Vous êtes sur la page 1sur 29

RAPPORT ANNUEL PMU

2012

LA PMU

eN QuelQueS mOTS
A proximité du Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), la Policlinique médicale universitaire (PMU) représente un centre de référence en médecine interne et générale. Elle accueille la population pour tout problème de santé, en consultation ou en urgence. Elle reçoit également sans rendez-vous au centre-ville, dans sa Permanence PMU-Flon. Les patients bénéficient aussi des services de la pharmacie communautaire et d’une consultation de stomatologie et médecine dentaire.
La PMU propose une palette de prestations de haute qualité dans diverses dis-

«NOS VALEURS PROFESSIONNELLES ET HUMAINES: UNE ÉTHIQUE PARTAGÉE»

ciplines: alcoologie, allergologie, angiologie, cardiologie, consultation VIH-IST anonyme, endocrino-diabétologie, gastro-entérologie, hématologie, consultations lipides et obésité, podologie, pneumologie, psychiatrie de liaison, tabacologie, vaccination et médecine des voyages. L’institution assure également des soins aux migrants grâce au Centre de santé infirmier (CSI). En outre, la PMU propose, en collaboration avec l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), un «point santé» offrant sur le campus une consultation gratuite aux étudiants et aux collaborateurs. Infirmiers et infirmières, diététicien(ne)s, personnel d’accueil et administratif soutiennent les médecins de la PMU. Ces derniers sont régulièrement sollicités à titre d’experts. Ainsi, le Centre d’expertises médicales établit des évaluations de capacité de travail sur mandat des offices d’assurance-invalidité, tandis que le Centre d’évaluation médicale de l’aptitude à la conduite effectue des contrôles réguliers sur les chauffeurs professionnels, sur mandat du Service des automobiles et de la navigation (SAN). Depuis avril 2012, une nouvelle unité est encore venue compléter les missions de la PMU. L’Unité de santé au travail (UST) a en effet repris les activités de médecine du travail pour le personnel de l’Administration cantonale vaudoise (ACV), sur mandat du Service de la santé publique. En lien étroit avec la Faculté de biologie et de médecine (FBM) de l’Université de Lausanne, la PMU assure en parallèle l’enseignement de la médecine interne et de la médecine générale. Ces cours ont été créés notamment grâce au concours des médecins généralistes installés, avec lesquels la PMU a instauré un partenariat privilégié. L’institution est aussi un centre de formation prégraduée et postgraduée pour les autres professionnels de la santé, ainsi qu’une entreprise qui offre la possibilité de faire un apprentissage dans 4 métiers différents. La PMU est un établissement de droit public, doté de la personnalité morale et placé sous la surveillance de l’Etat. Elle est sous la responsabilité d’un Conseil, réunissant des spécialistes de la santé et des représentants de la société civile de sensibilités politiques diverses. Ses membres sont nommés par le Conseil d’Etat pour cinq ans.

EN QUELQUES MOTS PMU 2012

3

VALEURS. dite de 1er recours. en mettant sur pied un symposium sur le thème de «web 2. DONNÉES ET CHIFFRES RESSOURCES HUMAINES 36 COMPTES 44 PUBLICATIONS 50 4 PMU 2012 ÉDITO SOMMAIRE PMU 2012 5 . ainsi qu’un colloque de réflexion sur «la médecine de 1 recours dans le canton er ÉVÉNEMENTS 2012 VISION. de Vaud en 2025».0 pour le fonctionnement de la PMU. structurés et évalués par une démarche collaborative destinée aux patients avec des maladies chroniques. de former plus de médecins généralistes. c’est un capital de connaissance. La convergence de 5 de ses 6 objectifs cardinaux représente un signal fort pour la médecine générale. Un pas de plus mérite d’être relevé: il Pierre-Luc Maillefer Président du Conseil s’agit de la réflexion et de la refonte des objectifs stratégiques de la PMU. • Développement des soins coordonnés.faire… et de reconnaissance! L’inauguration du mur historique et la journée «portes ouvertes» ont été là pour en témoigner. en accord avec la politique cantonale de santé publique et les médecins privés. • Evaluation du potentiel web 2. celui d’assurer la relève et de répondre au besoin d’un nombre accru de médecins généralistes bien formés et bien répartis auprès de la population. On remonte ainsi à l’une des missions originelles de la PMU. voulues et entreprises conjointement par son Conseil et sa Direction. Mais cette année de jubilé. dans ce canton: • Renforcement du rôle de la PMU en tant que centre de référence pour la mé decine de famille (soins et formation). mais aussi pour la formation et les attentes du patient. il s’agira pour notre institution. national et international. En d’autres termes. de veiller à la qualité et à l’efficience de cette formation et d’adapter celle-ci au cadre de pratique en profonde mutation du médecin généraliste (cabinet de groupe. de savoir. STRATÉGIE 06 AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ 11 LIGNES DE FORCE SOIGNER 18 FORMER 26 CHERCHER 32 • Développement du rôle de force de proposition et de mise en œuvre de modèles de soins ambulatoires qui répondent à de nouveaux besoins avérés. dans ce canton et en Suisse. la Direction de la PMU et son Conseil l’avaient aussi voulue résolument tournée vers l’avenir. En résulte un nouveau plan stratégique pour les années 2013 – 2017. Le but de cette stratégie revisitée est de renforcer encore l’action et les efforts de la PMU par rapport au problème de santé No 1 de ces prochaines années: à savoir. accueil et formation des jeunes médecins par le praticien installé…). • Renforcement de la contribution de la PMU en santé communautaire au plan institutionnel.ÉDITO SOMMAIRE ANNÉe Du 125e: se souvenir certes. A ces objectifs s’ajoute encore un 6e axe qui prévoit l’optimisation du parcours médical et administratif du patient. garde partagée. mais se proJeter aussi! 125 ans d’histoire. en collaboration avec les acteurs installés.0 et littératie».

ÉVÉNEMENTS 2012 EVÉNEMENTS 2012 • VISION • VALEURS • STRATÉGIE PMU 2012 7 .

gement de toutes les équipes dans la prise en charge multidisciplinaire de ses usagers. En proposant des outils. le corps médical était dans une logique paternaliste de soins aigus. Ce processus est bien vivant à la PMU. à entretenir les liens avec la pratique privée et le milieu académique. indique de son côté Françoise Ninane. à fournir des prestations et à soutenir les développements en médecine préventive en coordination avec les Ligues de la santé et. à la Permanence PMU-Flon. soignants. La prochaine étape consistera à dresser un bilan en termes de qualité des soins. L’institution conserve également son label Healthmark.» «Cette évolution peut impliquer à terme une répartition différente des tâches». Cette étiquette. et suscite encore quelques résistances. La PMU avait obtenu pour la première fois le label ISO 9001 en décembre 2005. reconnaît l’engaAu cours de ces dernières années. comme le dossier électronique des patients. au Centre de santé infirmier (CSI). à l’Unité de pneumopathies interstitielles et maladies pulmonaires rares. pharmaciens et à assurer la formation continue de l’ensemble des professionnels actifs à la PMU. directrice des soins. à porter assistance aux personnes défavorisées. Par ailleurs. La PMU a pu compter une nouvelle fois sur l’implication active de l’ensemble des collaborateurs. Utiliser et mettre en valeur au mieux les compétences complémentaires de chaque corps de métier: le défi est de taille. les nouveaux besoins des patients appellent à mobiliser l’ensemble des forces et des ressources de tous les métiers pratiqués au sein de l’institution afin d’offrir des soins de qualité. A la fin de la prestation de soins. La complexification des cas rend nécessaire de collaborer avec d’autres professionnels des soins. Pour atteindre ces objectifs. la PMU a passé avec succès l’audit de recertification ISO 9001:2008 conduit par la Société générale de surveillance (SGS). «Auparavant. Le médecin posait un diagnostic et préconisait un traitement». un dÉfi incontournable Pour la direction de la PMU. spécifique aux établissements de santé. Son activité s’inscrit dans le cadre du Département universitaire de médecine et santé communautaires (DUMSC) du CHUV. directeur administratif. et en intervenant dès le début dans l’élaboration de nouvelles prestations.» Jean-Michel Bays Directeur administratif Françoise Ninane Directrice des soins Prof. à préparer la relève des médecins. Mais cela ne se fait pas naturellement et cela demande de développer des rapports de confiance et de respect. Elle atteste que l’organisation mise en place ne se contente pas uniquement de fournir les prestations demandées mais se charge de mesurer. directeur de la PMU. cardiaques. «L’administration intervient pour soutenir le partage des connaissances entre soignants. etc. de contrôler et d’améliorer ses résultats en permanence.» Cette définition – établie par le consortium pancanadien pour l’interprofessionnalisme en santé – reflète l’état d’esprit qui anime la direction tripartite de la PMU sur ce thème. «Sans que cela pose problème aux autres corps de métier». le secteur de la santé doit également faire face à une pression accrue sur les coûts des soins prodigués. dont l’impulsion est donnée par les besoins des patients. enfin.VISION • VALEURS • STRATÉGIE ÉVÉNEMENTS 2012 UN eNGaGemeNT pOuR TOuS Six missions sont inscrites dans la charte de la PMU.» «L’interprofessionnalisme ne signifie pas la perte de ses propres spécificités professionnelles. qui vise à une meilleure prise en charge. auprès des médecins aussi bien que des infirmiers. Les patients sollicitaient le médecin pour une pneumonie. rappelle Jean-Michel Bays. métaboliques comme le diabète. Elle vise également à promouvoir la recherche en médecine interne générale ainsi qu’en santé communautaire. Jacques Cornuz Directeur de la PMU BRÈVE En juin 2012. la Faculté de biologie et de médecine (FBM) de l’Université de Lausanne et d’autres partenaires. explique Jacques Cornuz. «Mais le contexte médico-sanitaire actuel est marqué par des maladies chroniques pulmonaires. la PMU collabore étroitement avec le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV). comme cela est prévu dans le cadre juridique et professionnel». «Aucune profession ne possède à elle seule toute l’expertise requise pour répondre de manière satisfaisante et efficace à la gamme complexe des besoins des usagers des services de santé et garantir des soins en prenant en compte la totalité des besoins du patient. 8 PMU 2012 ÉVÉNEMENTS 2012 • VISION • VALEURS • STRATÉGIE ÉVÉNEMENTS 2012 • VISION • VALEURS • STRATÉGIE PMU 2012 9 . Le périmètre de ce certificat – référence mondiale en matière de management de la qualité – a été étendu à la Permanence PMU-Flon. par la confrontation des idées et par le débat. une appendicite. L’institution s’engage à assurer des soins ambulatoires de qualité à la population. à l’Hygiène-Prévention-Contrôle de l’Infection ainsi qu’au processus Recherche. la simplification de notre système qualité a retenu une attention particulière afin de faciliter le travail des collaborateurs. «Il s’agit d’un mouvement général. précise Françoise Ninane. Ce succès a été maintenu malgré la complexité et la diversité des activités regroupées au sein de la PMU. L’iNTeRpROfeSSiONNaliSme. se concrétisant dans des équipes pluridisciplinaires au Centre de vaccination et de médecine des voyages (CVMV). etc. le médecin reste celui qui est responsable du patient. Aucune non-conformité majeure n’a été formulée à ce jour. En organisant l’accueil et l’enregistrement des visiteurs. complète encore Jacques Cornuz.

Lors de chaque contact. Pour cela. dont on parle peu dans nos rapports annuels. directeur de la PMU Avec le départ de plusieurs membres du Conseil de la PMU. Il ne faut pas nous attendre à voguer sur un long fleuve tranquille! tive et d’un regard critique et constructif qui se sont révélés précieux. Nous avons par exemple mis sur pied des modules d’enseignement du généralisme et créé un cours-bloc permettant aux étudiants de bénéficier d’une immersion d’une semaine au sein de notre institution. Ils nous ont permis de nous assurer que le paquebot de la PMU mettait le cap sur le bon port. Je souhaiterais aussi relever l’importance du rôle de chaque collaborateur/trice pour une prise en charge optimale des patients. Nos constatations sont corroborées par nos collègues dans les hôpitaux périphériques et les praticiens installés qui accueillent des jeunes en stage dans leur cabinet. Nous pouvons maintenant mesurer l’impact de cet engagement. Nous avons besoin de cette complémentarité des trois lignes: médicale. doyen de la Faculté de biologie et de médecine. M. Pouvez-vous rappeler sur quoi a porté cette réforme? Au milieu des années 2000. représentant des Ligues de la santé. Jacques Cornuz Directeur de la PMU que ces jeunes médecins sont plus mûrs. au cours de leur quatrième année. soins et administration. Nous avons vécu une année hors du commun. L’année 2012 a été intense. nous avons pris congé de plusieurs membres de notre Conseil: M. le Prof. je crains – ceci dit en souriant – que chaque année ne soit particulière. en particulier en savoir-faire et savoirêtre. enfin. Nous remarquons 10 PMU 2012 ÉVÉNEMENTS 2012 • VISION • VALEURS • STRATÉGIE ÉVÉNEMENTS 2012 • AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ PMU 2012 11 . représentant de la Société vaudoise de médecine. en particulier le professionnalisme et le raisonnement clinique – ainsi que sur la dimension communautaire de la médecine. un cycle s’achève… En effet. actuel et futur de la PMU. L’une des missions de la PMU est de former la relève des généralistes. en mettant notamment sur pied un mois de stage en cabinet. Jean-Pierre Pavillon. je souhaiterais relever le bénéfice d’une direction tripartite. C’est l’occasion de vivement les remercier d’avoir pris le temps de se soucier de notre avenir. ils ont fait preuve d’une bienveillance acProf. nous avons fait d’importants efforts afin de repenser et adapter la formation prégraduée. Un mot sur cette deuxième année en tant que directeur et professeur ordinaire de médecine interne générale? Volontiers! J’aimerais porter un regard sur notre enseignement et les étudiants.VISION • VALEURS • STRATÉGIE ÉVÉNEMENTS 2012 BilaN Entretien avec JacQues CornuZ. nous travaillons en lien étroit avec la Faculté de biologie et de médecine. Jean Martin. Patrick Francioli. Souhaitez-vous revenir sur quelques éléments en particulier? Tout d’abord. la faculté a mis l’accent sur de nouvelles compétences médicales. comme 2013 sera celle du lancement des objectifs stratégiques. L’année 2012 a évidemment été marquée par les événements des 125 ans. Mais. C’est grâce au professionnalisme de chacun que nous avons pu valoriser le rôle historique. qui ont mobilisé une grande partie du personnel. représentant des milieux politiques et ancien médecin cantonal. Leur niveau de connaissances académiques est lui aussi renforcé. La PMU s’est beaucoup impliquée dans cette nouvelle orientation. Nos collègues de l’Institut universitaire de médecine générale ont investi beaucoup d’énergie et de compétence. Henri Corbaz. et M. Ces dernières années.

