Rapport d’activités 2012 Centre social protestant Vaud

«Ensemble nous pouvons changer la suite de cette histoire»

Slogan de la campagne de mars 2012

Impressum
Ce rapport a été rédigé par les collaboratrices et les collaborateurs. Responsable: Evelyne Vaucher Guignard Statistiques: Caroline Regamey Illustrations: Francois Maret Photos: Pierre Bohrer et Hélène Tobler Maquette: Agence WGR, Lausanne Correctrice: Evelyne Brun Kaouass Réalisation et impression: Imprimerie Paperforms SA, Villars-Sainte-Croix Centre social protestant Vaud Rue Beau-Séjour 28 1003 Lausanne Tél.: 021 560 60 60 Fax: 021 560 60 61 Courriel: info@csp-vd.ch Site internet: www.csp.ch/vd CCP: 10-252-2 IBAN CH09 0900 0000 1000 0252 2

2

Sommaire
Introduction Rapport du Comité Directrice Secteurs sociaux
– – – – – Accueil Consultation couple et famille Consultation juridique Jet Service, jeunes et travail La Fraternité, service social pour personnes immigrées – Service social polyvalent (SSP) – Prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes 8 10 13 16 20 25 30 32 32 33 34 35 36 38 39 39 5 6 7

Comptes 2012
– – – – Bilan au 31 décembre Recettes et dépenses Subventions et Contributions Remerciements 40 42 43 43 44 46 47

Le CSP collabore L’Association Le CSP dans les autres cantons

Secteur sociocommercial
– Ramassage et vente d’objets d’occasion les Galetas les Boutiques

Secteurs de soutien
– – – – – Administration Bénévolat Communication, Editions La Passerelle Politique et recherche sociales Ressources humaines Départs, arrivées, remerciements

3

13’022 consultations dont 3’571 en permanence
6’555 situations représentant 7’116 personnes 5’393 nouvelles situations représentant 5’863 nouvelles personnes
des consultations dispensées dans 12 lieux du canton
Ouest lausan nnois rilly ‐ Echal llens Pr Broye ‐ Vully V Riv viera Lausa anne

Répartition des consultations selon le domicile
Canton de Vaud 98% Lausanne région 58% Lausanne 32%

Jura ‐ Nord vau udois ausannois ‐ Oron ‐ Lav vaux

Mor rges ‐ Aubonne ‐ Cosso onay Nyon ‐ Rolle R
0% 5 5% 10% 15% 20% 25 5% 30% 35 5%

1022 consultations données à des professionnel-le-s

Formations
9 sessions de formation autour de l’argent par le SSP et une dizaine de formations dispensées par des collaborateurs du secteur juridique et de la Fraternité

13 séances d’information collective juridique ayant touché 274 personnes

Ramassage et Vente d’objets d’occasion
1,29 million de francs de chiffres d’affaires, 13 salarié-e-s, 160 bénévoles

Prévention de l’endettement non maîtrisé
34 classes directement sensibilisées 65 enseignant-e-s formé-e-s par le CSP dans le cadre de la HEP

4

Introduction
Sans réserve
«Sans réserve» - cette expression caractérise aujourd’hui doublement le Centre social protestant Vaud. Comme vous le lirez dans ce rapport, les collaboratrices et les collaborateurs ont mobilisé leurs compétences professionnelles pour dispenser plus de 13’000 consultations en 2012. 400 de plus que l’année précédente. 3000 de plus qu’il y a dix ans. Alors même que nos secteurs ont en parallèle développé des activités très importantes de formation et de prévention. «Sans réserve», le CSP s’engage, en complémentarité avec d’autres acteurs sociaux tant publics que privés, pour répondre à l’évolution ou à la constance des besoins et des problématiques rencontrées par la population du canton de Vaud. A contre-courant s’il le faut, il cherche à maintenir notamment l’accès gratuit à ses prestations. La très forte sollicitation fait que c’est un réel défi, voire un casse-tête, d’être accessible, joignable: à l’Accueil d’abord, mais aussi pour les rendezvous avec des juristes, à la Fraternité, à Jet Service, au Secteur social polyvalent ou à la Consultation Couple et Famille. Des réorganisations ont été faites pour améliorer l’accessibilité – mais elles ne résolvent pas le problème d’une demande supérieure à l’offre disponible dans quasiment tous les secteurs. Le CSP intervient aussi publiquement et n’hésite pas à interpeller «sans réserve» les autorités concernées ou le public, lorsque son travail de terrain le conduit à constater des dégradations de situations ou le non-respect des droits des personnes, notamment les plus fragiles, ou les plus démunies en termes de ressources ou de réseau social. «Sans réserve»: c’est exactement l’état de fragilité financière aggravée dans lequel le CSP va poursuivre son action en 2013. Il n’a pas pour vocation de thésauriser, évidemment, et recherche chaque année de nouveau les soutiens publics et privés permettant que son travail se poursuive. Mais cette année, la fragilité est extrême vu le mauvais résultat financier 2012, largement inférieur à l’objectif pour les recettes, réduisant les réserves quasi à zéro. Tout est entrepris pour que le service du CSP à la population puisse continuer: pour que les collègues de chaque secteur puissent s’y employer, pendant que l’équipe administrative et la directrice travaillent à réunir les moyens nécessaires à la survie du CSP puis à une consolidation indispensable. Qu’il s’agisse des appels précis à divers partenaires qui tiennent à l’apport spécifique du CSP, ou du budget sévèrement revu à la baisse, avec des nouvelles mesures d’économie qui font mal mais qui sont là pour que… … les habitantes et les habitants de ce canton puissent compter, «sans réserve», sur le CSP. Hélène Küng, directrice

Equipe du CSP
60 personnes pour 42.65 postes à plein temps + 1 apprenti-e, 1 stagiaire MPC et 1 stagiaire CCF

Un merci tout particulier, à notre équipe pour son travail inlassable: salarié-e-s ou bénévoles, ils et elles ont fait de cette année 2012 une année intense et active au service de la population du canton. Grand merci au Comité qui accompagne avec attention et préoccupation la marche du CSP. Grand merci aux partenaires sans qui les services du CSP ne pourraient tout simplement pas exister: les subventionneurs – Canton et Communes; l’Eglise réformée vaudoise (EERV), les donateurs et les donatrices, nombreux à renforcer leur soutien en réponse à notre appel spécial d’octobre; les client-e-s de nos magasins d’occasion; les associations avec qui nous collaborons et enfin les membres de l’Association du CSP. Que ces pages, avec leurs échos concrets des personnes qu’ils soutiennent, leur disent aussi notre gratitude.

5

Rapport du Comité
Le CSP poursuit son chemin et fourmille comme toujours d’activités, ses collaborateurs et ses collaboratrices assurant les consultations, les actions de prévention et autres services. Toutefois, ce chemin s’est avéré pavé d’embûches car le CSP a rencontré cette année de sérieuses difficultés financières. Les comptes 2012 sont en effet très mauvais. Des charges plus importantes que celles budgétisées et des recettes largement inférieures aux objectifs fixés amènent le CSP à boucler l’exercice financier avec un important déficit et à réduire ses réserves jusqu’à presque zéro. Mesurant la gravité de la situation et conscient des conséquences sociales et politiques des options prises, le Comité a accepté les propositions d’économie et de rigueur de la direction visant à permettre au CSP de poursuivre ses activités dans les meilleures conditions possibles. Le budget 2013 est ainsi revu à la baisse avec des mesures d’économie conséquentes et douloureuses socialement, impliquant notamment le licenciement de deux personnes travaillant dans le secteur des Galetas et des Boutiques d’occasion ainsi que la diminution, voire la suppression en 2014 de la subvention allouée à l’EPER pour le SAJE (Service d’aide juridique aux exilé-e-s). Parallèlement, des démarches sont en cours auprès de l’EERV (Eglise réformée vaudoise) et d’autres donateurs pour solliciter aides et appuis financiers extraordinaires. Ces mesures d’économie font mal et touchent au cœur du CSP, mais le Comité est convaincu que ce n’est qu’à ce prix que le CSP pourra continuer à faire face à ses responsabilités et à repartir dès 2014 sur une base financière plus saine. Même si les années précédentes le CSP avait renoué avec des résultats financiers positifs, sa situation restait fragile dans la mesure où le CSP n’était pas à même d’adopter des budgets sans déficit structurel. Le Comité avait ainsi, au cours de l’année écoulée, accepté un plan financier permettant à moyen terme et progressivement au CSP de présenter des budgets sans déficit structurel, de disposer de réserves suffisantes et de pouvoir utiliser les recettes extraordinaires pour développer de nouveaux projets. Ce plan financier n’a plus cours, les résultats financiers de l’année le rendant de fait impossible à mettre en œuvre. Les mesures douloureuses que le CSP se doit de prendre dès maintenant devraient avoir des effets positifs en permettant au CSP de retrouver dès 2014 des budgets sans déficit. Enfin, le Comité se plaît à souligner que si le CSP est secoué par de grosses turbulences financières, la qualité et la fiabilité de ses prestations sont reconnues par tous et notamment par les pouvoirs publics. Le Comité s’est également penché sur le secteur sociocommercial pour évaluer son organisation et son management et discuter des correctifs à lui apporter. La Fondation du 50e est constituée. Le conseil de Fondation est composé de M. Luc Recordon, conseiller aux Etats, président, de M. René Knüsel, professeur à l’Université de Lausanne, et de deux membres du Comité, à savoir de M. Gabriel Dutoit et de la soussignée. Un poste est encore à pourvoir. La Fondation pourra donc prochainement mettre à disposition ses fonds pour aider au développement de nouveaux projets du CSP. Sur le plan politique, le CSP s’est positionné en faveur du référendum sur la loi sur l’asile. Les durcissements prévus dans la loi vont à l’encontre de ce que prône le CSP et bafouent ses valeurs. Il était ainsi important que le CSP joigne sa voix à ceux qui s’y opposent. Composition du Comité Le Comité a pris acte avec regret de la démission de Mme Gioia Christen et de la fin du mandat de Mme Nicole Schneider, arrivée au terme des trois législatures, qui ont toutes les deux œuvré sans compter pendant leurs longues années au sein du Comité. Celui-ci s’est dans le même temps étoffé et enrichi avec l’arrivée de Mme Martine Burger Bernhard, déléguée de l’EERV de la région d’Yverdon et professeure à la HES en travail social et santé, de Mme Marie-Chantal Collaud, chargée de projet et formatrice à l’Association Bénévolat-Vaud jusqu’à sa toute récente retraite et de M. Bernard Voutat, professeur à l’Université de Lausanne. Enfin Mme Myriam Schwab Ngamije a rejoint le Comité en complétant ainsi la délégation des membres de l’équipe. Le Comité a tenu cette année 9 réunions d’environ deux heures. Le Bureau, chargé de préparer les séances du Comité, s’est réuni 10 fois. Que ses membres trouvent ici l’expression de ma gratitude pour tout le travail effectué et leur engagement sans faille pour le CSP. Je tiens à remercier ici chaleureusement toutes les personnes, salariées et bénévoles, qui travaillent au sein du CSP, sans oublier bien sûr nos subventionneurs et tous les donateurs qui ont permis cette année encore au CSP de poursuivre le travail qui est le sien. Cette année fut simultanément une année «horribilis» et une année gratifiante. En effet, les mauvais résultats financiers ont certes contraint le CSP, acculé, de prendre des mesures d’économie drastiques et douloureuses mais lui ont aussi permis de mesurer le capital de confiance dont il jouit au travers de ses activités et des soutiens sur lesquels il peut tabler dans l’adversité. Le Comité est ainsi confiant que le CSP saura tirer enseignements des difficultés traversées et les mettre à profit afin de poursuivre dans la voie qui est la sienne, voire lui redonner l’élan et les moyens pour accompagner ou anticiper les changements rendus nécessaires par l’évolution sociale de notre canton et répondre aux besoins des trop nombreux laissés-pour-compte de notre société. Anne Baehler Bech, présidente

6

Directrice
La directrice porte la responsabilité de l’ensemble de l’institution. Elle est responsable face au Comité des grandes orientations de l’institution, de la politique financière et de la recherche de fonds. Elle veille à l’unité et à la cohésion de l’ensemble du CSP et est garante de la ligne de l’institution, à l’interne comme à l’externe, se fondant sur la mission et les valeurs du CSP. Elle est responsable du CSP face à l’extérieur et le représente dans ses relations avec les autorités politiques, les autorités religieuses, les subventionneurs, les partenaires sociaux, les médias ainsi que dans ses prises de position publiques.

Partenariats et relations publiques
• Sollicitations par les médias, prises de parole, présence aux manifestations des partenaires • Plateforme Asile Migration, redéfinition de la stratégie et des niveaux d’intervention • Ministres migrations (ministères solidarités régionaux réformés et catholiques), articulation avec le CSP • Plateforme Consultation de Couple Vaud • CSP.ch (l’Association des Centres sociaux protestants): projets communs et stratégie pour les prochaines années • Bilan et clôture des comptes du 50e anniversaire du CSP en 2011 (N.B.: la Fondation du 50e n’est pas du ressort de la directrice, mais du Comité du CSP et du comité du 50e).

Aspects marquants en 2012
Pilotage et organisation générale
• Demande de subvention 2013 – avec la chargée de recherche et de politique sociales, en lien avec le secteur juridique; avec Jet Service; avec l’Accueil: travail sur un meilleur subventionnement des prestations faites par ces trois secteurs au vu de l’évolution récente des besoins et des problématiques • Travail sur le plan de «Retour à meilleure fortune» présenté à l’équipe et au Comité en avril 2012 • Départ de trois collègues (Blécherette, Juristes-Jet, SSP) et travail sur les besoins en repourvue • Nouvelle organisation du secteur Ressources humaines.

Recherche de fonds (RF)
• Articulation de la RF CSP générale et de la RF du Fonds Budget des Autres: double objectif à atteindre en 2012 • Développement du nouveau système logiciel RF: la prise en charge, par le collaborateur gestionnaire de la base de données, de plusieurs aspects de la relation avec les donateurs libère davantage de temps «réseau» pour la directrice • Formation dans le domaine RF réseau et dans le domaine «legs en faveur d’organisations d’utilité publique»; recherche sur «My happy end», plateforme d’associations d’intérêt public pour encourager les legs • Contacts réseaux pour trouver de nouveaux donateurs et de nouvelles donatrices pour renflouer les finances en difficulté en 2012

Secteurs et projets
• Organisation du secteur juridique en lien avec une surcharge nouvelle • Redéfinition du poste «juriste à Jet Service» • Fraternité: l’évolution des prestations par rapport à l’évolution des problématiques rencontrées par les personnes migrantes; complémentarité et spécificité dans le travail en réseau tant associatif que public • Pré-projet «médiation, état des lieux et besoins», mandat à deux collègues de l’Accueil (formées en médiation) et suivi du mandat et des résultats de l’état des lieux • RaVeO (Ramassage et vente d’objets d’occasion): évaluation de l’organisation et mise en place de correctifs par lieux • RaVeO: suivi rapproché à la Blécherette durant l’intérim concernant le responsable du Galetas • Examen du poste «bénévolat» et de son articulation avec le secteur RaVeO.

Divers
• Rénovations à Beau-Séjour 28, déménagement et réorganisation des bureaux y compris celui de la directrice!

7

Secteurs sociaux
Accueil
Le secteur de l’Accueil combine travail de réception proprement dit: accueil des personnes qui se présentent pour un rendez-vous, fixation de rendez-vous, réception et transmission des appels téléphoniques, etc., et un travail d’accueil qui consiste à écouter les demandes des personnes, les identifier et orienter à bon escient à l’externe ou à l’interne du CSP. Elles écoutent attentivement et longuement parfois, fournissent des renseignements de tous ordres, en plus de fixer des rendez-vous dans nos différents services ou d’adresser les personnes aux autres services et associations ad hoc. Le temps de travail du secteur a été augmenté de 40 %, en lien avec la centralisation de la prise de rendez-vous juridiques et l’extension des heures de réception. Lors de cette année 2012, notre secteur a connu une avancée technologique(!): nous sommes passés de l’agenda papier à l’agenda électronique, mis en place pour la Consultation Couple et Famille (CCF) et le Service social polyvalent (SSP). Les agendas électroniques facilitent et améliorent véritablement notre travail, l’accès à l’information et aux rendez-vous étant simplifié et disponible pour tous. Heureuse retraite! A notre chère collègue Claire Schminke qui est partie en fin d’année pour de nouveaux horizons, après plus d’une décennie consacrée au CSP. Nous lui souhaitons de profiter pleinement de chaque moment de cette nouvelle vie.

Quelques faits marquants
En début d’année, nous avons bénéficié de conseils d’un ergonome pour optimiser notre travail dans l’espace ouvert qui nous est imparti. Après analyse et discussion, nous avons réaménagé et revalorisé notre lieu de travail. La nouvelle disposition a l’avantage de mieux délimiter notre secteur, ce qui rend notre travail plus efficace et favorise une prise en charge de chacun-e de manière plus discrète. Les usagers-ères bénéficient d’une meilleure visibilité et d’un accès plus direct. Un soin particulier a été apporté à la salle d’attente, en particulier aux flyers que nous mettons à disposition. Un important travail de tri et de réflexion sur la pertinence et l’utilité de chaque flyer a été mené. Ainsi nos usagers ont la possibilité de s’informer sur les secteurs du CSP et les différents acteurs du réseau social du canton de Vaud. L’expérience a montré que cette offre est largement utilisée. La réorganisation des flyers nous permet aussi de compléter plus aisément les informations que nous fournissons lors d’orientations extérieures.

8

Situation
«Centre social protestant, bonjour! - Oui, bonjour, j’ai un gros problème… J’ai besoin d’un juriste. J’ai l’autorité parentale et ma fille est repartie chez son père. - Votre fille a quel âge? - 15 ans. - Vous désirez une modification de la convention? - Non, j’aimerais que son père s’en occupe correctement. - Qu’entendez-vous par «s’en occuper correctement»? - En fait, ce qu’elle veut, c’est sortir le soir, ses notes chutent. Sa maîtresse m’a appelée. La psychologue aussi. Son père lui laisse faire ce qu’elle veut. - Vous avez essayé d’en parler avec son père? - Oui, mais il ne fait rien. Il la laisse faire... - Vous aimeriez que votre fille revienne à la maison, que la convention soit respectée? - Non, j’aimerais qu’il ne la laisse pas faire ce qu’il veut, qu’il se préoccupe de sa scolarité. Je n’ai pas de problème avec mon ex-mari. Nous nous entendons bien. Je veux qu’il ne laisse pas faire ma fille comme elle veut, qu’il se préoccupe de sa scolarité. Elle chute…» Accueillir les émotions. Laisser s’exprimer puis demander des informations supplémentaires. Démêler ce qui est du juridique et du relationnel. Ce qui est du ressort de la mère, du père, du couple et de leur fille. Valider les constatations. Exposer les différentes possibilités d’accueil du CSP ou d’autres associations. «Nous pouvons vous proposer un conseil de couple, en parler avec votre ex-mari, parler de votre couple parental… Vous pouvez également voir un juriste, pour connaître vos droits et vos devoirs par rapport à votre fille… - Oui, je pense que de pouvoir en discuter avec mon ex-mari avec l’aide de quelqu’un… Mais j’aimerais aussi savoir mes droits en tant que responsable de ma fille… - Ce qui serait aussi possible, c’est de prendre contact avec Telme. Il y a un site avec un forum. Vous pouvez entrer en contact par ce moyen-là. Si ça vous convient, vous pouvez prendre contact avec eux. - Ah oui, je vais voir le site. - Donc, vous discutez avec votre mari de la possibilité du conseil de couple et vous nous rappellerez pour prendre rendez-vous. Je vous donne un rendez-vous juridique et vous avez le site de Telme.»

