Vous êtes sur la page 1sur 24

MCA

JSK

Avis aux buralistes JEUDI Pour tout problème dans la distribution du Buteur (absence du journal,
Avis aux buralistes
JEUDI
Pour tout problème dans la
distribution du
Buteur (absence
du journal, retard, livraison en
5
quantité insuffisante
),
prière de
nous le signaler en appelant le
superviseur :
NOVEMBRE2009
0555 616 920
De notre envoyé spécial à Bochum
Quotidien national sportif N° 1023 Prix 20 DA
Yahia incertain
face à l’Egypte
«Je reprendrai mardi
«Je reprendrai mardi
«Je reprendrai mardi
«Je reprendrai mardi
«Je reprendrai mardi
«Je reprendrai mardi
et je jouerai ce match»
et je jouerai ce match»
et je jouerai ce match»
et je jouerai ce match»
et je jouerai ce match»
et je jouerai ce match»
De notre envoyé spécial au Caire
Nous ne sommes pas
Nous ne sommes pas
Nous ne sommes pas
Nous ne sommes pas
Nous ne sommes pas
Nous ne sommes pas
les bienvenus en
les bienvenus en
les bienvenus en
les bienvenus en
les bienvenus en
les bienvenus en
Egypte
Egypte
Egypte
Egypte
Egypte
Egypte
«Le 14 novembre,
il y aura
11
nouveaux
Ziani de mieux
en mieux
Martyrs algériens»
«Je retaperai
«Je retaperai
«Je retaperai
«Je retaperai
«Je retaperai
«Je retaperai
dans un ballon
dans un ballon
dans un ballon
dans un ballon
dans un ballon
dans un ballon
ce week-end»
ce week-end»
ce week-end»
ce week-end»
ce week-end»
ce week-end»

Coulibaly vers le Maroc

ce week-end» ce week-end» Coulibaly vers le Maroc Babouche ne jouera pas face au MCO, Zemmamouche

Babouche ne jouera pas face au MCO, Zemmamouche incertain

Le nouvel entraîneur après Batna

Yahia-Cherif «Je reprendrai contre l’USMA»

face au MCO, Zemmamouche incertain Le nouvel entraîneur après Batna Yahia-Cherif «Je reprendrai contre l’USMA»
2 Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009 Coup d’œil Équipe nationale De notre
2 Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009
Coup d’œil Équipe nationale
De notre envoyé spécial à Bochum : Farid Aït Saâda
Il joue de la guitare, parle plusieurs langues, lit des livres
Yahia, un intello avec l’art
et la manière
A lors que l’idée reçue concernant le quo-
tient intellectuel des footballeurs est que
ces derniers ont un soulier dans leur tête
au lieu d’un cerveau et que toute leur in-
telligence est contenue dans leurs pieds,
Anthar Yahia vient démentir ce préjugé
un peu trop sévère, même s’il comporte une part de vérité.
En effet, le défenseur central de Bochum est un passionné
des arts et de la culture et il se fait un devoir d’occuper son
temps libre, lorsqu’il en a la possibilité, pour apprendre ou
lire. «Dans la vie, il y a le football, mais il y a également autre
chose. Lorsque je suis parmi un groupe, on ne peut pas par-
ler éternellement de ballon. Chacun a ses centres d’intérêt et
ses sujets de discussion, suivant sa culture générale ou en re-
lation avec le métier qu’il pratique. J’aime participer à toutes
les discussions, m’enrichir personnellement et enrichir le
débat. C’est pour cela que je m’intéresse à tous les domaines
de la vie», nous explique-t-il.
étrangers. «Je parle l’italien couramment. A Nice, je n’étais pas
loin de la frontière italienne et il y a des Niçois qui parlent l’ita-
lien. A Bochum, je mange souvent dans un restaurant italien et
cela me permet de pratiquer la langue. En sélection, je l’utilise
parfois pour discuter avec Ghezzal et Meghni.» Conclusion lo-
gique : au stage de Coverciano, la semaine prochaine, il ne
sera pas du tout dépaysé. Quant à l’espagnol, il l’apprend sur
une initiative personnelle. «Connaissant l’italien, j’ai décidé de
m’attaquer à l’espagnol car les deux langues se rapprochent
beaucoup. J’ai acheté des manuels et des supports sonores qui
m’ont beaucoup aidé. Je ne peux pas dire que je maîtrise cette
langue autant que les autres, mais ça vient petit à petit. Déjà,
je peux tenir de petites conversations. A Bochum, nous avons
un joueur d’origine argentine et un autre à moitié chilien et j’es-
saye de communiquer en espagnol avec eux pour me perfec-
tionner.»
«Ma passion : l’histoire
du Moyen-Orient»
«Je suis très Internet»
Bien sûr, de notre temps, il existe ce formidable réseau de
communication et d’information qu’est l’Internet. Yahia en
est un mordu et cela lui a permis d’être à la page au point
de vue de l’actualité. «Je suis très Internet. Cela m’a beau-
coup apporté. Je pense sincèrement que c’est un moyen for-
midable pour que tout le monde apprenne et se cultive»,
insiste-t-il. Il ne se déplace jamais sans son ordinateur
portable MacBook («car je préfère les MacIntosh aux
PC») et c’est pour lui sa fenêtre quotidienne sur ce qui
se passe dans le monde. Il s’informe ainsi de l’actualité
du football algérien, notamment en consultant
chaque jour le site du journal Le Buteur, de celle de
ses coéquipiers en sélection, de ce qui se passe dans
le monde, des développements politiques au
Moyen-Orient -sa passion-, ainsi que des nouveau-
tés de la musique.
Si Yahia est passionné des langues, c’est parce qu’il est
aussi très porté sur l’histoire des civilisations. Son dada :
«Je parle couramment
le français, l’allemand, l’italien
et l’anglais»
l’histoire du Moyen-Orient. «Cela me passionne beaucoup.
Je suis à chaque fois curieux de découvrir de nouveaux se-
crets sur cette région, des éclairages sur les enjeux des mul-
tiples luttes qui l’ont secouée à travers l’Histoire.» En ce
moment, son livre de chevet est Les secrets du Mossad. En
sus de tout cela, il se passionne également pour tout ce qui
a trait à la préparation physique d’un athlète. C’est avec un
grand intérêt qu’il a dévoré un livre que lui a offert son kiné
lorsqu’il était soigné pour sa blessure au genou, le mois de
mars dernier. «C’est un manuel qui retrace tout ce que de-
vrait faire un sportif six semaines avant le début d’une
grande compétition. Ses indications sont appliquées par
toutes les sélections allemandes, dans toutes les disciplines
sportives. J’ai beaucoup appris sur la préparation foncière en
le lisant.» Bien sûr, le côté spirituel n’est pas absent dans la
bibliothèque de l’international algérien. Il a lu, ces derniers
temps, un livre sur les secrets et la rétribution de la prière
de Mohamed Al Ghazali.
En sus de l’Internet, Anthar Yahia est un passionné des
langues. «Dites-vous bien que je parle couramment le fran-
çais, l’allemand, l’italien et l’anglais, en plus de l’arabe dia-
lectal, bien sûr, et que je suis en phase avancée dans
l’apprentissage de l’espagnol», nous a-t-il révélé, non sans
fierté. Le français et l’anglais, c’était à l’école. De plus, il a
perfectionné son anglais au contact de joueurs internatio-
naux des différents clubs par où il est passé. L’allemand, c’est
un peu à l’école, mais il s’est perfectionné, une fois arrivé à
Bochum, en achetant un manuel de langue
français-allemand très pratique grâce auquel il a pu ap-
prendre et assimiler 6000 mots et expressions courantes.
«L’avantage de ce manuel est qu’il est entièrement illustré, ce
qui veut dire qu’on met le dessin ou la photo de l’objet dont
on donne la traduction. Ainsi, c’est plus facile pour la mé-
moire de retenir les mots et les notions.»
«Oui, je joue de la guitare,
comme Bilic»
«Là, je suis en train d’apprendre
l’espagnol»
La cerise sur le gâteau pour Yahia est un art qu’on ne lui
soupçonnait pas : la musique. La guitare, il adore ! Toutes
les guitares, qu’elles soient sèches ou bien électriques. D’ail-
leurs, il en a trois chez lui ! «J’ai toujours eu un penchant
pour la guitare. J’en grattais en amateur, mais j’ai tellement
aimé que j’ai pris carrément des cours ici, en Allemagne»,
nous a-t-il confié. Et ce n’est pas sans fierté qu’il a joué
quelques morceaux sur sa guitare sèche. On a lu, à ce mo-
ment-là, toute sa passion dans ses yeux illuminés. «Là, je
ne peux m’empêcher à penser à Bilic. Il en a tout le temps une,
même aux entraînements.» Slaven Bilic, c’est le sélection-
neur actuel de la Croatie. Il est musicien au sein d’un
groupe de rock, Rawbau, et il donne régulièrement des
concerts. Il joue de la guitare parfois même devant ses
joueurs. «Pour l’instant, j’essaye de me perfectionner à la gui-
tare sèche. Après, je m’attaquerai à la guitare électrique qui est
un peu plus compliquée», promet Yahia. Bref, voilà un foot-
balleur pour qui les arts ne sont pas des disciplines venues
L’italien, c’est lors de son passage au centre de formation de
l’Inter de Milan, où des cours de langue étaient prodigués aux
d’une autre planète…
F. A-S.
Un grand admirateur
de Mohamed Ali
En plus du football, Anthar Yahia s’intéresse aussi à d’autres
sports, entre autres la boxe. Il ne suit pas n’importe quels combats,
mais juste ceux des légendes de ce sport, à la tête desquelles Moha-
med Ali. «Comme par hasard, notre nouvel entraîneur à Bochum,
Heiko Herrlich, nous a fait projeter récemment un combat historique
entre Mohamed Ali et Joe Frazier», note-t-il avec enthousiasme.
Dans son appartement, il possède un tableau illustrant un combat
de Mohamed Ali que le physiothérapeute du club lui a offert.

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup d’œil Équipe nationale

3
3

La Selecto

toujours présente

d’œil Équipe nationale 3 La Selecto toujours présente Anthar Yahia nous a surpris en nous exhibant
d’œil Équipe nationale 3 La Selecto toujours présente Anthar Yahia nous a surpris en nous exhibant

Anthar Yahia nous a surpris en nous exhibant une bouteille de… Selecto. En effet, il a souvent cette cé- lèbre eau gazeuse typiquement algérienne dans son frigo. «Ce sont mes parents qui m’en ramènent lorsqu’ils viennent me rendre visite. Ils savent que j’ai un penchant pour tout ce qui est algérien.» Bien sûr, en bon sportif qu’il est, il n’en abuse pas. «Vraiment, à peine un demi-verre de temps en temps, après les matches. Je sais surveiller mon régime.»

L’huile d’olive, autre plaisir algérien Il n’y a pas que le soda que bled. On
L’huile d’olive,
autre plaisir algérien
Il n’y a pas que le soda que
bled. On lui envoie même de
Yahia reçoit du
l’huile d’olive.
D’ailleurs, au moment où nous étions avec lui,
il a reçu une bouteille à
travers un Algérien
vivant en Allemagne. «Comme il
fois de faire la cuisine, j’aime bien
m’arrive par-
l’huile d’olive
comme assaisonnement
pour les hors-d’œuvre
ou bien pour relever
la sauce des pâtes.» Juste
un souhait : que l’équipe nationale soit bien
huilée le 14 novembre face
à l’Egypte.
Souvent des drapeaux algériens au stade Si la communauté algérienne en Allemagne est de plus
Souvent des drapeaux
algériens au stade
Si la communauté algérienne en Allemagne
est de plus en plus nombreuse,
elle ne
manque pas de le faire remarquer. Anthar
Yahia le constate presque chaque semaine.
«Souvent, à notre entrée sur le terrain, je dé-
couvre un
drapeau algérien dans un coin du
stade. Cela s’est passé à Bochum,
mais aussi
dans d’autres stades. Ce sont tout simplement
des Algériens anonymes qui montrent la fierté
de voir l’un des leurs
ne sont pas forcément
sur le terrain. Parfois, ce
des supporters de Bo-
chum. Je sais, par exemple, qu’il
y en a qui
viennent de Dortmund.
Une chose est sûre :
Wallah, cela fait plaisir.»
Jamais sans son père Même son grand frère s’est mis au foot ! il y
Jamais
sans son père
Même
son grand
frère
s’est mis
au foot !
il y a deux personnes dont
Anthar Yahia ne peut rester
sans nouvelles, ce sont bien
ses parents. Si sa mère est
comme toutes les mères algé-
riennes, toujours soucieuse
je lui réponds que je n’ai pas le moral, il me dit :
S ’
du bien de son fils et à l’écoute de chacune de
ses nouvelles, il en est encore davantage pour
son père qui est, surtout, un ami et confident.
«A chaque grande décision que je prends, le
premier chez qui je prends conseil est mon père.
D’abord, parce que c’est la première personne à
me souhaiter tout le bien du monde. Ensuite,
parce que c’est un ancien judoka, qui sait ce que
ressent un sportif.» Cette complicité entre le
père et le fils n’a jamais été démentie et date
«Alors, j’arrive !» Et il vient ! Il n’hésite pas à
faire des centaines de kilomètres afin de venir
me soutenir.» Pourquoi donc ce dérange-
ment ? «Tout simplement parce qu’il a été an-
cien sportif et qu’il sait que tout repose sur le
moral. Effectivement, quand il vient, il me ré-
conforte.»
«Lorsque je m’étais blessé,
ma mère était venue
jusqu’ici»
Le phénomène Coupe
du monde a changé les
habitudes de beaucoup
d’Algériens, y compris
ceux qui n’étaient pas
très portés sur le foot-
ball. Il en est ainsi du
frère aîné de Anthar
Yahia, Yacine, qui s’est
converti lui aussi à la
mode du foot. «Avant, il
détestait ce sport. D’ail-
leurs, il n’aimait pas
quand, à la maison, je
regardais les matches.
Eh bien, voilà que c’est à
présent lui qui me parle
de foot ! Et pour me dire
quoi ? «Anthar, s’il te
plaît, faites gaffe face à
l’Egypte ! Ne nous déce-
vez pas !» Il me le dit à
chaque fois que je l’ai au
téléphone. Jamais je ne
m’attendais à cela de sa
part !» Que dire alors
des grands-mères qui,
en se croisant dans les
marchés en Algérie, ont
pour sujet de conversa-
tion les nouvelles de
Ziani et Bougherra et la
forme de Yahia et Saïfi !
Un journaliste
des premiers pas de Anthar dans le football.
«Bien sûr, j’ai un agent qui s’occupe de mes in-
térêts, mais l’avis de mon père compte aussi. Il
Sa mère n’est pas en reste, elle qui n’hésite
pas non plus à aller rejoindre son fils le cas
échéant. «Lorsque je m’étais blessé au genou au
mois de mars dernier, j’étais un peu perdu car
c’était ma première blessure assez sérieuse. Eh
bien, ma mère est venue à la maison pour res-
de Bochum
va couvrir
Egypte-Algérie
ter avec moi, en compagnie de ma sœur et de
a été dans le milieu du sport et c’est à ce titre
qu’il m’éclaire souvent de son expérience, sur-
tout pour me dire ce qu’il ne faut pas faire.»
«Quand je n’ai pas le moral,
mon père me dit :
‘‘J’arrive !’’»
Cette confiance mutuelle est tellement pro-
fonde qu’il arrive au père de deviner lorsque
son fils n’est pas bien. «Il me pose des questions
sur mon état de santé, sur mon physique, sur
les entraînements, sur les matches, mais
lorsqu’il sent que je ne vais pas bien, il me pose
son mari. Vous ne pouvez pas savoir à
quel point cette présence familiale m’a ré-
conforté.» A présent, il continue de faire
de son père son meilleur confident et de
demander à sa mère de prier pour lui
car il croit dur comme fer aux «daâwi el
waldin». «Ils ne me lâcheront pas. D’ail-
leurs, depuis quelques jours, à chaque
fois que je les vois ou qu’on s’appelle, ils
me disent de ne pas décevoir le peuple
algérien contre l’Egypte. C’est devenu
une obsession pour eux car ils se
croient, à travers moi, investis d’une res-
la question qui tue : «As-tu le moral ?» Lorsque
ponsabilité.» F. A-S.
de beaux duels dans les balles arrêtées», commente-
t-il avec le sourire. Un sourire candide et pur qui re-
flète l’amitié sincère qui le lie à Yahia. Il adorerait,
face à l’Algérie, affronter surtout Rafik Saïfi. Com-
ment un Albanais vivant en Allemagne connaît-il
l’attaquant algérien ? «Il l’a découvert sur Eurosport
en suivant, il y a quelques années, des matches de
Troyes. Depuis, c’est un mordu de Saïfi», nous a ex-
pliqué Yahia, amusé.
Anthar Yahia est un
élément tellement res-
pecté et estimé à Bo-
chum (c’est le seul à
avoir joué tous les
matches jusqu’à présent,
depuis le début de la
saison). La preuve en est
donnée par un journa-
liste allemand local. En
effet, Günther Pohl,
exerçant au magazine
Reviersport, va effectuer
«Si vous n’allez pas au Mondial,
je subirai les mauvaises humeurs
de Anthar»
le déplacement au Caire
Il sait tout de son ami algérien, notamment qu’un
match important attend son équipe contre l’Egypte.
«Bien sûr que je le sais ! Il nous casse les oreilles tout le
temps avec ça dans le vestiaire», affirme-t-il en riant.
«Soyez rassurés : il n’oubliera pas ce rendez-vous car il
afin de couvrir le match
Egypte-Algérie. «Nous
serons curieux de suivre
la prestation de Yahia et
de celle des Algériens
évoluant en
y
pense matin et soir.» Mavraj a été un témoin amusé
du duel à distance entre Yahia et Mohamed Zidan, à
l’occasion du match de Bundesliga entre le Borussia
Dortmund et Bochum. «Ils étaient comme le chat et la
souris (rire). Cela dit, ce duel ne compte pas. Ce qui
Bundesliga», a-t-il expli-
qué. Son intérêt est
d’autant plus grand que,
dans le camp adverse, il
y aura Mohamed Zidan
qui évolue à Dortmund,
comptera, c’est le match du 14 novembre. Là, je suis
convaincu que vous pourrez arracher la qualification.
C’est mon souhait le plus cher. Il le faut bien, autrement
distante d’une quin-
zaine de kilomètres de
Bochum.
je
subirai les mauvaises humeurs continues de Anthar»,
a-t-il conclu en riant.
F. A-S.

Mavraj, l’Albanais qui aime l’Algérie, Yahia et… Saïfi

A nthar va aller en Coupe du monde. C’est à

lui de payer les repas, cher ami.» Mergim Mavraj a de l’humour et entretient une

grande complicité avec Anthar Yahia. C’est un Alba- nais du Kosovo, qui a vécu en Allemagne. C’est aussi le meilleur pote de Yahia à Bochum, celui avec qui il entretient les meilleures affinités. Déjà, Mavraj nous surprend par un «Salam alikoum» prononcé sans

aucun accent, si bien que nous avions cru au début qu’il s’agissait d’un compatriote. «Mergim est musul- man pratiquant», nous a expliqué Anthar. Les deux hommes ont, de plus, beaucoup de similitudes : ils sont grands de taille, défenseurs centraux et ont joué tous deux dans les sélections de jeunes de leurs pays de naissance : la France pour Yahia, l’Allemagne pour Mavraj.