Entrevoyez-vous aussi des risques? Peut-être un au plan institutionnel: le positionnement de la PMU par rapport au CHUV. Actuellement. Leyvraz. soutenu par des donateurs. Grâce à son ancrage universitaire. on a un «parrainage bienveillant» du Prof. On constate cette même prise de conscience concernant la réduction du nombre de ménages suivis par un médecin de famille (qui permettait une vision holis1 disation de la santé défendue par certains groupes privés. 1906 La doctoresse Charlotte Olivier fait ouvrir un dispensaire antituberculeux à la Policlinique. la responsabilité. baptisée «Policlinique universitaire et dispensaire central». tique des problèmes de santé). La commercialisation de la santé aurait un impact dramatique sur la relation de confiance avec la population. un établissement de droit public. Quels sont les enjeux de santé pour les années à venir? La communication est sans doute l’un des enjeux cruciaux. 1960 Dès les années 60. a ainsi rappelé d’une part les efforts à faire pour être compris du patient. 12 PMU 2012 ÉVÉNEMENTS 2012 • AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ ÉVÉNEMENTS 2012 • AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ PMU 2012 13 . Les médecins qui se destinent à la pratique de la médecine de premier recours y reçoivent les patients dans les conditions du cabinet médical. 2007 L’Institut universitaire de médecine générale (IUMG). la solidarité. Ces notions fondamentales convergent toutes vers un seul et même but: s’engager pour la santé de toute la population lausannoise et vaudoise. C’est un véritable acte de résistance à la marchan- Hospices-CHUV. la Policlinique médicale universitaire est devenue. EHNV. susceptible de rendre plus difficile la préservation de la culture professionnelle teintée d’idéalisme qui fait sa force. ils sont reconnaissants envers les soignants qui les aident quand ils ont mal. créé en 2007 sur l’impulsion de la PMU. en quelque sorte. Rennaz. développe la recherche et propose un enseignement de la médecine générale. par décret du Grand Conseil. je pense qu’il y a un lobbying à mener pour que le financement des gestes des praticiens de premier recours soit adapté (également pour les généralistes ayant un double FMH). Les publications scientifiques se multiplient. qui me paraît assez flou.AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ ÉVÉNEMENTS 2012 125 aNS De la pmu Un enGaGement constant en faveur de la santÉ publiQue En 1957. La nouvelle institution. Mais le besoin d’une définition plus précise en termes d’autonomie de la PMU devient manifeste. on le sait. GHOL. le professionnalisme et l’intégrité morale professionnelle. A ces missions originelles s’est ajouté un engagement déterminé en matière de prévention. et de l’autre côté. président du Grand Conseil vaudois. analyse le rôle particulier de la PMU. Comment percevez-vous l’évolution de l’institution ces dernières années? Je suis frappé par sa capacité à anticiper les besoins de la société. la PMU met l’accent sur les besoins de santé du plus grand nombre. monde. quittant le rôle de dispensaire charitable pour endosser celui de centre d’expertise et de formation universitaire. 2010 Ouverture de la Permanence PMU-Flon. une vigilance à avoir par rapport à l’augmentation du nombre de missions et de la taille de la PMU. Même si la direction de la PMU n’aime pas le faire. j’observe que la PMU est un rouage essentiel – et reconnu – de l’excellent dispositif constitué par nos cinq1 hôpitaux de soins aigus. il y a une grande méconnaissance des institutions. Au niveau politique. Enfin. directeur général du CHUV. J’aimerais enfin relever que la PMU a su conserver une éthique de santé publique vivante. sous la supervision de praticiens expérimentés installés en Suisse romande. plutôt que sur les maladies les plus aiguës et les plus rares. Des consultations gratuites y sont proposées à la population chaque matin. de nouvelles lois sanitaires mettent en place l’accès aux soins pour tous. et d’autre part l’importance d’instaurer un dialogue permettant. Philippe Martinet. 2002 La PMU quitte la rue César-Roux pour s’installer à la rue du Bugnon 44. EHC. 1892 Les fondateurs cèdent l’établissement à l’Etat de Vaud. Il y a aussi. 1957 Par décret du Grand Conseil vaudois. la PMU n’a cessé d’évoluer. reçoit la mission de pratiquer la médecine ambulatoire et d’assurer un enseignement aux étudiants de la Faculté de médecine. Et au plan identitaire. aux abords du CHUV. La PMU s’est donné les moyens de faire face à l’augmentation de la part des migrants. organisé en 2012 par la PMU. la Policlinique introduit progressivement les consultations spécialisées. la Policlinique est reconnue en tant qu’établissement de droit public. Toutefois. fonde la société du Dispensaire. Le symposium sur la littératie en santé. la PMU se profile aussi comme un centre d’enseignement et de recherche en médecine ambulatoire. LA PMU EN QUELQUES DATES: 1887 Un groupe de médecins lausannois. du réseau des CTR (centres de traitement et de réadaptation) et des EMS. Philippe Martinet Président du Grand Conseil vaudois 125 aNS De la pmu «un bastion ÉthiQue À dÉfendre» De 1887 à 2012. de «négocier le traitement». Son ancrage communautaire se reflète dans des valeurs aussi vivantes en 2012 que lors de sa fondation en 1887: le respect de la dignité humaine. y compris ses membres les plus démunis. un enjeu quantitatif autour du nombre de médecins de premier recours. Il faut que ce bastion tienne bon. elle développe un discours scientifique sur des maladies qui concernent tout le Quel rôle joue la PMU pour la population vaudoise? Il y a une grande ambivalence de la part des gens: d’un côté. Outre son action en matière de médecine sociale et préventive.

posées dans le cadre de ce colloque scientifique. Sa salle d’attente a accueilli une exposition de photos historiques en lien avec le développement de la Policlinique depuis sa fondation en tant que dispensaire. Samedi 3 novembre 2012. Les employés de la Ville de Lausanne. La journée «portes ouvertes» organisée en novembre a attiré plus de 350 visiteurs. sans qu’aucun retour en arrière ne soit envisagé. dans une ambiance chaleureuse et bon enfant. la santé buccale et sexuelle. 85% de la population souhaite disposer de davantage d’information et d’autonomie par rapport à sa propre santé. la prévention cardiovasculaire. le Prof. le concours – testant les notions retenues par les visiteurs – a suscité l’intérêt de 222 participants. et bien sûr. on estime que 40 à 60% de la population a un niveau faible à très faible en littératie. cette composition retrace les grandes étapes du développement de l’institution. comment s’assurer que le patient comprend le traitement. les outils virtuels et interactifs peuvent apparaître comme la voie royale pour créer de nouvelles interactions entre les soignants et les patients. Une collaboration a ainsi débuté avec l’Institut de communication et de santé de Lugano. la Permanence PMU-Flon n’a pas été oubliée. pour les professionnels de la PMU. En effet. invités d’honneur de la PMU. Lors d’un symposium international. Ils ont été rejoints par quelques patients et des familles lausannoises. les enjeux sont énormes et les des patients est une étape préliminaire. Les questions. star de la JournÉe «portes ouvertes» LE MUR HISTORIQUE Le 2 novembre. Tous les corps de métier de l’institution ont été représentés dans cet effort collectif et fédérateur: médecins.AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ ÉVÉNEMENTS 2012 125 aNS De la pmu La prÉvention. instructions sur un emballage de médicament. Par la suite. personnel infirmier. représenté lors du symposium par son directeur. En Suisse. un enseignement prégradué est envisagé. de nombreux collaborateurs étaient à la PMU à la première heure. Oscar Tosato. et enfin la tabacologie. directeur du Service de l’enfance. la moitié de la population des pays industrialisés rencontre des problèmes pour comprendre les informations du quotidien: panneaux signalétiques. Entre 350 et 400 personnes ont pris le temps de venir échanger avec les équipes des divers stands. Ils accueillaient en effet les Lausannois et leurs familles pour découvrir des ateliers thématiques favorisant les échanges et les discussions. la pharmacie. Environ 70 collaborateurs se sont mobilisés pendant un an pour préparer et réaliser cet événement. et analyser cette mutation. Sans oublier les dentistes. Visible dans le hall d’accueil des urgences. et son prédécesseur. qu’elle sert depuis 125 ans. administratif et d’accueil. La manifestation a réuni des orateurs défis aussi. Fille de la PMU. assistant(e)s médicaux(ales) et dentaires. Peter Schulz. par des membres de l’Unité des populations vulnérables. les proches des collaborateurs et des collègues du CHUV. enseignante à la Harvard School of Public Health de Boston (USA). des orateurs suisses et internationaux invités par la PMU ont échangé sur le thème des compétences en santé des patients. Ce thème sera d’abord introduit en formation continue à travers différents CAS (Certificate of Advanced Studies). les pharmaciens et les assistantes en pharmacie. Mais c’est aussi un nouveau domaine de recherche qui s’ouvre. Jacques Cornuz. surtout. Alain Pécoud. la PMU a par ailleurs confié la réalisation d’un supplément spécial au quotidien 24 Heures. posent avec acuité la question du dialogue entre les professionnels et les gens qu’ils soignent. détaillant le programme et rappelant les étapes marquantes de l’histoire de la Policlinique.0. comme l’a rappelé Rima Rudd pendant le symposium. la PMU a organisé le 14 novembre 2012 un symposium sur la «littératie en santé» (health literacy) à l’ère du web 2. depuis sa fondation en 1887 jusqu’à nos jours. ont trouvé un large écho dans les médias nationaux et dans la presse scientifique. la santé en voyage. ainsi que le fonctionnement des services nécessaires lui permettant de prendre une décision appropriée pour sa santé. Comment accompagner les patients dans le tri des informations? Et. Selon une étude de l’OCDE menée en 2003. actuel directeur de la PMU. en 1887. Cette thématique transversale a permis de mettre en valeur les diverses activités de prévention pratiquées au sein de l’institution dans les domaines de l’alcoologie. Le public a répondu présent. L’objectif: étudier l’importance de cette problématique dans la réalité de la pratique clinique en cabinet des médecins installés et dans le cadre d’une institution comme la PMU. conseiller municipal lausannois. Le web et les médias sociaux ont d’ailleurs déjà modifié les attentes et les comportements des uns et des autres. Pour alimenter le débat. Mais ces nouveaux vecteurs. offrant potentiellement un accès à l’information à de larges pans de la population. textes officiels. Or le niveau de compétences du patient influe sur les résultats thérapeutiques. Parmi eux. En Suisse. Les 8 ateliers montés dans le cadre de cette manifestation portaient sur le thème de la prévention. Ces difficultés s’aggravent encore dans le cadre d’un traitement médical. à Lausanne et à Genève. M. Autre signe du succès de la journée. dont Rima Rudd. A l’ère d’Internet et des médias sociaux. le Prof. de la jeunesse et de la cohésion sociale et également membre du Conseil de la PMU. qui fait partie des pôles d’expertise de la PMU. en parallèle. ont été parmi les premiers à arriver. la diététique. 125 aNS De la pmu MÉdecins et patients: un dialoGue À rÉinventer constamment BRÈVE Qu’est-ce que la littératie en santé? Il s’agit de la capacité d’une personne d’obtenir. Afin d’inviter l’ensemble de la population lausannoise. à l’occasion d’une journée «portes ouvertes». suisses et internationaux. ont inau guré le mur historique. de traiter et de comprendre les informations de base en matière de santé. un constat s’impose. et donc les prescriptions de son médecin? Car. qui fait autorité dans ce domaine. le Prof. La sensibilisation des professionnels à cette question des compétences en santé 14 PMU 2012 ÉVÉNEMENTS 2012 • AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ ÉVÉNEMENTS 2012 • AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ PMU 2012 15 .