Equipe
Astrid Mexhide Nicole Claire Catherine BERGER BYTICI PLETSCHER SCHMINKE WENGER-BOGHOSSIAN 30% 70% 75% 25% jusqu’au 31.12.2012 60%

Statistiques
En 2012, ce sont près de 22’400 demandes qui ont été traitées par les collaboratrices de l’Accueil de Beau-Séjour. En moyenne mensuelle, 1863 demandes ont été traitées, 86 par jour ouvrable. 56% des demandes entrent dans le champ de la réception proprement dite, soit l’accueil des personnes se présentant pour un rendez-vous pris, la fixation des rendez-vous, la réception et la transmission des téléphones, etc. En tout 12’580 prestations de réception ont été accomplies en 2012, ce qui représente 1048 en moyenne mensuelle et 48 en moyenne par jour ouvrable. La grande majorité des prestations de réception est traitée par téléphone (81%), et presque une sur cinq en face-à-face. 44% des demandes ont impliqué un travail d’accueil, ce qui dénote une augmentation de plus de 10% de cette prestation-là. Ce travail mobilise beaucoup de connaissances et de compétences humaines et consiste à comprendre et à traiter directement les demandes provenant d’usagers-ères. Il repose sur l’écoute des personnes, l’identification de la nature de leur demande, cela afin de pouvoir effectuer au mieux l’adressage interne ou externe des nouveaux usagers-ères. Au total, 9775 demandes d’usagers-ères ont été prises en charge par les collaboratrices de l’Accueil, dans la grande majorité des cas par téléphone. 815 accueils ont été effectués en moyenne mensuelle, soit 38 par jour ouvrable.

9

Consultation couple et famille
La consultation couple et famille (CCF) reçoit les couples qui souhaitent échanger au sujet de leurs difficultés en présence d’un-e professionnel-le neutre et bienveillant-e. Ce secteur travaille sous mandat de l’Etat de Vaud. Il fait partie de la Plateforme consultation conjugale Vaud (Plateforme) qui regroupe les trois institutions Caritas, Profa et le CSP. En 2012, comme on peut le constater dans l’intitulé, ce secteur a décidé de changer de nom, abandonnant «consultation conjugale et familiale» pour «couple et famille», qui doit mieux représenter la diversité de la conjugalité telle qu’elle apparaît dans la société et dans les consultations au CSP. On peut aussi signaler que la consultation de Payerne a changé d’adresse cette année, s’installant dans les locaux du Centre social régional, après bien des années dans un bureau mis à disposition par l’Eglise réformée. les habituels quadragénaires avec des enfants, mais aussi de jeunes couples sans enfants qui souhaitent apprendre à gérer leurs conflits, des retraités qui s’interrogent sur cette nouvelle page de leur vie conjugale, des personnes seules qui veulent relire et comprendre leurs parcours de vie. Il convient aussi de mentionner les couples séparés ou en voie de séparation qui doivent maintenir leur dialogue parental, les couples binationaux confrontés aux problèmes des différences culturelles ainsi que les couples au prise avec la gestion de leur violence. D’une situation à l’autre, la fréquence des entretiens varie aussi beaucoup: depuis de courts suivis de consultation conjugale jusqu’aux thérapies de longue durée. Pour la deuxième année consécutive, la consultation d’Yverdon a dépassé la barre des 300 entretiens.

Nouvelle problématique: l’effet domino du divorce de parents sur le couple des grands-parents
Si depuis plusieurs années, on a pu identifier les multiples difficultés des couples et des enfants confrontés à une séparation ou à un divorce, on commence à rencontrer dans les consultations des nouvelles conséquences indirectes pour les autres membres de la famille et notamment pour le couple de grands-parents. Par exemple, durant l’année 2012, une des conseillères a rencontré à quelques reprises une nouvelle problématique. Il s’agissait de couples proches de (ou à) la retraite accueillant

Consultations
Quelques points forts
Voici quelques éléments de réflexion émanant des consultations données dans les différents lieux du canton.

La diversité des couples et des situations
En 2012, la consultation d’Yverdon, en particulier, a présenté une grande variété de situations et de couples: non seulement

10

fils ou fille ainsi que petits-enfants à la suite d’une séparation qui, comme on le sait, débouche fréquemment sur des situations financières précaires et difficiles. En amont, ces couples s’occupaient également de leurs ainés devenus moins autonomes. Ainsi, à l’aube de cette nouvelle étape de vie, la retraite, qui nécessite bien souvent une réorganisation du couple dans sa manière de fonctionner et dans ses choix de vie, ceux-ci se sentaient en crise face à toutes les tâches et les responsabilités qu’ils sentaient peser sur leurs épaules. Au lieu de pouvoir mener à bien les projets tant rêvés et attendus, ils se retrouvaient entre plusieurs générations à devoir s’occuper des besoins de chacun et de mettre les leurs en veilleuse. Le travail avec eux aura été de les aider à retrouver une place pour leur couple en favorisant une redistribution des rôles et des fonctions à chacune des générations. Tout un programme... mais ô combien passionnant et stimulant!

Activités collectives
Réseau, collaborations et formations continues
Comme chaque année, le secteur a continué ses activités de collaboration avec les conseillers conjugaux des autres CSP, avec les institutions partenaires de la plateforme couple et famille Vaud (Profa et Caritas) et les autres institutions des réseaux respectifs de chaque conseiller ou conseillère. Chaque collaboratrice et chaque collaborateur a mené un certain nombre de démarches dans sa région pour faire connaître la consultation conjugale aux divers professionnels et institutions, afin que les personnes en contact avec des couples en difficulté se souviennent de l’aide spécifique que ce secteur offre. Ces contacts ont pu déboucher sur des collaborations, comme la participation de deux conseillers conjugaux du CSP à l’animation d’une séance de préparation au mariage pour la région d’Yverdon, mise sur pied par l’Eglise catholique. Les supervisions, les intervisions et les formations continues sont partie intégrante du métier et chacun a suivi des parcours de formation spécifique en fonction des besoins d’approfondissement de certaines questions (thérapie brève - adolescence, effets positifs et négatifs d’internet sur les jeunes par Serge Tisseron - journées avec Esther Perel sur «Un double défi: L’intelligence érotique ou comment réconcilier intimité et sexualité?», par exemple).

Une situation Couple avec deux enfants dont l’un est malade
Un jeune couple vient à la consultation juste après la pause estivale. Leur rêve de passer de belles vacances en famille au bord de la mer ne s’est pas réalisé. Tous les deux se sentaient sous pression, leur relation était tendue et ne leur offrait plus cet espace de complicité et de bien-être qu’ils avaient vécu auparavant. Très vite nous demandons: «Et comment vont vos enfants?» Une porte s’est ouverte avec cette question. Nous apprenons alors que leur petite fille de 8 mois souffre de graves problèmes respiratoires depuis sa naissance et que sa maman a constamment peur qu’elle n’étouffe. En revanche, Lara, l’aînée de 3 ans, est très active et en pleine phase «d’exploration du monde». Dans un premier temps, nous avons pu accueillir la souffrance des deux parents, souffrance qui s’était installée petit à petit et qui troublait leur relation conjugale. Le couple était épuisé, physiquement et psychiquement depuis l’arrivée de leurs enfants. De plus, le travail professionnel de Monsieur et celui de Madame «au foyer» exigeait toutes leurs forces. Dans un deuxième temps, le couple a pu chercher ensemble à mettre en place des «petits moments agréables» à deux, faisables dans la réalité. Cela leur a permis d’ouvrir petit à petit le système familial et une aide extérieure a pu être acceptée. C’est le sentiment de culpabilité de ne pas, ou de ne plus arriver à se considérer comme un bon parent ou partenaire qui a rongé aussi bien leur estime de soi que leur estime réciproque. Cet aspect a également pu être abordé, et le couple a pu valoriser son investissement parental et conjugal.

11

Statistiques
Situations Consultation Lausanne, Yverdon, Payerne, Oron Consultations à professionnel-le-s Total des consultations Situations de couples Situations de personnes seules Nombre de personnes concernées 229 192 37 421 Nombre de Nouvelles situations consultations 131 101 30 232 936 18 954 771 165

En plus des chiffres ci-dessus, les conseiller-ères conjugal-es ont consacré 208 heures à répondre aux appels et aux messages électroniques dans le cadre de la Permanence Consultation de couple (Plateforme Vaud).

En termes de situations, 84% sont des situations de couples et 16% des situations de personnes venues seules. Le nombre moyen de consultations par situation est de 4,1.

Lieux de consultation
47% des consultations ont eu lieu à Lausanne, 33% à Yverdon, 15% à Payerne et 5% à Oron. En termes de domicile, 31% des consultations sont données à des usagers-ères domicilié-e-s dans la région de Lausanne, 62% dans le reste du canton et 7% à des habitant-e-s de cantons voisins. 19% des consultations sont données à des personnes qui habitent Lausanne même.

Qui sont-ils, qui sont-elles ?
Parmi les couples, • huit couples sur dix (80%) sont mariés; • en tout, 85% des couples ont des enfants, soit 85% des couples mariés et 87% des couples non mariés; • un peu moins de la moitié des couples (45%) sont des couples dont les deux partenaires sont d’origine suisse. Dans 17% des cas, les partenaires sont tous deux d’origine étrangère. Plus du tiers des couples (35%) sont composés d’un-e partenaire d’origine suisse et d’un-e partenaire d’origine étrangère. Parmi les quelques personnes qui consultent seules, • on trouve presque deux femmes pour un homme, • huit personnes sur dix sont mariées; • et 80% ont des enfants.

Consultation
229 situations ont été suivies, représentant 421 personnes. Les situations suivies depuis l’année précédente ou plus longtemps sont au nombre de 98 et représentent 43% de l’ensemble des situations. Pratiquement toutes les consultations ont lieu sur rendezvous et en face-à-face. Au total, 82% des consultations sont des consultations de couples, 18% des consultations de personnes venues sans leur partenaire.

Consultations délivrées
• 25% sont des entretiens préliminaires ou de clarification; • 65% concernent des personnes/couples engagés dans un processus; • 9% sont des interventions de crise, • et 1% des entretiens d’une autre sorte.

Lieux:
Lausanne 47% des consultations Yverdon-les-Bains 33% des consultations Payerne 15% des consultations Oron 5% des consultations

Equipe
Antoine Marie-France Esther Dominique Véronique Cécile BOREL 50% COURVOISIER 30% GENTON MEIER 30% LORENZ 50% PRADES 50% MORET PELLET, stagiaire dès le 12.11.2012

12

Consultation juridique
Le secteur met à disposition de la population vaudoise des consultations juridiques polyvalentes dans tout le canton. Ces consultations touchent pratiquement tous les domaines du droit.

Consultations

l’Accueil, par leur bonne connaissance du réseau et de l’appareil social vaudois garantissant une orientation optimale sur la consultation juridique. Les juristes donnent également des consultations par téléphone et sans suivi à des professionnelle-s d’autres services (CSR, CMS, autres services sociaux et médicaux notamment). Généralistes, les juristes traitent des questions touchant à de nombreux domaines du droit. La consultation peut consister en une simple information ou un conseil donné sur le moment, mais aussi déboucher sur un travail de suivi plus ou moins conséquent (recherche, courrier, recours, action judiciaire, etc.).

Un cas révélateur de notre travail Soutien de longue haleine
Une usagère, née en 1980, a approché le CSP en 2008 à la suite du refus par l’Office d’assurance invalidité du canton de Vaud (OAI) de lui allouer une rente. En effet, le rapport d’expertise du service médical régional de l’AI (SMR) niait tout trouble psychiatrique de cette personne, bien que son médecin psychiatre estimât, quant à lui, qu’elle souffrait de troubles borderline l’empêchant de travailler à raison de 50%. Outre que l’usagère se trouvait, dès lors, à l’aide sociale, l’expertise du SMR a occasionné une détérioration de son état de santé du fait qu’elle ne se sentait pas reconnue dans sa souffrance et indirectement traitée de simulatrice. Grâce à une collaboration entre le médecin traitant et le juriste du CSP, il a pu être établi dans la procédure de recours que l’expertise du SMR n’avait pas été faite avec soin. Le Tribunal cantonal a ordonné une contre-expertise judiciaire. Sans reconnaître formellement le trouble borderline, cette dernière a mis en évidence que cette personne souffrait effectivement de troubles psychiques importants induisant une incapacité de travail de 50%. Dès lors le Tribunal cantonal lui a alloué une demi-rente AI. Grâce au soutien de longue haleine du CSP, cette usagère a pu retrouver une autonomie financière, sortir de l’aide sociale et être reconnue dans sa souffrance.

Prestation phare du secteur juridique, les consultations juridiques gratuites pour les particuliers sont données sur rendez-vous dans neuf lieux du canton. Les consultations lausannoises sont offertes tout au long de la semaine dans les locaux du CSP à la rue Beau-Séjour 28 à Lausanne, tandis que les consultations décentralisées se tiennent chaque semaine ou à quinzaine dans les Centres sociaux régionaux (CSR), sauf à Payerne où elles ont lieu dans les locaux mis à disposition par la paroisse réformée. Soucieuses d’optimiser l’accès de leurs habitant-e-s aux consultations juridiques du CSP, les communes de l’Ouest lausannois financent depuis le 1er décembre 2011 six consultations complémentaires par semaine, réservées aux résident-e-s desdites communes. Outre les consultations sur rendez-vous, une permanence sans rendez-vous est assurée par trois juristes hebdomadairement dans les locaux de Beau-Séjour à Lausanne. Elle a pour objectif de traiter les demandes urgentes, une consultation classique ne pouvant parfois pas être proposée dans le délai nécessaire. La prise de rendez-vous est centralisée pour tous les lieux de consultation à Beau-Séjour à Lausanne: les collaboratrices de

Motifs de consultations
Droit de la famille (contributions d’entretien, séparation, divorce) Assurances sociales Droit des étrangers 17 autres domaines 39%

Lieux:
Bex, Lausanne, Morges, Nyon, Orbe, Payerne, Renens, Vevey, Yverdon-les-Bains

17% 13% 52%

13

Activités collectives
Présentations collectives «séparation - divorce»
Ces présentations s’adressant aux particuliers continuent d’être proposées dans les locaux de la Fraternité et attirent toujours plus de participant-e-s, de sorte que leur nombre a été augmenté pour atteindre une fréquence d’une séance par mois en moyenne. Ce choix, fait en 2008 déjà, de donner collectivement des informations générales sur les droits des conjoints en cas de séparation ou de divorce permet de libérer des consultations individuelles pour approfondir certains points ou traiter d’autres problématiques. Le fait d’aborder ces questions en groupe est par ailleurs bien accepté par les participant-e-s.

Cours et enseignement
Cette année encore, deux juristes ont dispensé une formation en droit des étrangers destinée aux professionnel-le-s, en collaboration avec la Fraternité. Trois juristes ont par ailleurs continué d’assurer des mandats d’enseignement à l’EESP (Ecole d’études sociales et pédagogiques) dans les domaines suivants: prestations sous conditions de ressources (prestations complémentaires et bourses d’études), obligations d’entretien en vertu du droit de la famille, droit des étrangers et droit appliqué.

Collaborations à l’interne
Deux juristes ont assuré une assistance juridique spécifique: à la Fraternité en matière de droit des étrangers ainsi qu’au Service social polyvalent dans le domaine du droit des poursuites notamment. Le secteur juridique s’est également tenu à disposition du secteur administration pour des questions juridiques ponctuelles. Par ailleurs, deux juristes ont partagé leur temps de travail avec le secteur Jet Service, dont ils ont assuré les consultations sociojuridiques en tandem avec un-e travailleur-se social-e. Les juristes du secteur ont collaboré avec la responsable de recherche sociale à l’élaboration de prises de position du CSP. A noter également la précieuse collaboration avec Mme Mireille Adler, bénévole, qui décharge le secteur en aidant les usagersères à remplir leurs demandes d’assistance judiciaire.

du canton ainsi que la judiciarisation des relations sociales, la complexité des systèmes d’assurances, l’évolution législative rapide de certains domaines, amènent à un besoin accru de soutien juridique. Via le Service de Prévoyance et d’Aide Sociales, le canton a financé courant 2012 une augmentation test de la dotation juridique, de quatre mois, à hauteur d’un 50%. Cette augmentation a permis de démontrer l’insuffisance de notre dotation actuelle pour faire face à la demande. Le financement de consultations complémentaires, de et pour la région de l’Ouest lausannois, a permis, dans le même temps, de prouver qu’une augmentation du nombre de consultations peut permettre d’atteindre un point d’équilibre. Après la réorganisation du secteur juridique en janvier 2011, le secteur a subi une lourde surcharge, principalement due à une meilleure efficience des prises de rendez-vous. Le secteur a entamé une réflexion sur le nombre de nouvelles consultations qu’il pouvait fournir et dont le suivi pouvait être assumé à satisfaction compte tenu de la dotation. Par ailleurs, à la suite du départ de notre collègue Marie Arnaud, dont l’activité se répartissait entre le secteur juridique et Jet Service, son poste a été repensé. La nouvelle personne engagée assumera désormais un temps de consultation exclusivement à Jet Service. Quant à la part de consultation liée au secteur juridique, elle a été reprise par Eline Schwitzguebel qui avait rejoint l’équipe via l’augmentation test. Pour terminer sur une autre note positive, Magalie Gafner, juriste du secteur, a obtenu, après deux années de formation, le brevet fédéral en assurances sociales. Cet examen et ce titre permettent de confirmer le travail fait en matière d’assurances sociales au sein du CSP, ce domaine d’activité étant central pour l’autonomisation des personnes fragilisées qui nous consultent.

Equipe
Marie Claudia Magalie Florent Antoine Eline Mercedes ARNAUD 30%
(+ 50% à Jet Service) jusqu’au 30.11.2012

Collaboration avec les autres CSP
Les juristes des quatre CSP romands se sont réunis dans une commission technique afin d’échanger sur leur pratique. Ils ont également collaboré à l’élaboration d’une brochure comparant l’union libre au mariage qui paraîtra en 2013.

