Vous êtes sur la page 1sur 76

Rapport annuel 2012

www.appartenances.ch
Notre mission
La mission d’Appartenances est de favoriser le
mieux-être et l’autonomie des personnes migrantes,
et de faciliter une intégration réciproque avec la
société d’accueil dans un rapport d’équité.
Multiculturelles, ses équipes de professionnel-le-s
qualifié-e-s, salarié-e-s ou bénévoles, s’efforcent
de répondre de manière transversale aux divers
besoins psychologiques et sociaux des personnes
migrantes en difficulté. Des services tels que for -
mation, recherche et interprétariat communau-
taire sont destinés aussi aux professionnel-le-s
concerné-e-s.
Nos valeurs principales
Dans le cadre de la redéfinition de son identité,
Appartenances a qualifié trois valeurs de particuliè-
rement importantes. Inspirées par son histoire, elles
sont un reflet de la personnalité de l’association.
Pour que ces valeurs soient consciemment vécues
et appliquées par chacune et chacun, le comité
a cherché à définir ci-après ce qu’elles impliquent
au quotidien:
Le respect de l’identité et de l’altérité: Apparte-
nances se fonde sur une vision de l’humain dans
sa globalité; cette vision nous permet de consacrer
notre action et nos compétences à la personne
migrante; c’est en valorisant sa diversité, sa singu-
larité et son individualité que nos approches spéci-
fiques, comme l’intégration critique, se trouvent
déterminées et motivées.
Les compétences: Appartenances, de par son acti-
vité spécifique, requiert de ses collaborateurs une
expertise spécialisée et une exigence élevée de
professionnalisme. Elles se caractérisent par une
complémentarité des compétences individuelles et
des approches collectives mises en place dans les
différents secteurs. En pleine reconnaissance des
limites de son action, Appartenances joue un rôle
actif dans le réseau des acteurs sociaux de la place.
L’intégrité: au cœur du souci éthique d’Apparte-
nances, il y a la ferme volonté de répondre aux
besoins véritables de la personne migrante, sans
l’instrumentaliser, en la respectant dans sa totalité.
Par intégrité, nous nous rendons redevables envers
nos usagers, nos collaborateurs et nos divers parte-
naires. Cette valeur d’intégrité motive la transpa-
rence de la gestion financière d’Appartenances aussi
bien que son engagement politique et citoyen.
3
Sommaire
Message du Comité 6
Souvenirs en miroir 8
20années d’Appartenances 14
Editorial 20
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s
CPMLausanne 22
CPMVevey (Antenne Riviera) 24
CPMYverdon-les-Bains (Antenne Nord vaudois) 25
Statistiques CPM2012 26
Espaces sociaux
Leur mission 28
Centre Femmes –Lausanne 30
Espace Mozaïk –Lausanne 34
Espace Femmes Riviera –Vevey 38
Interprétariat communautaire 42
Secteur Formation 47
Nos collaboratrices et collaborateurs en 2012
Siège de Lausanne 52
Antennes Riviera et Nord vaudois 56
Nos bénévoles en 2012 58
Les chiffres en 2012 61
Partenaires et donateurs 70
Soutenez notre action! 73
Coordination: Natacha Noverraz, Appartenances, Lausanne. Création et mise en page: Cayenne Communication Visuelle, Lutry. Illustrations: collaboratrices
et collaborateurs, usagers et usagères d’Appartenances photographiés par Yves Leresche. Impression: Imprimeurie Fleury, Yverdon-les-Bains. Mai 2013.
Message du Comité
Claude Schwab, Président
Quand on a 20ans, on regarde en avant!
Le présent rapport retrace avec gratitude les débuts d’Appartenances, avec ce pari fou, cet engagement total
et cette inventivité des pionniers qui se sont mis ensemble pour démarrer une aventure. Chapeau bas!
Puis il a fallu croître, structurer pour répondre aux besoins... et s’adapter aux exigences d’une société qui aime
à cultiver l’ordre et l’amour des lois. Il a fallu troquer la 2CV contre un autocar, tout en gardant le même
parcours, le même esprit... mais avec une conduite plus lourde et moins improvisée.
Mais un anniversaire n’est pas l’occasion de cultiver la nostalgie, mais de se projeter dans l’avenir. Et déjà je rêve
des 50ans d’Appartenances, auxquels ni les fondateurs ni la plupart des collaborateurs actuels n’assisteront...
Trois scénarios semblent possibles:
Appartenances sera encore plus grand, tant la nécessité de l’interaction des cultures et des itinéraires
sera reconnue non seulement par les politiques mais aussi par l’ensemble de la population. Le pari de vivre
un enrichissement par la multiculturalité aura été tenu et la société de demain privilégiera les carrefours plutôt
que de parquer dans des ghettos ceux qui viennent d’ailleurs ou qui vivent autrement. Les cours de français
y seront couplés à des cours dans la centaine de langues que l’interprétariat communautaire cultivera,
les espaces sociaux seront des places incontournables pour toutes les générations et toutes les provenances,
la formation aux accueils réciproques sera reconnue et valorisée jusque dans l’école obligatoire, le soutien
thérapeutique, dans la ligne d’Appartenances, sera pratiqué sous toutes les latitudes...
6
Le second scénario est plus sombre: Appartenances n’existera plus parce que laminé par un nationalisme
étriqué, aveuglé par une idéologie d’une supposée pureté de «nos» origines. La tendance du repli identitaire
aura triomphé et les deniers publics seront refusés à tous ceux qui tenteraient de s’accrocher à une barque
supposée pleine. Mais ce sera l’heure de nouveaux pionniers qui inventeront des engagements solidaires
et lanceront des actions à contre-courant des enfermements...
Pour le troisième scénario, j’ai fait le rêve qu’Appartenances n’existera plus, parce que son action sera
devenue inutile. Toute institution sociale doit envisager de devenir inutile le jour où ses objectifs et son action
seraient repris par l’ensemble de la société. Je rêve d’un temps où Appartenances n’aura plus de raison d’être,
où les valeurs fondatrices auront gagné toute la société, où ses pratiques auront déteint sur les comportements
quotidiens...
Mais quand on a 20 ans, on fait la fête... avant de rester fidèles et engagés pour l’année qui suit. A cette
occasion je remercie tous les collaborateurs, participants et partenaires pour leur contribution à cette (encore)
nécessaire aventure. Merci pour l’engagement du comité, qui a été enrichi par la venue de M
mes
Ariane Ayer
et Mercedes Novier.
Membres du Comité
Ariane Ayer, Vincent Barras, Marc-Etienne Diserens, Magaly Hanselmann, Jean Martin, Mercedes Novier,
Alain Pécoud, Claude Schwab, Marcelo Valli.
7
Souvenirs en miroir
Marianne Adler Mœckli et Jean-Claude Métraux
Sollicités pour parler de la création d’Appartenances,
nous avons souhaité présenter cet écho du passé
sous forme de dialogue. L’origine d’Appartenances
étant plurielle, nous-mêmes n’étant que deux des
co-fondateurs parmi d’autres, il fallait que ce texte,
pour correspondre à la réalité de l’époque, fasse
entendre une pluralité de voix.
Jean-Claude: A l’origine d’Appartenances, il y eut
le groupe Lokolé qui a ensuite donné naissance au
groupe Prévention et promotion de la santé et qui,
entre 1991et 1992, se réunissait au Centre d’accueil
de requérants d’asile des Grangettes. En son sein se
sont rencontrées des personnes actives dans les
trois «groupes» qui co-créeront Appartenances:
outre le groupe Prévention, le groupe Femmes et le
groupe Clinique.
Marianne: Les trois groupes rassemblaient des per-
sonnes aux professions, cultures et statuts diffé-
rents. Ce fait a été déterminant. Nos motivations se
sont croisées: un engagement pour l’amélioration
des conditions de vie des migrants, l’envie de réaliser
un projet concret, un lien avec sa propre histoire
de migration, une manière de prendre son destin
en main ou encore un développement professionnel.
L’atmosphère du moment a joué un rôle. Une partie
de la population se montrait hostile, les prestations
pour les requérants commençaient à se réduire.
Mais des personnes privées, des associations, les
églises faisaient preuve d’une grande solidarité.
Beaucoup de mes collègues associaient leur travail
à un engagement militant.
JC:Au début des années 90, des milieux très divers se
sont fortement investis. Notamment l’Office fédéral
de la santé publique qui a soutenu, dans toute la
Suisse, le développement de l’interprétariat commu-
nautaire et apporté une contribution capitale aux
premiers pas d’Appartenances en finançant le projet
Prévention et promotion de la santé.
M: Des centres pour femmes migrantes ont aussi
été créés dans d’autres villes, avec qui nous avons
tissé des liens.
8
JC: Plusieurs membres de Lokolé étaient donc liés à
d’autres groupes: tu faisais par exemple partie du
groupe Femmes et François Fleury du groupe Clinique.
M: Oui, les débuts du groupe Femmes datent de la
grève des femmes du 14 juin 1991. Une réunion de
collaboratrices de la Croix-Rouge s’est tenue ce
jour-là pour faire un état des lieux de la condition
des femmes migrantes. Beaucoup ne pouvaient pas
suivre de cours de français faute de garde d’enfants.
Elles se trouvaient aussi très isolées. De là est née
l’idée d’un lieu de rencontre, ouvert tant aux mi -
grantes qu’aux Suissesses, avec notamment des
cours de français et un accueil enfants. Comme au
sein de Lokolé, nous sommes parties des ressources
des personnes. Faire avec les femmes et non pas pour
elles. Offrir un espace de création pour reprendre
confiance et développer leurs compétences.
JC: En parallèle, plusieurs psychothérapeutes se
sont réunis au sein du groupe Clinique avec l’objectif
d’améliorer l’accès aux soins psychothérapeutiques
des migrants, leur qualité aussi, en offrant aux pa -
tients la possibilité de parler leur langue, en prenant
en compte les contextes culturels et sociaux.
M: Nos projets étaient complémentaires les uns des
autres. Des personnes ont pu prendre des places
différentes dans divers secteurs de l’association, être
à la fois une patiente du groupe Clinique et l’instiga-
trice d’une activité au Centre Femmes. Cette multi-
plicité a été décisive dans le choix du groupe Femmes
de s’associer à la création d’Appartenances.
