d’accéder au réseau.  Random Access Channel (RACH).  Physical Multicast Channel (PMCH). transporte essentiellement l’ordonnancement de l’information. utilisé pour les conditions d’accès aléatoire.  Physical Downlink Shared Channel (PDSCH).  Physical Uplink Shared Channel (PUSCH). Pour la liaison montante. c’est le canal principal pour le transfert des données en liaison montante. transporte les informations système à des fins de multicast. C. Il est utilisé par des nombreux canaux logiques. transporte les acquittements de HARQ. utilisé pour transmettre les informations MCCH afin d’établir les transmissions multidiffusion.  Physical Downlink Control Channel (PDCCH). nous avons :  Uplink Shared Channel (UL-SCH). ce canal est l’analogue du canal PDSCH en liaison descendante. nous avons :  Physical Broadcast Channel (PBCH). utilisé pour les fonctions d’accès aléatoire 2012/2013 Page 26 . Pour la liaison montante.  Physical Hybrid ARQ Indicator Channel (PHICH). Certains canaux physiques sont utilisés pour la liaison descendante. informer l’UE pour lui permettre de décoder le PDSCH. d’autres sont réservés pour la liaison montante. nous avons :  Physical Uplink Control Channel (PUCCH). envoie les acquittements HARQ pour contrôler la transmission en Uplink.  Physical Control Format Indicator Channel (PCFICH). Pour la liaison descendante. utilisé pour l’unicast et les fonctions de paging.

etc.5. 2012/2013 Page 27 . En effet.1 Généralités La technique MIMO consiste en l’utilisation de plusieurs antennes à l’émission et à la réception.5. Il existe deux types de diversité :  Diversité RX : Quand il y a plus de RX que de TX antennes. Le but de la technique MIMO était d’améliorer le débit.III. Ce mode utilise des données redondantes sur des chemins différents. des progrès significatifs en efficacité spectrale sont effectués à travers l’augmentation du nombre d’antennes à la fois à l’émetteur et au récepteur.5 Techniques multi-antennes : MIMO (Multiple-Input Multiple Output) III. MIMO répond au besoin de la norme LTE-Advanced en termes de capacité de transmission. d’augmenter l’efficacité spectrale.  Diversité TX : Quand il ya plus de TX que de RX antennes. Il n’y a pas d’augmentation du taux de données. Cette dernière limite le nombre d’antennes à utiliser en raison de contraintes technologiques exigées.2 Diversité de transmission Le but de la diversité spatiale est de rendre la transmission plus robuste. La figure suivante illustre un modèle MIMO à quatre antennes émettrices et quatre antennes réceptrices : Figure 13 : Modèle d’un système MIMO à quatre antennes émettrices/réceptrices [7] III. Vu que les progrès en codage se sont rapprochés da la limite de capacité de Shannon pour les liens radio. de diminuer la probabilité de coupure du lien radio.

 MIMO à boucle ouverte (Open Loop MIMO) : Dans ce cas. mais plutôt à augmenter le débit de données. envoie un message feedback vers l’eNodeB à travers le canal PUCCH. ce mode est recommandé pour les scénarios des mobiles à vitesses élevées.Figure 14: MISO Figure 15: SIMO III. III. les différentes parties sont transmises indépendamment via des antennes séparées. les données sont divisées en catégories distinctes.5. l’eNodeB ne considère aucun feedback de la part de l’UE. après l’estimation du canal. Pour le réaliser.6 Modulations et codage adaptatifs la modulation et le codage adaptatifs (AMC Adaptive Modulation & Coding). est une approche opportuniste qui tend à adapter la technique de modulation et de codage en fonction 2012/2013 Page 28 .3 Multiplexage spatial Le multiplexage spatial n'est pas destiné à rendre la transmission plus robuste. Il existe deux modes de multiplexage spatial :  MIMO à boucle fermée (Closed Loop MIMO) : L’UE.

sont basés sur standard LTE Rel-8/9. En utilisant le fait que le canal est réciproque. 2012/2013 Page 29 . un schéma de modulation et de codage qui maximise l’efficacité spectrale tout en gardant le BLER (taux d’erreurs par bloc) inférieur à un certain seuil (généralement 10 %). Ces derniers. La figure ci-dessous résume les techniques de modulation mis en œuvre en LTE.de l’état du canal. le MCS en UL est maintenu le même ou inférieur10. surtout la couche physique et le réseau d’accès E-UTRAN. Pour les transmissions DL en LTE. l’UE envoie le feedback de CQI (Quantification du SINR) vers l’eNodeB pour que cette dernière lui sélectionne un MCS (Modulation & Coding Scheme). Figure 16: Technique de modulation en LTE [8] Conclusion Dans ce 1ere chapitre. Ce chapitre est structuré une manière où il sera utile pour son le successeur. dans lequel nous détaillons le processus de dimensionnement et planification du réseau d’accès LTE/LTE-Advanced. nous avons présenté les principales techniques du standard LTE Rel-10 ou LTE-Advanced. comme on a déjà mentionné.

Les informations détaillées sur l’eNodeB et l’UE. La première tient compte des exigences de la couverture et la deuxième tient compte des exigences de la capacité.Chapitre 2: Dimensionnement et Planification du réseau Mobile LTE-Advanced I. On a deux méthodes à suivre. Huawei et Nokia Siemens Network. Notre projet est inspirée de celle d’Ericsson. Figure 17: Processus de dimensionnement radio  la pré-planification: qui nécessite la collecte des données qui décrit la zone de déploiement. est une tache complexe. Huawei et Nokia Siemens Network. Les étapes de planification dans L'E-UTRAN Dimensionnement en LTE-Advanced. II. En effet. Du coup elle doit être bien développée. on cite par exemple: -Type d’antenne à utiliser: Ericsson. L’objectif de ce chapitre est d’introduire les outils de base permettant le dimensionnement des eNodeB qui représentent l’équipement d’accès pour le réseau. Introduction Dimensionnement des réseaux cellulaires est une étape très importante dans le cycle de vie des réseaux mobiles. l'opérateur doit se focaliser sur la planification. comme tout autre réseau cellulaire. pour déterminer le rayon de chaque cellule et puis le nombre des sites. 2012/2013 Page 30 . avant la mise en œuvre de son réseau. dans le but d'optimiser le coût de déploiement et devenir plus concurrent dans le marché.