FRICK 75% GAFNER 75% GERTSCH 75% HARTMANN 90% SCHWITZGUEBEL 50% VAZQUEZ 100%

(+ 10% à Jet Service) depuis le 01.05.2012

Près de 2’500 situations
62% de femmes 38% d’hommes 44.1 ans en moyenne

Temps forts
L’année 2012 a été marquée une fois de plus par une forte demande de la population vaudoise pour bénéficier d’une consultation juridique. La précarisation d’une partie des habitants

14

Statistiques
Usagers Consultation Lausanne et 8 autres lieux du canton Permanence Conseils à professionnel-le-s et à tiers Total 2’167 281 2’448 Nouveaux Nombre de usagers consultations 1’855 3’285 265 281 306 2’120 3’872 • 52% des usagers-ères sont suisses. Parmi les personnes de nationalité étrangère, presque la moitié est titulaire d’un permis d’établissement (C, 46%), un tiers ont un permis de séjour annuel (B, 35%) et environ 19% disposent d’un titre de séjour précaire (permis F, L, N) ou n’ont pas de titre de séjour.

Grâce à des améliorations organisationnelles, mises sur pied en 2011, concernant la prise de rendez-vous et l’orientation des usagers-ères, le volume de consultations juridiques a augmenté de 15% par rapport à 2010. Durant l’année, et en plus de la consultation individuelle, treize séances d’information collective «séparation-divorce» ont été réalisées. Elles ont permis de toucher 274 personnes, soit 21 en moyenne par séance. 306 consultations, conseils ou expertises juridiques ont en outre été fournis à des professionnel-le-s d’autres services (CSR, CMS, autres services sociaux et médicaux notamment).

Leurs motifs de consultation
Les motifs de consultation touchent en tout 20 domaines du droit et notamment par ordre d’importance: des problèmes • de droit de la famille dans 39% des cas, et principalement (dans l’ordre): contributions d’entretien, séparation, divorce, relations personnelles, droit de garde, etc.; • liés au droit des assurances sociales, dans 17% des cas; et principalement (dans l’ordre): assurance invalidité, assurance chômage, deuxième pilier (LPP), assurance maladie et subsides, prestations complémentaires, assurance vieillesse et survivants, etc. • de droit des étrangers, dans 13% des cas; • 52% des motifs de consultation touchent d’autres domaines du droit – soit exactement 17 autres domaines. Dans plus de 5% des cas: droit du travail, droit du bail, loi sur les poursuites, droit pénal, aide sociale, autres contrats (en tout 36%). Et dans une moindre mesure (dans l’ordre): droit des successions, droit administratif, droit de la consommation, etc.

Lieux de consultation
La consultation juridique est présente dans neuf lieux du canton, couvrant ainsi la majorité des régions d’action sociale. Une consultation sur douze est donnée en permanence à Lausanne. En moyenne, presque huit consultations sur dix effectuées dans les lieux de consultation extérieurs à Lausanne sont consacrées à des personnes domiciliées dans la région. 28% des consultations concernent des personnes lausannoises, 28% des personnes domiciliées dans la couronne lausannoise et 43% dans les autres régions du canton. Les habitant-e-s de Lausanne Région constituent 52% des usagers-ères.

Dans la consultation
Les suivis d’années précédentes concernent 328 situations (13% des situations). 66% des consultations ont lieu en face-à-face et sur rendezvous, 26% par téléphone, 8% par e-mail ou courrier. Plus des trois quarts des usagers-ères (77%) ne consultent qu’une seule fois dans l’année; 18% consultent deux ou trois fois; 5% consultent quatre fois ou davantage dans l’année.

Et les prestations
Face aux demandes qui leur sont adressées, les juristes: • fournissent des avis et des conseils juridiques aux personnes dans 87% des cas, • effectuent des investigations, des vérifications et d’autres types de suivis dans 18% des cas, • rédigent différents types de courriers dans 17% des cas, • entament une action judiciaire auprès des tribunaux ou rédigent un recours dans 8,6% des cas. Pour 39% des consultations, un travail particulier de suivi est effectué par les juristes, hors temps de consultation. Des démarches juridiques, des actions judiciaires et des recours y sont également entrepris.

Qui sont-ils, qui sont-elles?
• Des femmes en majorité (62%) et 38% d’hommes. • Les personnes mariées ou en partenariat enregistré représentent la moitié de la population qui consulte le service (51%); 21% des personnes sont divorcées, 4% veuves. Les personnes célibataires sont sous-représentées: 24%. • La moyenne d’âge est de 44,1 ans (44,8 ans pour les hommes et 43,7 pour les femmes). 8% des personnes sont en âge de la retraite (AVS).

15

Jet Service
Année après année, des jeunes à partir de 16 ans franchissent le seuil de Jet Service dans le but de trouver de l’aide concrète à leurs problèmes. Lors de nos consultations, notre travail vise à permettre à ces jeunes d’accéder à une formation ou de se maintenir dans leur cursus. Leurs difficultés peuvent être humaine, sociale, financière, familiale; elles affectent parfois la santé et représentent souvent un obstacle à l’insertion. Nous travaillons également à développer une vision préventive de notre action, dans le cadre de l’insertion professionnelle ou la prévention des ruptures de formation, au travers de notre engagement dans des associations comme Mobilet’ ou TEM (Transition Ecole-Métier) ainsi que par le programme de prévention de l’endettement des jeunes.

Notre travail a donc consisté à accompagner les jeunes dans les démarches administratives permettant d’accéder aux aides publiques, à les aider à comprendre les décisions et à défendre leurs intérêts si cela était souhaité. Pour les jeunes, cela a signifié le plus souvent une action sur leur budget pendant la formation afin que celui-ci puisse couvrir les charges de base et les frais de formation. Notre action a également porté sur d’autres aspects comme des problèmes de logement, d’assurance maladie, de conflit avec des maîtres d’apprentissage ou des employeurs-euses, des difficultés familiales, des obstacles pour entrer en formation, des dettes (amendes, commandements de payer ou poursuites), etc. Bourses d’études et d’apprentissages En 2012, l’équipe de Jet Service et la responsable de la politique et recherche sociales ont fourni un gros travail lors de la mise en consultation de la future loi sur l’aide aux études. Ce groupe de travail a étudié de manière approfondie ce projet en attirant l’attention du législateur sur un certain nombre de problèmes dont ce texte était porteur. Il a proposé des modifications allant dans le sens des observations faites par les professionnel-le-s de Jet Service tout au long des consultations.

Consultations
Apprenti-e-s et jeunes en formation
Les consultations apprenti-e-s et jeunes en formation visent avant tout le maintien et l’achèvement de la formation lorsqu’un souci, ou un problème plus lourd, voire une série de difficultés cumulées peuvent la mettre en échec. Dans un paysage social vaudois proposant une palette d’aides financières publiques aux jeunes en formation (principalement bourses d’études et d’apprentissage, allocations de formation, mais également subsides pour l’assurance maladie, aide sociale, etc.), la complexification des démarches et des procédures est souvent un obstacle, parfois rédhibitoire. L’accès aux aides reste difficile pour bien des jeunes avec des parcours non rectilignes, des situations atypiques, en conflit ou en rupture familiale, qui parviennent difficilement à comprendre et à répondre aux exigences administratives demandées. Enfin, le temps nécessaire au traitement des demandes d’aides de la part des différents services reste un facteur susceptible d’aggraver les situations. Sans compter que les jeunes sont engagés dans des formations exigeantes, impliquant en elles-mêmes un investissement important!

Recherches d’aides financières
Afin de pallier les refus et/ou la complexification du processus d’octroi des aides publiques, nous sollicitons régulièrement des Fondations privées pour des jeunes étudiant-e-s et ou des apprenti-e-s se trouvant face à des difficultés financières. Celles-ci sont souvent dues à une situation budgétaire changeante et précaire survenant par exemple lors de pensions alimentaires non payées ou lors de la période de latence entre le temps de dépôt d’une demande de bourse et son acceptation. Comme l’an dernier notre service a déposé près de 150 demandes et 91,5% de ces demandes ont abouti.

Service Droits des Jeunes (Lausanne et Vevey)
Les consultations sociojuridiques, proposées les jeudis aprèsmidi dans les locaux de Jet Service à Lausanne et les lundis après-midi à Vevey, en partenariat avec Ginkgo (programme du Service Jeunesse de la Ville de Vevey) continuent de répondre à une forte demande. Les consultations en binôme, juriste et travailleur-euse social-e, ont pour but d’aborder à la fois la difficulté juridique et la problématique sociale et financière qui l’accompagne généralement. L’ampleur du suivi varie de cas en cas. Il peut s’agir d’une simple information, d’un conseil, d’un courrier pour débloquer une situation, d’une négociation avec des tiers tels que parents ou employeur, d’un recours ou d’un appui pour effectuer telle démarche administrative ou judiciaire.

16

Bourse du travail Exemple d’une prise en charge Obligation d’entretien des parents
Christian*, 19 ans, est apprenti en 1re année d’assistant en soins et santé communautaires en école. Il n’a de ce fait aucun salaire. Avant cette formation, il effectuait un apprentissage d’électricien qu’il a dû abandonner après un an pour cause de daltonisme. Son père n’a pas accepté cette rupture et l’a mis à la porte de chez lui. Sa chambre a été immédiatement relouée à un ami de son père. Il ne peut vivre auprès de sa mère qui est remariée et qui habite dans un autre canton. Vu les revenus de ses parents et de son beau-père, Christian n’a pas droit à une bourse. Il a trouvé un logement à fr. 400.-. Sa mère lui donne fr. 700.- par mois plus l’allocation de formation. Il ne peut subvenir à ses besoins avec moins de fr. 1000.- par mois. Son père refuse de l’aider malgré l’obligation d’entretien prévue par la loi. Christian ne veut toutefois pas le poursuivre en justice car c’est émotionnellement trop difficile. Pour parer au plus pressé, une demande au fonds «Budget des autres» urgente a été faite pour payer le mois de loyer en cours et des frais de transports. Des contacts ont été pris avec l’école pour essayer de débloquer un peu d’argent pour compléter son budget pendant trois mois. Un travail autour du budget et du rapport à l’argent a été fait et Jet Service a écrit à son père pour lui rappeler son devoir d’entretien. D’autres demandes d’aide financière seront sans doute nécessaires avant qu’une solution durable puisse être trouvée. * prénom d’emprunt Simple intermédiaire, Jet Service met en contact, rapidement et gratuitement, des jeunes demandant un emploi avec des employeurs-euses de la région lausannoise. Les entreprises se chargent d’établir les contrats de travail et de payer les salaires. Nous assurons un suivi du placement des jeunes afin de les aider à négocier au mieux ce délicat passage vers le monde du travail. En 2012, nous avons relevé 90 placements sur 100 offres d’emploi. En 2011, ces chiffres étaient respectivement de 115 et 132. Ces résultats confirment la constante diminution des propositions de petits jobs que nous observons depuis déjà plusieurs années. Cependant, nous continuons à penser que la Bourse du travail joue un rôle important pour les jeunes et pour Jet Service. En effet, elle permet, d’une part, de faciliter le lien entre le jeune et le monde du travail et, d’autre part, de détecter par ce biais d’autres difficultés à aborder à temps et pouvant déboucher sur une prise en charge plus globale. Jet Service est sollicité par des personnes privées, de petites et moyennes entreprises pour de la mise sous pli, manutention, baby-sitting, nettoyages, déménagements, vente, service, etc.

Activités collectives
Le travail en réseau reste central dans notre activité. Au sein de l’Assocation Mobilet’ (CVAJ, Association de la Maison des jeunes et Jet Service) et de ses différentes mesures (BIP, BIO+, Renfort, APO et SeMo) notre engagement est resté conséquent. L’année 2012 a été marquée par la nécessité de trouver de nouveaux locaux pour le Semestre de motivation (SeMo) en particulier puisque les actuels locaux de Chêne 18 que Mobilet occupe depuis 2002, ont été vendus. Après de nombreuses recherches, des solutions ont été trouvées dans le même quartier sur la commune de Renens (av. de Longemalle et rue du Chêne 7). L’atelier cuisine de Mobilet’ qui est en charge de la cafétéria de l’entreprise Swissprinters pourra poursuivre ses activités après la reprise des bâtiments par d’autres entreprises. www.mobilet.ch Les quatre mesures que l’Association TEM, dirigée par le CVAJ et Jet Service (CSP VD) a mis en place, ont poursuivi leurs activités tout au long de l’année 2012. Les 9 conseillers-ères aux apprenti-e-s (Capp) mènent une action de médiation et de prévention auprès des apprenti-e-s du canton de Vaud. Ils et elles collaborent avec les différents acteurs du réseau de la formation (commissaires professionnels en particulier) pour trouver des solutions rapides et adéquates lors de ruptures ou de risques de ruptures d’apprentissages.

Consultations sociales et juridiques pour les étudiant-e-s de l’EESP
Ces consultations pour les étudiant-e-s de l’EESP (Ecole d’Etudes sociales et pédagogiques), qui ont débuté en octobre 2010, se sont tenues dans les locaux de Jet Service tout au long de l’année 2012. Financées principalement par l’EESP, elles permettent d’offrir une aide sociale et juridique à de nombreux jeunes adultes, afin d’éviter que des problèmes ne remettent en cause la réussite de leurs études. La fréquentation de ces consultations reste très stable par rapport à l’année dernière. Par ailleurs, des contacts ont été établis avec la direction de la Haute Ecole d’ingénieurs et de gestion d’Yverdon (HEIG VD) en vue de l’ouverture d’un service semblable dans cette école en 2013.

17

Les intervenant-e-s sociopédagogiques (ISPe) interviennent auprès des apprenti-e-s en voie CFC duale qui rencontrent des difficultés aux cours professionnels. Ces 8 professionnels offrent des appuis de type pédagogique hebdomadaire individuel ou en petit groupe. La mesure «AppApp» (AppuisApprentis), qui s’est d’abord développée dans le Nord vaudois, s’est étendue à d’autres régions du canton au cours de l’année 2012 avec l’appui des sociétés économiques de développement régionales. Elle permet à des apprenti-e-s de bénéficier d’appuis en petit groupe confiés à des répétiteurs-trices des régions concernées. La mesure ACCEnt, qui fonctionne depuis 2006, est une réponse aux besoins d’appuis du programme FORJAD (programme cantonal visant l’insertion des jeunes bénéficiaires RI par la formation professionnelle). Les 45 intervenant-e-s de cette mesure apportent un appui social, pédagogique, personnel et professionnel à environ 650 jeunes pour leur permettre une bonne insertion socioprofessionnelle. A noter d’autre part la collaboration entre certaines mesures de TEM (CApp et ACCEnt notamment) et Jet Service: en effet, les collaborateurs-trices de ces mesures ont régulièrement recours à Jet Service pour des appuis juridiques ou des conseils et éventuellement des suivis concernant les budgets et les problèmes de dettes. http://www.t-e-m.ch/

Site internet CIAO: www.ciao.ch
CIAO s’adresse aux jeunes de Suisse romande de 13 à 20 ans. Depuis 2010, il est aussi accessible aux jeunes souffrant d’un handicap visuel, auditif, moteur ou cognitif. Pendant l’année 2012, Jet Service a répondu à 91 questions posées dans la rubrique «Formation et travail». Nous avons également répondu aux questions de la rubrique «Argent», voir le chapitre Prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes, à la page 30.

Equipe
L’année 2012 a vu le départ de notre juriste Marie Arnaud. Ce poste a été repourvu au 1er janvier 2013 et le mois de décembre a été assumé par nos collègues du Service juridique. Marie Cosette Christine Florent Stéphanie Françoise Pascal Alexandre ARNAUD, juriste BOVAY BLANC DUPERTUIS GERTSCH, juriste MATHIESON OLAYA RECROSIO TADIC 50% 55% 70% 10% 60% 90% 75% 80%
jusqu’au 30.11.12

Statistiques
Usagers Permanence apprenti-e-s et jeunes en formation Service Droits des jeunes Sous-total Bourse du travail Consultations CIAO Consultations parents / professionnel-le-s Total 353 314 667 116 128 189 1100

Nouveaux Nombre de usagers consultations 264 255 519 107 128 189 943 663 575 1238 119 128 189 1’674

Signalons qu’en plus des chiffres ci-dessus, on dénombre environ 500 «passages» de jeunes dans les locaux afin d’apporter ou de venir chercher une information, compléter un dossier, etc. Au total, 89% des consultations sont dispensées à des jeunes et 11% sont des réponses à des demandes de professionnel-le-s d’autres services ou d’autres acteurs en présence (parents, écoles, etc.). Plus de huit consultations sur dix (83%) ont lieu en face-à-face, 10% par e-mail (y compris les réponses aux questions de CIAO), et 7% par téléphone.

La fréquentation des permanences a globalement augmenté de 6% entre 2011 et 2012 (mais 36% d’augmentation en cinq ans). Ce sont les consultations du Service Droits des Jeunes qui ont beaucoup augmenté: + 62% entre 2011 et 2012, doublement sur cinq ans. La Bourse du travail a quant à elle encore diminué (-21%), suivant en cela une tendance visible depuis plusieurs années (-48% en cinq ans).

18

Consultations et permanences
148 jeunes sont suivis depuis l’année précédente, voire depuis plusieurs années. Ils et elles constituent 24% des situations. Parmi les jeunes qui consultent les permanences, un peu plus d’un tiers (36%) reviennent une ou plusieurs fois en consultation. C’est le Service Droits des Jeunes qui recueille la plus forte fréquence de consultations: 39% des jeunes consultent le service plusieurs fois (19% deux fois, 20% trois fois ou plus).

Motifs de consultation dans les permanences Permanence apprenti-e-s et jeunes en formation
Des problèmes d’ordre financier sont présents dans les trois quarts des situations (74%): d’abord les questions liées aux bourses (dans 43% des consultations), ensuite des problèmes de dettes (dans 23% des cas), puis des questions liées au devoir d’entretien (dans 8% des cas). Des problèmes d’ordre familial se présentent dans presque un quart des consultations (départ du domicile familial, difficultés familiales, problèmes de devoir d’entretien). Des problèmes administratifs sont présents dans 21% des cas. Les motifs de consultation ayant trait à des questions d’assurances sont présents environ une fois sur sept (14%) et ceux liés au logement dans 7% des cas.

Qui sont-ils, qui sont-elles?
• Des jeunes femmes dans 59% des cas et des jeunes hommes dans 41% des cas. • Sept jeunes sur dix sont en formation. Parmi les jeunes en formation, une petite proportion se trouve encore à l’école obligatoire ou en transition (3% en tout), 58% sont dans une formation de degré secondaire 2 et 39% dans une formation de niveau tertiaire (en augmentation). Il y a peu de différences entre les sexes concernant le niveau de formation. • Les jeunes qui ne sont ni en formation ni en emploi représentent presque un quart des usagers-ères (23%). Parmi eux, 39% sont soit en recherche de formation, soit dans une phase intermédiaire entre rupture et reprise de formation, soit sans solution aucune (13%). 32% bénéficient d’une prestation sociale (chômage, revenu d’insertion). Enfin, 14% sont en pause entre deux activités (interruption assumée, break). • 13% des jeunes ont moins de 18 ans, 29% sont âgés de 18 à 20 ans, 36% ont de 21 à 25 ans. Enfin, 21% ont plus de 25 ans. La moyenne d’âge est de 23,0 ans pour l’ensemble: les usagers-ères des permanences sont un peu plus âgés (moyenne 23,5 ans). Celles et ceux de la Bourse du travail sont un peu plus jeunes (moyenne 19,6 ans). • Ils et elles sont pour 69% de nationalité suisse, 31% de nationalité étrangère. Les jeunes non suisses possèdent pour 40% un permis d’établissement (C); 50% ont un permis de séjour annuel (B), dont 16% un permis B étudiant. 11% des usagers-ères ont un titre de séjour précaire (permis F, L, N) ou pas de titre de séjour. 43% des jeunes habitent Lausanne même, 19% dans la couronne lausannoise (62% pour Lausanne Région). Presque quatre jeunes sur dix sont domiciliés dans les autres régions du canton.