«Grâce à l’Algérie, je vais jouer pour l’Albanie»

«

«Là, il veut jouer pour l’Albanie. Avec la nouvelle réglementation de la FIFA, c’est désormais possible», nous explique Anthar. Mergim confirme : «Oui, je veux jouer pour l’Albanie. Je veux porter les couleurs du pays de mes parents.» On lui fait remarquer qu’il peut le faire et que c’est grâce à une réglementation initiée et défendue par l’Algérie. «Oui, je le sais et je vous en suis très reconnaissant. Qui sait ? Un jour af- fronterai-je Anthar en match amical. Cela donnerait

4
4

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup d’œil Équipe nationale

De notre envoyé spécial à Bochum : Farid Aït Saâda

LELELELELELELELELELEREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARD LELEREGARDREGARD LELE REGARDREGARD
LELELELELELELELELELEREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARDREGARD
LELEREGARDREGARD
LELE REGARDREGARD
LELE REGARDREGARD
LE REGARD
LE REGARD
LE REGARD
de Hafid
Derradji
LE REGARD LE REGARD LE REGARD de Hafid Derradji Le 14 novembre 2009 V oilà une

Le

14 novembre

2009

V oilà une date quʼon re- tiendra pour des an- nées encore, comme on

retiendrait celles des grands événements historiques. En lisant et en écoutant cer- taines personnalités mal in- tentionnées en Egypte et en Algérie, on se demande si ces gens sont conscients de la gravité de leurs propos hai- neux et incendiaires. Semer la haine entre deux peuples frères ? Cʼest vraiment inad- missible. Que veulent-ils voir le jour de ce match ? Du sang et des cadavres sur le terrain et dans les tribunes ? Ce nʼest pourtant quʼun simple match de football. Aussi pas- sionnant et stressant soit-il, ce match ne sera pas diffé- rent de ses semblables avec autant de joueurs et dʼarbi- tres sur le terrain et autant de règles à respecter de part et dʼautre. Que veut-on en faire ? Une guerre ? Ceux qui le souhaitent auraient été plus inspirés en réanimant par exemple la flamme de leurs compatriotes à se soulever contre les adversaires de leur propre société qui leur font mener la vie dure à tous les niveaux socioculturel et poli- tico-économique. Ils seraient nettement mieux inspirés à tenter de faire des appels au peuple pour libérer Ghaza et nos frères palestiniens. Mais ce qui les intéresse le plus, cʼest comment semer la graine de la haine dans les cœurs des frères que sont les Egyptiens et les Algériens. Nul doute que cʼest cela qui arrangerait le mieux leurs desseins inavoués, quʼils soient commerciaux, so- ciaux, économiques ou même politiques. Car ceux qui se comportent de cette manière si vile et si peu civili- sée ne peuvent pas être neu- tres dans cette histoire. Sinon pourquoi tenter de chauffer les supporteurs de la sorte et les pousser à la sauvagerie ? Non, ce match ne sortira pas de son cadre sportif et les joueurs des deux équipes nous offriront un spectacle digne de leur rang, tout en donnant une vraie leçon de civisme à ces bêtes assoif- fées de sang et de guerres. Personnellement, je ne serais pas triste si lʼEgypte venait à se qualifier au Mondial et je soutiendrais mes frères égyp- tiens naturellement sʼils ve- naient à nous éliminer. Même si, tout au fond de moi, je souhaite de toutes mes forces que lʼAlgérie revienne au premier plan du football mondial. Mon souhait est lé- gitime comme cʼest le cas des Egyptiens pour leur équipe. Je dis juste que ce serait formidable que nos Verts se qualifient aux dé- pens du double champion dʼAfrique en titre. Ce sera la meilleure preuve de la matu- rité de ces jeunes qui nous éblouissent avec leur im- mense talent depuis quelques mois.

hafder@yahoo.fr

Victime d’une lésion du muscle adducteur

«J’en fais le serment :

je serai rétabli pour l’Egypte»

C omme annoncé

dans notre édition

d’hier, Anthar Yahia

souffre des adducteurs (plus précisément de l’ad- ducteur gauche), si bien qu’il a dû interrompre la séance d’entraînement de mardi après-midi. Hier matin, il a passé une écho- graphie dont les résultats ont été rendus publics dans l’après-midi : lésion trau- matique musculaire. Ce qui est certain, c’est qu’il est déjà officiellement out pour le match contre Fribourg de samedi prochain, puisqu’il doit être soumis à un repos, accompagné de soins, durant plusieurs jours.

Selon le site de Bo- chum, il sera absent au Caire Quant au match du 14 novembre contre l’Egypte, et bien que le club allemand annonce que Yahia n’y par- ticipera pas, le joueur n’est pas aussi catégorique dans son affirmation. Il est, certes, incertain pour cette confrontation, mais il n’est pas à écarter qu’il soit remis

sur pied à temps, la conva- lescence éclair de Karim Ziani, qui souffrait d’une blessure plus grave, une dé- chirure musculaire de 10 millimètres, lui donnant beaucoup d’espoir.

«On m’a prescrit un régime alimen- taire draconien et plein de médicaments» D’ailleurs, le joueur, que nous avons contacté hier en début de soirée, laisse montrer un mental d’acier. «Il ne s’agit que d’une toute petite déchirure. Pour le match de Bundesliga de ce samedi, je suis out, mais je me soumettrai à des soins jour et nuit pour être prêt pour le match de l’Egypte», nous a-t-il confié. «Juste- ment, j’ai déjà commencé ma rééducation. Je viens d’achever ma première séance de soins. On m’a prescrit un programme de soins assorti d’un régime alimentaire draconien. On m’a interdit de manger cer- tains aliments et on m’a donné des médicaments au goût répugnant, mais que je

donné des médicaments au goût répugnant, mais que je boirai volontiers, et à toute heure s’il

boirai volontiers, et à toute heure s’il le faut, pour pou- voir guérir vite», nous a-t-il assuré.

rence avec mes coéquipiers. Je poursuivrai mon pro- gramme de rééducation là- bas, sous la supervision du

«Normalement, je devrai recourir mardi» Le défenseur central al- gérien nous a également confirmé qu’il participera au stage de Coverciano. «Dimanche, je serai à Flo-

staff médical. Normale- ment, si le traitement est bien appliqué, je pourrais courir mardi prochain.» Il a tenu à lancer un message au peuple algérien : «Soyez convaincus que je ferai tout, absolument tout, quitte à souffrir jour et nuit, pour

être prêt pour le match du Caire. Ce match, je ne veux pas le rater et je ne le raterai pas inch’allah. J’en fais la promesse et le serment.»

Saturation à cause de l’accumulation des matches Il faut dire qu’une telle blessure est prévisible pour chaque joueur qui en- chaîne les matches sans in- terruption. En effet, Yahia est le seul joueur de Bo- chum à avoir joué l’intégra- lité des 11 premiers matches de la Bundesliga. Et comme son équipe su- bissait les matches plutôt qu’elle les jouait, c’est la dé- fense, dont il est le pivot, qui était le plus souvent mise à contribution. Si on y ajoute qu’il a fait tous les matches officiels de la sé- lection nationale, ne ratant que le match amical face à l’Uruguay à cause d’une lé- gère blessure, on comprend que Yahia a été très sollicité en ce début de saison et que ses muscles commen- cent à être saturés. F. A-S.

Yahia

«Les Egyptiens ne me

cent à être saturés. F. A-S. Yahia «Les Egyptiens ne me j’ai hâte d’y être. D’abord,

j’ai hâte d’y être. D’abord, parce que j’ai hâte de retrouver mes coéqui- piers. Nous vivons tous ensemble des moments incroyables. C’est à chaque fois avec beaucoup de plaisir que nous nous retrouvons. Ce sera en- core le cas cette fois-ci car nous avons un groupe fort, soudé par de solides liens. Ensuite, nous avons hâte d’en finir avec la campagne des qualifications. C’est la dernière marche et nous la franchirons inch’allah tous ensemble afin de faire plaisir au peuple algérien.

montre que l’image de l’Algérie s’est beaucoup améliorée auprès de l’opi- nion publique internationale et que notre football a retrouvé sa respecta- bilité. L’essentiel est que nous serons

dans un centre de haut niveau qui nous permettra de nous concentrer pleinement sur notre travail et de préparer sereinement et sérieuse-

font pas peur»

«Le match se jouera sur la pelouse, pas en dehors»

peur» «Le match se jouera sur la pelouse, pas en dehors» ment le match du Caire.

ment le match du Caire. Les Egyptiens promettent un pressing tous azimuts contre les Verts, que ce soit de la part de leurs joueurs ou de leurs supporters. Avez-vous peur ? Non, je n’ai pas peur des Egyp- tiens. Sachez que, personnellement, je joue chaque semaine dans des stades où le l’affluence minimale est de 40 000 spectateurs. Donc, les stades chauds et les ambiances chaudes, j’y suis habitué. Ce n’est donc pas le Cairo Stadium qui m’im- pressionnera. Ensuite, j’ai appris une chose dans ma carrière : tout se pas- sera sur le rectangle vert. Tous les au- tres détails, c’est juste pour le décor. Donc, je sais que nous serons 11 contre 11 sur le terrain et, là, je n’ai pas peur, car nous avons une équipe valable capable de tenir tête à celle de l’Egypte. L’Egypte est quand même championne d’Afrique en titre et est difficilement maniable sur son terrain… Je le sais et nous respectons les deux titres de champion d’Afrique

remportés consécutivement par l’Egypte. Cela démontre qu’il s’agit d’un adversaire respectable. Cepen- dant, notre équipe également est respectable et a prouvé sa valeur. De plus, le match aller à Blida m’a conforté dans ma conviction que la sélection d’Egypte ne nous est guère supérieure. Nous l’avons surclassée sur plusieurs plans. Donc, du point du vue sportif, je n’ai pas peur du tout. Je respecte l’adversaire, mais je ne le crains pas. Pour vous, quelle pourrait être la clef du match ? C’est de jouer comme nous avons l’habitude de le faire et de nous dire que le match dure 90 minutes. Il faut nous préparer à réagir à tous les scé- narios du match. Pour moi, nous avons toujours notre destin entre nos mains. Nous aurons aussi et sur- tout une pensée pour le peuple algé- rien dont les images de liesse seront dans nos esprits tout au long du match.

Entretien réalisé par Farid Aït Saâda

Ziani : «Je pense retaper dans le ballon ce week-end»
Ziani : «Je pense retaper dans le ballon ce week-end»

Ziani : «Je pense retaper dans le ballon ce week-end»

Ziani : «Je pense retaper dans le ballon ce week-end»
Ziani : «Je pense retaper dans le ballon ce week-end» Karim Ziani poursuit son programme de

Karim Ziani poursuit son programme de soins intensifs afin de soigner sa dé- chirure musculaire à la cuisse droite. La déchirure s’étant cicatrisée, le milieu de terrain de Wolfsburg s’est déjà remis à courir lundi. Il poursuit son programme à base de soins, de massages et de

terrain de Wolfsburg s’est déjà remis à courir lundi. Il poursuit son programme à base de

courses à pied. «Je me sens de plus en plus mieux», nous a-t-il affirmé hier. «La convalescence va dans le bon sens. Nor- malement, si le muscle se ramollit com- plètement dans les deux prochains jours, je pourrai retaper dans le ballon ce week- end.» Il exclut la possibilité de partici-

dans les deux prochains jours, je pourrai retaper dans le ballon ce week- end.» Il exclut

per au match de championnat de di- manche prochain face à Hoffenheim. «C’est au staff de décider, mais je ne crois pas que je serai prêt pour ce match, d’au- tant plus que je n’ai pas encore repris l’en- traînement avec ballon.»

F. A-S.

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup d’œil Équipe nationale

5
5

Les billets en vente à partir du 11 novembre

La Fédération égyptienne de football (FEF) vient d’annoncer, via son site Internet, que la vente des billets du prochain Egypte- Algérie débutera le mercredi 11 novembre. Plusieurs points de vente, dont le siège de la FEF, se- ront aménagés pour l’événement. Le gros des billets sera distribué au Caire, même si les autres ré- gions auront aussi leurs quotas, mais en quantité restreinte com- parée à la capitale.

mais en quantité restreinte com- parée à la capitale. Le quota des supporters algériens chez Hadjar

Le quota des supporters algériens chez Hadjar

Les différentes agences de voyages qui se souhaitent ache- miner les supporters algériens au Caire en prévision du match Egypte-Algérie du 14 novembre savent à présent à qui s’adresser pour acquérir les fameux billets d’accès au stade, de couleur verte pour l’occasion. La Fédération égyptienne de football vient d’annoncer qu’elle remettrait le quota de 2 000 tickets à l’ambas- sade d’Algérie au Caire. Les dif- férentes agences de voyages et autres candidats au déplacement n’auront donc qu’à se rappro- cher de l’ambassade d’Algérie pour être servis.la capitale. Le quota des supporters algériens chez Hadjar Les prix des billets baissés de 50

Les prix des billets baissés de 50 %

pour être servis. Les prix des billets baissés de 50 % Nous écrivions dans l’une de

Nous écrivions dans l’une de nos précédentes éditions que la rue cairote a accueilli avec un certain scepticisme l’annonce des prix des billets du prochain Egypte-Algérie. Une réaction qui a poussé les responsables de la Fédération égyptienne a baissé les prix de 50 % afin de permet- tre au large public d’assister au match. Il faut dire que les prix initiaux n’encourageaient guère à l’engouement, vu que la majorité des supporters égyptiens est issue de la couche sociale moyenne.

La rue cairote redoute la défense

couche sociale moyenne. La rue cairote redoute la défense Paradoxalement, il semblerait que l’optimisme démesuré

Paradoxalement, il semblerait que l’optimisme démesuré qu’af- fichent les Egyptiens en prévi- sion du match face à l’Algérie est tempéré par les appréhensions mal dissimulées qu’ils nourris- sent par rapport à leur arrière- garde jugée un peu trop élas- tique à leur goût. Il faut dire que l’absence de Wael Gomâa pour cause de suspension a ravivé de plus belle les craintes du côté du Nil, d’autant que Hani Said sem- ble «piocher» depuis quelques temps au Zamalek. Le rende- ment du stoppeur laisse à dési- rer. Les deux potentiels remplaçants de Gomâa, à savoir Cherif Abdelfadil et Abdeldahar Al Sekka, ne sont pas au sommet de leur forme non plus. Le pre- mier fait banquette au Ahly du Caire qu’il a rejoint cet été, alors que le second, du haut de ses 37 ans, semble déjà cuit !

Tirage au sort de la CAN-2010

L’Algérie dans

le 3 e ou 4 e chapeau

la CAN-2010 L’Algérie dans le 3 e ou 4 e chapeau L a Confédération africaine de

L a Confédération africaine de football procèdera le 20 novembre 2009, de 14h GMT à 16h15 GMT au Palais des congrès de Talatona à Luanda en An- gola, au tirage au sort d’Orange Coupe

d’Afrique des nations 2010. La cérémonie qui va se dérouler en présence du président de la CAF, M. Issa Hayatou, et des membres du Comité exé- cutif, verra également la participation des repré- sentants des 16 pays qualifiés à l’issue des éliminatoires. A l’issue du tirage au sort, les équipes seront divisées en quatre poules de qua- tre équipes pour une formule championnat. Les deux premières équipes de chaque poule seront qualifiées pour les quarts de finale à partir des- quels la formule sera celle de la Coupe. A chaque phase finale de la Coupe d’Afrique des nations, le barème de points suivants est accordé aux équipes qui se sont qualifiées pour la phase fi- nale de la Coupe d’Afrique des nations : les trois dernières Coupes des nations 2004, 2006 et 2008 sont prises en considération. Toutefois, une plus grande importance est accordée aux éditions les plus récentes. Les points de l’édition 2008 sont donc multipliés par un coefficient (3) et les points

de l’édition 2006 par un coefficient (2). Absentes des deux dernières éditions, l’équipe nationale al- gérienne, en dépit d’un parcours extraordinaire lors des éliminatoires combinées de la CAN et du Mondial-2010, risque de se retrouver dans le 3 e voire le 4 e chapeau si les autres participants à la CAN auraient de meilleurs coefficients.

N. B. : En cas d’égalité de points entre deux pays conformément au barème ci-dessous, il sera pris en considération, pour les départager, le nom- bre de points totalisé par chaque pays conformé- ment aux résultats réalisés dans leurs matches lors des trois phases finales en question (3 points pour une victoire, 1 point pour un match nul et zéro point pour une défaite).

Classement

Points accordés

Vainqueur de la CAN

7

Finaliste

5

Demi-finaliste

3

Quart de finaliste

2

Eliminé au 1 er tour

1

«On va

perdre !»

Un ami, que Dieu lui pardonne, m’a assené de bon matin un coup au moral en m’éructant : «On va perdre !» Yarrrab ! Pas besoin de vous expliquer qu’il parlait du match du 14 contre l’Egypte. Je l’ai regardé droit dans les yeux, de mon regard taciturne, avant de me détourner de lui, sans broncher. Que voulait-il dire par cette phrase pourrie ? Baisser les bras et me préparer à la défaite comme lui ? Il m’a fallu trois bonnes heures avant de cerner son problème. En fait, ce sentiment défaitiste est propre à l’Algérien résidant en Algérie. Il est inévitable, fatal même. Il a été cul- tivé par des années de misère en tous genres, vécues dans le déses- poir total au sein de notre société. Ce pessimisme systématique s’est installé profondément dans le cœur de certains Algériens qui semblent avoir perdu le goût de la victoire et ne croient plus au rêve. C’est comme si on leur avait brisé les ailes et crevé les yeux. Ces gens- là sont les déçus de l’Algérie qui ont tellement souffert, tellement enduré depuis des années, qu’ils n’ont plus la force mentale de croire ne serait-ce qu’à une victoire d’une équipe de football. C’est ce qui leur fait dire qu’on va encore perdre, comme ils ont perdu leurs espoirs dans ce pays qui les a tant déçus. Heureusement que Dieu nous a donné ces enfants nés à l’étranger qui sont revenus à la maison avec des idées plus claires et une volonté inébranlable. Fran- chement, Saâdane a énormément de chance de ne pas avoir une ma- jorité de joueurs locaux. Car les Ziani, Meghni, Yahia, Bougherra, Matmour, Ghezzal et les autres en- fants d’émigrés ne doutent absolu- ment de rien. Ils ont grandi dans des pays qui cultivent la gagne et qui ont pour devise d’autre slogans que ce fichu «On va perdre !» qui nous sape le moral et qui nous fait perdre la bataille, avant même d’avoir affronté l’adversaire. Dieu

merci, Yebda et ses camarades ont

d’autres repères, d’autres devises

qui leur font croire que la qualifi-

cation est très possible. Car ail-

leurs, on ne fait confiance qu’à

ceux qui croient à «Yes we can !»

Nacym Djender

De notre envoyé spécial au Caire Un présentateur égyptien Blessures de Ziani et Bougherra :
De notre envoyé spécial au Caire
Un présentateur égyptien
Blessures de Ziani et Bougherra :
défend
Le Buteur
et
El Heddaf
Les Egyptiens n’y croient pas !
Lors
d’une
émission
sportive
sur
Modern
Sport,
consacrée
aussi
au
Egypte-Algérie,
Le
Buteur
et
Heddaf,
nos
deux
quotidiens
ont
été
cités
par
quelques
observateurs
égyptiens
comme
les
journaux
provocateurs
en
Algérie
et
certains
nous
ont
même
pointés
du
doigt
en
nous
accusant
de
Il quatre nous principaux virulence.
Nous
n’avons
pas
besoin
de
ou
de
dre
puisque
le
présentateur
l’émission,
que
a nous pas
sa-
luons
au
passage,
s’en
est
chargé
lui-même.
n’a
exclu
la
responsabilité
de
la
presse
algérienne,
mais
incriminé
beaucoup
plus
les
le différentes match
de
télévision
égyp-
tiennes,
les
spécialisées
en
sport
notamment,
en
je souli- pas défen- d’en de nuit.
gnant
que
«l’Algérie
n’a
aucune
chaîne
de
télévision
spécialisée
pour
nous
faire
face.
Elle
n’a
que
quelques
jour-
naux,
alors
qu’en
Egypte,
nous
plus
de
chaînes
L es informations faisant été des
blessures contractées par certains
joueurs algériens à l’image de Bou-
spécialisées
on
n’arrête
pas
d’en
rabâcher
jour
et
plus,
vous
trouvez
moyen
à que d’accuser de répondre
les
Algériens
faire
trop
avec
deux
journaux
Il sportifs, chaînes ! avons Personnellement,
lis
quo-
tidiennement
El
Heddaf
et,
franchement,
je
n’ai
trouvé
la
virulence
dont
vous
parlez.
m’est
même
arrivé
lire
toute
une
page
on
ne
dit
du
bien
sur
l’équipe
égyp-
gherra et Ziani ont été prises avec des pin-
cettes au Caire et ailleurs en Egypte. En
effet, au pays des Pharaons, en guise d’in-
fos, on croit plutôt que c’est de l’intox par-
ticulièrement à propos de ces deux
joueurs. Les Egyptiens pensent que c’est là
un stratagème auquel a recours le staff
technique de la sélection algérienne pour
les endormir en distillant ce genre d’in-
formation avec bien sûr la complicité de
la presse locale. Pourtant du côté du Caire
on doit savoir qu’on n’est jamais mieux
servi que par soi même et donc ils n’ont
qu’à aller voir ailleurs du côté de Bochum
et Glasgow pour en avoir le coeur et ces-
ser d’accuser ainsi leurs « frères » algérien
à tort et à travers. chouaib. k
tienne.
C’est
nous
qui
en
faisons
trop
messieurs»,
a-t-il
commenté
avant
de
passer
un
autre
sujet.
B. El De M.
6
6

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup d’œil Équipe nationale

 

De notre envoyé spécial au Caire : Chouaïb K.

  De notre envoyé spécial au Caire : Chouaïb K.

