Vous êtes sur la page 1sur 89

POLITIQUE SUISSE EN MATIÈRE DE DROGUES:

ENJEUX ET PERSPECTIVES

Support de cours EESP – 2011.05.09

Christophe Al Kurdi Rel’ier (Fondation le Relais)

2
2

Avertissement

2 Avertissement Ce support de cours a été initialement distribué à l’attention des étudiants de la

Ce support de cours a été initialement distribué à l’attention des étudiants de la Haute école de travail social et de la santé — EESP — de Lausanne.

Sa réutilisation/transformation /distribution est autorisée à condition d’en mentionner la source:

Christophe Al Kurdi, Rel’ier - Fondation Le Relais, « Politique suisse en matière de drogues: enjeux et perspectives » (EESP - Lausanne, 9 mai 2011).

enjeux et perspectives » (EESP - Lausanne, 9 mai 2011). Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

» (EESP - Lausanne, 9 mai 2011). Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support
3
3

Sommaire

3 Sommaire A. Histoire de la politique drogue suisse: une superposition conceptuelle Contrôle / Soins-éducation /

A. Histoire de la politique drogue suisse: une superposition conceptuelle

Contrôle / Soins-éducation / RdR /Autre

B. La politique actuelle

4 piliers ProMeDro III

C. Enjeux et perspectives

D. Eléments de réponse

III C. Enjeux et perspectives D. Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

D. Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai

A

 

Bref historique de la politique drogue suisse

 

1) Politique de contrôle (1925-)

2) Politique de soins et socio-éducative (1951-)

3) Politique de réduction des risques (1979-)

4) Autres formes de régulation (jamais mise en œuvre)

Chapitre rédigé sur la base d’une présentation de F. Zobel (IUMSP), modifiée par CK

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
5
5

Politique drogue: une superposition de modèles

A
A
5 Politique drogue: une superposition de modèles A Selon F. Zobel, la politique drogue suisse est

Selon F. Zobel, la politique drogue suisse est une politique faite de l’addition de trois modèles successifs:

Politique de contrôle (1925-) Politique de soins et socio-éducative (1951-) Politique de réduction des risques (1979-)

+

Un quatrième modèle, la politique « une autre forme de régulation »,

a été en discussion mais n’a jamais été intégré dans la politique drogue suisse

n’a jamais été intégré dans la politique drogue suisse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

dans la politique drogue suisse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
6
6

La politique du contrôle: la vision

A
A
6 La politique du contrôle: la vision A Contrôler parce que La drogue est dangereuse, elle

Contrôler parce que La drogue est dangereuse, elle est un fléau pour la société

Contrôler tout azimuts

Prohiber la drogue: Production, transformation, trafic et vente (offre) Poursuivre pénalement le consommateurs: Acquisition, possession et consommation (demande)

Faire des exceptions

industrie pharmaceutique, médecins, pharmaciens patients

pharmaceutique, médecins, pharmaciens patients Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

pharmaciens patients Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
7
7

Le premier acte de la politique de contrôle

(1913-25)

A
A
7 Le premier acte de la politique de contrôle (1913-25) A Contrôler par solidarité internationale… 1913

Contrôler par solidarité internationale…

1913 Adhésion à la Convention de la Haye de 1912 sur l’Opium 1924 Ratification (arrêté du 5 juin 1924) 1 ère Lstup Suisse

La Suisse est un fabriquant de Stupéfiants A cette époque, elle appartient aux six pays
La Suisse est un fabriquant de Stupéfiants
A cette époque, elle appartient aux six pays dans le monde à fabriquer
de la morphine et de la cocaïne
Elle exporte le 95% de sa production
et de la cocaïne Elle exporte le 95% de sa production Christophe Al Kurdi (Rel’ier –

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Elle exporte le 95% de sa production Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support

Conventions de Genève et autres précisions sur les stupéfiants

8
8
de Genève et autres précisions sur les stupéfiants 8 1925 Convention de Genève sur les stupéfiants

1925 Convention de Genève sur les stupéfiants 1931 Convention de Genève sur la fabrication et la distribution des stupéfiants 1936 Convention de Genève sur la répression du trafic illicite 1948 Protocole sur les stupéfiants synthétiques Etc.

1948 Protocole sur les stupéfiants synthétiques Etc. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

stupéfiants synthétiques Etc. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
9
9

2 ième acte: La loi suisse sur les stupéfiants (LStup – 1951)

A
A
acte: La loi suisse sur les stupéfiants (LStup – 1951) A Alignement sur le cadre international
Alignement sur le cadre international Contrôler l’Offre Contrôler toutes les étapes allant de la production
Alignement sur le cadre international
Contrôler l’Offre
Contrôler toutes les étapes allant de la production à la consommation
Produits interdits: opiacés, coca et de cannabis
Un système d autorisation et de surveillance est mis en place pour
l’usage licite de certaines drogues

Aucune mention de la consommation au nombre des actes punissables*.

mention de la consommation au nombre des actes punissables*. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

au nombre des actes punissables*. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
10
10

Convention unique sur les stupéfiants

A
A
10 Convention unique sur les stupéfiants A 1961 Convention unique sur les stupéfiants en vigueur 1970

1961 Convention unique sur les stupéfiants

en vigueur 1970 - RS

Convention unique sur les stupéfiants en vigueur 1970 - RS 0.812.121.0 Christophe Al Kurdi (Rel’ier –

0.812.121.0

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

classe

les

stupéfiants

en

4

tableaux,

selon

leur

danger

d’engendrer la toxicomanie.

 

introduit un système de licence

pour

la

fabrication

/

le

commerce / la distribution des stupéfiants.

introduit le contrôle de la culture

de

la

feuille

de

coca

et

du

cannabis.

 

crée

un

organe

unique

international de

contrôle

des

stupéfiants: l’OICS (= INCB)

  crée un organe unique international de contrôle des stupéfiants: l’OICS (= INCB )
11
11

Lacune du contrôle: Du LSD à l'antenne (1966)

A
A
11 Lacune du contrôle: Du LSD à l'antenne (1966) A Une course sans fin derrière les

Une course sans fin derrière les « nouveaux » produits à la mode

LSD et des amphétamines

nouveaux » produits à la mode LSD et des amphétamines Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

– Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1) Du LSD à l'antenne (02.06.1966)

Du LSD à l'antenne (02.06.1966)

http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-lsd

Support de cours mai 2011(V1) Du LSD à l'antenne (02.06.1966) http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-lsd
12
12

3 ième acte: Les juges s’en prennent aux consommateurs (1969)

A
A
acte: Les juges s’en prennent aux consommateurs (1969) A http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-temoins
acte: Les juges s’en prennent aux consommateurs (1969) A http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-temoins

http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-temoins

A http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-temoins Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Arrêté du tribunal fédéral [l'arrêt Michel]

Consommation de drogues = acquisition de drogues = punissable

Contrôler la Demande Pénalisation de la consommation
Contrôler la Demande
Pénalisation de la
consommation
Consommation de drogues = acquisition de drogues = punissable Contrôler la Demande Pénalisation de la consommation
13
13

De nouvelles conventions

A
A
13 De nouvelles conventions A Convention sur les psychotropes 1970 placé sous le contrôle international diverses