JC: Parmi les pépites d’Appartenances, il y a cette
altérité au sein même de l’association : trois groupes,
des visées différentes, travailler ensemble tout en
étant différents. Appartenances (au pluriel) prend
tout son sens.
M: La pluralité encore dans les liens développés,
autant avec les associations féminines vaudoises
qu’avec des institutions publiques et des fondations
privées. Lieu de convergence autour de l’accueil des
migrants, Appartenances a aussi bénéficié d’appuis
9
individuels. Beaucoup d’amis, de membres de nos
familles, nous ont offert temps et compétences.
JC: Trois groupes... Je regrette follement que le
groupe Prévention, pilier dans la création d’Appar-
tenances, se soit plus tard évanoui. Tout participant
y était reconnu co-auteur du projet. Cette philoso-
phie a ensuite nourri notre conception originale
de l’interprétariat et a certainement constitué la clef
de la réussite d’Appartenances: nous avons osé un
projet dont nous nous sentions les co-auteurs, parce
que les migrants faisaient le même pari. Et notre pari
un peu fou a réussi. Ce n’était pourtant pas gagné
d’avance. Nous avons loué des locaux sans la moin-
dre garantie que nous pourrions les payer. Ce succès
doit beaucoup à l’engagement résolu et militant de
tous les membres fondateurs d’Appartenances, puis
de ceux et celles qui nous ont rejoints. Ainsi, notre
décision de ne pas nous rémunérer, dans un premier
temps, limita beaucoup nos frais.
M:C’était une prise de risque personnelle pour nom-
bre d’entre nous. Ensuite, lorsque nous avons pu nous
payer, tous les collaborateurs touchaient le même
salaire et continuaient d’effectuer une part de tra-
vail militant (bénévole dirait-on aujourd’hui). Nos
projets ont pu se développer grâce à cette solidarité,
entre les membres et entre les projets. Même si ce fut
parfois difficile, avec des discussions, des disputes.
JC: La structure que nous avons mise en place a
joué un rôle primordial. Les trois groupes initiaux
bénéficiaient d’une forte autonomie. La quasi tota-
lité des salariés étaient membres de l’association.
Nous construisions ensemble des repères théoriques
sans cesse alimentés par nos expériences dans la
pratique. Tous les collaborateurs participant sur tous
les plans à notre projet pluriel, nous nous en sentions
pleinement les auteurs. Appartenances ne pouvait
se développer qu’avec une structure de ce type.
M: Oui. Au Centre Femmes, une direction collégiale
assistée par une commission consultative débattait
et décidait. Ces espaces de réflexion ont donné
un dynamisme particulier durant toute la période
de création. Notre grande force venait du groupe.
Nous avons réussi ensemble ce qu’aucun n’aurait
pu faire seul.
10
JC: Cela dit, peut-être que notre chance insolente,
notre succès et notre croissance, nous ont aussi
piégés. Nous en reparlerons dans 20ans...
Tous deux, nous avons eu beaucoup de plaisir à
revisiter cette histoire, à nous souvenir aussi des
personnes qui ont participé avec nous à la création
d’Appartenances le 1
er
octobre 1992: Aliénor Bern-
hard, Amilcar Ciola, Andrea Zobel, Anne Winterhalter,
Augustine Mukonkolé, Bilal El Hoz, Brigitte Monod,
Christian Mœckli, Christiane Balmer, Daniela Cerretti,
Irène de Santa Ana, Janine Derron, François Fleury,
Géraldine Hatt, Marie-Christine Saxer Studer,
Marie-Corinne Probst, Mireille Dubois, Natacha
Noverraz, Noémie Favre.
11
20années d’Appartenances
Historique
Fin 1992, l’association Appartenances Vaud est
créée, à Lausanne, dans le but de favoriser l’autono-
mie et la qualité de vie des personnes migrantes
par la découverte et l’utilisation de leur propres
ressources, et de promouvoir la rencontre entre les
personnes et communautés migrantes et la société
d’accueil.
Au sein des trois groupes piliers d’Appartenances –
Prévention, Clinique et Centre Femmes – des per-
sonnes migrantes et des professionnels du domaine
socio-éducatif et de la santé réfléchissent et tra-
vaillent côte-à-côte, dans un échange permanent.
Cette diversité permet de développer une approche
transdisciplinaire qui associe à la fois la prévention
et la promotion de la santé, la reconstruction du lien
social, l’accès à la formation élémentaire; non pas
comme des thématiques sans rapport les unes avec
les autres, mais bien comme différentes facettes
d’une même action.
Au printemps 1993, Appartenances ouvre ses premiers
locaux à la place Chauderon à Lausanne: un petit
4pièces dans lequel toutes les activités cohabitent.
La croissance des différents projets est très rapide
et, en 1995, il devient impératif de déménager dans
des locaux plus grands, à la rue des Terreaux 10, où
se trouve toujours le siège d’Appartenances.
De 1994à 1999, plus de 200promoteurs et promo-
trices de santé sont formés au sein des communau-
tés migrantes des cantons de Suisse romande, ainsi
qu’à Berne, à Soleure et au Tessin dans le cadre
du projet de prévention et promotion de la santé
Vers une meilleure qualité de vie des populations
migrantes. Plusieurs groupes de promoteurs seront
ensuite à l’origine de projets originaux de prévention
et promotion de la santé au sein de leurs propres
communautés.
Par ailleurs, l’accès pour les requérants d’asile,
particulièrement les personnes victimes de violence,
à des soins thérapeutiques spécialisés est l’une des
grandes batailles d’Appartenances. Sa Consultation
psychothérapeutique pour migrant-e-s (CPM) est
devenue l’un des quatre centres reconnus en Suisse
pour la prise en charge des personnes victimes de
torture et de guerre, et à ce titre soutenus par la
Croix-Rouge suisse et le Haut Commissariat des
Nations Unies aux Droits de l’Homme.
14
Si l’aspect communautaire, basé sur la parole, le lien,
la mutualisation des ressources de l’individu et de la
communauté, est constitutif du développement des
projets de prévention, promotion de la santé et accès
aux soins, il est également à l’origine du projet
du Centre Femmes. Dans cet espace social destiné
aux femmes migrantes et à leurs jeunes enfants,
la rencontre, le partage, l’échange de compétences
et la valorisation des ressources de chacune tiennent
une place essentielle. En 1994, le Centre Femmes
participe, avec quatre autres associations, à la créa-
tion de laCommunauté d’intérêt pour la formation
élémentaire des adultes (CIFEA)pilotée et soutenue
jusqu’à ce jour par la Ville de Lausanne.
Dès les débuts d’Appartenances, des interprètes
collaborent avec les thérapeutes, d’abord bénévo-
lement, dans le cadre des consultations psychothé-
rapeutiques. En 1996, l’association met sur pied la
première formation structurée d’interprètes com-
munautaires en Suisse. Elle est aujourd’hui reconnue
pour l’obtention du brevet fédéral d’interprète com-
munautaire et Appartenances forme des interprètes
de toute la Suisse romande. En 1997, l’association
crée le Service Intermedia, dans le but de favoriser
la collaboration d’interprètes communautaires au
sein des institutions du canton de Vaud actives dans
les domaines de la santé, du social et de l’éducation.
En 1996, un groupe de cliniciens lance le projet
Espace Hommes, qui devient Espace Mozaïk après
son déménagement au Flon dans un ancien atelier.
Celui-ci, mis à disposition par la Ville de Lausanne,
va être entièrement transformé et rénové par les
premiers participants et animateurs. Cet espace
social mixte entend cependant donner une place
particulière aux besoins des hommes migrants, en
leur offrant notamment des groupes de parole.
C’est en 1997qu’Appartenances ouvre une Antenne
Rivieraà Vevey, à la demande de la ville et des com-
munes avoisinantes. Cela répond à un réel besoin
régional, tant au niveau des soins psychothérapeu-
tiques pour les personnes migrantes, que de l’ac-
compagnement et des cours de français et d’alpha-
bétisation pour les femmes, qui sont accueillies
quotidiennement dans le cadre de l’Espace Femmes
Riviera. En 1999, c’est la Ville d’Yverdon-les-Bains qui
sollicite également Appartenances pour l’ouverture
d’une Antenne Nord vaudois.
15
Inspirées et stimulées par le travail et les objec-
tifs d’Appartenances Vaud, d’autres associations
Appartenances voient le jour à Genève (1997) et à
Lyon (2001). Elles sont indépendantes, notamment
sur le plan financier, mais entretiennent des contacts
réguliers. La formation continue, l’échange et l’ou-
verture vis-à-vis d’autres professionnels du réseau
occupent une place centrale à Appartenances qui,
dès 1993, organise à leur intention la formation
Introduction à l’approche des migrants. Le Secteur
Formation, créé au début des années 2000, propose
depuis lors un catalogue annuel de cours, ainsi que
des formations à la carte sur des questions liées
aux migrations, à l’interculturalité et à la violence
organisée.
Durant les premières années, l’association et son
comité, présidés par le Dr Jean-Claude Métraux,
sont essentiellement composés de collaborateurs
d’Appartenances. En 2000, la croissance rapide
des activités et des budgets pousse l’association à
repenser sa structure, son fonctionnement et sa
gouvernance, notamment en élisant un comité com-
posé de non-collaborateurs, présidé par M. François
de Vargas, puis par M
me
Anne-Catherine Menétrey.
A partir de fin 2003, le Département de la Santé
et de l’Action Sociale du Canton de Vaud prend en
charge la coordination du financement de l’associa-
tion à travers un contrat de prestation. Cette colla-
boration est renforcée par la signature en 2011
d’une convention avec le CHUV pour les activités
médicales, et le passage en facture sociale du
financement d’autres prestations non-médicales
à visées intégratives.
En 2010, les Assises romandes de l’interprétariat
communautaire, organisées par Appartenances en
collaboration avec tous les services d’interprétariat
romands et la Confédération, mettent en évidence
le rôle central de l’interprétariat communautaire
pour permettre une égalité d’accès aux soins de
santé et aux prestations sociales et éducatives pour
toutes et tous.