Nous ne sommes pas

 

les bienvenus en Egypte

K. Nous ne sommes pas   les bienvenus en Egypte L’ espoir, aussi mince soit- il,

L’ espoir, aussi mince soit- il, de voir le ton baisser d’un cran entre les deux camps, algérien et égyptien, à l’approche du très attendu Egypte-

Algérie du 14 novembre s’est litté- ralement étiolé. La guéguerre médiatico-médiatique que se li- vrent les deux peuples depuis plus d’un mois maintenant a cédé la place au Caire à une animosité hos- tile à tout ce qui est algérien. C’est le triste constat auquel nous sommes parvenus lorsque nous sommes allés prendre le pouls de la rue égyptienne à quelque dix jours du big match. De la sensibilité à fleur de peu, les relations entre les deux pays se sont considérablement dégradées ces derniers jours par la faute d’irresponsables, des deux parties cela s’entend, qui ont fait d’un banal match de foot (si ! si ! c’en est un) des préparatifs aux ob- sèques, pour ainsi dire, des rela- tions algéro-égyptiennes en matière de football. Et il ne s’agit nullement ici d’exagérer la chose pour en ra- jouter une couche, tel que pour- raient le croire certains esprits mal tournés. Les caricatures de joueurs égyptiens assis sur onze tombes al- gériennes placardées un peu par- tout au Caire sont là pour nous rappeler la triste réalité de ce à quoi risquerait de ressembler le rendez- vous du 14 novembre. «Le nombre de martyrs algériens va augmenter de onze ce 14 novembre», argumen- tait-on avec une pointe d’humour à deux livres sur les fameuses carica- tures, comme pour dire que la pres- sion risque d’être à son paroxysme au Caïro-Stadium dans dix jours.

Les fleurs de la réconciliation sont fanées Les fleurs que voulaient tendre certains modérés égyptiens, sou- cieux d’apaiser les esprits à la veille du match, se sont fanées depuis que Samir Zaher, le ci-devant président de la fédération égyptienne a tendu sa langue fielleuse pour dire au peuple égyptien de faire ce qu’il veut des Algériens (sic). Un coup de massue qui est venu assommer dé-

finitivement les relations entre les deux pays, déjà fragilisées par les attaques sans retenue aucune des frères Hassan, d’Al Ghandour et de Medhat Chalabi. Celui-ci dont l’émission diffusée sur Modern Sport se nourrit exclusivement de polémique a torpillé toute initiative œuvrant à concilier les esprits et

ses gonds et pendre sa langue pour nous dire tout le «bien» qu’il pense des Algériens à qui on en veut visi- blement à mort d’avoir commis le crime de lèse-majesté d’oser brûler le maillot égyptien. Il semble clair qu’au Caire, on n’est pas près de pardonner cette agression caracté- risée, disait-on, au symbole égyp-

agression caracté- risée, disait-on, au symbole égyp- apaiser le ton, par le choix des re- portages

apaiser le ton, par le choix des re- portages qu’il diffusait, comme par exemple celui montrant trois jeunes Algériens irresponsables mettant le feu au maillot égyptien à la fin du match aller à Blida pour les présen- ter au peuple égyptien comme une preuve édifiante du ressentiment al- gérien à tout ce qui est égyptien. L’histoire est là pour retenir que des hommes de cette espèce n’ont rien fait pour dépassionner les débats, si par malheur, le ciel venait à tomber sur Le Caire et que les pyramides vacillent le 14 novembre prochain. Et qu’ils ne viennent surtout pas prêcher la bonne parole après avoir donné du grain à moudre par des tonnes à ceux qui se nourrissent de polémique.

tien. Aujourd’hui, la tension a atteint son point culminant au point de faire dire à certains, pour ne pas dire d’aucuns, que la ren- contre ne risque pas de se dérouler dans le calme. Et là, on est, de l’avis du simple citoyen, bien loin de l’en- jeu médiatico-mercantile des chaînes de télévision égyptiennes

Une hostilité à fleur de peau L’hostilité à tout ce qui est algé- rien au Caire, nous l’avons effleurée de la main et sentie à plein nez au Caire lorsque le simple fait de dé- cliner notre identité à un simple serveur de café ou à un chauffeur de taxi suffisait à le faire sortir de

ou encore des discours démesurés de Zaher, soucieux lui aussi de dé- fendre son «koursi». C’est la parole, d’un citoyen comme vous et moi, d’un supporter qui ira au stade du Caire le 14 novembre pour suppor- ter bec et ongles l’équipe de son pays face à l’Algérie.

Une guéguerre médiatique aux dessous mercantiles La genèse de la guéguerre algéro- égyptienne ne date pas d’hier. Les jeunes et les moins jeunes sont venus au monde et ont grandi avec l’idée reçue qu’entre l’Algérie est le frère ennemi de l’Egypte lorsqu’il est question de foot ! (Encore heu- reux…). Mais il faut dire que le fossé séparant les deux galeries s’est profondément creusé à l’approche de ce match décisif pour la qualifi- cation au Mondial 2010, rendue une question de vie ou de mort par une guerre acharnée que se livrent dans le secret les chaînes de télévi- sion égyptiennes à but purement mercantile. La preuve nous est don- née par la concurrence acharnée qui existe entre les trois chaînes Al Hayat, d’un côté, et Dream et Mo-

commentaires incendiaires de per- sonnalités sportives, sciemment choisies tels Al Ghendour et les frères Hassan, connus pour leurs discours jamais modérés, à la limite haineux. C’est ainsi, par le simple souci d’augmenter leur audimat et par ricochet leurs rentes, ces deux chaînes de télévision ont sciem- ment prêché la haine avant cet Egypte-Algérie.

Que le Sphinx perde la face ! Que le Sphinx déjà amoché perde la face ! Que les Pyramides dont il est le gardien vacillent ! Que Oum Al Dounya pleure ses rejetons à chaudes larmes, l’EN ira au Caire, jouera son match et advienne que pourra ! L’équipe d’Algérie a déjà tout gagné. Le respect, l’amour et la ferveur. Après, celui qui accuse l’au- tre de pires maux n’en est pas moins chevaleresque lorsqu’il se met à ver- ser dans les mêmes pratiques qu’il dit pourtant dénoncer. L’Algérie ira jouer un match de foot et fera la fête au Caire si par bonheur la qualif ’ vient au bout. Nos joueurs sauront faire fi des sifflets et autres quolibets qui vont fuser comme s’il en pleu-

et autres quolibets qui vont fuser comme s’il en pleu- dern Sport, de l’autre. Ainsi, lorsque

dern Sport, de l’autre. Ainsi, lorsque Al Hayat avait pris l’initiative de jouer les réconciliateurs en lançant son slogan «Une rose pour chaque Algérien», Modern Sport et Dream se sont dépêchées de torpiller l’ini- tiative en gavant leurs téléspecta- teurs d’images de deux jeunes Algériens (nous en parlions ci-des- sus) brûler le maillot égyptien et de

vait des travées du Caïro-Stadium. Oui ! Nos joueurs ne comprennent pas ce langage-là. Le match, c’est sur le terrain qu’il se jouera. Et là, cha- cun n’aura que son talent et ses crampons pour faire la différence. Libre après aux souffleurs de pipeau de chauffer le bendir jusqu’à le trouer. A moins qu’il ne le soit déjà. C. K.

après aux souffleurs de pipeau de chauffer le bendir jusqu’à le trouer. A moins qu’il ne

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

7

Coup d’œil Équipe nationale

Nostalgie

Nostalgie

Nostalgie

Nostalgie

Nostalgie

Nostalgie

Nostalgie

Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Les confrontations algéro-égyptiennes depuis 1962
Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Les confrontations algéro-égyptiennes depuis 1962
Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Les confrontations algéro-égyptiennes depuis 1962
Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Les confrontations algéro-égyptiennes depuis 1962
Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Nostalgie Les confrontations algéro-égyptiennes depuis 1962

Les confrontations algéro-égyptiennes depuis 1962

Egypte 1 - Algérie 0 20/03/1964 Le Caire Match amical Arbitre Admi (Italie) But :
Egypte 1 - Algérie 0
20/03/1964
Le Caire
Match amical
Arbitre Admi (Italie)
But : Riad (32’ )
Egypte :
Roby, Mostafa, Badaoui,
Aburgeila, Kotb, Sherbini,
Shalem, Riad, Toha, Shazli,
Hassen.
Algérie :
Boubekeur, Defnoun, Zi-
touni Mustapha, Zitoun,
Ahmed-Arab, Soukhane Mo-
hamed, Zefzef, Mekhloufi,
Lalmas, Soukhane Abde-
rhmane, Amara Said
Entraîneur : Khabatou
Soukhane Abde- rhmane, Amara Said Entraîneur : Khabatou Egypte 2 – Algérie 2 22/03/1964 Alexandrie Match
Soukhane Abde- rhmane, Amara Said Entraîneur : Khabatou Egypte 2 – Algérie 2 22/03/1964 Alexandrie Match
Egypte 2 – Algérie 2 22/03/1964 Alexandrie Match amical Arbitre : Kholi (Egypte) Buts :
Egypte 2 – Algérie 2
22/03/1964
Alexandrie
Match amical
Arbitre : Kholi (Egypte)
Buts : Lalmas (37’),
Mekhloufi (65’) – Azzedine
(35’) – Chazli (79’)
Egypte :
Derouache, Tebakh, Cherbini,
Asnaoui, Kotb, Badawi (Cha-
heen), Abdul, Fatah, Riadh,
Chazli, Farouk.
Algérie :
Boubekeur, Metrah, Zitouni
Mustapha, Ahmed-Arab, Zi-
toun, Soukhane Mohamed,
Mekhloufi, Defnoun, Sou-
khane Abderrahmane, Lalmas,
Amara
Entraîneur : Khabatou.

L’EN s’est déplacée au Caire presque dans l’anonymat

L’EN s’est déplacée au Caire presque dans l’anonymat drie. Il faut avouer que ce n’est pas

drie. Il faut avouer que ce n’est pas facile de trouver les principaux ac- teurs de ces deux rencontres (20 et 22 mars 1964). Ces rencontres se sont déroulées dans un cadre ami- cal. Il n’y avait pas encore des matchs entre les deux équipes

comptant pour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique. Mais les joueurs du FLN de l’époque ont, depuis le fameux appel de 1958, répondu à chaque fois présent.

Soukhane

«Bon gré mal gré, on répondait à l’appel de l’équipe nationale»

Mohamed Soukhane évoluait dans le temps dans le championnat profes- sionnel français. Il faisait partie de l’effectif du Havre Athléctic Club. Se rappelle-t-il de cette rencontre ami- cale que les professionnels avaient jouée face à l’Egypte ? «Vous me citez une rencontre qui s’est disputée dans les années 1960. Cela fait quand même plus de quarante ans. Il est très difficile de revenir en arrière pour parler d’un match aussi loin. Je me souviens que lorsqu’on nous faisait appel, on ne se posait pas trop de questions. On prenait aussitôt la route vers le pays. Même le club auquel nous appartenions ne pouvait pas nous refuser de répondre à la convo- cation de l’équipe nationale. On y ve- nait bla yemahoum», dit-il.

«A Alexandrie, je ne voulais pas jouer, je me suis blessé»

Mohamed Soukhane a pris part aux deux matchs qui s’étaient dispu- tés au Caire et à Alexandrie. Il a fait partie de l’effectif qui avait joué les matchs rentrant dans le cadre de la

qui avait joué les matchs rentrant dans le cadre de la commémoration de la première fête

commémoration de la première fête de l’Indépendance. «On avait joué en 1963 deux rencontres face à l’Egypte, elles s’étaient soldées par un score de parité. A Oran, on avait terminé sur un score de 2 à 2, et à Alger par un but partout. Je me rappelle de ce match contre l’Egypte à Alexandrie, le deuxième après celui disputé au Caire. Je n’ai pas pu aller au terme de la par- tie, parce que j’avais contracté une dé- chirure musculaire.» Mohamed Soukhane nous expliquera que lors de

la deuxième manche face aux Egyp- tiens, il avait demandé à être dispensé car il ne se sentait pas en bonne forme physique. «J’ai dû contracter cette dé- chirure musculaire probablement à cause de la fatigue. J’avais demandé au docteur Maouche (le président de la FAF de l’époque, aujourd’hui décédé) de m’épargner de ce match car je ne me sentais pas bien. Il m’avait répondu que l’équipe nationale avait besoin de mes services. Je n’ai pas pu refuser, bien évi- demment.» Mouloud B.

Cela s’est passé ce jour-là

La presse de l’époque n’avait pas couvert l’événement

Quelques journaux paraissant en langue française existaient à cette époque. Parmi les quotidiens qu’on a

Quelques journaux paraissant en langue française existaient à cette époque. Parmi les quotidiens qu’on a pu consulter, Le Peuple en langue française. Ce n’est que plus tard que les responsables politiques de l’époque décidèrent de le transformer en quotidien en langue nationale. Il y avait aussi Alger Républicain. Ces

deux titres ne consacrèrent que de courtes brèves à ses rencontres sportives. Ce dernier s’étant excusé auprès de ses lecteurs du manque d’information concernant le déplacement de l’équipe nationale en Egypte à cause de l’absence de moyens, se contentant d’un enca- dré en page sportive. Le Peuple n’envoya pas non plus de journalistes. Il y avait durant cette période un événement politique en Algérie, jugé sans doute très (ou plus) im- portant : la visite du président guinéen Sekou Touré. Une visite de quelques jours à laquelle la presse consacrera une couverture de plusieurs pages.

Sekou Touré immobilisait la capitale

On lisait dans la presse de l’époque qu’un arrêt de travail était prévu lors du passage du Président guinéen dans la capitale. Certainement lors de sa conduite de l’aéroport vers le lieu de sa résidence. Il faut se rappeler que durant la période du premier Président de l’Algérie indé- pendante, et même à l’époque de Boumediène, du primaire au lycée les élèves s’agglutinaient au bord des trottoirs lors des visites des chefs d’état pour applaudir le passage des cortèges présidentiels. Le voyage du président Sekou Touré, quant à lui, ne s’arrêtait pas en Algérie puisque le Président guinéen se dirigeait par la suite en Allemagne. Avant son départ il avait, en com- pagnie de président Ben Bella, qui aimait à s’habiller en veste à col Mao, l’usine Berliet, aujourd’hui Sonacome. Cette visite rentrait probablement dans le cadre de vente de poids lourds à la Guinée.

Berliet, aujourd’hui Sonacome. Cette visite rentrait probablement dans le cadre de vente de poids lourds à

8

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

12 000 spectateurs à… l’entraînement

Comme prévu, la séance d’entraî- nement effectuée mardi passé au stade d’Assouan a été ouverte au pu- blic qui a fait le déplacement en masse. Environ 12 000 spectateurs ont suivi ladite séance, en présence du président de la FEF, Samir Zaher, et du premier responsable de la ville d’Assouan. Pour rappel, c’est l’entraî- neur Hassen Shehata qui a levé le huis clos et permis aux supporters de suivre la séance de lundi, à condition de ne pas être munis d’appareil photo ou de caméra afin d’assurer la discré- tion.

Attention au scénario de l’île Maurice !

La sélection tanzanienne, qui est arrivée avant-hier au Caire, a rallié directement la ville d’Assouan dis- tante de 450 km. Composée de 29 membres, à leur tête le vice-président de la Fédération tanzanienne, Ram- dane Necib, la délégation tanza- nienne a pris ses quartiers à l’hôtel « Besma », l’un des meilleurs établisse- ments hôteliers d’Assouan. L’équipe tanzanienne a effectué un entraîne- ment, hier à 19h30, au stade d’As- souan sous la houlette de son entraîneur brésilien Marcio Maximo. Par ailleurs, l’idée d’affronter un tel adversaire pour les Pharaons ne fait pas l’unanimité chez les observateurs égyptiens qui craignent que la ren- contre d’aujourd’hui ne se transforme en entraînement pour les camarades de Mohamed Abou Trika qui ris- quent, selon eux, de tomber dans la facilité, comme ce fut le cas contre la modeste équipe de l’île Maurice qu’ils ont battue avec une facilité décon- certante. La Tanzanie, pour rappel, qui a été sortie des éliminatoires de la Coupe du monde au premier tour, occupe la 99 e place au classement FIFA. Les Tanzaniens, pour rappel ont disputé leur dernier match en amical le 12 août qu’ils ont remporté 2 à 1 contre l’équipe du Rwanda.

Abou Trika rend visite aux malades d’Assouan

Abou Trika rend visite aux malades d’Assouan L a star égyptienne de football, Mohamed Abou Trika,

L a star égyptienne de football, Mohamed Abou Trika, a ef- fectuée une visite à l’hôpital

d’Assouan, répondant à une invita- tion du chirurgien Magdi Yakoub. L’attaquant égyptien a visité le ser- vice de cardiologie où il a été cha-

leureusement accueilli par les responsables, fonctionnaires ainsi que les malades, qui pour se faire prendre en photo, qui pour l’inter- roger sur les chances de qualifica- tion des Pharaons au Mondial. Abou Trika les a naturellement ras- surés en leur répondant que l’équipe était concentrée et prête à relever le défi d’aller en Coupe du monde. Par ailleurs, tous les joueurs égyptiens ont promis d’ef- fectuer une omra, juste après le match du 14 novembre, en cas de qualification. Imad Motâab, de son côté, a promis de se marier, dans le cas où l’Egypte réussissait à passer en Coupe du monde. Chouaïb K.

Coup d’œil Équipe nationale

Egypte-Tanzanie

Shehata veut fausser les calculs de Saâdane

Egypte-Tanzanie Shehata veut fausser les calculs de Saâdane L sélection égyptienne poursuit sa préparation à

L sélection égyptienne poursuit sa

préparation à Assouan, en prévision

la prochaine et décisive rencontre

a

de

contre l’Algérie prévue le 14 novem- bre. En regroupement depuis déjà

une semaine, les Pharaons disputeront un match amical, aujourd’hui, contre l’équipe de la Tanza- nie au stade d’Assouan. La presse égyptienne pense que l’entraîneur Shehata profitera de l’oc- casion pour essayer d’abord de désorienter son homologue algérien, Rabah Saâdane, en faussant ses calculs, lui qui suivra certainement avec beaucoup d’intérêt ce match. L’objectif secon- daire du staff technique sera de revoir son effec- tif et d’essayer de trouver des solutions de rechange à d’éventuelles défections, comme celle de Hosni Abderabbou. L’entraîneur Shehata es- saiera certainement de cacher ses intentions ainsi que le onze qui devra débuter le match contre

l’Algérie, en alignant deux équipes différentes à chaque mi-temps. Il est donc possible de voir en

première période Issam Al Hadary dans les bois, Ahmed Fethi, Ahmed Saïd «Oka», Cherif Ab- delfodil et Saïd Moâwad en défense. Le milieu sera constitué de Mohamed Barakat, Hani Saïd, Ahmed Hassen et Mohamed Abou Trika. Le duo d’attaque sera composé de Amr Zaki et Imad Motâab. Abdelouahad Al Sayed, Wael Gomâa, Al Moârassem Salem, Ahmed Al Mohammedi, Abddelaziz Tewfik, Mohamed Homes, Moha- med Chaâbane, Ahmed Eid Abdelmmalek et Ahmed Raouf seront incorporés en deuxième mi-temps. Le trio des professionnels, à savoir Hosni Abderabbou (Ahly Dubaï), Mohamed Chawki (Middlesbrough), Mohamed Zidan (Bo- russia Dortmund), qui sera absent à cette ren- contre, ne rejoindra le groupe qu’à partir du 7 du mois en cours.

Altercation entre Hassen et Al Mohammedi

Depuis que les Pharaons sont rentrés en stage de préparation, en prévision de la pro- chaine rencontre contre l’Algérie, la télévi- sion égyptienne ne fait que montrer de belles images, comme celles des joueurs en train d’accomplir leur prière ensemble, se regrouper autour des éléments connus pour leur piété comme Mohamed Abou Trika lors des «halaqat» ou les réunions de joueurs avec les membres du staff technique qui les motivent pour le prochain match. Les médias égyptiens ne parlent que de la concentration de leurs joueurs et leur dé- termination à battre l’Algérie. Toutefois et en dépit des promenades des joueurs dans les différents sites touristiques de la ville d’Assouan, la pression semble toujours pré- sente dans le camp des joueurs égyptiens. Cela s’est vérifié lors d’une séance d’entraî- nement ou une vive altercation a éclaté entre Ahmed Hassen et Mohamed Al Mo- hammedi. Une altercation que les médias ont voulu faire passer sous silence.

La blessure de Hosni Abderabbou préoccupe les Egyptiens

La blessure du milieu de terrain Hosni Abderabbou, l’auteur de l’unique but contre la Zambie et meilleur élément de la CAN 2008, semble inquiéter au plus haut point les Egyptiens qui font tout pour qu’il soit pré- sent lors de la rencontre du 14 novembre. Le président de la FEF, Samir Zaher, ainsi que Hazem El Houari ont réussi à convaincre les responsables du club du Ahly Dubaï de per- mettre à Abderabbou de rejoindre la sélec- tion qui se trouve en regroupement à Assouan pour poursuivre les soins sous la houlette du médecin de l’équipe, Ahmed Maged, et du physiothérapeute, Hossam Al Abrachi. Il a été donc décidé de le soumet- tre à un programme de soins et de rééduca- tion intensifs pour lui permettre d’être présent au prochain match contre l’Algérie. Samir Zaher a tenu à remercier Cheikh Khalifa Benselmane et Mohamed Khalfane al Rmithi, respectivement président du club Ahly Dubaï et président de la Fédération Emiratie de Football pour leur compréhen- sion et leur collaboration. Mais pour ne pas être pris de court, l’entraîneur Shehata pense déjà à préparer un éventuel remplaçant au milieu du Ahly Dubaï, au cas où son ab- sence se confirmerait.

Un Egyptien f’hal lessive en direct la présentatrice de Modern Sport

H ier matin, lors d’une émission sportive ayant pour sujet le match Egypte-Al- gérie du 14 novembre sur la chaîne

égyptienne Modern Sport, présentée par une journaliste égyptienne, les téléspectateurs étaient invités à intervenir pour donner leurs avis sur ce grand rendez-vous et sur tout ce qui se dit çà et là autour de ce match qui suscite une polémique sans précédent entre les deux parties. Une Algérienne a appelé pour commenter ce qui se passe actuellement entre les deux pays, par presse interposée, et pour dénoncer tous les dépassements constatés des deux côtés, tout en souhaitant que le match se déroule dans un fair- play total et qu’il n’ait aucune répercussion sur les relations de fraternité entre les deux peuples. Mais la présentatrice de l’émission, d’une mau- vaise foi certaine et sans doute surprise par le sens de la raison de l’Algérienne, a essayé maintes fois de la couper, sous prétexte qu’elle ne comprenait pas ce qu’elle disait, ou parce qu’elle parlait trop vite. Elle voulait vraisembla- blement la vexer en lui faisant savoir qu’elle ne comprenait pas la langue qu’elle parlait, avant de la zapper complètement en coupant la commu- nication. Pourtant, l’Algérienne en question par- lait un arabe parfait sans aucune ambiguïté. Tout de suite après, c’est un téléspectateur égyptien qui a appelé. Grande fut notre surprise de l’en- tendre d’emblée, après s’être présenté, défendre

l’Algérienne qui est intervenue juste avant lui pour dire à la présentatrice de l’émission qu’elle parlait un arabe correct et compréhensif, et qu’il n’y avait pas de raison de la zapper. «Moi, j’ai to- compris tout ce que la dame disait. Je me de- mande pourquoi vous dites que vous n’avez rien compris. C’est comme si vous aviez besoin d’un interprète pour traduire de l’arabe à l’arabe. Vou- lez-vous que je vous répète tout ce que la dame voulait dire ?», demanda-t-il à la présentatrice. «Oui, allez-y», lui a-t-elle répondu. Alors, en quelques secondes, le téléspectateur égyptien a repris tout ce que l’Algérienne disait avant lui, et n’a pas manqué de lessiver au passage la journa- liste de l’émission en lui indiquant en direct que «c’est plutôt ce genre de comportement qui risque de nuire aux relations entre les deux peuples, et ce sont vous les journalistes qui êtes derrière toute cette dégradation.»

«Pourquoi ne montrez-vous pas les images du match USMA-Al Ahly ?»

Le téléspectateur égyptien qui en avait visi- blement gros sur le cœur, ne supportait plus tous les bobards qu’on raconte ces temps-ci sur les différentes chaînes de télévision égyptiennes. «Vous ne montrez que les images qui vous arran- gent et qui accablent les Algériens. Vous ne cessez pas de diffuser les images du match Algérie-

Egypte de 2001, mais personne n’a osé diffuser les images du match USMA-Al Ahly de 2005 où les deux équipes étaient rentrées sur le terrain avec les drapeaux des deux pays, un match au cours duquel l’équipe d’Al Ahly avait été chaleureuse- ment accueillie, ainsi que ses supporters. Al Ahly avait battu l’USMA chez elle, mais cela n’a pas empêché le public algérien d’applaudir sportive- ment notre équipe à la fin du match. Pourquoi ne montrez-vous pas ces images ?», s’interrogeait-il.

«Nos respects Monsieur Benchikha !»

Sans laisser le temps à la présentatrice de le couper, il n’a pas manqué de citer Abdelhak Benchikha, notre sélectionneur national, et sa déclaration à la radio comme exemple de sa- gesse et de civisme. «J’ai entendu un entraîneur algérien qui a pour nom Abdelhak Benchikha dire ceci : Si ce match va créer une fitna entre l’Al- gérie et l’Egypte, je préfère que l’Algérie soit éli- minée. Voilà un exemple de sagesse, et voilà quelqu’un qui fait appel à la raison. Un homme et une position qui méritent notre respect. Je ne dis pas que les Algériens n’y sont pour rien, mais vous, vous en faîtes trop», a-t-il ajouté avant de raccrocher, laissant la présentatrice de l’émission plus que perturbée, ne sachant pas trop com- ment justifier son comportement.

Basset M.

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

9

Coup d’œil U17

Quel avenir pour

nos mondialistes ?

A près avoir été enca-

drés presque trois

 

De Kaduna à Biskra

Omrani : «Difficile de se retrouver

années durant par

l’Académie de la FAF, la plupart des joueurs de cette sélection nationale ne savent désormais plus à quel saint se vouer. Au len- demain de leur retour au pays, les Bekakchi, Mer- zouki, Omrani, Djouba, Ziane et bien d’autres, qui étaient en tout haut de l’af- fiche lors de la CAN orga- nisée en Algérie et durant la Coupe du monde au Ni- geria, doivent redescendre de leur piédestal pour re- trouver la dure réalité de la vie.

Nos jeunots sont dans l’expectative Sachant que c’est la fin d’une aventure et d’un cycle qui aura duré presque trois saisons, nos jeunots ne cachaient pas leur inquiétude concer- nant leur avenir durant le vol qui les ramenait au pays. La phrase qui revenait souvent sur les lèvres des joueurs : «Qu’allons-nous devenir maintenant que la Coupe du monde est termi- née ?» Une question qui mérite réflexion, sachant que la majorité des joueurs sont sans club. Il faudrait une dérogation spéciale de la FAF afin de permettre aux mondialistes d’inté- grer les clubs de notre championnat. Faut-il en- core trouver preneur sur- tout en cette période de la saison.

trouver preneur sur- tout en cette période de la saison. Quatorze joueurs au chômage technique Force

Quatorze joueurs au chômage technique Force est de constater que sur les 21 mondia- listes, il n’y a que 7 qui jouent en club. Il s’agit bien évidemment des trois émi- grés, Nadjib Ammari, qui joue à l’OM, Ziri Hammar, qui se produit à Nancy, et Julien Lopez Baila, qui lui porte le maillot de Mont- pellier. Du côté des locaux, on ne dénombre que qua- tre éléments avec des équipes. Il y a Saïd Fer- guène, Abdelhakim Bez- zaz, Billel Khida et Abdelghani Boughoula, qui doivent rejoindre res- pectivement la JSK, le CRB et le Mouloudia d’Alger. C’est dire la situation alar- mante dans laquelle se trouvent nos jeunes capés qui ont tout donné pour cette Académie. En retour, la majorité des joueurs se retrouvent au chômage

technique. Pis, un joueur comme Mustapha Bou- teldja accuse un retard considérable dans sa scola- rité, lui qui devra passer le baccalauréat cette année. «J’ai trois mois de retard dans ma scolarité, je ne sais vraiment pas quoi faire. Je suis dans le flou le plus total», nous a-t-il confié avec inquiétude le défen- seur des Verts.

Ce serait du gâchis de les faire jouer dans le championnat national Après avoir connu le très haut niveau lors de ce Mondial au Nigeria, ce se- rait un véritable gâchis de voir certains joueurs qui ont affiché de très belles dispositions – à l’image de Hossam Ferkous, Moha- med Ziane, Lyès Cherchar, Abdenour Merzouki et Abdelhakim Bezzaz, qui avait tapé même dans l’œil

de Issa Hayatou, le prési- dent de la CAF lors du match face aux Azzurrini - se produire dans des équipes du championnat national, alors qu’ils ont le potentiel pour jouer dans des formations euro- péennes. Imaginons qu’un élément comme Moha- med Omrani, qui avait tel- lement fait mal aux Italiens, retourner se pro- duire à l’USB ! Encore plus bizarre, le portier Nacerre- dine Zaâbat, auteur d’un bon match face à la Corée, se retrouverait à Khemis Meliana. Pour permettre à cette génération dorée qui est tout de même vice- championne d’Afrique de monter encore plus haut, l’instante supérieure de notre football doit se pen- cher sérieusement sur le cas de ces mondialistes afin de leur permettre de s’épanouir dans un envi- ronnement adéquat.

sans club après avoir joué un Mondial»

Considéré comme l’un des joueurs les plus ta- lentueux de sa généra- tion, Mohamed Omrani, auteur d’un match splendide face aux Ita- liens, se retrouve après ce Mondial, à l’instar de ses partenaires, sans club. Après avoir pris part à une Coupe du monde, il lui sera très difficile de rejouer à l’USB, alors que cette compétition planétaire devait représenter le ticket gagnant pour l’Europe.

Avant toute chose, quel bilan faites-vous de votre participation à ce Mondial au Nigeria ? Nous sommes tous déçus de ne pas avoir passé le cap du premier tour, alors qu’on avait largement les moyens de le faire. C’est cette défaite face à l’Italie qui a compliqué la situa- tion.

En ce qui vous concerne, vous avez été époustouflant lors de ce match. De quoi nourrir des regrets Ce soir-là, on était dans une forme éblouissante. Normale- ment, ça aurait dû être notre jour de gloire. Malheureuse-

ça aurait dû être notre jour de gloire. Malheureuse- l’affiche lors du Mondial… C’est difficile pour

l’affiche lors du Mondial… C’est difficile pour nous tous, car la plupart de mes cama- rades sont dans le même cas que moi. Je vais attendre pour voir ce qu’il y a lieu de faire. Pour moi, l’idéal serait d’em- brasser une carrière profession- nelle à l’étranger.

 

T. Che

ment, au bout du compte, nous avons perdu cette rencontre sur un détail. C’est ça le très haut niveau.

Après ce Mondial qui vient de s’achever pour vous, qu’allez-vous faire ? Je ne sais pas du tout. Je vais retourner chez moi à Biskra au- près de ma famille, ensuite je verrai.

On imagine que ça doit être très difficile pour vous de se

Justement, lorsque vous étiez en stage avec les Verts à Beaucaire, on croit savoir que vous avez été approché par un agent espagnol. N’est-ce pas ? (Sourire) Effectivement. J’ai d’ailleurs toutes ses cordonnées. Je ne vous cache pas que je compte prendre attache avec lui dans l’espoir de trouver une nouvelle trajectoire à ma car- rière.

Entretien réalisé par Tarek Che

 

Il est le gardien de but le plus talentueux de sa génération

Merzouki : «J’attends que des clubs se manifestent»

 

Auteur de deux matches de très haut niveau face à l’Italie et l’Uruguay, Abdenour Merzouki est sans conteste l’un des tous meilleurs gardiens de but de sa génération. Promu à bel avenir, Merzouki se retrouve cependant sans club. «Il a le potentiel pour être le futur gardien de l’Equipe nationale, à condition de le pren- dre bien en charge avec une continuité et un suivi dans le travail», nous a dit à son propos Nouri Layachi. In- quiet sur sa situation Merzouki, nous confie : «A présent que le Mondial est terminé pour nous, j’attends que les clubs se manifestent. C’est difficile de le dire, malheureusement c’est la réalité.» Pour rappel, Abdenour est l’un des plus capés de cette sélection des U17 avec 45 matches internationaux.

retrouver sans club alors que vous étiez en haut de

Medouar veut tirer

Il en fait de même

Après avoir réussi une grande Coupe du monde

profit de la situation

pour Djouba

 

Cherchar devra attendre ses 18 ans pour rejoindre Nancy

S’il y a un joueur qui a marqué les esprits

Ayant flairé le bon coup, le président de

Medouar, qui ne

Chlef, Abdelkrim

le président de ◗ ◗ Medouar, qui ne Chlef, Abdelkrim connaissait même pas ◗ le joueur

connaissait même pas

le joueur avant qu’il

n’émerge grâce à la sé-

Le latéral droit des

◗ ◗ Verts, Djelloul Djouba,

qui a fait sa première

apparition lors du

Mondial face à la

Corée, semble, lui aussi,

confronté au même

sa première ◗ apparition lors du ◗ Mondial face à la Corée, semble, lui aussi, ◗
des spécialistes lors de ce Mondial des U17 au Nigeria, c’est bien Lyès Mohamed Cher-

des spécialistes lors de ce Mondial des U17 au Nigeria, c’est bien Lyès Mohamed Cher- char. Irréprochable sur l’ensemble des trois rencontres disputées par les Verts, l’enfant de Chlef est plus que jamais convoité par certaines équipes françaises. La piste la plus plausible demeure celle de Nancy qui est depuis quelques mois sur les traces du nu- méro 4 des Fennecs. Cependant, le joueur en question préfère attendre le 18 janvier prochain pour fêter ses 18 ans et pouvoir re- joindre le centre de formation de Nancy où se produit son camarade Ziri Hammar.

lection nationale, pré- tend à qui veut

l’entendre que Cher-

char est sous contrat

avec le club chéliffien. Sachant qu’il n’a signé aucun contrat avec

l’ASO, Cherchar veut attendre le moment

propice pour embrasser une carrière profes- sionnelle en France. Le concernant, ce serait

un véritable gâchis de voir un tel élément

aussi talentueux perdre son temps dans le championnat national.

problème que Cher- char. Natif de Chlef

(Ouled Farès), Djouba, connu pour sa timi-

dité, ne sait plus quoi faire. D’ailleurs, durant

notre retour au pays, le joueur n’a pas caché

ses inquiétudes concernant son avenir immé-

diat qui est plus que flou. Afin de permettre à

ces joueurs de s’épanouir, la FAF doit absolu-

ment intervenir pour éviter que des responsa-

bles de club malintentionnés profitent de la

fragilité et de la naïveté de nos mondialistes dans le but de tirer profit.

10 Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup d’œil JSK

Contre la création du Comité de supporters

«Hannachi soutenu par la grande famille de la JSK»

Benzekri temporise

L e nom du futur probable entraîneur

de la JSK continue toujours de faire

sensation dans la ville de Tizi Ouzou.

Même si rien n’est encore officiel, plusieurs noms circulent en ce moment. Il faudrait dire que les entraîneurs susceptibles de pren- dre les rênes du staff technique de la JSK sont tous à l’arrêt. C’est dire que le suspense de- meure entier. La liste risque d’être encore longue, surtout lorsqu’on sait qu’Aït Djoudi vient tout juste de quitter la barre technique du club tunisien, l’ES Zarzis, après avoir concédé une lourde défaite (7-)0. Parmi ces entraîneurs libres de tout engagement, il y a Nour Benzekri. Toutefois, et d’après des in- discrétions, l’ex-entraîneur du NAHD est en pleine réflexion, surtout lorsqu’on connaît ses intentions vis-à-vis du football algérien. En effet, Benzekri, qui bénéficie d’une riche et longue carrière d’entraîneur, avait déclaré à maintes reprises qu’il souhaitait se retirer définitivement du monde du football. D’ail- leurs, c’est après une grosse pression qu’il avait accepté l’idée de revenir la saison passée au NAHD, avant de se retirer encore fois des terrains cette saison. Il a donc demandé un moment de répit, avant de trancher la ques- tion d’un éventuel retour sur les terrains de football.

La piste étrangère toujours d’actualité

Selon des indiscrétions, plusieurs CV continuent de pleuvoir quotidiennement sur le bureau du président de la JSK, Mohand

Cherif Hannachi. Même d’entraîneurs étrangers. La succession de Lang est donc ouverte. Toutefois, la direction des Cana- ris souhaite prendre le temps nécessaire avant de se prononcer. Histoire de ne pas commettre les mêmes erreurs que celles de la saison dernière, lorsqu’on sait que la JSK avait connu deux changements à la tête du staff technique.

A. A.
A. A.

C omme l’avait donc annoncé le président de

A. A. C omme l’avait donc annoncé le président de la JSK, Moh Cherif Hannachi, lors

la JSK, Moh Cherif Hannachi, lors de son dernier point de presse animé au siège du club, la réunion regroupant les an- ciennes figures em- blématiques du club phare de la Kabylie a eu bel et bien lieu hier à 16 heures. Après avoir souhaité la bienvenue à la grande famille, tout en remerciant les présents d’avoir répondu à l’invita- tion, tant l’ordre du jour est important, a indiqué Hannachi. Il y avait, entre autres, Da Amar Haou- chine, Mustafa Rfai, Annane, Moh Nesnas, Zegh- doud, Larbès, Meghrissi. Le président passera directement dans le vif du sujet. Il avait informé les anciens de la JSK qu’un comité de supporters vient de voir le jour sans le consentement de la direction et que, dit-il, «des scènes extrasportives sont en train de se produire, comme l’illustrent les derniers graffitis sur les murs de Tizi Ouzou, portant at- teinte à la personne de notre secrétaire général, au- teur de loyaux services pendant de longues années». Le président de la JSK n’a pas tardé à de- mander à la famille de la JSK si elle tolère ce qui est en train de se passer. Ainsi, il a donné la parole à plusieurs anciens de ses coéquipiers et autres ses aînés pour donner leurs avis. La majorité des inter- venants ont exprimé leur refus catégorique quant à la création d’un comité de supporters tout en ras- surant le président qu’ils seront derrière lui dans le seul et unique objectif de redonner à la JSK son lustre d’autant.

Hannachi

«Je suis

réconforté

par ce

soutien»

«Je ne pouvais prendre la décision tout seul. C’est pour ça que j’ai réuni aujourd’hui la famille de la JSK pour lui ex- pliquer que la JSK a frôlé le pire. Je veux que les Kabyles sachent que la JSK va bien et je ferai tout pour qu’elle puisse rattraper le retard, avec le sou- tien de la famille de la JSK. Je vais déposer plainte demain (aujourd’hui) contre Ker- rouche et Moh Haddad qui ten- tent de déstabiliser le club», a déclaré Hannachi tout en précisant que la question du nouvel entraîneur sera étu- diée après le match face au MSPB.

«Même le président de la FAF a été choqué»

Hannachi a surpris plus d’un lors de son in- tervention, il a porté à la connaissance de la fa- mille de la JSK que même l’hadj Raouraoua n’est pas resté sans apprendre que le SG de la JSK a fait face à une campagne de déstabilisation. «Je vous informe que Raouraoua a été sidéré d’ap- prendre que Boukhari a été insulté. Il m’a fait savoir que nous étions les premiers à avoir réglé toutes les formalités administratives d’usage et ce, grâce, bien sûr, au concours de Boukhari. Cela pour vous dire comment cet homme est respecté à la FAF, alors que dans sa maison, on le pousse à fuir le milieu», a indiqué Hannachi. L. A.

Dernier tournant après le MSPB

Ce qui est certain, c’est que les dirigeants de la JSK, à leur tête le président Mo- hand Cherif Hannachi, trancheront la question du futur entraîneur juste après le match d’après-de- main face au MSPB, et ce, pour plusieurs raisons. En effet, Hannachi ne veut certainement pas déstabili- ser ses joueurs avec cette histoire de nouvel entraî- neur, lorsqu’on sait l’impor- tance de cette confrontation. De plus, les Canaris bénéfi- cieront d’une trêve de deux se- maines. Chose qui les mettra dans une position confortable pour s’adapter avec le nouvel entraî- neur.

Boukria

L. A.
L. A.

La défaite face au CRB a été lourde de

consé-

quences

puisque

votre dés-

ormais ex-

entraî-

neur, Lang, a été li- mogé par la direction du club ; com- ment se trouve l’état du groupe, à présent ? Dire que cela ne nous a pas préoccu- pés serait vous men- tir. Seulement, il faut savoir faire la part des choses. Nous les joueurs, notre mis- sion se limite sur le terrain. La JSK occupe actuellement une place qui n’est pas la sienne. A nous de nous remettre au travail et nous ressaisir. concernant le départ de notre entraîneur, seule la direction pourrait vous en parler. Nous les joueurs sommes là pour travail- ler.

Le limogeage de Jean-Christian

«Nous devons réagir face au MSPB»

Le latéral gauche canari, Boukria, a bénéficié d’un temps de jeu important sous la houlette de Lang. Mais voilà que la défaite face au CRB a ébranlé la maison JSK, puisqu’il a été mis fin aux fonctions de Lang. Toutefois, «l’équipe est appelée à réagir, à l’occasion du prochain match face au MSPB», a déclaré l’ancien Nahdiste.

Lang est intervenu à quelques jours du prochain match face au MSPB… Le groupe est conscient de la tâche qui l’attend. Je dois d’abord dire que la dé- faite face au CRB ne reflète pas la phy- sionomie du match. Mais bon, maintenant les choses sont ce qu’elles sont, à nous de reprendre les choses en main et repartir sur de bonne bases. Nous ferons tout pour replacer la JSK là où elle a l’habitude de se trouver. C’est-à-dire ? Tout le monde sait que la JSK n’ab- dique pas et qu’elle joue à chaque fois les premiers rôles. Cette année aussi, on tentera de ne pas déroger à la règle, c’es- à-dire faire le maximum pour rattraper le retard accusé jusque-là. La balle est dans notre camp. A commencer par ce vendredi où l’on doit gagner par un score large pour redonner de la joie non seulement aux joueurs et au staff, mais aussi à notre public avide de résultats positifs. Karouf a été chargé d’assurer l’inté- rim, en attendant le recrutement d’un nouvel entraîneur ; ça se passe comment à l’entraînement ? Dans chaque situation, il faut trouver des solutions. Je crois qu’on est assez

mûrs pour ça, le travail continue dans les meilleures conditions possibles. On essaye, de notre côté, de trouver la meil- leure formule qui nous permettra à l’abri de toute déstabilisation, à la veille d’une rencontre à domicile. Vous l’avez sans doute remarqué durant les séances d’en- traînement, l’ambiance est toujours de mise. Le match se présente comment ce vendredi ? Tous les matchs sont importants. Je n’ai jamais dit qu’un match était plus fa- cile qu’un autre. Toutes les équipes jouent pour gagner. N’oubliez pas que si nous sommes en mauvaise posture, notre adversaire l’est également. Le Mouloudia de Batna viendra à Tizi pour se refaire une santé. Notre seul mot d’or- dre est la victoire, rien d’autre. Comment appréhendez-vous la venue d’un nouvel entraîneur ? Nous souhaitons d’ores et déjà la bien- venue à celui que la direction ramènera. Il ne faut pas aussi oublier que dans quelques mois, on renouera avec la com- pétition africaine. C’est dire que nous devons prendre nos devants dès main- tenant.

Entretien réalisé par

Naissance

C’est avec une grande joie que nous avons appris la naissance de la petite pou- pée Ikram au foyer de Sid Ali Bechohra. En cet heureux événement, toute la fa- mille Bechohra ainsi que tous ses amis, en particulier Rachid Azouaou, présentent à l’heureux papa leurs incères félicitations et souhaitent un prompt rétablissement à la maman ainsi qu’une longue et heureuse vie à la petite Ikram.

Le Buteur n° 1023 Jeudi 05 novembre 2009

11

Coup neuf JSK

Yahia-Cherifreprendrafaceàl’USMA

«Je reviendrai encore plus en forme de l’EN A’»

Il sera absent ce samedi face au MSPB. Sa situation ne s’est pas complément amélio- rée, mais il assure qu’il reviendra avec toutes ses forces, une fois le stage avec l’équipe nationale A’ terminé.

C’est de bon augure pour vous de reprendre le footing… Tout à fait, c’est un signe positif. Je suis vraiment soulagé de constater de visu que je reprendrai bientôt la compétition, car, croyez-moi, j’avais retenu mon souffle la veille du jour où j’allais passer l’IRM.

Vous pensiez alors que c’était plus grave ? Enfin, je savais que ce n’était pas aussi grave, puisque le soir même du match, j’ai rejoint ma famille à Alger, sauf que je ne voulais pas entendre parler d’une opération chirurgicale. C’est la pire des choses qui puisse ar- river à un joueur en plein milieu de saison. Dieu merci, ce n’est qu’une légère blessure qui disparaîtra avec les exercices que je suis en train d’ac- complir sous la conduite de Guillou.

Donc, vous ne serez pas complètement rétabli avant le match face au MSPB, ce samedi ? Non, je ne serai pas avec l’équipe ce samedi. Je pense que j’ai encore une bonne partie du programme spécifique que je dois accomplir pour revenir à la compétition. Une chose est sûre, après le stage de l’EN A’, je reviendrai avec toutes mes forces.

Abordons justement ce point ; ce samedi, vous serez une nouvelle fois en re- groupement avec l’EN A’ ; ça vous fait quoi ? Que peut espérer un joueur, si ce n’est de jouer sous les couleurs de son pays. Vous n’êtes pas sans savoir que c’est la plus belle chose qui puisse m’arriver. Je tâche- rai de réussir dans mon travail pour gagner la confiance de notre sélectionneur Benchikha. D’importants challenges attendent l’EN A’, à commencer par ce match face à la Libye au mois de mars prochain. Je vais tout faire pour figurer dans l’effectif qui sera re- tenu, y compris bien sûr mes deux coéquipiers Cherif El Ouzzani et Meftah.

Peut-on, si vous le permettez bien sûr, parler du dernier changement intervenu à la barre technique avec le départ de Lang. Comment avez-vous vécu cette situation ? C’est vrai que ça nous un peu perturbés, c’est normal. Sinon, il ne faudrait pas trop focaliser sur ça, puisque nous les joueurs, notre mission se limite sur le terrain. Le départ de l’entraîneur est intervenu au moment où l’équipe va mal. Mais on saura quand même revenir, car la JSK n’est pas un club qui patauge dans les profondeurs du classement. Il n’y a pas le feu, les choses vont s’améliorer. Concernant notre ex-entraîneur, je lui souhaite plein de succès. Entretien réalisé par Lyès A.

Lang

a quitté Tizi hier

ne m’attendais nullement à cette réaction. j’avais du mal à quit- ter le sol algérien au lendemain de mon renvoi, tellement j’avais été touché dans mon amour- propre. Seulement, la chose que je veux bien souligner, ce sont ces marques de soutien que je n’ai cessé de recevoir le long de ces trois jours et même bien avant, de la part des supporters. Pour eux, je dirai que vous avez un grand club que vous devriez préserver.» Lang, qui ne semble pas être quelqu’un de rancunier, ajoutera à ce propos : «Dans la vie, on sait pardonner, mais pas oublier. Je vais faire en sorte de pardonner aux gens qui m’ont traité d’incompétent, mais je ne vais jamais pardonner.»

Il reviendra récupérer son dû avant la fin du mois de novembre

Tout porte à croire que l’ex- entraîneur de la JSK reviendra ce mois-ci pour recevoir son dû de la part de la direction ka- byle. Face à l’intransigeance du président Hannachi de ne lui verser que le mois d’octobre seulement, l’on ne sait pas en- core ce que fera entre-temps Lang en France avec le Syndi- cat des défenseurs des entraî- neurs exerçant à l’étranger relevant de la FFF. Affaire à sui- vre.

Lang agressé en ville ? Une pure stupidité !

Une information a fait le tour de la ville hier matin ! L’on n’en revenait pas lorsqu’un sup- porter -pour quelle raison l’a-t- il fait ?- a fait croire que l’ex-entraîneur de la JSK a été malmené par une frange de supporters au moment où il faisait des achats de dernière minute en Kabylie. Voulant en savoir plus, nous avons réussi à avoir Lang au bout du fil à l’aé- roport international Houari - Boumediène : «Agresser Lang en ville, mais c’est de la stupi- dité. Les supporters de la JSK sont des hommes forts que je vais porter dans mon cœur à ja- mais. Ils ont montré durant tous ces matches que j’ai dirigés qu’ils sont des connaisseurs et ils connaissent respecter leurs hôtes. Je suis descendu en ville à plusieurs reprises et nombreux les supporters qui m’ont soutenu et encouragé. Rassurez-vous que je ne me suis jamais plaint dans cette terre. Lorsqu’on est impré- gné de la mentalité JSK, on n’a rien à craindre. Je n’omettrai pas de passer un message aux joueurs auxquels je souhaite plein de succès dans leur par- cours. Si certains d’entre eux se- ront appelés à opter pour une carrière d’entraîneur, ils ressen- tiront un jour ce que j’avais res- senti cette semaine», a dit Lang. L. A

que j’avais res- senti cette semaine» , a dit Lang. L. A L imogé de la

L imogé de la barre tech- nique, au lendemain de la défaite concédée par la

JSK face au CRB, Lang a quand même passé quelques jours sans travailler en Kabylie. Hier donc, l’ex-entraîneur de la JSK a pris ses valises et quitté le pays avec un sentiment d’ina- chevé. Pour nous livrer ses sen- timents, à quelques minutes de son embarquement, Lang nous dira : «Vous savez, les trois der- niers jours que j’ai passés à Tizi Ouzou loin de mon équipe ont été difficiles, Croyez-moi que je

Aoudia

«Pas de souci pour moi»

« Il est vrai que Am- rouche s’est entretenu avec nous mardi, à la fin de la séance d’entraînement, mais cela ne devrait pas forcement signifier que nous seront alignés à trois en attaque. En tous les cas, de mon côté, ça ne me pose aucun problème de jouer aux côtés de Akkouche et Hamiti. Je m’entends par- faitement bien avec eux sur le terrain. On tâchera de relever le défi. »

Akkouche «Avec Aoudia et Hamiti, je me sens à l’aise»

«De ma part, que ce soit un duo ou un trio, le plus important est de pouvoir marquer des buts, rien de plus. Face au MCEE, nous avons évolué tous les trois en attaque, sans le moin- dre souci. Je me sens très à l’aise aux côtés de Aoudia et Hamiti. C’est dire que le plus important est l’intérêt de la JSK. Je vais essayer de marquer davantage de buts.»

L ’attaquant kabyle, Yahia-Cherif, a repris les entraînements hier matin. Pour ce retour aux entraînements,
L ’attaquant kabyle, Yahia-Cherif, a repris les entraînements
hier matin. Pour ce retour aux entraînements, il s’est as-
treint à des tours de piste, avant de regagner la salle de
musculation sur demande du staff médical qui le suit minutieu-
sement afin de le remettre au plus vite sur pied. Pour rappel,
Yahia-Cherif a dû se faire remplacer à la 88’ de jeu lors du match
face au MCEE, il y a deux semaines, à Tizi Ouzou, suite à un
méchant coup reçu au genou. La JSK, qui avait alors épuisé ses
trois changements, a été obligée de terminer la partie à dix.
Heureusement d’ailleurs pour les Canaris qu’il ne restait
finalement que deux petites minutes à jouer. Au len-
demain du match, le milieu
canari s’est vu notifier pour
aller passer une IRM dans
une clinique à Alger. L’on
avait craint le pire pour lui.
Autrement dit, Yahia-Cherif
ne voulait pas entendre parler
d’une opération chirurgicale
qui l’aurait éloigné des terrains au
minimum trois mois. Plus de peur que
de mal donc, puisque l’ex-Koubéen fut sou-
lagé d’apprendre que les résultats de l’IRM n’ont
rien révélé de grave et que seul un travail de ren-
forcement musculaire suffisait pour le remettre
d’attaque. Pour une première étape, Sid-Ali se soi-
gnait avec Guillou avant d’avoir repris hier la course.
Si pour le prochain match des Canaris, ce samedi
face au MSPB, Yahia-Cherif est déclaré officiel-
lement out, il nous en fera la promesse de tra-
vailler dur avec l’EN A’ à partir de ce
samedi, premier jour du regroupement,
pour revenir à son meilleur ni-
veau et être d’attaque face aux
Rouge et Noir de Soustara.
Lyès A.

Entraînements à 10 heures aujourd’hui et demain

Afin de donner à leurs joueurs plus de temps de récupération, le duo Karouf- Amrouche a programmé les séances d’entraînement en matinée tout au long de cette semaine. Ce sera le cas pour les deux dernières séances d’avant-match, aujourd’hui et demain. Voulant savoir si le staff technique ne songeait pas à pro- grammer l’ultime séance à l’heure du

Karouf

match,

dira : «Je ne pense pas que c’est nécessaire de la programmer ce vendredi à 14h30. Il est plus judicieux de l’effectuer le matin puis donner plus de temps aux joueurs de récupérer, avant le match face au MSPB.»

Yahia-Cherif, Cherif El Ouazzani et Meftah en EN A’ à partir de ce samedi

Les trois Canaris Yahia-Cherif, Cherif El Ouazzani et Meftah ont reçu, pour la seconde fois, une convocation pour le deuxième regroupement qu’effectuera notre sélection nationale des joueurs lo- caux conduite par Benchikha et qui se déroulera du 07 au 13 novembre pro- chain à Alger.

Cherif El Ouzzani et Mef- tah avec l’EN A’ après JSK- MSPB

Yahia-Cherif, dont la non-participa- tion au prochain match a été confirmée, pourra rejoindre la sélection nationale avec laquelle il poursuivra le pro- gramme spécifique arrêté par le staff médical. Ce ne sera pas le cas pour l’ar- rière latéral droit Meftah et le milieu de terrain Cherif El Ouzzani qui, pour leur part, attendront la fin du match face au MSPB. Le président Hannachi deman- dera très certainement au sélectionneur Benchikha de pouvoir disposer de ses deux éléments, afin de prendre part à ce match.

12

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup de vieux MCA

Faudra-t-il revenir au 4-4-2 ?

2009 Coup de vieux MCA Faudra-t-il revenir au 4-4-2 ? L e Mouloudia d'Alger n'a plus

L e Mouloudia d'Alger n'a plus gagné en championnat depuis son déplacement à la capitale des Aurès et ce match remporté face au CA Batna dans les dernières

minutes. Depuis, les Vert et Rouge ont été tenus en échec deux fois de suite au stade du 5-Juillet par l'USM Alger puis par l'AS Khroub. Deux faux pas qui sont d’autant plus gravés dans les esprits des joueurs et des supporters que le Mouloudia reste méconnaissable depuis. Première expli- cation : l'effectif actuel, composé essen- tiellement de jeunes joueurs, manque d'expérience bien qu’il ait déjà donné la preuve qu’il pouvait faire mieux. A Tlem- cen par exemple, il manquait ce petit quelque chose aux coéquipiers de Bou- chama pour prendre le meilleur carré- ment sur cette hyper expérimentée du WAT. Le problème, selon ce que le coach Michel est en train de concocter à l’en- traînement, pourrait être dans la compo- sition de l’équipe même. Et pour cause,

c’est le grand MCO que les terres algé- roises s’apprêtent à accueillir le week-end prochain dans un match à gagner abso- lument pour voir le Mouloudia reprendre enfin sa place de leader ou, à l’extrême li- mite, s’accrocher en tête de classement derrière Annaba. Donc, le technicien français, même s'il n'a pas pris de déci- sion encore concernant le groupe qui va débuter ce match, garde en tête l’option de changer son schéma tactique, celui sur lequel il a joué jusqu’à présent ayant donné la preuve qu’il ne servait plus à rien avec quatre points laissés à domicile en plus du zéro point de Tlemcen. Du 5-3-2, Michel n’aura pas d’autre choix, carences d’effectif aidant, qu’à recentrer le jeu de soin équipe sur un 4-4-2 moins contraignant. Plusieurs paramètres peu- vent être derrière cette décision. La pre- mière, c'est que Michel ne dispose pas d'un avant-centre de rechange pour rem- placer Amroune qui, lui, est complète- ment essoufflé alors que la saison arrive à peine à son tiers. «Amroune est fatigué, il

ne peut plus jouer au football. Mais je n'ai pas le choix, je dois le faire jouer», nous déclarait-il au début de cette semaine. Le bourreau de la JSK out, Michel va recen- trer son choix sur la paire Derrag-Bou- guèche. Autre paramètre, le Mouloudia ne sait plus faire le jeu avec un seul mi- lieu de terrain offensif. En effet, que ce soit pour Attafen ou Boumechra, ces deux joueurs n'arrivent pas s'affirmer lorsqu'ils ne jouent pas ensemble. Attafen faisait les beaux jours du NAHD lors des précédentes saisons, mais en ce début de saison, il ne s’est pas retrouvé dans le jeu mouloudéen. Idem pour Salim Bou- mechra. Enfin, un autre paramètre qui contraint l'entraîneur français à opérer des changements, l’absence de milieux ré- cupérateurs de métier. Avec la blessure de Daoud qui sera indisponible jusqu'à la phase retour et la suspension qui pend sur la tête de Koudri, Bouchama et Mou- men, les Vert et Rouge risquent tout sim- plement la pénurie dans ce secteur sensible.

Hamza R.

Zemmamouche pourrait rater le match

H a m z a R . Zemmamouche pourrait rater le match ◗ faire l'impasse sur

faire l'impasse sur ladite rencontre à cause du stage de l'équipe natio- nale. Zemma ne sait toujours pas s'il va se déplacer avec le groupe à

Pour sa part, le gardien de but Mohamed Amine Zemmamouche pourrait

AG en vue, Amrous au pied du mur

A en croire ce qui se dit dans l'entou- rage, voire dans les murs mêmes du vieux club de la capitale, une assem- blée générale extraordinaire pourrait se tenir avant la fin du mois courant.

Selon une source bien informée, cette AG pourrait bien avoir lieu, hasard de calendrier, ce 14 novem- bre. Quoi qu’il en soit, il se murmure que des

changements vont intervenir au sein du club, mais

sans autre précision. Autrement dit, on ne sait pas

à quel niveau ces changements dont on parle se-

raient susceptibles d’intervenir. Des voix qui ont tenu à conserver leur anonymat ont avancé que c’est la composante de cette même AG qui va connaître une sorte de remaniement, alors que d’autres, moins officielles celles-là, parlent carré- ment de la tête du club qui risque de changer de titulaire (s). Pour l'instant, on s’en tient à l’éventua- lité de la tenue de cette AG qui, une fois effective, obligera bien le président Amrous à faire ou re- faire lecture de son bilan moral et financier, vu que l’AG de juin a déjà été invalidée par qui de droit.

Hadjadj était là pour récupérer son passeport

Fodil Hadjadj s’est déplacé à la villa lundi der- nier et y est même retourné le lendemain pour ré- cupérer son passeport des mains de ses dirigeants ou, pour faire plus juste, de ses ex-dirigeants, le di- vorce étant sur le point d’être consommé entre les deux parties. Le litige qui oppose le buteur de la grande finale de 2007 est en fait toujours d’actua- lité, la direction du club rechignant jusqu’à l’heure actuelle de régulariser son milieu de terrain. D’ail- leurs, l’affaire, qui est déjà aux mains de la justice, au niveau du tribunal de Baïnem plus précisé- ment, va continuer à être débattue ce 8 novembre

à l’occasion d’une nouvelle audience.

«RDV dimanche au tribunal»

Joint par nos soins, Fodil Hadjadj dit qu'il ne changera pas de position après que des interpréta-

tions ont été vite faites suite à son saut à la ville de Chéraga au début de cette semaine, alors que lui était là juste pour récupérer son passeport. «Effec- tivement, je me suis déplacé à la villa, mais c’était pour récupérer mon passeport. J'attends toujours le dénouement de mon affaire par le biais de la justice qui va tran- cher ces jours-ci. Aux diri- geants, je donne rendez-vous au tribunal de Baïnem ce di-

H. R.

Le prix du billet descend à 300 DA Voilà une bonne nouvelle pour les diri-
Le prix du
billet descend
à 300 DA
Voilà une bonne nouvelle pour les diri-
geants du Mouloudia et les supporters, le
prix du billet d'accès au stade du 5-Juillet,
qui était de 1 000 DA, baisse à 300 dinars.
Un tarif largement à la portée des
supporters des Vert et Rouge qui
pourront désormais soutenir
leur équipe de plus près.
jeunes

Florence ou non. Le staff technique de l'EN devrait en effet prendre une décision finale aujourd'hui concernant la participation de Zemma- mouche au stage de Florence. Cette décision sera prise en fonction de l'état de santé du gardien du CRB, Mohamed Ousserir. Ce dernier souffre d'une blessure au niveau de l'œil. Si Ousserir sera indisponi- ble pour ce stage, Zemmamouche sera automatiquement convoqué. Il devra donc faire l'impasse sur cette rencontre face au MCO. Il sera le troisième gardien de but après Gaouaoui et Chaouchi.

Hamza R.

manche puisqu’ils persistent dans leur entêtement à ne pas me verser mon dû. Ce sera
manche puisqu’ils persistent
dans leur entêtement à ne pas
me verser mon dû. Ce sera à
la justice de trancher
alors», nous a
déclaré notre
interlocu-
teur.
H. R.
Le Mouloudia voulait avancer
le match de 24 heures
La direction du Mouloudia a adressé une correspondance
officielle à la LNF mardi passé, lui demandant d'avancer de
24 heures le match prévu ce samedi, soit pour le vendredi.
Les dirigeants mouloudéens voulaient en effet éviter toute sur-
prise concernant les cas de Babouche et Zemmamouche, retenus
en équipe nationale. Il faut dire que le Mouloudia ne possède
pas de solutions de rechange pour ces deux défections annon-
cées, ce qui
met déjà Michel dans l'embarras. Au moment où
ce qui met déjà Michel dans l'embarras. Au moment où Huit cadres n'ont touché aucun sou

Huit cadres n'ont touché aucun sou de leur première tranche

3

milliards pour sortir de la crise

tions de la D1. Pour ce qui est de Djezzy, l'autre grand sponsor, eh bien, tout simplement, ses respon- sables refusent catégoriquement d'avancer quoi que ce soit avant les délais prévus. A partir de là, il ne reste à la trésorerie du club que les recettes de stade qui, ajoutées l’une à l’autre, feront toujours of- fice de miettes devant des besoins pressants comme le versement de leur première tranche aux joueurs à côté d’autres dépenses irrépressi- bles comme le transport et la res- tauration lors des matches à l’extérieur. Pas moins de sept titu- laires, Babouche, Zeddam, Besse- ghir, Bouguèche, Koudri, Boumechra et Coulibaly en l’oc- currence, en plus du deuxième

La déclaration faite lors de notre précédente édition par le patron du GSP, Mohamed

Djouad, montre si besoin est que les dirigeants actuels du Moulou- dia ont du mal à enrayer la crise financière qui frappe le club de plein fouet. En effet, les caisses du club qui sont presque à vide ac- tuellement – on n’a compté que 35 000 dinars placés en banque – ne risquent pas d’être renflouées de sitôt. Le sponsor majeur du club, le groupe Sonatrach, doit dé- gager un quota de 700 millions de centimes au profit Mouloudia, mais pas avant quelques mois. Dans son intervention hier, Djouad a annoncé que le club a eu sa part à l'instar des autres forma-

gardien Ouamane, en sont tou- jours à réclamer, maintenant sur le ton de l’inquiétude, cette pre- mière tranche qui n’arrive pas. D'ailleurs, devant cette situation, le coach Michel en est arrivé à la conclusion que son équipe est au bord de l’implosion avec cette crise qui touche ses joueurs en premier. C’est pas moins de 3 mil- liards que la direction doit réunir pour régler les huit éléments cités, sans oublier les membres du staff technique qui restent impayés à ce jour, à côté de 1,2 milliard pour régler Hadjadj, Badji et le sieur Saâdi qui vient de monter au cré- neau pour réclamer un ancien dû. Crise quand tu nous tiens !

H. R.

réclamer un ancien dû. Crise quand tu nous tiens ! H. R. nous mettons sous presse,

nous mettons sous presse, la direction du Mouloudia n'avait rien reçu de la LNF concernant le changement de date pour cette

rencontre.

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

13

Coup dur MCA

Babouche

Coulibaly

vers Al Jadida

A en croire une source générale- ment bien informée, le défen- seur central du Mouloudia, Moussa Coulibaly, intéresse au

ne jouera pas face au MCO

R éda Babouche sera officiel- lement ab- sent lors de la prochaine «J’aurais aimé être
R éda
Babouche
sera officiel-
lement ab-
sent lors de
la prochaine
«J’aurais aimé être
de la partie»
rencontre de son équipe
face au Mouloudia
d'Oran. Ce
match, rappe-
lons-le, aura
lieu samedi pro-
chain au stade du 5-Juillet, mais au
grand malheur des Chnaoua, il coïncide
avec le départ de la sélection nationale
pour effectuer un stage préparatoire
en prévision de la dernière journée
des éliminatoires jumelées pour la
CAN et la CM 2010. L'EN algé-
rienne effectuera son stage à
Florence en Italie, précisé-
ment au centre Cover-
ciano. Ce stage
commencera dimanche
prochain, mais les joueurs
locaux ainsi que le staff
technique devront se dépla-
cer en Italie samedi dans la ma-
tinée pour entamer la
préparation de ce match face aux
Pharaons. Le capitaine mouloudéen
sera donc out.
Joint par nos
soins hier matin,
l'arrière gauche et
capitaine
Babouche s’est dit
déçu de faire
l'impasse sur la
rencontre de son
équipe face au
MCO. Il estime,
par ailleurs, que
les couleurs
nationales
doivent passer
au-dessus de
toute autre
considération.
medi. C'est vraiment dommage, mais que
voulez-vous, je suis déçu. J'aurais bien aimé
contribuer au succès de mon équipe, surtout
qu'on a perdu face au WAT dernièrement.
Les dirigeants ont tout fait pour que
vous soyez disponible avant de rejoindre
l'EN, en vain…
Oui, c'est vrai. Les dirigeants du Moulou-
dia ont tout fait pour que je joue ce match
face au MCO et rejoindre la sélection par la
suite. C'est de leur droit, mais la Fédération
ne l’a pas entendu de cette oreille. C'est ce
qu'on m'a dit. Je serai donc du voyage avec
l'EN ce samedi en Italie pour notre stage de
préparation avant de rejoindre l'Egypte pour
ce match décisif quant à la qualification
au Mondial. In cha’ Allah, on l'aura.
On vous sent heureux de faire
partie de ce groupe…
Bien sûr. D’ailleurs, c’est un
groupe qui montré sa supério-
rité à tous les niveaux et surtout
sa capacité à arracher son billet
pour le Mondial sans problème.
Je suis d’autant plus fier d’en faire
partie que je défendrai ce maillot
jusqu’au bout.
Entretien réalisé par Hamza R.
plus haut point l’équipe marocaine de Difaâ
Hassani d'Al Jadida. Son contrat étant ar-
rivé à son terme, le joueur malien du
Doyen sera ainsi libre de tout engagement
dès le mois de janvier prochain. Une option
qui fait saliver les clubs intéressés par ses
services dont, bien sûr, la formation maro-
caine vu que son transfert ne coûtera pas
grand-chose du moment que le vieux club
algérois ne tirera aucun sou de la transac-
tion. Mouassa Coulibaly, l’un des puissants
défenseurs de notre championnat, ne
pourra pas aller au bout de son contrat
cette saison à cause de la nouvelle régle-
mentation de la FAF. Les joueurs étrangers
n’ont désormais aucune possibilité de re-
nouveler leur bail avec les clubs de l’élite, ce
qui a poussé Coulibaly à chercher un club
preneur dès la fin de la phase aller. A la re-
cherche d’un nouvel élément qui pourra
donner plus de solidité à la ligne défensive
de leur formation, les responsa-
bles d’Al Jadida, neuvième
du championnat marocain,
ont jeté leur dévolu sur le
Malien. Une destination
qui semble intéresser le
concerné qui sera
contraint de tenter
une nouvelle ex-
périence à l’étran-
ger et pourquoi
pas au Maroc.
On dit que vous allez
rater ce match face au
MCO ; est-ce officiel
aujourd’hui ?
C'est officiel, oui. Je
vais rater notre match
face au MCO de ce sa-
NAHD
Le Nasria sous le choc
de la décision de la FAF
Nehari et Boussefiane
rejoignent le groupe
◗ Le défenseur Youcef Nehari, ainsi que l’attaquant
Mohamed Boussefiane, ont repris les entraîne-
ments avec le groupe mardi après avoir bénéficié
ments avec le groupe mardi après avoir bénéficié de quelques jours de repos. Les deux éléments

de quelques jours de repos. Les deux éléments ont, rap- pelons-le, cruellement manqué à l’équipe lors du der- nier match face à la JSMB. Ainsi, leur retour à la compétition face au MC El Eulma samedi prochain sera d’un grand apport pour le groupe.

samedi prochain sera d’un grand apport pour le groupe. Chahloul poursuit les soins ◗ L’attaquant Hamid

Chahloul poursuit les soins

L’attaquant Hamid Chahloul poursuit toujours les soins chez le médecin du club, et ce, bien qu’il ait re- pris les entraînements avec le groupe mardi. Juste

après l’entraînement, il s’est dirigé chez le médecin pour suivre son traitement. Toutefois, la participation de l’en- fant de Relizane reste incertaine face au MCEE. Tout dé- pendra de l’évolution de son état de santé et de sa forme le jour du match.

Séance de musculation pour Alliche et Benhadj-Djillali

L e NA Hussein Dey est sous le choc de la dé- cision de la FAF, qui limite le nombre de joueurs à recruter du-

rant le mercato à deux éléments seulement par club. La FAF a agi de la sorte pour maintenir les ef- fectifs des clubs de la D 1 à 27 joueurs, mais aussi pour sanc- tionner les clubs qui n’ont pas en- gagé des joueurs nés en 1989. Le Nasria, qui comptait renforcer son effectif par au moins quatre ou cinq joueurs, se voit donc contraint de revoir sa stratégie puisque l’équipe avait pris un en- gagement avec deux joueurs qui s’entraînent actuellement avec le groupe. Il s’agit de Benhadj-Djil- lali et Alliche (ce dernier n’a pas encore signé), mais aussi Kherchi

qui avait signé l’été passé. Cela dit, le recrutement du NAHD pour- rait fort probablement tomber à l’eau après cette mesure de la FAF. Le club va sans doute se contenter de Benhadj-Djillali et Kherchi qui ont signé leur engagement.

Biskri mécontent

L’entraîneur Mustapha Biskri est le premier concerné par cette mesure, car il a constaté des dé- faillances à tous les niveaux et, par conséquent, la nécessité de recruter des joueurs dans chaque compartiment. Le NAHD est le club qui a le plus utilisé les joueurs nés en 1989, mais cela n’a pas été fructueux pour l’équipe qui en est à pataugre aujourd’hui dans les profondeurs du classe-

ment. Le coach Biskri affirme en substance : «Cette décision va chambouler complètement nos desseins en prévision de la phase retour. Nous sommes désormais contraints de nous contenter de ce

qu’on a sous la main.» Ainsi, il est fort possible que les seuls joueurs qui

seront engagés

sont Ben-

hadj-Djil-

lali

Kherchi. Le cas de

Aliche

reste en

suspens.

S. H.

Les deux joueurs Samir Alliche et Réda Benhadj-Djillali ont effectué une séance de musculation hier à la salle de musculation de Chéraga, sous la hou- lette du préparateur physique Ahmed Halem. Les deux joueurs qui, rappe-

lons-le, sont en retard sur le plan physique par rapport à leurs coéquipiers, sont soumis à un programme spécial dans l’espoir de rattraper leur retard d’ici le mer- cato.

et

La concentration sur le match du MCEE a commencé Iratni pourrait revenir ◗ La concentration
La concentration sur le match
du MCEE a commencé
Iratni pourrait
revenir
◗ La concentration sur le match de samedi contre le MC El
Eulma a déjà commencé pour le NAHD qui ne veut en aucun
cas rater l’occasion d’augmenter son capital points. Le coach
Le membre du bureau Abdelhadi
Iratni, démissionnaire de son poste il y a
quelques jours à la suite d’un différend
avec le président de section Kamel Saoudi
sur le mode de gestion de l’équipe, pour-
rait fort probablement revenir, apprend-
on de source crédible. Iratni aurait
reçu des appels de certains mem-
Biskri a secoué ses joueurs lors de la reprise des entraînements,
mardi et leur a demandé de gagner ce match pour chasser le
doute. Ainsi, après avoir félicité ses joueurs pour les efforts et le
rendement fournis face à la JSMB, Biskri leur a demandé d’ou-
blier cette confrontation et de se concentrer pleinement sur le
prochain rendez-vous qui s’annonce décisif pour l’avenir de
l’équipe. Le NAHD ne doit en aucun cas laisser passer cette occa-
sion pour glaner les trois points, même si l’adversaire est à prendre
bres du bureau du
tant à revenir
décision.
club l’invi-
très au sérieux. Il ne faut surtout pas subir deux faux pas de suite à
sur sa
domicile.
S. H.

14

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup de starter USMH-ESS

USMH-ESS demain

à

15h

à huis clos

USMH-ESS demain à 1 5 h à huis clos

Les Harrachis prêts

pour la bataille

A pparemment, le staff technique de l'USMH ne veut en aucun cas que l'équipe rate ce rendez- vous face aux

Sétifiens ce week-end. En effet, depuis le début de semaine, Charef et ses deux adjoints préparent cette confrontation avec une grande détermination pour dégager un groupe capa- ble de s'imposer face à l’ESS. Lors de la der- nière séance d'entraînement, Charef a insisté sur deux variantes de jeu en perspective de la prochaine confrontation. En tout cas, c’est pour le 4-5-1 que Charef a opté avec trois hommes dans la récupération : Gharbi, Djeghbala et Hendou. Autant dire qu’on as- sistera à une grande bataille au milieu du ter- rain pour laquelle les Harrachis sont déjà prêts.

Djabou, le grand absent

Djabou sera le grand absent dans cette confrontation entre Harrachis et Sétifiens. Suspendu pour cumul de cartons, le little big man de l’USMH n’aura pas la chance de croi- ser le fer avec son ex-équipe. Il faut savoir que depuis sa venue à l’USMH, Djabou n’a pas en- core affronté l’Entente sous le maillot jaune et noir. A chaque fois, il y a eu une raison qui l’en

a empêché.

A chaque fois, il y a eu une raison qui l’en a empêché. Touahri convoqué Il
A chaque fois, il y a eu une raison qui l’en a empêché. Touahri convoqué Il

Touahri convoqué

Il a fait partie des 18 éléments qui ont été convoqués pour le match contre l’Entente. Totalement réta-

bli de sa blessure, le jeune atta- quant Amine Touahri a été convoqué par Charef. En fait, la décision du coach harrachi est

une réponse au joueur qui, ces

derniers temps, a tout fait pour convaincre son entraîneur. Il a d'ailleurs été l'auteur d’une des réalisations de son équipe lors du matche amical joué récemment face à l’équipe de Kourifa lundi dernier.

Haniched

choisit Limane

Si l’on tient compte de la non-participation de Bou- trig à la rencontre amicale contre Kourifa, on suppose que Mohamed Haniched, le coach des gardiens de but, semble avoir tranché pour Limane comme le gardien titu- laire. Tout au long de la semaine, il s’est beaucoup occupé des goals et plus spécialement de ce jeune qui, sans aucun doute, sera encore une fois dans le but, après sa première titularisation le week-end dernier. Quant à Boutrig, il a laissé apparaître des signes de lassitude ces derniers temps, lui qui est en baisse de forme évidente.

Hanitser seul en attaque

Le compartiment offensif sera composé uniquement de Hanitser. La suspension de Dja- bou et la blessure de Bourekba ont contraint l’entraîneur à opter pour un seul attaquant pour composer sa ligne offensive. C’est à l’ex-joueur du MCO que Charef a décidé de confier ce rôle. Ce dernier ne sera toutefois pas esseulé, puisqu’il pourra compter sur l’appui des milieux offensifs Aïssaoui qui pourrait de temps à autre lui prêter main-forte, surtout qu’il s’agit d’un élément à vocation offensive.

Briki :

«Je serai à l’aise si je joue au milieu»

Il évoluera probablement comme mi-

lieu récupérateur. Sid-Ahmed, que nous avons interrogé sur cette éven-

tualité, s’est dit prêt à jouer dans n’im- porte quel poste qui lui sera confié, tout en précisant sa préférence pour le poste de milieu de terrain récupérateur

: «Je ne verrai aucun inconvénient à

jouer dans n’importe quelle partie du terrain, mais je me sentirai plus à l’aise si l’entraîneur décide de me confier le rôle de récupérateur. Pour moi, jouer derrière ou dans une position un peu plus avancée ne me dérangera nulle- ment. De toutes les façons, rien n’est en- core sûr.»

Accusé d’être l’un des principaux instigateurs du mouvement anti-Charef

Doumi : «Je ne

suis pas contre Charef, mais contre les dirigeants»

Désigné comme étant le principal instigateur du mouvement anti-Charef, le président du Comité de supporters de l’USMH, Mustapha Doumi, nous a joint hier matin pour apporter une pré- cision concernant ces accusations : «Je voudrais d’abord dire une chose à ceux qui prétendent soutenir Charef. S’il y a bien quelqu’un à l’USMH sur qui l’en- traîneur peut compter dans les moments difficiles, c’est bien moi. J’aimerais bien savoir où étaient ces personnes qui pré- tendent être des pro-Charef, juste après la défaite à domicile contre la JSMB. J’étais le seul à faire face à la colère de certains supporters qui voulaient en dé- coudre avec l’entraîneur. J’ai tout fait pour éviter que les fans l’approchent. J’ai reçu une pierre lancée par un supporter et essuyé les crachats et les insultes parce que je voulais couvrir le coach. Je veux que ce dernier sache qu’à ce moment-là, il n’y avait aucun dirigeant», nous dira Doumi avec beaucoup de regrets. Et d’ajouter : «C’est vrai que mes relations avec Charef se sont détériorées depuis l’été dernier quand je me suis opposé à la venue de Merakchi. N’empêche que je n’ai jamais demandé son départ ni être contre son maintien à la tête du staff technique. Au contraire, je souhaite le voir toujours entraîneur en chef de l’USMH. Mon problème, c’est avec cer- tains qui, quand tout va bien, aiment bien s’afficher en public et quand cela va mal se dérobent.» Et de conclure : «J’in- terpelle le président pour lui faire savoir que les choses vont mal à l’intérieur du club et qu’il est temps de se réveiller avant qu’il ne soit trop tard. Certes, au vu du classement actuel, nous avons une avance sécurisante, mais attention la saison est longue et nous ne sommes pas encore à l’abri de la relégation.»

nous ne sommes pas encore à l’abri de la relégation.» Mebarakou : «On jouera sans le

Mebarakou : «On jouera

sans le moindre complexe»

Vous allez affronter demain la for- mation de l’ESS. Comment se pré- sente pour vous ce match ?

C'est une rencontre difficile comme toutes les autres. Vu le niveau des équipes, il n'y a pas un match facile et un autre difficile, que ce soit à domicile ou en déplacement. Partant de cette logique, nous devons être vigilants pour bien né- gocier ce rendez-vous. Comment comptez-vous procéder ? Nous allons évoluer sans le moindre complexe. Vous savez, nous sommes peut-être la seule équipe du championnat qui joue sans faire de calcul. Je veux dire par là qu'on prend de la même façon les matches à domicile et ceux en déplace-

ment. Je pense que cela suffit pour dire que nous allons procéder par un jeu ou- vert. Mais avec la pression qui pèsera sur vos épaules, vous prendrez un risque si vous évoluez de la sorte, non ? Même en jouant défensivement, on prendrait des risques, parce que la moin- dre erreur pourrait nous coûter cher. Au- tant jouer devant pour avoir plus de chances de marquer.

A vous entendre parler, vous semblez très confiant en vos capacités ? Effectivement, et puis je ne suis pas le seul à être confiant, tous mes coéquipiers le sont. Il n'y a que la réalité du terrain qui tranchera.

Vos supporters étaient très déçus par les mauvais résultats de l’équipe de ces dernières semaines et n'accepteront pas une défaite… Je comprends tout à fait leurs senti- ments. C'est pour eux qu'on doit faire tout notre possible afin de renouer avec la victoire et la leur offrir.

Un pronostic… Vous savez, en football, on ne peut pas donner de pronostic, car beaucoup de facteurs peuvent influer positivement ou négativement dans le résultat d'un match. Logiquement, je pense que ce sera un

match équilibré. Entretien réalisé par Nacer-Eddine Ratni

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

15
15

Renard, prochain entraîneur de l’Aigle noir ?

2009 15 Renard, prochain entraîneur de l’Aigle noir ? Malgré son soutien total au coach Mechiche

Malgré son soutien total au coach Mechiche devant les médias, Serrar aurait rencontré durant son séjour en Tunisie le manager du sélectionneur de la Zambie, Hervet Renard. Le Français serait ravi à l’idée de travail- ler à Sétif, tout en ayant l’en- vie de prendre plus tard les rênes de l’équipe nationale.

Serrar a eu le OK de son manager

Le président Serrar, qui n’a rien dévoilé jusqu’à l’heure actuelle concernant un probable changement à la tête du staff technique, aurait trouvé un accord défi- nitif avec le manager du technicien français. Celui-ci devra s’engager avec l’Aigle noir après le match de la sé- lection zambienne face au Rwanda, le 14 novembre.

Seul le volet financier pose problème

Le président sétifien, mal- gré la crise financière qui se- coue le club phare de Aïn Fouara depuis le début de saison, veut frapper un grand coup sur la scène afri- caine en nommant le coach français à la tête de l’En- tente. Néanmoins, il devra trouver l’argent nécessaire pour satisfaire Renard qui sera très exigeant après les probants résultats enregis- trés avec la Zambie.

Mechiche restera

malgré tout

Refusant d’assumer la to- tale responsabilité du début de saison raté de l’ESS en championnat, le coach Me- chiche a clairement annoncé son désir de quitter le navire sétifien en cas d’un nouveau revers face à l’USMH. Mais le président Serrer n’envi- sage nullement de se séparer des services de Mechiche, malgré la nomination de Renard à la tête du staff technique. Il compte garder l’actuel coach sétifien comme bras droit du Fran- çais, vu qu’il connaît mieux que personne les qualités et les défauts des équipiers de Bouazza, ce qui facilitera la tâche de l’actuel sélection- neur de la Zambie.

Samir B.

Coup d’œil USMH-ESS

La commission de discipline n’a pas fait dans la dentelle

Lourdes sanctions contre l’Entente

A près une succession de bons résultas du-

rant le mois d’octobre aussi bien en cham-

pionnat que sur le plan africain avec une

qualification en finale de la Coupe de la CAF et un match nul ramené du stade du Raja en Coupe de l’UNAF, tout cela ajouté à une très honorable 106e place mondiale, l’Aigle noir est stoppé net par une ASO venue l’accrocher au 8-Mai avant de se voir défait sans les honneurs par le CABBA. D’ailleurs, le coach Mechiche a parlé d’une probable démis- sion de son poste d’entraîneur en cas de nouveau faux pas face à l’USMH, en constatant au passage que plusieurs joueurs n’ont rien fait de probant face aux Bordjiens en faisant en sus planer le doute sur une volonté cachée de se contenter unique- ment des résultats obtenus sur la scène africaine. Et comme un malheur n’arrive jamais seul, la di- rection de l’Entente ne va nullement apprécier les décisions de la commission de discipline publiées hier sur le site de la FAF contre le club de Aïn Fouara, puisque Hemmar Hacène, le président de la section de football, a écopé de six matches de suspension fermes + 40 000 dinars d’amende pour comportement incorrect lors de la réception de l’ASO, en compagnie de l’attaquant Hemani, ex- pulsé avant la fin de la rencontre, ce qui lui a valu un match automatique plus quatre matches de sus- pension fermes et 30 000 DA d’amende après sa réaction hostile auprès de l’arbitre de la rencontre.

sa réaction hostile auprès de l’arbitre de la rencontre. Le portier international Fawzi Chaouchi, même s’il

Le portier international Fawzi Chaouchi, même s’il a pu finir la partie pour ne pas avoir à laisser ses coéquipiers finir ce match à neuf, n’a pas échappé au collimateur de l’arbitre et de la commission, en se voyant infliger quatre matches de suspension fermes + 30 000 DA d’amende pour insultes au juge de touche. La commission de discipline ne s’arrêtera pas là. Le club écope de 20 000 DA

d’amende pour conduite incorrecte de l’équipe. L’administration de l’Entente devra donc payer pas moins de 120 000 DA au titre des amendes infli- gées et, cerise sur le gâteau, se voir longtemps pri- vée des services de deux titulaires indiscutables. Qui sème le vent récolte la tempête.

S.B

Après la nouvelle défaite face au CABBA

Mechiche : «Je suis prêt à démissionner si on ne bat pas l’USMH»

T rès déçu de perdre le derby des Hauts Pla- teaux face au CABBA, l’entraîneur Me- chiche revient sur les raisons de cet échec

en déplorant le manque de volonté de plusieurs joueurs à qui il reproche de ne pas s’être donné à fond sur le terrain pour sortir vainqueurs de cette empoignade, en laissant le champs libre aux Bord- jiens pour remporter la victoire et aggraver la si- tuation de l’Entente au point même de pousser le coach sétifien à menacer de rendre le tablier en cas d’une nouvelle contre performance face à l’USMH vendredi prochain…

«On aurait pu gagner facilement la rencontre dès la première période »

Malgré une tres bonne entame de match, le coach sétifien regrette les occasions lamentable- ment ratées en première période où les équipiers de Ziaya ont loupé pas moins de trois occasions nettes de scorer, avant d’encaisser le premier but bordjien, ce qui donne au coach l’impression d’avoir été trahi par certain joueurs qui n’ont rien fait de bon sur le terrain par rapport à leur niveau habituel.

«Un derby, il faut le gagner et non le disputer»

Très remonté envers ses joueurs qui n’ont pas su profiter de l’occasion de disputer le derby en l’ab- sence du public bordjien, ce qui aurait dû avanta- ger les équipiers de Hadj Aïssa au départ, mais ces derniers, selon le coach sétifien, ont donné l’im- pression de disputer une rencontre amicale, contrairement aux joueurs du CABBA qui ont tout donnés pour remporter les trois points de la vic- toire.

«Plusieurs joueurs n’ont pas eu assez de ‘Grinta’ face au CABBA»

L’entraîneur sétifien qui regrette la nonchalance de plusieurs joueurs après le coup de sifflet final de la rencontre, en ne montrant aucun signe de déception après avoir néanmoins perdu le grand derby des Hauts Plateaux en cherchant à voir les

résultats de la Ligue des champions, ce qui mon- tre que les Sétifiens n’étaient nullement concentrés pour cette grande affiche, en manquant cruelle- ment de la grinta qui fait la différence dans ce genre de confrontation.

«Il faut gagner face à l’USMH pour éviter la crise»

Dans une très mauvaise posture en champion- nat après ce nouveau revers face au CABBA, l’En- tente n’aura pas le temps de gamberger sur cette défaite, mais doit préparer dorénavant le nouveau déplacement à El Harrach où le coach sétifien table sur une victoire et glaner trois points de plus, afin d’éviter la moindre crise au sein de la maison sétifienne en cas d’une nouvelle fausse note ven- dredi prochain.

«Prêt à me retirer à l’amiable et Serrar est au courant de cela»

Même s’il avoue que le fait de disputer quatre matchs en onze jours a sûrement influencé sur le rendement de son équipe face au CABBA, l’en- traîneur Mechiche est prêt malgré tout à céder sa place à la tête de l’équipe sétifienne, si les équipiers de Yakhlef ne réussissent pas un probant résultat face à l’USMH, en informant le président de sec-

face à l’USMH, en informant le président de sec- tion Hemmar de son souhait de se

tion Hemmar de son souhait de se retirer de l’En- tente en cas d’un nouveau faux pas, afin de passer le message au président Serrar qui devra prendre ensuite une décision très importante à l’aube de disputer le match retour face au Raja en coupe de l’UNAF, mais surtout la finale très attendue de la coupe de la CAF face au Stade Malien.

Samir B.

Programme de la 14 e journée

 

Vendredi 6 novembre et samedi 7 novembre 2009

06/11/2009 B.B. Arréridj 18h00 huis clos

 

CABBA/CRB

 

Achouri, Tamen, Arribi

06/11/2009 Batna 1er Novembre18h00

 

CAB/JSMB

 

Boumaza, Bahloul, Aïssaoui

 

06/11/2009 Chlef 18h00 huis clos

 

ASO/USMA

 

Amalou, Boudiba, Azrine

07/11/2009 Tizi Ouzou 14h30

 

JSK/MSPB

 

Hedia.F, Bouhassou, Bouanani

 

06/11/2009 Mohammadia 15h00 huis clos

USMH/ESS

 

Haddada, Kentache, Doulache

07/11/2009 Tlemcen A. Lotfi 14h30

 

WAT/ASK

 

Benamara, Meknous, Belfekroune

07/11/2009 5 – Juillet 18h00

MCA/MCO

Bouali, Tahir, Yamani

07/11/2009 Blida Tchaker 14h30

 

USMB/USMAn

 

Zouaoui, Megrah, Benrouane

   

07/11/2009 Husein Dey 14h30

 

NAHD/MCEE

 

Bichari, Benarous, Korichi

16

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup double CAB-JSMB

CAB-JSMB demain à 18h

CAB-JSMB demain à 18h
CAB-JSMB demain à 18h

Pour un autre exploit à Batna

CAB-JSMB demain à 18h Pour un autre exploit à Batna M is encore une fois en

M is encore une fois en

dernière victoire ac-

quise face au NAHD à domicile, les Vert et Rouge, qui comptent rester sur cette courbe ascen- dante, s’apprêtent à affronter de- main l’équipe du CAB revigorée par la dernière victoire ramenée en déplacement face à l’ASK. Mais les poulains de Menad croient fermement en leurs chances de franchir l’obstacle batnéen. Un éventuel succès de- main soir permettra donc à la JSMB de maintenir la cadence et décrocher la sixième victoire consécutive. La tâche des co- équipiers du potier Si Mohamed ne sera pas facile devant cette équipe de Batna qui n’est pas fa- cile à manier sur son terrain. Un peu bousculé par le temps cette semaine, Djamel Menad n’a pas pu réserver une préparation spé- ciale pour la rencontre de de- main. Il a toutefois axé son programme sur le plan psycho- logique. Ainsi, il a mis en garde ses joueurs contre tout excès de confiance et les a incités à garder la même dynamique et le même état d’esprit. Les joueurs, de leur côté, sont conscients de la lourde

confiance suite à leur

tâche qui les attend et ont promis de revenir avec un bon résultat du stade du 1er-Novembre de Batna et rééditer, pourquoi pas, l’exploit d’El Harrach et de Chlef. Ainsi, l’équipe béjaouie se dépla- cera ce matin à Batna avec un ef- fectif au grand complet. Mais contrairement à ce que pensent certains, la rencontre de demain face au CAB ne sera pas une par- tie de plaisir. En homme avisé, Menad l’a signalé à maintes re- prises à ses joueurs. Prudence, vigilance et sérieux, ce sont les maîtres mots du coach pour cette empoignade, car pour lui, le CAB est une formation à pren- dre au sérieux.

Un adversaire aussi euphorique

Tout comme l’équipe de la JSMB, le CAB n’a pas encore consommé sa dernière et pré- cieuse victoire ramenée de Khroub, par la plus petite des unités et sur penalty faut-il le rappeler, mais qui reste tout de même un résultat positif. «Cette situation nous sera très favorable, déclarera un groupe de suppor- ters. Il vaut mieux avoir affaire à un club victorieux qu’à une bête

blessée. Notre équipe a souffert contre le NAHD qui se bat dans le bas du tableau. Face au CAB, c’est le contraire, nos joueurs joueront dans un cadre calme et serein, l’adversaire sera épargné de la pression.» Les Batnéens cherche- ront donc les trois points, mais la JSMB ne l’entend pas de cette oreille, elle jettera toutes ses forces dans cette partie pour ar- racher un résultat positif qui lui permettra de se rapprocher da- vantage du leader. Une défaite n’arrangera nullement ses af- faires, surtout si elle vise une place honorable avant la fin de la phase aller. Mettant à profit la forme et la fraîcheur de ses élé- ments, surtout leur état d’esprit requinqué à bloc, Menad profi-

tera également de la disponibilité de tout son effectif pour jouer pleinement et armes égales contre un adversaire à la fois fort

et prétentieux. Le coach mettra

en place un dispositif qui pourra contenir la fougue batnéenne et

qui, autant par la ruse que par l’efficience de son arme de ba-

taille, parviendra à tromper la vi- gilance de l’adversaire comme il

a déjà fait contre deux forma-

tions coriaces, l’ASO et l’USMH.

Menad a boosté ses joueurs

De son côté, le coach Menad a boosté ses joueurs au cours des deux dernières séances d’entraî- nement pour les inciter à redou- bler d’efforts pour revenir à Béjaïa avec un résultat probant. Une éventuelle victoire placera les Béjaouis, sans aucun doute, sur le podium cette semaine. Les poulains de Djamel Menad au- ront donc plus d’avantage psy- chologique que ceux de Bouarata car si au demeurant les locaux n’ont été que pour le gain facile, les visiteurs vont profiter de cette situation qui pourra jouer un mauvais tour aux Rouge et Bleu de Batna pour les surprendre dans leur fief Dans cette perspective, il a beaucoup travaillé sa défense lors des dernières séances d’en- traînement, alors qu’avant, il ne cessait de déclarer qu’il n’avait aucun problème de ce côté-là. A l’issue de la réunion technique de lundi dernier où il a été per- suadé de jouer sur tous les fronts, c’est-à-dire la résistance à outrance et l’attaque intelligente, il opte pour deux schémas avec un cinquième défenseur ou un demi qui se libérera dans la po- siton d’attaque.

Vingt joueurs retenus

En prévision de la rencontre de demain à Batna face au Cha- bab local, le driver béjaoui a re- tenu 20 joueurs. Il s’agit de Si

Mohamed, Megateli, Bellakhdar,

Zafour, Messali, Hamlaoui, De- ghiche, Zerdab, El Hadi Adel, Belekheïr, N’djeng, Bouguerra, Boulemdaïs, Bellatrèche, Bouke- macha, Mebarakou, Aït Ouarab, Boukessassa, Mehaïa et Djeba- ret.

S. A.

Hier, entraînement à Amizour

Les Vert et Rouge de la JSMB ont effectué leur dernière séance hier matin avant le match de demain soir face au CAB. Pour cette séance, Menad n’a programmé que quelques exercices de détente pour ses pou- lains. Histoire de ne pas les forcer avant leur déplacement ce matin. Cette séance s’est dé- roulée sur le stade d’Amizour qui est d’une pelouse naturelle, surtout que le match de demain se jouera sur la même aire de jeu et les Béjaouis n’ont pas évolué sur une surface pareille depuis qu’ils ont quitté Bouira à l’oc- casion de la septième journée du cham- pionnat. C’était donc l’occasion pour les Vert et Rouge de retoucher au gazon avant le match de demain.

Zafour sous la menace

◗◗◗ Le match de demain sera une arme à double tranchant pour le défenseur béjaoui Brahim Zafour, qui devra avant tout faire ses preuves afin stopper les attaquants de cette équipe de Batna et sans compter que ce joueur, qui a reçu son deuxième carton jaune face au NAHD, doit être prudent pour éviter la suspension. Alors le compte à rebours a commencé et Zafour doit faire une rencontre sans faute.

Mise au vert à l’hôtel Chilia

◗◗◗ Pour leur mise au vert d’avant-match, les Béjaouis vont élire domicile à l’hôtel

Chilia leur quartier général à partir de ce soir. Quant à leur retour à Béjaïa, il se fera juste après la rencontre.

Une première

pour Mehaïa

◗◗◗ Après avoir raté le début de saison à cause d’une méchante blessure contractée lors de la période d’intersaison à Tunis, le milieu de terrain béjaoui, Rachid Mehaïa, a repris le chemin du travail après avoir suivi une longue période de rééducation spéci- fique. Et pour la première fois depuis le début de saison, l’enfant des Zibans est re- tenu pour le match de demain face au CAB.

Deghiche

: «Refaire le coup d’El Harrach»

Le solide milieu de terrain bé- jaoui, Mosbah Deghiche, estime que son équipe, qui reste sur une bonne série de victoires, doit im- pérativement enchaîner avec un bon résultat demain face au CAB. Selon lui, elle n’a pas le droit de perdre ce match quand bien même il serait très difficile. Le capitaine des Vert et Rouge s’est montré optimiste pour la rencontre de demain lors de ce entretien, où il table sur un re- make du match de l’ASO et de l’USMH. Comment s’est déroulée la préparation pour le match de demain face au CAB ? Dans de très bonnes condi- tions. Les gars ont bien travaillé,

surtout que le moral est beau fixe après la dernière victoire acquise face au NAHD. Je pense que toutes les conditions sont réunies pour réaliser un grand match ce vendredi. Avez-vous effectué une pré- paration spéciale pour cette rencontre ? Non, on n’a pas eu assez de temps, la seule chose qu’on a faite, c’est qu’on a effectué une séance d’entraînement sur le gazon car le stade de Batna est doté d’une pelouse naturelle. Pour le reste, le coach a été obligé d’opter uniquement pour le tra- vail psychologique qui est utile dans ce genre de situation. Comment se présente pour

vous cette confrontation ? Ce sera un match très difficile pour les deux équipes qui cher- chent à confirmer leur bonne santé. De notre part, nous sommes sur une bonne série de victoires, il faut surtout confir- mer ce vendredi. Les joueurs sont conscients de la tâche qui les attend et on fera tout pour reve- nir au bercail avec le meilleur score possible. Les Batnéens restent aussi sur un bon résultat… L’équipe de Batna a fait des progrès considérables. Elle est à prendre au sérieux. Il faut donc garder les pieds sur terre, rester mobilisés et surtout concentrés. Certes, ce ne sera pas facile de-

vant cette équipe qui pratique un bon football, mais on ne se foca- lise pas trop sur ça. Ce qui nous intéresse, c’est de faire un bon match et pourquoi pas rééditer l’exploit de l’ASO et de l’USMH. Vous ne craignez-vous pas la pression ? Nous allons plutôt tenter de justifier notre force. Nous avons l’expérience suffisante pour af- fronter toutes les situations. Il faut savoir aussi entrer directe- ment dans le match et imposer notre jeu. Il ne faut pas avoir peur de la pression, on peut l’ab- sorber et vaincre. Nous avons les moyens de réussir un bon résul- tat à Batna. Entretien réalisé par S. A.

Bouarata :

«Une bonne empoignade en perspective»

«La rencontre de ce vendredi contre la JSMB sera, à mon sens, une bonne empoi- gnade, les deux équipes montent en puis- sance. Il y aura l’expérience d’une équipe constituée d’un groupe qui joue ensemble de- puis au moins trois ans face à une équipe constituée de jeunes. En un mot, l’expérience contre la jeunesse. » Prié de nous donner des détails sur son adversaire, Rachid Bouarata dira : «Les séquences des émissions sportives et les coupures de presse sont pour moi un outil de travail. Dans le cas où je n’aurais pas la possibilité de suivre en direct les émissions sportives ou les matchs de championnat pour une raison ou une autre, je demande à ce qu’on me les enregistre.»

On s’entraîne même le jour du match

Les poulains de Rachid Bouarata s’entraî- neront jeudi, et même le jour du match. Une séance est ainsi programmée aujourd’hui, en début de matinée, et une autre demain à 16 heures, soit à quelques heures seulement de la rencontre, mais cette séance n’a rien à voir avec celles qui sont généralement pro- grammées au début ou en milieu de se- maine. Le CAB rentre en mise au vert cet après-midi à 14 heures, au lieu habituel.

Du temps de jeu pour Messaâdia et Bouraoui

Il faut s’attendre à ce que des éléments comme Abdelhak Bouraoui et Ahmed Mes- saadia aient du temps de jeu, dit-on dans l’entourage du staff technique. Bouraoui, par exemple, n’a eu que cinq minutes de jeu face au Khroub, il en aura un peu plus. Cet atta- quant, de la même trempe que Amir Bou- rahli, peut devenir un des buteurs du CAB, pour peu qu’il soit épargné par les blessures. Messaâdia n’a pas eu de bol cette saison, il a eu sa chance au début du championnat, mais il s’est blessé dernièrement. Guéri, il est de nouveau convoqué. Dans le registre des attaquants, Lyamine Boukhlouf monte en puissance, il ne marque pas mais avec Kab, il apporte beaucoup en attaque. C’est sans doute cet apport qui permet à Bourahli de se retrouver troisième buteur en champion- nat, explique-t-on au sein du staff tech- nique.

Ceux qui ont battu l’ASK seront convo- qués, sauf Rasmal

Pour les raisons déjà évoquées dans notre dernière livraison, Rasmal ne sera pas convoqué. Il est suspendu. A sa place en re- trouvera Ouanès, le jeune espoir du CAB. Cela ne voudra pas dire qu’il sera titulaire. Pour le savoir, rendez-vous demain à 18 heures sur la pelouse du stade du 1 er -No- vembre de Batna.

Daïra reconduit

Selon le staff technique, un élément comme Ali Daïra est en net progrès. Il a beaucoup donné face au Khroub, comme tout le groupe, précise-t-on, mais il est sé- rieux et pourrait définitivement garder la place de latéral gauche.

Bensaci n’a toujours pas répondu à la convocation du comité

L’information nous a été donnée par un membre du comité directeur du CAB. Pour Amar Ounès : «Aucun écart n’est admis de la part de n’importe quel joueur. Nous possé- dons un groupe et c’est sur le groupe que le CAB puise ses forces.» Amar Ounès dira par ailleurs : «Le secrétaire général aurait contacté le joueur en question, mais hier en- core, Bensaci n’avait toujours pas répondu à la convocation.»

M. B.

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

17

Coup sûr ASO-USMA

ASO-USMA demain à 18h

à huis clos

ASO-USMA demain à 18h à huis clos

Le match qu’il faut gagner

D emain vendredi, l’USMA a rendez-vous à Chlef avec l’équipe locale à l’occasion

de la 12 e journée du championnat. Le match aura lieu à huis clos et le coup d’envoi est prévu à 18h. En prévision de ce déplacement, Noureddine Saâdi a convoqué presque le même groupe que face à Blida, vu que la majorité des joueurs qui étaient indisponibles, le week-end dernier, le sont tou- jours ce week-end. On ne semble pas trop s’en plaindre néanmoins, en ce sens que sans plusieurs titu- laires, l’équipe s’en est plus ou moins bien sortie, avec une bonne prestation à Annaba, malgré la défaite, et une victoire contre Blida, bien que tirée par les che- veux. Le match de demain sera le troisième test pour certains joueurs avant le retour des joueurs blessés (Cheklam, Zidane, Layati, Daham et peut-être Bourahli), presque une dernière chance qu’on doit saisir à tout prix afin qu’on ne les laisse plus moisir sur la touche, d’autant que les condi- tions s’y prêtent. Ce n’est toutefois pas la mission d’un groupe de

Ce n’est toutefois pas la mission d’un groupe de joueurs seulement, mais de toute l’équipe qui

joueurs seulement, mais de toute l’équipe qui aura une autre occa- sion en or, après celle de Annaba, de jouer en déplacement sans la présence du public adverse. Il faut le dire qu’hormis la victoire, tout autre résultat sera jugé comme né- gatif dans ces conditions. Car, au

train où vont les choses, l’USMA va finir par se plaire au milieu du tableau, comme une équipe quel- conque, et perdra toute ambition de revenir sur les équipes de tête. Et si les Rouge et Noir ne sont pas capables de gagner à l’extérieur en cette phase aller, dans d’aussi

bonnes conditions en plus, on se demande comment ils pourront le

faire durant le retour quand les points compteront double face à des équipes qui lutteront de toutes leurs forces pour le maintien, ou contre des formations très moti- vées pour décrocher une place qualificative à une compétition in- ternationale. Nous l’avons dit il y

a quelques jours, la victoire contre

Blida n’aura servi à rien si l’USMA ne gagne pas demain. En cas de défaite, les Usmistes risquent de perdre deux ou trois autres places au classement, si la JSK et l’USMB, qui sont juste derrière, gagnent à domicile. L’équipe de Saâdi pour- rait se retrouver donc à une triste

et indifférente treizième place. En

revanche, si l’USMA gagne, elle peut glaner d’autres places au clas- sement avant de rejoindre le pelo- ton de tête, dès la prochaine journée si elle bat la JSK à Bolo- ghine. Voilà pourquoi il faut ga- gner demain à Chlef, et voilà pourquoi les Usmistes se doivent de revêtir leur blason de conqué- rants.

M.

B.

Slimani :

«J’ai confiance en mes joueurs qui sauront être à la hauteur»

«L’équipe est en progression constante et ça me soulage, car mon premier ob- jectif depuis ma venue est de rendre à l’équipe son vrai football. L’équipe souf- frait physiquement et mentalement et dans de telles conditions on ne peut pas demander à un joueur d’être à la hau- teur tactiquement, mais je crois que les derniers résultats sont là pour démon- trer que le travail qu’on a accompli com- mence à donner ses fruits. Mais attention, ça ne veut pas dire que l’équipe est à l’abri d’une quelconque mé- saventure, au contraire, on ne doit sur- tout pas desserrer l’étreinte maintenant que l’équipe semble avoir retrouvé sa bonne copie, et ce match face à l’USMA tombe bien pour se faire une idée plus précise sur les potentialités de notre ef- fectif. Ce sera donc un bon test pour mes joueurs auxquels je fais confiance pour être à la hauteur.»

A. F.

Gharbi en

demi offensif

Ce match verra le retour de Sabri Gharbi dans le poste de milieu du ter- rain offensif où Slimani compte énor- mément sur son apport pour alimenter les attaquants en bons ballons. Ce jeune joueur a démontré d’excellentes dispositions lors des derniers matches et c’est la raison pour laquelle son en- traîneur compte lui renouveler sa confiance pour ce même rôle en espé- rant le voir encore une fois s’acquitter convenablement de sa tâche.

Messaoud comme troisième attaquant

Le buteur de l’équipe, Mohamed Messaoud, jouera cette fois-ci en posi- tion légèrement avancée, pratiquement aux côtés de Paul Biyaga et Hilal Sou- dani. L’entraîneur le fera jouer comme attaquant libre derrière les deux avants de pointe habituels de l’équipe afin de lui permettre de se défaire du mar- quage des défenseurs adverses et profi- ter des espaces nécessaires pour rester aux aguets des bonnes opportunités de scorer et pour peu que la réussite soit encore au rendez-vous, il y aura alors de fortes chances de voir le goléador maison en mettre au moins une de- dans.

Il leur a versé, hier, la prime de Blida

Allik met ses joueurs devant leurs responsabilités

Hier, à l’issue de la séance d’entraînement tenue en fin d’après- midi, le président de l’USMA a rendu visite à ses joueurs avec la prime du match gagné contre l’USMB en main. Après leur avoir réglé le week-end dernier toutes les primes des matchs précé- dents, Allik s’est acquitté, avant-hier, de toutes ses dettes envers ses joueurs en leur versant celle de Blida, non sans leur promet- tre une somme assez considérable s’ils venaient à battre demain l’ASO. Le premier responsable usmiste a insisté sur les trois points de cette rencontre, il aurait même considéré qu’un match nul serait synonyme d’échec. La balle est désormais dans le camp des joueurs qui doivent prendre leurs responsabilités et ramener, enfin, une victoire de l’extérieur. B. M.

Daham et

Cheklam

convoqués

Tous les deux non convo- qués pour le match contre l’USMB, Noureddine Daham et Farid Cheklam ont été rete- nus parmi le groupe qui effec- tuera ce matin le voyage à Chlef. Rappelons que l’ex- joueur de Koblenz, qui souf- frait d’une blessure au niveau de la cheville, n’a réintégré le groupe qu’avant-hier mardi.

A. C.

Herkat

«A Chlef pour un résultat positif»

Arrivé lors du mercato hivernal de la saison passée en provenance de l’USMAn, Sofiane Her- kat a réussi à se faire une place dans le onze de Kamel Mouassa. Seulement, les blessures qu’il a contractées depuis l’entame de l’actuel exercice ne lui ont pas permis de jouer régulièrement. Toutefois, l’ex-Annabi commence depuis peu à retrouver sa forme. Après avoir été mis sur le banc des remplaçants face à l’USMB, il sera du voyage à Chlef. Herkat, qui s’est complètement rétabli de la blessure dont il souffrait au niveau de la cuisse, constituera une solution pour Saâdi qui pourrait compter sur lui en défense.

Alors Sofiane, comment sont les nouvelles ? Dieu merci, je n’ai pas à me plaindre. Je suis en bonne forme, pourvu que ça dure. Je suis com- plètement rétabli de la blessure dont je souffrais au niveau de la cuisse. Je peux même dire qu’elle fait désormais partie du passé. Ce qui est de bon augure pour la suite. J’ai d’ailleurs réintégré le groupe et je me suis préparé le plus normale- ment du monde. Ce qui me permet de dire que tout se passe à merveille.

Etes-vous prêt pour le prochain match ? Oui, je le suis. Il n’y a aucune raison pour que je ne le sois pas. Je m’entraîne avec mes cama- rades depuis plus d’une semaine. Comme je vous l’ai déjà dit, tout s’est très bien passé. La dernière victoire que nous avons décrochée à domicile face à l’USMB nous a permis de bien préparer notre prochaine rencontre. De mon côté, sachez que tout est OK.

Ne craignez-vous pas que le manque de compétition vous joue un mauvais tour à Chlef ? Non, sur ce plan, je n’ai pas de souci à me faire.

Ce n’est pas la première fois que je reviens de blessure. Je pense que j’ai assez d’expérience pour bien négocier ce genre de situation.

Vous avez souffert de plusieurs blessures depuis l’entame de la saison. Cela ne vous a- t-il pas affecté ? Que voulez-vous que je vous dise ? C’est le destin. Je n’y peux rien. J’ai dû prendre mon mal en patiente. Les blessures sont l’ennemi numéro 1 des joueurs. Maintenant que je suis rétabli, je vais faire de mon mieux pour rattraper le temps perdu. J’aurais voulu être avec mes coéquipiers, mais cela n’a pas été le cas.

Revenons au match face à l’ASO ; comment l’appréhendez-vous ? Comme tous les autres, ça va être une rencon- tre difficile à négocier. Notre adversaire revient en force ces derniers temps. Il a battu le CRB et tenu en échec l’ESS dans son jardin. Donc, nous savons très bien ce qui nous attend à Chlef. En ce qui nous concerne, nous restons sur une victoire. Nous allons profiter de notre bon état d’esprit pour essayer de revenir à la maison avec un bon résultat. Sachez que malgré la difficulté de la tâche, nous ferons de notre mieux pour conti- nuer sur notre lancée.

La rencontre se jouera à huis clos. Serait-ce un avantage pour vous ? Personnellement, j’aurais aimé que la rencon- tre se joue en présence du public. Peut-être que cela constituera un avantage, mais le plus im- portant, c’est d’être concentrés sur notre match et rien d’autre. Entretien réalisé par Adel Cheraki

Boukhari et Ali Hadji en jokers

Deux jokers de luxe seront sur le banc des remplaçants lors de ce match face à l’USMA. Il s’agit de Ya- cine Boukhari, qui a retrouvé la com- pétition comme remplaçant lors du dernier match contre Sétif, et Ali Hadji, pour qui cette rencontre revêt un caractère spécial puisqu’il aura à affronter son ex-équipe.

Sellama :

«Un succès pour bien se relancer»

Comment se déroule la prépara- tion pour le match de ce vendredi face à l’USMA ?

Le plus normalement du monde, tous les joueurs travaillent avec sé- rieux et assiduité afin de bien se pré- parer pour cette rencontre. Le travail se déroule de manière ordinaire, même si l’entraîneur nous parle beau- coup de ce match qu’il faut gagner à tout prix pour nous relancer définiti- vement.

Pensez-vous avoir les moyens qu’il faut pour continuer sur cette lan- cée ? Je pense qu’il ne saurait y avoir le moindre doute là-dessus après ce qu’on vient de prouver à travers nos derniers résultats flatteurs enregistrés devant des adversaires d’envergure comme le CRB et l’Entente de Sétif. Nous sommes conscients à présent qu’il nous suffit d’y croire pour pou- voir prétendre à la victoire sans nous soucier du nom du vis-à-vis qu’on aura en face. Donc ma réponse ne peut qu’être positive quant à nos ca- pacités de rester sur notre belle lan- cée.

Ne craignez-vous pas de vous en ressentir de l’absence de vos sup- porters pour cause de ce qui risque à contrario d’avantager votre ad- versaire ? Il est certes vrai qu’on aurait de loin souhaité évoluer devant nos suppor- ters qui nous avaient été d’un pré- cieux apport lors de notre dernier match disputé ici à Boumezrag face au CRB, mais comme on n’y peut rien pour changer quoi que ce soit à cette situation, il ne nous restera qu’à faire avec en nous contentant de jouer notre football et alors il n’y aura pas de raison pour que la réussite ne soit pas au rendez-vous. Maintenant si du côté de l’USMA, ils comptent sur ce paramètre pour espérer nous sur- prendre alors grand bien leur en fasse, car en face ils trouveront onze joueurs seulement préoccupés par ce qui se passe sur le terrain sans se sou- cier de l’état des gradins.

C’est bien de faire preuve de tant d’optimisme, mais vous semblez oublier que l’USMA, de son côté, elle aussi, revient fort ces derniers jours, non ? Non, on ne perd pas de vue que l’USMA reste sur une victoire contre Blida et, croyez-moi, même sans ça, nous sommes parfaitement conscients de la mission qui nous at- tend face à cet adversaire qui est ca- pable de réaction à tout moment et dans n’importe quel circonstance. Ce serait de la folie que de songer à pren- dre l’USMA à la légère et d’avoir fata- lement à le vérifier à nos dépens à la fin. Soyez sans crainte que nous abor- derons ce match avec tout le sérieux voulu et le respect dû aux Usmistes qui doivent toutefois bien se mettre dans la tête que les trois points reste- ront à Chlef.

Entretien réalisé par Ahmed Feknous

18

Le Buteur n° 1023 Jeudi 5 novembre 2009

Coup ferme CABBA-CRB

CABBA-CRB demain à 18h à huis clos

CABBA-CRB demain à 18h à huis clos
CABBA-CRB demain à 18h à huis clos
CABBA-CRB demain à 18h à huis clos
CABBA-CRB demain à 18h à huis clos

Le Chabab tenu par

l’obligation de résultat

C e vendredi, le CRB sera, une nouvelle fois, mis à rude épreuve en donnant la ré-

plique au CABBA, une équipe qui se trouve dans une phase ascen- dante, après avoir damé le pion au MSPB, avant d’enchaîner un autre succès, avant-hier mardi, face aux Sétifiens, forts par leur armada de stars. Les Belouizdadis, qui sont parvenus à sortir la tête de l’eau en remportant une précieuse victoire, même dans la douleur, aux dépens de la JSK, ont chassé le doute qui s’est installé dans l’équipe et évité ainsi l’implosion. C’est dire que les gars du Chabab sont tenus, une nouvelle fois, par l’obligation de ré- sultat, afin de confirmer leur réveil. C’est dire qu’une contre-perfor- mance n’est pas faite pour arranger les affaires de l’équipe qui espère se mettre plus en confiance avant d’aborder dans la sérénité le virage décisif qui les attend en champion- nat. En effet, les poulains de Iaïche seront appelés à disputer deux der- bies de suite, respectivement face à l’USMH et au NAHD, avant de s’en- voler à destination de Sfax, en pré- vision du match retour de la Coupe de l’UNAF.

Le huis clos, une arme à double tranchant La tâche des Belouizdadis s’an- nonce moins difficile face au CABBA, quand on sait que la ren-

moins difficile face au CABBA, quand on sait que la ren- contre se disputera à huis

contre se disputera à huis clos. Ce qui pourrait profiter aux camarades de Mameri qui en savent un bout sur la pression que les Criquets exercent souvent sur les joueurs de l’équipe adverse. C’est dire que les poulains de Iaïche auront l’opportu- nité de s’exprimer convenablement. Cependant, le huis clos risque d’être une arme à double tranchant, puisque les camarades de Bentayeb, et même en étant privés de l’apport de leurs supporters, sont parvenus à vaincre l’ESS qui a pourtant aligné son équipe type. Les Belouizdadis, qui sont donc avertis, doivent se méfier de cette équipe du CABBA qui semble être en pleine confiance.

La fraîcheur physique, un atout à faire valoir Après avoir disputé trois rencon- tres en l’espace d’une semaine, à l’is- sue de laquelle ils avaient éprouvé du mal à terminer leur match face à la JSK, les coéquipiers de Saïbi se sont vu accorder du repos qui leur permettra d’entamer cette confron- tation face au CABBA avec tous leurs moyens physiques. A l’opposé des Bordjis qui ont disputé un match intense mardi dernier. C’est dire que cette rencontre entre les deux équipes reste ouverte à tous les pronostics et le CRB semble avoir un bon coup à jouer, pour peu qu’il sache tirer profit de leur fraîcheur

physique.

K. M.

Une défense décimée face au CABBA

E n dépit de la détermination

des joueurs de réussir un bon

résultat face au CABBA, il n’en

demeure pas moins que la défense posera, une nouvelle fois, un pro- blème pour l’équipe. Etant déjà le maillon faible du CRB depuis le début de cet exercice, ce comparti- ment sera amoindri par l’absence de deux joueurs clés, à savoir Bendah- mane et Mebarki qui sont parmi les joueurs qui ont joué le plus grand nombre de rencontres. Pour rappel, ces deux éléments, depuis le match face à l’ASK, ont souvent formé la charnière centrale du Chabab. En outre, Mohamed Herida sera égale- ment forfait, ce qui limitera le champ de manoeuvre du staff technique. Il ne faut pas également oublier que Akniouène est suspendu. Joint par nos soins, l’entraîneur adjoint, Bou- hila, nous dira : «On aurait aimé

avoir tous les joueurs à notre disposi- tion. Mais voilà qu’on devra compo- ser avec l’absence de pas moins de trois éléments, à savoir Bendahmane, Me- barki et Herida. Mais je suis persuadé que les éléments qui vont les rempla- cer seront à la hauteur.»

Bellat et Alex peuvent aussi jouer dans l’axe Quant aux solutions préconisées par le staff technique afin de faire face à cette situation, le coach du CRB a essayé plusieurs variantes aux entraînements. Si Boukedjane sera titularisé sur le flanc gauche de la dé- fense, Iaïche n’est pas encore certain d’aligner le capitaine Karim Mameri. En effet, l’entraîneur aurait souhaité le faire jouer comme d’habitude sur le flanc droit de la défense, mais il veut aussi profiter de son expérience pour le faire évoluer dans l’axe cen-

tral, associé aux côtés de Maâziz. Mais il y a aussi une possibilité de voir Iaïche faire jouer Mameri à son poste habituel et aligner la paire Maâziz-Alex dans l’axe central. Au cours des entraînements de la se- maine, Iaïche a même testé Bellat et Mameri au niveau de la charnière centrale de la défense tout en faisant jouer Maâziz sur le flanc droit. Au- trement dit, au CRB on n’est pas en- core fixé sur les joueurs qui vont composer la défense. «Pour l’instant, nous n’avons pas encore pris de déci- sion concernant les joueurs qui seront alignés le jour de la rencontre. Cela ne devrait se faire que lors de la dernière séance d’entraînement», dira l’entraî- neur-adjoint Bouhila. On peut donc dire que le staff technique est tou- jours indécis quant aux joueurs qu’il fera jouer d’entrée de match.

Henkouche-Iaïche, un match dans le match

Henkouche-Iaïche, un match dans le match
La confrontation qui opposera vendredi en début de soirée le CABBA au CRB sera aussi

La confrontation qui opposera vendredi en début de soirée le CABBA au CRB sera aussi celle des entraîneurs Abdelkader Iaïche et Mohamed Henkouche, fraîchement installé à la tête du CABBA et qui sera sur le banc, après avoir supervisé l’équipe mardi dernier lors du derby des Hauts Plateaux. Henkouche, qui connaît bien le CRB pour l’avoir entraîné plus de deux saisons durant, va sans aucun doute essayer d’élaborer la stratégie du jeu la plus adéquate pour espérer battre les Belouizdadis et prendre une revanche sur le sort. Il faut rappeler que Henkouche s’est senti trahi par le CRB, lui qui a déclaré que son départ a été bel et bien préparé dès les pre- mières journées du championnat et que Iaïche avait été contacté juste après le début de cet exercice. Ce der- nier, et même s’il n’a pas voulu polémiquer avec Henkouche, réserve sa réponse sur le terrain. Iaïche qui, à son tour, connaît bien le CABBA pour l’avoir mené en finale de la Coupe d’Algérie perdue justement face à Hen- kouche, connaît parfaitement les Criquets et essayera de leur damer le pion dans leur antre. Les deux hommes se sont affrontés la saison passée à deux reprises, d’abord lors du match retour de championnat, lorsque Iaïche, qui drivait le CABBA, a tenu en échec le CRB au stade du 20-Août, alors qu’en finale de la Coupe d’Algérie, la rencontre s’était soldée sur un score de parité, avant que le CRB ne l’emporte à la séance des tirs au but. L’on se demande à qui sourira cette troisième confrontation. Henkouche réussira-t-il à prendre sa revanche sur le CRB, à l’occasion de son premier match à la tête des Criquets ? Réponse demain.

à prendre sa revanche sur le CRB, à l’occasion de son premier match à la tête
à prendre sa revanche sur le CRB, à l’occasion de son premier match à la tête
Henkouche «Il s’agit maintenant d’entretenir cette dynamique» Le nouvel entraîneur a assisté au derby des
Henkouche
«Il s’agit maintenant
d’entretenir cette
dynamique»
Le nouvel entraîneur a
assisté au derby des Hauts
Plateaux pour superviser
sa nouvelle équipe.
Henkouche a noté des
points positifs mais aussi
des carences qu’il a tenues
à garder pour lui.
que j’ai relevé aussi quelques la-
cunes qu’il s’agira bien sûr de cor-
riger.
A quel niveau avez-vous fait ce
constat ?
Je préfère garder mes observa-
tions pour moi.
Tout d’abord, peut-on dire que
vous êtes officiellement le nou-
veau coach du CABBA ?
Disons que je le suis à un très
grand pourcentage. Il reste
quelques petits détails à régler,
mais l’essentiel a été fait.
On imagine que vous avez
abordé avec Bouda et Aktouf
l’objectif qui vous serait fixé…
Bien sûr, car l’équipe qui arrive
en finale de la Coupe d’Algérie ne
peut pas se permettre de rater la
saison qui suit. Il est clair que l’ob-
jectif des responsables est de faire
mieux. C’est un challenge sportif
qui me convient et qui me tente.
Quels sont les enseignements
que vous avez tirés en assistant
au match et surtout à la vic-
toire de votre nouvelle forma-
tion ?
C’est une victoire du cœur. Les
joueurs en voulaient tellement
qu’ils ont su comment se surpasser
pour sortir vainqueurs devant le
champion d’Algérie qui possède de
surcroît le meilleur effectif du
championnat. Ce n’était pas évi-
dent, néanmoins les garçons se
sont bien battus et on ne peut que
les féliciter. Seulement il faut dire
Est-ce que cela est lié à l’ab-
sence d’un entraîneur
sur le banc ?
Pas du tout, et je reconnais que
Abbas et Fodhil ont joué parfaite-
ment leur rôle en participant, à leur
manière, au succès.
Peut-on alors parler des points
positifs notés au cours
de ce match ?
Incontestablement la condition
physique des joueurs. Ils ont fourni
de très gros efforts durant 90 mi-
nutes sans lâcher prise. D’autre
part, j’ai noté une très grande moti-
vation qui caractérise le mental des
joueurs du CABBA.
Cette victoire est de bon au-
gure en tout cas pour le pro-
chain match contre le CRB…
Effectivement, surtout qu’elle in-
tervient après une victoire à l’exté-
rieur. Il s’agira d’entretenir cette
dynamique de bons résultats.
Ce sera un match assez spécial
sachant que vous avez entraîné
en début de saison cette
équipe, n’est-ce pas ?
C’est vrai que je l’ai entraînée,
mais ce vendredi je serai en jaune
et noir.
Entretien réalisé par
Abderrahmane Benbacha
Aktouf lui présente… Kial
◗ En fin de rencontre, le président de section Yahia Aktouf, sous l’eu-