Service Droits des jeunes
Les problèmes liés aux bourses y occupent aussi la première place, présents dans 38% des cas. Les problèmes en lien avec le devoir d’entretien représentent 14% des demandes. On trouve ensuite des problèmes liés à l’administration dans 13% des cas, des difficultés familiales, respectivement des problèmes d’assurances dans 10% des cas, certaines questions juridiques (séparation, garde d’enfants) et liées à la justice (petites infractions: tags, vols, consommation, amendes par exemple) dans 9% des cas, ainsi que des dettes dans 9% des cas. Problèmes de contrat, de logement ou conflits du travail sont également présents dans une moindre mesure.

Qui ?
Jeunes femmes 59% Jeunes hommes 41% En formation 70% Moyenne d’âge 23 ans

Motifs
Permanence apprentis Problèmes financiers 74% Bourses 43% Dettes 23% Problèmes familiaux 25% Service Droits des jeunes Bourses 38% Devoir d’entretien 14% Administration 13%

19

La Fraternité
Le secteur offre des consultations sociales aux personnes immigrées. Informations, appuis, démarches pour toutes questions liées à la migration, dans les domaines du statut de séjour, de la sécurité sociale et de tous les aspects de la vie en Suisse. de documents à fournir et il lui faut plusieurs mois pour les réunir et les faire traduire. Finalement, il introduit une demande de regroupement familial en juin 2010, alors que sa fille est âgée de 13 ans. Le Service de la population (SPOP) refuse la demande, arguant que sa demande est déposée hors délai. En effet, la demande de regroupement familial doit être déposée dans les cinq ans qui suivent l’obtention d’un permis B ou, pour les enfants de plus de 12 ans, dans les douze mois qui suivent l’obtention dudit permis. Un recours est déposé avec notre aide. Dans ce cadre, Monsieur N. contacte la Fondation suisse du Service social international (SSI) et demande qu’une enquête soit faite en Ethiopie, afin de vérifier si sa fille dispose sur place de possibilités de prise en charge. L’enquête menée par le SSI démontre que sa fille a grandi au village avec sa grand-mère avant d’être confiée à son oncle et sa tante, et qu’aujourd’hui aucune de ces cellules familiales n’est plus en mesure de l’accueillir, entre autres en raison du manque d’espace et de revenus. Il est établi que cette jeune fille a besoin de stabilité et que le seul à pouvoir la lui apporter est son père, ce d’autant plus que les structures étatiques de prise en charge de l’enfance en difficulté n’existent, en Ethiopie, que pour les enfants qui sont orphelins de père et de mère. Fort de ce rapport et de l’excellente intégration scolaire de la jeune fille, le SPOP revient en arrière et accorde le regroupement familial, estimant qu’elle se trouve dans une situation de rigueur qui justifie une exception (regroupement familial différé). Le SPOP présente la demande, pour approbation définitive, à l’Office fédéral des migrations (ODM), lequel répond qu’il a l’intention de refuser le permis, la fille ne se trouvant pas, selon lui, dans un cas de rigueur. Un nouveau courrier appuyé rappelle à l’ODM que le SSI est une institution reconnue comme spécialiste des droits des enfants au travers des frontières, que leur rapport conclut que l’intérêt supérieur de l’enfant est de rester auprès de son père puisqu’il n’existe plus aucune possibilité de prise en charge de cette mineure en Ethiopie, ni dans l’environnement familial, ni à l’extérieur et qu’on ne comprend pas sur quelle base l’ODM arrive à une conclusion contraire. Finalement, en été 2012, l’ODM leur accorde le droit au regroupement familial.

Consultations
Nous vous renvoyons à la partie «statistiques» du secteur pour avoir une vision de la grande diversité des consultations dispensées en 2012.

Une situation De multiples consultations au fil des années
Ce récit présente une situation parmi les centaines que le secteur a suivies cette année. Pour chaque étape mentionnée, écoute, étude du dossier, courriers et autres démarches ont été nécessaires afin de soutenir Monsieur N. dans sa volonté d’assumer lui-même l’éducation de sa fille en Suisse. Monsieur N., Ethiopien, a eu une fille issue d’un amour de jeunesse lorsqu’il était mineur. Deux ans après cette naissance, il doit fuir son pays et sa fille est alors élevée par la mère de ce dernier. Il dépose une demande d’asile en Suisse romande en 1997 et, après des années d’attente, il obtient un permis B humanitaire en 2006. Sa situation statutaire stabilisée, il se rend régulièrement dans son pays pour voir sa fille et garde un lien fort avec elle. Cette même année 2006, il se marie et s’installe auprès de son épouse dans un canton alémanique. En 2007, ils introduisent une demande de regroupement familial pour sa fille, restée en Ethiopie. Mais sa situation personnelle incertaine (apprentissage d’une nouvelle langue, recherche d’un nouvel emploi, perte d’une partie du réseau social à la suite du déménagement) engendre des conflits de couple et, en 2008, Monsieur N. suspend cette demande estimant que les conditions familiales pour accueillir sa fille ne sont plus réunies. Entre-temps, en Ethiopie, sa mère a envoyé sa fille dans la capitale pour qu’elle soit prise en charge par un oncle et l’épouse de ce dernier. Monsieur N. se sépare de son épouse et revient s’installer dans le canton de Vaud. Après une période de chômage, de squats et d’emplois temporaires, il retrouve un emploi et un logement stables. Il invite alors sa fille à venir le rejoindre pour un séjour de vacances sachant que celle-ci se trouve en conflit avec son oncle et sa tante chez qui elle vit. Lorsque sa fille arrive en Suisse, il découvre que le conflit est plus sérieux qu’il ne l’avait compris et, d’ailleurs, l’oncle fait savoir qu’il n’est plus prêt à accueillir sa nièce chez lui. Monsieur N. décide alors de demander le regroupement familial pour sa fille. Le Contrôle des habitants lui transmet la liste

20

Activités collectives
Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers
La collaboration entre La Fraternité et l’ODAE (Observatoire du droit d’asile et des étrangers) s’est poursuivie durant toute l’année 2012, par une présence au sein du comité de l’Observatoire et également par une contribution à la réédition du rapport «Femmes migrantes et violences conjugales»1, pour lequel nous avons transmis des cas et collaboré à sa réalisation. Trois autres rapports, auxquels nous avons également collaboré, ont été publiés la même année par l’ODAE. Il s’agit de la brochure «Renvois et accès aux soins»2, du cinquième rapport d’observation «Politique migratoire et d’asile: lorsque l’inhumain devient la règle», ainsi que «Le regroupement familial et les limitations au droit à la vie familiale»3 écrit en collaboration avec l’Observatoire suisse et l’Observatoire de la Suisse orientale.

gale et que la réintégration soit fortement compromise dans le pays d’origine) et propose que ces dernières ne soient pas cumulatives mais que chacune puisse permettre de renouveler une autorisation de séjour après la dissolution de l’union conjugale. Cette modification a été acceptée dans le cadre de l’introduction de la possibilité de voir son permis renouvelé en cas de mariage forcé. Pour l’heure, nous n’avons cependant aucune information sur la date à laquelle la modification de l’article 50 LEtr entrera en vigueur. Après une courte période d’espoir, nous avons toutefois constaté qu’il est toujours très difficile d’obtenir le renouvellement d’une autorisation de séjour pour une victime de violence conjugale, l’ODM estimant régulièrement que la violence n’a pas été «suffisamment intense» et ce malgré des preuves de spécialistes attestant des violences subies. Au vu de ce constat, le groupe de travail continue son travail de lobby.
1 2 3

Rapport disponible sur le site de l’ODAE: http://www.odae-romand.ch/spip.php?article317 Ibid. Ibid.

Commission protestante romande Suissesimmigrés (CPRSI)
La CPRSI a entamé en 2012 une réflexion sur le thème de la mendicité et des Roms, en invitant notamment la fondatrice de l’association «OpreRrom» qui a eu loisir de présenter son action auprès des Roms dans le canton de Vaud. Les échanges ont permis de nourrir la réflexion et de rédiger une Newsletter diffusée en janvier 2013 dans les paroisses. Nos séances mensuelles nous ont permis d’échanger et de faire le point sur diverses problématiques touchant directement les migrants, dont les conditions de vie tendent à se précariser.

Plateforme nationale pour les sans-papiers Groupe de travail romand «Femmes migrantes et violences conjugales»
Le Groupe de travail romand «Femmes migrantes et violences conjugales» a été créé en 2009 bénéficiant de l’investissement important de la Fraternité, pour continuer à revendiquer un statut de séjour indépendant pour les femmes migrantes arrivant par regroupement familial. Grâce à la poursuite d’un travail entrepris déjà en 2009, l’article 50 de la Loi sur les étrangers (LEtr), qui restait très problématique dans son application car il forçait de nombreuses femmes migrantes victimes de violences conjugales à rester auprès de leur mari de peur de voir leur autorisation de séjour retirée, a été modifié en juin 2012. Ainsi, la nouvelle teneur du nouvel article 50 annule la double condition posée par l’actuel article 50 al. 1 let. b LEtr (qu’il y ait violence conjuComme annoncé en 2011, une délégation de la Plateforme nationale pour les sans-papiers, composée pour l’essentiel des représentants des permanences pour les sans-papiers avec le président de la Plateforme, Monsieur le conseiller national Eric Voruz, a eu une rencontre le 27 février 2012 avec Mme la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Lors de la rencontre, la question de l’assouplissement des critères d’octroi de permis pour cas de rigueur (art. 30 LEtr) a été abordée. Un groupe de travail issu de la Plateforme a également préparé une réponse à la consultation lancée par le Conseil fédéral sur l’accès à l’apprentissage pour les jeunes sans statut légal en Suisse. Par ailleurs et tout au long de l’année 2012, la Plateforme a préparé la campagne sur les employé-e-s domestiques dont le lancement se fera en 2013. La Fraternité a décidé, parmi d’autres, de devenir un acteur cantonal dans cette campagne.

21

Espace asile-migration
Ce groupe réunit une fois par mois à la Fraternité des militants de mouvements et d’associations de défense des migrant-e-s et des député-e-s du Grand Conseil. Dans ce cadre, sont échangées des informations de terrain et discutées d’éventuelles interpellations ou motions que les députés déposent ensuite au Grand Conseil. Avec le changement de législature au niveau cantonal, plusieurs députés engagés dans ce groupe l’ont quitté. La seconde partie de l’année 2012 a donc été consacrée à un travail de contact et de réseau afin de convaincre de nouveaux députés de s’engager dans ce groupe.

Commissions du CSP
Le secteur participe aux diverses commissions internes du CSP: Commission des Nouvelles, Commission de communication externe, Commission du Personnel et Comité.

Equipe
Pour la troisième fois depuis 2009, nous avons accueilli de février à juillet 2012 une stagiaire de l’EESP pour qu’elle effectue son dernier stage de formation. L’accueil de stagiaires représente un investissement relativement important pour un secteur de notre taille. Néanmoins, nous ne pouvons qu’en tirer des conclusions positives puisque, à chaque fois, les échanges sont riches et nous permettent de questionner constamment notre pratique et nos habitudes. L’année 2012 a également été marquée par trois autres faits significatifs qui ont influencé la vie de notre secteur. Tout d’abord, l’augmentation de 30% du temps de travail de deux assistantes sociales pour faire face à une partie de notre surcharge devenue constante et l’engagement d’un collègue en soutien spécifique à la permanence du vendredi matin à raison de 10%. Par ailleurs, une collègue de l’accueil a été absente pendant plusieurs mois à la suite d’un accident. Cette absence nous a demandé une réorganisation importante et son remplacement a été assuré par la deuxième collègue de l’accueil. Enfin, un collègue a commencé le Brevet fédéral de spécialiste en migration. Cette formation de dix-huit mois se déroule dans le Jura et a nécessité un effort d’organisation et un grand investissement personnel. Ces aléas ont engendré de nombreuses (ré-)organisations qui ont mobilisé passablement de temps et d’énergie mais nous ont apporté la satisfaction d’y être «quand même» arrivés.

Contacts extérieurs
La Fraternité travaille en collaboration avec ces divers services: Mozaïk, un service de l’Association Appartenances, Le Service social du CHUV, les CSR (Centres sociaux régionaux), DM’Coaching, BLI (Bureau lausannois pour les immigrés), BCI (Bureau cantonal pour l’intégration), CVSSP (Collectif vaudois de soutien aux sans-papiers), ODAE (Observatoire du droit d’asile et des étrangers).

Représentation
Les professionnel-le-s de la Fraternité travaillent et représentent le CSP dans ces différents lieux: • Plateforme nationale pour les sans-papiers • Commission Protestante Romande Suisses-Immigrés • Espace Asile-Migration • Groupe de travail du BCI sur les mariages forcés • Assemblée générale de l’ODAE • Groupe de travail Associations - police lausannoise • Journée annuelle du réseau vaudois de lutte contre la violence conjugale • Conférence de presse ODAE • Groupe de travail romand «Femmes migrantes et violences conjugales» • Commission du centre de consultation LAVI (Loi fédérale sur l’aide aux victimes d’infractions) • Groupe de travail experts ODM sur l’intensité de la violence conjugale.

Equipe
Carla Alfonso Anna Béatrice Luis-Carlos Garcia Mustafa Chloé Francisco Brigitte Myriam ARAUJO, stagiaire, du 06.02 au 30.06 CONCHA 100% FADINI 80% FAVRE 60% GUERRERO 10% KILIC 70% MAIRE 80% MERLO 80% MORIER 80% SCHWAB NGAMIJE 80%

Formation
Les collaborateurs-trices de la Fraternité ont participé aux formations suivantes: • Les formations aux professionnel-le-s dispensées par le CSP sur La Loi sur les étrangers • Le Cours de l’Association Appartenances, «les services sociaux pour migrants» • Cours à la HES-TS sur le constructivisme et l’intervention sociale en milieu interculturel.

22

Statistiques
Usagers Consultation Permanence sociale Permanence Sans-papiers Sous-total Conseils à professionnel-le-s Total 607 1141 903 2’651 2’651 Nouveaux usagers 252 1141 903 2’296 2’296 Nombre de consultations 2’016 913 762 3’691 229 3’920

89% de personnes de nationalités étrangères 11% de personnes suisses 73% des couples ont un-e des partenaires de nationalité suisse. 105 nationalités différentes

La majeure partie des consultations sollicitées par des professionnel-le-s d’autres services concerne des questions de statut légal des personnes. Globalement, 83% des consultations ont lieu en face-à-face, 14% par téléphone, 3% par courriel. 45% des consultations en permanence 55% dans la consultation individuelle

• Plus de la moitié des personnes (54%) ont une autorisation de séjour annuelle, 8% possèdent un permis d’établissement et 42% se trouvent en situation légale précaire (permis L, F, N, renouvellement) ou n’ont pas de titre de séjour. 61% des usagers-ères reviennent plusieurs fois en consultation: 33% consultent deux ou trois fois, 12% quatre ou cinq fois, 11% entre 6 et 10 fois, et 5,3% plus de dix fois. 73% des personnes sont domiciliées dans Lausanne Région, 27% dans le reste du canton. 59% des usagers-ères habitent à Lausanne même.

Qui sont-ils, qui sont-elles ?
La clientèle est un peu plus souvent féminine: on recense 56% de femmes et 44% d’hommes. Dans les permanences, 28% des consultations sont des consultations de couples. 89% des usagers et des usagères sont de nationalités étrangères. Presque les trois quarts des couples qui ont consulté les permanences sont des couples mixtes dont l’un-e est de nationalité suisse, l’autre de nationalité étrangère (73%).

Motifs de consultation
• Des problèmes liés au statut sont amenés dans presque huit consultations sur dix (renouvellement ou transformation de permis, regroupement familial, perte de statut, naturalisation, mariage, violence conjugale, etc.). • 46% des motifs de consultation concernent des problèmes liés à la famille. • 19% des demandes concernent des questions d’assurances sociales ou de prestations sociales. • Des problèmes liés à l’emploi apparaissent dans 11% des cas. • Des questions en lien avec le mariage sont présentes dans 8% des cas, celles liées à une séparation ou à un divorce dans 7% des cas. • La violence conjugale, liée à des problèmes de statut, concerne 7% des consultations. • Des questions liées à la santé sont présentes dans 7% des cas et des problèmes administratifs apparaissent dans 6% des cas. • Toute une série d’autres motifs de consultation apparaissent dans une moindre mesure: des problèmes liés à des dettes ou à d’autres problèmes financiers, à la formation, au logement.

Consultation sur rendez-vous
• Les 607 usagers-ères sont de 79 nationalités différentes. • On trouve 66% de femmes et 34% d’hommes. • Trois personnes sur dix sont européennes, surtout du Portugal, d’Espagne et de pays d’Europe de l’Est. Les personnes extra-européennes viennent surtout d’Afrique (37%) et d’Amérique du Sud (25%). • La moyenne d’âge est de 38,8 ans, 38,1 ans pour les femmes et 40,2 ans pour les hommes. • Plus de huit personnes sur dix (83%) sont âgées de 20 à 49 ans. 19% des hommes, respectivement 14% des femmes, sont âgé-e-s de 50 ans et davantage. Seules 2,6% des personnes sont en âge AVS.

23

Permanence sociale
• La permanence a reçu des femmes pour 39%, des hommes pour 36% et des couples pour 25%. Presque la moitié des couples sont des couples mixtes, dont l’un-e est de nationalité suisse, l’autre de nationalité étrangère. • Parmi les 1141 personnes reçues, la moitié sont de nationalités européennes. Les personnes extra-européennes proviennent surtout d’Afrique (27%) et d’Amérique du Sud (18%). • 82 nationalités différentes sont dénombrées. • 46% des personnes de nationalités étrangères disposent d’un permis annuel (B) et 12% possèdent un permis d’établissement (C). • 42% sont dans une situation légale précaire ou sans titre de séjour valable. Sept consultations sur dix sont données à des personnes domiciliées dans Lausanne Région. 53% habitent Lausanne même.