Convention sur les psychotropes 1970

placé sous le contrôle international diverses substances (barbituriques, amphétamines, tranquillisants, …)

en vigueur 1996 - RS 0.812.121.02

Convention de 1971

substances d origine synthétique

reconnaissance du caractère indispensable de l’utilisation des substances psychotropes à des fins médicales et scientifiques,

Instauration de mesures de contrôle contre l’abus de ces substances

Protocole de 1972

attributions de l’Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS)

définit les mesures contre l’abus de stupéfiants

Convention de 1988

mesures contre l’abus de stupéfiants Convention de 1988 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

de stupéfiants Convention de 1988 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
14
14

4 ième acte: Contrôler les vendeurs et les consommateurs de drogues (LStup rév.1975)

A
A
vendeurs et les consommateurs de drogues (LStup rév.1975) A Création d’un consommateur (art. 19 A) Celui

Création d’un consommateur (art. 19 A)

Celui qui, sans droit, aura consommé intentionnellement des stupéfiants (…) est passible des arrêts ou de l’amende

Régime différentié de Répression entre:

consommateurs de drogues vendeurs de drogues

entre: consommateurs de drogues vendeurs de drogues Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

de drogues vendeurs de drogues Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
15
15

Dernier acte: Punir plus sévèrement les dealers qui s’en prennent aux jeunes (LStup rév. 2008)

A
A
dealers qui s’en prennent aux jeunes (LStup rév. 2008) A Art 1a, Al 2: Mention spéciale

Art 1a, Al 2: Mention spéciale sur la prise en compte de la

protection de la jeunesse pour l’application de la loi à l’alinéa

2.

Art 19bis: Durcissement de peine pour la remise de stupéfiants à des jeunes de moins de 16 ans res ectivement de moins de 18 ans. Art 19 Al 2 lit d: Punition plus sévère pour la remise et la vente de stupéfiants dans les lieux de formation.

,

p

et la vente de stupéfiants dans les lieux de formation. , p Christophe Al Kurdi (Rel’ier

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

dans les lieux de formation. , p Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support

GERVASONI, Jean-Pierre, et Françoise D UBOIS-ARBER. Indicateurs de résultats du Promedro III, situation en 2008 : rapport final. Lausanne: Institut universitaire de médeci ne sociale et préventive (IUMSP), 2009.

16
16

Application de la politique du contrôle (Dénonciation conso.1974-2007)

A

la politique du contrôle (Dénonciation conso.1974-2007) A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
la politique du contrôle (Dénonciation conso.1974-2007) A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
la politique du contrôle (Dénonciation conso.1974-2007) A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

(Dénonciation conso.1974-2007) A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Office fédéral de la statistique, « Dénon ciations selon la LStup - Infractions », août 24, 2008, http://www.bfs.admin.ch/bfs/portal/fr/ index/themen/19/03/02

17
17

Application de la politique du contrôle (Trafic vs consommation 1990-2006)

A

politique du contrôle (Trafic vs consommation 1990-2006) A /key/03/02.html. Christophe Al Kurdi (Rel’ier –
/key/03/02.html.
/key/03/02.html.
(Trafic vs consommation 1990-2006) A /key/03/02.html. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

1990-2006) A /key/03/02.html. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Chronologie Politique de contrôle

18
18
Chronologie Politique de contrôle 18 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
Chronologie Politique de contrôle 18 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
Chronologie Politique de contrôle 18 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Chronologie Politique de contrôle 18 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
19
19

La politique des soins/socio-éducative (Vision)

A
A
19 La politique des soins/socio-éducative (Vision) A Les toxicomanes sont des malades, la drogue rend malade

Les toxicomanes sont des malades, la drogue rend malade

Il faut offrir des soins / un soutien socio-éducatif aux personnes victimes des drogues pour qu’ils puissent s’en libérer Condamner ne sert à rien, il vaut mieux offrir de l’aide et un soutien

Il faut éviter les problèmes avant leur apparition donc mettre en place de la prévention

avant leur apparition donc mettre en place de la prévention Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

mettre en place de la prévention Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
20
20

Premier acte: N’intimidons pas les toxicomanes, ce sont des malades (LStup 1951)

A
A
pas les toxicomanes, ce sont des malades (LStup 1951) A Message accompagnant la LStup de 1951

Message accompagnant la LStup de 1951

Le toxicomane doit être considéré comme un malade qui, plutôt que d’être sanctionné de façon rigoureuse, doit être soumis à un traitement médical. Des mesures préventive s’imposent aussi pour éviter son entrée dans la toxicomanie (prévention primaire)

son entrée dans la toxicomanie (prévention primaire) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

toxicomanie (prévention primaire) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
21
21
A
A

Contexte ‘70: Diffusion de l’héroïne et traitement

résidentiels

Diffusion de l’héroïne et traitement résidentiels Le Levant en 1977 (voir 37:30-43:00)

Le Levant en 1977 (voir 37:30-43:00)

résidentiels Le Levant en 1977 (voir 37:30-43:00) http://archives.tsr.ch/dossier- drogue/ecoles-heroine Année

http://archives.tsr.ch/dossier-

drogue/ecoles-heroine

Année ’70: Diffusion de l’héroïne

Naissances de centres de traitements résidentiels spécialisés Introduction de la méthadone

Politique est celle de l’abstinence
Politique est celle de
l’abstinence
de la méthadone Politique est celle de l’abstinence Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

est celle de l’abstinence Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
22
22

2 ième acte: Soignons les toxicomanes, sortons les de la drogue

A
A
acte: Soignons les toxicomanes, sortons les de la drogue A Révision de la LStup en 1975

Révision de la LStup en 1975

Art 15.a al 2. Les cantons pourvoient à la protection des personnes dont l’état requiert un traitement médical ou des mesures d’assistance en

raison d’abus de stupéfiants et favorisent la réintégration (

) de ces

personnes Art 19.a al 3. La poursuite pénale peut être remplacée par des soins Art 15.al 3. Pour prévenir l’abus de stupéfiants, les cantons créent les institutions nécessaires à cet effet

soins Art 15.al 3. Pour prévenir l’abus de stupéfiants, les cantons créent les institutions nécessaires à
cantons créent les institutions nécessaires à cet effet Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

nécessaires à cet effet Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
23
23

3 ième acte: Lancement d’un premier programme fédéral (1991)

A
A
acte: Lancement d’un premier programme fédéral (1991) A 1991: Décision du Conseil fédéral de mettre en

1991: Décision du Conseil fédéral de mettre en œuvre un Programme de mesures visant à réduire les problèmes liés à la drogue «ProMeDro» I (1991-1996), suivi de ProMedro II (1998-2002) Objectifs:

éviter l’apparition de la toxicodépendance ;

300 projets et programmes de prévention

faciliter la sortie de la dépendance ; améliorer les conditions de vie, l’état de santé et l’intégration sociale des personnes toxicodépendantes.

l’intégration sociale des personnes toxicodépendantes. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

des personnes toxicodépendantes. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
A
A

Traitement [’90 : Intensification des traitements

de substitutions

24
24
: Intensification des traitements de substitutions 24 Politique de la maintenance (>< abstinence) Forte
Politique de la maintenance (>< abstinence)
Politique de la
maintenance (><
abstinence)

Forte augmentation de la prescription de

m

éth

a

d

one

Essai sur la prescription de cocaïne médicale (échec) Essai sur la prescription d’héroïne médicale (PROVE)

reconduit par AFU (HeGeBe)

Coût de la maintenance à la méthadone (DASA)

non traité, en rue

$43.000

en prison $43.000 dans un programme résidentiel sans drogue

$11.000

en traitement de maintenance à la méthadone $ 2.400

en traitement de maintenance à la méthadone $ 2.400 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

maintenance à la méthadone $ 2.400 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
25
25

Traitements à la méthadone en Suisse (1979-

2003).

