Vous êtes sur la page 1sur 2

Des faits historiques sur les dangers (et les échecs) des vaccins

par Mike Adams

Mondialisation.ca, Le 1 septembre 2009

Natural News

Les vaccins sont le charlatanisme de la médecine moderne. Non seulement les programmes de vaccination de masse ne permettent pas de protéger la population contre les maladies infectieuses, mais dans de nombreux cas ils accélèrent véritablement la propagation de la maladie.

Au cours des dernières années, plusieurs sites Web ont fait leur apparition afin de contrer la propagande « pro-vaccins » concoctée par les compagnies pharmaceutiques (qui tirent profit des vaccins) et par les organismes de réglementation de santé publique (qui sont aux services des compagnies pharmaceutiques). L'un de ces sites est www.VaccinationDebate.com . Ce site dresse la liste des événements historiques suivants concernant les vaccins :

• En 1960 aux États-Unis, deux virologues ont découvert que les vaccins de la poliomyélite

étaient contaminés par le virus SV40 lequel provoque le cancer chez les animaux ainsi que des changements dans les cultures cellulaires de tissus humains. Des millions d'enfants ont reçu ces vaccins. (Med Jnl of Autralia 17/3/1973 P555)

• En 1871 et 1872, l'Angleterre a connu sa pire épidémie de variole faisant 45.000 morts alors que 98% de la population âgée de 2 à 50 ans avait été vaccinée. Au cours de la même période en Allemagne, alors que le taux de vaccination était de 96%, il y eu plus de 125.000 décès causés

par la variole. http://www.soilandhealth.org/02/020

The Hadwen Documents

• En Allemagne, la vaccination obligatoire de la population contre la diphtérie a débuté en 1940 et en 1945 les cas de diphtérie avaient passé de 40.000 à 250.000. (Don't Get Stuck, Hannah Allen)

• En 1967, l’Organisation mondiale de la santé déclara que le Ghana était protégé contre la

rougeole car 96% de sa population avait été vaccinée. En 1972, le Ghana a connu l'une de ses pires épidémies de rougeole et enregistra son plus haut taux de mortalité. (Dr H Albonico, MMR Vaccine Campaign in Switzerland, March 1990)

• En 1977, le Dr Jonas Salk, à qui l’on doit le premier vaccin contre la polio, a déclaré avec

d'autres scientifiques que l'inoculation des masses contre la poliomyélite fut la cause de la plupart

des cas de poliomyélite depuis 1961 aux États-Unis. (Science 4/4/77 "Abstracts")

• Entre 1970 et 1990, au Royaume-Uni, plus de 200.000 cas de coqueluche sont survenus chez des enfants ayant reçu toutes les injections relatives à ce vaccin. (Community Disease Surveillance Centre, UK)

• Dans les années 1970, en Inde, 260.000 personnes prirent part à une expérimentation de vaccin contre la tuberculose. Il y eu plus de cas de tuberculose chez les vaccinés que chez les non vaccinés. (The Lancet 12/1/80 p73)

• En 1978, une enquête auprès de 30 états aux États-Unis a révélé que plus de la moitié des

enfants qui ont contracté la rougeole avaient été vaccinés adéquatement. (The People's docteur, le Dr R. Mendelsohn)

• En février 1981, la publication du Journal of the American Medical Association a révélé que 90% des obstétriciens et 66% des pédiatres refusaient le vaccin contre la rubéole.

• En 1979, la Suède a abandonné le vaccin contre la coqueluche en raison de son inefficacité. Des 5.140 cas enregistrés en 1978, il a été constaté que 84% avaient été vaccinés trois fois! (BMJ 283:696-697, 1981)

• Aux États-Unis, le coût d'un vaccin combiné contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos est

passée de 11 cents en 1982 à 11,40 $ en 1987. Les fabricants du vaccin mettaient en réserve 8 $ par injection pour couvrir les frais juridiques et les dommages qu'ils versaient aux parents pour les dommages causés aux cerveaux des enfants et pour les enfants morts suite à la vaccination. (The Vine, Issue 7, January 1994, Nambour, Qld)

Article original anglais : http://www.naturalnews.com/026940_vaccines_vaccination_health.html

Traduction de Dany Quirion pour www.mondialisation.ca