Sorti en 2011sur les écrans romands, le documen-
taire Sous la main de l’autrede Vincent Detours et
Dominique Henry, coproduit par la RTS, la RTBF et
Arte, vient souligner l’importance et l’originalité
du travail réalisé dans le cadre de la prise en charge
des personnes victimes de la torture et de la guerre.
16
Au fil de ces 20 années, de nombreuses institutions
publiques et privées ont soutenu Appartenances.
Nous tenons à les remercier ici, notamment: le Service
de la santé publique du Canton de Vaud, l’Office fédé-
ral de la santé publique et l’Office fédéral des réfu-
giés, la Fondation suisse pour la promotion de la
santé, la Ville de Lausanne, la Ville de Vevey et la RAS
Riviera, la Ville d’Yverdon-les-Bains, le Haut Commis-
sariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme, la
Croix-Rouge suisse, la Fondation Lancaster et la
Loterie Romande. Nous adressons également nos
remerciements à tous nos membres, sympathisants
et donateurs privés, ainsi qu’aux nombreuses person-
nalités qui nous ont apporté leur soutien dès la pre-
mière heure, tout particulièrement le Dr Jean Martin,
M. Didier Burgi, M
me
Yvette Jaggi et M. Jean Vallet.
17
.·.. . |.-. +. -.· .¸¸.··.-.-.·
¸·.·. ·.¸.·.-.-· ¡’.. -. ¸.·.-·.
... - ¸·.-+ -.-|·. +. -.· ·.-|´.|´.·
¸·.. ., -.-.· ·.·.·.·
¸·.· ·.· .-·.-|´. ¡’.. -.- .+.-·.·. ¸·.¸·.
¸. -. ·. .-¸.-+ ... .-. .··.
Amin Maalouf, Les Identités meurtrières (1998)
Editorial
Erika Volkmar, Directrice
20 ans, le carrefour où un premier bilan fait sens pour tout jeune adulte. Pas par nostalgie de ses
années d’enfance ni pour dresser un panégyrique à ses géniteurs, mais pour considérer les valeurs qu’ils
ont voulu lui transmettre et définir celles, transmises ou singulières, qu’il fera siennes. Celles qui, adaptées
à l’environnement spécifique de sa génération, fonderont ses choix personnels pour une vie adulte féconde.
Parvenu à ce jalon, Appartenances se remémore son passé pour mieux adapter son action aux réalités
futures, à leurs opportunités comme à leurs menaces. Depuis 20ans, la Suisse s’est engagée dans une spirale
descendante de révisions des lois sur l’asile et les étrangers dont l’application soulève de nombreuses
inconnues auxquelles le Canton de Vaud et Appartenances devront répondre. Nous devrons enrichir notre
expérience de beaucoup de créativité pour adapter nos prestations, poursuivre l’amélioration de leur qualité,
nous indigner avec finesse et résister de manière constructive.
En dépit de ce contexte peu favorable, je constate avec satisfaction qu’en 2012, nos équipes ont encore su
accueillir toutes les personnes migrantes de manière respectueuse et individualisée selon leurs singularités.
Pas simple, car leur nombre s’accroît et leurs profils changent (pays et langue d’origine, statut de séjour,
conditions de vie), à l’exception de la proportion toujours élevée de victimes de torture et de guerre.
Les cliniciens se sont vus référer des patients de plus en plus précarisés (aide d’urgence, déboutés de l’asile,
etc.) ce qui rend leur pratique professionnelle toujours exigeante et souvent frustrante. Une évolution qui
20
appelle pour 2013un travail de définition plus précise des critères cliniques et sociologiques de leur prise
en charge psychothérapeutique.
Cette année encore, le Secteur Interprétariat Communautaire a répondu à une importante croissance
de la demande en renforçant son équipe, tout en étendant la formation des interprètes aux autres cantons
romands. Je souhaite dire ici mon admiration pour nos interprètes qui, comme nos cliniciens, surmontent
avec professionnalisme la charge émotionnelle de situations sociales et médicales toujours plus lourdes.
Son site condamné par la construction d’une rocade et de la nouvelle Maison du livre lausannoise, l’Espace
Mozaïk cherche, sans cesser de remplir sa mission, de nouveaux locaux pour fin 2013. Quand à l’Antenne
Riviera (CPMet Espace Femmes), elle sollicite, pour accommoder sa croissance, de nouvelles surfaces
dans le bâtiment mis à sa disposition par la Ville de Vevey. Enfin, le redressement financier du Secteur
Formation est l’occasion de saluer l’engagement et la rigueur de son équipe, la solidarité des autres secteurs
d’Appartenances, et de remercier chacune et chacun de nos donateurs privés, particulièrement généreux
en 2012.
Un dernier mot pour dire la reconnaissance et l’espoir suscités par le renfort de bénévoles toujours plus
nombreux, sans qui nous n’aurions jamais pu cheminer avec tant de femmes, d’hommes et d’enfants en
difficulté dont la proximité ne cesse de nous enrichir.
21
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s (CPM)
Lausanne
D’importants changements affectent la population
migrante et le contexte de notre activité clinique.
Bien que les personnes migrantes provenant
d’ex-Yougoslavie représentent encore 37%de nos
patients, nous avons observé en 2012une augmen-
tation significative de la proportion de personnes
venant d’Afrique, d’Asie, du Proche et Moyen Orient.
De même, davantage de personnes requérant l’asile
(+17%) ou à l’aide d’urgence (+21%) nous sont
adressées. Face à ces changements, la CPM s’est
engagée dans plusieurs adaptations complexes.
L’organisation et les procédures ont été consolidées
afin de mieux préciser les rôles et les tâches, et
des espaces de réflexions et de supervisions ont été
aménagés pour garantir le meilleur soutien clinique
mutuel possible. La formalisation, au sein de notre
consultation spécialisée, de pôles de compétences,
tels que le Groupe d’inspiration ethnopsychiatrique,
ou le Groupe enfants-ados en collaboration fruc-
tueuse avec l’Unité Multidisciplinaire de Santé des
Adolescents (UMSA), s’inscrivent dans cette même
dynamique. Parallèlement, la restriction des droits
des requérants d’asile, le nombre croissant de
personnes déboutées et la précarisation de leurs
conditions de vie, voire les traumatismes qui les
affectent en Suisse, contribuent à péjorer la santé
physique et psychique des personnes qui nous sont
référées. Un constat qui nous pousse à redéfinir
nos priorités cliniques, en relation avec les autres
institutions publiques ou privées du canton, avec qui
nous poursuivons la complémentarité et, autant
que possible, certaines synergies.
Une analyse de l’adéquation de la capacité clinique
de la CPM a été menée en 2012 à la demande du
Département de Psychiatrie du CHUV. C’est la CPM
Vevey-Riviera qui souffre des délais d’attente les
plus longs et devrait être renforcée en priorité, sous
réserve de disposer des surfaces et des moyens
nécessaires. Notre préférence est de maintenir
toute croissance ou nouvelle implantation modeste,
avec une attention soutenue aux aspects de santé
et sécurité au travail, notamment en termes de
supervisions et d’espaces de partage, conditions
de soutien vitales pour nos équipes.
Face à toutes ces contraintes, nous veillerons à ce
que la personne migrante reste centrale à ce proces-
sus de consolidation et d’amélioration constantes.
22
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s (CPM)
Vevey (Antenne Riviera)
Durant 2012, l’activité clinique de la CPMde Vevey
a connu un accroissement de 6%correspondant à
une petite augmentation des taux d’occupation,
notamment due à un changement de médecin.
L’année a été marquée par les festivités des 15ans
de l’Antenne Riviera d’Appartenances. Elles ont été
l’occasion d’une collaboration rapprochée avec nos
collègues de l’Interprétariat Communautaire et de
l’Espace Femme aux fins d’organiser une journée
festive le 2 juin 2012, durant laquelle les activités
de nos trois secteurs ont été présentées sous forme
de théâtre, de film et d’exposition interactive. A
l’interne de l’antenne, notre pratique de prise en
charge globale des patients, avec une articulation
transdisciplinaire entre la clinique et l’espace social,
a été formalisée.
Au niveau de notre réseau clinique, nous avons
engagé une collaboration avec nos collègues des ins-
titutions de la région Chablais-Riviera, afin de nourrir
une réflexion sur la prise en charge des patients
migrants de la région et d’améliorer l’articulation
de nos pratiques.
24
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s (CPM)
Yverdon-les-Bains (Antenne Nord vaudois)
Activités clinique
En 2012, l’équipe de la CPMd’Yverdon-les-Bains a
offert un suivi psychothérapeutique et psychiatrique
à 215 personnes migrantes, dont près de 30% de
nouvelles demandes.
L’année a été marquée par un renforcement de notre
partenariat avec l’EVAMdu secteur Nord, au travers
de réunions d’équipes, d’une visite du Centre de
Sainte-Croix, au sein duquel sont hébergés nombre
de nos patientes et patients, ainsi que d’une réflexion
menée avec les collaborateurs de l’EVAMsur le travail
avec des personnes présentant des troubles psy-
chiques. Menés dans un esprit de réciprocité, ces
échanges nous ont permis de mieux connaître nos
réalités institutionnelles et de définir plus finement
les axes de notre collaboration.
Sur le plan interne, un cours de yoga, destiné à des
femmes souffrant de traumatismes et de troubles
psychiques, a été mis sur pied par la physiothéra-
peute. Constitué de patientes qui ont d’abord été
suivies individuellement en physiothérapie, ce groupe
s’appuie sur une dynamique collective et permet l’in-
tégration progressive de notions de plus en plus fines,
tout en s’adaptant aux problématiques physiques
et psychiques spécifiques de chaque participante.
Activités de rencontre et d’animation
Le profil de notre public ayant évolué, nous avons
souhaité offrir un accueil aux mères accompagnées
d’enfants en âge préscolaire, souvent isolées de ce
fait, afin qu’elles puissent elles aussi disposer d’un
espace de dialogue et d’expression. Cet objectif a
pu être atteint par le renforcement de nos ateliers
mères-enfants d’une part, et par l’ouverture d’un
accueil enfants organisé par la Ville d’Yverdon.
Par ailleurs, l’atelier au jardin s’est développé sous
forme d’un nouveau projet pédagogique en lien
avec les saisons. Divers événements, dont les Portes
Ouvertes des Jardins du Cœur et une sensibilisation
à l’alimentation en collaboration avec l’Espace
Prévention, ont été l’occasion pour les femmes fré-
quentant nos activités de s’engager activement,
en passant parfois du statut de participantes à celui
de représentantes de l’association.
Sur le plan structurel, nos Activités de rencontre et
d’animation ont quitté le secteur de la CPMqui les
avait fondées en 2006et dont elles faisaient partie
depuis, pour être désormais rattachées au secteur
des Espaces Sociaux. Cette évolution logique facili-
tera un appui et une meilleur transversalité avec les
autres professionnel-le-s de l’animation.
25
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s (CPM)
Statistiques 2012
Quelques chiffres Lausanne Vevey Yverdon Total
Nombre de thérapeutes/équivalents plein-temps 9,21 2,89 3,53 15,63
Nombre total d’heures de consultations 7 779 2 163 2 389 12 331
Nombre de consultations avec interprètes communautaires 4 340 1 352 1 443 7 135
%de consultations avec interprètes communautaires 55,8% 62,5% 60,4% 57,9%
Nombre de personnes suivies 546 164 215 925
Femmes 307 103 132 542
Hommes 239 61 83 383
< de 16ans 47 0 13 60
26
Origine des patients en 2012
Ex-Yougoslavie 37%
Afrique et Afrique du Nord 25%
Europe 12%
Proche et Moyen Orient 10%
Asie 7%
Turquie 6%
Amérique du Sud 2%
Statut des patients en 2012
Requérants N 28%
Permis B 23%
Permis C 16%
Admis provisoires F 14%
Aide d’urgence 11%
Suisses 6%
Autres 2%
27
Espaces sociaux
Centre Femmes –Lausanne, Espace Mozaïk – Lausanne
et Espace Femmes Riviera –Vevey
Leur mission
Les espaces sociaux d’Appartenances (Centre
Femmes – Lausanne, Espace Mozaïk – Lausanne
et Espace Femmes Riviera –Vevey) offrent un ac-
cueil personnalisé aux migrantes, aux migrants et
à leurs enfants, en situation de précarité sociale,
économique, psychique ou physique.
Nos équipes de professionnels qualifiés, salariés ou
bénévoles, y mettent en œuvre des activités indivi-
duelles ou collectives de formation, de rencontre
et d’accompagnement qui favorisent l’intégration
réciproque avec la société suisse.
Nos espaces développent, de manière complémen-
taire et cohérente, des projets tenant compte des
spécificités liées au genre, afin d’encourager l’auto-
nomie et la construction de liens sociaux. Nous pre-
nons soin de renforcer les synergies avec les autres
secteurs d’Appartenances et avec le réseau social.
28
Espaces sociaux
Centre Femmes Lausanne
En 2012, le Centre Femmes a continué à étoffer
sa palette d’activités pour mieux remplir sa mission
et créer un cadre propice à la formation et à la
rencontre des femmes migrantes dans une visée
d’empowerment et d’émancipation, ainsi qu’au
développement de leurs enfants en âge préscolaire.
Grâce au soutien du Service social de la Ville de
Lausanne, le cours de français pour femmes peu
scolarisées a été dédoublé répondant ainsi à une
réelle demande. Sa mise sur pied permet d’offrir
un parcours d’apprentissage cohérent prenant
mieux en compte l’hétérogénéité des niveaux des
apprenantes.
Suite au passage à deux fois par semaine du niveau 3
des cours de couture, nous pouvons relever une aug-
mentation de la participation, donc par là-même un
meilleur ancrage de l’apprentissage. Les rencontres
communautaires, quant à elles, continuent à être
très fréquentées et cette belle participation démontre
la pertinence d’une activité de socialisation articulée
avec la formation. En 2012, un plus grand nombre
d’activités ponctuelles ont été organisées, animées
bénévolement, principalement par d’anciennes par-
ticipantes. Ces activités complètent l’offre du Centre
Femmes et favorisent le transfert de compétences,
la création de liens et le don.
Afin de mieux répondre aux nombreuses demandes
à l’accueil enfants et grâce au soutien du BCI et
du SPJ, le taux d’encadrement professionnel y a été
augmenté, de même que l’espace à disposition.
Depuis l’automne, davantage d’enfants peuvent être
ainsi accueillis. Conjointement à ces améliorations,
nous tenons à signaler le changement d’équipe suite
au départ des deux éducatrices responsables de
l’activité. Nous les remercions ici pour leur engage-
ment, particulièrement Jocelyne Michel fondatrice
de l’accueil enfants à qui nous souhaitons une belle
retraite amplement méritée.
Enfin, le Centre Femmes ne pourrait mener à bien
toutes ses activités sans son équipe salariée et
bénévole dont l’engagement au quotidien résulte
en un travail de qualité.
30
Quelques chiffres
Collaboratrices 12 (7,82/EPT)
Stagiaires HESet ETS(Mode d’emploi) 5
Bénévoles 57
Nombre d’heures effectuées par les bénévoles 1 380
Nombre de contacts à l’accueil 820
Usagères 327
Nombre d’heures suivies de formation élémentaire 13 677
Français 9 850
Couture 3 827
Nombre d’heures suivies aux rencontres communautaires, activités ponctuelles et orientation sociale 4 083
Rencontres communautaires 2 805
Ateliers ponctuels 1 176,5
Orientation sociale 101,5
Mères ayant bénéficié de l’accueil enfants 105
Enfants ayant bénéficié de l’accueil enfants 137
Nombre d’heures de participation des enfants 10 563
31
Nacira
·- .··...-· .-
·.¸·.-|·. ¡’....·
¸.· +. ¸.·´.· ¸..
., +.-.· .· .
´. ¸.·-.··.. ¡’.·..·
·.¸´... ·· -..
/.·.· . ¸.·.· ¡’..
¸·.· .-¸..-. ¡’..
¸ ¸.·´.· ·.-·
·..-·. .· ¸·.¸·.··.·
.- ¸·.-,..· ¡’..-.
´.· .,.·..· +.
|·..-¸¸- ,. ¸..·
+ |..- ¸.-+ .-
.·· ¸.·.¸.. .· .-··.
´. +.´.· /.-+.-·
. .·· ¡’.. ¸
¡.··.¡.· - .·I..·
·· ´. +..·.·.¸.
¡’¸ .. .¸¸·.·
|...¸ +. |.·.·
¡¡.·+’|. ¡’.¡.·.
¸´· +. ´.¸-.·
.· +. ¸·.·· . -.-
.´.-.-·.·..- ¬.
¸.´´. .·· |..- .-·.¸·..
+.-· ´. ¸.·+.·..
.· .´´. ¸.·´. - ¸.
¸·.-,..· ¡. ·.·
.-·.-·. ■
Bruna
/. ,.-··. ·.--.·
·.¸·.·.-·. ¸.·
-.. -. .¸¡.··-.·.
/-. .¸¸.··-.·.
+’.¸¸·.-+·. ´.
¸.-,..· .· :. .··.
-. .¸¸.··-.·.
+. ·...|.´.·.· .· +.
.--..··. +.·
.··.· ´··.· -.
.¸¸.··-.·. ¸.·
¸. -.- ¸.´· .··.¸.
+.· .·...·.· +.
¸.·+.·.. ¸.-+ ¡’..
+.-.-.¸. .- ·.··.
.- ,o·· .-..-·.
+. : -..· ¡. -’..
··... ¸. ´. ,.-··.
·.--.· ¸. .¸¸·. ´.
¸.··.|.´.·. +. ¸....·
.·+..· ... ´.
··.-¸.´´.·. +. ·....·
¸. -.- ¸.´· .··
|..- .· .·· ··.-´.
,’.·· ¸.· ,. .· ¸.·
·.· ´. ¡.´. ··....´
+. ´’.¸.¸. ¸. ¡.
¸.·+. |...¸
+’.¸¸.·..- ¸.· .·
.-+·..· ■
Témoignages
Participantes Centre Femmes
Espaces sociaux
Espace Mozaïk – Lausanne
Les intervenants de l’Espace Mozaïk sont témoins
de la précarisation des personnes migrantes, en
particulier celles qui affrontent incertitudes ou
impasses quant à leur avenir en Suisse. Le nombre
de personnes en situation de survie nous préoccupe
et nous interpelle. Cette population s’ajoute à celle
des autres migrants, en situation plus stable, mais
qui se confrontent à des difficultés d’intégration
entrainant une précarité psychosociale.
Espace Mozaïk leur a offert un lieu sécurisant et
accueillant. Grâce à notre accompagnement psycho-
social, ces personnes ont trouvé une écoute, un
soutien, des moments de parole et la possibilité de
participer de manière active afin d’ouvrir des portes
vers un projet de vie. Certaines ont trouvé leur chemin
en Suisse, d’autres ont décidé de rentrer au pays ou
de partir ailleurs. D’autres sont encore à la recherche
de solutions et continuent à participer à nos activités.
Concernant les prestations d’accueil et permanence
sociale, nous avons réorganisé notre fonctionnement
de manière à répondre à la forte demande, tout
en évitant la surcharge de notre structure. La per -
manence sociale reste très fréquentée, comme l’an
passé, mais stable. Par contre, la fréquentation de
l’espace d’accueil a encore augmenté et notre salle
est pleine tout au long de l’année.
Nous avons consolidé le dispositif de promotion de la
communication en français, dont le nombre d’heures
suivies a augmenté de 13%. Nous avons réussi à
stabiliser les arrivées de nouveaux participants grâce
à l’introduction de séances d’inscriptions toutes
les 6semaines. Ce système nous permet de continuer
à garantir un accès rapide à nos ateliers tout en
améliorant les conditions d’apprentissage.
Nous avons accueilli 84 personnes référées par
le réseau médicosocial, en leur facilitant l’accès à
nos activités et en leur proposant des activités
d’expression et de socialisation. De son côté, l’équipe
du programme MigrAction a accueilli 30 jeunes
adultes en difficulté, afin de les soutenir dans leurs
démarches d’insertion socioprofessionnelle.
Tout ce travail n’aurait pas été possible sans les
nombreux bénévoles qui nous ont soutenu, aidé
et encouragé tout au long de l’année et que nous
tenons à remercier ici.