Problèmes familiaux très présents, surtout mariage

59% domiciliés à Lausanne, 40% dans le reste du canton

Motifs de consultation
Des problèmes liés au statut sont présents dans presque toutes les demandes; dans 64% des cas, des questions ou des problèmes liés à la famille sont amenés. Dans 38% des cas ce sont particulièrement des problèmes de statut en lien avec des projets de mariage, séparation, divorce qui sont amenés. La question du mariage reste importante, présente dans plus du quart des consultations (27%). Des problèmes de logement, de santé, de formation ou d’emploi, d’argent, apparaissent dans 33% des situations. • 34% d’Amérique du Sud ou centrale, • 21% d’Europe, dont la moitié de l’Est • et 5% d’Asie. 46% des personnes sans statut légal ont des enfants. 83% des personnes sont domiciliées dans Lausanne Région et 70% à Lausanne même.

Motifs de consultation
Parmi les demandes adressées à la permanence, on trouve dans presque tous les cas une question liée au statut légal (obtention d’un titre de séjour; regroupement familial, etc.). 43% des problèmes concernent la famille: questions liées aux enfants (état civil par exemple), aux membres absents, ainsi qu’au mariage, à la séparation ou au divorce. Dans cette permanence aussi, la question du mariage est très présente, puisqu’elle figure comme motif dans 32% des cas. Une demande sur cinq concerne des problèmes de logement, d’assurance maladie, d’emploi et de formation, et des problèmes financiers.

Permanence «Sans-papiers»
Parmi les 903 personnes qui ont consulté cette permanence, • 46% étaient des femmes, 35% des hommes et 19% des couples. La moitié des couples reçus sont des couples mixtes, dont l’un-e est de nationalité suisse, l’autre de nationalité étrangère. • 38% des usagers-ères sont européens, dont un sur quatre d’Europe de l’Est. 29% des usagers-ères proviennent de pays d’Afrique; 26% proviennent de pays d’Amérique du Sud. • 77 nationalités différentes sont présentes. • 60% des usagers-ères étrangers-ères sont sans titre de séjour valable. 89% sont domiciliées dans Lausanne Région et 69% à Lausanne. Parmi les personnes sans papiers, • 36% proviennent d’Afrique, 24% d’Afrique noire et 12% d’Afrique du Nord,

24

Service social polyvalent (SSP)
Ce service dispense des consultations sociales particulièrement liées à sa spécialisation en matière de surendettement, tout en maintenant une approche globale des personnes qui font appel à lui. Il travaille sur mandat de l’Etat de Vaud pour ce qui concerne la Gestion de budget spécialisée (GBS).

Consultations
Cette année encore, les problèmes rencontrés par les personnes qui sollicitent des conseils et un soutien se sont avérés complexes et additionnels. Il n’est pas rare de constater que des difficultés financières entraînent par extension des problématiques juridiques aiguës qu’il y a lieu de traiter de concert avec le secteur juridique.

d’entreprendre une réflexion sur son propre fonctionnement afin d’identifier les causes qui ont entraîné un surendettement et de modifier certaines perceptions ou certains comportements afin d’éviter les écueils ou de prévenir une dégradation de sa situation. Une des difficultés de ce travail avec les personnes surendettées est qu’il nécessite du temps alors que la personne a besoin de voir rapidement des améliorations sans quoi elle pourrait se décourager. On court le risque que la personne abandonne le suivi relativement contraignant des décisions prises du point de vue du budget par exemple, qui requiert de la disponibilité et une certaine détermination. De plus, les trajectoires de vies ne sont pas linéaires, des changements peuvent intervenir très vite et successivement sur les plans professionnel et familial par exemple. Nous devons tenir compte du fait qu’une personne peut être dans une disposition un jour et se trouver dans une tout autre position quelques jours plus tard.

Lieux d’intervention
A la suite de la réorganisation des régions d’action sociale, le SSP a mis un terme le 1er juillet à la consultation à Cossonay et a consolidé sa présence dans les autres lieux qu’il dessert.

Logement
Si dans la plupart des situations, nous pouvons intervenir afin de rassurer, conseiller, soutenir et accompagner les personnes dans des démarches visant un mieux être, il en est une où l’on se sent impuissant. Il s’agit de la recherche désespérée d’un appartement pour des personnes qui s’adressent à notre service lors d’expulsion, de changement de lieu professionnel, de séparation ou lorsque la famille s’agrandit. Notre préoccupation est de ne pas pouvoir leur proposer une solution mais surtout de n’avoir aucun service compétent vers qui les orienter.

Ligne téléphonique Info Budget
Active depuis maintenant quatre ans, la permanence téléphonique Info Budget, destinée aux personnes qui rencontrent des difficultés d’argent, de budget ou de dettes, mise sur pied par le Canton dans le cadre de son programme de prévention de l’endettement, est devenue une ligne connue des services vaudois. Rappelons que les réponses aux appels sont assurées par quatre partenaires: Caritas Vaud, le Service social de la Ville de Lausanne, le Centre social protestant et la Fédération romande des consommateurs. Les répondant-e-s reçoivent entre six et dix appels par jour, auxquels ils tentent d’apporter réponse, conseil et soutien ou qu’ils réorientent vers les services adéquats. Les appels proviennent en majorité (28%) de Lausannois-es, la tranche d’âge la plus représentée est celle des 31-40 ans. Le premier contact téléphonique est très important, il peut être déterminant pour la personne. Celle-ci a probablement mis du temps à demander de l’aide, elle doit dire ses difficultés et, pour cela, une écoute active et non jugeante est nécessaire pour que la personne ne se décourage pas et qu’elle puisse prendre un rendez-vous avec un-e assistant-e social-e. En effet, rares sont les personnes qui appellent de manière préventive, on se trouve donc souvent devant des situations psychosociales complexes, qui vont nécessiter un suivi auprès d’un organisme spécialisé, afin d’accompagner la personne par rapport à la problématique de surendettement, mais également sur les aspects sociaux qu’elle rencontre (travail, famille, santé, etc.). Les répondant-e-s se forment régulièrement au travers de leur pratique de terrain mais aussi en participant aux séances de travail communes. Cette année par exemple, une présentation du système des prestations complémentaires (PC) familles a été donnée dans ce cadre.

Processus de désendettement
Souvent, les personnes qui nous contactent ont derrière elles un parcours semé d’embûches qui fait que lorsqu’elles demandent de l’aide, il y a une certaine urgence non seulement de les recevoir mais également de leur proposer une solution. La solution qu’elles imaginent n’est pas toujours celle que nous pouvons leur soumettre. Il n’est pas rare en effet de constater que la seule issue que nombre de personnes entrevoient pour améliorer leur situation est de trouver une somme d’argent afin de se désendetter. Notre réponse en tant que service social spécialisé dans les problématiques de dettes est quelque peu différente. Il nous paraît en effet primordial

25

Activités collectives
Formations
Pour répondre aux demandes et aux besoins de connaissances autour des questions d’argent, de dettes, d’aide à la gestion et de désendettement, le SSP a proposé de nouveau plusieurs sessions de cours s’étendant chacune sur deux ou trois jours en fonction des besoins des différents services intéressés par ces formations. La plupart des cours sont donnés en tandem par deux collègues du secteur. Les formations s’adressent essentiellement aux praticien-ne-s du travail social amené-e-s dans leur champ professionnel à traiter des dimensions financières et budgétaires des situations qui leur sont exposées par les usagers-ères. Le SSP a également dispensé des cours à des étudiant-e-s qui se forment pour travailler dans le domaine social ou de l’éducation. A la demande d’organismes privés, le SSP a aussi reconduit l’animation d’ateliers sur la thématique de l’argent et des dettes destinés à des personnes en situation précaire. Enfin, conjointement avec Jet Service et dans le cadre des activités de prévention, le SSP a organisé plusieurs formations pour les enseignant-e-s actifs-ves dans des établissements souhaitant s’inscrire dans le programme cantonal de prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes. Les formations constituent des occasions précieuses de pouvoir partager et mettre en commun les connaissances et les préoccupations des divers-es acteurs-trices du travail social et pédagogique. Elles représentent aussi des moments privilégiés pour affiner la réflexion et développer des outils permettant d’appréhender et de répondre au mieux aux interrogations multiples et complexes liées aux questions d’argent. Motifs d’endettement Difficultés de gestion Niveau du revenu Modifications de la situation familiale Maladie, invalidité, accident 58% 50% 48% 24%

Gestion de budget dans plus de neuf cas sur dix: 2’430 consultations

Lieux de permanence et consultations
Bussigny, Cossonay, Lausanne, Payerne, Yverdon-les-Bains

Stagiaire et praticienne formatrice
Le secteur a accueilli une étudiante de 3e année de Bachelor en travail social. Elle a effectué un stage de cinq mois au sein du service pour conclure sa formation d’assistante sociale. Les stages sont régis par la HES-SO et des liens étroits sont entretenus avec l’école, dans ce cas l’EESP, afin que les étudiant-e -s puissent acquérir les compétences demandées par l’école, mais également par l’institution. A cette fin, une collègue a eu la possiblité de suivre la formation d’une année pour l’obtention du CAS de praticien formateur (PF) qui permet de suivre des stagiaires en étant reconnu des HES-SO. Deux personnes ont maintenant le «titre» de PF au sein de notre secteur. Le CSP se veut une institution de formation qui a pour mission de partager ses compétences et d’offrir des places de stage.

Equipe
Cristina Vreneli Bertrand Corinne Florence Christine Michèle Karine BAQUERO 80% BORER DELAFONTAINE 80% CUANY 70% FEUSIER 100% GENTILI 70% Heizmann 50% JEAN-MAIRET TZAUD 50% 80%
jusqu’au 30.09.2012

stagiaire du 16.04.12 au 14.09.2012

26

Statistiques
Usagers Consultation Permanence Sous-total Conseils à professionnel-le-s et tiers Total des consultations 320 365 685 Nouveaux Nombre de usagers consultations 116 1’945 345 377 461 2’322 280 2’602

Le service a en outre participé à l’animation de la ligne téléphonique Info Budget. Les collaborateurs-trices ont répondu dans ce cadre à environ 385 appels qui ne sont pas comptabilisés ici et s’ajoutent au volume total d’activité. Globalement, 59% des entretiens ont lieu en face-à-face, 33% par téléphone et 8,3% par courrier, y compris électronique. Le service consacre 91% de son activité de consultation à la gestion de dettes (gestion de budget spécialisée et standard). 224 situations sont suivies depuis une ou plusieurs années. Elles représentent un tiers de l’ensemble des situations. 35% des usagers-ères ne consultent qu’une seule fois le service et ce surtout dans le cadre des permanences. Parmi celles et ceux qui reviennent plusieurs fois en consultation, 54% consultent deux ou trois fois dans l’année, 19% quatre et cinq fois, 19% de six à dix fois et 7% consultent un nombre de fois supérieur.

55% des usagers-ères, et les personnes provenant des régions plus éloignées représentent 37% des usagers-ères. Moins d’une personne sur dix habite Lausanne même (8,2%).

Couronne lausannoise Autres régions

55% 37%

Les motifs de consultation recouvrent «par ordre d’importance»:
des problèmes: • de surendettement dans 82% des cas et d’endettement dans 9% des situations; • administratifs dans 45% des cas, sept fois sur dix associés à un surendettement; • liés à la santé dans 20% des cas, six fois sur dix associés à un surendettement; • de gestion dans 19% des cas, neuf fois sur dix associés à un surendettement; • d’assurances sociales ou de prestations sociales (18% des cas), six fois sur dix associés à un surendettement; • de travail dans presque 10% des cas, huit fois sur dix associés à un surendettement; • de logement dans 8% des cas, huit fois sur dix associés à un surendettement; • puis des difficultés familiales, de chômage, de statut légal. A noter que les conseils requis par les professionnel-le-s d’autres services sociaux portent essentiellement sur les questions financières, de gestion de dettes et d’assainissement financier, ainsi que sur des questions administratives.

Qui sont-ils, qui sont-elles?
Ce sont: • Pour 55% des femmes et pour 45% des hommes. • 47% des personnes sont mariées, 28% sont célibataires, 23% sont divorcées et 2% sont veuves. • La moyenne d’âge est de 43,7 ans. • 14% des usagers-ères ont moins de 30 ans et 10% ont 60 ans ou davantage. 5% sont en âge AVS. La majorité (54%) des usagers-ères ont entre 30 et 50 ans. • Presque six personnes sur dix sont de nationalité suisse (58%). Parmi les personnes de nationalités étrangères, 60% sont titulaires d’un permis d’établissement (C), 32% d’un permis annuel et 10% ont un titre de séjour précaire. • 6% des usagers-ères reçoivent une prestation de l’assurance chômage, 8% sont bénéficiaires du Revenu d’insertion (RI), 7% sont au bénéfice d’une rente de l’assurance invalidité ou en attente d’une prestation de l’AI. Environ une consultation sur dix (11,4%) est donnée à une personne concernée par l’assurance invalidité. Les usagers-ères proviennent de toutes les régions du canton. Les habitant-e-s de la couronne lausannoise constituent

27

Gestion de budget spécialisée (GBS, surendettement)
Le SSP fait partie des trois services spécialistes du désendettement réunis au sein de la Plateforme GBS vaudoise. En tout, 2167 consultations ont été effectuées par le CSP dans le cadre de la GBS. Dans ce cadre, en 2012, le Service social polyvalent • a dispensé 252 consultations sur ce sujet à des professionnel-le-s d’autres services ou à des personnes proches d’usagers-ères endetté-e-s ou surendetté-e-s; • a consacré 282 entretiens à des personnes endettées ou surendettées dans le cadre de 192 prises en charge brèves; • et a suivi 344 situations de personnes surendettées pour lesquelles des informations particulières ont été récoltées. Ces situations ont généré un volume de 1633 consultations en 2012. Plus de la moitié des situations (56%) sont des nouvelles situations de l’année et sont relevées à ce titre dans la statistique des services constituant Dettes Conseil suisse. Ces 344 situations représentent 495 adultes et 349 enfants. Les adultes endettés sont au nombre de 410 et les femmes y sont un peu plus nombreuses (52%) que les hommes (48%). Six personnes sur dix (58%) ont entre 31 et 50 ans. Les personnes endettées de moins de 30 ans représentent 15% et celles de plus de 51 ans 27%. Ce sont pour 40% des couples, dont les trois quarts ont des enfants; pour 39% des personnes vivant seules et pour 20% des familles monoparentales. Au total, la moitié des ménages ont des enfants. 59% des adultes endettés sont de nationalité suisse, 41% de nationalités étrangères. 20% des personnes n’ont pas de formation professionnelle achevée; un peu plus de la moitié (55%) a un niveau de formation de degré secondaire 2 (apprentissage, baccalauréat) et 11% a achevé une formation professionnelle supérieure (Université, Haute école). Dans 59% des cas, les revenus proviennent d’une activité salariée; dans un quart (26%) des situations, des prestations d’assurances sociales sont touchées (chômage, perte de gain, assurance invalidité); dans 6% des
1

cas, des prestations de l’aide sociale sont perçues et dans 5% des situations des contributions d’entretien ou des pensions alimentaires. Le revenu moyen du ménage est de 4737 francs, le revenu médian1 se situe à 4400 francs. Dans 12% des cas, la durée de l’endettement est d’un à deux ans; dans 86% des cas, il est de trois ans et davantage. La moitié (51%) des ménages concernés sont endettés depuis plus de cinq ans. Enfin, 7% des ménages sont frappés par une suspension des prestations d’assurance maladie. Le montant total des dettes recensées s’élève à 18’686’763 francs. Le montant moyen des dettes est de 54’322 francs. Le montant médian1 est de 36’600 francs. Dans 92% des situations, le détail des dettes est relevé. Dans 82% des cas, on trouve des dettes concernant des leasings, des emprunts hypothécaires, des dettes commerciales et des factures diverses – factures médicales, téléphone, électricité, garagiste, assurances, des amendes, etc., pour un montant total de 5’215’323 francs. Dans 78% des situations, des dettes fiscales (impôts) sont présentes, pour un montant total de 6’290’691 francs. Dans 49% des situations, les dettes concernent des arriérés auprès des caisses maladie pour un montant total de 978’214 francs. Dans 38% des cas, on trouve des crédits à la consommation, pour un montant total de 3’195’704 francs. Dans 24% des cas, l’endettement concerne des découverts de cartes de crédit ou de cartes clients. Le montant total est de 439’659 francs. Dans 15% des situations, les dettes concernent des emprunts auprès de proches (famille, ami-e-s), pour un montant total de 422’096 francs.

La médiane est la valeur située au milieu d’une série de nombres lorsque ces nombres sont placés en ordre croissant. Elle constitue un indicateur plus pertinent que la moyenne qui est fortement influencée par les valeurs extrêmes.

28

Parmi les raisons de l’endettement, qui sont souvent cumulées, on trouve principalement: des difficultés de gestion administrative et financière, notamment par influence de la société de consommation, dans 58% des cas; le niveau du revenu dans 50% des cas: une diminution du revenu (notamment due au chômage), dans 33% des cas; et des salaires trop bas (working poor), dans 17% des cas; des modifications de la situation familiale dans 48% des cas: séparation, divorce: 28%; fondation d’une famille: 10%; naissance d’enfant(s): 9%; la maladie, accident, invalidité, ou la dépendance dans 24% des cas; des crédits à la consommation, dans 21% des cas; l’échec d’une activité indépendante, dans 11% des cas.

Parmi les prestations fournies, et outre les conseils en matière de dettes dispensés dans tous les cas, figurent: un assainissement financier dans 42% des cas, 26% sans remise et 16% avec remise, un soutien pour vivre avec les dettes dans plus du tiers des situations (37%), un accompagnement dans une procédure de faillite dans 6% des cas, et des démarches afin de faire valoir des droits à des prestations sociales dans 17% des situations.

29

Prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes
par le Service social polyvalent, Jet Service, accompagné du secteur politique et recherche sociales.
Depuis 2007, le CSP déploie des actions de prévention en direction des jeunes, dans le cadre du Programme cantonal de prévention du surendettement, financé par le canton et les communes vaudoises. En presque six ans, 10’000 élèves ont bénéficié de ce programme de prévention dans près de 500 classes; ainsi que des enseignant-e-s de 10 écoles professionnelles, 6 gymnases et 8 sites de l’OPTI, qui ont pu ensuite mener à leur tour cette action dans le cadre de leur enseignement.

Il est à noter que les ateliers menés au CPNV de SainteCroix ont été l’occasion d’un relais médiatique important puisque un journaliste et un photographe du quotidien 24 heures ont suivi un atelier et publié le 21 juin 2012 un article en première page du cahier vaudois, et que la RTS a réalisé le 19 juin 2012 une interwiew de cinq minutes d’une collaboratrice du CSP au 12h30, en direct de Sainte-Croix. Une visibilité de l’ensemble du programme cantonal a ainsi été fait: «Vaud en pionnier de la prévention» (24 Heures). L’article et l’émission sont disponibles sur le site www.csp. ch (rubrique prévention).

Poursuite des actions et suivi du programme en milieu scolaire
En 2012, l’équipe de prévention a poursuivi ses actions dans plusieurs écoles professionnelles, gymnases et à l’OPTI (Organisme pour le perfectionnement scolaire, le transition et l’insertion professionnelle) et a conduit plusieurs sessions de sensibilisation-formation des enseignant-e-s. Le grand nombre d’établissements concernés par les actions de prévention a nécessité un important travail de coordination et de planification.

