Vous êtes sur la page 1sur 4

Juger une personne qui se prétend de la Salafiyyah d’après ses relations

JUGER UNE PERSONNE QUI SE PRETEND DE


LA SALAFIYYAH D’APRES SES RELATIONS

Sache Ô Sunnite, que les fausses personnes qui se prétendent appartenir à


la Salafiyyah, qui ont innové et se sont divisées en ahzaab (parties sectaires)
et qui se sont réjoui de leurs principes corrompus, aimant parler des
événements de la vie de ce monde sous le nom de « Fiqh oul-Waaqi’ », et la
réunion et l’accumulation des troupeaux, alors même s’ils cachaient et
dissimulaient la plupart de ce sur quoi ils sont, ils ne seront pas capable de le
cacher dans leur relation et de cacher ceux qu’ils ont pris d’amitié et envers
qui ils montrent de l’ amour et de la loyauté.

Et cela fait partie du manhadj des Salaf, le bon manhadj que les faux
prétendants salafis ont tenté de démolir et de déraciner avec leurs principes
innovés d’al-Mouwaazanah (c’est le fait de citer les bonnes choses en même
temps que les mauvaises d’une personne ou d’un groupe quand on le
critique). Et ce qui en résulte est l’agrandissement, l’augmentation de la
promotion des Innovateurs, des groupes et des sectes de l’Innovation.

Et c’est là qu’est l’héritage des Salaf, qui hélas, a été oublié, négligé ou
écarté, essentiellement à cause des machinations des Mourdji’ah extrémistes
de l’époque, ceux qui défendent les calomniateurs des Prophètes, ceux qui
insultent ’Outhmaan, les Mukaffiroons (ceux qui rendent mécréants) des
Sahaabah -qu’Allah les agrée- et d’autres qu’eux… Et parce que ce principe a été
négligé, écarté, caché ou corrompu par ceux qui ont cachés leur programme,
ceux qui se prétendent faussement de la Salafiyyah, cela a mené beaucoup
de personnes sincères à une grande confusion et à un grand ahurissement,
et ainsi ils sont amenés à s’opposer la voie des Salaf et leur manhadj, sans
même s’en rendre compte. Ainsi quand ils voient quelqu’un de loyal envers
les innovateurs, qui les défend, fait la promotion de leurs livres, expose leurs
doctrines et ainsi de suite, ils les excusent, pensent qu’ils sont dans
l’obligation de régler de tels problèmes avec eux, et non pas de les juger
immédiatement et d’autres questions semblables qui constituent un
égarement du droit chemin de nos Pieux Prédécesseurs, et qui ne mènent
qu’à davantage de déviation, de confusion et d’ahurissement…

Les narrations suivantes sont citées par Djamaal bin Fariehaan al-Haarithi
dans le chapitre intitulé « Les Salafs émettent un jugement sur un individu

www.fourqane.com 1
Juger une personne qui se prétend de la Salafiyyah d’après ses relations

par ses fréquentations », dans « Loumm ad-Dourr al-Manthoor », vérifié et


révisé par Cheikh Saalih al-Fawzaan.

Abu Qilaabah -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :


« Qu’Allah combatte le poète (une expression de stupéfaction en arabe) qui
a dit : « Ne vous renseignez pas au sujet d’un homme, mais renseignez vous
au sujet de ses compagnons. Chaque personne est guidée par son
compagnons. Ce poème est d’Adi bin Zaid, et al-Asma’ee a dit à ce propos :
« Je n’ai jamais vu un vers de poésie qui ressemble à la Sounnah autant que
cette parole d’Adi bin Zaid. »
Al-Ibaanah (2/439)

Abou Hourairah a rapporté que le Messager d’Allah -Prières et


-qu’Allah l'agrée-
a dit :
bénédiction d'Allah sur lui-
« L’homme est sur la religion de son bien aimé, que chacun de vous regarde
qui il prend pour ami intime. »
Sahih. Voir Silsilah as-Sahihah d’al-Albaani (n° 92 7)

Ibn Mas’ood -qu’Allah l'agrée- a dit :


« En effet, une personne accompagne et marche à côté de celui qu’il aime et
qui lui est semblable. »
Al-Ibaanah (2/476)

Abu ad-Dardaa -qu’Allah l'agrée- a dit :


« Cela fait partie du fiqh (compréhension d’une personne) qu’une personne
choisisse ceux avec qui il marche, ceux qu’il visite et ceux avec qui il
s’assoit. »
Al-Ibaanah (2/477)

Yahya bin Khatir -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :


« Soulaymaan bin Dawoud -Bénédiction d'Allah sur lui- a dit : « N’émettez pas de
jugement à propos d’une personne sur quoi que ce soit jusqu’à ce que vous
voyiez qui il prend comme allié. »
Al-Ibaanah (2/464)

Moussa bin Ouqbah le Syrien s’approchait de Bagdad et cela a été dit à


l’Imam Ahmad -qu’Allah lui fasse miséricorde-. Il a alors été dit :
« Regardez chez qui il séjourne et avec qui il réside et trouve refuge. »
Al-Ibaanah (2/480)

Imaam Al-Awzaa’i -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :


« Quiconque nous cache son innovation ne pourra pas nous cacher ses
fréquentations. »
Al-Ibaanah (2/476)

Al-A’mash -qu’Allah lui fasse miséricorde- a dit :


« Ils (les Salafs) n’avaient pas pour habitude de se renseigner plus sur une
personne après s’être renseigné sur trois choses : avec qui il marche, à qui il
rend visite et avec qui il s’associe parmi les gens. »
Al-Ibaanah (2/478)

www.fourqane.com 2