34
Quelques chiffres
Collaborateurs et collaboratrices 9 (5,05 EPT)
Stagiaires HES-SO, Université, ETSL 5
Bénévoles 103
Nombre total d’heures effectuées par les bénévoles 4 982
EM1–Accueil et permanence sociale
Nombre de participant-e-s 874
Nombre d’heures suivies d’accueil 60 580
Nombre d’heures d’entretien de permanence sociale 842
EM2–Compétences communicationnelles
Nombre de participant-e-s 606
Nombre d’heures suivies 11 344
EM3–Travail de type psychosocial
Nombre de participant-e-s référé-e-s par le réseau médicosocial 84
Nombre de participant-e-s MigrAction (insertion socioprofessionnelle 18-25ans) 30
Nombre d’heures suivies 16 632
35
Luis
,.´. ¸..· +.,
.-· ¸. ¡. .--..·
··¸.. ¬.,..|
.·.. . .,
.· . ·.- .·.´..· +.
¸·.-,..· ¡’.. .¸¸·.·
´. |.·. ¸.·
.--.-.· -.- ¸.·.·
|.-.- .- ·.··.
·· -..-·.-.-· +.,
.-· .¸·.· ¡. ·.·
+...- ¸.·-.·.·
|.-...´. . ´’.·.´..·
+. ¸·.-,..· . ¡’..
.-- |...¸
+. ¸.··.--.· |.-.
... ·.- |.··..·. ·.·
¸·.|´.-.· ·.· ·...·
.· ···.· ¡’.. ¸ ´.·
..+.· . ··...·
´.· ¸.·.· |.-.- ■
Farid
/.· -.- .··....
. /.·.--.
´’- +. -.· .-.·
-’. ..-¸.¸-. .
´’··¸.. ¬.,..|
¡. -. ·.· .¸¸·.|.
+.· .-·.·..-.-··
+’¡¸¸.··.-.-.·
´.· ¸.··.--.·
¸.·-.-.-·.· .· ´.·
|.-...´.· .· .¸·.·
c -..· ¡. -. ·.·
´.. +’.-.·.. ... ´.·
··....´´.·· .· ´.·
..·.·.·· +. ¬.,..|
,.--. ¡. ·.·
¸.´¸’- +’...··
¡’.. ¸ ¸.¸-.· -.
¸´.. +.-· ´.· œ··
+.· ¸.-· .· ...·. ...
., +.-· - .·¸..
¸´..- +. ·.·¸.· +.
¡... .· +. ·.´.·.-.
¡’.·¸.·. ¸. ´’··¸..
¬.,..| .-·.-.·.
.· .·. |...¸ +.
·.· ¡. ´. .··...
-.· ·.´·.·..-·
+.··.-¸..· ■
Témoignages
Bénévoles Espace Mozaik
André
¡¸·.· - ´.-¸
¸.·.·· +
.-|.··.-· ¸.·
.··...· .- ·.··. ¸.·
. /.·.--. ¡’..
+....·· ´’··¸..
¬.,..| .- ,oo:
¡. ·.· ·.··. ¸.+.´.
. .· .·¸.. ¡·¸’.
.¡.·+’|. /.·.
¸. ¡’¸ .. ·.-.-··.
/...¸ +. ¡.··.--.·
¸. ......-· +.·
..·.·· ·.-|:.|/.·
. ´. -..--. .· ...
´.·¸.´´.· .-·.-|´.
¡. ¸....· ¸.··.¸.·
-.· +.¸¸.´·.· -.·
·..· ·· .··. ¡’¸ ..
··... - ¸.··.--.´
.· +.· |.-...´.· ··.·
..¸.·.-·· ¡. +.·..·
¸. ´’··¸.. ¬.,..|
.·· ¸.· -.. .--.
- ¸·.-+ |..|.|
. -.´.. +’- +.·.··
··.· |.+ ¸.
.-·.-. +. -.·
·.·..· +’.|·. ¡·¸’.
.¡.·+’|. ■
Bobo
¡. ...-· ¸..·. +
|.-...´.· . ´’··¸..
¬.,..| ¸.·. ¸.
,. -’.¸.
,. -. +.--. +. ´.
-.·...·..- ¡. -.
·.-· |..- . ´’··¸..
¬.,..| ¸.·. ¸’.´
¸ . - -.´.-¸. +.·
´··.· +.· ¸.-·
¸. ...--.-· +.· .-¸
.-·.-.-·· /’··¸..
¬.,..| ¸..· ·.-·.·
., -.¸·.-·· ¸’.´·
-. ·.-· ¸.· ·.´·
,’.·· .--. -.
¸.-.´´. ¸. +.--.
+. ´. -.·...·..-
· .|´..· |...¸
+. ·.· ¸·.|´.-.·
¨.·.· ´.· ¸.··.--.·
¸. ...--.-· .
¬.,..| ...--.-·
¸.· ·.....· ¸.´¸.
|.·. -.-. -.
·.´·.·..- ,’.·· +.·
|.·.· .-¡.··.-·.· ■
Espaces sociaux
Espace Femmes Riviera –Vevey
Maturation rapide pour l’Espace Femmes, puisque
de «l’année des 15 ans de l’antenne Riviera» en
2012, nous passons directement à «l’année des
20ans d’Appartenances»!
Ce bond symbolique se retrouve dans la dynamique
de l’année: réflexions, décisions et transformations
pour l’avenir. Passage de l’adolescence à l’âge
adulte, où l’Espace Femmes Riviera souhaite optimi-
ser la qualité de ses prestations et répondre mieux
aux défis de sa mission: accueillir, avec une approche
globale, les femmes migrantes en situation de pré-
carité, et tout spécialement les mères de jeunes
enfants, pour leur offrir un lieu de formation, de
socialisation et d’autonomisation.
Les défis de 2012ont consisté, entre autres, à amor-
cer une réflexion transversale sur la formation de
base dans les espaces sociaux de l’association,
notamment sur les cours de français et d’alphabéti-
sation. D’autres rencontres ont réuni l’équipe de
l’Espace Femmes et la direction pour une analyse des
différentes prestations. Raccourcir le délai d’attente
des femmes souhaitant débuter une formation de
base en français a également guidé nos réflexions.
Les résultats de nos travaux doivent encore mûrir
et donneront lieu à des ajustements en 2013et, dès
2014nous l’espérons, à un renforcement du dispositif
encore trop fragile (grande dépendance au béné -
volat, faibles dotations pour certains postes, surface
des locaux insuffisante).
Nous portons une attention particulière à optimi-
ser l’accueil transdisciplinaire des participantes
orientées par la Consultation psychothérapeutique
d’Appartenances. La collaboration de proximité
développée avec cet autre secteur de notre asso-
ciation facilite l’accès de ce public spécifique aux
prestations de l’Espace Femmes.
Enfin, deux moments forts de l’année: le projet
de médiation culturelle Le Musée vous appartient,
en collaboration avec le Musée Jenisch, a ouvert de
riches espaces de dialogue et d’émotions à travers
les regards croisés posés sur les œuvres. Et bien en -
tendu la Journée portes ouvertes anniversaire de nos
15 ans, qui a mobilisé les forces et la créativité de
tous: salariés, bénévoles et usagers. Les espaces
d’exposition et les animations ont donné lieu à de
riches échanges et offert aux visiteurs une décou-
verte approfondie du travail de l’association et des
parcours des personnes migrantes qui la fréquentent.
38
Quelques chiffres
Collaboratrices salariées 6 (2,2 EPT)
Collaboratrices remplaçantes 2
Stagiaires/ETS 3
Bénévoles 30
Nombre d’heures effectuées par les bénévoles 2 005
Nombre total de participant-e-s (adultes) 175
Français et alphabétisation
Nombre d’apprenantes 81
Nombre d’heures de cours suivies 7 748
Accueil enfants
Nombre d’enfants accueillis 36
Nombre de mères concernées 29
Heures d’activités suivies par les enfants 3 336
Ateliers mères et enfants
Nombre de participant-e-s (mères et enfants) 34
Heures d’activités suivies 78
Activités socioculturelles
Participant-e-s (adultes) 154
Heures d’activités suivies 1 905
Nombre de personnes reçues lors des permanences d’accueil 140
Nombre de bénéficiaires de l’accompagnement social individuel 17
39
Témoignages
Participantes et bénévole Espace Femmes Riviera
Salihe
/. ¸·.-..· ¡.· .
¡¸¸.··.-.-.· ¡’.·..·
··.··. ·´..-. -.-
.-·..¸-.-·. .·· ..-.
..·· -.. .´´. . -.·
·.- |·.· ·· -.-
.¸.´. .´´. -’. +.·
|·... ¸.· ·.-
¸.-,..· I. .. ¸..·
··.· ¸´..·.· ¡. -.
´’.|´..·.. ¡.-..· ¡
¡¸¸.··.-.-.· ¡’..
.¸¸·.· . .··. .--.
¡. ·.· ■
Nurten
¡ +.|· ¡’.·..·
·.-.+. .
¡¸¸.··.-.-.·
_.|·. -. ¸.--.
.·.-..--. .·· ..-.
..·· -.. .´´. -’.
..·.. .· .-¸·.·.
¡¡.·+’|. .´´.
.·· +...-. -. ·œ·
-.· -.· ..¸.-·
·...-· ■
Zahra
¡ ¡¸¸.··.-.-.·
¡.. .¸.· .--..~.
..¡.-+·. .· ..¸·.·
´.· ¸.--.· +’.··.·
¡.¸· ¬..-·.-.-· ¸.
¡. ¸.·´. ´. ¸·.-,..·
¡. ...· ·.´. |.,
´. -.+..- .· ¸.·´.
´. ¸·.-,..· ...
´. /.· -.. ’.··
··.· .-¸.··.-· ■
¬.·. . ·.·.
´’.¸.¸. +’··¸..
·.--.· +.-· .··.
-..·.- -.· ·.--.·
...´´..· ...
|.´.· .· ´. ·.·.·.
.· -.· ¸ ··...-·
´’..·. .· ´.
.-¸·.|.-·..- ■
Shaïma
¡. ·.· .··.... .-
,oo· ..-. /.-.../.
. /’··¸.. ·.--.·
+. +...¸ .,¸.·..-.
¸. -’. ..+.. .
.|´..· -.· ·..· .·
.-¸..··.· ¡’¸ .. .·.