Nous avons mené des ateliers de prévention dans:
4 classes de gestionnaires de commerce de détail de 1re année et une présentation de l’ensemble de la démarche aux enseignant-e-s de l’Ecole professionnelle du Chablais à Aigle (EPCA). Nous avons présenté la démarche également à l’Ecole technique de la vallée de Joux (ETVJ) et du Centre d’orientation et de formation professionnelle (COFOP), en vue de la tenue d’ateliers en classe. 10 classes supplémentaires en vue de consolider la réappropriation au Centre professionnel du Nord vaudois (CPNV d’Yverdon et de Sainte-Croix), de L’Ecole Technique - Ecole des métiers de Lausanne (ETML), ainsi qu’au Gymnase du Bugnon (site de l’Ours) à Lausanne.

5 classes de gymnasien-ne-s de première année (1 classe en voie diplôme et 4 en voie maturité) au Gymnase Provence à Lausanne. Nous avons présenté l’ensemble de la démarche à une trentaine d’enseignant-e-s des branches économiques (mais également d’autres branches comme l’histoire, la philosophie, la psychologie, la géographie, le français, etc.) du gymnase intercantonal de la Broye, en vue d’ateliers en 2013. Nous avons effectué un travail de suivi d’établissements déjà sensibilisés, en proposant le visionnement en classe du film documentaire Cache Cash puis des ateliers autour du film conçus par le CSP, à 15 classes: 4 à l’ETML, 5 au Gymnase du Bugnon, 6 à l’OPTI ainsi qu’une intervention pour plusieurs classes au Gymnase de Burier. Le CSP a également conçu et réalisé un manuel d’utilisation du film à l’intention des enseignant-e-s. Dans le cadre de ce travail de suivi d’établissements étant déjà entrés dans la démarche de prévention, nous avons également participé à la réunion annuelle de coordination des enseignant-e-s responsables de la prévention des huit sites de l’OPTI et transmis les outils aux enseignant-e-s entré-e-s récemment dans la démarche. Nous avons transmis aussi des informations sur les affiches primées du concours de visuels (voir ci-dessous) en vue d’une exposition au CPNV d’Yverdon, mise sur pied par le service de santé et les aumôneries. En 2012, le CSP a formé deux nouvelles volées d’enseignante-s de l’OPTI (vingt enseignant-e-s), une quinzaine d’enseignant-e-s de l’école professionnelle de Montreux (EPM) et trente enseignant-e-s du gymnase intercantonal de la Broye.

30

Action de prévention particulière pour les écoles d’arts visuels
Nous avons mené à bien la deuxième partie de la réalisation d’un événement collectif dans les écoles professionnelles (concours de visuels). Commencée en 2011, cette action a consisté en une sensibilisation des apprenti-e-s de médiamatique de trois classes au CPNV de Sainte-Croix et a abouti à la réalisation de 31 affiches sur le thème de l’argent, des dettes et de la prévention du surendettement. L’année 2012 a été consacrée à l’aboutissement du concours de visuels, à savoir la constitution d’un jury comprenant des personnes dont l’activité professionnelle ou le statut était en lien avec les domaines de la pédagogie et de la formation, du public jeune visé, de la prévention, de l’art et de la communication visuelle et de la politique de la jeunesse. Le CSP a ensuite organisé le travail du jury qui a primé trois affiches et préparé la cérémonie de remise des prix qui a eu lieu au CPNV de Sainte-Croix le 18 juin 2012. Cet événement a réuni l’ensemble des apprenti-e-s et leurs deux enseignant-e-s, la direction du CPNV, le jury, M. A. Marion du DFJC et le CSP. Une exposition temporaire, organisée à l’EPSIC à l’initiative d’une doyenne à l’intention des apprenti-e-s et des enseignant-e-s de l’EPSIC a permis à 317 apprenti-e-s d’exprimer par vote leur préférence pour une quatrième affiche, également primée le 18 juin 2012 à Sainte-Croix.

Réflexions autour de l’éducation financière
Concernant l’éducation financière, nous avons poursuivi un travail de réflexion, d’élaboration et de comparaison d’outils destinés à des élèves de la scolarité obligatoire par l’intermédiaire de leurs enseignant-e-s. Cette démarche est en cours dans le groupe de coordination du DFJC.

Rubrique «Argent» du site Ciao
En 2012, nous avons répondu à 37 questions posées dans la rubrique «Argent» sur le site www.ciao.ch qui fournit aux jeunes internautes des informations sur l’argent, le budget, la consommation, les dettes et les poursuites, et qui leur permet de poser des questions de manière anonyme. La rubrique «Argent» représente 590 pages du site. Ces pages ont été consultées plus de 40’200 fois par les internautes en 2012, ce qui représente une moyenne de 68 vues par page. Les pages les plus consultées sont celles des sous-thèmes Budget (avec un exemple à télécharger) et Poursuites.

«Valise des outils de prévention du surendettement des quatre CSP»
L’objectif est de rassembler les outils de prévention utilisés par les collègues des CSP de Vaud, de Genève, de Neuchâtel et de Berne-Jura. A moyen terme, nous souhaitons unir nos forces pour constituer un pôle de prévention de l’endettement des Centres sociaux protestants. L’année 2012 a été l’occasion d’un travail très important de conception, adaptation, réalisation et mise en commun de nombreux outils de prévention. Une équipe réunissant un-e professionnel-le spécialisé-e dans la prévention de chacun des quatre CSP a travaillé à la réalisation de cette valise destinée aux professionnel-le-s des quatre CSP, ou mandatés par eux, et qui mènent des actions de prévention du surendettement en direction des jeunes. Ce projet a été retenu comme sujet pour la campagne de mars 2013 des quatre CSP.

Affiche lauréate, Laura Jan du Chêne Des contacts ont été pris en direction des deux autres écoles professionnelles susceptibles d’être intéressées par cette action: l’ERACOM (formation duale ou en école en graphisme) et le CEPV (formation initiale et supérieure dans la photographie et l’expographie). L’action est en cours.

31

Secteur sociocommercial
Ramassage et vente d’objets d’occasion
L’objectif du secteur est de mettre à disposition du public des objets de seconde main en bon état à des prix modérés, de générer du bénéfice afin de contribuer au financement des consultations gratuites et de participer au développement durable en prolongeant la vie d’objets encore utiles. En 2012, le secteur a généré un chiffres d’affaires de 1’300’000 francs (équivalent à 2011), ce qui est malheureusement moins que ce qui avait été budgeté. Nous remercions tous les collègues et amis du CSP qui nous ont fait le plaisir de leur visite. Nous vous invitons à venir, revenir et faire venir au Galetas. On y trouve toujours quelque chose, promis. Pas forcément ce que l’on cherche, mais c’est là tout l’intérêt…

Equipe
L’équipe a vu le départ de Frédéric Roulet, puis le départ à la retraite de Daniel Deville. Nous avons pu compter sur l’aide d’une équipe de bénévoles comme toujours dévouée au Galetas, le concours régulier de civilistes formidables et sur des employés exemplaires. Un taux d’absentéisme particulièrement bas est à remarquer.

Galetas de la Blécherette
Luc Delacoste a remplacé Jean-Luc Battaglia au poste de responsable du Galetas de la Blécherette depuis le 1er juillet. Nous avons réorganisé la surface de vente, afin de la rendre plus attractive et plus compréhensible. Les zones dévolues aux jouets, aux meubles et aux petits objets ont étés rassemblées, la caisse et la zone d’accueil en haut de l’escalier ont profité d’un toilettage et de nouveau mobilier. Un superbe meuble pour exposer les bijoux et un nouveau présentoir à tapis, une mezzanine pour les petits meubles et les chaises, un cadre pour les lits et les matelas; par petites et grandes évolutions, la présentation a été améliorée. Commercialement, les résultats restent stables par rapport à 2011 ce qui est, hélas, décevant. Nous avons bon espoir que 2013 soit en progression. Le contexte économique et les évolutions dans la collecte des déchets changent les habitudes des clients et des donateurs du Galetas, et nous obligent à travailler toujours plus professionnellement et à faire preuve de capacités d’adaptation continues. Les secteurs textile, meubles et brocante restent les locomotives du Galetas, mais tous participent à la fois au chiffre d’affaires et à l’attractivité du lieu. Les débarrassages constituent maintenant une source de revenus stables et deviennent une activité courante de l’équipe, avec l’engagement physique parfois intense que cela implique. Notre mission de mise à disposition de biens à un coût raisonnable et celle de limiter les déchets par la réutilisation sont remplies. Notre taux de recyclage dépasse les 60% selon l’estimation de l’audit externe que nous avons fait réaliser, qui précise que notre travail quotidien permet de soustraire plusieurs dizaines de tonnes à l’incinération. Pour finir, concluons que nous avons servi 20’390 clients cette année, jeunes et vieux, riches et moins riches, de toutes nationalités et de toutes croyances, dans une ambiance somme toute excellente.

Galetas de la Riviera
2012 a été marquée par une intensification de la collaboration avec le Semo Riviera. Nous leur fournissons des meubles en mauvais état, qui nous reviennent réparés, poncés, voire «customisés». Ainsi, tout le monde y trouve son compte: les jeunes ont des travaux pratiques et nous pouvons vendre ces meubles à un bon prix. La location de costumes et d’accessoires pour les troupes de théâtre de la région s’est également intensifiée.

Galetas du Nord vaudois
Le poste d’auxiliaire à 40 % n’a pas été renouvelé en 2012. En revanche, le responsable a pu bénéficier du soutien apporté par des personnes en emploi subventionné, continuant la collaboration avec Mode d’Emploi, ainsi que de celui d’un civiliste. Ruth Kaspar, Antoine Vonnez et Sami Efelti ont rejoint l’équipe des bénévoles, par ailleurs stable.

Galetas de la Broye
Le Galetas dessert un important territoire autour de Payerne: de Moudon à Avenches, il porte bien son nom, et son responsable fait environ 10’000 kilomètres par année pour aller réceptionner les meubles que les habitants de la région souhaitent donner au CSP.
GALETAS DE LA BROYE

PLUS D’HEURES D’OUVERTURE AU GALETAS DE PAYERNE
Le Galetas de Payerne est maintenant ouvert tous les après-midi de 13h30 à 17h30, et le samedi de 9h à 12h.

026 660 60 10

GALETAS DE LA BROYE 10, RUE DES TERREAUX 1530 PAYERNE www.galetas.ch
LAUSANNE / YVERDON-LES-BAINS / MONTREUX / PAYERNE / MORGES

32

Le responsable du Galetas de la Broye tient donc à remercier ici tous ces donateurs ainsi que l’équipe de bénévoles qui ont permis au Galetas un développement magnifique durant l’année 2012. En début d’année, il a pu effectuer des petits travaux d’amélioration de l’aménagement du magasin. A cette période, les ramassages n’étaient pas assez nombreux pour vraiment permettre de renouveler suffisamment l’achalandage, car les clients, eux, étaient au rendez-vous. Puis, ayant réagi au manque de ramassages par une demande de publicité, il a pu constater les effets positifs de l’annonce régulière insérée dans le Journal la Broye, en voyant la différence entre le début de l’année, où il manquait de marchandise, et le moment où les annonces ciblées, faisant appel aux dons de meubles et d’objets, ont commencé à paraître et où les ramassages ont augmenté de manière significative. Le matériel à vendre étant enfin en quantité suffisante, cela a amené l’équipe à prolonger les horaires d’ouverture du magasin, d’abord à l’essai. Succès complet. Les clients se déclarant enchantés et le chiffre d’affaires s’accroissent en proportion. Tous les secteurs de vente sont touchés par l’augmentation. L’annonce dans le journal fut alors de nouveau adaptée: des bénévoles supplémentaires étaient appelés à la rescousse pour assurer cette prolongation d’heures de vente.

Equipe
C’est l’équipe de Payerne qui a organisé le souper annuel des bénévoles cette année. Tout s’est bien déroulé, les collègues bénévoles et les salariés des autres lieux de vente manifestaient leur plaisir à la fin de cette rencontre très conviviale (voir Bénévolat page 35).

Une équipe de bénévoles très motivée accueille et renseigne la clientèle qui augmente grâce au bouche-à-oreille efficace, louant le grand choix de livres de tous ordres qu’on peut y trouver. Au début de l’année 2012, lors d’une réunion de bénévoles, l’envie de faire vivre la librairie du CSP encore mieux était présente. Cinq bénévoles, Juliette Brull, Josiane Barraud, Liet Junod, Janine Chabloz et Janine Meyer ont décidé d’investir du temps, non seulement pour l’accueil des clients et la vente de livres, mais pour mettre sur pied des rencontres informelles autour de livres et de lectures, avec un thème chaque fois différent comme fil conducteur. Ces rencontres ont eu lieu à la librairie, tous les trois mois environ, un lundi après-midi de 14h30 à 16h30 et ont rassemblé un douzaine de personnes à chaque fois. - Le 2 avril: Les femmes de notre époque - Le 2 juillet: Le polar - Le 8 octobre: Une biographie. Les personnes qui participent à ces réunions expriment toutes le plaisir qu’elles ont à découvrir, en parlant ou en écoutant, et au final, à partager autour des livres dans une ambiance conviviale et chaleureuse. Le chiffre d’affaires continue son ascension augmentant toujours par rapport aux deux années précédentes. 131’571 fr. de livres et 6’429 fr. de disques en 2012. Au total 138’000 fr.

Morges
L’équipe de bénévoles de cette Boutique a été renforcée par trois nouvelles personnes. Les ventes sont stagnantes, la marchandise reçue et les heures d’ouverture possibles avec les moyens actuels ne correspondant par forcément aux besoins de la clientèle. L’équipe continue néanmoins d’être motivée. Heureusement, le loyer très modéré, le propriétaire étant un fervent soutien du CSP, permet à ce lieu de se maintenir.

Boutiques
Le responsable des deux Boutiques a assuré sa tâche de coordinateur, remplaçant, approvisionneur et solutionneur de tous problèmes ou de toutes questions des équipes de bénévoles qui travaillent dans les deux Boutiques. De plus, il a assuré des remplacements des responsables dans les Galetas d’Yverdon et de Montreux. Il a aussi participé aux réaménagements nécessaires sur le site de Montreux (organisation de la marchandise, débarras, etc.).

Equipe
Jérémie Jean-Luc Yves Luc Daniel Nathanaël Olivier Pierre-André Mustafa Amar Balbine Frédéric Eric Harvin Sébastien Fabienne BARD BATTAGLIA BLANC DELACOSTE DEVILLE DUTTWEILER FAVRE FORESTIER KILIC LEFRAD MUNINDA ROULET SCHAFFTER SERVANT TAUXE VON GUNTEN 40% 80% 100% 100% 100% 80% 100% 100% 20% 100% 30% 80% 100% 40% 100% 50%
jusqu’au 30.04.2012 dès le 01.07.2012 jusqu’au 31.08.2012

Boutiques Livres de Lausanne
La Boutique de Livres de Lausanne a fêté ses 5 ans en 2012. L’occasion rêvée pour inviter les clients pour un verre de l’amitié. Le 14 juillet, la directrice du CSP exprimait sa reconnaissance à toute l’équipe de cette Boutique, et la présidente du Conseil communal de Lausanne, Madame Janine Resplendino, rappelait l’importance des services du CSP pour la population et saluait l’existence de «la petite dernière», appréciant de la voir animer la vie du cœur de la ville. Un reportage dans les Nouvelles du CSP, ainsi qu’un publireportage dans le 24 heures «spécial 250 ans», réservé aux entreprises fêtant elles aussi un anniversaire, a permis de mieux faire connaître ce lieu précieux.

jusqu’au 31.05.2012 jusqu’au 30.04.2012 dès le 01.05.2012

33

Secteurs de soutien
Administration
Le secteur de l’administration est chargé de mettre à disposition des autres collaborateurs-trices du CSP une structure leur permettant d’exercer leur métier et ainsi de fournir les prestations de l’association. A la suite des grands changements de personnel qui sont intervenus dans le courant de l’année 2011, la nouvelle équipe de l’administration a eu loisir de faire plus ample connaissance et a pu trouver ses marques dans ses nouveaux locaux, au rez-de-chaussée de Beau-Séjour 28. Chacun se plaît à relever l’excellente ambiance qui règne au sein de l’équipe! En plus de la rocade annuelle d’apprenti, le service a été renforcé cette année par l’engagement d’un stagiaire MPC (maturité professionnelle commerciale), dont les larges compétences informatiques et humoristiques sont unanimement appréciées et permettent de soulager le responsable administration et finances. Dans le courant de l’année, la gestion administrative des ressources humaines a été reprise par le secteur administration et c’est le responsable administration et l’apprentie qui s’en occupent principalement. Le secteur a géré la seconde partie des travaux de rénovation à Beau-Séjour. Tous les bureaux et les couloirs sont dorénavant équipés d’un parquet et ont été repeints. Seule la cuisine devra encore bénéficier d’une petite cure de rajeunissement.

Secrétariat
En plus de ses tâches habituelles, le secrétariat a renforcé sa collaboration avec les secteurs. Cette année, en l’absence de la responsable bénévolat, il a par exemple géré le week-end de la vente de chocolat et s’occupe de l’aspect administratif lié à ce secteur. Une des secrétaires fait partie de la commission du personnel et participe activement de ce fait à la révision des statuts du personnel. Les autres activités courantes du secrétariat sont de distribuer le courrier, de rédiger la correspondance courante, de gérer une part du courrier de la directrice, de préparer le journal interne Flash, de convoquer et prendre les procès verbaux des séances de comité et de bureau, de convoquer et de préparer les assemblées générales, de prendre les pv des colloques consultants, de gérer l’économat, de gérer les inscriptions et de facturer certains cours donnés par le CSP, etc.

Comptabilité
La comptabilité a également été touchée par la reprise par notre secteur de la partie administrative des ressources humaines, puisque c’est dorénavant le comptable qui s’occupe de la gestion des civilistes, des demandes d’allocations familiales et des tâches liées à l’AVS. Patrice Vionnet a également suivi la formation de formateur en entreprises, indispensable pour que notre institution puisse former des apprentis. Notre apprentie est donc sous sa responsabilité. Notre comptable a en outre plus d’une corde à son arc et fait largement bénéficier le CSP des compétences de son premier métier d’électricien, en s’occupant de toutes les bricoles qui touchent à ce domaine, qui vont du changement d’un néon à l’intendance de la machine à café, qui se doit absolument d’être en service aux aurores chaque matin!

Equipe
Responsable du secteur Mike WINZELER Comptabilité Patrice VIONNET Fichier Marc GOETSCHI 100% 100% 100% 95%
jusqu’au 30.06.2012 depuis le 01.07.2012

Fichier – recherche de fonds
Les activités de la Passerelle (expédition des ouvrages et gestion des factures y relatives) ont été reprises dans leur intégralité par Marc Goetschi à compter du 15 octobre 2012. L’expédition était jusque-là gérée par M. Daniel Belet, que nous profitons de remercier pour ses nombreuses années de bénévolat et pour son implication appréciée de tous. Nous pouvons également relever qu’après une année complète d’utilisation du nouveau programme informatique Dware, la nette amélioration de qualité de la base de données donateurs a permis de réduire considérablement les retours, tant pour les personnes de l’Accueil que pour la personne en charge de cette gestion. Nous relèverons finalement que l’avancement de l’envoi des factures de cotisation aux membres de l’Association du CSP à la mi-mars, soit quelques mois plus tôt que les années précédentes, a permis un meilleur suivi des encaissements et par conséquent des entrées de recettes plus complètes.