A
A
25 Traitements à la méthadone en Suisse (1979- 2003). A Ledermann S et Sager F. La

Ledermann S et Sager F. La politique suisse en matière de drogue Troisième programme de mesures de la Confédération en vue de réduire les problèmes de drogue (ProMeDro III) 2006- 2011. Berne: Office fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006.

fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le
fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
26
26

Prescription d’héroïne médicale (1994,- )

A
A
26 Prescription d’héroïne médicale (1994,- ) A Depuis le milieu des année ‘90 1994: Essai de,

Depuis le milieu des année ‘90

1994: Essai de, essai de distribution de seringues en milieu carcéral, mise en place de la politique dite des 4 piliers

carcéral, mise en place de la politique dite des 4 piliers Prévention / Thérapie /Réduction des

Prévention / Thérapie /Réduction des risques / Répression

1999: 54% de OUI Votation populaire sur la prescription d’héroïne 2003 prolongation de l’AFU jusqu’à la fin de 2009

2003 prolongation de l’AFU jusqu’à la fin de 2009 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

de l’AFU jusqu’à la fin de 2009 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support
27
27

Traitement avec prescription d’héroïne: Centres en 2008

A
A
avec prescription d’héroïne: Centres en 2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
avec prescription d’héroïne: Centres en 2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
avec prescription d’héroïne: Centres en 2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

d’héroïne: Centres en 2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
28
28

Traitement avec prescription d’héroïne: Patients

1998-2008

A
A
avec prescription d’héroïne: Patients 1998-2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
avec prescription d’héroïne: Patients 1998-2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
avec prescription d’héroïne: Patients 1998-2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

d’héroïne: Patients 1998-2008 A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
29
29

EX: Prescription d’héroïne médicale à Genève

A
A
29 EX: Prescription d’héroïne médicale à Genève A Amélioration de la Situation sociale logement, emploi et

Amélioration de la Situation sociale

logement, emploi et revenu

Eloignement de la scène de la drogue Diminution de la Délinquance et criminalité

de la Délinquance et c r i m i n a l i t é http://relierpresse.blogspot.com/2006/12/prescrip

http://relierpresse.blogspot.com/2006/12/prescrip

tion-medicale-d-reportage.html

tion-medicale-d-reportage.html Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

tion-medicale-d-reportage.html Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
30
30

Prévention [’90 : Intensification et diversification de la prévention

A
A
: Intensification et diversification de la prévention A Prévention universaliste prévention sélective (‘90),

Prévention universaliste prévention sélective (‘90), indiquée

(2000)

La prévention sélective s’adresse à des groupes à risques (par ex. à des enfants de parents toxicodépendants, à des jeunes en rupture d’apprentissage). La prévention sélective peut être de la prévention primaire ou secondaire. La prévention indiquée s’adresse à des individus présentant un risque avéré (par ex. comportements attirant l’attention tels que consommation de drogue, usage de la violence, délinquance, risque suicidaire). La prévention indicielle est en général de la prévention secondaire.

Programme spécifique Programme non-spécifique (2000) Prévention comportementale + Prévention structurelle

Prévention comportementale + Prévention structurelle Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

+ Prévention structurelle Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
31
31

Dernier acte: (LStup rév. 2008)

A
A
31 Dernier acte: (LStup rév. 2008) A Inscription de la prescription d’héroïne dans la LStup Plus

Inscription de la prescription d’héroïne dans la LStup

Plus sous forme d’un AFU

Dérogation au régime d’interdiction

Utilisation du Cannabis (cannabinoides) à des fins médicales

Détection précoce

Extension des personnes habilitées à signaler des problèmes (LStup 2008, art. 3c)

habilitées à signaler des problèmes (LStup 2008, art. 3c) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

des problèmes (LStup 2008, art. 3c) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
32
32

Intervention précoce (Art. 3c Compétence en matière d’annonce)

A
A
précoce ( Art. 3c Compétence en matière d’annonce) A 1 Les services de l’administration et les

1 Les services de l’administration et les professionnels oeuvrant dans les domaines de l’éducation, de l’action sociale, de la santé, de la justice et de la police peuvent annoncer aux institutions de traitement ou aux services d’aide sociale compétents les cas de personnes souffrant de troubles liés à l’addiction ou présentant des risques de troubles, notamment s’il s’agit d’enfants ou de jeunes, lorsque les conditions suivantes sont remplies:

a. ils les ont constatés dans l’exercice de leurs fonctions ou de leur activité professionnelle;

b. un danger considérable menace la personne concernée, ses proches ou la collectivité;

c. ils estiment que des mesures de protection sont indiquées.

2

f

Si l annonce concerne un en ant ou un jeune de moins de 18 ans, son représentant légal en est

également informé à moins que des raisons importantes ne s’y opposent. 3 Les cantons désignent les institutions de traitement ou les services d’aide sociale qualifiés, publics

ou privés, qui sont compétents pour prendre en charge les personnes annoncées, notamment s’il s’agit d’enfants ou de jeunes en situation de risque. 4 Le personnel des institutions de traitement et des services d’aide sociale compétents est soumis au

secret de fonction et au secret professionnel au sens des art. 320 et 321 du code pénal. Il n’est pas tenu de témoigner en justice ni de donner des renseignements si les déclarations qu’il pourrait faire concernent la situation de la personne prise en charge ou une infraction visée à l’art. 19a. 5 Les services de l’administration et les professionnels visés à l’al. 1 qui apprennent qu’une personne qui leur est confiée a enfreint l’art. 19a ne sont pas tenus de la dénoncer.

a enfreint l’art. 19 a ne sont pas tenus de la dénoncer. Christophe Al Kurdi (Rel’ier

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

ne sont pas tenus de la dénoncer. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support
33
33

Chronologie Traitement / Prévention

A
A
33 Chronologie Traitement / Prévention A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
33 Chronologie Traitement / Prévention A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
33 Chronologie Traitement / Prévention A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Traitement / Prévention A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
34
34

La politique de réduction des risques (Vision)

A
A
34 La politique de réduction des risques (Vision) A La drogue est et sera toujours associée

La drogue est et sera toujours associée à un certain nombre de problèmes au sein de la société et il faut tenter de les réduire par différents moyens

Il faut développer des interventions qui sont adaptées aux besoins et aux ressources des consommateurs de drogue, ce qui signifie qu’il faut abaisser les seuils d’accessibilité de l’aide et des soins

La pénalisation de la consommation a des effets négatifs car elle marginalise les consommateurs

des effets négatifs car elle marginalise les consommateurs Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

elle marginalise les consommateurs Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
35
35