··.· |..- ...´´..
¸.· ·.· ´. -.-+.
.· ´. .-·.· .. .··
¸´· ¸../. ¸..|.··
. ¸. -. ¸.·-.· +.
.--..··. +’.··.·
´··.· .· -’.¸¸.··.
|...¸ +. ¸´..·.·
¹´ .·· .-¸.··.-·
¸.· -.. ¸.· -.-
.·...·. +. +.--.·
¸.· ´’.+.·..-
´. ¸.-·.´´.··.
´. ·.·¸.· +. ´’.··.
´. ¸.··.|.´.·. .,
.-¸.-·· +. ¸..·. ´.··
¸·.¸·.· |.., ¸´·
·.·+ ¡. .-·.-.
. ..-.· ¸.· ¸..·.
¡.¸.·.· /.· .-¸.-·· +.
-.- .,¸.·..-.
.· ¸.· -. ¸·.¸·.
·.-·. ■
Interprétariat Communautaire
Lausanne, Vevey et Yverdon-les-Bains
Quinze ans après le lancement du Service Intermedia
d’Appartenances, le nombre d’interventions réalisées
chaque jour par nos interprètes communautaires
auprès des institutions de la santé, du social et de
l’école, correspond à celui effectué durant toute
l’année 1997! Pour répondre aux 19%de croissance
de 2012, nous avons engagé de nouveaux et nouvelles
interprètes et renforcé l’équipe d’encadrement.
Confrontées aux exigences d’un tel développement
quantitatif, nous avons à cœur de poursuivre une
réflexion dynamique quant au sens et à la mission
de l’interprétariat communautaire. La participation
des interprètes à différents moments d’échanges a
été stimulée: rencontres, supervisions en groupe,
consultations individuelles... «L’interprète fait avan-
cer le droit des personnes migrantes à s’exprimer,
reconnaît le courage des communautés à faire
changer leur situation, identifie et défend ce qui est
précieux de sa culture, fait naître des curiosités...»,
nous rappelait François Fleury, l’un des fondateurs de
l’interprétariat, invité à clore avec nous l’année 2012.
La qualité est aussi portée par l’effort constant de
qualification des interprètes. En 2012, Appartenances
a doublé l’offre de formation reconnue au niveau
suisse pour l’obtention d’un certificat ou d’un brevet
fédéral. Nous avons collaboré avec les services d’in-
terprétariat régionaux pour former des interprètes
de tous les cantons romands.
Des retours réguliers de la part des professionnel-le-s
travaillant avec les interprètes nous sont essentiels.
En plus d’entretiens individuels à propos de situa-
tions particulières, nous organisons des rencontres,
ainsi que des formations interactives au travail avec
les interprètes, dans les institutions.
Notre réflexion sur l’évolution de l’interprétariat
communautaire a été nourrie lors de collaborations
actives avec l’association suisse INTERPRET, de par-
ticipations à des congrès en Suisse et en France ou de
contributions à des études qui ont mobilisé certains
de nos collaborateurs et de nos collaboratrices.
Enfin, il s’est aussi agi de poser les bases de nou-
veaux modèles de partenariats et de financements
qui auront cours à partir de 2014, avec différents
acteurs tels que l’OFSP ou encore les Délégué-e-s
à l’intégration cantonaux.
42
Quelques chiffres
Interprètes 124
Femmes 100
Hommes 24
Interprètes formé-e-s 79
Avec Certificat suisse ou Brevet fédéral 49
Langues sollicitées 57
Les 5langues les plus demandées: Serbe Croate Bosniaque, Albanais, Arabe, Tigrigna, Portugais/Brésilien
Services clients 1 037
Heures d’interventions 37 325
CPMAppartenances 19%
Autres institutions Santé 60%
Social 13%
Education 7%
Administration, justice 1%
43
«C’est grâce à ta
bouche que je suis
là où je suis
aujourd’hui, ou Les
paroles-cadeaux.
·- ·. ·.-.-··.-·
¡’.. .-¸.- ··...
¸I¸- ¸. ¡....·
-. .-¸·.-+·.
.·..-.-· ¡. -.
¸.;..· ¡.· ·. /.|.
+.· ¸., ¡ +.|·
¡. +.·..· · -.·· .· ¡.
..·.¸...· ·. · .-
+.·..· · /.· ¸.·.·
. ¸.·.· ¸.-+ ·
+.·..· ¸´· +. -.··
¡’.·..· .-¸..-·. ¸.
|.¸. -.· .-
¸´· .·..· +.· ¸.·
-’..+.· ¡’.|·.·...·
|.¸. -...-.-·
|.¸. .-·.-.·..-
|.¸. ·..·..-
+. ·. |.|. .· +.
·.- ..·.¸. ,’.··
.--. ,. ¸. ¡’..
.·. ¸·.¸·.··...-.-·
+....´.· -.- ·.·.·
¡. ..¸..· ¸. ·
...´..· ¸.· ¸.
· |.·|..· .
·.+.--.· .,.·.-.-·
´. ·.-· +. . ¸.
¡. +.·..· ¸.-+
¡. ..¸..· ·.· ´.·-.·
¡. ¸....· -. ·.-+·.
.-¸·. +. ´’.¸¸.·
+. -.· ¸.·.´.·
¨ .· -.· +. ´. ¸´..
+.-· -.- œ· ¸.
|·´..· ■
Témoignage
Une victime de la guerre au Kosovo en 1998, en thérapie
à Appartenances avec Sanije comme interprète communautaire.
Souhaite rester anonyme.
46
Secteur formation
En 2012, le Secteur Formation d’Appartenances a
surmonté une grave crise financière grâce à l’adop-
tion de mesures de rigueur, au soutien des ami-e-s
d’Appartenances et aux efforts quotidiens de son
équipe. Malgré cette situation exigeante, nous avons
terminé l’année avec un bilan positif et souhaitons
continuer à partager le plaisir de se former.
Pour cela, nous avons abordé de nouvelles théma-
tiques, notamment les modules Le troisième âge
dans une perspective interculturelle et Naissance
et petite enfance en contexte transculturel. La visi-
bilité de notre offre de formation et son accès ont
été améliorés. Notre site internet donne à présent
la possibilité de s’inscrire aux cours en ligne et vient
ainsi renforcer le traditionnel catalogue papier et
numérique pour permettre au public un aperçu clair
de nos prestations.
Notre programme 2012a également laissé la porte
ouverte à des demandes de formation sur mesure de
la part de nouveaux et d’anciens partenaires. Nous
avons par exemple été appelées à accompagner des
personnes migrantespour réaliser un Mur de l’espoir.
Ce projet, en collaboration avec l’Ecole d’Art et
Atelier Ouvert de Perquin (El Salvador) invitée par
Amnesty International, dans le cadre de la Fête de la
diversité à Monthey, a abouti en une magnifique
fresque réalisée par près d’une centaine de per-
sonnes de plus de vingt nationalités. Ou encore, à
l’occasion de la Journée internationale de la Santé
mentale, notre Secteur Formation et Médecins Sans
Frontières Suisse ont organisé con jointement la pro-
jection du film Where do I begin?suivie d’une réflexion
sur le thème Psychothérapie et droits humains.
Enfin, sur mandat du Bureau cantonal pour l’inté -
gration des étrangers et la prévention du racisme
(BCI) et de Caritas Suisse, nous avons participé à la
campagne cantonale Osons parler d’excision! en
formant des agent-e-s communautaires qui seront
à même de fournir un travail de prévention auprès
des personnes migrantes.
C’est avec le sentiment d’avoir semé les graines
de nouveaux projets et collaborations, concourant
tous à lutter contre l’exclusion et à promouvoir une
culture de paix, que nous abordons l’année 2013.
47
Offre du catalogue
Nombre de participant-e-s 347
Nombre d’activités de formation 22
Cours 16
Conférences 3
Présentations d’Appartenances 2
Séminaires 1
Heures de formation dispensées 177
Heures de formation suivies 2 185
Origine professionnelle des participant-e-s
Santé 41%
Social 38%
Education 17%
Etudiant-e-s (Universités & HES) 1%
Autres 3%
48
Secteur formation
Statistiques 2012
Interventions sur demande
Nombre des participant-e-s 1 057
Nombre d’interventions 40(75séances)
Nombre d’institutions demandeuses 35
Heures de formation dispensées 192
Heures de formation suivies 3 882
Domaine professionnel des participant-e-s
Santé 45%
Social 40%
Education 15%
49
Nos collaboratrices et collaborateurs en 2012
Siège de Lausanne
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s
Nathalie Bennoun, Sophie Blanquet, Philippe Conne Hatt, Coraline Dolci, Elisabeth Dreyfus, Marie-Claire
Dubois, Nicole Edwards, Abdelhak Elghezouani, Diane Escamilla, Lucia Gonzo, Milena Kriz, Rossy Lutula,
Marie-Corinne Probst-Fravet, Adyn Rez, Halina Sandri, Hasmik Sarukhanyan Grossenbacher, Carole Toffanin,
Anne-Laure Wenger.
Centre Femmes
Caroline Bolay, Nataporn Chapuis Krutanud, Floriane Chevalley, Anne Girard, Sabrije Gocaj, Anne-Marie
Gonzalez Sanchez, Cécile Grace, Anny Lopez, Liridona Merturi, Jocelyne Michel, Fabia Moresi, Lisa Naumcescki,
Marion Pellet, Annie Piguet, Zahia Rahmani, Ruth Rubin, Hamdije Saljihi, Gabriella Steffen, Sarah Stegmuller,
Cecilia Testa.
Espace Mozaïk
Valdet Ballabani, Gian Paolo Conelli, David Da Fonte, Laurence Gremaud, Carole Guignet, Joanna Hoffman,
Jean-Noël Keller, Julie Maillard Mbenga, Sofian Matile, Almedina Mehemedovic, Charlotte Meyer, Alain Simon,
Juan Sperje, José Toti.
Secteur Formation
Isabel Eíriz, Katy François.
52
Interprétariat Communautaire
Elvita Besserour-Lippuner, Stela Boci D’Alonzo, Raymonde Christe Sommer, Isabelle Fierro-Mühlemann, Zorica
Glauser, Hasibullah Massoud, Gordana Pape, Nathalie Pleskanowsky, Barbara Quaresmini, Vanessa Raselli
Megrelishvili, Sanije Sopa, Imane Vienet.