 L'optimisation: On compare les résultats obtenus de deux dimensionnement.9-1500. trafic offert. II.9 Page 31 .).  Le Dimensionnement: consiste à dépasser les contraintes de couvertures et de capacité tout en minimisant les ressources exploitées.  La faible interférence avec les autres réseaux. -La liste des sites : identifier les lieux pour placer les ENodeB.9 1710-1770 1427.9 2110-2170 1930-1990 1805-1880 2110-2155 869-894 875-885 2620-2690 925-960 1844. Données.9 2110-2170 1475.1 Bandes de fréquences Lors du dimensionnement d'un réseau. et on considère le nombre des sites le plus grand. (services demandés.9-1879.9-1452.-Les informations sur la zone de déploiement (superficie. Ci-dessous des tableaux qui représentent les bandes de fréquences pour la norme LTE : LTE Band Number 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 2012/2013 Uplink(MHz) Downlink(MHz) 1920-1980 1850-1910 1710-1785 1710-1755 824-849 830-840 2500-2570 880-915 1749. -Les services à demander: VoIP. pénétration des abonnés dans cette zone. l'opérateur doit choisir une bande de fréquence disponible tout en respectant les inconvénients suivants:  Les spécifications géographiques de la zone.  Disponibilité du spectre. population). information géographiques.9-1784. etc.  La densité des utilisateurs.débit au bord de la cellule. Streaming.

9 3410-3500 2000-2020 1625.9 3510-3600 2180-2200 1525-1559 1930-1995 Tableau 3: Les bandes de fréquence FDD[3] LTE Band Number 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 Allocation (MHz) Width of Band(MHz) 1900-1920 2010-2025 1850-1910 1930-1990 1910-1930 2570-2620 1880-1920 2300-2400 2496-2690 3400-3600 3600-3800 Tableau 4: Les bandes de fréquences TDD[3] 20 15 60 60 20 50 40 100 194 200 200 2012/2013 Page 32 .5-1660.5 1850-1915 728-746 746-756 758-768 2600-2620 2585-2600 734-746 860-875 875-890 791-821 1495.12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 698-716 777-787 788-798 1900-1920 2010-2025 704-716 815-830 830-845 832-862 1447.9-1510.9-1462.

il faut définir les paramétras suivants:  SINR  Sensibilité d'eNodeB. nous devons suivre les étapes suivantes : II. le nombre des eNodeB sera le maximum du nombre issu de deux approches.1 Dimensionnement orienté couverture Pour couvrir une surface donnée. Avant de commencer les calculs.2. Le premier tient compte des exigences en couverture et le deuxième donne une estimation des ressources nécessaires pour supporter un trafic de données avec un certain niveau de QoS.2. Débit binaire requis Le dimensionnement commence par définir les exigences de la qualité. Pour ce faire.  Débit binaire requis. nous avons besoin de suivre deux méthodes : un dimensionnement orienté couverture et un dimensionnement orienté capacité. nous avons choisi la bande 1800 MHz. Nous allons débuter notre travail par le bilan de liaison radio. Cette dernière est exprimée par un certain débit binaire Rreq qui peut être fournie à un utilisateur au bord 2012/2013 Page 33 . Pour dimensionner les eNodeB. coupure de communication et taux de handover. A.2 Dimensionnement de l'eNodeB Le dimensionnement des eNodeB est la partie la plus sensible du processus de dimensionnement. nous devons déterminer le nombre de stations requises pour éviter l'échec d’accès.1 Bilan de liaison le but du bilan de liaison est de déterminer l'affaiblissement du parcours maximal entre l'eNodeB et UE dans les deux sens Uplink et Downlink.Dans notre travail. NbreNodeB(capacité)} Dans cette partie. II. NbreNodeB=Max{ NbreNodeB(couverture).1.  Bruit de la liaison montante (Marge d'interférence)  Puissance d'UE. nous allons analyser en détail ces deux approches de dimensionnement II. En conséquence.

il dépend du type de service. Eq 3 2012/2013 Page 34 . Bande passante MHz Nombre de ressource de block(RB) 1.4 3 5 10 15 20 6 15 25 50 75 100 Tableau 5: Largeurs de bande et les blocs de ressources spécifiées LTE B. Les résultats de simulation sont regroupés dans des tableaux pour différents modèles de canaux et arrangement d’antennes. L’équation suivante exprime l'exigence de débit binaire par ressource bloc: Eq 1 avec: Eq 2 BLER:(Block Error Rate %): le taux d'erreur par bloc à planifier sur les bordures de la cellule.d'une cellule avec une certaine probabilité. Le SINR exigé pour décoder un format de transport spécifique a été déterminé par un grand nombre de simulations. Tous les calculs suivants sont effectués par ressource bloc. SINR Le SINR est un paramètre qui résume bien la qualité du lien entre une station de base et un terminal mobile. L'exigence de débit suit le service pour lequel le système est dimensionné. Ces tableaux nous permettent de calculer le SINR ou le débit binaire R.

37 -18.6 34.34 -5.03 18. Les paramètres Arrangement D'antennes Modèle de canaux [Kbps] [dB] [dB] [Kbps] EPA 5 912.4 ETU 300 887.92 16.17 15. a2 et a3 sont des paramètres ajustés et est exprimé en dB.3 EPA 5 EVA 70 ETU 300 . .3 EPA 5 914.70 15.5 1162.5 EVA 70 912.4 Tableau 6: Les paramètres semi-empiriques pour la liaison descendante[9] 2012/2013 Page 35 .38 -6.2 EVA 70 913.7 27.01 -16. : Le nombre de port d'antenne configurés. a0 et a3 sont ajustés en tenant compte de la configuration des canaux de contrôle: Eq 4 Eq 5 Avec: et ce sont les valeurs maximales atteintes par et sans tenir compte des canaux de contrôle.00 16.93 16.1 27.75 15. .16 -10.2 25.49 -7.99 18. sont regroupés dans les tableaux suivants : Tx div 2*2 OLSM 2*2 SIMO1*2 1583.4 ETU 300 799.4 29.90 -4.a0. Le nombre total de ressources bloc pour la bande passante déployée. le nombre de symboles PDCCH alloués. a1.8 27.9 27.8 34.8 1409.03 -10.34 15.2 31. En DL.84 -8.

28 0 EVA70 456. : Nombre de sous-porteuses reçus pour la liaison montante [dB]. : Bande passante sous-porteuse [Hz]. la marge d’interférence.74 0 ETU 300 322. : Le facteur de bruit d'eNodeB [dB]. est la puissance du signal que le récepteur doit la recevoir pour réaliser.41 0 Tableau 7: Les paramètres semi-empiriques pour la liaison montante[9] C. C'est le niveau de signal minimum pour éviter les coupures radio.91 13. Eq 6 Avec: : La densité de puissance de bruit thermique -174dbm/Hz. : Rapport signal sur interférence et bruit de l’Uplink et downlink. La sensibilité des eNodeB. un utilisateur n’interfère pas avec d’autres utilisateurs dans la même cellule parce qu’ils sont séparés dans le domaine temporel et fréquentiel. Marge d'interférence En LTE-A.5 20.9 23.76 13. 2012/2013 Page 36 .9 20. dépend seulement de la charge des cellule adjacentes. Sensibilité d'eNodeB. D.Modèle de canaux [Kbps] [dB] [dB] [Kbps] EPA 5 459 .15 12.