Politique de RDR

A
A
35 Politique de RDR A Fin des années ’70 – début des années ‘80 Hausse de

Fin des années ’70 – début des années ‘80

Hausse de la consommation d’héroïne 1980-82 premier local d’injection sauvage (centre autonome)

Milieu des années 80

Apparition du VIH-Sida: la population des consommateurs de drogue touchée de plein fouet par cette épidémie

Apparition des scènes ouvertes de la drogues

Réponses locales:

local d’injection à Berne, distribution de seringues à large échelle à Zurich et Bâle

de seringues à large échelle à Zurich et Bâle Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

à large échelle à Zurich et Bâle Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support
36
36

Scènes ouvertes 1987-1995

A
A
36 Scènes ouvertes 1987-1995 A 1987 : Ouverture du Platzspitz à Zurich (1987- 92) 1989 :

1987: Ouverture du Platzspitz à Zurich (1987-

92)

1989 : Ouverture de la Kleine Schanze à Berne

(1989-90)

 

1989 : Ouverture de la Kleinbasel à Bâle

(1989-91)

 

1991: Ouverture du Kocherpark à Berne

(1991-92)

1991

:

F

ermeture

d

e

l

a

Kl

ein

b

l

ase à

B

l

â e

1991 : Ouverture du Schellenacker de St-Gall

(1991-93)

 

1992: Fermeture du Kocherpark à Berne

1992: fermeture du Platzspitz; (1987-1992) en quelques semaines formation d’une nouvelle scène ouverte dans le Kreis 5 et sur la gare désaffectée du Letten (1992-1995)

1993: St-Gall fermeture du Schellenacker (déplacement vers Olten)

1995: Zurich: fermeture de la scène ouverte du Letten

SOURCE : OFSP, SPECTRA no 37, Mars 2003

ouverte du Letten SOURCE : OFSP, SPECTRA no 37, Mars 2003 Christophe Al Kurdi (Rel’ier –

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Kreis 5

Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1) Kreis 5 Source: Tell Quel / 22'08'' /25.03.1994

Source: Tell Quel / 22'08'' /25.03.1994 http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-zurich

2011(V1) Kreis 5 Source: Tell Quel / 22'08'' /25.03.1994 http://archives.tsr.ch/dossier-drogue/drogue-zurich
37
37

1 er acte: Réponses locales / du terrain

A
A
37 1 er acte: Réponses locales / du terrain A 1986 ouverture à Berne du premier

1986 ouverture à Berne du premier lieu d’accueil pour toxicomanes avec

local d’injection (Münstergasse) 1986 programme de distributions de seringues à Bâle (Schwarzer Peter)

1987 la ville de Zurich ouvre 6 lieux d’accueil (Kontakt- und Anlaufsstellen);

1990: local d’injection ouvert à St Gall (Bienenhüsli), fermé en mars 1991

suite à un référendum 1990-91: les villes de Berne, Bâle et Zurich adoptent des programmes de

politique drogue fondés sur un modèle de 4 piliers 1991: Bâle cesse de tolérer la scènes ouverte et ouvre 3 lieux d’accueil

(Gassenzimmer) 1991: début du Bus itinérant de prévention du sida à Genève (encore en

fonction) ) 1992: local d’injection ouvert dans l’Hôtel de ville de Lucerne (ABfD), fermé

en mars 1994 suite à un référendum Etc.

fermé en mars 1994 suite à un référendum Etc. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

1994 suite à un référendum Etc. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
38
38

Ouverture de Centres d’accueil bas seuil et de locaux de consommation

A
A
Centres d’accueil bas seuil et de locaux de consommation A Travail social hors-murs Distribution de seringues,

Travail social hors-murs

Distribution de seringues, de nourriture

Ouverture de lieux pour toxicomanes

Bistrot Locaux de consommation

de lieux pour toxicomanes Bistrot Locaux de consommation Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Aller vers Baisser le seuil d’accessibilité des institutions Mais aussi… Vider les rues des seringues et des « Junkies » Eviter la criminalité d’aquisition

Programme de substitution

r u e s d e s seringues et des « Junkies » Eviter la criminalité
39
39
A
A

2 ième acte: Réponse juridique et institutionnelles

39 A 2 ième acte: Réponse juridique et institutionnelles Fin des années 80- début des années

Fin des années 80- début des années 90

1989: commission drogue : il faut dépénaliser la consommation et autoriser le RDR

1989: Avis du Dr Schulz avis de droit sur les locaux d’injection 1991: Programme ProMeDro, programme fédéral drogue

1989: Avis du Dr Schulz avis de droit sur les locaux d’injection 1991: Programme ProMeDro ,

1996: Commission pour la révision de la LStup: il faut inscrire dans la loi les mesures de réductions des risques

inscrire dans la loi les mesures de réductions des risques Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

mesures de réductions des risques Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
40
40

Distribution/échange de seringues en Suisse

(1993-2004)

A
A
40 Distribution/échange de seringues en Suisse (1993-2004) A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
40 Distribution/échange de seringues en Suisse (1993-2004) A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
40 Distribution/échange de seringues en Suisse (1993-2004) A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Source: présentation Zobel.

A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1) Source: présentation
41
41

Mises sur le marché de préservatifs en Suisse

1986-2009

A
A
Mises sur le marché de préservatifs en Suisse 1986-2009 A Source: Bulletin OFSP 6/11 Christophe Al
Mises sur le marché de préservatifs en Suisse 1986-2009 A Source: Bulletin OFSP 6/11 Christophe Al
Mises sur le marché de préservatifs en Suisse 1986-2009 A Source: Bulletin OFSP 6/11 Christophe Al

Source:

Bulletin OFSP

6/11

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

A Source: Bulletin OFSP 6/11 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
42
42

Décès du à la drogue (1974-2002)

A
A
42 Décès du à la drogue (1974-2002) A Nombre de décès liés à la consommation de

Nombre de décès liés à la consommation de drogue et de décès liés au sida chez des personnes pour qui la voie d’infection présumée était l’injection de drogue (Sources :

données FEDPOL et OFSP).

SOURCE: Ledermann S et Sager F. La politique suisse en matière de drogue Troisième programme de mesures de la Confédération en vue de réduire les problèmes de drogue (ProMeDro III) 2006-2011. Berne: Office fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006.

fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le
fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
43
43

Chronologie RdR

A
A
43 Chronologie RdR A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
43 Chronologie RdR A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
43 Chronologie RdR A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

43 Chronologie RdR A Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
44
44

La politique de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté

A
A
de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté A Le modèle de la prohibition a échoué

Le modèle de la prohibition a échoué Les drogues font partie de l’histoire de nos sociétés: il s’agit de réguler leur accès pour permettre les usages peu ou pas nocifs et minimiser les usages nocifs La consommation doit être dépénalisée Le marché des drogues doit être autorisé et régulé par l’Etat (système de licences), qui doit aussi développer dans ce cadre une politique de protection de la jeunesse et d’information des consommateurs

de la jeunesse et d’information des consommateurs Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

et d’information des consommateurs Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
45
45

La politique de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté

A
A
de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté A 1996 : commission pour la révision de

1996 : commission pour la révision de la LStup

Il faut dépénaliser la consommation / les actes préparatoires

1998 : Initiative populaire DROLEG (73,5 % non)

Consommer des stupéfiants, en cultiver, en posséder ou en acquérir pour son propre usage n’est pas punissable La Confédération édicte des prescriptions pour la culture, l’importation, la production et le commerce de stupéfiants.

la production et le commerce de stupéfiants. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
la production et le commerce de stupéfiants. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

et le commerce de stupéfiants. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
46
46

Nb: Dépénaliser ne signifie pas libéraliser

A
A
46 Nb: Dépénaliser ne signifie pas libéraliser A Dépénalisation: Action de ne plus attribuer le caractère

Dépénalisation:

Action de ne plus attribuer le caractère de « crime » à une offense.