Migration et système de santé vaudois. dans un ouvrage paru en novembre 20121. le nombre de demandes d’asile a bondi de 45%. qui a réuni une centaine d’auditeurs. Continuant à créer des emplois et des services utiles à la collectivité. de vieillissement. le CSI a aussi concentré le nombre de ses bureaux. la création de l’Institut universitaire de médecine générale. mais également à la difficulté de supporter seul les risques financiers d’une installation. leur accès au système de soins est précaire. visant à accorder au patient un rôle plus actif dans la préservation de sa propre santé. Cette unité réunit des médecins. assureurs. exigeant des mesures incitatives. chef du Département des finances et des relations extérieures du Canton. des requérants d’asile. L’avenir est publique pour mettre en perspective ce que la migration a apporté au système médicosanitaire vaudois. pharmaciens. Mais l’avenir de la médecine de premier recours ne doit pas être appréhendé avec pessimisme. Les résultats préliminaires de l’enquête ont ensuite été présentés. Et donc de régulation! L’ère des cabinets individuels touche également à sa fin. le projet ForOm. qui encourage le développement de centres de compétences adaptés à l’accueil de migrants.AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ ÉVÉNEMENTS 2012 125 aNS De la pmu PrÉparer l’avenir de la mÉdecine de premier recours La PMU a collaboré avec l’Institut de hautes études en administration publique (IDHEAP) pour une étude prospective sur la médecine de famille à l’horizon 2025. dès le second quart du XXe siècle. A ces deux premières catégories viennent s’ajouter les Roms. donc aux cabinets de groupe. chef du Département de la santé et de l’action sociale. et ont suscité l’intérêt des médias. la PMU a mandaté l’Institut universitaire d’histoire de la médecine et de la santé Le bâtiment qui abrite l’UST à la route de Berne. infirmiers. Entre 2010 et 2011. Cette réalité – dans un contexte de durcissement des règles régissant le droit d’asile – a des conséquences importantes pour le CSI. Pascal Broulis a rappelé les tendances démographiques lourdes de ces 15 prochaines années. M. Car le vieillissement de la population et l’augmentation des coûts de la santé vont nécessiter davantage de coordination des soins. pour augmenter au final le nombre de consultations proposées aux requérants. dans lesquelles l’équipe interdisciplinaire de l’UPV a été fortement impliquée au cours de l’année. ont participé au colloque. membres de l’administration publique. 3 infirmières et 2 gestionnaires de dossiers. Les infirmiers spécialisés de cette unité sont en effet en première ligne pour le traitement et l’orientation des requérants – admis provisoirement à l’aide d’urgence ou déboutés – encadrés par l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM). répartis sur l’ensemble du canton. éd. 2012. Au-delà de ce positionnement en faveur des démunis. L’Unité de SANTÉ AU TRAVAIL Prévenir et conseiller Rattachée à la PMU depuis le 1er avril 2012. des collaborateurs administratifs et des pharmaciens. Ce rapport ambivalent n’est pas nouveau. Pour y faire face. infirmiers et généralistes est aussi ressentie comme une question urgente. Dans une intervention très appréciée. S’y ajoutent les effets de la crise économique. Pierre-Yves Maillard a rappelé à cette occasion les progrès déjà accomplis ces dernières années dans le canton de Vaud. etc. représentants de patients. L’équipe de l’UST se compose de 3 médecins. l’équipe a géré. Pierre-Yves Maillard. le contact avec des cultures différentes a permis aux médecins et aux soignants de construire un regard critique sur leur propre pratique. L’accueil de ces nouveaux arrivants à la PMU a nécessité la mise en place de nouvelles stratégies. BHMS. maintenir et promouvoir le bien-être physique. Parmi ces migrants. la mondialisation a gagné e tous les secteurs de la société. l’Unité de santé au travail (UST) a repris les activités de médecine du travail pour le personnel de l’Administration cantonale vaudoise (ACV). Le rapport à «l’étranger» reste toutefois sensible. mental et social des travailleurs. M. La Policlinique a d’ailleurs été le centre névralgique du réseau de santé FARMED. des assistants sociaux. un afflux massif de patients et une augmentation de la complexité des situations. suivis par un service de médecine du personnel propre à l’institution. 16 PMU 2012 ÉVÉNEMENTS 2012 • AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ ÉVÉNEMENTS 2012 • AU SERVICE DE LA COMMUNAUTÉ PMU 2012 17 . Il a également soulevé le rôle important de la PMU pour accompagner ces changements et relevé la «curiosité» bienvenue de cette institution au service du bien commun. qui a poussé nombre d’Européens sur les routes. Dans cette liste figure la Permanence PMU-Flon. Outre le déménagement de son secrétariat central dans des locaux à l’avenue de Béthusy. Taline Garibian et Vincent Barras. Quel sera le rôle d’un médecin de famille en 2025? Environ 80 experts ont été invités à définir des scénarios prospectifs dans le cadre d’une étude Delphi menée par la PMU et l’IDHEAP. Pascal Broulis. Le développement du secteur de la santé est appelé à se poursuivre. a insisté le chef du Département de la santé et de l’action sociale. et favoriser une culture institutionnelle en santé et sécurité au travail à l’Etat de Vaud. et enfin. Ses prestations s’adressent à l’ensemble des collaborateurs de l’ACV. Un phénomène lié à la féminisation du métier et à la généralisation des temps partiels. des sans-papiers mais aussi un nombre accru de personnes suivant des courants migratoires intra-européens. pour la deuxième année consécutive. la PMU a joué un rôle important dans la prise en charge de la santé des migrants. Les experts sollicités dans cette étude sont issus de milieux très divers: médecins. A l’occasion de ses 125 ans. 1 DavaNTaGe De miGRaNTS et de situations compleXes Les effets du Printemps arabe et de la crise économique internationale ont des effets qui se répercutent sur les équipes de l’Unité des populations vulnérables (UPV) et du Centre de santé infirmier (CSI). qui soutient la relève des médecins dans le Nord vaudois. Au cours de l’année 2012. Posant ainsi les jalons d’une relation qui résonne aujourd’hui avec l’approche contemporaine. puis encore de 27% entre 2011 et 2012. Font exception les employés du CHUV. du XIXe siècle à nos jours. Ces chiffres reflètent les conséquences du Printemps arabe sur les mouvements migratoires. LIVRE Une pratique médicale enrichie par la diversité culturelle Au XXI siècle. notamment en termes de migration. Les premiers résultats de l’enquête ont été présentés lors d’un colloque cantonal qui s’est tenu le 22 novembre 2012 à la PMU. sur mandat du Service de la santé publique. qui réuniront probablement plusieurs spécialisations. qui fuient les tensions intra-ethniques qui s’exercent dans leurs pays d’origine. La pénurie de professionnels. y compris l’Université de Lausanne. L’UST développe ses actions en visant trois objectifs principaux: prévenir les maladies professionnelles. l’introduction d’un stage en cabinet pour les étudiants. en phase avec les missions de la PMU. La nécessité de collaboration interprofessionnelle a également été mise en évidence dans un cadre et à un rythme encore à définir. Les experts s’accordent à penser que le renforcement des normes et des contraintes va modifier les pratiques de la médecine. Car. qui fait parfois courir le risque de céder à la tentation du repli sur soi. Son action s’in- tègre en plein dans le projet «Migrant Friendly Hospital» de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). M. Elle intervient pour coordonner la prise en charge médicale de cette partie de la population. le CSI a dû réorganiser sa structure. de modification de la structure familiale. des infirmiers. Souvent sans papiers. et M. réunissant des généralistes et des infirmiers autour des besoins spécifiques des requérants d’asile et des populations vulnérables. et un accroissement des procédures administratives.

LIGNES DE FORCE LIGNES DE FORCE • SOIGNER PMU 2012 19 .

Christophe Monney. qui intervient pour contrôler certaines décisions. Elodie Dory. bien sûr.» Tous trois se rejoignent sur un point: l’impression d’enrichir leurs connaissances et le plaisir de transmettre le métier. le respect de ses valeurs culturelles. qui collabore également à la mise sur pied des programmes d’enseignement prégradué assuré par les cadres de la PMU pour le compte de la Faculté de biologie et de médecine (FBM). superviseurs et coaches des mÉdecins-assistants David Nanchen.SOIGNER LIGNES DE FORCE SOiGNeR eT accOmpaGNeR avec ReSpecT Soigner le patient et l’accompagner en respectant sa dignité et en s’adaptant à ses besoins. Nous encadrons aussi les stagiaires. entre spécialistes et généralistes. le partage des connaissances et la transmission du savoir: voilà désormais les enjeux clés d’une offre de soins en phase avec l’évolution de la société. nous suivons également quelques patients qui nous sont propres. Ariane Gonthier. Bastien Chiarini. est peu connue du public. en contact direct. Il faut aussi savoir reconnaître que l’on ne sait pas tout. essentielle à la bonne marche de l’institution. Mirco Ceppi. A ces tâches s’ajoute l’organisation des cercles de qualité. Ce sont aussi des soins de qualité. indique Evelyn Buff. lui. La PMU compte 14 chef(fe)s de clinique. que ce soit dans le contexte du suivi de leurs patients de la CG ou dans le contexte des urgences. «Le chef de clinique intervient pour partager certaines décisions avec les médecinsassistants. Notre rôle principal est d’être un formateur. Manquent: Michel Cheseaux et Carole Clair. qui devient toujours plus crucial dans un contexte où les soins ambulatoires prennent davantage d’importance. de son contexte familial et social et de son parcours de vie font partie intégrante de la prise en charge au sein de l’institution. LeS chefS De cliNiQue. Evelyn Buff (boutonnière rouge). Bastien Chiarini (boutonnière rouge).» La transmission des savoirs passionne Emilie Fasel. conclut Emilie Fasel. travaille à la fois comme chef de clinique à la Consultation générale (CG) et à l’Unité de santé au travail (UST). Enfin. «La dimension de coach est importante. L’approche globale de la personne. à travers le dialogue». Ils soulignent aussi l’importance de la solidarité entre chefs de clinique. qui sont des étudiants de médecine en fin de formation prégraduée et qui ont davantage besoin de soutien. Trois médecins expliquent comment ils abordent cette mission: Evelyn Buff. Cette préoccupation guide les professionnels qui s’activent au sein de la PMU. C’est aussi à nous d’endosser la responsabilité de la décision finale. Enfin. La Policlinique compte quatorze chef(fe)s de clinique dans l’équipe médicale de la consultation générale et des urgences ambulatoires. Cette fonction. elle adhère complètement à la notion de dialogue et de partage des connaissances évoquée par sa collègue. séances de formation destinée à l’ensemble des jeunes médecins de la PMU. et nous échangeons beaucoup entre nous». Sans oublier. Emilie Fasel (boutonnière rouge). Cheffe de clinique depuis 2010. tout en remplissant un certain nombre de tâches administratives. Une activité que pratique aussi Emilie Fasel. Francis Vu. La discussion. Nous répondons à leurs questions en cas de doute dans leur pratique quotidienne ou pour des cas complexes. dans un cadre qui favorise les échanges entre les professionnels et les différentes disciplines. Emilie Fasel et Bastien Chiarini. le dialogue entre soignants et patients. prendre le temps de chercher des réponses dans la littérature scientifique. son cahier des charges comporte aussi une activité spécifique en tant que médecin-conseil auprès du Service des automobiles et de la navigation (SAN). Vincent Amstutz. mais qui permet aussi de se rassurer par rapport à la justesse de la démarche. «Nous avons chacun des domaines de prédilection. Baptiste Pedrazzini. et par petits groupes de 5 à 6 personnes. depuis 2012. François Chautems. 20 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • SOIGNER LIGNES DE FORCE • SOIGNER PMU 2012 21 . nommée à ce poste en 2012. «Le chef de clinique a un rôle de supervision auprès des médecins-assistants.

Enfin. Il s’agit pourtant de la maladie ulcéreuse la plus fréquente de la muqueuse buccale. DeS SpÉcialiSTeS des maladies de l’appareil diGestif Les consultations effectuées par l’Unité de gastro-entérologie et d’hépatologie ont augmenté de 20% au cours de l’année. intestins. un soutien pour l’entraînement à la marche. Ces maladies de l’appareil digestif (estomac. Ce volume. ou d’Europe. qui relève du domaine d’expertise de la consultation de stomatologie.) sont au cœur de l’activité du Service de gastro-entérologie et d’hépatologie. elle s’accompagne d’un renforcement de la complexité des pathologies. près de 4500 consultations ont été données et 2000 examens fonctionnels et ultrasons ont été effectués au sein de la PMU. une affection qui se caractérise par le rétrécissement progressif des artères qui irriguent les jambes. la proximité avec les médecins de la Consultation générale de la PMU permet d’assurer un suivi régulier des patients. Cette spécialité regroupe la prise en charge de l’ensemble des maladies de la cavité orale qui ne concernent pas directement la dent ou ses tissus de soutien. En effet. Les professionnels du SMD sont régulièrement sollicités pour leur expertise dans ce domaine par des médecins généralistes. Ils bénéficient également d’une collaboration très fructueuse avec la Pharmacie de la PMU. etc. spécialité qui assure le diagnostic et le traitement de patients présentant des pathologies des veines. Les cadres du service assurent également des cours d’autogestion et d’autocontrôle de l’anticoagulation. En 2012. Dans certains cas. et la recherche en laboratoire. les gastro-entérologues travaillent également en synergie avec le Centre de médecine ambulatoire. Cette particularité conduit de nombreux partenaires à s’adresser au SMD afin de déterminer si les symptômes du patient correspondent à des maladies orales ou générales. Ils proviennent de l’ensemble du territoire vaudois et des cantons périphériques romands. voies biliaires. des otorhino-laryngologues. Enfin. Soit une augmentation d’environ 20% par rapport à 2011.SOIGNER LIGNES DE FORCE DeS SpÉcialiSTeS des veines et des artÈres L’Unité d’angiologie a réalisé 7000 consultations ambulatoires à la PMU au cours de l’année. de la Tuilière (Lonay) et de Bois–Mermet (Lausanne). Les consultations se tiennent dans des cabinets installés dans les établissements de détention. sous la supervision de leur médecin-traitant. dont le laboratoire de dermato-pathologie. de leur permettre de gérer leur traitement de façon autonome. dévitalisations. destinés aux patients. Elles apparaissent parfois d’abord dans la bouche. L’activité de l’Unité d’angiologie se déploie à la fois sur le site du CHUV et à la PMU. parfois également ailleurs dans le corps. Toutes ces maladies relèvent des compétences de l’angiologie. Les spécialistes de la stomatologie interagissent étroitement avec l’équipe du Centre de médecine ambulatoire. Cette formation est proposée aux personnes traitées à la suite d’une thrombose ou d’une embolie pulmonaire avec. Une personne sur mille présente un risque de faire une thrombose veineuse profonde. part importante de l’activité du Service de stomatologie et médecine dentaire (SMD). C’est pourquoi les médecins-dentistes et les assistant(e)s dentaires du SMD assurent le suivi de quelque 600 détenus vaudois. qui représente une prise en charge souvent trop lourde pour un cabinet privé. comme objectif. croît régulièrement et de façon constante depuis plus de cinq ans. dans certains cas. des pédiatres. dont la forme la plus connue est le développement de varices. et même de cantons alémaniques. 22 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • SOIGNER LIGNES DE FORCE • SOIGNER PMU 2012 23 . pour le contrôle des facteurs de risque cardiovasculaires. répartis entre les Etablissements de la plaine de l’Orbe et les prisons de la Croisée (Orbe). ainsi qu’avec plusieurs services du CHUV. DES SOINS DANS LES PRISONS Porter assistance aux personnes défavorisées fait partie des missions de la PMU. où ses spécialistes ont donné 7000 consultations ambulatoires au cours de l’année 2012. Les collaborateurs du SMD délivrent principalement des prestations d’urgence destinées prioritairement à soulager les douleurs dentaires. elle peut évoluer vers une cirrhose ou un cancer du foie. S’y ajoutent. Les médecins de cette unité sont également actifs sur le site du CHUV. foie. Les soignants de l’unité concentrent également leurs efforts sur la prévention en proposant. des dermatologues. Les prestations développées de façon spécifique au sein de la PMU concernent notamment le diagnostic et le traitement ambulatoire des varices ainsi que le diagnostic et le traitement en urgence des thromboses. une eXpertise au service des mÉdecins installÉs Spécialisé dans le traitement des maladies de la bouche et des dents. Les médecins de premier recours sont très fréquemment confrontés à ce trouble très douloureux et encore peu connu. Cette tendance à la hausse – particulièrement remarquable depuis 2010 – reflète la reconnaissance grandissante de ce service auprès du milieu médical. de façon occasionnelle. Les aphtes récidivants n’ont rien à voir avec les petites lésions qui peuvent gêner tout un chacun. afin de prévenir d’éventuelles interactions des médicaments utilisés avec d’autres remèdes. L’unité qui réunit ces spécialités est située au cœur de la Policlinique médicale universitaire. La STOmaTOlOGie. Entre 40 et 50 prisonniers y sont reçus chaque semaine. 20% de la population âgée de plus de 70 ans est concernée par l’artériopathie. où se tiennent les consultations ambulatoires et où sont effectués les examens fonctionnels ainsi que les ultrasons et les biopsies du foie. avec des besoins en soins aigus (extractions dentaires. En outre. le Service de stomatologie et de médecine dentaire établit un lien d’expertise avec les médecins installés et les collègues du CHUV. prend en charge les perfusions de médicaments et accueille les médecins de l’unité de gastroentérologie pour des ponctions et des biopsies du foie. pouvant conduire à une embolie pulmonaire. Les troubles inflammatoires chroniques des intestins (comme la maladie de Crohn ou la colite ulcéreuse) affectent quant à eux 0.).2% des habitants du pays. par exemple. en progression de 4% par rapport à l’année précédente. Ce sont ainsi entre 20 et 30 patients qui sont adressés au SMD chaque semaine. etc. problème provoqué par l’obstruction d’une veine par un caillot sanguin. des gastro-entérologues. des allergologues. notamment pour les examens d’endoscopie. etc. des artères. Ce dernier réalise des prises de sang. Près d’un tiers de la population souffre d’insuffisance veineuse. L’hépatite virale C est une infection très répandue: elle concerne 1% de la population suisse. des soins définitifs. Certaines des affections qui s’expriment dans cette zone sont une manifestation de troubles du système immunitaire. des vaisseaux lymphatiques et de la microcirculation sanguine. etc. la transplantation hépatique. où sont effectués les examens de laboratoire.

Ce boîtier bleu cache en effet une pompe. Les pharmaciens entrent en scène pour rendre le patient autonome dans le maniement de la pompe. le patient peut à tout moment contacter l’équipe d’encadrement en cas de doute ou de problème de matériel. dermatologie. Un certain nombre de notions sont transmises par le personnel infirmier: la mani- 1’187 2’086 2’294 6’452 12’542 15’548 7’871 6’963 7’101 15’279 16’725 15’750 Pneumologie en nombre de contacts: Cardiologie en nombre de contacts: Immunologie. la prévention et la prise en charge des effets indésirables. dans le suivi du traitement. administré usuellement par voie intraveineuse. qui permet d’injecter des immunoglobulines pour administration sous cutanée. Centre de médecine ambulatoire en nombre de contacts: Centre de vaccination et de médecine des voyages en nombre de contacts: Pharmacie en nombre de clients: Consultation anonyme VIH en nombre de tests: 33’328 35’899 36’639 (y. Dans ce cadre.c. C’est l’un des outils d’un programme initié à la PMU en 2012 et Les patients atteints d’immunodéficience reçoivent du matériel afin de poursuivre leur traitement à domicile.c. enfin. STaTiSTiQueS DeS acTiviTÉS Total de patients . neurologie. allergologie en nombre de contacts: Gastro-entérologie en nombre de contacts: 5’894 6’867 7’815 5’936 6’402 7’160 4’974 5’948 6’395 3’942 4’868 6’093 Hématologie en nombre de contacts: Psychiatrie en nombre de contacts: Consultation des lipides en nombre de contacts: Populations vulnérables en nombre de contacts: 2’104 2’291 2’092 1’537 1’733 1’455 1’008 912 601 30’032 33’097 39’836 24 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • SOIGNER LIGNES DE FORCE • SOIGNER PMU 2012 25 . Mais son contenu n’a rien à voir avec un jeu! Correctement utilisé. pharmaciens et infirmiers élaborent ensemble un document expliquant chaque étape du processus d’injection. Mais pour faire ce pas vers davantage d’indépendance les patients doivent d’abord être formés. par exemple lors de cancers tels que la leucémie et le myélome. Outre un gain d’autonomie. Après quelques séances sous la houlette des professionnels. Cette équipe interdisciplinaire a pour mission d’enseigner aux patients les gestes indispensables à la réussite de la médication. obésité en nombre de contacts: qui offre à des patients la possibilité de se prendre en charge eux-mêmes à domicile. Bien entendu. les patients peuvent se charger seuls de l’administration de leur médicament. diabétologie. La PMU a donc mis sur pied un programme d’encadrement. l’équipe de la Pharmacie de la PMU travaille à l’élaboration d’une plateforme informatique destinée à suivre dynamiquement les administrations par les patients et les soutenir dans l’adhésion à leur traitement. podologie et diététique) 9’101 10’305 9’660 35’112 38’205 40’890 2’278 2’065 1’964 CEMAC en nombre de clients: Permanence du Flon en nombre de contacts: Angiologie en nombre de contacts: Endocrinologie. Ainsi.clients 2012: 206’313 Total de contacts 2012: 246’492 Consultation générale en nombre de contacts: Urgences en nombre de contacts: Centre de santé infirmier en nombre de contacts: Service de stomatologie et médecine dentaire en nombre de contacts: 2010 2011 2012 16’553 16’925 15’663 (y. la désinfection du site d’injection. la gestion du matériel et des médicaments et. il peut radicalement changer la vie de patients atteints d’immunodéficience. le traitement par voie sous-cutanée permet aussi de préserver le capital veineux des patients. un bilan à la PMU permet de vérifier le bon déroulement du traitement et de corriger de «mauvais réflexes». même en gagnant en autonomie. la technique d’injection. la surveillance de la survenue d’éventuels effets indésirables et l’élimination des déchets.SOIGNER LIGNES DE FORCE DeS paTieNTS Qui S’auTONOmiSeNT sous la supervision de la PMU Un programme d’encadrement par le personnel infirmier et celui de la Pharmacie de la PMU permet à des personnes atteintes d’immunodéficience de se prendre en charge elles-mêmes. Ce projet est une alternative au traitement traditionnel de l’immunodéficience. Enfin. le patient reste attentivement suivi par l’équipe de la Policlinique. notamment au Centre de médecine ambulatoire de l’institution. sous la supervision d’une équipe interdisciplinaire. Après trois à six mois. C’est une petite mallette bleue qui évoque un accessoire Playmobil. tabacologie et gériatrie) 14’663 15’220 15’326 23’958 26’027 31’860 21’166 22’540 22’296 pulation aseptique (visant à éviter toute contamination) du matériel. reposant sur une étroite collaboration entre la Pharmacie de la PMU et le personnel infirmier.

assistants médicaux réalisent également leur formation de base à la PMU.LIGNES DE FORCE FORMER Une vingtaine de médecins de la PMU avec titre académique enseignent chaque année aux étudiants de l’Université de Lausanne. Une trentaine de stagiaires infirmiers en formation de base ou en spécialisation sont également accueillis. Des apprentis assistants dentaires. jeunes pharmaciens. médecins-dentistes. techniciens en laboratoire dentaire. la PMU a intégré l’apprentissage à sa mission formatrice. Ils interviennent de la 1ère à la 6e année. par un encadrement adéquat et par le soutien à de nombreuses formations continues. des maîtres d’apprentissage spécifiquement formés accompagnent donc le parcours professionnel de jeunes adultes jusqu’à l’obtention de leur certificat. 26 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • FORMER LIGNES DE FORCE • FORMER PMU 2012 27 . Ces cadres supervisent des travaux de Master et des thèses de doctorat. Médecins-assistants. Dans la ligne administrative. Enfin. infirmiers et autres professionnels de l’institution: tous bénéficient également de l’expérience de leurs aînés. Ce sont donc 1000 étudiants qui bénéficient chaque année de l’enseignement de la PMU au sein de la Faculté de biologie et de médecine.

pour échanger sur leur pratique entre eux et avec un invité. Au sein du service de Stomatologie et médecine dentaire. où les médecins de l’institution dialoguent avec un expert d’un domaine spécialisé. Les apprentis bénéficient ainsi d’une base théorique solide. La PMU a la particularité d’offrir une formation très diversifiée dans tous les métiers de l’apprentissage. sur la base de cas cliniques. Ces colloques offrent par ailleurs des occasions uniques pour les médecins-assistants de se constituer un réseau avec des praticiens installés. quelle que soit la voie choisie. Durant leurs trois ans au sein de l’institution. un jeune homme a de son côté prolongé son expérience à la PMU par un engagement de 6 mois au Service des finances. 3 apprenti(e)s assistant(e)s dentaires et 2 technicien(ne)sdentistes ont appris leur profession sous la supervision de spécialistes et de deux maîtres d’apprentissage accomplis. Ces efforts communs aboutissent à quelques belles histoires et. Des jeudis bien remplis Un jeudi matin par mois. une jeune femme a décidé de poursuivre ses études pour obtenir une maturité professionnelle. Le choix du dernier stage est laissé libre. l’autonomie et le sens des responsabilités sont des qualités vivement encouragées tout au long de l’apprentissage à la PMU. Enfin. Les médecins-assistants disposent ainsi d’une espace pour présenter des cas complexes. D’excellents résultats scolaires sont également exigés. à la facturation. aux finances. Ce programme de formation continue est organisé par la commission de la Formation continue de la Société vaudoise de médecine (SVM). Les médecins-assistants peuvent également participer aux «jeudis de la Vaudoise». Ils bénéficient des recommandations du spécialiste qui. Ces «jeudis de la PMU» – également organisés par les chef(fe)s de clinique de l’institution – réunissent en moyenne une centaine de médecins de tout le canton. parfois. Dans la ligne administrative. L’une de ses collègues a rejoint l’équipe administrative. cadre idéal pour l’apprentissage de ce métier dans un contexte de médecine de premier recours. les médecins-assistants. 28 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • FORMER LIGNES DE FORCE • FORMER PMU 2012 29 . Enfin. une fois installés en cabinet. Chaque mercredi après-midi. Au cours de l’année écoulée. UN DialOGue cONTiNu entre spÉcialistes et mÉdecins de premier recours La PMU anime chaque mercredi après-midi un cercle de qualité. la PMU propose également un colloque se tenant de 9h à 12h. cette rencontre fonctionne sur le principe de l’échange. des maîtres d’apprentissage formés à l’encadrement pédagogique ont accompagné 5 jeunes adultes en vue de l’obtention d’un CFC d’employé(e) de commerce. la PMU a formé 12 apprentis. dans 4 différents métiers. qui s’ajoute aux métiers d’employé(e) de commerce. de technicien(ne) -dentiste et d’assistant(e) dentaire. ont pour but de favoriser le dialogue entre les spécialistes et les médecins de premier recours. appelées «les cercles de qualité de la PMU». Ces colloques de formation postgraduée médicale préparent les médecins-assistants à poursuivre ce type d’échanges. garantie nécessaire pour franchir chaque étape de leur formation en toute sérénité. En 2012. et vise à favoriser l’interaction entre médecins de premier recours et spécialistes (universitaires ou installés). au bénéfice d’un contrat à durée indéterminée en tant qu’assistante RH. La vivacité d’esprit.FORMER LIGNES DE FORCE DeS appReNTiSSaGeS trÈs complets En 2012. et non d’un cours «ex cathedra». de son côté reste en contact avec une approche globale du patient. spécialiste d’une thématique particulière. qui réunissent environ 200 médecins un matin par mois. la PMU a étoffé son offre d’apprentissage par la filière d’assistant(e) médical(e). aux ressources humaines et à l’accueil. Organisée par les chef(fe)s de clinique de la Consultation générale. les apprentis de la ligne administrative réalisent par exemple 6 différents stages: à l’assistanat médical. à des engagements. les chef(fe)s de clinique et les médecins stagiaires de la PMU ont rendez-vous pendant une heure avec un expert de l’une des multiples spécialités de la médecine. Elles comprennent également une séance plénière d’environ 45 minutes où sont présentées des mises à jour et des mises en perspective sur le thème du jour. il est d’usage qu’un groupe de praticiens d’une même région organisent des réunions régulières. Les rencontres sont conçues comme des séminaires interactifs en groupes. Ces réunions hebdomadaires. En effet. une apprentie assistante médicale a également poursuivi une formation auprès de la Permanence PMU-Flon.

Le but de la formation est de rendre ces pharmaciens autonomes dans le développement et la réalisation de prestations pharmaceutiques avancées qu’ils pourront ensuite appliquer en pharmacie d’officine. la PMU a proposé une formation continue de pratique pharmaceutique à la fois clinique et ambulatoire. tandis que d’autres sont destinées à des publics spécifiques. Cette formation axée sur la pratique rencontre un grand intérêt auprès des jeunes pharmaciens. les pharmaciens expérimentent l’assistance pharmaceutique. se déroulant sur un an. la PMU soutient régulièrement des personnes désirant entreprendre des formations de moyenne durée – dont des Certificate of Advanced Studies (CAS) qui se déroulent en moyenne sur 15 à 20 jours. tous corps de métier confondus. considérant qu’il s’agit d’un investissement pour le développement de compétences garantissant une qualité accrue des soins. proposé à l’interne mais aussi au CHUV. d’étudiants. la PMU organise des sessions portant sur un thème spécifique: l’accueil des patients. L’institution met à la disposition de ses professionnels un programme riche. 11’843 heures de formation continue ont été effectuées par les collaborateurs de la PMU. où sont délivrés les médicaments. A l’interne. 30 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • FORMER LIGNES DE FORCE • FORMER PMU 2012 31 . la Pharmacie de la PMU a entrepris des démarches auprès de pharmaSuisse afin de faire reconnaître cette formation en pharmacie clinique ambulatoire. comme la capacité à transposer des savoirs issus de la recherche dans la pratique quotidienne. Des formations plus spécialisées viennent compléter ce panorama. Se perfectionner. Cette formalisation permettrait de valider des expériences acquises au sein d’autres structures ambulatoires (par exemple par une activité d’assistance pharmaceutique en EMS) et de développer cette offre de formation dans d’autres structures. Chaque participant effectue un tournus dans les trois principaux domaines d’activité de la Pharmacie de la PMU. notamment des Masters (d’infirmière clinicienne spécialisée. L’activité en officine n’a cessé d’évoluer afin d’élargir ces compétences techniques vers plus de clinique et en se focalisant toujours plus sur l’accompagnement du patient. en gestion ou en économie de la santé). tous corps de métier confondus. s’interroger sur sa pratique quotidienne pour s’améliorer… La formation continue contribue à une évolution professionnelle et personnelle harmonieuse des collaborateurs. etc. La PMU est pour le moment la seule institution en Suisse à proposer cette approche pratique. l’approfondissement de gestes techniques. ils effectuent entre autres des revues de médication. tenir ses connaissances à jour. les compétences cliniques spécifiques à certains actes de soins. dans un contexte ambulatoire. En 2012. analysant l’ensemble du dossier d’un patient chronique. dans le but d’optimiser l’efficacité. Tout d’abord à l’officine. La PMU soutient activement cette démarche. Certaines de ces formations s’adressent à l’ensemble des collaborateurs. la tolérance et le coût des traitements médicamenteux. Puis à la consultation d’adhésion. ou le développement d’aptitudes spécifiques en fonction des métiers représentés à la PMU. puis seuls. récemment diplômés. avec notamment la mise à disposition d’un pilulier électronique. En 2012. Ces programmes touchent à divers domaines. les pharmaciens se familiarisent avec les démarches propres à chaque activité. à l’Université de Lausanne ou en collaboration avec d’autres institutions. S’adaptant à cette réalité.FORMER LIGNES DE FORCE phaRmacie: une formation continue actuellement uniQue en Suisse Pour la troisième année consécutive. répartis sur un an. A l’origine. la fabrication et la distribution des médicaments constituaient le cœur de métier des pharmaciens. Dans ce cadre. UN eNGaGemeNT fORT en faveur de la formation continue Au cours de l’année écoulée. En outre. la PMU a mis sur pied une année de formation continue en pharmacie clinique ambulatoire. Enfin. la matério- vigilance (souci porté sur le renforcement de la sécurité des médicaments ou équipements médicaux ou techniques utilisés au sein de l’institution). les collaborateurs de la PMU ont suivi environ 11’800 heures de perfectionnement. à travers laquelle l’équipe des pharmaciens de la PMU soutient plus de 200 patients chaque année dans la prise de leurs médicaments. Après une introduction au profil de la patientèle et à la méthodologie spécifique de l’institution. encadrés par un superviseur. l’institution a accueilli la troisième volée L’équipe des pharmaciens de la PMU soutient plus de 200 patients chaque année dans leur prise de médicaments. Au cours de l’année 2012.

Les thèmes abordés par les collaborateurs de la PMU concernent des domaines aussi variés que la médecine interne et générale. Ils sont également soutenus par des entreprises privées. Elle vise à améliorer constamment la qualité des soins et sert de socle aux mesures de prévention. Ces projets soutenus par l’institution sont réalisés grâce à des financements accordés par des institutions publiques. notamment le Fonds national suisse (FNS) de la recherche scientifique et l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). 32 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • CHERCHER LIGNES DE FORCE • CHERCHER PMU 2012 33 . autre axe d’expertise de l’institution. moteur de la prÉvention La recherche. la prévention cardio-vasculaire ou la santé buccale.LIGNES DE FORCE CHERCHER La RecheRche. fait partie des missions de la PMU. la médecine du voyage. L’ancrage universitaire et la pratique ambulatoire des équipes de chercheurs de la PMU offrent des conditions idéales pour mener des études scientifiques et cliniques de qualité. orientée vers les patients et la communauté.

etc. Genton B. culturels et éducationnels.. Kilowoko M. Sangu W. une nouvelle piste se dessine: le contrôle de la fréquence cardiaque. qui. Or. difficultés à mémoriser. ces facteurs perdent de leur précision pour prédire le risque cardiovasculaire. en fonction d’une grille de lecture établie avec l’appui des cliniciens tanzaniens. Fatigue constante. Normalement. David Nanchen et al. mais présentant une forte fièvre? De façon générale. une pression artérielle ou un cholestérol élevé. Kyungu E. Ces résultats jettent une lumière nouvelle sur une affection que l’on considère généralement comme évitable. Financée par le FNS et par la Fondation Bill et Melinda Gates. le déploiement de stratégies de prévention adéquates est un enjeu de santé publique. que ce soit par voie orale ou intraveineuse. insuffisance cardiaque). Ainsi. La malaria est une maladie qui touche environ 225 millions de personnes dans le monde et particulièrement en Afrique. posters et abstracts: International Association for Dental Research (USA). une fatigue anormale peut être traitée par la prescription de fer. BMJ 2003. une femme fatiguée non ménopausée et non anémiée tire profit d’un traitement de fer. dans le contexte du vieillissement de la population. Il est en outre nécessaire pour le bon fonctionnement de certains neurotransmetteurs dans le cerveau. à fin 2012.). En France.L. certains tout-petits souffrent de ce que l’on désigne communément par le syndrome du biberon (ou carie précoce. Verdon et al. cette étude2 a montré l’importance de s’intéresser au dosage de la ferritine. Ce minéral joue en effet un rôle prépondérant dans le bon fonctionnement de notre corps. S.CHERCHER LIGNES DE FORCE Même en l’absence d’indices si- UN bOND eN avaNT dans le diaGnostic des États fÉbriles en AfriQue Une équipe de chercheurs de la PMU et de l’Institut tropical suisse a analysé les causes de la fièvre chez les enfants en Tanzanie. ont révélé qu’une très grande partie des enfants fiévreux ne souffraient que d’infections respiratoires virales banales. Lengeler C. il ne suffit pas de retirer la bouteille de lait de la bouche des bébés endormis pour prévenir ce problème. Toutefois. Waldvogel. Iron supplementation for fatigue in non-anemic women: A double-blind randomized placebocontrolled trial. familles à faibles revenus. plusieurs données montrent qu’en dessous de 50 µg/l. L’enquête a montré une diminution de la fatigue de 35% pour le traitement intraveineux. L’analyse des données fait ressortir une corrélation très significative entre l’appa1 La fRÉQueNce caRDiaQue. Submitted. un syndrome Qui ne frappe pas À l’aveuGle Une recherche interdisciplinaire a démontré un lien entre l’apparition de caries multiples chez les enfants en bas âge et le statut socioéconomique de leurs parents. L’enquête LEDA1 (Lausanne Early Decay Assessment) a porté sur un collectif de 800 patients soignés à l’Hôpital de l’Enfance de Lausanne. Kaiser L. En particulier chez les femmes.. Une nouvelle recherche sur ce thème. laires. la fatigue est celui qui se rencontre le plus fréquemment au sein de la population. Philipina S.326:1124-1126. 2 P. Ces progrès ont permis de réduire les prescriptions d’antipaludéens. Basée sur l’analyse des données d’un collectif de 198 patientes. Les chercheurs ont aussi tenté de décortiquer les mécanismes pouvant expliquer le lien entre une fréquence cardiaque élevée et l’apparition de problèmes. bien connu dans de nombreux pays. A partir de données collectées au sein d’une population d’enfants de moins de 10 ans en milieu urbain et en campagne. Mais chez les personnes âgées. ethniques. «Early childhood caries among different ethnic groups in Switzerland». qui touche plusieurs dents avant 6 ans). Cette étude a été complétée par un essai clinique randomisé dans quatre pays sur 290 femmes. un enfant ne devrait pas avoir de carie. chute des cheveux… De nombreux symptômes signalent une carence en fer. En suivant 4000 per1 Carlos Madrid et al. Les analyses de ces échantillons1.184:1247-54 La caRie DeS TOuT-peTiTS. Afin d’évaluer les facteurs de risque chez les enfants concernés dans la région lémanique. Alamo L. Indispensable pour la fabrication de l’hémoglobine. perdent régulièrement quelques milligrammes de cet élément. Grâce à une étude 1 menée par le Dr David Nanchen. pour créer des tests fins afin de diagnostiquer les causes des épisodes de fièvre sans lien avec la malaria. B. la prescription d’antibiotiques reste encore trop souvent un geste réflexe. Druais. une étude interdisciplinaire a réuni des médecins de plusieurs secteurs: l’Unité de stomatologie et de médecine dentaire et l’Unité des populations vulnérables de la PMU ainsi que l’Hôpital de l’Enfance. la prévention de ce phénomène se révèle très complexe à mettre en place. Pourtant. Effect of iron supplementation on fatigue in nonanemic menstruating women with low ferritin: a randomized controlled trial: CMAJ 2012. cette recherche a démontré qu’une fréquence cardiaque élevée au repos est associée à différents types d’incidents cardiovasculaires (mort cardiaque ou cérébrale. Ce phénomène. Mais une fatigue anormale peut apparaître déjà en dessous de 50 µg/l. Les analyses pointent deux coupables: un état d’inflammation chronique ainsi que des anomalies de fonctionnement de la paroi des artères. Favrat. une équipe de chercheurs de la PMU et de l’Institut tropical suisse – sous la direction de la Dresse Valérie D’Acremont – a collaboré avec les médecins de Tanzanie. «Resting heart rate and incident heart failure and cardiovascular mortality in older adults: role of inflammation and endothelial dysfunction: the Prosper study»: European Journal of Heart Failure. 2012 (disponible en ligne). 2 D’Acremont V. il assure le transport de l’oxygène par celleci jusque dans les cellules. 2013. L’étude a en effet montré que les caries de la petite enfance se rencontrent particulièrement chez des enfants issus de groupes sociaux vulnérables (migrants. les chercheurs ont élaboré des examens extrêmement approfondis. rition de ce syndrome et des facteurs socio-économiques. Ce taux devrait être d’au moins 30 microgrammes par litre de sang (30 µg/l). seul un très faible nombre nécessitait réellement un traitement antibiotique. faut-il traiter? Une première recherche de l’Institut universitaire de médecine générale et de la PMU avait montré l’importance de traiter un déficit en fer sans anémie1. Parmi eux. Les résultats de cette étude2 vont contribuer à élaborer de nouvelles recommandations de l’Organisation mondiale de la santé pour les cliniciens pratiquant en Afrique et dans les pays concernés. et pourrait donc devenir un indicateur intéressant pour le suivi des patients âgés. et de 19% pour le placebo. le nombre d’épisodes de fièvre causés par cette infection a fortement chuté. La fréquence cardiaque est un paramètre facile à obtenir pour le médecin de premier recours. En réalité. Vaucher. Réalisées en Suisse notamment en collaboration avec le laboratoire de virologie des Hôpitaux universitaires de Genève. en l’absence d’indices signalant une anémie. 1 gnalant une anémie. seuil qui peut donc marquer un déficit en fer en présence d’un état de fatigue. LIGNES DE FORCE • 34 PMU 2012 LIGNES DE FORCE • CHERCHER CHERCHER PMU 2012 35 . n’avait pas encore été documenté en Suisse romande. dirigée par le Dr Bernard Favrat en collaboration avec des généralistes français a confirmé l’approche de cette problématique. diminuant ainsi le risque de voir se développer des résistances aux traitements. Cette avancée a toutefois mis en lumière une autre problématique: comment traiter les patients ne souffrant pas de malaria. March 20-23. lors de leurs règles. Kahama-Maro J. Beyond malaria: etiologies of fever in young children attending outpatient clinics in urban and rural Tanzania. sonnes âgées de 70 à 82 ans pendant trois ans. uNe SaNTÉ De feR Mais comment diagnostiquer cette carence en fer? En outre. 1 F. un nouvel indicateur du risQue cardiovasculaire Pour prévenir les problèmes cardiovascu- Le contrôle de la fréquence cardiaque des personnes âgées pourrait jouer un rôle intéressant dans la prévention d’incidents cardiovasculaires. Parmi les symptômes décrits ci-dessus. ces deux derniers éléments ne suffisent pas à expliquer entièrement les mécanismes en cause. Après 20 ans d’efforts en matière de prévention et de traitement. afin de diminuer les prescriptions de traitements antibiotiques. en collaboration avec des chercheurs européens. une protéine qui permet de stocker le fer. En effet. Pourtant. les médecins cherchent à contrôler les facteurs de risque traditionnels: la consommation de tabac. November 2. Des recherches complémentaires sont nécessaires pour approfondir cette problématique. comparant les effets d’une injection de fer par voie intraveineuse à celle d’un placebo. P. la carence en fer concerne 25% de la population féminine. troubles émotionnels. Cherpillod P. nécessitant le développement de nouveaux modèles d’intervention adaptés à la spécificité de cette maladie et intégrant la médiation sociale et culturelle. il est extrêmement compliqué de déterminer les causes réelles d’un état fiévreux et donc de déterminer s’il est bénin ou s’il pourrait conduire à une issue fatale.