Interprètes réguliers: Nighi Abreha, Samuel Abreha, Mengistu Almedon, Rosa Maria Alves Batista, Hodan
Amudi-Mohamud Ali, Mariana Analuisa Cruz, Zaher Azam, Valdet Ballabani, Mayerlin Bastidas Wenger, Olga
Belikova, Houda Benabdeslam Zidane, Olga Bernasconi, Milagros Berner, Nexhat Bexheti, Jampa Tsekye Bhutia
Giust, Farideh Bornak, Georgette Burnier-Azer, Acacio Calisto, Aziza Amal Charef, Madelen Cuha, Clara Da Cruz
Sage, Eugénie Deriaz-Uwantege, Nisa Dessimoz, Matilde Dias-Matela, Jelena Diklic, Roya Dost, Tenzin Wangmo
Drongshar Frapolli, Karim Farhan, Rosalie Faugeron-Rodrigues, Ivoni Ganioz, Luis Carlos E. Garcia Guerrero,
Mersedeh Ghandi, Kudusan Habtemichael, Srikalananthi Haeusler-Kandasany, Bexhet Halimi, Yufei Hu,
Alban Ismailaj, Imen Jendoubi, Ludmila Kobidze, Salimatou Koulibaly-Dougoud, Elisabeth Lungwa, Natalia
Magliocchetti, Mohamed Mairukaev, Sylwia Marendaz, Olga Markovic Wagnieres, Rozetka Markovic-Gocevska,
Barbara Mathey-Sobala, Mikayel Matnishyan, Megumi Meichtry-Abe, Saida Mohamed Ali, Tea Nanobashvili,
João Narciso, Ngoc Lan Nguyen , Hadar Noori-El Nakehbandi, Mevlija Omerovic, Selvasothy Paramsothy, Ling
Wai Pasche-Yu, Samady Penh-Veung, Milleis Pitton Gomes, Ecaterina Pleinevaux, Prachya Pogpong, Mirela
Polena, Drita Prela, Asvine Ratnam, Gulhis Zehra Razlikli, Karine Rebecchi, Ana Paula Reis Verissimo Pinto,
Thamer Sabia, Lilian Sampaio Malherbe, Edina Saracevic, Eliane Schnabel, Lorena Sheu, Ana Suzélia Simões Cœlho,
53
Cetin Sinaci, Bosiljka Spasojevic, Dragana Stevanovic, Sandra Stewart Harris Galan, Almaz Tekeste,
Vilma Marilu Terraz-Benitez, Nardos Tesfagiorgis, Kugathasan Thavathurai, Mariama Toberini, Naima Topkiran,
Fidan Ucurum, Liliane Uebersax, Hazal Utanc, Sonja Vecerina, Nesiba Velija, Tatiana Vishnevaya Rossi, Logarani
Visuvalingam-Murugesu, Maria Inez Volet, Jocelyn Wlliams Ben Salem Tangco, Selamawit Wolde, Maryam Yosefi,
Zaid Zerai Michael, Sherin Zohir Nabih Hashim, Angelika Zorigt.
Interprètes occasionnels: Patricia Ayllon, Sokha Brosette-Leng, Sibel Butty, Naser Bytyci, Natacha Catic,
Laurentius Cazan, Krassimira Chterev, Jaroslava Dobias, Abbas Dokmak, Olga Ermilova, Eyorsaleam
Ghebretnsae, Ibrahim Guler, Manizha Hashemi, Ajshe Helshan, Marie-Louise Ingabire Kayitesi, Mohammed
Khaldi, Ashley Yajuan Li Rodrigues, Cecilia Löfgren, Agathe Maquelin, Niruba Marazzi, Javed Masih, Shiamalie
Mihidukulasuriya, Rahim Mohammadi, Mona Nagel, Lien-Phuong Nguyen, Nihada Nurkic, David Sadeghi,
Xiaowen Sheng Sollet, Diansari Tschopp, Divvya Suresh Vorburger-Rajagopalan, Mariana Wetherall.
Administration
Winta Alem, Elvita Besserour-Lippuner, Marc Olivier Christinat, Monique Divanach Taiana, Raymond Doulfakar,
Karina Irrazabal, Rossy Lutula, Viviana Marchetto Chorfi, Hasibullah Massoud, Natacha Noverraz, Vjollca
Pangja, Yvonne Pizzolato, Edgar Sanchez, Dragan Stevic, Imane Vienet, Claire Vionnet, Erika Volkmar.
55
Nos collaboratrices et collaborateurs en 2012
Antennes Riviera et Nord vaudois
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s –Vevey
Nathalie Bennoun, Dza-Lan Chautems, Elisabeth Dreyfus, Jasmin Leidi-Strittmatter, Sandra Mazaira,
Leman Ozcan, Silvia Andrea Riega Del Rio, Alexandre Viala, Laure Vuagniaux.
Espace Femmes Riviera –Vevey
Mirabelle Bailly, Elena Boim, Valérie Briffod, Maude Chevalier, Maria do Sameira Carvalho Faria, Monica Kramer,
Martine Mayor-Roulet, Annick Mello-Spano, Maria Oliveira da Costa, Maryam Rahmaty, Nina Richard.
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s –Yverdon
Suada Alic, Deniz Demircan Acal, Gülgün Dursen, Cecilia Löfgren, Alexandra Madera, Laure Magistretti,
Assal (Sahba) Momeni Canellini, Besima Omanovic-Balagic, Camille Rigo, Véronique Schmidt-Cuerel,
Laure Vuagniaux.
Activités d’animation –Yverdon
Lisa Bourgeois, Daniela De Rocchi, Lise Guglielmetti, Alejandro Mateluna, Géraldine Michaud, Sandra Muri,
Elisabeth Naumceski, Claire Newman, Gonzalo Reyes-Araos, Yohana Ruffiner, Barbara Sauser, Eva Schilter,
Diego Vallarino, Annerös Zürcher.
56
57
Nos bénévoles en 2012
Centre Femmes –Lausanne
Sarah Abraham, Ifrah Algami, Anne-Claire Baillod, Soumia Benmansour, Céline Berry, Caroline Bolay, Rhéa
Bonfadelli, Yingchao Cai, Lin Chen, Anne-Marie Clerc, Geneviève Converset, Angela Da Silva Pereira Burnier,
Camille Delaloye, Yelena Demierre, Elisangela Eugenio da Silva, Diana Forshau, Maguy Fouda, Katy François,
Lulieta Gashi, Marlyse Gohl, Estefania Grandas, Fatima Grine Carrard, Marie-Laure Grünig, Amel Harrabi,
Victoria Ivanenko, Ichinkhorloo Jugder, Nicky Marguerat, Barbara Martens, Martine Meylan, Homaira Monwar,
Fabia Moresi, Sarah Mosczytz, Elisabeth Niederhauser, Fatemeh Nodrati Aghiyonj, Sumaia Omar Amin,
Claudia Pinzon, Maya Pfrender, Mariam Said Salah, Dominique Saunier, Houria Sellami, Katevan Songulashiuli,
Manat Sulaymanova, Sonia Vieira, Aurélie Villette, Moufida Waer, Radia Zourek.
Espace Mozaïk –Lausanne
Luis Armando Acevedo Salazar, Fahad Abubakar, Arafat Ahmed, Goran Al Wandi, Rudy Alonzo, Caroline
Amstutz, Ayao Mawuli Apemegno, Muriel Augsburger, Ajavon Ayayi Kossi, Sergio Bardaro, Didier Batoukini,
Sufian Ben Hamed, Isabelle Benza Ndiaye, Yohannes Bereket, Adriano Bernini, Peter Bischoff, Sylvain Blachon,
Thierno Bobo, Philippe Bolomey, Alexandra Braem, Karima Brakna, Nathalie Brulhart, Luiza Maria Bruzual
Alcala, Marie-Florence Burki, Susanna Calderon, Hassan Cher Hared, Guillaume Christe, Irena Chrzanowska,
Robert Cicenia, Thierry Cilio, Mélissa Claivaz, Michel Conti, Sophie Dafflon, Maya Damjapovic, Marie-Thérèse
de Tscharner, Lamine Diedhiou, Mariya Dimova, Gisèle Djouche, Coraline Dolci, Jacques Dubochet, Marie-Claire
Dubois, Noémie Duclos, Safeta Dzibric, André Entgetschwiler, Sayah Fatemeh, Katy François, Julia Galo Herrera,
Alice Glanzman, Alexandra Gonzalez Martinez, Mina Govgo, Yawa Gueguey, Charline Guélaz, Loyse Haeller Cissé,
58
Moussa Kamal Hammad, Marie-France Hamou, Fadi Hassan, Biniyaam Hurisaa, Mara Iguatescu, Fatima
Ise Ali, Victoria Ivanenko, Oezcan Kalin, Neva Klaus, Radmila Koracic, Madeleine Lador, Farid Laouar, Maurane
Laurent, Danaé Leitenberg, Danièle Magnenat, Valentina Matasci, Erik Meer, Mohamed Mohammed,
Henry Molina, Katarzyna Morag, Juliana Nunes Moreira, Virginie Oberholzer, Gunes Oruc, Juan Peso Di Menna,
Jean-Pierre Pilet, Sophie Poget, Jairo Polanco, Dietrich Reinhard, Sophie Roizard, Lara Rosso, Andrea
Rovescalli, Rosalind Ruturi Bauer, Elisa Sabbione, Adeeb Saleh Ahmed, Claudia Scheder, Michel Schuepbach,
Nicole Schwab, Nadir Siaci, Camille Sigg, Soltan Sofyan, Ayao Elom Tagayi, Amet Tawfik, Aboubakar Touré,
Fabienne Tschanz, Michael Vasic, Sonia Vecerina, Laura Vinckenbosch, Zaher Azam, Daniela Zevirovic,
Helena Zecirovic, Ann Zuppinger.