Secrétariat Catherine CORBOUD-JATON 60% Caroline WITZ 40% Stagiaire MPC Luiz VICENTE 90% Apprenti-e Lenin ARULCHELVAM 100% Serena LA PLACA 100% Nettoyage Pierrette CIMINO 25% Maddalena MARIOTTI 25%

dès le 27.08.2012 jusqu’au 31.07.2012 dès le 01.09.2012

34

Bénévolat
Recrutement et suivi des bénévoles
Les magasins de seconde main du CSP ont la chance d’avoir des équipes de bénévoles expérimentées qui travaillent avec expertise depuis de nombreuses années. Pourtant le CSP, comme beaucoup d’associations, est sans cesse à la recherche de nouveaux bénévoles, afin de renouveler et d’augmenter ses effectifs. Le pari du bénévolat est de se retrouver dans des situations «gagnant-gagnant», c’est-à-dire où les besoins de l’institution répondent aux besoins des bénévoles qui viennent se présenter. Qui sont donc ces futur-e-s bénévoles qui viennent frapper à la porte du CSP? Ce sont des personnes de tout horizon et de tout âge, qui ont un peu ou beaucoup de temps à disposition et qui ont envie ou besoin de participer concrètement à une action sociale. Les valeurs du CSP et se sentir utile constituent souvent les motivations sous-jacentes. Cette année de nouveaux papillons ont été créés et distribués dans divers lieux du canton, des annonces ont été publiées sur internet et dans des journaux régionaux, ce qui a amené à une septantaine d’entretiens d’embauche. Une fois le bénévole intégré dans une équipe, c’est le responsable du lieu de vente qui fait le suivi nécessaire. Le secteur du Bénévolat est sollicité pour les colloques d’équipes, les réflexions, les situations conflictuelles et le suivi général administratif.

Collaboration
La collaboratrice du secteur participe à l’interne à la Commission de communication externe et aux réunions du Secteur de ramassage et vente d’objets d’occasion. Elle a collaboré avec Bénévolat-Vaud, ISL (International School of Lausanne), l’Entreprise SAP, Swisscom et Philias durant l’année.

Vente de choc
Le secteur administration a mis en œuvre l’organisation de la vente de chocolat préparée par la responsable, cette vente ayant eu lieu pendant son congé. Cette année, 67 paroisses se sont engagées aux quatre coins du canton pour participer à la vente de chocolat. Ce sont les paroisses qui ont vendu les trois quarts des 10’000 plaques, alors que les stands du CSP ont vendu le reste à Lausanne, les 23 et 24 novembre 2012, sous une météo très favorable. Que chacune et chacun soit ici applaudi-e et remercié-e pour son engagement en faveur du CSP.

Statistiques - collaboratrices et collaborateurs bénévoles
Cette année, en raison de l’absence de notre responsable bénévolat en congé pour quelques mois, nous avons renoncé à publier les noms de tous les bénévoles et les statistiques horaires. Les besoins et les chiffres sont cependant en constante évolution! Un immense merci à toutes les personnes qui offrent leur temps, leur travail, leurs compétences dans nos divers lieux! Bénévoles par secteurs Boutique de Morges Boutique Livres de Lausanne et secteur Livres de la Blécherette Galetas de la Blécherette ÐBonne Puce ÐElectrosouk ÐJouets ÐPolyvalent ÐTextile Galetas de la Riviera Galetas de la Broye Galetas du Nord Vaudois Administration Comité Juridique Sur Mandat Divers Total 14 24 14 6 4 9 12 28 4 5 15 9 1 11 4 160

Fête annuelle
Cette année, la fête annuelle des bénévoles a eu lieu à Payerne. L’équipe sur place avait concocté une visite de l’abbatiale et un quizz pour arriver jusqu’à l’apéro dans les locaux du Galetas. Puis une soirée dans un refuge avait été préparée avec l’aide d’une autre équipe de bénévoles de Lausanne. Les salariés y avaient été conviés comme ces dernières années. Le tournus annuel dans les divers Galetas du canton étant terminé, d’autres idées de fêtes ou d’événements festifs sont en gestation.

Bénévolat d’entreprises
En 2012, deux entreprises, Swisscom et SAP, ont offert les services bénévoles de leurs employés afin d’offrir deux journées de formation aux bénévoles et aux usagers du CSP. Tout cela par l’entremise de la Fondation Philias, qui s’est donné pour mission de mettre en relation le monde de l’économie et le monde associatif. Grâce à l’entreprise SAP, un fonds de solidarité informatique a été créé et quatre personnes parmi les usagers-ères du CSP ont ainsi pu bénéficier de matériel informatique, installé chez eux et elles par Lahouari Bouchiba, le bénévole en charge de ce dossier.

Marina

RACINE

50%

35

Communication – Editions
Le secteur assure la communication externe de l’institution en général, en collaboration avec l’ensemble des secteurs, ainsi que la gestion des Editions La Passerelle.

vices peuvent faire pour les personnes qui nous sollicitent: «Ensemble, nous pouvons changer la suite de cette histoire. Au CSP, cette mère de famille trouvera des conseils professionnels pour assainir ses dettes et stabiliser sa situation familiale.» Avec des variations en fonction du personnage représenté.

Le journal «Les Nouvelles»
En 2012, la collaboratrice a coordonné les trois numéros de Nouvelles du CSP Vaud et participé au numéro commun de mars produit par les quatre CSP. • Le numéro de mars contenait notamment un compterendu du forum «Action sociale, le droit mis en danger», organisé par Caroline Regamey, un article sur le projet des «Ficelles du budget», un kit de prévention de l’endettement des jeunes, travail commun des quatre CSP. • Le numéro de juin tournait autour de la famille avec un portrait de la conseillère conjugale Véronique Prades, un article sur le travail délicat de désendettement avec les couples, un Cri de la rédaction sur l’arbitraire de certaines décisions en matière de regroupement familial, entre autres. • Le numéro de septembre présentait deux facettes du secteur de la vente d’occasion: la Boutique de livres de Lausanne et le Galetas de la Broye, permettant de faire connaissance avec les responsables et quelques bénévoles. • Le numéro de décembre consacrait un large dossier à une collaboratrice marquante du Service social polyvalent, experte en matière d’éducation à l’argent, Vren Borer Delafontaine, à la veille de sa retraite. Un article présentait aussi le film Cache Cash, résultat du travail de l’équipe de prévention de l’endettement des jeunes. Un documentaire qui donne la parole à des jeunes qui racontent leur parcours et leur rapport à l’argent. Un outil supplémentaire pour les interventions en classe, destiné à faciliter l’expression des jeunes sur le sujet.

Afffiches, cartons-bus, dépliants, cette campagne fut diffusée pendant trois semaines, à des tarifs préférentiels, dans et sur les transports publics dans tout le canton. Les directeurs et la directrice informaient en parallèle le public lors d’une conférence de presse sur les besoins accrus d’aide rencontrés dans nos divers services et, par conséquent, les besoins accrus de financement.

Communication du secteur Vente et ramassage d’objets d’occasion
L’institution a fait un gros investissement, en particulier au dernier trimestre, pour atteindre le grand public et lui rappeler l’offre si spécifique de nos magasins d’occasion. Une campagne de publicité dans les transports publics du canton, échelonnée sur les mois d’octobre et de novembre. Un nouveau site internet, plus vivant et interactif, permettant à chaque Galetas d’informer le public sur toutes les actualités de leur point de vente fut ouvert au public à midécembre: www.galetas.ch. La Boutique de livres des Escaliers-du-Marché à Lausanne fêtait déjà ses 5 ans! Ce fut l’occasion de médiatiser cette Boutique, qui avait trouvé le moyen de se développer jusque-là sans publicité autre que le bouche-à-oreille.

Campagne de mars
La Campagne de mars est une action de visibilité et de recherche de fonds menée en commun par les quatre Centres sociaux protestants. La chargée de communication coordonne sa préparation et sa réalisation, en lien avec les quatre CSP et l’agence de communication Trio. L’objectif de cette action est de continuer à faire exister l’institution sur la place publique par les moyens adéquats. Cette année, les quatre CSP ont opté pour la continuité en reprenant les mêmes visuels qu’en 2011. Après un premier message «En Suisse, une personne sur dix a besoin d’aide. Avec vos dons, nous les aidons à éviter le pire.», les CSP ont choisi en 2012 de mettre en valeur la différence que nos ser-

36

Communication institutionnelle
La chargée de communication a assuré la mise à jour des deux sites internet de l’institution, de rédiger les présentations du CSP pour divers supports extérieurs (les sites de partenaires, les divers mémentos dans les journaux, etc.), de produire le matériel de présentation des secteurs et de l’institution nécessaire. Pour la première fois, le CSP s’est doté d’un rapport d’activités court, résumant l’ensemble de l’année sur une page A3 pliée en trois.

Editions La Passerelle CSP Vaud
Autorisations de séjour en Suisse. Présence, regroupement familial, travail, assurances sociales, etc. Un guide juridique. Magalie Gafner, 2008, 120 pages, 21 francs. Divorcer. Aide-mémoire à l’intention des personnes qui envisagent un divorce. Juristes des CSP, mis à jour, 14 pages, 5 francs. Se séparer. Aide-mémoire à l’intention des personnes qui envisagent une séparation. Juristes des CSP, mis à jour, 14 pages, 5 francs. Couple et dettes. Petit guide juridique. Juristes des CSP, 2003, 32 pages, 6 francs. Couple et aventure. Le couple et l’arrivée de l’enfant. Jean-Yves Savoy, 2003, 144 pages, 22 francs. Duo-Duel. Etapes de la vie en couple. Jean-Yves Savoy, en coédition avec Labor et Fides, 1995, 184 pages, 26 francs. Familles recomposées. Un guide juridique. Juristes des CSP, 2005, 88 pages, 18 francs. Parents célibataires. Un guide face à la loi. Doudou Madeleine Denisart et Jean-Pierre Tabin, nouvelle édition revue en coll. avec Mercedes Vazquez, juriste. En coédition avec Profa, 2008, mise à jour 2013, 72 pages, 18 francs. 36 Chandelles. Nouvelles et billets pour carburer. Sabine Dormond et Hélène Küng; illustrations et graphisme Tassilo Jüdt; préface Lova Golovtchiner, 2007, 150 pages, 28 francs

Editions la Passerelle
Les Editions continuent d’être en veilleuse par manque de ressources à leur consacrer. Nous avons néanmoins participé, comme les autres années, au Salon du Livre sur le stand du Social en lecture qui rassemblent des éditeurs actifs dans le domaine social (Editions d’en bas, Réalités sociales, Editions IES et EESP, les deux maisons d’édition des Hautes Ecoles de travail social, Seismo): il s’agit de maintenir cette présence du Centre social protestant comme producteur de réflexions écrites – au-delà de la seule action curative ou préventive. Notre investissement modeste n’empêche pas les publications encore disponibles d’être demandées. Cette année, nous avons dit au revoir à notre fidèle collègue bénévole Daniel Belet, qui a choisi de «prendre sa retraite» de l’activité de facturation et d’envois qu’il a accomplie de nombreuses années avec une grande conscience. Un grand merci à lui pour sa collaboration professionnelle et son humour. Nous lui souhaitant le meilleur pour la suite. L’administration a repris l’ensemble de ces tâches.

Commissions
Des commissions travaillent régulièrement afin de veiller à la cohérence de la communication et à la bonne transmisssion des informations: la commisssion des Nouvelles et la commission de communication externe animées par la chargée de communication. Elle participe aussi régulièrement aux réunions du groupe de soutien à la directrice. Elle rencontre et collabore avec ses collègues des autres CSP dans le groupe de communication de l’association des CSP, afin de concevoir et de coordonner la campagne de mars et d’autres questions de communication commune.

Evelyne

VAUCHER GUIGNARD

60%

37

Politique et recherche sociales 2012
Statistiques
Durant le premier trimestre, la chargée de politique et recherche sociales a exploité et traité les statistiques de tous les secteurs sociaux du CSP en vue des demandes de subvention et pour le rapport d’activité. Elle s’est également attelée à produire les données nécessaires pour les rapports spécifiques concernant certaines activités des secteurs (par exemple les permanences Ginkgo ou EESP de Jet Service, ou certains projets pilotes), ainsi que les informations requises dans le cadre de relevés statistiques communs à plusieurs services, comme celui de Dettes Conseil Suisse, qui regroupe les services spécialisés en gestion de dettes, ou celui de la Plateforme vaudoise de Gestion de budget spécialisée. Dans ce dernier cadre, elle s’est chargée de la consolidation des relevés statistiques semestriels des trois services mandatés par le dispositif cantonal de gestion de budget spécialisée. Dans le courant de l’année, elle a produit différentes extractions de données destinées à documenter des questions particulières, à analyser l’effet de certaines mesures, ou l’évolution d’indicateurs faisant l’objet d’une attention spéciale. Enfin, elle a contribué aux travaux de préparation visant l’introduction d’une nouvelle base de données.

La chargée de politique et recherche sociales a animé les colloques réunissant les consultant-e-s des secteurs sociaux (consultation et accueil) et contribué au travail de réflexion sur certaines problématiques sociales rencontrées dans les consultations. Outre le développement de certaines problèmatiques amenées par les usagers-ères, ce colloque reprend et travaille également des sujets interrogeant les pratiques professionnelles (sujets 2012: réflexions autour des besoins en médiation, suite de l’analyse de l’utilisation du Fonds Budget des Autres, suivi social au CSP et collaborations, développement du pôle de formation et politique institutionnelle, gestion de la confidentialité, notamment).

Interventions
La sociologue a été sollicitée sur des sujets en lien avec ses recherches ou ses prises de position, et notamment: contributions à des articles sur la pauvreté, sur l’insertion des jeunes, l’accès à la formation pour les jeunes sans-papiers, sur la question du minimum vital remis à jour, etc.

Réponses à consultation
Elle a rassemblé les expériences et les avis des collègues concerné-e-s, contribué aux réflexions et rédigé les réponses à consultation suivantes: Au plan suisse • à la Modification partielle de la Loi fédérale sur les étrangers du 16 décembre 2005 (intégration), en février 2012; • à la Proposition de mise en œuvre de la motion Barthassat (08.3616): accès à l’apprentissage pour les jeunes sans statut légal, en mai 2012. Au plan vaudois • au projet de modification de la Loi d’application de la loi fédérale sur les allocations familiales et sur des prestations cantonales en faveur de la famille du 23 septembre 2008 (LVLAFam), en mai 2012; • à la consultation sur l’avant-projet de Loi sur l’aide aux études et à la formation professionnelle (LAEF), en octobre 2012.

Soutien à programmes et contributions internes
Elle a poursuivi son accompagnement du programme de prévention de l’endettement non maîtrisé des jeunes mené dans les écoles conjointement par le Service social polyvalent et Jet Service (voir p. 30), en participant à la coordination interne des actions, à des réunions avec les mandants (DSAS et DFJC), avec les partenaires des écoles, au suivi et à l’élaboration du plan de développement du programme. Dans le domaine de la gestion de budget (désendettement), effectuée par l’équipe du SSP, elle a représenté le CSP dans les groupes de pilotage de ce domaine, comme l’instance cantonale réunissant les principaux protagonistes et la Plateforme GBS (Gestion de budget spécialisée) composée des trois services actifs du dispositif, et coordonné certaines contributions et certaines réflexions, y compris dans le cadre de l’évaluation du dispositif mis sur pied par le SPAS. Elle a apporté son soutien au suivi des consultations de Jet Service pour les étudiant-e-s des Hautes écoles spécialisées vaudoises, que ce soit en contribuant au suivi de la permanence pour les étudiant-e-s de l’Ecole d’Etudes sociales et pédagogiques (EESP) vaudoise, ou en recensant et en précisant les besoins des étudiant-e-s inscrit-e-s dans d’autres hautes écoles spécialisées du canton, en vue d’un développement d’un service social pour étudiant-e-s HES.

Participations
A l’externe, elle a participé en tant que représentante du CSP: • aux réunions du Groupe de travail cantonal Prévention de l’endettement non maîtrisé; • au Groupe de coordination des actions en milieu scolaire, réuni par le DFJC; • aux réunions du Groupe de Projet cantonal Gestion de Budget; • aux réunions de la Plateforme Gestion de budget spécialisée.

Caroline

REGAMEY

75%

38

Ressources humaines
Au 1er semestre, la responsable des Ressources humaines a travaillé notamment avec le secteur RaVeO: départ du responsable du Galetas de la Blécherette, accompagnement de l’intérim durant plusieurs mois, repourvue du poste de magasinier, accompagnement de questions RH aux Galetas Riviera et Nord Vaudois, travail sur l’encadrement et du suivi des bénévoles (clarification des tâches des responsables des lieux de vente et de la responsable du bénévolat. Elle a collaboré à la reconnaissance du CSP par les autorités du Service civil comme institution prioritaire, permettant l’engagement de civilistes pour une affectation de longue durée. Elle a accompagné aussi le secteur Accueil dans une meilleure évaluation des tâches, puis la mise sur pied d’un remplacement pour maladie. Elle a mené le recrutement de deux personnes avec le Secteur social polyvalent, en prévision d’un départ à la retraite et à la suite d’un départ en cours d’année. Les travaux habituels se sont poursuivis: accompagnement des collaborateurs-trices, gestion de conflits, travail sur l’ergonomie, accompagnement des secteurs, travail stratégique avec la directrice et les autres secteurs de soutien sur la gestion des ressources, présidence de la commission de formation continue. Elle a poursuivi le travail avec la directrice sur les ressources allouées au poste RH et son organisation, le taux d’activité augmenté courant 2011 (80% au lieu de 60%) n’ayant pas donné les résultats attendus. Cela a conduit à une réorganisation complète du poste RH, par la directrice avec la titulaire et avec le secteur administration, entrée en vigueur fin octobre. Le secteur administration a repris l’ensemble des tâches administratives lié à ce secteur. La responsable RH conserve l’ensemble des autres tâches RH (accompagnement des collaborateurs-trices et des secteurs, dossiers, projets, formation, recrutements, gestion de conflits). Le taux d’activité a été réévalué conformément au nouveau cahier des charges.

Le 2e semestre a vu la détérioration de la santé de la responsable RH qui a dû être partiellement puis complètement absente pour raison de maladie. Cette absence a pesé lourd, tant quant au souci pour notre collègue, que quant à la mise en «stand-by» ou la reprise provisoire de divers dossiers très difficiles à gérer sans les compétences RH. Durant cette période, le secteur administration a été encore plus sollicité pour accompagner deux processus de recrutement, au secteur Accueil en prévision d’un départ à la retraite, et au secteur Jet Service à la suite du départ d’une juriste.