2 Tableau 8: IM en fonction de la charge de la cellule [6]. sous la formule suivante : Eq 7 Atténuation du parcours maximale (sans clutter ) Apres avoir défini les paramètres précédents. Puissance d'UE et eNodeB PIRE (Puissance Isotrope Rayonnée Equivalente) : est la puissance rayonnée équivalente à une antenne isotrope.7 4.Charge de la cellule % 35 40 50 60 70 80 90 100 IM[dB] 1 1. l'atténuation du parcours maximale est donnée par la formule suivante: Eq 8 Atténuation du parcours maximale (avec clutter )  Marge de pénétration Perte de pénétration est l’atténuation du signal due à la pénétration aux bâtiments. Elle est exprimée en dBm. Elle dépend du type de zone.3 3.3 1.8 2.4 2.9 3. E. comme indique le tableau suivant: 2012/2013 Page 37 .

…. Les mesures réelles du terrain ont montré que l’effet de masque est une valeur aléatoire Log Normale (Logarithme est une variable aléatoire Gaussienne). les variations du signal due au obstacle qui existe dans le milieu de propagation.)  La structure des bâtiments : densité et épaisseur des murs.2 urbaine 7.  Perte de types de signal (Body) Le tableau montre le taux de perte pour un signal vocal. verre. bois.9 rurale 4.4 Tableau 11: Marge de Shadowing [10] 2012/2013 Page 38 .environnement Dense urbaine urbaine Suburbaine rurale Perte de pénétration [dB] 18-25 15-18 10-12 6-8 Tableau 9: Pertes de la pénétration [3] Cette marge dépend essentiellement de trois facteurs :   La fréquence du signal : Les pertes varient selon la fréquence du signal. Le type des bâtiments : Essentiellement le matériel de construction (brique. Type de signal VOIP Données Perte [dB] 3 0 Tableau 10: Perte selon le type de signal [3]  Marge de Shadowing C’est l’effet masque.9 Suburbaine 7. environnement Shadowing [dB] Dense urbaine 9. C’est l’affaiblissement dû à l’absorption d’une partie de l’énergie transmise par le corps humain (seulement pour le service vocal). nombre et dimensions des fenêtres. pièrre.

 les hauteurs des antennes de l'émission et de la réception.  La distance parcourue par l'onde. il est donné par la formule suivante : -Urbain dense ≤200 m ≤10 m =69.82 Eq 9 2012/2013 Page 39 . L’affaiblissement selon ce modèle dépend de la nature de la zone. mais ils prédisent le comportement le plus probable. A. à savoir :  La fréquence de l'onde. Modèle Okumura-Hata La modèle le plus connus.55+26. Ce modèle est valable selon les conditions suivantes:  150≤ ≤1500 MHz  1≤d≤50 Km  30≤  1≤ avec: la hauteur de la station eNodeB :la hauteur du terminal mobile.1. Cette formule dépend de plusieurs facteurs.  Clutter(caractéristique et densité des bâtiments) .  Type de terrain. il est basé sur les mesures d’Okumura prises dans la région de Tokyo au Japon . -13.Le Hata Modèle est aussi le modèle de propagation utilisé par Tunisie Telecom. Puisque il ya plusieurs modèles de propagation ont été définis.2 Les Modèles de propagation Un modèle de propagation RF est une formule mathématique utilisée pour caractériser la propagation de l’onde radio entre l’émetteur et le récepteur.16 .2.II. Ils sont utilisés pour prédire le rayon de la cellule à partir de la perte de trajet maximale autorisée. nous allons présenter quelque modèle qui ont été mis en place dans le domaine des télécommunication sachant que ces modèles ne peuvent pas prédire le comportement 100% exacte de la liaison radio.

-13.55+26.82 avec Eq 14 . suburbain. en ajoutant des termes correctifs pour tous les autres environnements. puis l’ajuster. .pour -Urbain ≤200 MHz >400 MHz =69. Modèle Cost-231 Hata Compte tenu que le modèle Okumura-Hata.82 Eq 10 Eq 11 -Suburbain Eq 12 -Rural Eq 13 B.Avec: .16 .9 13.pour . il est donné par la formule suivante : L=46.3+33. 2012/2013 Page 40 . =0 dB: pour la zone urbain.pour la zone urbain dense. pour la zone urbain est suburbain. =3 dB: pour la zone urbain dense. le groupe COST 231 a proposé de modifier ce modèle pour créer un autre opérant sur la bande 1500-2000 MHz dans les zones urbaines.

Il est valable dans les conditions suivantes :  800≤ ≤2000 MHz mais il peut être étendu pour atteindre des fréquences jusqu’à 6 GHz.  0. Modèle Cost-231 Walfisch-Ikegami Ce modèle est utilisé pour les environnements urbains et sous urbains. comme suit : 1ere cas: Line of sight Eq 15 2eme cas: Non Line of sight Eq 16 Avec: :Propagation en espace libre. Eq 17 Eq 18 si non Eq 19 2012/2013 Page 41 .C.02≤d≤5 Km  4≤  1≤ ≤50 m ≤3 m l’expression du l'affaiblissement peut s’écrire comme étant somme de trois termes d’affaiblissement élémentaire. :Perte par diffraction multi-masques. :Perte de diffraction du toit vers la rue.

: Facteur de correction prenant en compte l’orientation de la rue. Hauteur de station de base (m). b:Séparation entre bâtiment (m). nous pouvons déterminer le rayon de la cellule en utilisant le modèle de propagation adéquat. : Hauteur du mobile(m). nous appliquons le modèle Okumura-Hata pour calculer le rayon de la cellule. : Hauteur du toit du bâtiment (m).3 Détermination du nombre de sites Après avoir calculé l’affaiblissement du parcours maximal MAPL(avec clutter) en utilisant le bilan de liaison. Pour mieux comprendre. II. Nous avons : Eq 20 d'ou Eq 21 2012/2013 Page 42 .2.Avec: w: largeur de la rue en (m).1. f: Fréquence en (MHz).

que nous notons notons est calculé. nous pouvons maintenant calculer le nombre de sites nécessaires pour la couverture pour une zone bien déterminée à l’aide de cette formule : Empreinte +1 Eq 22 Avec : Area size : est la surface de la zone de déploiement. il reste maintenant à déterminer ce nombre en capacité. Cette dernière dépend du nombre de secteurs par site. et choisir le plus grand pour assurer la couverture de la surface déploiement. Remarque: il faut calculer le nombre de site pour deux ou trois modèle . Donc. La figure ci-dessous exprime la relation entre l’empreinte du site et le nombre de secteurs: Figure 18: Configuration du site Nombre de secteur par site Mono-sectorisé Bi-sectorisé Tri-sectorisé Tableau 12: Empreinte du site en fonction du nombre de secteurs Après la détermination de l’empreinte du site.Une fois le rayon de la cellule site. +1 Avec: x:le modèle de propagation. 2012/2013 Page 43 . nous pouvons calculer l’empreinte du . que nous . C’est ainsi que nous avons déterminé le nombre d’e-Nodes B en termes de couverture.

 ρ :Densité d'abonnées dans la zone(abonnés/km).  S :Surface de déploiement.. nous devons en 1ere lieu estimer parc d'abonnés total de Tunisie Telecom et un modèle de trafic pour les différent service offert ensuite nous devons estimer le trafic maximal à véhiculer dans la zone puis nous devons calculer la capacité moyenne par site enfin on peut conclure le nombre eNodeB nécessaire et le comparer avec le nombre eNodeB par couverture. nous devons estimer aussi le trafic offert par abonné à l’heure de pointe (les 60 minutes consécutives où le trafic est maximal).abonnée buisness). nous proposons de considérer le trafic pour deux catégorie d'abonnement(abonné public . etc. Pour cette raison. 2012/2013 Page 44 .. Vu que le LTE-Advanced est un réseau à commutation de paquets. nombre des abonnées.II.) et le profil des usagers.2. La capacité théorique du réseau est limitée par le nombre d’eNodeB installé dans le réseau. industrielle. elle dépend de plusieurs facteurs tels que type de la zone.1 Estimation du nombre d'abonnés et modèle de trafic Dans l'étape de dimensionnement l'opérateur doit faire des études sur la zone qui va être couvert . De ce fait.le type de service le plus demander dans chaque zone(habitation.2 Dimensionnement orienté capacité Le dimensionnement de capacité permet de trouver la capacité maximale qui peut être supporté par une cellule.2. II. service. le nombre d'abonné chez l'operateur dans une zone est estimé à: Eq 23 Après avoir estimé le nombre d’abonnés.2. la formule d’Erlang n’est plus valable. Son objectif est de déterminer le nombre des sites nécessaires pour satisfaire les trafics des abonnés dans une zone donnée.   Parc d'abonné total de Tunisie Telecom :Taux de croissance(%).

500 Streaming Both Data Rate (kbps) moyenne.5 0. Data Volume (MB) Durée de l'appel (s) 500 200.3040 25 9.500 500 200.4 0.2160 25 18.3040 25 2.4560 Flat Rate moyenne.000 12.000 12.000 12.000 12. Data Volume (MB) Tableau 13: Exemple du modèle de trafic[10] le débit moyenne se calcul en suivant la formule ci dessous: Eq 24 Eq 25 Eq 26 2012/2013 Page 45 .4 0. Data Volume (MB) Tarif d'abonnement UL (kbps) Overbooking Facteur moyenne.5 0.1710 1 90 30.2160 25 18.5 0.4320 1 90 30.Format Link Quantité(Busy Hour) Tarif d'abonnement abonnée Public 512 1024 Abonnée business 4096 8192 DL (kbps) Overbooking Facteur 25 9.7280 25 147.1710 VoIP Both Data Rate (kbps) Service Activité moyenne.5 0.1710 1 90 30.500 500 200.500 500 200.4 0. Data Volume (MB) Les tentatives d'appels Durée de l'appel (s) 1 128 128 512 1024 25 2.4320 25 73.1710 90 30.4 0.

etc.2. du taux de pénétration de la technologie LTE..2. l’opérateur peut estimer le trafic maximal qu’il doit véhiculer.(kbps) OBF: Overbooking Facteur ta: Durée de l'appel. A. Pour calculer le trafic totale requise. Profil des usagers L’opérateur LTE doit classifier ses abonnés en termes de demande de trafic afin de regrouper les usagers ayant un comportement similaire.2 Estimation de la totalité du trafic à véhiculer Cette étape consiste à prévoir le trafic agrégé des usagers dans la zone étudiée.(s) DA: Durée de l'appel (s) DR:DATA Rate.TA: Tarif d'abonnement.) dont a besoin un abonné résidentiel avec un débit allant jusqu'a (1024 ou 2048)kbps.  Abonnement business: Cet abonnement offre des service supplémentaire avec un débit allant jusqu'a (8196 ou 20480)kbps. jeu. respectivement pour DL and UL comme suit: Eq 27 avec: Eq 28 2012/2013 Page 46 . Sur la base de la modélisation du trafic que nous avons effectué dans la partie précédente.  Abonnement public: cet abonnement offre les service de base(VoIP.(Kbps) SA: Service Activité. nous avons besoin le nombre d'abonné pour chaque zone en spécifiant leur catégorie à l'heure chargée. Cette estimation se fait en fonction du nombre d’abonnés dans la zone. II. nous proposons ces deux classes d’abonnements. Dans le cadre de ce projet. Web Browsing. du partage prévu du marché entre les opérateurs et de la demande estimée en trafic..

 L'over Head du système.  Carrier agrégation.  Largeur du canal.II.  le nombre de cellule par site. La figure suivante montre la distribution des RE pour le système LTE : Figure 19: Distribution des RE dans la trame [3] 2012/2013 Page 47 . et ceci dépend de plusieurs intervenants :  les techniques de modulation et de codage  les techniques MIMO. etc.2.3 Calcul de la capacité moyenne de la cellule La capacité de la cellule en LTE-Advanced n’est autre que le débit moyen sur le canal physique de données (PDSCH pour DL et PUSCH pour UL).  La taille du préfixe cyclique. nous avons besoin d’un paramètre très important : le coût système (System Over Head).2. Avant de calculer la capacité moyenne de la cellule.

Le tableau suivant indique le nombre de PRB alloués pour différentes largeurs de bande : Largeur de la bande du canal 1. :le nombre de ressource bloc. La densité des signaux de référence en DL peut être résumée dans le tableau suivant: Nombre d'antenne à l'eNodeB ( ) 1 2 4 8 RE de RS par PRB 4 8 12 20 Tableau 14: Densité de RS en fonction de la configuration MIMO [6] Eq 29 pour le lien montant: Eq 30 Avec: :le nombre de symbole par un slot. Cout des signaux de référence RS pour UL et DL Le signal de référence permet l'estimation du canal. le cout des signaux de référence dépend de la configuration MIMO et la longueur du préfixe cyclique. Le coût du canal PUCCH est défini comme étant le rapport entre le nombre de PRB réservés pour ce canal et le nombre total de PRB dans le domaine fréquentiel par TTI.4 MHz 3 MHz 5 MHz 10 MHz 15 MHz 20 MHz 1 2 2 4 6 8 Tableau 15: Nombre de PRB alloués au canal PUCCH [6] 2012/2013 Page 48 .

PRACH pour UL et DL Ce canal occupe 6 PRB et il est transmis durant 4 trames radio consécutives d’où : Eq 32 Eq 33 : le nombre de symboles dans le domaine fréquentiel que peut occuper un préambule d’accès aléatoire. PCFICH et PHICH pour le DL (appelé L1/L2 OverHead) Ces canaux occupent les trois premiers symboles.  Coût des canaux PDCCH. D’où: Eq 34 Eq 35  Bilan Après le calcul du coût du système pour les canaux et les signaux physiques. du domaine temporel. de chaque TTI. nous obtenons : Eq 36 Eq 37 2012/2013 Page 49 . et il est donné par l’équation ci-dessous : Eq 31 avec: CC: Largeur de la bande du canal  Cout du canal PBCH. Ainsi l’OverHead relatif à ces signaux correspond au rapport entre le nombre de RE alloués à ces signaux et le nombre total des RE dans la trame radio de 10 ms. Cout des signaux de synchronisation pour DL (PSS et SSS) Les canaux PSS et SSS occupent ensemble deux fois 72 RE pendant chaque trame radio.

:sont respectivement le nombre de CC.2.4 Détermination du nombre des sites requis Le nombre de sites nécessaires pour satisfaire la contrainte de la capacité est donnée par : Eq 42 2012/2013 Page 50 .Pour calculer la capacité moyenne de la cellule. :sont respectivement le gain de multiplexage spatial et la probabilité d’occurrence de ce gain.2. nous avons besoin de l’efficacité de la bande qui est égale : Eq 38 Eq 39 Si on généralise la formule. II. (avec b et R sont respectivement le nombre de bits/symbole et le rendement du code). : sont respectivement l’efficacité de la bande en UL et en DL. on obtient l’équation de la capacité de la cellule pour le sens descendant : = Eq 40 Par analogie pour le sens montant: = Eq 41 Avec: :Nombre de secteurs par site. -k et : la probabilité d’occurrence du MCS d’index i.

nous avons présenté la méthode de dimensionnement d’un réseau LTE-Advanced.2.3 Nombre final d’eNodeBs requis Dans les sections précédentes. C’est l’objectif de notre Troisième partie. Par conséquence. 2012/2013 Page 51 . les différentes contraintes de capacité et de couverture. Nous avons présenté les différentes étapes du processus de dimensionnement ainsi que. nous avons déterminé le nombre minimum des eNodeBs requis pour établir la couverture demandée. le nombre de sites demandés pour obéir à la fois à la contrainte de couverture et de capacité est donné par l’équation : Conclusion Dans ce 1ere chapitre.II. Il nous reste donc à implémenter ces différentes étapes dans un outil bien spécifique. ainsi que le nombre minimum d’eNodeB pour satisfaire la demande en termes de capacité.

nous décrivons les fonctionnalités des modules du logiciel.nous allons présenter l’outil de dimensionnement. " LTE-Planet".Chapitre 3 : Conception d’un outil de dimensionnement et planification du réseau LTE-A I. I. Dans ce chapitre.1 Objectifs de l’outil de dimensionnement Le but de cette étude est de développer un outil de dimensionnement d’un réseau LTEAdvanced qui est capable de prendre en compte les contraintes d’ingénierie de cette nouvelle technologie. I.1. et son évaluation. .  Ville à dimensionner.1 Cahier de charge de l’outil I. nous commençons par spécifier le cahier des charges. constructeur et besoin clientèle. Cela nécessite une bonne conception pour dimensionner les zones et de bien partager les capacités pour gérer les besoins des abonnés. 2012/2013 Page 52 .1. Introduction Puisque le processus de planification radio est complexe. I. nous présentons l’environnement de développement et les différentes interfaces développées. réalisation et validation de l'outil . Les besoins viennent de la nécessité de palier les insuffisances des couvertures pour le système LTE-A.2 Paramètres de l’outil L’outil de dimensionnement.  Les paramètres du modèle de propagation. on va entamer la phase de conception. se base sur un ensemble de paramètres entrée et propres à l’opérateur. qui demeure un besoin pour faciliter la tache de planification Atoll. que nous avons développé.3 Paramètres d’entrée Nous avons besoins de ces paramètres pour effectuer le processus de dimensionnement :  la bande passante utilisée et le type d’antenne. Ensuite. il est nécessaire de développer un outil permettant de faciliter la tâche de planification ATOLL. Pour ce faire.  Les paramètres du bilan de liaison.1. Enfin.

4 Paramètres de sortie L’application doit afficher les résultats suivants à l’utilisateur :  MAPL en UL et DL. nous consacrons cette partie à la présentation détaillée des deux éléments. Pour cette raison.2 Analyse et conception de l’outil I. Ensuite. business). etc. taux des abonnés (public. Caractéristiques de la sous zone choisie : Surface.  Caractéristiques des abonnés de la sous zone: Taux de pénétration.  Nombre d’e-NodeB final à déployer de la sous zone. nature de la zone. densité de la population.  Nombre d’eNodeB orienté capacité par sous zone.2. Nous commençons par la spécification des besoins fonctionnels et non fonctionnels. I.2.  Trafic total sur le lien descendant et le lien montant.  Modèle de trafic de chaque service en UL et DL I.  Nombre d’eNodeB orienté couverture.1. nous détaillerons l’analyse de besoins en présentant les diagrammes des cas d’utilisation pour les différentes modules développées. 2012/2013 Page 53 .  Rayon final.  Capacité moyenne de la cellule en UL et DL.2 Spécification des besoins Le développement de la solution repose sur la spécification des besoins fonctionnels et non fonctionnels. I.1 Analyse L’analyse et la spécification des besoins représentent une étape fondamentale dans un cycle de vie du développement d’un logiciel.  Rayon de couverture.

Les résultats finaux seront affichés dans une interface.  Ergonomie : Les interfaces ne doivent pas être trop chargées pour garantir un temps de chargement acceptable.  L’utilisateur est obligé de commencer par le calcul de son bilan de liaison avant de choisir le modèle de propagation. 2012/2013 Page 54 . L’affichage des résultats et les champs insérés doivent être clairs pour l’utilisateur. conviviales et bien structurées du point de vue contenu informationnel. etc. I.2 Besoins non fonctionnels Certains besoins vont nous permettre d’améliorer l’efficacité de l’application élaborée dans ce projet de fin d’études.  Facilité d’utilisation : La manipulation doit être simple et facile grâce à des interfaces bien structurées.2.  Insérer certains paramètres généraux qui interviennent dans le calcul du bilan de liaison calcul de la couverture et le calcul de la capacité. l’ergonomie des interfaces et le temps de traitement.2.1 Besoins fonctionnels Plusieurs aspects peuvent entrer en jeu dans ce type de besoins.  L’application doit présenter des interfaces graphiques : claires. afin de l’adopter à des nouvelles technologies utilisées.  L’utilisateur a besoin d’une interface afin de calculer la capacité.2.  Visualiser les résultats après l’insertion des paramètres nécessaires.  Choisir la zone à dimensionner. qui sont présentés comme suit:  L’utilisateur doit être authentifié grâce à un login et un mot de passe avant d’accéder aux interfaces de calcul. le module doit être facilement modifiable et maintenable.I.  Maintenable: Pour prolonger sa durée de vie. à l’instar de la convivialité.2.

Figure 20 : Schéma synoptique simple de l’application I.2. nous pouvons déterminer le nombre d’eNodeB nécessaires pour couvrir la surface de la zone et la distance inter-site. L’utilisateur de l’outil doit suivre une démarche hiérarchique pour le dimensionnement du réseau d’accès LTE-Advanced. 2012/2013 Page 55 .1 Détermination du nombre d’eNodeB orienté couverture Ce module a pour objectif la détermination du nombre d’eNodeB qui répond à la couverture exigée pour le réseau LTE-Advanced. Dans cette partie.3.I. nous allons décrire les différentes étapes à suivre et les différents modules que nous avons conçus afin de déterminer le nombre d’eNodeB nécessaires pour satisfaire l'operateur. Les entrées de ce module sont :  Les paramètres du bilan de liaison. Après avoir dégagé le rayon de couverture.3 Conception de l’outil L’outil "LTE-Planet" fournit une interface utilisateur simple pour l’aide au dimensionnement des réseaux LTE-Advanced.2.  Les paramètres du modèle de propagation. Pour ce faire. il calcule le rayon de couverture d’une cellule et la distance inter-site à partir du bilan de liaison et du modèle de propagation adéquat aux caractéristiques du milieu.  Le modèle de propagation choisi adéquat à la nature de la zone. Cet outil effectue la tâche de dimensionnement en s’appuyant sur les 2 approches développées dans le chapitre précédent.

Les entrées de ce module sont :  Les caractéristiques d’abonnés : taux de pénétration de la technologie LTE.  Le SOH en UL et DL.2 Détermination du nombre d’eNodeB par capacité Ce module a pour but la détermination du nombre d’eNodeB qui répond à la capacité demandée au réseau en calculant la charge du trafic de la zone étudiée. Les sorties de ce module sont :  Le rayon de la couverture. catégorie des clients. Les sorties de ce module sont :  Le trafic total des abonnés en UL et DL. il faut spécifier catégorie des clients publics ou buisness ainsi que le débit en UL et DL pour ces dernières.2.3. bi-secteur. Surface de la zone. détermine la capacité moyenne de la cellule en UL et DL. le nombre de secteurs nécessaires pour véhiculer ce trafic et enfin le nombre de CA. il calcule le trafic total en UL et DL.  La capacité de la cellule en UL et DL.  Le nombre d’eNodeB. 2012/2013 Page 56 . mono-secteur".  Les caractéristiques de chaque catégorie : le débit sur UL et DL  La bande passante.  Nature de site "trisecteur. Pour ce faire. I. Ensuite.  Carrier Agregation.  Le gain de multiplexage spatial et l’occurrence de ce gain.  L’efficacité et la probabilité d’occurrence du MCS.  Nombre d’eNodeB.

1 Le diagramme de cas d’utilisation Le but de la conceptualisation d’un diagramme de cas d’utilisation est de comprendre et structurer les besoins de l’utilisateur. Il permet de représenter les différentes périodes d’activité des objets.2. Ces besoins qui sont le but attendu par le système à implémente. nous identifions les besoins de l’outil ainsi que les services offertes par notre application.4 les diagramme UML I. soit directement.2.4.4. Dans cette partie.2 Le diagramme de séquence Le diagramme de séquence est une représentation séquentielle des activités du système. soit par l’intermédiaire d’un autre objet qui lui sert de sous-traitant 2012/2013 Page 57 . il décrit le comportement d'un système du point de vue d'un utilisateur. Figure 21 : Diagramme de cas d’utilisation I. Une période d’activité correspond au temps pendant lequel un objet effectue une action. Ce dernier représente les cas d'utilisation. les acteurs et les relations entre les deux.2.I.

4. sera utile plus tard lors de la conception de notre base de données.2. les opérations (ou méthodes). et les 2012/2013 Page 58 . Ce diagramme qui a une structure statique décrivent la structure du système en montrant leurs attributs.Figure 22: Diagramme de séquence d'authentification Figure 23: Diagramme de séquence I.2 Le diagramme de classe Le schéma conçu ci-dessus. le diagramme de classes UML.

Ce langage orienté objet a été crée par Sun Microsystems en 1995.relations entre les classes.1 Netbeans IDE 6.  Ses multitâches : un lancement de tout un ensemble de processus en parallèle. 2012/2013 Page 59 . Figure 24: Diagramme de classe II Environnement Logiciel II. Nous avons choisi Netbeans comme éditeur vu sa capacité à réaliser des interfaces graphiques sophistiquées.1 Le langage que nous avons choisi pour développer notre application est le JAVA sous l’éditeur Netbeans.Il nous permettra de développer une application qui pourra s’exécuter sur n’importe quel système d’exploitation. ainsi que les relations entre les classes qui précisent le fonctionnement de notre outil. Dans notre cas. un puissant mécanisme d’exception face aux conversions dangereuses. Nous avons choisi Java vu :  Sa robustesse : une gestion de la mémoire. le diagramme de classes contient les principales classes utilisées dans notre application avec leurs différents attributs qui seront utilisés plus tard comme des paramètres.7.

MySQL dérive directement de SQL (Structured Query Language) qui est un langage de requête vers les bases de données exploitant le modèle relationnel.3. Pour y parvenir.2 Base de données : MYSQL (5. Cette interface regroupe le nom du logiciel. une plateforme de développement web sous Windows qui contient une base de données MySQL.1) Dans notre outil. II. le logo de l’entreprise. II. un menu qui permet à l’utilisation de l’outil et un autre permettant de fermer l’outil.3 Interfaces développées Dans cette partie. nous avons pensé à créer des bases de données. Figure 25 : L’interface d’accueil 2012/2013 Page 60 .1 L’interface d’accueil Lors du démarrage de l’application. nous allons donner un aperçu sur les différentes interfaces que nous avons développées. nous apercevons la fenêtre principale qui affiche une interface de bienvenue et qui demande à l’utilisateur de se connecter.II. le logo d’application. nous avons eu recours à installer le WampServer.

Elle contient les champs suivants le débit au bord de la cellule en UL 2012/2013 Page 61 .3 Bilan de liaison Cette interface nous affiche les différents paramètres généraux nécessaires pour le dimensionnement LTE.2 L’interface d’authentification Cette interface contient 2 champs dans lesquels l’utilisateur doit taper son identifiant et son mot de passe. Figure 26 : L’interface d’authentification Si l’une des deux entrées est fausse.II. Figure 27 : Echec d’authentification II.3. la fenêtre suivante s’affiche pour signaler l’erreur.

et DL. puissance a utiliser.. Figure 28: Bilan de liaison UL et DL Le tableau ci-dessous représente les différents résultats pour le bilan de liaison: Uplink Débit au bord de la cellule[Kbps] Puissance [dBm] Charge de la cellule [%] Gain d'antenne [dBi] Perte feeder [dB] 2012/2013 Downlink 2048 256 23 46 35 50 18 18 1 1 Page 62 . qui sont nécessaires pour les dimensionnements orientés couverture. la largeur de la bande et le type d’antenne. etc.

3 Les interfaces du modèle de propagation L'application contient 3 modèles de propagation Okumura Hatta . L’utilisateur doit exécuter les deux premier modèles de propagation pour la zone à dimensionner. Figure 29: Modèle Okumura Hata 2012/2013 Page 63 .279 152.345 154.078 Tableau 16: Bilan de liaison en fonction Channel Doppler II.Noise Figure [dB] Largeur de bande [Mhz] Channel doppler Résultat [dB] EPA5 2.2 7 20 EVA70 ETU300 EPA5 EVA70 ETU300 146.632 152.089 143. Chaque modèle fournit des paramètres qui permettent le calcul du rayon de couverture et le nombre site. Cost-231 Hata et Cost 231 Walfisch-Ikegami.361 144.

5 16 12 7 37.321 20 30 Urbain 30 Suburbain 45 60 Rural 1.455 1.459 73 37 4 2 Tableau 17: Résultat Okumura Hata Figure 30: Modèle Cost 231-Hata 2012/2013 Page 64 .52 0.Le tableau ci-dessous représente les résultats pour le modèle Okumura Hata frequence 1800MHz: Urbain dense Hauteur eNodeB [m] Hauteur receiver[m] Perte de pénétration [dB] Surface [Km2] Rayon de couverture [Km] Nombre de site 0.527 2.

Le tableau ci-dessous représente les résultats pour le modèle Cost-231 Hata frequence 1800MHz:

Urbain dense Hauteur eNodeB[m] Hauteur receiver [m] Perte de pénétration[dB] Surface [Km2] Rayon de couverture[Km] Nombre de site 0,343 20 30

Urbain 30

Suburbain 45 60

Rural

1.5

16

12

7

37.52 0,400 1,131 5,252

64

47

7

1

Tableau 18: Résultat Cost-231 Hata

Figure 31: Modèle Walfisch-Ikegami

2012/2013

Page 65

Le tableau ci-dessous représente les différents résultats pour les deux modèles de propagation:

Okumura Hata Rayon de couverture[Km] Dense Urbain Urbain Suburbain Rural 0,321 0,455 1,527 2,459 73 37 4 2 Nombre de site

Cost-231 Hata Rayon de couverture[Km] 0,343 0,400 1,131 5,252 64 47 7 1 Nombre de site

Tableau 19: Résultat des simulations orienté couverture

II.4 L’interface des paramètres pour le calcul de la capacité moyenne de la cellule
Cette fenêtre contient tous les paramètres nécessaires pour le calcul de la capacité de la cellule en UL et DL.

Figure 32: Les paramètres pour le calcul de la capacité moyenne de la cellule
2012/2013 Page 66

Aprés avoir rempli les différents champs de modulation and coding scheme, spatial multiplexing gain et configuration, il suffit de cliquer sur l'icone "calculer" pour les résultat de la capacité en suivant l'equation(Eq 40,Eq 41) .

II.4 L’interface des paramètres pour le calcul du Trafic
Cette fenêtre affiche le trafic total des abonnés en UL et DL pour les deux catégorie d'abonnés.

Figure 33: Les paramètres pour trafic total Le tableau ci dessous represente les differents resultats de modele de traffic pour les deux cas d'abonnes :

2012/2013

Page 67

28 256 1024 46. ainsi le nombre d'eNode orienté capacité.5 L’interface des résultats finaux Cette fenêtre regroupe le nombre d’eNodeB.08 184. Figure 34: Les résultats finaux de dimensionnement 2012/2013 Page 68 .16 737.Pénétration rate Nombre d'abonné Link Business subscriber[Kbps] Total trafic Business[Mbps] Public subscriber[Kbps] Total trafic Public[Mbps] UL 512 10% 4500 DL 4096 92. rayon de couverture orienté couverture pour chaque modèle de propagation.32 Tableau 20: Modèle de traffic en fonction peneration rate II.

1.2 Etape de planification Atoll Une fois notre système est choisi.455 Nombre se site 37 Nombre de site UL _ _ Nombre de site DL 0. UMTS. Nous pouvons utiliser ce logiciel pour planifier différents types de systèmes tels que CDMA2000. Pour notre projet. III La phase de planification III.400 47 _ _ _ _ _ _ 2 2 3 7 Tableau 21: Résultat de LTE-Planet D'après les résultats obtenus.2. GSM. nous avons utilisé le logiciel Atoll 3. on doit planifier notre réseau orienté couverture modèle Cost-231 Hata ( Km.1 Présentation de l'environnement de travail Afin d’accomplir notre exercice de planification. Figure 35 : Type de projet dans l’Atoll III. =47). nous choisissons le système de coordonnées. 2012/2013 Page 69 . nous choisissons le système LTE.Le tableau ci dessous résume tous les résultats de dimensionnements: Rayon de la cellule[Km] Couverture Okumura Hata Cost-231 Hata Capacité Public Buisness 0. GPRS. WIMAX et LTE.

les caractéristiques du site .2.nous avons ajouté des sites trisectorisés qui fonctionnent sur cette bande pour les différents environnements.1 Zone de couverture Le but du projet est le déploiement du réseau LTE dans la zone de Sfax vile. La figure suivant résume les paramètres des sites qui sont nécessaires pour les prédictions faites sur Atoll 2012/2013 Page 70 . Nous essayons d’assurer une couverture totale de cette région et de maintenir d’une bonne qualité de service. nous importons notre carte numérisée et nous définissons le modèle de propagation. km2. comme le montre la figure 34. le type d’antenne. La zone de couverture a une superficie de 85. Figure 37: Map Sfax Ville Après.Figure 36: Choix du système de coordonnées III.

Figure 39 : Paramètres d’émetteur et recepteur 2012/2013 Page 71 .Figure 38: Les paramètres généraux d’un site Zone urbaine Il faut aussi configurer les paramètres de l’émetteur en indiquant la perte totale ainsi que la perte due au bruit.

Nous limitons la zone tout d’abord en forme hexagonale par:  Computation zone(en rouge): utilisé pour définir la surface dans laquelle ATOLL prend en considération les émetteurs activent. La figure suivante présente un aperçu de la zone à planifier.2. qui couvre un peu plus que 37.  Focus zone(en vert) :c’est la zone exacte à planifier.  Cette zone se caractérise par une forte et moyenne densité de population.Figure 40: Les paramètres LTE du site III.52 Km².2 Zone géographique à planifier Nous allons choisir la zone Sfax Ville. lieu du Tunisie Telecom. Figure 41: Zone sélectionnée pour la planification 2012/2013 Page 72 . dans laquelle ATOLL génère ses rapport et statistiques.

et ces valeurs diminuent en s’éloignant des émetteurs à cause des atténuations. on doit ajouter 21 site dans la zone géographique à planifier tout en respectant leurs positions et configurations en azimuth et tilt actuels.Figure 42: Les sites actuels D'après le modèle de cost-231 Hata. Figure 43: Activation des sites Nous remarquons que les valeurs de puissance les plus élevées sont concentrées autour des sites. L’histogramme suivant exprime le pourcentage des zones couvertes en fonction du niveau de signal : 2012/2013 Page 73 .

Nous changeons aussi l’azimuth et tilt des transmetteurs. Figure 45: Position des sites après optimisation L’histogramme suivant exprime le pourcentage des zones couvertes en fonction du niveau du signal : 2012/2013 Page 74 .3 La position des sites après optimisation Nous déplaçons aussi les sites qui sont proches des frontières dans notre zone pour bénéficier de leurs couvertures.Figure 44: Histogramme de la prédiction de couverture avant optimisation III. nous devons ajouter des nouveaux sites.2. Si notre prédiction souffre des problèmes de couverture après le positionnement des sites.

Les entrées de la simulation est user profile environnement. III.-95] a diminué par rapport (figure 44).4 Résultat des simulations après optimisation Pour visualiser la réponse du réseau aux différentes demandes de trafic. nous avons effectué 10 simulations.2. Figure 47: L'état des abonnés 2012/2013 Page 75 . nous remarquons que le niveau signal entre [-105.Figure 46: Histogramme basé sur la prédiction de la couverture après optimisation D’après l’histogramme ci-dessus.100] et [-100.

nous remarquons que le taux de blocage ne dépasse pas 3. Ainsi. 2012/2013 Page 76 . Enfin. Conclusion Au cours de ce chapitre nous avons évoqué tous les étapes en relation avec la réalisation de l’application. une partie de planification pour valider les résultats obtenus. ce qui respecte le taux maximal fixé par les opérateurs (5%).1%. nous avons exposé des aperçus d’écran témoignent les différentes étapes de l’application.L’imprime écran suivante résume les résultats de la simulation : Figure 48: Résultat de la simulation D’après la figure précédente.

Un outil évolutif qui fournit une solution efficace. L’objectif principal de ce projet est de créer un outil de planification et de dimensionnement du réseau d’accès de l’E-UTRAN. C’est le principe de la convergence des réseaux aux quels répondent les réseaux des nouvelles générations et en particulier LTE-A. nous nous sommes intéressés à l’étude du dimensionnement d’un réseau d’accès LTE-A. nous avons profilé les usagers de l’opérateur dans le but d’évaluer la charge du trafic. dans LTE-Advanced. la sélection des emplacements des sites et l’élaboration des prédictions et des simulations dans la zone d’étude pour accomplir le processus de planification 2012/2013 Page 77 . Notre outil LTE-Planet ne couvre que le processus de dimensionnement du réseau d’accès. etc. qui suit l’évolution rapide du standard 3GPP LTE et qui tient compte des nouvelles technologies introduites. S1). Pour cela ce projet est de dimensionner et de planifier le réseau d’accès LTE-A dans le "Sfax ville". il est capable de jouir d’une multitude de services à travers le même réseau. son interface radio ainsi que les avantages qu’il assure. son architecture. En deuxième lieu. Nous projetons aussi d’ajouter un module cartographique à notre application permettant la lecture des modèles numériques du terrain. Enfin. Aujourd’hui un abonné est susceptible non seulement d’établir une connexion en tout moment pour récupérer ce dont il a besoin mais en plus. Ensuite. En premier lieu. telles que MIMO et l’agrégation de porteuses. le paramétrage des sites. nous avons présenté les différents paramètres du bilan de liaison et les modèles de propagation afin d’effectuer un dimensionnement des e-NodeBs orienté couverture. nous pourrons envisager d’intégrer tous le processus de dimensionnement des interfaces radio (X2. En perspective. ses caractéristiques. déterminé la capacité moyenne de la cellule pour effectuer un dimensionnement orienté capacité. Nous avons. nous avons commencé par une présentation générale du réseau LTE-A. nous avons comparé les résultats de dimensionnement obtenus avec notre outil à ceux générés par le simulateur Atoll. Nous avons conçu l’architecture globale de notre solution et développé ses fonctionnalités au sein d’un outil que nous avons appelé LTE-Planet. Pour cela.Conclusion Générale Le progrès du monde des télécommunications est de plus en plus rapide. également.

php?id=cshareforum_mobile&no=48 [13]http://www.xls [11] 4G LTE/LTE-Advanced for mobile broadband”.5. Johan Skӧl. Erik Dahlman.literature.002 V8. [9] « Coverage and Capacity Dimensioning ». [12] http://www. Juin 2009. Stefan Parkvall.Bibliographie [1] http://www.pdf [3] « Long Term Evolution Radio Access Network Planning Guide ».3. Published by Elsevier Ltd.efort.pdf [2] http://cp. 2011.6 Approved for RL10 / RL20 / RL30 / RL15TD / RL25TD Nokia Siemens Network. Ericsson.com/litweb/pdf/5990-6706EN. Stefan Parkvall. [10] RNT_LTE_Dim v2. Octobre 2007.agilent. « Network Architecture (Release 8).com/bbs/view. Octobre 2008.com/r_tutoriels/LTE_SAE_EFORT. [5] Long Term Evolution (LTE) an introduction.netmanias.com/2008/07/25/lte-wimax-vie-for-itus-love-and-affection/ 2012/2013 Page 78 . Johan Skold et Per Beming. AP. [6] Outil de planification et de dimensionnement dans l’E-UTRAN LTE-Advanced pfe Ali Lassoued [7] Planification et dimensionnement d’un réseau LTE sur le Grand Tunis pfe Med hakim Lahkimi [8] Erik Dahlman. HUAWEI. « 3G Evolution HSPA and LTE for Mobile Broadband.engadget. [4] 3GPP TS 23. Ericsson.0. 2nd Edition. 1/100 56-HSC 105 50/1-T Uen J1.

060 12.343 2012/2013 Page 79 .250 13.7417 0.652 17. dB -7.313 7.3701 0.1550 0.480 -0.5400 0.263 2.3525 0.789 4.1000 0.2050 0.5417 0.1172 0.701 -2.7717 SNR.403 8.649 -0.5025 0.196 20.3320 0.440 1.5850 0.3008 0.6700 0.479 3.934 18.3691 0.475 -5.561 1.771 5.131 -2.961 12.469 0.5879 0.6300 0.398 14.085 2.1250 0.658 -1.5017 0.994 11.991 15.6426 0.285 7.6925 0.7021 0.182 -4.032 20.3100 0.920 16.7525 0.5537 0.478 9.7539 0.994 10.4551 0.4238 0.544 0.8525 0.6016 0.017 14.164 -5.5049 0.534 15.2500 0.Annexe 1 Techniques de modulation et de codage (MCS index) pour DL et UL MCS index 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 Downlink Modulation Coding Rate QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 0.335 4.3650 0.6283 0.794 2.6631 0.8887 0.231 -6.738 16.9258 SNR.4000 0.6504 0.4500 0.5550 0.4300 0.6150 0.866 Uplink Modulation Coding Rate QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK QPSK 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 16QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 64QAM 0.1885 0.140 5.4385 0.3075 0.2452 0.794 3. dB -6.963 10.4277 0.113 -3.5700 0.1533 0.846 11.067 19.335 3.931 8.4785 0.7100 0.168 9.6016 0.564 2.774 -1.5350 0.243 6.727 7.168 9.010 10.8027 0.5137 0.995 14.748 6.4900 0.