DONNÉES ET CHIFFRES DONNÉES ET CHIFFRES • RESSOURCES HUMAINES PMU 2012 37 .

cette planification est le fruit d’une étroite collaboration entre le service RH. les prisons. toutes catégories professionnelles confondues. le respect des durées légales de travail. A cela s’ajoute. puis le suivi administratif de chaque collaborateur engagé. tenant compte des agendas d’une trentaine de médecins-assistants et d’une quinzaine de chefs de clinique. les maladies et accidents. la gestion de la réception et du tri des dossiers de candidatures. 341 étaient des femmes pour 100 hommes. Le même exercice est réalisé pour les 18 superviseurs qui encadrent les médecins-assistants à la Permanence PMU-Flon. Cette évolution se reflète sur les taux d’activité. Ainsi. Enfin. Les médecins-assistants étant recrutés plusieurs mois voire plusieurs années à l’avance. il s’agit de médecins qui supervisent l’activité de la Permanence PMU-Flon. 40% environ sont engagés à temps partiel. Il faut par exemple réserver des plages pour les colloques et formations postgraduées. La décision de réduire son pourcentage est respectée au sein de l’institution. ou qui participent à des projets de développements. Ils choisissent le plus souvent d’ajouter cette activité à leur pratique en cabinet. une fois le plan de formation des médecins-assistants achevé. La Policlinique accueille les patients pour des urgences ambulatoires y compris le week-end et en soirée. en amont. effectuées par les chef(fe)s de clinique auprès du Service des automobiles et de la navigation (SAN). Pour les Ressources humaines. les vacances. etc. Cette coopération permet ainsi de s’adapter à diverses contraintes. les cadres médicaux et l’Unité de gestion de l’accueil des patients (GAP). une proportion restée stable par rapport à l’année précédente. au Bugnon 44 ainsi qu’à la Permanence PMU-Flon. avec. et ne constitue en principe pas une barrière à l’embauche. régler les gardes de jour et de nuit. les RH entament une procédure de départ spécifique aux médecins. de 7h30 à 18h pour les consultations. 223 femmes et 42 hommes ont travaillé à temps partiel. la PMU est à l’écoute de ses collaborateurs. Il faut en outre tenir compte des activités cliniques spéciales. sur 441 employés. mais aussi pour des consultations en journée. Les RH gèrent au total 120 contrats par an pour la seule ligne médicale. Qu’il s’agisse d’une demande de réduction ou de hausse du taux d’occupation. attribuer équitablement des piquets de week-end et de soir. Il faut en effet veiller à ce que tous les postes soient pourvus. en conciliant leurs besoins avec les exigences du service qui les emploie. La féminisation du travail. ni un frein pour le développement d’une carrière de médecin ou pour les professionnels des deux autres lignes de l’institution (soins et administration). en 2012. Autre aspect intéressant à la PMU: parmi les hommes. UN RENOUVELLEMENT CONTINU Deux fois par année. 38 DONNÉES ET CHIFFRES • RESSOURCES HUMAINES PMU 2012 39 . bien entendu. Dans un certain nombre de cas. est une réalité à la PMU. Ce tournus permet à ces jeunes professionnels de compléter leur formation postgraduée. cette particularité implique le renouvellement d’environ 30 contrats tous les 6 mois. toujours en 2012. l’équipe des RH est également appelée à soutenir les cadres de la PMU pour gérer des désistements de dernière minute. UNe GeSTiON DeS hORaiReS À la minute prÈs L’unité des Ressources humaines (RH) s’implique particulièrement dans la gestion des plannings des médecins actifs au sein de la PMU. le Centre d’évaluation médicale de l’aptitude à la conduite (CEMAC). Réalisé tous les trois mois. par intérêt et envie de s’impliquer dans une mission à laquelle ils adhèrent et pour contribuer à un projet dont l’un des objectifs – outre le service aux patients – est également la promotion de la médecine de premier recours. liés à des imprévus. de nouveaux médecinsassistants sont recrutés pour une durée d’un an par une commission d’engagement constituée de cadres médicaux de la PMU. et autres imprévus.RESSOURCES HUMAINES DONNÉES ET CHIFFRES TRavailleR À TempS paRTiel À la PMU La pratique du temps partiel fait partie du quotidien de l’institution et de l’unité des Ressources humaines. Ainsi. impliquant notamment la remise de certificats destinés à la FMH (association faîtière professionnelle du corps médical suisse qui réglemente la formation). toute l’année. Afin que chaque prestation se déroule sans accroc. Cette activité nécessite un important engagement de l’équipe «Plannings & Logistique RH». où l’accueil en urgence se fait 7 jours sur 7. et jusqu’à 0h30 pour les urgences. il faut établir une planification des horaires extrêmement précise. Le choix d’un temps partiel est le plus souvent lié au souhait de concilier vie privée et vie professionnelle.

Rattachée à la PMU depuis avril. et non pas par personne. représentant des Ligues de la Santé. Le Dr Patrick Bodenmann a été titularisé privat-docent par la Faculté de biologie et de médecine au 1er avril et médecinadjoint à la PMU au 1er juin. l’UST a repris les activités de médecine du travail pour le personnel de l’Administration cantonale vaudoise (ACV). le Dr Bodenmann a développé un enseignement prégradué sur les thématiques des déterminants sociaux de la santé. la précarité. Le Dr Regamey dirige l’Unité de santé au travail (UST). 7 3 26 5 21-24 52 12 25-29 62 15 30-34 57 20 35-39 34 13 40-44 34 4 45-49 33 15 50-54 20 6 55-59 15 5 60-65 1 2 – 20 + 66 40 PMU 2012 DONNÉES ET CHIFFRES • RESSOURCES HUMAINES DONNÉES ET CHIFFRES • RESSOURCES HUMAINES PMU 2012 41 . Ses membres sont nommés par le Conseil d’Etat pour cinq ans. le Dr Philippe Staeger a été nommé maître d’enseignement et de recherche de type 2 par la Faculté de biologie et de médecine (FBM) et médecin-adjoint à la PMU au 1er juin. réunissant des spécialistes de la santé et des représentants de la société civile de sensibilités politiques diverses. M. Patrick Francioli. représentant de la Société vaudoise de médecine. sur mandat du Service de la santé publique. doyen de la Faculté de biologie et de médecine. et intervient dans le cadre de cours de formation continue. Son activité de recherche se développe notamment autour des thématiques des usagers fréquents des urgences. Béatrice Desvergne. Filip Uffer. Le Dr Staeger dirige la Consultation générale et les urgences ambulatoires de la PMU.RESSOURCES HUMAINES DONNÉES ET CHIFFRES ReNOuvellemeNT Du CONSeil De la PMU et nominations La PMU est sous la responsabilité d’un Conseil. représentante des milieux politiques. En 2012. Pyramide des âges PMU NOMINATIONS Trois nominations ont également marqué l’année 2012. Au 1er février. Mme Crista Calpini. représentante de la Société vaudoise de médecine. et le Dr Jean Martin. Il a élaboré dans une perspective interprofessionnelle des formations postgraduée et continue dans ces domaines. Elle souhaite également la bienvenue aux personnes qui ont rejoint le Conseil en 2013: la Prof. Henri Corbaz. Le Conseil se réunit au minimum deux fois par an. et les compétences cliniques transculturelles. Maître d’enseignement et de recherche de type 1 depuis 2009 et responsable de l’Unité des populations vulnérables (UPV).2012: 324. doyenne de la Faculté de biologie et de médecine. Une distinction est faite entre le personnel engagé par le Département de médecine du CHUV pour les activités spécialisées basées à la PMU. représentant des Ligues de la Santé. Le Dr Frédéric Regamey a été nommé au 1er avril en tant que médecin-associé. du renoncement aux soins pour des raisons financières et de l’impact de l’enseignement des compétences cliniques transculturelles.12. ancien médecin cantonal et représentant des milieux politiques. la Dresse Véronique Monnier-Cornuz. Ce personnel fait l’objet d’une refacturation en EPT. et M. plusieurs membres ont quitté le Conseil: le Dr Jean-Pierre Pavillon. la pmu eN QuelQueS chiffReS Femmes Hommes Total des collaborateurs: 441 Total EPT* au 31.91 100% 341 Médecins: 103 100 24% 59 44 5% Médecins-dentistes: 20 10 10 12% 45 9 6% Médico-techniques: 54 Pharmaciens: 24 18 6 24% 10 29% 21 Soignants: 108 98 111 Administratifs: 132 *Equivalent plein temps. La direction de la PMU les remercie chaleureusement pour leur engagement et leur précieuse collaboration. le Prof. Il a développé un enseignement sur les urgences ambulatoires aux niveaux pré et postgradué.

O. T. Nanchen Dr F. Pasche A. Brunetti * La responsabilité médicale est assurée par les médecins cadres du CHUV. pneumologie. Bodenmann Finances Consultations spécialisées* F. immunologie. diabétologie.-L. B. Bischoff Prof. Regamey Ressources humaines B. Bugnon Prof.RESSOURCES HUMAINES DONNÉES ET CHIFFRES ORGaNiGRamme Etat au 1er avril 2013 Membre du bureau Membre de la direction Membre du comité de direction P. 42 Dr M. Ninane Pharmacie PMU 2012 DONNÉES ET CHIFFRES • RESSOURCES HUMAINES DONNÉES ET CHIFFRES • RESSOURCES HUMAINES PMU 2012 43 . O. Bugnon Permanence PMU-Flon Point santé EPFL Podologie Bureau qualité Services généraux E. Franco K.-M. J. Girardin Centre d’évaluation médicale de l’aptitude à la conduite Gestion administrative des patients Directeur adm. Hiroz Communication Prof. cardiologie. Saraga Dr C. Rosat Unité de santé au travail Dr P. Duquenne Consultation anonyme VIH Centre de santé infirmier Prof. Bays Directrice des soins F. hématologie. Gornik . Madrid Dr P. angiologie. obésité. Les consultations spécialisées comprennent: gastro-entérologie. adjoint Consultation de psychiatrie de liaison Centre de médecine ambulatoire Centre d’expertises médicales Dresse C. Staeger Dr C. Ninane F. Genton Dr D. Ninane Directeur adjoint Vacant Dr P.A. endocrinologie. Bodenmann Unité des populations vulnérables Consultation générale et urgences ambulatoires Centre de vaccination et médecine des voyages Service de stomatologie et médecine dentaire Consultation de prévention cardiovasculaire Institut universitaire de médecine générale L. lipides. Cornuz Directeur Directeur administratif J. Maillefer Réviseur Bureau du Conseil Conseil PMU Président Prof.

DONNÉES ET CHIFFRES DONNÉES ET CHIFFRES • COMPTES PMU 2012 45 .

5 8.2 4.9 1.8 3.0 2011 CHF % 3’504’777 386’880 1’676’187 49’881 778’308 1’481’808 1’382’930 1’038’044 6’702’638 .4 100.0 100.9 3.4 2.5 0.2.1 100.7 .5 7.0 5.3 100.6.5 41.1’008’643 15’992’811 21.6 6.6 1.3 8.8 1. loyers.1 0.8 1.5 0.0 paSSifS Fournisseurs Créanciers Provisions Fonds engagés Passifs transitoires Fonds scientifiques libres Fonds de réserve de la direction Capital et réserve Fonds de développement Résultat de l’exercice TOTAL 2012 CHF % 4’263’407 695’622 2’515’340 43’049 617’054 1’583’521 1’255’932 1’000’000 5’634’563 .9 0.0 14.3 5.4 29.4 10.4 0.5 0.COMPTES DONNÉES ET CHIFFRES acTifS Liquidités Débiteurs Stocks Immobilisations financières Immobilisations nettes Actifs transitoires TOTAL 2012 CHF % 1’622’290 4’993’006 762’449 4’127’603 593’522 5’148’190 17’247’060 9.3 0.3 4.361’429 17’247’060 24.4 23. vaccins et autre matériel médical Stérilisation.5 0.0 4.0 Autres frais du personnel Médicaments.5 1.4 0.8 3.0 2011 CHF % 1’708’062 3’576’411 808’566 4’356’175 725’617 4’817’980 15’992’811 10.0 0.5 10.5 30.4 5.2 3.6 0.0 0.3 5.7 22.9 9.2 7.2 7.0 2011 CHF % 10’668’529 5’410’389 3’698’765 7’019’703 1’368’594 160’772 5’066’386 5’739’409 559’382 17’478’395 249’238 201’833 3’414’218 549’145 1’108’446 1’399’550 680’079 552’341 2’269’888 67’595’062 15.3 5.4 29.6 9.2 27.7 4.1 100.3 5.8 32.8 25.4 10.1 27.9 2.6 2.9 100. blanchisserie et autres charges ménagères Entretien et réparation des locaux et équipements Achats d’équipements.0 0.8 1.9 8.0 chaRGeS Salaires des médecins et autres universitaires Salaires du personnel soignant Salaires du personnel autres disciplines médicales Salaires du personnel administratif Salaires du personnel de recherche Salaires du personnel de maison Charges sociales Salaires externes et honoraires médicaux 2012 CHF % 10’810’384 6’055’800 3’937’709 7’723’695 1’052’302 156’155 5’424’118 5’711’147 890’780 19’973’425 376’977 244’074 3’629’343 387’652 1’279’170 1’385’816 926’166 613’434 2’180’167 72’758’314 14.8 8.1 1. énergie Amortissements Frais de bureau et d’administration Superviseurs externes Assurances et autres charges Autres charges liées à la recherche Attribution aux fonds de recherche TOTAL 46 PMU 2012 DONNÉES ET CHIFFRES • COMPTES DONNÉES ET CHIFFRES • COMPTES PMU 2012 47 .9 .2 7.

2 1. vaccins et autres prestations médicales Prestations des services spécialisés Revenus des consultations Refacturation du personnel Prestations au personnel et autres produits Produits destinés à la recherche Utilisation des fonds de recherche Pertes sur débiteurs.1 5.0.2 2.9 .8 .0 2.138’273 26’333 16’782’855 .2 11.1 0.2 0.5 4.0 42.5 1.7 1.0 25.4 -0.297’474 1’227 18’520’198 311’717 .84’742 .1 0.73’787 83’268 361’429 72’758’314 4.5 100.5 100.7 43.0.0 11.COMPTES DONNÉES ET CHIFFRES pRODuiTS Rapports médicaux et expertises Médicaments.4 0.0.5 4.0 RappORT De l’ORGaNe De RÉviSiON 48 PMU 2012 DONNÉES ET CHIFFRES • COMPTES DONNÉES ET CHIFFRES • COMPTES PMU 2012 49 . provisions et variations Intérêts Subventions Produits financiers Charges et produits exceptionnels Charges et produits des exercices antérieurs Résultat net de l’exercice TOTAL 2012 CHF % 3’420’083 31’683’804 2’888’827 7’990’702 3’449’616 745’703 1’594’547 2’078’453 .5 0.1 3.5 0.0 2.0 2011 CHF % 2’731’124 28’708’557 2’813’382 7’481’681 3’733’944 666’977 1’446’202 2’641’215 .0.353’087 130’251 1’008’643 67’595’062 4.0 4.1 .9 .0 24.

Rev Med Suisse. Bugnon O. Maladies transmissibles et addictions en prison. Berger J. 29(6):671-7. demain. Rev Med Suisse 2012. Social and medical vulnerability factors of emergency department frequent users in a universal health insurance system. 8:1035-1036. Hugentobler-Hampaï D. Satterfield S... Singy P. Cornuz J. Faouzi M. Green AR. pp. 63-68. Bauer DC. le patient. Rev Med Suisse 2012. Niederer I. Mueller Y. Marques-Vidal P. 2012 May. 2012. et al. Cornuz J. doi: 10. Favrat B. 8:1348-1351. Ninane F. 54(5): 335-40. Min LJ. Trueb L. Puder JJ. Bugnon O. 21(3):355-62.1093/fampra/cms020. 304-307. Bugnon O. Vaucher P. Cercles de qualité médecins-pharmaciens. Bieler G. Academic Emergency Medicine 19(1). 8(364): 2272-2276. pour une responsabilité partagée de la liberté de prescription. Vade-mecum. Rev Med Suisse.. Bodenmann P. Bodenmann P. La société. 2012 Dec 12. Senn N. Prev Med. Rodondi N. La PMU au carrefour des nouveaux chemins du système de santé. réf. Health ABC. L’accès aux soins des migrants en Suisse. Le numéro 1 pour la gestion de l’hôpital. Lauzon B. Bardet A.. sept-oct 2012. Medical residents’ feedback on needs and acquired skills following a short course on cross-cultural competence. Vittinghoff E. Di Giovanni S. Bovet P. Genre N. CHIMIA 2012 February. Gonzales R. 5. Bosco C. 8(348):1438-41. Burnand R. Marques-Vidal P. JAMA 2012 Apr 11. OFSP. Bize R. Epub 2012 Mar 16. Cengelli S. Bugnon O. Herzig L.Y.561205. Rège-Walther M. Aubert J. Haller DM. Butler J.The International Journal of Person Centered Medicine. Sommer J. Haller D M. Cornuz J. Bodenmann Bays JM. Tob Control 2012 May. 12:CD004705. Association of major and minor ECG abnormalities with coronary heart disease events. O’Loughlin J. Cybersanté: support et non-substitut de la promotion individualisée de l’adhésion thérapeutique. Int J Med Educ. Bürgi F. Clinicum Romandie (1/2012). Optimiser les collaborations médecins-pharmaciens-soignants pour la prise médicamenteuse. The use of classification and regression trees to predict the likelihood of seasonal influenza. le médecin de famille et. Bodenmann P. Bugnon O. 8:1042-1048. Paroz S. Sommer JM. The pharmacist’s perspective to advance person. Vol 2 Issue 1 pp 129-134. 2012 Dec. Kriemler S. Alatri A. Schindler C. Rev Med Suisse 2012.. 8:1038-1041.. 66: No. 22/11. Ruggli M.2012. Daeppen JB. La cybersanté pour un soutien individualisé. Niquille Charrière A. June 2012. 2012. 3: 107-114. Bischoff T. Bodenmann P. 50 PMU 2012 DONNÉES ET CHIFFRES • PUBLICATIONS DONNÉES ET CHIFFRES • PUBLICATIONS PMU 2012 51 . Fam Pract. Herzig L. Cheseaux M.and people-centered care. Biomedical risk assessment as an aid for smoking cessation. Jotterand S. Study. Berger J. Quelle attitude adopter en cas d’utilisation concomitante d’acénocoumarol et de paracétamol? Verhalten bei gleichzeitiger Einnahme von Acenocoumarol und Paracetamol? pharmaJournal 2012. Herzig L. Rev Med Suisse. Newman AB. Paccaud F. Vaucher P. Balmer H. Camain J. Carences en vitamine B12 et fer: du diagnostic au suivi. 8 : 209. Bischoff T. Cornuz J. Revue de droit sanitaire et social (RDSS) No 5. A systematic review of longitudinal population-based studies on the predictors of smoking cessation in adolescent and young adult smokers. 2012. Auer R. Rev Med Suisse 2012 Jul 11. Bugnon O. New Roles for Community Pharmacists in Modern Health Care Systems: A Challenge for Pharmacy Education and Research. Genton B. octobre 2012.DONNÉES ET CHIFFRES PUBLICATIONS liSTe DeS publicaTiONS 2012 Afonso AM. Schneider MP. Cochrane Database Syst Rev.. Althaus F. Stein J. 2012. Convention-cadre pour la lutte anti-tabac: un instrument puissant de santé publique. 2012. Buchmann M. Nr. 307(14):1497-505. Effect of a lifestyle intervention on adiposity and fitness in socially disadvantaged subgroups of preschoolers: a cluster-randomized trial (Ballabeina). Ebell MH. Paroz S. Le médecin de famille de demain.

González M. Eap Chin B. Clair C. 2012. Cornuz J. Nilsson S. Gussekloo J. Lucht F. Aujesky D. Bischoff T. Durieux-Paillard S. Roberts JM. Luben RN. Gehri M. 2012. Maciel RM. El Olmi K.1002/sim. Prescription des psychotropes au cabinet médical. D’Acremont V. Cavassini M. Cappola AR. Rizzi F. Dobrinas M. N’garambe C. 2012. Madrid C. 8(346):1353-5. Cappuccio F. Völzke H. causes. Neuropsychopharmacology. Improvement in Gross Motor Performance Between 3 and 5 Years of Age. 2012. Dobrinas M. 2012 Jun. Cahill K. Mamin R. Gonseth S. Radio frequency identification (RFID) of dentures in long-term care facilities. Fasel E. Waeber G. and CYP1A2 variants associated with high caffeine intake. protect non-smokers from hypertension. Waeber G. Arch Intern Med 2012 May 28. Fièvres virales d’ailleurs. Pharmacogenet Genomics 2012 Feb.1038/npp. Bénéfices de l’utilisation d’un test VIH rapide à la Permanence PMU-Flon. Genton B. Favrat B. 61 : 265 -269. Dobrinas M. Rev Med Suisse. Tanner M. Mshinda H. The tobacco industry’s past role in weight control related to smoking. D’Acremont V. Vu F. Luben RN. Gutman JR. Hugli O. 2012. Sex Transm Infect. Eur J Public Health 2012 Apr. Guessous I. doi: 10. Collet TH. Waldvogel Abramowski S. Aubert J. Bugnon O. Berney A. doi: 10. Jenni OG. 8: 764-768.2012.1016/S0022-3913(12)60057-2. 7(6): e39299. Genton B. Fiestas V.110161. Carotid body inflammation and cardiorespiratory alterations in intermittent hypoxia. Pharmacogenetics of CYP1A2 activity and inducibility in smokers and ex-smokers. Vélez A. Circulation. Cornuz J. 2012. Characteristics of HIV patients referred to a medication adherence program in Switzerland. Donzé J. Le médecin face aux inégalités socials de santé: quel pouvoir d’action? Rev Med Suisse. Abdulla SM. 2012 Feb 1. Peters S. Den Elzen WP. 17. Development of mental disorders one year after exposure to psychosocial stressors. Carie du biberon: un caillou dans la chaussure de la santé. Vaucher P. Halsey ES. Cornuz J. American Journal of Medicine. Khaw KT. 2012 Jun 20. doi: 10. Bouferrache K. Schaller P. Vargas J. Diserens C. Bauer DC. BMC Fam Pract. Malar J. Abarca M. Malaria prevention in travelers.2011. 2012. Hartmann-Boyce J. 2012 Jun. Knottnerus JA. Nanchen D. Smith EE. Donze J.. 2012. 2012 Aug. Gálvez K. Mills A. Loutan L. Aerts M. 34: 426-431. 12:120. 8:CD007072. Bischoff T. Vélez A. Rodondi N.01. 2012 Mar. Perdrix J. Madrid C. Vittinghoff E. Khatib RA. Cornuz J. Rodondi N. Pasche O. Am J Med 2012 nov. Sox H. JAIDS 2012. 52 PMU 2012 DONNÉES ET CHIFFRES • PUBLICATIONS DONNÉES ET CHIFFRES • PUBLICATIONS PMU 2012 53 . Perez JC. Newman AB. Herzig L. Darling KE. Scores to predict major bleeding risk during oral anticoagulation therapy: a prospective validation study. Darling K E. Balmer P. a cohort study in primary care patients with a physical complaint. Dietheim PA. idc. Influence of cytochrome P450 oxidoreductase (POR) genetic polymorphisms on CYP1A2 activity and inducibility by smoking. Mooser V. Arcila LM. Genton B.a study protocol for a systematic review with individual patient data. Eap Chin B. Madrid C. 2012 Apr 30. 55(1):106. Barras V. and outliers. Vaucher P. Hatsukami D. Bochud M. Regards croisés sur le rôle d’un service de stomatologie et de médecine dentaire à Lausanne et …ailleurs. Routine delivery of artemisinin-based combination treatment at fixed health facilities reduces malaria prevalence in Tanzania: an observational study. Haasenritter J. Jukema JW. Subclinical thyroid dysfunction and the risk of heart failure events: an individual participant data analysis from 6 prospective cohorts. Del Rio R. Masserey E. Genton B. Molinaro S. Madrid C. Daeppen JB. 155-6. 114 :795-806. control and consequences. May 24. Suarez L. J Am Board Fam Med. 107(3):199-202. PHOTO QUIZ. Eap Chin B. Minalu G. Madrid C. Verdon R. Diserens EA. Gonthier A. Bauer DC. Intoxication au méthotrexate: éviter les surdosages par voie orale! Methotrexat-Intoxikation: vermeidung von oralen Überdosierungen! Intossicazione da metotrexato: evitare sovradosaggi per via orale! Quick-Alert® 2012. Vaucher P. 8(340):971-2. Cavassini M. Iervasi G. 2012 Mai. Kahigwa E. Genton B. Epub 2012 Jul..2012. Schaller P. Gencer B. Cavassini M. Suboptimal access to primary healthcare among street-based sex workers in southwest Switzerland. Du Pasquier RA. Hum Mol Genet 2012 Jul 15. Parga MJ. HIV testing practices by clinical service before and after revised testing guidelines in a Swiss University Hospital. Patterns of Adherence to Raltegravir-Based Regimens and the Risk of Virological Failure Among HIV-Infected Patients: The RALTECAPS Cohort Study. Stiefel F.59. Gloor E. doi: 10. Dedeystère. Afonso AM. 2012 Aug 15. 2012 Nov 13. Rochat A. Caflisch J. 22(2):143-51.1371/journal. 13(1):81. Gotuzzo E. Rousson V. Korsvold T. Sgarbi JA. Billeke P.12. Franklyn JA. Newman AB. Bouferrache K. Bernard L. Gusselkloo J. Monney P. Vimos C.003. 28/05. Bonvin R. 8(340):994-6. Kakebeeke TH. Gencer B. Epub 2011 Dec 19. Locatelli I. Torrealba F. Donner-Banzhoff N. 21(14):3283-92. Rev Med Suisse. Development and validation of a clinical decision rule for the diagnosis of influenza. Fondation pour la sécurité des patients et experts externes (dont Berger J. MacArthur JR. Hita-Iglesias P.00141511. Cornuz J. Krummenacher I. Saraga M. Vicencio S. Aug 28. 37(9):2101-8. Haftgoli N. Carence en fer sans anémie: où en est-on en 2012? Rev Med Suisse 2012. Gilgien W.1183/09031936. Westendorp RG. Favrat B. Martenet S. Collet TH. A role for the insular cortex in long-term memory for context-evoked drug craving in rats. [The spirit of community medicine: students learning from students]. Cornuz J. Asvold BO. Int J Clin Pharm 2012. Robust estimates of hospital cost means with covariates. doi: 2012 10. 8(364):2292-3. Bodenmann P. Rev Med Suisse. Virgini V. . Moya EA. Marks MA. 11:140. Thyroid studies collaboration. Rev Med Suisse. Spencer B. Rev Med Suisse.70(4):e260-3. Darling KE. Kabanywanyi AM. Sep.. Iturriaga R. 2012 Aug 9. Muhlemann N. Aptitude au volant: quelle conduite? Rev Med Suisse 2012.034. 2012 Aug. Raetzo MA. Kochel TJ. Bösner S.). Bremner A. doi: 10. Burnand B. Senn N. Ansermet-Pagot A. Oral cancer: comprehending the condition. Gonzales R. Dent Update. Buntinx F. Khaw KT. Jacot-Sadowski I. doi: 10. Coronary heart disease in primary care: accuracy of medical history and physical findings in patients with chest pain . An incidental finding from a blood smear. 39(5):377-9. 26(3):637-54. Stein J. Postgrad Med J.pntd. Cavassini M. Bloland PB. doi: 10. Hug B. Marín-Berná M.126(9):1040-9. Amstutz V. Widmer D. Infect Dis Clin North Am. Risk of falls and major bleeds in patients on oral anticoagulation therapy. [Epub ahead of print] Nicotine vaccines for smoking cessation Cochrane Datebase Syst Rev. Triggiani V. Nr. controversies. Cusi D. PLoS Negl Trop Dis. Bischoff T. 2012 Dec 5. Scully C. Sox C. 8:176-177. Panese F. 998-9. Aguayo N. Herzig L. 8 : 355-61. Nanchen D. A cross-sectional survey of attitudes to HIV risk and rapid HIV testing among clients of sex workers in Switzerland. 125(11):1095-102. Bergmann S. Rev Med Suisse. Goodman CA. Hofner MC. Genton B. Pruijm M. den Elzen WP. Eur Respir J. Ceppi M. 125(8):773-8. avril 2012. Perceptual and Motor Skills. SCHNEIDER MP. Apr. Ansermet-Pagot A. Pedrido L. Cornuz J. Schneider MP. doi: 10. Cavassini M. Madrid C. Favrat B. Vaucher P. Rodondi N. 6(5):e1638. Cellerai C. Burnier M. 8(326):270-5. Rev Med Suisse. Gutiérrez-Pérez JL. Marazzi A. Abarca M.05. Maillard M. Mwita A.12. 2012 Jan-Feb. French. Waeber G. 22(2):143-51. Torres-Lagares D.2012. 8:2277-2281. Madrid C. Vollenweider P. Pharmacogenetics and Genomics 2012. Ehret G. Tissot JD. 19. Caffeine intake. Apr 25. Contreras M. Rev Med Suisse. Ebell MH. Bodenmann P. 172(10):799-809. Walsh JP. Paccaud F. 2012 Nov 28. 2012 Jul. Failure in implant rehabilitation in a patient with severe congenital neutropenia (Kostmann syndrome). Perdomo G. Bodenmann P. doi: 10. Epub 2012.5701. Maisonneuve P. Cornuz J. 2012 May 16. Zoonoses négligées: nouvelles réalités d’un monde globalisé. Madrid C.Osteonecrosis. Somi MF. Locatelli I. Burnand B. Loilier M. Wolff H. 2012 May 9. Cappola AR. Pop S. Bodenmann P. Herzig L. Madrid C. Clin Infect Dis. Cornuz J. J Prosthet Dent.joms. Cornuz J. Balmer P. Renier W.0001638. Lyimo T. Parienti JJ. Gaspoz JM. Herzig L. 39(6):1492-500.. Iacoviello M. Laguna-Torres VA. 2012 May 9. Skarbinski J. J Oral Maxillofac Surg. Epub 2012 May 1. Burnand B. Collet TH.2012. Statistics in Medicine.1016/j. Elling BF. Subclinical hyperthyroidism and the risk of coronary heart disease and mortality.1093/ cid/cis119. Kachur SP. Verdon F. 8(341):1067-70. 22(2):234-7.1186/1475-287511-140. Pasche C. 8: 1061-1066.3122/jabfm. Aujesky D. 25(1):55-62. Velázquez-Cayón RT. Hidron A. Schusselé Fillettaz S. Bodenmann P. Epub 2012 Jul. Bodenmann P.1016/j. censored data. Correlation of serotype-specific dengue virus infection with clinical manifestations. Acquisitions thérapeutiques en médecine ambulatoire en 2011. Burnand B. PubMed PMID: 22218625. Beckmann J. BMC psychiatry 2012. Gras G. Njau JD. 12. PLoS One.PUBLICATIONS DONNÉES ET CHIFFRES Chatelard S. Kutalik Z.

Malar J. Factors associated with latent tuberculosis among asylum seekers in Switzerland: a cross-sectional study in Vaud County. Rath B. Aujesky D. Ford I. Mooijaart SP. 7(3): e34287. Schütz M. Bischoff T.1326. Prospective comparison of clinical prognostic scores for pulmonary embolism in a prospective cohort of elderly patients. A review of malaria vaccine clinical projects based on the WHO rainbow table. Beer HJ. Nr. Epub 2012.08. Rabies postexposure prophylaxis in routine practice in view of the new Centers for Disease Control and Prevention and World Health Organization recommendations. Locatelli I. Bounameaux H. Epub 2012 Oct 17. Clin Infect Dis. Donner-Banzhoff N. Rodondi N. 2012 Oct 5. Rubella control in Papua New Guinea: Age-specific immunity informs strategies for introduction of rubella vaccine. Bauer DC. Wie verhindert man eine mögliche Abnahme des kardioprotektiven Effekts? pharmaJournal 2012. Bischoff T. 20/10. Cauley JA. doi: 10. Hugli O. Sales-Carmona V. Landry P. Jackson Y. Amstutz V. Zurich. Lack of associations of alpha(+)-thalassemia with the risk of Plasmodium falciparum and Plasmodium vivax infection and disease in a cohort of children aged 3-21 months from Papua New Guinea. Hatz C. 172(4):344-52. Prod’Hom G. Husmann M. Cartier T. BMC Fam Pract 2012. Int J Parasitol. doi: 10.12111. Berger J. Brown GV. Wasserfallen JB.1186/1475-2875-11-377. Righini M. 8:604-606.Burnand B. 2012 Jan 9. Rapid diagnostic test-based management of malaria: aneffectiveness study in Papua New Guinean infants with Plasmodium falciparum andPlasmodium vivax malaria. D’Acremont V. 2012 Sep-Oct. Effect of iron supplementation on fatigue in nonanemic menstruating women with low ferritin: a randomized controlled trial. Mortality associated with diabetes and cardiovascular disease in older women. Moorthy VS. doi: 10. Avancées thérapeutiques. Westendorp RG. doi: 10. doi: 10.1538-7836. Clinical evaluation of iron treatment efficiency among non-anaemic but iron deficient female blood donors: a randomized controlled trial. Scherz N. Genton B. Le vélo électrique: un outil pour la santé ou un gadget “écolo”? Rev Med Suisse 2012 Jul 25.pone. Papin P. J Thromb Haemost. 2012. Groth N. Cornuz J. Bodenmann P. Jaeger K. Belaieff W. doi: 10.0034287. Genton B. Wolff H. Nr 24/11. Astudillo P.1708-8305. de Vallière S.PUBLICATIONS DONNÉES ET CHIFFRES Nanchen D. 2012. Robinson LJ. Bodenmann P.0048818. Subclinical thyroid dysfunction and the risk of heart failure in older persons at high cardiovascular risk. Clément P. Bize R. Kucher N. J Travel Med. de Valliere S. 8(326):282-6 Urban health: l’irrémédiable urbanisation de la vie et de la médecine. Genton B. Cornuz J. Wolff H. Zellweger J.2012.1136/ bmjopen-2011-000692. Jukema JW. Bounameaux H. et al. Eur J Prev Cardiol. Senn N. Seismo Verlag. Madrid C. pharmaJournal 2012. Saraga M. Welsh P. BMC Infect Dis. Auer R. 42(12):1107-13. vivax. CMAJ 2012. Schlagenhauf P. Cornuz J. Bischoff T. PLoS ONE 2012. 54(5):644-51. Hoffmeyer P. Aschwanden M. 30(45):6436-43. 2012 Mar. 2012 Nov 2. Madrid C. 2012 Dec 18. Bovet P. Perdrix J. Bodenmann P. Butler J. Development and validation of a clinical prediction rule for chest wall syndrome in primary care. Rossi IA. J Clin Endocrinol Metab. Vaucher P. Westendorp RG. in press. Favrat B. AngelilloScherrer A.2012. Zenklusen S. Herzig L. 2012. Vaucher P. Compétences en santé déficientes: obstacle à une prise en charge optimale. Study of Osteoporotic Fractures Research Group. PLoS Medicine. Urée et acide salicylique.2012. Durcissement des lois sociales et santé des migrants forcés : 3 ans après la LAsi. Macfarlane PW. Favrat B. Hépatitis C. Gojanovic B. 19(3):565-70. Epub 2012 Nov 7. Cornuz J.. Framingham Risk Score and Alternatives for Prediction of Coronary Heart Disease in Older Adults. Epub 2012 Jan 23. 2:e000692. doi:10. Ford I. Resting heart rate and incident heart failure and cardiovascular mortality in older adults: role of inflammation and endothelial dysfunction: the PROSPER study. Kucher N. doi: 10. Broers B. Therapeutische Fortschritte. Senn N et al. Gussekloo J. Stott DJ. Collet TH. Stott DJ. Rarau P.04929. Clin Infect Dis. 8(349):1513-7. Reynales H. Bugnon O. Guessous I. Schneider MP. 2012 Jul. Verdon F. Epub 2012 Aug 15. Senn N. 142:w13716. The reliability of pre-travel history to decide on appropriate counseling and vaccinations: a prospective study. 16. Bosner S. Atherosclerosis screening by noninvasive imaging for cardiovascular prevention: a systematic review. Cochrane Database Syst Rev. Genre N. Moreno-Dávila N. Saraga M. Broers B. Clair C. (52):7506-12. Hépatite C. 2012 Jun. Osterwalder J. (11):e48818. Verschreibung beim diabetischen Fuss: in welcher Konzentration? pharmaJournal 2012. Velentgas P.. Hillier T. Urban health: L’irrémédiable urbanisation de la vie et de la médecine. Aujesky D. Rod Fleury T . Cornuz J. 15/7. Rodondi N.1001/archinternmed. 11(3):435-43. Faouzi M. Uwanyiligira M.x. 2012. Jaeger K. Matter C. In Transkulturelle Public Health: ein Weg zur Chancengleichheit (édité par la Croix-Rouge Suisse). Matter CM. Riddell M. Frauchiger B. Reduced Risk of Plasmodium vivax Malaria in Papua New Guinean Children with Southeast Asian Ovalocytosis in Two Cohorts and a Case-Control Study. 8 : 1786-90. doi: 10. Genton B. Urgences et médecins de premier recours: quelles perspectives? Quelle formation? Rev Med Suisse 2012. Favrat B. Buckley BM. c’est top! Rev Med Suisse. Favrat B.001. Cornuz J. 8(364):2260-5. Gaspoz JM.2012. Pedrazzini B.ijpara.. Panese F. Husmann M. Anémie ferriprive sur géophagie dans un pays riche? Rev Med Suisse 2012.1093/cid/cir901. Keravec E. multicenter validation of prediction scores for major bleeding in elderly patients with venous Journal of thrombosis. Méan M. Beer HJ. Moradpour D. Salib M. Genton B. Sattar N. Reymermier M. Locatelli I. BMC Medicine 2012. Mazzolai L. 10:8. Welker J. Diserens EA. Digon P. BMJ Open 2012. Reduced risk of Plasmodium vivax malaria in Papua New Guinean children with South East Asian Ovalocytosis. 55(2):201-5. Yersin S. Jukema JW.vaccine. Trompet S. Nr 25/12. L’efficacité c’est bien.2012. Rodondi N. Cornuz J. Favrat B. PLoS Med 9 (9): e1001305. Lämmle B. Medical and pharmacological direct costs of a 9-week smoking cessation program. Rev Med Suisse 2012 Feb 1. Ronga A. Zwierzina D. Rev Med Suisse. Deslarzes C. Mooijaart SP.1111/j. Rodondi N. Efficacy of intermittent preventive treatment for malaria in Papua New Guinean infants exposed to Plasmodium falciparum and P. Druais PL.1016/j. Frauchiger B. Lin E. Méan M. Rev Med Suisse 2012.x. 2012. Bugnon O. Moreno-Dávila N. Bodenmann P. Limacher A. 28. Gaspoz JM. Aschwanden M. 13:74. Carron PN. Munafò MR. PLoS One. Senn N. Waldvogel S. Epub 2011 Dec 23. Panese F. Senn N. Manong D.on behalf of the PROSPER Group Eur J Heart Fail. 9(3):e1001195. Malar J. Etat de santé des migrants précarisés: l’exemple de l’aide d’urgence dans le Canton de Vaud.2012. Guessous I. Lin E et al. Rosanas-Urgell A. Detecting and measuring deprivation in primary care: development. de Craen AJ. reliability and validity of a self-reported questionnaire: the DiPCare-Q. 2012 Nov. Nanchen D. May 16. Cornuz J. Depairon M. Manning L P R. Cornuz J. Swiss medical weekly 2012 Nov 27. Aujesky D. Haasenritter J. Ghali WA. 11:11. 184:1247-54. Rarau et al. Rossi IA. Gussekloo J. Keravec E. Tissot JD. Siba P.1111/ jth. Vaccine 30. Wolff H. Sattar N. Resuming motor vehicle driving following orthopaedic surgery or limb trauma. 19(5):284-8. 2012. Rosanas-Urgell A. PROSPER Group. Meystre-Agustoni G. Egloff M. Banyai M. May 1. Banyai M. Reeder J. Vaccine A prospective observational safety study on MF59(®) adjuvanted cell culture-derived vaccine.2011.Favrat B. et al. Sarivalasis A. 2012 7 . Righini M. Lämmle B. Lengeler C. Quelles concentrations prescrire pour le pied du diabétique? Harnstoff und Salicylsäure. l’impact.1093/cid/cis384. Fariña A. Rodondi N.00618.1111/j. Rigotti N. Genton B. Schwartz L.1210/jc. 2012 Nov. Sass C.1186/1475-2875-11-11. Macfarlane PW. Bodenmann P. 97(3):852-61.10.11:377. PLoS Medicine.2011-1978.1016/j. Rogerson S. Prospective. Egloff M. Bodenmann P. Vaucher P.2012. Mueller I. Interaction entre l’aspirine et les AINS. Clément P. Cornuz J. 2012 Feb 27. De Bosset V. Stead LF. Safety of falciparum malaria diagnostic strategy based on rapid diagnostic tests in returning travellers and migrants: a retrospective study. Rodondi N. Rodondi N. doi: 10.005. J Gen Intern Med 2012 Feb. doi: 10. 2013 Mar.1371/journal. Nanchen D. Waldvogel S. 8: 282-286. doi: 10. Nr. Aujesky D. Rosanas A. Laman M.2012. 8 : 2266-71. de Craen AJ. 2012 March 1. 2012 Sep 17. Arch Intern Med.pone. Staeger P. Daher O. Impact of carotid plaque screening on smoking cessation and other cardiovascular risk factors: a randomized controlled trial. doi: 10. Cornuz J. Senn N. Bodenmann P. Cornuz J. Vittinghoff E . J Thromb Haemost. Herzig L. Jackson Y. Nanchen D. Cheseaux M. Ensrud KE. 2012 Nov. Berger J. Limacher A. Cornuz J. et al.1371/journal. 54 PMU 2012 DONNÉES ET CHIFFRES • PUBLICATIONS DONNÉES ET CHIFFRES • PUBLICATIONS PMU 2012 55 . Comment éviter la diminution possible de l’effet cardioprotecteur? Interaktion zwischen Acetylsalicylsäure und NSAR. Osterwalder J. 2012 Mai. Angelillo-Scherrer A. Celtura(®) during the A/H1N1 (2009) Influenza pandemic. Rev Med Suisse. Bodenmann P. Madrid C.. 5:CD001837. 27(2):220-31. Interventions for smoking cessation in hospitalised patients. pharmaJournal 2012. Vaucher P. 8: 1016-1021. Bugnon O. Rodondi N. 12(1): 285. Epub 2012 Jan 11.doi:10.

org www.pmu-lausanne.com Imprimé sur papier FSC Design: Parenthèse communication Graphisme: S’engager dans la formation.ch. www.sgs.ch Thierry Desplands Photographies: Francesca Palazzi Rédaction: Katarzyna Gornik . Les apprentis et les apprenties d’aujourd’hui sont les professionnels de demain. Policlinique médicale universitaire (PMU) Rue du Bugnon 44 1011 Lausanne Tél: 021 314 60 60 La Pharmacie de la PMU est accréditée selon la norme ISAS QMS-Pharma 2010. c’est investir dans l’avenir. Les entreprises qui les forment aujourd’hui pourront bénéficier demain d’une relève de qualité. Fax: 021 314 48 88 www.La PMU est certifiée selon la norme ISO 9001:2008/Healthmark.iso.