Le trafic peut toujours être considéré comme une activité criminelle (Crime) La possession est toujours soumise au régime de prohibition (délit)

Sanctions dministratives

au régime de prohibition (délit) Sanctions dministratives Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

(délit) Sanctions dministratives Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
47
47

La politique de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté

A
A
de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté A 1999: Rapport sur le cannabis (CFLD) La

1999: Rapport sur le cannabis (CFLD)

La commission recommande la dépénalisation de la consommation, possession et acquisition de cannabis, et une réglementation pour le marché du cannabis

2001: Projet de révision totale de la LStup

Dépénalisation de la consommation+Possibilité d’introduire un marché réglementé du cannabis

2001 CE approuve la modification de la LStup 2004 CN décide de ne pas entrer en matière 102 voix contre 92

CN décide de ne pas entrer en matière 102 voix contre 92 Christophe Al Kurdi (Rel’ier

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

en matière 102 voix contre 92 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
48
48

La politique de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté

A
A
de l’autre régulation : le quatrième élément rejeté A Initiative 2004 « Pour une politique raisonnable

Initiative 2004 « Pour une politique raisonnable en matière de chanvre protégeant efficacement la jeunesse »

 

Dépénalisation de la consommation et la détention du cannabis ainsi que son achat en vue d’un usage

personnel. Injonctions concernant la culture et un interdit de publicité, des mesures de protection de la jeunesse.

Rejeté par le peuple en novembre 2008

63,3% de NON sur le plan suisse / 71,3 sur le plan vaudois

63,3% de NON sur le plan suisse / 71,3 sur le plan vaudois Christophe Al Kurdi
63,3% de NON sur le plan suisse / 71,3 sur le plan vaudois Christophe Al Kurdi

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

suisse / 71,3 sur le plan vaudois Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support
suisse / 71,3 sur le plan vaudois Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support

B

B
B

La politique actuelle

Lstup (light) , rév. 2008 ProMedro III

politique actuelle Lstup (light) , rév. 2008 ProMedro III Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

(light) , rév. 2008 ProMedro III Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
50
50

LStup révision 2008 (Light)

B
B
50 LStup révision 2008 (Light) B 2006: Version allégée de la Lstup (i.e. sans la question

2006: Version allégée de la Lstup (i.e. sans la question du cannabis) proposée et acceptée par le CN /CE Référendum lancé par l’Union démocratique fédérale (UDF) 11 nov. 2008 Lors de la votation le référendum est balayé : le projet a été accepté avec 68.1% de OUI

(UDF) 11 nov. 2008 Lors de la votation le référendum est balayé : le projet a
(UDF) 11 nov. 2008 Lors de la votation le référendum est balayé : le projet a

Ancrage de la politique des 4 piliers (i.e. RdR) Inscription prescription médicale d’héroïne (plus dans les AFU) Renforcement du rôle de la Confédération Les cantons doivent mettre en place les dispositions nécessaires à l’exécution des dispositions acceptées

Les cantons doivent mettre en place les dispositions nécessaires à l’exécution des dispositions acceptées
Les cantons doivent mettre en place les dispositions nécessaires à l’exécution des dispositions acceptées
Les cantons doivent mettre en place les dispositions nécessaires à l’exécution des dispositions acceptées
nécessaires à l’exécution des dispositions acceptées Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

des dispositions acceptées Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
des dispositions acceptées Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
51
51

Les 4 piliers

B
B
51 Les 4 piliers B Prévention Contribue à réduire la consommation de drogue en évitant que

Prévention

Contribue à réduire la consommation de drogue en évitant que des gens ne se mettent à en consommer (prévention primaire) et/ou à développer des problèmes de dépendance (prévention secondaire). La prévention englobe tout à la fois la protection et la promotion de la santé et le dépistage précoce.

Thérapie

toutes les options thérapeutiques résidentielles et ambulatoires visant une amélioration de la santé et de l’intégration sociale des personnes confrontées à des problèmes de drogue.

Réduction des risques

comprend la minimisation des risques sanitaires et sociaux encourus par les consommateurs et, indirectement, la réduction des préjudices sociaux qui accompagnent la consommation de drogues illégales.

Répression

mesures pénales et policières et interventions de régulation visant une réduction de l’offre (production et vente) et de la demande (consommation) sur le marché de la drogue, y compris mesures de protection de la jeunesse.

la drogue, y compris mesures de protection de la jeunesse. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

de protection de la jeunesse. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

Coûts directs de la politique drogue (2000)

B
B
52
52
Coûts directs de la politique drogue (2000) B 52 Répression 65,1% Thérapies 25,6 % Aide à
Coûts directs de la politique drogue (2000) B 52 Répression 65,1% Thérapies 25,6 % Aide à

Répression

65,1%

Thérapies

25,6 %

Aide à la survie

4,9%

Prévention

4,3%

25,6 % Aide à la survie 4,9% Prévention 4,3% SOURCE: C Jeanrenaud, G Widmer, S Pellegrini,

SOURCE: C Jeanrenaud, G Widmer, S Pellegrini, Le coût social de la consommation de drogues illégales en Suisse. Rapport final (Neuchâtel: Institut de recherches économiques et régionales, 2005.

Institut de recherches économiques et régionales, 2005. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

économiques et régionales, 2005. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
53
53

Lstup: Rôle de la Confédération (Art 3, 29d &

29 e )

B
B
Rôle de la Confédération (Art 3, 29d & 29 e ) B Art 1a: Inscription dans

Art 1a: Inscription dans la loi de la politique des quatre piliers. Art 3i: La Confédération soutient les cantons dans les domaines de la prévention, de la thérapie et de la réduction des risques. Art 3j: La Confédération encourage la recherche scientifique. Art 3k: La Confédération encourage et coordonne la formation, le perfectionnement et la formation continue. Art 3l: En collaboration avec les cantons, la Confédération élabore des recommandations relatives à l’assurance qualité. Art 29a, 29b: L’Office Fédéral de la Santé Publique et l’Office Fédéral de la Police sont astreints à une évaluation et une analyse des programmes. Art 29c: La Confédération désigne un laboratoire national de référence et un lieu national d’observation pour la surveillance de la problématique des dépendances. Les deux institutions effectuent des études et des analyses dans le domaine des problématiques liées aux stupéfiants.

Les deux institutions effectuent des études et des analyses dans le domaine des problématiques liées aux
Les deux institutions effectuent des études et des analyses dans le domaine des problématiques liées aux
Les deux institutions effectuent des études et des analyses dans le domaine des problématiques liées aux
Les deux institutions effectuent des études et des analyses dans le domaine des problématiques liées aux
Les deux institutions effectuent des études et des analyses dans le domaine des problématiques liées aux
Les deux institutions effectuent des études et des analyses dans le domaine des problématiques liées aux
dans le domaine des problématiques liées aux stupéfiants. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

liées aux stupéfiants. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
54
54

LStup 2008: Répartition des tâches entre la Confédération et les cantons

B
B
des tâches entre la Confédération et les cantons B Art. 3b (al. 1) Les cantons encouragent

Art. 3b (al. 1)

Les cantons encouragent l’information et le conseil en matière de prévention des troubles liés à l’addiction et de leurs conséquences médicales et sociales.

Ils accordent à cet égard une importance particulière à la protection des enfants et des jeunes. Ils mettent en place les conditions-cadre adéquates et créent les organismes nécessaires ou soutiennent des institutions privées répondant aux critères de qualité requis.

privées répondant aux critères de qualité requis. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

aux critères de qualité requis. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
55
55

LStup 2008: Répartition des tâches entre la Confédération et les cantons

B
B
des tâches entre la Confédération et les cantons B Art. 3d Prise en charge et traitement

Art. 3d Prise en charge et traitement

1 Les cantons pourvoient à la prise en charge des personnes dont l’état requiert un traitement médical ou psychosocial ou des mesures d’assistance en raison de troubles liés à l’addiction. 2 Ces traitements ont pour objectif la prise en charge thérapeutique et l’intégration sociale des personnes présentant des troubles liés à l’addiction, l’amélioration de leur santé physique et psychique ainsi que la création des conditions permettant l’abstinence. 3 Les cantons favorisent la réinsertion professionnelle et sociale des personnes présentant des troubles liés à l’addiction.

personnes présentant des troubles liés à l’addiction. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

des troubles liés à l’addiction. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
56
56

LStup 2008: Répartition des tâches entre la Confédération et les cantons

B
B
des tâches entre la Confédération et les cantons B Art. 3g Réduction des risques et aide

Art. 3g Réduction des risques et aide à la survie

Les cantons prennent des mesures de réduction des risques et d’aide à la survie en faveur des personnes ayant des troubles liés à l’addiction afin de prévenir ou d’atténuer la dégradation de leurs conditions médicales et sociales. Ils créent les institutions nécessaires à cet effet ou soutiennent des institutions privées répondant aux critères de qualité requis.

privées répondant aux critères de qualité requis. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

aux critères de qualité requis. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
57
57

LStup 2008: Répartition des tâches entre la Confédération et les cantons

B
B
des tâches entre la Confédération et les cantons B En matière de répression, les cantons sont

En matière de répression, les cantons sont compétents pour

Signaliser les cas d’abus (art.15) Informer, prévenir et gérer l’accès aux stupéfiants destinés au traitement des personnes dépendantes (art.15a) Appliquer les dispositions pénales en vertu de la présente loi (chapitre

4)

Exécuter les peines, privations de liberté à des fins d’assistance et traitements (art.15b)

liberté à des fins d’assistance et traitements (art.15b) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

et traitements (art.15b) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

PROMEDRO III Mesures de la confédération pour réduire les problèmes de drogues 2006-2011

B
B
58
58
pour réduire les problèmes de drogues 2006-2011 B 58 Tâches transversales Bases scientifiques Evaluation

Tâches transversales

problèmes de drogues 2006-2011 B 58 Tâches transversales Bases scientifiques Evaluation Formation continue

Bases scientifiques Evaluation Formation continue Promotion de la qualité Information Coordination Engagement international

Thèmes transversaux

Genre /Migration

international Thèmes transversaux Genre /Migration Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

transversaux Genre /Migration Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
59
59

Promedro III: Buts

B
B
59 Promedro III: Buts B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
59 Promedro III: Buts B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
59 Promedro III: Buts B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

59 Promedro III: Buts B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
60
60

Promedro III: exemples d’action. Domaines d’activité, Axes

B
B
III: exemples d’action. Domaines d’activité, Axes B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
III: exemples d’action. Domaines d’activité, Axes B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
III: exemples d’action. Domaines d’activité, Axes B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Domaines d’activité, Axes B Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai

C

C
C

Enjeux de la politique drogue

Travail de groupe et restitution

de la politique drogue Travail de groupe et restitution Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Travail de groupe et restitution Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
62
62

Enjeux/Problèmes repérés (groupes)

C
C
62 Enjeux/Problèmes repérés (groupes) C Problèmes Remarques Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
Problèmes Remarques
Problèmes
Remarques
repérés (groupes) C Problèmes Remarques Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

(groupes) C Problèmes Remarques Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
D D Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
D D Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de

D

D
D
D D Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
D D Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

Eléments de réponse

D D Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

D D Eléments de réponse Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
64
64

Focus sur quelques enjeux actuels

D
D
64 Focus sur quelques enjeux actuels D Problèmes Remarques Nouveaux trends de consommation et besoins de

Problèmes

Remarques

Nouveaux trends de consommation et besoins de nouveaux traitements

Traitement: on doit développer de nouveaux outils plus basés uniquement sur la substitution (par ex. INCANT)

Dépénalisation

Initiative parlementaire Amende d’ordre

Cloisonnement de la politique drogue

Rapport psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Statut légal / illégal des substance Dépendance vs « modes de consommation »

Focalisation sur les substances

Rapport : Défi addictions (2010)

Drogues illégales ne sont plus perçues comme un problème

Acuité du « problème drogue » Sondages gfs / Rapport Spinasch

du « problème drogue » Sondages gfs / Rapport Spinasch Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

» Sondages gfs / Rapport Spinasch Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
65
65

Consommation de cannabis chez les jeunes (2003/2007)

D
D

Retour

de cannabis chez les jeunes (2003/2007) D Retour SOURCE: ISPA(2009), ESPAD in der Schweiz: Wichtigste

SOURCE:

ISPA(2009), ESPAD in der Schweiz: Wichtigste Ergebnisse im Vergleich 2003 und 2007

Schweiz: Wichtigste Ergebnisse im Vergleich 2003 und 2007 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

im Vergleich 2003 und 2007 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
66
66

Consommation des jeunes en Suisse (ESPAD 2007)

D
D

Retour

66 Consommation des jeunes en Suisse (ESPAD 2007) D Retour Source: www.espad.org Christophe Al Kurdi (Rel’ier
66 Consommation des jeunes en Suisse (ESPAD 2007) D Retour Source: www.espad.org Christophe Al Kurdi (Rel’ier

Source:

www.espad.org

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

2007) D Retour Source: www.espad.org Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
67
67

Evolution des substances chez les jeunes en traitement (1997-

2006)

D
D

Retour

Principales substances posant problème (drogues illégales et médicaments) à l’entrée dans une consultation ambulatoire ou dans une institution résidentielle auprès des client(e)s de moins de 25 ans (évolution de 1997 à 2006)

client(e)s de moins de 25 ans (évolution de 1997 à 2006) Christophe Al Kurdi (Rel’ier –
client(e)s de moins de 25 ans (évolution de 1997 à 2006) Christophe Al Kurdi (Rel’ier –

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

25 ans (évolution de 1997 à 2006) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support
68
68

Extension / diversification nécessaires des traitements

D
D

Retour

Approches psychosociales Focalisation sur d’autres produits que l’héroïne

Focalisation sur d’autres produits que l’héroïne Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

EX. Programme INCANT méthode thérapeutique d’inspiration familiale (Multidimentional Family Therapy) dans la prise en charge des adolescents abuseurs ou dépendant au cannabis

familiale (Multidimentional Family Therapy) dans la prise en charge des adolescents abuseurs ou dépendant au cannabis

Dépénalisation - Une amorce de changement?:

D
D

Amende d’ordre pour possession de cannabis (1/2)

69
69
D Amende d’ordre pour possession de cannabis (1/2) 69 2004 PDC dépose une initiative parlementaire ancrage

2004 PDC dépose une initiative parlementaire ancrage des 4 piliers, et amendes pour la consommation de cannabis (Voir partie C) 2004 Verts initiative parlementaire idem, avec possibilité pour les cantons de ne pas poursuivre pénalement les consommateurs de cannabis 04.439 – Initiative parlementaire Loi sur les stupéfiants. Révision. (PDC)

« 1. La consommation de stupéfiants - y compris celle du cannabis - demeure interdite. La consommation de stupéfiants ayant des effets du type cannabique sera soumise à la procédure d'amende

type cannabique sera soumise à la procédure d'amende d'ordre . » Christophe Al Kurdi (Rel’ier –

d'ordre. »

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

d'amende d'ordre . » Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai

Dépénalisation - Une amorce de changement?:

D
D

Amende d’ordre pour possession de cannabis (2/2)

70
70
D Amende d’ordre pour possession de cannabis (2/2) 70 26.03.2009 CSSS-CN Décidé de donner suite à

26.03.2009 CSSS-CN Décidé de donner suite à l'initiative.

Avant-projet et rapport explicatif de la Commission de la sécurité sociale et de la santé publique du Conseil national du 20 janvier 2011

19.01.2010 CSSS-CE Adhésion.

Projet / Rapport

Le projet « amende d’ordre »

Moins de 10 grammes de cannabis Pas d’autres délits > 16 ans CHF 100.-

Pas d’autres délits > 16 ans CHF 100.- Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

délits > 16 ans CHF 100.- Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de
71 D psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier
71 D psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier

71

71 D psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier –
D
D
71 D psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier –
71 D psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier –
71 D psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier –
71 D psychoaktiv.ch (CFLD, 2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier –

psychoaktiv.ch (CFLD, 2006)

Le modèle du « Cube »

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

2006) Le modèle du « Cube » Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support
72
72

Cloisonnement de la politique drogue (statut légal/illégal)

D
D

Retour

Cloisonnement de la politique drogue sur la base du statut légal

oliti ue des dépendances)

(

p

q

CE Conseil Fédéral CN Département de l’intérieur OFSP Politique drogue Politique alcool Politique tabac
CE
Conseil Fédéral
CN
Département de l’intérieur
OFSP
Politique drogue
Politique alcool
Politique tabac
Programmes drogues
•ProMeDro I, II, III
•Centaines de projets
Programmes
Programmes
I, II, III •Centaines de projets Programmes Programmes Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

de projets Programmes Programmes Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
73
73

Le cube: un modèle à 3 dimensions

D
D

Retour

les quatre piliers de la politique des addictions (prévention et promotion de la santé, thérapie, réduction des risques et réglementation du marché/répression) , la classification des différentes substances psychoactives

indé endamment de leur statut lé al

p

g

,

les modes de consommation, divisés en consommation à faible risque, consommation problématique et dépendance selon les substances consommées.

et dépendance selon les substances consommées. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

selon les substances consommées. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
74
74

Prise en compte de différents « Modes de consommation » (pas uniquement la dépendance)

D
D

Retour

Consommation peu problématique:

consommation occasionnelle ou à faible dose bien contrôlée par l’individu.

Consommation problématique:

ce comportement de consommation inclut, d’une part, l’usage à risque et, de l’autre, l’usage nocif. Dans le premier cas, les problèmes sont latents, alors que le second se traduit par des problèmes physiques, psychiques ou sociaux concrets. C’est la définition retenue par l’OMS. Elle correspond à la notion d’«abus» de la classification de la quatrième édition du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux américain (DSM IV), qui exclut la dépendance.

Dépendance:

consommation présentant les caractéristiques les plus graves comme celles, typiques, de la tolérance et du sevrage. L’individu perd le contrôle de sa consommation bien qu’il soit conscient des problèmes qu’elle engendre.

qu’il soit conscient des problèmes qu’elle engendre. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

des problèmes qu’elle engendre. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
75
75

Le cube

D
D

Retour

Les plus

Du Mode de consommation

(>< aux seuls dépendants)

De l’ensemble des « Substances psychoactives »

Illégales (selon Conv. 61- soumises à dérogation) légales

(selon Conv. 61- soumises à dérogation) légales Alcool, tabac Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Alcool, tabac

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Les moins

Ne traite que de substances Jeu pathologique, achat compulsif, etc (pas intégré)

de cours mai 2011(V1) Les moins Ne traite que de substances Jeu pathologique, achat compulsif, etc

76

76 D Défi addictions (2010) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
D
D
76 D Défi addictions (2010) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

Défi addictions (2010)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

76 D Défi addictions (2010) Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
77
77

Défi addictions: champs d’application

D
D

Retour

ne doit pas prendre en considération que la dépendance, mais inclure également la consommation problématique et les modes de consommation en constante évolution au-delà de la dépendance »), doit évaluer toutes les substances en fonction de la char e de

g

dommages qu’elles engendrent et sans tenir compte du fait qu’elles soient légales ou interdites au-delà du statut légal ») et

doit inclure les comportements à potentiel addictif au-delà des substances psychoactives »).

addictif (« au-delà des substances psychoactives »). Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

des substances psychoactives »). Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
78
78

Défi addictions: stratégie

D
D

Retour

doit faire en sorte que les choix sains soient plus simples, plus attractifs et meilleur marché pour les citoyens au-delà de la responsabilité individuelle »),

doit continuer à prêter une attention particulière à la protection de la jeunesse tout en se rappelant que la consommation problématique et la dépendance ne sont pas des problèmes limités aux jeunes au-delà de la protection de la jeunesse ») et

ne doit pas se limiter à des mesures relevant de la politique de la santé, mais inclure également les domaines politiques qui peuvent avoir une influence décisive sur la politique des addictions et, le cas échéant, impliquer les autres acteurs concernés au-delà des mesures de politique sanitaire »).

(« au-delà des mesures de politique sanitaire »). Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

mesures de politique sanitaire »). Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
79
79

Utilisation quotidienne d’analgésiques, de somnifères et de tranquillisants au cours des 7 derniers jours chez les hommes et les femmes, selon l’âge (année 2007)

D
D

Retour

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)
Support de cours mai 2011(V1)
80
80

Acuité du problème – pour les citoyens (1988-2010)

D
D

Retour

du problème – pour les citoyens (1988-2010) D Retour Pourcentage des personnes ayant le droit de

Pourcentage des

personnes ayant le droit de vote qui considèrent les «drogues» comme un d problèmes majeurs de la Suisse, 1988-

2010

i

es c nq

Source :

gfs.bern 2010

de la Suisse, 1988- 2010 i es c nq Source : gfs.bern 2010 Christophe Al Kurdi

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

i es c nq Source : gfs.bern 2010 Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Acuité du problème – pour le Parlement (1990-2002)

D
D
81
81

Retour

Interventions concernant les drogues illégales aux Chambres fédérales, 1990-

2002.

Ledermann S et Sager F. La politique suisse en matière de drogue Troisième programme de mesures de la Confédération en vue de réduire les problèmes de drogue (ProMeDro III) 2006-2011. Berne: Office fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006.

fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le
fédéral de la santé publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

publique (OFSP), avril 18, 2006. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

82

Réserve

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Acuité du problème causé par le comportement dépendant d’une personne du point de vue des spécialistes (Spinatsch 2004 )

83
83

Retour

point de vue des spécialistes (Spinatsch 2004 ) 83 Retour Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation
point de vue des spécialistes (Spinatsch 2004 ) 83 Retour Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

(Spinatsch 2004 ) 83 Retour Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours

Nombre de personnes faisant état d’un comportement à haut risque par forme de dépendance (Spinatsch 2004 )

84
84

Retour

risque par forme de dépendance (Spinatsch 2004 ) 84 Retour Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation
risque par forme de dépendance (Spinatsch 2004 ) 84 Retour Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

(Spinatsch 2004 ) 84 Retour Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours
85
85

Types de consommation (AIS)

85 Types de consommation (AIS) Abstinence   Quels que soient les motifs, on décide de ne

Abstinence

 

Quels que soient les motifs, on décide de ne pas essayer un produit.

 

Expérimentation

 

On essaie un produit par curiosité, à la recherche de nouvelles expériences, de plaisir, pour s’adapter à la norme du groupe ou sous la pression du groupe de pairs. "Beaucoup de mes amis me disent qu’après avoir fumé un joint on se sent mieux et que d’essayer juste une fois ne nuirait pas à ma santé."

Usage récréatif ou occasionnel

 
 

h

h

l

l

"

f

 

On consomme par rec erc e de p aisir, de convivia ité, de sensation d ivresse. Je ume des joints de temps en temps." "Je bois mon verre de vin en mangeant et de temps à autre une bière."

Usage intensif ou abusif

 

Les motifs souvent évoqués par ce type d’usage sont l’ennui, l’oubli, la fuite de la réalité, ils peuvent être caractérisés de problématiques. "Quand je sors le soir, j’ai besoin de trois à quatre bières pour me déstresser." "Tous les week-ends, je me pète aux joints pour oublier mes soucis."

Dépendance

 

pour oublier mes soucis." Dépendance   Il s’agit de la perte de la maîtrise de la

Il s’agit de la perte de la maîtrise de la consommation. La personne dépendante abandonne souvent des sources d’intérêt au profit des substances; outre la dépendance psychique, une dépendance physique peut s’installer, selon les produits. "Je ne peux plus me passer de cannabis." "Si je ne bois pas d’alcool, je commence à trembler."

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

je commence à trembler." Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
86
86

Addiction (GREA)

Retour

L’addiction désigne la relation problématique que la personne entretient avec une consommation ou un comportement. La dépendance se centre, elle, sur les symptômes que cette relation problématique va faire apparaître, ce qui permet d’établir un diagnostic.

L’addiction est la perte de l’autonomie du sujet par rapport à un produit ou un
L’addiction est la perte de l’autonomie du sujet par rapport
à un produit ou un comportement. Elle se caractérise par:
• La souffrance de la personne
• Les changements de son rapport au monde (aliénation)
Si ces deux dimensions sont présentes, on parle alors
d’addiction.
dimensions sont présentes, on parle alors d’addiction. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

on parle alors d’addiction. Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai

87

Indications bibliographiques

87 Indications bibliographiques Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

87 Indications bibliographiques Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)
88
88

Textes de base

88 Textes de base Assemble e fe de rale de la Confe de ration suisse, Loi

Assemble e fe de rale de la Confe de ration suisse, Loi fédérale du 3 octobre 1951 sur les stupéfiants et les substances psychotropes (Modification du 20 mars 2008), vol. 1, 2008, http://www.amtsdruckschriften.bar.admin.ch/viewOrigDoc.jsp?ID=10141586.

Commission fédérale pour les questions liées aux drogues (CFLD), Psychoactiv.ch. D’une politique des drogues illégales à une politique des substances psychoactives (Berne: Hans Huber, 2006), http://www.bag.admin.ch/shop/00035/00081/index.html?lang=fr .

Conseil fe de

ral, Avis du Conseil fe de ral du 29 septembre 2006 sur l’Initiative parlementaire: Re vision

partielle de la loi sur les

stupe fiants

(ad 05.470), 05.470, vol. 42, 2006, http://www.admin.ch/ch/f/ff/2006/8211.pdf .

 

CSSS-CN, Rapport de la Commission de la se curite

sociale et de la sante publique du Conseil national du 4 mai 2006 sur

l’Initiative parlementaire: Revision partielle de la loi sur les stupefiants, 05.470, vol. 42, 2006,

 

http://www.admin.ch/ch/f/ff/2006/8141.pdf.

Groupe de pilotage Défi addictions, Défi addictions. Fondements d’une approche durable de la politique des addictions en Suisse (Berne: OFSP, 2010), http://www.bag.admin.ch/shop .

Simone Ledermann et Fritz Sager, La politique suisse en matière de drogue - Troisième programme de mesures de la Confédération en vue de réduire les problèmes de drogue (ProMeDro III) 2006-2011 (Berne: Office fédéral de la santé publique (OFSP), 2006), http://www.bag.admin.ch/shop .

OFSP, Plan d’actions ProMeDro III 2006–2011 (Berne: Office fédéral de la santé publique (OFSP), 2008), http://www.bag.admin.ch .

Spinatsch M et Hofer S., Une nouvelle politique en matière de dépendances pour la Suisse? Bases et prémisses pour une politique fédérale plus intégrée en matière de dépendances., 2004, http://www.bag.admin.ch .

de dépendances. , 2004, http://www.bag.admin.ch . Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

, 2004, http://www.bag.admin.ch . Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai
89
89

Sites web

89 Sites web AIS - Addiction Info Suisse (Faits et chiffres): http://www.addiction-info.ch/fr/faits-et-chiffres/ GREA

AIS - Addiction Info Suisse (Faits et chiffres):

http://www.addiction-info.ch/fr/faits-et-chiffres/ GREA - Le site des professionnels des addictions de Suisse francophone: http://www.grea.ch Infoset – Le site suisse du domaine des dépendances:

http://www.infoset.ch/f/index.htm OFSP (pages sur la politique drogue):

http://www.bag.admin.ch/themen/drogen/00042/00624/in

dex.html?lang=fr Rel’ier – La revue de presse (thème politique drogue):

http://relierpresse.blogspot.com/search/label/Pol-drogue

http://relierpresse.blogspot.com/search/label/Pol-drogue Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)

Christophe Al Kurdi (Rel’ier – Fondation le Relais) Support de cours mai 2011(V1)