Espace Femmes Riviera –Vevey
Auras Abbas, Goufran Al Moussa, Josiane André, Keri Arokium, Luiza Barbosa, Elena Boim, Grégoire Bouchard,
Anne-Françoise Burri, Anna Canova-Putinier, Bernard Caron, Suhad Darwisch, Amélie Dautreppe, Sanaa Dbali,
Olivier de Rham, Madeleine Djokam-Kamga, Bernadette dos Santos, Anne Font, Marie-Hélène Groux, Charlotte
Huwiler, Shaima Latif, Carine Leclerc, Marie-Françoise Leymarie, Pauline Maillard, Sonia Occhiuto Ponce
de León, Catherine Pernet, Ana Quaglia, Catherine Richter, Tilcia San Juan, Madeleine Thormann, Noriko Vizio.
Activités d’animation –Yverdon
Timaj Abdullahi, Lise Guglielmetti, Jean-Pierre Masclet, Robertazzi Maura, Yogarani Thaivendran, Diego
Vallarino, Aurélie Villette.
59
Les chiffres en 2012
Association Appartenances Vaud –Lausanne
Bilan au 31décembre 2012
Actif
Actif 31.12.2012/Fr. 31.12.2011/Fr.
Actif circulant 1 392 521.84 1 168 662.35
Liquidités 520 590.95 126 306.10
Caisses 1 765.76 2 212.76
CCP 100 520.04 46 263.84
Banques 418 305.15 77 829.50
Créances résultant de prestations 491 683.55 695 273.22
Débiteurs clinique 249 262.65 268 514.30
Débiteurs autres prestations 353 420.90 557 758.92
Provision pour pertes sur débiteurs -111 000.00 -131 000.00
Autres créances 24 714.36 19 685.23
Impôt anticipé à récupérer 71.46 135.68
Avances sur salaires 19 062.15 6 477.15
Débiteurs divers 5 580.75 13 072.40
Comptes de régularisation 355 532.98 327 397.80
Subventions et dons à recevoir 139 866.65 35 683.30
Actifs transitoires 215 666.33 291 714.50
Actif immobilisé 96 512.75 96 388.20
Immobilisations financières 96 512.75 96 388.20
Dépôts de garantie 96 512.75 96 388.20
Total de l’actif 1 489 034.59 1 265 050.55
62
Bilan au 31décembre 2012
Passif
Passif 31.12.2012/Fr. 31.12.2011/Fr.
Fonds étrangers 1 361 773.78 1 161 118.25
Dettes à court terme 739 542.03 584 740.95
Créanciers divers 302 987.08 284 937.20
Créanciers organismes sociaux 408 554.95 271 803.75
Prêt garantie loyer F.L.A.T. 28 000.00 28 000.00
Comptes de régularisation 184 858.80 167 686.20
Passifs transitoires 184 858.80 167 686.20
Provisions 437 372.95 408 691.10
Provision «Accueil enfants» 20 988.80 20 988.80
Provision «eduQua» 10 700.10 10 700.10
Provision «Technologie de l’information et de la communication» 19 000.00 19 000.00
Provision Loterie Romande «Projet informatique» 0.00 36 318.15
Provision «Interprétariat» 290 000.00 250 000.00
Provision «Formation» 25 000.00 0.00
Autres provisions 71 684.05 71 684.05
Fonds propres 127 260.81 103 932.30
Excédent de produits/-charges reportés 108 483.83 85 155.32
Excédent de produits/-charges reportés 85 155.32 2 553.21
Excédent de produits/-charges de l’exercice 23 328.51 82 602.11
Réserves 18 776.98 18 776.98
Fonds de péréquation 18 776.98 18 776.98
Total du passif 1 489 034.59 1 265 050.55
63
Compte d’exploitation de l’exercice 2012
Produits
Produits 2012/Fr. 2011/Fr.
Produits d’exploitation
Chiffre d’affaires résultant des prestations 5 261 772.63 4 443 400.12
Honoraires clinique 1 923 704.70 1 762 231.45
Honoraires intermédia 3 168 894.45 2 588 746.71
Honoraires formation 204 195.50 185 604.80
Cotisations 4 650.00 5 105.00
Pertes sur débiteurs et variation de la provision -39 672.02 -98 287.84
Produits divers 3 413 445.01 3 255 072.15
Subventions 3 216 107.62 3 093 176.42
Dons 43 573.60 28 847.30
Produits divers 117 445.64 69 366.58
Dissolution provisions:
– Loterie Romande «Projet informatique» 36 318.15 63 681.85
Total des produits 8 675 217.64 7 698 472.27
64
Compte d’exploitation de l’exercice 2012
Charges
Charges 2012/Fr. 2011/Fr.
Charges d’exploitation
Charges de personnel 7 231 615.63 6 330 977.13
Salaires 6 236 629.07 5 388 444.90
Indemnités d’assurances et autres -54 717.35 -26 206.70
Charges sociales 921 396.30 796 446.25
Frais de personnel 56 056.76 81 470.90
Honoraires de tiers 72 250.85 90 821.78
Loyer, entretien et frais de locaux 321 783.05 298 337.70
Achats et entretien matériel informatique 47 550.85 30 164.55
Charges administratives 192 697.86 165 350.13
Frais annexes prestations 57 971.05 48 101.43
Frais projet «Pilotage de l’évolution du système informatique» 37 796.75 63 964.60
Autres charges 706 284.60 568 840.40
Frais de transports et déplacements 530 478.60 420 201.40
TVA 175 806.00 148 639.00
Charges financières 3 090.54 6 114.62
Attribution aux provisions 65 000.00 105 000.00
Total des charges 8 663 790.33 7 616 850.56
Excédent de produits/-charges d’exploitation 11 427.31 81 621.71
Produits extraordinaires 22 635.85 980.40
Charges extraordinaires -10 734.65 0.00
Excédent de produits/-charges extraordinaires 11 901.20 980.40
Excédent de produits/-charges de l’exercice 23 328.51 82 602.11
65
Mouvement des fonds propres au 31décembre 2012
31.12.2012/Fr. 31.12.2011/Fr.
Excédent de produits/-charges reportés
Solde au 01.01 85 155.32 2 553.21
Transfert sur le fonds de péréquation 0.00 0.00
Excédent de produits/-charges de l’exercice 23 328.51 82 602.11
Solde au 31.12 108 483.83 85 155.32
Fonds de péréquation
Solde au 01.01 18 776.98 38 776.98
Utilisation du fonds de péréquation 0.00 -20 000.00
Transfert de l’excédent de produits 0.00 0.00
Solde au 31.12 18 776.98 18 776.98
66
Revenus propres 64,8%
Facture sociale (canton-communes) 24,9%
Subvention cantonales 4,0%
Subventions communales 2,8%
Subventions fédérales 1,5%
Dons 1,9%
68
Origine des revenus en 2012
Consultation Psychothérapeutique pour Migrant-e-s
3 267 920
3 210 141
Centre Femmes Lausanne
951 248
951 539
Espace Mozaïk Lausanne
632 595
618 288
Espace Femmes Riviera
262 831
265 548
Interprétariat
3 954 303
4 046 528
Formation
201 066
201 248
■ Coûts ■Revenus
Comparaison des coûts et des revenus par secteur en 2012
69
Partenaires et donateurs
Le comité et la direction d’Appartenances remercient
chacun de nos partenaires publics et privés, ainsi que
tous nos donatrices et donateurs, pour le soutien
et la confiance témoignés à l’égard de notre asso-
ciation durant cette année. C’est leur soutien et leur
engagement qui permettent à notre association
d’accomplir sa mission avec succès et de développer
des projets novateurs.
Partenaires publics
■ Canton de Vaud et communes vaudoises
Facture sociale
■ Canton de Vaud
Département de la santé et de l’action sociale
Département de l’intérieur
Département de la formation, de la jeunesse
et de la culture
■ Confédération suisse
Office fédéral des migrations
Office fédéral de la santé publique
■ Ville de Lausanne
Direction de la sécurité sociale
et de l’environnement
■ Commune de Bussigny-près-Lausanne
■ Lausanne Région
■ Ville de Renens
■ Haut Commissariat des Nations Unies
aux Droits de l’Homme
Partenaires privés
■ Loterie Romande
■ Croix-Rouge suisse
■ Otto Erich Heynau-Stiftung
■ Société Académique Vaudoise
Fondation Emile et Odette Moser
■ Fondation pour le Développement
de l’Education Permanente
■ Fondation Jeriko
■ Fondation David Bourgeois
■ Cayenne Communication Visuelle
70
Appartenances remercie aussi chaleureusement toutes ses donatrices et tous ses donateurs
privés, ainsi que ses bénévoles, pour leur généreux soutien en argent et en temps.
Soutien 20ans (2013)
71
Partenaires
,
.,
'
,,,
..
...
"
 
0
i (,
y
3 4
Soutenez notre action!
Appartenances n’est que partiellement soutenue
par des subsides publics et des dons d’institutions
privées. Tout don privé, même modeste, contribue
donc à donner à l’association plus d’indépendance,
de flexibilité et donc d’efficacité au service des
personnes migrantes.
Par un don en temps
Quelles que soient vos compétences, vous pouvez
certainement rejoindre les dizaines de bénévoles
qui participent à notre activité. Contactez Natacha
Noverraz au tél. 021 341 12 37pour en parler, ou par
e-mail: n.noverraz@appartenances.ch.
Par un don en argent
Vous pouvez faire un don en ligne sur notre site
www.appartenances.ch, verser votre contribution
sur notre CCP 10-20727-1 ou contacter Natacha
Noverraz au tél. 021 341 12 37, ou par e-mail:
n.noverraz@appartenances.ch, pour recevoir des
bulletins de versement. L’association étant reconnue
d’utilité publique, vos dons peuvent être intégrale-
ment déduits de votre revenu imposable dans la
limite des 20%prévue par la loi.
Merci d’avance! 73
Notre engagement pour la qualité
Selon nos valeurs et notre charte formation, nous
nous engageons au quotidien pour assurer qualité,
pertinence et cohérence dans nos formations et
notre organisation.
Un audit annuel par un organisme certificateur agréé
permet d’évaluer notre progression et de renouveler
notre certification eduQua depuis 2006.
eduQua, une garantie de transparence et de qualité
tant pour les participant-e-s aux formations que
pour les donatrices et donateurs, et autres parties
prenantes.
Appartenances
Rue des Terreaux 10
1003Lausanne, Suisse
Tél. +41 21 341 12 50
Fax +41 21 341 12 52
info@appartenances.ch
www.appartenances.ch