Départs, arrivées, remerciements
Nous tenons à remercier très chaleureusement toutes les personnes qui ont quitté notre institution cette année 2012. Toutes et tous ont contribué par leur professionnalisme et leur engagement à permettre au CSP d’accomplir sa mission. Et nous adressons une chaleureuse bienvenue aux nouveaux et nouvelles collègues.

Accueil
Départ à la retraite de Claire Schminke

Service Social Polyvalent
Départ de Bertrand Cuany

Secteur juridique
A la suite du départ de Marie Arnaud, Eline Schwitzguébel a rejoint l’équipe des juristes.

Fraternité
Luis-Carlos Garcia a rejoint l’équipe de la Fraternité.

Ramassage et vente d’objets d’occasion
Jean-Luc Battaglia, Daniel Deville, Frédéric Roulet et Harvin Servant ont quitté l’équipe des Galetas. Luc Delacoste et Sébastien Tauxe ont intégré le Galetas de la Blécherette.

Apprentissage
Depuis 2008, le CSP accueille pour sa 3 année d’apprentissage d’employé-e de commerce un ou une apprenti-e qui est en situation de rupture de formation (impossibilité de continuer l’apprentissage là où il a été commencé). Depuis l’été 2012, le CSP accueille non seulement une apprentie de 3e année, Mme Serena La Placa, mais aussi un stagiaire en Maturité professionnelle commerciale: M. Luiz Vicente. La formation de ces personnes est supervisée depuis l’automne entièrement par le secteur administration.
e

Stagiaires / Apprenti
Christine Heizmann a accompli son stage de formation d’assistante sociale au SSP avec succès. Carla Araujo a accompli son stage de formation d’assistante sociale à la Fraternité avec succès. Cécile Moret Pellet a rejoint le secteur CCF pour un stage de 24 mois. Lenin Arulchelvam a terminé sa 3e année d’apprentissage. Serena La Placa nous a rejoints pour sa 3e année d’apprentissage d’employée de commerce. Luiz Vicente fait un stage de maturité professionnelle commerciale au sein du secteur administration du CSP.

Stéphanie

LOTH

80%

39

Comptes 2012 Bilan au 31 décembre 2012
Actifs
LIQUIDITÉS
Caisses Comptes de chèques postaux Banques 21’027.70 172’675.48 11’216.90 12’768.65 79’255.85 12’223.65

2011

2012

204’920.08 RÉALISABLES
Titres Débiteurs Comptes courants secteurs Comptes courants divers Marchandises Galetas 1’074’644.00 64’250.90 14’814.35 28’124.60 50’000.00

104’248.15

445’489.00 34’041.75 26’222.10 23’156.25 50’000.00

1’231’833.85 ACTIFS TRANSITOIRES IMMOBILISÉS
Prêts collaborateurs Garantie de loyers Prêts désendettement Mobilier et informatique Véhicules Immeuble Galetas Le Mont-sur-Lausanne Immeuble Galetas Payerne 2’100.00 41’917.20 15’932.00 20’715.56 9’186.00 320’736.21 25’152.55 168’701.01

578’909.10
157’265.48

168’701.01

157’265.48

0.00 36’240.90 10’269.00 22’887.26 5.00 320’736.21 22’500.00

435’739.52 TOTAL 2’041’194.46

412’638.37 1’253’061.10

40

Passifs
FONDS ÉTRANGERS
Créanciers, dettes à court terme, y c. passif trans. Clients CSP Comptes courants co-éditions Comptes courants charges sociales Prêt FCPP Fr. 25’000.- sur 10 ans Hypothèque BCV - Investissements RaVeO/roulement

2011
613’247.35 6’454.80 10’233.70 42’911.65 25’000.00 446’340.80

2012
343’833.20 9’406.05 11’424.30 35’893.90 22’500.00 417’681.60

1’144’188.30 FONDS AFFECTÉS/FONDS BLOQUÉS
Fonds de solidarité Fonds de soutien aux femmes enceintes Fonds désendettement Budget des Autres (BdA) Fonds Coup de pouce Jet Fonds lave-linge Blécherette Fonds ascenseur Blécherette Fonds solidarité informatique 66’012.20 48’461.20 30’000.00 28’725.64 8’178.00 27’454.00 32’500.00 0.00

840’739.05

66’012.20 35’661.20 28’297.00 57’645.19 12’000.00 27’454.00 42’835.25 1’921.40

241’331.04 FONDS DE RÉSERVE
Fonds de création et développement Fonds de réserve Provision revalorisation salaires Publications Fonds recherche de fonds Fonds de roulement 152’661.83 70’000.00 140’000.00 10’000.00 30’000.00 200’000.00

271’826.24

152’661.83 123’013.29 140’000.00 10’000.00 30’000.00 200’000.00

602’661.83 Pertes et profits reporté
- Excédent de charges + Excédent de recettes de l’exercice précédent

655’675.12

* -515’179.31 53’013.29

53’013.29 TOTAL
*après charges et produits exceptionnels

-515’179.31 1’253’061.10

2’041’194.46

41

Recettes et dépenses
Recettes
Subventions Contributions et dons Recherche de fonds Vente d’objets d’occasion Divers Don Loterie Romande

Comptes 2011
2’720’799.00 250’370.80 1’311’288.86 1’293’237.60 337’355.43 70’000.00

Comptes 2012
2’742’431.65 205’140.15 1’249’359.48 1’290’672.20 329’336.69

Budget 2012
2’706’000.00 311’000.00 1’460’000.00 1’400’000.00 309’010.00

Sous-totaux
Perte d’exploitation

5’983’051.69
384’383.75

5’816’940.17
704’286.56

6’186’010.00
215’791.61

Totaux

6’367’435.44

6’521’226.73

6’401’801.61

Dépenses
Salaires et charges sociales Frais de recherche de fonds Loyers et charges Frais généraux Cotisations et soutiens Frais divers Coussin oxygène secteurs Provision 60e anniversaire CSP 4’912’793.68 239’184.60 510’519.60 370’544.78 112’544.40 221’848.38 5’056’790.35 247’069.65 507’850.38 327’951.81 111’443.00 267’121.54 3000.00 4’970’001.61 222’000.00 499’400.00 318’400.00 107’000.00 212’000.00 70’000.00 3’000.00

Totaux

6’367’435.44

6’521’226.73

6’401’801.61

Les comptes du Centre social protestant Vaud sont révisés par la Société Deloitte SA.

42

Subventions et Contributions reçues en 2012
Confédération
OFAS Office fédéral des assurances sociales subvention AVS (art. 101 LAVS) Service de prévoyance et d’aide sociales (SPAS) subvention pour services de consultations (facture sociale) Contributions et dons Fr. 26’000.00

Etat de Vaud et Communes
DSAS Fr. Fr. Fr. Fr. Fr. Fr. 2’386’277.65 13’400.00 266’400.00 63’754.00 37’181.95 31’701.20

Autres contributions et dons de communes Eglise évangélique réformée du canton de Vaud
subvention de l’EERV subvention de la Région 12 EERV (Lausanne) collecte générale annuelle 2012 dons des paroisses et des régions

Fondations
ACE Fondation – Bermuda, Fondation Soroptimist International de Lausanne, Fondation CEB, Fondation Pierre Demaurex, Ligue vaudoise contre la Tuberculose, section de Moudon, Fondation Marius A. Dubois, Fondation A-One Business Center / DSR, Société vaudoise d’utilité publique (SVUP), Fondation Juchum, Fondation Ernest Matthey, Fondation Henri de Groot, Fondation Fernando et Rose Inverni-Desarzens, Fondation Cabane, Fondation Dr. Alfred Fischer, Fondation Champ-Soleil, Fondation Vontobel

Fr.

255’257.00

Remerciements
Le CSP remercie toutes ses donatrices et tous ses donateurs pour leur soutien financier! Grand merci aux pouvoirs publics pour leur soutien et leur reconnaissance du travail du CSP auprès des habitants et des habitantes de notre canton. Nous remercions particulièrement: le Département de la santé et de l’action sociale, le Service de la prévoyance et de l’aide sociales, le Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. Grand merci à toutes les fondations ci-dessus pour leur important soutien. Merci également à toutes les communes qui ont soutenu les services du CSP par leurs dons. Merci à toutes les paroisses qui ont contribué par des dons ou une collecte au travail du CSP. Un chaleureux merci à nos fournisseurs pour leur collaboration et leur soutien. Merci aux membres de l’Association du CSP Vaud pour leur contribution régulière.

A tous et à toutes notre vive reconnaissance!

43

Partenaires et collaborations extérieures
Le CSP collabore à différents niveaux avec un grand nombre d’associations et d’organisations. Merci d’excuser une omission involontaire toujours possible.
Action éducative en milieu ouvert (AEMO) Antenne romande des services d’assainissement de dettes (ARSAD) Appartenances Armée du Salut Association CIAO Association de Défense des Chômeurs et Chômeuses (ADC) Association de défense et de détente de tous les retraité-e-s (AVIVO) Association de la Maison des Jeunes Association de médiation de voisinage Association des Conseillers-ères Conjugaux (ACC) Association des Ecrivaines publiques Association des familles du Quart Monde de l’Ouest lausannois Association des familles monoparentales et recomposées (AFMR) Association Le Défi, Bussigny Association Mobilet’ Association romande et tessinoise des Institutions d’action sociale (ARTIAS) Association suisse des assurés (ASSUAS-Vaud) Association suisse des locataires (ASLOCA) Association TEM Bénévolat – Vaud (anciennement ASBV + Association AVEC) Binational.ch Bourse à Travail Bureau cantonal d’aide au retour Bureau cantonal de médiation administrative Bureau cantonal de médiation santé Bureau cantonal pour l’égalité entre les femmes et les hommes (BEFH) Bureau cantonal pour l’Intégration des étrangers et la prévention du racisme (BCI) Bureau Information Femmes BIF Bureau lausannois pour les immigrés (BLI) Camarada Caritas Vaud Caritas Suisse Centre d’accueil MalleyPrairie Centre d’Orientation, de Réinsertion professionnelle et de Formation (CORREF) Centre de Contact Suisses-Immigrés + ACSI à Genève, Sion et Fribourg Centre de consultations Les Boréales Centre de rencontre et d’animation Renens (CRA)

Centre LAVI + Commission LAVI Centres médico-sociaux Centres sociaux régionaux, Centres sociaux intercommunaux Centre vaudois d’aide à la Jeunesse (CVAJ) CFF, Services sociaux CIREC Chambre cantonale consultative des immigrés (CCCI) CHUV, Département de psychiatrie, site de Cery CHUV, Service social Collectif d’avocats, Lausanne Collectif vaudois de soutien aux Sans-Papiers (CVSSP) Collectif de soutien aux Sans-Papiers de La Côte Commission cantonale de lutte contre la violence domestique (CCLVD) Commission Protestante Romande Suisses-Immigrés (CPRSI) Conférence de Diaconie, Fédération des Eglises Protestantes de Suisse Conférence suisse des institutions d’action sociale (CSIAS) Consulat du Portugal Coordination Asile Vaud Croix-Rouge Vaudoise Croix-Rouge Suisse CSP Berne-Jura CSP Genève CSP Neuchâtel DM’Coaching Département de la formation, de la jeunesse et de la culture VD (DFJC) Département de la santé et de l’action sociale VD (DSAS) Dettes Conseil Suisse (DCS) Ecole professionnelle EPSIC Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (EERV) Entrelaçar Entraide protestante suisse (EPER) Espace Asile-Migration Etat civil cantonal Etablissement vaudois d’accueil des migrant-e-s (EVAM) F-Information, Genève Fédération romande des consommateurs (FRC) Fédération romande et tessinoise des Services de consultation conjugale (FRTSCC) Fédération vaudoise de coopération FEDEVACO Fédération suisse des sourds Femmes solidaires sans frontière à Renens Fleur de Pavé Fondation Asile des Aveugles Fondation Cherpillod, Moudon = Arcades Fondation Jeunesse et Famille / VIFA Fondation Les Oliviers Fondation Mère Sofia Fondation Soin Lausanne (ex-ALSMAD) Fondation Saint-Martin Fondation vaudoise de probation FONPRO Fondation cantonale pour la formation professionnelle Forum des Etrangers et Etrangères de Lausanne FEEL

44

Forum pour l’intégration des migrantes et des migrants FIMM Français en Jeu Ginkgo, service jeunesse, Vevey Globlivres Groupe de travail romand «Femmes migrantes et violences conjugales» Groupe de travail du BCI sur les mutilations génitales féminines Groupe Romand d’Accueil et d’Action Psychiatrique GRAAP Haute Ecole fribourgeoise de travail social Haute école de travail social et de la santé (EESP Ecole d’études sociales et pédagogiques) Haute école d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud (HEIG-VD) Juristes progressistes VD L’Autre Syndicat Ligue vaudoise contre le cancer LVCC Maison de la Femme Mozaïk, Appartenances Observatoire romand du droit d’asile et des étrangers (ODAE romand) Observatoire suisse du droit d’asile et des étrangers ODAE Office du Tuteur général Ordre des avocats vaudois OAV Ordre Judiciaire Vaudois OJV Organisme pour le perfectionnement scolaire, la transition et l’insertion professionnelle OPTI Organisation Mondiale contre la Torture OMCT Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR Plateforme Asile Migration Plateforme consultation conjugale Plateforme gestion de budget spécialisée Plateforme nationale pour les sans-papiers Point d’Appui, Espace multiculturel des Eglises Point d’Eau Lausanne Pôle Sud, centre socioculturel Policlinique Médicale Universitaire (PMU) Police et associations ProCap / Intégration handicap Profa Programme cantonal de prévention de l’endettement non maîtrisé: SPAS et Groupe de coordination du DFJC Pro Infirmis Vaud Pro Juventute Vaud Pro Senectute Vaud Prospective et Services Privés Le Relais; Relais 10 Réseau annuel vaudois de lutte contre la violence conjugale Service d’Aide juridique aux exilé-e-s (SAJE) Service de la Population (SPOP) Service de Prévoyance et d’Aide Sociales VD (SPAS) Service de Protection de la Jeunesse (SPJ) Service social des écoles primaires et secondaires SEPS Service Social International Service Social Lausanne et régions Sleep In Solidarité Femmes Genève

SOS Asile Vaud Syndicat Interprofessionnel des travailleurs et travailleuses SIT Syndicat SSP Syndicat SUD Syndicat UNIA Terre des Hommes Tuteur général du canton de Vaud Unité d’Assainissement Financier Lausanne (UnAFin) Unité de médecine des violences (UMV) Unité multidisciplinaire de santé des adolescents (UMSA) Université de Lausanne, Faculté des sciences sociales Université de Lausanne, Formation continue Unité populations vulnérables du CHUV / PMU Vivre sans violence Zonta Club

Les Galetas et les Boutiques
Le Galetas de la Blécherette
5, ch. de la Tuilière 1052 Le Mont-sur-Lausanne Tél. 021 646 52 62

Le Galetas de la Riviera
19, rue du Marché 1820 Montreux Tél. 021 963 33 55

Le Galetas de la Broye
10, rue des Terreaux 1530 Payerne Tél. 026 660 60 10

Le Galetas du Nord vaudois
2, ch de la Chèvre 1400 Yverdon-les-Bains Tel. 024 445 57 60

La Boutique Livres de Lausanne
9, Escaliers-du-Marché 1003 Lausanne Tél. 021 312 96 16

La Boutique de Morges
4 bis, rue de Lausanne 1110 Morges Tél. 021 801 51 41

45

L’Association en 2012
Bureau de l’Assemblée générale
Présidente: Monique Gisel, avocate Vice-président: Vincent Pelet, juge cantonal Secrétaire: Monique Brandt, assistante sociale

Commission de gestion
Jean-Pierre Thévenaz, pasteur Paul Sunderland, ingénieur Françoise Golay, infirmière Anne-Catherine Gaillard Barniske, ébéniste

Comité
Présidente: *Anne Baehler Bech, députée Verts, secrétaire générale de l’ASLOCA Vaud Vice-présidente: *Gioia Christen, enseignante, jusqu’en septembre 2012 Martine Burger Heim, professeure EESP (EERV région Nord vaudois, dès octobre 2012) Marie-Chantal Collaud, formatrice et coordinatrice bénévolat, dès décembre 2012 Pierre Desponds, ingénieur-économiste Gabriel Dutoit, journaliste, (EERV, région Lausanne-Epalinges) Olivier Favre, Galetas d’Yverdon-les-Bains (collaborateur CSP) Pascale Gilgien, déléguée du Conseil synodal de l’EERV Jean Martin, ancien médecin cantonal * Jacques Monnier-Raball, ancien directeur de l’Ecole cantonale d’art de Lausanne (ECAL) Nicole Pletscher, secteur Accueil (collaboratrice CSP) Anny Racine, animatrice, bénévole CSP Nicole Richard, professeure EESP Rebecca Ruiz, criminologue, présidente du Parti socialiste lausannois * Nicole Schneider, diacre (EERV, région Lausanne-Epalinges), jusqu’en octobre 2012 Myriam Schwab Ngamije, La Fraternité (collaboratrice CSP) Bernard Voutat, professeur Unil, dès décembre 2012 Voix consultatives au Comité et au Bureau: Hélène Küng, directrice Mike Winzeler, responsable administration et finances * Membres du Bureau

46

Les CSP dans les autres cantons

CSP Genève
Village-Suisse 14 CP, 1211 Genève 8 tél.: 022 807 07 00 fax: 022 807 07 01 info@csp-ge.ch

CSP Neuchâtel
Rue des Parcs 11 2000 Neuchâtel tél.: 032 722 19 60 fax: 032 722 19 79 csp.neuchatel@ne.ch Temple-Allemand 23 2300 La Chaux-de-Fonds tél.: 032 967 99 70 fax: 032 967 99 79 csp.cdf@ne.ch

CSP Berne-Jura
Rue Centrale 59 2740 Moutier tél.: 032 493 32 21 fax: 032 493 22 82 info@csp-beju.ch

www.csp.ch

47

Le Centre social protestant Vaud est à votre service
Adresses des différents lieux: Tél.: 021 560 60 60 www.csp.ch Service social polyvalent Service de consultation juridique Service de consultation conjugale et familiale La Fraternité: service social pour personnes immigrées Jet Service: service pour les jeunes de 16 à 25 ans Les Galetas et les Boutiques: service de ramassage et vente d’objets d’occasion Editions la Passerelle

Le CSP est présent dans tout le canton
Service social polyvalent:
Bussigny, Payerne, Yverdon-les-Bains

Consultation juridique:
Bex, Morges, Nyon, Orbe, Payerne, Renens, Vevey, Yverdon-les-Bains

Consultation conjugale:
Oron, Payerne et Yverdon-les-Bains

Galetas:
Le Mont-sur-Lausanne, Montreux, Payerne, Yverdon-les-Bains

Boutiques:
Lausanne(livres) Morges (brocante, habits, livres, disques)

Jet Service:
Vevey

Vos dons sont bienvenus à notre CCP 10-252-2 !

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful